Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
S
U

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

T

Texte intégral

TAURIERS

1département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Largentière ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 410 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

Tauriers - Le donjon à éperon du XIIIe siècle et sa chemise maçonnée.

Tauriers - Le donjon à éperon du XIIIe siècle et sa chemise maçonnée.

2Vers 1190 : Pierre Etienne, avec l’accord de ses frères, Odilon de Tauriers et Pons, confirme la vente faite à l’abbaye des Chambons de tout ce qu’il possédait à Chabrolières et à Lembruchet pour 560 sous (ADLZ 6 J 1 f° 22 v°).

31210 : l’évêque de Viviers et les chanoines se plaignent des nombreuses acquisitions faites par le comte de Toulouse dans leurs fiefs, et notamment de la tour de Pierre de Vernon à Montréal, du castrum de Taurias, etc., (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

41229 : le château de Tauriers est donné comme une des limites du tènement de Largentière (Mazon 1904 p. 57-59).

5Le village de Tauriers s’étire au sommet d’un éperon, dominant, à environ 410 m d’altitude, Largentière et la vallée de la Ligne. Le village actuel est divisé entre une partie basse, récente, et une partie haute, correspondant à l’ancien bourg castral. L’enceinte de celui-ci est encore partiellement conservée dans les façades des maisons. Au nord, il subsiste une porte défendue par un double système de herse et d’assommoir.

6Le château, bâti sur une éminence rocheuse, domine le bourg et son église située à peu de distance. Il présente un plan en L, formé d’un donjon à éperon et de deux corps de logis auxquels s’ajoutent plusieurs cours et enceintes successives en avant du château. Le donjon de Tauriers se caractérise par un plan rare en Vivarais : une tour carrée complétée par un éperon appuyé contre la façade sud. Les quatre faces du donjon, bâti en bel appareil régulier, sont presque complètement aveugles. Les rares ouvertures se réduisent à quelques étroites et courtes fentes de jour inégalement réparties entre la tour et l’éperon. Dans le mur sud-ouest de l’éperon, au deuxième étage, on remarque un jour de plus grandes dimensions ayant conservé des corbeaux auxquels devait être fixé un volet en bois. Le donjon compte quatre niveaux. Chaque niveau enferme une simple pièce voûtée, assez haute. Sauf au rez-de-chaussée, l’éperon comporte également à chaque étage une petite pièce triangulaire voûtée. Le donjon possédait initialement deux accès extérieurs : un à l’ouest, au premier étage de la tour, et un second au nord, au deuxième étage. Les étages sont desservis par un escalier à retour droit aménagé dans l’épaisseur du mur est. Cet escalier prend naissance au premier étage et débouche aujourd’hui sur la terrasse sommitale de la tour. À l’est, le donjon est protégé par une première enceinte qui lui est contemporaine. Elle prend l’aspect d’un simple mur aveugle, dont la hauteur équivaut environ au tiers de celle du donjon. Il n’est pas exclu que cette première enceinte se soit prolongée au nord, vers les remparts du bourg. Au sud, elle fait retour contre l’angle sud-est de la tour. Une seconde enceinte prolonge la première au sud-est et protège ainsi l’avant du donjon. Elle fait retour à l’ouest sur le bec de l’éperon. Cette seconde enceinte est plus basse que la première d’1 à 2 m. Elle est protégée sur ses deux côtés par des ouvertures de tir, comparables aux ouvertures du donjon. Ces meurtrières présentent en façade de simples fentes d’environ 0,10 m x 0,50 m à 1 mètre de haut mais possèdent chacune, grâce à l’orientation de leur ébrasement intérieur, un angle de visée différent. La seconde enceinte était couronnée par une galerie de hourds, dont sont conservés les trous de boulin. C’est par une porte charretière en arc plein cintre, ouverte dans le petit côté de l’enceinte, que l’on pénètre dans le château, dans une petite cour au pied du donjon. Ce premier château, apparemment très homogène, pourrait appartenir aux premières décennies du XIIIe siècle. À la fin du Moyen Âge, le château primitif est largement modifié. La fonction résidentielle est améliorée, grâce à la construction d’un corps de logis à deux niveaux, et la défense du site est renforcée, notamment par la construction d’une nouvelle enceinte et par l’ajout de mâchicoulis au donjon.

7Par ailleurs, dès avant la fin du XIIe siècle, des mines d’argent sont attestées dans le secteur de Tauriers (Catalogue des actes de Raymond V n° 117 et Roche 1894 t. I, P. -J. n° XVI). Des prospections récentes laissent supposer que celles-ci étaient situées dans les quartiers de La Madeleine et du Mas Saint-Esprit à environ 1 km au sud-est du village de Tauriers (Girard 1999 p. 61 et p. 103-111). Le lien éventuel de ces mines avec le château reste à établir.

8Bibliographie :
Valette 1996.

LE TEIL

9département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Le Teil ; toponyme actuel : « Le Château » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 200 m

Le Teil - Vue d’ensemble du site au début du XXe siècle.

Le Teil - Vue d’ensemble du site au début du XXe siècle.

101206 : hommage rendu à l’évêque de Viviers pour le château du Teil et pour Mélas (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93).

111215 (v-s) : vente par Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice, à Pierre de Mirabel de tout ce qu’ils possédaient dans les castra et mandements de Mirabel, Vals, Aubenas, etc. Guillaume, évêque de Viviers, ratifie la vente, sous réserve de sa seigneurie et de celle de l’Église de Viviers, des biens relevant de son fief. Acte passé in castro de Tilio dans la domus d’Etienne d’Alberia (ADA 13 J 21 n° 80).

121254 : statuts de la justice du Teil établis par les pariers de ce castrum. Sont coseigneurs en 1254 : Arnaud, évêque de Viviers, seigneur majeur du castrum du Teil, Guillaume de Rochemaure, Guillaume de [...], Bertrand de Châteauneuf, P. de Châteauneuf, son fils, Guillelma, femme de feu Hugues du Teil, Etienne Truti, chanoine de Viviers (ADA 29 J 5).

131262 : Aymon, évêque de Viviers, vend aux clercs de l’Église de Viviers 6 livres viennoises de rente à prendre sur son péage du Teil (Roche 1894, t. I, p. 233).

141263 : promesse faite par Hugues, évêque de Viviers, d’indemniser de toutes pertes Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, qui s’est constitué son fidéjusseur pour une somme de 500 livres viennoises due par Hugues à Amédée, évêque de Die, à la suite du testament d’Aymon, évêque de Viviers. Il donne comme caution les péages que son Église prélève à Bourg-Saint-Andéol, Donzère, au castrum de Montpensier, à Châteauneuf-du-Rhône, à Viviers et au Teil (ADI B 3526).

151299 : sentence arbitrale entre Guillaume de Donzère, coseigneur du Teil, et les autres coseigneurs, d’une part, et les habitants du Teil, d’autre part. Il est notamment convenu que les pâturages du mandement du château du Teil ne pourront être vendus pour du bétail étranger par les seigneurs pariers et demeureront réservés aux coseigneurs et aux habitants (ADA 1 J 473 f° 1-2 r°).

161333 : hommage lige rendu à l’évêque de Viviers par Giraud Adhémar, seigneur de Montélimar, Rochemaure et Le Teil, qui lui promet aide en temps de paix et en temps de guerre, excepté contre les évêques de Valence et de Die (Catalogue des actes de la ville de Viviers n° 39).

17Les ruines du castrum médiéval du Teil se dressent sur le coteau rhodanien, immédiatement au nord et en surplomb du bourg actuel. Diverses photographies anciennes du début du XXe siècle (ADA 6 Fi 319) ainsi que les quelques vestiges conservés permettent d’établir approximativement l’aspect ancien du site.

18Les rares vestiges du château stricto sensu occupent le point le plus haut du relief, au-delà d’une barre rocheuse dominant le bourg castral. Au nord, une construction contemporaine prenant le relais d’un colombier du XVIIIe siècle s’est installée sur l’angle du rempart montant du bourg. Au sud, on note la présence de la base d’une tour quadrangulaire (dite « Tour du Jeu ») mesurant environ 13 m x 11 m. Bien appareillée et aux murs très épais, elle possédait un escalier intérieur en pierre. Cette tour a été détruite à la suite d’une explosion, sans doute au XVIIe siècle. À proximité se dressent les ruines d’au moins deux autres bâtiments : l’un est effondré sur lui-même et montre l’amorce d’une voûte sous le niveau de sol actuel ; du second ne subsiste qu’un angle. L’ensemble de ces constructions est difficile à dater en raison de leur ruine avancée. Elles pourraient toutefois appartenir aux deux ou trois derniers siècles du Moyen Âge ; la « Tour du Jeu » correspondant peut-être au donjon médiéval du château.

Le Teil - Plan d’ensemble du castrum du Teil d’après Chalabi 1989.

Le Teil - Plan d’ensemble du castrum du Teil d’après Chalabi 1989.

19Au pied du château, face au Rhône, s’est développé un bourg castral protégé par une vaste enceinte (du XIIIe siècle dans son état le plus ancien ?) cantonnée de tours quadrangulaires. La partie basse de cette enceinte, percée d’une porte au sud et d’une porte au nord, est encore occupée par une vingtaine de maisons dont certaines présentent des éléments architecturaux médiévaux ou d’Époque Moderne. Entre les vestiges du château et la partie basse du bourg castral s’étend une zone enclose par le rempart mais aujourd’hui abandonnée ; la végétation est abondante mais on y remarque les ruines de quelques bâtiments ayant appartenu au village.

20Le castrum du Teil ne semble pas avoir eu de lieu de culte et relevait de la paroisse de Saint-Etienne de Mélas, dont l’église était située à environ 1,5 km à vol d’oiseau de celui-ci vers le sud. La ville actuelle du Teil a pour origine un faubourg du bourg castral originel qui s’est étendu le long de la route du Rhône à partir du XIVe siècle. Peu à peu le noyau d’habitat primitif s’est vidé au profit de la nouvelle ville basse.

21Bibliographie :
Chalabi 1989.

THINES

22département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Malarce-sur-la-Thines ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 520 m ; protection Monuments Historiques : classement (église Notre-Dame)

Thines - Vue aérienne du site ; le château occupait le point le plus haut du relief, au centre de la photographie, à droite.

Thines - Vue aérienne du site ; le château occupait le point le plus haut du relief, au centre de la photographie, à droite.

231086-1136 : parmi les églises relevant du prieuré chaffrien Saint-Gervais de Langogne dans le diocèse de Viviers figure celle de Thines (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLXXIII).

241162 : Pons de Tina est témoin d’une donation faite aux Templiers de Jalès par Guillaume de Randon (ADBdR 56 H 5245).

251250 : Guigue de Châteauneuf confirme et augmente les droits et privilèges des habitants du castrum et du mandement de Joyeuse. La même année, le jour des nones de décembre, Randone, sa femme, ratifie l’acte précédent dans l’église Sainte-Marie de Thines (ADA 1 J 152 p. 70-72).

261255 (v-s) : partage réalisé entre Guigue de Châteauneuf et son neveu du même nom. Guigue de Châteauneuf, l’oncle, aura notamment le castrum de Tina et le castrum de Garcillo avec leur mandement, leur justice, leur districtus, et toutes leurs dépendances (ADLZ E 248).

271283 : Guillaume de Châteauneuf est seigneur de Thines (Feuda gabalorum, t. II/2, p. 260).

281288 (v-s) : vente faite par Pierre Cros, de Thines, à Guillaume de Privada, habitant du château (lire castrum) de Thines, d’une paranea à Thines entre le pont et le château, au-dessus du moulin, pour le prix de 55 sous tournois. Cette paranea relève en fief de Bertrand Chanitis qui y prélève une quarte d’avoine, mesure de Thines, de cens (ADA 61 J 12).

291288, 1292 (v-s), 1298, 1322 : Guillaume de Châteauneuf est seigneur de Thines (AN K 1158 n° 9 ; Feuda gabalorum, t. II/2, p. 162 et 260 ; ADLZ G 8 f° 298 v°).

30Dans le cadre superbe des Cévennes vivaroises, le village de Thines domine un des méandres du ruisseau du même nom. Du château, sans doute fort modeste, il ne subsiste rien de visible aujourd’hui. Celui-ci occupait le sommet d’une butte rocheuse au nord-est de l’église (une petite porte aujourd’hui murée dans le mur nord de l’église est encore dite « porte du château »). Au tout début du XIXe siècle, le château paraît se résumer à une tour déjà ruinée, qui est définitivement démolie en 1806 (Mazon 1878 p. 52-53). Quelques blocs en réemploi dans des maisons du village pourraient provenir de cette tour.

  • 98 Sur cette église : Saint-Jean, Nougaret 1991 p. 239-254, Bacconnier 1991, Laffont 1998c p. 112.

31Au pied du château, s’est développé le village de Thines. L’origine castrale de celui-ci ne fait aucun doute au regard de la topographie des lieux. Au cœur du castrum se dressait l’église Sainte-Marie. Du XIe au XIVe siècle, l’église de Thines n’est qu’une succursale de l’église de Montselgues, ce qui s’explique sans doute par son rôle primitif de chapelle de castrum et donc par une fondation plus tardive que celle de Saint-Martin de Montselgues. Ces deux établissements relèvent au Moyen Âge de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier par l’intermédiaire de son important prieuré gévaudanais de Langogne98. L’église de Thines est sans doute un des plus remarquables édifices romans du Vivarais.

THORRENC

32département : Ardèche ; canton : Serrières ; commune : Thorrenc ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 250 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

331088-1119 : Armand Rotboldus donne à l’abbaye de Romans les dîmes qu’il possède dans le mandement de Thorrenc et dans la villa de Volosio (Saint-Etienne-de-Valoux) (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. III, n° 200).

34Vers 1141 : Guigo Griota, miles de Torenco, donne au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue la quatrième part de l’église de Vanosc ainsi qu’une maison, pour le salut de son âme et de celle de ses parents (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° LXI).

351158 : Aymon de Thorrenc est chanoine du chapitre cathédral de Valence (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° XXXII).

361170 : Guigue de Thorrenc et Arnaud de Thorrenc sont témoins de la remise de l’église de Vocance au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue par Guillaume, archevêque de Vienne (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° C).

371271 : testament d’Aymar, seigneur d’Annonay. Il donne 30 sous aux curés d’Annonay, Thorrenc, Ay, Champagne et Peyraud pour un service annuel. Aymar laisse à sa femme Philippa la jouissance viagère de sa domus de Thorrenc et de tout ce qu’il possède dans le castrum et le mandement de Thorrenc ainsi qu’à Champagne. À Philippa, il substitue Artaud de Lavieu, frère de sa première femme Artaude ; mais le fief de Thorrenc devra rester dans la mouvance de la seigneurie d’Annonay (AN P 1360 1 cotes 787, 790, 792).

381274 : Philippa, domina de Thorenco, veuve d’Aymar, seigneur d’Annonay (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 585).

391282 : Briand de Lavieu, sacristain de l’Église de Lyon, est seigneur du château de Thorrenc (Documents sur Thorrenc et Andance n° 1).

401284 : transaction entre Jacquemet Gilbert et Briand de Lavieu, chanoine de Lyon, seigneur du château de Thorrenc. Jacquemet Gilbert réclame la propriété et la juridiction indivise du quart du château de Thorrenc. Les parties transigent sur l’arbitrage de Raymond de Thorrenc, de Jocerand d’Ay, et d’Hugues Gotechaux. Jacquemet Gilbert renonce finalement à son quart de justice contre 30 livres (Documents sur Thorrenc et Andance n° 2).

411295 : transaction entre Briand de Lavieu et les autres coseigneurs de Thorrenc, dont Jacques de Lavieu et Pierre Flote, d’une part, et les vavasseurs du castrum de Thorrenc, d’autre part, parmi lesquels Jocerand d’Ay, chevalier, Gilet Roland, domicellus, etc. (Mazon 1901b p. 284).

421296 : contrat de mariage d’Alice, fille du dauphin de Viennois Humbert, avec Jean, comte de Forez. Le dauphin Humbert donne notamment pour la dot de sa fille : feudum medietatis castri de Torent quam tenent domini Petrus Flote et Jacobus Alamandi, milites (Chartes du Forez n os 1664, 1665, 1666).

431316 : hommage de Guillaume Flote, fils de Pierre, seigneur de Revel, au comte de Forez pour le château de Thorrenc, le château de Nervieu et sa maison noble de Fauris près de Montbrison (Recueil d’hommages, aveux et dénombrements de fiefs relevant du comté de Forez n° 694).

441318 (v-s) : hommage rendu par Pons Mayfred, de Thorrenc, à noble et puissant Bertrand de Lavieu, condominum de Thorenco, pour sa part de la dîme de Saint-Cyr et pour un cens d’une carte et demie de froment (DIANA 1 E365).

451332 : transaction entre Briand de Lavieu, chevalier, coseigneur de Thorrenc, et les habitants de Thorrenc confirmant les privilèges que leur avait accordés Aymar de Roussillon, seigneur d’Annonay et coseigneur de Thorrenc (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. I, p. 461 sq).

46Le castrum de Thorrenc forme un îlot isolé au sein de l’importante forêt recouvrant les flancs de la vallée très encaissée du Torrenson. L’ensemble castral a été bâti sur un petit éperon dominant un des méandres de ce ruisseau. L’élément central du château est un haut donjon rectangulaire. L’accès se fait au premier étage et seules quelques rares et étroites ouvertures éclairent l’intérieur du bâtiment, dont les étages étaient entièrement planchéiés. Cette tour semble datable du XIIe ou du début du XIIIe siècle. Un vaste bâtiment en L, flanqué d’une tour ronde et d’une tourelle, a été construit au nord-est du donjon à la fin du Moyen Âge et un corps de logis occupe l’espace existant entre le donjon et les constructions du bas Moyen Âge.

47Sur les pentes que domine le château s’est développé un petit bourg castral, celui-ci possédait une église dédiée à Saint-Georges, établie à proximité même du donjon.

TOULAUD

48département : Ardèche ; canton : Saint-Péray ; commune : Toulaud ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 280 m

491218 : Savina, mère de Guinisius de Châteauneuf, confirme, à Soyons, l’accord passé entre celui-ci et l’Hôpital du Saint-Sépulcre de Valence. Parmi les témoins : la sacristaine de Soyons, G. de Charmes, W. de Charmes, Aribert de Charmes, W. de Tolau (ADBdR 56 H 5103).

501230 : contrat de mariage entre Béatrice, fille de Guillaume de Beaudiner, et Silvion, fils de Roger de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun. Guillaume de Beaudiner donne notamment pour la dot de sa fille : pertinencia mea de Toulaud (ADBdR 56 H 5103).

511257 : Giraud Bastet, seigneur de Crussol, reconnaît tenir en fief rendable de Silvion de Clérieux, mari de Béatrice de Beaudiner, tout ce que feu Guillaume de Beaudiner avait en cens, fiefs et dominium dans le castrum, burgum et territorium de Tolau (AN 265 AP 182 dossier 4 n° 13).

521293 : transaction entre l’abbesse de Soyons et Giraud Bastet, seigneur de Crussol, à propos des limites des mandements de Soyons, Crussol, Toulaud et Charmes (AN 265 AP 178 dossier 1 n° 147a).

531297 : accord entre Roger d’Anduze, seigneur des castra de La Voulte et de Boffres, et Giraud Bastet, seigneur des castra de Crussol, La Bâtie et Toulaud, au sujet des limites des mandements de Boffres, Crussol, La Bâtie et Toulaud (ADR EP 121 liasse 4 n° 7).

541303 : testament de Roger de Clérieux. Il remet notamment à son fils Guichard le château et mandement de Toulaud (Gallier 1866-1868 p. 406 sq).

551307 : reconnaissance passée par Giraud Bastet, seigneur de Crussol, en faveur de Guichard de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun, pour le château de Toulaud. Acte passé à Toulaud (ADI B 3562).

561309 : notification par Giraud Bastet, seigneur de Crussol, de la vente d’une maison sise in castro Tolaudo, consentie par Pierre Odon, de La Bâtie, en faveur de Jarenton de Vernon (Charte de 1309 relative à Saint-Péray).

571325 : hommage rendu à Jean, seigneur de Crussol, par Giraud de Pierregourde, pour les fiefs que ce dernier possède infra villas et mandamentos de Toulaud, Saint-Marcel, La Bâtie et Charmes, appartenant au seigneur de Crussol. Acte passé infra castrum de Toulaud (ADR EP 119 n° 5).

58Le château de Toulaud occupait l’extrémité d’un éperon rocheux dominant, légèrement en surplomb, un ancien bras du Rhône, en arrière de la montagne de Soyons. Du château ne subsiste plus aujourd’hui qu’un tertre rocheux entouré d’un fossé réutilisant largement le relief naturel. Sur le tertre, sont visibles de nombreuses anomalies microtopographiques ainsi qu’un minuscule pan de maçonnerie. Mais l’ensemble paraît avoir été très remanié par des travaux récents. Une rue du village - la Montée de la Tour - conserve le souvenir du château.

59Le bourg de Toulaud, dont la fondation est liée au château, s’est développé sur les pentes que domine celui-ci. Au Moyen Âge, les maisons montaient assurément plus haut sur la pente et le village était entouré d’une enceinte dont une des portes est encore très partiellement conservée. Le castrum de Toulaud possédait une église dédiée à Saint-Michel.

LA TOURETTE

60département : Ardèche ; canton : Vernoux-en-Vivarais ; commune : Vernoux-en-Vivarais ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 570 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château, maison forte)

611215 (v-s) : Hugues de Torreta ratifie la vente faite par son père Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice du Béage au profit de Pierre de Mirabel (ADA 13 J 21 n° 80).

621268 (v-s) : hommage d’Hugues, seigneur de La Tourette, à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, pour tout ce qu’il possède depuis la Croix Saint-André jusqu’à la Fontane et de là jusqu’au Rhône et pour tous les cens qu’il perçoit dans le mandement de Crussol (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 3 v°).

631280 : compromis entre Hugues, seigneur de Pierregourde, et Jocerand, seigneur de La Tourette, pour régler les différends les opposant à propos de divers terroirs (ADR EP 121 liasse 4 n° 1).

641304 : compromis entre Hugues, seigneur de Pierregourde, et Hugues, seigneur de la Tourette, sur les limites des deux mandements et terroirs de Pierregourde et de La Tourette et sur les droits de perception du vingtain, du pulvérage et des droits de justice. Les deux parties précisent ce qu’elles considèrent être les limites de leur mandement respectif (ADR EP 121 liasse 4 n° 2).

651344 : Hugues de Chambaud, fils de feu noble André de Chambaud, rend hommage en fief franc, noble, et rendable à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour le castrum de Tureta avec tous droits et dépendances ainsi que lui avait donné de son vivant feu Hugues de la Tourette (ADI B 2633 f i IIII v°-V v°).

La Tourette - Le donjon au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).

La Tourette - Le donjon au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).

66Les vestiges du château de La Tourette, situés à 2,5 km au sud-est de Vernoux-en-Vivarais, occupent, en rebord de plateau, l’extrémité d’un éperon rocheux dominant très largement le confluent du ruisseau de l’Eve et de la Dunières, affluent majeur de l’Eyrieux. L’aspect extrêmement tourmenté des reliefs et l’encaissement prononcé des cours d’eaux placent ce château dans une position topographique évoquant indéniablement une fondation antérieure au XIVe siècle. Mais si les premières mentions du site appartiennent au tout début du XIIIe, les vestiges visibles ne sont, quant à eux guère, antérieurs au XVe siècle.

67L’élément central du château de La Tourette est un gros donjon quadrangulaire construit en granit. Si vers 1900 (Archives privées) au moins trois côtés sur quatre étaient encore conservés, actuellement seule la face nord du donjon subsiste en élévation. Ce donjon est cantonné au nord-ouest d’une étroite tourelle circulaire et une échauguette, munie d’une petite ouverture de tir, protège l’angle nord-est du bâtiment. La partie sommitale du donjon est couronnée de mâchicoulis. Aucune ouverture n’est conservée sur ce bâtiment, seules des brèches laissent supposer leurs emplacements, mais au début du XXe siècle, une ou deux ouvertures étaient visibles sur la face est du bâtiment et une gravure de 1786 (Archives privées) montre, elle, la présence sur la face ouest d’au moins trois fenêtres à meneaux et trois fenêtres à simple traverse. Il n’y a pas d’accès apparent au donjon, cependant, celui-ci n’étant ni au nord, ni à l’est (ce que montre la photographie des années 1900), et une rampe de circulation faisant le tour du donjon par l’ouest, il paraît vraisemblable de restituer une porte à l’ouest. L’ensemble de la construction, qui paraît à première vue relativement homogène, évoque les gros donjons quadrangulaires à vocation résidentielle affirmée que l’on construit à la fin du Moyen Âge. Ainsi ce bâtiment pourrait avoir été construit dans le courant du XVe siècle. Le donjon était flanqué à l’ouest d’un gros bâtiment, déjà ruiné en 1786. Il n’en subsiste plus aujourd’hui que quelques pans de maçonnerie informes. Une courtine s’appuie contre la face ouest de ce bâtiment ; après quelques dizaines de mètres, elle fait un coude à angle droit vers le sud. Dans cette direction, le château est protégé par un fossé ménagé dans le substrat. Les vestiges d’au moins un bâtiment occupent le fond de celui-ci. À l’extrémité sud de l’éperon rocheux, se dresse un pan de mur, dernier vestige d’une tour qui était pour l’essentiel conservée au début du XXe siècle. Celle-ci est établie à l’extrémité d’une plate-forme maçonnée qu’elle semble prolonger. Cette tour est difficile à caractériser en raison de son état actuel. On peut simplement affirmer que celle-ci était circulaire et possédait un rez-de-chaussée voûté ; une étroite ouverture en plein cintre regardant vers l’est est encore conservée. Il est très difficile de donner une date à cette tour ; cependant, ni la typologie de cette construction, ni la topographie des lieux ne permettent de voir là avec certitude les vestiges d’un château antérieur au donjon de la fin du Moyen Âge. Au nord, le donjon était précédé d’un second fossé creusé dans le substrat ; un pont dormant, dont il subsiste la base d’une pile quadrangulaire, permettait de franchir le fossé.

68Au-delà du fossé, en position de barrage, a été construite une maison forte. Elle est bâtie sur une haute terrasse dont les murs servaient à la fois de murs de soutènement et de rempart. Les vestiges d’une échauguette étaient encore visibles vers 1900 dans l’angle sud-est de la plate-forme. Cette maison forte est constituée d’un grand bâtiment rectangulaire orienté est-ouest, cantonné au sud-est d’une tour d’escalier circulaire, dont la partie sommitale a aujourd’hui disparu ; la base d’une échauguette circulaire se dresse encore dans l’angle nord-est du bâtiment. Celui-ci a connu manifestement peu de remaniements ; le dernier ayant eu toutefois pour conséquence d’abaisser son niveau général. Au sud, une seconde construction de petite taille fait face au corps de bâtiment principal ménageant au centre une cour. Celle-ci est enclose : à l’est, une porte monumentale est ouverte dans la courtine ; à l’ouest, cette dernière a disparu. Les nombreuses ouvertures de tir perçant le bâtiment ainsi que certains aménagements intérieurs pourraient dater cette maison forte de l’extrême fin du XVe siècle ou du XVIe siècle.

69Enfin, aucun habitat ne semble s’être développé au Moyen Âge au pied du château de La Tourette alors qu’à proximité se dresse le bourg ecclésial de Vernoux, développé autour du prieuré Saint-Pierre relevant de l’abbaye de Cruas (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Bernard, t. III, n° 157).

TOURNON (près Privas)

70département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Lyas ; toponyme actuel : « Petit-Tournon » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 300 m

711175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès et ses fils de rendre à Jocerand de Baix, les castra de Barrès et de Rochessauve. Sont donnés entre autres pour garants : Silvion de Tournon et Hugues, son frère, pour 500 sous ; Raymond de Tournon et Guillaume de Barrès pour 250 sous (ADI B 3517).

721197 : Guigue de Roche se déclare l’homme d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour Baix, Don, Montagut et Mézilhac. Témoins : Silvion de Tournon, Guillaume de Tournon, Pierre de Tournon, Hugues de Tournon (Les plus anciennes chartes en langue provençale n° 313).

731239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, une partie de ses castra vivarois dont celui de Tournon (ADI B 3520).

741249 : échange conclu entre Etienne de Mirabel et Marie, sa femme, d’une part, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’autre part, par lequel ils abandonnent à Aymar de Poitiers tous leurs droits in villa Privatii et in castro de Tornone (ADI B 3522).

751261 : échange conclu entre Pons de Mauves et Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois. Pons de Mauves cède notamment au comte ses biens situés dans les castra et mandements de Barrès, Rochessauve et Tournon (ADI B 3525).

761262 (v-s) : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et le prieuré de Charay sur lequel il avait juridiction. Les hommes du prieuré sont tenus à toutes corvées et clôtures, exceptées celles des castra de Tournon et Privas (Regeste Dauphinois, t. II, n° 9819).

771264 : cession par Albert Rostand, seigneur de Rac, à Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, de tous ses droits in castro et mandamento de Tournon (ADI B 3527).

781272 : lettre du sénéchal de Beaucaire et de Nîmes au juge royal d’Uzès lui demandant d’examiner les droits du comte de Valentinois sur les castra et mandements de Chalencon, Durfort et Tournon et sur le prieuré de Charay (ADI B 3531).

791277 : Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, donne à son fils émancipé Aymar IV, les castra de Baix, du Pouzin, de Saint-Alban, de Privas, de Tournon, etc. (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois p. 12-13).

801280 : hommage d’Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, à Philippe le Hardi, roi de France, pour le castrum de Tournon (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

811281 : Aymar de Poitiers accorde une charte de franchises aux habitants de Privas, de Tournon et du Lac (Charte de franchises de Privas p. 522-539).

821298 : quittance délivrée par Jean, comte de Forez, au comte de Valentinois, Aymar IV de Poitiers. Acte passé in fortalicio Turnonis (ADI B 3555).

831309 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Aymar de Poitiers, son fils, confirment les privilèges donnés en 1281 aux habitants de la villa de Privas, du castrum de Tournon et du village du Lac contre 1200 livres petit tournois (Charte de franchises de Privas p. 539-546).

841326 : hommage du comte de Valentinois au profit du roi Charles IV pour le château de Tournon (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

851330 : reconnaissance passée en faveur d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois et de Diois, en présence de Guichard de Poitiers, chevalier, seigneur de Privas, son fils, par les habitants du mandement de Tournon, constatant le droit immémorial du comte de lever et de percevoir tous les ans le vingtain de tous les blés et du vin récoltés dans le mandement (ADI B 3898).

Tournon - Détail d’une gravure d’Abraham Bosse montrant le château au début du XVIIe siècle.

Tournon - Détail d’une gravure d’Abraham Bosse montrant le château au début du XVIIe siècle.

Cliché Bibliothèque Nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge DD 558 pl. 18.

  • 99 Plan de la ville de Privas avec les fortification dicelle assiégée par le roy le 14eme de may 1629 (...)
  • 100 On possède par ailleurs une description très sommaire du château de Tournon au XVe siècle dans la l (...)

86Le château de Tournon s’est implanté sur une hauteur dominant le confluent du Mézayon et du ruisseau de Chalaron, à 500 m au nord à vol d’oiseau du bourg ecclésial de Privas. De ce château ne subsiste rien de visible aujourd’hui : le sommet du relief qu’occupait le château est désormais boisé et l’aménagement de nombreuses terrasses a beaucoup modifié la topographie des lieux. Cependant, une vue perspective du début du XVIIe siècle99 nous donne quelques informations sur la morphologie du site à cette époque100. Sur cette vue le château de Tournon prend l’aspect d’une vaste enceinte ovoïde occupant tout le sommet du relief ; on dénombre dans la moitié ouest de cette enceinte près d’une douzaine de maisons, sans qu’aucune ne présente cependant un caractère particulier. À l’exception de quelques échauguettes, le rempart ne montre aucun flanquement et l’on ne constate la présence d’aucun donjon.

  • 101 Compte de décimes de 1275 p. 442 (Ecclesia Beate Marie de Turnone juxta Privatium) et Taxe de la dé (...)

87Un bourg castral semble s’être développé sur les pentes méridionales et orientales du relief que dominait le château ; il n’apparaît toutefois pas sur la vue du XVIIe siècle. Cet habitat aujourd’hui groupé au bas de la pente devait sans doute à l’origine remonter beaucoup plus haut. Le castrum de Tournon possédait une église dédiée à la Vierge, qui relevait de la collégiale de Charay. Cette église apparaît dans les deux comptes de décimes du diocèse de Viviers de 1275 et du XIVe siècle et dans la bulle d’Alexandre IV de 1258 pour la collégiale de Charay101.

TOURNON (sur-Rhône)

88département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Tournon-sur-Rhône ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 120 m protection Monuments Historiques : classement partiel (château, église Saint-Julien), inscription (partie de l’église Saint-Julien, éléments de la dernière enceinte, maisons dans le bourg)

89814 : le comte Ostoric, missus de Louis le Pieux, tient un plaid in Tornone castro en présence de trois autres missi de l’empereur et de trois missi de l’archevêque de Lyon (Chartes de Cluny, t. I, n° 3).

90855-863 : Charles, roi de Provence et fils de l’empereur Lothaire Ier, confirme, à la requête de l’archevêque de Lyon, la restitution faite par son père de la villa et du castrum de Tournon (Recueil des actes des rois de Provence n° XII).

911064 : accord entre l’archevêque de Vienne, Léger, et les chanoines de Romans, d’une part, et Ricardus de castello Tornone, d’autre part (Cartulaire de Saint-Barnard n° 130).

921082 (v-s) : Guillaume fils d’Austorge (seigneur de Tournon) approuve la donation faite par Pierre Aymar de Lamastre de l’église de Saint-Victor à l’abbaye de Saint-Barnard de Romans (Cartulaire de Saint-Barnard n° 188).

Tournon-sur-Rhône - Dessin (vers 1595-1599) du château par Thomas Platter extrait de son journal de voyage (BU Bâle, ms A λ V, 7-8) ; le donjon quadrangulaire est y alors bien visible (à l’extrême gauche).

Tournon-sur-Rhône - Dessin (vers 1595-1599) du château par Thomas Platter extrait de son journal de voyage (BU Bâle, ms A λ V, 7-8) ; le donjon quadrangulaire est y alors bien visible (à l’extrême gauche).

93Vers 1146-1147 : Arnaud de Crest remet à Pierre Guillaume de Tournon et à son fils Guillaume Austorge, son château de Durtail et promet de lui donner en mariage sa fille d’ici un an. En contrepartie, Pierre Guillaume prête à Arnaud de Crest 4500 sous (ADA 52 J 55 f° 267).

941188 : Odon, seigneur de Tournon, reprend en fief lige de Philippe Auguste le castrum de Tournon. Le roi s’engage à ne jamais aliéner ce château (Recueil des actes de Philippe Auguste, t. I, n° 240).

951211 : Guigue, seigneur de Tournon, confirme aux habitants du castel de Tournon les franchises, libertés et privilèges autrefois concédés par Odon, son père, par Guillaume Austorge, père d’Odon, et par Guillaume, père de Guillaume Austorge. Mention du castel et mandamen de Tournon (AN K 1175 n° 5).

961226 : hommage lige de Guigue, seigneur de Tournon, à Louis VIII, roi de France, pour le castrum de Tournon et ses dépendances. Il jure de rendre le château et ses dépendances à chaque réquisition (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 1792).

971229 : compromis entre Guillaume, évêque de Valence, et les citoyens de Valence révoltés contre lui. Acte passé au château de Tournon (Regeste Dauphinois, t. II, n° 7003).

981241 (v-s) : Guillaume, seigneur de Tournon, rend hommage au roi de France pour Tournon (Mazon 1908 p. 33).

Tournon-sur-Rhône - Plan d’ensemble du castrum et de ses extensions successives à partir du cadastre de 1819.

Tournon-sur-Rhône - Plan d’ensemble du castrum et de ses extensions successives à partir du cadastre de 1819.

991283 : Sibylle d’Empurany vend à Odon, seigneur de Retourtour, tout ce qu’elle possède dans le castrum d’Empurany. Acte passé à Tournon in capella Sancti Vincenti (AN 513 AP 16).

1001292 : confirmation par Odon, seigneur de Tournon, des libertés, franchises et privilèges accordés par son prédécesseur Guigue en 1211 aux habitants de Tournon (AN K 1175 n° 5).

101Un castrum de Tournon est cité à deux reprises au IXe siècle mais ces mentions restent sujettes à caution (Laffont 1998a, t. I, p. 87-89). En revanche, il est assuré qu’à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle un château (dont on ne connaît aucune trace matérielle) est venu s’établir sur une table rocheuse émergeant du lit majeur du Rhône à proximité de l’église d’origine altimédiévale Saint-Julien, au cœur même de zones occupées depuis l’Antiquité et le haut Moyen Âge. En effet, comme l’ensemble du couloir rhodanien, Tournon a connu une dense occupation antique mais aussi du haut Moyen Âge : ainsi la villa de Tournon figure dans plusieurs bulles et diplômes pour l’Église de Lyon aux IXe et Xe siècles et elle est mentionnée comme chef-lieu de viguerie en 996 (Laffont 1998a, t. I, p. 98-99).

  • 102 Dessin du château de Tournon par Thomas Platter extrait de son journal de voyage (1595-1599) conser (...)

102Le château de Tournon que l’on peut voir aujourd’hui date pour l’essentiel des XIVe-XVIe siècles. Toutefois, le premier noyau médiéval du château apparaît nettement sur deux vues anciennes de Tournon, l’une de la fin des années 1590 et la seconde de 1706102. Ces deux représentations sont certes très légèrement discordantes (au XVIIIe siècle, des plates-formes crénelées semblent curieusement avoir remplacé les toitures visibles à la fin du XVIe siècle), mais elles permettent néanmoins de se faire une idée assez précise de l’architecture de ce premier ensemble castral. Celui-ci apparaît tout à fait caractéristique des fortifications des XIe-XIIIe siècles en Vivarais : un haut et étroit donjon de plan carré est associé à une chemise quadrangulaire. À l’intérieur de celle-ci, et en appui contre elle, se sont établis (sans doute dans un second temps) différents corps de logis, comme en témoignent les ouvertures visibles sur les deux vues. Cet ensemble est démoli totalement avant 1771 (Carlat 2003 p. 131). Son emplacement est actuellement occupé par le jardin jouxtant la chapelle, dans la portion sud-ouest du château actuel. Cette chapelle, construite par Jacques II de Tournon dans la seconde moitié du XVe siècle, pourrait avoir été précédée par la première chapelle du château de Tournon, dédiée à Saint-Vincent et attestée dès les années 1280 (AN 513 AP 16).

103Au pied du relief portant le château s’est développé un important habitat castral. Celui-ci a possédé au Moyen Âge trois enceintes successives. La première (XIe ou XIIe siècle ?), de taille restreinte, englobe un premier noyau d’habitat développé immédiatement au pied du château, dans une basse-cour en forme de demi-lune. Puis l’habitat s’est considérablement étendu vers le sud-ouest, ce qui a amené la construction, à la fin du XIIIe siècle, d’un second rempart. Enfin, une dernière enceinte est venue englober, au milieu du XIVe siècle (ADA G 232), les deux précédentes et un nouveau faubourg au nord, de part et d’autre de la route du Rhône. L’église Saint-Julien est restée hors des deux premières enceintes. À la fin du Moyen Âge, Tournon est, après Annonay et Aubenas, le troisième pôle urbain vivarois.

104Bibliographie :
Carlat 2003 ; Laffont 1998a, t. I ; Mazon 1908 ; Riou 2002, Thiébaud 1985.

Notes

98 Sur cette église : Saint-Jean, Nougaret 1991 p. 239-254, Bacconnier 1991, Laffont 1998c p. 112.

99 Plan de la ville de Privas avec les fortification dicelle assiégée par le roy le 14eme de may 1629 et rendue en son obéissance le 26ème [gravure d’Abraham Bosse], BNF, Département des Cartes et Plans, Ge DD 558 (18). Cf. aussi une description du site en 1623 dans Favre 1961 p. 175, 181, 186.

100 On possède par ailleurs une description très sommaire du château de Tournon au XVe siècle dans la liste des castra du comté de Valentinois situés au-delà du Rhône dans le royaume :... Castrum Turnoni est fortissimum supra ruppem et habet duas riperias de subtus et est prope Privacium ad tres jactus baliste et habet multa vilagia (sic) subtus se... (Castra dicti comitatus Valentinensis in Regno p. 280).

101 Compte de décimes de 1275 p. 442 (Ecclesia Beate Marie de Turnone juxta Privatium) et Taxe de la décime du XIVe siècle p. 449 (Prior de Turnone) et Bulle d’Alexandre IV en faveur de Charay.

102 Dessin du château de Tournon par Thomas Platter extrait de son journal de voyage (1595-1599) conservé à la Bibliothèque universitaire de Bâle (cf. Lemerle 2003, p. 15). 1706 : BNF, Département Estampes et Photographies, Va 7 t. 2.

Table des illustrations

Titre Tauriers - Le donjon à éperon du XIIIe siècle et sa chemise maçonnée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Le Teil - Vue d’ensemble du site au début du XXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Le Teil - Plan d’ensemble du castrum du Teil d’après Chalabi 1989.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Thines - Vue aérienne du site ; le château occupait le point le plus haut du relief, au centre de la photographie, à droite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre La Tourette - Le donjon au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Tournon - Détail d’une gravure d’Abraham Bosse montrant le château au début du XVIIe siècle.
Légende Cliché Bibliothèque Nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge DD 558 pl. 18.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tournon-sur-Rhône - Dessin (vers 1595-1599) du château par Thomas Platter extrait de son journal de voyage (BU Bâle, ms A λ V, 7-8) ; le donjon quadrangulaire est y alors bien visible (à l’extrême gauche).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tournon-sur-Rhône - Plan d’ensemble du castrum et de ses extensions successives à partir du cadastre de 1819.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2514/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

S
 
U