Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Chapitre deuxième. La cathédrale de Lyon ou l’archéologie d’un chantier

Texte intégral

8a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan au sol, d’après T. Desjardins, architecte du Diocèse.

1L’abside possède encore les vestiges d’un système médiéval d’identification des pans par lettres. Le principe en sera repris et chaque pan sera désigné par les sept premières lettres de l’alphabet depuis le pan nord (A), situé contre la chapelle Saint-Pierre, jusqu’au pan sud (G), accolé à la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don. La nef principale de la cathédrale est composée de quatre travées doubles couvertes chacune d’une voûte sexpartite portée par quatre piles fortes aux extrémités et deux piles faibles au centre. Les travées doubles sont numérotées de 1 à 4 à partir de l’ouest (troisième travée double, par exemple ; fig. 8a, b). Pour les études de détail qui obligent à localiser précisément, clairement et simplement les phénomènes, les demi-travées seront désignées par une numérotation de 1 à 8 depuis l’ouest (la demi-travée 3 = la moitié occidentale de la deuxième travée double ; la demi-travée 6 = la moitié orientale de la troisième travée double). Les bas-côtés sont composés de travées simples, couvertes de voûtes quadripartites, qui seront désignées par une numérotation de 1 à 8 depuis l’ouest. Les arcs-boutants de la nef seront désignés par rapport à leur position entre deux demi-travées : l'arc-boutant sud 5/6 est celui qui, au sud, relie la demi-travée 5 et la demi-travée 6.

8b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan au sol.

Un chantier dans la ville

  • 16 La première grande synthèse sur les fouilles de la cathédrale reste Dopelfeld, Weyres, 1980. Pour u (...)

2Au Moyen Âge, la construction d’une cathédrale n’est pas un chantier quelconque. Les enjeux se déclinent en termes d’héritage, d’urbanisme et de création artistique. Dans cette optique, le haut Moyen Âge s’avère un moment clef (Février, 1973). Sa construction doit aussi être envisagée dans ses dimensions politiques et juridiques (droits de propriété, gestion de l’espace public…) ; notamment, la question du rapport entre le développement des édifices chrétiens et l’occupation de l’espace public (forum, réseau viaire) a été abordée tôt, avec les fouilles de la cathédrale d’Aix-en-Provence et renouvelée récemment par l’étude du groupe épiscopal de Porec, en Istrie (Chevalier, Matejcic, 2004). Il faut prendre en compte le chantier aussi dans ses dimensions institutionnelles et spirituelles. La métaphore architecturale est une constante du discours ecclésiologique. Exemple emblématique s’il en est, l’histoire archéologique de la cathédrale de Cologne, dont les fouilles ont restitué les phases de développement depuis le IVe siècle, illustre les significations que peut prendre l’évolution monumentale d’un édifice majeur du culte chrétien16 : son insertion dans le tissu urbain antique, tout près d’horrea, son débordement sur le domaine public (annexion d’une rue), la monumentalisation de l’espace ecclésial du haut Moyen Âge, les pérennités carolingiennes dans l’architecture ottonienne comme affirmation d’une continuité politique, la reconstruction du XIIIe siècle comme exaltation de la puissance colonaise dans l’Empire, enfin le chantier de la nef néo-gothique comme véritable manifeste politique en faveur de l’unification des pays germaniques après la révolution de 1848 (Erlande-Brandenburg, 1989, p. 15-17).

3En Occident, le groupe cathédral a été implanté dans une zone marginale de la ville tardo-antique, généralement près de l’enceinte (Lepelley éd., 1996 ; Ripoll, Gurt éd., 2000 ; Beaujard éd., 2002). Il constituait en effet la composante la plus récente d’un paysage monumental religieux qui s’est mis en place progressivement dans le cadre de la ville antique. En outre, le tissu urbain, défini au moment de la fondation de la ville par le lotissement des terrains et l’organisation d’un réseau viaire standardisé, était d’abord structuré par les lieux du pouvoir romain (édifices administratifs, temple du culte officiel, bâtiments pour les spectacles et les loisirs). Au Moyen Âge, la ville s’est réorganisée autour de la cathédrale et du siège du pouvoir politique, quand ils étaient distincts, éventuellement, d’une autre institution majeure de la ville (Lavedan, Hugueney, 1974). En Arles ou à Aix-en-Provence, par exemple, les subdivisions de la ville reflètent les ancrages physiques du pouvoir, mais aussi les zones d’entre-deux dont le développement a bénéficié des rivalités entre institutions (Février, 1964). Les agrandissements successifs de la cathédrale se sont heurtés à l’exiguïté du site primitif, butant notamment sur l’obstacle du rempart tardo-antique, éventuellement appelé à disparaître au profit d’une enceinte plus vaste (XIIe-XIIIe siècles). Ces difficultés ne sont pas restées sans conséquence sur l’architecture de la cathédrale, soit qu’elles en aient contraint les formes, soit que le nouvel édifice se soit adjoint ou ait absorbé les églises annexes (Guild, 1987 ; Baucheron, Gabayet, de Montjoye 1998). Souvent les murailles antiques se sont retrouvées dans l’emprise du chantier, avec toutes les gênes que cet état de fait a occasionnées pour l’architecture, en ce qui concerne notamment la stabilité de l’édifice ou la restructuration des lieux.

  • 17 Les quatre églises érigées par l’empereur pour commémorer la mort de son père dans la cathédrale d’ (...)

4On mesure aisément ce que la cité médiévale doit à l’héritage antique et aux contraintes qu’il a exercées. Elle s’est développée en quelque sorte par accrétion, ce qui exclut d’emblée toute idée d’urbanisme. Or, le réaménagement de l’espace à l’échelle d’une ville exige de vastes entreprises de démolition et d’expropriation ; il présuppose un projet global, un cadre conceptuel élaboré et une source d’inspiration, c’est-à-dire « la règle et le modèle » (Choay, 1980). Toutefois, le Moyen Âge a connu avec les processions religieuses (Saint-Roch, 1989 ; Palazzo, 2000, p. 59-70) une forme de réorganisation symbolique de la ville qui ancrait dans les principaux sites religieux un espace mental structuré par des significations spirituelles et ecclésiologiques et concrétisé dans des effets comme la sollicitude divine ou la manifestation d’une identité civique, ce que Jacques Rossiaud a appelé « les rituels de la fête civique » (Rossiaud, 1994). Le modèle est la Rome chrétienne de l’Antiquité (Saxer, 1989). Dans la moyenne vallée du Rhône, le phénomène apparaît dès le haut Moyen Âge à Vienne, avec la fête des Rogations (Collomb, 2000) ou à Lyon, avec la fête des Merveilles (Guigue, Guigue, 1886 ; Rossiaud, 1994 ; Powel, 1998). Mais cet espace symbolique a reçu dès les Xe-XIe siècles une première concrétisation, par exemple dans les constructions entreprises à Constance (Suisse) par l’évêque saint Conrad (934-975) ou à Utrecht (Pays-Bas) par l’empereur Henri III (1039-1056)17. Chaque fois, c’est le modèle romain qui est rappelé dans les titulatures des nouvelles églises. Il est significatif que dès l’époque carolingienne, ce soit une ville idéale, la Jérusalem céleste, qui fournisse un modèle symbolique à des lieux clos de trois types, la ville, le monastère et l’église. C’est dans le domaine monastique, précisément, que, dès cette époque, les grandes créations architecturales ont acquis une dimension urbanistique évidente. Dans le plan de Saint-Gall, qui n’est, ni plus ni moins, que la codification graphique d’un projet d’urbanisme, non seulement l’organisation de l’abbaye répond à des exigences ecclésiologiques (symbolique des lieux) et pratiques, mais encore l’articulation des espaces et des édifices, notamment la voie d’accès principale ouvrant sur les deux tours flanquant l’atrium, dénote un projet de monumentalisation de l’espace monastique.

5Plus concrètement, les XIIe-XIIIe siècles ont entamé, très timidement, des entreprises ponctuelles de réaménagement de l’espace urbain. Citons, par exemple, la création à Ancône (Marches) d’une place devant l’église Santa Maria della Piazza par recul de l’édifice (Favole, 1993, p. 94-95) ; à Paris, l’aménagement d’un parvis devant la cathédrale, articulé avec une rue majeure nord-sud de la ville (Erlande-Brandenburg, 1991, p. 39 sq.) ; à Lausanne, la transformation du réseau viaire repoussé devant la cathédrale pour mettre en valeur la nouvelle façade (Grandjean, 1975, p. 125 sq.). Toutefois, même timides, ces expériences proto-urbanistiques ne sont pas sorties du néant. Le regroupement des populations autour des nouveaux centres de pouvoir locaux à partir des Xe-XIe siècles (encellulement) et surtout, la création de villes neuves à partir des XIIe-XIIIe siècles ont posé très concrètement des problèmes d’organisation spatiale, de structuration des réseaux de circulation, de localisation des lieux de communauté. À l’inverse, l’expansion des lieux de culte à l’intérieur de structures urbaines héritées de l’Antiquité tardive a posé, sur le moyen, parfois le long terme, des problèmes d’ordre juridique en rapport avec le droit de propriété, particulièrement complexe dans le cadre du quartier canonial, et l’occupation de l’espace public. Le don ou la vente d’une propriété par un membre de la communauté religieuse, évêque ou chanoine, indiquent son degré d’implication dans l’entreprise de reconstruction. Ils sont aussi révélateurs des tensions internes à l’institution, des conflits qui opposent le commanditaire à d’autres clercs.

6Pour ce qui est de l’utilisation d’espaces publics, le problème s’est posé dès l’Antiquité (Cologne et Aix-en-Provence, par exemple). Au Moyen Âge, le phénomène prend des formes diverses, soit, a minima, le franchissement d’une rue ou d’une rivière (Saint-Andréde Chartres, par exemple) par l’édifice de culte dont la partie concernée est construite sur des voûtes (Corboz, 1995, p. 273-4), soit la disparition partielle ou totale de l’axe de circulation. À Saint-Martin de Hal (Brabant belge), par exemple, le nouveau chœur du XIVe siècle a été construit au-dessus d’une rue, la continuité de la circulation étant assurée par deux arcs latéraux (Doperé, 2003, p. 253). À Saint-Jean de Maurienne, en revanche, l’agrandissement du sanctuaire de la cathédrale au XVe siècle s’est fait au détriment d’une ruelle située derrière le chevet du XIe siècle, ruelle retrouvée en fouille sous le chœur actuel (Parron-Kontis, 2002, p. 67 sq.). Le chantier de la primatiale Saint-Jean-Baptiste présente les deux cas de figure. Juste retour des choses, la masse énorme que formait le quartier canonial dans la ville devenait à son tour un obstacle aux déplacements de la vie quotidienne. À Narbonne dès les XIIe-XIIIe siècles et à Chartres, par exemple, les habitants n’ont pas hésité à transformer le transept de la cathédrale en raccourci, afin d’éviter les longs détours imposés par la clôture canoniale (Esquieu, 1994, p. 319). À Metz, la galerie occidentale du cloître est signalée en 1368 comme intégrée aux axes de circulation publique de la zone, les autres galeries étant fermées par des grilles (Wagner, 1994, p. 299).

Le site du groupe épiscopal depuis l’Antiquité jusqu’à l’ouverture du chantier

7La reconstruction de la cathédrale de Lyon constitue un cas de figure un peu particulier. Le site se trouvait excentré dès l’origine. Le cœur de la ville antique s’étendait sur la colline de Fourvière. La presqu’île a été colonisée par de riches demeures construites côté Saône et des entrepôts commerciaux bâtis au bord du fleuve. Au haut Moyen Âge, les populations se sont installées sur la rive droite de la Saône où se sont multipliées les implantations religieuses, depuis Saint-Paul (Ve siècle ?), au nord, jusqu’à l’église funéraire de Saint-Laurent de Choulans (Ve siècle), au sud. Le burgus carolingien a été localisé dans la presqu’île, au niveau de Saint-Nizier, là où se développera la ville bourgeoise médiévale, reliée à la rive droite de la Saône par un pont bâti par l’archevêque Humbert (1052-1076). L’espace occupé au Moyen Âge par le quartier canonial était une ancienne île allongée au pied de Fourvière, séparée de la colline par un chenal qui s’est progressivement comblé (Arlaud et alii, 1994, p. 30 sq.). Il était situé hors de l’enceinte de la ville haute et ne semble pas avoir été fortement occupé, quand ont été construits les premiers édifices de culte chrétiens, au IVe siècle. Toutefois, le bâtiment de la Vieille Manécanterie, d’origine carolingienne, paraît se régler sur des axes antiques (Villedieu, 1990, p. 37-48) : actuellement dans le prolongement méridional de la façade de la cathédrale, il n’est pas à angle droit avec l’axe de cette dernière. Le quartier canonial enfermé dans la muraille élevé par Guichard de Pontigny dans les années 1170 avait une étendue de 3,2 hectares (Reynaud, Sapin, 1994, p. 29). Malgré des agrandissements successifs du XIIe au XVe siècle, les trois églises du groupe épiscopal ont conservé leur autonomie spatiale jusqu’aux démolitions de la fin du XVIIIe siècle.

8Les fouilles dirigées par Jean-François Reynaud de 1973 à 1977 ont restitué l’histoire monumentale du site depuis l’Antiquité jusqu’aux destructions postrévolutionnaires. Sous la cathédrale actuelle se trouvait la maxima ecclesia, la cathédrale sud du groupe épiscopal, décrite par Sidoine Apollinaire dans une lettre à son ami Hesperius, composée en 469 ou 470. Au nord s’étendait le baptistère. L’évêque Leidrade (797-816) a reconstruit le bâtiment, transformé en église. Dédiée à Saint-Étienne, elle a été dévolue aux chanoines. Plus au nord se trouvait l’église Sainte-Croix, mal documentée. Sa position en ferait logiquement l’église nord du groupe épiscopal. Immédiatement à l’est des trois édifices de culte, un mur a été construit au IVe siècle. Axé approximativement nord-sud, le mur du IVe siècle protégeait le site des eaux de la Saône (des blocs déposés au pied des maçonneries, côté rivière, les protégeaient de l’affouillement du courant). Des vestiges en ont été retrouvés sous la sacristie nord de la cathédrale. Il se prolongeait sous le chœur actuel. La maxima ecclesia est mal connue dans son étendue. L’abside, retrouvée en fouille dans les années 1930, était située à l’emplacement de l’actuelle croisée du transept, mais on ignore quel était l’emplacement de la façade et des murs gouttereaux. La lettre de Sidoine Apollinaire donne de nombreux détails sur la composition générale et les dispositions intérieures. Mais son style recherché, parfois amphigourique, rend les interprétations difficiles. L’auteur précise que l’axe de l’église était orienté sur le lever du soleil à l’équinoxe. Elle comportait deux ensembles de portiques. S’agirait-il de deux atriums ?

9Entre l’abside paléochrétienne et le mur du IVe siècle, l’espace était trop étroit pour accueillir un portique et la proximité de la Saône en faisait un lieu arrière dénué d’intérêt architectural. Du côté ouest, en revanche, la place était disponible. Une prospection géophysique menée en 1996 sur la place Saint-Jean a révélé des substructions qui pourraient correspondre à un atrium occidental (Rapport Lyon 1996b). Parallèlement, les sources écrites mentionnent un portique qui fait l’objet de travaux d’embellissement au XIIe siècle : Ilion, abbé de Saint-Just et camerarius de Saint-Jean-Baptiste, l’orne de colonnes de marbre et de peintures et le prêtre Rotbold le décore de marbres (Guigue éd., 1867, p. 50 et 116). Le terme porticum utilisé dans l’obit des deux clercs manque de précision. Toutefois, on peut difficilement le traduire par cloître (Sapin, 1994). De même, il paraît peu probable qu’il s’agisse d’un état antérieur de la galerie reliant, à partir du XIIIe siècle, la cathédrale et Saint-Étienne ; au milieu du XIIe siècle, le plan en croix grecque de cette dernière était trop court pour accueillir un tel aménagement. Avec ses décors de marbre et ses peintures, ce porticum était un espace majeur, suffisamment important pour attirer l’intérêt d’un haut personnage comme l’abbé de Saint-Just ; suffisamment connu aussi pour ne pas être désigné avec une plus grande précision. Reste l’hypothèse d’un vestige de l’atrium transformé en portique de façade, comme les églises romaines en proposent un bon nombre d’exemples (Krautheimer, 1937-1945). L’hypothèse est très vraisemblable. De fait, atrium et portiques ont persisté longtemps dans l’architecture romane, comme John Ottaway l’a montré pour le Nord de la France (Ottaway, 1980). À Genève, en 1290, un acte est encore passé in atrio Cathedralis ecclesie (Freigang, Kurmann, 1991, p. 28 ; sur la question des espaces d’accueil occidentaux, voir : Sapin (dir.), 2002).

Le projet de l’archevêque Guichard de Pontigny (1165-1182)

  • 18 La primatie a été accordée en 1079 par Grégoire VII à l’archevêque Gébuin (1077-1082) et les pouvoi (...)

10Le projet de reconstruction de la cathédrale élaboré par l’archevêque Guichard de Pontigny a profondément bouleversé l’espace de la cathédrale. Le nouvel édifice débordait largement les limites de la vieille cathédrale qui, durant huit siècles, avait toujours conservé la même emprise au sol. Les raisons ne manquaient pas à l’archevêque, primat des Gaules et comte de Lyon18, pour lancer une opération de cette envergure, qui accompagnât d’un volet monumental les réformes religieuses de l’Église de Lyon, sanctionnées par les statuts dits de 1175 : exaltation du rôle de l’évêque, hérité des apôtres, face à la puissance du chapitre ; affirmation du pouvoir politique des évêques de Lyon face aux prétentions de la maison de Forez ; monumentalisation de l’espace épiscopal face à la ville bourgeoise en plein développement sur la presqu’île ; mise en scène architecturale de la mémoire antique de la ville et de la généalogie apostolique de l’institution, la seconde Église d’Occident après Rome, fondée par des disciples de saint Polycarpe et de saint Jean l’évangéliste. Le style antiquisant du sanctuaire roman répond exactement à l’orientation ecclésiologique du projet.

11Les transformations du site ont commencé par la réorientation de la cathédrale. Pour une raison inconnue, on a fait pivoter l’axe du nouvel édifice vers le sud-est (fig. 11, 42). Aujourd’hui encore, le bâtiment de la Vieille Manécanterie et l’aile ouest du cloître, qui a repris, au XVe siècle, l’emprise de la galerie antérieure, accusent un angle marqué avec la façade de la cathédrale (fig. 15). Le projet s’est accompagné d’un véritable remodelage du front de Saône. Le sol de la nouvelle cathédrale a été relevé de 2 m par rapport à celui de la vieille église. Le chevet a été avancé d’une vingtaine de mètres vers la Saône. Ces deux opérations ont amené une modification substantielle du réseau viaire dans la partie orientale du site : le passage nord-sud qui reliait le palais épiscopal situé en bord de Saône, au sud-est de la cathédrale, et le cloître de la cathédrale, est devenu souterrain sur toute sa longueur (fig. 9) ; la rue des Estrées, qui subsiste en partie à l’est de l’actuel jardin archéologique, s’est retrouvée enfoncée entre la masse du palais épiscopal et le nouveau chevet surélevé et a été progressivement voûtée sur toute cette longueur à partir du XIIIe siècle (Sachet, 1914, p. 111-113). Elles ont en outre modifié de façon substantielle les relations de la cathédrale avec son environnement architectural. Il a fallu établir au nord et au sud deux escaliers, le premier pour descendre du bas-côté nord jusqu’à Saint-Étienne, le second pour accéder à la galerie occidentale du cloître (fig. 15). Il est significatif que, malgré d’importantes transformations (Sainte-Croix et Saint-Étienne sont agrandies entre le XIIe et le XVe siècle, le cloître est reconstruit au XVe siècle), les sols des édifices les plus proches n’aient pas été haussés au niveau de celui de la cathédrale.

9 - Lyon, plan du quartier canonial au Moyen Âge d’après Arlaud et al 1994b.

  • 19 Dans son Histoire de Lyon, publiée en 1573 à Lyon, chez Antoine Gryphe, Guillaume Paradin signale q (...)

12Pour agrandir la cathédrale, l’archevêque avait deux possibilités. À l’ouest, le site était sans doute libre. L’étude de résistivité des sols réalisée en 1996 n’a mis en évidence que les substructions pouvant correspondre à l’atrium paléochrétien. Depuis le plan scénographique dit de 1550, la documentation graphique confirme la pérennité d’une vaste place (fig. 9). En revanche, la présence d’un atrium, partiellement conservé dans le portique de façade, était une raison suffisante pour geler le terrain : cet espace architectural a été très tôt consacré aux inhumations de personnalités importantes (Picard, 1989). Par ailleurs, dans leur conflit avec Guichard, les chanoines avaient là un motif valable pour s’opposer à ses projets. À l’est, les atterrissements formés au cours des siècles par la Saône contre le mur du IVe siècle avaient formé un terrain disponible. L’accumulation des terres dans cette zone concave a été favorisée par la présence d’un enrochement au sud-est de l’abside (le sommet du rocher est actuellement visible sous l’escalier construit dans la partie nord du palais épiscopal par Decrénice au XVIIIe siècle). L’ancien abbé de Pontigny a choisi cette dernière option. Il a sans doute tiré profit des disponibilités en surfaces constructibles. En effet, les terres gagnées sur le Rhône ou la Saône, appelées « créments » (du verbe latin crescere, croître), parce qu’elles accroissent l’espace de la ville, relevaient juridiquement de la puissance publique, c’est-à-dire le pouvoir épiscopal (Missol-Legoux, 1966)19. Par ailleurs, une partie des terrains situés près du palais épiscopal était propriété de l’archevêque : au XIVe siècle, la chapelle de la petite Madeleine, installée dans le mur est du bras sud du transept, a été aménagée dans un terrain réputé dépendance du palais épiscopal (Sachet, 1914-1918, p. 22).

10 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras nord du transept, vue intérieure.

13Mais le choix de l’est s’est révélé riche de difficultés et financièrement très lourd. En effet, le terrain situé en bord de Saône, au-delà du mur antique arasé, n’avait pas la même résistance que le sol en deçà du mur, qui était occupé depuis l’Antiquité. Il a été nécessaire de le stabiliser en fichant des pieux profonds, suivant une technique prônée par Vitruve pour les terrains humides ou gorgés d’eau (De architectura, III, 3) et connue des constructeurs du Moyen Âge qui l’ont utilisée très tôt, notamment pour les ponts (Mesqui, 1986). D’ailleurs, la partie du palais épiscopal joignant l’abside avait elle-même des fondations sur les pilotis, mis au jour lors de sa démolition en 1912 (Sachet, 1914, p. 92, note 2). En outre, en 1562, pour la reconstruction de l’auditoire de justice dans l’aile sud du cloître, le sol a été jugé suffisamment instable pour être renforcé aussi avec des pilotis (Sachet, 1914, p. 92). La faiblesse du terrain n’était pas la seule difficulté. La présence dans le sous-sol des vestiges du mur du IVe siècle représentait un autre danger, celui d’offrir un point d’appui solide, mais mince comme une lame, à un édifice dont l’extrémité orientale allait porter dans un terrain meuble. Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Au moment où l’on montait la rose orientale de la croisée du transept, dans le premier tiers du XIIIe siècle, les maçonneries du chœur se sont fendues de haut en bas, brisant même dans leur mouvement de puissants blocs de choin, et l’abside a légèrement pivoté sur un axe sud. Les fractures se sont propagées dans la croisée du transept. La partie basse de la rose et la baie qui la flanque au sud ont été endommagées et réparées immédiatement. Mais les parties hautes du mur oriental de la croisée n’ont subi aucun dommage, confirmant ainsi la datation relative de l’événement.

Plan de la nouvelle cathédrale

14Le plan adopté par Guichard de Pontigny pour la cathédrale a exclu des formules trop novatrices pour la région, comme l’abside à déambulatoire. À Lyon, ce choix prend une signification particulière. Lors de la reconstruction de la collégiale Saint-Just, comme l’ont montré les fouilles de Jean-François Reynaud, c’est un chevet à déambulatoire doté de cinq chapelles rayonnantes qui avait été initialement retenu. Il a été réalisé en fondations, mais abandonné en élévation au profit d’un transept à chapelles alignées, comme à Saint-Paul. De même, la crypte de plain-pied avec la nef installée durant le XIIe siècle dans la vieille abside (fig. 11) a été supprimée par Guichard, alors que le rehaussement de 2 m du sol du nouveau sanctuaire aurait permis de conserver ce parti, voire de créer une crypte semi-enterrée. Dans tous les cas de figure, l’attachement à des formules traditionnelles a prévalu. Les travaux du XIIIe et du XIVe siècle ont scrupuleusement suivi le plan défini sous l’épiscopat de Guichard : une nef de trois vaisseaux, un transept saillant doté à l’est de deux chapelles (Saint-Thomas au nord, Sainte-Madeleine au sud), un chœur de 12,40 m de côté formé de deux travées et flanqué de deux chapelles à chevet plat de deux travées chacune, une abside semi-circulaire intérieurement et extérieurement à sept pans, dans la tradition paléochrétienne.

11 - Relevé des vestiges archéologiques du groupe épiscopal de Lyon (à droite le plan-masse de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste et les vestiges de l’abside primitive retrouvée sous la croisée du transept).

15La conception du sanctuaire est d’une grande subtilité. L’ampleur des espaces répond aux besoins de la liturgie lyonnaise. Leur articulation est fondée à la fois sur une étroite subordination des uns aux autres et sur l’autonomie relative de chacun. L’abside et le chœur forment un ensemble intégré, mais l’architecte a pris soin de donner son unité à chaque espace : le support intermédiaire du chœur a été réduit à une colonne (fig. 10, 13) ; parallèlement, la massivité des supports entre les deux lieux souligne l’identité de l’abside. De la même manière, les supports intermédiaires des chapelles latérales ont été réduits (fig. 55), afin d’accentuer une unité spatiale qui s’exprime d’abord dans la travée orientale, autonome par rapport au chœur. Mais la travée occidentale rétablit le lien avec lui par une grande arcade et l’absence d’abside accentue la subordination de ces espaces latéraux. Enfin, la réduction des chapelles du transept à de hautes niches place ces dernières en arrière-plan d’un sanctuaire qui occupe ainsi tout l’espace.

16La géométrie de l’abside lyonnaise témoigne du même raffinement de détail (fig. 12). Seule la partie basse, c’est-à-dire le banc presbytéral, a adopté la forme d’un demi-cylindre. À partir de l’étage des lancettes, les élévations intérieures traduisent strictement le volume extérieur à sept pans. Cet heptaèdre est exactement la moitié d’un polygone à quatorze pans, divisé par une diagonale passant par le centre ; pour cette raison, les deux pans extrêmes ne sont pas parallèles, mais divergent. La formule est rare, mais bien représentée dans l’architecture romane provençale de la seconde moitié du XIIe siècle : à Saint-Michel d’Apt, à Notre-Dame de Saignon près d’Apt, à Notre-Dame-du-Thor ou à la Major de Marseille. Deux autres formules heptaèdriques utilisent le dodécagone comme figure de base. À la cathédrale romane de Verdun (XIIe siècle), les pans extrêmes de l’abside à sept pans sont parallèles et moitié plus courts que les autres : la figure de base à douze pans a été divisée par une médiatrice passant par le centre. Dans l’heptaèdre de Saint-Victor de Tarascon (XIIe siècle), les pans extrêmes sont parallèles non seulement entre eux, mais aussi égaux aux autres pans : le dodécagone initial n’a pas été divisé en deux parties égales, mais diminué de cinq pans seulement.

12 - Géométries comparées des absides à pans de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, de la cathédrale de Verdun et de Saint-Victor de Tarascon.

17Quant aux élévations, qu’il s’agisse de l’ensemble roman ou des parties gothiques, elles s’étagent classiquement sur trois niveaux : grandes arcades, triforium, clair-étage (fig. 13, 14). Nouvelle fidélité au projet roman, les grandes horizontales ont été respectées dans tout l’édifice, malgré les lenteurs d’une construction qui s’est étalée sur plus de deux siècles. On relève simplement un exhaussement du sol du triforium dans la première (XIVe siècle) et la deuxième travée (milieu XIIIe siècle), exhaussement marqué par quelques marches.

13 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, le sanctuaire.

14 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, la nef principale.

Les circulations

18Ce plan définit un espace assez fermé, comme souvent dans l’architecture lyonnaise. La cathédrale s’ouvre sur l’extérieur par les trois portails de façade. Les autres portes relèvent des systèmes de circulation internes au groupe épiscopal ou à la cathédrale elle-même : pour assurer les circulations verticales jusqu’aux toitures, quatre portes simples ouvrent sur quatre escaliers, deux dans l’angle du transept et des collatéraux, deux dans les tours de façade. Les autres portes de l’ensemble oriental appartiennent à des réaménagements. Dans la chapelle Saint-Pierre, le mur gouttereau a été percé d’une porte donnant dans la sacristie construite en 1487 contre la chapelle ; percée dans la chapelle Sainte-Madeleine, la porte monumentale de la sacristie du XVIIIe siècle a pris la place d’une porte plus modeste ménagée en 1515 sur les ordres de la reine mère qui séjournait à l’archevêché ; dans le mur oriental du bras sud du transept, contre l’angle nord-est, a été ménagée une porte de service : elle est connue tardivement (1510) comme la porte du sacristain, parce qu’elle desservait la maison attachée à la sacristie de la chapelle Saint-Pierre (Sachet, 1914-1918, p. 29 ; p. 22-23 ; p. 33-34). Dans le collatéral nord, au niveau de la cinquième travée, un couloir a été construit pour relier la cathédrale et Saint-Étienne. Il en subsiste un portail de marbre, de style roman, et deux travées, restaurées à la fin du XXe siècle, mais bien conservées dans leur décor gothique datable du début du XIIIe siècle. La porte monumentale est un remploi. Du côté nord, toujours, la chapelle orientale a été dotée à une époque indéterminée d’une porte percée à l’est, sous le retable Renaissance. Elle conduisait dans des escaliers de bois associés à des maisons construites contre la chapelle et aujourd’hui démolies.

19Contre le bas-côté sud s’étendait le cloître du XVe siècle (fig. 15). Il n’en reste que la galerie occidentale, actuellement chœur d’hiver des chanoines. L’existence d’un cloître roman est attestée par plusieurs obit : en 1106, le chanoine Rolland fait un legs pour sa construction, en 1176, Girin de Sal, chamarier de Saint-Étienne, le fait orner de peintures et en 1190, Rodolphe, prêtre, en fait voûter les galeries (Guigue, 1867, p. 8, 82, 116). Les galeries nord, est et sud ont été reconstruites entre 1420 et 1458. La quatrième, à l’est, a été réédifiée à partir de 1458. Elle portait le chapitre et le trésor, situés à l’étage. Les chanoines descendaient directement de la salle capitulaire dans le collatéral sud par un long escalier (Sachet, 1914-1918, p. 97-98). Deux passages, encore conservés, donnaient dans le cloître du XVe siècle. L’un, à l’ouest, est une belle porte de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle, ménagée dans la seconde travée du bas-côté sud ; le tympan est orné d’une Vierge à l’enfant entouré d’anges, deux agenouillés à côté d’elle, deux autres descendus du ciel pour la couronner. Elle ouvre sur un escalier qui occupe un court corridor remanié au moment où la construction de la chapelle des Bourbons a détruit ce qui subsistait de la galerie nord du cloître. L’autre, à l’est (huitième travée du bas-côté), est plus ancien. Il est composé d’une porte monumentale sans décor, couverte d’un arc intégré au dessin brisé. Elle ouvre dans une travée voûtée d’ogives appuyée contre l’escalier de la tour sud du chevet ; au XVe siècle, l’escalier menant au chapitre a été construit contre le mur ouest du passage. Les colonnes de marbre et les chapiteaux à crochets, proches de certains modèles du triforium du transept, accusent, comme l’arc intégré, la fin du XIIe siècle ou le début du siècle suivant. Au-delà de cette travée, le passage s’élargit pour se diviser en deux branches : l’une, contre le mur occidental du transept, mène dans la cour du palais épiscopal, l’autre conduisait à un escalier descendant dans la galerie orientale du cloître. Cette disposition est tributaire de la reconstruction de la galerie est du cloître (1458) et on ignore quel était l’état initial du passage dans cette zone. La construction de la Nouvelle Manécanterie en 1768 a sensiblement modifié cet espace et totalement détruit l’aile orientale, mais le plan dressé par Masson en 1743 fait connaître l’état des circulations avant les démolitions du XVIIIe siècle.

15 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan du cloître du XVe siècle après la construction de la chapelle des Bourbons, d’après le plan de Masson réalisé en 1753 : a - plan au sol ; b - galerie orientale, plan de l’étage.

Le chantier de reconstruction : quelques dates

20Le chantier s’est ouvert dans un contexte de tensions intérieures et extérieures, dans l’époque troublée du schisme suscité par l’empereur Frédéric Barberousse contre le pape Alexandre III (1159-1181). Guichard de Pontigny a été installé sur la cathèdre lyonnaise contre l’avis de la majorité des chanoines. Ces raisons conjuguées ont fait naître une sourde hostilité du chapitre dont l’opposition a nécessairement pesé dans la marche des travaux. Mais son élection offrait au pape l’appui d’un évêque réformateur, d’origine cistercienne, dans une ville qui, appartenant à l’ancien royaume de Bourgogne, relevait encore de l’Empire. De fait, en 1157, Frédéric Barberousse avait accordé à l’archevêque Héracle de Montboissier les pouvoirs régaliens sur l’ensemble de la ville dont le territoire était partagé entre le royaume de France (rive droite de la Saône) et l’Empire (presqu’île). Guichard a résolu le conflit entre l’Église de Lyon et le comte de Forez qui prétendait au titre comtal sur la ville. À son arrivée à Lyon, il a entrepris l’érection du mur protégeant le quartier canonial que Guy II de Forez avait pillé en 1162. Jean Bellesmains (1182-1193), ancien évêque de Poitiers, a poursuivi la construction du sanctuaire seulement amorcée par son prédécesseur. Homme de haute spiritualité et bon administrateur, il a entrepris de faire de l’Église de Lyon une entité politique respectée. Il a eu à affronter les troubles occasionnés par l’action des disciples de Valdo, riche marchand ayant distribué ses biens aux pauvres, afin de consacrer sa vie à la prédication de l’Évangile dans la ville.

21Avec Renaud de Forez (1193-1226), c’est un militaire et un affidé du roi de France qui accède au trône épiscopal. Son élection met un terme définitif aux rivalités entre Lyon et Forez. Homme d’action, il a protégé les frontières de l’Église par une série de forteresses et combattu l’abbaye rebelle de Savigny. Il a introduit l’art gothique à Lyon. Si les autres archevêques n’ont pas attaché leur nom à la construction de la cathédrale, le XIIIe siècle lyonnais est dominé par la personnalité d’Innocent IV, installé dans la ville entre 1245 et 1251, à l’occasion du premier concile œcuménique de Lyon (1245). Le milieu du siècle correspond à une période d’accélération des travaux, favorisés par l’aide du pape et sensible dans l’étude du bâti. Mais c’est aussi le siècle où la bourgeoisie se bat pour accéder au pouvoir. Débutées sous Renaud de Forez, les révoltes culmineront entre 1267 et 1270 et ouvriront les portes de la ville au roi de France. Les travaux n’ont pas redémarré avant la première décennie du XIVe siècle et ils ont duré jusqu’à la fin du siècle. Le mécénat du cardinal de Bourbon (1444-1488), reçu chanoine à l’âge de 10 ans et nommé archevêque la même année, a été le dernier grand moment de la création médiévale à la cathédrale. On doit à cette époque la transformation du palais archiépiscopal, agrémenté d’une délicieuse galerie sur l’eau, l’achèvement de la tour sud du transept et la construction de la chapelle des Bourbons. Autrement dit, le chantier s’est achevé comme il avait commencé trois siècles plus tôt : par un réaménagement du front de Saône.

Le sanctuaire roman

22La partie romane de la cathédrale - sanctuaire et chapelles latérales du chœur jusqu’au triforium inclusivement (fig. 13, 18) — est l’œuvre de deux archevêques du dernier tiers du XIIe siècle : Guichard (1165-1182), ancien abbé de Pontigny, dont l’obit précise qu’il a commencé les travaux de reconstruction, et Jean Bellesmains, ancien évêque de Poitiers, archevêque de Lyon de 1182 à 1193. Vers 1187, au moment où Jean Bellesmains édicte les statuts de l’Église de Lyon, la chapelle nord du chœur (chapelle Saint-Pierre) est en construction et la chapelle sud (chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don) est en voie d’achèvement. En effet, la première est désignée dans le texte par le mot altare, qui suppose l’installation d’un autel et un état d’inachèvement du bâti, et la seconde par le terme capella, qui indique une architecture aboutie, c’est-à-dire élevée jusqu’aux voûtes inclusivement.

23À cet ensemble oriental roman correspondent les deux dernières travées (c’est-à-dire les travées orientales 7 et 8) des bas-côtés, montées sur environ 4 m de hauteur pour les parties murales, et, pour les trois piles engagées, entre les deux tiers et la totalité de leur hauteur (fig. 40 et 42). Au même moment s’ouvrait le second pôle du chantier, à l’ouest, au-delà du portique de la vieille cathédrale encore debout au milieu du chantier : on a implanté et construit sur environ deux mètres de hauteur les deux piles engagées du revers de la façade (fig. 41) et les deux piles engagées des collatéraux ; la pile du collatéral sud a été montée, elle, sur toute sa hauteur, pour contrebuter le vieux cloître roman et la manécanterie pendant les travaux. Il a fallu attendre le XIVe siècle pour que soit reprise la construction de la première travée double.

Les débuts du style gothique

24Les débuts du style gothique sont plus difficiles à dater. Ils se manifestent dès les parties basses du transept, au-dessus du niveau du choin. Dans leur allure générale, les lancettes restent encore très proches de celles de l’abside. En outre, les baies et les grandes arcades murales sont caractérisées par des arcs en escalier ou à crossettes (fig. 151), formules architectoniques constituant une véritable signature stylistique de l’architecture romane de l’ancien royaume de Bourgogne dans la seconde moitié du XIIe siècle. Mais dans cet ensemble encore romanisant, les chapiteaux et les modénatures en bec-de-corbin révèlent l’influence des cathédrales de Lausanne et de Genève.

25Au-dessus des arcades aveugles des deux travées extrêmes du transept, les galeries du triforium marquent l’épanouissement de cette première manière, très différente des formes plus classiques adoptées dans la nef. Les chapiteaux présentent un mélange de formules romanes, notamment dérivées de l’acanthe, et de motifs gothiques primitifs. Si les galeries nord affichent dans ce domaine une évolution marquée, celles du sud accusent un net attachement à la stylistique romane. C’est un indice chronologique qui confirme qu’elles ont été construites les premières. Le clair-étage du sanctuaire constitue l’autre grande réalisation de la première période gothique : galerie à loge de l’abside, galerie à caisson du chœur (fig. 16). Le type d’ouverture multiple portée par des colonnes monolithiques rappelle les formules rhénanes ; dans la moyenne vallée du Rhône, il a été appliqué aux cathédrales de Lausanne (cinq baies) et de Genève (trois baies ; fig. 17). En outre, dans le chœur, les arcs monolobés (fig. 44) sont aussi un héritage rhénan. Le type de chapiteau à crochets qui orne cet étage, et qui apparaît déjà dans le triforium du transept, se rencontre aussi dans le château d’Anse que l’archevêque Renaud de Forez (1193-1226) a fait édifier à la frontière nord du Lyonnais (Feuillet, Guilhot, 1985). Tout concorde pour désigner Renaud de Forez comme l’archevêque qui a introduit l’art gothique dans le chantier de la cathédrale.

16 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, galerie méridionale du clair-étage du chœur.

17 - Cathédrale de Genève, galerie intérieure du clair-étage de la nef principale.

Le transept

26Les deux travées saillantes du transept ont été d’abord élevées en choin, elles aussi, sur quelque 4 m de hauteur (fig. 39). Les murs concernés ont été construits dans la continuité de ceux des trois dernières travées des bas-côtés. Ils appartiennent à la même phase, celle qui a vu l’abandon du polissage du choin. Les deux premiers niveaux des travées saillantes — celui des baies inférieures (lancettes) et celui du triforium — appartiennent à la première phase gothique de la cathédrale (fig. 10, 28). Ils sont contemporains du clair-étage du sanctuaire et, dans sa continuité, des deux triplets jointifs du clair-étage du transept. Ils sont aussi très homogènes ; seul le triforium sud accuse une légère antériorité par rapport à son symétrique nord. Toutes ces réalisations relèvent de l’épiscopat de Renaud de Forez.

27En revanche, le troisième niveau des deux travées saillantes, c’est-à-dire le clair-étage, montre, au sud exclusivement, une série de reprises et de corrections qui révèlent une intense recherche d’adaptation, insoupçonnable au nord. De fait, depuis le niveau du triforium, au moins, la construction du bras sud a marqué une avance sur celui du nord. Ce différentiel chronologique est la raison pour laquelle le bras sud du transept a été un véritable laboratoire des formes et des techniques, alors que le bras nord a hérité des solutions mises au point au sud et ne présente aucune trace d’hésitation ou de repentir. Mais à cette chronologie verticale s’ajoute une chronologie horizontale, bien visible dans l’évolution du triforium. Les travaux ont en effet avancé par étage, avec un évident décalage d’un niveau sur l’autre, difficile à calculer, mais globalement de la longueur d’une travée.

La nef

28Dans leur dernière phase, les travaux ont amorcé la nef par les piles de la dernière travée double (fig. 18, 42, 45). L’événement est assez bien daté par la notice nécrologique de Pierre, custode de Sainte-Croix à la charnière du XIIe et du XIIIe siècle. Son obit précise qu’il a offert pour l’œuvre de la cathédrale « un pilier depuis les bases jusqu’aux premiers chapiteaux » (unum pilare a basibus usque ad prima capitella). Ce don est datable des années 1195-1209. Si la fourchette chronologique est un peu large, l’expression est par chance exceptionnellement explicite : la pile mentionnée possède deux étages de chapiteaux. Cela exclut des supports simples comme les piles engagées des bas-côtés ; il ne peut s’agir que de piles libres, celles qui ont à porter de grandes arcades (premier étage de chapiteaux) et un niveau supérieur de voûtes (second étage de chapiteaux). Les piles orientales du transept ne sont pas concernées : celles de la croisée et celles qui articulent les travées extrêmes du transept font partie des deux chapelles latérales du chœur, en voie d’achèvement sous Jean Bellesmains. Côté ouest, les piles articulant les travées extrêmes du transept et les bas-côtés appartiennent au bâti roman en choin et ont été érigées dans la même tranche de travaux que les chapelles du chœur. Dans ces conditions, l’obit ne peut mentionner qu’une pile de la partie orientale de la nef, soit à la croisée du transept, soit dans les dernières travées (on décompte les travées à partir de l’ouest, dans le sens de la visite, même si la numérotation est contraire à la chronologie des travaux) ; de fait, leurs chapiteaux à crochets, d’une réelle maturité, sont directement inspirés des modèles français de la fin du XIIe siècle.

18 - Saint-Jean-Baptiste, coupe longitudinale, d’après T. Desjardins, architecte du Diocèse.

29Le jubé, démoli par les protestants en 1562, constitue un autre repère de datation. Barrant la nef entre la quatrième et la troisième travée double et s’appuyant aux piles articulant les deux travées, il fermait par l’ouest le lieu où les chanoines officiaient. Au XIIIe siècle, deux autels encadraient la porte d’accès au chœur canonial : l’autel de saint Nicolas et des trois Marie, fondé en 1247 par le panetier Bernard d’Acre et l’autel de la sainte Vierge, de saint Étienne et de sainte Catherine, fondé en 1250 par le doyen Arnoud de Colonges (Sachet, 1914-1918, p. 15-18) ; tous deux fournissent un terminus ante quem sûr. Installés sur la plate-forme du jubé, l’autel de la Croix et la haute croix lamée d’argent sont signalés par la mention de travaux d’embellissement dans la seconde moitié du siècle. D’après Marie-Claude Guigue toutefois, l’obit du chanoine Hugues Roux atteste l’existence de l’autel de la Croix vers 1220 déjà (Bégule, 1880, p. 24). Ces datations confirment celle des piles occidentales de la croisée du transept : les piles de la quatrième travée double de la nef ont été montées entre les années 1195 au plus tôt et 1220 au plus tard. Elles indiquent aussi que la construction de la nef est bien avancée au milieu du XIIIe siècle, au moins dans les niveaux des grandes arcades et du triforium.

Les travaux des XIVe et XVe siècles

30Les travaux ont subi un long temps d’arrêt. Les graves troubles entraînés par la lutte, parfois sanglante, entre les archevêques, maîtres de la ville, et des bourgeois qui aspiraient à s’émanciper politiquement, ont paralysé la vie du quartier canonial. Le chantier a rouvert au début du XIVe siècle, avec la construction de la première travée double (fig. 42). Sur les courts segments des piles engagées amorcées au XIIe siècle, l’archevêque Pierre de Savoie (1308-1332) a fait bâtir la façade. On lui doit les portails, frappés des armes de Savoie. Mais l’ouvrage avançait avec lenteur. En 1392, Jacques de Beaujeu, maître de l’œuvre, réalisait la rosace flamboyante. Deux ans plus tard, les verrières d’Henri de Nivelle étaient en place. Mais la voûte n’a été réalisée que sous l’épiscopat du cardinal de Talaru (1375-1389) et celui de Philippe de Thurey (1389-1415). En définitive, la construction a duré aussi longtemps que le gros œuvre du reste de la cathédrale. Encore a-t-il fallu attendre 1481 pour que soient installées sur le pignon de la façade les trois statues sculptées par Hugonin de Navarre, l’archange Gabriel, la Vierge Marie et Dieu le Père.

31Mais les travaux n’ont pas cessé pour autant. Les chapelles funéraires flanquant les bas-côtés ont été construites principalement durant le XVe siècle, les deux dernières datant du règne de Louis XIII. La reconstruction du cloître a été entreprise en 1419 et en 1458, dans la galerie orientale, celle du chapitre et du trésor. Le cardinal Charles de Bourbon (1444-1488) s’est intéressé tardivement à la cathédrale. Dans les années 1480, c’est-à-dire peu avant sa mort, il a commencé l’érection de sa chapelle funéraire que son frère, le duc Pierre II, a poursuivie jusqu’en 1508, date de l’abandon définitif des travaux (Bégule, 1880, p. 83-85 ; Macé, 1941 ; Méras, 1986 ; Hamon, 2001). Il a fait achever la tour sud du chevet, couverte d’une toiture provisoire dans les années 1415. On lui doit le dernier étage, la tourelle d’escalier aérienne et la galerie supérieure voûtée d’ogives en « Y » (cf. p. 153).

Organisation du chantier : l’approvisionnement en pierre

  • 20 Sur la géologie de la ville et de la région et sur la géologie monumentale lyonnaise, voir Roman, 1 (...)

32Les pierres utilisées pour la construction du chevet sont de deux catégories : les remplois antiques et les blocs extraits de carrières locales au moment des travaux (les matériaux de réparation et les appareils des restaurations postérieures dont les références ont été archivées lors des fouilles, n’intéressent pas la présente étude)20. Dans la première catégorie on compte le choin, qui fera l’objet d’une présentation particulière, les marbres antiques, la pierre dite du Midi et un calcaire crayeux à grain fin non encore identifié ; dans la seconde, essentiellement la pierre dite de Lucenay, qui est la pierre de construction par excellence du monument gothique.

33L’approvisionnement en pierre d’un chantier ne relève pas seulement du domaine technique ou économique. Difficiles à cerner dans la construction courante, mais évidentes dans les appareils polychromes par exemple, les données esthétiques jouent aussi un rôle-clef dans le choix des pierres. La question s’est posée pour les remplois, nombreux dans la cathédrale. L’utilisation des choins extraits des édifices antiques visait-elle à limiter le coût de production d’un matériau prêt à l’emploi ? Malgré les fausses évidences, la réponse ne va pas de soi. Les significations que peuvent prendre les remplois dans la culture architecturale romane sont très diverses (Lachenal, 1995 ; Poeschke hrg, 1996).

34Dans le sanctuaire de la cathédrale, l’emploi du choin poli définit sans ambiguïté une esthétique antiquisante. Le polissage de ce calcaire froid, opération longue et complexe, entraîne un surcoût élevé : après le répage et l’égrisage initial, on doit pratiquer un adoucissage, un ponçage, un lustrage, puis, éventuellement, un encausticage (Noël, 1968, p. 285). L’autre intérêt de ce remploi est ce qu’il révèle de l’attitude des architectes vis-à-vis du matériau et de son origine. En démontant les monuments romains de la ville, ils ont beaucoup appris sur l’art de bâtir dans l’Antiquité. Parallèlement, ils ont tiré de ces blocs de grands modules des réalisations décoratives et techniques (linteau-doubleau du triforium de l’abside) remarquables ; loin d’être asservis à leur modèle, ils ont su apprendre, copier et inventer. Enfin, les traces de retaille visibles dans certains blocs montrent quel a été le cheminement de leur pensée pour l’utilisation optimale de ce remploi.

Remplois : les marbres antiques, la pierre du midi et le calcaire crayeux à grain fin

35Les marbres antiques sont peu représentés, essentiellement dans le sanctuaire (fig. 13). Ils relèvent exclusivement du décor : leur valeur ornementale et leur signification en tant que remploi en font un élément-clef du projet architectural roman. On trouve d’abord, par ordre d’importance, un marbre blanc très fin, parfois faiblement veiné, qui se rapproche de certains marbres italiens trouvés sur le site du Verbe Incarné. Cette qualité de marbre a été utilisée dans six ensembles :

  • le chœur et les chapelles latérales, pour les bases des colonnes et colonnes minces des piles ;

  • le niveau du banc presbytéral de l’abside pour réaliser un des pilastres de l’arcature aveugle et tous les chapiteaux des pilastres, ornés de têtes animales prises dans des rinceaux ou de scènes de la Nativité ;

  • les trois bandeaux décoratifs qui soulignent le dossier du banc presbytéral et le triforium dans les fenêtres latérales des chapelles orientales, pour les colonnettes, dés, bases et chapiteaux, souvent chargés d’un motif d’incrustation ;

  • l’arcature trilobée du chœur, pour les huit chapiteaux plats de pilastres dont l’iconographie est traitée en incrustation ;

  • enfin, les chapiteaux des lancettes de l’abside, sculptés de figures animales et animés de décors d’incrustation.

36La qualité de ce marbre blanc est étroitement liée aux décors d’incrustations dont les modèles, principalement les bandeaux décoratifs, sont à chercher dans l’architecture byzantine ; tout particulièrement, le premier bandeau est une copie assez proche de celui qui orne la tribune de Sainte-Sophie de Constantinople. On rencontre ensuite des brèches antiques qui composent la plupart des pilastres cités plus haut du niveau du banc presbytéral. Enfin, on trouve un très beau marbre fauve, fortement veiné, où a été sculpté un des plus étonnants pilastres du triforium roman.

37Appelé « pierre dite du Midi » parce qu’elle provient de carrières provençales, comme celles de Saint-Paul-Trois-Châteaux ou de Saint-Restitut, ce calcaire a été la première pierre de qualité importée par les Romains pour les constructions lyonnaises. On la reconnaît, par exemple, aujourd’hui encore dans les mausolées de la place Trion, datables d’avant le second siècle. Il s’agit d’un calcaire provençal appelé aussi, de manière significative « pierre à moellon », riche en fossiles, facile à travailler et qui a l’avantage de durcir avec le temps. Son exploitation a débuté dès l’époque hellénistique, dans des sites comme Glanum. Comme pour le choin, mais avec moins d’évidence, son caractère de remploi se lit aux traces d’utilisation antérieure. À la cathédrale, elle se trouve à la façade des chapelles orientales, au niveau des arcs des fenêtres et des modénatures des roses, et parfois dans les arcs des lancettes de l’abside comme dans les contreforts des chapelles. Faiblement utilisée, il semble qu’elle ait été employée peut-être pour sa facilité d’extraction et de travail, plus sûrement pour son module qui prolonge celui du choin situé immédiatement en dessous.

38Pour clore la liste des remplois, il faut citer un calcaire crayeux à grain fin, d’un usage restreint, mais bien localisé et défini par ses fonctions particulières. Il s’agit d’un calcaire blanc, crayeux, tendre, à grain fin, qui paraît proche de la pierre du Midi, mais dont la réaction aux intempéries est diamétralement opposée : effritement, pulvérulence, desquamation, éclatement des surfaces en grandes plaques. Les blocs de cette qualité de calcaire se situent au niveau de la galerie supérieure de l’abside, dans les contreforts. Ils composent systématiquement, sous forme de blocs de gros modules, les trois premières assises de la partie basse des contreforts flanquant les loges de la galerie extérieure de l’abside. On le rencontre aussi dans le remplage des fenêtres hautes. Cette pierre paraît avoir été utilisée pour l’importance de son module et ses qualités sculpturales. Certains blocs présentent des traces certaines de remploi : un trou de louve en parement vertical dans le nœud du remplage du pan F ; une gorge largement ouverte et couverte d’un calcin — marque d’une longue exposition de la surface travaillée aux intempéries — découverte sur le parement intérieur d’un bloc détérioré du contrefort E/F, lors de son remplacement.

Les productions contemporaines du chantier : la pierre de Lucenay et le calcaire jaune à entroques

39La pierre dite de Lucenay est la pierre par excellence de la cathédrale. C’est un calcaire oolithique tiré de la région d’Anse. Les chanoines de la cathédrale y possédaient des carrières. L’expression « pierre de Lucenay » constitue un nom générique ; elle ne désigne pas une carrière précise. D’une couleur claire, un jaune pâle, parfois presque blanc, la pierre de Lucenay présente souvent un dessin très souple de veines d’un jaune plus soutenu, en lignes ondulées, voire en volutes larges. On y trouve aussi des lentilles plus ou moins longues de silex produits par le calcaire lui-même (phénomène de silicification ; fig. 19). Elles sont appelées couramment « chailles » ; les hommes de métier les nomment aussi « charveyrons » ou « verriers ». Elles apparaissent souvent à la surface du bloc pendant la taille. Particulièrement nuisibles aux outils qu’elles ébrèchent ou usent rapidement, elles sont laissées généralement brutes de bûchage, mais sont parfois dressées avec l’ensemble du parement. Signalons dans un des médaillons de la façade (XIVe siècle) la présence d’un charveyron patiemment aplani pour qu’il s’intègre au mieux dans la surface sculptée. On est surpris par le nombre de chailles visibles dans les parements qu’elles enlaidissent comme une balafre. Le phénomène apparaît principalement dans le clair-étage et les arcs-boutants de la nef de la cathédrale, dans le second quart du XIIIe siècle, révélant une évolution radicale dans les exigences techniques et esthétiques, par rapport au bâti en Lucenay du triforium roman, par exemple. La présence des chailles est peut-être l’indice de fortes tensions dans la production de blocs et la mise en œuvre : comme pour les bois d’échafaudage, l’envolée de la construction dans la ville et la contrainte des délais ont pu rendre les architectes moins regardants sur la qualité des blocs.

19 - Charveyrons pris dans le bloc de Lucenay d’une gargouille du chevet de Saint-Nizier.

40La pierre de Lucenay laisse parfois la place, par zone bien définie, à une pierre jaune-orangé, parfaitement reconnaissable ; il s’agit d’un calcaire jaune à entroques communément appelé pierre dorée, pierre de Couzon, de Collonges, etc., selon le village éponyme d’extraction, et qui provient des monts d’Or du Beaujolais. Une zone de quelques assises est visible au-dessus du triplet du croisillon sud. On peut penser qu’il s’agit d’une réparation ultérieure ; mais l’état des blocs, relativement à leurs voisins, l’homogénéité de leurs modules avec ceux de la pierre de Lucenay, leur assemblage en assises homogènes et successives, et la présence de petits blocs de réparation totalement différents tendent à prouver le caractère originel de l’ensemble. Cette qualité de pierre se rencontre aussi dans les deux piles orientales de la nef : la partie nord-est de la base de la pile nord montre des altérations caractéristiques dans des veines plus faibles ; le reste de ces piles présente, jusqu’aux premiers chapiteaux, cette couleur jaune-ocre caractéristique. On explique mal le si faible approvisionnement d’une qualité de pierre locale et son emploi très ponctuel.

Modules des blocs de Lucenay

41La puissance des bancs de pierre de Lucenay a permis de produire des blocs de petites et moyennes dimensions, aussi bien que des blocs de très grande longueur, notamment de longs segments de colonnes en délits. Elles sont d’ailleurs nombreuses dans le bâtiment entre la fin du XIIe siècle (clair-étage du sanctuaire), époque où elles disparaissent de l’architecture du Nord de la France, et le troisième quart du XIIIe siècle (clair-étage de la seconde travée de la nef). D’une façon générale, les modules de Lucenay sont très divers. Les parements du chevet (fig. 20) sont une illustration en raccourci de variations modulaires correspondant certes à une chronologie de chantier assez brève, mais aussi à ce moment crucial où la pierre de Lucenay a supplanté le choin et l’architecture gothique, le style roman (fig. 21). Ils offrent en outre des zones spécifiques où le choix des modules a été dicté soit par des contraintes techniques (loges de l’abside), soit par des visées esthétiques (triforium). Dans le chevet donc, les hauteurs d’assises, à l’exclusion des cas exceptionnels, varient de 0,16 m à 0,60 m. Mais elles appartiennent dans leur plus grande majorité à une fourchette de 0,20/0,40 m. Les longueurs de bloc sont encore plus diverses. En dehors d’un petit groupe de grandes longueurs (1,10/1,60 m), elles se rangent dans une fourchette comprise entre 0,30 m et 0,90 m. Le groupe relativement important des grandes longueurs, comprises entre 1,10 m et 1,60 m (arcs-boutants du chœur, voûtes des loges de l’abside) ne relève pas de l’usage courant, mais de techniques particulières de construction.

42Dans l’ensemble du sanctuaire, le niveau du triforium roman constitue une zone particulière, caractérisée par un moyen module exceptionnellement régulier et exactement calibré. Cette régularité répond à celle des échafaudages (dimensions et distribution des trous de boulin) : nous avons affaire à un moment exceptionnel du chantier. L’architecte a défini pour cet étage une esthétique de la pierre de Lucenay fondée sur la régularité du module, son adaptation au décor et la finesse de joints particulièrement soignés. Sans doute trop contraignante et longue à mettre en œuvre, elle sera vite abandonnée. Elle se double d’une recherche technique étonnante, la spécialisation des assises, appliquée à l’intérieur comme à l’extérieur. Dans un contexte d’assises de hauteurs régulières et homogènes, on trouve des assises réglées sur leur fonction spécifique dans le bâti : à l’extérieur, une assise de 20 cm exactement alignée sur la base des colonnettes et des pilastres, une assise de 33 cm exactement alignée sur les chapiteaux, une assise de 15 cm exactement alignée sur les tailloirs et une assise de 38 cm exactement alignée sur la hauteur de la lunette des arcs ; à l’intérieur, deux assises de 13 cm exactement alignées sur la hauteur des deux lignes de trous de boulin, une assise de 17 cm exactement alignée sur les impostes portant le voûtement perpendiculaire et une assise de 38 cm exactement alignée sur la hauteur des lunettes des voûtements. Notons, entre la dernière assise des trous de boulin et celle des impostes, la présence d’une assise intermédiaire de 25 cm de haut qui permet de faire l’appoint.

20 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure des pans A, D et F.

21 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, limite entre choin et pierre de Lucenay dans l’enveloppe extérieure du pan A.

43Dans le bâti de la nef, les modules deviennent plus importants. L’analyse modulaire a été réalisée dans le mur gouttereau sud de la nef, plus précisément dans le mur bahut portant le clair-étage, zone où les dimensions des blocs ne sont pas définies par des contraintes architecturales. Dans le premier bâti réalisé, celui de la quatrième travée (travée orientale), les hauteurs d’assise sont comprises entre 28 et 35 cm. La troisième travée et la seconde travée révèlent des hauteurs d’assises moindres, comprises entre 18 et 22 cm, avec une petite minorité de 28/35 cm ; dans cette longue phase de construction, l’approvisionnement s’est révélé stable. Le contraste avec le bâti du XIVe siècle (première travée) est marqué : les hauteurs d’assise varient couramment de 26 à 30 cm, avec une petite minorité de 34-35 cm. Les longueurs courantes des blocs dessinent un bâti assez homogène sur la quatrième travée et la demi-travée précédente (demi-travée 6) : l’essentiel des dimensions y forme un ensemble 45/70 cm, complété par deux pôles très minoritaires, les petites longueurs comprises entre 30 cm et 40 cm et les plus grandes longueurs comprises entre 70/80 cm ; on relève simplement un allongement sensible entre la demi-travée 8, caractérisée par des longueurs courantes de 45/60 cm, et la demi-travée 6, caractérisée par des longueurs courantes de 50/70 cm. Les demi-travées 4 et 5 forment un autre ensemble modulaire caractérisé par des longueurs courantes plus importantes (60/90 cm), avec une petite minorité de 100/120 cm. Enfin, la demi-travée 3 illustre une très grande diversité d’approvisionnement, avec des longueurs courantes variant de 30 à 90 cm, fourchette modulaire qui se retrouve aussi dans le chevet, édifié quelques décennies plus tôt. À titre de comparaison, la demi-travée du XIVe siècle est caractérisée dans les longueurs de bloc par une minorité de 50/60 cm et une majorité courante de 70/90 cm.

Technique des modules longs

44Les modules de la pierre de Lucenay, on l’a vu, varient dans une fourchette très large. Le bâti en Lucenay comporte même des blocs de grande longueur, mais ils sont répartis tout à fait au hasard parmi des modules très divers, sans esprit de système, ni évidente nécessité. Leur fréquence et leur position ne dépendent visiblement que de l’approvisionnement du chantier en pierre, et on peut parler alors de tout-venant. On constate une évolution entre les premiers emplois du calcaire de Lucenay, dans le triforium roman, et les usages courants du XIIIe siècle dans la nef. En revanche, on relève dans certaines zones une forte concentration de longs modules. Ces zones appartiennent à des éléments architectoniques sensibles, dont la cohésion est une nécessité première : culée des arcs-boutants, voûtements particuliers, chaînage horizontal de l’abside. Dans tous les cas, la répartition de ces grands blocs n’est pas le fruit du hasard, mais l’application raisonnée d’une technique de construction, les modules longs, révélée par l’abondance des blocs typés et la régularité de leur usage.

45Dans les culées des arcs-boutants, on note une augmentation de la moyenne des modules et des longueurs atteignant 1,30/1,40 m. Le module long assure une meilleure rigidité horizontale de l’ensemble que le moyen module habituel de Lucenay. Dans les voûtes, le phénomène est encore plus net. On rencontre des claveaux longs et fins dans le voûtement longitudinal du triforium de l’abside, dont le module tranche avec celui, plus petit, des parties murales. Les voûtes perpendiculaires des galeries romanes et du premier âge gothique du triforium (chœur et croisillons) montrent une évolution caractéristique : les plus anciennes comportent deux blocs par assise, les plus récentes, trois blocs. Le berceau brisé des loges, longs de 1,60 m et bâti le plus souvent en assises de deux claveaux, rarement trois, est l’exemple le plus caractéristique de la formule : la longueur moyenne des claveaux s’établit autour de 1 m, mais ils sont nombreux à dépasser 1,10/1,20 m, certains pouvant atteindre 1,50/1,60 m. En ce qui concerne le chaînage horizontal de l’abside (cf. infra - p. 133-135), les blocs présentent une moyenne inhabituelle et relativement irrégulière de 0,70/1,00 m dans un niveau dont le module est très régulier (0,40/0,60 m de longueur).

Le choin

46Le terme choin désigne des blocs de remploi romain de très grands modules. Le choin renvoie à la matière première, les choins, soit à la provenance, soit aux blocs, soit aux caractéristiques modulaires ou aux qualités mécaniques. Les actes capitulaires de la cathédrale fournissent une suite de références qui retracent dans ses grandes lignes l’exploitation de cette pierre et l’évolution de son nom (Guigue, 1880, p. 4). On trouve la première mention du terme sous la forme romane de chaon dans la charte d’exploitation du site antique de Colia de 1192 (« marmorei lapides et illi qui vulgo chaon »). Dans deux chartes de 1446 (« recipere seu recipi facere apud Forvierum de lapidibus chuynt ») et de 1452 (« extrahere a loco Forverii certos grossos lapides vocatos chuyn ») apparaît la graphie « chuyns », tandis que la graphie moderne de « choins » est attestée par une charte de 1495 (« facultatem accipiendi et capiendi lapides in loco Forverii nuncupatos choins »). Les étymologies proposées couramment rapprochent le mot du terme de métier « chien », qui désigne une pierre de qualité médiocre ou trop dure à travailler, ou de l’expression « pierre de choix ». Fondées sur une homophonie approximative et contemporaine, elles n’ont aucune valeur scientifique.

47Le choin lyonnais est un calcaire à grain fin, légèrement veiné d’un gris plus soutenu (réseau biodétritique tendre), originaire du Sud du Jura. Les architectes romains l’ont utilisé abondamment dans les grands monuments, comme la cavea de l’amphithéâtre, du théâtre ou de l’odéon où ils l’ont employé en grands modules, mais aussi pour les cippes funéraires, les piédestaux des statues, les monuments commémoratifs… On le retrouve en remploi dès l’époque burgonde pour ses dimensions et sa dureté, sous forme de mobilier funéraire (grandes cuves rectangulaires) ou comme élément architectonique stabilisant (fondement de murs, stylobate, bloc de liaison…). Remarquable pour ses qualités mécaniques et ses capacités de façonnage, malgré sa dureté qui, au dire des tailleurs de pierre, parfois surpasse celle du marbre, et à cause de cette dureté précisément, il compose le socle de toute la cathédrale. C’est au chevet que les assises de choin montent le plus haut. Lors des restaurations de 1989/1990, le gommage des surfaces montées en choin a fait apparaître une couleur blanc cassé, tranchant nettement sur le blanc pur des parties soumises aux coulées de pluie, et qui tire sur le gris là où l’opérateur a attaqué le calcin. En sortie de carrière, le choin offre une couleur mastic qui se retrouve parfois dans le décor intérieur (bases et piédestaux de colonnes).

Archéologie de l’exploitation du choin

48En règle générale, dans les édifices du haut Moyen Âge lyonnais, les blocs en remploi n’ont subi aucune reprise, ni retaille, même si leur forme s’adaptait mal à la fonction de moellon, comme les chapiteaux. Les fondations du chevet de la cathédrale de Vaison, dégagées par le chanoine Sautel, laissent voir des combinaisons de blocs assez étonnantes. À Lyon, il est vrai, les édifices fouillés par Jean-François Reynaud se sont révélés de grande qualité. Ils présentent des blocs parallélépipédiques de belles dimensions et de bonne conservation, dans les fondations comme dans les parties visibles. Dans le dernier tiers du XIIe, le problème se pose différemment. D’une part, les remplois appartiennent à l’élévation sur une grande hauteur. Le bâti qu’ils composent est conçu pour être vu. Ils doivent obéir d’autre part à la contrainte des hauteurs d’assise : nous ne sommes plus à une époque qui admet la subordination de l’élévation à l’état brut du matériau. Pour ces deux raisons — esthétique et architectonique — et même si, pendant la construction, on a limité la perte de temps de travail et de matière en classant les blocs récupérés selon leurs dimensions utilisables, il semble inévitable qu’on ait procédé à des retailles. Dans quelle mesure ? Il est impossible de le savoir précisément, mais l’analyse des indices laissés par ce type d’intervention permet d’en supputer l’ampleur. Ces indices sont les profondeurs des traces antiques d’emplois (trous de louve, d’agrafe, de positionnement) qui varient en effet, par rapport aux normes reconnues, selon la retaille de surface. Le décentrement, parfois radical, du trou de louve qui, à l’origine, se trouvait nécessairement au centre du bloc, indique approximativement la quantité de matière retranchée dans la longueur ou la largeur.

49Les blocs dotés d’un segment de boudin, qui composent les moulures extérieures des lancettes de l’abside ou bien occupent les angles intérieurs des contreforts, sont un bon exemple des retailles imposées par le projet architectural. Ils témoignent de l’ingéniosité des maîtres d’œuvre qui ont su tirer techniquement le meilleur parti des remplois. Il s’agit de blocs parallélépipédiques-rectangles, dont une arête verticale a été taillée en forme de moulure cylindrique d’environ 0,18 m de diamètre. L’empilement des cylindres dans le même axe forme le boudin qui orne les éléments architecturaux concernés. On pouvait imaginer qu’on avait dégagé ce tronçon de tore en retranchant de la surface primitive un parallélépipède rectangle de 0,18 m de côté. Il n’en a rien été. Peut-être par souci d’économiser la matière et le temps de travail, on a préféré ôter du bloc primitif un triangle dont l’angle le plus aigu est l’angle opposé, sur le même côté, au futur tronçon, et le côté le plus court, le tronçon lui-même (fig. 22). C’est la raison pour laquelle les trous de louve rencontrés dans ce type de bloc présentent une coupe horizontale triangulaire, peu profonde du côté du tore, plus profonde à l’opposé. On a ainsi obtenu un nouveau bloc qui n’est plus rectangulaire, mais légèrement gauchi en trapèze. De ce fait le joint situé à l’extérieur de l’angle formé par le contrefort et le mur dessine un léger triangle. Mais le côté qui forme le joint dans le chœur de cet angle s’y trouve bien adapté, puisque ce dernier dépasse les 90 degrés.

22 - Production d’un bloc à boudin (lancettes de l’abside) dans un bloc de choin antique.

Les modules en choin

50Le choin présente les plus forts modules. Ils tendent cependant à diminuer au fur et à mesure de la construction, tout en restant de belle proportion (fig. 3, 20, 38, 58, 150). C’est au socle que se voient les blocs les plus importants, avec des longueurs moyennes comprises entre 0,80 m et 1,40 m, et une forte proportion de 1,40/1,60 m. On y trouve quelques modules impressionnants, comme le bloc de 2,68 m, au pan D, qui forme toute une assise. Le socle de la chapelle Saint-Thomas recèle un bloc qui, dégagé du bloc sous-jacent par les travaux d’installation du chauffage (1889), donne les mesures suivantes : L = 2,30 m, l = 1,02 m, h = 0,57 m. C’est le type de module qui a été utilisé pour l’intérieur du parement. L’étude des orthostates des différents niveaux du sanctuaire a en effet mis en évidence l’utilisation de blocs de modules proches, mais positionnés verticalement, face principale en parement.

51Le second niveau de choin, mur et contrefort, révèle des dimensions moyennes plus centrées autour de 0,80 m/1,20 m, avec une nette extension vers les 0,40/0,80 m. Cela n’empêche pas la présence de grands blocs, comme celui de 2,40 m, qui forment la base de la fenêtre à la façade de Notre-Dame-du-Haut-Don. Pour le niveau des lancettes et des zones de contreforts correspondantes (troisième et quatrième niveaux des contreforts), on relève deux majorités de longueur autour de 0,50/0,60 m et de 0,90/1,00 m pour le troisième niveau des contreforts et des mesures moyennes comprises entre 0,50 m et 0,70 m pour le quatrième niveau. En revanche, l’embrasure des lancettes révèle des longueurs plus importantes : il a fallu construire de véritables môles séparant les ouvertures et portant le reste de l’élévation.

52Pour ce qui est des hauteurs, elles tournent autour de 0,66 m à 0,70 m dans le socle (compte non tenu des 2 ou 3 mètres encore enterrés), avec quelques blocs de 0,72/0,74 m ou de 0,56/0,58 m de haut. Elles varient irrégulièrement de 0,56 m à 0,74 m pour le deuxième niveau. Elles sont très régulièrement de 0,62/0,63 m pour le troisième niveau des contreforts de l’abside, celui qui correspond aux lancettes, tandis que pour les piédroits de ces dernières, elles sont comprises dans une fourchette de 0,61 m à 0,65 m. Quant au quatrième niveau des contreforts de l’abside, pour finir, zone extrême de l’utilisation du choin, les hauteurs vont de 0,36 m pour la dernière assise, 0,42 m pour les quatrième et cinquième et 0,57/0,58 m pour les trois premières (niveau des arcs des lancettes). Un ensemble divers, donc, mais qui accuse, lui aussi une évolution caractéristique vers des dimensions moindres.

Les cinq traitements du choin

53Quoiqu’au second rang, pour la quantité, loin derrière la pierre dite de Lucenay, le choin révèle la haute considération dans laquelle les architectes de la cathédrale le tenaient aux cinq traitements esthétiques différents dont il a été l’objet. Outre la sculpture, le surfaçage des blocs de choin va en effet du plus grossier, le bossage, au plus fin, le polissage, en passant par la taille grenue et la taille fine réalisée au marteau taillant. Ces différents traitements correspondent à des intentions esthétiques. Le bossage, souvent d’origine antique, a été utilisé uniquement dans le socle du chevet, pour souligner esthétiquement sa fonction portante (fig. 23). Cet emploi est une citation de l’architecture romaine (podium de temple à bossage, par exemple). Pour souligner cette filiation, de faux bossages ont été réalisés à partir des moulures de blocs remployés (fig. 23) ; ils ne laissent aucun doute sur leur origine. La taille grenue a été réservée aux parements externes. La taille fine apparaît dans le boudin qui entoure les lancettes de l’abside et, surtout, dans l’embrasure des lancettes. Une surface nette est plus favorable à une réflexion efficace de la lumière (réflexion spéculaire) qu’une surface grenue qui disperse la lumière (réflexion diffuse). Il s’agit bien d’un choix délibéré. Certains blocs composant à la fois une partie de l’embrasure et une partie du contrefort adjacent ont reçu les deux types de taille, selon la position de la partie concernée du bloc (fig. 24).

23 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chevet : détail du socle à bossage.

24 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du chevet, lancettes de l’abside : taille différenciée (taille grenue et taille fine) sur un même bloc de choin formant une partie du contrefort et une partie d’un boudin.

54Le polissage donne l’illusion du marbre et fait du choin un « équivalent-marbre », pour reprendre l’expression de Suger (Scriptum consecrationis, 3 ; Gaspari, 1996, p. 12-13). Il participe à l’esthétique antiquisante du sanctuaire (fig. 13). En effet, les murs et les piles engagées du sanctuaire roman sont entièrement polis. L’abandon du polissage intervient dès le transept : des quatre piles engagées des bras nord et sud, trois (nord-est, sud-est et nord-ouest) sont presque entièrement polies, alors que la quatrième (sud-ouest) ne l’est que sur les premières assises ; les autres piles engagées en choin des travées est des bas-côtés sont seulement finement parementées au marteau taillant ; les piles engagées occidentales en choin le sont aussi, mais d’une façon sensiblement moins fine. L’abandon de traitements particuliers du choin est significatif : ils ne correspondent plus à l’esthétique à laquelle le matériau lui-même était primitivement attaché.

55L’intérêt pour cette qualité de pierre concerne de fait plusieurs de ses aspects : plasticité, modules, parements, valeurs mécaniques… Mais, face à une raréfaction de ce matériau, il a fallu accorder priorité à l’une de ses qualités : par exemple, entre l’intérieur et l’extérieur du monument, des exigences esthétiques précises ont conduit à réserver le choin au décor interne, au détriment de l’enveloppe extérieure ; ainsi, les valeurs mécaniques du choin, visiblement d’une grande importance pour l’élévation extérieure, ont été abandonnées parmi les dernières au seul profit du décor intérieur : dans l’abside, les assises de choin des contreforts montent plus haut — 1,30 m — que celles des lancettes (fig. 21) ; dans le chevet, des chapelles, les dernières assises de choin, en façade des contreforts, sont plaquées sur des assises de pierre de Lucenay qui font le corps interne des contreforts ; il s’agissait de construire dans un matériau résistant les parties les plus soumises aux intempéries. Le fait a été vérifié : du temps où le chevet était encore noirci par les siècles, seules les façades des parties en choin des contreforts étaient systématiquement blanches, épidermes érodés et calcin détruit, alors que les surfaces encrassées restaient plus ou moins insensibles à la pluie ; en outre le gommage de ces surfaces noires a fait apparaître, intact, le calcin médiéval, ce qui prouve qu’elles étaient relativement protégées.

Organisation du chantier : les échafaudages

56L’étroite intrication entre l’organisation du chantier, l’encadrement des hommes, l’élaboration d’un projet architectural, les réalités contraignantes de l’architectonique et de la construction, la connaissance des matériaux et des techniques font de l’architecte l’homme-clef du chantier. Le fait se vérifie notamment dans l’adaptation de l’échafaudage au bâti et au travail à réaliser. C’est pourquoi on peut parler d’une relation quasi mécanique entre l’évolution stylistique et les transformations des structures d’échafaudage.

57Les échafaudages montés dans les parties romanes de la cathédrale (partie inférieure de l’abside et chapelles latérales du chœur) n’ont aucune continuité dans l’ensemble gothique. Fait exception la zone du triforium qui établit un niveau unique et quasi isométrique dans la totalité de l’édifice. C’est pourquoi la numérotation des lignes de trous de boulin établie pour la zone du triforium roman de l’abside (E, F et G) servira de référence pour les lignes de trous de boulin de la zone du triforium gothique. La dénomination A a été attribuée à la première ligne de l’abside, la plus basse de tout l’ensemble roman. Pour les autres échafaudages, les lignes seront simplement numérotées en fonction de l’étage desservi par l’échafaudage.

L’échafaudement des parties romanes

58Contrairement aux niveaux gothiques, les élévations romanes (abside du chœur et chapelles latérales du chœur) révèlent un système d’échafaudement assez régulier, normé d’après une expérience adaptable au projet en cours. On distingue deux échafaudages, non tant d’après leur structure que par leur position : le premier prend la partie basse des murs (premier niveau d’échafaudement) et l’étage des baies inférieures des chapelles (deuxième niveau d’échafaudement) ; le second embrasse toute la zone du triforium (troisième niveau d’échafaudement) qui, à l’extérieur, correspond à l’arcature aveugle de l’abside et aux combles des chapelles, ouverts par une baie ménagée dans le mur oriental (mur-chevet). Le premier échafaudage présente une particularité difficile à expliquer : le premier platelage est situé à 8 m environ du niveau du sol médiéval. Ancré dans la huitième assise murale, il fait le tour du chevet à 4,50 m au-dessus du socle à bossage, c’est-à-dire à 1,15 m sous les baies de l’abside (2 assises ; fig. 25), à 0,60 m sous les baies orientales des chapelles (1 assise ; fig. 7, 27b) et 3,15 m sous les baies latérales des chapelles (5 assises ; fig. 27a). Or, pour cette partie de l’édifice ont été employés des blocs de 0,40/0,60 m de haut, pour un ensemble de longueurs comprises couramment entre 0,80 et 1,40 m, avec une forte proportion de 1,40/2,00 m (et jusqu’à 2,40 m) ; leur poids varie entre environ 500 et 800 kg. On ignore quelle infrastructure lourde a été mise en place pour l’érection de ce bâti, si les blocs ont été amenés par l’ouest, sur la plateforme du sanctuaire, ou s’ils ont été montés grâce à des rampes d’accès, suivant des techniques connues de l’Antiquité.

25 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, échafaudement d’un pan de l’abside.

Structure générale

59On a utilisé des échafaudages totalement ancrés seulement pour l’enveloppe extérieure. L’enveloppe intérieure ne présente aucun trou de boulin dans ses parties basses : ils n’apparaissent qu’à une dizaine de mètres au-dessus du sol du chœur (fig. 26). Par voie de conséquence, les trous de boulin traversants n’interviennent qu’à partir du triforium, dans le bâti en Lucenay ; en dessous de ce niveau, dans le parement externe en choin, ils sont borgnes (profondeurs utiles courantes qui avoisinent 0,40/0,70 m) (fig. 4). Les sections de trous de boulin sont homogènes : 10 x 10/12 x 12 cm pour le premier échafaudage (quelques sections de 8 x 8 à 9 x 10 cm dans les parties basses et de 14 x 16 à 10 x 18 cm au faîte du mur oriental des chapelles), 13 x 13/15 x 15 cm pour le second. Les trous de boulin sont de trois types. Le type façonné, majoritaire, a été employé dans l’ensemble du chevet roman. Le type maçonné est plus localisé : outre les cinq trous de boulin du faîte du mur oriental des chapelles latérales, il a été surtout employé dans le triforium roman où il est directement dépendant du choix d’un appareil régulier. Le type dichotomique d’angle, rare, apparaît aussi dans le triforium de l’abside (10 % des cas). En définitive, le très haut degré de technicité dont témoigne ce niveau du bâti se reconnaît aussi dans l’échafaudage lui-même, comme le prouvent encore les repentirs lisibles dans les modifications millimétriques des tracés préparatoires.

26 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, échafaudement des volumes intérieurs : a - côté nord ; b - côté sud.

60Les deux échafaudages se développent sur tout le chevet. Leur structure est adaptée à la morphologie des niveaux d’échafaudement. Dans les murs pleins, bornés par les contreforts ou limités par des angles muraux, le nombre de trous de boulins par ligne est adapté à la largeur disponible : deux pour les pans de l’abside (largeur : 3,00/3,30 m), trois (chapelles) ou quatre (mur du triforium du transept) pour les largeurs murales de 4,50/5,20 m, huit (2 x 4) pour le mur du triforium du chœur (largeur : environ 10,50 m). Les boulins extrêmes sont situés près des contreforts (débords courants de 0,20/0,50 m), afin de limiter au mieux les effets de bascule des platelages. Dans les lignes de trois trous, le trou médian est toujours excentré, déterminant d’un côté de petits entr’axes (environ 1,60 m), de l’autre, de grands entr’axes (environ 2,00 m/2,70 m) ; mais dans celles de quatre trous, les entr’axes varient assez régulièrement de 1,30 m à 1,60 m. Notons que dans le triforium du chœur, les lignes sont composées de deux groupes de quatre trous de boulins, séparées par un entr’axe central régulier de 2 m.

61Dans les étages de baies, leur nombre est réduit à deux par ligne ; mais l’ouverture de la baie était susceptible de recevoir des bois de soutien. Cas limite, l’étage des lancettes de l’abside en est dépourvu (ceux qui entourent les arcs des lancettes appartiennent au second échafaudage) : dans la phase chantier, ces hautes baies sont d’abord des vides séparant de puissants môles de maçonnerie (deux demi-embrasures contiguës, un contrefort et une colonne engagée intérieure) ; elles ont alors accueilli des échafaudages suffisamment stables par eux-mêmes (ils entouraient ces môles en construction) et nécessairement non-ancrés : il n’était pas question de percer les parements très soignés des embrasures, polis pour faciliter la réflexion de la lumière naturelle.

Chapelles latérales du chœur

62Les chapelles latérales du chœur montrent, sur leurs parements extérieurs, les ancrages d’un échafaudage déployé sur le premier et le deuxième niveau d’échafaudement. Seuls les deux murs-chevets, à l’est, possèdent un troisième niveau d’échafaudement, celui de la baie sous comble, dans le prolongement de l’arcature aveugle de l’abside : il appartient au second échafaudage et ne sera pas traité ici.

63La construction de la chapelle Saint-Pierre a bénéficié d’un échafaudage homogène (fig. 27), plus élaboré et mieux intégré que celui de l’autre chapelle (fig. 7). Le mur-chevet et le mur gouttereau laissent voir sept lignes de platelage. Les hauteurs de platelage (hauteur séparant un platelage du platelage supérieur) sont comprises entre 1,20/1,30 m et 1,48/1,60 m, soit la hauteur de deux assises (une seule fois trois assises). Bien que formant un échafaudage unique, les platelages du mur-chevet et ceux du mur gouttereau sont séparés par l’angle droit que forment les deux murs, obstacle qui pis est renforcé par la paire de contreforts montée dans l’angle. Les échafaudeurs ont levé la difficulté en appuyant un système intégré de circulation précisément sur les contreforts d’angle. Dans le prolongement du mur gouttereau, la face nord du contrefort du mur-chevet porte trois trous de boulin qui sont dans l’alignement des lignes de platelage du mur gouttereau, mais seulement une sur deux ; de même, la face est du contrefort oriental du mur gouttereau, qui se trouve dans le prolongement du mur-chevet, porte aussi trois trous de boulin alignés sur des platelages de cette façade et semblablement décalés. Les trous de boulins des contreforts d’angle sont donc disposés alternativement sur l’un et sur l’autre : ainsi, la liaison d’un échafaudage à l’autre, établie sur une combinaison croisée des platelages, se resserre sur les contreforts comme une pince. Curieusement, les trous de boulin accusent des profondeurs inattendues comprises entre 0,10 et 0,80 m (essentiellement 0,20/0,40 m) : elles sont toutefois suffisantes pour maintenir un ouvrage de charpenterie ceinturant le volume rectangulaire des chapelles.

27 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, échafaudement du chevet de la chapelle Saint-Pierre : a - mur nord ; b - mur est.

64Dans la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don (fig. 7), le liaisonnement n’est établi que sur un seul contrefort : la face sud du contrefort du mur-chevet est percée d’une suite verticale de trous de boulins non-traversants, tous dans la continuité des lignes de platelage du mur gouttereau ; ainsi, l’échafaudage latéral débordait le mur gouttereau vers l’est, offrant un appui à des planches pour assurer le passage sur l’échafaudage du mur-chevet, perpendiculaire à lui. Cette conception moins solidement intégrée est sans doute tributaire du parti architectonique adopté pour le mur-chevet : dans le second niveau d’échafaudement (fenêtre et rose), les assises étant sensiblement plus hautes que dans le mur gouttereau, les hauteurs de platelage sont plus importantes - environ 1,50 m - et le nombre de platelages plus réduit (six lignes) ; par voie de conséquence, le passage de l’échafaudage latéral à celui du mur oriental est particulièrement délicat.

65Parallèlement, l’échafaudage du mur-chevet s’est trouvé entremêlé de platelages autonomes (quatrième et sixième) qui font, avec les six platelages réguliers de l’échafaudage général, un total de huit lignes de trous de boulin. Située au niveau de l’arc de la baie, la quatrième ligne de platelage se trouve à seulement 0,96 m de la troisième ligne et à 0,57 m de la cinquième ligne et les deux trous de boulin sont anormalement rapprochés : il s’agit d’un platelage intermédiaire, installé spécifiquement pour le montage de l’arc. Il en va de même de la sixième ligne, logée à la base de la rose (seul le trou de boulin gauche est visible, le droit est dissimulé par le mur de l’abside, élevé après coup) : sa position est justifiée par la richesse du décor sculpté, l’installation de la rose et le montage de l’arc correspondant ; il devait s’agir d’un plateau de travail (entreposage des pièces sculptées et des claveaux). On devine dans ces solutions ponctuelles et les tentatives d’ajustement un échafaudement en pleine élaboration, qui vise à s’adapter à une architecture elle-même en pleine recherche. La chapelle Notre-Dame a été achevée avant sa symétrique nord pour des raisons liturgiques. Les leçons ont porté et la chapelle Saint-Pierre accuse, dans ce domaine comme dans d’autres (liaisonnement de l’abside et du mur-chevet), une plus grande maturité technologique et une meilleure standardisation.

La zone du triforium roman : l’abside

66Nettement définie dans sa limite haute par le clair-étage gothique, cette zone d’échafaudement présente une limite inférieure fluctuante, depuis l’enveloppe extérieure de l’abside jusqu’à la travée ouest du chœur. Dans l’enveloppe extérieure de l’abside (fig. 25, 26), le premier platelage est à 11 m de haut environ par rapport au sol du sanctuaire. L’échafaudage englobe les arcs des lancettes (deux platelages, D1 et D2), le fond de l’arcature aveugle (deux platelages, E et F), qui correspond exactement à la galerie du triforium, et les écoinçons de l’arcature aveugle (un platelage, G), soit cinq platelages échelonnés sur une hauteur totale de 4,50 m et supportés dans chaque pan par deux boulins. Installés toutes les 3, 4 ou 5 assises, les lignes de boulins sont séparées par une hauteur de 0, 96/1,12 m. Pour ce qui est de l’enveloppe intérieure, en revanche, le premier platelage apparaît seulement dans la galerie elle-même, à environ 13,50 m. Ce premier platelage intérieur est donc le troisième platelage extérieur : installés dans des trous traversants, les boulins intérieurs et extérieurs de cette ligne sont exactement à la même hauteur.

67Les caractéristiques métriques de l’échafaudage diffèrent d’un platelage à l’autre. Considérons les platelages extérieurs, les plus nombreux (cinq platelages). Les entr’axes des parties situées au-dessous et au-dessus de l’arcature aveugle (première, deuxième et cinquième lignes, D1, D2 et G) sont importantes (2,60/2,90 m), parce que les trous de boulins sont rapprochés des contreforts (faible débord). Dans l’arcature elle-même (troisième et quatrième lignes, E et F), la position des boulins a été imposée par le décor (entr’axes de 2,00/2,10 m) : les deux boulins inférieurs étaient plaqués contre les colonnettes, au-dessus des bases, et les deux boulins supérieurs, logés contre les chapiteaux d’angle. Les troisième et quatrième lignes (E et F) forment donc un système autonome, intégré à l’échafaudement général du troisième niveau : le troisième platelage (E) était en rapport avec la mise en place des colonnettes, des pilastres et des chapiteaux, et le quatrième (F), avec le montage des arcs. Cette finalité concernait évidemment aussi bien l’arcature aveugle extérieure que l’arcature du triforium, puisqu’elles sont en correspondance exacte.

68L’arcature aveugle étant le revers du triforium de l’abside et les trous de boulin étant traversants (plan en baïonnette), l’échafaudement de la galerie reprend les trois lignes de trous de l’arcature aveugle extérieure : le premier platelage (E) se situe à 0,90/0,95 m du sol de circulation, le second (F), à 2-2,05 m (hauteur de platelage d’environ 1,10 m) et le troisième (G), celui des écoinçons de l’arcature externe (les trous de boulins sont visibles dans la partie basse la voûte de la galerie), à 3,10-3,15 m (hauteur de platelage d’environ 1,10 m). Les entr’axes sont toutefois un peu plus serrés qu’à l’extérieur. De fait, le positionnement général des trous de boulin de la galerie a été imposé par l’obstacle que constituent le mur bahut qui porte l’arcature et l’arcature elle-même. En effet, la ligne la plus basse a été positionnée environ quarante centimètres plus haut que le mur bahut (hauteur : 0,55 m) et les trous de boulin ont toujours été implantés dans l’emprise d’une arcade, jamais derrière un support (pilastre, colonnette, pile composée). Le cahier des charges que ces dispositions trahissent est imposé par la finesse de l’ouvrage : les boulins doivent déborder de la galerie, pour faire saillie dans le volume-même du sanctuaire et porter un échafaudage desservant le parement intérieur. La richesse du décor de cette zone (supports, chapiteaux, arcs de l’arcature, écoinçons ornés, frises incrustées) justifie l’installation d’un échafaudage dense, c’est-à-dire caractérisé par des hauteurs de platelage serrées.

La zone du triforium roman : le chœur

69Les murs nord et sud du chœur accusent, pour des raisons structurelles, des variations dans la position des platelages situés sous le triforium : ils sont positionnés plus bas que ceux des arcs des lancettes de l’abside. Dans la travée orientale, le mur nord (fig. 26a) présente deux lignes de platelage (C et D) dont la première (C) est à environ 11,40 m du sol du sanctuaire (à environ 2,15 m sous le triforium), alors que le mur sud (fig. 26b) en montre trois (B, C et D), la première (B) se trouvant à 10 m environ du sol (à environ 3,55 m sous le triforium). Le mur nord, triforium compris, comporte ainsi cinq lignes de platelage (C, D, E, F et G), comme dans l’abside, alors que le mur sud en compte six (B, C, D, E, F et G). Ouverte sur chaque chapelle par une grande arcade, la travée occidentale n’offrait de place que pour un seul platelage par mur (D), logé immédiatement au-dessus de l’arcade, à 0,80 m environ du triforium. Les hauteurs de platelage sont en moyenne de 1,05 m, soit deux assises de blocs de choin (le nombre d’assises de Lucenay, plus minces, est évidemment plus grand et variable). Toutefois, la distance entre la dernière ligne sous le triforium et la première ligne de la galerie du triforium est d’environ 1,50/2,00 m : le sol de la galerie servait de platelage intermédiaire, rétablissant ainsi le rythme régulier des hauteurs.

70Dans le triforium lui-même, les murs sont percés de deux lignes seulement de trous de boulin (E et F), positionnées dans le prolongement des lignes E et F de la galerie de l’abside. La première est à 0,95-1 m du sol de la galerie, la seconde, à 2,04-2,14 m (hauteur de platelage d’environ 1,10 m). Il existe une troisième ligne (G). Elle n’est visible qu’au revers du mur de la galerie, dans les combles des chapelles (les trous, du type borgne, n’apparaissent pas dans la zone des arcades). Elle reprend donc les caractéristiques de la ligne G de la galerie de l’abside.

71Les trous de boulin sont aussi réguliers que dans l’abside. Dans la galerie romane sud du triforium (chœur et retour dans le transept), et partiellement au nord, les ouvertures maçonnées sont exactement calibrées : dans un contexte de hauteurs d’assises variant de 16 à 39 cm, mais constituées pour les trois cinquièmes des hauteurs 20, 21, 23, 24 et 28 cm, les assises portant les boulins mesurent spécifiquement 13 ou 15 cm de haut. Les entr’axes varient de 0,80 à 1,60 m, mais les entr’axes compris entre 1,31 et 1,38 m représentent 50 % du total et ceux compris entre 1,42 et 1,60 m 1/3 du total. Les débords extrêmes s’étendent de 0,21 à 0,67 m, un bon quart étant compris entre 0,21 et 0,24 m, un petit tiers, entre 0,47 et 0,49 m. La faible ampleur de ces valeurs illustre la haute qualité technique de cette partie romane.

L’échafaudement des niveaux gothiques

72La rupture entre échafaudages « romans » et échafaudages « gothiques » est brutale, aussi nette que le changement stylistique. Elle apparaît exactement dans les galeries orientales du triforium du transept et correspond à la limite entre les galeries romanes (galeries orientales des deux travées intermédiaires du transept) et les premières galeries gothiques (galeries des deux travées extrêmes du transept). Mais elle ne se limite pas à ces deux lignes verticales. Elle forme aussi une ligne horizontale dominant le triforium du sanctuaire et du transept. Au-dessus des galeries du sanctuaire, en effet, se développent quelques assises correspondant à une unique campagne de construction, poursuivie sans discontinuer dans le transept (fig. 26). Ces assises incluent les chapiteaux à crochets recevant les ogives et portent le clair-étage. Dans le sanctuaire, la première assise de cet ensemble montre des trous de boulin (deux par pans de l’abside et trois par travée droite du chœur) logés contre les chapiteaux à crochets, portant les ogives (ligne H). Dans le transept, la même disposition a été reproduite, à cette petite nuance près que les trous de boulins ont été ménagés une assise plus bas. Trous de boulin et chapiteaux sont donc contemporains et appartiennent à cette phase du chantier gothique, une des premières, qui, après la construction du premier triforium gothique du transept, a rétabli sur l’ensemble oriental (abside, chœur et transept) un bâti homogène et continu, propre à recevoir les voûtes. Ce chantier a été desservi par un échafaudage unique, composé d’un seul platelage (H) établissant une circulation en continu sur toute la partie orientale de la cathédrale.

73À partir de ces points de rupture, l’échafaudement « gothique » de la cathédrale a connu une évolution marquée depuis le triforium du transept jusqu’au bâti des XIV-XVe siècles où les trous de boulin se raréfient : dans les tours du chevet, par exemple, on en constate la quasi-absence au premier étage de la tour nord (XIVe) et à la tour sud (XVe), alors que le second étage de la tour nord est érigé avec un échafaudage classiquement ancré. L’évolution technologique a naturellement suivi l’évolution stylistique. L’architecture gothique a en effet progressivement réduit les surfaces murales, supprimant ainsi les possibilités d’ancrage dans les murs. Elle a développé en revanche la fonction portante des baies (échafaudages bloqués dans le cadre de l’ouverture, comme cela se pratique encore de nos jours) et des structures de contrebutement. Celles-ci, généralement dépourvues de trous de boulin dans les édifices romans, participent en revanche de façon décisive à l’échafaudement du bâti gothique. L’évolution est favorisée par la largeur des culées d’arcs-boutants, échafaudées comme des murs. À la cathédrale, le bâti gothique est donc caractérisé par l’absence de système général. S’il y a un type général d’échafaudage « roman », il existe plusieurs formules « gothiques ». L’hétérogénéité de ces derniers résulte soit de l’adaptation de chaque échafaudage aux problèmes ponctuellement posés par telle ou telle partie de la construction, soit, plus curieusement, d’une recherche technique qui apparaît dans un espace particulier, avant d’être définitivement abandonnée (troisième et quatrième travées triforium sud de la nef, par exemple).

La zone du premier triforium gothique

74Le premier triforium gothique prolonge directement les galeries romanes dans les deux travées extrêmes du transept, exclusivement (fig. 28) ; le second triforium gothique commence dans le mur ouest des deux travées intermédiaires du transept. Comme le triforium du chœur, il est composé d’une arcature en façade dont les petites arcades brisées définissent une succession de petits berceaux perpendiculaires à l’axe de la galerie. La structure de l’échafaudage a cependant évolué : une seule ligne de trous de boulin, tous traversants, a été ménagée dans le mur de la galerie, à environ 1,70 (sud) - 2,10 m (nord) du sol de la galerie, c’est-à-dire à la hauteur des chapiteaux de l’arcature (fig. 26a : mur nord transept ; fig. 26b : mur sud transept) ; sa position correspond approximativement à la ligne générale E. Le platelage se situe donc à environ 19/20 m du sol du chantier. L’absence de trous de boulin dans les parties basses du transept et le niveau des lancettes pose le problème des systèmes de renforcement des boulins : pour soutenir le platelage, a-t-il été possible de monter des perches verticales sur une telle hauteur, et sans ancrage intermédiaire ?

28 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras nord du transept : succession des trois styles, du triforium du chœur jusqu’à la nef.

75La mise en place de ces hautes perches est techniquement réalisable : les représentations de chantiers modernes (Dispute du Saint Sacrement par Raphaël dans la chambre de la Signature, vue générale du chantier de l’Escurial vers 1576 attribuée à Fabricio Castello, construction de la chapelle des Jésuites de Roanne dessinée en 1619 par Étienne Martellange…) figurent de longs bois ou des troncs ébranchés utilisés comme perches verticales (Frommel, 1991 ; Wilkinson, 1991). Mais la formule n’appartient pas à la culture technique du Moyen Âge. Elle est contraire à tout ce que l’on connaît des échafaudages médiévaux. En outre, elle devait être particulièrement coûteuse en termes d’approvisionnement en bois longs, surtout à cette époque charnière des XII/XIIIe siècles où le développement de Lyon entraîne une surconsommation de bois d’œuvre. On doit plutôt imaginer de courtes perches posées sur le sol de la galerie et des jambes de force appuyées sur des éléments d’architecture faisant saillie dans la zone inférieure.

76Solution minimaliste, l’unicité du platelage soulève une seconde question : celle de sa fonction. La circulation dans la zone du triforium était naturellement assurée par le sol de la galerie. L’installation d’un platelage à ce niveau correspond à une hauteur de travail adaptée à la pose des colonnettes et des chapiteaux. Les premières peuvent être véhiculées sur le plancher de circulation, puis basculées d’en haut sur leur emplacement, afin de faciliter les réglages fins de mise en place. Les seconds sont installés directement à partir de la surface de travail. En outre, le platelage a sans doute contribué au voûtement de la galerie.

Le second triforium gothique : invention et continuité

77Le second triforium gothique débute dans le mur occidental des deux travées intermédiaires du transept, dominant l’entrée des bas-côtés. Le dessin de la façade a totalement changé. Chaque demi-travée est occupée par quatre petites arcades trilobées qui sont associées deux à deux sous une arcade aveugle, simplement dessinée sur la surface murale par une moulure en saillie (au total, huit petites arcades par travées, réunies sous quatre arcades moulurées). Dans le mur occidental des deux travées intermédiaires et dans la travée de la nef contiguë (quatrième travée double), les galeries sont couvertes d’un magnifique ensemble de petites ogives portées par des culots (fig. 29). Dans les trois autres travées doubles de la nef, on retrouve le système de petits berceaux brisés perpendiculaires à l’axe de la galerie, comme dans le chœur et les travées extrêmes du transept. L’échafaudement des galeries de la nef est assez homogène. On a fait usage d’échafaudages à deux platelages, le premier (E) à environ 1,15 m du sol de la galerie, le second (F) à environ 2,25 m du sol de la galerie (hauteur des chapiteaux). On relève cependant deux exceptions. D’une part, la galerie du bras nord du transept (dominant l’entrée du bas-côté nord), qui reprend la composition de la galerie précédente, un platelage (F) ancré à la hauteur des chapiteaux (plus exactement ici, dans l’assise des culots portant les ogives). D’autre part, côté sud, la galerie ouest du transept (dominant l’entrée du bas-côté sud ; fig. 30) et la galerie contiguë de la quatrième travée double de la nef (fig. 26b).

29 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium de la dernière travée double de la nef principale : petites voûtes d’ogives.

30 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras sud du transept, échafaudement de la galerie ouest de la travée intermédiaire.

78La zone de la galerie ouest du transept présente un nombre anormalement élevé de platelages, cinq, si l’on y inclut le platelage sommital qui court au faîte des murs de tout l’ensemble oriental. Le premier (D - trois trous de boulin) se situe sous le triforium, tangentiellement à la grande arcade du bas-côté, suivant la même disposition que dans le chœur. Les trois suivants sont positionnés dans la galerie. Le second (E - deux trous de boulin) est à environ 1,15 m du sol de la galerie, le troisième (F - huit trous de boulin), à 2,25 m, c’est-à-dire la hauteur des culots portant les ogives, le quatrième (F’ - trois trous de boulin), à 2,50 m, dans les lunettes définies sur le mur par les ogives (la hauteur de platelage entre F et F’ n’étant que de 0,25 m, F’ ne correspond pas à la ligne générale E, absente de cette zone). Le cinquième (G - cinq trous de boulin) appartient certes à l’échafaudement général des parties hautes. Mais les contraintes exercées sur l’implantation des trous de boulin, anormalement nombreux, par la composition des arcades aveugles moulurées lui ont donné son dessin très particulier. En effet, pour distribuer régulièrement les cinq trous dans une façade très ornée, les constructeurs les ont répartis, suivant le même entr’axe, au centre du tympan des deux arcades aveugles et dans les trois écoinçons qui encadrent ces tympans. La galerie de la quatrième travée double de la nef a suivi le même schéma, en le simplifiant : le premier platelage (D) a quasiment disparu, le nombre de trous de boulin des autres platelages s’est sensiblement réduit et le dernier platelage (H) a subsisté, ici comme dans toute la nef du XIIIe siècle, sous la forme résiduelle d’un trou de boulin unique dans le tympan de chaque arcade aveugle. Ces dispositions sont très compliquées. Le prototype mis au point dans cette partie du triforium (mur ouest de la travée intermédiaire) et amélioré dans la quatrième travée de la nef a dû se révéler, à l’usage, trop sophistiqué et, vraisemblablement, dispendieux. Il a été rapidement abandonné.

79Visiblement, la galerie ouest du transept a été le banc d’essai d’une nouvelle formule d’échafaudage, inspirée sans doute, dans sa densité et son rapport à l’ouvrage, de celui mis en place dans l’arcature aveugle extérieure de l’abside (revers du triforium). Le soin apporté à sa réalisation, l’originalité de certains trous de boulin, la spécialisation des platelages et la complexité du montage confirment le caractère expérimental d’un échafaudement étroitement adapté aux différentes phases du travail. La mise en place des trous de boulin a été minutieusement préparée : les assises murales conservent des tracés préparatoires positionnant leur implantation et ces tracés ont eux-mêmes fait l’objet de corrections. L’échafaudage est plus dense (les hauteurs de platelage sont d’environ 1,10 m), là où les platelages avaient à jouer un rôle bien défini dans la construction : le second répond à la mise en place des colonnes et a servi de surface de circulation pour la construction des petites voûtes d’ogives ; les deux derniers sont attachés au montage des ogives, sans doute l’installation des cintres. La répartition des trous de boulin par ligne est très inégale : deux trous pour le deuxième platelage, huit pour le troisième (les culots sont encadrés par deux trous de boulin), trois pour le quatrième, correspondant aux trois voûtes d’ogives. Le grand nombre de trous de boulin qui caractérise la troisième ligne (F), tout à fait anormal, s’explique par la mise en œuvre des cintres. Contrairement aux trous de boulin inférieurs qui présentent des dimensions habituelles (entrées façonnées de 12 x 13/13 x 14 cm), ceux du troisième platelage ont des entrées maçonnées (obtenues par décalage des blocs de l’assise) qui mesurent de 18 à 27 cm de hauteur pour une largeur de 8 à 16 cm. Cette forme de meurtrière est plus adaptée à des planches posées de chant qu’à des poutres de section carrée ou sub-carrée. Il faut donc imaginer à chaque implantation une paire de planches serrées, côté mur, contre le bloc du culot et, côté façade, contre le chapiteau. Comme le montrent l’archéologie des échafaudages et les pratiques de restauration anciennes, ce type de support est bien adapté à des cintres.

Aménagements pratiques et recherche technologique dans le clair-étage du sanctuaire et du transept

80Si la construction du triforium atteste une évolution adaptative des modes d’échafaudement des galeries à partir des modèles fournis par la partie romane, en revanche, le clair-étage du sanctuaire et du transept accuse une extraordinaire diversité des formules. Le phénomène est d’autant plus intéressant que, sur le plan de la chronologie, les baies supérieures du sanctuaire et de la partie orientale du transept s’intercalent entre le triforium roman et le second triforium gothique. De fait, la diversité des solutions adoptées pour le clair-étage et le changement de parti imposé par le transfert du passage supérieur de l’extérieur vers l’intérieur a interdit toute homogénéité technique des échafaudements. On doit distinguer de ce fait les échafaudages de la galerie à loge de l’abside, des galeries extérieures du chœur et du transept et de la galerie intérieure des travées extrêmes du transept.

81La formule choisie pour le clair-étage de l’abside - une galerie de sept loges communiquant entre elles - a imposé à l’architecte un cahier des charges contradictoire. Elle juxtapose sept grands vides (les loges) et six puissants môles de maçonnerie portant les voûtes des loges (fig. 2, 16 et 18) ; en outre, les sept loges sont de plan trapézoïdal, alors que les voûtes ont un plan rectangulaire inadapté (fig. 63) ; qui pis est, les six murs rayonnants séparant les loges affichent un plan assez tordu (fig. 57). L’énorme masse de maçonnerie ainsi structurée constituait une réponse efficace aux poussées exercées par les ogives rayonnantes de l’abside. Devant un parti aussi complexe, l’architecte a finalement utilisé l’échafaudement le plus simple, l’appuyant principalement sur les contreforts (24 trous sur 3 lignes, dont 7 en baïonnette), très peu sur les surfaces murales (au total, 6 trous de boulin, dans les seules loges A, B et G). De fait, il l’a conçu non pas en fonction de la loge, c’est-à-dire un volume vide, mais pour l’érection de chaque môle de maçonnerie. Les 48 entrées des trous de boulins ménagés dans les contreforts forment un ensemble particulièrement hétérogène, allant de 13 x 11 cm à 25 x 15 cm (chaque couple de mesures n’est représenté que deux ou trois fois). Les boulins étaient répartis toutes les trois assises (à de rares exceptions près), formant ainsi trois lignes : la première est logée dans la troisième assise après le grand larmier qui définit le sol de circulation, soit une hauteur de 1,21/1,23 m (sud) et 1,30/1,34 m au nord, la deuxième 1,11/1,26 m au-dessus et la troisième systématiquement dans l’assise du chapiteau.

82Les galeries extérieures nord et sud du chœur et leur prolongement dans le mur oriental du transept sont de grands vides architecturaux, scandés par des paires de colonnes : ils ne comptent qu’un tout petit nombre de trous de boulin faisant système, complété de quelques ancrages autonomes, difficiles à analyser. Cette vaste zone est structurée de chaque côté par 4 puissants môles de maçonnerie (fig. 2, 16, 67) : le môle assurant la jonction entre l’abside et le chœur, dont le plan est particulièrement complexe ; le môle de plan carré qui assemble les deux travées de la galerie du chœur ; de plan carré aussi, celui qui, monté dans l’angle du chœur et du transept, articule les deux galeries formant un angle droit ; enfin, dans le transept, le môle séparant la galerie extérieure de sa continuation intérieure. Ils sont percés d’une seule ligne, située à 0,90 m du sol de la galerie. Tous les bois installés, y compris ceux correspondant aux ancrages autonomes, se trouvaient donc parallèles au plan des vitraux : peut-être étaient-ils destinés à l’installation des verrières. Au-dessus des galeries, le sommet du mur est percé, à 0,70/1,25 m sous la corniche (soit deux ou quatre assises), d’une ligne de deux trous de boulins par travée. L’ensemble fait système avec le sommet de l’abside dont l’organisation, curieusement incomplète, comporte un ou surtout deux lignes de deux trous par pan (certains en sont dépourvus).

83Dans leur disparité, les deux triplets orientaux des travées extrêmes du transept illustrent bien le rapport paradoxal qui unit l’invention technique et l’adaptation de l’échafaudement (fig. 48, 50). Tous deux sont formés de trois lancettes inégales, d’un dessin simplifié à l’extrême ; celui du sud (lancettes latérales : 1,00 x 4,40 m, lancette centrale : 1,24 x 4,72 m, entr’axe de 2,30 m) forme un ensemble plus large que celui du nord (lancettes latérales : 0,94 x 4,10 m, lancette centrale : 1,12 x 4,50 m, entr’axe de 1,73 m). L’échafaudage du triplet sud comporte cinq lignes de trous de boulin, régulièrement réparties de la base des fenêtres au milieu des arcs (hauteurs de platelage : 1,20/1,50 m). Le premier platelage était à 1,22 m au-dessus du bandeau en corniche soulignant le clair-étage (le sol de la galerie intérieure constituait donc le premier niveau de circulation) et côté sud, les débords extrêmes étaient considérables (1,20/1,40 m par rapport au contrefort sud) : tous ces paramètres montrent que l’échafaudage a été monté spécifiquement pour le triplet. Près du contrefort central, toutefois, quelques logements de poutre surdimensionnés ont sans doute appartenu à un système de levage. Dans le bras nord, la situation est radicalement différente : un trou unique près du contrefort central, au niveau du sommet des arcs du triplet, et une ligne logée plus haut, près du premier étage de la tour, c’est-à-dire sans rapport direct avec le triplet ; vraisemblablement, c’est le boisage des baies en construction qui a servi de support à l’échafaudage. Le contraste est éloquent : on devine aisément, dans le triplet sud, les tâtonnements architecturaux et architectoniques d’un ensemble - le bras sud du transept - qui, véritable laboratoire des formes et des techniques, a toujours connu une avance conséquente sur son symétrique nord (triplet, voûte, sculpture décorative, vitraux). Dans le bras nord, au contraire, techniques et formes ont mûri, elles sont parfaitement intégrées à l’ensemble.

Organisation du chantier : les hommes de l’art et l’archéologie du travail

Les marques lapidaires des XIIe-XIIIe siècles

84La cathédrale est très riche en marques lapidaires du XIIe et du XIIIe siècle. Elles apparaissent dans les parties romanes. Certains types romans se retrouvent, interprétés ou à peine modifiés, dans l’œuvre gothique. Le bâti du XIVe siècle en est pratiquement dépourvu. Pour le siècle suivant, on relève quelques « A » gravés sur la tour sud du chevet. Leur variation typologique, très faible, repose sur la position de la barre horizontale, toujours en forme de « L » majuscule couché, par rapport au corps de la lettre.

Typologie des marques

85Les lettres utilisées comme marques lapidaires appartiennent à plusieurs alphabets. On distingue des capitales romaines (E, H, I, M, N, P, R, S, T, V, X) copiées sur les modèles antiques nombreux dans la ville, capitales romaines modifiées par adjonctions (A, B, C, E, F, H, P, R, T), des majuscules romanes (A, B, E, M). L’usage de l’alphabet grec est attesté par une marque en « pi » minuscule, qu’on ne peut confondre avec une forme bâtarde du K, lettre par ailleurs rarement utilisée ; de fait, le « pi » minuscule (fig. 31) se rencontre aussi bien dans l’architecture romane (Auvergne, XIIe) que dans des édifices gothiques (XIIIe), à la cathédrale de Genève (Emond et alii, 1991), dans la chapelle de Loys de la cathédrale de Lausanne (Grandjean et alii, 1975), ou au château de Crest (Drôme) où ils sont plus proches des modèles lyonnais (Revue drômoise, 1985). Certaines lettres ont connu une carrière longue, à travers des graphies évolutives : du XIIIe au XVe siècle sont apparues dix-sept variantes du A, nettement différenciées, parfois radicalement différentes. D’autres ont été traitées avec un sens aigu de l’ornementation, notamment un groupe restreint de variantes à grand enroulement pour un type de n minuscule, de R, T, S majuscules. D’autres enfin composent des binômes utilisant systématiquement le E : le socle en choin a révélé deux exemplaires du même PE, de graphie romane, un de BE en capitales romaines, un de TE dont le T sens dessus dessous et le E de graphie romane (position en miroir : le groupe n’est lisible que dans son reflet) et un de TE formé de deux capitales romaines entrelacées.

31 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, marques lapidaires externes de l’ensemble oriental : marque Pi (transept) ; marque P sur le dé d’une base de colonne, dans la galerie extérieure du bras sud du transept.

86Les dessins géométriques sont représentés par un nombre remarquable d’angles de toutes sortes : angles droits à côtés égaux ou inégaux, angles aigus (autour de 23 degrés) à côtés égaux, angles ressemblant à de petits V (mais les attaques des lignes font défaut), angles droits semblables au gamma majuscule et souvent orientés comme lui, et une série d’angles droits augmentés d’un appendice courbe et d’angles aigus greffés d’un ergot biais sur le troisième tiers d’un des côtés. Le groupe des figures simples est formé de triangles isocèles, rectangles ou quelconques (cas plus rares) ; de carrés, de rectangles, de trapèzes-rectangles ; de figures courbes, au dessin généralement moins net que pour les figures anguleuses (rond, ovale régulier, ovale pointu…). Celui des figures complexes prend pour dessin de base le carré, le rectangle ou l’ovale (exceptionnellement le triangle), compliquées soit par la transformation d’un côté en angle, soit par l’ajout d’éléments greffés extérieurement sur le périmètre, soit par l’inscription de lignes à l’intérieur du périmètre. Ces trois solutions peuvent se combiner : par exemple, le groupe des figures hexagonales issues du rectangle est foisonnant.

87Parmi les compositions évocatrices de réalités du quotidien ou de formules sémiologiques courantes, il faut distinguer les dessins figuratifs et les glyptographes aniconiques, c’est-à-dire n’équivalant pas à une image. Les marques figuratives relèvent de domaines très divers : demi-feuille à trois lobes, flèche, arc doté de sa flèche, étoile à cinq branches, fleur de lys, croix chrétienne montée sur un triangle, silhouette de marteau, silhouette d’équerre. Cette dernière a été parfois traitée avec un réalisme marqué : la différenciation entre les angles interne et externe qui caractérise l’instrument réel y est alors nettement marquée (Sene, 1973). Les glyptographes aniconiques sont des dessins arbitraires qui appartiennent aux signes en usage dans la vie courante : croix grecque, vague croix en X, crochet (proche du lituus, bâton courbe des devins romains), double chevron. Leur interprétation reste aléatoire, comme celle des signes composant les armes parlantes de la même époque ; l’herméneutique s’inscrit alors dans leur dimension historique et anecdotique : quel rapport existe-t-il, par exemple, entre le signe que nous interprétons comme une étoile à cinq branches suivant nos schémas contemporains et la codification, toute différente, à laquelle les artistes des XIIe-XIIIe siècles avait réduit l’idée d’étoile ?

88Comme les lettres de l’alphabet, les signes aniconiques, figuratifs ou simplement géométriques sont susceptibles d’être associés dans des combinaisons généralement doubles, plus rarement triples. Elles apparaissent dans des zones restreintes, par exemple dans le mur oriental de la nef surmontant l’arc triomphal, où elles sont nombreuses (fig. 32). Une vingtaine de cas a été recensée, de l’abside jusqu’aux tours du chevet. La composition des marques ne s’est pas faite sans méthode. La démarche la plus fréquente est l’amalgame d’un signe courant et de graphes complémentaires, peu nombreux : un angle aigu assimilable à un petit V majuscule, une croix de Saint-André, petite et soignée ou « griffée » à grands traits, comme dans le contrefort d’une loge de l’abside, un L majuscule, petit et soigné. Les combinaisons triples font intervenir une marque lapidaire et deux seulement des signes décrits précédemment : le petit L et le petit X. Le faible nombre des éléments complémentaires et l’esprit de système dénoté par le phénomène font penser à des modes de repérage. Mais rien n’est encore venu corroborer l’hypothèse.

32 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, mur oriental de la nef, marques lapidaires externes.

Anthropologie des marques : le savoir-faire

89Il ne peut être question d’aborder ici la problématique de la signification des marques. Même si l’héraldique et la sémiologie légitiment largement l’entreprise, même si les marques tardives, notamment en pays germaniques (passage des Steinmetzzeichen aux Ehrenzeichen, puis aux Meisterzeichen), confirment les tendances emblématiques des figures mises au point par les praticiens, les données fiables font défaut pour asseoir solidement les hypothèses. En revanche, l’approche anthropologique et sociologique des marques ouvre un champ assez vaste à des analyses de type structuraliste.

90Quoique courantes, surtout dans les pays latins, les marques en forme de lettre sont un jalon non négligeable dans l’analyse du statut social des hommes du chantier. Certes, les lettres seules et les groupes de deux lettres sont loin des signatures in extenso (ou abrégées) des tailleurs de pierre de la Provence romane ; toutefois, la maîtrise graphique des lettres dont témoignent les glyptographes lyonnais, la copie aisée de l’antique et les variations graphologiques des mêmes lettres permettent de jauger les capacités – réelles – des praticiens à écrire : il y a là un indice majeur sur la position sociale des tailleurs de pierre dans les chantiers lyonnais aux XIIe-XIIIe siècles. Il en va de même des différentes qualités de la gravure : griffées, incisées, dessinées en lignes de points, gravées (profil en V), soignées (attaques de la lettre, pleins et déliés) ou réalisées avec la plus extraordinaire application, les marques lapidaires reflètent tout autant l’attitude du praticien au travail que la dimension emblématique qu’il donne au signe choisi - ou reçu à l’arrivée dans le chantier.

91Le cas du M majuscule de l’arcature aveugle extérieure de l’abside, rapidement griffé sur les blocs, très variable dans sa maîtrise, mais très répétitif dans sa formule et dans sa technique, illustre le type d’analyse anthropo-archéologique. Le tailleur de pierre s’est servi d’un instrument à pointe fine, travaillant vite, à grands traits d’une seule venue. Il n’a pas pointé préalablement la figure à réaliser. Il se tenait toujours face à un grand côté du bloc, légèrement de biais : une des deux barres biaises du M est souvent trop oblique. Il tirait les lignes de haut en bas, profitant de la ciselure (ou du bord du bloc) pour arrêter net le trait des jambages verticaux du M. Pour guider son geste, il a profité des stries du parement, régulièrement parallèles aux petits côtés : les jambages se confondent parfois avec elles. Mais ses gestes sont souvent trop vifs et trop amples : les jambages montent parfois trop haut par rapport aux barres biaises dont, d’ailleurs, l’intersection reste souvent aléatoire ; ou bien une de ces barres biaises, tracée selon une oblique trop prononcée, a dû être corrigée par une seconde ligne. Le travail est si rapide qu’on pourrait confondre ce signe avec une marque de comptage de carrière, hypothèse totalement infirmée par les repentirs et, surtout, la qualité très achevée du parement.

Anthropologie des marques : la naissance du spécialiste

92L’état des glyptographes traduit d’autres aspects du chantier. Les marques tronquées, par exemple, reflètent l’organisation du travail. Les exemples livrés par la cathédrale ont montré que les marques avaient été gravées entières sur les blocs et que leur réduction avait pour cause une retaille du bloc : il existait donc dans le chantier une réserve de production, un certain nombre de blocs parachevés, non nécessairement prévus pour une utilisation immédiate ou bien momentanément délaissés, remployés ultérieurement et mis aux normes de leur nouvelle destination. Les mises en page, autre variable de la pratique, sont parfois éloquentes : belle gravure, position centrale sur le bloc, bon niveau de visibilité, tous ces critères appartiennent aussi au domaine de la communication, comme le suggérait déjà Yves Esquieu à propos des marques de Saint-André-de-Rosans (Esquieu, 1992).

93Le traitement statistique des marques lapidaires, dans leur rapport avec le type de support, permet d’envisager un dernier aspect du chantier : la hiérarchie des tâches. On constate en effet dans les premières réalisations gothiques que certaines marques sont attachées à des types spécifiques de production. Ainsi, dans les galeries extérieures du chevet apparaît une association systématique entre certaines marques et les bases, les consoles, les colonnes en délit et les chapiteaux. Le phénomène est amplifié dans la nef, aux niveaux du triforium et du clair-étage : quelques marques « signent » les œuvres décoratives, d’un raffinement et d’une maîtrise bien supérieure aux chapiteaux du chevet. Dans ce contexte, la deuxième travée double a conservé, à l’intérieur et à l’extérieur, une magnifique collection de marques représentant des têtes de tailleurs vues de profil, coiffées du bonnet de feutre caractéristique (Reveyron, 2001 ; fig. 33). De dimensions diverses (de 34 x 27 mm et 55 x 35 mm sur les tailloirs du triforium à 250 x 150 mm et 190 x 130 mm dans les frises animalières extérieures), les 21 marques recensées sont exclusivement attachées à des œuvres sculptées, aussi bien les chapiteaux du triforium et les consoles figuratives de la galerie haute que les frises d’animaux et les gargouilles (aujourd’hui tronquées) sommant les bas-côtés. Datables du milieu du XIIIe siècle, voire du deuxième quart du siècle, elles affirment très tôt le caractère identitaire et emblématique de ce type de signe.

33 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, marques dessinant un profil de tailleur de pierre et localisation des marques dans la deuxième travée double (vue depuis l’ouest).

Traces du travail de la pierre

94Les traces laissées par le travail du tailleur de pierre sont de plusieurs types. Tout d’abord, les traces d’outils : on identifie aisément les marques d’outils utilisés couramment dans les chantiers des XIIe-XIIIe siècles, tels que le marteau taillant ou la laie brettelée pour les surfaces, le ciseau dans les ciselures, la gradine et la ripe dans les moulures. Toutefois, quelques surfaces murales montrent d’extraordinaires maladresses (enveloppe extérieure du mur est du transept : surface murale sous le clair-étage, au-dessus de la toiture des chapelles) ; celles qui caractérisent le parement sous comble du revers du mur du triforium du chœur s’expliquent par la provenance de la pierre : des remplois carolingiens, tirés de la démolition du vieux sanctuaire, contemporaine de la réalisation des galeries romanes du triforium.

Taille de pierre

95Dans la construction du dernier tiers du XIIe siècle et du XIIIe siècle, la taille de pierre est particulièrement soignée : usage d’un marteau grain d’orge assez serré ou d’une laie brettelée, parfois d’une gradine ; régularité des traces ; finesse des ciselures, présentes même sur le choin et souvent autour et dans l’ouverture des trous de boulin ; parfaite planéité des faces ; exactitude des arêtes ; réalisation fréquente d’un chanfrein à l’entrée des trous de boulin. Cette qualité d’ouvrage se retrouve sur tous les types de pierre ; l’érosion vermiculaire des choins qui a transformé leur surface plane en microbosselage, effaçant la plupart du temps les traces d’outils et l’effet recherché, a cependant laissé de nombreux exemples d’un travail relativement fin sur une pierre relativement dure. Mais rigueur ne signifie pas uniformité : comme souvent dans pareille analyse, on est à même de lire dans les traces des outils l’attitude adoptée par le tailleur face au bloc (alignement des marques des dents en sillons presque parallèles ou bien ouverts en large éventail, travail en passes croisées…) et l’installation du bloc par rapport à l’artisan (angle d’inclinaison). Ces conditions donnent aux surfaces dressées un aspect diversifié dans le détail.

96En cela, ces données archéographiques relèvent déjà de l’archéologie du travail. De même, elles fondent une approche sociologique du chantier. En effet, cette relative liberté laissée aux tailleurs de pierre, qui durera au-delà du Moyen Âge, jusqu’aux changements survenus durant le règne de Louis XIV, traduit l’absence de subordination stricte au programme de l’architecte ; les praticiens sont reconnus capables de résoudre un certain nombre de problèmes ponctuels, qui affectent la construction au quotidien. Pour prendre une comparaison, dans l’architecture néogothique, la taille de pierre a acquis cette rigidité (application systématique des formules apprises, régularité des ciselures, caractère stéréotypé des traces de taille, exactitude des arêtes) induite par une formation d’excellence qui élimine toute variation des règles. En outre, l’enseignement reçu définit la place du praticien dans le chantier : spécialiste reconnu d’une pratique qui échappe à l’architecte, il n’intervient pas dans le projet de ce dernier qui, intéressé par le matériau, impose ses propres normes.

Tracés préparatoires

97Avec les marques lapidaires, les tracés préparatoires forment la majorité des glyptographies du chantier. Ceux-ci appartiennent à plusieurs catégories : les tracés attachés à un objet (par exemple, les tracés préparatoires au travail de sculpture, gravés sur le tailloir des chapiteaux, les tracés relevant d’une installation limitée, les tracés intéressant l’ensemble du bâtiment, comme les lignes de repère pour l’implantation de supports étudiées par James Morganstern à l’abbatiale de Jumièges (Morganstern, 2000). Dans la deuxième catégorie se range le tracé gravé sur les dalles couvrant le mur-bahut du triforium des XIIe-XIIIe siècles : une ligne longitudinale continue, recoupée de lignes perpendiculaires fixant la position des supports et des agrafes ; certaines erreurs se sont glissées dans la préparation du travail et des lignes de repères sont aujourd’hui décalées par rapport aux supports qu’elles étaient censées régler. Les témoignages de ce type sont peu nombreux : signalons encore, dans la galerie du triforium qui domine l’entrée du bas-côté des deux traits parallèles engravés au niveau de la ligne médiane de platelage, pour donner la position exacte des trous de boulin.

98Les entrées de trous de boulin, en revanche, fournissent un fort contingent de tracés préparatoires. On dénombre treize cas connus dans la partie du XIIe-début XIIIe siècle : des tracés périmétraux épargnés par l’abandon du percement du bloc ou par une réalisation plus étroite que prévu (galerie supérieure sud du chœur ; niveau du triforium du transept, parement extérieur du mur est), des tracés à peine amorcés (triforium de l’abside, pan B : opposés en diagonale sur le même bloc, un tracé abandonné et l’entrée effectivement réalisée), des tracés débordant inutilement, des tracés conservés par glissement latéral de l’ouverture réalisée ou à la suite d’un déplacement plus important. Cette très riche documentation graphique montre qu’on a pris soin d’adapter au plus près d’une part, les entrées aux boulins, d’autre part les boulins à l’échafaudage, en repositionnant l’entrée parfois de quelques dizaines de millimètres seulement.

Brouillons romans

99Les galeries du triforium conservent quelques pièces appartenant à la catégorie des brouillons de sculpteur. La chose est rare. On rencontre le plus souvent des pièces inachevées qui peuvent avoir été des brouillons, parfois mises en place malgré leur inachèvement (Camus, 1992, p. 222). Parmi les dalles couvrant le mur bahut du triforium, deux présentent les traces d’un travail inachevé, contemporain du chantier (les tracés préparatoires pour la pose des agrafes et le percement des logements d’agrafes viennent perturber les figures). Elles mesurent 0,50/0,60 m de longueur et 0,40 m de largeur. Sur la première, située dans l’abside, au niveau du pan E, se distingue l’ébauche d’un décor floral en taille d’épargne : un noeud de branches accompagné de feuilles à peine amorcées s’épanouit sur la moitié de sa surface tournée vers l’extérieur. Le sculpteur a dégagé le motif suivant une marge assez large qui remonte en pente douce jusqu’à la surface de départ ; parfois, il a tenu son ciseau en biais : l’angle « intérieur » de la lame, c’est-à-dire celui qui était tourné vers la figure, a creusé un cerne biais assez large. Le motif n’est pas sans rappeler le décor de rinceaux sculpté sur la face principale du chapiteau positionné dans l’axe de la galerie de l’abside. Or, le revers de ce chapiteau, seulement épannelé, porte un dessin au trait noir qui s’apparente de près aux motifs floraux sculptés sur les chapiteaux de pilastre, notamment un des chapiteaux sud de l’abside (fig. 34). Assez effacée, la réalisation est difficile à dater, mais sa souplesse et sa maîtrise, d’une certaine manière son mauvais degré de conservation excluent le pastiche du XIXe siècle, qu’aurait dénoncé une plus grande raideur.

34 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium de l’abside : dessin de rinceaux au revers d’un chapiteau.

100Véritable page de brouillons, la seconde dalle, située dans la galerie nord de la travée occidentale du chœur, associe deux sortes de traces : quatre essais de lame de longueurs variables (trois bandes de 4/5 cm et une de 13 cm), réalisés avec un ciseau de 10 mm, et des panneaux à décor géométrique (fig. 35). L’analyse ergonomique a montré que le tailleur de pierre se tenait près du bord actuellement tourné vers l’extérieur : l’attaque de l’outil a surcreusé sur une courte longueur cette extrémité-là des bandes, alors que l’autre extrémité traduit un arrêt net du travail. Il manquait visiblement d’adresse, éprouvant quelque difficulté à maintenir la lame parallèle à la surface de la pierre (quelques portions de bande biseautées). En haut à gauche de la dalle, on reconnaît aisément un panneau (13 x 16 cm) contenant une figure polylobée dont cinq lobes seulement ont été réalisés. En dessous, un second panneau, carré (13 x 13 cm), renferme une sorte d’étoile dont cinq redents ont été amorcés : il s’agit d’un essai de composition combinant une suite de triangles approximatifs, sans tracé préalable, suivant une méthode directe qui n’est pas sans faire penser aux schémas directeurs de figures relevés par Villard de Honnecourt dans son carnet. Du troisième panneau n’a été réalisée que l’ébauche de son périmètre, deux côtés dégagés par un cerne biais. Quant au dernier panneau, il associe un trapèze en creux (14 et 6 cm pour les côtés parallèles) et un demi-disque irrégulier, comme l’amorce d’une spirale (diamètre : 15 cm environ), réalisé presque à moitié ; mais il est vrai que ce disque, matérialisé par un trait appuyé, est dégagé de la matière exclusivement du côté du cadre. Visiblement, le tailleur s’est exercé à mettre en place un motif sans recourir à aucun travail préparatoire.

35 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium du chœur : dalle gravée du mur-bahut.

Brouillons gothiques

101Les galeries gothiques ont conservé deux exemples de brouillons d’une tout autre nature, puisqu’il s’agit de réalisations plastiques plus élaborées, en relation avec le décor des zones concernées. Dans la galerie ouest du croisillon nord, celle qui domine l’entrée du bas-côté nord, un dé portant la base d’une colonnette montre, sur sa face sud, une oreille sculptée en faible relief, d’un modelé délicat, servi par un dessin précis et naturaliste (fig. 36). L’autre exemple se trouve dans la troisième travée de la nef, près de la jonction avec la seconde travée (fig. 37). C’est à nouveau un dé qui est concerné, qui plus est la face ouest, c’est-à-dire celle qui, comme la précédente, regarde le spectateur marchant en direction de l’abside. Cette face est dotée d’un modillon de plinthe sculpté en forme de visage ; tout à côté se déploie un signe lapidaire dessinant un R majuscule achevé par une belle courbe, marque qui caractérise le bâti de la première moitié du XIIIe siècle. Le visage est traité dans le même style que les figures humaines ou animales de la quatrième travée de la nef (galeries voûtées d’ogives), mais la maîtrise technique n’est pas la même, encore que certains visages de la galerie nord offrent aussi des maladresses techniques.

36 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium du bras nord du transept : marque lapidaire en forme d’oreille sur le dé d’une colonnette.

37 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium nord de la nef principale : visage sculpté sur le dé d’une colonnette.

102L’état de cette sculpture nous renseigne sur le savoir-faire du sculpteur. Celui-ci a tout d’abord engravé la forme générale du visage, technique du cerne utilisée dans les bas-reliefs gallo-romains (arc d’Orange, par exemple) et redécouvert par l’art roman antiquisant de Provence (Lassalle, 1970) ; plus largement biseautée sous la bouche, la fine engravure lui a permis de dégager la lèvre supérieure, la seule figurée, et de laisser voir les dents supérieures, détail anatomique récurrent dans les visages du triforium. Partant du nez, qui est resté une forme brute, il a ensuite dégrossi le volume de pierre épargné, en procédant par plans étroits, pour approcher les courbes du visage. Le traitement en plans de la sculpture atteste, dans la diversité de ses inclinaisons et dans ses articulations, une maîtrise satisfaisante de la plastique. Il a arrêté son travail avant l’achèvement des détails et le stade de la finition des surfaces.

Vestiges d’un système de repérage sur le chevet (XIIe siècle)

103Les traces du travail de la pierre, ce sont aussi les déplacements du tailleur sur l’édifice. Ils sont nombreux. La vérification de l’ouvrage, adapté systématiquement à son emplacement, les marques de repérage et les erreurs commises dans la mise en œuvre des blocs trahissent cette part impalpable du travail. L’abside a conservé les traces d’un système d’identification des pans et des niveaux, sous la forme de lettres gravées sur des points précis du bâti. Chacun des deux niveaux concernés - la zone des glacis intérieurs des lancettes et l’arcature aveugle extérieure de l’abside - possède son système propre ; mais tous utilisent les mêmes lettres. Dans les cinq pans nord (du premier pan nord au pan central), la zone du glacis intérieur des lancettes porte successivement, et dans l’ordre, les cinq premières lettres de l’alphabet ; curieusement, les autres pans en sont dépourvus. Dans le premier pan nord, un A a été gravé sur le replat du bandeau en corniche qui somme le niveau du banc presbytéral, en contrebas immédiat du glacis intérieur. Dans la lancette suivante, le replat du bandeau porte de la même manière un B et l’appui de la lancette deux autres B. La troisième lancette nord a été traitée comme la première, dotée d’un C sur le replat du bandeau. Quant à la lancette centrale, un D apparaît sur le replat du bandeau et un second sur l’appui de la lancette.

104La graphie des lettres est contemporaine du bâti : elles présentent une belle gravure, à l’exception de la lettre C maladroitement dessinée. Tout porte à croire qu’elles ont servi à identifier les pans nord et le pan central. En effet, leur position les rend invisibles du sol : elles ne peuvent donc être mises en relation avec l’organisation liturgique du sanctuaire. Seraient-elles des marques de montage, indiquant à la fois la succession des dalles formant le bandeau et le pan concerné (lettres B et D sur la deuxième lancette et la lancette centrale) ? Cet élément de décor est double : sous la corniche se déroule le bandeau lui-même, orné d’un rinceau en palmettes imité de celui qui orne la tribune de Sainte-Sophie de Constantinople ; les palmettes, toutes différentes dans le détail, ont été gravées sur des dalles de marbre et incrustées de ciment brun. Or, c’est pour le bandeau lui-même que les marques de montage auraient été le plus utiles : la jonction des dalles de marbre surgit souvent au milieu d’un motif de palmette et un mauvais aboutement des dalles aurait détruit le bon déroulement du rinceau ; quant à la corniche, quoique formée de plusieurs éléments, elle ne porte chaque fois qu’une seule lettre. Dernière hypothèse : sont-elles intervenues dans la mise en place des verrières ? C’est peu vraisemblable, puisqu’on a éprouvé par la suite la nécessité de compléter ce système au niveau du triforium, dans l’arcature extérieure de l’abside, selon une organisation fondée sur les mêmes principes, mais sensiblement différente.

105Ce système de repérage alphabétique a en effet été repris dans les écoinçons latéraux de l’arcature aveugle, près des contreforts. On y retrouve les mêmes lettres et le même sens de distribution. Il s’agit bien d’un système élaboré de localisation : aucune confusion n’est possible avec des marques de tailleur de pierre. Les lettres ont été gravées au-dessus des trous de boulin de la cinquième ligne de ce troisième niveau, plus précisément sur le bloc dans lequel l’entrée a été taillée, comme pour mieux affirmer leur appartenance à l’échafaudement. Elles décrivent une suite logique et répétitive qui englobe les contreforts. Dans le premier pan, un A a été gravé au-dessus du trou de boulin gauche ; il est unique, parce qu’il n’y a pas de trou droit, autre confirmation du rapport étroit entre ce système et la prévision de l’échafaudage. Dans le second pan, on rencontre un A gravé au-dessus du trou de boulin droit et un B au-dessus du trou de boulin gauche. Le troisième pan reprend cette succession décalée : un B marque l’entrée du trou de boulin droit et un D celle du trou de boulin gauche.

106La nécessité d’un repérage est confirmée par une erreur de grande ampleur commise dans l’arcature aveugle de l’abside. Divisée en sept sections par les six contreforts qui bornent les sept pans de l’abside, cette arcature est composée de sept petites arcades géminées portées chacune par un pilastre central et de deux colonnettes d’angle ; les chapiteaux d’angle n’ont été sculptés que sur deux faces, les deux autres, appuyés contre le fond de l’arcature et le contrefort, sont restées simplement épannelées. Dans ces conditions, les tailleurs de pierre devaient fournir sept chapiteaux adaptés aux sept angles droits et sept chapiteaux pour les sept angles gauches. Or, l’arcature compte aujourd’hui dix chapiteaux adaptés à l’angle gauche, pour seulement quatre adaptés à l’angle droit (erreurs dans les pans B, E et F) : l’erreur est à mettre au compte d’un défaut de communication entre le donneur d’ordre et l’exécutant, mais aussi d’un manque de réactivité des sculpteurs qui ne sont pas montés sur l’échafaudage vérifier la réalité du travail à exécuter. L’archéologie met en évidence dans cet événement de chantier des réalités sous-jacentes – statut social du sculpteur, désorganisation ponctuelle du chantier, problème de chronologie des travaux… – qui mériteraient d’être analysées plus avant.

Histoire des travaux : le chantier roman

107Il n’est pas excessif de parler de chantier roman. En effet, la relation entre la création stylistique et les techniques de construction est si étroite, surtout dans cette Renaissance du XIIe siècle, qu’elle appartient pleinement au chantier et à l’organisation des travaux. En outre, le bâti roman, assez homogène, s’est élevé dans un laps de temps relativement court. Il règne une grande homogénéité dans les chapiteaux à feuilles lisses des piles. La reprise, dans deux chapiteaux des lancettes, de deux thèmes décoratifs venus des deux chapiteaux de l’arcade qui englobent la rose polylobée de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, la première achevée, est un autre indice de continuité. De même, le caractère très antiquisant des chapiteaux animaliers du dossier du banc presbytéral et de ceux du triforium révèle aussi une continuité d’inspiration sur l’ensemble des élévations romanes.

Le chantier : contraintes pratiques et organisation spatiale

108Le chantier s’est ouvert dans un site encombré, enfermé depuis les années 1170 dans le rempart construit par Guichard de Pontigny. Au nord s’étendaient Saint-Étienne et Sainte-Croix, au sud-est le palais épiscopal bordant la Saône, au sud le cloître dans son état roman et au sud-ouest, dans l’alignement de l’actuelle façade, la Vieille Manécanterie, prolongée au sud par le bâtiment de l’Auditoire (tous deux figurent sur la vue du XVIe siècle, dite Anonyme Fabriczy (fig. 163) ; Vialettes, 1995). On sait peu de choses des maisons canoniales, dont la première mention remonte à la fin du XIIe siècle. Le plan scénographique dit de 1550 les dispose autour de l’actuelle place Saint-Jean. À l’est et surtout à l’ouest, la place ne manquait pas pour les installations de chantier. Une loge de tailleurs de pierre est signalée près de la façade de la cathédrale au XVe siècle, vraisemblablement contre l’angle sud (Sachet, 1914, p. 65-66). Les circulations étaient limitées à l’intérieur par la contiguïté ou la proximité des bâtiments, mais se trouvaient facilitées à l’extérieur par les voies plus larges contournant l’espace clos du quartier canonial et par le nombre de portes percées dans la muraille (fig. 9).

109La configuration de la ville donne d’utiles indications sur le transport des pierres de construction. Les deux principales qualités de calcaire utilisées dans le chantier roman, le choin et la pierre de Lucenay, étaient livrées par deux voies différentes. Exploité sur le site de la colline de Fourvière (charte de 1192), le choin était descendu par charroi jusqu’au chantier par la voie alors en usage, la montée du Gourguillon qui reliait les collégiales de la colline (Saint-Just et Saint-Irénée) et la ville basse ; la montée Saint-Barthélemy, desservant la collégiale Notre-Dame de Fourvière, débouchait loin au nord du site, près de Saint-Paul, et la montée du Chemin-Neuf n’a été percée qu’en 1562 par le baron des Adrets. La pierre de Lucenay, exploitée en amont de Lyon, bénéficiait de la proximité de la Saône. Descendue par bateau depuis la région d’extraction, elle devait être déchargée sur la rive, en arrière de l’abside, comme cela est attesté plus tard pour le chantier du cloître, tel qu’A. Sachet l’a restitué (Sachet, 1914-1918, p. 94 sq.). Les pierres étaient déchargées sur la rive de la Saône, derrière le chevet de la cathédrale (« de retro Sancti Johannis »), dans un site de faible ampleur, à peine aménagé, mais desservi par une voie sur berge, près de la porte dénommée porte de Savoie. De là, les pierres étaient véhiculées par de lourds chariots (les textes utilisent le verbe « quadrigaverunt ») jusqu’au chantier et à la loge des tailleurs de pierre qui se trouvait près de la façade de la cathédrale (« de retro Sancti Johannis ante logiam », « a Sagona usque ante ecclesiam », « de aqua ante logiam »). Selon l’historien, les chariots, incapables de se mouvoir à l’intérieur du grand cloître, contournaient sa muraille par le sud jusqu’à la porte du Tiait, au sud-ouest, au pied du Gourguillon, puis ils empruntaient la rue principale du grand cloître. Ce trajet correspond à des voies de circulation dallées, qui ont fait alors l’objet de nombreuses réfections.

110La continuité de la vie religieuse dans la cathédrale et le quartier canonial pendant la durée des travaux a exercé des contraintes autrement plus lourdes. La messe et les offices occupaient quasiment l’ensemble du sanctuaire et la dernière travée de la nef principale (Buenner, 1934). Le chœur contenait l’autel où se déroulait l’essentiel de la liturgie eucharistique. L’abside accueillait l’archevêque qui pratiquait des lectures et récitait des prières depuis la cathèdre. Les déplacements entre les deux lieux étaient constants. La chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don abritait le rite de l’administration : avant la consécration à l’autel principal, une procession de chanoines, de prêtres et de clercs se rendait solennellement dans la chapelle pour préparer les espèces, avant de retourner dans le chœur les déposer sur l’autel matutinal (autel de Saint-Spérat). Enfin, les stalles des chanoines occupaient la dernière travée double de la nef, fermée à l’ouest par le jubé déjà en place au milieu du XIIIe siècle. Toutefois, le déploiement liturgique ne se limitait pas à cet espace, mais s’ouvrait aux deux églises desservies par le chapitre cathédral. À l’occasion des fêtes majeures, les chanoines se répartissaient en deux groupes, le petit nombre, installé dans Saint-Étienne, et le grand nombre, siégeant dans les stalles de la cathédrale ; psalmodiés en alternance, les chants religieux se répondaient d’un édifice à l’autre, la relation phonique étant favorisée par le couloir reliant les deux. Les problèmes se sont accrus pendant les deux conciles œcuméniques tenus à Lyon, le premier en 1245, le second en 1274, quand l’édifice en chantier a dû accueillir un nombre considérable de prélats et de personnalités politiques. En 1245, les grandes cérémonies du concile œcuménique convoqué à Lyon par Innocent IV se sont déroulées dans une nef en construction, sans doute couverte d’un plafond au niveau du triforium : pas de clair-étage, ni, bien sûr, de voûte, pas de travée ouest, ni de façade, sinon quatre supports inachevés, de faible hauteur (Reveyron, 1995b).

Chantier homotopique et technique de l’enveloppement

111La construction de la nouvelle cathédrale a été un chantier homotopique : l’emprise des travaux recouvrait celle de la cathédrale vieille dont l’abside se trouvait à la croisée du transept actuel, là où les travaux des années 1930 l’ont exhumée (Macé, 1930 ; fig. 11). Cette situation a entraîné une organisation spécifique du chantier. Pour ne pas interrompre les cérémonies religieuses, la vieille église a été conservée debout aussi longtemps que possible. Le nouveau chevet est venu envelopper l’ancien et les murs gouttereaux des travées sept et huit des bas-côtés ont été construits contre la vieille nef. La vieille abside a été démolie lorsque les piles de la croisée du transept ont été fondées, mais la vieille nef pouvait encore accueillir les cérémonies religieuses. Elle a commencé d’être détruite lorsque les grandes arcades orientales de la nouvelle nef ont été mises en place. Cette manière de procéder est appelée « technique de l’enveloppement ». Les limites d’utilisation du choin ont fossilisé dans le bâti du XIIe siècle à la fois l’extension maximale du chantier roman et l’organisation de l’enveloppement du vieux bâtiment par le nouveau. Il convient donc avant toute chose d’analyser les hauteurs atteintes par la construction en choin dans l’ensemble de la nouvelle cathédrale.

Analyse morpho-spatiale : la lecture des choins

112Dans l’abside, le choin monte jusqu’à l’appui du triforium, comme pour l’enveloppe intérieure du chœur (fig. 13). Le triforium lui-même utilise du marbre, un calcaire fin pour les chapiteaux et des pièces de choin pour une grande partie des supports de façade ; en revanche, le mur du fond et la couverture sont déjà montés en Lucenay. Mais les hauteurs de choin des différents membres de l’architecture ne sont pas égales, ni entre elles, ni, dans une même catégorie, de l’intérieur à l’extérieur. D’une part, en effet, les piles engagées du chœur sont montées en choin, chapiteau exclu : leur hauteur en choin est donc supérieure d’un étage – triforium - à celle de l’enveloppe intérieure ; de même, les contreforts de l’abside sont montés en choin jusqu’au niveau de la partie basse de l’arcature aveugle, alors que l’enveloppe extérieure est en Lucenay depuis le départ des arcs des lancettes (fig. 21) ; d’autre part, l’enveloppe intérieure a une hauteur de choin plus grande que l’enveloppe extérieure. Dans les chapelles Notre-Dame-du-Haut-Don et Saint-Pierre (fig. 38b), le choin monte jusqu’au niveau de l’appui des fenêtres latérales ; on constate des différences d’une ou quelques assises entre l’intérieur et l’extérieur, et entre les murs gouttereaux et les façades orientales. Comme dans le sanctuaire cependant, les piles des chapelles sont, elles aussi, montées en choin sur toute leur hauteur ; en outre, les chapiteaux, contrairement au sanctuaire, sont aussi sculptés dans le choin.

38a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chevet de la chapelle Saint-Pierre et coupe sur le pan A de l’abside.

38b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure de la chapelle Saint-Pierre (mur nord).

113Dans le transept, les murs ont une faible hauteur de choin, égale à l’intérieur et à l’extérieur, mais différente d’un croisillon à l’autre : environ 4,50 m au nord (fig. 39), pour environ 3,50 m au sud. En revanche, les quatre piles hautes séparant les travées extrêmes des travées intermédiaires, c’est-à-dire celles qui font l’angle avec des chapelles latérales (à l’est) et les bas-côtés (à l’ouest), sont en choin, alors qu’à partir 3,50/4,50 m, le contexte mural est en Lucenay. Ainsi, au niveau du triforium, les deux piles occidentales s’articulent chacune avec une galerie du premier style gothique et une galerie du second style gothique, dans une chronologie très heurtée. Dans cet ensemble, les piles nord-est et sud-est sont montées en choin poli jusqu’aux chapiteaux exclusivement : elles appartiennent pleinement au bâti roman des chapelles latérales et du triforium. La pile sud-ouest est montée en choin poli jusqu’au chapiteau exclusivement : sa moitié inférieure, qui fait partie du faisceau de colonnes engagées faisant l’angle avec le bas-côté sud, est en choin poli, mais sa moitié supérieure, à partir du triforium, est en choin non poli. La pile nord-ouest montre une disposition encore plus complexe : elle est montée en choin poli dans sa moitié inférieure (sur la hauteur du faisceau de colonnes engagées faisant l’angle avec le bas-côté nord), en choin non poli sur la hauteur du triforium et en Lucenay au-dessus du niveau du triforium. Ces différentiels de hauteur matérialisent la chronologie des travaux à la fois dans le passage d’une qualité de pierre (choin) à une autre (Lucenay) et dans l’abandon progressif des techniques romanes (passage du choin poli au choin non poli). Ils visualisent deux données essentielles de l’organisation du chantier. D’une part, la pente générale d’est en ouest confirme la marche des travaux vers l’ouest dans l’enveloppement de la vieille cathédrale et la priorité donnée au sanctuaire. D’autre part, dans cette ligne générale, la fluctuation des limites en fonction de l’objet architectonique (murs ou piles) montre que les piles ont été montées en choin beaucoup plus haut que les parties murales correspondantes : au moment où on est passé au Lucenay pour les murs, les éléments structurants (piles) étaient encore montés en choin, accusant, sans doute, une avance importante sur l’érection des murs. Ces deux données de la construction apparaissent avec encore plus de netteté dans les travées orientales des bas-côtés et le revers de la façade.

39 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure, bras nord du transept : hauteur de choin.

114Pour les bas-côtés et le revers de la façade, la situation est assez compliquée. Les murs des bas-côtés accusent une raréfaction continue et rapide du choin depuis l’est : dans la huitième travée, le mur nord montre six assises de choin (soit 4,56 m), pour une hauteur de choin de 3,36 m au sud (fig. 40). Le reste des murs gouttereaux des bas-côtés a disparu dans la construction des chapelles latérales ; par endroit cependant, dans la « tranche murale » des ouvertures de ces chapelles, l’observation des hauteurs de choin en confirme la rapide décroissance, et la quasi-disparition au milieu de l’édifice ; en revanche, les murs de la travée ouest de chaque bas-côté accusent des hauteurs de choin significatives : 2,82 m au nord pour 4,23 m au sud, mais le revers de la façade est bâti en Lucenay depuis le banc en choin. Les seize piles engagées des murs gouttereaux des bas-côtés et les deux piles du revers de la façade qui sont dans l’alignement des supports de la nef indiquent aussi clairement la marche des travaux. La huitième paire de piles est entièrement montée en choin, chapiteaux compris, comme dans les chapelles orientales. La septième paire est aussi bâtie totalement en choin ; seul le chapiteau du nord est en Lucenay. Dans la sixième paire, toutes les assises de la pile sud, sauf la dernière, sont taillées dans le choin ; le chapiteau est en Lucenay ; en revanche, le choin n’apparaît que dans les trois quarts de la pile nord. Au milieu de l’édifice, les cinquième, quatrième, troisième et deuxième paires sont entièrement construites en pierre de Lucenay. La situation est très différente à l’ouest : dans la première paire, le choin compose entièrement la pile sud (chapiteau exclus), alors qu’il ne monte, au nord, qu’à 2 m environ (le détail est complexe, mais significatif). On retrouve le choin dans les deux piles engagées du revers de la façade (fig. 41), mais sur des hauteurs moindres : entre 1,70 m et 1 m au sud ; presque 2 m au nord.

40 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bas-côté nord : hauteur de choin dans la huitième travée.

41 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, revers de la façade : pile engagée sud.

115Les socles des piles de la grande nef révèlent aussi une séquence chronologique complexe : ils sont dessinés selon un plan correspondant exactement au plan des piles gothiques et portent des bases de colonne taillées dans la pierre de Lucenay, parfois de Couzon, au profil gothique caractéristique. La huitième paire de socles est en choin, poli du côté regardant la nef ; la pierre de Lucenay apparaît dans une très faible proportion dès la septième paire, à 50 % dans la sixième paire, majoritairement dans la cinquième paire ; le choin disparaît dès la troisième paire. Mais des indices, comme l’abandon rapide du polissage, qui n’intéresse que les paires huit à six, et la proportion décroissante du choin, confirment que les travaux se sont déroulés d’est en ouest.

Emboîtement des édifices et organisation générale des travaux (fig. 42)

116L’enveloppe du vieux bâtiment a naturellement constitué une clôture de chantier séparant les lieux de travail et les lieux de prière. Tant que la destruction de la vieille église n’a pas été entamée, le chantier du nouvel édifice est resté totalement à l’extérieur de l’espace cérémoniel ; seules, les entrées et les sorties, éventuellement les processions extérieures posaient des problèmes pratiques. Les difficultés ont surgi lorsque les deux espaces ont été mis en communication : chantier et cérémonies entraient en contact. Avec son immense sanctuaire du XIIIe siècle et sa petite nef du Xe siècle (Notre-Dame-de-la-Basse-Œuvre), la cathédrale de Beauvais a fossilisé ce second moment de la construction. L’étude récente de Paray III a montré quel degré de sophistication pouvait atteindre l’emboîtement des deux édifices, où le transept a trouvé une fonction d’adaptation spatiale (Barnoud, Reveyron, Rollier, 2004). Pour favoriser une cohabitation sereine, les échafaudages ont joué un rôle essentiel, en reportant la circulation des ouvriers en hauteur et en leur permettant d’accéder à l’intérieur de l’ancien ou du nouvel édifice par le sommet des murs ou les fenêtres supérieures ; notons que, dans ce contexte, les triforiums, les tribunes et les galeries hautes garantissent aussi la vie religieuse des nuisances les plus marquées, même après la fin des travaux.

42 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, évolution du chantier.

117À la cathédrale de Lyon, l’enveloppement s’est fait par l’est. C’est un schéma classique. Les cathédrales romanes d’Elne, d’Alet ou de Compostelle, par exemple, ont conservé des vestiges de cette phase des travaux de reconstruction : autour du chevet intact se trouve l’enveloppe des déambulatoires gothiques dont l’abandon, sitôt amorcé, a sauvé le sanctuaire roman. À Saint-Jean-Baptiste, la hauteur atteinte par le bâti en choin poli, puis en choin dressé au marteau taillant a conservé les effets de la marche des travaux. Abside et chapelles latérales du chœur ont été montées en choin jusqu’à la hauteur des voûtes exclusivement. Les septièmes et huitièmes travées des bas-côtés accusent une hauteur décroissante du bâti en choin de l’est vers l’ouest. Le transept, enfin, monté en choin non poli sur environ 4 m de haut apparaît comme la dernière phase de ce chantier-là. Par ailleurs, les différences de hauteur entre les sections de mur et les piles relèvent de l’organisation des travaux. D’une part, les piles engagées ont toujours été montées avec une certaine avance sur les parties murales. D’autre part, la production de blocs spécialisés pour les piles, conditionnée par la complexité des formes (colonnes engagées, redents, colonnes minces) et les contraintes d’agencement des blocs (les molles ne pouvaient pas être standardisées ; cf. Kimpel, 1977) ont été prévues très en amont de leur utilisation. Les limites chronologiques les plus intéressantes se situent dans les piles engagées occidentales du transept. Le vieux sanctuaire a commencé d’être démoli au moment où ont été implantées les piles de la croisée du transept. D’ailleurs, les blocs en ont été remployés dans le mur du triforium du chœur qui a conservé aussi une partie des dalles du chancel carolingien (Reveyron, Macabéo, 2002 ; fig. 149). Mais au moment où on travaillait au transept, s’est ouvert à l’ouest un nouveau pôle du chantier. Les deux piles du revers de la façade et la pile engagée articulant la première et la deuxième travée du bas-côté nord ont été montées en choin sur environ 2 m de haut. En revanche, la pile engagée articulant la première et la deuxième travée du bas-côté sud a été élevée en choin sur toute sa hauteur : il s’agissait d’assurer le contrebutement de la galerie orientale du cloître et de la Vieille Manécanterie pendant les travaux de reconstruction. Mais les travaux ont été vite interrompus, pour ne reprendre qu’au début du XIVe siècle. Entre les deux pôles, la construction de la nef s’est opérée par palier, chaque étage inférieur s’avançant un peu plus à l’ouest que celui immédiatement au-dessus (fig. 45).

118La suture entre la première et la seconde travée double de la nef principale recèle des données archéologiques sur l’organisation spatiale du second pôle. Ces données concernent plus précisément le problème de la clôture occidentale du chantier et, partant, de la pérennité des circulations en façade. La clôture occidentale d’un chantier peut être un mur provisoire, construit en attendant l’achèvement du programme architectural par la façade définitive, ou bien la vieille façade conservée jusqu’à ce que la nouvelle soit érigée plus à l’ouest. Des murs provisoires ont parfois été épargnés par l’arrêt prématuré des travaux et l’impécuniosité des commanditaires et servent encore aujourd’hui de façade, comme dans l’église des Célestins d’Avignon, fondée à la fin du XIVe siècle sur la tombe de Pierre de Luxembourg (Robin, 1999, p. 162-167), ou à la cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras (Thirion, 1963 ; Keyser, 2002). D’autres ont été retrouvés en fouilles, notamment celles qu’Henri Deneux a menées à Notre-Dame de Reims dans les années 1920 à l’occasion des restaurations de la cathédrale (Hamann-Mac Lean, Schüssler, vol. 1, 1993, p. 29 sq.) ; à la cathédrale de Nevers, Christian Sapin a retrouvé les vestiges d’un mur provisoire monté dans les premières décennies du XIIIe siècle à l’intérieur de la première travée de la nef, légèrement en avant de la façade romane, lors de la démolition de cette façade et du porche roman (Sapin dir., 1995). En Bavière, la cathédrale de Ratisbonne offre un exemple tardif (XIVe-XVe siècles), mais remarquable : la dernière travée de la nef, jouxtant la croisée du transept, est fermée par un mur provisoire (vers 1320), démoli lors de la construction de l’avant-dernière travée ; un second mur est alors monté et la porte centrale qui le perce est habilement articulée avec les deux travées subsistantes de la galerie sud de l’ancien atrium roman pour former une sorte de porche profond (Hubel, Schuller, 1995, p. 42-89).

119D’autres enfin ont laissé leur marque dans le bâti de la nouvelle église, comme aux cathédrales de Vienne et de Lyon. D’une façon générale, ces traces indiquent vraisemblablement la présence non d’un mur provisoire, mais bien de la vieille façade utilisée à cet effet. À Saint-Maurice de Vienne, par exemple, la jonction entre la nef romane et les travées occidentales gothiques est occupée par deux pilastres cannelés (nord et sud), suivant la formule appliquée dans toute la nef du XIIe siècle. Mais à la jonction des bâtis roman et gothique, les pilastres ne sont cannelés que sur la moitié de leur largeur. L’autre moitié appartient à la construction gothique. Cette césure complexe est le témoin de la présence d’un mur contre lequel les pilastres se sont adossés jusqu’à l’ouverture du chantier gothique. À Lyon, les données archéologiques sont plus subtiles. La suture entre la première et la seconde travée est visible dans la première travée, à l’ouest de la pile forte articulant les deux travées (dans les écoinçons des grandes arcades, le triforium et le clair-étage) ; d’ailleurs, le bandeau soulignant le triforium nord a été mal dessiné au XIVe siècle et ne rencontre pas la partie du bandeau du XIIIe siècle laissée en attente (fig. 14). En d’autres termes, la jonction entre les deux parties s’affiche comme une césure verticale continue. Selon le schéma de la construction en paliers observé dans toute la nef, on aurait dû commencer à mettre en place les parties basses de la première travée, quand on élevait le triforium de la seconde travée ; puis le clair-étage de cette deuxième travée aurait dû être élevé, quand on montait le triforium de la première travée. Il n’en a rien été. Tous les étages de la deuxième travée sont venus buter à l’ouest sur la même ligne verticale, c’est-à-dire le même obstacle vertical : un mur de clôture. Enfin, l’espace libre entre les traces de ce mur de clôture et les piles engagées de la façade pourrait correspondre sans difficulté à une galerie romane de façade. Dans ces conditions, il est possible de formuler l’hypothèse suivante : les piles romanes du pôle occidental ont été montées dans un espace libre à l’extérieur de la galerie occidentale de la vieille cathédrale ; en arrière se trouvait encore la vieille façade, utilisée comme clôture occidentale du chantier, et contre laquelle s’est articulée la nef du XIIIe siècle.

L’abside et les chapelles latérales du chœur

120Malgré l’homogénéité apparente de l’ensemble oriental dans son état roman, homogénéité d’ailleurs réelle au regard du style et de la conception architecturale, le chantier du chevet s’est organisé en courtes phases qui se sont succédé sans interruption. Le phénomène concerne essentiellement le niveau des fenêtres inférieures. En-dessous, le socle à bossage et la première section murale ont été élevés en continu. Au-dessus, le niveau du triforium rétablit la continuité de la construction sur l’ensemble du chevet et du sanctuaire.

Le socle à bossages et la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don

121La première tranche des travaux a été l’érection d’un socle à bossage sur tout le périmètre du chevet (abside et chapelles latérales), imposée par le rehaussement d’environ deux mètres du sol de la nouvelle cathédrale (fig. 18, 23). Exactement calqué sur le plan de l’ensemble oriental, ce socle permettait d’établir dès le début du chantier un sol de travail au pied des élévations intérieures. Vers l’ouest, les terres pouvaient être contenues par les murs de refend prévus pour porter les piles du chœur. Très vraisemblablement, le sol de la cathédrale s’est ainsi progressivement étendu vers l’emplacement prévu de la façade, en diminuant insensiblement d’épaisseur, puisque d’est en ouest, le terrain remonte jusqu’à la hauteur de l’actuelle place Saint-Jean. Pour ce qui est de l’axe nord-sud, le même principe a dû être adopté : dans le transept, le socle n’a été mis en place qu’après le chevet.

122Mais les premières réalisations témoignent de quelques hésitations. Ainsi, les contreforts des chapelles orientales reposent sur un socle très puissant, monté selon un plan carré de 1,80 m de côté (fig. 7, 38a et 38b). Mais le niveau immédiatement supérieur affiche une section anormalement faible pour la base qui le porte : 1,27 m en façade, pour 1,52 m de profondeur, soit des différences remarquables de 0,28 m en façade et de 0,53 m pour les deux côtés. Il est visiblement inadapté à cette base. D’une part, en effet, il ne suit pas la progression régulière, modérée et proportionnée habituellement respectée dans le rétrécissement des sections des contreforts, comme c’est le cas dans l’abside. D’autre part, il n’est pas implanté au centre du socle, mais se trouve nettement décalé vers l’extérieur. Visiblement, ces deux socles ont été prévus surdimensionnés pour contrer les poussées des terres, l’excès de précaution étant par la suite corrigé dans le reste du chevet.

123La construction s’est poursuivie horizontalement et en continu par la section murale située immédiatement en dessous du premier niveau de fenêtres. La phase suivante accuse une rupture : la priorité a été donnée à la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, au détriment du reste du chevet. La trace archéologique de cette option est la césure verticale rectiligne qui sépare le mur oriental de la chapelle et le pan connexe de l’abside (fig. 7). Le niveau de la baie et de la rose a en effet constitué un chantier autonome. Le pan G de l’abside est venu s’appuyer contre l’extrémité droite du mur oriental de la chapelle dont il a dissimulé les trous de boulin droits et, partiellement, le chapiteau droit de la rose. La raison de cette organisation des travaux est à chercher dans l’implication liturgique de cet espace latéral : la chapelle servait de cadre au rite de l’administration qui précédait immédiatement la consécration des espèces à l’autel majeur ; son achèvement primait donc sur celui de la chapelle Saint-Pierre.

La chapelle Saint-Pierre et les lancettes de l’abside

124Le piédroit occidental de chacune des deux lancettes extrêmes de l’abside a commencé d’être élevé alors que la façade de la chapelle Notre-Dame était en voie d’achèvement. La rupture est en effet totale entre les deux parties. En revanche, on a commencé à construire le piédroit ouest de la lancette nord alors que débutait l’érection du niveau jointif de la chapelle Saint-Pierre : la hauteur des trois premières assises de ce piédroit a été calculée d’après les assises correspondantes de la chapelle, ce qui est inhabituel pour les deux façades orientales (fig. 43). Tout d’abord, le bloc qui forme la partie droite de l’appui de la lancette et amorce le piédroit a été adapté pour avoir, à sa jonction avec la chapelle, la même hauteur que l’assise jointive : on l’a taillé en cuvette sur une profondeur de seulement 7 cm, pour dessiner exactement l’appui et dégager un rebord qui porte les boudins et les redents du piédroit, alors qu’il aurait été plus simple d’utiliser un bloc du bon calibre sans se soucier de la correspondance des hauteurs d’assises ; ensuite, la première assise du piédroit a été calibrée selon la hauteur de l’assise jointive de la chapelle, ce qui lui confère une hauteur tout à fait hors norme ; dans la seconde assise, le boudin et le redent extérieur du piédroit ont été taillés dans le bloc jointif de la chapelle : la volonté de marier les deux ensembles ne peut se manifester plus clairement et la rupture de la chapelle sud a sans doute joué le rôle de contre-exemple ; enfin, la troisième assise du piédroit se règle encore sur la hauteur de l’assise correspondante de la chapelle, gabarit encore hors norme pour une lancette : l’autre piédroit présente le gabarit moindre habituel. Mais la tentative amorcée ici ne dépassera pas ces quatre assises, tant les contraintes, de part et d’autre, ont pesé lourdement.

43 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, pan A de l’abside : premières assises externes de la lancette et articulation des assises correspondantes du chevet de la chapelle Saint-Pierre.

125Les douze autres piédroits ont été montés après les deux piédroits étudiés précédemment. L’analyse archéologique apporte deux arguments. Premièrement, les deux piédroits extrêmes présentent dans la moitié de leurs assises des hauteurs hors norme, de 25 % à 50 % plus forte que la hauteur habituelle qui est très régulière. Ensuite, l’embrasure intérieure des lancettes extrêmes qui viennent d’être décrites présente la particularité de ne pas être décorée de ce fin bandeau vertical dont le léger ressaut divise celle des cinq autres lancettes, arcs compris, en deux surfaces distinctes (fig. 59) ; compte tenu de l’importance de ce bandeau dans la recherche esthétique sur le parement et la lumière, son absence indique une réelle antériorité et sa présence, un changement notable de parti décoratif.

126La construction des cinq autres fenêtres de l’abside représente un travail long et délicat. D’abord, en effet, les exigences esthétiques ont été contraignantes : outre la complexité de la taille des blocs (présence d’une riche modénature donnant des angles complexes ; de la colonnette montant jusqu’à chaque branche d’ogive ; des contreforts extérieurs), on note l’intention de gommer les joints intérieurs verticaux dans les minces bandeaux mentionnés plus haut ; or, ces impératifs compliquent la tâche du tailleur de pierre et restreignent la liberté dans l’approvisionnement en blocs : la situation du joint étant souvent prédéfinie, elle impose un gabarit minimum aux blocs de remploi ; cette contrainte est visiblement si forte eu égard aux problèmes d’approvisionnement, que le choix initial sera abandonné dès la cinquième assise de l’ébrasement intérieur, à partir de laquelle on voit réapparaître, mais sporadiquement, des joints libres sur des surfaces lisses. Ensuite la conception originale de la mise en place des éléments dans la composition de chacun des six massifs qui séparent les ouvertures (colonnettes et embrasures intérieures ; embrasures extérieures ; contrefort ; tous assisés) n’a pas simplifié le travail des constructeurs : en effet l’ensemble a été conçu en privilégiant l’unité du décor intérieur ; puis l’ouverture vers l’extérieur a été établie selon des impératifs de luminosité qui l’ont parfois désaxée : le désaxement le plus caractéristique est celui de la lancette F dont l’arc est considérablement dévié ; enfin, on a calé les contreforts entre les embrasures extérieures.

127C’est avec le triforium que le chantier du chevet a retrouvé son unité : l’arcature aveugle qui, à l’extérieur, correspond à ce niveau, a été construite en continu sur l’abside et le mur oriental des deux chapelles. De fait, cette arcature accuse aussi une orientation technique nouvelle, caractérisée par un haut degré de technologie. C’est en effet la zone où, pour la première fois, le choin a cédé la place à la pierre de Lucenay. Les conséquences du changement de matière se sont fait sentir dans la rigueur avec laquelle elle a été mise en œuvre : nouvelles normes d’échafaudement, modules plus réguliers des blocs, alignement systématique des assises murales sur les éléments de décor (cf. p. 73-76).

La travée occidentale du chœur

128La postériorité de la travée occidentale du chœur sur le reste du chevet est prouvée par l’observation archéologique qui donne deux indices d’une chronologie relative : d’une part, les orthostates qui forment la première assise des fûts des piles romanes (fig. 150c) ; d’autre part, les remplois de l’ancienne cathédrale dans la nouvelle. Les orthostates des piles engagées du chœur et de la chapelle orientale — premier indice — ont 2 m de hauteur, parfois 2,20 m, et composent un ensemble cohérent et homogène avec les orthostates muraux ; en revanche, ceux des piles orientales du chœur, piles libres, ont une hauteur moindre - 1,16 m/1,17 m - et forment avec les piles romanes engagées des bas-côtés un système cohérent et homogène. L’étage du triforium – deuxième indice - a révélé la présence de nombreux remplois, petits blocs et éléments de chancel appartenant à l’ancienne cathédrale et datables du IXe, au plus tard du XIe siècle ; les panneaux de chancel sont en bon état : ils n’ont pas dû attendre longtemps avant d’être remployés et leur utilisation indique qu’au moment de la construction du triforium, la démolition de l’abside ancienne était en cours ou bien accomplie depuis peu (fig. 149).

129On élève donc jusqu’au niveau du triforium à venir deux piles libres occidentales du chœur qui permettent de monter l’arcade ouest et l’arcade latérale de chacune des deux chapelles, ainsi que la surface murale qu’elles délimitent, jusqu’au niveau du remploi des dalles de chancel, c’est-à-dire la base du mur du fond du triforium ; cela signifie qu’on monte aussi jusqu’au même niveau les piles engagées orientales des croisillons (qui continuent sur le mur est du transept les deux piles faisant l’angle des chapelles et des croisillons). Ensuite, on voûte la chapelle Notre-Dame : il serait en effet étonnant qu’on eût donné la priorité à cette annexe du sanctuaire pour ensuite retarder sa couverture ; et d’autre part, les voûtes deviennent un élément stabilisant favorable à la poursuite en hauteur des travaux d’élévation.

130Une interprétation plus fine des trois articles étudiés des statuts dits de 1185 est susceptible d’apporter des précisions sur ce point de chronologie. Le terme capella, en effet, s’oppose à celui d’altare en ce qu’il désigne un bâtiment parvenu à un degré d’achèvement clairement différencié : murs élevés à la moitié ou aux trois quarts de leur hauteur par rapport à des murs d’une très faible hauteur ; cette définition sous-entend que le terme altare employé pour le site de Saint-Pierre désigne un autel entouré d’une faible hauteur de mur ; or, ce cas de figure ne peut être retenu : il est matériellement inimaginable d’élever un autel dans un endroit dont le sol est occupé par un chantier de construction actif ; le meuble liturgique, généralement de prix, aurait gêné considérablement, risqué de graves dommages et ne se serait révélé d’aucune utilité à des officiants empêchés par les échafaudages de s’installer, de se mouvoir et d’accueillir d’éventuels auditeurs, alors que les anciennes chapelles étaient encore disponibles. Reste une hypothèse plus plausible : l’opposition sémantique entre « capella » et « altare » appelant un critère discriminatif décisif, la différenciation entre les deux états de construction ne pouvait être établie de manière plus évidente que par la présence d’une couverture ; la chapelle Saint-Pierre aurait été alors prise par des échafaudages muraux supérieurs, tandis que celle de Notre-Dame aurait été couverte d’une voûte.

Archéologie du transept

131Outre le passage du choin à la pierre de Lucenay, les parties basses du transept recèlent d’autres traces du chantier de construction, notamment les sutures entre les différentes composantes des travées saillantes et de subtils changements de parti.

Jonction des bras du transept avec les chapelles latérales du chœur et les bas-côtés

132Dans le niveau en choin, la jonction extérieure des bras du transept et des chapelles latérales du chœur est actuellement dissimulée par les deux sacristies construites au XVIe siècle (nord) et au XVIIIe siècle (sud). Au nord toutefois, les maçonneries sont apparentes sur une hauteur d’environ quatre mètres depuis le sol. On peut y observer sept assises du mur gouttereau de la chapelle Saint-Pierre (les suivantes disparaissent derrière un épaississement tardif du mur en pierre de Lucenay), onze assises du mur du bras nord du transept (les suivantes sont dissimulées par un voûtain) et sept assises du mur sud de la chapelle Saint-Thomas (les suivantes sont cachées par le même épaississement que précédemment). L’angle formé par la chapelle Saint-Pierre et le bras du transept est occupé par un boudin, décor originel des angles extérieurs du chevet (angles des murs et des contreforts). Preuve de l’homogénéité de cet angle, les blocs en sont régulièrement mariés : chaque segment du boudin appartient alternativement au bloc de la chapelle Saint-Pierre ou du bras du transept, selon la technique habituelle. Etroitement logé entre la chapelle Saint-Pierre et la chapelle Saint-Thomas, le départ du mur du bras du transept mesure 1,64 m de longueur. L’ensemble des premiers blocs de ce mur, c’est-à-dire ceux qui forment par superposition l’angle avec la chapelle Saint-Pierre, mesurent alternativement 0,40/0,48 m et 0,77/0,86 m de long (à l’exception de celui de la septième assise, long de 1,52 m) ; le reste de chaque assise est en pierre de Lucenay. Cette alternance de blocs courts et de blocs longs correspond donc à une harpe d’attente.

133L’angle intérieur formé par chaque bras du transept et chaque chapelle latérale du chœur est occupé par une pile engagée. Elle porte d’un côté l’arc formeret (une colonne mince) et l’arcade ouest à double rouleau (une colonne engagée et deux colonnes minces) de la chapelle, de l’autre côté, l’arc doubleau à double rouleau du bras du transept (une colonne engagée et deux colonnes minces) ; cette dernière partie est montée en choin poli jusqu’à la voûte d’ogives. Cet angle présente une anomalie de composition et une anomalie de construction. D’une part, dans le groupe de colonnes portant l’arc doubleau du bras du transept, la colonne mince qui est du côté de la chapelle du transept (Saint-Thomas ou la Madeleine) ne s’appuie pas directement contre le mur oriental du transept, mais sur un dosseret dépourvu de fonction ; on retrouve ce dosseret inutile en symétrie dans l’angle nord-est du bras nord et dans l’angle sud-est du bras sud. Les deux dosserets, qui encadrent le mur oriental de chaque bras, sont interrompus sous la galerie du triforium ; pour dissimuler au mieux cette interruption brutale, l’architecte leur a fait porter la file d’arceaux qui orne le mur-bahut du triforium. D’autre part, la jonction du mur du transept et de la pile occupant l’angle dessine une longue césure rectiligne. Non seulement les blocs de l’un et de l’autre ne sont pas mariés, mais les hauteurs d’assises diffèrent. Rappelons enfin que les chapelles latérales du chœur et les deux piles occupant les angles avec le transept sont montées en choin poli, alors que les bras du transept sont élevés en choin dressé au taillant sur environ 4 m de hauteur.

134La jonction intérieure des bas-côtés et des bras du transept (fig. 10) (à l’extérieur, elle est occultée par les deux escaliers des tours) est occupée aussi par une pile assurant les mêmes fonctions qu’à l’est. La place de ces piles occidentales dans la chronologie relative du transept est donnée par deux indices : l’évolution dans le traitement du choin dont elles sont faites et les modules de choin utilisés. Les deux piles occidentales ont été montées jusqu’au niveau du triforium peu après l’achèvement des parties hautes de leurs symétriques orientales : au-delà, elles sont en choin parementé au marteau taillant, alors que les piles orientales sont totalement en choin poli. Elles sont donc de peu postérieures aux piles libres de la travée ouest du chœur : elles forment avec elles le second système d’orthostates de 1,16/1,20 m de hauteur. Mais la conception du socle les différencie : les piédestaux des piles romanes du sanctuaire et de la partie orientale du transept sont des parallélépipèdes-rectangles dépourvus de toute moulure. En revanche, à partir des deux piles engagées du mur occidental du transept, les piédestaux qui s’achèvent, peu avant la base, par une doucine renversée, puis une plinthe qui porte la base. C’est aussi le dessin des piédestaux des piles gothiques.

Synthèse

135La harpe d’attente relevée dans la jonction extérieure entre la chapelle Saint-Pierre et le bras nord du transept (dans la sacristie du XVIe siècle) soulève une première hypothèse : les blocs en attente pourraient avoir été l’amorce d’un troisième contrefort du mur gouttereau nord. Dans cette hypothèse, le transept de la cathédrale, prévu d’origine comme le prouve l’entr’axe est-ouest des piles supérieur à celui des grandes arcades de la nef, aurait été un transept inscrit (c’est-à-dire non saillant), comme à Ainay. Mais la mise en place des piles orientales s’y oppose. Il faut donc considérer cette harpe d’attente comme la marque d’un phasage des travaux : l’architecte a préféré le harpage pour l’extérieur et la césure verticale rectiligne pour l’intérieur (contre la pile orientale). De fait, à la fin de la « phase choin », les piles engagées romanes montrent systématiquement de telles césures. Dans les septième et huitième travées des bas-côtés, par exemple, les piles engagées en choin ont été montées plus haut que les parties murales en choin qu’elles encadrent. Une césure verticale sépare les deux éléments, mais l’architecte a pris soin de rétablir régulièrement un lit de pose qui s’étende sur les deux éléments.

136Dans l’espace du transept, les différences de hauteur de choin et l’opposition entre choin poli et choin dressé au marteau taillant confirment la succession chronologique entre les trois parties : les deux chapelles latérales du chœur, les deux travées saillantes du transept et les dernières travées des bas-côtés. Les chapelles ont été construites d’abord, les septièmes et huitièmes travées des bas-côtés ont été amorcées immédiatement après et les deux travées saillantes sont venues relier ces deux espaces. Dans cette organisation, les quatre piles engagées des travées saillantes (celles qui font les angles avec le mur gouttereau des chapelles et des bas-côtés) ont servi de pivot dans l’organisation spatiale des travaux. Mais la construction des travées saillantes n’est pas non plus homogène. Les dosserets inachevés des deux murs orientaux du transept sont les témoins d’un parti primitif difficile à imaginer, faute d’élément parlant. Ce parti a été abandonné pour les autres murs du transept : l’architecte a préféré les orner chacun d’une vaste arcade aveugle où s’inscrit chaque fois une lancette.

Histoire des travaux : les chantiers gothiques

137Étalée sur la fin du XIIe siècle pour les premières manifestations du nouveau style, le XIIIe siècle pour le gros œuvre, le XIVe siècle pour la première travée de la nef, et le XVe siècle pour le parachèvement de l’œuvre (tour sud du chevet), la construction des parties gothiques de la cathédrale se subdivise en autant de chantiers ayant chacun sa logique propre. L’archéologie des chantiers gothiques a porté sur des objets privilégiés qui en tracent à eux seuls les grandes lignes et font apparaître aussi le détail des opérations : d’une part, le bras sud du transept, véritable stratigraphie architecturale déroulée sur le long terme de la construction et lieu de toutes les innovations, reprises dans le bras nord, chronologiquement décalé (cf. p. 115 sq) ; d’autre part, les voûtes qui donnent les jalons précis d’une chronologie relative et, dans leur étroite association avec les élévations, reflètent toute l’histoire de la construction (cf. p. 125 sq).

Phasage général des travaux

138La construction gothique des XIIe-XIIIe siècles se répartit en trois moments bien définis, mais très inégaux. Localisée dans le clair-étage du sanctuaire et les parties basse et médiane du transept, la première phase correspond au temps d’adaptation des savoirs importés de régions rhodaniennes proches (Lausanne, Genève). Elle est caractérisée par la pérennisation de certaines formules stylistiques (dessin roman des baies inférieures du transept), l’épanouissement des techniques antiquisantes (arcs intégrés du chœur et du mur oriental du transept) dans la tradition du roman lyonnais, l’interprétation de compositions lausannoises et surtout genevoises (triplets à colonnes en délit du clair-étage du chœur) et la mise au point de formes originales (arcs monolobés du chœur dans la lignée de l’architecture rhénane ; fig. 16, 44). Ainsi, le triforium du transept (fig. 51) s’inspire des cathédrales de Lausanne et de Genève pour sa composition et son décor sculpté, mais reste plus trapu, sur le modèle des galeries du sanctuaire, et conserve le type de voûte mis en œuvre dans le triforium roman du chœur. La seconde phase, attachée aux parties hautes du transept, est un temps d’évolution très rapide et contrastée. Elle correspond à la maturation d’un style qui, ayant assimilé ses modèles, est infléchi par des enjeux fondamentaux imposés par les partis architecturaux propres à la cathédrale, comme l’éclairement ou le voûtement. La troisième phase, qui recouvre les trois premiers quarts du XIIIe siècle, correspond à la pleine maturité du style gothique lyonnais, influencé par la Bourgogne (voûtes sexpartites, caractère « antichartrain » de la galerie supérieure, pour reprendre la terminologie de Jean Bony ; fig. 14) et l’Île-de-France (dessin de la façade du nouveau triforium, décor sculpté). Les trois vaisseaux de la nef sont caractérisés par une étonnante stabilité stylistique qui imposera ses formules décoratives dans la première travée, construite au XIVe siècle. Seule la façade, toute en lignes horizontales, et le revers de la façade, avec ses trois hauts gables, introduiront des innovations radicales.

44 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras nord du transept, galerie extérieure du clair-étage : schéma directeur d’un arc monolobé.

139La construction de la nef du XIIIe siècle - vaisseau principal et bas-côtés - a suivi un déroulement lent et continu, marqué par des interruptions lisibles aux harpes d’attente qui ponctuent le clair-étage du vaisseau principal. Contrairement aux schémas habituellement imaginés pour ce type de chantier, elle n’a pas avancé par tranches verticales (travée après travée), ni par ensembles horizontaux (d’abord les grandes arcades, puis le triforium, ensuite le clair-étage, enfin la voûte). Tout au contraire, l’organisation des travaux est caractérisée par un décalage chronologique entre les différentes parties et les différents niveaux : les travaux de chaque sous-ensemble (bas-côtés, nef principale) et de chaque étage (grandes arcades, triforium, clair-étage, voûte) ont débuté alors que l’ensemble précédent ou le niveau inférieur était encore en construction. Les contemporanéités sont donc physiquement décalées (concomitance décalée) et les élévations de la grande nef dessinent ainsi de vastes paliers (fig. 45).

45 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chronologie de la nef principale dans le bâti du XIIIe siècle.

140La construction des murs gouttereaux des bas-côtés a commencé au XIIe siècle par les deux travées orientales (septièmes et huitièmes), encore partiellement de style roman ; les petites baies conservées dans les huitièmes travées (nord et sud) reflètent la formule romane mise au point dans le chevet, mais les chapiteaux de la baie nord montrent un mélange de modèles roman (feuilles d’eau, à droite) et gothique (crochets épanouis, à gauche). Les murs de ces travées ont été montés dans la continuité du chantier des chapelles latérales du chœur et juste avant celui des travées saillantes du transept. Comme le chevet, ils enveloppaient la vieille cathédrale, sans porter atteinte à l’intégrité de son bâti. Les deux vaisseaux latéraux ont ainsi acquis sur la nef principale une avance considérable qui s’est progressivement atténuée, pour disparaître dans les dernières travées du XIIIe siècle (travées trois et quatre), comme le montrent les styles des chapiteaux. D’ailleurs, le mur gouttereau de la cinquième travée nord, le seul conservé du XIIIe siècle, est orné au-dessus de la porte du corridor conduisant à Saint-Étienne d’une délicate arcature aveugle du second quart du siècle.

141L’implantation des piles orientales de la nef, à la croisée du transept, a été réalisée à la charnière du XIIe et du XIIIe siècle. Les grandes arcades accusent une évolution continue de l’est vers l’ouest : caractéristiques de la sculpture décorative du début du siècle, les chapiteaux à crochets saillants, qui dominent à l’est, cèdent progressivement la place aux chapiteaux à feuillages très fouillés qui, à l’ouest, reprennent des modèles élaborés en Île-de-France dans les années 1240. Toutefois, cette continuité s’inscrit dans un phasage général en deux temps. La construction des quatrième et troisième travées doubles a formé un chantier homogène, celle de la deuxième travée, un autre chantier. Le temps de latence entre les deux sous-ensembles est justifié par la distribution liturgique des espaces : dévolue aux chanoines, la moitié orientale de la nef du XIIIe siècle abritait les stalles et le jubé s’étendait entre la quatrième et la troisième travée double. Par ailleurs, la limite de chantier, entre la deuxième et la troisième travée double, correspond à la cassure qui marque dans le plan de la nef : la moitié occidentale des trois vaisseaux a été réaxée vers le nord-ouest (fig. 46). Cette cassure est la trace fossilisée du phasage des destructions : la moitié orientale de la vieille nef a été démolie la première, afin de libérer le terrain pour les travées orientales de la nouvelle nef ; la seconde travée double du XIIIe siècle a occupé l’emplacement de ce qui restait de la vieille nef sans doute peu de temps après. En revanche, la vieille façade a été conservée jusqu’au XIVe siècle, pour clore le chantier à l’ouest : tous les niveaux de la nef du XIIIe siècle sont venus s’y ancrer.

46 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, déformation de la nef : a - galerie nord du triforium de la nef principale, vue depuis l’ouest ; b - plan de l’église au niveau du triforium d’après, L. Bégule ; c - toiture de la nef principale, côté sud.

142La construction du triforium a suivi le même rythme, avec un décalage d’une travée double environ. L’ornementation des galeries les plus tardives s’inspire de formules françaises du milieu du siècle : dans la deuxième travée double, les chapiteaux — magnifiques ! — offrent ce décor de branchages posés sur la corbeille qui s’est épanoui à la Sainte-Chapelle vers le milieu du siècle. Notons que le phasage des destructions a fragilisé le bâti du XIIIe siècle. Il a causé des perturbations graves dans le triforium et, surtout, le clair-étage à la jonction de la troisième et de la deuxième travée double. La chronologie du clair-étage accuse le même décalage, confirmé par l’étude des marques lapidaires. Par exemple, les célèbres profils de tailleurs de pierre qui ont été gravés comme signes dans les galeries du triforium de la deuxième travée double, exclusivement, apparaissent encore, à de rares exemplaires, dans la galerie haute de la troisième travée double (c’est-à-dire une travée plus à l’est). Mais dans le clair-étage, la construction a été plus saccadée. Elle est scandée par des harpes d’attente qui matérialisent des arrêts programmés des travaux, apparemment longs, si l’on en croit l’évolution stylistique des baies.

Le bras sud du transept, point nodal du chantier (fig. 47 - 53)

143Pris des premières assises, mises en place à la fin de l’époque romane, au faîte de la tour, qui remonte aux dernières décennies du XVe siècle, le bras sud est, dans la cathédrale, le membre d’architecture qui offre la chronologie la plus longue. Dans ses niveaux médians et supérieurs (triforium et clair-étage), il constitue un point nodal de la construction, à la charnière du XIIe et du XIIIe siècle. L’impressionnante succession de modifications et de changements de parti qui marque ses élévations, et même sa structure, en font, pour le premier tiers du XIIIe siècle, un véritable laboratoire des formes architecturales. Comme la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, et du même côté qu’elle, il accuse une avance marquée sur son symétrique nord où sont reprises, parfois modifiées, les solutions mises en œuvre au sud. Le fait est confirmé dès le premier niveau par le caractère plus évolué de la chapelle du bras nord du transept. Au sud, en effet, la chapelle de la Madeleine est couverte d’un berceau brisé et dotée d’arcs normalement extradossés, alors qu’au nord, la chapelle Saint-Thomas utilise déjà des arcs intégrés, comme le clair-étage du chœur, et porte une voûte d’ogives (comme dans la chapelle d’axe de la cathédrale de Lausanne, les deux ogives viennent s’appuyer contre la clef du grand arc).

47 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chronologie du bras sud du transept et de la tour sud : a - faces orientale et méridionale ; b - face occidentale.

144De nombreux détails de la construction reflètent une chronologie heurtée et, surtout, très serrée : parfois, l’évolution s’observe presque au jour le jour. C’est pourquoi il est préférable de présenter cette histoire monumentale en six points d’articulation chronologique : le clair-étage, le triplet occidental de la travée intermédiaire, les voûtes, les deux corridors supérieurs reliant l’escalier ouest à la nef, la croisée du transept, enfin la salle de liaison. Mais les problèmes posés par le bras sud concernent aussi la circulation dans les parties hautes de l’édifice : les circuits mis en place sont utilisés pour la surveillance des toitures (charpentes et tuiles), le cas échéant pour des interventions sur les vitraux supérieurs et pour le nettoyage de l’étage des voûtes, signalé dans les archives.

Premier point d’articulation chronologique : le clair-étage du bras sud du transept

145Le clair-étage du bras sud du transept est le lieu de changements de parti radicaux qui concernent deux objets architecturaux : la galerie supérieure et les baies du clair-étage. Installée à l’extérieur dans tout le chevet, la galerie supérieure devient intérieure à partir du milieu du mur oriental du transept (fig. 2, 48, 50, 51), comme l’avait déjà noté Jean Bony (Bony, 1957-1958, p. 45). Changement de parti définitif : la disposition a été conservée dans la nef.

48 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du bras sud du transept et de la tour sud : face orientale.

146Pour ce qui est du clair-étage, les ouvertures supérieures accusent une évolution morphologique et stylistique d’une étonnante rapidité : on ne compte pas moins de quatre types d’ouverture pour cinq murs. Le triplet qui domine l’entrée de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don est dans la continuité exacte de ceux du chœur : trois lancettes inégales structurées par des colonnes en délit. Le premier changement typologique accompagne le passage de la galerie extérieure à la galerie intérieure : dans le mur oriental de la travée extrême, le triplet est composé de trois lancettes inégales, dépourvues de tout décor et simplement chanfreinées. Le mur sud comporte une rosace. L’unité architecturale est retrouvée dans le mur occidental des deux travées : les deux triplets sont formés semblablement de lancettes articulées par des piles maçonnées avec chapiteaux à crochets. Notons toutefois que le triplet de la travée extrême est incomplet, le mur étant occupé en partie par la montée d’escalier, et que la lancette centrale est un peu plus haute, alors que le triplet suivant comporte des lancettes égales.

Deuxième point d’articulation chronologique : le triplet occidental de la travée intermédiaire

147Pour comprendre la chronologie fine des travaux dans le clair-étage du bras sud, il faut revenir au niveau du triforium. Cet étage s’achève, à l’extérieur, par un larmier massif qui se développe continûment sur le chevet, le transept et la travée orientale de la nef. Ce larmier a pour fonction bien sûr de rejeter loin du parement les ruissellements de pluie, mais aussi, en phase chantier, de rétablir l’horizontale générale, vaste arase devant porter le clair-étage. Côté ouest, après avoir contourné la cage de l’escalier, le larmier opère un retour à angle droit sur le mur de la travée intermédiaire ; mais à 0,32 m de l’angle formé par l’escalier et le mur arrière du triforium, il s’infléchit par un biais qui le fait reculer de quelque 0,15 m par rapport à sa trajectoire initiale : ce mouvement a pour effet de porter l’emprise du triplet à construire environ 15 cm en arrière de l’emplacement qu’il aurait dû initialement occuper (fig. 49, triplet en bas à gauche).

49 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du bras sud du transept et de la tour sud ; a - face occidentale ; b - détail sur l’escalier.

148Ce recul a pour second effet de dégager un angle mural intact entre le clair-étage du bras sud et celui de la nef : le triplet du transept s’y appuie directement et s’y aligne. Or, s’il n’avait pas été construit en arrière de son emplacement initialement prévu, le triplet aurait fait, à cause de sa morphologie (notamment la masse des piles composées), une saillie trop forte sur le plan du mur ; il aurait, pour cette raison, mordu sur le clair-étage de la nef et aurait gêné la mise en place du premier triplet de la nef. Il s’est agi, on le voit, d’un réglage fin, de l’ordre de la dizaine de centimètres ; d’ailleurs, les piédestaux qui portent les bases des piles centrales montrent les traces d’un affinement quasi millimétrique de ce réglage : ils ne sont pas strictement verticaux, mais affichent dans leur masse un léger recul qui a gauchi leur forme en les repoussant vers l’arrière.

149Le recul du triplet occidental de la travée intermédiaire est un bel exemple de ce qu’est la « mémoire monumentale » : le plan initial fait sentir ses contraintes longtemps après que des changements de parti accumulés ont profondément altéré le projet primitif des niveaux supérieurs. Bel exemple aussi des capacités des architectes de la cathédrale à ajuster les nouvelles élévations aux données fondamentales du plan. En effet, les parties basses du transept ont été mises en place à la fin de l’époque romane : la largeur des murs est adaptée à des formules de clair-étage comme celui du chœur ou le triplet oriental de la travée extrême, au caractère très mural. L’arcade qui ouvre le bas-côté sur le transept a été montée à la charnière du XIIe et du XIIIe siècle : elle est contemporaine du triplet oriental de la travée extrême et porte un niveau - le second triforium gothique - lui-même accordé avec les mêmes partis. Ce sont les évolutions survenues à l’intérieur même du style gothique, évolutions pourtant amorcées dans cette galerie-ci du triforium, qui ont considérablement changé la donne : les saillies des piles du clair-étage ont exercé une contrainte sur l’implantation du triplet et au moment où se construisait le second triforium gothique, personne n’aurait pu évaluer concrètement la gêne occasionnée par le nouveau décor architectural.

Troisième point d’articulation chronologique : les voûtes

150Les voûtes du bras sud ont été réalisées plus hautes que ne le prévoyait le projet initial. Ce premier projet reste lisible à l’est, dans le triplet surmontant l’entrée de la chapelle latérale du chœur (travée intermédiaire fig. 51, 52). Les trois arcs du triplet sont en effet normalement surmontés d’une surface murale de quelques assises dessinant une courbe : la voûte aurait dû y reposer ; or, dans son état actuel, cette surface murale ne touche pas le voûtain correspondant : une zone courbe, aujourd’hui enduite de ciment, fait le lien avec la voûte effectivement réalisée, ancrée dans le mur environ 0,80 m au-dessus des assises murales (fig. 52a). Pour ce qui est du changement de parti lui-même, on repère dans les ogives de la travée intermédiaire le moment précis de la décision : au-dessus du tas de charge, c’est-à-dire quand on passe des assises horizontales formant le départ de l’ogive aux claveaux proprement dits, la courbe de l’ogive est brisée, elle a été redressée (fig. 52b).

50 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du bras nord du transept et de la tour nord : face orientale.

51 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras sud du transept : parties hautes (sud-est).

52 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, travée intermédiaire du bras sud du transept : a - triplet oriental ; b - ogive redressée.

151Le changement de parti est exactement contemporain de la transformation de la galerie extérieure en passage intérieur. Précisons tout de suite qu’il ne s’agit alors que d’un projet de rehaussement, sans doute difficile à quantifier alors, et non de la réalisation même de ce projet : c’est dans ce deuxième temps seulement qu’apparaîtront les difficultés pratiques, notamment l’obstruction des passages. La vigoureuse césure mixte (césure droite et crénelage vertical (fig. 48) qui, dans le parement extérieur du clair-étage oriental, sépare le triplet de la travée intermédiaire de celui de la travée extrême est le témoin de ce changement de parti. Cette césure apparaît dans le parement extérieur de la travée extrême, parce que le contrefort central du bras sud a été construit avec la travée intermédiaire : en effet, l’élément qui borne une travée (ici, le contrefort) est toujours compris dans la construction de cette travée, parce qu’il la contreforte et la stabilise.

152Le caractère rectiligne de la césure prouve que la zone du contrefort séparant les deux travées a été conçue comme un puissant môle de maçonnerie, parementé sur trois côtés, à l’instar de ceux qui articulent les deux travées de la galerie supérieure du chœur. On avait donc d’abord prévu de poursuivre la formule initiale des triplets sur colonnes en délit structurant une galerie extérieure. Le changement de parti est intervenu au-dessus de la limite dessinée par les chapiteaux et les consoles portant les arcs : on a alors réalisé une harpe d’attente pour ancrer ultérieurement le mur en position extérieure de la travée extrême. La chronologie relative est confirmée par la relation entre le clair-étage et les voûtes : seul le triplet oriental de la travée intermédiaire est décalé par rapport au voûtain, tous les autres sont adaptés à la nouvelle hauteur sous voûte.

153La finalité de toute l’opération a été l’agrandissement de la rosace sud. Dans le cadre d’une opération montée entre le Laboratoire d’éclairement de l’École nationale des travaux publics de l’État de Vaulx-en-Velin et le Laboratoire d’archéologie médiévale ERA 26 CNRS-Université Lyon 2, les calculs effectués par Luc Seiwert (1995) ont montré que la rosace a augmenté sa surface d’un tiers environ, mais que l’éclairement de l’édifice a peu gagné en intensité, tant la déperdition de la lumière entre la baie et le sol est considérable.

Quatrième point d’articulation chronologique : les corridors supérieurs

154Les conséquences de cette intervention lourde se sont fait sentir jusque dans l’organisation des circulations supérieures. Dans le projet primitif, en effet, un corridor logé au-dessus du triplet ouest de la travée intermédiaire, entre l’escalier de la tour et le mur de la nef, devait desservir les combles de la travée intermédiaire du bras sud (fig. 49, 53). Le corridor a été construit, mais la porte prévue pour ouvrir dans les combles a été partiellement bouchée par le rehaussement de la voûte.

53 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras sud du transept : coupe de la travée extrême et de la tour. En médaillon : 1 - triplet oriental de la travée intermédiaire ; 2 - face occidentale, articulation de l’escalier avec le corridor inférieur et le corridor supérieur ; 3 - angle nord-ouest de la salle de liaison : porte bouchée et fenestron donnant dans le corridor inférieur et dans l’angle même, emmarchement donnant dans le triforium de la croisée du transept (dans le mur ouest : coupe des deux corridors) ; 4 - coupe réalisée dans le même angle, mais vue depuis la croisée du transept : articulation de l’emmarchement et du triforium de la croisée.

155Mais l’autre fonction de ce corridor était de mener dans les combles de la nef : le fond du couloir est occupé par une seconde porte, au dessin caractéristique du début du XIIIe siècle, comme la précédente. Mais cette porte est totalement bouchée, par des assises de pierre contemporaines du corridor : de fait, elle est aujourd’hui située au niveau des reins des voûtes de la nef. Cette aberration a une explication très simple : au moment où le corridor a été bâti, le projet retenu pour la nef reprenait dans leurs grandes lignes les élévations du chœur et du transept dans son premier parti, c’est-à-dire avant le rehaussement de sa voûte ; c’est seulement après la réalisation de ce couloir que le projet de clair-étage pour la nef a été modifié et pratiquement doublé en hauteur.

156Dans ces conditions, il a fallu définir aussi d’autres circuits menant aux combles du transept et de la nef. L’architecte a en effet assuré la desserte des combles du bras sud du transept par une porte percée directement dans l’escalier, c’est-à-dire plus au sud et au-dessus du corridor ; cette porte donnait sur la plate-forme où allait être élevée, deux siècles plus tard, la tour sud du chevet, espace sans doute protégé par une toiture provisoire (fig. 74). Pour ce qui est des combles de la nef, le problème a été résolu le plus simplement du monde : le toit dallé du corridor a été utilisé comme voie d’accès aérienne à une porte percée dans le haut du mur gouttereau qui porte la toiture. Cette disposition est restée intacte du côté nord, entre la tourelle d’escalier et les combles : on circulait à l’air libre sur le dallage couvrant le corridor inférieur (fig. 54). Au sud, en revanche, la campagne d’embellissement de la fin du XVe siècle a transformé ce passage en un véritable corridor (cf. p. 154).

54 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour nord du chevet vue du sud-ouest : passage aérien entre la tour et la nef aujourd’hui occupé par la toiture de la salle de liaison.

Cinquième point d’articulation chronologique : la croisée du transept

157La croisée du transept constitue un point d’articulation chronologique qui intéresse à la fois le bras sud, la croisée et l’organisation de la circulation dans les parties hautes. Le rehaussement de la nef a concerné au premier chef cet espace stratégique. Prévues initialement pour porter directement une voûte quadripartite, les arcades nord et sud de la croisée ont été surmontées d’un étage : deux murs (nord et sud) d’environ 6,50 m de hauteur, dotés d’une galerie de triforium qui conduit sur la toiture du sanctuaire (fig. 10, 14, 18). Cette galerie établit donc la continuité de la circulation entre les escaliers des tours du chevet par les voûtes du bras sud et les toits de l’abside et du chœur.

158Soulignons qu’en tout état de cause, le premier corridor n’a jamais été prévu pour assurer cette liaison, puisqu’à l’origine, il devait donner aussi dans les combles de la nef, quand celle-ci était encore prévue plus basse. Mais l’évolution est allée très vite : la porte logée au fond du corridor et qui aurait dû conduire aux combles de la nef a été bouchée pendant la construction même du corridor.

Sixième point d’articulation chronologique : la salle de liaison

159Les voûtes du bras sud du transept sont occupées aujourd’hui par deux espaces. D’une part, l’immense volume vide de la tour sud (deux étages), construite sur la travée extrême. D’autre part, une salle beaucoup moins haute, dite la « salle de liaison » ; ménagée au-dessus de la travée intermédiaire, elle est éclairée par une baie géminée donnant sur la Saône et couverte d’une toiture en appentis (fig. 48, 53). Le puissant mur nord de la tour qui sépare les deux « salles » a été percé d’une vaste arcade les mettant en communication et assurant la circulation depuis l’escalier jusqu’à la croisée du transept (fig. 53, 74). Le mur nord de de la « salle de liaison » est aussi le mur sud de la croisée du transept : depuis la salle de liaison, on accède au triforium de la croisée par une porte basse ménagée dans l’angle ouest de ce mur mitoyen (fig. 53 : 3 et 4). Il faut descendre un emmarchement d’environ 0,85 m, conséquence du rehaussement de la voûte. Ce détail pratique n’est pas un indice chronologique : dans cet espace, les transformations sont allées très vite aussi ; mais il montre que les conséquences des changements n’ont pas pu être toutes prises en compte.

160Les murs orientaux de ce niveau, c’est-à-dire le mur oriental de la croisée dominant la toiture du chœur (fig. 32), la façade de la salle de liaison et le niveau correspondant de la tour (fig. 48, 53), montrent dans leur parement extérieur une succession de césures permettant d’affiner la chronologie des travaux dans cette zone haute (fig. 47). On a d’abord construit le mur est de la nef et les deux murs en retour (nord et sud) dotés d’un triforium et mitoyens avec les salles de liaison (nord et sud). Une césure mixte sépare les extrémités droite et gauche du mur oriental de la croisée, traitées comme des contreforts, et la façade de chaque salle de liaison (nord et sud) : dans les deux tiers inférieurs, une césure en escalier, et dans le tiers supérieur, une césure droite (coup de sabre).

161Cela signifie qu’au moment où était élevé le mur est de la nef, les salles de liaison appartenaient déjà au projet, mais avaient été prévues plus basses ; dans le cas contraire, ce n’est pas un coup de sabre, mais une harpe d’attente verticale qui aurait été réalisée. On a par la suite élevé la façade de la salle de liaison en y intégrant le contrefort central, comme précédemment dans le clair-étage et pour les mêmes raisons. Outre la continuité des circulations hautes, les deux salles de liaison remplissent aussi un rôle plus architectural : donner une façade à un espace pratique, limiter l’effet de creux entre la nef et les tours et dissimuler la toiture en appentis qui descend vers l’ouest. La façade de la salle de liaison s’achevait à nouveau par une césure en crénelage vertical, harpe d’attente pour le premier étage aérien de la tour.

Histoire des travaux : les voûtements

162La cathédrale est entièrement couverte de voûtes d’ogives. Elles sont portées par un bâti dont les fondations ont été mises en place sous Guichard de Pontigny et dont les parties basses, voire, à l’est, la plus grande part des élévations, suivent le plan établi par l’ancien abbé de Pontigny. En d’autres termes, la couverture gothique se superpose à un bâti qui, dans son essence même, relève de l’architecture romane. Par voie de conséquence, les formes architecturales induites par les choix initiaux - contreforts, piles libres et piles engagées - sont inadaptées aux voûtes d’ogives effectivement réalisées ; il est rare en effet que, comme dans la nef de Notre-Dame de Belleville-sur-Saône, le plan des supports change en cours de construction. L’étude archéologique du voûtement met le doigt sur ce dysfonctionnement et révèle quels pouvaient être les projets originels de couverture.

163Le terme de voûtement désigne, on le sait, l’action de voûter et celui de voûte, le résultat de cette action. Le premier est au second ce qu’échafaudement est à échafaudage ou éclairement à éclairage. Le voûtement relève de l’archéologie, parce qu’il concerne le bâti en acte, les voûtes, résultatives, de l’étude stylistique. La conjugaison des deux approches, nécessairement disjonctives, renforce les possibilités de datation. Pour cette raison, l’analyse archéologique du voûtement déborde largement son objet architectural : elle doit prendre en compte non seulement l’environnement immédiat des voûtes - assiette, supports, contrebutement - mais encore l’ensemble du bâti couvert par ces voûtes et, le cas échant, les projets modifiés ou abandonnés. L’histoire archéologique du voûtement ne se limite pas à la mise en place des voûtes, elle s’inscrit dans le long terme du chantier, formant la couche supérieure d’une stratigraphie montant parfois des fondations mêmes.

Voûtement des chapelles latérales du chœur et des bas-côtés

164De structure romane, les piles libres et les piles engagées des chapelles orientales et des bas-côtés n’ont jamais été prévues pour recevoir des voûtes d’ogives. Dans les chapelles, elles sont entièrement romanes et accueillent maladroitement des ogives. Dans les bas-côtés, les piles engagées montrent la même inadaptation, même si elles ne sont que partiellement romanes (travées 7 et 8), voire élevées à l’époque gothique sur toute leur hauteur, mais toujours suivant le schéma roman. Notons que les piles gothiques de la nef principale n’offriront à chaque ogive des bas-côtés qu’une seule colonne devant porter aussi une branche d’ogive et de rouleaux extérieurs. Pour comprendre quel était le projet initial de couverture et quelles difficultés le changement de parti a soulevées, il faut d’abord analyser les transformations des contrebutements, puis établir le plan des supports, reflet de l’état primitif.

Composition des piles

165Le démontage théorique des piles libres des chapelles orientales met en évidence un module ayant servi à composer tous les types de supports romans de la cathédrale (fig. 28, 55). Les piles libres sont composées d’un noyau de plan carré (1,16 x 1,16 m), augmenté sur chaque face d’un dosseret massif (0,39 x 0,62 m) ; noyau et dosserets déterminent huit redents (0,27 x 0,27 m). Chaque dosseret est accolé d’une colonne engagée (soit, au total, quatre colonnes) ; chaque colonne engagée est flanquée de deux colonnes minces (soit, au total, huit colonnes minces). L’organisation des supports dans les piles est donc réglée sur un module de base composé d’une colonne engagée associée à une paire de colonnes minces. Ce module est conçu pour porter un arc à double rouleau (arcade ou arc doubleau) : le rouleau inférieur, plus étroit, repose sur la colonne engagée, le rouleau supérieur, plus large, prend appui sur le dosseret et déborde sur les deux colonnes minces.

166Le module de base est repris pour les piles engagées et adapté au cas par cas (fig. 55). Dans les angles orientaux de la travée est des chapelles orientales, il se réduit au strict minimum, c’est-à-dire deux colonnes minces : elles n’ont à porter que trois arcs formerets. Pour les supports de l’arc doubleau des chapelles orientales, il a été augmenté de deux colonnes minces (soit quatre au total) et diminué de la colonne engagée qui, pour des raisons d’encombrement, a été remplacée par un chapiteau formant console : le chapiteau-console et la première paire de colonnes minces portent l’arc doubleau, les deux autres colonnes minces portent deux arcs formerets. C’est en définitive les bas-côtés qui offrent le type canonique de pile engagée : le module de base pour l’arc doubleau et deux colonnes minces pour les formerets ; mais pour ce qui est des piles libres, fondées et montées seulement au XIIIe siècle, cette partie des collatéraux appartient à l’époque gothique.

55 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, voûtes de la chapelle Saint-Pierre.

167L’identification des voûtes prévues dans le projet primitif repose sur une règle architecturale qui restera fondamentale jusqu’aux jeux stylistiques des XIVe-XVIe siècles sur les supports : à chaque élément porté correspond un élément portant. Le module de base porte un arc à double rouleau et les deux autres colonnes minces des piles engagées portent les arcs formerets. Dans ces conditions, le plan des piles n’offre ni support spécifique, ni place libre pour accueillir les ogives. Cette disposition est en revanche bien adaptée à la voûte d’arêtes : les arêtes, s’amincissant entre doubleaux et arcades, viennent mourir sur le noyau de la pile. La conclusion s’impose : la couverture prévue originellement pour les chapelles orientales et les bas-côtés était des voûtes d’arêtes. C’est le parti que présentent les collatéraux de l’ancienne abbatiale de Belleville-sur-Saône, consacrée en 1179, dont la nef est déjà voûtée d’ogives (Oursel, 1990, p. 381).

Voûtes réalisées

168Les voûtes quadripartites de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don présentent des caractères assez primitifs : elles sont fortement bombées et elles ont été structurées avec des ogives passantes, c’est-à-dire qui traversent l’épaisseur des voûtains. En effet, le large extrados des ogives affleure celui des voûtains et la clef de voûte, taillée en forme de croix, fait une saillie plus forte. En outre, l’extrados des voûtains montre un appareil de gros blocs, moins nombreux au m 2 qu’à l’intrados, comme si les voûtains étaient composés de deux couches de claveaux. Les ogives sont composées d’un boudin accolé de deux tores plus petits qui s’amortissent tant bien que mal sur le corps même des piles ; l’amortissement est partiellement dissimulé par des têtes d’hommes ou d’animaux sculptées dans le sommier des ogives, suivant une formule développée dans les bas-côtés de la cathédrale de Sens, quelques décennies auparavant.

169Les voûtes de la chapelle Saint-Pierre sont plus évoluées : moins bombées, elles présentent des ogives passantes moins marquées, mais montrent toujours un extrados en blocs de fort gabarit (fig. 55, 56). Nécessairement antérieures à la construction du triforium, elles appartiennent aux dernières années de l’épiscopat de Jean Bellesmains. Dans ce domaine peu étudié, les comparaisons sont difficiles à établir. À titre d’exemples, citons les cathédrales de Genève et de Langres, proches des problématiques lyonnaises. À la cathédrale de Genève, les voûtes de la moitié orientale des collatéraux présentent les mêmes caractéristiques (les déchets de taille et gravats qui chargent habituellement les reins des voûtes ont été enlevés). Assez proches des formes lyonnaises relativement bombées et extradossées en gros blocs (dont un beau remploi), les voûtes des bas-côtés de la cathédrale de Langres sont dotées d’ogives non pas passantes, mais portantes.

56 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, extrados d’une voûte de la chapelle Saint-Pierre.

170La présence d’ogives passantes confirme l’attribution du voûtement à Jean Bellesmains (1182-1193) que suggéraient déjà les dates fournies par les sources écrites, notamment les Statuts de l’Église de Lyon. Evêque de Poitiers de 1161 à 1181, ce dernier a pu voir dans l’Ouest de la France les premières expériences de voûtes bombées à ogives passantes. Il était en fonction lors du voûtement de la première travée orientale de la cathédrale. L’opération est datée par André Mussat des années 1170, mais elle a mis en œuvre des ogives portantes et non passantes. En revanche, les voûtes de la moitié orientale de la cathédrale sont structurées par des ogives passantes et datent des deux dernières décennies du XIIe siècle (A. Mussat, 1963). Il n’est donc pas impossible que Jean Bellesmains ait fait appel à un architecte ou un maître d’œuvre venu du Poitou.

171Dans le bas-côté nord, les ogives sont formées d’un tore central encadré de deux gorges ; elles ont été retaillées en pointe pour venir s’encastrer entre les sommiers des autres arcs. Dans le bas-côté sud, c’est la solution inverse qui a été adoptée. Les ogives ont un profil plus large : deux tores encadrant une gorge centrale. Pour les amortir sur les supports, les sommiers des autres arcs ont été retaillés en biseau. Curieusement l’erreur a été répétée dans les supports gothiques : les colonnes minces qui, du côté des collatéraux, flanquent les piles des grandes arcades sont trop étroites aussi pour recevoir arcs et ogives, et les solutions induites par le plan roman des piles engagées ont été reprises telles quelles.

172Le voûtement des bas-côtés a suivi de peu l’achèvement des chapelles. Les voûtes affichent des caractéristiques techniques proches de celles de la chapelle Saint-Pierre. Leur mise en place est nécessairement contemporaine de celle des piles de la nef, dont la première a été implantée à l’extrême fin du XIIe siècle. Voûtes et piles ont la même chronologie, étendue sur la première moitié du XIIIe siècle : soulignons l’exceptionnelle continuité stylistique sur une durée si longue et à un moment de l’histoire de l’art en Lyonnais où l’invention artistique allait très vite ; seul le décor des clefs accuse une évolution marquée.

Voûtement et contrebutement de l’abside

173Projetée dans le dernier tiers du XIIe siècle et suivant des normes techniques romanes, l’abside de 12,50 m de diamètre aurait dû être couverte d’un cul-de-four. Ses dimensions n’étaient pas un obstacle à la réalisation en pierre d’un quart de sphère d’une telle ampleur : d’un diamètre de 13 m, l’abside de la cathédrale de Langres offre l’exemple d’un cul-de-four roman tardif, qui plus est, percé à sa base d’une file de baies. Les contreforts ont été mis en place en fonction de ce type de couverture : ils n’ont pas été implantés exactement dans le prolongement des bissectrices des angles formés par les pans, mais suivant une répartition plus ouverte qui s’écarte d’un tracé rigoureusement rayonnant (fig. 57). La disposition des contreforts favorise un bon éclairement de l’espace intérieur, mais elle est inadaptée aux réalités mécaniques du voûtement d’ogives : le contrebutement gothique doit s’inscrire précisément dans le prolongement des ogives qui, dans l’abside lyonnaise, matérialisent justement les bissectrices des angles des sept pans.

57 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan de la galerie à loges de l’abside : désaxement des parties intérieure et extérieure des contreforts.

174Cette disposition initiale a posé de grosses difficultés à l’architecte qui a mis en place la voûte d’ogives actuelle, structurée par huit ogives, six rayonnant vers les angles formés par les sept pans, deux revenant en arrière pour reposer sur les piles portant l’arc doubleau. Car si les voûtes romanes acceptent une certaine approximation dans leur articulation avec les contreforts, les contrebutements gothiques répondent à des paramètres précis et obéissent à des normes exigeantes, comme on le verra pour la nef. À cette difficulté majeure, analysable dans l’évolution du contrebutement de l’abside, se sont ajoutés d’autres problèmes posés par les partis constructifs. Tout d’abord, le niveau du triforium, réalisation techniquement géniale, mais pratiquement trop fragile pour le voûtement gothique, a été doublement renforcé, d’une part, dans sa construction même (notamment l’arc doubleau), d’autre part, dans sa liaison avec l’étage supérieur (chaînage horizontal). Ensuite, la stabilité des parties hautes a été obtenue par la construction d’une galerie de loges, entreprise très difficile dans un contexte de contrebutement désaxé. Il convient d’analyser préalablement ces différents points.

Évolution du contrebutement roman

175L’abside est contrebutée par six contreforts, bâtis en choin dans les premiers niveaux et en Lucenay dans celui de l’arcature aveugle. Le passage d’une qualité de calcaire à l’autre s’est accompagné d’un changement typologique (Reveyron, 1998a). Dans les parties en choin, il s’agit de contreforts en assises spécialisées qui, dans l’idéal, alternent deux compositions d’assises. Dans l’une, deux blocs parallèles forment les côtés du contrefort ; ils laissent voir leur petit côté en façade et ne pénètrent pas le mur. Dans l’autre, les deux blocs de côté pénètrent le mur ; ils sont complétés, en façade, par un bloc perpendiculaire, généralement large de 0,50 à 0,70 m en moyenne, qui verrouille l’assise (fig. 58). Les blocs de choin composent la quasi-totalité de la masse bâtie, excluant tout noyau de maçonnerie.

58 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, montage du contrefort sud-est de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, deuxième et troisième niveau.

176La section de contrefort en Lucenay appartient au type du contrefort en continuité de parement, formule ancienne adaptée au petit et moyen appareil, comme dans le chevet de Saint-Philibert de Tournus par exemple (Reveyron, 1998). Autour d’un noyau de maçonnerie, les assises dessinent un parement en « U » (fig. 62, en bas). Les blocs sont simplement aboutés perpendiculairement, avant de se marier régulièrement avec les assises murales : une face latérale est occupée par un bloc unique, posé en longueur et butant contre le mur ; la façade du contrefort, par le petit côté du bloc précédent et un bloc perpendiculaire posé en longueur ; l’autre face latérale, par le petit côté du bloc précédent et un bloc perpendiculaire posé en longueur qui, pénétrant dans le mur, y ancre toute l’assise. L’alternance du système interdit toute superposition des joints verticaux : lorsque, dans une assise, l’ancrage se fait à droite, il est réalisé à gauche dans l’assise suivante.

177La première formule assure une grande puissance de contrebutement, puisqu’elle supprime le blocage de maçonnerie. Loin d’être une conséquence anodine du choix d’un grand appareil, elle relève d’une recherche technique délibérée visant à résoudre des problèmes de stabilité monumentale. Le carnet de Villard de Honnecourt témoigne de l’actualité de cette problématique technologique dans la première moitié du XIIIe siècle. Le dessin sous-titré « par chu fait on piler de quatre coins venir aloison » (Bib. nat. de France, Fonds français, ms 19093, fol. 20 v°) illustre une méthode permettant de réduire le noyau de maçonnerie dans un support (Bechmann, 1991, p. 159) : les blocs en trapèze-rectangle formant le pilier carré en occupent le volume jusqu’au centre, tout en respectant une alternance régulière dans le positionnement des joints verticaux. Dans les contreforts lyonnais, cette puissance est renforcée par les dimensions des contreforts : 1,45 m de côté dans le niveau du socle et de 1,10 m de façade pour 1,35 m de côté dans le second niveau. Dans le niveau de Lucenay, la présence d’un noyau de maçonnerie amoindrit l’homogénéité du bâti. En outre, la section des contreforts est réduite et inégale : à une façade de 0,85 m de large correspondent un côté de 0,81/91 m et un autre de 0,91/94 m. L’inégalité des côtés est liée au désaxement du contrefort par rapport au rayon de l’abside.

Triforium de l’abside : le voûtement de la galerie

178Le triforium ouvre sur l’abside par une arcature formée, dans chaque pan, d’un pilastre, au centre, et de deux colonnettes, aux extrémités (fig. 59). D’un pan à l’autre, ces colonnettes sont donc associées deux à deux pour former les angles concaves de l’abside où elles s’articulent avec les colonnes portant les ogives : chaque angle du triforium comporte ainsi deux colonnettes et une section de la colonne, étroitement unies en un môle de pierre homogène. Le mur du fond, épais de 0,85 m, est orné, à l’extérieur, par une arcature aveugle qui, scandée par les contreforts, reprend le schéma de la façade intérieure du triforium. Un berceau longitudinal en plein cintre couvre l’ensemble : chacune des sept sections du triforium, correspondant aux sept pans de l’abside, porte une voûte continue axée dans le sens de la longueur et articulée à chaque angle par un arc doubleau monolithique (fig. 60, 61). Les claveaux sont particulièrement soignés : bien calibrés (entre 0,60 m et 0,70 m environ) et minces (une quinzaine de centimètres pour les claveaux et une dizaine seulement pour ceux formant la clef), ils répondent à la même rigueur technique que les parements du mur (moyen appareil régulier) et que l’échafaudage utilisé pour ce niveau (distribution régulière et adaptée des platelages).

59 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, façade du triforium de l’abside.

179Une telle composition architecturale est une invention géniale, mais dangereusement audacieuse. La voûte longitudinale pèse sur le mur du fond et sur la façade du triforium. Du côté externe, la voûte est solidement assise sur le mur de l’abside, contrebuté par les contreforts ancrés dans les angles, mais du côté interne, en revanche, elle porte sur la façade du triforium, une zone nettement plus fragile. Pour pallier ces faiblesses, l’architecte a une nouvelle fois su tirer le meilleur parti du choin pour renforcer les angles et lier les deux faces de la galerie par un entrait permanent logé dans la voûte. D’une part, chaque angle intérieur est occupé par un môle de deux assises monolithiques où ont été sculptées les deux colonnettes jointives, la section correspondant de la colonne et à l’intérieur, le dosseret portant l’arc doubleau. Ce massif de choin est particulièrement stable.

60 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, intérieur du triforium de l’abside : les voûtes.

180D’autre part, chaque arc doubleau est en réalité un puissant monolithe de choin, échancré dans sa face inférieure pour former l’arc (fig. 61). Côté externe, ce monolithe pénètre dans le contrefort. Côté interne, il fait saillie jusque dans l’arcature pour former une section de la colonne, sur toute la hauteur des écoinçons. La voûte est donc à la fois contrebutée et étrésillonnée dans chaque angle. Ce monolithe est une très belle réalisation. En effet, l’intrados de l’arc n’est pas une surface plane : côté interne, il a été taillé en angle convexe, puisque dans la galerie les angles des pans sont convexes ; côté externe, il a été taillé en angle concave, puisque dans la galerie les angles des pans sont concaves. De plus, les deux bords de l’arc sont profilés en léger cavet et ses départs en doucine droite. Enfin, les bords de l’extrados ont été matérialisés par une feuillure où les claveaux de la voûte trouvent appui. Nous retrouvons ici une formule technique de l’Antiquité romaine, utilisée par exemple, avec le même luxe de détail, dans les couloirs du théâtre de Mérida (Espagne, Ier siècle ap. J.-C.).

61 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, coupe du triforium de l’abside (en gris, emprise du linteau monolithique ; en bas, dessin du linteau monolithique).

181Le triforium de l’abside est technologiquement très élaboré. Aux XIIe-XIIIe siècles, l’architecture gothique lui préfère les simples plafonds de dalles (par exemple, dans la région, les cathédrales de Lausanne, Genève, Vienne). Pour le chœur, l’architecte a choisi un parti radicalement différent : une succession de petites voûtes perpendiculaires au mur du fond et portées par des linteaux. Spontanément stable, puisque chaque voûte est contrebutée par ses voisines et que les linteaux étrésillonnent systématiquement la galerie, cette disposition sera reprise au XIIIe siècle, du transept jusqu’au fond de la nef, à l’exception des galeries couvertes d’ogives de la quatrième travée. Dans son principe constructif, la formule a pour origine les files d’arceaux profonds (Saint-Guilhem-le-Désert, par exemple) ou de niches (Saint-Ambroise de Milan, par exemple) qui, dans l’architecture du XIe siècle, couronne le faîte extérieur des absides. Elle est appliquée dans les galeries supérieures extérieures d’églises de Rhénanie (les fameuses « galeries naines ») ou de Lombardie. On la retrouve même dans l’architecture gothique, à Saint-Étienne de Beauvais (galerie intérieure du déambulatoire) ou dans le triforium du croisillon nord de Sainte-Madeleine de Troyes (après 1200).

La galerie des loges : établissement d’une assiette

182Soulignée à son faîte par un profond bandeau faisant office de larmier, la zone du triforium constitue dans ses dernières assises une large plateforme qui est le sol de la galerie des loges. L’architecte a choisi de renforcer ce niveau, en le ceinturant d’un chaînage horizontal et continu. Ce renforcement prend la forme d’un module particulier de Lucenay, le module long, pour les surfaces murales et d’un changement de composition pour les assises de la nouvelle section des contreforts.

183L’étage de l’arcature aveugle est littéralement ceint d’un chaînage horizontal de maçonnerie, monté en blocs de modules longs (fig. 62). Ce chaînage est composé des trois dernières assises de l’étage, c’est-à-dire les deux dernières assises murales et l’assise supérieure, taillée en moulure, qui appartient au larmier et lui sert de base moulurée. Ce montage est associé à des joints épais (15/20 mm ; parfois 30/40 mm), inattendus dans une zone où l’épaisseur moyenne est de 2 à 3 mm. De fait, il s’agit de joints techniques : l’épaisseur du mortier assure la cohésion de l’ensemble et rattrape les différences de hauteurs pour établir une assise de réglage, la troisième assise. Posés sur cette horizontale générale, les blocs formant le larmier offrent en façade une longueur moyenne étonnamment faible, de 0,30/0,40 m : il s’agit en réalité de leur largeur, les blocs ayant été posés systématiquement en boutisse. Leur longueur, qui est en moyenne de 0,80/1,20 m, est utilisée en pénétration dans le blocage intérieur : les blocs ancrent ainsi les chaînages dans le bâti et constituent l’assiette de la galerie.

62 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, montage des contreforts, surfaces murales et larmiers formant l’assiette de la galerie à loges de l’abside.

184Ce montage est complété, au niveau des contreforts, par un changement de structures. La section en Lucenay des contreforts (niveau de l’arcature aveugle) est caractérisée, on l’a vu, par un montage de parement entourant un noyau. Immédiatement au-dessus, la section correspondant au chaînage horizontal a été montée suivant la technique adoptée pour les sections en choin (montage en assises spécialisées : liaison de façade, liaison sur les côtés et ancrage dans le mur). L’architecte s’est donc attaché à renforcer cette étroite zone en combinant un chaînage horizontal et un ancrage vertical des loges dans la zone ; le point d’articulation n’a pas été choisi au hasard, puisqu’il est positionné exactement à l’aplomb des arcs doubleaux monolithiques du triforium. En outre, à cette section de trois assises, et de ce fait au-dessus de la ligne du larmier, se superposent trois nouvelles assises de contreforts caractérisées par de puissants modules : des hauteurs d’assises de 0,40/0,50 m tout à fait inhabituelles dans un contexte de 0,20/0,25 m dans la moitié nord et de 0,60/0,70 m dans un contexte de 0,30/0,35 m dans la moitié sud. L’architecte a créé une série de pivots solidement ancrés dans le chaînage horizontal, pour articuler les loges entre elles.

La galerie des loges : fonctions techniques

185Assises sur une plate-forme renforcée (cf. supra), large de 1,90 m, larmier compris, les loges sont l’élément le plus original du contrebutement direct des parties hautes. Elles sont couvertes de voûtes en berceau brisé, de plan rectangulaire et d’une profondeur de 1,60 m (fig. 63). Leur emprise est plus réduite que les travées couvertes qui, rayonnant sur le périmètre de l’abside, ont un plan trapézoïdal. Malgré les difficultés soulevées par un tel parti, le choix était délibéré. La construction de voûtes de plan trapézoïdal n’est pas inconnue aux XIIe-XIIIe siècles : le déambulatoire de l’église romane de Vertheuil, dans le Bordelais (Cabanot, 1990) ou la tribune de l’abside de la collégiale gothique de Mantes-la-Jolie, datés de 1170-1180 (Bony, 1947), sont couverts de voûtes en demi-cône.

63 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan de la galerie à loges de l’abside : inadéquation de la voûte rectangulaire (surface grise) et du plan trapézoïdal (tracé rouge) des loges.

186Les sept puissantes voûtes sont portées par six murs rayonnants, d’une largeur de 0,75 m seulement pour une longueur moyenne de 2,30 m, et par les premiers môles du chœur. Ces murs ont aussi pour fonction de relier les ogives, à l’intérieur, et les contreforts, à l’extérieur. L’inadaptation du bâti roman à l’étage gothique leur a valu un tracé brisé. Dans les parties romanes, en effet, les contreforts accusent un désaxement marqué par rapport aux angles de l’abside : ils dessinent un éventail plus ouvert que les bissectrices des angles formés par les pans (fig. 57). Or, la géométrie du voûtement, très rigoureuse, a réglé les ogives sur ces bissectrices. Sans ce rattrapage, la section haute des contreforts, systématiquement décalée par rapport aux ogives, n’aurait plus eu de justifications autres qu’esthétiques.

187Ces loges assument une deuxième fonction. Leur énorme masse de maçonnerie constitue une charge sommitale qui absorbe par inertie les poussées des ogives. Nous retrouvons un principe constructif caractéristique du Moyen Âge, le chargement aux extrémités supérieures, appliqué aussi bien à des organes de stabilité comme les arcs-boutants (pinacles surdimensionnés) qu’à des ouvrages d’art comme les ponts, chargés de maisons. Enfin, troisième fonction, le bâti homogène de la galerie, conforté par l’usage de modules longs dans les voûtes, équivaut à un puissant chaînage des parties hautes, les loges se contrebutant les unes les autres.

188Pour toutes ces raisons, la construction des loges a posé une série de problèmes. Il a fallu d’abord relier par les murs de plan brisé les contreforts et les voûtains rayonnants ; ensuite, adapter les voûtes des loges, de plan rectangulaire, à des travées de plan trapézoïdal : des consoles, logées à mi-longueur des murs, et des colonnes en délit, montées sur le garde-corps, supportent les sommiers en surplomb au-dessus du vide ; enfin, corriger les effets de la galerie sur l’éclairement des parties hautes. Ces loges profondes s’interposent en effet entre la lumière incidente et les baies hautes ; les voûtes, tout particulièrement, à rayons constants, forment un véritable tunnel ; l’ouverture plus marquée des murs de plan brisé et l’usage en façade de colonnes minces ont partiellement remédié à l’occultation de la lumière.

189Le contrebutement des parties hautes par des voûtes externes bandées entre les contreforts semble une solution technique propre à la région. À la collégiale Notre-Dame de l’Espérance de Montbrison, construite dans le premier tiers du XIIIe siècle (Thiollier N., Thiollier J.-P., 1936), les voûtes ont été réduites à des arcs et leur adaptation à un espace trapézoïdal les fait mourir en oblique dans les faces latérales des contreforts. La cathédrale de Vienne, consacrée en 1251, montre dans son chevet, qui doit tant à celui de Lyon, une variante évoluée de la formule lyonnaise. Reconstruit par Jean de Bernin (1217-1266), mais à une période mal datée dans le XIIIe siècle (Cavard, 1978), le chevet possède des loges voûtées de moindre hauteur et d’une composition plus homogène ; les contreforts ne sont pas décalés par rapport aux ogives et les voûtes reposent sur deux assises de sommiers en encorbellement biais, moulurées comme des impostes. La grande originalité esthétique et technique des loges lyonnaises et la date de leur construction en font le prototype d’une solution régionale.

Voûtes réalisées

190L’abside est couverte d’une voûte plate : les lignes faîtières des voûtains sont réglées sur le même plan horizontal (fig. 18). Elle est donc plus évoluée que les voûtes bombées de la chapelle sud du chœur, et partant plus tardive. Mais elle est aussi dépourvue d’arc formeret, comme celle du chœur, nouveau signe d’archaïsme.

191La forme des ogives - un profil en amande s’achevant par un listel - est caractéristique du milieu du XIIIe siècle, mais selon Marcel Aubert (Aubert, 1936), ce type de profil était déjà attesté à Reims dans les premières décennies du siècle. Le dessin architectural de la voûte est marqué par deux particularités rares qui en font l’originalité. D’une part, les ogives ne portent pas directement sur leur support : elles dessinent un coude avant de les rejoindre en arrière (fig. 59). La formule reste encore inexpliquée : ce léger encorbellement ne permet de gagner que quelques dizaines de centimètres sur le diamètre réel. Il s’agit plus vraisemblablement d’une recherche esthétique, qui se retrouve à la cathédrale de Lausanne (Grandjean, 1975, p. 128-132) : dans le massif occidental - le magnum portale -, les deux absides nord et sud de la salle d’entrée sont couvertes d’ogives dont deux, seulement, dessinent un coude.

192D’autre part, la clef de la voûte, un disque percé en son centre d’une ouverture circulaire, a été placée en avant de l’arc doubleau qu’elle rejoint par une courte lierne. Composition peu fréquente avant le développement des voûtes flamboyantes, cette lierne pourrait faire croire à un montage plus récent. Toutefois, on rencontre cet élément déjà dans des édifices romans voûtés d’ogives primitives, comme l’église paroissiale de Lucheux (Normandie). Pour le XIIIe siècle, on peut citer les cathédrales normandes de Bayeux (sanctuaire élevé entre 1230 et 1245) et de Coutances (sanctuaire achevé vers 1238) où la lierne se poursuit dans le chœur ou bien Saint-Jacques de Guadalajara (Espagne), construite par Alphonse X le Sage dans la seconde moitié du siècle.

Le voûtement de l’abside dans la chronologie relative du sanctuaire

193Ici encore, le rapport entre projet roman et voûte gothique, notamment l’articulation des supports et des ogives, offre à l’archéologie des éléments pour une chronologie relative du sanctuaire. La voûte de l’abside est structurée par huit ogives rayonnantes. Les six supports engagés dans les angles formés par les sept pans répondent exactement à la disposition de la voûte effectivement réalisée : chacune est adaptée à l’ogive. Or, le niveau des lancettes et celui du triforium, que ces supports traversent, appartiennent pleinement à l’œuvre romane : les ogives auraient-elles donc été prévues d’origine, contrairement à ce que laisse supposer l’inadaptation des contreforts ?

194De fait, les six colonnes ne montent pas de fond. Elles prennent appui sur le premier niveau intérieur, de plan semi-circulaire, c’est-à-dire le banc presbytéral et son dossier. Orné d’une arcature d’arcs pendants portée par de plus petits pilastres, ce dossier est scandé par six grands pilastres, logés exactement sous les six colonnes. Mais ces six grands pilastres n’ont pas nécessairement été prévus pour amorcer la verticale des colonnes. Ils correspondent plus vraisemblablement à un type de décor antiquisant d’ordres superposés, inauguré dans l’abside de la cathédrale d’Autun dans les années 1120 et repris à Lyon dans l’ancienne collégiale Saint-Paul, pour l’abside principale, contemporaine de celle de la cathédrale, mais malheureusement détruite au XVIIIe siècle. La description qu’en a faite le chanoine Greppo en 1761 aux membres de l’académie de Lyon précise

« qu'entre chacun des vitraux du premier rang sont deux pilastres reposés l’un sur l’autre dont le premier monte jusqu’à la naissance de la ceinture des arcs et le second jusqu’à la corniche au-dessus de laquelle est le deuxième rang de vitraux garnis de colonnes (…) Le bas du sanctuaire est garni de treize colonnes engagées dans le mur (...) Elles sont de marbres de différentes espèces (…) Au-dessus de cette colonne est une corniche irrégulière. Elle n’a point de frise et l’architrave est découpée en petits arcs dont une pointe est pendante et l’autre repose sur un chapiteau, tout autour de la coupole (i. e. l’abside) règne un banc de pierre derrière l’autel ».

195En tout état de cause, les deuxième et troisième niveaux intérieurs de l’abside appartiennent à une seconde phase de la construction romane. Cette chronologie des parties basses de l’abside s’insère sans difficulté dans celle des chapelles latérales. La chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don était en voie d’achèvement, quand l’étage des lancettes de l’abside a été commencé. Par ailleurs, les voûtes d’ogives des chapelles, marquées d’archaïsmes, sont antérieures à celle, plus évoluée, de l’abside. C’est donc après l’achèvement de ce premier niveau (banc presbytéral), œuvre de Guichard, et avant le commencement du second (lancettes de l’abside), entreprise de Jean Bellesmains, que s’est opéré le changement de parti pour la couverture.

196La cathédrale de Genève montre encore dans son abside les traces d’un changement de parti du même ordre (projet roman de cul-de-four et réalisation d’une voûte d’ogives) et, sans doute, contemporain : Christian Freigang et Peter Kurman attribuent à l’épiscopat d’Aymon de Grandson (1215-1260) l’introduction du style gothique à Saint-Pierre-aux-liens (Freigang, Kurmann, 1991, p. 34-35). La partie basse de l’abside est ornée d’une file d’arceaux portés par un rang unique de pilastres ; la formule est plus simple qu’à Lyon. Les ogives de l’abside sont portées par six colonnes montant de fond. Ces colonnes n’appartiennent pas au projet primitif, mais ont été insérées après coup dans un parement intérieur déjà réalisé (fig. 64) : à cette occasion, les six chapiteaux devant lesquels on les a installées ont été bûchés (Blondel, 1953, p. 160).

64 - Cathédrale de Genève, intérieur de l’abside : arcature inférieure.

Voûtement du chœur

197Dans le chœur, couvert de deux voûtes quadripartites, la situation est apparemment plus confuse que dans l’abside. Son élévation est, elle aussi, romane jusqu’au triforium, inclusivement. Borné à l’est et à l’ouest par des piles composées portant un large doubleau à deux rouleaux, il est occupé en son milieu par deux colonnes cannelées simples qui suivent le modèle de celles des grandes arcades de la nef de la cathédrale de Vienne du milieu du XIIe siècle (Reveyron, 1994a).

Distribution des voûtes et organisation de l’espace

198Le projet primitif pourrait-il avoir été des voûtes d’arêtes, comme celui des chapelles latérales ? Elles auraient eu une portée de 12 m : à titre de comparaison, celles de la cathédrale de Spire, montées entre le XIe et le XIIe siècle (Kubach, 1998), couvrent un vaisseau de 14 m de large. Mais l’alternance de piles fortes et de piles faibles s’explique mal dans un tel contexte : les voûtes d’arêtes sont normalement articulées par des doubleaux réguliers. Elle conviendrait évidemment mieux à une voûte d’ogives sexpartites, comme dans la nef.

199L’alternance de supports faibles et forts dans cet espace presque carré n’est apparemment justifiée que pour des raisons esthétiques et liturgiques : la constitution d’un volume homogène autour de l’autel. Notons que cette disposition reprend, sinon les modalités, du moins les principes généraux de l’organisation spatiale des chapelles latérales : créer un espace homogène et identifiable comme tel à l’intérieur d’un édifice plus vaste. Il est vrai que le choix d’une voûte sexpartite serait allé dans le sens de l’unification de l’espace.

200Exemple limite, à Saint-Quiriace de Provins (Seine-et-Marne), reconstruite par le comte de Champagne Henri-le-Libéral à partir des années 1160 pour un collège nombreux de chanoines, le chœur canonial de deux travées est unifié sous une voûte octopartite (Maillé, 1939). En Bourgogne, à la cathédrale d’Auxerre, le chœur est couvert de voûtes quadripartites qui prennent appui sur des piles alternativement faibles et fortes : les historiens de l’art sont d’accord pour reconnaître dans le projet arrêté au moment de la mise en place des supports, c’est-à-dire tôt dans le chantier, des voûtes sexpartites. La construction du chœur est plus tardive qu’à Lyon : commencée sous Guillaume de Seignelay vers 1215, on l’estime achevée à la mort de son successeur, Henri de Villeneuve, en 1234 (Valléry-Radot, 1959).

Les arcs-boutants

201Le chœur est le lieu de la cathédrale où apparaissent les deux premiers arcs-boutants du chantier, élevés dans le prolongement de l’arc doubleau central du chœur, l’un au nord, l’autre au sud. La culée prend appui sur le contrefort central de chaque chapelle. Mais, plus étroite, elle est aussi sensiblement désaxée par rapport à lui. En effet, la précision des articulations entre les composantes des voûtes et du contrebutement gothique ne pouvait se satisfaire des implantations approximatives de l’époque romane : dans ce dernier cas, la position du contrefort est définie par la régularité de son ancrage dans le parement du mur, ancrage régi dans une visée esthétique par des angles droits, alors que dans le premier cas, les arcs-boutants s’intègrent dans des jeux de forces qui imposent leurs directions. La poussée des voûtes est contrebutée par une double volée d’arcs : l’un s’appuie sur le dosseret au niveau des reins des voûtes, l’autre en haut du mur gouttereau. Au regard de ce qui a été mis en œuvre pour la nef, le dispositif semble plus fragile : composés de leurs seuls claveaux, les arcs en quart de cercle sont assez minces et les culées n’ont pas été chargées en hauteur pour opposer l’inertie de leur masse aux forces exercées par les voûtes ; mais il est vrai que la grande longueur de ces dernières compense ce handicap.

202Quelle que soit la date de leur réalisation, ces arcs-boutants entrent par leur forme dans la problématique des arcs-boutants romans définie par Anne Prache dans un article publié dans Gesta en 1976. Ils présentent en effet des aspects constructifs contradictoires. D’un côté, le dessin en quart de cercle des arcs est un caractère archaïque, si l’on considère les arcs plus ouverts du XIIIe siècle, ceux de la nef de Saint-Leu d’Esserent (Fossard, 1934), par exemple, élevés vers 1200. Ils se réfèrent plutôt à un archétype, représenté par ceux du chevet de Saint-Germain-des-Prés, consacré par le pape Alexandre III en 1163 (Plagneux, 2000) ou de Saint-Rémi de Reims, dont le voûtement remonte aux années 1200 (Prache, 1978). De l’autre, on note des tendances plus novatrices. D’abord, la jonction des têtes d’arcs sur le dosseret s’opère par simple contact des blocs, c’est-à-dire sans mariage des blocs des deux éléments ni l’appui d’une colonne engagée, comme à Saint-Germain-des-Prés, Saint-Rémi de Reims, à Notre-Dame-en-Vaux (Châlons-en-Champagne) dont le sanctuaire a été copié vers 1200 sur celui de Saint-Rémi (Prache, 1977) ou, plus tard, au sanctuaire de Notre-Dame de Chartres. Ensuite, plus fins qu’à Saint-Rémi ou même à Saint-Leu d’Esserent, les arcs se rapprochent, par leur minceur, davantage des volées du XIIIe siècle : il fallait oser amaigrir un organe de contrebutement dont on imaginait que la masse était la condition nécessaire d’efficacité et de conservation ; seule l’expérience pouvait autoriser cette audace. Dans la région, les arcs-boutants lyonnais ne sont pas uniques. À Vienne, l’ancienne collégiale de Saint-André-le-Bas (fig. 65) a été contrebutée, dans la seconde moitié du XIIe siècle, par des arcs-boutants romans à une seule volée dont l’arc dessine exactement un quart de cercle (Cavard, 1979 ; Taupin, 1986). La cathédrale Saint-Maurice a adapté la formule pour contrebuter les voûtes d’ogives montées sur les parties romanes de l’édifice, opération encore mal datée (Valléry-Radot, 1952 ; Reveyron, 1994a). Le dessin en a été simplifié - arc à un seul rouleau, mais toujours mouluré - et les maçonneries amincies. Ils annoncent les arcs-boutants lyonnais.

65 - Vienne, Saint-André-le-Bas : coupe de l’église d’après P.-E. Bresse.

Massifs et plafond à caisson des galeries

203Prolongeant celle de l’abside, la galerie extérieure du chœur est un espace vide et particulièrement fragile, d’une hauteur maximale de 6,50 m (5,70 m pour les lancettes latérales des triplets) : afin d’ouvrir au maximum l’étage à la lumière, l’architecte a, pour chaque côté de chaque travée, limité l’encombrement à deux paires de colonnes en délit (l’une en extérieur, l’autre en intérieur, structurant les baies vitrées), d’une hauteur de 3,20 m pour un diamètre d’environ 0,20 m. Elle doit encaisser la poussée des voûtes. La solution adoptée est plus légère et mieux calculée que le système des loges de l’abside ; mais il est vrai que la répartition des poussées est moins dispersée que dans l’abside.

204La galerie est ponctuée d’une suite de six massifs de maçonnerie : deux massifs de forme complexe à l’articulation de l’abside et du chœur (fig. 16, 57), deux massifs de 1,40 m de côté au milieu du chœur (fig. 16), enfin deux massifs de 1,20 m de côté à l’articulation du chœur et du transept (fig. 67). D’une hauteur de 5,70 m, ils assurent trois fonctions : la rigidité d’un étage qui n’est par ailleurs tenu que par des colonnes en délit, une continuité de maçonnerie massive entre l’étage inférieur et le faîte du mur gouttereau, enfin le contrebutement des trois arcs doubleaux du chœur. La continuité du passage est assurée par le percement ou le contournement de ces massifs.

205En outre, l’ensemble est raidi par un ingénieux système de plafond en caissons qui englobent les arcs des baies (fig. 66, 67). Déterminés par l’ampleur des arcs, les caissons sont de hauteurs inégales : 2,60 m pour celui de l’arcade centrale, 1,70 m pour ceux des arcades latérales. La galerie est formée de deux parois, l’une, extérieure, occupée par les triplets externes, l’autre, intérieure, percée de triples baies vitrées donnant dans le chœur. Portés par les chapiteaux extérieurs et intérieurs de la galerie, deux empilements de linteaux montant sur toute la hauteur des arcs forment, dans chaque section de la galerie, deux cloisons divisant l’étage des arcs en trois caissons. Ces linteaux lient les deux parois de la galerie comme des entraits. Pour renforcer la cohésion de l’ensemble, on a fait usage de linteaux monolithes, taillés comme de grands « I » majuscules : leurs extrémités font retour dans le parement mural pour former un claveau des arcs concernés.

66 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, galerie extérieure du chœur et du transept, côté sud : couverture à caisson.

67 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, galerie extérieure du chœur et du transept, côté sud : vue intérieure des caissons.

Voûtes réalisées

206On l’a vu, la composition des supports du chœur est plus adaptée à une voûte sexpartite qu’à tout autre type de couverture. En définitive, l’architecte a opté pour la solution la moins attendue, deux voûtes d’ogives quadripartites ; pour accueillir un doubleau trop large, les colonnes centrales ont été surmontées d’un chapiteau à crochets dilaté par rapport à leur diamètre. À l’exception du coude formé par l’ogive sur le tailloir du chapiteau, elles affichent les mêmes caractéristiques que celles de l’abside : des voûtes plates, encore dépourvues de formeret et dotées de la même clef de voûte percée.

Voûtement du bras sud du transept

207On l’a vu dans le chapitre précédent, le voûtement du bras sud du transept a été perturbé par un changement de parti (cf. p. 119-122) : pour agrandir la rosace sud, les ogives ont été montées plus haut que prévu d’environ 0,80 m. La cassure du profil des ogives est visible seulement dans la travée intermédiaire du bras sud. Le voûtement de la travée extrême, effectué après le changement de parti, ne présente pas ces stigmates : les tas de charges ont été mis en place en même temps que le clair-étage « nouvelle formule », c’est-à-dire au moment où le surhaussement de la voûte était effectif juste à côté. Dans l’autre travée, le détail des opérations est lisible dans le bâti. Le phasage correspond à ce que l’abbé Suger décrit dans son chantier de Saint-Denis.

Organisation des travaux

208La mise en place des chapiteaux constitue, en règle générale, le point de départ du voûtement. Dans le transept comme dans tout le sanctuaire, l’installation d’un échafaudage spécifique à cette hauteur confirme le rôle-clef joué par l’assise des chapiteaux. Ensuite, les tas de charge des arcs ont été montés en même temps que s’élevait le clair-étage : pour former la partie basse des arcs doubleaux, des ogives et des arcs formerets, les longs blocs des tas de charge ont été assisés à l’horizontale et mariés avec le parement du mur (Deneux, 1944). Ensuite, l’arc de la croisée et l’arc doubleau du bras sud ont été construits en claveaux, pendant qu’on achevait le clair-étage. Mais l’architecte avait soigneusement préparé le voûtement à venir, en ménageant une zone de moellons où ancrer les voûtains : dans la baie orientale de la travée intermédiaire, une césure courbe indique la limite entre la partie du mur devant être vue, réalisée en bel appareil, et la marge courbe en moellons qui la surmonte, actuellement cachée sous un enduit de ciment : cette marge brute de moellons était destinée à être mariée avec le voûtain, prévu primitivement plus bas (cf. p. 116-119).

209Pendant ce temps, les ogives et les arcs formerets restaient à l’état d’ébauche. On a commencé à les monter en claveaux dans la travée intermédiaire. Mais les tas de charge avaient été dessinés suivant une courbe prévue plus basse : il a fallu redresser les ogives dès le premier claveau surmontant le tas de charge pour leur donner l’ampleur définie par le nouveau parti. Enfin, on a construit les voûtains, en donnant à l’ensemble une forme nettement bombée, afin que la voûte s’adapte à des arcs doubleaux devenus trop bas pour elle.

210Un tel phasage des travaux répond à une logique de chantier, documentée par un passage célèbre du De consecratione (chap. 11) de Suger, « le miracle de la tempête » (Gasparri, 1996, p. 37) : un jour anniversaire du roi Dagobert, alors que l’office était célébré dans l’abbatiale en construction par Geoffroy, évêque de Chartres, une tempête s’éleva, menaçant de jeter à bas les « arcs supérieurs » qui n’étaient pas étayés et pas encore reliés par des voûtes ; levant les mains vers les arcs, l’évêque opposa sa volonté aux menaces du ciel ; l’accident redouté n’eut pas lieu. D’une interprétation délicate (Gasparri, 1996, note 82), le texte a fait l’objet de nombreux commentaires (voir notamment : Panofsky, 1946, p. 108-109 et 224-226 ; Frankl, 1960, p. 13 sq. ; Annas, Binding, 1988). Le phasage du voûtement du bras sud s’accorde à cette narration ; il montre que les travaux débutaient par l’érection des murs du clair-étage et continuaient par le montage des arcs doubleaux, susceptibles de se dresser longtemps solitaires au-dessus du vide.

Voûtes réalisées

211Le bras sud du transept a été couvert de voûtes quadripartites. Leur forme un peu bombée n’est pas un archaïsme, mais le résultat du changement de parti : l’arc doubleau est sensiblement plus bas que l’arc de la croisée et, plus nettement, que les arcs formerets, quand ils ont été réalisés.

212Toutefois, les voûtes du transept ne composent pas un ensemble homogène (décomptée celle de la croisée, qui appartient au système de la nef). Celles des travées intermédiaires reprennent le modèle du sanctuaire : on y reconnaît la clef creuse caractéristique ; celles des travées extrêmes représentent, dans la cathédrale, une innovation. Caractérisé par sa symétrie, le phénomène relève, pour cette raison, de l’organisation des travaux en tranches et non des aléas du chantier. Il signifie aussi que le voûtement des bras du transept n’a été envisagé qu’une fois tout le clair-étage achevé : les travées intermédiaires sont en effet les premières voûtées et les dernières achevées dans leurs murs, côté ouest ; elles affichent la chronologie la plus longue, puisque les baies orientales sont les premières montées du niveau et les fenêtres occidentales, les dernières.

213Les voûtes des travées extrêmes possèdent donc des clefs d’une composition tout différente. Le large disque feuillu qu’elles offrent au regard dissimule des figures logées entre les branches d’ogive. Dans le Nord de la France, la formule remonte au milieu du XIIe siècle, mais elle comporte alors le plus souvent des têtes humaines, non des figures entières. Dans la travée extrême du bras sud quatre petits anges encore polychromés ont été sculptés, tête tournée vers le haut, corps logé en raccourci dans les angles des ogives jointives.

Chronologie des voûtements du sanctuaire et du transept

214Dans le chapitre précédent (cf. p. 124-125), la croisée du transept est apparue comme un nœud chronologique majeur. L’accident de chantier qui a marqué les maçonneries constitue un indice chronologique qui concerne toute la zone.

Les traces de l’accident dans la croisée du transept

215Les mouvements imprimés aux maçonneries par l’accident ont été d’une très grande puissance : les ruptures visibles dans les murs de la travée ouest du chœur et de la croisée du transept, et dans une moindre mesure de l’abside, permettent d’en jauger l’ampleur. Les ruptures de maçonnerie montent jusqu’au faîte des murs du chœur et, plus haut encore, dans la croisée du transept. Les murs nord (fig. 28) et sud de la croisée (mur du fond des galeries du triforium) laissent voir des lézardes dessinant des césures en escalier (axe nord-sud de la fracture) (fig. 10, 13), épargnant seulement le haut du mur, qui porte un décor de rose aveugle. Le mur oriental de la croisée n’a été touché que dans l’arc triomphal et ses premières assises (deux césures suivant l’axe est-ouest de la fracture). L’accident est survenu pendant le montage de la rose, induisant dans les claveaux inférieurs et le bas de la baie sud un désordre qui a été immédiatement corrigé. La construction du mur oriental était alors à peine entamée. La partie haute du mur, soit les 9/10 e du parement extérieur, a été totalement épargnée.

État des voûtes

216Il est impossible que les voûtes du chœur et du bras sud n’aient pas été touchées par un accident qui a fissuré l’abside, ébranlé le chœur en fendant de bas en haut les murs de la travée ouest et partiellement lézardé les murs de la croisée du transept. Or, elles ne présentent aucune trace de désordre. Auraient-elles été refaites après l’événement ? Auraient-elles alors subi de simples réparations ou une réfection ultérieure qui aurait dissimulé les stigmates sous une couche d’enduit ?

217Les archives du XIIIe siècle sont trop lacunaires pour apporter une réponse. Les actes capitulaires du XVe siècle (livre XI, fol. 49) font état d’une décision prise le 8 février 1419, confiant à Jacques Morel, dernier maître général de l’œuvre, la réfection d’un arc doubleau « au milieu de l’église » : Qua die ordinaverunt quod operarius faciat operari circa arcum dubber in medio ecclesie, qui videtur periclitari (Guigue, 1880, p. 10, note 56). Mais la localisation est trop vague. La mention pourrait concerner aussi bien l’arc doubleau de la deuxième travée double de la nef, dont les baies hautes montrent des désordres réparés tardivement (XVIIIe siècle ?) avec force agrafes de fer. Il en va de même pour les voûtes du bras sud et celle de la croisée, les premières réalisées dans le transept. Même si les désordres ont été moindres du côté sud de la croisée, les voûtes ne portent pas non plus de traces.

Chronologie relative des voûtes

218Le voûtement du chœur est contemporain de celui de l’abside et des travées intermédiaires du transept. Il est antérieur à celui des travées extrêmes du transept. Ils sont tous postérieurs à l’accident, c’est-à-dire qu’ils ont été réalisés après l’achèvement de la rose orientale de la croisée. Cette rose est occupée par le même réseau rayonnant que les rosaces nord et sud du transept, à quelques nuances près. Les colonnettes et les chapiteaux de ces trois fenêtres circulaires sont les mêmes. Les chapiteaux sont stylistiquement plus évolués que les chapiteaux supérieurs du transept qui eux-mêmes renvoient à ceux des galeries du triforium occupant l’angle de la nef principale et du transept et à ceux des grandes arcades des travées 3 et 4. Les verrières de la rosace sud sont datées de 1240, celles de la rosace nord, de 1250 (Brisac, 1986) : les cadres où elles ont été montées (cercle extérieur et réseau) sont nécessairement antérieurs.

219La chronologie relative des voûtes du transept est assez claire. Le voûtement du bras sud a ouvert cette tranche des travaux, commencés par la travée intermédiaire et poursuivis dans la travée extrême. Le voûtement du bras nord a suivi, à quelques années de distance : le décor du clair-étage, nettement plus évolué, est marqué par les premières influences stylistiques venues de Bourgogne (crochets et figures animales ou humaines dans les écoinçons des baies). Pour toutes ces raisons, le voûtement du sanctuaire appartient au premier tiers du XIIIe siècle, peut-être aux années 1220-1230, et celui du bras sud du transept vraisemblablement aux années 1230-1240. La construction des travées orientales de la nef, du triforium de ces travées, du clair-étage du sanctuaire et de celui du transept a dû se dérouler sur la plus grande partie de l’épiscopat de Renaud de Forez. N’oublions pas que son activité de constructeur était d’abord tournée vers la mise en défense de la seigneurie épiscopale et l’érection de châteaux forts.

Voûtement de la nef

220La nef principale est couverte de voûtes sexpartites, parti d’origine, puisque dès leurs bases, les supports se différencient entre piles fortes et piles faibles. Le voûtement de la nef principale a été une opération longue et délicate, qui s’est effectuée en trois phases. La récente campagne d’archéologie du bâti menée sur le côté sud de la cathédrale a relevé, dans le clair-étage et les arcs-boutants, les marques d’une chronologie assez complexe. Pour restituer les étapes du travail et les difficultés techniques rencontrées par les constructeurs, il faut analyser l’évolution de leurs maçonneries.

221Pour clarifier l’exposé, la numérotation des arcs-boutants a été déduite de celle des demi-travées de la nef. Ainsi, la quatrième travée double de la nef (travée orientale, jouxtant la croisée du transept) est-elle formée de la septième demi-travée et de la huitième demi-travée. L’arc-boutant logé au milieu de la quatrième travée double, c’est-à-dire entre la septième demi-travée et la huitième demi-travée, sera dénommé « arc-boutant 7/8 ». Celui qui est logé entre la troisième et la quatrième travée double est donc situé entre la sixième et la septième demi-travée, dont il tire la dénomination « arc-boutant 6/7 ». Positionné au milieu d’une travée double, l’arc-boutant 7/8 contrebute un support faible. Positionné entre deux travées doubles, l’arc-boutant 6/7 contrebute un support fort.

Les arcs-boutants : la réorientation des culées

222Les arcs-boutants de la nef principale reprennent le schéma et les tracés de ceux du chœur. Notamment, ils partagent avec eux le choix d’arcs en quart de cercle, formule déjà archaïque au moment où l’on voûtait le sanctuaire. Toutefois, leur culée monte plus haut, puisque le clair-étage de la nef est le double de celui du chœur, ils sont composés de trois niveaux définis par la double volée d’arcs, alors que ceux du chœur n’en comptent que deux, plus longs et plus trapus. Le décor de statues, en façade de culée, et de pinacles, appartient aussi aux innovations, comme leur plus grande élégance (plus grande minceur du bâti, plus grande subtilité du dessin). Ils sont donc composés d’une double volée d’arcs et d’une culée en trois niveaux (fig. 68, 69). En retrait les uns par rapport aux autres, ces trois niveaux accusent chaque fois une légère réduction dans leurs dimensions. La section du premier niveau est d’environ 1,17 x 2,85 m (variations de 2, 82 à 2,96 m), celle du deuxième niveau d’environ 1,00 x 2,82 m (variations de 2,80 à 2,86 m). En revanche, celle du troisième niveau accuse des variations plus marquées relativement à la réduction générale du bâti : si les largeurs, comprises entre 0,58 m pour les trois culées orientales et 0,60 m pour les trois culées de l’ouest, sont stables, les longueurs mesurent environ 2,35 m pour les culées 7/8 et 6/7 et environ 1,95 m pour les quatre autres.

68 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, coupe transversale de la nef, d’après Desjardins.

69 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants de la nef, côté sud.

223Cette répartition en deux groupes - la paire d’arcs-boutants contrebutant la quatrième travée et ceux contrebutant les troisième et deuxième travées - est justifiée par d’autres caractéristiques constructives. Les deux premiers, très réguliers, sont un bâti homogène, comme les baies du même étage. Les quatre autres arcs-boutants montrent dans leur maçonnerie une série de corrections qui apparaissent sous la forme de réorientations, déjà observées dans ceux du chœur, et de césures courbes. Plus étroit et plus court, le deuxième niveau de la culée démarre sur la ligne des sommiers de l’arc : il a été positionné légèrement de biais sur le premier niveau, suivant un angle nettement marqué vers le nord-ouest (fig. 70). La mise en œuvre est particulièrement soignée : ce pivotement a été facilité par l’insertion d’une assise de réglage dont les angles dégagés par la réorientation ont été chanfreinés. Ce travail de finition a été réalisé sur place : les hommes de l’art ont réglé les problèmes au cas par cas et sur le bâti déjà en place.

70 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants de la nef : disposition en plan des culées par rapport au mur gouttereau de la nef principale.

Les arcs-boutants : hauteur des appuis et césures courbes

224Dans les arcs-boutants contrebutant les deuxième et troisième travées, les culées montrent des césures courbes (fig. 71b). Elles apparaissent systématiquement au-dessus du départ des arcs et démarrent à quelques assises des sommiers ; de courtes assises les séparent de l’extrados des arcs réalisés. Ces césures sont les traces laissées par des arcs amorcés dans les culées suivant un parti abandonné ultérieurement : comme les tas de charge des voûtes dans les murs du clair-étage, le départ des arcs a été monté dans la culée, en attente d’achèvement. La courbe des césures dessine celle des arcs non réalisés : ils avaient été prévus pour monter tous plus haut, suivant le modèle des arcs-boutants de la quatrième travée.

71a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants 6/7 de la nef.

225Comme les réorientations, ces corrections de trajectoire révèlent la précision avec laquelle la mécanique du bâti a été analysée par les constructeurs. Parallèlement, les tâtonnements que dénoncent les variations d’un arc-boutant à l’autre sont les témoins des recherches techniques faites sur le terrain. Ces tâtonnements se mesurent à l’implantation des têtes d’arc contre le mur gouttereau : le niveau de l’implantation varie en fonction des contraintes mécaniques (forces exercées sur les arcs-boutants par les voûtes) et, surtout, du projet des constructeurs pour les contrôler. Pour établir des comparaisons entre ces différentes implantations, la hauteur des têtes d’arc du premier niveau et du second niveau a été mesurée à partir de l’horizontale unique que dessine l’appui des baies du clair-étage.

226Dans l’arc-boutant 7/8, le premier arc s’appuie au niveau des chapiteaux de la baie (de la cote 9,06 m à la cote 11,14 m), avec une emprise importante de 2,08 m ; le second s’appuie au niveau du sommet du mur (de la cote 14 m à la cote 15,40 m), avec une emprise moins importante de 1,40 m. Dans l’arcboutant 6/7, le premier arc s’appuie au niveau des chapiteaux de la baie (de la cote 9,28 m à la cote 11,48 m), avec une emprise importante de 2,20 m ; le second s’appuie au niveau du sommet du mur (de la cote 14,38 m à la cote 15,28 m), avec une emprise moins importante de 0,90 m.

71b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants 4/5 de la nef.

227Dans les quatre autres arcs-boutants, les arcs démarrent plus bas, mais avec une emprise plus forte (fig. 71b). Dans l’arc-boutant 5/6, le premier arc s’appuie sous le niveau des chapiteaux de la baie (de la cote 8,08 m à la cote 9,78 m), avec une emprise importante de 1,70 m ; le second s’appuie au niveau du sommet du mur (de la cote 13,62 m à la cote 15,28 m), avec une emprise importante de 1,66 m. Dans l’arcboutant 4/5, le premier arc s’appuie sous le niveau des chapiteaux de la baie (de la cote 7,77 m à la cote 9,43 m), avec une emprise importante de 1,66 m ; le second s’appuie au niveau du sommet du mur (de la cote 13,28 m à la cote 15,30 m), avec une emprise très importante de 2,02 m.

228Dans l’arc-boutant 3/4, le premier arc s’appuie sous le niveau des chapiteaux de la baie (de la cote 7,75 m à la cote 9,45 m), avec une emprise importante de 1,70 m ; le second s’appuie au niveau du sommet du mur (de la cote 13,26 m à la cote 15,28 m), avec une emprise importante de 2,02 m. Dans l’arc-boutant 2/3, le premier arc s’appuie au niveau des chapiteaux de la baie, positionnés plus bas qu’ailleurs, (de la cote 7,79 m à la cote 9,45 m), avec une emprise importante de 1,66 m ; le second s’appuie au niveau du sommet du mur (de la cote 13,24 m à la cote 15,32 m), avec une emprise moins importante de 2,08 m.

Archéologie des arcs-boutants

229Ces réorientations sont une réponse technique à la courbure marquée de la nef, concave vers le sud (fig. 46, 70). Cette courbure a eu deux conséquences sur la construction : d’une part le désaxement des contreforts du bas-côté qui, montés perpendiculairement au mur gouttereau, sont, en quelque sorte, rayonnants ; d’autre part, le gauchissement des travées qui, toute proportion gardée, tendent vers le losange. Assis sur le contrefort du bas-côté, le premier niveau des culées en prolonge le désaxement. Le pivotement du deuxième niveau vient à la fois corriger ce désaxement et rattraper le support intérieur, sensiblement déplacé par rapport à sa position géométriquement idéale.

230Quoique spectaculaire sur le terrain, la correction d’angle reste d’une faible amplitude. Mais cette faiblesse même permet, justement, de mesurer concrètement le degré de précision exigé pour la mise en œuvre des voûtes quadripartites et les capacités technologiques des constructeurs. Qui plus est, dans chaque arc-boutant, la solution retenue répond précisément aux paramètres locaux ; dans l’arc-boutant du milieu de la deuxième travée, la reprise est plus importante qu’ailleurs, le deuxième niveau de la culée étant non seulement réorienté, mais aussi décalé vers l’ouest. Le phénomène a été sans doute plus courant qu’on ne l’imagine, comme on le constate au chevet de la cathédrale du Mans : l’évolution du premier projet a induit de semblables décalages entre les sections composant les contreforts des chapelles rayonnantes, répondant à des problèmes de statique et d’éclairement (Bouttier, 2003).

231Si la réorientation des culées renvoie simplement au problème anecdotique de la courbure de la nef, la reprise du profil des arcs répond, elle, à une difficulté d’ordre structurelle (efficacité du contrebutement des ogives). En cela, elle confirme que les constructeurs du milieu du XIIIe siècle étaient de véritables ingénieurs, capables par recherche empirique d’améliorer et de rationaliser leur méthode de construction. L’archéologie des arcs-boutants révèle la chronologie des travaux et, surtout, des apprentissages techniques par tâtonnement. La correction de l’implantation des têtes d’arc sur le mur gouttereau s’est faite en deux temps. Les arcs-boutants de la quatrième travée forment un ensemble homogène, construit sur des normes intellectuellement satisfaisantes, mais concrètement impropres. Les premières corrections sont apparues dans l’arc-boutant 5/6 : la tête du premier arc a été descendue de 1,67 m et réduit de 0,38/0,50 m en hauteur ; positionnée à la même hauteur que les précédentes, la tête du second arc a été en revanche amplifiée vers le bas de 0,26/0,76 m.

232Les secondes corrections apparaissent dans l’arcboutant 4/5 qui servira de référence aux deux derniers ; les arcs-boutants 4/5, 3/4 et 2/3 forment un ensemble remarquablement homogène : la technique était acquise. Dans les trois cas, la tête du premier arc, maintenue dans ses dimensions, est descendue de quelque 0,30 m, sous le niveau des chapiteaux des baies. Celle du second arc, maintenue dans sa position sous le faîte du mur gouttereau, est en revanche agrandie vers le bas d’environ 0,40 m. Ces variations révèlent les fonctions données à chaque arc. Le premier, qui tend à s’amincir, a été rapproché du niveau du chapiteau intérieur portant les ogives (éventuellement l’arc doubleau) : on se préoccupe moins de renforcer les reins de la voûte que d’appliquer une jambe de force là où le bâti est susceptible de « casser ». Tout au contraire, le second tend à s’épaissir : on amplifie l’effort de contrebutement sur une partie du mur sans contact immédiat avec la voûte, peut-être parce qu’on estime que la hauteur de mur d’environ 4 m comprise entre les deux arcs peut réagir comme un raidisseur. De fait, la hauteur maximale de l’arc, sous l’égout du toit, est une constante d’ordre esthétique : il en va de la régularité du dessin architectural. Il n’en reste pas moins vrai que, comme cela a été démontré, le contrebutement du faîte du mur répond aussi à un souci de sécurité : en cas d’incendie, les efforts que font peser les charpentes en voie de dislocation sur les murs où elles s’appuient sont efficacement combattus par les arcs supérieurs.

Organisation des travaux

233Il est évident que l’ordre dans lequel sont intervenues ces corrections est étroitement dépendant de l’organisation des travaux. Par contrecoup, il en révèle les étapes, comme en négatif. Au moment d’ouvrir le chantier du clair-étage de la nef, on a d’abord élevé le premier niveau des culées, dans le prolongement des contreforts des bas-côtés : il n’était pas encore question de corriger leur orientation.

234Dans un deuxième temps, on a construit les deuxième et troisième niveaux des culées, préalablement réorientées vers le nord-ouest, en amorçant chaque volée d’arc. Dans le même temps, on élevait les parties basses du clair-étage, jusqu’aux arcs des baies exclusivement. On remarque en effet dans les piédroits des baies une césure horizontale à la hauteur des chapiteaux des réseaux. Cette césure répond à un subtil changement de parti : les tympans des baies ont été mis en place avec un léger recul (de 5 à 15 cm), parce que l’arc de chaque baie a été doté d’un larmier, soutenu par de magnifiques bustes d’hommes en ronde-bosse ; le recul permettait d’accueillir cette innovation qui aurait fait sinon une saillie trop forte sur le clair-étage. À ce moment de la construction, le côté sud de la cathédrale était hérissé de môles pointant vers le ciel leur inachèvement. Notons que le phasage de l’opération déborde toujours les limites architecturales : ainsi, les césures verticales marquant les arrêts de la construction du clair-étage sont situées au-delà du môle unissant deux travées, le môle étant compris tout entier dans ce segment du chantier.

235Puis, on a achevé prioritairement la quatrième travée, la plus régulière : son mur nord, caractérisé par le dessin archaïque du réseau des baies, était élevé déjà depuis plusieurs années. Les doubles volées d’arc ont été mises en place en même temps que les arcs doubleaux. Leur installation n’est cependant pas intervenue immédiatement. Pour stabiliser ces hautes murailles non encore contrebutées, l’architecte avait pris soin de les étrésillonner par deux tirants : on voit encore, au niveau des chapiteaux supérieurs de la pile faible et de la pile forte qui suit, les traces d’ancrage de ces tirants. L’achèvement de cette travée a pris sans doute valeur de phase expérimentale. L’érection des suivantes a en effet suivi un ordre différent : les deux volées d’arcs et les doubleaux ont été montés dans la même opération que le haut des murs, tympan des baies compris. Le chantier a progressé régulièrement vers l’ouest.

Le clair-étage

236Le clair-étage du XIIIe siècle (fig. 72) fournit une chronologie relative des travaux. Il est composé de douze fenêtres hautes, soit six au nord et six au sud, correspondant aux trois travées doubles (ou six demi-travées). Toutes les fenêtres hautes sont formées de trois lancettes, surmontées de trois roses polylobées disposées en triangle dans le tympan de la baie, les deux roses inférieures s’appuyant sur les écoinçons des lancettes, la rose supérieure se calant contre le sommet de l’arc de la baie. Les variations interviennent dans le détail des roses (dimensions, percements complémentaires) et les hauteurs relatives des lancettes. Dans le premier type, les lancettes sont de hauteur égale, la rose polylobée supérieure a un diamètre sensiblement plus grand que les deux autres et le tympan de la baie est complété latéralement par deux oculus trilobés. Dans le second type, les trois lancettes du triplet sont un peu plus courtes que celles du premier type, la lancette centrale est un plus longue que les deux autres, les trois roses polylobées ont été dessinées avec le même diamètre, plus grand que précédemment, et les deux oculus supprimés. Le troisième type reprend le schéma précédent. Mais il introduit, très tard par rapport au nord de la France, la technique du remplage : les composantes de la baie ne sont plus maçonnées avec l’ensemble du bâti, mais ont été installées, encore bien maladroitement il est vrai, comme une grille de pierre autonome dans un cadre lui-même autonome. Les variations de la composition répondent à la nouveauté technique : les écoinçons entre tous les éléments ont été vidés, assurant une grande transparence de la baie. Elles répondent aussi à un raffinement stylistique caractéristique du dernier tiers du XIIIe siècle, qui substitue à la monumentalité de la première moitié du siècle la multiplication des décors et la réduction des sculptures : la baie comporte deux ordres superposés de chapiteaux (ceux des lancettes et ceux de l’arc encadrant les roses), ces chapiteaux sont réduits de moitié par rapport aux précédents et les moulures de la base de la corbeille et du tailloir sont hypertrophiées, réduisant encore l’ampleur de la corbeille.

72a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, clair-étage de la nef principale, côté sud, (parement extérieur).

237Le premier type a été employé exclusivement dans le clair-étage nord de la quatrième travée double. La harpe d’attente qui signe la fin de cette première phase est située de l’autre côté du dosseret ouest de la travée, c’est-à-dire déjà dans la troisième travée double. Sa forme révèle la démarche des constructeurs. Tout d’abord, la bande murale sous la baie est de la troisième travée double est marquée par une césure en crénelage vertical. Ensuite, la colonne engagée de la baie située contre le dosseret ne présente aucune césure : elle a été normalement montée avec le dosseret et appartient, de ce fait, au chantier de la quatrième travée double ; la limite de chantier se trouve logiquement dans l’espace vide de la baie. Immédiatement au-dessus se voit une courte césure courbe. Il s’agit du départ de l’extrados correspondant à la lancette prévue suivant le premier type ; la lancette effectivement réalisée dans cette baie du deuxième type, plus courte, a épargné ce vestige du projet primitif. Encore au-dessus s’élève une seconde césure en crénelage vertical. Le second type occupe le côté sud de la quatrième travée double, la troisième travée double et la moitié orientale de la deuxième travée double. Avec lui s’est donc ouvert un long chantier qui intéressait le clair-étage dans sa plus grande étendue, comme si l’œuvre de la cathédrale avait bénéficié d’une impulsion nouvelle et d’un financement extraordinaire. Cette phase correspond à l’installation du pape Innocent IV dans la ville entre 1245 et 1251, à l’occasion du premier concile œcuménique de Lyon (1245) dont les grandes cérémonies se sont déroulées dans la cathédrale, en présence des plus hautes personnalités religieuses et politiques de l’Occident. La harpe d’attente qui achève cet ensemble à l’ouest trahit une interruption programmée. Elle est assez discrète : seule l’étroite bande murale sous les baies porte une césure en crénelage vertical ; dans la bande murale supérieure, les maçonneries ont été « lissées ». Implanté dans la moitié occidentale de la deuxième travée double seulement, le troisième type termine le chantier du XIIIe siècle. La harpe d’attente qui marque la limite de cette phase est aussi discrète que la précédente. Elle témoigne d’une interruption longue d’une quarantaine d’années environ.

72b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, détail de la demi-travée 3.

Les voûtes réalisées

238La nef principale a été couverte de voûtes sexpartites à partir du second quart du XIIIe siècle : la voûte de la quatrième travée, qui représente dans l’ensemble des parties hautes la première phase de chantier, date probablement des années 1140. Le voûtement a dû se poursuivre jusque dans les années 1267-1270, dates des grandes révoltes bourgeoises qui ont ébranlé la ville ; la dernière travée, construite durant le XIVe siècle, reprend le même parti. Au XIIIe siècle, déjà, la formule est un archaïsme : l’architecture française l’a abandonnée à l’aube du siècle ; Saint-Étienne de Bourges est la dernière grande cathédrale à l’adopter et les voûtes sexpartites de la cathédrale de Beauvais sont, en réalité, la conséquence des reprises imposées par l’effondrement de 1248. Autour de Lyon, les édifices majeurs sont déjà dotés de voûtes quadripartites dès le premier tiers du siècle : l’abbatiale de Belleville-sur-Saône, dans la seigneurie de Beaujeu, dédicacée en 1179 (Valléry-Radot, 1936), ou les cathédrales voisines de Lausanne, dont la construction a débuté dans les années et le gros œuvre achevé vers 1232 (Emond et alii, 1991), et de Genève, dont la date traditionnellement admise pour le commencement des travaux, vers 1150-1160 (Martin, 1910), a été rajeunie par Christian Freigang et Peter Kurmann qui situent la plus grande partie du gros œuvre entre 1210 et 1250 environ (1991). Dans le comté de Forez, la collégiale Notre-Dame de l’Espérance, à Montbrison, est aussi voûtée d’un système quadripartite dans le premier tiers du XIIIe siècle : les travaux ont été commencés en 1212 et en 1226 sont célébrés les premiers offices canoniaux (Thiollier, 1936).

72c - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, détail de la demi-travée 6 et de la demi-travée 8.

239Dans ce domaine, comme dans celui des arts décoratifs, Lyon a subi à cette époque l’influence de la Bourgogne : à Notre-Dame de Dijon, construite entre 1230 et 1251, la nef est couverte d’un voûtement sexpartite (Oursel, 1938 ; Erlande-Brandenburg, 1997). C’est cette influence qui a touché aussi les cathédrales de Genève et de Lausanne (Grodecki, l979, p. 39). La nef de la cathédrale de Genève montre encore les vestiges du projet primitif (colonne faible dans le triforium des première et deuxième travées). À Lausanne, la nef est non seulement marquée par des supports alternativement forts et faibles, mais elle possède encore, dans la dernière travée, une voûte sexpartite. À Dijon comme à Lyon, l’alternance des supports affiche la plus grande discrétion. Dans la nef de la primatiale, les colonnes minces des piles fortes débordent des grandes arcades vers la nef et montent jusqu’aux chapiteaux supérieurs, alors que celles des piles faibles sont repoussées sous les arcades qui sont, en hauteur, leur limite définitive. Cette pérennité d’une formule qui, dans le Nord de la France, n’aura duré qu’un demi-siècle, jusqu’à la reconstruction de la cathédrale de Chartres, ne peut être réduite à la simple qualification d’archaïsme. Mais la diversité de ses emplois ne permet pas une interprétation claire du phénomène : on en trouve par exemple des épigones à Notre-Dame de Magdebourg (Saxe, XIe siècle) voûtée entre 1220 et 1240, à Saint-François de Bologne (Emilie-Romagne) vers 1236-1250 et en Aquitaine, à Saint-Pierre de la Réole (voûtes du XIIIe siècle, refaites au XVIIe siècle) ou dans l’ancienne collégiale d’Uzeste (XIIIe siècle).

Histoire des travaux : la tour de la Madeleine et la fin du chantier

240Les tours du chevet ont été achevées à des époques différentes. La tour nord, qui fait office de clocher, était en travaux au XIV e siècle. En 1323, l’archevêque Pierre de Savoie (1308-1332) a affecté à son achèvement les bénéfices vacants de tout le diocèse, sur une durée de trois ans (Guigue, 1880, p. 8-9 et note 44). Mais le vieux clocher de l’An Mil a été détruit en 1293. Il paraît improbable que la cathédrale ait été privée de ses sonneries pendant plus de trente ans. Les cloches étaient-elles déjà installées dans leur double étage de charpenterie, protégées des intempéries par des structures provisoires ? Les travaux n’ont-ils concerné qu’une partie non vitale des maçonneries ? De fait, sur le côté sud de l’étage des cloches, c’est-à-dire du côté du palais épiscopal, les remplages ont été bouchés après l’achèvement de la tour par une maçonnerie épaisse (fig. 73) destinée à rabattre le son des cloches vers le nord, c’est-à-dire vers Saint-Étienne (le dispositif a été démonté lors des restaurations de 1990). Malheureusement, cette installation reste encore mal datée. On a retrouvé dans le remplissage de moellons un segment de colonne géminée, taillé pour être employé dans le montage des colonnes géminées des remplages, mais abandonné inachevé : sa présence dans le bouchage semble devoir confirmer que ce dernier a été réalisé assez peu de temps après l’achèvement de la tour.

73 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour nord du chevet : bouchage des ouvertures méridionales photographiées avant 1990.

241La tour sud, dite « tour de la Madeleine », a connu une destinée plus mouvementée (fig. 47). Armand Sachet date son couvrement des années 1415-1419 : les travaux ont été payés sur les offrandes versées pour le premier pardon de la Saint-Jean (Sachet, 1914, p. 68). L’étude archéologique des années 1989-1990 a découvert les vestigia d’une chronologie beaucoup plus complexe, et plus tardive. Le couvrement des années 1415-1419 ne correspond sans doute qu’à une couverture provisoire. Le premier des deux étages aériens a pu avoir été construit au début du XVe siècle. Les bases prismatiques des baies sont en effet d’une parfaite maturité. Toutefois, le glacis des trois ouvertures orientales révèle une césure horizontale : immédiatement en avant des bases prismatiques et sous elles se voient le départ de piédroits plus étroits, plus simples, vestiges d’un étage sans doute plus fin jamais réalisé. Le larmier qui souligne cet étage appartient à ce glacis : il est interrompu avant le contrefort central du bras sud, à cause de la harpe d’attente qui terminait la façade de la salle de liaison. Ces deux détails - piédroits à peine amorcés et interruption du larmier - indiquent d’une part que la construction de ce premier étage aérien a été entamée sur quelques assises au-dessus du clair-étage du transept, arrêté au milieu du glacis, puis couvert d’une toiture provisoire ; d’autre part, que cette interruption correspond à un important arrêt de chantier, puisque le parti stylistique même de l’étage a été modifié, arrêt dont la longueur justifiait précisément l’installation d’une couverture provisoire.

242Le second étage comporte deux baies géminées par face. Leurs remplages flamboyants tranchent sur le dépouillement des ouvertures de l’étage inférieur. Leur composition de mouchettes et de soufflets les apparente à ceux de la chapelle des Bourbons, plus complexes, cependant. L’ensemble du décor est caractérisé par sa richesse, mais il est resté inachevé : la frise de personnages et de plantes qui orne la corniche supérieure n’a pas reçu sa finition, surtout sur la face orientale. Le faîte de la tour est constitué d’un chemin de ronde relativement large qui cerne le volume vide des deux étages ; il est bordé, vers l’extérieur, d’un garde-corps. L’évacuation des eaux de pluie devait être assurée par quatre gargouilles encore en place, fixées dans le prolongement des diagonales, entre les paires de contreforts renforçant les angles. Mais la toiture actuelle les a rendues inutiles, preuve de son inadaptation au projet primitif. Par ailleurs, la tourelle d’escalier montée après coup contre l’angle nord-ouest de la tour était destinée à assurer l’accès au chemin de ronde, grâce à une porte supérieure, aujourd’hui obstruée par la toiture débordante (fig. 74, 76b).

74 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour sud du chevet, face septentrionale : second étage et tourelle supérieure d’escalier.

243Tous ces faits prouvent que le toit actuel a été monté à une époque où un projet tout autre venait d’être abandonné. Cet autre projet concernait-il une flèche ou un toit d’une conception différente de la couverture actuelle, par exemple une toiture de plus faible ampleur, contenue dans le périmètre du chemin de ronde, comme celui qui couvre les tours de la façade, achevées à la fin du XIVe siècle (fig. 1) ? L’hypothèse d’une flèche répond mieux à l’ampleur d’un projet qui visait à remodeler le front de Saône et l’espace du palais épiscopal, trop longtemps abandonné. En outre, il paraît aberrant que les travaux aient été arrêtés juste avant le montage d’une toiture réduite, travail de faible ampleur : il fallait bien couvrir la tour et, en définitive, c’est une charpente beaucoup plus importante qui a été effectivement réalisée. Il ne pouvait donc s’agir que d’un bâti plus lourd à construire et face auquel il existait des alternatives moins onéreuses, plus simples et d’exécution plus rapide.

244Le niveau a été complété peu après par le second corridor (celui qui dessert les combles de la nef), la loge à double rampant qui achève l’escalier de la tour et la tourelle supérieure, qui monte plus haut que la toiture (fig. 49, 53, 76b). Les ogives tripartites du premier (fig. 75), le remplage arborescent de la seconde et, surtout, les doubles queues d’aronde et dés carrés de la troisième (fig. 76) accusent une date très tardive dans le siècle : bien représentée à la chapelle dite « des Bourbons », construite sur le flanc sud de la cathédrale entre 1486 et 1508 (Bégule, 1880, p. 83-85 ; Macé, 1941 ; Méras, 1986 ; Hamon, 2001), l’application de la technologie du bois à la construction de pierre (agrafes à double queue d’aronde et clavettes de section carrée en pierre) caractérise les dernières décennies du XVe siècle à Lyon (Reveyron, 1996a).

Le corridor supérieur

245Ce corridor se compose de trois parties : une section centrale, longue de 4,65 m et large de 0,82 m, et, aux extrémités, deux passages coudés de même largeur, établissant la relation avec les combles au nord et l’escalier au sud. Traversant les murs de la tour et de la nef, ils sont couverts par un plafond de dalles.

Les voûtes d’ogives tripartites

246Dans la section centrale, en revanche, se développe une suite de voûtes tripartites disposées tête-bêche et articulées directement les unes aux autres, sans l’intermédiaire d’un doubleau (fig. 75). Chaque voûte tripartite est structurée par des ogives triples dessinant un « Y ». Mais, curieusement, les trois branches en sont à ce point inégales que le « Y » apparaît distendu et biaisé ; le dessin général de l’ensemble voûté reste, au premier abord, difficile à identifier et la succession des ogives semble n’obéir qu’au plus grand désordre. Toutefois, la composition de l’ensemble des nervures est, dans sa réalité géométrique, d’une grande rigueur : nous avons affaire à un très bel exemple de ces véritables « anamorphoses architecturales » dont les voûtes germaniques des XV-XVIe siècles révèlent la grande diversité (Classen, 1958).

247Pour en décrypter le schéma directeur, il faut repérer la figure géométrique de base à partir de laquelle s’organise toute la couverture nervurée. Cette figure est révélée par les points d’ancrage des nervures dans les murs. Les ogives sont en effet issues directement des deux assises (est et ouest) qui portent les voûtes, sans l’intermédiaire de culot, ou plutôt, le nœud qu’elles forment à leur départ équivaut à un culot. Huit points d’ancrage sont donc disposés sur les deux murs longitudinaux suivant un entr’axe de 0,98/1 m : quatre à l’est, quatre à l’ouest. Le nombre de nervures qui s’en élèvent détermine deux types de nœuds, soit de deux ogives, soit de quatre ogives. Ils sont répartis en quinconce dans l’ensemble du corridor, les nœuds de deux ogives alternant avec ceux de quatre ogives. Malgré un léger décalage dans leur implantation (erreurs de quelques centimètres), ils sont associés par paires suivant quatre axes est-ouest, les paires comportant nécessairement un nœud de deux ogives et un nœud de quatre ogives.

248La figure tracée à partir de chaque paire est-ouest est un quadrilatère appelé en géométrie un cerf-volant (la petite diagonale coupe la grande diagonale dans son premier quart) : elle associe deux petits côtés formant un angle obtus et deux longs côtés formant un angle aigu. Les quatre cerfs-volants issus des quatre paires est-ouest sont répartis tête-bêche sur l’ensemble du corridor. Les deux angles latéraux de chaque quadrilatère ont été reliés à l’angle aigu du quadrilatère le plus proche par des ogives longues (cette disposition explique que chaque angle aigu forme un nœud de quatre ogives, alors que l’angle obtus opposé ne compte que deux ogives). Ces ogives supplémentaires déterminent avec les cerfs-volants associés chaque fois un losange étiré.

Eléments de comparaison (fig. 75)

249Le prototype de la voûte d’ogive en « Y » apparaît à la cathédrale de Lincoln, dans les « crazy vaults » du chœur, commencé en 1192 (Frankl, 1953) : chaque travée, délimitée par deux arcs doubleaux, comporte deux ensembles d’ogives triples installés chacun en diagonale à partir des supports d’angle ; la clef des trois ogives est installée sur une lierne longitudinale étendue à tout le chœur. Les deux ensembles d’ogives triples ne sont pas séparés par un doubleau intermédiaire ; leur juxtaposition dessine, suivant une diagonale de la voûte, un losange très étiré. Cette disposition duale, qui repose sur une symétrie savante, dénote une bonne maîtrise de la géométrie appliquée.

250C’est surtout au XIVe et au XVe siècle que les architectes ont exploité les possibilités esthétiques et techniques offertes par cette formule très souple, adaptable à des surfaces de formes diverses, du bas-côté étroit à la travée trapézoïdale de déambulatoire ou à la salle carrée. Mais la page du carnet de Villard de Honnecourt (f° 21) où figure un schéma de voûtes à triple ogive sans doubleau sur une salle de plan carré prouve que la question était abordée, au moins théoriquement, dès le premier quart du XIIIe siècle (Bechmann, 1991, p. 118-121). De même, au château de Klingenberg (Svikov) dans le sud de la Bohême, ouvrage germanique remontant aux années 1260-1270, la galerie supérieure occidentale de la cour offre un exemple précoce de voûtes tripartites sans doubleaux, mais toutes dessinées sur le même schéma régulier et distribuées perpendiculairement à l’axe de l’espace couvert (Bachmann, 1969, p. 39-40). Contrairement à Lincoln et comme dans le corridor lyonnais, les clefs des ogives tripartites sont disposées en quinconce, créant cet effet de balancement caractéristique.

75 - Schémas directeurs des voûtes tripartites.

251Trois exemples plus tardifs reprennent la disposition sans doubleaux. En Hongrie, tout d’abord, la chapelle de la Trinité à la cathédrale de Györ, dite « chapelle Hédervary » (évêque de 1386 à 1415), élevée dans la seconde moitié du XIVe siècle (Pàl, 1986, p. 993-995), reproduit la formule originelle élaborée à Lincoln, notamment l’alignement des clefs sur l’axe longitudinal, mais rejette totalement les doubleaux ; il est vrai que l’ampleur réduite de la chapelle par rapport au chœur anglais justifie pleinement ce choix. En Allemagne, ensuite, le cloître de la cathédrale de Würtzburg (fin du XVe siècle), reprend la formule du château de Klingenberg (Classen, 1958, p. 74), bien adaptée, dans les deux cas, à l’organisation des baies donnant sur le préau. En France, enfin, la galerie subsistante du cloître de Souvigny, du début du XVIe siècle, fait appel aussi aux ogives tripartites perpendiculaires à l’axe de la galerie, mais d’une plus grande ampleur. Malgré l’emploi d’ogives tripartites qu’ils partagent avec elle, ces trois exemples font ressortir l’originalité de la formule lyonnaise : les ogives en « Y » sont irrégulières, elles sont associées deux à deux et des nervures adjacentes les complètent pour créer les losanges intermédiaires.

252Faut-il, dans ces conditions, y déceler une influence des architectes de la cour de Moulins, comme le suggère le rapprochement avec le cloître de Souvigny ? Sans doute : l’art de la cour des Bourbons s’affiche dans la chapelle du cardinal et dans la tourelle haute de la tour sud. Et au château de Moulins, l’architecture des ducs a poursuivi sur sa lancée précieuse et savante jusqu’au début de la Renaissance : le plan dressé par Evezard en 1777 mentionne, à propos de la chapelle, une voûte en pierre « très curieuse par sa belle construction, aussy délicate que scavante quoyque gothique » (Regond, 1996). Malheureusement, l’édifice a disparu, interdisant toute comparaison.

La tourelle d’escalier supérieure

253Comme on l’a vu, le corridor supérieur a été construit sur le passage à l’air libre qui conduisait dans les combles de la nef. Sa façade ouest, percée d’une baie géminée, est circonscrite par deux césures droites : elle a été plaquée à la fois contre le mur gouttereau de la nef, au nord, et le contrefort de la tour, au sud. Le mur oriental, en revanche, est parfaitement marié avec celui de la tour. Dans l’angle des deux murs a été montée une trompe, visible actuellement sous la toiture de la salle de liaison (fig. 74). Cette trompe porte une poutre de pierre, engagée dans l’angle mural suivant sa bissectrice. Cette poutre porte à son tour la tourelle d’escalier supérieure dont le bâti est par ailleurs ancré dans le mur nord de la tour Madeleine, près de l’angle nord-est (fig. 76a).

76a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour sud du chevet : partie inférieure de la tourelle d’escalier.

254D’un diamètre de 1,80 m, cette fine tourelle d’escalier est haute de 15 m. Comme les clefs pendantes de la chapelle des Bourbons, elle répond à l’esthétique illusionniste qui caractérise l’architecture gothique tardive. En effet, la dissimulation de la trompe et de la plus grande longueur de la poutre de pierre donne l’illusion que la tourelle est suspendue. Dans la même optique, la base de la tourelle est composée de blocs droits dont les jonctions verticales sont renforcées par des dés carrés, comme si ces derniers permettaient aux blocs de se maintenir en cohésion au-dessus du vide ; or pour être stable, cette base aurait dû être composée, au mieux, de claveaux formant un arc rampant hélicoïdal.

255Cette tourelle est aussi un véritable chef-d’œuvre de technologie. Délibérément affirmé par l’emploi emblématique des dés carrés et des doubles queues d’aronde, ce caractère se retrouve dans le montage de la paroi murale et de la couverture de pierre. La tourelle est ancrée dans l’angle mural qui la porte par deux départs verticaux plus épais que le reste du mur. Ce dernier est monté avec des blocs incurvés de 8 cm d’épaisseur seulement. Autre ouvrage exceptionnel, la couverture est un cône creux qui s’évase du sommet vers la base ; sa coupe dessinant la figure caractéristique de l’hyperbole. Les blocs qui le composent, aussi minces que ceux de la paroi murale, ont donc été taillés suivant une double courbure : en plan, celle de la circonférence du cône et en élévation, celle de la paroi vue en coupe verticale. En d’autres termes, ils sont donc de plan courbe et présentent une face concave, à l’extérieur, et une face convexe, à l’intérieur. Ce cas de stéréotomie avant la lettre est bien représentatif de la construction gothique tardive. Mais il a été précédé de rares réalisations antérieures, signes avant-coureurs d’un intérêt pour les tailles de pierre complexes. L’exemple le plus célèbre est la vis de Saint-Gilles-du-Gard où les claveaux longs de l’escalier en colimaçon sont dessinés par la quadruple courbure de l’intrados, de l’extrados, du plan circulaire de la tourelle et de la forme hélicoïdale de l’escalier.

76b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour sud du chevet : vue depuis l’ouest.

Notes

16 La première grande synthèse sur les fouilles de la cathédrale reste Dopelfeld, Weyres, 1980. Pour une analyse des manifestations architecturales et urbanistiques du pouvoir dans le cadre d’une sémiologie de l’espace, voir : Raffestin, 1980 ; Pellegrino (dir.), 1994.

17 Les quatre églises érigées par l’empereur pour commémorer la mort de son père dans la cathédrale d’Utrecht dessinaient autour de cette dernière une croix sur la ville (« croix de Bernold »).

18 La primatie a été accordée en 1079 par Grégoire VII à l’archevêque Gébuin (1077-1082) et les pouvoirs régaliens sur Lyon ont été attribués à l’archevêque Héracle de Montboissier (1154-1163) par l’empereur Frédéric Barberousse en 1157.

19 Dans son Histoire de Lyon, publiée en 1573 à Lyon, chez Antoine Gryphe, Guillaume Paradin signale que ce point de droit a fait l’objet d’une notification dans les accords conclus en 1167 (Permutatio de 1167) entre l’archevêque Guichard de Pontigny et le comte de Forez Guy II : « s’il se bâtit quelque édifice au rivage des fleuves (…) l’investizon (i. e. la propriété éminente) en appartient à tous deux (i. e. l’archevêque et le comte) » (cité dans Gauthiez, 1994a, p. 21). Pour une vision plus générale des questions de droit de propriété au Moyen Âge, voir Anne-Marie Patault, Introduction historique au droit des biens, Collection Droit fondamental, Paris, PUF, 1989, et Lucien Masmejan, La protection possessoire en droit romano-canonique médiéval (XIIIe-XVe), Publications de la Société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, IV, Montpellier, 1990. Jean-Pierre Poly a abordé le problème pour Lyon dans son ouvrage sur la Provence et la société féodale (Poly, 1976). J’ai plaisir à remercier ici Jean-Paul Andrieux, spécialiste du droit médiéval, pour son aide très précieuse dans un domaine aussi passionnant qu’ardu.

20 Sur la géologie de la ville et de la région et sur la géologie monumentale lyonnaise, voir Roman, 1926 ; David, 1976 ; Savay-Guerraz, 1985 ; Mongereau, 2001 et 2005.

Table des illustrations

Légende 8a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan au sol, d’après T. Desjardins, architecte du Diocèse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 8b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan au sol.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 9 - Lyon, plan du quartier canonial au Moyen Âge d’après Arlaud et al 1994b.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 10 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras nord du transept, vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 11 - Relevé des vestiges archéologiques du groupe épiscopal de Lyon (à droite le plan-masse de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste et les vestiges de l’abside primitive retrouvée sous la croisée du transept).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 12 - Géométries comparées des absides à pans de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, de la cathédrale de Verdun et de Saint-Victor de Tarascon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 13 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, le sanctuaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende 14 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, la nef principale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 15 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan du cloître du XVe siècle après la construction de la chapelle des Bourbons, d’après le plan de Masson réalisé en 1753 : a - plan au sol ; b - galerie orientale, plan de l’étage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 16 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, galerie méridionale du clair-étage du chœur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 17 - Cathédrale de Genève, galerie intérieure du clair-étage de la nef principale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 18 - Saint-Jean-Baptiste, coupe longitudinale, d’après T. Desjardins, architecte du Diocèse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende 19 - Charveyrons pris dans le bloc de Lucenay d’une gargouille du chevet de Saint-Nizier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 20 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure des pans A, D et F.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende 21 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, limite entre choin et pierre de Lucenay dans l’enveloppe extérieure du pan A.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 22 - Production d’un bloc à boudin (lancettes de l’abside) dans un bloc de choin antique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 23 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chevet : détail du socle à bossage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 24 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du chevet, lancettes de l’abside : taille différenciée (taille grenue et taille fine) sur un même bloc de choin formant une partie du contrefort et une partie d’un boudin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 25 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, échafaudement d’un pan de l’abside.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 26 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, échafaudement des volumes intérieurs : a - côté nord ; b - côté sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 27 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, échafaudement du chevet de la chapelle Saint-Pierre : a - mur nord ; b - mur est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 28 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras nord du transept : succession des trois styles, du triforium du chœur jusqu’à la nef.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 29 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium de la dernière travée double de la nef principale : petites voûtes d’ogives.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 30 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras sud du transept, échafaudement de la galerie ouest de la travée intermédiaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 31 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, marques lapidaires externes de l’ensemble oriental : marque Pi (transept) ; marque P sur le dé d’une base de colonne, dans la galerie extérieure du bras sud du transept.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende 32 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, mur oriental de la nef, marques lapidaires externes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 33 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, marques dessinant un profil de tailleur de pierre et localisation des marques dans la deuxième travée double (vue depuis l’ouest).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 34 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium de l’abside : dessin de rinceaux au revers d’un chapiteau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 35 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium du chœur : dalle gravée du mur-bahut.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 36 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium du bras nord du transept : marque lapidaire en forme d’oreille sur le dé d’une colonnette.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 37 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, triforium nord de la nef principale : visage sculpté sur le dé d’une colonnette.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 38a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chevet de la chapelle Saint-Pierre et coupe sur le pan A de l’abside.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 38b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure de la chapelle Saint-Pierre (mur nord).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 39 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure, bras nord du transept : hauteur de choin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende 40 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bas-côté nord : hauteur de choin dans la huitième travée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende 41 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, revers de la façade : pile engagée sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 42 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, évolution du chantier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 43 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, pan A de l’abside : premières assises externes de la lancette et articulation des assises correspondantes du chevet de la chapelle Saint-Pierre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 44 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras nord du transept, galerie extérieure du clair-étage : schéma directeur d’un arc monolobé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 45 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chronologie de la nef principale dans le bâti du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 46 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, déformation de la nef : a - galerie nord du triforium de la nef principale, vue depuis l’ouest ; b - plan de l’église au niveau du triforium d’après, L. Bégule ; c - toiture de la nef principale, côté sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 47 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chronologie du bras sud du transept et de la tour sud : a - faces orientale et méridionale ; b - face occidentale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 48 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du bras sud du transept et de la tour sud : face orientale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende 49 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du bras sud du transept et de la tour sud ; a - face occidentale ; b - détail sur l’escalier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 50 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, enveloppe extérieure du bras nord du transept et de la tour nord : face orientale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende 51 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras sud du transept : parties hautes (sud-est).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende 52 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, travée intermédiaire du bras sud du transept : a - triplet oriental ; b - ogive redressée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 53 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, bras sud du transept : coupe de la travée extrême et de la tour. En médaillon : 1 - triplet oriental de la travée intermédiaire ; 2 - face occidentale, articulation de l’escalier avec le corridor inférieur et le corridor supérieur ; 3 - angle nord-ouest de la salle de liaison : porte bouchée et fenestron donnant dans le corridor inférieur et dans l’angle même, emmarchement donnant dans le triforium de la croisée du transept (dans le mur ouest : coupe des deux corridors) ; 4 - coupe réalisée dans le même angle, mais vue depuis la croisée du transept : articulation de l’emmarchement et du triforium de la croisée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende 54 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour nord du chevet vue du sud-ouest : passage aérien entre la tour et la nef aujourd’hui occupé par la toiture de la salle de liaison.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 55 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, voûtes de la chapelle Saint-Pierre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende 56 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, extrados d’une voûte de la chapelle Saint-Pierre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende 57 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan de la galerie à loges de l’abside : désaxement des parties intérieure et extérieure des contreforts.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 58 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, montage du contrefort sud-est de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, deuxième et troisième niveau.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 59 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, façade du triforium de l’abside.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende 60 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, intérieur du triforium de l’abside : les voûtes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 61 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, coupe du triforium de l’abside (en gris, emprise du linteau monolithique ; en bas, dessin du linteau monolithique).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 62 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, montage des contreforts, surfaces murales et larmiers formant l’assiette de la galerie à loges de l’abside.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 63 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, plan de la galerie à loges de l’abside : inadéquation de la voûte rectangulaire (surface grise) et du plan trapézoïdal (tracé rouge) des loges.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 64 - Cathédrale de Genève, intérieur de l’abside : arcature inférieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 65 - Vienne, Saint-André-le-Bas : coupe de l’église d’après P.-E. Bresse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 66 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, galerie extérieure du chœur et du transept, côté sud : couverture à caisson.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 67 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, galerie extérieure du chœur et du transept, côté sud : vue intérieure des caissons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 68 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, coupe transversale de la nef, d’après Desjardins.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 69 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants de la nef, côté sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 70 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants de la nef : disposition en plan des culées par rapport au mur gouttereau de la nef principale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 71a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants 6/7 de la nef.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 71b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, arcs-boutants 4/5 de la nef.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 72a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, clair-étage de la nef principale, côté sud, (parement extérieur).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 72b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, détail de la demi-travée 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 72c - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, détail de la demi-travée 6 et de la demi-travée 8.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende 73 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour nord du chevet : bouchage des ouvertures méridionales photographiées avant 1990.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 74 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour sud du chevet, face septentrionale : second étage et tourelle supérieure d’escalier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende 75 - Schémas directeurs des voûtes tripartites.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 76a - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour sud du chevet : partie inférieure de la tourelle d’escalier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende 76b - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, tour sud du chevet : vue depuis l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2585/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 422k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540