Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Chapitre 3. Le château de Bressieux, observations archéologiques

Yvonne Harlé-Sambet et Michèle Bois

Texte intégral

1L’actuel village de Bressieux est dominé par les ruines d’un imposant château médiéval qui couronnent l’extrémité orientale d’une colline allongée. Le relief initial a été remodelé de façon radicale : la plate-forme surélevée qui leur sert d’assise est entourée par un large fossé annulaire, doublé d’une imposante levée de terre du côté le plus accessible. D’autres fossés, aujourd’hui envahis de végétation, ont été creusés pour renforcer l’enceinte du bourg, en grande partie disparue (fig. 37, 38).

Fig. 37 - Vue générale avec le bourg castral, versant nord-ouest.

Fig. 38 - Vue générale avec le bourg castral, versant sud-est.

2Du premier château en galet (XIIe siècle), on ne connaît que quelques vestiges mis au jour lors des campagnes de fouilles, alors que les murailles de brique appartiennent pour leur plus grande partie à la forteresse du XIIIe siècle, la plus importante. Il s’agit, en particulier, d’une haute tour circulaire, le donjon, situé à l’angle nord-est et qui commande l’enceinte, d’un châtelet d’entrée flanqué de deux tours dissymétriques et de longs pans de courtines qui ont conservé, pour certains, une grande partie de leur élévation. Le donjon, élevé d’un seul jet et lié partiellement aux courtines nord et est, se développe actuellement sur cinq niveaux, séparés par des voûtes ou des planchers. L’enceinte, de plan polygonal à dix côtés irréguliers, délimite un espace de 1300 m2, à l’intérieur duquel subsistent les ruines de plusieurs bâtiments qui ouvraient sur une cour. Le corps de logis le plus ancien était adossé à la courtine orientale et les fouilles ont montré que d’autres bâtiments sont venus progressivement occuper l’espace intérieur. Les deux tours qui encadrent l’entrée ont subi de nombreux remaniements et ont été surélevées à plusieurs reprises. Elles dominaient un imposant pont-levis à plusieurs arches qui enjambait un fossé, aujourd’hui partiellement comblé à cet endroit.

3Ce pont-levis permettait la communication avec la basse-cour, vaste espace situé au-dessus du bourg médiéval construit sur la pente nord. Elle était délimitée par des murailles, presque totalement arasées, et divisée en deux terrasses de niveau différent par un mur transversal dont le tracé a été reconnu par des sondages. À l’angle sud-est de la terrasse inférieure, la fouille a confirmé l’emplacement de l’ancienne église Notre-Dame mais la présence d’autres bâtiments reste une hypothèse.

4Aux extrémités du chemin qui traversait cet espace, se trouvaient deux portes qui ont disparu. L’une ouvrait à l’est, vers la Croix Trouva dont elle portait le nom. L’accès actuel au château depuis le village se fait par un cheminement qui traverse l’emplacement de l’autre porte, au nord. Une ancienne voie de mi-pente traversait la partie basse du bourg, de la porte Saint-Michel au nord à celle de Serre au sud. Cette dernière garde le souvenir d’une ancienne liaison avec le village du Grand-Serre, autre possession importante de la famille seigneuriale.

5La superficie réduite de la commune, située entre celle de Saint-Siméon-de-Bressieux au nord et à l’ouest et celle de Saint-Pierre-de-Bressieux au sud et à l’est, peut surprendre. Ses limites englobent seulement deux quartiers ruraux, le domaine du Colombier au sud-est (la ferme du château) et le quartier de Martorey à l’ouest. Elles reprennent très certainement celles de la paroisse créée au moment de la constitution du bourg castral, issue du démembrement des deux paroisses voisines plus anciennes de Saint-Pierre et Saint-Siméon, comme on l’a vu plus haut.

6L’agglomération médiévale de Bressieux, installée au pied du château qui la dominait, mérite pleinement le nom de bourg castral car elle était entièrement close par un épais mur de brique, élevé sur un soubassement de maçonnerie de galets roulés, et complété par un fossé extérieur. Les raccords avec les murs d’enceinte du château et de sa basse-cour sont mal connus. Les textes permettent de situer l’édification des fortifications en brique du bourg entre 1336 et 1346.

7Comme déjà évoqué dans le chapitre 2, huit tours ont été identifiées. La tour circulaire, dite Tour Rambaud, qui marque l’angle nord-ouest, a conservé son élévation (fig. 39). Le soubassement de celle qui est figurée sur le plan cadastral napoléonien entre les deux portes sud existe toujours. Il subsiste quelques traces des autres sur le tracé nord de l’enceinte. La Porte de la Croix Trouva et les trois autres portes du bourg étaient précédées par des ponts-levis ; au nord, la Porte Saint-Michel et, à l’ouest, la Porte de Roybon ou de Serre ont disparu alors que subsiste toujours la Porte Neuve, au sud du village (fig. 40).

Fig. 39 - Unique tour subsistante des huit tours du rempart (Tour Rambaud).

Fig. 40 - Porte de l’enceinte du bourg castral dite Porte Neuve (carte postale ancienne).

3.1. Les origines du château

8Que reste-t-il du premier château attesté dès le début du XIIe siècle ?

9L’importance des aménagements de la colline, avec le creusement de larges et profonds fossés et le surhaussement de la plate-forme intérieure, s’inscrit dans le schéma habituellement réservé à l’édification des mottes. Cependant, ici, la monumentalité des bâtiments occulte la topographie naturelle des lieux : elle a même contraint les fouilleurs à ne porter leurs efforts que sur les phases les plus récentes du château, alors que la problématique de départ visait à retrouver le premier château des Bressieux sous le château en brique. Néanmoins, quelques sondages profonds, trop tôt arrêtés par sécurité, ont livré deux niveaux plus anciens, assez bien datés par du mobilier médiéval, mais malheureusement à peine entrevus sous d’épaisses couches de remblais (fig. 41, 42).

Fig. 41 - Implantation des sondages.

Fig. 42 - Implantation des structures.

3.1.1. Les premières constructions (vers 1100-1150)

10La plus ancienne occupation est matérialisée par un niveau organique sombre, atteint à plus de trois mètres de profondeur sous la surface actuelle des sols, lors de sondages profonds (fig. 41) réalisés dans la cour et dans les pièces du rez-de-chaussée des logis nord et ouest (fig. 43) mais qui n’ont pu être pratiqués à l’est pour des raisons de sécurité.

Fig. 43 - Sondage profond dans le logis ouest (I31).

11Dans le logis nord, à l’angle nord-ouest de la pièce L, un sondage profond a montré que la fondation de la courtine recoupait un trou de poteau daté par son mobilier du XIIe siècle (fig. 44). Il s’agissait d’une fosse circulaire, profonde de 0,78 m et de 0,80 m de diamètre à l’ouverture, avec un avant-trou et un conduit permettant de caler un pieu assez profondément. Son comblement, composé de charbons de bois et de déchets osseux alimentaires mêlés dans un sédiment argileux organique, était scellé par un niveau horizontal de 0,64 m d’épaisseur contenant de gros galets. Il était riche en fragments de charbon de bois, en débris de faune et en céramique exclusivement à pâte grise : fonds bombés, lèvres éversées ou en bandeau, becs pontés, décors incisés ou imprimés à la molette caractéristiques des XIe et XIIe siècles (cf. l’étude du mobilier céramique p. 141-149).

Fig. 44 - Coupe stratigraphique, sondage profond I15 L bis, logis nord, pièce L.

12Ce premier niveau d’occupation était recouvert par un apport de près d’un mètre vingt de sédiment argileux stérile bien homogène. À la surface de ce remblai, on retrouvait un autre horizon de couleur noire d’épaisseur irrégulière (0,10 à 0,20 m), correspondant sans doute au premier château de pierre évoqué plus loin, au sein duquel le mobilier ne présentait pas de différence nette avec celui du premier niveau d’occupation. Enfin, un nouveau remblaiement argileux jaune d’environ 1,20 m d’épaisseur supportait les sols du logis postérieur, mais il était tronqué par les couches de démolition.

13Ces deux niveaux d’occupation ont été rencontrés dans d’autres sondages profonds. Dans la pièce M du logis nord et à l’est de la cour (sondage I28) les deux horizons étaient aussi séparés par un remblai stérile jaune d’environ un mètre d’épaisseur (fig. 45). Le long de la façade du logis oriental, à environ 3 m de profondeur, plusieurs niveaux de galets liés par un sédiment argileux recouvraient des poches de galet sans liant. Il pourrait s’agir d’un drain à mettre en relation avec le puisard-dépotoir découvert dans l’angle sud-est de la cour.

Fig. 45 - Coupe nord-sud du château.

14Les sondages profonds ont aussi permis d’atteindre le niveau du terrain naturel qui se situe autour de 519 m d’altitude, que ce soit dans les logis nord et ouest ou à l’extérieur au pied de la courtine nord.

15Toutes ces informations un peu éparses confirment que des travaux importants ont eu lieu sur le sommet de la colline à partir du début du XIIe siècle (voire à la fin du XIe siècle) afin d’y édifier une première fortification. Celle-ci est à mettre en relation avec la date de la plus ancienne mention du château de Bressieux, un des chefs-lieux de mandement attribués à l’archevêque de Vienne dans le partage du Sermorens en 1107. La toute première occupation, qui n’a livré aucune trace de maçonnerie mais seulement un trou de poteau et un niveau d’occupation réparti sur un secteur important, s’est faite à la surface du terrain naturel et aucune trace de motte contemporaine n’a été mise en évidence.

16La deuxième phase d’occupation — très proche dans le temps de la première — a été précédée d’un profond remaniement avec l’apport de remblais répartis sur plus d’un mètre d’épaisseur provenant très certainement du creusement d’un premier fossé (non localisé), antérieur au grand fossé actuel.

3.1.2. Le château de pierre (vers 1150-1270)

17C’est sans doute à cette deuxième phase d’occupation que peuvent appartenir des murs en galet retrouvés sous le logis oriental et qui suivent une orientation parallèle à l’enceinte.

18Malheureusement, les sondages pratiqués le long de la courtine ou dans le logis est ont rarement pu atteindre les fondations des murs, en raison de l’instabilité des niveaux de remblai recouvrant le terrain naturel. Ainsi, c’est plutôt par déduction et en fonction des informations fournies par les sondages profonds décrits plus haut, que l’on peut restituer là également, un remaniement important de la plate-forme dans le but d’y construire ces murs de maçonnerie retrouvés seulement dans la partie orientale.

19C’est également durant cette période que le puits a été édifié, comme l’indique son mode de construction, la taille précise des claveaux de tuf s’apparentant à celle des voûtes romanes de la même époque. Par ailleurs, la surélévation en deux temps dont il a fait l’objet montre que sa margelle a été surhaussée en même temps que la cour. Il est cependant possible que ce puits ait existé durant la première occupation ; rien ne s’y oppose.

3.2. Le château de brique médiéval et son évolution

20C’est celui qui nous apparaît encore aujourd’hui dans toute sa grandeur et son authenticité, même si les reconstructions et transformations postérieures, puis les restaurations contemporaines, ont en partie modifié son image.

Un premier état du logis oriental en galet ?
Un sondage réalisé dans la pièce A du logis oriental a mis au jour deux murs d’épaisseur et d’orientation différente, situés dans le prolongement l’un de l’autre : M10 et M15 (fig. 46). Ils ont pu être observés sur une hauteur d’environ 2 m. M10 suit l’orientation du pan nord de la courtine orientale ; il passe sous l’angle de la pièce au nord-ouest, et se prolonge au-delà du mur de refend M2 par le mur M5, établi sous M3. Large d’environ 0,50 m au nord, il s’élargit vers le sud à sa jonction avec le mur M15 (fig. 47). Son parement, conservé sur environ un mètre, est constitué de galets disposés en lits horizontaux mêlés de quelques briques et quelques molasses, liés par un abondant mortier de chaux, terre et graviers. La fondation de 0,85 m de hauteur est faite de gros galets, de blocs de molasse et de schiste et surtout de tuf ; elle se termine par un radier de briques disposées à plat.
Le mur M15, plus large, suit l’orientation du pan sud de la courtine M1 et passe sous le mur M13. Il est très régulièrement appareillé exclusivement de galets liés d’un mortier de terre et de petits graviers avec de rares inclusions de chaux. Côté est, le parement s’étend verticalement sur presque 2 m de haut, au-dessus d’une assise de galets de 0,20 m de large. En dessous, un mur débordant de 0,20 m se prolonge sur 2,30 m dans le même axe sous la jonction avec M10. La base de la fondation de M15 n’a pas été atteinte et son extrémité ne présentait pas de trace d’arrachement.
Les niveaux de remblai rencontrés dans ces sondages profonds ont livré peu de mobilier datant, à l’exception d’un lot de fragments de verre plat coloré (bleu, rouge, noir, rose opaque), dont un, peint, représentait une main tenant un ruban appartenant probablement à un vitrail historié, peut-être de la fin du Moyen Âge.
Dans la pièce E, le prolongement du mur M15 (devenu M19) a pu être examiné jusqu’à son extrémité sud. Il présentait, en partie supérieure, une assise de briques d’un module légèrement supérieur à celles utilisées habituellement dans le château. Un foyer construit à l’ouest du mur arasé M19 a été recoupé par la construction de la façade M4 ; au nord, une plaque foyère était constituée de briques complètement rubéfiées et noircies.
De l’autre côté du mur M19, un remblai de galets liés dans une terre argileuse noire contenait, outre des fragments de briques et de tuiles à rebord, de nombreux charbons de bois, des ossements de faune, de la céramique grise datée du XIIe siècle et du verre. Un niveau de terre jaune sableuse avec galets de gros module, briques fragmentées, mortier, tuiles à rebord et charbon de bois pourrait correspondre à la démolition du mur M19. Ce démantèlement des murs M10 et M15/M19 a été effectué au moment où l’on a reconstruit l’aile orientale des logis. Un lambeau de sol de mortier, retrouvé sur l’arasement du mur et sous le dallage de la pièce E, appartient probablement à un état d’occupation de ce logis antérieur à la mise en place du carrelage connu au XVIIe siècle.

Fig. 46 - Sondage sous le logis est : les murs 10, 15 et M19.

Fig. 47 - Détail de la jonction entre les murs 15 et 10.

3.2.1. La basse-cour et l’église Notre-Dame

21Château et basse-cour constituaient probablement ce qui était désigné à l’origine sous le terme de castrum et semblent de ce fait difficilement dissociables. Néanmoins, la surface occupée par la basse-cour étant trop vaste pour être explorée systématiquement, seulement trois ou quatre sondages ont été pratiqués en dehors de l’enceinte castrale proprement dite. La présence de murailles arasées se devine encore sous les mouvements de terrain. Elles séparaient, au nord du château et au-dessus de la pente ouest où s’étendait le bourg médiéval, des espaces de niveau différent, les basses-cours inférieure et supérieure. En particulier, le tracé d’un mur transversal a été établi par des sondages ponctuels, de direction ouest-est, il a été suivi sur une distance de 11,50 m au nord du château au-delà de la contrescarpe du fossé. De même, un lambeau de mur de direction sud-est/nord-ouest conservé sur une longueur de 1,50 m a été découvert (dans le sondage II 8), à une distance d’environ trois mètres d’un des piliers de la courtine nord. Il est situé dans le prolongement du mouvement de terrain qui signale l’extrémité du rempart de la basse-cour supérieure au-delà du fossé qui la sépare de la plate-forme du château. Il semble avoir été détruit au contact de la courtine du château pour une raison inconnue.

22Dans la basse-cour, on ne connaît aucun autre bâtiment que celui figuré (en rose) sur le plan cadastral napoléonien à l’angle sud-est de la terrasse inférieure et décrit par les textes comme étant l’ancienne écurie du château (fig. 48). En fait, cette dépendance a été installée à l’époque moderne dans les ruines de l’ancienne église Notre-Dame.

Fig. 48 - Emplacement de l’ancienne église Notre-Dame au sud-est de la terrasse inférieure sur le plan cadastral ancien (parcelle 165).

23Deux textes médiévaux mentionnent à Bressieux même, un lieu de culte dédié à Notre-Dame. Le 6 juin 1288, la première charte de libertés de Bressieux fut proclamée devant l’église Notre-Dame de Bressieux, ante ecclesiam beate mariae bressiaci, en présence de Pierre, archiprêtre de Bressieux et de plusieurs autres illustres témoins. On renouvela ces franchises le 3 avril 1336, dans la chapelle Notre-Dame édifiée près du château de Bressieux, in capella beate maria prope castrum bressiaci aedificata, en présence du curé (RD n° 27910 ; ADI B 3924). Le changement de qualification de l’édifice religieux surprend mais n’est pas rare au Moyen Âge, soit que le scribe se soit trompé, soit qu’il n’ait pas attaché d’importance au statut exact de l’édifice devant lequel se déroulait la cérémonie. Certes, il peut aussi s’agir du même édifice doté d’un statut différent à un demi-siècle de distance, mais c’est peu plausible.

24En 1855-1857, lors d’un procès opposant M. Bovet à la commune de Bressieux (ACB) à propos du chemin qui tend du village à la Croix-Trouva, douze témoins affirment que l’écurie démolie vers 1835 et qui était située contre le rempart oriental et à proximité de la porte de la Croix-Trouva, était l’ancienne église.

Ce bâtiment, situé à environ 50 mètres au nord du château, consiste en un quarré long d’environ 19 mètres par 11 mètres de largeur. Avant la démolition qui a eu lieu, il y a environ vingt ans, on voyait dans la façade une porte par où on pouvait passer aisément deux personnes, de front et terminée en haut par une voûte en plein ceintre construite en pierres de taille tuf et molasse. Cette porte barricadée en bois ou planche n’était jamais ouverte.

En face, dans la façade sud regardant le château était une grande fenêtre couronnée par une voûte en plein ceintre également en tuf ou molasse. Cette fenêtre ne paraissait pas à l’intérieur à cause d’un plancher de 2 à 3 mètres de hauteur qui formait le grainier à foin. Enfin, sur la façade couchant était une assez grande porte dans le genre d’une porte de grange servant d’entrée à l’écurie. Au moindre examen, on voyait tout de suite que ce bâtiment n’avait pas été construit pour une écurie mais construit pour un autre objet. Il avait été approprié à cette dernière destination. En effet, la principale porte d’entrée placée dans la face nord et la plus éloignée du château, n’avait pas été faite pour le service du seigneur, aussi était-elle barricadée et la nouvelle porte servant pour l’écurie était évidemment une addition moderne : de plus la largeur de 11 mètres est exagérée pour une écurie et laisse dans le milieu une grande place inutile.

Si au contraire, on suppose que là était l’ancienne église de Bressieux, on trouve toutes les convenances remplies, une grande porte du côté du bourg, en face au midi une grande fenêtre comme on en voit souvent derrière le maître autel des églises, la capacité de l’édifice de plus de 200 m 2. De plus on est d’accord avec la tradition du pays portant que l’église était près du château.

On est donc fondé à conclure que le bâtiment en question a été l’église de Bressieux, anciennement et que plus tard pour la convenance du seigneur et des habitants on l’a transporté dans la chapelle de Saint-Michel, où des additions qui ne sont pas en rapport avec la construction primitive, s’aperçoivent au premier coup d’œil.

25Ce bâtiment ainsi décrit correspond à la parcelle bâtie n ° 165 du plan cadastral de 1833 que la matrice désigne comme « masure de l’écurie ». Cet emplacement, facile à repérer sur le terrain, a fait l’objet de deux sondages de reconnaissance (II 13 et II 14). Ceux-ci ont mis en évidence une construction rectangulaire très simple de galets roulés liés au mortier, adossée contre le rempart du village à l’est, dans l’angle avec le rempart sud de la bassecour. Cette salle de vastes dimensions intérieures (17,30 m de long sur 10,30 m de large) a été interprétée comme la nef dépourvue de chevet d’un édifice de culte : qu’elle ne soit pas orientée s’explique par l’adaptation à la topographie.

26Au nord, un espace constitué d’une calade de galets fichés dans le sol s’étendait devant le mur de façade très arasé où les piédroits de la porte avaient entièrement disparu. L’intérieur était dallé et une monnaie de Jean II dauphin de Viennois (1307-1309), retrouvée sous ce sol de terre cuite, donne un terminus post quem pour son installation. Il recouvrait un autre sol de galets roulés.

27L’église fut abandonnée dans la première moitié du XVIe siècle et le culte transféré dans l’église Saint-Michel localisée dans l’actuel cimetière de Bressieux ; elle-même fut détruite au XIXe siècle lors de la construction de l’actuelle église paroissiale.

3.2.2. Le fossé et la plate-forme

28La plate-forme qui porte le château est entourée par un large et profond fossé qui ne pouvait être mis en eau en raison de la configuration des lieux. Il s’ouvre au pied de la courtine de l’enceinte polygonale et, à l’extérieur, est doublé par une levée de terre qui a conservé une hauteur d’environ deux mètres, à l’est. Les sondages n’ayant pas concerné ce secteur, la présence d’une muraille extérieure au fossé n’a pu être vérifiée (fig. 49). Le tracé du fossé dessine une ellipse dont le plus grand diamètre, entre l’est et l’ouest, avoisine 120 m pour un minimum de 85 m du nord au sud. Dans les secteurs sud et est, les plus facilement accessibles depuis le sommet du plateau, sa profondeur atteint dix mètres et sa largeur environ trente mètres. À l’ouest et au nord, où la défense du château est complétée par une barbacane et un dispositif complexe de maçonneries sur lequel les murs des remparts de la basse-cour et du bourg viennent se raccorder, la profondeur du fossé se réduit à huit mètres et la largeur à vingt.

Image 2000000900009F3400006A6A52115B2E.wmf

Fig. 49 - Vue générale de la plate-forme et du fossé.

  • 10 m2p de la Carte géologique au 1/50 000 feuille Beaurepaire, BRGM, 1976.

29Un sondage pratiqué dans la largeur du fossé au sud-est a montré qu’il a été creusé directement dans le terrain naturel constitué d’un conglomérat de petits galets à liant sableux durci, le poudingue ou molasse caillouteuse, d’étage miocène10. Son profil a peu évolué : deux parois fortement inclinées mais à pente dissymétrique (escarpe de 16 m, contrescarpe de 11 m) encadraient un fond plat large de quatre mètres. Côté intérieur, l’escarpe, très inclinée était recouverte d’une épaisse couche de 0,40 m à 0,70 m mêlant briques, galets et tuiles provenant de la démolition du château. Son pendage de 30° à la base passait à 40° à mi-pente pour atteindre 55 ° dans sa partie supérieure. Elle devait se prolonger par un talus venant masquer la base de la courtine du château sur environ 3 m. La contrescarpe, moins inclinée (25 °) était seulement recouverte d’une couche d’humus d’environ 0,20 m, qui ne dépassait pas 0,40 m au fond.

30Le sommet de l’escarpe domine de cinq mètres celui de la contrescarpe. Il semble que la majeure partie des sédiments provenant du creusement du fossé ait été répartie sur la plateforme sommitale, le reste ayant servi à édifier la levée de terre extérieure. Ce niveau de remblai de la plate-forme, atteint en plusieurs endroits dans les sondages les plus profonds, se présente sous la forme d’un sédiment argileux jaune contenant des petits galets, interprété comme du poudingue délité et désagrégé par les actions de creusement (fig. 50).

Fig. 50 - Coupes nord-sud et est-ouest du site.

31Le faible comblement du fossé, constitué seulement de terre organique incluant quelques éléments architecturaux, permet de penser qu’il a été curé régulièrement : escarpe et contrescarpe ne demandaient que peu d’entretien puisque ce substrat géologique est résistant à l’érosion. Ces conditions expliquent l’excellente conservation de cet élément défensif, qui a dû être réalisé, au moins en partie, avant l’édification du château de brique.

3.2.3. La rampe d’accès : un ancien pont-levis

  • 11 Selon les termes d’un prix fait du 19 juin 1579, on avait fait appel pour le château à Antoine Misu (...)

32Au niveau du châtelet d’entrée, le fossé est aujourd’hui barré par une imposante levée de terre, irrégulièrement pavée en galet, qui mène au seuil de la porte. Cette rampe d’accès, aménagée à la fin du XVIIIe siècle, a recouvert les vestiges d’un important pont-levis mentionné dans les descriptions anciennes du château11 (fig. 51).

Fig. 51 - Fouilles du pont-levis.

33Grâce à une série de sondages, il a pu être établi que cet accès était composé de plusieurs éléments (fig. 52). Débordant de la contrescarpe du fossé, un aménagement extérieur complexe, probablement une barbacane (zone II 12 ; zone II 20) défendait une première travée de pont mobile. Un pont dormant à deux arches de pierre (zone II 16, fosse C et zone II 17, fosse D), occupait la partie médiane du fossé et un deuxième pont-levis prenait place, juste devant le seuil de la porte, entre les deux tours (zone II 15, fosses A et B).

Fig. 52 - Système d’accès, barbacane et ponts.

34Les sondages ont mis au jour plusieurs murs transversaux (M122,103 et 105), massifs, qui constituent des piles ou des supports de tabliers de bois ou de pierre, mobiles ou fixes, ainsi que des murs latéraux (M123 et 107) faisant partie intégrante du dispositif défensif du pont. La construction de celui-ci n’a pu être datée, mais textes et mobilier exhumé concordent pour placer le comblement, et donc sa disparition, avant le milieu du XVIIIe siècle.

3.2.3.1. La barbacane (zones II 12 et II 20).

35La zone située au-delà du fossé et inclinée vers le nord sur environ 1 m de dénivelé a livré un ensemble de maçonneries recouvertes par des matériaux de démolition. Celles-ci devaient appartenir au « corps de garde » qui, selon la description de 1659, contenait de grandes pièces de bois pouvant servir à réparer une charpente ou même un tablier de pont.

36Ces murs, tronqués pour la plupart, dessinaient un plan confus dans lequel a été reconnue une tourelle dont les restes de quelques marches d’escalier en vis indiquent qu’elle était pourvue d’un étage. La tourelle a été partiellement détruite par un mur transversal (M105) qui ne se raccordait pas avec un autre ensemble de murs divergents se développant à l’ouest. À l’ouest de ce dispositif, partait un mur (M122) repéré sur 35 m jusqu’à l’enceinte qui domine le bourg castral (fig. 53).

Fig. 53 - Tourelle de la barbacane.

37Ces aménagements n’ont pu être datés précisément : leur agencement fait penser à une barbacane dont rien n’empêche que sa mise en place ait suivi de peu la construction du château, mais qui a subi des remaniements ultérieurs.

3.2.3.2. Un premier pont « mobile » ? (zones II 18 et II 19)

38Un vaste quadrilatère formé de murs présentant entre eux de notables différences de construction pourrait avoir servi de support à un pont probablement muni d’un tablier de bois (fig. 54). Une culée massive (M108) s’appuie contre la paroi de la contrescarpe du fossé et, quatre mètres au sud, un autre mur (M120) devait supporter l’extrémité de ce tablier, tout en recevant, dans sa partie sud, le départ d’une des deux arches du pont de pierre. Côté ouest, subsistaient les vestiges d’un mur longitudinal (M121) supporté par une arcade de brique posée sur chant directement coffrée sur le terrain sous-jacent, probablement au XVIe siècle d’après le mobilier retrouvé dans ce niveau. Cet arc-boutant était probablement destiné à renforcer la poussée des piles. Côté est, un autre mur longitudinal M104, très partiellement conservé, devait supporter un parapet.

Fig. 54 - Restitution hypothétique de la barbacane, du pont mobile, du pont dormant et du pont-levis à contre poids.

3.2.3.3. Le pont dormant (zones II 16 et II 17)

39Trois piles de pont (M116, M120 et M113) construites en maçonnerie de brique et/ou de galet supportaient deux arches appareillées en tuf ou en molasse (fig. 54). L’espace s’étendant sous ces arches maçonnées (fosses C et D) avait été fermé par des murs latéraux (M115, M117, M118 et M119) qui devaient probablement supporter les parapets longitudinaux décrits dans les textes. Leur hauteur plus importante dans la fosse D s’explique par la forme du fossé plus profond à cet endroit-là. La fonction de ces murs était probablement d’interdire l’accès sous les arches. Un tel dispositif de défense du fossé semble assez rare, l’iconographie ne montre rien de semblable. Seul un compte de 1458, étudié par Régine Dalnoky (Dalnoky 1974), évoque un élément comparable, mais en bois, au château d’Aisey-le-Duc : pour éviter que les ennemis ne puissent pénétrer sous le pont dormant par les fossés, on construisit des pans de bois très épais fermant les côtés. Cependant à Bressieux il s’agit de maçonnerie, plus résistante, notamment au feu.

40Après destruction des arches, dont seules les amorces ont pu être observées, ces espaces ont été comblés : la fouille a livré un abondant mobilier archéologique d’époque moderne. Le comblement des deux fosses est contemporain de celui de la fosse du pont-levis (fosse B) qui possède des murs latéraux semblables à ceux décrits ci-dessus.

3.2.3.4. Le pont-levis (zone II 15 - fosses A et B)

41Un dispositif destiné à la manœuvre d’un pont-levis a été retrouvé immédiatement en avant du seuil de la porte du château ; il était composé de deux fosses maçonnées séparées par un mur de brique. Une première fosse étroite (fosse A), prise entre les deux tours, était comblée de sable et de gravier ; en raison de son étroitesse (0,70 m de large), le fond n’a pu en être atteint. Au nord d’un mur (M111) joignant les deux tours, s’ouvrait la deuxième fosse (fosse B) de forme trapézoïdale dont une des parois latérales était imbriquée avec la tour T 3. Il est possible qu’elles aient appartenu à un pont-levis à bascule avec contrepoids dont l’Encyclopédie des Sciences et des Arts de Diderot et d’Alembert de 1779 (tome XXVI, p. 761) donne la définition suivante :

Les ponts-levis à bascule sont composés d’une espèce de châssis dont une partie (madriers plus contrepoids) est dessous la porte, et l’autre, (le tablier) en dehors.

42Ainsi, pourrait-on restituer un tablier de pont mobile couvrant la fosse B et pivotant autour d’un axe horizontal fixe : sommet du mur M111. Une partie lestée pouvait s’abaisser, en avant du seuil, dans la fosse A grâce à un contrepoids intérieur, l’autre partie relevée à l’aide de chaînes masquait l’entrée et laissait la fosse largement ouverte.

  • 12 Conservé chez le marquis de Luzy de Pélissac à Saint-Siméon-de-Bressieux.

43Un dessin du château, daté de 181212, montre très clairement deux orifices de section carrée (aujourd’hui disparus) visibles dans l’élévation du mur M53 qui relie les deux tours, au niveau du troisième rang de tuf entre la clef de voûte de la porte et le départ de l’encorbellement des tours. Il pourrait s’agir des orifices permettant à deux chaînes fixées à l’extrémité du pont de traverser le mur de l’entrée, de coulisser sur une poulie de renvoi et de s’enrouler sur un treuil placé dans une chambre de manœuvre, au-dessus de la porte.

44Ce type de pont-levis à bascule établi sur deux fosses remonterait au second quart du XIIIe siècle (Mesqui 1991). La seule contrainte résidait dans la nécessité d’aménager, sous le couloir d’entrée, une fosse profonde capable d’accueillir la rotation de la travée contrepoids. Les châteaux qui présentent un tel système sont aujourd’hui peu nombreux : on en connaît à Coucy, Dinan, Blandy-les-Tours en Seine-et-Marne.

45Le parement des tours portières a conservé deux trous opposés, profonds de 0,50 m et situés respectivement à 2,90 m de haut par rapport au sol et à 1,30 m de la porte d’entrée, c’est-à-dire dans l’axe du mur M111. Ces cavités ont pu recevoir l’extrémité d’un madrier horizontal servant d’axe au balancier d’un mécanisme différent appartenant à un pont à flèches (sans contrepoids).

46D’après Jean Mesqui (Mesqui 1991 : 338) les ponts-levis à flèches, qui remplacent les ponts à bascule avec contrepoids, apparaissent dans le dernier tiers du XIVe, et se diffusent très rapidement jusqu’au XVIe siècle. Des ponts-levis de ce type sont visibles sur certaines vignettes de « L’armorial de Guillaume Revel » établi au XVe siècle à la demande du Comte d’Auvergne et de Forez afin de répertorier les places fortes comtales, villes, châteaux, abbayes et leurs territoire. Sur celles représentant les châteaux de Cleppe (fo 445), Lavieu (fo 438), Crouzet (fo 482), Sury-le-Bois (fo 450), Marclopt (fo 51), les ponts-levis sont représentés avec deux murets parallèles en élévation accolés aux tours portières soutenant l’axe pivot du système de balancier. Les murets sont pour la plupart figurés en maçonnerie, d’autres sont constitués d’ais de bois formant cloisons avec parfois une petite toiture (Piponnier 1992).

47Ces murs latéraux ont été retrouvés de part et d’autre de la fosse B du pont-levis : ce sont des constructions assez hétérogènes. D’après une description de 1659, ils se prolongeaient sur toute la longueur de l’ouvrage :

les murs qui sont a costé dudit pont sont de deux à trois pieds de haiteur sur terre l’un de dix toises (environ 20 m) de longueur et lautre de six et demy (environ 13 m).

48Ils étaient encore surmontés de parapets, conservés sur 0,60 à 0,90 m de haut (deux à trois pieds) mais déjà bien dégradés :

nestant lesdites murailles couvertes et commencent à démolir en divers endroits.

49La représentation du XVe siècle, du château de Chateaugiron près de Rennes (Compilation des chroniques et histoires des Bretons par Pierre le Baut, BNF, manuscrit français 8266 fol 281), illustre ce que pouvait être le pont-levis de Bressieux avec ses deux murs parallèles encadrant les tours supportant l’axe balancier et ses murets fondés dans le fossé et encadrant le pont.

50À Bressieux, il est donc probable que deux types de pont-levis se soient succédé : un premier pont-levis à contrepoids (bascule) ayant été remplacé, après comblement de la fosse (fosse A), par un pont-levis à flèches (fig. 55).

Fig. 55 - Pont-levis à flèche, hypothèse de restitution.

51Un texte de 1659 mentionne des travaux d’entretien sur le pont-levis de Bressieux :

il a oultre esté vérifié et recognu par les dits experts que au dessoubz du pont-levis de l’entrée du dit chasteau a esté construit à neuf trois toises et ung sixième de muraille avecq un rang de pierres de taille au-dessus ou les gonts du dit ponlevis sont attachés qu’ils ont estimés au prix du dit bail à la somme de cinquantes livres treize sols quatre deniers.

52Cette reconstruction de « trois toises (carrées) et un sixième » de maçonnerie surmontée de « un rang de pierre » semble bien concerner le mur M111 effectivement couvert de moellons de tuf et dont la position montre qu’il pouvait supporter un des axes de rotation du pont mobile : les « gonds ».

53Le mobilier retrouvé dans les niveaux de remblais a été daté entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Cependant, le pont-levis réparé en 1659 existe toujours en 1721, même s’il est en très mauvais état :

à l’approche d’iceluy [le château] un pont levis dont les plateaux sont en mauvais état en partie pourris aussy bien que les poutres qui le soutiennent sans aucune chaîne pour lever ledit pont.

54Même si le mécanisme est hors service, on circule encore sur le tablier. Le marquis de Valbelle, propriétaire du château de 1720 à 1780, a dû procéder peu de temps après au comblement des fosses, pour des raisons évidentes de sécurité.

3.2.4. Le châtelet d’entrée

55La monumentalité de l’entrée du château, placée à l’angle nord-ouest de l’enceinte, face à la basse-cour et au bourg, se trouve aujourd’hui accentuée par la disparition d’une grande partie des courtines qui l’encadraient (fig. 56). Ce châtelet fut constitué, dès l’origine, de deux tours dissymétriques (T2 et T3), de plan en fer à cheval et de douze mètre de hauteur, flanquant un tronçon de courtine rectiligne à la base de laquelle s’ouvre la porte. Cette dernière était munie d’une herse coulissant verticalement devant des vantaux de bois que venaient bloquer deux grosses poutres logées dans la tour occidentale T3. Un pont-levis dont on a vu plus haut le dispositif de manœuvre complétait la fermeture. La liaison de la tour orientale T2 avec la courtine nord a été fortement perturbée par les restaurations. Cependant, l’ensemble du front nord de la fortification semble appartenir à un même programme architectural.

Fig. 56 - Châtelet d’entrée, vue extérieure.

56La maçonnerie de brique de ce châtelet a été surélevée à plusieurs reprises, doublant la hauteur initiale afin de lui permettre de dominer constamment les bâtiments qui l’encadraient. En dépit des restaurations qui ont masqué certaines différences d’appareil, il est possible de proposer une restitution de ces états successifs antérieurs au percement des fenêtres de la fin du Moyen Âge et à la disparition du couronnement qui, tous deux, ont largement amoindri l’aspect défensif initial.

3.2.4.1. Extérieur

57L’appareil de la façade extérieure est homogène, même si l’intérieur des tours, initialement ouvertes à la gorge, diffère sensiblement, comme on le verra plus loin. La brique a été employée sur toute l’élévation ; en partie basse, elle est mise en œuvre de la même manière que sur le donjon, les lits se superposent horizontalement, alternant panneresse et boutisse. Les irrégularités qui s’observent en partie haute sont le fait des campagnes de surélévation mais aussi des restaurations du siècle dernier.

58Cette différence d’appareil permet de constater que la construction primitive dépassait quelque peu le milieu de l’élévation actuelle et était couronnée par un crénelage dont le contour a été respecté lors de la dernière campagne de restauration. La surélévation a été effectuée en deux temps, ajoutant deux grands étages à ce niveau initial.

3.2.4.1.1. La construction primitive

59Dans cette moitié inférieure, trois bandeaux horizontaux de moellons de tuf rythment l’ensemble de la façade extérieure. Ils sont séparés d’un nombre différent de rangs de brique, respectivement douze et quatorze sur la tour T2 et treize et quinze sur T3. Une élégante frise à décor d’engrenage, placée à 16 rangs de brique au-dessus du dernier bandeau de tuf, complète la décoration en soulignant la base du parapet du chemin de ronde primitif (fig. 57).

Fig. 57 - Détail de l’appareil de brique, des bandeaux horizontaux de tuf et du crénelage primitif obstrué.

60Cette frise, composée de cinq rangs de brique placés chacun en léger encorbellement, se développe en continu au-dessus de la porte et sur la circonférence des deux tours. Le rang inférieur, débordant d’environ 2 cm, conserve l’agencement habituel, boutisse et panneresse alternant horizontalement. Au-dessus, les briques sont disposées à plat, à 45°, de façon à former des triangles horizontaux (ou dents d’engrenage) dont seule la pointe dépasse légèrement l’aplomb inférieur. Le décalage des briques alignées dans leur longueur au rang supérieur est à peine visible. Elles-mêmes supportent une succession de boutisses, une sur deux faisant saillie d’environ 3 cm. Au dernier lit, on retrouve les briques disposées dans leur longueur, mais de façon à ce que le joint repose sur la boutisse inférieure saillante. Le parement reprend ensuite l’alternance habituelle. La ruine des courtines ne permet pas d’assurer la présence de la frise sur l’ensemble de ces dernières, mais elle semble figurer sur une des plus anciennes peintures (vers 1850) représentant le château, au-delà de la petite longueur qui subsiste sur la courtine ouest.

61L’élévation de la courtine nord ayant en grande partie disparu, la frise s’interrompt à l’angle marquant la jonction entre la tour T2 et la partie ruinée de cette courtine. Environ un étage au-dessous et quatre rangs de brique au-dessus du bandeau de tuf médian, apparaît une amorce d’encorbellement réduit à trois briques. Seul le bandeau de tuf inférieur fait retour sur la courtine, mais l’ouverture d’une baie à encadrement de pierres de molasse (fig. 68) a profondément transformé cette partie : ce qu’on pourrait interpréter comme un défaut de liaison des maçonneries n’est peut-être dû qu’à une modification de cette surface très réduite de parement.

62Le crénelage du parapet du chemin de ronde des tours a été conservé lors de la première surélévation : l’appareil de brique irrégulier utilisé pour boucher les créneaux contraste avec celui des merlons, particulièrement soigné. On restitue quatre merlons dont la largeur varie entre 1,10 et 1,15 m et quatre créneaux d’environ 0,75 m sur la tour T2. Six merlons et six créneaux de largeur plus irrégulière se comptent sur la tour T3. De plus, deux merlons dépourvus de fentes de tir encadrent un créneau au-dessus de la porte. La hauteur moyenne des merlons s’établit autour de 1,35 m. Ces irrégularités s’expliquent par la nécessité d’adapter un nombre entier de paires merlon/créneau au périmètre des tours.

63Plusieurs crochets, constitués d’une tige de fer de 0,17 m de longueur recourbée à son extrémité, sont encore fichés sur le parement extérieur des merlons : scellés à cinq ou six centimètres en retrait des bords, dans le joint sous le troisième lit de brique en partant du haut, ils supportaient un axe sur lequel pivotaient des volets de bois, les « huchettes » (fig. 58). Ils obturaient le créneau par l’effet de leur propre poids et il suffisait de les soulever légèrement pour atteindre les assaillants qui s’approchaient de la base des murailles tout en continuant à bénéficier de leur protection.

Fig. 58 - Hypothèse de restitution du système de volet en bois pivotant ou huchette.

64La baie de la porte, large de 2,40 m est couverte d’un arc brisé de 4,20 m de hauteur à la clé. Il est constitué de blocs de grès molassique reposant sur des piédroits qui ne montrent pas de solution de continuité avec le parement de brique de la façade. Ces blocs appartiennent peut-être à une réfection contemporaine du percement des fenêtres où ce matériau est systématiquement employé. Les éléments de tuf conservés dans cette arcature pourraient appartenir à l’état d’origine. Les claveaux du sommet de l’arc, dont on remarque la couleur plus sombre, ont probablement été changés, mais à une date antérieure aux restaurations du début du XXe siècle. Ils figurent sur les représentations les plus anciennes, sous la grande brèche qui affectait le dessus de la porte, là où le mur, destiné seulement à masquer la herse en position ouverte, est le plus étroit.

65Les fentes de tir sont réparties sur la circonférence des tours au rez-de-chaussée et au premier étage. Deux ouvrent au rez-de-chaussée : hautes de 1,50 m, elles sont placées symétriquement, à seulement 0,25 m de l’extérieur de la porte, de façon à en défendre au mieux l’accès. Les deux autres archères de ce niveau permettaient, pour l’une, de battre la courtine nord depuis la tour T2 et, pour l’autre, de prendre en enfilade le pont d’accès depuis la face avant de la tour T3. À l’étage supérieur, deux fentes du même type sont placées sur la partie extérieure de cette même tour : l’une prenait le fossé en enfilade, l’autre battait la courtine qui le surmonte. L’autre tour ne semble pas en avoir été munie.

Fig. 59 - Mécanisme de l’horloge mentionnée au XVIe siècle.

3.2.4.1.2. La première surélévation

66Une première surélévation a doté chacune des tours d’un étage supplémentaire, grâce à la construction d’une maçonnerie de brique majoritairement placées en boutisse, à l’aplomb du parapet extérieur du chemin de ronde.

67Une circulation extérieure, assurée par deux portes en vis-à-vis donnant sur une passerelle établie sur un arc surbaissé et large de 1,44 m, a été mise en place entre les tours (fig. 60).

Fig. 60 - Passerelle reliant les tours.

68Cet arc, constitué de deux rangs de brique posée sur chant, prend appui à la fois sur le bouchage des créneaux latéraux et sur la partie interne des merlons qui leur sont jointifs, deux lits de brique au-dessous de leur sommet. Cette passerelle était probablement munie d’un parapet, aujourd’hui disparu, qui prenait appui sur une corniche moulurée. Placée en surplomb au-dessus de la porte, elle permettait d’en assurer la défense, même si aucune ouverture n’en perçait le sol.

69Au sommet de cette surélévation, la tour T3 a gardé neuf cavités de section quadrangulaire alignées horizontalement et irrégulièrement espacées. Traversant la maçonnerie de part en part, elles étaient destinées à recevoir la poutraison inférieure d’un hourd, galerie couverte en surplomb extérieur (fig. 72). La partie correspondante de l’autre tour ayant disparu, on ne peut être certain de la présence d’un dispositif identique.

3.2.4.1.3. Le dernier étage

70Le dernier étage de maçonnerie est constitué d’un cylindre de brique, plus rouge que le reste de la construction. La tour T3 en a conservé pratiquement toute l’élévation et la plupart des consoles de tuf du mâchicoulis se développant sur la totalité de sa circonférence sont encore en place (fig. 61). Des piliers de brique y prennent appui en formant une sorte de crénelage : ils devaient supporter la charpente de la toiture encore figurée sur un dessin de 1812, mais ils ont dû être mis en place après la disparition du parapet originel. Les ouvertures laissées libres entre l’aplomb du mur inférieur et les linteaux reposant à l’extrémité des consoles permettaient de battre la base des murailles plus efficacement que le hourd de bois. Ce dispositif est habituellement daté du XIVe siècle.

Fig. 61 - Détail des consoles du mâchicoulis, des emplacements pour le hourd et de l’encadrement de molasse obstrué qui contenait peut-être le mécanisme de l’horloge.

71La tour T2 ne montre de cet étage sommital que la base et seulement du côté intérieur. Quelques assises suivent un plan demi-circulaire qui prend appui sur des maçonneries très restaurées, appartenant probablement aux logis liés à la courtine nord. Quelques corbeaux de tuf soutiennent la courbure qui devait dépasser des toitures de ces bâtiments mais qui est aujourd’hui réduite à six ou sept lits de brique.

3.2.4.1.4. Le percement des baies

  • 13 Archéolabs N / ref. Arc 05/R 3375C.

72Avant les restaurations du début du XXe siècle, chacune des pièces des étages des tours était éclairée par une fenêtre ou une lucarne. Seulement deux des lucarnes des étages supérieurs ont été conservées, probablement parce qu’elles étaient en meilleur état que les deux qui ont été obturées, mais l’emplacement de ces dernières reste visible. L’encadrement enduit que l’on observe à la partie supérieure de la tour T3 pourrait avoir reçu le mécanisme ou la cloche de l’horloge du château (fig. 59) mentionnée dès le XVIe siècle, mécanisme conservé au musée de Bressieux13.

73Au premier étage, juste sous la frise, s’ouvrent les plus grandes baies : deux longues fenêtres à encadrement et traverse de molasse, faisant pendant sur chacune des tours (fig. 62). Leurs piédroits moulurés permettent de les dater du XVe siècle.

Fig. 62 - Fenêtre à encadrement et traverse, tour T2.

3.2.4.2. Intérieur

74Le passage de la porte, large de 2,40 m, a conservé les traces d’ancrage du dispositif de fermeture constitué par deux vantaux de bois doublés d’une herse extérieure (fig. 63). Deux profondes rainures, larges de 9 cm sont creusées dans les piédroits de la porte. Elles se prolongent sur 8 m de haut, permettant à la herse de coulisser verticalement entre deux arcs dont seul subsiste l’arc externe, décrit précédemment. De l’autre arc, sont conservés quelques claveaux de tuf, trois à l’ouest, deux à l’est reposant sur une corniche en molasse légèrement plus large.

Fig. 63 - Porte d’entrée et arrachement de la voûte de briques ayant supporté la chambre de herse.

75La herse était probablement constituée d’une grille de bois renforcée de fer. Les rainures latérales recevaient l’extrémité des traverses horizontales maintenues dans leur partie médiane par des montants verticaux saillants du côté intérieur. On suppose que le mécanisme permettant de la relever était installé au-dessus, dans une chambre de manœuvre reposant sur une voûte de brique. L’arrachement de cette dernière prend naissance de part et d’autre du passage, à la hauteur de la clé de l’arc et derrière la feuillure qui recevait les battants des portes (fig. 64, 65).

Fig. 64 - Traces d’ancrage du dispositif de fermeture (herse).

Fig. 65 - Dispositif de fermeture (herse) et trous pour les madriers.

76Le blocage de la porte était assuré par deux grosses pièces de bois. En position fermée, elles étaient plaquées contre les vantaux, chacune des extrémités s’encastrait de façon classique dans des logements latéraux, peu profonds dans la paroi orientale mais dépassant au contraire de la paroi occidentale du passage en traversant l’épaisseur du mur (1,10 m). Lorsque la porte était ouverte, les madriers étaient repoussés dans la pièce inférieure de la tour T3 et deux des extrémités reposaient dans les encoches prévues à cet effet sur le mur opposé de la tour.

77Les deux cavités de section rectangulaire superposées et espacées de 0,40 m (0,35 x 0,22 m pour l’inférieure et 0,30 x 0,25 m pour la supérieure) traversant le mur M39 côté passage sont conservées et font face aux deux autres, peu profondes du côté extérieur de la tour T2. Ce dispositif original permettait de manipuler ces lourdes pièces de bois, longues de 3,35 m au minimum, à chacune de leurs extrémités, ce qui est impossible lorsque les barres coulissent dans une gaine maçonnée aveugle.

3.2.4.3. La tour orientale du châtelet (T2)

78Cette tour, de plan en « fer à cheval » (diamètre maximum de 5 m) raccordée à la courtine nord, était à l’origine ouverte à la gorge. Du côté intérieur, les remaniements et les restaurations rendent difficile la restitution des états successifs de son élévation encore conservée sur 16,50 m (fig. 66, 67).

Fig. 66 - Châtelet d’entrée vu de l’intérieur, tours T2 à droite et T3 à gauche.

Fig. 67 - Châtelet d’entrée (T2), liaison avec la courtine nord, traces de l’ancrage d’une fenêtre à meneau du logis nord.

79Au rez-de-chaussée, deux chambres de tir à simple ébrasement ont été ménagées au travers du mur extérieur qui atteint 1,40 m d’épaisseur, de façon à ouvrir sur la porte d’entrée et sur la courtine nord. Ce niveau a été fermé par un talon trapézoïdal percé d’une porte S 12 donnant de plain-pied sur la cour et couvert simultanément d’une voûte en brique, presque plate, dont témoignent les arrachements.

80Le deuxième niveau, ouvert à la gorge sur la totalité de sa hauteur, est éclairé par la fenêtre à traverse percée tardivement vers l’extérieur du château, peut-être aux dépens d’une ouverture de tir primitive. On observe également les traces ténues — quelques assises de brique en encorbellement — de l’accroche dans la tour d’une fenêtre à meneau qui éclairait, au premier étage du logis, l’appartement dit de la reine (fig. 68). La porte actuelle qui permettait d’accéder au premier étage du logis nord a été percée dans le talon. Une voûte plate, réalisée avec des briques placées en boutisses, a épousé l’ellipse intérieure du « fer à cheval » de façon à supporter l’étage supérieur.

Fig. 68 - Tour T2, hypothèse de restitution d’une fenêtre à meneau du logis nord à partir des traces d’arrachement visibles sur la tour.

Mécanisme de l’horloge

Le mécanisme, découvert dans le grenier de sa maison forte de Gouttefrey à Saint-Siméon-de-Bressieux, par le marquis Luzy de Pelissac, propriétaire des ruines du château jusqu’en 1907, a été offert par ce dernier à l’association des Amis de Bressieux afin qu’il soit présenté au musée. Il fait partie des rares exemplaires existant à ce jour qui ont précédé la construction de véritables horloges équipées de balanciers et indiquant les heures au moyen d’une aiguille. Il est d’autant plus intéressant qu’il n’a jamais quitté Bressieux depuis sa fabrication et qu’on le retrouve régulièrement cité dans les textes en relation directe avec le château en 1579, 1659 et 1721.
Forgé à la main, fabriqué en fer sans vis ni écrou, le mécanisme comporte deux trains de rouages entraînés par des poids, avec roues dentées et pignons dits « à lanterne » (fig. 59).
Le premier train a pour fonction de réguler le temps, au moyen d’un système primitif, composé d’un barillet en bois muni d’une roue dentée qui s’engrène directement sur le pignon de la roue de rencontre, qui était régulée par un mécanisme à foliot. Ce système est un régulateur à inertie dont la période est extrêmement aléatoire, les écarts allant de 15 à 30 minutes par jour. Le foliot (sorte de balancier) de ce mécanisme a disparu, mais subsistent son système d’accrochage et la roue de rencontre.
Le déclenchement du second train de rouage, qui sert à sonner les heures, est commandé par le premier train. Celles-ci sont décomptées par une roue de compte entraînée directement par un pignon monté sur l’axe du barillet qui commande également les sonneries, de un coup par heure jusqu’aux 12 coups de midi ou minuit. La cadence de la sonnerie est régulée par un volant à deux pales.
Le remontage des poids qui demandait un effort physique important s’exécutait manuellement à l’aide de trois leviers implantés sur chaque axe des barillets. L’intervalle entre deux remontages dépendait de la hauteur de la chute des poids.
Le mécanisme de Bressieux peut être daté, d’après sa typologie et les résultats de l’analyse dendrochronologique appliquée au tambour, de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle (réf. Archéolabs ETH 30859, âge 14C : 350 ± 50 BP ; intervalle années réelles : 1450-1641 ap. J.-C.). En effet, il n’est pas muni d’un dispositif d’affichage de l’heure puisqu’il a très certainement été exécuté avant la découverte de l’isochronisme du pendule par Galilée en 1583 et avant son application aux horloges par Huygens en 1657. On peut le comparer à celui de la cathédrale de Stockholm qui est loin d’être en aussi bon état ou encore à l’horloge médiévale de la cathédrale de Salisbury, la plus ancienne du Royaume-Uni, qui date de la fin du XIVe siècle et qui est toujours en fonction.
Les premières horloges de ce type apparurent au XIIIe siècle, il s’agissait, en fait, de minuteurs volumineux que l’on installait dans les clochers ou les beffrois, afin d’indiquer, par des sonneries, les différentes périodes de la journée à l’ensemble de la population. C’est bien un tel instrument que nous avons ici. La possession d’une horloge était une affaire de prestige, seuls des seigneurs importants, ou encore des communautés, corporations ou congrégations religieuses, en avaient les moyens.
L’heure universelle n’existant pas, chacun avait sa sonnerie propre. Cela finit par engendrer dans les villes une belle cacophonie à laquelle Charles V tenta de mettre fin à Paris, en ordonnant que toutes les cloches sonnent en conformité avec celles du palais royal. Cette ordonnance sombra dans l’indifférence et ce n’est que Louis XI qui imposa, au moins, l’annonce générale de l’Angélus de midi.
L’usage du cadran avec une aiguille ne s’imposait pas non plus, car une infime minorité de la population était à même de lire l’heure. Ce n’est qu’à partir du XVe siècle que l’on commença à faire usage de l’aiguille des heures, qui divisait le jour solaire moyen, en 2 fois 12 heures égales.

81Le troisième niveau ne possède qu’une porte couverte d’un arc en anse de panier donnant aujourd’hui dans le vide côté cour, mais qui permettait d’y accéder depuis le deuxième étage du logis nord. Le quatrième niveau, éclairé par une lucarne, n’est plus accessible que par la passerelle extérieure qui relie les deux tours. Comme nous l’avons vu précédemment, la partie sommitale a disparu.

Les données de fouilles

82Le rez-de-chaussée a pu être fouillé jusqu’au remblai argileux mêlé de galets roulés qui a servi d’assise au château de brique (fig. 69). Un premier niveau constitué de poudre et d’éclats de brique très limité en surface correspond à une surface de travail sur laquelle furent taillées les briques utilisées pour constituer l’angle obtus que forme le raccordement du mur de courtine M14 avec celui (M42) de la périphérie extérieure de la tour. En effet, on observe des traces de taille sur certaines briques encore en place. Au-dessus, un sol de circulation constitué de mortier de chaux, liant sable et galets, fonctionne avec la première phase de la tour, celle de la fin du XIIIe siècle. La fondation du talon M40 repose directement sur ce sol : cette maçonnerie est venue s’appuyer à l’extrémité de la courtine nord M14, son parement intérieur s’alignant sur l’angle obtus qu’elle forme avec le départ de l’arrondi (M42) de la tour. Ce rajout destiné à fermer la pièce n’a pu être daté. Une épaisseur de 0,30 m de sable et de petits cailloux supportait un autre sol : il s’agissait de terre battue très compacte, à fort pendage et irrégulièrement conservée. De la terre très meuble et cendreuse recouvrait l’ensemble.

Fig. 69 - Sol de la tour orientale du châtelet (T2).

3.2.4.4. La tour occidentale du châtelet (T3)

83Cette tour est constituée d’un mur de brique, épais de 1,40 m et de plan en « fer à cheval » saillant vers l’extérieur avec un pan rectiligne, côté intérieur, réduit à 1,10 m d’épaisseur. Haute de 21 m, elle possédait quatre niveaux, bien visibles depuis la cour en raison de la disparition des maçonneries (fig. 70).

Fig. 70 - Tour occidentale du châtelet (T3).

84Les deux niveaux inférieurs ont conservé leurs embrasures de tir originelles, semblables à celles de la tour T2 : deux ouvrent au rez-de-chaussée, vers la porte et face à l’accès extérieur (fig. 71).

Fig. 71 - Archère du rez-de-chaussée avec sa chambre de tir.

85Leur hauteur intérieure atteint respectivement 2 m et 1,85 m et leur ébrasement dissymétrique s’ouvre sur 1,20 m et 1,09 m ; les fentes extérieures sont hautes de 1,54 m et de 1,61 m pour une largeur constante de 5 cm. La chambre de tir se présente comme une niche voûtée en berceau surbaissé et constituée d’une succession de voûtains. Vers l’intérieur, les trois premiers, d’inégale largeur, à degrés, sont en brique, le quatrième est en grès molassique, le cinquième est constitué de tuf recouvrant une brique en couverture de la fente de tir. La partie basse est constituée d’un entablement plongeant vers l’extérieur.

86Celles de l’étage, de 0,90 m de hauteur, sont juxtaposées afin de compléter la défense en battant le fossé ouest. On ne sait si la fenêtre à traverse, percée postérieurement, a, ici aussi, remplacé une troisième archère. Au troisième niveau, on trouve une petite fenêtre encadrée de molasse et une unique fente de tir à ébrasement simple à l’ouest. Le quatrième niveau était percé d’une ouverture obturée et d’un passage permettant d’accéder à la passerelle qui communique avec la tour T2.

87D’après les emplacements visibles en négatif dans la maçonnerie, il a pu être établi que ce niveau était couronné par un assemblage de deux poutres traversantes presque parallèles sur lequel venaient s’appuyer cinq solives rayonnantes. La restitution proposée montre un plan tout à fait comparable à celui du hourd du château d’Anse (Rhône) daté de 1213 par une analyse de dendrochronologie (Feuillet, Guilhot 1985 : 32-33,157-160) (fig. 72, 73).

Fig. 72 - Restitution du plancher du hourd de la tour T3 du châtelet d’entrée.

Fig. 73 - Arc supportant le hourd côté cour.

88Le dernier étage, constitué d’une pièce cylindrique aveugle ayant remplacé le hourd de bois, était surmonté d’un comble disparu.

Les données de fouilles

89La fouille du rez-de-chaussée de cette tour a permis d’atteindre les niveaux médiévaux après dégagement des matériaux de démolition (briques, gros galets, tuiles plates glaçurées et faîtières) dont elle était encombrée.

90Un niveau de terre noire, sableuse, très meuble, avec de nombreux petits galets, qui ne contenait que quelques ossements d’animaux, un fragment de bouteille en céramique grise à goulot tubulaire et des fragments de gobelets à décor losangé, recouvrait le plus ancien sol d’occupation. Ce sol de terre battue de couleur noire, compacte et homogène, de 5 cm d’épaisseur reposait sur le remblai servant d’assise à la construction de brique. On y a retrouvé quelques tessons de céramique grise médiévale et quatre pièces de monnaie, dont trois ont pu être identifiées (fig. 74). Un denier des archevêques de Vienne (XIIe-XIIIe siècles), un « Piccolo » probablement de Philippe de Savoie, prince d’Achaie et de Morée (1297-1301) et un denier d’argent de Louis VIII et Louis IX rois de France (1223-1250), permettent de le dater de la fin du XIIIe ou du tout début du XIVe siècle.

Fig. 74 - Monnaies découvertes dans la tour T3.

91La découverte de ce sol médiéval, à 2,30 m au-dessous de la base des fentes de tir percées dans la maçonnerie du mur M39, invite à restituer un aménagement destiné à servir ces ouvertures, probablement un plancher de bois.

92Le mur M37, qui ferme la tour, en partie conservé en élévation, est lié avec M39 à ses deux extrémités. Un sondage pratiqué en profondeur à l’extérieur de ce mur a mis en évidence qu’il est construit sur un arc de « décharge-épargne » très rampant, situé à 0,10 m au-dessous du sol de terre battue de la tour. Les retombées de l’arc reposent sur deux piles espacées de 1,76 m. L’arc est constitué d’une seule épaisseur de brique placée sur chant, deux briques taillées en biseau formant clef de voûte. L’angle entre le mur M37 et le retour de la tour M39 montre qu’en cet endroit la pile de brique supporte le départ d’un autre arc perpendiculaire (fig. 75).

Fig. 75 - Arc de « décharge-épargne » situé au-dessous du sol de terre battue de la tour T3.

93Plus grand et semblable à ceux rencontrés dans la courtine nord, il est inclus dans la courtine M34 puisqu’il est imbriqué dans le soubassement de galet qui constitue sa base, comme s’il avait été interrompu ou en partie démonté. Sans doute le chantier a-t-il commencé par l’établissement de la courtine nord avec sa succession d’arcs de décharge en brique et les maçons pensaient-ils également utiliser ce système, pour la courtine ouest, après la construction du châtelet d’entrée. Ils ont donc commencé à bâtir un arc en brique, puis, soit ils ont compris immédiatement leur erreur et se sont arrêtés là, soit ils ont construit une partie de l’enceinte avec ce système sur l’axe défini par cet arc qui réduit énormément la surface de la bassecour. Se rendant compte de cette perte d’espace, ils ont démoli ce qu’ils avaient déjà élevé, sauf ce tronçon d’arc qui nous reste et qui ne les gênait pas et contre lequel ils ont construit suivant le schéma qui nous est parvenu : avec un angle d’ouverture par rapport à la tour T3 beaucoup plus obtus (offrant donc une cour plus vaste) et en utilisant une autre technique, celle alliant soubassement en galet et mur de brique.

3.2.4.5. Conclusion

94La fouille archéologique des niveaux présents à la base des deux tours du châtelet d’entrée a permis d’en restituer le sol médiéval qui paraît avoir été occupé à partir de la fin du XIIIe siècle. L’étude architecturale permet, en outre, de distinguer trois grandes étapes de construction qui semblent s’être succédé au cours du XIVe siècle, mais la destruction partielle des parties sommitales ne permet pas d’en saisir les ultimes modifications (fig. 76).

Fig. 76 - Évolution du châtelet d’entrée (proposition de restitution).

Un châtelet d’entrée couronné par un chemin de ronde crénelé à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle

95La défense générale étant assurée depuis le chemin de ronde couronnant les tours et les courtines, la répartition des archères est dictée par les nécessités de la défense. Les deux rez-de-chaussée en comptent le même nombre, orientées différemment, afin de prendre en enfilade le pont enjambant le fossé et la courtine nord et d’encadrer l’extérieur de la porte. Deux autres sont conservées à l’étage de la tour T3, mais on ne sait si le percement des fenêtres axiales n’en a pas fait disparaître dans l’une ou l’autre des pièces. Le rez-de-chaussée de cette tour était occulté dès l’origine par un talon destiné à dissimuler les barres de fermeture des vantaux de la porte. Les différentes reprises d’appareil, effectuées lors des transformations et même lors des dernières restaurations, interdisent de définir sa hauteur initiale. Il semble toutefois que la partie supérieure de cette tour ait été ouverte à la gorge comme l’était initialement la tour T2.

96Même après le surhaussement du châtelet, les planchers des différents niveaux de la tour T3 permettaient la circulation verticale par échelles au travers de trappes. Au contraire, les voûtements en brique de la tour T2, établis à partir du XIVe siècle, ont séparé les salles superposées qui ne pouvaient communiquer directement.

97Ainsi, il semble que la tour portière planchéiée (T3), avec un accès par échelles de niveau à niveau, et munie aux différents étages de fentes de tir couvrant un maximum d’angles afin de battre la place, puisse être opposée à partir du XIVe siècle à sa jumelle (T2) qui possédait un système de « cantons » étanches évitant une trop grande porosité de la forteresse. Toutefois, des galeries de bois pouvaient avoir été installées afin de mettre en communication ces pièces superposées avec le chemin de ronde ou les logis attenants. On pourrait comparer ce système avec celui de Dourdan, prototype de la fortification philippienne, où seulement une tour sur deux possédait un escalier interne selon Jean Mesqui (Mesqui 1991 : 246). Cependant, il faut noter que la circulation entre ces tours et les chemins de ronde des courtines adjacentes ne se faisait pas au même niveau au XIIIe siècle : le chemin de ronde de la courtine nord était probablement plus bas d’un étage que celui qui couronnait les trois autres courtines.

98La voûte couvrant le rez-de-chaussée de la tour T2 a remplacé le plancher initial, peut-être au XIVe siècle, lorsqu’on a ouvert la porte latérale donnant sur le premier étage du logis nord. Elle est établie sur un enduit au mortier de tuileau encore en place sur les linteaux des fentes de tir de la fin du XIIIe siècle, couche de finition probablement contemporaine de la construction. La voûte haute, entièrement conservée au-dessus, peut également être datée du XIVe siècle et a remplacé le plancher d’origine.

99Au début du XIVe siècle, le chemin de ronde sommital protégé par le parapet à merlons permettait la communication entre les deux tours et les courtines adjacentes.

Un étage maçonné couronné d’un hourd en charpente de bois au XIVe siècle

100C’est probablement dans la première moitié du XIVe siècle que la maçonnerie a été rehaussée d’un étage, au-dessus duquel a été mis en place le hourd. Les deux tours en « fer à cheval » restaient ouvertes à la gorge, mais la circulation entre elles ne pouvait plus se faire par le chemin de ronde intérieur qui avait été obturé pour supporter l’élévation. Elle était alors assurée par deux portes symétriques ouvrant sur la galerie soutenue par un arc extérieur tendu entre les deux tours au-dessus de l’accès.

Un surhaussement maçonné couronné de mâchicoulis sur consoles au début du XVe siècle

101Au-dessus du niveau inférieur du hourd, une maçonnerie cylindrique de brique rouge vif munie de mâchicoulis sur consoles fut établie sur les deux tours. Si celles-ci avaient été encore ouvertes à la gorge, il aurait subsisté des traces du soutien de la partie de ce couronnement circulaire établi au-dessus du vide. Or, dans le cas de la tour T2, ce tronçon prend appui sur la construction du talon qui la fermait antérieurement. Le rajout du dernier étage de la tour T3 a suivi le démontage du hourd. Il pourrait être postérieur à l’édification du corps de logis ouest qui lui est attenant, la voûte le supportant débordant nettement.

102En résumé, on peut établir que les tours jumelles du châtelet d’entrée n’avaient qu’une fonction défensive, déjà suggérée par une superficie très exiguë, de 7 à 8 m2 seulement. La systématisation du recours aux tours circulaires de flanquement pour encadrer l’entrée des châteaux apparaît dès la fin du XIIe siècle, à compter du temps où Philippe Auguste imposa ce schéma aux fortifications royales françaises.

103À Bressieux, la dissymétrie était probablement induite par l’installation du système protégeant la manœuvre des barres de fermeture de la porte ainsi que par la position des fentes de tir à ébrasement couvrant tous les points de vue, soit depuis le rez-de-chaussée, soit à l’étage. Ces caractères architecturaux appartiennent bien à la fin du XIIIe siècle et sont en accord avec la datation des niveaux fouillés à l’intérieur des deux pièces du rez-de-chaussée.

104La surélévation et l’installation du hourd de charpente ne peut-être datée précisément, mais peut se placer une génération plus tard, durant la première moitié du XIVe siècle. La nouvelle surélévation et l’établissement des mâchicoulis sur consoles seraient alors à placer dans la deuxième moitié du XIVe siècle ou au début du XVe siècle.

3.2.5. Les courtines

105Si le donjon et le châtelet d’entrée ont conservé pratiquement l’intégralité de leur hauteur initiale, il n’en est pas de même des murailles de l’enceinte polygonale qui épouse la bordure intérieure du fossé défensif. Avant le début des travaux archéologiques, ces pans de courtine avaient en grande partie disparu, d’une part, à cause de leur démantèlement partiel au XIXe siècle, en même temps que la majeure partie des maçonneries des corps de logis qui s’y adossaient, mais aussi parce que leur base se trouvait masquée par une importante accumulation des matériaux de démolition. Les dégagements et les sondages effectués sur le site ont permis d’en restituer le plan et la mise en œuvre assez surprenante. Au nord entre l’entrée et le donjon, la muraille rectiligne et entièrement en brique présente un mode de construction particulier, l’élévation reposant sur une succession d’arcades sommairement appareillées et qui n’étaient probablement pas destinées à être vues ; il est probable que cette portion a été construite en premier, avec le châtelet d’entrée. Ailleurs, à l’est, au sud et à l’ouest, le plan est polygonal, composé d’une dizaine de pans d’orientation différente, et les murs sont faits d’un soubassement en galet, de hauteur irrégulière, sur lequel s’élève une maçonnerie de brique. Le mode de raccordement entre les deux matériaux n’est absolument pas homogène mais, au contraire, extrêmement complexe et n’a pu être défini précisément. À tel point qu’une première hypothèse envisageait la présence d’une enceinte en galet dès les premières occupations du site, au XIIe siècle, arasée ensuite pour servir de base à l’enceinte de brique. En fait, un sondage complémentaire, réalisé en 2005 près de la courtine sud, a permis de lever cette hypothèque puisqu’il a montré, sans contestation possible que la tranchée de fondation du mur de galet recoupe les deux couches d’occupation les plus anciennes. Le mur de courtine, à l’emplacement de ce sondage, a été construit en une seule fois, lors de la campagne de construction du château de brique dans le courant du XIIIe siècle.

106C’est à l’est que subsistent la plus grande élévation de courtine et les vestiges les mieux conservés des corps de logis qui lui étaient adossés sur trois niveaux. Au sud et à l’ouest, la muraille a été arasée en grande partie jusqu’à sa jonction avec le châtelet d’entrée.

3.2.5.1. La courtine est (M1)

107La muraille orientale, conservée sur huit à dix mètres de haut, se développe sur une longueur d’environ vingt-sept mètres entre le donjon et l’angle massif formant retour avec la courtine méridionale. On y distingue deux pans de mur rectilignes, de longueur et de largeur différentes, se raccordant par un angle obtus (fig. 77).

Fig. 77 - Vue générale de la courtine est, depuis l’extérieur du fossé.

108Le tronçon nord, orienté presque selon la méridienne, se développe sur une longueur de quinze mètres. Il devait être lié au parement du donjon comme le suggère un arrachement bien visible sur ce dernier, mais la liaison a disparu lors d’un effondrement de cette extrémité de la courtine (fig. 78). Le tronçon sud, d’environ douze mètres de long, est quant à lui, orienté sud-sud-ouest. En partie basse, la courtine est constituée, sur toute sa longueur, d’un soubassement de galet sur lequel repose l’élévation de brique, d’une largeur moyenne de 1,60 m, avec un retrait qui peut dépasser vingt centimètres de part et d’autre. Les briques sont agencées régulièrement, faisant alterner boutisses et panneresses (fig. 79, 80).

Fig. 78 - Arrachement de la courtine est, vue de l’extérieur.

Fig. 79 - Partie d’enceinte avec soubassement en galets et « piliers » de briques.

Fig. 80 - Coupe et vue cavalière de la courtine M1.

109On note également la présence, au niveau du soubassement de galet, à chaque changement de direction, de « piliers » en brique non traversants, qui viennent renforcer la cohérence de la maçonnerie de galet. Ces piliers tampons sont des sortes de « chaînages d’angle » servant à la fois de raidisseurs et de réglage pour cette maçonnerie banchée qui change souvent d’orientation. Là où il n’y en a pas, ce sont les restaurations qui les ont fait disparaître (fig. 81).

Fig. 81 - Emplacement des « piliers » de briques sur la courtine à l’est et au sud.

110On ne distingue aucune ouverture au rez-de-chaussée et il devait en être de même sur toute l’élévation à l’origine, avant que les grandes croisées de fenêtres aient été percées pour éclairer les pièces des étages du logis attenant. Côté intérieur, un alignement de cavités, visible à la hauteur du premier étage sur toute la longueur de la face interne ouest du mur M1 correspond au logement des poutres qui supportaient le plancher du logis. Malgré leur mauvais état de conservation, il semble évident que ces cavités ont été creusées dans le parement de brique après l’édification des courtines.

111Le couronnement de cette courtine ayant disparu, on ne peut restituer avec certitude la position du chemin de ronde. L’arrachement présent sur le parement du donjon invite à penser qu’il devait se trouver à la même hauteur que la porte d’entrée originelle de ce dernier.

3.2.5.2. La courtine sud (M18 et M21)

112Au commencement des fouilles, l’extrémité méridionale de la courtine est M1 disparaissait sous les gravats. Au fur et à mesure des dégagements, il est apparu qu’en cet endroit, la muraille ne présente pas véritablement de solution de continuité. En effet, lui fait suite le pan de mur M18, conservé sur 1,2 m à 3 m, qui s’épaissit puis se comble afin de refermer l’espace. Sa largeur varie entre 2,30 m et 2,80 m en raison de plusieurs décrochements, extérieurs ou intérieurs (fig. 82).

Fig. 82 - Coude de la courtine sud (M18).

113Au nord-est, à la jonction avec la courtine orientale M1, le parement extérieur du mur M18 présente un premier décrochement extérieur de 0,45 m à l’emplacement d’un pilier tampon. Ce parement, d’abord rectiligne, s’infléchit par une large courbe vers l’ouest jusqu’à un élargissement intérieur de 0,43 m. À l’intérieur, le soubassement de galet fait place à un parement de brique conservé sur six assises et une hauteur de 0,60 m au-dessus du sol de la pièce F. Au-dessus, trois rangées de brique espacées verticalement de 0,80 m traversent le blocage de galet et de mortier. Disposées à plat et perpendiculairement au parement, elles devaient constituer un chaînage permettant de régulariser les lits en galet.

114Un conduit de latrines a été accolé postérieurement à la construction, à l’ouest du rétrécissement de la courtine qui marque la jonction entre les murs M18 et M21, et en doublant ce dernier sur 1,55 m de longueur.

115Cet angle sud-est est donc constitué d’une muraille très massive ponctuée de redents qui semblent avoir été établis pour contrebuter les divers pans de courtines. Ce mode de construction pallie l’absence de tour de flanquement.

116Au-delà du conduit de latrines, un segment rectiligne, M21, se déroule sur 6,50 m de long. Après un infléchissement vers l’ouest, il se poursuit sur 14 m de longueur. La hauteur conservée est de 1,35 m à 2,20 m pour une épaisseur de 2,33 m à la base, mais réduite à 1,97 m au sommet.

3.2.5.3. La courtine ouest (M34)

117La courtine ouest M34, de 2,25 m d’épaisseur, est constituée de quatre segments rectilignes (mesurant respectivement 10 m, 5 m, 6,20 m et 13,50 m de longueur) entre le redent de raccordement avec la courtine sud M21 et la tour portière T3. Seul un grand pan de mur dépecé de son parement s’élève à plus de huit mètres à l’angle de la paneterie (pièce Q) alors que le reste de la courtine ne montre plus que le soubassement de galet (fig. 83).

Fig. 83 - Détail de l’appareil en brique de la courtine ouest (M34) sur sa base de galets.

118C’est au point de raccordement entre la courtine ouest M34 et la tour T3, vers l’entrée, qu’apparaît, comme on l’a vu plus haut, sous le mur d’enceinte en brique une portion d’arc en brique, amorcée sur un mètre de longueur et de construction semblable aux arcs établis à la base de la courtine nord étudiés plus loin. L’hypothèse la plus plausible, comme on l’a déjà dit, semble être un repentir suivi d’un changement complet de technique de construction de la courtine ouest et des courtines sud et est.

3.2.5.4. La courtine nord (M14)

119Cette muraille, rectiligne sur 33,30 m de long et entièrement en brique, relie le donjon au châtelet d’entrée. Épaisse de 1,60 m et parementée de brique sur ses deux faces, elle a conservé par endroits une hauteur de six mètres et son élévation semble avoir été liée aussi bien à la maçonnerie du donjon qu’à la tour T2. Elle présente un mode de construction particulier puisqu’en partie basse, elle est constituée d’une série de six arcs de décharge, d’ouverture et de hauteurs différentes (fig. 84).

Fig. 84 - Arcs de décharge de la courtine nord (M14) vus de l’intérieur.

120Plusieurs sondages (II 4, II 5, II 7, II 8) ont permis d’en préciser le mode de construction. On note en premier lieu que si les deux arcs les plus proches du donjon sont en plein cintre légèrement rampant, les quatre suivants (3, 4, 5, 6) sont légèrement brisés. La retombée du premier arc (1) se situe à 1,80 m du donjon et un pilier de 1,50 m d’épaisseur le sépare du suivant. Cet arc possède le plus grand développement avec une hauteur de 2,70 m mesurée du sol au sommet de la voûte pour une largeur de 4,50 m. La clef de voûte du suivant (arc 2), large seulement de 3,70 m, est située 1,30 m plus bas. Les quatre dernières arcades (3, 4, 5, 6) sont encore placées plus bas, c’est-à-dire près de 3,50 m au-dessous de la première. L’espacement des arcs est sensiblement équivalent sauf entre le troisième et le quatrième où il est plus réduit. Les parements extérieurs sont constitués, au moins en partie supérieure, de doubles voussoirs (ép. 0,65 m à 0,70 m) où alternent deux rangées de brique (fig. 86).

121La face nord de la pile centrale de la courtine a été examinée sur toute son élévation dans le sondage II 4. La base de la fondation repose sur le substrat à 3,30 m de profondeur par rapport à l’intrados de l’arc. Elle est constituée d’un agglomérat de galets noyés dans un abondant mortier sur une épaisseur de 0,40 m et une largeur de 1,35 m. La pile elle-même, entièrement construite en brique sur 1,35 m de hauteur, s’élargit pour atteindre 1,65 m à la base des deux arcs qui l’encadrent. Ces derniers ont été construits en appui sur un talus de terre, en deux moitiés constituées d’une exacte alternance de boutisses et de panneresses jusqu’à la clef de voûte faite de briques cunéiformes : en témoigne le couchis de mortier et cailloux qui adhère à l’intrados de l’arc de brique. Par ailleurs, sur toute la largeur du sondage, ont été rencontrés de gros galets sans liant, qui entouraient la pile de l’arc (fig. 85).

Fig. 85 - Arcs de décharge vus de l’extérieur.

Fig. 86 - Relevé pierre à pierre des arcs de décharge de la courtine nord (M14) entre le donjon et T2.

122Sous le deuxième arc, la fouille (sondage II 5) a mis en évidence deux murets de brique distants de 0,86 m et parallèles à la courtine ; au nord, le muret était placé dans le prolongement de la courtine, au sud, côté intérieur, il était décalé intérieurement de 0,35 m. Ils étaient destinés à fermer l’espace inférieur sous l’arc et à soutenir un massif de terre.

123La jonction de la courtine nord et du donjon a été observée dans le sondage II 7. Le pilier de fondation n’est pas lié au parement du donjon et l’espace sous l’arc est comblé par des galets liés à l’argile et rigidifiés par un radier maçonné.

124Ainsi, la courtine nord repose sur des arcades qui prennent appui à des hauteurs différentes sur des piliers de maçonnerie profondément ancrés dans le sol. Ces arcs ont été ensuite obturés par un remplissage partiel de maçonnerie pour les parties situées au-dessus du sol. Ce système devait permettre d’économiser une partie des tranchées de fondation et un cubage appréciable de matériaux. De plus, en répartissant les poussées sur des points précis, au lieu de le faire sur toute la longueur des murs, il s’adaptait à une construction établie sur un sol peu stable, constitué de remblais. On peut penser aussi que ce type de fondation offrait une défense efficace aux galeries de sape d’éventuels assiégeants. Ce mode de construction est utilisé aux XIIe et XIIIe siècles, dans les châteaux de brique des Pays-Bas et de Belgique.

3.2.5.5. Conclusion

125Comme on vient de le voir, les courtines du château de Bressieux offrent un ensemble assez disparate de modes de construction, le plus caractéristique restant la courtine sur arcs. La majeure partie des murailles, à l’ouest, au sud et à l’est, est constituée de segments rectilignes se raccordant par des angles saillants afin de s’adapter à la topographie et d’offrir un maximum d’espace à l’intérieur des murs. L’angle sud-est du château, seulement arrondi et épaissi, ne comporte pas de tour de flanquement, ni de renforcement externe défensif, ce qui est un peu surprenant au vu de la qualité des autres aménagements (donjon, châtelet d’entrée). Au sud et à l’est, deux retours en équerre ont pu fonctionner comme raidisseur tout en évitant la construction d’une tour.

126La base des murailles était probablement talutée dans le prolongement de l’escarpe du fossé afin d’en renforcer la stabilité et de rendre plus difficiles les opérations de sape. Leur épaisseur varie, de 1,60 m à 1,85 m pour les plus minces, jusqu’à 2 m, 2,30 m et atteint même 2,50 m. Quant à la hauteur, environ 12 m au niveau du parapet du chemin de ronde, elle peut être évaluée d’après les élévations encore conservées (près de 9 m pour certaines), ainsi que d’après les traces d’arrachement visibles sur le parement du donjon.

127En ce qui concerne le chemin de ronde qui couronnait ces remparts, et qui a entièrement disparu, on peut s’appuyer pour le restituer à la fois sur des sources iconographiques mais aussi architecturales (fig. 87).

Fig. 87 - Hypothèse de restitution des chemins de ronde nord (plus bas) et ouest et est (plus hauts).

128Deux tableaux, non datés, mais probablement peints au milieu du XIXe siècle, montrent que le chemin de ronde de la courtine ouest se continuait dans l’alignement du premier crénelage conservé à la base de la surélévation des tours portières. Ce niveau correspond sensiblement à celui de la porte haute du donjon. Il est donc probable que le chemin de ronde sur l’ensemble de la partie méridionale, entre la tour portière T3 et le donjon, gardait la même hauteur pour aboutir au niveau de la porte haute du donjon.

129En revanche, pour la partie nord, comprise entre la tour portière T2 et le donjon, la restitution est hypothétique, mais il est possible que le chemin de ronde ait été plus bas. Côté châtelet d’entrée il débouchait directement au premier étage de la tour T2 ouverte à la gorge et, côté donjon, il pénétrait sans doute dans celui-ci par un passage étroit aujourd’hui bouché qui permettait aussi d’accéder aux latrines (fig. 96). Le changement de niveau se faisait soit à l’intérieur du donjon (mais l’étroitesse de l’escalier interdisait une circulation rapide), soit par un système d’échelles. Dans la tour orientale du châtelet d’entrée, ouverte à la gorge, cette différence de niveau ne devait pas vraiment poser problème et se rattrapait facilement. Ainsi, dans tous les cas, la position du chemin de ronde était conforme à la règle qui veut que les tours le dominent.

3.2.6. Le donjon

130La grande tour circulaire T1 qui domine le château, constituée sur toute sa hauteur d’une maçonnerie de brique liée au mortier, était autrefois connue sous l’appellation de Tour des archives ou Tour des prisons. Effectivement, les textes du XVIIIe siècle y mentionnent des archives au premier étage et un cachot au niveau inférieur (fig. 88, 89).

Fig. 88 - Donjon vu de l’est.

Fig. 89 - Donjon vu du nord-ouest.

  • 14 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/ R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

131D’après la datation de dendrochronologie14, elle fut érigée après l’hiver 1276-1277, hiver durant lequel les chênes mis en œuvre dans ses deux planchers intérieurs ont été abattus. Sa position, en saillie à l’angle nord-est de la plate-forme, son système d’accès en liaison avec l’enceinte de brique, sa hauteur, l’épaisseur des murs et la rareté des ouvertures originelles permettent de la considérer comme un véritable donjon. Son sommet, pourtant en partie dérasé, domine encore de dix-huit mètres le niveau de la cour intérieure et de plus de vingt-trois mètres le fossé. L’épaisseur des murs d’environ 2 m, légèrement variable d’un étage à l’autre, est considérable, comparée au diamètre intérieur qui ne dépasse pas 3,40 m. Cinq niveaux sont conservés : la basse-fosse voûtée est surmontée de trois étages séparés par deux planchers massifs, la coupole qui couvre le troisième supporte une terrasse et son parapet. Le sommet a été largement endommagé par la foudre au début du XVIIIe siècle et la charpente et la toiture signalées à cette époque ont disparu. À l’origine, une unique porte ouvrait au deuxième étage sur le chemin de ronde de la courtine orientale. La circulation entre les niveaux supérieurs se faisait au moyen de trois volées d’escalier aménagées à l’intérieur du mur, côté ouest, la basse-fosse n’étant accessible, depuis le premier étage, que par une trappe ouverte dans sa voûte. L’éclairage et l’aération étaient assurés par d’étroites fenêtres remarquablement adaptées à la fonction défensive de l’ouvrage.

132À la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, une fenêtre à croisée a été percée aux premier et deuxième étages, au nord, côté bénéficiant de la protection des défenses extérieures. Le système de circulation a été modifié, sans doute à la même époque : des portes desservaient désormais le rez-de-chaussée et le premier étage depuis les pièces des logis attenants et la volée d’escalier du donjon a été murée entre le premier et le second étage afin de gagner de la place.

133Après une période d’abandon du château, entre le milieu du XVIIIe et la fin du XIXe siècle, d’importants travaux de restauration, consécutifs au classement au titre des monuments historiques, ont été entrepris au début du XXe siècle. Ils ont certes permis de sauver le donjon de la ruine, mais au détriment de son aspect médiéval et avant qu’une bonne étude d’archéologie du bâti ait été réalisée. Quelques points resteront à jamais non élucidés.

3.2.6.1. Mode de construction et structure extérieure

134De l’extérieur, le donjon se présente comme un cylindre régulier à la base non talutée, plutôt élancé malgré la perte de son couronnement. Il est percé d’ouvertures de formes diverses et inégalement réparties sur sa circonférence (fig. 89, 90). Le nord-est est resté aveugle, puisqu’il était tourné vers le sommet de la colline et donc vulnérable. Le parement de brique offre au regard la régularité de son appareil à joints croisés en boutisse et panneresse sur toute son élévation. Tout au plus, cette régularité est-elle rompue par la mise en œuvre de briques de couleurs différentes, qu’il faut attribuer à un manque de maîtrise de la température de cuisson lors des diverses fournées.

Fig. 90 - Portes et fenêtres du donjon depuis la cour (actuelle) : porte haute et unique du donjon du XIIIe siècle. En-dessous, emplacement de la porte ouverte au XVIe siècle pour la circulation avec les logis. Traces de l’arrachement de la courtine est.

135Des trous de boulins, régulièrement superposés et traversant l’épaisseur des murs selon un alignement horizontal, témoignent du mode de construction par échafaudage à plat. Environ cinquante d’entre eux ont pu être reconnus. La partie inférieure du donjon n’en conserve pas, probablement en raison des restaurations qui n’en ont pas tenu compte. C’est à l’est qu’ils sont le mieux conservés : distants d’environ 1,60 m, dix-neuf d’entre eux se répartissent sur quatre rangées superposées, espacées d’environ 0,80 m. Ils n’ont pu être examinés à l’intérieur qu’au second et au troisième étage, le premier étage ayant conservé une grande partie de l’enduit qui les occulte. Leur disposition et leurs dimensions diffèrent sensiblement : au second étage, les trous de section carrée de 0,12 m de côté sont séparés verticalement de 0,95 m pour un espacement horizontal compris entre 0,65 m et 0,80 m. Au troisième, les gaines destinées à recevoir les madriers horizontaux sont de section rectangulaire, 0,12 m x 0,14 m, avec un espacement vertical réduit à 0,85 m et un espacement horizontal compris entre 1,12 m et 1,28 m. À l’intérieur, ces madriers pouvaient être assemblés directement, mais des perches extérieures devaient nécessairement équilibrer les platelages supportant les systèmes d’élévation des matériaux. Dans la partie inférieure, au-dessous du niveau de la porte, les trous de boulins sont placés horizontalement avec parfois une assise de brique d’écart. Dans la partie sommitale, les différentes reprises d’appareil ne permettent pas d’affirmer l’utilisation d’un système hélicoïdal.

Les ouvertures

136La partie nord-est étant entièrement aveugle, on peut s’étonner de la présence au sud-est d’une fenêtre assez large au premier étage (fig. 88). En fait, le tableau extérieur de cette baie (non remaniée à l’intérieur et appartenant à la construction du XIIIe siècle) couverte d’un arc en plein cintre est attribuable aux restaurations du début du XXe siècle. L’ouverture initiale probablement plus étroite, ne devait pas constituer de point de faiblesse. Prenant le fossé pratiquement en enfilade, elle ne risquait guère d’être atteinte par un tir plongeant venu de l’extérieur.

137Au nord, il est difficile de restituer la forme des jours qui perçaient le parement extérieur. Deux ont certainement disparu lors de l’ouverture des deux croisées à meneau et traverse de pierre de molasse brune, probablement à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle. Ces fenêtres, partiellement restaurées au début du XXe siècle, comme en témoignent les plus anciennes photographies, résultent de l’agrandissement des paliers des deux premières volées d’escalier. Le remaillage de la brèche mentionnée au XVIIIe siècle entre ces deux fenêtres à croisée, effectué lors des restaurations anciennes, rend impossible la restitution de la forme extérieure de l’ancienne baie nord du deuxième étage, obturée lors de ces travaux. L’aspect initial de la fente éclairant l’arrivée de l’escalier au troisième étage, et qu’on sait avoir été reconstruite en raison des dommages causés par la foudre au début du XVIIIe siècle, nous est aussi inconnu (fig. 91).

Fig. 91 - Jours de l’escalier du donjon vu depuis la basse-cour.

  • 15 Les archives de la seigneurie y ont été conservées jusqu’à leur déménagement en Provence en 1736.

138Au sud, pour le XIIIe siècle, il faut faire abstraction des deux portes inférieures. Celle du bas, récemment murée pour des raisons de sécurité, avait été créée pour accéder de plain-pied dans la prison depuis le rez-de-chaussée du bâtiment est. Au premier étage, l’actuelle entrée desservie par un escalier métallique, a été ouverte pour accéder à la salle des archives15 depuis le bâtiment attenant : elle a été établie, ainsi que le jour qui l’aère, après une modification du palier inférieur de l’escalier ouvrant sur le couloir d’accès des latrines. Seule est d’origine la porte du deuxième étage, couverte d’un arc brisé maladroitement remonté et desservant la courtine orientale.

139Au-dessus et à l’ouest de cette porte, une baie rectangulaire correspond à l’embrasure que l’on voit murée à l’intérieur : c’est probablement le plus authentique des tableaux de fenêtres d’origine. Enfin, on ne peut pas tenir compte de la forme de la longue baie sommitale : elle apparaît dépourvue de couverture sur les photographies du début du XXe siècle et elle fut ultérieurement couverte d’une dalle en béton armé.

140Au sud-ouest, les trois jours, étroits et allongés, légèrement décalés les uns par rapport aux autres, donnent respectivement dans chacune des trois volées d’escaliers. Ces fenêtres médiévales, les mieux conservées du bâtiment, sont décrites plus loin.

3.2.6.2. Structure intérieure

141L’espace intérieur du donjon, structuré de façon extrêmement simple avec une pièce à chaque niveau communiquant verticalement, n’a été affecté que par de rares modifications de circulation et d’éclairage lors des grandes phases de transformation du château (fig. 92).

Fig. 92 - Coupe est-ouest du donjon, plans par niveau.

142La pièce du rez-de-chaussée, partiellement enterrée, était, récemment encore, accessible depuis le rez-de-cour par une porte, aujourd’hui murée, percée vraisemblablement à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle, d’après le mobilier archéologique retrouvé sur le sol extérieur. Elle est couverte d’une coupole de brique dans laquelle a été ménagée une ouverture oblique de section carrée, soigneusement parementée, qui en constituait, à l’origine, l’unique accès depuis le premier étage. Le sol recouvert par divers matériaux de démolition n’a pu être reconnu, mais la hauteur sous voûte atteint 6,50 m. Cette sombre basse-fosse devait, dès son origine, servir de cachot, fonction clairement énoncée dans le procès-verbal de visite de 1721 :

Dans les prisons qui sont sous la grande tour du côté de bise, il y a deux grosses portes de gros plateau de noyer la chacune desquelles est soutenue par trois grosses barres de fert manquant un gond a chaque porte, a la premiere desdites portes il y a trois gros verroüil et une serrure et a la seconde il n’y a qu’un gros verrouïl et dans lesdites prisons il y a des entraves pour mettre aux pieds des prisonniers.

143Le premier étage est constitué d’une pièce de 3,37 m de diamètre au sol de brique reposant directement sur la coupole inférieure. Une niche, aménagée dans l’épaisseur du mur, côté ouest, et surmontée par deux petits arcs de décharge concentriques, protège la trappe d’accès à la basse-fosse. Cette position en retrait, juste sous les marches de l’escalier, évitait d’empiéter sur la surface habitable de la pièce, surtout si cette trappe, seule aération du cachot, devait rester ouverte (fig. 93).

Fig. 93 - Niche et trappe du 1er étage.

144Le plancher supérieur est constitué de dix poutres de chêne taillées à la hache, de 0,28 m sur 0,34 m de section, reposant sur une maîtresse poutre d’orientation nord-sud, de 0,38 à 0,40 m de section. Cet assemblage a dû rester apparent au plafond. Un jour, non remanié à l’intérieur, et au parement extérieur restauré probablement au début du XXe siècle, s’ouvre à l’est (fig. 94). Une autre ouverture pouvait exister au nord, à l’emplacement de la grande fenêtre à traverse et meneau, mais il n’en reste aucune trace.

Fig. 94 - Fenêtre du 1er étage, plan, coupe et relevé.

145Au sud, une porte donne sur un petit vestibule dans lequel débouche l’escalier montant à l’étage supérieur. Les plans et coupes du projet de restauration de 1907 confirment les témoignages oraux des habitants de Bressieux selon lesquels cette volée d’escalier était alors condamnée par deux cloisons. La pièce avait dû être isolée pour des raisons de sécurité liées à l’installation des archives et n’était alors accessible que par le logis attenant, comme le démontre le procès-verbal de visite de 1721 :

Pour aller dud. garderobe dans les archives il y a un petit entredeux ou passage … Nous sommes entrés dans les archives qui sont dans la grande tour qui est a l’angle de bise dudit chateau … Desdites archives nous sommes entrés dans une petite chambre qui est a côté desdites archives, un passage entre deux.

146Ce vestibule à l’origine donnait sur un passage, aujourd’hui obturé par des briques, ouvrant sans doute sur le chemin de ronde et menant également aux latrines, situées dans l’épaisseur du mur de la courtine nord et qui prenaient appui sur un encorbellement perpendiculaire au mur du donjon (fig. 95 et 96).

Fig. 95 - Hypothèse de restitution des latrines à partir des vestiges encore visibles.

Fig. 96 - Restitution de la latrine (XIIIe siècle) à l’angle du donjon avec M14. En haut : intérieur. En bas : extérieur.

147La porte actuelle qui débouche à l’extérieur, sur l’escalier métallique, a donc été ouverte au moment de la construction du corps de logis attenant sans doute vers les XVe-XVIe siècles en même temps que le passage, donnant sur les latrines et le chemin de ronde, était bouché. Une petite fenêtre supplémentaire est également ouverte à cette même époque au bas des escaliers pour éclairer le vestibule. Le seuil de la porte, aux piédroits en molasse, est placé au même niveau que les cavités de logement des poutres dont l’alignement est encore visible dans les murs et qui soutenaient le plancher du premier étage du bâtiment est.

148La pièce la plus spacieuse (diam. 3,48 m) et la plus haute (4,40 m entre les planchers) se trouve au deuxième étage. Dès l’origine, elle était accessible depuis la courtine par une porte couverte d’un arc brisé (hauteur à la clef 2,45 m, largeur 0,65 m) située à 8 m au-dessus du sol extérieur actuel. Elle s’ouvre immédiatement au-dessus des traces d’arrachement correspondant à l’ancrage de la courtine est (M1). La loge d’encastrement de la barre de bois du système de fermeture qui pénètre dans la maçonnerie, montre que cette ouverture est bien contemporaine de la construction. La paroi ouest de cette porte ouvre sur la volée d’escalier supérieure (fig. 97).

Fig. 97 - Porte et arrachement du parement du 2e étage.

149À l’opposé, on accède à la volée inférieure, dans l’embrasure de la grande fenêtre à traverse et meneau en molasse. Cet accès originel à l’escalier, très probablement condamné lors de l’installation de cette grande fenêtre, a été rétabli lors des restaurations du début du XXe siècle. En 1721, les visiteurs continuant leur état des lieux ne signalent, effectivement, pas de communication entre les archives et l’étage supérieur. Après la visite du deuxième étage, ils sont

entrés dans la grande tour au-dessus des archives ou il y a une croisée de fenetre du costé de la bise qui est grillée de fert sans volet, pour entrer dans ladite tour il y a une mauvaise porte de sapin fermant avec un gros verrouil a laquelle il manque une barre le jambage ou est attaché ladite porte est de molasse lequel adonné coup etant prest a tomber.

150Le percement de cette fenêtre à croisée a par ailleurs entraîné la disparition de l’ouverture située au-dessus de la voûte de l’escalier et qui devait présenter les mêmes caractéristiques que celle qui est conservée à l’étage inférieur. Une autre fenêtre, ouvrant à l’opposé, à droite de la porte d’entrée, a aussi été obturée intérieurement mais la baie carrée extérieure est encore bien visible, côté sud.

151Le sol est constitué d’un dallage de brique liée au mortier reposant sur le plancher visible au plafond du premier niveau. Avant la restauration, les lacunes du dallage ont permis d’entrevoir la disposition des planches et des poutres sous-jacentes. Le mortier du lit de brique n’ayant pas pénétré dans les interstices des planches, prouve que le bois a été assemblé encore vert et que le retrait ne s’est fait qu’après la prise du mortier. Le plafond présente la même disposition de poutraison, dont on ne sait si elle avait reçu un revêtement. Les murs conservent encore un enduit lissé en creux au niveau des joints (fig. 98).

Fig. 98 - Sol du 2e étage.

152La pièce du troisième étage, plus réduite en surface (3,28 m de diamètre), est voûtée d’une coupole conique qui prend naissance à 3,10 m au-dessus du sol et s’élève à 4,75 m à sa clef.

153Cet étage est déjà à l’abandon en 1721 puisque les visiteurs peuvent le décrire ainsi :

Et montant par un petit degré fait de brique qui est dans ladite tour iceluy degré entièrement ruiné, et au-dessus du cabinet en dernier lieu enoncé qui est sur les archives il y en a encore un autre dans la même tour sans aucun jour avec une mauvaise porte hors de service.

154Avant les dernières restaurations, quelques traces de mortier matérialisaient le négatif des briques qui recouvraient le plancher. La disparition d’une des poutres a permis d’examiner la façon dont elle était encastrée dans la maçonnerie et de constater que le mur présente un encorbellement de 0,15 m par rapport au parement de l’étage inférieur. Ce décalage vers l’intérieur doit être mis en relation avec la voûte, mais il est possible aussi qu’il ait été nécessaire de charger le plancher pour en limiter les déformations lors du séchage. Une ouverture, à ébrasement étroit et à appui plat, s’ouvre au nord dans le vestibule d’accès à la volée d’escalier inférieure : sa forme atypique résulte probablement des travaux de restauration du début du XXe siècle. C’est à cette époque qu’il faut placer la mise en place de la dalle de béton ferraillée couvrant la fenêtre sud, dont la baie intérieure est du même type que celles des autres niveaux. Les deux portes (2,15 m x 0,70 m) qui donnent sur les volées d’escalier ont conservé leur encadrement de brique : deux voûtains en arc surbaissé reposant sur les piédroits.

155Le dernier niveau de la tour a subi de sérieux dommages comme le procès-verbal de visite de 1721 le laisse entendre. Les auteurs ont emprunté l’escalier depuis la pièce du troisième étage : ensuite,

nous sommes monté en haut de ladite tour jusques sur la plateforme ou nous avons veu que les maitres sommiers sont en majeure partie pourris lesdits poutres pourris étant soutenus par d’autres poutres qui ont este mis au-dessous d’iceux, et le surplus des aures bois est en assez bon état le couvert de ladite tour demande destre regottoyé estimant qu’il conviendra y mettre environ quinze cents tuiles et environ cent cinquante feuilles de fert blanc.

156Le toit du donjon était donc probablement couvert de tuile plates glaçurées de différentes couleurs comme le laissent supposer les fragments découverts en fouilles et de plaques de « tôle », le tout reposant sur une charpente.

157On imagine que les travaux évoqués en 1721 n’ont pu être exécutés, même si un dessin de 1812 représente un toit conique. Aujourd’hui ce niveau est réduit à l’amorce d’un parapet surmonté d’une balustrade limitant une terrasse recouverte d’un béton d’étanchéité, réalisé au XXe siècle.

3.2.6.3. Circulation

158L’escalier construit dans l’épaisseur de la muraille assurait à lui seul la communication entre les étages ; la salle basse était uniquement accessible par une trappe ménagée dans sa voûte sommitale. Les trois volées superposées constituaient indéniablement une faiblesse dans la maçonnerie. Elles ont été placées à l’ouest dans la partie la moins vulnérable, à l’opposé du grand fossé extérieur du château et tournée vers la basse-cour (fig. 99).

Fig. 99 - Escalier du donjon.

159La largeur de l’escalier augmente à chaque étage : de 0,58 m dans la volée inférieure, elle passe à 0,60 m dans la médiane pour atteindre 0,63 m dans la supérieure. Chacune des trois volées, correspondant à des étages de hauteur différente, ne comporte pas le même nombre de marches. Celles-ci sont constituées de deux rangs de brique liée de mortier de chaux, hautes de 0,18 m. Dix-sept marches permettent de franchir les 3,74 m séparant les sols du premier et du deuxième étage, vingt-cinq correspondent aux 4,40 m séparant le plancher du plafond du deuxième étage. Celles de la volée supérieure, en grande partie détruites, viennent d’être rétablies dans leur intégralité afin d’accéder à la terrasse panoramique actuelle.

160Le couvrement de l’escalier est constitué d’une succession d’arcs de brique surbaissés et rayonnant de façon irrégulière. Les briques, posées sur chant sur leur plus grande longueur et décalées d’une hauteur correspondant à celles des marches, ont été mises en place au moment de la construction de l’ensemble.

161Les différents paliers inférieurs et supérieurs constituaient autant de sas permettant le dégagement entre les volées d’escalier et les pièces desservies. Ils ont tous été modifiés : au nord, l’un d’entre eux a été sacrifié lors du percement des fenêtres à croisées, celui du troisième étage a été reconstruit presque totalement lors des deux dernières campagnes de restauration et le plus élevé a disparu avec le dernier étage. C’est au sud qu’ils ont été le moins remaniés, en particulier aux deux étages supérieurs. Au premier étage, la création d’une porte ouvrant sur l’extérieur aux XVe-XVIe siècles a détruit partiellement l’agencement originel du palier qui distribuait la circulation entre l’escalier, la pièce inférieure et le couloir menant aux latrines et au chemin de ronde.

3.2.6.4. Éclairage

162Les volées d’escalier sont éclairées par des baies à degrés dont l’ouverture intérieure rectangulaire, voûtée en arc surbaissé (0,63 x 0,85 m), correspond à une fente étroite extérieure (0,45 x 0,11 m) décalée vers le haut. La clef de l’arc surbaissé intérieur se trouve ainsi au niveau de l’appui de la fente extérieure. Ce système se retrouve dans les fenêtres des trois pièces intérieures du donjon. Au premier étage, à l’est, une baie rectangulaire (2,20 x 1,12 m), couverte d’un arc brisé surbaissé du côté intérieur prend jour à l’extérieur par une lucarne rectangulaire (0,24 x 0,30 m) couverte d’un arc en plein cintre. Son appui extérieur est placé à 1,80 m au-dessus de celui de l’intérieur auquel il est relié par des degrés. Dans la pièce intermédiaire, ce qui est visible des fenêtres obturées montre qu’elles pouvaient être du même type. Au troisième étage, une ouverture semblable, mais couverte d’un arc surbaissé en anse de panier, s’ouvre au sud. Au nord, une baie plus étroite, rectangulaire à l’intérieur (0,84 m x 0,85 m), couverte d’un arc surbaissé, présente un ébrasement correspondant à une fente étroite de 1,15 m sur 0,15 m située au même niveau : c’est la seule de ce type dans le bâtiment (fig. 100).

Fig. 100 - Fenêtres de l’escalier.

163Ces ouvertures offrent plusieurs avantages. Elles laissent abondamment passer la lumière et les rayons du soleil, elles assurent efficacement l’aération des pièces tout en limitant la prise de vent directe et l’entrée de la pluie et, surtout, elles apportent une protection efficace contre les projectiles extérieurs, ceux-ci venant obligatoirement buter contre l’arc couvrant l’ouverture interne. Ce système original ne semble pas avoir été très répandu dans l’architecture militaire du XIIIe siècle en Dauphiné.

3.2.6.5. Défense

164Alors que l’emprise au sol du donjon atteint près de 45 m2, la surface habitable, du premier étage n’est que de 8,85 m2, augmentant légèrement au deuxième pour atteindre à peine 9,60 m2 et se réduit au troisième à 8,34 m2. Ainsi, moins d’un quart de la surface est utilisable alors que la maçonnerie couvre plus des trois-quarts restants. Le rapport plein-vide démontre que l’on a largement privilégié la défense passive par rapport à l’habitabilité. L’absence d’ouverture de tir dans les parties conservées est à noter, même si la disparition de la partie sommitale ne permet pas de restituer le dispositif de défense supérieur.

3.2.6.6. Habitabilité

165Les éléments de confort sont rares. Seul le système de fermeture de la porte d’entrée par encastrement d’une barre de bois dans la maçonnerie a été retrouvé en l’absence d’autres éléments tels que gonds ou serrures. Placards, niches et cheminées manquent, mais un chauffage d’appoint par brasero était possible.

166Un arrachement situé sur la face ouest, au-dessus de la jonction entre le donjon et la courtine nord, est le seul vestige conservé des latrines : un passage permettait de pénétrer à l’intérieur de la courtine nord depuis le palier inférieur de l’escalier et d’accéder sur la droite aux latrines installées dans l’angle extérieur du donjon. Cet emplacement, situé relativement bas au-dessus du fossé (4 m), pourrait être considéré comme un point faible, mais ainsi positionné il ne gêne en rien l’espace de circulation intérieur du premier étage, où débouchait le chemin de ronde nord. Ce vestibule devait être dégagé afin de permettre, par l’escalier puis par la porte haute du donjon, un accès rapide à la courtine est situé un étage plus haut.

167Le système d’accès à ces latrines a été supprimé aux XVe-XVIe siècles lors du creusement de la porte d’entrée du premier étage et l’obturation du passage.

3.2.6.7. Datation

  • 16 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

168L’analyse de dendrochronologie16 des belles poutres de bois mises en œuvre dans les deux planchers prouve qu’elles proviennent de chênes abattus durant l’automne 1276 ou l’hiver 1277. Leur assemblage a été mis en place pendant la construction des murs, ce que montre bien un négatif observé dans le blocage de la maçonnerie. Peu de temps s’est écoulé après leur abattage et elles ont certainement été posées avant leur séchage ; les arbres ayant probablement été commandés et coupés pour cette occasion. Il est raisonnable de penser qu’ils proviennent de la forêt de Chambaran, toute proche, dont une partie était du domaine du seigneur de Bressieux. La construction paraissant bien homogène, il est possible que cet abattage soit juste antérieur à la réalisation du deuxième étage, les deux premiers niveaux et la voûte les séparant ayant pu être montés durant la saison précédente. La disparition de la charpente du donjon rend impossible un complément de datation qui aurait pu donner des indications sur la durée totale du chantier.

3.2.6.8. La tour maîtresse du château de Bressieux : un donjon du XIIIe siècle

169L’absence d’éléments de confort architecturaux (cheminées, placards), une surface habitable réduite, des percements étroits adaptés à la défense, alliés à une circulation interne correctement réalisée, renforcent la vocation militaire de cette tour cylindrique. Son plan offre une meilleure résistance à la sape par bélier ou au choc des boulets de pierre qu’un plan carré ou rectangulaire ; il nécessite moins de maçonnerie pour un volume habitable équivalent et reflète le progrès de l’architecture militaire du XIIIe siècle. De plus, les deux voûtes encadrant les deux étages planchéiés renforcent la cohésion de l’ensemble qui a été très soigneusement construit et qui a pu recevoir un décor intérieur dont témoignent les restes d’enduits des murs. Mais, c’est aux corps de logis contemporains, dont on ne connaît pratiquement rien, que devait être réservée la fonction résidentielle.

170On peut s’interroger sur la position de ce donjon placé en saillie externe par rapport à l’angle des courtines nord et est de l’enceinte auxquelles sa construction est indiscutablement liée. L’arrachement de la courtine orientale, bien visible dans le parement de brique, montre que la porte d’entrée était directement accessible par le chemin de ronde. Les éléments de faiblesse que constituent les volées d’escaliers superposées ainsi que les dégagements permettant d’y accéder depuis les salles intérieures étaient nécessairement extérieurs à l’enceinte : ils prennent place dans le quart nord-ouest du donjon, côté opposé au plateau oriental devant lequel se développe un puissant fossé. Le mur de courtine fermant la basse-cour à l’est et se raccordant à la courtine nord, à quelque distance du donjon sans lui être liée, laisse cette partie du donjon apparemment sans protection : cela correspond probablement à une modification du système de fortification, non datée à ce jour.

171Cette tour maîtresse, dont la hauteur permet de surveiller les quatre points cardinaux de la seigneurie, occupe incontestablement une position remarquable par rapport à l’ensemble castral, entre basse-cour et haute cour. De plus, les murs en galet, retrouvés dans les sondages et considérés comme antérieurs au château de brique, se développent au sud de cette tour. On peut donc penser que son lieu d’édification prend en considération la topographie antérieure.

172La basse-fosse aveugle servant de prison, fonction clairement énoncée en 1721 avec la mention des entraves pour les prisonniers, témoigne encore à cette époque de la fonction de haute justice exercée dès l’origine par le lignage des seigneurs de Bressieux. À la fin du Moyen Âge, le percement de grandes baies a permis d’intégrer les espaces médians au sein de la demeure seigneuriale, en particulier le premier étage, expressément désigné comme cabinet des archives, en 1721. Il a perdu définitivement sa fonction une quinzaine d’années plus tard comme en témoigne l’intitulé d’un autre document Inventaire des papiers qui se sont trouvés dans les archives du château de Bressieux et qui ont été emportés en Provence dans le mois de septembre 1736 (archives privées du marquis de Luzy, Saint-Siméon-de-Bressieux).

3.2.7. Les corps de bâtiment : logis et dépendances

173Avant les premières campagnes de fouille, l’intérieur de l’enceinte du château était recouvert d’une couche de matériaux de démolition. Son épaisseur, évaluée à environ trente à quarante centimètres vers l’entrée, augmentait progressivement jusqu’à l’intérieur du logis oriental, où elle avoisinait deux mètres et demi entre des murs dont l’élévation était conservée sur une hauteur encore imposante. Elle était essentiellement composée de brique, de galet, de tuile et autres éléments architecturaux liés par un humus généré par les arbres qui avaient poussé aussi bien dans le fossé qu’à l’intérieur même du logis oriental. L’ampleur de ces niveaux résulte en grande partie des destructions volontaires des bâtiments en vue de la récupération des matériaux de construction au XIXe siècle : près de 8000 briques et 1500 carreaux sont vendus par le propriétaire entre 1812 et 1833, d’autres sont utilisés au château de Goutefray à Saint-Siméon-de-Bressieux.

174Les dégagements effectués lors des premières campagnes archéologiques ont mis au jour les vestiges de deux autres corps de logis partiellement arasés adossés aux courtines nord et ouest et donnant sur la cour centrale.

175C’est grâce aux textes descriptifs du château, cités plus loin (cf. p. 102-109), que la fonction des pièces a pu être établie : les descriptions qui suivent sont le résultat d’une confrontation entre ces écrits et les résultats de la fouille.

3.2.7.1. L’aile orientale

176Se reporter systématiquement aux figures 42, 120, 121, 122.
C’est probablement parce qu’elle était la plus éloignée de la porte d’entrée que cette aile montre encore une grande partie de son élévation (fig. 101). Adossée à la courtine orientale M1 qui a conservé quelques fenêtres de ses deux étages, elle se développait entre le donjon, au nord, et le retour de l’enceinte, au sud. Son mur de façade, donnant originellement sur la cour, restait visible, au-dessus des remblais dont l’épaisseur atteignait par endroits 2,30 m. Leur dégagement a surtout permis de retrouver les cinq pièces du rez-de-chaussée, ainsi que le passage donnant sur la basse-fosse du donjon au travers d’une porte percée ultérieurement à sa construction et murée depuis peu pour des raisons de sécurité.

Fig. 101 - Vue d’ensemble après travaux.

3.2.7.1.1. Le rez-de-chaussée

La pièce centrale A

177Appuyée à l’est, sur l’angle qui marque approximativement le milieu de la courtine M1, cette grande pièce pentagonale occupe le centre de cette aile. Elle est délimitée, côté cour, par le mur de façade M4, et par des murs latéraux, M2 et M13, élevés perpendiculairement aux deux pans de courtine.

178Elle ouvrait sur la cour par un seuil S1, percé dans la façade M4, assez large (1,42 m) et légèrement ébrasé vers l’intérieur (1,50 m). Ce seuil était constitué d’un radier de mortier de chaux à inclusion de graviers roulés et de terre cuite qui pouvait supporter une pierre disparue. Le tuf est employé pour les deux jambages de la porte sur une hauteur de 0,82 m ; il est remplacé en partie haute par des briques.

179Au même niveau de sol, un autre seuil S2 permettait la communication avec la pièce B adjacente. Il déterminait un passage de 1,40 m de large contre la courtine, dans le prolongement du mur M2, épais de 0,93 m et constitué d’un blocage de galet entre deux parements de brique.

180Au sud, une cheminée de très grande dimension était encastrée au centre du mur M13 : son contre-cœur, large de 3,20 m, était constitué de moellons de molasse fortement rubéfiés conservés sur deux assises (fig. 102). L’âtre, large de près de 4 m et profond de plus d’1 m, reposait sur un remblai de petits galets liés à l’argile ; revêtu de dalles de molasse noircies par le feu il encadrait une sole centrale constituée de tuiles plates posées sur chant, liées d’un mortier de chaux argileux. Un lambeau de sol, fait de galets liés au mortier, a été dégagé près de ce foyer et, à proximité, une autre ouverture F2 donnait sur la cour à 1,90 m du seuil S1.

Fig. 102 - Relevé de la cheminée, pièce A.

181La fouille des sols de cette pièce a mis en évidence deux états postérieurs à la fin du Moyen Âge, leurs niveaux étant séparés par une stratification d’environ 0,60 m. La cheminée et le sol qui lui est adjacent appartiennent au plus récent, probablement bouleversé par les récupérations de matériaux. On lui rattache l’enduit conservé sur le parement intérieur de la courtine M1 et la transformation de la fenêtre F2 en porte. Un petit dépotoir extérieur, découvert contre la façade entre le seuil S1 et la fenêtre F2, contenant presque exclusivement de la céramique, et cette grande cheminée permettent de donner à cette pièce une fonction domestique. La description de 1721 dénomme cet espace, ancienne cuisine servant à présent de bûcher dans laquelle il y a une vieille cheminée à laquelle il manque la plate-bande, et précise qu’il est sans carrelage.

182Les seuils bâtis S1 et S2, l’allège et l’ébrasement de la fenêtre F2, ainsi qu’un carreau, subsistant dans l’angle sud-ouest de la pièce, sont situés environ 0,60 m en contrebas et sont probablement postérieurs à la date d’émission de la monnaie retrouvée dans un niveau inférieur aux deux seuils, un liard de Marie, princesse de Dombes (1608-1626). Comme on l’a vu plus haut, les sondages profonds réalisés dans cette pièce ont révélé la présence de murs de galet M10 et M15, arasés antérieurement à l’installation de ce corps de logis qui s’est faite au XVe siècle.

Les pièces B et C

183Au-delà du seuil S2, se développe un espace d’environ 30 m2, divisé par le mur M7 en deux petites pièces rectangulaires, communiquant entre elles par un passage (S3). Ces deux pièces avaient une superficie réduite et devaient être aveugles. Le sol retrouvé sur environ 1,50 m2 au nord du seuil S3 était constitué de briques recouvertes d’une couche de mortier mêlant chaux, terre, sable et tuileau pilé, le revêtement ayant probablement été récupéré.

184Le sol de ces pièces et le mur de refend M7 avaient été établis sur une voûte longitudinale constituée de briques posées sur chant du même module que celles constituant l’appareil des murs (fig. 103). Le cintre, conservé sur une longueur de 7,40 m mais effondré par endroits, était appuyé au nord sur le mur M11. Au sud, le mur M2, fondé seulement à 1,80 m sous le sommet, pourrait l’avoir coupé. Il était ancré latéralement dans la courtine M1 et était lié avec le mur ouest M9 partiellement parementé de tuf. Sa base nord a pu être atteinte à 1,30 m et son élévation était percée d’un orifice de 0,14 sur 0,19 m. Cette voûte semble avoir été coffrée sur un remblai de galet qui supporte aussi la fondation du mur M11 et du mur M12 qui lui est perpendiculaire au nord. L’étude de ce remplissage n’a pas pu être menée entièrement pour des raisons de sécurité et la fonction de cet espace voûté n’a pas été élucidée. Mais on peut penser à un système permettant de lier entre elles les fondations d’un bâtiment afin de suppléer à l’instabilité du terrain. L’orifice aménagé dans le mur M9 pourrait avoir été destiné à l’aération : il aurait été prévu comme le soupirail d’une cave non déblayée. Le volume de cet espace voûté évalué à 60 m3 et sa position au nord-est sous le donjon permet d’émettre une autre hypothèse : il a pu s’agir d’une glacière prévue mais jamais réalisée.

Fig. 103 - Pièces B et C, vue plongeante depuis le nord.

Le passage D contre le donjon

185Ce couloir (pièce D), adossé à la courtine est permettait la communication entre le logis est et la porte basse du donjon percée dans le courant du XVIe siècle. Cette porte a été creusée dans l’épaisseur de la maçonnerie à la jonction entre courtine nord et donjon. Des traces d’outils visibles sur les briques des parois latérales confirment qu’elle n’est pas d’origine, la basse-fosse du donjon n’étant accessible auparavant que par le trou d’homme de la voûte. L’emploi de la molasse pour les piédroits et la largeur du seuil (0,90 m) invitent à placer ce creusement à la même époque que la porte du premier étage et le percement des fenêtres à croisée des étages.

186Ce niveau recouvrait aussi des alignements de mortier, situés à la base des murs M11 et M12. Ces dépôts hétérogènes, contenant chaux, tuileau, graviers et charbons de bois, correspondent probablement à un sol de travail marquant la base de l’élévation de ces deux murs indiscutablement liés à l’angle sud-ouest. Le mur M12 qui s’appuie sur la courtine septentrionale M14 à gauche de la porte de la basse-fosse a été arasé au-dessous de l’ouverture F1. Il occulte partiellement une petite surface du parement interne de la courtine qui présente une alternance de lits de briques saillantes sur une douzaine d’assises sur une largeur inférieure à 1,20 m : il s’agit probablement du harpage d’attente d’un mur de brique perpendiculaire, disparu ou non réalisé.

187Ce niveau de remblai a livré un mobilier abondant comprenant, outre des restes osseux de petits animaux, des ferrets d’aiguillette et des épingles, du verre et de nombreux fragments de céramique, datés du XVIe siècle.

188Malgré la disparition des niveaux supérieurs, il est établi que ce passage donnait encore accès à la salle basse du donjon en 1721.

Les pièces E et F

189La pièce E (fig. 42), presque carrée et d’une surface de 42 m2, située au sud de la pièce A, ne communiquait pas avec elle. Elle s’appuyait sur la courtine, aveugle à ce niveau, et elle ouvrait sur la cour par deux ouvertures pratiquées dans le mur de façade M4. À l’ouest, la pierre de seuil de la porte S5 a été récupérée et la fenêtre F3 a conservé son embrasure intérieure de brique et de molasse et son appui de molasse taillée. Au sud, le parement de la courtine a été creusé au niveau de sa jonction avec le mur M17 afin d’y rétablir un véritable angle droit : la partie située sous le support du dallage a conservé un parement légèrement courbe.

190Sous les niveaux de démolition qui ont livré des fragments d’enduits peints décorés le long des murs, une surface conséquente du revêtement de sol a été retrouvée. Environ deux cents carreaux de terre cuite (0,29 x 0,29 x 0,05 m) étaient en place, le négatif de quelques-uns encore visible dans la chape de mortier de chaux qui les supportait (fig. 105). C’est probablement en raison de son mauvais état que cette partie située près de la porte n’a pas été récupérée, la majorité des carreaux étant fendue. Le mobilier retrouvé en abondance date du XVIIIe siècle : on citera en particulier une clef, du verre plat, de la vaisselle de table en céramique vernissée décorée.

191Cette pièce bénéficiait d’une cheminée installée, comme en A, dans son mur méridional. Large de 3,25 m, elle était dallée de molasses noircies en surface encadrant le foyer dépourvu de son revêtement. Du contre-cœur subsistait un seul moellon de molasse. En 1721, le carrelage de cette chambre et son plafond sont mentionnés en bon état.

192La pièce F (fig. 42) occupe l’extrémité de cette aile, contre l’angle sud-est de la courtine, son sol était situé environ 0,40 m plus bas que celui de la pièce E. On y accédait depuis la cour par une porte S 6 dont les jambages en tuf sont conservés sur 0,80 m de hauteur. Elle pourrait avoir eu une fonction de réserve, c’est une petite dépense en 1721 (fig. 104).

Fig. 104 - Pièces E et F depuis le nord.

Fig. 105 - Pièce E, relevé du pavage en terre cuite.

193Les niveaux de remblai qu’elle contenait ont livré quelques éléments de mobilier : le plus ancien est constitué par des fragments d’une trompe d’appel en céramique datée du XIIIe ou du XIVe siècle.

3.2.7.1.2. Les pièces des étages

194Les murailles de l’aile orientale ont conservé une grande partie de leur élévation. Cela est surtout vrai pour la courtine M1, la plus haute du château, qui s’élève jusqu’aux fenêtres des pièces du deuxième étage. On le constate aussi pour la façade M4 qui fermait, côté cour, l’espace méridional de cette aile, au-dessus des trois pièces A, E, F du rez-de-chaussée : une baie s’ouvre encore au deuxième étage à son extrémité sud.

  • 17 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/ R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

195Deux petites planchettes de calage conservées dans la maçonnerie de la façade M4 ont été datées par dendrochronologie. La date d’abattage de l’arbre dont provient celle qui appartenait à un arc de décharge est postérieure à 1415, la date de l’autre, qui a été retirée du premier étage, est postérieure à 145617. Ces éléments appartiennent-ils à une réfection de ce mur de façade ou en datent-ils la construction ? Il est difficile de se prononcer.

196Le parement intérieur de la courtine M1 a été creusé de cavités, alignées horizontalement et espacées en moyenne de 1,80 à 2 m, destinées à recevoir les solives supportant le plancher du premier étage. Quatre d’entre elles sont visibles au plafond de la pièce E, situé à 2,50 m du sol ; ce dernier devant supporter un carrelage de module inférieur à ceux du rez-de-chaussée, comme le prouvent les exemplaires retrouvés dans la démolition (0,13 x 0,13 x 0,025 m).

197Grâce aux vestiges encore en place et à la description du château effectuée en 1721, il est possible de restituer l’agencement des pièces méridionales du premier étage, mais l’élévation située au-dessus de la pièce A est en partie ruinée comme toute la partie nord : c’est probablement là que se trouvaient la Chambre de Genlis et la Chambre de Luppé au milieu du XVIIe siècle, l’une étant devenue la Chambre du Corps, en 1721.

198Au-dessus de la pièce E une chambre, appelée Chambre de Madame était éclairée au levant par une grande fenêtre percée dans la courtine et qui a conservé son encadrement de molasse et par une autre donnant sur la cour et dont reste un jambage de molasse à l’extrémité du mur de façade M4. Trois petits espaces prenaient place au-dessus de la pièce F ; la grande fenêtre qui éclairait un cabinet se retrouve dans la courtine M18, au sud-est ; celui des latrines, les lieux, ouvre plus au sud à proximité de la façade M4 alors que la fenêtre de la façade ouest donnait le jour au garde-robe de la Chambre de Madame. On accédait à ces petites pièces depuis la Chambre de Madame, par une porte située à l’extrémité du mur M17 et dont la courtine conserve le piédroit oriental et, aussi, par le passage délimité par deux molasses verticales ancrées à l’intérieur de la façade M4.

199Le deuxième étage accueillait sur un plan semblable à celui du premier une succession de quatre chambres placées en enfilade auxquelles appartiennent les ouvertures les plus hautes de la courtine et de la façade. Le galetas du troisième niveau, où se trouvait encore la Chambre des Anges ou chambre Vieille en 1659, a totalement disparu mais on peut en restituer la hauteur grâce à l’engravure de la toiture qui a été respectée par les dernières restaurations sur le parement du donjon.

3.2.7.1.3. La galerie et l’escalier en vis

200Lors du dégagement de la cour est apparu un massif maçonné M16 accolé à la façade du logis oriental : bâti en galet, d’une surface de 27 m2, il prenait place devant les deux fenêtres situées de part et d’autre du mur de refend M13. Il supportait la cage d’un escalier en vis qui donnait sur une galerie placée devant le premier étage et supportée par des piliers dont les embases maçonnées (P1 et P2) ont aussi été retrouvées sur le même alignement à 4,50 m de la façade M4 (fig. 106).

Fig. 106 - Fondation de la tourelle d’escalier, logis est.

201La description de 1721 précise que les

degrés faits en vis servant pour aller aux appartement sont faits de pierre de taille en bon état allant jusqu’au plus haut galetas prenant leur jour sur la basse-cour par trois croisées de fenêtres.

202Cette description d’un escalier en vis au centre d’une galerie évoque une réalisation architecturale de la fin du XVe ou du XVIe siècle.

3.2.7.2. Le logis nord

3.2.7.2.1. La fouille du rez-de-chaussée

203La zone s’étendant contre la courtine nord, entre l’aile orientale précédemment décrite et le châtelet d’entrée a été fortement perturbée par la récupération des matériaux de construction, dans le courant du XIXe siècle, mais aussi après le classement du château comme monument historique (fig. 108). Entre 1950 et 1967, les représentations théâtrales, pour lesquelles le château a servi de cadre, ont entraîné des remaniements : des déplacements de matériaux ont eu pour but d’aménager des sortes de gradins tournés vers le nord.

204Ces niveaux de remblais remaniés masquaient les vestiges très arasés d’un grand logis rectangulaire limité par deux murs latéraux M25 et M31 appuyés contre la courtine nord et par une façade M20 ouvrant sur la cour centrale du château (fig. 107, fig. 108). Ces trois maçonneries de galet étaient sensiblement de même épaisseur, 1,10 m, et fondées au même niveau (521,5 m). Cependant, le mur M25 plus large, 1,40 m, prenait appui précisément contre la pile recevant la retombée de l’arc le plus proche du donjon, son autre extrémité étant liée en fondation avec le mur de façade M20.

Fig. 107 - Vue d’ensemble du logis nord depuis le sud.

Fig. 108 - Plan du logis nord.

205Deux refends partageaient la surface intérieure (216 m2) en trois, la salle H, à l’est, et les pièces L et M vers le châtelet d’entrée. L’espace situé entre ce corps de bâtiment et l’aile orientale a été cloisonné par un ensemble de murs : on y a reconnu un passage I et deux petites pièces J et K (fig. 42, 108). Dans l’appareil de la façade M20 entraient des matériaux divers : blocs de molasse taillés, schistes à peine équarris, calcaires et gros galets étaient calés dans le mortier par des fragments de tuiles. Elle était largement ouverte vers la cour. Au centre les quatre fenêtres, à ébrasement semblable, étaient réparties de façon presque symétrique de part et d’autre d’une large porte centrale S10. Un seuil S7 desservait l’espace oriental. À l’ouest, lui faisait pendant un autre seuil S11 conservé partiellement sur 1,20 m de large et dont le piédroit était représenté par deux assises de calcaire. Ce seuil devait fermer le passage conduisant au châtelet d’entrée, dont on sait qu’il était surmonté par des pièces couvertes en 1721.

206La partie orientale du logis était occupée par une salle rectangulaire H, de 82 m2, isolée par le mur de refend M30. Les deux assises de galets liés au mortier de ce dernier se réduisent à une seule dans sa partie méridionale et ne présentent aucune trace de communication avec les salles occidentales. Il s’appuie au nord sur la courtine M14 et au sud sur une ouverture bouchée de la façade M20. Aucun niveau de sol n’était conservé à l’exception de quatre plaques de terre cuite (0,25 x 0,21 x 0,05 m) subsistant à la base de l’ébrasement de la fenêtre F4. Elles avaient été protégées, avec quelques lambeaux d’enduits peints, par deux pierres de molasse provenant des jambages de la fenêtre. Cet ébrasement débordait au-dessus de la fondation de l’angle intérieur, sa limite marquait peut-être l’emplacement de l’élévation. Il jouxtait au même niveau (alt. 522,90 m), un seuil S8 dépourvu de couverture, qui matérialisait un passage vers l’est au travers du mur M25, un seuil semblable S9 lui faisait pendant à l’autre extrémité du mur M25 contre la courtine M14.

207Une autre pièce rectangulaire L s’étend sur 91 m2 le long de la courtine M14 jusqu’au mur ouest M31 du bâtiment, réduit à sa fondation. Un mur de refend M32, large de 0,60 m et matérialisé par deux assises en galet sur toute sa longueur, a été mis en place à une époque indéterminée pour séparer cette pièce d’un espace allongé M situé en façade. La disparition des niveaux de sol et le mauvais état des constructions encadrant les ouvertures ne permettent pas de préciser le mode de circulation dans ces pièces, mais celle du sud s’apparente par ses dimensions à un couloir ou à une galerie.

208Deux massifs de maçonnerie ont été retrouvés dans la pièce L. Le plus important, de plan carré légèrement trapézoïdal P10 (1,90 m x 1,60 m), était constitué de blocs de schiste encadrant un blocage de galet. L’autre (P9), rectangulaire (0,83 x 0,72 m), est construit de la même façon à une distance de 2,70 m. Il s’agit probablement de socles de piliers qu’il faut placer avant la construction du mur de refend M32, tardive. Ils occupent une position assez centrale dans l’espace rassemblant les pièces L et M. En 1659, la pièce H, appelée salle basse du château, sert de grenier mais par le texte de 1721, plus précis, nous savons qu’elle était carrelée, que portes et fenêtres étaient en noyer et qu’elle possédait une cheminée. Toutefois rien ne prouve que ce soit dans cette même salle basse du château que soit passé un acte intéressant les habitants de Bressieux en 1438 (Lagier 1901 : 93). L’homogénéité des ouvertures de ces trois pièces laisse penser que l’on a partagé un espace initial qui couvrait tout le rez-de-chaussée du bâtiment, « l’aula bassa » du château médiéval, transformant en communs la partie la plus proche des tours portières.

209Le passage I communiquait avec la salle H du logis par le seuil S8 évoqué précédemment. Un mur étroit (M26), en galet, fondé peu profondément et conservé sur 0,35 m de haut le séparait de la petite pièce J, située au nord. Au sud, ce passage ouvre vers la cour par un large seuil S7 percé dans le mur de façade M20. Côté ouest, le piédroit est constitué de moellons de tuf et de molasse avec un angle de molasse saillant. L’autre jambage s’appuie contre la façade M4 de l’aile orientale en avant de l’angle avec le mur M2 de la pièce A. Visible sur 2,45 m de haut, il présente à la base des blocs de tuf appareillés et, pour les assises supérieures, des briques et des schistes liés au mortier. Il masque partiellement un piédroit de molasse dont la feuillure marque l’emplacement d’une ouverture plus ancienne obturée.

210La pièce J d’une surface d’environ 12 m2 est limitée au nord par le mur M29, réduit à deux assises incluant de gros blocs anguleux de micaschiste, qui s’appuie sur le mur oriental du logis M25. Sa partie est M29 bis fait corps avec l’angle nord-ouest de la voûte de brique adjacente en sous-sol qui reposait sur le parement du mur M9. Un remblai sableux sombre pauvre en mobilier recouvrait l’arasement du mur M8 dont l’élévation prenait appui sur cette voûte pour séparer les pièces B et C. Les murs décrits ci-dessus délimitent probablement le premier état de la pièce J, avant le démantèlement de M8 et son remplacement par M26.

211D’autres murs réduits à des lambeaux, M6, M28 montrent de profonds remaniements dans ce secteur, mais aucune organisation cohérente ne peut être déduite de leur position.

212Au nord, les niveaux de la pièce K (environ 20 m2) ont aussi été bouleversés, en particulier par la destruction du remplissage inférieur de l’arc de la courtine, béant avant les restaurations. Elle ne communiquait pas avec le couloir D conduisant à la prison au sous-sol du donjon.

3.2.7.2.2. Les étages du logis nord (d’après les descriptions d’époque moderne)

213Ce secteur étant réduit aux fondations, et les remblais trop remaniés pour apporter des indications fiables sur les élévations de l’aile nord du château, le recours aux descriptions des XVIIe et XVIIIe siècles est indispensable.

214En 1721, on pouvait accéder à la grande salle du premier étage grâce à des grands degrés à deux montées de pierre de taille couverts d’un dôme. L’encadrement de la porte est en marbre et le vantail en noyer. La pièce est éclairée par deux croisées vitrées donnant sur la cour, trois autres sont percées dans la courtine M14. L’ancienne chapelle située dans la muraille de la grande salle du dit chasteau, du costé du couchant, avait été conservée malgré l’aménagement d’une véritable chapelle en 1663. Cet étage compte encore d’autres pièces chauffées par des cheminées : au couchant l’appartement de la reine avec une pièce dont la fenêtre ouvre du côté de la basse-cour et, à côté, une autre éclairée côté couchant et qui communique avec un cabinet en dedans de la tour. C’est dans ces pièces que prend place la fenêtre que l’on peut reconstituer à partir des traces d’arrachement que l’on voit sur la tour T2. Au levant, la chambre du trézor est éclairée par une croisée de fenêtre garnie de son panier de fer. Elle est suivie par une pièce servant de garde-robe. Au deuxième étage, au-dessus du plancher du plafond, s’étendaient plusieurs galetas sous les combles.

3.2.7.3. Le logis ouest

215Trois salles placées en enfilade se développent contre la courtine M34, au rez-de-chaussée d’un bâtiment compris entre la tour occidentale T3 du châtelet d’entrée et une tour carrée T4 au sud (fig. 109, 110, 112).

Fig. 109 - Vue d’ensemble des murs du logis ouest depuis le sud.

Fig. 110 - Plan du logis ouest.

216Le rez-de-chaussée de cette aile est essentiellement composé de pièces ayant des fonctions culinaires : cuisine, fours pour la cuisson des pâtes levées dans la « paneterie », stockage des vivres pour la pièce O, évier à proximité du puits…

3.2.7.3.1. La pièce trapézoïdale O

217Le plan en trapèze irrégulier de la pièce septentrionale O est dû à sa position proche de la porte d’entrée dont elle devait respecter l’accès et le dégagement : elle est en effet limitée de ce côté par le mur M37 de la tour du châtelet d’entrée avec laquelle elle ne communiquait pas et par un mur arasé M36 placé dans le prolongement du piédroit de la porte. Ce mur, épais de 0,75 m et long de 7 m était conservé sur deux assises de galets roulés noyés dans un abondant mortier. Aucun niveau d’occupation ni même de sol n’était conservé, la démolition recouvrant directement le remblai de la plate-forme sous les seuils d’éventuelles portes : en particulier le mur de séparation M35 avec la pièce adjacente au sud ne conservait qu’une seule assise de sa partie est. La fonction de cette pièce, qualifiée en 1721 de petite chambre prenant son jour par un larmier du coté du couchant n’a pu être mieux définie.

3.2.7.3.2. La pièce P

218La salle rectangulaire P située immédiatement au sud, pourtant presque aussi mal conservée, a pu être identifiée à la cuisine des textes. Cet espace, dont la surface a été évaluée à environ 40 m2, englobait un évier aménagé à l’intérieur de l’épaisseur de la courtine M34 et une cheminée dans le mur M48. Le mur de façade M38 donnant sur la cour est plus profondément fondé que les murs M35 et M36 de la pièce O qui s’appuient sur lui, il est aussi plus large, 1,25 m à 1,30 m. La porte ouvrait sur la cour par un seuil très étroit, large de 0,60 m, formé de dalles de molasse.

219D’après une photographie, prise au milieu du XXe siècle, la pierre d’évier prenait place dans une cavité de plan semi cylindrique, presque hexagonal, aménagée dans la courtine (fig. 111). Large de 1,45 m et profonde de 0,93 m, ce renfoncement pouvait être aménagé sans problème dans l’épaisseur de la maçonnerie qui atteint 2,30 m en cet endroit. Au début des fouilles, cette pierre avait été déplacée et gisait à proximité. Restaient en place, les jambages de brique et de galet et le linteau de molasse d’une niche carrée de 0,27 m de côté qui s’ouvrait au-dessous d’elle.

Fig. 111 - Évier de la pièce P.

220Deux conduits de section carrée superposés, percés à travers la courtine sur une longueur de 1,40 m, constituaient un dispositif d’écoulement complexe. L’inférieur, le plus large (0,30 m de côté) recueillait les eaux usées de l’évier ; il débouche à l’extérieur par un orifice parementé de galets roulés et recouvert d’un bloc de calcaire. L’autre, placé à 0,50 m au-dessus, plus étroit (0,15 m), correspondait à un égouttoir aujourd’hui disparu, encore en place au milieu du XXe siècle.

221À l’extérieur, une rigole délimitée par des tuiles et reposant sur un niveau argileux jaune prenait naissance à 1,20 m à l’ouest de la courtine. Présentant un net pendage en direction du fossé, elle était scellée par un dépotoir qui contenait en abondance des céramiques glaçurées (1384 fragments) noyées dans un sédiment meuble noir cendreux très fin. Ces débris de vaisselle furent tous jetés à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles.

222Dans le mur sud M48 s’encastre une très grande cheminée, longue de 6 m, dont un côté s’appuie directement dans la courtine M34. Un bloc de molasse taillé obliquement permet de restituer la pente de la hotte. Le jambage oriental, dont une pierre taillée matérialise la base, s’appuyait sur le mur de façade, côté cour. Le contrecœur, arasé au niveau du sol, est constitué de blocs de molasse rubéfiés et de galets roulés liés au mortier. À l’intérieur de l’emprise de cette cheminée, un lambeau de sol entièrement en brique (1,50 m sur 0,80 m) est limité par une rangée de brique placée sur chant marquant une sorte de bordure. Cette aire fait penser à un espace réservé à une activité tributaire de la chaleur en même temps que de la lumière du foyer. Il ne restait aucune trace du potager à quatre trous signalé en 1721 sous les trois petites fenêtres ouvrant sur la basse-cour et qui devait servir à faire mijoter les plats.

223Les éléments provenant de la démolition des parties supérieures recouvraient directement le remblai établi pour recevoir le dallage. Seul un lambeau en était conservé près de la cheminée et tous les seuils avaient disparu. Ce niveau assez pauvre en mobilier contenait cependant des carreaux à glaçure stannifère portant un exceptionnel décor sur fond bleu : une lettre onciale noire tenue par une main et placée sous une couronne de marquis. Retrouvés uniquement dans cette pièce, ces carreaux, où l’on distingue deux types E et M, provenaient probablement du décor de l’étage supérieur.

3.2.7.3.3. La pièce Q

224Cette pièce, située au sud de la cuisine, a été identifiée à la boulangerie nommée paneterie ou paterie dans l’inventaire de 1721 grâce à deux structures de combustion qui pourraient constituer la base des deux fours à savoir un grand et un petit qu’elle contenait. L’une, au sud-est, en hémicycle (diamètre 1,40 m), creusée dans le mur M45 (large de 1,60 m) et faite de galets roulés, présente des traces de rubéfaction en-dessous de poches de cendre. L’autre ne subsiste plus que par quelques marques de feu visibles sur le mur de courtine. La position de cette pièce contre l’angle sud-est de la courtine lui donne une forme de pentagone irrégulier accentué par la présence du puits que son mur de façade a dû contourner, côté cour. Un fragment de sol constitué de galets subsiste dans l’angle nord à proximité du seuil S13 qui ouvrait sur la cour. Partout ailleurs, la couche de démolition repose directement sur le remblai argileux jaune de la plate-forme. En 1721, la pièce ne possédait ni plancher ni carrelage.

3.2.7.3.4. La tour du puits (R)

225Cette tour T4, appuyée contre la courtine (fig. 110) et contre laquelle avait été construit le logis ouest, doit son nom au puits qui jouxte son angle nord. On sait qu’elle a été presque complètement démontée et que ses briques furent vendues entre 1812 et 1833 (fig. 112).

Fig. 112 - Murs de la tour T4.

226Les trois murs M43, M44 et M45 de dimensions variées et construits à différentes périodes, qui délimitent un espace intérieur réduit de plan rectangulaire (2,60 m x 2 m), sont fondés directement sur la plate-forme. La courtine sud présente en cet endroit un net décrochement extérieur mais aussi un décrochement intérieur contre lequel a été appuyé le mur méridional M43 le plus étroit (1 m). Constitué de matériaux hétérogènes, il a sans doute été reconstruit au XVIIe siècle. Le mur de façade M44, large de 1,10 m, bâti essentiellement en galet, présente un dévers d’environ 0,20 m au-dessus du puits. Le chaînage de l’angle nord est constitué de molasse.

227Le niveau situé directement sous la couche de démolition a livré du mobilier céramique daté entre le XIIIe et le XIVe siècle Ces données archéologiques sont en accord avec le texte de 1336 selon lequel le seigneur renonce à percevoir l’impôt de l’année sur les céréales à condition que ses vassaux

« élèvent un mur à son château depuis la porte d’entrée jusqu’à la tour voisine du puits » (Lagier 1901 : 39).

228Aucune trace de porte n’a été retrouvée pour cet espace qui n’est pas mentionné par l’inventaire de 1721. Son accès éventuel pouvait cependant se faire par le plancher du cabinet du premier étage.

229La position de cette tour qui vient s’appuyer à la courtine et la faible fondation de ces murs laissent penser qu’il s’agit d’une reconstruction : peut-être est-elle à mettre en relation avec la visite de 1659, d’après laquelle l’angle de ce bâtiment a été entièrement rebâti tant en plein qu’en vide.

3.2.7.3.5. La pièce annexe S

230Appuyée contre la courtine sud M21 et la tour T4 à l’ouest, cette pièce est délimitée par un mur de galets roulés M46 de faible épaisseur, 0,45 m, qui décrit un arc de cercle entre l’angle nord-est de la tour et la courtine. Construit directement sur le remblai jaune et arasé au niveau de sa fondation, il a été installé après la destruction partielle d’un pilier rectangulaire P 14 (0,74 x 0,41 m) conservé sur 0,90 m de haut, qui avec deux autres piliers (P12 et P13), dont les bases ont été retrouvées, supportait peut-être la toiture d’un appentis construit contre la courtine M21.

3.2.8. La cour centrale

231L’espace libre de construction à l’intérieur de l’enceinte de brique, mise en place progressivement durant le dernier tiers du XIIIe siècle et la première moitié du XIVe siècle, s’étend devant les tours portières et les logis, eux-mêmes parfois précédés de galeries. Les plus importants aménagements découverts dans cette vaste cour ont rapport à la récupération de l’eau. Lors des périodes de pluie, les égouts des toitures y concentraient brutalement environ la moitié de l’eau collectée sur la totalité de la surface couverte. Il fallait donc l’évacuer par différents moyens. Par ailleurs, le château étant situé sur un sommet, il ne pouvait être desservi en eau potable par les sources alentour : il fallait nécessairement recourir à des citernes ou des puits. Aucune trace de citerne n’a été reconnue mais la fouille a mis au jour un puits comblé, profondément creusé dans le sous-sol.

3.2.8.1. Le puits

232Localisé à l’angle sud-ouest de la cour, précisément à la jonction entre la paneterie et la tour T4, ce puits est signalé dès 1336. Comblé, très certainement pour des raisons de sécurité, au XIXe siècle, il a été déblayé à la main sur une profondeur de 26 m. La fouille devenue trop dangereuse, n’a pas atteint la nappe aquifère, qui, d’après le niveau des sources des alentours, pourrait se situer à plus d’une trentaine de mètres en contrebas, c’est à dire à près de soixante mètres de la surface de la cour.

233La paroi est formée sur 21,50 m de haut par le poudingue du substrat, un conglomérat calcaire assez résistant pour être laissé sans parement, et n’est bâtie qu’en partie supérieure (fig. 113 et 114). Depuis le niveau du sol, où la maçonnerie a été arasée, et sur une profondeur de près de 2 m, cette paroi cylindrique (diamètre 1,30 m) est constituée de galets liés par un mortier de chaux. Elle surmonte un tronc de cône haut de 3,25 m, monté avec des claveaux de tuf de moyen appareil (0,40 m x 0,30 m) parfaitement ajustés et alternés par assises horizontales. La plus haute recevait probablement la base d’une margelle dont le diamètre intérieur ne dépassait pas un mètre.

Fig. 113 - Le puits de la cour centrale en cours de dégagement.

Fig. 114 - Coupe schématique du puits.

234À la base de la construction en tuf, la fouille a mis en évidence plusieurs cavités alignées horizontalement au-dessus d’un mince niveau de poudingue. Celui-ci surmontait un lit d’argile de pendage nord-sud et dont l’épaisseur augmentait de 0,20 à 0,40 m d’un côté à l’autre. Les deux cavités les plus importantes, hautes de 0,12 à 0,16 m, larges de 0,26 à 0,28 m et profondes d’environ 0,45 m, étaient disposées au nord-est et au sud-est. Trois autres, profondes seulement de 0,19 à 0,23 m et hautes de 0,06 à 0,08 m, se trouvaient à l’opposé. Elles ont probablement servi à encastrer des pièces de bois destinées à soutenir un platelage d’échafaudage nécessaire à la mise en place du parement de tuf. Les plus profondes, inclinées vers l’intérieur du puits et placées au-dessus du niveau imperméable, ont pu servir aussi à récupérer l’eau renversée autour de la margelle lors du puisage.

235Le diamètre du cylindre excavé directement dans le substrat miocène induré atteint une largeur de 2,30 m sous les moellons de tuf de la partie supérieure. Il reste ensuite constant sur 9 m de profondeur puis il se réduit progressivement sur une hauteur d’un mètre jusqu’à 1,80 m. À 19 m de profondeur, il ne mesure plus que 1,50 m et garde ce diamètre jusqu’au niveau atteint par le dégagement.

236En l’absence de fouille des niveaux extérieurs au puits, il est difficile de connaître la façon dont les puisatiers médiévaux ont commencé leur creusement. On ignore en particulier où se trouvait le niveau du sol. Néanmoins, le sommet de l’appareillage en tuf est situé à une altitude proche des niveaux d’occupation les plus anciens observés dans les sondages profonds : on peut en déduire que le puits existait lors de cette phase d’occupation et qu’il a pu être creusé au XIIe siècle. La construction circulaire en galet correspond à l’exhaussement du niveau de la cour consécutif à l’édification du château fort de brique.

237La fouille n’ayant pas atteint la base du comblement, seul est renseigné l’abandon définitif du puits. En 1721, celui-ci possédait encore seau, poulie, chaîne et corde mais la margelle et la toiture de tuiles demandaient réparation. Des remblais provenant de la démolition des corps de bâtiments y ont été déversés sur plus de 22 m probablement en une seule période, au XIXe siècle. Outre les galets, les briques et autres fragments de matériaux de construction, on y a retrouvé à 16,50 m de profondeur un squelette d’équidé, disloqué mais présentant des connexions anatomiques. On y a recueilli aussi (couche 11) quelques-uns des beaux carreaux émaillés bleus provenant de l’étage du logis ouest, très proche. En partie supérieure le comblement montre différents apports, les derniers pouvant être datés par le mobilier d’un dépotoir du début du XXe siècle.

3.2.8.2. La petite cour

238Un revêtement en galet était particulièrement bien conservé sur une longueur de 2,70 m vers l’entrée du château, le long du passage en pente longeant la façade M36 très arasée du logis occidental. Il ne se prolongeait pas vers l’est. Un aménagement de gros galets entourant une crapaudine de grès molassique (0,28 m x 0,25 m) située à 0,28 m de l’angle nord-ouest de la tour portière T2 suggère que les galets de cette zone ont été prélevés (fig. 115).

Fig. 115 - Vue d’ensemble de la calade de la petite cour.

239La récupération des eaux était assurée côté ouest par un caniveau de 0,30 m de large taillé dans du grès molassique, conservé sur une longueur de 4 m le long du mur M36. En amont, des briques alignées transversalement rejetaient les eaux vers ce caniveau.

3.2.8.3. La grande cour

240D’une surface d’environ 400 m2 (fig. 119), cette cour présentait une surface horizontale qui avait été recouverte, dans son état le plus récent, d’une calade de galets (fig. 116). Fortement détériorée et même entièrement disparue en maints endroits, elle n’était bien conservée que sur une bande située en avant des fenêtres F4 et F6 du logis nord. Une autre bande de galet, irrégulièrement agencée sur 3 m à 3,50 m de large, suit le mur de façade M47 du logis ouest sans couvrir les alentours du puits. À partir du seuil S13 de la paneterie Q, une rigole très étroite, large de dix à quinze centimètres, constituée de galets jointifs posés sur chant, longe la façade. Elle conduisait les eaux vers un écoulement plus large (0,25 m) dont les débordements ont partiellement déchaussé l’empierrement.

Fig. 116 - La grande cour vue du nord.

241Un caniveau couvert, entièrement constitué de brique, conduisait les eaux d’est en ouest, au travers de la cour, depuis un réceptacle en galet maçonné placé au pied de la galerie orientale (fig. 117). Il suivait un tracé courbe contournant ainsi l’escalier à deux volées qui conduisait au premier étage du logis nord (grand degrés, fig. 95, 120). Il s’infléchissait ensuite vers le nord pour se diriger vers le passage couvert de l’entrée à partir duquel il a été détruit. Son comblement ne présentait pas de mobilier susceptible de fournir une datation mais une monnaie de Marie, princesse de Dombes (1608-1626), fournit un terminus post quem pour le niveau le recouvrant sous la calade. Un puisard circulaire d’un mètre de diamètre et à peine plus profond (1,10 m), à la paroi appareillée sans soins, était comblé de galets et de briques partiellement calcifiées. Il semble avoir fonctionné comme puits perdu et il était scellé par le dernier niveau d’arasement de la cour.

Fig. 117 - Caniveau couvert de la grande cour.

242Deux aires de gâchage de chaux l’une de 5 m sur 2 m, l’autre de 1,95 m sur 1,40 m, comptaient une à trois dépressions presque circulaires tapissées de bourrelets irréguliers de chaux pure. La plus grande était comblée par un niveau de la fin du XVIe siècle.

243De plan trapézoïdal, un puisard-dépotoir était installé à l’angle sud-est de la cour. À l’origine, deux murs disposés en angle droit (M22 et M27) recueillaient les eaux dans un réceptacle perméable (F5) à partir d’un conduit situé dans l’épaisseur de la courtine. Après la construction du mur de façade M4, le puisard a été comblé de gros galets avant de servir de dépotoir. Ce dernier a livré un important matériel homogène du XVIIe siècle, aujourd’hui présenté au musée, parmi lequel des récipients culinaires (plats, écuelles, assiettes, petits pots…), des objets en verre appartenant à la table (verres à jambe, coupes, flacons, bouteilles…), et des objets métalliques (serrures, ferrures de portes, clous, épingles, anneaux…). Ce mobilier constitue un terminus post quem au réaménagement des ouvertures de la façade M4. Cette structure a ensuite été couverte d’une couche de mortier pour installer le perron de la porte S 6 ouvrant sur la pièce F.

244À l’est, la cour était bordée par la galerie du logis oriental, matérialisée par cinq bases de piliers carrés (P1, P2, P5, P6 et P8) en maçonnerie de galet et de brique aux angles appareillés en moellons de tuf. Au centre de cette galerie prenait place un escalier en vis qui desservait les étages. Une seconde galerie ou un appentis s’appuyait contre la courtine sud et sur trois piliers (P12, 13 et P14).

3.2.8.4. Synthèse sur la fonction résidentielle et l’évolution des logis

245Les fouilles, bien que non exhaustives, ont mis en lumière l’importance de la fonction résidentielle à travers l’existence de trois corps de bâtiments adossés à l’enceinte et insérés dans un espace fortifié. Ainsi zones de défense et secteurs d’habitation se partagent l’espace de façon harmonieuse.

246Au fil des siècles, ce château a toujours été le lieu de résidence d’illustres personnages, barons et seigneurs, et les vestiges mis au jour, parfois ténus, mais aussi ostentatoires, montrent la richesse de cette classe dominante. Il n’est donc pas surprenant d’y trouver, particulièrement aux périodes récentes, pour lesquelles nous disposons de descriptions, toutes les pièces nécessaires au confort quotidien, salles de réception, chambres chauffées, chapelle, cuisine bien aménagée et structures utiles à la conservation des aliments…

247Les logis sont construits en dur (galet et briques) et comportent un ou deux étages, la communication entre les différents niveaux se faisant par l’extérieur au moyen d’escaliers hors œuvre. Malgré la difficulté de dater précisément chacune des étapes de construction des logis, on peut cependant établir une chronologie approximative en laissant une fourchette plus ou moins large de datation (fig. 118).

Fig. 118 - Chronologie et évolution des logis.

3.2.8.4.1. Premier état (fin XIIe siècle – début XIVe siècle)

248Il est possible que les murs M10, M15, M19 construits avec des galets roulés, parallèles à la courtine est, découverts sous les sols du logis oriental, correspondent aux vestiges d’un édifice du XIIe siècle qui a pu perdurer jusqu’au XVe siècle. Ce bâtiment était alors désolidarisé du donjon et se terminait au sud de la pièce E.

249Le grand logis adossé à la courtine nord a été construit en une seule étape (les murs M30, M20, M25 sont liés) probablement à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle comme le prouvent les résultats des deux sondages I15 et I29. Leur stratigraphie identique montre les fondements du logis ainsi que le remplissage des tranchées de fondation. Le mobilier archéologique riche et abondant a livré plusieurs monnaies, un lot de verre, divers objets métalliques (éperon, boucle de ceinture, fermoir de livre…) et deux pièces de jeu d’échec, tous du XIIIe siècle ainsi que de la céramique des XIIIe–XIVe siècles. La première phase du châtelet d’entrée appartient aussi à cette étape de construction.

3.2.8.4.2. Deuxième état (XIVe siècle – XVe siècle)

250Il est probable que le logis ouest a été construit dans la première moitié du XIVe siècle après que la courtine ait été elle-même élevée dans cette partie comme l’indique la charte des libertés octroyées aux habitants de Bressieux (ADI – B3924 ; RD 27910) en 1336 par Aymard VII :

un mur sera élevé à son château depuis la porte d’entrée jusqu’à la tour la plus voisine du puits.

251On peut y associer également la première surélévation des tours portières. Le logis est, comme on l’a vu, a été modifié au XVe siècle, les murs du précédent logis (M10 – M15 – M19) étant arasés pour reconstruire un nouvel alignement (M4) et édifier un bâtiment plus large, parallèle à la courtine. Une tourelle d’escalier de forme semi-circulaire lui est alors accolée afin de desservir les étages supérieurs. La deuxième surélévation des tours portières prend peut-être place dans cette phase de travaux.

252Des zones d’ombre n’ont pu être élucidées quant à ces réaménagements, et les dates proposées pourraient être réinterprétées à la lumière d’autres découvertes.

3.2.8.4.3. Troisième état (fin XVe siècle – XVIe siècle)

253Le château s’articule alors en trois corps de bâtiments disposés en U autour d’une cour selon un plan légèrement trapézoïdal et se présente comme une vaste demeure seigneuriale tournée vers sa cour. Les commodités résidentielles y font alors leur apparition ; on est à la période charnière de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Les logis, jusqu’alors austères et mal éclairés, font l’objet d’une campagne de rénovation afin de s’adapter au goût du jour et de privilégier enfin le confort.

254De cette époque date le percement des fenêtres à croisées en molasse, encore visibles dans les élévations de la courtine et dans le donjon et les portes du rez-de-chaussée et du premier étage de ce dernier. On peut vraisemblablement penser que les courtines nord et ouest ont été pourvues des mêmes ouvertures. On réorganise aussi le logis est avec la création d’une galerie.

3.2.8.4.4. Quatrième état (XVIIe siècle) : adoption d’un plan définitif et XVIIIe siècle

255Ce n’est qu’à l’époque moderne que le château a adopté ses dispositions définitives qui correspondent aux derniers vestiges archéologiques découverts.

256La reconstruction du XVe, les aménagements du XVIe siècle expliquent que l’on n’ait pas entrepris de grands travaux avant la deuxième moitié du XVIIe siècle. C’est à cette période que le château change pour la première fois de propriétaire, le dernier marquis Louis de Grolée-Bressieux meurt en 1643 sans enfant. La succession se fait au profit de la famille La Baume de Suze-Rochefort après un long procès. Peu après la comtesse de Rochefort procède à une campagne de remise en état du château. La procédure de la vérification des réparations nécessaires faites au château de Bressieux et autres bâtiments en dépendant en 1659 (archives Gueyffier) livre une liste des travaux entrepris : les couverts des toits sont en partie refaits, la tour du puits est rebâtie, des pans de muraille sont reconstruits, dans les chambres du bâtiment est, on remplace les poutres défectueuses, on répare les cheminées (pose de contre-feu en molasse, manteau, gaine…) et les linteaux de portes, on refait les carrelages etc… Des prix faits et quittances de la fin du XVIIe font plutôt état de travaux d’entretien de la demeure.

257L’inventaire de 1721 dressé au château permet d’attribuer une fonction précise à chaque pièce du château et rend compte de la dichotomie existant entre les appartements seigneuriaux et les communs.

258La fonction de réserve aux rez-de-chaussée des différents logis finit par s’imposer et des portes sont ouvertes au niveau de la cour pour faciliter le passage des denrées : c’est ainsi que la salle basse du logis devient un grenier, l’ancienne cuisine un bûcher, qu’une porte est ouverte dans la pièce F pour communiquer avec la cour… Les rez-de-chaussée des corps de logis présentent une succession de pièces souvent sombres (parfois aveugles), sans confort, réservées aux communs. D’ailleurs la description des pièces dans l’inventaire de 1721 restitue bien la pauvreté des matériaux employés : portes et fenêtres en sapin, sols en terre battue…

259En revanche les étages nobles du premier niveau sont réservés à la réception (grande salle) et chacun possède un appartement avec garde-robe, cabinet, latrines… Tous sont chauffés, bien éclairés par une ou plusieurs baies, les matériaux employés sont nobles, portes et fenêtres en noyer, encadrements des croisées en molasse avec leurs volets intérieurs, jambages de portes en molasse ou marbre, carrelages…

3.2.8.4.5. Cinquième état (du XVIIIe au XXe siècle) : abandon

260L’inventaire de 1721 fait aussi état de la vétusté du château : les couverts de tous les logis sont à reprendre, plusieurs milliers de tuiles à changer, la foudre a occasionné à plusieurs endroits des fissures, des poutres sont tombées ou manquantes de l’étage au rez-de-chaussée, les menuiseries (fenêtres et portes) sont en médiocre état (vitres, serrures et clefs manquantes), les cheminées vétustes, certains planchers sont « hors de service convenant de les refaire à neuf, manquant environ la moitié du carrelage » (appartement de la reine), à la galerie qui mène de la grande salle à l’appartement du légat, « il y manque six balustres de pierre blanche » ainsi que sur l’escalier qui monte à la grande salle. Le château est vendu à la famille de Valbelle, originaire de Provence qui ne l’habite pas, puis est revendu en 1780 à la famille de Goutefrey qui prévoit un plan de restauration qui n’a jamais été réalisé.

261L’après Révolution jusqu’aux dernières décennies du XIXe siècle a vu s’opérer la lente destruction de l’édifice qui a servi de carrière aux villageois. L’abandon de l’édifice et la récupération de matériaux ont eu raison des logis, ce n’est qu’à la faveur des restaurations entreprises par le service des monuments historiques de 1909 à 1914 que le pillage a cessé.

La stratigraphie relevée au centre de la cour (fig. 119)
Un sondage profond effectué au centre de la cour a livré une stratigraphie de 1,20 m de profondeur qui a permis de retrouver la chronologie des diverses étapes du château.

Le dernier état – XVIIe siècle – correspond à un exhaussement du sol d’une quarantaine de cm par un remblai de terre noire (1) pour y installer une calade de galets sous laquelle a été établi un caniveau de brique (2). Ce niveau est bien daté par deux monnaies d’une princesse de Dombes (1606-1628), Marie de Montpensier, et est à rattacher peut-être aux travaux décrits dans le texte de 1659.
Sous ce remblai, un sol de terre tassé (3), exhaussé régulièrement, daté de la charnière des XVe-XVIe siècles et auquel appartient un foyer bordé de briques rubéfiées (4), fonctionne avec le premier niveau des seuils des pièces du logis est. La grande aire de gâchage de chaux de la cour peut également appartenir à cet état.
On trouve ensuite les deux niveaux les plus anciens, d’abord celui qui correspond à la construction du château de brique (fin XIIIe siècle - début XIVe siècle) et dans lequel a été découvert un assez riche mobilier archéologique (5) (verres à boire, gobelets, pichet, marmite, éléments de bronze et boucle de ceinture) et en dernier, séparé du précédent par un remblai de terre jaune (6), un niveau de terre noire et jaune mêlée avec du mobilier céramique du XIIe siècle (7).

3.3. Le château de la période moderne (fig. 120, 121, 122)

3.3.1. Le château après le milieu du XVIIe siècle (d’après la vérification de 1659 [transcription complète donnée en annexe 1 p. 183-188] et les prix faits de 1663)

262Grâce à une copie effectuée par Abel Gueyffier au XIXe siècle sur un texte tiré de ses archives Procédure de la vérification des réparations nécessaires faictes au chasteau de Bressieu et aultres bastiments en dépendant par sieur Michel Sividre expédié à Madame la comtesse de Rochefort... par François Pra notaire royal héréditaire de Saint Éstienne de Saint Geoirs et daté du 14 octobre 1659, il est possible de donner un état sommaire du château alors en cours de réparations.

263Cette procédure de vérification a été rendue nécessaire par le long procès qui oppose la comtesse de Rochefort à la dame de Venterol en qualité de mère et administratrice de son fils ayné héritier de la dite déffuncte dame marquise de Bressieux et pour protéger les intérêts de Jean David qui avait été chargé de commander des travaux qui ont été réalisés en 1656.

264Sont résumés ci-dessous, avec emprunt partiel au texte original, les détails susceptibles d’éclairer l’aspect du château à cette époque, en particulier les transformations dont il a pu faire l’objet, après une période où il semble avoir été abandonné. Les mesures sont exprimées en toise, pied et pouce. Elles sont évaluées approximativement en mètre en prenant une conversion la plus simple possible, la toise étant évaluée arbitrairement à ± 2 m, la toise carrée à ± 4 m2 et le pied à ± 0,30 m, le prix exprimé en livre et ses divisions.

265Les visiteurs ont noté le premier jour les réparations concernant la maçonnerie. La courtine fermant la basse-cour au sud a été refaite tout le long depuis la guéritte jusqu’au corps de logis oriental sur douze toises (± 4 m2 x 12 = 48 m2) avec en sus deux toises ung quart de muraille (± 4 m2 x 2,25 = 9 m2) dans la basse-cour au-dessus d’un vieux portal bouché de massonnerie à raison de seize livres la toise (228 £).

266L’angle de la façade du corps de logis près du puits, au sud et à l’ouest, a esté fondée à neuf avec un angle de pierre molasse et remonté tant en plein que du vuide avec une porte et une fenêtre aux encadrements en pierres de taille de quatre pieds (1,20 m) de haut et deux (0,60 m) de large sur vingt toises (± 4m2 x 20 = 80 m2) (332 £).

267À l’intérieur du corps de logis oriental, au-dessus de la chambre appelée des Anges (au deuxième étage), la façade sud de l’arrière chambre a été reprise à neuf, depuis le dernier plancher jusqu’au couvert, sur sept toises et trois-quart (± 4 m2 x 7,75 = 31 m2 ), avec une fenêtre de deux pieds de haut et un pied et demi de large, appui et jambage en molasse et linteau de bois (124 £), plus un quart de toise de muraille (± 1 m2 ) pour supporter le poultre qui soustient le couvert (4 £), plus un quart de toise de muraille, au dehors, côté cour, au-dessous de la lucarne, pour réparer une écorchure (4 £).

268La cheminée de la chambre... de Madame (au premier étage) a reçu un contrefort de molasse de trois pieds de longueur et un pied et demy de largeur et un quart de toise de muraille au-dessus du manteau (4 £).

269La cheminée de la chambre la joignant a reçu ung contre-feu de pierre molasse de deux pieds en quarré et un quart de muraille au-dessus du manteau (4 £).

270Au nord et au premier étage, le dessus de la porte de la chambre... du passage pour aller en la grande salle a été refait sur un huitième de toise de muraille (2 £).

271À l’extérieur, les deux côtés de la parabande des degrés par lesquels on monte à la grande salle et l’extérieur du cul de lampe ont été enduits de mortier pour un huitième de toise de muraille (2 £).

272L’arcade de la cheminée de la petite cuisine qui est dans le corps de logis oriental a reçu trois pierres de taille et autre maçonnerie avec le contre-feu un quart de toise de muraille et un seizième (5 £).

273En divers endroits, tant de la chambre... de Madame que celle... du passage qu'autre du légat et aultre antichambre du légat, le carrelage a esté réparé (1 £ 6 S).

274À l’extérieur du château, au-dessous du pont-levis de l’entrée... a été construit à neuf trois toises et un sixième de muraille avec un rang de pierres de tailhe au-dessus, où les gonds dudit pontlevis sont attachés (50 £ 13 S 4 d).

275Au pigeonnier dépendant du château... a esté... construit à neuf un angle avec la massonnerie joignant du costé du levant et du midy et réparée l’écorchure de la muraille au bas... au midi trois toises un quart un huitième et un trente-deuxième de muraille (54 £ 10 S) et au-dedans, a été réparée une écorchure jusqu’à demi mur au nord qui compose une demi toise de muraille (8 £).

276Le lendemain, les toitures sont expertisées de l’extérieur comme de l’intérieur des galetas : au-dessus de la chambre appelée des Anges et aussi chambre Vieille (dans le logis est) il a esté posé deux poultres d’environ quatorze pieds de longueur (± 4,2 m) et dix poulces en quarrure et huit chevrons de vingt-deux pieds de longueur (± 6,6 m) ; et sur eux, sept toises carrées de litteaux pour ranger les tuihles avecq les clous et crosses nécessaires.

277... Au galetas dessus la chambre de la Reyne (dans le logis nord), il a été posé deux ventrières soutenues de quatre piliers debout pour supporter la plateforme du couvert de bois neuf, les ventrières tirant vingt-deux pieds (± 6,6 m) de longueur et six poulces en quarré et les piliers douze pieds de hauteur (± 3,6 m) et six pouces de grosseur.

278Plus au couvert a été posée une cornière jusques au bout du toit penchant au devant de la porte de la petite cuisine (du logis ouest), et six ais de bois châtaigner de six pieds en largeur et huit pieds en longueur ; il a été posé quatre chevrons de douze pieds en longueur et quatre poulces en quarré avec la latte nécessaire pour y ranger les tuihles contenant en quarré deux toises.

279En la passe du couvert sur le grand escalier montant en la grand salle ont été posés les essandoles nécessaires tout au long de la basse-cour.

280La passe du couvert du corps de logis ouest tumbant dans la basse-cour a esté mis sept rattons neufs de la longueur d’environ cinq pieds et garnis environ deux toises de liteaux avec leurs clous et crosses nécessaires.

281Les couverts tant aux pentes du dedans que du dehors ont reçu plusieurs réparations à neuf, soit de litteaux garnis de leurs clous et crosses, de leurs tuiles et que depuis par l’impétuosité des vents, il y a quelques tuihles aux passes des toits du dehors qui ont esté abattus. Il a esté employé au moins la quantité de six mil cinq cent tuihles et à l’entrée de la porte du château il y a environ cinq cents tuihles pour employer aux réparations qui restent à faire.

282Les menuiseries intérieures sont aussi décrites et complètent le descriptif des réparations de maçonnerie. En la cheminée de la chambre de Madame, a été posé à neuf un manteau de bois noyer de six livres, en la cheminée de la chambre contiguë, un manteau de même bois longueur de six livres. Le total est donné globalement pour la charpenterie (257 £ 18 S 6 d).

283Les dépendances extérieures à l’enceinte sont décrites à la suite : le pont-levis qui est à la porte du château a été fait à neuf et bien garni de tous les plateaux, gonds et barres, chaînes et autres choses (100 £). Le pont qui est au-devant du pont-levis a esté réparé moytié à neuf et à présent il est en assez bon estat (30 £)

284Le couvert de l’écurie a esté tout recouvert et regarni des tuihles nécessaires..., il y reste au-dessus du planchier cent tuihles creuses (12 £).

Commentaire des prix faits de 1663

285Le descriptif précédent montre l’importance des travaux engagés par la comtesse de Rochefort. Ceux-ci seront complétés entre août et décembre 1663 d’après une série de prix faits suivis de quittances copiés par Abel Gueyffier sur le minutier de Maitre Antoine Faure notaire de Saint-Pierre-de-Bressieux qui se trouvait chez maître Chevalier notaire dans cette localité (Archives Gueyffier).

286Le châtelet d’entrée qui menace ruine est partiellement reconstruit : il faut remettre en état la voûte de la porte d’entrée dudit château qui est fort corrompue et les maçons sont chargés de démolir la partie supérieure de la tour orientale jusqu’à ce qu’ils aient trouvé un fondement solide puis de la reconstruire. Elle sera aussi voûtée solidement au premier et au second étage (ces travaux sont à mettre en relation avec la date approximative vers 1660 donnée par une analyse de dendrochronologie de pièces de bois prélevées dans la tour).

287Les cheminées sont presque toutes reconstruites et on y place de grosses pièces de noyer appelées manteau qui soutiennent une couchée qui atteint le plafond ; ainsi pourront être chauffées dans l’aile est une chambre du rez-de-chaussée, la chambre des Gentilhommes, et celle de Luppé, qui rappelle le titre de baron de Luppé porté aussi par la marquise de Bressieux, située au-dessous de la chambre des Anges du deuxième étage. La chambre de Genlis et celle de Madame, au premier étage, voient en outre leurs accès transformés en même temps qu’on ferme la galerie qui s’étendait au nord de l’escalier en vis pour en faire un passage vers la chapelle. On perce quelques larges portes et fenêtres et les contrats prévoient d’autres tâches destinées à réparer ce qui est nécessaire.

288La chapelle, nouvellement commencée, est localisée auprès de la Salette dite de Ribiers, une pièce non identifiée mais qui rappelle celui de la localité du département actuel des Hautes-Alpes dont la marquise de Bressieux s’intitule aussi comtesse. Elle est munie d’une galerie à balustres, lambrissée du haut en bas, et reçoit un décor de qualité.

289Plusieurs pièces sont carrelées de neuf, comme la chambre du Trésor et sa garde-robe, ou remises en état. Les toitures sont aussi refaites, en témoigne la formule pittoresque d’un des prix faits le couvert de l’appartement de la grande sale du dit chasteau de Bressieux, a commancer de la grande tour du costé du mattin jusqu’à l’appartement du légat du costé du soir tant du costé du vent et du costé de bize c’est-à-dire une surface couvrant près de la moitié de la surface enclose. Prévoyante, la marquise s’assure les services d’un charpentier couvreur de Vienne pour l’entretien général pendant dix ans.

290Ces textes notariés permettent de constater l’ampleur des travaux entrepris dans la seconde moitié du XVIIe siècle et d’en déduire l’état d’abandon dans lequel se trouvait le château depuis le décès du dernier marquis de Bressieux. En effet à la mort de Louis de Grolée-Mévouillon en 1643, puis de son épouse Margueritte de Morges, dix ans plus tard, une longue crise de succession s’engage qui se termine en 1659 à l’avantage de la famille de La-Baume-de-Suze qui succède ainsi aux Grolée-Mévouillon-Bressieux. Ces descriptions ne concernent que des travaux de restauration destinés à rendre le château habitable et à le sauver de la ruine. Le percement de grandes baies ou la fermeture de la galerie ont probablement changé l’aspect des façades mais ne doivent pas avoir modifié fondamentalement la structure des bâtiments. Toutefois, ces travaux ont été repérés par les fouilles des niveaux superficiels de la cour et c’est à eux qu’il faut attribuer l’exhaussement de la cour et de l’ensemble des sols du rez-de-chaussée. Peut-être doit-on considérer que les aires de gâchage retrouvées dans la cour et séparées par un important remblai, appartiennent à ces deux phases de travaux, la première datée de 1656 d’après les termes de la vérification de 1659 étudiée ci-dessus et la seconde de 1663.

3.3.2. Le château au XVIIIe siècle (d’après le plan de Goutefrey et la description de 1721, transcription complète donnée en annexe 1 p. 189-196)

291Restituer l’état du château au XVIIIe siècle est relativement aisé. Même si les élévations des constructions les plus récentes ont disparu, la fouille a dégagé la totalité de leurs substructions et surtout nous disposons d’une description très détaillée des biens dépendant du marquisat de Bressieux établie en 1721 lors de sa vente par Louis François de la Baume, comte de Suze, au comte de Valbelle. Un plan ancien, non daté, établi probablement à la fin du XVIIIe siècle pour servir de support à un projet de restauration non réalisé permet de compléter ces informations.

292Un résumé des pages concernant le château de Bressieux figure ci-dessous, transcrit selon l’orthographe actuelle avec maintien des formules originales (traduites si nécessaire entre parenthèses).

3.3.2.1. Extérieur (fig. 120)

293Premièrement nous nous sommes transportés dans le château de Bressieux, situé sur une éminence au-dessus du bourg, construit de muraille faite avec de la brique et couvert à tuiles plates. À l’entrée, il y a deux tours rondes avec leur dôme couvert de feuilles de fer-blanc. Entre les tours, il y a le portail d’entrée et à son approche, un pont-levis dont les plateaux sont en mauvais état, en partie pourris comme les poutres qui le soutiennent, sans aucune chaîne pour le lever. De chaque côté du pont deux murs démolis par endroits dépassent le sol de deux ou trois pieds de haut : l’un est long de dix toises (± 20 m) et l’autre de six et demi (± 13 m).

Fig. 120 - Le rez-de-chaussée du logis d’après la description de 1721.

294Et ayant fait le tour de l’enceinte du château nous avons remarqué que ses murs sont presque tout de briques en assez bon état, excepté les murs de la grande tour du château à l’angle du côté de la bise : le haut du côté de bise est écorché d’environ dix huit pieds (± 5,4 m) de longueur, cinq pieds de large (± 1,5 m) et un pied et demi (± 0,45 m) de profondeur ; cette écorchure a été faite depuis plusieurs années par la foudre ainsi que celle située plus bas entre les deux fenêtres, d’ environ quatre pieds (± 1,2 m) de hauteur et deux et demi (± 0,75 m) de large. Le portail est de pierre de molasse, la porte de noyer doublée d’ais de peuplier en assez bon état garnie de gros clous ronds et de ses pentures et gonds, d’une serrure et d’un verrou et de quatre barres de fer vulgairement appelés chien, avec un marteau et une boucle servant pour heurter audit portail.

3.3.2.2. Rez-de-cour intérieur

295À l’intérieur, à l’entrée de la basse-cour (cour du château) près du portail, une grosse poutre est tombée de l’appartement de la Reine sur le pavé le long des murs de la cave à côté de la poutre rompue du même plancher qui est soutenue par un pilier droit.

296Sur la gauche en entrant, il y a une petite voûte sous la tour dont une partie du carrelage manque, à côté de laquelle est la chambre du concierge : son plancher est d’ais entièrement rompus, sa porte en médiocre état en est le seul jour.

297Sur la droite est une petite chambre avec un seul larmier (jour) garni de barres de fer au couchant.

298La cuisine est à côté avec jour sur la basse-cour par trois larmiers avec des vitres en bon état, et au-dessous, le potager à quatre trous, à gauche de la sortie, et une autre petite fenêtre et son volet de sapin en médiocre état, la porte de sapin, vieille et usée est garnie de ses barres et gonds et d’une serrure dont la clef est rompue.

299Du côté du vent (sud) de la cuisine il y a la pâterie (dite aussi paneterie ou panetière, la boulangerie), avec deux fours, la gorge du grand four fermant avec une grosse plaque de guise en bon état mais écorné à un des angles, mais point au petit four, avec chacun sa pelle de bois. La gloriette (sans doute petit pavillon ou grande cage ?) est séparée par des ais de sapin faits en parefeuille en médiocre état. Deux petites fenêtres ferment grâce à des volets de sapin, le sol est sans plancher ni carrelage, le plafond en médiocre état, la porte d’entrée est de sapin en mauvais état mais fermant à clef.

300Près de la paneterie dans la basse-cour, il y a le puits dont le parapet est à réparer avec un grand seau ferré, une chaîne de fer d’environ cinq pieds (1,5 m) de long en bon état comme la corde et une grande roue ferrée avec son anse de fer et son tour en bon état, et couvert de tuiles plates dont il manque environ cinquante tuiles.

301Les grands degrés montant à la salle au nord de la basse-cour abritent deux petites dépenses (pièce de réserve), aussi bien sous la volée d’escalier du couchant (ouest) que du levant (est) avec chacune une porte de sapin fermant à clef. Ces volées encadrent la petite porte d’entrée de la cave couverte de gros plateaux supportés par des sommiers appuyés à l’est et à l’ouest et soutenus par deux gros piliers droits fait à double potence. Elle contient un pressoir à deux vis pour presser le vin et deux cuves d’environ quarante charges, plus trois pierres à huile. Une cloison de planches à jour isole l’endroit où l’on tenait le vin, au nord, de quatre toises et demie (± 9 m) de longueur et trois toises (± 6 m) de largeur avec les pontis pour supporter les tonneaux. À l’ouest de la cave, une grande porte en mauvais état sert pour l’entrée des chars et deux petites fenêtres avec croisées de fer.

302Au nord de la basse-cour, (et à l’est de la cave) il y a une salle basse de plain-pied, avec carrelage et plafond en bon état. La porte d’entrée de noyer fermant à clef en bon état mais ses jambages de pierre de molasse doivent être changés, les fenêtres de noyer sont du côté de la basse-cour et à la cheminée de molasse, il manque une console soutenant le manteau.

303À l’est de cette salle, une porte communique avec une petite chambre qui prend jour au nord par une petite fenêtre garnie de son volet en assez bon état. La cheminée est démolie jusqu’en haut, le carrelage et le plafond sont en bon état, il y a un placard fermé avec trois étagères dans l’épaisseur du mur (la courtine). Aussi à l’est de cette salle, il y a un petit endroit servant de volailler dont l’entrée ouvre sur la basse-cour et sur le derrière une petite pièce pour les charbons.

304À l’est de la basse-cour, l’ancienne cuisine sert à présent de bûcher avec une vieille cheminée à laquelle il manque la platebande. La porte de sapin est en mauvais état, et la croisée de fenêtre du côté de la basse-cour a perdu un volet, les trois autres sont en mauvais état. Au nord, deux portes sans huisserie ouvrent sur une petite chambre obscure qui communique aussi au nord dans une autre pièce noire. Cet ensemble est sans carrelage de sol, mais le plancher de dessus est en assez bon état. De là, on entre dans les prisons qui sont sous la grande tour par deux grosses portes de gros plateaux de noyer, chacune soutenue par trois grosses barres de fer, un gond manquant à chaque porte ; à la première, il y a trois gros verrous et une serrure, à la seconde, il n’y a qu’un gros verrou et, à l’intérieur, il y a des entraves pour mettre aux pieds des prisonniers.

305À l’est de la basse-cour (et au sud de la vieille cuisine) il y a une chambre dont la porte ouvre sur la basse-cour par un tambour, dont les battants sont en mauvais état, le carrelage, la cheminée et le plafond sont en bon état sauf une poutre fendue et soutenue par un pied droit, les fenêtres sont de noyer en médiocre état et il manque des vitres. Elle communique avec une petite pièce adjacente sans plancher ni carreaux de sol, mais dont le plancher de dessus est en bon état.

3.3.2.3. Le premier niveau, de l’escalier droit vers la gauche (fig. 121)

306Les grands degrés pour aller de la basse-cour à la grande salle sont à deux montées de pierre de taille en médiocre état. Au bas de chaque montée, il y a une colonne de pierres blanches, rompues, l’une détachée de la muraille et en haut, vis-à-vis de la porte de la grande salle, un petit cul-de-lampe surmonté d’un dôme couvert de fer blanc en bon état.

307L’encadrement de la porte de la grande salle est en marbre, la porte de noyer en bon état, il manque des vitres aux deux croisées de fenêtres du côté de la basse-cour ainsi qu’aux trois grandes croisées de fenêtres du nord mais les volets de noyer sont en bon état. De plus, quatre croisées sont brisées et trois sont endommagées au plafond. Quatre portes de noyer avec leurs boisages ouvrent dans les angles ainsi que l’ancienne chapelle dans le gros du mur avec sa porte à grille en bon état et la cheminée de pierre de taille en assez bon état.

Fig. 121 - Le premier étage du logis d’après la description de 1721.

308Au couchant, il y a une chambre appelée l’appartement de la Reine en très mauvais état, les deux planchers (haut et bas) hors de service à refaire, environ la moitié du carrelage manquant, la cheminée sans la pierre de contre-feu, avec une fenêtre du côté de la basse-cour, vitrée avec volets de noyer en médiocre état. À côté, une autre chambre séparée par un briquetage en mauvais état prend jour du côté du couchant par une fenêtre grillée de fer sans volet avec les deux planchers en ruine, ouvert jusqu’à la toiture. Ces pièces n’ont pas d’huisserie aux portes. On accède depuis cette chambre à un cabinet dans la tour à l’est de l’entrée du portail, aménagé avec des étagères de bois, le plancher et le carrelage en bon état, la porte de noyer en mauvais état. Dans l’autre tour, un cabinet voûté avec une fenêtre garnie d’un panier de fer sans volet, la voûte de dessous sans carrelage, ouvert d’une voûte à l’autre du côté de la chambre de la Reine sur une toise de large, la porte sans garniture.

309Pour aller de la grande salle à l’appartement appelé du Légat qui est du côté du couchant, il y a une galerie avec une balustrade de pierre blanche à laquelle il manque six balustres. La porte d’entrée de l’appartement du Légat est de noyer, en médiocre état, avec des jambages de marbre noir ; deux croisées de fenêtres, toutes vitrées où ne manquent que très peu de carreaux, sont garnies de leurs volets en assez bon état, le carrelage est aussi en bon état ; le lambris est d’ais de cerisier en compartiments de bois noyer au milieu duquel est le soleil doré avec les douze signes aussi dorés et azurés en assez bon état, manquant néanmoins quelques petites planches audit lambris, la cheminée de ladite chambre en bon état. À côté, il y a une petite chambre servant de garde-robe dont carrelage et plancher sont en médiocre état, comme la fenêtre de noyer où des éléments manquent mais avec trois portes garnies de leurs serrures et autres ferrures. Au fond, se trouve un cabinet dont les deux planchers sont hors de service comme le volet de la fenêtre.

3.3.2.4. Le premier niveau, à droite de l’escalier droit

310La grande salle communique avec une chambre appelée du Trésor prenant jour au nord par une croisée de fenêtre garnie d’un panier de fer, dont carrelage, plafond, volets, vitres, cheminée et porte d’entrée sont en bon état.

311Suit à l’est une autre chambre lui servant de garde-robe, dont le carrelage, le plancher et la cheminée sont en médiocre état mais avec un placard dans la muraille de noyer tout neuf avec sa serrure et garniture, la fenêtre de noyer en médiocre état, vitré et garnie d’un panier de fer. Un petit entredeux ou passage avec une grosse porte doublée de feuilles de fer-blanc fermant avec deux bouts, en bon état, mène dans les archives qui sont dans la grande tour qui est à l’angle de bise du château et dans lesquelles il y a quantité d’armoires de noyer au nombre de trente-huit pour tenir les papiers, tous fermant à clef en bon état. Une croisée de fenêtre au nord, garnie d’une grille de fer n’a qu’un panneau de vitre et ses volets de noyer en médiocre état. Un passage où sont les lieux (d’aisance) est situé entre les archives et une petite chambre qui a deux portes de noyer et une fenêtre vitrée et munie de volets et d’un panier de fer, le tout en médiocre état, les filières (solives) et ais (planches) du plancher et le carrelage en assez bon état mais la poutre est vieille et usée. À la suite, on trouve la chambre du Corps avec deux portes en bon état ainsi que le carrelage, mais une partie du plafond est rompu et est soutenu par des piédroits, la fenêtre est munie d’un panier de fer et d’un volet en mauvais état (c’est peut-être la chambre des Gentilhommes ou la chambre de Luppé de 1659).

312Au sud, une chambre en bon état prend son jour à l’est, par une croisée de fenêtre vitrée garnie d’un panier de fer et de volets, avec portes en noyer, carrelage, plafond et cheminée et deux placards de noyer attachés dans la muraille presque neufs (c’est la chambre de Genlis en 1659).

313La chambre de Madame en bon état au sud, s’étend sur toute la largeur de l’aile, d’est en ouest, avec des fenêtres vitrées des deux côtés, un carrelage et une cheminée, la croisée du côté du levant est garnie d’un panier de fer, vitrée et sans volet, dans son embrasure est ménagé un petit cabinet avec six petites étagères servant à tenir papiers, isolé par une cloison de noyer vitrée. Elle communique au sud avec une garde-robe en bon état, avec fenêtre côté cour qui ouvre sur les lieux (d’aisance), et au sud-est par une porte de noyer avec un petit cabinet à quatre étagères en bon état, sa fenêtre est vitrée et garnie d’un panier de fer et de volets (elle est déjà appelée ainsi en 1659).

3.3.2.5. Le premier niveau, la galerie et la chapelle

314En avant de l’appartement de Madame, une galerie carrelée éclairée par une croisée vitrée sans volet et soutenue par trois poutres, encadre un escalier en vis et permet de revenir à la chapelle mais le plancher de dessus ladite galerie est en mauvais état le jour y paraissant en divers endroits.

315Une autre galerie carrelée, éclairée par une croisée de fenêtre à six panneaux vitrée côté cour, au-devant de la chapelle, en est séparée par une balustrade de noyer en bon état et une porte fermant à clef. Le parquet de noyer à grands carreaux d’ais de sapin est en bon état, de même que le plafond qui est de sapin à petits carreaux. Le tableau de l’autel représente la Sainte Famille, il est orné d’un retable à colonnes de noyer et un gradin et marchepied, l’autel de sapin a sa pierre sacrée, trois nappes fort usées et de peu de valeur et un devant d’autel de taffetas vert sur lequel il y a des ornements à l’antique. À côté de l’autel, il y a deux petits prie-dieu, l’un de châtaigner et l’autre de sapin et deux inscriptions contre la muraille sur des planches de bois noyer noircies contenant les fondations de rétablissement de ladite chapelle, il y a aussi deux petites crédences de sapin et deux mains de bois dans le mur en forme de chandelier et un petit crucifix de laiton et deux carreaux, deux « te igitur » (missels). À l’ouest de la chapelle, une chambre dont le carrelage, le plancher et la cheminée sont assez bons, prend son jour sur la basse-cour par deux croisées de fenêtres vitrées où manquent des vitres avec leurs volets, la porte de noyer ferme à clef.

3.3.2.6. Le second niveau desservi par l’escalier en vis (fig. 122)

316Dans l’aile est, des degrés de pierre de taille faits en vis desservent les étages jusqu’au plus haut galetas, éclairés côté cour par trois croisées de fenêtres, la première a ses quatre panneaux de vitres et ses volets, la seconde croisée n’en a que deux, la troisième est ouverte.

317Au second étage, on débouche dans une chambre au-dessus de la chambre de Madame éclairée par deux croisées de fenêtres, l’une, vitrée, sur la basse-cour et l’autre au levant, ouverte, avec le carrelage et une cheminée en bon état et le plafond en partie pourri. On retrouve la même disposition qu’au-dessous avec garde-robe et latrines mais sans le cabinet. Au nord, (derrière l’escalier) une autre chambre isolée par un tambour de chêne à deux portes et dont le carrelage est en bon état a beaucoup souffert du coup de foudre qui a fait une brèche depuis le sommet du mur jusqu’au plus haut croisier de la fenêtre de l’est. À côté de cette chambre, une autre pièce munie de trois portes et d’une fenêtre est aussi en mauvais état (une de ces trois chambres est appelée Chambre des Anges ou chambre Vieille en 1659).

Fig. 122 - Le deuxième étage du logis d’après la description de 1721.

318Au nord, un passage éclairé à l’est permet d’accéder dans la grande tour, mais le plancher de dessous est presque hors de service et celui du haut a disparu. La pièce de la grande tour, qui est au-dessus des archives, est éclairée au nord par une croisée de fenêtre grillée de fer sans volet et la mauvaise porte de sapin fermant avec un gros verrou, est attachée à un jambage de molasse prêt à tomber. De là, un petit degré fait de brique entièrement ruiné, permet de monter à un autre, sans aucun jour, avec une mauvaise porte hors de service, puis, tout en haut, sur la plateforme dont les maîtres sommiers (de la charpente) sont en majeure partie pourris et soutenus par des poutres, la réparation de la couverture nécessitant quinze cents tuiles et environ cent cinquante feuilles de fer blanc.

319Une pièce située au-dessus du garde-robe de la chambre du Trésor a perdu son plafond et sa cheminée et le mur entourant sa petite fenêtre est partiellement ruiné.

320Au-dessus de la chapelle, il ne reste du plancher que trois poutres et quinze mauvaises filières (solives) et aucune planche, et un petit degré de bois à onze marches pour y accéder avec une grande garde-robe de noyer en assez bon état pour mettre les ornements de la chapelle (qui sera retiré par monsieur de Suze), cet endroit a trois petites portes sans garniture, et deux fenêtres sur la basse-cour.

321Un galetas sous combles s’étend au-dessus de la chambre du Trésor et de celle du Passage (qui sont entre la chapelle et la grande salle) sans huisseries et éclairé par une lucarne. Un autre galetas dans le même état couvre la grande salle et l’appartement de la Reine et les planches de sapin qui doublent les plafonds du dessous sont mauvaises et vieilles. Il communique avec le galetas qui est au-dessus de la chambre du Légat, éclairé par deux fenêtres sans volets ; le mur de séparation est fendu et percé à jour de la hauteur de sept pieds (± 2,1 m). Le plancher qui double le lambris de la chambre du légat est de planches de chêne en bon état. Dans l’angle de la muraille le séparant de celui qui est au-dessus du garde-robe de la chambre du Légat, une grande fente d’environ quinze pieds (± 4,5 m) est ouverte depuis le plancher jusqu’au couvert avec au-dessus seulement trois grosses poutres. Ce galetas renferme une séparation par une vieille parefeuille pour un charnier ouvrant côté cour par une fenêtre vitrée, avec carrelage et plafond ruinés.

322Un autre petit galetas est éclairé côté cour par une fenêtre au-dessus de laquelle la muraille est fendue et corrompue d’environ cinq pieds (± 1,5 m) de haut aux planchers ruinés. Il ouvre à l’est par une porte sur le mur de la basse-cour qu’on peut suivre jusqu’à une petite guérite totalement découverte et les bois pourris. On peut continuer jusqu’à un petit galetas dans l’aile est, à l’angle sud, qui prend jour par une petite fenêtre au sud avec, côté cour, une lucarne de pierre de molasse ; la muraille à côté du jambage de la porte est fendue jusqu’en haut et le seüil est rompu.

323Au-dessus de la chambre qui est sur celle de Madame, une chambre autrefois lambrissée a gardé une cheminée en médiocre état, le jambage où est attachée la porte de sapin se sépare d’avec le mur ; elle est éclairée par deux lucarnes de pierre de molasse.

324Au nord, il y a un galetas sous combles, le mur ouest penche vers l’intérieur sur une longueur d’une toise et demie (± 3 m) depuis le sol jusqu’à la toiture, et, à l’est, la lucarne a été éboulée par la foudre ainsi que la muraille jusqu’à la croisée du dessous. Un autre galetas sous combles contre la grande tour nord est éclairé par une croisée de fenêtre à l’est autour de laquelle la muraille est écorchée d’environ cinq pieds de haut (± 1,5 m) et d’une toise, trois pieds de large (± 2,80 m).

3.3.2.7. Les toitures

325Pour regottoyer les couverts de l’aile est, il faut environ deux milliers de tuiles plates, douze corniers (grandes tuiles creuses ), un faîte, quatre chevrons, quatre pièces de bois carrées de quatre pieds de haut pour le soutien des chevrons et environ quatre douzaines de lattes de six pieds de long.

326Pour la tour de la visite (escalier en vis) environ deux cent tuiles plates.

327Pour l’aile nord, il faut un cornier de bois, six chevrons et deux douzaines de lattes, six tuiles cornières et environ deux milliers de tuiles plates, et pour la partie côté cour au-dessus de l’escalier de la salle, qui est couvert d’esseau ou sendes (de bois) il faut environ deux mille essendoles.

328Pour l’aile sud-ouest, il faut douze chevrons et quatre douzaines de lattes et environ deux douzaines de tuiles cornières et environ six milliers de tuiles plates.

329Le dôme de la tour à gauche du portail d’entrée, couvert de fer blanc, est découvert par le vent sur près de six pieds (± 1,80 m) de haut et environ quinze pieds de hauteur (± 4,5 m) à la base ( ?) pour le réparer il faut environ cent soixante feuilles de fer blanc.

330Les briques de cinq des piliers qui soutiennent les dômes des deux tours à côté du portail doivent être remaillées car elles tombent sur le couvert du château et cassent les tuiles.

331Dans le haut de la tour à droite du portail, il y a une grosse et vieille horloge en mauvais état avec sa cloche pesant environ trois quintaux (300 kg) et son marteau.

332À l’approche dudit château, un portail sans porte est couvert de tuiles plates à réparer avec environ cinquante tuiles et douze tuiles cornières, avec environ cinq pieds de muraille de chaque côté des jambages.

3.3.2.8. L’écurie

333Au-dessous du château près du portail extérieur, se trouve un bâtiment abritant remise et écurie sous le même toit et sans séparation, construit à muraille en bon état et couvert à tuiles creuses. Trois angles devront être remaillés, la grande porte cochère à l’ouest en mauvais état et une autre porte au nord. Une crèche et un râtelier suivent la longueur du bâtiment à l’est et chaque côté de la porte à l’ouest. Une grosse poutre soutenue par quatre gros piliers droits soutient les autres poutres du plancher et il y a deux fenêtres du côté de bise avec des barres de fer croisées sans volet. Les poutres du couvert sont soutenues bizarrement par des piédroits et une grande fenêtre au sud sert pour y passer le fourrage et une autre fenêtre donne jour au grenier a foin au nord. La couverture nécessite environ deux cents tuiles pour réparation.

Notes

10 m2p de la Carte géologique au 1/50 000 feuille Beaurepaire, BRGM, 1976.

11 Selon les termes d’un prix fait du 19 juin 1579, on avait fait appel pour le château à Antoine Misum, dit Play, charpentier de Saint-Pierre, pour… « racoutrer et relever le pont (…) qui est près la porte de l’horloge (…) poser dessous un sommier pour le porter et poser vingt plateaux à l’identique de ceux existant » pour dix-sept écus et trente-six sols (ADI 3 E 393, Me E. Boliacton, notaire, f° 149r°/150v°).

12 Conservé chez le marquis de Luzy de Pélissac à Saint-Siméon-de-Bressieux.

13 Archéolabs N / ref. Arc 05/R 3375C.

14 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/ R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

15 Les archives de la seigneurie y ont été conservées jusqu’à leur déménagement en Provence en 1736.

16 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

17 Laboratoire roman de dendrochronologie, N / ref. LRD 6/ R 1671, séquence dendro 9000 FIB.

Table des illustrations

Légende Fig. 37 - Vue générale avec le bourg castral, versant nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 38 - Vue générale avec le bourg castral, versant sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 39 - Unique tour subsistante des huit tours du rempart (Tour Rambaud).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 40 - Porte de l’enceinte du bourg castral dite Porte Neuve (carte postale ancienne).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 41 - Implantation des sondages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 42 - Implantation des structures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 43 - Sondage profond dans le logis ouest (I31).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 44 - Coupe stratigraphique, sondage profond I15 L bis, logis nord, pièce L.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 45 - Coupe nord-sud du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 46 - Sondage sous le logis est : les murs 10, 15 et M19.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 47 - Détail de la jonction entre les murs 15 et 10.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 48 - Emplacement de l’ancienne église Notre-Dame au sud-est de la terrasse inférieure sur le plan cadastral ancien (parcelle 165).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 50 - Coupes nord-sud et est-ouest du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 51 - Fouilles du pont-levis.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 52 - Système d’accès, barbacane et ponts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 53 - Tourelle de la barbacane.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 54 - Restitution hypothétique de la barbacane, du pont mobile, du pont dormant et du pont-levis à contre poids.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 55 - Pont-levis à flèche, hypothèse de restitution.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 56 - Châtelet d’entrée, vue extérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 57 - Détail de l’appareil de brique, des bandeaux horizontaux de tuf et du crénelage primitif obstrué.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 58 - Hypothèse de restitution du système de volet en bois pivotant ou huchette.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 59 - Mécanisme de l’horloge mentionnée au XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 60 - Passerelle reliant les tours.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 61 - Détail des consoles du mâchicoulis, des emplacements pour le hourd et de l’encadrement de molasse obstrué qui contenait peut-être le mécanisme de l’horloge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 62 - Fenêtre à encadrement et traverse, tour T2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 63 - Porte d’entrée et arrachement de la voûte de briques ayant supporté la chambre de herse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 64 - Traces d’ancrage du dispositif de fermeture (herse).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 65 - Dispositif de fermeture (herse) et trous pour les madriers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 66 - Châtelet d’entrée vu de l’intérieur, tours T2 à droite et T3 à gauche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 67 - Châtelet d’entrée (T2), liaison avec la courtine nord, traces de l’ancrage d’une fenêtre à meneau du logis nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 68 - Tour T2, hypothèse de restitution d’une fenêtre à meneau du logis nord à partir des traces d’arrachement visibles sur la tour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 69 - Sol de la tour orientale du châtelet (T2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 70 - Tour occidentale du châtelet (T3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 71 - Archère du rez-de-chaussée avec sa chambre de tir.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 72 - Restitution du plancher du hourd de la tour T3 du châtelet d’entrée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 73 - Arc supportant le hourd côté cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 74 - Monnaies découvertes dans la tour T3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 75 - Arc de « décharge-épargne » situé au-dessous du sol de terre battue de la tour T3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 76 - Évolution du châtelet d’entrée (proposition de restitution).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 77 - Vue générale de la courtine est, depuis l’extérieur du fossé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 78 - Arrachement de la courtine est, vue de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 79 - Partie d’enceinte avec soubassement en galets et « piliers » de briques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 80 - Coupe et vue cavalière de la courtine M1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 81 - Emplacement des « piliers » de briques sur la courtine à l’est et au sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 82 - Coude de la courtine sud (M18).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 83 - Détail de l’appareil en brique de la courtine ouest (M34) sur sa base de galets.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 84 - Arcs de décharge de la courtine nord (M14) vus de l’intérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 85 - Arcs de décharge vus de l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 86 - Relevé pierre à pierre des arcs de décharge de la courtine nord (M14) entre le donjon et T2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 87 - Hypothèse de restitution des chemins de ronde nord (plus bas) et ouest et est (plus hauts).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 88 - Donjon vu de l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 89 - Donjon vu du nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 90 - Portes et fenêtres du donjon depuis la cour (actuelle) : porte haute et unique du donjon du XIIIe siècle. En-dessous, emplacement de la porte ouverte au XVIe siècle pour la circulation avec les logis. Traces de l’arrachement de la courtine est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 91 - Jours de l’escalier du donjon vu depuis la basse-cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 92 - Coupe est-ouest du donjon, plans par niveau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 93 - Niche et trappe du 1er étage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 94 - Fenêtre du 1er étage, plan, coupe et relevé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 95 - Hypothèse de restitution des latrines à partir des vestiges encore visibles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 96 - Restitution de la latrine (XIIIe siècle) à l’angle du donjon avec M14. En haut : intérieur. En bas : extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 97 - Porte et arrachement du parement du 2e étage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 98 - Sol du 2e étage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 99 - Escalier du donjon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 100 - Fenêtres de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 101 - Vue d’ensemble après travaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 102 - Relevé de la cheminée, pièce A.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 103 - Pièces B et C, vue plongeante depuis le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 104 - Pièces E et F depuis le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 105 - Pièce E, relevé du pavage en terre cuite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 106 - Fondation de la tourelle d’escalier, logis est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 107 - Vue d’ensemble du logis nord depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 108 - Plan du logis nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 109 - Vue d’ensemble des murs du logis ouest depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 110 - Plan du logis ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 111 - Évier de la pièce P.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 112 - Murs de la tour T4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 113 - Le puits de la cour centrale en cours de dégagement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 114 - Coupe schématique du puits.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 115 - Vue d’ensemble de la calade de la petite cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 116 - La grande cour vue du nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 117 - Caniveau couvert de la grande cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 118 - Chronologie et évolution des logis.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 119
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 120 - Le rez-de-chaussée du logis d’après la description de 1721.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 121 - Le premier étage du logis d’après la description de 1721.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 122 - Le deuxième étage du logis d’après la description de 1721.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2721/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540