Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Pâtural Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme

 | 
Yann Deberge
, 
Collis Yann
, 
Jon Dunkley

Chapitre 4. Les autres objets manufacturés

Lionel Orengo, Yann Deberge, Vincent Guichard, Zoe Poucher et Fernand Malacher

Texte intégral

1Le site du Pâtural livre une collection abondante et diversifiée d’objets manufacturés qui renvoient aux activités domestiques ou « agricoles » : se vêtir (fibules, ceintures), se parer (bracelets, perles, pendeloques), combattre (armement), découper (couteaux et aiguisoirs) et cuire la nourriture (accessoires de cuisson en terre cuite et en fer), travailler les fibres textiles (fusaïoles et pesons), apprêter les tissus ou les peaux (lissoir/polissoir), moudre les céréales (meules et mortiers), construire et aménager (quincaillerie), échanger (monnaie)… Dans cette partie, on tentera de faire une présentation exhaustive de ce corpus de mobilier, ce qui permettra à la fois d’aborder les thèmes de la chronologie, des activités pratiquées sur le site et de l’importance relative des différentes phases d’occupation.

4.1. Les objets de parure

2Les éléments de parure sont assez abondants puisque 268 objets, appartenant à cette catégorie, ont été collectés sur le site (fig. 134 et 135). Il s’agit principalement de bracelets, de fibules et de perles. On dénombre également quelques éléments ayant appartenu à des ceintures (anneaux, crochets et chaînette), ainsi que divers autres objets (bague et pendeloque). Les matériaux utilisés sont le fer, les alliages cuivreux, les pâtes de verre, les matières organiques fossilisées, la pierre et l’os. Les objets en fer sont mal préservés et donc, sûrement, sous représentés par rapport aux autres. Dans l’ensemble, ce mobilier est fragmenté et les objets sont rarement complets.

Fig. 134 - Éléments de parure.

Fig. 135 - Quelques éléments de parure.

4.1.1. Les bracelets en pâte de verre

3Le classement des bracelets en pâte de verre est fondé sur la typologie de R. Gebhard (Gebhard 1989a) qui complète celle de T.-E. Haevernick (Haevernick 1960). Sans entrer plus loin dans les détails, il est nécessaire de rappeler que cette classification repose sur le croisement de plusieurs critères, notamment la forme et la couleur du bracelet.

4La série du Pâtural comprend 44 bracelets dont 4 appartiennent à des types datables de La Tène C1 (fin du IIIe siècle av. J.-C.), 9 de La Tène C2 et C2/D1 et 31 de La Tène D (fig. 137). Elle peut paraître numériquement faible en regard de celles découvertes sur les sites de Manching (600 bracelets dont 400 de La Tène C2 ; Gebhard 1989b) ou de Nages (187 dont 168 de La Tène C2 ; Feugère, Py 1989). Elle est en, revanche, proche de celles comptabilisées sur les sites de plaine des régions limitrophes (Berry, Roannais et Forez). Ainsi, l’agglomération des Arénes à Levroux a livré 34 exemplaires dont 13 peuvent être attribués à La Tène C (Buchsenschutz et al. 2000 : 127-129). À Feurs, 8 bracelets dont 3 de La Tène C2 ont été dénombrés (Guichard 1988a : 152). Enfin, à Roanne on connaît 20 exemplaires dont 3 sont attribuables à La Tène C2 (Guichard 1997b : 156-157). L’oppidum voisin de Corent qui, bien que prospecté abondamment, n’a livré que très peu de bracelets en verre : 7 de La Tène D et 2 de La Tène C2 (Faye 1995 : 55, 56, 92-96). Le site « d’Aulnat », qui fait l’objet depuis les années 2000 de nouvelles investigations sur le secteur de Gandaillat, livre, avec 53 bracelets au total, une série numériquement comparable à celle du Pâtural (rapports Orengo 2002, 2006).

5Le plan de répartition établi pour ce type de parure montre une concentration dans la partie nord du site. Celle-ci coïncide avec l’importante zone de rejet de mobilier constituée au cours de la dernière phase d’occupation du site (fig. 136 et 137). Les bracelets ont été retrouvés, pour un tiers, dans les niveaux d’occupation remaniés et, pour les deux tiers qui restent, dans les structures fossoyées. La mise en phase générale du site montre que l’effectif de ce type de parure va crescendo depuis les phases anciennes vers les plus récentes, la majorité des éléments provenant de la dernière phase d’occupation du site. Ainsi, parmi les bracelets découverts dans les structures, on dénombre 2 exemplaires pour la phase 1b, 2 exemplaires pour la phase 2 et 17 exemplaires pour la phase 3. Enfin, 8 bracelets ont été retrouvés dans une structure récente qui recoupe largement le dépotoir en usage à la phase 3. Cette fréquence est conforme à celle observée sur les sites d’habitats de Gaule du Centre, précédemment mentionnés, pour lesquels elle est plus élevée à La Tène finale qu’à La Tène moyenne.

Fig. 136 - Bracelets en verre et en matière organique fossilisée.

Fig. 137 - Bracelets en verre et en matière organique, typologie des éléments et répartition par phase.

4.1.1.1. Les bracelets bleus décorés de rangs de petites boules

6Série 1, groupe 14. 4 exemplaires bleu cobalt (pl. LXXVII : n° 1-4). Ces bracelets sont absents des sites de Levroux, Roanne ou de Feurs. Ils sont documentés à Nages et à Manching, dans des contextes de La Tène C1b (Feugères, Py 1989 ; Gebhard 1989b). Régionalement, ce type de bracelet est présent dans le fossé 12/13 du site de La Grande Borne, daté de la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C., probablement de la fin de ce siècle (rapport Guichard, Orengo 1999). Des nuances de couleur sont perceptibles parmi ces 3 exemplaires : du bleu très dense (n° 3), au bleu clair (n° 2) en passant par le bleu cobalt (n° 1) ; 2 de ces exemplaires ont été retrouvés hors structure ; les 2 autres proviennent du comblement des fossés 63005 (n° 1 ; phase 1b) et 3474 (n° 4 ; phase 1b).

4.1.1.2. Le bracelet bleu opaque à trois côtes

7Série 11, groupe 6a (large). 1 exemplaire (pl. LXXVII : n° 9) daté de La Tène C1b/C2, trouvé hors structure.

4.1.1.3. Le bracelet bleu décoré de filets jaunes rapportés à quatre côtes

8Série 14, groupe 7b (étroit et large). 2 exemplaires datés de La Tène C2 (pl. LXXVII : n° 10 et 11). Le premier a été trouvé hors structure alors que le second a été découvert dans le comblement de la rivière 1936 (n° 11) où il revêt un caractère résiduel.

4.1.1.4. Le bracelet bleu décoré de filets jaunes rapportés à quatre côtes

9Série 18, groupe 7c (large). 4 exemplaires datables de La Tène C2 (pl. LXXVII : n° 5-8). L’un d’entre eux provient du fossé 43905 (n° 5 ; phase 2b).

4.1.1.5. Les bracelets transparents à fond jaune à cinq côtes

10Série 27, groupe 7a (large). 2 exemplaires datables de La Tène C2 (pl. LXXVII : n° 12 et 13). L’un d’entre eux provient du trou de poteau 104055 (n° 13 ; phase 2a ?), alors que l’autre provient de la rivière 1936 où il est résiduel.

4.1.1.6. Le bracelet brun à section en D

11Série 35, groupe 3a (étroit). Un exemplaire datable de La Tène D1 (pl. LXXVII : n° 15). Cet exemplaire a été trouvé hors structure.

4.1.1.7. Les bracelets pourpres à section en D

12Série 36, groupe 3a. Les 15 exemplaires, étroits (4 ex. ; pl. LXXVII : n° 16-19) ou larges (11 ex. ; pl. LXXVII : n° 20-30), appartiennent à un type bien représenté à Roanne (8 ex.), dans les contextes de La Tène D1 (horizons 2 et 3) ou plus précoces (1 ex. dans l’horizon 1 ou 2). 8 exemplaires sont connus sur le site de Levroux (Buchsenschutz et al. 2000 : 127-129). Au Pâtural, ces bracelets proviennent des fossés 3268 (1 ex. ; phases 2a et 3) et 6672 (1 ex. ; phase 3), du dépotoir 3231 (1 ex. ; phase 3), du comblement final de 5557 (6 ex. ; phase 3) et du comblement de la rivière 1936 (3 ex.) où ils revêtent un caractère résiduel.

4.1.1.8. Les bracelets pourpres à section triangulaire

13Série 37, groupe 2. 2 exemplaires étroits et 1 exemplaire large (pl. LXXVII : n° 42-44). L’un d’entre eux a été retrouvé dans le comblement final du ruisseau 5557 (phase 3) et deux autres dans le dépotoir 3231 (phase 3). Ce type de bracelet est présent dans les contextes de Nages III-ancien, datés de La Tène D1 (Feugère, Py 1989). Il est également bien représenté régionalement dans les contextes de La Tène D1a et b (fosse 34 du site de La Grande Borne – rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000 – et oppidum de Corent – rapport Deberge et al. 20001c). Ce type de bracelet, absent à Roanne, est en revanche représenté à Feurs par un exemplaire trouvé dans une fosse appartenant à l’horizon 3 (Guichard 1988a : 152).

4.1.1.9. Les bracelets bleus à section en D

14Série 38, groupe 3a. Les 9 exemplaires découverts sont soit étroits (3 ex. ; pl. LXXVII : n° 31-33), soit larges (6 ex. ; pl. LXXVII : n° 34-40). Régionalement, ce type de bracelet est connu dans les contextes du début de La Tène D1 (fosse 34 du site de La Grande Borne ; rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000). Les exemplaires découverts dans les structures proviennent, là encore, de l’épandage 3231 (1 ex. ; phase 3), du comblement final de 5557 (3 ex. ; phase 3) et du comblement de la rivière 1936 (3 ex.) où ils revêtent un caractère résiduel.

4.1.1.10. Le bracelet bleu cobalt décoré de filets jaunes entrecroisés à section en D

15Série 38, groupe 3b (large). 1 exemplaire découvert hors structure (pl. LXXVII : n° 14). Le décor de filets jaunes est une originalité pour ce type de bracelet. Un bracelet identique est documenté sur le site de Roanne dans un contexte de La Tène D1 (Guichard 1997b : 156).

4.1.1.11. Le bracelet bleu à section triangulaire

16Série 39, groupe 2 (étroit). Cet unique exemplaire (pl. LXXVII : n° 41) a été découvert dans le sédiment du muret 917 (phase 3). Ce type de bracelet est présent dans les contextes de Nages III-ancien, datés de La Tène D1 (Feugère, Py 1989).

4.1.2. Les bracelets en matière organique fossilisée (lignite, sapropélite)

17Ces bracelets, contrairement à ceux en verre, n’ont pas fait l’objet d’un classement typo-chronologique qui permettrait de les considérer comme des fossiles directeurs. Ce type de mobilier, qui existe tout au long de l’âge du Fer, semble néanmoins plus fréquent dans les contextes de La Tène C. Il est ainsi bien représenté à Manching (65 ex.), dans les ensembles de La Tène C1, ainsi qu’à Levroux (environ 168 ex.), principalement dans les contextes de La Tène C2 ou C2/D1 (Buchsenschutz et al. 1994 ; Buchsenschutz et al 2000 : 121-127). Sur le site de Roanne, ces bracelets sont peu représentés (3 ex.) et uniquement dans les horizons 1 ou 2 (160-140/130-120 av. J.-C. ; Guichard 1997b : 156). À Feurs, ils sont également peu présents (6 ex.) et les 2 exemplaires, trouvés en structures, proviennent de fosses appartenant aux horizons 1 et 2 (La Tène C2 et La Tène C2/D1 ; Guichard 1988a : 152).

18En Basse Auvergne, le site de La Grande Borne a fourni la série la plus importante et la mieux datée (rapports Guichard, Orengo 1999, 2000a, 2000b ; rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000). Avec 53 exemplaires, on peut suivre l’évolution de la fréquence de ce type de parure depuis le milieu du IIIe siècle jusqu’à la fin du IIe siècle av. J.-C. Très bien représentés à La Tène B2 (34 exemplaires dans le chemin 8), les bracelets en matière organique fossilisée sont concurrencés par les bracelets en verre dès La Tène C1 (11 en matière organique fossilisée contre 9 en verre, dans le fossé 12/13). Pour La Tène C2, la fosse 38, considérée comme peu représentative, en a livré 3 contre 1 en verre. Enfin, pour La Tène D1a, on compte un nombre à peu près équivalent de bracelets des deux types dans la fosse 34 (5 contre 4).

19La série du Pâtural comprend 17 bracelets en lignite/sapropélite (fig. 136 et 137). Le plan de répartition établi pour ce type de parure ne montre pas, contrairement à celui établi pour les bracelets en verre, de concentration particulière. 11 bracelets ont été retrouvés dans les structures, contre 6 dans les couches d’occupation remaniées. La répartition phasée montre que l’effectif de ce type de parure va decrescendo depuis les phases anciennes vers les phases les plus récentes (8 ex. pour les phases 1 et 2 contre 3 exemplaires pour la phase 3). L’évolution comparée du nombre de bracelets en matière organique fossilisée (MOF) et des bracelets en verre permet de rendre plus lisible ce phénomène en atténuant l’effet lié à l’augmentation de la quantité d’éléments mobiliers déposés vers les phases récentes. Ainsi, on dénombre :

  • pour la phase 1, 5 bracelets en MOF (phase 1a et 1b) contre 2 en verre (phase 1b) ;

  • pour la phase 2, 3 bracelets en MOF (phase 2a et 2b) contre 3 en verre (phase 2b) ;

  • pour la phase 3, 3 bracelets en MOF contre 16 en verre.

20Il apparaît donc que ces bracelets, d’abord majoritaires, sont concurrencés par les bracelets en verre, dès la fin de la phase 1. Après un relatif équilibre (phase 2), les bracelets en verre sont les plus courants (phase 3). Ces observations sur la fréquence de ce type de parure diffèrent légèrement de celles faites pour le site de La Grande Borne. Cependant, les constatations faites au Pâtural s’appuient sur un plus large éventail de structures (14 structures) et peuvent ainsi prétendre à une meilleure représentativité.

21Dans l’attente d’une typologie plus élaborée, les bracelets du Pâtural ont été classés suivant la morphologie de leur section, en tenant compte de la présence éventuelle de décors. Leurs couleurs sont le noir et différents tons de gris. Les diamètres intérieurs des bracelets oscillent entre 10 cm pour les plus grands (2 ex.) et 5 à 6 cm pour les plus petits (4 ex.). Les deux tiers des bracelets ont un diamètre compris entre 8 et 9 cm. 7 bracelets présentent des traces de travail, visibles sur la surface intérieure (6 ex.) ou la surface extérieure (1 ex.), sous la forme de stries parallèles plus ou moins profondes. Ces traces sont parfois présentes sur les deux surfaces à la fois (2 ex.).

4.1.2.1. Les bracelets à section en D

229 exemplaires appartiennent à cette catégorie (pl. LXXVII : n° 48-56). Les bracelets trouvés dans les structures proviennent du fossé 4478 (1 ex. ; phase 1a), du fossé 3474 (3 ex. ; phase 1b), du fossé 70926 (1 ex. ; phase 2a), de la fosse 307 (1 ex. ; phase 2a), de la tombe 43901 (1 ex. ; phase 3) et du fossé 3268 (1 ex. ; phase 2a ou 3).

4.1.2.2. Les bracelets à section circulaire

235 exemplaires présentent une section circulaire (pl. LXXVII : n° 57-61) ; 2 d’entre eux sont issus du fossé 3474 (1 ex. ; phase 1b) et de l’épandage 3231 (1 ex. ; phase 3).

4.1.2.3. Le bracelet à section ovale

241 seul exemplaire est de section ovale (pl. LXXVII : n° 45) ; il présente une décoration faite de lignes incisées disposées obliquement qui lui confèrent un aspect torsadé. L’origine de ce traitement décoratif est peut-être à rechercher parmi certains bracelets en verre (séries 12, 13, 21, 10/28, 22/31 ?).

4.1.2.4. Le bracelet à rainure centrale

251 exemplaire présente une section avec une rainure centrale sur sa face externe (pl. LXXVII : n° 46). Il s’agit sans doute d’une imitation des bracelets en verre groupe 7d de Haevernick daté de La Tène C2. 5 exemplaires identiques à celui du Pâtural ont été trouvés sur le site des Arènes, à Levroux, en association avec du mobilier permettant une attribution à La Tène C2 à D1 (Buchsenschutz et al. 1994 : 49, 129, 146, 188, 265) ; 1 autre bracelet est présent dans la fosse 61 du site du Clos Clidort à Aigueperse datée du milieu du IIe siècle av. J.-C. (rapport Guichard et al. 1999).

4.1.2.5. Le bracelet à côte centrale

261 seul exemplaire (pl. LXXVII : n° 47) appartient à cette catégorie. Il provient de la fosse 14902 datée, par un abondant mobilier céramique, de la phase 2b. Il imite assez fidèlement les bracelets en verre à côte centrale de la série 11 de Gebhard et du groupe 6a d’Haevernick datés La Tène C1. 3 exemplaires identiques ont été trouvés à Levroux dans des contextes probablement datables de La Tène C à D1 (Buchsenschutz et al. 1994 : 56, 240, 266) ; 1 exemplaire proche a été retrouvé dans le fossé 12/13 du site de La Grande Borne daté de La Tène C1 (rapport Guichard, Orengo 1999).

4.1.3. Les parures annulaires métalliques

27Les parures annulaires métalliques sont nombreuses et variées. On dénombre, 29 bracelets en alliage cuivreux, 1 anneau de cheville en alliage cuivreux et 1 bracelet en fer (fig. 138 et 139). Au sein de cette série, les éléments de datation tardive sont mieux représentés que les éléments anciens. On compte en effet 27 exemplaires attribuables aux phases récentes de La Tène, contre 3 exemplaires datés de La Tène B. Les premiers correspondent à des bracelets filiformes de section variable (7 ex.), à des bracelets filiformes à extrémités empâtées (6 ex.), à des bracelets filiformes à épissures (5 ex.) et à des bracelets tubulaires (9 ex.). Les bracelets filiformes sont connus dans certaines tombes datées de La Tène C2 et D1, découvertes sur le site proche de Gandaillat (rapport Orengo 2002 : pl. 48, n° 8 ; pl. 50, n° 2 ; pl. 56, n° 8). À Roanne, 3 exemplaires de section ovale sont documentés dans des ensembles datés de la deuxième moitié du IIe siècle av. J.-C. (Guichard 1997b : 157). Les bracelets à épissures, connus depuis La Tène C2 jusqu’à la période romaine, sont présents régionalement à plusieurs exemplaires dans des ensembles de La Tène D1, notamment en contexte funéraire, comme à Pontcharaud à Clermont-Ferrand (Loison, Collis, Guichard 1991) et à Sarliève à Cournon (rapport Deberge, Orengo 2002). Les bracelets tubulaires en tôle d’alliage à base de cuivre apparaissent à Roanne (8 ex.) et à Feurs (4 ex.) dans les ensembles de l’horizon 3 dont le centre de la fourchette chronologique se place vers 110/100 avant J.-C. (Guichard 1988a : 152 ; Guichard 1997b : 157). Les éléments de La Tène B correspondent à un bracelet à décor plastique fait de dentelures, à un bracelet méandriforme et à un anneau de cheville à décors d’oves. Le bracelet à décor plastique peut être daté de La Tène B (fin IVe /début IIIe siècle av. J.-C.), les bracelets serpentiformes et les anneaux de chevilles semblables à ceux du Pâtural sont connus dans les sépultures féminines d’Europe centrale, datées de La Tène B2 (Sankot 1993, 2002 : 323-342 ; Delnef 2003). Le bracelet en fer est atypique et l’on ne peut proposer une datation.

Fig. 138 - Bracelets métalliques, plan de répartition.

28Sur le site, les objets de parure les plus anciens ont été retrouvés hors structure (anneau de cheville) ou dans des structures appartenant aux phases 2a et 3 ; ils revêtent donc un caractère résiduel. Les autres bracelets ont été retrouvés pour 4 d’entre eux hors structure et pour les autres dans des structures appartenant à la phase 2b (1 ex) et surtout à la phase 3 (20 ex.). Enfin, 2 de ces bracelets proviennent d’une structure postérieure à la phase 3 (rivière 1936) mais qui recoupe largement le dépotoir situé en bordure du ruisseau (phase 3). Dans le détail, la majorité de ces bracelets provient du comblement final de 5557 (10 ex.). Les autres éléments ont été trouvés dans l’épandage 3231 (2 ex.), dans le muret 917 (4 ex.), dans la tombe 43901 (1 ex.) et dans les fossés 6672 (3 ex.) et 43905 (1 ex.). Le bracelet en fer a été trouvé hors structure.

Fig. 139 - Bracelets métalliques, typologie des éléments et répartition par phases.

4.1.3.1. Le bracelet à décor plastique en alliage de cuivre

291 exemplaire à une côte centrale qui comporte un décor fait de dentelures (pl. LXXVIII : n° 1). La technique de fabrication est celle de la cire perdue. Cet objet provient du fossé 3268 (phase 2a ou 3). Il peut être daté de La Tène B2 (fin IVe /début IIIe siècle av. J.-C.) et revêt probablement un caractère résiduel dans cette structure.

4.1.3.2. Le bracelet méandriforme en alliage de cuivre

301 exemplaire (pl. LXXVIII : n° 3) est constitué d’un petit fil de section circulaire torsadé. Ce type de bracelet est présent dans des sépultures féminines d’Europe centrale datées de La Tène B1/B2 (Sankot 1993 ; Delnef 2003). Il provient du comblement final du ruisseau 5557 (phase 3) et est vraisemblablement résiduel dans ce contexte.

4.1.3.3. L’anneau de cheville en alliage de cuivre

311 exemplaire découvert hors structure (pl. LXXVIII : n° 2). Ce bracelet creux présente un décor plastique obtenu par le procédé de la cire perdue. Ce type d’anneau est connu dans les sépultures féminines d’Europe centrale datées de La Tène B2 (Sankot 1993 ; Sankot 2002 : 342-343).

4.1.3.4. Les bracelets filiformes ouverts en alliage de cuivre

32Ces bracelets, bien représentés avec 13 exemplaires, se répartissent en quatre types distincts.

33Le premier correspond aux bracelets à extrémités empâtées (4 ex. ; pl. LXXVIII : n° 5-8). Ils proviennent du comblement final de 5557 (3 ex. ; phase 3) et du muret 917 (1 ex. ; phase 3). Ils ont probablement été réalisés en utilisant la coulée à la cire perdue. Le type suivant, proche du premier, correspond aux bracelets filiformes comportant des extrémités moulurées ou rainurées (pl. LXXVIII : n° 10-11). Les 2 exemplaires présents proviennent des fossés 43905 (phase 2b) et 6672 (phase 3). Le troisième type, représenté par 1 seul exemplaire, correspond à un bracelet comprenant une côte centrale pourvue d’une légère rainure centrale (pl. LXXVIII : n° 9). Ce bracelet provient du comblement final de 5557 (phase 3). La technique de fabrication du type 1 est celle de la cire perdue, il en est vraisemblablement de même pour les types 2 et 3.

34Le dernier type regroupe les éléments sans caractère distinctif particulier, soit 6 exemplaires (pl. LXXVIII : n° 12-16). Seul un fragment se distingue par la présence d’une rainure centrale encadrée par deux lignes pointées (n° 12). Ils proviennent de l’épandage 3231 (1 ex. ; phase 3), du muret 917 (1 ex. ; phase 3) du comblement final de 5557 (3 ex. ; phase 3).

4.1.3.5. Les bracelets tubulaires en alliage de cuivre

35Avec 9 exemplaires, ce type de bracelet est particulièrement bien représenté sur le site (pl. LXXVIII : n° 17-24). Ces bracelets peuvent être de section circulaire ou ovale. 3 d’entre eux (n° 21-23) comportent un décor fait d’une combinaison de lignes incisées disposées horizontalement et obliquement ; 1 dernier exemplaire comporte trois lignes horizontales peu incisées (n° 18). Ces bracelets proviennent du fossé 6672 (1 ex. ; phase 3), de l’épandage 3231 (1 ex. ; phase 3), du muret 917 (2 ex. ; phase 3) et du comblement final de 5557 (3 ex. ; phase 3). 1 autre spécimen provient de la rivière 1936 qui recoupe largement 5557 et 1 dernier a été découvert dans les niveaux d’occupation remaniés.

4.1.3.6. Les bracelets filiformes à épissures en alliage de cuivre

36Parmi les 5 exemplaires qui ont été retrouvés sur le site (pl. LXXVIII : n° 25-28), 2 bracelets sont relativement bien conservés. Le premier (n° 25) est constitué de deux fils placés l’un sur l’autre enroulé à leurs deux extrémités formant ainsi quatre épissures. Le second (n° 26) n’est constitué que d’un seul fil enroulé sur lui-même à ses extrémités formant ainsi deux épissures. Les 3 autres bracelets ne sont conservés qu’à l’état de fragments (n° 27-28). 2 de ces bracelets ont été trouvés en structure : fossé 6672 (1 ex., phase 3) et tombe 43901 (1 ex., phase 3). 2 autres proviennent des niveaux d’occupation remaniés. Un dernier exemplaire a été retrouvé dans le comblement de la rivière 1936 postérieur à la phase 3.

4.1.3.7. Le bracelet en fer

37Un objet en fer peut correspondre à un bracelet ou un anneau (pl. LXXVIII : n° 4). La forme et l’épaisseur de sa section varient d’une extrémité à l’autre (du triangle à la section en « D »). Cet objet a été trouvé hors structure.

4.1.4. Les perles en pâte de verre

38Le classement de la majeure partie des perles en verre (grosses perles toriques et petites perles bleues de type « grain de collier ») a été établi en utilisant la typologie élaborée par R. Gebhard pour les séries de Manching (Gebhard 1989a). Comme pour les bracelets, ce classement s’effectue en croisant la couleur de la pâte et l’existence d’un éventuel décor (séries I à XII) ainsi que la nature de ce dernier (catégories A à F) et la morphologie des perles (formes a à g). La typologie de M.-A. Zepezauer complète celle de R. Gebhard pour le classement des perles à décor occulé spiralé.

39R. Gebhard précise que les grosses perles toriques sont surtout fréquentes au cours de La Tène D. À la différence des bracelets en verre, la production de certaines perles se prolonge pendant La Tène D2. Parmi les grosses perles toriques, seuls les exemplaires incolores à feuille jaune interne de la série I ont vraisemblablement une origine plus ancienne (La Tène C2). Les perles à décor occulé spiralé apparaissent en Suisse, dans le sud et l’ouest de l’Allemagne, dans le courant du IIIe siècle av. J.-C. (La Tène B2b) et semblent être très répandues à La Tène C2. Elles sont encore présentes dans certains ensembles de La Tène D1 (Zepezauer 1989 : 118).

40La série du Pâtural comprend 47 perles en verre dont 37 grosses perles toriques, 6 petites perles bleues et 4 perles à décor occulé spiralé non protubérant (fig. 140 et 141). Comme pour les bracelets, cette série n’est pas négligeable, comparée à celles connues, tous types confondus, dans les sites d’habitat de plaine des régions limitrophes, comme Feurs (1 ex. ; Guichard 1988a : 152), Roanne (11 ex. ; Guichard 1997b : 157,158) ou encore Levroux (36 ex. ; Buchsenschutz et al. 2000 : 127-129). Elle est quantitativement proche de celle provenant de l’oppidum de Corent qui livre 38 exemplaires, collectés lors des prospections et fouilles des années quatre-vingt-dix (Guichard et al. 1993 ; Faye 1995). Le site « d’Aulnat » (secteurs de La Grande Borne et de Gandaillat) compte, comme pour les bracelets en pâte de verre, une série comparable à celle du Pâtural (49 ex. ; rapports Orengo 2002 et 2006).

Fig. 140 - Perles et pendeloque.

41La grande majorité de ces perles (41 ex.) a été retrouvée dans les structures et seuls 6 exemplaires ont été collectés dans les niveaux d’occupation. Les perles à décor occulé spiralé, les « grains de colliers » ainsi que les perles toriques de La Tène C2 (série I) ont été retrouvés, pour moitié, dans des structures appartenant à la phase 2a : fossé 3268-1 (2 perles à décor occulé spiralé, 2 « grains de collier » et 1 perle torique série I) et fossé 100000 (1 « grain de collier »). L’autre moitié (4 ex.) provient de structures de la phase 3 (muret 917, fossé 6672, comblement de 5557, épandage 3231) ou postérieures (rivière 1936). Les perles toriques de La Tène D ont été majoritairement retrouvées dans les structures de la phase 3 (comblement de 5557 : 10 ex. ; épandage 3231 : 5 ex. ; muret 917 : 5 ex. ; fosse 4058 : 1 ex. ; fosse 14902 : 1 ex. ; fosse 14910 : 1 ex. ; fossé 3268-2 : 1 ex. ; fossé 6672 : 1 ex.) et dans les structures postérieures à la phase 3 (rivière 1936 : 4 ex. ; fossé 1890 : 1 ex.). À noter, toutefois, la présence d’une perle torique appartenant à la série VIIE de Gebhard, considérée comme typique de La Tène D, dans le comblement de la fosse 14902 rattachée à la phase 2b (la position stratigraphique de cet objet n’est pas précisée). Cette découverte constitue la troisième occurrence régionale d’une perle torique de La Tène D en association avec un mobilier (des fibules notamment) appartenant à une phase plus ancienne (La Tène C2/D1), ce qui permet de poser la question de la période d’apparition de ce type de parure.

Fig. 141 - Perles et pendeloque en verre et autres matériaux, typologie des éléments et répartition par phase.

42Le plan de répartition montre une concentration élevée de perles (38 ex.) dans la partie nord du site et, plus précisément, sur la rive sud du ruisseau. Cette concentration particulière, qui concerne en grande majorité des perles toriques de La Tène D, correspond à l’importante zone dépotoir de mobilier de la phase 3. On note également une distribution plus clairsemée (6 perles) dans un large quart nord-est du site où l’on observe, par ailleurs, une forte concentration de vestiges.

4.1.4.1. Les perles à décor spiralé

433 exemplaires de forme indéterminée et à section en D (pl. LXXIX : n° 1-3). Leur couleur est bleu translucide. 2 d’entre eux sont décorés d’une spirale jaune opaque simple et semblent appartenir au groupe I. 1 de M.-A. Zepezauer. Une de ces perles provient du fossé 3268 (phase 2a et 3). Un autre exemplaire comprend un décor supplémentaire fait de deux lignes blanches opaques encadrant la spirale (n° 3). Cet exemplaire, qui provient du muret 917 (phase 3), appartient au groupe I. 1.1 de M.-A. Zepezauer. Un dernier fragment appartient vraisemblablement à un exemplaire à quatre facettes. De couleur bleue translucide, il comporte une spirale jaune opaque placée sur une protubérance (pl. LXXIX : n° 4). Cette perle peut appartenir au groupe III. 1 de M.-A. Zepezauer. Elle provient du comblement du fossé 3268 (phase 2a ou 3).

4.1.4.2. Les petites perles ou « grains de collier »

446 exemplaires de forme circulaire et à section en D (pl. LXXIX : n° 5-10). Toutes ces perles sont de couleur bleue et appartiennent à la série VI de R. Gebhard. 14 perles de ce type sont documentées à Levroux (Tilliard 1989). Il faut rappeler qu’il est difficile de préciser leur datation car elles sont répandues depuis le premier âge du Fer jusqu’à la fin de l’Antiquité. Les exemplaires du Pâtural proviennent des fossés 100 000 (1 ex., phase 2a), 3268 (2 ex., phase 2a ou 3), 6672 (1 ex., phase 3) et du comblement final de 5557 (1 ex., phase 3).

4.1.4.3. Les grosses perles toriques

Les grosses perles toriques en verre transparent incolore à feuille jaune interne

45Série I. 3 exemplaires datables de La Tène C2 (pl. LXXIX : n° 11-13). Ils proviennent du fossé 3268 (1 ex. ; phase 2a ou 3), de l’épandage 3231 (1 ex. ; phase 3) et du comblement de la rivière 1936 (1 ex.).

Les grosses perles toriques en verre opaque de couleur jaune

46Série II. 2 exemplaires (pl. LXXIX : n° 14-15). Ces perles proviennent de la fosse 4058 (phase 3 ?) et du comblement final de 5557 (phase 3).

Les grosses perles toriques en verre transparent incolore

47Série III. 5 exemplaires (pl. LXXIX : n° 16-20). 1 exemplaire provient de l’épandage 3231 (phase 3) et un autre du fossé 14910 (phase 3).

48Série IIIB. 2 exemplaires décorés d’applications jaunes opaques (pl. LXXVIII : n° 21 et 22). Le premier provient du comblement final de 5557 (phase 3) et le second du fossé 6672 (phase 3).

Les grosses perles toriques en verre transparent de couleur vert foncé

49Série IV. 2 exemplaires (pl. LXXIX : n° 23 et 24) proviennent de la rivière 1936 où ils revêtent probablement un caractère résiduel.

Les grosses perles toriques en verre transparent de couleur bleue

50Série VI. 4 exemplaires (pl. LXXIX : n° 25-28). Ces perles proviennent de l’épandage 3231 (3 ex., phase 3) et du comblement final de 5557 (1 ex., phase 3).

Les grosses perles toriques en verre transparent de couleur bleue décorées

51Série VIIB. 5 exemplaires (pl. LXXIX : n° 29-33) ornés d’applications de verre opaque jaune ou blanc (filets en spirale). Ces perles proviennent du muret 917 (1 ex., phase 3), de l’épandage 3231 (1 ex., phase 3), du fossé 3268 (1 ex., phase 2a ou 3), du fossé 1890 (1 ex.) et du comblement de la rivière 1936 (1 ex.). Dans ces deux dernières structures, qui datent au plus tôt de la période augustéenne, ces perles peuvent être considérées comme résiduelles.

52Série VIID. 3 exemplaires (pl. LXXIX : n° 34-36) décorées de mouchetures de verre jaune opaque. L’une de ces perles est issue du muret 917 (phase 3), les deux autres proviennent du comblement final de 5557 (phase 3).

53Série VIIE. 4 exemplaires (pl. LXXIX : n° 37-40) avec applications croisées de verre opaque blanc (filets en spirale) et de verre translucide bleu (filets concentriques). L’un de ces exemplaires provient de la fosse 14902 (phase 2b) et l’autre du comblement final de 5557 (phase 3).

La grosse perle torique en verre transparent de couleur brune

54Série VIII. 1 exemplaire (pl. LXXIX : n° 41) provient du muret 917 (phase 3).

Les grosses perles toriques en verre transparent de couleur pourpre

55Série X. 3 exemplaires (pl. LXXIX : n° 42-44). Ils proviennent du muret 917 (1 ex., phase 3) et du comblement final de 5557 (2 ex., phase 3).

La grosse perle torique en verre pourpre décorée

56Série XIB. 1 exemplaire (pl. LXXIX : n° 45) orné d’applications hélicoïdales jaune opaque. Cette perle provient du comblement final de 5557 (phase 3).

4.1.5. Les perles et pendeloques en matériaux divers

4.1.5.1. Les perles

57À la série des perles en pâte de verre, on doit ajouter 5 exemplaires réalisés en matériaux divers (fig. 140 et 141). 3 de ces perles ont été trouvées dans des structures de la phase 2a (fossé 61001, perle en ambre), de la phase 2b (fossé 43905, perle en ambre) et de la phase 3 (muret 917, perle en os).

Les perles en gypse

582 perles en matière pulvérulente (gypse ?) reprennent la forme des perles toriques en verre (pl. LXXX : n° 1). Elles ont été trouvées hors structures.

Les perles en ambre

592 exemplaires (pl. LXXX : n° 2 et 3) proviennent des fossés 61001 (phase 2a) et 43905 (phase 2b). Les contextes laténiens de Basse Auvergne ne livrent que peu de perles en ambre. Un exemplaire est présent dans le comblement du chemin 8 du site de La Grande Borne daté de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. (rapport Guichard, Orengo 1999) et un autre dans le comblement du fossé 12/13 du même site daté à la fin de ce siècle (rapport Guichard, Orengo 2000). Deux sépultures du cimetière laténien de Sarliève, à Cournon, ont également livré ce type d’objet en association avec, d’une part, des fibules de schéma « La Tène II » et, d’autre part, des perles toriques en pâte de verre, attestant ainsi de l’utilisation de ce matériau à La Tène C2 et D1 (rapport Deberge, Orengo 2002 : fig. 4, 9). Sur le site des Arènes, à Levroux, 2 perles en ambre ont été trouvées dans des contextes de La Tène C2 ou C2/D1 (Buchsenschutz et al. 1994).

La perle en os

601 exemplaire (pl. LXXX : n° 4) a été trouvé dans le comblement du muret 917 (phase 3). Sa section montre les reliquats de sa fabrication, sous la forme d’une légère surépaisseur sur ses faces externes et internes.

61Le processus de fabrication est mieux connu grâce à la découverte de plusieurs rebuts de fabrication et de semi fabriquats, dans la fosse 34 du site de La Grande Borne (rapport Guichard, Orengo, Loughton 2000). À l’aide d’un tour à percer et d’une mèche de forme appropriée, les deux faces d’une plaquette, préalablement réalisée dans la diaphyse d’un os long (métatarse de bœuf), sont successivement entamées jusqu’à détachement de l’anneau. L’objet obtenu est ensuite limé et poli. Si les déchets témoignant de la fabrication de ces anneaux sont fréquents sur les sites de Basse Auvergne et, plus spécifiquement sur ceux qui offrent une forte densité d’occupation (« Aulnat », Sarliève, Corent), les objets finis, tels que celui découvert au Pâtural, sont particulièrement peu fréquents, ce qui pose la question de leur utilisation.

4.1.5.2. La pendeloque ( ?) en verre

621 petite boule en pâte de verre de couleur bleu cobalt translucide et comprenant un décor occulé spiralé de couleur jaune opaque provient du fossé 70926 (phase 2a ; pl. LXXX : n° 5). Cet objet, de forme sphérique, comporte le départ d’une excroissance incomplète, car brisée, de forme cylindrique (tige ?). Il correspond soit à une épingle, soit à un pendentif. D’après M.-A. Zepezauer, la datation de ce type d’objet, peu fréquent au demeurant, est à placer dans La Tène moyenne et le début de La Tène finale (Zepezauer 1993 : 92). Des exemplaires similaires existent dans les habitats de La Tène C2 et D1 des Arènes de Levroux et de Bâle Usine à Gaz (Buchsenschutz et al. 1994 : 338 ; Rissanen 1999 : 157). Enfin, plus près de nous, le site de Gandaillat (fouille 2003) livre deux exemplaires similaires dans des contextes malheureusement mal datés (rapport Orengo 2006).

4.1.6. Les fibules

63Avant tout, il faut signaler que le mobilier en fer est très mal préservé sur le site du Pâtural. À quelques exceptions près, la majorité des fibules n’est représentée qu’à l’état de fragments, parfois très lacunaires. Toutes les fibules en fer ont été radiographiées pour identification. Si la radiographie apporte des informations importantes, par exemple sur le mode de fixation du pied sur l’arc pour les fibules de schéma « La Tène II », elle ne permet pas de vérifier la forme de la section de certains exemplaires parfois entourés d’une gangue d’oxydes. La vérification de ce détail n’est alors possible que lorsque la fibule est brisée.

64Parmi les 96 fragments recensés, 39 fibules en fer sont identifiables de façon assez précise et peuvent être classées dans un groupe typologique sans doute aucun. À ces fibules, on peut ajouter les 24 autres fragments, qui ont été identifiés de façon moins certaine, mais dont il n’est pas exclu qu’ils appartiennent à autant d’exemplaires supplémentaires. On obtient ainsi un dénombrement, en NMI « maximaliste », égal à 63 fibules en fer. 33 autres fragments, à l’état de conservation très médiocre, n’ont pas été retenus pour le dénombrement du NMI. Les fibules en alliage cuivreux sont représentées par 22 fragments et sont plus facilement déterminables, en raison d’un meilleur état de préservation. 15 fibules ont pu être identifiées et comptabilisées en NMI. Les 7 autres fragments sont non déterminables et n’entrent pas dans le dénombrement en NMI. Avec 54 fibules identifiées (78 si l’on tient compte du NMI « maximaliste »), tous métaux et tous types confondus, la série du Pâtural est relativement fournie. Leur classement a été réalisé en utilisant la méthode mise en place par J.-P. Guillaumet pour le Mont Beuvray (Guillaumet 1985). Il s’est aussi inspiré des études menées pour les sites plus proches de Roanne et de Feurs (Guichard 1988a, 1997b). Ces deux sites, du fait de leur proximité géographique et surtout chronologique avec le Pâtural (ils en sont toutefois distants de plus de 100 km), constituent une référence pour l’étude des fibules de La Tène moyenne et finale, et, plus généralement, pour de nombreux autres petits mobiliers.

65La série la plus abondante du Pâtural (hors NMI « maximaliste ») est celle représentée par des fibules à ressort nu et corde externe, arc filiforme de section circulaire, pied rabattu sur l’arc et fixé sur ce dernier. Il s’agit des fibules dites de schéma « La Tène II », selon la périodisation de J. Déchelette (Déchelette 1914 : 931, pl. XI), soit de La Tène C, selon la chronologie qui est la plus couramment utilisée aujourd’hui et qui dérive du système de P. Reinecke (Reinecke 1902 : 53-109). Cette série comprend 39 exemplaires, principalement en fer. La deuxième série, par effectifs en ordre décroissant, est représentée par les fibules de schéma « La Tène III » (Déchelette 1914 : 931, 932, pl. XII). Toutefois là aussi, on préfère utiliser la terminologie « allemande » pour les désigner, car ici la périodisation de Déchelette repose sur une trop grande variété de types et embrasse une fourchette chronologique trop longue qui est mieux subdivisée dans le système de Reinecke. Cette série comporte 13 fibules de La Tène D1 à ressort nu et corde interne, arc plat, le plus souvent de forme triangulaire et pied ajouré dans le prolongement de l’arc (type de « Nauheim »). On peut lui ajouter un quatorzième exemplaire, mais à corde externe. Enfin, un dernier groupe est représenté par 1 unique fibule en alliage cuivreux qui constitue un compromis entre les fibules de schéma « La Tène II », du fait de son ressort à spires multiples (plus de quatre) et corde externe, et les fibules de La Tène D1 (du type Nauheim) du fait de son arc, plat et de forme triangulaire, et de son pied qui est ajouré dans le prolongement de l’arc.

66Le plan de répartition établi pour ce type de mobilier nous montre une distribution assez large des fibules de schéma « La Tène II » avec une concentration plus élevée dans la moitié nord du site (fig. 142). Les fibules de type La Tène D1 sont en revanche réparties de façon plus resserrée, principalement en bordure sud de la zone de paléochenal (comblement final de 5557 et ruisseau 1936).

Fig. 142 - Fibules en fer et en alliage cuivreux.

67La majorité des fibules identifiées a été retrouvée dans les structures laténiennes (45 ex. ; fig. 143). 33 exemplaires ont été collectés dans les niveaux d’occupation et les structures plus récentes. Les fibules de schéma « La Tène II » sont peu présentes dans les ensembles de la phase 1a (1ex. probable) et mieux représentées dans ceux de la phase 1b (4 ex. dont 3 incertains). Avec 21 exemplaires, elles caractérisent les structures appartenant aux phases 2a (10 ex.) et 2b (11 ex.). On les retrouve également dans les ensembles de la phase 3 (12 ex. dont 8 de typologie incertaine), accompagnées de fibules de Nauheim (6 ex.) et de 1 exemplaire de compromis « schéma La Tène II/fibule de Nauheim ». Cette fréquence encore élevée des fibules de schéma « La Tène II » alors que les fibules de Nauheim sont déjà bien présentes est conforme aux observations faites sur le site de Roanne pour l’horizon 3 (La Tène D1). On doit toutefois noter que les cas d’association entre fibules de schéma « La Tène II » et fibules de Nauheim sont rares : comblement de 5557 et fossé 6672. 12 fibules (7 schéma « La Tène II » et 5 Nauheim) proviennent de structures postérieures à la phase 3 où elles revêtent un caractère résiduel. Il faut signaler l’absence des fibules à tête couvrante dans les ensembles datés de La Tène D1, au Pâtural, ce qui n’est pas une surprise, compte tenu de leur rareté en Grande Limagne ; 1 seul exemplaire a été recensé à ce jour (Deberge, Orengo à paraître). Ces fibules sont présentes dans d’autres régions du Massif central, notamment chez les voisins ségusiaves (Guichard 1988a : 153 ; Guichard 1997b : 159 ; Feugère 1985 : 234, 235).

Fig. 143 - Fibules en fer et en alliage cuivreux, typologie des éléments et répartition par phase.

4.1.6.1. Les fibules à ressort nu et corde externe, arc filiforme de section circulaire, pied rabattu sur l’arc et fixé sur ce dernier (fibules de schéma « La Tène II »)

68Les fragments de 39 exemplaires (36 en fer et 3 en alliage cuivreux) sont attribués à ce type, dont 5 de façon incontestable puisqu’ils conservent encore une partie de leur pied (pl. LXXXI : n° 1, 2, 16, 17 ; pl. LXXXII : n° 2). Ces derniers sont suffisamment bien conservés pour permettre d’observer le mode de fixation du retour du pied sur l’arc. Dans 3 cas, une petite languette de fer, formée à l’extrémité du pied, est rabattue sur l’arc (pl. LXXXI : n° 2-3 ; pl. LXXXII : n° 2), alors que, pour les 2 autres cas (pl. LXXXI : n° 1 et 16), une petite bague enfilée le long de l’arc vient bloquer, contre ce dernier, l’extrémité du pied. Même si l’emploi du fer semble prédominer pour ce type de production (28 ex. uniquement en fer à Roanne), 3 autres fibules en alliage de cuivre appartiennent vraisemblablement au même schéma. À la différence des séries de Roanne ou de Feurs, quelques exemplaires du Pâtural sont de grande dimension et ont une forte section (notamment les ex. des pl. LXXXI : n° 18 ; pl. LXXXII : n° 7).

69Faute de restauration, les radiographies à elles seules ne permettent pas toujours d’observer si l’élément constituant le mode de fixation du pied sur l’arc est décoré ou non, à l’exception d’un exemplaire (pl. LXXXII : n° 1). Enfin, 2 fibules présentent un pied décoré d’une nodosité qui consiste, soit en une plaquette d’alliage cuivreux, percée et glissée le long du fil du retour du pied (pl. LXXXI : n° 1), soit en une bague de fer insérée de la même manière, à moins qu’il ne s’agisse d’un décor réalisé dans la masse (pl. LXXXII : n° 2). Ici, la radiographie n’est malheureusement pas claire.

70La datation intrinsèque de ces fibules est assez délicate puisque ce type, qui apparaît au cours de la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C., voire dès le milieu de ce siècle (Baray 1991 : 224-232), est par la suite largement répandu tout au long du IIe siècle av. J.-C. À Feurs, les exemplaires découverts dans les contextes les plus anciens correspondent à des types à ressort étroit avec de nombreuses spires enroulées autour d’un axe en fer (Guichard 1988a : 152, 153). A. Rapin précise qu’au sein de ce type, il existe des variations morphologiques qui constituent autant d’indices chronologiques (Rapin 1996 : 140, 141). Selon lui, vers la fin du IIe siècle av. J.-C., le nombre de spires tend à augmenter (à l’inverse de ce que l’on observe pour les fibules de Feurs), le pied est de moins en moins décoré et l’attache de ce dernier sur l’arc se rapproche du ressort. Les fibules du Pâtural ne semblent pas toutes suivre ce schéma d’évolution.

Les fibules à ressort à quatre spires

7117 exemplaires dont 14 en fer (pl. LXXXI : n° 1-12) et 3 en alliage de cuivre (pl. LXXXI : n° 13 et 14). À Roanne, 7 exemplaires comportent un ressort à quatre spires.

72Seules 2 fibules du Pâtural comportent encore le retour de l’attache du pied sur l’arc. L’exemplaire n° 1 provient de la fosse 307 (phase 2a) et présente une bague de fixation moulurée et un pied décoré d’une petite surépaisseur et d’une plaquette constituée d’une matière vraisemblablement non ferreuse qui absorbe les rayons X (métal cuivreux, or, argent, ambre ou corail). L’exemplaire n° 2 provient du ruisseau 103493 (phase 3) et présente un système d’attache du type étrier de fixation placé très près du ressort. Le pied de cette fibule est malheureusement incomplet et ne permet pas de vérifier la présence de décoration. Ces deux fibules semblent assez bien illustrer les variations morphologiques qui, selon A. Rapin, sont susceptibles d’être utilisées comme critères chronologiques (à l’exception du nombre de spires, équivalent pour les deux exemplaires). Les autres fibules appartenant à cette variante ont été trouvées dans le fossé 4478 (1 ex. ; phase 1a), le fossé 3474 (1 ex. ; phase 1b), la fosse 14902 (1 ex. ; phase 2b), le muret 917 (1 ex. ; phase 3), le comblement final de 5557 (1 ex. ; phase 3) et dans le comblement du ruisseau 1936 (1 ex. ; postérieur à la phase 3).

Les fibules à ressort à six spires

7314 exemplaires en fer (pl. LXXXI : n° 16-28). 13 fibules de ce type sont documentées à Roanne.

74L’exemplaire complet de grande dimension (n° 16) provient du fossé 102721 (phase 2b ?). Le pied vient se fixer sur le sommet de l’arc à l’aide d’un étrier. Le porte-ardillon est de forme trapézoïdale ; 1 autre exemplaire, plus petit (n° 17), provient du fossé 3268 dont le comblement initial appartient à la phase 2a. Le pied est attaché sur l’arc, à proximité du ressort, par l’intermédiaire d’un étrier. Cette fibule semble avoir été piétinée (une partie des spires ainsi que la corde sont écrasées). 7 autres exemplaires proviennent de contextes datés : fossé 3268 (2 ex. ; phase 2a), fossé 43905 (1 ex. ; phase 2b), fossé 105001 (1 ex. ; phase 2b), fosse 14902 (1 ex. ; phase 2b), fossé 6672 (1 ex. ; phase 3). Enfin, la fibule n° 20 comporte un ardillon dont la morphologie de la section est inhabituelle (carrée) et provient du trou de poteau 45906 (phase 2 ?).

Les fibules à ressort à huit spires

754 exemplaires (pl. LXXXII : n° 1-3). 3 fibules du même type sont connues à Roanne.

76L’exemplaire n° 2 provient de la fosse 5518 appartenant à la phase 2b. Le pied est fixé au milieu de l’arc par un étrier et il est décoré d’une surépaisseur qui supporte une perle cannelée ou rainurée (la radiographie ne permet pas de trancher). Le porte-ardillon est de forme trapézoïdale. Les 2 autres exemplaires proviennent de la fosse 14902 (phase 2b).

Les fibules à ressort à plus de huit spires

774 exemplaires (pl. LXXXII : n° 4 ; 1 ex. non illustré) dont 2 sont des fibules à ressort enroulé autour d’un petit axe en fer (pl. LXXXII : n° 5 et 6). Le nombre exact de spires du ressort de ces fibules ne peut être déterminé (douze ou plus). Ces fibules ont aussi pour caractéristique commune la petitesse de leur ressort (les spires mesurent moins d’1 cm de diamètre). Cette particularité, en plus du nombre élevé de spires, rapproche ces fibules des exemplaires du type 22 de Gebhard ou du type 1a à Feurs (Guichard 1988a : 152). Au Pâtural, 2 exemplaires sont bien placés en stratigraphie :

  • fossé 105001, phase 2b, milieu du IIe siècle av. J.-C. (pl. LXXXII : n° 4) ;

  • fossé 70926, phase 2a (première moitié du IIe siècle av. J.-C. (pl. LXXXII : n° 6).

78Les ensembles ségusiaves ne livrent ce type de fibule, semble-t-il, que dans une fourchette chronologique assez restreinte (autour du milieu du IIe siècle av. J.-C.), dans la phase 1 à Feurs et l’horizon 1 ou 2 à Roanne (ibid. : 152s ; Guichard 1997b : 159, pl. 110 n° 28). Ceci confirme les données plus lointaines, comme celles fournies par les nécropoles d’Acy-Romance, où ce type de fibule n’est présent que dans les phases 1 et 2 (Lambot, Friboulet, Méniel 1994 : 162-164). On peut donc considérer ces fibules comme fossiles directeurs du milieu du IIe siècle av. J.-C.

4.1.6.2. Les fibules à ressort nu, à corde externe et pied formé dans le prolongement de l’arc dites de compromis entre le schéma « La Tène II » et le schéma « La Tène III »

Les fibules à arc filiforme

79Il s’agit de fibules dont le pied est de schéma « La Tène III », c’est-à-dire formé dans le prolongement de l’arc (tel celui des fibules de Nauheim) et dont le ressort est de schéma « La Tène II », c’est-à-dire à corde externe à 4, 6, 8 spires ou plus. On reconnaît là les exemplaires du type 25 de Gebhard ou du type 4 de Lambot. Il peut paraître paradoxal de citer un groupe typologique alors qu’aucun exemplaire lui appartenant n’a été clairement identifié au Pâtural. Ce souci répond à plusieurs considérations.

80Tout d’abord, rien ne garantit que des exemplaires de ce type ne se dissimulent pas dans le lot des fibules identifiées aux schémas « La Tène II » (ces dernières étant très fragmentées) puisqu’elles ont un certain nombre de caractéristiques communes (la section circulaire de l’arc et le ressort à corde externe). Ensuite, il y a encore peu de temps, on considérait que ce type n’était pas présent en Gaule centrale, que ce soit en pays biturige ou ségusiave (Guichard 1988a : 152-155 ; Guichard 1997b : 158,159 ; Colin 1998 : 97). En Auvergne, on constatait la même absence jusqu’aux fouilles récentes des sites Gandaillat (puits 950), à Clermont-Ferrand, et de Sarliève/La Grande Halle, à Cournon (tombe 2247). Sur le premier site, une fibule de ce type a été découverte en association avec du mobilier céramique de La Tène C2 (quoique la couche archéologique, US 1011, ait livré aussi du mobilier de La Tène D1 dont la présence est interprétée comme intrusive). Dans le second ensemble, une de ces fibules était associée à de la vaisselle céramique datée de La Tène D1, à une fibule de schéma « La Tène II » et à plusieurs perles toriques en verre.

81Une dernière considération est d’ordre typo-chronologique. En effet, ces fibules sont bien connues dans les régions plus nordiques notamment dans la vallée de la Moselle (région de l’Hunsrück) où elles caractérisent une phase ancienne de La Tène D1, antérieure à l’arrivée massive des fibules de Nauheim, soit La Tène D1a (Miron 1991 : 162-163, fig. 5). Elles sont aussi présentes dans la vallée de l’Aisne, où elles caractérisent l’étape 2 (Pion, cité dans Colin 1998 : 96, 97) et, notamment, la phase 3 des tombes d’Acy – Romance (Lambot, Friboulet, Méniel 1994 : 168, 169, fig. 90). Des régions plus orientales en livrent aussi des exemples, comme la haute vallée du Rhin (Hecht et al. 1999 : 170, fig. 4) et la Bavière (Gebhard 1991). Or, s’il ne fait aucun doute qu’une phase ancienne de La Tène D1 existe en Auvergne (Deberge, Orengo à paraître), force est de constater que ce type de fibule, qui en est le principal fossile directeur pour les régions septentrionales est, à l’exception des découvertes mentionnées plus haut, très rare dans notre région.

Les fibules à arc plat

821 exemplaire, en alliage cuivreux (pl. LXXXII : n° 9).

83Il a été découvert à proximité immédiate du ruisseau 5557, daté de la phase 3. Cette fibule comporte un ressort à corde externe à huit spires, un arc plat de forme triangulaire décoré d’une série de petites incisions et un pied, incomplet, ajouré dans le prolongement de l’arc que l’on suppose de forme trapézoïdale ; ces deux dernières caractéristiques typologiques sont similaires à celles des fibules de Nauheim les plus fréquentes. La présence de cette « anomalie typologique » serait anecdotique si d’autres exemplaires n’étaient connus ailleurs en Gaule. En effet, une fibule en fer du même schéma, mais à six spires, est documentée à Roanne dans un contexte daté du deuxième ou troisième quart du Ier siècle av. J.-C. (Guichard 1997b : 159, pl. 111 n° 11). Le site de Levroux a livré un exemplaire en alliage de cuivre à six spires dans un contexte daté de La Tène D1. Pour ce dernier, l’arc est également décoré et la similitude étonnante avec celle du Pâtural (Fauduet 1983 : pl. 1 n° 1). Cette fibule de compromis entre schémas « La Tène II » et « La Tène III » peut être considérée comme un équivalent « local », plus ou moins proche, des exemplaires filiformes, cités au-dessus.

4.1.6.3. Les fibules à ressort nu et corde interne, arc plat trapézoïdal, pied dans le prolongement de l’arc (en général ajouré)

84Il s’agit de la fibule dite de « Nauheim » (Feugère 5a), le fossile directeur de La Tène D1 s’il en est. Elle est représentée au Pâtural par 13 exemplaires dont 2 en fer (pl. LXXXII : n° 10 et 11) et 11 en alliage de cuivre (n° 12-23). La série roannaise en comprend 18 dont 15 en alliage de cuivre et 3 en fer (auxquelles il faut ajouter une variante du type de Lauterach). 36 fibules de Nauheim sont documentées pour l’oppidum de Corent, dont 2 en fer et 34 en alliage de cuivre, ainsi qu’une fibule de Lauterach du même métal (Faye 1995 : 45, pl. 13 n° 117). Le ressort comporte quatre spires et le porte-ardillon est souvent ajouré à l’exception de l’exemplaire n° 16. L’arc est généralement décoré (n° 13-19). La fibule en fer n° 10 ne semble pas avoir été portée (l’arc n’est pas entièrement formé et brisé). Il pourrait s’agir d’un exemplaire abandonné en cours de fabrication.

85Les fibules de Nauheim sont traditionnellement rattachées à la période de La Tène D1b. Dans le cas du Pâtural, ces fibules ont été découvertes dans le muret 917 (1 ex. ; phase 3), le fossé 6672 (1 ex. ; phase 3) et le comblement final de 5557 (3 ex. ; phase 3). 4 exemplaires proviennent du comblement du ruisseau 1936 où ils revêtent un caractère résiduel. Enfin, 1 dernier exemplaire provient du comblement sommital de la fosse 300 (phase 1b) et constitue très probablement une intrusion.

4.1.6.4. La fibule à ressort nu et corde externe, haute, et arc plat large

86On ne connaît pas la forme exacte de cet exemplaire en fer (pl. LXXXII : n° 8). Cette fibule est proche du type de Nauheim (arc plat large tendu), si ce n’est la présence d’une corde externe haute, caractéristique qui rappelle plutôt la variante 2 de Feugère (Feugère 1985 : 188-189). Ce dernier type, représenté par plusieurs fibules à Corent, comporte généralement un arc filiforme tendu (Faye 1995 : pl. 8, n° 66, pl. 9, n° 67-73). L’exemplaire du Pâtural, qui ne trouve pas de correspondance typologique exacte, a été découvert à proximité du ruisseau 5557 (phase 3).

4.1.7. Les autres éléments de parure

87Ont été classés dans cette catégorie les objets dont l’identification est incertaine, mais qui ont pu appartenir à la parure vestimentaire.

4.1.7.1. Les éléments de ceinture

88En plus d’un possible crochet de ceinture, on compte une série de plusieurs anneaux en fer (11 ex.) et en bronze (28 ex.), ainsi que plusieurs éléments de chaînette en fer (3 ex. ; pl. LXXX : n° 6-43).

89Le crochet est constitué d’un anneau circulaire en fer (pl. LXXX : n° 6) sur lequel est fixé un ergot perpendiculaire au plan de l’anneau. Cet objet a été retrouvé dans le comblement de la rivière 1936 qui recoupe largement des structures appartenant à la phase 3. Ce crochet, très rudimentaire, correspond à un type répandu au Ier siècle av. J.-C. (Guichard 1997b : 160).

90Les anneaux en fer (pl. LXXX : n° 7-15) et en bronze (pl. LXXX : n° 16-40) présentent des diamètres (4 cm maximum) qui peuvent indiquer un usage vestimentaire. Les ceintures en cuir destinées à la suspension des épées à La Tène D comprennent un grand nombre de ces anneaux. Les exemples du Pâtural proviennent, à l’exception d’un exemplaire (fossé 4478 ; phase 1a), très majoritairement des dernières phases d’occupation du site (phase 2b : 3 ex. ; phase 3 : 15 ex. ; postérieures à la phase 3 : 8 ex.).

91Enfin, il faut mentionner la présence d’éléments identifiables à des chaînettes en fer. Le premier correspond à une chaînette retrouvée dans le fossé 4478 (phase 1a ; pl. LXXX : n° 41). Elle est constituée de petits maillons plats de moins d’un centimètre de diamètre refermés sans soudure. La longueur de ce fragment de chaînette avoisine les 20 cm. Les dimensions des maillons et la finesse de la tôle (1 mm) laissent penser qu’il s’agit d’un objet de parure plutôt que d’un ustensile domestique. Ce type de chaînette, généralement accompagnée d’un crochet de ceinture à décor plastique, est bien représenté dans les sépultures d’Europe centrale depuis le début de La Tène C1 jusqu’à La Tène C2 où il est identifié à une parure féminine (Sankot 2002 : 338, Abb. 11, 12). Dans le Sénonais, 1 exemplaire également en fer a été découvert dans une inhumation (sépulture double n° 39 de Marolles-sur-Seine, Les Gours-aux-Lions, Seine-et-Marne), en association avec une fibule typique de La Tène B2 (Baray 1991 : 232, fig. 20 n° 10). 3 autres éléments de dimension légèrement supérieure (2 cm de diamètre) ont été retrouvés dans des contextes appartenant aux phases 2b (pl. LXXX : n° 43, fossé 43905, 1 maillon de chaîne ; pl. LXXX : n° 42, fosse 14902, 2 maillons emboîtés).

4.1.7.2. La bague filiforme ( ?)

92Constitués d’un simple fil d’alliage cuivreux de section circulaire (pl. LXXX : n° 44) et de fer enroulé sur lui-même, 2 autres éléments de section carrée (n° 45) ont pu faire office de bagues. Le diamètre de ces objets (environ 1,5 cm interne) permet d’envisager cet emploi. Sur le site voisin de Gandaillat, un exemplaire identique au n° 44 a été retrouvé porté, dans la sépulture d’un adulte masculin (sep. 398), datée de La Tène C ou D (Orengo 2001 : pl. 57, n° 9). Le même site a toutefois livré 1 autre exemplaire dont l’usage était différent : associé à des perles en verre et des pendeloques en alliage cuivreux, il faisait partie d’un collier d’un immature de 5-6 ans (sépulture 585, datée de La Tène D1 ; ibid. pl. 55 : n° 8). Les exemplaires du Pâtural proviennent du fossé 6672 (phase 3) et du comblement final de 5557 (phase 3).

4.2. L’armement

93L’armement sur le site du Pâtural est relativement peu présent, ne reprenant pas en cela la situation observée sur d’autres sites d’habitat tel que Levroux, Roanne ou de La Grande Borne. Les deux seuls éléments retrouvés (fragment de fourreau d’épée et fer de lance) témoignent néanmoins de la présence de ce type particulier de mobilier depuis le début et jusqu’à la fin de l’occupation laténienne (fig. 144 et 148).

Fig. 144 - Fer de lance découvert dans un fossé de la phase 2b.

4.2.1. Le fourreau d’épée

94Seul 1 fragment de bouterolle en fer (pl. LXXXIII : n° 1) permet d’indiquer la présence d’une épée sur le site. Cet exemplaire provient du fossé 3474 (phase 1b). Il correspond à un type de fourreau en usage au IIIe siècle av. J.-C. Cette bouterolle, relativement épaisse, comporte deux globules disposés au-dessus des pinces.

4.2.2. L’arme de jet

951 fer de lance à douille (pl. LXXXIII : n° 2). La flamme est de section losangique. La radiographie montre que la douille, de section circulaire, est formée sur toute sa longueur par le repliement d’une feuille de métal. Un rivet perpendiculaire renforce le maintien de la hampe dans la douille. Cet exemplaire a été trouvé au sommet des fossés 43905 (phase 2b) ou 57001 (phase 3).

4.3. L’outillage à vocation domestique ou agricole

96Les mobiliers utilisés dans les domaines domestique ou agricole sont de loin les plus nombreux sur le site (fig. 145). On regroupe sous cette appellation les ustensiles liés au feu domestique (métal et terre cuite), les couteaux et aiguisoirs, les éléments de mouture, les objets témoignant du filage et du tissage des textiles ainsi que tous les autres témoins de la vie quotidienne (objets en os, outillage métallique ou lithique, quincaillerie et clouterie). Les éléments en métal sont relativement peu nombreux en regard des autres types de mobilier (pierre, céramique ou os). Cette relative pauvreté est à mettre sur le compte d’une mauvaise préservation des éléments en fer.

Fig. 145 - Outillage à vocation domestique ou agricole.

97L’absence d’occupation domestique pour la période romaine a conduit à présenter conjointement les mobiliers, au demeurant très peu nombreux, trouvés dans les structures tardives (fossés parcellaires romains ou modernes) avec celui provenant des contextes laténiens.

4.3.1. Les ustensiles liés au foyer

4.3.1.1. Les éléments métalliques

982 éléments en fer (fig. 148). L’un correspond probablement à un fragment probable de manche de fourchette à chaudron (pl. LXXXIII : n° 3) et l’autre est un fragment de pelle à feu (pl. LXXXIII : n° 4). Ces deux ustensiles ont été trouvés dans les couches d’occupation remaniées.

4.3.1.2. Les éléments en terre cuite

99Ont été collectés 4 441 fragments d’éléments en terre cuite (163,6 kg), utilisés dans le cadre d’activités liées au foyer, ont été collectés sur le site (fig. 146). Cette série comprend :

  • 85 éléments (8,7 kg) appartenant à des foyers, construits non mobiles (au moins 8 foyers différents) ;

  • 4 351 fragments (154,6 kg) de plaques de foyer mobiles (au moins 107 individus) ;

  • 5 éléments (0,3 kg) appartenant à deux accessoires de cuisson.

100Les éléments destinés à accueillir des foyers pour le chauffage ou la cuisson des aliments sont assez logiquement fréquents sur les sites d’habitat. Cependant, il est rare que ce type de mobilier fasse l’objet d’études poussées. Il est vrai que le dénombrement de ces éléments ainsi que la détermination du nombre d’individus se heurtent souvent à une fragmentation importante.

Fig. 146 - Éléments de foyer construit et plaques de foyer mobiles.

101L’utilisation conjointe de foyers fixes, construits ou non, et de plaques de foyer mobiles semble être une pratique très répandue en Gaule du Centre. Le site de Roanne fournit une panoplie de structures de cuisson proche de celle mise en évidence au Pâtural avec des foyers construits, des plaques de foyer mobiles ainsi que plusieurs chenets (Lavendhomme 1997 : 57-63). Les foyers non construits (fosses rubéfiées ou charbonneuses) ainsi que les fours sont absents au Pâtural, comme sur la plupart des sites régionaux.

102Il est difficile d’apprécier l’ampleur exacte de la collection du Pâtural par rapport à celle mise en évidence sur d’autres sites, les données quantitatives faisant souvent défaut. Le nombre de 115 foyers peut paraître relativement élevé. Cet effectif global est toutefois à répartir sur les deux siècles d’occupation et, ce, de façon non uniforme. En effet, comme pour les autres types de mobilier, l’effectif des éléments en terre cuite liés au foyer présent dans les structures va crescendo depuis les phases anciennes vers les phases récentes de l’occupation (fig. 146 b). On ne compte que 89 fragments pour la phase 1, contre 374 pour la phase 2 et 1 740 pour la seule phase 3.

103Les plans de répartition établis (fig. 146) révèlent une situation conforme à celle mise en évidence pour les autres types de mobilier tels que la céramique ou les éléments de parure, à savoir, une répartition lâche des éléments provenant des contextes anciens et une répartition plus resserrée et concentrée dans le quart nord-est du site des éléments de datation plus récente. On note cependant la présence de plusieurs concentrations qui semblent significatives :

  • pour les foyers construits : dans la fosse 2359 à proximité du bâtiment 8600 ; dans les fossés 43905 et 57001 à proximité du bâtiment 8601 ; dans le fossé 70926 à proximité des bâtiments 8607 ; dans le fossé 103501 au sud du bâtiment 8621.

  • pour les plaques de foyer mobiles : dans la fosse 2359 située à proximité du bâtiment 8600 ; dans la fosse 14902 ; au nord et à l’emplacement du bâtiment 8601 ; dans la partie sud du site à l’intersection des fossés 63005, 100000 et 103501, et à l’emplacement du bâtiment 8621.

104Le rejet de ces éléments a été préférentiellement effectué à proximité des bâtiments sur poteaux porteurs. Il est donc très probable que ces constructions correspondent à des bâtiments d’habitation ayant accueilli en leur sein un ou plusieurs foyers, fixes ou mobiles.

Les foyers fixes

105Les foyers fixes n’existent qu’à l’état de fragments et aucun n’a été retrouvé en place (pl. LXXXIV : n° 1-5). Il est donc difficile d’en restituer la forme. Ces foyers sont constitués d’une chape d’argile d’une épaisseur avoisinant les 5 cm. Le matériau utilisé est relativement homogène et contient généralement un dégraissant fin. La surface est soigneusement égalisée, mais n’est quasiment jamais lissée (4 fragments), à la différence des plaques de foyer mobiles sur lesquelles ce type de traitement est fréquent. La mise en place de la sole semble avoir été faite, la plupart du temps, à même le sol, comme en témoigne l’irrégularité de leur surface inférieure. Sur 3 fragments (pl. LXXXIV : n° 3-5), on a pu observer des traces vraisemblablement laissées par des éléments en bois (branches ou planches). Il est possible que certains foyers aient été mis en place sur un lit de branche ou sur une structure partiellement construite en bois (plancher, table…), ce qui pourrait expliquer que l’on n’en retrouve aucun in situ.

106Un examen sommaire des pâtes de ces foyers permet de proposer un minimum de 8 individus différents. Ce nombre est à comparer avec les 12 foyers de ce type découverts sur le chantier Saint-Paul, à Roanne, pour les horizons 1 à 3 (Lavendhomme, Guichard 1997 : 60).

107Les fragments de foyers fixes ont majoritairement été trouvés dans les structures (78 fragments contre 7 hors structure ; fig. 146 a). Absents des contextes appartenant à la phase 1, ils sont surtout représentés dans les structures appartenant à la phase 2 (fig. 146 b).

Les plaques de foyer mobiles

108Ces plaques de foyer correspondent à des éléments de forme généralement rectangulaire, à surface plane et comprenant un rebord plus ou moins important, sur tout ou partie de leur périphérie. D’après les quelques éléments complets ou presque, découverts sur d’autres sites (sites de La Grande Borne - Périchon, Vichy 1967 - et de Roanne - Lavendhomme, Guichard 1997), on peut estimer que la plupart de ces plaques avaient des dimensions restreintes (moins de 60 cm de côté) et une épaisseur de quelques centimètres. Aucune plaque entière n’a été découverte au Pâtural, mais on peut raisonnablement proposer des dimensions proches pour les exemplaires du site. Une estimation, faite à partir des fragments les plus massifs, donne une masse d’environ 15 kg pour un exemplaire d’une cinquantaine de centimètres de côté, ce qui en fait des objets manipulables. Le choix du matériau (une pâte sableuse), le mode de fabrication (par modelage, puis cuisson avant usage), la technique de finition (lissage ou raclage) et l’existence fréquente d’un décor (incisé ou lissé) les rapprochent, d’ailleurs, de la vaisselle en céramique grossière.

109Il faut donc considérer ces plaques de foyer comme des éléments que l’on peut facilement déplacer au sein de l’habitation. Elles ont pour fonction soit d’accueillir directement un feu, soit de recueillir les braises d’un foyer aux plus grandes dimensions. Leur découverte, dans des contextes comprenant également des fragments de foyers fixes, indique une utilisation conjointe de ces deux types de structures de combustion.

110La série du Pâtural comprend 4 351 fragments (154,6 kg) dont 417 fragments de bords (33,4 kg ; 20,33 m linéaires). Seuls 145 de ces bords livrent un profil suffisamment complet pour pouvoir être étudiés. À partir de ceux-ci, on peut proposer un nombre minimum de 107 individus en se fondant sur les différences de profil, de pâte et de provenance stratigraphique et spatiale.

111La moitié des fragments de plaques de foyer mobiles a été trouvée hors structure (2 161 restes) alors que les 2/3 des individus identifiés à partir des bords proviennent des structures (67 individus contre 40 hors structure). Ces plaques de foyer ont été trouvées dans les contextes appartenant aux phases 1a (8 ex. ; fossé 4478 : 1ex. ; fosse 110001 : 3 ex. ; fosse 111101 : 4 ex.), 1b (8 ex. ; fosse 300 : 1 ex. ; fossé 63005 : 3 ex. ; fossé 3474 : 4 ex.), 2a (9 ex. ; fossé 3268 : 5 ex. ; fossé 61001 : 3 ex.), 2b (2 ex. ; fossé 43905 : 1ex. ; fossé 105001 : 1 ex. ; fosse 14902 : 1 ex.) et surtout 3 (30 ex. ; fosse 5518 : 1 ex. ; fosse 2359 : 2 ex. ; fossé 6696 : 1 ex. ; mur 917 : 6 ; comblement 5557 : 4 ex. ; épandage 3231 : 15 ex.). Enfin, 10 exemplaires ont été collectés dans les structures postérieures à la phase 3 (fossé 1890 : 1 ex. ; fossé 1981 : 1 ex. ; fossé 11001 : 1 ex. ; rivière 1936 : 7 ex.).

112Trois grands types morphologiques peuvent être distingués au sein de ce corpus (fig. 147) :

  • Le premier correspond aux exemplaires de faible épaisseur (généralement moins de 2 cm), comprenant des bords hauts (jusqu’à 10 cm) et étroits sur au moins deux des côtés, les deux autres comportant un bord moins prononcé (pl. LXXXV : n° 1-17). Le bord offre, le plus souvent, un décor ponctuel digité ou incisé.

  • Le deuxième type regroupe des exemplaires toujours d’épaisseur modérée et à bord bas (moins de 3,6 cm) et étroit (moins de 3 cm) ayant soit une forme en amande, soit une forme plus anguleuse (pl. LXXXVI : n° 1-14 ; pl. LXXXVII : n° 1-10). La plupart de ces bords comportent un décor ponctuel digité ou incisé.

  • Le dernier type (pl. LXXXVII : n° 11-18 ; pl. LXXXVIII : n° 1-9) correspond aux exemplaires ayant une épaisseur plus importante (jusqu’à 4 cm) et un bord épais (plus de 4 cm) et large (plus de 3,6 cm). Ces éléments comportent fréquemment un décor linéaire, rectiligne ou ondé, fait d’une cannelure placée au sommet du bord.

Fig. 147 - Plaques de foyer mobile, typologie des éléments et répartition par phases.

113Cette division morphologique a une origine chronologique. Les deux premiers types sont fréquents aux phases 1a (8 ex.), 1b (8 ex.) et 2a (8 ex.), alors que le dernier n’apparaît qu’à partir de la phase 2a (1 ex.), avant de dominer très largement le corpus à la phase 3 (20 ex.). La présence d’éléments appartenant aux deux premiers types dans les ensembles de la dernière phase peut, en partie, être due à un phénomène résiduel. On observe une évolution dans le mode de fabrication de ces plaques de foyer. Les deux premiers types sont constitués d’une plaque d’argile dans laquelle est façonné le bord alors que, pour le dernier, celui-ci a été rajouté sur une plaque déjà mise en forme (boudin d’argile collé). De plus, les exemplaires appartenant au dernier type possèdent une pâte (pâte sableuse) aux caractéristiques proches de celle employée pour la confection des céramiques grossières (pots de stockage, pots à cuire et jattes « d’Aulnat »), de la phase 3. Il est possible que ces plaques de foyer et ces vases proviennent d’un même centre de production.

Les accessoires de cuisson

114A été découvert 1 fragment de chenet, largement incomplet (pl. LXXXVIII : n° 11). Il provient d’un contexte stratigraphique imprécis. Il comporte une série de cinq incisions, disposée sur l’une de ses faces. À l’origine, ce chenet devait être pourvu d’un protomé de bélier, comme les exemplaires de Roanne ou de Levroux (Lavendhomme 1997 : 60-62 ; Buchsenschutz et al. 1994).

115Par ailleurs, 1 plaque d’argile cuite d’environ 2 cm d’épaisseur et de forme circulaire ou ovale provient de l’occupation laténienne (pl. LXXXVIII : n° 10). Cet objet, inconnu dans la documentation régionale, peut correspondre à une plaque mobile de cuisson (plat à pain ?).

4.3.2. Les couteaux et aiguisoirs

4.3.2.1. Les couteaux (fig. 148)

1165 fragments de lame de couteau ont été découverts sur le site ; 3 exemplaires appartiennent à des types à soie plate (pl. LXXXIII : n° 6 et 8). La présence d’un rivet traversant la soie sur 2 des exemplaires collectés semble indiquer que celle-ci était munie d’un manche en matière organique (n° 6 et 7). 2 de ces couteaux ont été trouvés dans les couches d’occupation remaniées et 1 dernier provient du muret 917 (phase 3). L’exemplaire n° 9 appartient à un couteau de grande dimension. Il provient du comblement final de 5557 (phase 3). Enfin, 1 dernier exemplaire (n° 5), de forme difficilement identifiable, provient du fossé 1890 daté de la période romaine où il revêt un caractère résiduel.

Fig. 148 - Armement, ustensiles et outillage domestiques (hors rondelles en céramique).

4.3.2.2. Les aiguisoirs

11755 éléments peuvent être identifiés à des aiguisoirs de façon plus ou moins certaine (fig. 148). Cette série, numériquement importante, comprend :

  • 4 exemplaires (pl. LXXXIX : n° 1-4) de forme et de section rectangulaires en granite (2 ex.), en grès (1 ex.) ou en tuf volcanique (1 ex.). Ils sont de grandes dimensions et présentent des traces d’usure importante ;

  • 19 plaquettes (pl. XC : n° 1-9 ; pl. XCI : n° 1-10) en schiste gris à noir de texture fine. Ces exemplaires ont une forme et une section rectangulaires et présentent des traces d’usures localisées sur leurs tranches ;

  • 13 exemplaires (pl. XCI : n° 11 et 12 ; pl. XCII : n° 1-11) de forme oblongue et de section rectangulaire ou circulaire. Ils sont en schiste (8 ex.), granite (3 ex.), basalte (1 ex.) ou même en calcaire (1 ex.) ;

  • 7 exemplaires en grès fin (pl. XCII : n° 1-7), de forme généralement allongée et de section rectangulaire. 1 exemplaire se distingue des autres par ses dimensions restreintes et par la présence d’une perforation, dans sa partie sommitale, permettant sa suspension. 1 exemplaire identique est documenté sur le site de Lattes, dans un contexte malheureusement non daté (Feugère 1992) ;

  • enfin, il faut rajouter, à cette liste, 12 exemplaires d’identification moins certaine qui ont pu, compte tenu des traces observées, avoir cet usage. Il s’agit en premier lieu d’une série de 5 plaquettes en schiste, de section rectangulaire et de forme ovale, montrant des traces d’usures sur toute leur périphérie (pl. XCIII : n° 10-14). Viennent ensuite des galets de rivière, en granite (1 ex.), basalte (1 ex.) ou schiste (5 ex.), dont la forme semble, au moins partiellement, résulter d’une abrasion sur une partie restreinte de leur surface (pl. XCIV : n° 1-7).

118Ces objets ont principalement été retrouvés hors structures (24 ex.) ou dans les structures tardives (7 ex.). 24 exemplaires proviennent néanmoins des structures laténiennes, principalement celles attribuées à la phase 3 (fig. 149).

Fig. 149 - Aiguisoirs et lissoirs, typologie des éléments et répartition par phases.

119Au final, cette série est numériquement importante, si on la compare à celles d’autres sites du centre de la Gaule (3 ex. à Roanne, 2 ex. à Levroux, 1 ex. à Feurs). Pour les premières phases d’occupation, les pierres à aiguiser sont présentes en nombre limité (1 ou 2 ex. par phase). Pour la dernière phase d’occupation, les aiguisoirs sont nettement plus nombreux. Les valeurs observées restent toutefois en adéquation avec la masse du mobilier rejeté.

4.3.3. Les meules et mortiers

120109 fragments d’instruments de mouture, d’une masse totale avoisinant 300 kg, ont été collectés sur le site (fig. 150). Cette série comprend :

  • 49 éléments (273 kg) appartenant à des meules rotatives (23 metae et 26 catilli) ;

  • 18 mortiers (14,7 kg) ;

  • 10 meules « va et vient » (5 kg) ;

  • 14 broyons ou molettes (4,1 kg) ;

  • 18 fragments indéterminés (1,7 kg) appartenant vraisemblablement à des meules rotatives.

121Cette série est numériquement importante si on la compare à celle d’autres sites de plaine contemporains sur lesquels le nombre d’éléments de mouture dépasse rarement la vingtaine d’éléments (sites de Roanne, Feurs ou Levroux). Elle se rapproche, en revanche, de celle étudiée sur le site de Lattes pour lequel environ 82 éléments de mouture sont publiés dans Py 1992. L’importance de la série s’explique, à Lattes comme au Pâtural, par la durée relativement importante de l’occupation. En effet, cet effectif est à répartir sur près de deux siècles et, ce, de façon non uniforme. Comme pour les autres types de mobilier, l’effectif des éléments de mouture va crescendo, depuis les phases anciennes vers les phases récentes de l’occupation : 3 éléments pour la phase 1, 7 pour la phase 2 et, enfin, 40 pour la seule phase 3. Dans tous les cas, la taille de la série atteste l’importance accordée à la mouture des céréales au sein des activités domestiques, tout au long de la période l’occupation.

Fig. 150 - Instruments de mouture.

122Plusieurs observations concernent l’évolution technologique de cette catégorie de mobilier (fig. 151). L’emploi des meules à mouvement alternatif linéaire (meule de type « va et vient ») est attesté à la phase 1b, par la présence de 3 molettes et, à la phase 2a, par 1 élément. La présence de 2 de ces éléments, dont un est d’identification incertaine, dans des contextes postérieurs à la phase 2 (phase 3 et postérieure), semble résiduelle. Pour la fin de la phase 1 et le début de la phase 2, les meules rotatives basses viennent remplacer les meules du premier type. On dénombre alors : 1 catillus pour la phase 1b, 2 couples meta/catillus pour la phase 2a et 2 catilli pour la phase 2b. Ces meules rotatives sont par la suite très largement représentées (10 metae et 7 catilli pour la phase 3). Les mortiers, auxquels il faut adjoindre les broyons, ne font leur apparition qu’à la dernière phase d’occupation (12 mortiers et 10 broyons retrouvés dans les structures de la phase 3).

Fig. 151 - Instruments de mouture, typologie des éléments et répartition par phases.

123Ces observations sur l’évolution des outils de mouture sont conformes à celles faites à Lattes, où les meules de type « va et vient » sont remplacées, dès la fin du IIIe siècle av. J.-C., par des meules rotatives basses (Py 1992). Les mortiers paraissent, en revanche, totalement absents des contextes lattois. Les sites de Roanne et Feurs livrent, pour la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C., un faciès proche de celui du Pâtural avec un corpus qui se partage, à part égale, entre meules rotatives et mortiers (Guichard 1988b, 1997b). La présence conjointe de ces deux types d’instruments de mouture suppose deux usages différents. La répartition de ces objets suit celle des autres mobiliers : une distribution lâche, sur l’ensemble du site, des meules les plus anciennes et une concentration, dans la partie nord du site, des objets les plus récents.

4.3.3.1. Les meules « va et vient »

124Avec 10 exemplaires, ce type de meules est relativement bien représenté sur le site (fig. 151). 9 de ces éléments sont en basalte à texture bulleuse (pl. CIII : n° 1-6 et 8-9), 1 dernier est en tuf volcanique (n° 7).

125Ces spécimens ont une forme ovale ou proche du rectangle. La surface de travail est plane, voir même légèrement convexe. Leurs dimensions sont relativement restreintes (au maximum 20 cm de long ?) et permettent de les identifier à la partie mobile du dispositif de mouture (molette). D’un point de vue morphologique, ils se rapprochent des molettes appartenant au type A2 définie pour le site de Lattes et sont à associer à des parties dormantes, ou « tables », de dimensions importantes (Py 1992 : 186-190).

126Ce type de dispositif paraît absent des sites du IIe siècle av. J.-C. du centre de la Gaule, comme Roanne, Feurs ou Levroux. Il est en revanche bien documenté sur le site de Lattes (7 molettes et 3 tables), dans des contextes des IVe et IIIe siècles av. J.-C. En Basse Auvergne, le site de La Grande Borne en livre quelques exemplaires, dans des contextes de la première et de la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C. (rapports Guichard, Orengo 1999, 2000a). Les 6 exemplaires du Pâtural, trouvés en contexte, proviennent de structures appartenant aux phases 1b (fosse 300 : 1 ex. ; fosse 309 : 2 ex.), 2a (puits 102805 : 1 ex.), 3 (épandage 3231 : 1 ex. ?) et à une phase postérieure (rivière 1936 : 1 ex.).

4.3.3.2. Les meules rotatives

Les metae

127Les 23 metae collectées sont toutes en basalte à texture bulleuse, à l’exception d’un exemplaire en grès à grain moyen (pl. XCV et XCVI). Les meules en basalte ont probablement une origine locale : le basalte est très abondant sur la bordure ouest du bassin limagnais (chaîne des Puys). L’exemplaire en grès peut être une importation. L’utilisation de ce matériaux pour la réalisation des outils de mouture prévaut, par exemple, en territoire éduen et biturige. Une origine régionale n’est pas, non plus, à écarter. Cette roche est présente, notamment, sur la bordure est du bassin de Limagne. L’emploi du grès pour la confection des meules rotatives semble surtout se diffuser, en Limagne, au cours du Ier siècle av. J.-C.

1282 de ces metae sont complètes, alors que les autres ne sont représentées que de façon fragmentaire. Le diamètre mesuré pour 16 metae varie entre 30 cm et 44 cm avec 10 exemplaires dont le diamètre va de 35 à 40 cm (fig. 152 a).

Fig. 152 - Instruments de mouture, distribution des diamètres utiles.

129Ces metae sont épaisses (pl. XCV : n° 1-4 ; pl. XCVI : n° 12) ou minces (pl. XCV : n° 5-11 ; pl. XCVI : n° 1-11), à trou axial perforant et à surface de travail généralement conique. Plusieurs d’entre elles comportent un bourrelet plus ou moins marqué situé en périphérie du trou axial. D’un point de vue morphologique, elles se rapprochent des exemplaires de type B2b et B2d de la typologie élaborée pour le site de Lattes (Py 1992 : 197, 198). Elles s’en distinguent cependant par l’évidemment systématique de la partie inférieure de la meule pour les exemplaires du Pâtural alors que cette pratique semble relativement marginale à Lattes. L’exemplaire en grès (pl. XCVI : n° 5) est caractérisé par une surface de travail légèrement concave, qui peut trouver une explication dans l’utilisation d’un catillus sous-dimensionné.

13012 exemplaires ont été trouvés dans des structures appartenant à la phase 2a (trou de poteau 104001 : 1 ex. ; fossé 3268 : 1 ex.) et, surtout, à la phase 3 (épandage 3231 : 1 ex. ; muret 917 : 4 ex. ; comblement final de 5557 : 4 ex. ; trou de poteau 45906 : 1 ex.). Enfin, 3 exemplaires proviennent de structures postérieures à la dernière phase d’occupation laténienne dans lesquelles ils sont probablement résiduels.

Les catilli

131Les 26 catilli (pl. XCVII à CI) retrouvés sont en basalte à texture bulleuse, à l’exception de 2 exemplaires en grès et de 1 exemplaire en trachyte. Les exemplaires en roche volcanique ont une origine régionale probable. Les deux exemplaires en grès peuvent être des objets importés. Le diamètre des 23 catilli mesurables varie entre 28 cm et 52 cm, 11 exemplaires ont un diamètre de 35 à 40 cm et 8 autres ont un diamètre de 40 à 45 cm (fig. 152 b). 5 exemplaires sont complets.

132Les catilli en basalte sont de forme cylindrique ou légèrement tronconique. Ils sont tous munis d’un bandeau périphérique plus ou moins marqué. Sur 8 exemplaires, on note la présence d’un trou latéral destiné à la fixation de la poignée. Il est généralement de forme rectangulaire, à l’exception de l’un d’eux de forme pyramidale. Le trou axial est de forme circulaire avec deux excroissances de forme arrondie disposées de façon diamétralement opposées. Une troisième excroissance, de forme plus anguleuse, est située perpendiculairement à l’axe défini par les deux premières. La trémie comprend des surfaces rectilignes plus ou moins inclinées en direction du trou axial. Les surfaces triturantes sont rectilignes ou légèrement concaves mais, en tout cas, toujours nettement inclinées.

1332 exemplaires se distinguent par leur dimension ou leur forme. Le premier (pl. C : n° 2), peu différent morphologiquement des éléments précédemment décrits, s’en démarque cependant par son diamètre relativement important (environ 52 cm). Il se distingue également par le choix du matériau employé. Il a été réalisé en trachyte, une roche d’origine volcanique qui est beaucoup moins résistante que le basalte à texture bulleuse. Le trachyte est abondamment utilisé aux périodes romaine et médiévale, pour la fabrication des urnes cinéraires et des sarcophages. Une carrière d’extraction de sarcophages est connue dans la chaîne des Puys, à quelques kilomètres à l’ouest de Clermont-Ferrand (Puy de Sarcoui). La découverte d’une meule réalisée dans ce matériau au Pâtural indique qu’il existe une phase précoce d’exploitation de ces gisements. L’autre exemplaire (pl. C : n° 1) est, lui, en basalte à texture bulleuse, mais ses dimensions et sa morphologie sont assez éloignées de celles des exemplaires précédemment décrits. Son diamètre est relativement restreint (28 cm), sa trémie horizontale, sa surface de travail franchement concave et profonde et son trou axial vraisemblablement circulaire.

134Les catilli du Pâtural se rapprochent des types B2f (catillus épais à bandeau) et B2g (catillus mince à bandeau) du site de Lattes (Py 1992). Ils s’en démarquent cependant par le système de fixation de la poignée (quasi systématiquement disposée à la surface de la trémie à Lattes) et par la forme du trou axial (généralement circulaire à Lattes).

135Les 2 catilli en grès du Pâtural (pl. CI : n° 2 et 3) diffèrent assez nettement des exemplaires en basalte. Leur profil est arrondi et ils possèdent une trémie concave qui ne comporte pas de bandeau périphérique. La surface de travail est rectiligne ou concave et le trou axial semble circulaire. Le mode de fixation de la poignée n’est pas déterminable. Celle-ci est vraisemblablement à placer sur le côté de la meule. Ces 2 exemplaires sont morphologiquement proches de ceux découverts sur les sites de Arènes, à Levroux (Orellana, Buchsenschutz 2000), et de la Porte du Rebout, à Bibracte (Buchsenschutz, Boyer 1999). Sur ces deux sites, les meules en grès dominent quasi-exclusivement la collection des outils de mouture. Le site de Roanne présente une situation intermédiaire avec une utilisation conjointe du grès et du basalte (4 contre 7 ; Guichard 1997b : 162), alors qu’à Feurs toutes les meules rotatives sont en basalte (Guichard 1988b).

13612 exemplaires ont été trouvés dans des structures appartenant à la phase 1b (fossé 63005 : 1 ex.), 2a (fosse 307 : 1 ex. en grès ; fossé 3268 : 1 ex.), à la phase 2b (fossé 43905 : 2 ex.) et principalement à la phase 3 (épandage 3231 : 3 ex. ; muret 917 : 2 ex. dont 1 en grès ; comblement final de 5557 : 2 ex). Enfin, 3 exemplaires proviennent de structures postérieures à la dernière phase d’occupation laténienne du site et sont probablement résiduels (fossé 2015 : 1 ex. ; rivière 1936 : 2 ex.).

4.3.3.3. Les mortiers

137Les mortiers sont représentés par 21 fragments appartenant à 18 individus différents (pl. CII : n° 1-18). Ils sont tous en basalte à texture bulleuse, à l’exception de l’un d’eux, en grès (n° 17). Leur face externe est généralement très irrégulière, alors que la surface interne montre des traces d’une usure nette. Le diamètre de ces mortiers est compris entre 20 et 40 cm. La plupart d’entre eux (10 sur un total de 11 ex. mesurables) ne dépassent pas 32 cm (fig. 152).

138Trois types morphologiques peuvent être identifiés pour les mortiers en basalte (fig. 151). Le premier (5 ex.) regroupe des exemplaires profonds qui possèdent une paroi relativement effilée (n° 1-5) ; l’un d’eux présente un pied légèrement dégagé (n° 3). 2 fonds supplémentaires (n° 6 et 7) peuvent être rattachés à ce premier groupe. Le second type (6 ex.) comprend des mortiers peu profonds, relativement évasés, à bord effilé et qui présentent tous un pied dégagé (n° 8-13). Le dernier type (3 ex.) regroupe des exemplaires d’aspect grossier (basalte à grosses vacuoles), là aussi peu profonds et évasés, mais qui présentent tous un bord épais arrondi (n° 14-17) ; 2 de ces mortiers possèdent un pied légèrement dégagé. 1 dernier exemplaire (n° 18), également en basalte, est caractérisé par ses petites dimensions (10 cm par 7,5 cm) et sa forme rectangulaire. Ce petit élément de forme atypique a, néanmoins, été utilisé comme mortier (ou crapaudine ?), comme en témoigne l’usure de sa surface supérieure. Enfin, l’exemplaire en grès (n° 17), à grain moyen, est assez profond et présente une paroi relativement épaisse. Sa face extérieure est très irrégulière.

139Les mortiers semblent absents des contextes de Lattes et de Levroux (Py 1992 ; Buchsenschutz et al. 1994). Ils sont peu représentés dans la série mise au jour lors de la fouille de la porte du Rebout, au Mont-Beuvray (3 ex.). Le site de Roanne en a livré 6, dont 5 en grès et 1 en basalte, dans des contextes datés de la fin du IIe siècle av. J.-C. à la fin du Ier siècle av. J.-C. (Guichard 1997b). À Feurs, les 2 exemplaires identifiés sont en basalte (Guichard 1988b). Ils proviennent d’ensembles de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C. En Basse Auvergne, ce type de mobilier semble absent des contextes antérieurs au IIe siècle av. J.-C. Parmi les exemplaires les plus anciens, on connaît 3 exemplaires provenant de structures de La Tène C2 et C2/D1 fouillées sur les sites de La Grande Borne (fosse 38 ; rapport Guichard, Orengo 2000b), d’Aigueperse (fosse 61 ; Guichard et al. 1999) et de Gandaillat (puits 1049 ; rapport Vermeulen 2006).

140Au Pâtural, les exemplaires trouvés en contexte (16 ex.) proviennent très majoritairement de structures appartenant à la phase 3 (muret 917 : 4 ex. ; épandage 3231 : 5 ex. ; comblement final de 5557 : 3 ex.). 4 exemplaires proviennent de contextes postérieurs à la phase 3 (rivière 1936). Leur présence y est résiduelle.

4.3.3.4. Les broyons ou molettes

141Vient compléter la série des instruments de mouture un lot de 14 broyons en granite (7 ex.), en basalte (5 ex.), en quartz (1 ex.) et en tuf volcanique (1 ex.). De forme cubique, ovoïde ou franchement aplatie, ils présentent tous les traces d’une usure importante (pl. CIII : n° 10-23).

142Ces broyons sont à associer aux mortiers précédemment évoqués. Ils proviennent, comme les mortiers, quasi exclusivement des contextes appartenant à la phase 3 (muret 917 : 5 ex. ; épandage 3231 : 3 ex. ; comblement final de 5557 : 2 ex.). 3 exemplaires ont été trouvés dans des structures postérieures à la phase 3 (rivière 1936 et fossé 2015). Leur présence y est résiduelle.

4.3.4. Le filage et le tissage

143Le filage des fibres textiles (animales ou végétales) est attesté par 53 fusaïoles (fig. 153 et pl. CIV et CV), alors que le tissage n’est documenté que par 6 pesons (pl. CV : n° 18-23). À Roanne, la situation est totalement inversée puisque seulement 4 fusaïoles sont présentes pour 62 pesons (Guichard 1997b : 162-163). Les sites de Feurs (Guichard 1988 : 150) et de Levroux ne comptent, en comparaison, que peu d’éléments relevant des activités textiles avec, respectivement, 6 et 15 exemplaires. Sur le site de Lattes, on connaît 98 fusaïoles et 23 pesons (42 si on y ajoute les rondelles en céramique perforées) pour l’occupation du IVe siècle av. J.-C. au IIe siècle ap. J.-C. (Gardeisen, Raux 2000). Mais dans le détail, on ne dénombre, pour la période d’occupation correspondant à celle du Pâtural, qu’une vingtaine de fusaïoles et 3 pesons (7 si on y ajoute les rondelles perforées). Le site de La Grande Borne livre, pour une période d’occupation comparable à celle du Pâtural, 28 fusaïoles et 2 pesons. Ces quelques données de comparaison suffisent à illustrer la place importante occupée par le tissage et, surtout, le filage dans les activités quotidiennes développées au Pâtural.

Fig. 153 - Quelques fusaïoles et pesons du Pâtural.

144Le plan de répartition montre que, conformément à la situation observée pour le reste du mobilier, pesons et fusaïoles ont principalement été rejetés dans la partie nord-est du site (fig. 154). 8 fusaïoles et 2 pesons ont été retrouvés, de façon groupée, dans l’enclos délimité par les palissades 4034, 8025 et 14930. Cette concentration peut indiquer l’existence, à cet emplacement, d’un espace plus spécifiquement dédié au filage et au tissage. La présence de plusieurs trous de poteau permet, par ailleurs, d’envisager l’existence d’un bâtiment ayant pu abriter de telles activités. Le plan de cet édifice n’est malheureusement pas restituable.

Fig. 154 - Fusaïoles et pesons.

145Ces pesons et fusaïoles ont, en grande majorité, été retrouvés dans les structures fossoyées (42 ex. contre 16 hors structure). La distribution chronologique de ces objets indique que ces activités sont pratiquées sur le site dès le début de l’occupation laténienne avec, pour la phase 1, 5 fusaïoles et 2 pesons. Seul le filage est documenté pour la phase 2 (6 fusaïoles). Pour la dernière phase d’occupation du site, le filage et le tissage sont, tous deux, bien représentés : 21 fusaïoles et 1 peson, trouvés en structure, auxquels il faut ajouter 7 fusaïoles et 2 pesons, attribuables à cette phase, en raison de leur localisation dans l’enclos précédemment mentionné. Enfin, 6 fusaïoles et 1 peson ont été découverts dans des structures postérieures à la phase 3.

4.3.4.1. Les fusaïoles

146Les 53 fusaïoles (46 illustrées ; pl. CIV : n° 1-29 ; pl. CV : n° 1-17) sont confectionnées à l’aide d’une argile à dégraissant plus ou moins grossier. Le soin apporté à leur confection et à leur finition est très variable. Elles adoptent des formes cylindriques (hautes ou basses), bi-tronconiques (hautes ou basses), coniques ou encore sub-sphériques. 6 exemplaires comportent un décor réalisé à l’ongle. Aucune évolution morphologique significative ne paraît discernable à partir des exemples du Pâtural. La présence d’exemplaires de grandes et de petites dimensions (poids de 4 à 58 g ; poids moyen de 17,4 g) semble indiquer une volonté d’obtenir des fils de différents diamètres. Contrairement à ce qui a été proposé pour le site de Lattes (Gardeisen, Raux 2000), les exemplaires de petites dimensions ne paraissent pas correspondre à des perles en terre cuite, leur forme reprenant à l’identique celle de fusaïoles plus massives. Sur le site de Poggio Civitate, pour lequel une importante production textile est attestée au cours du VIIe siècle av. J.-C., les fusaïoles ont en moyenne une masse de 9,6 g (Gleba 2000).

147Enfin, on doit mentionner la présence de 26 rondelles en céramique, comprenant une perforation centrale, qui ont également pu servir de fusaïoles (poids compris entre 4 et 50 g ; poids moyen de 22,6 g).

148Les fusaïoles trouvées en structure proviennent principalement des contextes appartenant à la phase 3 (fosse 119 : 1 ex. ; fossé 6672 : 1 ex. ; fosse 4001 : 1 ex. ; épandage 3231 : 4 ex. ; comblement de 5557 : 7 ex. ; muret 917 : 7 ex.) mais aussi des ensembles appartenant aux phases 1 (fosse 300 : 1 ex. ; fossé 3474 : 4 ex.) et 2 (fosse 307 : 1 ex. ; fossé 70926 : 1 ex. ; fossé 3268 : 4 ex. ?). Enfin, 6 autres exemplaires proviennent de contextes postérieurs à la phase 3 (fossé 60001 : 1 ex. ; rivière 1936 : 5 ex.).

4.3.4.2. Les pesons

149Les pesons (pl. CV : n° 18-23) sont faits d’une argile dégraissée à l’aide d’éléments plus ou moins grossiers (scories, végétaux, sable). Leur cuisson, peut-être accidentelle, n’a pas été poussée. Ils sont, de ce fait, relativement fragiles ce qui peut expliquer leur faible effectif. Trois types morphologiques sont présents : des pesons de forme allongée de section carrée (3 ex. ; n° 18 et 20-21) ; un peson pyramidal de section hexagonale (1 ex. ; n° 19) ; des pesons de grande dimension, de forme pyramidale et de section carrée (2 ex. ; n° 22-23). Ces objets, qui sont tous incomplets à l’exception d’un seul, ont un poids qui varie de 163 à 650 g. Les plus massifs correspondent aux exemplaires du dernier type. 3 rondelles en céramique qui comprennent une perforation centrale ont pu, étant donné leur poids (de 82 à 171 g), servir de pesons.

150Les exemplaires massifs de forme pyramidale sont rattachés à la phase 3, alors que ceux de taille plus réduite et de forme allongée proviennent d’ensembles de la phase 1.

1514 exemplaires ont été trouvés dans des structures de la phase 1b (fosse 300 : 1 ex. ; fossé 3474 : 1 ex.) à la phase 3 (comblement de 5557 : 1 ex.) et dans des structures postérieures à la phase 3 (rivière 1936 : 1 ex.). Les 2 exemplaires de forme pyramidale, découverts dans la zone interne de l’enclos délimité par des palissades 4034/8025/14930, appartiennent probablement à la phase 3.

4.3.5. Les autres mobiliers

152Sont considérés, ici, tous les objets (outils, objets finis) liés aux diverses activités domestiques, agricoles ou de transformation. Tous ces objets sont fréquents sur les sites d’habitat laténiens. Leur répartition coïncide avec celle mise en évidence pour les autres types de mobilier : les objets sont concentrés dans la partie nord du site (fig. 148). On note néanmoins un nombre assez important d’objets à l’emplacement des bâtiments 8601 et 8620, localisés plus au sud.

4.3.5.1. Les objets en os

153Les objets en os sont peu nombreux (un peu plus d’une dizaine) et semblent tous renvoyer au domaine domestique. Même si certains objets ont pu être confectionnés sur place (les pointes en os, par exemple), aucun élément ne permet d’entrevoir l’existence d’une activité de tabletterie importante.

Le dé

154Ce dé, de forme parallélépipédique, a été découvert, dans le fossé 3474 (pl. CVI : n° 1). Les plus grandes faces portent les chiffres 4, 3, 5 et 6. Les deux petits côtés sont dépourvus de toute marque. Ce type d’objet dont la fonction n’est pas clairement établie (dé à jouer ou dé « divinatoire ») est connu, à plusieurs exemplaires, sur le site de La Grande Borne, dans les contextes de La Tène B2 (chemin 8) et de La Tène C1 (fossé 12/13 ; rapports Guichard, Orengo 1999, 2000a). Sur ce dernier site, sa production est attestée par plusieurs déchets de fabrication (Collis 1980, Périchon 1992).

Un objet oblong indéterminé

1551 autre objet de forme oblongue, souvent identifié à tort à un dé, a également été découvert dans une structure de la phase 1b (fosse 300 ; pl. CVI : n° 2). Il comprend, sur chacune de ses grandes faces, neuf ocelles.

Les manches d’outils

1563 éléments peuvent être identifiés à des manches d’outils ou de couteaux ; 2 d’entre eux correspondent à des diaphyses soigneusement évidées qui ont pu recevoir des outils à soie (pl. CVI : n° 3 et 4) ; 1 autre, une plaquette réalisée dans une diaphyse et comportant une perforation, a pu servir de plaquage sur un outil à soie plate et être fixé grâce à un rivet (n° 5).

1572 de ces objets proviennent de contextes appartenant aux phases 2a (fossé 70926 ; pl. CVI : n° 5) et 3 (palissade 14906 ; n° 4), le dernier a été trouvé hors structure.

Le petit outillage

1582 pointes en os (pl. CVI : n° 6 et 7) et 2 probables lissoirs (n° 8 et 9) sont identifiées. Ils ont tous été réalisés dans des diaphyses d’os long, de plus ou moins forte section.

159Les 2 pointes en os ont été découvertes dans des contextes appartenant aux phases 1a (fossé 4478 ; pl. CVI : n° 7) et 2a (fossé 70926 ; n° 6) et 1 des lissoirs dans une structure de la phase 3 (comblement final de 5557 ; n° 8).

Les objets indéterminés

1603 éléments restent difficilement identifiables. Ils correspondent à 1 sorte d’épingle à extrémité renflée qui est partout soigneusement polie (pl. CVI : n° 11), à 1 fragment de diaphyse portant trois stries profondes et rectilignes (n° 10) et à 1 fragment de diaphyse comportant une série de larges moulurations (n° 12).

1611 des objets provient d’une structure attribuée à la phase 2b (fossé 43905) et 1 autre d’un contexte de la phase 3 (épandage 3231).

4.3.5.2. L’outillage divers

Les lissoirs et les polissoirs

162Le site a livré une série relativement importante d’éléments lithiques en quartz (7 ex.), granite (7 ex.) et basalte (10 ex.) qui présentent des surfaces usées, lissées ou lustrées. On propose d’identifier ces objets à des lissoirs ou polissoirs. Il est possible qu’ils aient été utilisés pour des activités céramiques, le travail des peaux ou encore des textiles. Il est à noter que ce type d’objet est encore de nos jours utilisé pour polir la surface des céramiques ou pour apprêter les tissus.

163Pour un grand nombre d’entre eux, l’usure leur a conféré une forme ovoïde ou sphérique relativement régulière. Trois types peuvent être distingués :

  • les objets appartenant au premier type (pl. CVII : n° 1-18), de petites dimensions, présentent toujours une surface lustrée brillante ;

  • un deuxième type (pl. CVIII : n° 1 et 2), comprend les galets de taille plus importante mais dont une des faces est parfaitement plane et polie ;

  • enfin, un dernier type (pl. CVIII : n° 3-6) regroupe des éléments de forme oblongue qui présentent au moins une face polie.

1646 de ces lissoirs ou polissoirs ont été trouvés dans les couches d’occupation remaniées et 4 dans une structure post-laténienne (rivière 1936 : 4 ex.). Les 13 autres proviennent majoritairement de contextes appartenant à la phase 3 (muret 917 : 1 ex. ; comblement final de 5557 : 5 ex. ; épandage 3231 : 7 ex.).

Le travail du cuir ?

165Pourrait renvoyer au travail du cuir un outil en fer (pl. CIX : n° 1), très concrétionné, constitué d’une tige de section carrée (10 x 10 mm) dont une extrémité a été étirée et formée en douille et l’autre extrémité aplatie pour façonner un tranchant en arc de cercle. L’exemplaire du Pâtural est identique à un objet conservé au musée romain d’Avenches où il est identifié à un outil spécifique du travail du cuir (Duvauchelle 1990 : 37, pl. 109, n° 152).

166L’exemplaire du Pâtural provient du comblement final de 5557 (phase 3) et témoignerait d’une activité de travail du cuir pour la dernière phase d’occupation du site.

L’outillage agricole

167L’outillage agricole est peu représenté sur le site. On identifie : 1 fer de bâton à douille (pl. CIX : n° 7) et 3 aiguillons en fer (n° 8-10). Ce type d’objet est absent des sites de Roanne (Guichard 1997b) et de Feurs (Guichard 1988c). Il n’est représenté qu’à un seul exemplaire sur le site de Levroux (Buchsenschutz et al. 1994).

168L’un des aiguillons a été trouvé dans une structure de la phase 3 (muret 917) et les deux autres ont été découverts dans les couches d’occupation remaniées. Le fer de bâton provient de la fosse 14902 (phase 2b).

Les autres outils

169Dans un fossé appartenant à la phase 2a, 1 lime a été découverte (fossé 61001 ; pl. CIX : n° 2). Longue de 18 cm, elle présente une section rectangulaire régulière. Sur trois de ses faces, elle comporte des stries légèrement obliques, mais parallèles entre elles, et espacées d’au plus de1 mm. Il est probable qu’elle ait servi au travail du métal.

170Enfin, 3 objets peuvent vraisemblablement être identifié à des outils : burin ( ? ; n° 3), ciseau ( ? ; n° 4) et objet à douille (n° 5). Les 2 premiers objets proviennent de structures appartenant à la phase 3 (comblement de 5557 et muret 917).

4.3.5.3. La quincaillerie et les objets divers

La clouterie

171566 fragments de clous (NMI de 476) ont été collectés (Orengo 2003 : 109, 111, 112, fig. 28, 29 et 31). Les NMI ont été calculés à partir des clous qui ont conservé leur tête qui est toujours plate et circulaire. Lorsque la tête est conservée, tout ou partie de la jambe l’est aussi, ce qui permet d’en mesurer la section. La presque totalité des exemplaires du Pâtural sont des clous dits de « menuiserie », du type 2 défini par J.-P. Guillaumet : longueur comprise entre 20 mm et 80 mm et section comprise entre 4 mm et 8 mm. La section est toujours mesurée sous la tête du clou puisqu’elle indique celle de la barre initiale à partir de laquelle a été fabriqué le clou (Guillaumet et Nillesse 2000 : 251). Les clous ont été utilisés pour assembler des pièces de bois d’une épaisseur relativement faible. Ils ont été, dans leur grande majorité, retrouvés hors structure, dans les niveaux de « terres noires » (555 fragments dont 467 en NMI). Hormis ceux découverts hors structure, ce sont ceux mis au jour dans les ensembles de la phase 3 qui sont les plus nombreux :

  • phases 1 et 2a : 5 fragments (NMI de 3) ;

  • phase 2b : 6 fragments (NMI de 6) ;

  • phase 3 : 52 fragments (NMI de 48).

172La plupart des clous en NMI (411) découverts hors structure sont de taille plus petite que ceux récoltés dans les ensembles clos. Ils ne mesurent guère plus de 30 mm de long (quand ils sont complets) et ont une section carrée de 3 mm au maximum (Orengo 2003 : 102, fig. 31). On s’est aperçu a posteriori que leur gabarit était le même que celui d’exemplaires découverts dans un épandage de mobilier du milieu du Ier siècle ap. J.-C. associé à une incinération en fosse de la nécropole gallo-romaine (bustum 15901). L’analyse de leur répartition spatiale montre qu’ils se superposent à l’emprise de la nécropole gallo-romaine (ibid. : fig. 29). Il faut donc en conclure que la majorité de ces clous est à associer à l’occupation funéraire tardive du site et que seule une petite partie d’entre eux (63 fragments, NMI de 57) est effectivement à mettre en relation avec l’occupation laténienne, principalement celle de la dernière phase d’occupation.

Les crampons et autres éléments d’assemblage

1735 objets en fer ont pour fonction le maintien d’assemblage en bois (pl. CIX : n° 11 et 12).

Les crochets et autres éléments de fixation

1742 pattes de suspension (pl. CIX : n° 18 et 19) et 2 crochets à extrémité enroulée (n° 20 et 21) ont été trouvés sur le site.

Les éléments de serrure

1752 clefs appartiennent à cette catégorie de mobilier (pl. CIX : n° 13 et 14). Elles sont morphologiquement très différentes l’une de l’autre. La première, de grande taille, appartient au type très rudimentaire des lèves loquets, principalement utilisés pour les portes. La seconde, de petite taille, possède deux dents destinées à repousser des pignons métalliques ou en bois. Il s’agit d’une clef de serrure à pignons mobiles employée pour les coffrets (« Fallriegenschlösser » ; Jacobi 1974 : 156-159). Les fouilles récentes de Gandaillat ont permis la découverte d’une serrure de ce type (sans sa clef) quasi-complète (étude inédite de L. Orengo).

176Cette clef a été découverte dans une structure de la phase 3 (ruisseau 5557).

L’anse de seau

1771 fragment d’anse de seau en fer (pl. CIX : n° 23) a été mis au jour, hors structure.

Le meuble et le coffret

1781 anse en alliage de cuivre (pl. CIX : n° 22) a pu appartenir à un meuble ou petit coffre ; un fragment de tôle de bronze est encore maintenu par l’un des crochets.

Les éléments indéterminés en fer

1791 tôle en fer de forte épaisseur (pl. CIX : n° 6).

Les rondelles en céramique (fig. 155)

180Les rondelles en céramiques sont relativement abondantes sur le site. Un premier recensement, non exhaustif, de ces éléments donne un nombre de 274 rondelles. L’examen détaillé d’un quart de ce corpus (72 ex.) indique qu’elles ont été principalement taillées dans des tessons de céramique grossière (40 ex.) ou fine (28 ex.), mais rarement peinte (4 ex.). Leur diamètre varie entre 2 et 9,5 cm, bien que la plupart de ces rondelles se situent en dessous de 5 cm. 29 exemplaires présentent une perforation centrale.

Fig. 155 - Rondelles en céramique.

181On ne connaît pas la vocation exacte de ce type d’objet. Tout juste peut-on évoquer l’hypothèse d’une utilisation comme jeton de compte ou pièce à jouer pour les exemplaires pleins. Les rondelles perforées ont pu, quant à elles, servir de fusaïoles, pour les plus petites (26 ex. d’un poids inférieur à 50 g), et de pesons, pour les plus grosses (3 ex. au poids compris entre 80 et 200 g). Ces objets sont omniprésents sur les sites laténiens régionaux, que ce soit en contexte domestique (Varennes-sur-Allier : rapport Lallemand 2000 ; La Grande Borne, Gandaillat : Deberge 2006) ou sur des sites à vocation religieuse (sanctuaire de Corent et site du Brézet : Guichon 2005).

182La majorité de ces rondelles a une masse inférieure à 20 g et seul un petit nombre d’entre elles présente une masse supérieure allant jusqu’à plus de 100 g. Leur distribution sur le site coïncide avec celle de la majorité des autres éléments mobiliers : elles sont principalement regroupées dans la partie nord du site. Leur répartition chronologique suit également celle relevée pour les autres types de mobilier. Leur présence résulte, comme pour la très grande majorité du mobilier collecté, d’un rejet à caractère domestique.

183Des exemplaires ont été trouvés dans des structures appartenant aux phases 1 (fossé 4478 : 1ex. ; fossé 3474 : 1 ex.), 2a (fossé 70926 : 1 ex. ; fossé 100000 : 1 ex. ; fossé 3268 : 3 ex.), 2b (fossé 43905 : 1 ex. ; fossé 102721 : 1ex. ; fossé 105001 : 3 ex.) et surtout 3 (fossé 6672 : 1 ex. ; fossé 57001 : 1 ex. ; comblement de 103493 : 1 ex. ; muret 917 : 2 ex. ; comblement de 5557 : 10 ex. ; épandage 3231 : 26 ex). Enfin, 6 rondelles ont été trouvées dans des structures postérieures à la phase 3.

4.4. Les monnaies

18422 monnaies gauloises, dont 1 exemplaire fruste trouvé en structure, ont été collectées sur le site (Malacher, Collis 1992). Cette série peut paraître numériquement peu importante, en regard de celles connues pour les agglomérations de Gaule du Centre, comme Feurs (55 exemplaires à répartir entre 160 et 80/70 av. J.-C. ; Gentric 1988), Roanne (250 exemplaires à répartir sur les IIe et Ier siècles av. J.-C. dont au moins 73 exemplaires antérieurs à 100 av. J.-C. ; Gentric, Guichard 1997, Guichard et al. 1993) ou encore de Levroux (77 monnaies provenant des contextes antérieurs à 100 av. J.-C. ; Fischer 2000). Elle est encore moins comparable avec celles issues des oppida arvernes tel que Corent (680 monnaies dans Guichard et al. 1993 : annexes 2, 3) ou de Gergovie (438 exemplaires ; idbid.). Le site voisin « d’Aulnat » livre, en revanche, un effectif proche : 53 exemplaires provenant des secteurs de La Grande Borne (Nash, Collis 1983 ; Malacher, Collis 1992 ; Fontvieille 1993) et de Gandaillat (rapports Vermeulen et al. 2002a, 2006), explorés au total sur environ 1 ha.

185Le plan de répartition établi pour les monnaies (fig. 156) montre, comme pour les autres catégories de mobilier, une distribution assez resserrée sur le quart nord-est du site, principalement en bordure sud de la zone de paléochenal. 5 exemplaires ont, néanmoins, été découverts plus au sud.

Fig. 156 - Monnaies.

186Un peu plus de la moitié des monnaies a été retrouvée dans les structures (12 ex.). 9 exemplaires ont été collectés dans les niveaux d’occupation. Les potins, qui sont les plus nombreux (18 ex.), proviennent majoritairement des structures appartenant à la phase 3 (4 ex. dans 3231 et 5 ex. dans 5557), mais aussi du comblement du ruisseau 1936 (2 ex.) où ils revêtent un caractère résiduel. Les autres espèces (argent : 2 ex. ; bronze frappé : 1 ex.) ont été trouvées hors structure. La monnaie fruste est issue du comblement du ruisseau 3231.

187Ce faciès, largement dominé par les monnaies de potin, correspond à la première phase de circulation des monnayages de bronze définie par V. Guichard pour la Basse Auvergne (Guichard et al. 1993). La présence d’exemplaires réputés tardifs (monnaies en argent anépigraphes et bronze frappé à la légende MOTVDIACA), très fréquents sur l’oppidum de Corent, peut témoigner d’une phase de fréquentation tardive qui n’est cependant pas perceptible à travers l’examen des autres catégories de mobilier (céramique en particulier). L’hypothèse d’émissions précoces, antérieures ou contemporaines d’une première phase d’occupation de cet oppidum, n’est cependant pas à exclure ; la chronologie des pièces d’argent anépigraphes reste, en effet, à préciser.

4.4.1. Les potins

Les potins au long cou

188Arverne, bronzes coulés, 14 ex. dont 2 ex. dans 3231, 4 ex. dans 5557 et 2 ex. dans 1936.
Avers : tête à gauche.
Revers : quadrupède à gauche au long cou sans tête, sur une ligne de terre. Pattes simplifiées en un seul trait sous le corps, queue relevée en S au-dessus du dos.
Références : Nash 1978 : 231, n° 594-596, pl. 24.

Les potins Blanchet 113

189Origine incertaine, bronzes coulés, 3 ex., dont 2 ex. dans 3231.
Avers : tête casquée à gauche.
Revers : taureau à droite, avec une longue queue.
Références : Blanchet 1905 : 250, fig. 113 ; Nash 1978 : n° 592-3.

Le potin Nash 542-5

190Bituriges Cubi, bronze coulé, 1 ex. dans 5557.
Avers : tête à droite, cheveux rangés en mèches, enroulées du côté de la face.
Revers : cheval marchant à gauche ; au-dessus A renversée ; en dessous, trois annelets ; à l’exergue, une rangée de traits obliques.
Références : Nash 1978 : 224, n° 542-545, pl. 22.

4.4.2. Les monnaies d’argent anépigraphes

La Chapelle-Laurent « type A5 »

191Arverne, AE fourrée, 1 ex. hors structure.
Avers : tête à droite ; grènetis.
Revers : cheval au galop à gauche, sous le ventre un sanglier.
Références : Fischer et Malacher 1984, type A5 ; Muret et Chabouillet 1889 : 85, n° 3803-3807 ; Nash 1978 : 158-159, n° 402-406, pl. 16.

La Chapelle-Laurent « type A7 »

192Arverne, AE fourrée, 1 ex. hors structure.
Avers : tête à gauche ; grènetis au pourtour.
Revers : cheval galopant à gauche. Une volute part du sommet de la tête du cheval. Une palme entre les jambes.
Références : Fischer et Malacher 1984, type A7.

4.4.3. Le bronze frappé

Motvdiaca

193Arverni, bronze frappé, 1 ex. hors structure.
Avers : tête à gauche, à chevelure stylisée ; cou orné d’un collier de perles. Grènetis au pourtour.
Revers : hippocampe à gauche ; avec la légende MOT [VDIACA] se développant de gauche à droite. Grènetis au pourtour.
Références : La Tour 1892 : pl. XII, n° 3994 ; Nash 1978 : 168, 169, pl. 18, n° 438.

4.5. Synthèse

4.5.1. Une représentation inégale dans le temps

194Cette présentation met en lumière un écart quantitatif important des effectifs des « petits mobiliers » entre chacune des phases d’occupation du site. Conformément à ce qui est observé pour les autres catégories de mobilier, ces objets sont 8 fois plus abondants à la phase 3 qu’à la phase 1. Ramenée au nombre total de fragments de céramique par phase, la fréquence du petit mobilier évolue assez peu. Ce rapport apparaît même plus élevé pour le début que pour la fin de l’occupation : 26 ‰ à la phase 1 contre 11 ‰ à la phase 3. Concernant le mode de déposition, il faut souligner que l’essentiel de ce petit mobilier a été découvert en structure, même si un grand nombre de ces objets provient des couches d’occupation remaniées (41 % des objets).

195On note un déséquilibre quantitatif assez prononcé entre les différentes catégories d’objets. Les éléments de parure sont abondants alors que l’armement est rare, à la différence de ce qui est observé sur plusieurs sites de Gaule centrale (Levroux, Roanne, « Aulnat »…). Pour l’outillage domestique et agricole, la rareté des objets métalliques contraste avec l’abondance de ceux en terre cuite ou en pierre (meules, aiguisoirs, lissoirs…). Il semble y avoir eu au Pâtural, à l’image de ce qui a été mis en évidence sur plusieurs sites voisins, une importante récupération des objets métalliques (Orengo 2003 : 130-133). Cette gestion particulière du métal s’accorde avec l’identification du site comme un établissement rural. Pour finir, si la parure, l’armement et les outils domestiques ou agricoles sont présents dès le début de l’occupation, la monnaie n’est attestée que pour la phase 3 (fig.157).

Fig. 157 - Petit mobilier, évolution du faciès.

4.5.2. Les apports chronologiques

196Le petit mobilier du Pâtural, en particulier la parure, apporte des informations notables sur la chronologie de l’occupation (fig. 158). Cette documentation permet également de caractériser les faciès régionaux des IIIe -IIe siècles av. J.-C. L’existence d’un phasage fin permet de suivre, en s’appuyant sur les fossiles directeurs que sont les objets de parure, l’évolution de la culture matérielle en Basse Auvergne, pour La Tène moyenne et le début de La Tène finale.

Fig. 158 - Faciès des objets de parure du Pâtural (b, d, e, f, g) comparé à ceux de La Grande Borne (a ; La Tène B2 récente et C1) et de Corent (c ; La Tène D1b/D2).

197Globalement, le faciès du site est caractérisé par la rareté des objets de parure antérieurs à La Tène C. On note l’absence des petites fibules à pied libre, tels les exemplaires dérivés du modèle tardif de Duchcov, connus localement à La Grande Borne et qui sont caractéristiques de La Tène B2 en Limagne (Mennessier-Jouannet et al. à paraître). Les seuls éléments qui se rapportent à La Tène B2 correspondent à 2 bracelets, l’un à décor plastique et l’autre serpentiforme, et 1 anneau de cheville, tous mal placés en stratigraphie (position résiduelle). La chaîne de ceinture en fer découverte dans une structure de la phase 1a, ne peut, en l’absence de son crochet, être datée précisément dans le IIIe siècle av. J.-C.

198Les fibules, surtout de schéma « La Tène II », indiquent une occupation de La Tène C, centrée sur le IIe siècle av. J.-C. Leur association aux fibules de Nauheim montre que l’occupation se prolonge au moins jusqu’à la fin de ce siècle. L’absence quasi-totale de fibules de schéma « La Tène III », types que l’on rencontre en nombre sur les oppida de Gaule centrale occupés dans la première moitié du Ier siècle av. J.-C. (Colin 1998 : 38-39), semble exclure une prolongation de l’occupation au-delà de la fin du IIe siècle av. J.-C. On notera toutefois la présence d’un exemplaire à arc plat et corde externe, peu typique (pl. LXXXII : n° 8), qui se rattache plutôt à ces séries tardives. Sa découverte, hors contexte précis (en bordure du ruisseau), peut témoigner d’une fréquentation du site jusque dans les premières décennies du Ier siècle av. J.-C.

199La parure en verre assure également un rattachement chronologique au IIe siècle av. J.-C., même si quelques objets appartiennent plutôt à la fin du siècle précédent. Les bracelets sont attribuables à La Tène C1, à La Tène C2 et à La Tène D1. Quelques perles sont caractéristiques de La Tène C2. La majorité d’entre elles appartienne à des types datés de La Tène D. Leur présence numériquement forte, pour la phase finale de l’occupation, pourrait être un indice de datation tardive. Cette proposition est contrebalancée par le nombre important de bracelets présents, à l’inverse de la situation observée à Corent où les bracelets sont quasiment absents (Faye 1995 : 92-96). Ainsi, le faciès des objets de parure du Pâtural s’insère entre celui du Chemin 8 de La Grande Borne, daté de La Tène B2b (rapport Guichard, Orengo 1999 ; rapport Mennessier-Jouannet 2003d), et celui reconnu pour le site de Corent, daté de la fin de La Tène D1 au début de La Tène D2 (Guichard et al. 1993 ; Faye 1995 ; rapport Deberge et al. 2001c ; Poux et al. 2002). Pour résumer, les propositions concernant la datation de chaque phase reposent sur les éléments de petit mobilier suivants :

  • phase 1a : bracelets en matière organique fossilisée, fibule de schéma « La Tène II » ( ?), chaîne de ceinture en fer fi fin de La Tène B2 ? (vers 300-260 avant J.-C.) ;

  • phase 1b : bracelets en matière organique fossilisée, bracelets en verre de type La Tène C1 (série 1), fibules de schéma « La Tène II » fi La Tène C1 (vers 260-200 avant J.-C.) ;

  • phase 2a : bracelets en matière organique fossilisée, bracelets en verre de type La Tène C2 (séries 11, 14, 18 et 27), fibules de schéma « La Tène II », perles en ambre, perles en verre à décor occulé spiralé (Zepezauer G. I. 1 et III. 1), grains de collier en verre, perles toriques en verre de type La Tène C2 (série I), pendeloque ou épingle en verre à décor occulé spiralé fi La Tène C2 (vers 200-160 avant. J.-C.) ;

  • phase 2b : bracelets en verre de type La Tène C2 (série 18), bracelets filiforme en alliage cuivreux, fibules de schéma « La Tène II », perles en ambre, perles en verre de type La Tène D (série VII) fi La Tène C2/D1a (vers 160-140/130 avant J.-C.) ;

  • phase 3 : bracelets en matière organique fossilisée, bracelets en verre de type La Tène D1 (séries 35 à 39), bracelets filiformes en alliage cuivreux, bracelets à épissure en alliage cuivreux, bracelets tubulaires en alliage cuivreux, fibules de schéma « La Tène II », fibule de type La Tène D1 (Nauheim, compromis schéma « La Tène II »/Nauheim), perles en verre à décor occulé spiralé (Zepezauer G. I. 1.1), grains de collier en verre, perles toriques en verre de type La Tène C2 (série I), perles toriques en verre de type La Tène D (séries II à XI) fi La Tène D1a (vers 140/130-110 avant J.-C.).

Table des illustrations

Légende Fig. 134 - Éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 135 - Quelques éléments de parure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 136 - Bracelets en verre et en matière organique fossilisée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 137 - Bracelets en verre et en matière organique, typologie des éléments et répartition par phase.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 138 - Bracelets métalliques, plan de répartition.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 139 - Bracelets métalliques, typologie des éléments et répartition par phases.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 140 - Perles et pendeloque.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 141 - Perles et pendeloque en verre et autres matériaux, typologie des éléments et répartition par phase.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 142 - Fibules en fer et en alliage cuivreux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 143 - Fibules en fer et en alliage cuivreux, typologie des éléments et répartition par phase.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 144 - Fer de lance découvert dans un fossé de la phase 2b.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 145 - Outillage à vocation domestique ou agricole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 146 - Éléments de foyer construit et plaques de foyer mobiles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 147 - Plaques de foyer mobile, typologie des éléments et répartition par phases.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 148 - Armement, ustensiles et outillage domestiques (hors rondelles en céramique).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 149 - Aiguisoirs et lissoirs, typologie des éléments et répartition par phases.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 150 - Instruments de mouture.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 151 - Instruments de mouture, typologie des éléments et répartition par phases.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 152 - Instruments de mouture, distribution des diamètres utiles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 153 - Quelques fusaïoles et pesons du Pâtural.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 154 - Fusaïoles et pesons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 155 - Rondelles en céramique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 156 - Monnaies.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 157 - Petit mobilier, évolution du faciès.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 158 - Faciès des objets de parure du Pâtural (b, d, e, f, g) comparé à ceux de La Grande Borne (a ; La Tène B2 récente et C1) et de Corent (c ; La Tène D1b/D2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2663/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Alpara, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540