Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Première partie. Un projet patrimonial

Chapitre 4. Un programme de recherche ambitieux

Christine Becker et Isabelle Parron-Kontis

Texte intégral

1L'étude archéologique et historique du sous-sol et des élévations trouva naturellement sa place dans le cadre de ce grand projet patrimonial. Il était en effet indispensable que cette demeure, considérée par Simone Blazy comme « la première œuvre du musée », fasse l'objet d'une recherche approfondie qui n’avait jamais été entreprise depuis l’étude de Claude Dalbanne publiée en 1922.

2Comme pour l’ensemble du projet, cette étude archéologique et historique a été placée sous le signe de la collaboration entre les services de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) en charge de la conservation du patrimoine — Service régional de l'archéologie et Conservation régionale des monuments historiques — la maîtrise d'ouvrage assurée par la Direction des grands travaux de la Ville de Lyon, et la maîtrise d’œuvre en la personne de l'architecte en chef des monuments historiques, Didier Repellin. Cette concertation a abouti à la mise en place d'un programme de recherche ambitieux largement facilité par l’existence d’un service archéologique au sein de la Ville ; c’est en effet à ce service que fut confié le soin de coordonner l’ensemble des interventions archéologiques et la programmation des recherches connexes. De manière volontariste, la maîtrise d’ouvrage a mis l’accent sur l’extrême sensibilité archéologique et historique des bâtiments et du terrain, en intégrant cette donnée au dossier de consultation des concepteurs et au cahier des clauses techniques particulières du dossier de consultation des entreprises. Dans les faits, les entreprises n’ont pas toujours respecté cette volonté au cours du déroulement du chantier de restauration, qui a été piloté le plus souvent dans une logique BTP dans laquelle l’archéologie n’a eu que trop peu son mot à dire. Malgré ce bémol, les recherches archéologiques et historiques ont été conduites jusqu’à leur terme grâce à une participation exemplaire de toutes les institutions et associations qui ont été sollicitées pour ce travail, et à la disponibilité des différents acteurs investis dans cette étude.

3La première démarche entreprise consista en un bilan documentaire et sanitaire de l'édifice. Force fut de constater que nous possédions sur l’un des monuments sans doute les plus prestigieux de Lyon (fig. 20) une documentation presque indigente. Si l'histoire généalogique des familles ayant acheté, rénové ou transformé ces bâtiments a été établie avec beaucoup de justesse depuis de nombreuses années, en revanche tout restait encore à faire pour bien comprendre l'évolution de son architecture. Cette tâche a été confiée à Sophie Savay-Guerraz qui, par le biais de l’analyse des archives, a fait ressortir la grande complexité de l'évolution des parcelles depuis les premiers textes connus au XIVe siècle. En outre, l’examen des sources iconographiques, même si elles sont peu nombreuses, apporte un autre regard, parce qu’elles constituent parfois l’unique témoignage sur des structures en partie disloquées par le temps et les nécessités urbanistiques. Enfin, une enquête a été effectuée à la Médiathèque du patrimoine des monuments historiques afin de retrouver les archives des restaurations anciennes, mais cette documentation reste à ce jour non communiquée et de ce fait, le bilan préliminaire n’a pas pu juger de l’ampleur réelle de ces modifications.

Fig. 20 - Le musée Gadagne après restauration, petite cour.

4Dans un deuxième temps, ces bilans ont été complétés par des investigations ponctuelles sur le bâti et les sols afin d’évaluer le potentiel archéologique des lieux. Soixante-deux sondages répartis à travers tous les niveaux des bâtiments ont été réalisés par le Service archéologique de la Ville de Lyon ; leur implantation était problématique, car les archéologues étaient confrontés à un ensemble de plus de 5.000 m 2 répartis sur cinq niveaux, à travers trois corps de bâtiments s'échelonnant le long de la colline d’ouest en est et s’articulant autour de deux cours intérieures. Afin de s’approprier cet espace, une maquette en carton, démontable à chaque étage, a été réalisée (fig. 21). Elle a permis de mettre rapidement en évidence une série d’anomalies, dont l’emplacement a fait l’objet de sondages systématiques. Les résultats révélèrent les traces de nombreuses ouvertures, témoignages des multiples remaniements que les bâtiments ont connus depuis leur édification ; en revanche, peu de traces d’enduits peints, à l’exception d’un ensemble conservé dans la partie ouest de l’édifice. Les premières données issues des sondages sur le bâti et de l’étude historique furent intégrées dans le dossier de consultation des concepteurs. Elles ont fourni à l’architecte muséographe, François Pin, l'opportunité d'insérer dans le nouveau musée certains axes de circulation nouvellement identifiés. Enfin, la connaissance des vestiges de peintures murales, très en amont des travaux, a permis de nourrir la réflexion des architectes sur leur mise en valeur et sur leur intégration dans le parcours muséographique. Ces premières investigations sur le bâti, qui ne fournissaient que des résultats très partiels, posaient cependant de nombreuses questions. Elles mettaient en lumière les difficultés de lecture qui découlent de sondages trop ponctuels dans un édifice où se mêlent plusieurs bâtiments construits à des périodes différentes. C'est pourquoi l'occasion donnée par le chantier de réaliser une étude exhaustive des élévations fut particulièrement appréciée pour nourrir la connaissance des lieux.

Fig. 21 - La maquette du Musée Gadagne.

5Parallèlement à ces recherches sur le bâti, un sondage archéologique était ouvert dans la grande cour centrale (fig. 22). Cette première expérience mit en évidence un problème qui deviendra récurrent, non seulement tout au long des fouilles, mais aussi tout au long du chantier de restauration : l’évacuation des terres, problème technique majeur lié à la superficie importante du site, à l’exiguïté des accès et à la situation du musée enclavé dans un tissu urbain particulièrement dense. Ce sondage confirma la présence d’une stratigraphie complexe sur presque six mètres d’épaisseur, allant de l’Antiquité aux époques médiévale et moderne, séparées par une importante séquence de remblaiement (fig. 23).

Fig. 22 - Le sondage réalisé en 1998 dans la cour d’honneur.

Fig. 23 - Vestiges découverts dans le premier sondage.

6À l’issue de ces études préliminaires, les objectifs du programme de recherche purent être clairement définis ; ils devaient notamment englober l’analyse des sols, des jardins et des murs en élévation.

7Dirigée par Christine Becker, la fouille archéologique de la cour d'honneur a été réalisée en trois étapes intercalées de phases de construction du futur musée, et sur la quasi-totalité de la cour moins les caves existantes au sud et au nord, soit environ 136 m2 (fig. 24). À l’issue d’une première phase d’un mois, a été atteint le niveau d’exécution des poutres en béton qui devaient servir à installer le couvrement de la future salle d’actualité du musée et le nouveau sol de la cour. C’est au cours de cette phase que les niveaux modernes et médiévaux ont été dégagés, mettant au jour une demeure de qualité dont les communs étaient partiellement conservés dans l'emprise de la fouille. Grâce à la datation offerte par les mobiliers céramiques et lapidaires, nous savons aujourd'hui que cette bâtisse s’installe au cours du XIVe siècle. La seconde phase de fouille put reprendre après deux mois d’interruption, avec une remise en route délicate compte tenu des obstacles que représentaient les poutres en béton (fig. 25) et la nécessité de mettre en place un nouveau système d’évacuation des déblais. Elle devait se dérouler sur trois mois et atteindre le niveau de construction du projet. La solution adoptée pour l’enlèvement des terres eut pour conséquence de geler les zones nord et ouest. À mi-parcours, des contraintes de sécurité en relation avec la stabilité des bâtiments du musée entraînèrent l’évacuation précipitée du chantier. Après quelques jours de discussions entre les différents partenaires, une solution pénalisant le moins possible la recherche archéologique tout en assurant la sécurité des hommes et des bâtiments fut trouvée (fig. 26). Ce compromis prévoyait l’exécution d’une série de reprises en sous-œuvre sous les murs des bâtiments jusqu’au niveau du terrain naturel, afin d’assurer la stabilité des constructions. En contrepartie de la perte d’information occasionnée par l’excavation rapide des terrains qui avaient été gelés pour l’évacuation des déblais et par ces travaux de consolidation des bâtiments, la possibilité était offerte aux archéologues de poursuivre la fouille jusqu’au terrain naturel dans une petite partie au centre de la cour. Cette excavation supplémentaire offrit une vision stratigraphique complète du site. Seize reprises en sous-œuvre furent effectuées sous les fondations (fig. 24) et un archéologue fut autorisé à faire des observations dans ces sondages. Bien qu’elles aient été très succinctes et rapides, elles apportèrent leurs lots d’informations complétant ainsi les données recueillies au cours de la fouille (fig. 27). A l’issue de ces travaux, la troisième et dernière phase de fouille se déroula sur la partie centrale de la cour (35 m2).

Fig. 24 - Déroulement des fouilles dans la cour d’honneur.

Fig. 25 - Installation des poutres en béton.

Fig. 26 - Mise en sécurité du chantier.

Fig. 27 - Reprise en sous-œuvre.

8Ces investigations ont révélé une occupation antique dès l’époque pré-coloniale, période jusqu’alors méconnue dans ce secteur de la cité, occupation qui s’est poursuivie jusqu’au début du Ve siècle ap. J.-C., date à laquelle le site est abandonné. Ces recherches ont été suivies par une analyse minutieuse de toutes les données collectées, enrichies par des études spécifiques sur les différentes catégories de mobilier archéologique : les céramiques antiques par Cécile Vallet-Batigne ; la verrerie antique par Danièle Foy ; les fragments de sculptures antiques par Maria-Pia Audoin ; les monnaies antiques et médiévales par Alain Audra ; la faune antique et médiévale par Thierry Argant ; les céramiques médiévales par Alban Horry. En outre, afin de compléter les éléments de chronologie et d’affiner les datations, des analyses au C14 ont été effectuées sur des matières organiques.

9Consécutivement à cette fouille, le Service archéologique réalisa un suivi constant des travaux effectués dans l’emprise d’un projet qui évoluait au fur et à mesure des solutions mises en œuvre pour résoudre les problèmes techniques soulevés par de multiples contraintes : l’évacuation des remblais, le renforcement des structures des bâtiments et les nombreuses tranchées techniques. Ces terrassements étaient incompatibles avec la sauvegarde du patrimoine archéologique conservé dans le sous-sol. Le respect des règles de sécurité les plus élémentaires n'a autorisé qu’une simple surveillance de sondage ou de terrassement sans toutefois déboucher sur de véritables recherches. Cette veille archéologique s’exerça sur plusieurs secteurs (fig. 28) à l’intérieur du musée lui-même, principalement dans la petite cour, dans les caves autour de la cour centrale et sous la salle des « sonneurs de trompe ». Elle s’étendit aux immeubles du 8 rue Gadagne, où le projet nécessitait la création de niveaux supplémentaires. Enfin, elle concerna aussi, après son achat par la Ville et son intégration dans le projet, l’immeuble situé au 3-5 montée du Change qui fit l'objet d'une étude spécifique du bâti portant sur les pièces en rez-de-chaussée du bâtiment sur cour. Ce suivi de travaux, même s’il n’est pas complètement satisfaisant d’un point de vue scientifique, a permis malgré tout de recueillir un certain nombre d’informations qui ont contribué à nourrir la réflexion archéologique sur les vestiges découverts.

Fig. 28 - Sondages et surveillance de terrassement.

10Parallèlement à ces opérations, et à la demande de la conservatrice du musée, Simone Blazy, une recherche spécifique fut entreprise sur les deux jardins qui se développent dans les parties hautes de l'îlot, ensemble représentant une superficie d'environ 682 m2. Anne Allimant y a développé les protocoles de l'archéologie des jardins, discipline cherchant à mettre en évidence l'organisation spatiale des espaces végétalisés (fig. 29). Elle a mis en application deux niveaux d'approche. Le premier a consisté à étudier les couches superficielles des sols par quatre zones de décapage pour retrouver la configuration ancienne du jardin, une architecture paysagée organisée autour d’allées ou de plantations. Le second visait à analyser la stratigraphie à l’aide de treize sondages profonds permettant d'appréhender les « dessous » du jardin, qui apportent des informations sur la structuration des terrains sous-jacents au moyen de nivellements, de terrassements ou d’aménagements hydrauliques... La lecture de ces couches archéologiques a été affinée par la mise en œuvre de diverses techniques de laboratoire : l’étude micromorphologique des sols par Carole Vissac et la malacologie par Dominique Peyric. La micromorphologie consiste à étudier la nature et la structure des sédiments, l'implantation des jardins ayant parfois engendré de profondes modifications du terrain (creusement, exhaussement, amendement). La malacologie renseigne sur la structure végétale du biotope, car elle s’attache à l’étude des coquilles d'escargot, qui par leur présence ou absence, indiquent soit une aire ouverte — prairie ou champs — soit une aire plus ou moins fermée — taillis, friches ou sous-bois.

Fig. 29 - Investigations dans les jardins.

11Les sondages et les fouilles ont donné lieu à des observations et des analyses géomorphologiques conduites par Agnès Vérot-Bourrely et Odile Franc. Ces études apportent le regard du géographe-sédimentologue sur la formation et l’évolution des terrains naturels, regard indispensable dans le contexte topographique complexe de ce site localisé entre fleuve et colline.

12L’étude archéologique des bâtiments situés à l’ouest de la cour d’honneur fut réalisée tant sur les façades extérieures que sur les parements intérieurs sous la conduite d’Isabelle Parron-Kontis. L’enregistrement des données issues de la lecture des élévations d’un édifice d’une telle ampleur demande de faire appel à des protocoles d'enregistrement à entrées multiples, celles-ci devant en effet tenir compte des contraintes propres aux bâtiments et de celles inhérentes à la rénovation de ces lieux, aussi bien qu'aux exigences liées à l'analyse scientifique. Cette étude entre dans la problématique développée depuis quelques années par l'archéologie du bâti (Parron-Kontis, Reveyron 2005). Il s'agit notamment de confronter les relevés en plan avec les relevés des élévations. Sur ce chantier, les plans ont été fournis par les architectes et levés par un cabinet de géomètre. La logique du chantier — d’ordre économique et matériel — nous interdisait en effet de procéder à un relevé de type archéologique, insistant plus sur les déformations et les désaxements des bâtiments que ne le font traditionnellement les levés d’architecte. Il a donc fallu adapter notre démarche à une base graphique certes imparfaite, mais qui, après quelques vérifications et des ajustements, offrait suffisamment de garanties pour fournir une base de travail solide. En outre, cette étude comporte un relevé systématique des structures accessibles accompagné d’une couverture photographique la plus exhaustive possible, compte tenu des conditions d’accès souvent difficiles. L'étude des peintures murales, confiée à Gérard Emond, restaurateur d’enduits peints, a été menée en même temps que l’étude des murs, donnant lieu à de nombreux et fructueux échanges. Enfin, les analyses archéométriques apportent l'indispensable regard croisé sur les données archéologiques. Aussi, à l'étude des maçonneries qui concerne en priorité la recherche d'une chronologie relative, a-t-il été décidé d’adjoindre des études plus pointues portant, d'une part, sur une recherche de chronologie absolue et, d'autre part, sur les matériaux de construction et les techniques de mise en œuvre : des analyses dendrochronologiques réalisées sur les plafonds par Archéolabs, des analyses de mortier effectuées par Nadia Cantin et des analyses pétrographiques conduites par Évelyne Debard.

13Notre démarche s'inscrit dans la lignée des travaux conduits sur de grands sites classés où toutes les facettes de la recherche sont mises en œuvre dans un programme concerté : l'étude de l'église Saint-Martin à Angers conduite par Daniel Prigent depuis une dizaine d'années ; à Auxerre, l'ensemble monastique Saint-Germain et la cathédrale Saint-Étienne qui font l'objet d'une relecture attentive par Christian Sapin ; ou en Provence, les recherches menées à Avignon sur le palais des Papes, par Andréas Hartmann et Philippe Bernardi : la liste est loin d'être exhaustive. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre d’une archéologie programmée et s'intéressent à des architectures monumentales qui par leur histoire complexe et leur statut — édifices classés parmi les monuments historiques — portaient en elles-mêmes un potentiel historique et patrimonial exceptionnel. Le cadre de l’étude du musée Gadagne est différent. C’est un exemple hybride à mi-chemin entre l’archéologie programmée et l’archéologie préventive. En effet, en dépit d’une intervention s’inscrivant dans la durée, le suivi archéologique était contraint par les choix de restauration et le calendrier des travaux mais il a toutefois bénéficié d’une approche archéologique globale où se croisent les données issues du sol et celles tirées de la lecture des élévations (Sapin 2001).

14Les recherches mettent en jeu l'implication de disciplines différentes, l'objectif visé étant d'arriver à une histoire globale du site prenant en compte toutes les facettes de son évolution : de l'histoire sociale jusqu'aux caractéristiques techniques qui entrent dans son évolution architecturale. Il apparaîtra sans doute banal aujourd'hui d'énoncer les objectifs principaux de cette démarche, mais il n'est pas vain de rappeler l'importance d'établir une synergie entre des disciplines différentes, surtout si elles sont fondamentalement complémentaires. Lier dans un même programme archéologie, histoire, archéométrie, sédimentologie, urbanisme et architecture, permet de créer une dynamique véritable qui insuffle à la matière brute et poussiéreuse l’intelligence du passé.

15Pour étudier cette maison, aussi vaste soit-elle, il faut avoir à l'esprit le fait qu'elle reflète le statut social et le mode de vie de ses occupants. Elle s'intègre dans un contexte topographique contraignant ainsi que dans un contexte familial dont l'impact sur l'organisation des lieux est loin d'être négligeable, puisque se mêlent les activités professionnelles et les fonctions résidentielles et sociales. Les opérations de terrain se sont déployées sur plusieurs années (1997-2004), sur des périodes discontinues, au gré d’un calendrier dépendant de l’évolution du chantier de rénovation. Le lien a été maintenu par une équipe archéologique pérenne placée sous l’égide du Service archéologique de la Ville de Lyon qui, par une action quasi-quotidienne, a joué pleinement son rôle de coordonnateur entre les administrations, les hommes de l’art et les différents chercheurs.

16Après l’exposé du travail de la maîtrise d’ouvrage, celui de la philosophie du projet de restauration et du programme muséographique, la recherche archéologique trouve pleinement sa place au cœur de cet ouvrage car elle démontre, s’il en est encore besoin, combien il est nécessaire de renouer avec les fils du passé pour donner du sens à ces vestiges échoués dans le présent. Couvrant presque deux millénaires, les conclusions de cette recherche sont présentées selon un déroulement chronologique. Les époques les plus anciennes font l’objet des premiers chapitres auxquels succèdent les données relatives au développement urbain médiéval et moderne, cet exposé étant complété par le résultat des examens en laboratoire. Le mobilier mis au jour dans la cour d’honneur — céramique, verre, faune, monnaies, lapidaire — s’est révélé d’un intérêt de premier ordre, à l’exception de lots d’objets dont l’état de conservation ne permettait pas l’analyse. Outre leur qualité, le caractère exceptionnel de certains ensembles, ainsi que l’apport indéniable de chaque catégorie d’objets à la connaissance du site, nous ont incités à présenter l’ensemble de ces études regroupées dans la dernière partie de cet ouvrage.

Table des illustrations

Légende Fig. 20 - Le musée Gadagne après restauration, petite cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 21 - La maquette du Musée Gadagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 22 - Le sondage réalisé en 1998 dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 23 - Vestiges découverts dans le premier sondage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 24 - Déroulement des fouilles dans la cour d’honneur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 25 - Installation des poutres en béton.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 26 - Mise en sécurité du chantier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 27 - Reprise en sous-œuvre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 28 - Sondages et surveillance de terrassement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 29 - Investigations dans les jardins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540