Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La villa gallo-romaine de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme)

 | 
Guy Alfonso
, 
Frédérique Blaizot

Chapitre 2. Les premières occupations du site

Guy Alfonso et Alain Wittmann

Texte intégral

1Avant l’implantation de la villa romaine, le site de Champ Madame a été investi par les hommes à plusieurs reprises. Les plus anciennes traces d’occupation, dont nous ne livrerons pas ici une présentation détaillée, datent de la période néolithique. Elles ont été mises au jour dans la partie méridionale de la villa : au sud du bâtiment résidentiel, où un paléosol très altéré, creusé par une probable structure de combustion et par trois fosses de nature indéterminée, a été reconnu (Saintot 1999) et dans l’angle sud-est de l’enclos, aux Foisses, où trois autres fosses ont été dégagées (Loison 1994 : 20-21). Le mobilier céramique et lithique associé à ces structures est attribuable au Néolithique moyen II (Chasséen récent). Par ailleurs, des fragments d’une jarre datée du Néolithique final ont également été retrouvés (Saintot 1999). Ces vestiges se localisent en marge d’un site qui s’étend sur plusieurs centaines de mètres au sud-ouest de la villa et qui a fait l’objet de deux opérations de fouille préventive récentes (Le Colombier : Loison 1994 ; Champ Madame et Artière-Ronzière : Saintot 2004). Ces dernières ont mis au jour des enclos, des bâtiments sur poteaux, des foyers, des fosses et des zones funéraires constituant un vaste habitat qui témoigne de l’attrait exercé, dès cette période, par ce secteur de la vallée de l’Artière. Le site n’est pas réoccupé avant la période laténienne.

Une occupation de La Tène finale (C2-D1)

2Trois structures importantes de la fin de l’âge du Fer ont été découvertes dans les trois secteurs fouillés de la villa : deux fossés respectivement orientés nord-sud et est-ouest à Pourliat et à Champ Madame et un enclos quadrangulaire aux Foisses (fig. 8). Les mêmes fouilles ont livré quelques fosses et un muret antérieurs à la villa dont la datation demeure imprécise : certaines de ces structures pourraient dater de la période gallo-romaine précoce. Par ailleurs, cinq sondages ouverts dans le périmètre de la villa, à Champ Madame et à Pourliat, ont révélé la présence de céramique laténienne (La Tène C2-D1) dans le niveau supérieur des colluvions recouvrant la terrasse, tandis que trois autres sondages ont livré des fragments de poterie non tournée atypique. L’aspect général d’une bonne partie de ces tessons exclut qu’ils aient été rapportés sur le site par colluvionnement. Toutefois, dans aucun des sondages, de même que dans le cadre des décapages profonds, il n’a été reconnu de niveaux de sol ou d’occupation ; ces derniers ont semble-t-il été entièrement bouleversés par les travaux d’aménagement de la villa. Il est important de noter que ces tessons n’apparaissent jamais sous forme de concentrations importantes. Des éléments céramiques laténiens ont également été retrouvés en position résiduelle dans certains contextes gallo-romains.

8 - Plan général des vestiges antérieurs à la villa.

Un enclos quadrangulaire aux Foisses (fig. 8 et 48)

3Cette structure, recoupée par le mur d’enceinte sud de la villa, qui n’en reprend pas l’orientation, a fait l’objet d’une fouille assez approfondie sous la direction de G. Loison (Loison 1994 et 1995). L’enclos est constitué de quatre fossés perpendiculaires de 2 m de largeur et de 1,10 m à 1,40 m de profondeur, à section en V et à fond plat, délimitant une aire carrée de 20 m de côté. Les deux tiers sud-est de l’enclos ont été dégagés superficiellement ; plusieurs tronçons des fossés est, sud et ouest ont ensuite été fouillés exhaustivement. Le remplissage des fossés, assez homogène, comporte trois phases principales. Le comblement le plus ancien est formé de matériaux issus de l’érosion des parois creusées dans le substrat marno-calcaire et la terrasse de l’Artière. Celui-ci est recouvert par une couche de limon argileux brun organique, recelant des déchets céramiques et fauniques, des fragments de torchis, des scories ainsi que des charbons, « des agglomérats cendreux constitués par des fibres végétales compactées » et des grains de blé carbonisés. Le remplissage final est composé d’un limon brun plus sableux, probablement d’origine colluviale. Le mobilier céramique recueilli dans le fossé est attribuable à La Tène C2 (IIe siècle avant notre ère).

4À l’intérieur de l’enclos ont été dégagés sept trous de poteau pourvus de calages de pierres, dont six sont alignés parallèlement au fossé sud-est, à une distance de 1,50 m. Ils doivent correspondre à une construction légère dont le plan d’ensemble n’a pu être restitué puisqu’un tiers de la surface enclose n’a pas été décapée.

Deux larges fossés à Champ Madame et à Pourliat

Champ Madame : fossé f2221-2271

5Localisé sous le bâtiment résidentiel, le fossé F2221-2271, orienté est-nord-est/ouest-sud-ouest, a été recoupé dans les sondages 39, 35 et 50 et plus particulièrement étudié dans le cadre de ces deux derniers sondages (fig. 8).

Sondage 35 (fig. 9)

6Le fossé F2221 s’ouvre sous une couche hétérogène (us 2276), correspondant au niveau d’abandon remanié présent dans ce secteur du site où les sols antiques n’ont pas été conservés. Au nord du fossé, cette couche recouvre directement les colluvions antérieures à l’implantation de la villa.

9 - Coupe du fossé F2221 (Champ Madame, Sd. 35).

7Le niveau de la nappe phréatique n’a pas permis d’atteindre le fond du fossé qui a par ailleurs été recoupé, sur sa bordure sud, par la fondation d’un mur antique (M 2131). Il est toutefois possible de restituer globalement sa morphologie : son profil en V assez ouvert permet de restituer une largeur à l’ouverture voisine de 4,80 m l’on admet l’hypothèse d’un profil symétrique, tandis que sa profondeur doit approcher 1,90 m.

8Cinq niveaux de remplissage successifs ont pu être distingués en coupe : le comblement le plus ancien (us 2220) est formé d’un sédiment argilo-sableux brun à grisâtre foncé mêlé à du cailloutis, des gros blocs de granite et d’origine volcanique, des nodules de marno-calcaire, qui a livré 7 tessons de poterie non tournée attribuables à la période laténienne. Les remplissages déposés ensuite sont constitués en alternance de couches formées d’un sédiment limono-argileux blanchâtre et calcaire issu de l’altération des marnes et de couches composées d’un sédiment limono-argileux brun foncé, auxquelles sont mêlés, en proportion variable, du cailloutis, des galets, des blocs, des nodules de marno-calcaire. Ces couches ont livré quelques fragments de tuiles, mais aucun fragment de céramique non tournée.

9Seul le comblement le plus ancien atteste un milieu humide sans toutefois témoigner d’un ruissellement, aspect qui a été confirmé par l’étude palynologique d’un échantillon prélevé dans cette couche. Il paraît probable que les remplissages postérieurs proviennent d’un dépôt, en bordure nord du fossé, des marnes calcaires et des limons extraits du sous-sol lors de son creusement. Ainsi, si l’on considère le mobilier issu des différents comblements, seul le plus ancien peut être attribué à la phase d’utilisation du fossé. Les comblements postérieurs doivent être liés à la phase d’abandon, puis de remblaiement définitif de cette structure, lors de l’édification de la villa.

Sondage 50 (fig. 10)

10Le sondage n’a pas permis d’atteindre le fond du fossé 2271 qui a par ailleurs été entaillé, au nord, par la construction du mur antique M 2001 : là encore, le profil de cette structure demeure incomplet. Sa largeur et sa profondeur excèdent respectivement 1,80m et 1,10 m. Sa paroi sud, oblique, suit une inclinaison proche de celle des parois du fossé 2221, et pourrait se rapporter à un fossé à profil en V. Les quatre niveaux de remplissages successifs observés en coupe sont composés de limon argileux brun foncé incorporant, en proportions variables, du cailloutis, des galets, des blocs, des nodules de marno-calcaire. Aucun matériel n’a été recueilli dans cette structure.

10 - Coupe du fossé F2271 (Champ Madame, Sd. 50).

11La figure 8 propose une restitution schématique du tracé de ce fossé, reposant sur l’hypothèse que les trois segments de fossés dégagés correspondent à la même structure. Elle montre que ce tracé hypothétique recouvre, au moins partiellement, l’emprise des sondages 12, 36, 41 et 49, ce qui soulève plusieurs problèmes. En effet, si le Sd. 36 a effectivement révélé des couches de limon brun renfermant de nombreux blocs et galets, très proches des remplissages du fossé 2221 observés dans le cadre du Sd. 35, les couches recoupées dans les sondages 12, 41 et 49 semblent correspondre à la stratigraphie du terrain en place observée dans ce secteur du site. Cela implique soit que le tracé de cette structure n’est pas rectiligne, soit qu’il s’agit d’une structure discontinue, dans laquelle sont aménagées des entrées, cette dernière hypothèse paraissant la plus plausible.

Pourliat : fossé f1063

12Cette structure, orientée approximativement nord-sud, a été dégagée superficiellement dans le cadre du décapage réalisé à l’emplacement de l’aire funéraire gallo-romaine, et recoupée à la pelle mécanique, une douzaine de mètres plus au sud (Sd. 29) où elle se prolonge au-delà des limites de la fouille (fig. 8). Mais on n’en retrouve pas le prolongement dans le Sd. 34, ouvert à l’extrémité nord du secteur 3, ce qui paraît indiquer que le fossé comporte un retour, bien qu’on ne puisse exclure l’existence d’une interruption ponctuelle. On peut donc estimer que sa longueur excède 12 m. Le profil du fossé est incomplet puisqu’il a été recoupé successivement par les fondations de deux murs antiques (fig. 11). Le fossé s’ouvre en surface des colluvions argileuses qui recouvrent le substrat géologique et entaille profondément celui-ci. Les différentes observations permettent d’estimer que sa largeur au niveau d’ouverture doit être voisine de 2,50 m, tandis que sa profondeur ne doit pas excéder 1,50 m. La paroi ouest présente un profil oblique bien que faiblement concave. En coupe, deux niveaux de comblement principaux ont été distingués : le plus ancien est formé de limon très argileux presque noir, contenant un peu de galets et de cailloutis, témoignant d’une circulation d’eau. Le remplissage supérieur est constitué d’un sédiment limono-argileux brun à inclusions de graviers, cailloutis et nodules marno-calcaires provenant du substrat. Le remplissage le plus ancien a livré quelques tessons de céramique modelée et d’amphores italiques attribuables à La Tène C2-D1.

11 - Vue du fossé laténien F1063, recoupé par le mur antique M1031 (Pourliat, Sd. 29), vers le sud.

Les autres structures laténiennes

  • 6 Ces structures dont la datation est très incertaine ne sont pas figurées sur le plan de la fig. 8 ; (...)

13Elles sont très peu nombreuses. À Champ Madame, plusieurs petites fosses à profil en cuvette, de 0,30 m de diamètre et 0,25 m de profondeur en moyenne, pourraient, par leur position stratigraphique, appartenir à cette phase d’occupation : F1137 (Sd. 24), F2106 (Sd. 12), F2147 (Sd. 17), F2203 et F2204 (Sd. 27), F2232 et F2234 (Sd. 33), (Sd. 39)6. Mais à l’exception de la fosse F1206, qui a livré quelques tessons d’aspect protohistorique, ces structures étaient comblées d’un remplissage homogène de limon argileux brun foncé qui s’est révélé stérile. Elles pourraient aussi bien appartenir à la phase d’occupation néolithique du site (cf. supra).

14À Pourliat, un trou de poteau (F3029) a été dégagé à l’extrémité ouest de la fouille, à 6 m environ à l’ouest du fossé F1063. Il s’ouvre, comme celui-ci, en surface des colluvions et entaille le substrat géologique, mais, en l’absence de mobilier, sa datation reste incertaine. À l’est, une structure en pierres (M2086) a été appréhendée dans le cadre du Sd. 17, ouvert dans la pièce P3. Il s’agit d’un alignement assez régulier de blocs non taillés, juxtaposés sans liant, sur une longueur excédant 3 m. Ces blocs sont disposés sur la surface horizontale d’une couche de limon argileux brun et scellés par une couche de même type, qui a livré quelques tessons de la période de La Tène finale/gallo-romain précoce.

15Aux Foisses, aucune autre structure laténienne n’a été mise en évidence à proximité de l’enclos quadrangulaire.

La céramique laténienne de Pourliat

16À l’exception des quelques tessons de panse issus du fossé F2221-2271 et de la fosse F2106, qui ne peuvent être datés précisément, la céramique de La Tène n’est présente sur le site de Champ Madame que sous forme résiduelle ; aussi ne présenterons-nous ici que la céramique du site de Pourliat.

17Les niveaux les plus précoces du site (us 1009, 2024, 2029, 2142, 2150 et 2059/2060) ont livré 91 fragments de céramique laténienne, représentant au moins 30 individus différents. Un tesson d’amphore campanienne Dr. 1 leur était associé. De taille généralement importante, ces vestiges montrent toujours des cassures franches et des surfaces peu érodées. Leur bon état de conservation suggère donc qu’ils n’ont pas été rapportés par colluvionnement, mais qu’ils correspondent à une réelle occupation in situ. Toutefois, celle-ci a été largement perturbée par les aménagements ultérieurs. En effet, les remblais gallo-romains et médiévaux ont livré 200 tessons du second âge du Fer, soit 99 individus en N.M.I.

18La fouille du fossé 1063 a également révélé quatre fragments de vases protohistoriques et huit tessons d’amphores italiques ; parmi ces importations, on remarque cinq fragments provenant d’une amphore de Campanie Dr. 1A, dont la pâte rouge brique est chargée de pyroxènes.

19Il semblerait que l’essentiel du lot remonte à la période de La Tène C2-D1. En l’absence de mobilier métallique, il n’est guère possible de proposer une fourchette chronologique plus étroite. Cette datation est motivée, entre autres, par la présence d’un récipient archéologiquement complet : il s’agit d’une jatte à bord rentrant en céramique fine tournée, dont la paroi tronconique très évasée est ornée intérieurement de bandes lissées convergentes. Dans le domaine des productions à pâte fine, on notera aussi plusieurs pots ovoïdes à décor lissé externe et un fragment de vase peint. Les céramiques grossières sont illustrées par des jattes d’Aulnat et un type de vase ovoïde qui leur fait pendant au sein du même service (Deberge, Guichard, Loughton 2001 : fig. 4, n ° 4). Le répertoire des formes comporte, en outre, des jattes à bord mouluré et des pots ovoïdes décorés d’une baguette saillante à la base du col.

20Néanmoins, quelques rares éléments pourraient appartenir à une époque plus ancienne. C’est le cas d’une lèvre de jatte, dont le profil évoque certaines productions du premier âge du Fer. De même, plusieurs fragments de pots sont peut-être attribuables à la période de La Tène C1. Quelques-uns appartiennent à un grand vase à pâte fine sandwich, dont l’épaule est soulignée par une large moulure proéminente. Un autre récipient se compose d’une panse légèrement renflée, au-dessus de laquelle se développe un col droit sans lèvre prononcée ; des incisions obliques sont gravées sur l’épaule.

Conclusion

21À Champ Madame, à Pourliat et aux Foisses, la zone supérieure des sols bruns qui recouvrent la terrasse livre des tessons de céramique laténienne, dont une bonne partie peut être datée de La Tène C2-D1 (IIe siècle avant notre ère). Le résultat des sondages de diagnostic ouverts dans les zones qui n’ont pas fait l’objet de fouille montre que ce phénomène concerne à peu près l’ensemble du domaine. Dans tous les secteurs cette présence reste cependant diffuse, aucun d’entre eux n’ayant révélé une quelconque concentration de mobilier. Par ailleurs, si chacun des trois sites a livré au moins une structure fossoyée, on observe que les nombreux sondages répartis sur l’ensemble de la superficie explorée, ainsi que les décapages profonds réalisés à Pourliat, n’ont pas révélé de regroupement dense de structures, ni permis de reconnaître de sol de cette période. Il est vraisemblable que les niveaux correspondant à cette occupation laténienne ont été fortement bouleversés et érodés lors de l’implantation de la villa, ce que confirme la présence, quantitativement non négligeable, de céramique résiduelle dans les niveaux gallo-romains.

22Si la datation de l’enclos fossoyé mis au jour aux Foisses est assez bien calée (La Tène C2), celle des deux fossés de Champ Madame et de Pourliat reste trop large pour permettre d’affirmer que les trois structures sont contemporaines.

23Les deux fossés de Champ Madame et de Pourliat, distants de 80 m, présentent des différences, mais aussi plusieurs caractéristiques communes : orthogonalité, position stratigraphique, morphologie, nature de certaines couches de remplissage, ce qui permet de formuler l’hypothèse qu’ils constituent les côtés sud et est d’un vaste enclos se développant dans l’angle nord-ouest de la villa. Dans cette éventualité, l’absence de concentrations de structures ou de mobilier pourrait s’expliquer par le fait que le cœur du site laténien se situerait en dehors des zones fouillées. Toutefois leur relation n’est pas établie et ils pourraient aussi constituer des structures de drainage ; l’absence de traces importantes de ruissellement ne permet pas en effet d’écarter cette fonction. Le gabarit des fossés et particulièrement celui de Champ Madame, dont la largeur et la profondeur atteignent respectivement quatre mètres quatre-vingt et un mètre quatre-vingt-dix, conduit aussi à évoquer une éventuelle fonction de fortification, bien qu’aucune trace de palissade interne ou externe n’ait été observée, mais en ce domaine encore, les preuves font défaut.

24L’enclos quadrangulaire des Foisses, dont l’orientation diffère de celle des fossés, a livré très peu de déchets céramiques et fauniques, ce qui ne l’apparente pas à priori à un habitat, ni à un site funéraire.

25Le bilan de ces observations est paradoxal : il atteste l’existence d’une implantation laténienne au cours du IIe siècle avant notre ère dans l’ensemble de l’emprise de la villa, mais les caractéristiques et la nature précises de cette occupation nous échappent en grande partie. L’absence de structures typiques des habitats de cette période (enclos, palissades, bâtiments, greniers, puits, fosses-silos, sépultures…) pourrait être imputée au fait qu’une grande partie du site n’a pas été décapée et que, dans les zones fouillées, les aménagements gallo-romains ont pu détruire ou masquer ces vestiges ; mais ces arguments ne peuvent être retenus si l’on considère que l’ensemble du périmètre de la villa ainsi que les terrains avoisinants ont été systématiquement sondés, et parfois décapés, en profondeur.

26Ces données ne plaident pas en faveur de l’existence, sur le site de Champ Madame, d’un établissement rural important qui pourrait être à l’origine de l’implantation gallo-romaine. D’autant que l’examen global du mobilier laténien montre que cette occupation s’interrompt vers le début du Ier siècle avant notre ère, comme sur de nombreux sites de plaine en Limagne, manifestement délaissés au profit des sites de hauteur (Collis et al. 1997 ; Guichard 2000). Il existe donc un hiatus de près d’un siècle entre cet abandon et les premières traces d’occupation du site à l’époque romaine, datables de la période d’Auguste-Tibère.

Une occupation gallo-romaine antérieure à la villa

27Un ensemble de vestiges diffus et pour l’essentiel remaniés témoigne d’une implantation gallo-romaine antérieure à l’édification de la villa (fig. 8). Aux Foisses, une dépression recoupée par le mur de clôture sud du domaine a livré du mobilier céramique de la période tibéro-claudienne (Loison 1994). Dans la partie nord-est de la villa, à Pourliat, plusieurs sondages ponctuels ont révélé la présence, au sommet des colluvions qui recouvrent la terrasse, d’éléments céramiques attribuables au début de l’époque romaine (fin du Ier siècle avant notre ère/1ère moitié du Ier siècle de notre ère), parfois associés à des tessons laténiens ; ces couches, qui ne s’apparentent pas à des sols, sont recoupées par les plus anciennes maçonneries antiques. Par ailleurs, sur les trois sites, les niveaux contemporains de la villa recèlent fréquemment des céramiques résiduelles de cette période (cf. chapitre 4).

28Ces vestiges témoignent-ils de l’existence d’un premier établissement gallo-romain, entièrement détruit par l’aménagement ultérieur de la villa ? À l’appui de cette hypothèse, on avancera que les établissements ruraux précoces, jusqu’au milieu du Ier siècle de notre ère, sont fréquemment bâtis en matériaux légers, dépourvus de fondations profondes et laissent donc peu de traces. Toutefois, comme pour la période laténienne, la rareté des structures mises au jour sur l’ensemble du site est frappante et ne traduit pas l’existence d’un habitat important de type villa. Il est d’ailleurs notable qu’aucune trace d’un enclos primitif fossoyé n’ait été mise en évidence. On soulignera également l’absence, dans l’aire funéraire, de tombes antérieures au premier état de la villa, bien que celle-ci puisse s’expliquer par un déplacement du lieu d’ensevelissement. Sans doute faut-il plutôt considérer que le cœur de cette première implantation gallo-romaine ne se situait pas à l’emplacement précis de la villa.

Notes

6 Ces structures dont la datation est très incertaine ne sont pas figurées sur le plan de la fig. 8 ; les sondages sont localisés sur le plan de la fig. 50.

Table des illustrations

Légende 8 - Plan général des vestiges antérieurs à la villa.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende 9 - Coupe du fossé F2221 (Champ Madame, Sd. 35).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 10 - Coupe du fossé F2271 (Champ Madame, Sd. 50).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 11 - Vue du fossé laténien F1063, recoupé par le mur antique M1031 (Pourliat, Sd. 29), vers le sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540