Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 2. Histoire antique d’un îlot entre fleuve et colline

Texte intégral

1Les investigations réalisées sous le sol du Musée Gadagne invitent à s’interroger sur les processus d’urbanisation du territoire qui s’étend du pied de la colline de Fourvière aux berges de la Saône. Cette question demeure fondamentale pour comprendre l’évolution de la cité.

  • 10 Les numéros font référence aux sites mentionnés dans l’encart.

2Les connaissances acquises sur l’aménagement de la pente orientale de la colline de Fourvière se fondent principalement sur des découvertes anciennes (encart), hormis les fouilles réalisées par M. Le-Nezet dans la partie supérieure du clos des Lazaristes (n° 5) et l’étude effectuée à l’occasion de la restauration de la maison de Pauline Jaricot (n° 17)10. Les nombreuses découvertes de fragments de grosses dalles de granit, en place ou en remploi, tout au long de la montée Saint-Barthélemy, indiquent que cette dernière a repris le tracé d’une voie antique qui devait descendre, depuis le haut de la colline, à travers le versant oriental jusqu’au bas de la pente (n° 16-19, 9, 5). Cette voie nommée « rue de Condate » par A. Audin devait, en effet, relier la colonie au sanctuaire fédéral des Trois-Gaules, installé à Condate, situé sur la colline de la Croix-Rousse, en rejoignant un pont qui franchissait la Saône, peut-être au niveau de la passerelle Saint-Vincent ou du pont du Change. Cette dernière hypothèse est présentée par A. Desbat et J.-P. Lascoux, dans une synthèse des différentes théories sur le franchissement de la Saône à l’époque antique (Desbat 1982 et Desbat, Lascoux 1999). Mais cette voie devait également desservir un quartier d’habitations construit sur des terrasses aménagées dans la pente, comme en témoignent les vestiges découverts tout le long du versant oriental de la colline, au-dessus du Musée Gadagne (n° 4, 5, 9, 10, 15, 18). L’urbanisation de ce secteur a dû demander non seulement de gros travaux de terrassement, mais aussi des aménagements de drainage afin de recueillir et d’évacuer les eaux de ruissellement et les sources. Ces travaux sont perceptibles par la présence de caniveaux et d’égouts attestés sous les voies, mais aussi par les découvertes de citernes et par la mention d’une source (ou d’une fontaine) (n° 9, 10, 15, 19).

  • 11 Actuellement place E. Fousseret.

3Les informations concernant l’occupation des zones basses proviennent des découvertes anciennes et des fouilles récentes effectuées plus au sud, dans le quartier Saint-Jean. Les découvertes les plus proches sont des dalles de voie retrouvées sous la rue Gadagne (n° 8) et sous les rues du Bœuf et Tramassac (n° 11, 14, 22). Elles attestent l’existence d’un axe nord-sud, à proximité immédiate de la fouille, dont le tracé rejoindrait la rue de la Loge où il tournerait en direction de la Saône, peut-être pour rejoindre une voie le long de la berge en direction du nord. D’après A. Audin, cette voie se raccorderait au sud, à la voie de la Narbonnaise située sous la rue de la Quarantaine (Audin, 1956). D’autres vestiges sont signalés lors de la construction, en 1740, de la Loge du Temple par Soufflot et de la maison Castiglione (n° 6). Les notes sur ces découvertes ont été reprises par F. Artaud qui les a interprétées comme un quai, hypothèse démentie par A. Audin. Ce dernier signale, par ailleurs, la découverte sous la place Vernay (n° 2) de structures maçonnées ayant pu appartenir à un édifice thermal, information orale qui n’a jamais été confirmée. Enfin, des murs ont été repérés sous la place du Petit-Change11 (n° 7).

  • 12 Actuellement salle Molière.

4Au nord, la plupart des trouvailles ont été faites en périphérie du quartier, au cours des XVIIIe et XIXe siècles, à l’occasion de la construction des quais et de la destruction du pont du Change. Elles concernent principalement le secteur allant de la passerelle Saint-Vincent au Conservatoire12 (n° 1), où ont été retrouvés des sceaux de douane, des tessères commerciales et des inscriptions, dont deux piédestaux de statues érigées en l’honneur des Nautes de la Saône. Au sud, les informations issues des fouilles du quartier Saint-Jean montrent que l’urbanisation de ce quartier se développe à partir de la deuxième moitié du IIIe siècle ap. J.-C., à la fin du processus de remblaiement du bras de Saône. Cette occupation, qui appartenait plutôt à de l’habitat privé, a évolué pendant la période paléochrétienne vers une occupation monumentale à mettre, sans doute, en relation avec la construction du groupe épiscopal. Il faut noter également pour cette époque la présence d’un mur d’enceinte et/ou de digue à l’est des églises Saint-Étienne et Sainte-Croix.

5La synthèse des découvertes proches du site indique que ce dernier est largement urbanisé et desservi par des voies qui semblent correspondre pour l’une à la montée Saint-Barthélemy et pour l’autre à l’axe de la rue Tramassac/rue du Bœuf/rue Gadagne. Toutefois, la pauvreté de la documentation ne permet pas de définir précisément sa vocation. Ce quartier est-il à rattacher à celui des pentes où se développent de « belles demeures », comme en témoignent les mosaïques qui parsèment la colline, ou au quartier fluvial à vocation commerciale et artisanale, comme sembleraient l’attester les sceaux de douanes, les tessères et les différentes inscriptions (Audin, 1956, p. 137) ? Une deuxième question se pose, relative à la datation de l’urbanisation de ce secteur de la ville antique. S’agit-il d’une formation tardive, comme cela a été mis en évidence à Saint-Jean ou au contraire le quartier, se trouvant à l’abri des inondations, s’est-il développé à une époque assez précoce ? Enfin, une troisième interrogation concerne l’évolution du site entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Âge. L’occupation se maintient-elle sans interruption comme à Saint-Jean, ou au contraire apparaît-il un hiatus chronologique entre ces deux périodes, comme c’est souvent le cas à Lyon et particulièrement dans la Presqu’île ?

6Les résultats de la fouille de la cour d’honneur du Musée Gadagne, placée au cœur de cette problématique, ont pu apporter quelques éléments de réponse grâce à la découverte de vestiges se rapportant à trois périodes chronologiques différentes (fig. 36) dont les plus significatifs sont : une occupation pré-coloniale attestée pour la première fois dans ce secteur de la rive droite, un grand édifice commercial qui évolue de l’époque tibérienne à la fin du IVe siècle ap. J.-C. et, enfin, une longue période d’abandon, entrecoupée de quelques phases de fréquentation très ponctuelles.

Fig. 36 - Vestiges antiques toutes périodes confondues.

LES DÉCOUVERTES ARCHÉOLOGIQUES
1 - Conservatoire/pont du Change (Villedieu 1990 : 139-140).
2 - Sous le groupe scolaire de la place Vernay, découverte d’importants vestiges de thermes non confirmée (Villedieu 1990 : 139).
3 - Découverte au XIX
e siècle au droit du n° 5 de la montée Saint-Barthélemy, lors de travaux, de dalles antiques en place qui furent réemployées dans la construction d’un mur. En 1951, la démolition de ce mur permit de retrouver 14 de ces dalles (Audin 1956 : 126).
4 - Une partie d’habitation avec une mosaïque dans la partie haute de l’externat Sainte-Marie sous le mur de séparation entre le clos des Maristes et celui des Lazaristes (Stern 1967 : 26).
5 - En 2000, fouille du site des Lazaristes par Monique Le Nezet-Celestin où une partie d’un quartier d’habitations aménagé en terrasse a été dégagée avec une rue en pente orientée nord-ouest/sud-est qui traversait une terrasse intermédiaire entre deux rangées de bâtiments à portiques (Le Nezet-Celestin 2001).
6 - Importantes structures découvertes à l’occasion de la construction de la Loge du Temple en 1740 et de la maison Castiglione qui fait l’angle de la rue Juiverie et de la rue de la Loge (Artaud 1846 : 30-32).
7 - En 1949, à 4 m au nord de la façade sud de la place du Petit-Change, découverte de plusieurs murs antiques (Audin 1956 : 138).
8 - Audin signale la découverte de dalles de voie lors de la construction d’un égout sous la rue Gadagne : « 
Vers 1930, lors de la construction de l’égout de la rue de Gadagne, à 2 m environ de profondeur, apparut le dallage d’une voie romaine dont l’axe correspondait avec celui de la rue ; au nord, vers la rue de la Loge, elle tournait en direction du nord-est ; au sud, elle se prolongeait au-delà de la rue de la Fronde, par dessous la place du Petit-Collège, en direction de la rue du Bœuf. Large de 2,20 à 2,30 m, elle était pavée d’énormes dalles polygonales irrégulières de granit bleu et l’on y remarquait deux séries d’ornières se chevauchant de telle manière qu’une seule voiture pouvait passer de front » (AML, 63 II 003 ; Chomer 2003).
Audin signale également le 29 nov. 1969 la découverte de : « 
dalles en place à 1,60 de profondeur devant la porte 8 rue Gadagne (renseignement de M. Prost) » (AML, 63 II 003 ; Chomer 2003).
9 - Artaud signale dans le jardin des pères Récollets, à l’emplacement de l’ancienne usine Augis au 28-30 montée Saint-Barthélemy, la découverte de « 
restes d’anciens édifices, des murailles, des voûtes et des chambres souterraines incrustées de mosaïques, des fourneaux de briques, des tuyaux de plomb » (Artaud 1846 : 101).
Lors de la construction de l’usine Augis, au n° 28 de la montée Saint-Barthélemy, la découverte d’un autel dédié par l’affranchi Eutychès aux Mères Augustes et la mention d’une source pétrifiante au fond de l’immeuble du n° 30 permet à A. Audin d’en déduire l’existence à cet endroit d’un ancien lieu de culte dédié aux Matres (Audin 1956 : 139).
En 1952, découverte de 24 dalles de voie sous le sol de l’usine Augis. Cette voie allait en direction de l’ouest (Audin 1956 : 139).

En 1963, Audin signale toujours sous cette usine la découverte de maçonneries antiques bordant à l’ouest la « rue de Condate », d’un fragment d’égout et d’éléments de dallage de la voie antique (Audin 1963 : 738).
10 - Dans une maison nommée Belle-Vue, (montée Saint-Barthélemy ?) maison Olivier appartenant à M. l’abbé Caille, des « 
chambres magnifiques ornées de marbre, céramiques, bronze, plomb, monnaies, un grand canal… » (Artaud 1846 : 101).
11 - Artaud signale la présence d’un « 
canal » qui « suivait la direction du chemin neuf » dont un fragment aurait été retrouvé au n° 24 de la rue du Bœuf (Artaud 1846 : 29).
12 - Sondages dans la cave de la maison du Chamarier (Arlaud 1990).
13 - Découvertes d’un cippe, d’autel et d’inscriptions au cours du XIX
e siècle. Entre 1976 et 1982, fouilles du groupe épiscopal au nord de la cathédrale Saint-Jean, présence d’un mur, à l’est des églises Sainte-Croix et Saint-Etienne, qui pourrait jouer le rôle de digue et/ou d’enceinte au IVe siècle. Traces d’occupations romaines sous les vestiges du baptistère et de l’église Sainte-Croix avec notamment des pièces sur hypocaustes à canaux rayonnants réutilisés dans les constructions paléochrétiennes (Reynaud 1996).
14 - La construction d’une maison au n° 3 de la rue Tramassac met au jour les restes d’une voie antique recouvrant des vestiges et scellant un remblai contenant du mobilier antique. Parmi ce mobilier figurait un œnochoé considéré par Audin, comme étant le témoin d’une occupation de ce secteur avant la fondation de la colonie par Plancus (Villedieu 1990 : 141).
15 - Au milieu de cette montée, découverte de souterrains et de « 
conserve d’eau antique » dans l’ancien couvent des Chazeaux qui était autrefois la demeure de M. Mandelot (Artaud 1846 : 83).
16 - En 1953, une tranchée PTT a révélé, sous le trottoir ouest de la montée au milieu du mur est du Rosaire, trois dalles encore en place (Audin 1956 : 109).
En 1957, à l’occasion de l’ouverture d’une porte d’accès entre le jardin du Rosaire et le pensionnat des Lazaristes, au niveau de la montée Saint-Barthélemy, apparurent des vestiges gallo-romains qui semblaient alignés sur la voie dont une dizaine de dalles en place furent dégagées à 0,50 m au-dessus du niveau de la montée actuelle (AML, 63 II 002 ; Chomer 2003).
17 - Dès le XIX
e siècle, Artaud signale la présence de dallage antique devant la maison de Pauline Jaricot (Artaud 1846 : 72) : « en bas de la terrasse de la maison de M. Frèrejean, près de l’Antiquaille, reste de pavé qui offre quelques traces d’ornières antiques ».
En février 1953, à l’intérieur même de cette maison, des travaux de reprise en sous-œuvre d’un mur de refend révélèrent qu’il reposait, comme le mur de façade, sur le dallage d’une voie antique (Audin 1956 : 54). C’est probablement ce même tronçon de voie avec un caniveau de direction sud-ouest/nord-est qui a été mis au jour à nouveau au cours des derniers travaux (rapport Becker 2005 : 4-9).
En 1898, un dallage apparaît au pied du mur de terrasse du jardin de Sainte-Philomène (Audin 1956 : 54).
En janvier 1953, lors d’une tranchée pour l’installation d’une ligne téléphonique, un égout romain avait été suivi sur une longueur de 23 m, avec un petit égout latéral venant de l’ouest et situé un peu plus bas que le n° 42 (Audin 1956 : 53).
18 - En 1865, à l’occasion de la construction d’un mur de clôture entre les Chazeaux et l’Antiquaille, découverte d’une mosaïque qui devait appartenir à une maison bordant la rue de Condate à l’est (Audin 1956 : 105).
19 - En 1962/63, des travaux de terrassement pour l’élargissement de la partie la plus haute et la plus étroite de la Montée, mirent également au jour un tronçon de la voie antique, dont les quelques dalles encore en place étaient au même niveau que la rue actuelle et les égouts du Décumanus (Audin 1963 : 734-738).
20 - Fouille de la station de métro rue Jean-Carriès et rue Tramassac entre 1984 et 1986. Occupation continue depuis la deuxième moitié du III
e siècle ap. J.-C. jusqu’à nos jours. Présence d’un ensemble monumental et d’une voie (Arlaud, Burnouf 1994).
21 - Fouille de la station du métro avenue Adolphe Max en 1983. Occupation continue depuis la seconde moitié du II
e siècle ap. J.-C. jusqu’à nos jours avec la construction de structures artisanales le long du bras secondaire de la Saône et la construction d’un établissement thermal au cours du Bas Empire dont une salle chauffée avec un hypocauste à canaux rayonnants (Villedieu 1990).
22 - En mars 1949, à l’angle des rues Tramassac et Laurent-Mourguet, à l’occasion de travaux PTT, découverte de 2 dalles de voie antique à 168 m (Audin 1956 : 125)
23 - Fouille avant la construction d’un immeuble au nord de la place Benoît-Crépu sur l’îlot Clément V Occupation du site entre la fin du II
e siècle et la fin du VIIe siècle ap. J.-C. (Monnoyeur-Roussel 1992).
24 - Fouilles du Parc Saint-Georges en 2003/2004 (Ayala en cours d’étude). Découvertes de nombreuses embarcations de toutes époques (romaine au XVII
e siècle), d’un appontement antique, du port Sablet et des quais des XVIIIe et XIXe siècles. Découverte également de nombreux fragments d’inscriptions, de statuaires, et de mobiliers divers de toutes les époques. Ces découvertes s’ajoutent à celles faites au cours du XIXe siècle et qui sont signalées par Artaud (Artaud 1846 : 155, 172).

7Par convention
L’évolution chronologique des vestiges correspond à un code couleur :

  • Le rouge désigne l’état pré-colonial.

  • Les oranges correspondent aux aménagements tibériens.

  • Les roses indiquent l’évolution des structures au IIIe siècle.

LES PREMIÈRES INSTALLATIONS

UNE OCCUPATION PRÉ-COLONIALE

8Cette première installation est définie par des vestiges partiels, mais néanmoins bien datés par des monnaies et un mobilier céramique caractéristique du Ier siècle av. J.-C. Elle comprend trois phases successives, la première présente des vestiges de foyer, la deuxième des fours domestiques ou artisanaux et, enfin, la troisième un sol en terre battue.

Des vestiges de sol et de foyer

9Un sol (us 431 et 467), aménagé directement sur le terrain naturel, est constitué d’une couche de graviers très compacte d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. Il présente au nord une forte déclivité d’ouest en est (0,30 m sur une longueur de 2 m) et suivait en cela la pente naturelle du terrain, alors qu’il est parfaitement horizontal dans le sens nord-sud. Sa surface est par endroits noircie par des rejets de cendres provenant d’un foyer (us 468), repéré à l’extrémité ouest de la zone centrale. Ce foyer est constitué d’une couche d’argile de 0,05 m d’épaisseur, tapissée de fragments d’amphores. Il mesure 0,80 m de largeur ; sa longueur demeure inconnue puisqu’une partie de cette structure est restée piégée sous la berme (fig. 39). À côté, une petite fosse (us 470) creusée dans le sol peut lui être associée (fig. 37).

Fig. 37 - Coupe nord-sud (D-D’).

10Au sud, la fouille n’est pas descendue jusqu’au terrain naturel ; il n’est donc pas possible de savoir si le sol en cailloutis s’étendait jusqu’à cet espace. En revanche, on peut noter l’apparition de différents niveaux de sol en terre battue (us. 383 et 381) (fig. 38) qui s’intercalent avec des couches de remblais. Cette superposition de sols n’existe pas dans la zone centrale. Cette différence de stratification suppose l’existence d’une séparation entre les deux espaces dès cette époque (fig. 41).

Fig. 38 - Coupe nord-sud (E-E’).

Fig. 39 - Foyer de la période pré-coloniale.

11Le sol en gravier fait penser à un espace extérieur, peut-être une cour dans laquelle aurait été installé un foyer, alors que les sols en terre battue trouvés dans la partie sud évoquent plutôt un espace intérieur. La datation de ces vestiges peut être établie grâce aux fragments d’amphores qui tapissent le fond du foyer. Il s’agit d’amphores de type Dressel I qui datent cette occupation du deuxième quart du 1er siècle avant J.-C.

Des fours domestiques ou artisanaux

12Au centre, les remblais recouvrant la première occupation sont scellés par un nouveau sol en terre battue (us. 465 et 462), alors qu’au nord, le sol de graviers (us. 431) semble continuer à fonctionner dans cet espace qui resterait donc une aire ouverte. Entre ces deux zones, une séparation, cloison ou mur, a donc dû être construite au moment de ce réaménagement. Il est possible de rattacher à cette construction, le fragment de mur mis au jour au moment du terrassement de tranchées dans la cave nord-ouest. Construit en galets liés au mortier avec un petit pilier contre son parement sud, ce mur en fondation est situé sous le mur 136 légèrement décalé vers le sud (fig. 42). Le niveau d’apparition du substrat est plus haut à cet endroit que sous la cour et cette différence implique une organisation en deux terrasses étagées de 1,40 m.

13Au centre, un four (us 429) est installé à proximité d’un alignement de grosses pierres, orienté nord-sud, qui délimite deux espaces : l’un à l’est, où est situé le four accompagné d’un cendrier formé d’une cuvette comblée de cendre (us 440) et fermé par un sol en terre battue qui fonctionne avec la dernière utilisation du four (us 465) (fig. 44), l’autre à l’ouest où seuls des lambeaux du sol en terre battue (us 425) étaient conservés légèrement plus haut.

14Le four (fig. 40) de forme rectangulaire, aux parois légèrement courbes, est construit en argile. Il se compose d’une simple chambre de chauffe dont la sole repose directement sur une structure en galets. La sole et les parois sont complètement rubéfiés.

Fig. 40 - Vestige du four de la période pré-coloniale.

Fig. 41 - Coupe générale nord-sud (B-B').

Fig. 42 - Vestiges de l’état 1.

15Le sol de terre battue (us 465) se prolonge plus au nord en remontant légèrement, alors que l’alignement de grosses pierres longeant le premier four n’a pas été retrouvé de ce côté. Un deuxième aménagement de galets (us 461), circulaire cette fois, a été dégagé. Une couche de cendre épaisse de 0,10 m, qui s’étend autour de cette structure, atteste la présence d’un four ou d’un foyer à cet emplacement, détruit par les occupations ultérieures.

16Au sud, les sols en terre battue continuent à se succéder. La dernière recharge est surmontée d’une couche d’occupation (us 372) qui n’existe que dans la partie ouest de la fouille, sur laquelle étaient répandus de nombreux tessons d’amphores Dressel I (fig. 45). La stratification différente entre cette zone et le secteur central incite à restituer une cloison qui crée deux pièces distinctes. Les briques crues et l’argile rubéfiée mises au jour dans les remblais de démolition suggèrent une construction en terre.

17Cet ensemble de fours et de sols en terre battue est organisé dans un espace couvert. Cette phase correspond apparemment à une réorganisation des lieux avec, semble-t-il, l’extension d’une construction au détriment des espaces extérieurs (cour ?). On peut donc restituer une pièce centrale avec deux fours, installés à l’est d’un muret en gros moellons non maçonnés (fig. 43). Cette pièce pourrait être flanquée au sud, d’une pièce dont il ne reste plus qu’un sol en terre battue et, au nord, d’une cour ou d’une ruelle en pente, pouvant desservir une pièce située sur la terrasse supérieure, à l’ouest. Ces structures font-elles partie d’un habitat ou sont-elles à relier à des installations artisanales ? La question reste ouverte.

Fig. 43 - Proposition de restitution de l’état 1.

Fig. 44 - Coupe est-ouest (C-C’).

Fig. 45 - Fragments d’amphore Dressel I in situ.

18Cet ensemble est daté grâce aux céramiques, et notamment aux 70 fragments d’amphore Dressel IB répartis sur le sol us. 372 (céramique antique, p. 185-194), et à un denier fourré frappé à Rome en 76 av. J.-C (monnaie n° 2, p. 217) trouvé dans la couche de remblai argileux (us 424) qui clôt cette phase.

Réaménagement partiel

19Après la démolition des fours, un remblai, constitué majoritairement d’argile crue ou rubéfiée et de briques crues provient sans doute de la démolition d’une cloison (us 426, 427, 424, 422,) qui appartenait à la phase précédente. Un sol en terre battue (us 415), légèrement en pente d’ouest en est, s’installe sur toute la surface (fig. 37 et 44). Il est percé seulement d’une fosse (us 450) et de deux trous de poteaux (us 452 et 453). De part et d’autre de cette zone, le sol n’existe pas et ces espaces sont remblayés selon un processus différent. Cette phase peut également être datée grâce aux tessons de céramique ramassés dans ces différentes couches et à un potin gaulois, frappé en 52 av. J.-C. (monnaie n° 1, p. 217).

20En conclusion, ces trois phases d’occupation se succèdent dans un laps de temps très court puisqu’elles appartiennent toutes trois à la même séquence chronologique. En effet, l’ensemble du mobilier céramique et les deux monnaies situent ces trois occupations dans la même période et plus précisément dans le second quart du 1er siècle av. J.-C. (75-50). Ces niveaux attestent ainsi une occupation relativement dense de ce secteur de la ville pour cette époque.

RENOUVEAU SOUS TIBÈRE

21Au cours de la période tibérienne, l’organisation spatiale précoloniale est conservée dans les deux premières phases, alors qu’elle est radicalement modifiée par les aménagements de la troisième phase.

Une nouvelle installation

22Après une remise à niveau par l’apport d’un remblai (us 391), un mur (362), axé nord-sud, est construit (fig. 46). Conservé sur 5 m de long, il est situé à l’extrémité ouest de la zone fouillée et n’a pas pu être dégagé sur toute sa largeur. Il est construit en schiste lié par un mortier légèrement jaune. Sa fondation, largement ennoyée dans ce mortier, est conservée sur 0,80 m de hauteur et repose sur un lit de galets servant probablement de radier d’assainissement, puisqu’il est installé directement sur le terrain naturel (fig. 47). Deux trous de poteaux ont pu être observés contre le mur à l’intérieur de la tranchée de fondation. Leur usage reste énigmatique : servaient-ils à renforcer la fondation ou entraient-ils dans la constitution d’un ouvrage accolé contre le mur ? L’élévation du mur 362 n’a été préservée que sur une assise. La tranchée de fondation était fermée par une couche de remblai (us 389) dont la surface très tassée et noircie par endroits peut être assimilée à un sol (fig. 44). Un deuxième niveau de sol est installé sur une couche contenant une quantité importante de petites scories de fer et de céramiques. Ce remblai est coupé par trois petites tranchées parallèles, orientées nord-sud, de 0,20 m de large sur 0,12 m de profondeur. La trace d’une planche en bois conservée contre le mur pourrait indiquer la présence d’un plancher (fig. 48). Au sud de cette zone, une planche posée de chant, orientée est-ouest et calée à l’aide de galets, a pu être observée ; elle pourrait être le vestige d’une évacuation en bois.

Fig. 46 - Vestiges de l’état 2.

Fig. 47 - Élévation du mur 362.

Fig. 48 - Négatif de planche.

23Au nord, un sondage effectué avant les reprises en sous-œuvre a permis de repérer un tronçon du mur 290, axé nord-sud, sur 0,75 m de long qui pourrait faire partie de la même phase de construction. Un niveau de sol en terre battue (us 413) s’installe sur des niveaux de remblais. La connexion entre ce sol et le mur 290 n’a pas pu être vérifiée ; toutefois, ces deux éléments sont vraisemblablement contemporains.

24Au sud, le mur 362 n’a pas été retrouvé. Deux niveaux d’occupation (us 332 et 313) (fig. 38) percés de trous de piquets se succèdent. Ces vestiges ne présentent pas d’organisation particulière. Ils sont surmontés d’un niveau de démolition formé de différentes couches (us 310, 307, 312) où des planches brûlées à côté d’argile rubéfiée révèlent l’existence probable d’un habitat en terre associé à ces niveaux. La datation de cette phase est assurée par les lots de céramiques que les fragments de sigillées placent dans le deuxième quart du 1er siècle ap. J.-C. Cette datation est confirmée par la présence d’un semis de Tibère frappé à Lyon en 10-14 ap. J.-C. (monnaie n° 3 p. 217).

La création de caniveaux

25Le mur 362 présente une reprise dans sa partie nord au niveau du creusement d’une fosse qui coupe les niveaux antérieurs. À son extrémité sud, il est percé par la construction d’un nouveau caniveau (us 395) à l’emplacement de la première canalisation en bois. Orienté ouest-est, ce caniveau présente une pente assez marquée en direction de la rue Gadagne. Les piédroits ont été démolis, à l’exception d’un petit fragment à proximité immédiate du mur 362. Ce caniveau pourrait fonctionner avec le deuxième niveau de sol.

  • 13 Il a été repéré dans cinq sondages effectués à l’occasion des reprises en sous-œuvre : S. 4, S. 8, (...)

26La présence d’un autre caniveau, parallèle, a pu être observé en limite sud de la fouille13. Il était recouvert d’un dallage composé de briques de 0,50 m x 0,32 sur 0,5 m d’épaisseur (fig. 49). Ces deux caniveaux devaient certainement servir à évacuer les eaux de ruissellement de la colline vers un collecteur construit sous la voie située rue Gadagne.

Fig. 49 - Détail du caniveau.

27Au sud, une petite construction rectangulaire (us 309) est conservée à l’extrémité ouest de ce secteur et en partie enfouie sous la berme. D’une largeur de 0,70 m, elle est constituée uniquement d’un mortier contenant beaucoup de chaux qui conservait au centre le négatif d’une structure. Cette construction, en fondation, devait fonctionner avec des niveaux installés plus haut, détruits par les aménagements postérieurs.

28Cette phase, dont il ne reste que peu d’éléments, est difficilement interprétable. Le mur 362 pourrait être un mur de soutènement, délimitant deux terrasses : l’une à l’ouest, dont les niveaux d’occupation situés plus haut auraient été détruits par les constructions ultérieures, et une terrasse inférieure à l’est. Une démolition générale succède à ces aménagements qui sont recouverts d’un remblai (us 361 et 359 au centre, us 242 et 241 au sud) (fig. 38 et 39) très hétérogène ayant livré du mobilier de l’époque tibérienne.

LA CONSTRUCTION D’UN GRAND ÉDIFICE

LA CRÉATION DU BÂTIMENT SOUS TIBÈRE

29À la fin de l’époque tibérienne, on assiste à une modification complète de la morphologie des lieux (fig. 50). Quatre grands murs parallèles (471,136, 135 et 277), orientés est-ouest, sont implantés sur les structures antérieures, à 5,60 m de distance les uns des autres. Larges de 0, 60 m, ils sont construits en pierres de schiste liées par un mortier jaune clair. Leurs fondations coupent toutes les structures antérieures et descendent profondément pour s’ancrer dans le terrain naturel (fig. 44). Seuls les deux murs 135 et 136 ont pu être véritablement fouillés sur leur partie découverte par la fouille, le reste du bâtiment ayant été exploré soit dans les reprises en sous-œuvre soit lors des surveillances des terrassements.

Fig. 50 - Vestiges du bâtiment commercial.

30Le mur 136, conservé par endroits sur plus de 4 m de haut à 169,71 m, a été repéré sur 20 m de long. Sa fondation est composée d’un empattement d’une dizaine de cm, jusqu’à mesurer plus d’un mètre de large. Il s’enfonce dans le terrain naturel jusqu’à 165,62 m. Dans un premier état, le parement nord est contrebuté de contreforts puissants de 0, 95 m d’épaisseur et de 1,10 m de largeur.

31Le mur 135, conservé sur 2,50 m de haut jusqu’à 167,74 m, a été repéré sur 16 m de long. Il s’appuie sur deux ressauts de fondation de 0,10 m de large situés de part et d’autre de ces parements à 167,12 m. Ses fondations ancrées dans le terrain naturel descendent à 165,35 m et présentent la même morphologie que celles du mur 136. Toutefois, il ne présente pas le même système de contrebutement.

32Les informations recueillies lors des reprises en sous-œuvre des murs des caves qui flanquent la cour d’honneur au nord et au sud ont permis de repérer les murs 277/275 au sud9 et le mur 471 au nord.

33L’installation de ces murs est datée par du mobilier retrouvé dans les tranchées de fondation des murs 136 et 135 : un as de Tibère frappée à Lyon en 10-14 ap. J.-C. (monnaie p. 216-221) et des fragments de céramiques dont un tesson de sigillée Drag. 27 assez précoce (céramique antique p. 185-194). L’ensemble de ces maçonneries forme un bâtiment de vaste dimension, 20 m de long minimum sur 16,50 m de large, divisé en trois travées de 5,60 m de largeur, construit entre 25 et 40 ap. J.-C. Aucun niveau de sol contemporain de la construction n’a été retrouvé. Cependant, le mur 136 avec ses contreforts imposants pourrait constituer la limite entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, la travée la plus au nord serait alors une cour ; dans cette hypothèse, cet édifice se composerait alors de deux travées intérieures bordées par une cour.

D’IMPORTANTS TRAVAUX AU IIIe SIÈCLE

34Des travaux importants de rénovation touchent l’ensemble de la construction et entraînent une réorganisation complète du bâtiment.

35Le mur 136 est reconstruit et ses contreforts sont alors supprimés. Cette reprise du mur est très nettement visible par le changement de mortier. En effet, le mortier jaune disparaît pour laisser la place à un mortier rosé plus grossier et beaucoup plus dur (fig. 51). Cette nouvelle élévation est structurée par des arases de deux rangées de briques, servant d’assises de réglage.

Fig. 51 - Le mur 136.

36Au nord, la cour est divisée en deux par un mur nord-sud (179), de 0,60 m de largeur qui a été dégagé sur 3,40 m de long. Situé sous la rampe d’évacuation des remblais, il fait partie de cette zone peu fouillée ; seul son parement ouest a pu être observé. Sa fondation s’appuie contre le mur 136, alors que son élévation était liée à la reprise de ce dernier.

37Des piliers sont installés contre le parement sud du mur 135 (us. 159 et 198). Deux de ces supports ont été retrouvés : ils se composent d’une fondation de trois assises de galets liés à l’argile sur laquelle repose une couche de mortier qui conservait une empreinte rectangulaire de 0,40 m par 0,35 m (fig. 52).

Fig. 52 - Négatif d’un pilier.

38Enfin, un nouveau sol couvre l’ensemble des trois travées. En effet, des lambeaux d’une couche d’argile jaune, très tassée, ont été repérés sur toute la surface (us 244, 157, 261 et 259). Dans la travée centrale, cette couche conservait encore des traces de bois dont la disposition rappelle celle de solives et de planches (fig. 53), ce qui laisse supposer l’existence d’un plancher surélevé, posé sur solives. L’installation de ce sol, qui repose directement sur les niveaux du 1er siècle ap. J.-C. et sur les ressauts de fondation des murs, prouve qu’une excavation importante est intervenue au cours de cette phase de travaux, entraînant la destruction de tous les niveaux d’occupation depuis l’époque de Tibère. La cause de cette excavation reste complètement inconnue.

Fig. 53 - Vestiges de sol avec traces de planches et lambourdes.

39La construction du mur 179, la suppression des contreforts et l’installation du plancher sur l’ensemble du bâtiment démontrent une restructuration de l’espace où les surfaces intérieures sont agrandies au détriment de la cour qui semble alors disparaître. La découverte de deux imitations d’Antoniniani (monnaie n° 14 et 15 p. 217) associés au sol date cette nouvelle organisation au plus tôt de la deuxième moitié du IIIe siècle.

  • 14 La largeur des salles du bâtiment de Saint-Romain-en-Gal oscille entre 4,75 m et 5,40 m (Prisset, B (...)

40Ce bâtiment possède des caractéristiques architecturales bien spécifiques : des maçonneries puissantes, des travées de même dimension et des traces de plancher sur solives. Il peut être comparé aux entrepôts de Vienne qui présentent le même ordonnancement (Le Bot-Helly 1989 : p. 348-353). Outre l’épaisseur des murs et la puissance de leur fondation, l’existence de larges contreforts contre le mur 136 rappellent les piliers quadrangulaires qui existaient le long des murs limitant à l’extérieur les salles de stockage des entrepôts de Rome, toutes proportions gardées ! Toutefois, les dimensions modestes des pièces découvertes ici sont comparables aux salles du bâtiment commercial du milieu du 1er siècle de Saint-Romain-en-Gal14. Cet édifice qui sert sans doute d’entrepôt est à mettre en relation avec le transport de marchandises qui s’effectuait sur la Saône et avec l’existence probable d’un quai de déchargement à proximité. Occupé jusqu’à l’abandon du site, il fixe l’urbanisme dans ce secteur de la ville pour toute l’époque antique.

TRANSFORMATION EN HABITAT

L’installation d’une pièce d’habitation

41Avec la construction d’une petite pièce d’habitation dans la partie orientale de la travée sud et la division de l’espace extérieur, cet édifice est, en partie ou en totalité, transformé en habitat (fig. 54). La pièce de 3,60 m de large sur 4,70 m de long au minimum est délimitée à l’ouest et au nord par des murs installés directement sur le sol en argile de l’état précédent (us. 244) et au sud par le mur 277 ; sa limite orientale est restée hors du cadre de la fouille

Fig. 54 - Vestiges de l’habitat.

42Les deux premières assises du mur nord (187) sont construites en briques disposées en opus spicatum (fig. 55) et encadrées par une arase de briques. Le mur se poursuit ensuite sur deux assises seulement par un appareil en moellons de petit calibre liés au mortier. Le mur ouest (250) ne présente pas la même technique de construction puisque des moellons de toutes dimensions sont utilisés (opus incertum). À l’angle de ces murs, la trace d’un pilier de renfort en bois est encore visible (fig. 56). Ces deux murs, bien que de constructions très différentes, sont cependant contemporains. Ils sont recouverts jusqu’à la base d’un enduit peint de mauvaise qualité et très mal conservé, associé aux niveaux d’occupation de cette phase.

Fig. 55 - Le mur 187.

Fig. 56 - Vestiges du pilier en bois.

43Un sol de mortier de tuileau (us. 195) a été installé après la pose de l’enduit peint. De médiocre qualité, ce sol ne couvre que la moitié ouest de la pièce. Deux empreintes rectangulaires situées le long du mur 250, fortement ancrées dans ce sol, sont les seules traces qui subsistent d’un équipement particulier de cette partie de la pièce. Ce dispositif, quel qu’en soit l’usage, est rapidement abandonné et recouvert par un épandage de gravats hétérogènes et relativement aérés, disposé sur toute la surface de la salle et destiné à recevoir un sol en argile. Ce nouveau sol (us. 170/175) parfaitement damé, a subi de nombreuses transformations comme en témoigne la succession de recharges sableuses intercalées à des niveaux de terre battue sur une faible épaisseur (0,10 m) (fig. 57). Des trous de poteaux signalent également l’installation d’un aménagement léger (mezzanine) sans doute éphémère. Ce feuilleté de sols indique une utilisation intense de cette salle, auquel il est impossible d’attribuer une fonction. À l’extérieur de cette pièce, un mur est-ouest (142) contemporain de cette phase, s’appuie contre le mur 250. Arasé, il est recouvert par le sol de l’état postérieur. Cette phase marque donc le changement de destination de ce grand édifice qui devient alors un habitat.

Fig. 57 - Recharges de sol en terre battue.

Une salle chauffée

44Cette dernière phase d’occupation du site s’achève par la restructuration de la petite pièce méridionale, dont on agrandit la surface et qu’on dote d’un chauffage par hypocauste (fig. 58). Les murs nord et ouest sont reconstruits. Le mur nord (187) est remonté à partir de 168, 02 m et élargi du côté de son parement externe. Pour ce faire, les constructeurs ont excavé le terrain le long de ce dernier jusqu’au sol en argile jaune de l’état précédent et ont aménagé un hérisson en blocage, destiné à recevoir le parement du nouveau mur 122 (fig. 59). Le mur ouest (250), dérasé légèrement plus haut (168,25 m), conserve la même largeur lors de sa reconstruction. Ce nouveau mur (105) présente un mode de construction différent du mur 122 qui associe des pierres de remplois et des moellons de toute dimension, le tout lutté à l’argile. Le mur sud (277) appartenant au premier état du bâtiment est également dérasé, puis recouvert par le sol d’un hypocauste. Un nouveau mur (276) est implanté au droit du parement extérieur du mur 277. Dans cette nouvelle configuration, la salle, légèrement agrandie vers le sud de 0, 60 m, est dotée d’un chauffage par hypocauste. Les élévations des murs devaient être en adobe, car le remblai de démolition de cette pièce était constitué en majorité d’argile.

Fig. 58 - Vestiges de l’hypocauste.

Fig. 59 - Coupe nord-sud (F-F’).

45L’hypocauste est composé de canaux rayonnants (fig. 60) installés dans le remblai de démolition de la phase précédente. Les canaux sont formés de murets construits de briques fragmentées et fermés par des tegulae. Disposés sur le tracé des diagonales de la salle, ils amènent l’air chaud dans les angles où sont disposées des cheminées construites en tubuli (fig. 62). Ces quatre canaux se rejoignent au centre de la pièce en un petit aménagement rectangulaire de 1 m de long sur 1,10 m de large, recouvert de tuiles qui reposent sur une pilette centrale en briques (fig. 61 et 63). L’évidement de cette zone a entraîné une fragilisation du sol qui a été renforcé par un calage de fortune fabriqué au moyen de tubuli posés verticalement au débouché du canal nord-est. Entre les canaux, un hérisson de pierres et de galets est installé sur les remblais afin d’obtenir une surface tassée et parfaitement horizontale supportant le sol en mortier de tuileau sur 0,10 m d’épaisseur. L’étanchéité de cette salle est obtenue grâce à l’installation d’un boudin de mortier de tuileau contre l’ensemble des murs. Ce joint très régulier a sans doute été coulé au moyen d’un moule de lissage en bois. Le praefurnium n’a, hélas, pas été retrouvé. Il est cependant logique de le restituer dans l’un des deux angles nord-est ou sud-est. En effet, dans le cas de canaux disposés sur les diagonales de la salle à chauffer, le four est aménagé, le plus souvent, dans un angle de la pièce. À l’extérieur de cette petite pièce chauffée, un niveau de circulation en terre battue a été dégagé à 168, 02/06 m. L’accès à cette salle se fait par le mur nord (187) où l’empreinte d’une pierre de seuil était conservée dans le mortier.

Fig. 60 - Relevé de l’hypocauste.

Fig. 61 - Coupe est-ouest (G-G’) et pilette centrale de l’hypocauste.

Fig. 62 - Vestiges de l’évacuation des fumées dans l’angle nord de l’hypocauste.

Fig. 63 - Restitution de l’hypocauste.
1 : Canaux (circulation d'air chaud).
2 : Pilette centrale.
3 : Remplissage en remblais.
4 : Conduits en tubuli (évacuation des fumées).
5 : Support en tubuli.
6 : Murs périphériques.
7 : Seuil de porte.

46Cet hypocauste est particulièrement bien daté grâce à la découverte d’un petit trésor monétaire dans le remblai d’installation des canaux et de la suspensura (us 165). Ce trésor formé de 144 antoniniani datés du dernier quart du IIIe siècle fixe la date de cette dernière occupation au plus tôt en 287 ap. J.-C., date d’émission d’un antoninianus de Dioclétien frappé à Rome. Étant donné la durée de circulation des monnaies à une époque où elles sont devenues rares, on peut imaginer un horizon chronologique placé entre la fin du IIIe siècle et le début du IVe siècle (monnaie p. 216-221). Des fragments de céramiques ont également été recueillis dans ce remblai et, bien qu’ils soient peu nombreux, la présence majoritaire de tessons de sigillée claire luisante et d’un bord d’amphore d’origine africaine de forme Keay XXV B, est en accord avec cette datation (céramique antique p. 185-194). Enfin, trois fragments d’une statuette en terre blanche de l’Allier peuvent être attribués à une représentation de Vénus anadyomène (fig. 64). Des statuettes similaires ont été retrouvées dans une tombe de la nécropole du quai Arloing, datée des IIIe-IVe siècles ap. J.-C. (Delaval et alii 1995 : 227).

Fig. 64 - Vénus anadyomène.

47On retrouve ce type d’hypocauste à plusieurs reprises dans le quartier Saint-Jean, sensiblement à la même époque. Dans le groupe épiscopal, deux salles chauffées ont été dégagées (Reynaud, 1998 : 60-63). La salle sud, rectangle de 9,40 m sur 12,30 m, est traversée par six conduits rayonnants. Cette salle pourrait avoir été réutilisée dans le premier état du baptistère. La salle chauffée nord, rectangle de 14 m sur 23 m, est également munie de canaux rayonnants à six branches probablement construits en deux temps. Il s’agirait de la salle de réception de l’évêque. Ces deux pièces semblent avoir été construites au cours du IVe siècle ap. J.-C. et réutilisées lors de l’aménagement du groupe épiscopal ; par conséquent, elles seraient légèrement plus tardives que celle fouillée à Gadagne. Un autre exemple se retrouve dans les thermes tardifs de l’avenue Adolphe-Max où une salle est également chauffée par un système d’hypocauste à canaux rayonnants. Ce système est ici plus complexe : les canaux installés sur les diagonales correspondent avec d’autres canaux qui longent les murs. Cette salle est datée de la fin du IVe siècle ap. J.-C. (Villedieu 1990 : 32). Les hypocaustes à canaux rayonnants sont donc assez fréquents durant l’Antiquité tardive et ils font partie de bâtiments dont les fonctions sont très diverses.

L’ABANDON

48Tous les bâtiments sont recouverts d’un épais remblai formé de différentes couches. L’analyse de ce remblai permet de déterminer deux phases successives dans le processus de recouvrement.

49La première phase correspond à un abandon de l’occupation au profit d’une fréquentation indiquant le maintien d’un habitat à proximité. Cette phase d’abandon est largement datée par un abondant mobilier (céramiques, verres et monnaies). Les lots de céramiques (3.381 tessons) et de verres, moins important mais d’une grande homogénéité avec un fort pourcentage de verres décorés, concourent tous deux à dater cet abandon du début du Ve siècle ap. J.-C. Cette datation est compatible avec les découvertes monétaires constituées de monnaies en bronze, dont la plus récente est une monnaie de Valens frappée à Lyon entre 365 et 376 ap. J.-C. (monnaie n° 25 p. 217).

50Une activité ponctuelle de fabrication de chaux a dû se dérouler dans le voisinage immédiat de l’hypocauste. La présence, sur la totalité de son sol, d’une couche de chaux d’environ 0,15 m en témoigne. Le béton de tuileau, d’excellente qualité, a été probablement utilisé comme aire d’extinction de la chaux. Bien que le four n’ait pas été découvert, l’épaisseur de cette chaux et sa qualité semblent confirmer cette dernière utilisation.

51Ce lieu a également servi de dépôt d’ordures ménagères. En effet, des lots importants de céramiques, de verres, d’objets métalliques et aussi de déchets alimentaires (faune p. 195-203) ont été recueillis dans ces couches venues combler les tranchées de récupération des murs et les espaces inoccupés (us 117, us 118, us 119, us 127, us 128). Ce dépotoir domestique est aussi attesté par l’existence ponctuelle de cendres et de charbons de bois mêlés à ces remblais.

52Enfin la présence de tranchées de récupération, l’absence de tout élément de toiture et le niveau général d’arasement des structures, hormis le mur 136, indiquent la récupération systématique des matériaux de construction. Ainsi, au début du Ve siècle, le site abandonné faisait office de source d’approvisionnement pour les chantiers de construction voisins et de dépotoir pour les habitants d’un quartier situé à proximité. Après cette première phase de récupération, les murs en adobe de la salle chauffée ne sont plus protégés par la toiture qui a été récupérée et se dégradent pour finir par s’effondrer à l’intérieur de l’hypocauste. Le site est alors recouvert d’un important remblai de terre mêlée par endroits à des lentilles d’argile. Ce remblai, qui mesure jusqu’à trois mètres d’épaisseur (fig. 65), contenait non seulement du mobilier domestique (céramiques, verres, objets métalliques…) mais aussi des fragments de statues en marbre, l’une monumentale et l’autre à l’échelle humaine, de nombreuses pierres de construction et, enfin, des pans de murs entiers renversés. Ces fragments de murs épais étaient construits en schistes liés au mortier traversés d’assises régulières de briques. L’épaisseur de ces murs et leur aspect militent en faveur de la démolition soit d’une construction monumentale, soit de murs de terrasse situés plus haut sur la colline. Ces débris de murs confèrent au remblai dense et hétérogène un caractère exceptionnel. Par ailleurs, il ne s’étend que dans la partie sud de l’emprise du musée à tous les niveaux ayant pu être explorés pendant la fouille et les surveillances des terrassements. Il est présent à l’arrière du mur 18, repéré au niveau des salles B et C puis, plus haut, sous la salle des « sonneurs de trompe » (L2) et au-delà sous la moitié sud-ouest de la cour médiane. A contrario, dans la partie nord du musée, c’est le terrain naturel qui a été retrouvé au même niveau que ce remblai, et plus particulièrement dans la salle F1. Le mur ouest (31) de cette salle qui se prolonge sous la cour médiane joue le rôle de mur de terrasse. Enfin l’existence d’un petit talweg et d’une rupture de pente dans le terrain naturel repéré dans le jardin du 14, associée à la présence de ces remblais, permet d’émettre l’hypothèse d’un glissement des terrasses supérieures. Le glissement a sans doute été favorisé par la présence d’un ancien cours d’eau plus ou moins asséché. Ce site aurait alors subi un enfouissement brutal, gommant ainsi la topographie antique et entraînant même la disparition d’une partie de la voie reconnue sous les rues Tramassac, du Bœuf et Gadagne. Cet important apport de terre a sans doute accéléré l’abandon du site entamé depuis le début du Ve siècle. Par ailleurs, ce processus correspond au transfert de l’activité humaine qui se resserre autour du centre épiscopal. Aussi cette évolution ne crée-t-elle pas les conditions nécessaires au repercement de l’axe de circulation qui n’apparaît pas, de ce fait, dans le parcellaire médiéval.

Fig. 65 - Coupe est-ouest (A-A’).

53Durant le haut Moyen Âge, le site ne porte pas trace d’une occupation dense, alors que les sites fouillés à Saint-Jean (Adolphe-Max, groupe épiscopal, Tramassac-Carriès) n’offrent aucun hiatus chronologique entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Un élément de réponse réside dans la situation même du site de Gadagne, assez éloigné des lieux de culte qui sont traditionnellement les centres de développement de l’habitat pour cette époque. C’est effectivement le cas pour le quartier Saint-Jean qui, par ailleurs, était peut-être protégé par une enceinte. Un autre élément de réponse est sans doute à trouver dans le souvenir tenace qu’aurait laissé la catastrophe, qui n’a probablement pas favorisé une installation pérenne à cet emplacement. Toutefois, il n’a pas été totalement déserté, puisque quelques éléments indiquent une fréquentation ponctuelle. Les restes d’une maçonnerie circulaire pouvant correspondre à un puits ont été dégagés dans l’angle sud-ouest du chantier. Cette structure vient couper toutes les couches antiques y compris celles de l’abandon. En revanche, elle est recouverte par les remblais modernes et coupée par la construction du mur 40 du bâtiment est du Musée Gadagne édifié au XVIe siècle. Cette structure appartient donc à cet état intermédiaire qu’il est difficile de dater et de définir. Autre indice de fréquentation : une fosse de rejet d’un atelier de tabletterie travaillant des bois de cerf. Cette fosse contenait également des déchets alimentaires associés à quelques fragments céramiques. La datation au 14C (LY 9633) de ces fragments de bois et les quelques céramiques placent cette fosse à la fin du VIe siècle ou au tout début du VIIe siècle (faune p. 195-203). Ces déchets indiquent la présence d’un habitat à proximité du site.

54L’étude des vestiges antiques conservés dans les entrailles de la cour d’honneur du musée a permis de recueillir des informations précieuses quant à l’urbanisation de ce secteur de la ville et à son évolution. Tout d’abord, la présence de structures datées du milieu du Ier siècle av. J.-C. indique une occupation assez importante de ce secteur avant la création de la Colonie par Plancus. Ces vestiges pré-coloniaux, vraisemblablement d’ordre artisanal, pourraient indiquer une installation précoce d’artisans sur cette bande de terre située entre colline et rivière, comme c’est le cas sur la rive gauche de la Saône dans le quartier Saint-Vincent.

55Le grand bâtiment est aussi un élément important qui renseigne sur la vocation probablement commerciale de ce secteur de la ville dès l’époque de Tibère. Cette hypothèse confirme celle émise par A. Audin et reprise récemment par A. Desbat. L’importante rénovation de ce bâtiment au IIIe siècle peut être mise en perspective avec l’évolution de la ville dont les quartiers sur la rive occidentale de la Saône semblent se développer pleinement à partir de la deuxième moitié du IIIe siècle ap. J.-C. L’agrandissement de cet édifice pourrait, en effet, correspondre à un accroissement des échanges commerciaux et au développement des ports sur la Saône. Cet édifice, transformé en habitat par la suite, a marqué l’urbanisme de ce secteur de manière forte et durable. Abandonné au début du Ve siècle, il sert de dépotoir avant d’être enfoui brutalement sous un épais remblai consécutif à un glissement de terrain. Cette catastrophe a entraîné la disparition de la voie et contribué à la désertion du site pendant quelques siècles.

QUELQUES REPÈRES CHRONOLOGIQUES

CHRONOLOGIE

ADOLPHE-MAX

TRAMASSAC/CARRIES

GROUPE ÉPISCOPAL

COLLINE

GADAGNE

Époque pré-coloniale (70-50 av. J.-C.)

Les fossés du Verbe Incarné Occupation à Cybèle : artisanat

1 foyer + 1 fosse. Deux fours et sol

Période augustéenne

Aménagement d’un appontement fin Ier siècle sur la partie ouest du chenal de la Saône.

Trame urbaine et construction des îlots d’habitation. Prétoire

1 ère moitié du 1er siècle ap. J.-C.

Appontement continue à fonctionner et début de remblaiement du chenal à l’ouest. Rive gauche sujette aux crues.

Construction de l’ensemble monumental au Verbe Incarné

habitat ou artisanat Construction du grand bâtiment

Milieu Ier au début II siècle ap. J.-C.

Remblaiement naturel du bras de la Saône renforcé par un gros apport anthropique.

Construction des thermes de la rue des Farges, du théâtre ?

Grand bâtiment ?

IIe siècle ap. J.-C.

Construction du premier bâtiment sur la berge ouest lié au fonctionnement du chenal de la Saône à la fin du IIe siècle.

Le processus de colmatage du chenal naturel et anthropique se poursuit

Restauration des monuments et de l’habitat, construction de l’odéon ?

Grand bâtiment ?

IIIe siècle ap. J.-C.

Après la destruction des bassins, construction de bâtiments sur les deux côtés du chenal, processus de colmatage continue.

Phase finale du processus de colmatage, construction de la « maison aux stucs » rue Carriès au début du siècle. Apparition de la voie.

Traces d’habitat en bord de Saône avec des murs de berge

Abandon progressif des sites de la colline, la nécropole païenne de Saint-Just/Saint-Irénée est peu à peu remplacée par une nécropole chrétienne

Rénovation du grand bâtiment ?

Fin IIIe /début IVe siècle ap. J.-C.

Sur le bras totalement colmaté, construction de bâtiments qui relient les deux ensembles antérieurs. Apparition de la salle à hypocauste. Début des thermes ?

Assèchement total du bras de Saône, destruction de la « maison aux stucs » et début d’une occupation extensive, mise en place d’une voie à l’ouest (rue Tramassac)

Nécropole à Saint-Just

Installation d’un habitat

IVe siècle ap. J.-C.

Construction des installations balnéaires, à la fin du siècle, reconstruction de ces thermes publics.

Construction de bâtiments monumentaux rue Carriès ; détruits à la fin du siècle

Construction du double mur de berge, du baptistère et d’une salle chauffée au nord dans la 1 ère moitié du IVe siècle

Construction des mausolées, du mur de la nécropole

Habitat

Ve siècle ap. J.-C.

Continuité du fonctionnement de l’établissement thermal avec quelques transformations

Réaménagement de la voie au début du siècle avec la construction d’un grand bâtiment très soigné (domus ecclesiae), fonctionnement d’une boucherie

Au tout début du siècle construction du baptistère avec la cuve et de la cathédrale primitive

Constructions successives des basiliques Saint-Just I et II

Destruction et abandon, du site ; glissement de terrain ?

VIe siècle ap. J.-C.

Continuité de l’occupation avec la réutilisation des bâtiments existants et la construction de nouvelles pièces

Terrain est nivelé, reconstruction d’un grand bâtiment (domus ecclesiae jusqu’au IXe siècle) réaménagement ; de la voie Abandon partiel du site à la fin du siècle

Évolution du baptistère, de la cathédrale et construction de Sainte-Croix ?

Installation d’une nécropole rue des Farges et évolution de la basilique de Saint-Just.

Terrain à l’abandon

VIIe siècle ap. J.-C. et suivants

Continuité de l’occupation avec réutilisation des bâtiments, four à chaux, fosses et four domestiques.

Une partie du site est abandonné, à l’ouest vestiges de murs en pierre et terre et de foyers

Évolution du groupe épiscopal

Évolution de la basilique

Fosse domestique et artisanale, puits ?

Notes

10 Les numéros font référence aux sites mentionnés dans l’encart.

11 Actuellement place E. Fousseret.

12 Actuellement salle Molière.

13 Il a été repéré dans cinq sondages effectués à l’occasion des reprises en sous-œuvre : S. 4, S. 8, S. 11, S. 3, S. 12.

14 La largeur des salles du bâtiment de Saint-Romain-en-Gal oscille entre 4,75 m et 5,40 m (Prisset, Brissaud, Leblanc : 48) et les pièces du bâtiment qui nous préoccupe mesure entre 5,60 m et 5,30 m de large.

Table des illustrations

Légende Fig. 36 - Vestiges antiques toutes périodes confondues.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 37 - Coupe nord-sud (D-D’).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 38 - Coupe nord-sud (E-E’).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 39 - Foyer de la période pré-coloniale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 40 - Vestige du four de la période pré-coloniale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 41 - Coupe générale nord-sud (B-B').
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 42 - Vestiges de l’état 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 43 - Proposition de restitution de l’état 1.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 44 - Coupe est-ouest (C-C’).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 45 - Fragments d’amphore Dressel I in situ.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 46 - Vestiges de l’état 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 47 - Élévation du mur 362.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 48 - Négatif de planche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 49 - Détail du caniveau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 50 - Vestiges du bâtiment commercial.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 51 - Le mur 136.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 52 - Négatif d’un pilier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 53 - Vestiges de sol avec traces de planches et lambourdes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 54 - Vestiges de l’habitat.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 55 - Le mur 187.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 56 - Vestiges du pilier en bois.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 57 - Recharges de sol en terre battue.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 58 - Vestiges de l’hypocauste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 59 - Coupe nord-sud (F-F’).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 60 - Relevé de l’hypocauste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 61 - Coupe est-ouest (G-G’) et pilette centrale de l’hypocauste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 62 - Vestiges de l’évacuation des fumées dans l’angle nord de l’hypocauste.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 63 - Restitution de l’hypocauste.1 : Canaux (circulation d'air chaud).2 : Pilette centrale.3 : Remplissage en remblais.4 : Conduits en tubuli (évacuation des fumées).5 : Support en tubuli.6 : Murs périphériques.7 : Seuil de porte.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 64 - Vénus anadyomène.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 65 - Coupe est-ouest (A-A’).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2622/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540