Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 8. Synthèse

Yann Deberge

Texte intégral

8.1. L’évolution de l’occupation laténienne

1Dans ce chapitre, est retracée, de façon synthétique, l’évolution de l’occupation de cet établissement rural laténien. Pour rappel, la mise en phase générale du site repose sur l’examen du réseau fossoyé. L’occupation se divise en trois étapes principales qui couvrent les IIIe et IIe siècles av. J.-C. Leur rattachement chrono-culturel et les propositions de datations absolues qui en découlent reposent sur l’examen du mobilier collecté dans le comblement des structures (cf. supra § 3.6.2 et § 4.5.2).

8.1.1. Un espace occupé sur la longue durée

2Comme évoqué plus haut, l’installation de La Tène moyenne et finale succède à deux occupations plus anciennes. La première (cf. supra § 1.5.2.) correspond à une petite nécropole à inhumation, datée des VIIe-VIe siècles av. J.-C. L’habitat est probablement localisé à proximité de la zone dégagée, peut-être sous le tracé de l’autoroute A710, où ont été mis en évidence les indices d’une occupation domestique de même datation (fig. 186 ; rapport Guichard 2000 : 65-67). La seconde (quelques fosses et fossés datés à La Tène A ; cf. supra § 1.5.3.) est identifiée à l’extension maximale d’une installation peu dense, mise en évidence également lors de la fouille de la A710 (ibid. et Mennessier-Jouannet 2000d). Par la suite, le site paraît délaissé, même si la présence ponctuelle d’objets attribués à La Tène B1/B2, découverts en position résiduelle dans les structures fossoyées plus tardives, peut témoigner d’une fréquentation du site à cette période. On ne peut toutefois pas exclure que certains de ces objets (tous des éléments de parure en alliage cuivreux ; cf. supra § 1.5.3 et 4.1.3.), voire la totalité, doivent leur présence à un phénomène de résidualité « sociale » (objets conservés).

Fig. 186 - Évolution de l’occupation au sein du « terroir » du Pâtural, du premier âge du Fer à la période gallo-romaine (d’après Guichard 2000 : Fig. 32, 35, 36).

3Ces premiers vestiges montrent que l’espace sur lequel s’implante l’établissement rural des IIIe et IIe siècles est déjà anthropisé de longue date, à l’image de ce qui est mis en évidence dans d’autres secteurs de la plaine. Il est toutefois difficile de savoir quel est l’impact sur le paysage de ces premières installations qui semblent toujours marquées par leur caractère temporaire : une phase d’abandon d’une centaine d’années encadre chacune de ces occupations. Elles ne marquent pas l’espace rural de façon durable, puisque les vestiges plus récents viennent masquer, en grande partie et sans reprendre les premiers efforts de structuration de l’espace, les aménagements plus anciens. Toutefois, la présence de ces installations successives témoigne d’une certaine forme de pérennité de l’habitat sur la longue durée et, surtout, de l’ancienneté de la mise en valeur agricole du secteur. L’analyse des macro-restes végétaux (cf. supra § 6) vient, d’ailleurs, confirmer cette dernière observation puisqu’elle atteste une ouverture ancienne du milieu, probablement dès avant la période laténienne, qui va par la suite en s’intensifiant avec, dès La Tène A, la mise en place de la culture des céréales et des légumineuses.

4La présence d’occupations antérieures et postérieures à celle des IIIe et IIe siècles av. J.-C., malgré l’existence de hiatus, témoigne également d’une certaine stabilité dans l’organisation interne de cet espace rural. Du premier âge du Fer à la période gallo-romaine, le déplacement des zones dédiées à l’habitat et des secteurs funéraires reste limité à un périmètre relativement restreint (fig. 186). La zone fouillée entre 1986 et 1995 passe du statut de cimetière à celui d’habitat (au sein duquel on pratique toutefois l’inhumation), pour finalement retourner à sa fonction première. Les habitats associés à ces espaces funéraires se situent toujours, pour les VIIe-VIe siècles av. J.-C. et la période gallo-romaine, à une distance limitée (souvent autour de 200 m). Ces observations montrent que la zone à occupation domestique et/ou funéraire semble fixée dès le premier âge du Fer et ne se déplace que modérément, par la suite, sur un terroir qui doit être relativement vaste, si l’on s’en tient aux données des prospections (de quelques centaines à plusieurs centaines d’hectares, selon la période considérée ; Trément et al. 2004, Mennessier-Jouannet, Milcent à paraître). Cette situation est comparable à celle relevée sur le site du Boisanne, à Plouër-sur-Rance, où l’occupation se développe de façon durable sur une période de 7 siècles, de la fin du début du Ve siècle av. J.-C. au IIe siècle ap. J.-C., avec comme différence notable que la zone d’habitat, sur ce site, reste au même emplacement, sauf à la période gallo-romaine (Menez 1996 : 184-194). On peut envisager, à titre d’hypothèse, que la mise en valeur du terroir du Pâtural a été le fait, au cours des 8 à 9 siècles que dure son exploitation, d’un seul et même groupe humain. Cette occupation pérenne, bien que discontinue, ne prend fin qu’au début de la période médiévale, à un moment où les déséquilibres environnementaux, engendrés par la mise en valeur agricole intensive de la fin de l’âge du Fer et de la période gallo-romaine, se traduisent par des conditions hydrologiques catastrophiques qui conduisent à une réorganisation profonde de l’habitat en plaine.

5Si l’installation de la ferme au IIIe siècle av. J.-C. fait suite à plusieurs occupations successives, elle procède toutefois d’un phénomène nouveau qui s’inscrit, cette fois, dans la durée et dépasse largement le cadre du seul terroir du Pâtural. Partout dans la Limagne, une vaste entreprise de systématisation et de rationalisation de mise en valeur agricole de la plaine humide conduit à l’implantation de sites de taille et de fonction comparables. Il est évidemment difficile de savoir si un découpage foncier préexiste à cette situation. Cependant, on vient de le voir, certains secteurs de la Limagne sont déjà occupés de longue date. La stabilité observée, au Pâtural, de la localisation de la zone à destination domestique et funéraire implique, d’après cette étude, l’existence de limites clairement définies. De même, la densité de sites, dans le sud de la Basse Auvergne, perçue à partir des prospections et fouilles récentes, suggère qu’une certaine forme de délimitation des espaces a dû être nécessaire aux relations « de bon voisinage » entre des communautés qui se partagent l’exploitation d’un espace relativement exigu. La vague d’implantations des « fermes indigènes », aux IIIe et IIe siècles av. J.-C., ne correspond donc pas, en Basse Auvergne, à une phase de défrichement, hypothèse souvent avancée pour expliquer l’apparition des établissements ruraux dans la Gaule du Nord (Menez 1996 : 205). Elle s’apparente plus à une restructuration de grande ampleur de cet espace rural, déjà anciennement anthropisé, avec une densification de l’habitat et un changement dans le mode de mise en valeur du sol qui passe par l’installation d’exploitations rurales entourées de grands systèmes fossoyés, destinés à drainer les terrains. Si certains sites sont, à l’évidence, des créations nouvelles, faites sur des terroirs encore peu mobilisés, d’autres, comme celui du Pâtural, existent de longue date.

8.1.2. L’implantation de la communauté rurale laténienne (phase 1 : vers 300-200 av. J.-C.)

6Les vestiges immobiliers et mobiliers attribuables à la première phase d’occupation de la ferme laténienne sont peu abondants (fig. 187-188 et 207). Ils correspondent, pour les premiers, à des structures linéaires, essentiellement des fossés, à quelques fosses profondes et à un puits. Aucun plan de bâtiment n’est identifié. Deux étapes peuvent être individualisées pour cette première phase d’aménagement du site.

7Au cours de la phase 1a (vers 300-260 av. J.-C. ; fig. 187), un petit enclos (2 000 m2) est implanté dans la partie nord du site, à peu de distance du ruisseau. Il est matérialisé, sur ses côtés nord et est, par des fossés ; son côté sud comprend un dispositif mixte associant une palissade à un hypothétique talus. Les structures, 1 ou 2 puits et 3 fosses, sont toutes localisées à l’extérieur de l’enclos, dans la moitié sud du site. Aucune trace de construction n’est décelée à l’intérieur de l’enclos. Plus qu’à un véritable habitat, ces vestiges peuvent appartenir à un aménagement à vocation agricole (enclos à bétail environné de champs ?), situé en périphérie de l’espace domestique. Plusieurs observations vont à l’encontre de cette proposition. Le mobilier témoigne d’une diversité (vaisselle céramique de préparation et de présentation, faune consommée, objets de parure, ustensiles liés au foyer) qui évoque la proximité immédiate d’un habitat. Sa localisation, pour moitié dans les fossés, renvoie à un mode de gestion des déchets, fréquent sur les établissements ruraux laténiens. La découverte, dans quatre structures, de dépôts carbonisés de restes végétaux (céréales et légumineuses) signale, également, la proximité de l’habitat. L’un d’eux, très abondamment fourni, correspond aux rejets mêlés d’un stock de fourrage animal, d’un stock de céréales et légumineuses et de restes de préparations culinaires. L’absence de structures construites, sur l’aire dégagée, ne semble donc pas être un argument suffisant pour écarter l’hypothèse d’un secteur dédié à l’habitat. Certaines solutions architecturales, telles que la fondation sur sablières basses, peu ou pas ancrées dans le sol, ont pu être utilisées pour la réalisation des bâtiments. Dans des conditions normales de conservation, ce mode de construction ne laisse aucune trace archéologique.

Fig. 187 - Occupation du site à la phase 1a, NMI céramique calculé pour 376 restes.

8La quantité de mobilier présent indique une installation d’ampleur limitée (956 objets ; fig. 193). À titre de comparaison, le chemin 8 du site de La Grande Borne, contemporain de la phase 1a du Pâtural, livre près de 4 200 fragments de céramiques, pour une surface fouillée de quelques mètres carrés (rapport Guichard, Orengo 2000a). Au Pâtural, le mobilier provient principalement des fossés (50 % des restes), des fosses et des puits (36 % des restes). Cette répartition indique le rôle important joué par les fossés et les fosses, dans la gestion des déchets. Le mobilier comprend essentiellement de la céramique et de la faune. Les objets de parure, ainsi que les ustensiles liés au foyer (principalement des plaques de foyer mobiles), ne comptent que pour une part limitée du mobilier présent ; un seul fragment de scorie ferreuse est attribué à cette phase.

9Compte tenu des caractéristiques mises en évidence pour cette première phase d’occupation, il semble que les activités humaines concernent essentiellement l’acquisition de denrées de subsistance. L’analyse des macro-restes végétaux, particulièrement abondants pour cette phase d’occupation, montre que le Pâtural correspond à un site de production où l’on pratique une agriculture intensive (labour profond, sarclage) et maîtrisée (choix des cultures en fonction des propriétés des sols, bonne conservation des récoltes). Les espèces cultivées sont diversifiées : orge vêtue, blés nu et vêtu, millet, légumineuses (vesces, pois et ers). Les occupants du site savent également tirer parti du milieu naturel, puisque la présence de noisettes et de physalis atteste une activité de cueillette dont il est toutefois impossible d’évaluer l’importance. Le bois de combustible, essentiellement du hêtre, témoigne d’un recul déjà ancien de la chênaie sur la plaine. Il est possible de restituer, pour cette phase d’occupation, un paysage morcelé en une mosaïque de champs cultivés et de prairies ayant pour limites des fossés que l’on suppose bordés de haies. La pratique de l’élevage est fortement envisageable. Aucun autre type de production n’est attesté sur le site, à l’exception d’une activité ponctuelle de forgeage des métaux ferreux (réparation de l’outillage ?), suggérée par la présence de l’unique scorie métallique. Les seuls éléments relatifs aux activités domestiques (vaisselle céramique, macro-restes végétaux et faune consommée) renvoient aux domaines du stockage, de la préparation et de la consommation des aliments.

10Au cours de la seconde phase d’aménagement (phase 1b : vers 260-200 avant J.-C. ; fig. 188), le site connaît une restructuration importante qui suggère que les aménagements plus anciens ne sont plus en usage. Deux longs fossés de drainage sont implantés selon un axe ouest-est, l’un au nord et l’autre au sud. Le creusement du fossé nord répond à la nécessité d’aménager les abords humides du ruisseau qui traverse ce secteur du site. Un long fossé, dont la fonction semble être uniquement parcellaire, relie ces deux structures fossoyées. L’espace ainsi occupé avoisine les 10 000 m2. Comme pour la phase 1a, aucun plan de construction n’a été mis en évidence ; seules deux fosses sont associées à cette phase d’aménagement. La partie correspondant à l’enclos domestique n’est donc pas localisée. Trois autres fosses, découvertes à 100 et 250 m au nord-est de la surface décapée, signalent soit l’extension maximale de cette occupation laténienne, soit de la présence proche d’une autre installation. Les remarques concernant la nature de l’occupation, faites pour la première phase d’occupation du site, sont transposables ici : la présence de bâtiments est fortement probable, même si aucun vestige immobilier s’y rapportant n’a été découvert.

Fig. 188 - Occupation du site à la phase 1b, NMI céramique calculé pour 750 restes.

11Les éléments mobiliers collectés sont trois fois plus nombreux qu’à la phase 1a (fig. 193) et proviennent, comme auparavant, à parts égales des fosses et des fossés. L’ensemble mobilier est essentiellement composé de céramique et de quelques éléments de faune. La parure, sans être plus fréquente, est plus nombreuse et diversifiée. Une bouterolle de fourreau d’épée indique la présence d’un homme en arme sur le site. Les autres mobiliers découverts renvoient à la sphère domestique. Trois scories ferreuses ont également été collectées dans les structures appartenant à cette phase.

12On suppose que les activités pratiquées, à cette époque, diffèrent peu de celles mises en évidence précédemment. 1 seule structure a livré des restes végétaux, au demeurant en assez petite quantité. Ce petit lot permet d’envisager, avec quelques réserves compte tenu des effectifs en jeu, une culture des céréales (des blés, nu et vêtu, et de l’orge vêtue). La pratique de l’élevage, au moins pour la consommation vivrière, est possible. La nouveauté réside dans l’apparition des activités de mouture des céréales et de travail des textiles (filage et tissage). Le nombre d’éléments se rapportant à ces pratiques montre qu’il s’agit d’un exercice effectué dans un cadre domestique, afin de pourvoir aux besoins des habitants (une famille ?). Des activités ludiques (ou religieuses : divination ?) sont suggérées par la présence d’un dé en os. Les quelques scories collectées indiquent l’existence d’une activité limitée de travail des métaux ferreux, sans que l’on sache précisément laquelle.

13En conclusion, l’occupation que connaît le site au cours de cette première phase semble d’ampleur très restreinte. Si ce n’était la présence du mobilier et des puits qui indique plutôt la proximité d’un habitat on pourrait penser être en présence d’un simple ensemble de fossés parcellaires, délimitant une zone dévolue aux activités agricoles. Les bâtiments, qui font défaut, sont peut-être à rechercher dans les nuées d’anomalies non fouillées, à moins que cette absence soit liée au mode de construction utilisé. La quantité de mobilier collecté est faible (4 116 restes au total), mais reste comparable à celles relevées sur la plupart des sites ruraux laténiens de Gaule interne (fig. 194). L’analyse des macro-restes végétaux confirme la vocation agricole de cette installation. L’élevage n’y est pas attesté de façon certaine, mais sa pratique est fortement probable, dans le cadre d’une production vivrière. La présence de fusaïoles et de pesons montre qu’une activité textile, qui peut utiliser des fibres d’origine animale ou végétale, est développée sur le site. Il est plausible que la quasi-totalité de la production agricole soit destinée à une consommation sur le site. La présence de mobilier de qualité parmi lequel plusieurs objets de parure, une pièce d’armement et de la vaisselle d’importation semble témoigner du statut social particulier des premiers occupants de la ferme du Pâtural.

8.1.3. Une ferme indigène au statut particulier (phase 2 : vers 200-140/130 av. J.-C.)

14Les vestiges immobiliers et mobiliers appartenant à cette phase sont nettement plus nombreux que précédemment. Pour les premiers, ils correspondent à des fossés et palissades, à plusieurs constructions sur poteaux porteurs, à quelques fosses et à un puits. Le mobilier est toujours diversifié avec, cependant, des effectifs numériquement deux fois plus importants. Il est surtout caractérisé par l’augmentation de la place occupée par les importations et, pour la phase 2b, par celle des déchets artisanaux. Au cours de la phase 2a (vers 200-160 avant J.-C. ; fig. 189), un enclos quadrangulaire est implanté dans la partie sud-ouest du site. Il est matérialisé, sur trois de ses côtés, par un large fossé peu profond, sans doute bordé par un talus. À l’ouest, il s’appuie, sur 1 long fossé de drainage, orienté selon un axe sud-nord, qui rejoint probablement un autre fossé, de fonction identique, implanté perpendiculairement en bordure sud du ruisseau. La mise en place de ce dernier aménagement, quelques mètres au nord du fossé installé au cours de la phase 1b, indique un souci constant de se prémunir des débordements occasionnels du ruisseau. Ces nouveaux aménagements témoignent d’une phase de restructuration importante du site qui a nécessité le nivellement des anciens fossés et talus, tout en conservant l’orientation générale définie à l’étape précédente.

Fig. 189 - Occupation du site à la phase 2a, NMI céramique calculé pour 3 765 restes.

15Le plan de l’établissement s’apparente à celui des sites ruraux à enclos trapézoïdal, largement attesté en Gaule, notamment en Île de France (Marion 2004 : 345-348) et en Vendée (Guillaumet, Nillesse 2000 ; Nillesse 2003a). Des similitudes existent également avec plusieurs sites arvernes (fig. 195). Au Pâtural, l’enclos rectangulaire, d’une surface de 3 000 m2, est, lui-même, intégré dans un ensemble fossoyé plus vaste (parcellaire). C’est dans cet enclos que les structures sont regroupées ; le reste du site est libre de tout vestige. On en déduit que cet espace est identifiable à la zone d’habitat alors que la zone externe semble dédiée aux activités agro-pastorales. Plusieurs partitions internes, matérialisées par des palissades, suggèrent que cet enclos n’a pas, exclusivement, une vocation domestique. La localisation des bâtiments et du puits en bordure des fossés témoigne de la volonté de laisser une zone libre au centre de l’enclos. Cette organisation, fréquemment rencontrée sur les établissements agricoles de Gaule interne, est considérée comme témoignant de l’existence d’espaces réservés au traitement des récoltes (aire de battage…), au jardinage, à la basse-cour, voire au parcage du bétail. Au Pâtural, une concentration de mobilier, mise en évidence sur une vingtaine de mètres carrés, au centre de la division sud de l’enclos, indique la présence d’une aire de rejet au sol (tas de fumier ?). Parmi les constructions, on identifie deux greniers, deux structures de type annexes et un bâtiment d’habitation. La présence d’un autre bâtiment de grande dimension est vraisemblablement dans la partie nord-ouest de l’enclos (zone non décapée en intégralité). Un puits, entièrement parementé à l’aide de pierres - type d’aménagement que l’on rencontre préférentiellement sur les habitats groupés comme, par exemple, celui « d’Aulnat » - témoigne d’un certain confort dans l’installation. Pour finir, la découverte d’une sépulture d’enfant mort-né, dans le comblement de l’un des fossés de l’établissement, parmi des détritus domestiques, documente une pratique funéraire assez largement attestée en Gaule (Marion 2004 : 164-166) : celle de l’inhumation des très jeunes enfants au sein même de la zone d’habitat.

16On observe un doublement de la quantité de mobilier, collecté pour cette phase, par rapport à l’étape précédente, sans que cela puisse être lié à la méthode d’échantillonnage (cf. supra § 2.3.2.3). Cette augmentation affecte de façon uniforme toutes les catégories de mobilier. Ce mobilier provient, très majoritairement, des fossés de l’enclos, même si quelques éléments ont été retrouvés dans les palissades et les trous de poteau. Les fossés ont donc un rôle prééminent dans la gestion des déchets. Les éléments mobiliers correspondent, majoritairement, à de la céramique et à de la faune. Les objets de parure sont bien représentés et montrent toujours une assez grande diversité (fig. 193). Le mobilier domestique correspond aux ustensiles liés au foyer, aux instruments de mouture, aux outils du filage et à divers ustensiles en os ou en pierre ; 1 lime en fer ainsi que quelques scories ferreuses complètent la liste.

17On suppose que les activités pratiquées sont, comme pour les phases 1a et 1b, largement tournées vers l’agriculture et l’élevage. La découverte de carporestes, en nombre limité et dans une seule structure, témoigne de la présence des blés nu et vêtu, de l’orge vêtue et de l’ers. Les deux greniers, les instruments de mouture et les pots de stockage (une quarantaine, dénombrés pour cette phase, d’une contenance totale de 1,5 m 3) suggèrent que les activités en relation avec la conservation et la transformation des produits agricoles occupent une place importante dans l’économie du site. L’apparition de greniers et le nombre croissant de récipients de stockage (de 3 % à 8 % du nombre total de récipients) prouvent, indirectement, l’augmentation de la production agricole, voire l’existence d’un surplus destiné aux échanges. Les objets de parure et la vaisselle d’importation en provenance du bassin méditerranéen (campanienne A et céramique à pâte claire calcaire) attestent, d’ailleurs, l’existence de tels échanges. La pratique de l’élevage est raisonnablement envisageable : l’espace réservé au parcage du bétail (dans la partie sud de l’enclos ?) et les restes de faune renvoient implicitement à cette activité. Paradoxalement, le porc domine l’assemblage faunique, alors que cet animal est plutôt associé aux habitats groupés. Le spectre faunique, observé pour cette phase, se rapproche, sans s’y conformer totalement, de ceux mis en évidence pour ces mêmes habitats à occupation dense. Le filage des fibres animales ou végétales est attesté par la présence de plusieurs fusaïoles, d’une pointe en os (broche de tisserand ?) et d’un lissoir en pierre. Les scories métalliques signalent une activité de forgeage du fer de faible importance. La lime en fer a tout aussi bien pu être utilisée pour les métaux (dont les alliages cuivreux) que pour le travail de finition sur les matières osseuses (dé, manche d’outil…). Le filage, le tissage et le travail des métaux sont, compte tenu de l’effectif des mobiliers s’y rapportant, envisagés dans un cadre domestique.

18La seconde phase d’aménagement (phase 2b : vers 160-140/130 avant J.-C. ; fig. 190) n’apporte que des modifications mineures au plan défini précédemment. Les limites plus anciennes sont toujours en usage, de même que l’ensemble des bâtiments. L’enclos fait, néanmoins, l’objet de quelques modifications. Le fossé le délimitant est remplacé par un aménagement plus petit, probablement destiné à recevoir une palissade, sur ses côtés ouest, sud et est. Les entrées orientales sont obturées, partiellement ou totalement, et une nouvelle entrée, suivie d’un porche ou d’un portail, est créée dans l’angle sud-ouest. L’implantation, à l’emplacement de la branche nord de l’enclos, d’un long fossé de drainage qui traverse le site d’est en ouest, constitue une modification importante de l’ensemble. Un second fossé, également orienté selon un axe ouest-est, vient s’appuyer sur le côté est de l’enclos. Il détermine, avec le fossé précédent, un nouvel enclos d’une superficie d’environ 1 700 m. Au sein de ce nouvel espace, s’installe 1 vaste construction d’une trentaine de mètres carrés qui, par son plan, s’apparente aux structures de stockage aérien. Enfin, un ou deux ateliers de forge (la datation de l’un d’eux est mal assurée) s’implantent dans la partie nord du site, à l’écart de la zone d’habitat.

Fig. 190 - Occupation du site à la phase 2b, NMI céramique calculé pour 2 907 restes.

19Le mobilier collecté témoigne d’un accroissement quantitatif modéré qui est toutefois en partie sous-évalué, compte tenu de la méthode d’échantillonnage (cf. supra § 2.3.2.3 ; fig. 193). Ces vestiges mobiliers proviennent, à parts sensiblement égales, du comblement des fossés et des fosses ; les autres structures ne livrent que très peu de mobilier. L’ensemble est dominé par la faune suivie de la céramique. La parure ne montre pas d’évolution significative, par rapport à la phase précédente, de même que l’outillage domestique et agricole. Un fer de lance, trouvé dans le comblement d’un des fossés, témoigne de la présence d’armement sur le site. Enfin, les déchets associés à la métallurgie du fer (plaques foyères et scories métalliques) sont abondants par comparaison avec les phases antérieures (693 restes, 28 kg).

20Aucun indice ne permet d’entrevoir un quelconque changement dans la nature des activités pratiquées sur le site. Le petit ensemble de restes végétaux, découvert dans l’un des fossés, révèle une certaine stabilité dans les espèces cultivées : blés nu et vêtu, orge vêtue, millet, ers et pois. La lentille est, pour la première fois, attestée en nombre. Les assemblages carpologiques permettent de classer le Pâtural parmi les sites producteurs. La construction d’un imposant grenier aérien (30 m2) qui a pu contenir, si l’on suit les estimations faites pour des sites du nord de la Gaule (Malrain, Matterne, Méniel 2002), plusieurs tonnes de produits agricoles, témoigne sans doute d’une augmentation de la production du site. Le léger accroissement de la place occupée par les récipients de stockage (+ 2 %) peut renvoyer au même phénomène. La stabilité du nombre d’instruments de mouture (deux moulins rotatifs), objets qui participent préférentiellement à la préparation des denrées consommées sur le site, indique, au contraire, que la consommation des produits végétaux évolue peu. C’est au cours de cette période que la fréquence des céramiques d’importation (campanienne A et pâte claire calcaire) est la plus forte et que les premières amphores vinaires italiques arrivent au Pâtural, signes d’un développement certain des échanges. L’accroissement considérable des rejets relatifs à la métallurgie du fer indique l’existence d’1 atelier de forge dont la production, difficile à quantifier et à qualifier, génère une quantité de déchets comparable à celle que l’on retrouve sur les habitats groupés contemporains.

21L’image restituable du site, pour la phase 2, est celle d’un établissement à vocation agricole, accueillant une petite communauté humaine, d’une ou de deux cellules familiales (fig. 191). Son plan rappelle celui des nombreuses « fermes indigènes » connues dans une grande partie de la Gaule. La quantité de mobilier collecté (plus de 15 000 restes) et surtout sa qualité (importations, objets de parure, armement) semblent confirmer le statut social privilégié des occupants. Les activités agricoles sont la culture des céréales et des légumineuses et l’élevage. L’augmentation de la capacité de stockage, au cours de cette phase (de 18 m2 à 48 m2), sous-tend un accroissement de la production agricole et le dégagement d’un surplus. L’évolution observée dans la composition du cheptel, avec une place croissante occupée par les bovins, peut également traduire un besoin en animaux de trait. Cet accroissement de la production agricole, perçu en filigrane, coïncide avec l’introduction en nombre de la vaisselle d’importation. L’implantation d’un atelier de forge, à partir la phase 2b, témoigne de la capacité des occupants à soutenir une activité de manufacture d’objets en fer, apparemment assez importante. Les autres activités de transformation (filage du textile, mouture des céréales…) renvoient, conformément à la situation observée sur la plupart des établissements ruraux, à une pratique exercée dans un cadre domestique.

Fig. 191 - Partie domestique de la ferme à la phase 2a.

8.1.4. Un développement agricole et démographique (phase 3 : vers 140/130-110 av. J.-C.)

22Cette étape correspond à un changement majeur, tant dans l’organisation générale du site, que dans sa fonction supposée. Contrairement aux deux phases précédentes (1 et 2), sa durée est relativement courte (30 ans).

23Les aménagements de la phase 2 ne font l’objet d’aucune réfection et ne paraissent pas maintenus dans leur état d’origine (fig. 192). L’absence de toute découverte mobilière attribuable à cette phase, dans le secteur du site occupé anciennement, suggère que cet espace n’a plus une vocation domestique (absence de rejets). Les limites mises en place précédemment peuvent, toutefois, être toujours visibles sous la forme de talus, probablement plantés de haies. Les seules structures dont le tracé est pérennisé sont le long fossé de drainage, orienté ouest-est, situé dans la partie centrale et celui localisé en bordure sud du ruisseau. Le premier est recreusé et le second fait l’objet de plusieurs transformations. À l’exception de ces structures, dont la vocation essentielle est de drainer les sols, les limites sont matérialisées par des palissades. Localisées dans la partie nord-ouest du site, elles déterminent plusieurs enclos quadrangulaires de petite taille (190 à 280 m2). La concentration des structures, dans ce secteur, indique qu’il est le pôle principal d’activité, ce que confirme la répartition des mobiliers. Le grand nombre de structures de support, mis en évidence au sein de ces enclos, suggère l’existence de constructions sur poteaux porteurs dont le plan n’est pas toujours lisible. Les deux seuls bâtiments clairement identifiables sont localisés en bordure de cette zone d’enclos. Compte tenu de leur superficie (49 et 75 m2), ils correspondent, sans trop de doutes, à des bâtiments d’habitation. Si le premier a été construit en une seule fois, avec éventuellement quelques réaménagements, le second, qui est aussi le plus vaste, a été édifié en plusieurs étapes. On note, par comparaison avec les phases plus anciennes, une modification importante dans la façon de gérer les déchets. Ils sont, maintenant, très majoritairement déposés en bordure sud du ruisseau et forment un vaste dépotoir. Pour finir, trois inhumations ont été pratiquées à proximité de la zone domestique. L’ensevelissement des défunts, au sein même de l’habitat, ou à sa proximité immédiate est une pratique courante sur les sites du grand bassin clermontois contemporains. L’une d’elles, 1 inhumation de femme, contenait de la vaisselle céramique et plusieurs objets de parure.

Fig. 192 - Occupation du site à la phase 3, NMI céramique calculé pour 10 351 restes.

24Cette occupation apparaît comme plutôt ouverte, avec plusieurs bâtiments (6 ?), implantés à l’intérieur ou à l’extérieur de petits enclos. Seul un secteur du site, d’une emprise au sol relativement restreinte (1 000 m2), fait l’objet d’une partition poussée. La localisation de ces vestiges, dans l’angle nord-ouest de la surface décapée, suggère que cet ensemble n’a été appréhendé que de façon incomplète. Une partie du site doit être localisée sous l’actuelle autoroute A71. On estime, compte tenu de la rareté des vestiges dans la tranchée pratiquée en bordure est de cette autoroute, que l’extension maximale de cette occupation ne doit pas dépasser 1 à 2 ha.

25Le mobilier est 7 fois plus abondant (toutes catégories confondues) qu’à la phase immédiatement antérieure (fig. 193). Il provient, en presque totalité, du dépotoir localisé en bordure du ruisseau ; les fosses et les fossés n’en recèlent qu’une part limitée et la place occupée par les palissades et les trous de poteau est négligeable. Le mobilier comprend, majoritairement, de la céramique et de la faune. Les objets de parure, s’ils sont nettement mieux représentés en valeur absolue (100 ex.), ne sont pas plus fréquents qu’antérieurement (0,1 % des objets). Ils présentent, comme aux phases précédentes, une grande diversité : bracelets en matière organique fossilisée, en verre ou en alliage cuivreux ; perles en verre ou en os ; anneaux en alliage de cuivre ; fibules en fer et en bronze. Le mobilier domestique est, lui aussi, plus abondant sans être plus fréquent. On retrouve les ustensiles liés au foyer, les instruments de mouture, des couteaux et des aiguisoirs, les outils du filage et du tissage ainsi que divers éléments en fer et en pierre. Les déchets relatifs à l’artisanat du fer présentent une masse 2,5 fois supérieure à celle relevée à l’étape précédente, conséquence probable d’une augmentation du volume de métal traité.

Fig. 193 - Évolution chronologique de la quantité de mobilier présente sur le site à partir des données provenant des structures.

26La nature des activités agricoles pratiquées sur le site est difficilement perceptible. La forte représentation des bovins doit être liée à un besoin croissant en force de traction, conséquence directe de l’accroissement des surfaces cultivées. Toutefois, l’absence de documentation archéobotanique ne permet pas de valider cette proposition. Le manque des structures de stockage, sur l’aire dégagée, hypothèque la proposition d’une production agricole importante. Il est néanmoins possible que des silos ou greniers existent, en dehors de la zone étudiée (à l’est du site ?), ou qu’une partie des récoltes ait été conservée dans l’un des bâtiments au plan mal défini. Les pots de stockage sont en tout cas légèrement moins fréquents (environ 7 % des vases) qu’à la phase 2. Ils présentent, toutefois, des capacités plus élevées (jusqu’à 100 l) qui compensent, en partie, le recul relatif de leur effectif. L’analyse des restes osseux indique un élevage des moutons rotatifs identifiés, on note l’apparition de mortiers en pierre. Ces objets, tout de suite bien nombreux, indiquent, peut-être, l’introduction de nouveaux usages culinaires. En marge du domaine domestique, d’autres activités, moins faciles à définir, sont perceptibles à partir de l’examen du mobilier lithique (lissoirs et polissoirs) : apprêtage des textiles, travail des peaux ?

27L’artisanat du fer est particulièrement développé, si l’on en juge par la masse de scories collectées. Cette activité de manufacture d’objets en fer répond à une demande qui dépasse probablement les seuls besoins du site. La présence de monnaies, en nombre relativement élevé (10 monnaies auxquelles il faut adjoindre 11 autres découvertes hors structure), témoigne, d’ailleurs, de l’insertion du site dans les réseaux d’échanges à plus ou moins longue distance.

28En résumé, le site connaît, à cette époque, un bouleversement tant structural que fonctionnel. Le plan du site est plus ouvert, mais nettement plus parcellarisé. Tout l’espace occupé est couvert par un nombre élevé de structures en creux qui signalent des constructions nombreuses faisant l’objet de réaménagements fréquents. L’implication du Pâtural dans les réseaux d’échanges paraît plus marquée : quantité accrue des importations et apparition de la monnaie. L’artisanat du fer se développe, même s’il est vraisemblable que l’agriculture constitue toujours l’activité principale des occupants. La quantité d’objets rejetés ne peut plus être expliquée par le seul statut social supposé élevé des occupants, mais paraît être en rapport avec un véritable accroissement de la population. L’image que renvoie le site ne correspond plus à celle de l’établissement agricole de type « ferme indigène », proposée pour les phases 1 et 2. La présence d’un mobilier abondant et de qualité, l’existence d’une activité artisanale développée et d’une population nombreuse rapprochent l’occupation de la phase 3 du Pâtural de celles de certains habitats groupés de la fin de l’âge du Fer. Sans oser la comparaison avec les importantes agglomérations ouvertes du centre de la Gaule telles que Levroux, Roanne, Feurs ou encore « Aulnat », le site s’apparente, alors, à un habitat de taille et de statut intermédiaires entre les fermes et les grandes agglomérations ouvertes, sorte de hameau villageois, encore largement tourné vers l’agriculture, mais montrant les signes d’une implication plus grande dans les circuits d’échanges et la production artisanale.

8.2. Le site du Pâtural dans son contexte régional

8.2.1. Une ferme aristocratique ?

29La définition du statut socio-économique du site et de ses occupants est un point important dans l’étude portant sur les établissements ruraux de la fin de l’âge du Fer. Avec elle, se pose, en filigrane, la question de l’organisation sociale et plus franchement tourné vers la production lainière et/ou laitière. Les activités repérées sur le site sont, en grande partie, d’ordre domestique : mouture des céréales, préparation culinaire, filage et tissage. Concernant la mouture, à côté de la dizaine de moulins économique de ces sociétés qui sont essentiellement connues par les textes antiques. En d’autres termes, qui sont les occupants de ces établissements ruraux ? De petits paysans libres qui possèdent leur terre, des travailleurs agricoles dépendants ou de grands propriétaires fonciers ? Il y a une trentaine d’années, l’identification de ces sites ruraux aux aedificia, décrits par César, impliquait leur assimilation à de grands domaines fonciers contrôlés par la classe dirigeante, les equites. Les études récentes, conduites notamment dans le nord et l’ouest de la France, montrent que, sous une apparente homogénéité formelle (des sites à enclos avec peu de mobiliers), se cache une grande diversité de fonctions et de statuts (Menez 1996 : 205-212 ; Malrain, Matterne, Méniel 2002 : 137-155 ; Nillesse 2003a ; Marion 2004 : 343-348…).

30Les tentatives de hiérarchisation des sites reposent, principalement, sur l’analyse conjointe des vestiges mobiliers et des structures archéologiques. Pour les vestiges mobiliers, le critère le plus fréquemment retenu est celui de l’absence/présence de biens considérés comme révélateurs d’un certain statut social et économique : amphores, vaisselle d’importation, parure, monnaies, armement… (voir par exemple l’étude présentée dans Nillesse 2003a). L’aspect quantitatif ne doit pas être négligé ; il permet d’effectuer une distinction supplémentaire entre les sites où ces biens « de prestige » sont simplement présents et ceux où ils sont attestés en nombre. Concernant les vestiges immobiliers, sont souvent prises en compte (ibid. ; Malrain, Matterne, Méniel 2002 : 137-155) la dimension des ouvrages fossoyés (profondeur et emprise), l’organisation interne au site (1 seul espace, 2 espaces, 3…), l’architecture des bâtiments et la présence de toute autre construction inhabituelle (porche, bâtiment aux dimensions exceptionnelles…).

31Le facteur « vestiges immobiliers » ne peut que difficilement être utilisé pour l’étude du Pâtural, dans la mesure où le site n’a été dégagé que très partiellement, à la différence de ce qui est effectué, notamment, dans le nord et l’ouest de la France. Avec une surface investie comprise entre 1 500 m2 et 4 700 m2 selon la phase concernée, le site apparaît comme relativement modeste. Toutefois, l’organisation interne décelée (au moins pour la phase 2), avec des bâtiments régulièrement ordonnés, la présence d’un puits à habillage en pierre et celle d’1 porche monumental (phase 2b), est le témoin d’une certaine volonté d’ostentation.

32L’analyse des vestiges mobiliers est nettement plus parlante, surtout lorsqu’elle est mise en regard de l’évolution des structures présentes sur le site (fig. 193). Ce mobilier, globalement abondant et diversifié, a été retrouvé en proportion variable, selon la phase d’occupation concernée. La quantité et la qualité du mobilier présent à la phase 1a indiquent un habitat relativement modeste, sans comparaison avec ce que l’on observe sur le site voisin de La Grande Borne (Guichard, Orengo 1999). La parure se limite à quelques objets en fer et en lignite, la vaisselle d’importation est absente et les ustensiles domestiques sont peu nombreux. À la phase suivante (1b), les éléments collectés témoignent, à la fois, d’une plus grande aisance et du statut guerrier d’au moins l’un de ses occupants. L’image qui est renvoyée est celle d’un établissement rural toujours assez modeste, ce que confirme l’analyse des structures, propriété probable d’un individu appartenant à la classe guerrière (présence d’armement), qui dispose de suffisamment de moyens pour acquérir des produits importés (vaisselle) et manufacturés (parure).

33La phase 2a montre peu de changements, par rapport à l’étape antérieure, si ce n’est l’accroissement régulier de la quantité de mobilier présent. Les modifications d’ordre structural sont, en revanche, nettement marquées avec l’installation d’un enclos domestique, délimité par 1 large fossé, et celle de constructions à poteaux fortement ancrés dans le sol. La présence de lèvres d’amphores archaïques, attribuables sans ambiguïté au type Gréco-italique, indique une importation de vin, certes limitée, dès La Tène C2, ce qui est exceptionnel en Limagne (Loughton, Jones 2000). Avec la phase suivante (2b), l’aisance économique des occupants, qui semble reposer en grande partie sur l’existence d’une production agricole importante, leur permet de s’attacher les services d’un forgeron dont la production est destinée à être distribuée en dehors du site. C’est également à cette phase qu’un porche est construit, dans la partie sud-ouest du site, marquant d’une certaine monumentalité l’accès à la ferme du Pâtural.

34La mutation observée pour la dernière phase d’occupation du site brouille considérablement la lecture. Les marqueurs économiques sont présents et abondants et semblent témoigner du caractère relativement aisé d’au moins une frange de la population. Toutefois, il n’est plus possible de savoir si la quantité de biens « de prestige » présents résulte de la consommation d’un seul groupe très aisé ou si elle repose sur une population que l’on perçoit, par ailleurs, plus nombreuse. La parure, toujours aussi diversifiée, est abondamment représentée (plus de 140 objets), ce qui permet d’écarter l’idée, en se basant sur ce seul critère, d’une différenciation sociale poussée au sein du groupe : un grand nombre d’individus a accès à la parure. L’image qui ressort est celle d’un site qui accueille une population nettement plus nombreuse, mais relativement homogène avec un statut intermédiaire, ni pauvre ni exceptionnellement riche, qui fait échos aux classes « intermédiaires hautes et basses » mises en évidence à partir des données funéraires régionales (Deberge, Orengo à paraître). La découverte d’un graffiti anthroponyme en grec, réalisé à la pointe sèche sur un récipient céramique laisse, toutefois, envisager la présence d’un personnage au statut élevé.

35Le site apparaît donc, en regard de la situation observée pour les sites régionaux et extra régionaux (fig. 194), caractérisé, dès le départ, par le statut social particulier de ses occupants. Ceux-ci peuvent, si l’on se base sur les critères mobiliers retenus, appartenir à l’aristocratie (biens de prestige précocement représentés associé à de l’armement). D’abord modeste, cet établissement rural présente, rapidement (dès les phases 1b et 2a), les indices d’une aisance économique que l’on met, volontiers, en rapport avec un accroissement de la production agricole, même si les indices d’un tel phénomène restent ténus. La ferme du Pâtural appartient à cette catégorie de sites qui sort de la norme, par les vestiges mobiliers et immobiliers qu’il recèle, et qui reçoit souvent le qualificatif « d’aristocratique ». Trouvés en petit nombre sur l’ensemble de la Gaule (4 % sur un corpus de 190 sites dans Nillesse 2003a), ils se situent au sommet d’une hiérarchie qu’il est, selon les régions, plus ou moins aisé de définir. En Basse Auvergne, malgré l’enrichissement de la documentation depuis ces vingt dernières années, les données sont encore trop peu nombreuses et disparates pour que puisse être dépassé le simple stade de l’ébauche d’une telle hiérarchisation.

Fig. 194 - Quantification des mobiliers relevés sur plusieurs sites ruraux et habitats groupés de Gaule interne aux IIIe-Ier siècles av. J.-C.
F : faune ; P : parure ; UF : ustensiles liés au foyer ; MM : meules et mortiers ; FP : fusaïoles et pesons ; CA : couteaux et aiguisoirs ; M : monnaie ; A : armement ; ART : artisanat (exemple : ART sel = fabrication du sel) ; ind. : indices.

8.2.2. De la ferme au hameau : un exemple atypique d’évolution

36À la différence de la plupart des sites ruraux, où la période d’occupation ne dépasse que très rarement une ou deux générations, le Pâtural présente une évolution sur la longue durée qui apparaît, de plus, comme relativement atypique.

37L’organisation générale du site, pour les phases 2a et 2b, et, dans une moindre mesure, pour les étapes antérieures, permet d’établir des comparaisons avec de nombreux établissements ruraux connus en Gaule interne. Son plan, relativement standardisé, aurait aussi bien pu être dégagé dans le bassin parisien que dans la plaine vendéenne. Régionalement, trois sites présentent un agencement similaire (fig. 195) : celui de La Génerie à Chassenard (Allier), le site de l’Enfer sur la commune de La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme) et celui du Brus à Saint-Ours (Puy-de-Dôme).

Fig. 195 - Comparaison des plans du Pâtural (phases 2a et 3) avec ceux d’établissements ruraux et habitat groupé de Basse Auvergne.

38La dernière phase d’occupation montre une organisation des vestiges nettement différente avec une disparition de l’enclos fossoyé et l’apparition de limites de type palissade qui structurent la partie interne du site. Même si les surfaces occupées sont peu importantes au Pâtural, le caractère « ouvert » de l’installation, ainsi que la distribution des vestiges évoquent les sites à occupation dense, de type habitats groupés, comme par exemple celui de Gandaillat. Cette modification s’accompagne d’un accroissement soudain et marqué des rejets mobiliers. Ce phénomène affecte tous les types de mobiliers, de façon plus ou moins importante, et conduit à la présence d’effectifs mobiliers sans rapport avec ce qu’il est commun de rencontrer sur les établissements ruraux (fig. 194).

39D’après l’analyse effectuée, il est possible d’estimer l’importance relative des groupes humains présents, pour chaque phase d’occupation du site, à partir de la comptabilisation des déchets qu’ils ont générés. Cette démarche repose sur deux postulats de départ : la collection découverte est le reflet de celle effectivement rejetée ; le volume des rejets, générés par un groupe humain de même taille, est constant au fil du temps. Les conditions optimales sont, évidemment, rarement réunies lors de la fouille de ces sites ruraux (dégagement plus ou moins complets, diversité des méthodes d’échantillonnage, état de conservation variable…). Elles sont, toutefois, dans les cas les plus fréquents, suffisantes pour caractériser l’ordre de grandeur des populations présentes sur le site. Deux démarches peuvent être conduites parallèlement. La première porte sur les mobiliers et ustensiles domestiques et repose sur la définition d’une « panoplie standard », associée à une unité familiale. La seconde s’appuie sur la comparaison qui peut être établie, pour les objets de parure et du costume (perle, bracelets, fibules), entre les habitats et les ensembles funéraires.

40Un constat de départ est que, sur la plupart des établissements ruraux étudiés de façon approfondie en Gaule interne (et la Basse Auvergne ne fait pas exception), la quantité de mobilier collecté est toujours du même ordre de grandeur (fig. 194).

41Mis à part les sites exceptionnels qui témoignent soit d’une phase d’occupation longue (Le Boisanne), soit d’un statut hors norme (Les Genâts), on observe une étonnante homogénéité dans les effectifs mobiliers collectés. Ceci traduit l’existence d’une panoplie domestique standard à associer à une unité d’exploitation, dans bien des cas assimilable à une famille : 2 000 à 3 000 tessons céramiques (une centaine de récipients), quelques récipients d’importation, quelques objets de parure (une dizaine), quelques ustensiles liés au foyer, un ou deux moulins rotatifs… La multiplication de ce « module de base » peut être interprétée en terme démographique (fig. 193).

42Au Pâtural, alors que la fréquence des différentes catégories évolue peu, tout au long de la période d’occupation, traduisant ainsi une certaine stabilité dans la composition de cette « panoplie domestique » (fig. 196 a-e), les taux de croissance calculés, pour chacun des mobiliers, augmentent considérablement (fig. 196 f-j). Même s’il existe des variations notables d’une catégorie de mobilier à l’autre, la tendance, que restitue assez bien la courbe de croissance moyenne (hors déchets artisanaux), est à un accroissement d’abord limité, mais régulier, de la quantité d’objets présents : triplement de la phase 1a à 1b et de la phase 1b à 2a ; stagnation entre les phases 2a et 2b ; très forte hausse des effectifs pour la dernière phase d’occupation (1 300 %). Entre la phase 1b et la dernière phase d’occupation du site, la quantité (NR, NMI ou masse) d’objets rejetés sur le site a ainsi été multipliée par un facteur 17 ! Cette augmentation ne peut être l’effet d’un simple développement de la consommation en produits manufacturés, tant les effectifs en jeu sont importants ; elle résulte très certainement d’un accroissement démographique.

Fig. 196 - Évolution comparée de la fréquence (A) et de la croissance cumulée (B) pour les différents mobiliers collectés sur le site.

43Cette évolution est particulièrement lisible dès que l’on observe les catégories de mobiliers qui participent directement aux activités domestiques. C’est notamment le cas pour la céramique (x 20), la vaisselle d’importation (x 10), les moulins rotatifs (de x 10 à x 20, si l’on ajoute les éléments provenant des couches d’occupation), les couteaux et aiguisoirs (x 20), la parure (de x 10 à x 15, avec les objets découverts hors structure). Il n’est d’ailleurs probablement pas anodin de constater que le nombre de moulins rotatifs, type d’objet que l’on associe volontiers à une unité « familiale », correspond très précisément, pour la dernière phase d’occupation, avec celui des mortiers et broyons en pierre (un moulin rotatif et un mortier par foyer ?).

44La seconde approche a pour but, en s’appuyant sur les données funéraires régionales, de tenter une estimation du nombre d’individus « vivant » sur le site. Elle repose sur l’observation de la fréquence des objets de parure en contexte funéraire. Sur un corpus de plus de 200 tombes recensées dans un espace géographique restreint, correspondant au sud de la Limagne, on note qu’environ un tiers de ces tombes livrent des objets de parure (Deberge, Orengo à paraître) : 1 défunt sur 3 est accompagné d’objets de parure, dans la majorité des cas par 1 ou 2 éléments. En retenant la valeur maximale de 2 objets par individu et en écartant les perles, on peut tenter une estimation de la population, à partir du mobilier présent sur l’habitat (facteur de 3/2). Ces calculs donnent, en répartissant le mobilier collecté hors structure en fonction de son appartenance chronologique : moins de 10 personnes pour la phase 1a ; autour de 15-20 personnes pour la phase 1b ; environ 40 à 60 individus pour les phases 2a et 2b ; autour de 160 personnes pour la phase 3.

45Cette démarche, probablement très imparfaite, fournit certainement des valeurs très éloignées de la réalité. Ne sont pas prises en compte plusieurs variables : comme les règles du port de la parure chez les vivants, la part de la population n’ayant pas fait l’objet d’une sépulture, la fréquence de la perte des objets et de leur remplacement, les biais introduits par la taphonomie, l’échantillonnage à la fouille… Néanmoins, elle permet de fixer des ordres de grandeur qui s’accordent assez bien avec ceux proposés à partir de l’analyse des mobiliers domestiques.

46Ainsi, si à la phase 1 (a et b), le site paraît accueillir une communauté humaine restreinte (1 ou 2 cellules familiales ?), à l’image de ce que l’on observe pour la plupart des établissements ruraux contemporains, la situation évolue sensiblement, par la suite, avec un triplement (à la phase 2), puis enfin un quadruplement (ou un septuplement, selon le critère retenu) de la population au cours de la dernière phase d’occupation. La population présente est, selon ces estimations qui sont probablement très en dessous de la réalité, de 12 à 20 fois plus nombreuse à la fin de l’occupation du site qu’à ses débuts. Cette modification majeure dans la nature et la fonction du site rural ne doit que très peu à la démographique naturelle. Elle résulte, selon toute vraisemblance, de l’installation d’une population à l’origine extérieure au site.

47En l’absence d’éléments de comparaison, il est difficile de trouver une explication à cette évolution atypique. Les facteurs déterminants ont sans doute été, d’une part, le statut des premiers occupants (une famille aristocratique ?) et, d’autre part, la localisation du site dans la très fertile plaine de Limagne. Plusieurs scénarios, plus ou moins sûrs, peuvent être proposés pour expliquer ce passage de la ferme indigène au hameau :

  • la fixation spontanée, autour d’un point dynamique économiquement, d’une population qui souhaite profiter de cet essor, dans le cadre de l’agriculture et/ou de la production artisanale (travailleurs libres) ;

  • le regroupement imposé, politiquement ou économiquement, par le propriétaire qui fait le choix d’étendre ses surfaces exploitées (travailleurs dépendants) et de diversifier ses activités (artisanat) ;

  • la réorganisation du mode de mise en valeur agricole d’un secteur de la plaine avec un regroupement de différentes unités d’exploitation en un seul et même lieu.

48La liste des hypothèses envisageables n’est a priori pas exhaustive. Ce qui est certain, c’est que cet accroissement démographique va de pair avec une augmentation des capacités de production agricole du site : hausse des capacités de stockage et de la force de traction disponible. L’installation d’un atelier de manufacture d’objets en fer se fait dans le même temps. Elle peut être perçue comme une tentative de diversification des activités de production au sein de cette nouvelle agglomération fraîchement constituée.

49Au final, l’évolution observée au Pâtural est un exemple de réussite d’une entreprise de mise en valeur agricole qui, à partir du milieu du IIIe siècle av. J.-C., conduit une modeste ferme indigène à se muer, peu avant la fin du siècle suivant, en hameau à vocation agricole et artisanale.

8.2.3. Fermes, hameaux et villages aux IIIe-IIe siècles av. J.-C. en Basse Auvergne

50L’évolution de la recherche, avec le développement de l’archéologie préventive, conduit à renouveler considérablement la connaissance sur l’organisation du peuplement du sud de la Limagne, à La Tène moyenne et finale. Le modèle retenu jusqu’à il y a peu, celui d’un territoire occupé par des communautés rurales (fermes ou hameaux) fortement « interdépendantes, accueillant des activités agricoles et artisanales » (Collis et al. 1997 ; Collis, Krausz, Guichard 2000), ne correspond plus à la réalité de la documentation actuelle (fig. 197).

Fig. 197 - Occupation du sol du sud de la Limagne et traces parcellaires laténiennes mises en évidence lors de plusieurs opérations préventives et proposition de modélisation territoriale, pour les Ve-IVe et IIIe-IIe siècles av. J.-C. (B et C). Trames parcellaires (C) identifiées sur le tracé autoroutier de la A710 (la taille des structures de délimitation a légèrement été exagérée pour plus de lisibilité).

51L’étape immédiatement antérieure à cet épisode que constituent les IIIe et IIe siècles av. J.-C. est assez peu documentée, pour partie en raison des difficultés à mettre en évidence les vestiges ténus de ces occupations à partir des seules prospections au sol. Toujours est-il que les observations archéologiques faites, dans le cadre de la réalisation de l’autoroute A710, confirment la présence d’occupations des Ve-IVe siècles av. J.-C., en Limage, de même que leur répartition relativement lâche, avec un site tous les 2 km environ (fig. 197b). Il est évidemment difficile de se faire une idée de la taille du terroir à associer à ces installations, probablement largement tournées vers la production des denrées de subsistance. La surface théorique assignée à chacune d’entre elles (environ 1000 ha en utilisant la méthode des polygones de Thyssen) est très certainement supérieure à leurs capacités réelles d’exploitation.

52Le IIIe siècle av. J.-C. correspond à la première phase d’installation des établissements ruraux de type « ferme indigène », d’abord selon un maillage sensiblement identique à celui attesté antérieurement et parfois même à proximité de certaines occupations anciennes (sur le même terroir). Ce phénomène s’amplifie au siècle suivant ; le secteur sud de la plaine de Limagne est alors couvert par un réseau dense d’installations agricoles, réparties tous les kilomètres (fig. 197c). Derrière une apparente uniformité (sites à enclos fossoyés intégrés dans des réseaux parcellaires plus vaste, homogénéité des constructions et des activités pratiquées, identité des mobiliers), on perçoit une certaine variabilité dans l’organisation interne de ces sites, ainsi que dans les mobiliers rejetés (quantité et qualité). Ici, comme dans le reste de la Gaule, la plupart de ces sites peuvent être identifiés à de modestes fermes dont la seule activité est l’agriculture.

53La taille du terroir à associer à chacun des sites couvre une superficie théorique comprise entre 100 et 200 ha. La mise en évidence de nombreuses limites parcellaires, principalement lors de l’opération d’archéologie préalable à la réalisation de l’autoroute A710, montre un découpage relativement poussé de l’espace agricole (Guichard et al. à paraître). L’hypothèse d’une vaste entreprise de drainage est envisageable compte tenu de l’orientation de ces structures parcellaires (principalement des fossés) cohérentes avec l’axe de drainage naturel de la plaine (globalement ouest-est). Trois trames sont perceptibles et associent une vingtaine de fossés chacune (fig. 197c). L’une d’elle concerne précisément le secteur du Pâtural (partie ouest du tracé de la A710) et peut indiquer l’existence d’un terroir avoisinant les 200 ha (réseau rouge). Trois sites (au moins), dont le Pâtural, se partagent la mise en valeur de cet espace. Le site du Pâtural apparaît dans ce contexte, et, au moins, pour ses quatre premières phases d’occupation, comme étant un établissement agricole parmi d’autres.

54Parallèlement à ce développement de l’exploitation agricole de la plaine de Limagne, le site « d’Aulnat » connaît une évolution spectaculaire d’une toute autre nature (Deberge, Vermeulen, Collis à paraître). Au IIIe siècle av. J.-C., ce site se limite, vraisemblablement en grande partie, au seul secteur de La Grande Borne. Dès La Tène C2, il connaît un développement considérable avec une expansion vers le nord (Gandaillat) et l’ouest (la rue Élisée-Reclus), qui se poursuit jusqu’à La Tène D1. Sa superficie passe de quelques hectares à près de 150 ha. Sa fonction et son statut apparaissent, dès le départ, comme profondément différents de ceux des autres sites de plaine. Il est le siège d’une activité artisanale diversifiée (métallurgie des alliages cuivreux et des métaux précieux, manufacture d’objets en fer, tabletterie…) qui ne connaît pas d’équivalent régional pour les IIIe -IIe siècles av. J.-C. Les biens de consommation courante (mobilier céramique et faune) sont présents, en très grande quantité, et signalent une population nombreuse. L’armement est attesté en nombre et précocement, de même que la vaisselle d’importation (dès le début du IIIe siècle av. J.-C.). La situation, connue pour le IIe siècle suivant, ne fait que souligner les différences existantes entre ce site et les établissements ruraux voisins (fig. 195). Le secteur récemment fouillé à Gandaillat permet d’entrevoir l’organisation interne de ce site. L’occupation de cette zone, qui déborde largement la surface décapée, apparaît comme fortement structurée. Les vestiges dégagés correspondent essentiellement à des fosses, caves et puits, à quelques aménagements à caractère collectif (voies et places) et à des bâtiments.

55La position « stratégique » du site « d’Aulnat », en bordure sud de la plaine de Limagne et au débouché nord du bassin de Sarliève, est dans un secteur qui a, également, été le siège d’une occupation rurale très dense au cours de La Tène (Trément et al. à paraître b), en fait le lieu de concentration, par excellence, des productions issues de l’exploitation agricole de ces deux zones fertiles. Ce site regroupe donc toutes les caractéristiques de l’agglomération protohistorique : place centrale qui regroupe les surplus agricoles, élabore des produits manufacturés (céramique, parure, outillage, armement…) et diffuse les importations (vin, céramique campanienne, pâte claire…). Son influence semble étendue puisque les agglomérations les plus proches, Aigueperse et Les-Martres-de-Veyre, sont installées, l’une et l’autre, à plusieurs kilomètres. Compte tenu de leur extension supposée (Collis, Krausz, Guichard 2000), elles correspondent probablement à des agglomérations secondaires.

56Il est probable que le dynamisme de l’agglomération « d’Aulnat », située à moins de 5 km du Pâtural, soit pour beaucoup dans la mutation observée sur ce site, au cours de la dernière phase d’occupation. Cette agglomération correspond, à la fois, au principal débouché des productions agricoles du Pâtural et constitue un modèle, en terme d’avantages procurés par la présence d’une activité manufacturière. Son développement a pu exercer une pression, en guise de demande, sur les sites agricoles voisins. Au Pâtural, la solution choisie pour répondre à cette demande croissante semble avoir été la mise en place d’une certaine forme de concentration foncière (extension du domaine cultivable, regroupement des moyens de production de plusieurs unités agricoles et des surplus…). Le développement d’une pratique artisanale, relativement importante, laisse également envisager la recherche, par les propriétaires du lieu, d’un profit supplémentaire par le contrôle d’une activité à forte valeur ajoutée qui trouve un débouché direct sur ce site voisin.

57Le tableau qui peut être brossé, aujourd’hui, du peuplement de la Limagne aux IIIe et IIe siècles av. J.-C. diffère quelque peu de celui proposé il y a encore peu de temps. Au modèle d’un maillage dense de petites communautés interdépendantes à vocation agricole et artisanale succède celui, plus largement attesté en Gaule, d’un mode d’occupation associant une grosse agglomération ouverte, dont les fonctions essentielles sont la production artisanale et la redistribution de biens, à une multitude d’établissements ruraux de statut très variable mais, dans tous les cas, producteurs de biens agricoles et consommateurs de produits manufacturés et d’importations. Ponctuellement, comme au Pâtural, la réussite de l’entreprise de mise en valeur agricole a conduit à un développement démographique et économique du site dont on saisit, imparfaitement, tous les tenants et aboutissants. Toujours est-il que l’histoire du peuplement telle qu’elle est retracée ici, illustre, notamment au travers du développement parallèle de l’agglomération « d’Aulnat » et des exploitations rurales, le rôle déterminant de la composante agricole dans l’émergence de ces grands habitats groupés, ouverts et fermés, de la fin de l’âge du Fer. On rejoint, ainsi, les propos d’Y. Menez concernant l’impact des activités agricoles dans la constitution des agglomérations du deuxième âge du Fer :

« La part des mutations du monde rural dans la formation des agglomérations de type urbain a vraisemblablement été sous-estimée, au détriment de l’essor de l’artisanat et du commerce qui n’en sont, peut-être, que les conséquences… » (Menez 1996 : 215).

8.2.4. Le Ier siècle av. J.-C., une phase de resserrement de l’habitat rural ?

58On observe pour la période du Ier siècle av. J.-C., comme ailleurs en Gaule, un déficit documentaire qui concerne l’ensemble de la plaine de Basse Auvergne et ses abords (cf. supra § 1.3). L’hypothèse de biais méthodologiques (occultation par des vestiges plus récents, notamment gallo-romains, et/ou difficultés à mettre en évidence les faciès mobiliers de cette période) conduisant à un tel phénomène peut être écartée. Premièrement, les travaux d’archéologie, conduits ces dernières années sur ce territoire, montrent que, lorsque des indices d’occupation relevant de la période laténienne sont repérés sur des sites plus tardifs, ils ne renvoient que très rarement au Ier siècle av. J.-C. (voir, par exemple, rapport Guichard 2000). Deuxièmement, les faciès mobiliers de cette période sont bien connus, notamment à partir des ensembles mobiliers découverts sur les oppida. Lorsqu’ils sont représentés en plaine, ils sont toujours identifiés, comme sur les sites de Chaniat, à Malintrat (rapport Guichard, Orengo, Loughton 1999), et des Chazoux, à Gannat (rapport Rousset, Lallemand, Guichard 2002…). Le déficit documentaire observé pour le Ier siècle renvoie donc, sans doute possible, à une réalité archéologique et historique.

59La plupart des sites de plaine et Le Pâtural ne font pas exception, connaissent un abandon soudain, au tournant des IIe et Ier siècles av. J.-C. Cette désaffection concerne même l’agglomération, pourtant si dynamique, « d’Aulnat » qui se trouve délaissée au profit de l’oppidum de Corent. Quelques sites sont encore occupés au cours du Ier siècle ; ils relèvent plus de l’exception que de la règle (fig. 10).

60Cependant, la majorité des sites ruraux abandonnés au IIe siècle av. J.-C. fait l’objet d’une réoccupation à la période gallo-romaine, comme le montrent les études récentes conduites sur l’occupation du sol pour les secteurs du sud de La Basse Auvergne (Trément et al. 2004) et de la Limagne des Buttes (Vallat 2004). Cette phase d’abandon des sites de la plaine n’apparaît donc pas, sur la longue durée, comme irréversible. La réinstallation de domaines agricoles, au plus tôt dès la période augustéenne et à l’emplacement d’exploitations abandonnée au IIe siècle av. J.-C., traduit l’existence d’une certaine permanence de la propriété foncière, même s’il existe un hiatus qui correspond globalement au Ier siècle av. J.-C.

61Les études géomorphologiques, effectuées dans ce secteur de la Limagne, témoignent d’une relative stabilité des conditions environnementales entre le milieu du second âge du Fer et la fin de l’Antiquité (cf. supra § 1.2.3 et 1.2.4 ; Trément et al. 2004). Elles permettent d’écarter l’hypothèse d’une augmentation, au Ier siècle av. J.-C., de la contrainte liée au caractère naturellement humide de la plaine (cf. Daugas, Raynal, Tixier 1983). Les données de prospection confirment cette proposition puisque, sur la longue durée, depuis La Tène moyenne jusqu’au Haut-Empire, le nombre d’implantations humaines va sans cesse croissant (Trément et al. 2004). Le recul durable de l’habitat en plaine n’intervient qu’à partir du Bas-Empire, en relation avec un changement important des conditions hydrologiques. La désaffection de la plaine observée pour le Ier siècle av. J.-C. apparaît donc comme un « accident », dans une phase de densification de l’habitat rural dont l’origine est à rechercher dans une amélioration des conditions environnementales et des pratiques agraires.

62Un scénario envisageable pour expliquer la survenue de ce changement majeur est d’ordre événementiel. À la fin du IIe siècle av. J.-C., les Arvernes, emmenés par Bituit, connaissent une défaite cinglante face aux armées romaines de Q. Fabius Maximus, lors de la Conquête de la Narbonnaise. Selon les auteurs antiques, au cours de cette bataille, l’armée arverne perd 120 000 hommes ; Bituit est fait prisonnier et son fils, Congentiat, est envoyé à Rome comme otage (Tite-Live, trad. Jal 1984). Il est probable que le choc de la défaite, avec ces pertes humaines incroyablement élevées, si l’on s’en tient aux sources écrites, et le possible changement de régime politique ou, tout au moins de dirigeants, qui s’en est suivi a constitué un facteur d’instabilité important. Dans un système où la propriété foncière est considérée comme étant, en grande partie, le fait de l’aristocratie, on peut supposer que la disparition d’une portion importante de cette classe sociale, la classe guerrière par excellence, n’a pas été sans implications sur l’organisation des campagnes.

63On connaît, au moins, une autre dépopulation massive de la Basse Auvergne, pour une période plus récente. À la fin du XIVe siècle, les effets conjugués de la guerre de Cent Ans, d’une politique fiscale désastreuse et, dans une moindre mesure, de la peste conduisent à une diminution du nombre des feux de près de 80 %, en une quarantaine d’années (Troubat 2003). Les populations délaissèrent les régions du grand bassin clermontois au profit du Bourbonnais, plus sûr et à l’impôt moins lourd. Même si les origines à ce phénomène sont probablement très éloignées de celles de la désaffection de la fin du IIe siècle av. J.-C., cet exemple suffit à illustrer l’impact que peuvent avoir, sur les populations, des conflits majeurs alliés à une instabilité politique ou à une mauvaise gouvernance.

64Ainsi, l’abandon de la plaine et, surtout, celui de son vaste centre du pouvoir au profit du site fortifié de Corent n’est peut-être que la conséquence directe du choc démographique et politique qu’a été la défaite de 121 av. J.-C.

65Toutefois, ce recul de l’habitat dans la plaine ne prend pas la forme d’une désertion totale et définitive. Quelques sites demeurent occupés, tels Chaniat, à Malintrat (rapport Guichard 2000), La Grande Halle, à Cournon (Trément et al. à paraître b) ou d’autres sites encore et le seront, toujours, bien après le changement d’ère. De même, le réseau de drainage installé au IIe siècle av. J.-C. paraît entretenu et ne sera pas remis en cause de façon majeure à la période gallo-romaine (Guichard et al. à paraître). Loin de constituer une période d’abandon total, cette phase de recul de la ferme indigène a probablement été l’occasion d’une restructuration de la propriété par un phénomène de concentration foncière qui n’a, selon toute vraisemblance, profité qu’aux plus riches. Les dépôts mobiliers découverts dans les tombes du site de Chaniat à Malintrat témoignent d’un enrichissement considérable de la classe dirigeante, à une période pourtant marquée par un resserrement de l’habitat (rapport Guichard, Orengo, Loughton 1999). Le site du Pâtural ne connaît pas, comme la grande majorité de ces sites délaissés au Ier siècle av. J.-C., une telle évolution. Il ne sera de nouveau occupé qu’à partir de la période augustéenne.

66Cette publication permet de lever un coin du voile qui couvre une facette méconnue de l’histoire des Arvernes, à une période où ce peuple entre dans l’Histoire, lors de confrontations répétées avec le monde romain. Avec l’étude du site du Pâtural, c’est l’histoire d’un monde rural en pleine mutation qui est retracée à grands traits. Si l’insertion de la Basse Auvergne, dans les grands réseaux d’échanges, est très tôt acquise, la base du développement économique de la cité arverne paraît reposer, avant tout, sur la mise en valeur agricole de ses riches secteurs de plaine. La densité de sites observée dans le sud de la Limagne, pour cette période, témoigne de l’incroyable dynamisme de cette population qui a « colonisé » ce secteur humide, jusqu’alors peu occupé. Cette population a aménagé ce terroir par le creusement de drainages artificiels et a installé un réseau dense de fermes pour y pratiquer une agriculture développée et diversifiée. La production agricole, que l’on pressent importante, est à la base du développement considérable de l’agglomération « d’Aulnat », située stratégiquement en bordure des Limagnes ; elle est probablement à l’origine du mythe de la puissance arverne véhiculé par les auteurs de l’Antiquité.

Table des illustrations

Légende Fig. 186 - Évolution de l’occupation au sein du « terroir » du Pâtural, du premier âge du Fer à la période gallo-romaine (d’après Guichard 2000 : Fig. 32, 35, 36).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 187 - Occupation du site à la phase 1a, NMI céramique calculé pour 376 restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 188 - Occupation du site à la phase 1b, NMI céramique calculé pour 750 restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 189 - Occupation du site à la phase 2a, NMI céramique calculé pour 3 765 restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 190 - Occupation du site à la phase 2b, NMI céramique calculé pour 2 907 restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 191 - Partie domestique de la ferme à la phase 2a.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 192 - Occupation du site à la phase 3, NMI céramique calculé pour 10 351 restes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 193 - Évolution chronologique de la quantité de mobilier présente sur le site à partir des données provenant des structures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 194 - Quantification des mobiliers relevés sur plusieurs sites ruraux et habitats groupés de Gaule interne aux IIIe-Ier siècles av. J.-C.F : faune ; P : parure ; UF : ustensiles liés au foyer ; MM : meules et mortiers ; FP : fusaïoles et pesons ; CA : couteaux et aiguisoirs ; M : monnaie ; A : armement ; ART : artisanat (exemple : ART sel = fabrication du sel) ; ind. : indices.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 195 - Comparaison des plans du Pâtural (phases 2a et 3) avec ceux d’établissements ruraux et habitat groupé de Basse Auvergne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 196 - Évolution comparée de la fréquence (A) et de la croissance cumulée (B) pour les différents mobiliers collectés sur le site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 197 - Occupation du sol du sud de la Limagne et traces parcellaires laténiennes mises en évidence lors de plusieurs opérations préventives et proposition de modélisation territoriale, pour les Ve-IVe et IIIe-IIe siècles av. J.-C. (B et C). Trames parcellaires (C) identifiées sur le tracé autoroutier de la A710 (la taille des structures de délimitation a légèrement été exagérée pour plus de lisibilité).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2676/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

Auteur

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540