Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 6. La parcelle du XVIIe au XIXe siècle

Texte intégral

1À partir de 1545, l’îlot est donc divisé entre deux propriétaires ; les parcelles, occupées précédemment par les Gondi et par les Gadagne, continuent d’être traversantes, c’est-à-dire que chaque parcelle, l’une au nord, l’autre au sud, se développe depuis la cour d’honneur jusqu’à la montée Saint-Barthélemy. Les transformations qui suivirent touchent de façon différente et inégale les deux secteurs. Au XVIIe siècle, c’est sans conteste la parcelle sud qui subit les plus profonds bouleversements.

LES TRANSFORMATIONS DE LA PARCELLE DES GONDI

  • 96 AML. - CC 46, f ° 91v °.
  • 97 Tricou 1971, vo. IV, p. 153 : Claude Camus, seigneur d’Arginy, époux Anne Grolier, décédé en 1588, (...)

2En 1586, la maison est reconnue par le « général Camus », dont la famille était, par ailleurs, propriétaire des parcelles qui ouvrent sur la rue Saint-Jean, de part et d’autre de la rue de la Fronde96 (fig. 124). Il s’agit de Claude Camus, général des finances à Lyon97. En dépit de recherches dans certains actes des notaires signalés par Jean Tricou, pour cette famille, il n’a pas été possible de retrouver l’acte de vente de la maison à Claude Camus et sa date exacte reste inconnue.

Fig. 124 - Schéma des parcelles 1537-1551 (2d) et 1581-1632 (3a).

  • 98 Et en secondes (ou ?) noces de Maurice du Peyrat.
  • 99 ADR. - EP 7, 12 février 1618, Glathoud notaire.

3Le 12 février 1618, le tènement est cédé par Anne Grollier, veuve de Claude Camus98 (décédé avant 1588) au nom d’Antoine et Gaspard Camus, ses fils99. Elle est acquise par Guillaume de Balmes, locataire d’une des maisons à la date de la vente.

4La propriété comporte « deux maisons contiguës, sise l’une au bas du Garillan et l’autre en haut dud. Garillan », consistant en :

  • La maison basse : deux corps de logis, composés de plusieurs membres, caves, magasins, salles, chambres, greniers, écuries et autres, une grande cour entre les deux et un jardin au-dessus, « ayant deux issus et sorties, l’une du côté du Garillan, et l’autre du côté du Change par une grande cour où il y a un puits au milieu, ladite cour et le puits communs entre les maisons de Geneviève da Jacetto [sic] [10/12 rue Gadagne] » ; on peut identifier ces bâtiments qui occupent le bas de parcelle.

  • La maison haute composée en deux corps de logis, « en plusieurs membres comme cave, court, escuyrie, salles, chambres, greniers et jardins ». Cette description concerne la maison de Belregard.

5Il est bien précisé que ces quatre corps de « maisons et jardins [sont] joignants ensamble » et que l’ensemble est confiné par la rue du Garillan de haut en bas, excepté une maison appartenant au sieur Thobie (successeur de Cappon, 2 rue du Garillan), maître peintre de cette ville. Entre les deux secteurs bâtis se situe un jardin auquel on accède par le sud, du côté du Garillan. Tout ou partie des immeubles est occupé par des locataires dont la vendeuse percevra les loyers jusqu’au 24 juin 1618. Anne Grolier demeurait, quant à elle, dans sa maison du Plat, située à Bellecour.

  • 100 ibid., 7 mars 1618.

6La ratification de la vente, le 7 mars 1618100, précise que Guillaume de Balmes a effectué des réparations aux bâtiments dont il est locataire. Mais quelle maison louait-il et où peut-on situer les travaux réalisés avant cette date ? Dans la maison de Belregard ou dans celles situées au pied du Garillan ? Difficile de trancher, faute d’indice sur la localisation de ces travaux. Quoi qu’il en soit, Guillaume de Balmes poursuivit l’embellissement de sa nouvelle propriété, en édifiant un bâtiment neuf à l’angle sud des montées Saint-Barthélemy et du Garillan (fig. 125). Le 13 septembre 1618, les conseillers de la ville ont en effet permis

  • 101 AML. - DD 44 f ° 49v °, 13 septembre 1618.

« à noble Guillaume de Balmes […] de faire bastir sur les murailles et fondations qui sont à présent faictes qui servent de closture d’une court de sa maison qui est à la fin de la montée du Garilhan […] Plus luy a esté permis à l’endroict de la muraille servant de parapet en la rue Saint-Barthélémy faisant la fin de lad. montée dud. Garilhan faire acoursir et retrancher lad. muraille faire poser pierre de taille et boutterons en icelle muraille faire acrester au-dessus, le tout appellé lesd. voyer et mes jurés massons et charpentiers101 ».

Fig. 125 - Restitution des bâtiments de la 1ère moitié du XVIIe siècle.

  • 102 Appelé aussi Philibert, selon les textes.
  • 103 ADR. - EP 7, 7 avril 1648.
  • 104 ADR. - 3 E 7119.

7La propriété est transmise (après 1626) à Guillaume de Balmes, fils et héritier universel de Guillaume de Balmes (père). Lequel décède à son tour avant 1648, après avoir institué pour héritier, son frère Philippe102. Ce dernier, pour régler la succession de son père et celle de son frère, cède à sa sœur Françoise (épouse d’Annibal de Galle) « une maison size en cette ville rue du Garillan, proche le couvent des Récolets103 » ; maison qu’on peut raisonnablement identifier avec celle de Beauregard ou des Gondi. Philippe de Balmes conserve la propriété du 14 rue Gadagne, même si on ignore s’il y résidait (il demeure à Paris en 1654104).

8La partition du grand tènement est définitivement consacrée à compter de cette date et les communications qui existaient entre les maisons basses et la grande maison de Belregard sont alors condamnées. Un jardin occupe dès cette époque l’espace laissé libre à l’arrière des bâtiments.

PERCEMENT DE LA NOUVELLE RUE GADAGNE

  • 105 AML. - DD 357, pièce 6, 16 février 1650 et DD 97, f ° 292-294 : « … touchant l’incommodité que rece (...)
  • 106 AML. - DD 97, f ° 294, l’exécution d’un plan n’était pas exceptionnelle, mais ces documents ont la (...)

9Pour répondre à la demande pressante de « plusieurs personnes de condition et notables bourgeois et habitans de lad. ville » sur les difficultés de circulation dans le quartier du Change, les conseillers de la ville décidaient, le 7 décembre 1649, de prolonger la rue Gadagne jusqu’à la rue du Bœuf, qui aboutissait alors au Garillan105. L’opération nécessitait la démolition d’une partie des immeubles du 14 rue Gadagne et celle de la propriété mitoyenne, qui appartenait au « président de Sève ». La Ville se porta donc acquéreur des parties à « convertir en place publique », telles qu’elles sont portées sur le plan joint au dossier106 (fig. 126). Le montant de la vente fut fixé à 9.000 £, à charge pour Ph. de Balmes de « faire tous les décombrements et démolitions » tant de sa partie de maison que de celle mitoyenne, acquise par la Ville à de Sève. L’acte prévoit en outre les modalités et les conditions du chantier :

  • Les matériaux provenant de la démolition de sa maison et de celle de Sève lui sont acquis.

  • Les étampages seront faits à frais communs avec Seguin.

  • De Balmes fera paver la nouvelle rue jusqu’à son milieu ou ruisseau ; « bien entendu qu’il lui sera loisible de faire poser des arcades, crochets et larmiers de pierre de taille aud. devant de sa maison et prendre tels jours sur lad. rue qu’il désirera ».

  • Les coins et « enchans » (angles) de la muraille qu’il fera rebâtir en sa maison, l’un au sud, l’autre au nord, seront faits « en demi-ronds de 10 pieds de hauteur [3,42m] », en retrait d’un pied (0,342 m) dans la muraille ; cette prescription fut suivie à la lettre : les blocs en calcaire à gryphées jouent toujours aujourd’hui ce rôle protecteur, les angles des bâtiments ayant un encombrement minimum sur la rue.

  • Enfin, Philippe de Balmes recevra de la ville la somme de 4.250 livres, pour les frais liés à la démolition, à la reconstruction et au pavement.

Fig. 126 - Plan du percement de la rue Gadagne.

  • 107 AML. - DD 357, pièce 9.
  • 108 AML. - DD 357, pièce 6.

10Le 2 juin 1650, les travaux étaient achevés107. La façade orientale était reconstruite « en biais » (fig. 127), donnant aux pièces Y et Z le dessin qu’elles ont conservé jusqu’à nos jours. Les réduits triangulaires proviennent du don – généreux ! – que les échevins ont fait à de Balmes, du « reste de la place tirant en triangle de son côté, de la maison acquise dud. sieur Président Sève108 ».

Fig. 127 - Façade reconstruite au XVIIe siècle.

VENTE DE LA PARCELLE À ANDRÉ FALCONNET

11Le 7 août 1654, Philippe de Balmes vend sa propriété à André Falconnet, sieur de Saint-Gervais, docteur en médecine et échevin de la Ville de Lyon. L’acte de vente décrit une

« maison située au pied du Garillan, consistant en deux corps de logis, caves eau-dessoubs, une cour au millieu, le puys en icelle, et une boutique du costé de la rue Gadaigne… une escuyrie sur le dernier de lad. maison et fenière au-dessus de lad. escuyrie, ayant lad. escuyrie son entrée par lad. rue du Garillan et un jardin au dernier desdictz corps de maison et escuyrie ».

12La vente est réalisée pour une somme de 30.000 livres.

  • 109 ADR. - 3 E 7121, carnet de Plassier Jean, notaire.

13Cette vente marque le début d’une nouvelle vie pour les immeubles situés au n ° 14 de la rue Gadagne. Rapidement, André Falconnet entreprend des transformations très importantes dans sa résidence. La description des travaux est très précisément indiquée dans le prix-fait passé auprès du maître maçon Mareschal le 12 mars 1655109.

  • 110 AML. - DD 45, f ° 188.

14À partir du 22 avril 1655, les travaux envisagés engendrent plusieurs textes : une ordonnance de voirie accordée par les conseillers de la ville, mais surtout une série de marchés à prix-fait passés avec des artisans : tailleur de pierre, maçon et charpentier. Tous ces actes sont conclus dans l’étude de maître Jean Plassier, notaire à Lyon, dont les archives révèlent une importante lacune pour les années 1656-1661. Il est possible que le chantier se soit poursuivi au cours de cette période ; peut-être le prix-fait pour la réalisation du plafond peint du secteur R faisait-il partie des registres perdus. Pour l’essentiel, ces textes concernent la maison édifiée au-dessus de la galerie sud (R) et la réfection de la salle L (écurie). En même temps, André Falconnet obtenait l’autorisation de la Ville pour faire rehausser « le devant » de sa maison sise « et faisant face sur la montée du Garillan »110. Il s’adresse ensuite à plusieurs artisans pour définir avec eux les travaux à exécuter, c’est-à-dire :

  • Créer un étage de six chambres avec les greniers au-dessus ; un acte postérieur permet de supposer qu’il s’agit du troisième étage de la maison.

  • Voûter une écurie et y édifier deux chambres et une fenière par-dessus (comprises dans les six).

15Les énoncés des trois marchés sont présentés, par corps de métiers, ci-dessous.

  • 111 ADR. - 3 E 7121, f ° 446 (le prix des œuvres est détaillé à la fin du document).

12 mars 1655
Prix-fait (devis) de maçonnerie, entre André Falconnet et Jacques Mareschal, maître maçon de Lyon111.
Pour la réalisation, dans la maisons du Garillan, de l’œuvre de maçonnerie suivante : construire tous les murs et reprises nécessaires pour le rehaussement d’un étage, composé de : six chambres de plain-pied et les greniers au-dessus. Ce qui consiste en :
- voûter une écurie, la voûte sera supportée par un gros pilier de pierre grise et (construire ?) deux chambres au-dessus ; ces deux chambres sont comprises dans les six énoncées ;
- (construire ?) une fenière au-dessus des deux chambres ;
- les murs devront avoir 0,51 m d’épaisseur pour l’étage rehaussé, si les murailles anciennes le permettent ;
- les murs des greniers et fenières auront 0,42 m d’épaisseur ;
- poser et déposer les marches de l’escalier en vis et (construire ?) une tour au-dessus, si le sieur Falconnet le désire ;
- « replastrir » les vieux murs, si besoin est ;
- réaliser tous les « carronages et briquetages » nécessaires (carreaux et galandages ?). Les carreaux seront de « bons carreaux de Verdun » ;
- ôter et reposer les couvertures de tuiles des couverts ;
- démolir les marches aux endroits des vieux murs où il faudra poser des pierres de taille ;
- le maçon fera « tous les trous des gonds et les plombera », le plomb lui sera fourni par A. Falconnet ;
- il pourra utiliser les vieux matériaux de maçonnerie « récupérables » ;
- s’il est nécessaire de décaisser le sol de l’écurie, le maçon s’en chargera et fera porter « icelle terre dans la rivière ».

  • 112 ADR. - 3 E 7121, f ° 447v ° (les prix par toise et les modalités sont détaillés à la fin du documen (...)

12 mars 1655
Prix-fait de charpenterie, entre André Falconnet et Antoine Arbin, maître charpentier, pour la réalisation de tous les planchers neuf nécessaires pour le rehaussement112
- les planchers seront faits à la française, garnis chacun de deux sommiers entiers et de deux demi-sommiers ;
- les sommiers entiers auront 0,392 m de hauteur et de 0,28 à 0,30 m d’épaisseur ;
- les demi-sommiers auront la même hauteur et 0,14 m d’épaisseur ;
- au-dessus des sommiers seront posés les moulures et travons, à 0,112 m l’un de l’autre et les ais seront doublés ;
- les travons auront 0,112 m de hauteur et 0,08 m d’épaisseur.

  • 113 ADR. - 7119, f ° 562 (les prix par pièce et délais de livraison suivent). Les carrières de Theizé ( (...)

27 avril 1655
Prix-fait pour la pierre de taille, entre André Falconnet et deux tailleurs de pierre de « Thize »113
Pour la fourniture de toutes la pierre de taille des carrières de Thize.
Pour les « croisées, larmiers, portes et cheminées ».
Pour les constructions entreprises dans la maison du Garillan.
- les grand meneaux auront 4,5 pieds de hauteur = 1,539 m ;
- les petits (meneaux) auront 0,768 m de hauteur et de 0,68 m de jour ;
- les demi-croisées en proportion ;
- les larmiers de 1,368 m de hauteur et 0,68 m de jour ;
- les portes de 2,56 m de hauteur et de 0,85 de jour ;
- les cheminées selon les moules donnés aux maçons et entrepreneurs.
Les croisées et larmiers seront à bandeaux refendus, les pierres devront être taillées « bien et dûment » et « à vive arrête ».

CONSTRUCTION ET RECONSTRUCTION AUTOUR DE LA COUR BASSE

16André Falconnet prévoit donc de faire rehausser d’un étage les maisons qu’il vient d’acquérir. Ce chantier de construction prend une ampleur considérable : il nécessite en effet le démontage de certains murs afin de pouvoir ouvrir de nouvelles fenêtres, le démontage de la couverture et la dépose de la charpente. Les stigmates de cette entreprise sont visibles un peu partout dans ce secteur de l’îlot.

Les bâtiments sur la rue Gadagne (R, S, T, U, V)

17Nous possédons encore peu d’informations concernant l’évolution fine de ces bâtiments. Toutefois, la lecture de leur façade sur cour apporte quelques informations importantes (fig. 103 p. 105). Les bâtiments S et R sont aussi surélevés. La maçonnerie possède partout les mêmes caractéristiques avec l’emploi quasi exclusif de moellons des Monts-d’Or, des petits matériaux souvent fragmentés (briques ou tuiles) venant rétablir des horizons plans lorsque cela est nécessaire. Les murs de la galerie R s’appuient sur le mur de façade sur cour du bâtiment S ; cette observation permet d’affirmer que le chantier a débuté par le secteur sur rue. Par ailleurs, les corniches insérées sous les appuis de fenêtre du bâtiment S présentent un profil différent de celui employé pour les corniches de la galerie R et des maisons A-B-C ; autre argument en faveur de cette proposition. Il est probable que la surélévation du secteur S ait été entreprise, non par Falconnet, mais par son prédécesseur Philippe de Balmes. Rappelons en effet que le percement de la rue Gadagne a nécessité d’importants travaux sur les maisons qui bordaient la nouvelle rue.

18Alors que cet emplacement était jusqu’alors occupé par des boutiques, la reconstruction de la galerie R est, quant à elle, totalement liée à la surélévation du secteur A ; les chaînes verticales sont parfaitement intégrées à la construction neuve (27.1 et 27.9) (fig. 107 p. 107). Dans une des pièces, est réalisé un plafond qui a reçu un traitement particulièrement soigné, où dorure et polychromie apportent la touche de luxe tant appréciée des hommes du XVIIe siècle. Aujourd’hui très restauré, on le connaît surtout par les relevés très précis dont il fit l’objet au milieu du XIXe siècle (fig. 128). Les architectes de la Société académique d’architecture de Lyon entreprirent une œuvre de mémoire en recueillant les éléments qui caractérisaient le mieux les périodes anciennes, tant sur le plan de l’histoire que sur celui de l’art. C’est donc en 1851 que P. Martin releva ce plafond et qu’il en fit une description aujourd’hui très précieuse :

« Le corps du plafond est en charpente ou menuiserie ; c’est un lambris en planches jointives sur lequel sont clouées les moulures saillantes formant les compartiments… puis on a appliqué une peinture sur tout cela, après avoir couvert préalablement d’une toile toutes les grandes surfaces lisses afin de cacher les joints des lambris ; les toiles et la peinture ont presque entièrement disparu ; c’est à peine si l’on aperçoit quelques traces qui laissent deviner la couleur. Ainsi, les ornements en carton étaient or sur fond vermillon, les moulures en menuiserie étaient peintes en grisaille. Nous regrettons que l’état de ruine de ce plafond ne nous ait pas permis de reproduire par la lithochromie l’éclat éblouissant que devait produire son ornementation ».

Fig. 128 - Le plafond peint sous la famille Falconnet, concours d’architectes Léon Dulac, 1905.

  • 114 ADR. - 3 E 7119 - 12 avril 1655, f ° 550 (louage Falconnet/Michel) ; f ° 552 (Louage Falconnet/Mess (...)

19Les bâtiments sur rue étaient dévolus à la location. André Falconnet confirme les baux qui avaient été contractés avec le précédent propriétaire114.

20Le 12 avril 1655, à noble Jacques Michel, sieur de la Tour du Champs la location du bâtiment sur rue :

« … scavoir la chambre et bouticque au-dessoubz bastie à neuf sur la rue nouvellement faicte appellée de Gadaigne, comme aussy le bas ou magasin occupé par led. sieur Michel estant à la main gauche de l’entrée des degrez du corps de logis sur le dernier de lad. maison, le jardin en dépendant, la moytié de l’escuyrie, une des fenières et deux caves… »

21pour un loyer d’un montant de 1.200 £.

22Le même jour, il confirme une location à Pierre Meyssellier, maître tailleur :

« … loue et promect maintenir à Pierre Meyssellier, maistre tailleur d’habitz aud. Lyon, (…) assavoir une bouticque et chambre au-dessus dépendant de la maison dud. sieur Falconnet, par luy acquise du sieur de Balmes, scize aud. Lyon, quartier du Garillan, icelle bouticque et chambre estant sur la rue nouvellement faicte, appellée de Gadaigne… ».

23Falconnet annonce donc son intention de

« bâtir et rehausser quelques membres de sa dite maison… lesquels membres de maison bâtis et rehaussés à neuf ».

24Il se réserve la jouissance de la maison arrière, à savoir les pièces A, B, C et L et les jardins nouvellement aménagés. Les locataires n’obtiendront aucun dommage et intérêt pour la nuisance causée par les travaux et ils ne pourront prétendre occuper rien d’autre que ce qui est défini par le présent louage, à l’exception de l’autre moitié de l’écurie et « d’une fenière entière ».

Les secteurs A et B-C

25Dans le secteur A, la surélévation du mur de façade sur cour (27.18) est marquée par une ligne de briques et de tuiles permettant de rétablir l’horizontalité de la maçonnerie après le dérasement qu’elle dut subir. Le chaînage du mur de façade avec le mur pignon nord, reprise qui se fait assez bas, est alors constitué de pierres de taille de dimension plus modeste que celles employées dans la construction antérieure (épaisseur comprise entre 0,40 m et 0,20 m). L’ensemble des élévations du troisième niveau est repris : au nord, 28.12, au sud, 26.12 et 26.15, et à l’ouest, 25.11 témoignent de la reprise de la partie sud du mur sur toute la hauteur de la pièce et 25.17 rehausse la muraille au-dessus de l’arase qui supportait initialement la toiture (fig. 104 p. 105).

26Dans les secteurs B et C, d’importants bouleversements ont aussi lieu. Un étage est érigé et surmonté d’un grenier. Au nord, les constructeurs appuient cette surélévation contre le mur pignon de l’immeuble voisin (secteur D) (fig. 94 p. 93). Le mur pignon sud est rehaussé (23.12), le dérasement dont il a fait l’objet est là aussi marqué par une ligne de briques et de tuiles (fig. 87 p. 90). Les maisons A et B-C sont toujours liées par l’escalier 24, or ce dernier devenu trop petit doit être rehaussé. L’ensemble correspondant à cette construction s’insère dans le volume primitif, les marches sont toutefois plus étroites et la pente de l’escalier plus raide. On observe un phasage dans le chantier puisque les parois de l’escalier sont systématiquement érigées avant les surélévations des murs pignons (23-B et 28-A). Des portes assurent l’accès vers les salles nouvellement créées : la porte conduisant au niveau B2 est élargie (23.4), la distribution vers les secteurs L3 et B3 se fait à partir d’un unique palier (fig. 129).

Fig. 129 - Le palier commun entre les pièces L3 et B3.

27Toutes les fenêtres installées lors de ce chantier présentent les mêmes caractéristiques : meneaux et traverses sont composés de pierre de taille dont les arêtes sont laissées vives, sans moulure, et tous les arcs de décharge aménagés au-dessus des linteaux sont composés par deux pierres des Monts-d’Or disposées en bâtières. Enfin, elles présentent parfois des dimensions supérieures aux fenêtres à croisées antérieures (notamment 27.7).

L’AMÉNAGEMENT D’UN BÂTIMENT ARRIÈRE (secteur L)

  • 115 Une porte est percée dans la partie inférieure du mur 36, sans doute au XIXe siècle.

28À l’ouest du secteur A, André Falconnet fait ériger le mur 35 à 1 m de distance à l’arrière du mur 25. Rappelons que la partie inférieure de cette maçonnerie prend appui sur l’ancienne façade du XVe siècle, intégrée au XVIe siècle dans la construction de la maison A. Une étroite surface (A1 bis) est ainsi conquise sur la montée Garillan, au-devant de l’ancienne écurie des De Balmes (L2). La jonction avec la façade sud est assurée par un arc de décharge (26.2), qui assure une meilleure répartition des poussées des terres (fig. 106 p. 107). Ce mur constitue aussi le soubassement d’une grande voûte rampante qui sert à contrebuter le réaménagement de l’écurie. Le mur 36115 assure, par ailleurs, les reprises de charge de cette grande voûte. Ce dispositif complexe permet à la fois de contrebuter les poussées des terres contenues à l’ouest, et de conforter l’élévation du mur 37 établi sur la façade de cet ancien bâtiment utilitaire. Cet ensemble de murs entre dans la construction commandée par André Falconnet :

  • 116 AML. - DD 45, f ° 188 - 22 avril 1655 (Pointet, vol. 25 : 7102).

« … a esté permis à Me André Falconnet (…) de faire rehaulcer le devant d’une sienne maison de telle haulteur que bon luy semblera scize et faisant face sur la montée du Gailllan, comme aussy luy a esté permis de faire clorre un enfoncement entre sad. maison et les écuiries despendans d’icelle à costé de lad. montée ou plusieurs personnes jettent quantité d’immondices ce qui apporte beaucoup d’incommodité au publique passant aud. endroit pour sur icelle closture faire eslever un cabinet de telle hauteur que la chose le requiert, dont a esté fait le présent acte »116.

29La conception de cette nouvelle maison intègre l’escalier primitif, en partie conservé dans la maçonnerie ouest de l’escalier 24 et retrouvé lors des travaux de construction du mur 35. Au rez-de-chaussée, une porte est percée dans son parement ouest afin de donner accès à l’ancienne écurie, transformée en cave.

30Consécutivement à la construction du mur occidental (35) de la maison A, l’espace au rez-de-chaussée (A1 bis) est réservé comme axe de circulation à usage domestique. Aussi réaménage-t-on la partie visible depuis le premier étage (A2) : une porte avec piédroits en quart de rond et linteau droit (éléments de remploi) s’inscrit dans un parement maçonné en briques. Elle offre un accès à un petit escalier étroit sinuant jusqu’à dans l’espace A1 bis. Ainsi depuis la pièce A2 pouvait-on rejoindre soit la grande cave (L2) soit ce réduit souterrain (A1 bis). On inséra dans la maçonnerie du noyau du petit escalier, un conduit d’évacuation des eaux usées, restauré au XIXe siècle (25.6). Dans les étages supérieurs, le décalage induit par la présence de cet escalier primitif est systématiquement utilisé. Chaque étage de ce réduit, accessible par une ou deux portes, joue un rôle strictement utilitaire : espace de rangement et intégration de latrines. Enfin, l’acte passé par André Falconnet confirme aussi que le haut de la parcelle n’est pas clos et qu’il existe un espace libre de toute construction, sans doute occupé par un jardin potager ou verger.

LA SALLE L2 DITE « DES SONNEURS DE TROMPES »

31La description inscrite dans l’acte de vente indique clairement qu’une écurie existait derrière le bâtiment A désigné comme le 2 rue du Garillan. L’emplacement occupé par cette écurie est aujourd’hui une pièce connue sous le nom de « salle des sonneurs de trompe ». Elle doit cette appellation à une activité dont elle fut le siège à la fin du XIXe siècle. Elle servait en effet de lieu d’assemblée pour des amateurs de chasse.

32De forme trapézoïdale, cette salle (L2) est voûtée d’arêtes qui reposent sur un pilier central composé de pierres granitiques. Cette pièce s’inscrit entre le mur ouest (18) du bâtiment B et le mur de terrasse 9. Pour la construction de cet espace, il a été nécessaire de creuser la cour qui se situait à l’arrière des bâtiments primitifs. À l’ouest, le mur 9 étant insuffisamment fondé pour fermer le quadrilatère, il a été doublé par l’adjonction d’un nouveau mur (42) qui a ainsi permis de retenir les terres dégagées lors du creusement ; l’arase supérieure de ce mur a été repérée sous le plancher de la pièce L3. L’aménagement des murs primitifs est le fait de la famille De Balmes qui avait créé, dans cet espace, une écurie. Lorsque André Falconnet fait ériger son nouveau corps de bâtiment, les bâtisseurs prennent appui sur les structures murales existantes ; ce sont donc ces contraintes spatiales qui ont induit la construction de voûtes d’arêtes en dévers, les constructeurs trouvant ainsi une réponse satisfaisante au tracé trapézoïdal de l’espace dévolu au projet.

33Primitivement, il n’y avait pas d’accès direct au nord vers la cour médiane. L’installation de la porte actuelle résulte de modifications intervenues lors des restaurations effectuées dans le musée ; l’appareil primitif a été détruit, les pierres de taille composant les montants de cette ouverture sont noyées dans un ciment qui caractérise parfaitement un aménagement contemporain. En outre, la porte permettant un accès direct à la montée du Garillan appartient à une transformation du XIXe siècle ; initialement, on accédait dans cette cave par le sud, par une porte percée à l’extrémité est du mur 37.

AMÉNAGEMENT DE L’ÉTAGE (L3)

34Comme pour la cave, l’étage prend appui sur les murs préexistants : à l’ouest, le mur de terrasse 9-44, à l’est le mur 18, au sud le mur 37 et au nord le mur 33.

  • 117 La base est reconnue jusqu’à 180,65 m. Elle présente un fruit important et un ressaut de fondation (...)
  • 118 Dix chantepleures ont été dénombrées, dont huit espacées de manière plus ou moins régulières alors (...)

35Se développant sur la parcelle du 14, le mur 9/44 est implanté selon un axe sensiblement identique à 2-9 ; son tracé n’est pas parfaitement rectiligne car il épouse les courbes du terrain naturel. Ce mur est ponctué d’un unique contrefort qui vient contrebuter les poussées d’un terrain particulièrement pentu à cet endroit (fig. 130). Ce mur est associé au mur 44 qui se développe selon une orientation identique, 1 m en arrière. L’espace ainsi délimité forme une sorte de passage. Ce dernier a été aménagé pour faciliter la circulation pédestre : un sol en carreaux de terre cuite recouvre une canalisation qui permet l’écoulement des eaux de pluie et d’infiltration. Les parties aériennes ont reçu un couvrement aménagé en un second temps : quelques arcs de décharge, régulièrement espacés, assurent le soutien d’un plancher installé lors de la surélévation des murs de terrasses primitifs et la création d’un étage supplémentaire du corps de bâtiment L, sans doute au XIXe siècle. Le parement occidental de 44 a pu être observé jusqu’à sa base117. L’irrégularité de la disposition des pierres prouve que ce parement a bien été construit pour contenir directement les terres en place. Plusieurs chantepleures sont aménagées118. Dans la partie haute du mur 9, une surélévation est bien visible (salle L2) qui correspond au rehaussement du bâtiment.

Fig. 130 - Le mur de terrasse avec contrefort dans la pièce L3.

36Accolé contre les murs 9 et 18, le mur 33 est particulièrement remanié puisqu’il est percé par des fenêtres aménagées au XXe siècle (1960). Au niveau du plancher, on remarque les traces d’un arc de décharge indiquant que les hauteurs de plafond et plancher ont été profondément remaniées et notamment que l’écurie possédait un niveau de plafond beaucoup plus élevé.

37La salle est occupée par une grande cheminée (fig. 131), qui entre dans la composition d’une cuisine, avec un foyer très ouvert comme on peut en rencontrer dans les cuisines médiévales. Elle est implantée au sud-ouest de la pièce, contre le mur de terrasse (9) et le mur 37 ; le piédroit nord est constitué d’une large maçonnerie. Cette cheminée est composée deux espaces distincts, l’âtre et un espace de travail auquel correspond, au sud, une grande plaque de calcaire à rebords qui ménage une surface parfaitement lisse. La limite de ces deux parties est marquée par un pilier qui reçoit, par l’intermédiaire d’un chapiteau à moulures plates, la retombée de deux arcs en anse de panier ; une cloison, aujourd’hui disparue, marquait une séparation entre les deux. Composés de claveaux trapézoïdaux en calcaire, ces arcs se terminent en plate-bande, surmontée d’un corps de moulures faisant office de corniche. La zone de foyer est couverte d’un manteau en briques, dans lequel deux ouvertures ont été ménagées.

Fig. 131 - La grande cheminée de la pièce L3.

38Le mur de terrasse (44) a été abattu dans sa partie sud, pour construire la tour d’escalier (45) à volée droite. Cet escalier permet de relier directement la montée du Garillan et le jardin clos, qui se développe au sommet de la parcelle, avec les bâtiments nouvellement construits. Cette construction est caractérisée par l’emploi systématique de pierres de taille en calcaire gris, roche en usage dans tous les ouvrages du XVIIe siècle. Trois poutres sur six sont en repercement et appartiennent à des réfections du XXe siècle. Une seule poutre semble vraiment en place et est liée à l’aménagement de la grande cheminée.

L’AMÉNAGEMENT DES JARDINS

39Implantés en baïonnette, trois murs de soutènement accusent un dénivelé de plus de 8 m et marquent la limite occidentale des parcelles 8, 10/12 et 14, occupées actuellement par trois jardins. Ces puissantes maçonneries entrent dans le cadre de la structuration des terrasses supérieures, qui s’échelonnent jusqu’à la montée Saint-Barthélemy, où se développait la demeure des Gondi-Pierrevive.

  • 119 Une grande césure horizontale révèle que le mur a subi une surélévation de près de 1 m, liée aux ré (...)

40Le mur 49 de la parcelle du 8 est de facture assez simple, il ne possède ni contrefort ni arcs de décharge, mais plusieurs assises de chantepleures régulièrement construites permettent un drainage des eaux. Au fond de la parcelle du 10/12, le mur de terrasse 48 est composé de trois espaces voûtés, ménagés au pied du mur ; au-dessus de chacun des piédroits, des chantepleures assurent l’écoulement des eaux d’infiltration (fig. 132). Le mur 47 construit en limite sud de la parcelle du 14 constitue une maçonnerie particulièrement puissante119, similaire à celui du 10/12 ; ici, les trois arcs de décharge constituent de véritables pièces, plus profondes et plus larges. C’est en avant de cette construction qu’un jardin a été reconnu par la fouille.

Fig. 132 - Le mur de terrasse M48 au 10/12.

  • 120 Aucun élément d’escalier n’a été découvert.

41Au XVIe siècle, les abords de la maison des Gondi sont ornés d’un jardin avec parterres et allées (fig. 133). L’hypertrophie de la représentation de cette résidence s’applique aussi aux jardins qui sont démesurément étendus. En fait ils occupent les terrasses supérieures, proches de la maison et ne s’étendent pas sur les terrasses inférieures, objet de notre recherche. À l’extrémité de l’élévation du mur de terrasse (47), une porte bouchée atteste la présence d’un ancien passage qui reliait ces jardins aux parcelles inférieures, l’altitude de ces dernières est donnée par le seuil de cette porte120. À cette époque, ce terrain devait présenter une pente assez forte, semi agricole (verger, haies…). Jusqu’au partage du tènement, ces espaces — jardins hauts et parcelles basses — faisaient partie d’un tout, et les propriétaires des lieux pouvaient rejoindre les bâtiments inférieurs dévolus aux négoces et à la location par l’intermédiaire d’un espace végétalisé qui offrait un accès direct vers la montée du Garillan, ainsi que l’indique le plan scénographique.

Fig. 133 - Jardin de Belregard, plan scénographique.

La création du jardin du 14 rue Gadagne

42La création de ce jardin est à mettre en relation avec l’acquisition de la propriété par André Falconnet (fig. 134). La construction du bâtiment L avec son escalier quadrangulaire offre alors un accès direct au jardin depuis l’intérieur des bâtiments. L’élaboration de ce dernier nécessite une phase de terrassement et de comblement pour aplanir le site, qui conserve toutefois une légère pente ouest-est. Après ces travaux d’aménagement, il convient d’apporter de la terre à jardin, prélevée dans un milieu ouvert possédant une couverture végétale assez basse.

Fig. 134 - Plans d’évolution du jardin de Gadagne.

43Le jardin est organisé en deux zones séparées par une palissade, ainsi que le suggère un petit fossé nord-sud implanté aux 2/3 du terrain. À l’est, la fouille n’a pas permis de recueillir de données suffisantes pour reconstituer l’organisation de cette zone. En revanche, à l’ouest, les données sont beaucoup plus fournies et permettent de proposer une restitution qui reste toutefois incomplète en ce qui concerne les confins sud et nord.

  • 121 Au vu de l’épaisseur des couches et des quelques fosses de plantation, il est probable que ces part (...)

44Le jardin présente un plan très simple formé de deux allées parallèles et d’une troisième perpendiculaire, axée sur la pièce centrale du mur de terrasse (47). Ces allées en terre battue déterminent des parterres bordés de haies et d’une ligne de pierres taillées121.

  • 122 Toutefois, au XIXe siècle, on relate la présence d’un sarcophage gallo-romain.

45Mais ce jardin ne se compose pas uniquement de la surface de terrain libre, le concepteur y a également inclus le mur de terrasse (47). En effet, ses grands arcs de soutènement sont convertis en véritables pièces reliées par d’étroits passages ménagés transversalement dans les murs de refend. Au cœur de la pièce centrale, une fontaine, dans laquelle débouche une canalisation voûtée, est aménagée. Cette fontaine est ornée d’un arc polychrome où alternent claveaux de calcaire noir et claveaux de calcaire jaune (fig. 135). Ses eaux se déversaient dans un réceptacle dont on ignore la forme et la matière122. Cependant, les fouilles ont permis de retrouver un petit canal souterrain permettant leur évacuation vers une citerne construite dans l’angle sud-est du jardin.

Fig. 135 - Fontaine installée contre le mur de terrasse des jardins.

46Cet aménagement est à mettre en relation avec un événement rapporté dans un texte du 28 juillet 1667. Des plaintes répétées des riverains de la montée du Garillan dénonçaient l’incommodité du chemin, notamment l’hiver :

« Les eaux qui s’éscoulent de la fontaine publique qui est au haut de ladite montée se glassans en temps d’hivert, rendent les advenues dud. Chemin fort incommodes et presque inaccessibles ».

47Les échevins se déplacèrent pour constater les désordres occasionnés et décidèrent d’accorder à André Falconnet le droit de capter à son profit le surplus des eaux de la fontaine :

« Permettre comme ilz font par ces présentes à noble André Falconnet… de prendre la descharge desd. eaux du grand réservoir estant en haut de lad. montée, ensemble de retirer lesd. eaux fluantes et superflues... ».

48La résolution de ce problème technique a contribué à renforcer la scénographie du jardin. Elle offre ainsi l’opportunité de transformer cette simple pièce voûtée en « grotte de fraîcheur », ornement encore très prisé au XVIIe siècle.

49Outre ces parterres, le jardin était orné de plantes en pots comme le laissent à penser les nombreux fragments de terre cuite recueillis en fouille, suivant une habitude bien attestée pour cette époque. Ces pots contenaient traditionnellement des espèces exotiques, objets de véritables collections à visée aussi bien ornementale que scientifique. L’existence d’une telle « collection » dans le jardin est indirectement attesté pour le XVIIe siècle par le testament de 1704.

À LA FIN DU XVIIe SIÈCLE… LA PARCELLE SUD

  • 123 ADR. - 3 E 6970, f ° 142.
  • 124 ADR. - 3 E 697, pièce 260.

50Par son testament daté du 14 avril 1691, André Falconnet lègue ses maisons du Garillan à son fils Noël ou à défaut à son petit-fils, Camille123. Le 13 août 1693, Noël Falconnet cède ses droits de propriété sur le Garillan à son fils Camille, à la faveur de la signature du contrat de mariage entre ce dernier et Anne-Marie Verdan124. Le tout à la réserve des appartements occupés par Catherine Quinson, épouse d’André Falconnet, de François Falconnet (fils aîné d’André) et de Noël lui-même, dont ils auront la jouissance leur vie durant.

  • 125 Il était aussi propriétaire de la Tour Deschamps, nommée aussi « Belle Allemande ».
  • 126 ADR. - BP 2051, ordonnance à la demande de dame Gray, veuve de François Falconnet.

51Le 27 novembre 1704, la Sénéchaussée ordonne l’inventaire après décès des effets mobiliers laissés par François Falconnet, chevalier de l’ordre de Saint-Maurice et Saint-Lazare125, frère d’André. Cet appartement se situe au troisième étage de la maison qui fait le coin entre Gadagne et le Garillan, certaines des chambres décrites prenant leur jour sur une petite cour qui dépend de la maison du 10-12 rue Gadagne ; le jardin fait par ailleurs partie des lieux inventoriés126.

52L’itinéraire des estimateurs les conduit à travers six pièces ou chambres principales ; il est difficile de suivre leur cheminement dans l’actuel bâtiment, compte tenu des suppressions de cloisons et de l’absence de repères géographiques précis. La description concerne un appartement situé au quatrième niveau et est composé des pièces A4, B4 et L4 de manière certaine, et peut-être des pièces R4 et C4. La liste des effets mobiliers est surtout centrée sur les bois de lit et la literie, les tables et les chaises, la batterie de cuisine, mais aussi des pièces de tapisserie, quelques vêtements, une bibliothèque et des pots d’oranger dans la serre du jardin.

  • 127 Ou bague ?
  • 128 Robert : ancienne arme d’hast, en usage aux XVe et XVIIIe siècles, munie d’un long fer triangulaire (...)

« Nous nous sommes transportés […] au domicille dud. deffunt, scitué en ceste ville au troisième estage d'une maison faisant le coin de la montée du Garillan […] et estant au-devant de deux portes servant de principalles entrées aux apartemens qu'ocupoit led. deffunt aud. troisième estage, […] nous sommes entrés dans une petite chambre ou vestibulle prenant ses jours sur lad. monté du Garillan, et […] a esté proceddé aud. invantaire comme suit, en présence de Camille Falconnet […] Premièrement dans lad. petite chambre ou vestibulle, s'est trouvé une petite table de bois noyer, garny d'un petit tapis de drap vert cloué (?), uzé
- une autre table aussy bois noyer avec deux guerridons même bois …
- neuf chezes à dossier de bois noyer, couverte de tapisserie à l'eguille vielle et à l' antique
[…]
- dans le boisage de lad. chambre, sont neuf tableaux non estimé pour estre dépendans de la maison et enchassés aud . boisage
— Dans une chambre à costé et prenant entrée par la susd. s'est trouvé deux fauteuils de bois noyer, couvert de tapisserie à l'eguille, deux autres petites chezez couvertes de tapisserie et trois autres même bois couvertes de Cadit
[…]
- dans des buffet [lecture très incertaine - trou de ver !] pratiqué dans le boisage […] ainsy que dans deux bouges127 à costé de lad. chambre ne s'est trouvé qu'une vielle pertuisanne128 […].
— Dans une autre petite chambre servant de cuisine prenant son entrée par la susd. par une gallerie, s'est trouvé une table pétrière, un banc, une grande cheze, deux petites à dossier avec un porte bassine, le tout boys noyer, usé […]
— Dans une petite chambre prenant son entrée par la susdite première et ses jours sur une cour dépendante de la maison de la dame Laguyolle […]
— Dans une autre chambre prenant aussy son entrée par le susd. vestibulle et ses jours sur la cour de la susd. maison s'est trouvé une petite table bois noyer […]
— Dans une petite chambre prenant son entrée par la susdicte s'est trouvé un bois de lict noyer son fond sapin, ciel toile palliasse canevas […]
— Dans un cabinet dud. deffunt ayant veue sur la cour de lad. maison, s'est trouvé une cheze noyer couverte de tapisserie vielle et usée […]
Et le même jour […] nous sommes transportez […] pour la continuation du sud. inventaire et y estans a esté proceddé […] et à l'instant estant allé au-devant de la porte du grenier dud. deffunt […] ouverture en a esté faicte, il ne s'y est trouvé que deux vielles caisse sapin avec un petit baril, le tout vuide estimé ensemble vingt sols ;
— Dudict grenier nous estant transporté au-devant de la porte de la cave qu'ocupoit led. deffunt, il ne s'y est aussy trouvé qu'une fute vuide usé
[…]
— Dans la serre du jardin s'est trouvé dix-huit grandz pots d'orangers estimé ensemble cent huit livres […]
- dans un petit cabinet à l'un des coingzs dud. jardin, s'est trouvé une petite cheze couverte de tapisserie, une petite table noyer, une benne ( ?) couverte et une petite armoir sapin, le tout vuide
[…]
- dans un autre cabinet et dans une fenière à costé dud. jardin ne s'est trouvé aucune chose. […] Ce fait avons deslaissés tous les meubles et effetz inventoriés et estimés cy-dessus au pouvoir de lad. dame veuve .
— Dans une autre petite chambre servant de cuisine prenant son entrée par la susd. par une gallerie, s'est trouvé une table pétrière, un banc, une grande cheze, deux petites à dossier avec un porte bassine, le tout boys noyer, usé […]
— Dans une petite chambre prenant son entrée par la susdite première et ses jours sur une cour dépendante de la maison de la dame Laguyolle […]
— Dans une autre chambre prenant aussy son entrée par le susd. vestibulle et ses jours sur la cour de la susd. maison s'est trouvé une petite table bois noyer […]
— Dans une petite chambre prenant son entrée par la susdicte s'est trouvé un bois de lict noyer son fond sapin, ciel toile palliasse canevas […]
— Dans un cabinet dud. deffunt ayant veue sur la cour de lad. maison, s'est trouvé une cheze noyer couverte de tapisserie vielle et usée […]
Et le même jour […] nous sommes transportez […] pour la continuation du sud. inventaire et y estans a esté proceddé […] et à l'instant estant allé au-devant de la porte du grenier dud. deffunt […] ouverture en a esté faicte, il ne s'y est trouvé que deux vielles caisse sapin avec un petit baril, le tout vuide estimé ensemble vingt sols ;
— Dudict grenier nous estant transporté au-devant de la porte de la cave qu'ocupoit led. deffunt, il ne s'y est aussy trouvé qu'une fute vuide usé
[…]
— Dans la serre du jardin s'est trouvé dix-huit grandz pots d'orangers estimé ensemble cent huit livres […]
- dans un petit cabinet à l'un des coingzs dud. jardin, s'est trouvé une petite cheze couverte de tapisserie, une petite table noyer, une benne ( ?) couverte et une petite armoir sapin, le tout vuide […]
- dans un autre cabinet et dans une fenière à costé dud. jardin ne s'est trouvé aucune chose. […] Ce fait avons deslaissés tous les meubles et effetz inventoriés et estimés cy-dessus au pouvoir de lad. dame veuve.

LES TRANSFORMATIONS DE LA PARCELLE NORD

  • 129 AML. - CC 46, f ° 4v °.
  • 130 AML. – DD 357, pièce 3 ; AML. - BB 148, f ° 128v ° ; AML. - 3 S 385, plan d’alignement de la voûte, (...)

53La morphologie de la parcelle septentrionale évolue tardivement. En 1586, Françoise Delaube, veuve de Jean-Baptiste Dadiaceto, était propriétaire de l’ensemble de la parcelle129. En septembre et octobre 1612, sa fille (?) Geneviève Dadiaceto, veuve de Monsieur de Montchenu, est engagée dans une querelle de voisinage complexe avec le propriétaire mitoyen, au 8 rue Gadagne, à propos du percement d’une fenêtre qui donne jour sur la rue Gadagne130. L’étage de l’ouverture litigieuse n’est pas précisé.

  • 131 Entre autres : BP 1187 et 1188.

54Philippe Gueston acquiert la totalité de la parcelle, en vertu d’un décret de la Sénéchaussée du 24 janvier 1632. L’acte n’a pas été retrouvé dans les registres de ventes, décrets, criées, etc. de la Sénéchaussée à cette date131. Le 8 juillet 1632, la propriété est décrite comme suit : la maison est composée de trois corps, cour, jardin, écurie et fenière.

55Selon C. Dalbanne, Philippe Gueston aurait fait édifier la maison sur la partie ouest, au 17 montée Saint-Barthélémy, en 1642 (Dalbanne 1947). Or, le 10 mars 1648, les conseillers prenaient connaissance d’un rapport

  • 132 AML. - BB 202, f ° 73.

« faict par le voyer et les maîtres jurez massons et charpentiers de lad. ville, […] contenant que la muraille du devant de la maison appellée de Gadaigne aboutissant en la rue Sainct-Barthélémy, appartenant au sieur Gueston, faicte de terre appellée de pisay est vieille, caduque, pourrye, fendue et faisant bosse en divers endroictz, menassant ruyne et en sorte que sy elle n’est promptement démolie, en pourroyt arriver des granz accidens. A arresté que pour obvier ausd. accidenz, led. sieur Gueston fera desmolir led. devant de maison dans quinze jours prochains à compter de ce jourd’huy132 ».

  • 133 AML. - DD 45, f ° 76.

56Le 30 avril de la même année, il est d’ailleurs accordé autorisation « pour le devant de maison que Philippe Gueston prétend faire bâtir à neuf133 ». Il serait donc légitime de parler de reconstruction. Le texte du mois de mars paraît en outre fournir la première mention de l’appellation « maison de Gadagne » promise à un bel avenir. Certes, elle n’est pas encore désignée comme hôtel, même si cette dénomination est assez peu adaptée à la réalité lyonnaise.

57Alors que la parcelle sud avait subi un partage est-ouest dès le milieu du XVIIe siècle, le morcellement s’effectue ici en 1661 avec la vente de la parcelle ouest à François Dejentille par l’intermédiaire de Philippe Couleau. La parcelle du 10/12 demeure la propriété de la famille Gueston jusqu’en 1661, date à laquelle elle est vendue au profit de la famille Chappard. À partir de 1661, la parcelle est divisée en deux propriétés distinctes ouvrant, l’une à l’ouest sur la montée SaintBarthélemy, l’autre sur la rue Gadagne. Chacun des lots est doté d’une « plateforme », ou terrasse, celle de la montée Saint-Barthélemy est dite en jardin. Sans doute en est-il de même pour la plate-forme de la maison de la rue Gadagne. La description des confins fait référence à des jardins au nord et au sud, dépendant des maisons du 14 et du 8 rue Gadagne. Il semblerait donc que presque toute la partie centrale de l’îlot, à l’exclusion peut-être des maisons sur la montée du Change, ait été occupée par des jardins.

  • 134 ADR. - 3 E 6631, actes en feuilles.

58Le 10 mai 1661, Barthélemy Gueston vend à Henry-François Dejentille, seigneur de Langallerie « une maison haulte, moyenne et basse, scize en cested. ville, rue et montée Sainct Barthélémy avec la première plateforme estant en jardin joignant à lad. maison », au prix de 20.000 £134 . La maison vendue est louée aux sieurs Dhurlevant et Maillard et à d’autres locataires ; leur contrat, reçu par Morin, courra jusqu’à son terme. Dans ce texte, Couleau est mis pour celui de Dejentille, car le premier personnage achète au nom du second

« Et parce que led. sieur Gueston a un réservoir dans le fondz de Paul Mascranny, escuyer seigneur de la Verrière [qui doit être sur le côté ouest de la rue St-Barthélemy], les eaux duquel il fait conduire dans lad. maison et platteforme vendues ne sera obligé led. sieur vendeur de maintenir led. réservoir aud. sieur de Couleau seullement pour toutte maintenue luy a remis la donnation qui luy a esté faicte par led. sieur de la Verrière le dixième janvier 1650, receue Husson, notaire royal […]
Ne pourra néantmoins led. sieur de Couleau faire couler ny fluer lesd. eaux dans la platte forme et maison dud. sieur Gueston estant au dessoubz des sus-vendues et a esté de même convenu entre les parties que lad. muraille de lad. platteforme vendue demeurera en l’estat qu’elle est à présent, tant et si longuement que ledict sieur Decouleau son amy esleu ou à eslire et les leurs en ligne directe, seront propriétaires de lad. maison et platteforme vendues, et que led. sieur Gueston et les siens se conserveront la propriété de lad. maison estant au dessoubz, et [au cas] où il arriveroit que led. sieur de Couleau sond. amy esleu ou a eslire ou les leurs vendroient lad. maison et plateforme, pourra led. sieur Gueston obliger l’acquéreur à eslever lad. muraille ou la retirer en son fondz à la forme de la coustume [et inversement si Gueston vend…] Bien entendu toutesfois que ou [lui ?] le sieur Falconnet prétendroit que lad. muraille ne fut suivant l’uzage ou que led. sieur acquéreur deubt la retirer afin qu’il n’eust veue sur son fondz ne pourra led. sieur de Couleau prendre aud. cas aulcuns dommages ny intérestz contre lesd. sieurs vendeurs ».

  • 135 AML. - 37 ii, p. 7099.
  • 136 Dalbanne, 1947 : 24.
  • 137 ADR. - 10 G 992, f ° 38.
  • 138 AML. - DD 45, f ° 441.

59D’après Joseph Pointet, Jean-Baptiste Chappard aurait acquis le 10-12 rue Gadagne sur Barthélemy Gueston, le 7 octobre 1662, par un acte reçu par maître Vallous, notaire135. Or, les actes de ce notaire, conservés aux Archives départementales du Rhône, ne sont pas antérieurs à 1664 et les actes de son prédécesseur ne couvrent pas l’année 1662 non plus. On n’a donc pas pu retrouver l’acte dont il est question. Dalbanne signale également la même date pour cette vente et précise qu’elle a été conclue pour 32 000 livres, outre 1 200 livres d’étrennes136 ; Jean-Baptiste Chappard est bel et bien propriétaire de la maison, divisée de la précédente en novembre 1662137. Le 3 décembre 1665, autorisation lui est donnée par la ville de faire démolir un puits qui est au-devant de sa maison, située dans la rue Gadagne138 . À charge pour le propriétaire de le faire combler de « terres et marrains jusques au rez de chaussée ». Depuis le prolongement de la rue Gadagne, en 1650 (voir infra), l’espace qui fait face aux entrées du 10/12 et du 14 était désormais public. Le puits est d’ailleurs jugé « inutille au public ».

  • 139 ADR. - BP 1962, 27 septembre 1675.

60Le 27 septembre 1675, François Laguiolle, tuteur et beau-frère de Jean-Baptiste. II Chappard, héritier de Jean-Baptiste I Chappard, requiert l’inventaire des effets délaissés par le défunt dans son logis de la rue Gadagne139. Le texte est confus mais il semble malgré tout que l’appartement décrit dépend du corps de logis arrière. Sont mentionnés entre autres : une salle au premier étage aboutissant à une galerie, fermée semble-t-il ; une cuisine derrière la chambre ; une chambre joignant la cuisine et à côté d’une cour ; un bûcher, situé au-dessous de la cuisine, et à plain-pied de la cour ; un charbonnier, situé auprès de la cuisine ; une cave.

QUELLES MODIFICATIONS ?

61Dans la parcelle nord, les constructions du XVIe siècle subsistent sans bouleversement architectural majeur. Seule l’organisation interne subit des transformations remarquables qui changent l’atmosphère des lieux. Compte tenu des très importantes mutations que l’installation du musée a créées dans le bâtiment médian, les modifications de cette époque furent plus faciles à repérer dans les bâtiments arrière (J, H, I, N, M), moins touchés par les restaurations.

  • 140 Cette porte (13.2) aménagée au XVIIe siècle utilise pourtant des remplois caractéristiques de la pé (...)

62Les modifications ont concerné les circulations du niveau 3 : des ouvertures sont obstruées ou créées. Les portes installées dans le mur nord de la pièce I3 sont toutes deux bouchées, interdisant un passage direct vers le bâtiment médian. On a ici le témoignage de la division de l’espace résidentiel en plusieurs appartements autonomes. Alors qu’au cours du XVIe siècle, les bâtiments médians et arrière constituaient un même ensemble, au XVIIe siècle, les propriétaires partagent cette vaste construction en plusieurs unités d’habitation. Cette restructuration impose dès lors la redistribution des circulations à l’intérieur de ces nouveaux appartements. Ainsi deux nouvelles portes sont-elles aménagées : une ouverture (8.2) percée à l’extrémité nord de la cloison 8, une autre (7.2) dans le mur 1-7 (fig. 99 p. 96). De même, on obture la circulation primitive (9.3) qui mettait en relation directe les pièces H3 et N3 ; dans cette dernière pièce, un accès autonome est créé depuis le couloir P3140.

63Les modifications apportées aux fenêtres touchent à la question de l’éclairage direct de ces bâtiments. En effet, les transformations importantes de l’îlot entraînent une densification du bâti et une perte de luminosité. Deux réponses sont apportées à ce problème. La première concerne le percement de fenêtres qui ouvrent sur l’extérieur. Ainsi, dans la pièce J3, une fenêtre est ouverte sur l’extérieur dans le mur nord (4), éclairant le réduit ouest de la salle. De même, une fenêtre à croisées est ouverte dans la pièce D3, elle offre un apport de lumière en provenance de la cour médiane. Enfin, les baies du deuxième étage du secteur E sont aussi reprises au cours du XVIIe siècle, elles sont bien caractérisées par les arcs de décharge composés de deux pierres en bâtière. La seconde solution, sans doute plus originale, a consisté à créer des ouvertures dans les murs intérieurs. Deux fenêtres (1.3 et 1.4) sont ouvertes dans le mur 1 qui sépare les pièces J3 et H3 (fig. 99 p. 96). Ce type d’ouverture n’est pas courant dans l’architecture lyonnaise. Par cet artifice, les commanditaires avaient la volonté d’augmenter l’apport de lumière dans l’une ou l’autre pièce de cet étage. Il est vrai que l’édification du bâtiment L avait dû considérablement réduire l’apport de lumière naturelle vers cet ensemble. Cette recherche d’éclairement devait être une difficulté récurrente dans l’architecture lyonnaise, les immeubles étant souvent décrits par les voyageurs comme sombres et très hauts.

64Un nouveau décor est appliqué dans les bâtiments arrière. En fonction de l’état de conservation des enduits antérieurs, ceux-ci ne sont pas piqués mais conservés et simplement badigeonnés. Dans la pièce I3, le nouvel enduit recouvre uniformément les murs sauf en quelques points bien conservés (angle sud-ouest, angle nord-est/murs 7 et 6). Dans la pièce H3, l’enduit dit « Gadagne 1 » est conservé sur toute la partie basse. Dans la pièce N3, l’enduit du XVIe siècle est simplement badigeonné. Ces observations mettent en évidence une excellente gestion du chantier ; la conservation systématique des « bons » enduits met l’accent sur le fait que le maître d’œuvre prend en considération le budget alloué par le commanditaire.

65Le nouveau décor est appliqué sur un fond clair qui apparaît parfois jaunâtre (blanc avec sans doute un peu de terre de Sienne). Sur ce fond, plusieurs registres sont mis en place. Les ouvertures — portes et fenêtres — sont surlignées de trois filets rouges (fig. 136) : le premier souligne l’arête des piédroits, les deux autres constituent un décor continu qui entoure chacune des ouvertures. Les moulures des linteaux saillants sont systématiquement rehaussées d’un filet rouge. Ce décor repose sur une plinthe de couleur gris clair (0,43 m de haut) délimitée par un filet gris foncé. Une double frise constitue le registre supérieur de ce décor : la frise supérieure, rouge sombre, reprend le tracé de la frise des décors précédents ; la frise inférieure est brune. C’est sans conteste dans la pièce J3 que ce décor est le mieux conservé (fig. 137). Ailleurs, il est présent mais souvent lacunaire. La technique à la chaux à sec est employée pour sa mise en œuvre.

Fig. 136 - Détail du décor du XVIIe siècle.

Fig. 137 - Restitution du décor du XVIIe siècle.

ET À LA FIN DU XVIIe SIÈCLE… LA PARCELLE NORD

  • 141 Pointet, AML. - 37 ii p. 7099, acte signé chez Delaroere notaire.

66En 1693, Jean-Baptiste II Chappard cède ses droits de propriété à sa sœur, Marie Chappard, épouse de François Laguiolle141 . La maison est ensuite transmise à Louis de Beaumont et à son épouse Catherine Laguiolle. En réponse à une requête présentée par les propriétaires, devant la Sénéchaussée, ordonnance est rendue de faire « la visite et description sommaire de tout le corps de logis sur le derrière de l’hôtel de Gadaigne », qui était alors loué à un dénommé Lamy.

Une relecture de la visite d’expert de 1707

  • 142 ADR. - BP 2515, 10 juin 1707.

67Le procès-verbal de cet « état des lieux » est daté du 10 juin 1707142 . Le cheminement adopté par les experts n’est pas toujours facile à localiser, mais il aurait été dommage de ne pas essayer de le suivre à quelque trois cents ans de distance et de retrouver les correspondances entre les pièces visitées en 1707 et celles notées sur les plans réalisés au cours de l’étude de bâti. Outre l’avantage d’animer un texte plutôt austère, ce travail a surtout mis en lumière l’agencement et la composition de ces appartements, au début du XVIIIe siècle.

68La mention de « corps de logis arrière » et les éléments décrits permettent de les situer sur la partie « arrière » du 10/12, ouvrant sur la cour et mitoyen du 8, sachant que la totalité des bâtiments arrière a été visitées comme le stipule le texte. Les points cardinaux sont donnés par les formules : vent pour sud, bise pour nord, soir pour ouest et matin pour est. Les attributions ne sont pas toujours assurées. Les modifications du XIXe siècle ont considérablement modifié l’agencement des pièces. La description est parfois confuse ou imprécise car la visite ne se fait pas dans un ordre logique à nos yeux : après la description des deux premiers niveaux, la visite se poursuit au niveau du jardin et redescend dans les bâtiments.

  • 143 François-Régis Cottin « La fenêtre et le verre, à Lyon, aux XVIIe et XVIIIe siècles » Mélanges de t (...)

69Ce texte apporte un certain nombre de renseignements sur l’état du bâtiment au XVIIe siècle. Souvent sont mentionnés dans un même châssis, verre et papier huilé, on peut se demander s’il s’agit d’un indice de vétusté des installations ou si ce choix est le reflet d’une économie domestique « rigoureuse »143. Les éléments de confort paraissent assez modestes (latrines, éviers, cheminées, placards dans les murs…), le greffier ne signale jamais l’état des décors, seuls les éléments immobiliers sont nommés. Par défaut, on peut conclure qu’il n’y avait pas d’aménagements remarquables comme des boiseries ou des panneaux peints, ainsi que l’on peut en rencontrer dans l’appartement de François Falconnet, en 1704 lors de l’inventaire après décès :

« dans le boisage de la dite chambre sont neuf tableaux…. dépendans de la maison et enchassés aud. Boisage ».

  • 144 La voûte en plein cintre encore visible.
  • 145 Dans le vocabulaire lyonnais de la construction, un larmier désigne le plus souvent une ouverture s (...)
  • 146 De plain-pied.
  • 147 Du côté du 8 rue Gadagne.

Note144
Note145
Note146
Note147

70Depuis le milieu du XVIe siècle, l’îlot est divisé en deux parcelles distinctes qui évoluent de manière différente au cours du XVIIe siècle. Si la partie nord ne connaît aucune modification architecturale, en revanche les immeubles de la parcelle sud sont en grande partie rénovés. Ces transformations sont liées là encore à deux actes remarquables : le prolongement de la rue Gadagne jusqu’à la place du Petit-Collège, décision qui entraîne la démolition d’une partie des bâtiments orientaux (T et S), et l’acquisition par André Falconnet de cette parcelle où il désire élever une demeure digne de son rang social.

71André Falconnet élabore très rapidement un important projet de rénovation des lieux, qui vise à accroître et à embellir les espaces habitables. Outre, la surélévation des bâtiments existants, le projet consiste à ériger le long de la montée du Garillan un nouveau corps de bâtiment perpendiculaire aux précédents (maison L). À l’ouest, l’aménagement de la terrasse supérieure autorise alors la composition d’un petit jardin d’agrément. Avec la réalisation de ce programme s’achève l’évolution architecturale de l’îlot, dont les formes et le plan sont demeurés inchangés jusqu’à nos jours (fig. 138).

Fig. 138 - Restitution des bâtiments de la 2e moitié du XVIIe siècle.

QUE RESTE-T-IL DES AMÉNAGEMENTS DES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES ?

  • 148 ADR. - CC 37, f ° 712v ° et 10 G 1000, f ° 67v ° : le 18 décembre 1731, Camille Falconnet, petit fi (...)

72Les XVIIIe et XIXe siècles n’apportent pas de transformations radicales à cet édifice. Le siècle des Lumières est notamment marqué par une relative stabilité. Si le nom des propriétaires change, les biens restent toujours dans la même famille, les transmissions se faisant par héritage. L’édifice est toujours divisé en deux lots. La parcelle sud appartient à la famille Falconnet148 : depuis le 7 août 1654, où André Falconnet acheta cet ensemble à Philippe de Balmes, jusqu’en 1791, où Jean Hilaire Durand, mari de Marguerite Paule Daouet descendante des Falconnet, vend sa propriété à Charcot. Pour la parcelle nord, le changement de propriétaires s’effectue en 1662 lorsque Barthélemy Gueston vend le 10-12 à la famille Chappard. La transmission se fera ici principalement par les femmes. On rencontrera donc la famille Chappard-Laguiolle puis la famille Laguiolle-Beaumont. C’est en 1767 que les immeubles du 10-12 entrent dans les biens de la famille de Joseph Gabriel de Borde, baron de Châtelet.

  • 149 AML. - CC 37, f ° 17 à 19, Pointet p. 7098, Vial ms n ° 169 bis, p. 4v °- 5.
  • 150 AML. - CC 23, f ° 284 et CC 142, f ° 87. Vial ms n ° 169 bis, p. 40v °.
  • 151 ADR. - 10 G 847, Vial ms n ° 169bis, p. 40v °.
  • 152 ADR. - 3 E 7119, f ° 550.
  • 153 ADR. - 3 E 7121, f ° 785v °.

73Au cours du XIXe siècle, les bâtiments changent de statut, les locations se multiplient. Le fait de louer une partie seulement des bâtiments n’est pas un phénomène nouveau. Au cours des siècles antérieurs, des locataires sont plusieurs fois mentionnés, mais ils appartiennent presque toujours au même horizon professionnel que les propriétaires. En 1528, un magasin de la maison du 10-12 qui appartient à Nicolas Pierrevive est occupé par un « inquilin », c’est-à-dire un locataire, Pierre Bello, marchand épicier149. En 1538, Thomas II de Gadagne loue une partie de la maison de Nicolas de Pierrevive150. En 1545, il est encore fait mention d’un bail de location passé avec Bonaventure Michelli et Urban Parenti, marchands lucquois151. Le sieur de Balmes, acheteur de la parcelle des Pierrevive-Gondi, était locataire d’une des deux maisons à la date de la vente, le 12 février 1618. En 1655, consécutivement à l’achat du 14 rue Gadagne, André Falconnet reprend à sa charge le bail passé avec le sieur Michel pour une chambre, deux boutiques, le jardin qui en dépend, la moitié de l’écurie, une des fenières et deux caves152 . En 1669, André Falconnet renouvelle le contrat de location de Louis Messelier dit la Montagne, « faiseur de parepluyes » pour la boutique de la rue Gadagne153 . Au XIXe siècle, le quartier se paupérise et les propriétaires entassent les habitants dans des appartements très petits, insalubres et très sombres.

74Les très nombreux propriétaires, puis locataires, qui se succèdent n’ont laissé que des empreintes très fugaces : à cet état de fait ne sont pas étrangères les restaurations opérées sur le bâtiment, lors de sa transformation en musée. En effet, les enduits et les badigeons, qui restent souvent le témoignage le plus tangible de ces successions de vie, ont tous été ôtés, à l’exception de ceux encore présents dans les pièces J, H, N et I au troisième niveau du bâtiment arrière. C’est pourquoi nous avons porté une attention particulière à l’archivage de tous les percements, bouchages et autres négatifs qui permettent d’esquisser une image de ces lieux à une période où ils étaient grouillants de vie. Il est parfois difficile d’apporter une datation décisive à certaines de ces transformations. Entre le XVIIIe siècle et le XIXe siècle, la limite est parfois délicate à tracer, notamment en ce qui concerne le percement de portes ou la réfection de fenêtres ; certains de ces aménagements sont d’ailleurs attribuables aux restaurations du XXe siècle.

QUELQUES AMÉNAGEMENTS DU XVIIIe SIÈCLE

75Quelques éléments architecturaux sont indubitablement du XVIIIe siècle. De cette époque date la reconstruction de l’arcade centrale ménagée dans le mur de terrasse 47, situé à l’extrémité occidentale du jardin de la parcelle du 14 (fig. 139). Piédroits et claveaux à crossettes sont taillés dans un calcaire gris coquillé, qui permet de réaliser des blocs de grande dimension. La réfection de cette arcade accompagne le réaménagement du jardin, qui voit l’installation d’un nouveau réseau de canalisations en plomb. Après ces travaux, le jardin du 14 est remis en état et son architecture n’offre pas de nouveauté par rapport au précédent. Au 10-12, là aussi des problèmes de ruissellement entraînent la pose d’une grosse canalisation.

Fig. 139 - Arcade centrale du mur du jardin du 14 rue Gadagne.

76La grande arcade aménagée dans le mur de refend 20, marquant la limite entre les pièces D et E, est construite à cette époque. Ouvrant par une grande porte en plein cintre, l’arc est constitué de claveaux à crossettes de calcaire gris coquillier travaillés à la boucharde qui sont marqués par une succession de chiffres arabes. À l’ouest, ces marques sont gravées, alors que sur la moitié orientale, les chiffres sont inscrits au noir de charbon. La construction de cette porte est totalement homogène avec la maçonnerie environnante, qui elle-même n’est pas liée au mur de la tourelle d’escalier. Parallèlement, d’autres travaux interviennent dans le bâtiment médian. Le percement de la petite porte constitue un nouvel accès dans la pièce F, ancienne cave ou étable, à laquelle on accédait initialement par une grande porte charretière (18.1). Le bouchage de cette dernière est réalisé avec des moellons de grande dimension, bien équarris et disposés en assises régulières. Ce bouchage (18.7) est contemporain de celui de la cheminée, aménagée au centre du mur sud de la pièce D1, et de la construction du mur de refend 20. De cette même époque, date l’installation d’une structure de chauffe apparue immédiatement sous le sol, devant l’ancienne porte charretière. Cette structure de 0,60 m de large sur 1,80 m de long repose sur le terrain naturel, légèrement décaissé à cet endroit. Elle est liée à un sol en carreaux de terre cuite de 0,10 m par 0,24 m disposés par rangs alternés, une fois dans le sens de la largeur, une fois dans le sens de la longueur. Ce four, arasé au niveau du foyer, n’a livré aucun mobilier pouvant donner des indications sur son utilisation.

77Il a été repéré, ici ou là, des percements de fenêtres qui sont probablement aménagées au cours de ce siècle : dans la pièce A2, la reconstruction de la fenêtre 28.4 ; dans la façade 17 du bâtiment médian, la fenêtre à meneaux 17.17 et, enfin, les caves et leurs soupiraux.

78Des cheminées sont aussi installées : seules sont conservées en place celles des pièces N3 et M3 (fig. 140). Pour les autres, on ne possède souvent que les empreintes ou de petits aménagements tronqués qu’il est bien difficile de dater : par exemple la structure maçonnée en saillie (26.14), située dans la pièce A3, en relation avec la trémie supérieure, retaillée dans le plafond du XVIIe siècle, entre dans ce type d’installation.

Fig. 140 - Cheminée XVIIIe siècle de la salle N3.

LES VESTIGES DU XIXe SIÈCLE

79Un grand nombre d’indices et de vestiges s’accordent avec un changement total du statut du bâtiment. Au XIXe siècle, en effet, il est transformé en immeuble de rapport (fig. 141). Les locataires se multiplient et, pour les accueillir, les pièces de grande dimension sont divisées en petits appartements qui reçoivent une succession de décors monochromes (fig. 142). Toutefois, l’organisation de la cour d’honneur, qui était depuis le XVIIe siècle partagée en deux par un grand mur, n’est pas modifiée. Ce mur est repris en grande partie et épaissi sur sa partie orientale ; il ne sera détruit qu’au moment de l’installation du musée.

Fig. 141 - Liste des propriétaires en 1903.

Fig. 142 - Succession des décors monochromes.

Cloisons et mezzanines

80La restructuration des lieux nécessite la création de couloirs et de mezzanines. Leurs traces sont repérables par les négatifs laissés dans les sols carrelés — négatifs d’usure et trous de poteaux — et dans les élévations — trous de solives et empreinte des bois horizontaux.

81Les vestiges de cloison sont très difficiles à repérer. En effet, celles qui subsistaient en élévation ont systématiquement disparu lors des premières restructurations du musée. Par ailleurs, leurs traces ont été oblitérées par l’enlèvement systématique des enduits de surface. Seul le niveau 3 du bâtiment arrière, protégé par sa vétusté, apporte des informations assez complètes. Ailleurs, la lecture des élévations et des sols ne produit que des informations très ponctuelles.

  • 154 Ces relevés ont été complétés par une fouille des planchers.

82La pièce J3 est partagée, en son milieu, par une cloison nord-sud (4.8) formant ainsi deux appartements distincts. La pièce ouest est desservie par l’ancienne porte septentrionale (2. 4), aménagée au XVIIe siècle. Pour accéder à la pièce orientale, on crée un nouveau passage, parallèle au mur 1, qui desservira la pièce J3-est et la pièce I3. Il est constitué d’une première cloison (1.9) de 1,10 m de long, installée contre le piédroit est de la porte 1.1, une seconde cloison est établie perpendiculairement. Les trous de cinq poteaux de soutènement sont percés dans le sol de tomettes. L’extrême fragmentation des carreaux liée au piétinement répété des habitants des lieux et la crasse accumulée contre la paroi constituent de surcroît un repère fiable pour localiser avec précision cette cloison (fig. 143). En outre, les relevés partiels des carrelages apportent des informations sur le choix des carreaux et sur les phases de réfection dont ces sols ont parfois fait l’objet. On remarque ainsi que les dimensions des nouveaux carreaux (0,16 x 0,16 m) sont supérieures à celles des plus anciens (0,13 ou 0,14 m de côté)154. Une étude systématique de ces matériaux serait à réaliser sur l’ensemble du quartier historique de Lyon, d’autant que la documentation d’archives apporterait des renseignements sur leur provenance.

Fig. 143 - Restitution du carrelage XIXe siècle.

83Dans la pièce J3, deux petits appartements sont ainsi aménagés. Les plafonds des couloirs sont surbaissés. Les 4 m de hauteur sous plafond sont utilisés et des mezzanines systématiquement construites, repérables par les négatifs de solives et de planchers. Ces traces sont scellées par les badigeons qui se sont succédé sur les murs depuis le décor posé au XVIIe siècle. C’est en effet à partir du XIXe siècle que plusieurs campagnes de mise en couleur se succèdent ; on assiste ainsi à la pose d’une douzaine de badigeons, le plus souvent monochromes (marron, rose, gris, rose foncé…), qui correspondent à des changements d’affectation des lieux pour des locataires ou pour abriter une activité artisanale .
Dans la pièce J3, quatre solives soutiennent un plancher (1.10), qui reposait par ailleurs sur les linteaux à encorbellement des portes. En H3, ce sont trois solives qui soutenaient la mezzanine 9.5. En N3, la salle était aussi divisée en deux niveaux, les murs est et nord portant les pièces de bois de la mezzanine (9.8 et 11.2). Ailleurs, seuls les négatifs scellés dans la maçonnerie sont repérables. Dans la pièce B2, trois trous, aujourd’hui bouchés par des briques (18.24, 18.25, 18.26) perçant le mur 18, entraient dans le système d’installation d’une mezzanine appuyée contre le mur 23, dont le négatif horizontal (23.7) est lisible sur une partie de l’élévation.

  • 155 Le linteau est en bois et un piédroit construit en briques et en galets, ces derniers disposés en é (...)

84Ces partages entraînent la composition d’espaces destinés à la vie quotidienne. De nouvelles circulations internes sont créées : ainsi de nouvelles portes (18.38 et 18.39) sont-elles aménagées au troisième niveau de la zone B afin de permettre une circulation directe entre L3 et B3, sans passer par l’escalier en vis. Dans la salle J 3, une porte avec linteau et piédroits en bois est tardivement ouverte dans le mur ouest (2.4). Dans la salle I2, une petite porte (5.2) offre un accès direct vers la cour médiane155.

  • 156 Au sud en A2 (28.6), en E2 (34.10), en D4 (17.28), en 13 (18.63), en J3 (4.7).

85Dans chaque appartement sont aménagés des éviers et des systèmes de chauffage qui viennent perturber les installations préexistantes. Si, bien souvent, les conches, grandes pierres situées à même le sol, et les pierres d’éviers ont disparu, les conduits d’évacuation des eaux usées subsistent, systématiquement pratiqués dans les murs de façade. On repère ce type de conduit en différents points du bâtiment156. À ces évacuations, on peut associer les caniveaux découverts lors de la fouille de la cour d’honneur. Au sud, un système d’évacuation des eaux usées est mis en place pour les bâtiments B et S. Ces canalisations convergent toutes deux vers un puits perdu installé au milieu de la cour. Toujours dans la partie sud de la cour, on peut également voir un bassin carré, alimenté par une petite canalisation provenant de la pièce B. Ce bassin, construit en briques, présente à sa base une petite évacuation.

86Outre les cheminées existantes, des appareils de chauffage sont installés. Les vestiges reconnus, notamment dans le secteur A, permettent de suggérer l’existence de poêles. En A2, un dispositif (28.8) aménagé dans la partie basse du mur 28 est en relation avec un conduit d’évacuation des fumées. Il s’agit d’une pierre plate posée de chant, insérée dans le mur, au-dessus de laquelle se développe une maçonnerie exclusivement composée de briques ; ces dernières sont recouvertes de traces de suie et la pierre est par endroits rubéfiée. La gaine d’évacuation des fumées est aussi utilisée pour la salle supérieure (28.19). Ainsi en A3, un placage en briques réfractaires (28.13) indique-t-il l’emplacement d’un appareil de chauffage. Au même étage, le mur ouest subit d’importantes modifications en vue de l’installation d’une cheminée maçonnée en briques (25.14).

La salle L1 dite « des sonneurs de trompe »

  • 157 Emond 2000 : 22-24. L’étude de la stratigraphie réalisée par Gérard Emond, restaurateur de peinture (...)

87Une modification importante concerne la pièce L2 : de simple cave, cette pièce est transformée en salle de répétition de musique pour un cercle de chasseurs. Elle prend alors le nom de salle « des sonneurs de trompe ». Cette pièce acquiert une autonomie par rapport au reste du bâtiment. Une porte, offrant un accès direct sur la montée du Garillan, est percée dans la maçonnerie primitive ; un escalier en bois accolé permettait de rattraper l’important dénivelé qui existait entre le niveau de la rue et celui du sol de la pièce. Les murs et les voûtes sont alors recouverts de peintures murales figuratives qui représentent des pyramides, des scènes de chasse avec palmiers, lions et tigres (fig. 144). Les scènes représentées ne sont pas l’œuvre d’un artiste émérite, cependant elles constituent le témoignage d’une époque imprégnée d’exotisme et d’une certaine idée de cet Orient lointain, bien caractéristique des années 1880157.

Fig. 144 - Peinture du XIXe siècle de la salle « des sonneurs de trompe ».

88En définitive, bien peu de traces permettent de restituer la vie des occupants de ces immeubles. À cela rien d’étonnant, puisque la structure architecturale des bâtiments n’a pas été affectée par l’installation des cloisons, des décors et autres équipements de confort, nécessaires à la vie des nombreux locataires et que, par ailleurs, toutes ces dispositions ont été les victimes des premiers aménagements du musée.

Notes

96 AML. - CC 46, f ° 91v °.

97 Tricou 1971, vo. IV, p. 153 : Claude Camus, seigneur d’Arginy, époux Anne Grolier, décédé en 1588, et son fils, (Antoine ?) trésorier de France, baron de Riverie et du Peron, époux Anne Regnauld (?) – Pas de rapport familial avec les Gondi semble-t-il. Seulement voisinage ?

98 Et en secondes (ou ?) noces de Maurice du Peyrat.

99 ADR. - EP 7, 12 février 1618, Glathoud notaire.

100 ibid., 7 mars 1618.

101 AML. - DD 44 f ° 49v °, 13 septembre 1618.

102 Appelé aussi Philibert, selon les textes.

103 ADR. - EP 7, 7 avril 1648.

104 ADR. - 3 E 7119.

105 AML. - DD 357, pièce 6, 16 février 1650 et DD 97, f ° 292-294 : « … touchant l’incommodité que recevoit journellement le public à cause qu’il n’y a qu’un abord dans la place des Changes du côté de la porte de Saint-George, qui est par la rue Saint-Jean, vu la grande affluence de personnes qui à tout moment abordent en cet endroit. [Les conseillers] auroient arrêté […] de faire une rue publique qui seroit ouverte à prendre puis la rue du Garillan au commencement et à l’enchant de la rue Tramassac et venant aboutir à une autre rue étant derrière les loges des Changes d’icelle ville, passant par une cour qui est commune entre la maison de noble Barthélemy Gueston, trésorier de France et celle de noble Philibert de Balmes ». 2 oct. 1612, voûte de Gadagne, projet d’ouverture de la rue par les échevins, p. 70.

106 AML. - DD 97, f ° 294, l’exécution d’un plan n’était pas exceptionnelle, mais ces documents ont la plupart du temps disparu.

107 AML. - DD 357, pièce 9.

108 AML. - DD 357, pièce 6.

109 ADR. - 3 E 7121, carnet de Plassier Jean, notaire.

110 AML. - DD 45, f ° 188.

111 ADR. - 3 E 7121, f ° 446 (le prix des œuvres est détaillé à la fin du document).

112 ADR. - 3 E 7121, f ° 447v ° (les prix par toise et les modalités sont détaillés à la fin du document).

113 ADR. - 7119, f ° 562 (les prix par pièce et délais de livraison suivent). Les carrières de Theizé (Rhône) ouvertes dans les calcaires jaunes à entroques (aaléniens) sont cités dans l’ouvrage du naturaliste M. Alléon Dulac (1765 : 136).

114 ADR. - 3 E 7119 - 12 avril 1655, f ° 550 (louage Falconnet/Michel) ; f ° 552 (Louage Falconnet/Messelier).

115 Une porte est percée dans la partie inférieure du mur 36, sans doute au XIXe siècle.

116 AML. - DD 45, f ° 188 - 22 avril 1655 (Pointet, vol. 25 : 7102).

117 La base est reconnue jusqu’à 180,65 m. Elle présente un fruit important et un ressaut de fondation situé à 181,95 m.

118 Dix chantepleures ont été dénombrées, dont huit espacées de manière plus ou moins régulières alors que les deux dernières ne sont pas sur le même alignement et n’ont pas le même espacement. Les chantepleures sont toujours construites avec un linteau en moellons en pierre des Monts-d’Or et des piédroits en brique, à l’exception de la chantepleure n ° 3 qui est entièrement maçonnée en pierres. En ce qui concerne les trois chantepleures conservées, elles sont construites avec un ébrasement vers l’intérieur du mur. L’ouverture du petit côté de l’ébrasement est de 6cm alors qu’elle est de 15 à 20 cm de l’autre côté du mur.

119 Une grande césure horizontale révèle que le mur a subi une surélévation de près de 1 m, liée aux réaménagements des jardins des parcelles supérieures, les murs ont été rehaussés afin de contenir la terre des nouvelles terrasses.

120 Aucun élément d’escalier n’a été découvert.

121 Au vu de l’épaisseur des couches et des quelques fosses de plantation, il est probable que ces parterres aient été assez bas.

122 Toutefois, au XIXe siècle, on relate la présence d’un sarcophage gallo-romain.

123 ADR. - 3 E 6970, f ° 142.

124 ADR. - 3 E 697, pièce 260.

125 Il était aussi propriétaire de la Tour Deschamps, nommée aussi « Belle Allemande ».

126 ADR. - BP 2051, ordonnance à la demande de dame Gray, veuve de François Falconnet.

127 Ou bague ?

128 Robert : ancienne arme d’hast, en usage aux XVe et XVIIIe siècles, munie d’un long fer triangulaire souvent garni à sa base de deux oreillons symétriques, voir hallebarde, lance ; François Falconnet était écuyer chevalier capitaine du guet de la ville.

129 AML. - CC 46, f ° 4v °.

130 AML. – DD 357, pièce 3 ; AML. - BB 148, f ° 128v ° ; AML. - 3 S 385, plan d’alignement de la voûte, réalisé en 1787 ; sur la démolition de la voûte : AML. - WP 97 an 12.

131 Entre autres : BP 1187 et 1188.

132 AML. - BB 202, f ° 73.

133 AML. - DD 45, f ° 76.

134 ADR. - 3 E 6631, actes en feuilles.

135 AML. - 37 ii, p. 7099.

136 Dalbanne, 1947 : 24.

137 ADR. - 10 G 992, f ° 38.

138 AML. - DD 45, f ° 441.

139 ADR. - BP 1962, 27 septembre 1675.

140 Cette porte (13.2) aménagée au XVIIe siècle utilise pourtant des remplois caractéristiques de la période gothique : congés décorés avec une petite moulure, piédroits à angle arrondi, linteau mouluré.

141 Pointet, AML. - 37 ii p. 7099, acte signé chez Delaroere notaire.

142 ADR. - BP 2515, 10 juin 1707.

143 François-Régis Cottin « La fenêtre et le verre, à Lyon, aux XVIIe et XVIIIe siècles » Mélanges de travaux offerts à maître Jean Tricou. - Lyon : Audin, 1972. - P. [111] -137 ; 24 cm. - (Travaux édités sous les auspices de la ville de Lyon ; III).

144 La voûte en plein cintre encore visible.

145 Dans le vocabulaire lyonnais de la construction, un larmier désigne le plus souvent une ouverture simple (distincte de la croisée) ; en l’occurrence, il s’agit du soupirail qui donne aujourd’hui encore sur la petite cour.

146 De plain-pied.

147 Du côté du 8 rue Gadagne.

148 ADR. - CC 37, f ° 712v ° et 10 G 1000, f ° 67v ° : le 18 décembre 1731, Camille Falconnet, petit fils d’André et escuyer, et Anne-Marie Verdan son épouse reconnaissent un tènement de maisons hautes moyennes et basses, cour, jardin en rue de Gadagne ou de la Boissette et montée du Garillan.

149 AML. - CC 37, f ° 17 à 19, Pointet p. 7098, Vial ms n ° 169 bis, p. 4v °- 5.

150 AML. - CC 23, f ° 284 et CC 142, f ° 87. Vial ms n ° 169 bis, p. 40v °.

151 ADR. - 10 G 847, Vial ms n ° 169bis, p. 40v °.

152 ADR. - 3 E 7119, f ° 550.

153 ADR. - 3 E 7121, f ° 785v °.

154 Ces relevés ont été complétés par une fouille des planchers.

155 Le linteau est en bois et un piédroit construit en briques et en galets, ces derniers disposés en épi. Le montant oriental de cette porte, constitué par le parement du mur 18/6, est recouvert par un enduit gris.

156 Au sud en A2 (28.6), en E2 (34.10), en D4 (17.28), en 13 (18.63), en J3 (4.7).

157 Emond 2000 : 22-24. L’étude de la stratigraphie réalisée par Gérard Emond, restaurateur de peintures murales, a pu montrer que les murs de cette cave avaient été laissés bruts (traces de banchages pour les voûtes et finition à la truelle pour l’appareil des murs. Lors de cette période, murs et voûtes sont tout d’abord recouverts d’une épaisse couche de plâtre posée en plusieurs mains, puis se trouve la pellicule picturale originale posée à l’huile. Une campagne de repeint a été repérée sur les voûtains. L’ensemble des couches picturales a ensuite été recouverte d’une épaisse couche de vernis.

Table des illustrations

Légende Fig. 124 - Schéma des parcelles 1537-1551 (2d) et 1581-1632 (3a).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 125 - Restitution des bâtiments de la 1ère moitié du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 126 - Plan du percement de la rue Gadagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 127 - Façade reconstruite au XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-4.png
Fichier image/png, 631k
Légende Fig. 128 - Le plafond peint sous la famille Falconnet, concours d’architectes Léon Dulac, 1905.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 129 - Le palier commun entre les pièces L3 et B3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-6.png
Fichier image/png, 899k
Légende Fig. 130 - Le mur de terrasse avec contrefort dans la pièce L3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 131 - La grande cheminée de la pièce L3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 132 - Le mur de terrasse M48 au 10/12.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-9.png
Fichier image/png, 651k
Légende Fig. 133 - Jardin de Belregard, plan scénographique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 134 - Plans d’évolution du jardin de Gadagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 135 - Fontaine installée contre le mur de terrasse des jardins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 136 - Détail du décor du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 137 - Restitution du décor du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Note144Note145Note146Note147
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Fig. 138 - Restitution des bâtiments de la 2e moitié du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 139 - Arcade centrale du mur du jardin du 14 rue Gadagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-17.png
Fichier image/png, 761k
Légende Fig. 140 - Cheminée XVIIIe siècle de la salle N3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 141 - Liste des propriétaires en 1903.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 142 - Succession des décors monochromes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 143 - Restitution du carrelage XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 144 - Peinture du XIXe siècle de la salle « des sonneurs de trompe ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2626/img-22.png
Fichier image/png, 799k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540