Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charpentiers et couvreurs

 | 
Bruno Phalip

Conclusion

Texte intégral

1L’architecture s’insère dans un paysage qu’elle contribue à transformer. Pour les bâtiments civils, les logis seigneuriaux ou les édifices religieux, les modèles sont alors fondés sur la base d’univers perçus. Tout au long du Moyen Âge, lorsque des géographies architecturales sont mises en valeur, l’incidence de la géographie physique est forte en impliquant culture et modes de bâtir spécifiques. L’emploi simultané de terre, sable, bois et pierre n’est alors pas exempt de différences d’utilisation en volume pour chacun des matériaux.

2À l’origine, le chantier médiéval est conditionné par le couvert forestier environnant. Y compris pour un chantier exceptionnel, les modules choisis dépendent des bois utilisés. La forêt méditerranéenne — épuisée au XIIe siècle, protégée et reconstituée au XVe siècle — se caractérise d’abord par de petits arbres aux troncs tourmentés, bas-branchus et ramifiés dès la base. On comprend par-là les inévitables conséquences que cela peut avoir en architecture. Face aux pays septentrionaux, les modules sont courts pour les surfaces voûtées (cintres), autant que des plafonnements toujours limités. Au regard d’une telle pénurie constatée en Massif Central du XIe au XIIIe siècle, la rareté des aspects de futaie* dans le paysage implique une tendance à développer des partis architecturaux plutôt maçonnés, sans faire appel à de vastes charpentes. En revanche, lorsque le couvert forestier se révèle plus riche, l’architecture s’en ressent immédiatement. Les implications sont, de toute manière, évidentes. Les maçons et tailleurs de pierre dominent le chantier. À l’inverse, les charpentiers apparaissent pour les cintres, œuvres éphémères dont les matériaux sont démontés et revendus.

3Toutefois, en Bourbonnais et Marche, une nuance se fait jour. La forêt y prend plus souvent l’aspect de haute futaie*, aux essences riches quant aux utilisations possibles en charpente. De fait, pour une même essence d’arbre, les différences existent selon que l’on se trouve en Haute-Auvergne ou en Bourbonnais. La densité, la répartition ou les variations des formes de croissance sont les conséquences des réalités du relief, autant que de la qualité des terres concernées. En moyenne montagne, la forêt est nettement fragilisée à la suite des grands défrichements. De plus, lorsqu’elle est protégée, ses arbres atteignent rarement l’aspect de futaies* et produisent peu de bois d’œuvre de bonne qualité. En plaine, ou en reliefs d’étage collinéen, la forêt résiste parfois mieux. Les terres intéressantes pour l’agriculteur sont valorisées et la forêt est rejetée dans les zones moins adaptées à ses techniques culturales. Par ailleurs, dès que la pression anthropique se fait moins forte, les phénomènes de déprise facilitent la reconquête forestière, pour des essences produisant des grumes* utilisables en charpente. La déforestation y prend alors des allures moins catastrophiques, avec une régénération possible aux marges des anciens fronts pionniers de défrichements.

4Pour les XIe et XIIe siècles, en Marche et Bourbonnais, le seul examen architectural prouve que le milieu forestier est favorable à l’épanouissement d’une autre architecture. Les charpentes sont permanentes, souvent apparentes, alors que la voûte les masque plus au sud. Dès le XIIIe siècle, les structures gothiques sont adoptées dans les parties nord des diocèses de Limoges et de Clermont. On y trouve plus d’auvents, plus de beffrois, plus de combles* hauts aux versants de toiture inclinés à 45°. Au bas Moyen Âge, et particulièrement au XVe siècle, les caractères des massifs forestiers auvergnats et limousins apparaissent plus nettement. La pénurie ne règne plus au sud, mais les combles* hauts ne s’y développent pas par manque de bois suffisamment longs et droits. Ainsi, les maîtres charpentiers limousins de La Chaise-Dieu, au milieu du XIVe siècle, semblent décontenancés par la réalité des massifs forestiers du Livradois. Le chêne règne encore, mais les recherches sont longues et le souci de ne pas manquer de bois permanent. Au nord, par contre, la charpente à chevrons-fermes* semble définitivement adoptée, après quelques hésitations. Cela témoigne à la fois, de la reconstitution des massifs forestiers, des qualifications et expériences accumulées de ses charpentiers, mais aussi d’une plus grande perméabilité des « marches » aux cultures septentrionales, particulièrement à la suite de la conquête.

5Malgré tout, en dépit de quelques « prix-faits » apparaissant dès le XIVe siècle, le charpentier reste anonyme. Seuls les « maîtres du chœur » de La Chaise-Dieu, des maîtres-charpentiers, sont connus. La foule des simples charpentiers, des bûcherons, des scieurs de long, ou des aides ne l’est pas. Évidemment, une hiérarchie existe. Ce sont des « maîtres » que l’on fait rechercher, et non de simples charpentiers. Les premiers sont peu nombreux en Auvergne. Pour le chantier de La Chaise-Dieu, ce n’est pas à Clermont qu’on peut les trouver contrairement aux « maîtres de la pierre », mais en Limousin. D’un point de vue technique, les charpentiers semblent très sensibles à la ferme-latine*, ou à ses dérivés, pourvu que l’on ne dépasse pas la ligne Limoges/Clermont. Passée cette limite, la charpente à chevrons-fermes supplante nettement les autres formules. Cette concurrence n’est pas uniquement le fait de la proximité immédiate des pays septentrionaux.

6Si une relative abondance succède à la pénurie de bois d’œuvre, il s’agit de la mettre aussi en rapport avec des évolutions climatiques sensibles au nord des deux diocèses. Le refroidissement du climat, perceptible dès le milieu du XIIIe siècle, et une pluviosité plus marquée supposent des toitures adaptées : des pentes de toitures accentuées jusqu’à 60°. Les égouts retroussés apparaissent, ainsi que les gargouilles. Ces caractéristiques affectent toutefois moins les parties méridionales de l’Auvergne et du Limousin. Les combles* hauts s’y rencontrent en petit nombre, au regard de ce que l’on trouve au nord de Guéret et Saint-Pourçain-sur-Sioule.

7Progressivement, on assiste à une véritable recomposition de paysages. Les massifs forestiers ont pu se reconstituer du fait des protections seigneuriales et de la crise du XIVe siècle. Les techniques de construction des pays septentrionaux se répandent à la faveur des opérations d’intégration de ces deux provinces au Royaume de France. Cela nécessite des bois longs, une mise en œuvre complexe, et d’autres matériaux de couverture adaptés aux pentes accentuées. Plus précisément, il est difficile de mieux connaître la main d’œuvre qualifiée ou non. L’outil laisse des traces à la surface du bois. Quelques traits de lignage subsistent, ainsi que des marques de pose. Cependant, contrairement au tailleur de pierre, le charpentier ne signe pas son oeuvre. L’homme qui travaille et met en œuvre les pièces de bois n’existe plus que par ses réalisations. Elles seules portent, chacune à leur façon, un niveau de savoirs (conception, tracés, montage), des exigences pour les charpentes apparentes, ou encore des marques de réflexion lorsque le charpentier semble hésiter comme à Vauclair (Molompize).

8Nul doute que la contradiction doit suivre ce travail de recherche. Les modernistes souhaiteront sans doute voir abordées d’autres questions leur tenant à cœur, tandis que les chercheurs préoccupés par l’architecture vernaculaire trouveront que cet aspect n’est pas assez développé. Cela tient essentiellement à deux raisons : le faible nombre des études publiées en France pour les réalisations antérieures à 1300 et, enfin, l’apparente rareté des charpentes des XIIe et XIIIe siècles dans les pays méridionaux.

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540