Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Chapitre quatrième. Saint-Paul, l’église dans l’église

Texte intégral

1Les campagnes d’archéologie du bâti menées sur l’ancienne collégiale Saint-Paul se sont heurtées à des difficultés exceptionnelles. L’étroite imbrication des bâtis des différentes époques, les aberrations de leurs positionnements relatifs, la puissance d’effacement exercée par les aménagements du XVIIIe siècle et les restaurations du XIXe siècle, enfin la ténuité des vestigia, tout a concouru à brouiller la lecture d’un édifice particulièrement complexe. Pour plus de clarté, la présentation des problématiques adoptera un plan en trois parties inégales, prenant appui sur les ensembles architecturaux dont l’analyse archéologique a révélé l’importance pour l’histoire du bâtiment : tout d’abord, la présentation de l’église dans son état actuel ; ensuite, l’analyse morpho-spatiale de l’édifice, suivie de l’étude archéologique du côté nord de la nef, du côté sud, plus succinctement, et du clocher-porche ; enfin, une synthèse restituant l’histoire archéologique de l’église.

L’église dans la ville, par Hervé Chopin
De Saint-Paul, il ne subsiste que l’église principale. L’église paroissiale, Saint-Laurent, a été détruite à la fin du XVIIIe siècle. L’aspect du quartier canonial n’a pas trop changé, malgré la destruction de maisons faisant face à l’église, à la fin du XIXe siècle, au moment de la construction de la gare de Saint-Paul. Le cloître était situé près de la muraille nord de la ville, près du port Saint-Paul, sur la Saône. Il comprenait de nombreux bâtiments utiles à la vie de la communauté comme le cloître, le réfectoire, le dortoir, dans lequel dorment certains clercs et clergeons, la salle capitulaire, les maisons des chanoines, les étables, mais aussi l’église qui faisait office de lieu réservé à la vie paroissiale, Saint-Laurent. Celle-ci est mentionnée en 1251 dans une charte invoquant le prêt de sommes d’argent pour sa réparation ou sa reconstruction (AD Rhône, 13G83, pièces 2 et 3 ; Guigue 1872 : appendice n° XXVI, pp. 92-93 : une somme de cent livres est avancée pro reparanda et edificanda ecclesia Sancti Laurentii). Les deux églises plus tard sont reliées par un passage voûté dont il subsiste encore le culot duquel partait les nervures de la voûte. Gerson était inhumé dans une des chapelles de Saint-Laurent. Les cimetières se trouvaient à l’est des deux églises, et se sont étendus au passage séparant les deux églises du cloître.
Après les rénovations apportées au IXe siècle, aucune information n’est apportée concernant le bâtiment avant le XIIe siècle. L’obituaire du XIIIe siècle mentionne notamment la construction d’un arc ou d’une voûte sous le clocher aux frais d’un certain Bernard de Miribel (Guigue 1872 : 9 : arcum etiam perobtinum sub coclario in eadem ecclesia fecit). À de nombreuses reprises, l’Œuvre est citée (Guigue 1872 : 14 : operi ecclesie Sancti Pauli). Il s’agit de l’organisation qui gère l’entretien et la construction de l’église. Le chamarier Tancrède finance la construction du chœur et l’achat d’ornements liturgiques (Guigue 1872 : 53 : etiam de suis in coro faciendo expensis). Plusieurs autels sont évoqués : l’autel Saint-Maurice ou celui de Notre-Dame. Pierre de Montbrison, sacriste de Saint-Paul, a fait construire l’autel de Marie-Madeleine et a financé plusieurs verrières de la cathédrale (Guigue 1872 : p. 28). L’obit d’un laïc, Falco, dit qu’il a édifié la salle capitulaire (Guigue 1872 : 28 : capitulum ipsius loci). Celle-ci se trouvait sans doute à l’emplacement de la chapelle de la Trinité, donnant sur l’aile orientale du cloître (l’actuelle chapelle Sainte-Marguerite).
Au XVe siècle, des comptes de construction (AD Rhône, 13G576 ; Chopin 2000) nous fournissent des éléments d’information sur la vie d’un chantier : que ce soit pour la fonte des cloches en 1410 ou pour la construction d’un nouveau clocher dans les années 1440-1443. Le chamarier d’alors, Jean Charpin, ecclésiastique important dans la ville, proche de l’archevêque, finance en grande partie les travaux. Le chapitre fait appel à Jean Robert, maître maçon, pour diriger le chantier. Il accède même à la maîtrise du métier des maçons de la Ville avec Janin Charles en décembre 1442 (Guigue 1861-1926 : t. II, 481, le 11 décembre 1442). Ce document permet de connaître le prix des matériaux, leur provenance et les moyens de les acheminer. Les pierres proviennent des carrières de Pommiers et d’Anse. Elles sont transportées sur des bateaux appelés sapines (Rossiaud 2002 : article « sapine », t. II, 314-321). Ceux-ci franchissent le péage de l’Ile-Barbe et s’arrêtent au port Saint-Paul où la cargaison est déchargée puis conduite jusqu’à l’église grâce à un char tiré par une paire de bœufs. Différentes essences de bois sont utilisées : chêne, orme et sapin. Les différents corps de métiers sont présents : maçons, charpentiers, cordiers et manœuvres. Le salaire des ouvriers est versé chaque samedi.
À l’intérieur de l’église se trouvaient différents lieux fort utiles aux chanoines. Une salle du trésor se trouvait à l’étage, au nord de l’édifice, dans laquelle étaient conservés les ornements précieux, certains reliquaires, mais aussi des livres et les archives. La bibliothèque, sans doute assez modeste, se situait près de la chapelle de la Madeleine, à proximité de la porte de l’escalier menant au trésor. Ce lieu change de fonction au début du XVIe siècle, deux trésors existent : l’ancien et le nouveau.
Le revestiaire (ou sacristie) est fondé en 1456 (Quincarnon 1882 : 45-46 : Anno Domini 1456, viri discreti domini Ioannes Forichonis et Petrus Iaquerie hujus sacratissime eclesie Sancti pauli capellani perpetui, de bonis sibi a Deo collatis fieri fecerunt hoc presens revestitorium). En 1469, lors de la visite pastorale ordonnée par le cardinal Charles de Bourbon, rien n’est à redire : omnia bene stant (BnF, ms lat. 5529, f° 5 ; Lorcin 1979 : 21-44). Quelques années plus tard, Pierre Charpin, neveu du premier, entreprend l’édification d’une flèche en pierre. De plus, les chapelles latérales sont édifiées seulement à partir de 1472 et cela jusqu’au milieu du XVIe siècle, comme en 1487 celle des Dupré (actuelle chapelle Gerson) dans laquelle subsiste une inscription, celle du Peyrat en 1495 ou encore la chapelle Notre-Dame de Grâce par le sacriste Jean Machard, dont un arc est orné d’anges musiciens. Au moment où éclatent les guerres de Religion, l’église Saint-Paul est un bâtiment déjà fort bouleversé. L’église subit quelques dommages en 1562, lors de la prise de la ville par les troupes protestantes du baron des Adrets. Après la crise, le chanoine Benoît Buatier entreprend des réparations dans la chapelle Sainte-Marguerite (Quincarnon 1882 : 67-68).
Un rapport d’expert de 1648 décrit les bâtiments (AD Rhône, 13G321, pièce n° 1). Ceux-ci sont dans un piteux état. Un certain nombre de travaux sont engagés. En 1657, la rue située à l’emplacement de l’actuelle rue Saint-Paul, devant l’entrée de l’église, est élargie. La chapelle des Mascranny, ancienne chapelle des Dupré est reculée, tout comme « l’escallier et cabinet ou chambre du marellier (marguillier) » (AM Lyon, BB 212, f° 440-441). Quincarnon signale encore qu’un nouveau portail dorique à mi-colonnes et fronton triangulaire est élevé. Lors de la visite pastorale de 1740, on constate la bonne tenue de l’église (AD Saône-et-Loire, G 682, pièce 3, transcription dans Chopin 2000 : t. II, p. 68). Les transformations les plus importantes de l’édifice sont entamées en 1778. Par manque de place, les chanoines souhaitent agrandir le chœur. Le chapitre décide donc de construire une nouvelle abside, plus longue, afin de disposer le maître-autel sous la tour-lanterne. L’architecte Decrénice dirige les travaux. Le lanternon qui se trouve au-dessus de la tour-lanterne est aussi ajouté. Le pavement du sanctuaire est changé, de nouvelles stalles sont sculptées, les anciennes étant déposées à Saint-Laurent, elles périront par le feu au moment de la destruction de cette dernière. La tribune est refaite. Afin surtout de rendre le bâtiment « régulier » (AD Rhône, 13G323, pièce n° 11), les murs et les chapiteaux décris par le chanoine Greppo en 1762 (Bibliothèque de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Lyon (Palais Saint-Jean), ms. 81, f° 71 et sq., pour une transcription, voir Chopin 2000, t. II. Une édition partielle existe dans Duplain, Giraud 1899) sont enduits de plâtre. Le vestibule ou tambour du portail occidental est alors réalisé et la sacristie est agrandie.

Mais ces rénovations ne profitent pas longtemps au chapitre puisqu’il en est dépossédé lors de la vente des Biens nationaux. Au XIXe siècle, la dynastie d’architectes Benoît dirige les différentes phases de restauration. On leur doit notamment l’érection d’une nouvelle flèche en 1876, celle de pierres ayant été écroulée en 1817, le portail néogothique orné d’un tympan illustré de la scène de « Saint Paul sur la route de Damas » ou le déplâtrage de l’intérieur de l’église, moment émouvant pendant lequel les sculptures romanes, ou du moins ce qu’il en reste, sont remises au jour. Ces travaux qui montrent tout l’intérêt porté à ce bâtiment se poursuivent pendant le XXe siècle pour aboutir avec les premiers jours du IIIe millénaire à la dernière grande campagne de restauration sous la direction de l’architecte en chef des monuments historiques Didier Repellin et donner une nouvelle vie au monument.

L’ancienne collégiale Saint-Paul

2L’ancienne collégiale Saint-Paul est attestée dès l’époque carolingienne, mais elle avait sans doute à ce moment une existence déjà longue. Sa fondation est attribuée, sans preuve décisive, à Saint Patiens, évêque de Lyon dans la seconde moitié du Ve siècle. Le légendaire lyonnais la prétend consacrée par le Christ lui-même, comme Saint-Denis. On devine dans ces bribes d’histoire, malheureusement trop lacunaires et mal datées, une intention apologétique. Elles ont sans doute été les fondements d’une construction ecclésiologique dont l’édifice porte des traces plus parlantes, comme le style antiquisant adopté pour le sanctuaire et le transept ou la préservation partielle d’une église plus ancienne dans l’édifice du XIIe siècle. L’église actuelle est le produit d’une longue histoire monumentale. Elle a subi des interventions lourdes depuis le XVe siècle jusqu’aux restaurations des XIX-XXe siècles (Chopin, 2000, p. 51-80).

  • 21 La question des églises doubles constituant le cœur d’ensembles monastiques ou canoniaux autres qu’ (...)

3La collégiale abritait un des grands chapitres de Lyon, le troisième en importance après ceux de la cathédrale et de Saint-Just. Installée dans l’espace nord de la rive droite de la Saône, elle se trouvait à la fois loin du quartier canonial de Saint-Jean-Baptiste, centre du pouvoir lyonnais, et proche du château de Pierre-Scize, résidence des archevêques depuis sa construction par Renaud de Forez (1193-1226). Elle occupait la partie méridionale d’un quartier canonial allongé au pied de la colline de Fourvière comme celui de la cathédrale, mais beaucoup plus étroit. Sur son flanc nord s’étendait l’église Saint-Laurent, incendiée pendant le siège de Lyon en 1793 et démolie peu après21. Son existence n’est documentée qu’à partir du XIIIe siècle. Les deux édifices étaient assez proches pour être reliés, à l’ouest, par un couloir. Les rares vestiges des voûtes conservées de cette galerie révèlent une couverture flamboyante (faisceau d’ogives ancré dans l’angle nord-est de la chapelle des fonts baptismaux), mais le portail qui ouvre dans le collatéral nord de la collégiale date du XII e siècle. Cette organisation spatiale est, à quelques détails près, la même que dans le groupe cathédral.

Plan général

4Sous une apparence simple, le plan de Saint-Paul est riche de détails divers, hautement signifiant (fig. 111). L’église est longue de 47 m hors œuvre et large de 18/19 m environ. L’ancienne collégiale est ouverte à l’ouest par un simple portail néogothique, dominé par un clocher-porche gothique. Pris entre les deux bas-côtés, il ne fait pas saillie sur la façade. Les trois vaisseaux comptent cinq travées (numérotées de 1 à 5 depuis l’ouest). Curieusement, la nef principale est à peine plus large que les collatéraux et la dernière travée (travée 5), plus longue que les autres, présente une élévation sensiblement différente dans le détail. Sortant de la nef centrale, le visiteur est saisi par l’ampleur du transept, accentuée par une large tour-lanterne de plan barlong. Long d’environ 33 m, ce vaisseau transversal a une largeur de presque 7 m, équivalant à la largeur moyenne de la nef. Sur le transept sont greffées une abside, reconstruite plus ample au XVIIIe siècle, et quatre absidioles. De 7 m environ d’ouverture, celles des travées extrêmes ont une largeur supérieure d’environ 1 m à celle des deux autres. L’angle du bas-côté nord et du transept est occupé par une tourelle d’escalier de plan trapézoïdal. Elle conduit aux différents combles de l’église et à une petite salle construite sur les voûtes de la dernière travée du collatéral nord.

5Jean-François Reynaud a montré que cet ensemble oriental reprenait le parti de Saint-Just de Lyon, dans son état roman, et de la cathédrale de Genève, tous du troisième tiers du XIIe siècle. Le plan est ancien. Il remonte à la fin du Xe siècle. C’est celui des sanctuaires de Saint-Michel de Cuxa (abbatiale élevée à partir de 956 par l’abbé Pons), de la cathédrale d’Orléans (entreprise après l’incendie de 989), de Sainte-Marie d’Aoste dans le Piémont (cathédrale reconstruite par Anselme, évêque de 994 à 1025), de l’abbatiale de Ripoll, en Catalogne (chevet daté de 1032), de Saint-Vorles et de Couches en Bourgogne ; à Saint-Orens de Larreule, en Gascogne ou à l’abbatiale de Lagrasse (Aude), un transept de ce type a été rajouté au XIe siècle. Au XIIe siècle, il est devenu le plan canonique des églises cisterciennes. Comme à Lyon ou à Genève, des tours surmontent souvent les travées extrêmes. Le parti a été rejeté bien sûr par la tradition cistercienne.

Les circulations

6L’organisation très particulière du quartier canonial (fig. 112), la proximité de deux grands édifices de culte et les chronologies différenciées des reprises et aménagements divers ont rendu particulièrement difficile la restitution des circulations dans Saint-Paul au Moyen Âge. Parmi les organes de circulation encore en usage, peu appartiennent au plan primitif. L’ouverture sur l’extérieur, plus précisément sur le quartier canonial, apparaît très réduite. Elle était assurée essentiellement par le portail occidental. L’état roman de la travée ouest de la nef principale comprenait un clocher-porche auquel correspondait nécessairement un portail de même style (fig. 124). Toujours en place dans le mur gouttereau nord, l’autre portail roman connu a été monté dans la seconde travée du bas-côté (fig. 113, 115). Il ouvrait dans un espace particulier, développé entre les deux églises du quartier canonial. Il a été englobé dans une galerie de circulation, dénommé, dans un document du XVe siècle, le quadrum S. Laurenti (Chopin, 2000, p. 33). Le seul vestige de cette galerie est le faisceau d’ogives sur console ancré dans l’angle nord-est de la chapelle des Fonts. Console et départ d’ogives appartiennent au chantier de la chapelle, construite dans la seconde moitié du XVe siècle. Rien ne permet de savoir si cette construction tardive reprend une disposition plus ancienne.

112 - Saint-Paul, plan du quartier canonial au XVIIIe siècle d’après l’Atlas de la rente noble (© Arch. dép. Rhône, 13G372).

113 - Saint-Paul, l’église vue du nord-ouest pendant la construction de la gare Saint-Paul.

7Côté sud, deux passages conduisaient dans le cloître. Le passage occidental est signalé dans des textes tardifs comme la « porte Saint-Maurice » du cloître, sans doute à l’emplacement de la chapelle du même vocable, alors que le passage oriental était connu sous le nom de « porte Saint-Jean » (Chopin, 2002, p. 87). Il existe aujourd’hui un passage du XVe siècle (porte de style gothique tardif) reliant l’espace du cloître et la travée orientale du bas-côté sud. Il s’agit d’un corridor formé spontanément d’un côté, par le mur d’une chapelle construite contre le mur ouest du transept (chapelle Du Peyrat), de l’autre, par celui de la chapelle donnant dans l’avant-dernière travée du collatéral. La chapelle Du Peyrat est aussi haute que le bras sud du transept (fig. 120). Élevée à la fin du XVe siècle, elle a pris la place d’une chapelle de deux niveaux dont il subsiste de rares vestiges, visibles dans le mur occidental de la bouchée, qui donnait dans un petit escalier en colimaçon dont la première révolution fait encore saillie dans le corridor (courbe visible sur le plan).

8Côté nord, l’espace séparant les deux édifices de culte a spontanément constitué une zone semi-indépendante. Elle était entourée sur deux côtés par Saint-Paul (collatéral nord et bras nord du transept), sur le troisième côté par Saint-Laurent (bas-côté sud) et sur le côté ouest par le corridor reliant les deux églises, qui y donnait peut-être accès. Nous ne savons rien non plus des relations spatiales entre cet espace et Saint-Laurent. Pour ce qui est de Saint-Paul, une porte a été ménagée tardivement dans le mur occidental du bras nord du transept (fig. 114) : elle est postérieure au percement de la baie du XIVe siècle qui la surmonte. Il s’agit d’une porte de service, sans décor. Sa proximité immédiate de la tourelle d’escalier laisse penser qu’elle a été ménagée pour desservir directement ce dernier depuis l’extérieur ; auparavant, il fallait traverser toute la nef pour en atteindre la porte.

114 - Saint-Paul, bras nord du transept. De gauche à droite : mur nord de l’absidiole, mur nord du transept et mur ouest du transept.

9À l’est, enfin, greffées sur le chevet, deux sacristies ouvrent dans les absidioles du transept, celle du nord dans la chapelle extrême-nord, celle du sud dans la chapelle sud flanquant l’abside. Au nord, la porte est de style gothique tardif, mais le bâtiment lui-même, appuyé contre l’abside reconstruite au XVIIIe siècle, a été adapté à son nouveau contexte et voûté à neuf à cette époque. Il a sans doute remplacé la sacristie dont Quincarnon date la construction de 1456 (Chopin, 2002, p. 90). L’autre sacristie, un bâtiment plus autonome et plus petit que la précédente, est une construction moderne.

Élévations extérieures

10Les élévations extérieures de Saint-Paul sont partiellement cachées par les chapelles, les sacristies et les vestiges des bâtiments canoniaux conservés dans le prolongement du bras sud du transept. Au-dessus des toitures couvrant d’un seul tenant les bas-côtés et leurs chapelles apparaissent les baies supérieures, trois sur le nord côté de la nef principale (les travées extrêmes sont occultées par des bâtiments), cinq sur le côté sud, totalement dégagé, si l’on compte la baie bouchée du clocher. L’étage est surmonté d’une file de modillons entre lesquels s’intercalent des métopes ornées (fig. 117, 131). Les motifs sont romans, mais se répètent à l’identique plusieurs fois sur toute la longueur du décor. Il s’agit de moulages de plâtre dont les modèles ont été pris sur les métopes romanes des chapelles latérales du bas-côté nord. Ces chapelles relèvent de style gothique tardif, mais elles sont ornées d’une suite de modillons et de métopes datables, par la maturité du style, de la seconde moitié du XIIe siècle. Parmi les modillons, on reconnaît des figures animales (taureau, poissons) qui sont peut-être les restes d’un zodiaque ; la Vierge et le Cancer sont nommément désignés.

11Avant les restaurations du siècle dernier, les voûtes du bas-côté nord étaient surmontées de divers petits bâtiments (fig. 115). Comme l’attestent les gravures et photos du XIXe siècle, il s’agit pour la plupart d’adjonctions modernes, détruites durant les restaurations de 1840 ; seul le bâtiment oriental, conservé, remonte au Moyen Âge. La travée est du collatéral porte en effet une salle érigée à la fin du XIIe siècle ou au début du siècle suivant, voûtée d’ogives et ornée d’une façade de pierre de taille et brique (fig. 136, 137), comme le mur nord contigu du transept. Ultérieurement, mais à des dates encore inconnues, les autres constructions adventices ont été réalisées dans le prolongement de cette première salle, sur les voûtes des travées 2 à 4. Logées entre les contreforts très saillants de la nef (il s’agit de murs-boutants), elles étaient simplement constituées d’une façade et d’une toiture. Des passages ménagés dans les murs-boutants mettaient ces constructions en communication. Durant les restaurations des années 1840, un logement a été construit sur la première travée, au prétexte que

« pour ajouter à la régularité de la façade du côté nord et élever le logement du sacristain, il a été établi à l’angle nord-ouest une petite construction qui devient le pendant de la pièce qui lui est opposée, dite salle de la confrérie » (cité par H. Chopin, 2002, p. 100).

12Il a été dévolu ultérieurement au sonneur de cloches. Encore debout aujourd’hui, il est composé d’une grande pièce augmentée d’une mezzanine, d’une terrasse, installée sur les voûtes de la chapelle des Fonts, et de l’escalier qui dessert ces deux espaces supérieurs. Cet escalier, plaqué sur le revers de la façade du bas-côté, laisse voir dans la partie haute de la cage, côté sud, la base de la tourelle du carillon (cf. infra, p. 255-256).

115 - Saint-Paul, côté nord de l’église.

13L’ensemble du transept est caractérisé par l’emploi d’un appareil de pierre alternant avec des arases de briques ; mais il n’apparaît plus que de façon lacunaire principalement dans les murs nord et sud et dans l’édicule surmontant la dernière travée du collatéral nord (cf. infra, p. 283-285). Le mur oriental du transept est percé de quatre absidioles et d’une abside. Occultée par les sacristies et largement rechemisée, l’élévation extérieure des absidioles est impossible à lire. Le faîte des murs est orné de modillons simples et de métopes en pierre sculptées de motifs dont l’apparence imite des décors romans. Il s’agit manifestement d’une réalisation néoromane qu’il faut peut-être attribuer à des travaux effectués avant le plein développement du style néoroman, dans la seconde moitié du XIXe siècle. La croisée du transept est coiffée d’un dôme à huit pans abritant la coupole (fig. 116, 117, 123). Son élévation est composée de deux niveaux d’arcatures répartissant trois arcades par pan. Le premier niveau intègre une baie dans chaque pan (dans le pan oriental, la baie a été surdimensionnée et structurée intérieurement par un remplage contemporain). Le second est occupé par une arcature aveugle. Un petit lanternon en pierre a été monté au XIXe siècle sur le faîte de la toiture (fig. 117). Il a remplacé un lanternon de bois et de brique réalisé au XVIIIe siècle (fig. 115).

116 - Saint-Paul, les huit pans du dôme.

117 - Saint-Paul, le dôme.

Élévations et couvertures intérieures

14L’élévation intérieure de la nef centrale est tripartite : grandes arcades d’un dessin brisé, étage intermédiaire de mur nu souligné d’un bandeau sculpté en méplat, clair-étage pris dans la voûte d’ogive (fig. 118, 121). Le décor architectural - pilastres cannelés, placage des murs, moulures, bandeaux - est une réfection du XIXe siècle ; mais la description que le chanoine Greppo a faite au XVIIIe siècle de leur état avant les transformations baroquisantes dont il a été le témoin prouve que les restitutions ont été assez fidèles à l’original. Les chapiteaux de plâtre sont des œuvres assez intéressantes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Ils recouvrent les vestiges des chapiteaux de marbre romans, très mutilés au XVIe siècle. La première travée comporte deux arcades en plein cintre bichromes. Montant plus haut que les autres, elles n’ont pas laissé de place au bandeau.

118 - Saint-Paul, intérieur de la nef principale et sanctuaire.

15Le transept montre intérieurement de vastes surfaces de mur nu, animées par les arases de briques régulièrement disposées (fig. 119, 120). Comparativement, les absidioles de moellon apparaissent d’une étonnante sobriété. Mais il est vrai que la destruction du décor architectural, qui a laissé des traces archéologiques difficiles à interpréter, a profondément altéré leur apparence. Quant à l’abside, détruite dans les réaménagements de 1778, elle devait être une œuvre exceptionnelle de ce style antiquisant qui caractérise l’architecture religieuse romane à Lyon dans la seconde moitié du XIIe siècle. Connue par la description précise du chanoine Greppo, elle montrait un double étagement de baies encadrées de pilastres cannelés et de figures d’apôtres. L’inspiration bourguignonne est évidente.

119 - Saint-Paul, transept, intérieur du bras nord : murs nord et ouest.

16Le clair-étage du transept est assez varié. Les murs nord et sud sont percés d’une rosace sans remplage ; seule la rosace nord, d’un diamètre d’environ 2,70 m, est conservée dans son état d’origine, malgré la restauration des rouleaux moulurés à l’antique qui forment son cadre. Le mur oriental a été doté de deux fenêtres en arc brisé au-dessus des absidioles extrêmes et de deux roses surmontant les deux autres chapelles. Le mur occidental, lui ne comporte plus que deux baies. Dans le bras nord, elle est occultée par la petite salle dite « du trésor » et la montée d’escalier ; mais la partie libre du mur, vers l’angle nord-ouest du transept, est restée aveugle jusqu’au percement de la haute baie du XIVe siècle. Au sud, la chapelle Du Peyrat a supprimé la partie extrême du mur ouest (fig. 120). La partie qui surmonte le collatéral, en revanche, est ouverte d’une baie du XVe siècle (fig. 120), la seule de ce type à n’avoir pas été transformée au XVIIIe siècle. L’état du clair-étage laisse supposer que le mur ouest, dans son état roman, était quasiment dépourvu de fenêtre.

120 - Saint-Paul, transept, intérieur du bras sud : chapelle Du Peyrat et bas-côté sud (en bas à droite, la porte du corridor).

17La couverture des espaces intérieurs ne laisse pas de poser problème. Les différentes entreprises de restauration qui ont marqué les XVIIe et XVIIIe siècles ont toutes concerné peu ou prou les voûtes (Chopin, 2000) : le rapport d’experts du 27 mars 1648 préconise de détruire celles des travées 2 à 5 de la nef, gravement endommagées, mais aucun document ne confirme la réalisation des travaux ; dans les années 1780, celles du bras nord du transept sont refaites ; celles des bas-côtés ont fait l’objet de nombreuses reprises. Les collatéraux portent des voûtes d’arêtes timbrées d’un motif sculpté (fleurs, visages) à l’emplacement de la clef (fig. 122) ; le style de ces pièces s’apparente aux productions lyonnaises des dernières décennies du XIIe siècle. Nef principale et transept sont couverts de voûtes quadripartites bombées (fig. 118-121). Les voûtains descendent sur les arcs des baies. Les ogives sont formées d’un boudin sur dosseret. La deuxième travée de la nef offre la seule variante (deux boudins séparés par bandeau de section triangulaire dans la moitié inférieure, boudin unique dans la moitié supérieure) qui est peut-être la marque d’une reprise non documentée. L’articulation des voûtes avec les murs gouttereaux varie d’un espace à l’autre : celles de la nef principale sont dépourvues d’arcs formerets, alors que celles du transept sont dotées d’un dosseret, mais une travée sur deux. Le volume bombé de ces voûtes et l’absence d’arc formeret répondent aux caractéristiques des premières voûtes d’ogives de la cathédrale (chapelles latérales du chœur et chœur).

121 - Saint-Paul, intérieur de l’église, vue vers l’ouest.

122 - Saint-Paul, vue générale des trois vaisseaux.

18La tour-lanterne, un octogone de forme irrégulière, est couverte d’une voûte octopartite (fig. 123). Les huit ogives ont été soit remontées après démontage, soit refaites à l’occasion du démontage du niveau supérieur du dôme. En effet, l’étude archéologique du parement extérieur a mis en évidence, d’une part une restauration importante des éléments d’architecture (chapiteaux et colonnettes), d’autre part un système glyptographique de repérage des blocs et des assises en vue d’un démontage et d’un remontage de tout le niveau (blocs portant un numéro gravé). Le style des sculptures et la graphie des chiffres utilisés pour le repérage renvoient au XVIIIe siècle. Ce type d’intervention lourde n’est pas l’apanage de la collégiale lyonnaise. Il a été plus fréquent qu’on ne l’imagine. L’opération peut concerner une partie faible, comme le mur nord du transept de Saint-Nicolas de Gand (De Smidt, 1974), un ensemble plus important, comme le sanctuaire roman richement orné de San Juan de Amandi (Asturies), démonté, identifié glyptographiquement bloc à bloc et remonté en 1780 (Vinayo Gonzalez, 1972, p. 183) ou bien le sanctuaire occidental de la cathédrale de Worms (Palatinat) dans le premier tiers du XXe siècle (Winterfeld, 1993, p. 154), voire tout un édifice, comme l’église Saint-Nazaire-et-Saint-Celse de Montechiaro (Piémont italien), entièrement démontée, à l’exception de la façade, numérotée bloc à bloc et remontée entre 1845 et 1848 (Chierici, Citi, 1979, p. 43, n° 19. Sur les aspects techniques et organisationnels du démontage et du remontage, voire du transport d’un monument, voir Pons-Sorolla y Arnau, 1971).

123 - Saint-Paul, croisée du transept.

Le chapitre de Saint-Paul de Lyon, par Hervé Chopin
Au nord de la ville, au bord de la rive droite de la Saône, se dresse l’ancienne collégiale Saint-Paul, à l’arrivée de ce qui était appelé la « route de France », dans le quartier le plus actif de la rive droite aux XIVe et XVe siècles. L’église aurait été fondée par l’évêque saint Sacerdos, oncle de saint Nizier. Cette création est mentionnée tardivement dans la liste épiscopale d’un manuscrit conservé à Bologne datant du XIIIe siècle (Guigue 1867 ; Duchesne 1907-1915 : t. II, 156-173 ; Leclerq 1931 : t. X col. 2-402 ; Vanel 1900 : 80-105 et 161-182).
La lettre et le bref de l’évêque Leidrade (798-816) adressés à Charlemagne (MGH, II, 1885, 542-543 ; Coville 1928 : 283-296), documents datés du début du IXe siècle, citent pour la première fois le bâtiment et la communauté de chanoines. Le premier document rend compte à l’empereur de la situation de la ville et des travaux que le prélat a ordonnés. La domus Sancti Pauli est recouverte à neuf. C’est la plus vieille mention de l’église. Le second, qui est un inventaire récapitulatif rédigé conséquemment aux instructions données par Charlemagne en 806-807, plus précis, détaille les principales communautés ecclésiastiques de la ville : Saint-Paul est occupée par vingt-quatre canonici qui possèdent vingt-deux colonges (ou tenures) exploitées et vingt-et-une vacantes. Le chapitre existe donc très tôt, avant même que ne soit mise en place la règle d’Aix. Le Liber confraternitatum Augiensis, vers 830, recueillant les noms des membres de toutes les communautés inscrites à la confraternité, cite vingt-quatre chanoines, lesquels sont dirigés par un chorévêque (MGH, LMN, 1884 : 257-259).
Entre le IXe siècle et le XIe siècle, les documents sont rares. Cependant, une charte de 1103 établie par l’archevêque de Lyon Hugues de Die concède au chapitre de Saint-Paul les paroisses de Versailleux, Odenas, Saint-Lager, Dagneux et Saint-Paul-de-Varax (Smith t. II, XXX, 29). La fonction de chorévêque n’existant plus à Lyon à la fin du IXe siècle, au XIIe siècle un abbé est à la tête du chapitre (Guigue 1872 : 26, Obit Robertus, precentor Lugdunensis ecclesie et abbas beati Pauli). Cette dignité est supprimée pour laisser la direction au chamarier (camerarius) au XIIIe siècle. Le pape Honorius III prend la collégiale sous sa protection et confirme les possessions de la collégiale. La communauté est dirigée par le chamarier qui préside les assemblées capitulaires. Il est aidé du chantre et du sacriste. Le premier dirige l’organisation des offices, de la vie religieuse, les cérémonies et le chant. Le second, quant à lui, dispose des fonctions curiales. Il est chargé de dire la messe dans l’église paroissiale du cloître, Saint-Laurent.
Le nombre de chanoines est indéfini, comme c’était le cas au chapitre cathédral et à Saint-Just jusqu’au début du XIVe siècle. Avec les statuts de 1321 (AD Rhône, 13G83 : statuts du chapitre), leur nombre est fixé à dix-huit en réaction à la politique bénéficiale du pape Jean XXII. Les chanoines sont soit hôteliers (ils résident au cloître), soit bacheliers. Ils sont surtout recrutés dans la noblesse locale au XIIIe siècle, puis dans le milieu des hommes de loi décrit par René Fédou (Fédou 1964). Comme à Saint-Just ou à Saint-Jean, les chanoines de Saint-Paul ont des obéances dont ils reçoivent des parts et qu’ils divisent lors de la résignation d’un canonicat ou lors d’un décès. À ces chanoines sont associés les sept chapelains perpétuels appelés septenniers (septennarii). En 1499, dix-huit prêtres, six clercs et six clergeons vivent et officient dans le cloître en plus des chanoines et des septenniers (AD Rhône, 13G81, pièce n° 2, 2e cahier).
Les possessions de Saint-Paul sont importantes. Le polyptyque édité par M.-C. Guigue, qui date approximativement de 1285, fait acte de tous les cens et servis qui doivent être versés au chapitre. Les terres et revenus sont répartis dans le royaume, dans le Dauphiné et sur les terres des comtes puis ducs de Savoie (Charpin-Feugerolles, Guigue 1875). À côté de ces revenus, elle dispose d’autres ressources. En effet, les anniversaires, les enterrements et autres fondations augmentent au XVe siècle au point que les recettes venant du temporel ne comptent que pour moitié (Lorcin, 1974, p. 308).
Le cloître de Saint-Paul est aussi un centre scolaire au Moyen Âge. En 1359, l’archevêque Guillaume de Thurey réserve au chapitre le droit d’instituer un maître d’école dans l’étendue de la paroisse pour ses enfants, à l’exclusion des étrangers (AD Rhône, 13G74, pièce n° 1). Cette schola est en plus dispensée de l’autorité du chantre de la cathédrale en 1410 (Déniau 1934 : 110, 148 et 360). Au XVe siècle, la collégiale abrite Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris, mais aussi Gérard Machet, chanoine de Notre-Dame de Paris, docteur et maître en Sorbonne, lui-même chanoine de Saint-Paul (AD Rhône, 13G6, registre des délibérations capitulaires, au 31 octobre 1418, notamment réception de Gérard Machet ; 10 et 11 avril 1423, Machet demande un canonicat pour Gerson ; 13G99, obituaire : obit de Gerson au 4 des ides de juillet).
Le chapitre a aussi un rôle important parmi les autres églises de la ville et du diocèse. Dès le XIIIe siècle, les papes donnent des indulgences pour les fidèles qui visiteront l’église comme Innocent IV ou Nicolas IV. La collégiale, comme celle de Saint-Just et les abbayes d’Ainay et de l’Ile-Barbe, participe au côté du chapitre cathédral à la fête des Merveilles ou des Miracles, le jour de la passion des premiers chrétiens de la Gaule, Blandine, Pothin et leurs compagnons, le 2 juin. Elle dispose aussi de reliques comme celles de saint Sacerdos, ou bien celles des saintes Marie Salomé et Marie Jacobée offertes par le roi René en 1454 (AD Rhône, 13G196)

Analyse archéologique

19L’analyse archéologique a porté sur la nef principale (niveau sous combles, clair-étage, murs-boutants), les élévations extérieures du chevet, transept compris, le dôme et le clocher-porche. Les données archéologiques ont concerné l’existence d’un bâtiment antérieur à l’église actuelle, la chronologie relative de ses composantes et l’évolution des parties hautes. Elles ont été mises en perspective dans l’analyse morpho-spatiale générale de l’église. Le mur gouttereau nord de la nef a fait l’objet d’une étude archéologique minutieuse. Le mur gouttereau sud a été observé plus brièvement. Il présentait les mêmes vestigia. Les dispositions en symétrie de l’un à l’autre sont remarquables. Côté nord, par exemple, le parement extérieur de la travée 3 est le mieux conservé de tout le mur gouttereau et la baie, la moins reprise. Il en va exactement de même pour le parement extérieur de la travée 3, côté sud, alors que dans les autres travées, et des deux côtés, les baies ont été totalement transformées au XVe siècle.

20Il faut signaler pour mémoire deux études plus ponctuelles qui ne seront pas développées ici, mais dont les résultats entreront dans le raisonnement général. Menées sur l’enveloppe extérieure du bras nord du transept, elles ont concerné l’une le mur nord et l’autre les absidioles dans leur partie haute, actuellement dissimulée sous les combles de la sacristie nord. L’analyse archéologique du mur nord a mis en évidence l’importance des reprises, sans doute anciennes, sous une apparence d’homogénéité, les problèmes de stabilité dans le bâti, la qualité des remplois et les traces d’investigations archéologiques du XVIe siècle. Réalisée à partir des voûtes de la sacristie du XVIIIe siècle, l’étude de la partie haute des absidioles a porté sur l’état originel des parements (une construction à arase de briques, comme le reste du transept, mais altérée dans les parties visibles par les restaurations de toutes époques), la forme originelle des absidioles, unies par le même mur plan, et les vestiges de la sacristie du XVe siècle, qui se résument aux traces de deux voûtes montées à une hauteur légèrement supérieure à celle des voûtes actuelles.

Analyse morpho-spatiale de l’église actuelle

21L’analyse morpho-spatiale repose sur trois dispositions hors normes (fig. 111, 124) : la largeur des bas-côtés, la spécificité de la travée orientale et l’irrégularité de la nef centrale. Celle-ci, en effet, est marquée par un élargissement à peine sensible, mais constant : la largeur hors œuvre passe de 6,20 m dans la première travée à 6,80 m dans l’avant-dernière. Le phénomène s’accentue dans la dernière travée, qui adopte un plan trapézoïdal ouvert sur le transept sur une largeur de 7,70 m. En outre, les grandes arcades méridionales ne sont pas parallèles à celles du nord et composent ensemble un plan dévié insensiblement à partir de la deuxième travée. Parallèlement, les travées ont une longueur variant de 4 m à 4,40 m, à l’exception de la dernière qui présente une longueur irrégulière de 7,10/7,30 m. Enfin, les bas-côtés accusent une largeur, irrégulière aussi, d’environ 5,10/5,50 m. En revanche, transept et sanctuaire offrent des dimensions et des proportions régulières.

124 - Saint-Paul : a - désaxements des murs de la nef principale ; b - portes et passages.

22L’analyse du plan fait apparaître deux espaces nettement différenciés : le transept et l’abside, d’une part, de l’autre, la nef. L’homogénéité de l’ensemble formé par le transept et l’abside principale dans son état roman prouve qu’ils relèvent tous d’une même campagne de construction. Le style antiquisant qui les caractérise date les travaux de la seconde moitié du XIIe siècle, sans doute tard dans cette période. La comparaison avec Saint-Pierre des Terreaux et le sanctuaire de la cathédrale ne laisse guère de doute. L’ampleur du vaisseau transversal révèle un projet ambitieux pour la transformation du sanctuaire, comme cela a été le cas aussi pour deux édifices contemporains, le sanctuaire de la cathédrale et la collégiale disparue de Saint-Just, fouillée par Jean-François Reynaud. En ce qui concerne la nef principale, les quatre premières travées forment un ensemble irrégulier, mais homogène. Les petites baies sous comble sont présentes dans la seconde et la troisième travée, mais la quatrième en est dépourvue. L’état du bâtiment antérieur aux aménagements du XIIe siècle était formé d’au moins deux espaces différenciés.

  • 22 À Saint-Nizier, la présence d’une crypte médiévale et les ruptures de maçonneries constatées dans l (...)

23Les articulations des différentes parties du plan laissent deviner deux logiques différentes. L’analyse a porté sur la dernière travée de la nef et sur les bas-côtés. Visiblement, le plan trapézoïdal de la cinquième travée est le fruit d’une contrainte pratique : lier une nef relativement étroite à une croisée du transept plus large qu’elle. De même, l’élévation particulière de cette travée n’est qu’une conséquence de son accroissement en longueur. La suppression du bandeau a été imposée par le diamètre de l’arcade, plus important qu’ailleurs, parce que la travée est plus longue. Le choix d’un arc en plein cintre a permis de limiter cette contrainte, en laissant monter l’arcade moins haut que si elle était d’un dessin brisé. La longueur exceptionnelle de cette travée témoigne d’un éloignement mal maîtrisé entre la partie homogène de la nef et le transept : comme à la cathédrale ou à Saint-Just22, le nouveau chevet a été repoussé à l’est. Cette disposition correspond-elle à un projet de reconstruction totale de la collégiale, rapidement abandonné après l’achèvement des parties orientales et avant l’aménagement du clocher-porche roman ? L’ancienne priorale de Paray-le-Monial offre l’exemple d’un vaste projet de reconstruction, réduit, au moment d’entreprendre la nef, à des proportions mieux adaptées aux finances de l’institution et complété par les vestiges conservés de l’église antérieure (Barnoud, Reveyron, Rollier, 2004). Mais à Saint-Paul, rien encore ne permet de confirmer un tel scénario.

24C’est à travers leur articulation avec la nef principale et le transept que les bas-côtés prennent une signification dans la réorganisation de l’espace ecclésial. L’analyse concerne plus précisément la forme prise par la variation de leur largeur et leur implantation en fonction des absidioles orientales. La largeur des bas-côtés diminue en effet de l’ouest vers l’est. Cette variation ne reflète pas une implantation défectueuse : les murs gouttereaux sont parfaitement rectilignes. Elle a pour origine les déviations des grandes arcades. Parallèlement, les deux collatéraux ont été construits exactement dans le prolongement des absidioles intermédiaires du transept. Ils s’articulent donc sans difficulté avec le transept, parce qu’ils faisaient partie du projet du transept. En d’autres termes, les bas-côtés ont été construits dans la même phase d’aménagement que le transept et le sanctuaire. Les murs gouttereaux ont été alignés sur les supports engagés articulant les absidioles intermédiaires et les absidioles extrêmes ; les deux vaisseaux latéraux ont donc enveloppé une nef plus ancienne, unique et déformée dans son tracé. L’analyse des maçonneries conservées sous les combles des bas-côtés conforte cette hypothèse.

Le niveau de l’étage sous combles

25Le niveau de l’étage sous combles forme un ensemble archéologiquement complexe. D’une part, en effet, au nord comme au sud, la toiture actuelle recouvre d’un seul tenant le bas-côté et les chapelles latérales, espace dont l’histoire monumentale s’est écrite sur un long terme. D’autre part, les voûtes des collatéraux ont supporté divers aménagements qui ont presque tous disparu depuis le XIXe siècle. Difficile à lire pour des raisons pratiques (enductions) et scientifiques (ténuité des vestigia), le niveau s’est pourtant révélé très riche d’enseignements dans deux domaines : les parements et de petites baies, actuellement bouchées. L’état des premiers (qualité, modes de construction et traces du chantier) et la dispersion des secondes constituent autant d’indices sur l’histoire archéologique du bâti.

Disposition des lieux

26Les combles des bas-côtés sont divisés par les murs-boutants contrebutant le clair-étage en sections d’environ 4,70 m de longueur, à l’exception de celles de la dernière travée, plus longue que les autres. On dénombre trois sections au nord (travées 2 à 4), cinq au sud. Les deux combles ont connu des traitements différents. Au nord, ils sont plus spacieux, même si l’on ne peut pas s’y tenir debout (hauteur maximale d’environ 1,60 m) ; les toitures, sensiblement plus hautes qu’au sud, conservent suffisamment de hauteur au-dessus du mur gouttereau du bas-côté pour qu’on puisse se glisser au-delà de cette ligne, jusqu’aux voûtes des chapelles latérales. Le sol est encore entièrement dallé de tommettes. Les murs-boutants ont été percés chacun d’un étroit passage pour assurer la circulation depuis l’escalier nord du transept jusqu’à la tribune occidentale de la nef principale. Dans leur état actuel, ces passages s’appuient directement sur le mur gouttereau de la nef. Ils sont couverts chacun d’un arc rampant qui suit la pente de la toiture. Par leur forme et leur construction, ces arcs sont vraisemblablement un réaménagement adapté contemporain des restaurations du XIXe siècle et de la nouvelle toiture.

27Au sud, les voûtes ont été couvertes d’une toiture plus basse (hauteur maximale d’environ 1,45 m), rendant inaccessibles des combles que ne dessert aucun escalier. Toutefois, les petites trappes rudimentaires ménagées dans les toitures pour les travaux de surveillance et d’entretien ont ouvert l’accès des lieux à l’archéologie. Il n’existe pas de sol aménagé ; on évolue directement sur l’extrados des voûtes, simplement remblayé, comme il se doit, au niveau des reins. Les murs-boutants ont été percés aussi de passages étroits (0,50/0,60 m environ), sans doute d’origine. Soigneusement construits, ils ne laissent pas voir de césure périmétrale. Certains sont encore praticables, deux ont été bouchés (entre les travées 1 et 2 et entre les travées 4 et 5), un n’a pas été réalisé (le mur-boutant entre les travées 2 et 3 est resté plein). Ils accusent une différence d’implantation avec leurs symétriques nord : ils ne s’appuient pas directement sur le mur gouttereau, mais en sont décalés d’environ 0,60/0,70 m.

L’étage sous combles

28Dans les combles du collatéral nord, l’état du revers du mur gouttereau nord, couvert d’un lait de chaux épais, n’a autorisé que des observations d’ensemble portant sur la qualité de l’appareil (des moellons), la régularité des assises et le traitement spécifique des joints, serrés à la truelle (fig. 125). Dans ceux du bas-côté sud, en revanche, les parements, dépourvus d’apprêts, ont pu faire l’objet d’une étude plus fine ; elle a confirmé les premiers résultats récoltés au nord. Le revers du mur gouttereau sud a été construit en pierres de calcaire de différentes origines. La géologie du bâti s’avère radicalement différente de celle du niveau supérieur, le clair-étage, monté en pierre schisteuse, gneiss et granite. Les assises, assez homogènes, sont formées de moellons proprement dressés, de forme régulièrement parallélépipédique, dont les longueurs oscillent couramment entre 0,20 et 0,30 m, pour des hauteurs courantes comprises entre 0,10 et 0,15 m (fig. 126). Les blocs employés s’apparentent, dans leurs modules et leur régularité, au parement du revers de la façade, actuellement visible dans le tambour d’entrée du XVIIIe siècle (fig. 127). En revanche, ils diffèrent sans ambiguïté des moellons plus irréguliers du clair-étage (fig. 132). Toutes ces données confirment d’une part l’homogénéité du bâti de la partie basse de la façade et des murs de l’étage sous combles, d’autre part le différentiel chronologique entre ces murs et le clair-étage actuel.

125 - Saint-Paul, combles du bas-côté nord : parement de la deuxième travée.

126 - Saint-Paul, combles du bas-côté sud : parement de la deuxième travée.

127 - Saint-Paul, parement du revers de la façade, actuellement visible dans l’escalier du tambour d’entrée du XVIIIe siècle.

29Dans les combles du collatéral sud, le mur a conservé les traces de l’échafaudage sur la longueur de trois sections (fig. 126, 128). Il s’agit d’une ligne basse (au niveau de l’extrados des voûtes) de six trous de boulin maçonnés et d’une ligne supérieure, matérialisée par le seul trou actuellement repéré. Les entrées des trous de boulin sont adaptées à la hauteur de l’assise. Elles mesurent entre 12 x 12 cm et 15 x 15 cm. Leur dispersion est relativement irrégulière : d’ouest en est, les entr’axes mesurent 1,50 m entre les boulins 1 et 2, environ 2,60 m entre les boulins 2, 3, 4 et 5 et 3,50 m entre les boulins 5 et 6. Le trou de boulin de la ligne supérieure est visible dans la troisième section, au-dessus du sixième trou de boulin inférieur. Dans les autres sections, la poutre muralière, positionnée sensiblement plus bas, a sans doute dissimulé les autres trous de boulin : certains ont pu être localisés.

30Au sud comme au nord, une baie de petites dimensions a été ménagée dans le mur de la deuxième travée et de la troisième travée (fig. 125, 128, 129, 130). Réalisées dans un mur mince, ces petites baies ne présentent aucun ébrasement. Leur construction est des plus simples : les piédroits sont formés d’un chaînage de blocs d’un module un peu plus fort et plus régulier que les autres ; l’arc est monté en moellons réguliers. Tous ces caractères désignent une date haute dans l’époque romane, qui répond aux caractéristiques des parements. Côté nord, les deux baies sont visibles dans leurs trois dimensions (hauteur, largeur et profondeur) ; mais elles sont fermées par l’opercule que forme le placage intérieur en faux appareil de la nef, monté au plâtre au XIXe siècle entre les grandes arcades et le clair-étage. Les tommettes qui couvrent le sol des combles pénètrent dans la baie, mais n’en dissimulent qu’une faible hauteur. La baie de la deuxième travée a une largeur de 0,65 m, une hauteur visible de 1,34 m et une profondeur de 0,50 m. Celle de la troisième travée mesure respectivement 0,54 m, 1,60 m et 0,60 m. Côté sud, les combles renferment aussi deux baies, de forme et de position semblables. Mais elles ont été bouchées par une maçonnerie de moellons, non datée (XIXe siècle ?). Il n’a pas été possible de mesurer leur profondeur. La baie de la deuxième travée a une largeur de 0, 52 m et une hauteur visible de 1,47 m. Celle de la troisième travée mesure respectivement 0,55 m et 1,45 m.

128 - Saint-Paul, combles du bas-côté sud : schéma général des vestiges muraux.

31Ces baies ne peuvent avoir eu que deux finalités : il s’agit soit des fenêtres d’un clair-étage primitif, soit d’ouvertures sous combles, suivant le modèle bourguignon du XIIe siècle. Dans ce cas, elles appartiendraient donc aux transformations du XIIe siècle qui ont doté l’église d’un nouveau transept. Les travaux d’agrandissement de la collégiale Saint-Paul se sont accompagnés d’une reprise des élévations du vaisseau principal auxquelles ont été ajoutés des supports engagés et une voûte, comme à Saint-André-le-Bas de Vienne. L’aménagement d’ouvertures sous combles relèverait de l’esthétique antiquisante bourguignonne qui, à Cluny III, Paray-le-Monial, Autun, Beaune, Langres…, impose sous le clair-étage un niveau d’arcature aveugle, percé au milieu de chaque travée d’une baie éclairant les combles. Or, c’est bien cette esthétique qu’affichait l’abside de Saint-Paul, démolie au XVIIIe siècle : la superposition des ordres et des étages de baie, la sculpture raffinée, les pilastres cannelés et les chapiteaux corinthiens décrits par le chanoine Greppo renvoient, par exemple, à l’abside de Saint-Lazare d’Autun.

32Mais l’hypothèse se heurte à quatre difficultés. Premièrement, l’arcature aveugle aurait fait une saillie trop marquée dans la nef et n’aurait pas disposé de l’assise nécessaire pour la soutenir. Deuxièmement, occupant une hauteur assez faible sous les baies romanes, elle aurait défini un niveau ridiculement bas et lié trop étroitement aux fenêtres supérieures. On pourrait certes opposer à ces deux arguments le cas de Saint-Martin à Nouvion-le-Vineux (fin XII e -début XIIIe siècle ; Sandron, 2001, p. 288-294), en Laonnais : logées directement sous le clair-étage, les petites baies sous combles ouvrent sur la nef sans aucun décor ; mais il n’existe aucune parenté entre cette architecture gothique de Picardie et le style roman de Saint-Paul. Troisièmement, elle aurait été dotée d’ouvertures sous combles sur toute la longueur du vaisseau (de la deuxième à la cinquième travée) et non dans les seules deuxième et troisième travées. Quatrièmement, ces petites baies sont étroitement associées à un appareil de moellons bien dressés, très différent de celui du niveau supérieur. Les caractéristiques archaïques de tout l’étage confirment ce que l’analyse précédente laissait comprendre : les quatre baies découvertes sous les combles appartiennent au clair-étage d’un édifice antérieur, agrandi en longueur, en largeur et en hauteur au XIIe siècle.

L’épaississement occidental

33La travée occidentale de la nef principale, celle qui porte le clocher, est marquée au sud par un épaississement de sa maçonnerie dans une zone correspondant grosso modo aux combles des bas-côtés (fig. 128, 130). Du côté nord, l’appartement du sonneur gêne l’analyse archéologique, mais l’état du bâti laisse deviner une situation semblable (fig. 129). À l’ouest, la façade néogothique, qui a totalement rhabillé les maçonneries, ne laisse rien voir des structures internes ; mais il n’est pas impossible que la galerie extérieure qui surmonte le portail soit installée sur un épaississement ancien des maçonneries. Côté sud, l’épaississement est visible dans l’enveloppe extérieure de la première travée. Il monte jusqu’à l’appui de la grande baie gothique formant le clair-étage de cette travée. Sa hauteur générale correspond donc à celle des combles du collatéral, augmentée d’une partie aérienne. Sa limite supérieure, qui dépasse la toiture du bas-côté, forme une arase de maçonnerie d’environ 0,70 de largeur, aujourd’hui protégée par une couverture de métal.

129 - Saint-Paul, mur gouttereau nord de la nef principale : distribution des petites baies sous combles, en bas, et des baies romanes du clair-étage.

34Cet épaississement se poursuit brièvement dans la deuxième section, au-delà du mur-boutant unissant la première et la deuxième travée, et se termine à quelque 0,50 m de la petite baie (fig. 130). Il traverse donc le mur-boutant ou, plus exactement, ce dernier vient s’y appuyer, sans y être aucunement marié. Il se limite ici à un bâti de faible ampleur : dans sa plus grande extension, il a une longueur de 1,20 m et une hauteur de 1 m. Il a la forme d’une maçonnerie inachevée ou partiellement détruite. Il est en outre incomplet aussi dans sa structure, qui n’a conservé que quelques blocs de parement : sa masse se réduit pour l’essentiel au blocage interne du mur, dénudé comme s’il avait été tranché de biais. Ce court prolongement de l’épaississement est plaqué de manière très serrée contre le mur gouttereau de la deuxième section, comme s’il s’agissait de la même maçonnerie. Épaississement, prolongement de l’épaississement et mur gouttereau présentent d’ailleurs les mêmes caractéristiques parementales. Qui plus est, la ligne basse des quatre premiers trous de boulin se développe en continu sur la première et la deuxième travée, intégrant indifféremment l’épaississement de la section 1 et le mur gouttereau de la section 2.

130 - Saint-Paul, clocher, niveau de la tribune, enveloppe extérieure du mur nord : épaississement du mur, sous la baie flamboyante bouchée.

35Toutefois, cette disposition ne démontre définitivement ni l’homogénéité des deux maçonneries, ni l’antériorité de l’une par rapport à l’autre. Si l’épaississement avait été plaqué contre un mur préexistant, il n’y aurait rien eu d’anormal à remployer les trous de boulin du mur primitif, simplement allongés par la nouvelle maçonnerie. Il était même possible, et utile, de remployer le parement démonté du mur sur lequel il était destiné à être plaqué : la liaison n’en aurait été que meilleure et l’économie de blocs taillés conséquente. De même, si le mur gouttereau de la deuxième section avait été construit à la suite de l’épaississement occidental, on aurait pu respecter le même niveau de platelage, pour assurer une continuité entre les deux bâtis.

Le clair-étage nord de la nef

36L’étude du côté nord de la nef a concerné les parties extérieures des travées 2, 3 et 4, c’est-à-dire le mur gouttereau et les contreforts. La première travée, à l’ouest, appartient au clocher romano-gothique. À l’est, le parement extérieur de la cinquième travée est occulté par la salle construite sur la travée orientale du bas-côté nord. L’analyse archéologique a porté sur le bâti proprement dit (géologie, modes de construction, mortiers, appareils, césures, échafaudement), les baies et leurs transformations, enfin les murs-boutants et leur évolution. Pour ces derniers, précisons que les dimensions qui seront données sont celles des parties émergeant des toits, la jonction de la toiture et du mur gouttereau servant - arbitrairement - de ligne de référence. L’analyse archéologique a concerné aussi la salle construite sur la travée orientale du bas-côté, salle dont le mur occidental est formé à partir d’un mur-boutant.

Analyse générale du bâti (fig. 131)

37Dans leur état initial, le mur gouttereau nord et les murs-boutants sont construits en moellons, principalement de pierre schisteuse et de gneiss, mais aussi, dans une moindre mesure de granite (fig. 132). On y trouve mêlés de rares blocs de marbre blanc ou de grès, parfois rubéfiés. On y rencontre aussi des moellons taillés dans du mortier à tuileau antique. Ces trois types de matériaux sont, comme le marbre, vraisemblablement tous des remplois. Les travaux du XVIIIe siècle avaient fait apparaître, dans le sous-sol du nouveau sanctuaire, des vestiges d’hypocauste ; ce contexte pourrait expliquer la découverte sur le site, au XIIe siècle, de blocs de grès rubéfiés (foyer de chauffe ?) et de mortier à tuileau. Le calcaire est représenté par des qualités d’origines très diverses, notamment du calcaire dit de Lucenay, du calcaire ocre des Monts-d’Or, du calcaire à gryphée (Saint-Cyr). Il est produit en bloc d’opus quadratum et appartient aux phases tardives de la construction, à l’exception des modillons et vestiges de métopes. Notons toutefois, dans le bâti en moellon, la présence d’un bloc de pierre de Seyssel scié : la qualité du matériau et son traitement renvoient aussi, sans ambiguïté, à l’époque romaine.

131 - Saint-Paul, enveloppe extérieure du clair-étage nord de la nef principale.

38Étudiés dans leur aspect physique, leur consistance et leur localisation par Ghislaine Macabéo, les mortiers de chaux et de sable utilisés dans l’ensemble de la construction sont suffisamment caractérisés pour être différenciés sans erreur. Leur localisation dans des sites archéologiquement signifiants a permis d’établir la datation de leur emploi. D’une couleur blanche et de texture fine, le mortier du bâti roman visible (XIIe siècle) est chargé en gros graviers. Cette granulométrie inattendue pour une époque qui, à Lyon, produit des mortiers fins et monte les blocs avec des joints très fins, n’est pas incompatible avec l’appareil de moellon en usage dans les parties romanes de l’ancienne collégiale. Le mortier qui entre dans l’installation des baies flamboyantes du clair-étage de la nef présente aussi une couleur blanche et une texture fine, mais est dépourvue de gros grains de sable et conserve dans sa masse des nodules de chaux ; il s’agit plutôt de boulettes non mélangées que de non-cuits. Les reprises modernes ont livré des échantillons d’un mortier fin, sableux, d’une couleur grisâtre caractéristique et ponctué de rares nodules de chaux. Enfin, dans la reprise des baies au XVIIIe siècle, on a utilisé un mortier de plâtre.

132 - Saint-Paul, clair-étage nord de la nef principale : a - parement du mur de la quatrième travée ; b - parement du mur boutant M4.

39Le mur gouttereau est marqué, dans sa partie haute, par une curieuse césure en crénelage. Elle dessine une succession régulière de créneaux et de merlons, à l’exception de son extrémité orientale où son dessin est plus erratique. La limite supérieure de la césure, définie par la ligne de faîte des merlons, est située à moins d’un mètre sous la corniche actuelle. Elle n’est pas exactement horizontale, mais suit une légère pente montant d’est en ouest, de 0,88 m sous corniche à l’est à 0,65 m sous corniche à l’ouest. Les merlons mesurent régulièrement 0,30 m de haut et 0,45/0,50 m. De la même hauteur, les créneaux ont une longueur variant de 0,65 à 0,75 m. L’origine du phénomène a été identifiée par comparaison avec le décor actuel de modillons et de métopes surmontant la césure. En effet, la hauteur de ce niveau de décor - 0,30 m - correspond à celui de la césure. Par ailleurs, son rythme, très régulier, n’est pas très éloigné, mutatis mutandis, de celui suivant lequel sont distribués merlons et créneaux. Enfin, la corniche actuelle est supportée par des modillons dont la plus grande majorité sont des pièces romanes remployées.

40En définitive, seules les longueurs des créneaux et des merlons, inégaux entre eux, accusaient une différence apparemment rédhibitoire avec le système supérieur. Ce dernier est en effet composé d’unités de 0,56/0,58 m de longueur, soit une métope et un modillon. Or, si l’on prend comme unité pratique une métope et les deux modillons qui l’encadrent, la longueur obtenue est régulièrement de 0,70 m. Et si l’on reporte cette dimension à celles de la césure, on constate qu’un créneau est aussi long qu’une métope et deux modillons et qu’un merlon équivaut à une métope dépourvue de ses deux modillons. En d’autres termes, un créneau est un espace d’où on a retiré une métope et deux modillons, tandis qu’un merlon est l’espace équivalent seulement à une métope. La césure s’est ainsi révélée être le vestige du démontage du décor d’origine. Pour ôter les modillons portant la corniche primitive, il suffisait de démonter une métope sur deux (en en conservant donc une sur deux) et de faire basculer les deux modillons latéraux dans l’espace ainsi libéré. Cette manière de procéder épargnait une métope sur deux, limitant ainsi l’ampleur du travail et offrant en outre au bâti supérieur une zone de contact plus rigide, parce qu’en forme de crénelage.

41Le mur gouttereau sud de la nef, qui a fait l’objet que d’un examen plus rapide, a montré les mêmes vestigia. Les traces archéologiques sont donc en symétrie : l’opération de démontage a intéressé l’ensemble des parties hautes de la nef. Rappelons toutefois que les métopes actuelles sont des moulages en plâtre de modèles choisis dans la corniche des chapelles latérales nord, mais que la corniche romane de la nef principale en était dépourvue : les maçonneries de moellon occupant ces espaces se trouvent dans la continuité du parement inférieur et devaient être simplement enduits, comme le reste du mur. Par voie de conséquence, les magnifiques métopes romanes réinstallées sur les chapelles latérales gothiques ne proviennent pas des murs gouttereaux de la nef. L’hypothèse formulée sur le déroulement de l’opération a été confirmée par l’analyse d’un vestige du dispositif primitif subsistant contre le logement du sonneur (fig. 133). Conservé sur une longueur d’1,75 m, ce vestige a été bûché ras le parement. Il est composé de quatre modillons séparés par un bâti de moellons et surmontés d’une assise de corniche encore en place. La conservation de ce segment de la corniche primitive, très dégradée il est vrai, est justifiée par sa position dans le bâtiment. Situé exactement à l’aplomb du clocher, sous son mur nord, près de son angle nord-est, il ne pouvait pas subir de démontage, même ponctuel, sans affaiblir dangereusement un des points d’appui de la tour.

133 - Saint-Paul, clair-étage nord de la nef principale : vestige de modillons et de métopes subsistant contre le logement du sonneur.

42Mais pourquoi avoir ainsi démonté une corniche romane ? Les rehaussements subis par les murs gouttereaux de la nef principale justifient l’opération. Pour asseoir solidement de nouvelles maçonneries sur d’anciens murs, il convient de débarrasser ces derniers de leur décor sommital (modillons et corniche), inutile et moins propre à recevoir un nouveau bâti, de créer une surface de contact en moellons et mortier de chaux, enfin de lier fermement les blocages de l’ancien et du nouveau bâti. En outre, la méthode permet au commanditaire de récupérer des pierres de taille, utilisées soit pour une autre construction, soit pour payer partiellement en nature le maçon. La chronologie et la finalité de l’opération sont éclairées par des sources écrites et graphiques. Quand elles représentent le côté nord de Saint-Paul, les vues antérieures à 1840 montrent le clair-étage de la nef principale surmonté d’un étage percé d’oculus (fig. 115). Cet état intermédiaire entre le XIIe et le XIXe siècle est mal documenté. Le rapport d’expert de 1648 propose de remonter les murs gouttereaux de 3 pieds, soit 1 m environ, pour rétablir une charpente plus haute ; mais l’étage des oculus représente une hauteur bien supérieure, comme l’attestent les traces laissées par la charpente haute sur le clocher (mur oriental) et le dôme (pans ouest, nord-ouest et sud-ouest - fig. 116) : il est donc le fruit d’un autre projet et a été réalisé entre la seconde moitié du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle. Les restaurations de 1840 ont supprimé cet état intermédiaire au profit d’une toiture plus basse, la couverture actuelle, qui, toutefois, démarre 1 m environ plus haut que celle de l’état roman. Par voie de conséquence, la maçonnerie montée sur la césure en crénelage ne date pas de 1840 : elle est le reliquat de l’étage percé d’oculus, arasé lors de la grande restauration du milieu du XIXe siècle.

Les baies (fig. 131)

43La baie nord de la travée 2 perce une surface murale de 4,84 m de long (éléments bornants exclus) et de 5,30 m de hauteur sous la corniche actuelle. Dotée d’un arc en plein cintre et d’un large chanfrein pour toute embrasure, la baie mesure, dans son périmètre intérieur, 3,45 m de haut et 1 m de large. Le montage des blocs (blocs en délit alternant avec des blocs horizontaux ancrant les premiers dans la maçonnerie), le traitement des surfaces et la régularité du travail confirment ce que sa place dans le mur laissait supposer : elle est un pastiche néoroman, imitant le type de baie romane de la collégiale dont il subsiste un exemple complet dans la dernière travée de la nef, côté nord. En effet, elle ne perce pas directement le bâti mural, mais se trouve prise à l’intérieur d’un vaste cadre composé de blocs aboutés.

44Ce cadre est le vestige d’une grande baie en arc brisé dont le type (forme, ornementation et modénature) appartient au XVe siècle ; le mur occidental du bras sud du transept en conserve le seul exemple intact (fig. 120). Elle mesure dans son périmètre visible 3,45 m de haut et 2,55 m de large. Elle est entourée d’une césure périmétrale (hauteur maximale de 4 m et largeur de 3/3,40 m) qui la serre de près : le travail a été particulièrement soigné ; d’ailleurs, les moellons qui comblent la césure au-dessus de l’arc ont été positionnés en claveaux. Deux lignes de trous de boulin l’encadrent (ceux de gauche n’ont pas été repérés), la plus basse à 1,60 m, la plus haute à 3,60 m du toit du bas-côté. La partie interne du cadre visible est une moulure creuse qui a été comblée par un mortier de plâtre (fig. 134). Entre la baie néoromane et la baie du XVe siècle, l’espace vide, d’une largeur de 0,40 m de chaque côté, a été bouché avec une maçonnerie de blocs remployés et de quelques briques. Notons que l’usage sporadique de briques se retrouve dans la partie du mur remonté au-dessus de la césure horizontale intéressant tout le clair-étage. Les maçonneries de bouchage sont contemporaines de la baie néoromane ; de fait, l’assisage des blocs suit la logique imposée par le montage des piédroits de la baie. Le mortier de plâtre, lui, appartient à une phase intermédiaire : au XVIIIe siècle, toutes les baies gothiques de la collégiale ont été ainsi mises aux normes, c’est-à-dire transformées en baies en plein cintre, débarrassées de leurs remplages (baies des chapelles latérales) et dotées d’une armature de bois interne pour les vitrages (structure orthogonale pour la partie droite et structure rayonnante pour le tympan de la baie). Le mortier de plâtre a donc été utilisé au XVIIIe siècle pour donner leur nouvelle forme aux baies.

134 - Saint-Paul, clair-étage nord de la nef principale, travée 2, partie droite vue de l’extérieur : soit, de gauche à droite, cadre du XVe siècle, fragment en plâtre du XVIIIe, bouchage du XIXe, cadre néoroman (derrière l’échafaudage).

45Construite sur le même dessin que la baie précédente, la baie nord de la travée 3 perce une surface murale de 4,75 m de long (éléments bornants exclus) et de 5,20 m de hauteur sous la corniche actuelle (fig. 115). Cette surface ne présente aucune trace de remaniement, comme c’est le cas pour la travée 2 (césure périmétrale et maçonnerie de bouchage). En revanche, elle montre une césure déprimée horizontale environ 1 m au-dessus de la toiture du bas-côté (0,90 m à gauche, 1,10 m à droite) : au-dessus de cette limite, le parement de moellon accuse un léger recul. Le mur est occupé en son milieu par une baie en plein cintre. Elle est encadrée de trois lignes de deux trous de boulin : la première est positionnée 0,90/1 m au-dessus du toit du collatéral, la seconde à 2,20/2,30 m, la troisième à 3,50/3,60 m. Les entr’axes sont de 2,50 m pour la première, 2,80 m pour les deux autres. Ces trous de boulin appartiennent à un échafaudage réalisé pour le montage de la baie. Pour les deux autres baies de l’étage, les transformations gothiques les ont fait disparaître.

46La baie elle-même mesure dans son périmètre intérieur 3,40 m de haut et 1,04 m de large. Dans son état actuel, elle est le résultat de trois états. Dans sa moitié supérieure, les blocs composant l’ébrasement et l’arc offrent les caractéristiques de la taille romane. En outre, leur face biaise a été bûchée. Dans l’embrasure, ils portent les traces de deux colonnettes surmontées de chapiteaux et dans l’intrados biais de l’arc, celles d’un boudin. Cet ensemble est la seule partie conservée, mais bûchée, de la baie romane d’origine. L’arc est surmonté d’un larmier — un boudin en amande s’achevant par un listel — formant un arc légèrement outrepassé. Il est porté par deux têtes humaines, un homme à gauche, une femme à droite, que le dessin outrepassé de l’arc a positionnées légèrement de biais. Cet élément d’architecture a été mis en place dans un second temps. Quoique très fine, marque d’un travail très soigné, la césure périmétrale qui l’entoure (hauteur maximale de 1,30 m, largeur maximale de 2,20 m) est nettement visible. Par ailleurs, les claveaux de l’arc ont été rognés sur l’extrados et les vides comblés au mortier, parfois avec un calage de déchet de taille. La modénature du larmier, le naturalisme et la finesse de la sculpture apparentent cet ouvrage aux larmiers du milieu du XIIIe siècle qui, à la cathédrale, surmontent la majorité des grandes baies du clair-étage méridional de la nef. La partie basse de la baie a été refaite — troisième état — suivant les mêmes normes que la baie néoromane, sur une hauteur d’environ 1,70 m (5 assises faisant 1,65 m à droite, 6 assises faisant 1,78 m à gauche). Cette hauteur doit correspondre à celle de la pièce créée sur la voûte du bas-côté. De toutes les petites salles construites au-dessus du collatéral nord, celle de la travée 3 est la seule dont la toiture a été montée à l’envers : contre toutes les règles d’étanchéité, la pente ne descendait pas vers l’extérieur pour chasser l’eau sur le pavé, mais vers le mur. Pour cette raison, notamment, la partie basse de la baie a dû être très érodée.

47La baie nord de la travée 4 perce une surface murale de 4,60 m de long (éléments bornants exclus) et de 5,40 m de hauteur sous la corniche actuelle. Deux trous de boulin ont été ménagés environ 3,60 m au-dessus du toit du collatéral, près des éléments bornants (entr’axe de 3,72 m). La baie suit le même dessin que les baies précédentes, romane et néoromane. Comme dans la travée 2, elle est entourée d’un cadre, vestige d’une baie du XVe siècle. Dans le bouchage de la césure périmétrale, on remarque, au niveau de l’arc, des inclusions de brique. Cette baie gothique offre quelques caractères propres. Elle est aussi haute (3,80 m), mais plus large (3,28 m) que celle de la travée 2. Pour cette raison, l’arc démarre plus bas et l’angle avec les piédroits prend les allures d’une cassure. L’espace entre elle et la baie néoromane est plus large que dans la travée 2. Il présente deux types de bouchage. Deux maçonneries de blocs de calcaire, comportant des remplois romans (métopes très érodées à motif de grosse fleur), ont été d’abord plaquées contre les piédroits. D’une hauteur de 1,70 m à droite et 2,10 m à gauche et larges d’environ 0,35 m, elles rétrécissent la baie à la largeur de 2,60 m, comme pour la baie de la travée 2. C’est contre ce premier bouchage qu’au XVIIIe siècle a été appliqué le mortier de plâtre. Les secondes maçonneries appartiennent au bouchage du XIXe siècle, riche aussi en fragments de briques.

Les murs-boutants (fig. 135)

48Le contrefortement des murs gouttereaux du vaisseau principal est assuré par des murs-boutants qui prennent appui sur les arcs doubleaux des collatéraux. Il s’agit de murs perpendiculaires au mur gouttereau, occupant en longueur toute la largeur du bas-côté et s’achevant en rampant dans sa partie supérieure. La technique est ancienne. Elle a été appliquée, par exemple, à la cathédrale romane de Langres (Schlinck, 1970 ; Viard, Decron, Fang-Cheng, 1994) et à celle de Sens (Prache, 1976), la première manifestation du nouveau style, avec Saint-Denis. Mais dans les deux cas, les murs sont dissimulés sous la toiture des bas-côtés. À Saint-Paul, en revanche, les murs-boutants font saillie au-dessus du toit. La formule, rare, n’est pas isolée dans le cadre de l’architecture romane. On la retrouve, par exemple, dans les priorales clunisiennes de Gigny (Franche-Comté), construite au XIe siècle, et de Nantua (XI-XIIe siècles), prieuré clunisien sur la route de Lyon à Genève, où les murs-boutants comportent deux arcs formant volées. Le cas de l’église Saint-Michel de Pavie (XI-XIIe siècles), qui possède aussi ce type de contrebutement, est d’autant plus intéressant qu’elle partage avec la collégiale lyonnaise le même plan un peu trapu et les mêmes déformations dans la nef principale et la croisée du transept. Mais dans ces trois exemples comparatifs, les voûtes de la nef principale ont été refaites, au XIVe siècle sans doute à Nantua, au XVIIe siècle à Gigny et à Saint-Michel de Pavie. Les murs-boutants appartiennent peut-être à la phase de restauration ; en l’absence d’analyses archéologiques, il serait audacieux de rien affirmer. Qu’en est-il à Saint-Paul ?

135 - Saint-Paul, enveloppe extérieure du mur nord de la nef principale : contrefort M4.

49Le côté sud a conservé la totalité des murs-boutants contrebutant les voûtes de la nef principale au-dessus du bas-côté. Du côté nord, il ne reste en position aérienne que deux des quatre murs-boutants. À l’est, il a été englobé dans l’édicule monté sur la travée orientale du collatéral ; à l’ouest, il a été partiellement intégré au logement du sonneur (M2). À l’extrémité occidentale du mur gouttereau, en effet, se voit une longue césure verticale (3,50 m) qui monte jusqu’aux vestiges des modillons romans (fig. 131). Très irrégulière, large de 0,20 m à 0,40 m, elle est comblée de petits moellons et de fragments de tuiles. Il s’agit de la trace laissée par le démontage du mur-boutant liant la travée 2 et la travée 1, remplacé par le mur oriental de l’appartement du sonneur. Signalons aussi, dans la même travée, la micro-césure verticale flanquant le mur-boutant M3. Elle concerne cinq blocs superposés, principalement en tuf. Ils forment un petit ensemble d’une hauteur de 0,55 m qui fait une légère saillie sur le reste du parement. Ils sont vraisemblablement le vestige d’une césure complexe correspondant à la restructuration des parties hautes au XIIe siècle.

50Les deux murs-boutants encore visibles, M3 entre les travées 2 et 3 et M4 entre les travées 3 et 4, montrent les mêmes traces archéologiques. Épais de 0,55 m, longs de 4,30 m et d’une hauteur maximale visible de 3,40 m, ils sont composés de trois parties : un cœur de moellon, un rehaussement de moellon et une augmentation longitudinale en blocs taillés dans des calcaires blancs ou ocres (type Monts-d’Or). Le cœur des deux murs-boutants est construit en moellon de pierre schisteuse et de gneiss, comme le mur gouttereau. Dans sa partie visible, il est conservé sur une hauteur maximale de 2,60 m en M3 (soit 2,60 m sous la corniche actuelle et 1,90 m sous la corniche du XIIe siècle) et de 3 m en M4 (soit 2,30 m sous la corniche actuelle et 1,60 m sous la corniche du XIIe siècle). Du côté de la nef, il est régulièrement marié avec le mur gouttereau ; quelques moellons appartiennent aux deux bâtis et ont été taillés pour former l’angle. Il est renforcé en façade par un nez monté en pierre de taille de calcaire blanc, très incomplètement conservé, mais parfaitement marié avec les assises de moellon. Il est limité vers le haut, par une césure biaise erratique, une suite irrégulière de paliers inégaux descendant vers l’extérieur. Les parements latéraux du cœur des murs-boutants sont marqués par des percements (rares trous de boulin) et repercements divers. Il s’agit principalement de trous de poutre et de passages aménagés à travers les murs-boutants. Les premiers matérialisent les pentes des toitures des pièces construites entre les murs-boutants, sur les voûtes du collatéral ; ceux qui ont été relevés sur les parements regardant la travée 3 confirment la pente aberrante donnée à la toiture. Des derniers apparaît parfois, au-dessus des toitures, l’arc du passage dans son état primitif.

51Dans leur premier état, les murs-boutants ont été construits avec le mur gouttereau de la nef et dans les mêmes matériaux ; seul leur nez a été monté en pierre de taille, une alternance de blocs en lit et en délit. Ils étaient longs d’environ 3,20/3,30 m, une dimension inférieure à la largeur du bas-côté. Ils avaient approximativement la même hauteur qu’aujourd’hui. Faible au niveau de la jonction avec le mur gouttereau (0,80 m en M3 et 0,50 m en M4), l’augmentation en hauteur acquiert toutefois vite une grande ampleur en direction du nez. Elle donc a eu pour seul but de remplacer des maçonneries sommitales détériorées, pour qu’y soient installées des dalles de protection. Pour ce faire, on a purgé les maçonneries anciennes, très dégradées du côté du nez, partie la moins protégée ; puis on a fait tomber et on a remplacé tout ce qui avait été endommagé. Ces deux opérations expliquent la forme erratique des césures biaise et la réduction des nez d’origine : la césure dessine d’abord la limite des maçonneries originelles encore saines. En revanche, les murs-boutants primitifs étaient plus courts d’un quart. D’une longueur d’environ 1 m, le nouveau nez n’a pas été construit pour mettre les murs-boutants à l’aplomb du mur gouttereau du collatéral, mais pour les renforcer dans leur fonction de contrebutement. L’opération doit être mise en rapport avec la reprise des voûtes, mais rien ne permet encore d’en préciser la datation.

La salle nord-est (fig. 113, 136, 137)

52La salle construite sur la travée orientale du bas-côté nord a été installée entre le transept, qui lui donne son mur oriental, et le mur-boutant unissant les travées 4 et 5, qui est à l’origine de son mur occidental, occupé par une grande fenêtre ménagée au XIXe siècle. La façade septentrionale de cette salle, percée de deux baies étroites, est construite comme le mur nord du transept en assises de bel appareil alternant avec des arases de briques, aujourd’hui très incomplètes. Au faîte du mur, l’amortissement de la toiture est porté par des modillons et des métopes dont un grand nombre remontent à l’époque romane. Un contrefort très saillant, gravé de marques lapidaires, contrebute cette façade près de son angle nord-ouest. L’édicule n’est pas documenté. Ses deux baies étroites, défendues par de puissants barreaudages, font penser à une salle du trésor ; mais les gros barreaux visibles aujourd’hui ont remplacé des grilles antérieures formées de barreaux de plus petite section (les mortaises, conservées, en donnent les dimensions et le rythme d’implantation). Il a par la suite appartenu à une confrérie. Dans la salle unique, se voit encore, fixée sur le mur nord, une plaque en forme de médaillon ovale. Une tête de mort sur tibias croisés, traités en faible relief, en occupe le centre. Sur la bordure court une inscription évoquant l’espoir du salut (« Si le grain ne meurt », Jn 12, 24-25), suivie d’un nom propre et d’une date :
NISI GRANUM FRUMENTI CADENS IN TERRAM D. P. GENOUD 1590.

136 - Saint-Paul, bâtiment édifié sur la travée orientale du bas-côté nord.

137 - Saint-Paul, bâtiment édifié sur la travée orientale du bas-côté nord : murs nord et ouest.

53Le mur occidental présente les traces archéologiques d’au moins trois états, comme les murs-boutants précédents, mais différents dans leur morphologie et leur chronologie. Sa longueur actuelle est de 8 m et sa hauteur maximale, de 4,70 m. À sa jonction avec le mur gouttereau, il monte jusqu’à 0,70 m sous la corniche actuelle : c’est la hauteur de la corniche romane. Le noyau primitif, construit en moellon, n’est conservé que sur 2 m de longueur, la baie ménagée au XIXe siècle ayant détruit une partie du cœur en moellon et le nez originel en pierre de taille. En outre, le percement d’un passage plus large et plus haut que ceux de M3 et M4 a fait disparaître presque toute la partie basse visible au-dessus du toit, sur une hauteur maximale de 1,40 m et une largeur maximale de 1,50 m. En revanche, la limite supérieure est bien conservée. Elle dessine une césure biaise rectiligne dont la jonction avec le mur gouttereau est située 2,30 m sous la corniche actuelle, soit 1,60 m sous la corniche du XIIe siècle : on retrouve les normes de M4. Immédiatement au-dessus de cette jonction, le mur gouttereau est marqué par un épaulement. De plan trapézoïdal pour assurer la jonction entre une croisée du transept large et une nef plus étroite, la travée 5 est en effet plus ample que la précédente. L’épaulement qui marque extérieurement cette articulation est matérialisé par un chaînage de 0,75 m de haut en blocs de tuf (fig. 138). Cette hauteur correspond exactement, dans la césure supérieure en crénelage, à la limite d’un créneau : le chaînage montait donc jusqu’à un modillon, assurant ainsi une belle lisibilité de la composition architecturale. Avec ce bâti originel, nous pouvons restituer la forme exacte, sinon toute l’étendue (il manque à la longueur environ 1,30 m), et le mode d’articulation des murs-boutants primitifs du clair-étage.

138 - Saint-Paul, mur nord et baie haute de la 4e travée de la nef : épaulement de tuf surmontant la césure biaise marquant l’ancien contrefort.

54Le cœur originel a été augmenté d’un bâti de moellons où domine largement le granite et qui s’achève, vers l’extérieur, par les assises en pierres de taille de la façade de la salle et du contrefort qui la stabilise. L’ensemble est parfaitement homogène dans sa construction et correspond à un seul chantier. Cette augmentation a pris une grande ampleur. Pour le bâti en moellon, elle atteint en hauteur 1,60 m et en largeur 1,70 m (dimensions maximales). Si l’on y inclut les assises de pierre de taille, cette largeur passe à 2 m jusqu’à la façade et 3,70 m jusqu’au contrefort. Toutes ces données archéologiques confirment que l’opération a suivi de peu la construction du mur-boutant d’origine : les maçonneries de ce dernier n’ont pas eu le temps de se dégrader (la ligne faîtière est conservée, à l’exception de la couverture devant protéger le bâti), l’augmentation vient se caler en hauteur sur la corniche primitive et la façade reprend la technique des arases de briques appliquée dans le chevet et le transept. En revanche, l’installation de la baie du XIXe siècle (haute de 2,85 m et large de 1 m dans son périmètre intérieur) a laissé des traces archéologiques complexes. La césure périmétrale n’est pas adaptée au bâti de la fenêtre. Au-dessus de l’arc et contre le piédroit droit, en effet, le cadre de la baie est inséré très près des maçonneries médiévales (à l’exception de quelques moellons au-dessus de la clef de l’arc). À gauche, en revanche, la césure, qui suit une ligne plus erratique, est distante du piédroit de 0,60/0,85 m et descend 0,30 m plus bas que le bloc du piédroit (épais de 0,20 m). Par voie de conséquence, la fenêtre néoromane n’a pas été installée dans le bâti médiéval, mais a pris la place d’une autre installation, positionnée sensiblement plus au nord qu’elle.

Le clocher-porche

55Saint-Paul ouvre sur l’ouest par un clocher-porche. La formule du clocher-porche caractérise l’architecture romane de la moyenne vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence…). Elle est illustrée à Lyon par le clocher-porche d’Ainay (XIe) et celui de Saint-Pierre-des-Terreaux (XII e). Ils sont aujourd’hui engoncés dans des constructions adventices. Dans sa forme actuelle, le clocher-porche de Saint-Paul appartient au XVe et au XIXe siècle, mais les maçonneries des parties inférieures révèlent une souche plus ancienne. Construit à partir de 1440 par le chamarier Pierre Charpin, il a été achevé par son neveu et successeur, Pierre II. Celui-ci l’a fait surmonter d’une flèche de pierre démolie en 1817, parce qu’elle menaçait ruine. Les restaurations du XIXe siècle n’en ont pas profondément altéré la silhouette générale, ni l’organisation interne. La façade étage actuellement quatre niveaux, soit un portail, une rosace, le niveau des oculus et l’étage campanaire. Ils correspondent à la composition intérieure, soit un rez-de-chaussée, une tribune et deux étages aériens. Mais le clocher-porche ne fait pas saillie sur la façade. La première travée de chaque collatéral le flanque au nord et au sud et les trois vaisseaux composent une façade unique. Il s’agit d’un parti propre à l’architecture gothique tardive, illustré par exemple par l’abbatiale de Saint-Riquier (Somme), Saint-Maclou de Rouen ou de nombreux édifices de l’architecture germanique (Landshut, Berne, Fribourgen-Brisgau, Ulm…).

Dispositions générales

56Le clocher-porche de Saint-Paul surmonte la première travée de la nef. Il en adopte le plan irrégulier, un trapèze à peine marqué, ouvert sur l’est (fig. 139). Les paires de contreforts contrebutant les angles ne sont pas articulées non plus à angle droit avec le clocher. Chaque contrefort a été implanté dans le prolongement des arcades portant la tour, elles-mêmes légèrement biaises. Ils appartiennent au type courant du contrefort s’achevant par un rampant et orné d’un pinacle. Seule la paire contrebutant l’angle sud-est du clocher révèle une autre typologie : les contreforts sont sommés d’une simple couverture à deux pentes. À quelques nuances près, tous s’arrêtent sous le larmier soulignant l’étage des oculus. À partir de ce niveau, le bâti n’est stabilisé que par la puissance des murs. Il est vrai que les deux étages aériens sont occupés par un vaste ouvrage de charpenterie contenant les cloches. Il lie les deux niveaux, reporte le poids des cloches plus bas, près des contreforts, et encaisse leur mouvement.

139 - Saint-Paul, plan au sol de la partie occidentale de l’église et plan superposé de la tribune avec indication de la tourelle d’escalier et des différents organes de communication.

57Le clocher-porche est aujourd’hui pris dans un ensemble de constructions dont les travaux d’Hervé Chopin ont rétabli la chronologie depuis le XVe siècle (fig. 111, 113). Il est flanqué au sud par la chapelle des Trois Rois, fondée en 1487 par Robinet Dupré (elle abrite aujourd’hui le cénotaphe du chancelier Gerson, installé en 1929). Bâtie dans le prolongement du bas-côté méridional dont elle a crevé le mur ouest, elle déborde de 1,60 m le plan vertical de la façade. Avant les démolitions du milieu du XVIIe siècle, son emprise au sol était plus importante : en 1657, l’élargissement de la rue passant devant Saint-Paul, « si estroite qu’à présent elle n’a que sept pieds de largeur, ce que produit une très grande incommodité au public » (délibération consulaire du 26 octobre 1657, Chopin, 2002, p. 94), impose la réduction du bâtiment ; on devine encore sur son mur nord, dissimulés en partie par l’embrasure gauche du portail néogothique, les vestiges d’une baie bouchée qui possède son symétrique, intact, dans le mur sud. Plus au sud encore, et dans le prolongement des chapelles latérales du bas-côté méridional, la chapelle Saint-Maurice, élevée au XVe siècle et longue de deux travées, prolonge de toute sa largeur cette façade toute en longueur.

58Au nord, le clocher-porche est aussi englobé par le bas-côté septentrional dont le mur ouest, rebâti en style néogothique (balustrade et écussons), s’aligne sur sa façade occidentale. À cet emplacement s’élevait un immeuble, documenté au XVIIe siècle. La délibération consulaire du 26 octobre 1657, qui décrit les travaux à réaliser pour l’élargissement de la rue occidentale, précise que « l’escallier et cabinet du clocher de ladicte église seront recullés de six pieds » et que les bâtiments concernés « chapelle, escallier et cabinet ou chambre du marellier seront desmollis et rebastis sur le recullement ». Les gravures et photographies du XIXe siècle antérieures aux restaurations de 1887 montrent que cet emplacement était occupé par un immeuble de trois étages (fig. 113). La distribution des fenêtres révèle la répartition des espaces intérieurs. Le rez-de-chaussée était seulement percé d’une porte. À droite, quatre petites fenêtres superposées et décalées par rapport à celles de gauche, identifient de façon caractéristique l’éclairement d’un escalier (nous l’appellerons par commodité « escalier du marellier »). Il est d’ailleurs attesté sur les plans anciens. À gauche, trois baies, plus grandes, éclairaient chacune l’unique pièce de l’étage.

59Construite contre la première travée du bas-côté nord, la chapelle des fonts baptismaux, d’environ 5,20 m par 3,60 m dans œuvre, allonge la façade occidentale de Saint-Paul vers le nord, comme la chapelle Saint-Maurice l’allonge vers le sud. Ces deux chapelles gothiques tardives constituent un précieux jalon chronologique. En effet, elles ont nécessairement été bâties d’origine contre les bas-côtés de la collégiale, puisqu’elles y ouvrent par deux arcades. Cela signifie qu’au XVe siècle déjà, les deux collatéraux eux-mêmes avançaient à l’ouest jusqu’au niveau de la façade du clocher-porche, que ce dernier ne faisait pas saillie, mais qu’il était alors pris dans l’ensemble des bâtis cités plus haut.

Les contreforts

60Le clocher-porche de l’ancienne collégiale de Saint-Paul est contreforté par quatre paires de contreforts. Ils sont une partie de son histoire et offrent une série d’indices susceptibles d’en reconstituer quelques étapes. Pour faciliter la lecture, la désignation des contreforts a été établie suivant le sens des aiguilles d’une montre, en commençant arbitrairement par l’angle sud-ouest : soit A, le contrefort sud de l’angle sud-ouest et B le contrefort ouest de l’angle sud-ouest ; C, le contrefort ouest de l’angle nord-ouest et D le contrefort nord de l’angle nord-ouest ; E, le contrefort nord de l’angle nord-est et F le contrefort est de l’angle nord-est ; G, le contrefort est de l’angle sud-est et H le contrefort sud de l’angle sud-est.

61Les contreforts du clocher se répartissent inégalement en deux types, définis par leur composition sommitale. Dans le premier type, le faîte du contrefort s’amortit en un long talus qui se cale sur le bandeau en saillie séparant la souche du clocher de ses étages aériens ; en façade du contrefort, un petit fronton aigu donne naissance à une sorte de barre moulurée, établie dans l’axe du contrefort et progressivement engloutie dans le talus montant ; ce petit fronton aigu, qui marie son larmier à ceux du talus, porte lui-même le pinacle dont le corps, de section carrée, est planté en diagonale sur lui, occasionnant un mariage de formes contraires, bien dans le goût du gothique tardif. Ce premier type est représenté par les trois quarts des contreforts, soit ceux des angles sud-ouest, nord-ouest et nord-est. Le second type - les deux contreforts de l’angle sud-est - offre une composition beaucoup plus simple : le sommet s’achève par une haute couverture en bâtière dont la ligne faîtière, horizontale, s’élève, à son extrémité externe, brusquement en un motif architectural de plan octogonal ; sous ce motif, les deux rampants définissent un petit fronton semblable à celui de l’autre type et réalisé, comme eux, en trois blocs : les deux rampants, en effet, sont intérieurement ourlés d’une gorge et la conjonction de ces deux gorges donne naissance, au sommet du fronton, à un joli motif en forme de cône creux, déjà observé aux contreforts du chevet de Saint-Nizier. Notons que ce fronton devait être agrémenté, dans les deux types, par un petit motif en saillie sculpté dans le premier bloc de la composition, c’est-à-dire à la base même de la figure triangulaire, comme pour accompagner initialement le mouvement des rampants : il s’agit, pour prendre une comparaison approximative, d’un motif en forme de nid d’hirondelle inversé. Il a été conservé dans le contrefort F, un peu usé dans le contrefort D et sous forme de trace, peut-être après bûchage, dans le contrefort A.

62Malgré le regroupement en deux types et les similitudes décrites précédemment, ces contreforts accusent de grandes diversités. Tout d’abord, si les contreforts du premier type se règlent bien sous le bandeau séparant la souche du premier niveau aérien, celui des oculus (en B, il déborde légèrement cette limite, mais ce débord apparaît dans un bloc installé au XIXe siècle qui a repris ou interprété le parti initial), ceux du second type ont été positionnés légèrement en-dessous, sans que cette disposition offre quelque avantage par rapport à l’autre type ou réponde à des exigences visibles. De la même manière, la distribution en hauteur des larmiers intermédiaires accuse, d’une paire à l’autre, voire d’un contrefort à l’autre, quelques différences marquées.

63Par ailleurs, le montage des maçonneries n’est pas le même, qu’il s’agisse des deux paires est ou des deux paires ouest. À l’est, la paire E/F présente un parement en pierre de taille dans l’angle que forment les deux contreforts ensemble et dans leur façade ; les deux faces opposées, en revanche, sont montées en moellons : pierres de tailles érodées (F) ou irrégulières et de petits modules avec inclusions de briques et de tuiles (E) ; dans la paire G/H, dont les façades sont en pierres de taille, les faces latérales sont formées de moellons d’une assez grande diversité géologique (y compris quelques galets) et, principalement, de remplois de blocs bûchés ou détériorés, ou d’éléments d’architecture. Notons qu’en A, la face est est montée exactement comme en G/H : la face est de A comporte un segment de colonne, un bloc formant deux denticules séparées par une partie biaise et un tailloir caractéristique, dont la face nord de G possède un équivalent, mieux conservé.

Le rez-de-chaussée

64On entre sous le clocher-porche par un portail de style néo-gothique (1875) qui remplace une entrée classique construite par Decrénice en 1760 dans le style des deux portails de la cour de l’archevêché, à Saint-Jean. Nous ne savons rien sur l’état roman de la façade. Certains auteurs lui attribuent, mais sans preuve, la colonne qui orne actuellement l’angle nord-ouest du bas-côté nord. Toutefois, le parement du revers de la façade présente des caractéristiques romanes. Dans la seule partie encore visible (angle nord-ouest de la travée), il montre en effet des moellons taillés de petits modules (environ 12/15 cm de hauteur pour des longueurs de 15 à 25 cm) et des joints assez épais, serrés à la truelle (fig. 127). Certains moellons offrent un aspect « rustique », caractéristique d’une production carolingienne ; il s’agit sans doute de remplois ponctuels. Ce parement monte jusqu’au niveau de l’appui de la grande baie du XVe siècle, dont le cadre, encore en place, est actuellement bouché et occupé par la rosace de la façade. Notons que le parement intérieur du mur ouest du bas-côté nord est sensiblement différent (moins régulier, géologiquement plus varié), même si les modules des blocs sont assez proches de ceux qui viennent d’être décrits ; mais l’état général des maçonneries ne permet pas d’en établir la critique d’authenticité. Côté sud, le mur symétrique a disparu dans la construction de la chapelle renfermant le cénotaphe de Gerson. Il ressort de ces premières observations que le revers du mur de façade au niveau de la nef centrale seulement et sur la hauteur de l’actuel rez-de-chaussée semble être le vestige le plus ancien actuellement visible de la partie occidentale du clocher.

65Outre le portail et le côté gauche de la façade actuelle, les restaurations du XIXe siècle ont concerné le niveau de la rosace, qui ouvre dans la tribune, et les contreforts occidentaux du clocher-porche. À cette occasion, les contreforts ont été complètement chemisés sur la hauteur du portail et redressés pour qu’ils lui soient perpendiculaires. Sur le plan architectonique, le portail néogothique constitue une masse de maçonnerie considérable : de chaque côté, l’embrasure et le revers de la façade (y compris la pile engagée) forment un môle d’environ 4 x 3 m (est-ouest/nord-sud). Cette masse en saillie sur le plan de la façade a été mise à profit par l’architecte pour établir une sorte de galerie en avant de la rosace, élément de décor plus que de circulation, puisqu’elle n’est desservie par aucune porte. En arrière de cette fausse galerie, la rosace de style néoflamboyant a été installée dans la grande baie gothique tardive de la façade flamboyante. Le portail stabilise la base d’un clocher-porche que le poids de la flèche en pierre du XVe siècle avait fragilisé. La flèche réalisée en bois dans le dernier quart du XIXe siècle a imposé au bâti de pierre de nouvelles contraintes liées à la fois au poids de la charpente et de la couverture et à la prise au vent d’un ouvrage élevé qui déborde très largement le niveau des toits à l’entour. Par ailleurs, l’aménagement du quartier au XIXe siècle, et tout particulièrement la construction de la gare Saint-Paul, créait un contexte défavorable avec des démolitions de grande ampleur, de gigantesques travaux de terrassement et le trafic ferroviaire qui, à lui seul, était une cause nouvelle et mal appréhendée de déstabilisation.

66À l’intérieur, le rez-de-chaussée est un espace plafonné, limité à droite et à gauche par les grandes arcades de la nef dont la tribune dissimule les arcs (fig. 121). Un tambour en bois monté au XVIIIe siècle (vers 1780) en occupe toute la partie occidentale. Dans une cage de plan oblong élevée sur le côté nord du tambour, se trouve un escalier de bois ; nous l’appellerons par commodité « escalier de la tribune ». Il mène d’abord à un étage intermédiaire, une sorte de balcon ménagé sur le tambour, puis à la tribune proprement dite. Le côté droit, semblablement flanqué d’un ouvrage de menuiserie de plan oblong, abrite la descente des poids de l’horloge.

La tribune

67Le second niveau constitue un nœud chronologique majeur. Décalé dans sa structure interne par rapport à son élévation extérieure, il laisse en effet deviner les états antérieurs de cet espace à la fois dans son dessin architectural, dans l’épaisseur des murs et dans l’installation de passages conduisant aux niveaux supérieurs. L’analyse archéologique du niveau a porté sur les murs, sur les éléments architecturaux conservés dans le bâti remanié et sur les circulations verticales (cf. chapitre suivant). Le second niveau est actuellement occupé par une tribune, aménagée durant la campagne de travaux de 1778-1784 et surmontée d’une voûte d’arêtes en plâtre. Côté est, elle ouvre sur le vaisseau principal par trois arcades en plein cintre montées sur un mur-bahut. Décroûté dans le dernier tiers du XXe siècle, ce mur a conservé les traces d’aménagements antérieurs. Il s’agit de supports (pilastres et chapiteaux) engagés dans les pilastres de la nef qui soutiennent la voûte et pris dans le mur-bahut.

68Dans l’enveloppe extérieure des faces nord et sud, le second niveau est parementé en moellons d’origines géologiques diverses (granit, schistes, gneiss, calcaires de Lucenay et des Monts-d’Or). On retrouve les caractéristiques géologiques du parement externe de la nef. Côté nord (estimation réalisée dans les deux passages perçant le mur au niveau de la tribune) et côté ouest (mesure prise au niveau de la rosace), le mur a une épaisseur d’environ 1 m. Côté sud, la fenêtre gothique est construite dans un mur très épais, mais amaigri immédiatement sous la baie (environ 1,70/2 m). Il s’agit d’un épaississement de la maçonnerie inférieure, nettement visible à l’extérieur, qui se poursuit peut-être en façade (largeur de la galerie surmontant le portail néogothique) et sans doute au nord. Les investigations menées dans les combles du bas-côté sud ont révélé la présence d’un épaississement de même nature (cf. supra, p. 241-242). L’épaisseur inhabituelle des murs nord et sud est à mettre en rapport avec la présence, en partie basse, des vestiges d’une voûte en berceau disparue.

69Les éléments d’architecture conservés de l’époque médiévale sont les baies et la voûte. En effet, l’actuelle voûte d’arêtes en plâtre se réduit à un décor qui dissimule une voûte flamboyante. Les réseaux d’ogives apparaissent là où l’enduit a été percé. Contre le triplet oriental se voient deux culots magnifiquement sculptés, frappés d’armoiries surmontées d’une crosse canoniale. Les fenêtres gothiques sont au nombre de deux. Le mur sud est percé d’une baie. Le bouchage de moellons laisse voir, à l’extérieur, des fragments d’un remplage flamboyant. Cette baie égale en hauteur le niveau de la tribune. Enduit de plâtre à l’intérieur comme à l’extérieur (c’est-à-dire dans l’appartement du sonneur), le mur nord est aujourd’hui aveugle (seule la partie haute du mur, immédiatement sous l’étage des oculus, laissait voir à l’extérieur, avant les dernières restaurations, un parement de moellons semblable au mur gouttereau de la nef). On ignore quel était son état d’origine. Les plâtres ne présentent pas ces craquelures typiques qui, dans le cas du bouchage d’une ouverture, trahissent un parement hétérogène. Mais par ailleurs, il ne serait pas invraisemblable que la fenêtre sud ait eu une symétrique au nord : rien n’interdisait d’y ménager une ouverture.

  • 23 Le mécanisme est encore conservé à l’étage, déplacé contre le mur sud. Il porte une inscription qui (...)

70Dans le mur ouest, en revanche, le périmètre de la fenêtre gothique est encore bien visible. Elle est plus vaste que celle du sud. La photographie de la façade réalisée pendant les travaux d’aménagement de la gare, vers 1874, montre le cadre de la baie descendant jusque derrière le fronton du portail classique de Decrénice (fig. 113). Elle a été obstruée par une maçonnerie de moellons, mais elle renferme une petite fenêtre, d’un dessin caractéristique des XVIIe-XVIIIe siècles et, dans l’arc, le cadran monumental de l’horloge23. Dans le parement intérieur, le cadre de la baie est complet. L’appui est positionné environ 1,40 m plus bas que le plancher de la tribune et environ 0,45 m sous le départ de la voûte en berceau détruite. Ces différentiels de hauteur livrent la chronologie relative du site : l’aménagement de la baie gothique a nécessairement fait disparaître la voûte en berceau et l’installation de la tribune a réduit considérablement la hauteur de la baie.

Circulation verticale : la tourelle du carillon (fig. 139, 140)

71L’accès aux étages emprunte actuellement un cheminement où la tribune, desservie par l’escalier du tambour d’entrée, joue le rôle d’espace de distribution pour toutes les circulations des étages occidentaux. Les organes de circulation sont concentrés dans le mur nord, son symétrique sud restant totalement aveugle. Il est percé de deux portes, l’une près de la rosace (nous l’appellerons par commodité « porte de la tourelle »), l’autre près du triplet (nous l’appellerons par commodité « porte de l’appartement »). Cette dernière ouvre sur un couloir conduisant à l’appartement du sonneur. Dans ce couloir, un passage latéral bas donne accès aux combles des bas-côtés. La seconde porte est curieusement située à 2,60 m au-dessus du sol de la tribune ; on y monte par une échelle de meunier. Elle est logée contre la voûte flamboyante et se cale sur le dessin de la voûte en plâtre ; la partie basse du bouquet d’ogives en a légèrement dévié l’axe vertical. Elle donne dans un couloir long de quelque 2 m qui conduit dans un escalier hélicoïdal (nous l’appellerons par commodité « escalier du carillon »). Il dessert l’étage où le sonneur jouait du carillon. La tourelle de l’escalier est construite à l’extérieur du clocher, dans l’angle formé par le mur nord et le contrefort nord de l’angle nord-ouest du clocher (nous l’appellerons par commodité « tourelle du carillon »).

140 - Saint-Paul, coupe schématique nord-sud du clocher-porche.

72L’escalier du carillon présente les vestiges de dispositions antérieures sensiblement différentes de celles actuellement en usage. La porte de la tourelle ne donne pas sur un palier, mais directement dans les marches. L’escalier se poursuit plus bas sur un quart de révolution. Les trois dernières marches visibles à partir de la porte mènent à un petit espace de plan rectangulaire, rempli de déblais qui dissimulent d’autres marches. Le mur oriental de cet espace soutient les marches supérieures. Il est calé sur le noyau de l’escalier : il n’y a donc pas de mur sud. Le mur nord est surmonté d’un arc de décharge de plan courbe qui soutient en encorbellement la tourelle du carillon. Le mur ouest est percé d’une petite porte (nous l’appellerons par commodité « porte du marellier »). Large de 0,80 m, elle est partiellement dissimulée par les déblais. L’arc de décharge précédemment décrit vient s’appuyer sur l’arc segmentaire de la porte. Il est possible de calculer la hauteur originelle de cette porte, d’après la hauteur — 0,17 m — et l’encombrement des marches - largeur de 0,35 m en périmètre extérieur. En effet, les déblais dissimulent trois marches : totalisant un développement maximal de 1,05 m, elles couvrent exactement la distance séparant la dernière marche visible du piédroit de la porte. Par voie de conséquence, la hauteur invisible de cette porte équivaut à 3 x 0,17 m, soit 0,51 m. Dans cette hypothèse, la porte mesure au moins 1,63 m de hauteur, sans doute 1,80 m, si l’on admet qu’elle contient dans son passage la dernière marche de l’escalier extérieur (escalier du marellier). Notons tout de suite que la disposition générale de cette partie basse explique pourquoi il n’a pas été possible de percer plus bas la porte de la tourelle.

73La tourelle du carillon repose sur le mur ouest du bas-côté nord et sur les reins de la voûte de la première travée ; côté nord, elle est soutenue au-dessus du vide par une poutre. En partie basse, la maçonnerie de moellon a été insérée de force dans le bel appareil du contrefort nord de l’angle nord-ouest du clocher-porche. De même, l’installation de la porte du marellier contre ce contrefort en a aussi perturbé la maçonnerie : des blocs ont été arrachés pour ancrer plus solidement le piédroit gauche. De l’autre côté, l’ancien garde-corps biais bordant la toiture du bas-côté fait office de piédroit droit (ce garde-corps est dissimulé aujourd’hui par la façade néogothique élevée contre elle au XIXe siècle ; la balustrade qui couronne l’actuelle façade est montée sensiblement plus haut que lui, puisqu’elle suit la toiture du deuxième niveau du logement du sonneur). L’aménagement du passage est donc postérieur à la construction du clocher-porche et aux travaux d’embellissement de la façade au XVe siècle. De fait, le dessin de la porte, avec son arc segmentaire, renvoie à l’architecture moderne. La position de la porte dans la façade (elle est située sous l’écusson droit de la façade néogothique) correspond exactement à l’emplacement de l’escalier de l’immeuble cité dans la délibération consulaire du 26 octobre 1657 qui mentionne « l’escallier et cabinet du clocher de ladicte église », dénommé aussi « escallier et cabinet ou chambre du marellier ».

141 - Saint-Paul, clocher-porche, enveloppe extérieure de l’étage des oculus : mur ouest.

Circulation verticale : l’étage des oculus

74Le troisième niveau, percé d’oculus, a été monté en bel appareil. C’est le premier étage aérien du clocher. Il abrite la chambre du carillonneur. On y trouve encore le clavier du carillonneur. Le dernier niveau est l’étage campanilaire, partiellement reconstruit en 1875, époque où une flèche en charpente a remplacé la flèche primitive en pierre, démontée en 1817. L’étage des oculus est un parallélépipède rectangle, proche du carré, délimité par deux bandeaux, le larmier inférieur sur lequel viennent buter les contreforts et le larmier supérieur qui souligne l’étage campanaire. Dédoublé sur les faces nord et sud, le premier est formé de deux glacis décalés dont la largeur totale recouvre un rétrécissement de la maçonnerie de quelques dizaines de centimètres dans la dimension nord-sud de l’étage.

75L’escalier en colimaçon conduit à la chambre du carillonneur. Il se finit à ce palier, l’accès au dernier étage étant assuré par une échelle de meunier. La porte de l’étage a été percée dans la maçonnerie préexistante du mur nord (nous l’appellerons par commodité « porte du carillonneur »). En effet, le linteau de la porte est formé de deux blocs consécutifs du larmier inférieur ; un joint vertical en occupe le milieu et le bloc gauche s’est légèrement affaissé. Dans la chambre, tout près du piédroit oriental, se voit une césure bien caractérisée. Le travail a été exécuté avec le plus grand soin. Le piédroit occidental est d’une composition inattendue : quatre blocs de grande puissance (hauteurs de 0,28, 0,48 et 0,52 m pour des longueurs d’environ 1,20-1,30 m), simplement empilés, reconstituent l’angle de l’étage. La taille grenue tranche sur le reste des maçonneries. Il s’agit sans aucun doute d’une reprise du XIXe siècle, destinée à renforcer une partie faible du clocher. Or, il se trouve que cette face nord est désignée par les restaurateurs comme la plus fragile.

76L’étage est doté d’une seconde porte, large de 0,68 m (nous l’appellerons par commodité « porte de la toiture »). Ouverte dans le mur oriental, mais légèrement décalée vers le sud, elle domine actuellement la toiture de la nef (fig. 142, 162). Le haut de la porte est un demi-oculus, positionné exactement à la même hauteur que les trois autres oculus. Le linteau est un monolithe qui forme le linteau proprement dit et les deux sommiers de l’arc en accolade ; le tympan qu’il dessine avec l’accolade a une hauteur de 0,38 m. Les piédroits du XVe siècle démarrent au niveau du larmier inférieur, soit sur une hauteur de 1,40 m sous le linteau. Mais dans son état actuel, la porte a une hauteur visible d’au moins 3,25 m (le seuil reste caché sous le niveau du plancher ; fig. 142). Hauteur aberrante, qui ne s’explique que par l’accumulation de modifications. De fait, les piédroits du XVe siècle ont été augmentés vers le bas d’une maçonnerie de calcaire froid, dont le surfaçage grenu offre le même aspect que les quatre blocs de la porte nord. En outre, la partie rajoutée en sous-œuvre sur une hauteur visible de 1,85 m est marquée par deux césures en cloche. L’opération est contemporaine de la mise en place d’une nouvelle charpente pour les cloches, lors de la réfection générale du clocher. Le bâti de poutres prend en effet naissance dans la chambre du carillonneur. Une des poutres basses repose, au nord, sur le piédroit de la porte du carillonneur refait au XIXe siècle. Une autre est engagée, à l’est, dans le piédroit gauche de la porte de la toiture : dans cet angle, le bâti du XIXe siècle monte non pas sur 1,85, mais sur 2,20 m, pour combler la profonde échancrure faite dans le piédroit du XVe siècle.

142 - Saint-Paul, clocher-porche, enveloppe extérieure de l’étage des oculus : mur est.

77Le désaxement de la porte s’explique par la relation étroite qu’elle entretient avec la couverture de la nef principale : dès l’origine, sa position a été fixée par l’axe de cette dernière. Par ailleurs, l’évolution de son ampleur verticale est à mettre en rapport avec les différentes hauteurs données à la toiture. La hauteur extérieure de la porte est, dans son état actuel, de 2,25 m. Elle permet d’accéder quasiment de plain-pied sur la surface de circulation aménagée sur le toit du vaisseau principal ; la différence de hauteur entre les cadres intérieur et extérieur est occupé par un escalier droit. Avant les grandes restaurations menées entre 1839 et 1842, la toiture montait, à environ 3,40 m au-dessus de l’actuelle, comme le montrent les traces qu’elle a laissées sur le dôme de la croisée du transept (fig. 116, pans sud-ouest, ouest et nord-ouest). Cette différence explique la nécessité de baisser le seuil de la porte orientale dans des proportions considérables, pour donner accès dans les combles, sur le faîte des voûtes. À la fin du Second Empire, le sonneur de cloche a pu graver sur le bloc recevant la clanche de la porte l’inscription suivante : « Duclos sonneur père et fils 1870 ».

Histoire archéologique de l’ancienne collégiale Saint-Paul

78Les vestiges les plus anciens visibles dans l’édifice actuel sont les murs percés de petites baies retrouvées dans les combles des bas-côtés. L’étude de cette zone, en soi et en relation avec l’analyse morpho-spatiale de l’édifice, s’est révélée une étape essentielle pour établir l’histoire archéologique de Saint-Paul. Elle a permis de repérer les grandes masses de la collégiale ayant précédé l’église d’aujourd’hui. Elle a permis aussi de situer la création du clocher-porche dans la chronologie générale de l’édifice. Enfin, la comparaison avec Saint-André-le-Bas de Vienne, à laquelle nous invitent les travaux d’histoire de l’art de Jean Valléry-Radot, éclaire sur plusieurs points l’histoire archéologique de Saint-Paul.

Synthèse sur les vestiges découverts dans les combles

79Les vestiges repérés dans la nef principale correspondent à une collégiale antérieure à l’église romane actuelle. Les deux murs continus et les petites baies, visibles aujourd’hui dans les combles des bas-côtés, en formaient le clair-étage. Sous ce niveau s’étendent les grandes arcades du XIIe siècle, articulées sur un noyau de maçonnerie plus ancien et restaurées au XIXe siècle ; ce noyau de maçonnerie ne peut être postérieur aux murs sous combles : il leur est contemporain (il pourrait s’agir du même bâtiment) ou antérieur (le niveau des petites baies serait alors une surélévation). Au-dessus du niveau des combles s’allonge le clair-étage du XIIe siècle. Partant de cette distribution verticale des bâtis établie plus haut, l’analyse archéologique peut repérer les grandes lignes de l’église antérieure.

80L’ampleur de ce bâtiment nous est donnée par l’analyse morpho-spatiale : il correspond aux quatre travées de la nef (travées 1 à 4), toutes homogènes dans leurs formes et leurs dimensions. La cinquième, la travée trapézoïdale, singulière dans ses caractères architecturaux et ses dimensions, appartient au chantier du transept (XIIe siècle), comme les bas-côtés. Malgré les différences imposées par sa transformation en clocher-porche, la première travée actuelle appartient bien à ce bâti ancien : le revers de son mur occidental, toujours visible dans le tambour du XVIIIe siècle, montre un appareil très proche, par le modules des blocs utilisés, la qualité de la taille de pierre et la typologie des joints, du parement retrouvé dans les combles du collatéral sud (côté nord, un léger enduit ne laisse deviner que les modules et les joints tirés à la truelle). Les petites baies conservées sous les combles aident à préciser quelle pouvait être l’organisation spatiale de ce bâtiment.

81On a vu que leur caractère archaïque oblige à les dater du XIe siècle, au plus tôt. Toutefois, leur répartition dans les murs gouttereaux est inégale. Les murs de la première travée en sont dépourvus : elles n’ont peut-être jamais existé ou bien ont été occultées par la voûte basse montée dans le premier clocher-porche ; du côté sud, la grande baie du XVe siècle a d’ailleurs fait disparaître toute trace antérieure. La quatrième travée, en revanche, n’en a jamais possédé. Dans la cette travée, le niveau sous combles comportant les petites baies se poursuit sous la forme d’un mur totalement aveugle. Au nord comme au sud, il présente les mêmes caractéristiques que les murs des travées précédentes et ne laisse voir aucune césure. Tout le niveau est donc homogène de la travée 1 à la travée 4. Mais l’absence de baie haute dans la quatrième travée n’est pas sans poser problème. S’agirait-il d’une travée de chœur aveugle, d’un sanctuaire quadrangulaire aussi haut que la nef, normalement éclairé par des baies basses, disparues dans le percement des grandes arcades au XIIe siècle ? Ces explications se révèlent peu satisfaisantes. En revanche, la présence d’un transept bas, qui aurait été aussi haut que les actuelles arcades de la nef, justifierait mieux l’absence de baie supérieure (la surface murale surmontant le transept aurait été trop courte pour recevoir des fenêtres) et la conservation de la section de mur surmontant des arcs articulant les bras du transept avec la nef.

82Par ailleurs, dans les combles du collatéral sud, l’épaississement des maçonneries de la première section et son débordement dans la deuxième section révèlent une transformation majeure de cette zone. Les analyses archéologiques jettent les bases d’une chronologie relative assurée dans ses articulations, mais délicate à interpréter dans ses phases. Premièrement, les maçonneries de l’étage sous combles sont du même type que les vestiges originels de la façade (dans le tambour du XVIIIe siècle). Deuxièmement, elles sont antérieures à celles du clair-étage du XIIe siècle. Troisièmement, le mur-boutant unissant la première et la deuxième travée, qui est contemporain du clair-étage (les blocs en sont mariés), vient porter sur le prolongement de l’épaississement : cet état de fait confirme l’antériorité de l’épaississement sur le mur-boutant. Quatrièmement, le prolongement de l’épaississement et le mur gouttereau de la deuxième section semblent appartenir à la même phase de construction. Ce constat amène deux hypothèses concernant les murs de la travée occidentale : soit l’épaississement est contemporain de la construction des murs du niveau sous combles (petites baies), ou de peu postérieure, soit il est contemporain des transformations du XIIe siècle, mais réalisé avec les blocs du parement extérieur démonté des murs de la travée ouest. La nécessité de renforcer les murs d’une travée destinée à recevoir une voûte basse (transformation en clocher-porche) pourrait justifier une opération offrant le second mérite de marier plus solidement le blocage du bâti vieux avec celui de l’épaississement.

83Le clair-étage du XIIe siècle a été monté directement sur celui du XIe siècle (mur des petites baies) qui lui a imposé sa minceur. D’ailleurs, le choix de murs-boutants, plutôt que de contreforts, et la puissance inhabituelle de leur bâti (d’une longueur d’environ 3,30 m) sont venus pallier la minceur des murs gouttereaux. La césure horizontale entre les deux bâtis existe nécessairement, puisque la géologie et les modules des blocs des parements diffèrent considérablement, mais elle n’a pas encore été repérée, dissimulée sans doute sous l’ancrage de la toiture. Dans les combles du bas-côté sud, le parement mural de la troisième travée laisse voir une zone perturbée qui pourrait en faire partie. En outre, il n’est pas impossible que la micro-césure verticale flanquant le contrefort M3 dans la travée 2 et la césure déprimée de la travée 3, deux indices visibles à l’extérieur, en soient aussi des témoins, montant un peu plus haut que les autres. Force est d’admettre que les murs percés des petites baies appartiennent au bâtiment antérieur à l’actuelle église.

Hypothèses sur l’édifice ou les édifices ayant précédé l’actuelle église Saint-Paul

84L’église dotée du clair-étage aux petites baies a supporté directement les surélévations du XIIe siècle. Elle les a donc précédés sans état intermédiaire. Cette église possédait une nef unique (fig. 143, 144). Composée de trois travées, la nef unique se développait sur une longueur d’environ 15 m. Peut-on envisager une nef à trois vaisseaux, c’est-à-dire une nef principale et deux bas-côtés ? Rien ne transparaît d’une telle disposition dans le bâti actuel. Cette disposition aurait donné au plan général un caractère très trapu qui s’accorde difficilement avec ce que l’on connaît de l’architecture romane du XIe siècle dans la vallée du Rhône moyen. En revanche, le plan à nef unique et sanctuaire (carré ou semi-circulaire) relève d’une longue tradition régionale.

143 - Saint-Paul, plan chronologique, d’après D. Repellin, Architecte en chef des monuments historiques.

85Les trois travées de la nef unique correspondent aux trois premières travées de la nef principale de l’église actuelle. Cette nef était charpentée. Epais d’environ 0,60 m au niveau du clair-étage, les murs gouttereaux étaient trop minces pour porter une voûte. D’une largeur moyenne de 7 m, elle devait avoir une hauteur d’environ 10 m (hauteur maximale actuelle des murs sous combles), peut-être un peu plus, si le niveau des sols romans était plus bas qu’aujourd’hui. À cette nef s’articulait un sanctuaire qui pouvait être soit une abside, soit un chœur carré. Il reste à évaluer, à titre d’hypothèse, la longueur de la collégiale antérieure à l’église actuelle. Cette évaluation repose sur une double définition : la position du sanctuaire et la fonction de la travée « sans petites baies ».

86Revenons donc à la travée primitive correspondant à la quatrième travée actuelle, celle dont les maçonneries sous combles sont dépourvues de petite baie. Est-ce le vestige du sanctuaire vieux ? Cela paraît peu vraisemblable : il aurait eu la même largeur que la nef. En revanche, cette absence de baie peut s’expliquer, si la travée primitive s’articulait avec les deux bras d’un transept bas : les murs portés par les deux arcades ouvrant sur les bras du transept n’auraient pas été percés de fenêtre. Par voie de conséquence, le sanctuaire se serait alors trouvé sur l’emplacement de la cinquième travée de la nef actuelle, la travée trapézoïdale. Abside ou chœur carré, il pouvait subsister dans le chantier du XIIe siècle aussi longtemps que la construction du transept ne le touchait pas. Cette position justifierait le recul du nouveau chevet vers la Saône : dans le cadre d’un chantier homotopique, on l’a vu, le chantier de construction préserve aussi longtemps que possible l’ancien sanctuaire. Dans cette hypothèse, la collégiale aurait eu une longueur dans œuvre de 25 à 28 m.

144 - Saint-Paul, restitution hypothétique de l’édifice du XIe siècle et des agrandissements du XIIe siècle.

87Quel était alors l’état de la première travée de la nef unique ? La restitution de cet espace repose sur trois éléments : les vestiges du parement du XIe siècle dans la partie basse du revers de la façade (visible dans le tambour du XVIIIe siècle), l’épaississement des murs latéraux et les arrachements d’une voûte établie dans l’axe de l’édifice, un berceau monté juste à la hauteur du clair-étage des petites baies qu’il occultait complètement. Surépaissis de 0,70 m et plus larges aussi vers l’intérieur que le reste des murs sous combles, les murs latéraux atteignent, à ce niveau précis, sans doute plus de 1,70 m d’épaisseur. Dans tout le bâti ancien, seule cette travée offre une maçonnerie d’une telle puissance. La voûte longitudinale dont les vestiges sont visibles dans la tribune s’articule donc exactement avec l’épaississement du bâti, soit qu’elle ait profité d’une situation antérieure favorable, soit qu’elle l’ait rendu nécessaire.

Les transformations du XIIe siècle

88Le XIIe siècle a vu la construction d’un nouveau transept, d’une abside et de quatre absidioles alignées (fig. 144). La croisée du transept a été couverte, sans doute tardivement dans le chantier, d’une coupole prise dans un dôme. La formule s’apparente à l’architecture romane de l’Italie du Nord. Érigés dans le prolongement des absidioles intermédiaires, les bas-côtés ont été réglés sur ce transept. Les travaux menés dans la nef ont constitué la dernière tranche du gros œuvre. Ils ont tiré parti du bâti existant.

89Augmentée d’une travée, la travée trapézoïdale, qui a établi la liaison avec le nouveau sanctuaire, la nef primitive a été percée de grandes arcades. Sur le modèle de Saint-André-le-Bas, à Vienne, elle a dû recevoir une structure de supports intégrés aux anciennes maçonneries, puis être rehaussée d’un troisième niveau, celui du nouveau clair-étage ; une seule baie romane a été conservée, celle qui a été protégée par la salle montée sur la voûte de la travée orientale du bas-côté nord. Elle a été enfin voûtée. Il est difficile de savoir si la voûte actuelle est celle du XIIe siècle. En tout état de cause, il s’agissait déjà, à cette époque, d’une voûte d’ogive, comme à Saint-André-le-Bas à Vienne, dans les chapelles latérales du chœur de la cathédrale de Lyon ou le rez-de-chaussée du clocher-porche de Saint-Pierre-des-Terreaux.

90Parallèlement, la première travée a été transformée en clocher-porche. Comme à Saint-Pierre-des-Terreaux (voûte d’ogives primitive) ou, surtout, à Saint-Martin d’Ainay (voûte en berceau), la voûte dont il subsiste les arrachements fermait un rez-de-chaussée plus bas que la nef. Compte tenu de l’ampleur des travaux qu’elle a nécessités, cette transformation appartient nécessairement au vaste chantier du XIIe siècle. L’organisation des élévations confirme la succession des états. En effet, le départ de la voûte correspond à l’étage des petites baies : sa construction a rendu la première travée aveugle à ce niveau. Par voie de conséquence, cette travée voûtée n’était pas la première étape d’un voûtement général de la nef, inabouti : l’opération aurait fait disparaître tout le clair-étage des petites baies. Elle constituait donc un espace autonome, débouchant sur une nef charpentée : c’est la définition même d’un clocher-porche. Les sources écrites ne sont pas totalement muettes sur le sujet. Un document du XIIe siècle, l’obit de Bernard de Miribel (obituaire de Saint-Paul), mentionne la construction de « l’arc sous le clocher » (arcum etiam perobtinum sub coclario in eadem ecclesia fecit), malheureusement sans autre précision (Chopin, 2000, p. 35).

91Cette voûte pouvait-elle porter une chapelle supérieure ou le clocher n’était-il qu’une enveloppe vide, suivant le modèle des tours de façade de Tournus (premières décennies du XIe siècle) ou de Paray-le-Monial (dernières décennies du XIe siècle), formule reproduite à Lyon au début du XIIe siècle par le clocher-porche de Saint-Martin d’Ainay ? Seule certitude, de ce premier étage subsistent les murs nord et sud correspondant au niveau de la rosace occidentale actuelle (XIXe siècle). À ce niveau, c’est-à-dire au-dessus de la zone d’épaississement, les parements extérieurs sont montés en pierre schisteuse, gneiss et granite, comme le clair-étage de la nef dans son état du XIIe siècle. Immédiatement au-dessus, l’étage des oculus est construit en bel appareil de Lucenay : il appartient déjà au bâti du XVe siècle.

Saint-Paul de Lyon et Saint-André-le-Bas

92Jean Valléry-Radot avait reconnu les rapports stylistiques de Saint-Paul avec Saint-André-le-Bas de Vienne (fig. 65, 145), Notre-Dame d’Andance et Notre-Dame de Die (Valléry-Radot, 1938). La comparaison de l’ancienne collégiale lyonnaise avec l’église viennoise est appelée aussi par l’analyse morphospatiale qui laisse apparaître, entre les deux édifices, des similitudes formelles non négligeables. D’origine haut-médiévale (VIe siècle ?), Saint-André-le-Bas a été construite sur des substructions antiques, profondément reprise au XIe siècle, puis transformée dans la seconde moitié du XIIe siècle par adjonction d’un clair-étage et voûtement de la nef (Jannet-Vallat, Lauxerois, Reynaud, 1986). Du haut Moyen Âge subsiste une importante section du mur nord de la nef, percé encore d’une petite baie. L’édifice est agrandi au XIe siècle, l’abside et le mur sud, avec ses baies caractéristiques, reconstruits. Les travaux du XIIe siècle ont rehaussé (nouveau clair-étage) et allongé l’édifice, flanqué les parements intérieurs de hautes arcades à double rouleau, voûté la nef. L’opération est datée de 1152 par une inscription que le sculpteur Guillaume Martin a gravée sur une des bases des piles engagées de la nef unique. L’emplacement du texte indique la décennie 1150 comme celle du chantier. La nouvelle voûte d’ogive, montée à 18 m de hauteur, repose sur des supports engagés, composés d’un noyau à double ressaut et de trois pilastres (deux pour les arcades latérales, un pour le doubleau de la nef). Comme pour les parties romanes de la cathédrale de Lyon, le plan des piles engagées, qui ne laisse aucune place à l’amortissement des ogives, se révèle inadapté aux nouvelles voûtes. En outre, la nef, dépourvue de bas-côtés, est contrebutée extérieurement par des arcs-boutants à volée unique. Il semble que le chantier ait duré jusqu’au début du XIIIe siècle : le clair-étage montre des chapiteaux à crochets, semblables à ceux que l’on trouve dans le clocher (Valléry-Radot, 1951).

145 - Vienne, Saint-André-le-Bas, d’après P.-E. Bresse. En gris, espace susceptible d’accueillir des bas-côtés ; en haut, à droite, limite méridionale du cloître.

93Quoiqu’inachevée vers l’ouest, l’église affiche des dimensions impressionnantes. L’abside a une ouverture de quelque 9,60 m et la nef mesure plus de 34 m de longueur et plus de 13 m de largeur dans œuvre. Construite sur un plan simple, l’édifice offre un espace et un volume homogènes. Toutefois, deux faits archéologiques posent un problème de lecture, la position du cloître par rapport à l’église et le contrebutement de la nef unique par des arcs-boutants. Le cloître, tout d’abord. Il est situé à environ 10,50 m au nord de l’église, sans communication directe avec elle. Cette dernière n’est toutefois pas définitivement séparée de l’espace claustral : deux portes percent le mur gouttereau nord. L’une, côté ouest, qui appartient au bâti du XIe siècle, est plus à l’ouest que le cloître. L’autre a été ménagée au XIIIe siècle près de l’épaulement de l’abside. Elle est positionnée sur un axe du cloître, mais reste séparée de ce dernier par une ruelle. Il existe, dans le domaine canonial, un certain nombre de cloîtres détachés de la cathédrale, comme à Metz ou à Aix-en-Provence (Wagner, 1994 ; Guild, 1987 ; Esquieu, Guild, 1994), voire nettement séparés et même désaxés par rapport à la cathédrale, comme à Carpentras (Esquieu, 1994). Mais le cas de Saint-André-le-Bas n’a, semble-t-il, pas d’équivalent, parce que la reconstruction du cloître, qui est datée par comparaisons stylistiques du troisième quart du XIIe siècle, était contemporaine des réaménagements de l’église canoniale (Wuilleumier et al., 1947 ; Lassalle, 1974 ; Weinberger, 1984). Or, même si l’histoire des lieux avait imposé une séparation radicale, la succession des deux opérations aurait permis de reconstruire le cloître contre le mur gouttereau nord et de joindre ainsi les deux bâtiments, selon l’usage le plus courant.

94Second fait archéologique, les arcs-boutants. La nef a été flanquée d’arcs-boutants qui viennent s’appuyer au niveau du clair-étage, au point d’amortissement des voûtes d’ogives. Montant depuis le sol, les culées sont totalement libres, isolées de toute construction. Pour en renforcer la stabilité et la rigidité, elles ont été formées de puissantes assises de blocs tirés des ruines antiques (choins à bossage). Aucune explication satisfaisante ne permet de justifier l’érection de ces culées autonomes, opération lourde et complexe, pas même le souci de se conformer aux nouvelles règles de construction introduites par la mise en place d’une voûte d’ogive, solution innovante à l’époque à Vienne. Certes, le parti n’est pas inconnu dans l’architecture du Dauphiné (Saint-Chef, Domène, Salaise-sur-Sanne…) ou du Sud-Est (Nantua, Le Bourget-du-Lac, le Val-des-Nymphes…), mais il s’agit chaque fois de contrebutements tardifs. À Saint-André-le-Bas, le système mis en œuvre est contemporain de la dernière phase des travaux : si les arcs bichromes (claveaux alternativement blancs et noirs) relèvent sans ambiguïté de l’art roman dauphinois, les décors sculptés appartiennent stylistiquement déjà à la sculpture gothique (chapiteaux et bustes logés à la tête des arcs). L’installation de ces arcs externes ne peut répondre qu’à une nécessité de laisser libre l’espace qu’ils enjambent. Cet espace mesure en largeur environ 5,20 m. C’est la largeur d’un bas-côté. Il est dès lors possible de poser l’hypothèse d’un chantier inabouti et d’un projet initial qui aurait comporté deux bas-côtés, donnant dans la nef par les célèbres arcades de Guillaume Martin, et, peut-être, un nouveau sanctuaire. En d’autres termes, le même projet qu’à Saint-Paul de Lyon, mis en chantier à peine plus tard qu’à Vienne.

Les transformations des XIVe-XVe siècles

95Les transformations des XIVe-XVe siècles concernent d’abord un espace assez restreint, le bras nord du transept, plus précisément la zone couverte par le mur ouest du bras nord. Les transformations ne sont pas spectaculaires dans leurs résultats visibles, mais elles révèlent une profonde réorganisation des espaces. Le mur occidental a été percé d’une haute baie, datée du XIVe siècle par le dessin de son remplage. Immédiatement sous cette baie a été ménagée une porte donnant dans l’espace étroit séparant Saint-Paul et Saint-Laurent. Réduit à sa plus simple expression, le cadre de la porte ne livre aucun indice stylistique. Une seconde porte, du même type, a été percée entre cette première porte et la pile faisant l’angle avec le collatéral. Elle ouvre sur l’escalier montant à la salle construite sur la dernière travée du bas-côté nord. Par sa technique de construction, l’escalier appartient aux XIVe-XVe siècles, datation confirmée par Alain Badin de Montjoye, que j’ai plaisir à remercier ici pour ses très utiles remarques. Tout concourt à faire de cet espace une nouvelle zone de circulation facilitant l’accès depuis l’extérieur à cette salle, peut-être déjà dévolue à une confrérie. Nous avons affaire alors à un type d’aménagement bien illustré dans l’architecture des églises lyonnaises à époque tardive ; le collatéral sud présentait une organisation du même genre, dont il subsiste, contre la chapelle Du Peyrat, les restes d’un escalier en colimaçon tardif. Mais au nord, cette organisation tardive a certainement pris la place d’une installation antérieure, puisque la salle est datable de la fin du XIIe ou du début du siècle suivant.

96Les grandes transformations du XVe siècle ont été la reconstruction du clocher-porche et l’érection des chapelles latérales. La première opération a intégré les bases romanes du clocher-porche primitif au nouvel ensemble. L’architecte a détruit la voûte en berceau, n’en conservant que les deux départs pour porter en encorbellement les murs épaissis de la tour. Le mur sud a été percé d’une baie d’environ 6 m de hauteur et le mur ouest d’une baie descendant sensiblement plus bas. La travée a été couverte d’une voûte flamboyante, montant un peu plus haut que celle de la nef : les culots flamboyants sont logés à 0,35 m au-dessus du niveau des chapiteaux portant la voûte actuelle de la nef. Le projet était bien de doter l’église romane d’une travée occidentale haute, richement ornée et inondée de lumière. Au-dessus de cette travée ont été montés les deux étages aériens encore conservés et une flèche de pierre, démolie en 1817 et remplacée en 1875 par une flèche charpentée. L’étage portant la flèche a été couvert d’une voûte en encorbellement, ouvrage étonnant dont le baron Raverat, archéologue lyonnais du XIXe siècle, a déploré la démolition : elle était construite de pierres plates, notamment de fragments de dalles funéraires, se recouvrant les unes les autres avec un décalage systématique vers le centre (Savy, 1876, p. 13). Cette technique, qui remonte à la protohistoire, a été mise en œuvre jusqu’à notre époque dans les cabanes de berger.

97L’accès depuis le sol à la chambre haute est difficile à restituer. La circulation supérieure était réduite à la formule la plus simple : on entrait dans la chambre du carillonneur par l’unique porte existant alors, celle qui a été ménagée dans l’oculus du mur oriental (porte de la toiture). Il faut en déduire que l’accès à cet étage se faisait par les combles de la nef ou par un cheminement en matériau périssable (escalier de bois) qui a totalement disparu. À titre de comparaison, de nombreux clochers romans montrent encore des accès externes réduits à un cheminement sur les murs et à un escalier de dalles très étroites fixées dans les maçonneries.

98Cette intervention a bouleversé l’espace occidental, transformé sa fonction cultuelle et changé radicalement son rôle esthétique. Car, en portant la voûte flamboyante à la hauteur des autres voûtes de l’édifice, il a totalement intégré à la nef le rez-de-chaussée du clocher-porche. Il a ainsi supprimé la fonction de porche, espace d’accueil hérité des débuts de l’époque romane, et fait du clocher une haute tour dont la flèche signalait la place de la collégiale dans le paysage urbain. Saint-Paul a perdu alors en identité ecclésiale ce qu’elle a gagné dans une « modernisation » conçue pour l’intégrer plus efficacement à la ville. Le cas n’est pas isolé. À Saint-Martin de Hal (Brabant belge), la tour romane construite entre 1200 et 1250 en façade d’une église à nef unique a été partiellement rhabillée, rehaussée et réaménagée aux XIVe et XVe siècles, lorsque l’édifice a été agrandi et doté de deux collatéraux (Doperé, 2003, p. 253).

99Le souci de l’éclairement qui caractérise la travée flamboyante de la nef se retrouve dans l’élargissement des baies du clair-étage de la nef principale et du transept. Toutes les baies de la nef ont été élargies autant que le permettait la section concernée du mur gouttereau. La seule baie de ce type conservée à Saint-Paul se trouve dans le bras sud du transept, côté ouest. La volonté d’inonder l’église de lumière s’affiche encore plus nettement dans la chapelle du Crucifix, construite par Jean du Peyrat en 1495 à la place du mur ouest de la travée extrême du transept : son mur occidental est ouvert d’une immense baie et la chapelle elle-même se réduit quasiment aux supports qui tiennent la voûte.

Les transformations du clocher du XVe au XIXe siècle

100Entre la fin du XVe siècle et 1657 ont été construits contre le mur nord du clocher un escalier en colimaçon et sa tourelle cylindrique. Suspendu sur la voûte de la travée ouest du collatéral nord, plus précisément en surplomb au-dessus de l’angle sud-ouest de la travée (fig. 139), il a été ancré dans les maçonneries du clocher et du contrefort nord de l’angle nord-ouest ; il repose au nord sur une poutre. En haut de l’escalier, une porte a été percée immédiatement sous l’étage des oculus. Cette installation est contemporaine de la construction d’un immeuble de trois étages appuyé contre le mur ouest du bas-côté nord et démoli seulement en 1887 (fig. 113). Le côté droit de l’immeuble était occupé par un escalier qui donnait accès aux trois niveaux d’habitation (une seule pièce par niveau) et, au sommet, à une ouverture ménagée à la base de la tourelle du carillon, la porte du marellier (fig. 140).

101Les bouleversements occasionnés dans un ensemble flamboyant alors neuf et le dessin de la porte plaident pour une datation tardive dans le XVIe siècle, au plus tôt. En 1657, en effet, la délibération consulaire signale l’existence de « l’escallier et cabinet du clocher de ladicte église ». Le dessein des commanditaires était de réduire et simplifier le trajet du sol vers la chambre du carillonneur. L’ampleur des travaux et l’importance des transformations montrent que la fréquentation de cette chambre avait alors radicalement changé. Le seul passage prévu lors de la construction du clocher-porche au XVe siècle, la porte orientale de l’étage des oculus, était d’un accès difficile et pénible : elle avait de petites dimensions et il fallait, pour l’atteindre, monter par l’escalier du transept et traverser les combles de la nef dans toute leur longueur. Cette disposition suppose une fréquentation a minima de l’étage : il s’agissait sans doute de vérifier seulement l’état du bâti et des cloches. Les nouvelles dispositions sont à mettre en rapport avec d’importants changements d’activité, peut-être déjà l’installation d’un carillon.

102La dernière grande transformation de cet espace occidental est intervenue au XVIIIe siècle (travaux de 1778-1784). On a construit un plancher coupant en deux la travée ouest, mis en place le tambour du portail, installé l’escalier montant au nouvel étage, plâtré la voûte flamboyante. À cette époque, la collégiale a connu les profondes transformations que l’on sait, depuis la construction d’une nouvelle abside jusqu’à l’installation d’un portail classique. C’est au XIXe siècle que les circulations ont été modifiées une dernière fois. La création de la tribune en était la condition sine qua non. Mais l’escalier ménagé dans le tambour suffisait à sa desserte. En revanche le percement, dans le mur nord, de la porte de l’appartement et de la porte de la tourelle l’a transformée ipso facto en plate-forme d’accès : accès à l’horloge, accès au clocher, accès à l’appartement du sonneur, ménagé en deux étapes au XIXe siècle au-dessus de la chapelle des fonts baptismaux, accès aux combles du bas-côté nord qui rejoignent l’escalier du transept et, par lui, les combles du transept. On a vu que la position haute de la porte de la tourelle, percée à 2,60 m au-dessus du plancher de la tribune, n’avait pas fossilisé un état antérieur, mais répondait à l’impossibilité de la créer plus bas.

Notes

21 La question des églises doubles constituant le cœur d’ensembles monastiques ou canoniaux autres qu’épiscopaux n’a pas encore fait l’objet de synhèses aussi poussées que pour les cathédrales doubles. La problématique est d’autant plus complexe qu’il n’est jamais aisé de situer exactement la place de la « seconde église » dans la hiérarchie des lieux de culte et de définir sa fonction dans l’organisation de l’espace. De nouvelles découvertes font heureusement progresser la réflexion. Citons, pour la région rhodanienne, les travaux récents de Jacques Bujard sur les églises doubles du prieuré Saint-Pierre de Vautravers à Môtiers, dans le canton de Neuchâtel, qui apportent des éléments nouveaux au dossier (Bujard, 2004).

22 À Saint-Nizier, la présence d’une crypte médiévale et les ruptures de maçonneries constatées dans le sanctuaire et le transept laissent supposer une disposition semblable que rien, pour l’instant, n’est venu confirmer.

23 Le mécanisme est encore conservé à l’étage, déplacé contre le mur sud. Il porte une inscription qui donne le nom des commanditaires, celui du maître horloger et la date d’installation : MESSIEVRS LES CHAMARIER CHANOINES ET CHAPITRE DE LEGLISE COLLEGIALE ET PAROISSIALE DE S. PAVL DE LYON ONT FAIT FAIRE A LEVR FRAIS CET HORLOGE EN LANNEE 1676 PAR ANTOINE ROVSSEAV M. HORLOGER A LYON.

Table des illustrations

Légende 112 - Saint-Paul, plan du quartier canonial au XVIIIe siècle d’après l’Atlas de la rente noble (© Arch. dép. Rhône, 13G372).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende 113 - Saint-Paul, l’église vue du nord-ouest pendant la construction de la gare Saint-Paul.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 114 - Saint-Paul, bras nord du transept. De gauche à droite : mur nord de l’absidiole, mur nord du transept et mur ouest du transept.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 115 - Saint-Paul, côté nord de l’église.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 116 - Saint-Paul, les huit pans du dôme.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 117 - Saint-Paul, le dôme.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 118 - Saint-Paul, intérieur de la nef principale et sanctuaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 119 - Saint-Paul, transept, intérieur du bras nord : murs nord et ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 120 - Saint-Paul, transept, intérieur du bras sud : chapelle Du Peyrat et bas-côté sud (en bas à droite, la porte du corridor).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende 121 - Saint-Paul, intérieur de l’église, vue vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 122 - Saint-Paul, vue générale des trois vaisseaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 123 - Saint-Paul, croisée du transept.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 124 - Saint-Paul : a - désaxements des murs de la nef principale ; b - portes et passages.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 125 - Saint-Paul, combles du bas-côté nord : parement de la deuxième travée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 126 - Saint-Paul, combles du bas-côté sud : parement de la deuxième travée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 127 - Saint-Paul, parement du revers de la façade, actuellement visible dans l’escalier du tambour d’entrée du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 128 - Saint-Paul, combles du bas-côté sud : schéma général des vestiges muraux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 129 - Saint-Paul, mur gouttereau nord de la nef principale : distribution des petites baies sous combles, en bas, et des baies romanes du clair-étage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 130 - Saint-Paul, clocher, niveau de la tribune, enveloppe extérieure du mur nord : épaississement du mur, sous la baie flamboyante bouchée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 131 - Saint-Paul, enveloppe extérieure du clair-étage nord de la nef principale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende 132 - Saint-Paul, clair-étage nord de la nef principale : a - parement du mur de la quatrième travée ; b - parement du mur boutant M4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 133 - Saint-Paul, clair-étage nord de la nef principale : vestige de modillons et de métopes subsistant contre le logement du sonneur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 134 - Saint-Paul, clair-étage nord de la nef principale, travée 2, partie droite vue de l’extérieur : soit, de gauche à droite, cadre du XVe siècle, fragment en plâtre du XVIIIe, bouchage du XIXe, cadre néoroman (derrière l’échafaudage).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 135 - Saint-Paul, enveloppe extérieure du mur nord de la nef principale : contrefort M4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 136 - Saint-Paul, bâtiment édifié sur la travée orientale du bas-côté nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende 137 - Saint-Paul, bâtiment édifié sur la travée orientale du bas-côté nord : murs nord et ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 138 - Saint-Paul, mur nord et baie haute de la 4e travée de la nef : épaulement de tuf surmontant la césure biaise marquant l’ancien contrefort.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 139 - Saint-Paul, plan au sol de la partie occidentale de l’église et plan superposé de la tribune avec indication de la tourelle d’escalier et des différents organes de communication.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 140 - Saint-Paul, coupe schématique nord-sud du clocher-porche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 141 - Saint-Paul, clocher-porche, enveloppe extérieure de l’étage des oculus : mur ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 142 - Saint-Paul, clocher-porche, enveloppe extérieure de l’étage des oculus : mur est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 143 - Saint-Paul, plan chronologique, d’après D. Repellin, Architecte en chef des monuments historiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 144 - Saint-Paul, restitution hypothétique de l’édifice du XIe siècle et des agrandissements du XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 145 - Vienne, Saint-André-le-Bas, d’après P.-E. Bresse. En gris, espace susceptible d’accueillir des bas-côtés ; en haut, à droite, limite méridionale du cloître.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2587/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540