Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le château de Bressieux (Isère)

 | 
Yvonne Harlé-Sambet
, 
Raymond Moyroud

Préfaces

Jacques Gérault, Jean-Jack Queyranne e André Vallini

Testo integrale

1« Le patrimoine […] ne doit plus être l’affaire des seuls spécialistes… Chacun [doit] mieux comprendre la collectivité locale, régionale, nationale à laquelle il appartient, en connaissant mieux les édifices au milieu desquels il vit » : ainsi le ministère de la Culture, il y a tout juste vingt-cinq ans, définissait-il son ambition à la veille de la création de la première « journée portes ouvertes dans les monuments historiques », préfiguration de nos actuelles « Journées européennes du patrimoine ».

2À cette aune, l’histoire des Amis de Bressieux pourrait bien apparaître comme exemplaire. Exemplaire en effet, la création, dès 1981, d’une association « loi 1901 » avec pour objectifs de « sauvegarder les ruines du château […] ; mettre ce monument en valeur […] ; organiser une animation […] ; préserver le patrimoine… » : comme l’ont montré Guy Saez et Hervé Glevarec, ce pourrait être là l’archétype de l’association patrimoniale, en ces temps qui virent, selon les mêmes auteurs, « le patrimoine saisi par les associations ».

3Exemplaires également, les coopérations que les Amis de Bressieux – conscients que leur enthousiasme, leur énergie et leur engagement ne sauraient suppléer aux expertises, aux connaissances, aux savoir-faire des différents professionnels concernés – ont su nouer avec les divers services publics compétents, au sein de l’administration de l’État – à commencer par la Direction régionale des affaires culturelles – comme auprès des collectivités territoriales – et, notamment, du Département de l’Isère. À n’en pas douter, la réussite des multiples chantiers entrepris par l’association depuis bientôt trente ans – les fouilles archéologiques, la restauration du bâti, la valorisation du site, la création du musée etc. – doit beaucoup à cette intelligence des apports respectifs de chacun.

4Exemplaire enfin, la volonté que ce patient travail d’étude et de sauvegarde se traduise à un moment donné par la publication d’un ouvrage – et, dès lors, les Amis de Bressieux pouvaient-ils rêver d’un cadre éditorial plus adapté que cette belle collection des « Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne » ? Trop souvent en effet, bien des connaissances issues des fouilles archéologiques ou des travaux de restauration restent « l’affaire des seuls spécialistes » : aussi ai-je plaisir à saluer la publication d’un tel ouvrage, dans lequel se lisent page après page non seulement l’histoire du sauvetage d’un élément de notre patrimoine, mais aussi une belle aventure humaine et cette coopération bienvenue entre agents publics et société civile déjà évoquée.

5Faut-il y voir plus qu’une coïncidence ? La publication de ce nouvel opus de la collection des « DARA » intervient au moment même où est célébré le cinquantième anniversaire de la création, par André Malraux, du « ministère des Affaires culturelles ». Un ministère auquel son premier et prestigieux titulaire assignait notamment les missions de « rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français » et « d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel ». Un quart de siècle auparavant, le même André Malraux, dans une formule restée célèbre, affirmait qu’« un héritage ne se transmet pas, il se conquiert ». Au seuil de ce livre, trace et aboutissement de près de trois décennies de travaux, hommage soit donc rendu, dans leur diversité, à tous ces « conquérants » grâce auxquels le château de Bressieux doit aujourd’hui d’être devenu un « bien commun ».

Jacques Gérault,
préfet de la région Rhône-Alpes,
préfet du Rhône

*

6En juillet prochain, notre assemblée délibèrera sur la préservation et la valorisation des deux langues régionales de Rhône-Alpes : l’occitan et le franco-provençal. La Région Rhône-Alpes donne ainsi la mesure de l’attention qu’elle porte à tous les patrimoines, qu’ils soient culturels, industriels ou immatériels, qu’ils datent de la préhistoire ou du XXe siècle. Cet héritage que nous entendons pleinement assumer, nous le voulons ouvert, dynamique et tourné vers l’avenir. Forts de notre nouvelle compétence en matière d’inventaire général, nous intervenons sur de grands sites patrimoniaux, fondateurs de l'identité régionale, tels que la Grotte Chauvet ou la ville antique de Vienne, mais nous accordons également une extrême importance à la valorisation des mémoires, notamment celle liée à la Seconde Guerre mondiale.

7S’agissant de la valorisation du patrimoine, nous avons le souci, comme pour l’ensemble de nos politiques, d’accompagner tous les territoires de Rhône-Alpes, sans exception, dans la réalisation leurs projets. C’est notamment pour cette raison que nous soutenons le travail de l’ALPARA, qui s’intéresse cette fois au château de Bressieux.

8Situé dans le département de l’Isère, entre Lyon et Grenoble, il a accueilli l’une des quatre Baronnies du Dauphiné et a joué un rôle militaire et politique considérable du Moyen-âge à la Renaissance. Ses majestueuses ruines de brique rose témoignent aujourd’hui encore d’une histoire riche et tumultueuse que cet ouvrage s’emploie à retracer. Je veux saluer tous ceux qui ont contribué à la genèse de ces pages et plus généralement ceux qui ont permis que le château de Bressieux redevienne un lieu vivant et ouvert aux habitants du territoire qu’il marque de son empreinte…

Jean-Jack Queyranne,
président du Conseil régional Rhône-Alpes,
député du Rhône,
ancien ministre

*

9Archétype de la forteresse médiévale, le château de Bressieux occupe une place particulière dans l’imaginaire dauphinois. Sa silhouette, quand elle n’est pas masquée par une abondante végétation, reste visible depuis la plaine de Bièvre, faisant face à cet autre château (dit « Louis XI ») de La Côte-Saint-André. Le territoire est ainsi dominé par les témoignages de la puissance des vieilles baronnies. Et leur conservation comme leur mise en valeur sont aujourd’hui une forme de partage d’une histoire commune.

10Il n’est de politique patrimoniale que servie par un important travail de recherche. Le Conseil général de l’Isère, reconnu pour son investissement en faveur du patrimoine, qu’il soit public ou privé, soutient donc avec attention les activités de connaissance en réalisant d’abord, année après année, un inventaire raisonné du patrimoine de chacun des pays qui composent son territoire : seize cantons inventoriés, dix autres ayant fait l’objet d’un « repérage ». En soutenant ensuite l’activité archéologique, qu’il s’agisse de fouilles programmées ou préventives. En participant enfin à la valorisation de ces travaux de recherche, que ce soit à travers les nombreux musées qui jalonnent le territoire départemental ou à travers de multiples publications, à destination des érudits ou d’un large public.

11Le présent ouvrage, auquel le Conseil général de l’Isère a apporté un soutien important, prend une place éminente dans ce dispositif. Sans être propriété du Conseil général, le château de Bressieux a toujours fait l’objet d’un intérêt particulier des élus départementaux qui ont accepté de prendre en charge une part conséquente de tous les travaux de restauration entrepris depuis vingt ans, pour pallier le manque de moyens d’une si modeste commune ; comme ils ont accepté de parrainer le musée de Bressieux, d’une part en acceptant la responsabilité des collections (inscrites dans les inventaires départementaux, dans le fonds du Musée dauphinois) et leur dépôt sur place, d’autre part en conduisant auprès de l’association locale un travail de conseil et d’assistance avec les services patrimoniaux du département.

12Je veux saluer l’engagement des bénévoles passionnés sans lesquels rien de cette vaste entreprise de connaissance, de restauration et de mise en valeur n’aurait pu être accompli ; avec un hommage particulier au grand maître de cette opération, Raymond Moyroud, dont le présent ouvrage vient parachever l’œuvre exemplaire.

André Vallini,
président du Conseil général,
député de l’Isère

© Alpara, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540