Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Chapitre 1. Aux origines de l’implantation castrale de la fin du Xe au milieu du XIIe siècle

Texte intégral

1.1. Origines de la famille de Mévouillon

1.1.1. De la rive droite à la rive gauche du Rhône

  • 4 En 954, Pons I et son épouse Blismodis reçoivent en précaire de l’archevêque d’Arles, Manassès, la (...)
  • 5 Odile, ascendante des seigneurs de Nice, appartient à une famille proche de l’entourage du comte de (...)

1De nombreuses précaires, situées dans la région de Mirabel-les-Baronnies au sud de la Drôme, sont confiées par l’archevêque d’Arles aux aïeux des Mévouillon. Conjointement à ces contrats, les descendants de ce futur lignage bénéficient de sièges d’évêchés à partir du milieu du XIe siècle. Cette jouissance leur aurait été donnée pour compenser la perte de biens sur la rive droite du Rhône, au moment des luttes qui opposèrent Guilelmides et Bosonides. Elle aurait été liée également à la protection de l’archevêque d’Arles (fig. 5). Pons II, fils aîné de Pons I, dont il détient déjà des biens à Mornas4 reçoit de l’archevêque d’Arles, Ithier, la villa Niomes (Nyons) et des biens situés à Busayrol, dans le comitatus Vasionense (Vaison ; fig. 6). En 981, cette précaire lui est confirmée ainsi qu’à ses deux fils, Pons III et Laugier I, par Annon, successeur d’Ithier (GCN, Arles, 285). Laugier I est le personnage clef de la lignée liée à la constitution des Baronnies seigneuriales. Époux d’Odile de Nice5, il confie, en 1023, plusieurs biens situés aux environs de Mirabel et de Nyons à l’abbaye de Cluny (Rosenwein 1994 : 15). La donation de Laugier s’effectue lors d’une grande assemblée qui réunit, à Saint-Privat de Sarrians, des membres de familles aristocratiques et des évêques (Cart. Cluny, 2779).

« C’est sans doute le même Laugier, moine de Cluny (Leodegarius, Cluniensis monasterii frater et monachus) qui demande à l’archevêque Raimbaud d’Arles de consacrer l’église de Sarrians construite par ses soins, dans cette villa offerte à Cluny par le comte Guillaume II, au moment de sa mort » (Magnani Soares 1999 : 72).

Fig. 5 - Possessions des ancêtres des Mévouillon au Xe siècle.

  • 6 Le patronyme Mévouillon apparaît pour la première fois en 1057, porté par un certain Laugier, frère (...)

2En raison de la transmission de prénoms identiques et des relations géopolitiques contractées entre des personnes de haut rang qui ont vécu à la fin du Xe et au début du XIe siècle, il semble possible de voir, dans les descendants des neveux de Laugier I, l’émergence de la lignée des Mévouillon. Ces derniers sont issus d’une parentèle que J.-P. Poly a regroupée sous l’appellation d’« Orange-Mévouillon » (Poly 1987 ; Magnani-Soares 1997 ; Estienne 2004a) et dont font partie les « Mirabel », nom donné par l’historien G. de Manteyer (Manteyer 1924). En effet, un des leurs, Laugier II, neveu présumé de Laugier I, pourrait être l’époux de Percipia (fig. 6), mère de Ripert et de Laugier, premiers du nom patronymique de Mévouillon6. Percipia détient des alleux au centre des massifs préalpins des Baronnies, au cœur du domaine des Mévouillon tel qu’il se présentera au XIIIe siècle dans son état d’achèvement.

Fig. 6 - Descendance de Pons I, les maris hypothétiques de Percipia, les époux et la descendance d’Odile.

1.1.2. Sur les marges orientales

  • 7 Le patronyme apparaît en 1030 (Cart. Saint-Victor, 712) et la localité dès 988 (Cart. Cluny, 1784).

3De l’autre côté des futures Baronnies seigneuriales, une autre lignée, celle des Mison, qui contractera une alliance au XIIe siècle avec les Mévouillon, s’affirme le long de la Durance, d’Embrun (Hautes-Alpes) aux Mées (Alpes-de-Haute-Provence)7. Ses membres constitueront l’immense domaine des Mévouillon-Mison, reliant les marges du sillon rhodanien à la moyenne Durance. Les Mirabel ne sont pas étrangers à cette Provence orientale. Odile de Nice, femme de Laugier I, eut pour premier époux Miron, bien établi dans la vicomté de Sisteron (fig. 6). À la rencontre des possessions de ces alleutiers orientaux et occidentaux des Baronnies, un certain Richaud, clerc et grand propriétaire dans la région de Vaison/Malaucène, partage également des biens à Mison, sans doute avec la famille du même nom (fig. 7). Familier des grands lignages issus des temps préromans, il aurait eu des liens de parenté avec ces grands alleutiers (Magnani-Soares-Christen 1999). Le recoupement de biens faisant partie, au XIIIe siècle, du domaine des Mévouillon corrobore cette hypothèse (Playoust 1988 : 26-27). Les terres du Rosannais, confiées par le clerc Richaud à l’abbaye de Cluny en 988 (Cart. Cluny, 1784), sont en effet situées au cœur des futures Baronnies (fig. 8 et 9).

Fig. 7 - Possessions des Mison au XIe siècle.

Fig. 8 - Répartition des alleux des Mirabel, Mison et Mévouillon cédés aux abbayes de Cluny et Saint-Victor de Marseille.

I-III : au Xe siècle, donations à l’abbaye de Cluny
I – Condorcet
II - Nyons
III - Saint-André-de-Rosans

1-17 : au XIe siècle, donations à l’archevêque d’Arles et à l’archevêque de Saint-Victor de Marseille
1 – Mirabel
2 – Mévouillon
3 – Barret-de-Liourre
4 – Revest-du-Bion
5 – Dromon
6 – Beaujeu
7 – Mison
8 – Turriers
9 – Gigors
10 – Faucon
11 – Chorges
12 – Les Mées
13 – Trescléoux
14 – Rioms
15 – Le Poët-en-Percip
16 – Lus
17 – La Jarjatte (cne de Lus-la-Croix-Haute)

1.1.3. Rôle, pouvoir et rang social

4Issus de grandes familles aristocratiques, les Mévouillon et leurs ancêtres ont tissé des relations privilégiées avec les grands. Au Xe siècle, les ancêtres des Orange-Mévouillon bénéficient des largesses de l’archevêque d’Arles sous forme de précaires et les Mison assoient leur autorité par l’intermédiaire du fisc ou terre du comte.

5Au XIe siècle, les Mirabel-Mévouillon occupent des sièges d’évêchés (Gap, Vaison, Sisteron) et les Mison représentent le comte et la terre publique par la vicomté. Evêques et vicomtes s’affirment comme les acteurs principaux au travers de nouveaux représentants, issus de ces familles aristocratiques. Provenant d’un contexte public et religieux, leur charge leur permet de faire glisser les biens qu’ils gèrent dans le domaine privé. Aux environs des années 1020-1080, les larges donations faites aux grandes abbayes de Cluny et de Saint-Victor de Marseille trahissent une politique d’accaparement de biens d’Église, politique largement entamée dès la fin du Xe siècle. Ces dons ressemblent à des restitutions déguisées. Le point de rencontre de leur temporel respectif s’opère au cœur des Baronnies ; les points les plus rapprochés sont Trescléoux pour Saint-Victor de Marseille, Saint-André-de-Rosans pour Cluny. Les couloirs durantien et rhodanien ont, en effet, favorisé l’extension des possessions de ces deux abbayes jusque dans les massifs préalpins des Baronnies. D’aliquis homo, les ancêtres des Mévouillon sont qualifiés, au cours du Xe siècle, de vir honorabiles par l’archevêque (Poly 1987 : 82).

  • 8 Le glissement sémantique du mot miles de seigneur à chevalier ne s’opère définitivement en Provence (...)

6Dès la fin du Xe siècle, l’adoption des termes de miles et de senior parfois juxtaposés traduit le caractère hautement aristocratique de ces personnes (Rosenwein 1994 : 22)8, tout en soulignant une évolution de vocabulaire révélatrice d’une mutation progressive des pouvoirs (Cart. Saint-Victor, 695, 696, 732). Le terme de dominus apparaît également mais plus timidement. Cette inflation de la titulature à la fin du Xe siècle trahit la mise en place d’une hiérarchie au milieu du XIe siècle. Les textes de la seconde moitié du XIe siècle témoignent de la présence d’une classe sociale intermédiaire. Les individus portant un patronyme apporte leur soutien à la lignée Orange-Mévouillon. Cette lignée appartient sinon à la petite aristocratie du moins à une catégorie sociale qui gravite dans l’aire d’influence des plus grands. Ainsi Rodolphe de Broca, Bertrand d’Arzeliers, Pons de Mollans, Rostaing de Venterol, Ripert de Caderousse et Pons de Saint-Auban apposent leur signature après celle de Ripert-Giraud, en 1094. Ripert de Caderousse et Pons de Saint-Auban sont des clercs et effectuent, avec Rostaing de Venterol et Pons de Mollans, des donations de manses aux côtés de Ripert-Giraud et de sa famille, en haute Ouvèze, aux environs de 1060 (Cart. Saint-Victor, 730). La cession de ces terres sur la prière de Ripert souligne le lien de dépendance qui unit les deux clercs à ce dernier. Ils détiennent vraisemblablement les terres les plus riches, car situées au bord de la rivière et occupant une place importante, car implantées à proximité de l’église.

  • 9 La donation du futur chef-lieu de Mévouillon à l’abbaye Saint-Victor de Marseille, en 1064-1079, pa (...)

7Dans la société de la fin du Xe et première moitié du XIe siècle, aux côtés de la propriété en indivision que peuvent se partager des frères et des sœurs, la prédominance matrilinéaire est également un des paramètres importants pour décrire l’environnement aristocratique. En témoigne la désignation souvent anonyme de l’époux, vir meus9. Au-delà de son rôle procréateur, la mère symbolise d’abord le point de référence dans l’ascendance. Ensuite, l’adoption d’un patronyme commun porté par la gente masculine, tel Mévouillon ou Mison, s’annonce comme l’élément fédérateur du groupe familial et de son appartenance à une lignée. Le berceau éponyme prend alors une valeur plus symbolique que réelle.

8Un groupe puissant d’hommes et de femmes se dessine dans le paysage politique de cette région. Certains ont plus de pouvoir que d’autres et il en résulte une évolution dans les relations d’homme à homme dont celle de dépendance des plus faibles vis-à-vis des plus puissants. Cette évolution est diffuse, mais bien réelle, et elle jette les bases de la féodalité méridionale (Bournazel, Poly 1980 ; Débax 2003).

9L’emprise de grandes familles sur les domaines se manifeste par le changement de statut des terres et de leurs revenus, par l’oubli des modes de concession ou de rétrocession. L’éloignement ou la faiblesse du pouvoir central favorisent cette dérive. Cette forme d’accaparement s’accomplit parallèlement à la mutation des modes de découpage des terres et de leur valorisation. Aux grands domaines carolingiens au tissu lâche se substitue une fragmentation des terroirs en unités plus petites, issues néanmoins de l’Antiquité. À peine la villa métamorphosée, le castrum ou castellum émergent timidement, fruits de l’affirmation de lignages enracinés dans un contexte public.

1.2. Réorganisation des terroirs

1.2.1. Alleux et terroirs : de la villa au castrum

10La villa, entité territoriale administrative, héritière des structures agraires et domaniales de l’Antiquité tardive, représentait la seule cellule de polarisation de l’habitat, que ce dernier soit dispersé ou regroupé. Deux exemples permettent d’appréhender cette cellule de peuplement juste avant l’An Mil, Nyons et Saint-André-de-Rosans, dont les surfaces respectives de 9 km2 et de 32 km2 témoignent de schémas non standardisés. Au Xe siècle, dix-neuf villae sont citées dans les chartes et seulement douze au XIe siècle dont deux situées hors de l’emprise des Baronnies du XIIIe siècle. Faute de sources suffisantes, le nombre total de villae mentionnées, soit trente et une, reste dérisoire face à l’étendue de cette région (Estienne 2004a : 62, 72 ; fig. 9 et 10). La villa ne correspond plus tout à fait à ce qu’elle était auparavant. L’ajout du terme territorium, l’emploi isolé du terme tenementum et la multiplication des lieux de culte au sein de leur territoire sont des indicateurs de ce changement jusqu’à la disparition du terme villa et de sa réalité au profit de castra et castella qui se généralisent. En effet, aux côtés de la villa, émerge le castrum. Peu à peu, dès le dernier quart du Xe siècle, le réseau plus serré des castra restructure les vastes territoires des villae.

Fig. 9 - Villae et castra au Xe siècle.

Fig. 10 - Liste des villae et castra d’après des chartes des Xe et XIe siècles.

11En 1023, la coexistence d’une villa et d’un castrum aux portes de Nyons illustre ce temps de réorganisation du cadre territorial et fiscal : « de Guarno autem castro et de quadam villa similiter vocatam Guarnum... ». Pour la première fois, deux entités différentes font référence à la même localité. Le toponyme est mentionné en premier et est directement associé à la nouvelle cellule : le castrum. Au travers des chartes, la première vague de castra, perçue de 950 à 1030, trahit une provenance publique de l’alleu, la seconde, en revanche, de 1030 à 1150, accuse une privatisation des biens (fig. 11 et 12).

Fig. 11 - Villae et castra au XIe siècle.

Fig. 12 - Castra et villae d’après le Cartulaire de Cluny.

12Étant donnée l’imprécision des chartes, l’emploi distinct des deux termes castrum et castellum par les auteurs des Xe et XIe siècles reste difficile à saisir. Le seul exemple de Trescléoux (canton de Serres) le souligne :

« Igitur in territorio castri mei quod vocatur Trescleous, in monticulo ubi est ecclesia Sancte Marie [...] in territorio prescripti castelli quod appelatur Trescleus... » [Cart. Saint-Victor, 731 (1075)].

13Néanmoins, comme dans le Midi, le castrum des Baronnies ferait plutôt allusion à un ensemble regroupant le château et le territoire qui l’entoure.

« Donamus [...] condaminam in castro que nominatur Tresclevis cum arboribus que mea sunt » [Cart. Saint-Victor, liasse 63, 2, 3 (1094)].

14La donation des revenus de terres du castrum conforte cette idée : « ... que ad medietatem ipsius castri culta et inculta pertineretur videntur » [Cart. Cluny, 2779 (1023)]. En revanche, le castellum désigne plus volontiers le château, point de repère et centre du territoire et de l’habitat qu’il attire près de lui. L’église Saint-Antonin des Mées se situe « in territorio castelli » (Cart. Saint-Victor, 741). Le castrum structure l’espace (terres cultivées et saltus) en territoires très nettement délimités dont l’emprise de l’un s’arrête à l’extension de l’autre. Le castrum de Serres constitue la limite orientale d’un vaste domaine cédé par le clerc Richaud à l’abbaye de Cluny : « usque ad territorium castri quod dicitur Cerredum ». Le castrum et le castellum structurent peu à peu les campagnes. Ils absorbent les anciens finages, le manse, la tenure, le saltus, tout autant que l’ager.

15La donation, effectuée en 1023, par les Mirabel de castra situés dans le Nyonsais englobait « les forêts, les vignes, les villae, les prés, les étangs et rivières qui en dépendaient et tout ce qui paraît cultivé » (Cart. Cluny, 2779). L’alleu et le fief que Pons Adalbaldus possède, au XIe siècle, dans le territoire du castellum de Trescléoux rassemblent les maisons, les champs, les vignes, les terres cultivables et incultes, les prés et les pâtures, les arbres de toutes sortes, les montagnes, les collines non cultivées, les rochers, les vallées et tout ce qui en dépendait (Cart. Saint-Victor, 732). En 1060, Percipia donne à l’abbaye Saint-Victor de Marseille une moitié de manse située dans le territoire du castrum du Poët-en-Percip (Cart. Saint-Victor, 730). Le castrum peut être partagé comme n’importe quel bien fiscal, mobilier et immobilier. Le clerc Richaud offre à l’abbaye de Cluny la moitié du castrum de Mison avec tout ce qui en dépendait : « cum omnibus que ipsi medietati pertinere vident » (Cart. Cluny, 1784). En 1023, Laugier et ses frères cèdent la quatrième partie du castrum de Bar, de Clarenciagias, de Guarnum et de Pictavis. Ils font également don de la moitié du castrum d’Altonum. Les parts de revenu du castrum correspondent, dans certains cas, à un territoire nettement délimité. Les limites des parts suivent, par exemple, des ravins :

« ... cum quarta parte territorii ejus, quod est inter duas aquas, id est Medeliam et Catuzonices… » (Cart. Cluny, 3620).

16Le castrum ou castellum des Baronnies s’imposent comme une cellule qui englobe non seulement les terres, mais recouvre également la perception des redevances qui s’y rattachent en fonction de limites territoriales et foncières précises.

17Si l’habitat tombe sous la dépendance de ce nouveau pôle centralisateur du pouvoir, il ne prétend pas encore au regroupement concerté et effectif. L’unité d’habitation est évoquée, mais non la notion de village et, encore moins, celle de bourg castral ou d ‘habitat regroupé, né sous l’étroite dépendance du château :

« ... unam medietatem et de hereditate mea que mihi evenit et exceptis castellis cum edificis domorum » (An Mil environ : le Revest, commune de Montclus ; Cart. Cluny, 2529).

18En 1075, les maisons de Trescléoux, situées dans le territoire du castellum, peuvent également correspondre à un habitat dispersé :

« ... alodium atque fevum quod habeo in toto territorio castelli quod appelatur Trescleus et in domibus, in campis, vineis, terris cultus et incultis ; [...] in toto territorio castelli quod appelatur de Trescleus, in domibus et in campis, vineis, terris cultis et incultis et collibus... » (Cart. Saint-Victor, 732).

1.2.2. Implantation des premiers castra, état des sources

  • 10 Autanne est un lieu-dit situé dans le bassin de l’Ennuye, compris entre le bassin du Rosannais et l (...)

19En 1023, huit frères, Pons, Laugier, Féraud, Pierre, Arnulphe, Giraud, Rodolphe et Raimbaud, détiennent en indivis des biens dans le Nyonsais. Deux d’entre eux, Laugier et Féraud, se font moines à l’abbaye de Cluny et lui confient, de leur vivant, entre autres biens, le quart du castrum de Mirabel. Ils lui cèdent également la moitié du castrum d’Autanne10 dont l’autre moitié avait été préalablement mise, par leur père, sous la protection de la même abbaye. Ils laissent à leurs frères le reste de l’héritage, à savoir le quart des castra de Barre, de Clansayes, des Guards (commune de Nyons) et de la villa du même nom, le quart de Peytieux (Châteauneuf-de-Bordette), la villa de Pupiana (Châteauneuf-de-Bordette), le quart de la villa des Faysses, de Monteil et des parts des lieux de Frontignan et de l’Achis (Mirabel ; Cart. Cluny, 2779).

20Si cinq de ces castra sont désignés comme tels, deux autres qui ne sont pas dénommés ainsi s’assimilent également à des sites castraux par leur morphologie (motte Peytieux) ou par leur toponyme (Monteil). Le castrum d’Autanne appartenait déjà à la génération précédente et se rattache au Xe siècle. Légèrement plus au nord, à l’est de Nyons, le castrum de Condorcet est également sous la coupe de l’abbaye de Cluny grâce aux largesses des ancêtres des Mévouillon. En 956, Pons fait don à celle-ci de biens situés dans la vallée du Bentrix, torrent drainant la vallée de Condorcet (Cart. Cluny, 1013). Puis en 998, le château ou castrum de Condorcet est confirmé par le roi Rodolphe à l’abbé Odilon qui le confie à un membre de la haute aristocratie locale dénommé Pierre (Cart. Cluny, 2466, 2480). Au début du XIe siècle, un second château naît après un bref différent avec l’abbaye de Cluny. Les deux châteaux de Condorcet sont rendus, en 1050, à Pierre et à ses frères qui en disposeront jusqu’à leur mort (Cart. Cluny, 3331). Au centre des plis préalpins des Baronnies et sur l’extrémité occidentale et orientale, la donation du clerc Richaud à l’abbaye de Cluny, en 988, fait également allusion à trois castra qui feront partie de l’entité territoriale des Baronnies. Cette donation confirmée aux environs du début du XIIe siècle permet de compléter les données (Cart. Cluny, 3761). Légèrement plus au sud, dans la haute vallée de l’Ouvèze et dans une zone comprise entre les vallées de la Méouge et du Menon, Percipia et ses enfants, Ripert, Laugier, Hugues et Raimbaud, concèdent, en 1060, à l’abbaye Saint-Victor de Marseille de nombreux biens répartis dans les communes actuelles de Rioms, de Saint-Auban-sur-Ouvèze et du Poët-en-Percip (Cart. Saint-Victor, 730). Dans cette même zone comprise entre les vallées de la Méouge et de la haute Ouvèze, Gisla détient également des biens qu’elle confie à l’abbaye Saint-Victor (Cart. Saint-Victor, 1083). La confirmation de sa donation fait référence au castrum de Mévouillon (bulle papale datée du 4 avril 1095 ; Cart. Saint-Victor, 840, 1083 ; fig. 13). À l’est, entre le bassin du Rosannais à l’ouest et la vallée du Buëch à l’est, les premiers à adopter le patronyme de Mévouillon au XIe siècle détiennent également des castra.

Fig. 13 - Castra des ancêtres des Mévouillon d’après les cartulaires des abbayes.

21Au regard de la confrontation de la documentation écrite des Xe et XIe siècles et de la prospection archéologique, deux grands ensembles de sites castraux se dessinent : les sites de plateaux défendus par des à-pic rocheux et les mottes.

1.3. Morphologie des premiers castra

22Les sites des premiers castra adoptant le profil de plateau de hauteur ou de mottes émanent d’un contexte public pour la majeure partie d’entre eux, trahissant parfois une occupation sur la longue durée, antérieure même à l’an Mil.

1.3.1. Les sites de plateau défendus par des parois rocheuses

23Parmi les sites castraux, quatre sont installés sur des plateaux tabulaires défendus par de hautes parois rocheuses (Mévouillon apparaît dans les textes en 1095, Condorcet en 998, Mison en 988, Mirabel en 1023) et un autre occupe un replat aménagé sur le contrefort d’une montagne (Villefranche-le-Château). Ce type de site, dans une zone au relief très tourmenté, est relativement rare et, par sa surface plane commodément aménageable, est un lieu privilégié pour la construction d’une forteresse et le développement d’un habitat (fig. 17).

24Mévouillon, implanté au cœur des Baronnies, sur une ligne de partage des eaux entre la haute vallée de l’Ouvèze et celle de la Méouge, abrite un imposant plateau tabulaire qui se dresse au pied de la montagne de Bouvrège, entre les hameaux de Gresse, de Pelleret et du col de Riousse. Ce plateau d’environ 150 ha est ceinturé par un couronnement rocheux et est défendu par de hautes falaises qui s’accroissent du sud au nord. La surface sommitale de la plate-forme dessine une nette déclivité : son altitude est de 1 119 m au sud-ouest et seulement de 1 078 m au nord-est. Les parois rocheuses s’interrompent au nord-est et laissent un étroit passage entre la surface supérieure et un léger replat, situé 10 m plus bas. De ce point, le col de Riousse, au pied de la montagne de Bouvrège, est accessible (fig. 14).

Fig. 14 - Mévouillon, plateau et site castral.

25Bien documenté par les textes, ce site permet d’envisager une certaine pérennité de l’emplacement du castrum du XIe au XIIIe siècle. Propice à l’implantation humaine, il est occupé dès l’époque protohistorique, comme le souligne le mobilier recueilli par les frères Catelan, érudits locaux de la fin du XIXe et du début XXe siècle (Catelan 1925 : 100-108). Sans pouvoir envisager une réelle continuité d’occupation, la réutilisation de sites protohistoriques par les premiers castra n’est pas exceptionnelle. Le vocable Saint-Arey de l’église castrale et une charte du XIe siècle permettent de s’assurer de l’occupation effective du site dès le XIe siècle, dans une tranche chronologique comprise entre 1070 et 1095. Aux environs de 1070, en effet, Gisla confie à l’abbaye Saint-Victor de Marseille tout ce qu’elle possède dans le terminium de cette villa, « in ecclesia, in cimiterio, in villa, in vineis… » (Cart. Cluny, 1083). La première mention du castrum de Mévouillon remonte à 1095 ; elle figure dans une confirmation du don, à l’abbaye Saint-Victor de Marseille, de l’église paroissiale Saint-Arey dite « in castro de Medoilo » (Cart. Saint-Victor, 840). L’église située sur le plateau, dans l’enceinte du castrum, porte encore le vocable de Saint-Arey au XIIIe siècle et ne semble pas avoir adopté celui d’une église implantée dans la plaine. De récentes prospections ont permis de mettre au jour, en contrebas et au nord du castrum, un lot important de céramiques communes grises des XIe-XIIe siècles (rapport Bleu 1998). Ce mobilier correspond-il à une occupation implantée à proximité du col ou provient-il de la plate-forme du château ? Parallèlement au ravinement, l’important démantèlement de la forteresse (qui est rasée en 1684) a pu également contribuer à un déplacement du mobilier. Toujours est-il que les textes ne semblent pas démentir l’implantation d’un castrum dès le XIe siècle sur l’imposant plateau tabulaire. Mévouillon est au XIIIe siècle une importante forteresse.

26Le site de Condorcet, promontoire implanté à 524 m au nord-ouest du village actuel, s’impose au centre de la vallée du Bentrix, affluent de la rive droite de l’Eygues. Ce plateau, accessible seulement par le sud-ouest et le nord-ouest, est défendu, notamment à l’ouest et au nord, par des falaises d’une dizaine de mètres de hauteur. Le ravin du Marnas (affluent du Bentrix) dessine également une ligne de défense au nord. La surface sommitale abrite les vestiges d’un château du XIIIe siècle et l’ancien village s’étage sur la pente méridionale du plateau (fig. 15). Les fouilles archéologiques, menées en 1966-1967 dans le cadre de l’étude élaborée sur les villages désertés par une équipe franco-polonaise, ont permis d’attester une occupation préalable au donjon daté du XIIIe siècle. Elle remonte aux XIe et XIIe siècles (Chapelot et al. 1970 : 173-210 ; Font-Réaulx 1973 : 32-39). La zone de fouilles, concernant principalement la partie basse du village, à proximité de l’église et du portail d’accès, a livré la présence d’un habitat des XIIIe-XIVe siècles. Cette dernière extension du village empiète sur une ancienne zone d’ensilage. Elle abritait neuf fosses d’un diamètre d’1 m à 1,50 m comblées par un sédiment contenant un mobilier exclusivement céramique, daté du XIIe voire du XIe siècle (poteries communes grises). Un sondage, effectué dans la partie haute du chicot rocheux, sur la plate-forme sommitale, a permis de mettre au jour quatre niveaux d’occupation dont le plus ancien, très semblable à la couche n° 3 des sondages de la partie basse, ne renfermait que de la céramique commune grise. Ces niveaux se situaient sous un niveau daté provisoirement du XIIe siècle grâce la présence d’un éperon de cavalier.

Fig. 15 - Condorcet, occupation du sol.

27La proximité de Châteauneuf, situé à 50 m au nord de Condorcet, semble confirmer l’ancienneté de l’occupation du plateau. C’est le toponyme, qui désigne une éminence rocheuse, qui permet de faire cette proposition. Cet éperon, dont la petite plate-forme supérieure a été retaillée, correspond très vraisemblablement au deuxième castrum, mentionné au côté du premier dans une charte de 1050 (Rosenwein 1994). Possession de l’abbaye de Cluny, le castrum de Condorcet fait partie du temporel de cette abbaye qui est, aux alentours de l’An Mil, en pleine expansion en terre provençale. En 956, Pons lui fait don de biens situés dans la vallée du Bentrix (Cart. Cluny, 1013). En 998, le château ou castrum de Condorcet est confirmé par le roi Rodolphe à l’abbé Odilon qui le confie à un membre de la haute aristocratie locale, dénommé Pierre (ibid., 2466, 2480). On apprend qu’en 1050 Pierre-Guillaume et Rostaing, fils de Pons, s’étaient dessaisis de la précaire des deux castella dit de Condorcet que leur père avait reçu de l’abbé Maïeul. Un deuxième castellum est donc né entre temps, sans doute fruit du différent existant entre l’abbaye et cette famille aristocratique possessionnée dans la vallée du Bentrix. Le nouvel abbé Hugues leur en rend les deux tiers, le tout revenant aux moines à leur mort (ibid., 3331). Cette précaire leur permettait de jouir de ces biens tout en protégeant le temporel de l’abbaye.

28Le Rocher-des-Aures (commune de La Roche-Saint-Secret), contreforts de la montagne de la Lance implantée sur les marges occidentales des Baronnies, dans la haute vallée du Lez, dessine un vaste plateau rocheux triangulaire, défendu par des falaises calcaires de 20 à 40 m de hauteur. La plate-forme sommitale de 32 ha offre un fort pendage nord-sud. Une rampe d'accès, aménagée dans la falaise sud et « confortée par endroits par des murailles » (Barthélémy 1982 : 166), permettait jadis d’y accéder directement. L’extrémité nord-est du plateau, qui se termine par un éperon rocheux, abrite les vestiges d’une pièce d ‘habitation dont le départ de voûte est encore visible. Une citerne creusée dans le rocher y est également conservée. Habillée d’un parement de moellons, elle est enduite intérieurement d’un béton de tuileau. L’ensemble est compris dans des murs d’enceinte construits à l’aplomb des falaises et dessine un trapèze aux dimensions modestes par rapport à la surface totale du plateau. Une succession de murs barre l’accès au sud. Ce site correspond au castrum de La Roche-Saint-Secret, nom adopté par la commune actuelle.

29Peu documenté par les textes, le contrefort de la Lance a fait l’objet de ramassages de surface et s’est prêté à un sondage archéologique qui a permis de saisir la chronologie du site et de constater la réoccupation à l’époque médiévale d’un oppidum protohistorique mis au jour sur la plateforme supérieure (Guillot 1966 : 55-95). Il faut noter les affinités morphologiques du site avec l’oppidum voisin du Pègue, mais à la Roche l’oppidum est sur la plateforme sommitale alors qu’au Pègue le site castral domine l’oppidum aménagé sur un replat du contrefort de la montagne (Alcamo, Lagrand 1985 ; Guillot 1987). Le Pègue faisait partie du pagus Aletanus qui « devait s’étendre de la chaîne de la Lance jusque vers Visan et Richerenches » et pouvait englober le site des Aures (Barruol 1969 : 273-277). La présence d’une voie protohistorique le long des premiers contreforts des Alpes, à 20 ou 30 km du Rhône, conforte la présence de la présence de cet oppidum (Chapotat 1981).

30Par ailleurs, la prospection de surface effectuée sur le plateau rocheux et au pied de la falaise sud a révélé la présence d’un mobilier céramique daté des XIIe-XIIIe et XIVe siècles (céramique commune grise et céramique fine vernissée). Ont également été trouvés une monnaie du XIIIe siècle, un carreau d’arbalète et une clef datée du XIVe siècle à proximité des vestiges de la salle voûtée et de la citerne (Barthélémy 1990 : 166 ; Catelan 1925 : 108-110). Ce mobilier est en étroite corrélation avec le mode de construction des parements et avec la documentation écrite. La présence d’un castrum est, en effet, explicitement attestée en 1252 et 1277 [Inventaire des archives des Dauphins, chartes 1337, 1441 (1346) ; Barthélémy, 1990 : 162]. Le nom de Rocca apparaît dans une charte dès 1174 (Cart. Richerenches, 210). En accord avec la morphologie du site, ce terme témoigne également de la présence d’une fortification. L’adoption de ce nom par un lignage (attestée à la même date, 1174, dans le cartulaire de Richerenches) renforce l’hypothèse de la présence d’une fortification sur cette roche.

31Le hiatus entre les deux grandes périodes comprises entre l’époque protohistorique et le Moyen Âge classique est comblé par les données livrées par un sondage, sur le coteau sud, en dessous du Rocher-des-Aures. J.-C. Alcamo, responsable de cette opération de fouilles, a retrouvé les traces d’une occupation du haut Moyen Âge (VIe-VIIe siècles ; Alcamo, Lagrand 1985). Cet habitat se développait sur des terrasses au sol en terre battue, aménagées sous le château.

« Sur la terrasse inférieure est construite une structure en pierres sèches d’1,05 m de largeur, parallèle au mur de soutènement sur lequel elle s’appuie. Il s’agit probablement là d’un appentis ou d’une remise initialement couverte d’une toiture végétale et détruite par un incendie. On en retrouve les restes carbonisés répandus sur le sol en terre battue, à l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, le long de son mur ouest [...]. Après l’incendie qui détruisit le toit de la remise, l’habitat paraît définitivement désert. »

32La vaisselle céramique recueillie a des liens nombreux, profonds et précis avec celle, datée du courant du VIe siècle, de l’Hortus B, Lombren et Pataran et

« doit être située vers la fin du VIe ou au début de la première moitié du VIIe siècle » (ibid.). « Les composants du vaisselier céramique de l’habitat du sondage I sont de la poterie sigillée paléochrétienne grise et de la poterie kaolinitique voconce, qui constitue 94,7 % des vases comptables trouvés. Elle forme aussi l’entier de la vaisselle céramique d’usage courant de cet habitat » (ibid. : 196).

33La réoccupation d’un site protohistorique durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge a pu être également constatée sur d’autres sites, comme l’oppidum de Piégu (commune de Rougiers, Bouches-du-Rhône). Un fortin du Ve siècle, édifié sur des fondations antérieures, et des habitations sont implantés sur la partie supérieure de l’oppidum qui est voisin de l’éperon où s’implante, au XIIe siècle, le castrum (Démians d’Archimbaud 1980 : 77-81, 556).

34Villefranche-le-Château (canton de Séderon) est un cas exemplaire d’occupation sur la longue durée. À proximité de la limite des communes de Mévouillon et de Séderon, au lieu-dit du Collet-du-Bœuf, vaste terrasse en pied de pente d’une colline de Coutignat, traversée par le ravin des Parties, un important épandage de céramique a été découvert sur 300 m2 (prospection de S. Bleu). Ce site, perché à 850 m sur le contrefort de la montagne de Chassenaye, est compris entre deux ravins et renferme un mobilier varié de silex et de céramique. Si le mobilier céramique rassemble des tessons antiques des premiers siècles après J.-C., il comprend également de la céramique :

  • de l’Antiquité tardive : 2 fonds bombés, secteur A ; 1 fond et 2 bords de céramique commune grise, d’une variante B3, datée des Ve-VIe siècles, secteur G ; 1 forme 1B de facture très soignée, secteur G ; 1 bord à pâte brun ;

  • du haut Moyen Âge : 1 bord de forme ouverte B et 1 autre de forme fermée A10, d’un diamètre de 17,8 cm, datée du VIIe siècle, secteur A ; 1 bord, variante de A10, apparenté à la céramique du site de Niozelles, datée du VIIe siècle ;

  • des éléments de formes peu courantes et à double épaisseur, datés du haut Moyen Âge et du XIe siècle ; 1 bord digité plus ou moins horizontal, des XIe-XIIe siècles, secteur A ; 1 bord à pâte rouge à surface noire, de forme ouverte (n° 25 de la typologie produite à Apt) ;

  • 3 bords en poulie apparentés à la céramique du site de Cabas (XIe-XIIe siècles), datés du XIIe siècle, secteur H ; de la céramique commune grise, secteur D et H ; des fragments de pégauts (pégauts à bec pincé) et anse rubanée, secteur E ; des bords simples, secteur C ; des fonds plats, secteur F ; des fragments de panses, datés des XIIIe et XIVe siècles, secteur H ; 1 fond de marmite globulaire ( ?), secteur E ; des tessons à pâte claire orangée, datés du XIVe siècle, secteur A ; 1 tesson à pâte claire sans glaçure, daté du XIIIe siècle, secteur C ; 1 tesson glaçuré de type Uzège, secteur D.

35Cet épandage semble provenir du sommet de la colline de Coutignat qui pourrait avoir abrité le castrum de Villefranche, aucun autre site castral n’ayant été repéré, à ce jour, dans la commune. Cependant le castrum de Villefranche n’est mentionné qu’au XIIIe siècle [RD, t. II, 8341 (1247)]. Il faut relever, également, que Coutignat s’apparente au nom de Cotignac, castrum non identifié et mentionné en 1287, aux côtés des castra de Montbrun-les-Bains, d’Aiguillon et de Château-Reybaud (canton de Séderon ; AD38, B 3653 ; RD, 13207). La présence hypothétique du castrum de Villefranche sur un site occupé ou réoccupé pendant l’Antiquité tardive, le haut Moyen Âge, Moyen Âge classique et déserté au bas Moyen Âge, souligne l’intérêt d’une étude future que seules des fouilles archéologiques permettraient d’appréhender dans sa forme et dans sa fonction.

36La permanence du lieu d’occupation n’est pas systématique et est très exceptionnelle. De plus, dans certains cas, il n’est pas assuré que le premier castrum ait occupé le même site que le castrum de deuxième génération. L’exemple de Mison permet en effet d’en douter. Le vieux village de Mison, localité implantée à 10 km au nord de Sisteron sur la rive gauche du Buëch, se situe au pied d’un énorme affleurement de poudingue. Son emplacement est stratégique car il domine nettement le cours du Buëch dans l’axe des gorges de la Méouge, affluent de la rive droite. Sa plate-forme sommitale de 3,5 ha abrite les vestiges d’un château des XIIIe-XIVe siècles. La configuration du site de Mison, apparentée à ceux de Mévouillon et de Condorcet, suggère la réoccupation par le château XIIIe-XIVe siècles du castrum mentionné dès 988 (fig. 16). Cependant un terrier daté de 1297 permet d’en douter. Ce dernier fait deux fois référence à un castrum vetus qui se distingue d’un second, qualifié sous le simple terme de castrum :

« Item pro quadam terra sita ad castrum vetus juxta terram Jacobi Malli et viam tenet subtus Rocham » (AD13, B 1058, fo 35vo).

37Comment interpréter ce lieu-dit de la Roche ? S’agit-il du rocher de poudingue qui abrite les vestiges du château XIIIe-XIVe siècles ou désigne-t-il l’aplomb rocheux en bordure du plateau des Roméyères, appelé encore aujourd’hui la Roche ? Le terrier semble appuyer la seconde hypothèse :

« Et in supra pro dictis terris tribus videlicet pro ea que est sita supra castrum vetus et illa est sita Sanctum Feriolum et ea est sita ad castrum Giraud ».

38Si l’on considère une certaine logique dans l’énumération des terres, la proximité du castrum vetus et de l’église Saint-Ferréol est envisageable. Seul un hagiotoponyme implanté en contre-haut et au nord du hameau des Tardieux permet de localiser cette église sur le plateau des Roméyères. À 200 m au nord-ouest du castrum XIIIe siècle, ce quartier défendu par de profonds ravins marno-schisteux surplombe le cours du Buëch. Le toponyme de Châteauvieux compris entre la Roche et le chemin de Bricon, sentier traversant le plateau du nord au sud, conforte l’hypothèse d’un premier site castral distinct du château XIIIe-XIVe siècles (le lieu-dit de Châteauvieux est mentionné dans la matrice cadastrale de 1833 et concerne les parcelles n° 532 et n° 535. Il correspond, sur le plan cadastral de 1833, à la section E).

Fig. 16 - Mison, situation géographique et occupation du sol.

39Entre le château XIIIe-XIVe siècles et le plateau des Roméyères, un affleurement de poudingue dessine une butte au profil en tronc de cône. Défendue à l’ouest par de profonds ravins, qui descendent jusqu’au confluent de la Méouge et du Buëch, cette butte de 9 m2 au sommet présente, sur sa face orientale, deux ruptures de pente correspondant à deux terrasses aux dimensions modestes. La présence d’un mur rectiligne orienté est-ouest se devine sous l’herbe à 7 m du pied de pente du tertre. Il délimite une surface plane de 30 m de côté ayant pu faire office de basse-cour, défendue au sud-ouest par des ravins. Le ravinement extrêmement important et le terrain laissé en friche rendent les conditions d’étude difficile. La topographie du site donne cependant quelques indices susceptibles de témoigner d’un aménagement par l’homme. Du sommet de la butte, la vue bouchée, à l’est, par le plateau et, au sud, par le rocher supportant le château des XIIIe-XIVe siècles s’ouvre largement à l’ouest sur le cours du Buëch et sur le débouché d’un de ses affluents : la Méouge. Le castrum de Châteauneuf-de-Chabre (XIIe-XIIIe siècles) et la localité d’Antonaves qui abritait un prieuré fondé dès le Xe siècle par l’abbaye de Montmajour sont nettement visibles. Depuis le plateau des Roméyères, la vue donne sur le large couloir de la Durance jusqu’au verrou de Sisteron et, à l’est, sur les sites castraux de Lazer et d’Upaix.

40Accident dans le paysage vraisemblablement refaçonné par l’homme, le tertre de Châteauvieux s’apparente à une seconde forme de site adopté par les premiers castra : la motte castrale. Ainsi, les plateaux, défendus par d’importants à pic rocheux et parfois occupés dès l’époque protohistorique, n’ont pas toujours été choisis comme lieu d’implantation des premiers castra ; sites naturels appréciés pour leur topographie ample et défensive, ils voient apparaître à leurs côtés la motte, type de site à la topographie semi-naturelle, comme lieu de refuge des castra des Xe-XIe siècles. La pérennité de la motte aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles traduit le succès de ce nouveau modèle défensif et représentatif du pouvoir.

41Mirabel, village implanté à 5 km au sud de Nyons, est juché à 394 m d’altitude sur une éminence aux allures de large chicot rocheux isolé et délimité à l’est et au nord-est par le ruisseau de Gaud, affluent de l’Eygues.

42La plate-forme sommitale revêt les dimensions de 200 x 100 m. Ce village fortifié se regroupe autour du château dont il ne subsiste que quelques vestiges tardifs (XIVe siècle ?). Par ailleurs, les toponymes du Serre-de-la-Motte et de Tour-Belle, lieux-dits situés au sud-ouest du village et distants d’1 km, correspondent peut-être à l’emplacement du site castral du XIe siècle. Ces deux lieux-dits implantés à 350 et à 394 m d’altitude, sur un vallonnement de collines ouvert sur le cours de l’Eygues, n’ont rien révélé à la prospection. Ils dominent une propriété où des tombes sous tuiles du haut Moyen Âge ont été dégagées dans le quartier de l’église de Sainte-Baudille, aujourd’hui disparue (une tuile marquée a été trouvée aux abords des inhumations : Petronius Pap(a) f(ecit) ; Bois 1997 : 10 ; Guyon, Heijmans 2001). Il faut préciser que le Serre-de-la-Motte a été éventré par l’implantation d’un château d’eau.

43Il est frappant de constater que deux sites (Mévouillon, Mison) sur cinq sont les berceaux éponymes des branches de la lignée. Mirabel et Condorcet sont également des castra importants dans l’histoire politique des ascendants des Mévouillon-Montauban. Ils correspondraient aux sites « d’origine ». Ces sites d’origine, documentés par les textes, adoptent tantôt un profil de vaste plateau défendu par des falaises, tantôt celui de tertres ou mottes castrales. Dans le premier cas, on assiste à la réoccupation d’un site fortifié protohistorique (Mévouillon, le Rocher-des-Aures), alors que, dans le second, il s’agit d’une implantation sur un site vierge, parfois à proximité de lieux d’inhumation de l’Antiquité tardive (Mirabel). La permanence d’occupation depuis les temps pré gaulois semble exclue. Cependant les exemples de Villefranche-le-Château et du Rocher-des-Aures laissent deviner qu’on a privilégié sur la longue durée l’occupation d’un même lieu avec des phases d’interruption possibles. À Villefranche, cette permanence s’étend de l’époque néolithique au bas Moyen Âge, au Rocher-des-Aures, elle va du haut Moyen Âge à l’époque féodale. Par ailleurs, le fait d’adopter un autre site pour le castrum de « seconde génération » n’est pas rare (Mison, Mirabel) à l’instar d’exemples provençaux (Démians d’Archimbaud 1980 ; Fixot 1990 : 75).

1.3.2. Les mottes castrales

44Dès le début du XIXe siècle, l’origine médiévale de certaines mottes et leurs liens avec la féodalité avaient été reconnus. Tout en s’attachant à une étude précise du terrain, l’archéologue et l’historien l’insèrent dans l’histoire des finages et du peuplement des terroirs et dans la constitution des zones d’influences seigneuriales. Cette approche instaurée dès 1968, dans le Cinglais (Fixot 1968 : 61-66), a été développée depuis en Provence (Fixot 1990 : 74-97), en haute Provence (Mouton 1994a, 1994b) et en Dauphiné (Colardelle 1983 : 69-90). Dans les départements concernés, d’autres études récentes ont permis de multiplier les exemples (Borgard 1983 : 15-16 ; Bois 1993 : 126-133 ; Nicolas 1994 : 30-36 ; Mouton 2003). L’opération de fouilles archéologiques, menée par J.-M. Poisson sur le site de la tour d’Albon (Drôme), place la motte castrale dans un contexte historique, lié aux grands événements du royaume de Bourgogne-Provence.

45Dans les Baronnies, sur dix-huit mottes répertoriées seules neuf sont véritablement exploitables (fig. 17), les autres ayant subi divers avatars. La motte du Poët (Hautes-Alpes, canton de Laragne), par exemple, a été éventrée en grande partie par un château d’eau, celle de Saint-Vincent-sur-Jabron a été amputée par la reconstruction de l’église au XIXe siècle, celle de Laborel (Châteauvieux), encore, a été en partie défoncée par une pelle mécanique lors de sondages clandestins. Les sites de La Motte-Chalancon et de Chaudebonne, quoique tournés vers le Diois et situés en marge du territoire concerné, ne peuvent être totalement exclus de cette analyse et on ne manquera pas de les évoquer au cours de cette analyse. La Motte-Chalancon est très intéressante par sa topographie et se caractérise également par la présence d’une église sur le point le plus élevé de la motte.

Fig. 17 - Plateaux de hauteur et mottes.
Mention du castrum, Xe siècle :
3 – Condorcet
4 – Mévouillon
6 – Mison
22 – Rison
Mention du castum, XIe siècle :
5 – Mirabel
7 – Peytieux
10 – Trescléoux
12 – Le Chastelard (Saint-André-de-Rosans)
Mention de la localité ou d’un ensemble géographique proche :
13 – Col d’Aye (Ferrassières)
14 – La Crotte (Le Revest-du-Bion)
23 – Montagne d’Albion (fin XIe siècle)
Mention de l’église XIe siècle :
8 – Saint-Marcellin-lès-Vaison (début XIe siècle)
9 – Tarendol (XIe siècle)
Sites archéologiques sans mention Xe-XIe siècles :
1 – Les Aures
2 – Villefranche-le-Château
11 – Chabreil (Saint-Colombe)
15 – Gaudissard (Eygalayes)
16 – Laborel
17 – Montauban
18 – La Motte-Chalancon
19 – Saint-Vincent-sur-Jabron
20 – Vers-sur-Méouge (vieux village)
21 – Vers-sur-Méouge (quartier Saint-Pierre)

46Parmi les sites dont les vestiges sont exploitables, sept d’entre eux ont fait l’objet d’un relevé topographique : Bellecombe-Tarendol (fig. 18), Chanousse, Peytieux à Châteauneuf-de-Bordette, le Chastelas à Saint-André-de-Rosans, Trescléoux, le vieux village à Vers-sur-Méouge et la Lemp, également à Vers-sur-Méouge. Les sites du col de l’Ayes (Ferrassières), la Crotte (Villesèche), Montauban, Gaudissard et Sainte-Colombe (la Tourre) présentent des mottes qui mériteraient également un relevé topographique et une étude plus exhaustive. Une seule motte castrale a donné lieu à une opération de sondages archéologiques (Saint-Marcellin-lès-Vaison).

Fig. 18 - Tarendol, vue générale de la motte.

47Dans une région au relief très tourmenté, les mottes avaient-elles leur place ? Leur recensement en Baronnies implique une redéfinition de ce que peut être une motte et de sa nécessité dans un pays où le relief pallie la défense. Les critères morphologiques retenus en région montagneuse sont quelque peu différents de ceux des mottes dites « classiques », définies comme un tertre tronconique entouré d’un fossé accompagné d’au moins une basse-cour de forme elliptique et représentant elle-même des éléments défensifs. La motte des Préalpes rejoint, en ce sens, les mottes des massifs alpins proprement dits (Mouton 1994a, 1994b). Aussi, il faut procéder, dans un premier temps, à l’analyse des sites de mottes en Baronnies, insister sur leurs caractéristiques propres et souligner s’ils intègrent ou non les critères de la motte classique. Dans un second temps, on essaiera de définir leur rôle et leur place au sein des réseaux castraux et paroissiaux.

1.3.2.1. Prospections et toponymie

48Les prospections sur le terrain ont été guidées, ici, principalement par la toponymie et la recherche des castra recensés dans les chartes (XIe-XIIIe siècles). Or toutes les mottes ne sont pas systématiquement documentées par les textes ; la morphologie de ces sites n’est pas toujours désignée de façon explicite, les termes de castellum et de castrum étant les seuls utilisés dans la documentation. De plus, l’adéquation entre le texte et le site repéré est souvent hasardeuse. Aussi, le recensement des mottes castrales en Baronnies, aidé de la toponymie, s’est principalement appuyé sur des caractères morphologiques.

49La toponymie est variée et les exemples les plus assurés de mottes castrales n’adoptent pas, à une exception près, l’appellation de motte. En effet, trois toponymes font référence à la notion de château et de fortification : le Chastelard (Bellecombe-Tarendol, Saint-André-de-Rosans), le ravin du Serre-du-Château (Trescléoux) et la Tourre (Chabreil, commune de Sainte-Colombe). Les toponymes de Châteauvieux et a contrario de Châteauneuf témoignent de la présence d’un premier château qui correspond dans les deux cas à une motte castrale. Le toponyme de Châteauneuf, relevé dans la commune de Condorcet, correspond à un site castral implanté sur un éperon né à proximité d’une rocca. La motte de Peytieux (Châteauneuf-de-Bordette), juchée sur la montagne du même nom et située à 1 km à vol d’oiseau du site de Châteauneuf, est un castrum mentionné dès 1023 dans les chartes (Cart. Cluny, 2779). Ce lieu-dit de Peytieux, interprété par la tradition orale comme le berceau de la prestigieuse famille des Poitiers, fait plutôt référence au terme de « poype » qui désigne la motte dans d’autres régions (les Dombes, le Dauphiné). Cette dernière appellation n’est jamais employée telle quelle dans les Baronnies ; celui de « poët » se trouve en revanche dans la dénomination de trois localités ; on peut également lui associer le terme de « puy ». Noms communs désignant la butte, le tertre, l’éminence, il est souvent accompagné d’un qualificatif ou d’un nom propre pour le distinguer de ses homonymes. Les Baronnies abritent les communes du Poët (canton de Laragne), du Poët-en-Percip (canton de Buis-les-Baronnies), qui rappelle le nom de Percipia, mère de Ripert de Mévouillon I, et du Poët-Sigillat (canton de Nyons). Ce dernier est ainsi dénommé aujourd’hui en raison d’une évolution phonétique logique de la langue parlée. Ce nom faisait vraisemblablement référence à la localité voisine de Sainte-Jalle ; dénommée simplement le Poët au XIIIe siècle, cette localité est appelée au XIVe siècle : Poyetum supra Sanctam Gallam. Par ailleurs, le castrum du Puy-Rison (Saint-André-de-Rosans), mentionné seulement dans une charte de 1352, ne figure pas en tant que toponyme sur la carte (Roman 1890 : 225). La montagne qui domine le village au nord porte néanmoins le nom de Risou et permet d’associer le site du castrum à ce massif calcaire non érodé, véritable anomalie dans le paysage, au cœur du vaste synclinal du Rosannais. Il faut rappeler que le castrum Risonis est mentionné dès 988 (Cart. Cluny, 1784). En effet, les toponymes du poët et du puy ne correspondent pas forcément à des sites de motte. Seul le Poët du canton de Laragne abrite une motte au centre du village ; malheureusement l’aménagement d’un château d’eau ne permet guère d’apprécier son profil d’origine. Les autres sites correspondent à une colline oblongue (Le Poët-en-Percip, site de Ville-Vieille), à un épaulement de montagne défendu par des ravins (Le Poët-Sigillat) ou à un massif calcaire en forme de tronc de cône (le Puy-Rison). Le poët semble alors désigner ici une éminence, un point nettement repérable dans le paysage.

50Par ailleurs, l’appellation de motte peut également désigner un plateau de hauteur, comme en haute et basse Provence (Mouton 1994b : 309). Les marges nord-ouest des Baronnies en offrent un très bel exemple. Le site de la Motte-Vieille qui domine le village de La Motte-Chalancon, distant de 50 m en contrebas, est une montagne de 864 m d’altitude qui présente une plate-forme sommitale plane, défendue par un couronnement rocheux. Cette dernière n’abrite aujourd’hui aucun vestige. La morphologie du site contraste très nettement avec la motte qui est située dans la plaine au cœur du village et qui adopte le profil d’une motte classique. Le premier site supposé le plus ancien a sans doute pris ce nom, suite à la naissance du nouveau site qui adopte le profil d’une motte.

51De petites montagnes au profil de collines, les marnes, dépôts argilo-calcaires de l’ère secondaire, reliefs très fréquents dans le paysage géologique des Baronnies (Monod 1996 : 22), portent assez souvent le toponyme de « motte » ou « mottette ». Les résultats de la prospection permettent de douter de leur occupation effective. Néanmoins, leur position stratégique attire l’attention. À Cornillac (canton de Rémuzat), le contrefort marneux pointant tel un pôle avancé à l’ouest du village, désigné sous le toponyme la Mottette, offre une remarquable position stratégique à 562 m d’altitude. En face, sur la rive droite de l’Oule, le massif marno-schisteux, contrefort oriental du plateau de Saint-Laurent, porte le toponyme les Mottettes. Ce massif qui culmine à 577 m d’altitude, enserré de ravins au nord et à l’est, se situe dans une zone stratégique au confluent du ravin de Saint-May et de l’Oule. Deux mottes, séparées par un replat de 45 m entaillé en son centre d’une légère déclivité, occupent le sommet. La plus orientale au profil en tronc de cône, d’environ 30 m à la base, est tournée du côté de l’accès. La plus occidentale, de forme oblongue, présente en son centre une petite levée de terre d’1 m de hauteur, délimitée par une légère déclivité (fossé ?). Cette parcelle en friche où l’érosion est très active n’a livré aucun mobilier. Cette colline marneuse se situe cependant dans un terroir anciennement colonisé. Des tegulae ont été retrouvées sur les pentes de la montagne de la Chaume qui se situe en vis-à-vis, de l’autre côté du ravin, un peu plus au nord (Van Damme 1961 : 100). À proximité, la Bâtie de Saint-Véran évoque le vocable d’un édifice religieux. Certains de ces lieux-dits portant ce toponyme abritent aujourd’hui des châteaux d’eau qui empêchent toute vérification sérieuse (les mottes du Revest-du-Bion, de Valréas, de Mirabel, du Poët...).

52Le toponyme semble parfois s’être déplacé sur plusieurs centaines de mètres (Mouton 1994b : 79). Au pied de la montagne de Chassenayes, à proximité du ravin des Limites qui est drainé par un affluent de la Méouge et qui sépare les communes de Vers-sur-Méouge et de Villefranche, le toponyme de la Motte correspond à des marnes creusées de profonds ravins qui n’abritent aucune motte artificielle ou semi-naturelle. Cependant 300 m à l’est, une clairière située au pied de la montagne voisine du Gonson abrite une butte, au confluent du torrent de Voluy et de la Méouge, près du lieu-dit de l’Hôpital ; il faudra revenir ultérieurement sur ce site, implanté au nord de l’hagiotoponyme Saint-Pierre. Le même cas de figure semble se reproduire à Chauvac (canton de Rémuzat). Le lieu-dit la Motte désigne aujourd’hui un quartier situé en bordure de la D316, à l’ouest du hameau du Plan, alors que la tradition orale rattache ce toponyme à une colline pyramidale, située à 1 km à l’ouest, près de la limite des communes de Chauvac et de Roussieux. Ce léger promontoire, enserré de profonds ravins, est aujourd’hui occupé par une maison. Néanmoins, la pente septentrionale, tournée vers la route, est envahie par une végétation abondante de ronces et d’arbustes qui semble témoigner de la présence d’importants pierriers et de chaux. La position stratégique ne peut être niée. De la plate-forme sommitale, l’axe de la vallée menant au col du Reychasset et le donjon XIIe siècle de Chauvac (site du Châtelas) s’imposent très nettement à la vue, à l’est. À l’ouest, un petit col permet d’apercevoir le site de Ville-Vieille, site présumé du castrum de Roussieux. Le sommet du mont Risou émerge au sud de la longue chaîne de montagnes séparant la vallée de l’Armalause de celle de l’Eygues.

53Dans un pays de montagne, où les éminences sont effectivement nombreuses, le lieu d’implantation de la motte est cependant mûrement réfléchi ; l’adoption systématique de certains promontoires au détriment d’autres, privilégiant ravins défensifs, voies de circulation à mi-hauteur et intervision, répondent à un choix volontaire en étroite corrélation avec les pouvoirs en vigueur.

1.3.2.2. L’organisation des sites castraux primitifs

1.3.2.2.1. Implantation du site

54La motte alpine utilise dans la majeure partie des cas un relief préexistant. Les altitudes oscillent entre 225 m et 1 163 m, l’altitude moyenne étant comprise entre 700 et 960 m. Cependant trois types sites se rattachent à cet ensemble de façon moins assurée : le réaménagement du sommet de la montagne est peu évident (emplacement du vieux village de Laborel), le site s’apparente davantage à l’assise d’une maison forte (Chabreil à Sainte-Colombe, plate-forme rectangulaire) ou bien la morphologie d’un lieu-dit la Motte correspond plus à un plateau rocheux qu’à un site fossoyé (site de la Motte-Vieille à La Motte-Chalancon, voir ci-dessus). Sans être très proche des terroirs cultivés comme dans le Grésivaudan, la motte n’adopte pas le perchement maximum, à l’image des mottes du haut Vivarais (Bois et al. 1994 : 59 ; Laffont 1998).

55La défense de ces sites est avant tout naturelle. Dans les deux premiers groupes, de profonds ravins drainés par des torrents délimitent le plus souvent la montagne sur deux à trois côtés, le site n’étant alors accessible que par un étroit passage. L’épaulement du contrefort de montagne qui supporte la motte peut être relié au sommet par un léger col dont la déclivité fait également office de fossé (Vers, Trescléoux, col de l’Aye). Les sites de plaine sont implantés près des lits de torrents (Lauzon, Méouge). La proximité de confluents de rivière dans les trois types de sites est fréquente (la Lemp à Vers-sur-Méouge, La Motte-Chalancon, Chanousse, Laborel).

56Les éléments de fortification bâtis ou fossoyés des Xe et XIe siècles ou supposés l’être sont peu nombreux dans les Baronnies. Points de contrôle de voies de communication, les mottes sont implantées au carrefour de vallées, au confluent de rivières ou à proximité d’un col souvent associés à un lieu de péage dans les chartes du XIIIe siècle. Leur position stratégique et défensive est incontestable. Il faut noter que, sur les marges septentrionales des Baronnies, l’une d’entre elles, située entre la vallée de l’Eygues et le pays de Bourdeaux, se dénomme le col de la Motte (commune de Chaudebonne ; fig. 19-21).

Fig. 19 - Mottes castrales, les types de sites.

Fig. 20 - Mottes castrales, altitudes des sites.

Fig. 21 - Mottes castrales, divers sites d’implantation topographique.

1.3.2.2.2. La motte

57Le profil de la butte est le plus souvent accentué par l’aménagement d’une terrasse en pied de pente, alors que les deux autres côtés sont dans le prolongement des flancs de la montagne (Tarendol, le Chastelard de Saint-André-de-Rosans, Laborel, Montauban, Saint-Vincent-sur-Jabron, Vers-sur-Méouge, fig. 22). Le creusement de fossés, de part et d’autre du sommet, qui interrompt le profil naturel de la montagne accuse le profil du tertre (Gaudissard, Montauban, la Crotte, Laborel). Parfois, le rocher a été retaillé de façon radicale (Peytieux). La motte présente une plate-forme sommitale qui adopte un plan oblong (Saint-André-de-Rosans, La Motte-Chalancon) ou trapézoïdal (la Lemp, Saint-Marcellin-lès-Vaison). La surface est alors plus importante et peut atteindre 30 m de côté (Saint-Marcellin-lès-Vaison). Certaines mottes comprennent deux parties : une petite plate-forme étroite, de 5 m de côté en moyenne, domine très légèrement (d’1 m) la surface restante de la plate-forme (le Chastelard de Saint-André-de-Rosans, la Lemp à Vers-sur-Méouge, fig. 23). Le tertre n’excède pas 8 m de hauteur. Il est plus généralement compris entre 4 et 6 m. En dehors des exemples de mottes dont le profil est accentué par le creusement de fossés (Peytieux, Gaudissard, Montauban, Laborel), on relève deux exemples dont le pied de pente est défendu par un fossé et une levée de terre (le Chastelard à Saint-André-de-Rosans, la Crotte). Au Chastelard, le fossé n’épouse pas la périphérie de la motte mais en barre l’accès direct au sud. De 2,70 m à 3 m de largeur, il est très nettement visible sur 6 m. Partiellement comblé, il est défendu par une levée de terre d’1 m de hauteur. La présence de gros blocs calcaires, vraisemblablement rapportés en pied de pente de la motte de Tarendol, correspond peut-être à un élément défensif. Dans seulement cinq cas, le toponyme accuse la présence d’un château ou d’une fortification sur la motte. Il s’agit des toponymes et lieux-dits : Château, Chastelard, Chastelas, Châteauvieux, la Tourre. Le site de la Crotte évoque la présence d’une voûte. Au Chastelard et à Gaudissard (Eygalayes), des moellons grossièrement équarris jonchent le pied de pente de la motte et permettent d’envisager une construction sur la plateforme sommitale.

Fig. 22 - Vers-sur-Méouge, la motte.

Fig. 23 - Mottes castrales, relevés topographiques.

1.3.2.2.3. Les terrasses

58Entaillées dans la pente de la motte ou de la montagne, une succession de terrasses ou replats offre un espace plus facilement aménageable, sans qu’il soit possible de réellement les identifier à des basses-cours comme en Provence (Mouton 1994a : 311). La plupart des terrasses sont aménagées en pied de pente. Elles sont orientées au sud (le col de l’Aye, Chanousse, Tarendol, Montauban, Vers-sur-Méouge, Trescléoux, fig. 24 et 25), à l’exception des sites de Saint-Marcellin-lès-Vaison, du Chastelard de Saint-André-de-Rosans et de Saint-Vincent-sur-Jabron ; la vue est alors, dans ce cas, largement ouverte au nord sur une vallée ou un bassin. Leurs dimensions restent modestes : 6 à 20 m de côté. Certaines d’entre elles sont protégées par des ravins naturels (Chanousse, Saint-Vincent-sur-Jabron), d’autres par une levée de terre et un fossé de 5 m de large (le Chastelard à Saint-André-de-Rosans). La majorité des sites abrite plusieurs terrasses ; elles sont soit étagées (Saint-André-de-Rosans, Trescléoux, Vers-sur-Méouge, col de l’Aye), soit réparties sur les deux versants de la motte ou de la montagne (Tarendol, Chanousse). Distantes le plus souvent de 5 à 10 m seulement, elles peuvent être plus éloignées de la motte en raison de la forte dénivellation du site : 20 à 50 m (Trescléoux, Chanousse). Une seule de ces terrasses conserve des vestiges maçonnés. À Trescléoux, le second replat, aménagé à 52 m au sud de la motte, 14 m en contrebas, est contrebuté par un mur soigneusement appareillé construit en moellons grossièrement équarris liés au mortier.

Fig. 24 - Trescléoux, situation et occupation du sol.

59Dans bon nombre de cas, il existe parallèlement à ces terrasses, une seconde zone plus large. S’agissait-il de basses-cours ou abritaient-elles un habitat ? La question reste posée dans bien des cas.

60Les mottes de plaine dominent un large espace environnant qui semble leur être lié. Au Lemp (Vers-sur-Méouge), la vaste parcelle située en pied de pente, enserrée par un petit canal de 0,50 m à 1 m de large et comprise entre deux modestes levées de terre d ‘à peine 0,80 m de hauteur, a pu faire office de bassecour. À Saint-Marcellin-lès-Vaison, le plateau situé en pied de pente au nord de la motte, délimité à l’ouest par le cours du Lauzon, a livré des tessons de céramique commune grise qui attestent une occupation du XIIe siècle. À Tarendol, la terrasse méridionale est prolongée par la pente du plateau qui, à 20 m du sommet du tertre, est entaillée par le creusement d’un réservoir d’eau de 11 x 8 m. Ce dernier laisse apparaître en coupe trois murs orientés nord-sud qui partent en direction de la motte et qui délimitent deux espaces de 2 à 3 m de largeur. Ces vestiges sont-ils ceux d’un corps de bâtiment qui aurait complété l’hypothétique donjon, sensé se situer sur le tertre, ou correspondent-ils à un habitat ?

Fig. 25 - Trescléoux, relevé topographique de la motte castrale.

61À Trescléoux, des murs contrebutant le replat supérieur enserrent une large parcelle triangulaire où d’autres murs affleurent à la surface du sol et délimitent de petites terrasses. Les quelques vestiges de maisons conservées en bordure orientale de cette parcelle laissent supposer que cet espace abritait la première extension du village. Ces modestes constatations invitent à s’interroger sur le rôle respectif de ces sites, sur le contexte de leur naissance, sur leur datation et sur leur relation avec le terroir environnant.

62Si en l’absence de fouille archéologique, la motte ne révèle souvent aucune trace de construction, son pied de pente ou les terrasses successives sont, parfois encore, délimités par des cordons de pierres, visibles en surface. Sur l’extrémité nord du plateau d’Albion, les sites du col de l’Aye et de la Crotte en sont deux exemples très significatifs. Le pied de pente de la motte du col de l’Aye, situé au pied de la montagne d’Albion, est souligné par un vaste pierrier composé de moellons de taille moyenne comprise entre 27 x 12 x 7 cm et 32 x 26 x 10 cm, d’éclats de calcaire froid et de fragments de tegulae. Légèrement en contrebas, une seconde enceinte composée uniquement de pierriers délimite une plate-forme orientale et méridionale de 50 m de côté en moyenne ; ce cordon de pierres est doublé par un autre alignement de pierriers dont la lecture est plus difficile à appréhender en raison de la présence d’une végétation envahissante. Le site de la Crotte (Revest-du-Bion), perché à 1 163 m d’altitude, consiste en une plate-forme légèrement retaillée sur son pourtour, enserrée par un fossé large de 2 m, bien visible à l’est, au nord et à l’ouest. Le flanc sud de cette éminence se prolonge par une terrasse qui est délimitée, à une cinquantaine de mètres, par les ruines d’un mur comportant quelques fragments de mortier. Le sommet de l’éminence est occupé par les vestiges d’au moins deux pièces rectangulaires, dont les murs ne sont conservés que sur quelques dizaines de centimètres de haut. Aucun matériel céramique n’a été mis au jour sur ce terrain couvert de landes, qui ne facilitent pas la prospection. Des monnaies du Bas-Empire y ont été trouvées (Barruol 1961). Si ces dernières ne mettent pas forcément en doute l’occupation médiévale des lieux, elles posent le délicat problème de la continuité d’occupation. La motte ne se serait pas forcément implantée dans des terrains vierges.

1.3.2.3. Mottes et terroirs : l’exemple de Saint-Marcellin-lès-Vaison

63Limitrophe des communes de Vaison-la-Romaine, d’Entrechaux et de Saint-Romain-en-Viennois, la motte de Saint-Marcellin-lès-Vaison occupe un plateau légèrement dominant, sur la rive gauche de l’Ouvèze, au pied de la montagne du Darbousset dont le sommet dessine la limite communale. Les ravins de la Férigoule et le ruisseau du Lauzon délimitent ce terroir au nord et à l’ouest. Si le village actuel se situe à l’extrémité sud-est de la commune, sur une des pentes du plateau, l’ancien chef-lieu occupe l’autre extrémité du plateau. Conservé dans le lieu-dit de Taulignan, qui s’étend des contreforts du Darbousset au cours du Lauzon, l’ancien chef-lieu est relié à Vaison-la-Romaine par un passage à gué implanté non loin du quartier Roche-Double qui abrite un château très tardif (fig. 26 et 27). Une résidence seigneuriale des XVIe-XIXe siècles a en effet été construite contre la pente méridionale et orientale d’une butte tronconique naturelle (constituée de sédiments sablo-gréseux helvétiens) partiellement amputée par la construction. À 90 m au sud et en contrebas de la butte, subsistent les vestiges d’une église partiellement remontée.

Fig. 26 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, situation de l’église castrale et de la motte (parcellaire du XIXe siècle).

Fig. 27 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, occupation du sol.

1.3.2.3.1. Antiquité et Antiquité tardive

64Ce terroir était déjà occupé à l’époque du Haut et Bas-Empire. Dans la portion nord-ouest de la propriété de Taulignan, un site du Haut-Empire a été repéré en prospection de surface dans une zone délimitée, à l’ouest, par le cours du Lauzon et, au nord, par le chemin qui relie Saint-Romain-en-Viennois à Vaison-la-Romaine (rapport Meffre et al. 1992 : 53). Un chapiteau gallo-romain gît dans l’enclos de l’église. Le chanoine Sautel avait recensé, en 1926, un autel de Jupiter, conservé au château (Sautel 1926 : 161). À proximité du fossé de Combe Frigaoule, des artefacts datés du Bas-Empire ont été répertoriés à l’extérieur de la propriété (section C, parcelle n° 60). Les parcelles environnantes ont livré des tessons de l’Antiquité tardive (Ve-première moitié VIe siècle ; Meffre et al. 1992 : 57). La découverte fortuite d’une tombe sous tuiles en bâtière à l’emplacement des vestiges de l’église, située dans la propriété du château de Taulignan, atteste la présence d’une zone funéraire de l’Antiquité tardive (fig. 28).

Fig. 28 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, détail du parcellaire du XIXe siècle.

1.3.2.3.2. L’église de Saint-Marcellin-lès-Vaison

65Le premier indice de la présence d’un édifice religieux consiste en un fragment d’une plaque de chancel carolingien à décor de losanges (fig. 29), remployé dans l’embrasure de la baie axiale d’une absidiole (Sautel 1926 : 161). Le deuxième indice est une table d’autel en marbre remployée dans un ossuaire situé à proximité des vestiges de l’église (fig. 30). Cette dernière a été en grande partie restaurée au XIXe siècle comme le suggèrent de nombreuses reprises de la construction et une inscription gravée sur l’ossuaire, élevé en 1824. Le chevet conservé en élévation (fig. 31) est muré, à l’ouest, par un mur de placage qui le sépare de l’emplacement de la nef. Celle-ci est délimitée par un enclos qui relie quatre piliers quadrangulaires et qui englobe l’ossuaire. Seul le pilier le plus oriental semble ne pas avoir été remonté.

Fig. 29 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, fragment de chancel remployé dans l’embrasure de la baie axiale d’une absidiole.

Fig. 30 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, table d’autel remployée dans un ossuaire.

Fig. 31 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, chevet.

66La proximité de Vaison permet d’exprimer quelques réserves quant à la provenance des éléments lapidaires qui ont pu être transportés du siège d’évêché dans des édifices religieux secondaires. Le chœur de cette église (propriété de Taulignan) qui est construit en petits moellons calcaires rappelle, en miniature, celui de la cathédrale de Vaison, édifié au XIe siècle. Cette datation permet de rattacher l’église située dans la propriété de Taulignan à celle restituée, en 1012, à l’évêché de Vaison par un certain Guillaume (Boyer de Sainte-Marthe 1731). Le choeur comprend une absidiole circulaire et une chapelle de plan rectangulaire au sud, toutes deux éclairées par une fenêtre axiale. L’absidiole voûtée en cul-de-four est animée par une série de quatre arcatures en plein cintre qui retombent sur des colonnettes par l’intermédiaire de fragments d’impostes ou de cordons moulurés en remploi. Certains motifs reproduisent un décor antiquisant de denticules et de moulures, d’autres présentent une suite de chevrons incisés, couramment adoptés au XIe siècle (fig. 32). Les arcs triomphaux subsistent et leur imposte reprend le même type de décor de losanges incisés (fig. 33). Par ailleurs, les piliers témoignent d’un second temps de construction. L’utilisation d’un grand appareil, taillé dans la molasse, et le style du bas-relief décorant l’imposte rattachent la construction ou la reconstruction de la nef au XIIe siècle (fig. 34). L’imposte supporte la retombée d’un départ d’un arc qui s’ouvrait au nord sur un collatéral. Cet édifice correspond très vraisemblablement à l’église Saint-Marcellin dont le vocable est rappelé dans la désignation d’un castrum hagionyme, dès 1146 (testament de Tiburge d’Orange ; Font-Réaulx 1956 : 41-58).

Fig. 32 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, arcatures de l’absidiole et fenêtre axiale avec remploi de chancel.

Fig. 33 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, détail de l’imposte de l’arc triomphal.

Fig. 34 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, pilier et imposte du XIIe siècle.

1.3.2.3.3. La motte

67Le tertre, quoique amputé par le château Renaissance, prend toute sa signification défensive. Cette butte de 7 m de hauteur, même si elle est en grande partie naturelle, a subi des aménagements. La partie supérieure est une vaste plate-forme de plan trapézoïdal de 16 x 30 m. Elle est ceinte par un mur mal construit et comporte, en son centre, un petit tertre oblong. Le profil de cette motte tronconique semble avoir été refaçonné car les pentes offrent une très grande régularité et symétrie. Du sommet, la vue s’ouvre largement au nord sur la vallée remontant à Nyons par Mirabel. À l’ouest, elle donne sur le château de Vaison. Six sondages, effectués en septembre 1995 et juillet 1996, ont été ouverts sur la plate-forme sommitale et sur le replat septentrional qui est aménagé dans la pente nord de la butte. Ils ont permis de mettre au jour une zone d’ensilage répartie sur l’extrémité sud et nord de la plate-forme (fig. 35 et 36). Il s’agit de six silos dont un comportait, dans son comblement, un bouchon circulaire en pierre de Beaumont (31 cm de diamètre, et 13 cm d’épaisseur). La fortification paraît avoir servi de grenier comme à Sannes ou au castellas de Cucuron (Vaucluse, Fixot 1990 ; Dauzat 1983 : 29). Le comblement des silos par des moellons de calcaire coquillier, de calcaire froid, de grès et par quelques pierres de taille témoigne de la destruction de structures bâties.

Fig. 35 et 36 - Motte castrale de Saint-Marcellin-lès-Vaison, profil sud-nord (fig. 35) et coupes stratigraphiques (fig. 36).

68L’ouverture d’un sondage au sud-ouest de la plate-forme a livré, sur 1,70 m de longueur, un aménagement de galets d’1,74 m de largeur dont la première assise est liée à l’aide de terre rubéfiée et la seconde au moyen de nodules de mortier, noyés dans de la terre (US 7011 et US 7012, fig. 35). Cette structure a malheureusement été amputée, à l’ouest, par un mur édifié à l’époque moderne et qui délimite la plate-forme au nord. À 5,25 m à l’est de la structure, un niveau chaulé (sol ou assise de construction ?), coupé par le mur moderne, a été décapé à proximité d’un silo. Le seul indice qui est en relation avec la fonction militaire du site est un fragment de trompe d’appel, retrouvé dans un remblai moderne comportant de la céramique commune grise (US 2002).

69La motte n’était sans doute pas isolée. Situé en pied de pente au nord de la motte, le plateau qui est délimité à l’ouest par le cours du Lauzon et les champs environnants a, en effet, révélé la présence de tessons de céramique commune grise (XIIe siècle). La faible distance séparant l’église de la motte incite à établir un lien entre ces deux pôles ; elle suggère un hypothétique habitat réparti en nébuleuse entre les deux. Le vocable de l’église Saint-Marcellin, repris par le castellum au milieu du XIIe siècle, puis par le castrum au XIIIe siècle, semble conforter cette hypothèse et invite à rechercher le noyau primitif de cette localité autour de l’église.

1.3.2.3.4. Occupation et abandon du site : destruction ou abandon volontaire ?

70La plate-forme sommitale de la motte atteste deux à trois périodes d’occupation dans un laps de temps restreint. Le comblement des silos date au plus tard du XIIe siècle. De 90 cm de longueur et de 7 cm de diamètre, un rondin de bois non complètement consumé reposait directement sur le fond du silo n° 5. Il était compris dans une couche de cendres et de terre rubéfiée (US 2016), datée du XIIe siècle par un fragment de panse de céramique commune grise aux stries de tournage très marquées. Le seul silo fouillé dans la partie sud de la plateforme a été abandonné de façon plus précoce. Un bord à poulie du XIe siècle ayant brûlé et un bord au profil de type Cucuron à pâte gris clair et à surface foncée étaient situés dans une couche de sédiment jaune sableux et hétérogène (petites pierres calcaires, graviers, nodules de chaux et fragments de mortier). Cette couche recouvrait le silo comblé par des matériaux de construction ; un fragment de tegula y a également été trouvé. Un incendie a succédé au comblement des silos, comme l’atteste une importante couche de cendres et de fragments de charbon de bois (de 5 à 15 cm d’épaisseur) qui a été décapée dans le sondage n° 2 (US 2009). Cette couche recouvrait en partie le silo F 4 et reposait sur le substrat. Postérieurement à l’abandon des silos, dont l’utilisation resterait à dater, l’occupation du site fut brève. Vraisemblablement occupée dès le XIe siècle, la motte a été désertée brutalement dans le courant du XIIe siècle, le site ayant été détruit par un incendie. L’activité de courte durée est assez caractéristique des sites de motte, y compris pour des mottes occupées plus tardivement (Mouton 1994a : 311 ; Fixot 1990 : 87). La réoccupation des lieux par la résidence seigneuriale du XVIe siècle et l’aménagement du mur de soutènement de la butte ont, en grande partie, endommagé l’occupation médiévale. Cette motte a-t-elle été désertée au profit du castrum juché sur la montagne du Darbousset, à quelques 30 m à vol d’oiseau, et relié aujourd’hui au site de plaine par le chemin du Castellas ?

1.3.2.3.5. Un castrum perché, un abandon relatif

71Le château de hauteur dont il ne subsiste qu’une portion de l’enceinte, percée de deux longues meurtrières à bêche et d’une porte en arc plein cintre composé de claveaux taillés dans la molasse, correspond très vraisemblablement au château établi au XIIIe siècle par les Mévouillon sur la frontière sud-ouest des Baronnies. Il fit l’objet d’un véritable enjeu. Les Montauban qui l’avaient cédé en 1214 aux Mévouillon, moyennant la garantie de garder les châteaux de Valréas, Montbrison, Grillon, Roussieux, la quatrième partie de Cairanne, la seigneurie de Mirabel et quelques terres alentour, le récupèrent vers 1230 grâce à l’alliance de Dragonet II de Montauban avec Almuse de Mévouillon (cf. dispense papale accordée en 1245, « quinze ans après leur union » ; AD38, B 4086). Aucun bourg castral fortifié n’a été repéré dans la plaine ou à proximité du site castral perché sur la montagne de Darbousset. L’habitat se trouvait-il, comme à Sannes, en nébuleuse entre la fortification et l’église paroissiale (Fixot 1990) ? À Sannes,

« l’habitat n’était pas protégé par une enceinte et ne se trouvait pas concentré sur la hauteur ».

72La formule employée par Tiburge d’Orange dans son testament, « in capitibus castellorum quam extra castella », prendrait alors toute sa signification dans l’inhérente « fluidité » des limites du castellum du XIIe siècle. Il serait en effet tentant de fouiller les 80 m séparant la motte de l’église, même s’ils sont partiellement occultés par la résidence seigneuriale moderne. Le ramassage de surface de tessons de céramique commune grise, au nord de la motte, n’exclut pas l’hypothèse d’un habitat également réparti sur le rebord de plateau délimité par le Lauzon.

73Le site de hauteur a pu prendre, au XIIIe siècle, le relais de la motte en un lieu plus défensif. Il ne semble néanmoins pas avoir généré de bourg castral et aucun édifice religieux ne se situe à proximité. La réoccupation du site de la motte aux environs du XVIe siècle témoigne de l’attention accordée à ces lieux. Ce retour de la présence seigneuriale dans la plaine s’effectua très certainement dès le bas Moyen Âge. En effet, le château actuellement visible dans la propriété de Taulignan, construction de l’ancien Régime, fut sans doute édifié à partir d’une bastide, la bastida Sancti Marcellini Vaysonis (au sens d’exploitation agricole et de maison forte), pour laquelle Guillaume de Plaisians prêtait hommage au dauphin Jean, en 1308 (AD38, B 3667). La construction de la résidence seigneuriale tardive contre la motte, au-delà d’une fonction utilitaire qui resterait à définir, n’avait-elle pas un rôle symbolique ?

Conclusion

74La motte a été souvent perçue comme un témoin de la conquête des sols sur un front de défrichement (Debord 1983 : 96). Seul le castrum de Gaudissard fait référence à l’activité d’essartage, sans doute en étroite corrélation avec l’implantation de la motte. Cette zone forestière exploitée, essartée, voire défrichée, en quelque sorte colonisée par une seigneurie se distingue de la plaine occupée dès l’Antiquité, comme un ramassage de surface le prouve (AD38, B 3675), au lieu-dit le Priora (dont le toponyme rappelle la présence du prieuré Saint-Jaume de Serrières, dépendance de l’ordre de Saint-Ruf au XIIe siècle).

75La carte de répartition des mottes recensées montre une concentration de sites dans la partie centrale des Baronnies, à l’abri des plis préalpins, sur un itinéraire nord-sud qui permet de relier la vallée du Rosannais au plateau d’Albion. Le point médian situé dans la haute vallée de la Méouge offre une relative densité, à proximité du chef-lieu de carrefour. Cette zone tampon est importante puisqu’elle joint Baronnies orientales et occidentales, septentrionales et méridionales que relient les cols de Perty et de Saint-Jean. Peut-on raisonnablement penser que ces mottes constituaient un réseau de fortifications avancées du berceau éponyme des Mévouillon ? Étaient-elles contemporaines et se sont-elles implantées sur des terroirs vierges ?

76La toponymie, les chartes et quelques sondages archéologiques permettent de proposer une chronologie relative de ces sites. À Laborel, la motte correspondant au toponyme de Châteauvieux domine largement le village actuel, implanté au pied d’une montagne naturelle pyramidale qui supportait jadis un château plus tardif, à la montée du col de Perty ; ces deux entités sont citées en 1322, dans une seule et même charte. À Châteauneuf-de-Bordette, le toponyme Châteauneuf correspond au site du Chastelas qui domine à 666 m d’altitude le col de la Croix, sur la rive gauche du torrent de Bordette. Juché en face sur l’autre rive, le castrum de Peytieux, rocher entaillé en forme de motte, correspond sans doute au castrum mentionné dès 1023 (Cart. Cluny, 2779) et relayé ou concurrencé par le site du Chastelas. La motte n’est pas un type de fortification utilisé seulement aux Xe-XIe siècles. Si elle est une des formes castrales adoptées aux environs de l’An Mil, elle semble également avoir été employée plus tardivement en Baronnies comme en Provence (Mouton 2003). Les premiers castra mentionnés dans les textes sont difficiles à repérer en l’absence de sondages archéologiques systématiques sur les mottes et sites de plateaux défendus par des à-pics rocheux. Ils peuvent adopter le toponyme de motte. L’on peut raisonnablement penser que, dans la commune de La Motte-Chalancon, le site de la Motte-Vieille a préexisté au site castral de La Motte-Chalancon, implanté à 300 m en contrebas, sur un tertre tronconique. L’église, dont certaines parties datent des XIe-XIIe siècles, donnerait le terminus antequem de la datation de la Motte-Vieille, site de plateau de hauteur, actuellement désert. Par ailleurs, deux castra mentionnés par des chartes des XIe-XIIe siècles peuvent correspondre à des mottes (Trescléoux, le Chastelard à Saint-André-de-Rosans). Les autres sites ne sont mentionnés qu’au XIIIe siècle. La mention la plus haute remonte à 1214-1230 (Montauban, Gaudissard) et la plus tardive date de 1278 (Saint-Vincent-sur-Jabron). Certaines mottes aménagées dès le XIe siècle ont pu également perdurer tout au long du XIIIe siècle (Trescléoux par exemple). Ferrassières et Tarendol cités dans les textes du XIIIe siècle en tant que castra apparaissent respectivement comme simple localité ou castellum dès le XIe siècle (Cart. Cluny, 3590).

77Si certaines mottes s’implantent à proximité d’une église ou d’un lieu d’inhumation plus ancien, la plupart sont isolées (col de l’Aye, le Châtelard de Saint-André-de-Rosans, Laborel, Chabreil à Sainte-Colombe). Mottes et église peuvent également être très nettement dissociées (Trescléoux, Chanousse, Gaudissard à Eygalayes, Le Poët, la Lemp à Vers-sur-Méouge, Peytieux à Châteauneuf-de-Bordette, les Crottes à Saint-André-de-Villesèche). Le site des Crottes est implanté sur la colline voisine de la montagne qui abrite l’ancien village, fief mentionné en 1214 (Cart. Sénanque, 246 ; AD84, 2, Mi 220) et qui mériterait d’être replacé dans l’histoire du peuplement des terroirs du pays d’Albion. En effet, cette localité est mentionnée dès 1082 (Cart. Cluny, 3590), mais la dénomination de castrum n’apparaît que tardivement en 1214 (ibid.). En revanche, La Motte-Chalancon, localité située à la frontière nord-ouest des Baronnies, présente une église juchée sur une motte, située au centre d’un village au plan radioconcentrique d’une extrême régularité. Maintes fois remaniée au cours des siècles, cette église a conservé une partie des constructions des XIe -XIIe siècles : l’extrémité nord-est du mur septentrional présente encore un parement de petits moellons régulièrement assisés. La présence d’une seigneurie ecclésiastique, l’évêque de Die étant seigneur majeur, semble justifier la prééminence de l’église sur le château qui occupait le quartier du fort, au sud, en pied de pente de la motte. Tous deux dominaient le village.

78La présence ou l’absence d’église permet de poser la question suivante : le château à motte a-t-il généré un habitat (fig. 37) ? Il est bien difficile de répondre, compte tenu de la morphologie de ces sites ouverts qui n’ont laissé pratiquement aucune trace en surface. Cependant, on peut raisonnablement avancer qu’au XIIIe siècle, un habitat existait près des mottes de Trescléoux, de Vers-sur-Méouge (vieux village), de Gaudissard et de Montauban. Les trois derniers sites abritent, respectivement, les églises Saint-Quentin, Saint-Michel et Sainte-Croix. Saint-Michel (construction du XVIIe siècle) était vraisemblablement une dépendance de Saint-Ruf, mentionnée dès le XIIe siècle. Sainte-Croix attestée par un texte du XIIIe siècle a disparu. Seule l’église Saint-Quentin, mentionnée dans un pouillé du XIIIe siècle, a conservé les vestiges d’une nef construite en petits moellons très régulièrement assisés (XIIe siècle ?). Il est également possible d’envisager que le village de Chanousse ait légèrement glissé sur l’épaulement de la montagne dont le sommet a été aménagé en motte. Le village de Saint-Vincent-sur-Jabron épouse le profil de la montagne, assise de la motte castrale. L’église construite au XIXe siècle sur son flanc méridional ne serait-elle pas le fruit d’une reconstruction ? La présence d’un castrum hagionyme semble conforter cette proposition. L’habitat lié aux mottes du XIe siècle resterait à repérer. La brièveté d’occupation des mottes des Xe et XIe siècles, brièveté souvent reconnue et attestée comme à Saint-Marcellin-lès-Vaison, justifierait le caractère éphémère de l’habitat, dont seuls les pôles privilégiés, castrum et église, demeuraient les hypothétiques témoins, malgré une dissociation topographique et une répartition lâche de l’habitat.

Fig. 37 - Castra et paroisses cités au XIIe siècle.

79Cet habitat et le territoire où il se développe passent peu à peu sous l’emprise de pouvoirs privés laïcs, liés à l’affirmation de lignages seigneuriaux. La première vague d’apparition des castra en Baronnies correspond à l’implantation des ascendants des Mévouillon sur la rive gauche du Rhône. Après 1030, la seconde vague concorde avec l’apparition des patronymes de Mévouillon et de Mison, liée à l’affirmation de deux lignées structurées autour d ‘un pôle centralisateur : le berceau éponyme. On retrouve là un schéma d’implantation bien familier du modèle provençal (Mouton : 2003).

80Il semble que certains sites de plateau de hauteur aient été de ressort public à l’origine (Mison, Condorcet). Sans effectuer une opposition trop catégorique, les mottes semblent, en revanche, avoir pris naissance dans un contexte de développement de seigneuries privées (Mazard 1990). Leur généralisation légèrement plus tardive que celle les castra implantés sur des plateaux expliquerait, en partie, cette différence de vocation. Leur concentration, proche de Mévouillon qui était un chef-lieu de domaine (à l’exception de Saint-Marcellin-lès-Vaison), ne serait-elle pas la marque territoriale d’un réseau de fortifications, véritable assise de l’indépendance de cette baronnie vis-à-vis du pouvoir comtal ? Néanmoins, la motte en Baronnies n’apparaît pas comme un château de conquête des sols. Son rôle pose, dans bien des cas, un problème d’interprétation.

81Malgré l’absence de vestiges apparents, il est aisé d’imaginer que les sites de plateau se prêtaient plus facilement, par leur vaste superficie, à la fonction résidentielle et, ce parfois, dès l’époque protohistorique. Les quelques indices de datation, offerts par les recoupements de la documentation archivistique et de celle issue du terrain, incitent à concevoir une genèse plus précoce des sites de plateau, défendus par des abrupts rocheux. Trois des castra mentionnés au Xe siècle se sont implantés sur ce dernier type de site (Condorcet, Mison, Rison). Comme en basse Provence, la motte castrale apparaît en Baronnies au moins dès le XIe siècle et existe, peut-être, dès le Xe siècle à l’instar de ce que l’on peut observer dans le département voisin (Alpes-de-Haute-Provence, Niozelles).

82Plateaux rocheux et mottes utilisent un relief préexistant et le choix précis de son profil et, éventuellement, son réaménagement sont très nettement calculés en fonction de son caractère défensif, mais également en vertu de sa position stratégique. La motte castrale des Baronnies se distingue de la motte classique par sa position perchée, par sa morphologie dépendant étroitement du relief choisi et par l’absence de délimitation de basse-cour. Elle se rattache, en ce sens, au groupe des mottes provençales et à certaines mottes languedociennes et dauphinoises. La configuration du relief est une véritable contrainte. La surface sommitale des plates-formes est restreinte et nécessite l’aménagement d’une succession de terrasses, dans la pente de la motte ou de la montagne.

83La pauvreté des couches d’occupation suggère d’identifier un certain nombre de mottes à des réserves alimentaires, à certains types d’habitats paysans ou à de simples postes de garde. Ces sites symbolisent l’emprise d’un pouvoir privé sur un territoire donné et accusent l’émergence d’une multitude de seigneuries privées, dès le XIe siècle. Certaines fouilles archéologiques, effectuées dans des régions limitrophes, ont montré que la tour de pierre édifiée sur la motte succède à un édifice de construction mixte, fait de pierre et de bois ; datée des environs de l’An Mil (Mouton 2003), elle est semblable à la curtis carolingienne (Fixot 1990).

84L’étude des formes apparentées aux sites des premiers castra (plateaux ou mottes) se heurte à une difficulté de repérage et de datation, en raison de leur caractère fugace ou, au contraire, à cause de la réoccupation du site par un castrum de seconde génération. Les premiers castra ont également pu s’implanter sur d’autres genres de sites, comme en Languedoc. La topographie du site d’Autanne (Vercoiran, Drôme) est très similaire au site du castrum des Deux Vierges (Ginouvez et al. 1988). Cet exemple retient l’attention si l’on identifie le castrum d’Autane à celui d’Altonum, mentionné dès 1023 (Cart. Cluny, 2779). Les castra des Xe et XIe siècles du Languedoc montagnard sont perchés sur des éperons réoccupés au XIIIe siècle (Journot 1993). Les recensements effectués dans des régions voisines, joints aux descriptions de forteresses données dans le livre de Sainte-Foy de Conques, permettent de le suggérer (Bonnassie 1982).

85En l’absence de sondages archéologiques sur la majeure partie des mottes des Baronnies, le champ d’interprétation reste ouvert. La concurrence des châteaux de deuxième génération a pu exercer un déplacement de l’habitat des premiers châteaux aux « châteauneufs ». Ainsi, les villages de Châteauneuf-de-Bordette et de Laborel se sont étagés en contrebas d’un nouveau château, aux environs des XIIe-XIIIe siècles.

Notes

4 En 954, Pons I et son épouse Blismodis reçoivent en précaire de l’archevêque d’Arles, Manassès, la terre de Saint-Martin, située dans le terminium de la villa Jocundatis : « consortes de uno latus fluvium Licis » (GCN, Arles, 256). Ithier, archevêque d’Arles, leur concède en précaire l’église avec le castrum de la Roche et la villa Jocundatis : « Et in predicto comitato Aurasico, ultra fluvium Liz, de terra ipsa Sancti Martini, quantum ibidem ascipit, vel pertinere videtur similiter in hac precaria leggins […] Consortes, ad uno lato saxa que dicitur Petra, de uno fronte, spinosa vel cacarella vocante, in alio vero fronte fluvium Rodan » (GCN, Arles, 283). Au milieu du Xe siècle, il détient également en précaire d’Ithier, archevêque d’Arles, des biens sur la rive droite du Rhône, dans le comitatus Ucetico (Uzès ; GCN, Arles, 268). Ils reviendront, après sa mort, à deux de ses fils - Imbert II, évêque de Vaison, et Izon, procuratores d’Uzès - possessionnés aussi bien dans la vicaria de Caisson que dans le comitatus Aurensensi (Orange), en l’actuelle commune de Mornas.

5 Odile, ascendante des seigneurs de Nice, appartient à une famille proche de l’entourage du comte de Provence Guillaume. Elle étend son domaine dans la vicomté de Sisteron, sans doute grâce aux faveurs de Roubaud, frère du comte (Cais de Pierlas 1888 : 15 ; Poupardin 1901 : 296 ; Compan 1980 : 151 ; Magnani-Soares-Christen 1999 : 82).

6 Le patronyme Mévouillon apparaît pour la première fois en 1057, porté par un certain Laugier, frère de Ripert I (Cart. Saint-Victor, 184) ; le nom prend successivement, au XIe siècle, les formes de Medillone, de Methulensis et de Mettulionis.

7 Le patronyme apparaît en 1030 (Cart. Saint-Victor, 712) et la localité dès 988 (Cart. Cluny, 1784).

8 Le glissement sémantique du mot miles de seigneur à chevalier ne s’opère définitivement en Provence que vers le milieu du XIe siècle. Il supplante peu à peu le terme de caballarius jamais employé dans les chartes et auquel semble s’identifier un groupe d’hommes (Bonnassie 1976 : 749).

9 La donation du futur chef-lieu de Mévouillon à l’abbaye Saint-Victor de Marseille, en 1064-1079, par Gisla illustre ce rôle important de la femme-mère, au XIe siècle. Son mari dont l’approbation est toutefois sollicitée n’est dénommé que sous le terme de vir meus. Il semblerait, dans ce cas précis, que Gisla gère ici sa dot et non son douaire (supra pour le cas de Percipia ; Duby et al. 1991 : 175). En 1060, Ripert, à l’occasion de la donation de ses biens situés à Rioms, en haute Ouvèze, à l’abbaye Saint-Victor de Marseille, se présente comme « fils de Percipia et évêque de Gap ». Il tait l’existence et l’identité de son père.

10 Autanne est un lieu-dit situé dans le bassin de l’Ennuye, compris entre le bassin du Rosannais et la vallée de l’Oule.

Table des illustrations

Légende Fig. 5 - Possessions des ancêtres des Mévouillon au Xe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 6 - Descendance de Pons I, les maris hypothétiques de Percipia, les époux et la descendance d’Odile.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 7 - Possessions des Mison au XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 8 - Répartition des alleux des Mirabel, Mison et Mévouillon cédés aux abbayes de Cluny et Saint-Victor de Marseille.I-III : au Xe siècle, donations à l’abbaye de ClunyI – CondorcetII - NyonsIII - Saint-André-de-Rosans1-17 : au XIe siècle, donations à l’archevêque d’Arles et à l’archevêque de Saint-Victor de Marseille1 – Mirabel2 – Mévouillon3 – Barret-de-Liourre4 – Revest-du-Bion5 – Dromon6 – Beaujeu7 – Mison8 – Turriers9 – Gigors10 – Faucon11 – Chorges12 – Les Mées13 – Trescléoux14 – Rioms15 – Le Poët-en-Percip16 – Lus17 – La Jarjatte (cne de Lus-la-Croix-Haute)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 9 - Villae et castra au Xe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 10 - Liste des villae et castra d’après des chartes des Xe et XIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 11 - Villae et castra au XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 12 - Castra et villae d’après le Cartulaire de Cluny.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 13 - Castra des ancêtres des Mévouillon d’après les cartulaires des abbayes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 14 - Mévouillon, plateau et site castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 15 - Condorcet, occupation du sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 16 - Mison, situation géographique et occupation du sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 17 - Plateaux de hauteur et mottes.Mention du castrum, Xe siècle :3 – Condorcet4 – Mévouillon6 – Mison22 – RisonMention du castum, XIe siècle :5 – Mirabel7 – Peytieux10 – Trescléoux12 – Le Chastelard (Saint-André-de-Rosans)Mention de la localité ou d’un ensemble géographique proche :13 – Col d’Aye (Ferrassières)14 – La Crotte (Le Revest-du-Bion)23 – Montagne d’Albion (fin XIe siècle)Mention de l’église XIe siècle :8 – Saint-Marcellin-lès-Vaison (début XIe siècle)9 – Tarendol (XIe siècle)Sites archéologiques sans mention Xe-XIe siècles :1 – Les Aures2 – Villefranche-le-Château11 – Chabreil (Saint-Colombe)15 – Gaudissard (Eygalayes)16 – Laborel17 – Montauban18 – La Motte-Chalancon19 – Saint-Vincent-sur-Jabron20 – Vers-sur-Méouge (vieux village)21 – Vers-sur-Méouge (quartier Saint-Pierre)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 18 - Tarendol, vue générale de la motte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 19 - Mottes castrales, les types de sites.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 20 - Mottes castrales, altitudes des sites.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 21 - Mottes castrales, divers sites d’implantation topographique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 22 - Vers-sur-Méouge, la motte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 23 - Mottes castrales, relevés topographiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 24 - Trescléoux, situation et occupation du sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 25 - Trescléoux, relevé topographique de la motte castrale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 26 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, situation de l’église castrale et de la motte (parcellaire du XIXe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 27 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, occupation du sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 28 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, détail du parcellaire du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 29 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, fragment de chancel remployé dans l’embrasure de la baie axiale d’une absidiole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 30 - Saint-Marcellin-lès-Vaison, table d’autel remployée dans un ossuaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 31 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 32 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, arcatures de l’absidiole et fenêtre axiale avec remploi de chancel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 33 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, détail de l’imposte de l’arc triomphal.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 34 - Église de Saint-Marcellin-lès-Vaison, pilier et imposte du XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 35 et 36 - Motte castrale de Saint-Marcellin-lès-Vaison, profil sud-nord (fig. 35) et coupes stratigraphiques (fig. 36).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 37 - Castra et paroisses cités au XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2693/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Alpara, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540