Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 7. La villa de Champ Madame dans le réseau d’occupation de la limagne des buttes

Pierre Vallat et Guy Alfonso

Texte intégral

Hiérarchie des habitats ruraux

Présentation de la classification hiérarchique des établissements agricoles

  • 35 Ce chapitre s’appuie sur la thèse de doctorat soutenue par P. Vallat le 9 décembre 2002 à l’Univers (...)
  • 36 Le cadre géographique de cette étude, la Limagne des buttes, correspond, avec la plaine marneuse et (...)

1Grâce aux recherches conduites par P. Vallat35, il est désormais possible de proposer, pour l’ensemble de la Limagne des buttes36, une classification hiérarchique des habitats dispersés antiques, fondée sur des critères croisés issus de prospections au sol (superficie, matériaux de construction, mobilier, chronologie, etc.), sur une confrontation avec les données de fouilles, généralement de nature préventive, et sur des plans d’ensemble révélés par des prospections aériennes à basse altitude.

  • 37 Notre base de données sous le logiciel Access, élaborée pour traiter les sites de l’ensemble de la (...)

2Les différentes catégories d’établissements ruraux ont été élaborées d’après le croisement de certains descripteurs jugés véritablement pertinents pour établir une classification hiérarchique (Vallat 2002 : 105-122)37. Il s’agit d’une part de critères techniques et fonctionnels, utilisés directement pour classer et hiérarchiser l’habitat (superficie, plans, matériaux de construction et de décoration), d’autre part, de critères descriptifs d’ordre qualitatif (descripteurs concernant le mode de vie et les activités), quantitatif (pourcentages de céramiques fines ou sigillées), chronologique, sitologique et taphonomique, sans valeur hiérarchisante a priori. Ces derniers correspondent aux descripteurs environnementaux et chronologiques, mais également au nombre et à la densité de tessons de poterie en surface. Ils apportent une dimension complémentaire, temporelle et géographique, aux critères techniques et fonctionnels.

Les classes d’habitats ruraux

  • 38 Il convient de souligner que de nombreuses occurrences archéologiques ne sont pas exploitables en t (...)

3La mise en corrélation des descripteurs a permis de déterminer quatre grandes classes d’habitats dispersés en Limagne des buttes : les établissements domaniaux (classe A des villas), les grands établissements ruraux (grandes « fermes » de classe B), les établissements ruraux moyens (“fermes” de rang C) et les petits établissements ruraux (petites « fermes » et bâtiments agricoles isolés de rang D). Au sein des 254 établissements hiérarchisés pour le Haut-Empire en Limagne des buttes, ont été dénombrés 38 villas de classe A (14,96 %) dont 37 datées et exploitables, 62 établissements de classe B (24,41 %), 86 habitats de classe C (33,86 %) et 68 petites « fermes » ou bâtiments annexes de classe D (26,77 %)38 (fig. 123).

123 - Carte de l’occupation de la Limagne des buttes au Haut-Empire.

4Au sommet de la hiérarchie des habitats isolés, les établissements domaniaux de classe A se distinguent par plusieurs critères. L’extension des vestiges au sol est majoritairement comprise entre 1 et 5 hectares (25 cas sur 32 renseignés), le plus souvent entre 1 et 3 hectares (21 sur 32) et beaucoup plus rarement entre 3 et 5 hectares (5 sur 32) ou davantage (1 cas). Il convient de souligner qu’au Haut-Empire, sur un total de 37 villas, seules 13, dont celle de Champ Madame, ont une superficie supérieure à 2 hectares (Vallat 2002 : 451). L’organisation architecturale, lorsque le plan est connu, est fondée sur la distinction fonctionnelle entre un secteur résidentiel et un secteur réservé principalement à des activités agricoles et artisanales. Enfin, ces établissements présentent généralement (35 cas sur 37) des éléments de confort et de décoration luxueux : hypocaustes, marbre, peintures complexes… (Vallat 2002 : 439). Ces habitats ruraux de rang supérieur, désignés comme des villas, sont susceptibles de correspondre à des propriétés de patriciens locaux (Vallat 2002 : 436-451).

5Les autres catégories d’habitats ruraux (classes B à D) correspondent à des édifices dispersés, interprétés comme des « fermes ». Les grands établissements agricoles (classe B), tel l’habitat d’Artière-Ronzière (Alfonso 2003), situés à quelques centaines de mètres de la villa de Champ Madame (fig. 173), sont tous dépourvus d’éléments traduisant un statut social très élevé (décor architectural, marbre, mosaïque, statuaire en pierre, etc.). Certains de ces sites pourraient correspondre à des villas, mais l’absence de décor luxueux et/ou de plan révélant une pars urbana distincte d’une pars rustica n’a pas permis d’y reconnaître des établissements domaniaux de classe A. Ces grands établissements agricoles regroupent des sites dont la superficie en surface est généralement comprise entre 5 000 et 10 000 m2. Toutefois, quelques-uns sont caractérisés par une extension comprise entre 10 000 m2 et 20 000 m2 et deux établissements possèdent une superficie comprise entre 25 000 m2 et 29 000 m2. Il existe donc de très grandes « fermes », dont l’extension au sol est supérieure à celle de certains établissements domaniaux, ce qui signifie que le lien entre superficie et rang hiérarchique des sites est réel mais pas systématique (Vallat 2002 : 451-458).

6La classe C est constituée de « fermes » moyennes, dont l’extension des vestiges en surface est le plus souvent comprise entre 1 000 et 5 000 m2. Comme pour la classe B, les éléments de décoration luxueux sont totalement absents, le décor étant limité à des enduits peints. En revanche, ces sites livrent parfois des éléments d’hypocaustes (Vallat 2002 : 459-462).

7Les petits établissements agricoles (classe D) sont susceptibles de correspondre à des « fermes » modestes ou à des bâtiments ruraux isolés. Leur superficie est inférieure à 1 000 m2 et les dimensions des bâtiments (granges, étables, écuries, bergeries, aires de battage, abris temporaires, etc.) sont généralement inférieures à 500 m2. Certaines petites « fermes » ont livré des enduits peints, mais pas de tubuli d’hypocauste : ce niveau de confort n’est représenté que dans les trois autres classes d’habitat, et plus particulièrement dans les villas (classe A) et les grandes « fermes » (classe B) (Vallat 2002 : 462-467).

Approche chronologique et spatiale de l’espace rural

La mise en place du réseau des villas : origines et déploiement au cours du Haut-Empire (fig. 123)

  • 39 Cette période correspond à une phase de développement sans précédent de l’habitat rural dispersé en (...)

8À l’emplacement de la villa de Champ Madame, des vestiges de la fin de l’âge du Fer (enclos, fossés, fosses, mobilier), dont certains datés de La Tène C2 et D1 (IIe siècle-début du Ier siècle av. notre ère)39, témoignent d’une occupation du site avant la conquête césarienne. On observe ce phénomène sur de nombreux habitats ruraux antiques de Limagne, ce qui pose le problème de leurs origines : ces établissements ont-ils succédé à des « fermes » laténiennes ? L’hypothèse d’une restructuration foncière engagée avant la conquête césarienne a été proposée pour le secteur situé au nord du chef-lieu de cité arverne (Trément, Dousteyssier 2001 : 18-19). Selon un tel modèle, la fondation initiale des villas occupées dès la période gallo-romaine précoce pourrait remonter à La Tène finale. Qu’en est-il pour la Limagne des buttes, au sud de Clermont-Ferrand ? Certains établissements, tel que Champ Madame, livrent des vestiges d’occupation de La Tène D (12 cas) ou plus précisément de La Tène C2 et (ou) D1 (16 cas). En revanche, en l’état actuel des données, les habitats dispersés comportant des indices de La Tène D2 sont très rares (3 cas). Par ailleurs, la présence de ces indices n’est pas équivalente selon les classes d’habitats ruraux : les établissements de rang supérieur (villas et grandes « fermes ») regroupent 75 % des sites occupés à La Tène D et 68,75 % des sites occupés à La Tène C2/D1, tandis que les petites « fermes » (classe D) n’ont que rarement (2 cas) livré des vestiges de la fin de l’âge du Fer (Vallat 2002 : 538-539).

9La rareté des vestiges de La Tène D2 ne permet donc pas d’affirmer qu’il existe, en Limagne des buttes, une réelle continuité de l’occupation des sites laténiens jusqu’à la période gallo-romaine précoce, mais plutôt un phénomène de réoccupation après une phase de rupture plus ou moins longue. La majorité des établissements gaulois paraissent abandonnés vers la fin du IIe siècle av. notre ère ; c’est ce que l’on observe, par exemple, sur le site de Champ Madame où la première implantation gallo-romaine intervient, au plus tôt, un siècle après cette date.

10Soulignons que lorsque les prospections au sol ont permis de reconnaître la permanence, sur un même site, d’une occupation avant et après la conquête césarienne, celle-ci n’assure pas obligatoirement la pérennité de la nature de cette occupation. En outre, ces indices de continuité ne garantissent pas pour autant l’existence d’une filiation directe. Par ailleurs, la notion de continuité entre la fin de l’âge du Fer et la période antique n’est pas obligatoirement limitée aux seuls bâtiments ; elle peut traduire également une permanence de la propriété foncière. Les structures des habitations peuvent évoluer et être déplacées au sein d’un terroir, mais le statut de l’habitat rural et le mode de faire-valoir, ainsi que l’entretien des parcelles de la propriété sont susceptibles d’être maintenus au début de la période gallo-romaine (Vallat 2002 : 538-539). Sur le site du Patural à Clermont-Ferrand, par exemple, le parcellaire aménagé à La Tène C2 et D1 est entretenu au cours du Ier siècle av. notre ère et encore utilisé à l’époque romaine (Dunkley 1993 : 39 ; Dunkley 1995 : 66).

11L’établissement gallo-romain précoce qui précède, à partir du règne de Tibère, l’implantation de la villa de Champ Madame est essentiellement connu au travers du mobilier céramique retrouvé, à l’état résiduel, dans les niveaux contemporains de la villa ; sa nature exacte et sa morphologie nous échappent en grande partie. Il est susceptible de correspondre à un petit habitat rural de classe D, édifié probablement en matériaux périssables. En tous cas, rien n’indique pour cette période que le site correspond déjà à une villa.

12En Limagne des buttes, la période qui s’étend de la phase tibéro-claudienne jusqu’aux Flaviens (vers 15-70 de notre ère) représente, après la période augustéenne, un second palier important dans l’accroissement des habitats ruraux : le nombre d’établissements passe en un demi-siècle de 55 à l’époque augustéenne, à 134 au début de la période flavienne. À cette même période, 15 des 26 petites « fermes » de classe D sont déjà occupées. Au début de la période flavienne (vers 70), la majorité des établissements (toutes classes confondues) présents au cours du Haut-Empire est déjà édifiée. Cette implantation rurale s’est donc réalisée en deux ou trois générations seulement. L’époque julio-claudienne représente ainsi la période principale de déploiement de l’habitat rural et de structuration des campagnes en Limagne des buttes. Cette augmentation sans précédent du nombre d’établissements agricoles au début de la période antique pourrait traduire un accroissement démographique en période de pax romana et une amélioration du contexte agricole avec l’ouverture au grand marché de l’Empire. Elle s’explique peut-être également par une meilleure représentation du mobilier gallo-romain sur les sites prospectés (Vallat 2002 : 540-543).

13Si la villa de Champ Madame est édifiée seulement dans le dernier tiers du Ier siècle de notre ère ou au tout début du siècle suivant, la moitié des habitats de rang supérieur (villas et grosses « fermes ») sont occupés dès la période augustéenne en Limagne des buttes, alors que les « fermes » plus modestes (classes C et D) sont encore peu nombreuses. Mais bien que la moitié des sites de villas livrent des vestiges augustéens, il n’est pas assuré que ces implantations précoces correspondent déjà à des établissements domaniaux. En effet, nous disposons principalement de données de prospections au sol qui ne permettent pas de distinguer une évolution éventuelle de la nature de l’occupation sur un même site. Il est probable que certains établissements domaniaux ont été précédés d’habitats construits en matériaux périssables. La villa de Champ Madame pourrait correspondre à ce schéma alors que celle, toute proche, de Maréchal à Romagnat est construite en dur dès l’époque de Tibère (Liégard Fourvel 2000b).

14Il semble exister un lien particulier entre le développement de la capitale arverne, Augustonemetum, au cours du Ier siècle de notre ère et le rythme du déploiement des villas en Limagne des buttes. En effet, le chef-lieu de cité prend son essor vers le milieu du Ier siècle de notre ère, à une période où la plupart des établissements domaniaux sont déjà implantés ou en cours d’installation. Ce lien supposé entre la ville antique et sa campagne environnante est susceptible de mettre en lumière le rôle majeur de l’aristocratie dans la mise en valeur des terres (Vallat 2002 : 543).

Le maintien du réseau des villas au Bas-Empire (fig. 124)

15La plupart des bâtiments de la villa de Champ Madame sont occupés jusqu’au IVe siècle, voire jusqu’au Ve siècle Ce phénomène est également observé dans l’ensemble de la Limagne des buttes où, sur un total de 34 villas présentes à la fin du IIe siècle, 28 ont livré des céramiques du Bas-Empire (82,35 %) et 5 d’entre elles sont encore occupées au Ve siècle Cette classe d’habitats représente 31,82 % des sites ruraux aux IIIe et IVe siècles et 62,50 % au Ve siècle. Il pourrait s’agir d’établissements encore très rentables au plan économique et/ou qui ont su mieux résister aux mutations du Bas-Empire. Si les grandes « fermes » (classe B) ont également bien résisté, il convient de souligner en revanche la disparition de la majorité des « fermes » moyennes et petites au début du Bas-Empire (Vallat 2002 : 668-671). Le maintien apparent, aux IIIe et IVe siècles, de la majorité des établissements domaniaux et l’augmentation de la part de ces villas, parmi les classes d’habitats ruraux, ne doivent pas masquer les lacunes des données, issues pour l’essentiel de prospections au sol. En effet, il n’est pas assuré que la nature des occupations tardives corresponde systématiquement à celle d’établissements domaniaux.

124 - Carte de l’occupation de la Limagne des buttes au Bas-Empire.

Le devenir des villas au début du Moyen Âge

16En dehors des tombes dispersées dans la villa, datées des VIIe-Xe siècles, l’occupation du site de Champ Madame au cours du haut Moyen Âge semble très limitée et s’expliquer surtout par la présence d’une source importante de matériaux de construction (cf. supra chapitre 6 et fig. 114). Des vestiges d’habitat ont toutefois été mis en évidence dans le secteur sud-est de la villa et au nord-est, mais leur datation, au sein du Moyen Âge, reste souvent imprécise. Parmi les céramiques retrouvées au cours des différentes opérations, certaines sont datées de la période mérovingienne.

17Cette apparente « continuité d’occupation » de la villa au cours du haut Moyen Âge, que l’on observe à Champ Madame, ne représente pas un cas de figure isolé en Limagne des buttes. Une part non négligeable de sites mérovingiens (21,9 %) était déjà occupée au Bas-Empire, et souvent dès les premiers siècles de notre ère, voire même à la fin de La Tène. On observe des différences selon les catégories de sites archéologiques : au sein des habitats, les vestiges du début du Moyen Âge (habitats, sépultures, indices de sites…) ont été surtout découverts à l’emplacement des villas (classe A) et, à un degré moindre, sur les grandes « fermes » (classe B). Sur un corpus de 37 villas occupées au cours du Haut-Empire, 28 le sont encore au Bas-Empire (80 %) et 5 au début du Moyen Âge (14,3 %). En revanche, les établissements de rang inférieur (« fermes » de classes C et D) n’ont livré qu’une seule occupation du très haut Moyen Âge. Un tel constat traduit une « continuité » très variable de l’occupation des habitats selon leur statut dans l’Antiquité, avec une meilleure « résistance » des établissements gallo-romains de rang supérieur (Vallat 2002 : 697-698).

18Mais cette permanence d’occupation alto-médiévale, révélée par les prospections au sol, sur quelques sites de villas antiques correspond-elle toujours au même type d’établissement aristocratique ? D’après les textes de l’Antiquité tardive (Sidoine Apollinaire et Grégoire de Tours), la Basse-Auvergne profiterait d’une relative prospérité, dont témoignerait notamment l’existence de grandes villas de tradition romaine dans une plaine toujours dévolue à la culture céréalière. Selon G. Fournier, on observerait alors la coexistence de grandes exploitations aristocratiques et d’habitats plus modestes, propriétés de paysans libres (Fournier 1962 : 201-216, 402-414, 477-480). Pourtant, les campagnes de prospections au sol systématiques ainsi que les opérations archéologiques réalisées en Limagne des buttes depuis quelques décennies n’ont pas permis d’identifier d’établissement aristocratique mérovingien. Pour leur part, les fouilles de la villa de Champ Madame et de la « grande ferme » d’Artière-Ronzière attestent que les bâtiments sont déjà en grande partie ruinés lorsqu’ils sont réinvestis au cours du haut Moyen Âge.

  • 40 Une autre approche des établissements domaniaux peut être engagée grâce à notre recensement des tit (...)

19Si l’on peut supposer que la micro-région, riche de nombreuses villas gallo-romaines, a pu être encore occupée par des habitats de rang supérieur, les données archéologiques font donc défaut. Certains indices témoignent pourtant de la présence probable de riches propriétaires : il s’agit de monnaies d’or découvertes en quantité non négligeable le long de l’Allier, d’échanges commerciaux parfois lointains, d’un certain enrichissement de notables locaux (sarcophages en marbre) et de plusieurs tituli supposés (oratoires et chapelles privées de domaines) qui suggèrent, dans certains cas, l’existence proche d’établissements aristocratiques40.

Champ Madame au sein du réseau structuré des villas : une approche de l’espace rural

20La notion de réseau dans un contexte rural se traduit par une hiérarchie et une organisation spatiale entre les différents établissements agricoles. Dans la Limagne des buttes, un véritable maillage de grands établissements domaniaux, comme celui identifié à Champ Madame, a été reconnu dans certains secteurs généralement dépressionnaires. Il est complété pour chaque villa par de nombreux habitats intercalaires plus modestes et de statuts divers. Sur les différents secteurs prospectés, la densité moyenne est de 3,74 sites gallo-romains au kilomètre carré, avec quelques zones particulières où près de 6 occurrences archéologiques sont recensées au kilomètre carré, pour le Haut-Empire. Une densité comparable de l’habitat rural antique a été observée au nord du chef-lieu de cité (Trément Dousteyssier 2001 ; Trément 2003 : 89).

21La détermination du territoire de chaque villa n’est pas chose aisée, faute de données archéologiques véritablement probantes. Pour tenter de connaître l’étendue du fundus de Champ Madame, il est cependant possible d’observer la distance qui sépare cet établissement domanial des plus proches villas de Maréchal à Romagnat au sud-est et de La Morie à Ceyrat au nord : elles sont localisées respectivement à 2 km et 1,5 km de Champ Madame (fig. 125). Dans l’ensemble de la Limagne des buttes, la distance entre les villas est généralement comprise entre 1 et 3 kilomètres ; d’après cette inter-distance relativement modérée, le domaine de chaque villa a une superficie théorique comprise entre 100 et 400 hectares (Vallat 2002 : 563).

125 - Carte des principaux sites gallo-romains de Beaumont et des environs.

22Il faut pourtant souligner que sur la commune de Beaumont et les communes limitrophes d’Aubière, Ceyrat et Romagnat, déjà en grande partie urbanisées, seule une très faible part des parcelles a été prospectée systématiquement. Nous manquons notamment de données précises pour les secteurs situés au sud-ouest et au nord-est de la villa. En outre, les recouvrements sédimentaires masquent probablement de nombreux sites archéologiques. Il est donc impossible d’appliquer la méthode des polygones de Thiessen pour tenter de délimiter le domaine théorique de la villa de Champ Madame et des établissements domaniaux périphériques. Toutefois, à la lumière des données micro-régionales, on peut considérer que le territoire compris dans un rayon de 1 000 à 1 500 m autour de l’établissement domanial est susceptible de correspondre au fundus de cette villa.

  • 41 Dans le sud de la France, pour la micro-région des étangs de Saint-Blaise, F. Trément a identifié, (...)

23Les recherches de B. Dousteyssier sur le territoire situé au nord du chef-lieu de cité (communes de Gerzat, Lussat, Les Martres-d’Artière, Malintrat, Pont-du-Château et Saint-Beauzire) ont révélé que la densité des établissements domaniaux était d’un habitat au kilomètre carré (23 sites identifiés sur une zone-test de 2 215 hectares), ce qui correspond à un maillage régulier d’un kilomètre entre chaque villa. « Si l’on suppose que tout l’espace était exploité par des villas, alors la superficie moyenne des domaines devait avoisiner 100 hectares. Cette valeur est comparable à celles des estimations proposées dans plusieurs régions de Narbonnaise et d’Italie41. » (Trément, Dousteyssier 2001 : 18, 20, fig. 2). Il est cependant probable que les domaines étaient en réalité inégaux et relativement morcelés (Vallat 2002 : 567).

24Comme pour la plupart des autres villas de la Limagne des buttes, le territoire théorique de Champ Madame est constitué de terroirs diversifiés, ce qui est conforme aux conseils des agronomes latins. Aux environs de la vallée élargie de l’Artière, qui est caractérisée par des terrasses, des terroirs de plaine sédimentaire et de pentes douces, le domaine est bordé de buttes, aussi bien au nord-est, au sud qu’au nord-ouest (cf. chapitre 1). À cette diversité des terroirs peut correspondre une certaine variété des cultures (céréales, vignes, etc.) et des pratiques d’élevage. D’après la répartition des villas, les parties sommitales des buttes sont rarement localisées dans l’emprise des domaines théoriques de 1 000 à 1 500 mètres de rayon. Certains plateaux et leurs versants, comme ceux des environs de Champ Madame, devaient pourtant appartenir aux élites municipales et être utilisés notamment pour l’élevage et l’exploitation forestière.

25Il convient maintenant d’analyser l’organisation interne au sein de la propriété. Au Haut-Empire, la plupart des villas de la Limagne des buttes sont environnées, dans un rayon compris entre 1 000 et 1 500 mètres environ, par plusieurs sites de classes différentes, ce qui traduit une hiérarchie au sein du domaine aristocratique. Ces « fermes » sont dispersées, pas toujours de manière régulière, sur la propriété, en plaine mais également sur les pentes des buttes périphériques, probablement pour permettre l’exploitation directe des terres localisées à distance de la villa par des « fermiers » supposés dépendants.

26C’est ce que l’on observe pour la villa de Champ Madame qui rassemble dans ses environs plusieurs habitats susceptibles de composer la propriété aristocratique, dans un système d’économie probablement spéculative (fig. 125, 126). Les quelques établissements identifiés occupent principalement la vallée de l’Artière et les bas de versant de buttes. Certains sites du Haut-Empire localisés à l’est et à l’ouest de la villa n’ont pu faire l’objet d’une classification hiérarchique faute de données suffisantes. En revanche, plusieurs établissements situés entre 300 m et 1 km de la villa ont été fouillés récemment dans le cadre d’opérations préventives.

126 - Restitution de la villa de Champ Madame dans son environnement.

27Le plus important est celui d’Artière-Ronzière à Beaumont (Alfonso 2003) ; il est implanté en bordure de l’Artière, à 400 m à l’ouest de la villa de Champ Madame (fig. 173). Comme sur ce dernier site, du mobilier céramique gallo-romain précoce semble traduire l’existence d’un premier habitat, probablement construit en matériaux légers, dont aucune structure n’a été identifiée. Le premier établissement en dur est bâti vers le milieu du Ier siècle de notre ère, soit un peu plus tôt que la villa de Champ Madame ; il comporte un corps de logis rectangulaire bordé par un portique et un autre bâtiment, entourés par des cours. Ces constructions font l’objet d’un réaménagement important vers la fin du Ier siècle/début du IIe siècle : l’ancien corps de logis est agrandi et intégré à un ensemble architectural plus compact, organisé autour d’une grande cour rectangulaire partiellement bordée de portiques, tandis que deux nouveaux bâtiments de taille plus modeste, vraisemblablement des dépendances agricoles, sont édifiés à une vingtaine de mètres au nord et à l’est. La troisième et dernière grande période de travaux intervient vers la fin du IIe siècle/début IIIe siècle ; elle consiste principalement dans la construction, contre la façade orientale du bâtiment principal, d’un nouveau corps de bâtiment d’exploitation comportant plusieurs salles. L’abandon de cet établissement s’est produit, comme celui de la villa de Champ Madame, vers la fin du IVe siècle ou au Ve siècle.

28Malgré son plan relativement complexe et la qualité de ses maçonneries, tout à fait comparables à celles de la villa de Champ Madame, cet établissement correspond, dans notre classification hiérarchique, à une grande « ferme » (classe B). En effet, ce type de plan n’est pas réservé aux seuls établissements domaniaux, mais il apparaît également au sein de certaines grandes « fermes » de la Limagne des buttes, comme à Égliseneuve-près-Billom, Saint-Georges-ès-Allier et Saint-Julien-de-Coppel (Vallat 2002 : 454-455, fig. 518). Et l’on ne retrouve pas, dans l’habitat d’Artière-Ronzière, les principaux éléments qui caractérisent les grandes villas de classe A : organisation bipartite du plan, secteur balnéaire, éléments de décoration luxueuse…

  • 42 Plusieurs de ces établissements récemment mis au jour à l’occasion de fouilles archéologiques préve (...)

29Le petit bâtiment quadrangulaire dégagé à une trentaine de mètres au nord de cet établissement peut être interprété comme une annexe agricole (classe D)42.

30À 50 m de la « ferme » d’Artière-Ronzière et à 300 m de la villa de Champ Madame (fig. 173) est implanté un petit édifice thermal de 330 m2 de superficie, qui semble avoir été utilisé, comme ces deux établissements, du Ier siècle aux IVe-Ve siècles (Alfonso 2003). Cet équipement était-il réservé aux occupants de la « ferme » ou était-il utilisé collectivement par les habitants de différents établissements ? Cette dernière hypothèse paraît la plus probable car elle expliquerait la situation relativement éloignée de cet édifice par rapport à la « ferme ».

31Enfin, à environ 1 km à l’est de la villa de Champ Madame (fig. 125), à La Mouraude, a été fouillé un petit bâtiment daté du Ier siècle ou du début du IIe siècle, associé à un système de fossés (Gabayet 2000), qui paraît correspondre à un habitat de classe C.

32L’ensemble de ces établissements, auxquels il convient d’ajouter les structures funéraires (sépultures et résidus d’incinérations) identifiées en deux points, à 500 m au nord et à 700 m au sud-ouest du site, constitue ainsi une véritable couronne autour de la villa de Champ Madame.

33Au Bas-Empire, une partie des sites inclus dans l’emprise du territoire théorique de la villa, comme celui de La Mouraude, est abandonnée. Cependant, la grande « ferme » d’Artière-Ronzière et l’édifice thermal voisin sont encore occupés. Dans l’ensemble de la Limagne des buttes, la restructuration des campagnes au cours de cette période est caractérisée par une réduction très sensible du nombre d’établissements intercalaires sur les domaines des villas ; les nombreuses « fermes » qui occupaient les propriétés des élites municipales au cours du Haut-Empire deviennent plus rares dès le début du IIIe siècle. Toutefois, cet habitat se maintient mieux au sein des domaines aristocratiques que dans les secteurs où aucune villa n’a été reconnue. Parmi les 28 établissements aristocratiques recensés au Bas-Empire, 8 possèdent encore 2 à 3 « fermes » dans un rayon de 1 000 à 1 500 mètres, 13 n’ont plus qu’un seul établissement agricole proche et 7 sont apparemment isolés (Vallat 2002 : 678). Cette diminution du nombre des sites intercalaires dans les fundi des élites municipales pourrait traduire une baisse démographique et/ou une organisation différente de l’exploitation des sols.

34En Limagne des buttes, ce sont désormais essentiellement des grandes « fermes » de classe B qui sont identifiées sur les propriétés aristocratiques, le plus souvent en limite des domaines théoriques. Comme les villas, ces habitats — notamment les plus anciens — ont souvent mieux résisté au mouvement de déclin de l’habitat rural à partir du IIIe siècle En effet, sur un total de 57 établissements de rang B recensés aux Ier et IIe siècle, 29 sont encore occupés aux IIIe et IVe siècles (50,87 %), et 2 perdurent au Ve siècle (3,51 %). Au sein des différentes classes d’habitats, les grandes « fermes » représentent 32,95 % des sites occupés aux IIIe et IVe siècles et 25 % au Ve siècle.

35En compagnie des villas (classe A), ces grands établissements de classe B constituent donc la majorité des habitats ruraux du Bas-Empire au sein d’un système devenu apparemment plus homogène que celui des Ier et IIe siècles. On observe ainsi, à partir du IIIe siècle, une concentration progressive de la mise en valeur des terres au profit des établissements de rang supérieur (Vallat 2002 : 670-671).

36Ce dépeuplement partiel des campagnes au Bas-Empire, dont l’importance ne doit pas être exagérée, semble trouver un écho urbain dans le chef-lieu de cité. Les IIIe et IVe siècles correspondent là également à une période de mutation ; en effet, si plusieurs grandes domus implantées sur les pentes de la butte de Clermont sont occupées jusqu’au IVe siècle, certains bâtiments, voire certains quartiers de la ville antique paraissent abandonnés dès le milieu du IIIe siècle (Sauget, Pin 1992 ; Provost, Mennessier-Jouannet 1994 : 125). Cette observation doit toutefois être relativisée car, faute de fouilles suffisamment nombreuses, l’histoire d’Augustonemetum reste en grande partie méconnue.

Notes

35 Ce chapitre s’appuie sur la thèse de doctorat soutenue par P. Vallat le 9 décembre 2002 à l’Université d’Avignon et des pays du Vaucluse et intitulée « Histoire de l’occupation du sol dans la Limagne des buttes (Puy-de-Dôme) de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive » (Vallat 2002).

36 Le cadre géographique de cette étude, la Limagne des buttes, correspond, avec la plaine marneuse et la Varenne de Lezoux, aux trois unités géographiques qui composent la Grande Limagne auvergnate et bourbonnaise. Cette micro-région de 550 km2 au total, qui s’étend de Clermont-Ferrand au nord à La Couze Chambon au sud et de la faille de Limagne à l’ouest jusqu’à la bordure du Livradois à l’est, est reconnue depuis longtemps pour son importance politique et économique au cœur de la cité arverne, autant pour la période protohistorique récente que pour l’Antiquité romaine notamment. Le couloir de l’Allier traverse cette micro-région approximativement en son milieu et représente un passage privilégié pour la circulation humaine et la diffusion des produits.

37 Notre base de données sous le logiciel Access, élaborée pour traiter les sites de l’ensemble de la Limagne des buttes, comprend 17 critères différents qui sont regroupés dans quatre grands types de descripteurs archéologiques, géographiques et temporels, afin de réaliser une classification hiérarchique des habitats ruraux.

38 Il convient de souligner que de nombreuses occurrences archéologiques ne sont pas exploitables en termes de hiérarchisation de l’habitat rural. En dépit des campagnes fréquentes et intenses de prospections au sol, ainsi que des surveillances archéologiques préventives dans le bassin de Clermont-Ferrand, plusieurs sites et indices de sites archéologiques occupés au cours du Haut-Empire n’ont pas pu faire l’objet d’un classement hiérarchique, en raison de carences documentaires (découvertes fortuites ponctuelles, superficie inconnue, mobilier non décrit, mentions anciennes peu documentées, etc).

39 Cette période correspond à une phase de développement sans précédent de l’habitat rural dispersé en Limagne.

40 Une autre approche des établissements domaniaux peut être engagée grâce à notre recensement des tituli mérovingiens supposés. En effet, la présence d’églises non paroissiales, probablement des oratoires et des chapelles privés, indique indirectement l’existence présumée, dans la plupart des cas, de domaines aristocratiques à proximité immédiate ou aux environs des sanctuaires inventoriés. Cependant, tous les tituli n’appartiennent pas à l’aristocratie locale. G. Fournier a montré que certains oratoires sont fondés par des paysans modestes ou sont parfois construits en pleine campagne, dans un lieu auquel est attaché le souvenir d’un saint (Fournier 1962 : 411). Si la carte de localisation des tituli (Vallat 2002 : 735, fig. 612) ne correspond donc pas systématiquement à celle des villas aristocratiques, elle permet cependant de supposer qu’il puisse exister des concentrations d’établissements domaniaux aux abords de Clermont-Ferrand et le long de la rivière Allier, dans les secteurs de Busséol et de Coudes notamment, que la recherche archéologique doit cependant confirmer.

41 Dans le sud de la France, pour la micro-région des étangs de Saint-Blaise, F. Trément a identifié, dans le secteur méridional, des villas distantes de 4 kilomètres, et il propose de reconnaître des domaines de 100 à 200 hectares au sein de dépressions distinctes. En Beaucairois, les établissements domaniaux les plus importants sont distants de 800 à 2 000 mètres. L’utilisation des polygones de Thiessen a permis de déterminer des superficies de domaines comprises entre 50 et 100 hectares (Trément 1999 : 198). Dans la région de l’étang de Thau (Hérault), le centre domanial des Prés-Bas regroupe 200 hectares et la propriété de la villa de Lèze et Mas-Lavit correspond à un domaine de 600 hectares. « Les observations faites sur la frange nord-est de l’étang de Thau permettent d’associer à chaque villa de la région étudiée un espace agricole de l’ordre de 300 ha. » (Bermond, Pellecuer 1998 : 58). Ces propositions de superficie des domaines aristocratiques méridionaux sont très proches de nos données en Limagne des buttes.

42 Plusieurs de ces établissements récemment mis au jour à l’occasion de fouilles archéologiques préventives, aux environs de la villa de Champ Madame, ne sont pas recensés dans notre thèse de doctorat, dont l’inventaire des sites a été achevé en 1999 (Vallat 2002).

Table des illustrations

Légende 123 - Carte de l’occupation de la Limagne des buttes au Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 124 - Carte de l’occupation de la Limagne des buttes au Bas-Empire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 125 - Carte des principaux sites gallo-romains de Beaumont et des environs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende 126 - Restitution de la villa de Champ Madame dans son environnement.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2564/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540