Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Deuxième partie. Archéologie et histoire de l'îlot Gadagne

Chapitre 1. La topographie du site de l’Antiquité à l’époque moderne

Texte intégral

1Les bâtiments du Musée Gadagne occupent un îlot bordé au sud par la montée du Garillan, à l’ouest par la montée Saint-Barthélemy, à l’est par la petite rue Gadagne et au nord par la montée du Change. Ils sont situés à 150 m à l’est de la rive droite de la Saône et construits sur le bas du versant oriental de la colline de Fourvière où ils s’échelonnent sur un relief fortement accentué, présentant un dénivelé de 19 m entre la rue Gadagne à 170 m et les jardins à 189 m (fig. 30). Si cette topographie accidentée a contraint de manière non négligeable l’implantation des bâtiments médiévaux et modernes, la proximité du fleuve, pour l’époque antique, place cet îlot à la jonction de quartiers établis sur les balmes et en bordure de la rivière. Cette situation pose clairement deux problématiques : l’impact de la rivière sur l’aménagement urbain et l’appartenance des vestiges à l’une ou l’autre de ces aires d’influence. La réponse est en partie donnée par le biais des analyses archéologiques des vestiges et de l’étude sédimentologique des sols.

Fig. 30 - Coupes topographiques.

2Pour l’époque antique, la connaissance de l’aménagement des berges et du développement de l’urbanisme le long des rives de la Saône s’appuie sur la mise en perspective de découvertes anciennes, peu nombreuses, et d’informations archéologiques et géomorphologiques récentes, grâce aux différents chantiers réalisés au cours des trente dernières années dans la presqu’île et sur la rive droite, entre les églises Saint-Jean et Saint-Georges (encart p. 60-61). Leurs résultats ont largement contribué à améliorer nos connaissances sur la topographie urbaine du secteur étudié ici. L’apport des fouilles est donc considérable et a permis à Jean-Paul Bravard et à son équipe de présenter un schéma sur l’évolution topographique des fluctuations des fleuves (Bravard et alii 1997) : depuis le 1er Age du Fer, le cours principal de la Saône a été repoussé au pied de la colline, par un exhaussement du Rhône (fig. 31) ; puis un changement de dynamique fluviale entraîna petit à petit le déplacement du lit majeur de la Saône vers l’est, à peu près à l’emplacement de son lit actuel, laissant derrière lui un chenal qui est resté plus ou moins actif jusqu’au IIIe siècle ap. J.-C. À cette époque, il fut définitivement comblé par des sédiments naturels et par l’apport de remblais anthropiques qui ont accéléré le phénomène de comblement.

Fig. 31 - Localisation des divagations des fleuves au début de l’Antiquité (d’après Arlaud 2000).

3L’ensemble de ces informations renseigne la partie sud de la rive droite, alors que la partie nord reste relativement méconnue par manque de découvertes archéologiques récentes. Les seules données nouvelles proviennent des fouilles effectuées dans le secteur de Vaise, très éloignées de la zone qui nous préoccupe.

4L’indispensable étude géomorphologique conduite au cours du chantier a permis de mieux connaître ce secteur et d’appréhender les contraintes qui ont pesé sur les premiers aménagements urbains. Elle a été réalisée à partir de quatre sondages ouverts à des niveaux différents du musée : un dans la petite cour, un autre dans la pièce F1, au rez-de-chaussée, et deux dans le deuxième niveau des caves qui étaient accessibles, grâce à leur sol en terre battue. Des observations complémentaires furent réalisées dans les jardins et dans la cour d’honneur, sur les stratigraphies nord et sud de la zone fouillée. Des échantillons de sédiments ont été systématiquement prélevés et ont fait l’objet soit d’une étude morphoscopique, soit d’une étude granulométrique (Verot-Bourrely 1999, Franc 2000).

5Dans la cour d’honneur, les sédiments situés à 165,50 m de moyenne sont identiques à ceux de la cour haute à 175 m, altitudes incompatibles avec un alluvionnement holocène de la Saône. Une partie d’entre eux, de couleur gris-bleu, pourrait provenir d’une terrasse fluvio-lacustre de la Saône, déjà repérée sur le pourtour de la plaine de Vaise (Bravard et alii 1997) et datée du pléni-Würm supérieur, alors que l’autre partie des sédiments, de couleur jaune, serait plutôt issue soit d’une arène rocheuse en amont, soit d’une terrasse plus ancienne villafranchienne. Ces observations démontrent que les sédiments constituant le substrat de ce secteur sont issus de processus de ruissellements, les uns provenant d’une terrasse würmienne située sur le haut du versant, les autres provenant d’une érosion aréolaire, qui a entraîné le glissement de cailloutis de l’arène rocheuse située en amont. Au vu de ces résultats, la présence de la Saône à cet emplacement impossible : il faut donc situer sa rive plus à l’est. Ainsi, les premières occupations attestées sur le site ne sont situées ni sur une zone inondable, ni sur une zone inondée, au contraire des occupations mises au jour sur les sites de l’avenue Adolphe-Max et des rues Tramassac-Carriès. En revanche, les occupants eurent à faire face à deux problèmes majeurs : l’un en relation avec la stabilité des pentes dépendante des fluctuations hydro-climatiques, l’autre en relation avec les interventions humaines sur la couverture végétale et sur le lotissement du versant. Ces contraintes existent et perdurent de l’époque antique à l’époque moderne.

6Les analyses archéologiques du terrain et du bâti, conjuguées aux résultats de la géomorphologie, apportent des informations qui affinent notre perception de la topographie des pentes avant leur aménagement. Ainsi, on a pu constater une différence notable dans les niveaux d’apparition du terrain naturel entre le nord et le sud des parcelles occupées par le musée (fig. 30). Au nord, le substrat a été repéré sur la quasi-totalité due la parcelle du 10-12, depuis le jardin supérieur jusqu’à la cour d’honneur, sans discontinuité. En revanche, dans la parcelle du 14, la configuration du substrat est très différente : à l’ouest du jardin, il est affleurant et présente un pendage léger sur une dizaine de mètres, puis brusquement, ce pendage s’accentue et le sol naturel s’efface au profit de remblais ; les observations réalisées à différents niveaux de la pente dans ce secteur n’en n’ont pas trouvé trace, et ce n’est qu’au niveau de la cour d’honneur, dans les sondages profonds, que sa présence est avérée. S’il est indéniable que la topographie primitive du site est marquée par une forte déclivité ouest-est, ces observations mettent en lumière une différence de pente entre les deux parcelles. La lecture de la stratigraphie des jardins apporte d’autres informations qui révèlent l’existence d’une double pente sud-ouest/nord-est dans la parcelle du 14 et nord-est/sud-ouest dans la parcelle du 10/12. (fig. 32). Cette double déclivité contribue à mettre en évidence l’existence d’un petit vallon qui traversait le cœur de l’îlot. Ce talweg devait offrir une voie naturelle à l’écoulement des eaux de pluie et de ruissellement, comme c’est souvent le cas pour ce type de dépression. Au cours des différentes périodes d’urbanisation, ce vallon a été peu à peu gommé et remblayé, ainsi que le montre la présence d’un épais remblai sur toute la hauteur de la parcelle du 14. De nos jours, il subsiste encore une trace de l’activité de ce fond de vallon. En effet, le parement du mur 9, qui constitue un des murs de terrasse couvrant l’intégralité des parcelles, montre des signes évidents, voire inquiétants, d’infiltration d’eau. Or, si l’on superpose la localisation de cette zone d’humidité humide à l’emplacement supposé de l’ancien talweg, il apparaît clairement que l’on se trouve sur la zone de passage empruntée par les eaux de ruissellement. L’oubli progressif de la localisation du réseau hydrographique a longtemps entraîné une incompréhension de ces phénomènes de résurgence. Ainsi plusieurs glissements de terrain rappellent-ils tragiquement combien l’entretien des balmes a parfois été négligé. Tout au long de l’histoire de Lyon, des récits rapportent des catastrophes similaires depuis le tremblement de terre du IXe siècle qui aurait provoqué l’effondrement du forum de Fourvière, jusqu’au drame de 1930 où, rue Tramassac, une partie de la colline glissa, en provoquant la mort de vingt-trois personnes dont dix-neuf pompiers.

Fig. 32 - Localisation du talweg (A et B d’après Arlaud 2000).

7Ces catastrophes prouvent combien lotir un site de pente nécessite une vigilance particulière, un soin constant, mais surtout une organisation spécifique qui réponde aux contraintes imposées par la topographie du sol. En effet, les constructions doivent apporter des solutions techniques, d’une part aux manifestations de ruissellement des eaux et d’autre part aux problèmes de soutènement et de stabilisation des terres. Ainsi, l’urbanisation du site de Gadagne au cours du Moyen Âge offre-t-elle un éventail des solutions adoptées. L’occupation des pentes par une succession de maisons, de jardins et de cours a pu être réalisée grâce à la construction de murs de soutènement implantés selon un axe nord-sud, afin de retenir la terre de la colline et de créer des espaces plans. Douze murs de terrasses ont été dénombrés (fig. 33 et 34). Ils possèdent tous un fruit plus ou moins marqué qui contribue à stabiliser leur assise, même si plusieurs solutions techniques ont été employées pour leur édification : murs avec contreforts saillants (31, 17 et 42), murs avec arcs de décharge (18, 47, 48). Ces solutions sont associées à des chantepleures ou barbacanes, ouvertures maçonnées permettant un écoulement aisé des eaux d’infiltrations ou de ruissellement vers les canalisations des égouts. En outre, les arcs de décharge créent de véritables espaces voûtés au pied des maçonneries, que les paysagistes détournent parfois en grottes de fraîcheur pour le plus grand plaisir des seigneurs de la Renaissance et de l’époque moderne. Une autre solution consiste à implanter deux murs parallèles à une faible distante, au maximum un mètre (44/9-2 et 12/16). Le vide sanitaire ainsi créé offre une ventilation permanente entre le mur retenant les terres et le mur de la salle ; il facilite aussi la circulation des eaux de ruissellement, protégeant le mur visible des remontées d’humidité (fig. 35).

Fig. 33 - Localisation des murs de terrasse.

Fig. 34a - Mur de terrasse 47.

Fig. 34b - Mur de terrasse 48.

Fig. 35 - Murs de terrasse à galerie 44-9/2.

8Comme en attestent les résultats de notre étude, la structuration la plus significative des parcelles a été réalisée peu à peu entre le XIVe et le XVe siècle, périodes de grande mutation pour ce secteur de la ville. Toutefois, si l’habitat antique n’a pas été retrouvé le long des pentes dans ce secteur, le mur de soutènement (31), implanté dans la zone nord de la terrasse inférieure, et le grand mur est-ouest (136), conservé en élévation dans la cour d’honneur, se rattachent à cette occupation antique. Ces vestiges déterminent en partie la disposition de la parcelle depuis le XIVe siècle, période de construction de la grande maison patricienne. Ultérieurement, le lotissement gagne petit à petit les flancs de la colline. Le croisement des données historiques et archéologiques permet de retracer les grandes étapes de cette structuration. Elle est réalisée au cours des XVe et XVIe siècles, époque où la population, constituée principalement de marchands et de banquiers, prend possession des pentes, jusqu’alors délaissées, afin de se rapprocher de son lieu principal d’activités : la Loge du Change. Les murs de terrasse les plus récents sont ceux qui limitent les jardins et que l’on peut rattacher à des aménagements ou des restructurations très importantes intervenues au XVIIe siècle. Tout l’intérêt de lotir cet espace s’inscrit donc dans une dynamique opportuniste, créée par le développement des activités et par l’influence grandissante — financière, politique et sociale — des propriétaires de cet îlot.

Table des illustrations

Légende Fig. 30 - Coupes topographiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 31 - Localisation des divagations des fleuves au début de l’Antiquité (d’après Arlaud 2000).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 32 - Localisation du talweg (A et B d’après Arlaud 2000).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 33 - Localisation des murs de terrasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 34a - Mur de terrasse 47.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 34b - Mur de terrasse 48.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-6.png
Fichier image/png, 219k
Légende Fig. 35 - Murs de terrasse à galerie 44-9/2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2621/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 611k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540