Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux médiévaux dans les Baronnies

 | 
Marie-Pierre Estienne

Préfaces

Jean-Jack Queyranne, Didier Guillaume et Jacques Gérault

Texte intégral

1Enclave lointaine d’une rare beauté, terre préservée aux confins de la région Rhône-Alpes, les Baronnies recèlent en elles toutes les promesses de la Drôme provençale. Espace remarquable, elles sont au cœur d’un projet de parc naturel régional, que nous conduisons en partenariat avec la région Provence - Alpes - Côte d’Azur.

2Les Baronnies sont riches d’une histoire dense et d’une architecture originale, dont témoignent aujourd’hui encore les châteaux médiévaux qui rythment le paysage. Ces chefs-d’œuvre de pierre ont traversé le temps. Ils expriment l’art et la maîtrise de la construction au Moyen Âge. Dans cet ouvrage, l’Association de liaison pour le patrimoine et l’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA) nous ouvre les pages de ce grand livre d’histoire et nous permet de partager le parcours des familles qui ont scellé le destin des Baronnies.

3Notre région est fortement impliquée dans l’accompagnement du travail de l’ALPARA, dans le cadre des compétences du service de l’Inventaire, qui lui ont été transférées, et au titre d’une politique patrimoniale régionale ambitieuse et dynamique, au service de la connaissance partagée entre tous les habitants de Rhône-Alpes.

Jean-Jack Queyranne,
président de la région Rhône-Alpes,
député du Rhône,
ancien ministre

4Situé à l’extrême sud-est du département de la Drôme et s’étendant sur les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et du Vaucluse, le territoire des Baronnies comprend, pour la partie drômoise, les cantons de Buis-les-Baronnies, Nyons, Rémuzat et Séderon.

5Cette région de moyenne montagne, entre Alpes et Méditerranée, par sa situation à l’écart des grands axes de circulation, possède une identité culturelle et une histoire bien particulières que l’ouvrage de Marie-Pierre Estienne nous invite à découvrir. Il permet de nous éclairer sur une partie de l’histoire des Baronnies entre le Xe et le XIVe siècle et, notamment, sur l’évolution de l’architecture castrale à travers les grandes familles de Mévouillon et de Montauban.

6Cette étude approfondie s’inscrit dans une démarche de connaissance que le département de la Drôme soutient afin de mieux préserver et valoriser les richesses patrimoniales et environnementales de ce territoire.

7Elle complète d’autres publications sur cette région et ce thème, Fortifications et châteaux dans la Drôme et Patrimoines des Baronnies, paysage, architecture et histoire réalisées par la Conservation du patrimoine et le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de la Drôme.

8Aujourd’hui, plusieurs associations très dynamiques soutenues par les collectivités locales et par le département œuvrent pour la sauvegarde et la restauration du patrimoine historique : à Lachau, la tour du Riable ; à Vers-sur-Méouge, la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien. Les communes sont aussi très soucieuses de leur patrimoine et mènent les réhabilitations avec beaucoup d’attention et de respect, à l’image de Reilhanette, Cornillac, ou encore de Buis-les-Baronnies, qui, après le vieux pont, a restauré la tour du Saffre et les boiseries du couvent des Dominicains. Des propriétaires privés sont aussi à l’origine de la renaissance et de l’ouverture au public de lieux emblématiques tel que le château d’Aulan.

9Conscient de l’enjeu patrimonial mais également des enjeux économiques et sociaux, le département encourage la création d’un parc naturel régional des Baronnies. Il permettra de concilier aménagement du territoire et développement local, agriculture et habitat, environnement et tourisme.

Didier Guillaume,
président du Conseil général de la Drôme,
adjoint au maire de Bourg-de-Péage

10La vigne et l’olivier, le thym et le tilleul, sans oublier la lavande… aux yeux de nos contemporains, la représentation des Baronnies s’arrête souvent à ces productions typiques de son terroir, qu’accompagnent nécessairement la lumière, le ciel bleu et les jolis bourgs au charme provençal.

11Le touriste en visite dans cette attachante région ignore, en règle générale, qu’elle doit son nom aux « barons » qui en furent les maîtres à l’époque médiévale, les Mévouillon, les Montauban et les Mévouillon-Mison. En ces temps féodaux, le massif des Baronnies était en effet partagé entre de multiples seigneuries et comptait nombre d’enclaves dépendant des grandes familles voisines de Provence ou du Dauphiné, voire de la Papauté.

12De cette histoire particulièrement complexe demeure aujourd’hui tout un ensemble de fortifications éparpillées qui maille le territoire, parfois entourées d’un village, parfois solitaires ; il arrive alors que seul un œil exercé puisse en reconnaître les vestiges, tant ceux-ci semblent ne faire qu’un avec la roche.

13À notre époque si attachée à la redécouverte de son patrimoine, ces dizaines et dizaines de tours, de mottes ou de donjons constituent assurément un atout pour les Baronnies. Encore faut-il que ces vestiges soient repérés, identifiés, que leur histoire souvent chaotique soit restituée, autant que l’autorisent l’étude des sources et l’archéologie.

14Il faut se réjouir que, poursuivant le patient travail entrepris depuis une quinzaine d’années, les Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne nous offrent aujourd’hui ce volume consacré aux « châteaux médiévaux dans les Baronnies », que l’on doit aux recherches minutieuses autant qu’obstinées de son auteure, Marie-Pierre Estienne. En effet, la parution de cet ouvrage vient opportunément rappeler qu’il n’est pas de prise en compte du patrimoine qui ne nécessite d’abord de s’appuyer sur l’étude et la connaissance.

15Qu’au travers de cette remarquable publication, hommage soit rendu à toutes celles et ceux qui, travaillant dans les services spécialisés de l’État et des collectivités, dans les universités, les laboratoires de recherche et les associations, contribuent à construire et actualiser cette connaissance, préalable indispensable à la valorisation du patrimoine monumental.

Jacques Gérault,
préfet de la région Rhône-Alpes,
préfet du Rhône

© Alpara, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540