Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Troisième partie. Compléments d'enquête

Chapitre 2. Les objets du quotidien

Texte intégral

LA CÉRAMIQUE MÉDIÉVALE

Alban Horry

  • 180 Les autres ensembles, parfois à l’unité, ont été utilisés pour étayer la chronologie du site et la (...)

1Le mobilier céramique médiéval issu de la fouille n’est pas très abondant, cependant trois ensembles particuliers ont livré des éléments qui ont fait l’objet d’une étude plus détaillée180. Les fouilles archéologiques urbaines lyonnaises des trente dernières années avaient permis d’étudier plusieurs lots conséquents, pour cette période. Sur la Presqu’île il est possible de citer le site de la rue Édouard-Herriot (Horry 2002) dont la fouille des latrines, transformées en dépotoir lors d’une utilisation secondaire, avait livré un lot de céramiques du XIVe siècle très bien conservé. Plusieurs dépotoirs ayant livré des céramiques des XIIIe-XVe siècles, dans diverses structures en creux, ont également été étudiés au sein de parcelles d’habitat, place de la Bourse ou place des Terreaux (Vicard 1996 : 228-235). Enfin, plus près de l’Hôtel de Gadagne, plusieurs ensembles majeurs des XIVe, XVe et début du XVIe siècle ont fait l’objet d’études approfondies comme ceux issus des fouilles de l’Îlot Tramassac, dans le quartier Saint-Jean (Maccari-Poisson 1988 et Maccari-Poisson 1994).

2Les trois lots étudiés ci-dessous apportent des éléments supplémentaires pour la connaissance des constituants du vaisselier du bas Moyen Âge utilisé dans le Vieux-Lyon.

LE MOBILIER CÉRAMIQUE DU NIVEAU D’INSTALLATION

3Un premier ensemble, de 160 tessons, est constitué de céramiques que l’on peut dater de la fin du XIIIe ou XIVe siècle. Deux types de productions ont été identifiés au sein des poteries médiévales. En premier lieu, la céramique à post-cuisson oxydante à glaçure plombifère ou céramique commune rouge glaçurée (Planche I : n° 1 à 5) et la céramique à post-cuisson réductrice ou céramique commune grise (Planche I : n° 6). La première catégorie qui est la plus représentée est caractérisée par une pâte assez fine de couleur rose ou beige saupoudrée de glaçure plombifère verte peu couvrante. Elle s’illustre en majorité dans le répertoire de la vaisselle de table ou de service. Elle est représentée par une cruche à bec verseur, dit ponté (fig. 169), qui présente par ailleurs une croix incisée sur la panse à la base de l’anse (Planche I : n° 1 et 2). Ce vase, au sein de cette production, est attesté en Lyonnais dans les contextes des XIIe -XIIIe siècles (À la fortune du pot 1990 : 78-79). Un bord et plusieurs parois portant des décors divers évoquent le répertoire des pichets de table. Les décors sont soit incisés, soit réalisés à l’aide de bandes de barbotine blanche associée à des pastilles imprimées brunes. Ces vases font partie intégrante du vaisselier domestique lyonnais dès la fin du XIIe siècle et jusqu’au XIVe siècle (Vicard 1996 : 266). Pour sa part, la céramique culinaire est peu représentée avec deux seuls fragments de marmites respectivement en céramique commune rouge glaçurée et en céramique commune grise, qui appartiennent au répertoire de la seconde moitié du XIIIe siècle ou du XIVe siècle.

Fig. 169 - Cruche à bec verseur dit « ponté ».

UN PETIT LOT REPRÉSENTATIF DU VAISSELIER DOMESTIQUE LYONNAIS AU XIVe SIÈCLE

4Le mobilier céramique issu de ce niveau de construction, daté du XIVe siècle, est constitué de 392 tessons au sein de 4 types de production différents. Avec un nombre minimum de 48 individus, la céramique à post-cuisson oxydante glaçurée est majoritaire. Elle est caractérisée par une pâte assez fine de couleur beige clair ou rose, ou par une pâte plus grossière de couleur rouge. La glaçure plombifère est toujours assez peu couvrante et appliquée par saupoudrage. En revanche, la céramique commune grise est caractérisée par des pâtes siliceuses plus grossières et cuites en atmosphère post-réductrice. La faïence est représentée à la fois par des productions à pâte calcaire et d’autres à pâte kaolinitique. Ces différents produits se répartissent au sein de plusieurs ensembles fonctionnels.

5La vaisselle culinaire est illustrée, au sein de la céramique commune rouge, par un manche de poêlon (Planche II : n° 3) et par quelques bords évasés, associés à des anses, en pâte rouge plus grossière, qui évoquent des récipients de cuisson tels que les coquemars ou les marmites. Ces dernières rappellent des exemplaires découverts dans les contextes de la fin du XIIIe et du XIVe siècle à Lyon, rue Édouard-Herriot (Horry 2002) ou à l’Îlot Tramassac (Maccari-Poisson 1994 : 107). C’est cependant la céramique commune grise qui occupe une place privilégiée au sein du répertoire culinaire (Planche II : n° 6 à 22). Les fragments de vases découverts caractérisent de nombreux pots destinés à la cuisson. Il s’agit pour une grande part de marmites dont le type est désormais attesté systématiquement dans les contextes de la seconde moitié du XIIIe et du XIVe siècle en Lyonnais (Vicard 1996 et Horry 2002).

  • 181 Par ailleurs, la pâte de ces récipients ne résisterait pas aux chocs thermiques qui résulteraient d (...)
  • 182 Les points de comparaison sont presque tous issus de lots inédits provenant de fouilles archéologiq (...)

6La céramique commune rouge glaçurée s’illustre particulièrement sur la table. La majorité du répertoire des formes est illustré par des vases singuliers. Il s’agit de formes ouvertes à large lèvre évasée polylobée, interrompue par un bec verseur, paroi cylindrique, fond plat, et munies d’anses. Sur deux exemplaires il est possible d’observer des motifs incisés cruciformes (Planche I : n° 2, Planche II : n° 2). L’aspect général de ces vases, qui sont toutefois de taille assez moyenne, évoquerait une utilisation sur la table pour le service ou la présentation de mets, ce qui est par ailleurs confirmé par l’absence de traces d’utilisation sur le feu181. À ce jour, ces formes ont toujours été attestées dans des contextes de la fin du XIIIe et du XIVe siècle182 . Leur profil général n’est pas sans rappeler les petites tasses polylobées dans un format plus réduit. Le vaisselier dévolu à la table ou au service est complété par cinq fragments de pichets et de cruches. Ces récipients sont parfois décorés, comme en témoigne la présence sur certains fragments de motifs réalisés à l’aide de bandes de barbotine blanche et de pastilles imprimées de couleur noire. Ces vases appartiennent à un répertoire communément diffusé aux XIIIe et XIVe siècles à Lyon. Le bord rentrant appartient sans doute à une forme destinée au stockage comme un pot à conserve. Le stockage des liquides est pour sa part évoqué par un fragment de cruche à bec ponté, récipient diffusé dans les foyers lyonnais dès le Moyen Âge central et jusqu’au XIVe siècle.

Planche I - Céramique médiévale. Fin XIIIe-XIVe siècles.
1 à 5 : Céramique rouge glaçurée.
6 : Céramique commune grise.
7 : Céramique commune rouge.
8 : Céramique rouge glaçurée.

  • 183 Identification confirmée par Lucy Vallauri (CNRS, LAMM, Aix-en-Provence) que je tiens à remercier.

7Cet ensemble a également révélé la présence de vaisselles que l’on pourra qualifier de plus luxueuses au bas Moyen Âge et illustrées par de la faïence d’origine méridionale (Planche II : n° 23 à 25). Comme sur la plupart des sites lyonnais des XIVe-XVe siècles (Horry 2001), elle est représentée par seulement quelques individus, au nombre de deux dans cet ensemble. Deux parois appartiennent à une coupe tronconique réalisée dans une pâte calcaire de couleur rose clair et recouverte d’un émail blanc opaque sur lequel est appliqué un décor géométrique répétitif peu élaboré de couleur verte et brune. Ce récipient appartient sans doute aux productions de la basse vallée du Rhône, diffusés jusqu’à Lyon dès le début du XIVe siècle (Horry 2001). L’autre exemplaire, qui est une carène ou épaulement d’albarello, petit pot destiné à la conservation des onguents, épices ou autres ingrédients précieux, est caractérisé par une pâte kaolinitique portant un émail blanc externe brillant avec décor végétal stylisé vert et brun et une glaçure jaune brillante sur les faces internes (Planche II : n° 25). Ce type de récipient est assez proche d’un exemplaire d’Avignon (Démians d’Archimbaud 1980 : 106-109, Le Vert et le Brun 1995 : 222-223). Il est envisageable de rapprocher ces tessons des productions des ateliers gardois de Saint-Quentin-la-Poterie183, dont la diffusion est attestée dans la première moitié du XIVe siècle (Vallauri 1995 : 68, Le Vert et le Brun : 196-198).

Planche II - Céramique médiévale. Remblais XIVe siècle.
1 à 5 : Céramique rouge glaçurée.
6 à 22 : Céramique commune grise.
23 à 25 : Faïence.

8Ces quelques éléments fournissent des jalons supplémentaires pour la connaissance des composantes du vaisselier domestique lyonnais au XIVe siècle. Les vaisselles réalisées dans une pâte plus fine et parfois décorées sont utilisées sur les tables, parfois associé à des produits d’importation revêtant sans doute également une vocation décorative. À la cuisine, les marmites utilisées dans les cheminées remplacent définitivement les pots ou oules du Moyen Âge central.

Un dépotoir de cuisine ?

  • 184 Cette datation est de plus confortée par la présence de numéraire de Charles VIII (1483-1496).

9Ce lot, qui reste cependant assez modeste, avec 135 tessons, daté de l’extrême fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle184, s’est révélé assez particulier. En effet, seuls des objets en céramiques utilisés en cuisine ont été exhumés. Aucun ustensile relatif à la vaisselle de table n’a été découvert.

10Plusieurs fragments de vases permettent d’illustrer le stockage des denrées. Il s’agit en premier lieu d’un vase en céramique « Rose-Bleu » (Planche III : n° 8). Cette production, bicolore, comme son nom l’indique, présente un coloris beige rosé à l’extérieur et gris bleuté à l’intérieur. Le vase découvert appartient à un récipient communément appelé « pot à beurre ». Ces produits originaires d’ateliers situés près de Laval (Mayenne), sont diffusés essentiellement dans l’Ouest, en Île-de-France et jusqu’en Poitou (Fourteau, Cavailles 1993). L’exemplaire découvert à Gadagne constitue un des rares témoins de cette céramique à Lyon. Dans la même fonction, il faut citer également plusieurs fragments portant des cordons d’argile rapportés qui peuvent également évoquer de grands récipients de type jarre destinés à conserver et stocker des denrées dans le cellier.

Planche III - Céramique médiévale. Fin XVe siècle.
1 à 3 : Céramique rouge glaçurée.
4 : Céramique commune grise.
7 : Céramique commune rouge.
8 : Céramique « Rose-Bleu ».

11La préparation des mets est illustrée par les jattes en céramique commune à pâte rouge (Planche III : n° 7). Les fragments inventoriés appartiennent au répertoire des XVe-XVIe siècle déjà observés dans plusieurs contextes lyonnais. Mais ce sont surtout les pots culinaires qui occupent la majorité du répertoire. Il faut citer en premier lieu les caractéristiques marmites à anses coudées, en céramique commune grise (Planche III : n° 4), utilisées en masse dans les cuisines lyonnaises à partir de la seconde moitié du XVe et surtout au XVIe siècle (À la fortune du pot 1990 : 90). Ces pots sont également associés à des récipients en céramique commune à pâte rouge et glaçure plombifère ainsi qu’à des marmites et un coquemar. Les types attestés appartiennent tous au vaisselier diffusé à Lyon à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. Il est également possible de citer quelques fragments de pots en céramique à pâte blanche et glaçure verte originaire des ateliers bressans de Meillonnas-Treffort, dont l’apparition dans les foyers domestiques lyonnais est envisagée à ce jour à la fin du bas Moyen Âge (Faure-Boucharlat et al. 1996).

12Les quelques éléments décrits ci-dessus évoquent donc pour leur majorité le répertoire de la vaisselle culinaire. La présence de ce dépôt à proximité immédiate du secteur des cuisines de l’hôtel de Gadagne au bas Moyen Âge mérite d’être signalé.

LA CÉRAMIQUE ANTIQUE

Cécile Batigne-Vallet, Séverine Lemaître

13La période antique du site de l'Hôtel de Gadagne, comprise au sens large, a livré environ 6.000 tessons, qui représentent plus de 500 objets. La majorité de ces fragments appartient au niveau d’abandon du site, c'est-à-dire à la quatrième phase.

ÉTAT I : LA PÉRIODE PRÉ-COLONIAL

14Le mobilier céramique lié à la fréquentation précoloniale de ce site se caractérise tout d'abord par les proportions qu'y tiennent les différentes grandes familles de céramiques. En effet, parmi les 700 tessons de céramiques de ce niveau, les amphores sont largement majoritaires (Tableau 1). Ce pourcentage élevé des fragments d'amphores est une donnée fréquente pour les ensembles de céramiques protohistoriques, cela a déjà été relevé à plusieurs reprises dans les ensembles lyonnais (Maza 1998), alors que dans les contextes appartenant à des habitats gallo-romains, les amphores sont nettement moins représentées que les céramiques communes et que les céramiques fines.

Tableau 1 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’ensemble pré-colonial.

Céramiques importées

15Les amphores de cet ensemble sont des amphores vinaires de type Dressel 1B essentiellement (Planche IV : n° 1 à 4), même si on a aussi répertorié quelques amphores de type Dressel 1A. La plupart de ces amphores est originaire d'Etrurie. En effet, d'après l'observation des pâtes réalisée à l'œil nu, il semble qu’elles proviennent essentiellement des ateliers d'Albinia (comm. orale G. Thierrin-Michael).

16D'autres céramiques ont également été importées, mais en faible quantité : des céramiques communes tournées claires réalisées en pâte calcaire et représentées par quelques rares pots à provisions à deux anses (Planche IV : n° 5), des gobelets à lèvre concave de type républicain en céramique à parois fines (Planche IV : n° 6), et des fragments de céramiques communes rouges tournées. Les céramiques à vernis noir, ainsi que les céramiques à revêtement interne rouge pompéien (V.R.P.) ne sont représentées que par de très rares tessons. Toutes ces céramiques ont vraisemblablement une origine en Italie, excepté les céramiques tournées claires, qui peuvent aussi provenir du Midi de la Gaule.

Céramiques gauloises

17En revanche, d'autres catégories de céramiques sont très certainement locales ou régionales. Il s’agit des céramiques peintes, qui, bien que fragmentaires, présentent un état de fraîcheur exceptionnel, des céramiques grises fines tournées (Planche IV : n° 7 et 8), ainsi que des céramiques tournées claires en pâte orange à dégraissant de coquilles fossiles et à engobe clair. Les céramiques modelées grossières complètent ce tableau. Cette catégorie, destinée à la cuisson des aliments, est essentiellement constituée de pots à cuire à col cannelé (Planche IV : 9 et 10), ancêtres des pots à col côtelé de la période gallo-romaine, et de jattes à bord rentrant.

Datation

18La forte proportion d'amphores Dr. 1B a permis de proposer une première limite chronologique pour cet ensemble. En effet, la domination des amphores Dr. 1B sur les Dr. 1A permet de savoir que le mobilier est postérieur au premier quart du Ier siècle (Maza 1998 : 11). Ce terminus post quem est confirmé par la présence de céramiques à parois fines, de céramiques V. R. P. et de céramiques communes rouges tournées importées, qui invite à placer cet ensemble après celui du fossé aval du Verbe Incarné, d'où elles sont absentes, et daté des années 100-80 av. J.-C. (Mandy et al. 1989 : 67-72). Par ailleurs, la présence exclusive du pot à cuire non tourné argumente en faveur d'une date plus haute que celle proposée pour le remplissage du fossé de l’Hôpital Sainte-Croix, vers le milieu du Ier siècle av. J.-C. et contenant des pots à cuire qui sont déjà tournés (Mandy, Monin, Krausz 1990 : 85-91). On peut donc suggérer le second quart du Ier siècle av. J.-C. comme datation pour cette phase de fréquentation précoloniale.

ÉTAT II : LA PÉRIODE TIBÉRIENNE

19Dans ce petit ensemble, constitué d'à peine plus de 600 tessons, les céramiques fines, les céramiques communes et les amphores sont en proportion égale (Tableau 2). En nombre d'individus, en revanche, la céramique fine représente les deux tiers du lot, ce qui est inhabituel pour un ensemble provenant d'un habitat d'époque gallo-romaine, où elles sont rarement aussi importantes que les céramiques communes.

Tableau 2 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’ensemble du Ier siècle ap. J.-C.

Céramiques fines

20Ce petit ensemble est remarquable par sa céramique fine surtout, et par la qualité de la sigillée qu'il contient, en particulier. La grande majorité des fragments de cet ensemble provient des ateliers de la Gaule du Sud, de celui de La Graufesenque, notamment (comm. orale M. Genin).

21Un grand nombre des formes comptabilisées correspond à des plats (Planche V : n° 11 à 14), hérités directement des services augustéens (Drag. 17a, Drag. 19, Drag. 15, en particulier) mais on recense aussi des bols et des tasses (Planche V : n° 15 et 16), dont la production est maintenue durant tout le Ier siècle (Drag. 24/25, Halt. 14, Drag. 27a). Une estampille lisible associe ACVTVS et BILICATVS. La marque ACVTVS fut vraisemblablement une des premières à être exportée à longue distance (Polak 2000 : 158). Selon M. Polak, le potier BILICATVS a assuré sa propre commercialisation pendant le règne de Tibère (Polak 2000 : 184). Mais selon M. Genin, la forme, la graphie et la disposition de ces deux « noms » sur deux lignes constituent autant de traits caractéristiques des premières périodes de production (Genin, Hoffmann, Vernhet 2002 : 58 et fig. 46, n° 4 et 5). Parmi les céramiques sigillées moulées, nous avons recensé une très belle série de Drag. 29 (Planche V : n° 17 et 18), appartenant vraisemblablement tous au type précoce, qui n’est plus diffusé après le milieu du Ier siècle.

Amphores

22Certaines denrées sont introduites lors de cette deuxième phase de fréquentation du site. À côté des amphores résiduelles italiques, on compte un bord d'amphore à defrutum Haltern 70 (Planche V : n° 19), dont la morphologie est caractéristique des productions de Bétique des années 20-40 ap. J.-C. Le defrutum était un vin cuit obtenu par chauffage et réduction de moût de raisin. Il servait à conserver les fruits (olives, coings, prunes…), à la préparation des sauces mais surtout constituait un ingrédient essentiel de la vinification antique (Étienne, Mayet 2000 : 95-97). Un fragment d'amphore Pascual 1 atteste l'arrivée du vin de Tarraconaise, une anse d'amphore Dressel 20 indique l'importation d'huile d'olive de Bétique, importation par ailleurs bien connue dans les sites lyonnais et dont la proportion dans les lots semble augmenter à partir du règne de Tibère. Les sauces de poisson de Bétique apparaissent par le biais d'une anse d'amphore Dressel 7/11 et d'un bord d'amphore Beltrán IIA de faible diamètre d'embouchure (Planche V : n° 20). Enfin, signalons la présence d'un fond d'amphore vinaire Gauloise 2. L'importation de vin marseillais à Lyon et le long de l'axe Rhône-Rhin est un phénomène qui a déjà été mis en évidence, notamment pour l'époque augustéenne (Desbat 1990 ; Desbat, Martin-Kilcher 1989).

Datation

23Ce sont essentiellement les sigillées de Gaule du Sud qui apportent des éléments de datation : les types présents mais également l'absence de types du troisième quart du Ier siècle ont permis de proposer les années 20-40 pour cet ensemble. Cette proposition de datation est confirmée par les céramiques à parois fines parmi lesquelles un bord de bol à pâte calcaire à décor sablé et engobe grésé appartient certainement à la production de l’atelier lyonnais de la Butte, en activité depuis le règne de Tibère (Desbat 1998 : 10). Enfin, le lot de fragments d'amphores appartenant à cet état, même modeste, ressemble au faciès amphorique des années 20-40 ap. J.-C. rencontré dans les sites urbains de l'axe Rhône-Rhin de même datation, comme Augst (Martin-Kilcher 1994) ou Besançon (Laubenheimer, Humbert 1992).

ÉTAT III : LES ENTREPÔTS ET L’INSTALLATION DE L’HABITAT

24La troisième période de fréquentation du site est illustrée par un assez petit nombre de fragments et d'individus (Tableau 3). Dans cet ensemble, ce sont les amphores qui apportent le plus d'informations chronologiques, même si les céramiques fines représentent plus de 40 % des individus. Parmi ces dernières, les céramiques savoyardes, de type « luisantes » (Lamboglia 1963 ; Desbat, Picon 1986), sont majoritaires, bien illustrées par des fragments à décor ocellé. Par ailleurs, on compte quelques sigillées, telles que des Drag. 37 et des Drag. 45. Des fragments de céramiques métallescentes les accompagnent également, probablement d'origine trévire, si l'on en juge par la couleur et la sonorité de leur pâte.

Tableau 3 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’état III.

Amphores

25Le mobilier amphorique de ce niveau est porteur d'informations concernant la consommation des produits importés ainsi que les régions qui approvisionnent Lyon à cette période.

26Les conteneurs d'origine africaine sont dominants (presque la moitié des fragments, pour un cinquième des individus). Un bord (Planche VI : n° 21) appartient à une amphore vinaire de forme intermédiaire entre le type Dressel 30 et l'amphore Keay I B, produite à partir du IVe siècle. On sait, en effet, que le vin de Maurétanie est importé à Lyon depuis le début du IIIe siècle (Desbat, Lemaître, Silvino 2003 : 224). Un autre bord (Planche VI : n° 22) d'origine africaine appartient à la forme Keay XXV B, destiné à contenir des sauces de poissons, peut-être daté de la fin du IIIe siècle (Ben Lazreg et al. 1995 : 126 ; Panella 2001 : 209).

27Les productions provenant de la péninsule ibérique représentent le quart des fragments d'amphores. Un bord d'amphore à sauces et/ou conserves de poissons Almagro 50 (Planche VI : n° 23) correspond à une production déjà bien identifiée dans les ensembles lyonnais du IIIe siècle (Bonnet et al. 2003 : 164-165 ; Desbat, Lemaître, Silvino 2003 : 223). Deux autres bords (Planche VI : n° 24 et 25), présentant une pâte originaire de la Bétique, appartiennent à des amphores proches du type Beltrán II B. La production de ces récipients destinés au transport des sauces à base de poisson, a vraisemblablement perduré sous une forme évoluée jusqu'au IIIe siècle (Martin-Kilcher 1994 : 395, fig. 170 et p. 401 ; Panella 2001 : 202).

28La faible proportion des amphores gauloises dans cette phase est étonnante, comparée aux ensembles lyonnais du début du IIIe siècle, où elles constituent parfois jusqu'à 80 % des tessons et des individus (Bonnet et al. 2003 : 163). Mais la modestie de ce troisième lot interdit toute interprétation de ces données.

29Le bassin oriental de la Méditerranée est représenté par quelques fragments, dont deux bords (Planche VI : n° 26 et 27) présentant une pâte micacée brun foncé appartenant à des conteneurs dits mono-ansés, ou LRA 3 A1, selon la terminologie proposée par D. Piéri (Piéri 1998 : 100-101). Ces récipients sont sans doute originaires d'Asie mineure, peut-être de la région du Méandre et étaient destinés au transport du vin. Signalons aussi la présence de deux fragments de panse d'amphores vinaires LRA 4 diffusées en Gaule à partir du IVe siècle. Par ailleurs, deux éléments appartenant à une ou plusieurs amphores Kapitän 1 ou 2 que l'on rencontre à Lyon à partir de la fin du IIe siècle et dans le siècle suivant, accompagnent les importations orientales (Lemaître 2000 : 473). Enfin, les importations d'origine italique sont quasiment nulles dans ce lot.

Datation

30Malgré un nombre d'individus très modeste, la quantité de fragments est suffisante pour en tirer des informations. Les amphores donnent une idée de l'approvisionnement en certains produits importés à Lyon à la fin du IIIe siècle ou au tout début du siècle suivant. On remarquera l'arrivée des sauces de poisson de Bétique et des provinces africaines, du vin de Maurétanie et de Méditerranée orientale, et peut-être l'effondrement des productions vinaires gauloises. Du point de vue chronologique, les types identifiés sont déjà connus à Lyon dans les ensembles du IIIe siècle. La rareté des productions gauloises et la présence d'une amphore africaine produite à partir de la fin du IIIe siècle permettent d'avancer la datation vers la fin de ce siècle. Seuls deux fragments de panses d'amphores LR 4 de la côte levantine pourraient permettre de descendre la datation du lot dans le IVe siècle. La limite haute de la fourchette chronologique proposée est confirmée par la présence du gobelet à col tronconique en céramique métallescente, qui ne peut pas être antérieur à la deuxième moitié du IIIe siècle. En effet, la morphologie du col, assez haut, est comparable à des objets contenus dans des contextes lyonnais de la deuxième moitié du IIIe siècle (Desbat, Godard 1999).

ÉTAT IV : L’ABANDON

31Le dernier état du site de l'hôtel de Gadagne a livré plus de 3.000 fragments de céramiques (Tableau 4). Cette abondance de restes, répartis entre céramiques communes, amphores et céramiques fines, permet d'exploiter l'ensemble de manière quantitative. Cette approche offre une vision synthétique du mode d'approvisionnement en céramiques de table, une compréhension de l'utilisation des céramiques de cuisine et une connaissance des produits importés en amphores à Lyon à cette période. Cet ensemble vient donc éclairer une période pendant laquelle Lyon est intensément fréquentée, si l’on en juge par les vestiges archéologiques mis au jour dans la ville basse, mais pour laquelle on ne dispose pas encore de beaucoup d’ensembles publiés.

Tableau 4 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’état IV.

Les céramiques fines

Céramiques luisantes

32Les céramiques fines sont représentées, avant tout, par les céramiques luisantes, déjà attestées sur les tables des habitants de Lugdunum à la période précédente. Elles présentent toutes les caractéristiques techniques, morphologiques et décoratives des produits de l'atelier savoyard de Portout-Conjux, dont la grande période de production et de diffusion a été datée du début du Ve siècle (Pernon et Pernon 1990). Toutefois, et en l’absence de toute comparaison des compositions chimiques, on doit rester prudent quant à l’origine exacte de ces céramiques car plusieurs ateliers ayant diffusé des céramiques luisantes vers le sud ont vraisemblablement existé. La plupart des objets de cet ensemble sont des formes ouvertes, essentiellement des jattes et des mortiers. Les jattes carénées Lamb. 1/3 (ou P. 37 selon la typologie de Portout) sont très nettement majoritaires (Planche VII : n° 28 et 29). Lorsque leur panse est suffisamment conservée, elle montre un décor de guillochis au-dessus et en dessous de la carène, et parfois des rinceaux réalisés en barbotine blanche sur la partie haute de la panse. Les mortiers du type P. 40 (Planche VII : n° 30), ensuite, montrent souvent des grains de quartz sur leur paroi interne, une technique destinée à améliorer leur fonction abrasive. Enfin, on compte aussi quelques tasses carénées P. 36, à la panse décorée (Planche VII : n° 31).

Sigillées claires B tardives

33Les sigillées claires B tardives se rapportent, par la technique et les formes, à la catégorie des sigillées claires B (Desbat 1988), mais leurs caractéristiques techniques ne sont pas celles que l’on rencontre à Lyon habituellement aux IIe et IIIe siècles : la pâte est plus tendre et le vernis, clair, est plus fragile. Leur proportion au sein de la céramique fine de ce quatrième ensemble est proche de celle qui a été comptabilisée pour un lot daté de la fin du IVe - début du Ve siècle à Lyon, Saint-Jean (Ayala 1998, période 6). Les formes ouvertes sont les plus fréquentes. Il s'agit de plats à parois rectilignes de type Darton 40 (Planche VII : 32) (Darton 1972 : 174), et de plats identifiés dans l'atelier ardéchois de Saint-Péray, Grimpeloup (Desbat 2002 : 390).

Sigillées africaines C et D

34Quelques fragments de sigillées africaines C ont été inventoriés. Un bord de plat de type Hayes 50A, que l’on peut rencontrer à partir de la deuxième moitié du IIIe siècle jusqu’au milieu du IVe siècle (Hayes 1972 : 72) a été identifié. Les sigillées africaines D, plus rares, sont également illustrées par des plats. L’un d’eux appartient au type Hayes 61A, daté de 325 jusqu'à 400/420 ap. J.-C. (Hayes 1972 : 100-107). Selon M. Bonifay et C. Brun, il pourrait s’agir d’un objet issu du centre producteur d’El Mahrine, situé au nord-ouest de la Tunisie (Mackensen 1993). L’autre bord fait référence à un type plus rare : une variante du type Hayes 62 ou 64 à lèvre bifide (Planche VII : n° 33), (Hayes 1972 : 107-111), correspondant au type 40 de la typologie des sigillées africaines de M. Bonifay qui

« apparaît régulièrement dans les contextes de la fin du IVe siècle et du début du Ve siècle » (Bonifay 2004 : 171 et fig. 92).

Lampes

35Les lampes à huile sont assez bien représentées ici (Planche VII : n° 34), par rapport aux autres ensembles mis au jour sur le site. Le plus grand nombre d’entre elles est originaire de la région de production des sigillées claires D, en Tunisie (Bonifay 2004 : 224), et font référence au type Atlante VIII (Atlante I : 192-194), extrêmement fréquent au Ve siècle (Atlante I : 193).

Céramiques communes

Céramiques grises

36Ce sont les céramiques tournées grises qui sont les céramiques communes les plus abondantes, alors qu’au IIIe siècle elles étaient dépassées par les céramiques communes rouges (Bonnet et al. 2003 : 157). Le pot à cuire est le récipient le plus utilisé, suivi des jattes et des pichets à feu. Cette répartition des récipients de cuisson n'est pas habituelle car, même si les pots à cuire ont toujours été majoritaires au sein du mobilier de cuisson, et ce depuis l’époque protohistorique, les ensembles lyonnais des trois premiers siècles de notre ère contenaient aussi des plats à cuire et des marmites, hérités du répertoire italique. Les céramiques à feu grises de ce quatrième ensemble présentent une autre particularité : un pot (Planche VII : n° 35) et une jatte (Planche VII : n° 36) possèdent tous les deux la même lèvre évasée à bourrelet crochu, et composent une sorte de « service ». Ce type de pot n'est pas répertorié dans les ensembles du IIIe siècle mais il avait déjà été signalé dans des couches archéologiques lyonnaises datées de la deuxième moitié du IVe siècle (Ayala 1998, fig. 27, n° 94), y compris parmi le mobilier de l'atelier de potiers de Vaise (Lascoux, Batigne Vallet 2003). Des pots à bord en bandeau font leur apparition, préfigurant les pots à bord en bandeau triangulaire « de première génération » qui deviendront majoritaires à la fin du VIe siècle à Lyon (Horry 2000). D’autres jattes (Planche VII : n° 37), possédant une lèvre en bourrelet aplati, sont connues dans la vallée du Rhône (Bonnet, Batigne Vallet 2002a : 350 et fig. 17) et jusque dans le Languedoc occidental (Raynaud 1990 : 231 et fig. 120, n° 3 et 7 et p. 235, fig. 121, n° 11 et 13) à partir du milieu du IVe siècle, mais elles appartiennent alors parfois au répertoire des céramiques rouges. Les pichets à feu présentent des morphologies plus diversifiées : ceux qui ont un col évasé avec un sillon sous la lèvre (Planche VII : n° 38) ont déjà été identifiés parmi le mobilier de l'atelier de Vaise (Lascoux, Batigne Vallet 2003, fig. 5, 1142/9). La bonne représentativité des pichets à feu est peut-être significative d'une datation avancée dans le temps car ils seront très abondants au VIe siècle (Horry 2000 : 20).

Céramiques rouges

37Les céramiques tournées rouges sont beaucoup moins nombreuses que les grises. Dans cette catégorie, les jattes sont majoritaires, avec des objets à col court et lèvre épaissie (Planche VII : n° 39). Ce type, qui est répertorié à Lyon à partir du milieu du IVe siècle (Ayala 1998, fig. 26, n° 71), est très répandu parmi le mobilier de la moyenne vallée du Rhône, et ce depuis le IIIe siècle (Courtial 2003 : 141 et fig. 11, n° 5 ; Ayala 1994-1995 : 261 et fig. 4 n° 21 ; Bonnet, Batigne Vallet 2002 : 342, Dicocer 1 : 341 et 368). Les pots à cuire, moins importants, font référence à deux types : les pots à lèvre triangulaire, avec ou sans gorge interne et les pots à bord en bandeau et gorge interne (Planche VII : n° 40). Ces derniers, rares avant le IVe siècle, annoncent également les pots à cuire à bandeau triangulaire de première génération du haut Moyen Âge (Horry 2000, fig. 2, n° 1 à 4).

Céramiques communes claires

38Les céramiques communes claires en pâte calcaire sont presque inexistantes ici, alors qu'elles représentent parfois jusqu'à la moitié des céramiques communes pendant le Haut-Empire. Cette céramique souffre, à partir du Bas-Empire, d’une désaffection qui la fera, à terme, disparaître des ensembles.

Mortiers

39Les mortiers, en revanche, sont assez abondants dans cet ensemble. Il ne s’agit plus exclusivement de mortiers en pâte calcaire cuits en mode A (Picon 2002 : 142), comme dans le lot du Ier siècle ap. J.-C. Ici, ils sont presque tous réalisés avec une pâte argileuse non calcaire cuite en mode A et sont souvent recouverts d’un engobe micacé (Planche VII : n° 41).

Les amphores

40Les vestiges d'amphores de ce quatrième état présentent une grande diversité typologique, révélant, pour ce début du Ve siècle, des origines et des produits variés. Ils matérialisent aussi la vitalité du Rhône en tant qu'axe de pénétration des marchandises méditerranéennes en direction du Nord jusqu'à la fin de l'Antiquité. Le caractère non anecdotique de ce phénomène, qui avait déjà été mis en lumière par l'étude du mobilier amphorique trouvé à Lyon dans des contextes de datation proche (Ayala 1994 : 92), se trouve parfaitement confirmé par les amphores du Musée Gadagne. En termes qualitatifs, la composition de ce lot est comparable à celle d'ensembles datés des premières décennies du Ve siècle mis au jour aussi bien dans le sud de la Gaule que plus au nord ou que dans le Sud-Ouest.

Péninsule ibérique

41La région la mieux représentée est la péninsule ibérique, qui fournit des amphores Dressel 23. Ces conteneurs à huile montrent une très grande variabilité des profils de lèvre (Planche VIII : n° 42 et 43). Cette amphore est courante en Gaule dans la première moitié du Ve siècle, le long de l'axe rhodanien, dans le Sud-Ouest et dans le Nord. Quelques amphores produites en Bétique et en Lusitanie, destinées à la commercialisation des sauces de poisson, appartiennent aux séries classiques du Bas-Empire. Deux récipients (Planche VIII : n° 44) à bord en bandeau évasé et profil interne concave doivent être identifiées comme des amphores Almagro 51 A-B (Keay XIX), types qui se rencontrent régulièrement dans l'ensemble de la Gaule au sein des contextes du Ve siècle. Trois bords et un fond appartiennent à des amphores à sauces et conserves de poissons Almagro 51 C, dont certains éléments sont caractéristiques du Ve siècle (Planche VIII : n° 45).

Afrique

42Les amphores africaines constituent un tiers du lot. Deux petits conteneurs Keay IB originaires de Maurétanie césarienne traduisent l'arrivée à Lyon peut-être de vin africain (Planche VIII : n° 46). Déjà présents dans les ensembles lyonnais du IIIe siècle, ces récipients apparaissent dans ce quatrième état sous leur variante tardive. Un bord d'amphore Africaine IIC (Planche VIII : n° 47) indique la présence de sauces ou conserves de poissons originaires d'Afrique Proconsulaire. Un autre bord (Planche VIII : n° 48) se rapproche de l'amphore Ostia IV, 167, appartenant à la deuxième phase de production des récipients de moyenne dimension, à partir du début du Ve siècle (Panella 2001 : 209 et 271, n° 156). Comme dans de nombreux sites du sud de la Gaule au début du Ve siècle, le groupe le mieux représenté est celui des amphores Keay XXV, conteneurs cylindriques de moyenne dimension transportant des sauces de poissons (Planche VIII : n° 49). Enfin, une lèvre appartient à une amphore Spatheia, morphologiquement proche des amphores Keay XXV, mais de capacité moindre (Planche VIII : n° 50).

Méditerranée orientale

43Les amphores de Méditerranée orientale ne sont pas très nombreuses, pourtant le tableau des importations de cette région paraît très varié. Les amphores LRA 4 sont présentes sous la forme de quelques tessons et du tiers supérieur d'un individu (Planche VIII : n° 51), qui proviennent probablement en partie de Gaza (Piéri 1998 : 101). Cette forme est déjà connue à Lyon dans les niveaux tardifs de la fouille de l'avenue Adolphe-Max (Bonifay, Villedieu 1989 : 30). Les LRA 3 montrent l'arrivée à Lyon de ces petits conteneurs à vin originaires d'Asie mineure (Piéri 1998 : 100), certains tessons (Planche VIII : n° 52) sont caractéristiques du début du Ve siècle (opus cit. : 101). Un pied d'amphore Agora G199 témoigne de la consommation à Lyon de vin chypriote, dont la période de production perdure jusqu’au IVe siècle ap. J.-C. (Panella 1973 : 475). Enfin, un tesson appartient à une amphore égyptienne produite entre la fin du IVe et le VIIIe siècle (Piéri 1998 : 104).

Italie

44Les productions italiques apparaissent mais il est difficile d'attribuer les tessons à des types précis. Seul un col d'amphore Keay LII est identifiable. Ce type, produit dès le début du IVe siècle, est originaire de Calabre où était produit le vin de Bruttium, ou bien de Sicile (Panella 2001 : 196).

Datation

45Les productions de céramiques fines savoyardes ou africaines, ainsi que le faciès amphorique, permettent de proposer la fin du IVe siècle ou le début du Ve siècle pour ce quatrième ensemble de céramiques. Les céramiques communes confirment cette datation. En revanche, il n’est certainement pas postérieur au milieu de ce siècle car l’absence de sigillées estampées grises ainsi que celle de lampes de type Atlante X devient significative dans un ensemble de cette ampleur.

CONCLUSION

46Le mobilier céramique de la fouille du Musée Gadagne est précieux parce qu’il renseigne sur quatre périodes qui sont encore peu publiées pour Lyon, même si certaines correspondent à une période de fréquentation intense. Si l’étude des amphores apporte des informations sur les changements dans l’approvisionnement de divers produits consommés et sur l’évolution des relations commerciales entre Lyon et le monde romain, celle des céramiques fines complète notre connaissance de la vitalité des ateliers de production gaulois. Enfin, les céramiques communes reflètent l’évolution des usages culinaires des utilisateurs et celle des techniques des potiers lyonnais.

LA FAUNE DU IIIe AU DÉBUT DU Ve SIÈCLE

Thierry Argant

  • 185 Cécile Mourer-Chauviré (UFR des Sciences de la Terre de l’université Claude-Bernard-Lyon I) ; Gaël (...)

47Cette étude de faune porte sur le matériel dentaire et osseux découvert dans trois contextes chronologiques allant du IIIe siècle au VIIe siècle de notre ère. Une collection de comparaison a été utilisée pour l’identification des ossements : pour les oiseaux, celle du professeur Cécile Mourer-Chauviré ; pour les poissons, celle de Gaël Piquès (CNRS)185.

DEUXIÈME MOITIÉ DU IIIe SIÈCLE AP. J.-C. : INSTALLATION DE L’HABITAT DANS L’ENTREPÔT

48Pour obtenir un lot suffisamment important, on a regroupé le matériel issu des niveaux précédant l’installation de l’hypocauste situés dans un laps de temps assez resserré dans la deuxième moitié du IIIe siècle de notre ère (Tableau 5). La taille du lot reste néanmoins faible, avec 183 restes de faune dont plus de la moitié sont déterminés. Treize taxons sont représentés, dont cinq Oiseaux et un Poisson.

Tableau 5 - Répartition des restes de faune antique par espèce et par unité stratigraphique (us) en nombre de restes (NR).

49Le premier fait remarquable est la quasi-absence des Caprinés, puisque seuls un fragment de mandibule et une première phalange épiphysée peuvent leur être attribués. Le porc domine avec environ 59 % des restes de la triade domestique (triade Bœuf-Caprinés-Porc — BCP). Les autres espèces sont plus discrètes, mise à part la poule qui atteint 13,8 % des restes déterminés (NRd). Il faut enfin noter la présence surprenante, dans le radier de fondation de l’hypocauste (us 165), d’un squelette sub-complet de Chien (compté comme 1 reste dans le tableau 5).

FIN IVe AP. J.-C. : L’ABANDON

50L’essentiel du matériel provient d’un remblai dépotoir (us 118, 119 et 127) qui vient combler le couloir situé au nord de la salle sur hypocauste (Tableau 5). La terre en est noire, très riche en matériel archéologique de toute nature. Le lot de faune récolté est le plus abondant du site avec 1687 restes représentant vingt taxons différents. L’espèce dominante reste le porc (30 % du NRd, 55,6 % du NR3), suivi exceptionnellement par la poule (27,8 %). Les Bovins n’arrivent qu’en troisième position (17,7 %) et les Caprinés sont encore rares (5,2 %). Les autres espèces se font plus discrètes. On trouve un Equidé, un chat, le lièvre et le lapin, et des Oiseaux variés : canard colvert, oie, pigeon ramier, grive, bécasse de bois. Le rat est également attesté. Un des aspects originaux de ce dépotoir réside également dans la présence relativement abondante de demi-valves d’Huîtres (Ostrea edulis ; 2,6 % du NRd). C’est en effet la seule période qui en ait livré sur le site. Enfin, au moins deux espèces de poissons complètent cette liste de faune.

ÉLÉMENTS DE DESCRIPTION DES ESPÈCES

Bœuf

51Un métapode complet permet d’estimer la taille au garrot d’un bovin du IVe siècle à 130,9 cm (coefficient de Matolcsi, 1970, in, Chaix et Méniel 2001 : 58). Cette mesure correspond à un individu de bonne taille, appartenant aux grands bœufs gallo-romains obtenus par sélection (Forest et Rodet-Belarbi 1998), et que l’on retrouve à Lyon, par exemple avenue Adolphe-Max (Arbogast 1994). Cette augmentation de la taille des bovins est également bien visible sur les premières phalanges que l’on retrouve souvent intactes et en nombre important (fig. 170).

Fig. 170 - Évolution de la taille des phalanges 1 de Bos Taurus du premier Âge du Fer (Argant 1996) au IVe siècle.

52Au IVe siècle, le squelette axial est surreprésenté, principalement aux dépens des extrémités et grâce à la présence de nombreuses côtes attribuées au bœuf - attribution beaucoup plus aisée que dans le cas du porc et des Caprinés. La représentation des membres antérieurs et postérieurs est équilibrée. La découpe de la carcasse se fait en prélevant la colonne vertébrale par section latérale des apophyses transverses. Celle-ci est également coupée en tronçons de deux ou trois vertèbres, aussi bien au niveau du collier que des lombaires. Les humérus portent systématiquement des stries parallèles tant horizontales que verticales, évoquant un raclage sur les faces médiales et crâniales (us 118). Enfin, l’avant-crâne porte souvent des traces de découpe.

Porc

53Espèce de viande par excellence, c’est la mieux représentée sur le site à l’époque antique. S’agissant essentiellement d’individus jeunes, les données ostéométriques sont relativement rares. La majorité des individus possède encore sa dentition lactéale. Il y a même quelques individus néonatals et des fœtus. La richesse du lot de la fin du IVe siècle permet d’établir une courbe d’âge d’abattage, et on constate que les porcs sont abattus jeunes, majoritairement entre 12 et 15 mois (fig. 171).

Fig. 171 - Sus domesticus. IVe siècle. Courbe d’âge d’abattage, établie d’après les stades d’éruption dentaire (21 individus).

54On dispose, en outre, d’un squelette sub-complet d’un tout jeune porcelet (us 118), dont la longueur de l’humérus (non épiphysé distalement) est de 78 mm. Il s’agit probablement d’un individu mort de maladie et rejeté sur le dépotoir sans avoir été consommé. Cela semblerait indiquer un élevage des porcs in situ, dans l’espace urbain. Le sexratio s’établit, d’après les canines, à 11 mâles pour 8 femelles au IVe siècle. Les canines de mâles sont également systématiquement plus abondantes que celles des femelles pour les autres périodes. La répartition squelettique des restes de Porc est assez homogène d’un siècle à l’autre. Les membres (22 et 30 %) et les os de la tête (env. 20 %) sont surreprésentés aux dépens des extrémités, toujours défavorisées taphonomiquement par la petite taille des ossements de cette partie du squelette. Au IIIe siècle, les jambons sont par contre bien plus abondants que les épaules (7 pour 1), et, malgré un faible nombre de restes (NR = 32), on peut envisager une exportation de ces dernières. Par contre, au IVe siècle, les proportions entre membres antérieurs et postérieurs s’équilibrent (15 % du NR chacun), ce qui pourrait indiquer une consommation plus autarcique du produit d’un élevage local.

55Le plan de découpe de la carcasse privilégie la fente médiane de la colonne, mais sa découpe latérale se pratique également. Les membres sont très souvent sectionnés en plusieurs points et le crâne est également fragmenté. Même les métapodes sont régulièrement fracturés en milieu de diaphyse. Un seul indice d’infection pathologique a été relevé sur les porcs de l’Hôtel de Gadagne. Un jeune individu de moins de 6 mois est ainsi atteint par un abcès dentaire au niveau des racines de la première molaire inférieure gauche (us 118). L’os de la mandibule est boursouflé et percé.

Caprinés

56Les Caprinés, pratiquement absents des niveaux du IIIe siècle, restent assez discrets dans les niveaux de la fin de l’Antiquité et ne deviendront très abondants qu’à partir du début du Moyen Âge. Deux métatarses complets permettent tout de même une estimation de la hauteur au garrot des moutons adultes du IVe siècle à 59 et 61 cm (coefficient de Teichert 1975 in Chaix et Méniel 2001 : 58). Mais l’essentiel du matériel osseux appartient à des animaux jeunes, agneaux et chevreaux. Au IVe siècle, la répartition des restes dans le squelette livre une impression similaire à celle donnée par le porc à la même époque, invitant au même type de conclusion sur l’existence d’un élevage autarcique ou, tout au moins à un abattage de jeunes animaux qui ont pu être élevés ailleurs. Au niveau des indices de découpe de la carcasse, il faut signaler que seul le collier (vertèbres cervicales) est fendu sagittalement dès l’Antiquité.

Autres Mammifères

Chien

57Sa présence est attestée au IIIe siècle par une vertèbre cervicale non épiphysée (us 147 + 156), et surtout par un squelette complet dans le radier d’installation de la dalle de béton de tuileau de la salle à hypocauste (us 165). Pour le IVe siècle, seules des traces de dents laissées sur les os des autres animaux permettent de signaler la présence probable de chiens aux alentours.

58L’individu complet découvert dans le radier de l’hypocauste est adulte et présente une légère déformation, vraisemblablement peu invalidante, au niveau des surfaces articulaires des cinquième et sixième vertèbres cervicales. Il s’agit d’un chien d’assez petite taille, relativement robuste, au crâne étroit et peu allongé. Son cadavre reposait la tête au sud, sur le flanc gauche ou sur le ventre, les membres repliés. Il est associé à un important lot de fausse monnaie et à des tuiles fragmentées, matériau essentiel du radier. Parmi ces fragments de tuiles, certains sont vitrifiés sous l’action d’un foyer intense. Le chien lui-même a subi une crémation intense mais uniquement au niveau des entrailles (fig. 172). Ainsi les membres sont-ils brûlés à partir du premier tiers du fémur et de l’humérus et seules les extrémités des os longs sont partiellement conservées. Les tibias font figure d’exception car ils ont totalement disparu, alors qu’on retrouve des éléments de tarse et des fragments de diaphyse de fibula. La cage thoracique est atteinte dans sa moitié postérieure, correspondant à l’estomac et aux intestins. Les dernières vertèbres dorsales et les premières vertèbres lombaires sont également fortement carbonisées. Les dégradés de combustions, bien visibles sur les fémurs notamment, permettent d’affirmer que l’animal était mort depuis suffisamment peu de temps pour que sa chair soit encore riche en eau et protège efficacement ses os de la combustion en périphérie du foyer. La présence des os hyoïdes indique par ailleurs que l’animal a probablement été immolé in situ sans déplacement postérieur. La bourse de monnaie a pu être déposée sur sa tête a posteriori, avant l’enfouissement sous la dalle de béton. La signification d’un tel dépôt demeure une énigme.

Fig. 172 - État du squelette du chien de l’us 165 (avec stade de combustion).

Chat

59La présence du Chat est intéressante dans des niveaux aussi anciens à Lyon. Des métacarpes non épiphysés représentant les deux pattes avant d’un même individu sont associés à un fragment de crâne et à une mandibule (us 118). L’ensemble suggère un individu sub-adulte. Par analogie avec celui d’Ambrussum, daté de la même période (Forest, 1998), on peut attribuer ces restes au Chat domestique (Felis catus). C’est la plus ancienne mention du Chat domestique à Lyon.

Équidé

60L’Equidé apparaît uniquement à la fin du IVe siècle sous la forme d’un semi-lunaire et d’une deuxième phalange et il s’agit probablement d’un cheval (Equus caballus). Sa présence dans un contexte de dépotoir domestique n’est cependant pas forcément synonyme de consommation, même si celle-ci est une réalité à Lyon à cette époque (Arbogast, 1994 : 123).

Lièvre et lapin

61Le lièvre est représenté dans le dépotoir du IVe siècle par des os des pattes qui portent des traces de découpe plus ou moins précises. Quant au lapin, un fragment distal de fémur droit adulte découvert dans ce même dépotoir porte des traces de dents de Carnivore. Les découvertes de lapin à Lyon avant le VIIe siècle sont rares. La seule mention qui existait jusqu’à présent était sur le site laténien du Verbe Incarné (Krauz in Mandy et alii 1989 : 45).

Rat

62Ce Rongeur apparaît également dans le dépotoir (us 119) avec un fémur gauche à l’extrémité distale non épiphysée. Son aspect différent du reste du matériel osseux de cette couche laisse planer le doute sur sa contemporanéité et sa détermination ne peut pas être précisée au niveau de l’espèce.

Oiseaux

63Les restes d’Oiseaux se répartissent entre 8 taxons, mais les poules représentent cependant l’essentiel du matériel disponible (Tableau 1). Ces dernières sont particulièrement abondantes dans le dépotoir du IVe siècle.

Poule

64L’espèce domine largement le spectre aviaire et arrive à concurrencer — en nombre de restes — certaines espèces de la triade domestique (Tableau 5). Toutes les parties du squelette sont représentées, mais avec une nette surreprésentation des parties charnues des membres, aux dépens de leurs extrémités. Ces os sont traités différemment suivant les périodes. Par exemple, les traces de combustion partielle ou totale sont particulièrement nombreuses dans le dépotoir du IVe siècle (6,6 %), alors qu’elles sont absentes au IIIe siècle, et inversement en ce qui concerne les traces de morsures par des Omnivores-Carnivores.

65Les femelles sont largement majoritaires, toutes périodes confondues, et les juvéniles sont également toujours présents. Ainsi dans l’us 118, sur 16 individus, il y a cinq juvéniles et quatre sub-adultes et un coq pour sept poules. Enfin, la richesse des couches du dépotoir du IVe siècle permet de mieux décrire l’aspect des poules. On observe sur les adultes une importante variabilité de la taille des os, y compris parmi les métatarses sans ergots. Quelques pathologies apparaissent : arthrose sur un coracoïde (us 118) et un métatarse (us 119), traumatismes sur un ulna et un humérus. Ce dernier a été fracturé en position proximale puis s’est ressoudé avec toutefois une perte de taille conséquente (environ 8 mm). Il faut donc imaginer sur place une basse-cour comprenant des poules de petit format, mais avec des tailles disparates, et plus ou moins livrées à elles-mêmes sur le dépotoir.

Canard colvert, l’Oie et le Pigeon

66Il est impossible en l’état de préciser s’il s’agit d’animaux domestiques ou chassés. Les os de canard colvert (Anas platyrhynchos) sont systématiquement cassés ou coupés à l’exception du couple radius-ulna. C’est également le cas sans exception pour tous les os d’Oie (Anser anser), et un seul tibia de Pigeon ramier (Colomba palumbus), cassé aux extrémités.

Turdidés

67Les merles noirs (Turdus merula) et les grives musiciennes (Turdus philomelos) sont toujours très difficiles à différencier d’après les os. Cependant, on a pu reconnaître les deux espèces grâce à la multiplication des observations sur un même individu. La salle aux enduits a notamment livré plusieurs éléments d’ailes appartenant vraisemblablement à un même individu, qui serait un merle, alors que tous les autres éléments découverts dans le dépotoir appartiendraient plutôt à la grive.

Bécasse des bois

68La Bécasse des bois (Scolopax rusticola) apparaît dans la phase d’abandon par l’entremise d’un carpo-métacarpe. Il s’agit de la mention la plus ancienne de cette espèce à Lyon.

Poissons et Mollusques

69Les quatorze restes de poissons recueillis pour la période gallo-romaine dans les différents niveaux ont été déterminés par Gaël Piquès. Il a reconnu des restes crâniens de deux brochets (Esox lucius) dans l’us 127, et d’un Cyprinidé indéterminé, à l’exclusion de la carpe. Il s’agit dans les deux cas de poissons de rivière potentiellement présents dans la région.

70Parmi les Mollusques, sont présentes deux espèces terrestres d’escargots, Helix sp. cf hortensis Mül. et Helix sp. Cf. nemoralis L. Leur présence à l’état d’individus isolés laisse plutôt supposer qu’il s’agit d’intrusions sans rapport avec une quelconque consommation par les Hommes. Dans le dépotoir du IVe siècle, un lot important de coquilles d’huîtres (Ostrea edulis) a été recueilli (NR = 25). Leur aspect crayeux permet de supposer qu’elles ont fait l’objet d’une cuisson et une seule valve présente l’aspect nacré d’un coquillage frais. On retrouve de telles concentrations de coquilles d’huîtres crayeuses sur plusieurs sites lyonnais (F. Brien-Poitevin in Arlaud et alii 2000 : 96).

LA FAUNE DU MUSÉE GADAGNE DANS LE CONTEXTE LYONNAIS DU BAS-EMPIRE ET DE L’ANTIQUITÉ TARDIVE

71Avec la faune du Musée Gadagne, l’alimentation d’origine animale de Lyon à la période antique commence à être relativement bien documentée. Si les premiers temps de la colonie de Lugdunum étaient marqués par la suprématie du porc, le Bas-Empire et l’Antiquité tardive voient pour leur part l’accroissement de la part du bœuf dans le régime alimentaire lyonnais. À côté de cette triade domestique représentant l’essentiel de l’apport carné (fig. 173), seules les poules imposent leur présence au IVe siècle.

Fig. 173 - Évolution des proportions au sein de la triade BCP à Lyon au Bas-Empire, d’après les données de différents sites (tableau 6).

72Le porc reflue en effet vers des pourcentages plus proches de 50 % du NR3, tandis que le bœuf acquiert une plus grande place (Tableau 6). Dans le cas des Célestins, sa nette domination s’explique cependant par la présence d’un dépotoir de boucherie sur la place et d’un atelier de tabletterie sous le théâtre, les deux étant potentiellement associés dans une chaîne de matières premières. Les Caprinés restent quant à eux très marginaux dans le régime carné lyonnais de la fin de l’Antiquité. Toutefois, ils amorcent déjà timidement une ascension qui sera plus marquée au VIIe siècle, aux dépens du bœuf dans un premier temps. Et l’abondance de ce dernier au IIIe siècle est probablement liée au bon fonctionnement de boucheries urbaines.

Tableau 6 - Lyon. Répartition des restes osseux au sein de la triade BCP sur différents sites lyonnais du Bas-Empire. NR3 : nombre de restes de la triade, Célestins. T = théâtre, Célestins, P = place (Forest in Arlaud et alii, 2000).

73Il ressort de l’étude de la faune antique de la cour de l’hôtel de Gadagne l’image d’un quartier urbain dont les habitants développent, vers la fin de l’Antiquité, un petit élevage composé de porcs et de poules, complétant un approvisionnement en viande de bœuf qu’ils se procurent chez un boucher. Les porcs sont abattus après engraissement sur une année tout au plus et les Caprinés sont consommés à l’état juvénile. Des huîtres arrivent encore à cette époque, et sont cuites avant consommation. Des poissons locaux et quelques menus gibiers viennent compléter une alimentation carnée relativement diversifiée.

LE HAUT MOYEN ÂGE

74Bien qu’il n’existe pas d’occupation du site durant cette période, deux lots d’ossements ont été recueillis dans des contextes très spécifiques. L’un provient des canaux de l’hypocauste qui, une fois abandonnés, ont servi de repaire à des rats. L’autre résulte d’une fosse de rejet d’un atelier de tabletterie, installé probablement à proximité du site. Le corpus des données archéozoologiques, pour le haut Moyen Âge, provient de ces deux ensembles exceptionnels, tous deux datés précisément par 14C. Ils fournissent indirectement des informations sur l’alimentation carnée des Lyonnais à cette époque.

UN REPAIRE DE RATS

75Le matériel analysé provient de la surface de la fine couche sombre (us 167) située à la base de l’espace central et des conduits de chaleur nord-ouest et sud-ouest de l’hypocauste. L’espace resté libre au-dessus de cette couche (environ 30 cm), protégé par le toit des conduits, a servi de repaire à de petits animaux, et en tout premier lieu au rat noir (Rattus rattus).

76Un prélèvement de 10 kg de sédiment provenant de la branche Nord-Ouest a été tamisé à 1 mm et la microfaune triée a fait l’objet d’une étude fine par M. Jeannet (ARPA), que je tiens à remercier ici pour son aide. Outre les rats, cette couche a livré des éléments de squelettes de huit souris grises (Mus musculus brevirostris), un fragment de maxillaire de lérot (Eliomys quercinus), un autre appartenant à un Lagomorphe, d’un os de merle (Turdus merula.), des restes de cinq espèces de poissons de rivière, trois os de lézard (Podarcis muralis), une quantité importante de petits Mollusques provenant du mortier employé à la construction des parois des canaux, des graines carbonisées, quelques coprolithes de rongeurs, de nombreux fragments d’œufs de poule, des petites billes de cuivre (diamètre 1,5 et 3 mm) et quelques autres éléments indéterminés (Tableau 7).

Tableau 7 - Répartition des restes de faune par espèce dans les conduits de l’hypocauste.

77Archéologiquement, l’us 167 est intégrée à l’ensemble gallo-romain, puisque le sédiment s’est déposé au cours du fonctionnement de l’hypocauste, comme en témoignent sa couleur gris-noir, sa richesse en petits charbons de bois et la carbonisation de grains de blé et de quelques os de rat noir. Le matériel osseux récolté à sa surface résulte quant à lui de l’activité des animaux, de toute évidence postérieure à l’abandon de l’hypocauste au IVe siècle.

78Dans un premier temps, le lieu devient un repaire de rats noirs. Un squelette de rat adulte et les éléments épars de plusieurs autres individus de tous âges y ont en effet été découverts. Il faut entre autres associer à ces premiers habitants, treize ossements de Caprinés, de porc et de poule portant les traces caractéristiques des dents des rats cherchant à atteindre les canaux médullaires riches en moelle. La datation par radiocarbone de ces os a permis de situer la fréquentation de ce repaire par les rats noirs entre 564 et 656 de notre ère (date calibrée, LY 9633), et fort probablement au tout début du VIIe siècle.

79Ensuite, la présence de deux ossements de dinde (Meleagris gallopavo) témoigne de la réutilisation de ces conduits par des animaux à la période Moderne. À cette époque, la construction d’une cave au Sud de la cour a provoqué la réouverture momentanée du repaire du VIIe siècle à l’origine de cette nouvelle fréquentation. Cette dernière occupation est sans doute l’œuvre d’une fouine (Martes foina), comme en témoignent les coquilles d’œufs et des traces de dents laissées sur deux os de canards colverts (fig. 174). Les souris ont également pu profiter de cette occasion pour y construire un nid.

Fig. 174 - Traces de dents sur deux os de canards colverts.

80En définitive, l’histoire de l’utilisation de ces conduits d’hypocauste est résumée dans le tableau 8.

Tableau 8 - Utilisation des conduits de l’hypocauste.

UN ATELIER DE TABLETTERIE

81Le remplissage d’une grande fosse découverte dans la partie nord du site (us 183/184) a livré une quantité très importante de copeaux de bois de cerf, ainsi que quelques objets de tabletterie non finis. Un échantillon de copeaux (110 g) soumis au 14C fournit un intervalle de dates calibrées entre 539 et 641 (LY 9634), avec un maximum de probabilité pour les dates suivantes : 600 ; 585 ; 565 ; 615.
Un prélèvement de 20 litres de sédiments de cette fosse a ainsi permis de recueillir près de 650 g de copeaux et de fragments de bois de cerf. Les copeaux se présentent comme ceux de bois d’arbre, ils ont toutes les tailles, mesurant jusqu’à 6 cm, et sont plus ou moins enroulés. Des fragments de bois plus ou moins épannelés ont été manifestement sciés (fig. 175). Une meule complète avec ses perlures (187 g), possédant encore le départ de l’andouiller basilaire, appartient à un bois prélevé sur un cadavre de cerf déjà âgé (fig. 176). D’autres fragments de meules indiquent, par contre, la collecte de bois de chute. Enfin, deux petits fragments de bois portent le témoignage d’une combustion avancée. Ces rebuts de taille de bois de cerf s’accompagnent d’éléments d’objets finis ou juste ébauchés, rejetés suite à une cassure. On dispose ainsi de parties de manche (de couteau ?) et d’éléments de peignes.
De tels déchets d’ateliers du haut Moyen Âge ont été observés et étudiés en Allemagne, notamment sur le site de Haithabu (Ulbricht 1978), ainsi qu’à Constance même, où, au Moyen Âge, était installé un atelier de fabrication de peignes (F. Poplin, comm. orale). Mais, en général, les exemples de ce type sont mal connus, car rarement répertoriés pour cette période. J.-F. Goret, du Service archéologique municipal de Beauvais, a également eu l’occasion d’étudier un tel atelier à Château-Thierry (Aisne), sur un site daté des IXe -XIIe siècles (J.-F. Goret, comm. orale).

Fig. 175 - Copeaux de bois de cerfs.

Fig. 176 - Fragments de bois sciés.

CONSOMMATION CARNÉE

82À côté de ces restes liés à l’artisanat, le contenu de la grande fosse a également livré des ossements qui correspondent à des déchets de consommation alimentaire et représentent au moins 10 taxons. Pour cette étude, on lui a associé le mobilier provenant d’une couche de remblai appartenant au même ensemble stratigraphique (us 181) (Tableau 9).

Tableau 9 - Répartition des restes de faune par espèce dans l’atelier de tabletterie.

83Les restes de faune présents dans le repaire de rat reflètent le panel de choix dont cette espèce, commensale de l’Homme, disposait au VIIe siècle (Tableau 7). Si certaines espèces, notamment les poissons, peuvent provenir de cadavres échoués sur la grève de la Saône, la majorité d’entre elles sont certainement issues des poubelles des riverains, comme en témoignent les nombreuses traces de découpe observées (40,4 % des os). On tient donc également compte de ce lot dans le cadre de cette partie sur l’alimentation.

84Globalement, la poule est l’espèce la mieux représentée dans les niveaux du haut Moyen Âge, suivie par les espèces de la triade domestique. Au sein de cette dernière, les Caprinés s’affirment davantage, précédant le porc puis le bœuf. Les autres taxons restent très discrets (Tableaux 9 et 10).

Tableau 10 - Répartition des restes osseux au sein de la triade BCP pour les couches du VIIe siècle (NR3 : Nombre total de restes de la triade domestique).

ÉLÉMENTS DE DESCRIPTION DES ESPÈCES

Bœuf

85Le nombre des restes attribués à cette espèce pour cette période ne permet pas de réunir des informations fiables sur les bovins du haut Moyen Âge. Le squelette axial est bien représenté, de même que les extrémités des membres. La découpe de la carcasse se fait en prélevant la colonne vertébrale par section latérale des apophyses transverses. Dans une couche de remblai, intermédiaire entre les niveaux antiques et ces niveaux médiévaux, deux métatarses permettent de fournir des indications sur la hauteur au garrot des bœufs de cette phase de transition. Suivant les coefficients proposés par Matolcsi (Chaix et Méniel 2001 : 58), on obtient respectivement 121,4 et 131,5 cm. Soit des animaux de bonne taille, correspondant aux grands bœufs gallo-romains obtenus par sélection (Forest et Rodet-Belarbi 1998). Deux talus (us 181 et 183) fournissent des dimensions qui les rattachent également à cette catégorie.

Porc

86Les porcs deviennent moins abondants dans ces niveaux du haut Moyen Âge. Quelques données éparses permettent de constater que les individus sont abattus lorsqu’ils ont atteint l’âge adulte, entre 18 mois et deux ans. Les membres et la tête sont surreprésentés. Le tronc est bien présent, et les extrémités sont déficitaires par rapport au squelette complet. Les jambons sont plus abondants que les épaules. La découpe de la carcasse privilégie la fente médiane de la cage thoracique mais après séparation de la partie lombaire, qui, elle, est traitée par ablation des apophyses latérales.

Caprinés

87En ce début de Moyen Âge, les Caprinés acquièrent une place prépondérante dans le cortège domestique. La chèvre est présente. Le corpus est cependant encore insuffisant pour fournir des indications fiables sur la gestion du cheptel Ovi-caprin. Les adultes semblent toutefois largement majoritaires. Toutes les parties du squelette sont représentées mais les membres et la tête le sont beaucoup plus que la normale. La découpe de la carcasse se fait par fente sagittale de la colonne vertébrale sur toute sa longueur. Les os longs sont coupés et/ou cassés en plusieurs endroits de la diaphyse.

Autres Mammifères

Chien

88Il n’est représenté que par une deuxième phalange, appartenant à un individu de petite taille. La présence de cette espèce est également attestée par des traces de dents laissées sur divers ossements de la fosse (us 183/184).

Lièvre

89Il est présent uniquement dans le repaire de rat, où on a trouvé des morceaux de râble (vertèbres lombaires et côte) d’un individu sub-adulte et une scapula portant des marques de découpe. Les rats ont dû recueillir ces restes parmi les reliefs d’un repas. Le lapin est également attesté au même endroit par un quatrième métatarsien.

Rat noir (Rattus rattus)

90Il apparaît essentiellement dans les canaux de l’hypocauste, sous forme d’un squelette complet et de restes épars indiquant la présence d’individus de tous âges, du nouveau-né à l’adulte, ce qui semble bien correspondre à l’idée qu’il s’agit d’un repaire de Rat (NMI = 8) (fig. 177).

Fig. 177 - Éléments de squelettes de rats noirs.

Souris

91Elle est également l’hôte des canaux de l’hypocauste, où elle est représentée par plusieurs individus dont l’âge varie du jeune adulte à l’adulte sénile (NMI = 6). Cette espèce essentiellement granivore a pu y faire un nid mais également être la proie d’une fouine ? Aussi sa présence est-elle peut-être à placer à l’époque moderne, tout comme celle du lérot, représenté par un unique fragment de maxillaire portant une prémolaire lactéale.

Oiseaux

92Les restes d’Oiseaux n’ont pas une répartition homogène. Le spectre taxonomique est relativement diversifié dans le canal de l’hypocauste et réduit à deux taxons dans l’atelier de tabletterie.

93La poule domine largement le spectre aviaire. Toutes les parties du squelette sont représentées, mais avec une nette surreprésentation des parties charnues des membres. Les femelles sont largement majoritaires et les juvéniles sont également présents. Certains os portent des traces de dents de rat dans l’us 167. L’oie est représentée par un fragment d’ulna et d’un os coxal droit.

94Toutes les autres espèces ne sont mentionnées que dans le canal de l’hypocauste par un seul reste. Leur présence dans cet espace est le résultat de l’activité des rats du VIIe siècle mais aussi de la fouine de l’époque Moderne – c’est le cas au moins pour les canards et la dinde.

95La Bécasse des bois (Scolopax rusticola) apparaît dans le repaire de rat sous la forme d’un humérus d’adulte cassé dans la moitié proximale de la diaphyse. Il s’agit de la première occurrence de cette espèce à Lyon. Le Fuligule milouin (Aythya ferina), canard plongeur présent sur les cours d’eau lents et les grandes étendues d’eau, est actuellement rare en France, et on le trouve principalement présent dans les Dombes (Peterson et alii 1967). Voici encore une espèce qui n’apparaît que dans le repaire des Rats - qui décidément avaient un goût éclectique.

Poissons et Mollusques

96Les restes de poissons provenant du canal de l’hypocauste appartiennent à des espèces typiques des rivières de la région : Chevesne (Leuciscus cephalus), Tanche (Tinca tinca), Perche (Perca fluviatilis), Brème (Abramis brama) et Gardon (Rutilus rutilus). Associés au repaire de rat, ces poissons peuvent être issus de la pêche, ou correspondre à des cadavres échoués ramenés par les Rats.

97L’escargot de Bourgogne (Helix pomatia L.), présent dans le canal de l’hypocauste est probablement intrusif. Par contre, une valve fragmentaire de Tapes sp. prise dans du mortier dans la fosse us 183 peut provenir de la destruction de niveaux plus anciens. A Lugdunum, la consommation de coquillages marins n’est attestée que dans les niveaux du Ier siècle de notre ère. On trouve également dans cette fosse un petit Gastropode aquatique qui pourrait être un Néritidé, qui se trouve dans les sables fluviatiles, et provient certainement d’un matériau de construction.

CONCLUSION

98L’échantillon de faune du haut Moyen Âge se révèle être peu important, mais riche en informations bien datées. Premièrement, une grande fosse a recueilli des déchets rarement reconnus, témoignant de l’activité d’un atelier artisanal de travail du bois de cerf. Par ailleurs, la possibilité exceptionnelle d’étudier un repaire de rat noir existant dans les canaux d’un hypocauste nous livre des informations indirectes sur l’alimentation des Lyonnais et plus largement sur la faune présente dans la ville à cette époque.

99Ces deux ensembles permettent en effet de constater la place grandissante prise par les Caprinés dans le régime alimentaire lyonnais. Cette importance nouvelle, confirmée par les autres études de faune de la période (Argant in Ayala et al. 2003 : 45), se fait essentiellement aux dépens du porc, dont la consommation recule. Parmi les Caprinés, la chèvre tient une place encore importante, qui diminuera par la suite et confirme l’idée d’un approvisionnement peu organisé qui procure des animaux peu standardisés en taille et en âge.

NOTE SUR UNE FAUNE D’EXCEPTION AUX XIIIe -XVe SIÈCLES

100Une mandibule gauche d’un lynx adulte a été découverte sur le sol dallé de la cour des XIIIe - XVe siècles (us 31) (Tableau 11). Une possible trace laissée par un objet contondant court à la base de la mandibule, au niveau de la canine, remontant sur la face externe de l’os vers l’avant. L’espèce régresse très tôt en Europe, et au XVIIe siècle, il est déjà rare en France (Stahl et Vandel 1998), réfugié essentiellement dans les massifs montagneux du Jura et du Massif central, pour ne citer que les plus proches. En 1420, les peaux de Loup-cervier, autre nom du Lynx, sont présentes aux Foires de Lyon, amenées par des marchands d’Allemagne, du Centre de la France et d’ailleurs.

Tableau 11 - Lynx. Données ostéométriques de la mandibule de l’us 31 et comparaison avec le Lynx de Serrière-de-Briord (Ballesio et alii 1991 : 252 tab. 4) (données en milimètres).

101Par ailleurs, un métatarse de pygargue à queue blanche (Haliaëtus albicilla) a été mis au jour dans l’us 37 sous-jacente. Il s’agit du plus grand rapace de l’Europe du Nord. De nos jours, ce rapace essentiellement piscivore est rarement rencontré en France, mais il vient parfois y hiverner, notamment dans la vallée de la Saône (Breton et Cretin 2000).

LES OBJETS EN VERRE DE LA PÉRIODE ANTIQUE

Danièle Foy

102Les fragments de verre des fouilles de Gadagne viennent des US 84, 114, 118, 119, 120, 125, 127, 128, 138. Deux cents fragments environ ont été découverts et parmi eux une cinquantaine de débris ont été identifiés. Des collages ont été observés entre les US 127, 128 et 119 et entre les US 127 et 128. Si on exclut quelques fragments noirs opaque complètement dévitrifiés et friables (US 114), ainsi que des fragments fondus (US 128 et 104), ce lot de verres forme un ensemble de teinte claire, très homogène. Les formes identifiées renvoient à un mobilier en usage dans l’Antiquité tardive. Ces formes simples, peu variées, offrent cependant des décors gravés relativement nombreux : plus de la moitié des fragments retenus pour cette étude sont ornementés.

LA MATIÈRE

103Ce lot de verres se caractérise, nous l’avons dit, par sa matière de teinte claire parfois incolore, le plus souvent légèrement verdâtre ou bleutée. Les formes les plus fréquentes sont les bols profonds et les gobelets. Leur rebord à arêtes vives n’a pas de lèvre.

104Le verre de teinte olive est rare dans les fouilles de Gadagne : on note quatre débris sur les 15 fragments de l’US 84, et trois autres rebords de coupe (Planche XII : n° 29) ou de gobelets (Planche XII : nos 40, 43). Les études de mobilier dans les fouilles du grand sud-est de la France montrent que ce verre olivâtre apparaît au début du Ve siècle et devient prépondérant au cours du second quart du Ve siècle ; il le restera pendant une cinquantaine d’années. Dans ces régions, les mêmes formes, coupes et les gobelets au rebord de profil en S, laissé brut sans que l’embouchure soit adoucie, sont d’abord réalisées dans un verre clair puis dans une matière plus sombre, jaune-brun ou olive. Les études quantitatives qui tiennent comptent des formes et de la qualité de la matière permettent — si le matériel est assez abondant — de proposer une datation.

105Ce verre olive est vraisemblablement d’origine égyptienne ; la plupart des verreries, découvertes dans le Midi de la France et réalisées dans cette matière, ont sans doute été soufflées dans les ateliers régionaux à partir de verre brut importé (Foy et al. 2003 : 47-55). La proportion extrêmement réduite de cette qualité de verre nous conduit à proposer pour cet ensemble de verres une datation vers l’extrême fin du IVe siècle ou plus certainement autour des premières décennies du Ve siècle.

106Cinq échantillons de Gadagne ont été analysés. Le rebord de coupe olive (Planche XII : n° 29 ; analyse VRR 286) entre parfaitement dans le groupe d’analyse dit groupe de composition 1 (ou groupe HIMT, High Iron Manganese Titanium), qui se caractérise par des pourcentages élevés de fer, de titane, de manganèse et de magnésie.

107Les quatre autres fragments analysés (Planche IX : n° 2, VRR 281 ; Planche IX : n° 3, VRR 283 ; Planche X : n° 13, VRR 282 ; Planche XII : n° 37, VRR 284) ont été soufflés dans un verre produit avec des sables d’origine syro-palestinienne, sans doute les sables de la baie Haïfa. On ne sait si ces verres ont été manufacturés dans un atelier de Méditerranée orientale ou en Occident avec du verre brut importé de Méditerranée orientale. Ce groupe de composition dit groupe 3.1 (Foy et al. 2003 : 61-74 ; 85) ou Levantine 1 (Freestone, Gorin-Rosen, Hugues 2000 : 72) se caractérise entre autres composants par son taux de calcium compris entre 8 et 9 % et sa teneur élevée d’aluminium (près de 3 %). Il a été tout d’abord identifié dans le mobilier de l’atelier israélien de Jalame (Brill 1988).

BOLS HÉMISPHÉRIQUES À BORD DROIT

108Les bols hémisphériques au rebord droit dans le prolongement des parois ont assez souvent un décor gravé géométrique ou figuré. Reconnus dans toute la partie occidentale du monde romain, les bols profonds (Goethert-Polaschek 1977, forme 27b ; Price 1995 : 29, formes 1 et 3 ; Foy 1991, fig. 4 n° 8 et 9, et les coupes basses et larges (Goethert-Polaschek 1977, forme 14 ; Price 1995 : 29, forme 6) peuvent porter des scènes gravées d’inspiration mythologique ou chrétienne. Le rebord est parfois souligné par plusieurs rainures profondes.

109Les découvertes de Gadagne plus modestes ne présentent que des motifs géométriques. Un beau fragment ne semble pas avoir d’autres décors que les simples stries horizontales placées sous le rebord (Planche IX : n° 1), mais d’autres sont entièrement couverts de motifs géométriques organisés en registres horizontaux dans la partie supérieure de la pièce. On reconnaît des frises de losanges laissés nus ou bien finement quadrillés (Planche IX : nos 2, 3, et 8 ; fig. 178) ou bien des obliques formant une suite de triangles striés (Planche IX : n° 6). Ces bandes horizontales surmontaient la résille qui devait couvrir toute la moitié inférieure de la pièce (Planche IX : nos 3 à 5).

Fig. 178 - Bol hémisphérique à bord droit et décor géométrique incisé.

110Tous ces motifs, faits par deux incisions parallèles, sont très soignés. Losanges quadrillés, losanges avec petite croix au centre ou losanges laissés vides sont extrêmement communs sur de nombreuses pièces qu’il s’agisse de très larges coupes peu profondes venant de découvertes romaines (Saguì 1996), ou languedociennes (Foy 1991 : 261, fig. 4, n° 2 et 4), ou encore de bouteille pansue anciennement trouvées à Amiens (Glass of the Caesars 1987 : 236). Il est en revanche plus rare de pouvoir observer la même composition.

111L’ordonnance décorative et les caractéristiques techniques de la gravure se retrouvent cependant sur une verrerie de la villa de Milhaud dans le Gard : la résille n’est pas identique, mais elle est surmontée de deux bandes de motifs géométriques au-dessus desquelles sont gravées des horizontales (Foy, Michel 2003 : 322, fig. 3). Ces vases entièrement couverts de figures géométriques semblent en revanche rares en Italie (Paolucci 1997 : 142 ; Paolucci 2002).

112Seuls deux fragments pourraient présenter un décor historié : sous un bandeau formé de croisillons, quelques incisions désordonnées restent incompréhensibles (Planche IX : n° 8) ; en revanche sur un autre débris, il est possible de voir les jambes d’un personnage (Planche IX : n° 9).

BOLS HÉMISPHÉRIQUES À BORD RENTRANT

113Une seconde série de coupes se différencie des précédentes par leur forme plus large et surtout leur rebord recourbé, mais toujours laissé brut (Isings 1957, formes 116/117 ; Price 1995 : 29, forme 4 ; Foy 1995, forme 15). Ces verreries soufflées dans une matière claire à peine bleutée ou verdâtre ou bien dans une matière plus sombre, olivâtre ou jaune brun, sont extrêmement fréquentes au IVe et au Ve siècle. La plupart ne sont pas décorées ; certaines sont ornées de dépressions : nous en avons quelques exemples à Gadagne (Planche XII : nos 28, 29) et d’autres, enfin, ont un décor gravé en très faible profondeur.

114Un seul fragment présente une ornementation en frise : des hachures semblent surmonter une suite de figures arrondies. La technique de gravure est différente : il ne s’agit plus de petites incisions parallèles, mais de rainures plus larges un peu moins précises. Ce rebord de teinte verdâtre est criblé de bulles et de filandres ; l’embouchure toujours à arêtes vives est plus irrégulière que celle des pièces précédentes (Planche IX : n° 10 ; fig. 179).

Fig. 179 - Bol hémisphérique à bord rentrant et décor incisé.

115Trois autres bols en verre relativement fin ont un décor gravé peu profond et peu perceptible (Planche X : nos 11 à 15). Des séries de hachures courtes, des lignes sinueuses dessinent un décor non géométrique, mais pas forcément historié. Le seul détail qui pourrait évoquer une représentation humaine est un losange (Planche X : n° 11), figure géométrique très souvent employée pour signifier un œil ; mais en dehors de ce trait, il est difficile de donner un sens à ce décor. Les hachures courtes, la technique utilisée — sorte de griffures — se retrouvent dans un gobelet languedocien sur lequel sont mêlées figures géométriques et hachures plus désordonnées (Ginouvez et al. 1996-1997 : 168, fig. 51-1). C’est cette même combinaison de frise géométrique et de petits traits obliques qui apparaît sur un fragment (Planche X : n° 15).

GOBELETS À DÉCOR GRAVÉ

116Huit gobelets au moins, de forme conique, ont aussi un décor gravé. Sur la pièce la plus spectaculaire, un danseur de profil apparaît dans un environnement végétal (Planche XI : n° 16, fig. 180). Ses jambes, seules parties de son corps conservées, sont nues. Appuyé sur la pointe du pied droit, le personnage s’élance, jambe gauche repliée. Le bras à peine esquissé suit le mouvement. C’est très vraisemblablement l’image d’une danse bachique, thème souvent reproduit sur les verres. Le cortège qui devait comporter plusieurs personnages occupait sans doute la part centrale du verre et était limité en haut et en bas par deux frises géométriques. Seule est conservée la suite de losanges quadrillés, à la base de la scène figurée. Sous cette frise, existait un autre registre dont ne restent que quelques stries. La forme du gobelet et le thème présenté évoquent la verrerie du temple de Cybèle de Vienne (Pelletier 1967 ; Foy, Nenna : n° 406). Un petit débris de verre avec la même frise décorative fait sans doute partie du même objet (Planche XI : n° 17).

Fig. 180 - Gobelet à décor gravé.

117Les autres gobelets sont beaucoup plus fragmentés. Des frises de losanges larges ou étroites sont placées sous les bords (Planche XI : n° 19) ou en position plus centrale (Planche XI : nos 21 et 22). Sur deux fragments dont un rebord (Planche XI : nos 23 et 23’), des frises d’arabesques à peine abrasées sont visibles. Ce motif est dans un cas placé sous le rebord et, dans l’autre pièce, il est au-dessus d’un bandeau de losanges. Bien que moins communes que les figures géométriques, ces spirales sont utilisées dans le décor des gobelets rhénans, en particulier sur le gobelet de Bonn représentant des soldats (Glass of the Caesars 1987 : 234). On se sait si les motifs abrasés sur un gobelet conique doivent être interprétés comme une inscription (I O) ou bien comme une suite de figures verticales abrasées et de cercles abrasés et striés horizontalement (Planche XI : n° 25 ; fig. 181). Deux autres fragments, appartenant à des gobelets ou à des flacons, ont un décor taillé de facture différente. Sur le goulot ou sur la partie supérieure d’un gobelet très étroit, une frise est simplement constituée de verticales dépolies disposées entre deux faisceaux de stries horizontales (Planche XI : n° 24). Un fond étroit, en verre épais, est décoré de petites stries rayonnantes placées sur le pourtour du fond ; à la base des parois une frise est composée de verticales assemblées deux à deux (Planche XI : n° 26 ; fig. 182).

Fig. 181 - Gobelet à décor gravé.

Fig. 182 - Fond d’un gobelet à décor gravé.

GOBELET À DÉCOR RAPPORTÉ

118Le décor de pastilles colorées appliquées sur les parois des verreries, principalement sur des bols et des gobelets, est très employé dans la seconde moitié du IVe siècle et au Ve siècle. Les ateliers de Méditerranée orientale, en particulier l’atelier de Jalame en Palestine (Weinberg 1988), ont pratiqué cette décoration surtout sur des bols et des gobelets en utilisant exclusivement la coloration bleue. Les ateliers rhénans ont aussi excellé dans cette technique décorative : des pastilles de diverses tailles et colorations ont été appliquées sur des pièces de formes beaucoup plus variées (Fremersdorf 1966). Vers la fin du IVe siècle peut-être, mais surtout au début du Ve siècle, l’ornementation de pastilles bleu foncé de petite taille est fréquente sur des récipients en verre de teinte jaune brun ou olivâtre en particulier en Egypte, en mer Noire, mais aussi en Occident principalement dans les régions méditerranéennes. Le rebord retrouvé à Gadagne, en verre épais incolore à peine bleuté (Planche XI : n° 27 ; fig. 183), évoque les productions orientales que l’on connaît en Palestine, mais qui apparaissent aussi au travers des trouvailles chypriotes (Glass of the Caesars 1987 : 113) ; on ne peut toutefois exclure totalement une provenance rhénane.

Fig. 183 - Gobelet à décor rapporté.

COUPES ET GOBELETS NON GRAVÉS

119Les coupes, en verre fin le plus souvent bleuté parfois olivâtre, reposent sur des fonds légèrement rentrants (Planche XII : n° 34). Leur rebord laissé brut est parfois souligné par des stries abrasées (Planche XII : n° 32). Quelques pièces ont un décor de dépressions (Planche XII : nos 28, 29). Cette verrerie est très commune dans tout l’Empire aux IVe et Ve siècles. Les gobelets coniques en verre plus ou moins fin, mais presque toujours clair, sont tout aussi présents (Planche XII : nos 35 à 41 et 45 à 47). Les gobelets ovoïdes parfois ornés de stries meulés sont plus rares (Planche XII : nos 43, 44). Ces verres à boire largement répandus sont habituellement accompagnés de récipients ansés, à panse cylindrique ou ovoïde et au col décoré d’un épais cordon rapporté (forme 141 de Goethert-Polaschek 1977). Un col retrouvé fragmenté ne porte pas d’attache d’anse (Planche XII : n° 48 ; fig. 184). En revanche, un goulot orné d’un fil de verre enroulé en spirale conserve l’attache plissée de l’anse.

Fig. 184 - Goulot de flacon.

120Bien que peu abondant, cet ensemble de verres, de formes communes, surprend par l’importance des pièces décorées. Ce lot homogène provenant des niveaux de destruction et d’abandon peut être daté entre la fin du IVe et le premier tiers du Ve siècle.

CATALOGUE

Planche IX

1211. Grande coupe incolore bleutée, rebord sans lèvre. Verre relativement épais ; lignes gravées sous le bord. Diam : 220 mm. US 114.

1222. Grande coupe incolore, verdâtre, sans doute hémisphérique, rebord sans lèvre ; rainures sous le bord puis frise de croisillons. Diam : 210 mm. US 138. Analyse VRR 281. US 138.

1233. Coupe incolore verdâtre, rebord sans lèvre ; décor gravé géométrique en plusieurs registres : rainures sous le bord puis losanges nus, losanges quadrillés et décor de croisillons couvrant sans doute toute la surface des parois. Les rainures au-dessus de la frise des losanges sont plus nombreuses que pour la pièce précédente, mais il pourrait s’agir de la même pièce. Analyse VRR 283. US 127 et 128.

1244. Fragment de paroi d’une coupe, incolore verdâtre, décor gravé ; schéma décoratif comparable au fragment 3, mais les motifs allongés placés sous la frise de losanges quadrillés ne sont pas gravés d’une cupule centrale comme pour les fragments 3 et 5. US 127 et 128.

1255. Fragment de paroi d’une coupe, incolore verdâtre, décor gravé ; schéma décoratif comparable au fragment 3, mais motifs plus étirés. US 127 et 128.

1266. Fragment de paroi d’une coupe, incolore verdâtre ; décor gravé soigné : triangles et croisillons sur deux registres horizontaux. US 114.

1277. Fragment de paroi, probablement de coupe. Verre incolore. Décor gravé de croisillons. US 119.

1288. Fragment de paroi, probablement de coupe. Verre incolore légèrement verdâtre très fin. Le décor gravé présente une frise de losanges sous laquelle se développe peut-être un décor non géométrique ; il ne reste que quelques incisions. US 127.

1299. Fragment d’une coupe, verre verdâtre fin. Décor gravé : sans doute jambes d’un personnage. US 127.

13010. Rebord de coupe. Profil en S du bord sans lèvre, différent de celui des pièces ci-dessus. Verre vert clair avec filandres et bulles. Décor gravé de chevrons au-dessus de petits cercles. Diam : 19 cm. US 144.

Planche X

13111. Coupe hémisphérique, rebord sans lèvre, verre incolore très fin ; décor gravé linéaire, informel, très peu profond. Diam : 160 mm. US 118.

13212. Coupe hémisphérique, rebord sans lèvre, verre incolore, très fin ; décor gravé peu profond : hachures. Très comparable au précédent. Diam : 142 mm. Analyse VRR 282. US 118.

13313. Coupe hémisphérique, rebord sans lèvre, verre bleuté translucide, très fin ; décor gravé linéaire, très peu profond. Diam : 140 mm. US 84.

13414. Débris de coupe hémisphérique appartenant certainement aux pièces 11, 12 ou 13. US 118.

13515. Fragment d’une coupe, verre verdâtre, fin. Décor gravé : probablement frise de chevrons et au-dessous motifs informels. US 127.

Planche XI

13616. Fragment d’un gobelet tronconique ; verre incolore décor gravé peu profond : danseur au-dessus d’une frise de losanges quadrillés. US 118.

13717. Petit fragment de paroi, incolore, appartenant probablement au gobelet 16 ci-dessus. US 118.

13818. Petit fragment de paroi, incolore, décor d’une frise de losanges quadrillés d’un petit module. Peut appartenir à une coupe ou un gobelet. US 84.

13919. Rebord à lèvre adouci d’un gobelet tronconique ; verre très fin, incolore légèrement verdâtre, décor gravé peu profond : frise de croisillons. Diam : 112 mm. HS.

14020. Petit fragment de paroi, incolore, décor d’une frise de losanges non quadrillés. Peut appartenir à une coupe ou un gobelet. US 118.

14121. Fragment d’un gobelet tronconique ; verre fin incolore légèrement verdâtre. Décor gravé : large frise de croisillons. US 127.

14222. Fragment d’un gobelet tronconique de petit diamètre ; verre incolore relativement épais. Frise de losanges. US 118.

14323 et 23’. Rebord et fragment de paroi d’un gobelet ; verre très fin, incolore à peine bleuté. Décor abrasé peu lisible : suite d’arabesques sous le rebord. Sur le fragment de panse, arabesques et frise de losanges. Diam : 70 mm. HS.

14424. Rebord d’un gobelet ou d’un goulot ; verre fin, irisé. Décor géométrique abrasé et gravé linéaire. Diam : 48 mm. US 119.

14525. Fragment d’un gobelet tronconique ; verre incolore légèrement verdâtre, irisé. Décor abrasé et incisé géométrique ou épigraphique. US 127.

14626. Fond d’un gobelet ou d’un petit flacon tronconique ou cylindrique. Verre incolore verdâtre épais. Décor géométrique à la base des parois. Sous le fond, incisions rayonnantes. Diam fond : 42 mm. HS.

14727. Fragment d’un large gobelet ; verre épais incolore légèrement bleuté. Décor de pastilles bleues rapportées en grappe. Diam bord estimé : 120 mm. HS.

Planche XII

14828. Coupe à rebord laissé brut ; profil en S. Verre bleuté, décor de dépressions. Diam du rebord : 190 mm. HS.

14929. Coupe à rebord laissé brut ; profil en S. Verre olive, décor de dépressions. Analyse VRR 286. US 84.

15030. Fragment de rebord non adouci de coupe ou gobelet ; profil en S. Verre très fin, incolore bleuté, irisé. US 120.

15131. Coupe à rebord laissé brut ; profil en S. Verre épais, incolore bleuté. Diam estimé : 112 mm. US 118.

15232. Fragment de rebord non adouci de coupe ou gobelet ; profil en S. Verre fin, incolore bleuté, stries meulées. US 120.

15333. Fragment de rebord non adouci de coupe ; profil en S. Verre fin, incolore, irisé. US 119.

15434. Fond de coupe verre incolore, bleuté irisé. HS.

15535. Rebord sans lèvre d’un gobelet conique ; profil en S. Verre relativement épais, bleuté. Diam : 93 mm. US 138.

15636. Rebord sans lèvre d’un gobelet conique ; profil en S. Verre relativement épais, incolore. Diam : 84 mm. US 84.

15737. Rebord sans lèvre d’un gobelet conique ; profil en S. Verre relativement épais, incolore verdâtre, opaque. Diam : 98 mm. Analyse VRR 284. US 118.

15838. Rebord sans lèvre d’un gobelet conique ; profil en S. Verre fin bleuté. Diam : 90 mm. HS.

15939. Rebord sans lèvre d’un gobelet conique ; profil en S. Verre fin bleuté, opaque. Deux très fines rainures sous le bord. Diam : 80 mm. HS.

16040. Rebord sans lèvre d’un gobelet large ; profil en S. Verre de teinte olive. Diam : 106 mm. US 119.

16141. Rebord sans lèvre d’un gobelet large ; profil en S. Verre épais, incolore bleuté. Diam : 110 mm. US 118.

16242. Rebord sans lèvre d’un très large gobelet ; profil en S. Verre épais, incolore bleuté. Diam : 140 mm. US 118.

16343. Rebord sans lèvre d’un gobelet ovoïde ; profil en S. Verre olive, stries meulées. Diam : 100 mm. US 127.

16444. Rebord sans lèvre d’un gobelet ovoïde, verdâtre ; profil en S. Diam : 92 mm. HS.

16545. Fond de gobelet. Verre incolore, irisé. Diam : 30 mm. US 84.

16646. Fond étroit de gobelet ou de fiole. Verre verdâtre, très irisé. Diam : 30 mm. HS.

16747. Fond de gobelet, très étroit à la base Verre verdâtre, irisé assez épais ; arrachement sur les parois. Diam : 20 mm. HS.

16848. Goulot de bouteille cylindrique avec ouverture évasée. Rebord non ourlé ; cordon décoratif sous l’embouchure. Diam bord : 82 mm. US 127.

16949. Petit fond rentrant, incolore, irisé. US 84.

17050. Goulot verdâtre ; manque le rebord. Fil de même teinte enroulé en spirale. Attache d’une. Diam moyen : 50 mm. US 127.

LES SCULPTURES ANTIQUES

Maria-Pia Darblade-Audoin

171Les fouilles préventives conduites dans la cour de l’hôtel de Gadagne ont mis au jour un petit ensemble de cinq sculptures romaines. Elles avaient été enfouies dans un remblai daté du début du IVe siècle ap. J.-C.

CATALOGUE

BUSTE CUIRASSÉ

172L’ensemble composé de trois fragments jointifs et de trois autres fragments non jointifs appartient à une statue masculine colossale. Il ne subsiste que le haut du buste et un fragment de cou. L’épaule droite est presque entièrement tronquée. De l’épaule gauche, il ne reste qu’un morceau de draperie conservée sur une petite longueur. Ce manteau couvrait également la poitrine. On peut apercevoir la bordure épaisse de l’encolure rectangulaire de ce qui semble être une cuirasse. La facture des plis offre une grande finesse et un certain mouvement peut y être observé. On peut proposer une datation du Ier siècle ap. J.-C.

Marbre blanc à cristaux fins. H : 33 cm ; larg : 42,5 cm.

STATUETTE DE VÉNUS

173Statuette de toutes petites proportions représentant une figure féminine nue. Elle est privée de tête et de tout le bas du corps sous la taille. Manquent également l’avant-bras droit et le bras gauche. La poitrine et le dos sont épaufrés. Le bras gauche était à demi levé. Le bras droit était légèrement écarté du corps et abaissé. Un petit fragment de chevelure est encore visible sur l’épaule droite. La partie inférieure émoussée indique une utilisation secondaire comme pilon.

Marbre blanc. H : 7,5 cm ; larg : 8,5 cm.

174L’attitude, le modelé et la présence de la chevelure sur l’épaule identifient cette sculpture à une Aphrodite-Vénus. Il s’agit d’un travail de grande série : ces petits objets, très diffusés, servaient de décoration ou d’effigie votive. La facture conviendrait à une datation proche du IIe siècle ap. J.-C.

PERSONNAGE EN TOGE

175Ces trois fragments appartenaient à une statue drapée en toge de grandeur naturelle. Le fragment A est brisé à la taille. Les fragments de draperie B et C ne sont pas jointifs. La tête manque. Une cuvette d’encastrement dans le cou, profonde de 13 cm, soigneusement épannelée, était destinée à la recevoir. Le bras gauche est épaufré et l’avant-bras gauche manque. Un gros bourrelet de draperie passe autour du cou et enveloppe le bras droit. La main était cachée sous le tissu. Le travail du dos est simplifié.

Marbre blanc à cristaux moyens.
A. : h : 57 cm ; larg : 38 cm.
B. : h : 21,5 cm ; larg : 16,5 cm.
C. : h : 16,5 cm ; larg : 15,5 cm.

176Ce togatus appartient au type « pallium-typus » (Goette 1990, p. 24-26). Le bras droit pris dans la draperie et le gros bourrelet de tissu autour du cou évoquent les statues du début de la période augustéenne (Goette 1990, exemples taf. 2, 3, 4 et particulièrement 3, 4-5-6, Pergame, Izmir, Ephèse).

SILÈNE

177Ce relief est brisé sur trois côtés, mais nous possédons l’extrémité gauche, où se tient debout de face, un personnage fortement déhanché au ventre rebondi. Ses jambes sont croisées et une draperie fine enveloppe ses hanches. Sa tête, son épaule et son bras droit ont disparu. Il subsiste des fragments de barbe sur la poitrine. La main droite est encore posée sur la hanche. Le personnage était appuyé sur un autel. À l’arrière, un petit fragment semble représenter l’arrière-train d’un bouc. La draperie est fine et quelques points de trépan cernent le tissu et les pieds. Les plis sont creusés profondément et régulièrement.

Marbre blanc à cristaux fins. H : 18,5 cm ; larg : 10,2 cm ; ép : 7 cm.

178Nous avons probablement ici une figure de vieux Silène appuyé sur un autel. Le bouc à l’arrière, tout en rappelant l’iconographie dionysiaque, fait aussi office de sujet pastoral. On peut proposer une datation de la fin du Ier siècle apr. J.-C. ou du IIe siècle ap. J.-C.

SOCLE DE STATUE

179Quelques épaufrures sur l’avant. Ce socle de petite taille est formé d’une haute base circulaire moulurée sur laquelle est posé une deuxième base carrée. Il était probablement fait pour supporter un portrait-buste, et d’après sa taille, soit un buste d’enfant soit d’un adulte en réduction. Un profond trou d’encastrement est prévu à cet effet. Le cartouche qui figure sur une des faces est resté vierge de toute inscription. Époque impériale.

Marbre blanc. H : 22,5 cm larg : 25 cm.

CONCLUSION

180Tous ces documents sont en marbre blanc et d’une très haute qualité stylistique. Leur rassemblement dans un remblai du début du IVe siècle ap J.-C. peut être fortuit et il est hasardeux de conjecturer leur lieu d’origine.

181La statuette de Vénus ainsi que le relief sont des témoignages de l’iconographie religieuse de la cité. La Vénus est un bon exemple de la statuaire de petites dimensions que l’on plaçait sur un laraire pour honorer les divinités du foyer. C’est une œuvre de grande série, copiée sur un modèle de la période hellénistique. On compte de multiples représentations dans tout le monde gréco-romain d’Aphrodite-Vénus de ce format et dans cette posture. Mais, dans le cas de Lyon, il s’agit du seul exemplaire connu en marbre. L’œuvre datée du IIe siècle de notre ère a pu être importée de Grèce ou d’Italie ou même être fabriquée à Lyon. Il en va de même pour le petit relief dont la facture est toutefois de meilleure qualité. Il illustre l’iconographie se rapportant au dieu Bacchus, par l’intermédiaire du Silène âgé, appuyé sur un autel, qui est aussi son compagnon de bacchanales. Sa destination est plus difficile à préciser : il pouvait s’agir d’une plaque décorative ou d’une petite frise, qui, par ses dimensions, se rapporterait plutôt à une construction privée. La faible largeur conservée ne permet pas de préciser la nature de la scène : le type du Silène appuyé sur l’autel est assez commun et appartient au répertoire fréquent des diverses scènes dionysiaques.

182La statue cuirassée de taille colossale appartenait à un général en chef ou un personnage politique éminent de la ville, mais plus probablement à un empereur. On ne peut aller plus loin dans l’identification, les fragments étant trop petits. La technique de la sculpture nous indique le Ier siècle ap. J.-C. Cette découverte se révèle particulièrement importante car on ne comptait à ce jour qu’un seul buste cuirassé découvert sur le site de l’antique Lugdunum. Il s’agit d’une statue provenant des fouilles de Fourvière, trouvée précisément dans l’espace entre le théâtre et l’odéon (Wuilleumier 1951 : 66, 3, pl. XV, 3). Le personnage en toge devait recevoir une tête amovible masculine. Ce pouvait être soit un personnage municipal important soit un personnage impérial, car la statue est en très beau marbre. Cette découverte est également d’un intérêt majeur, car nous ne possédions que deux exemplaires de cette catégorie de sculptures, le togatus découvert à Trion, dans un contexte funéraire (Espérandieu III, 1760), et un autre, de tout petit format, représentant un enfant ou un Harpocrate et provenant du site du Verbe-Incarné (Archéologie en Rhône-Alpes 1984 : 130, n° 650).

183Le style et la technique du personnage cuirassé et du personnage en toge sont en usage au Ier siècle ap. J.-C., et particulièrement à la période augustéenne pour le togatus. La belle facture de ses œuvres et la grande qualité du matériau indiquent pour cette époque des œuvres d’importation, probablement de Rome même.

LES MONNAIES

Alain Audra

184Les fouilles menées à l’occasion de la rénovation du Musée Gadagne ont permis de recueillir 182 monnaies. Le très mauvais état de conservation de ce matériel numismatique provoqué principalement par une très forte oxydation n'a autorisé l'étude que de 127 monnaies. La répartition chronologique se décompose de la manière suivante : 1 monnaie gauloise ; 1 monnaie de la République romaine, 2 monnaies du Ier siècle ap. J.-C., 101 monnaies du IIIe siècle ap. J.-C., 10 monnaies du IVe siècle ap. J.-C., 8 monnaies antiques illisibles ; 4 monnaies médiévales et modernes.

LA MONNAIE GAULOISE

185Ce potin gaulois (Catalogue : n° 1) provient du dernier aménagement (us. 366) de la période pré-coloniale. Il est attribué à un atelier du Centre-Est de la Gaule. Son émission peut être datée antérieurement à 52 av. J.-C., sans que l'on puisse affiner cette datation.

LA MONNAIE DE LA RÉPUBLIQUE ROMAINE

186Le denier fourré de L. LVCRETI TRIO (n° 2) ramassé dans un remblai qui vient sceller l'installation artisanale de la période pré-coloniale (us 424) est daté de 76 av. J.-C.

LES MONNAIES DU 1er SIÈCLE AP. J.-C.

187Ces deux monnaies ont été frappées à Lyon à la fin du règne d’Auguste entre 10 et 14 ap. J.-C. au nom de Tibère. Le Semis (n° 3) provient de l’us 316, état 1 a de la période tibéro-claudienne et l’As (n° 4) de l’us 285, phase 2a de la même période.

LES MONNAIES DU IIIe SIÈCLE AP. J.-C.

188La monnaie la plus ancienne est un antoninianus de GALLIEN (n° 5, 253-268 ap. J.-C.) trouvé dans l’us 172, phase 2a ; un antoninianus de CLAUDE II (n° 6 268-270 ap. J.-C.) provient du même niveau. Les autres monnaies, parfaitement identifiables, sont des imitations posthumes d’antoniniani de CLAUDE II (n° 7 et 8 ; après 270 ap. J.-C.) ainsi qu’un antoninianus de MAXIMIEN frappé à Lyon en 287 ap. J.-C. (n° 16). Les autres trouvailles sont des imitations de très mauvaise qualité (n° 9 à 15).

LE TRÉSOR

189Un trésor a été mis au jour dans la couche de préparation du sol de l’hypocauste daté de la fin du IIIe siècle ap. J.-C. (us 165). Il se compose de 144 antoniniani ; malheureusement 49 monnaies restent inexploitables à cause d’une très forte oxydation, 6 monnaies ont également été détruites lors du nettoyage. Le mauvais état des 89 antoniniani restants nous permet cependant de décomposer les trouvailles en trois lots :

  • Les frappes officielles sont au nombre de 8 dont 3 peuvent être rattachées à un règne particulier : 1 monnaie est à l’effigie de CLAUDE II (n° 114 ; 268-270 ap. J.-C.) ; 1 est à l’effigie de TETRICUS (n° 120 ; 270-273 ap. J.-C.) ; 1 antoninianus a été émis à Rome par DIOCLETIEN (n° 17, vers 287 ap. J.-C.).

  • Les imitations identifiables sont au nombre de 8 : 1 pièce de CLAUDE II (n° 116), 2 frappes posthumes du même empereur (n° 115 et 117) et 5 monnaies de TETRICUS (n° 118, 119, 121, 122, 123).

  • Les imitations non identifiables, au nombre de 73, sont bien souvent d’un style médiocre avec des légendes parfois incohérentes.

190Ce petit trésor devait représenter un très faible pouvoir d’achat. Il est le témoignage de la crise économique et monétaire sévissant en Gaule dans la deuxième moitié du IIIe siècle ap. J.-C. (Audra, Mathey 1992). Les fouilles Lyonnaises avaient déjà permis de mettre en évidence la circulation abondante de ces imitations d’antoniniani à la fin du IIIe siècle et même au début du siècle suivant sur les sites de l’avenue Adolphe-Max, de l’îlot Tramassac et du quai Arloing (Arlaud 1994). Le très faible volume du monnayage officiel dont la monnaie la plus récente est un antoninianus de DIOCLETIEN frappé vers 287 ap. J.-C., démontre qu’en cette fin de siècle la pénurie d’approvisionnement en numéraire frais entraîne l’utilisation massive d’un monnayage d’imitation dont une grande partie devait être d’origine locale dès 270 ap. J.-C. pour pallier l’insuffisance de monnaies divisionnaires dans les transactions quotidiennes.

LES MONNAIES DU IVe SIÈCLE AP. J.-C.

191Les dix pièces de bronze de cette période proviennent de l’abandon du site intervenu à la fin du IVe siècle. Pour la période 310-320, 2 monnaies (n° 18 et 19) ; pour la période 331-361, 5 monnaies (n° 20 à 24) ; pour la période 365-376, 1 monnaie (n° 25). Deux monnaies en très mauvais état peuvent être datées approximativement, l’une de la première moitié du siècle (n° 26) et l’autre de la deuxième moitié du siècle (n° 27). Deux ateliers monétaires ont pu être identifiés : Trêves (n° 20), et Lyon (n° 22 et 25).

LES MONNAIES MÉDIÉVALES ET MODERNES

192Pour l’époque médiévale ont été trouvées : une obole anonyme des archevêques de Lyon (XIIIe siècle, n° 124) ; une pièce française de billon du XVe siècle (n° 125) ainsi qu’une rare monnaie de CHARLES VIII frappée à Marseille (n° 126).

193L’unique témoignage de l’époque moderne est une pièce de 30 deniers de LOUIS XIV frappée à Lyon en 1711 et mise au jour dans le remplissage de l’escalier de la salle des sonneurs de trompes.

CATALOGUE

MONNAIE GAULOISE

1941. POTIN
Centre – Est de la Gaule
5,07 g ; 17 mm
D) Tête à gauche, bandeau décoré dans les cheveux
R) Quadrupède à gauche
Frappe : Avant 52 av J.-C.
us 366
GALLIA n° 52, 1995 - Dossier : « les potins gaulois » page 13 (type B) ;
LT, pl. XVI, n° 5390.

REPUBLIQUE ROMAINE

1952. DENIER (fourré)
L. LVCRETI TRIO ;
3,06 g ; 1 ; 19 mm
Frappe : Rome 76 av J.-C.
D) Tête laurée à droite de NEPTUNE à droite avec le trident sur l’épaule
Derrière, marque de contrôle (… XII)
R) Enfant ailé (Génie ?) sur un dauphin à droite, (L) LVCRETI TRIO
us 424
RRC, p. 404, n° 390/2.

Ier SIÈCLE AP. J.-C.

1963. SEMIS
TIBERE
4,20 g ; 6 ; 18 mm
Frappe : Lyon 10-14 ap. J.-C.
D)…. AR AVGVST F IMPERA….
Tête laurée à droite
R) L’autel de LYON ROM ET AV (G)
us 316.

1974. AS
TIBERE
11,35 g ; 9 ; 26 mm
Frappe : Lyon 10-14 ap J.-C.
D) (TI) (C) AESAR AVGVST.........
Tête laurée à droite
R) L’autel de LYON (ROM ET AV) G
us 285.

IIIe SIÈCLE AP. J.-C.

1985. ANTONINIANUS
GALLIEN
3,20 g ; 12 ; 16/19 mm
Frappe : 253-268 ap. J.-C.
D)…………… VG
Tête radiée à droite
R) Personnage debout à gauche
us 172.

1996. ANTONINIANUS
CLAUDE II
17 g ; 12 ; 21 mm
Frappe : Rome 268-270 ap. J.-C.
D) IMP C CLAVDIVS AVG
Buste radié et cuirassé à droite
R) MARS/VLTOR
Mars nu, avec le manteau flottant, marchant à dite tenant une haste et un trophée
us 172
RIC, V/1, p. 216, n° 66.

2007. IMITATION D’ANTONINIANUS
CLAUDE II
1,96 g ; 6 ; 15 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D)………… AVDIO…….
Tête radiée à droite
R)…………. AT……..(type CONSECRATIO)
Aigle, tête à droite
us 145
RIC V/1, p. 234, n° 266.

2018. IMITATION D’ANTONINIANUS
CLAUDE II
1,26 g ; 12 ; 13 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Buste radié à droite
R) Autel
us 124
RIC V/1, p. 233, n° 261.

2029. IMITATION D’ANTONINIANUS
Fragment
0,90 g
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite
R) Illisible
us 13.

20310. idem
0,45 g ; 11/14 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
us 118.

20411. idem
2,35 g ; 18 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
us 145.

20512. idem
0,97 g ; 15 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
us 161.

20613. idem
1,15 g ; 14 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
us 170.

20714. idem
0,95 g ; 5 ; 13 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite ; légende incohérente
R) Personnage debout ; légende incohérente ;
AV (?)
us 157.

20815. Idem
0,96 g ; 12 ; 15 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite.
R) Personnage debout à gauche, tenant un sceptre de la main gauche et une victoire de la main droite
M 135.

20916. ANTONINIANUS
MAXIMIEN
4,21 g ; 6 ; 21 mm
Frappe : Lyon, 4e émission, début été 287 ap. J.-C.
D) IMP C VAL MAXIMIANVS PF AVG
Buste radié à droite avec cuirasse et « paludamentum ».
R) HERCVLI PACIFERO
Hercule debout à gauche tenant un rameau de la main droite ; la massue et la peau du lion de NEMEE de la main gauche B/SML
us 13
Bastien, p. 138, n° 116 ; RIC V/2, p. 263, n° 371.

21017. ANTONINIANUS
DIOCLETIEN (monnaie appartenant au trésor)
3,37 g ; 12 ; 23 mm
Frappe : Rome 287 ap. J.-C.
D) IMP DIOCL………. AVG
Buste diadémé et cuirassé à droite
R) IOVI (CONSER) VAT AVGG.
Jupiter debout à gauche tenant un sceptre......../XXI
us 165
variante RIC V/2, p. 237, n° 164.

IVe SIÈCLE AP. J.-C.

21118. FOLLIS (AE 2)
CONSTANTIN I
2,11 g ; 6 ; 20 mm
Frappe : 310 - 320 ap. J.-C.
D) IMP C........
Buste à droite
R)……. VIC/TO.......(Type SOLI INVICTO COMITI)
Le Soleil debout à gauche tenant un globe
us 133.

21219. AE 3
1,91 g ; 18 mm
Frappe : 318 - 320 ap. J.-C.
D) Illisible
R) Type VICTORIAE LAET PRINC PERP. Deux victoires face à face posant un bouclier sur un autel ; sur le bouclier VOT PR
us 123.

21320. AE 4
CONSTANCE II, ou CONSTANT
1,33 g ; 6 ; 15 mm
Frappe : Trêves 335 - 337 ap. J.-C.
D) FL IVL…………………………
Buste lauré et drapé à droite
R) GLOR-IAEXERC-ITVS.
Deux guerriers face à face ; au milieu enseigne une....../TRP
contre mur est-ouest
RICVII, p. 223, n° 592-593.

21421. AE 4
1,20 g ; 6 ; 14/16 mm
Frappe : 335 - 337 ap. J.-C.
D) Buste diadémé à droite.
R) GLOR (IA EXERCI) TVS.
Deux guerriers face à face ; au milieu une enseigne
us 123.

21522. AE 4
2,14 g ; 6 ; 16 mm
Frappe : Lyon 331 ap. J.-C.
D) CONSTAN/TINOPOLIS
Buste casqué et lauré à gauche, haste sur l’épaule gauche
R) Victoire à gauche sur une proue, tenant un sceptre et un bouclier ...../PLG
Bastien, p. 177, n° 222 ;
RIC VII, p. 138, n° 256
us 120.

21623. AE 4
CONSTANCE II, CONSTANT
1,38 g ; 12 ; 14 mm
Frappe : 341 - 346 ap. J.-C.
D) Buste lauré à droite
R) Type VICTORIAE DD AVGG Q NN
Deux victoires se faisant face, tenant chacune une couronne et une palme
us 117.

21724. AE 4
CONSTANCE II
1,63 g ; 6 ; 17 mm
Frappe : 355 - 361 ap. J.-C..
D)................... IVS PF AVG.
Buste à droite diadémé, drapé et cuirassé
R) Type SPES REIPVBLICE
Personnage debout
us 118.

21825. AE 3
VALENS
3 g ; 6 ; 17 mm
Frappe : Lyon 365 - 376 ap. J.-C..
D) DN VALEN/S PF AVG
Buste diadémé à droite.
R) SECVRITAS/REIPVBLICAE
Victoire à gauche tenant une couronne et une palme................/(?)LVG(?)
us 118.

21926. AE 3
3,15 g ; 17 mm
Frappe : après 310 ap. J.-C.
D) Buste lauré à droite
Illisible
us 123.

22027. AE 4
0,93 g ; 6 ; 15 mm
Frappe : 2e moitié IVe ap. J.-C.
D) Tête diadémée à droite
R) Personnage debout.

MONNAIES ANTIQUES ILLISIBLES

22128. Petit bronze
1,68 g ; 17 mm
décapage cave sud.

22229. Idem
0,95 g ; 16 mm
us 192.

22330. Idem
0,55 g ; 13 mm
us 173.

22431. Idem
fragment de monnaie
0,83 g
us 195.

22532. Idem
1,24 g ; 15 mm
us 195.

22633. Idem
1,05 g ; 18 mm
us 128.

22734. Idem
1,50 g ; diam. : 19 mm
us 123.

22835. Idem ;
fragment de monnaie
0,22 g ; 14 mm
us 118.

LE TRÉSOR

22936. IMITATION D’ANTONINIANUS
1,83 g ; 12 ; 1,83 g
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout à gauche.

23037. Idem
1,82 g ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

23138. Idem
1,41 g ; 6 ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout à gauche tenant un sceptre de la main gauche.

23239. Idem
0,40 g ; 13/15 mm
Idem
Illisible.

23340. Idem
0,30 g ; 14 mm
Idem
Illisible.

23441. Idem ;
1,08 g ; 15 mm
Idem.

23542. Idem ;
1,81 g ; 16 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

23643. Idem ;
0,81 g ; 14 mm
Idem.
Illisible.

23744. Idem
0,69 g ; 11 ; 14 mm
Idem
D) IMP................
R) Personnage debout.

23845. Idem
1,85 g ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

23946. Idem
0,79 g ; 13 mm
Idem.

24047. Idem
0,28 g ; 13 mm
Idem.
Illisible.

24148. Idem
0,73 g ; 13 mm
Idem.

24249. Idem
0,51 g ; 15 mm
Idem.

24350. Idem
1,69 g ; 17 mm
Idem.

24451. Idem
0,40 g ; 15 mm
Idem.

24552. Idem
0,26 g ; 14 mm
Idem.

24653. Idem
1,03 g ; 6 ; 12 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout tenant un sceptre (fortement stylisé).

24754. Idem
2,53 g ; 15 mm
Idem.
D) Illisible
R) Personnage debout.

24855. Idem
2,17 g ; 9 ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout (style frustre).

24956. Idem
0,95 g ; 13/17 mm
Idem
Illisible.

25057. Idem
0,55 g ; 16 mm
Idem
Illisible.

25158. Idem
0,58 g ; 13 mm
Idem
D) Tête radiée à droite.
R) Illisible.

25259. Idem
0,60 g ; 14 mm
Idem
Illisible.

25360. Idem
0,45 g ; 14 mm
Idem.

25461. Idem
0,46 g ; 14 mm
Idem.

25562. Idem
0,74 g ; 14 mm
Idem.

25663. Idem
0,91 g ; 15 mm
Idem.
D) Illisible
R)................ VG
Personnage debout tenant une fleur de la main droite et un sceptre.

25764. Idem
1,48 g ; 13 mm
Idem
Illisible.

25865. ANTONINIANUS
3,55 g ; 18 mm
Frappe : 2e moitié du IIIe siècle ap. J.-C.
D) Buste radié et drapé à droite
R) Illisible.

25966. IMITATION D’ANTONINIANUS
0,41 g ; 14 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

26067. Idem
1,32 g ; 7 ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout à gauche, tenant un sceptre.

26168. Idem
0,72 g ; 14 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

26269. Idem
0,74 g ; 14/16 mm
Idem
Illisible.

26370. Idem
0,55 g ; 6 ; 14 mm
Idem
D)……….
CI………….
R) Personnage debout à gauche tenant un sceptre (style frustre).

26471. Idem
0,37 g ; 14 mm
Idem
Illisible.

26572. Idem
0,44 g ; 14 mm
Idem.

26673. Idem
1,04 g ; 14 mm
Idem.

26774. Idem
0,52 g ; 6 ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout stylisé.

26875. Idem
1,86 g ; 14/16 mm
Idem
D) Illisible
R) Personnage debout.

26976. Idem
1,46 g ; 16/18 mm
Idem
D) tête radiée à droite
R) Illisible.

27077. Idem
0,28 g ; 15 mm
Idem
Illisible.

27178. Idem
0,75 g ; 6 ; 17 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R)……… SAL (SALVS ?)
Personnage debout.

27279. Idem
0,93 g ; 2 ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite. (tête stylisée, les lettres sont informes)
R) Personnage debout (stylisé, lettres informes).

27380. Idem
0,35 g ; 15 mm
Idem
D)…………
VS
Tête radiée à droite.
R) Illisible.

27481. Idem
Fragment ; 0,30 g ; 14 mm
Idem
Illisible.

27582. Idem
0,82 g ; 14 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

27683. Idem
0,34 g ; 14 mm
Idem
Illisible.

27784. Idem
1,98 g ; 19 mm
Idem
Illisible.

27885. Idem
0,79 g ; 15 mm
Idem.

27986. Idem
1,82 g ; 12 ; 14/17 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout à gauche levant le bras droit.

28087. Idem
0,89 g ; 12 mm
Idem
Illisible.

28188. Idem
1,81 g ; 11 ; 17 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R)………… NVG…………. (Légende incohérente)
Personnage à gauche stylisé.

28289. Idem
0,98 g ; 15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

28390. Idem
0,45 g ; 14 mm
Idem
Illisible.

28491. Idem
0,94 g ; 15 mm
Idem.

28592. Idem
1,51 g ; 17 mm
Idem.

28693. Idem
0,57 g ; 14/15 mm
Idem.

28794. Idem
0,61 g ; 15 mm
Idem.

28895. Idem
0,36 g ; 13/16 mm
Idem.

28996. Idem
0,31 g ; 14 mm
Idem.

29097. Idem
1,09 g ; 13/16 mm
Idem
D) Illisible
R) Personnage debout.

29198. Idem
0,80 g ; 15 mm
Idem
Illisible.

29299. Idem
0,75 g ; 14 mm
Idem.

293100. Idem
1,98 g ; 18/20 mm
Idem.

294101. Idem
0,98 g ; 14 mm
Idem.

295102. Idem
1,60 g ; 14/15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

296103. Idem
0,65 g ; 6 ; 14/15 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Personnage debout tenant un sceptre.

297104. Idem
0,49 g ; 15 mm
Idem
Illisible.

298105. Idem
0,91 g ; 14 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

299106. Idem
1,71 g ; 13 mm
Idem
Illisible.

300107. Idem
0,74 g ; 13 mm
Idem.

301108. Idem
0,48 g ; 13 mm
Idem
D) Tête radiée à droite
R) Illisible.

302109. Idem
1,26 g ; 14 mm
Idem.

303110. ANTONINIANUS
2,33 g ; 12 ; 19/20 mm
Frappe : 2e moitié IIIe siècle ap. J.-C.
D) Buste à droite
R) Personnage debout à gauche.

304111. ANTONINIANUS
1,74 g ; 16/19 mm
Frappe : 2e moitié IIIe siècle ap. J.-C.
Illisible.

305112. ANTONINIANUS
1,94 g ; 18 mm
Frappe : 2e moitié IIIe siècle ap J.-C
Illisible.

306113. ANTONINIANUS
4,96 g ; 19 mm ; (très fortes concrétions)
Frappe : 2e moitié IIIe siècle ap. J.-C.
D) Illisible
R) Personnage debout à gauche.

307114. ANTONINIANUS
CLAUDE II
2,17 g ; 10 ; 16/19 mm
Frappe : 268-270 ap J.-C.
D) IMP CLAVDI……………….
R)…………… IA AVG
Personnage debout à gauche.

308115. IMITATION D’ANTONINIANUS
CLAUDE II
0,79 g ; 14 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite. (très mauvaise facture)
R) Autel.

309116. IMITATION D’ANTONINIANUS
CLAUDE II
1,19 g ; 14 mm ;
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D)…….. DIVS AVG
Tête radiée à droite
R) Illisible.

310117. IMITIATION D’ANTONINIANUS
CLAUDE II
1,09 g ; 12 ; 15 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) DIVO………………
Tête radiée à droite
R)…………. CRATIO, (monnaie posthume)
Autel
type RIC V/1, p. 233, n° 261.

311118. IMITATION D’ANTONINIANUS
TETRICVS
0,49 g ; 8 ; 15 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D)…………….. TETRIVS PF……..
Tête radiée à droite
R)……………. AVG
Personnage féminin debout à gauche, tenant un sceptre de la main gauche.

312119. IMITATION D’ANTONINIANUS
TETRICUS
1,72 g ; 7 ; 16 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D)………. ETRICVS…………..
Tête radiée à droite
R) Personnage debout à gauche tenant une palme (légende illisible et incohérente).

313120. ANTONINIANUS
TETRICUS
1,44 g ; 7 ; 17 mm
Frappé : 270 - 273 ap. J.-C.
D)…………. C TETRI………….
Tête radiée à droite
R) Personnage debout.

314121. IMITATION D’ANTONINIANUS
TETRICUS
1,03 g ; 14 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D)………………. CTET……………..
Tête radiée à droite (style frustre)
R) Personnage debout à gauche tenant une fleur.

315122. IMITATION D’ANTONINIANUS
TETRICUS ?
0,89 g ; 16 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D)………….. T……………
Tête radiée à droite
R)…….. CIX T…………..(légende incohérente)
Personnage debout à gauche.

316123. IMITATION D’ANTONINIANUS
TETRICUS ?
2,15 g ; 12 ; 18 mm
Frappe : après 270 ap. J.-C.
D) Tête radiée à droite
R) SPES……………..
« SPES » debout à gauche, tenant une fleur.

317Le trésor comprenait également 49 monnaies fortement oxydées ; leur état ne permettait pas une restauration. Au moment du premier nettoyage, 6 monnaies ont été détruites.

MONNAIES MÉDIÉVALES ET MODERNES

318124. OBOLE
ARCHEVEQUES DE LYON ;
0,62 g ; 17 mm
LYON XIIIe siècle
D) PRIMA SEDES. Dans le champ L barré formant une croix latine ; accosté d’un croissant seul
+ GALLIARV. Croix cantonnée d’un soleil au 1er
us 007
Poey d’Avant n° 5047, pl. CXIII n° 21.

319125. MONNAIE DE BILLON
0,66 g ; 18 mm
Frappe : France XVe siècle
D) illisible
R) Croix cantonnée d’une couronnelle et de deux Lis
Hors-stratigraphie.

320126. DENIER CORONAT
CHARLES VIII
0,29 g ; 13 mm
Frappe : Marseille 1483-1498 (datation PH. Ganne 1491).
D) KA (à l’exergue petit écusson)
K oncial surmonté d’une couronne
R) (+ CIVITAS) MASSILIE
Croix cantonnée de deux lis et de deux K
Variante Duplessy, vol. I, p. 275, n° 612
Revue numismatique 2004, vol. 160, p. 305, n° 319.

321127. PIECE DE 30 DENIERS ;
LOUIS XIV
1,96 g ; 23 mm ;
Frappe : Lyon 1711
Remplissage escalier de la salle des « sonneurs de trompe »
Duplessy vol II, p. 288, n° 1584.

Notes

180 Les autres ensembles, parfois à l’unité, ont été utilisés pour étayer la chronologie du site et la stratigraphie.

181 Par ailleurs, la pâte de ces récipients ne résisterait pas aux chocs thermiques qui résulteraient d’une utilisation directe sur un foyer.

182 Les points de comparaison sont presque tous issus de lots inédits provenant de fouilles archéologiques préventives comme à Lyon, Parc Saint-Georges, rue du Docteur-Horand ou Vénissieux.

183 Identification confirmée par Lucy Vallauri (CNRS, LAMM, Aix-en-Provence) que je tiens à remercier.

184 Cette datation est de plus confortée par la présence de numéraire de Charles VIII (1483-1496).

185 Cécile Mourer-Chauviré (UFR des Sciences de la Terre de l’université Claude-Bernard-Lyon I) ; Gaël Piquès (CNRS). Je tiens à les remercier tous deux pour leur accueil.

Table des illustrations

Légende Fig. 169 - Cruche à bec verseur dit « ponté ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Planche I - Céramique médiévale. Fin XIIIe-XIVe siècles.1 à 5 : Céramique rouge glaçurée.6 : Céramique commune grise.7 : Céramique commune rouge.8 : Céramique rouge glaçurée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Planche II - Céramique médiévale. Remblais XIVe siècle.1 à 5 : Céramique rouge glaçurée.6 à 22 : Céramique commune grise.23 à 25 : Faïence.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Planche III - Céramique médiévale. Fin XVe siècle.1 à 3 : Céramique rouge glaçurée.4 : Céramique commune grise.7 : Céramique commune rouge.8 : Céramique « Rose-Bleu ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau 1 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’ensemble pré-colonial.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Planche IV.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Tableau 2 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’ensemble du Ier siècle ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Planche V.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tableau 3 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’état III.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Planche VI.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Tableau 4 - Répartition des différentes familles de céramiques au sein de l’état IV.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Planche VII.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Planche VIII.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Tableau 5 - Répartition des restes de faune antique par espèce et par unité stratigraphique (us) en nombre de restes (NR).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 170 - Évolution de la taille des phalanges 1 de Bos Taurus du premier Âge du Fer (Argant 1996) au IVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 171 - Sus domesticus. IVe siècle. Courbe d’âge d’abattage, établie d’après les stades d’éruption dentaire (21 individus).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 172 - État du squelette du chien de l’us 165 (avec stade de combustion).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 173 - Évolution des proportions au sein de la triade BCP à Lyon au Bas-Empire, d’après les données de différents sites (tableau 6).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tableau 6 - Lyon. Répartition des restes osseux au sein de la triade BCP sur différents sites lyonnais du Bas-Empire. NR3 : nombre de restes de la triade, Célestins. T = théâtre, Célestins, P = place (Forest in Arlaud et alii, 2000).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Tableau 7 - Répartition des restes de faune par espèce dans les conduits de l’hypocauste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 174 - Traces de dents sur deux os de canards colverts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Tableau 8 - Utilisation des conduits de l’hypocauste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 175 - Copeaux de bois de cerfs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 176 - Fragments de bois sciés.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 9 - Répartition des restes de faune par espèce dans l’atelier de tabletterie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tableau 10 - Répartition des restes osseux au sein de la triade BCP pour les couches du VIIe siècle (NR3 : Nombre total de restes de la triade domestique).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 177 - Éléments de squelettes de rats noirs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tableau 11 - Lynx. Données ostéométriques de la mandibule de l’us 31 et comparaison avec le Lynx de Serrière-de-Briord (Ballesio et alii 1991 : 252 tab. 4) (données en milimètres).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Planche IX.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 178 - Bol hémisphérique à bord droit et décor géométrique incisé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 179 - Bol hémisphérique à bord rentrant et décor incisé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Planche X.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Planche XI.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 180 - Gobelet à décor gravé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 181 - Gobelet à décor gravé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 182 - Fond d’un gobelet à décor gravé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 183 - Gobelet à décor rapporté.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Planche XII.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 184 - Goulot de flacon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Marbre blanc à cristaux fins. H : 33 cm ; larg : 42,5 cm.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Marbre blanc. H : 7,5 cm ; larg : 8,5 cm.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Marbre blanc à cristaux moyens.A. : h : 57 cm ; larg : 38 cm.B. : h : 21,5 cm ; larg : 16,5 cm.C. : h : 16,5 cm ; larg : 15,5 cm.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Marbre blanc à cristaux fins. H : 18,5 cm ; larg : 10,2 cm ; ép : 7 cm.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Marbre blanc. H : 22,5 cm larg : 25 cm.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2630/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Freemium

Offert par