Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le musée Gadagne

 | 
Christine Becker
, 
Isabelle Parron-Kontis
, 
Sophie Savay-Guerraz

Préfaces

Gérard Collomb, Jean-Jack Queyranne et Jean-Pierre Lacroix

Texte intégral

1La rénovation du musée Gadagne, qui est à la fois le musée historique de la Ville de Lyon et son musée international de la marionnette, figure parmi les projets culturels et patrimoniaux les plus ambitieux d’Europe. C’est une grande fierté pour notre municipalité de faire aboutir un tel projet de mise en valeur d’un des plus beaux joyaux de son site historique.

2Dans le cadre de la convention sur le patrimoine entre la Ville de Lyon et l’État pour la période 2003-2008, nous avons en effet entrepris la restauration d’une série de bâtiments exceptionnels de notre cité, parmi lesquels l’abbaye Saint-Martin d’Ainay, l’église Saint-Bruno, l’église Saint-Just, la gare des Brotteaux, ou encore l’Hôtel de Ville de Lyon.

3Pour la première fois, cette convention intègre également un programme ambitieux d’archéologie qui comprend des actions de restitution des découvertes au grand public. L’implication du Grand Lyon dans ce domaine a en outre permis, en 2004, de prendre part à la sauvegarde de six barques gallo-romaines découvertes lors de la campagne d’archéologie préventive menée sur le chantier du parc de stationnement Saint-Georges, sous la place Benoît-Crépu, dans le 5e arrondissement.

4Grâce à cette ambition nouvelle, ce sont deux sites majeurs de notre cité qui ont fait l’objet de campagnes de fouilles au cours de ces dernières années : le site des Célestins à la suite de la rénovation complète du théâtre, et le Musée Gadagne à l’occasion de sa transformation.

5L’ampleur des travaux entrepris à l’Hôtel de Gadagne est considérable puisqu’il s’agit de la restructuration complète du bâtiment classé parmi les monuments historiques depuis 1920. Des vestiges gallo-romains, médiévaux et de la Renaissance ont été mis au jour, permettant aux historiens de confirmer que l’emplacement du musée actuel avait toujours été un lieu d’activités majeur depuis la naissance de la ville il y a plus de deux mille ans.

6C’est donc le récit détaillé de la longue et tumultueuse aventure de ce site exceptionnel qu’offre ce précieux ouvrage en s’adressant aussi bien au public averti qu’aux nombreux amateurs passionnés de l’histoire de Lyon.

7Cette initiative, dont je tiens à saluer la très grande qualité, répond pleinement à une ambition essentielle de notre politique du patrimoine à Lyon : partager avec le plus grand nombre les découvertes scientifiques en invitant chacun à mieux connaître les richesses de notre territoire.

8Rendez-vous est désormais pris pour une plus ample découverte des merveilles archéologiques et historiques de Lyon dès que le Musée Gadagne, entièrement métamorphosé et pleinement tourné vers l’avenir, ouvrira à nouveau ses portes au public.

Gérard Collomb,
sénateur-maire de Lyon

- - - - - - - - - -

9L’archéologie — qui est un art autant qu’une science — produit ce lien indéfectible qui nous relie à notre histoire, grâce à l’étude des restes matériels des périodes antérieures. Révélation tangible de ce qui précède notre existence, elle représente ce point d’appui nécessaire du présent sur le passé pour assumer, en pleine conscience, nos développements actuels mais aussi nos projets pour l’avenir.

10Ce choix de connaître mais aussi – élément essentiel de la recherche — de porter à connaissance des éléments archéologiques et historiques concernant l’îlot Gadagne, revêt à mon sens une double finalité.

11Cette monographie offre un panorama exhaustif des évolutions du parcellaire avant la création de la ville puis de son occupation ; il est toujours émouvant de découvrir ou de confirmer, par le relevé de ses traces, une présence quasi continue de l’homme, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, sur les mêmes lieux : la prise de conscience de la filiation n’en n’est que plus forte.

12Les vestiges de foyers datés antérieurement à la guerre des Gaules, la présence des fours domestiques ou artisanaux, l’organisation de l’espace avec implantation de caniveaux, création de bâtiments, installation d’hypocaustes pour augmenter le confort de vie, nous rapprochent singulièrement de ces habitants qui paraissent parfois vivre encore sous nos yeux.

13Les évolutions qui ont suivi, avec notamment, la transformation de la grange en maison d’habitation ainsi que les modifications successives des bâtiments sur la rue Gadagne, montrent à quel point il n’y a pas de développement linéaire de la construction. L’archéologie du bâti mise en œuvre ici revêt, nous le notons bien, une importance capitale tant pour l’urbanisme du quartier que pour comprendre les liens intimes qui ont été tissés avec le reste de la ville. De même, c’est elle, encore une fois, qui révèle l’architecture de l’un des plus beaux ensembles Renaissance du Vieux Lyon, qui, faut-il le rappeler, figure parmi les sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

14Mais cet ouvrage représente aussi l’élément fondamental d’un projet patrimonial pris dans son acception la plus large.

15La recherche est en effet un point de départ, l’élément sine qua non qui ouvre, par l’interrogation du passé, sur un renouveau.

16Témoin de l’histoire urbaine par essence, mais aussi par ses collections, le Musée Gadagne fait le lien, au présent, avec ce qu’est la ville et débouche, au travers du projet de restauration et de restructuration, sur un futur où les enjeux urbains représentent l’élément-clé de la réflexion.

17Fort d’un réel travail de synthèse historique, le musée se propose ainsi d’interroger la cité et son image en faisant le lien entre le patrimoine « muséographié » et celui, in situ, présent hors les murs de l’institution.

18Miroir mais aussi forum, Gadagne endosse des rôles essentiels en une sorte d’école de la citoyenneté où l’émergence d’une culture urbaine ouvre sur un lieu où les identités peuvent se reconnaître et trouver une réponse à certaines de leurs interrogations.

19Programme ambitieux, conçu comme une totalité, le musée Gadagne, rénové, interprète la ville… Mais bien plus que cela, il semble s’ouvrir, se révéler, pour mieux croiser les regards et favoriser l’essentiel : la création de liens.

Jean-Jack Queyranne,
président du Conseil régional de Rhône-Alpes

- - - - - - - - - -

20Né avec la Révolution française, le concept de musée d’histoire a, dans notre pays, longtemps été utilisé au service d’un récit : récit national, dont témoignent successivement le Musée des monuments français d’Alexandre Lenoir (1796), puis celui du Musée de Versailles (1837), voulu par Louis-Philippe « roi des Français » afin de ressouder la communauté nationale après un demi-siècle d’affrontements et de violences ; récit local, à l’échelle de ces « petites patries » que constituaient, au XIXe siècle, les villes et les « provinces », et qui s'est concrétisé dans le Musée historique de la Ville de Lyon imaginé dès les premières décennies de la Troisième République et inauguré en 1921, dans l’hôtel de Gadagne, au cœur du Vieux Lyon.

21Pièce maîtresse de la convention sur le patrimoine conclue entre l’État et la Ville de Lyon en 1998 – au moment même où l’UNESCO inscrivait le site historique sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité –, la transformation du Musée Gadagne en « musée d’histoire de ville » et en outil d’étude et d’analyse des enjeux urbains contemporains figure à ce titre comme l'un des projets les plus stimulants et les plus novateurs que connaisse notre pays.

22Un projet aussi ambitieux se devait de prendre d’abord en compte l’hôtel de Gadagne lui-même, cet édifice complexe que Simone Blazy, directrice du musée – qui conduit cet important chantier avec une intelligence et une détermination exemplaires –, appelle à juste titre « le premier objet de la collection ». Comme en témoignent les pages qui leur sont consacrées, la restauration de l’édifice et la restructuration du musée ont associé de multiples spécialités : de l’archéologie du sous-sol à celle des élévations et des jardins, de l’archivistique à l’histoire de l’art et des techniques, de l’architecture à la muséographie, toutes les sciences auxiliaires de l’histoire, toutes les compétences s'exerçant dans le champ patrimonial ont été convoquées pour apporter leur pleine contribution à cette ambitieuse entreprise.

23L'ensemble de ces données préjuge positivement de la prochaine réouverture du musée. Le temps n’est plus en effet où le « bien commun » hérité des générations précédentes était appréhendé de façon unilatérale par chacune des disciplines concourant à son étude, sa conservation ou sa mise en valeur : la pluridisciplinarité, par la confrontation des points de vue qu'elle induit, est devenue la règle d'organisation qui prévaut désormais pour ce type d'entreprise. S'agissant du Musée Gadagne, l’enjeu est d’autant plus important que, dans son projet scientifique et culturel, l’établissement entend précisément privilégier cette approche.

24Que tous ceux qui ont participé à cet ouvrage à un titre ou à un autre soient vivement remerciés d’avoir mobilisé leurs connaissances et leur intelligence au service de ce projet passionnant.

25Si l’on a pu écrire que « le patrimoine est non un passé, mais un présent du passé », avec le Musée Gadagne rénové, il doit être également résolument considéré comme un atout pour l’avenir.

Jean-Pierre Lacroix,
préfet de la région Rhône-Alpes, préfet du Rhône

© Alpara, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540