Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Chapitre 2. Donjons romans, symboles de l’apogée des Baronnies

Full text

1Dans ces pays préalpins, le relief devient un atout pour les châteaux de seconde génération, pris dans le grand mouvement du perchement systématique. Dès la seconde moitié du XIIe siècle, les nombreux éperons rocheux se couvrent de fortifications pour répondre aux exigences des conditions socio-économiques en mutation. Le castrum affiche dans le paysage un temps nouveau, celui de l’emprise du castrum sur les terroirs et leurs habitants, englobant peu à peu la paroisse (Estienne 2004a : 86-88). Cette évolution permet, par une privatisation des biens, l’affirmation de puissantes lignées qui rétrocèdent l’alleu, alodium, à de petits seigneurs locaux et introduit la notion de fief, fevum. Alodium et fevum sont deux mots complexes qui s’opposent constamment et sont fréquemment liés aux « deux versants d’une même réalité » (Débax 2003 : 149 ; Magnou-Nortier 1964 ; Ourliac 1983).

  • 11 Raymond, parti aux croisades en 1125, a mis ses possessions sous la protection du Saint-Siège. Le d (...)

2La lignée des Mévouillon s’est adaptée au passage d’un système domanial à la seigneurie banale, tout en témoignant son attachement aux institutions héritées de l’époque carolingienne. Sous la double protection de l’Empereur et du Saint-Siège, les Baronnies, terre d’Empire (AD38, B 3637)11, ont bénéficié de l’éloignement du pouvoir central. Leurs terres ont été partagées et sont composées d’alleux, à l’exception de quelques localités sous l’influence des grandes abbayes telles Cluny, l’Île-Barbe et Saint-Victor de Marseille.

3Les Baronnies constituent une principauté indépendante comparable à la seigneurie d’Agout ou à celle d’Orange. Cette indépendance trouve ses limites dans les liens étroits qui ont été tissés avec les entités territoriales voisines comme les comtés de Forcalquier ou de Provence et le marquisat de Toulouse. Ces liens se sont renforcés en fonction de l’affinité géographique, politique et familiale qui unissait les diverses branches de la lignée entre elles (Mévouillon, Montauban, Mison). En politique interne, les Mévouillon doivent composer avec les petits seigneurs locaux vassaux et quelques seigneurs suzerains appartenant au monde monastique. Leur rôle les place au cœur des relations diplomatiques entre moyenne vallée du Rhône et moyenne vallée de la Durance. Leur ascendance les élève au rang de seigneurs suzerains. Ils tissent un jeu de relations avec leurs vassaux, issus de familles locales, par l’intermédiaire de la rétrocession en fiefs, source de l’extension de leurs domaines. L’affirmation de ce pouvoir se matérialise par l’édification de donjons de pierre qui sont occupés par des habitants du mandement qui se partagent la garde du château.

4Les modestes édifices de ce pays de moyenne montagne relèvent de véritables prouesses techniques par l’intégration et l’adaptation de la construction à la topographie vertigineuse de sites savamment choisis.

2.1. Des castra et des hommes

2.1.1. Les Baronnies, un domaine, un lignage

  • 12 « Et me Raymundo de Guigone publico notario in Dominationibus Medullionis et Montisalbani », année (...)
  • 13 Le nom Dalphinatus n’apparaît qu’à la fin du XIIIe siècle (Giordanengo 1988 : 277).
  • 14 En ce qui concerne la réforme grégorienne et le remplacement des Mévouillon sur les sièges d’évêché (...)

5La désignation de l’ensemble des Baronnies est exceptionnelle dans les deux premiers tiers du XIIIe siècle. Seule une charte de 1265 les mentionne dans leur globalité sous le terme de dominationibus12. Cette rareté traduit-elle un repli des Mévouillon-Mison sur eux-mêmes au cours de la première moitié du XIIIe siècle ou au contraire révèle-t-elle, à l’instar de ce qui se passe dans le Dauphiné13, une politique d’extension territoriale dont seul l’achèvement nécessitait une appellation précise au regard des grandes entités politiques environnantes ? La seconde moitié du XIIe siècle représente une période charnière et un jalon décisif dans l’évolution politique des Baronnies. Une famille seigneuriale issue d’un lignage aristocratique d’avant l’an Mil structure en un vaste domaine cette région de moyenne montagne, comprise entre les franges méridionales du Diois et la montagne Ventoux-Lure qui est insérée entre la moyenne vallée du Rhône et la Durance. Dans les textes, le territoire des Baronnies n’apparaît dans un état achevé qu’au XIIIe siècle ; sont occultées les étapes intermédiaires d’acquisition, d’extorsion ou d’échanges. Voisines des possessions de l’évêque et du comte de Die, au nord, et du domaine des Agoult, au sud, les Baronnies jouent un rôle tampon sur leurs marges orientales et occidentales, entre marquisat de Toulouse et comté de Provence et de Forcalquier. Après l’abandon des sièges d’évêchés par les Mirabel-Mison, à la suite de la réforme grégorienne, ce territoire se rétracte et reste désormais aux portes des chefs-lieux de diocèses de Vaison et de Sisteron14. Son emprise sur une partie de six diocèses soulève la question de l’incidence des limites diocésaines sur les frontières internes des Baronnies. Si le domaine des Mison recouvre le sud du diocèse de Gap et le nord de celui de Sisteron, les Mévouillon et Montauban possèdent des biens dans les diocèses de Gap et de Vaison. Les Montauban détiennent également quelques alleux dans l’extrémité sud du diocèse de Die. Cette répartition des domaines souligne l’indépendance des limites des Baronnies vis-à-vis de celles des diocèses. Paradoxalement, Gap qui est situé à 50 km au nord de la frontière septentrionale des Baronnies est l’évêché où les Mévouillon et les Mison ont le plus de possessions. La nette avancée occidentale de cet évêché dans les Baronnies ne semble pas le fruit du hasard. L’occupation du siège épiscopal aux Xe et XIe siècles par les ascendants de cette lignée a très certainement contribué à l’extension du diocèse et leur retour à la fin du XIIIe siècle, en la personne du frère cadet de Raymond de Mévouillon VI, a très vraisemblablement permis de préserver les limites de cet immense diocèse.

6Le point de rencontre des quatre principaux diocèses (Gap, Vaison, Die et le petit diocèse de Sisteron) au cœur des Baronnies fragilise la cohésion du domaine des Mévouillon, des Montauban et des Mison. Les localités faisant partie de l’évêché de Die sont disputées. L’éloignement du pouvoir central de l’évêque dans le petit diocèse de Sisteron favorise la constitution d’une sorte de sas, en un point central, propice au développement d’une entité territoriale relativement neutre (Arpavon, Sainte-Jalle ; chacune des branches de la lignée possède des biens dans cette vallée et les tient, dans deux localités, en coseigneurie).

7Au XIIIe siècle, trois grands domaines liés à la division d’un lignage (Mévouillon-Montauban) ou à l’alliance d’un lignage à un autre (Mison) se dessinent nettement dans cette zone des Préalpes : celui des Mévouillon (70 alleux), celui des Mévouillon-Mison (28 alleux) et celui des Montauban (69 alleux) auxquels se rattachent des sous-ensembles appartenant à des branches cadettes (les Mison de Sainte-Jalle et les Lachau).

8Si les patronymes de Mévouillon et de Mison apparaissent à quelques années d’intervalle, respectivement en 1030 et 1057, les berceaux éponymes, chefs-lieux des Baronnies, sont cités dans les chartes dès la fin du Xe et le début du XIe siècle (Mévouillon, Mison, Montauban). À la fin du XIIIe siècle, les domaines des Mévouillon et des Montauban recouvrent les trois quarts des Baronnies. Le dernier quart est partagé entre les trois branches cadettes.

2.1.1.1. Les Mévouillon (fig. 38-41)

  • 15 Pour le XIIe siècle : cf. charte de 1117 (Boyer de Sainte-Marthe 1710 ; Ripert de Montclar 1865).

9Le patronyme de Mévouillon, Medillone, apparaît pour la première fois en 1057. Il est alors porté par Laugier. Adopté par les descendants de cette lignée15, il réapparaît dans les chartes du XIIe mais surtout du XIIIe siècle.

Fig. 38 - Lignage des Orange-Mévouillon (Xe-XIIIe siècles).

10De la fin du XIe siècle à 1317, la transmission du nom par le père à l’aîné et l’adoption par ce dernier et le frère cadet du prénom Raymond, conformément à la loi salique, reflètent un souci de cohésion dans la transmission de l’ensemble du domaine. Les branches cadettes de leur côté (les Mison de Sainte-Jalle et les Lachau) dérogent à cette règle et, en cela, montrent les failles d’un système voué à une transformation et à une désagrégation au bas Moyen Âge.

Fig. 39 - Alleux des Mévouillon.
Alleux des Mévouillons identifiés :
1 - Alauson (cne de La Roche-sur-le-Buis)
2 - Arpavon
3 - Aulan
4 - Autanne
5 - Barret-de-Liourre
6 - Curnier
7 - Col d'Ey (bastide, cne de Rémuzat)
8 - Beauvoisin
9 - Bénivay
10 - Blacon
11 - Le Bruchet
12 - Bruis
13 - Le Buis (Buis-les-Baronnies)
14 - La Charce
15 - Clermont
16 - Cornillac
17 - Cornillon-sur-l'Oule
18 - Coste-Chaude (bastide, cne de Montaulieu)
19 - Cotignac (cne de Montbrun-les-Bains ?)
20 - Eygaliers
21 - Eyroles
22 - Ferrassières
23 - Guibert
24 - Château-Reybaud (cne de Montbrun-les-Bains)
25 - Lazer
26 - La Jonche (tènement, cne de Pelonne)
27 - Mérindol-les-Oliviers
28 - Mévouillon
29 - Miravalle (cne de Cornillac)
30 - Mollans-sur-Ouvèze
31 - Montaud (cne de Laux-Montaud)
32 - Montaulieu
33 - Montbrun-les-Bains
34 - Montmorin
35 - Marcenne (bastide, cne de Montréal-les-Sources)
36 - Ollon (cne de Bénivay-Ollon)
37 - Pelonne
38 - Pierrelongue
39 - Les Pilles
40 - Plaisians
41 - Visan
42 - Pommerol
43 - Propiac
44 - Proyas
45 - Reilhannette
46 - Rémuzat
47 - Le Revest-du-Bion
48 - Rochebrune
49 - La Roche-Saint-Secret
50 - La Roche-sur-le-Buis
51 - Le Poët-en-Percip
52 - Sahune
53 - Sainte-Jalle
54 - Saint-Marcellin-lès-Vaison
55 - Saint-Maurice-sur-Eygues
56 - Saint-Sauveur-Gouvernet
57 - La Rochette-du-Buis
58 - Sorbiers
59 - Col de Soubeyran (bastide, cne de Bellecombe-Tarendol)
60 - Tarendol (cne de Bellecombe-Tarendol)
61 - Les Tourettes (bastide, cne de Montmorin)
62 - Guillaume (bastide, cne de Bellecombe-Tarendol)
63 - Ubrieux (cne du Buis)
64 - Vercoiran
65 - Montréal-les-Sources
66 - Trescléoux
68 - Valréas
69 - Poët-Sigillat
70 - Séderon

  • 16 Ce castrum compris dans la dot d’Almuse de Mévouillon en 1252, devait déjà faire partie du temporel (...)
  • 17 Guibert, La Rochette-du-Buis, Saint-Sauveur, La Penne-sur-Ouvèze sont seulement mentionnés dans les (...)

11Les textes restent très peu explicites sur le mode et la date d’acquisition des alleux des Mévouillon. En effet, la rareté des chartes du XIIe siècle en Provence rend difficile l’enquête sur la constitution de leur domaine. En revanche, pour le début du XIIIe siècle aux années vingt de ce siècle, dix possessions sont connues : Ollon (1205)16, Les Omergues (1206), Visan (1213), Saint-Marcellin-les-Vaison (1214), Autanne (1215), Plaisians (1216), Montaulieu (1220), La Roche-sur-le-Buis, Les Pilles et le Villard (commune de Montalieu, 1222). En 1230, il est fait référence à neuf domaines : Arpavon, Buis, Coste-Chaude (commune de Montalieu), Eyrolles, Mérindol, Mévouillon, Marcenne ( ?), Sahune et Soubeyran (nom d’un col entre vallées d’Eygues et de l’Ennuye). Cinq alleux sont cités postérieurement à 1231, dans les vingt dernières années de la première moitié du XIIIe siècle : Aulan, Ubrieux, Ferrassières, Pierrelongue et Le Poët-Sigillat. Alauzon, la Bâtie-Guillaume (commune du Poët-Sigillat), Eygaliers, Beauvoisin, Bénivay, Guibert (commune de Plaisians), Mollans, La Penne-sur-Ouvèze, Proyas (commune du Buis), La Rochette-du-Buis, Roux (commune d’Eyroles), Saint-Maurice et Saint-Sauveur, treize possessions au total, ne sont cités que dans la deuxième moitié du XIIIe siècle17. Les alleux les plus méridionaux sont issus, pour deux d’entre eux (Barret-de-Lioure, Saint-Marcellin-les-Vaison), de la branche des Orange (Orange-Mévouillon).

Fig. 40 - Alleux des branches cadettes (Lachau, Mison).
Biens des Lachau :
1 - Ballons
2 - Ballons-le-Tronc
3 - Barret-le-Bas (Barret-sur-Méouge)
4 - Éourres
5 - Lachau
6 - Gaudissart
7 - Creyssint
8 - Ribiers
9 - Saint-Étienne
Biens des Mison :
10 - Mison
11 - Pomet
12 - Châteauneuf-de-Chabre
13 - Le Poët
14 - Montéglin
15 - Saléon
16 - Lagrand
17 - Lazer
18 - Chanousse
19 - Orpierre
20 - Sainte-Colombe
21 - Étoile
22 - Chabreil
23 - Laborel
24 - Villebois
25 - Méreuil
26 - Sigottier
27 - La Piarre
28 - Serres
Biens de la branche cadette des Mison dite de Sainte-Jalle :
29 - Sainte-Jalle
30 - Gignac
31 - Lemps
32 - La Fare
33 - Soubeyran
34 - Arpavon
35 - Esparron
36 - Linceuil
37 - Col d’Ey
38 - Tarendol
39 - Marcenne
40 - Pennafort
Biens de la branche cadette des Mévouillon (Raymond le Bossu) :
41 - Villefranche-le-Château
42 - Vers-sur-Méouge
43 - Montfroc
44 - Gaschet
45 - Curel
46 - Saint-Vincent-sur-Jabron
47 - Noyers-sur-Jabron
48 - Salérans
49 - Barret-le-Haut (Barret-sur-Méouge)

  • 18 « Il (le fief de reprise) organise verticalement les relations entre deux niveaux hiérarchiques de (...)

12Les Mévouillon obtiennent également des biens des branches secondaires, comme celle des Mison de Sainte-Jalle. Il semble que les Mévouillon aient mis la main sur des biens appartenant à de petites familles seigneuriales locales déjà en place au XIIe siècle. De nombreux biens sont inféodés par les Mévouillon à de petits seigneurs locaux qui portent bien souvent le nom de la localité concernée. N’est-ce pas là une manière de réinvestir ces petits seigneurs dans leur ancien alleu sous condition, néanmoins, d’hommages et de reconnaissances18 ?

13Cette politique d’acquisition reflète la volonté de cristalliser un domaine cohérent en limitant le morcellement, source de discorde et de faiblesse. Seules quinze terres sont tenues en coseigneuries. Les Mévouillon partagent l’alleu exclusivement avec des membres de la même lignée (les Mison ou les Montauban).

Fig. 41 - Sceau de la famille de Mévouillon.

  • 19 Raymond Pierre et son épouse, Raymond de Plaisians et ses frères, Pierre Arnulfe et son frère Elzéa (...)

14Les castra situés sur les marges des Baronnies offrent une situation plus difficile à cerner en raison des prétentions des uns et des autres. Les Mévouillon détiennent en indivision, avec les Agout, les alleux situés à la lisière du plateau d’Albion. Près de cette même frontière, l’importante coseigneurie de Plaisians, vassale des Mévouillon, souligne une certaine forme de résistance des familles seigneuriales locales. Certaines d’entre elles s’opposent aux décisions des Mévouillon en recherchant l’appui de leur concurrent direct, le comte de Toulouse. En avril 1216, les seigneurs de Plaisians doivent abandonner leurs prétentions sur leurs castrum, ville et territoire, en vertu d’une décision de justice imposée par Raymond de Mévouillon19. Un des leurs, dénommé Elzéard, rend hommage le 7 des Ides de novembre 1253 pour tout ce qu’il possède dans ce castrum au comte de Toulouse, Alphonse de Poitiers (BI, ms. 557, f° 45). Plaisians et la localité voisine, Guibert (commune de Plaisians), acquièrent ainsi les faveurs du comte de Toulouse Alphonse de Poitiers. Ce dernier octroie aux habitants une charte de franchise le 25 septembre 1288 sur la demande de Rostaing de Sault (Lacroix 1901 : 242).

2.1.1.2. Les Mison et les branches cadettes

15Un groupe familial, les Mévouillon-Mison, se démarque dès le XIe siècle. L’adoption de prénoms distincts et les similitudes géographiques de leurs alleux avec l’ancien domaine des Mison-Dromon (XIe siècle) définissent une entité propre de leur domaine sur l’extrémité orientale des Baronnies. L’adoption de Mison comme chef-lieu de châtellenie et celle du prénom Pierre par ses membres semblent confirmer une ascendance très probable avec les vicomtes du XIe siècle, possessionnés sur les rives droite et gauche de la Durance, et cette branche que l’on dénommera les Mévouillon-Mison (Benoît 1925 : 29). La transmission du patronyme de Mévouillon s’est vraisemblablement effectuée par Galburge I, mère de Bertrand de Mévouillon-Mison (fig. 42).

Fig. 42 - Ascendance de Bertrand de Mévouillon.

16Le domaine de Bertrand de Mison rassemble vingt-huit alleux et le quart d’un vingt-neuvième (AD38, B 3639). Les vingt-cinq alleux qu’il lègue à Galburge, sa fille, se répartissent en trois zones géographiques distinctes (fig. 40) :

  • la majeure partie des biens occupe une zone comprise, d’est en ouest, entre le torrent du Buëch et la Durance et, du nord au sud, de la Piarre au Poët (Sigottier, Serres, Méreuil, Montéglin, Lazer, Mison, Arzeliers, Saléon, Le Poët) ;

  • le domaine est complété par quelques extensions occidentales sur la rive gauche du Buëch, dans les vallées de la Blaisance et du Céans (Chanousse, Lagrand, Chabrel, Laborel, Sainte-Colombe, Orpierre, Villebois, Étoile) et dans la basse vallée de la Méouge (Châteauneuf-de-Chabre, Antonaves, Pomet) ;

  • parallèlement, une branche cadette des Mison possède des biens dans le bassin de l’Ennuye, autour de la localité de Sainte-Jalle dont le nom est adopté, en 1231, par Bertrand de Mison II : « Bertrandus de Misone de Sancta-Galla » (AD38, B 2635).

17Ce dernier lègue ses biens à son fils en 1248 (AD38, B 3639). Bertrand de Mison II, frère de Raymond d’Agout II et d’Isnard d’Entrevennes, serait le fils de Raymond d’Agout I (Chevalier 1897-1906 : 128-130). Une enquête effectuée en 1268 sur les divers possesseurs de biens au castrum de Sainte-Jalle appuie cette hypothèse. Bertrand de Mison dit d’Agout est mentionné parmi les divers alleutiers de ce castrum (AD38, B 3644).

18Les Mison possèdent, en plus de leurs alleux, quelques biens en coseigneurie. Ils détiennent seulement le quart du castrum de Chanousse (AD38, B 3013), Guillaume de Montjay ayant également une part de cette seigneurie qu’il vend le 28 mars 1246 au Dauphin (Roman 1890 : 14). Le 27 septembre 1316, Marquerius de Montjay tient, au nom de Raimbaud de Lachau, le quart de ce castrum (ibid.). La Piarre et Sigottier, fiefs situés à l’extrême nord-est des Baronnies, sont les seules localités où Bertrand de Mévouillon ne possède que l’affare. L’évêque de Gap a également des prétentions sur le territoire de Mison, chef-lieu du domaine des Mévouillon-Mison : des droits et des terres. Sur les directives de Geoffroi de Lincel, évêque de Gap, une lettre de Charles II renouvelle la défense aux habitants de Mison d’envoyer leurs troupeaux sur les terres de l’évêque et, notamment, sur les terres des trois églises de Sainte-Marie-Madeleine, de la Balme et de Saint-Pierre de la Silve (AD13, B 1373). Néanmoins, nombre des Mévouillon occupent le siège d’évêché de Gap et nuancent le degré d’indivision dans la lignée. Au sein du domaine des branches cadettes, les Lachau détiennent un réseau de dix castra auxquels s’ajoutent neuf autres situés sur la rive droite du Buëch et cédés en 1266 par Galburge, fille de Bertrand de Mison (AD13, B 143, f° 13, B 378).

2.1.1.3. Les Montauban (fig. 43-45)

19Le nom de Montauban, Montis Albionis, figure dès 1082 dans les possessions méridionales de Ripert de Mévouillon I qui sont comprises entre le mont Ventoux et la montagne de Lure (Cart. Cluny, 3590 ; fig. 43-45). Le nombre important des biens des Montauban, issus du domaine des Mirabel, confirme le lien de parenté qui existe entre les Mévouillon et les Montauban. En effet, les Montauban possèdent, au XIIIe siècle, l’ensemble des biens que Ripert de Mévouillon détenait en haute Ouvèze.

Fig. 43 - Origines des Montauban.

20Il est peut-être possible d’envisager que Percipia cède le domaine dont elle a hérité de son mari en deux parts indivises : l’une revenant à Ripert I, l’aîné, dont Raymond de Montauban aurait hérité ou qu’il aurait accaparé ; l’autre cédée à un autre de ses fils qui aurait perpétué la branche des Mévouillon.

21La relation de parenté entre les Mévouillon et les Montauban est attestée par un procès beaucoup plus tardif qui a lieu en 1214 entre Raymond III de Mévouillon et Dragonet de Montauban. Il y est fait allusion à « une longue et grave discorde », remontant vraisemblablement au XIIe siècle, et Dragonet de Montauban y invoque l’héritage reçu de sa grand-mère Sibuida, tante de Raymond III de Mévouillon (AD38, B 3159, B 4086 ; RD, t. II, 6268). Cette querelle coïncide avec le départ en croisade, en 1125, de Raymond de Mévouillon II (bulle d’Honorius).

Fig. 44 - Sceau des Montauban.

22La constitution du domaine des Montauban userait de la stratégie employée dans le comté de Saint-Gilles. Celle-ci permet

« de doter les cadets, non par un partage équitable en territoires, mais plutôt par un comté quasi inexistant territorialement, mais bien situé dans la géopolitique étatique et l’économie marchande... » (Paul 1994 : 111).

23Les Montauban qui possèdent des biens dans le domaine ont sans doute profité de ce modèle adopté par leurs voisins pour détourner le droit romain à leur profit. De successeurs potentiels en cas de décès de l’aîné, ils se nomment héritiers d’une partie du domaine du vivant de leur aîné. Le vieux conflit, évoqué dans une charte de 1214, est sans doute né de cette usurpation de droits. L’abandon du prénom de Raymond au début du XIIIe siècle, après l’alliance des Montauban avec les Montdragon qui sont tournés vers le marquisat et le comté de Saint-Gilles, serait sans doute porteur de sens. Il semblerait confirmer la réalité d’un domaine bien distinct de la baronnie de Mévouillon (fig. 45).

24Les appuis des entités politiques voisines sont inhérents à la préservation de l’autonomie des Baronnies. Le choix des relations s’effectue en fonction des priorités politiques et géographiques de chacun. L’appartenance à tel ou tel parti, par exemple dans la croisade albigeoise, inscrit leur choix dans une histoire plus large et des enjeux qui dépassent largement les frontières des Baronnies.

Fig. 45 - Alleux des Montauban.
Possessions des Montauban au XIIIe siècle,
les sigles sur la carte correspondant à une situation avant 1284 :
- 1284 : alleux de Randonne de Montauban (AD38, B 3159)
- 1294 : traité d’Hugues Adhémar et du Dauphin (AD38, B 3660)
- 1314 : hommage du dauphin Guy à son frère (AD38, B 3670)
A : alleu
Af : affare
C : castrum
FA : franc-alleu
S : seigneurie
T : tènement
t : terre

2.1.2. Les relations avec les pouvoirs voisins

2.1.2.1. Les Mison-Mévouillon, leurs relations avec le comté de Forcalquier et de Provence (fig. 46)

25En 1162, le comte de Forcalquier Guillaume II est vaincu par le roi d’Aragon et il est contraint de lui prêter hommage (Falque de Bezaure 1973 : 15).

« Vers 1178, le centre du pouvoir se déplace de la région rhodanienne à Aix qui prend figure de capitale. Cette résidence est mieux adaptée aux desseins du comte : affermir et étendre son autorité en haute Provence » (Coulet 1987 : 167).

26La perspective d’une union entre le comté de Provence et celui de Forcalquier se dessine en 1191 avec le mariage de Gersende de Sabran (petite fille de Guillaume II, comte de Forcalquier) et d’Alphonse II, comte de Provence. Gersende lui cède en dot tout le comté de Forcalquier, excepté quelques localités situées sur la limite orientale des Baronnies : Upaix, Le Poët, Ventavon, Lardier et Le Monestier-Allemont (Hautes-Alpes ; RD, 5317). Cependant, cette union ne met pas définitivement fin aux conflits opposant ces deux grands.

Fig. 46 - Influence du marquisat de Toulouse et du comté de Provence en Baronnies.
1 - Les Omergues
2 - Saint-Vincent-sur-Jabron
3 - Noyers-sur-Jabron
4 - Trescléoux
5 - Mison
6 - Ferrassières
7 - Château-Reybaud
8 - Montbrun-les-Bains
9 - Cotignac
10 - Aiguillon
11 - Les Pilles
12 - Venterol
13 - Eyroles
14 - Valouse
15 - Montbrison
16 - Valréas
17 - Mollans-sur-Ouvèze
18 - Le Revest-du-Bion
19 - Sainte-Jalle
20 - Buis
21 - Monestier-Allemont
22 - Ventavon
23 - Upaix
24 - Le Poët (RD, 5317)
25 - Lardiers

27À partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, la perte de pouvoir du comte de Forcalquier est perceptible en raison de la mouvance des frontières de ce comté et de l’enchevêtrement des droits féodaux. Au cours de ces événements, les Mison appuient aussi bien la politique du comte de Forcalquier que celle du comte de Provence. En 1188, Pierre de Mison assiste à l’acte de vente, au comte de Forcalquier, des droits que possède Girard de Padernus sur le castrum de Trescléoux, situé au contact du domaine des Mison et de celui des Mévouillon (AD13, B 292). De son côté, Bertrand d’Agout de Mison assiste à l’assemblée tenue à Digne, en 1147, par le comte de Barcelone, accouru de Catalogne au secours de son neveu Raymond Bérenger III, comte de Provence. Le comte de Barcelone reconstitue le réseau de fidélité avant d’écraser ses adversaires. Bien que nombre de seigneurs s’opposent à la reconquête barcelonaise, les Agout et les Mison, en compagnie d’autres chevaliers tarasconnais, aident Raymond Bérenger à récupérer les seigneuries dissidentes. Bertrand d’Agout de Mison est aux côtés de Boniface de Castellane, Raimbaud de Beaujeu, Féraud de Thoard et Aubert de La Javie (Poly 1976 : 338).

28Pierre de Mison fait partie, avec les Agout-Simiane, les Amic-Sabran, Uc de Reilhanne et Arnaud Flotte, d’une grande assemblée tenue entre 1162 et 1168 par le comte de Forcalquier (ibid. : 322 ; Didier 1950 : 115). En 1202, lors des guerres et pourparlers survenus entre Guillaume IV comte de Forcalquier et Alphonse II comte de Provence, Pierre de Mison et Roncelin promettent à Raymond d’Agout d’être, à ses côtés, les fidèles du comte de Forcalquier (Benoît 1925 : n° 29 ; AD13, B 296, B 3735, f° 1r°).

« Il faut attendre 1168 pour voir Raymond de Mévouillon être le témoin d’actes signés par le comte de Forcalquier » (Poly 1976 : 322, note 40).

29Il reçoit en effet à cette date le val de Jabron du comte Bertrand (vallem de Noggueriis et vallem Sancti Vincentii), situé au sud-est de leur domaine, à proximité de Sisteron. Le 5 avril 1206, Raymond de Mévouillon donne en gage à Guillaume IV le castrum des Omergues. Le comte de Forcalquier fait référence à Raymond de Mévouillon en ces termes : « Raimundo de Medulione consanguineo meo » (Tournadre 1930 : 153 ; Poly 1976 : 322).

30En 1202, Raymond de Mévouillon est fidéjusseur dans un acte qui doit mettre fin aux différends survenus entre Guillaume IV et ses vassaux et auquel assistaient le comte de Provence, son épouse Sance, Guillaume de Baux, Raymond de Sabran (connétable de Raymond VI de Toulouse) et biens d’autres personnalités (AD13, B 301). Ces derniers prêtent, à cette occasion, hommage au comte de Forcalquier et à Alphonse en sa qualité de successeur. En 1203, le castrum de Mison est concédé à Raymond d’Agout par le dernier comte de Forcalquier Guillaume. Au cas où Raymond d’Agout désirerait le factum de Sisteron pour une courte période, il doit rendre le castrum de Mison à Pierre de Mison. Ce dernier, une fois réinvesti, doit alors prêter hommage et fidélité au comte de Forcalquier et au comte de Provence (ibid.).

« Le décès presque simultané des deux adversaires assure enfin la réunion des deux comtés entre les mains du fils d’Alphonse II et de Gersende, Raymond Bérenger V » (Coulet 1987 : 32).

31En 1220, Guillaume de Sabran, neveu de Guillaume IV, renonce officiellement à ses prétentions sur le comté de Forcalquier.

32Les seigneuries ecclésiastiques, suzeraines des Mévouillon, favorisent la progression du comte de Provence dans les Baronnies. En 1216, Raymond Bérenger, comte de Provence, entreprend de reconquérir le comté de Toulouse qui lui avait été enlevé par le concile de Latran et impose l’autorité comtale aux seigneurs et aux villes de Provence orientale. À sa mort le 31 janvier 1246, la plus grande partie du diocèse de Sisteron et la zone orientale de la baillie de Sisteron sont sous la domination du comte de Provence ; Barret-de-Liourre (l’Hospitalet) et Les Omergues en font partie ; Eygalayes, Saint-Vincent-sur-Jabron, dit de Noyers et Séderon, relevant de la baillie de Sisteron, sont également annexés par le comte de Provence. Le 1er août 1256, Guillaume de Baux, coprince d’Orange, et Galburge de Mison, son épouse, reconnaissent tenir des biens du comte de Provence Charles d’Anjou (Poindron 1968 : 201-247).

33Par ailleurs, l’extension du temporel de l’abbaye de l’Île-Barbe dans la vallée de l’Oule (temporel acquis dès le XIIe siècle) favorise l’emprise du comte de Provence dans cette vallée à partir du milieu du XIIIe siècle. Le 30 avril 1262, Guichard et Guillaume, l’un prieur de Saint-May et l’autre de Lemps, inféodent au comte de Provence, au nom de l’abbé de l’Île-Barbe, leurs possessions situées dans le val d’Oule et dans l’enclave du petit diocèse de Sisteron, mais sous certaines conditions (Cart. Île-Barbe, t. I, 47 ; RD, t. II, 10520). Le comte ne peut concéder en emphytéose, céder, aliéner ou transférer ces fiefs à n’importe quelle personne, ni même à ses héritiers universels, sans le consentement de l’abbé (dans le cas où ce dernier ne pourrait les acheter). Il doit cependant céder au monastère une compensation de fief, les lods et trézains. Le comte ne peut rien acquérir dans le castrum et le territoire de Rémuzat et dans les territoires de M(ar)chia, de Soubeyran et de Pelonne sans le consentement de l’abbé. Il doit protéger ce dernier, les prieurs et leurs familles. Le comte ne peut percevoir ni lever ou acquérir la gardam ou salveysiam dans ces castra. Le comte possède les cavalcades en commun avec l’abbé et à ses frais ; il ne peut cependant les utiliser pour ses propres guerres. L’abbé peut lever des cavalcades dans ses terres où bon lui semble, si le comte n’y voit pas d’objection. Les droits de cavalcades perçus sur ses vassaux sont partagés entre l’abbé et le comte. Si des paysans ou vassaux étrangers ou encore leurs propres vassaux déferlaient en armes sur les chemins et les routes publiques ou dans les castra cités ci-dessus, l’enquête, la condamnation et l’exécution de la sentence seraient effectuées communément par le comte et l’abbé ; le comte et ses proches peuvent cependant en demander l’exclusivité. Ces clauses soulignent les parts de dépendances et d’autonomie de l’abbé vis-à-vis du comte et toutes les subtilités de l’enchevêtrement des pouvoirs en cette enclave du val d’Oule et du val Bodon.

2.1.2.2. Les Montauban et le marquisat de Toulouse

« Les rivalités des maisons de Saint-Gilles et de Barcelone marquèrent l’histoire de la Provence pour plusieurs siècles jusqu’à la mort de Raymond VII de Toulouse » (Paul 1994 : 117).

34Si les liens entre la Catalogne et la Provence sont renforcés par la mort de Raymond Bérenger III, comte de Barcelone, elle réveille la lutte entre les maisons de Toulouse et de Barcelone. Proches des Montdragon tournés vers le marquisat de Toulouse, les Montauban participent activement à la conquête albigeoise. Raymond de Montauban, en compagnie de son père Dragonet le Preux, négocie lui-même la levée du siège du château de Beaucaire en 1216, tenu par Simon de Montfort. Leur action est rapportée par l’auteur anonyme de la Chanson de la croisade albigeoise (Frappier 1967 : 186-188 ; Estienne et al. 1997 : 39-40).

35L’on peut s’interroger sur l’incidence de la conquête albigeoise sur la division de la lignée en deux branches : celle des Mévouillon et celle des Montauban. Serait-elle à l’origine de cette scission ou servit-elle de prétexte aux Montauban pour mieux s’imposer face aux Mévouillon ? La divergence s’affirme clairement chez le frère et la sœur cadette de Raymond II de Mévouillon. Leur alliance avec les Montdragon qui soutiennent la maison de Saint-Gilles dans le deuxième tiers du XIIIe siècle est l’une des marques de leur appui au marquisat.

Enquête à Sainte-Jalle, 1268 (AD38, B 3644)
Cette enquête permet de connaître les anciens partisans des comtes de Toulouse et de Provence. Dix personnes ayant appartenu à différents camps sont interrogées : un représentant de l’Île-Barbe, un partisan de Guillaume Artaud, favorables au comte de Provence, et d’autres gens dépendant de Raymond des Baux et du comte de Toulouse. Quelques divergences confèrent un certain flou à l’enquête qui est dû, en partie, à l’ancienneté de cet épisode et à la complexité des alliances. Il apparaît cependant que les Mison de Sainte-Jalle et les Montauban soutiennent le comte de Toulouse et que les Mévouillon-Mison, les Mison d’Entrevennes (Agout) et la famille d’Aix-en-Diois appuient le comte de Provence. Les Mévouillon, dont le domaine est compris entre celui des Montauban et des Mévouillon, auraient successivement combattu le comte de Provence puis le comte de Toulouse. Les Montauban soutiennent le comte de Toulouse car la partie occidentale de leur domaine est à proximité de la vallée du Rhône.

2.1.3. Seigneurie et stratégie sociale et militaire

2.1.3.1. Suzerains et vassaux

36Les Mévouillon-Montauban témoignent par leur comportement interne aux Baronnies de leur appartenance aux grands lignages seigneuriaux provençaux. À la fin du XIIIe siècle, ils sont désignés sous le terme de dominus, de nobilis vir, de dominus nobilis vir ou de vir potentes nobilis. Ils adoptent exceptionnellement le qualificatif de magnificus dominus à l’instar du comte de Provence [AD38, B 3674 (1310)]. Ils ont de multiples droits, perçoivent nombre de redevances (perception du cens, exercice du ban, etc. ; AD38, B 3658) et détiennent les trois degrés de la haute, moyenne et basse justice : merum et mixtum imperium. Suzerains, ils possèdent la seigneurie majeure et l’autorité sur des familles seigneuriales locales. « L’engagement vassalique et la concession du fief servant de cadre aux liens de subordination » s’expriment par la cérémonie de l’hommage et du serment de fidélité et de reconnaissance.

« L’hommage est suivi du serment de fidélité, sacramentum juramentum, suivi ou non de la fidelitatis ; l’osculum ou baiser n’a rien d’essentiel » (Ganshof 1982 : 122).

37Si la forma fidelitatis est en usage dès la seconde moitié du XIe siècle en Catalogne (Bonnassie 1976 : 741) et dès 1140 en Languedoc (Duhamel-Amado 1994 : t. I, 359), elle apparaît, dans les Baronnies comme en Dauphiné, aux alentours des années 1213-1230, pour se généraliser dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Elle est employée pour la première fois en 1237 en Baronnies et Dauphiné : hommage de Raymond de Mévouillon prêté à la Dauphine, le 4 juin 1237, pour une partie de la suzeraineté sur les fiefs de Raimbaud de Lachau (Giordanengo 1970 : 843).

Le fief
Le terme de fief n’apparaît dans la documentation traitant des Baronnies qu’une seule fois au XIIe siècle, dans un texte en langue vulgaire daté des environs de 1180 : « e l’ortz vielz, el fieus que a en W. Giraut ». Il s’agit de l’emploi du mot fieus pour feus (Brunel 1926 : 170, n° 183, testament de Dragonet de Montdragon). Au XIIIe siècle, on le retrouve sous la dénomination classique de feudiste, mais il demeure peu employé : en 1231, Raymond de Mévouillon s’approprie des terres et des castra que Gérente de Sahune possédait dans ce fief (AD38, B 3158 ; RD, 5726). Le terme de fœda est également usité. En 1270, Dragonet de Montauban tient d’Alphonse de Poitiers le castrum de Valréas et d’autres fœda (RD, 5726). Le terme de fief est plus souvent usité dans l’expression « tenere in feudum, habere in feudiste » ; il lie un groupe d’hommes à un autre. Cette expression apparaît dans une charte de 1231 où Gérente de Sahune reçoit en fief de Raymond de Mévouillon quatorze castra (RD, t. II, 7111).

38Les chartes recensées en Baronnies offrent seulement trois exemples d’hommages effectués au XIIIe siècle selon la cérémonie traditionnelle. La position des mains jointes du vassal dans celle du suzerain en signe de reconnaissance est adoptée plus tard qu’en Provence et en Languedoc (l’exemple relevé pour le Languedoc à la fin du XIe siècle fait cependant figure d’exception ; Duhamel-Amado 1994 : 354).

39Le premier exemple remonte au début du XIIIe siècle : en juin 1205, les frères B. et V. Artellarii et leur parent, Richard Giranni se présentent les mains jointes devant Raymond de Mévouillon et lui prêtent hommage : « le baiser est mentionné mais la position du vassal debout ou à genoux comme en Provence n’est jamais précisée » (RD, 5904 ; Giordanengo 1988 : 207). L’on note également :

  • l’hommage de Dragonet de Montauban prêté à l’abbé de l’Île-Barbe en 1242 : « Draconetus fecit homagium junctis manibus suis positis inter manus dicti domini abbatis et osculo pacis dato » (AD13, B 365 ; Cart. Île-Barbe, 301) ;

  • l’hommage de Bertrand de Mison adressé au comte de Toulouse en 1268 à Sainte-Jalle : « ... Bertrandus de Misone pater fecit dictam recognitionem posuit manus suas inter manus dicti domini Guidonis et sacramentum fidelitatis ei fecit ad salvum domini comitis predicti et etiam condulatus... ». Cet acte est rapporté par un des témoins de l’enquête, Guido de Cavallano, connétable du Venaissi (AD38, B 3644, fo 5ro).

40Les prémices de cette coutume pourraient s’entrevoir dans la donation de Bermond Castello, effectuée en 1060, à l’abbaye Saint-Victor, selon la volonté du frère de Ripert de Mévouillon ; ce don a été signé par Ripert Laget dans les mains de l’abbé Pierre : « … et ipsum dominum firmavit in manu predicti domini Petri abbatis » (Cart. Saint-Victor, 730).

41Il est en effet plus souvent question de serment de fidélité et de reconnaissance :

  • donation par Alphonse de Poitiers à Dragonet de la ville de Saint-Pantaléon : « ... dictus Dragonetus decisse homagi ipsi domino comiti […] et sacramentum fidelitatis prestitisse eumene promittens eidem bona fide […] se esse fidelem ipsi domino comite » (AD38, B 3639) ;

  • transaction entre Raymond de Mévouillon et Sybille, dame de Sainte-Jalle : « in feudis et retrofeudis in homagiis et in fidelitatibus et recognitionibus » [AD38, B 3651 (1287)] ;

  • en 1213, Raymond de Sabran « fecit homagium et fidelitatem et fidem » pour le castrum de Visan (AD38, B 2635) ;

  • hommage de 1251 à l’abbé de l’Île-Barbe : « Raymundus dominus de Medullione fecit homagium et fidelitatem per sacramentum viro religioso Petro abbati Insule Barbare nomine ecclesie sue de castris et tenementis que dedit ei ecclesia Insula in feudum [...]. Item fecit homagium et fidelitatem [...] et accepit in feodum abbate [...] de quibus augmentavit feudum ecclesia » [Cart. Île-Barbe, t. I, 36 (1251)] ;

  • hommage de Dragonet de Montauban au comte : « Dragonetus decisse homagi ipsi domino comiti […] et sacramentum fidelitatis prestitisse eumdem promittens eidem bona fide […] se esse fidelem ipsi domino comite » [AD38, B 3665 (1300)] ;

  • hommage au recteur de l’église de Saint-Romain-en-Viennois : « Raymundus de Medullione recognovit se tenere in feudum et accepit in feudum a nobis domino rectore predicto nomine Sancte Romane ecclesie castrum de Merindolio et territorium ejusdem » (ibid.).

  • 20 Voir l’hommage de Jordans de Rosans à Raymond de Mévouillon pour la « dominium seu seignoriam castr (...)

42L’hommage lige est peu fréquent ; il est pratiqué presque exclusivement par les Mévouillon et les Montauban à leurs seigneurs suzerains qui mènent une politique de conquête. En effet, chaque fois que les Mévouillon-Montauban tombent sous la suzeraineté de grands, comme le comte de Toulouse, le comte de Provence (AD13, B 1397) ou le Dauphin (AD38, B 3654, B 3658), ils leur prêtent hommage lige (fig. 47). Néanmoins la première utilisation de l’hommage lige personnel prêté sans que l’on reconnaisse en même temps tenir les fiefs concernés lie le seigneur de Rosans à Raymond de Mévouillon20. Les modes d’expression de la relation hiérarchique entre le suzerain et son vassal reposent en Baronnies sur le fief de reprise et le franc-fief, deux formes originales du fief propres au Midi de la France (Magnou-Nortier 1968 : 457-484 ; Duhamel-Amado 1991 ; Débax 2003 : 178). Pour le premier,

« l’un donne (ou vend) le bien ou une part de celui-ci, dont il a hérité, laconiquement signifié par le mot castrum, à l’autre qui le lui rétrocède en fief, exigeant en retour fidélité, hommage et service. »

43Ce type de fief apparaît en Provence dès 1060 (Bournazel, Poly 1980 : 131) et autour de 1100 en bas Languedoc (Duhamel-Amado 1994).

« Le fief château, le castrum pour lequel on prête serment, joue donc essentiellement comme une sorte de fiction juridique qui sert de base à la fidélité » (Débax 2003 : 164).

44En 1293, lors de l’annexion delphinale, il est précisé que si un changement de seigneur ou de vassal s’opère dans les huit mois à compter de la date de réquisition des castra Raymond de Mévouillon devra prêter hommage lige au Dauphin (AD38, B 3658). Les Orangeois, les Mévouillon et les Montauban semblent avoir largement utilisé le fief de reprise dans la constitution de leurs vastes domaines. Aux environs de 1220, les nombreuses inféodations à de petites seigneuries locales ne sembleraient-elles pas plutôt témoigner d’une rétrocession dont la donation préalablement à l’inféodation n’aurait pas laissé de trace dans la documentation écrite ? Il implique souvent une restitution du castrum par le vassal à chacune de ses mutations ou simplement lorsque le seigneur le demande. Ainsi, à l’occasion de la vente du château de la terre et de la juridiction de Dulions par Guillaume de Condorcet à Raymbaud et Raymond Raymbaud, frères, et à Bertrand Raymbaud, fils d’un autre Bertrand, le premier se réserve la restitution du castrum pendant un jour à chaque mutation de vassal. Il détiendra le service de guerre quand il lui plaira, avec hommage et reconnaissance dans le mois suivant l’acquisition [RD, t. II, 10680 (1268)].

Fig. 47 - Hommages liges.

45Les vassaux portant le nom de la localité inféodée sont désignés au XIIIe siècle, dans les Baronnies, sous le terme de miles. Ce mot a subi un glissement sémantique et fait référence à leur fonction chevaleresque ; ce terme est désormais lié à une classe plus modeste qui n’est pas forcément issue de l’aristocratie (Fourquin 1977 : 57). L’ajout de dominus au côté du terme miles semble témoigner de la primauté de certains ; Bertrand de Taulignan est désigné, dans la même charte, aussi bien par le simple terme de miles que sous la forme de miles dominus [AD38, B 3551 (1295)]. Les miles domini se distinguent des vassalos (AD38, B 2635) et des « fideles ou de feudales suis fidelibus et feudalibus terre sue » (AD38, B 3642), personnes ayant reçu la charge d’entretenir une tenure pour le seigneur suzerain.

46Les vassaux sont de petits seigneurs locaux et des membres de la communauté. Lors de la prise effective en 1287 du castrum de Sainte-Jalle par Sybille, il est rapporté :

« … nobiles et ignobiles fecerunt homagium et recognitionem et fidelitatem juraverunt predicto Guilelmo procuratore (Sybillis) » (AD38, B 3651).

47Ils dépendent étroitement de la seigneurie et du castrum auxquels ils sont rattachés. La vente du castrum de Barret-de-Liourre, en 1295, concerne non seulement les revenus dépendant du castrum, mais également les vassaux et leurs droits respectifs, « vassalos de hominibus et juribus vassalorum et hominum dicti castri » (BI, ms. 1854). Se distinguent quelques familles ayant réussi à tisser un réseau de plusieurs castra pris sous la suzeraineté des Mévouillon : les Rosans, les Sahune et les Bruis constituent de véritables petites baronnies au sein de la grande baronnie (Estienne 1999). Vassaux parfois en même temps des Mévouillon et des Montauban, selon les fiefs, les petits seigneurs semblent tirer parti de cette situation polyvalente. La suzeraineté de l’une ou l’autre branche ne constitue pas une frontière à l’égard des seigneuries vassales (Hugues de Montbrun, issu de cette localité du canton de Séderon qui est située aux portes du plateau d’Albion, est seigneur vassal des Mévouillon pour Montbrun, Reilhanette et Aulan, mais il détient des Montauban le castrum de Montguers et de Rioms ; RD, t. II, 7988, t. III, 11518). Sur les frontières des Baronnies, les vassaux des Mévouillon et des Montauban peuvent également appartenir à une aire territoriale étrangère (les Vesc, les Chalencon sont dans la même situation, les Caderousse…). La vassalité et la coseigneurie nuancent et assouplissent l’autorité de la suzeraineté qui doit composer avec elles.

48Les Mévouillon ont accordé très tôt des chartes de franchises et de libertés aux diverses communautés constituant leurs vastes Baronnies. La communauté est représentée par des syndics (Estienne 2004a : 152-153).

49Les seigneurs vassaux doivent parfois un service militaire (juvare de placito et de guerre, jurer en plaid et en guerre) et, le cas échéant, mettre à disposition leurs forteresses. Le seigneur perçoit aussi sur les revenus de ses vassaux le droit de chevauchées. Un certain nombre d’habitants du castrum peut également être réquisitionné en temps de guerre (AD13, B 388). À l’occasion de l’investiture d’un nouveau propriétaire ou d’un vassal, l’étendard est hissé sur une tour du château pendant un à trois jours (AD38, B 3640, B 3650, B 3651, B 3654, B 3658). Lorsque Arnaud de Sahune prête hommage et fidélité à Bertrand de Mison en 1254, il est convenu que :

« de placito vel de guerra et facit recognitionem in mutatione domini seu vassali et quod in predictum mutatione dicti domini vel vassali dictus dominus Bertrandus et ejus heredes et sucessores baneriam suam et vexillum ponere possint in fortalitia castri Arpaonis » (AD38, B 3640).

50L’affichage des armoiries sur l’étendard s’accompagne de la remise des clefs, autre élément symbolique dans la vente ou dans la donation d’un castrum (AD38, B 3651, B 365).

2.1.3.2. Du berceau éponyme au chef-lieu de Baronnies

51Les résidents à proprement parler du castrum ne sont jamais désignés en tant que tels. Mais au regard des multiples castra et chefs-lieux des Baronnies, on peut douter de la présence effective du seigneur suzerain et, parfois même, du vassal. Seules quelques signatures d’actes témoignent de cette présence du suzerain dans le château. Il faut néanmoins nuancer l’importance de ces renseignements. En effet, nombre d’actes sont signés dans des lieux neutres ou des endroits concernés par la tractation. L’ordre de citation d’une localité dans une liste est également révélateur du degré d’importance accordé aux différents châteaux en fonction de leur situation stratégique ou symbolique (fig. 48 et 49).

Fig. 48 - Lieux de ratification d’actes.

Fig. 49 - Actes signés au Buis.

52Le testament de Randonne de Montauban, rédigé en 1284, présente deux listes de castra. Randonne semble ainsi distinguer les places fortes les plus importantes (Montauban, Chauvac, Nyons, Mirabel, Valréas, Ban) des autres forteresses (AD38, B 3159). Chauvac et Ban représentent des localités situées à l’intérieur des montagnes, non loin de Montauban. Les relations privilégiées des Mirabel avec l’archevêque d’Arles au XIe siècle et l’alliance des Montauban avec les Montdragon conféraient à ces villes occidentales une certaine primauté. Elles relèguent au second rang Montauban, localité située au fond d’une vallée au pied du col de Perty. Néanmoins, le Dauphin et le comte de Provence se disputent en premier lieu la vallée du Ruègne, dès le deuxième tiers du XIIIe siècle ; ce choix stratégique repose très certainement sur la volonté effective et symbolique d’une mainmise sur le cœur du domaine. Au début du XIVe siècle, le Dauphin aménage, à Valréas, une résidence ou castrum inferior dans la maison touchant la porte de la forteresse inférieure du seigneur de Montauban où se tient sa cour [RD, 18082 (1311)]. Le choix du lieu d’inhumation des Montauban qui privilégient Mirabel et Valréas traduit, en outre, très clairement un attachement profond aux contrées occidentales détenues dès la fin du Xe siècle par leurs ascendants.

53Parallèlement, Buis-les-Baronnies est peu à peu privilégié par les Mévouillon par rapport à leur berceau éponyme. Situé au sud-ouest des Baronnies, près des grands axes de communication, et tourné vers la vallée du Rhône près de l’actuel Vaucluse, Buis-les-Baronnies, dit jadis Le Buis, fait figure de nouveau chef-lieu, dans le troisième tiers du XIIIe siècle. Nombre d’actes sont signés en dehors de la forteresse qui n’apparaît comme telle dans les textes qu’au début du XIVe siècle. Mévouillon, Ubrieux (commune du Buis) et Le Buis figurent en tête de la liste des castra du domaine des Mévouillon annexés par le Dauphin en 1317 (AD38, B 3673). Par leur situation de carrefour, aux portes des frontières du domaine, Le Buis, Serres et les villes occidentales (Nyons, Valréas) prennent, en quelque sorte, le relais des chefs-lieux éponymes, dans une dynamique économique et stratégique de politique d’échange, de résistance et d’alliance avec les grands pouvoirs voisins. Ce choix ne reflète pas une démarche nouvelle. Il traduit, de façon sans doute inconsciente, le retour aux franges orientales et occidentales, terres de prédilection des ascendants de la lignée au Xe et début du XIe siècle. La proximité des grands axes de circulation favorise ce choix stratégique ancien par la similitude de la zone géographique concernée, choix nouveau par le contexte de concurrence et de résistance avec les grands pouvoirs voisins. Corrélativement, les lieux d’inhumation reflètent les pôles de rattachement à partir desquels les domaines se sont constitués. Les Mison, ex-vicomtes, choisissent leur chef-lieu et berceau éponyme au cœur de leur domaine ; les Mévouillon, dont les terres ont été rassemblées à partir d’accaparements de biens d’Églises au XIe siècle, élisent le plus souvent leurs lieux de sépulture dans les couvents et monastères qui ont bénéficié de leurs largesses, sur la lisière de leurs domaines.

2.1.3.3. Garde et entretien du château (fig. 50)

54Une documentation, bien qu’un peu plus tardive (XIVe-XVe siècles), sur l’organisation des tours de garde des castra donne sans doute le reflet le plus fidèle de l’utilisation quotidienne de ces châteaux des XIIe-XIIIe siècles. Les habitants (clientes, gayte, porterii, servientes pro custodia), un personnel militaire spécialisé (miles, pedites) et éventuellement des personnes en charge de fonctions administratives (châtelain) assurent la garde à tour de rôle par petits groupes de deux ou trois, en temps de paix, sur une durée allant d’un mois à un peu plus d’un an (cette réalité n’est cependant visible dans les textes qu’à partir du moment où le Dauphin annexe les Baronnies).

Fig. 50 - Tours de garde.

55Les comptes de châtellenie delphinaux des XIVe et XVe siècles permettent de connaître le type et l’effectif des garnisons et donnent le coût de la garde (custodia), soit le salaire des gardes (« gagia, stipendium, salario », AD38, VIII, B 647, f° 41v°, B 638, f° 129 ; « vigillandum seu custodiendum », AD38, VIII, B 687). La garde de la forteresse est évoquée par l’expression : « tenere in mutatione seu stabilita dicti castri ». Même au cours de la guerre de Cent Ans, l’effectif réduit n’est que de un à six gardes. Le plus souvent trois hommes montent la garde du château. En 1431, il est précisé que ce chiffre est suffisant (AD38, VIII, B 687, f° 43r°). Mais le danger est alors parfois évoqué : « … unam gaytam propter pericula ». Le nombre de gardes reste dans la norme des garnisons réquisitionnées en temps de paix [AD38, VIII, B 647, f° 47r° (1371)]. Les gardes (gaytae seu vigillis) sont souvent aidés du portier (porterius). Des chevaliers (miles) et des soldats fantassins (pedites) peuvent participer à la garde. Au XIIIe siècle, à Mévouillon, la garde du château doit être effectuée par autant de « gachiam, cerchas erassors et scutas et alios custodes » que cela est nécessaire ; leur nombre n’est cependant pas précisé (« quotquot erunt necessarii »). La garde est ici effectuée aux portes du castrum sur décision du seigneur°u du bailli. Par ailleurs, les habitants sont tenus de l’effectuer à tour de rôle. Un témoin signale que les gardes sont, au château de Mévouillon, des agriculteurs (agricultores), âgés de 15 et 30 ans [AD38, VIII, B 687, f° 42v° (1431)]. Ils sont munis d’une trompe d’appel en terre [AD38, VIII, B 634, f° 118 (1360)] et sont parfois accompagnés d’un chien [Mévouillon, « corna terre », 4 gros et demi, « pro custodia durante guerra, una gayta et unum canem », AD38, VIII, B 666, f° 238v° (1394) ; Mérindol, « pro custodia durante guerra, una gayta et unum canem », AD38, VIII, B 638, f° 130r°, B 666, f° 238v° (1394), B 679, f° 161r°].

56Les gens venus habiter dans l’enceinte du castrum sont très impliqués dans l’entretien de l’édifice castral et de la garnison ; ils participent parfois à la construction des remparts, mais aussi à l’édification du château lui-même (La Roche-sur-le-Buis ; AD38 B, 1622 ; AD26, E 2920, f° 4). La perception du vingtain (Mévouillon, « in munitione et bastimento dicti castri et fortalicii », BMG, R 7906/71, f° 219 ; Valréas, « in barris et in aliis clausuris balistis vel garnizonibus », MC, ms. 2116) et la participation obligatoire à la garde du castrum, à tour de rôle, par petits groupes de trois à quatre personnes et pour une durée d’un à trois mois, impliquent directement les habitants dans le rôle protecteur du château qui est conçu comme lieu de refuge. Ainsi en 1237, les habitants du Buis sont obligés de participer aux chevauchées et à l’entretien des remparts, alors que le chevalier Raymond de Malcap est dispensé des guets et du nettoyage des fossés. En 1260, Bertrand de Mévouillon exempte du droit de lesdes les habitants du castrum de Laborel, à condition qu’ils restent soumis à une aide des cinq cas, à un droit de cavalage, à des corvées d’un jour par an et à la garde du château seigneurial (Caillet 1910). Si au Buis, le vingtain est supprimé en 1298, une taille est levée en cas de nécessité pour l’achat d’armement et pour l’entretien des fortifications et des maisons du bourg castral. Les habitants doivent en outre effectuer obligatoirement des rondes et monter la garde au château (BI, ms. 928, copie du XIVe siècle).

2.1.3.4. Petites guerres privées et convoitises

57Le corps de garde qui vient d’être décrit correspond à une situation valable en temps de paix. En effet, si les Mévouillon-Montauban appuient parfois par les armes des causes externes aux Baronnies (croisades albigeoise, croisades), ils ne règlent sur leurs terres que les petits différends liés à l’excès de zèle de seigneuries vassales, souvent avec l’appui d’autres pouvoirs environnants (évêque de Gap, Dauphin). On en donnera, ici, quatre exemples.

  1. Profitant de l’absence des Montauban, Montalin de Bruis, seigneur vassal voisin de la vallée de l’Oule, s’empare du donjon de Rosans, situé plus au sud dans la vallée de l’Eygues. Dragonet de Montauban et Jordans de Rosans, son vassal, envoient leurs troupes pour établir un siège. Le 25 décembre 1256, l’évêque de Gap Othon, Raymond de Mévouillon et le Dauphin interviennent en tant que négociateurs et demandent aux assiégeants de retirer leurs troupes (Roman 1890 : 89). Ce territoire, compris entre Durance et Rhône, engendre également la convoitise des voisins.

  2. Le 3 juillet 1300, ne voulant pas se placer sous la tutelle des Baux et de l’évêque de Vaison, soutenus par la cour romaine, Raymond de Mévouillon, avec l’aide du Dauphin, effectue le siège de son propre château de Mérindol-les-Oliviers. Le manque d’eau potable a raison de Bosan de Ménerbes, commandant du château pour l’évêque de Vaison et de ses troupes. Raymond de Mévouillon retrouve sa forteresse, après quinze jours de siège (AD38, B 3665).

  3. Alors que les gens du pape commencent à réparer la tour de Blacosa, située au nord-ouest du castrum des Pilles dans la montagne, les habitants des Baronnies sous la direction de Raymond de Saint-Ferréol arrêtent violemment les ouvriers dans leur tâche, en revendiquant les anciens droits de propriété des Montauban sur cette tour. Michaël Jancelme, cousin de Raymond de Saint-Ferréol, poursuivi par les hommes des Pilles se réfugie dans la tour et invoque le nom de « Montauban, Montauban », tout en projetant des pierres depuis la tour (AD38, B 3682). Cette tour, dite proche des Pilles, serait la tour de Blacons située, plus à l’ouest, dans la montagne qui domine sur la rive gauche le cours du Lez. En effet, aucun lieu-dit portant ce nom n’existe dans la commune des Pilles ; la mise en corrélation de ces deux localités témoigne d’un cheminement par les montagnes et non par les vallées. Dans cet exemple, les matériaux de construction servent de défense ponctuelle, mais l’armement est rarement évoqué dans les chartes des Baronnies, sauf lors d’un épisode concernant l’assaut du château de Gaudissard.

  4. En 1302, le castrum de Gaudissard, englobé dans la baillie de Sisteron, est assailli pendant trois jours par cinquante hommes venus des communautés environnantes et appartenant au domaine de Galburge de Mévouillon [AD26, E 3152 (17 et 28 juin 1302)]. Armés de lances, d’épées, de boucliers, d’épaulières, d’arbalètes et de gorgerins, des fantassins et des cavaliers venant des villages voisins (Arzeliers, Ballons, Barret, Izon, Étoile, Laborel, Lachau, Montéglin, Orpierre, Salérans…) détruisent le moulin et le four à chaux et s’emparent de treize bêtes et d’un âne. Ces méfaits portés contre le prieur Pierre de Montlaur vont à l’encontre de la récente annexion de Gaudissard par le comte de Provence et le roi de Sicile (AD13, B 1371 ; Poindron : 215 ; pour Gaudissard au XIVe siècle : AD13, B 11, f° 40v° -f° 43 ; B 764, f° 116).

2.1.4. Castrum, une emprise sur les hommes et l’habitat

2.1.4.1. Castrum, une définition globale

58Rarement désigné par des termes spécifiques faisant référence au chef-lieu de la châtellenie ou à la fortification proprement dite (caput, turris, oppidum), le château apparaît dans les textes des XIIe et surtout XIIIe siècles sous les termes de castellum et de castrum. L’incidence du rôle du château sur les terroirs et l’habitat concourt à l’ambiguïté du terme qui englobe la fortification et l’habitat, pris sous sa dépendance, et, parfois même, le territoire qui lui est lié :

« Item quod secundum vulgarem seu communem usum loquendi in comitatibus Provincie et Forcalquerii appellatione castri continetur fortalitium, murum seu barria et domus infra muros edificate et quicquid infra muros est, cum territorio castri et pertinentiis seu juribus eorumdem et cum donatur castrum alicui » ; soit : « Ce que l’on appelle communément château dans le comté de Provence et de Forcalquier rassemble la forteresse, le mur d’enceinte ou rempart et les maisons construites à l’intérieur du rempart et tout ce qui est à l’intérieur de l’enceinte, avec le territoire du château et les droits et redevances perçues sur celui-ci » (réf. et trad. : Giordanengo 1998).

59Les droits, les revenus et les pouvoirs qui s’y rattachent font du castrum cette

« unité de compte de la fidélité, […] fiction unitaire du castrum des serments servant de base aux liens d’homme à homme » (Débax 2003 : 165).

60La division du fief-castrum au cœur de la coseigneurie et la connotation fiscale liée à des notions abstraites, si courantes dans les actes et notamment dans les actes d’inféodation, brouillent souvent les pistes de la conception morphologique du castrum en tant que fortification et centre générateur d’habitat. Cependant quelques rares chartes liées aux Baronnies évoquent, par un vocabulaire varié mais généraliste, les formes de peuplement pourtant possibles et parfois sous-entendues dans la généralisation du terme castrum après 1150 :

« … castra et feuda consistant in castris, castellis, fortaliciis, dominibus, burgis, villis, vicis, oppidis, suburbii... » (donation par Raymond de Mévouillon de sa baronnie au Dauphin, en 1293 ; AD38, B 3658).

2.1.4.2. Castrum et enchâtellement

61Le perchement des châteaux est accompagné d’un enchâtellement qui se développe après 1150 et se généralise dans le premier tiers du XIIIe siècle (Estienne 2004a). Les châteaux ayant engendré la naissance d’un bourg castral représentent 50 % sur le nombre total de castra. Les castra restés isolés sont rares : sept d’entre eux sont des châteaux de frontière et verrouillent les voies d’accès aux Baronnies, aux quatre extrémités du domaine ; quinze sont en relation avec des zones charnières stratégiques, au sein de ce territoire très compartimenté des Baronnies ; sept d’entre eux sont implantés à proximité de cols. Les chefs-lieux de domaine semblent bénéficier d’une défense complémentaire grâce à la présence de châteaux implantés en avant-poste sur des pitons rocheux. Ces sites doubles sont tous implantés soit sur les frontières des Baronnies (Teyssières, Mollans-sur-Ouvèze), soit sur les limites internes qui séparent les domaines des branches cadettes (Ballons, Barret, Laborel). Teyssières est, sur la frontière nord et sud des Baronnies, en contact avec les possessions de l’évêque de Die et les biens des de Vesc ; Mollans-sur-Ouvèze jalonne la limite entre les Baronnies et le marquisat de Toulouse (le Comtat Venaissin). Si Barret-sur-Méouge est, à l’ouest, au contact du domaine des Lachau et, à l’est, au contact de celui des Mison, Laborel qui appartient au domaine des Mévouillon-Mison avoisine, au sud, les terres des Lachau et, à l’ouest, celles des Montauban. Le site du Châtelard, implanté sur la limite communale de Ballons et de Barret, est une sorte de pôle avancé tourné vers le domaine de la branche cadette des Mévouillon, dite de Barret. La bipolarité de sites castraux en une même localité peut également se justifier par l’implantation de deux familles seigneuriales différentes.

62Dans le second tiers du XIIIe siècle, 59 % des castra qui ont généré un bourg castral abritent un lieu de culte. L’annexion de l’église au sein du castrum ne se systématise qu’après 1150 et se généralise au XIIIe siècle dans un contexte de concurrence entre bourgs castraux et bourgs prieuraux (ibid. ; fig. 51). Dans 70 % des cas, l’église occupe une position privilégiée, à la jonction du donjon et du bourg castral, ou s’implante sur le rempart. Ces deux types d’implantation sont aussi nombreux l’un que l’autre. La position de l’église a pu être appréciée dans quarante et un exemples. Le développement de chapelles castrales est plus tardif (courant XIVe siècle) et relève de pouvoirs riverains aux Baronnies (cf. ci-dessous).

Fig. 51 – Enchâtellement.
1 - Aiguillon
2 - Alençon
3 - Alauson
4 - Antonaves
5 - Arpavon
6 - Arzeliers
8 - Audefred
9 - Aulan
10 - Autanne
11 - Ballons
12 - Ballons-le-Tronc
13 - Bar
14 - Barret-de-Liourre
15 - Barret-le-Bas
16 - Barret-le-Haut
17 - La Bâtie-Verdun
18 - Beauvoisin
19 - Beconne
20 - Benivay
21 - Besignan
22 - Blacon
23 - Le Bruchet
24 - Bruis
25 - Le Buis
26 - Castellac
28 - Cairanne
29 - Castelliono
30 - Chabreil
31 - Chanousse
32 - La Charce
33 - Châteauneuf-de-Bordette (Peytieux)
34 - Châteauneuf-de-Bordette
35 - Château-Giraud
36 - Château-Ratier 37 - Chauvac
38 - Condorcet
39 - Condorcet, castrum novum
40 - Cornillac
41 - Cornillon
42 - Cotignac
43 - Creyssint
44 - Curel
45- Curnier
46 - Dulions
47 – Durfort ( = Gisfort)
48 - Éourres
49 - L’Épine
50 - Esparron
51 - Étoile
52 - Eygalayes
53 - Eygaliers
54 - Eyguians
55 - Eyroles
56 - La Fare
57 - Ferrassières
58 - Le Gaisset
59 - Gaudissart
60 - Gignac
61 - Grillon
62 - Les Guards
63 - Guarda
64 - Izon
65 - Laborel, castrum vetus
66 - Laborel
67 - Lachau
68 - Lagrand
69 - Lemps
70 - Linceuil
71 - Medianus
72 - Les Mées
73 - Méreuil
74 - Mérindol
75 - Mévouillon
76 - Mirabel
77 - Miravalle
78 - Mison
79 - Mollans
80 - Montauban
81 - Montaux
82 - Montaulieu
83 - Montbrison
84 - Montbrun
85 - Montclus
86 - Montéglin
87 - Montferrand
88- Montfroc
89 - Montguers
90 - Montjay
91 - Montjoux
92a - Montmorin
92b - Montréal-les-Sources
93 - Montrond
94 - Montrond
95 - Novezan
96 - Noyers-sur-Jabron
97 - Nyons
98 - Ollon
99 - Les Omergues
100 - Orpierre
101 - Le Pègue
102 - Pelonne (affare)
103 - Pennafort
104 - La Penne
105 - Piégon
106 - Pierrelongue
107 - Les Pilles
108 - Plaisians
109 - Le Poët
110 - Le Poët-en-Percip
111 - Le Poët-Sigillat
112 - Pomet
113 - Pommerol
114 - Propiac
115 - Proyas
116 - Reilhanette
117 - Rémuzat
118 - Le Revest
119 - Le Revest-du-Bion
120 - Ribeyret
121 - Ribiers
122 - Rioms
127 - Rison
128 - Rocheblave
129 - La Roche-Saint-Secret
130 - La Roche-sur-le-Buis
131 - La Rochette-du-Buis
132 - Rosans
133 - Rottier
134- Rousset
135 - Roussieux
136 - Sahune
137 - Saint-André-de-Rosans
138 - Saint-Auban-sur-Ouvèze
139 - Saint-Cyr
140 - Saint-Étienne
141 - Saint-Marcellin-lès-Vaison
142 - Saint-Maurice-sur-Eygues
143 - Saint-May
144 - Saint-Pantaléon-les-Vignes
145 - Saint-Pierre-Avez
146 - Saint-Sauveur
147 - Saint-Romain
148 - Saint-Vincent-sur-Jabron
149 - Sainte-Colombe
150 - Sainte-Euphémie
151 - Sainte-Jalle
152 - Sainte-Marie-de-Rosans
153 - Saléon
154 - Salérans
155 - Séderon
156 - Serres
157 - Sigottier
158 - Sorbiers
159 - Tarendol
160 - Teyssières
161 - Trescléoux
162 - Ubrieux
163 - Upaix
164 - Valouse
165 - Valréas
166 - Venterol
167 - Verclause
168 - Vercoiran
169 - Vers-sur-Méouge
170 - Villebois-les-Pins
171 - Villefranche-le-Château
172 - Vinsobres
173 – Visan

63La force du castrum réside aussi dans la systématisation de chef-lieu de mandement (mandamentum ou districtum) lié à chacun des castra des Baronnies. Le mandement correspond en moyenne aux surfaces communales actuelles. Quelques-uns sont de plus petite taille. Certaines communes abritent un ou deux sites castraux. Les nombreux sites perchés sur des crêtes dominant deux vallées incitent à concevoir une extension sur les deux versants de la montagne. Les limites de ces territoires ne suivent pas forcément les crêtes de montagne, contrairement aux limites communales actuelles. En effet, les confronts choisis selon un axe nord-sud sont répartis de part et d’autre des plis montagneux est-ouest qui servent d’assises à la forteresse et annihilent, en quelque sorte, le relief compartimenté des Baronnies. Les castra et tènements, cités ici, ont pour confronts les territoires suivants : Orpierre, Trescléoux et Lagrand ; Lagrand, Saléon et Trescléoux ; Sainte-Colombe, Orpierre et Ballons ; Étoile, Villebois et Orpierre ; Villebois, Étoile et Laborel ; Laborel, Montauban et Sainte-Colombe ; Chanousse, Montjay et Trescléoux ; la seigneurie de Chabreil, Laborel et Sainte-Colombe ; la seigneurie d’Izon, Laborel et Gaudissard (AD13, B 143).

64L’affirmation d’une lignée et l’apogée de son domaine, la nouvelle hiérarchisation des hommes et des biens et l’implantation de nouveaux cadres politiques, économiques et sociaux engendrent une restructuration des terroirs au sein même de la constitution du domaine des Baronnies. Cette évolution, voire mutation, s’accompagne d’un regroupement des hommes autour des deux points fixes annoncés, l’église et le château.

65Les donjons du deuxième âge féodal s’affirment plus nettement, en haute et basse Provence, postérieurement à 1150. Si les chartes relatives aux donjons des Baronnies sont là pour en témoigner, l’analyse de l’architecture et quelques sondages témoignent aussi de la présence d’une fortification privée dans ses formes monumentales ; elle confirme ce temps de mutation des structures politiques et sociales. Conjointement aux progrès de la poliorcétique et de l’art de bâtir, le profil et la puissance du commanditaire, mais plus encore la topographie contraignante de ce pays de moyenne montagne, ont une influence décisive sur les programmes architecturaux, même si les moyens demeurent modestes.

2.2. Châteaux romans du milieu du XIIe au milieu du XIIIe siècle, étude du bâti

66Les châteaux construits par les Mévouillon-Montauban s’imposent dans le paysage actuel comme de simples tours de pierre, perchées sur des éperons inaccessibles. Quelques tronçons de murs contrebutant la pente de l’assise sommitale et quelques éléments de bâti leur sont encore adjacents. Très souvent à l’état de ruines ou en négatif, ces vestiges de constructions qui complètent le donjon sont utiles pour la défense ou la vie au château (Estienne 1991, 1997b, 1997c ; Estienne, Nicolas 1999).

67Sur 170 alleux des Mévouillon-Montauban, seuls 29 sites conservés en élévation, se prêtent à une étude de bâti. La plupart des châteaux sont conservés sur seulement 5 m de haut (parfois jusqu’à 10 m). Neuf présentent encore 7 m d’élévation (Bruis, Châteauneuf-de-Chabre, Condorcet, Nyons, Alençon, Reilhanette, Sainte-Jalle, Sainte-Marie-de-Rosans, Vinsobres) et cinq plus de 10 m (La Roche-sur-le-Buis, Rosans, Valréas, Verclause, Mollans-sur-Ouvèze). Certains ont conservé au maximum un rez-de-cour et deux étages (Alençon, Aubres, Bruis, Château-Ratier, Gouvernet, Mollans-sur-Ouvèze, Rosans, Sainte-Jalle, Sainte-Marie-de-Rosans, Valréas, Verclause, Vinsobres). La plupart de ces donjons adoptent un plan quadrangulaire ou trapézoïdal (fig. 52). Seules trois tours à éperon ont été recensées (Montclus, Verclause, Gouvernet, fig. 53). Les dimensions sont généralement modestes, les donjons mesurant en moyenne 6 à 8 m de côté. Cependant, cinq adoptent des dimensions plus importantes et se distinguent ainsi de l’ensemble (Châteauneuf-de-Chabre, Condorcet, Mollans, La Roche-sur-le-Buis, Rosans). Certains ont été agrandis postérieurement (Condorcet, Mollans, Sainte-Jalle, fig. 54 et 55), d’autres sont compris dans un complexe plus vaste, édifiés de la fin du XIIIe au XVe siècle (Reilhanette, Sainte-Marie-de-Rosans, La Roche-sur-le-Buis), d’autres encore ont subi des transformations.

Fig. 52 - Plans des donjons romans.
1- Chauvac
2 - Rottier
3 - Montjoux
4 - Lachau
5 – Blacons
6 - Nyons : tour n° 1
7 - Nyons : tour Randonne, n° 2
8 - Montrond
9 - Château-Ratier
10 - Château-Reybaud
11- Bruis
12 - Cairanne
13 - Rosans

Fig. 53 - Plan des donjons à éperon ou polygonaux.

Fig. 54 - Plans des grands donjons.

Fig. 55 - Donjon de Sainte-Jalle, plan.
bf : bouche à feu ;
m : meurtrières.

2.2.1. Matériaux et mise en œuvre

  • 21 Les fouilles de Niozelles ont permis de mettre en évidence des constructions mixtes de pierre et de (...)

68L’adaptation de la construction aux éperons rocheux étroits, édifiée à l’aplomb de profonds ravins, souligne la maîtrise et l’ingéniosité des bâtisseurs de ces châteaux à l’apparence modeste. Si l’implantation sur un socle rocheux concourt à la bonne assise de la construction, d’autres artifices permettent de stabiliser l’édifice. La pierre s’impose aujourd’hui comme le seul matériau de construction utilisé, mais elle ne doit pas faire oublier la présence conjointe d’autres matériaux tel le bois qui ne possède pas le même degré de conservation. La mixité des matériaux, valable pour les premiers châteaux, doit, au regard de récentes découvertes (Niozelles, Alpes-de-Haute-Provence), faire oublier le schéma classique d’une architecture de pierre, relais d’une architecture de bois (Mouton 2003)21. Les constructions, mais aussi les réparations, sont l’œuvre de bâtisseurs restés anonymes.

2.2.1.1. Les fondations

69La plupart des donjons sont assis directement sur le rocher (Bruis, Château-Ratier, Château-Reybaud, Condorcet, Mollans, Montbrison, La Roche-sur-le-Buis, Sainte-Jalle, Valréas, fig. 56) ; à Rosans et à Gouvernet, la base du parement habille le rocher qui a été retaillé. La déclivité du terrain implique parfois l’introduction d’une assise de rattrapage. L’angle nord-ouest de la tour du Bruis repose sur une assise débordante de 4 cm, composée de deux pierres de taille en grès. La tour est parfois plus large à la base. À Valréas, la base de la tour dessine un ressaut sur 1,30 m, mesure prise depuis le sol naturel situé au pied du mur sud. À Sainte-Jalle, une base talutée d’1,15 m de hauteur et de 0,10 m en ressaut par rapport au parement habille le rocher. Ces bases font office de fondation. À Châteauneuf-de-Chabre, la tour comporte une première assise légèrement en ressaut qui dessine un léger arc surbaissé. Ce dernier s’adapte au profil de l’affleurement rocheux de poudingue. À Rottier, l’angle nord-ouest de la tour est renforcé par un petit contrefort composé de huit moellons munis d’un bossage. Ce donjon comporte une base emmottée comme dans le donjon d’Alençon. L’écroulement des superstructures ne semble pas être seulement à l’origine du profil de la motte. Néanmoins au donjon d’Alençon, la tour est adossée au plan de la plate-forme sommitale de la motte.

Fig. 56 - Nature géologique du substrat et roches employées à la fabrication des moellons.
(-) la roche sur laquelle a été construit le donjon n’a pas été employée pour sa construction
(+) la roche sur laquelle a été édifié le donjon a été employée pour sa construction

2.2.1.2. Les carrières

70Les matériaux employés sont le plus souvent extraits à proximité, voire sur le site lui-même. L’emplacement des carrières demeure difficile à repérer. Si les matériaux semblent, le plus souvent, avoir été exploités sur le site lui-même, rares sont les sites qui ont conservé des traces d’exploitation de la roche. Cependant, on en retrouve à Curnier à l’extrémité nord de l’éperon, comprise entre le château et le bourg castral (tranchées de défermage, gradins, marques d’outil). À Montbrison-sur-Lez, des gradins de 2 m de haut, taillés dans le rocher à 10,30 m à l’est du donjon, et deux emboîtures de 10 cm de large attestent la présence d’un lieu d’extraction.

71La carrière est parfois éloignée de 2 à 3 km. À Alençon, le couronnement de la tour, les chaînes d’angle et l’encadrement des baies sont construits avec des pierres de taille qui proviennent d’une carrière voisine de Variza, située dans la commune du Poët-Laval, distante de 2,5 km du site. Paradoxalement certains sites, implantés sur un affleurement rocheux calcaire, ont été construits en pierre de taille de grès dont le lieu d’extraction ou tout au moins l’affleurement était éloigné de 1 à 5 km. Au Bruis, le grès affleure seulement dans la vallée. À Blacons, le grès roux provient de la falaise de la cime du Rosier, située au sud-ouest de la vallée.

2.2.1.3. Appareils et techniques de construction

72La disposition et les dimensions très régulières des assises sont parfois interrompues par une assise de réglage, beaucoup moins haute, comme à Bruis sur le mur oriental, trois assises au-dessus du niveau d’arrachement de la toiture de lauses.

73Les parements sont appareillés à l’aide de moellons dans la majeure partie des cas. Les dimensions varient de 0,30 x 0,15 m à 0,15 x 0,07 m. Les moellons en petit ou moyen appareil sont régulièrement assisés et les joints sont fins. La pierre de taille est, en général, réservée pour les chaînes d’angle et les baies. Seules sept tours ne présentent pas de chaînes d’angle. Dans trois cas sur sept, la pierre de taille a été récupérée comme le suggère l’absence des pierres aux angles à Lachau, Blacons ou Chauvac. À Rosans et à Mollans, le soin apporté aux pierres de parement, dont le traitement se rapproche des pierres de taille, remplace les chaînages. La pierre de taille présente dans certains cas des traces de taille layées, croisées ou en chevrons : Blacons (voûte), Alençon (chaînage d’angle), Rosans et Valréas (embrasures internes). Certaines chaînes d’angle sont munies de bossages délimités par un fin liseré taillé au ciseau (Gouvernet, Mérindol-les-Oliviers, Rottier, Sainte-Jalle, Sainte-Marie-de-Rosans, Valréas, Verclause, les deux tours de Nyons, fig. 57 et 58). Le bossage est en ressaut de seulement 5 cm. Seul le donjon de Rosans comporte des parements traités avec un bossage rustique très proéminent et seulement dégrossi (fig. 59). Les piédroits et le linteau en sont exceptionnellement munis (Nyons). Le calcaire est la roche la plus employée pour les parements et pour les chaînages. Il s’agit de calcaire marno-schisteux (Montclus, Monrond, Sainte-Marie-de-Rosans), de calcaire gréseux (Verclause), de calcaire blanc (Alençon, Château-Ratier), de calcaire gris (Château-Reybaud, Reilhanette), de calcaire coquillier (Montbrison-sur-Lez, Nyons) ou de calcaire coquillier molassique (Valréas). Le grès est également employé dans le pays où son affleurement est important (Chauvac, Rosans, Verclause, Bruis, fig. 60).

Fig. 57 - Donjon de Mérindol-les-Oliviers, chaînage à bossages.

Fig. 58 - Donjon n° 1 de Nyons, chaînage d’angle.

74Dans la majorité des cas, plusieurs types de roche ont été employés, l’appareil peut ainsi être mixte. Des parements de moellons en grès peuvent inclure quelques moellons calcaires (Chauvac, Blacons). Au donjon de Château-Ratier, les assises de calcaire et de calcaire gréseux alternent selon un rythme irrégulier. À Rottier, les murs est et ouest sont principalement construits en calcaire blanc. En revanche, le mur nord est composé de trente et une assises de moellons de grès albien. Si la base de la tour d’Alençon est composée d’une alternance de moellons calcaires et de grès roux, le grès est employé pour l’essentiel dans la partie médiane de la tour ; seuls quelques très rares moellons calcaires y ont été insérés.

Fig. 59 - Donjon de Rosans, bossage rustique.

Fig. 60 - Donjon de Bruis, façade sud.

75Ces différents exemples donnent un effet de polychromie esthétique dû, la plupart du temps, au hasard de l’extraction. Néanmoins le calcaire est souvent réservé pour les parties hautes. Il constitue un couronnement plus solide, apte à résister aux intempéries (Alençon, Rottier, fig. 61). Les chaînes d’angle se prêtent parfois à un jeu de polychromie ; à Valréas, calcaire coquillier et quelques rares pierres de taille en calcaire blanc constituent la chaîne d’angle. À Sainte-Marie-de-Rosans, le calcaire blanc alterne avec le grès une assise sur deux. À Rottier, les chaînages sont en grès albien.

Fig. 61 - Donjon de Rottier, façade sud.

76Neuf donjons comportent des chaînages à bossages sertis d’un liseré taillé au ciseau (Chauvac, Condorcet, les deux tours de Nyons, Sainte-Jalle, Gouvernet, Rottier, Valréas, Verclause). À Valréas, seules quelques pierres d’angle sont à bossages. Dans un seul cas, le bossage est généralisé sur l’ensemble du parement : à Rosans, les quatre murs sont en effet construits en pierres de taille cyclopéenne et à bossage rustique, exceptionnelles dans la région. Les pierres de taille atteignent 1,10 x 0,60 m ; le bossage dessine un ressaut de 5 à 7 cm. Les dimensions des pierres diminuent progressivement plus on monte dans les étages. Dans la région, on ne trouve des pierres de forte dimension que dans la porte fortifiée du bourg castral de Condorcet (qui correspond à la dernière extension du bourg castral, XIVe siècle) dont les parements offrent des pierres de 0,80 m de longueur pour 0,40 m de hauteur.

77Dans la tour de Verclause (fig. 62 et 63), une armature en bois vient raidir la maçonnerie de l’éperon et les murs latéraux de la pièce quadrangulaire de la tour. L’arrachement du parement nord-est et l’écroulement du mur ouest ont permis de repérer, à 3 m au-dessus du sol actuel, la présence d’un chaînage de bois fiché dans l’épaisseur des murs. Cette armature de chêne est construite sur le plan d’une ferme, dans l’épaisseur de l’éperon et des murs latéraux. Disposées parallèlement aux murs de l’éperon, deux poutres sont reliées, tels deux arbalétriers, par deux entraits parallèles au mur est de la pièce de la tour ; une poutre ou poteau relie l’entrait le plus oriental et les deux autres entraits. Il vient consolider l’extrémité orientale de cette armature. Les deux murs latéraux des pièces de la tour, de 2 m d’épaisseur, comportent chacun deux poutres longitudinales orientées est-ouest reliées, à l’est, à l’entrait le plus occidental. Ces poutres sont espacées de 80 cm dans chacun des murs. L’espace compris entre le parement et la poutre est plus important du côté externe que du côté interne. Cette disposition semble volontaire afin de préserver la solidité de la tour en offrant le moins possible de points faibles. Ce type de chaînage se retrouve également dans d’autres donjons. À environ 8 m au-dessus de ce chaînage, une rainure de la hauteur d’une assise est très nettement visible extérieurement dans le mur nord de la pièce et le mur nord-est de l’éperon. Elle incite à imaginer un second chaînage destiné à renforcer l’étage. Cependant cette rainure, aménagée pratiquement à la surface du parement, présuppose que l’assise de parement qui la délimitait ait été en ressaut sur l’extérieur. La seule partie de parement, conservée juste au-dessous d’elle, permet de l’envisager. Deux trous de poutre (perpendiculaire au parement) sont également visibles sur le mur nord, à quelques assises en dessous de cette rainure. Ils n’ont malheureusement pas révélé la présence de fragments de bois conservés. Ce chaînage de bois a permis d’affiner la datation du donjon (cf. ci-dessous). Ces donjons offrent en effet peu d’éléments susceptibles de préciser une chronologie qui englobe les XIIe et XIIIe siècles.

Fig. 62 - Donjon de Verclause, plan.

Fig. 63 - Donjon de Verclause, développé des parements extérieurs et coupes ouest-est et nord-sud.

78La lecture des parements des donjons révèle également les nombreuses reprises ou réparations. La tour du Bruis a été reprise dans sa partie supérieure (fig. 64). Dans le mur est, une assise plus mince atteste à 10 m de hauteur une reprise de chantier. Au-dessus de cette assise, les joints sont débordants et un enduit blanc recouvre partiellement les parements. Cette assise plus mince se retrouve sur les murs sud et nord, légèrement décalée en hauteur. Dans le mur sud, elle court au niveau de l’allège de la large baie, située juste au-dessus de l’arrachement de la toiture de lauses. Dans le mur nord, elle passe sous un alignement horizontal de trois consoles. Ces dernières ont été insérées dans le parement initial ; ainsi la tour n’a pas été surélevée, mais sa partie haute a été réparée. De petites pierres de calage se logent entre la console et le parement de moellons.

Fig. 64 - Donjon de Bruis, élévations des murs extérieurs.

79Les trous de logement des boulins, destinés à soutenir l’échafaudage resté en négatif sur les parements des donjons, permettent d’apprécier leur mode de construction et de suivre la progression du chantier.

2.2.1.4. Les échafaudages

80Sur les trente tours recensées, quatorze présentent des trous de boulins : Alençon, Blacons, Bruis, Châteauneuf-de-Chabre, Château-Ratier, Condorcet, La Roche-sur-le-Buis, Verclause, Lachau, Reilhanette (fig. 66), Montclus (fig. 67), Montrond, Nyons (tour n° 2) et Sainte-Marie-de-Rosans. Elles ont été édifiées à l’aide d’échafaudages à platelages et à un seul rang de perches (fig. 65) ; pour les treize autres tours, il semble possible d’envisager l’utilisation d’un échafaudage à double rang de perches et indépendant du mur.

Fig. 65 - Échafaudages : différents types d’attaches des boulins aux perches.

Fig. 66 - Donjon de Reilhanette, trous de boulins des parements extérieurs et échafaudages.

81Les tours étant construites en moyen appareil, les trous de boulins sont maçonnés : une ouverture est ménagée en réserve par la suppression d’un moellon. Les trous de boulin façonnés sont nettement plus rares en Baronnies. Aménagés dans les chaînes d’angle, ils sont entaillés dans la pierre de taille à Bruis et à Reilhanette. Leur section est en moyenne de 0,12 à 0,15 m de largeur pour une hauteur de 0,14 m à 0,16 cm. Des trous de boulin carrés ou rectangulaires peuvent se retrouver sur un même édifice (Montclus). Ils sont rarement traversant et la plupart sont borgnes. La profondeur des trous de boulin est en moyenne de 0,45 m, mais atteint parfois 0,65 à 0,70 m et 1,18 m dans un seul cas (Blacons). Elle varie en fonction de la présence d’éléments bornant et de l’ouverture de l’angle de la construction (Montclus). Les parois sont le plus souvent rectilignes, mais peuvent adopter un profil en biais, notamment près des angles. Certains trous de boulin ont été obturés. Un moellon taillé dans un calcaire différent de celui du parement fait office de bouchon (Bruis, mur nord ; Montclus, n° 9 extérieur et n° 35 intérieur, fig. 67 et 68).

Fig. 67 - Donjon de Montclus, trous de boulin sur le développé des parements extérieurs et échafaudages.

Fig. 68 - Donjon de Montclus, trous de boulin sur le développé des parements intérieurs et échafaudages.

82Des supports en pierre de taille et des consoles ont également été utilisés pour soutenir des échafaudages (Reihanette, Bruis, fig. 69). À la tour du Bruis, si les trous de boulins et les consoles situés à proximité de la brèche ont servi sans doute à la construction d’une baie, les consoles supérieures faisaient partie du montage de l’échafaudage. Sur le mur ouest, elles délimitent trois rangées espacées verticalement de 4,35 et 3,15 m. Le mur oriental présente des consoles qui sont bien insérées dans le parement et qui ont servi à l’édification du donjon. L’utilisation des consoles permettait d’élargir la portée du platelage, dans une zone au relief escarpé qui n’offre, à l’est, qu’une étroite bande de circulation d’1,20 m de large. Si les remblais de destruction occultent la lecture objective de la répartition et de l’assemblage de l’échafaudage, certains exemples directement ancrés sur le rocher (Nyons, Reilhanette) permettent de lire un premier niveau de platelage très proche du sol, destiné à rattraper le niveau supérieur de l’assise rocheuse auquel la base des donjons s’adapte.

Fig. 69 - Donjon de Bruis, consoles.

83Dans ces donjons, la répartition des trous de boulin s’effectue par modules binaires (Châteauneuf-de-Chabre) ou ternaires (Blacons, Montrond), sur l’ensemble de l’élévation du parement. Ils se concentrent également près des angles, dans les parties hautes (Bruis) ou dans les éperons (Gouvernet, Montclus). Les hauteurs de platelage varient de 0,74 à 2,26 m. La hauteur moyenne est 1,18 m et reste dans les normes de ce que l’on peut observer dans d’autres bâtiments. En effet, la variation d’écart des niveaux de platelage dans les édifices religieux rhodaniens oscille entre 0,65 et 2 m ; elle est généralement comprise entre 1 m et 1,60 m (Collectif 1996 : 111-112). Elle implique que chaque platelage soit démonté lors de l’utilisation du platelage suivant. Dans la portion médiane de la largeur du parement, l’entraxe varie d’1,64 à 2,90 m. Les trous de boulins les plus extérieurs sont de 0,56 m à 1,00 m de l’angle de l’édifice, avec une distance moyenne de 0,90 m. Ces dimensions entrent dans la norme qui prévoit, le plus souvent, deux boulins pour des unités de développement d’environ 3 m, trois boulins pour environ 5 m (Reveyron 1996).

84La distribution des trous de boulins en fonction d’un plan polygonal est un peu plus complexe (Montclus, fig. 67 et 68), car la construction d’un donjon à éperon évidé multiplie les angles. Seule la deuxième rangée de trous de boulin du mur sud de Montclus se retrouve sur tous les murs à l’exception du mur est. Elle semble indiquer que la construction de tous les murs ait été commencée et conçue en même temps. Dans la partie supérieure, chaque mur aurait reçu un échafaudage propre. La construction des autres pans de murs d’une épaisseur moins importante et constituant l’éperon impliquait une concentration des points d’attaches de l’échafaudage près des angles. Les trous de boulins y sont souvent plus profonds que les autres. Plus l’angle est ouvert, plus la profondeur du boulin est importante. Seul un des trous de boulins comporte un fourreau orienté de biais. Percé dans le mur nord-ouest, il est orienté vers le sommet de l’éperon dont il est distant de 0,90 m ; il a une profondeur de 0,63 m (n° 13). Ce type de construction nécessite un entraxe important de 3 à 3,60 m pour les murs ouest, nord-ouest et nord. Les trous de boulins extérieurs adoptent une profondeur supérieure aux trous de boulin intérieurs. Les deux échafaudages, indépendants d’une paroi à l’autre, sont décalés latéralement de 0,20 à 0,40 m. Les parements extérieurs des murs de la tour de Montclus présentent deux assises de réglage et de chaînage de pierre de taille, en étroite relation avec la présence ou l’absence de trous de boulins. La deuxième rangée de trous de boulins du mur ouest est surmontée de deux assises moins hautes que les autres et semble attester une reprise de chantier. Le mur oriental pratiquement dépourvu de trous de boulins comporte une assise de pierre de taille d’un calcaire blanc, à 4,25 m du sol actuel. Cette assise ne se prolonge pas dans les autres murs, mais correspond, sur le mur sud, au niveau du ressaut de maçonnerie. Les assises supérieures du mur est ont disparu et ne permettent pas de s’assurer de la présence d’un ressaut qui aurait été légèrement décalé par rapport au ressaut du mur sud, pour permettre, par exemple, le passage d’un échafaudage à l’autre. Sur le mur sud, le ressaut de maçonnerie, visible à 1,90 m au-dessus de la dernière rangée de boulins, a pu jouer un rôle de butée pour des boulins non encastrés, à moins qu’il n’ait délimité simplement deux étages ? Dans quelle proportion ce ressaut d’une dizaine de centimètres de large a-t-il pu relayer les trous de boulins dont le fourreau revêt une profondeur minimum de 0,45 m ? Seule une relation de proportion peut être actuellement effectuée : la hauteur comprise entre ce ressaut et le premier trou de boulin situé au-dessous est égale à l’entraxe vertical entre ce dernier et le trou de boulin suivant, visible au ras du sol actuel (soit 1,90 m). Ce ressaut n’existe que dans le parement externe du mur sud qui est le seul à être perpendiculaire aux murs jointifs. Le mur nord de la tour de Blacons, édifié en moellons, présente dans sa partie médiane deux assises de pierre de taille en calcaire blanc, distantes de 0,60 m l’une de l’autre ; la première, à 2,80 m du sol actuel, constitue « l’allège » du fourreau de la troisième rangée de boulin ; la deuxième est à 0,60 m au-dessous de la quatrième rangée de trous. Ces deux assises constituent un chaînage qui correspond, à l’intérieur, à l’amorce de la voûte. Ce système de chaînages des murs est également usité dans les donjons drômois voisins de Montlaur, Pontaix, Bourdeaux et Chabrillan (Couriol 1989 : 60). La première rangée offre également une meilleure assise de l’ancrage du boulin. Il resterait à vérifier que certains aient été en connexion avec des rangées de boulins.

85La technique de la mise en œuvre de ces constructions, au demeurant modestes, est bien maîtrisée et traduit encore plus son ingéniosité par l’adaptation à la topographie de sites extrêmement escarpés. Cette maîtrise est aux services de la défense et de la vie pseudo résidentielle.

2.2.2. Défenses et fortifications

86La fortification repose sur une défense passive. Le choix du site est savamment opéré ; stratégique, il répond aux critères de visibilité et de défense. Les ravins doublés par des affleurements rocheux jouent le rôle de protection avancée d’une construction massive peu ouverte sur l’extérieur.

2.2.2.1. Défenses naturelles et protections avancées

87La majeure partie des donjons est implantée sur des reliefs au profil longiligne et étroit, barrant une vallée ; l’extrémité des contreforts de montagne et de larges éperons constituent également des sites privilégiés (fig. 70). Les éperons au profil effilé, les pieds de pente de montagne et les collines pyramidales sont plus rarement choisis. Si les altitudes des sites oscillent entre 300 m (Cairanne) et 1 197 m (Lachau, fig. 71), la grande majorité des donjons est perchée sur des reliefs d’une altitude variant de 500 et 1 000 m (soit 17 sur 29). Les sites de confluent et de gorges étroites sont très prisés. La proximité d’un col est également un facteur déterminant dans le choix d’un site. Dans huit exemples, les strates rocheuses affleurant à la surface du sol protègent la tour du côté du chemin d’accès. Elles délimitent, dans certains cas, un fossé partiellement comblé (Bruis, Chauvac, Lachau, Montbrizon-sur-Lez). La tour n’est pas toujours construite sur le point culminant du relief. À Châteauneuf-de-Chabre, un fossé de 5 m de large sépare le replat, où s’assoit le donjon, du monticule voisin qui lui sert également de protection latérale. À Alençon, le donjon est comme adossé au sommet du relief.

Fig. 70 - Répartition des châteaux romans de types tours et châteaux-enceintes.
1 - Bruis
2 - Cairanne
3 - Chauvac
4 - Curnier
5 - Noveysan (Château-Ratier)
6 - Lachau (le Riable)
7 - Montbrun-lès-Bains (Château-Reybaud)
8 - Montclus
9 - Montrond
10 - Reilhannette
11 - Roussel-les-Vignes
12 - Vinsobres
13 - La-Roche-Saint-Secret (Alençon)
14 - La Roche-Saint-Secret (Blacons)
15 - Châteauneuf-de-Chabre
16 - Saint-Sauveur-Gouvernet (Gouvernet)
17 - Montbrizon-sur-Lez
18 - Nyons
19 - Rottier
20 - Sainte-Marie-de-Rosans
21 - Verclause
22 - Mollans-sur-Ouvèze
24 - La Roche-sur-le-Buis
25 - Rosans
26 - Sainte-Jalle
27 - Valréas
28 - Mison
29 - Cornillon-sur-l’Oule

Fig. 71 - Donjon de Lachau.

88Des murs contrebutant la terrasse sur laquelle est édifié le donjon servaient également de protection avancée (Châteauneuf-de-Chabre, Chauvac, Condorcet, Lachau, Blacons, Reilhannette). À Valréas, une enceinte polygonale habille les parois d’une butte molassique et enserre la plateforme où se juche le donjon (fig. 72 et 73). Une porte est percée dans un tronçon de l’enceinte, au sud-ouest de la tour. Elle était défendue par une herse dont la rainure d’encastrement, comprise entre deux arcs, est encore visible. Elle était battue par une meurtrière percée dans l’enceinte, à l’ouest de la porte. À Montbrison-sur-Lez, une poterne défendait sans doute la porte qui permettait d’accéder à la plate-forme sommitale ; devant cet accès, des murs, construits à l’aplomb de parois rocheuses retaillées, délimitaient une pièce de 4,10 x 2,60 m située en avant de la porte ; de cet accès, il ne subsiste que le trou de barre, encastré dans l’épaisseur du mur nord-est.

Fig. 72 - Valréas, plan du castrum.

Fig. 73 - Donjon de Valréas, élévations sud et est et coupes est-ouest.

2.2.2.2. Épaisseur des murs

89L’épaisseur des murs oscille entre 1 m et 3,50 m (Rosans), avec une moyenne d’1,80 m. Les murs d’un même donjon n’ont pas toujours la même épaisseur et celle-ci varie rarement en fonction des étages (Alençon, Rosans). En revanche, les murs orientés face au chemin d’accès sont plus épais (Bruis, Condorcet, Montjoux, La Roche-sur-le-Buis). Ceux qui sont percés de portes ou de larges baies peuvent également adopter une épaisseur plus importante (Cairanne, Valréas, Montbrizon-sur-Lez).

2.2.2.3. Les accès

90La porte percée à l’étage est également une constante dans la tradition des donjons romans. Seuls quatorze donjons des Baronnies ont conservé leur porte d’accès. Certaines brèches peuvent également correspondre à l’emplacement d’anciennes portes (Bruis, Blacons ; Lachau, Reilhanette ?). Elles ne sont pratiquement jamais centrées par rapport à la largeur de l’édifice. Dans cinq cas, la porte est percée au rez-de-cour (Alençon, Valréas, Mollans-sur-Ouvèze, Montbrison-sur-Lez ; Château-Reybaud ?). Elle peut être protégée par un glacis rocheux (Montbrison-sur-Lez), être légèrement surélevée (Gouvernet) ou encore percée à quelques mètres d’une falaise (Mollans-sur-Ouvèze). Dans nombre d’exemples, le donjon comporte deux portes, l’une percée au rez-de-cour et l’autre au premier étage (Valréas, Alençon, fig. 74). Elles peuvent également être ouvertes soit dans un même mur (Alençon), soit dans deux murs différents (Mollans-sur-Ouvèze). Les portes sont aménagées, à une ou deux exceptions près (Blacons, Bruis), dans les murs ouest et sud et du côté le moins facilement accessible. Elles adoptent une largeur moyenne d’1 m et une hauteur supérieure à 2 m. Il existe trois types de portes.

Fig. 74 - Donjon d’Alençon, façade sud.

91Les embrasures sont toujours rectilignes, mais l’encadrement des baies et le type de couvrement de l’embrasure varient. Certaines portes sont simplement rectangulaires et surmontées d’un linteau (premier type). Si à Rosans les piédroits sont composés par des pierres de parement, ils sont montés en pierre de taille dans les autres exemples. Le linteau est monolithe. À Nyons, les deux tours ont une porte aux piédroits en pierres taillées à bossage en calcaire coquillier (Estienne 1997a). Dans la tour n° 1 située à quelques mètres en contrebas et au sud de la tour Randonne, seules quelques pierres des piédroits et le linteau sont munis d’un bossage (fig. 58). Ce dernier est supporté par deux coussinets au profil en quart-de-rond ou simplement chanfreiné, légèrement en saillie sur l’embrasure. Celle-ci comporte une feuillure ; son couvrement, aménagé dans l’épaisseur du mur d’1,10 m de large, est composé d’un assemblage de dalles (25 x 45 cm). Ce type de porte est également adopté dans le donjon de Mollans, au rez-de-cour. L’embrasure est parfois couverte d’un berceau légèrement surbaissé comme à Cairanne ; dans ces derniers exemples, les embrasures sont composées de pierres de taille qui présentent des traces de taille au ciseau, obliques ou croisées.

92Le deuxième type est celui de la porte surmontée d’un arc en plein cintre aux claveaux et piédroits soigneusement appareillés. À Alençon, les piédroits et les claveaux de la porte du premier étage sont en pierre de taille d’un calcaire blanc à grain fin, alors que l’arc en plein cintre de la porte du rez-de-cour est composé d’une alternance de claveaux de grès et de calcaire qui présentent des traces de taille au ciseau, obliques ou croisées. Le donjon sud du château voisin de Chamaret est également percé d’une porte aux deux premiers niveaux. Il faut parfois se méfier des imitations : à Valréas, la porte à arc en plein cintre, percée au rez-de-cour, est postérieure à l’édification du donjon, comme le soulignent les petites pierres de calage venues s’insérer entre les assises de parement et l’extrados de l’arc aux claveaux plus larges que longs. La porte d’origine de 2,60 m de hauteur était percée dans le mur ouest, au deuxième étage. Son ouverture à 10 m au-dessus du sol extérieur pourrait remettre en question sa vocation de porte ; néanmoins, 5 m plus bas, le départ de deux arcs aux angles de la tour permet d’imaginer un corps de bâtiment étroit, adjacent au mur ouest. Cette baie rectangulaire, située à 0,30 m au-dessus du niveau du sol intérieur, comporte un linteau monolithe, surmonté d’un arc de décharge (fig. 75) soigneusement appareillé, au tympan évidé. À l’extérieur, la baie rectangulaire est surmontée directement d’un arc en plein cintre formé de longs claveaux étroits, taillés dans un calcaire blanc à grain fin ; les piédroits sont, en revanche, constitués de pierres de taille en grès. La partie inférieure du seuil est taillée dans un calcaire coquillier.

Fig. 75 - Donjon de Valréas, embrasure interne de la porte.

93Le troisième type de porte est un compromis entre les deux premiers ; le tympan forme un linteau droit dans sa partie inférieure et s’inscrit sous l’intrados d’un arc de décharge en plein cintre (Sainte-Jalle, fig. 76). Ce linteau est supporté par des sommiers débordants taillés dans un calcaire schisteux identique à celui des parements de la tour. Le cintre est délimité par de longs claveaux étroits. À Mollans, l’actuel mur de refend sud-ouest est percé d’une porte à arc semi-brisé clavé et l’embrasure est voûtée en berceau légèrement surbaissé.

Fig. 76 - Donjon de Sainte-Jalle, porte à l’étage.

94La fermeture de ces portes s’opérait grâce à une barre qui coulissait dans un logement rectangulaire aménagé dans l’épaisseur du mur. À Mollans, le trou de barre a une profondeur d’1,90 m pour une largeur de porte d’1,13 m (fig. 77). À Nyons, il a une profondeur d’1,45 m pour une largeur de porte de 0,90 m (tour n° 2). À Bruis, il existait deux barres de fermeture, l’une située 0,65 m au-dessus de l’autre ; leur profondeur respective est d’1,45 m et 0,43 m. Au donjon de Sainte-Jalle, la porte est munie d’un gond aménagé dans une pierre semi-circulaire fichée au haut du piédroit et en saillie sur l’intérieur (fig. 78). On retrouve ce système dans l’embrasure de la porte percée dans la courtine du château de Saint-Marcellin-lès-Vaison (fig. 79).

Fig. 77 - Donjon de Mollans, porte du rez-de-cour.

Fig. 78 - Donjon de Sainte-Jalle, embrasure interne de la porte d’accès.

Fig. 79 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, gond de la porte du château.

95Ces portes percées à l’étage étaient accessibles par une échelle amovible qui venait s’appuyer contre un palier en bois aménagé en porte-à-faux devant le seuil. À Bruis, deux trous de barre non traversants et percés au bas de la brèche actuelle, qui correspond à l’ancienne porte, témoignent en négatif de la présence de ce palier ; le système de fermeture s’opérait par des barres coulissantes dont le logement rectangulaire est encore visible dans l’épaisseur des murs constituant l’embrasure. À Châteauneuf-de-Chabre, deux trous de poutre espacés de 0,90 m se situent à 0,30 m au-dessous du seuil de la porte murée de l’étage, dans le mur ouest. Ils traversent l’épaisseur du mur et l’un des deux comporte encore un fragment de bois qui n’a pas pu être prélevé, car noyé trop solidement dans le mortier. À Nyons, dans la tour Randonne, les deux trous percés au niveau du seuil sont espacés de 2,40 m. L’on note, en revanche, la présence d’un seul trou de poutre dans la tour n° 1. À Rosans, un seul trou de poutre traverse l'épaisseur du mur (3,50 m). À Montjoux, une rainure d’encastrement a été incisée dans la pierre de seuil de la porte et se prolonge dans le parement de la tour, de part et d’autre de l’embrasure. Elle doit correspondre au négatif d’une structure en bois, éventuellement soutenue par des éléments porteurs disparus aujourd’hui. L’usage de corbeaux pour soutenir cette plate-forme n’a pas été relevé. La présence de trous de poutre situés sous le seuil de la porte se retrouve, par exemple, dans le donjon de l’ensemble fortifié de Chamaret, localité voisine (Drôme), ou au donjon à mi-pente de Montmaur (Hautes-Alpes). L’accès à la porte pouvait également s’effectuer par la terrasse du logis. Alençon (fig. 74) se rapprocherait de l’exemple voisin du donjon de Suze. La présence de meurtrières, à proximité de la porte et dans d’autres parties de la tour, constitue les seuls éléments offensifs de ces donjons.

2.2.2.4. Les meurtrières ou jours

96Le nombre de meurtrières répertoriées (fig. 80) reste très modeste ; en effet, les murs sont en grande partie aveugles et ne sont pas toujours conservés. Lorsque subsistent les élévations, on compte rarement plus de deux meurtrières par édifice (Rosans, Sainte-Jalle, Mollans, Montjoux, tour n° 2 de Nyons, fig. 81). À Verclause, le donjon aux trois murs aveugles devait sans doute être muni d’ouvertures défensives du côté occidental, tourné vers la vallée et opposé à l’éperon.

Fig. 80 - Types de meurtrières.
a-b : Nyons, meutrières à bossage ;
c : Rottier, meurtrière simple ;
d : Alençon, meurtrières doubles ;
e : Saint-Marcellin-lès-Vaison, le Castellas, meurtrière à bèche ;
f : Saint-Jalle, meurtrière.

97Des meurtrières battent les abords des portes à Châteauneuf-de-Chabre et Nyons (tour n° 2 et tour Randonne). Elles sont généralement orientées du côté le plus exposé et en direction du chemin d’accès (Condorcet, Lachau, Sainte-Marie-de-Rosans, Rottier, Sainte-Jalle). À Mollans-sur-Ouvèze, les sept meurtrières du mur nord donnent du côté opposé au village et sont tournées vers le chemin d’accès direct au château. À Gouvernet, les deux meurtrières sont ouvertes dans les parois de l’éperon qui protège l’accès au donjon. Aux étages, elles sont le plus souvent aménagées dans les parties hautes des pièces, sous le couvrement, comme à Lachau où un exemplaire se situe juste sous la voûte. Au donjon de Rosans, elles sont aménagées à 1,50 m au-dessus du niveau du sol du premier étage. À Alençon, la meurtrière double est ouverte dans le mur nord-ouest, à 2,60 m au-dessus du niveau de sol du premier étage. En revanche, à Montjoux, la meurtrière battant l’accès à la porte de la tour se situe seulement à 0,60 m au-dessus d'un niveau de plancher.

Fig. 81 - Donjon n° 1 de Nyons, élévations sud et nord et coupe sud-nord.

98Dans ces donjons ruraux, il est souvent difficile de distinguer une meurtrière d’un simple jour. Si le donjon de Mollans présente des meurtrières à bêche et celui de Gouvernet de hautes fentes étroites (H. 1,10 m, l. 7 cm), la terminaison externe de la plupart d’entre elles s’effectue par un jour rectangulaire de 20 à 40 cm de hauteur seulement (Montjoux, Châteauneuf-de-Chabre, Lachau, Nyons, Rosans, Sainte-Marie-de-Rosans, Valréas). Certaines ont un linteau supporté par des coussinets (Valréas). Les meurtrières du donjon quadrangulaire de Condorcet offre un moyen terme entre ces deux dimensions.

99À Sainte-Marie-de-Rosans, Alençon et Rottier, la partie supérieure de la fente se termine par un hémicycle. À Sainte-Marie-de-Rosans, des pierres de taille en grès ou en calcaire constituent les piédroits des meurtrières et diffèrent des parements en moellons calcaires. Mais l’encadrement de la meurtrière est généralement constitué par les pierres de parement des murs. Généralement, l’encadrement de l’embrasure interne adopte un profil rectangulaire ; un linteau délimite parfois la partie supérieure (Montjoux) ; à Valréas, le linteau de la meurtrière du troisième étage est soutenu par deux petites consoles en léger ressaut sur l’embrasure. Le couvrement peut être en dalles de pierre (Montjoux) ou voûté en plein cintre (Condorcet). L’allège de l’embrasure présente, dans certains cas, un pendage de bas en haut et de l’intérieur vers l’extérieur (à Rosans et à Nyons, le pendage de l’allège est lisse ; à Montjoux, il dessine deux degrés). La hauteur de l’embrasure interne varie ; haute le plus souvent de 0,90 m pour 0,80 m de large, elle peut atteindre, comme à Rosans, 1,64 m pour une largeur d’1,23 m. Les meurtrières peuvent également se présenter comme des niches. À Rottier et à Sainte-Jalle, elles sont de plain-pied avec le niveau de sol d’origine. Large de 0,90 cm sur la majeure partie de sa hauteur, l’embrasure interne de la meurtrière du dernier étage du donjon de Sainte-Jalle se rétrécit dans le dernier quart supérieur.

100Quand un donjon possède plusieurs meurtrières, ces dernières sont percées soit dans plusieurs murs et à des étages différents (Châteauneuf-de-Chabre, Montjoux), soit dans le même mur. À Rosans, les deux grandes meurtrières du premier étage sont espacées d’1,82 m. Le donjon d’Alençon présente un type particulier de meurtrières doubles. L’embrasure interne de 0,25 m de profondeur dessert deux meurtrières qui ont chacune leur propre ébrasement interne sur 1,20 m et donnent, à l’intérieur, sur une même niche. Elles ont extérieurement le même encadrement de pierre de taille en calcaire blanc. Sur le parement extérieur, les deux fentes externes qui se terminent par un petit hémicycle ont leurs piédroits intérieurs délimités par les deux mêmes pierres de taille.

101Une construction massive, percée de quelques éléments offensifs, caractérise la fortification de ces donjons, réduite à sa plus simple expression. Ces tours aux murs épais n’offraient qu’un espace résidentiel restreint et peu confortable.

2.2.3. Vie résidentielle au château

2.2.3.1. La tour

2.2.3.1.1. Les pièces : dimensions, baies et décors

102Les tours présentent encore aujourd’hui un rez-de-cour surmonté d’un à deux étages, abritant chacun une pièce de petites dimensions. Les surfaces oscillent entre 5,80 m 2 et 18 m 2 (Montclus, Montrond, Nyons, Sainte-Jalle, Valréas, Verclause) ; dans certains donjons, les pièces ont des dimensions légèrement supérieures de l’ordre d’une vingtaine de mètres carrés (Rottier, La Roche-Saint-Secret). D’autres abritent de véritables pièces résidentielles qui ont une surface de plus de 50 m 2 (Cairanne, Condorcet, Gouvernet, Mollans, La Roche-sur-le-Buis). La surface augmente très rarement dans les étages (Sainte-Jalle, Rosans).

103Le rez-de-cour est très peu éclairé. Il ne compte, le plus souvent, que de petites prises de jour au profil quadrangulaire d’une quarantaine de centimètres de côté. Les trois meurtrières percées dans les murs du rez-de-cour du château de Condorcet donnaient également du jour à la pièce. Si les baies présentent dans la majeure partie des cas une embrasure de plan triangulaire, celle du donjon du Bruis adopte une embrasure munie d’un ébrasement sur un seul côté. L’allège de cette fenêtre dessine un fort pendage de l’extérieur vers l’intérieur. À Rosans, le jour percé dans le mur sud a des allures de meurtrière. Surmonté d’un linteau, il présente un ébrasement important, est couvert de dalles et se termine à l’extérieur par une ouverture de 0,75 x 0,90 m.

104Les premier et deuxième étages sont plus généreusement éclairés par une baie plus grande. À Bruis, le mur sud du premier étage est percé d’une fenêtre à ébrasement interne voûté en berceau plein cintre, dont la terminaison s’opère cependant par un jour étroit de 0,15 x 0,90 m. Les piédroits et les claveaux de la voûte sont taillés dans un grès local. Dans d’autres cas, la baie externe est plus large et ressemble à une porte. À Rosans, la baie du second étage, ouverte à environ 8 m du sol, a une hauteur de 2,17 m. Il n’y a, en revanche, aucun doute sur la fonction de fenêtre des autres types d’ouvertures. La baie géminée a été adoptée dans le donjon d’Alençon (fig. 82). Le premier étage est éclairé à l’est par une fenêtre centrée, ouverte à 8 m du sol extérieur. Surmontée d’une archivolte moulurée, soulignée de deux tores, elle est composée de deux arcs en plein cintre appareillés qui retombent au centre sur une colonnette par l’intermédiaire d’un chapiteau sculpté. Ce dernier présente un décor de feuillage d’acanthes stylisées d’où émergent deux volutes ; la partie médiane est scandée par des palmettes inscrites dans un cercle ; des visages barbus s’adaptent aux angles. L’ensemble est construit en pierre de taille de calcaire blanc qui se détache très nettement sur le parement de moellons de grès roux. Son embrasure dessine une niche d’1,60 m de hauteur et de 2,18 m de largeur, à 2 m au-dessus du niveau du sol du premier étage. On notera, au premier étage du donjon de Valréas, la présence de deux baies murées d’un type particulier dont la fonction resterait à déterminer. En effet, les murs sud et est présentent sur leur parement externe deux pierres de taille dessinant un retour qui délimite une fenêtre carrée de 0,60 m de côté. Sur le parement interne, une baie rectangulaire à arc en plein cintre (également murée) comporte une allège située 1 m plus bas que l’embrasure externe. La baie, percée dans le mur oriental interne, qui n’a pas été masquée par la construction de l’escalier XVIIe siècle, a une hauteur d’1,60 m et une largeur d’1 m. Seul un fort pendage de l’allège et un léger ébrasement devaient permettre de relier l’ouverture externe et l’ouverture interne, également décalée horizontalement d’une dizaine de centimètres.

Fig. 82 - Donjon d’Alençon, baie géminée.
a : vue générale ;
b : détail.

105À Mollans-sur-Ouvèze, les deux fenêtres du second étage sont à rattacher à une période un peu plus tardive. À l’est, un large fenêtre (H. 2,30 m, l. 0,50 m) présente un décor sculpté (fin du XIIIe siècle). Un arc semi-brisé à très longs claveaux construit en pierres de taille de calcaire coquillé, chanfreinées et soulignées d’un tore, retombe par l’intermédiaire de chapiteaux à décor de feuillages sur un jeu de trois colonnettes aux bases polygonales. Ces dernières reposent sur des culots sculptés représentant les visages d’un homme et d’une femme (fig. 83). Cette baie fut ouverte lors de la reprise du mur oriental du donjon, comme en témoigne le coup de sabre visible sur l’extrémité septentrionale du parement externe du mur est. Le mur occidental de cette même pièce est éclairé par une fenêtre rectangulaire géminée, surmontée d’un linteau animé par deux arcs trilobés aux tympans pleins (XIVe siècle). Des coussièges ont été aménagés dans l’embrasure. Le décor des murs, peint ou gravé, est plus tardif.

Fig. 83 - Mollans-sur-Ouvèze, culots sculptés du XIIIe siècle de la baie du donjon (a et b).

106Les décors peints, très peu nombreux, inédits et non restaurés à l’exception de ceux de Bruis, se rattachent au bas Moyen Âge (Mollans-sur-Ouvèze, Sainte-Jalle). À Mollans-sur-Ouvèze, le premier étage présente des fragments de fresques au décor en faux appareil (embrasure de porte) ou aux motifs floraux et zoomorphes (poissons) inscrits dans un carré (murs de la pièce située dans l’angle sud-est correspondant à la dernière extension du donjon). Ces motifs polychromes (vermeil, jaune et noir) s’apparentent aux fresques des livrées cardinalices d’Avignon et se rattachent vraisemblablement au XIVe siècle. À Sainte-Jalle, les murs du premier étage sont recouverts d’un enduit peint (en partie masqué par une fine pellicule de lait de chaux) qui suggère la présence d’une chapelle. Si un décor végétal de rinceaux et un oiseau animent le plafond, une scène religieuse est reproduite sur le mur nord et sur la paroi occidentale de l’embrasure de la fenêtre. Sur cette dernière, une Vierge à l’enfant se détache sur un fond jaune, surmonté d’un arc en plein cintre de couleur pourpre. Un personnage masculin, peint sur la petite portion de mur située à l’ouest de la fenêtre, est habillé d’une longue tunique plissée, serrée à la taille par une ceinture. De profil, il tend le bras droit vers la Vierge, comme s’il avait les mains jointes. Les mains sont effacées comme le bas du corps. Le cadre contraint le personnage à adopter une position agenouillée, tel un donateur. Ce cadre se détache sur un fond noir, également délimité par un arc en plein cintre de couleur rouge. Les autres murs de la pièce sont beaucoup plus abîmés. De grands panneaux rouges, dont les extrémités sont soulignées par de minces filets et bandeaux jaunes, encadrent des motifs géométriques et des rinceaux de feuillages. Ce décor se rattache à la période moderne (XVIIIe siècle) alors que la représentation religieuse est plus archaïque, sans qu’il soit possible de la dater précisément, vu son état actuel de conservation. À Sainte-Marie-de-Rosans, un fragment de fresque est conservé au dernier étage. Le corps d’un personnage habillé d’une longue tunique à larges plis stylisés se détache sur une lourde draperie mouchetée. Au donjon de Valréas, un décor de quinze croix aux branches d’égale longueur est incisé dans les moellons des parements du rez-de-cour. Certaines croix sont inscrites dans un blason ou dans un cercle. Leur datation est délicate, cet étage ayant subi des transformations : une porte a tout d’abord été ouverte dans le mur sud, puis le plafond a été considérablement rabaissé. Ce niveau aurait servi de prison sous l’Ancien Régime.

2.2.3.1.2. Le couvrement des pièces

107Dans les Baronnies, la terminaison sommitale des donjons n’est jamais conservée. À Alençon cependant, une ceinture de pierres de taille souligne aujourd’hui le niveau de la plate-forme. Les planchers et la voûte en berceau plein cintre ou semi-brisé constituent les types de couvrement et peuvent être employés conjointement. Vingt-sept tours sur vingt-neuf comportaient des séparations de ce type. Les planchers sont encastrés dans les murs, ou reposent sur des ressauts de maçonnerie, ou encore sur des consoles (Château-Ratier, Montbrison). Les voûtes sont construites avec :

  • des pierres de taille (Blacons, Condorcet, Mollans) ;

  • des moellons soigneusement équarris (Alençon, Lachau, Montrond, La Roche-sur-le-Buis, Rosans, Valréas) ;

  • ou des moellons posés sur chant (Sainte-Jalle).

108Quand les deux types de couvrement existent dans un même édifice, les voûtes sont édifiées soit au rez-de-cour (Blacons, Lachau, Rosans), soit au dernier étage (Alençon, Valréas, tour n° 1 de Nyons). Dans certains donjons, tous les niveaux sont voûtés (Mollans-sur-Ouvèze, Montrond, Sainte-Jalle). À Montrond, la voûte en berceau plein cintre du rez-de-cour suit une orientation est-ouest, alors que celle du premier étage est orientée dans le sens opposé afin de répartir les forces sur des murs différents. Un bandeau plat en ressaut ou à section en quart de cercle souligne la retombée de la voûte (Blacons, Montrond). Les voûtes en berceau plein cintre sont les plus courantes. La voûte en berceau semi-brisé est employée dans les donjons de Mollans et de La Roche-sur-le-Buis. Dans ce dernier exemple, le rez-de-cour du donjon abritait deux vaisseaux qui couvraient une pièce ; celle-ci était divisée en deux espaces qui communiquaient par l’intermédiaire de deux arcs d’une portée de 8,40 m, retombant sur un pilier à section carrée de 0,70 m de côté (fig. 84 et 85). Le donjon de Rosans a sans doute adopté un système similaire : un pilier de section quadrangulaire construit au centre des pièces de chaque étage recevait, à l’origine au rez-de-cour, la retombée d’arcs ou de voûtes en berceau en plein cintre, comme semble l’indiquer le départ visible sur la face occidentale du donjon. Le pilier a sans doute été élargi au rez-de-cour, lors du remplacement du premier couvrement par quatre voûtes d’arêtes. Cette transformation a rabaissé le niveau du voûtement et laisse encore apparaître, au-dessus de celui-ci, le départ de la voûte ou des arcs. Au rez-de-cour, les parements du pilier sont édifiés avec des moellons grossièrement équarris et les joints sont larges. Au-dessus du niveau des voûtes d’arêtes, les parements du pilier sont montés à l’aide de pierres à bossage, identiques à celles du parement de la tour. Ils permettent de penser que le pilier était ainsi traité à l’origine au rez-de-cour. En effet, ce dernier est le fruit d’une restauration, comme semble le suggérer le relevé effectué au XIXe siècle par J. des Fontaines, ingénieur des Ponts et Chaussées : un épais mur de refend, englobant peut-être un pilier initial, divisait la pièce. Au deuxième étage, un pilier plus mince pouvait supporter des poutres. La disparition des parements et la reprise de la maçonnerie lors de la restauration ne permettent pas de lire un arrachement de voûte ou la trace d’ancrage de poutres. Le donjon de Condorcet est le seul à avoir adopté un compromis entre la voûte d’arêtes et la voûte d’ogives : les nervures saillantes au profil rectangulaire s’interrompent avant la croisée et se prolongent ensuite par de simples arêtes. Elles retombent sur des trompes en éventail, munies d’un décor de fausse clef qui confère un caractère esthétique à l’ensemble ; ce type mixte accuse néanmoins une certaine maladresse (fig. 86).

Fig. 84 - Donjon de La Roche-sur-le-Buis, voûte en berceau semi-brisé.

Fig. 85 - Donjon de La Roche-sur-le-Buis, arcs géminés de la salle voûtée.

Fig. 86 - Donjon de Condorcet, trompe et retombée de la fausse ogive.

2.2.3.1.3. La circulation

109Dans ces donjons cloisonnés et aveugles, la circulation s’adapte à un espace restreint. L’accès s’effectuant dans la majeure partie des cas à l’étage, une trappe permettait de relier le premier étage au rez-de-cour. Cette dernière n’est conservée que dans deux cas. À Montrond et à Sainte-Jalle, une trémie de 50 cm de largeur est percée au centre de la voûte (fig. 87 et 88). Elle est délimitée par un encadrement de pierres calcaires. La brèche située dans la voûte du donjon de Lachau correspondait peut-être à l’emplacement d’une trappe. Dans les autres donjons, les planchers non conservés ne permettent pas de s’assurer de la présence effective de ces trappes.

Fig. 87 - Donjon de Montrond, voûte.

Fig. 88 - Donjon de Montrond, trémie de la voûte (détail de la fig. 87).

110Les escaliers, rarement conservés, pouvaient desservir les étages. À Condorcet, le pendage de la couverture de dalles fait office de couvrement au couloir aménagé dans l’épaisseur du mur ouest du donjon. Celui-ci atteste la présence d’un escalier donnant accès au premier étage. Il était desservi, dans un premier temps, par une porte percée dans le mur ouest de la tour quadrangulaire puis, dans un second temps, par une porte percée dans le mur sud du couloir (ce dernier s’évase d’est en ouest : de 0,60 m à l ‘est, il atteint 0,80 m ; fig. 89 et 90).

Fig. 89 - Donjon de Condorcet, couloir de circulation.

Fig. 90 - Donjon de Condorcet, plan, développé des élévations extérieures et coupe ouest-est.

111Aménagés dans l’épaisseur du mur, certains escaliers n’étaient accessibles que par une porte aménagée dans la partie haute de la pièce, juste sous le couvrement. À Blacons, la porte d’accès à l’escalier, aux piédroits et linteau en pierre de taille de grès, est percée au centre et dans la partie haute du mur est (fig. 91). Le donjon voisin d’Alençon adopte ce même type de circulation. La porte a été ouverte dans l’angle nord-est de la tour, à 3,50 m au-dessus du niveau de sol du deuxième étage, directement dans le parement du mur nord. L’escalier est éclairé par un petit jour à ébrasement interne. Son couvrement est composé de gros blocs de pierre.

Fig. 91 - Donjon de Blacons, porte à l’étage desservant l’escalier aménagé dans l’épaisseur du mur.

112À Valréas, l’escalier qui est pris dans l’épaisseur du mur nord et qui dessert la terrasse sommitale a été aménagé postérieurement, comme semble l’indiquer le mur intérieur moins soigneusement construit que le parement de la tour. À Mollans, les degrés d’un escalier très raide sont encore visibles dans l’épaisseur du mur de refend qui correspondait au mur extérieur occidental du premier donjon. À Rosans, la volée de marches permettant de rejoindre l’actuelle plate-forme supérieure peut être d’origine. En effet, le plan effectué au XIXe siècle par J. des Fontaines montre que cette volée droite est prise dans l’épaisseur du mur nord et qu’une autre volée est appuyée contre le parement du mur ouest. L’arrachement des parements à cet étage ne permet aucune comparaison de cet escalier avec ceux d’autres sites. Ces escaliers ne desservaient pas forcément une plate-forme supérieure, mais on ne peut plus le vérifier car certains donjons qui menaçaient ruine ont été rabaissés de plusieurs mètres (Rosans).

2.2.3.1.4. Le confort

113Dans ces donjons dont l’espace résidentiel est très restreint, seuls quelques rares éléments relatifs à la vie domestique sont conservés.

Les placards et les déversoirs

114Le second étage du donjon du Bruis abrite deux niches carrées géminées, aménagées au deuxième étage dans l’épaisseur du mur est. De dimensions différentes (0,55 x 0,50 m et 0,35 x 0,35 m), elles comportent toutes deux un linteau de pierre et ont un piédroit commun composé de pierres de taille. La plus orientale a été partiellement obturée par une console, les niveaux de planchers ayant été remaniés postérieurement.

115Les donjons de Mollans et d’Alençon abritent un ensemble déversoir et placard. À Alençon, le déversoir aménagé dans le mur, à droite et en léger contrebas de la fenêtre géminée, est placé à 52 cm sous la niche et seulement à 39 cm du plancher. Cette niche rectangulaire (H. 1,15, l. 1,25) est surmontée d’une voûte en berceau plein cintre ; l’extrados de l’arc dessine un petit décrochement vers l’intérieur. Ces placards peuvent être comparés aux placards et déversoirs du grand et du petit donjon de Chamaret, plus soigneusement traités et datés des XIIe et XIIIe siècles.

Les cheminées

116La tour du Bruis abrite le seul exemple de cheminée conçue en même temps que l’ensemble de la construction. À Condorcet et à La Roche-sur-le-Buis, seul le négatif de la cheminée subsiste. Adossée au mur oriental du deuxième étage, la cheminée du Bruis, construite en pierre de taille calcaire, est d’une facture très soignée. D’étroites et fortes consoles décorées de deux tores latéraux supportaient le manteau qui a disparu. Elles reposent sur des piédroits composés chacun d’une colonnette flanquée de deux minces tores et dont les piédestaux sont de section rectangulaire. Le fond de la cheminée est composé dans sa partie inférieure de fragments de tuiles encastrés dans le mur. Les chapiteaux présentent un décor de feuilles recourbées très stylisées et s’évasent entre un astragale étroit et l’abaque ; ils permettent de dater la cheminée du XIIIe siècle. Bien que cet aménagement domestique soit bien intégré à la construction de la tour, le conduit aujourd’hui disparu n’a pas été aménagé dans l’épaisseur du mur (fig. 92 et 93). De part et d’autre, deux étagères au profil en trois quarts de cercle sont encastrées partiellement dans le mur et joignent les consoles. Leur épaisseur est décorée d’un motif de croix aux branches d’égales longueurs inscrites dans un cercle. L’espace imparti dans les écoinçons des cercles est occupé par une succession de trois demi-cercles décroissants. L’on note également la présence de quatre fleurs à quatre ou cinq pétales. Ces étagères servaient vraisemblablement à supporter un éclairage.

Fig. 92 - Donjon de Bruis, cheminée.

Fig. 93 - Donjon de Bruis, plans et élévations internes.

Les pigeonniers

117Le dernier étage des donjons abritait parfois un pigeonnier. Au château de Gouvernet, les niches quadrangulaires sont aménagées à l’extérieur, dans la partie supérieure de la pièce rectangulaire située dans le prolongement de l’éperon, elles sont séparées par des pierres posées de chant et s’insèrent correctement dans le parement. Elles correspondent sans doute au pigeonnier d’origine. En revanche, les niches du pigeonnier de Sainte-Jalle, composées de tuiles assemblées, ont pu être aménagées postérieurement à la construction du donjon, comme cela semble être le cas pour le pigeonnier édifié dans la tour d’une fortification avancée de Mérindol-les-Oliviers. Ce dernier, venu doubler les parois des murs, a bouché les meurtrières en croix pâtée.

Les latrines

118Les latrines sont rarement conservées. Dans le donjon de Montbrison-sur-Lez, à 2,20 m de hauteur, une porte étroite de 0,85 m de large donne, dans l’angle sud-est, sur un conduit étroit de 0,30 m aménagé dans l’épaisseur du mur et en léger ressaut sur l’extérieur, comme l’attestent encore des pierres en saillie par rapport au parement du mur nord. Ce conduit donne sur un long couloir taillé dans la roche qui présente un léger pendage. Sur 3,50 m de longueur, le couloir délimité par des parois de 1 à 2 m de hauteur est partiellement comblé par les éboulis. Il s’évase légèrement du sud au nord, de la largeur du conduit à 90 cm de largeur. Puis la paroi rocheuse septentrionale dessine un décrochement de 15 cm. Cette latrine a de fortes affinités avec celle qui est aménagée dans le petit donjon de Chamaret (Boissier 1992). Si à Chamaret le conduit a été creusé verticalement dans la falaise, à Montbrison-sur-Lez, la présence d’un large affleurement rocheux impliquait de creuser un conduit sur une vaste surface (fig. 94). La pièce méridionale du donjon de Mollans qui correspondait, selon le témoignage de l’ancien propriétaire, à l’extension du XIVe siècle desservait une latrine, avant la récente restauration. L’alimentation en eau demeure une question cruciale au cœur de la vie domestique. La plupart des donjons ne bénéficiant pas de la proximité d’une source abritent une citerne, souvent adjacente à la tour, afin de récolter l’eau de pluie des toitures.

Fig. 94 - Donjon de Montbrison-sur-Lez, latrines et conduit d’évacuation.

2.2.3.2. Aménagements extérieurs au donjon

2.2.3.2.1. Les citernes

119À Mollans, une citerne s’appuie contre le mur sud restauré de la pièce méridionale du rez-de-cour. Voûtée à l’origine, elle mesure 5,50 x 6,8 m et ses parois sont enduites de béton de tuileau. Il ne subsiste du couvrement qu’un départ de voûte. Elle devait s’apparenter à la citerne du donjon de Verclause, pièce rectangulaire voûtée, édifiée contre le mur sud-est de l’éperon. Partie intégrante de la construction, celle-ci était alimentée par les eaux tombées de la toiture de l’éperon. De 6,50 x environ 3,50 m, cette pièce est construite en moellons de calcaire blanc, alors que les parements de la tour à éperon sont composés de moellons de calcaire schisteux ou de grès albien. La voûte en berceau en plein cintre est conservée seulement dans la partie orientale de la pièce. Un épais béton de tuileau recouvre les parois de la pièce qui est comblée aux trois quarts. Une baie quadrangulaire ouverte dans le mur ouest, sous l’arrachement de la voûte, est un déversoir du trop-plein. Une dalle composant l’allège est en léger ressaut sur l’intérieur de la pièce. À Reilhanette et à Sainte-Jalle, les citernes, actuellement bouchées, avaient été ouvertes dans la cour du château. La citerne du donjon de Reilhanette, entaillée dans la roche, revêt une forme globulaire d’un diamètre d’environ 8 m maximum dans sa partie médiane. Sa bouche d’entrée d’1 m de diamètre, appareillée en pierre de taille, dessine un conduit de 2 m de hauteur. Au siècle dernier, J. Roman attestait la présence d’une citerne au donjon de Rosans qui n’a aujourd’hui laissé aucune trace (Roman 1858).

120Si le donjon peut rassembler dans une même tour des éléments de fortification et des parties résidentielles, il comprend également, dans un certain nombre de cas, un corps de bâtiment complémentaire dont les vestiges ne sont attestés qu’en négatif.

2.2.3.2.2. Les bâtiments complémentaires

121Dans six cas, la tour est complétée par un corps de bâtiment. À Bruis, les trous d’ancrage de huit poutres, visibles sur le mur sud, appartiennent au couvrement d’un corps de bâtiment qui s’appuyait sur la largeur de la tour et qui s’étendait jusqu’au glacis rocheux, situé à 4 m au sud de la tour (fig. 95). Ce glacis a été en effet entaillé par une large rainure destinée à asseoir l’assise du mur sud de ce corps de bâtiment (13,50 x 0,80 m). Cette dernière est néanmoins interrompue en son centre sur 0,90 m, là où le rocher affleure davantage. Sur le parement sud de la tour, aucune trace d’arrachement de mur n’est cependant visible. Ce corps de bâtiment était couvert de lauses dont seuls deux éléments sont conservés dans l’extrémité est du mur. Les poutres étaient fichées à 10 m du sol extérieur, dans une rainure d’encastrement qui court pratiquement sur toute la largeur de la façade. Cette rainure de 4 cm de largeur a également été entaillée dans une des pierres de taille du chaînage de l’angle sud-ouest. La couverture a été interrompue par le percement ou l’agrandissement de la haute fenêtre percée plus tardivement, au deuxième étage dans le mur sud. Ce corps de bâtiment abritait deux étages d’une hauteur respective de 2,80 m et 5,50 m, séparés par un plancher supporté par sept poutres d’une section moyenne de 30 cm, espacés de 30 à 40 cm, dont seuls subsistent les trous d’encastrement. La fonction de ce corps de bâtiment adjacent n’est pas déterminée. Le mur nord présente également des trous d’encastrement de poutres alignés horizontalement dont il est difficile de dire s’ils correspondent à des trous de boulin ou à un niveau de couvrement. En effet, près de l’angle nord-ouest, l’on note un départ de maçonnerie en ressaut sur le parement (arc ?). La chaîne d’angle, située à 0,40 m plus à l’ouest et 1,20 m en dessous, présente un petit trou d’encastrement (gond ?) entaillé dans l’angle supérieur d’une pierre de taille. À l’autre angle, un trou d’encastrement profond seulement de 4 cm a également été aménagé dans la chaîne. La partie inférieure du parement du mur nord présente une zone rougie sous l’action du feu. En admettant qu’une structure (pièce ou élément en porte-à-faux ?) ait été aménagée contre le mur nord, elle ne pouvait que s’adapter à l’espace imparti par l’étroite plate-forme septentrionale rocheuse, de 3,40 x 9,60 m, défendue par un aplomb de 4 m.

Fig. 95 - Donjon de Bruis, trous d’ancrage du bâtiment complémentaire adossé supposé.

122La présence d’un corps de bâtiment contre le mur sud-ouest du donjon d’Alençon n’est pas assurée. En effet, la rangée de sept trous d’encastrement de poutres, lisible au niveau du seuil de la porte du premier étage, était sans doute liée à un espace de circulation en bois en porte-à-faux sur l’extérieur. Elle correspond, à l’angle nord-est de la tour, à une pierre en léger ressaut par rapport au parement et surmontée d’une console, 1,10 m plus haut. L’analyse de ce donjon par F. Barthélémy souligne qu’un corps de bâtiment, adjacent à la tour, est systématiquement représenté sur la carte des châteaux de la région de Grignan, datée du XVe siècle (Barthélémy 1990).

123À Valréas, deux départs d’arc aux angles sud-ouest et nord-ouest de la tour Ripert, fichés à 6 m sous le niveau de la grande baie percée au deuxième étage, suggèrent la présence d’un élément édifié contre le mur ouest de la tour. Il ne subsiste que deux claveaux de l’arc nord et seulement trois claveaux de l’arc sud. Ils sont taillés dans un calcaire coquillier ou dans un calcaire blanc. Ils reposent sur un sommier en léger ressaut (soit de 8 cm). En admettant que ces arcs aient été complets, leur portée aurait mesuré 2,20 m et ils auraient dû retomber sur le mur de l’enceinte habillant la butte de molasse. Le négatif de cette superstructure a pu être effacé par la reprise en sous-œuvre du parement ouest, comme le laisse supposer la lecture du parement entre ces deux arcs. À l’autre extrémité, dans la partie nord-est de la plate-forme sommitale de la butte, l’enceinte atteint 2 m de largeur et devait délimiter, au nord, un corps de bâtiment dont les murs est et ouest sont encore perceptibles. En effet, on note un tronçon de mur orienté nord-est/sud-ouest, perpendiculaire à l’enceinte, conservé sur 4 m de longueur, et un arrachement d’1,50 m de large, situé 6,40 m plus à l’est. En net contrebas du point d’accroche du mur ouest avec l’enceinte, le parement de la courtine présente un arc de décharge, bien appareillé et de grandes dimensions, qui ne peut s’expliquer que par un élément imposant construit au-dessus. Malgré une certaine fantaisie dans la représentation, deux gravures confirment la présence d’un corps de bâtiment complémentaire. L’une représente un corps de bâtiment de plan carré indépendant, situé dans la partie nord-ouest de la plate-forme (MC, estampes, f° 66, n° 10). Sur l’autre, en revanche, figure un corps de bâtiment rectangulaire qui semble s’appuyer contre le mur oriental de la tour (MC, estampes, f° 36, p. 143, n° 107). Postérieurement à la construction de la tour et antérieurement au XVIIe siècle, un escalier dont on peut voir l’arrachement sur le mur oriental de la tour desservait une porte percée au second étage. Il a pu être compris dans un corps de bâtiment venu s’appuyer contre celle-ci. À Sainte-Marie-de-Rosans, un corps de bâtiment est attenant à la tour. Situé à l’ouest de celle-ci, il a été conçu en même temps qu’elle. De plan rectangulaire, il adopte une élévation moindre. Ses parements sont construits d’une manière identique aux murs de la tour. Les assises sont dans le même prolongement. L’on note également dans le mur nord, trois assises de pierre de taille de grès qui lient la tour au corps de bâtiment adjacent. À Montclus, le mur oriental du donjon se prolongeait au sud, au-delà du parement extérieur du mur méridional ; quelques pierres de parement au niveau de l’arrachement de ce mur, conservé sur seulement 0,50 m de longueur, en témoignent. Néanmoins, un coup de sabre lisible sur le mur sud atteste que le mur oriental a été prolongé dans un deuxième temps. L’arrachement de toiture permet également d’imaginer un corps de bâtiment contre les murs orientaux des donjons de Blacons et de Sainte-Jalle. Néanmoins, leurs ancrages n’ont pas été prévus lors de la construction des deux tours. Inversement, la tour de Montbrison-sur-Lez s’est appuyée contre un édifice préexistant de plan rectangulaire, terminé par un hémicycle, dont la fonction n’a pu être déterminée en raison d’une conservation très médiocre des vestiges. Les corps de bâtiment appuyés contre la tour abritaient souvent l’aula, espace résidentiel. Ils adoptaient une élévation moindre que la tour (Bruis, Sainte-Marie-de-Rosans, Valréas d’après gravure). Cette forme est très répandue dans le Midi (Démians d’Archimbaud 1980 : 106 ; Gardelles 1972 : 79, fig. 41). Ce schéma est courant et a été notamment relevé dans la Drôme médiane, voisine des Baronnies (Couriol 1989 : 47-55). Les deux ensembles ne communiquaient pas forcément par des portes.

2.2.4. Contexte et éléments de datation

124Ce groupe de donjons de pierre adopte un plan concentré, le plus souvent rectangulaire, des murs épais peu ouverts sur l’extérieur, munis d’un accès à l’étage. Ces petites forteresses rurales, de type tours isolées, complétées dans certains cas par un corps de bâtiment supplémentaire, sont héritières de la curtis et de la curtila carolingienne. Si ce type de château se développe en France septentrionale aux Xe et XIe siècles, il n’apparaît dans le sud guère avant le milieu du XIIe siècle et se « perpétue dans les décennies suivantes » (Démians d’Archimbaud 1984 : 64). Le plan quadrangulaire dénote un certain archaïsme. L’on note l’absence de tour circulaire, contrairement à ce que l’on trouve dans les régions voisines du Gapençais et du Dévoluy, qui abritent des tours à plan circulaire ou à plan rectangulaire dont seuls deux angles sont arrondis (Nicolas 1994 : 54, 96). Elles sont néanmoins assez rares, comme dans la partie médiane de la Drôme. En revanche, la tour à éperon, dont on retrouve d’autres exemples drômois datés des environs du XIIIe siècle, est adoptée par trois donjons des Baronnies (Bois 1993 : 141).

125L’éperon est tantôt plein (Verclause), tantôt évidé et parfois prolongé par un corps de bâtiment rectangulaire (Montclus, Gouvernet). Six donjons aux dimensions nettement plus importantes, l’un des côtés dépassant 10 m de longueur, sont des constructions du XIIIe siècle (Châteauneuf-de-Chabre : 6,95 x 11,73 m ; Condorcet, Mollans : 17,50 x 9 m ; Reilhannette, La Roche-sur-le-Buis : 11,90 m de côté ; Rosans : 11 x 12 m). Le traitement de la pierre de taille à bossage permet de rattacher dix donjons au XIIIe siècle (Condorcet, les deux tours de Nyons, Sainte-Jalle, Sainte-Marie-de-Rosans, Gouvernet, Rottier, Rosans, Valréas, Verclause). Ce type de traitement de la surface de la pierre qui est adopté, fréquemment et de façon très précoce, dans les donjons alsaciens apparaît en basse Provence dans le dernier quart du XIIe siècle (Guild 1981 : 258) et se développe au XIIIe siècle. Et on le retrouve encore aux siècles suivants (pont de Nyons ; Prade 1975). Le donjon de Rosans a la particularité de présenter des pierres à bossage sur l’ensemble du parement, comme la Tour-Brune d’Embrun datée de la fin du XIIIe siècle. Le traitement du bossage est toutefois de type rustique et s’apparente à un bossage également employé au Moyen-Orient (Mesqui 1987 : 97-116).

126Il n’y a pas de couvrement propre au château roman ; planchers et voûtes sont en usage et se retrouvent parfois dans un même édifice. Les poutres sur corbeaux rustiques sont employées dans d’autres donjons de la Drôme, datés du XIIIe siècle : tour est de Quint, Bézaudun, le Luc à Vesc (Couriol 1989 : 106). L’emploi de la voûte se répand dans l’architecture militaire du Midi de la France dans la seconde moitié du XIIIe siècle (Gardelles 1972 : 58).

  • 22 Néanmoins, il faut noter que le donjon de Mollans présente deux coups de sabre importants sur les m (...)

127Dans le corpus des tours romanes que la régularité des assises et la qualité de taille des moellons rattachent aisément au XIIe siècle, Montrond fait sans doute figure d’exception ; l’adoption à chaque étage d’une voûte en plein cintre remarquablement soignée en cette tour n’exclut pas, en effet, une datation tardive (fin XIIe-début XIIIe siècle). Les tours de Mollans22 et de La Roche-sur-le-Buis abritent des pièces voûtées en berceau semi-brisé, profil adopté dans les voûtes des corps de bâtiments adjacents des donjons voisins de Vaison-la-Romaine et d’Uchaux, édifiés au XIIIe siècle (Cartron 1992 : 82). Les donjons de Rosans et de La Roche-sur-le-Buis proposent un système assez élaboré d’arcs retombant sur un pilier central qui permet de relier deux salles voûtées. Ces donjons sont datés de la seconde moitié du XIIIe siècle. La voûte d’ogives dans ce type d’édifice est mal connue et ne se développe pas avant le milieu du XIIIe siècle ; elle se diffuse dans la seconde moitié de ce siècle, voire seulement au siècle suivant (Barruol 1996). Les trompes supportent les retombées d’ogives à Condorcet et non une coupole, comme c’est l’usage dans d’autres régions. De plus, les ogives à nervures saillantes sont, ici, secondées par des arêtes vives restées à l’état de simple projet.

128Les profils des portes et des fenêtres de ces tours existent dès le XIIe siècle et sont encore employés au XIIIe siècle : portes rectangulaires à sommiers en ressaut (Nyons), portes surmontées d’un arc en berceau plein cintre (Alençon, Valréas), portes rectangulaires dont le linteau rectangulaire est surmonté d’un arc de décharge (Sainte-Jalle).

129En revanche, les meurtrières rarement conservées dans les donjons des Baronnies (Châteauneuf-de-Chabre, Condorcet, Mollans-sur-Ouvèze, Montjoux, Rosans) ne sont guère mises en œuvre avant la seconde moitié du XIIIe siècle dans les Alpes. Les meurtrières à niche des donjons de Rottier et de Sainte-Jalle sont encore plus tardives et n’ont pu se développer dans les Baronnies que dans les dernières décennies du XIIIe siècle. En effet, nées en France septentrionale dès 1240, elles ne se généralisent dans les grandes constructions royales qu’en 1270. L’emploi de coussinets débordants qui supportent un linteau rectangulaire est plus courant à la fin du XIIIe siècle.

  • 23 Analyse effectuée par Archéolabs. La probabilité que la vraie valeur soit comprise entre 1155 et 12 (...)

130Une analyse dendrochronologique effectuée sur des bois de chêne, appartenant à l’un de ces donjons à bossages (Verclause), corrobore cette datation du XIIIe siècle. L’analyse a été effectuée à partir d’un échantillon provenant d’un bois de boulin et de trois échantillons issus de l’armature de bois (chaînage central de l’éperon, chaînage du mur sud et chaînage du mur nord). Elle donne une pointe aux environs de 122023. Le plan de cette tour à éperon est adopté dans d’autres châteaux datés du XIIIe siècle (Cabaret dans l’Aude, Usson dans la Loire).

131Certains éléments sculptés apportent également des éléments de datation. À Alençon, le style des sculptures du chapiteau de la fenêtre géminée, parfaitement intégrée à la construction, et la présence d’une meurtrière double rattachent ce donjon à la première moitié du XIIIe siècle (Barruol 1992). Cette fenêtre a certaines affinités avec la baie géminée du donjon du Poët-Laval. À Mollans-sur-Ouvèze, la fenêtre en berceau semi-brisé à décor de feuillage et le traitement des culots sculptés rattachent cet édifice à la fin du XIIIe siècle. À Bruis, les chapiteaux à feuilles en crochet, situés sous les consoles de la cheminée insérée dans le donjon postérieurement à son édification, donnent un terminus ante quem de la fin XIIIe-début du XIVe siècles. Comme en Gascogne, les cheminées n’apparaissent dans les fortifications provençales qu’à partir du XIIIe siècle (Gardelles 1972 : 57). La cheminée du Bruis se rapproche de celle du donjon de Boudes en Brivadois, aux piédroits composés de colonnettes et de chapiteaux à feuilles lisses et à boules ; ce donjon est daté de la fin du XIIe-début du XIIIe siècle (Phalip 1993 : 77).

132L’aménagement d’un escalier dans l’épaisseur du mur, sur le modèle de celui de la tour d’Alençon, pourrait rattacher le donjon de Blacons au XIIIe siècle. L’escalier pris dans l’épaisseur des murs se retrouve, par exemple, dans la tour d’Almaric du donjon de Rochefort-en-Valdaine ou dans la tour auvergnate de Joursac (Bois 1997 ; Phalip 1993 : 203). L’identification probable de la tour de Montjoux à la bastide citée seulement en 1322, aux côtés du castrum du même nom, favoriserait une datation tardive de cette tour (fin XIIIe-début XIVe siècle ; RD, t. IV, 21564).

133La plupart des donjons-tours conservés dans les Baronnies ont été édifiés au XIIIe siècle. Parmi eux, douze sur vingt-neuf peuvent être assurément rattachés à cette période (Alençon, Bruis, Gouvernet, les tours n° 1 et 2 de Nyons, La Roche-sur-le-Buis, Rosans, Rottier, Sainte-Jalle, Sainte-Marie-de-Rosans, Valréas, Verclause). Trois autres pourraient également être datés assez tardivement en raison de leurs dimensions plus importantes (Châteauneuf-de-Chabre), de leur postériorité par rapport à un édifice préexistant (Montbrison-sur-Lez) ou encore de leurs mentions très tardives dans les textes (Montjoux). Seuls treize donjons sont susceptibles de remonter au XIIe siècle. Mais leur état de conservation médiocre (seul le rez-de-cour est conservé dans la majorité des cas) et la récupération des chaînages de certains invitent à rester prudent (Aubres, Blacons, Cairanne, Château-Ratier, Château-Reybaud, Chauvac, Curnier, Lachau, Montclus, Montjoux, Montrond, Rousset-les-Vignes, Vinsobres).

134Certains des donjons datés du XIIIe siècle ont pu être construits sur un site castral plus ancien. Dix-sept castra sont mentionnés seulement au XIIIe siècle (huit dans la première moitié du XIIIe et neuf dans la seconde), quatre sont cités dès le XIIe siècle (Cairanne, Nyons, Valréas, Vinsobres), deux dès le XIe et un seul dès le Xe siècle (Condorcet). Certains indices telles les églises du bourg castral permettent d’assurer la permanence du lieu d’implantation.

Conclusion

135Les châteaux romans des Baronnies des XIIe et XIIIe siècles reproduisent les modèles des donjons des Xe et XIe siècles de régions voisines, qu’ils soient conservés (Journot 1993) ou seulement décrits par les textes. Ils réunissent la mansio et la turris. Comme d’autres châteaux de montagne, ils sont empreints d’un certain archaïsme. Si, dans trois exemples, les traces d’arrachement de toitures ou de murs attestent la présence d’un corps de bâtiment auxiliaire, les autres tours sont complétées par un logis seigneurial édifié quelques mètres plus loin (Valréas ?). Marques de commandement de petites seigneuries rurales, ces châteaux trahissent une certaine uniformité dans les formes adoptées et dans la simplicité des moyens employés. Quelques-uns se distinguent cependant par leur caractère monumental (Rosans), par un couvrement audacieux (Condorcet, La Roche-sur-le-Buis), par le traitement décoratif d’une fenêtre (Alençon, Mollans-sur-Ouvèze) ou par l’ajout d’une cheminée (Bruis).

136Les propriétaires de ces derniers donjons, vassaux des Mévouillon ou des Montauban, affichent une certaine notoriété par leur présence, dans de nombreux actes, en tant que témoins de leurs seigneurs suzerains. Le donjon de Condorcet, disputé entre les Montauban et les Baux en 1239 (RD, 7724), tombe dans le temporel de cette dernière famille en 1266 (RD, 10436), à qui l’on doit sans doute sa reconstruction. Les châteaux de Mollans-sur-Ouvèze et de La Roche-sur-le-Buis qui ont, dans leur premier état, des affinités (dimensions, voûtes en berceau semi-brisé, traitement soigné des fenêtres, culots sculptés, arcs géminés) sont édifiés non loin du Buis, capitale politique et économique de la Baronnie de Mévouillon.

137Ces châteaux de l’âge féodal ont des répercussions importantes sur le peuplement (Bournazel, Poly 1980). Sur vingt-sept castra, vingt-trois ont généré un bourg castral à plan radioconcentrique (Cairanne, Mollans-sur-Ouvèze, Nyons, Rosans, Sainte-Jalle, Sainte-Marie-de-Rosans, Valréas, Vinsobres) ou étagé (Alençon, Aubres, Blacons, Bruis, Châteauneuf-de-Chabre, Château-Ratier ( ?), Chauvac, Condorcet, Curnier, Montbrison-sur-Lez, Montclus, Reilhanette, La Roche-sur-le-Buis, Rottier, Verclause). Parmi les bourgs castraux créés près d’un château, dix-sept abritent une église (Estienne 2004a : 167-181).

138À la période d’apogée de la lignée, un réel quadrillage du domaine se dessine et traduit la réussite de ces châteaux, favorisés par des facteurs économiques d’échange et justifiés par certaines ressources que l’on ne connaît pas pour la plupart. Des donjons, implantés aux carrefours de vallées, prennent des allures de chefs-lieux (Nyons, Sainte-Jalle, Valréas). D’autres, placés sur des frontières et à proximité de terroirs anciennement occupés, affichent, par le développement d’un bourg, les marques de leur succès politique par rapport aux anciens réseaux paroissiaux et prieuraux (Alençon, Condorcet, Mollans-sur-Ouvèze, Montbrison-sur-Lez, Reilhanette). Montclus, détenu par la famille Flotte, constitue une enclave au sein des Baronnies. Enfin, la proximité du chef-lieu du Buis crée une dynamique politique et économique dont bénéficient les châteaux environnants (La Roche-sur-le-Buis).

139La répartition de ces tours au nord d’une ligne qui traverse les Baronnies du nord-est au sud-ouest est-elle seulement le résultat du hasard de la conservation des sites ? La densité des mottes castrales, recensées au sud de cette ligne, nuance ce propos. Les donjons d’éperon ne seraient-ils pas venus compléter un premier réseau de fortifications ? Le relief naturel ne semble pas avoir, à lui seul, conditionné le choix du site. En effet, les reliefs argilo-marneux qui se prêtent aisément au façonnage de tertres et de fossés ne se situent pas exclusivement au sud-est de cette ligne ; le Rosannais, la vallée de l’Ouvèze et de ses affluents offrent en grande partie ce type de relief. Inversement la tour de Châteauneuf-de-Chabre, située au sud de cette ligne et implantée sur un relief de marnes, n’est pas édifiée sur une motte. La difficulté d’interprétation de telles données vient également du fait que les édifices construits sur les mottes castrales ne sont pas conservés en élévation et que l’on ne peut vérifier si leur occupation effective est contemporaine de celle des donjons des XIIe et XIIIe siècles (Bois 1990b : 54). Seules des fouilles archéologiques permettraient d’éclaircir cette question.

140Près de la moitié des donjons conservés appartient aux Montauban (douze donjons-tours). Les autres sont partagés entre les Mévouillon (Curnier, Château-Reybaud, Mollans-sur-Ouvèze, La Roche-sur-le-Buis, Reilhanette), les branches cadettes (Châteauneuf-de-Chabre, Lachau), les seigneuries majeures ecclésiastiques (Bruis, Sainte-Marie-de-Rosans) et les seigneuries étrangères (Alençon, Montclus, Montrond). La multiplication des donjons de pierre coïncide-t-elle avec l’emprise nouvelle des Montauban, dès le XIIe siècle, sur une partie du domaine de la Baronnie ? Si la plupart de ces édifices sont datés du XIIIe siècle, cette période d’apogée des deux Baronnies a pu favoriser leur reconstruction au XIIIe siècle (Nyons, Rosans, Vinsobres, Valréas), avant le déclin.

141Ces châteaux reflètent assez bien la situation générale de l’enchâtellement en Baronnies. La prudence est toutefois de rigueur face aux transformations engendrées par le développement topographique et la pérennité d’occupation de certains de ces bourgs jusqu’à nos jours. Quatorze d’entre eux qui demeurent aujourd’hui des villages ont subi de nombreuses modifications ; ils fossilisent néanmoins, dans leur parcellaire, un état médiéval ; leur ancrage dans le territoire demeure, trois sont aujourd’hui des chefs-lieux de canton.

142Un vaste mouvement de désertion s’est produit dans l’ensemble des Baronnies au XVe siècle. Seuls deux des bourgs castraux, nés au pied de ces donjons-tours et ayant sans doute survécu plus longtemps que les autres, sont explicitement signalés par les textes du XVe siècle. Les causes de leur désertion sont diverses : guerres comme pour Château-Ratier en 1430, crues à Curnier en 1453… La construction de maisons fortes dans la plaine, au XVIe siècle, permet également de s’interroger sur la pérennité d’occupation du bourg castral perché. Celle du Bruis, datée des XVIe-XVIIe siècles, implantée dans la plaine en contrebas de l’éperon, a succédé au donjon-tour. À Alençon, une maison forte mentionnée dès le XVe siècle se situe dans la plaine au sud du castrum.

143D’autres donjons ont été agrandis à partir du bas Moyen Âge et jusqu’à l’époque moderne et seule la Révolution semble être la cause de leur abandon définitif. Néanmoins, la pérennité de leur occupation témoigne de leur succès. Les donjons du deuxième âge féodal, plus monumentaux que les précédents, s’affirment nettement en haute et basse Provence postérieurement à 1150 (Fournier 1978). Les chartes relatives aux donjons des Baronnies sont là pour en témoigner ainsi que l’analyse de l’architecture et quelques sondages archéologiques. Toutes ces données confirment l’existence d’une fortification privée et ce temps de mutation des structures politiques et sociales.

144Malgré une grande similitude de leurs formes architecturales avec celles des sites castraux voisins – les seigneuries rurales du Dauphiné (Mazard 1990 ; Poisson, Schwien 1992 ; Nicolas 2005), de Provence (recherches de J.-P. Lagrue et celles de S. Claude ; Mouton 2003), des Cévennes, de Lozère (Darnas 1994) ou du Vivarais (Laffont 2004) – les châteaux des Baronnies présentent un léger décalage chronologique qui tend paradoxalement à augmenter dans les périodes les plus récentes (XIIIe-XIVe siècles). En effet, les Baronnies, prises dans l’influence des entités territoriales voisines puis englobées par celles-ci (comté de Provence, marquisat de Toulouse puis Comtat Venaissin et Dauphiné), se marginalisent peu à peu et deviennent une région conservatrice, voire archaïque. Annexées, elles ne font plus l’objet d’un enjeu politique et perdent leur statut de carrefour et de champs d’échanges est-ouest. Les anciens réseaux castraux s’effacent au profit de quelques points stratégiques forts, situés au centre et sur les frontières de nouveaux territoires et bailliages. L’annexion des Baronnies par des pouvoirs riverains engendre des programmes de plus grande envergure, mais moins nombreux, la préoccupation principale demeurant l’entretien ou la réparation des anciennes et nouvelles fortifications. Une ère nouvelle se dessine, où le pouvoir administré par les châtelains et baillis voit le développement de la coseigneurie et de la fragmentation de la seigneurie.

Notes

11 Raymond, parti aux croisades en 1125, a mis ses possessions sous la protection du Saint-Siège. Le diplôme impérial de Frédéric Barberousse rédigé le 8 août 1178 parachevait cette indépendance, favorisée par l’éloignement du pôle central des pouvoirs (AD38, B 225, B 3637 ; Ripert de Montclar 1865).

12 « Et me Raymundo de Guigone publico notario in Dominationibus Medullionis et Montisalbani », année 1265, titres et libertés des habitants de Sainte-Jalle accordés par Pierre Isoard et son fils, Guillaume Artaud (AD26, E DEP 46, f° 17).

13 Le nom Dalphinatus n’apparaît qu’à la fin du XIIIe siècle (Giordanengo 1988 : 277).

14 En ce qui concerne la réforme grégorienne et le remplacement des Mévouillon sur les sièges d’évêchés : voir Poly 1976 : 260-261, 276.

15 Pour le XIIe siècle : cf. charte de 1117 (Boyer de Sainte-Marthe 1710 ; Ripert de Montclar 1865).

16 Ce castrum compris dans la dot d’Almuse de Mévouillon en 1252, devait déjà faire partie du temporel des Mévouillon en 1205 (AD38, B 3639 ; RD, t. II, 8863). En effet, l’acte de 1252 (AD38, B 2635) fait référence à un certain Guillaume de Bézaudun qui faisait office de châtelain ou de garde. En 1205, ce même Guillaume de Bézaudun tenait le castrum pendant six semaines.

17 Guibert, La Rochette-du-Buis, Saint-Sauveur, La Penne-sur-Ouvèze sont seulement mentionnés dans les ventes des domaines de 1291 et de 1293-1317. La Bâtie Guillaume n’apparaît que dans le dernier traité de 1317.

18 « Il (le fief de reprise) organise verticalement les relations entre deux niveaux hiérarchiques de l’aristocratie, dans le but de faire entrer dans un réseau dominateur les châtellenies indépendantes » (Duhamel-Amado 1991 : 356). « Quand l’évolution générale favorisera la construction des pouvoirs, processus engagé plus tôt dans la Catalogne et dans l’Aquitaine, les maisons dirigeantes du bas Languedoc méditerranéen useront du fief de reprise, si efficace dans la Catalogne voisine, pour constituer en réseau les créations castrales nouvelles et contrôler l’aristocratie » (ibid. : 368).

19 Raymond Pierre et son épouse, Raymond de Plaisians et ses frères, Pierre Arnulfe et son frère Elzéar et Élisaria, femme de Rican de Plaisians, prêtent serment (AD38, B 3637 ; RD, t. II, 6355).

20 Voir l’hommage de Jordans de Rosans à Raymond de Mévouillon pour la « dominium seu seignoriam castri de Cornilhiano Vapincensis diocesis territorium et tenementum vassalos homines » [AD38, B 2635 (1282) ; Giordanengo 1988 : 218].

21 Les fouilles de Niozelles ont permis de mettre en évidence des constructions mixtes de pierre et de bois d’un corps de bâtiment antérieur à l’édification du donjon-tour.

22 Néanmoins, il faut noter que le donjon de Mollans présente deux coups de sabre importants sur les murs est et ouest, près des angles nord-est et nord-ouest qui rattachent le mur nord à une étape de construction antérieure à la seconde moitié du XIIIe siècle. Les sept meurtrières à bêche longues et effilées, comparables à celles du donjon voisin de Vaison-La-Romaine, ont pu être percées plus tardivement dans les parties supérieures du donjon.

23 Analyse effectuée par Archéolabs. La probabilité que la vraie valeur soit comprise entre 1155 et 1280 AD est de 85,6 % ; datation n° ARC 1202, date 14 C calibrée : 1045-1280 AD (courbe de calibration de Stuiver, Becker 1986 : radiocarbone n° 28).

List of illustrations

Caption Fig. 38 - Lignage des Orange-Mévouillon (Xe-XIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-1.jpg
File image/jpeg, 320k
Caption Fig. 39 - Alleux des Mévouillon.Alleux des Mévouillons identifiés :1 - Alauson (cne de La Roche-sur-le-Buis)2 - Arpavon3 - Aulan4 - Autanne5 - Barret-de-Liourre6 - Curnier7 - Col d'Ey (bastide, cne de Rémuzat)8 - Beauvoisin9 - Bénivay10 - Blacon11 - Le Bruchet12 - Bruis13 - Le Buis (Buis-les-Baronnies)14 - La Charce15 - Clermont16 - Cornillac17 - Cornillon-sur-l'Oule18 - Coste-Chaude (bastide, cne de Montaulieu)19 - Cotignac (cne de Montbrun-les-Bains ?)20 - Eygaliers21 - Eyroles22 - Ferrassières23 - Guibert24 - Château-Reybaud (cne de Montbrun-les-Bains)25 - Lazer26 - La Jonche (tènement, cne de Pelonne)27 - Mérindol-les-Oliviers28 - Mévouillon29 - Miravalle (cne de Cornillac)30 - Mollans-sur-Ouvèze31 - Montaud (cne de Laux-Montaud)32 - Montaulieu33 - Montbrun-les-Bains34 - Montmorin35 - Marcenne (bastide, cne de Montréal-les-Sources)36 - Ollon (cne de Bénivay-Ollon)37 - Pelonne38 - Pierrelongue39 - Les Pilles40 - Plaisians41 - Visan42 - Pommerol43 - Propiac44 - Proyas45 - Reilhannette46 - Rémuzat47 - Le Revest-du-Bion48 - Rochebrune49 - La Roche-Saint-Secret50 - La Roche-sur-le-Buis51 - Le Poët-en-Percip52 - Sahune53 - Sainte-Jalle54 - Saint-Marcellin-lès-Vaison55 - Saint-Maurice-sur-Eygues56 - Saint-Sauveur-Gouvernet57 - La Rochette-du-Buis58 - Sorbiers59 - Col de Soubeyran (bastide, cne de Bellecombe-Tarendol)60 - Tarendol (cne de Bellecombe-Tarendol)61 - Les Tourettes (bastide, cne de Montmorin)62 - Guillaume (bastide, cne de Bellecombe-Tarendol)63 - Ubrieux (cne du Buis)64 - Vercoiran65 - Montréal-les-Sources66 - Trescléoux68 - Valréas69 - Poët-Sigillat70 - Séderon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-2.jpg
File image/jpeg, 308k
Caption Fig. 40 - Alleux des branches cadettes (Lachau, Mison).Biens des Lachau :1 - Ballons2 - Ballons-le-Tronc3 - Barret-le-Bas (Barret-sur-Méouge)4 - Éourres5 - Lachau6 - Gaudissart7 - Creyssint8 - Ribiers9 - Saint-ÉtienneBiens des Mison :10 - Mison11 - Pomet12 - Châteauneuf-de-Chabre13 - Le Poët14 - Montéglin15 - Saléon16 - Lagrand17 - Lazer18 - Chanousse19 - Orpierre20 - Sainte-Colombe21 - Étoile22 - Chabreil23 - Laborel24 - Villebois25 - Méreuil26 - Sigottier27 - La Piarre28 - SerresBiens de la branche cadette des Mison dite de Sainte-Jalle :29 - Sainte-Jalle30 - Gignac31 - Lemps32 - La Fare33 - Soubeyran34 - Arpavon35 - Esparron36 - Linceuil37 - Col d’Ey38 - Tarendol39 - Marcenne40 - PennafortBiens de la branche cadette des Mévouillon (Raymond le Bossu) :41 - Villefranche-le-Château42 - Vers-sur-Méouge43 - Montfroc44 - Gaschet45 - Curel46 - Saint-Vincent-sur-Jabron47 - Noyers-sur-Jabron48 - Salérans49 - Barret-le-Haut (Barret-sur-Méouge)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-3.jpg
File image/jpeg, 304k
Caption Fig. 41 - Sceau de la famille de Mévouillon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-4.jpg
File image/jpeg, 88k
Caption Fig. 42 - Ascendance de Bertrand de Mévouillon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-5.jpg
File image/jpeg, 64k
Caption Fig. 43 - Origines des Montauban.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-6.jpg
File image/jpeg, 32k
Caption Fig. 44 - Sceau des Montauban.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-7.jpg
File image/jpeg, 72k
Caption Fig. 45 - Alleux des Montauban.Possessions des Montauban au XIIIe siècle, les sigles sur la carte correspondant à une situation avant 1284 :- 1284 : alleux de Randonne de Montauban (AD38, B 3159)- 1294 : traité d’Hugues Adhémar et du Dauphin (AD38, B 3660)- 1314 : hommage du dauphin Guy à son frère (AD38, B 3670) A : alleuAf : affareC : castrumFA : franc-alleuS : seigneurieT : tènementt : terre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-8.jpg
File image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-9.jpg
File image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-10.jpg
File image/jpeg, 436k
Caption Fig. 46 - Influence du marquisat de Toulouse et du comté de Provence en Baronnies.1 - Les Omergues2 - Saint-Vincent-sur-Jabron3 - Noyers-sur-Jabron4 - Trescléoux5 - Mison6 - Ferrassières7 - Château-Reybaud8 - Montbrun-les-Bains9 - Cotignac10 - Aiguillon11 - Les Pilles12 - Venterol13 - Eyroles14 - Valouse15 - Montbrison16 - Valréas17 - Mollans-sur-Ouvèze18 - Le Revest-du-Bion19 - Sainte-Jalle20 - Buis21 - Monestier-Allemont22 - Ventavon23 - Upaix24 - Le Poët (RD, 5317)25 - Lardiers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-11.jpg
File image/jpeg, 328k
Caption Fig. 47 - Hommages liges.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-12.jpg
File image/jpeg, 240k
Caption Fig. 48 - Lieux de ratification d’actes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-13.jpg
File image/jpeg, 392k
Caption Fig. 49 - Actes signés au Buis.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-14.jpg
File image/jpeg, 292k
Caption Fig. 50 - Tours de garde.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-15.jpg
File image/jpeg, 368k
Caption Fig. 51 – Enchâtellement.1 - Aiguillon2 - Alençon3 - Alauson4 - Antonaves5 - Arpavon6 - Arzeliers8 - Audefred9 - Aulan10 - Autanne11 - Ballons12 - Ballons-le-Tronc13 - Bar14 - Barret-de-Liourre15 - Barret-le-Bas16 - Barret-le-Haut17 - La Bâtie-Verdun18 - Beauvoisin19 - Beconne20 - Benivay21 - Besignan22 - Blacon23 - Le Bruchet24 - Bruis25 - Le Buis26 - Castellac28 - Cairanne29 - Castelliono30 - Chabreil31 - Chanousse32 - La Charce33 - Châteauneuf-de-Bordette (Peytieux)34 - Châteauneuf-de-Bordette35 - Château-Giraud36 - Château-Ratier 37 - Chauvac38 - Condorcet39 - Condorcet, castrum novum40 - Cornillac41 - Cornillon42 - Cotignac43 - Creyssint44 - Curel45- Curnier46 - Dulions47 – Durfort ( = Gisfort)48 - Éourres49 - L’Épine50 - Esparron51 - Étoile52 - Eygalayes53 - Eygaliers54 - Eyguians55 - Eyroles56 - La Fare57 - Ferrassières58 - Le Gaisset59 - Gaudissart60 - Gignac61 - Grillon62 - Les Guards63 - Guarda64 - Izon65 - Laborel, castrum vetus66 - Laborel67 - Lachau68 - Lagrand69 - Lemps70 - Linceuil71 - Medianus72 - Les Mées73 - Méreuil74 - Mérindol75 - Mévouillon76 - Mirabel77 - Miravalle78 - Mison79 - Mollans80 - Montauban81 - Montaux82 - Montaulieu83 - Montbrison84 - Montbrun85 - Montclus86 - Montéglin87 - Montferrand88- Montfroc89 - Montguers90 - Montjay91 - Montjoux92a - Montmorin92b - Montréal-les-Sources93 - Montrond94 - Montrond95 - Novezan96 - Noyers-sur-Jabron97 - Nyons98 - Ollon99 - Les Omergues100 - Orpierre101 - Le Pègue102 - Pelonne (affare)103 - Pennafort104 - La Penne105 - Piégon106 - Pierrelongue107 - Les Pilles108 - Plaisians109 - Le Poët110 - Le Poët-en-Percip111 - Le Poët-Sigillat112 - Pomet113 - Pommerol114 - Propiac115 - Proyas116 - Reilhanette117 - Rémuzat118 - Le Revest119 - Le Revest-du-Bion120 - Ribeyret121 - Ribiers122 - Rioms127 - Rison128 - Rocheblave129 - La Roche-Saint-Secret130 - La Roche-sur-le-Buis131 - La Rochette-du-Buis132 - Rosans133 - Rottier134- Rousset135 - Roussieux136 - Sahune137 - Saint-André-de-Rosans138 - Saint-Auban-sur-Ouvèze139 - Saint-Cyr140 - Saint-Étienne141 - Saint-Marcellin-lès-Vaison142 - Saint-Maurice-sur-Eygues143 - Saint-May144 - Saint-Pantaléon-les-Vignes145 - Saint-Pierre-Avez146 - Saint-Sauveur147 - Saint-Romain148 - Saint-Vincent-sur-Jabron149 - Sainte-Colombe150 - Sainte-Euphémie151 - Sainte-Jalle152 - Sainte-Marie-de-Rosans153 - Saléon154 - Salérans155 - Séderon156 - Serres157 - Sigottier158 - Sorbiers159 - Tarendol160 - Teyssières161 - Trescléoux162 - Ubrieux163 - Upaix164 - Valouse165 - Valréas166 - Venterol167 - Verclause168 - Vercoiran169 - Vers-sur-Méouge170 - Villebois-les-Pins171 - Villefranche-le-Château172 - Vinsobres173 – Visan
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-16.jpg
File image/jpeg, 352k
Caption Fig. 52 - Plans des donjons romans.1- Chauvac2 - Rottier3 - Montjoux4 - Lachau5 – Blacons6 - Nyons : tour n° 17 - Nyons : tour Randonne, n° 28 - Montrond9 - Château-Ratier10 - Château-Reybaud11- Bruis12 - Cairanne13 - Rosans
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-17.jpg
File image/jpeg, 232k
Caption Fig. 53 - Plan des donjons à éperon ou polygonaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-18.jpg
File image/jpeg, 124k
Caption Fig. 54 - Plans des grands donjons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-19.jpg
File image/jpeg, 144k
Caption Fig. 55 - Donjon de Sainte-Jalle, plan.bf : bouche à feu ; m : meurtrières.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-20.jpg
File image/jpeg, 152k
Caption Fig. 56 - Nature géologique du substrat et roches employées à la fabrication des moellons.(-) la roche sur laquelle a été construit le donjon n’a pas été employée pour sa construction(+) la roche sur laquelle a été édifié le donjon a été employée pour sa construction
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-21.jpg
File image/jpeg, 368k
Caption Fig. 57 - Donjon de Mérindol-les-Oliviers, chaînage à bossages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-22.jpg
File image/jpeg, 212k
Caption Fig. 58 - Donjon n° 1 de Nyons, chaînage d’angle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-23.jpg
File image/jpeg, 292k
Caption Fig. 59 - Donjon de Rosans, bossage rustique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-24.jpg
File image/jpeg, 276k
Caption Fig. 60 - Donjon de Bruis, façade sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-25.jpg
File image/jpeg, 132k
Caption Fig. 61 - Donjon de Rottier, façade sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-26.jpg
File image/jpeg, 80k
Caption Fig. 62 - Donjon de Verclause, plan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-27.jpg
File image/jpeg, 88k
Caption Fig. 63 - Donjon de Verclause, développé des parements extérieurs et coupes ouest-est et nord-sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-28.jpg
File image/jpeg, 212k
Caption Fig. 64 - Donjon de Bruis, élévations des murs extérieurs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-29.jpg
File image/jpeg, 108k
Caption Fig. 65 - Échafaudages : différents types d’attaches des boulins aux perches.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-30.jpg
File image/jpeg, 116k
Caption Fig. 66 - Donjon de Reilhanette, trous de boulins des parements extérieurs et échafaudages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-31.jpg
File image/jpeg, 176k
Caption Fig. 67 - Donjon de Montclus, trous de boulin sur le développé des parements extérieurs et échafaudages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-32.jpg
File image/jpeg, 132k
Caption Fig. 68 - Donjon de Montclus, trous de boulin sur le développé des parements intérieurs et échafaudages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-33.jpg
File image/jpeg, 120k
Caption Fig. 69 - Donjon de Bruis, consoles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-34.jpg
File image/jpeg, 444k
Caption Fig. 70 - Répartition des châteaux romans de types tours et châteaux-enceintes.1 - Bruis2 - Cairanne3 - Chauvac4 - Curnier5 - Noveysan (Château-Ratier)6 - Lachau (le Riable)7 - Montbrun-lès-Bains (Château-Reybaud)8 - Montclus9 - Montrond10 - Reilhannette11 - Roussel-les-Vignes12 - Vinsobres13 - La-Roche-Saint-Secret (Alençon)14 - La Roche-Saint-Secret (Blacons)15 - Châteauneuf-de-Chabre16 - Saint-Sauveur-Gouvernet (Gouvernet)17 - Montbrizon-sur-Lez18 - Nyons19 - Rottier20 - Sainte-Marie-de-Rosans21 - Verclause22 - Mollans-sur-Ouvèze24 - La Roche-sur-le-Buis25 - Rosans26 - Sainte-Jalle27 - Valréas28 - Mison29 - Cornillon-sur-l’Oule
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-35.jpg
File image/jpeg, 332k
Caption Fig. 71 - Donjon de Lachau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-36.jpg
File image/jpeg, 244k
Caption Fig. 72 - Valréas, plan du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-37.jpg
File image/jpeg, 140k
Caption Fig. 73 - Donjon de Valréas, élévations sud et est et coupes est-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-38.jpg
File image/jpeg, 100k
Caption Fig. 74 - Donjon d’Alençon, façade sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-39.jpg
File image/jpeg, 352k
Caption Fig. 75 - Donjon de Valréas, embrasure interne de la porte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-40.jpg
File image/jpeg, 284k
Caption Fig. 76 - Donjon de Sainte-Jalle, porte à l’étage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-41.jpg
File image/jpeg, 96k
Caption Fig. 77 - Donjon de Mollans, porte du rez-de-cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-42.jpg
File image/jpeg, 244k
Caption Fig. 78 - Donjon de Sainte-Jalle, embrasure interne de la porte d’accès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-43.jpg
File image/jpeg, 120k
Caption Fig. 79 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, gond de la porte du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-44.jpg
File image/jpeg, 164k
Caption Fig. 80 - Types de meurtrières.a-b : Nyons, meutrières à bossage ; c : Rottier, meurtrière simple ; d : Alençon, meurtrières doubles ; e : Saint-Marcellin-lès-Vaison, le Castellas, meurtrière à bèche ; f : Saint-Jalle, meurtrière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-45.jpg
File image/jpeg, 924k
Caption Fig. 81 - Donjon n° 1 de Nyons, élévations sud et nord et coupe sud-nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-46.jpg
File image/jpeg, 68k
Caption Fig. 82 - Donjon d’Alençon, baie géminée.a : vue générale ; b : détail.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-47.jpg
File image/jpeg, 408k
Caption Fig. 83 - Mollans-sur-Ouvèze, culots sculptés du XIIIe siècle de la baie du donjon (a et b).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-48.jpg
File image/jpeg, 668k
Caption Fig. 84 - Donjon de La Roche-sur-le-Buis, voûte en berceau semi-brisé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-49.jpg
File image/jpeg, 188k
Caption Fig. 85 - Donjon de La Roche-sur-le-Buis, arcs géminés de la salle voûtée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-50.jpg
File image/jpeg, 208k
Caption Fig. 86 - Donjon de Condorcet, trompe et retombée de la fausse ogive.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-51.jpg
File image/jpeg, 208k
Caption Fig. 87 - Donjon de Montrond, voûte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-52.jpg
File image/jpeg, 196k
Caption Fig. 88 - Donjon de Montrond, trémie de la voûte (détail de la fig. 87).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-53.jpg
File image/jpeg, 140k
Caption Fig. 89 - Donjon de Condorcet, couloir de circulation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-54.jpg
File image/jpeg, 128k
Caption Fig. 90 - Donjon de Condorcet, plan, développé des élévations extérieures et coupe ouest-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-55.jpg
File image/jpeg, 132k
Caption Fig. 91 - Donjon de Blacons, porte à l’étage desservant l’escalier aménagé dans l’épaisseur du mur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-56.jpg
File image/jpeg, 192k
Caption Fig. 92 - Donjon de Bruis, cheminée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-57.jpg
File image/jpeg, 172k
Caption Fig. 93 - Donjon de Bruis, plans et élévations internes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-58.jpg
File image/jpeg, 152k
Caption Fig. 94 - Donjon de Montbrison-sur-Lez, latrines et conduit d’évacuation.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-59.jpg
File image/jpeg, 332k
Caption Fig. 95 - Donjon de Bruis, trous d’ancrage du bâtiment complémentaire adossé supposé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2694/img-60.jpg
File image/jpeg, 190k

© Alpara, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540