Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charpentiers et couvreurs

 | 
Bruno Phalip

Glossaire

Note de l’auteur

Nota bene : Certains termes ne font pas l’objet d’une définition. Le lecteur se reportera aux figures générales jointes à la fin du glossaire.

Texte intégral

1Abouter : pièces assemblées par leurs extrémités (bout à bout). Le but est d’obtenir une continuité dans la plus grande longueur possible : entraits, sablières, poinçons. Les pièces aboutées nécessitent un assemblage ou enture* (tenon et mortaise, trait de Jupiter, sifflet, décrochement en crossette...).

2Aubier : lorsqu’un arbre est coupé, le bois d’aubier correspond aux cernes les plus récents. Le bois est tendre et d’une couleur différente du bois de brin* (plus clair ou plus foncé selon les essences).

3Bain de mortier : fixation de matériaux de couverture (tuiles, laves*...) par apport d’un mortier gras sur les reins des voûtes (extrados). Cette technique à bain de mortier ou sur bain de mortier, est adaptée à la couverture sur voûtes. Elle ne correspond pas à l’usage de charpentes.

4Besaiguë/bisaiguë : outil métallique de charpentier. Deux définitions sont possibles : long ciseau droit manié à deux mains (percussion lancée), ciseau plus court (percussion posée, lame à angle droit avec pointe). Il est destiné à la réalisation de mortaises (voir figure jointe au glossaire).

5Bille : lorsqu’un arbre est abattu, la pièce ébranchée ou grume*, est débitée en plusieurs billes. Dans la pratique, seules de fortes irrégularités conditionnent cette découpe en billes. Lorsque le tronc est droit, la grume* tend à ne former qu’une seule bille. Le dédoublement correspond à la division en deux pièces d’une grume*. Un tronc fortement coudé ou doté de très gros nœuds de branches, nécessite cette découpe.

6Bois courts et bois longs : voir futaie*.

7Bois de brin : la bille* débarrassée de ses dosses, ainsi que de l’essentiel de son bois d’aubier*, donne le bois de brin ou bois de cœur (voir figure jointe au glossaire).

8Bouvetage : bouveter consiste à profiler les bords d’une planche afin qu’une partie mâle s’assemble dans une partie femelle rainurée. L’intérêt réside dans l’absence d’écart entre les pièces (charpenterie de marine, palissades, cloisons, garniture de voûte carénée).

9Chaussine : terme de couverture en Limagne auvergnate. Afin de couvrir une voûte, les reins en extrados sont comblés avec des gravats de chantier. Ils peuvent être mêlés à de la chaux, de la terre ou de l’argile. En extrados, les matériaux formant chaussine épousent la forme de la voûte. Cette chaussine est régularisée pour constituer des versants utilisables pour y disposer (cales ou bain de mortier) les matériaux de couverture.

10Chevron-formant-fermes : chevrons-fermes ou chevrons-portant-fermes. Les trois expressions sont connues, mais la dernière — utilisée par Viollet le Duc, Deneux et l’Inventaire — est fautive. Les chevrons, peu espacés (70 à 90 cm), prennent la place des arbalétriers, mais ne portent rien. Les deux autres appellations sont préconisées par Jean-Christian Bans et l’historiographie anglaise. Transversalement, l’assemblage de l’entrait, des chevrons et du poinçon constitue l’essentiel de la triangulation. Les éléments de contreventement* sont les jambettes et les aisseliers greffés en faux-entraits. Longitudinalement, la cohésion est assurée par les sablières jumelées, la panne de sous-faîtage et la panne faîtière*. Entre les deux, la triangulation est assurée grâce à une croix de Saint-André, des contrefiches et des écharpes. Cette charpente à chevrons-formant-fermes suppose des pentes de versant supérieures à 45° (voir figure jointe au glossaire).

11Colonge : unité agricole de la période carolingienne (colonica) ; unité de production, ferme, hameau.

12Comble : volume dégagé par le biais d’une charpente entre l’extrados d’une voûte (ou d’un plancher) et la couverture (ou toiture). Ces combles sont essentiels pour l’aération et le séchage des parties hautes d’un édifice.

13Contreventement : le contreventement d’une charpente peut être longitudinal (pannes faîtière* et de sous-faîtage, contrefiches) ou transversal (entrait, faux-entrait, jambettes, aisseliers). Tout assemblage orthogonal simple supposant des déformations, la triangulation est toujours souhaitable. Elle est obtenue par le biais de longues pièces (pannes, entraits...) triangulées, dans un sens ou dans l’autre, grâce à des pièces courtes obliques (contrefiches, jambettes...).

14Coyer : voir enrayure.

15Débit sur dosse : débitée en billes*, la pièce peut être sciée en au moins deux pièces de même longueur. L’épaisseur de chaque pièce obtenue équivaut à la moitié de sa hauteur. Le cœur de la pièce est repérable en milieu d’une face. Des traces de bois d’aubier* peuvent être repérées sur les deux arêtes opposées à la face de cœur (Voir figure jointe au glossaire).

16Débit sur quartier : débitée en billes*, la pièce peut être sciée en quatre pièces de même longueur. L’épaisseur de chaque pièce correspond à sa hauteur. Le cœur de la pièce d’origine se repère sur une arête. Des traces de bois d’aubier* peuvent subsister sur l’arête opposée (Voir figure jointe au glossaire).

17Deffens : mise en deffens, forêt seigneuriale de la réserve qui est protégée. La coupe est réglementée.

18Délignage : deux significations possibles. Travail visant à supprimer les flaches* en arêtes des pièces. Tracés d’épures au cordeau (cingler une pièce) ou pointe sèche (dresser une pièce) pouvant être présents sur les pièces (long trait à mi-bois dans la longueur, traits à tiers-bois en vue de la découpe des mortaises). Ces tracés ne semblent visibles qu’à partir du XVe siècle. Leur fragilité empêche une observation plus nette.

19Demi-ferme : pour couvrir un collatéral, le mur de la nef permet d’économiser la moitié d’une charpente à fermes-latines* : moitiés d’entraits (charpente visible uniquement), arbalétriers d’un seul versant, absence de poinçon. La formule la plus simple consiste à faire reposer l’extrémité supérieure des chevrons sur une panne faîtière supportée par des corbeaux.

20Dosse : première chute de bois obtenue par sciage longitudinal d’une bille*. La dosse permet d’éliminer l’écorce, la majeure partie du bois d’aubier* et des irrégularités de surface (nœuds).

21Échantignolle : lorsque les pannes reposent sur les arbalétriers, ces pièces glissent naturellement. Un assemblage par cheville permet de bloquer les pièces. Une cale triangulaire est prévue à partir de la période moderne. Placée dans la partie inférieure de l’assemblage, l’échantignolle contribue à solidariser les pièces.

22Élancement : l’élancement d’un tronc correspond à la hauteur moyenne du fût de l’arbre. Celle-ci peut être déduite grâce à l’observation des pièces les plus longues d’une charpente. L’élancement correspond au bois utile en charpenterie. Le houppier ou la ramure basse, sont repérés par observation du positionnement des nœuds.

23Enrayure : lorsqu’un édifice ne possède pas de mur pignon maçonné ou pour une tour à plan centré (carré, octogone, circulaire), la charpente possède plusieurs enrayures. L’enrayure est composée de pièces longues (entrait, demi-entrait) et de pièces courtes (goussets*, coyers*) destinées à s’adapter au volume de la toiture : pyramide, tronc de cône, flèche à pans. Si la charpente d’une partie droite de chœur possède un faux-entrait en contreventement* transversal, l’enrayure d’abside sera double. Le chevet droit permet d’éviter l’usage des enrayures. En revanche, les charpentes les plus hautes à croupes circulaires ou polygonales nécessitent parfois trois ou quatre niveaux d’enrayure. Cela témoigne aussi d’un important niveau de qualification.

24Enture : voir abouter.

25Équarrissage : dégrossir une pièce à la hache, puis à l’herminette* ou à la varlope (long rabot du charpentier). Débitée, la pièce est dédossée (suppression des dosses*), dégauchie (suppression des irrégularités).

26Essentes : ou bardeaux. Matériaux en bois (châtaignier, sapin) destinés à couvrir une charpente en remplacement de tuiles, ardoises ou autres.

27Faîtière : terme de couverture. En arête supérieure, formée par les deux versants d’une toiture (en panne faîtière), le couvreur va procéder à l’assemblage d’éléments permettant l’étanchéité : tôle de plomb ou de zinc pliée en ^, tuile ronde ou canal, lourdes et longues pierres taillées en « chapeau » de tuile canal, boudin de mortier ou de terre (couverture végétale).

28Ferme débordante : dans le cadre d’une charpente à chevrons-formant-fermes*, l’extrémité située en pignon peut déborder sur la façade (généralement à pans de bois). Cette protection, formant auvent, rend visible la structure interne sous combles : extrémités des sablières, pannes, faux-entrait, arbalétriers, poinçons, blochets, jambettes et aisseliers.

29Ferme latine ou ferme-vraie : cette charpente est essentiellement utilisée dans les pays méridionaux depuis l’Antiquité. Les pays septentrionaux ont pu utiliser la formule en préférant la charpente à chevrons-formant-fermes* du XIIe au XVIe siècle. La ferme latine est constituée d’un entrait, de deux arbalétriers et d’un poinçon assurant la cohésion de la forme triangulée. Contrairement au chevron-ferme, l’espace entre fermes latines est nettement plus important (3 m et plus). Chaque arbalétrier supporte des pannes (de rive, de versant, de faîtage*) destinées à porter des chevrons serrés. Le contreventement* transversal existe rarement, hormis la triangulation de départ. Le contreventement* longitudinal est simplement assuré par une panne faîtière* (ou de faîtage*) et des contrefiches obliques. Des formules simplifiées dépourvues de poinçon existent (ferme latine simplifiée ou ferme triangulée élémentaire). Les assemblages sont alors souvent à mi-bois. Les pentes de toiture sont faibles et inférieures à 35°. Une ferme peut être remplacée par le système des méjeans* maçonnés.

30Flache : lorsqu’une pièce est débitée, les dosses* sont enlevées de manière à obtenir une pièce de section quadrangulaire. Ces angles et arêtes sont réguliers dans le cas d’une pièce de qualité. Des flaches apparaissent en arêtes lorsque le tronc débité présente des irrégularités (nœuds, variations de diamètre ou tronc peu rectiligne). L’élimination des flaches est généralement obtenue en délardant les arêtes. Il s’agit alors d’abattre l’angle grâce à un biseau (arête taillée en oblique ou chanfrein).

31Forêt : terme attaché aux « vaisseaux » principaux des charpentes les plus vastes. Il évoque l’ensemble des chevrons-fermes et des pièces de contreventement* visibles dans les combles* hauts.

32Futaie : formation boisée habituelle dont les arbres adultes possèdent des fûts hauts et réguliers. La production de bois longs y est autorisée. Les arbres croissent lentement en formation serrée ou dense. La forte concurrence entre les individus implique l’absence quasi totale de branches avant le houppier. Il s’agit alors d’arbres haut-branchus. La futaie permet également de distinguer les formations de très grande qualité en haute-futaie (fûts les plus longs et réguliers d’une essence) ou encore celles de moindre qualité en formation arbustive (taillis, garrigues, forêt épuisée des zones de reliefs accentués). Cette dernière connaît des arbres croissant rapidement en formation claire (voire sujets isolés). Des surgeons caractérisent la base des troncs. Ces arbres sont souvent bas-branchus et irréguliers de troncs. Les pièces sont courtes.

33Gousset : voir enrayure.

34Grume : lorsque l’arbre est abattu, la pièce restante ne possède plus ses attaches au niveau des racines, ni ses branches en houppier (ou sur le tronc). L’écorce est encore présente.

35Herminette : outil du charpentier destiné à rattraper une irrégularité ou aplanir une face noueuse. Dans le cas d’une hache (percussion lancée à deux mains), le tranchant de la lame est parallèle au manche. Pour l’herminette (percussion lancée à une seule main), ce tranchant de lame est courbe et perpendiculaire au manche. Les négatifs des copeaux enlevés sont très reconnaissables en surface des pièces. L’équivalent dans l’outillage du tailleur de pierre est la polka.

36Larmier : pierres débordantes permettant à l’eau de pluie de s’égoutter le plus loin possible des parements. Equivalents : corniche, gouttière.

37Lauze : matériau de couverture se délitant par exfoliation et formant tuiles ; schistes, calcaires, phonolites.

38Laves de rive : laves et lauzes* sont équivalents en terme de couverture. Le premier terme est plutôt utilisé en Bourgogne (calcaires), tandis que le second est connu dans les montagnes du Massif Central. Placées en gouttière, de longues et larges lauzes* permettent d’établir un surplomb formant corniche, afin que l’eau s’égoutte.

39Liteau : cloués ou chevillés, les matériaux de couverture nécessitent des planches formant voliges* jointives. Calés grâce à un téton (tuile plate) ou fixés par un crochet (ardoise), le dispositif est allégé de tasseaux bien séparés. L’espace entre liteaux résulte de la prise en compte du module du matériau de couverture.

40Méjean : arc diaphragme maçonné permettant l’économie d’une ferme latine*. Système antique passant dans le cadre médiéval. Il permet de porter des planchers ou des charpentes, tout en évitant l’usage de bois longs, de forte section. Perpendiculaire au mur gouttereau l’arc méjean nécessite seulement des pannes organisées en travées. Parallèle aux murs gouttereaux, une suite d’arcs nécessitera des chevrons (Voir figure jointe au glossaire).

41Noue : terme de couverture. Angle rentrant formé par la rencontre des versants de deux toitures (logis en “ L ” par exemple). Pour une croupe de toiture, l’angle inverse se nomme un arêtier. En partie supérieure, cette rencontre crée un arêtier de faîtière. En rive ou gouttière, un bris est l’angle résultant de l’adjonction d’un coyau (terme de charpentier) ou d’un égout retroussé (terme de couvreur). Pour une toiture de transept, les noues ne sont pas présentes si une tour de croisée existe. L’usage du transept-bas permet également d’éviter les noues.

42Phonolite : voir laves de rive.

43Rampants d’un pignon : partie supérieure maçonnée d’un pignon. Ses pentes reproduisent généralement celles de la toiture située en arrière.

44Sapine : lors de la construction d’un édifice, une tour charpentée accompagne souvent l’échafaudage. Elle est destinée au levage des matériaux lourds et peut porter une chèvre, son treuil et sa roue d’écureuil.

45Taille en sifflet : afin d’abouter deux pièces dans le sens longitudinal, un assemblage est nécessaire. La découpe droite (tenon et mortaise) est utilisée, mais celle oblique de l’assemblage en sifflet est préférée. Elle est issue de la simplification de l’assemblage en trait de Jupiter.

46Tarière ou foret : l’outil comprend un manche percé d’une mortaise au centre et des mèches métalliques. Les mèches dites à « hélice », hélicoïdales ou vrillées conviennent pour percer la pièce perpendiculairement à la structure du bois. Les mèches à « cuillers » travaillent dans le sens longitudinal, parallèlement aux fibres.

47Tas de charge ou porte à faux : pour un arc, les matériaux sont assemblés horizontalement avec un débordement progressif et non en claveaux.

48Upper-cruck : terme recouvrant une charpente à ferme latine simplifiée*, sans poinçon. N. -W. cf. ALCOCK, A catalogue of cruck building, CBA Research Report, n° 42, 1981, p. 96, fig. 49, croquis D et F2.

49Volige : voir liteau.

78 - Coupe à partir d’une bille sur dosse, le débit sur quartier sans ses dosses, irrégularités.

79 - Terminologie adaptée à la bille ébranchée, pièce irrégulière délardée.

80 - Découpes et assemblages, embrèvement avant et arrière.

81 - Découpes et assemblages, tiers-bois, mi-bois.

82 - Charpente à chevron-formant ferme ou chevron-ferme (une moitié représentée).

83 - Charpente à ferme latine ou ferme-vraie.

Table des illustrations

Légende 78 - Coupe à partir d’une bille sur dosse, le débit sur quartier sans ses dosses, irrégularités.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 79 - Terminologie adaptée à la bille ébranchée, pièce irrégulière délardée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 80 - Découpes et assemblages, embrèvement avant et arrière.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 81 - Découpes et assemblages, tiers-bois, mi-bois.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 82 - Charpente à chevron-formant ferme ou chevron-ferme (une moitié représentée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 83 - Charpente à ferme latine ou ferme-vraie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540