Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 3. La villa : étude archéologique et architecturale

Guy Alfonso et Alain Wittmann

Note de l’auteur

Avertissement

La numérotation des différents espaces (pièces ou cours), des maçonneries, des us et des sondages est propre à chaque secteur de la villa : Champ Madame, Pourliat et Les Foisses. Les altitudes sont rattachées au NGF.

Texte intégral

1La villa de Champ Madame occupe, à une cinquantaine de mètres de l’Artière, un vaste rectangle orienté est-sud-est/ouest-nord-ouest, de 112,5 m de largeur et plus de 180 m de longueur, ceint par un mur de clôture ; à l’intérieur de cet enclos sont implantés, à l’ouest, un édifice résidentiel (pars urbana) et à l’est un ensemble de dépendances (pars rustica) disposées de part et d’autre d’une grande cour. En bordure du mur de clôture nord, à l’extérieur, se développe une aire funéraire spécialisée, réservée à des enfants décédés dans la première partie de la phase infantile (fig. 12).

12 - Plan général de la villa de Champ Madame tous états confondus.

2Aucune voie antique importante n’est recensée dans l’environnement proche de la villa. Deux voies sont attestées à quelque distance : l’une, qui reliait Lyon à Clermont-Ferrand en y pénétrant par le sud-est, traversait le territoire actuel de la commune d’Aubière, à 2 km à l’est du site. La seconde, d’orientation nord-sud, quittait la capitale de cité par le sud en direction de Beaumont, mais son tracé exact reste inconnu (Provost, Mennessier-Jouannet 1994a : 73-76).

Caractéristiques techniques des constructions
Tous les bâtiments de la villa ainsi que le mur d’enclos sont construits en dur. Si l’ensemble des maçonneries, hormis celles du dernier état, est assez homogène et de bonne qualité, on observe cependant certaines différences entre les maçonneries de la pars rustica et celles de la pars urbana, qui soulignent le soin particulier attaché à la construction de la résidence principale.

Les matériaux
Tous les matériaux employés pour la construction des maçonneries sont d’origine locale ou régionale. Les murs, tant en fondation qu’en élévation, ainsi que les radiers des sols de terrazzo, des hypocaustes et des bassins, associent une majorité de blocs volcaniques et des éléments de granite et de marno-calcaire, puisés dans la terrasse alluviale ou le substrat géologique, ainsi que des fragments de terre cuite (tuiles, céramiques). À l’exception des murs du dernier état, toutes les structures sont maçonnées avec un mortier de chaux compact gris ou gris-rose, de très bonne qualité, incorporant principalement des sables et graviers d’origine volcanique (trachyte et pouzzolane). Les structures du dernier état (état 3 des dépendances et état 4 du bâtiment résidentiel) sont maçonnées avec un mortier de chaux friable de couleur jaunâtre essentiellement composé de quartz. Le mortier de tuileau est utilisé pour le revêtement des hypocaustes et des structures hydrauliques.

Les murs
Dans le bâtiment résidentiel, les sondages profonds ouverts au contact des maçonneries révèlent qu’à de rares exceptions près, tous les murs sont ancrés sur le sommet de la terrasse, qu’ils entaillent parfois légèrement (fig. 52). En revanche, les observations effectuées dans l’angle nord-est de la villa montrent que seuls les murs construits dans des secteurs où le recouvrement sédimentaire est faible s’appuient sur le substrat géologique ; la base des autres murs repose au sein des colluvions argileuses sus-jacentes (fig. 20, 21).
Le mode de construction des fondations présente également des différences d’un secteur à l’autre de la villa. Dans le bâtiment résidentiel, elles sont généralement formées d’un blocage entièrement lié au mortier (fig. 13) ; dans quelques cas seulement, leur partie inférieure a été construite en pierres sèches, alors que dans le secteur nord-est de la villa, les fondations sont constituées pour l’essentiel d’un blocage en pierres sèches, surmonté d’une ou deux assises de blocs liés au mortier, formant la semelle du mur (fig. 14). Cette technique a peut-être été utilisée dans le but de drainer le sol, car on a pu remarquer dans certains cas un dépôt interstitiel d’argile lité, témoignant d’une circulation d’eau. Une méthode particulière a été employée pour les fondations des murs nord et est du bâtiment P7-P8 : la base de leur fondation est constituée par une assise irrégulière de gros blocs entre lesquels on a intercalé du gravier de pouzzolane, recouverte par une ou deux assises irrégulières de blocs liés au mortier formant la semelle des murs (fig. 14).

13 - Champ Madame, détail des fondations des murs sud et ouest de la pièce P12 (Sd. 41), vers le sud-ouest.

14 - Pourliat, élévation du mur nord (M2006) du bâtiment P7-P8 (Sd. 4).

Dans l’ensemble de la villa, les fondations, larges de 0,50 m à 1,20 m, comportent une semelle constituée d’un simple bourrelet ou d’une assise réglée de moellons, le retrait entre la fondation et le parement de l’élévation variant généralement de 0,05 m à 0,15 m. Dans une grande partie des murs de l’état 2 du bâtiment résidentiel, la semelle supportant l’élévation comporte un lit de fragments de tuiles et de petits blocs posés à plat.
Les élévations de murs, rarement conservées au-delà d’une ou deux assises, sont construites en appareil à moellons quadrangulaires, ces derniers étant assez bien taillés compte tenu de la dureté de la roche volcanique qui est majoritairement utilisée. Leur largeur varie de 0,45 m à 0,90 m. Le parement externe du mur de façade de la pièce P12, dans le bâtiment résidentiel, a été particulièrement soigné, avec l’emploi de petits moellons calibrés et bien taillés, formant des assises très régulières. Ce mur comporte deux niveaux de ressauts successifs, dont le plus élevé a été réalisé à l’aide de moellons de forme plus allongée, peut-être dans un but décoratif (fig. 15). Au nord-est, l’élévation de la cave P11-P12 permet d’observer l’emploi de moellons marno-calcaires soigneusement taillés pour l’encadrement de la niche et le piédroit ouest de la baie d’accès ; dans ce dernier cas, une alternance de carreaux et de boutisses a été utilisée dans un but décoratif (fig. 16). À proximité, des moellons marno-calcaires très bien taillés ont également été employés pour construire l’extrémité des murs du bâtiment P13, mais dans ce cas-là, ils ont été masqués par un enduit. Dans plusieurs secteurs, le parement de certains murs a été recouvert d’un enduit de mortier gris ou jaunâtre, avec parfois des joints soulignés au fer.

15 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail de l’élévation du mur sud (M2095) de la pièce P12, vers le nord.

16 - Pourliat, vue d’ensemble d’une structure conservée en élévation : la cave P11-P12, vers le sud.

L’enceinte de la villa

3Elle est matérialisée par un mur maçonné qui a été reconnu sur trois côtés, au nord, à l’est et au sud (fig. 12).

Le mur nord

4Le mur de clôture nord a été dégagé sur plus de 110 m sur le site de Pourliat, depuis l’angle nord-est de la villa jusqu’à la limite occidentale de la fouille, au-delà de laquelle il se prolonge (fig. 17, 19, 23 et 24). Tel qu’il se présente dans son dernier état, ce mur n’est pas homogène sur toute sa longueur mais résulte d’au moins deux campagnes de construction qui se sont étalées sur plus d’un siècle.

17 - Détail du mur de clôture nord de la villa (M1001), vers l’est.

Phase 1

5On place au cours de cette première phase de construction la section du mur de clôture comprise entre la limite occidentale de la fouille et le mur perpendiculaire M2002 (M1001-M1022-M2089), ainsi que sa section orientale (M2005). Le tronçon de mur intermédiaire (M2006) est lié à des réaménagements ultérieurs (fig. 19 et 22).

6Le mur a particulièrement souffert des spoliations qui n’en ont épargné de manière générale que la fondation (fig. 23 et 24). Malgré ces lacunes, l’aspect homogène des différents tronçons de murs permet de les rattacher à une structure unique. Reconnue sur une longueur de 70 m environ, la fondation de ce mur, large de 0,65 m à 0,85 m, est constituée de gros blocs disposés sans liant dans une tranchée aveugle ; elle est couronnée d’une assise de moellons liés au mortier qui supporte l’élévation dont deux assises ont été ponctuellement conservées (M1022). Cette dernière, large de 0,57 m, est maçonnée avec du mortier sableux grisâtre.

7La section orientale du mur de clôture nord (M2005) est chaînée au mur de clôture est de la villa (M2101). Les deux murs comportent une fondation en pierres sèches terminée par une assise de moellons liés au mortier. Celle-ci porte une élévation de 0,45 m de largeur, composée d’assises irrégulières de moellons liés par du mortier gris.

Phase 2

8Au cours de cette seconde phase, la portion du mur de clôture nord de la villa comprise entre les murs M1001-M2089 et M2005 est reconstruite à l’occasion de l’aménagement, dans ce secteur, d’un grand bâtiment qui se développe au-delà de la limite sud du décapage (pièces P7-P8) (fig. 19 et 22). Cette reprise (M2006) fut sans doute nécessitée par la volonté de chaîner l’ensemble des murs de ce nouveau bâtiment aligné sur le mur de clôture nord, pour lui assurer une meilleure cohésion. La fondation du mur M2006 est constituée, à la base, d’une rangée de gros blocs noyés dans de la pouzzolane, surmontée d’une deuxième rangée de blocs liés au mortier. Elle supporte une élévation de 0,70 m de largeur formée d’assises irrégulières de moellons (fig. 14).

9On note que la face externe du mur M2006 a été reprise avec un mortier gris grossier qui en masque partiellement les moellons.

Le mur est

10Seules les extrémités nord et sud du mur d’enclos oriental ont été reconnues sur une quinzaine de mètres de longueur, les deux tronçons étant parfaitement alignés (fig. 12). À Pourliat, ce mur (M2101) est chaîné avec le mur de clôture nord (M2005) et bâti comme celui-ci ; sa largeur en élévation n’excède pas 0,45 m (fig. 18 et 24). Aux Foisses, des perturbations ont fait disparaître la liaison entre les murs de clôture est et sud (fig. 48), mais G. Loison suppose, d’après leur aspect identique, qu’ils étaient chaînés (Loison 1994). Les matériaux et le mode de construction du mur (M4) sont semblables à ceux du mur dégagé à Pourliat mais sa largeur est nettement plus importante puisqu’elle atteint 0,65 m. Il est possible toutefois que cette largeur s’applique à la partie supérieure, liée au mortier, de la fondation plutôt qu’à l’élévation proprement dite. Entre les deux tronçons reconnus, plusieurs tranchées de diagnostic ont été réalisées perpendiculairement à l’axe du mur de clôture oriental (fig. 173 : opérations Flécher 1994 et Thiériot 2000). La tranchée la plus septentrionale a permis de le recouper à une douzaine de mètres au sud de la fouille de Pourliat, tandis que les trois autres n’en ont révélé aucune trace, ce qui peut indiquer que le mur s’interrompait, ou plus vraisemblablement qu’il a été entièrement récupéré dans sa partie centrale.

18 - Pourliat, détail du mur de clôture est (M2101), vers l’ouest.

11La fouille des Foisses ainsi que plusieurs tranchées mécaniques ont montré l’existence, à 5 m environ à l’est du mur d’enceinte oriental de la villa, d’un mur parallèle dont le tracé est pérennisé sur une quarantaine de mètres, dans la partie nord, par une limite parcellaire actuelle (fig. 12). Au sud, où ce mur a été dégagé sur une quinzaine de mètres de longueur, il n’en subsiste que la fondation, large de 0,90 m (M2). Le sol de l’espace localisé entre les deux murs, constitué d’un radier de galets et de blocs recouvert d’une couche de pouzzolane, est traversé par une rigole étroite de section en V dont les parois sont revêtues de dallettes de marno-calcaire. Cette rigole, dont le fond suit la pente naturelle du terrain, paraît destinée à recueillir les eaux pluviales d’un bâtiment situé dans l’angle de la villa, pour les conduire dans un puisard localisé contre le mur M2 (Loison 1994). D’après la nature du sol, il semble qu’on puisse interpréter cet espace linéaire, ouvert au sud, comme une zone de circulation, un chemin bordant la villa.

19 - Plan général du secteur nord-est de la villa (Pourliat).

Le mur sud

12Le mur d’enceinte sud reconnu, au cours d’interventions successives, sur une longueur de 180 m depuis l’angle sud-est de la villa, est parallèle au mur de clôture nord dont il est distant de 112,5 m (fig. 12). Aux Foisses, où il a été dégagé sur près de cinquante mètres, seule la fondation du mur, large de 0,65 à 0,70 m, est préservée (M1) (fig. 48). Elle est constituée d’un blocage de galets et de blocs, surmonté d’une assise de réglage parementée de moellons liés au mortier (Loison 1994). Comme on l’a déjà signalé, c’est seulement l’aspect commun de ce mur et du mur de clôture oriental (M4) qui suggère qu’ils étaient liés.

20 - Pourliat, localisation des profils synthétiques A-A, B-B et C-C.

Le problème du mur ouest et l’emprise totale de la villa

13Si les limites nord, sud et est de l’enceinte de la villa sont bien établies, sa limite ouest demeure inconnue : en effet, aucun mur nord-sud n’a été recoupé dans les nombreuses tranchées ouvertes à l’ouest du bâtiment résidentiel (fig. 173). Trois hypothèses peuvent être avancées pour la localisation de ce mur :

  • à l’emplacement du mur nord-sud M2117 mis au jour à Champ Madame, dans le Sd. 23 (fig. 50) : à l’appui de cette hypothèse, on soulignera qu’aucune structure gallo-romaine n’a été découverte à l’ouest de ce mur ; elle implique en revanche que la façade occidentale du bâtiment résidentiel était accolée au mur de clôture ;

  • à l’emplacement d’une limite parcellaire actuelle (et figurée sur le cadastre napoléonien) parallèle, à une distance de 27 m, à la façade occidentale du bâtiment résidentiel (fig. 12) : on remarquera que cette limite est implantée au niveau d’un coude de l’Artière, dont le tracé s’infléchit ensuite nettement vers le sud, formant a priori une barrière naturelle à l’extension de l’enclos vers l’ouest, ce qui pourrait conforter cette hypothèse ;

  • au-delà des tranchées linéaires ouvertes à l’ouest du bâtiment résidentiel : cela impliquerait cependant soit que l’angle nord-ouest de l’enclos était coupé, soit qu’une section du ruisseau était englobée dans l’emprise de la villa.

14La première hypothèse correspond aux dimensions minimales attestées de l’enclos : 186 m x 112,5 m (20 925 m2). Selon les deux hypothèses suivantes, l’enclos de la villa atteindrait 210 m x 112,5 m (23 625 m2) ou plus de 237 m x 112,5 m (26 662 m2). Il est possible aussi que les dimensions réelles de l’enclos se situent entre ces valeurs. S’il est impossible de trancher définitivement cette question, l’hypothèse moyenne semble toutefois la plus probable, d’autant qu’elle équivaut précisément à une longueur de 700 pieds romains.

La datation de l’enceinte

15Plusieurs éléments permettent de dater la construction du mur d’enceinte nord de la villa. À l’ouest, sa fondation recoupe un fossé daté de La Tène C2/D1 ainsi que des niveaux attribuables à la période gallo-romaine précoce. Par ailleurs, les plus anciennes sépultures de nourrissons aménagées dans ce secteur postérieurement à la construction du mur sont datées des années 90-120 de notre ère. En supposant qu’un laps de temps assez court sépare le dépôt des premières tombes de la construction du mur d’enceinte, celui-ci pourrait donc être daté de la période flavienne ou du règne de Trajan (entre 70 et 120). À l’est, dans les cours P1 et P4, les fondations des murs de clôture nord et est recoupent des niveaux qui ont livré 23 tessons de céramique (us 2123/Sd. 20 et 2112/Sd. 22). Hormis 3 fragments de céramiques modelées qui pourraient correspondre à du mobilier résiduel laténien, tous ces tessons sont d’époque impériale. Sur les 5 tessons d’amphores recensés, deux appartiennent à des importations de Bétique difficilement datables. On note cependant la présence d’un fragment d’amphore du Ier siècle de notre ère provenant de Tarraconnaise. La céramique à engobe blanc du Haut-Empire apparaît en très faible quantité. La céramique commune constitue l’essentiel du lot, mais fournit peu d’indications chronologiques. Elle est surtout représentée par des formes fermées non identifiables. En revanche, 3 fragments de gobelets à parois fines de Gaule centrale remontent au dernier tiers du Ier siècle ou au début du IIe siècle, constituant les éléments les plus tardifs de cet assemblage. Ces éléments recueillis à l’est comme à l’ouest sur le site de Pourliat sont concordants et fournissent un terminus post quem pour l’édification des murs d’enceinte nord (phase 1) et est de la villa, vers 70 de notre ère. Cette datation est confirmée par les résultats de la fouille de G. Loison qui situe dans le courant de la 2e moitié du Ier siècle de notre ère la construction des murs d’enceinte est et sud (Loison 1994 et 1995).

21 - Pourliat, profils synthétiques A-A, B-B et C-C.

16Quant à la reconstruction partielle du mur d’enceinte nord (M2006, phase 2), elle peut être datée grâce au mobilier recueilli dans sa tranchée de fondation qui a livré 17 tessons (us 2058-2143). Outre quelques fragments de cruche à engobe blanc, d’amphorette à engobe rouge, d’amphore et de céramiques communes claires, on dénombre 6 tessons de sigillée de Gaule centrale. La plupart d’entre eux proviennent de petites coupes Drag. 37 de la seconde moitié du IIe siècle ou du début du IIIe siècle Un exemplaire, dont le décor est constitué d’une simple frise de dauphins nageant vers la gauche, a vraisemblablement pour origine une officine des Martres-de-Veyre. Ces vestiges permettent de situer la construction du mur (et donc celle de l’ensemble du corps de bâtiment P7-P8) entre les années 150-160 de notre ère et le premier tiers du IIIe siècle.

Les dépendances et les cours

Les dépendances du secteur nord-est (Pourliat) (fig. 19)

Phase 1 (fig. 22)

17C’est au cours de cette période qu’est bâti le mur de clôture de la villa, abritant un ensemble architectural composé de plusieurs bâtiments à l’ouest (P10, P11-P12, P13, P16) et un autre bâtiment à l’est (P2-P3) entourés par des cours, et que se développe, au-delà de ce mur, une aire funéraire spécialisée regroupant une trentaine de sépultures de nourrissons (fig. 23, 24 et 102).

22 - Plans chronologiques du secteur nord-est de la villa (Pourliat).

Le bâtiment P10 (fig. 23)

18Cette construction rectangulaire de 7 m x 6,30 m, localisée dans la partie ouest du site, se développe en grande partie au-delà des limites de la fouille ; elle forme, avec le petit bâtiment P11-P12 qui lui est accolé à l’ouest, et dont il ne subsiste que la cave, une unité architecturale indépendante.

19Les quatre murs chaînés qui le délimitent ont subi d’importantes spoliations, et tout particulièrement l’angle des murs nord et est dont il ne subsiste que la tranchée de récupération. Ces murs présentent un aspect homogène par les matériaux employés, mais aussi des différences dans leur mode de construction qui sont liées à l’existence de la cave adossée à l’ouest du bâtiment. Ainsi, la portion du mur M1011 correspondant à la paroi orientale de la cave a été construite en élévation depuis le niveau du sol de celle-ci, tandis que le reste des maçonneries comporte, au même niveau, des fondations réalisées en tranchée. Seul l’angle des murs M1010 et M1011 a conservé une assise en élévation. Le parement est du mur M1011 a fait l’objet d’une réfection visible par l’emploi de mortier jaune pulvérulent, caractéristique des constructions de la phase 3 (cf. supra p. 38).

23 - Pourliat, plan détaillé de la zone sud-ouest.

20Le dernier niveau de sol-occupation du bâtiment P10 (us 1072-1073), scellé par une couche d’abandon, a été entièrement détruit dans les angles nord-ouest et nord-est par des surcreusements tardifs. Appuyé contre le ressaut de fondation, il est formé d’un sédiment limono-sableux très cendreux, ponctuellement rubéfié, recelant des charbons, des fragments de céramiques ainsi qu’une rondelle en alliage cuivreux. Contre le mur nord, le sol est perforé par une fosse peu profonde de 1 m de longueur dans le sens nord-sud, sa largeur dans le sens est-ouest étant inconnue (F 1081). Un gros bloc de roche volcanique reposait sur le fond de cette fosse qui était par ailleurs comblée d’un sédiment limoneux brun auquel se mêlaient quelques petits blocs et des charbons de bois. La fonction de cette structure n’a pu être précisée.

21On a observé, dans le cadre du Sd. 31, que ce dernier niveau de sol, daté du Bas-Empire, reposait directement sur les colluvions antérieures à l’édification du bâtiment, ce qui signifie que les niveaux de sols antérieurs ont été entièrement curés. Aussi n’avons-nous aucune idée de l’aménagement du sol du bâtiment P10 au cours de la phase 1.

La cave P11-P12 (fig. 16, 23, 25)

22Cette petite construction dont les murs s’appuient contre la façade occidentale du bâtiment P10 a été édifiée en même temps que celui-ci. De plan presque carré (2 m x 2,15 m), elle renferme une superficie de 4,30 m2. Seul le niveau inférieur de cette construction, correspondant à une cave, a été conservé.

24 - Pourliat, plan détaillé de la zone est.

23Ses murs nord, ouest et sud, chaînés, ont été bâtis en appui contre le mur occidental du bâtiment P10, et contre les parois du décaissement initial qui entaille largement le substrat géologique. Ils présentent un parement constitué d’assises irrégulières de moellons de granit et de roche volcanique non calibrés, tandis que des moellons marno-calcaires soigneusement taillés ont été employés pour l’encadrement d’une niche et le piédroit de la baie d’accès à la cave (fig. 25, 26).

25 - Pourliat, vue d’ensemble de la cave P11-P12, vers l’est.

24Cet accès se faisait du côté sud, par un escalier (M1086) aboutissant à une baie de 0,70 m de largeur, placée contre la façade du bâtiment P10. La marche inférieure de l’escalier, formant le seuil de la cave, est composée d’une maçonnerie régulière constituée d’un gros bloc parallélépipédique marno-calcaire et de fragments de tuiles empilés liés au mortier, de 0,35 m de profondeur et 0,20 m de hauteur (fig. 27). À chaque extrémité de cette maçonnerie sont ménagés deux trous de crapaudine de forme rectangulaire qui ne sont pas placés sur le même axe (profondeur : 0,18 et 0,24 m). Les marches supérieures de l’escalier, partiellement conservées, sont réalisées à l’aide de blocs irréguliers, juxtaposés sans mortier sur un remblai de terre.

25Dans la partie supérieure du mur occidental de la cave (M1013), un plan incliné, ménagé sur une longueur de 0,90 m environ dans la maçonnerie, peut être interprété comme un soupirail. La base de cette ouverture est située à environ 1,20 m du sol de la cave (fig. 26).

26 - Pourliat, relevé des élévations sud, est et ouest de la cave P11-P12.

26Le dernier aménagement des murs de la cave consiste en une niche rectangulaire placée dans le mur oriental, à 0,60 m du sol. Elle présente une longueur de 1,16 m, une profondeur de 0,44 m et une hauteur variant de 0,30 m à 0,40 m, cette irrégularité étant due à un affaissement de la maçonnerie. Comme pour l’accès, les bords latéraux de la niche ont été réalisés à l’aide de moellons marno-calcaires soigneusement taillés, et quelques blocs du même matériau ont aussi été utilisés dans l’assise qui la surmonte. Quelques éléments de terre cuite réemployés plaqués sur le « sol » de la niche peuvent laisser supposer qu’il était entièrement recouvert de cette manière.

27 - Pourliat, vue zénithale de l’escalier et du seuil de la cave P11-P12.

27Le sol de la cave, formé par la surface remaniée du substrat marno-calcaire (us 1084), est recouvert d’une couche d’occupation cendreuse et charbonneuse, qui a livré quelques tessons de céramique. Dans l’angle sud-ouest était disposée une tegula complète placée à l’envers.

Le bâtiment P13 (fig. 23 et 28)

28Cette construction formée de deux murs parallèles orientés est-ouest est située à quelques mètres à l’est du bâtiment P10. Son mur nord est localisé à 4,80 m du mur de clôture de la villa, tandis que son mur sud se trouve dans l’axe des murs de façade nord des bâtiments P10 et P16. Lors des remaniements opérés au cours de la phase 3 et postérieurement à l’abandon de la villa, elle a fait l’objet d’importantes récupérations de matériaux qui ont fait disparaître des portions entières des maçonneries.

28 - Pourliat, vue d’ensemble du bâtiment P13, vers l’est.

29Les deux murs (M1002 et M1003), distants de 1,60 m, s’étendent sur une longueur de 21,60 m. Leur élévation présente deux parements assez réguliers de moellons de granit et de roche volcanique. L’extrémité ouest des deux murs est constituée de moellons marno-calcaires bien taillés (fig. 29) et cela semble être aussi le cas de leur extrémité est, si l’on en juge par la présence d’un bloc marno-calcaire de même type à l’extrémité est du mur M1003. Les faces nord, sud et ouest du mur M1002 ainsi que les faces sud et ouest du mur M1003 portent un enduit très bien lissé de couleur blanchâtre, de 3,5 cm d’épaisseur.

29 - Pourliat, bâtiment P13 : vue détaillée de l’extrémité ouest du mur M1002, vers l’est.

30Les deux murs, mais plus particulièrement le mur nord, mieux conservé, se caractérisent par la présence de petites cavités quadrangulaires peu profondes ménagées dans la maçonnerie constituant la base de l’élévation des murs (fig. 23 et 29). Le mur nord en comporte cinq, tandis qu’une seule a été identifiée dans la section orientale du mur sud. On observe également que, dans sa section la mieux préservée, le mur M1003 comporte trois cavités espacées respectivement de 2,35 m et 2,10 m. Si l’on considère l’ensemble des cavités reconnues dans ce mur, il est possible de restituer, d’une extrémité à l’autre du mur, dix cavités espacées en moyenne de 2,20 m. De toute évidence, ces cavités disposées de façon régulière sont les négatifs d’éléments en bois de section quadrangulaire, dont la fonction précise reste inexpliquée.

31Les deux sondages ouverts dans l’espace circonscrit par les deux murs (superficie : 34,56 m2) ont révélé, sous la couche d’abandon, un niveau régulier s’apparentant à un sol de terre venant buter contre la base de l’enduit du mur nord (us 1060). Cette couche, qui a livré des éléments attribuables au Bas-Empire, repose directement sur des couches antérieures au bâti, datées de la première moitié du Ier siècle de notre ère, ce qui indique, comme dans le cas de la pièce P10, que les niveaux d’occupation initiaux du bâtiment P13 ont disparu au cours des remaniements postérieurs.

Le bâtiment P16 (fig. 23)

32De ce bâtiment localisé à quelques mètres à l’est du bâtiment P13, on ne connaît que l’angle nord-ouest puisqu’il se développe au sud au-delà de la limite de la fouille, tandis que sa partie orientale a été détruite par l’installation d’un mur moderne (M2145) (fig. 19 et 23). Sa façade nord se situe à une distance de 7,80 m du mur de clôture de la villa, dans le prolongement de la façade nord du bâtiment P10 et du mur sud de P13. Le sol de P16 n’a pas été dégagé ; en revanche, la fouille a mis en évidence, le long de sa façade nord, un lambeau de sol composé d’une chape peu épaisse de mortier à inclusions de pouzzolane, dépourvue de radier.

33À défaut d’éléments de datation précis, l’homogénéité des constructions (matériaux et mode de construction, largeur des murs de P10 et P16) et surtout leur disposition montrent clairement que les bâtiments P10, P11-P12, P13 et P16 appartiennent à un même ensemble architectural : les bâtiments P10 et P16 sont en effet localisés à peu près à égale distance des extrémités est et ouest de P13, tandis que leurs façades nord ainsi que le mur sud de P13 sont situés exactement sur le même axe. Seule la cave P11-P12 accolée à P10 apporte quelque dissymétrie à cet ensemble car il est certain qu’aucune cave n’était associée au bâtiment P16. La fonction de ces constructions reste incertaine en raison, notamment, de la disparition de leurs niveaux de sols et d’occupation initiaux, mais une utilisation agricole semble la plus probable.

34Un mur est-ouest (M1016) dégagé sur une longueur de 7 m, en limite sud-est du décapage (fig. 19), paraît synchrone de cet ensemble de constructions.

Le bâtiment P2-P3 (fig. 24 et 30)

35Ce bâtiment bordé au nord et à l’est par la cour P1-P4, dans l’angle nord-est de la villa, se développe au-delà de l’emprise du décapage ; sa limite sud demeure donc inconnue. Il est divisé en deux locaux de largeur inégale (P2 et P3) qui ne communiquent pas entre eux, dans le périmètre de la fouille ; ils mesurent respectivement 13,10 m et 3,60 m de largeur, tandis que leur profondeur excède 3,90 m. Les murs formant les façades nord et est de ce bâtiment (M2097-M2144, M2099) n’ont pas de lien avec les autres maçonneries, la jonction des murs M2144 et M2004 ayant fait l’objet de récupérations de matériaux en profondeur. La construction, au cours de la phase 2, du bâtiment P7-P8 ne permet pas de savoir comment l’espace P3 se refermait à l’ouest.

30 - Pourliat, vue d’ensemble de la pièce P2, vers le nord-est.

36La particularité du plan du bâtiment P2-P3 réside dans une sensible divergence d’orientation par rapport à l’ensemble des autres maçonneries de la villa, ce qui confère un plan trapézoïdal aux cours P1 et P4 et, à partir de la phase 2, à l’espace P3.

37Les murs de façade nord et est de P2-P3 sont chaînés et présentent des caractéristiques analogues. Le mur de refend M2100, qui utilise un mortier différent, a été construit en appui contre le mur de façade M2097. Les faces internes des murs de la pièce P2 ont été grossièrement enduites de mortier gris.

38La stratigraphie de la pièce P2 ne comporte qu’un seul niveau de sol, dépourvu de couche d’occupation, qui a été aménagé directement sur les niveaux antérieurs à la construction du bâtiment. Il s’agit d’un sol de mortier de bonne qualité venant s’appuyer contre le ressaut de fondation des murs de la pièce (us 2096). Il est constitué d’une chape blanchâtre à inclusions de graviers et de pouzzolane, à la surface assez bien lissée, posée sur un radier mêlant des galets, des plaquettes marno-calcaires, de la pouzzolane ainsi que des fragments de mortier, l’ensemble mesurant 0,10 m d’épaisseur (fig. 30).

39Le sol de l’espace P3, conservé sur une superficie très limitée dans le cadre du Sd. 17, est formé d’une couche de limon sableux très cendreux (us 2077) qui pourrait témoigner de la proximité d’un foyer lié à une activité domestique ou artisanale. En surface de ce sol s’ouvrent deux fosses distantes de 0,20 m environ (F2072, F2073), qui s’apparentent à des trous de poteaux circulaires de 0,25 m de diamètre environ.

Les cours P1-P4-P9-P14-P15 (fig. 23 et 24)

40Au cours de la phase 1, aucun des bâtiments n’est appuyé contre le mur d’enceinte de la villa : les façades nord des bâtiments P10, P16 et P13 en sont distantes respectivement de 7,50 m, 7,80 m, 4,80 m et celle du bâtiment P2-P3 de 7 m à 8 m, en raison de son orientation divergente. Pour la même raison, la façade est de ce dernier bâtiment se localise à une distance de 3,50 m à 3,90 m du mur d’enceinte oriental. Ainsi, malgré les perturbations et les réaménagements qui ont affecté la zone centrale du site (P9, P7-P8), plus difficile à interpréter, il apparaît que les cours entourant les différents bâtiments occupent la plus grande partie de l’espace du domaine dégagé à Pourliat.

41Les observations effectuées ponctuellement ne témoignent pas d’un aménagement soigné du sol de ces cours. À l’est, les Sd. 20 (fig. 31) et 22 ouverts dans la cour P1-P4 ont révélé des niveaux peu épais de limon brun plus ou moins sableux, correspondant à des recharges de sol très sommaires. Dans la cour P9, une chape de mortier de chaux dépourvue de radier a été mise au jour contre la façade nord du bâtiment P16, sur une surface de 1 m2 environ, mais l’absence de vestiges comparables dans d’autres secteurs de la cour suggère que cet aménagement ne concernait que les abords immédiats du bâtiment P16. Il paraît vraisemblable que, dans cette partie nord-est de la villa, le sol de la cour n’était formé pour l’essentiel que de terre, de gravier et de cailloutis.

31 - Pourliat, cour P1 : coupe ouest-est du Sd. 20.

42Plusieurs structures ont été mises en évidence dans la cour P1-P4 qui borde le bâtiment P2-P3. À l’extrémité orientale de la cour P4, à moins d’un mètre du mur de clôture, s’ouvre un puits circulaire pourvu d’une ouverture de 0,70 m de diamètre environ, dont la profondeur atteint 2,60 m (F2125). Il a été soigneusement construit avec des moellons en majorité marno-calcaires, disposés sans mortier (fig. 32 et 33). La datation de ce puits, entièrement remblayé à la fin du IIe siècle ou pendant la première moitié du IIIe siècle, demeure incertaine.

32 - Pourliat, cour P1-P4 : vue du puits F2125 vers l’est.

43À l’est du bâtiment P2-P3, le sol de la cour P1 est entaillé par un petit fossé orienté sud-ouest/nord-est, selon l’axe de la pente naturelle du terrain (F2121). Fouillé ponctuellement dans le cadre du Sd. 20, il présente une largeur de 0,70 m, une profondeur de 0,25 m et un profil en cuvette (fig. 24 et 31). On peut supposer qu’il servait à drainer les eaux pluviales du bâtiment P2 vers un exutoire qui demeure toutefois inconnu puisqu’on n’a pas retrouvé le prolongement de cette structure dans le Sd. 26, ouvert à l’extérieur du mur de clôture.

33 - Pourliat, cour P1-P4 : coupe du puits F2125.

44Enfin, près de l’angle nord-est de l’enceinte, le Sd. 22 a révélé un trou de poteau de 0,35 m de diamètre et 0,15 m de profondeur, à parois obliques et fond plat, contenant plusieurs pierres de calage (fig. 24). Bien qu’isolée, cette structure pourrait témoigner de l’existence d’un appentis.

45Malgré la rareté des indices révélés par la fouille, on peut supposer que cet ensemble de cours a eu des fonctions très diverses : espaces de circulation pour les individus, les charrettes et les animaux ; aires de travail et de stockage, peut-être parfois couvertes en matériaux légers, en liaison avec des activités domestiques, artisanales ou agricoles ; zones de parcage des animaux ; jardins, etc.

46La sépulture de nourrisson (SP31) découverte près du mur d’enclos nord, dans la partie occidentale de la cour P9, atteste l’utilisation funéraire ponctuelle de cet espace (fig. 103). Toutefois, il est possible que cette tombe, pour laquelle nous ne possédons pas de datation absolue, appartienne à une phase d’occupation plus tardive du domaine, comme la sépulture SP13 également localisée contre le mur d’enclos nord, dans la cour P8 et datée du Bas-Empire par radiodatation. Car on peut remarquer que l’ensemble des tombes d’enfants, datées par leur mobilier de la phase 1, est regroupé à l’extérieur de l’enceinte de la villa (cf. chapitre 4).

La datation de la phase 1

47On dispose, pour la construction de l’angle nord-est de l’enceinte et celle des bâtiments P2-P3, d’un terminus post quem situé vers 70 de notre ère (cf. supra). À l’ouest, aucun élément ne permet de dater précisément la construction des bâtiments P10, P11-P12 et P16, tandis que deux tessons de sigillée de Lezoux fournissent, pour la construction du bâtiment P13, un terminus post quem correspondant au règne de Tibère. En revanche, le mobilier retrouvé dans le fond de la cave P11-P12 et dans le premier sol de la cour P9, qui regroupe 34 tessons (us 1008 et 1032), fournit quelques indications : on y retrouve, outre un fragment d’époque gauloise, des tessons de cruches à engobe blanc, d’amphore de Bétique et de gobelet à parois fines décoré à la barbotine. Majoritaire, la céramique commune claire se compose principalement de formes hautes, notamment d’une cruche et d’une amphorette. L’us 1032 contient également quelques fragments d’une amphorette à engobe rouge et d’une assiette Drag. 18 en sigillée. Issue d’un atelier du groupe de La Graufesenque, cette dernière a été vraisemblablement produite au milieu ou dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère.

48À l’est, la première couche déposée dans la cour P4 après la construction des murs de clôture (us 2111) a révélé 38 tessons qui se répartissent au moins en 21 individus. Si la céramique résiduelle d’époque laténienne est présente, une assiette en terra nigra et un vase à parois fines de provenance indéterminée appartiennent au Ier siècle de notre ère. Les fragments de céramique commune claire, de cruches à engobe blanc et de conteneurs à engobe rouge relèvent du Haut-Empire, mais n’offrent pas d’information chronologique plus précise. L’unique élément déterminant consiste en un gobelet Lez. 331 orné à la barbotine (Bet Gras 1999) ; celui-ci suggère que la formation de cette couche est postérieure aux années 60-70 de notre ère.

49La fouille du premier sol de la cour P1 (us 2117) a permis de recueillir 170 tessons, soit 51 individus en N.M.I. Ce mobilier rassemble majoritairement des céramiques communes claires. Le répertoire typologique est illustré par des coupes Drag. 44, des marmites tripodes, des pots, des cruches, ainsi qu’une amphorette et un dolium. À ces productions sont associés des amphores, des cruches à engobe blanc, une amphorette à engobe rouge et un pichet à couverte micacée. La céramique à parois fines se compose de 5 gobelets Lez. 331, décorés à la barbotine ou par guillochage. La sigillée représente 7 % du nombre total de restes (17 % en N. M. I.). Hormis deux fragments du groupe de La Graufesenque, tous les tessons relèvent des ateliers du Centre. Si quelques-uns appartiennent à la période Vespasien-Trajan, la plupart semblent se rattacher au deuxième quart ou au milieu du IIe siècle. Pour l’heure, ces éléments apparaissent donc comme les vestiges les plus récents de l’us 2117.

Phase 2 (fig. 22)

50On place au cours de cette seconde phase la construction, dans la partie ouest du site, d’un vaste bâtiment se développant largement au-delà de la limite sud du décapage (P7-P8). À l’exception du remblaiement de la cave P11-P12, les constructions antérieures ne paraissent pas avoir subi de modifications au cours de cette phase.

Le bâtiment P7-P8 (fig. 24)

51Malgré la disparition de certaines liaisons de maçonneries, l’aspect très homogène des murs M2001, M2002, M2004 et M2006 permet de les rattacher à un même bâtiment divisé en (au moins) deux grands espaces juxtaposés (P7 et P8). On peut noter que l’élévation du mur nord (M2006), qui forme une section du mur de clôture de la villa, est plus large que celle des autres murs : 0,70 m contre 0,55 m environ. L’espace P8 occupe un rectangle de 19,80 m x 8,80 m couvrant une superficie de 167 m2 environ. L’espace P7, qui lui est juxtaposé au sud, occupe la même largeur et se développe en dehors de l’emprise, mais on ne peut exclure, en raison des perturbations qui ont détruit une section importante du mur M2001, l’existence d’un mur de refend nord-sud. La présence, dans ce secteur, d’une communication entre les deux espaces ne peut être évoquée qu’à titre d’hypothèse.

52Sur l’aménagement du sol et l’occupation des espaces P7 et P8 au cours de cette phase, nous ne savons presque rien. Le sondage 5, ouvert dans P7 (fig. 34), a révélé, sous les niveaux du Bas-Empire (us 2064, 2031), une couche d’occupation cendreuse et stérile (us 2030, 2063) qui recouvre directement les colluvions antérieures au bâtiment recelant des vestiges protohistoriques (us 2029).

34 - Pourliat, pièce P7 : coupe nord-sud du Sd. 5.

La cave P11-P12 (fig. 40)

53Pour des motifs que nous ignorons, la cave P11-P12 est remblayée durant cette phase, d’abord à l’aide d’une couche essentiellement composée de blocs, parmi lesquels figurent des éléments de très grande taille et quelques beaux moellons marno-calcaires (semblables à ceux utilisés par exemple pour le piédroit ouest de la porte de la cave), puis avec un remblai contenant notamment de nombreux fragments d’enduits peints (cf. chapitre 4.1). Une fondation est-ouest (M1014), construite dans ce remblai qui recouvre le sol de la cave sur 1 m d’épaisseur, divise en deux moitiés inégales la surface initiale de la pièce : elle pourrait aussi dater de cette phase (fig. 40).

Autres aménagements

54Si les autres constructions ne paraissent pas avoir subi de modifications au cours de cette phase, un certain nombre de couches se rapporte à cette période. C’est le cas du comblement du puits localisé près de l’angle nord-est de la villa (F2125), dont l’étude montre qu’il a été entièrement remblayé dans un laps de temps très rapide, de même que le drain F2121, localisé à quelques mètres au sud. Dans le même temps, des recharges ont été apportées sur le sol de la cour P1-P4.

55Par ailleurs, l’existence, parmi l’ensemble de tombes de nourrissons regroupées au-delà du mur de clôture nord de la villa, d’une sépulture antique datée postérieurement au milieu du IIe siècle (SP 10), prouve que l’aire funéraire est encore en usage au cours de la phase 2, et permet de supposer que d’autres tombes dépourvues de mobilier appartenant à ce groupe pourraient aussi dater de cette période.

La datation de la phase 2

56L’édification du bâtiment P7-P8, dont tous les murs sont chaînés, peut être datée au plus tôt des années 150-160 de notre ère grâce au mobilier recueilli dans la tranchée de construction du mur nord M2006 (cf. supra).

57C’est aussi après cette date qu’intervient le remblaiement de la cave P11-P12 à l’ouest, du puits 2125 et du drain F2121 à l’est, et que des recharges de sol sont déposées dans différents secteurs des cours.

58L’ensemble céramique découvert dans le comblement principal de la cave P11-P12 (us 1030 et 1028) comporte essentiellement des fragments de conteneurs à engobe rouge et de formes hautes en céramique commune claire. Les formes basses, telles que les marmites tripodes, paraissent assez rares. Ce lot réunit aussi quelques tessons d’amphores, parmi lesquelles on distingue des productions gauloises et une amphore de Bétique Dr. 20. Tous ces vestiges sont attribuables à la période du Haut-Empire. La céramique sigillée offre toutefois quelques précisions sur le plan chronologique : une coupe Drag. 37 du groupe de Lezoux et un mortier du groupe de Vichy ont sans doute été produits entre les années 140-150 et 220-230 ap. J.-C. Quant à la couche supérieure du comblement (us 1020), elle contient un fragment de mortier Lez. 100 (Drag. 45) en céramique sigillée qui fournit un terminus post quem vers la fin du IIe siècle ou la première moitié du IIIe siècle.

  • 8 Le tri du mobilier n’a pas été réalisé simultanément sur l’ensemble des couches de remblai, mais a (...)
  • 9 Respectivement 76 et 38 tessons, soit 10,68 % et 15,18 % en N. R. (25,77 % et 24,94 % en poids).

59La céramique recueillie dans le comblement du puits (us 2126, 2127, 2128, 2129 et 2163) est très homogène d’un niveau à l’autre (fig. 33). Au demeurant, de nombreux recollages s’opèrent entre les vestiges des différentes couches. Il semble donc que cette structure ait été remblayée très rapidement. Elle a livré 652 tessons, soit au moins 83 individus, pour un poids total d’environ 20 kilos8 (tabl. I). La céramique commune claire, dont le pourcentage dépasse 63 % en N. R. et 40 % en N.M.I., est de loin la catégorie la plus riche (fig. 35). Bien que les fragments de marmites tripodes, de mortiers et de coupes dérivées du Drag. 44 soient assez fréquents (fig. 36), cet ensemble est largement dominé par les cruches, les pichets et les pots (fig. 38 et 39). Les amphores d’importation et les amphorettes à engobe rouge (fig. 39) comptent également une grande quantité de vestiges9. À l’inverse, les cruches à engobe blanc ne représentent que 6 % en N.R. et en N.M.I. Quant à la céramique sigillée, elle se situe dans des valeurs très basses en N.R. et en poids (2 à 3 %), mais atteint plus de 16 % en N.M.I. Cependant, ce dernier chiffre est probablement surévalué, dans la mesure où la méthode de comptage en N.M.I. privilégie naturellement les catégories offrant de nombreux critères techno-typologiques pour l’individualisation des restes. Bien que la sigillée se compose essentiellement de productions régionales du IIe siècle, quelques tessons de céramique résiduelle de La Graufesenque sont à signaler. La découverte de deux tessons de gobelet Lez. 102 (fig. 37, n° 5) et d’un fragment de céramique métallescente incite à placer le comblement du puits vers l’extrême fin du IIe siècle, voire plutôt le courant du siècle suivant. En revanche, la rareté des céramiques communes cuites en mode B suggère une datation antérieure à la seconde moitié du IIIe siècle.

Tableau I : mobilier céramique du puits F2125.

60Dans la cour P1, le comblement du fossé 2121 (us 2122) a livré un ensemble céramique très similaire à celui du premier sol de la cour (us 2117). Plusieurs recollages entre des tessons provenant des us 2122 et 2117 ont été mis en évidence. Parmi les productions sigillées figurent deux fragments de coupes Drag. 37, dont la datation est ancrée dans la seconde moitié du IIe ou le premier quart du IIIe siècle. La recharge 2104, qui scelle le fossé et son comblement, se caractérise par un mobilier très abondant. Plus de 7 kilos de céramique ont été récupérés, soit 715 tessons pour 143 individus en N.M.I. La céramique commune claire représente à elle seule 52 % de l’assemblage en N.R., et près de 36 % en N.M.I. Les formes les plus répandues sont les marmites tripodes, les pots et, dans une moindre mesure, les cruches. Bien qu’elle atteigne 19 % en N.R., la céramique grossière à engobe rouge ne dépasse pas 2 % en N.M.I. Cette catégorie, qui regroupe généralement des amphorettes et plus rarement des dolia, fait ici apparaître un exemplaire de marmite tripode. De fait, la production concomitante de récipients à cuire et de vases de stockage à engobe rouge ne doit pas nous surprendre : ce phénomène est également attesté aux IIe et IIIe siècles de notre ère dans les ateliers du bassin moyen de la Loire (Jouquand et al. 1999 : 80, fig. 61, n° 85-88). L’us 2104 contient aussi un nombre appréciable d’amphores et de céramiques à couverte micacée. Les céramiques métallescentes, les cruches à engobe blanc et les céramiques communes grises occupent en revanche une place négligeable au sein du lot. Si la sigillée s’élève à plus de 40 % en N.M.I., ce chiffre ne reflète sans doute pas la réalité (cf. supra). Toutefois, il semble bien que cette vaisselle de table soit en forte augmentation, puisqu’elle parvient à hauteur de 13 % en N.R. D’un point de vue chronologique, plusieurs fragments de gobelets Lez. 102 (Déch. 72) et de mortiers Lez. 100 (Drag. 45) sont probablement attribuables à la première moitié du IIIe siècle. Quelques tessons de coupes Drag. 37 décorées dans le style de Banuus et Caletus (identifiés par R. Delage) se situent dans la même fourchette de datation. Un fragment de bol date de la fin du IIIe ou du IVe siècle mais il s’agit d’un élément isolé dont l’origine peut être intrusive.

35-36 - Puits F2125, répartition du mobilier céramique par catégories de production et par formes.

37 - Mobilier céramique du puits F2125 : 1-5 : sigillée du groupe de Lezoux (1-2 : coupes Drag. 37 ; 3 : bol Lez. 193 ( ?) ; 5 : gobelet Lez. 102) ; 6-7 : céramique à parois fines de Gaule centrale (gobelets Lez. 331) ; 8-11 : céramique commune claire (8-9 : coupes 2-4101 ; 10-11 : marmites tripodes 2-6102).

61La recharge de sol 2093 a fourni un assemblage plus limité, constitué de 253 tessons, soit 67 individus en N.M.I. Par rapport au mobilier précédent, le faciès céramique évolue peu. On y reconnaît les mêmes catégories de production et les mêmes formes. De plus, les pourcentages des céramiques communes claires et des sigillées restent parfaitement stables, tant en N.R. qu’en N.M.I. La plupart des tessons de ce lot correspondent donc à des productions du Haut-Empire. Néanmoins, un fragment de céramique grise polie pourrait dater du IVe siècle. De façon identique, la céramique sigillée comprend quelques vestiges de coupes Drag. 37 et Lez. 220 du Bas-Empire (Bet, Wittmann 1995).

38 - Mobilier céramique du puits F2125 : 12-21 : céramique commune claire (12-13 : pots 4-601 ; 14-17 : formes hautes ; 18 : pichet 5-4101 ; 19-21 : pichets).

39 - Mobilier céramique du puits F2125 : 22-25 : céramique commune claire (22 : cruche 5-401 ( ?) avec le nom Verec(un)d(us) gravé après cuisson ; 23-25 : cruches) ; 26-28 : céramique à engobe rouge (26 : amphorette 5-8101 ; 27-28 : amphorettes).

62Dans la cour P4, le mobilier de la couche 2106, déposée au-dessus du premier sol, réunit 90 tessons pour un minimum de 38 individus. On y découvre un tesson de coupe de type Drag. 44 en céramique commune claire, ainsi que des fragments de sigillée de la première, voire peut-être de la seconde moitié du IIe siècle. Le remplissage du trou de poteau F2109 (us 2110) a livré seulement deux tessons : l’un est issu d’un Drag. 37 en sigillée de la phase 7 de Lezoux (soit les années 150-160 à 220-230 de notre ère), l’autre est un fragment de coupe en céramique grise polie qui pourrait éventuellement dater du IIIe siècle.

40 - Pourliat, vue de la “pièce” P12 (aménagée après comblement de la cave P11-P12), vers l’est.

63Enfin, selon toute vraisemblance, le remblai 1026 de la cour P9 a été aménagé à la même période. Le faciès céramique de cette couche offre en effet de nombreuses comparaisons avec celui du puits. Une fois encore, des tessons de sigillée de la phase 7 provenant de gobelets Lez. 102 (Déch. 72) et de mortiers Lez. 100 (Drag. 45) constituent les marqueurs chronologiques les plus récents.

Phase 3 (fig. 22)

64C’est au cours cette ultime phase d’occupation antique du site que la grande cour P9-P14-P15 est divisée par la construction d’un mur nord-sud (M1004), tandis que le bâtiment P13 est remanié et que l’on aménage sommairement deux drains à proximité de celui-ci (F1049 et F1080). Par ailleurs, à l’exception de la cave P11-P12 et du puits 2125, déjà remblayés antérieurement, l’ensemble des espaces circonscrits par le mur d’enceinte de la villa paraît encore occupé à cette période.

Le mur M1004 (fig. 23)

65Bâti en appui contre le mur d’enceinte nord, ce mur orienté nord-sud a été reconnu sur une longueur de 9,10 m et se prolonge au sud de l’emprise de la fouille. Il se distingue, tant en fondation qu’en élévation, par l’emploi d’un mortier sableux jaune pulvérulent. Cette structure semble avoir comme unique fonction de diviser la grande cour antérieure P9-P14-P15 en deux espaces distincts : P9 à l’est, qui présente une largeur de 18 m dans le sens est-ouest, et P14-P15 à l’ouest dont la largeur excède 28 m (limite ouest inconnue). Toutefois, aucune nouvelle construction en dur ne paraît avoir été élevée dans le périmètre de P9, même si les perturbations intervenues plus tard dans ce secteur laissent persister quelque incertitude. Quant au bâtiment P10, il semble avoir subi quelques réparations si l’on en juge par la reprise de l’extrémité est de son mur de façade nord, à l’aide d’un mortier jaune caractéristique des structures de la phase 3. Par ailleurs, le sol de mortier aménagé contre ce bâtiment est alors partiellement détruit par une fosse.

66Cette nouvelle division de l’espace indique clairement que l’ensemble architectural homogène formé par les bâtiments P10-P11-P12, P13 et P16 n’existe plus en tant que tel au cours de cette troisième phase, ce que confirment les modifications importantes apportées au bâtiment P13.

Le bâtiment P13 (fig. 23)

67Il est profondément transformé par la construction de deux murs parallèles orientés nord-sud venant fermer, à l’est et à l’ouest, la partie centrale de l’espace allongé que délimitaient les anciens murs M1002 et M1003, les extrémités est et ouest de ceux-ci étant partiellement récupérées, notamment pour permettre le passage d’un drain (F1080). L’extrémité septentrionale des deux nouveaux murs (M1031 et M1050) est ainsi greffée sur l’ancien mur nord M1002, avec lequel ils forment les façades nord, est et ouest d’un nouveau bâtiment se développant vers le sud, en dehors de l’emprise. Il semble toutefois que la partie orientale du mur sud M1003 ait été conservée dans le cadre de ce nouvel agencement, pour constituer une division interne, peut-être un couloir d’accès au bâtiment. Les deux murs sont maçonnés, comme le mur M1004, avec du mortier sableux jaune pulvérulent. Le sol du nouveau bâtiment P13, fortement bouleversé, notamment par l’installation de deux sépultures médiévales, est constitué d’une couche limoneuse régulière (us 1060) qui a livré des céramiques attribuables au IVe siècle.

Les drains F1049 et F1080 (fig. 23 et 41)

68Deux structures linéaires perpendiculaires, identifiables à des drains, ont été aménagées au cours de la phase 3, à peu près parallèlement aux façades nord et ouest du nouveau bâtiment P13. Bien qu’on n’ait pu les dégager entièrement, on peut supposer qu’elles étaient reliées entre elles. Elles sont formées d’une tranchée d’une trentaine de centimètres de profondeur, dont la largeur moyenne est de 0,60 m pour le drain F1049 et de 0,80 m pour le drain F1080. Cette tranchée a été tapissée de fragments de tegulae disposés obliquement contre les parois de manière à obtenir un conduit à profil en V irrégulier. Le fond du drain 1080 est situé plus bas que celui du drain 1049 qui est marqué d’une pente ouest-est. Ainsi, si l’on admet l’hypothèse que ces deux éléments appartiennent à une même conduite, son sens d’écoulement est sud-nord puis ouest-est, ce qui est conforme au pendage naturel du terrain, mais l’exutoire de cette conduite demeure inconnu.

41 - Pourliat, détail du drain F1049, vers le sud.

Autres vestiges de la phase 3 et abandon

69Les dernières couches d’occupation et les niveaux d’abandon de l’ensemble des cours et des bâtiments dégagés à Pourliat ont livré des vestiges des IVe/Ve siècles. Aucune structure ni aucun témoin d’une activité particulière autre que domestique ne leur sont associés, à l’exception d’un dépôt d’objets en fer retrouvé dans l’espace P12.

70Les derniers sols des pièces P10, P13 et P7 sont des sols de terre caractérisés par une assez forte concentration de cendres qui pourrait traduire la proximité de foyers (fig. 42).

42 - Pourliat, pièce P7 (Sd. 5) : détail du sol 2064, vers l’est.

71Dans plusieurs pièces (P7, P13), on a pu observer que les niveaux de sols des IVe/Ve siècles reposaient directement sur les colluvions anciennes recelant des tessons protohistoriques, témoignant d’un curage en profondeur. Par ailleurs, plusieurs contextes datés de la même période ont été mis en évidence dans les espaces de cours, comme par exemple en P9, dans le remplissage supérieur de la fosse F1053, creusée contre la façade nord du bâtiment P16.

72Dans l’ancienne cave P11-P12, l’espace localisé au sud du mur M1014, sans doute construit dès la phase 2, est excavé et la surface du sol aplanie. Sur ce niveau régulier a été retrouvé un ensemble d’objets en fer (fig. 98), parmi lesquels figurent notamment des pentures de portes, qui paraissent résulter de la récupération d’objets disparates, stockés là dans le but d’une éventuelle réutilisation (cf. p. 139 pour l’étude détaillée de ce lot).

73La découverte de deux sépultures datées du Bas-Empire prouve que l’on a continué d’inhumer des nourrissons dans cette partie nord de l’établissement. Mais on remarque que si l’une d’entre elles s’insère parmi les tombes regroupées, depuis la période flavienne, au nord du mur de clôture (SP24), la seconde (SP13) est implantée dans l’angle nord-ouest de la cour P8, au sein même de l’espace habité.

Datation de la phase 3 et de l’abandon

74On ne dispose presque d’aucun élément pour dater les structures (murs et drains) de la phase 3. Seule la couche 1026 fournit, pour la construction du mur M1004, un terminus post quem correspondant à la fin du IIe siècle ou la première moitié du IIIe siècle (cf. supra). D’après les vestiges qui y furent recueillis, le comblement initial de la fosse 1053 (us 1041) est contemporain de cette phase. En effet, le lot céramique s’inscrit très probablement dans le deuxième ou le troisième quart du IIIe siècle, comme en témoigne la présence d’un bol Lez. 3 dont les détails techniques indiquent une datation postérieure aux années 220-230 de notre ère (fig. 45, n° 29). D’autres formes en céramique commune claire et à couverte micacée paraissent également caractéristiques du IIIe siècle (fig. 45, n° 30-31, et fig. 46, n° 39, 41). Bien que les productions cuites en mode B soient en légère augmentation par rapport aux ensembles de la phase précédente, la céramique commune claire demeure encore très nettement majoritaire (tabl. II et fig. 43 et 44). Dans cette catégorie, la part des formes hautes s’élève au moins à 64,7 % en N.R. et 55 % en N.M.I., tandis que les formes basses regroupent respectivement 29,5 % et 35 %. Il est à noter qu’un fond de vase fermé à moulures externes (fig. 46, n° 42) relève sans doute d’une importation campanienne, car sa pâte rouge brique comporte de nombreux cristaux de pyroxène.

Tableau II : mobilier céramique de la fosse F1053 : comblement inférieur (us 1041).

43 - Fosse F1053 (comblement inférieur) : répartition du mobilier céramique par catégories de production.

44 - Fosse F1053 (comblement inférieur) : répartition du mobilier céramique par formes.

45 - Mobilier céramique de la fosse F1053 (comblement inférieur) : 29 : sigillée du groupe de Lezoux (bol Lez. 3) ; 30 : céramique à couverte micacée (marmite tripode 2-6312) ; 31-36 : céramique commune claire (31 : coupe 2-4201 ; 32 : couvercle 6-320 ; 33-36 : marmites tripodes 2-6102).

75Le remplissage supérieur de la fosse (us 1025 et 1052) est en revanche plus tardif. Il révèle, par exemple, une assiette en D.S.P. oxydante languedocienne du type Rigoir 8, dont la fabrication n’est pas antérieure au Ve siècle (fig. 47, n° 44). On observe, de même, un col de cruche à deux anses en céramique peinte, qui remonte au IVe ou Ve siècle (fig. 47, n° 45). Les céramiques communes claires sont toujours plus abondantes que les productions grises (tabl. III), mais ce phénomène résulte avant tout d’un fort taux de mobilier résiduel parmi les vestiges cuits en mode A. L’assemblage contient d’ailleurs une forte proportion de tessons remaniés, au nombre desquels figurent notamment tous les fragments de sigillées, de gobelets à parois fines, de cruches à engobe blanc, d’amphorette à engobe rouge et de terra nigra.

46 - Mobilier céramique de la fosse F1053 (comblement inférieur) ; 37-41 : céramique commune claire (37-40 : formes hautes, 41 : cruche 5-3501) ; 42 : céramique commune claire d’importation (forme haute) ; 43 : céramique commune grise (forme haute).

76Le mobilier issu des couches d’abandon de la villa se caractérise par une grande quantité de matériel résiduel. Il n’est pas rare d’y reconnaître des éléments du Ier siècle de notre ère, voire des tessons protohistoriques. Néanmoins, ces niveaux livrent parfois en abondance des sigillées de Lezoux attribuables au IVe siècle. Le répertoire des formes se compose d’assiettes Lez. 209 décorées à la barbotine, de bols Lez. 202 ou 203, de coupes Lez. 217, 221 et Drag. 37, de gobelets Lez. 216 et 226, ainsi que de mortiers Lez. 224 (Bet, Wittmann 1995). La sigillée d’Argonne, en revanche, est illustrée par un seul tesson. Dans ces niveaux, on constate aussi la présence de céramique grise polie, de céramique à engobe brossé ocre et de cruches peintes. Enfin, la céramique commune claire révèle quelquefois des coupes dérivées des types Drag. 44 et Walt. 81. Même si toutes ces productions sont attestées au IVe siècle, il convient de rappeler qu’elles ont pu perdurer au siècle suivant.

47 - Mobilier céramique de la fosse F1053 (comblement supérieur) : 44 : D. S. P. orangée (assiette Rigoir 8) ; 45 : céramique peinte tardive (cruche à deux anses) ; 46-48 : céramique commune grise polie (46-47 : formes hautes ; 48 forme basse) ; 49 : céramique commune claire (forme haute).

Tableau III : mobilier céramique de la fosse F1053 : comblement supérieur (us 1025 et 1052).

Les dépendances du secteur sud-est (les Foisses) (fig. 12 et 48)

77Le secteur dégagé aux Foisses sur une superficie de 450 m2 environ correspond à l’angle sud-est de la villa et à ses abords immédiats. L’enceinte abrite deux bâtiments et de vastes cours, ces dernières occupant, comme au nord-est, la plus grande partie de l’espace. La description que nous en livrons ici s’appuie sur le seul rapport de fouille (Loison 1994) puisque aucun retour à la documentation initiale n’a été effectué. Seule la chronologie du site proposée par l’auteur sera discutée au regard des données issues des autres opérations.

Le bâtiment P2

78Ce bâtiment est fermé au nord et à l’ouest par deux murs perpendiculaires qui délimitent, avec les murs de clôture de la villa, une pièce presque quadrangulaire de 35 m2 environ. Le mur ouest (M6) est chaîné au mur de clôture sud, tandis que des creusements post-antiques ont fait disparaître les liaisons existant entre les murs ouest et nord (M5), et entre ce dernier et le mur de clôture oriental (fig. 48). Contre la face interne du mur sud a été mis au jour un massif de fondation quadrangulaire, formé de blocs volcaniques liés au mortier : l’auteur de la fouille propose de l’interpréter comme le soubassement d’un pilier destiné, avec d’autres structures semblables qui auraient été détruites par les creusements post-antiques, à supporter un plancher. Le sol initial du bâtiment P2 n’a pas été conservé : comme dans plusieurs pièces du secteur nord-est, sa dernière couche d’occupation, datée du Bas-Empire, recouvre directement les niveaux antérieurs aux maçonneries.

48 - Plan de l’angle sud-est de la villa (Les Foisses) : positionnement graphique de la zone fouillée sur le système Lambert.

Le bâtiment P5

79On ne connaît que la partie sud-ouest de cette construction qui s’étend sur une dizaine de mètres d’est en ouest, et se développe au nord de la surface décapée. Les murs M18, M3 et M22 qui la délimitent à l’est, au sud et à l’ouest comportent une élévation parementée, l’élévation du mur M3 étant plus soignée que celle des autres murs. Un tronçon de mur nord-sud dégagé sur une longueur de 2 m, dans la partie nord, pourrait correspondre à une division interne du bâtiment ; toutefois la datation de ce mur n’est pas assurée. Seul le dernier niveau d’occupation de ce bâtiment, daté du IVe ou du début du Ve siècle, a pu être dégagé. C’est un sol de terre sur lequel « s’est accumulée une épaisse couche de cendres blanches à rougeâtres », qui pourrait être liée à « des activités de forge, ce que semble confirmer la découverte d’une loupe de forge rejetée sur le sol dans la partie ouest » (Loison 1994).

Les cours P3, P4 et P6

80Les bâtiments P2 et P5 sont séparés par un espace linéaire de 2 m de largeur donnant accès au nord et à l’ouest à des cours (P4, P3, P6). D’après un témoin conservé à l’ouest, l’espace P4 était peut-être dallé. À l’ouest du bâtiment 2, un mur nord-sud de 0,45 m de largeur en élévation (M16), appuyé au mur d’enceinte sud de la villa, délimite deux grandes cours. La cour P3 mesure 14,50 m x 8 m (116 m2) au minimum, car elle se prolongeait peut-être au-delà de la façade sud du bâtiment 5, dans sa partie ouest. Elle comporte un sol de terre. La cour P6 s’étend, à l’ouest du mur M16, sur une longueur de 22,50 m, jusqu’à un mur pérennisé par une limite cadastrale actuelle. Au nord, elle est fermée par un mur implanté à 7 m du mur de clôture, ce qui permet d’estimer sa superficie à 157 m2 minimum, car, ce mur n’ayant été reconnu que dans la partie est, il est possible que la cour se prolonge, à l’ouest, au-delà de celui-ci. Le sol est constitué d’un empierrement d’éléments hétérogènes. Aucun aménagement, ni aucun indice d’activités particulières n’a été décelé dans ces différentes cours.

La datation des structures

81La chronologie proposée par G. Loison est la suivante. L’ensemble des constructions (murs d’enceinte et autres maçonneries) est bâti dans le courant de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère, à l’exception du mur parallèle au mur d’enceinte oriental (M2) qui est construit plus tardivement. « Après une période de prospérité, la villa semble péricliter probablement dès le début du IIIe siècle de notre ère Les bâtiments en partie dégradés subissent une désaffection certaine, qui pourrait correspondre à une phase d’abandon, ou tout au moins à une re-concentration des activités à l’intérieur du domaine. Une reprise d’activité sur ce secteur est manifeste, probablement vers la fin du IIIe siècle ou le début du IVe siècle au regard des quelques monnaies découvertes. Aucune reconstruction n’est observée, mais les bâtiments réutilisés servent aux activités d’une forge. Elles se poursuivront vraisemblablement jusqu’à la fin du IVe siècle ou le début du Ve siècle, période (…) qui voit la destruction définitive de ces locaux. La présence, sous une couche de démolition, d’une coupelle à marli décorée d’une rosette (D. S. P.) en confirme la datation » (Loison 1994 : 45).

82La confrontation de ces datations avec celles qui ont été obtenues dans les autres secteurs de la villa appelle quelques remarques. La datation des premières constructions en dur (enceinte et bâtiments) au plus tôt à partir du milieu du Ier siècle de notre ère et celle de l’abandon de la villa vers la fin du IVe siècle ou le début du Ve siècle concordent avec les datations obtenues pour le secteur nord-est de la villa (Pourliat) et la zone résidentielle (Champ Madame). En revanche, la phase d’abandon du site des Foisses au cours du IIIe siècle paraît surprenante en regard de ce qui a été observé dans ces deux secteurs, où l’examen global de la céramique ne fait apparaître aucun hiatus au sein de toute la période gallo-romaine. Si l’on ne peut exclure entièrement que le secteur sud-est de la villa ait connu une évolution chronologique différente, l’hypothèse d’un abandon d’un siècle, suivi d’une phase de réoccupation, sans aucune reconstruction du bâti antérieur, paraît fragile. Cette analyse pourrait résulter d’une mauvaise attribution chronologique des productions céramiques du IIIe siècle, qui sont mieux connues régionalement depuis quelques années. L’inventaire partiel de la céramique fourni dans le rapport de fouille indique d’ailleurs la présence de productions en usage au IIIe siècle (Loison 1994 : 48-56).

Les dépendances du secteur de Champ Madame (fig. 50)

83Un sondage mécanique (Sd. 24) ouvert à une dizaine de mètres au sud du bâtiment résidentiel a permis de dégager plusieurs maçonneries qui, de toute évidence, n’appartiennent pas à ce bâtiment mais plutôt à des constructions « annexes » : deux murs chaînés (M1131-1133 et M1159), reconnus chacun sur une longueur de 5 m, formant l’angle sud-ouest d’un enclos. Ces murs présentent un aspect et une orientation identiques à ceux des autres structures. Dans la partie centrale du mur ouest s’insère un puits de 1 m de diamètre environ (M1128), dont la construction semble synchrone. L’étude des coupes stratigraphiques montre que les sols liés à ces maçonneries n’ont pas été préservés : le terrain localisé de part et d’autre du mur ouest a été profondément remanié, ne laissant apparaître qu’une épaisse couche recelant de nombreux matériaux de construction antiques, intercalée entre les colluvions anciennes et la terre végétale.

Le bâtiment résidentiel (Champ Madame) (fig. 49-53)

84Le bâtiment résidentiel est implanté dans la moitié occidentale de l’enclos de la villa (fig. 12). Il se développe au nord au-delà des limites du décapage imposées par le projet d’aménagement. Tel qu’il apparaît dans son dernier état, le bâtiment résidentiel s’étend sur une longueur variant de 50 à 60 m d’est en ouest (en raison des décrochements de sa façade occidentale), et sur plus de 54 m du nord au sud, sa façade nord demeurant inconnue. On peut donc estimer qu’il couvrait une superficie minimum de 3200 m2.

85Le plan de cet édifice comporte plusieurs corps de bâtiments organisés autour d’une cour rectangulaire et, vraisemblablement, d’une seconde cour ou d’un jardin bordé (e) par un portique. Le corps de bâtiment nord-ouest renferme un ensemble de pièces pourvues de sols de béton qui permet de l’identifier comme le corps de logis principal, tandis que la partie sud du corps de bâtiment oriental abrite un secteur balnéaire.

86Cet édifice est l’aboutissement d’une série de campagnes de construction dont il est difficile de restituer précisément la chronologie en raison des perturbations qui ont fait disparaître, en de nombreux points, les liaisons stratigraphiques, ainsi que de la pauvreté du mobilier. Notre présentation a donc pris le parti, dans un premier temps, de retracer séparément l’évolution des corps de bâtiment nord et ouest d’une part et celle des corps de bâtiment sud et est d’autre part en utilisant le terme de “phases”, avant de proposer dans un second temps un schéma général d’évolution de l’ensemble du bâtiment, distinguant quatre principaux « états » de construction : seuls ces derniers sont illustrés par des plans.

49 - Vue aérienne du bâtiment résidentiel, vers le sud-est.

87Précisons que la désignation des différents corps de bâtiment (nord, ouest, sud et est) s’entend par référence aux constructions qui ont été dégagées, sans préjuger de l’existence éventuelle d’autres corps de bâtiment, au nord de la zone fouillée.

Les corps de bâtiments nord et ouest

Phase 1

88Plusieurs maçonneries dégagées dans l’angle nord-ouest du bâtiment résidentiel témoignent d’une première phase de construction dont le plan demeure très lacunaire (cf. fig. 53 : état 1). Une partie de ces murs a été conservée et englobée dans le bâtiment de la phase 2 alors que d’autres ont été partiellement ou entièrement récupérés avant d’être recouverts par les sols de ce bâtiment. Les liaisons entre certains murs ont disparu, toutefois leurs caractéristiques communes (matériaux et mode de construction, altitudes des ressauts de fondation) permettent de les rattacher à cette première phase de construction.

50 - Plan général du bâtiment résidentiel (Champ Madame).

51 - Champ Madame, localisation des profils synthétiques A-A, B-B, C-C et D-D.

Un corps de bâtiment orienté nord-sud

89Deux murs nord-sud (M2066 et M2116) et un mur est-ouest (M2111, chaîné à M2066) délimitent une pièce (P23) de 9 m de largeur (fig. 50, 53). La relation M2116-M2111 a disparu mais l’aspect identique de ces maçonneries suggère qu’elles étaient liées. Seules leurs fondations sont conservées. Un sondage ouvert à l’extrémité nord de M2066 (Sd. 8) a montré que ce mur était lié, en profondeur, à une fondation est-ouest, recouverte par le mur plus tardif M2018. La pièce P23 ainsi délimitée correspond donc, durant cette première phase, à un espace carré de 9 m de côté (81 m2). On peut observer qu’une tranchée de récupération de mur (M2070), recouverte par le sol ultérieur de la pièce P7, prolonge le mur M2116 vers le nord. Bien que la continuité entre les deux structures n’ait pu être vérifiée, on peut ainsi supposer que la façade orientale du corps de bâtiment abritant la pièce P23 s’étendait vers le nord, au-delà de la limite de la fouille. Le prolongement du mur de façade occidental (M2066) vers le nord reste en revanche hypothétique.

90Les Sd. 40 et 50 ouverts dans la pièce P23, ainsi que le Sd. 42 ouvert dans l’espace localisé au nord de cette pièce, n’ont livré aucune trace de sol construit ou de couche d’occupation liés à cette première phase.

Un portique bordant un espace ouvert ?

91Au nord, la liaison entre le mur de façade oriental de ce bâtiment (M2116) et le long mur est-ouest M2040 n’existe plus, mais on est toutefois certain que ce dernier mur a été construit antérieurement aux maçonneries de la phase 2 qui s’appuient contre lui, ce qui permet de supposer que les deux murs sont contemporains.

92Le mur M2040 est partiellement conservé sur une longueur de 25 m et matérialisé, à l’est, par sa seule tranchée de récupération (fig. 50, 54). Son élévation, ponctuellement conservée sur trois assises, comporte sur ses deux faces un enduit non peint de couleur beige, de 3 à 4 cm d’épaisseur. Seul l’enduit de la face méridionale du mur, qui s’appuie sur son ressaut de fondation, peut être daté de la phase 1 ; l’enduit de la face nord a été posé postérieurement. À l’ouest, le mur M2040 est chaîné à un tronçon de mur nord-sud (M2120) dont seule la fondation est conservée, deux blocs volumineux étant disposés à la liaison des deux murs. Ce mur délimite, avec le mur M2040 et le mur de façade est du bâtiment, une petite pièce quadrangulaire de 3,10 m de côté environ (P7), accolée au nord de la pièce P23.

52 - Champ Madame, profils synthétiques A-A, B-B et C-C.

53 - Plans chronologiques du bâtiment résidentiel (Champ Madame).

93L’espace situé au nord du mur M2040, qui ne comporte aucun mur de refend, est fermé par un mur parallèle, arraché dans sa partie est et qui se prolonge, à l’ouest, à l’extérieur de la fouille (M2038). Bien qu’on ne puisse l’affirmer, il est possible que ce mur ait été construit dès cette première phase car son ressaut de fondation est situé sensiblement au même niveau que celui de M2040. Dans cette hypothèse, on peut considérer que ces deux structures délimitaient un portique de 3 m de largeur environ, bordant un espace ouvert se développant vers le nord. Dans tous les cas, le mur M2040 apparaît dès cette première phase de construction comme un élément important de la structure du bâtiment résidentiel, qui perdurera dans les phases suivantes.

54 - Champ Madame, plan détaillé du corps de bâtiment nord-ouest.

55 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe ouest-est des Sd. 1 et 2.

94Les sondages pratiqués de part et d’autre du mur M2040 (Sd. 4, 27, 45) n’ont permis de retrouver aucune trace de sol construit ni de couche d’occupation attribuables à cette première phase (fig. 56). Ces niveaux ont probablement été détruits par les aménagements postérieurs.

56 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe sud-nord dans la galerie P13 (Sd. 4).

95Aucune autre maçonnerie dégagée par la fouille ne peut être rattachée à cette phase de construction initiale, ce qui tendrait à suggérer que le premier édifice résidentiel était confiné dans la partie nord-ouest du terrain et se développait probablement au nord de la zone décapée. Rien n’exclut cependant que les travaux d’aménagement ultérieurs aient fait disparaître les vestiges de murs plus anciens.

Datation de la phase 1

96Aucun élément ne permet de dater ce premier état du bâtiment résidentiel. Les sols bruns dans lesquels sont fondées les maçonneries n’ont pas livré de mobilier archéologique. La céramique retirée des mêmes couches, dans d’autres secteurs proches, appartient pour l’essentiel au Ier siècle de notre ère, mais comporte aussi quelques éléments du IIe siècle. On ne peut cependant prendre en compte ces éléments pour dater le premier bâtiment, car ces niveaux ont vraisemblablement été remaniés par les travaux effectués postérieurement.

Phase 2

97Malgré certaines incertitudes, la configuration des corps de bâtiments nord et ouest, au cours de cette seconde phase, peut être restituée assez précisément grâce au chaînage des murs ou à l’homogénéité des matériaux et des techniques employés dans la construction des murs et des sols (cf. fig. 53 : état 2). L’ancien corps de bâtiment ouest, dont une partie des maçonneries est conservée, est agrandi vers le sud pour former un long bloc rectangulaire divisé en trois grandes salles, relié au nord à un corps de bâtiment dont la façade occidentale est fortement décalée vers l’ouest. Ce bâtiment, dont l’extension vers le nord est attestée par les murs dégagés dans le Sd 23, s’ouvre à l’est sur un portique bordant sur trois côtés au moins une cour ou un jardin. La construction d’une grande salle carrée (P12) contre l’aile sud de la galerie est rattachée à ce deuxième état en raison de l’aspect très proche de ses maçonneries.

Le corps de bâtiment ouest

98Le corps de bâtiment ouest a beaucoup souffert de l’occupation et des récupérations médiévales. Malgré de nombreuses lacunes, l’analyse des murs, qui ne sont pas tous chaînés, indique que ce bâtiment n’a pas été construit d’un bloc mais aucun élément ne permet de restituer précisément la chronologie des constructions. La logique du plan et l’homogénéité des matériaux utilisés nous incitent toutefois à les regrouper dans cette seconde phase.

99Au nord, le mur de façade oriental de l’ancien bâtiment (M2116) est arasé et remplacé par un mur construit en appui, au nord, contre le mur M2040 (M2035-M2093), ce qui conduit à repousser de 1,50 m environ vers l’est cette façade du nouveau corps de bâtiment. Ce mur est chaîné au mur M2001, qui désormais constitue la façade méridionale du corps de bâtiment nord et ferme au nord la pièce P23 dont les limites sud et ouest demeurent inchangées. Dans cette nouvelle configuration, la pièce P23, de plan rectangulaire, mesure 10,60 m x 7,40 m (78,5 m2 environ).

100Au sud, on édifie, à une distance de 8,20 m de la salle P23, un bâtiment parfaitement carré de 11,80 m de côté, d’une superficie interne de 104 m2 (pièce P25), dont les façades est et ouest sont alignées avec celles de la pièce P23. C’est une construction très homogène dont les quatre murs chaînés comportent des fondations importantes de 0,85 m de largeur. À l’intérieur de cette pièce, une couche résultant des remaniements de la période médiévale recouvre directement les colluvions anciennes qui ont par ailleurs été entaillées par le creusement d’une tombe et d’une fosse médiévales.

101Les murs qui ferment l’espace rectangulaire localisé entre les salles P23 et P25 (P24), dont il ne subsiste que de courts tronçons (M2129 et M2278), paraissent appuyés contre les murs sud et nord de ces deux pièces, dont ils se différencient par leur mortier et leur largeur moins importante. La salle P24, d’une superficie de 85 m2 environ, abrite le seul aménagement qui ait été mis au jour dans le corps de bâtiment ouest. Il s’agit d’une grosse maçonnerie sub-rectangulaire de 2,40 m x 1,40 m de côté, construite en tranchée aveugle, dans l’angle nord-est (M2128), dont la fonction reste inexpliquée (fig. 50). La stratigraphie de cette salle est identique à celle de la pièce P25 : le sol a entièrement disparu (fig. 57). Elle a en outre été perturbée par le creusement de deux tombes médiévales et d’un grand pierrier moderne (cf. fig. 114).

57 - Champ Madame, corps de bâtiment ouest : coupe stratigraphique de la pièce P24 (Sd. 20).

102Dans cette configuration finale, le corps de bâtiment ouest occupe ainsi un vaste rectangle allongé de 335 m2, divisé en trois grandes salles juxtaposées dont on ne peut dire si elles communiquaient entre elles. Si leurs sols n’ont pas été conservés, l’absence de fragments de béton de sol dans les couches d’abandon permet de supposer qu’elles étaient seulement pourvues de sols de terre ou de cailloutis. Cette caractéristique associée au plan et aux dimensions importantes de ces pièces conduit à les interpréter plutôt comme des locaux à usage agricole.

Le secteur nord

103Sous l’appellation de secteur nord est englobé l’ensemble des espaces localisés au nord des corps de bâtiments est et ouest et de la cour P38 : il comprend donc le corps de bâtiment nord-ouest y compris les pièces dégagées au nord dans le Sd. 23, la cour (ou jardin) P40 bordée par un portique au nord-est, ainsi que les pièces accolées au sud de ce portique. Cet ensemble recouvre une superficie minimum de 1160 m2 (fig. 50, 54).

104Le secteur nord-est a subi d’importantes perturbations, qui ont fait disparaître toute la stratigraphie antique, tandis que les sols de terrazzo des pièces P2 à P12 ont été relativement bien conservés, sans doute en raison de leur extrême dureté. Les radiers de ces sols reposent directement sur les colluvions anciennes plus ou moins remaniées, ou plus rarement, sur un remblai de construction. Dans les secteurs perturbés, les niveaux résultant des spoliations médiévales recouvrent directement les colluvions antérieures au bâti.

Le portique P13 et la cour ou jardin P40

105L’hypothèse de l’existence d’un portique dans ce secteur, probablement dès l’état 1, est fondée sur un ensemble d’observations. Les murs M2038 et M2040 délimitent un espace allongé de 2,80 m de largeur (P13) comportant un sol de terrazzo semblable à celui des autres salles (fig. 54, 55, 56). Le sol n’est conservé que sur une longueur de 7 m environ ; toutefois les portions des murs M2040 et M2038 localisées plus à l’est ne comportent aucune trace d’arrachage de murs de refend, suggérant que cet espace se prolongeait vers l’est sur une distance d’au moins 22 m. Vers l’ouest, M2038 disparaît en limite de la fouille à une distance de 3 m du mur nord-sud M2070 ; on peut donc supposer qu’il était lié à un mur de retour vers le nord, implanté à 2,80 m de M2070. Par ailleurs à l’est, une tranchée de récupération d’un mur nord-sud (M2143) a été reconnue à une distance de 2,70 m environ du mur de façade oriental du bâtiment, tranchée qui disparaît à quelques mètres du mur M2040. De telles données permettent d’avancer l’hypothèse d’un portique de 2,80 m de largeur enveloppant sur trois côtés au moins une cour ou un jardin s’étendant, d’est en ouest, sur une longueur de 33 m environ (110 pieds romains).

106Le sondage mécanique ouvert dans l’espace occupé par cette cour ou ce jardin supposés (Sd. 5) n’a pas permis de reconnaître de niveau de sol. Il a révélé des couches hétérogènes contenant de nombreux blocs et matériaux de construction antiques, qui résultent des perturbations postérieures à l’abandon de la villa.

Le corps de bâtiment nord-ouest (fig. 54)

107Le corps de bâtiment nord-ouest se développe largement au-delà de la limite nord de la fouille, si l’on considère que les structures mises au jour dans le Sd. 23 appartiennent à la même construction, ce que suppose l’alignement de deux murs (fig. 50). Tous les murs constituant les façades et les divisions internes de ce corps de bâtiment sont chaînés et s’appuient sur les anciens murs M2040 et M2120, qui sont au moins partiellement conservés et englobés dans la nouvelle construction (cf. fig. 53 : état 2).

108La façade occidentale (M2002) forme un décrochement important par rapport à la façade du corps de bâtiment ouest (8,50 m). On ne retrouve pas son prolongement dans le Sd. 23, ouvert à une dizaine de mètres au nord, qui a en revanche révélé un mur nord-sud décalé de 2 m vers l’ouest (M2117), traduisant un léger décrochement de la façade dans ce secteur. Sa façade orientale n’est pas rectiligne non plus : dans sa partie sud, elle prolonge jusqu’au mur M2040 la façade du corps de bâtiment ouest (M2035), bordant la cour P38 ; au nord de M2040, elle est constituée par un mur décalé de 1 m vers l’ouest, connu par sa seule tranchée de récupération (M2070).

109Le secteur du bâtiment nord-ouest localisé dans l’emprise du décapage couvre une superficie de 140 m2 environ, divisée en 9 pièces de formes et de dimensions très variables (P2 à P10), dont 6 sont pourvues de sols de terrazzo (fig. 54). Tous les sols conservés sont situés à un niveau sensiblement identique : 420,30 m (fig. 51, 52).

110Le long de la façade sud, deux pièces très étroites sont disposées en enfilade (P6 et P10, superficies respectives : 9,90 m2 et 7,20 m2). Elles sont prolongées à l’ouest par un espace de plan en « L » occupant l’angle sud-ouest du bâtiment (P2, superficie : 29 m2 minimum). Ces trois pièces paraissent constituer une sorte de couloir, accessible depuis la cour P38, permettant de desservir les pièces P7, P5, P4 et P3, situées à l’arrière. Une interruption dans le mur limitant les pièces P2 et P3 pourrait d’ailleurs correspondre à une baie (fig. 54, 58). La limite nord de cette dernière pièce très allongée n’est pas connue (P3, superficie : 8 m2 minimum). À l’arrière du « couloir » P6 (fig. 62) se développe une salle carrée (P5, superficie : 17,60 m2), communiquant avec une petite « alcôve » (P4, superficie : 6,80 m2) par une ouverture de 1,60 m de largeur (fig. 60). Le « couloir » P10 borde une pièce rectangulaire de même longueur (P7, superficie : 14,80 m2) (fig. 63). Au nord des pièces P5 et P7 se trouvent disposées deux autres salles s’engageant au-delà des limites de la fouille (P8 et P9). Il est vraisemblable que la pièce P9, et d’autres pièces localisées plus au nord, s’ouvraient à l’est, sur le portique bordant la cour ou le jardin nord.

58 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue d’ensemble des pièces P2 et P3, vers le sud.

111Les murs, généralement arasés au niveau des sols, se caractérisent par la présence, au niveau de la semelle, d’un lit de fragments de tuiles et de petits blocs posés à plat. Seuls les murs M2001 et M2002 ont conservé ponctuellement quelques assises en élévation : sur leurs deux faces, les joints ont été repris à l’aide d’un enduit sableux qui a été grossièrement lissé sur leur face interne uniquement, peut-être dans le but de recevoir un enduit peint. Le mur M2209, qui sépare les pièces P4 et P5, présente une particularité : une cavité carrée de 0,45 m de côté et de 0,20 m de profondeur a été ménagée dans le sol, contre l’extrémité sud du mur, vraisemblablement pour installer un pilier en bois assurant la fonction de piédroit de la baie (fig. 64).

112Les sols ont entièrement disparu dans les pièces P2 (fig. 55), P6 et P10, ils ont été largement récupérés dans la pièce P7 et relativement préservés dans les pièces P3, P4, P5, P8 et P9. Il s’agit de sols en terrazzo épais et compacts qui présentent certaines variantes. Ceux des pièces P3 et P5 (fig. 59, 61) sont constitués d’un radier de blocs volcaniques non taillés mêlés à de la pouzzolane, sur lequel a été coulée une chape de mortier blanchâtre contenant de grosses inclusions volcaniques grises, ainsi que des petits fragments d’amphores (de 1 à 3 cm de longueur) qui composent un décor de surface irrégulier. L’ensemble atteint une vingtaine de centimètres d’épaisseur. Le sol de la pièce P5 comporte une « incision » peu profonde de forme ovale, localisée dans l’axe de la cloison M2209, contre le négatif de pilier (fig. 60). La forme régulière de cette « incision » ainsi que sa position symétrique dans l’axe de la cloison suggèrent l’existence d’un décor incrusté dans le sol : une rangée de tesselles, par exemple. Les sols des pièces P4 (fig. 65) et P8 paraissent identiques aux précédents. Le sol de la pièce P7 comporte également, en surface, des incrustations de fragments d’amphores, mais aussi de fragments de tuiles. Dans la partie est, l’arrachement des couches supérieures de ce sol révèle un radier de blocs volcaniques, noyés dans du mortier jaunâtre. Le sol de la pièce P9 est composé de mortier blanc contenant seulement des inclusions de pouzzolane grise et rose. Quant aux pièces P2, P6 et P10, il est impossible de savoir si elles étaient ou non pourvues de sols de terrazzo.

59 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe ouest-est dans la pièce P3 (Sd. 44).

60 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue d’ensemble des pièces P4, P5 et P6, vers le sud.

61 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe nord-sud dans la pièce P5 (Sd. 42).

62 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe ouest-est dans la pièce P6 (Sd. 40).

113Même si les structures dégagées dans le cadre du Sd. 23, à une quinzaine de mètres de la limite nord du décapage, constituent de toute évidence le prolongement du corps de bâtiment nord-ouest, la relation stratigraphique entre les deux secteurs ne peut être établie ; c’est donc à titre hypothétique que l’on situe la construction de ces structures au cours de la phase 2. On peut remarquer que le mur nord-sud M2118 se trouve précisément dans le prolongement du mur M2003 (fig. 50), mais on doit noter qu’ils présentent un aspect différent. Le mur M2118 est chaîné, à l’est, à un mur est-ouest (M2119), qui est lui-même chaîné à un autre mur nord-sud (M2182). Les trois murs délimitent deux salles qui se prolongent au-delà du sondage (P34 et P35). Dans la pièce P34, des vestiges d’un sol « en dur » ont été conservés sous la forme d’un radier de blocs mêlés à de la pouzzolane et à du mortier. Aucune observation n’a pu être effectuée sur l’espace situé à l’est du mur M2182, en limite du sondage.

63 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue des pièces P7 et P9, vers le sud.

64 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail du mur M2209, vers le nord.

65 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail du sol de terrazzo de la pièce P4.

114À une distance de 6,50 m à l’ouest de M2118, a été mis au jour un mur parallèle (M2117) qui doit correspondre à la façade occidentale du bâtiment bien qu’il ne se trouve pas dans le prolongement du mur de façade dégagé au sud. Le sol de l’espace localisé entre les deux murs, perturbé notamment par l’aménagement d’une tombe médiévale, n’a pas été reconnu.

La pièce P12 (fig. 54, 66)

115Ce bâtiment est édifié dans la partie nord de la cour P38, en appui contre le mur M2040, construit dès la phase 1. Bien qu’il ne présente aucun lien avec les maçonneries de la deuxième phase, l’aspect très proche de ses murs et de son sol de terrazzo nous conduit à le rattacher au même état de construction. Bâti sur un plan carré de 9 m de côté (30 pieds romains), il renferme une salle unique de 60 m2 environ qui s’ouvrait sur le portique P13.

66 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue d’ensemble de la pièce P12, vers l’est.

116Les murs ouest, sud et est (M2036, M2095 et M2098) sont chaînés ; ils ont été bâtis soigneusement, et tout particulièrement le mur sud, formant façade sur la cour P38. Sa fondation imposante (1,20 m de largeur) est couronnée d’une semelle débordante supportant une élévation dont six assises ont été ponctuellement conservées (fig. 15, 68). Cette élévation emploie des moellons calibrés (0,20 m de longueur en moyenne) composant des assises régulières qui ont été agencées de manière à former, en façade, deux niveaux de ressauts successifs. Le ressaut inférieur correspond au niveau du sol de la cour. L’assise correspondant au ressaut supérieur a été réalisée à l’aide de moellons de forme plus allongée, sans doute dans un but décoratif. À l’intérieur de la pièce, les murs ont été recouverts d’un enduit jaunâtre, de 2 à 3 cm d’épaisseur, qui supportait peut-être un décor peint.

117Le sol de la pièce P12 est semblable à celui des pièces du bâtiment nord-ouest et disposé sur le même plan (420,30 m). Il est constitué d’une épaisse chape de mortier à inclusions de pouzzolane et de petits fragments de tuiles, posée sur un radier de petits blocs non taillés, l’ensemble atteignant 15 cm d’épaisseur (fig. 67).

67 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : pièce P12, coupe ouest-est du Sd. 41.

118Si toute trace du décor et de l’aménagement des pièces du corps de bâtiment nord-ouest et de la salle P12 a disparu, leur agencement, le soin apporté à la construction des sols en terrazzo, ainsi que les fragments de peinture et de marbres décoratifs retrouvés dans les couches d’abandon remaniées (cf. infra), permettent d’identifier là le corps de logis du bâtiment résidentiel. Les pièces dégagées ne représentent qu’une partie du secteur résidentiel qui se développe vers le nord, à l’ouest et peut-être aussi au nord d’une grande cour ou d’un jardin, bordé d’un portique, qui s’étend jusqu’à la façade orientale du bâtiment.

119L’absence d’indices archéologiques ne permet pas de caractériser précisément la fonction de chacune des pièces résidentielles. Les sols en terrazzo de toutes les salles sont homogènes et de bonne qualité ; aucun n’a bénéficié d’un traitement particulier. Seule la pièce P12 pourrait, par ses dimensions plus importantes, être identifiée à une salle de réception, peut-être un triclinium d’été puisqu’elle est orientée au nord. Toutefois, l’ampleur de l’édifice laisse supposer l’existence de salles de réception plus vastes et plus luxueuses comme le confirme la découverte d’un petit nombre de tesselles de mosaïque et de plaquettes de marbre géométriques provenant de sols en opus sectile.

68 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail de l’angle sud-ouest de la pièce P12, vers le nord.

Datation de la phase 2

  • 10 Ils proviennent des us 2007 (P2, Sd. 12), 2161 (P12, Sd. 29) et 2186 (P12, Sd. 41).

12093 tessons de céramique, parmi lesquels 54 fragments de céramique non tournée néolithiques et de l’âge du Fer ont été retirés des niveaux de colluvions remaniées dans lesquelles sont fondés les murs de l’état 210. Les 5 tessons de sigillée de Gaule du Sud du Ier siècle apparaissent manifestement résiduels. Les 2 tessons de sigillée de Lezoux, contemporaine de celle de Gaule du Sud, présentent un aspect similaire. L’un d’eux, attribuable à la phase 4 de Lezoux, fournit un terminus post quem vers 70 de notre ère Avec une douzaine de tessons de céramique à engobe blanc, terra nigra, parois fines engobées et de céramique ardoisée, la totalité des grandes catégories de céramiques de l’ensemble du Ier siècle, présentes ordinairement sur les sites auvergnats, est ici réunie. Parmi les fragments d’amphores, peu nombreux, recueillis dans ces couches, figure une lèvre de Dressel 20 caractéristique de l’évolution de la forme à partir de la fin du Ier siècle, qui apparaît comme l’élément le plus tardif de cet ensemble (Martin-Kilcher 1987).

121Le mobilier céramique retrouvé dans les remblais préparatoires des sols, dans les sols eux-mêmes et parfois dans les murs de l’état 2 apporte quelques indications complémentaires. L’ensemble des us 2027 (sol de la pièce P3), 2030 (sol de la pièce P5), M2036/M2095 (murs de la pièce P12), 2054 (remblai sous le sol de la pièce P13 : fig. 69), 2124 (sol de la pièce P12), 2185 (remblai sous le sol de la pièce P12) et 2255 (fondation de M2095) a fourni un total de 25 tessons. Les 6 fragments de céramique sigillée sont tous datables du Ier siècle. Là encore, les tessons les plus anciens sont attribuables au centre de production de Lezoux. La sigillée millavoise, qui représente l’essentiel de ce petit lot, est très fragmentaire. La période de fabrication des vases les plus récents est le dernier tiers du Ier siècle de notre ère, mais l’aspect résiduel de ces tessons inciterait à penser que les us sont beaucoup plus tardives. Les céramiques fines (terra nigra, céramique à engobe blanc, céramique ardoisée et paroi fine engobée) offrent le même aspect fragmentaire. La céramique commune est constituée en majorité de cruches et de récipients de cuisson (marmites tripodes et urnes). Un seul fragment de dolium a été mis au jour. Quant au mobilier céramique découvert dans les sols de terrazzo des pièces P3, P5 et P13, essentiellement composé de minuscules tessons d’amphores gauloises, ibériques ou non identifiées, il n’est pas très significatif.

69 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue de la galerie P13 et de la pièce P11, vers le sud.

Phase 3

122Nous attribuons à cette phase plusieurs maçonneries construites en appui contre les structures de la phase 2, qui définissent deux nouvelles pièces de part et d’autre de la pièce P12 (cf. fig. 53 : état 3).

123À l’ouest, la pièce P11, dont la superficie avoisine 17 m2, est créée par la construction d’un mur fermant l’espace compris entre le corps de bâtiment nord-ouest et la pièce P12 (fig. 54). Ce mur (M2277) est bâti dans le prolongement de la façade sud du bâtiment nord-ouest. Elle est pourvue d’un sol en terrazzo constitué d’un radier de petits blocs liés par du mortier rose, surmonté d’un second niveau de blocs noyés dans du mortier jaunâtre, recouvert d’une chape de mortier jaune (fig. 70). Bien que la surface du sol soit très dégradée, il ne semble pas qu’elle comportait d’inclusions, contrairement aux sols des autres pièces. Accessible depuis la cour P38, la pièce P11 s’ouvrait probablement à l’ouest sur le « couloir » P10 ; elle ne communiquait pas avec la pièce P12.

70 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe nord-sud dans la pièce P11 (Sd. 45).

124À l’est, une nouvelle pièce allongée de 3 m de largeur (P27), d’une superficie de 17 m2 environ, est édifiée contre la pièce P12 (fig. 54). Son mur de façade sud (M2099) prolonge celui de la pièce P12. On peut supposer que son mur oriental (M2100) était appuyé contre le mur M2040, mais on ne peut l’affirmer car une grande fosse post-antique a détruit toute la partie nord de la pièce P27, ce qui n’exclut pas l’existence d’un accès à cette pièce et d’une communication avec la pièce P12. La face externe du mur M2100 a été reprise à l’aide d’un enduit de mortier de tuileau appliqué très grossièrement. Quelques vestiges épargnés par les récupérations attestent que cette pièce était pourvue d’un sol de mortier jaunâtre, beaucoup moins soigné que celui des autres salles : il est constitué d’une simple chape de mortier posée, sans radier, sur un remblai de terre.

Datation de la phase 3

125Le remblai situé sous le sol de la pièce P11 (us 2215) a livré 58 tessons appartenant à environ 45 individus. Là encore, les datations, en terme de fabrication, des productions céramiques représentées (céramique sigillée de Millau et de Lezoux/phase 2, céramique à engobe blanc, terra nigra, paroi fine engobée…) se cantonnent au Ier siècle ; néanmoins l’aspect des tessons, très fragmentés, suggère une datation plus tardive. Quant à la céramique commune, elle est presque exclusivement constituée de cruches.

Les corps de bâtiments sud et est

126Le corps de bâtiment oriental occupe un vaste espace rectangulaire de 520 m2 environ dont la partie sud s’engage au-delà de la limite d’emprise (fig. 50). Cette partie du bâtiment résidentiel a fait l’objet d’importantes récupérations qui ont fait disparaître presque intégralement les sols des pièces ; les couches résultant de l’occupation et des récupérations médiévales recouvrent directement soit les fonds des hypocaustes et des bassins, soit les niveaux antérieurs à l’édification du bâtiment résidentiel (fig. 51, 52). L’attention s’est portée principalement sur la partie sud, abritant le secteur balnéaire (P14 à P18, P26, P28, P29) (fig. 71, 72) et sur l’aire de chauffe (P31), au détriment des autres grandes pièces de la partie nord, par ailleurs très perturbées (P20, P21, P32).

127Le corps de bâtiment sud, qui ferme au sud la cour P38, est pour sa part composé de deux pièces (P1 et P30) occupant une superficie totale de 93 m2 environ.

128Dans leur dernier état, les corps de bâtiments est et sud comportent 15 pièces ou bassins de plans et de dimensions variés ; cet agencement résulte d’aménagements successifs dont il est difficile de retracer précisément le déroulement car, en de nombreux points, les relations stratigraphiques ont disparu.

71 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue partielle du secteur balnéaire, vers le nord.

Phase 1

129Cette phase correspond à une courte séquence stratigraphique antique recoupée par les plus anciennes maçonneries mises au jour dans ce secteur du bâtiment résidentiel (M1015, M 1069).

130Dans les Sd. 7 et 9 (pièces P14 et P1) (fig. 73) a été dégagé l’angle d’un creusement (F1075) entaillant les sols bruns antérieurs à l’édification de la villa (fig. 50, 73). Cette excavation est pourvue de parois obliques régulières de 0,25 m de hauteur, terminées par un fond plat ; son orientation (nord-est/sud-ouest et nord-ouest/sud-est) ne présente de lien avec aucune autre structure découverte sur le site. Elle est comblée par une couche hétérogène essentiellement composée de matériaux de construction : blocs, mortier, tuiles et joints de toiture, mêlés à de l’argile brun jaune (us 1074 et 1084). Cette structure est scellée par un remblai contenant également des matériaux de construction (et notamment des joints de toiture en mortier), ainsi que des charbons et des résidus de céramiques et de faune (us 1066 et 1083). Une couche équivalente à ce dernier niveau a été observée à l’autre extrémité de la pièce P14, tandis qu’elle est absente dans la partie ouest de la pièce P1 (Sd. 43), où les niveaux liés à cette pièce recouvrent directement les colluvions antérieures.

131Les sondages profonds ouverts dans d’autres secteurs du bâtiment résidentiel n’ont pas révélé de niveaux comparables à ces couches de démolition remaniées en remblais ; elles paraissent donc très circonscrites et pourraient témoigner de la destruction de structures localisées au sud du décapage.

Datation de la phase 1

132De ces couches (us 1066, 1074, 1077, 1083 et 1084) ont été retirés 78 tessons (65 à 69 individus). Les parois fines engobées, les 2 assiettes flaviennes Drag. 18 de Millau et surtout le fragment de la coupe sigillée moulée Drag. 37 de Lezoux indiquent clairement qu’elles ne sauraient être antérieures au début du IIe siècle de notre ère Les céramiques communes constituent l’essentiel du lot. Elles sont composées de cruches, de vases de stockage ou de transport (dolium, amphorette) et de pots à cuire, soit un panachage assez complet de ces productions.

Phase 2

133Cette phase correspond à la construction de la pièce P1 (fig. 50). Les quatre murs qui la délimitent sont chaînés et renferment une superficie de 43,5 m2 environ. Leurs fondations sont couronnées d’une semelle comportant des fragments de tuiles et des petits blocs posés à plat, tout à fait semblable à celle des murs de la phase 2 du bâtiment nord-ouest. Une seule assise en élévation a été préservée dans l’angle sud-ouest. L’élévation du mur de façade sud du bâtiment (M1203) est plus large que celle du mur ouest (respectivement 0,55 m et 0,70 m). Leur parement interne porte un enduit de tuileau recouvert d’un enduit sableux jaunâtre, de 2 cm d’épaisseur chacun.

134La fondation du mur oriental de la salle P1 (M1015) est interrompue dans sa partie médiane par une canalisation (us 1190), dont il est difficile de savoir si elle a été conçue dès la construction du mur ou au cours d’un réaménagement ultérieur (fig. 72). Le sommet de la couverture de cette canalisation, dont le fond n’a pas été dégagé, correspond au niveau de la semelle des murs et à celui de la base de plusieurs lambeaux de sols en mortier, retrouvés en surface de la pièce P1 (us 1081 et 1116 ; altitude : 419,85 m).

135À l’ouest du mur M1015, on ne retrouve pas le prolongement de cette canalisation dans la pièce P1, mais il faut signaler que celle-ci a été bouleversée en profondeur par le creusement d’une grande fosse post-antique (F1194) ; il est possible d’ailleurs que cette fosse soit liée à la récupération des matériaux de cette canalisation.

136À l’est, le Sd. 7 ouvert dans la pièce P14 a permis de dégager, sur une longueur de 1,50 m, un creusement longitudinal de 0,50 m de largeur et de 0,10 à 0,20 m de profondeur, parallèle au mur M1015 (fig. 72). Ce canal, dont le fond est marqué d’un léger pendage nord-sud (419,69 m à 419,63 m) est localisé au même niveau que l’ouverture ménagée dans le mur M1015, et leur remplissage est constitué par la même couche (us 1071). De toute évidence, ces deux structures communicantes appartiennent à un réseau hydraulique plus vaste, qui sera examiné en détail dans le chapitre suivant.

Datation de la phase 2

137Le mobilier céramique des couches recoupées par le mur oriental de la pièce P1 (cf. supra phase 1) permet de situer au plus tôt à partir du début du IIe siècle de notre ère la construction de l’ensemble de cette pièce, dont les quatre murs sont chaînés.

Phase 3

138C’est au cours de cette phase qu’est édifié le corps de bâtiment est, dont la partie méridionale est occupée par les bains (cf. fig. 53 : état 2).

Les façades du corps de bâtiment est

139Au sud, on construit, pour abriter les bains, un bâtiment rectangulaire dont la façade méridionale n’est pas connue (fig. 50). Ses façades est et ouest déterminent la profondeur du corps de bâtiment est qui ne sera plus modifiée par la suite : 18 m (60 pieds romains). Son mur de façade occidental (M1172) est implanté dans le prolongement du mur oriental de la pièce P1, sur lequel il s’appuie, et chaîné au mur qui clôt l’espace thermal du côté nord (M1094). Il est prolongé au nord par un tronçon de mur légèrement plus étroit (M1173) qui ferme la pièce où se trouve l’aire de chauffe des bains (P31). Le mur M1094 est chaîné avec le mur de façade est du bâtiment résidentiel (M1100), dont la partie sud a été entièrement récupérée. Ce dernier s’étend vers le nord au-delà du mur M1094, ce qui atteste que, dès cette phase, la partie nord du corps de bâtiment oriental est déjà construite.

140Une distance de 4,50 m environ sépare les deux tronçons de la façade occidentale attestés au cours de cette phase, ce qui pourrait suggérer l’existence d’une large baie ouvrant sur la cour P38.

Le secteur balnéaire

141Il occupe, dans l’angle sud-est du bâtiment, un espace rectangulaire dont on peut estimer la superficie à 284 m2, si l’on suppose d’une part, que sa façade méridionale était localisée dans le prolongement de la façade de la pièce P1, et d’autre part que la totalité de cet espace était effectivement vouée à une activité thermale (fig. 50, 71, 72).

142Cet espace est divisé en six pièces ou bassins de formes et de dimensions variées, répartis de part et d’autre d’un mur de refend est-ouest (M1024/M1168). Au nord de ce mur sont juxtaposées d’ouest en est : deux pièces jumelées pourvues d’hypocaustes (P15 et P17), une pièce comportant une petite structure hydraulique reliée à une canalisation (P28) et une autre pièce rectangulaire (P29). Au sud, l’espace est divisé en deux grandes salles qui se prolongent au-delà de l’emprise de la fouille : P14 et P37.

72 – Champ Madame, corps de bâtiment est : vue partielle du secteur balnèaire, vers le nord.

73 - Champ Madame, corps de bâtiment est : coupe dans les pièces P1 et P14.

143Les murs de façade occidental (M1172) et septentrional (M1094) ainsi que le mur de refend est-ouest (M1024) du secteur balnéaire possèdent une élévation de 0,60 m de largeur. Les murs M1096 et M1097, qui séparent les pièces P15, P17 et P28, sont chaînés avec ces murs et ne s’en différencient que par la largeur de leur élévation, qui n’excède pas 0,45 m.

144Le mur M1069, qui ferme à l’est la pièce P14, est lié en fondation au mur M1168, qui limite au sud la pièce P28. La fondation de ce dernier, qui est en fait constituée par le massif maçonné qui sert d’assise à l’ensemble de la pièce P28 (us 1176), ne présente pas de véritable chaînage avec le mur M1024. Toutefois, les matériaux employés sont semblables et il semble bien que leur mise en œuvre soit synchrone. Le mur très arasé M1112, qui sépare les pièces P28 et P29, s’appuie contre M1094 et présente un aspect différent des autres fondations ; il a cependant été bâti antérieurement au massif 1176. Ces différentes observations nous conduisent à situer la construction de ces structures dès la phase 3.

145Les sols de l’ensemble des pièces du secteur balnéaire ont été entièrement détruits. N’ont été épargnés, du fait de leur encaissement, que les fonds d’hypocaustes (P15, P17), les fonds de bassins (P28) et certaines maçonneries localisées en dessous du niveau des sols (P28, P29) (fig. 51, 52). Quant à la pièce P37, elle n’est connue qu’en « négatif ».

Pièces chaudes P15 et P17 (fig. 72, 75, 76)

146Ces deux pièces jumelles de taille modeste (9,12 m2), sont pourvues de chambres de chaleur qui étaient chauffées par des foyers situés au nord, ce qui correspond, semble-t-il, au schéma le plus couramment observé dans les thermes (Debogmont 1984 : 91).

147La face interne des murs, partiellement conservés en élévation sur une hauteur de 0,50 m au-dessus du fond d’hypocauste, porte un enduit de tuileau de 2 à 6 cm d’épaisseur. La surface des fonds d’hypocaustes (419,63 m) était constituée de briques dont quelques rares fragments ont été préservés, tandis qu’ailleurs, leur empreinte est restée imprimée dans la chape de mortier de tuileau sous-jacente (fig. 72, 77). Cette chape de 8 cm d’épaisseur recouvre un radier épais et compact, formé d’un blocage lié au mortier. La base de ce radier n’a pas été atteinte, mais il est probable qu’il s’appuyait sur le sommet du substrat géologique.

148Le fond d’hypocauste de la pièce P15 comportait 40 briques carrées de 0,47 m de côté et 3 cm d’épaisseur. Le fond d’hypocauste de la pièce P17 n’est pas uniforme. La partie nord porte, sur une profondeur de 1,60 m, l’empreinte des briques : 5 briques dans le sens est-ouest et 3 briques et demi dans le sens nord-sud. Au sud, sur une longueur de 2,10 m, la chape de tuileau ne comporte pas d’empreintes de briques, mais dans l’angle sud-ouest, des « rigoles » ont été ménagées dans cette chape (fig. 72, 76) ; elles présentent une largeur et une profondeur moyennes de 0,10 m. Ces « rigoles » ne peuvent correspondre à un conduit puisqu’elles ne débouchent sur aucune évacuation. Il s’agit plus vraisemblablement de saignées d’encastrement, peut-être pour une baignoire.

149En restituant le dispositif de soutien des sols de ces pièces chauffées (dallage de la chambre de chaleur, pilettes et suspensura) et l’épaisseur des sols proprement dits, on peut estimer que ceux-ci étaient situés approximativement à 420,30 m/420,40 m d’altitude, c’est-à-dire sensiblement au même niveau que les sols du corps de bâtiment nord (cf. supra et fig. 74).

74 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, profil synthétique D-D.

150Chacune des pièces P15 et P17 possède son propre foyer, constitué par le canal de chauffe (fig. 78), celui de la pièce P17 étant mieux conservé (fig. 79). Dans l’axe de cette pièce, le parement du mur M1094 a été interrompu sur une largeur de 1 m environ, pour installer deux rangées de briques (0,30 m de longueur et 0,04 m d’épaisseur) posées de chant, liées par du mortier de tuileau. Le sommet de ces briques correspond au niveau du fond d’hypocauste. Cet aménagement est prolongé au nord par un épais massif de 1,20 m de longueur et 0,90 m de largeur, constitué de fragments de briques et de tuiles posés à plat et liés par du mortier de tuileau. L’extrémité septentrionale de ce massif a aussi gardé, en surface, l’empreinte de briques posées de chant, tandis que la partie intermédiaire avec le mur M1094 est couverte d’un lit de mortier gris. Quelques fragments de briques posées à plat sur l’arase du mur, en bordure ouest de l’alandier de la pièce P15, matérialisent la base de la voûte du canal de chauffe.

151Le fort arasement des vestiges ne permet pas d’affirmer que ces deux pièces chaudes étaient pourvues de bains ou de vasques ; toutefois, l’existence de canaux de chauffe extérieurs, débordant largement dans la chambre de chauffe, pourrait être l’indice de la présence de chaudières destinées à alimenter des baignoires (Debogmont 1984 : 74-90).

75 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, vue d’ensemble de la pièce chaude P15, vers le sud.

76 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, vue d’ensemble de la pièce chaude P17, vers le sud.

77 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, détail du sol de la chambre de chaleur de la pièce P17, vers le sud.

78 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble des foyers des pièces P15 et P17, vers l’ouest.

79 - Champ Madame, corps de bâtiment est : détail du foyer de la pièce P17, vers le sud.

Pièce P14 (fig. 72)

152Cette salle de plan rectangulaire, dont on ne connaît pas la limite méridionale, est localisée au sud des pièces P15 et P17. Sa superficie, de 43,5 m2 au minimum, atteignait peut-être 64 m2 si l’on restitue sa limite sud dans le prolongement de celle de la pièce P1. Au cours de la phase 3, le sous-sol de cette pièce communique avec la chambre de chaleur de la salle P15 par une ouverture étroite pratiquée dans le mur M1024, dans l’axe de la pièce P15 ; il s’agit donc également d’une pièce chauffée. Les murs nord et est ont conservé des traces d’enduits différents : du mortier de tuileau repris avec un enduit de chaux sableux blanchâtre non lissé sur le mur nord, un enduit sableux grisâtre non lissé sur le mur est.

153La pièce P14 a été profondément bouleversée à l’est par la construction de deux bassins, et à l’ouest, notamment, par le creusement d’une tombe médiévale. Quelques lambeaux de maçonneries (us 1059) retrouvés dans le comblement de la pièce pourraient provenir du soubassement d’un hypocauste.

Pièce P28 (fig. 72)

154Cette pièce rectangulaire de 14,4 m2 comporte au nord une petite structure rectangulaire peu profonde revêtue de mortier hydraulique, prolongée au sud par une canalisation dont le pendage est nord-sud (fig. 80). Le soubassement de l’ensemble de la pièce est constitué d’un épais radier formé d’un blocage lié au mortier (us 1176, altitude : 420,03 m), dans lequel s’insère la canalisation.

80 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble de la pièce P28, vers le nord.

155La base d’un muret étroit bordant, au sud, la zone recouverte de mortier hydraulique, est conservée en surface du radier, à l’est de la canalisation (M1167) ; sa face nord porte des traces d’enduit de tuileau. Le pendant de ce muret, à l’ouest de la canalisation, peut être restitué en négatif par l’arrêt rectiligne de la chape de tuileau. La pièce est fermée au sud par un mur dont l’empreinte s’est conservée dans le mortier du soubassement, à l’est de la canalisation (M1168) ; ce mur est interrompu par le débouché de la canalisation.

156La structure hydraulique rectangulaire occupe, sur toute sa largeur, la partie nord de la pièce P28 (superficie : 3,77 m2) (fig. 81). Le fond est constitué d’une chape de mortier de tuileau de 0,10 m d’épaisseur (altitude : 419,95 m) dans laquelle plusieurs rigoles de 4 à 10 cm de largeur et 10 cm de profondeur ont été ménagées ; leur fond est formé par la surface du radier sous-jacent. Comme dans le cas de la pièce P17, le niveau régulier du fond des rigoles ne permet pas de dégager un sens d’écoulement quelconque et il n’est pas certain qu’elles aient été reliées avec la canalisation nord-sud, car le fond de la rigole située dans l’axe de cette canalisation se trouve plus bas que le fond de cette dernière : il s’agit plus vraisemblablement, là-encore, de saignées d’encastrement.

81 - Champ Madame, corps de bâtiment est : détail de la partie nord de la pièce P28, vers le sud.

157La canalisation, longue de 3 m, est implantée dans l’axe de la pièce P28 ; au nord, elle s’interrompt à une dizaine de centimètres du bord du bassin, tandis qu’elle se poursuit au sud, jusqu’à la limite externe de la pièce P28 (fig. 89). On ne possède aucune information concernant son exutoire ou son éventuel prolongement vers le sud, puisque la pièce P37 a été entièrement décaissée postérieurement à l’abandon du site.

158Les briques qui forment le fond de la canalisation reposent sur le radier 1176, ses deux piédroits s’appuyant en partie sur ce radier et en partie sur les briques. Les deux piédroits (M1103 et M1104) et le canal présentent une largeur identique de 0,30 m. Les piédroits sont constitués d’assises irrégulières de tegulae retenant un blocage, l’ensemble étant lié par du mortier hydraulique ; leur face interne est recouverte d’un enduit de tuileau épais de 7 à 10 mm. Le fond du canal (us 1105), composé de dix dalles de terre cuite (0,29 m x 0,44 m pour 4 cm d’épaisseur) également liées par du mortier de tuileau, présente une légère pente nord-sud (419,75 m à 419,72 m).

159Cette structure hydraulique peu profonde, d’après le niveau restitué du sol des bains (cf. supra), ne se prête pas à une identification certaine. Par sa localisation proche de la chambre de chauffe, elle pourrait être interprétée comme la base d’une citerne, prolongée par un conduit enterré destiné à alimenter en eau un bassin aménagé dans la pièce P37, mais cela reste hypothétique.

Pièce P29 (fig. 72)

160De cette pièce rectangulaire de 31 m2, accolée à l’est de la pièce P28, n’a été préservé qu’un épais radier maçonné qui a été entièrement récupéré dans la partie est. Il est constitué d’un blocage très compact lié au mortier, recouvert d’un lit de mortier jaunâtre, l’ensemble mesurant 0,40 m d’épaisseur. La surface de ce lit de mortier, non lissée, est située exactement au même niveau (419,60 m) que le fond des hypocaustes des pièces P15 et P17, et que celui du bassin P16, construit postérieurement. Toutefois, la présence d’un hypocauste dans cette salle est très improbable car le mur qui la sépare de la chambre de chauffe (M1094) ne comporte pas de canal de chauffe ; et l’absence de toute trace de mortier hydraulique en surface du radier ne suggère pas non plus l’existence d’un bassin. On est ainsi plutôt tenté d’interpréter ce radier comme le soubassement du sol d’une pièce froide.

Pièce P37 (fig. 50)

161On ne connaît rien de ce grand espace situé dans l’angle sud-est du bâtiment résidentiel, puisqu’il a été entièrement décaissé à l’époque médiévale et qu’il se développe en grande partie au sud de l’emprise des fouilles. En supposant que la façade méridionale du corps de bâtiment est était bâtie dans le prolongement de celle de la pièce P1, ce qui semble le plus probable, la pièce P37 occuperait un carré de 10 m de côté, c’est-à-dire le même module que celui de la pièce P25, implantée dans l’angle sud-ouest du bâtiment résidentiel. Cet espace fait-il partie du secteur balnéaire ? Sa localisation incite à répondre par l’affirmative et, dans cette hypothèse, on est tenté de l’interpréter comme une grande pièce (ou une piscine) froide en raison de son éloignement du secteur chauffé des bains.

Schéma de circulation (fig. 82)

  • 11 Nous reprenons ici les définitions proposées par Rebuffat 1991.

162Il est difficile de restituer précisément le schéma de circulation dans le secteur balnéaire puisque aucun seuil n’a été conservé et que la fonction même de certaines salles demeure incertaine. En s’appuyant sur le circuit habituellement suivi dans les bains (salle tiède - salle de sudation - salle chaude d’aspersion-immersion - salle froide avec aspersion-immersion)11, on peut proposer, à titre hypothétique, le schéma de circulation suivant, qui correspond à un parcours circulaire : on entrait dans les bains depuis le portique (P39) bordant le corps de bâtiment est, directement dans la pièce P14 (pièce tiède) ou en passant par la pièce P1, qui a pu servir de vestiaire. De là, on se dirigeait vers la pièce P15 (pièce chaude de sudation), puis dans la pièce P17 (pièce chaude d’aspersion-immersion). De celle-ci, on passait, en traversant la pièce P28, dans les pièces P29-P37 (pièce et piscine froides). On ressortait sous le portique directement depuis la pièce P14, ou en repassant par la pièce P1.

82 - Plan restitué des bains et schéma de circulation au cours de la phase 3.

Le secteur nord (fig. 50)

163Cette partie du corps de bâtiment est, profondément bouleversée, n’a été appréhendée que très partiellement : seules les structures de chauffe liées aux hypocaustes des pièces P15 et P17, localisées dans l’espace occupé par la pièce P31 (fermée ultérieurement), ont été fouillées finement. Les différents sondages mécaniques ouverts dans cette zone ont montré qu’aucun sol n’avait été épargné : partout, les couches résultant de l’occupation et des spoliations médiévales recouvrent directement les sols bruns antérieurs à l’édification du bâtiment (fig. 52).

164Malgré ces perturbations, il est à peu près certain que, durant la phase 3, ce vaste bâtiment quadrangulaire de 18 m de côté, compris entre les murs M1094, M1173/M2211, M2132 et M1100/M2134, ne comportait aucun mur de refend maçonné, ce qui pose, si l’on considère ses dimensions importantes, le problème du maintien de sa couverture. Or, un massif maçonné de 1 m de côté (M1215) a été mis au jour dans la partie sud-est du bâtiment, dans l’espace occupé ultérieurement par la pièce P32 (fig. 50 et 83) ; ce massif de fondation est implanté plus précisément au centre du quart sud-est du bâtiment, à égale distance de ses murs de façade sud et est : cela permet de l’interpréter comme la base d’un pilier, unique vestige qui nous soit parvenu du système qui soutenait la charpente. La chambre de chauffe des bains, localisée dans l’angle sud-ouest du bâtiment, ne paraît donc pas alors circonscrite par des murs en dur.

165La façade occidentale du bâtiment était peut-être percée, dans sa partie médiane, d’une large ouverture (4,50 m) car le tronçon de mur M2212 (fig. 50) a été construit ultérieurement.

83 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue de la base de pilier M1215, vers l’ouest.

Datation de la phase 3

166Aucun élément ne permet de dater précisément la construction du corps de bâtiment est. Seule la chronologie relative des maçonneries, par rapport aux structures de la phase 2, indique qu’elle intervient au plus tôt au début du IIe siècle de notre ère (cf. supra phase 2). Le rare mobilier issu de la tranchée de construction du mur M1069 (us 1079) contient des productions du Ier siècle/début IIe siècle.

Phase 4

167Nous regroupons dans cette phase l’ensemble des constructions réalisées postérieurement à la phase 3, pour lesquelles il n’existe pas de chronologie relative, mais il est probable que ces aménagements ne soient pas tous contemporains, comme le suggère l’emploi de matériaux différents. Ils consistent essentiellement dans la construction de murs de refend à l’intérieur du secteur nord du corps de bâtiment est, dans des remaniements assez importants du secteur balnéaire, et dans la création d’une nouvelle pièce au sud de la cour P38.

Le corps de bâtiment sud : la pièce P30

168La pièce P1 ne subit pas de modifications. La pièce P30 est créée par la construction de murs appuyés aux façades des pièces P1 et P25, qui ferment ainsi la cour P38 au sud (cf. fig. 53 : état 4). Ces deux murs ne présentent pas un aspect homogène, il est donc possible qu’ils aient été bâtis successivement, et que la pièce P30 n’ait été créée que dans un second temps. Dans son état final, la superficie de cette pièce est proche de 50 m2.

169Le mur sud (M2173) est construit dans l’alignement de la façade sud de la pièce P1, et se raccroche au corps de bâtiment ouest, par un mur de retour (M2172) localisé dans le prolongement de sa façade orientale (fig. 50). Le mur nord (M2174) s’interrompt à un peu moins de 3 m de la façade de la pièce P1, ce qui pourrait suggérer l’existence d’une baie. Une maçonnerie accolée au mur sud (M2175) constitue peut-être le reliquat d’un mur de refend nord-sud. Le sol de l’espace P30 a entièrement disparu.

Le corps de bâtiment est : le secteur nord

170Il est divisé, par la construction de quatre murs de refend, en cinq pièces de grandes dimensions agencées de manière parfaitement symétrique (pièces P20 à P22, P31, P32) (cf. fig. 53 : état 4). On peut remarquer que les murs de refend nord-sud sont édifiés à 12 m de la façade occidentale du bâtiment, reproduisant ainsi le module de 40 pieds utilisé dans le plan du corps de bâtiment ouest (fig. 50). La partie médiane est occupée par une pièce allongée qui traverse le corps de bâtiment d’est en ouest (P20, superficie : 47,4 m2), permettant de desservir deux groupes semblables de deux pièces mitoyennes, disposés de part et d’autre (P21 et P22, superficies : 57 m2 et 32 m2 ; P31 et P32, superficies : 63 m2 et 34,8 m2) (fig. 84).

84 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble de la pièce P21, vers l’est.

171Les murs déterminant ce nouvel agencement sont très homogènes ; ils se caractérisent par l’emploi d’un mortier sableux jaunâtre de mauvaise qualité, mais on peut noter que la fondation du mur M2131 est plus large que celle des autres murs (0,90 m contre 0,80 m). On ne dispose d’aucune information sur l’aménagement interne et la fonction de ces locaux, sauf pour la pièce P31, dont la partie sud-ouest est encore utilisée comme aire de chauffe des bains. Quelques lambeaux de sols de béton retrouvés, en position remaniée, dans les pièces P21 et P31 pourraient suggérer l’existence, dans certaines pièces, de sols de ce type.

Le corps de bâtiment est : le secteur balnéaire

172Au cours de cette phase, le secteur chauffé des bains (P15 et P17) est assez profondément remanié et notamment doté d’une exèdre (P26), ce qui nécessite également de modifier l’aire de chauffe (P31). La pièce P14 fait également l’objet de réaménagements importants (cf. fig. 53 : état 3).

Pièces P15-P17-P26

173Les pièces P15 et P17, qui ne forment probablement plus qu’une seule salle, sont agrandies de 2 m vers le nord ; cela implique de construire un nouveau mur (M1198) qui a été totalement récupéré dans sa partie est. L’espace localisé entre ce mur et l’ancien mur M1094 a aussi été entièrement décaissé postérieurement à l’abandon de la villa, sauf dans l’angle nord-ouest de la pièce P15, où un lambeau du fond d’hypocauste (us 1183) est resté accroché aux maçonneries (fig. 72).

174Le secteur chauffé est également agrandi vers l’est, par la création d’une exèdre semi-circulaire (P26) dont le mur, appuyé à la façade du corps de bâtiment est, déborde dans l’espace du portique P39 (fig. 50, 72, 86, 88). Ces travaux ont impliqué d’araser partiellement le mur de façade du bâtiment (M1172) et, probablement, l’ancien canal de chauffe de la pièce P15. La face interne du mur et le fond de l’exèdre sont revêtus, comme les fonds d’hypocauste de P15-P17, d’un enduit de tuileau de 2 cm d’épaisseur ; le fond est situé sensiblement à la même cote (419,61 m) que celui de ces deux pièces.

175Ultérieurement, il semble que l’exèdre P26 ait fait l’objet d’un agrandissement dont témoigne la construction d’un second mur semi-circulaire (M1091) dont le parement interne, qui porte des traces d’enduit de tuileau, est situé en retrait de celui de l’ancien mur. Ce nouvel aménagement, qui conduit à créer une banquette interne de 0,20 m de profondeur et 0,15 m de hauteur, ne contribue pourtant pas à agrandir considérablement la superficie de P26, qui passe seulement de 1,90 m2 à 2,60 m2.

176Par ses faibles dimensions et son emplacement à proximité immédiate de l’aire de chauffe, la pièce P26 peut être interprétée comme une étuve sèche (laconicum) ou un labrum.

Pièce P31 (fig. 72, 87)

177L’agrandissement des pièces P15-P17 a bien sûr nécessité de repousser l’aire de chauffe vers le nord. Le nouveau canal de chauffe, un peu plus long que les précédents, a été très solidement maçonné ; il repose sur un massif de fondation rectangulaire, épais de 0,25 m, qui sert également de fondation au mur nord du bâtiment (M1198). Ses deux piédroits sont bâtis dans l’axe de l’ancien canal de chauffe de la pièce P15, avec des assises de briques irrégulières (M1181 et M1182) ; ils délimitent un conduit de 0,45 m de largeur, dont le fond est constitué de briques posées à plat (altitude : 419,59 m). Deux massifs de maçonnerie encadrent les piédroits. Bien que le secteur situé à l’est de ces maçonneries ait été fortement bouleversé, il est peu probable qu’il ait existé, au cours de cette phase, un autre canal de chauffe. Au débouché nord de ce dernier se remarque une importante zone de sédiment cendreux, seul témoin du sol de la chambre de chauffe.

Pièce P14

178Cette salle fait également l’objet de remaniements importants. L’ouverture percée dans le mur M1024, qui assurait une communication avec l’hypocauste de la pièce P15 (cf. supra phase 3), est obturée ; à moins qu’il existe une arrivée d’air chaud en provenance de la partie sud de la pièce, située en dehors de l’emprise, ce qui semble peu probable, cela signifie que la pièce P14 n’est pas chauffée durant cette phase, ou alors seulement par contact et communication, en surface, avec la pièce P15.

179Dans l’angle nord-est, deux bassins sont bâtis en appui contre les murs nord et est de la pièce : P16 et P18.

Bassins P16 et P18 (fig. 72)

180Ils sont construits simultanément, comme le prouve le chaînage des murs qui reposent sur un épais radier dont la forme en plan épouse celle des bassins (us 1160). Le mur séparant les deux bassins est plus étroit que leur mur externe, dont la face externe porte des traces d’enduit de tuileau (0,30 m contre 0,46 m) (fig. 85).

181Le bassin P18, de plan rectangulaire, a une superficie de 4,60 m2. Le fond est constitué d’un blocage lié au mortier recouvert d’une chape de mortier de tuileau, dont la surface n’est pas lissée (us 1221). Contre la partie septentrionale du mur est (M1069), a été conservé une sorte de bourrelet d’étanchéité de 7 cm d’épaisseur et une dizaine de centimètres de hauteur. Le niveau élevé du fond de P18 (420,10 m) indique qu’il s’agit d’une structure peu profonde qui pourrait correspondre à un pédiluve assurant une transition avec le bassin P16.

85 - Champ Madame, corps de bâtiment est : détail de la baignoire froide P16, vers le sud-est.

182La baignoire P16 est dotée d’un plan semi-circulaire légèrement outrepassé (2,10 m x 1,60 m). Sa profondeur était supérieure à 0,32 m. Le fond est constitué d’une épaisse chape de mortier de tuileau très compacte (12 cm) posée sur le soubassement général (us 1160). Un muret de 0,20 m de largeur, construit avec des assises de tegulae liées par du mortier rose, a été aménagé contre le mur nord du bassin ; son parement, ainsi que les autres parements du bassin P16, portent deux couches superposées d’enduit hydraulique dont l’épaisseur peut atteindre 8 cm, témoins d’une réfection. Plusieurs éléments de placage en marbre blanc, d’une épaisseur moyenne de 2 cm, sont restés fixés à cet enduit (fig. 85 et chapitre 4, « Le mobilier lapidaire »). Une cavité de section circulaire d’une douzaine de centimètres de diamètre, ménagée dans la section sud-est du mur semi-circulaire, permettait la vidange du bassin (fig. 89).

86 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble de l’exèdre P26, vers le nord.

183L’orientation de cette baignoire individuelle pourrait suggérer qu’elle communiquait avec la pièce chaude P17, par l’intermédiaire du pédiluve ; pourtant, cette baignoire n’était pas chauffée. Même si l’on ne peut exclure qu’elle était alimentée en eau chaude, elle n’a pu, étant dépourvue de chambre de chaleur, constituer une vraie baignoire chaude.

87 - Champ Madame, corps de bâtiment est : foyer de l’aire de chauffe P31 (phase 4), vers le nord.

184Dans l’espace compris entre le bassin P16 et le mur oriental de la pièce P14 a été conservée une maçonnerie, construite après l’édification des bassins P16 et P18. Cette structure, formée d’un hérisson de gros blocs liés au mortier, recouvert d’une chape de mortier identique, s’apparente au niveau préparatoire d’un sol ; l’altitude du sommet de cette chape (420,04 m) s’accorde avec cette hypothèse.

Schéma de circulation (fig. 88)

185Les aménagements apportés au secteur balnéaire au cours de la phase 4 n’ont pas nécessairement modifié le schéma de circulation antérieur, qui reste d’ailleurs hypothétique. Néanmoins la pièce P14, par laquelle débutait le parcours, ne constitue plus alors une véritable pièce tiède, si ce n’est par contact avec les pièces chaudes mitoyennes. Elle est pourvue d’une baignoire individuelle non chauffée (P16) associée à un pédiluve (P18). De la pièce P14, on passait dans le secteur chauffé (P15 et P17), désormais complété par une probable étuve sèche ou un labrum (P26), puis dans les pièces froides P29-P37 avant de ressortir par la pièce P14.

88 - Plan restitué des bains et schéma de circulation au cours de la phase 4.

89 - Éléments connus du réseau hydraulique des bains.

Datation de la phase 4

186Aucun mobilier ne permet de dater les réaménagements du corps de bâtiment est. Au sud, les murs ouest et sud de la pièce P30 recoupent une couche (us 2275) qui n’a fourni que deux tessons d’une cruche et un tesson d’une jatte du Haut-Empire, deux tessons de céramique commune, dont un en cuisson réductrice, difficilement datable, et un tesson de sigillée de Lezoux. Celui-ci procure tout aussi peu de renseignement car sa forme n’est pas reconnaissable et son argile calcaire difficilement attribuable à l’une des phases techniques de ce centre de production céramique.

La cour sud P38 (fig. 50)

187Malgré les nombreux sondages ouverts dans le périmètre de la cour P38, il est difficile d’en restituer précisément l’aspect au cours des différentes phases, en raison des perturbations qui ont affecté la stratigraphie : en effet, dans la plus grande partie de la cour, les niveaux antérieurs à l’édification du bâtiment sont directement scellés par une couche hétérogène résultant des spoliations médiévales. Quelques éléments épars fournissent tout de même quelques indications.

188Au cours de la phase 1, rien n’indique que l’espace occupé par la cour P38 (ou plutôt sa partie nord) était fermé au sud et à l’est. Seule la présence d’un enduit sur le parement méridional du mur M1040, fermant la cour au nord, pourrait indiquer l’existence d’une galerie couverte et peut-être d’une cour. Si l’on admet cette hypothèse, on doit imaginer une galerie construite en matériaux légers, car aucune trace de substructions maçonnées ou de leur arrachement n’a été révélée par la fouille.

189Au cours des phases 2 et 3, qui voient se développer dans ses grandes lignes le plan presque définitif du bâtiment résidentiel, le « corps principal » de la cour P38, de plan presque carré, occupe une superficie de 420 m2, prolongée par d’autres espaces ouverts : au nord, de part et d’autre de la pièce P12 ; au sud, dans l’espace compris entre la pièce P1 et le corps de bâtiment ouest, qui pouvait permettre un large accès à la cour depuis le sud ; il est possible de restituer, contre la façade occidentale de la pièce P1, une baie de 2 m de largeur qui se trouverait dans l’axe médian de la cour. Mais il existait certainement d’autres accès à la cour, au nord et peut-être également à l’est (fig. 50).

Le portique P39 (fig. 50, 90)

190Plusieurs segments disjoints d’un mur étroit (0,40 m), soigneusement construit mais nettement moins fondé que les autres maçonneries du bâtiment (M1114-M2206), délimitent, contre la façade occidentale du corps de bâtiment est, un portique de 2,40 m de profondeur, dont le sol n’a pas été conservé. En raison des récupérations importantes qui ont affecté cette structure, on ne peut dire de quelle manière elle se raccrochait aux corps de bâtiment nord et sud : au nord, elle est interrompue par un grand creusement post-antique à 3,60 m du mur M2040 ; au sud, le dernier tronçon reconnu se situe à 7,60 m du mur nord de la pièce P1. Les segments de murs qui le prolongent au sud sont des reprises postérieures qui présentent un aspect différent. Le mur du portique est interrompu par une canalisation maçonnée (fig. 90) qui se prolongeait vers l’est à travers le mur de façade du corps de bâtiment oriental, aboutissant dans le conduit dégagé dans le sous-sol de la pièce P14 (cf. supra). Elle permettait probablement de drainer les eaux pluviales du portique au sud du bâtiment vers un exutoire qui n’a pas été repéré.

191Le Sd. 53, ouvert dans la cour P38, contre la façade du corps de bâtiment ouest, a révélé un lambeau de sol maçonné de 0,20 m d’épaisseur (us 2237) ; composé de deux rangées irrégulières de blocs noyés dans du mortier grisâtre, il présente une surface assez plane, mais non lissée, dont l’altitude (420,35 m) correspond approximativement à celle des sols du corps de bâtiment nord (fig. 52). C’est le seul indice qui pourrait éventuellement témoigner de l’existence d’un portique symétrique contre le corps de bâtiment ouest.

192Dans son état définitif, la cour centrale ne connaît de modifications qu’en ce qui concerne ses prolongements vers le nord et le sud, qui disparaissent au profit de la construction de nouvelles pièces. Au nord, la pièce P11 est créée dans l’espace, jusque-là ouvert, localisé entre la façade occidentale du corps de bâtiment ouest et la pièce P12, tandis qu’une nouvelle pièce est accolée à l’est de celle-ci (P27).

90 - Champ Madame, vue d’ensemble du portique P39 bordant la cour P38, vers le nord.

193Au sud, le passage existant entre la pièce P1 et le corps de bâtiment ouest est clos par l’édification de deux murs parallèles qui circonscrivent, dans l’état final du bâtiment, une nouvelle pièce (P30), ce qui n’exclut pas qu’une ouverture ait perduré dans ce secteur. Le portique bordant le corps de bâtiment est a probablement été supprimé lorsque la pièce P27 et surtout l’exèdre P26, qui en occupe toute la largeur, ont été aménagées.

Evolution générale du bâtiment résidentiel : restitution (fig. 53)

194Il s’agit maintenant de restituer l’évolution générale et la chronologie du bâtiment résidentiel en croisant les données de la chronologie relative et les rares éléments de chronologie absolue, les indications fournies par l’observation des matériaux et des techniques de construction ainsi que par l’étude du plan. Ce schéma d’évolution, qui distingue quatre états principaux de construction, est forcément simplificateur et reste en partie hypothétique.

État 1

195Seuls les murs de la phase 1 des bâtiments nord et ouest peuvent être attribués au 1er état du bâtiment résidentiel. Le plan très incomplet de ces structures dessine un corps de bâtiment nord-sud terminé au sud par une grande salle carrée, relié à un long mur est-ouest qui limite peut-être, dès cette période, une cour bordée d’un portique se développant vers le nord. Mais force est de constater que le plan et l’extension de ce premier édifice résidentiel, qui se développe au nord de la zone fouillée, restent méconnus.

Datation

196Aucun élément ne permet de dater précisément ce premier état du bâtiment résidentiel, dont les sols n’ont pas été conservés. Sa construction peut être placée au cours du Ier siècle de notre ère par référence à la chronologie des murs de l’état 2 et vraisemblablement dans le dernier tiers de ce siècle d’après la datation du mur de clôture de la villa (cf. supra p. 45-47). Les plus anciennes structures de la partie sud-est (P1), datées de l’état 2, recoupent des couches de démolition, notamment de toitures en tuiles, dont on n’a pas retrouvé d’équivalent dans le reste du bâtiment. Ces niveaux, constitués au plus tôt au début du IIe siècle, sont probablement contemporains des réaménagements de la résidence au cours de l’état 2.

État 2

197Le deuxième état de construction de l’édifice résidentiel à l’ouest et au nord-ouest est bien identifié, dans ses grandes lignes, grâce au chaînage et à l’homogénéité des maçonneries. Il s’étend sur une longueur de 60 m d’est en ouest, et sur plus de 54 m du nord au sud, sa limite précise au nord restant inconnue, et couvre une superficie minimum de 3200 m2. Il comporte un corps de bâtiment allongé divisé en trois grandes salles, relié au nord à un bâtiment abritant une série de petites pièces aux sols de terrazzo, ouvert à l’est sur un portique bordant sur trois côtés au moins une cour ou un jardin. Une grande pièce carrée indépendante est bâtie contre l’aile sud de ce portique.

198Les plus anciennes maçonneries du secteur sud-est, réduites à une pièce rectangulaire pourvue d’un sol de terrazzo sommaire (P1), ne présentent pas de lien stratigraphique avec les murs des corps de bâtiments nord et ouest. Elles comportent néanmoins des similitudes telles, dans leurs matériaux et leurs mises en oeuvre, avec certains de ces murs que leur construction peut être placée avec une quasi-certitude à la même période.

199Le mur de façade occidental du corps de bâtiment est, qui forme, avec les autres murs du secteur balnéaire, un ensemble architectural homogène, a été construit en appui contre la pièce P1. Nous plaçons cependant la construction de ce corps de bâtiment à la même période car l’aspect de ses maçonneries est très proche de celui des autres murs de l’état 2 ; il est par ailleurs difficile de concevoir que la pièce P1 ait pu exister indépendamment de celui-ci. À cette période, le corps de bâtiment oriental est divisé en deux parties de dimensions sensiblement identiques : un espace thermal au sud, relié par un portique au secteur résidentiel, et au nord, une grande salle carrée qui abrite notamment l’aire de chauffe des bains.

Datation

200Plusieurs lots de céramiques, peu abondants, ont été retrouvés en liaison avec les structures de l’état 2, dans le corps de bâtiment nord ainsi que dans la partie sud-est. Les éléments les plus récents contenus dans ces lots, qui paraissent homogènes malgré leur grande pauvreté, datent du début du IIe siècle de notre ère. Toutefois, leur aspect résiduel pourrait laisser supposer, pour cet état de construction, une datation plus tardive, dans le courant du IIe siècle.

États 3 et 4

201De nouvelles constructions et certaines modifications ont été réalisées postérieurement dans le bâtiment résidentiel : création, au nord, de deux nouvelles pièces de part et d’autre de la pièce P12 (P11 et P27) ; réaménagements importants du secteur chauffé des bains ; réaménagement de la partie nord du corps de bâtiment oriental ; édification de maçonneries venant fermer la cour P38 au sud (P30). Toutes ces constructions sont datées en chronologie relative par rapport aux murs de l’état 2 sur lesquels elles s’appuient, mais comme elles n’ont pas de lien entre elles, il est impossible de juger de leur contemporanéité, les datations absolues faisant défaut. C’est donc à titre hypothétique, sur la seule base de certains critères morphologiques, que nous plaçons une partie de ces constructions au cours de l’état 3 et une autre partie au cours de l’état 4.

202Nous sommes incités à attribuer à l’état 3 la création des pièces P11 et P27, l’ensemble des réaménagements du secteur balnéaire ainsi que la construction du mur fermant la cour au sud, dans le prolongement de la façade méridionale de la pièce P1, parce que toutes les maçonneries mises en œuvre dans ces travaux conservent un aspect proche de celui des structures antérieures (mortier à inclusions volcaniques, qualité de la construction). En s’appuyant sur cette hypothèse, on doit supposer que le portique bordant le corps de bâtiment oriental est supprimé, ou tout du moins modifié au cours de cet état, puisque l’exèdre P26 est construite en saillie dans l’espace de ce portique, et la façade de la nouvelle pièce P27 presque accolée à celui-ci.

203En revanche, les murs de refend construits dans la partie nord du corps de bâtiment oriental ainsi que le mur bâti pour fermer au nord l’espace P30 présentent un aspect très différent de celui de tous les autres murs (mortier sableux de mauvaise qualité ; fondations moins profondes) : nous les attribuons à l’état 4.

Datation

204En raison des bouleversements qui ont affecté la stratigraphie, les éléments qui permettraient de dater les constructions des états 3 et 4 font défaut. Dans le corps de bâtiment nord, le remblai supportant le sol de la pièce P11, attribuée à l’état 3, n’a livré que de la céramique résiduelle du Ier siècle. Au sud, un remblai recoupé par les murs sud et ouest de la pièce P30 n’a fourni que des tessons attribuables de manière imprécise au Haut-Empire.

Abandon

  • 12 Les us prises en compte sont les suivantes : 1005, 1019, 1020, 1021, 1023, 1029, 1030, 1055, 1059, (...)

205Aucune couche de destruction ou d’abandon n’est parvenue intacte, tous les niveaux superficiels ayant été remaniés par l’occupation et les récupérations de la période médiévale. Le mobilier antique reste toutefois nettement prédominant dans ces couches12, qui n’ont livré que de rares tessons du haut et du bas Moyen Âge. Dans les différents secteurs du bâtiment, les céramiques gallo-romaines les plus tardives peuvent être attribuées à la seconde moitié du IVe siècle ou au Ve siècle. On doit préciser que l’examen global du mobilier céramique exhumé dans l’ensemble du bâtiment ne fait pas apparaître de hiatus avant cette date : les productions caractéristiques de l’Antiquité, du Ier siècle jusqu’à la deuxième moitié du IVe siècle ou au Ve siècle, sont représentées.

Évolution et organisation spatiale de la villa

Évolution générale de la villa

206Après avoir examiné séparément le développement de l’enceinte, des dépendances et du bâtiment résidentiel, il est nécessaire de tenter de restituer l’évolution générale de l’ensemble de la villa de Champ Madame. À défaut d’une périodisation rigoureuse que n’autorisent pas les données chronologiques éparses et souvent imprécises dont nous disposons, ce sont les principaux jalons de l’histoire de la villa que nous voulons présenter ici.

La construction de la villa vers 70-100

207La construction de la villa peut être datée assez précisément, grâce aux données issues des différentes fouilles, vers 70-100 de notre ère Dès cette période, l’emprise et l’organisation générale de la villa, telles qu’elles perdureront jusqu’à son abandon, paraissent fixées : le mur de clôture délimite un vaste rectangle de 112,5 m sur plus de 186 m, soit plus de deux hectares, dans lequel sont édifiés un bâtiment résidentiel dans la partie ouest et des bâtiments annexes au nord et au sud, toutes les constructions étant soigneusement maçonnées au mortier. En raison des réaménagements ultérieurs, le plan de ce premier bâtiment résidentiel, qui s’étend au-delà de la limite nord de la fouille, reste très lacunaire. Le décor, comme la fonction des différentes pièces nous échappent totalement, tandis que l’existence d’un secteur balnéaire, dès cette période, est probable mais n’est pas attestée.

208Les fouilles ouvertes au nord et au sud-est n’ont livré qu’un plan partiel des dépendances de la villa, dont la fonction demeure souvent imprécise (habitations secondaires, locaux agricoles ?). Elles révèlent en revanche la symétrie générale de ces constructions qui s’élèvent à quelque distance du mur de clôture. Au nord, un ensemble architectural homogène de trois bâtiments (P10, P13, P16), dont l’un comporte une cave (P11-P12), est probablement lié à des activités agricoles et de stockage. Au nord-est, un bâtiment renfermant au moins deux pièces (P2, P3), dont l’une est pourvue d’un sol de béton, pourrait correspondre à un habitat. Un bâtiment à peu près symétrique s’élève dans le secteur sud-est (P5), où l’angle de la villa est occupé par une petite construction quadrangulaire (P2), accolée au mur de clôture. À l’ouest de ce dernier, l’espace est divisé en deux cours successives (P3, P6).

209C’est au cours de cette période que se développe, contre le mur de clôture nord de la villa, à l’extérieur, une aire funéraire regroupant une trentaine de sépultures d’enfants décédés dans la phase infantile. Parmi les treize sépultures pourvues de mobilier, dix ont été aménagées entre 70 et 120 de notre ère.

Reconstruction du bâtiment résidentiel et remaniements divers : deuxième moitié du IIe siècle/début du IIIe siècle

210Les travaux entrepris dans la villa postérieurement au début du IIe siècle concernent principalement le bâtiment résidentiel qui est en grande partie reconstruit et agrandi. Cette date ne constitue qu’un terminus post quem fourni par quelques lots de céramique majoritairement issus de remblais, et l’aspect résiduel des tessons suggère une datation plus tardive au cours du IIe siècle. C’est à cette période que le plan de l’édifice, tel qu’il nous est parvenu, est dessiné dans ses grandes lignes : il se développe sur une longueur de 60 m d’est en ouest, et sur plus de 54 m du nord au sud, couvrant une superficie minimum de 3200 m2. Il se présente globalement comme un grand bloc rectangulaire vraisemblablement tourné vers l’est, comportant plusieurs corps de bâtiments organisés autour de deux espaces ouverts (cour et jardin ?). Les pièces résidentielles, pourvues de sols de terrazzo, sont situées dans la partie nord-ouest et les bains dans l’angle sud-est du bâtiment. Un certain nombre de réaménagements effectués dans le bâtiment résidentiel après cette grande campagne de travaux ne peuvent être datés avec précision : fin du IIe siècle ou IIIe siècle ? Ils consistent essentiellement dans la création de deux nouvelles salles au nord de la cour méridionale (P11 et P27) et dans des modifications apportées aux thermes, notamment la construction d’une exèdre (P26) dans le secteur chauffé et d’une baignoire froide (P16), toutes deux de plan semi-circulaire.

211Dans la partie nord de la villa, c’est au plus tôt à partir de 150-160 qu’un nouveau bâtiment (P7) est construit, occasionnant la reprise d’une section du mur de clôture. Dans le même secteur, la cave P11-P12, le puits ainsi qu’un drain sont remblayés pendant la deuxième moitié du IIe siècle ou au début du IIIe siècle. Le comblement de la cave illustre un phénomène fréquemment observé dans les villas, qui n’implique pas que le bâtiment situé au-dessus ait été également condamné (Van Ossel 1992 : 133). Dans le même temps, des recharges de sol sont apportées dans plusieurs cours.

212La présence d’une sépulture postérieure au milieu du IIe siècle prouve que l’aire funéraire reste en usage au cours de ce siècle. Certaines sépultures non datées, car dépourvues de mobilier, pourraient aussi se rattacher à cette période.

Dernier état de la villa au Bas-Empire

213Le dernier état de construction mis en évidence dans le secteur résidentiel comme dans la pars rustica se caractérise par des maçonneries très homogènes employant un mortier de mauvaise qualité ; la datation de ces structures, dans le Bas-Empire, ne peut être précisée. Dans l’édifice résidentiel, la partie nord du corps de bâtiment oriental est en partie reconstruite et divisée en cinq salles disposées symétriquement. Un nouveau local est bâti au sud de la cour méridionale (P30). Au nord du domaine, la vaste cour P9-P14 est divisée par un mur nord-sud et le bâtiment P13, situé à l’ouest de ce mur, transformé et recoupé par un drain, ce qui semble indiquer que la fonction initiale des bâtiments P10-P13-P16, qui formaient un ensemble architectural homogène, est abandonnée.

214Un nourrisson est encore inhumé, au cours de cette période, dans l’aire funéraire apparue dans le dernier tiers du Ier siècle, tandis qu’un autre est enseveli à quelque distance, contre le mur d’enclos de la villa, mais cette fois-ci à l’intérieur.

L’abandon de la villa au IVe ou au Ve siècle

215Les derniers niveaux d’occupation de la villa, les couches d’abandon et, lorsque ceux-ci ont disparu, les couches résultant de la fréquentation du site à l’époque médiévale livrent, parfois en abondance, des céramiques produites aux IVe-Ve siècles. Parmi celles-ci figurent quelques rares fragments de céramique estampée grise (DSP) qui ne sont pas antérieures au Ve siècle. Mais si cette date peut être retenue pour l’abandon global de la villa, il faut bien avouer que les bouleversements qui ont affecté le site au cours de la période médiévale ne permettent pas d’avoir une image précise de la dernière occupation de la villa : l’ensemble des bâtiments et des salles est-il effectivement utilisé jusqu’à cette date ? La fonction de certains espaces a-t-elle changé ? Autant de questions qui restent sans réponse.

Analyse spatiale de la villa

216L’organisation spatiale de la villa, l’agencement du bâtiment résidentiel et des locaux annexes, la fonction des différents corps de bâtiments et des pièces qu’ils renferment, le schéma de circulation : ces questions se heurtent à plusieurs difficultés majeures. En premier lieu, nous ne connaissons pas dans leur intégralité le plan de la villa et celui de l’édifice résidentiel qui se développe vers le nord, au-delà des limites de la fouille. En second lieu, la disparition de la quasi-totalité des élévations et de leur décor, des seuils, des aménagements internes et d’une grande partie des sols des bâtiments nous prive d’informations essentielles pour identifier la fonction des différents espaces. C’est donc avant tout un ensemble de remarques reposant sur l’étude du plan et de certains vestiges caractéristiques que nous tenons à livrer dans ce chapitre, en précisant que l’essentiel des remarques relatives au bâtiment résidentiel concerne le bâtiment édifié au IIe siècle (état 2) puisque, on l’a vu, le premier bâtiment n’est que très partiellement connu.

L’organisation générale de la villa (fig. 91)

217En s’appuyant sur l’hypothèse la plus probable concernant la localisation du mur d’enclos ouest (cf. supra), on peut estimer que la villa de Champ Madame, telle qu’elle est définie par son enceinte, s’inscrit dans un rectangle régulier de 210 m x 112,5 m (700 x 375 pieds romains), couvrant une superficie proche de 23 600 m2.

218Selon cette hypothèse, l’enclos apparaît composé de deux modules presque carrés de 112,5 m sur 105 m (375 x 350 pieds romains), le bâtiment résidentiel occupant approximativement la partie centrale du module occidental. À l’exception des deux murs associés à un puits dégagés au sud du bâtiment résidentiel, tous les bâtiments annexes sont localisés à l’intérieur du module oriental, mais on ne peut en tirer de conclusion car le secteur sud-ouest n’a été que partiellement décapé et le secteur nord-ouest ne l’a pas été du tout. Seule la zone située à l’ouest du bâtiment résidentiel apparaît a priori dépourvue de constructions.

91 - Composition géométrique de la villa : proposition.

219Malgré les lacunes du plan, l’organisation spatiale des constructions à l’intérieur de l’enclos apparaît toutefois clairement, en dépit de certaines irrégularités : elles sont agencées de part et d’autre d’un axe médian est-ouest approximativement matérialisé, au sein de l’édifice résidentiel, par le long mur M2040, qui ferme au sud la cour P40 sur laquelle s’ouvrent les pièces résidentielles. Indéniablement, ce mur constitue dès l’état 1 une structure importante de l’édifice (fig. 91).

220À une distance de 35 m de part et d’autre de cet axe médian et à 20 m des murs de clôture, ont été dégagés plusieurs tronçons de murs est-ouest qui sont interprétés comme les façades des dépendances. Au sud, la façade du bâtiment résidentiel est implantée exactement sur le même axe, dans le prolongement de ces murs, et l’on peut supposer que c’est également le cas de la façade nord du bâtiment. On remarquera que, selon l’hypothèse retenue pour la localisation du mur de clôture ouest de la villa (cf. supra), la façade ouest du bâtiment en est distante, dans sa partie sud, de 35 m.

221De ces observations, il ressort que la façade orientale du bâtiment résidentiel circonscrit, avec les façades des dépendances et le mur de clôture est de la villa, une vaste cour rectangulaire de 124 m x 70 m (environ 415 x 235 pieds romains), qui semble presque dépourvue de constructions. En effet, les décapages et les tranchées ouverts dans ce secteur n’ont révélé que deux tronçons de murs est-ouest déterminant un alignement parallèle, à 6 m environ, à la façade des annexes sud. L’implantation des sondages ne permet pas d’être certain qu’il existe un pendant de ce mur au nord ; mais on observe qu’il est matérialisé, sur une trentaine de mètres, par une limite parcellaire actuelle (fig. 91) figurée sur le cadastre napoléonien. Ces murs correspondent-ils aux véritables limites des parcelles dévolues aux dépendances ou à un aménagement interne de la cour de la villa ? En l’état actuel des fouilles, cette question ne peut être résolue. On retiendra qu’à Champ Madame, l’ensemble des dépendances se développent en bordure des murs d’enclos nord et sud, de part et d’autre de la cour centrale de la villa, sur une profondeur probable de 20 m, ou de 27 m au maximum.

Les dépendances

  • 13 La distorsion visible sur le plan de la fig. 91 entre la grille géométrique et le tracé des murs de (...)

222Examinons plus précisément le plan de ces constructions annexes qui ont été partiellement reconnues sur une longueur de 110 m au nord et de 128 m au sud. Au sud-est, deux murs nord-sud (dont l’un est pérennisé par une limite figurée sur le cadastre napoléonien) délimitent, avec le mur d’enclos oriental, deux « parcelles » de 22 m de longueur13, et l’on retrouve une « parcelle » de mêmes dimensions dans l’angle nord-est de l’enclos. Le bâtiment P7-P8, juxtaposé à l’ouest de cette dernière, ne mesure que 20 m de longueur mais il s’agit d’une reconstruction postérieure. Il se dégage ainsi un module, répété au moins trois fois, de 22 m de longueur et 20 m de largeur, correspondant à une parcelle de 440 m2.

223L’organisation interne de ces parcelles, de part et d’autre de la cour, est, bien qu’imparfaitement, symétrique. Dans les angles nord-est et sud-est de l’enclos, une cour en « L » enveloppe un bâtiment rectangulaire pourvu de divisions internes, les façades orientales des deux bâtiments étant parfaitement alignées. L’existence, dans l’angle sud-est, d’un petit bâtiment (P2) accolé aux murs de clôture apparaît comme un phénomène mineur dans cet agencement général. Les deux parcelles mitoyennes à l’ouest comportent également, semble-t-il, un bâtiment flanqué d’une grande cour rectangulaire.

224La fouille plus étendue du secteur nord montre que cette disposition ne se répète pas vers l’ouest, mais on observe que les façades nord des bâtiments P10 et P16, édifiés dans ce secteur, sont alignées avec celles des bâtiments de la partie est. On ne peut savoir s’il existait des bâtiments du même type au sud du domaine, toutefois la présence de constructions y est attestée par plusieurs murs dont l’un est aligné avec les façades des bâtiments de la partie est. Au-delà de cette organisation rigoureuse, il apparaît que la plus grande partie des espaces jouxtant les murs de clôture est occupée par des cours, les bâtiments s’élevant à quelque distance de ceux-ci.

225À défaut d’indices probants livrés par la fouille, seules des hypothèses peuvent être formulées concernant la fonction exacte des dépendances. Par leur plan, les parcelles régulières de la partie est pourraient s’apparenter à des unités d’habitation secondaires associant un bâtiment principal et une grande cour. Par sa disposition, chaque bâtiment pouvait s’ouvrir à la fois sur « sa » cour particulière ainsi que sur la cour centrale de la villa. Au nord, le bâtiment P2-P3 comporte au moins deux salles dont l’une, pourvue d’un sol de béton, pourrait correspondre à une pièce d’habitation. Dans la partie ouest du bâtiment P7, la fouille a révélé des niveaux cendreux indiquant vraisemblablement la proximité d’un foyer, tandis qu’au sud, le sol du bâtiment P5, recouvert d’une épaisse couche de cendres blanches à rougeâtres, a livré des déchets métallurgiques, mais il s’agit, dans ces deux derniers cas, de niveaux des IVe-Ve siècles qui ne nous renseignent pas sur la fonction initiale des lieux. Si ces différents bâtiments ont pu constituer des habitations, il est probable qu’ils abritaient, aux côtés du logis, des locaux à usage agricole ou artisanal ; de même, les vastes cours qui leur sont associées, dont l’une est dotée d’un puits, ont dû servir à des activités multiples. Quant aux bâtiments du secteur nord-ouest, même si leur plan est incomplet, ils n’évoquent pas un habitat, mais plutôt des locaux à usage agricole, ce que confirme dans une certaine mesure la présence d’une cave, peut-être destinée à stocker des denrées. Il est important de souligner que pour l’ensemble de la villa, hormis les déchets métallurgiques déjà mentionnés, quelques rares fragments de meules, une lame de faux et quelques polissoirs constituent les seuls témoignages d’activités agricoles ou artisanales.

Le bâtiment résidentiel

226Conformément à un schéma attesté par de nombreux plans de villas en Gaule, il est vraisemblable que la façade principale du bâtiment résidentiel de Champ Madame était tournée vers l’est, sur la vaste cour centrale bordée par les dépendances. Cette question liée à celle du plan général du bâtiment nécessite de réexaminer les données dont nous disposons. La partie connue comporte au sud plusieurs corps de bâtiments organisés autour d’une cour rectangulaire (P38) et au nord un autre corps de bâtiment flanqué, à l’est, d’une seconde cour ou jardin (P40) bordée par un portique. Si la façade principale de l’édifice était tournée vers l’est, il est logique de supposer qu’on y accédait par la galerie bordant la cour P40 sur laquelle s’ouvrent les pièces résidentielles situées au sud, à l’ouest et peut-être au nord ; cela implique que cet accès n’était pas situé dans l’axe médian de la cour centrale de la villa, mais assez nettement décalé vers le nord. Selon cette hypothèse, la cour nord apparaît comme le cœur du bâtiment résidentiel tandis que les bâtiments dégagés au sud constitueraient une aile latérale pourvue d’une cour secondaire. Cela conduit à supposer l’existence d’une aile latérale symétrique au nord, mais dans ce cas, celle-ci devait être soit appuyée au mur d’enclos de la villa, soit nettement moins profonde que l’aile méridionale. Cependant, l’existence d’une seconde aile au nord étant incertaine, rien n’interdit de supposer qu’on accédait directement à la cour nord de l’édifice depuis le nord, la façade principale du bâtiment étant tournée vers la rivière. On se trouverait alors en présence d’un plan asymétrique agencé autour de deux cours en enfilade, ce qui est plausible tant la diversité des plans de villas est importante. En l’état actuel des fouilles, la question ne peut être tranchée.

227L’examen du cadastre napoléonien apporte un élément de réponse à la question de l’extension du bâtiment résidentiel vers le nord : il révèle, au nord du secteur dégagé, une limite parcellaire est-ouest (conservée dans le cadastre actuel), localisée presque dans l’axe de la façade supposée des dépendances (fig. 91), qui pourrait avoir pérennisé le tracé d’une structure importante du bâtiment : sa façade nord ou la limite nord de la cour principale. Selon cette hypothèse, la superficie du bâtiment résidentiel de Champ Madame serait proche de 3 500 m2, tandis qu’elle atteindrait au maximum 4 800 m2 environ, si l’on suppose qu’il s’étendait jusqu’au mur d’enclos nord de la villa. En se fondant sur l’hypothèse la plus probable concernant la localisation du mur de clôture ouest de la villa, on peut estimer que l’édifice résidentiel occupait approximativement entre 15 % et 20 % de la superficie totale de l’enclos.

Quelques comparaisons

228Dans toutes les régions de la Gaule, les fouilles archéologiques et les prospections aériennes ont livré par centaines des plans de villas, révélant l’infinie variété de ces habitats mais aussi certaines caractéristiques récurrentes dans leur organisation spatiale, qui ont permis d’élaborer des typologies fondées sur la taille des établissements (petite villa, grande villa, etc.) ou sur le plan des bâtiments résidentiels (villas à galerie de façade, villas à plan centré, etc.), ces derniers, mieux repérables et longtemps privilégiés par les fouilles, étant incontestablement l’élément le mieux connu des villas. Pourtant, les plans permettant d’appréhender la totalité de l’emprise enclose des villas, et donc l’organisation de l’ensemble des bâtiments, restent assez rares. Malgré ses lacunes, le plan de la villa de Champ Madame autorise pour la première fois en Auvergne une telle approche. En effet, les fouilles régionales, tributaires des travaux d’aménagement, n’ont livré jusqu’ici que des fragments de pars urbana ou de pars rustica de villas dont on ignore l’étendue et la configuration précises, tandis que l’interprétation des plans révélés par la photographie aérienne reste parfois sujette à caution. Il paraît donc intéressant de le confronter au plan de villas d’autres régions de Gaule pour déceler d’éventuelles similitudes ou au contraire des particularités régionales.

229Le premier point qui peut être abordé concerne la superficie enclose de la villa. Il est délicat en ce domaine d’établir des comparaisons avec les données issues des prospections pédestres conduites en Limagne comme dans de nombreuses autres régions. En effet, ces prospections révèlent des zones plus ou moins importantes d’épandage de mobilier qui permettent de hiérarchiser les sites découverts, sans restituer pourtant la superficie réellement bâtie de ces sites : certaines expériences ont montré que celle-ci ne couvrait parfois que la moitié voire le tiers de la zone d’épandage reconnue (Pellecuer 1996 : 4). Restent donc les rares plans suffisamment complets de villas livrés par les fouilles ou par la photographie aérienne, inégalement répartis sur le territoire de la Gaule, qui révèlent des établissements de dimensions s’échelonnant de quelques milliers de m2 à plus de 15 hectares (Ferdière 1998). Avec ses 24 000 m2 supposés, la villa de Champ Madame, loin d’atteindre les proportions exceptionnelles de certaines résidences comme celles de Montmaurin (12,5 hectares) ou de Chiragan (15 hectares) en Aquitaine, se classe parmi les établissements de taille moyenne, dont les bâtiments se répartissent sur une superficie de quelques hectares, tels qu’on en connaît de nombreux exemples dans presque toutes les régions de Gaule (Ferdière 1988 : 164).

230Le plan de la villa de Champ Madame constitue en Auvergne le premier exemple attesté par les fouilles, d’un modèle très répandu notamment dans le nord et le centre de la Gaule : un mur (ou un fossé) de clôture ceint une vaste cour, généralement rectangulaire, bordée sur ses longs côtés par des dépendances et, sur l’un de ses petits côtés, par le bâtiment résidentiel. Les villas d’Anthée et de Champion (Belgique) (fig. 92) d’Echternach (Luxembourg), de Warfusée-Abancourt (Somme) ou de Levet (Cher) sont très caractéristiques de ce type de plan symétrique. Comme à Champ Madame, les bâtiments sont généralement implantés à quelque distance du mur de clôture. Il faut noter que dans ces différents exemples (sauf à Champion), le bâtiment résidentiel est précédé d’une avant-cour séparée de la cour principale de la villa par un mur, ce qui n’est pas attesté pour la villa de Beaumont. Un peu plus au sud, dans l’Ain, le plan de la villa des Grandes Terres à Beynost (fig. 92), s’inspire du même modèle : en bordure de la cour principale fermée à l’ouest par le bâtiment résidentiel, le secteur dévolu aux dépendances est divisé, comme dans la partie est de l’enclos de Champ Madame, en parcelles régulières comportant chacune un bâtiment entouré de cours (Motte et al. 2000). Il faut noter qu’à Beynost, comme dans la villa de Petit-Bersac (Dordogne), les dépendances sont nettement séparées de la cour principale par un mur continu, ce qui semble bien être le cas aussi à Champ Madame. Petit-Bersac constitue, à notre connaissance, l’un des rares exemples de ce type de plan symétrique dans le sud de la Gaule, mais il est vrai qu’on dispose là rarement du plan complet des établissements. Ainsi, dans la très grande villa de Chiragan (Haute-Garonne), le bâtiment résidentiel est-il totalement décentré par rapport à la cour principale de la villa, tandis que les nombreuses dépendances s’organisent en trois rangées parallèles.

92 - Plans synoptiques de quelques villas de différentes régions de Gaule : 1 : Champ Madame ; 2 : Les Prés Bas à Loupian (Hérault), d’après Buffat, Pellecuer 2001 ; 3 : Les Grandes Terres à Beynost (Ain), d’après Motte 2000 ; 4 : Champion, Hamois (Belgique), d’après Van Ossel, Defgnée 2001.

231Dans toutes les régions de Gaule, les bâtiments résidentiels des villas, qui ont longtemps polarisé l’intérêt des archéologues, sont beaucoup mieux connus. Les plans ont permis d’établir une typologie générale des habitations et de discerner certaines tendances régionales, ce qui ne doit pas faire oublier que « la diversité semble bien être la règle à l’intérieur de chaque région » (Ferdière 1988 : 169). Bien qu’on n’en connaisse pas intégralement le plan, le bâtiment résidentiel de la villa de Champ Madame peut être rattaché à la catégorie des bâtiments agencés autour d’une cour centrale bordée d’un portique, à laquelle s’ajoute ici une autre cour secondaire. Ce modèle est particulièrement bien représenté en Narbonnaise et en Aquitaine, mais on en connaît des exemples dans presque toutes les régions de la Gaule où ils traduisent la forte romanisation de l’habitat rural. Les villas de Montmaurin (Haute-Garonne), de Montréal à Séviac (Gers), de Montcrabeau à Bapteste (Lot-et-Garonne) et du Liégeaud (Haute-Vienne) sont caractéristiques de ce type de villa en Aquitaine, tandis qu’on peut citer pour la Narbonnaise celles de Saint-André-de-Codols à Nîmes (Gard), des Prés-Bas à Loupian et de la Domergue à Sauvian (Hérault). L’exploitation par B. Dousteyssier et P. Vallat des photographies aériennes du Centre d’Etudes et de Recherches Archéologiques Aériennes montre qu’il est bien présent en Basse-Auvergne, aux côtés d’autres types d’habitats : plan compact avec cour antérieure, plan à ailes latérales, plan allongé à galerie de façade, plan éclaté en plusieurs ensembles (Trément, Dousteyssier 2000, Vallat 2002).

232Il est important de souligner la place essentielle qu’occupe, à Champ Madame, la résidence principale au sein de l’enclos de la villa puisqu’on peut l’estimer entre 15 et 20 %, ce qui est considérable par comparaison avec de nombreux établissements.

233Par ses dimensions (entre 3 500 et 4 800 m2) et sa configuration, le bâtiment résidentiel de Champ Madame présente une certaine parenté avec celui de Loupian (plus de 3200 m2), même si l’on doit souligner que le plan des deux édifices est incomplet (fig. 92). Ils présentent en effet tous les deux plusieurs corps de bâtiments distribués autour d’une cour principale bordée d’un portique, et d’une cour secondaire de service. Dans les deux bâtiments, le secteur résidentiel se développe sur deux côtés de la cour principale tandis que la cour secondaire dessert des pièces de service. Une différence notable réside dans l’implantation des bains qui, à Loupian, s’ouvrent sur la cour principale de la villa, dans le prolongement de la zone résidentielle, alors qu’à Champ Madame ils sont nettement disjoints des pièces résidentielles et accessibles depuis la cour secondaire. Cette disposition des bains à l’écart du secteur d’habitat principal est d’ailleurs très fréquente, en raison des risques d’incendie. On l’observe par exemple en Aquitaine, dans les villas de Saint-Cricq-Villeneuve (Landes), de Montréal à Séviac et de Montcrabeau à Bapteste. À Loupian, le troisième côté de la cour principale est occupé par un vaste chai de plus de 300 m2. Ici donc, comme à Sauvian et dans de nombreuses autres villas du Languedoc, les locaux agricoles jouxtent la zone résidentielle. On pourrait imaginer l’existence d’un dispositif analogue pour le bâtiment résidentiel de Champ Madame : par son orientation au nord et sa proximité du ruisseau, le corps de bâtiment supposé, au nord de la cour principale, pourrait se prêter à une activité agricole, mais cela reste entièrement hypothétique.

234Ainsi, l’établissement de Champ Madame apparaît comme l’illustration, en Auvergne, d’un type de villa à plan symétrique très répandu, particulièrement dans le nord et le centre de la Gaule. Il se distingue des exemples connus uniquement par la place importante qu’occupe, au sein de l’enclos, la résidence principale. Le plan de cette dernière se rattache à un modèle qui est en revanche surtout représenté en Aquitaine et dans le sud de la Gaule.

Notes

8 Le tri du mobilier n’a pas été réalisé simultanément sur l’ensemble des couches de remblai, mais a respecté au contraire le découpage par us et par passes mécaniques à l’intérieur de l’us 2163. Aussi, en raison des nombreux recollages entre chaque couche, il n’est actuellement pas possible de proposer une estimation globale du nombre minimum d’individus contenus dans cette structure.

9 Respectivement 76 et 38 tessons, soit 10,68 % et 15,18 % en N. R. (25,77 % et 24,94 % en poids).

10 Ils proviennent des us 2007 (P2, Sd. 12), 2161 (P12, Sd. 29) et 2186 (P12, Sd. 41).

11 Nous reprenons ici les définitions proposées par Rebuffat 1991.

12 Les us prises en compte sont les suivantes : 1005, 1019, 1020, 1021, 1023, 1029, 1030, 1055, 1059, 1060, 1061, 1062, 1064, 1070, 1076, 1080, 1098, 1109, 1110, 1111, 1113, 1116, 1117, 1162, 1204, 1205, 2005, 2006, 2009, 2023, 2025, 2026, 2063, 2086, 2092, 2096, 2105, 2107, 2108, 2123, 2130, 2159, 2160, 2165, 2176, 2183, 2195, 2196, 2213, 2291, 2292.

13 La distorsion visible sur le plan de la fig. 91 entre la grille géométrique et le tracé des murs de la partie sud de la villa résulte en grande partie du calage topographique approximatif des structures mises au jour dans le secteur des Foisses : cf. introduction p. 11.

Table des illustrations

Légende 12 - Plan général de la villa de Champ Madame tous états confondus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende 13 - Champ Madame, détail des fondations des murs sud et ouest de la pièce P12 (Sd. 41), vers le sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 14 - Pourliat, élévation du mur nord (M2006) du bâtiment P7-P8 (Sd. 4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 15 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail de l’élévation du mur sud (M2095) de la pièce P12, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 16 - Pourliat, vue d’ensemble d’une structure conservée en élévation : la cave P11-P12, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 17 - Détail du mur de clôture nord de la villa (M1001), vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 18 - Pourliat, détail du mur de clôture est (M2101), vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 19 - Plan général du secteur nord-est de la villa (Pourliat).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 20 - Pourliat, localisation des profils synthétiques A-A, B-B et C-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 21 - Pourliat, profils synthétiques A-A, B-B et C-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende 22 - Plans chronologiques du secteur nord-est de la villa (Pourliat).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 23 - Pourliat, plan détaillé de la zone sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende 24 - Pourliat, plan détaillé de la zone est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Légende 25 - Pourliat, vue d’ensemble de la cave P11-P12, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 26 - Pourliat, relevé des élévations sud, est et ouest de la cave P11-P12.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 27 - Pourliat, vue zénithale de l’escalier et du seuil de la cave P11-P12.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 28 - Pourliat, vue d’ensemble du bâtiment P13, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 29 - Pourliat, bâtiment P13 : vue détaillée de l’extrémité ouest du mur M1002, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende 30 - Pourliat, vue d’ensemble de la pièce P2, vers le nord-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 31 - Pourliat, cour P1 : coupe ouest-est du Sd. 20.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 32 - Pourliat, cour P1-P4 : vue du puits F2125 vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 33 - Pourliat, cour P1-P4 : coupe du puits F2125.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 34 - Pourliat, pièce P7 : coupe nord-sud du Sd. 5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tableau I : mobilier céramique du puits F2125.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende 35-36 - Puits F2125, répartition du mobilier céramique par catégories de production et par formes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende 37 - Mobilier céramique du puits F2125 : 1-5 : sigillée du groupe de Lezoux (1-2 : coupes Drag. 37 ; 3 : bol Lez. 193 ( ?) ; 5 : gobelet Lez. 102) ; 6-7 : céramique à parois fines de Gaule centrale (gobelets Lez. 331) ; 8-11 : céramique commune claire (8-9 : coupes 2-4101 ; 10-11 : marmites tripodes 2-6102).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 38 - Mobilier céramique du puits F2125 : 12-21 : céramique commune claire (12-13 : pots 4-601 ; 14-17 : formes hautes ; 18 : pichet 5-4101 ; 19-21 : pichets).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 39 - Mobilier céramique du puits F2125 : 22-25 : céramique commune claire (22 : cruche 5-401 ( ?) avec le nom Verec(un)d(us) gravé après cuisson ; 23-25 : cruches) ; 26-28 : céramique à engobe rouge (26 : amphorette 5-8101 ; 27-28 : amphorettes).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 40 - Pourliat, vue de la “pièce” P12 (aménagée après comblement de la cave P11-P12), vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende 41 - Pourliat, détail du drain F1049, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 42 - Pourliat, pièce P7 (Sd. 5) : détail du sol 2064, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau II : mobilier céramique de la fosse F1053 : comblement inférieur (us 1041).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 43 - Fosse F1053 (comblement inférieur) : répartition du mobilier céramique par catégories de production.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 44 - Fosse F1053 (comblement inférieur) : répartition du mobilier céramique par formes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 45 - Mobilier céramique de la fosse F1053 (comblement inférieur) : 29 : sigillée du groupe de Lezoux (bol Lez. 3) ; 30 : céramique à couverte micacée (marmite tripode 2-6312) ; 31-36 : céramique commune claire (31 : coupe 2-4201 ; 32 : couvercle 6-320 ; 33-36 : marmites tripodes 2-6102).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 46 - Mobilier céramique de la fosse F1053 (comblement inférieur) ; 37-41 : céramique commune claire (37-40 : formes hautes, 41 : cruche 5-3501) ; 42 : céramique commune claire d’importation (forme haute) ; 43 : céramique commune grise (forme haute).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 47 - Mobilier céramique de la fosse F1053 (comblement supérieur) : 44 : D. S. P. orangée (assiette Rigoir 8) ; 45 : céramique peinte tardive (cruche à deux anses) ; 46-48 : céramique commune grise polie (46-47 : formes hautes ; 48 forme basse) ; 49 : céramique commune claire (forme haute).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau III : mobilier céramique de la fosse F1053 : comblement supérieur (us 1025 et 1052).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 48 - Plan de l’angle sud-est de la villa (Les Foisses) : positionnement graphique de la zone fouillée sur le système Lambert.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 49 - Vue aérienne du bâtiment résidentiel, vers le sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende 50 - Plan général du bâtiment résidentiel (Champ Madame).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 51 - Champ Madame, localisation des profils synthétiques A-A, B-B, C-C et D-D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 52 - Champ Madame, profils synthétiques A-A, B-B et C-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 53 - Plans chronologiques du bâtiment résidentiel (Champ Madame).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 54 - Champ Madame, plan détaillé du corps de bâtiment nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Légende 55 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe ouest-est des Sd. 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 56 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe sud-nord dans la galerie P13 (Sd. 4).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 57 - Champ Madame, corps de bâtiment ouest : coupe stratigraphique de la pièce P24 (Sd. 20).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 58 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue d’ensemble des pièces P2 et P3, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 59 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe ouest-est dans la pièce P3 (Sd. 44).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 60 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue d’ensemble des pièces P4, P5 et P6, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 61 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe nord-sud dans la pièce P5 (Sd. 42).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 62 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe ouest-est dans la pièce P6 (Sd. 40).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 63 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue des pièces P7 et P9, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 64 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail du mur M2209, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 65 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail du sol de terrazzo de la pièce P4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 66 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue d’ensemble de la pièce P12, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 67 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : pièce P12, coupe ouest-est du Sd. 41.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 68 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : détail de l’angle sud-ouest de la pièce P12, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 69 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : vue de la galerie P13 et de la pièce P11, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 70 - Champ Madame, corps de bâtiment nord-ouest : coupe nord-sud dans la pièce P11 (Sd. 45).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 71 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue partielle du secteur balnéaire, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende 72 – Champ Madame, corps de bâtiment est : vue partielle du secteur balnèaire, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende 73 - Champ Madame, corps de bâtiment est : coupe dans les pièces P1 et P14.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 74 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, profil synthétique D-D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 75 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, vue d’ensemble de la pièce chaude P15, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 76 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, vue d’ensemble de la pièce chaude P17, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende 77 - Champ Madame, corps de bâtiment est : secteur balnéaire, détail du sol de la chambre de chaleur de la pièce P17, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 78 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble des foyers des pièces P15 et P17, vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 79 - Champ Madame, corps de bâtiment est : détail du foyer de la pièce P17, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 80 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble de la pièce P28, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 81 - Champ Madame, corps de bâtiment est : détail de la partie nord de la pièce P28, vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 82 - Plan restitué des bains et schéma de circulation au cours de la phase 3.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 83 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue de la base de pilier M1215, vers l’ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 84 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble de la pièce P21, vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 85 - Champ Madame, corps de bâtiment est : détail de la baignoire froide P16, vers le sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 86 - Champ Madame, corps de bâtiment est : vue d’ensemble de l’exèdre P26, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 87 - Champ Madame, corps de bâtiment est : foyer de l’aire de chauffe P31 (phase 4), vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 88 - Plan restitué des bains et schéma de circulation au cours de la phase 4.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 89 - Éléments connus du réseau hydraulique des bains.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 90 - Champ Madame, vue d’ensemble du portique P39 bordant la cour P38, vers le nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 91 - Composition géométrique de la villa : proposition.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 92 - Plans synoptiques de quelques villas de différentes régions de Gaule : 1 : Champ Madame ; 2 : Les Prés Bas à Loupian (Hérault), d’après Buffat, Pellecuer 2001 ; 3 : Les Grandes Terres à Beynost (Ain), d’après Motte 2000 ; 4 : Champion, Hamois (Belgique), d’après Van Ossel, Defgnée 2001.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2555/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540