Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Conclusion

Guy Alfonso et Frédérique Blaizot

Texte intégral

1La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont est le premier établissement rural de ce rang qui ait fait l’objet de fouilles étendues en Auvergne. Ainsi dans cette région, dont les limites correspondent en partie à celles de la cité des Arvernes, c’est à l’archéologie préventive que l’on doit le premier témoignage important d’un type d’habitat jusque-là connu surtout au travers des prospections. En Limagne, des clichés aériens à basse altitude ont saisi l’empreinte de plusieurs grandes villas, tandis que des prospections de surface intensives ont permis d’identifier un grand nombre de ces établissements domaniaux. Mais, jusqu’à la découverte de Champ Madame, les fouilles n’avaient concerné que des habitats de classe inférieure — des « fermes » — ou des fragments de « parties rustiques » de villas dont le plan complet reste méconnu.

2Les données qui ont permis une approche sinon globale, du moins étendue de l’établissement de Champ Madame et de son environnement sont issues principalement des fouilles du bâtiment résidentiel et de la partie nord-est de la villa, mais elles proviennent au total d’une dizaine d’opérations archéologiques préventives successives, ce qui souligne tout l’intérêt que présente le suivi systématique des aménagements réalisés dans certains secteurs sensibles.

3Malgré l’arasement du site et les choix méthodologiques importants qui ont dû être faits, l’apport des fouilles est substantiel, d’autant qu’il est enrichi de l’étude exhaustive d’une aire funéraire synchrone de la villa, réservée à des nourrissons. La chronologie de la villa, son organisation spatiale et son évolution architecturale ont pu être établies dans leurs grandes lignes, tandis que l’analyse des mobiliers nous renseigne sur le décor, les activités domestiques, artisanales et agricoles, les techniques, les échanges et, au-delà, sur le statut de l’établissement. Ce bilan ne doit cependant pas dissimuler que de nombreuses questions restent sans réponse, en raison notamment des perturbations considérables qui ont affecté le site après son abandon et des limites spatiales des fouilles.

4On suppose, d’après les données de prospection au sol, qu’en Limagne la plupart des établissements d’importance comparable sont édifiés dès la première moitié du Ier siècle de notre ère et succèdent fréquemment à des établissements laténiens (Trément, Dousteyssier 2001). Les fouilles de Champ Madame conduisent à nuancer cette hypothèse. Il apparaît en effet que, si des vestiges mobiliers témoignent bien d’une occupation gallo-romaine précoce à l’emplacement de la villa, il s’agit d’une occupation antérieure aux plus anciennes maçonneries des bâtiments ; les structures, probablement construites en matériaux périssables, n’ont pas été retrouvées. Par ailleurs, il ne semble pas exister à Champ Madame de filiation directe entre ce premier habitat romain, qu’on ne peut qualifier de villa, et l’établissement de La Tène C2-D1 puisqu’on observe, au travers du mobilier, un hiatus d’un siècle environ entre les deux occupations. L’absence, dans l’emprise des fouilles, des structures d’habitat de La Tène C2-D1 semble traduire un déplacement de la zone d’occupation principale.

5La villa n’apparaît que dans le dernier tiers du Ier siècle de notre ère ou au tout début du siècle suivant, à une période marquée par un essor très important de l’habitat rural en Limagne. Cette époque correspond également au développement de la capitale de cité toute proche, dont certains quartiers se couvrent alors de grandes domus. Outre le voisinage d’Augustonemetum, la proximité de l’Artière et la présence de secteurs de plaine et de buttes aux potentialités variées constituent des atouts très favorables à une telle implantation. Dès l’origine, tous les bâtiments de la villa (résidence principale et dépendances), ainsi que le mur de clôture, sont bâtis selon des techniques romaines : les murs sont larges, profondément ancrés dans le sol, maçonnés avec du mortier de très bonne qualité et donc aptes à supporter des étages. Le plan de la villa lui-même, bien qu’hérité de celui de certaines grosses « fermes » laténiennes, repose ici sur une composition géométrique rigoureuse basée sur des modules romains. Ce type de plan « classique » où les dépendances sont régulièrement agencées de part et d’autre d’une vaste cour rectangulaire fermée, sur un troisième côté, par la résidence principale, très répandu notamment dans le centre et le nord de la Gaule, était déjà attesté en Limagne par des campagnes de prospection aérienne à basse altitude (Trément 2003 : 94, 97).

6Il est intéressant d’observer que les dimensions et le plan général de l’établissement ne connaissent pas de modifications depuis sa création jusqu’à son abandon, bien que cela ne garantisse pas pour autant la permanence des activités. L’évolution architecturale de la villa, au cours des trois siècles (et demi ?) de son existence, se traduit essentiellement par des réaménagements successifs de la résidence principale. Le bâtiment résidentiel initial, de taille vraisemblablement assez réduite, est mal connu ; son plan est trop fragmentaire pour permettre de le rattacher à un type particulier, et l’on ne sait rien de son aménagement interne, comme par exemple de l’existence éventuelle de bains. C’est dans le courant du IIe siècle que cet édifice est en grande partie reconstruit, agrandi et trouve sa forme presque définitive : ses différents corps de bâtiments sont agencés autour d’une cour principale à péristyle et d’une cour secondaire de service. Ce type de plan centré qui se rencontre dans de nombreuses régions de Gaule et tout particulièrement, semble-t-il, dans les provinces romaines d’Aquitaine, de Lyonnaise et de Narbonnaise, était déjà illustré en Limagne par plusieurs exemples révélés par la photographie aérienne (Trément 2003 : 94-95). Par son ampleur (plus de 3 200 m2), la qualité de ses maçonneries et la présence d’un secteur thermal complexe et développé, le bâtiment de Champ Madame présente dès cette période toutes les caractéristiques d’une résidence importante. La présence d’une centaine d’éléments de décor et de vasques en marbre et de quelques tesselles de mosaïques en pâte de verre témoigne également de sa richesse, mais il faut préciser qu’il s’agit pour l’essentiel d’objets que l’on ne peut rattacher à un état précis du bâtiment. La place prépondérante qu’occupe ce dernier au sein de l’enclos (entre 15 et 20 % de la superficie totale), par comparaison avec beaucoup d’autres villas, pourrait d’ailleurs suggérer qu’ici, la fonction résidentielle était primordiale. Cette hypothèse doit toutefois être nuancée car si la fonction de toutes les salles du bâtiment ne peut être précisée, il est certain en revanche que certaines d’entre elles n’avaient pas une fonction résidentielle (entrepôts, écuries, étables, granges ?). Dans le secteur dégagé, les travaux réalisés entre la fin du IIe siècle et le IVe siècle ne paraissent pas avoir changé considérablement l’aspect général du bâtiment, bien qu’on ne puisse juger d’éventuelles modifications apportées aux élévations ou au décor ; ils concernent surtout les bains qui sont partiellement restructurés et agrémentés d’absides, selon une évolution architecturale que l’on observe fréquemment à partir du IIe siècle.

7L’examen du mobilier ne permet pas de déceler de hiatus dans l’occupation de la villa jusqu’au IVe siècle ou au début du Ve siècle, comme c’est le cas également de la plupart des établissements de ce rang en Limagne. Mais les perturbations du site après l’Antiquité ont été si importantes qu’il est difficile de se représenter précisément l’état des constructions dans leur phase finale. Certains indices, notamment la médiocre qualité des maçonneries les plus tardives, sont susceptibles de traduire un certain appauvrissement et un changement de statut de l’habitat.

8Les sépultures antiques dégagées de part et d’autre du mur d’enclos étant celles d’enfants décédés avant l’âge de six mois, l’ensemble funéraire peut être désigné comme un espace sépulcral spécialisé. En effet, l’analyse de la distribution des séquences de la mortalité infantile démontre bien qu’il ne s’agit pas d’inhumations isolées, pratiquées ponctuellement à proximité d’un habitat, mais d’un secteur à vocation funéraire, dans lequel les individus sont sélectionnés sur le critère d’un décès survenu avant l’âge de six mois révolus. Le lieu ou les lieux ayant servi à inhumer le reste de la population n’ont pas été retrouvés dans l’emprise fouillée. Il est probable qu’ils se situent dans le finage, à une distance plus importante de l’espace habité, selon le schéma le plus fréquent à l’époque antique (Bel et al. 1993).

9Cet ensemble funéraire constitue le second de ce type retrouvé dans le Puy-de-Dôme, après celui de Lezoux. Il réaffirme l’existence d’espaces funéraires dévolus aux enfants décédés en phase infantile et permet en partie d’expliquer la sous-représentation de la première classe d’âge dans les nécropoles romaines, puisque, à de rares exceptions près, les sujets concernés sont inhumés à part du reste de la communauté, soit dans les espaces artisanaux, soit en périphérie, à une distance plus ou moins importante des habitats ou encore dans un espace ouvert au sein de ces derniers (Murail 1997 ; Blaizot, Alix, Ferber 2003). Cette discrimination topographique est fréquemment attestée dès l’âge du Fer, soit par le déficit en classes d’âge précoces dans les nécropoles (Sellier 1996 ; Blaizot, Milcent 2002), soit par la découverte de petites sépultures dans des contextes d’habitat (Dedet et al. 1991 ; Fabre 1996). Pour la période gallo-romaine, quelques sépultures sont ponctuellement mentionnées, au hasard de la fouille des habitats (Néraudau 1987 : 196 ; Struck 1993 ; Berger 1993).

10L’étude de cet espace d’inhumation a montré que les modalités du traitement funéraire des jeunes enfants ne se distinguent pas significativement de celles des enfants plus âgés et des adultes. Ainsi, contrairement à l’interprétation que de nombreux auteurs ont faite des textes antiques, leurs sépultures ne sont en aucun cas escamotées ni réduites à leur plus simple expression, tant pour le dispositif du corps que pour celui du mobilier. Si une distinction paraît être établie entre les sujets périnatals et post-natals, elle se traduit moins par une péjoration de la sépulture que par une manière différente de l’apprêter.

11Au-delà de l’analyse architecturale et chronologique, que nous apprennent les fouilles sur le statut et l’économie de la villa ? Les indices d’activités artisanales et agricoles sont très pauvres : une lame de faux et quelques fragments de meule à grain évoquent la céréaliculture tandis que par leur plan, certaines dépendances pourraient correspondre à des granges ou à des étables. Les vastes étendues planes de la vallée de l’Artière se prêtent incontestablement à la culture des céréales. En revanche, aucune installation liée à la viticulture (pressoir, chais, etc.) dont on suppose pourtant qu’elle constituait, en Limagne, une activité agricole importante à l’époque romaine, n’a été identifiée. Cette observation doit être relativisée puisque la pars rustica de la villa de Champ Madame n’a été que partiellement explorée. Toutefois, le même constat ressort des fouilles quasi exhaustives de l’établissement tout proche d’Artière-Ronzière, dont aucun des bâtiments d’exploitation ne comporte d’installations viticoles. Par ailleurs, les très nombreux sondages ouverts dans l’environnement de ces deux sites n’ont pas révélé de traces de plantations de vignes, telles qu’on en rencontre fréquemment dans les domaines viticoles du sud de la France, par exemple (Brun, Laubenheimer 2001 : 45-68). Il paraît peu probable, d’après ces données, que la viticulture ait tenu une place importante dans l’économie des habitats ruraux implantés dans ce secteur de la vallée de l’Artière, bien que récemment encore planté de vignes. Quant à l’absence de traces d’activités artisanales à Champ Madame, à l’exception d’une probable activité de forge de faible importance au IVe siècle, identifiée dans le secteur sud-est, elle peut s’expliquer par le caractère précaire de nombreuses installations artisanales et le profond bouleversement du site. Il semble cependant qu’on puisse écarter l’existence d’ateliers de potiers car la céramique recueillie dans l’ensemble de la villa présente un faciès comparable à celui de tous les sites de la région de Clermont-Ferrand.

12Le lien éventuel de la villa de Champ Madame avec le site d’Artière-Ronzière, implanté à quelques centaines de mètres seulement, en bordure de l’Artière, n’est pas précisément établi. Les deux sites ont une durée d’occupation sensiblement identique et présentent une parenté importante dans les techniques de construction mises en œuvre. Mais de la comparaison des deux habitats se dégage incontestablement une hiérarchie : l’établissement d’Artière-Ronzière, dépourvu d’un secteur résidentiel très développé, de pièces chauffées, de bains et de décor luxueux s’apparente davantage à une grosse « ferme » qu’à une villa. La découverte, à quelque distance de ce dernier site, d’un édifice thermal isolé, peut-être destiné à une utilisation collective, pourrait d’ailleurs suggérer l’existence d’autres « fermes » dans ce secteur. Il est tentant de supposer que ces habitats de rang inférieur appartenaient au domaine aristocratique de Champ Madame.

13Après son abandon, la villa constitue une considérable source d’approvisionnement en matériaux divers : les pierres et les tuiles des constructions bien sûr, mais également le métal dont les fouilles montrent qu’il a été récupéré de manière intensive. La réoccupation ponctuelle de certains bâtiments ainsi que l’établissement d’une trentaine de tombes, au cours du haut Moyen Âge, s’effectuent dans des bâtiments déjà largement ruinés. On est vraisemblablement là en présence d’un phénomène, maintenant bien identifié (Colardelle 1983 ; Parodi et al. 1987 : 23), d’aires funéraires aménagées dans des zones d’activité désaffectées, qui accrédite l’hypothèse d’une continuité de l’occupation des terroirs entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge.

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540