Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charpentiers et couvreurs

 | 
Bruno Phalip

Introduction

Texte intégral

1Dans le domaine de l’étude des bois d’œuvre et de leurs technologies, plusieurs voies s’offrent au chercheur. En charpenterie navale, il sera question de pirogues monoxyles du Néolithique, d’épaves antiques, médiévales et plus rarement d’épaves modernes. Les milieux géographiques concernés sont alors côtiers, pour l’essentiel lacustres ou fluviaux et révèlent notamment d’importantes fluctuations de rivages, méandres et tracés des cours d’eau.

2L’archéologie terrestre s’intéresse, elle, aux objets mobiliers, outils et ustensiles, aux bois prélevés dans les dépotoirs aux abords de foyers ou de couches d’incendie. Plus exceptionnellement, il sera question de structures de maisons, d’aménagements relatifs aux ports, de remparts ou d’établissements religieux, dont les datations remontent rarement au-delà des années 1100, pour les ensembles les plus complets. Les synthèses publiées concernent alors principalement les fondations, les éléments porteurs et sablières, les cloisons et planchers. En élévation tout est conjecture. Les structures ont disparu et seule l’iconographie ou l’étude comparative et régressive (réalisations pérennisant des structures anciennes) permettent d’avancer des hypothèses.

3L’histoire vient compléter ces premiers apports à travers l’étude de la documentation textuelle relatives aux défrichements, à la mise en pâture des terres, vente de bois d’œuvre et de chauffage, mise en défense des massifs forestiers, chasse... Restent les charpentes elles-mêmes ou encore les dispositions résiduelles fossilisant certaines de leurs caractéristiques pour le Moyen Âge. Leur étude reste encore très liée aux choix et exigences de « l’histoire de l’art » concentrant ses énergies à résoudre les problèmes liés à la construction et à la datation d’édifices religieux et d’ensembles sculptés. Il en résulte un déséquilibre, puisqu’aux édifices exceptionnels correspondent nécessairement des charpentes exceptionnelles (fig. 1). De ce fait, il est toujours convenu de faire référence aux études de Viollet le Duc ou encore à celles d’Henri Deneux. Plus récemment toutefois, des recherches renouvellent la question en s’attachant à des édifices modestes ou encore en datant les charpentes grâce à l’apport essentiel de la dendrochronologie. Néanmoins, bien des a priori restent à lever. Le concept « d’art majeur » empêche encore une lecture plus juste. Hiérarchiser les œuvres à partir, bien souvent, de simples jugements de valeur interdit toute compréhension globale et tend à pérenniser une pensée où la recherche et l’enseignement recouvrent les seules productions « savantes ». Toute autre œuvre reste alors cantonnée à un rôle accessoire, sans pouvoir aucunement intervenir dans la résolution de questions fondamentales. Décloisonner reste alors une tâche essentielle pour comprendre, en s’attachant à une relecture des documentations disponibles.

1 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), cathédrale Notre-Dame, ferme de croupe ; sous l’actuelle charpente, datant du début du XVIe siècle (entrait à pièces aboutées) sont conservés les vestiges de la charpente (provisoire ?) de la fin du XIIIe siècle.

4D’une manière générale, les déséquilibres sont très présents. Tout comme pour le haut Moyen Âge, les équipes de chercheurs travaillant sur les siècles suivants disposent de solides corpus, mais ne s’en écartent guère. Les charpentes les plus anciennes et les mieux conservées sont, pour l’essentiel, toutes situées au nord de la ligne Nantes, Bourges, Dijon, ce qui coïncide aussi avec les réalités d’un « gothique français » des terres capétiennes, antérieurement au dernier tiers du XIIIe siècle. D’un point de vue historiographique, la somme des études et synthèses les plus récentes témoigne d’ailleurs toujours de ce très important déterminisme ; les déséquilibres sont patents avec le Grand Midi (Bontemps 2002 ; Hoffsummer 2002 ; Hunot 2001 ; Epaud 2002). Pour ne citer que quelques-uns des exemples les plus au sud, Poitiers (cathédrale, Vienne), Noirlac (abbaye, Cher) ou Chabris (église, Indre), apparaissent bien modestes face aux charpentes, constituant de véritables forêts*, dans les pays plus septentrionaux. Par ailleurs, seul l’exemple de Poitiers, en Aquitaine, peut être éventuellement rattaché à des zones touchant aux pays méridionaux. Chabris est situé à peine au sud de la ligne Nantes/Bourges et Noirlac est situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Bourges.

5Signalons aussi les pertes dues au conflit de 1870 et à ceux de la première moitié du XXe siècle, qui ont vu disparaître notamment les charpentes de Notre-Dame et de Saint-Rémi de Reims. Et pourtant, si l’on ajoute les incendies accidentels (Chartres), la disproportion reste flagrante entre, d’une part, les réalisations subsistantes des pays septentrionaux qui font immanquablement penser à des régions formatrices de charpentiers et, d’autre part, les constructions appartenant à une aire méridionale, générant sans doute plus volontiers une culture de maçons et de tailleurs de pierre. C’est ce qui amènera Hans Jantzen (Jantzen 1947) à opérer une séparation entre un « premier art roman latin » et une « architecture ottonienne germanique » autour de l’an Mil. Postérieurement, Louis Grodecki (Grodecki 1973, p. 3) nuancera ce schéma théorique et le formulera en le structurant autour de l’opposition entre une « zone d’architecture charpentée » au nord et une « zone d’architecture voûtée » au sud. En dépit de réalités évidemment plus complexes, on peut toutefois réexaminer les propos de Louis Grodecki qui parle d’une « généralisation plus rapide du voûtement dans le Sud, et d’une certaine résistance à ce mode de bâtir dans le Nord ». En définitive, différentes réalités artistiques ou architecturales trouvent une part de leur origine dans une perception des paysages, dans leur interprétation par des communautés amenées à être en contact avec des univers différents. Une part seulement, en soulignant évidemment les dangers d’un déterminisme géographique systématisé. Ce dernier doit être nuancé notamment du fait des possibilités d’importations de bois qui n’excédent toutefois pas quelques dizaines de kilomètres. Au-delà — comme c’est le cas à Saint-Denis — l’entreprise est exceptionnelle. Parmi ces univers ou communautés de paysages, la composante principale serait « végétale » au nord, tandis que l’environnement pourrait être perçu essentiellement au travers de sa composante « minérale » au sud. « Univers végétal, univers minéral », une forme de déterminisme géographique pourrait bien se dessiner derrière cette opposition. Les termes d’un débat et d’une concurrence très anciens entre la pierre et le bois se concrétiseraient alors dans l’architecture. Dans les pays septentrionaux, malgré des périodes d’éclipses, les éléments charpentés sont sans doute valorisés, tandis que dans les pays méridionaux un rééquilibrage se constate au profit du second matériau, la pierre. Telles sont, en préalable, quelques-unes des idées pouvant nous guider.

6Malgré tout, les principes d’étude, les définitions, synthèses et typologies apparaissent fragiles. En dépit d’une étude toute récente (Hoffsummer 2002), les travaux sont le plus souvent encore parcellisés en une multitude de monographies, ne prenant pas assez en compte l’apport méthodologique et les résultats de vastes enquêtes menées par des chercheurs travaillant sur l’architecture vernaculaire (Bans 1979 et 1995, p. 52-67 ; Gaillard-Bans 1979). Une difficulté — en fait apparente — peut faire hésiter à se référer à ce type de publications. Pour le vernaculaire, les constructions étudiées datent parfois du Moyen Âge, mais appartiennent majoritairement aux périodes modernes et contemporaines. Ce serait oublier toutefois les multiples liens unissant les architectures religieuse et civile. Une cathédrale doit beaucoup au vernaculaire et il reste toujours possible d’inverser le vieux schéma intellectuel visant à admettre abusivement que « le petit procède du grand ». Un ouvrage, même modeste dans ses dimensions et les moyens économiques requis, peut se révéler essentiel. L’expérimentation et l’accumulation des qualifications restent fondamentales pour l’artisan. À ce propos, Pierre Bonnassie souligne que « la culture paysanne (et a fortiori celle des artisans) n’est pas que chansons. Elle comporte aussi un savoir, né de l’expérience et du travail ». Ajoutons que les dispositions reconnues aux modestes églises paroissiales, aux simples habitations paysannes, ne sauraient avoir pour seule fonction de copier servilement des réalisations savantes, pour finalement aboutir à des formules altérées, simplifiées ou dégradées. Aucun maître d’œuvre, concepteur ou artisan, fut-il le plus qualifié, n’a pu échapper aux apprentissages dans le cadre d’une multiplicité de chantiers dont les plus humbles constituent l’essentiel. En somme, des assemblages complexes ont pu naître et mûrir dans le cadre de charpentes modestes, traduisant déjà une réflexion, avant d’être accueillis à une autre échelle au sein des grands chantiers (Bonnassie 1990, p. 134 ; Phalip 1997, p. 149, 193). Enfin, ce serait ne pas tenir compte des capacités de pérennisation des techniques dans le domaine des charpentes ou couvertures jusque dans la première moitié du XXe siècle et ce malgré l’utilisation plus fréquente, dans les dernières décennies, de bois sciés mécaniquement, moisés et boulonnés.

7Les conclusions provisoires d’un tel état des lieux rapide vont dans le même sens que précédemment. Les charpentes médiévales sont encore nombreuses et apparaissent concentrées dans les pays au nord de la Loire. Les incendies signalés depuis le XIe siècle (Chartres, Cantorbéry, Reims...) et les trois derniers conflits contemporains n’affaiblissent pas l’impression d’ensemble semblant vouer les pays septentrionaux aux vastes charpentes d’assemblages complexes. Par ailleurs, en dehors de l’état de conservation de ces charpentes, des distorsions existent entre les documentations disponibles d’un siècle à l’autre. Cette difficulté supplémentaire peut être relativisée. Il est vrai que le nombre de charpentes du XIIe siècle apparaît faible au regard de celles disponibles pour le XVe siècle. Néanmoins, les structures adoptées sont suffisamment répétitives et systématiques pour confirmer la validité des typologies et datations proposées.

8Ensuite, cela révèle surtout un investissement trop faible de la part de la communauté des chercheurs à propos du cadre strictement médiéval. En envisageant la question des charpentes et couvertures de la manière la plus ouverte, l’intérêt de leur étude ne se réduira plus simplement aux descriptions et typologies. Sur la base des présentes recherches en Massif Central, nous proposons dans un premier temps de vérifier la validité des datations et raisonnements énoncés jusque-là grâce aux structures subsistantes étudiées pour des régions situées nettement plus au sud que celles généralement prises en compte. Dans un second temps, la question des interprétations sera reprise afin d’ouvrir très largement le « champ des possibles ». Le déterminisme géographique étant écarté dans sa conception la plus étroite, il nous a semblé nécessaire de poser de multiples hypothèses et de les vérifier en allant délibérément chercher très loin certaines confirmations. Il s’agira ainsi de mettre en relation les données auvergnates avec les propositions d’évolution des pentes de toitures en Picardie, Hainaut et pays mosans ou encore de travailler à l’inclinaison des versants des charpentes datées en Anjou (Hoffsummer 1995, p. 106 ; Hunot 2001, fig. 3.17, p. 115). Nul doute que de futures enquêtes viendront nuancer nos principales conclusions. La discussion se doit être la plus ouverte possible en proposant des interfaces disciplinaires : archéologie, histoire, histoire de l’art, pédologie, climatologie... Les besoins étant immenses dans le domaine des techniques de la charpente, il fallait pourtant proposer d’autres lectures.

9Cela supposait aussi d’intégrer dans une réflexion générale toutes les documentations disponibles, depuis celles fournies par l’analyse monumentale d’édifices religieux, de tours et logis seigneuriaux ou encore de témoins de l’habitat encore en place. Seul un large spectre d’analyse pouvait permettre de corriger les inévitables distorsions dues aux échantillonnages réduits. Pour éviter ces altérations générées par les analyses partielles, la périodisation devait également être la plus large possible depuis le début du XIIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle, soit quatre siècle s. Cela permet ainsi de croiser les informations disponibles entre l’Auvergne et ses marges les plus immédiates : le Bourbonnais, la Marche et le Limousin. Plus particulièrement, la Marche et l’Auvergne serviront de références principales pour établir des comparaisons avec les autres provinces composant un vaste Massif Central aux réalités contrastées. Concernant un pays actuellement de « langue d’Oc », cette étude nous permet de mieux cerner la réalité des charpentes et couvertures d’édifices situées aux confins de l’aire culturelle méridionale, sans en oblitérer les aspects les plus contrastés. Le comté de la Marche est situé à 100 km au sud de Bourges, mais approximativement à la même latitude que Poitiers. La Haute-Auvergne est située à 250 km au sud de Bourges en pays montagneux, très liés à une Limagne épiscopale, puis royale, ouverte aux réalités septentrionales. La logique de référence septentrionale est alors écartée pour lui substituer — en Auvergne, Bourbonnais et Marche — des mondes intermédiaires perméables aux cultures techniques du nord et sans doute sensibles aux péjorations climatiques.

10Réunir ces régions vise enfin à appréhender l’impact de réalités géographiques sur la culture des populations au sein desquelles évoluent charpentiers et couvreurs. Il est difficile, en effet, de traiter des pays méridionaux sans envisager une diversité de paysages, au moins aussi importante que dans les pays du Nord. Technologies, paysages forestiers et données climatiques sont alors confrontés.

11Dans les zones les plus au sud, où logiquement les traits culturels méridionaux sont prégnants, l’hétérogénéité naturelle des paysages est nuancée par la présence de hautes terres situées entre 400 et 700 m d’altitude : Châtaigneraie, bassin d’Aurillac ou Xaintrie. Cette caractéristique physique conforte la place de massifs et plateaux placés entre 700 et 1200 m d’altitude. Au-dessus de 1200 m, l’habitat saisonnier est composé de burons.

12Ces hautes terres possèdent une réelle unité de paysages par leurs montagnes (Monts du Cantal, Aubrac) et plateaux herbeux (plateaux de Trizac, Limon, Cézallier ou Planèzes). Au nord du département du Cantal, en laissant de côté les pays plus à l’est (Velay, Monts du Livradois, du Forez et de la Madeleine), ce sont là encore des massifs aux altitudes bien différenciées entre 400 et 700 m (Combrailles d’Auvergne) ou au-dessus de 700 m (Monts Dore, Monts Dôme, Artense). Dès lors, il ne nous reste plus à enregistrer que les Combrailles auvergnates, les Limagnes du Val d’Allier et la plaine bourbonnaise pour les principaux bassins du nord de ces régions.

13Pour les régions limousines qui nous occupent, la carte physique de ces massifs anciens laisse d’abord apparaître le Plateau de Millevaches, dont les reliefs sont tous situés entre 600 et 978 m. Ensuite, nous retrouvons plus au nord, entre 300 et 600 m d’altitude, les reliefs des Combrailles limousines ou les plateaux de la Marche (Manry 1974, p. 11-23 ; Labande 1976, p. 11-17). Soit, une relative unité pour des habitats et des édifices isolés, majoritairement situés entre 400 et 1000 m d’altitude. Une césure reste néanmoins à opérer entre les constructions en-deçà ou au-dessus de 700 m pour ses incidences sur le couvert forestier et particulièrement à propos de la présence, puis de la croissance, des essences utilisées comme bois d’œuvre. Comment cette réalité des bois d’œuvre se manifeste-t-elle dans les régions considérées ?

Table des illustrations

Légende 1 - Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), cathédrale Notre-Dame, ferme de croupe ; sous l’actuelle charpente, datant du début du XVIe siècle (entrait à pièces aboutées) sont conservés les vestiges de la charpente (provisoire ?) de la fin du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540