Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Chapitre premier. Archéologie du bâti et histoire monumentale

Texte intégral

Pour une nouvelle archéologie

1L’archéologie du bâti relève de ce que d’aucuns, dans un esprit polémique, ont appelé « l’archéologie nouvelle ». Soit. Va pour la nouvelle archéologie. La question n’est pas facile à débrouiller. Le regard archéologique est aussi ancien que l’intérêt pour les œuvres ou les édifices du passé. L’archéologie a été codifiée au XIXe siècle, mais la pratique remonte à l’époque moderne : le XVIIe siècle a mis au point les premières stratigraphies et publié la première étude scientifique d’un trésor haut-médiéval (Schnapp, 1993). La nouveauté réside essentiellement dans l’autonomie épistémologique que cette science a conquise dans la seconde moitié du XXe siècle. Quant à l’archéologie du bâti, elle s’est constituée en tant que domaine de recherche à part entière dans les dernières décennies du même siècle. Les premières synthèses méthodologiques paraissent à la charnière du XXe et du XXIe siècle en Italie (Archeologia del costruito, 1996 ; Ferrando Cabona, 2002). Depuis 1996, la revue Archeologia medievale s’est adjoint un supplément consacré exclusivement à l’archéologie du bâti, Archeologia dell’architettura.

2En France, l’archéologie du bâti a connu ses premiers développements dans les années 1970-1980 en Provence et en Rhône-Alpes (Esquieu 1997 ; Arlaud, Burnouf dir., 1993). Les premiers colloques sur le sujet se sont tenus à Saumur en 1993 (Daugas et al. dir., 1993) et à Pont-à-Mousson l’année suivante (Garmy, 1994a). À Lyon, l’intérêt constant des services de l’État pour une discipline novatrice et la direction donnée par Jean-François Reynaud à l’enseignement de l’archéologie au sein du département d’histoire de l’art et archéologie de l’Université Lyon 2 ont ouvert la voie aux recherches sur l’habitat, les édifices religieux et l’architecture de défense. Il est impossible ici de brosser un tableau, même succinct, de l’œuvre diverse et foisonnante du grand archéologue lyonnais ; ce sera l’objet d’un autre travail collectif. Soulignons simplement son rôle dans les travaux menés sur des bâtiments lyonnais du Moyen Âge (Manécanterie, Sainte-Croix…), des immeubles médiévaux et Renaissance du Vieux Lyon, ainsi que ses directions de thèses (les cathédrales de Savoie, la troisième abbatiale de Cluny ou les bâtiments canoniaux du Puy-en-Velay).

Archéologie du bâti et histoire médiévale

  • 1 L’intérêt préromantique pour les bâtiments « moyenâgeux » est d’abord apparu en Angleterre avec le (...)

3L’idée d’archéologie est spontanément associée à celle de sous-sol : la tradition des antiquaires modernes en a fait le lieu privilégié de sa pratique. Inspiré par la recherche anglaise1, Arcisse de Caumont, le père de l’archéologie française, a mené les premières investigations archéologiques raisonnées sur des édifices médiévaux en élévation. En 1850, il faisait paraître à Caen son Abécédaire ou rudiments d’archéologie. Scientifique de formation, puisqu’il était naturaliste, il a naturellement considéré sans a priori les constructions du Moyen Âge comme source de l’histoire. En 1841, Pérignon affirmait déjà que les monuments

« sont de précieux témoins à interroger. La mémoire ne leur manque jamais ; ils n’ont pas d’intérêt à mentir et peut-être y a-t-il plus de foi à accorder à l’histoire écrite en architecture qu’à toute autre » (Léon, 1951, p. 117).

4De fait, cette attitude intellectuelle remontait au siècle précédent. Au XVIIIe siècle, la sensibilité nouvelle de certains savants aux monuments médiévaux, témoin d’une culture considérée comme un fondement de la civilisation chrétienne, répondait à l’urgence d’étudier méthodiquement des édifices menacés dans leur intégrité, voire leur pérennité. Dans son ouvrage sur les Mœurs des chrétiens publié à Paris en 1775, Claude Fleury se proposait d’appliquer à la culture chrétienne les leçons de l’archéologie antique :

« Comme les savants architectes étudient avec soin ce qui reste des bâtiments antiques, sachant que leur art ne s’est relevé dans les derniers temps que sur des excellents modèles, ainsi les chrétiens doivent observer ce qui se pratique dans les monastères les plus réguliers pour voir des exemples vivants de la morale chrétienne. Je sais qu’il se trouve peu de ces édifices matériels ou spirituels que le temps ait entièrement épargné et que de plusieurs il ne reste que des ruines défigurées. Cependant, à force d’étudier ces ruines, de rechercher jusqu’aux moindres fragments de ces précieuses antiquités et de les comparer avec ce qui se trouve écrit dans les livres, on vient à connaître les proportions des ouvrages entiers et à pénétrer le véritable sens des livres ».

5Malheureusement, le poids universitaire de l’histoire des sources écrites dans les sciences humaines a retardé de plus d’un siècle le plein épanouissement d’une archéologie du bâti pourtant prometteuse. De l’aveu d’une spécialiste, encore aujourd’hui « les historiens ne s’ouvrent pas volontiers à la discipline archéologique » (Alexandre-Bidon, Lorcin, 2003, p. 51). En 1851, soit un an après la sortie de l’Abécédaire, Jules Quicherat publiait dans la Revue archéologique un article où il opposait aux pratiques des archéologues une conception très historienne des recherches sur l’architecture du Moyen Âge. Donnant la primauté aux sources écrites sur l’objet, il y moquait ces chercheurs qui prétendent identifier des savoir-faire et dater des édifices à partir des modes de construction :

« La nature des moyens employés par les architectes romains diffèrent-ils assez de la nature des moyens employés par les architectes romans, pour que ce soit là ce qui distingue leurs ouvrages respectifs au point d’en faire les produits de deux architectures à part ? On le croirait à voir les efforts de tous les archéologues pour caractériser les constructions romanes par leur appareil, par leur ornementation. Ils énumèrent les façons données aux pierres, mesurent leurs faces, dissertent sur les mortiers qui les relient » (Quicherat, 1851).

6On retrouve là un vieux schéma sociologique qui, en France, remonte au Moyen Âge : l’intellectuel s’abstrait du réel et rejette le technique (Gimpel, 2002). Au XIIIe siècle pourtant, Jean Grossetête, Pierre de Maricourt ou Roger Bacon prônaient déjà le recours à l’expérimentation, à la vérification concrète ; pour ce dernier,

« raisonner nous amène à tirer une conclusion que nous tenons pour certaine, mais raisonner ne retire pas le doute, et l’esprit ne reposera dans la lumière que s’il l’acquiert par la voie de l’expérience ».

7Conséquence la plus immédiate, le risque épistémologique de bâtir des problématiques savantes, intellectuellement séduisantes, mais dénuées de toute réalité, avait été dénoncé déjà par Fontenelle dans sa parabole des physiciens :

« De grands physiciens ont fort bien trouvé pourquoi les lieux souterrains sont chauds en hiver et froids en été. De plus grands physiciens ont trouvé depuis peu que cela n’était pas (Dissertations philosophiques, I, 4) ».

8Prenons la question de l’architecte médiéval. Il n’y a pas d’architecte au Moyen Âge, nous dit l’histoire des sources écrites ; il a disparu avec la fin de l’Antiquité et réapparu à la Renaissance. À preuve, on ne trouve pas dans les textes médiévaux de terme spécifique pour désigner la fonction. Loin de fonder l’inexistence au Moyen Âge d’un personnage-clef du chantier, la preuve lexicographique révèle surtout une méconnaissance des mécanismes de désignation du réel dans un contexte culturel donné. La lexicographie, indispensable collaboratrice, invalide l’argument. Observons, par exemple, dans le champ lexical des relations familiales, comment est désigné un père ayant perdu son enfant : le latin utilise l’adjectif orbatus, le français ne possède aucun mot ; la chose n’a pas pour autant cessé d’exister depuis la disparition de l’Empire romain. Dans le cas de l’architecte, la réalité est simple et fournit un prédicat à la recherche : sans architecte, pas de chantier ; l’archéologue qui travaille sur les chantiers de restauration l’expérimente tous les jours. Quelle que soit l’époque, quand il s’agit de constructions complexes, la bonne marche des travaux exige l’intervention d’un homme capable de jauger les matériaux à acquérir, de mettre au point et d’appliquer les techniques idoines, de diriger les hommes, de faire le lien entre le chantier et les commanditaires, de proposer des partis architecturaux, et d’apporter à l’œuvre son expérience, son invention et ses connaissances techniques et artistiques. Autre chose est de savoir quel était le statut social de l’architecte médiéval, sa formation, son aura, ses titres... Archéologie et sources écrites ont beaucoup à livrer sur ces sujets.

« Madame Bovary, c’est moi »

9Une confiance exclusive dans les sources écrites, abusivement considérées comme l’unique accès à la connaissance du passé, a conditionné une attitude de repli disciplinaire où Alain Guerreau voit un réel danger de dépérissement pour l’histoire médiévale (Guerreau, 2001). Ce qu’en 1978, Jean-Marie Pesez appelait la « grande stérilisation de l’histoire par les universitaires » (Pesez, 1998a, p. 17) : un solipsisme qui, écartant le concret et la réalité des choses au profit d’un théorique spécialisé en voie de dématérialisation, achève de transformer le passé en reflet du chercheur, au risque de réduire l’histoire à une Bovary de l’historien. La collaboration avec d’autres sciences, sciences humaines (littérature, philologie, histoire de l’art, iconographie…) ou sciences dites « dures », notamment l’archéométrie, est une nécessité absolue. Or, l’efficacité d’une collaboration a pour condition première une égale considération pour les connaissances scientifiques élaborées par chaque science en fonction d’une problématique commune, et non l’hégémonie d’une science particulière et de ses problématiques propres. À la fin du siècle dernier, pourtant, on pouvait encore titrer avec le plus grand sérieux du monde : Les sciences annexes en histoire du Moyen Âge (Merdrignac, Chédeville, 1998). Cet étrange souci de hiérarchiser les choses et les êtres ne peut exprimer plus clairement une attitude fondamentalement erronée qui se nourrit d’une méconnaissance des sciences autres que l’histoire des sources écrites, une ignorance de leurs démarches, de leurs méthodes, de leurs problématiques, de leur finalité. Ainsi l’archéologie est-elle considérée encore trop souvent comme « une science descriptive, ce qui la dessert aux yeux des historiens » (Alexandre-Bidon, Lorcin, 2003, p. 50).

10Les effets de ce fourvoiement se résument dans une autre expression toujours en usage : l’apport des sciences annexes à l’Histoire. Pour confirmer ses intuitions, compléter son propos et illustrer son discours, l’historien des sources écrites va faire son marché dans les sciences annexes, prenant des objets réels à l’étal des archéologues, des images au banc des iconographes, des détails vivants chez les littéraires ; il y trouve aussi parfois de quoi boucher quelques lacunes :

« Il arrive qu’images et fouilles corroborent et éclairent ce que dit le texte (…). Parfois, elles viennent opportunément combler le silence des sources littéraires ou leur insuffisance » (Alexandre-Bidon, Lorcin, 2003, p. 28).

11Erreur épistémologique fondamentale. On apprend dès l’école primaire qu’il est impossible d’additionner des mesures de natures différentes (gramme, mètre, litre, watt, ampère, joule, calorie, bit…). On ne peut pas plus ajouter une porte bouchée, la mention d’un architecte, quinze assises de blocs de gros modules, dix échantillonnages de dendrochronologie, un prix-fait pour la couverture d’un toit et des briques analysées par archéomagnétisme des éléments déplacés pour restituer, par addition, un chantier médiéval. Avant de proposer une synthèse, il convient de procéder séparément à l’étude de l’ensemble du dossier documentaire, à l’analyse archéologique du bâti dans sa totalité et à l’élaboration de problématiques de datations archéométriques. Les faits que l’on retire de la culture médiévale sans analyse spécifique préalable perdent toute signification. Car ce ne sont pas des matériaux bruts qu’on doit comparer, mais bien des connaissances constituées.

12Cette confusion méthodologique ignore donc un principe fondamental de la recherche scientifique : chaque science œuvre dans son domaine de recherche et bâtit les connaissances qui sont de son ressort. Travaillant sur une même problématique, l’archéologie, l’archéométrie, l’histoire de l’art, l’histoire des sources écrites, les sciences littéraires etc. constituent chacune un savoir original, fondé sur un matériau et des méthodes spécifiques ; les connaissances sont ensuite affinées par la confrontation des acquis et mises en commun ; mais elles ne se remplacent pas les unes les autres. Car l’archéologie, l’iconographie ou les sciences littéraires ne fournissent en aucun cas de la matière brute. Elles établissent des connaissances scientifiques qui sont fondées sur une étude spécifique des ouvrages et des œuvres, opérée avec les outils conceptuels forgés par ces sciences. Ce qui est en cause ici, c’est le statut de la preuve. On a, par exemple, tenté de restituer la vie quotidienne au Moyen Âge en extrayant d’œuvres littéraires médiévales des renseignements bruts, comme si ces œuvres n’avaient pour but unique que de décrire la réalité. Confondre ces textes littéraires avec un simple constat de faits revient à faire de la littérature médiévale un genre réaliste, ce qu’elle n’est en aucun cas. Tel détail, tel paysage, tel objet, telle activité ne renvoient pas au réel, mais d’abord au récit et au texte ; ils en assurent le fonctionnement, comme autant de ressorts dans la dynamique de la narration. Sous peine de commettre d’énormes contresens, il est impossible d’aborder cette matière sans avoir lu au préalable Bakhtine, Propp, les formalistes russes, le déconstructionnisme américain, Barthes, la psychanalyse des contes, les structuralistes français, pour ne nommer que ces grands courants de critique qui sont le fondement des cours de littérature au lycée.

Glissement progressif des perspectives

  • 2 Pour le grand homme, la vie matérielle, c’est « les hommes et les choses, les choses et les hommes  (...)

13Fourvoiement connexe, la fausse perspective dévoie la démarche scientifique. Ainsi en va-t-il d’une notion apparue en France dans les années 1970, la culture matérielle, appelée aussi vie matérielle ou civilisation matérielle, servie par l’archéologie de l’objet, appelée aussi archéologie de l’objet matériel. Conscients, à la suite des travaux de Fernand Braudel2, que les sources médiévales et l’histoire qu’on en tirait faisaient trop peu de place aux petits, aux obscurs, aux sans-grades, des historiens ont impliqué les vestiges archéologiques dans une problématique strictement historienne : l’histoire de la culture matérielle. La notion n’a jamais reçu de définition claire, constatait en 1978 Jean-Marie Pesez (Pesez, 1998a, p. 14), qui ajoutait vingt ans plus tard :

« Qu’il soit besoin de théoriser à son propos, comme nous y invite encore ce colloque, signifie probablement que l’histoire de la culture matérielle n’a pas vraiment construit son objet, que sa légitimité n’apparaît pas clairement » (Pesez, 1998b, p. 47).

14Sans doute parce qu’elle était sans fondement, ni réalité. La première erreur tient à l’extension d’une démarche d’historien des sources écrites sur un domaine scientifique radicalement différent, l’archéologie. Or, les deux démarches sont opposées. En effet, l’histoire des sources écrites doit d’abord construire ses problématiques et créer, ou recréer, ses propres matériaux (Fèvre, 1965, p. 8). Dans les recherches archéologiques, au contraire, les matériaux sont donnés en bloc, sans ordre, ni autre tri préalable que celui du hasard et du temps. Dans la fouille ou sur le bâti, l’archéologie explore le réel sans a priori ; elle récolte les données, toutes les données, et n’en rejette aucune sous prétexte qu’elle ne relève pas d’une problématique prédéfinie. Il serait regrettable qu’un archéologue laisse partir à la benne la bague perdue par le riche client d’une boulangerie, sous prétexte qu’on ne s’intéresse qu’aux instruments de travail du boulanger. Ainsi se compose, dans un premier temps, l’histoire du site fouillé ou étudié dans ses élévations, puis, dans un deuxième temps, une synthèse sur la problématique dont relève le site. Aussi bien peut-on dire que, dans ce domaine, l’historien écrit l’histoire telle qu’il la restitue, l’archéologue, telle qu’elle est.

  • 3 Cette conscience nouvelle de la valeur des témoignages oraux a conduit les chercheurs à s’intéresse (...)
  • 4 Pour les réflexions les plus récentes sur ce rapport archives-archéologie-archéométrie, voir Dillma (...)

15La seconde erreur réside dans la délimitation même du champ de recherche. Comme le soulignait Jean-Marie Pesez, « en français, dans le langage courant, culture et matérielle sont quelque peu antithétiques » (Pesez, 1998a, p. 15). Cette opposition arbitraire ne recouvre bien sûr aucune réalité. La culture matérielle n’existe pas, pas plus que la « culture intellectuelle ». Il a y autant de pensée dans un vase tourné à la main que dans un sonnet de Ronsard, autant de sueur mêlée à l’encre d’un philosophe qu’aux feuilles d’acanthe d’un sculpteur. À l’image de l’homme, la culture est une et unique, irréductible à une matérialité ou une immatérialité. Parallèlement, en dehors de l’époque où nous vivons, parlons et écoutons, toute culture n’est faite que d’artefacts, c’est-à-dire de matière. Elle est matérielle dans sa réalité même, puisqu’elle n’est connue que dans les vestiges, bâtiments, objets, livres etc. que la culture vive a laissés. Sauf à bénéficier de paroles gelées, comme Gargantua, nous ne saurons jamais quelle était la pensée vive de Sylvestre II ou de saint Thomas ; et encore, même dégelées, ces paroles resteront-elles figées, parce que le locuteur est définitivement absent3. Il faut toute la patience et le génie des littéraires pour parvenir à restituer l’enseignement oral d’un Platon (Richard, 1986). À moins, finalement, que l’expression de culture matérielle, maladroitement construite à l’envers, ne désigne tout simplement l’étude de la culture par le biais de ses vestiges. Elle serait alors la traduction inavouée d’archéologie et d’ethnoarchéologie4. Nouveaux Monsieur Jourdain, les historiens des sources écrites auraient donc découvert, cent ans après Arcisse de Caumont, deux cents ans après l’intuition de Fleury, trois cent cinquante ans après les travaux de Peiresc et de Gaignières, neuf cents ans après le chroniqueur de Saint-Pierre-le-Vif de Sens que les archéologues ne se contentent pas d’arracher des vestiges au sol, mais qu’en les soumettant à leurs analyses, avec les outils conceptuels forgés par l’archéologie, dans une collaboration étroite avec l’archéométrie et l’ethnoarchéologie, ils écrivent l’histoire.

Une révolution copernicienne : les archéologues écrivent l’histoire !

16En définitive, la grande découverte du dernier tiers du XXe siècle est d’abord une prise de conscience : l’archéologie est une science au plein sens du terme. Elle est une science humaine définie dans ses objets, ses champs de recherche, ses méthodes, ses problématiques. La riche collaboration avec l’archéométrie et avec l’ethnoarchéologie a permis de mettre en place des problématiques communes (courants commerciaux, chantiers de construction, modes de production…), de proposer des datations absolues, d’établir des faits intangibles qui ont fait faire de grandes avancées à l’histoire. En témoigne, pour ne prendre que cet exemple, l’ouvrage d’Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, la Bible dévoilée, les nouvelles révélations de l’archéologie (Paris, Bayard éditions, 2002) :

« Nous estimons qu’un réexamen des découvertes antérieures et de celles provenant de fouilles archéologiques actuelles démontre clairement que, dorénavant, les savants devront aborder le problème des origines de la Bible et de l’antique société israélite à partir d’une perspective entièrement nouvelle » (p. 7-8).

17Les archéologues écrivent l’histoire. C’est pourquoi l’archéologie est une recherche citoyenne. Le travail de terrain suscite spontanément les collaborations les plus ouvertes, avec des ingénieurs, des techniciens, des praticiens, des hommes de l’art, des physiciens, des chimistes, des géomorphologues et al. Il est un gage d’ouverture sur le grand public, sur le tourisme, sur le monde des entreprises, sur celui des administrations territoriales ou nationales, et maintenant européennes. Or, on le sait bien, un des dangers de la recherche universitaire est l’enfermement du chercheur dans un pré carré qui le protège, comme un mouton solitaire, ou dans une tour d’ivoire, à la manière d’une Danaé désespérant d’une pluie d’or. En retour, la recherche archéologique apporte sa contribution à la transmission des connaissances, à l’aménagement du territoire, à la valorisation du patrimoine… En témoigne la vitalité d’une recherche qui ne s’est jamais cantonnée à une seule institution — on doit à Arcisse de Caumont l’élan donné aux sociétés locales ou régionales d’archéologie — mais s’est développée là où se trouvaient les spécialistes, le CNRS, les unités mixtes de recherche, les services régionaux de l’archéologie, les services territoriaux de l’archéologie, les musées spécialisés, les organismes comme l’AFAN hier, l’INRAP aujourd’hui… Et elle sert l’enseignement à l’Université, dans les directions régionales des affaires culturelles, les écoles d’architecture, l’Institut national du patrimoine, et d’autres encore.

  • 5 On trouvera sur le sujet une orientation bibliographique dans : Archéologie du bâti, actes de la ta (...)

18Le phénomène est encore plus net quand il s’agit de l’archéologie du bâti. L’émergence de la discipline actuelle a été favorisée par les restaurations d’édifices anciens, l’archéologie urbaine et les investigations menées sur les bâtiments devant être restaurés. Les réflexions des professionnels de la restauration monumentale, notamment les travaux de l’ICOMOS (Il monumento per l’Uomo, 1971 ; Nessun Futuro senza Passato, 1981 ; Structural Conservation of Stone Masonry, 1990), ont ouvert la voie à une autre approche de l’architecture (Monuments historiques, 1984 ; Monumental, 1998 ; Entretiens du patrimoine, 1999)5. Dans le dernier tiers du siècle dernier, le phénomène s’est conjugué avec un intérêt accru des scientifiques et du public pour les questions techniques en soi et dans leur relation avec la création artistique : le titre du colloque tenu en 1983 à Rennes, Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge (Barral i Altet éd., 1986) est révélateur d’une nouvelle attitude. Du monument historique à la maison paysanne, du château à l’église fortifiée, du four au moulin ou au lavoir, l’édifice devenait un lieu d’étude pluridisciplinaire et de valorisation culturelle.

L’archéologie du bâti

19L’archéologie du bâti concerne au premier chef le chantier de construction et l’histoire du monument étudié. Cela comprend le phasage des travaux, les techniques de construction et le devenir de l’édifice (aménagements, transformations, restaurations). Parallèlement, les implications du chantier ou des opérations ultérieures sur l’espace intérieur ou extérieur, voire, à une échelle plus large, le contexte naturel ou urbain, ont orienté la recherche sur une nouvelle problématique : l’organisation de l’espace. Dans ce domaine, la question de l’éclairement de l’édifice illustre les complexités du rapport entre le bâtiment et la ville comme site naturel et environnement bâti.

20L’archéologue dispose de trois sources d’information : le bâtiment, c’est-à-dire l’édifice considéré dans ses dimensions constructive et architectonique, au sens large du terme, le monument, c’est-à-dire l’édifice considéré dans sa dimension architecturale (dessin d’architecture et vocabulaire architectural), les sources écrites, principalement des archives, et iconographiques (tableaux, gravures, cartes postales...). Ces trois sources ne sont pas de même nature. Résultat présent d’une action passée, l’édifice est une source directe. La documentation écrite et iconographique constitue une source médiate : il s’agit chaque fois non pas de l’objet lui-même, mais d’un témoignage sur l’objet. Ce que l’on a sous les yeux, le bâti, le style architectural, l’iconographie monumentale, renvoie directement aux concepteurs et aux réalisateurs ; ils sont la matérialisation des choix opérés et des problèmes réglés.

Méthodologie

21Les investigations archéologiques menées sur un édifice concernent trois domaines : le champ du constructif, le champ de l’architectonique et le champ de l’architecture. Ces trois champs se recoupent et se recouvrent tout en restant nettement distingués dans la pratique comme dans la perception de l’ouvrage et de l’œuvre. Proximités, convergences et recoupements favorisent un mouvement dialectique constant entre les trois champs d’analyse :

« Toutes choses étant causées et causantes, aidées et aidantes, médiates et immédiates, et toutes s’entretenant par un lien naturel et insensible qui lie les plus éloignées et les plus différentes, je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties (Pascal, pensée Brunschvicg 72) ».

22Le premier champ recouvre les matériaux de construction (identification, qualités constructives, chronologie relative…) et leur mise en œuvre, qui relèvent des techniques de construction et des savoir-faire (module des blocs, calage des assises, épaisseur des joints, harpage, chaînages verticaux ou horizontaux, emploi du fer...). Dans ces domaines, l’archéométrie tient un rôle considérable : la géologie monumentale (Blanc 1980 et 1992), la résistance des matériaux (Brebbia éd., 1989) dont Pol Abraham a été le premier et longtemps le seul à se préoccuper (Abraham, 1935), l’analyse des mortiers (Palazzo-Bertholon, 2000), des terres cuites architecturales (Deroeux éd., 1986), l’étude des flux lumineux (Fontoynont éd., 1998), les méthodes de datation (Langouret, Giot, 1992) pour ne citer que ces exemples et ces quelques références bibliographiques. Des pistes nouvelles ont été ouvertes récemment, comme l’analyse des calcaires par activation neutronique (Meyers, van Zelst, 1977 ; Holmes, Harbottle, 1994 ; Johnson, 1999 ; Holmes, Harbottle, 2000) ou l’utilisation de l’infrarouge dans l’analyse des parements (Gallo, 1996 ; Fröhlich, 2000). Le champ du constructif englobe aussi les vestigia et les événements de chantier. Les premiers regroupent toutes les traces laissées dans le bâti par le travail régulièrement organisé, les seconds, celles des opérations qui interviennent accidentellement durant la construction (cf. p. 33).

23Le champ de l’architectonique intéresse l’édifice dans sa structure : mécanique du bâti, stabilité, éclairement... Les investigations archéologiques impliquent la collaboration des architectes et des ingénieurs de la construction (Blasi, Pecchioli, 1981 ; Mark, 1982 ; Mainstone, 1997). Les expériences menées sur le transept de Cluny III (stabilité du bâti ; Baud, 2003) ou la cathédrale de Lyon (éclairement de l’édifice ; Reveyron, 1999) ont été réalisées respectivement avec l’École nationale supérieure des arts et métiers et l’École nationale des travaux publics de l’État de Vaulx-en-Velin. Le champ de l’architecture relève aussi de l’histoire de l’art : typologie des plans, dessin des élévations, analyse stylistique du décor sculpté... Mais l’analyse de l’architecture en tant qu’organisation de l’espace construit fait intervenir aussi la sémiologie de l’espace (Reveyron, 2003a).

Les outils de la recherche

24D’une manière générale, les outils de la recherche sont ceux mis en place et développés dans le cadre général de l’archéologie. La démarche comporte évidemment les trois mêmes phases : la phase archéographique, c’est-à-dire la description méthodique du bâti, la phase archéométrique, c’est-à-dire les prises de mesures systématiques, et la phase archéologique, c’est-à-dire le raisonnement synthétique sur l’édifice. Enfin, les méthodes sont les mêmes, puisque les élévations peuvent faire l’objet d’« équivalent-fouilles », qu’il s’agisse, par exemple, de la stratigraphie des enduits ou de la fouille de divers logements (trous de boulin, de poutre, césures, blocage des murs...). Mais c’est dans ce domaine que s’affichent les spécificités pratiques de cette discipline.

25Les méthodes de relevé et de restitution graphique - photographie, relevés manuels, relevés au pantographe (Le Barrier, 1999), photogrammétrie, photographie redressée (Rouger 1998), etc. - visent à donner de l’édifice étudié une interprétation graphique et à former une documentation visuelle. Le relevé manuel se révèle un instrument privilégié de l’archéologie d’élévation (Baud, Parron éd., 1999). Il enregistre l’événementiel, le détail de la construction ordinaire : les modules, les épaisseurs de joint, les accidents, les gestes et les savoir-faire... Il est à la fois calepinage et annales du chantier, tout ce qui échappe précisément aux sources écrites ou à l’iconographie et que seul le bâti nous restitue. En ce sens, les minutes, surchargées comme un carnet de bord, et le document final sont la mémoire restituée du chantier. Ils rejoignent la création architecturale par le biais de l’art de bâtir. Dans cette perspective, le travail du dessinateur est aussi un acte de recherche, le fait a été justement souligné.

26Car il s’agit bien d’une interprétation (Architecture en représentation, 1985 ; Saint-Aubin, 1992). Les choix de graphismes, d’épaisseurs de trait, de codes de représentation relèvent de la convention. Ils sont le résultat d’une interprétation de la réalité. Malgré l’exactitude des relevés et le réalisme de la photographie, l’objectivité est un leurre. Tout d’abord, parce qu’aucun document ne peut prétendre à l’exhaustivité. On n’imagine pas un dessin comportant des détails de natures diverses et d’échelles différentes comme des restes d’aménagements temporaires (fixations, micro-percements, bûchages...), des vestiges de décor, les traces laissées par les outils des tailleurs de pierre, des ruptures de maçonneries, les marques lapidaires, des baies bouchées, des arrachements de contreforts, etc. Il serait illisible et inutilisable. La forme que prend cette interprétation désigne en quelque sorte la fonction dévolue à chaque type de document : dessin d’architecte, relevé d’archéologue, travail de géomètre... Pour ce qui est de l’archéologie, la mise au net répond précisément à une démonstration : le même objet peut être figuré à plusieurs reprises, avec des traitements graphiques ou colorés qui mettent en évidence la problématique spécifique au document.

Délimitation pratique des champs d’analyse

27La logique des investigations archéologiques et celle de l’architectonique ou de l’architecture ne se recouvrent pas. Comme l’ont montré Rollins Guild et Isabelle Parron (Guild, 2001 ; Parron-Kontis, 2001), l’archéologue déconstruit mentalement ce qui a été construit suivant un plan et des nécessités physiques, éventuellement transformé par adjonction ou suppression. De même, la logique de la construction diffère radicalement : elle adapte chaque jour la réalité d’un projet pensé comme une totalité. Pour cette raison, les limites dessinées dans le bâti par l’architectonique ou l’architecture ne sont pas celles de la construction, ni, a fortiori, celles de l’archéologie. Par exemple, l’architecture distingue dans ses lignes et ses masses un mur et le contrefort qui le contreforte. En phase chantier, la construction d’un segment de mur ne s’arrête pas à la limite du contrefort, mais l’englobe, positionnant la harpe d’attente au-delà du contrefort ; l’archéologue rencontre ainsi des unités chronologiques totalement décalées par rapport à l’architecture. Autre exemple, dans les voûtes gothiques, les chapiteaux portent les ogives ; mais la fonction est avant tout architecturale. La limite des phases de construction (partie murale et voûte) se situe à plusieurs niveaux : au-dessus du tas de charge, c’est-à-dire dans la partie basse de la voûte, et au sommet du clair-étage, érigé avant le montage des voûtes qui s’opère lui-même suivant un schéma complexe. Pour éviter les déterminismes méthodologiques, il est donc essentiel que les limites des objets archéologiques (unités de bâti) ne recouvrent pas celles de l’architecture, de l’architectonique ou de la construction. Ces limites sont fixées non pas arbitrairement, mais par des nécessités pratiques.

28Dans la pratique, l’analyse archéologique définit dans l’édifice des sous-ensembles adaptés aux possibilités matérielles des investigations. Ils sont désignés par des sigles formés à partir des dénominations techniques (lettres initiales, éventuellement syllabes initiales). Il est certain que ce mode de désignation confère aux rapports archéologiques la plus grande précision, mais rend leur lecture particulièrement ardue ; la littérature scientifique qui en est issue doit en simplifier la teneur. Dans la pratique, on distingue couramment des unités murales (UM) et des unités de construction (UC). En effet, à la suite de reprises et d’aménagements (percement, bouchage, reprise en sous-œuvre…), une unité murale peut être composée de plusieurs unités de construction, agglomérées par accrétion. L’étude des enduits établit une stratigraphie d’unités d’enduits (UE). Ces références mériteraient cependant d’être affinées dans le détail, à la lumière des nouvelles problématiques et des apports d’autres pratiques, comme les techniques de création ou de restauration. Ainsi, l’étude des enduits, décors colorés et peintures murales, a montré le besoin de faire intervenir des unités de surfaçage (USu), correspondant par exemple aux applications de lait de chaux, régulières ou occasionnelles, ou aux retouches des peintures murales (ajouts de détails a secco, repeints…). Il est difficile de les assimiler à des enduits. Or, leur stratigraphie est d’un apport déterminant dans l’établissement d’une chronologie relative.

29De même, il serait préférable de désigner une section de bâti par l’expression unité de bâti (UB) plutôt qu’unité murale. Car le mur ne résume pas la totalité d’un bâti qui comporte aussi bien des ouvertures, des voûtes, des colonnes etc. La construction de ces différents éléments d’architecture et le comportement de leurs maçonneries accusent des différences marquées. L’expression « unité de bâti » désigne de façon plus généraliste une section quelconque de la construction qui a fait l’objet d’une analyse spécifique. Aussi la notion d’UB permet-elle de conserver toute liberté dans le choix de l’objet d’étude qui peut être homogène (une section de mur plein) ou hétérogène. Par ailleurs, ni l’UB, ni l’UC n’identifient de façon satisfaisante ces aménagements légers, réalisés dans les matériaux les plus divers (galandages de brique, séparations de bois, placages divers etc.) qui se rencontrent principalement dans l’habitat, parfois dans l’architecture religieuse (vestiges d’implantation de barrières, de stalles, éléments de suspension de tenture, fixations murales par tampons de bois…). Ne concernant pas directement la structure, ils mériteraient l’appellation d’unité d’aménagement (UA), même si l’expression offre des connotations déterministes. Prenons l’exemple de la priorale de Paray-le-Monial. La chapelle de Damas-Digoine, qui a remplacé au XVe siècle la chapelle du bras sud du transept, est, sur ce point, un exemple très éclairant. Dans le mur nord de la chapelle flamboyante ont été ménagés deux oratoires privés, étonnamment étroits. De fait, les plans anciens montrent que le mur mitoyen de la travée jointive du déambulatoire avait été reculé au XVe siècle, pour donner plus de largeur aux oratoires. Les restaurations du XIXe siècle ont rétabli l’état primitif en détruisant le galandage du XVe siècle, au profit d’une séparation à pan de bois qui a repris la place du mur du XIIe siècle. Ces changements n’ont concerné en aucun cas la structure de l’édifice. Les traces qu’ils ont laissées sont infimes. Mais l’identification des différentes configurations de cet espace se révèle essentielle à la connaissance de l’organisation spatiale de l’édifice et de son évolution.

30Enfin, le poids pris dans l’analyse archéologique par ce qui a disparu, mais transparaît en négatif dans le bâti, rend incontournable l’emploi de l’unité en négatif (UN). Symétrique de l’UC, l’UN désigne des faits archéologiques comme le percement d’une baie, l’amaigrissement d’un support (installation d’un retable, par exemple), la destruction d’un membre d’architecture (suppression d’une absidiole, par exemple), des reprises en sous-œuvre etc. Dans ce dernier cas, certes, la nouvelle maçonnerie entre dans la catégorie des UC, mais l’interaction de ce qui subsiste et de ce qui a été détruit apparaît dans l’interface entre l’ancienne et la nouvelle maçonnerie. Or, cette interface porte sa part de signification dans l’analyse archéologique, comme en témoigne par exemple le sous-sol de la sacristie nord de la cathédrale de Lyon ; Une archéologie du disparu). De fait, la notion de disparu recouvre aussi bien ce qui a été détruit, mais qui a existé à un moment donné de l’histoire archéologique du site ou de l’édifice, que ce qui n’a pas été pleinement réalisé (abandon d’un parti ; cf. les arcs-boutants de la cathédrale). Tous deux ont lourdement marqué la suite de la construction. Mais si le premier relève directement de l’archéologie, le second est perceptible dans les césures et appartient plutôt à l’analyse architectonique ou architecturale. La nécessaire attention au détruit ou à l’inaccompli explique pourquoi l’archéologie du bâti s’est naturellement ouverte sur des aspects de la construction qui semblaient hors champ, comme l’archéologie des restaurations, ou n’apparaissaient qu’en filigrane, comme l’archéologie du disparu (cf. p. 191).

Penser en 3 D

31Les données strictement archéologiques alimentent d’abord la construction d’une chronologie relative. Elles prennent place dans un diagramme, cette arborescence qui visualise les successions et les interruptions. Mais c’est précisément au moment de la réalisation du diagramme qu’apparaît le plus visiblement, dans les pratiques archéologiques, la différence entre sous-sol et bâti. Dans les stratigraphies du sol, les ruptures dans l’ordre d’accumulation des couches sont bien circonscrites et réduites aux cas bien identifiés de recreusement d’un site anciennement occupé (tranchée de fondation, tombe, fosse à grain…). Constantes dans les maçonneries d’un édifice, ces ruptures prennent les formes et les extensions les plus diverses, jusqu’à réduire — cas limite — la construction d’origine à une portion du blocage du bâti renouvelé. Pensons à ces cathédrales romanes de Coutances ou Bayeux « rhabillées » au XIIIe siècle en style gothique par placage de nouveaux parements, ou aux transformations similaires entreprises à la fin de l’époque gothique dans la façade de celle de Tours.

Déconstruction-reconstruction

32À Lyon, l’ancienne collégiale Saint-Paul est un cas exemplaire. Les vestiges des différentes époques sont terriblement intriqués. Dans la nef, par exemple, le XIXe siècle (rhabillage des grandes arcades et des parois intérieures) supporte les étages romans en se mêlant à celui du XIe siècle, lequel soutient lui-même un niveau mixte XIIe-XVe-XIXe siècles. Ensuite, les migrations des toitures et les aménagements des baies (élargissement, rétrécissement, repercement) ont imposé dans les parties hautes des changements multiaxiaux dont l’origine et la logique ont disparu. Par ailleurs, les travaux du XVIIIe et du XIXe siècle ont superposé verticalement et horizontalement parfois plusieurs niveaux de reprise. Enfin, la « baroquisation » de l’édifice au XVIIIe siècle a exercé sur le bâti médiéval des contraintes dont la « néoromanisation » du XIXe siècle a effacé les causes sans supprimer les derniers effets. Mais cette complexité s’est vite révélée très riche d’enseignements, incluant aux réalités médiévales celles des périodes de restauration conscientes de leurs moyens et de leurs finalités (XVIIIe-XXIe siècles). Elle donne accès parfois à la pensée même des constructeurs ou des restaurateurs, laissant voir leurs intentions ou les schémas imposés par les évolutions culturelles. Ces bâtis aberrants répondent exactement à ce que Sigmund Freud écrivait des délires oniriques :

« Le rêve a souvent le sens le plus profond là où il apparaît le plus extravagant » (Laplanche, Cotet (dir.), 2003, p. 493).

33Pour toutes ces raisons, les données acquises par l’archéologie du bâti doivent être replacées dans une structure spatiale pensée en « trois dimensions ». Il est en effet essentiel de visualiser en 3D les faits majeurs réunis sur le même schéma de l’édifice, pour les mettre en relation avec les réalités architectoniques et les réalisations architecturales. Ces faits archéologiques majeurs sont principalement les connexions homogènes, c’est-à-dire les zones de maçonnerie homogènes qui établissent des relations entre plusieurs éléments d’architecture. Leur homogénéité et les relations qu’elles établissent de bout en bout avec d’autres maçonneries (contemporanéité ou succession) fondent le schéma général des chronologies relatives que les faits mineurs viendront préciser dans le détail. Dans cette optique, il a fallu appliquer conjointement au bâti deux démarches délibérément distinctes : l’analyse et la cartographie des connexions homogènes d’une part, l’analyse régressive des espaces architecturaux d’autre part. Il s’agit de deux démarches antithétiques et complémentaires. Antithétiques par nature. L’analyse des connexions fonctionne sur le mode de la contiguïté : les contacts physiques d’une maçonnerie à une autre et de celle-ci à la suivante établissent la chaîne chronologique. À l’inverse, l’analyse régressive des espaces architecturaux suppose une vision globale de l’état de l’édifice au moment exact de l’étude : on procède ensuite par élimination — éventuellement restitution — pour déduire les états antérieurs. Complémentaires pour deux raisons : la première opération conditionne la seconde et la seconde vérifie la première, avec l’appui des approches architectonique et architecturale, pierre de touche du réel.

Connexions homogènes et analyse régressive des espaces architecturaux

34Le champ de l’architectonique concerne la construction dans ses aspects technique et volumétrique : volumes construits, stabilité monumentale, résistance des structures (fondations, éléments porteurs, éléments de clôture, couvrement), articulation des espaces... Le champ de l’architecture concerne l’édifice en tant qu’objet « dessiné ». Elle met en jeu le projet architectural dans la définition et l’articulation des espaces (intérieur/extérieur, premier/deuxième niveau, circulations horizontales et verticales), mais aussi dans la recherche esthétique qui conforte ou contraint l’architectonique.

35La distinction entre les deux démarches tient sa pertinence de la nécessaire déconnexion entre le champ du constructif, d’une part, de l’autre, le champ de l’architectonique et le champ de l’architecture d’autre part. En effet, la lecture d’un édifice relève pour partie d’une phénoménologie de la perception. Dans l’expérience courante, la perception immédiate d’un édifice tend à confondre les lignes architecturales, qui appartiennent à l’esthétique, la structure architectonique, qui obéit aux lois de la physique, et les techniques de construction, qui relèvent du constructif. Cette confusion initiale mêle dans une première approche des réalités qui appartiennent à chacun des trois champs, interdisant ainsi une claire compréhension des phénomènes.

36Prenons par exemple une chaîne d’angle : elle appartient au volume architectural dans la mesure où elle dessine une ligne verticale de ce volume et la met en valeur par son traitement esthétique (bossage, modules supérieurs à ceux des blocs du corps du mur...) ; elle relève de l’architectonique, dans la mesure où elle constitue une structure de renforcement, par sa rigidité (on le reconnaît par exemple aux morphologies de la ruine, la chaîne d’angle subsistant souvent plus longtemps que le corps même du mur) ; au niveau du constructif, elle favorise l’ancrage des deux murs en connexion par le mariage renforcé des assises et le rôle de réglage pour les assises qui lui correspondent.

37La première démarche est attachée aux détails de la construction ; sa logique met en jeu le champ du constructif. Elle vise à identifier dans le bâti des connexions homogènes, c’est-à-dire des éléments visuellement différenciés, mais composant un ensemble homogène (deux éléments muraux, un mur et une pile engagée, un mur et une baie, par exemple). Elles sont le contraire des césures qui, elles, révèlent une rupture dans la construction, même si la morphologie de certaines césures, les harpes d’attente par exemple, assurent effectivement une connexion entre deux éléments chronologiquement distincts... C’est au niveau de la technique de construction que s’établit l’homogénéité de la connexion. L’identification d’une connexion homogène permet de définir un ensemble homogène (unité de bâti), par exemple deux éléments muraux formant un angle. On dit couramment que les deux murs sont mariés, c’est-à-dire mis en connexion dans la même phase de travaux. Ces unités de bâti sont le point de départ de la recherche. En cartographiant dans l’espace architectural leur distribution non raisonnée, l’archéologue établit un ensemble de points de référence. En d’autres termes, il s’agit de repérer d’abord les pièces visibles du puzzle, puis de les localiser dans l’édifice. La relation entre plusieurs unités de bâti discontinues peut être établie par l’étude des techniques de construction : similitude des mortiers, des modules de blocs, des traitements des joints, des marques lapidaires, etc. Il s’agit d’une seconde phase de l’analyse, très délicate.

38La méthode régressive — seconde démarche — est complémentaire, parce qu’elle suit une logique chronologique et qu’elle a une visée générale. La méthode régressive part de l’existant, c’est-à-dire de l’espace architectural dans son état strictement contemporain de l’étude. En effet, l’état présent répond à une logique d’ensemble, déterminée par des visées pratiques (usage des espaces) et esthétiques (au sens large). Rechercher les états anciens dans l’état actuel ne concerne pas seulement les formes et le bâti, mais aussi les utilisations et les projets architecturaux antérieurs. Notons que l’articulation des différents états de l’édifice prend parfois des chemins surprenants : dans la nef de Saint-Paul, par exemple, se superposent depuis le sol d’abord le XIXe siècle, ensuite le premier état roman, ensuite le second état roman, mêlé d’éléments du XVe, du XIXe et du XXIe siècle, enfin le XIXe et le XXe siècle. Il faut « démonter » l’édifice par déconstruction, pour dégager chaque fois les éléments plus anciens.

Analyse morpho-spatiale

39Cette approche de l’architecture repose nécessairement sur une compréhension fine des problématiques spatiales. Il s’agit de définir les espaces dans leurs caractères matériels et immatériels. Car le même édifice renferme des espaces dont la destination recouvre peu ou prou la sienne propre. Semblablement, les espaces associés ont avec lui des relations de tout type. Ces jeux de relations, que les sources écrites et iconographiques sont susceptibles d’éclairer, trouvent aussi une traduction en architecture. La sémiologie de l’espace est apte à la décrypter (par exemple, Pellegrino, 1983, 1986 et 1994). Il se trouve que les modalités de perception de cette science rejoignent celles de l’archéologie du bâti et de l’histoire de l’art (Reveyron, 2003a). La problématique doit être abordée dans ses deux dimensions : l’organisation statique de l’espace (composition) et l’organisation dynamique de l’espace (circulations).

40L’organisation statique concerne les espaces dans leurs dimensions architecturale, fonctionnelle et institutionnelle. Le vocabulaire spécialisé, qui, par exemple, fait le départ entre chœur architectural, chœur liturgique, chœur canonial etc., atteste la réalité de ces trois aspects. L’analyse de l’organisation statique de l’espace concerne l’église et les espaces qui lui sont rattachés. Ces derniers comprennent des espaces extérieurs, des espaces externes ou des espaces connexes. Les espaces extérieurs sont formés de lieux le plus souvent informels, ouverts à des activités non spécifiques, c’est-à-dire fonctionnels (pour l’essentiel, des zones de circulation). Les espaces externes — parvis, cimetière, cloître, etc. — sont aussi des lieux extérieurs. Cependant, ils entretiennent avec l’église une relation non seulement nécessaire, mais, surtout, organique et, partant, signifiante. Dans ces conditions, les implications architecturales ou décoratives sont considérables. Citons à titre d’exemple le cloître de la cathédrale de Lausanne : l’exiguïté de son site d’implantation a contraint l’architecte à faire du bas-côté nord la galerie sud du cloître, ouvert à la déambulation des chanoines dans la continuité des autres galeries. Autre exemple limite, le parvis, totalement ouvert à l’exception de son côté oriental, fait partie des espaces de circulation ; mais les significations, les fonctions (accueil extérieur, espace privilégié pour les actes de donation à l’Église, scène des mystères…) et l’ornementation (portails, statuaire…) que sa position en façade lui attribue sont nettement caractérisées, même si elles sont marquées avec moins d’évidence que l’atrium dont il est issu. Autonomes sur le plan morphologique, éventuellement architectural, les espaces externes sont toutefois définis aussi dans leur relation avec le lieu de culte.

  • 6 Dans l’architecture romane de Normandie, par exemple, les transepts sont souvent occupés par des tr (...)
  • 7 À Chartres, par exemple, la chapelle Saint-Piat, construite sur le chapitre au XIVe siècle, communi (...)

41Quant aux espaces connexes, ils sont constitués de lieux très divers : sacristie, crypte, chapelles latérales des bas-côtés, chapelles supérieures6, chapelles hors-œuvre7… En connexion physique avec l’édifice de culte, mais fondamentalement autonomes, ils sont localisés à l’extérieur, à la limite ou à l’intérieur de l’édifice ecclésial. Ainsi, les chapelles latérales, limitrophes des bas-côtés, ont une destination propre ; leur étroite articulation physique avec le collatéral est avant tout pratique et, dans une certaine mesure, symbolique (sur les plans ecclésiologique et social). Certains espaces connexes, à peine matérialisés, voire sans limite physique, peuvent être localisés à l’intérieur de l’église. C’est le cas, par exemple, de lieux autonomes sur les plans liturgique ou institutionnel, mais qui ne sont, physiquement, qu’une partie du bâtiment, comme les espaces paroissiaux occupant simplement un bas-côté (Esquieu, 1992) ou pour ces innombrables chapelles réduites à un autel adossé à un pilier. D’autres sont insérés physiquement dans l’église, situation qu’explique souvent l’histoire monumentale du site. Il s’agit chaque fois d’un cas de figure original. À Metz, par exemple, l’église canoniale Notre-Dame-la-Ronde a été intégrée à la cathédrale gothique où elle forme la travée occidentale de la nef, mais garde un accès propre marquant son autonomie institutionnelle. À la cathédrale d’Aix-en-Provence, la Sainte-Chapelle a été conservée en élévation jusqu’en 1808 dans le bras sud du transept gothique (Guild, 1987, p. 31 sq). Dans la priorale clunisienne de Ganagobie (Haute-Provence), l’archéologie a expliqué l’hypertrophie en largeur du transept par l’intégration d’un espace antérieurement autonome (Fixot, Zadora-Rio, 1989, notice Ganagobie).

42L’analyse de l’organisation dynamique de l’espace intéresse deux dimensions, très dissemblables dans leurs formes et dans leurs implications : les circulations horizontales et les circulations verticales. L’analyse archéologique porte sur les organes de circulation comme objets d’étude (porte, corridor, couloir, triforium, escalier, passages divers…), les interfaces entre espaces et les réseaux de circulation. Feuillure de porte, hauteur de marche, pourcentage de pente, niveaux des sols etc. sont autant d’éléments d’analyse mis en œuvre par l’archéologie du bâti. Les organes de circulation sont de deux types : ceux prévus dans le plan d’origine et les passages réalisés ultérieurement en fonction du développement spatial du lieu de culte et de son environnement. Dans les trois édifices étudiés, ces derniers sont les plus nombreux. Leur multiplication confirme le caractère clos du transept et du sanctuaire.

Une archéologie du disparu

43La taphonomie illustre très clairement ce qu’est une archéologie du disparu. La posture des squelettes trouvés en fouille résulte tout à la fois de la décomposition des corps, du pourrissement des matériaux périssables qui les ont enveloppés (tissus, bois…) et de la conservation des parties pérennes de la tombe (pierre, dalles, tuiles, parois de la fosse…). Même lorsque toute matière organique a disparu, la position des ossements (analyse des types de connexions et de dispersion des os) révèle le mode d’inhumation, les modalités d’enveloppement du corps et les chronologies différenciées des putréfactions.

44Quand il s’agit du bâti, l’extrême variété des situations oblige de formuler une démarche au cas par cas. La cathédrale a fourni un exemple remarquable, lors d’une opération menée en 1990 avec Jean-François Reynaud et Ghislaine Macabéo dans le sous-sol de la sacristie nord, élevée au XVIe siècle. Le sous-sol a été décaissé en 1880 pour l’installation d’un calorifère. L’opération, qui a détruit tout vestige archéologique, a fait des fondations du chœur, du transept et de la sacristie les quatre parois du sous-sol. Curieusement, la paroi orientale a une orientation biaisée par rapport au mur qu’elle porte ; ce décalage pourrait constituer un indice d’antériorité, mais les maçonneries inférieures et supérieures sont homogènes et ne laissent voir aucune césure horizontale. Parallèlement, le parement intérieur montre des traces de mortier à tuileau. Or, l’orientation de cette fondation correspond à celle du mur du IVe siècle retrouvé par Jean-François Reynaud dans les fouilles du groupe épiscopal. Toutefois, il existe un décalage marqué entre les deux bâtis et les traces de mortier à tuileau ne sont que de minces pellicules qui adhèrent à peine à la maçonnerie. Ces deux indices prouvent que la paroi orientale du sous-sol est bien la fondation du mur oriental de la sacristie nord et que cette fondation a été maçonnée contre le mur antique retrouvé dans le sol par les terrassiers (prolongement du mur du IVe siècle) et conservé par les maçons comme paroi de tranchée. Les travaux du XIXe siècle ont détruit le mur antique, ne conservant que la fondation du XVIe siècle.

45Le transept de Saint-Nizier fournit un exemple qui a permis de fonder une démarche type (analyse sérielle et analyse systémique). Le parement extérieur du mur sud est éclaboussé de stigmates, extraordinairement divers dans leur nature, leur forme et leur étendue, mais qui laissent deviner des modes réguliers de répartition. Les restaurations des années 1997-1998 ont intelligemment laissé paraître, discrets, mais lisibles, ces vestiges de l’histoire monumentale des lieux. Plus que le mur lui-même, les traces archéologiques portées par le parement intéressent d’abord le site du cloître canonial. Pour décrypter cette interface d’un quartier et d’un mur, l’archéologie du bâti s’est faite archéologie du disparu. La description minutieuse des traces archéologiques, puis l’analyse sérielle et l’analyse systémique des données font apparaître des formes en négatif : c’est alors que se lisent les grandes lignes du bâtiment disparu, dans son évolution et dans ses rapports avec le cloître, l’église et les circulations.

Problématiques

46Le mur sud est marqué par deux vestiges hautement signifiants : deux portes logées assez bas dans l’élévation. Elles donnent des indications précises sur l’organisation des lieux, l’une par son articulation avec l’intérieur du transept, l’autre grâce à l’inscription qui timbre son linteau. Pour le reste, les traces dont disposent les archéologues sont particulièrement ténues. Mais la quantité a largement compensé la ténuité ; l’abondance des faits archéologiques a fourni une matière suffisante à l’analyse systémique : citons une zone sans parement, actuellement couverte d’un enduit imitant le grand appareil, qui n’offre rien d’autre que sa géométrie et ses dimensions (sous l’enduit, la qualité du parement de moellon et de tout venant réduit l’analyse à des constats basiques sur le type d’ouvrage) ; de nombreux trous de poutre, caractérisés par leur forme et leur profondeur ; des zones piquetées, nettement délimitées dans leur étendue et composant une géométrie simple. À ces vestigia, il faut ajouter une zone quasi intacte, le socle du mur sud. De façon paradoxale, c’est son intégrité même, c’est-à-dire l’absence de traces qui est signifiante et fonde le raisonnement archéologique.

47L’analyse du site ne s’est pas nourrie des seules données métriques. Malgré leur rareté, d’autres caractéristiques sont intervenues, principalement les marques du travail et les bouchages. La pratique archéologique a même acquis une dimension olfactive, lorsque des traces de suie, identifiées à leur couleur et, surtout, leur odeur, ont montré leur valeur d’identifiant ; l’approche rejoint cette « archéologie des odeurs » annoncée par Ph. Marinval et M.-Ch. Marinval-Vigne. La phase archéographique de l’étude a donc été synthétisée dans une fiche de façon à la fois méthodique et claire, en limitant le nombre des rubriques, afin de ne pas brouiller leur lecture. Pour chaque fait archéologique (élément isolé ou groupe d’éléments connexes) ont été relevés six paramètres. Tout d’abord, la localisation sur le mur, c’est-à-dire l’assise concernée et la position dans l’assise ; cette dernière est calculée par rapport à des objets de référence (les contreforts) et identifiée d’après des accidents de la construction (essentiellement les joints), des objets architecturaux (par exemple, les baies) ou d’autres faits archéologiques (éléments en aplomb) ; notons que la localisation et la position constituent naturellement les coordonnées du fait archéologique, la première équivalant à l’ordonnée, l’autre à l’abscisse. Ensuite, les dimensions et la morphologie, rubrique à laquelle ont été agrégées des données comme la qualité et les traces du travail de taille. Puis, pour les groupes d’éléments connexes, les entr’axes. Enfin, les modes de bouchage : réduite à l’alternative maçonnerie de mortier ou opercule de ciment prompt, cette donnée s’est révélée une aide précieuse dans l’établissement d’une chronologie relative. Les compléments de toute nature, impossibles à classer typologiquement, ont été ajoutés sous forme de remarques.

Méthodologie : analyse sérielle et analyse systémique

48Relevant de la démarche archéométrique, l’analyse sérielle et l’analyse systémique reposent sur une approche formelle des faits ; cette approche concerne à la fois les unités (identification et localisation) et les ensembles constitués (lignes ou figures de dispersion). L’analyse sérielle identifie des séries. Les faits archéologiques sont en effet susceptibles de constituer des séries, soit circonscrites à un lieu unique (suite cohérente de trous de poutre), soit dispersées sur un ensemble de zones : elles sont alors identifiables à la morphologie répétitive des éléments (ou des suites d’éléments) ou aux lignes qu’elles déterminent (lignes directrices de la dispersion). Les combinaisons qu’elles dessinent sur le parement apparaissent soit aléatoires (dans cette optique, elles sont négligeables), soit nécessaires. Dans ce dernier cas, l’analyse systémique les identifie alors comme systèmes, à partir des paramètres de dispersion.

49L’analyse systémique intervient à deux niveaux : d’une part celui des séries circonscrites à un lieu unique ; d’autre part, celui des lignes directrices, susceptibles de former des géométries simples : les figures de dispersion. Elle vise à définir les séries circonscrites ou les figures de dispersion comme des systèmes répondant à une logique interne et à des règles concrètes (réalités pratiques et lois physiques de la construction). C’est par là que s’opère le retour à la réalité physique des choses et l’entrée dans la phase archéologique, sous forme d’interprétation des données : le caractère nécessaire des systèmes témoigne en effet d’un projet architectural dont ils matérialisent la réalité et la chronologie relative.

50Soulignons un fait important, les systèmes mis en évidence appartiennent soit à une phase unique (par exemple, les systèmes homogènes de trous de boulin), soit, fréquemment, à une chronologie à moyen ou à long terme ; le caractère de « palimpseste » d’une surface murale susceptible d’enregistrer et de superposer des traces archéologiques successives, complique évidemment l’analyse : il oblige à une subtile stratigraphie des vestigia. Lorsqu’il s’agit d’une succession de phases nettement différenciées, les relations entre tous les éléments et la cohérence interne de chacune mettent alors en évidence des concomitances, des articulations ou des successions. La logique de ces systèmes évolutifs et, en définitive, l’unité formelle qu’ils constituent ensemble, a pour source la fonction matricielle du bâtiment originel. Le noyau à partir duquel le bâtiment évolutif s’accroît est à considérer comme une matrice : répondant aux lois de la physique, toute augmentation, tout agrandissement en reproduit les grandes lignes directrices et détermine les lignes stables des systèmes.

L’analyse du bâti

51À l’échelle de l’édifice, c’est-à-dire dans la totalité de son volume, l’analyse du bâti porte, on l’a vu, sur la structuration de l’espace, perceptible dans les infléchissements du plan ou les élévations comprises comme interface entre deux lieux (mur sud de Saint-Nizier). À une autre échelle, celle des parties de l’édifice (le transept, les grandes arcades, les étages aériens d’une tour…) ou bien des éléments de construction, elle concerne les matériaux, leur traitement (traces du travail) et leur mise en œuvre, régulière (modes habituels de construction) ou accidentelle (réponses à des difficultés ou des changements de parti). À ce niveau, l’archéologie du bâti traite les traces du travail effectué, c’est-à-dire les vestigia et les événements de chantier.

Une archéologie du travail et du savoir

52Le substantif latin vestigium désigne d’abord la trace laissée par des pas sur le sol. En archéologie, on appelle vestigia toutes les traces laissées sur l’édifice par l’activité des constructeurs et l’organisation régulière des travaux. Ils sont en quelque sorte les négatifs de ce qu’on appelle couramment les realia. Pour ce qui est de l’archéologie du bâti, le terme désigne les objets — outils, machines, bois d’œuvre... — qui ont servi à la construction de l’édifice. Un archéologue découvre rarement des outils ou des machines du Moyen Âge (les grues médiévales conservées dans les combles de cathédrales, par exemple), plus souvent ces objets sans forme définie qui aident à la mise en œuvre, comme les cales de bois ou de pierre, voire de métal, utilisées durant la pose des blocs.

53Les vestigia se divisent en deux groupes. Le critère de discrimination doit rester neutre, pour ne pas entacher l’identification des faits archéologiques d’un déterminisme qui inclut d’emblée dans la question une partie de la réponse. Il ne peut donc être ni le praticien (marque d’identité, par exemple), ni l’acte lui-même (trace d’outil, par exemple), ni l’événement attendu ou fortuit (une harpe d’attente ou une lézarde, par exemple). En revanche, le choix du niveau d’analyse, c’est-à-dire le rapport entre l’objet étudié et le bâti (un bloc d’une assise, une césure intéressant plusieurs étages, par exemple), évacue toute ambiguïté. Il faut donc considérer d’une part, les marques imprimées sur les matériaux par l’activité des praticiens (traces d’outil, tracés préparatoires, marques lapidaires, fracture d’un bloc, épaufrure, bavure de mortier…), d’autre part les traces laissées dans le bâti par l’organisation matérielle du chantier ou le devenir du bâtiment (césures, planées, trous de boulin, empreintes de planches dans un mortier de coffrage, banchées dans les murs de pisé…). Les premières relèvent en effet de l’étude des composants, alors que les secondes entrent dans l’analyse menée à l’échelle du bâti, soit dans un segment des maçonneries, soit dans une des dimensions générales du bâtiment. Les césures illustrent parfaitement le second groupe.

54Le caractère aléatoire des événements de chantier interdit d’en dresser une liste représentative. Quelques exemples pris à la cathédrale permettront de suivre la logique de la démarche. Dans tous les cas de figure, il s’agit de traces de natures très diverses qui proviennent d’un événement non prévu dans le déroulement régulier des travaux. Comme les vestigia, elles intéressent le bâti soit à l’échelle de l’élément de base, soit à celle du bâtiment. Entrent dans le premier groupe les erreurs de montages (chapiteaux de l’arcature aveugle extérieure de l’abside de la cathédrale ; cf. infra : archéologie du travail), les corrections apportées sur une pièce à la suite d’une évolution du projet, de la réparation en cours de chantier d’un élément d’architecture perturbé par un mouvement du bâti (rose orientale du transept de la cathédrale, par exemple) etc. Dans le second se rangent les césures issues d’un changement de parti.

55L’analyse des vestigia et des événements de chantier ouvre la voie à une archéologie du travail et de la transmission du savoir. En effet, cette problématique de l’archéologie du bâti repose sur des prémisses d’ordre ethnographique. Les sources écrites sont, dans ce domaine, d’un faible secours. Les vestigia identifient le travail des tailleurs de pierre, des maçons et des échafaudeurs. Les interprétations des données archéologiques varient selon leur nature. Les marques lapidaires renvoient aussi bien aux hommes qu’à l’organisation matérielle du chantier. Le premier aspect de la problématique, de loin le plus difficile à traiter, prend à la cathédrale une signification particulière. On voit apparaître en effet une forme de spécialisation des marques qui s’apparente à la naissance d’une spécialité : la sculpture du répertoire décoratif. Les traces de taille et les tracés préparatoires concernent le savoir-faire des hommes de l’art. Mais elles révèlent aussi quelque chose des rapports sociaux à l’intérieur du chantier. Dans un autre domaine, on a parfois la chance de découvrir de véritables brouillons, difficiles à interpréter : essais de lames, test d’un matériel neuf ou usagé, exercices pratiques, mode d’apprentissage ? Cette archéologie du travail trouve une extension toute naturelle dans les vestigia des déplacements sur l’échafaudage. Qu’il s’agisse de repères de poste de travail ou de la vérification in situ par les sculpteurs de la pertinence du travail en cours, les marques indicatrices ou les erreurs commises dans l’implantation d’éléments du décor appartiennent à l’organisation humaine du travail.

56L’archéologie analyse dans le bâti les effets de la transmission d’un savoir importé tout élaboré dans une culture qui lui est étrangère (cf. p. 273-274). Ces effets sont d’une part les erreurs commises et les corrections faites, d’autre part les solutions originales apportées à des difficultés de construction. Ces dernières sont des réponses culturellement marquées, c’est-à-dire élaborées dans une architectonique hétérogène avec un savoir-faire vernaculaire et dans le contexte d’une sensibilité architecturale romane. De ce fait, elles diffèrent radicalement de celles inventées dans les régions où l’architecture gothique s’est élaborée au fil des chantiers : elles ont fini par y constituer un corpus de formes architecturales, consubstantielles au style lui-même. En d’autres termes, il existe une architectonique romane et une architectonique gothique, voire des chantiers romans et des chantiers gothiques. Les sciences de la littérature nous l’ont appris, dans un texte, on ne peut dissocier le contenu et le style ; grammaire, rhétorique, poétique, rythmique, stylistique, tropes, tout concourt à la signification. Il en va de même de l’architecture.

57De fait, le comparatisme ouvre une voie prometteuse à l’archéologie du travail. Au XVIIIe siècle, déjà, le comte de Caylus prônait cette attitude :

« Cette habitude imprime de telle sorte dans l’esprit le goût d’une nation, que si en faisant fouiller on découvrait un monument étranger au pays où l’on est, on pourrait conclure, sans craindre de se tromper, qu’il est sorti des mains d’un artiste qui lui-même était étranger » (Schnapp, 1993, p. 295).

58En Occident, en effet, la sensibilité à cet aspect de la culture est ancienne. Elle remonte à l’époque moderne, stimulée par la découverte du Nouveau Monde. Certes, le Moyen Âge a été confronté à des civilisations autres, l’Antiquité romaine et la culture musulmane. Mais cette altérité a été intégrée dans la culture médiévale en termes de filiation ou de rejet. Il s’agit chaque fois d’une forme d’innutrition, d’assimilation : l’Antiquité comme modèle positif, le monde musulman comme anti-modèle. Avec les civilisations du Nouveau Monde, l’Europe a rencontré une altérité absolue, dont témoignent les débats de la controverse de Valladolid. Elles ne suscitent pas une alternative d’adhésion ou de rejet, mais imposent l’analyse, partant de l’introspection. Comme l’illustrent les travaux de Montesquieu, le XVIIIe siècle s’est attaché à théoriser cette attitude mentale.

Les traces d’outils

59Parmi les vestigia, les traces laissées par les outils de travail forment le corpus documentaire de loin le plus abondant, le mieux caractérisé sur les plans morphologique et métrique, très riche de significations (techniques des tailleurs de pierre, organisation du chantier, attitudes plus personnelles…), mais aussi le plus délicat à traduire en chronologie.

Essais de typochronologie

60Il convient de distinguer ce qu’on appelle « les traces de taille », c’est-à-dire le façonnage des blocs et de la plupart des moulures, et les marques laissées par le travail de la sculpture, dont la grande diversité reflète la multiplicité des cas de figure ; dans ce cas, l’ouvrage est étroitement dépendant du projet esthétique et des choix stylistiques. Si la bibliographie concernant celles-ci est encore assez réduite (Nagy, 1977 ; Comanne, 1986), les premières ont fait l’objet d’abondantes publications, surtout pour l’Antiquité (Bessac, 1986). En France, l’intérêt pour les traces de taille remonte aux débuts de l’archéologie du bâti, c’est-à-dire les synthèses d’Arcisse de Caumont. Il revient à Eugène Viollet-le-Duc d’avoir théorisé sur le sujet, en tirant profit de son immense expérience de terrain :

« La nature de la taille, écrit-il, est un des moyens les plus certains de reconnaître la date d’une construction ; mais dès le XIIe siècle, les diverses écoles de tailleurs de pierre ont des procédés qui leur appartiennent, et qu’il est nécessaire de connaître pour éviter les confusions. Ainsi, certaines provinces n’ont jamais adopté la laye ou la bretture, ou n’ont employé cet outil que très tard. Des tailleurs de pierre ne se sont servis que du ciseau étroit ou large ; quelques contrées ont employé de tout temps le marteau sans dent, avec plus ou moins d’adresse » (Dictionnaire raisonné, VIII, article « Taille », p. 1-6).

61C’est à lui qu’on doit aussi un premier essai de typochronologie, qui concerne la bretture, apparue vers le milieu du XIIe siècle et disparue

« au XVIe siècle pour les parements vus (…). Elle est à dents larges dans l’origine, c’est-à-dire vers la fin du XIIe siècle et le commencement du XIIIe. Les dents se rapprochent à la fin du XIIIe et sont très serrées au XIVe » (Dictionnaire raisonné, II, article « Bretture », p. 249).

62S’appuyant sur les travaux des architectes des monuments historiques (Eugène Viollet-le-Duc, Henri Revoil ou L.-H. Labande), Camille Enlart a donné une chronologie succincte de la taille décorative (Enlart, 1902), des temps mérovingiens (sarcophages et substruction en petit appareil des cathédrales de Chalon-sur-Saône et Thérouanne), à l’époque romane (Saint-Restitut, en Provence rhodanienne, cathédrale de Strasbourg et église de Rosheim, en Alsace) et au XIIIe siècle (régions germaniques). L’entre-deux-guerres a produit des synthèses plus larges et plus nuancées (Friedrich, 1932 ; Chauvel, 1934). La typochronologie proposée par K. Friedrich repose sur un ensemble d’édifices du centre et de l’ouest de l’Allemagne et de l’Alsace : le pic et le marteau sont employés exclusivement jusqu’au Xe siècle ; le taillant droit apparaît au début du XIe siècle ; le taillant brettelé, dont les dents diminuent de largeur du début du XIIIe jusqu’au XVe siècle, se répand d’abord en Bourgogne et au nord de la Seine (milieu XIIe siècle), puis dans les pays germaniques (fin XIIe ), enfin dans le sud et le centre de la France (début XIIIe).

Les nouvelles orientations de la recherche

63Fortement redynamisée dans les années 1970, la recherche a donné le jour à une troisième génération de synthèse (notamment Varène, 1974 ; Nagy, 1977 ; Bessac, 1986). Elle a pris alors une triple orientation. Tout d’abord, la multiplication des études régionales, surtout en Allemagne (H. Maier en a donné une bibliographie très documentée en 1975) ; favorisé par l’ouverture aux chercheurs des chantiers de restauration, le mouvement a conduit à une remise en cause de certaines datations (par exemple : Timbert, 1999, pour l’emploi du marteau taillant bretté en Basse-Bourgogne avant 1200 ; Jenzer, 1998, pour l’apparition précoce de la boucharde dans le Jura, au XVe siècle). Ensuite, le recours à l’archéologie expérimentale et à l’ethnoarchéologie : la recherche a bénéficié de l’implication directe de praticiens expérimentés qui ont proposé une lecture pour ainsi dire de l’intérieur, attaché au processus de production (Varène, 1974 ; Bessac, 1986). Enfin, le paramétrage des traces de taille dans un contexte lithique spécifique pour l’établissement de la chronologie relative d’une construction (par exemple : Doperé, 1995, pour les techniques de taille sur le grès calcareux dans l’est du Brabant pendant la première moitié du XVe siècle).

64Ces orientations ont débouché sur un profond renouvellement des problématiques, qui privilégie le savoir-faire dans le cadre de la construction, comme point de départ des investigations. On reconnaît là l’intérêt accru des années 1980-2000 pour le chantier médiéval et les techniques de construction (voir notamment : Barral i Altet, 1986 ; Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, 1989 ; Bâtir à l’époque préromane et romane, 1995 ; Chantiers médiévaux, 1996 ; Les bâtisseurs du Moyen Âge, Dossiers d’archéologie, décembre 1996 ; Au fil du chantier, 1997 ; L’innovation technique au Moyen Âge, 1998 ; Comment construisait-on au Moyen Âge, Dossiers d’archéologie, mars 2000). On s’est dès lors attaché à ouvrir plus largement la problématique à l’échelle de la conception architecturale, en mettant en rapport, autant que possible, la technologie de la pierre, une technique de construction, un savoir-faire, une source d’information et l’intention esthétique sous-jacente. L’objet étudié — les traces laissées par le travail de la pierre sur les blocs — est analysé en soi et dans la perspective plus large de l’édifice. C’est le cas pour le sciage des joints à la sciotte à joint (Bessac, 1986, p. 226) pratiqué dans l’architecture romane du Sud de la France, à l’imitation de l’architecture monumentale antique. Sur le plan des investigations archéologiques, cette technique se repère au tracé souvent dévié du joint vertical et à des traces de sciage sur le bloc logé immédiatement sous le joint scié (Bessac, Pécourt, 1996).

Phénoménologie d’une perception

65L’utilisation de la sciotte dans le recalibrage des joints illustre une difficulté d’ordre phénoménologique : l’apparence prise par la surface d’une pierre de taille ne correspond pas nécessairement à une pratique primaire (production de blocs), mais à une phase secondaire du travail (adaptation d’une production à un bâti) ; les marques imprimées au matériau par le travail de reprise se surajoutent aux traces originelles, voire les effacent. La difficulté méthodologique est double. Prenons l’exemple des ravalements pratiqués aux XVIIIe-XIXe siècles dans les édifices médiévaux. L’opération a parfois pris la forme agressive pour la pierre d’un traitement mécanique des surfaces (raclage ou dressage à la boucharde). D’une part, la reprise des parements à une date tardive fait disparaître les traces du travail originel ; le processus supprime définitivement toute stratigraphie des opérations, réduite à néant par la dernière en date, puisque c’est la matière même de l’objet qui est réduite en surface. D’autre part, l’apparence du surfaçage de la pierre entre en contradiction avec la forme de l’élément d’architecture, visiblement plus ancienne que ce que suggèrent les traces d’outils visibles. En effet, on distingue aisément une modénature médiévale de son imitation réalisée aux XIXe-XXe siècles. La reprise à la boucharde, par exemple, d’un élément d’architecture du Moyen Âge donne à une forme évidemment médiévale une apparence de surface « XIXe ».

66La question s’est posée avec une acuité plus grande encore lors de l’étude de l’étage des oculus, dans le clocher-porche de l’ancienne collégiale Saint-Paul de Lyon. Cet avant-dernier étage est environné de parties refaites au XIXe siècle (notamment les larmiers) et constellé de blocs changés à la même époque. En outre, l’étage supérieur a été très largement remonté dans le dernier quart du siècle. La forme des ouvertures — des oculus couverts d’un larmier en accolade d’une venue un peu molle — est assez inhabituelle pour faire croire à une invention néogothique. Mais elle accuse, dans le dessin (travail à main levée, absence de tracé géométrique sous-jacent) comme dans la composition architectonique (irrégularité des claveaux, chandelles), une pratique évidemment médiévale. L’étude plus poussée du dessin a montré que la forme des oculus ne répondait pas à la régularité d’un dessin préparatoire, selon les normes du XIXe siècle : leur réalisation était plutôt le fruit d’une longue pratique de la taille directe d’après modèle, mode opératoire caractéristique du Moyen Âge. Enfin, le mode d’assemblage des blocs du fleuron surmontant chaque oculus et de leur contexte immédiat relève plutôt de la technicité raffinée de la fin du Moyen Âge. Par ailleurs, la représentation du clocher dans le plan scénographique de 1550 confirme la présence d’un oculus par face.

67En revanche, tout le parement de l’étage laisse voir des traces de boucharde dont la régularité très mécanique est caractéristique du XIXe siècle (dimension des surfaces d’impact, régularité de la frappe, organisation orthonormée des impacts). Toutefois, l’évolution des traces de taille repérées dans cette zone du bâti présentait une forme aberrante. Le parement côté nord avait subi une érosion plus marquée qu’ailleurs, si bien que les blocs faisant les angles de l’étage avaient une face nettement bouchardée à l’est ou à l’ouest et l’autre, au nord, déjà lissée, comme si le bouchardage avait porté sur une surface déjà travaillée et fragilisée par les intempéries et la perte de substance (formation du calcin et appauvrissement consécutif en calcite des zones de surface). Par chance, d’anciens systèmes d’écoulement des eaux de pluie, démontés tardivement, avaient conservé, protégées sous les conduites d’évacuation, les traces d’un surfaçage antérieur, disparu partout ailleurs. Ce sont ces vestiges de traces qui ont prouvé que le parement remontait en réalité au XVe siècle, mais qu’il avait fait l’objet d’un ravalement quasi général au XIXe siècle.

Les césures

68Les parements d’un édifice sont souvent marqués de lignes droites, courbes ou brisées, verticales horizontales ou biaises, qui circulent dans les réseaux orthogonaux dessinés par les joints. Elles sont désignées sous le nom générique de césures. Qu’il s’agisse de harpes d’attente, de ruptures, de lézardes, de repentirs, de refaçons, de reprises en sous-œuvre, de coups de sabre ou autres, elles témoignent du déroulement des travaux et du devenir du bâtiment. On les identifie à leur caractère physique : dessin et position contraire aux règles de la construction, épaisseur et couleur anormales du mortier, retailles de blocs et insertion de petits blocs complémentaires.

Morphologie et typologie des césures verticales

69Le cas le plus courant est la harpe d’attente. Elle est dessinée par la superposition de blocs formant soit un crénelage positionné verticalement, soit un escalier. La ligne qu’ils composent est une limite : elle sépare, d’un côté, la partie du bâtiment réalisée avant le temps d’arrêt matérialisé par cette ligne, de l’autre côté, la partie du bâtiment réalisée après ce temps d’arrêt. Les blocs dessinant, du côté de la partie déjà réalisée, ces deux types de lignes terminent des assises inachevées. Ils sont en attente d’achèvement : la partie du bâtiment prévue, mais non encore réalisée doit s’y ancrer, c’est-à-dire, en termes techniques, s’y harper. La ligne en crénelage vertical offre alors une superposition de blocs faisant saillie, prévus pour se marier avec la partie à réaliser (un peu à la manière d’une fermeture-éclair). La ligne en escalier offre plutôt une solide assise à la partie à réaliser. Dans tous les cas de figure, la harpe d’attente a pour principale caractéristique d’appartenir à l’organisation des travaux : même si elle est le produit d’un arrêt intempestif du chantier, elle est réalisée dans l’optique d’une reprise des travaux à court ou moyen terme. Elle est un instrument de continuité : elle est dessinée de telle sorte qu’à la reprise de l’ouvrage, le projet initial soit poursuivi dans la forme prévue par l’architecte.

70Le coup de sabre révèle un épisode brutal de l’histoire du chantier : contrairement à la harpe d’attente, il est une solution de continuité et rien dans sa morphologie ne favorise une continuation du projet primitif. On appelle coup de sabre une longue césure verticale formant une ligne droite : les deux parties du bâti sont simplement accolées, sans mariage. Notons que la ligne droite est susceptible de modifications ponctuelles : on insère parfois de force dans la partie déjà réalisée un bloc ou quelques blocs pour créer une harpe d’attente artificielle, comme dans le clair-étage oriental du transept, à la cathédrale de Lyon. Le coup de sabre matérialise plusieurs types d’événements de chantier :

  • l’accolement ultérieur contre l’édifice achevé d’un bâtiment adventice (chapelle montée contre un bas-côté, par exemple) ;

  • un arrêt provisoire de la construction, par exemple contre un bâtiment plus ancien promis à la démolition ; l’arrêt est devenu définitif, parce que le bâtiment plus ancien n’a jamais été détruit ;

  • un changement de parti ;

  • un phasage des travaux privilégiant telle partie de l’édifice ; dans la primatiale lyonnaise, pour des raisons liturgiques, la chapelle sud du chœur a été élevée plus rapidement que l’abside et, au niveau des baies inférieures, un coup de sabre marque la jonction entre les deux parties du sanctuaire ;

  • une différence importante de hauteurs d’assise entre deux éléments d’architecture en connexion, comme c’est le cas pour les piles romanes engagées des bas-côtés de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste ;

  • un accident de la construction, comme c’est sans doute le cas à la cathédrale de Die, pour les deux césures nord et sud qui sabrent le revers de la façade (seconde moitié XIIe siècle).

71On rencontre enfin des césures qui ne touchent qu’un petit nombre d’assises superposées, sans véritable incidence sur la partie concernée du bâtiment. Il s’agit d’un raccord entre deux moitiés de parement. Ce raccord correspond à la jonction de deux équipes ayant travaillé chacune sur une moitié du bâti concerné : elles se sont rejointes à l’endroit marqué par la césure et ont mis à profit un petit nombre d’assises pour épuiser leur réserve de blocs et ajuster les hauteurs d’assises de part et d’autre de la césure.

Modalités phénoménologiques

72La morphologie des césures est une source d’enseignement majeure sur le phasage des travaux, l’organisation du chantier et l’histoire archéologique du bâtiment. Leur modalité phénoménologique en constitue une autre, tout aussi importante, mais attachée au bâtiment lui-même. La notion relève de la phénoménologie, c’est-à-dire la façon dont le fait archéologique, considéré comme phénomène, apparaît dans le bâti ; elle recouvre la distribution des césures semblables dans l’ensemble de l’édifice. Cette distribution est à considérer par rapport aux lignes de référence de la construction que sont les axes est-ouest et nord-sud. Plus que sur la partie concernée par la césure, la modalité phénoménologique renseigne donc sur l’organisation générale du chantier.

73On distingue trois modalités phénoménologiques : la distribution singulière, la distribution répétitive et la distribution symétrique. La distribution singulière est un phénomène ponctuel : la césure est unique dans sa position ; l’événement qu’elle reflète est accidentel, au sens neutre du terme, et ne répond à aucune logique d’ensemble. La distribution répétitive d’un type de césure dans l’ensemble du bâtiment marque le caractère régulier du phénomène : les césures font système et traduisent généralement une forme d’organisation du travail. À Saint-Nizier, les césures verticales encadrant les grandes arcades de la nef sont la résultante d’un mode de montage.

74Quant à la distribution symétrique, elle a été observée avec une fréquence suffisante pour n’être pas le fruit du hasard. Le transept de la cathédrale de Lyon en fournit un très bel exemple : il est marqué à chaque niveau (chapelles, clair-étage, tours) par des paires de césures en position symétrique. Le phénomène peut avoir une origine purement historique (c’est le cas pour les tours du chevet de la cathédrale, prévues d’origine, mais longtemps différées), accidentelle (rupture d’un bâti établi sur des vestiges morphologiquement proches, cas fréquent dans les chantiers homotopiques) ou pratique (organisation des travaux en fonction des obligations liturgiques qui hiérarchisent les espaces).

Archéologie de l’échafaudage médiéval

75La question de l’échafaudage médiéval a été abordée essentiellement sur le plan théorique, à partir de l’iconographie du chantier et des sources écrites (Gimpel 1969, Du Colombier 1973, Coldstream 1991, Binding 1993). On retrouve là le hiatus bien médiéval entre réflexion et pratique, hiatus trahi, d’ailleurs, par le vocabulaire spécialisé médiéval : en désignant les échafaudages par le terme deambulatorium, les textes savants, comme la Vita Gauzlini ou la Vita S. Odilonis Cluniacensis (Lasteyrie, 1912 ; Mortet, 1911, p. 130), insistent sur la fonction la plus visible, la circulation ; tout au contraire, le terme d’ancien français chafaud (XIIe), tiré du latin populaire catafalicum (ouvrage de bois destiné à supporter une plate-forme ; Godefroy, 1881-1902), insiste sur l’ouvrage technique. Toutefois, les études in situ apparaissent tôt, dans les écrits des architectes-restaurateurs du XIXe siècle. Homme de terrain, Viollet-le-Duc a eu accès aux données fournies par l’édifice lui-même, notamment les trous de boulin. Il a su en tirer des découvertes spectaculaires, comme l’échafaudage hélicoïdal du donjon de Coucy, mais aussi des restitutions qui pèchent parfois par leur excès de complexité technologique (Dictionnaire raisonné, article échafaud). Il n’a manqué à la démarche qu’une archéologie de l’échafaudement qui permît de dépasser la seule restitution des échafaudages, pour remonter en deçà jusqu’aux modes opératoires (montage et ancrage) : en tant qu’objet, l’échafaudage est le résultat d’une action, l’échafaudement.

76L’opération d’archéologie du bâti menée sur le chevet de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste en 1989-1990 a été l’occasion d’étudier les vestigia des échafaudages mis en place du XIIe au XVe siècle (Rapport Lyon 1991). Le trou de boulin s’est révélé une source archéologique très riche dont il a fallu analyser et paramétrer les composants et les formes : structure, typologie des plans, typologie des ouvertures, distribution dans le parement (Reveyron, 1994b). Les trous de boulins forment une véritable interface entre l’échafaudement et le bâti, tous deux en évolution conjointe. Ils renseignent sur les techniques d’échafaudement, sur les finalités de l’échafaudage, sur son devenir, sur ses rapports avec l’organisation des travaux (échafaudement évolutif). À défaut de restituer leur essence, il offre même la possibilité d’évaluer les dimensions des bois d’œuvre et de jauger leur portée (Reveyron, 1998c). Notons que les fragments de boulin retrouvés bloqués dans le mur (boulins sciés au démontage) nous font connaître quelque chose des bois eux-mêmes (voir par exemple : Koch, 2003).

Structure et plan

77Les échafaudages du Moyen Âge se répartissent en catégories fondées sur des critères techniques et spatiaux : les types de support (perche, équerre, boulin seul, tréteaux...), le rapport au bâti (échafaudages indépendants, appuyés, encastrés ou ancrés) et l’étendue (échafaudages de pied, partiels, volants...) ; la matière des platelages (bois, claies…) ou des liens (cordes, éclisses…) n’entre pas en ligne de compte, pas plus d’ailleurs que l’usage. Mais le caractère principal de l’échafaudage médiéval est son adaptabilité aux contraintes du chantier : la multiplicité des combinaisons et des variantes trahit toutes sortes d’adaptations au cas par cas. Les trous de boulins, vestiges ultimes des structures de bois, reflètent fidèlement les caractéristiques des échafaudages disparus. L’analyse que l’archéologie du bâti en propose, à la fois dans leur structure propre et dans leur dispersion sur tout un bâtiment, autorise des restitutions précises qui concernent aussi bien ces ouvrages de charpenterie que l’utilisation qui en était faite.

78Structurellement, le trou de boulin est un conduit ménagé dans l’épaisseur d’un mur, composé d’une ouverture (ou de deux) et d’une gaine interne (fig. 3 et 4). Il apparaît sur la façade du mur comme une ouverture, l’entrée du trou de boulin, qui peut prendre des formes diverses (carrée, rectangulaire, partiellement curviligne, circulaire). Cette ouverture entretient avec le parement une relation complexe qui s’affiche dans une interface entre le parement et le travail à réaliser ponctuellement. Appelée façade du trou de boulin, cette interface porte parfois la trace des opérations ayant préludé à l’implantation du trou de boulin (tracés préparatoires) et à l’installation de l’échafaudage (repères de position). Au-delà de l’entrée se trouve la gaine interne, qui, avec l’entrée (ou les deux entrées), compose le conduit. La gaine interne est caractérisée par son mode de construction : prise dans le blocage du mur, elle est formée par des blocs relativement calibrés qui font les côtés et le plafond.

3 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, chevet droit.

4 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, plan des trous de boulin du chevet.

79L’entrée du trou de boulin se définit dans son rapport avec le parement (fig. 5) : sa profondeur, qui est l’épaisseur du parement, et sa forme sont commandées par le type d’appareil, moellon ou opus quadratum. On distingue les ouvertures maçonnées (rectangulaires, en meurtrière, à piédroits), réalisées par le maçon par simple décalage de blocs dans l’assise, et les ouvertures façonnées, réalisées par le tailleur de pierre dans un bloc de l’assise (parement en opus quadratum), parfois dans deux blocs contigus (entrées dichotomiques, logées sur un joint vertical ou horizontal). Les ouvertures façonnées sont caractérisées par leur position dans le bloc (dans un angle ou dans une face, en position inférieure ou supérieure). Les variations portent sur le dessin de l’entrée, soit quadrangulaire, soit partiellement (un côté, deux côtés) ou totalement curviligne (entrée circulaire).

5 - Typologie des entrées de trous de boulin.

80Concernant le plan, il existe deux types généraux (fig. 6) : les trous de boulin borgnes, qui ne possèdent qu’une seule entrée, et les trous de boulin traversants, qui percent totalement le mur. Dans le détail, la morphologie des conduits se répartit entre les trous de boulin perpendiculaires, les plus fréquents, les trous de boulin biais, les trous de boulin coudés et les trous de boulin en baïonnette.

6 - Typologie des plans de trous de boulin.

Morphologie et positionnement

81Curieusement, la diversité morphologique des trous de boulin ne relève pas d’une technologie de l’échafaudement, ni de contraintes de construction. Elle est plutôt le fruit accidentel de l’organisation du chantier : contrairement à la construction du XIXe siècle, par exemple, rien n’est prévu à l’avance dans le détail et les difficultés sont résolues au cas par cas. Ainsi, l’avancement des travaux de maçonnerie ne tient pas compte de l’implantation à venir des boulins et la composition de l’échafaudage, qui répond à un cahier des charges pratique, reste déconnectée de l’empilement des assises : dans ces conditions, la position des ouvertures façonnées en partie supérieure ou inférieure du bloc ou bien les formules dichotomiques qui logent le boulin dans un joint apparaissent comme des solutions ponctuelles, sans signification statistique. Il en va de même pour les plans des trous de boulin. On peut certes imaginer que les deux types généraux répondent à des nécessités pratiques : les trous de boulin traversants permettraient d’implanter chaque fois un boulin unique, qui, dépassant de part et d’autre du mur, assurerait un équilibre des platelages de chaque côté. Mais ce contrebalancement est illusoire : les contraintes mécaniques subies par les platelages (travail sur l’échafaudage, déplacement des hommes) l’emportent sur l’inertie de l’échafaudage (il faudrait que la masse de l’échafaudage soit très largement supérieure au poids total des personnes l’utilisant ou que ces dernières y soient réparties également, et sans bouger). Qui plus est, les boulins sont le plus souvent confortés à leur extrémité par des perches verticales qui annulent la fonction stabilisatrice de la gaine ménagée dans le mur ; d’ailleurs, s’ils avaient été dépourvus de soutiens externes (perches, équerres…), les mouvements qu’ils font subir au mur (flexion, torsion, balourd…) auraient fini par en disloquer le faîte fraîchement maçonné.

82Enfin, l’usage de boulins suffisamment longs pour traverser le mur et offrir de chaque côté l’appui nécessaire au platelage est contraire à une bonne gestion du chantier : les bois longs, rares, onéreux, et, en définitive, inutiles dans les échafaudages sinon pour les perches verticales (mais elles sont fines), étaient plutôt réservés aux charpentes. Il faut en déduire que les plans traversants relèvent du savoir-faire du maçon : il est plus simple de maçonner une gaine dans le blocage que deux demi-gaines. Il en va de même pour les plans en baïonnette : leur dessin surprenant n’est pas adapté à des jonctions internes de boulins taillés en biseau à cet effet, comme on en avait émis d’abord l’hypothèse ; il résulte de la non-coïncidence entre les entrées de chaque côté du mur et cette non-coïncidence est imposée par la conception de l’échafaudage (cf. p. 83-84). En revanche, les plans en biais ont été le plus souvent prévus soit pour éviter une masse de maçonnerie prise dans le mur (piédroit d’une baie, pile ancrée…), soit pour établir un système de boulins rayonnant qui favorise le franchissement d’un angle mural par le platelage, en réduisant leur écartement.

Distribution

83La distribution des trous de boulin sur l’ensemble du parement est le négatif des échafaudages disparus. Leur analyse systémique autorise une approche fine de ces ouvrages de charpenterie en eux-mêmes et dans leur rapport avec l’organisation des travaux. Il est possible d’en déduire plusieurs paramètres et des cas de figure :

  • les entr’axes des boulins ;

  • l’écartement des boulins par rapport à des éléments en saillie comme les contreforts (problème de circulation et de stabilité des extrémités de platelages) ;

  • les hauteurs de platelages ;

  • la hauteur du premier platelage ;

  • la composition des échafaudages : échafaudage homogène, échafaudage évolutif (en fonction du type de travail), échafaudage spécialisé imbriqué dans l’échafaudage général (cas de la chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don à la cathédrale de Lyon ; fig. 7).

7 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don : restitution des échafaudages du chevet.

Les matériaux

La pierre

84Les problématiques archéologiques concernant la pierre sont vastes et très diverses ; elles seront abordées au fil du texte, en fonction des chantiers rencontrés. D’une façon générale, l’étude des matériaux lithiques relève à la fois de la pratique de terrain et de l’archéométrie. Tailleurs de pierre et sculpteurs ont en effet de la pierre une connaissance intime, issue de l’expérience et l’ouvrage quotidien. Ils savent comment les qualités de pierre réagissent au travail de taille ou de sculpture, à la mise en œuvre dans le bâti, à la position dans l’édifice et au contexte lithique, au vieillissement et aux agents atmosphériques… Les archéomètres donnent l’identité géologique des pierres, localisent les carrières et mesurent les comportements des blocs dans le bâti. Deux visions parfaitement complémentaires de la construction. Le choix d’une qualité de pierre relève du domaine économique, technique ou esthétique, les uns étant susceptibles d’influer sur les autres. Anne Baud a montré quelle part ces différents impératifs ont prise dans la conception architecturale de la troisième abbatiale de Cluny. Tôt dans le Moyen Âge central, avant que l’architecture monumentale n’accède à un niveau technique généralisé à l’échelle de l’Europe, les ressources locales et les usages particuliers ont donné aux édifices une certaine originalité. Par exemple, les cathédrales savoyardes du XIe siècle étudiées par Isabelle Parron ont révélé un emploi intéressant du tuf et du gypse, ainsi que l’utilisation d’un mortier propre à ces régions alpines, la greia (Bertholon-Palazzon, 2002).

Géologie monumentale

85L’étude géologique des monuments médiévaux est un acquis du XIXe siècle. Elle est aussi un héritage du XVIIIe siècle : la prise en compte du contexte naturel dans l’approche des cultures humaines, en œuvre déjà chez Montesquieu, est un des moteurs de la pensée des Lumières. Le principe a connu ses premières applications scientifiques lors de l’expédition d’Égypte, pendant laquelle François de Rozière, ingénieur des mines, a été chargé d’étudier le rôle du milieu naturel, notamment des pierres, dans le développement de la civilisation égyptienne (Laissus, 1998 ; Solé, 1998). Or, au début du XIXe siècle, quand il s’est agi de bâtir de toute pièce une histoire de l’architecture romane en France, Arcisse de Caumont et les premiers antiquaires ont tout naturellement puisé dans la géographie physique et la géologie les principes d’un classement des monuments par écoles régionales. Le lien était établi pour longtemps entre paysage et architecture. En 1971 encore, Jean Valléry-Radot faisait — pertinemment — débuter sa belle synthèse sur l’art roman médio-rhodanien par une longue description géographique, géomorphologique et géologique de ces petites régions historiques composant la moyenne vallée du Rhône (Valléry-Radot, 1971). Cette vision des choses était servie par la formation initiale des premiers chercheurs : en 1831, Jules Michelet notait dans son journal que

« ce qui me frappe à Caen [c’est à dire à la Société des antiquaires de Normandie], c’est que les mêmes hommes, Caumont, Laire, Vaultier, sont à la fois antiquaires et naturalistes. Mon compagnon de voyage confondait sans cesse histoire et histoire naturelle. C’est qu’en fait, Caen réunit d’une part les antiquités romaines et normandes, de l’autre les antiquités antédiluviennes, les fossiles, etc. » (Schnapp, 1993, p. 280).

86Au début du siècle dernier, Camille Enlart développait l’idée en ajoutant aux questions de géologie locales, la problématique de la géologie importée et de la circulation consécutive des modèles :

« Nous avons vu que la qualité des matériaux dont dispose une contrée exerce généralement une influence sur le style de ce pays ; d’autre part, les importations de matériaux ont coïncidé souvent avec des importations de style ; au VIe siècle, des chapiteaux sont sortis tout travaillés des carrières de marbre de l’Empire byzantin ; aux XIe et XIIe siècles, des colonnes, des tombes, des fonts baptismaux de Tournai, ont répandu les formes lombardes ou rhénanes en usage dans cette ville, tandis que du port de Boulogne s’exportaient jusqu’à Bruges de belles pierres blanches de Marquise (calcaire oolithique) sculptées dans des ateliers qui conservaient, au contraire, les traditions gallo-romaines » (Enlart, 1919, p. 89-90).

87Le propos contenait les germes d’un déterminisme radical. En 1938, Henri Focillon nuançait l’analyse, en précisant que

« la localisation acquiert de la force, quand elle se fonde, comme celle des coupoles d’Aquitaine, sur une donnée géologique : la bande d’excellents matériaux de surface qui va du Périgord à l’Angoumois et que Vidal de La Blache, le premier, avait montrée jalonnée de forteresses » (Focillon, 1938, p. 161 ; voir aussi : Sion, 1934).

88Aujourd’hui, dans le cadre de l’archéologie du bâti, l’étude des matériaux lithiques relève de deux approches complémentaires : celle des praticiens et celle des géologues.

89La connaissance pratique de la pierre est celle du tailleur de pierre et de l’architecte. Grâce à l’expérience acquise, ils sont à même de jauger les qualités constructives des roches et, sur un édifice médiéval, de déceler les compétences des constructeurs du Moyen Âge. L’étude archéologique de l’église de Saint-André-de-Souvignargues (Gard) propose une heureuse synthèse de toutes ces approches : inscription de l’église dans la géologie locale et dans la géologie monumentale régionale (Antiquité et Moyen Âge), qualités de taille de la pierre, qualités constructives de la pierre (notamment, usage du délit), interactions entre géologie, carrière, mode d’extraction et technique de construction (Bessac, Pécourt, 1996). Depuis les années 1980, l’étude géologique des monuments a fait faire des progrès considérables à l’archéologie du bâti, en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche sur le chantier de construction. Cela concerne tout d’abord la chronologie des travaux (par exemple : Blanc et al. 1982 ; Gély, 1994 ; Viré, 1994) et les techniques de construction directement liées à la qualité des pierres (notamment : Blanc, 1983 ; Bavay, 1989 ; Bavay, 1991 ; Blanc, 1992), voire les implications culturelles du chantier (par exemple : Lorenz, Viré, 1994). Cela concerne aussi les questions économiques, liées notamment aux conditions d’extraction (prix de revient) et aux coûts de transport des blocs (transport de blocs déjà taillés). Cela concerne enfin les implications politiques, plus anciennement abordées à travers la question des remplois, le problème de la propriété des carrières, souvent mal documentée (Lauzanne, 1985), le mécénat en nature (zones géologiquement hétérogènes dans un bâti par ailleurs homogène) ou l’exportation (la pierre de Caen et la conquête de l’Angleterre).

La culture médiévale de la pierre, une problématique archéologique

90En Europe occidentale, l’architecture médiévale reflète des savoir-faire, des intentions et des implications qui définissent en cohérence une véritable culture de la pierre. Affirmée dans ses réalisations (le voûtement des églises, par exemple, est un acte de naissance de l’art roman) et dans toutes ses connotations, notamment politiques (le château de pierre, emblème de la puissance dans la littérature du XIIe siècle) ou religieuses (Tu es Petrus …), cette culture n’est évidemment pas exclusive des autres matières, comme on le verra pour le bois, le fer ou la brique : la question d’une hiérarchie des matériaux de construction, que les historiens de l’art se sont légitimement posée, est un faux problème. Dans ce domaine, les édifices constituent bien sûr la première source scientifique, puisqu’ils offrent aux investigations le résultat encore présent des mises en œuvre passées. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les architectes-restaurateurs aient bâti les premiers une réflexion sur les connaissances techniques et pratiques que les constructeurs du Moyen Âge avaient des matériaux lithiques. Pour Eugène Viollet-Le-Duc, par exemple,

« lorsque l’architecture gothique fut adoptée, elle sut tirer un merveilleux parti des matériaux divers fournis par le sol. À dater du XIIe siècle, on voit employer simultanément des pierres de qualités très diverses, suivant le besoin, ainsi qu’il est aisé de s’en apercevoir en lisant notre article Construction. Alors on ne recule pas devant les difficultés de transport qui devaient être considérables, lorsqu’il s’agissait de se procurer certaines pierres dont la qualité était propre à un objet spécial » (Dictionnaire raisonné, tome VII, p. 122).

  • 8 « Ainz ne finerent, si vindrent a Vesene, / A Lavardi ou la pierre fu trete/Dont les toreles de Nym (...)
  • 9 « trenchanz ciseals ont et fortz pis, / mais li mur sont de marbre bis,/qu'ils n'en poent point esg (...)

91L’intérêt affiché pour les qualités des pierres de construction n’apparaît pas fréquemment dans les sources écrites, mais les rares mentions qui en sont faites révèlent dans leur précision une bonne connaissance de ces questions. L’auteur du Tractatus de ecclesie S. Petri (1056-1081), par exemple, fait preuve d’une exactitude quasi archéologique sur le sujet, lorsqu’il s’attache à identifier l’origine des pierres retrouvées en fouilles sur le site antique (« Quod genus lapidum in Bononiensi provin(c)ia tantummodo inveniri dicitur (...) Naturaliter autem hii lapides in oriente apud Coloniensem provin(c)iam reperiuntur ») ou quand il donne la nomenclature des pierres taillées pour la construction (Mortet, 1911, p. 172-173). À côté de ces mentions techniques et comptables, qui ne concernent en définitive que quelques individus et une institution particulière, les romans et chansons de geste fournissent, eux, un matériau autrement plus révélateur. Ils touchent en effet un public très large et restituent non pas directement une réalité, mais bien un imaginaire, qui appartient pleinement à la culture médiévale. Les données livrées par la littérature sont soit des formules stéréotypées désignant les solides constructions en pierre (leur caractère répétitif confirme le poids culturel de la pierre dans la réception d’une architecture), soit des épisodes particuliers où la pierre remplit une fonction originale dans la structure du récit. Dans Le charroi de Nîmes, par exemple, chanson de geste composée aux environs de 1140, le trajet que suivent le comte Guillaume et ses troupes passe par Vésène et Lavardin « d’où fut extraite la pierre/Qui servit à construire les tours de Nîmes »8. Cette mention, qui vise à donner une « couleur locale » à la narration (Boutet tr., 1996, note 1 p. 195), appartient à ces « touches réalistes » caractéristiques du genre ; le matériau, identifié dans son lieu d’extraction et ses réalisations, définit ici doublement une géographie caractérisée justement par une culture — antique et médiévale — de la pierre. Exemple d’une « mise en couleur historique », tiré du roman de Thèbes, la puissance défensive d’une ville assiégée est associée au marbre — matériau antique par excellence et réputé indestructible — dont sont faites les murailles, parce que les assaillants n’ont pu attaquer au pic les murs qui « sont de marbre bis »9.

92Les bâtiments médiévaux le montrent avec évidence, les constructeurs du Moyen Âge avaient de la pierre une connaissance très intime, issue de l’expérience. L’archéométrie permet aujourd’hui d’en mesurer la réalité scientifique, mais aussi d’en identifier les limites. Il s’agissait évidemment d’un savoir empirique, très éloigné de ce « rationalisme médiéval » imaginé par le restaurateur de Pierrefonds (Abraham, 1934). Il concernait tout autant les capacités esthétiques (finesse du matériau, couleur, qualités sculpturales…) que les qualités mécaniques des pierres (résistance à l’écrasement, au gel, aux dégradations naturelles...), considérées en soi et dans la mise en œuvre où l’association de roches de qualités différentes obéit à des règles physiques précises, la réaction des uns par rapport aux autres pouvant entraîner des dégâts irréversibles dans le bâtiment (Noël, 1965, article Calcin, p. 73-75). Dans le bras sud du grand transept de Cluny, par exemple, la répartition des qualités de pierre (arkose, calcaire micritique, calcaire oolithique, calcaire pisolithique blanc) répond à un véritable projet architectonique (Baud, 2003, p. 98-103). Dans l’architecture romane de Savoie, en revanche, la distribution du tuf et de l’albâtre dans un bâti de moellons calcaires et de galets relève du décor (Parron-Kontis, 2002, p. 110-112). Les sources écrites font parfois mention d’une spécialisation des qualités de pierre, comme le prouve l’expression lapides columnares, les « pierres à colonne » découvertes par Gérard évêque de Cambrai pour le chantier de sa cathédrale, dans le premier tiers du XIe siècle (Mortet, 1911, p. 66). La quête similaire de Suger, qui recherche pour les colonnes de son abbatiale du marbre ou un calcaire « équivalent » (« marmoreas aut marmoreis aequipollentes haberemus columpnas » ; Gasparri, 1996, p. 13), affiche, au contraire de celle de Gérard de Cambrai, une dimension esthétique.

  • 10 Par exemple, expertise des cathédrales de Chartres (Mortet, 1900) en 1316, de Troyes (Arbois de Jub (...)

93Le degré d’intégration de ces données techniques dans la construction courante est bien attesté déjà dans l’architecture romane : le tuf de rivière est utilisé dans les voûtes pour sa légèreté et sa résistance à la compression ; les grès sont employés en partie basse des murs pour leur imperméabilité qui empêche la remontée de l’humidité des fondations jusque dans le bâti aérien (le roussard du Berry et de la Normandie, par exemple) ; dans les régions volcaniques, le basalte fournit aux chaînes d’angle de belles longueurs de blocs ; le tuffeau de l’Ouest de la France a été choisi pour sa très grande facilité d’extraction et de mise en œuvre ; à l’inverse, les calcaires froids, comme le choin lyonnais, exploités pour les grandes dimensions des blocs qui en sont tirés, sont adaptés aux problématiques de fondation (édifices haut-médiévaux de Lyon, fouillés par Jean-François Reynaud) aussi bien qu’aux projets esthétiques (monumentalisation de l’architecture). On pourrait multiplier les exemples. L’acuité de cette connaissance empirique du matériau se mesure à la confiance dont témoignent certains montages, à la limite du raisonnable. C’est le cas par exemple du délit : dans les parties gothiques (XIIIe siècle) de la cathédrale de Lyon, les hautes et minces colonnes de la galerie extérieure du chevet, des piles et du clair-étage de la nef sont composées de segments de pierre d’une longueur considérable, simplement goujonnés entre eux et fixés par agrafes dans le bâti (noyau des piles, contreforts des galeries) ; or, les tests sonores et les formes de dégradation observées (délitement) confirment que ces colonnes minces sont fortement bandées et qu’elles exercent un effort réel. Le silence des sources écrites vaut confirmation négative. Les expertises médiévales de constructions10, par exemple, décrivent pour l’essentiel des défauts de construction, non des défectuosités dans les matériaux. Lorsque Matthieu Paris dépeint la ruine de la façade en reconstruction de l’abbaye de Saint-Alban, sous l’abbatiat de John de Cella (1195-1214), il met en cause moins la fragilité de la pierre tendre — petrae, utpote tenerrae, in frusta sunt confractae — que l’impéritie de l’architecte et la langueur des travaux (Riley, éd., 1867, p. 218, cité par Muratova, 1986). Mieux, même. À Milan, dans la dispute opposant en 1399-1400 le consultant Jean Mignot, architecte français, et le Conseil de fabrique à propos des faiblesses de construction décelées par le premier dans le chantier de la cathédrale, les membres de ce dernier répliquèrent en faisant valoir la solidité de la pierre utilisée (sarizzo) et la puissance de sa mise en œuvre, renforcée il est vrai par le fer (Boucheron, 1998, p. 192).

94Mais cette confiance est parfois aveugle. À propos des montages en clavettes et tenons des voûtes pendantes de la chapelle des Bourbons à Lyon (cf. p. 303-305), l’architecte A.-J. Donzet, qui les a restaurées, a écrit que

« l’audace de cet assemblage est admirable (...) mais guère recommandable car elle suppose une confiance aveugle dans la qualité de la pierre qui est traitée ici comme s’il s’agissait de bois » (Donzet, 1971, p. 111).

95L’archéologie du bâti révèle parfois, sous une apparence régulière, des réalités architectoniques surprenantes, comme les piliers des cathédrales de Prague ou de Sienne : là où, suivant les modèles de Villard de Honnecourt (piles de la cathédrale de Reims ou piliers carrés pleins ; Bechmann, 1991, p. 96-100 et 159), on se serait attendu à trouver un solide appareil réglé, on a découvert un noyau de maçonnerie composant l’essentiel du support et un parement réduit à de petits blocs taillés en biseau (Prague ; Podlaha, Hilbert, 1906, cité par Sanvito, 1996, p. 301) ou à un placage de marbre (Sienne, Haas, 1995).

Le fer

96L’usage du fer dans l’architecture du Moyen Âge n’est pas une découverte récente. Les travaux des architectes restaurateurs et les études menées sur les comptes de construction, comme les recherches de R. André-Michel sur le palais des Papes d’Avignon publiées en 1917-1918, ont révélé tôt l’ampleur du phénomène. Toutefois, l’intérêt pour cette technologie n’a pas dépassé d’abord le simple constat. Qui pis est, son apparence d’anachronisme lui a valu d’être longtemps négligée, voire niée, en théorie comme en acte : des restaurations abusives ont ainsi supprimé des éléments de fer utiles à la stabilité de l’édifice (Taupin, 1996). Toutefois, en étudiant l’emploi de ce matériau dans des édifices du XIIIe siècle, comme la Sainte-Chapelle ou Notre-Dame de Paris, Eugène Viollet-Le-Duc ouvrait un nouveau chapitre de l’histoire de la construction médiévale. C’est précisément le renouvellement des approches techniciennes en histoire de l’art qui a relancé, dans la seconde moitié du XXe siècle, l’intérêt pour la technologie de la construction et son histoire, domaine dans lequel la recherche britannique avait joué un rôle pionnier.

97Toutefois, il convient de distinguer deux usages sans commune mesure, dont seule la première a véritablement fait l’objet d’études : la construction et la restauration. En effet, quand il appartient à la phase du chantier, le fer renvoie aux techniques de construction, mais quand il intervient dans un processus de réparation ou de restauration, il relève d’une tout autre technologie ; il devient aussi un repère chronologique pour dater l’opération (chronologie relative, plus rarement absolue), éventuellement l’accident qui l’a motivée. Notons, en ce qui concerne les datations du fer, que les progrès les plus récents de l’archéométrie sont très prometteurs sur le long terme. Il est évident que, dans ce domaine, la recherche attend beaucoup de l’archéométrie (voir notamment : Dillmann, Fluzin, Benoît, 1998 ; Dillmann, Bernardi, 2003 ; Dillmann, Fluzin, 2003). Les recherches scientifiques « dures » sur le fer ont fait aujourd’hui des progrès considérables, concernant notamment la composition du métal ou son traitement mécanique. Comme pour le mortier, ces progrès ouvrent la voie, sur le long terme, à des possibilités de datation (Mangin dir., 2004).

Fer et technologie de la construction

98On se rend mal compte au premier abord des quantités de fer utilisées par les constructeurs du Moyen Âge. Cela vient du fait que les éléments métalliques sont peu visibles dans le bâti ou difficiles à discerner dans l’architecture : plombs et barlotières disparaissent derrière les programmes iconographiques et la beauté des vitraux ; agrafes et tirants sont le plus souvent dissimulés dans le dessin architectural (bandeaux flanquant les arcs doubleaux de la chapelle basse, à la Sainte-Chapelle), à l’intérieur des maçonneries ou sous les combles. La faible part qu’on en observe paraît de ce fait un appoint technique, une concession faite à l’innovation technologique, plutôt qu’une véritable nécessité structurelle. Or, petite ou énorme, la quantité de fer et autres matériaux métalliques consommée dans la construction constitue une variable qui change chaque fois les données du problème. Par exemple, on a récemment calculé que la construction de la cathédrale de Ratisbonne avait employé une masse de métal d’environ quarante tonnes (Der Dom zu Regensburg, 1989 ; Hubel, Schuller, 1995). La quantification du phénomène oblige à repenser totalement l’apport du métal à la technologie de la construction médiévale, à la fois dans la mécanique du bâti et dans la conception esthétique. Ainsi, dans les parties hautes de la cathédrale de Beauvais, le rapport du vide au plein, c’est-à-dire le pourcentage de pierre dans le volume total du mur, répond aux normes en vigueur aujourd’hui dans la construction en béton armé (Taupin, 1996) : il est évident que sans goujonnage, ni tirant d’aucune sorte, une telle norme ne peut être atteinte.

  • 11 Binding, 1977. Pour les travaux récents, voir Cucarull, 2003 ; Doperé, Ubregts, 2003 ; Hoffsummer, (...)
  • 12 Je remercie Florian Renucci, responsable de la construction sur le chantier de Guédelon, de m’avoir (...)

99Les synthèses et recherches récentes ont mis l’accent sur l’emploi sans doute le plus spectaculaire du métal dans l’architecture gothique, sous la forme de longues chaînes de liaisonnement internes qui stabilisent et raidissent les parties hautes de grands édifices (Taupin, 1996 ; Férauge, Mignerey, 1996 ; Erlande-Brandenburg, 1999 ; Benoît, 2002). Sur le plan de la pensée technique et de la pratique technologique, ces chaînages représentent de véritables chefs-d’œuvre. L’exemple de la Sainte-Chapelle est éloquent : l’ensemble de l’édifice ne pourrait tenir durablement sans les armatures de fer, discrètement disposées aux deux niveaux, qui étrésillonnent le bâti dans la chapelle basse et à l’étage, le ceignent ; à ce niveau, d’ailleurs, les trois ceintures, composées de barres de fer, sont mêlées aux barlotières des vitraux. De fait, si le matériau est une innovation, les systèmes de liaisonnement en bois ont été employés tôt dans l’architecture romane. En 1972, R. Wilcox donnait sur cette technique appliquée à l’architecture de défense une première synthèse, développée dans un ouvrage publié en 1981 ; seize ans plus tard, Günther Binding proposait au colloque de Bade Münstereifel (1976) une nouvelle synthèse concernant les châteaux et les édifices religieux11. Construit aux alentours de l’An Mil, le clocher de Chapaize, par exemple, possède encore deux chaînages de bois qui renforcent la stabilité d’un bâti très élevé, complétant ainsi les effets d’une élévation non pas verticale, mais légèrement biaise (Sapin, 1992, p. 64-170). Dans le clocher subsistant de Saint-Michel de Cuxa, daté par Pierre Ponsich de la première moitié du XIe siècle, des poutres ennoyées dans la maçonnerie font, à chaque étage planchéyé, un chaînage horizontal (Ponsich, 1996, p. 82). La technique a été abondamment utilisée pour les donjons des XIIe-XIIIe siècles, comme Eugène Viollet-le-Duc l’avait déjà montré pour le château de Coucy. Elle a été parfois développée dans des formules complexes comme dans les donjons romans de Saint-Amand-en-Puisaye (Yonne), qui combinent un plan circulaire et une charpenterie polygonale incluse dans les murs12, ou de Verclause, dans les Baronnies (Drôme), dont le curieux volume en éperon est structuré, dans ses masses murales, par un ouvrage de charpenterie très élaboré (Estienne, 1996). L’emploi de tirants de bois pour stabiliser les murs gouttereaux est attesté dans la chapelle haute de l’avant-nef de Tournus (vers 1030 ; Sapin, 1992) et la nef principale de la Madeleine de Vézelay. Quant aux tirants installés pendant la construction à la base des arcades ou des arcs doubleaux, on en observe les vestiges aussi bien dans la nef de Saint-Philibert de Tournus que dans les cathédrales de Paris, Soissons, Laon, Chartres, Amiens, Tours… En Italie du nord, et tout particulièrement à Venise, les églises gothiques conservent encore ces tirants qui trouvent leur justification dans la sismicité de ces régions ou l’instabilité du sol (lagunes côtières).

Les agrafes

100Tirants et chaînages ne résument pas à eux seuls l’emploi du fer dans la construction médiévale. Les agrafes ont aussi joué un rôle important, dont l’efficience toutefois et les règles d’emploi sont plus délicates à cerner. Elles ont été parfois massivement utilisées à l’intérieur de la maçonnerie, au palais des Papes en Avignon ou dans le donjon du château de Vincennes, pour prendre deux exemples révélateurs du XIVe siècle (André-Michel, 1917-1918 ; Dillmann, Bernardi, 2003 - Amaudruz, Chapelot, Clément, 1997 ; Clément-Charpentier, 2001). Mais leur usage est plus ancien : les découvertes faites par Anne Baud à Cluny, dans les parties hautes du bras subsistant du transept, ont montré qu’il remonte à la fin du XIe siècle (Baud, 2003, p. 92). À la cathédrale de Lyon, elles apparaissent dans les galeries romanes du triforium où elles entrent dans la mise en œuvre des dalles du mur bahut (dans les dernières décennies du XII e). À la cathédrale de Langres, sans doute à la même époque, elles ont servi à lier les blocs des murets chargeant les arcs doubleaux du chevet ; mais il s’agit d’un emploi très sporadique. Toujours à l’époque romane, l’architecte du portail de Saint-Trophime d’Arles les a employées pour maintenir les dalles en délit qui en constituent le soubassement.

101On en rencontre un usage assez large dès les premières décennies du XIIIe siècle dans le chevet de Notre-Dame de Semur-en-Auxois (Reveyron, 2001a), dont la reconstruction a débuté dans les années 1220 (Branner, 1960 ; Prache, 1986), ou bien très ponctuel, comme à la cathédrale de Bourges (XIIIe). La distribution des agrafes peut varier dans un même bâtiment pour des raisons techniques qui nous échappent : au donjon de Vincennes (XIVe), par exemple, elles sont disposées en groupes isolés ou forment au contraire un véritable cerclage interne (Clément-Charpentier, 2001). Elles ont aussi pu entrer comme élément déterminant dans l’élaboration d’un projet architectonique d’envergure ou bien, à l’échelle de l’élément d’architecture, dans une mise en œuvre technologiquement savante. Dans le chevet de Notre-Dame de Paris, par exemple, l’architecte qui, au début du XIIIe siècle, a modifié profondément les baies supérieures du sanctuaire pour améliorer l’éclairement, a sommé le clair-étage ainsi fragilisé d’une triple assise dont les blocs ont été systématiquement liés par des jeux d’agrafes (Erlande-Brandenburg, 1996). À Saint-Nizier de Lyon (XVe), c’est au contraire la mise au point d’un système révolutionnaire d’évacuation des eaux de pluie qui est concernée : l’agrafe en est un élément-clef de sa conception (p. 312-313).

Le fer dans l’esthétique architecturale

102On ne peut pas confondre la technologie du fer déployé dans les cathédrales françaises du XIIIe siècle et l’usage d’agrafes métalliques. Ces dernières n’interviennent pas dans la structure du bâtiment ; elles agissent seulement à l’échelle de l’assise. En liant étroitement les blocs d’une assise, elles ne renforcent que la cohésion des parements. Elles constituent parfois aussi des chaînages. Mais leur solidité reste toutefois limitée, puisqu’elle dépend d’abord de la qualité du matériau lithique, et non de la résistance du métal. L’origine antique de la formule — agrafes de fer et scellement au plomb — était connue déjà des hommes du XIe siècle. La chronique de Saint-Pierre-le-Vif de Sens la décrit précisément, à propos d’un bâti antique découvert en 1068 sous l’église en chantier :

« Ultra vero citraque progredientes, altius caeteris obtrutum inveniunt monumentum, miro quidem tabulatu fabricatum, ferreis nexibus, infuso plumbo, ex omni parte compagnatum » (Bautier, Gilles, 1979, p. 318-319).

103L’écho que les romans des XIIe-XIIIe siècles tirés de la « matière antique » renvoient de ce savoir-faire en révèle sans ambiguïté les connotations antiquisantes, exprimant tout à la fois la référence romaine, la solidité du bâti et le raffinement de la construction. Dans le roman d’Eneas, pour ne prendre que cet exemple, il est dit des murs de Carthage que « tout li quarrel sont seelez/a fer et a plomb bien soudez » (Petit, 1997, vers 330-331).

104Dans l’architecture romane, les agrafes participent à un ressourcement technique, à une forme de renaissance architecturale et architectonique. Les architectes ont appris le savoir-faire des Anciens en démontant les ruines des édifices d’où ils tiraient les remplois pour leurs constructions : « Ipsa ruina docet » (Greenhalgh, 1984). Au XIIe siècle à Lyon, ces liens métalliques entrent sans conteste dans la définition de l’esthétique antiquisante. Ils accompagnent d’autres formules reprises à l’architecture romaine comme les arcs intégrés, les joints dissimulés, les murs à arases de briques ou les orthostates. Pour ce qui est de l’autre grande période d’application de cette technique, les XVe-XVIe siècles, il en va autrement. Elle est devenue à ce point courante qu’elle a été abondamment figurée dans des miniatures et des panneaux peints. Mais cette iconographie technique renvoie à un usage banalisé des agrafes, représentées dans le décor de la vie quotidienne où elles solidarisent des blocs formant des marches d’escalier, des margelles de puits, des garde-corps... C’est précisément la période où des usages spécifiques ont été mis au point lors de la reconstruction de l’ancienne collégiale Saint-Nizier de Lyon. Dans cet édifice, l’utilisation des agrafes a pris deux directions divergentes, soit une mise en œuvre triviale (liaisonnement des garde-corps), soit, au contraire, une élaboration technique sophistiquée où l’élément de métal participe pleinement à la technologie de la construction.

105Ce tout dernier aspect de la construction rejoint l’emploi du fer dans l’architecture gothique du Nord de la France. Certes, à Saint-Étienne de Bourges, les tirants longitudinaux constituent un simple appoint, jugé utile dans la phase de chantier : ils stabilisent le premier bâti achevé et liaisonnent celui qui a été réalisé dans la seconde tranche des travaux. Mais à la Sainte-Chapelle de Paris ou à la cathédrale de Beauvais, au contraire, le projet architectural intègre dès l’origine les éléments métalliques. La stabilité des bâtiments est directement concernée. Toutefois, l’esthétique induite n’affiche pas les mêmes tendances dans les deux édifices. À Beauvais, les entraits métalliques sont parfaitement visibles, si ce n’est ceux qui sont mêlés aux barlotières : l’architecture inclut dans sa définition le respect des lois naturelles, tout en les dépassant par des artifices non pas pour obtenir un effet illusionniste, mais, au contraire, pour aller jusqu’au bout de sa logique propre et atteindre un degré presque idéal. À la Sainte-Chapelle, au contraire, on a cherché à les dissimuler au mieux.

  • 13 Le terme est mal adapté, mais il est utilisé ici par défaut. Comme le montre l'architecture baroque (...)

106Ce mensonge architectural du diaphane, pour reprendre le concept de John Ruskin (Les sept lampes de l’architecture, 1849), signe une esthétique de l’illusion architecturale13. Il ne s’agit pas d’une problématique construite a posteriori, dans sa réalité du moins, sinon dans ses termes. La question est en effet spontanément soulevée par l’orientation qu’a prise l’architecture gothique dès le XIIIe siècle. Elle est définie dans le rapport du vide au plein qui concerne quatre données constructives : la finesse des supports, la hauteur des volumes architecturaux, la masse de bâti portée et l’espace couvert par les voûtes. Ces conditions initiales appartiennent au projet. Elles exigent une approche très précise des jeux de force et contraignent à un renforcement des liaisonnements internes et des stabilités assumées par les contrebutements. Nous n’avons sur ce sujet précis quasiment aucune littérature contemporaine des chantiers, sinon, dans une faible mesure, les expertises d’ingénieurs ou d’architectes (Frankl, 1960). Celle menée par l’architecte français Jean Mignot sur le chantier de la cathédrale de Milan en 1392 a porté justement sur la stabilité des parties hautes, notamment la tour-lanterne montée à la croisée du transept (Ackermann, 1949 ; Frankl, 1960, p. 63-86. Sur les chantiers milanais des XIVe-XVe siècles, voir Boucheron, 1998). La controverse qui a suivi a fait jouer des arguments esthétiques (masse excessive des piliers) et techniques, notamment l’utilisation de liaisonnements de fer.

Le bois

  • 14 Ce dernier domaine est riche de potentialités, notamment sur l’essence des bois employés ou leur da (...)

107Le bois intervient dans le chantier sous forme de bois d’œuvre (échafaudage, étais, cintres, piquets de cordes etc.), de matériau d’appoint (cales, tampons, goujons…), de bois de construction (charpentes, planchers, chaînages internes aux murs, linteaux ou surlinteaux de baies14…). Ce matériau est apparu d’abord dans les préoccupations des historiens de l’art (architecture à pans de bois, églises en bois debout, charpente à petit bois de Philibert de l’Orme…), avant de faire irruption dans l’archéologie médiévale, sous la forme de trous de poteaux, plus tard de bois d’œuvre, de bois de construction ou de charpente. Les spécialistes du XIXe siècle, principalement les architectes responsables des restaurations, n’ont pas négligé ce dernier aspect de la problématique. Mais c’est dans la seconde moitié du siècle suivant qu’on a véritablement pris conscience de la richesse patrimoniale que les constructions en bois représentaient. Les exigences accrues des restaurateurs ont favorisé le développement des études systématiques (voir notamment : Conservation du bois, 1990 ; Bois dans l’architecture, 1995). De même, les connaissances sur la technologie du bois et l’étude de ses applications ont aidé au développement de la problématique en archéologie et en histoire de l’art (voir par exemple : Noël, Boquet, 1986 ; Sapin dir., 1992 ; Prache, 1997 ; Hoffsummer dir., 2002).

108Par ailleurs, les progrès de l’archéométrie ont permis d’en tirer toutes sortes de renseignements : les essences utilisées, les modalités de mise en œuvre (bois sec ou bois vert), les outils et le savoir-faire du bûcheron et du charpentier, les marques de montage utilisées pour les poutres, l’âge des bois (C14), la date d’abattage des arbres (dendrochronologie) etc. Mais les résultats obtenus restent délicats à interpréter dans son rapport au bâti lui-même. Des bois anciens peuvent être utilisés dans une construction plus récente, de même que des bois récents peuvent venir s’insérer dans un bâti ancien. Compte tenu des possibilités de récupération, des disponibilités offertes par le marché, des contraintes techniques et de la spécialisation des pièces, un même bâtiment peut présenter des bois d’origines très diverses. Pour ne prendre qu’un exemple, bien représentatif de la complexité du problème, P. Donati a montré qu’à Bellinzona, dans le Tessin suisse, l’église Saint-Jean

« consacrée en 1794, possède une charpente de bois de récupération, laquelle date de 1460, alors que l’armature en bois de la voûte a été réalisée avec des arbres abattus non antérieurement à l’année 1785 » (Donati, 1993).

109L’archéologie des bois d’œuvre n’est pas qu’une illusion. Les fouilles de sites antiques, parfois médiévaux, mettent au jour des bois de toutes sortes, parfois des échafaudages entiers (Mojon, 1986). En ce qui concerne l’archéologie du bâti, les investigations sont plus difficiles. On rencontre parfois des planchettes de cintres encore prises dans le mortier de la voûte, ou, le plus souvent, leur empreinte (Hartmann-Virnich, 1996). On découvre aussi des bois de calage, conservés dans les joints. Il s’agit le plus souvent de bois de conifères dont la sève, délayée par l’eau du mortier, ne tache ni la pierre, ni les joints, contrairement à celle des feuillus. À une tout autre échelle, les édifices ruineux laissent voir les gaines de chaînages en bois initialement noyés dans les maçonneries ; les poutres sont parfois conservées, comme dans le clocher de Chapaize (Sapin, 1992). Par ailleurs, l’étude minutieuse des bois est le seul moyen de relever les traces d’emplois antérieurs et de restituer éventuellement la structure primitive d’où ils proviennent, comme l’ont montré, notamment, les travaux de Christian Le Barrier au château de la Bâtie d’Urfé (Le Barrier, 2000) : quelques fragments de poutre ont permis de donner une réponse définitive à l’épineux problème du pseudo-donjon primitif et de reconstituer l’état initial du bâtiment.

110Mais les bois d’échafaudage, découverts parfois à l’état fragmentaire dans les trous de boulin (Koch, 2003), forment, pour l’archéologie du bâti, la principale masse d’information sur les bois d’œuvre. D’une façon générale, les systèmes d’ancrage des échafaudages dans le bâti renseignent sur la réalité de ces ouvrages de charpenterie. Tout particulièrement, les trous de boulins conservent la mémoire soit des platelages, parce que deux boulins portent nécessairement une longueur entière de plancher, soit des bois qu’ils ont contenus, les boulins.

La brique

111L’architecture de brique possède un long passé et couvre une géographie à l’échelle de la planète (Cambell, 2004). La vision que l’on se fait spontanément de la construction en brique en Europe occidentale au Moyen Âge est entachée d’approximations culturelles. Abondamment représentée par des édifices du bas Moyen Âge et de l’époque moderne dans des régions où son usage est devenu emblématique (Midi toulousain, Belgique, Pays-Bas, Allemagne du Nord, Pologne…), l’architecture de brique dessine une géographie artistique tardive qui a occulté celle des époques précédentes, notamment le haut Moyen Âge. Parallèlement, la disparition des édifices de brique antérieurs au Moyen Âge central et la surreprésentation consécutive des régions orientales de la Méditerranée où les constructions de brique haut-médiévales sont mieux conservées (monde byzantin, espace arabo-musulman) ont gauchi l’orientation des recherches. Par rapport à une prétendue tradition européenne de la pierre, elles ont donné à ce type d’architecture un caractère « exotique » — ce que l’historien de l’art Carlo Ginzburg appelait l’estrangement (Ginzburg, 2001, p. 15-36) — qui a faussé l’établissement des chronologies et l’appréciation des jeux d’influence. Ainsi pour l’architecture mudéjar, Philippe Araguas précise-t-il, contre des idées toutes faites, que

« si l’on fait abstraction de la mosquée de Bab Mardoum à Tolède, datée de l’an 1000 et unique en son genre, on ne trouve pas en Espagne d’édifice manifestant clairement un emploi de la brique en élévation avant le XIIe siècle. Le matériau est alors associé à des églises, ou plus précisément à des chevets d’églises s’inscrivant dans le courant de l’art roman » (Araguas, 2003, p. 312).

112D’un autre côté, l’intérêt pour la brique médiévale a pâti aussi d’a priori défavorables, induits par une hiérarchie des matériaux héritée de l’époque moderne, qui fait de la pierre et du bois les « matériaux nobles » de la construction ; rappelons à titre d’exemple l’œuvre révolutionnaire d’un Victor Horta (1861-1947) qui, par goût des contrastes, a réhabilité dans les hôtels particuliers élevés pour la bourgeoisie belge des « matériaux non nobles » comme le fer et la terre cuite. Il est évident que l’emploi massif de la brique dans la construction industrielle (usines, entrepôts et habitat) des XIXe-XXe siècles a contribué à la dévalorisation des matériaux. Parallèlement, si, en tant qu’architecture, les édifices médiévaux en brique avaient toute leur place dans l’histoire de l’art, leur décor ornemental n’était pas sans soulever des difficultés méthodologiques. Face aux sculptures sur pierre qui sont chaque fois l’œuvre unique d’un spécialiste, les ornements en terre moulée ont posé le problème du statut de l’œuvre reproductible, problématique dont Walter Benjamin, en 1936, a posé les jalons pour le monde contemporain dans ses recherches sur L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (Benjamin, 2003). La question s’est révélée d’autant plus difficile que dans le domaine de la sculpture, le retour à la taille directe au début du XXe siècle avait replacé le praticien et son rapport à la matière au cœur de la création artistique.

113Dans ces conditions, les chercheurs ont soulevé le problème du statut esthétique et social des constructions médiévales de brique, comme ils l’ont fait aussi pour le bois : pouvait-il exister au Moyen Âge une architecture de prestige en briques ? Comme pour l’architecture de bois en milieu urbain (Sapin dir., 1992), matériau considéré longtemps comme un substitut pauvre de la pierre, les premières réponses sont apparues tardivement, signe d’une prise de conscience du rôle de la matière dans la création artistique et de l’archéologie dans l’histoire de l’art. Ainsi, Marcel Grandjean a analysé les effets de mode dans le développement en Genevois au XVe siècle de l’architecture de prestige en brique, introduite par les ouvriers d’Italie du Nord (Grandjean, 1985). L’architecture castrale, qui a été puissamment portée par ce mouvement, a pu diffuser à son tour la mode de la brique sur d’autres catégories de construction, notamment les édifices religieux. À propos de l’église paroissiale de Saint-Gervais de Genève reconstruite en pierre et en brique dans les années 1430-1440, Philippe Broillet et Nicolas Schätti pensent que

« la présence à Saint-Gervais de murs en brique peut s’expliquer par l’évolution contemporaine de l’architecture militaire. Mais ici, la mise en œuvre se distingue par la construction simultanée et étroitement liée des œuvres de brique et de pierre » (Broillet, Schätti, 1995, p. 90).

114Mais le regain d’intérêt pour la brique ne s’est pas limité aux effets de mode. L’originalité du matériau, son extrême maniabilité, son adaptation immédiate à toute forme architecturale et son faible coût ont rapidement instrumentalisé le matériau, à des fins notamment politiques. Michel de Waha a décrit, pour la région de Mons (Belgique) au XVe siècle, l’instrumentalisation de la brique dans la montée en puissance de certaines familles seigneuriales qui ont tiré parti du faible coût du matériau pour « construire » leur pouvoir, suivant un schéma rappelant, mutatis mutandis, l’expansion des mottes quelques siècles plus tôt (de Waha, 1986, p. 57-58). Dans une tout autre optique, Patrick Boucheron a montré, à propos des chantiers publics milanais de la fin du Moyen Âge, les visées politiques d’un « mode de construction princier » qui fonde le pouvoir du prince sur la maîtrise des normes (Boucheron, 2000). De fait, la dimension économique du phénomène a bien été un des moteurs du succès rencontré par la brique ; la réception esthétique du matériau est un autre aspect de la question. Ainsi, grâce à leurs capacités techniques, leur rationalité économique et leurs choix esthétiques, les cisterciens et, dans une certaine mesure, les prémontrés ont propagé l’usage de la brique dans la grande plaine du Nord de l’Europe, rôle que les ordres mendiants ont à leur tour joué au XIIIe siècle dans les villes et l’ordre des Chevaliers teutoniques pour l’architecture de défense (Polewski-Koziell, 2003).

Un incunable de l’archéologie du bâti

115L’archéologie du bâti n’a pas établi ce genre de distinction entre les matériaux de construction. Dès ses débuts, les mêmes types d’investigation ont été menés sur les édifices utilisant la pierre ou la brique, notamment l’analyse modulaire et l’étude des mises en œuvre. Soulignons cette intuition géniale des premiers archéologues qui se sont attachés à ne jamais isoler le matériau, mais à le replacer dans son contexte technologique. À la fin du chapitre consacré à l’Ère romane primitive de son Abécédaire ou rudiments d’archéologie, Arcisse de Caumont a consacré une dizaine de pages à Quelques églises appartenant au roman primitif (Arcisse de Caumont, 1870, p. 106 sq). Cherchant à distinguer les bâtis antiques remployés des constructions du haut Moyen Âge, il a fondé ses analyses principalement sur la qualité des appareils et l’emploi de briques (incrustations, briques sur chant, arases, zones d’opus spicatum). Sa préoccupation restait avant tout de mettre en place diverses méthodes d’analyse complémentaires destinées à établir les caractéristiques des appareils rencontrés. Dans deux cas, sur une quinzaine, il donne des précisions sur les modules de pierres ou de briques. Ainsi, à propos des briques utilisées à Saint-Martin d’Angers, il signale

« qu'elles ont environ 14 pouces de largeur pour 9 ou 10 pouces de hauteur ; elles sont séparées les unes des autres par une couche de ciment, dont l’épaisseur varie depuis 1 demi-pouce jusqu’à 10 lignes. Les briques employées dans les arcades ont, pour la plupart, 9 à 10 pouces de longueur » (ibidem, p. 109).

116Mais les variations dans les dimensions des briques d’une période à une autre sont vite apparues comme un indice chronologique sérieux. Les premières tentatives de typochronologie du matériau sont venues de l’archéologie antique qui disposait de la quantité nécessaire de données métriques. Au Congrès archéologique de France tenu en Arles en 1876 (Paris, 1877), John H. Parker proposait une série jalons chronologiques larges fondés sur l’épaisseur des briques, estimée suivant un mode de calcul ingénieux : pour éviter les approximations, ce n’est pas directement l’épaisseur qui était donnée, mais le nombre de rangs de briques par zone de 1 pied romain, 9 à 10 au Ier siècle, 7 ou 8 au IIe siècle, 5 ou 6 au IIIe siècle, 4 seulement au IVe siècle (cité par A. Grenier, 1934, p. 514). Cette méthode, qui établit dans le même temps une typochronologie des joints, révèle à nouveau le souci constant de ne pas déconnecter le matériau de sa mise en œuvre.

117La première étude d’envergure sur un grand monument de l’architecture chrétienne de brique remonte à 1915. Elle a concerné la basilique de Sainte-Marie-Majeure, à Rome (Biasiotti, 1915). Une opinion contraire au texte du Liber Pontificalis faisait de cette église une basilique païenne du IIe siècle, adaptée au culte chrétien vers le milieu du IVe siècle par le pape Libère, opinion que renforçaient la découverte, à la fin du XIXe siècle, de tuiles du II e siècle sur la toiture et, plus tard, l’identification, par E. Mâle, des proportions architecturales de l’édifice à l’ordonnance que Vitruve appelle l’ionique eustyle. Les travaux de monseigneur Giovanni Biasiotti ont rétabli une chronologie conforme aux sources écrites qui attribuent la construction de Sainte-Marie-Majeure à Sixte III. Dans un double article du Bollettino d’Arte de 1915, il appuyait ses conclusions sur une étude du bâti et des sondages dans les maçonneries : reprises, bouleversements localisés, épaisseur des lits de mortiers, diversité des dimensions des briques, variété de la coloration des briques, traces de grattage indiquant un remploi, cassures et refaçonnage des matériaux... Nous retrouvons là les aspects les plus actuels de l’archéologie du bâti : la caractérisation visuelle des matériaux, l’identification des vestigia (marques, traces de remploi, de reprise, de réfection…), l’analyse de leur mise en œuvre, l’étude des césures… Seules font encore défaut, inévitablement, les applications de l’archéométrie, c’est-à-dire l’analyse physique et la datation archéométrique. Mais l’analyse modulaire montre déjà toute son efficacité.

  • 15 « Volumus ut Egmunalo de verbo nostro praecipias, ut faciat nobis latere quadratos habentem in omne (...)

118Il est vrai que les sources écrites ont favorisé l’intérêt pour la caractérisation métrique des briques. Les textes de l’Antiquité romaine présentent une typologie succincte, mais précise des modules. Arcisse de Caumont cite une lettre d’Eginhard dans laquelle le biographe de Charlemagne donne les dimensions des deux types de brique dont il fait la commande (Arcisse de Caumont, 1869, p. 24-25)15. Mais la réalité archéologique accuse une infinité de variations dans les dimensions des briques produites. Pour le Moyen Âge, les sources sont plus fiables, puisqu’on possède encore des réglementations officielles. La première connue est celle de Séville, du XIIe siècle, dont la teneur a été transmise par le traité d’Ibn‘ Abdun, étudié par Evariste Levi-Provençal en 1947 (Araguas, 2003, p. 33). Pour les périodes plus tardives, la documentation est évidemment plus riche et plus précise (voir par exemple Tollon, 2000 ; Araguas, 2003, p. 34-36). Dans ce domaine, les apports les plus récents de l’archéologie ont profondément renouvelé la problématique. Le traitement à grande échelle des données métriques a fait apparaître des géographies très diversifiées. David Gandreau a souligné par exemple les similitudes modulaires entre les briques utilisées dans des abbayes cisterciennes d’Italie du Nord au XIIe siècle et celles de l’architecture religieuse bressane et dombiste du XIIIe siècle (Gandreau, 2000). À une autre échelle, et en tenant compte non seulement des mesures réelles, mais aussi des proportions (rapport longueur-largeur), Philippe Araguas a mis en évidence la cohérence des grands centres de production hispaniques et l’originalité de la production tolédane (Araguas, 2003, p. 35-36 et annexes II et III).

Un substitut de la pierre ?

119La brique a longtemps passé pour un substitut de la pierre. Dans des régions pauvres en pierre, comme la Vénétie ou l’Émilie, pour ne prendre que ces deux exemples, cette affirmation va de soi ; dans d’autres, en revanche, les deux matériaux coexistent ; parfois même, la brique l’emporte sur la pierre malgré une géologie favorable, comme dans la Rome médiévale où ce mode de construction s’inscrit dans une très longue tradition. L’affirmation n’a donc rien d’évident. Pour le Sud-Ouest de la France, par exemple, Bruno Tollon a souligné le contraste entre « Cahors [qui] offre le spectacle d’une ville de brique (dès le XIIIe siècle) dans un paysage de plateaux calcaires » et « les pays du Toulousain et de l’Albigeois où, faute de pierre, la brique a régné de façon quasi exclusive » (Tollon, 1991, p. 87). Chacun des deux matériaux a sa logique propre et l’usage du premier ne peut se réduire automatiquement à un pis-aller. À propos de son introduction à Mons, autre pays de la pierre, au XIVe siècle, Michel de Waha a bien décrit la complexité de la question :

« L’usage de la brique dans un pays de carrière constitue une excellente pierre de touche pour apprécier la vitalité économique des carrières, mais aussi les limites techniques et commerciales qui leur sont imposées. L’apparition de la brique doit être alors considérée comme une marque de concurrence victorieuse dans les domaines de la compétitivité d’une part, des capacités de production de l’autre » (de Waha, 1986, p. 80).

120La brique et la pierre entretiennent, en tant que matériau, autant de similitudes que de différences. Parmi celles-ci, la première est le caractère manufacturé de la brique, réalisée en quatre temps : l’extraction de l’argile en carrière ; la préparation d’une pâte, obtenue par macération, purification et broyage de l’argile, éventuellement suivie de l’adjonction d’un adjuvant ; le moulage, qui donne sa forme à l’objet ; le séchage et la cuisson qui assurent sa résistance physique (pour une approche régionale des problématiques, voir Grotte, 1994). Contrairement à la pierre dont la matière et les qualités physiques sont données par la nature, la brique est donc un matériau composite. Les dimensions des blocs de pierre sont en partie imposées par la puissance des bancs et les possibilités d’extraction (problème de la pierre capable), alors que celles des briques sont définies par la coutume ou une réglementation publique. Parallèlement, la brique est susceptible d’être traitée en surface comme la pierre de taille (Gandreau, 2000, p. 27) : les faces en parement présentent alors les traces du travail au marteau taillant ; il arrive même qu’elles montrent des tailles en chevron (Fieni, 2002, p. 80) comme dans l’architecture romane de pierre d’Alsace ou de Provence. Dans le même ordre d’idées, à côté des briques modelées, pour les chapiteaux et les éléments de décor complexe, ou bien moulées pour entrer dans la composition de supports, de bases, d’arcs, de bandeaux etc. (Termote, 1986, p. 64-65 ; Araguas, 2003, p. 36-47), on rencontre des briques qui, comme la pierre, ont été dotées par retaille d’une modénature, technique qui s’est pérennisée jusqu’à l’époque moderne (Tollon, 1991, p. 94). Similitude du même ordre, Tadeusz Polewski-Koziell a signalé que dans l’église Saint-Jacob de Szczecin (Poméranie), le premier bâtiment en brique de la ville, les briques portaient des « marques de tâcheron » gravées après cuisson. Enfin, le traitement décoratif des édifices de pierre ou de brique a connu des tendances communes : si les enduits à faux appareil de pierre couvrant des constructions en pierre sont bien connus, on rencontre aussi de rares cas d’enduit à faux appareil de brique (Bayle, 1997, p. 207).

121Comme pour la pierre, l’archéologie a révélé de nombreux remplois de briques dans des édifices de l’Antiquité tardive, du haut Moyen Âge, voire du Moyen Âge central. Exemple célèbre d’une exploitation à grande échelle de vestiges antiques, en Angleterre, l’abbaye de Saint-Albans a été construite au XIe siècle avec les briques prises dans les ruines voisines de la ville romaine. Et comme pour la pierre, mais de manière moins évidente, la réutilisation de matériaux anciens s’explique soit par des causes économiques, soit par une finalité esthétique fondée sur l’objet lui-même (valeur de spolia). Mais c’est dans le domaine du décor architectonique, précisément, que s’affirme le plus nettement l’originalité de la brique. Depuis l’époque carolingienne jusqu’au début de l’architecture romane (Lesueur, 1961), les constructeurs ont tiré parti de la couleur du matériau pour créer des jeux de bichromie étroitement intégrés à l’architecture, notamment les arcs où alternent la brique et la pierre et dont l’extrados est parfois surligné de claveaux couchés de terre cuite. À l’époque de sa pleine maturité, l’architecture romane du XIIe siècle a profondément renouvelé les effets décoratifs inscrits dans les parements. S’inspirant d’expériences romaines, tardo-antiques ou haut-médiévales, les architectes ont varié les mises en œuvre de la brique en jouant sur trois registres : les compositions graphiques qui combinent des lignes et des figures géométriques dans les parements de brique pure, les jeux de bichromie associant brique et pierre et, dans les parements mixtes encore, les compositions monumentales intéressant tout l’édifice. L’architecture de Lombardie illustre le goût des constructeurs italiens pour les compositions graphiques. Citons les parements montés entièrement en arêtes de poisson de Saint-Sigismond à Rivolta d’Adda ou, à Saint-Étienne de Bologne, ces superpositions ininterrompues de motifs et de lignes inspirées de l’Antiquité tardive, qui couvrent le parement extérieur dans toute son étendue ; en Émilie, les délicates compositions de la façade de l’abbatiale de Pomposa montrent, à l’opposé, un emploi très mesuré de la brique qui accompagne le décor sculpté pour seulement le souligner. Copié de l’architecture romaine classique, dans les parements mixtes (troisième registre), le renouveau des parements à arases de briques répond à une esthétique murale décrite dans les textes comme décor « listé » : l’édifice est parcouru de bandes horizontales continues régulièrement distribuées sur l’ensemble des parements. La formule a été développée en Toscane, en Piémont et en Lyonnais.

Notes

1 L’intérêt préromantique pour les bâtiments « moyenâgeux » est d’abord apparu en Angleterre avec le goût des ruines (Monglond, 1965, tome 2, p. 150 sq). Sur l’émergence précoce d’une esthétique des ruines, voir : Makarius, 2004 et Dacos, 2004.

2 Pour le grand homme, la vie matérielle, c’est « les hommes et les choses, les choses et les hommes » (Pesez, 1998b, p. 47).

3 Cette conscience nouvelle de la valeur des témoignages oraux a conduit les chercheurs à s’intéresser à cette forme éphémère de l’archive, comme l’atteste le colloque Les archives orales dans l’histoire de l’architecture, tenu le 2 décembre 2003 à l’Institut français d’architecture.

4 Pour les réflexions les plus récentes sur ce rapport archives-archéologie-archéométrie, voir Dillmann, Bernardi, 2003.

5 On trouvera sur le sujet une orientation bibliographique dans : Archéologie du bâti, actes de la table ronde de Saint-Romain-en-Gal (9-10 novembre 2001), textes réunis par Isabelle Parron et Nicolas Reveyron, Paris, éditions Errance, 2005.

6 Dans l’architecture romane de Normandie, par exemple, les transepts sont souvent occupés par des tribunes qui en divisent l’élévation en deux niveaux, le second pouvant jouer le rôle de chapelle. De même, les tours orientales des cathédrales de Laon ou de Lausanne comportent des chapelles ouvertes sur les tribunes, comme la chapelle haute greffée sur la tribune du bras sud de la cathédrale de Soissons. Enfin, les tours de façades, comme à Saint-Jean-Baptiste ou à Saint-Nizier renferment des chapelles architecturalement autonomes, desservies par les seuls escaliers des tours. Toutes ces dispositions supposent des circulations verticales adaptées.

7 À Chartres, par exemple, la chapelle Saint-Piat, construite sur le chapitre au XIVe siècle, communique par un corridor et un escalier avec le déambulatoire de la cathédrale.

8 « Ainz ne finerent, si vindrent a Vesene, / A Lavardi ou la pierre fu trete/Dont les toreles de Nymes furent fetes », Boutet, tr., 1996, vers 1055-1057, p. 262.

9 « trenchanz ciseals ont et fortz pis, / mais li mur sont de marbre bis,/qu'ils n'en poent point esgruner », Mora-Lebrun, tr., 1995, vers 3305-3307.

10 Par exemple, expertise des cathédrales de Chartres (Mortet, 1900) en 1316, de Troyes (Arbois de Jubainville, 1862), en 1362, ou de Milan (fin XIVe ; voir notamment : Ackermann, 1949 ; Frankl, 1960, p. 63-86 ; Beaujouan, 1963 ; Duomo di Milano, 1969 ; Braunstein, 1985 ; Sanvito, 1996 ; Boucheron, 1998).

11 Binding, 1977. Pour les travaux récents, voir Cucarull, 2003 ; Doperé, Ubregts, 2003 ; Hoffsummer, 2003.

12 Je remercie Florian Renucci, responsable de la construction sur le chantier de Guédelon, de m’avoir communiqué ce très bel exemple d’architecture à liaisonnement interne.

13 Le terme est mal adapté, mais il est utilisé ici par défaut. Comme le montre l'architecture baroque, un effet illusionniste se désigne lui-même comme tel et signe ainsi une esthétique délibérée. Voir Heinrich Wölflin, Renaissance et baroque (1888), trad. G. Ballangé, Le Livre de Poche, Paris, 1967.

14 Ce dernier domaine est riche de potentialités, notamment sur l’essence des bois employés ou leur datation. Voir notamment l’exemple du donjon de Loches (Dormoy, 1998 ; Impey, Lorans, Mesqui, 1998) ou le château de Kayserberg dans le Haut-Rhin (Koch, 2003).

15 « Volumus ut Egmunalo de verbo nostro praecipias, ut faciat nobis latere quadratos habentem in omnem partem duos pedes manuales, et quattuor digitos in crassitudinem, numero LX, et alios minores similiter quadratos habentes in omnem partem unum semissem et quattuor digitos, et in crassitudine digitos tres, numero CC », lettre XXXVIII de l'édition Dom Bouquet, t. VI, p. 379.

Table des illustrations

Légende 3 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, chevet droit.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 4 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don, plan des trous de boulin du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 5 - Typologie des entrées de trous de boulin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 6 - Typologie des plans de trous de boulin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 7 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, chapelle Notre-Dame-du-Haut-Don : restitution des échafaudages du chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 510k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540