Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul)

 | 
Nicolas Reveyron

Avant-propos

Texte intégral

1Lyon est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis la fin du dernier millénaire. Quelque trente ans plus tôt, en 1964, la loi Malraux de 1962 avait fait des quartiers médiévaux de la ville l’un des premiers secteurs sauvegardés de France. Deux étapes où l’archéologie du bâti a trouvé à s’épanouir, à jeter les bases d’une réflexion de fond et à fortifier une pratique ouverte sur les collaborations techniques et scientifiques. Saluons ici une intelligente politique des services de l’État (Direction régionale des affaires culturelles), notamment la Conservation régionale des monuments historiques et le Service régional de l’archéologie, toujours attentives à faire fructifier les apports de la recherche scientifique, et la vive sensibilité d’une municipalité attachée aux richesses patrimoniales et artistiques de la ville. Saluons aussi la disponibilité des architectes en chef durant les restaurations. Les chantiers font les hommes. Recherche citoyenne dans la ville, l’archéologie du bâti s’est attachée à faire connaître au grand public sa discipline et ses résultats. C’est une des raisons d’être des sciences humaines. Mais à Lyon, l’impératif était d’autant moins lourd, que le passé de la ville, bien lisible dans les murs et les masses bâties, offre aux chercheurs et à tous les amateurs les attraits les plus doux. Toujours immergés dans la vie propre des quartiers, les édifices étudiés présentent un étrange mélange chronologique qui laisse entrevoir sous les formes les plus contemporaines la logique d’un site et de son développement sur un long terme. Et ces édifices sont beaux.

2Saint-Nizier est une église attachante pour la subtilité des choix stylistiques, les aléas de son histoire et la vitalité qui est toujours la sienne. Installée au cœur du plus vieux quartier commerçant de la ville, l’ancien burgus carolingien, elle est étroitement mêlée à la vie citadine, et citoyenne. L’urbanisme du Second Empire a dévoré les espaces libérés par la disparition de la vie canoniale, mais les lieux médiévaux se devinent encore dans les grandes lignes du réseau viaire et les masses bâties. La prégnance de la Renaissance et du Grand Siècle se fait sentir dans le portail central, dans les façades conservées de la rue de Brest, dans les boutiques néogothiques du chevet qui ont repris, en les normalisant, les emplacements anciens, dans les premiers hôtels de ville, de l’autre côté de la rue de la Fromagerie. Le cœur du cloître canonial, résumé à une petite placette plantée d’un arbre, a pris l’allure d’une gravure d’Israël Silvestre. Il n’y manque pas même les silhouettes des badauds, des habitants du quartier, des fidèles, des touristes. Nulle part qu’ici peut-être, le projet de restauration, le travail des hommes de l’art, la recherche scientifique et l’agitation du quotidien ne se sont trouvés dans un accord aussi étroit avec la vitalité passée et présente du centre-ville.

3À Saint-Jean, il en va autrement. Emblématiques du Vieux Lyon, le quartier et la cathédrale grouillent de visiteurs (fig. 1 et 2). La vaste place Saint-Jean, aménagement rare dans un centre historique, joue le rôle de plaque tournante entre le long Moyen Âge de la primatiale, les espaces Renaissance qui s’étendent du Gourguillon à la maison Bullioud et une colline partagée entre la basilique de Fourvière et les théâtres antiques. Saint-Jean-Baptiste attire les amateurs d’art et les promeneurs. D’autres, tournant le dos aux portails du XIV e siècle, photographient la basilique. Mais le site n’est pas animé de cette vie bigarrée du centre-ville qui fait se succéder dans le temps de la journée les arrivées aux bureaux, les sorties d’école, les déchargements de marchandises, les pauses-repas, les courses de la ménagère, la déambulation des chalands, les stationnements réglementaires ou sauvages et, de l’ouverture des magasins à la fermeture des cinémas, la circulation ininterrompue des piétons et des voitures. Hors les grands courants monochromes du tourisme, les rythmes y sont plus feutrés. Un rythme canonial, en quelque sorte.

1 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, vue depuis Fourvière.

4Saint-Paul, quant à elle, a souffert davantage. Les transformations du XVIIIe siècle et la débaroquisation néogothique l’ont bouleversée. Sa façade occidentale est engoncée dans les murailles du chemin de fer, comme si la délibération consulaire du 26 octobre 1657, qui dénonçait déjà l’étroitesse et l’incommodité de la rue passant devant l’ancienne collégiale, était restée lettre morte. Le quartier a pâti des restructurations drastiques du XIXe siècle et de l’évolution de la ville. La coupe claire de la courte avenue qui dessert le pont La Feuillée, la rue Octavio-Mey et les aménagements de la gare l’ont violemment séparée des autres quartiers du Vieux Lyon. Les déplacements du cœur névralgique de la ville vers l’est, une constante du développement de Lyon, l’ont éloignée des grands axes fréquentés. Mais son face à face solitaire avec Saint-Vincent, au bout de la passerelle, et les pentes occidentales de la Croix-Rousse, urbanisées tardivement, ont préservé une vie de quartier originale, en définitive peu différente dans son essence de ce qu’elle était à l’époque moderne (Le Guern, 2002). La proximité, toute relative, de centres nouveaux, comme le Conservatoire national supérieur de musique et de danse, installé dans l’ancien couvent des Deux-Amants, ou le Grenier d’abondance, occupé par la Direction régionale des affaires culturelles, lui ont redonné une place de carrefour. Malgré les destructions, le site canonial est encore bien lisible dans les formes urbaines. On ne rencontrait dans la vieille collégiale que des amateurs éclairés qui, le guide à la main, venaient admirer les tableaux, comme leurs devanciers du XVIIIe siècle (Gardes, 1993) ou les rares décors gothiques. La restauration récente de l’édifice, la reprise de la flèche, la place ombragée de catalpas qui s’étend au-dessus de l’église Saint-Laurent, la douceur de ce bord de Saône attirent de nouveaux touristes.

2 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, le chevet.

5Un demi-millénaire de construction. Les chantiers de Saint-Jean-Baptiste, Saint-Paul et Saint-Nizier recouvrent chronologiquement l’épanouissement de l’architecture romane à Lyon, l’irruption du style gothique, le développement d’une architecture régionale et l’invention d’une architectonique flamboyante prête à toutes les audaces. Il fallait, pour embrasser de tels champs culturels, une solide équipe qui présentât un bel éventail de sensibilités. Aurélie Devillechaise a relevé et mis au net la totalité du mur occidental de la tour sud du chevet de la cathédrale (et toutes ses marques lapidaires). Dominique Tavernier s’est tout particulièrement attaché au relevé du portail Renaissance de Saint-Nizier et à la restitution minutieuse de ses tracés directeurs, travail dont la subtilité égale celle des enjeux architecturaux. À Saint-Nizier toujours, Christian Le Barrier, dont la haute sensibilité aux choses de la vie dans ses traces les plus ténues nous a valu la redécouverte des échoppes du transept et des échafaudages de maîtres-verriers, a pris en charge l’abside et le bras nord du transept. Ghislaine Macabéo, avec qui l’auteur de ces lignes travaille depuis quinze ans, a été de tous les chantiers ; c’est tout dire. Les constants échanges sur les échafaudages s’enrichissent d’interventions de spécialistes, celles d’Hugues Savay-Guerraz pour la géologie, celles de Bénédicte Palazzo-Bertholon pour l’analyse des mortiers de Saint-Nizier, celles des hommes de l’art qui ne sont jamais avares de leur savoir. Les plans et dessins de construction aimablement réalisés par Max Zychla sont autant une aide précieuse pour la recherche qu’une illustration de la convivialité de terrain.

6Le lecteur reconnaîtra l’ouvrage de tous à la liste des rapports incluse dans la bibliographie et au style des dessins. Car plutôt que d’harmoniser l’ensemble des mises au net, il a paru plus heureux de laisser apparaître la diversité des mains, qui est aussi une diversité des visions. La place tenue par les réalisations graphiques dans un ouvrage d’archéologie n’étonnera personne. Loin d’être une illustration du discours, un dessin est d’abord une réflexion, puis une démonstration. Dans ce domaine, les réalisations de Cécile Lérebourg apportent au discours graphique l’expérience et la sensibilité d’une architecte. De même, les figurations en 3D, réalisées par Baptiste Reveyron, équivalent à une véritable expérimentation à échelle de manipulation : on teste la validité des hypothèses dans une dimension qui permet toutes les corrections. On reconnaît aujourd’hui la valeur pédagogique d’une création qui associe heureusement archéologues et informaticiens. Souhaitons que le lecteur entraperçoive dans les images et dans l’écrit quelque chose de cette vie de chantier et de ces vives discussions en plein air qui sont les incunables de la recherche archéologique.

Table des illustrations

Légende 1 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, vue depuis Fourvière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende 2 - Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, le chevet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 517k

© Alpara, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540