Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Introduction

Texte intégral

0.1. Contexte géographique et conditions de la recherche

1Entre Rhône et moyenne Durance, les Baronnies, extrémité méridionale des Préalpes, sont partagées entre les régions actuelles de Provence - Alpes - Côte d’Azur et Rhône-Alpes, vaste ensemble géographique et historique de 8 000 km2. Cette entité historique médiévale, divisée en plusieurs territoires administratifs, couvrait à sa période d’apogée, au milieu du XIIIe siècle, les 127 communes actuelles qui sont regroupées aujourd’hui en 9 cantons. Seule la partie méridionale du département de la Drôme et une communauté de communes des Hautes-Alpes en ont gardé le nom : les Baronnies (fig. 1). À équidistance de Montélimar, Gap et Aix-en-Provence, cette région de l’arrière-pays provençal, peu étudiée sur le plan archéologique notamment pour la période médiévale, présentait un large champ d’investigation. Elle permettait de développer l’analyse morphologique du château et la question de l’enchâtellement, dans une région de moyenne montagne, liée à l’implantation d’un lignage issu des temps préromans figurant parmi les grandes familles aristocratiques de Provence (Estienne et al. 1997, 2004a).

Fig. 1 - Situation géographique des Baronnies.

2Les Baronnies ou dominationibus dans l’appellation locale du XIIIe siècle rassemblent une succession de douze vallées, séparées par des plis pyrénéo-alpins est-ouest qui s’échelonnent, du nord au sud, des contreforts du Vercors (Diois) aux crêtes du mont Ventoux et de la montagne de Lure, « rebord septentrional des plateaux du Vaucluse » (Jorda 1997). Ces vallées sont drainées, à l’ouest, par des affluents du Rhône et, à l’est, par ceux du Buëch, torrent qui se jette dans la Durance en amont de Sisteron. Aux extrémités occidentales et orientales des Baronnies, le relief s’interrompt brusquement. La plaine de Valréas, délimitée à l’est par les rares plis nord-sud, donne à l’ouest sur la vallée du Rhône. À l’est, la plaine du Buëch située en amont du confluent Buëch-Durance, au niveau de Sisteron, s’ouvre en un vaste couloir de circulation nord-sud, axe majeur entre Alpes et haute Provence.

3Circonscrite, à l’ouest, par les chefs-lieux de canton de Vaison et de Dieulefit et, à l’est, par ceux de Sisteron et de Serres, l’extension territoriale maximale des Baronnies (189 alleux) et la durée de leur indépendance pendant les trois siècles après l’An Mil fixent les jalons spatio-temporels de cette recherche élaborée dans le cadre d’une thèse de doctorat (Estienne 1999 ; fig. 2).

Fig. 2 - Géographie physique des Baronnies.

  • 2 Si les zones funéraires (Colardelle 1983) et les édifices religieux des Baronnies se sont prêtés à (...)

4Dans les Baronnies, contrairement à ce qui avait été effectué pour les édifices religieux2, on ne disposait pas d’inventaire des fortifications médiévales. Cette carence documentaire et la dynamique de recherche, qui avait été axée, dès les années soixante, sur la lecture du parcellaire et les répercussions de l’implantation du château dans les anciens finages, orientèrent cette étude sur la morphogenèse des castra (Estienne 2004a) et l’évolution de leur morphologie. C’est cet aspect qui est plus particulièrement développé dans la présente publication. L’élaboration de la carte du pouvoir politique laïc s’imposait tout d’abord pour définir les contours de cette entité territoriale comprise entre Dauphiné et Provence (Estienne et al. 1997).

0.1.1. Sources et répertoires

5Les études historiques pour ce secteur géographique étant rares, les sources des XIIe, XIIIe et XIVe siècles n’étant pas publiées, revenir aux sources et fonds d’archives était indispensable. Cette consultation a permis non seulement de pallier l’insuffisance des publications, mais a offert la possibilité d’avoir un regard neuf et critique sur la question. Elle a également permis de rassembler et de confronter une documentation inédite, dispersée dans six centres de conservation départementaux (cités du plus riche au plus pauvre concernant la question, par ordre décroissant du nombre d’archives étudiées : archives départementales de l’Isère, de la Drôme, des Bouches-du-Rhône, des Hautes-Alpes, du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence) et dans quatre bibliothèques municipales (bibliothèque municipale de Grenoble, fonds ancien ; bibliothèque Inguibertine à Carpentras ; médiathèque Ceccano à Avignon ; bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence). Cet éclatement des données s’explique par l’histoire géopolitique de cette zone comprise entre Dauphiné et Provence, entre le massif des Alpes et le sillon rhodanien. La Bibliothèque nationale de France conserve également quelques documents concernant les Baronnies. Par ailleurs, les contrats de réparation des châteaux des Pilles et d’Aubres sont déposés aux Archives vaticanes, suite à l’annexion de ces alleux par le pape au XIVe siècle. Ces archives offrent, également, des documents liés à l’histoire des Baronnies au haut Moyen Âge (hagiographies, vitae...).

6Le fonds le plus consulté fut celui de la chambre des comptes du Dauphiné (AD38, série B), les Baronnies ayant été annexées, en presque totalité, par le Dauphin au XIVe siècle. Ont été compulsés 176 actes de la série B aux archives départementales de l’Isère (Grenoble) et 89 aux archives départementales des Bouches-du-Rhône (Marseille). Ces actes du XIIIe siècle rassemblent principalement des hommages, serments de fidélité, testaments et dénombrements. Parallèlement, l’examen des archives de la Communauté conservées aux archives départementales de la Drôme (AD26, série E) a permis de préciser les relations entre les habitants des castra et les seigneurs ; 4 répertoires ont été particulièrement précieux :

  • l’Inventaire manuscrit de F. Marcellier, deuxième partie, rédigé au XVIIe siècle ;

  • le Regeste Dauphinois ou répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l’an 1349 (Chevalier 1912-1926) ; les 7 volumes du Regeste proposent 20 000 articles environ ou résumés de chartes et donnent la référence des sources ; la plupart appartiennent à la série B ;

  • l’Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison des Baux, conçu par M. Barthélémy ; en raison de l’étroit lien entre la famille de Mévouillon et celle des Baux, princes d’Orange, de nombreux articles du RD ont également été inventoriés dans ce répertoire ;

  • l’Inventaire sommaire des archives départementales de l’Isère antérieures à 1790, série B, par J.-J.-A. Pilot de Thorey et A. Prudhomme ; en 4 tomes, cet inventaire recense les archives concernant les Baronnies des familles de Mévouillon, de Montauban et de Mison.

7La consultation des études manuscrites du XVIIe siècle de G. Allard, l’Histoire du Dauphiné, en 4 volumes, et celle de la Recherche sur le Dauphiné (résumés d’actes des XIIIe et XIVe siècles) complètent ces principales données.

8Par ailleurs, deux types de fonds particuliers, postérieurs au champ d’étude (milieu XIVe-XVe siècles), ont été retenus pour leur qualité descriptive liée au bâti castral :

  • Libri visitationis receptionis castrorum et domorum dalphinali (AD38, B 3123-B 3131) ; les 8 livres, rédigés aux XVe et XVIe siècles, sont les comptes-rendus de visites du maître d’œuvre delphinal, commanditant les réparations à faire dans les principales forteresses delphinales ou vérifiant l’exécution effective des travaux. Sont concernés par cette précieuse documentation : les châteaux de Mévouillon, Montauban, Mérindol-les-Oliviers, Nyons, Buis-les-Baronnies, Sainte-Euphémie, Serres et Upaix.

  • Les comptes de châtellenie remontant au XIVe siècle touchent un nombre plus important de châteaux ; ces dernières sources sont rédigées en latin, puis en vieux français.

9En outre, le tableau géopolitique du milieu du Xe au XIIe siècle s’appuie sur 5 cartulaires : ceux des abbayes de Cluny, Saint-Victor de Marseille, Apt, Saint-André, Villeneuve-lès-Avignon (Estienne 2001) et de l’ancienne cathédrale de Nice ; 31 chartes des Xe et XIe siècles concernent les Baronnies. Les tomes 1, 2, 4 et 6, édités au début du XXe siècle par J.-H. Albanès et L. Fillet, dans le cadre de la publication des Gallia Christiana Novissima, histoires des Archevêchés, évêchés et abbayes de France, complétées et annotées par Ulysse Chevalier, proposent également quelques chartes relatives à la lignée des Mévouillon et à leurs ascendants, dont cinq précaires du Xe siècle.

10Si l’on excepte les textes relatifs à des églises paroissiales ou dépendances d’abbayes, seules 25 chartes du XIIe siècle concernent les Baronnies. Il faut noter que 2 chartes datées du XIIe siècle appartiennent au répertoire de la langue dite vulgaire. Elles concernent les biens de Tiburge d’Orange et de Dragonet de Montdragon (Brunel 1926). Le Cartulaire de Richerenches représente, pour ce siècle, le fonds documentaire le plus important dont 15 chartes concernent directement les Baronnies ; 23 moins importantes éclairent le contexte historique.

11La période du haut Moyen Âge est moins documentée. La donation du patrice Abbon, publiée dans le cartulaire de l’église cathédrale de Grenoble, dit Cartulaire de Saint Hugues, par E. Marion en 1864, est la seule charte, datée par J.-P. Poly du IXe siècle, concernant notamment les Baronnies. L’importance de 2 hagiographies (Vita de Marius et Vita Sancta Galla) n’en est que plus précieuse. Il ne subsiste de la première vita que deux copies d’un ouvrage du XVIIe siècle, rédigées à partir du Livre Vert. Cette œuvre qui rassemble des transcriptions de chartes de l’église de Sisteron, effectuées par L. Bureau aux environs du XVIe siècle, disparut vraisemblablement à la Révolution. L’une des copies du XVIIe siècle est conservée à la Bibliothèque nationale de France (BnF, ms 17558, fos 63r° -68v°) et l’autre à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (BI, ms. 1857, fos 309-320).

12La Vita Sancta Galla est un manuscrit du XIe siècle, conservé à la Bibliothèque vaticane (BV, Codices Ottoboniani latini, codex 120, fos 197v° -199v°). En ont été consultées la transcription et la traduction effectuées par le chanoine Van Damme (Van Damme 1979).

0.1.2. Conditions de la recherche archéologique et méthodologie

13Le profil torturé des plis préalpins, la présence de nombreux cols élevés et une végétation dense de maquis qui accentue l’isolement des sites ont rendu particulièrement difficile leur approche et leur prospection. Ce milieu rural, non perturbé par de grands travaux d’aménagement routier ou immobilier, n’a pas été touché par des interventions d’archéologie préventive. À la fin des années quatre-vingt, les fouilles de sauvetage menées par I. Ganet sur le bourg castral de Lazer, alleu de l’évêque de Gap (la Plâtrière, Hautes-Alpes ; rapports Ganet et al. 1991, 1992), représentaient une des opérations majeures effectuée sur les marges orientales des Baronnies. Cette dynamique de recherche sur « l’archéologie des villages désertés » continuait, en quelque sorte, les expériences tentées dans les années soixante soixante-dix, à Condorcet situé dans les Baronnies (Chapelot et al. 1970) et en Provence (Démians d’Archimbaud 1980). D’autres opérations de fouille programmée s’imposaient et ont été développées sur deux sites. Il s’agit de trois campagnes de sondages concernant la tour Ripert à Valréas et la motte de Saint-Marcellin-lès-Vaison (Vaucluse). Ces sondages ont été réalisés sous notre direction, avec l’autorisation du Service régional de l’archéologie de la région Provence - Alpes - Côte d’Azur et le concours technique et scientifique du service départemental d’archéologie du Vaucluse.

14Les clichés photographiques présentés dans cet ouvrage ont été réalisés lors de la prospection thématique des sites castraux de 1990 à 1998.

15La prospection thématique se nourrit des données offertes par la micro toponymie et s’appuie sur une appréciation fine de la topographie. Cartes IGN au 1/25 000e, plans cadastraux napoléoniens, terriers dont le plus ancien est celui de Mison qui remonte au troisième tiers du XIIIe siècle, cartes anciennes dont celles élaborées au XVIe siècle par l’ingénieur du roi J. de Beins ou celles du XIXe siècle de Cassini ont été d’un précieux secours. La confrontation des données de terrain avec les listes exhaustives d’alleux, complétées par les multiples hommages, n’échappe pas à la subjectivité de l’interprétation de la documentation écrite et à la délicate question de la superposition des sites et des noms des castra mentionnés dans les chartes. La présence de plusieurs castra par commune est courante et a été constatée quand la toponymie et les chartes sont suffisamment explicites et complémentaires. La pluralité des castra par commune découle d’une nouvelle appréciation de la topographie à l’époque révolutionnaire et d’un rapprochement du peuplement et des centres de commandement en relation avec les plaines dès l’Ancien Régime. S’efface ainsi peu à peu la logique de versants (ubac/adret), les cols faisant le lien entre deux vallées et la crête de la montagne ne dessinant pas alors une frontière (Estienne 2004a). Cette recherche sur les castra devait donc également intégrer cette notion topographique, découverte au cours de cette enquête.

16Il faut noter que n’ont été retenus dans cet ouvrage que les castra qui font partie du domaine politique et géographique des Baronnies au XIIIe siècle, afin de garder un champ géographique et historique resserré. Est donc laissée de côté, volontairement, l’interprétation archéologique des sites implantés en val de Durance, en Embrunais (alleux des Mison) ou dans la moyenne vallée du Rhône (biens du clerc Richaud et des précaristes de l’archevêque d’Arles).

0.2. Géographie historique et territorialité, de l’Antiquité tardive à l’aube de l’an mil

17Au cours de l’Antiquité tardive, les marges orientales et occidentales, tout comme l’arrière-pays montagneux des futures Baronnies, font partie d’un vaste ensemble hérité de l’Antiquité où entités laïques et ecclésiastiques se confondent. Les chefs-lieux de diocèses sont d’anciennes civitates. Cette évolution territoriale, administrative, politique et religieuse de cette province impériale de la Gaule qui est située entre mer, Rhône et Alpes et partagée par les Wisigoths et les Burgondes, puis conquise par les Francs au VIe siècle, est animée par la rivalité de deux cités, Vienne et Arles. Leur revendication de la dignité du primat de cet ensemble territorial entraîne une scission effective à partir du Concile de Turin. La Viennoise du nord est dévolue à Vienne et la Viennoise du sud dépend d’Arles (Guyon, Heijmans 2001 : 22-27) ; les futures Baronnies relèveront de cette dernière. L’archevêque d’Arles s’affirme comme l’acteur principal de cette partie méridionale de l’ancienne Gaule ou Provincia, « ensemble de territoires déterminés, qualifié au Xe siècle de regnum » (Poly 1976 : V-VI).

0.2.1. Contexte politique

  • 3 Boson avait reçu en 875 la Lombardie et la Provence avec le titre de duc (Poly 1976 : 42).

18L’avènement du royaume de Bourgogne-Provence et de ses détracteurs perturbe le Midi de l’actuelle France, en proie aux luttes intestines de part et d’autre du Rhône. Au moment des luttes entre Bourguignons et légitimistes, la présence de l’archevêque d’Arles, Rostaing, et de l’archevêque d’Embrun, Arbert, à l’élection du duc Boson3 au titre de roi, à Mantaille en 879, révèle le soutien de ces derniers aux bourguignons, avides d’éliminer leurs adversaires (Poly 1976 : 10-23). L’absence d’autres évêques (Senez, Fréjus…) témoigne néanmoins d’une certaine résistance et d’un refus entraînant parfois l’exil (tel est le cas d’Imbert, évêque de Vaison et d’Anfos, évêque de Vénasque auprès des Raymondin ; Poly 1987 : 71).

19Par ailleurs, un certain Hugues d’Arles est nommé en 911 marquis de Provence. À cette occasion,

« ... trois grands domaines passeront dans son patrimoine (Fréjus, Embrun et une zone située à la limite des diocèses de Vaison et d’Orange) » (Poly 1976 : 23).

20Quand Hugues devient roi de Lombardie et cède, en 933, au roi Rodolphe II tout ce qu’il avait en deçà des Alpes, il garde un certain nombre d’autres domaines. Hugues transmet ces derniers plus tardivement, au milieu du siècle, à sa nièce Berthe. Ils correspondent à des localités situées, un à deux siècles plus tard, dans le domaine seigneurial des Baronnies (fig. 3). Il faut préciser qu’Hugues d’Arles avait pour parent Louis, roi de Viennois et de Provence, fils de Boson et beau-frère du roi Charles le Chauve, et, pendant un moment, duc de la Bourgogne franque (Poly 1976 : 15 ; Pourpardin 1907 : 41-55). L’illustre archevêque de Milan, Manassès, de famille franque, était également un proche. Placé sous la domination lointaine du roi Rodolphe III, le royaume de Bourgogne-Provence est constitué officiellement en 945, devant une assemblée tenue en Arles, en présence notamment du comte Boson. La méfiance vis-à-vis de l’influence bourguignonne demeure.

Fig. 3 - Répartition des biens cédés à Berthe en 960.

21Au milieu du Xe siècle, après la mort de Louis de Provence, dit Louis l’Aveugle, l’alliance entre Guilelmides et Raymondin, corroborée par la cession de la Gothie par Guillaume à Raymond en 919, « permettait aux deux associés de contenir efficacement sur le front oriental les ambitions des Robertiens et d’Hugues d’Arles, chef du parti Bourguignon » (Laurenson-Rosaz 1987 : 74). « Hugues et son frère Boson partis, c’est Manassès qui, de retour d’Italie, est le maître en basse Provence, malgré le comte Boson, fils de Roubaud. » Rentrent « dans sa mesnie un certain nombre de grands, dont un des ancêtres de la lignée des Mévouillon : Yson » (Poly 1976 : 162). Au cœur de ces rivalités, les aïeux des Mévouillon suivent, au gré des alliances et des donations en précaires, un mouvement de migration d’ouest en est et se fixent, peu à peu, sur la rive gauche du Rhône, dans une région qui est comprise entre Orange et le Nyonsais et qui est actuellement à cheval sur le nord du département du Vaucluse et le sud du département de la Drôme.

0.2.2. Les entités religieuses et administratives

22Les Baronnies sont divisées, à la fin du Xe siècle, en pagus, structures territoriales et politiques issues du haut Moyen Âge et de l’époque carolingienne. Ce fractionnement se superpose à l’ancienne division en diocèses, toujours en vigueur, au sein de laquelle un semis d’églises s’était développé dès l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (Estienne 2004a : 24-25).

0.2.2.1. Les diocèses

23Les Baronnies telles qu’elles se présentent au XIIIe siècle, dans leur achèvement d’entité territoriale laïque, ont la particularité de recouvrir, en partie, cinq diocèses créés dès le IVe siècle, ceux de Vaison, Gap, Sisteron, Saint-Paul-Trois-Châteaux et Die (fig. 4).

Fig. 4 - Diocèses et pagi.

24Le mot episcopatus apparaît, dans les chartes concernant les Baronnies, à la fin du Xe siècle. En 998, Rodolphe III, roi de Jurane et de Provence et successeur de Conrad le Pacifique, confirme à l’abbaye de Cluny des biens situés dans plusieurs episcopatus (Cart. Cluny, 2466). Les localités et les biens concernés par cette charte et situés dans les Baronnies sont les cellae Rosanensis et Sancti-Pantaleonis, le castrum de Condorcet et toutes les acquisitions effectuées dans la villa Ribadanias. Saint-Pantaléon-les-Vignes est situé sur les marges occidentales des plis préalpins. Les deux autres localités, Rosans et Condorcet, occupent deux bassins situés au cœur des massifs montagneux, au nord du Ventoux (vallée du Bentrix et bassin du Rosannais). Les biens les plus méridionaux qui étaient également du ressort du diocèse sont situés « in Provintia ». Recourir à cette référence territoriale permettait de mettre sur le même plan biens laïques et biens d’Église (confirmation de Grégoire VII datée de 1079 ; Cart. Saint-Victor, 843). L’emploi d’episcopatus ne se généralise dans la documentation qu’au XIe siècle, en 1023 : « ... in episcopatu Diensi » (Cart. Cluny, 2779). Ce mot est le plus souvent lié à un contexte monastique ou ecclésial. On peut citer, par exemple, la donation par l’évêque Féraud de l’église Saint-Geniez de Dromon à l’abbaye Saint-Victor de Marseille, en 1030 (Cart. Saint-Victor, 712), ou la fondation d’une cella à Trescléoux, dans l’episcopatu Vapincensi, en 1094 (Cart. Saint-Victor, 731).

25La mainmise des Mévouillon sur les sièges d’évêchés, Gap, Vaison et Sisteron, dans la période qui précède la réforme grégorienne conforte leur emprise progressive sur un triangle compris entre ces trois villes. Des fluctuations de frontières diocésaines ont lieu durant les trois premiers siècles après l’An Mil. Les diocèses de Gap et de Die sont très vastes ; les autres diocèses ont des surfaces comparables à celles de la province ecclésiastique d’Arles. Dans les Baronnies, les limites de ces diocèses ne sont fixées qu’à la fin du XIIIe siècle, parfois seulement au XIVe siècle (Bois 1997 : 96 ; Clouzot 1923).

0.2.2.2. Pagus et comitatus

26Le pagus, issu d’une notion administrative de l’Antiquité romaine (sorte de district rural ; Tarpin 2002 : 181), s’impose au Moyen Âge comme une entité territoriale administrative comprise parfois dans un comitatus ; quatre pagi sont connus par les textes au IXe siècle et un cinquième, appartenant également à la zone géographique des Baronnies, est mentionné dans une charte de la fin du Xe siècle. Pour leur dénomination, la référence aux sièges d’évêché est le cas le plus communément rencontré, à l’exception des pagi Rosanensis et Baginensis qui se distinguent des autres pagi par leur faible étendue et qui, par leur nom, renvoient à celui d’une montagne, point de référence dans le paysage (Estienne 2004a : 24-25). Les pagi Vuapincense, Vasense, Sigesterico et Diense, mentionnés dans le testament d’Abbon, se rapportent respectivement aux civitates de Gap, Vaison, Sisteron et Die dont ils dépendent. La distance qui sépare ces cités étant relativement importante (plus de 60 km), elle permet d’évaluer l’étendue de ces circonscriptions qui est conséquente. Leurs limites se superposent plus ou moins aux contours des évêchés. Ces dernières restent néanmoins difficiles à préciser (fig. 4).

27Comme la plupart des pagi, les comitati portent le nom d’une cité épiscopale, mais ne peuvent être confondus avec eux (Gap, Vaison, Embrun, Die ; Poupardin 1901 : 373).

« Comitatus et episcopatus ne sont pas des ressorts mais des menses affectées à l’entretien du comte ou de l’évêque. Les biens fiscaux sont répartis en groupes distincts appelés comitatus » (Poly 1976 : 79).

28Cinq comitati concernent le territoire retenu par cette étude : ceux de Vapinchis (ou Vapincensis), Vasionensi, Hebredunensi, Sustantionensi et Diense (Vaissette, Vic 1840-1846 : t. 3, 434, n ° XLIX). Berthe concède de nombreux biens situés dans les comitati Sustantionensi, Friuliensi, Vapinchis, Vasionensi, Atensi, Orisionense, Tracense et Diense. Quelques-uns un de ces lieux pourraient correspondre à certaines localités des Baronnies.

29L’emploi des termes pour désigner les différentes entités territoriales évolue au cours des Xe et XIe siècles. Pagus est exclusivement employé, dans la documentation collectée, au cours de la seconde moitié du Xe siècle. Comitatus, très largement usité dès la seconde moitié du Xe siècle, perdure durant toute la première moitié du XIe siècle, mais disparaît dans la seconde moitié de ce siècle ; la dernière mention remonte à 1060 et concerne le comitatus Guapincensis (Cart. Apt, acte XC).

30Au cours des Xe et XIe siècles, une évolution des cadres territoriaux se dessine, sur fond de disparition du fisc, par une privatisation des anciens domaines. L’émergence de lignages puis l’apparition de leur patronyme au XIe siècle trahissent cette mainmise sur le bien public, issue de leur relation privilégiée au Xe siècle avec les grands détenteurs ou représentants du pouvoir public. L’étude de la parentèle donne, au-delà d’une géographie politique, les clefs de compréhension de la constitution des Baronnies, champ d’analyse de la naissance de ce nouveau pôle centralisateur dans un territoire déjà humanisé : le castrum.

Notes

2 Si les zones funéraires (Colardelle 1983) et les édifices religieux des Baronnies se sont prêtés à des analyses archéologiques approfondies (fouilles programmées au prieuré de Saint-André-de-Rosans, par J. Ulysse et Y. Esquieu, en 1983-1992 ; au prieuré de Sainte-Luce, par R. Gras, dans les années soixante ; au prieuré de Montbrison-sur-Lez, par J.-C. Mege, dans les années quatre-vingt), les édifices laïcs et, en l’occurrence, les châteaux n’ont pas fait l’objet ou presque d’études et de fouilles.

3 Boson avait reçu en 875 la Lombardie et la Provence avec le titre de duc (Poly 1976 : 42).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Situation géographique des Baronnies.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 2 - Géographie physique des Baronnies.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3 - Répartition des biens cédés à Berthe en 960.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4 - Diocèses et pagi.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2692/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 493k

© Alpara, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540