Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

V

Texte intégral

VALLON

1département : Ardèche ; canton : Vallon-Pont-d’Arc ; commune : Vallon-Pont-d’Arc ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ou « Le Vieux Vallon » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 180 m

Vallon - Le château et le bourg castral au début du XXe siècle ; les vestiges du château occupent le point le plus haut du relief, à droite (carte postale, collection privée).

Vallon - Le château et le bourg castral au début du XXe siècle ; les vestiges du château occupent le point le plus haut du relief, à droite (carte postale, collection privée).

21243 (v-s) : Agnès de Brassaco donne à l’Hôpital Saint-Jean-de-Trignan des terres dans le terroir du castrum de Vallon (ADBdR 56 H 4599).

31279 : Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, femme de feu Guigue de Châteauneuf, donne à son fils Dragonet de Châteauneuf tous ses droits et biens, en alleux, fiefs et arrière-fiefs, justice, dans les châteaux et mandement de Labeaume et de Vallon, au diocèse de Viviers, sous réserve de l’usufruit sa vie durant (ADA 1 J 152 p. 74-75).

41291 (v-s) : lettres de publication du testament de Pierre, seigneur de Lagorce. Il fait d’Hugonet de Lagorce son héritier universel et lui cède, entre autres, le castrum de Avalone (ADAv E 498).

51296 : Bertrand Chassautz, de La Bastide-de-Virac, vend à Albert, seigneur de Lagorce, des cens situés dans le mandement de Vallon (ADAv E 530).

61300 : vente par Bertrand Chabert à Albert, seigneur de Lagorce, de tous les droits qu’il pouvait avoir dans le mandement de Grospierres et dans la paroisse de Comps. Acte passé à Vallon, sur la place du lieu (ADAv E 550).

71303 (v-s) : hommage rendu à Albert, seigneur de Lagorce, et à Béatrice, domina de Lagorce, pour des biens situés dans le mandement du castrum de Grospierres. Acte passé apud Avalonum in fortalicio dicti nobilis Alberti (ADAv E 510).

8Au sud-est du bourg de Vallon-Pont-d’Arc se dressent, sur un puissant promontoire rocheux dominant l’entrée des gorges de l’Ardèche, les ruines imposantes d’un vaste castrum. Le point le plus haut du relief porte les vestiges du château, difficilement datables et interprétables en l’état

  • 1 Un plan sommaire de celui-ci est donné dans Valladier-Chante 1993 p. 104.

91. Sur les pentes que domine le château s’est développé un vaste ensemble villageois protégé par une enceinte. De nombreuses ruines de maisons s’y dressent encore. Les Estimes de 1464 pour la paroisse de Vallon montrent la présence, à cette date, de 74 maisons et 15 chazaux sous le château ; c’est alors le principal lieu habité du mandement (Valladier-Chante 1993 p. 91-100). À la fin du Moyen Âge, trois églises - toutes avec un cimetière et sans doute toutes d’origine altimédiévale - parsèment le terroir de Vallon : Saint-Saturnin de Avalone au bourg actuel de Vallon ; Saint-Martin de Plano au nord-ouest ; Saint-Pierre de Ajaone au sud-est (Valladier-Chante 1993 p. 107). Les textes médiévaux ne mentionnent pas de chapelle dans le castrum.

10Bibliographie :
Valladier-Chante 1993.

VALS

11département : Ardèche ; canton : Vals-les-Bains ; commune : Vals-les-Bains ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 270 m

121215 (v-s) : Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice, fille de Guillaume du Béage, vendent à Pierre de Mirabel pour 4000 sous viennois tous leurs droits sur divers castra dont celui de Vals (ADA 13 J 21 n° 80).

131239 : Héracle de Montlaur confirme la vente faite par Guillaume, domicellus du castrum de Vals, à Dalmacie, prieure de l’abbaye cistercienne de Mercoire, en Gévaudan, de ses droits sur le manse de Beyzans (André 1868 p. 6).

141274 : hommage rendu par Héracle de Montlaur à l’évêque du Puy, Guillaume de La Roue. Il est précisé qu’Héracle rend hommage pour « la tour ou forteresse que tenait le seigneur Pons de Vals et [...] partie de Vals » (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 335). Hommage renouvelé en 1309 (BMP Ms 105 p. 232).

151299 (v-s) : Jean Pastre, bayle de Guy de Montlaur, passe un accord avec l’abbé de Mazan. L’acte est passé dans le castrum de Valle dans la maison neuve de Pierre de Fabrica (ADA 3 H 1 fi 81 v°-85 r°).

161329 (v-s) : Guigue de Roche est à Vals pour rendre hommage à Pons de Montlaur pour le castrum de Meyras (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1912).

  • 2 Selon Favre 1961 (p. 43-45 et 149-151), il y aurait eu en fait deux châteaux mitoyens à Vals au déb (...)

17Le castrum de Vals occupe un pointement rocheux à l’extrémité sud d’une étroite échine se dressant au confluent du ruisseau de Voltour et de la Volane, légèrement en amont du confluent de celle-ci avec l’Ardèche. Le château et le bourg castral de Vals paraissent avoir été extrêmement modestes dans leur ampleur jusqu’à la fin du Moyen Âge. Du château, on ne distingue plus aujourd’hui que quelques maçonneries informes dont un gros pan de courtine ceinturant le rocher. Le château paraît avoir comporté deux tours : l’une est mentionnée dès 1274 et au XVIe siècle, un des coseigneurs de Vals rend hommage au comte de Montlaur « pour la 16ème et la 18ème parties de la plus haute tour de Vals » et pour « la 5ème partie de la tour basse moyenne » (Mazon 1896b p. 329)2. En 1840, il subsistait encore une tour carrée haute de 4 m desservie par un escalier intérieur en colimaçon ; elle a été arasée à cette date (Mazon 1896b p. 380). Sur les pentes que domine le château, au sud, s’est développé, en forme de croissant de lune, un petit habitat castral. Les maisons présentent encore de nombreuses ouvertures de la fin du Moyen Âge ou du début de l’Époque Moderne et, Rue du Portalet, subsiste encore une des portes du bourg.

18Jusqu’à la fin du Moyen Âge, le castrum de Vals ne semble pas avoir eu son propre lieu de culte, le centre de la paroisse de Vals restant l’église Saint-Martin, sans doute d’origine altimédiévale, qui s’élevait à environ 1,5 km au nord-ouest du bourg actuel, dans le hameau de Chaudières. Dès avant la fin du XIe siècle, Saint-Martin entre, par l’intermédiaire du prieuré de Saint-Pierre-du-Monastier au Puy, dans le patrimoine de l’abbaye vellave de Saint-Chaffre. Mentionnée à plusieurs reprises dans le cartulaire de l’abbaye, Saint-Martin de Vals figure aussi dans la bulle de confirmation octroyée en 1179 par le pape Alexandre III à l’abbaye de Saint-Chaffre et dans celle de Clément IV en 1267 (Laffont 1998c p. 112). Saint-Martin est ruinée dans le contexte troublé du XVIe siècle ; le centre de la paroisse est alors transféré à Vals dans un nouvel édifice de culte. À la fin du XIXe siècle, des vestiges de la vieille église et du cimetière de Saint-Martin étaient encore visibles (Mazon 1896b p. 322-326).

19Bibliographie :
Mazon 1896b.

VERNON

20département : Ardèche ; canton : Joyeuse ; commune : Vernon ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 350 m

211198 : Jarenton de Vernon ratifie, pour 50 sous, la vente de la châtaigneraie del Bassolent faite au profit de l’abbaye des Chambons (ADLZ 6 J 1 f° 23 r°).

221213 : hommage rendu à l’évêque de Viviers par Pierre de Vernon pour sa tour et son château de Montréal (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93).

231283 : les habitants du mandement de Vernon obtiennent d’avoir un service particulier dans leur église avec un vicaire autorisé à administrer les sacrements sous réserve de certains offices réservés au curé de Rosières (Mazon 1884 p. 15).

241289 : accord entre Pons, seigneur de Beaumont, et Pons, seigneur pour partie de Joannas, par l’intermédiaire de B. de Vernon, coseigneur de Vernon, et du recteur de l’église de Chabreilles (ADA 1 E 151).

251333 : Odilon de Vernon rend hommage à l’évêque de Viviers pour son château de Vernon (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 95).

26Le site de Vernon domine, sur une hauteur, un des méandres de la vallée de la Beaume. Immédiatement à proximité de l’église, s’élève, dans une propriété non accessible, un grand corps de logis avec une tour ronde munie de bouches à feu attribuables au XVe ou au XVIe siècle. L’ensemble du bâtiment a été très remanié aux XVIIIe et XIXe siècles mais diverses ouvertures laissent supposer la présence de maçonneries antérieures au XVe siècle.

27Un petit bourg castral a dû se développer au pied du château et de l’église : deux maisons habitées sont mentionnées dans le castrum de Vernon en 1464 (ADA C 576). Mais le village de Vernon est ensuite descendu beaucoup plus bas sur la pente. L’église de Vernon est encore à la fin du Moyen Âge une succursale de l’église de Rosières, ce qui confirme, avec d’ailleurs sa dédicace à Saint-Michel, sa fonction originelle de chapelle du castrum (Montravel 1896c p. 225).

VILLENEUVE-DE-BERG

28département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Villeneuve-de-Berg ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 300 m ; protection Monuments Historiques : inscription (maisons dans le bourg ; élément de l’enceinte)

291284 : fondation de la bastide de Villeneuve-de-Berg à la suite d’un contrat de pariage entre l’abbaye de Mazan et le roi de France (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 262-267).

301300 : Raymond Reynaud, abbé de Mazan, fait réaliser des travaux sur le castrum de Villeneuve-de-Berg (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 602).

31Du château de la « villeneuve » de Berg fondée en 1284 ne subsiste qu’un haut donjon quadrangulaire. Bien conservé, celui-ci sert de clocher à l’actuelle église paroissiale. De par sa morphologie, cette tour paraît avoir été construite peu de temps après la fondation de la « villeneuve » dans les dernières années du XIIIe siècle et peut donc appartenir au château primitif du lieu qui occupait l’angle nord-est de l’agglomération nouvelle. Par ailleurs, le bourg de Villeneuve est encore partiellement enclos dans une grande enceinte quadrangulaire cantonnée de tours, sans doute des XIVe et XVe siècles.

Villeneuve-de-Berg - Le donjon du château (XIIIe siècle ?), réutilisé comme clocher de l’actuelle église paroissiale.

Villeneuve-de-Berg - Le donjon du château (XIIIe siècle ?), réutilisé comme clocher de l’actuelle église paroissiale.

VINEZAC

32département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Vinezac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 250 m

  • 3 A. Mazon mentionne dans sa Notice sur Vinezac (Mazon 1897 p. 26-27) l’achat en 1233 de la seigneuri (...)

331168 : Etienne Frotbert vend aux Templiers de Jalès une faysse de terre. Parmi les témoins : Artinanz de Vinazac (ADBdR 56 H 5218)3.

341244-1254 : Arnaud, évêque de Viviers, échange avec le chapitre de Viviers les églises de Saint-Vincent, de Gras et de Larnas et tout ce que le chapitre possédait à Valvignères contre les églises de Jaujac, Joannas, Mirabel, Saint-Germain, Vinezac, Saint-Remèze et Saint-Thomé (Roche 1894, t. I, p. 227).

351256 (v-s) : Dalmas, fils de feu Guillaume de Casteljau, avec Mabille et Amansa, ses sœurs, et Guido de Saint-Quintin, mari d’Amansa, vendent à Pierre de Laudun et à Aymar Julien, fils de Pierre Julien, tous leurs droits sur les castra de Vinezac, Uzer et Balazuc. La vente est faite au prix de 8000 deniers et 10 livres monnaie de Viviers, dont les vendeurs se disent payés. Guillaume de Balazuc, fils de Jarenton des Éperviers, et Pierre des Éperviers, tuteur de Guillaume de Balazuc, approuvent et confirment la vente sous réserve des droits du seigneur de Balazuc et investissent les acquéreurs des biens achetés (ADA 29 J 6).

361263 : hommage rendu par Pierre Alvirgie (sic) à Guillaume Dalmas pour divers manses dans le mandement de Vinezac (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 305).

371287 : Hugues, évêque de Viviers, reçoit l’hommage d’Aymar et Arnaud Julien, seigneurs de Vinezac (Roche 1894, t. I, p. 251).

381297 : partage du château et de la seigneurie de Vinezac entre Arnaud « Testamelhe » (Arnaud Julien ?) et Aymar Julien (Mazon 1897 p. 27).

391297 : Aldebert de Peyre, évêque de Viviers, reçoit l’hommage de Pierre Julien, fils d’Aymar, seigneur de Vinezac (Roche 1894, t. I, p. 265).

401311 : Alzias Testamelhe (sic), coseigneur de Vinezac, rend hommage au seigneur de Balazuc (Mazon 1897 p. 27).

411329 : la veuve de Pierre Julien, coseigneur de Vinezac, comme tutrice de leurs enfants, rend hommage à Guillaume de Balazuc, pour tout ce qui leur appartenait dans les castra de Vinezac et d’Uzer (Mazon 1897 p. 24-25).

421333 : Henri de Villars, évêque de Viviers, reçoit l’hommage d’Aymar Julien, seigneur de Vinezac (Mazon 1897 p. 21).

Vinezac - Façade sud du château ; au centre, le donjon (XIIe ou XIIIe siècle).

Vinezac - Façade sud du château ; au centre, le donjon (XIIe ou XIIIe siècle).
  • 4 Ce toponyme vient bien évidemment du lignage des Julien qui, dès le XIIIe siècle, sont seigneurs de (...)
  • 5 Cette tour a fait, en 2000, l’objet d’une première étude par Jean-Claude Mège (INRAP) dans le cadre (...)

43À l’extrémité méridionale du village de Vinezac se dresse un château composite - le « Château Julien »4 - constitué notamment de plusieurs corps de logis et d’une tour d’angle circulaire. Ces bâtiments appartiennent à la fin du Moyen Âge et à l’Époque Moderne, cependant, au centre de cet ensemble, émerge un donjon quadrangulaire qui paraît beaucoup plus ancien5. Celui-ci, remarquablement préservé, présente un bel appareil régulier et montre sans doute deux phases de construction avec un usage abondant de blocs à bossage dans la seconde phase. Par ailleurs, les traces d’ancrage d’un hourd couronnant la plate-forme sommitale sont encore très nettement visibles. Ce donjon peut être daté de la fin du XIIe siècle ou du tout début du XIIIe siècle pour ses parties les plus anciennes. Immédiatement au sud du donjon, on peut remarquer un vestige de la chemise maçonnée qui lui était associée.

44Malgré la présence de cette fortification, antérieure sans doute au XIIIe siècle, le village de Vinezac n’est pas d’origine castrale ; en effet, le lieu de Vinezac est mentionné dès le VIe ou le VIIe siècle dans le premier cartulaire de l’Église cathédrale de Viviers (Histoire du Vivarais, t. I, P. -J. n° 2). Comme le laisse supposer l’étude du parcellaire du début du XIXe siècle, l’habitat primitif s’est sans doute développé autour de l’église Sainte-Marie relevant de l’Église de Viviers ; le château développant ensuite à son tour un habitat dans une basse-cour qui s’étendait au nord. L’ensemble a enfin été réuni dans un dernier temps.

VIVIERS

45département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Viviers ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 100 m ; protection Monuments Historiques : classement (cathédrale, maisons dans le bourg), inscription (maisons dans le bourg)

  • 6 À la fin du VIIe siècle ou au tout début du VIIIe siècle, Aginus remet certains de ses biens à Sanc (...)
  • 7 Sur l’enceinte canoniale de Viviers, cf. la description qu’en donne Yves Esquieu (Esquieu 1992 p. 9 (...)

46Viviers devient siège épiscopal vers 475 après l’abandon du siège primitif d’Alba. Dans le premier tiers du VIe siècle, l’évêque de Viviers Venance (517-535) entreprend de grands travaux et entoure notamment la cité d’une enceinte, dont on ne connaît toutefois rien (Vita Sancti Venantii p. 108). Viviers est mentionné comme castrum à deux reprises dans des textes du haut Moyen Âge6. Passé la fin du IXe siècle, le terme n’est plus utilisé pour la ville épiscopale (du moins pour la période qui nous intéresse ici). À la différence d’autres évêques, les évêques de Viviers ne paraissent pas avoir construit de château stricto sensu dans leur cité épiscopale. Toutefois, le quartier canonial, de par sa situation topographique et de par son enceinte, ainsi que le palais épiscopal, de par son plan, pouvaient en tenir lieu7.

Viviers - Détail des plans du Rhône de l’ingénieur royal Grandvoinet représentant la ville de Viviers en 1785 (ADG C 94, XVIIIe feuille).

Viviers - Détail des plans du Rhône de l’ingénieur royal Grandvoinet représentant la ville de Viviers en 1785 (ADG C 94, XVIIIe feuille).

Phototype Inventaire Général/J.-M. Refflé © A.D.A.G.P. 1980.

47Le quartier canonial de Viviers occupe au Moyen Âge l’intégralité d’une haute croupe calcaire nord-sud, détachée du coteau rhodanien. À l’est, le fleuve baignait le pied du rocher et à l’ouest, entre celui-ci et le rebord du lit majeur du Rhône, s’étendait la « ville laïque ». La plate-forme sommitale de cette éminence rocheuse, bien protégée au nord et à l’est par des abrupts rocheux et par une forte pente à l’ouest et au sud, est encore entourée d’une enceinte, remarquablement conservée. L’extrémité nord de l’éperon porte à l’Époque Moderne et encore aujourd’hui le nom de Châteauvieux, ce qui semble déjà être le cas au milieu du XIVe siècle (Esquieu 1992 p. 105). L’essentiel des fortifications conservées autour du quartier canonial est attribuable aux travaux menés durant la Guerre de Cent Ans à partir de 1359. L’élément le plus ancien de l’enceinte canoniale de Viviers est une tour-porte, devenue par la suite campanile, qui date, du moins pour partie, de la fin du XIe siècle. Cependant, aucune enceinte de pierre ne semble avoir fonctionné avec cette tour qui s’articulait peut-être seulement, dans un premier temps, avec une palissade. Aucun élément défensif ne paraît donc contemporain de la tour-porte. Cependant, des portions de murailles et de tours sont antérieures aux travaux de mise en défense du XIVe siècle et pourraient jalonner le tracé d’une enceinte du XIIe ou du XIIIe siècle plus réduite. Au sud, une tour circulaire très modeste (diamètre intérieur : 2,30 m) est intégrée dans des constructions plus récentes. Au nord de la cathédrale, s’élève une tour rectangulaire (4,30 m x 3,25 m) très remaniée. Le rez-de-chaussée est voûté en berceau et les autres niveaux sont planchéiés ; la plate-forme sommitale étant crénelée. Ces deux tours ne sont probablement pas construites avant le XIIIe siècle. Enfin, certaines des courtines qui entourent encore l’éperon de Châteauvieux, dont une percée de deux archères de facture sommaire, sont antérieures au XIVe siècle.

48Le palais épiscopal médiéval de Viviers, encore conservé aujourd’hui, bien qu’englobé dans des constructions postérieures, a fait l’objet d’une étude approfondie (Esquieu 1988 p. 33-35 ; Pradalier, Esquieu 1996 p. 78-79). Le palais s’élève immédiatement au sud de la cathédrale et du campanile. Il est composé de deux éléments juxtaposés classiques du plan palatial : une tour carrée et immédiatement accolée à celle-ci une aula. La tour, véritable donjon, mesure 10,50 m de côté hors œuvre et s’élève à plus de 19 m de hauteur. L’étude du bâtiment et un inventaire du mobilier de l’évêque Bernard d’Aigrefeuille réalisé en 1382 permettent de rétablir le plan et la fonction de chacun des étages de la tour. Celle-ci possédait quatre niveaux, tous voûtés en berceau : un premier niveau aveugle jouant à la fois le rôle de cave et de niveau de soubassement pour rattraper le pendage naturel du terrain ; un second niveau, la camera épiscopale, percé d’une porte en plein cintre et décoré d’une frise d’écus aux armes de l’Empire et des évêques de Viviers ; un troisième niveau abritant le trésor et les archives et enfin un quatrième niveau occupé par la prison. L’aula, de plan rectangulaire, mais dont on ne conserve que l’extrémité méridionale, possède la même largeur que le donjon. Elle est, cependant, légèrement désaxée par rapport à celui-ci. Ce bâtiment semble avoir possédé deux étages avec une grande salle au rez-de-chaussée où l’évêque passait ses actes et où se réunissaient les assemblées de la communauté des habitants et, au second étage, une chambre et une chapelle. L’ensemble, tour plus aula, est attribuable selon Yves Esquieu à la fin du XIIe siècle ou au XIIIe siècle. Le palais épiscopal de Viviers est attesté dès 1206 (ADS SA 3841).

49Enfin, la ville basse, née au pied du rocher de Châteauvieux à l’est, était protégée, peut-être depuis le haut Moyen Âge, par une vaste enceinte. Mais le tracé précis de celle-ci n’est assuré que pour la seconde moitié du XIVe siècle.

50Bibliographie :
Chalabi 1989 ; Esquieu 1998 et 1992.

VOCANCE

51département : Ardèche ; canton : Annonay ; commune : Vocance ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 500 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

Vocance - La partie basse de l’enceinte du castrum.

Vocance - La partie basse de l’enceinte du castrum.

521245 (v-s) : Guigue Pagan, seigneur d’Argental, donne pour le salut de son âme et de celle de ses parents, à Artaud Pagan, prieur de Saint-Sauveur-en-Rue, un champ situé près de Bourg-Argental. L’acte est passé in castro Valcanciæ (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CXIV).

531306 : Jacques, seigneur de Jarez, et Béatrice Pagan, sa femme, domina d’Argental, inféodent au comte de Forez le château de Vocance, sous réserve des droits du dauphin et moyennant 500 livres viennoises (AN P 490 n° 128).

541339 : Béatrice Pagan passe un acte in capella castri Valcanciæ (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue, appendice, n° 56).

551350 (v-s) : Béatrice Pagan lègue à Guigue Pagan, fils de son cousin Jean Pagan, les castra d’Argental, La Faye et Vocance ainsi que les droits de péages et de leydes dépendants de cette dernière seigneurie. L’acte est passé dans le château de Vocance (AN H30161).

561352 : hommage de Guigue Pagan, seigneur d’Argental, au dauphin pour le château et le mandement de Vocance (ADA C 196 p. 339-340).

57Le castrum de Vocance est établi sur un promontoire dominant le versant sud de la vallée de la Cance. Du château rien ne paraît plus visible à l’heure actuelle. Au XVIIe siècle, le duc de Ventadour possède à Vocance : « quarante pièces de rentes, une tour et des vieilles masures de chasteau » (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. I, p. 306). Cette tour, qui correspond sans doute au donjon du château, est détruite en 1830 (Vial 1986 p. 27-29). En revanche, du castrum subsiste encore quelques ruines ainsi que la partie basse de son enceinte réutilisée dans une construction de la fin du Moyen Âge (XVe siècle ?). Par ailleurs, immédiatement au-delà de la Cance et face au site, dans ce qui pourrait être un faubourg du castrum, est encore visible un bâtiment rectangulaire cantonné à l’est d’une tour circulaire ; l’ensemble paraît appartenir à l’extrême fin du Moyen Âge ou à l’Époque Moderne. Au début du XIVe siècle, une capella est attestée dans le castrum de Vocance (Vial 1986 p. 27-29).

  • 8 C’est sous ce dernier vocable que l’église de Vocance est désignée dans la taxe de la décime du XIV (...)

58À environ 300 m au sud-ouest du bourg castral, s’est développé un second habitat groupé autour de l’église Saint-Sauveur, dépendance du prieuré casadéen de Saint-Sauveur-en-Rue, attestée dès 1170 et sans doute fondée durant le haut Moyen Âge (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° C). Cette église paraît avoir changé de vocable dans les dernières années du XIIIe siècle : en effet, à partir des années 1280, l’église de Vocance est dédiée à la Croix (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CLXXXII)8.

59Bibliographie :
Vial 1986.

VOGÜÉ

60département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Vogüé ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 170 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château des XIIe-XVIIe siècles au sommet du bourg)

  • 9 L’identification de ce Vigonensi avec Vogüé est incertaine.

611079-1092 : Géraud, évêque de Viviers, Pons, prévôt de Viviers, et les chanoines de Viviers donnent au prieur de Saint-Saturnin du Port et au prieur de Ruoms les églises Sainte-Marie, Saint-Didier, Saint-Hippolyte et Sainte-Croix du castellum (lire mandamentum ?) Vigonensi (ADA 1 Mi 4, Mémoyres des antiquités de l’Église cathédrale de Viviers, p. 127)9.

621084 : Bertrand de Vogüé, sa femme Bermonde et leur fils Jean donnent à la prieure de Lavilledieu tout ce qui leur appartenaient dans les paroisses de Lavilledieu et de Bessiac, avec l’accord de Géraud, évêque de Viviers, et tout ce qu’ils avaient dans la paroisse de Saint-Maurice sauf la dîme que la prieure de Saint-Maurice se réserve. Pour cette dîme, Pierre de Vogüé a donné au prieuré de Lavilledieu un manse au terroir de « Viallevieux », une « métairie » au terroir de « Fabregoules » et une terre au terroir de « La Faysse » (BNF, Collection de Languedoc, Bénédictins, Ms 107 f° 307 r°-v°).

631137 : Guillaume de Vogur est chanoine de Viviers (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 223-224).

64Vers 1181 : donation par Pons de Solignac et sa femme Aigline à l’Hôpital de Saint-Jean du Puy de tous leurs droits sur le manse de Noustoulet. Témoin : Dalmas de Vogüé (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 37).

651186 (v-s) : transaction entre l’évêque de Die et les moines de Saint-Marcel-de-Sauzet à propos de l’église de Châteauneuf. Parmi les témoins figure Gaufridus de Volgur, moine de Saint-Marcel-lès-Sauzet (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 193).

661206 (v-s) : Pons de Vogüé rend hommage à Burnon, évêque de Viviers, pour tout ce qu’il tenait de l’Église de Viviers dans le château (lire castrum) de Vogüé, promettant de lui rendre à chaque réquisition les torellas et munitiones qu’il y possédait. Le même jour, Pons de Vogüé rend à Burnon, évêque de Viviers, sa tour, Dalmas de Vogüé rend la sienne, Raymond de Vogüé rend aussi sa tour et le « château vieux », Pierre de Vogüé son baillium (Vogüé 1912, t. 3, P.-J. n° III).

671228 (v-s) : Helisiaria, fille de feu Pierre Nigri, reconnaît devoir verser chaque année à l’hôpital de Trignan une émine de froment, à la mesure de Vogüé (ADBdR 56 H 4601).

681234 : Godefridus, seigneur de Vogüé, vend à l’abbaye de Mazan tous ses pâturages situés entre le serre de Berg et le ruisseau d’Auzon qui passe à Saint-Germain, le tout étant dans le territorium de Vogüé. La même année, le 17 des calendes de novembre, à Berg, Audebert, seigneur de Vogüé et de Rochecolombe, Dalmas, seigneur de Vogüé, Audebert, seigneur de Vogüé, fils de feu Jean, seigneur de Vogüé, confirment l’acte précédent (Vogüé 1912, t. 3, P.-J. n° V bis).

691263 : Pons de Vogüé, dominus pro parte castri de Voguorio, cède en emphytéose perpétuelle à Raymond de Bidon, frère de l’hôpital de Trignan, la moitié d’un manse dans la paroisse de Saint-Germain avec toute justice et seigneurie pour 20 livres viennoises (ADBdR 56 H 4601).

701265 : Raymond de Vogüé, seigneur de Rochecolombe, acquiert, moyennant 12 000 sous viennois, de Pontia, veuve d’Aldebert de Vogüé, tous les biens qui avaient appartenus à celui-ci, c’est-à-dire la forticiam de Vogüé, des hommes, la juridiction de ces hommes, des cens, droits d’usage, etc. Acte passé dans le devès du manse de « Suriairol » dans le mandement du château de Vogüé (Vogüé 1912, t. 3, P.-J. n° XVI).

711270 : hommage d’Armand Colombet à Etienne de Vogüé et à Pons, son fils, en fief franc et noble, pour une terre située au terroir de La Cave, dans le mandement de Vogüé et la paroisse de Saint-Sernin (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 580).

721292 : Raymond, agissant comme coseigneur de Vogüé, accorde une charte de franchises à ses hommes du castrum et mandement de Vogüé (Vogüé 1912, t. 3, P.-J. n° XX).

731292 : Raymond de Crota (alias de Vogüé) est dit coseigneur de Vogué (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 582).

741293 : transaction entre Raymond de Vogüé et ses hommes de La Chapelle par laquelle il les décharge de la taille à volonté que par le passé ils payaient mais il se réserve les journées d’écluse que les sujets doivent faire, comme ils s’obligent de moudre à son moulin, cuire à son four, faire la garde au château de Vogüé et aider à le réparer, etc. (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 433).

751295 : transaction entre Pons de Vogüé et d’autres (non nommés) portant que la « maison et le fort » (lire fortalicium) de Vogüé, appelé de « Vals », et ce qui est à Saint-Sernin, seront indivis (Inventaire des archives du château de Vogüé fait en 1712 n° 583).

761297-1298 : l’évêque de Viviers, Aldebert de Peyre, reçoit l’hommage de Raymond de Vogüé (alias de Crota) pour sa part du château de Vogüé (Roche 1894, t. I, p. 265 ; Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 95).

771307 : hommage de Raymond de Vogüé, coseigneur de Vogüé, fils de Raymond de Vogüé, à Louis, évêque de Viviers (BNF, Collection de Languedoc, Bénédictins, Ms 107 f° 306 r°).

781320 (v-s) : Raymond de Vogüé, dominus in parte dicti castri de Vogorio, fils d’Amédée d’Alès, et héritier testamentaire de son oncle Raymond de Vogüé, reconnaît tenir en fief franc et noble de Guillaume, évêque de Viviers, totam illam pareriam quam habet in castro de Vogorio, son hospicium seu fortalicium situé dans le castrum de Vogüé ainsi que tous ses droits dans le mandement, territorium et districtus de Vogüé (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XXVII bis).

Vogüé - Le « château vieux » (dit « Tour de Viallaure ») vers 1900 (carte postale, collection privée).

Vogüé - Le « château vieux » (dit « Tour de Viallaure ») vers 1900 (carte postale, collection privée).

Vogüé - Vue aérienne du troisième donjon dit « La Tourasse » (XIIIe siècle).

Vogüé - Vue aérienne du troisième donjon dit « La Tourasse » (XIIIe siècle).

79Le site de Vogüé est implanté au pied d’une des premières falaises calcaires dominant le cours moyen de l’Ardèche. L’hommage rendu en 1206 par les coseigneurs de Vogüé à l’évêque de Viviers mentionne trois tours et un château vieux : tout ceci est encore bien visible aujourd’hui et fait de Vogüé un excellent exemple d’illustration architecturale du phénomène de la coseigneurie. Comme nulle part ailleurs en Vivarais chacun des lignages de coseigneurs a tenu à matérialiser ici son droit par l’érection d’une tour. Outre l’enceinte du bourg, cinq points forts, tous antérieurs, au moins pour partie, au XIVe siècle, sont présents à Vogüé. Le premier (la « Tour de Viallaure ») est accroché à mi-hauteur de la falaise dominant le village, sur un pointement rocheux protégé par un imposant fossé. L’ensemble, de taille modeste, paraît être composé au minimum d’une tour carrée et d’une enceinte quadrangulaire, bâties en petits moellons irréguliers de calcaire. En l’absence d’une étude plus approfondie, cette construction est difficile à dater, mais une attribution au XIIe siècle paraît toutefois probable. La situation hors du castrum de ce château et son important perchement par rapport aux autres fortifications nous incitent à voir là le « château vieux » de 1206, qui aurait précédé toutes les autres tours et serait donc le château primitif du lignage de Vogüé avant la mise en place de la coseigneurie et la multiplication des donjons. Par ailleurs, il faut noter la présence, à une centaine de mètres au nord de ce site, des ruines d’une chapelle, difficilement datable en l’état mais peut-être médiévale. Le second ensemble castral est englobé dans l’actuel château de Vogüé qui occupe la partie haute du bourg.

80Ce château, du XVe siècle, comprenait primitivement trois corps de logis en U flanqués de tours circulaires de même époque ; il a ensuite été très remanié au XVIIe siècle. Cependant, lors des travaux du XVe siècle ont été conservés au cœur du nouveau château les vestiges d’un château précédent : c’est-à-dire la base tronquée d’un donjon carré, bâti en moellons de calcaire bien équarris, et peut-être, à l’ouest, une partie de la chemise qui lui était associée. Les nombreuses pierres à bossage en réemploi dans le château du XVe siècle proviennent très vraisemblablement de ce premier château.

Vogüé - Le quatrième donjon dit « Tour de Lesparre » (XIIIe siècle).

Vogüé - Le quatrième donjon dit « Tour de Lesparre » (XIIIe siècle).

81Un autre donjon (« La Tourasse »), de même type, s’élève en contrebas du château des XVe-XVIIe siècles, plus près de l’Ardèche. Seule sa partie sommitale émerge d’un ensemble de maisons au centre duquel il se trouve englobé et qui reprennent fort probablement le tracé d’une enceinte qui enserrait la tour. Ce donjon, qui semble avoir conservé sa hauteur d’origine, est construit en moellons de calcaire bien équarris et ses parements utilisent, en outre, très largement la pierre à bossage. Un bâtiment rectangulaire, de même facture que la tour bien que sans bloc à bossage, jouxte celle-ci au sud-est ; il s’agit peut-être d’une aula. Ces deux derniers donjons paraissent datables du tournant des XIIe-XIIIe siècles.

82Par ailleurs, les vestiges d’une quatrième tour (« La Tour de Lesparre »), en grande partie détruite à la fin du XIXe siècle pour faire passer la route actuelle, s’élèvent sur les bords mêmes de l’Ardèche. Ce donjon présente lui aussi un appareil de moellons de calcaire bien équarris, mais les bossages sont absents de ses parements. Trois faces de ce donjon sont encore totalement ou partiellement conservées. Cette tour comportait au moins deux étages, le premier étant planchéié (présence d’une ligne de corbeaux) et le second étant voûté en berceau. En raison d’une importante surélévation du niveau des sols environnants, le premier étage se trouve aujourd’hui au niveau de la rue. Deux portes sont encore apparentes : l’une au premier étage sur la face sud, dont il subsiste un piédroit et l’amorce d’un arc (en plein cintre ?), et la seconde au deuxième étage, sur la face occidentale, qui est encore intégralement conservée. Ces deux portes paraissent appartenir au premier état du bâtiment. Une fente étroite avec fort ébrasement intérieur éclaire aussi le premier étage. Avant sa destruction, la tour était couverte d’une toiture à quatre pans et présentait sur sa face sud deux échauguettes sur corbeau, aux angles, et une bretèche au-dessus de la porte. Ces constructions défensives correspondent, à l’évidence, à un réaménagement de la tour à la fin du Moyen Âge dans le contexte de la Guerre de Cent Ans. Mais le gros œuvre de celle-ci paraît plutôt appartenir au XIIIe siècle.

83Enfin, immédiatement à l’entrée sud de Vogüé, à mi-hauteur des falaises dominant le cours de l’Ardèche, se dressent les ruines d’une dernière fortification médiévale. On note la présence, sur un étroit ressaut rocheux, de l’angle d’une construction - sans doute une tour - en bel appareil régulier de calcaire, datable peut-être du XIIIe siècle. Celle-ci conserve encore une étroite ouverture au rez-de-chaussée regardant vers l’Ardèche. La plate-forme rocheuse qui supporte le bâtiment présente - immédiatement au sud de celui-ci - de multiples traces d’ancrage de poutres.

84Le « château vieux » et peut-être plus sûrement le château qui a précédé l’actuel château de Vogüé ont entraîné le développement d’un habitat. Celui-ci apparaît à la fin du Moyen Âge protégé par une enceinte, qui prenait au nord et au sud appui contre la falaise jusqu’à l’Ardèche dont elle suivait ensuite le contour. Le bourg castral de Vogüé possédait une église dédiée à Sainte-Marie ; cette église a été reconstruite au XVIIe siècle (Charay s-d p. 22-23). Pour conclure, il faut mentionner la présence sur l’Ardèche, dans le village même de Vogüé, des ruines d’un moulin médiéval, mentionné dès le XIIIe siècle (Vogüé 1912, t. 3, P.-J. n° XXI).

85Bibliographie :
Charay s-d ; Clément 2002 ; Riou 2002 ; Vogüé 1912.

LA VOULTE

86département : Ardèche ; canton : La Voulte-sur-Rhône ; commune : La Voulte-sur-Rhône ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 110 m ; protection Monuments Historiques : classement (chapelle du château), inscription (château)

871112 : donation à l’abbaye de Cluny et au prieuré de Rompon par Léger, évêque de Viviers, de la capellam de castello quod Volta dicitur (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuve n° 437, II).

  • 10 Cet acte, donné ici pour mémoire, est faux.

881151 : diplôme de l’empereur Conrad III par laquelle il déclare Silvion de Clérieux et ses héritiers indépendants du domaine des comtes et immédiatement vassaux des empereurs. Il leur donne notamment le droit d’établir des péages sur terre et sur eau à La Voulte (Urkunden Konrad III n° 294)10.

891223 : testament de G. de Chabanas. Testament approuvé par Aymar, comte de Valentinois, sa femme Philippa et leur fils Guillaume par un acte passé apud castrum La Vouta ante capellam (ADI B 3519).

901235 : Philippa, comtesse de Valentinois, pour le repos de l’âme de son aïeul maternel Roger de Clérieux et de ses autres parents, concède à l’abbaye de Saint-Ruf le libre passage pour les personnes et denrées à l’usage de l’abbaye et de ses prieurés, particulièrement à Charmagnieu, La Roche et La Voulte, avec exemption de tout péage, etc. (Regeste Dauphinois, t. II, n° 7392).

911237 : Hugues, seigneur de Pierregourde, reconnaît devant Philippa, comtesse de Valentinois, que le château de Pierregourde devra toujours être tenu de celui qui sera seigneur de La Voulte. En contrepartie, la comtesse remet à Hugues de Pierregourde 100 sous viennois à prendre sur son péage de La Voulte. Acte passé à La Voulte (ADR EP 119 n° 1).

La Voulte - Le château et le bourg castral vers la fin des années 1940 (Monum’MH 149 335).

La Voulte - Le château et le bourg castral vers la fin des années 1940 (Monum’MH 149 335).

Arch. Phot. © CMN, Paris.

921246 : Philippa, comtesse de Valentinois, teste en faveur du comte Aymar III de Poitiers, son petit-fils. Elle donne à Roger d’Anduze, second fils de sa fille, son château de La Voulte (Regeste Dauphinois, t. II, n° 8240).

931246 : hommage prêté à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Jocerand Arnaud pour le castrum de Lamastre. Acte passé à La Voulte dans l’église Saint-Vincent (ADA 29 J 4 n° 4).

941250 : Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, donne l’usufruit de la seigneurie de Clérieux, sa vie durant, à Philippa, sa grand-mère, comtesse de Valentinois, qui lui avait cédé cette seigneurie. Acte passé à La Voulte in camera castri que est juxta salam (AN K 1158 n° 13).

951250 (v-s) : Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, cède à l’Église de Valence l’alleu et la seigneurie du castrum de La Voulte, qu’il reprend ensuite en fief de cette Église. Il reçoit pour cela une rente annuelle de 5 livres à prendre sur le péage de Valence ainsi que les terres du chapitre situées entre Livron et La Voulte (BNF Nouv. Acq. Fr. 9799 f° 166 r°).

961273 : arbitrage entre Guy, évêque de Valence, et Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, sur leurs différends au sujet des limites des mandements des châteaux de Livron et de La Voulte (ADD E 3569).

971277-1278 (livre des hommages de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire) : hommage de Roger d’Anduze au roi de France pour La Voulte (ADG A 3 p. 2636 sq).

981283 : hommage rendu à Jean de Genève, évêque de Valence et de Die, par ses vassaux dont Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum p. 114 sq).

991290 : sentence condamnant Vincent Chanabasii, de Tournon et Junet, fils de Junet Chausenii, de Romans, à payer à Roger, seigneur de La Voulte, 40 sous viennois pour le péage des moutons qu’ils ont fait passer par le castrum et le mandement de La Voulte (AN H2960).

1001293 : lettre de Philippe IV, roi de France, au sénéchal de Beaucaire, lui confiant l’examen de la cause pendante entre l’évêque de Valence, Roger d’Anduze et le procureur du roi, au sujet des castra de Boffres et de La Voulte (Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, t. I, preuve n° XC).

1011294 : lettre de Philippe le Bel au sénéchal de Beaucaire et de Nîmes. Il rappelle qu’à la suite d’une guerre qui s’était déclarée entre Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, et l’évêque de Valence et de Die en raison de divers contentieux, une trêve avait pu être établie entre eux. Cette trêve avait été acceptée par les deux parties sous peine d’une amende de 2000 marcs d’argent en cas de rupture de celle-ci. Pour renforcer cette trêve, l’évêque avait remis entre les mains des arbitres un castrum seu fortalicium construit sur les rives du Rhône. Cependant, durant la trêve, Bermond, fils de Roger, et des hommes de La Voulte brûlèrent et détruisirent le château. Ils firent prisonniers les deux hommes du prieur de Saint-Esprit commis à la garde du château et les emmenèrent à La Voulte. Le roi condamne Roger d’Anduze à reconstruire le château détruit et à payer au prélat 2000 marcs d’argent comme dommages et intérêts et 2000 livres tournois au roi à titre d’amende (Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, t. I, preuve n° XC).

1021303 : appel par le procureur de Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, de la saisie faite par les officiers du roi des castra de Boffres, La Voulte et Chomérac (AN K 1175 n° 16).

1031303 : lettres du sénéchal de Beaucaire portant mainlevée du castrum de La Voulte à la charge qu’il en sera fait hommage au roi et non à un autre (ADG A 1 p. 1010).

1041304 : hommage rendu par Hugues de Pierregourde à Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, pour le château et la seigneurie de Pierregourde, relevant en fief du château de La Voulte. Acte passé à La Voulte sur la place publique près de l’église Saint-Vincent (ADR EP 119 n° 2).

1051304 : franchises accordées par Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, aux habitants de La Voulte (Histoire du Vivarais, t. III, p. 177-178).

1061325 : hommage rendu à Bermond d’Anduze, seigneur de la Voulte, par Hugues de Pierregourde, pour l’hospicium appelé lo Celeyr, dans le mandement de Pierregourde, qui relève en fief du château de La Voulte. Acte passé à La Voulte dans le fortalicium dicti castri (ADR EP 119 n° 4).

107Le château et le castrum de La Voulte appartiennent à la longue série de sites jalonnant le coteau rhodanien en surplomb du lit majeur du Rhône.

108Le château de La Voulte est établi sur une plateforme rocheuse dominant le bourg. Ce château existe sans doute depuis le XIe siècle, mais du premier château des XIe-XIIIe siècles, qui s’élevait vraisemblablement à l’extrémité orientale du relief portant le site, il ne subsiste apparemment rien. Le vaste et complexe ensemble architectural dont les ruines imposantes sont actuellement visibles paraît pour l’essentiel appartenir aux deux derniers siècles du Moyen Âge et surtout à l’Époque Moderne. Il a, de plus, connu de très importants remaniements tout au long du XIXe siècle avant d’être ruiné en 1944 à la suite d’un bombardement.

109Sur les pentes est et nord du château s’est développé un important bourg castral, protégé dans son dernier état (XIVe-XVe siècles) par une puissante enceinte. Le castrum possédait une chapelle, devenue dans un second temps église paroissiale, et dédiée à Saint-Vincent.

110Bibliographie :
Riou 2002.

Notes

1 Un plan sommaire de celui-ci est donné dans Valladier-Chante 1993 p. 104.

2 Selon Favre 1961 (p. 43-45 et 149-151), il y aurait eu en fait deux châteaux mitoyens à Vals au début du XVIIe siècle. Est-ce la perpétuation d’un état de fait médiéval lié à la coseigneurie ?

3 A. Mazon mentionne dans sa Notice sur Vinezac (Mazon 1897 p. 26-27) l’achat en 1233 de la seigneurie de Vinezac par Guillaume de Chaste ; la datation de cet acte - dont les références ne sont pas données - paraît des plus douteuses.

4 Ce toponyme vient bien évidemment du lignage des Julien qui, dès le XIIIe siècle, sont seigneurs de ce château.

5 Cette tour a fait, en 2000, l’objet d’une première étude par Jean-Claude Mège (INRAP) dans le cadre d’une opération de sauvetage programmée.

6 À la fin du VIIe siècle ou au tout début du VIIIe siècle, Aginus remet certains de ses biens à Sanctum Vincentium in castro Vivarii situm (Histoire du Vivarais, t. I, P. -J. n° 2). En 892, Ermenbourge et sa grand-mère donnent à l’église Saint-Vincent, in castro Vivariensi, et à l’évêque Rostaing, l’église Saint-Philippe in Vallevinaria (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuve n° 14).

7 Sur l’enceinte canoniale de Viviers, cf. la description qu’en donne Yves Esquieu (Esquieu 1992 p. 99 sq).

8 C’est sous ce dernier vocable que l’église de Vocance est désignée dans la taxe de la décime du XIVe siècle (p. 302). Au XVIIIe siècle, l’église de Vocance est dédiée à la Sainte-Croix, Paroisses et communes de l’Ardèche p. 442.

9 L’identification de ce Vigonensi avec Vogüé est incertaine.

10 Cet acte, donné ici pour mémoire, est faux.

Table des illustrations

Titre Vallon - Le château et le bourg castral au début du XXe siècle ; les vestiges du château occupent le point le plus haut du relief, à droite (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Villeneuve-de-Berg - Le donjon du château (XIIIe siècle ?), réutilisé comme clocher de l’actuelle église paroissiale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Vinezac - Façade sud du château ; au centre, le donjon (XIIe ou XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Viviers - Détail des plans du Rhône de l’ingénieur royal Grandvoinet représentant la ville de Viviers en 1785 (ADG C 94, XVIIIe feuille).
Légende Phototype Inventaire Général/J.-M. Refflé © A.D.A.G.P. 1980.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Vocance - La partie basse de l’enceinte du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Vogüé - Le « château vieux » (dit « Tour de Viallaure ») vers 1900 (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Vogüé - Vue aérienne du troisième donjon dit « La Tourasse » (XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Vogüé - Le quatrième donjon dit « Tour de Lesparre » (XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre La Voulte - Le château et le bourg castral vers la fin des années 1940 (Monum’MH 149 335).
Légende Arch. Phot. © CMN, Paris.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2516/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540