Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Chapitre 1. Historique des études et travaux

Raymond Moyroud et Alain Tillier

Texte intégral

1.1. Du château démantelé au monument historique

1Prosper Mérimée n’est, semble-t-il, jamais venu à Bressieux (Mallion 1979) (fig. 1). Ses inspections iséroises, effectuées au cours de la première partie du XIXe siècle, l’ont pourtant amené à visiter des sites proches, comme Marnans et Saint-Antoine. Alors, pour quel motif s’est-il détourné de Bressieux ? Simple oubli, monument jugé sans intérêt, état de délabrement avancé ? Une intervention de sa part aurait cependant permis d’arrêter le démantèlement en cours. Le propriétaire vendait à tous ceux qui en avaient besoin, briques, carreaux de sol, éléments architecturaux (AG) et c’est ainsi qu’a disparu la quatrième tour du château, dite « tour du puits ».

Fig. 1 - Situation géographique de la commune de Bressieux, département de l’Isère, région Rhône-Alpes.

2La dégradation se poursuivit pendant tout le XIXe siècle et il faut attendre le début du XXe siècle pour qu’un dossier de demande de protection soit déposé, probablement par le marquis Imbert de Luzy de Pélissac, maire de Bressieux et propriétaire du château (ACB). L’arrêté de classement comme monument historique intervient le 16 août 1904. Il ne s’applique qu’aux ruines du château. Les éléments du rempart entourant le village, courtine, tours, porte encore en élévation, n’ont pas été retenus (ACB).

1.2. Restauration et mise en valeur

3Dès son classement, le château a bénéficié de campagnes de travaux : les premières avant la guerre de 1914/1918, d’autres dans les années 1950 et les dernières, toujours en cours, postérieurement à la fondation de l’association « Les Amis de Bressieux ».

1.2.1. Premiers travaux

4Le 6 juin 1907, Eugène Sénès, architecte en chef des monuments historiques, établit le premier rapport sur la nécessité de consolider les ruines. En préambule, il précise que le lieu est très fréquenté par les touristes et les artistes. En 1879, le château a reçu la visite du peintre Jongkind qui a réalisé une très belle aquarelle conservée au musée du Louvre. D’autres peintres locaux, Arnaud, Cassien, Marguet, Merle et plusieurs anonymes fournissent ainsi une documentation antérieure aux premières photographies (cf. annexe 2).

5Afin de remédier à la dégradation due au manque d’entretien, l’architecte Sénès propose :

  • la consolidation des trois tours et leur mise hors d’eau ;

  • l’imperméabilisation des crêtes des murs et le bouchage de la large brèche située au-dessus de l’entrée ;

  • la reprise de plusieurs baies et la reconstitution des ouvertures les plus endommagées ;

  • le colmatage d’une longue lézarde sur la face nord du donjon (qu’il dénomme la tour isolée) (ADI 12 T I-21).

6Entre temps, une partie du château s’effondrait comme le relate le journal La Croix de l’Isère, du mardi 7 avril 1908 n° 3308 :

« Bressieux : Au vieux château, dans la soirée du 2 avril, un grand fracas s’est fait entendre. C’était un énorme pan de mur de l’enceinte du vieux château qui s’effondrait et toutes les grosses briques de la construction, presque une à une, roulaient en avalanche au fond de l’ancien fossé. Cette partie, comme plusieurs autres encore debout, se trouvait ruinée à la base, et sa masse supérieure ne se trouvait plus assez soutenue. De ce fait, une large brèche s’est ouverte. Et voilà une ruine de plus à cette redoutable forteresse des puissants barons d’autrefois. Leur œuvre disparaît peu à peu, mais lentement toutefois. Actuellement encore elle forme un beau spectacle et cela a acquis sept ou huit siècles. Très heureusement nul visiteur ne se trouvait à passer en cet endroit à l’heure de l’écroulement mais on est averti du danger qui menace auprès des illustres ruines du vieux château ».

7Le montant total des travaux effectués au printemps 1909 par l’entreprise Charreton de Saint-Siméon, s’élève à 12 727 francs. Le nouveau propriétaire, Pierre-Augustin Jay, homme de lettres et journaliste au Salut Public, qui a acheté le château en 1907, participe pour 1 000 francs.

8L’architecte en chef propose une deuxième tranche de travaux de 3 702 francs le 15 janvier 1910. Des ceintures métalliques sont posées au sommet du donjon et de la tour portière ouest et l’escalier en brique du donjon est remis en état (ADI 12 T I-21). Ces travaux sont achevés juste avant la déclaration de guerre, selon le témoignage oral de Pierre Jay, ancien maire, décédé en 1996, qui se souvient que les échafaudages étaient encore en place à ce moment-là (fig. 2).

Fig. 2 - Les tours portières échafaudées lors des travaux de restauration entre 1909 et 1914.

9La mairie de Bressieux n’ayant conservé aucun écrit, les interventions du milieu du XXe siècle peuvent être évoquées grâce à des renseignements oraux. On sait que la maison Cumin de Viriville a réparé les maçonneries de la couverture du donjon et a posé des tringles de fer. On a aussi colmaté, à cette époque, un important effondrement du haut de la face nord de la tour portière orientale, visible sur quelques rares clichés ou cartes postales antérieures.

1.2.2. Les chantiers de restauration à partir de 1982

10Mille neuf cent quatre-vingt-deux est la date charnière à partir de laquelle le dégagement progressif et la fouille du monument ont permis d’en améliorer la lecture et d’en amorcer la mise en valeur, tout en rendant de plus en plus évidents les problèmes que pose la conservation à l’air libre de maçonneries que les matériaux mis en œuvre (galet, brique et molasse) rendent particulièrement vulnérables.

11Après les premiers gros travaux réalisés en urgence entre 1986 et 1989 sous la direction de Jean-Louis Taupin (châtelet d’entrée, donjon dit aussi tour des Archives et courtine sud-est), une étude préalable, réalisée en juillet 1992 par François Botton avait permis de jeter les bases d’un programme cohérent de restauration et de mise en valeur du monument. Une première tranche de travaux a été réalisée sur la courtine nord en 1996 (entreprise Jacquet). Une deuxième tranche, réalisée en 2000, a porté sur la restauration intérieure de l’ancienne tour des Archives (donjon) et l’aménagement de ses accès (entreprises Jacquet, Le Ny Sud et Poirot). Une troisième tranche de travaux a été réalisée en 2005 sur la courtine est (entreprise Jacquet). Les prochaines interventions devraient porter sur l’extrémité de la courtine est et la courtine sud, dont le soubassement en galet est en train de disparaître. Il sera également nécessaire de réintervenir sur les vestiges intérieurs à la cour, vandalisés en 2004.

1.2.2.1. Les matériaux

12Les constructeurs du château de Bressieux ont principalement utilisé la brique, avec des éléments d’assez grand format (29 x 12 x 8 cm environ) montés à l’aide d’un mortier de chaux de qualité assez moyenne. On retrouve ce matériau à La Côte-Saint-André, sous le nom de « savoyardeaux », ce qui permet d’établir un rapprochement direct avec les quelques édifices élevés en brique en Savoie au XIVe siècle (Conflans). Les soubassements des courtines est et sud ont été montés en maçonnerie de galet et de mortier de chaux, probablement « banchée » à l’origine par lits successifs entre deux coffrages de planches : l’aspect extérieur du château devait être unifié par l’application générale d’un enduit à la chaux dont il ne reste pratiquement aucune trace. Les fenêtres tardives (XVe-XVIe siècles) ont été réalisées en molasse, comme la plupart des ouvrages de ce type à la même époque, entre le Chambaran et la vallée du Rhône. Les planchers étaient réalisés en chêne pour les plus anciens éléments conservés (donjon-tour des Archives). Les toitures semblent toujours avoir été constituées de tuiles plates, brutes ou vernissées : les fragments retrouvés au cours des fouilles correspondent tous à ce type de matériau, à l’exclusion de toute trace d’ardoises ou de tuiles creuses. Seules les deux tours portières ont été couvertes de plaques de fer-blanc au XVIIIe siècle.

1.2.2.2. Les problèmes de conservation

13La conservation des ruines en plein air constitue un problème compliqué, exigeant un travail difficile, coûteux et relativement peu durable, qui devra toujours être complété par un entretien régulier. Dans le cas de Bressieux, la mise en œuvre simultanée de trois matériaux particulièrement fragiles comme la brique, le galet et la molasse, dans un contexte climatique marqué par de fortes précipitations et des périodes de gel, rend la conservation des ouvrages encore plus aléatoire que dans le cas d’une fortification « classique » en maçonnerie de moellons.

14Le principal facteur de dégradation est, bien entendu, l’eau de pluie, dont la disparition des toitures et des enduits protecteurs favorise la pénétration ; le développement de la végétation dans l’ensemble du site, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’enceinte, a constitué une circonstance aggravante en maintenant une atmosphère très humide. Les maçonneries non protégées absorbent l’eau de pluie qui dissout le liant des mortiers et favorise le développement incontrôlé d’une végétation parasite dont les racines disloquent les parements et augmentent de façon exponentielle les pénétrations d’eau. Les pressions exercées par le gel et par les racines « poussent au vide » les parements qui finissent par s’effondrer par pans entiers, mettant au jour les blocages désormais non protégés dont la désagrégation est très rapide. Si les parements de brique se sont en général révélés assez résistants – leur porosité propre n’est pas un défaut, dans la mesure où les pores sont assez gros pour offrir une expansion suffisante à la glace — les blocages internes, également constitués de fragments de briques liés au mortier de chaux, se sont révélés très fragiles dès lors qu’ils se trouvaient directement exposés aux intempéries : la chaux utilisée, fabriquée sur place, n’était sans doute pas d’une qualité exceptionnelle. En revanche, le monument ne semble souffrir d’aucun désordre structurel, consécutif par exemple à un défaut de fondation de telle ou telle partie : le terrassement de la plate-forme, tout comme le système de fondations assez sophistiqué (arcs de décharge en briques franchissant les points d’assise les moins sûrs, soubassement de galet sous les murs de brique...) ont bien joué le rôle que les constructeurs leur avait assigné.

15Les soubassements de murs en galet posent un autre type de problème : si la densité du matériau employé freine considérablement la pénétration de l’eau — notamment, en ce qui concerne les remontées capillaires : cette qualité explique probablement l’utilisation des galets sous les murs de brique des courtines sud, est et ouest — le manque d’adhérence entre la surface lisse des galets et le mortier de garnissage, fût-il très dur, peut provoquer des déchaussements susceptibles d’entraîner à terme la ruine de l’ouvrage. Cette caractéristique a poussé les constructeurs du château à utiliser ce type de maçonnerie en forte épaisseur, en protégeant les surfaces extérieures par un enduit et en raidissant l’ouvrage de loin en loin par un système de chaînage de briques.

16Les quelques ouvrages en molasse souffrent de la pathologie propre au matériau : sous l’effet de l’évaporation de l’eau, l’épiderme de la pierre, constituée de grains de sable liés par un ciment, forme une croûte très dure, saturée de calcin, qui recouvre une couche sableuse vidée de tout liant. La dilatation, les pénétrations d’eau et le gel font éclater la croûte de surface, mettant au jour la surface sableuse sous-jacente que le même processus va creuser progressivement sur plusieurs centimètres d’épaisseur, jusqu’à rendre l’élément attaqué totalement informe. Les éléments posés en délit (comme les meneaux des baies, par exemple) se comportent particulièrement mal.

17Parmi les autres causes de ruine du château, il convient bien entendu de ne pas oublier le pillage dont l’édifice a certainement fait l’objet après la Révolution — les ouvrages en pierre de taille, tels que fenêtres et cheminées, ont été en général particulièrement appréciés — et un problème récurrent de vandalisme qui reste malheureusement d’actualité et que l’isolement du site ne contribue pas à régler. Les fouilles et dégagements réalisés depuis 1983 ont eu pour effet de fragiliser les ouvrages dégagés, qu’il a fallu consolider de la façon la plus efficace possible, au détriment parfois de leur configuration d’origine. En revanche, un phénomène nouveau, assez inquiétant, est apparu depuis quelques années : les parements de brique, surtout exposés au nord, se délitent en surface, apparemment sous l’effet du gel. Ce phénomène touche autant les parements médiévaux que les reprises récentes réalisées en briques neuves : s’agit-il d’un effet secondaire du déboisement du site (qui a dû modifier le microclimat local en accentuant les écarts hygrométriques et thermiques) ou d’un effet de l’évolution climatique générale ?

1.2.2.3. Les techniques de conservation

18Les premières campagnes de restauration ont largement fait appel aux briques de réemploi retrouvées au cours des fouilles. Ce premier stock épuisé, il a fallu faire appel, à partir de 1996, à des briques fabriquées « sur mesure », aux cotes anciennes, par les tuileries de Prony à Oingt (69). Après quelques essais, dont l’aspect restait imparfait, les briques ont été « retravaillées » en surface avant cuisson de façon à éliminer les surfaces lisses et à leur conférer un aspect aussi proche que possible des briques d’origine.

19Les techniques de mise en œuvre sont très classiques. Il s’agit d’assurer la stabilité et l’étanchéité à l’eau des parties conservées, tout en limitant, au maximum, la perte ou le remplacement d’éléments anciens ce qui, compte tenu de l’état de dégradation des ouvrages, apparaît vite comme une gageure. Le démontage des couronnements de murs et des parements désorganisés s’avère très souvent nécessaire, ce qui provoque bien évidemment des pertes de matière « authentique » considérables. Les éléments démontés font l’objet d’un relevé photographique préalable qui sert de base au remontage à l’identique, mais avec des matériaux neufs. En ce qui concerne l’indispensable protection des couronnements de murs, plusieurs solutions ont été mises en œuvre depuis 1986 : chutes de briques posées à plat, en léger dos d’âne (travaux J.-L. Taupin sur la courtine est), rocaillage de galets scellés au mortier (travaux F. Botton sur la courtine nord, vestiges de la partie centrale de la cour) : ces deux solutions se sont avérées assez efficaces, mais présentent l’inconvénient d’être visuellement assez « dures », surtout en vue plongeante depuis le donjon. Lors des derniers travaux sur la courtine est, nous avons protégé les murs par un glacis de mortier mélangé à des éclats de brique que nous espérons aussi durable et dont l’aspect est beaucoup plus satisfaisant.

20Les joints des parements assurent l’étanchéité extérieure des maçonneries, et leur reprise, lorsqu’ils sont creux, ne pose aucun problème particulier. En revanche, les mortiers internes désagrégés par l’eau et les racines sont très difficiles à régénérer par des injections de chaux, tant les blocages constitués d’éclats de brique sont compacts : la reprise des parements seuls produit trop souvent un effet de « placage », avec un corps de mur fragile recouvert par un parement solide, mais peu solidaire d’un blocage désorganisé, et qui va « boucler » vers l’extérieur à la moindre pénétration d’eau suivie de gel. Il est souvent nécessaire d’envisager un démontage/remontage complet de la zone fragile, avec les inévitables pertes de matière qui s’ensuivent. Il convient d’ailleurs de noter que si les parements de brique résistent d’une façon générale assez bien, les blocages restés à l’air libre sont disloqués par l’eau, le gel et le développement des racines, et la meilleure solution consiste souvent à restituer le parement disparu qui en assurait la protection : c’est la solution qui a été adoptée lors des derniers travaux sur la courtine est.

21Les ouvrages en molasse peuvent être consolidés en place par application d’un produit consolidant du type silicate d’éthyle, mais ce procédé cher et peu durable à l’air libre doit être réservé à des éléments particuliers et irremplaçables (sculpture, etc.). Les ouvrages courants : meneaux, traverses, larmiers, dont le profil simple reste en général identifiable, sont restitués en grès d’Espagne, dont le grain et la teinte sont très proches de ceux de la molasse, avec une durabilité supérieure.

22Au chapitre des techniques mises en œuvre, on peut également citer les discrets renforcements en résine armée qui ont permis de conserver en place les planchers du XIII e siècle de la tour des Archives (aujourd’hui donjon).

23On ne saurait trop insister sur la nécessité d’un entretien régulier sur un tel ouvrage, qui reste extrêmement fragile malgré toutes les consolidations réalisables : les arases et les parements de la partie sud de la courtine est avaient été consolidés et protégés en 1986/87, mais les intempéries et la reprise de la végétation ont entraîné de nouvelles dégradations sur les blocages restés à l’air libre, provoquant la chute récente de tout un angle de mur.

1.2.2.4. Le parti de présentation

24La présentation du château à l’état de ruines, dans un environnement naturel, n’a jamais été remise en question depuis le XIXe siècle : aucune restitution lourde n’a véritablement été envisagée, ne serait-ce que par manque d’informations sur la configuration exacte des ouvrages disparus. Les représentations graphiques anciennes les plus fiables sont les photographies du XIXe et du début du XXe siècle qui figurent déjà le château à l’état de ruine, avec certains éléments secondaires encore en place (superstructures notamment) : c’est cette image de « ruine romantique » que tentent de perpétuer les travaux récents, tout en essayant de faire en sorte que les interventions techniques, forcément visibles, s’intègrent le mieux possible à un paysage qui se recompose au fil des campagnes de restauration.

25Les restaurations récentes se sont attachées à conserver une certaine lisibilité aux interventions réalisées : cette notion est d’autant plus importante ici que le matériau utilisé de façon majoritaire, la brique, se fond très vite dans l’ensemble ; les restaurations effectuées au début du XXe siècle avec des briques de réemploi ont tellement bien vieilli qu’il faut se référer aux photographies de l’époque pour identifier les reprises réalisées ! Pour cette raison, les parements extérieurs reconstitués à l’identique ont été « cernés » par des lits d’ardoises insérés dans les joints, afin de permettre leur identification ultérieure (fig. 3). Les restitutions ont été limitées à quelques éléments dont la configuration était évidente et dont la remise en place pouvait faciliter la compréhension de l’ouvrage : indication des niveaux de plancher intérieurs au revers de la courtine est, remontage d’une fenêtre à meneaux, départs d'arrière-voussures... Dans la tour des Archives (donjon), la décision de rétablir un accès à la terrasse sommitale a entraîné le prolongement de l’escalier intérieur (la terrasse n’était autrefois desservie que par une trappe) et la mise en place d’adjonctions fonctionnelles (escalier d’accès, garde-corps) qui ont été traitées en métal, de façon franchement contemporaine.

Fig. 3 - Liseré de morceaux d’ardoise délimitant les restitutions des parements.

26Les possibilités d’utilisation d’un tel monument restent très limitées, compte tenu de l’absence quasi totale de volumes fermés en dehors de la tour des Archives (donjon) et des tours portières. La disparition presque complète des superstructures exclut pratiquement la restitution de toitures, à moins de recourir à des solutions « rapportées » contemporaines, qui risqueraient d’être quelque peu incongrues dans un tel endroit et dont la nécessité ne s’est pas fait sentir pour l’instant. Le site, très difficile à clore, à moins de recourir à des solutions drastiques (relèvement des courtines, pose de grilles, etc.), est aujourd’hui librement ouvert à la visite, ce qui pose un problème récurrent de vandalisme dont il faut espérer qu’il ne prendra jamais un tour plus dramatique que le déchaussement de quelques pierres.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Situation géographique de la commune de Bressieux, département de l’Isère, région Rhône-Alpes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 2 - Les tours portières échafaudées lors des travaux de restauration entre 1909 et 1914.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3 - Liseré de morceaux d’ardoise délimitant les restitutions des parements.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Alpara, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540