Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
R
T

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

S

Texte intégral

SAINT-AGRÈVE

1département : Ardèche ; canton : Saint-Agrève ; commune : Saint-Agrève ; toponyme actuel : « Mont Chiniac » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1120 m

21095-1098 : Aicelena, femme de Gotiscalchus de Sancto Agrippano, donne au prieuré de Chamalières ce qui lui appartient dans le terroir de Combres (Cartulaire de Chamalières-sur-Loire n° 10).

31186 : vente au profit de l’Hôpital de Saint-Jean du Puy par Pons Reillou d’un jardin. Parmi les témoins : Esteves de Sain Agreve (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 43).

41229 : Philippa, héritière de Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, et femme du comte de Valentinois Aymar de Poitiers, s’engage à rendre hommage à l’évêque du Puy pour le château de Saint-Agrève, si celui-ci lui revient en héritage (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

51239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief du comte de Toulouse Raymond VII certains de ses châteaux du Vivarais dont Saint-Agrève (ADI B 3520).

61247 : Jocerand de Bouzols rend hommage au comte de Valentinois pour la moitié des castrum, fortalicium et mandamentum de Saint-Agrève (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 13 v°).

71257 : Jocerand de Bouzols reconnaît tenir en fief du comte de Valentinois la moitié du castrum, du fortalicium et du mandement de Saint-Agrève et specialiter medietatem varium rerum quæ quondam fuerunt militum et domicellorum de Senna (ADI B 3894).

81261 : Eustache de Lamastre rend hommage à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour la moitié du castrum, fortalicium et burgum de Saint-Agrève, avec tous ses droits et ses dépendances (ADI B 3894).

91280 : hommage du comte de Valentinois au roi de France pour le château de Saint-Agrève. Hommage renouvelé en 1326 (Actes du parlement de Paris, t. 1, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

101289 (v-s) : Pierre de Lamastre est seigneur de la Labâtie-d’Andaure et coseigneur de Saint-Agrève (ADI B 3896).

111291 (v-s) : lettres de grâce accordées, moyennant 30 livres viennoises, par le comte de Valentinois à Béraud de Bouzols et à ses complices, condamnés par le juge du comte pour divers méfaits commis dans le castrum et le mandement de Saint-Agrève (ADI B 3548).

121293 : Béraud de Bouzols et Pierre de Lamastre, coseigneurs de Saint-Agrève, donnent en emphytéose à un dénommé Alibert le poids du château de Saint-Agrève avec tous ses revenus, sous réserve d’un cens annuel de 6 deniers viennois pour chacun d’eux (Preuves de la maison de Polignac, t. IV, n° 642).

131295 : Pons de Veyrassac, officier du comte de Valentinois, restitue à Guigue de Bouzols la moitié du château de Saint-Agrève. L’acte est passé ante fortalicium dicti castri Sancti Agrippani (ADI B 3551).

141300 : Guillaume de Randon, seigneur de Luc, promet au nom d’Armand, vicomte de Polignac, que si le comte de Valentinois, consent au mariage de ce dernier avec Catherine de Bouzols, Armand de Polignac lui prêtera hommage pour les châteaux de Bouzols, Queyrières et Saint-Agrève (ADI B 3557).

151315 : Eustache de Lamastre rend hommage au comte de Valentinois, notamment pour la moitié de Saint-Agrève, de son mandement et de son territorium (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 43 v° sq).

161327-1332 : accord entre le bayle du château de Saint-Agrève, procureur d’Armand, vicomte de Polignac, et d’Eustache de Lamastre, tous deux coseigneurs du château de Saint-Agrève, d’une part, et le précepteur de l’Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem de Devesset, d’autre part, au sujet de droits de péage et de pulvérage à Saint-Agrève (ADR 48 H 1669).

  • 81 Sur les travaux effectués au XIXe siècle par Monsieur de Clavières dans le parc du château de Saint (...)
  • 82 En 1617 :... ni ayant que les mazures du chasteau qui y solloit estre... (Succession de la maison d (...)

17Le castrum de Saint-Agrève occupe, sur le rebord oriental du haut plateau vivarois, le sommet et les flancs d’un important pointement granitique, le Mont Chiniac, à 1120 m d’altitude. C’est près de celui-ci qu’une tradition hagiographique place la mort d’Agrève (Agripanus), évêque du Puy, au tout début du VIIe siècle (Fayard 1976). Ce site de hauteur offre au château, dans un contexte de plateau, une vue très large sur les quatre points cardinaux. Le château proprement dit s’est implanté au sommet du relief ; le bourg castral, enserré dans une enceinte, s’est développé sur les pentes du rocher au sud-est. Le bourg actuel de Saint-Agrève est partagé entre deux entités bien distinctes : le bourg haut correspondant à l’ancien castrum, peu habité aujourd’hui, et le bourg de Lestra, au toponyme significatif, installé en contrebas du premier le long de la Route Départementale 120 qui prend la suite d’une route médiévale, voire antique, importante reliant la vallée du Rhône et Tournon au Puy-en-Velay par la vallée du Doux. Celle-ci, ainsi que diverses autres routes plus secondaire qui se croisent au pied du château, font de Saint-Agrève un important carrefour routier durant tout le second Moyen Âge (Brechon 2000, t. I/2, p. 461-462). Les rares vestiges du château de Saint-Agrève, qui correspondent au fortalicium mentionné dès les années 1240, occupent une plate-forme quadrangulaire d’environ 60 m x 60 m au sommet du mont Chiniac. À l’ouest, sont encore nettement visibles un fossé et un contre-fossé. L’aménagement à la fin du XIXe siècle d’un parc de verdure sur les ruines du château a largement modifié la topographie des lieux81. Le tertre présente de nombreuses anomalies microtopographiques marquant l’existence de constructions enfouies ; cependant, les élévations aujourd’hui apparentes restent très peu nombreuses. Au nord de la plate-forme subsistent les restes d’au moins un bâtiment et notamment les vestiges d’une tour d’escalier qui pourrait dater du XVIe siècle. Les maçonneries les plus importantes sont au sud. Cette partie du site présente un long pan de courtine, très remaniée, grossièrement orientée nord-est/sud-ouest et cantonnée à l’ouest par une tour en fer à cheval qui ne paraît pas contemporaine. Comme le mur d’enceinte, la tour apparaît très hétérogène. Un petit mur, parallèle au grand mur nord-est/sud-ouest, prolonge sur quelques mètres la tour ; il s’agit manifestement d’une construction récente. À l’est, on constate la présence d’un bâtiment très dégradé ; il est construit en petits blocs de granit bien équarris mais les parements extérieurs ont quasiment disparu. Il est difficile de déterminer le plan au sol de ce bâtiment, étant donné son mauvais état de conservation. Mesurant environ 8 m de côté à l’intérieur, il comporte en son centre une citerne agrémentée, au XIXe siècle, d’une margelle. On peut affirmer que si une partie des élévations conservées est médiévale, et plus probablement tardimédiévale, celles-ci ont été largement modifiées au XIXe siècle. Il est à noter que des blocs provenant du château, et notamment deux piédroits de cheminée, ont servi à édifier la fontaine Saint-Agrève située au nord du Mont Chiniac (Mazon 1907 p. 36). Enfin, on remarquera que si le château de Saint-Agrève est assiégé à plusieurs reprises lors des Guerres de Religion du XVIe siècle, il est déjà en ruine au début du siècle suivant (Mazon 1907 p. 20, 26-27)82.

  • 83 ADA C 625 : une domuscula (f° 2 r°) ; deux placettes (f° 7 r°) ; des cameræ, petites ou de faible v (...)
  • 84 Déclaration de noble Antoine petit pour quodam domo cum una peda ante ipsam domum existente plus un (...)

18Le cadastre napoléonien conserve nettement le tracé du rempart du bourg castral qui s’est développé en étages sur les pentes que domine le château. Le rempart venait se greffer à l’ouest et à l’est sur l’enceinte du château, au sommet du relief. Ce rempart, déjà très dégradé lors de l’établissement du cadastre au début du XIXe siècle, est encore aujourd’hui en partie visible au sud et à l’est, remployé dans plusieurs maisons. Le parcellaire laisse supposer que l’enceinte du bourg n’a connu qu’un seul état. Aucune tour de flanquement n’est visible, ni sur le cadastre, ni sur le terrain. En revanche, l’emplacement des trois portes du castrum apparaît encore clairement sur le cadastre du XIXe siècle : à l’est, la porte de Vienne ouverte en direction d’Annonay ; au sud, au bas du castrum, la porte Notre-Dame (du nom de la chapelle de l’hôpital située en contrebas) dominant la route du Rhône au Puy ; à l’ouest, la porte d’Eyguyere, reprenant plus haut la voie conduisant au Puy. Dans les constructions qui occupent actuellement l’ancien bourg castral, il subsiste encore un certain nombre d’élévations tardimédiévales et modernes et de nombreux éléments architecturaux anciens sont visibles, remployés dans des constructions plus récentes. À la fin du XVe siècle, le castrum de Saint-Agrève paraît déjà largement déserté au profit du faubourg qui s’est développé en contrebas le long de la route de Tournon au Puy. L’habitat et l’activité se concentrent alors dans ce que les Estimes de 1464 désignent par le terme de locus ou de villa par opposition au castrum. Dans celui-ci de nombreuses constructions sont encore mentionnées en 1464 mais il s’agit pour l’essentiel de constructions de médiocre valeur servant sans doute pour l’essentiel au stockage de biens divers83. Seul un noble, Antoine Petit, possède une maison de quelque importance dans le castrum à cette date (ADA C 625 f° 34 r°)84.

Saint-Agrève - Plan d’ensemble du castrum d’après le plan cadastral du début du XIXe siècle.

Saint-Agrève - Plan d’ensemble du castrum d’après le plan cadastral du début du XIXe siècle.

19Le bourg castral possédait dans sa partie basse une église dédiée à Saint-Agrève. L’église de l’ancien castrum, peu à peu délaissée au commencement du XIXe siècle, à la suite de la construction en 1827 d’une nouvelle église au bourg de Lestra, a été totalement démolie en 1878. Les matériaux de celle-ci ont servi à la reconstruction de l’église du bas. Vers 1860, les vestiges de la voûte du chœur et du portail d’entrée de l’ancienne église étaient encore visibles. L’édifice représenté sur le cadastre napoléonien mesure plus de 35 m de long pour environ 10 m de large, cinq contreforts renforcent une abside vraisemblablement circulaire. Selon A. Mazon, l’église était à une seule nef avec deux chapelles donnant sur chaque mur goutterot (Mazon 1907 p. 39-40 et Polly 1985). Au début du XIXe siècle, l’église du bourg castral outrepassait le rempart mais il est difficile de déterminer si cet état correspond encore à l’état médiéval ou si l’église a été allongée après la destruction partielle du rempart, ce qui paraît probable. Toutefois, une intégration du chevet de l’église dans le rempart du bourg castral, comme élément de fortification complémentaire, ne semble pas à exclure.

20Bibliographie :
Hartmann 2000 ; Mazon 1907 ; Polly 1985.

SAINT-ALBAN

21département : Ardèche ; canton : Chomérac ; commune : Saint-Julien-en-Saint-Alban ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 320 m

22986 : Adalildis donne à l’abbaye Saint-Barnard de Romans, pour son âme et celle de ses parents, le manse exploité par Asterius situé in pago Vivariense, viace casto (sic ?) Sancti Albane, in villa que dicit Crexlago (Creyssac) (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 46).

231112 : donation à l’abbaye de Cluny et au prieur de Rompon par Léger, évêque de Viviers, de diverses églises situées dans le diocèse de Viviers et dans le mandement de Saint-Alban dont l’église Saint-Alban (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuve n° 437, II).

  • 85 Sur ces limites, qui correspondent à des axes routiers d’importance majeure, cf. Brechon 2000.

241146 : le roi Louis VII confirme à Pierre, évêque du Puy, et à l’Église du Puy les droits que ses prédécesseurs ont accordées à cette Église. De plus, il défend d’exercer aucune violence dans la cité du Puy et dans tout le domaine épiscopale, du Rhône à l’Allier, d’Alès à Montbrison et de Saint-Alban au Puy (Chronique de Estienne médicis, p. 73-75)85.

251197 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne au prieuré de Rompon la maison de l’hôpital fondée par ses prédécesseurs devant l’église de Sainte-Marie-Madeleine d’Exobrer. Témoins : Pons et Etienne, bayles de Saint-Alban (ADI B 3518).

261238 (v-s) : échange entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Armand du Pouzin, par lequel Armand donne au comte la moitié du castrum du Pouzin et de son mandement de part et d’autre du Rhône, plus tout ce qu’il avait dans les castra et mandements de Cheylus, de Barrès, de Saint-Alban, d’Allier (ADD E 605 n° 1).

271239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra vivarois dont celui de Saint-Alban (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

281277 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne à son fils émancipé Aymar, le castrum de Baix, avec toutes ses dépendances, son territorium et son districtus, les castra du Pouzin, de Saint-Alban, de Privas, de Tournon, d’Etoile, etc., (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois p. 12-13).

291278 : divers reconnaissances des chanoines de Sainte-Croix-de-Quint au profit du comte de Valentinois. Parmi les témoins figure Lambert, bayle de Saint-Alban (ADI B 3537).

301280 : hommage du comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, au roi de France pour le château de Saint-Alban (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

311285 : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Dalmace de Taulignan, prieur de Rompon, au sujet de leurs droits sur le bourg supérieur du Pouzin, des tailles et chevauchées des hommes de Saint-Alban et de maisons à Privas. Il est décidé notamment que le comte ne pourra lever aucune taille ou exaction sur les hommes du prieuré habitant dans le mandement de Saint-Alban sauf celle adjugée au comte par cet acte, etc. (ADI B 3542).

321286 : investiture par Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à Guillaume et Pons Humbert, frères, de tous les biens que leur père possédait dans les mandements de Saint-Alban et du Pouzin en fief du comte. Ils lui en rendent hommage (Regeste Dauphinois, t. III, n° 13028).

331326 (v-s) : le bailli royal du Vivarais et du Valentinois somme Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de se reconnaître vassal du roi pour Tournon, Privas, Chalencon et Saint-Alban (ADA 29 J 4 n° 10).

341327 (v-s) : hommage rendu au comte de Valentinois par Pons de Malleval pour tout ce qu’il possédait infra castrum et mandamentum de Saint-Alban (ADI B 2632).

35Bâti sur un promontoire rocheux isolé sur trois côtés par un fort escarpement naturel, le château de Saint-Alban domine la basse vallée de l’Ouvèze et contrôlait au Moyen Âge l’importante route reliant la vallée du Rhône au Puy par Privas et Mézilhac (Brechon 2000, t. II/1, p. 221 sq). Le château de Saint-Alban tire son nom d’une église du haut Moyen Âge et d’une probable villa carolingienne, par ailleurs chef-lieu d’une viguerie attestée dans les années 970 (Laffont 1998a, t. I, p. 109-110). Le château est venu s’implanter dans le terroir de cette villa et, selon un schéma classique (Saint-Agrève, Saint-Marcel-de-Crussol, Saint-Montan…), en a repris le nom.

36L’élément le plus ancien du château de Saint-Alban est la base d’un petit donjon carré du XIIe ou du XIIIe siècle situé à l’est, sur le point le plus haut du relief. Celui-ci est englobé dans un vaste et complexe ensemble de la fin du Moyen Âge et de l’Époque Moderne, actuellement très ruiné (quelques maçonneries imposantes s’en distinguent toutefois dont une tour). Jean Favre dans son ouvrage « Le brave Brison » tente de restituer l’état de celui-ci au début du XVIIe siècle ; Saint-Alban joue, en effet, encore un rôle de premier ordre lors des guerres religieuses des XVIe et XVIIe siècles (Favre 1961 p. 166-168).

37Bibliographie :
Favre 1961.

SAINT-ANDÉOL-DE-BERG

38département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Saint-Andéol-de-Berg ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 370 m

391239 : Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII certains de ses castra vivarois dont celui de Saint-Andéol (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 323).

401280 : le comte de Valentinois rend hommage pour Saint-Andéol au roi de France (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

411287 : Blonde de Douchanet, domina d’Aps, femme de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan, donne à Giraud Adhémar, leur fils, tous ses biens, hérité de son père Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, et notamment les château et mandement de Saint-Andéol-de-Berg (ADA 2 E 2195 bis f° 695 v°).

  • 86 L’inventaire du XVIIIe siècle emploie le terme « château », il faut lire castrum.

421318 : Jean Clanchien, d’Aubenas, reconnaît tenir en fief franc de Giraud Adhémar tous ses droits dans le castrum et le mandement de Saint-Andéol-de-Berg (ADA 2 E 2195 f° 682 r°)86.

43Ni château, ni enceinte ne sont visibles dans le bourg actuel de Saint-Andéol-de-Berg. Cependant, Marius Ribon, dans son ouvrage sur Saint-Andéol (Ribon 1938 p. 40), mentionne la découverte en 1842 : « dans l’ancien jardin de la cure devenu la place publique actuelle, [des] fondements d’un fort carré flanqué de tours circulaires et pouvant mesurer cent mètres carrés de superficie. Il était donc situé entre l’ancienne église et les maisons au sud ». Il s’agit selon toute vraisemblance du château médiéval de Saint-Andéol.

44Bibliographie :
Ribon 1938.

SAINT-FORTUNAT

45département : Ardèche ; canton : La Voulte-sur-Rhône ; commune : Saint-Fortunat-sur-Eyrieux ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 150 m

461239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra vivarois dont Saint-Fortunat (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

471280 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, rend hommage au roi de France (comme comte de Toulouse) pour le château (lire castrum) de Saint-Fortunat (Actes du Parlement de Paris, t. 1, n° 415).

48Le village de Saint-Fortunat est implanté en bordure même de l’Eyrieux. Exception faite d’une tour circulaire située légèrement au sud de l’église, très remaniée extérieurement mais sans doute tardimédiévale, aucun vestige de château n’est visible dans le bourg. Par ailleurs l’étude du cadastre napoléonien montre que l’habitat, où l’on remarque encore quelques ouvertures des XVe ou XVIe siècles, s’est développé autour de l’église Saint-Fortunat, prieuré relevant de l’abbaye de Cruas (BMAv Ms 3339 f i 176-179). La topographie du site (absence de perchement) et la structuration de l’habitat (bourg ecclésial) laissent perplexes quant à l’existence d’un castrum stricto sensu à Saint-Fortunat au XIIIe siècle, néanmoins les deux mentions de 1239 et 1280 restent à expliquer.

SAINT-JUST

49département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Saint-Just-d’Ardèche ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 85 m

501193 : la villa de Saint-Marcel et celle de Saint-Just sont au centre d’un accord passé entre le comte de Toulouse, Raymond VI, et l’Église de Viviers (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 226-227).

511238 (v-s) : mention de la villa de Saint-Just (ADBdR 56 H 4589).

521292 (v-s) : le précepteur de l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan, accorde en bail emphytéotique à Bertrand et Pons Balaste, de Saint-Just, la jouissance d’une île située dans le mandement de Saint-Just, dans le terroir de Las Chadanedas (ADBdR 56 H 4594).

531293 : Raymonde Formeta reconnaît tenir de l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan, un pré dans le tenementum du castrum de Saint-Just (ADBdR 56 H 4594).

54Le castrum de Saint-Just, qui est mentionné pour la première fois très tardivement, fait partie des rares castra vivarois qui semblent ne jamais avoir possédé de château. Le cadastre napoléonien montre la présence, immédiatement au nord de l’église Saint-Just, d’une petite enceinte rectangulaire cantonnée de tours aux angles et entourant ce qui pourrait s’apparenter à une basse-cour contiguë à l’ensemble ecclésial. Le castrum de Saint-Just paraît avoir été constitué uniquement de l’association église plus habitat groupé fortifié ; la datation précise de l’enceinte (fin du XIIIe siècle ?) restant à établir. L’église de Saint-Just, dont le vocable évoque le très haut Moyen Âge, est mentionnée dans le diplôme de Charles le Chauve de 877 pour l’Église de Viviers (Recueil des actes de Charles le Chauve, t. II, n° 443) et dans le Breve de obedentiis canonicorum vivariensium, datable de la première moitié du Xe siècle (Histoire du Vivarais, t. I, P. -J. n° 3).

SAINT-LAURENT (les-Bains)

55département : Ardèche ; canton : Saint-Etienne-de-Lugdarès ; commune : Saint-Laurent-les-Bains ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 970 m

561326 (v-s) : Jean Audoard, miles, cède à Guigue, seigneur de Roche, tous les droits qui lui appartenaient in castrum, villam seu locum Sancti Laurentii à la suite de l’acquisition que Guigue de Roche en avait faite de Guillaume, seigneur de Randon et de Luc (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1830).

571327 (v-s) : Guillaume de Randon, seigneur de Luc et du lieu de Saint-Laurent-les-Bains, reconnaît tenir en fief franc et noble de Guigue, seigneur de Roche et de Pradelles, villam seu locum Sancti Laurentii de Balneis cum toto ejus territorio, mandamento, districtu, alta et bassa jurisdictione avec plusieurs manses et granges situés in dicto mandamento et cum feudis, ressortis, emphiteotis, hominibus, vassalis, redditibus, censibus, talliis, usaticis, leudis, pulveratgiis, etc ., et plus généralement tous les droits qui y sont attachés avec le castrum seu fortiam (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1860).

Saint-Laurent-les-Bains - Le donjon du XIIe ou du XIIIe siècle.

Saint-Laurent-les-Bains - Le donjon du XIIe ou du XIIIe siècle.

58Le château de Saint-Laurent est établi à environ 250 m à vol d’oiseau du village de Saint-Laurent, connu depuis l’Antiquité pour ses eaux thermales. Le site occupe l’extrémité d’une serre rocheuse, aux pentes vertigineuses, dominant la vallée du ruisseau de Saint-Laurent, affluent de la Borne. Saint-Laurent-les-Bains est un carrefour routier important à la fin du Moyen Âge (Brechon 2000, t. II/2, p. 500 sq).

59Le château est constitué d’un donjon haut d’environ 16 à 17 m, mesurant au sol environ 8,50 m x 4,70 m pour une épaisseur de mur d’environ 1,50 m. Cette tour est relativement bien conservée, toutefois les chaînages d’angle ont disparu de même que l’essentiel des encadrements des ouvertures. Le donjon comptait au moins une basse-fosse et deux étages, le tout sur plancher. La porte d’accès actuelle, au niveau du sol, est de percement tout à fait contemporain ; l’accès ancien se faisant à l’étage. Enfin, les traces d’une cheminée (dont on ne sait si elle appartient au premier état du bâtiment) sont encore visibles à l’intérieur du bâtiment. Aucune autre structure ne semble accompagner le donjon qui paraît aujourd’hui totalement isolé. Celui-ci présente des caractères extrêmement frustes (accès à l’étage, absence de voûte et d’escalier de pierre, rareté des ouvertures) qui pourraient inciter à le dater du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. Cependant, la documentation écrite, qui semble montrer une fondation tardive pour ce château, nous incite plutôt à dater cette tour de la fin du XIIIe siècle.

60Le château de Saint-Laurent n’a pas entraîné la création d’un bourg castral. L’habitat s’est partiellement groupé autour de l’église paroissiale Saint-Laurent qui est attestée dès le XIe siècle et appartient à l’abbaye de Saint-Chaffre (Laffont 1998c). Le château a repris son vocable pour toponyme.

SAINT-LAURENT (sous-Coiron)

61département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Saint-Laurent-sous-Coiron ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 580 m

621164 : bulle d’Alexandre III confirmant les droits et biens de l’Église du Puy et notamment le castrum de Saint-Laurent (Chroniques de Estienne Médicis p. 76-78).

631169 (v-s) : Galburge et son fils Hugues d’Ucel rendent hommage à Raymond V, comte de Toulouse, pour les castra d’Ucel, de Saint-Laurent et de Rochecolombe avec toutes les fortalicias qui sont dans ces castra ou pourront y être construites à l’avenir, et s’engagent à les rendre à toute réquisition du comte ou de ses envoyés (Layettes du Trésor des Chartes, t. I, n° 223).

641220 : Philippe, abbé de Mazan, reçoit d’Hugues d’Ucel le quart de ses pâturages situés dans le mandement de Saint-Laurent (Opuscula varia p. 560).

651226 : à Saint-Germain-en-Laye, Héracle de Montlaur rend hommage lige au roi de France et reconnaît tenir du comte de Toulouse les castra d’Aubenas, de Saint-Laurent et d’Ucel. Le mardi suivant, Héracle reçoit ces châteaux de l’évêque du Puy, il n’en fera hommage à personne d’autre. Plus tard, lors du siège d’Avignon, Héracle de Montlaur reçoit du roi ces castra et jure de les rendre à toute réquisition (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, p. 87).

661230 : Etienne, évêque du Puy, fait savoir à tous que lui ou ses successeurs doivent recevoir pour les castra d’Aubenas, de Saint-Laurent et d’Ucel hommage et fidélité d’Alphonse, frère de Louis IX, et époux de la fille de Raymond VII, comte de Toulouse, quand il sera majeur, ou de tout autre qui sera comte de Toulouse (Charay 1950, t. I, P. -J. n° V).

671230 : le roi Louis IX concède que son frère Alphonse, lorsqu’il sera majeur, ou tout autre qui sera comte de Toulouse, devra rendre hommage à l’évêque du Puy pour les castra d’Aubenas, Ucel et Saint-Laurent, lesquels castra relèvent du fief de l’évêque. Le comte de Toulouse et ses prédécesseurs avant lui les tenaient de l’évêque comme le comte l’a reconnu lui-même devant le roi (Charay 1950, t. I, P. -J. n° VII).

681230 : Louis IX demande à Héracle de Montlaur de rendre hommage à l’évêque du Puy pour les castra d’Aubenas, de Saint-Laurent et d’Ucel mouvant du fief de l’Église du Puy, comme le fera son frère Alphonse, lorsqu’il parviendra à la majorité ou tout autre qui sera comte de Toulouse (Charay 1950, t. I, P. -J. n° III).

691267 : le pape Clément IV confirme les biens et privilèges de l’Église du Puy dont le castrum de Saint-Laurent (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

701274 : hommage d’Héracle de Montlaur à l’évêque du Puy, pour « le château de Saint-Laurent à l’exception d’une partie au pied d’icellui que ledit Héracle dit relever de l’Église de Viviers » (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 335).

711304 : Guy de Montlaur déclare, entre autres choses, que Raymond de Vogüé, seigneur de Rochecolombe, tient en toute justice avec lui la coseigneurie de Saint-Laurent (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 33).

721309 : hommage de Guy de Montlaur à l’évêque du Puy pour le château et le mandement de Saint-Laurent (BMP Ms 105 p. 232).

73Le castrum de Saint-Laurent occupe un petit plateau basaltique, orienté est-ouest, appartenant à une digitation du rebord sud-ouest du plateau du Coiron. Le château domine, sur une table rocheuse légèrement surélevée, le bourg castral qui s’étage sur les pentes situées au pied du château. La plate-forme supportant le château est partagée en son centre par un ensellement qui pourrait être un fossé. À l’est de celui-ci, aucune élévation n’est visible. À l’ouest, il subsiste les ruines d’un bâtiment quadrangulaire, possédant au moins deux niveaux et construit en moellons de basalte avec chaînages d’angle et encadrements d’ouvertures en calcaire blanc. Cette construction possédait une porte au rez-de-chaussée dont subsistent un piédroit et un départ d’arc en plein cintre. Sur la même façade, une étroite ouverture avec fort ébrasement intérieur est encore en place. Ce bâtiment, malgré son très mauvais état de conservation, peut être daté de la fin du XIIe siècle ou plus sûrement du XIIIe siècle. Il faut ajouter à celui-ci, à l’extrémité occidentale de l’éperon, les vestiges d’un autre bâtiment englobé dans une construction récente utilisant de très nombreux réemplois médiévaux, ce qui rend très difficile son analyse. On remarque enfin, sur la pente sud de l’éperon, une courtine de basalte ceinturant encore partiellement la plate-forme et, au nord, une épaisse muraille descendant dans le sens de la pente.

Saint-Laurent-sous-Coiron - Vue d’ensemble du castrum dans les années 1970 ; les vestiges du château occupent le point le plus haut du relief.

Saint-Laurent-sous-Coiron - Vue d’ensemble du castrum dans les années 1970 ; les vestiges du château occupent le point le plus haut du relief.

74L’église Saint-Laurent est mentionnée à la fin du VIIe siècle dans la Dotatio sanctæ et insignis Ecclesiæ vivariensis (Histoire du Vivarais, t. I, P. -J. n° 2). À la fin du XIe siècle, elle est confiée par l’évêque de Viviers, à la collégiale auvergnate de Pébrac (Cartulaire de Pébrac n° XVII). L’emplacement de cette première église du haut Moyen Âge reste à déterminer, elle n’était toutefois assurément pas dans l’emprise du castrum. La fondation de ce dernier a vraisemblablement entraîné le déplacement de l’église Saint-Laurent et sa reconstruction dans le nouvel habitat castral.

SAINT-MARCEL (d’Ardèche)

75département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Saint-Marcel-d’Ardèche ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 150 m

761193 : accord entre Raymond V, comte de Toulouse, et Nicolas, évêque de Viviers. Le comte rend à l’évêque ce qu’il pouvait exiger dans la cité de Viviers et s’engage à ne pas acquérir de nouveau droit ou fief sans l’accord de l’Église de Viviers. L’évêque et le chapitre donnent en échange au comte ce qu’ils avaient dans les castra de Grospierres et d’Aiguèze, plus 100 marcs d’argent. Il est convenu aussi que le comte devra justifier de ses droits sur la villa Sancti Marcelli devant l’archevêque de Vienne, arbitre (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 226-227).

771228 (v-s) : Dragonet de Montdragon et Vierne, domina de Balazuc, donnent en fief franc aux coseigneurs de Saint-Marcel et à leurs hommes de Saint-Marcel, de Frémigières, de Bidon, etc ., ce qu’ils ont ab [...] usque ad nemorem de Burgo et jusqu’au devès de Saint-Marcel, plus ce qu’ils ont à Monte Nigro usque ad mansum de Trinam, à l’exception de ce que possède l’hôpital de Trignan dans ces limites, etc. Ils leur concèdent, en outre, le droit de faire paître leurs troupeaux dans les différents terroirs énoncés dans l’acte. L’inféodation est faite au prix de 6000 sous raymondins. Les coseigneurs de Saint-Marcel jurent fidélité aux donateurs. Jurent ainsi : Milon de Vernon, Pierre de Insula, P. de Lafare, Guillaume Armand, G. de Saint-Marcel, G. de Guione, Raymond Itier, G. de Saint-Remèze, R. de Carsanni, Pierre de Saint-Marcel, Raymond Guillaume, R. Rainoardi, P. de Pontilio, R. de Villefort (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, FF 10).

781231 : sentence arbitrale rendue entre les milites de la villa Sancti Marcelli, les habitants de Saint-Marcel-d’Ardèche et l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan au sujet de divers pâturages (ADBdR 56 H 4576).

791241 (v-s) : sentence arbitrale rendue par Guillaume de Laudun, Pierre Julien et Guido Fulcosii entre Bermond, évêque de Viviers, et les coseigneurs de Saint-Marcel-d’Ardèche au sujet du mode d’élection des consuls de la ville et de la juridiction du lieu (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, FF 2).

801246 (v-s) : vente faite par Etienne de Languano au recteur de l’hôpital de Saint-Marcel-d’Ardèche d’un jardin situé près du portale de Pontilio. Acte passé à Saint-Marcel-d’Ardèche (ADBdR 56 H 4576).

811250 (v-s) : transaction entre l’évêque de Viviers, comme seigneur majeur de Saint-Marcel et comme seigneur parier pour un dixième, et les autres coseigneurs de Saint-Marcel (Rostaing de Saint-Marcel, R. de Saint-Remèze, G. Arnaud, Gonet de Serre, Pierre Guillaume, Raymond de Vernon, G. de Mondragon, Pons de Lussan, Béraud Barthélemy de Saint-Marcel, G. de Gras, R. Itier, R. Sarrazin, Guichard, Jean et Guillaume Audigier, R. (Arnaud ?) Laubone, Barthélemy Armand, Barthélemy Sarrazin, Reynaud) à propos des droits de justice respectifs de chacun des seigneurs pariers de Saint-Marcel (ADA 2 E 2195 bis f° 726 r°).

821273 : Hugues de Cornone rend hommage à l’évêque de Viviers pour tout ce qu’il tient, avec la fille de feu Guillaume de Sabran, dans la villa, le territorium et le mandamentum de Saint-Marcel (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, FF 19).

831287 : transaction entre le précepteur de l’hôpital de Trignan, d’une part, Pierre Audigier et Pons Daudelli, syndics des seigneurs et des habitants de la villa seu castri de Saint-Marcel, d’autre part (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, FF 19).

841292 (v-s) : accord entre Guillaume de Châteauneuf, seigneur de Thines et de Saint-Remèze, et sa mère Pictavina, d’une part, et Thomas de Vernon, syndic des habitants et coseigneurs de Saint-Marcel (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, AA 4).

851300 : Philippe de Costa Plana, habitant du castrum de Bidon, rend hommage lige au précepteur de l’hôpital de Trignan. Acte passé à Saint-Marcel in curte ante majoram portam (ADBdR 56 H 4574).

Saint-Marcel-d’Ardèche - Le donjon du château sud.

Saint-Marcel-d’Ardèche - Le donjon du château sud.

861308 : Dalmas de Lussan reconnaît tenir en fief franc et noble de l’évêque et du chapitre de Viviers tout ce qu’il possède dans la villa de Saint-Marcel-d’Ardèche et dans son mandamentum, tenementum, territorium et districtus (ADG 1 J 129).

871311 : lettre de Briand, archevêque de Vienne, par laquelle il commet Raymond, abbé de Cruas, Raymond de Lagorce, archidiacre de Viviers, et Jarenton de Comps, archiprêtre des Boutières et de Chomérac, pour réunir l’église paroissiale de Sancti Marcelli castri à la mense épiscopale de Viviers (ADI B 4222).

88Situé à environ 20 km au sud de Viviers, dans la vallée du Rhône, aux portes de l’Uzège, Saint-Marcel est une des places majeures du temporel de l’Église de Viviers au XIIe et surtout au XIIIe siècles. Le bourg de Saint-Marcel semble s’être développé autour de l’église du même nom qui est attestée dès le IXe siècle (Recueil des actes de Charles le Chauve, t. II, n° 443), mais dont l’origine remonte sans doute au très haut Moyen Âge. La documentation des XIIe et XIIIe siècles concernant le site de Saint-Marcel est ambiguë : le site est attesté régulièrement comme villa mais à partir des années 1270-1280 il est aussi ponctuellement mentionné comme castrum et comme chef-lieu de mandement. Le bourg est enfermé dans une large enceinte ovalaire dont l’emprise est encore bien matérialisée dans le parcellaire actuel. Cette enceinte existe déjà au début du XIIIe siècle comme le laisse supposer la mention d’une porte en 1246. Au XIIIe siècle, Saint-Marcel est une coseigneurie extrêmement complexe dont l’évêque de Viviers est seigneur majeur. Deux ensembles fortifiés peuvent être associés à cette gestion en coseigneurie de Saint-Marcel.

89Le premier est situé à proximité même de l’église, au sud. Il est constitué d’une tour et d’une aula, qui sont englobées dans des constructions postérieures. Seules les faces ouest et sud de la tour sont actuellement observables. Celles-ci mesurent respectivement 8,90 m et 6,35 m hors œuvre et présentent un bel appareil régulier de petits moellons de calcaire. Trois étages sont conservés et l’accès originel à la tour se faisait au premier étage, à l’est, par une porte couverte d’un arc en plein cintre. Ce premier étage surmonte une basse-fosse voûtée en berceau ; ce niveau possède une porte mais qui n’appartient pas à l’état premier du bâtiment. Cette tour ne présente par ailleurs pratiquement aucune ouverture. Immédiatement au sud de la tour est visible, sur plus de 13 m de longueur, la façade d’un bâtiment offrant le même appareil que la tour. Il pourrait s’agir d’une aula associée à celle-ci.

90Le second ensemble castral de Saint-Marcel se trouve Place du Monument aux Morts, face au château des Bernis, intégré dans les bâtiments plus récents d’une pharmacie. En raison de très nombreux remaniements, l’interprétation des vestiges apparaît plus difficile que dans le cas précédent. On peut toutefois distinguer la présence d’une aula. Bâtie en moellons de calcaire bien équarris avec des chaînages d’angle en blocs à bossage, elle mesure 7,80 m x 11,10 m hors œuvre. À celle-ci semble associée la base d’une tour qui présente un appareil tout à fait identique à la tour précédente et dont la basse-fosse est voûtée en berceau.

91Toutes ces constructions paraissent datables des XIIe ou XIIIe siècles pour leur premier état et évoquent indéniablement, par leur morphologie, le palais épiscopal contemporain de Viviers. Ces ensembles sont à interpréter comme les résidences de certains des coseigneurs de Saint-Marcel, dont peut-être l’évêque de Viviers.

92Bibliographie :
Clément 2002.

SAINT-MARCEL (de-Crussol)

93département : Ardèche ; canton : La Voulte-sur-Rhône ; commune : Saint-Georges-les-Bains ; toponyme actuel : « Saint-Marcel-de-Crussol » ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 220 m

94985-996 : Robert et son épouse Theotburgis donnent à l’abbaye de Saint-Chaffre tout ce qu’ils possèdent dans la villa appelée Sancti Marcelli Amilhosco, située dans la viguerie de Soyons (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCXXIX).

951232 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, inféode à Giraud Bastet pour lui et ses successeurs la terciam partem castri Sancti Marcelli cum toto tenemento et mandamento et juribus, acquise par le comte de Guillaume de Crussol. La concession est faite sous condition d’hommage en fief rendable. Giraud Bastet jure de venir en aide au comte contre tout ennemi et de lui rendre la forteresse à toute réquisition. Le comte lui promet, de son côté, secours contre Hugues de Pierregourde. En considération de cette concession, Giraud Bastet fait hommage au comte d’un autre tiers du castrum de Saint-Marcel qu’il possédait auparavant (AN 265 AP 181 dossier 7 n° 1).

961242 : après une longue guerre entre Aymar de Poitiers, fils du comte de Valentinois, d’une part, et Arbert, doyen de Valence, Lambert, seigneur de Chabeuil, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, d’autre part, Aymar seigneur de Bressieux, s’interpose comme médiateur. Il décide tout d’abord qu’il y aura paix perpétuelle entre les belligérants. Bastet, fils de Giraud Bastet, fait prisonnier par Aymar de Poitiers sera immédiatement délivré. Il recevra des armes de lui et lui fera hommage tant que son père vivra. Deux parts du castrum de Saint-Marcel seront rendues à Bastet pour lesquelles celui-ci rendra hommage lige au comte (ADI B 3520).

Saint-Marcel-de-Crussol - Vue d’ensemble, vers l’ouest, des vestiges du castrum et de son enceinte. Le château occupe le point le plus haut du relief.

Saint-Marcel-de-Crussol - Vue d’ensemble, vers l’ouest, des vestiges du castrum et de son enceinte. Le château occupe le point le plus haut du relief.

971244 (v-s) : compromis entre l’évêque de Valence et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois. L’évêque de Valence réclame notamment la restitution de divers castra dont Gluiras, Beauchastel et Saint-Marcel que le comte avait commis au détriment de l’Église de Valence et pour lesquels il ne rendait pas hommage. Les arbitres décident que le comte de Valentinois reprendra le château d’Etoile et la partie de celui de Chabrillan qui lui appartient, mais il devra tenir Châteaudouble, Gluiras, Saint-Marcel et Beauchastel en fief de l’évêque de Valence (ADI B 3521).

981277 (v-s) : Alasie de Roussillon, veuve de Pons Bastet, domina de Crussol, tutrice de Giraud et Amédée, ses enfants, rend à Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, la somme de 19 000 sous viennois et valentinois pour laquelle son mari Pons Bastet lui avait engagé le castrum de Saint-Marcel (AN 219 Mi 160 dossier 10 n° 24).

991282 (v-s) : testament d’Alasie de Roussillon, veuve de Pons Bastet, seigneur de Crussol. Parmi ses legs, Alasie assigne une rente sur le castrum de Saint-Marcel qu’elle tient en douaire (AN 265 AP 176 dossier 3 n° 20).

1001284 : transaction passée entre Giraud Bastet, seigneur de Crussol, et Hugues, seigneur de Pierregourde, à propos de terres, bois, et prés que Giraud Bastet affirmait être dans le mandement du castrum de Saint-Marcel et qu’Hugues de Pierregourde soutenait être dans le mandement de Pierregourde (ADR EP 121 liasse 4 n° 6).

1011299 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, fait reconnaissance à Guillaume de Roussillon, évêque de Valence, pour les châteaux de Beauchastel, Saint-Marcel et la moitié de Gluiras (ADI B 3556).

1021321 (v-s) : accord entre Marguerite de Crussol et Jean Bastet, son fils, seigneur de Crussol, notamment sur l’usufruit du castrum de Saint-Marcel (AN 265 AP 178 dossier 1 n° 151).

1031328 : Jean, seigneur de Crussol, rend hommage au comte de Valentinois pour le castrum de Saint-Marcel (AN 265 AP 181 dossier 9 n° 14).

  • 87 Jusqu’en 1825, Saint-Marcel-de-Crussol est commune indépendante ; elle fusionne avec Saint-Georges- (...)

104Sur un éperon rocheux dominant la vallée du Turzon à 700 m au sud-ouest du village de Saint-Georges-les-Bains et à 1,5 km de la vallée du Rhône, se dressent les imposantes ruines d’un vaste castrum. Au sommet du relief s’élèvent les ruines du château, difficilement interprétables à ce jour. En contrebas sur la pente s’est développé, en étages, un important bourg castral aujourd’hui ruiné ; il possédait une église et un cimetière. L’ensemble était protégé par un puissant mur d’enceinte encore bien conservé. Le village a été progressivement abandonné au début du XIXe siècle87. Le castrum de Saint-Marcel tire à l’évidence son nom de la villa du haut Moyen Âge dans le cadre de laquelle il a été fondé.

SAINT-MARTIN

105département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Viviers ; toponyme actuel : « Tour Saint-Martin » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 190 m

  • 88 ... In territorio Vivariensi [...] in radice monte turris Sancti Martini..., (ADA 1 Mi 4 p. 23). Ch (...)

106La tour de Saint-Martin, édifiée sur une éminence rocheuse au débouché de la vallée de l’Escoutay sur le Rhône, n’est, à notre connaissance, pas mentionnée une seule fois dans la documentation antérieure à 1300. Cette fortification, qui n’a jamais été chef-lieu de mandement, doit son nom à l’église Saint-Martin, située à environ 400 m au sud-ouest, où repose Saint-Hostien. En raison de sa localisation à proximité d’un lieu privilégié pour l’Église de Viviers, la tour est mentionnée dans un martyrologe de cette Église, non daté mais antérieur au XVIIe siècle88.

Saint-Martin - Le donjon et le départ de sa chemise maçonnée dans les années 1980.

Saint-Martin - Le donjon et le départ de sa chemise maçonnée dans les années 1980.

Phototype Inventaire Général/J.-M. Refflé © A.D.A.G.P. 1982.

107Le site castral de Saint-Martin présente un plan relativement simple. Il est constitué d’une tour quadrangulaire, jouant le rôle de donjon, contre laquelle est venue s’appuyer une petite enceinte. L’ensemble est bâti en petits moellons irréguliers de calcaire. La tour comptait au moins deux étages sur plancher. Quelques étroites ouvertures de tir percent encore la tour et l’enceinte. Le plan d’ensemble, l’appareil utilisé, l’absence de voûte ainsi que l’aspect archaïque des ouvertures de tir évoquent le XIIIe siècle.

108Cette tour, construite sur le domaine de l’Église de Viviers, n’a pas entraîné la création d’un bourg castral. Elle appartient à l’évidence, avec le château d’Ours implanté plus au sud sur le coteau rhodanien (et peut-être avec le château de Saint-Victor du Détroit), à un système de défense de la cité épiscopale de Viviers, dont ces fortifications protègent au nord et au sud l’accès.

109Bibliographie :
Chalabi 1989.

SAINT-MONTAN

110département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Saint-Montan ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 200 m ; protection Monuments Historiques : classement (église Saint-Montan, hors du castrum)

1111108 : Dalmas de Saint-Montan est chanoine de Viviers (Gallia Christiana, t. XVI, col. 358).

  • 89 L’historiographie locale place la première mention du château de Saint-Montan en 1077. Cet acte, se (...)

1121171 : Robert, évêque de Viviers, donne au prieuré de Saint-Médard, au diocèse de Die, l’église Saint-Montan et la chapelle du castrum, dédiée à la Vierge, avec les dîmes, oblations, champs, maisons, et toutes les autres dépendances moyennant diverses redevances annuelles (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 100)89.

1131221 : Guillaume du Pont, miles du castrum de Saint-Montan, vend à l’Hôpital de Saint-Jean-de-Trignan tout ce qu’il possède dans le tènement de Laoul (ADBdR 56 H 4572).

1141250 : Guillaume de Naves, Vierne, sa femme, et Guillaume de Balazuc, fils de Vierne, confirment une donation faite aux consuls de Saint-Marcel et de l’île de Formigère. Acte passé au castrum de Saint-Montan, in ecclesia Beata Maria Magdalena (ADA E dépôt 45 Saint-Marcel-d’Ardèche, AA 4).

1151281 (v-s) : Geoffroy de Châteauneuf est dit seigneur de Saint-Montan (ADI B 3540).

1161302 (v-s) : reconnaissance au profit d’Albert, seigneur de Lagorce, par Guillaume Bernard notamment pour ce qu’il a dans le castrum et le mandement de Saint-Montan (ADAv E 508).

1171303 (v-s) : en présence du juge de Guillaume de Balazuc, seigneur de Saint-Montan, la veuve de Pierre Gilles, domicellus in parte du castrum de Saint-Montan, tutrice de son fils Guillemet, reconnaît diverses dettes envers des juifs de Saint-Montan (ADG 1 Mi 79 liasse 52 n° 1).

1181307 (v-s) : Béraud de Saint-Montan, coseigneur du castrum, territorium et districtus de Saint-Montan, donne à Giraud Audigier, habitant du castrum de Bourg-Saint-Andéol, pour la dot de sa fille, la quatrième part du 16e des droits de justice de Saint-Montan qui appartenait autrefois à son père Guillaume de Saint-Montan (ADA B 70 f i 152 v°-154 v°).

1191308 (v-s) : Guillaume Gilles est dit dominus in parte castri Sancti Montani. Mention d’une domus dans le castrum de Saint-Montan confrontant la via publica. L’acte est passé devant la porte de l’hospicium de Guillaume Gilles dans le castrum (ADA 51 J 62).

1201309 : Geoffroy de Châteauneuf est dit coseigneur du castrum de Saint-Montan (ADA 51 J 43).

1211329 : Aymar et Jean Audigier, de Bourg-Saint-Andéol, sont dits coseigneurs du castrum de Saint-Montan (ADA 51 J 62).

1221338 (v-s) : hommage de Jean et Aymar Audigier, frères, de Bourg-Saint-Andéol, à l’évêque de Viviers, pour, en fief franc et gentile, la 16e partie du castrum de Saint-Montan avec la justice haute et basse, les hommes, cens, dépendances, fiefs et îles, qu’ils ont dans le castrum et le districtus de Saint-Montan (ADA 51 J 43).

1231357 : Guillaume de Saint-Montan est dit coseigneur du castrum de Saint-Montan ainsi qu’André Audigier, de Bourg-Saint-Andéol. Acte passé dans le castrum de Saint-Montan dans l’église Sainte-Marie-Madeleine (ADA 51 J 63).

1241369 ( ?) : acte passé à Saint-Montan in hospicio sive fortalicio [...] domine Catharine [de Castro Novo, condomina castri Sancti Montani], in aula inferiori et antiqua (ADA 51 J 131).

125Entre Viviers et Bourg-Saint-Andéol, le château et le bourg castral de Saint-Montan forment un ensemble de grande ampleur occupant, légèrement en retrait de la vallée du Rhône, le sommet et les pentes d’une longue serre de calcaire crétacé, au confluent des ruisseaux de la Sainte Beaume et d’Ellieux qui présentent tous deux des gorges très encaissées. Relativement bien conservé, le site présente un plan complexe où se lisent de très nombreux remaniements. Depuis 1994, divers travaux archéologiques ont mis en évidence cinq états successifs dans l’évolution du château et du castrum de Saint-Montan.

Saint-Montan - Vue d’ensemble du castrum : au premier plan, le bourg castral et son église ; au second plan, le donjon du XIIIe siècle ; au dernier plan, le château des XIVe-XVe siècles.

Saint-Montan - Vue d’ensemble du castrum : au premier plan, le bourg castral et son église ; au second plan, le donjon du XIIIe siècle ; au dernier plan, le château des XIVe-XVe siècles.

126L’élément le plus ancien du château est un petit donjon quadrangulaire, sans doute du XIIe siècle, qui était implanté à l’extrémité sud-est du relief. Ce bâtiment, qui mesurait 6 m x 7 m, a été pour l’essentiel arasé au XIIIe siècle lors de la construction d’un second donjon. On ne sait si une enceinte était associée à ce premier donjon, ce qui est toutefois plus que vraisemblable. De même, nous n’avons aucune information sur la topographie du bourg castral à cette époque mais nous savons qu’il possédait une chapelle dédiée à la Vierge.

127Le XIIIe siècle est marqué par la construction d’un nouveau donjon. Encore bien conservé aujourd’hui, il mesure 11 m hors œuvre dans le sens est-ouest et légèrement plus de 6 m hors œuvre dans le sens nord-sud. Son mur ouest réutilise un des murs du donjon primitif. L’accès au bâtiment se faisait au rez-de-chaussée, à l’est, par une porte actuellement bouchée. Le donjon comportait deux étages sur plancher et une terrasse sommitale partiellement crénelée. Il ne possédait pour toutes ouvertures que quelques étroites fentes verticales, plus nombreuses à l’étage qu’au rez-de-chaussée. À cette tour est associée une chemise triangulaire, enserrant une petite basse-cour à l’est du donjon. Ce rempart est percé de plusieurs ouvertures de tir et quelques vestiges ténus de maçonnerie indiquent la présence de bâtiments dans la basse-cour. Durant cette période, le bourg castral se développe sur les pentes que domine le château et semble déjà enclos dans une première enceinte. L’ancienne chapelle Sainte-Marie devient alors une église à part entière et son vocable change puisque l’édifice est désormais dédié à Sainte-Marie-Madeleine.

Saint-Montan - Plan d’ensemble du castrum et de ses évolutions successives du XIIe au XVe siècle d’après le plan cadastral de 1829.

Saint-Montan - Plan d’ensemble du castrum et de ses évolutions successives du XIIe au XVe siècle d’après le plan cadastral de 1829.

128La troisième grande période du site correspond à la création d’un nouvel ensemble castral à l’ouest. Celui-ci est composé d’un ensemble compact de bâtiments, clos par une enceinte crénelée dont l’extrémité occidentale prend l’aspect d’une tour sur le point le plus haut du relief. À l’exception de quelques latrines établies sur le rempart nord, ces constructions ne présentent aucun aménagement résidentiel. En revanche, les fonctions de stockage sont bien attestées. Deux courtines crénelées, surmontées d’un chemin de ronde et percées d’étroites ouvertures, descendent de ce second château jusqu’à la chemise du château primitif qui est partiellement réutilisée alors que le donjon du XIIIe siècle devient une simple tour de flanquement. Entre le château supérieur et le château primitif s’étend donc désormais un grand espace vide mais enclos, l’accès au château se faisant alors non plus par l’est mais par le sud. Parallèlement, le bourg castral, qui s’est sans doute beaucoup développé jusqu’au milieu du XIVe siècle et a outrepassé la première enceinte villageoise, est englobé dans une nouvelle et vaste enceinte, crénelée, munie d’un chemin de ronde, et cantonnée de tours quadrangulaires. Cette importante campagne de travaux, tant au château qu’au bourg, est à mettre en liaison avec les troubles de la Guerre de Cent Ans et la mise en défense du royaume dans le dernier tiers du XIVe siècle.

129Le XVe siècle (et sans doute le milieu ou la seconde moitié de celui-ci) se caractérise par divers travaux au château et surtout par la dernière extension du bourg, qui atteint alors ses dimensions maximales. L’enceinte est élargie au sud et à l’est. Elle est cantonnée d’au moins trois tours quadrangulaires, percée de nombreuses ouvertures de tir et munie de trois et peut-être même quatre portes. C’est à cette époque que l’église Sainte-Marie-Madeleine est transférée, sans doute pour des raisons d’espace, dans la partie basse du bourg castral. L’église actuelle a été construite au XIXe siècle sur l’emplacement de l’église médiévale.

  • 90 Nous tenons à remercier MM. Armand et Fambon de l’association des « Amis de Saint-Montan » qui ont (...)

130Enfin, les XVIe et XVIIe siècles se traduisent par divers travaux de renforcement du château et du rempart du bourg dans le contexte des Guerres de Religion : construction au château d’une barbacane en avant du complexe fortifié occidental ; reconstruction et renforcement de l’enceinte et des portes du bourg. Puis le château, et ensuite la partie haute du bourg, sont peu à peu abandonnés. Depuis une vingtaine d’années, l’association des « Amis de Saint-Montan »90 a entrepris la restauration de cet ensemble.

131Bibliographie :
Dupraz, Puig 1990 ; Laffont 1998a, t. III ; Le Sourd 1930.

SAINT-PONS

132département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Saint-Pons ; toponymes actuels : « Roche Chérie » et « Champ Château » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 340 m

Saint-Pons - Le dyke basaltique ayant porté le donjon et, en contrebas, la chapelle.

Saint-Pons - Le dyke basaltique ayant porté le donjon et, en contrebas, la chapelle.
  • 91 Il faut, dans toutes ces analyses du XVIIIe siècle, lire castrum pour
    « château ».

1331253 : Silvion Rainoard reconnaît tenir en fief de Pons de Douchanet, fils de feu Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, et de Blonde de Douchanet, tout ce qu’il a dans le castrum et terroir de Saint-Pons (ADA 2 E 2195 bis f° 669 v°)91.

1341253 : Guillaume et Armand Lablache, frères, reconnaissent tenir de Pons de Douchanet tout ce qu’ils ont dans les castra, terroirs et mandements de Sceautres et de Saint-Pons (ADA 2 E 2195 bis f i 669 v° - 670 r°).

1351287 : Blonde de Douchanet, domina d’Aps, femme de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, donne à Giraud Adhémar, leur fils émancipé, tous ses biens et tous ses droits et particulièrement les châteaux et mandements d’Aps, Ajoux, Aubignas, Saint-Pons, La Roche d’Aps et Saint-Andéol-de-Berg, au diocèse de Viviers (ADA 2 E 2195 bis f° 695 v°).

1361292 : l’abbé de Pébrac reconnaît que tout ce que le prieur de Saint-Pons a dans le castrum de Saint-Pons vient de la donation faite au prieur par les prédécesseurs de Blonde, domina d’Aps (ADA 2 E 2195 bis f° 671 r°-v°).

137Le castrum de Saint-Pons est établi au nord du bassin d’Alba, au pied du massif du Coiron. Les vestiges du château, en l’occurrence la base d’un petit donjon quadrangulaire et quelques maçonneries informes qui lui sont associées, occupent le sommet d’un étroit dyke basaltique. La parenté avec le château de la Roche d’Aps est tout à fait flagrante. En contrebas du donjon se dresse une petite chapelle qui paraît du XIXe siècle dans son état actuel. On ne sait si elle a succédé à une chapelle médiévale, ce qui est toutefois fort probable. Un modeste habitat castral s’est développé au pied du dyke basaltique, essentiellement à l’est de celui-ci. Il comprend actuellement une dizaine de constructions dont la majeure partie est ruinée ; certaines d’entre elles présentent encore des élévations d’Époque Moderne.

138À environ 3 km au sud-est, un bourg ecclésial s’est développé autour de l’église Saint-Pons relevant depuis la fin du XIe siècle de la collégiale de Pébrac (Cartulaire de Pébrac n° XVI). Ce bourg est encore aujourd’hui enfermé dans une vaste enceinte de forme grossièrement ovoïde qui semble appartenir, dans son dernier état, à la fin du Moyen Âge.

SAINT-REMÈZE

139département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Saint-Remèze ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 370 m

1401238 (v-s) : vente par Guillaume de Naves et Vierne de Balazuc, sa femme, à l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan de la bastide située entre la villa de Saint-Just et l’Ardèche. Acte passé à Saint-Remèze ad curiam domine Vierne (ADBdR 56 H 4589).

1411261 : transaction entre Vierne de Balazuc, Guillaume de Balazuc, son fils, et le précepteur de l’hôpital de Trignan à propos de leurs droits respectifs de justice dans le castrum de Bidon. Acte passé à Saint-Remèze (ADBdR 56 H 4574).

1421270 (v-s) : transaction entre le précepteur de Saint-Jean-de-Trignan et Pictavina, domina du castrum de Saint-Remèze, sur les pâturages et herbages de Saint-Remèze et du terroir de Sobeyradel. Acte passé dans le castrum de Saint-Remèze in stari domine Pictavine (ADBdR 56 H 4568).

1431271 (v-s) : accord entre le précepteur de l’hôpital de Trignan et domina Pictavina, veuve de Guigue de Châteauneuf, seigneur de Saint-Remèze, comme héritière des biens de Vierne de Balazuc (ADBdR 56 H 19 p. 481-482).

1441274 : transaction entre l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan et les syndics des habitants du castrum et du terroir de Gras à cause du devès de Sobeyradel. La même année, sur la place de Saint-Remèze, en présence de Guillaume, seigneur de Balazuc, d’Audebert de Gras, d’Hugues Rati, bayle de l’évêque de Viviers, etc. les habitants du castrum de Saint-Remèze ratifient la transaction précédente (ADBdR 56 H 4568).

1451284 (v-s) : transaction entre le précepteur de Saint-Jean de Trignan, et Pictavina de Châteauneuf, domina des castra de Saint-Remèze et de Bidon (ADBdR 56 H 4574).

1461292 (v-s) : accord entre Guillaume de Châteauneuf, seigneur de Thines et de Saint-Remèze, et sa mère Pictavina, d’une part, et Thomas de Vernon, syndic des habitants et coseigneurs de Saint-Marcel, d’autre part (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, AA 4).

1471303 : Guillaume de Châteauneuf, seigneur de Saint-Remèze, fait partie des seigneurs réunis à Montpellier pour apporter leur soutien à Philippe le Bel contre Boniface VIII (Documents relatifs aux Etats Généraux réunis sous Philippe le Bel n° CXXXI).

Saint-Remèze - Vestiges du donjon médiéval quadrangulaire (XIIIe siècle ?) réemployés dans le château d’Époque Moderne.

Saint-Remèze - Vestiges du donjon médiéval quadrangulaire (XIIIe siècle ?) réemployés dans le château d’Époque Moderne.

1481310 : hommage du précepteur de Saint-Jean de Trignan à Guillaume de Balazuc pour des biens de la commanderie situés au lieu de Laoul entre les mandements de Saint-Remèze, de Bourg-Saint-Andéol et de Saint-Montan (ADLZ E 43).

149Comme le laisse supposer l’analyse du parcellaire napoléonien, le village de Saint-Remèze, située entre la Dent de Rez et les gorges de l’Ardèche, sur un plateau aride, paraît s’être développé autour de l’église Saint-Rémy, attestée dès la fin du IXe siècle et appartenant alors à l’Église cathédrale de Viviers (Recueil des actes de Charles le Chauve, t. II, n° 443). Au début du XIXe siècle, l’église - reconstruite depuis - semble alors au centre d’une vaste enceinte ovoïde. Immédiatement au sud de l’église, dans l’emprise de cette enceinte, se dresse un château pour l’essentiel des XVIIe et XVIIIe siècles. Celui-ci intègre toutefois des éléments plus anciens, dont peut-être les vestiges d’une tour médiévale quadrangulaire avec porte d’accès (couverte d’un arc brisé) au premier étage. Il s’agit sans doute des vestiges du château attesté dès le courant du XIIIe siècle ; celui-ci est venu a posteriori s’intégrer dans un bourg ecclésial préexistant.

SAINT-ROMAIN

150département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Saint-Barthélemy-le-Plain ; toponyme actuel : « Mordane » ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 300 m

1511082 (v-s) : Jarenton de Saint-Romain est témoin d’une donation faite par Pierre de Lamastre à l’abbaye de Romans (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 188).

1521164 : Guigue de Saint-Romain est chanoine de Valence (Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. I, n° 329).

1531271 : dans son testament Aymar d’Annonay donne 50 livres aux enfants de sa nièce, femme de Jarenton de Saint-Romain (Testament d’Aymar d’Annonay p. 550).

1541289 : Jarenton de Saint-Romain reconnait tenir du précepteur du Temple de Jalès le manse de Malleno, situé dans le terroir de Saint-Romain, confrontant d’une part le manse de Corsas (ADBdR 56 H 5245).

1551291 : Jarenton, seigneur de Saint-Romain, reconnaît devant le sénéchal de Beaucaire vouloir reprendre en fief du roi de France le château de Saint-Romain avec son tènement, mandement et toute sa justice. Il devra hommage lige au roi pour le château et ses dépendances qu’il tiendra en fief franc et honorable. Le château sera rendable à toute réquisition par le roi, le sénéchal de Beaucaire ou le bailli du Velay. En échange de cet hommage le roi est tenu de donner à Jarenton la valeur en rentes et revenus du château et de son mandement. Jarenton devra aussi remettre au roi un lieu, hors du castrum de Saint-Romain et de la villa de Colombier relevant du dauphin, afin qu’y soit construit une ville neuve. Le roi remettra à Jarenton le prix de la moitié de ce terroir et de ses revenus. La ville neuve sera tenue en coseigneurie par le roi et le seigneur de Saint-Romain ; le roi étant toutefois seigneur majeur, etc. (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. I, p. 58-70).

  • 92 Il s’agit sans doute de l’église Saint-Romain mentionnée dans une liste, dressée vers 1038, des dép (...)

156Dans un méandre du Doux, sur un éperon rocheux détaché du substrat par l’aménagement de deux tracés successifs de la D 534, se dressent les vestiges épars d’un petit ensemble castral. De nombreuses maçonneries sont encore visibles. Cependant, le mauvais état de conservation de l’ensemble et surtout la dense végétation qui recouvre le site rendent difficiles la restitution d’un plan d’ensemble. Il semble toutefois que l’on puisse discerner, d’une part, les vestiges du château et de son enceinte sur le point le plus haut du site et, d’autre part, un ensemble de murs ayant appartenu aux maisons d’un petit bourg castral. L’ensemble, bâti en petits moellons de granit liés au mortier de chaux, a sans doute été très précocement abandonné (avant le XVe siècle ?). Le castrum de Saint-Romain ne semble pas avoir possédé de lieu de culte. Il doit sans doute son nom à une villa et à une église92 préexistantes situées à proximité.

SAINT-VICTOR (du-Détroit)

157département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Le Teil ou Viviers ; toponyme actuel : « Montagne de Saint-Victor ou du Détroit » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : ?

158Sur le coteau rhodanien, immédiatement au sud du Teil, après le hameau de La Violette, des carrières établies sur la Montagne du Détroit ont fait disparaître, à la fin du XIXe siècle, les ruines de l’église Saint-Victor et d’un château.

159Dans ses « Mémoyres des antiquités de l’Église cathédrale de Viviers », au XVIIe siècle, le chanoine de Banne évoque ainsi les constructions de la Montagne du Détroit (ADA 1 Mi 4 p. 23-24) :

« Sur la montagne du Détroit estoit bastie une fort belle église en l’honneur de Saint-Victor avec un chasteau très agréable pour la vue et non pour la structure qu’estoyt à l’antique mais il estoit bien logeable ; aux quatre costés y avoit quatre tours et deux tours aux deux bouts de l’église. Du temps des ligues du règne du roi Henri III la face dudit chasteau qui regardoyt le Rhosne fust abattue par ordre du gouverneur de la province et encore partie de la façade du matin, les fossés comblés. En l’année 1628, les Estats du Vivarais se tenant en ceste ville de Viviers et le roy faysant la guerre aux huguenots rebelles, il fust rapporté dans ladite assemblée que les huguenots se vouloyent saisir de ceste église et du reste du chasteau qui se pouvoyt fortifier d’importance y ayant de l’eau en quantité à un puit qu’estoyt au dessous dudit chasteau qu’on pouvoyt enclore dans les fortifications et une cisterne dans la basse cour, deux bonnes et fortes tours aux costés de l’église et la moitié de la tour de la porte. »

160[Il est alors demandé à l’évêque de Viviers de faire procéder à la démolition de l’église et du château et de faire construire une nouvelle église dédiée à Saint-Victor au pied de la montagne]

« Je suis esté bien souvent dans ces vieilles masures, il y avoyt quantité de voustes, les cheminés estoyent toutes basties aux coins des chambres, il y en avoyt un grand nombre mais petites. L’église estoit bien jolie, toute voustée, bastie de fort belle pierres. Sur la grande porte du chasteau estoyent ciselées les armes de Poitiers et de La Voute. Il y avoyt dans ce chasteau de fort belle caves. »

161Le château de Saint-Victor pourrait avoir été fondé au plus tard durant l’épiscopat de Louis de Poitiers, évêque de Viviers de 1306 à 1318. L’église Saint-Victor apparaît, quant à elle, dans la taxe de décime du XIVe siècle pour le diocèse de Viviers ; elle y est explicitement rattachée à la mense épiscopale (Taxe de la décime du XIVe siècle p. 448). Construit sur le domaine de l’Église de Viviers, ce château n’a jamais été chef-lieu de mandement et n’a entraîné la création d’aucun bourg castral. Avec les châteaux d’Ours et de Saint-Martin, le château du Détroit - dont la fonction résidentielle paraît toutefois importante - participait peut-être à la protection de la cité épiscopale de Viviers. Il est démantelé au début du XVIIe siècle dans le contexte des Guerres de Religion.

162Bibliographie :
Chalabi 1989.

SAINT-VINCENT (de-Barrès)

163département : Ardèche ; canton : Rochemaure ; commune : Saint-Vincent-de-Barrès ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 270 m

1641256 : Henri de Barrès vend à Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, tous ses droits sur le castrum de Barrès et sur ses dépendances. Toutefois, Henri de Barrès excepte de la vente cinq hommes, qu’il garde ad manum meam. En contrepartie de cette vente, Aymar de Poitiers accorde à Henri de Barrès le droit de construire un castrum en dehors des limites du castrum de Barrès et d’y placer les cinq hommes. Henri de Barrès reconnaît tenir en fief du comte de Valentinois tout ce qu’il possède dans le mandement de Barrès et promet, s’il construit un nouveau castrum, de le rendre au comte à toute réquisition (ADI B 3894).

1651289 : obligation souscrite par Audebert de Barrès, seigneur de Saint-Vincent-de-Barrès, en faveur du comte Aymar IV de Poitiers pour une somme de 800 livres viennoises que ce dernier lui a prêtées et pour laquelle il remet en gage au comte son castrum de Saint-Vincent (ADI B 3545).

1661289 : ratification par Guillemette, veuve de Geoffroy de Barrès, de l’engagement du castrum de Saint-Vincent consenti par son fils Audebert en faveur du comte Aymar IV de Poitiers (ADI B 3545).

1671296 : quittance délivrée par Audebert de Barrès au comte Aymar IV de Poitiers pour une somme de 110 livres viennoises que ce dernier lui devait à raison de l’achat du castrum de Saint-Vincent (ADI B 3552).

1681324 : Aymar de Poitiers donne à son fils Guichard, en raison de services rendus, les castra de Privas, Boulogne, Barrès et Saint-Vincent-de-Barrès, au diocèse de Viviers (ADI B 3897).

169Le castrum de Saint-Vincent-de-Barrès occupe le sommet d’une petite éminence sur les contreforts occidentaux de la Montagne de Cruas face au Coiron. Celui-ci semble fondé, au regard de la documentation disponible, au milieu des années 1250, sans doute peu après 1256. Saint-Vincent-de-Barrès est le seul exemple de castrum vivarois pour lequel on conserve un acte évoquant sa fondation. Mais il est à noter que cette dernière, en plein XIIIe siècle, est très tardive et arrive longtemps après la principale vague de fondation de castra des XIe et XIIe siècles.

170Le château, au sud du castrum, occupe l’angle nord-est d’une enceinte quadrangulaire cantonnée aux trois autres angles de tours circulaires. Cette enceinte et le château qui l’accompagne évoquent plutôt la fin du Moyen Âge et peut-être même les dernières années du XIVe siècle. En revanche, le château intègre un élément plus ancien, en l’occurrence un donjon carré de 8,50 m de côté construit en moellons de marne bien équarris. Le donjon a été arasé mais sa morphologie évoque indéniablement d’autres donjons vivarois du XIIIe siècle, celui-ci appartient donc sans doute au château primitif construit, comme on l’a vu ci-dessus, peu après 1256.

171Immédiatement au contact du château, au nord, se développe l’habitat villageois enserré dans une enceinte de forme polygonale flanquée de plusieurs tours circulaires. L’ensemble est aujourd’hui encore bien conservé. Comme pour le château, ces fortifications évoquent plutôt la fin du XIVe siècle. Mais le plan cadastral de 1810 laisse supposer la présence, au centre du village actuel, englobant l’église Saint-Vincent, d’un noyau d’habitat plus ancien établi dans la basse-cour du château primitif constitué autour du donjon carré. Enfin, le village de Saint-Vincent montre encore diverses maisons de la fin du Moyen Âge et du début de l’Époque Moderne.

SALAVAS

172département : Ardèche ; canton : Vallon-Pont-d’Arc ; commune : Salavas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 150 m

1731196 : Raymond de Barjac donne aux Templiers de Jalès tous les droits de pâturage, les herbages, les bois et les eaux qu’il possède depuis Salavas jusqu’à Châteauneuf de Gévaudan (ADBdR 56 H 5222).

1741208 : Pons de Salavas est témoin à Saint-Marcel-d’Ardèche (ADBdR 56 H 4608).

1751213 (v-s) : Bernard de Ferreirolles, fils de Gervais de Rochegude, donne à Raymond, évêque d’Uzès, ce qu’il avait dans les castra de Ferreirolles, de Barjac, de Becmil, de Banne, de Salavas et dans leurs dépendances. L’évêque lui redonne en fief tous ces biens, Bernard lui en rend hommage et jure fidélité (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 759).

1761256 : Giraud de Lagorce ratifie la donation faite en 1194 par ses aïeuls à la maison du Temple de Jalès. Il reconnaît avoir reçu en contrepartie de cette confirmation les herbages que les Templiers de Jalès avaient in Plana Selva et dans le mandement de Salavas (ADBdR 56 H 5239).

1771263 (v-s) : Jocerande, femme de Pierre Rorle, vend pour 10 sous viennois à la maison du Temple de Jalès, un cens de 12 deniers viennois dans la paroisse de Berrias. Acte passé au port de Salavas a parte dicti castri (ADBdR 56 H 5237).

1781280 : Dalmas de Lagorce, fils de feu Giraud de Lagorce, seigneur de Lagorce, Dalmatia de Lagorce et Hélène, fille de Giraud, donnent à Giraud de Lagorce, leur frère, tous leurs droits sur l’héritage de leur père. Acte passé dans le castrum de Salavas (ADBdR 56 H 5237).

1791291 (v-s) : testament de Pierre, seigneur de Lagorce. Il fait d’Hugonet de Lagorce son héritier universel et lui cède, entre autres, le castrum de Salavacio (ADBdR 56 H 5237).

1801304 : hommage à Hugues de Lagorce, seigneur de Salavas, pour des cens perçus dans la paroisse de Salavas et sur une maison située dans le castrum de Salavas, confrontant une maison appartenant à Guillaume de Loubaresse et une maison appartenant aux héritiers de Pons de Casteljau (ADAv E 510).

181L’actuel château de Salavas occupe le sommet d’une croupe rocheuse grossièrement est-ouest, dominant le lit majeur de l’Ardèche. Il forme un ensemble architectural vaste et complexe qui paraît pour l’essentiel appartenir aux XVIe-XVIIIe siècles, ce qui est à lier au rôle que joue cette place durant les guerres religieuses du XVIe et du XVIIe siècles. Les vestiges du premier château médiéval, qui existe sans doute déjà à la fin du XIIe siècle, semblent toutefois se laisser deviner sur le point le plus haut du site. En, effet, un affleurement rocheux y montre encore diverses maçonneries très ruinées qui pourraient être d’origine médiévale. On peut notamment reconnaître parmi celles-ci les vestiges d’une citerne, en partie taillée dans le rocher et couverte de mortier de tuileau, ainsi que, peut-être, la base d’un petit donjon quadrangulaire.

  • 93 Sur cette église et plus largement sur le groupe paroissial primitif mis au jour à Salavas, cf. Hel (...)

182Un habitat s’est développé sur les pentes que domine le château, formant avec celui-ci le castrum que la documentation médiévale évoque dès les premières années du XIIIe siècle. Ce castrum relevait de l’église paroissiale Saint-Julien, d’origine paléochrétienne et située à environ 600 m au nord-ouest du château93.

SAMPZON

183département : Ardèche ; canton : Vallon-Pont-d’Arc ; commune : Sampzon ; toponyme actuel : « Rocher de Sampzon » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 380 m

1841183 : sentence arbitrale rendue par Raymond, évêque d’Uzès, entre les moines de Gourdouse et les moines de Franquevaux à propos des terroirs de Malmont, Malmontet et Méjane. Acte passé à Uzès. Témoin : R. de Sampzon (ADG H 63).

1851219 (v-s) : Guillaume de Sampzon vend au précepteur du Temple de Jalès la moitié d’un manse situé dans la paroisse de Saint-Martin de Chandolas. Il reçoit pour cette vente 200 sous raymondins et un cheval et jure de faire respecter cette vente. Sa mère, sa femme, et son frère Pons approuvent la transaction. Au mois d’avril de la même année à Jalès, Po. de Sampzon, frère de Guillaume, confirme aussi la transaction (ADBdR 56 H 5224).

1861240 : Bertrand, évêque de Viviers, en son nom et au nom du chapitre de Viviers, s’engage à aider et protéger Dalmas de Lagorce contre tout homme qui s’en prendrait à lui ou aux siens, à la suite de la prise du castrum de Sampzon et de la capture de Guillaume de Sampzon. L’évêque s’engage à faire ratifier l’acte par le chapitre de Viviers ; Bernard, archiprêtre de Sampzon, jure sur les Evangiles de respecter l’acte. Dalmas de Lagorce et son fils Giraud jurent d’aider l’évêque de Viviers contre tout homme voulant nuire aux droits de l’évêque sur le castrum de Sampzon. Les parties souhaitent que cet accord dure jusqu’à ce que la paix soit établie. L’évêque concède à Dalmas de Lagorce pour lui et pour sa nièce Peirona le tiers du castrum de Sampzon qu’il tiendra de l’évêque sauf si Guillaume de Naves arrive à prouver que cette pararia relève de lui. Dalmas de Lagorce s’engage à toujours tenir celle-ci de l’évêque (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° IX).

  • 94 L’original semble perdu mais il est mentionné dans l’inventaire de la série E des ADAv p. 88.

1871246 : Peyrona de Lagorce cède à Giraud de Lagorce, son cousin, la moitié de la sixième partie du castrum de Sampzon (ADAv E 550)94.

1881246 (v-s) : Raymond de Sampzon reconnaît tenir en fief de l’évêque de Viviers, Arnaud, et de l’Église de Viviers, ce qu’il possédait et ce que son père avant lui possédait, dans les castrum, mandamentum et territorium de Sampzon. Il rend hommage à l’évêque et jure fidélité. Il s’engage à rendre ce fief à toute réquisition de l’évêque de Viviers ou du chapitre de Viviers s’il n’y a pas d’évêque. Lui et ses successeurs devront faire reconnaissance de ce fief à chaque mutation de vassal ou de seigneur (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° X).

1891246 (v-s) : Guillaume de Balazuc, fils de Vierne de Balazuc, confirme à l’évêque de Viviers l’échange fait avec Vierne de Balazuc, sa mère, et Guillaume de Naves, mari de celle-ci, du castrum de Sampzon et d’autres biens. Il abandonne tous ses droits et toutes ses prétentions sur cet échange (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° X bis).

1901247 : enquête menée sur les agissements des agents royaux dans la sénéchaussée de Beaucaire, déposition n° 32. G. de Lagorce expose que feu son père Dalmas était seigneur indivis pour 1/6e du château de Sampzon, tenu de l’évêque de Viviers, et qu’il y avait la haute justice. Ses pariers ayant commis le fief, il les a expulsé avec l’assentiment et l’appui de l’évêque. À la suite de quoi le sénéchal de Beaucaire a envahi les terres de Dalmas. Celui-ci a dû donner caution jusqu’à 100 livres viennoises et a perdu une somme égale (Histoire générale de Languedoc, t. VII (2è partie), col. 167 n° 32).

1911252 : pour régler les dettes contractées précédemment pour l’achat des castra de Sampzon et de Cornillon, Arnaud, évêque de Viviers, en son nom et au nom de l’Église de Viviers, vend le péage de Bourg-Saint-Andéol pour 10 000 sous viennois (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 247-248).

1921277 : conflit opposant l’évêque de Viviers et l’abbaye des Chambons à propos des herbages et des pâturages du mandement de Sampzon, chacune des parties en revendiquant la propriété. L’arbitre désigné adjuge les pâturages à l’évêque de Viviers ; mais il en donne la jouissance à l’abbé pendant cinq ans, après lesquels l’abbé devra les restituer à l’évêque (ADA 1 H 8).

193Le château de Sampzon occupait la plateforme sommitale du rocher de même nom, énorme table calcaire se dressant à plus de 380 m d’altitude, dans une boucle de l’Ardèche, au confluent de celle-ci avec la Baume et le Chassezac. Sampzon est un site dont l’origine est ancienne : il s’agit sans doute primitivement d’une forteresse du haut Moyen Âge, par ailleurs chef-lieu de viguerie (Laffont 1998a, t. I, p. 110-111).

194La destruction systématique du site au début du XVIIe siècle dans le cadre des Guerres de Religion, la construction d’un important relais de télécommunication ainsi que l’érosion naturelle n’ont laissé que peu de traces d’une occupation médiévale sur le Rocher de Sampzon (Vogüé 1912, t. 1, p. 254). Outre la présence de nombreux éclats de tuile et de quelques tessons d’Époque Moderne, on remarque toutefois l’angle, très arasé, d’un petit bâtiment maçonné au mortier de chaux, quelques rares assises de maçonneries sur les bancs rocheux supportant le pylône, quelques aménagements du rocher et, enfin, une citerne quadrangulaire creusée dans le substrat. Cependant, une visite du site réalisée en 1382, dans le contexte des troubles de la Guerre de Cent Ans, nous donne quelques indications sur les bâtiments qui composent alors le castrum de Sampzon. Le 26 juin 1382, les paroissiens de Sampzon déposent leurs vivres dans la turrem du castrum de Sampzon, dont le châtelain de l’évêque de Viviers, Bertrand Lacombe, a la garde. Suit alors un inventaire du château détaillant les différentes pièces : on mentionne notamment la crotta inferior de la tour (basse-fosse ?), l’aula, la coquina et la capella (ADA 2 E 7641, f i 9-10).

Sampzon - Le site au début du XXe siècle : à gauche, le rocher ayant porté le château ; à droite, en contrebas, le bourg et l’église Saint-Martin (carte postale, collection privée).

Sampzon - Le site au début du XXe siècle : à gauche, le rocher ayant porté le château ; à droite, en contrebas, le bourg et l’église Saint-Martin (carte postale, collection privée).

195L’église de Sampzon, sous le vocable de Saint-Martin, est établie immédiatement au pied du rocher, au nord, d’où elle domine la vallée de l’Ardèche. Cette église est chef-lieu d’un archiprêtré du diocèse de Viviers connu dès 1239 (Layettes du Trésor des Chartes, t. V, n° 413).

SCEAUTRES

196département : Ardèche ; canton : Rochemaure ; commune : Sceautres ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 540 m

1971175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès et ses fils de rendre à Jocerand de Baix, les castra de Barrès et de Rochessauve. Sont donnés pour garants : A. et Etienne de Seutre pour 1000 sous (Layettes du Trésor des Chartes, t. V, n° 413).

1981206 (v-s) : Bertrand de Sceautres est témoin, au palais épiscopal de Viviers, de l’accord passé entre Aymar II de Poitiers et Burnon, évêque de Viviers (ADS SA 3841).

1991245 (v-s) : Bertrand de Sceautres, fils de feu Bernard de Sceautres et de Poncia, fille de feu Guigue de Rac, donne à Pons de Douchanet, seigneur du château d’Aps, le 8e du château de la Roche d’Aps qu’il tient par indivis avec les autres pariers (ADA 2 E 2195 bis f i 668 v° - 669 r°).

2001253 : Baudoin d’Ucel, Pons Bardofis, Bertrand de Rochessauve, Silvion de Saint-Pons, et Etienne Armand reconnaissent tenir, en fief franc et noble, de Pons de Douchanet tout ce qu’ils ont dans les châteaux, mandements et lieux d’Aps, Aubignas et Sceautres (ADA 2 E 2195 bis f° 669 r°-v°).

2011300 : reconnaissance au profit de Blonde de Verfeuil, domina d’Aps, pour une vigne située dans le mandement du château de Sceautres (ADA 2 E 2195 bis f° 672 r°-v°).

2021305 : Humbert de Chabane vend à Martin Chapus un cens de trois émines de froment à prendre dans le mandement de Sceautres. Ce cens est tenu en fief franc d’Hugues Adhémar, seigneur de Sceautres (ADA 2 E 2195 bis f° 701 v°).

203Le château de Sceautres occupait le sommet d’un énorme dyke basaltique se détachant au sud du plateau du Coiron. Le plan d’ensemble du site évoque très nettement les autres châteaux vivarois construits sur et autour d’un dyke volcanique. Celui-ci joue le rôle de tertre d’une énorme motte castrale au pied de laquelle s’est développée une basse-cour qu’occupe encore le village actuel de Sceautres. Cependant, si le rocher de Sceautres est d’un point de vue géographique extrêmement spectaculaire, d’un point de vue archéologique, il s’avère très décevant. La plate-forme sommitale est suffisamment large pour avoir porté un bâtiment de type donjon ; cependant, l’érosion a fait disparaître toute trace d’une telle construction. Quelques très légers aménagements rupestres sont toutefois discernables.

Sceautres - Le dyke basaltique ayant porté le château et, en contrebas, le bourg castral et son église (vue des années 1970).

Sceautres - Le dyke basaltique ayant porté le château et, en contrebas, le bourg castral et son église (vue des années 1970).
  • 95 Elle figure dans le Compte de décimes de 1275 p. 438 (Capellanus ecclesie de Seutre) et dans le Com (...)

204En contrebas du dyke, le bourg de Sceautres, dont l’origine castrale est évidente, est encore partiellement englobé dans une enceinte. Il subsiste de celle-ci quelques traces éparses ainsi qu’une porte de la fin du Moyen Âge. À l’intérieur du bourg, on distingue encore quelques constructions appartenant aux deux derniers siècles du Moyen Âge ou au tout début de l’Époque Moderne. Certaines d’entre elles, au point le plus haut du bourg, au contact même du rocher, ont pu appartenir à un état tardif du château de Sceautres. L’église de Sceautres, ancienne église du castrum95, paraît, dans son état actuel, d’Époque Moderne.

SERAY

205département : Ardèche ; canton : Satillieu ; commune : Préaux ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 880 m

2061288 : Guillaume d’Ay lègue à Guillaume de Satillieu tout ce qu’il possède dans les mandements de Mahun et de Seray (Chartes du Forez n° 798).

2071290 (v-s) : à la requête d’Aymon Pagan, les habitants des mandements de Mahun et de Seray reconnaissent être sous la juridiction haute, moyenne et basse de celui-ci et lui devoir tout ce qu’un seigneur peut exiger de ses hommes (AN 513 AP 13 p. 34).

2081292 : Aymon Pagan, seigneur de Mahun et de Seray, rappelle aux habitants et au prieur de Veyrines qu’ils sont dans le mandement de Mahun et que le seigneur de Mahun a eu de tout temps toute juridiction sur eux (ADHL 3 D 3 41).

2091294 : Guigonet de Seray est bayle de Seray pour Aymon Pagan IV, seigneur de Mahun et de Seray (Mazon 1901b p. 200 et Laffont 1998a, t. II, p. 238).

2101298 : accord conclu entre Pons de Fay, précepteur de la maison du Pont-de-Doux, et Aymon Pagan, seigneur de Mahun et Seray, au sujet de la juridiction du territoire s’étendant a rivolo de Combaroyles usque ad rivum de Furo et relevant du seigneur de Seray (ADR 48 H 1782 n° 6).

2111305 : Arnaud de Fraxines vend à Alazie de Clermont, veuve d’Aymon Pagan et tutrice de Jean Pagan, son fils, les droits et biens qu’Arnaud avait ou prélevait dans la paroisse de Préaux, dans le mandement de Seray (AN 513 AP 13 p. 39).

2121325 (v-s) : la majeure partie des habitants du mandement de Seray reconnaissent être les hommes liges, taillables et exploitables à merci, de Jean Pagan, seigneur de Mahun et de Seray (AN 513 AP 13 p. 35).

Seray - Le donjon du château (XIe ou XIIe siècle).

Seray - Le donjon du château (XIe ou XIIe siècle).

213Le château de Seray occupe l’extrémité septentrionale d’une croupe cristalline boisée orientée nord-ouest/sud-ouest. Situé sur un sommet secondaire à 884 m d’altitude, il domine à l’est Satillieu et la vallée de l’Ay. Le site a été fouillé de 1975 à 1979 par une équipe d’étudiants et de bénévoles dans le cadre de l’URA 26 du CNRS, sous la direction de Jean-Yves Aulagnier. Ces quatre campagnes ont permis de dresser un premier bilan des différents états de la fortification et de dégager les structures existantes.

214La fortification occupe l’angle nord-ouest d’une plate-forme vaguement quadrangulaire ménagée sur un affleurement du rocher. Cette plate-forme est ceinturée d’un mur en appareil cyclopéen fait de gros blocs de granit assemblés à sec. Elle est bordée à l’est par un large fossé taillé dans le substrat. Des murs en pierres sèches, présentant un appareil plus modeste et plus irrégulier que l’enceinte cyclopéenne, partent de celle-ci en direction du château. L’état le plus ancien de celui-ci est représenté par un donjon de plan carré mesurant 5 m de côté. L’accès se faisait apparemment par une porte située à mi-hauteur ; dans un second temps un escalier en pierre a été adjoint à la tour pour en faciliter l’accès. Le parement extérieur des murs est constitué dans sa partie basse d’un appareil irrégulier de gros blocs de granit et, au-dessus d’un ressaut, d’un appareil de petits parpaings. Cette tour est antérieure à toutes les autres constructions : elle se situe sur le point culminant de l’assise rocheuse et n’est architecturalement liée à aucun mur ni de l’enceinte, ni des corps de logis. Le donjon peut être daté, en raison de son grand archaïsme (plan et dimensions, absence de voûte et d’ouverture, accès à l’étage), du XIe ou du XIIe siècle. Ultérieurement (XIIIe siècle ?) un grand corps de bâtiment rectangulaire et une courtine reliant le donjon à ce logis ont été édifiés. Enfin, de nouveaux bâtiments ont été établis dans la cour. L’ensemble est construit en petits moellons irréguliers de granit liés au mortier de chaux. Seuls les niveaux d’abandon du donjon ont été fouillés. Ils montrent que la tour, comme le reste du château, est abandonnée au XVe siècle. Le mobilier découvert en fouille s’est avéré peu abondant. La céramique appartient aux deux derniers siècles du Moyen Âge (marmites en pâte grise sans glaçure, cruche glaçurée en pâte rouge calcaire). On remarquera principalement la présence de trompes d’appel dont une à décor polychrome (Des Burgondes à Bayard 1981 p. 186.). Enfin, il est à noter qu’une monnaie d’argent émise sous l’empereur Postumus (258-267 ap. J.-C.) a été découverte lors d’un sondage dans la cour. Cependant, une monnaie hors contexte ne constitue en aucun cas une preuve suffisante d’une occupation antique du site.

215Des cases-encoches ont pu être repérées sur la plate-forme rocheuse ainsi qu’à l’extérieur du rempart mégalithique. Une d’entre elles, à l’extérieur de l’enceinte, a été dégagée et fouillée. Le rocher est taillé sur trois côtés pour aménager des parois grossièrement rectilignes hautes d’environ 1,50 m à 1,80 m. Le quatrième côté est fermé par un muret en pierres sèches légèrement incurvé. L’ensemble forme un plan rectangulaire mesurant 3,80 m dans sa plus grande longueur et environ 1,50 m de large. La paroi arrière de la case présente un léger retrait creusé dans le rocher, qui se développe sur toute sa longueur. La fouille de l’espace intérieur a livré des traces ténues de foyer ainsi que quelques tessons de céramique grise non datables, un clou et une brique. Un habitat, modeste, semble donc avoir été associé au château.

Seray - Plan du château d’après les relevés et les fouilles réalisés dans les années 1970 (Aulanier et alii 1976-1979).

Seray - Plan du château d’après les relevés et les fouilles réalisés dans les années 1970 (Aulanier et alii 1976-1979).

216Bibliographie :
Aulagnier 1976-1979.

SERRIÈRES

217département : Ardèche ; canton : Serrières ; commune : Serrières ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 220 m

218Fin du XIe siècle : Reynier de Serrières donne deux champs au prieur de Saint-Sauveur-en-Rue pour l’entrée de son fils dans ce prieuré (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XXX).

2191141 : Camerius de Sareria et tous les autres seniores du castellum de Serrières offrent une terre au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XXVII).

2201228 : Girard, seigneur de Roussillon et de Serrières, confirme en faveur du prieuré de Saint-Vallier l’exemption de péage sur ses terres (AN H2960).

2211253 : Hugues Richard, de Serrières, reçoit en fief du dauphin Guigue la garde du prieuré Saint-Saturnin de Serrières (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 17 r°).

2221263 (8 des calendes de juin) : épitaphe de Girard de Roussillon, seigneur de Serrières et d’Anjou (Corpus des inscriptions de la France médiévale, t. 15, n° 34).

2231274 : Guigue de Roussillon, seigneur d’Anjou et de Serrières, fils et héritier de Girard de Roussillon, confirme les droits et privilèges accordés par ses prédécesseurs au prieuré de Saint-Vallier (ADI B 4176).

2241296 : le fief du castrum de Serrières est exclu de la dot d’Alice, fille du dauphin Humbert et future femme de Jean, comte de Forez (Chartes du Forez n° 1667).

2251299 : Gaudemar de La Barge, prieur de Saint-Sornin de Serrières, Guigue Romestang, Guillaume Arnoul et Artaud de Roussillon, seigneur d’Annonay, arbitrent un différend opposant Guigue de Roussillon, seigneur d’Anjou et de Serrières, aux vavasseurs du mandement de Serrières, au sujet des droits du seigneur de Serrières sur ses tenanciers et notamment de l’aide qu’il exige d’eux pour son adoubement (ADI B 4177).

226Les ruines du château de Serrières occupent une étroite avancée du plateau d’Annonay, au débouché de la vallée du Vergelet dans le couloir rhodanien. Cette position permet de dominer de près d’une centaine de mètres la vallée du Rhône, axe fondamental de tout temps. Un fossé, large d’environ 7 m, barre l’éperon, par ailleurs protégé par une très forte déclivité naturelle, et isole, à l’est, une éminence rocheuse sur et autour de laquelle a été établi le château. Cette butte qui s’élève de plus de 3 m au-dessus du relief environnant prend l’aspect d’une petite motte d’éperon aménagée directement sur un affleurement du rocher. Les vestiges de quelques constructions maçonnées, difficilement identifiables, s’élèvent encore sur la plate-forme sommitale du tertre et sur son pourtour.

227Un bourg castral de taille modeste s’est développé en terrasses à l’est et au sud-est sur les pentes que domine le château. Cet habitat, dont la partie haute est aujourd’hui abandonnée et ruinée, ne paraît pas avoir été enclos. Le castrum possédait une chapelle attestée dès 1183 (Les masures de l’abbaye royale de l’Isle-Barbe, t. I, p. 119). Le village actuel de Serrières est descendu plus bas sur la pente pour s’établir sur un replat au pied du coteau, à proximité de la route du Rhône.

Serrières - Vue vers l’est de l’éperon barré portant les vestiges du château, au-dessus du Rhône.

Serrières - Vue vers l’est de l’éperon barré portant les vestiges du château, au-dessus du Rhône.

228À environ 1 km au sud-est du château et du bourg castral s’élève l’église paroissiale et priorale Saint-Saturnin (aujourd’hui Saint-Sornin), dépendance de l’abbaye lyonnaise de l’Ile-Barbe. Etablie près du fleuve, l’église Saint-Saturnin, fondée durant le haut Moyen Âge, a elle aussi entraîné la création d’un pôle d’habitat.

SIGALIÈRES

229département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Largentière ; diocèse médiéval : Viviers ; toponyme actuel : « La Cigalière »

2301198 : accord entre Raymond VI, comte de Toulouse, d’une part, Nicolas, évêque de Viviers, Aymar de Poitiers et Bermond d’Anduze, d’autre part, à propos du château et des mines de Segaleriis ainsi que des mines de Chassiers et de Tauriers. À l’issue de cet accord, l’évêque de Viviers, avec l’accord du chapitre, d’Aymar de Poitiers et de Bermond d’Anduze, donne notamment en fief au comte de Toulouse la moitié du château et de toutes les mines de Segaleriis. La seconde moitié du château et des mines de Segaleriis est partagée entre l’évêque de Viviers, Aymar de Poitiers et Bermond d’Anduze (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 104-108).

2311273 : hommages au roi de France, Philippe le Hardi, par Bernard d’Anduze pour Laurac, Largentière, « Ségalière » (ADH ancien B 8 f° 157 v°, 160 v°, 161 v°).

2321456-1469 : Louis de Rochefort, seigneur de Sigalières, est bayle du seigneur d’Aubenas (Charay 1950, t. I, p. 130).

233Les mines de Sigalières sont attestées à plusieurs reprises entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle dans le cadre du conflit opposant à propos des mines de plomb argentifère du bassin de Largentière la maison de Toulouse et les autres ayants droit de ces mines, dont les évêques de Viviers (Laffont 1998a, t. I, p. 262-266). La localisation précise des mines de Sigalières reste à déterminer. Cependant, des travaux récents ont montré la présence de tout un ensemble de mines anciennes, sans doute médiévales, sur la rive droite de la Ligne, ruisseau baignant la ville actuelle de Largentière (Girard 1999 p. 53-58 et p. 74-100). Ces mines ont été repérées tant en amont qu’en aval de Largentière, notamment près du lieu actuel de Cigalière, situé au sud de la ville.

234Le site du château de Sigalières n’a pu être localisé. Il est parfois admis que le château de Sigalières et le château de Largentière n’auraient pu faire qu’un, ce qui serait cependant en contradiction avec le dossier documentaire - complexe toutefois - dont on dispose sur le secteur de Largentière au tournant des XIIe et XIIIe siècles. De plus, déjà à la fin du XIVe siècle, le toponyme Sigalières désigne un terroir clairement sis au sud du bourg de Largentière, donc à l’opposé du château actuel de Largentière (Brechon 2000, t. I/2, p. 483).

SOLIGNAC

235département : Ardèche ; canton : Lamastre ; commune : Gilhoc-sur-Ormèze ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 510 m

2361083-1111 : Jocerand de Lamastre confirme les dons précédemment faits par son père à l’abbaye Saint-Barnard de Romans. Parmi les témoins figure Aymon de Solignac (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. III, n° 182).

2371152 : Mételine et Pagane, sœurs du vicomte de Nîmes Bernard Aton, lui abandonnent leurs droits sur l’héritage de leur père. Parmi les témoins figurent, au côté de Silvion de Clérieu, Aldebert de Crussol, Guillaume de Crussol, Giraud Bastet, Pierre de Solommiac (Layettes du Trésor des Chartes, t. I, nos 125, 126).

2381187 : Pierre de Solignac et Pierre de Solignac, minor, sont témoins, au côté de Guillaume de Crussol, de la vente faite par Pons Girbert au profit des Templiers de Valence du manse del Vernael, situé dans le mandement de Grozon (ADBdR 56 H 5320).

2391197 : accord par l’intermédiaire de l’évêque de Valence entre Armand de Retourtour et le prieuré de l’Ile-sous-Soyons. Est témoin, à Valence, Aymon de Solignac (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° LXXII).

2401215 (v-s) : Arnaud de Solignac assiste à la vente passée par Guillaume Hugues, seigneur de Pierregourde, au profit de Pierre de Mirabel (ADA 13 J 21 n° 80).

2411223 : A.[rnaud ?] de Solignac et son fils P.[ierre ?] sont témoins de la publication du testament de Guillaume de Chabannes au château de La Voulte (ADI B 3519).

2421245 : Agnès de Solignac est moniale à Soyons (ADD 23 H 4).

2431291 : accord entre Aymon de Solignac, domicellus, et les Templiers de Valence à propos d’une terre située dans le mandement de Grozon (ADBdR 56 H 5320).

2441303 : Roger de Clérieux donne par testament à son fils cadet Guichard les châteaux et mandement de La Roche-de-Glun, de Châteaubourg, de Grozon, ainsi que tous les fiefs et arrière-fiefs qu’il possède au-delà du Rhône, en particulier ceux de Toulaud et de Solignac (Regeste Dauphinois, t. III, n° 16193).

2451376 : hommage et dénombrement de Louis de Poitiers, comte de Valentinois, au sénéchal de Beaucaire pour ses seigneuries du Vivarais, dont la part que tient Guillaume de Solignac dans le castrum de Solignac (ADH B 8617).

2461451 : acte passé à Solignac par maître Claude Escoffier in camera supra crotam dicti castri (ADA 1 Mi chartrier de Solignac, n° 25, registre de maître Claude Scofferi f° 40 v°).

247À 2 km au nord du château Grozon, sur un éperon dominant la vallée du ruisseau de Solignac, se dressent les vestiges du château de même nom. Sur le site sont visibles une enceinte et, à l’intérieur de celle-ci, les ruines de quelques constructions. L’une d’entre elles pourrait correspondre à un petit donjon quadrangulaire. Dans un angle de l’enceinte a été construit à la fin du Moyen Âge un haut bâtiment quadrangulaire avec tour d’angle et fenêtre à meneaux.

SOYONS

248département : Ardèche ; canton : Saint-Péray ; commune : Soyons ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 220 m ; protection Monuments Historiques : inscription (donjon)

Soyons - Les vestiges du donjon du XIIIe siècle, dit « La Tour Penchée », vers 1927 (Monum’MH 60782).

Soyons - Les vestiges du donjon du XIIIe siècle, dit « La Tour Penchée », vers 1927 (Monum’MH 60782).

Arch. Phot. © CMN, Paris.

2491245 : pour répondre aux nombreuses agressions dont était victime l’abbaye de Soyons, Philippe de Savoie, évêque de Valence, avec le consentement de son chapitre et avec le consentement de l’abbesse Bernarde, a fait construire un château ou bastide (castellum sive bastidam) sur la montagne dominant le bourg de Soyons (in monte sive molari quod est super burgum Subdionis). L’abbesse de Soyons donne à l’évêque et à l’Église de Valence le domaine direct et utile de cette montagne, dont l’abbaye jouissait en vertu d’une donation ancienne, l’abbaye se réservant seulement la partie de cette montagne proche de l’église Saint-Gervais. Le château qui est construit sur cette montagne, ainsi que tous les châteaux qui à l’avenir pourront y être construits, seront toujours sous la dépendance de l’Église de Valence. Pour l’indemnisation de la montagne sur laquelle l’évêque a fait construire le château et pour l’indemnisation des murailles de l’abbaye autour desquelles ont été creusés des fossés pour clore le bourg de Soyons, l’évêque de Valence donne à perpétuité avec tous ses droits et dépendances, sans aucune réserve, la combe qui s’étend depuis le chemin public de Livron au Rhône et la combe qui s’étend de l’autel de Saint-Apollinaire jusqu’à la terre de Pierre de Tournon. L’abbaye cède à l’Église de Valence tout l’imperium simple et mixte et toute la juridiction qu’elle avait sur les hommes de Soyons et son mandement, se réservant seulement la juridiction sur l’abbaye sauf en cas de délit nécessitant la peine de mort (ADD 23 H 4).

Soyons - Gravure représentant le château et le bourg de Soyons au début du XVIIe siècle.

Soyons - Gravure représentant le château et le bourg de Soyons au début du XVIIe siècle.

Cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographie, VA 7 t. 2.

2501270 : lettre de Louis IX plaçant l’abbaye de Soyons sous sa protection spéciale et lui accordant plusieurs privilèges, et notamment la propriété de toutes les îles (sur le Rhône) dans le mandement de Soyons (BML, Fonds général, Ms 5058).

2511293 : transaction entre l’abbesse de Soyons, au nom de l’abbaye et de tous les hommes du castrum de Soyons, d’une part, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, pour lui et pour ses hommes de Crussol, Toulaud et Charmes à propos des limites de ces mandements, des droits de vingtain, de pâturages (AN 265 AP 178 dossier 1 n° 147a).

2521317 : reconnaissance faite à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, par Hugues de Pierregourde pour ce qu’il tient de lui dans les mandements de Crussol, Toulaud, La Bâtie-de-Crussol, Charmes et Soyons (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 7 v°).

  • 96 Tout cela est bien visible sur la gravure qui figure dans Du Boys 1842.

253La viguerie de Soyons est attestée à de très nombreuses reprises entre le milieu du Xe et le début du XIe siècle et une abbaye de moniales bénédictines est fondée en ce lieu peut-être dans le courant du Xe siècle ; le tout dans un contexte de très forte occupation humaine depuis la préhistoire récente (Darnaud 1998 et Laffont 1998a, t. I, p. 99-100). Le château médiéval de Soyons, bâti peu avant 1245 comme le laisse supposer une longue transaction passée à cette date entre l’évêque de Valence et l’abbaye de Soyons, se dressait sur le plateau rocheux du Malpas, dans l’emprise de l’oppidum protohistorique dominant le bourg monastique. De ce château du milieu du XIIIe siècle subsistent principalement les ruines d’un donjon carré en bel appareil de moellons de calcaire. Les vestiges de cette tour - dite « Tour penchée » - présentent une forte inclinaison due aux travaux de démolition du château de Soyons après le siège de celui-ci en 1629 par l’armée royale. Celle-ci présentait trois niveaux dont un sur plancher et deux voûtés en berceau96 ; les indices de la présence de diverses ouvertures peuvent encore être notés.

  • 97 Le village et la « tour penchée » de Soyons figurent sur une des cartes du Rhône dressées par l’ing (...)

254Par ailleurs divers pierriers et anomalies microtopographiques ainsi qu’une vue du siège de 1629 (BNF, Département Estampes et Photographies, Va 7 t. 2 et Jean de Beins pl. LXIX) - d’interprétation toutefois délicate - permettent de localiser l’enceinte qui accompagnait sans doute le donjon. On notera par ailleurs la présence sur le plateau du Malpas des ruines de l’église Saint-Gervais, fondée durant le très haut Moyen Âge et située à environ 100 m à l’est de la « Tour penchée », ainsi que des vestiges de deux tours circulaires liés aux travaux de renforcement du site à l’Époque Moderne. En 1245, le bourg de Soyons était déjà pourvu d’une enceinte, encore partiellement visible, notamment au sud. Au nord, les vestiges paraissent correspondre à une autre enceinte construite au tournant des XIVe et XVe siècles97.

255Bibliographie :
Darnaud 1998, Laffont 1998a, t. I.

Notes

81 Sur les travaux effectués au XIXe siècle par Monsieur de Clavières dans le parc du château de Saint-Agrève, qui lui appartenait alors, cf. ADA 52 J 113 f° 257.

82 En 1617 :... ni ayant que les mazures du chasteau qui y solloit estre... (Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 98, article Saint-Agrève).

83 ADA C 625 : une domuscula (f° 2 r°) ; deux placettes (f° 7 r°) ; des cameræ, petites ou de faible valeur (f i 7 v°, 9 r°, 12 r°, 13 r°, 16 v°, 18 v°, 22 v°, etc.) ; une ruine (casalis, f° 15 r°) ; une petite maison (hospicium, f° 16 r°) ; un petit stagium servant de cellier (f° 33 v°).

84 Déclaration de noble Antoine petit pour quodam domo cum una peda ante ipsam domum existente plus un jardin avec cette maison.

85 Sur ces limites, qui correspondent à des axes routiers d’importance majeure, cf. Brechon 2000.

86 L’inventaire du XVIIIe siècle emploie le terme « château », il faut lire castrum.

87 Jusqu’en 1825, Saint-Marcel-de-Crussol est commune indépendante ; elle fusionne avec Saint-Georges-les-Bains à cette date (Molinier 1976, p. 323). Cf par ailleurs à la BML (Fonds général, Ms 2183, Ms 4427 - 4428, Ms 4439 - 4440) un petit dossier de pièces des XVIe-XIXe siècles relatives à Saint-Marcel-de-Crussol.

88 ... In territorio Vivariensi [...] in radice monte turris Sancti Martini..., (ADA 1 Mi 4 p. 23). Chalabi 1989 (p. 317) indique que le site est mentionné en 1394 mais la référence de cette mention n’est pas clairement donnée.

89 L’historiographie locale place la première mention du château de Saint-Montan en 1077. Cet acte, seulement connu par deux copies d’Époque Moderne, est en fait à dater de 1377 (Laffont 1998a, t. III, p. 313 note 1).

90 Nous tenons à remercier MM. Armand et Fambon de l’association des « Amis de Saint-Montan » qui ont grandement facilité nos travaux sur le site de Saint-Montan.

91 Il faut, dans toutes ces analyses du XVIIIe siècle, lire castrum pour
« château ».

92 Il s’agit sans doute de l’église Saint-Romain mentionnée dans une liste, dressée vers 1038, des dépendances, en Viennois d’Outre-Rhône, de l’abbaye de Saint-Barnard de Romans (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 82).

93 Sur cette église et plus largement sur le groupe paroissial primitif mis au jour à Salavas, cf. Helmling 1999.

94 L’original semble perdu mais il est mentionné dans l’inventaire de la série E des ADAv p. 88.

95 Elle figure dans le Compte de décimes de 1275 p. 438 (Capellanus ecclesie de Seutre) et dans le Compte de 1483-1484 p. 455 (De Seutro).

96 Tout cela est bien visible sur la gravure qui figure dans Du Boys 1842.

97 Le village et la « tour penchée » de Soyons figurent sur une des cartes du Rhône dressées par l’ingénieur royal Grandvoinet entre 1781 et 1785 (ADA C 147 n° 10).

Table des illustrations

Titre Saint-Agrève - Plan d’ensemble du castrum d’après le plan cadastral du début du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Saint-Laurent-les-Bains - Le donjon du XIIe ou du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Saint-Laurent-sous-Coiron - Vue d’ensemble du castrum dans les années 1970 ; les vestiges du château occupent le point le plus haut du relief.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Saint-Marcel-d’Ardèche - Le donjon du château sud.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Saint-Marcel-de-Crussol - Vue d’ensemble, vers l’ouest, des vestiges du castrum et de son enceinte. Le château occupe le point le plus haut du relief.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Saint-Martin - Le donjon et le départ de sa chemise maçonnée dans les années 1980.
Légende Phototype Inventaire Général/J.-M. Refflé © A.D.A.G.P. 1982.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Saint-Montan - Vue d’ensemble du castrum : au premier plan, le bourg castral et son église ; au second plan, le donjon du XIIIe siècle ; au dernier plan, le château des XIVe-XVe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Saint-Montan - Plan d’ensemble du castrum et de ses évolutions successives du XIIe au XVe siècle d’après le plan cadastral de 1829.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Saint-Pons - Le dyke basaltique ayant porté le donjon et, en contrebas, la chapelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Saint-Remèze - Vestiges du donjon médiéval quadrangulaire (XIIIe siècle ?) réemployés dans le château d’Époque Moderne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Sampzon - Le site au début du XXe siècle : à gauche, le rocher ayant porté le château ; à droite, en contrebas, le bourg et l’église Saint-Martin (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Sceautres - Le dyke basaltique ayant porté le château et, en contrebas, le bourg castral et son église (vue des années 1970).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Seray - Le donjon du château (XIe ou XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Seray - Plan du château d’après les relevés et les fouilles réalisés dans les années 1970 (Aulanier et alii 1976-1979).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Serrières - Vue vers l’est de l’éperon barré portant les vestiges du château, au-dessus du Rhône.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Soyons - Les vestiges du donjon du XIIIe siècle, dit « La Tour Penchée », vers 1927 (Monum’MH 60782).
Légende Arch. Phot. © CMN, Paris.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Soyons - Gravure représentant le château et le bourg de Soyons au début du XVIIe siècle.
Légende Cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographie, VA 7 t. 2.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2513/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 565k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

R
 
T