Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Première partie. Un projet patrimonial

Chapitre 2. Une maîtrise d’ouvrage complexe

Denis Galliano

Texte intégral

1Depuis les années 1960, le Musée Gadagne n’avait plus connu de réaménagements, les outrages du temps étaient particulièrement sensibles tant sur la présentation des collections que dans l’édifice lui-même ; seule une restauration complète des bâtiments et une refonte de la muséographie pouvait donner un second souffle au musée d’histoire de la ville de Lyon (fig. 11). Après l’approbation par le Conseil municipal de la Ville de Lyon, du principe de la restructuration et de restauration du Musée Gadagne pour en faire un véritable musée d'histoire de ville et de la marionnette, l’opération pouvait être lancée. Son envergure était de taille, puisqu’il s’agissait à la fois de valoriser le patrimoine remarquable du Musée Gadagne, et de créer de nouveaux espaces et services pour les publics. Cette restructuration visait à présenter les collections d’histoire de la Ville et les marionnettes de façon résolument moderne et attrayante, tout en s’adaptant aux nouvelles normes de conservation des objets. Enfin, ces objectifs devaient prendre en compte un autre facteur majeur, celui de respecter un édifice classé parmi les monuments historiques.

Fig. 11 - Vue intérieure de la pièce N3 avant restauration.

2Conscient de l’ampleur du projet, dès 1997, la Ville de Lyon mettait en place une équipe au sein de la Direction des grands travaux afin de mener à bien cette opération. Cette équipe, fondée sur les compétences techniques et administratives, était constituée de Denis Galliano, ingénieur, chef de projet, assisté de Patrick Burdillat, technicien. Ce binôme, grâce au climat de confiance qu'il a su instaurer, a pu bénéficier de l'expérience de chacun en établissant des échanges réguliers en interne. De plus, la grande disponibilité dont il a fait preuve lui a permis d'être à l'écoute des différents partenaires et de répondre, le mieux possible, à leurs sollicitations. Enfin, la notion de transparence a toujours prévalu dans le déroulement de cette entreprise, créant ainsi une certaine « complicité » entre la conservatrice du musée et les représentants de la Direction des grands travaux. Complicité et transparence ont sans doute été les atouts majeurs de ce projet ; ils ont permis à chacun de jouer son rôle en soutenant les actions des autres, en acceptant leurs contraintes et, ainsi, d’anticiper au mieux les difficultés.

3Très vite, l'ampleur et la complexité du projet ont nécessité la mise en place d'une organisation adaptée faisant appel à des partenaires multiples et complémentaires. Compte tenu du classement du bâtiment, le traitement du clos et du couvert des bâtiments du Musée Gadagne fut confié à Didier Repellin, architecte en chef des monuments historiques. La restructuration du bâtiment, liée à la muséographie, réclamait le recours à un maître d'œuvre spécialisé qui fut choisi au terme d’un concours. La complexité du site et l'organisation des travaux confiés à des maîtres d'œuvres distincts, doublée d'un découpage en trois phases pour chacune des maîtrises d'œuvre, a conduit à prévoir l'intervention d'un spécialiste de l'ordonnancement, du pilotage et de la coordination.

LES ÉTUDES PRÉALABLES

4Compte tenu des caractéristiques de l’édifice, une étude préalable a été réalisée. Tout d’abord, un relevé précis de l'ensemble des bâtiments a été effectué par le cabinet de géomètre Charmasson. Sur ce levé de plan était indiquée l'altitude de chaque pièce ainsi que de l’ensemble des plafonds et des voûtes. L'architecte en chef des monuments historiques a fait procéder à un examen détaillé du bâti afin de réaliser un relevé architectural le plus exhaustif possible. Ce relevé complète les documents remis par le géomètre, plans, coupes, façades, détails des éléments de décor ou de construction (planchers, plafonds, encadrement des ouvertures, cheminée, etc.). À partir de cet état des lieux et du diagnostic sur son état sanitaire, ont pu être établies les contraintes, les possibilités de modification et les propositions de restauration et de mise en valeur. Ces informations ont été regroupées dans des fiches de description et de prescription pièce par pièce (fig. 12). Différentes études sont venues compléter ce dossier. Le géotechnicien a procédé à une première campagne de reconnaissance géologique. Le Service archéologique de la Ville de Lyon est intervenu très en amont pour réaliser une première campagne de sondages sur les élévations intérieures. L’Association pour les fouilles archéologiques nationales s'est vu confier une mission d'étude documentaire qui a permis d'illustrer l'évolution et l'occupation des bâtiments qui composent l'actuel Musée Gadagne.

Fig. 12 - Exemples d’une fiche de prescription et d’une fiche de description.

5Ce travail préalable, indispensable pour aborder l'avenir du musée, s'est déroulé durant l'année 1997 en concertation étroite avec la conservatrice et la Direction régionale des affaires culturelles qui intervenait au titre des monuments historiques, des musées et des fouilles archéologiques.

LES ÉTUDES DE PROGRAMMATION

6En parallèle, et toujours sous la conduite de la Direction des grands travaux de la Ville de Lyon, la société B. L. ASSOCIÉS est intervenue pour assister le musée dans l'élaboration du projet scientifique, et la Ville dans la conception du programme de restauration. Cette étape primordiale pour la réussite du projet consistait à définir de manière précise les besoins quantitatifs, qualitatifs et fonctionnels du musée rénové ainsi que les contraintes techniques, financières et administratives. Très rapidement, la confrontation des besoins avec les surfaces disponibles faisait ressortir un déficit d’espace (fig. 13). Dès lors, l'intégration au projet du bâtiment mitoyen situé au 8 rue Gadagne fut envisagée. Cet immeuble acquis, par la Ville de Lyon en 1921, l'avait été dans la perspective « de parfaire l’agrandissement du musée du Vieux-Lyon », mais était jusque-là aménagé en logements dont la grande majorité était inoccupée. Née au début du XXe siècle, cette idée se réalisait enfin près d’un siècle plus tard. Par ailleurs, il était nécessaire de réaliser des espaces complémentaires, notamment sous la cour d'honneur du musée. La bonne collaboration, en amont, entre les services techniques de la Ville et le Service archéologique municipal, a permis de planifier les fouilles archéologiques de ce secteur dont la richesse avait été reconnue par un diagnostic réalisé en novembre 1997. Pour éviter une cohabitation qui aurait pu être délicate entre l'archéologie et le chantier de restauration, la Direction des grands travaux a mis en place une première tranche qui se limitait à la réalisation des fouilles sous la cour d'honneur jusqu’au terrain naturel et à la reconstitution du dallage. Les travaux ont pu démarrer dès l'obtention des financements à la fin de l’année 1998 et se sont terminés en février 2000. C’est également au cours de cette phase qu’a été réalisée la fouille des jardins. Enfin, pour compléter l’étude, un chiffrage de l’investissement et du fonctionnement sur les cinq premières années d’ouverture du musée restauré a été élaboré.

Fig. 13 - Schéma d’évolution des surfaces entre l’ancien musée et le nouveau projet.

LA DÉCISION DU CONSEIL MUNICIPAL

7En possession de ces informations, le Conseil municipal prenait la décision de concrétiser ce projet sur la base des objectifs exposés par Simone Blazy dans son propos, à savoir :

« l’ouverture du musée sur les enjeux urbains actuels, la prise en compte de l'évolution muséographique et muséologique et la mise en œuvre de politiques spécifiques à la vie d'un musée d'aujourd'hui ».

8Sa réalisation devait entraîner de nombreuses interventions sur toute la surface des bâtiments. La restauration intégrale de l'ensemble de l'édifice classé monument historique portait sur les façades intérieures et extérieures, les toitures, le décor architectural, sur le réaménagement de la cour d'honneur dans le respect des niveaux d'origine et sur l'embellissement des jardins en partie supérieure. Les travaux devaient également prendre en compte la mise aux normes du bâtiment tant du point de vue de la sécurité et de l'accessibilité que du point de vue technique. Enfin, des opérations spécifiques devaient être menées pour les aménagements et les équipements muséographiques des surfaces intérieures.

LE CHOIX DE L'ARCHITECTE-MUSÉOGRAPHE

9Le projet prévoyait l'intervention d'un architecte spécialisé dans l'aménagement intérieur et la muséographie. La réglementation en vigueur n'obligeait pas l'attribution des marchés de maîtrise d'œuvre par concours pour les projets de réhabilitation. Cependant, la Ville de Lyon a eu recours à cette procédure du fait de l'importance de cette opération et de l'intérêt qu'elle portait à sa réussite. En effet, la complexité du bâtiment classé monument historique dans un site urbain dense nécessitait d'examiner au préalable les intentions architecturales des maîtres d’œuvre ; un concours de niveau européen fut donc lancé le 19 décembre 1997.

  • 3 Sur proposition du jury du 9 mars 1998.

10Pour la première phase du concours, qui concernait le choix des candidats, il était exigé des compétences en architecture, en muséographie, en études thermiques, en études de structure et d’économie de la construction. Malheureusement, le changement de réglementation, et principalement la nouvelle exigence en matière de production d’attestations fiscales et sociales, a conduit la Ville de Lyon3 à ne pas donner suite à cette consultation du fait du nombre insuffisant de candidatures admissibles. Une deuxième procédure de concours a donc été lancée le 23 mars 1998. Cette fois, les dossiers mieux formalisés ont permis de retenir quatre équipes parmi les trente-cinq dossiers reçus.

11Pour la deuxième phase du concours, un dossier de consultation des concepteurs a été transmis aux quatre équipes sélectionnées, dès le 9 juin 1998. Des visites du site ont été organisées afin que chaque équipe puisse s’imprégner au mieux du bâtiment et des potentialités d’aménagement, et un dossier leur a été transmis. Ce dernier, élaboré à partir des études préalables et des études de programmation, devait leur permettre d’appréhender rapidement l’existant et les intentions du maître de l’ouvrage. Il était constitué de nombreuses pièces :

  • Le dossier des études préliminaires se divisait en trois tomes : le premier contenait le rapport de présentation et le dossier graphique ; le deuxième présentait le catalogue des ouvertures, des prescriptions et des photographies extérieures et intérieures ; le troisième se constituait du rapport des sondages archéologiques sur les élévations et de l’étude historique.

  • Les autres documents concernaient un dossier graphique du 8 rue Gadagne, la présentation du projet d’aménagement sous la cour, le rapport amiante, les résultats des sondages géotechniques dans la cour d’honneur, un extrait du plan de sauvegarde du secteur concerné, le programme architectural, muséographique et technique, le projet scientifique et culturel, la liste des œuvres, le cahier des charges relatif aux monuments historiques, le cahier des préconisations informatiques de la Ville de Lyon, un acte d’engagement, un cahier des clauses administratives particulières, et enfin, un cahier des clauses techniques particulières.

12Afin de pouvoir apprécier l'intégration des projets dans le site et leur adéquation avec le bâtiment, le degré de rendu du projet devait être du niveau d’un avant-projet sommaire. Une attention particulière devait être portée au parcours envisagé pour la découverte des collections ainsi qu’à l'accessibilité de l’ensemble du musée aux personnes à mobilité réduite. Pour cela, les parcours ont été modélisés en image de synthèse. Les projets ont été rendus le 24 septembre 1998 et présentés aux membres du jury le 10 novembre 1998. Finalement, le 18 janvier 1999, le Conseil municipal a retenu le projet présenté par l’équipe conduite par Catherine Bizouard et François Pin.

LES ÉTUDES DE PROJET

13Dès la désignation par le Conseil municipal du lauréat du concours, le travail des études de projet a pu démarrer. Tout d’abord, l’équipe de maîtrise d’œuvre a dû prendre en compte les remarques du jury. François Pin a su adapter son projet sans le modifier fondamentalement, les espaces aux publics et le parcours muséographique, points forts de son programme, n’étant pas transformés. En parallèle à ce travail, Didier Repellin élaborait la partie du projet relative au traitement du bâtiment classé monument historique.

14Tout au long de ces études, une collaboration sans faille a eu lieu entre les deux équipes de maîtrise d’œuvre et de maîtrise d’ouvrage représentée par la conservation du musée et la Direction des grands travaux. Bien entendu, une collaboration permanente a été maintenue avec les représentants de l’État tant au titre des musées, des monuments historiques ou des fouilles archéologiques ainsi qu’avec l’architecte des Bâtiments de France.

LA CONSULTATION DES ENTREPRISES

15Afin de maintenir une ouverture maximale au public, les travaux ont été programmés en trois phases (fig. 14) :

  • Phase 1 : l’accueil, les expositions temporaires, les ateliers pédagogiques, la boutique et les réserves.

  • Phase 2 : les espaces marionnettes, le café, le théâtre et les jardins.

  • Phase 3 : les espaces historiques et les bureaux.

  • Fig. 14 - Phasage de l’exécution des travaux.

16Une fermeture provisoire des espaces du musée a cependant été rendue nécessaire afin de faciliter le conditionnement et le traitement des œuvres avant que celles-ci ne rejoignent les nouveaux espaces d’exposition ou les nouvelles réserves.

17Dès les études, l’intervention du coordonnateur sécurité et du pilote a été indispensable afin d’organiser le chantier en tenant compte du phasage et des lourdes contraintes imposées par l’exiguïté du site. Le découpage en vingt et un lots techniques permettait aux petites et moyennes entreprises de répondre aux appels d’offre. Il a ainsi été possible de sélectionner les entreprises qui présentaient les meilleures garanties techniques et financières, Afin de limiter le nombre d’entreprises sur le site, la Ville de Lyon a demandé aux maîtres d’œuvre de constituer des marchés communs chaque fois que les compétences des entreprises le permettaient. Cette exigence du maître d’ouvrage a conduit à limiter la multiplication des entreprises en créant un seul marché par technicité. Par exemple, un seul peintre a été retenu pour les travaux « monuments historiques » et pour les travaux « musée ». En dépit de cette directive, plus de vingt-cinq entreprises ont été amenées à intervenir nécessitant une organisation rigoureuse. En outre, pour éviter le changement d’entreprises entre chaque phase, voire le doublement des entreprises lorsque les tranches de travaux se superposeraient, il a été décidé de lancer une seule consultation pour toutes les tranches. C’est donc le principe du marché global en corps d’état séparés avec tranches conditionnelles qui a été retenu.

18Sur ces bases, les deux équipes de maîtrise d’œuvre ont établi les cahiers des charges techniques pour chacun des lots. Ces cahiers des charges, accompagnés des plans du projet, décrivaient précisément les travaux à réaliser et permettaient aux entreprises de formaliser leurs offres de prix lors de l’appel d’offres. Une notice d’organisation du chantier leur a aussi été transmise lors de la consultation afin qu’elles puissent appréhender au mieux les difficultés de ce chantier et les contraintes à respecter lors de l’exécution des travaux.

LE DÉROULEMENT DU CHANTIER

19Le 29 janvier 2001, les travaux de la première phase ont commencé. Ceux-ci concernaient la création des ouvrages spécifiques, en particulier le terrassement du nouvel accès au sous-sol et la construction du local technique sous la salle d’exposition temporaire.

20Rénover un bâtiment historique nécessitait des précautions particulières de la part des entreprises. Or, toutes n’ont pas toujours pris en compte cette exigence, se comportant comme dans un bâtiment moderne où une dégradation ponctuelle est souvent réparable par un peu de béton : bien évidemment, ce genre de pratique n’était pas envisageable dans ce lieu. Par ailleurs, l’étroitesse du site et le nombre important d’entreprises ont amplifié les difficultés d’organisation et de gestion du chantier. Par exemple, la configuration du site ne permettant pas l’accès à des engins de terrassement, les entreprises ont dû faire preuve d’ingéniosité pour l’évacuation des terres. Bien souvent, la méthode traditionnelle du seau et de la brouette a été mise en œuvre. 7.000 m 3 de terre ont ainsi été évacués pour créer les nouveaux ouvrages en infrastructure ; ce chiffre est à rapprocher du volume d’une benne qui est de 6 m 3. Pour ce qui relevait de la sécurité en matière de stabilité, l’ouvrage a été placé sous surveillance par la pose de mires relevées régulièrement pendant toute la période de réalisation des sous-œuvres. Des travaux de nature très différente ont été mis en œuvre sur ce chantier, les uns employaient une technicité contemporaine comme le forage des tirants (fig. 15), les autres, au contraire, faisaient appel à des savoir-faire artisanaux tels que le burinage des pierres (fig. 16). L’accessibilité du site a toujours été le souci majeur de ce chantier. Ainsi des moyens de levage importants (fig. 17) ont dû être mis en œuvre pour le montage des groupes de production de froid au dernier niveau du 8 rue Gadagne. En outre, certaines prestations ont été rendues difficiles du fait de leur volume et de leur localisation, comme le terrassement sous les jardins pour créer le nouvel escalier d’accès entre l’accueil et les niveaux supérieurs (fig. 18).

Fig.15 - Forage des tirants.

Fig. 16 - Travail du tailleur de pierre.

21Le bâtiment du 8, abritant les réserves et les ateliers, devait être livré au mois de juillet 2004. Or, un incendie a détruit une grande partie de ce bâtiment. Cet aléa majeur montre qu’un chantier ne se déroule pas toujours comme on le souhaiterait et qu’il faut faire face à de multiples imprévus.

Fig. 17 - Moyen de levage.

Fig. 18 - Terrassement sous le jardin du 14.

LE MONTAGE FINANCIER

22Cette opération, dont le coût approche des trente millions d’euros toutes dépenses confondues, a fait l’objet d’un partenariat avec l’État.

23Dès le 8 décembre 1998, une convention était signée entre Michel Besse, préfet de la région Rhône-Alpes, préfet du Rhône, représentant l’État et Raymond Barre, maire, représentant la Ville de Lyon. Outre les objectifs liés à l’opération de restauration et d’aménagement du musée, cette convention faisait le lien et engageait les parties sur le développement du musée et particulièrement pour l’acquisition d’œuvres, la restauration des collections et la réalisation d’un inventaire général de la ville de Lyon.

24Le suivi de l’opération s’est effectué par le biais d’un comité de pilotage qui a validé chaque étape du projet (fig. 19). Ce comité était composé de l’État et de la Ville de Lyon. Pour l’État, participaient le directeur régional des affaires culturelles et ses services en charge des monuments historiques et des musées avec la participation de représentants de la Direction des musées de France et de l’Inspection générale des monuments historiques. Pour la Ville de Lyon, sa représentation était assurée par les élus aux affaires culturelles et aux travaux et marchés. La maîtrise d’œuvre avec ses deux composantes monument historique et musée était aussi conviée à ces comités de pilotage.

Fig. 19 - Les dates-clés du Musée Gadagne.

Notes

3 Sur proposition du jury du 9 mars 1998.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 - Vue intérieure de la pièce N3 avant restauration.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-1.png
Fichier image/png, 154k
Légende Fig. 12 - Exemples d’une fiche de prescription et d’une fiche de description.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 13 - Schéma d’évolution des surfaces entre l’ancien musée et le nouveau projet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 14 - Phasage de l’exécution des travaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig.15 - Forage des tirants.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 16 - Travail du tailleur de pierre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 17 - Moyen de levage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 18 - Terrassement sous le jardin du 14.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-8.png
Fichier image/png, 173k
Légende Fig. 19 - Les dates-clés du Musée Gadagne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2612/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540