Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 4. Gadagne avant Gadagne Évolution de l’îlot aux XIVe-XVe siècles

Texte intégral

1Lors de la fouille de la cour d’honneur, la découverte d’une grande maison patricienne, dont l’installation et l’évolution se situent entre le début du XIVe siècle et la fin du XVe siècle, a renouvelé considérablement l’image de ce vaste tènement. En parallèle, l’étude archéologique des élévations de l’îlot Gadagne a permis de déterminer l’existence de plusieurs ensembles mettant en lumière une évolution complexe, allant d’une simple grange à plusieurs maisons à étages. Leur analyse a été rendue malaisée par les grandes transformations réalisées au XVIe siècle, qui ont considérablement modifié la topographie et augmenté la superficie et l’ampleur des bâtiments.

UNE GRANDE MAISON PATRICIENNE

  • 25 Ce mur apparaît à 171,12 m et descend jusqu’à 170,69 m.

2Après quelques siècles de déshérence, les habitants reviennent occuper ces lieux qui devaient offrir un paysage pentu assez champêtre. Les remblais qui ont recouvert les vestiges antiques possèdent un fort pendage ouest-est. Un terrassement préalable à la construction d’une habitation était absolument nécessaire. La première maçonnerie qui apparaît sur le site est le mur 86, axé nord-sud25. Large de 0,63 m et reconnu sur 10,80 m de long, il est construit en petits galets bien calibrés et luttés à l’argile (fig. 74). Il est coupé au sud par la construction du mur 92 de la cave (R0) et n’a pas été retrouvé dans la partie nord. Ce mur fait office de mur de soutènement qui permet d’aménager deux terrasses, étagées d’ouest en est sur un dénivelé de deux mètres. La plate-forme orientale a été nivelée par l’apport d’un remblai, afin de recevoir la future maison. Sur ce remblai, apparaît un mur nord-sud (98) de faible épaisseur qui limite à l’ouest, une petite cour empierrée. Ces éléments d’une première organisation de l’espace sont très partiels et sont repris dans les phases postérieures.

Fig. 74 - Élévation ouest des murs 86 et 56.

3En lien avec cette petite cour, un sol en galets (us 31/95) est installé à 170,49 m (fig. 75). Il dessine une petite allée sud-nord qui s’évase et entoure une structure circulaire (36) (fig. 76). Cette dernière est en fait une glacière piriforme dont la maçonnerie est constituée de moellons de granite et de gneiss mêlés de galets liés au mortier. Son niveau d’ouverture à 170,35 m laisse la place à l’installation d’un couvercle probablement en bois qui, une fois posé, devait ainsi rattraper le niveau de sol. Cette glacière, creusée sur 4,30 m de profondeur, s’arrête sur un niveau de terre sableuse, aplatie et tassée, qui correspond à la base de la maçonnerie (166,19 m). Comme pour la glacière du château des Tours à Anse (Rhône), il n’a pas été trouvé de système d’évacuation des eaux provenant de la fonte de la glace ou de la neige, ainsi qu’il en existe souvent dans les glacières plus récentes. Ici, le sol sableux permet un écoulement naturel et aisé des eaux.

Fig. 75 - Calade en relation avec la glacière.

Fig. 76 - Vestiges de la maison de la Boyssette au XIVe siècle.

4L’examen de l’appareil intérieur de la glacière a permis de repérer l’emplacement de deux niveaux superposés d’encoches aménagées en même temps que la maçonnerie (fig. 77). Au nombre de quatre par niveau, ces trous subcirculaires ont une dimension moyenne de 0,20 m et sont disposés en vis-à-vis. Leur altitude se situe pour le premier à 1,80 m au-dessous de l’ouverture et pour le second, à 1,10 m au-dessus du fond. Ce dispositif peut être lié soit à la construction même de la glacière et pourrait, en ce cas, correspondre aux négatifs d’un système d’échafaudage, soit à l’utilisation de cette structure et elles pourraient constituer les traces de support des deux planchers intermédiaires, aucune des deux solutions n’étant exclusive de l’autre.

Fig. 77 - Parement intérieur de la glacière.

5Les quelques tessons de céramiques recueillis dans la tranchée de fondation de la glacière et dans le sol (us 31/95) donnent des indications chronologiques. Mais ce sont principalement les nombreux fragments retrouvés dans la couche d’aménagement de la plate-forme (us 33) qui fournissent une datation précise en plaçant cette première construction dans un horizon chronologique allant de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle (céramique médiévale p. 180-184).

  • 26 Plus tard, les mentions de glacière foisonnent dans les textes lyonnais du XVIIe siècle. Ils indiqu (...)

6La découverte de cette glacière reste assez exceptionnelle pour la région lyonnaise. La rareté de ce type de structure ne signifie pas obligatoirement leur absence, mais reflète plutôt les lacunes des informations archéologiques en milieu urbain. En outre, les textes sont peu loquaces pour la période médiévale26 et peu d’exemples de ce type d’installations ont été retrouvés pour cette époque. Seules sont connues les glacières du château des Tours à Anse et de la rue Adolphe-Max à Lyon. Au château d’Anse, les dimensions et la technique de mise en œuvre de la glacière sont similaires à celle de Gadagne (Vicard, Saubeyrau, Grillet 1980 ; Lavigne 2003 : 9). La glacière de la rue Adolphe-Max, quant à elle, présente un mode de construction très différent, avec des pierres sèches disposées en encorbellement et qui tapissent également le fond (Villedieu 1990 : 60). Une autre glacière est mentionnée, pour Lyon, au n ° 22 rue du Bœuf, mais son état de conservation très lacunaire ne permet pas d’établir de comparaison (Arlaud 1989 : 14).

7La maison du XIVe siècle est implantée sur une parcelle qui s’étendait jusqu’à la rue Saint-Jean. Elle n’est attestée que par le mur de terrasse (86) et la glacière. Ces vestiges désignent un espace correspondant à l’arrière-cour d’une maison cloisonnée par deux murs accolés nord-sud (95 et 98). L’usage des glacières est souvent lié à un contexte social et économique élevé (châteaux et abbayes), et signale ici une demeure appartenant à un riche propriétaire, sans doute Guido d’Albant à qui appartient la parcelle sur laquelle est construite cette résidence.

ÉVOLUTION DE LA MAISON

8La maison évolue rapidement au cours du XIVe siècle. D’importantes modifications interviennent dans l’arrière-cour qui est réduite au profit d’espaces couverts (fig. 78). Le mur de terrasse 86 est reconstruit avec des moellons de calcaire et de gneiss liés au mortier sur une largeur un peu plus importante que le mur primitif (fig. 79). Formant un retour vers l’est, le nouveau mur (56) est chaîné au mur 99 qui limite l’espace au nord. Une porte est aménagée dans ce mur et donne l’accès à un couloir. Ce passage appartient à une organisation plus complexe de l’habitat. En effet, deux pièces sont construites l’une à l’ouest, limitée par les murs 97, 18, 99, 56, et l’autre à l’est, par les murs 99, 13 et 11. Elles sont disposées de part et d’autre du passage qui conduit dans une petite cour empierrée. Les sols des nouvelles pièces n’ont pas été retrouvés, seuls des remblais de terre mélangée à quelques fragments de briques ont été dégagés. Cela pose la question du niveau et de la nature des sols de ces pièces. Deux hypothèses peuvent être envisagées : soit les sols étaient installés à un niveau supérieur, ménageant une sorte de vide sanitaire, soit ils étaient construits en matière périssable, récupérée ou disparue avec le temps. Par ailleurs, les murs de ces pièces ne sont pas fondés, puisqu’ils reposent directement sur le sol du petit chemin menant à la glacière. Cela est un argument supplémentaire pour l’hypothèse de sols installés sur un remblaiement contemporain de la construction des murs et des sols.

Fig. 78 - Vestiges de la maison de la Boysette au XVe siècle.

Fig. 79 - Parement ouest des murs 86 et 56.

9Dès lors, la glacière est condamnée par la pose, en remploi, d’une meule en grès avec un trou central surmonté d’une croix en fer scellée dans la pierre (fig. 80). Le sol de cet ensemble, formé par la cour et le petit couloir, présente une légère pente vers le nord, ce qui permet à une rigole aménagée au centre de la cour de conduire les eaux de pluie (fig. 81) et, probablement, aussi les eaux usées vers la glacière, où le trou central de la meule leur offre la possibilité de s’infiltrer tout en retenant les objets trop gros. La glacière est ainsi reconvertie en puits perdu.

Fig. 80 - Détail de la meule en grès qui condamne l’ouverture de la glacière.

Fig. 81 - Détail du pavement de la cour (us 79).

10Au sud, cette cour est limitée par le mur 57, axé est-ouest, qui vient s’appuyer sur le mur 56, et à l’est par le mur 85, orienté nord-sud, qui remplace le mur 98 partiellement détruit. À l’est de ce mur, un sol en terre battue (us 81) a été dégagé sur une surface très limitée, légèrement en contre-bas du sol de la cour. Étant donné la surface conservée, il n’est pas possible d’attribuer à cette pièce une fonction précise ; cependant, la nature de son sol implique qu’elle fait partie de l’intérieur de la maison. Au sud du mur 57, une autre pièce se développe, mais là encore aucun niveau de sol n’a été retrouvé.

11La datation de ces vestiges est donnée par un petit lot de céramique issu des niveaux de construction et par les quelques tessons retrouvés dans le sol en terre battue (us 81). Ces lots de céramique sont bien représentatifs du vaisselier domestique en usage au XIVe siècle dans la région lyonnaise (céramique médiévale p. 180-184).

12Si l’organisation du plan de ces bâtiments est fixée dès le XIVe siècle, cette demeure poursuit son évolution au cours du XVe siècle, par une nouvelle disposition des circulations ; pour preuve, le bouchage de la porte dans le mur 99 et les nombreuses reprises visibles sur les murs 57 et 97 (fig. 82). Elle est détruite au moment de la construction du bâtiment sur rue de l’actuel Musée Gadagne (maison T). Toutes les structures qui formaient probablement la partie arrière des communs sont coupées par la construction du mur 40 et les vestiges sont recouverts d’un épais remblai de démolition, daté par un denier de Charles VIII, frappé entre 1483 et 1498 (monnaie n ° 126 p. 221). L’analyse des textes confirme que cette destruction ne peut intervenir qu’après 1489. Cette date est cohérente avec le lot de céramique recueilli, caractéristique de la fin du XVe siècle (céramique médiévale p. 180-184). Ce mobilier apporte des informations pertinentes qui permettent d’améliorer la compréhension de cet habitat. En effet ce lot, issu de la dernière occupation de la maison, est constitué uniquement d’ustensiles de cuisine, ce qui confirme bien la fonction domestique de ces espaces (cuisine, cellier…). Les nombreux claveaux de tuf indiquant la présence d’éléments cintrés (baies, arcs diaphragmes…), les quelques éléments lapidaires recueillis (montant de meneau et une base de colonnette de baie géminée) (fig. 83), et enfin, les rares fragments de vitraux et de carreaux vernissés indiquent un luxe certain et un niveau social élevé des occupants de cette demeure, ce qui avait déjà été envisagé en raison de la présence de la glacière. L’étude de la faune découverte dans ces niveaux vient renforcer l’hypothèse d’un habitat assez riche (Argant 2000).

Fig. 82 - Parements nord et sud du mur M57.

Fig. 83 - Base de colonne.

  • 27 J. Pointet, p. 7097 ; ADR. - 10 G 1000, f ° 72v ° et f ° 73.

13La chronologie des vestiges et leur nature sont des arguments en faveur de l’appartenance de cette demeure aux différents propriétaires de la parcelle tels que les textes en restituent la succession : les d’Albant, les Pompierre et, enfin, les Varinier. À Lyon, l’habitat privé n’est que très exceptionnellement mentionné avant le début du XIVe siècle ; dans le meilleur des cas, il s’agit d’ailleurs de mentions isolées et laconiques. Le tènement de Gadagne n’échappe pas à cette règle. En 1303, Guido d’Albant possède une maison dite « de la Boyssette », maison que l’on peut situer à l’emplacement d’un large tènement composé des actuels 10-12-14 rue Gadagne, s’étendant de la rue Saint-Jean à la montée Saint-Barthélemy. À cette même date, Mathieu de la Mure occupe la parcelle mitoyenne au nord, c’est-à-dire l’actuel n ° 8 de la rue Gadagne. Cette limite semble bien fixée depuis le début du XIVe siècle au moins. À l’inverse, il n’est pas possible de tracer la limite méridionale de ce tènement initial (fig. 84). Les mentions suivantes datent du dernier tiers du XIVe siècle : en 1371 et en 1388, le tènement a changé de propriétaires : Pierre et Claude de Pompierre possèdent plusieurs biens répartis27 sur le tènement défini précédemment, savoir la :

« maison de la Boysette, derrière sa maison du Palais (c’est-à-dire le 2 rue Saint-Jean appelée, à cette date : rue du Palais)... et derrière le grand mur de la maison de Mome Gardin..., le curtil s’étendant jusqu’à la rue qui va de Saint-Paul à Saint-Just ».

  • 28 J. Pointet, p. 7097 ; ADR. - 10 G 988, f ° 92v °.

14La propriété Gardin était située au sud, mais on ignore où exactement. Claude de Pompierre est d’ailleurs réputé y avoir vécu et y être décédé28.

Fig. 84 - Restitution de la parcelle en 1303 1a.

15Si l’on compare les données textuelles et les découvertes effectuées lors de la fouille de la cour d’honneur du musée, il serait tentant d’associer les vestiges de cette demeure avec l’une ou l’autre des maisons mentionnées. Il est probable qu’il s’agisse de celle de la Boyssette. Le texte de 1371 indique, en effet, que la Boyssette est située à l’arrière de la maison du Palais et le nom même de cette dernière implique qu’elle ouvre sur la rue du Palais, c’est-à-dire la rue Saint-Jean. Enfin, il est bien précisé en 1388 que la maison de la Boyssette « passe », c’est-à-dire s’étend jusqu’à la montée Saint-Barthélemy.

D’UNE GRANGE À UNE MAISON D’HABITATION (parcelle méridionale, secteurs B et C)

16Les abords de cette demeure de qualité restent relativement méconnus ; cependant, la lecture des élévations des bâtiments médians permet d’appréhender à petites touches certains éléments de son environnement. L’étude des pièces B et C a fait ressortir plusieurs anomalies permettant d’assurer l’existence d’une construction antérieure aux bâtiments du XVIe siècle.

La grange

17Aux confins occidentaux de cette vaste demeure, un replat de terrain est organisé. Les terres sont contenues entre deux murs de terrasse. À l’est, le mur 86-56, orienté nord-sud, marque la limite entre les communs de la demeure patricienne et les contreforts des pentes. Il définit la limite orientale d’une plate-forme légèrement surélevée de 11 m de large. À l’ouest, la pente démarre abruptement. Un long mur (18), orienté nord-sud, est donc construit afin de retenir les poussées des terrains qui, à cette époque, sont principalement végétalisés. Épousant les remblais retaillés, ce mur de soutènement adopte un tracé légèrement courbe, contraint par les terrains qu’il retient (fig. 85). Il est composé de matériaux très hétérogènes, notamment des gneiss et des granites, tous matériaux de remploi largement repérés dans les constructions antiques du site ; les gneiss sont notamment disposés à plat et servent d’assises de réglage. À ces blocs de remploi sont associés de très nombreux galets, l’ensemble étant lié par un mortier abondant et très dur (mortier : groupe 6, p. 174-177).

Fig. 85 - Détail du parement en fondation du mur 18.

  • 29 Ici, on constate l’absence d’un enduit conservé sur l’intrados de l’arcade. Ce qui est peut-être li (...)

18Un bâtiment de plan trapézoïdal s’inscrit donc dans cette petite bande de terre délimitée par les murs de soutènement 18 et 86-56. Il est érigé contre le mur ouest (18.12, 18.18, 18.31), laissant un passage d’un peu plus de 3,60 m à l’est (fig. 86). Le mur pignon sud 23 est implanté en biais. L’existence d’un bâti antérieur occupant l’extrémité sud de la parcelle expliquerait en partie ce désaxement. Ce mur (23.1) (fig. 87), composé majoritairement de galets auxquels sont mêlées quelques pierres de tout-venant, possédait une grande ouverture aménagée en son centre. Les vestiges d’un arc de décharge ou d’une grande arcade, au tracé surbaissé et constitué de claveaux en gneiss, ont été reconnus tant sur les parements intérieurs qu’extérieurs. L’intrados de l’arc est marqué par une série de petites pierres disposées horizontalement. La partie centrale de l’arc est légèrement effondrée suite au percement des différentes portes aménagées dans la partie sud du mur (fig. 88). Le tracé restitué de cet arc permet de définir une ouverture de 4 m de large pour 5,30 m de hauteur qui peut être associée avec une porte de grande dimension. Ce type de baie s’inscrit dans le registre bien défini de l’architecture vernaculaire où les portes s’adaptent directement à la forme de l’ouverture29 (fig. 89).

Fig. 86 - Mur 18, vue vers l’ouest.

Fig. 87 - Mur 23.
87a : Parement intérieur.
87b : Parement extérieur.

Fig. 88 - Arc surbaissé en schiste compris dans le mur 23.

Fig. 89 - Restitution des bâtiments au XIVe siècle.

19Dans la partie sommitale de la construction, deux petites ouvertures partiellement conservées, de 0,40 m de côté, sont ménagées dans le mur 23. Les piédroits construits en brique sont recouverts d’un enduit lissé. Il s’agit vraisemblablement d’évents qui permettaient la ventilation des parties hautes de ce bâtiment de stockage. Leur position régulière autorise la restitution d’une troisième ouverture, oblitérée par l’aménagement de l’escalier en vis et d’une porte palière, au cours du XVIe siècle.

20Au nord, le mur pignon de la grange est constitué par le mur 19 (19.20) dans lequel sont aménagées deux petites fenêtres (fig. 90). Ces ouvertures possèdent des dimensions modestes : entre 0,80 m et 0,90 m de largeur et 1,20 m à 1,30 m de hauteur. Les piédroits sont composés de pierres de taille de dimensions variées alors que l’arc surbaissé est majoritairement constitué de gneiss associés à quelques briques.

Fig. 90 - Mur 19.
90a : Vue de la pièce C.
90b : Vue de la pièce D.

21À l’est, le mur gouttereau de ce bâtiment a été détruit par les occupations postérieures. La relation entre les murs pignons de la grange et le mur de façade oriental (17) est en effet délicate à établir ; au rez-de-chaussée, les liaisons sont détruites par le percement de portes offrant un accès aux pièces B1 et C1, et au premier étage, des remontages importants ont supprimé les élévations primitives.

22La nature des pierres utilisées, galets et tout-venant, et le mortier composé de sable siliceux très grossier (mortier : groupes 7 et 15, p. 174-177) liant les différentes maçonneries permettent de reconnaître un ensemble homogène. On peut donc en déduire qu’elles ont été accolées contre le mur de terrasse 18 préalablement établi.

  • 30 Cette hypothèse s’appuie sur la découverte d’une ancienne façade de maison à l’intérieur du bâtimen (...)

23La proximité des communs de la demeure patricienne laisse supposer une construction directement liée à l’usage de ses habitants. Or, les limites sud de la parcelle appartenant à la famille Pompierre sont incertaines (fig. 91). Les rares textes en notre possession offrent des renseignements lacunaires sur les propriétaires du tènement sud : ainsi voit-on mentionnée la famille De Villeneuve à partir de 1371 et la topographie des lieux permet d’envisager qu’elle est en possession d’une longue parcelle sinusoïdale. En effet, la position de l’entrée de la grange est tournée vers le sud et non vers le nord, où la pente très accentuée n’offre pas d’accès aisé. Ainsi, si l’on replace cette construction dans le cadre d’un aménagement de parcelles très pentues, sans bornage précis et parcourues par des chemins privés, on peut alors supposer qu’une ruette ou un espace libre (telle une cour) permettait d’accéder jusqu’à ce bâtiment. La présence d’une porte charretière permet d’envisager l’existence d’un espace dégagé suffisamment vaste pour faire manœuvrer des charrois. Cette grange est sans doute implantée à proximité d’une maison, localisée à l’emplacement du coude du Garillan30. Les constructeurs ont cherché à échapper à cette contrainte topographique en construisant le mur sud de la grange (23) selon un tracé biais fortement marqué.

Fig. 91 - Restitution de la parcelle 1371 1b.

Une maison d’habitation

24C’est sans doute entre la fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle que ce petit bâtiment est reconstruit en partie et change de statut : d’une bâtisse à usage agricole, il est transformé en immeuble à usage résidentiel (fig. 92).

Fig. 92 - Restitution des bâtiments de la première moitié du XVe siècle.

25Les trois murs — 23, 18 et 19 — subissent d’importantes transformations. Les deux murs pignons (23 et 19) ont certainement subi des modifications qui ont été oblitérées par les reprises réalisées au cours du XVIe siècle. Le mur occidental (18) est surélevé de 3 m (18.34), conférant ainsi à la nouvelle maison une élévation conservée sur près de 10 m de haut. Cette maçonnerie se distingue aisément, non pas par la qualité des matériaux qui, somme toute, est relativement similaire à ceux de l’état antérieur, mais par le type de liant, constitué d’un mortier gris, composé de sable silico-calcaire dont la granulométrie est fine à moyenne. À l’extrémité sud de ce mur, une porte (18.19), dont les piédroits sont en pierres de taille, offre une circulation directe vers une arrière-cour (fig. 93). Le niveau de sol extérieur peut ainsi être restitué à 176,40 m. À son extrémité nord, les vestiges d’un arc de décharge en briques indiquent la présence d’une fenêtre (18.33).

Fig. 93 - Schéma d’évolution des pentes (maison B-C).

  • 31 Des constructions ponctuelles viennent tardivement, entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, pert (...)
  • 32 Du sud au nord : 0,20, 0,12, 0,13 et 0,11 m d’épaisseur et les largeurs oscillent entre 0,20 et 0,3 (...)
  • 33 Les pierres de ce contrefort ont été systématiquement bûchées.

26Le mur oriental (17) a pu être observé jusqu’au niveau des fondations31 (fig. 94). Celles-ci possèdent des assises irrégulières employant des matériaux hétérogènes : pierres équarries, galets, remplois, notamment des briques et des fragments de mortier arrachés à des édifices antiques. La première assise forme radier, chaque bloc étant disposé en épi, poinçonnant ainsi le remblai. Puis les matériaux ont été jetés dans des lits de mortier extrêmement épais. Ce mur entre dans la catégorie des fondations coffrées. On possède, en effet, les empreintes des bois de coffrage conservées dans le mortier, signalant ainsi le niveau d’installation des palplanches (fig. 95). L’implantation du mur se fait, tout d’abord, dans une tranchée étroite sur 1,20 m de hauteur, puis cette tranchée s’élargit au niveau du coffrage composé de planches disposées verticalement et horizontalement. On compte sept bois verticaux : quatre sont des bastaings de dimensions variables32 et trois sont des planches. Entre ces pièces verticales, de petites planches de 2 à 7 cm d’épaisseur sont indifféremment disposées à la verticale ou à l’horizontale. Ce coffrage est installé lorsque la fondation traverse et s’appuie sur des vestiges antiques. Le choix du coffrage est donc lié à la structure des sols constituée de remblais plus ou moins stables. Lorsque les constructeurs rencontrent des pans de murs complets, qu’il devait être malaisé d’extraire, le choix fut fait de les laisser en place ; la construction nouvelle prend donc directement appui sur ces maçonneries. Assainir le terrain n’a pas été envisagé, car cela aurait entraîné un décaissement trop important des sols, occasionnant ainsi une décompression des remblais, préjudiciable à la stabilité ultérieure de la construction. De fait, la semelle des fondations possède une hauteur plus ou moins constante, épousant le profil du comblement antique. Lorsque la composition des remblais est moins chaotique, les constructeurs mettent en place un contrefort (17.0.4), de 2 m de large33, servant à contenir les poussées importantes en bas de pente.

Fig. 94 - Murs 17, 27 et 34.

Fig. 95 - Fondations du mur 17.

  • 34 Au-dessus de cette porte, une ouverture rectangulaire avec des remplois est tardivement insérée.

27Alors que le mur ouest (18) subsiste sur une hauteur importante, le mur 17 (17.1) n’est conservé que sur ses 5 premiers mètres car il a subi d’importants remaniements au XVIe siècle. Il emploie majoritairement des galets, complétés par quelques fragments de gneiss, matériaux utilisés en remploi, et quelques moellons de calcaire des Monts-d’Or ; des calages de briques sont par ailleurs assez nombreux. C’est sur cette façade que subsiste le plus grand nombre d’ouvertures (fig. 94) : trois portes et quatre fenêtres sont recensées. La desquamation des joints a rendu très délicate la lecture chronologique de ces baies. La porte méridionale (17.12) constitue la première ouverture aménagée avec linteau en accolade, le piédroit sud étant composé des pierres de taille qui organisent aussi la chaîne d’angle du bâtiment34. Les autres sont placées en repercement (17.9) : une grande porte avec lucarnon à linteau en accolade occupe l’axe central de la maison. Il est impossible de dire aujourd’hui si la porte primitive avait alors été bouchée. Au sud, deux fenêtres jumelles construites sous des arcs de décharge en briques apportent une lumière directe dans la salle basse (B1) ; une troisième baie (17.33) vient éclairer la partie nord du bâtiment (C1).

28Ainsi, au XVe siècle, la partie sud de la parcelle est occupée par une maison à deux étages, dont l’accès principal se fait à l’est sur le terrain mitoyen avec la maison de la Boyssette. À l’ouest, une porte, située au deuxième niveau, offre un accès direct vers les pentes de la colline de Fourvière. Pour cette période, les données textuelles indiquent l’existence de deux nouveaux propriétaires.

TRANSFORMATION ET AMÉNAGEMENT DES PENTES (parcelle du 10/12)

29Au XVe siècle, l’espace septentrional est peu à peu loti de maisons et de bâtiments à vocation utilitaire (fig. 92).

AMÉNAGEMENT D’UNE CAVE (secteur F1)

  • 35 Le niveau de sol extérieur associé se situe à 173,80 m.
  • 36 La terre a pu servir au comblement de la partie inférieure du talweg.

30Au nord-ouest, à mi-pente, affleure un mur ruiné (31), caractérisé par des arases de briques et un petit appareil régulier qui présente de fortes similitudes avec une construction d’époque antique (fig. 96), majoritairement construit avec des moellons de gneiss, liées avec un mortier jaune. La partie inférieure est bâtie avec des blocs équarris de dimension moyenne (0,35 x 0,20). Cette construction est limitée par deux lits de briques, au-dessus desquels se développe un petit appareil très régulier constitué de moellons calibrés de 0,08 à 0,10 m de hauteur par 0,12 à 0,16 cm de largeur. Même si l’absence de contexte ne permet pas de valider cette hypothèse, plusieurs indices - la nature et la mise en œuvre des matériaux ainsi que sa localisation à moins de 7 m des structures retrouvées dans les caves - nous incite toutefois à rattacher ce massif à un mur de terrasse aménagé au cours de la période antique35. Ce mur de terrasse présentait des contreforts de 0,90 m de large, distants de 3 m, et se poursuivait sous la petite cour où un troisième contrefort a été repéré lors de la surveillance du terrassement réalisée à l’occasion du décaissement. Ce mur, conservé en élévation sur 1,10 m, va servir de mur d’appui à la création d’un vaste espace voûté. Pour ce faire, un important travail de terrassement36 a permis de dégager les fondations enfouies sur près de 2,60 m ; c’est à cette occasion que les contreforts ont été systématiquement bûchés, les traces d’arrachement étant grossièrement bouchées avec le mortier utilisé pour la construction de la cave. Les constructeurs obtiennent ainsi un mur de près de 3,70 m de hauteur, avec une fondation à peine enfouie sur 0,20 m de profondeur.

Fig. 96 - Relevé pierre à pierre du mur 31.

  • 37 Le parement visible du mur est caractérisé par un emploi majoritaire de galets auxquels se mêlent q (...)

31La limite orientale de ce nouvel espace est matérialisée par le mur 18, alors en cours de construction, et dont l’implantation est poursuivie jusqu’en limite du tènement de Mathieu de La Mure37, situé à l’emplacement de la parcelle du n ° 8.

  • 38 Le mur 31 a été légèrement surélevé pour fermer la partie haute sous la voûte.

32Entre ces murs de terrasse (31 et 18), deux murs est-ouest — 30 (sud) et 32 (nord) — sont implantés à 6,60 m de distance ; ils reçoivent la retombée d’une voûte cintrée38 . Dans le mur 18 est installée une grande porte en plein cintre (18.1) de 2,80 m de large pour 3,50 m de haut (fig. 97). L’arcade est construite avec des claveaux de grande dimension (entre 0.15 et 0.35 m de large) et des pierres de taille en remploi. Les piédroits sont composés de pierres calcaires de dimensions très hétérogènes. Cette salle peut être considérée comme un cellier ou une cave de 53 m2 qui ouvre à l’est sur un espace ouvert, cour ou chemin, suffisamment vaste pour la manœuvre des charrois. La porte ménagée dans le mur nord de la maison de la Boyssette offre également un passage vers cette zone de circulation. Cette construction utilitaire faisait sans doute partie du domaine de la maison patricienne.

Fig. 97 - Mur 18, vue vers l’est.

LOTISSEMENT DES PENTES (secteurs J, K M, H, I)

33Les pentes sont investies et de nouveaux replats créés pour recevoir plusieurs cellules d’habitation. La chronologie de ces constructions ne peut pas être précisée car les aménagements du XVIe siècle n’ont laissé que peu d’indices de datation. Le sondage pratiqué dans le replat supérieur (pièce N3) n’a pas apporté de mobilier caractéristique. En outre, le recours à une éventuelle typologie des baies reste sans effet, puisque la plupart utilise en tout ou en partie des pierres de remploi. Cependant, on reconnaît un usage constant de piédroits arrondis dont la base est marquée par un congé en goutte d’eau au-dessus d’un socle à arêtes vives, les moulures supérieures étant beaucoup plus fantaisistes. Ces quelques renseignements tendraient à prouver que l’on ne cherche pas vraiment à réaliser une architecture de qualité. On crée à partir de l’existant des espaces dont l’aspect utilitaire prime, qu’il s’agisse d’abriter une résidence ou un lieu de travail.

Aménagement des terrasses

34Dans un premier temps, il est nécessaire d’aménager de nouveaux murs de terrasse. La pente devenant de plus en plus abrupte, il est indispensable de les construire relativement rapprochés. Ici, on établit systématiquement des murs doubles (16/12 et 2-9/44). La mise en œuvre de ces structures est toujours identique : le premier mur est installé directement contre les terres, le second est établi à moins de 1 m en avant. Ainsi crée-t-on un espace ventilé dans lequel s’écoulent les eaux d’infiltration, le mur en élévation est alors aéré sur toute sa hauteur et à l’abri de l’humidité.

35La première terrasse, limitée à l’est par le mur 18 et à l’ouest par le double mur 2-9/44, constitue un espace relativement vaste de forme trapézoïdale : en largeur, au nord 12 m et à l’extrémité ouest 9,60 m, pour 26 m de longueur estimée. La seconde terrasse est érigée en amont, limitée à l’ouest par le double mur 12/16 et à l’est par le mur 2-9. Elle se développe sur une largeur de 6 m et a été reconnue sur une longueur de 16 m. Le niveau de circulation de la plateforme supérieure se situe à 181,80 m environ, celui de la terrasse inférieure se situe à une altimétrie estimée entre 180,20 m et 180,40 m, soit 1,40 m à 1,60 m plus bas (fig. 98). C’est la convergence de plusieurs indices qui a permis de mettre en évidence la morphologie primitive des terrasses. Pour le secteur supérieur (pièce N3), le substrat naturel est affleurant sous le niveau d’installation du carrelage posé à la Renaissance. En l’absence de sol de circulation contemporain de l’aménagement de la terrasse, le seuil de la porte ancienne 14.1 offre une alternative relativement fiable de ce niveau de circulation. L’organisation initiale de la terrasse inférieure est éclairée par l’analyse des murs de soutènement. Le mur 2-9 possède une épaisseur dégressive : 1,20 m en J2, pour 0.60 m en J3. La base du mur est traitée en fruit très accentué (2.8, 2.5) : les pierres de grandes dimensions (gneiss ou remplois antiques) sont disposées sans soin entre d’épaisses coulées de mortier. Si un enduit ciment recouvre aujourd’hui encore la totalité de son élévation dans la petite cour, les bombements et les imperfections du parement lisibles sous le mortier permettent d’affirmer qu’il s’agit d’un mur en fondation. Cette hypothèse est par ailleurs confirmée par les résultats d’un sondage archéologique réalisé au pied du mur 9, dans la petite cour médiane : ce mur, en dépit de son élévation considérable, est curieusement peu ou pas fondé. Compte tenu du savoir-faire mis en œuvre pour la construction des autres murs de soutènement, il est impensable que les constructeurs aient volontairement érigé ce mur sans le fonder profondément. En fait, la cour ou le jardin qui occupait cet espace était beaucoup plus haute, ainsi que nous avons déjà pu le montrer dans l’évolution de la partie sud du site où le niveau d’usage au XVe siècle se situait à 176,40 m. C’est dans les parties aériennes de son élévation qu’il est recouvert d’un enduit lissé, retrouvé en deux endroits de son élévation — 9.1 et 2.1 — sous les premiers décors renaissants.

Fig. 98 - Schéma d’évolution des pentes sur les maisons I, J, K.

Construction des maisons

  • 39 On supposera que ce bâtiment était implanté en limite de parcelle avec le n ° 8, à moins que le mur (...)

36Dans un deuxième temps, des maisons sont bâties sur ces plates-formes. Sur la terrasse ouest (M3), une petite construction est aménagée. De cette structure, nous connaissons trois côtés — les murs de terrasse 16-12 et 2 — 9 et le mur 14 au sud. En revanche, l’étendue septentrionale de cette unité d’habitation reste inconnue39 . La connexion entre le mur 14 et le mur 2-9 a malheureusement disparu au profit de la création d’un couloir d’accès installé au XVIIe siècle (15). Cette maison possède une porte d’accès (14.2), étroite et surmontée d’un lucarnon, qui s’ouvre en direction du sud.

37Sur la terrasse inférieure, la confrontation des analyses effectuées dans les pièces J et K révèle l’existence d’une habitation antérieure aux reconstructions du XVIe siècle. Cette maison est constituée des murs 1-7 (1.11) et 5 (5.1) installés parallèlement, à 6 m de distance, et appuyés tous deux contre les murs de terrasse 2-9 à l’ouest et 18-6 à l’est. Ils sont implantés au droit des murs 30 et 32 de la cave inférieure (F1), sans toutefois prendre appui directement sur ces derniers. Le mur 3, établi perpendiculairement au mur 1, entre dans la composition d’un corps de logis étroit qui se développait au nord de la plate-forme. L’extrémité sud (3.10) de ce mur est reconstruite en même temps qu’est érigé le mur 1 (1.11) (fig. 99). Leur maçonnerie est caractérisée par l’emploi de galets et de moellons de calcaire des Monts-d’Or ; ces matériaux sont employés en plus grand nombre que dans les maçonneries des murs de terrasse. L’homogénéité de cette construction est démontrée par les chaînes d’angle qui lient les murs 3 et 1-7 ; on reconnaît ainsi un bâtiment en L dont il ne reste que quelques éléments.

Fig. 99 - Mur 1.
99a : Vue des pièces J.
99b : Vue des pièces I et H.

38Face à l’intrication des modifications que ces élévations ont subies, il est très difficile de proposer une évolution linéaire des maçonneries ; aussi procéderons-nous par petites touches. Dans le mur 3 (fig. 100), plusieurs ouvertures contemporaines de cet état sont apparues : l’ouverture 3.8, à laquelle succède la baie 3.3, possédait un appui situé à environ 1,40 m sous l’actuel niveau de plancher. Dans le mur 1, à la limite du plafond en J2, se rencontrent les vestiges d’une ouverture dont subsiste le piédroit oriental et deux pierres d’appui, ce qui permet de supposer qu’il s’agit d’une fenêtre.

Fig. 100 - Mur 3.
100a : Vue des pièces J.
100b : Vue de la pièce K.

39On voit ainsi apparaître deux dépendances qui occupaient la zone médiane de la parcelle formant peut-être une unique maison (fig. 92). La localisation des ouvertures - fenêtres et peut-être portes - permet de suggérer l’existence, sur la plateforme inférieure, d’une cour au cœur de ces bâtiments, cour qui bordait la parcelle du 8 rue Gadagne. Depuis cet espace, on pénétrait dans la petite aile orientale de la maison par une porte située à l’extrémité nord du mur 3. Sur la plate-forme supérieure, se développe une unité d’habitation de dimensions modestes. La porte au sud offrait un accès direct vers un espace occupé sans doute par des jardins et des vergers.

40L’analyse des documents d’archives ne vient au secours de l’étude de terrain que bien médiocrement. Les textes montrent à plusieurs reprises des changements de propriétaires pendant les XIVe et XVe siècles. La fonction et le statut de ces bâtiments restent cependant incertains. Toutefois, leurs dimensions modestes et leur situation dans la parcelle suggèrent un usage sans doute utilitaire, en lien avec la mise en valeur du domaine rattaché à une demeure de qualité située à proximité, la maison de la Boyssette.

41Après l’Antiquité, l’îlot étudié semble avoir connu une longue période sans occupation importante ; seuls quelques indices d’une fréquentation ponctuelle ont été reconnus. Alors que l’urbanisme s’était développée naturellement le long de la Saône, il faut attendre le XIVe siècle pour qu’il gagne les pentes de la colline de Fourvière. Les maisons établies d’abord en bordure de la rue Saint-Jean gagnent peu à peu les flancs de la colline, terrains moins aisément constructibles sans aménagement préalable. Une belle maison est donc implantée sur les contreforts des pentes, la maison de la Boyssette, vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. La qualité de cette habitation ressort des artefacts découverts, meneaux sculptés ou éclats de vitraux, ainsi que de la mise au jour d’une vaste glacière, qui place cet édifice dans la catégorie des maisons de prestige.

42Accompagnant ce bâti, les flancs de la colline sont peu à peu aménagés en terrasses sur lesquelles sont érigées granges et petites maisons, vouées aux activités domestiques liées au train de vie des grandes maisons. Au fil du XVe siècle, ces dépendances sont peu à peu transformées en maisons d’habitation.

43Cette période s’achève par la destruction de la maison de la Boyssette, après l’acquisition du terrain par la riche famille italienne des Pierrevive, pour faire place à un nouveau projet ; les propriétaires entreprennent alors un chantier qui durera près de cinquante ans.

Notes

25 Ce mur apparaît à 171,12 m et descend jusqu’à 170,69 m.

26 Plus tard, les mentions de glacière foisonnent dans les textes lyonnais du XVIIe siècle. Ils indiquent l’organisation d’un véritable marché avec l’octroi de privilège de stockage et de vente de glace confié à certaines familles. Ce commerce, sans doute fort lucratif, fera l’objet de procédures judiciaires dont les archives retracent la chronique.

27 J. Pointet, p. 7097 ; ADR. - 10 G 1000, f ° 72v ° et f ° 73.

28 J. Pointet, p. 7097 ; ADR. - 10 G 988, f ° 92v °.

29 Ici, on constate l’absence d’un enduit conservé sur l’intrados de l’arcade. Ce qui est peut-être liée à l’état lacunaire des vestiges.

30 Cette hypothèse s’appuie sur la découverte d’une ancienne façade de maison à l’intérieur du bâtiment A. Une porte dont le seuil se situe à 171,70 m offrait un accès vers un immeuble qui se développait de plain-pied vers l’ouest, en direction de ce qui est aujourd’hui la montée du Garillan ; la morphologie du secteur a donc fortement évolué lorsque ce chemin fut créé en 1502.

31 Des constructions ponctuelles viennent tardivement, entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, perturber cette fondation : le percement lié à l’aménagement d’un petit bassin (17.0.3), la construction d’un caniveau (17.0.7) et une zone percée (17.6) correspondant à l’aménagement du soupirail de la cave creusée au XVIIIe siècle.

32 Du sud au nord : 0,20, 0,12, 0,13 et 0,11 m d’épaisseur et les largeurs oscillent entre 0,20 et 0,30 m.

33 Les pierres de ce contrefort ont été systématiquement bûchées.

34 Au-dessus de cette porte, une ouverture rectangulaire avec des remplois est tardivement insérée.

35 Le niveau de sol extérieur associé se situe à 173,80 m.

36 La terre a pu servir au comblement de la partie inférieure du talweg.

37 Le parement visible du mur est caractérisé par un emploi majoritaire de galets auxquels se mêlent quelques pierres de tout-venant ; régulièrement des assises de briques permettent de rétablir l’horizontalité des assises.

38 Le mur 31 a été légèrement surélevé pour fermer la partie haute sous la voûte.

39 On supposera que ce bâtiment était implanté en limite de parcelle avec le n ° 8, à moins que le mur extérieur actuel, très remanié aux XVIe et XXe siècles, n’entre déjà dans la composition de cet ensemble.

Table des illustrations

Légende Fig. 74 - Élévation ouest des murs 86 et 56.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 75 - Calade en relation avec la glacière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 76 - Vestiges de la maison de la Boyssette au XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 77 - Parement intérieur de la glacière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 78 - Vestiges de la maison de la Boysette au XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 79 - Parement ouest des murs 86 et 56.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 80 - Détail de la meule en grès qui condamne l’ouverture de la glacière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 81 - Détail du pavement de la cour (us 79).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 82 - Parements nord et sud du mur M57.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 83 - Base de colonne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 84 - Restitution de la parcelle en 1303 1a.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 85 - Détail du parement en fondation du mur 18.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 86 - Mur 18, vue vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 87 - Mur 23.87a : Parement intérieur.87b : Parement extérieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 88 - Arc surbaissé en schiste compris dans le mur 23.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 89 - Restitution des bâtiments au XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 90 - Mur 19.90a : Vue de la pièce C.90b : Vue de la pièce D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 91 - Restitution de la parcelle 1371 1b.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 92 - Restitution des bâtiments de la première moitié du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 93 - Schéma d’évolution des pentes (maison B-C).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 94 - Murs 17, 27 et 34.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 95 - Fondations du mur 17.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 96 - Relevé pierre à pierre du mur 31.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 97 - Mur 18, vue vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 98 - Schéma d’évolution des pentes sur les maisons I, J, K.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 99 - Mur 1.99a : Vue des pièces J.99b : Vue des pièces I et H.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 100 - Mur 3.100a : Vue des pièces J.100b : Vue de la pièce K.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2624/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540