Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
P
S

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

R

Texte intégral

RAPHAËL

1département : Ardèche ; canton : Antraigues ; commune : Lachamp-Raphaël ; toponyme actuel : « Rocher de Raphaël » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1300 m

Raphaël - Vue de la rocca. La basse-cour du château est en contrebas, à droite, dans le bois de sapin.

Raphaël - Vue de la rocca. La basse-cour du château est en contrebas, à droite, dans le bois de sapin.

21179 : l’abbé d’Aiguebelle et le prieur de Bonnefoy passent un accord interdisant aux frères d’Aiguebelle de pénétrer à l’intérieur des limites de la chartreuse de Bonnefoy pour faire paître leurs troupeaux. En contrepartie, les frères de Bonnefoy ne feront pas paître leurs troupeaux dans les possessions d’Aiguebelle, dans les mandements des castra de Géorand, Burzet et Raphael (Cartulaire de Bonnefoy n° 18).

31239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief franc de Raymond VII, comte de Toulouse, une grande partie de ses châteaux du Vivarais dont Raphaël (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

41280 : le comte de Valentinois rend hommage au roi de France pour certains de ses châteaux du Vivarais, dont Raphaël. Hommage renouvelé en 1326 (Actes du parlement de Paris, t. I, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

51300 : règlement du différend opposant Guigue, seigneur de Roche, et Raymond de Fourchades, seigneur de Fourchades et de Raphaël, à propos du manse de Sahuc situé entre Mézilhac et le château de Raphaël (ADA 3 J 23 f° 12 r°-v°).

61303 : accord entre le prieur (casadéen) d’Asperjoc et de Saint-Julien de Lachamp, d’une part, et Raymond de Fourchades, seigneur du castrum de Raphaël, d’autre part, à propos de divers droits et biens dans le mandement de Raphaël (ADA 1 J 106).

71327 (v-s) : hommage de Guillaume de Poitiers, seigneur de Saint-Vallier et de Fay, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, notamment pour le fief du château et du mandement de Raphaël que tient de lui Hugues de Fourchades (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 50 r°-51 r°).

8Situés sur le haut plateau ardéchois, à quelques kilomètres du mont Gerbier-de-Jonc, les vestiges du château de Raphaël occupent le sommet d’un pointement volcanique à 1307 m d’altitude : le « Rocher de Raphaël ». Cet important affleurement de basalte est environné sur tout son pourtour d’un imposant éboulis. Implanté un peu au nord et à l’écart du village actuel de Lachamp-Raphaël, le « Rocher de Raphaël » domine très largement toute la vallée de la Dorne et le plateau de Lachamp, autorisant une large vue sur les quatre points cardinaux. Le site pouvait contrôler l’importante route médiévale venant de la vallée du Rhône (et du Pouzin), via Privas et Mézilhac, et se dirigeant vers Le Puy (Brechon 2000, t. II/2, p. 231-232).

9Le château de Raphaël a fait l’objet, en juillet 1994, d’une campagne de sondages. Celle-ci s’est concentrée sur la plate-forme sommitale du « Rocher de Raphaël ». Les sondages ont principalement mis en évidence les vestiges ténus d’un donjon quadrangulaire. De ce dernier, ne subsiste qu’une basse-fosse très largement excavée dans le substrat basaltique. Elle est fermée à l’est par un mur (environ 0,80 m d’épaisseur), bâti en petits moellons de basalte et de granit liés au mortier de chaux, mais dont seule une assise est conservée. Les dimensions de la basse-fosse laissent supposer une tour dont les dimensions dans œuvre devaient être approximativement de 9,70 m x 6,40 m. Une encoche dans la paroi rocheuse au nord pourrait matérialiser, à environ 1,90 m de hauteur, un niveau sur plancher. Le sol de la basse-fosse paraît avoir été aplani par une couche de sable encore partiellement conservée dans certains sondages. Enfin, une excavation quadrangulaire, mesurant environ 0,60 m x 0,60 m, de profil tronconique et profonde d’environ 0,40 m, a pu être dégagée lors de la fouille du sol de la basse-fosse mais sa fonction (trou de poteau ?) reste énigmatique. La stratigraphie de la basse-fosse s’est avérée tout à fait sommaire : sous la terre végétale, seuls quelques centimètres de remblai hétérogène reposent sur le rocher avec, par endroits, de rares et fines poches de sable. La fouille de la basse-fosse a livré de la céramique, du mobilier métallique et osseux, une forte proportion de cendres et de nombreux fragments de charbon de bois, d’importants nodules de mortier de chaux et enfin quelques blocs et éclats de basalte et de granit. Toute approche stratigraphique des artefacts découverts est impossible, cependant l’ensemble du lot de céramique présente une grande homogénéité et appartient à la période des XIe-XIIIe siècles. L’hypothèse d’une enceinte de pierre ceinturant la plate-forme sommitale paraît, pour un site castral de cette époque, des plus plausibles ; toutefois, aucun élément archéologique précis ne permet d’étayer solidement cette hypothèse. Seule la présence de quelques rares blocs sur le pourtour de la plate-forme, ainsi que des traces de sable évoquant peut-être du mortier dégradé et enfin d’hypothétiques aménagements du rocher, notamment à l’ouest, pourraient laisser supposer l’existence d’une enceinte entourant le donjon. Mais, les conditions climatiques difficiles, qui ont entraîné une érosion très importante du site ainsi que la nature du substrat pour lequel il est difficile de faire la distinction entre délitage naturel et action d’origine anthropique, ne permettent en aucun cas d’être affirmatif.

10Une basse-cour s’étendait au pied du rocher au sud-est. Au minimum deux grandes constructions quadrangulaires (en pierres sèches ?) sont encore visibles. En outre, un peu plus haut sur la pente, on remarque quelques pierriers comportant des blocs de basalte taillés. Cependant, un couvert forestier très dense, lié à un reboisement relativement récent qui a seul laissé émerger le « Rocher de Raphaël », rend difficile toute mise en évidence de structures archéologiques. Quoi qu’il en soit le château de Raphaël n’a entraîné la création d’aucun bourg castral. En 1464, lors de l’estimation de la paroisse de Lachamp-Raphaël, l’habitat est soit groupé à Lachamp, autour de l’église Saint-Julien qui relève du prieuré casadéen d’Asperjoc, soit dispersé dans le territoire de la paroisse (ADA C 626).

11Bibliographie :
Laffont 1994b.

RETOURTOUR

12département : Ardèche ; canton : Lamastre ; commune : Lamastre ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 390 m

Retourtour - Les vestiges du château ; le hameau, au pied, perpétue le souvenir du bourg castral.

Retourtour - Les vestiges du château ; le hameau, au pied, perpétue le souvenir du bourg castral.

13Vers 1082-1088 : Pierre de Retortorio est témoin de la donation de l’église de Silhac, en Valentinois d’outre-Rhône, faite par Guigue de Clérieux, aux chanoines de Romans (Cartulaire de Saint-Barnard-de-Romans n os 189 et 190).

141162-1165 : Hugues de Retourtour vend à Etienne Isnel, maître de l’hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem du Puy, tous ses droits sur un moulin situé à côté de l’hôpital du Saint-Sépulcre du Puy (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 13).

151179 : bulle accordée par le pape Alexandre III à l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier lui confirmant notamment la capella de Retortorio (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLII).

161247 : partage effectué par Armand de Retourtour de ses terres et seigneuries entre ses deux fils Maurice et Briand. Maurice reçoit Beauchastel et tout ce que possède son père dans le castrum de Retourtour avec toutes les terres, les hommes, les droits divers (ADA 1 E 1583).

171282 (v-s) : Odon et Armand de Retourtour reconnaissent tenir en fief franc d’Odon, seigneur de Tournon, ce qu’il possède dans le castrum, le burgus et le mandement de Retortorio. Acte passé infra castrum in sala. Mention du donjon du castrum (AN 513 AP 5).

181289 (v-s) : hommage rendu à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Odon, seigneur de Retourtour, en fief rendable, de la pararia de Retourtour cum suo fortalicio et burgo, et mero et mixto imperio, juridiction, fiefs, arrière-fiefs, hommes, femmes, et tous les droits et toutes terres et redevances, etc. (ADI B 3546).

191297 : Odon, seigneur de Retourtour, renouvelle au profit de Guy, seigneur de Tournon, l’hommage précédent de 1283 (AN 513 AP 5).

201327 (v-s) : Raymbaude de Mahun, femme de feu Odon de Retourtour, seigneur de Beauchastel, et tutrice de ses enfants, rend hommage et jure fidélité à Guillaume, seigneur de Tournon, pour ce qu’elle et ses enfants tiennent en fief dans les castra et mandements d’Empurany et de Retourtour (AN 513 AP 5).

211456 : acte enregistré le 16 avril à Retourtour ante portam basse curtis par maître Floreti, notaire de Lamastre (ADA 1 Mi chartrier de Solignac, n° 19, registre du notaire Floreti f° 7 v°).

221456 : Jacques Rouveyrace, de Macheville, vend à Pierre Monier, de Retourtour, l’étage supérieur d’une maison sise à Retourtour confrontant cum portali basse curtis dicti loci et cum carreria publica ejusdem portalis [...] et cum muro fortalicii dicte basse curtis. L’acte est passé à Retourtour in aula castri dicti loci (ADA 1 Mi chartrier de Solignac, n° 19, registre du notaire Floreti f° 19 v°).

23Le château de Retourtour est établi dans un ancien méandre du Doux sur une petite éminence granitique. À la différence de nombreux autres châteaux du Vivarais, cette fortification n’occupe pas une position topographique dominante mais un fond de vallée qui la place directement au contact de l’itinéraire routier reliant le couloir rhodanien au Puy par la vallée du Doux. Le château de Retourtour se compose, pour l’essentiel, des vestiges d’un important bâtiment quadrangulaire de la fin du Moyen Âge. Celui-ci est précédé au nord de hautes courtines. On pénètre dans cette enceinte par une tour-porte quadrangulaire défendue par une minuscule barbacane. On remarque dans l’angle nord-ouest de l’enceinte les ruines d’un bâtiment quadrangulaire non lié aux autres structures et apparemment plus ancien. Il pourrait s’agir du donjon mentionné au XIIIe siècle. Le cadastre du XIXe siècle montre nettement que le hameau actuel de Retourtour s’est développé dans une bassecour enclose s’étendant au nord du château. Au centre de cette basse-cour s’élevait la chapelle Saint-André donnée avant la fin du XIIe siècle aux moines de Saint-Chaffre. Celle-ci est encore mentionnée dans le compoix de Retourtour de 1642 (Bouit 1985 p. 9) et semble apparaître sur le plan cadastral de 1834.

REVIRAND

24département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Sarras ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 240 m

Revirand - Vue aérienne des vestiges du château (l’enceinte, la tour en fer à cheval) dominant le hameau de Revirand.

Revirand - Vue aérienne des vestiges du château (l’enceinte, la tour en fer à cheval) dominant le hameau de Revirand.

251295 : Hugues de Lagorce reconnaît tenir en fief du dauphin les châteaux et seigneuries d’Oriol et de Revirand ; il lui rend hommage lige pour ces deux fiefs (Inventaire des archives des dauphins en 1346 n° 1124).

261296 : Hugues de Lagorce et sa femme, Alice de Revirand, se constituent caution, parmi d’autres seigneurs vivarois, pour le dauphin Humbert lors de la dotation de sa fille Alice, promise à Jean, comte de Forez, et de la remise à celle-ci d’un certain nombre de châteaux du Viennois d’outre-Rhône, dont Oriol et Rivirandi (Chartes du Forez n° 1666).

271326 : Hugues de Lagorce rend hommage pour les châteaux d’Oriol et de Revirand au comte de Forez, ce dernier les tenant lui-même du dauphin de Viennois (Regeste Vivarois n° 316).

  • 74 Même si l’abondante quantité de tegulæ et les très rares tessons de céramique gallo-romaine retrouv (...)

28Le château de Revirand occupe l’extrémité orientale d’une avancée du plateau d’Annonay à près de 240 m d’altitude. Peu élevé en altitude, le site occupe toutefois une position très escarpée, puisque des dénivelés abrupts de plus de 100 m le séparent du Rhône et de l’Ay. Il contrôle en surplomb l’axe essentiel, de tous temps, qu’est la vallée du Rhône. Il domine de plus un petit port attesté au Moyen Âge au hameau de Silon, immédiatement en contrebas du site. Le port est mentionné dès 1277 (BML, Fonds Coste, n° 1240 f i 59 r°-60 r°). Le château surveille encore plus directement l’entrée de la vallée de l’Ay, axe de pénétration naturel vers l’ouest. Le site est, en outre, implanté dans un secteur de peuplement ancien. En effet, de nombreuses découvertes sur toute la rive droite du Rhône montrent une occupation antique dense dans tous les environs. Mais, contrairement à ce que prétend l’historiographie vivaroise traditionnelle, le hameau de Revirand lui-même ne succède à aucune occupation antique74.

29Le site du château de Revirand prend l’aspect d’un énorme tertre rectangulaire ménagé dans le substrat ; les pentes des flancs nord et ouest ont manifestement été avivées volontairement. La plate-forme sommitale mesure environ 50 m dans le sens nord-sud et 20 m dans le sens est-ouest. Le château proprement dit n’occupe que l’espace septentrional du tertre, c’est-à-dire une surface d’environ 26 m x 20 m. À l’est, la topographie du tertre a été modifiée par l’implantation de murs de terrasse. À l’ouest, le substrat granitique a été profondément entamé pour permettre l’installation d’un bâtiment agricole ; malgré cela la forme du mamelon originel reste encore nettement lisible dans la topographie. Au nord et au sud, les pentes du mamelon, encore très aisément repérables, descendent assez doucement jusqu’à l’abrupt naturel du relief. L’accès au site se fait aujourd’hui par le sud-ouest, il semble s’agir de l’accès ancien. Ce site a fait l’objet d’une campagne de sondages par nos soins en 1993.

30Du château ne sont visibles actuellement que de longs pans de courtines au nord et à l’ouest ainsi que les vestiges d’une tour en fer à cheval au sud-ouest. Les travaux effectués sur le site ont permis de démontrer - malgré l’aménagement à l’Époque Moderne ou Contemporaine de cultures en terrasse ayant entraîné la destruction de la quasi-totalité des sols archéologiques et la seule conservation, comme limites parcellaires, des maçonneries périmétrales du château - que le château de Revirand présentait l’aspect d’un quadrilatère. Celui-ci était cantonné d’une tour en fer à cheval au sud-ouest et éventuellement d’une seconde tour au sud-est ; ces deux tours encadrant vraisemblablement une porte. L’ensemble était bâti en petit appareil de moellons de granit, peu ou pas équarris, liés au mortier de chaux. Des meurtrières, dont l’une est conservée à l’ouest, perçaient le rempart. Il semble que des bâtiments s’appuyaient contre celui-ci, ce qui est assuré à l’ouest où les traces ténues d’un étage sont conservées. Toutefois, malgré la réalisation de divers sondages à l’intérieur de l’espace délimité par les courtines conservées, aucune structure n’a pu être mise en évidence dans l’emprise de l’enceinte et rien ne laisse supposer la présence d’un donjon ayant pu jouer le rôle d’élément central de la fortification. En raison d’une stratigraphie dérisoire et d’un mobilier archéologique ne fournissant que des indications chronologiques très vagues, seule l’étude des élévations permet d’avoir quelques éléments de chronologie. La tour en fer à cheval peut être datée des XIIIe ou XIVe siècles et la seule meurtrière conservée est à placer à la même époque. Les vestiges aujourd’hui visibles sont donc très vraisemblablement attribuables à ces deux derniers siècles. Mais la date de fondation du site reste impossible à déterminer, seule la documentation ancienne nous donne pour terminus ante quem 1295.

31Au nord s’est développé, sur les pentes situées sous le château, le bourg castral de Revirand. Aujourd’hui réduit à de modestes dimensions, il représente encore au XVIIIe siècle l’un des hameaux les plus importants de la paroisse de Sarras et comprend alors plus d’une dizaine de maisons. Aucune enceinte ne paraît l’avoir clos, même si une portion de chemin au nord du hameau peut éventuellement matérialiser un fossé. Il ne semble pas avoir possédé d’église ou de chapelle ; aucun document, ni médiéval, ni moderne, ne mentionne l’existence d’un lieu de culte à Revirand. La comparaison topographique est tout à fait intéressante entre le bourg de Sarras dans la plaine alluviale, groupé autour de l’église paroissiale dans des secteurs occupés à l’époque antique et durant le haut Moyen Âge, et le bourg castral de Revirand, fondé probablement plus tard dans le Moyen Âge, dans des conditions répondant avant tout à des impératifs de perchement.

32Bibliographie :
Laffont 1995.

LA ROCHE D’APS

33département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Alba-la-Romaine ; toponyme actuel : « La Roche » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 200 m

La Roche d’Aps - L’étroit dyke volcanique ayant porté le château et, en contrebas, le bourg castral dans son enceinte ; on remarque aussi à l’arrière-plan, à gauche, le château d’Aps (vue des années 1970).

La Roche d’Aps - L’étroit dyke volcanique ayant porté le château et, en contrebas, le bourg castral dans son enceinte ; on remarque aussi à l’arrière-plan, à gauche, le château d’Aps (vue des années 1970).
  • 75 Pour tous les actes relatifs au château de la Roche d’Aps, cf. ADA 2 E 2195 bis f i 668 v°-672 v°, (...)

341240 : donation par Agnès, fille de Guigue de Rac, à Pons de Douchanet, seigneur du château d’Aps, du 12e du « fort de la Roche d’Aps près du château dudit Aps » qu’elle tient par indivision avec Pons de Douchanet. Elle cède aussi toute la justice et la 12e partie du tenementum avec les munitiones. Le seigneur d’Aps tiendra tout cela en fief d’Agnès de Rac et lui prêtera hommage et fidélité75.

351243 : hommage par Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, à domina Agnès, fille de Guigue de Rac et à Pons de Labeaume, son mari, pour la 12e partie du château de la Roche d’Aps et de son mandement, qu’Agnès de Rac lui avait donné.

361243 (v-s) : vente, pour 60 livres viennoises, par Sibille, femme d’Aymeric de Dorbolet (sic), avec son consentement, à Pons de Douchanet, seigneur Aps, et à sa mère Blonde de la 8e partie du château, mandement et tènement de La Roche d’Aps que tient Sibille ainsi que tous les droits qu’elle y possède à raison de sa parerie.

371245 (v-s) : Bertrand de Sceautres donne à Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, le 8e du château de la Roche d’Aps qu’il tient par indivis avec les autres pariers avec tous les droits, rentes, cens, dont il jouit à raison de cette 8e part. Le seigneur d’Aps rend à Bernard de Sceautres la 8e partie du château et de ses dépendances, à la charge qu’il la tiendra en fief rendable du seigneur d’Aps. Bernard de Sceautres promet de le faire et rend hommage à Pons de Douchanet.

381249 : Guillaume de la Tour donne à Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, la 6e partie du château de la Roche. Le seigneur d’Aps rend à Guillaume de la Tour la 6e partie du château et de ses dépendances à la charge qu’il la tiendra en fief rendable du seigneur d’Aps. Guillaume de la Tour promet de le faire et rend hommage au seigneur d’Aps.

391253 : Guillaume Eyraud rend hommage à Pons de Douchanet pour tout ce qu’il a dans le château de la Roche d’Aps et dans son tènement. Raymonde Gontarde, femme de feu Hugues Eyraud, reconnaît tenir en fief de Pons de Douchanet tout ce qu’elle possède au château d’Aps et dans celui de la Roche d’Aps.

401269 : vente faite par Pons de Douchanet, seigneur Aps, à Pons de Sampzon et à Guillaume, prévôt, représentants de l’Église de Viviers, « de la 8e partie du domaine, juridiction, tènement et fort de la Roche d’Aps » avec toutes ses dépendances consistant en maisons, rentes, servis, cens, droits de prendre du bois, droits de pêche et 6 livres de rentes à prendre sur ses emphytéotes ; le tout pour la somme de 100 livres.

411273 : sentence arbitrale rendue par Pierre Guibert, moine des Chambons, entre les coseigneurs pariers du château de La Roche d’Aps, par laquelle il est décidé « qu’aucun des coseigneurs n’a le droit d’entrer dans les forteresses du château par la muraille du chazal de Lambert de la Roche excepté Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, qui en a l’entrée par la muraille à cause d’un chazal qu’il a acquis du seigneur du Rac, etc. ».

421283 (v-s) : accord passé entre Raymond de SaintVéran, prieur de Saint-Pierre-d’Aps, et Bertrand du Teil, seigneur parier de La Roche d’Aps.

La Roche d’Aps - Plan d’ensemble du castrum d’après le plan cadastral de 1811.

La Roche d’Aps - Plan d’ensemble du castrum d’après le plan cadastral de 1811.

431287 : Blonde de Douchanet, domina d’Aps, femme de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, donne à Giraud Adhémar, leur fils, tous les biens qu’elle possède dont le château et mandement de La Roche d’Aps.

441291 : permission accordée par Bernard de La Roche, seigneur en partie du château de La Roche d’Aps, à Armand [...] du droit de chasse et de ban dans une terre située dans le mandement de La Roche d’Aps à condition qu’il la tienne en fief de celui-ci.

451300 : hommage rendu à Blonde de Douchanet, domina d’Aps, par Pierre du Teil, Guigue Guillaume, Guillaume d’Aubignas, Guigonne de Faujorgette (sic), A. d’Aubignas, Guigonne de la Trice (sic), Humbert de la Trice (sic), et plusieurs autres coseigneurs et habitants de La Roche d’Aps.

461303 : Aymeric de Naves reconnaît, au nom de Laurette, fille et héritière de Bertrand de Sceautres, sa femme, tenir en fief franc de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, et de Blonde de Douchanet, domina d’Aps, tout ce qu’il a avec les autres pariers dans le château de La Roche d’Aps.

47Le castrum de La Roche d’Aps est implanté à moins de 500 m au sud-est du castrum d’Aps. Le site tire son nom du dyke basaltique sur et autour duquel le castrum s’est établi. Dégagé par l’érosion de la faille dans laquelle il était emprisonné, il dresse à plus de 20 m de hauteur, ses parois abruptes au-dessus de l’Escoutay qui passe au pied des remparts. Sur le dyke subsistent les vestiges d’un petit donjon quadrangulaire, sans doute du XIIe siècle.

48En contrebas, s’est développé un bourg castral dans une basse-cour en demi-lune. Celle-ci est enserrée dans une enceinte construite en galets de basalte et moellons de calcaire, cantonnée de six tours circulaires et percée de trois portes. Cette enceinte pourrait dater de la seconde moitié du XIVe siècle, mais semble avoir été très remaniée à l’Époque Moderne. Toutefois, le plan cadastral de 1811 pourrait laisser supposer l’existence d’une enceinte plus ancienne de dimension restreinte, ayant entourée une première basse-cour resserrée au pied du dyke. Avant 1661, date à laquelle les habitants de La Roche d’Aps décident de faire construire une chapelle dans le bourg (Le Sourd 1910 p. 61 note 3), le castrum de La Roche d’Aps ne possédait aucun lieu de culte et relevait de la paroisse de Saint-Martin-d’Aps, église située dans le bassin d’Alba sur la rive gauche de l’Escoutay.

49Bibliographie :
Chalabi 1989 ; Delarbre 1958.

ROCHEBLOINE

50département : Ardèche ; cantons : Saint-Agrève et Lamastre ; communes : Labâtie-d’Andaure et Nozières ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 1000 m

511220 : le dauphin André promet de donner à sa sœur Béatrice 500 livres de revenus pour ses droits sur la succession de leur mère et lui remet en garantie les châteaux et mandements de Malleval et Rochebloine (Regeste Dauphinois, t. II, n° 6545).

521262 : le dauphin Guigue, comte de Vienne et d’Albon, s’engage à ne pas inquiéter Roger de Clérieux dans la guerre que celui-ci mène contre son père. Le dauphin promet en outre de ne pas acheter la baronnie de Clérieux, tant que Roger n’aura pas atteint l’âge de 30 ans. En échange de cet appui, Roger de Clérieux cède au dauphin le château et le mandement de Rochablaona et reprend en fief de celui-ci le château de Mercurol (ADI B 4027).

531287 (v-s) : Rochebloine est saisi par Henri Dragon, bailli du roi dans les diocèses du Puy, de Vienne, de Viviers et de Valence, en raison de délits commis par des hommes du dauphin à Rochepaule ainsi que des dettes contractées par ses prédécesseurs auprès des rois de France (ADI B 3543).

541294 (v-s) : Philippe le Bel ordonne au sénéchal de Beaucaire de faire restituer au dauphin le château de Rochebloine (Archives de la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier p. 41-42).

551295 : le dauphin se réserve le droit de garde sur le prieuré de Rochepaule ; lui, ses successeurs, ou les châtelains de Rochebloine, Serves, Malleval ou Albon pourront l’exercer (Chartes du Forez n° 884).

561296 : le castrum de Ruppisblaona fait partie, avec d’autres châteaux du Haut-Vivarais, de la dot d’Alice de Viennois, future femme de Jean, comte de Forez (Chartes du Forez n os 1664, 1665, 1666).

  • 76 Le dauphin tenait lui-même Rochebloine en fief de l’Église de Vienne à raison du comté de Vienne.

571296 : le comte de Forez rend hommage à l’Église de Vienne pour le château de Rochebloine (Chartes du Forez n° 1667)76.

581317 : un accord est passé entre le comte de Forez et les habitants du mandement de Rochebloine au sujet du vingtain du blé. L’ensemble des habitants devra annuellement 120 setiers de seigle, à répartir entre eux (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1457).

Rochebloine - Plan d’ensemble et coupes du site.

Rochebloine - Plan d’ensemble et coupes du site.
  • 77 Ce mandement formera de 1296 à 1789 une enclave forézienne en Vivarais.

59Bâti sur une étroite échine rocheuse pelée par l’érosion, le site, chef-lieu d’un vaste mandement77, domine la vallée du Doux à 998 m d’altitude. Un fossé en V, en forme de croissant de lune, barre l’éperon au nord, là où il rejoint le plateau. Le fond de ce fossé mesure environ 3 m alors qu’au sommet il s’étend sur près d’une dizaine de mètres de large pour une profondeur allant de 2 à 3 m. Au-delà de ce fossé s’étend, vers l’ouest, une petite basse-cour, large d’environ 20 m pour une longueur de 40 m. Elle est bornée à l’ouest par un à-pic naturel et au nord-ouest par une pente au dénivelé rapide. Les traces d’au moins deux bâtiments sont décelables sous forme d’affleurements de maçonnerie dans la basse-cour qui a livré, par ailleurs, quelques tessons de céramique médiévale grise. À l’extrémité de l’éperon se dessine une petite butte granitique, très grossièrement circulaire ; son diamètre est légèrement supérieur à 15 m. Ce tertre domine d’environ 2 m la plate-forme rocheuse. Il est isolé sur trois côtés par le vide. Un pan de mur, d’une épaisseur de 1,20 m, ultime vestige d’une tour circulaire, se dresse sur le tertre de granit. Il est possible de restituer à partir de ce chicot de maçonnerie un diamètre d’approximativement 13 m hors œuvre pour ce donjon. Cette tour peut vraisemblablement être datée du XIIIe siècle.

60Une quinzaine de mètres en contrebas de la tour, au sud, on remarque la présence d’une case-encoche. Trois parois formant un U ouvert vers le château ont été aménagées dans un affleurement du substrat en rebord d’à-pic. Cet aménagement dégage un espace intérieur de 7 m x 3 m, pour une hauteur maximale de 2,50 m. La base d’un muret en pierres sèches fermant la case au nord est encore apparente. Sur le rebord supérieur de la paroi sud a été réalisé un petit retrait sur toute la longueur, certainement pour supporter une toiture. Une encoche trapézoïdale occupe le milieu de la paroi ouest, réalisée vraisemblablement dans le but de recevoir une poutre transversale.

61Un hameau de quelques maisons occupe encore le voisinage du site castral, mais il n’a pas donné naissance à un véritable bourg castral.

ROCHEBONNE

62département : Ardèche ; canton : Saint-Martin-de-Valamas ; commune : Saint-Martin-de-Valamas et Saint-Jean-Roure ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 850 m

631083-1111 : Jocerand de Lamastre confirme la donation faite par son père de l’église de Saint-Victor aux moines de Romans. Témoin : Bertrand de Rocha Bona (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. III, n° 182).

641248 : promesse de Pons, seigneur de Brion, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de lui donner la préférence s’il vend un jour ses châteaux, mandements, seigneuries, juridictions et hommes de Rochebonne et de Burianne et, en tout cas, de ne jamais les vendre sans son assentiment (ADI B 3522).

651273 : Pons de Brion vend à Guillaume de Châteauneuf pour 10 000 sous viennois tout ce qu’il possédait dans les château, seigneurie et bourg de Rochebonne (Benoîtd’Entrevaux 1914 p. 247).

661284 : transaction entre Guillaume de Châteauneuf, seigneur de Rochebonne, et Baudoin, prieur de Saint-Martin-de-Valamas au sujet des dîmes (Camus 1929 p. 78).

671303 : testament de Guillaume de Châteauneuf-de-Boutières. Il fait divers legs pieux, notamment à l’église Sainte-Agathe de Rochebonne. Parmi les témoins figure Jean Solaige, curé de Rochebonne (ADR EP 296).

681328 (v-s) : acte obligeant Hugues Fabre à reconnaître à Guillaume de Châteauneuf-de-Boutières, seigneur de Châteauneuf-de-Boutières et du castrum de Rochebonne, les biens qu’il tenait de celui-ci (DIANA 1 E 9 n° 275).

69Entre Le Cheylard et Saint-Martin-de-Valamas, sur le versant nord de la vallée de l’Eyrieux, se dresse, perché de façon spectaculaire sur un étroit éperon rocheux haut d’une trentaine de mètres environ, les vestiges d’un petit donjon carré. Le pointement de migmatite portant cette tour est aujourd’hui totalement isolé du relief environnant par un très profond fossé réutilisant sans doute une faille naturelle. La base d’un pont de pierre, qui devait permettre de franchir le fossé, est encore visible à proximité du donjon. Celui-ci prend l’aspect d’un bâtiment de plan carré (environ 6 m x 6 m). Au début du XXe siècle, il mesurait encore environ 9 m de hauteur mais aujourd’hui seule la face nord est à peu près intacte. Ce donjon présentait trois niveaux sur plancher avec une basse-fosse aveugle. Au 1er niveau, la face septentrionale ainsi que la face orientale montrent chacune deux étroites ouvertures (surmontées d’un linteau droit ou couvertes d’un arc en plein cintre). On ne sait rien des ouvertures qui perçaient éventuellement les faces ouest et sud du donjon, mais c’est vraisemblablement par cette dernière, et au premier étage, que se faisait l’accès à la tour. De nombreux fragments de tuile à l’intérieur du bâtiment laissent supposer que celui-ci en était couvert et sans doute avec un toit à quatre pans. Les caractéristiques de ce bâtiment, semblable à de nombreux autres donjons vivarois, permettent de placer sa construction dans le courant du XIIe siècle. Sur ce même pointement rocheux, les vestiges très arasés d’une chemise enserrant le donjon sont encore visibles.

Rochebonne - Le donjon du XIIe siècle, isolé sur son pointement rocheux et, en contrebas, à droite, le bâtiment résidentiel du XVe siècle.

Rochebonne - Le donjon du XIIe siècle, isolé sur son pointement rocheux et, en contrebas, à droite, le bâtiment résidentiel du XVe siècle.

70En contrebas du donjon, à l’ouest et au sud, s’étend une étroite plate-forme rocheuse sur laquelle se sont établis divers bâtiments plus ou moins ruinés. À l’ouest, on distingue deux bâtiments. Au sud, trois corps de bâtiment, appuyés contre la paroi rocheuse, se développent en enfilade. Le plus occidental de l’ensemble est extrêmement arasé, mais c’est là que se trouvait l’entrée du château au milieu du XVIIIe siècle. Le corps de logis le mieux conservé se trouve au centre. Il présente une tour quadrangulaire en saillie, qui montre encore trois ouvertures datables de la fin du Moyen Âge (XVe siècle ?) et l’emplacement de deux cheminées. Lors d’un état des lieux réalisé en 1763 le château est déjà ruiné et pour certaines parties de celui-ci la ruine s’est faite « de temps immémorial » (Abrigeon 1998 p. 21).

71Le château domine un petit bourg castral - lui aussi largement ruiné - qui était apparemment non enclos. Celui-ci possédait une église dédiée à Sainte-Agathe ; elle est aujourd’hui détruite.

72Bibliographie :
Abrigeon 1998 ; Riou 2002.

ROCHECOLOMBE

73département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Rochecolombe ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 270 m

741169 (v-s) : Galburge et son fils Hugues d’Ucel rendent hommage à Raymond V, comte de Toulouse, pour les castra d’Ucel, de Saint-Laurent et de Rochacolumba avec tous les fortalicia qui sont dans ces castra ou pourront y être construits à l’avenir et s’engagent à les rendre à réquisition au comte ou à ses envoyés (Layettes du Trésor des Chartes, t. I, n° 223).

751234 : Aldebert de Vogüé est coseigneur de Vogüé et seigneur de Rochecolombe (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° V bis).

761252 : Arnaud de Vogüé, évêque de Viviers, reçoit l’hommage du seigneur de Rochecolombe (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 127).

771256 : Raymond de Vogüé, seigneur de Rochecolombe, exempte ses hommes de Lanas et de Saint-Maurice de toute taille ; l’acte est passé au château de Rochecolombe (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XII).

781265 : Raymond de Vogüé, chevalier, seigneur du castrum de Rochecolombe, acquiert de Pontia, veuve d’Aldebert de Vogüé, tous les biens qui avaient appartenu à celui-ci (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XVI).

791268 : donation par Jean de Pousols du devès de Fabregoules, situé dans le mandement de Rochecolombe, à Pierre Salian (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 154).

801311 : « Instrument des reconnaissances des habitants de Rochecolombe en faveur de noble Raymond de Vogüé » (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 135).

81Le château et le bourg castral de Rochecolombe se sont établis sur un important affleurement calcaire dans un des méandres de la vallée du Vendoule au pied du plateau des Gras, entre celui-ci et la vallée de l’Ardèche. Le château est bâti sur un petit éperon calcaire, isolé du reste du relief au sud par un fossé.

82L’élément le plus ancien du château de Rochecolombe était un petit donjon carré de 6 m x 6 m hors œuvre, avec une épaisseur de mur d’environ 1,20 m. Les fondations de ce donjon étaient ancrées directement dans le substrat calcaire retaillé à cet effet. Ce donjon a ensuite été totalement détruit : seule en subsiste la trace en négatif dans le sol. Au donjon est associée une enceinte suivant le contour de la plate-forme calcaire supportant l’ensemble castral. Son tracé est encore très net. Un grand donjon grossièrement rectangulaire, dont on ne conserve plus que la face sud, est venu dans un second temps remplacer le premier donjon. Ce dernier a été démoli et l’angle sud-ouest de l’enceinte primitive a été réemployé dans le nouveau donjon, ce qui explique le plan très irrégulier de celui-ci au sud-ouest et l’épaisseur variable de ses murs. Sa longueur totale est inconnue ; il semble avoir une largeur intérieure légèrement plus importante que celle du premier donjon, soit approximativement 5,10 m. Une seconde enceinte, de taille réduite, cantonnée de deux tours circulaires, est venue ultérieurement s’implanter au nord-est de la première enceinte. Enfin, on note la présence d’une citerne sur la plate-forme et de divers autres vestiges de maçonnerie non identifiables.

83Au nord et à l’ouest de la plate-forme supportant le château s’est développé un petit bourg castral aujourd’hui ruiné et abandonné. Dans sa portion sud, le bourg était enclos dans une enceinte. Dans sa portion nord, qui paraît être une extension postérieure, le mur d’enceinte semble plutôt constitué des façades jointives des maisons. Une porte a été fortifiée à la fin du Moyen Âge dans ce secteur (présence d’une bretèche et d’une tour circulaire de flanquement). Entre le château et la longue rue nord-sud desservant le bourg sur toute sa longueur s’élève la chapelle du castrum dédiée à Saint-Barthélemy. Elle présente, dans son état actuel, des éléments allant du XIIIe ( ?) au XIXe siècle. La chapelle du castrum de Rochecolombe ne possédait que des droits paroissiaux limités ; le chef-lieu de la paroisse étant, à 2 km au nord, l’église Saint-Pierre de Sauveplantade.

Rochecolombe - Les vestiges du château et du bourg vers 1935 ; le château occupe le point le plus haut du relief ; la chapelle est en contrebas (carte postale, collection privée).

Rochecolombe - Les vestiges du château et du bourg vers 1935 ; le château occupe le point le plus haut du relief ; la chapelle est en contrebas (carte postale, collection privée).

ROCHEFORT

84département : Ardèche ; canton : Saint-Félicien ; commune : Saint-Félicien ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 940 m

85Vers 1010-1030 : Aymar confirme la cession de l’église de Saint-Félicien, située juxta castrum quod nominant Rocca Forte, à la collégiale Saint-Barnard de Romans (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 66).

862nde moitié du XIe siècle : Artaud, seigneur d’Argental, et sa femme Fia approuvent et ratifient le rachat fait par l’abbaye de Saint-Barnard de Romans des églises du mandement de Rochefort (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard t. II/2, n° 274).

871219-1220 : Jocerand de Saint-Didier abandonne à l’abbaye de Romans et au prieuré de Saint-Félicien son droit de patronage sur les dîmes et les sépultures des églises de Pailharès et de Nozières. Parmi les témoins figure un certain Zacharie de Rochefort. L’année suivante, à Romans, Alexandre, de Saint-Didier, frère de Jocerand, approuve cette cession (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard., t. III, n° 357).

881282 (v-s) : hommage d’Odon de Retourtour et de son frère à Odon, seigneur de Tournon. Parmi les témoins : Guillaume et Garin de Rochefort, frères et domicelli (AN 513 AP 5).

891296 : le fief du castrum de Rochefort tenu par Jocerand de Saint-Didier figure dans la dot d’Alice de Viennois, fille du dauphin Humbert, et future femme de Jean, comte de Forez (Chartes du Forez n os 1664, 1665, 1666).

901301-1303 : Alexandre de Saint-Didier, seigneur de Saint-Didier et de Rochefort, reçoit divers hommages dont celui de Jean de Châteauneuf pour son fief de Bozesi dans le mandement de Rochefort et celui d’Alice de Rochefort, femme de Guigue de Pleynet, pour une maison à Rochefort (Forot 1964 p. 45).

91La fortification de Rochefort utilise une importante éminence granitique à 940 m d’altitude. Celle-ci prend l’aspect d’une énorme motte d’éperon, protégée sur trois côtés par un à-pic naturel très imposant et à l’ouest par un fossé profond d’environ 10 m réutilisant un ensellement naturel. Ce fossé isole la butte dénudée par l’érosion du reste d’une haute croupe rocheuse orientée est-ouest. Le sommet de ce tertre a été aplani pour dégager une plate-forme large d’environ 11 m dans le sens nord-sud et mesurant plus de 35 m d’est en ouest. À l’ouest de cette plate-forme, sur le point le plus élevé, se dressent encore les vestiges d’un donjon quadrangulaire en petit appareil irrégulier de granit. Il mesure 7,50 m x 5,50 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 1,80 m. Actuellement la plus grande hauteur conservée est de 4 m à l’ouest. Les étages étaient ménagés par de simples planchers reposant sur des solives transversales encastrées dans les murs. Les traces d’un étage sont encore visibles à 1 m au-dessus du niveau du sol actuel et une excavation dans l’angle sud-est de la tour laisse apparaître des maçonneries jusqu’à moins 1,50 m sous le niveau du sol. Cette tour pourrait dater du XIIe voire du XIe siècle.

Rochefort - Plan d’ensemble des vestiges actuellement visibles (donjon, chemise, fossé).

Rochefort - Plan d’ensemble des vestiges actuellement visibles (donjon, chemise, fossé).
  • 78 Forot 1964 p. 13 ; on trouvera plus de détails sur cette fouille dans ADA 24 J 99, 24 J 100, 24 J 5 (...)

92L’existence de bâtiments en avant du donjon, à l’est, est attestée par des fouilles effectuées dans les années 1930 sur la plate-forme sommitale. Celles-ci ont entraîné la mise au jour des soubassements d’un petit édifice aux murs peu épais reconnus sur trois côtés78. Une enceinte maçonnée au mortier de chaux ceinturait la plate-forme, il n’en subsiste que des traces ténues au sud. D’abondants pierriers au pied du rocher, au sud, laissent supposer qu’un habitat castral avec divers bâtiments de pierre se développait immédiatement en contrebas du rocher ; un terrier des années 1420-1440 ainsi que les Estimes de 1464 mentionnent une (ou plusieurs ?) maison sise dans le castrum de Rochefort (Foriel-Destezet 1969 p. 75 ; ADA 24 J 504).

ROCHEMAURE

93département : Ardèche ; canton : Rochemaure ; commune : Rochemaure ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 210 m ; protection Monuments Historiques : classement (château, enceinte du castrum, église Notre-Dame)

94Vers 1154 : donation d’une bodiga à las Lauseiras faite au profit de la maison de l’aumône de Bourg-Saint-Andéol par Pierre Blanc, avec l’accord de Pierre de Rochemaure (AC Bourg-Saint-Andéol GG 71).

  • 79 Cet acte est sans doute faux ; il est mentionné ici pour mémoire.

951204 (v-s) : l’empereur donne à Giraud et à Lambert Adhémar, frères, les péages par eau et par terre de Montélimar, dans le diocèse de Valence, et de Ruppemauri, dans le diocèse de Viviers (AN H2960)79.

961209 : donation par Giraud Adhémar à Burnon, évêque de Viviers, de tous ses droits sur le château de Rochemaure. L’évêque redonne en fief à Giraud les mêmes droits moyennant l’hommage et le serment de fidélité (BML, Fonds Morin-Pons, Ms 1 n° 32 f i LXXXXI v°-LXXXXIII v°).

971210 : vente par Giraud Adhémar, seigneur de Montélimar, vicomte de Marseille, pour 9000 sous viennois de tous les droits d’albergue qu’il avait dans la villa de Cleu à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, somme qu’il devait à Aymar et pour laquelle il avait engagé son castrum de Rochemaure (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLIV).

981226 : Giraud Adhémar, seigneur de Montélimar et du castrum de Rochemaure, vicomte de Marseille, exempte les habitants de Viviers de tout droit de péage liés au castrum et au mandement de Rochemaure ou à la villa de Meysse tant par eau que par terre. Il reconnaît, en outre, avoir accordé les mêmes exemptions devant le castrum de Donzère aux habitants de Viviers qui l’avaient aidé à lutter contre Guillaume de Maltorrel et ses complices qui dévastaient les terres de Giraud Adhémar ; il reconnaît également que Saura, qui était alors domina du castrum de Rochemaure, avait accordé les mêmes exemptions de péage et les avait aussi exempté de toutes exactions (Histoire du Vivarais, t. II, P.-J. n° IV).

Rochemaure - Vue du site vers le nord : à gauche, sur et autour du dyke, le château ; au centre, le rempart du bourg castral ; en bas, la dernière partie encore occupée de celui-ci.

Rochemaure - Vue du site vers le nord : à gauche, sur et autour du dyke, le château ; au centre, le rempart du bourg castral ; en bas, la dernière partie encore occupée de celui-ci.

991257 : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Giraud de Lagorce à propos du castrum de Lagorce. Acte passé à Rochemaure (ADI B 3524).

1001262 : testament de Giraud Adhémar, seigneur de Montélimar. Il élit sépulture dans le cimetière des Frères Mineurs de Montélimar et fait divers legs pieux dont un sous annuel à l’église Saint-Laurent de Rochemaure et à l’église de Meysse (Cartulaire municipal de la ville de Montélimar n° XX).

1011277 : testament du comte de Valentinois Aymar III de Poitiers passé à Rochemaure en présence de Giraud Adhémar, coseigneur de Montélimar et seigneur de Rochemaure (ADI B 4106).

1021277 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne entre vif à son fils émancipé Aymar, les castra de Baix, du Pouzin, etc. Acte passé à Rochemaure, dans la maison de Raymond Laroche, bayle de Rochemaure (ADI B 3535).

1031308 : transaction entre Giraud Adhémar, seigneur de Montélimar et de Rochemaure, et Giraud Adhémar, père et fils, seigneurs de Grignan et d’Aps (Inventaire des archives Morin-Pons n° 18).

104Sur une avancée du plateau volcanique du Coiron, dominant la vallée du Rhône, se dressent les ruines d’un vaste et imposant castrum. Le château, qui occupe le sommet du relief, est un ensemble très complexe, et hétérogène d’un point de vue chronologique. Son étude rigoureuse reste à faire et on remarquera notamment que toutes les assertions anciennes, colportées d’auteur en auteur, sur le « donjon » qui occupe le point le plus haut du site sur un étroit pointement basaltique, sont sujettes à caution.

105En contrebas du château, en étages sur les pentes du coteau, s’est développé un important bourg castral. Seule la partie basse de celui-ci est aujourd’hui occupée, le reste est ruiné. Le rempart qui enserrait le bourg est encore remarquablement conservé, avec plusieurs de ses portes et tours. Le castrum possédait une église dédiée à Notre-Dame. À 500 m au nord-ouest du château sont encore visibles les ruines de l’église Saint-Laurent, dont la fondation remonte au haut Moyen Âge. Sur le terroir de Rochemaure s’élevaient au moins deux autres églises d’origine altimédiévale : Saint-Pierre-des-Fonts (au nord) et Saint-Pierre-sous-la-Blache (au sud).

106Bibliographie :
Chabredier 1980 ; Riou 2002.

ROCHEMURE

107département : Ardèche ; canton : Vernoux-en-Vivarais ; commune : Saint-Jean-Chambre ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 680 m

1081160 : donation par Pons Humbert à l’Hôpital de Saint-Jean du Puy. Témoin : Jarenton de Rocha Moeira (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 6).

1091226-1270 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir en fief du roi de France divers châteaux du Vivarais dont celui de Rokemoiere (Scripta de feodis ad regem spectantibus p. 676).

1101239 : Aymon de Rochemure est témoin en 1239 de l’échange passé entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Pons de Saint-Priest (ADI B 3520).

1111253 : Aymon del Vilar, seigneur de Rochemure, reconnaît que le prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue a depuis très longtemps un droit d’hospicium pour cinq moines et sept cavaliers dans la villa del Vilar (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CXLIV).

1121257 : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Giraud de Lagorce. Témoin : Aymon de Rochemure, miles (ADI B 3524).

113Les quelques ruines du château de Rochemure occupent l’extrémité d’un éperon rocheux dominant la vallée du Glo, petit affluent de l’Eyrieux. L’éperon est barré par un large fossé semi-circulaire creusé dans le substrat granitique. Au-delà de ce fossé s’élève un tertre portant diverses maçonneries en petit moellons de granit. La majeure partie d’entre elles est difficilement interprétable en l’état actuel des vestiges, toutefois au moins un bâtiment parait identifiable. Celui-ci possède encore une porte dont un des piédroits est conservé. Enfin, de nombreux éclats de tuile parsèment le sol du site.

ROCHESSAUVE

114département : Ardèche ; canton : Chomérac ; commune : Rochessauve ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 560 m

1151175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès et ses fils de rendre à Jocerand de Saint-Romain, les castra de Barrès et de Rochessauve, suivant les conventions intervenues entre eux (ADI B 3517).

1161187 : Nicolas, évêque de Viviers, donne l’église de Genestelle à la collégiale de Charay. Parmi les témoins : Hugues de Rocha Salva (Cartulaire de Bonnefoy n° 15).

1171206 (v-s) : conflit entre le comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, et Burnon, évêque de Viviers, à propos de divers points : l’évêque réclame les castra de Barrès et de Rochessauve et leur mandement, affirmant que les seigneurs de Barrès les tiennent de l’évêque et de l’Église de Viviers ; le comte se défend de tenir injustement ces castra prétendant que l’évêque de Viviers Nicolas, prédécesseur de Burnon, lui avait donné. Les parties s’en remettent à l’arbitrage de Pierre, roi d’Aragon, et d’Hugues des Baux. Il est décidé que les seigneurs de Barrès tiendront les castra de Rochessauve et de Barrès du comte de Valentinois qui les tiendra lui-même de l’Église de Viviers ; ces castra et toutes leurs munitiones seront rendables par Aymar de Poitiers, ses successeurs ou le bayle de Baix, à toute réquisition de l’évêque de Viviers ou du chapitre s’il n’y a pas d’évêque (ADS SA 3841).

1181261 : échange conclu entre Pons de Mauves et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois. Pons de Mauves cède notamment au comte ses biens situés dans les castra et mandements de Barrès, Rochessauve et Tournon (ADI B 3525).

1191295 : restitution par le comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, à Audebert de Barrès, seigneur de Rochessauve, au diocèse de Viviers, de la pararia cum homagiis et suis pertinentiis du château de Rochessauve dont son père, le comte Aymar III, s’était indûment emparé, sous la réserve toutefois que la seigneurie de Rochessauve relèvera du fief du comte de Valentinois (ADI B 3551).

1201301 : procuration passée par le chapitre de Viviers au chanoine Hugues d’Arlempdes pour faire, en son nom, hommage à l’évêque à raison de la part qui appartient au chapitre dans les castra et mandement de Mirabel et de Rochessauve (ADI B 4222).

121À environ 1,3 km au nord-ouest du village actuel de Rochessauve, les vestiges du château de Rochessauve occupent l’extrémité d’un éperon basaltique grossièrement orienté nord-sud. À l’exception de la topographie des lieux - toutefois très modifiée, semble-t-il, aux Époques Moderne et Contemporaine - rien n’évoque un château des XIIe-XIIIe siècles ; les vestiges visibles actuellement de l’extérieur paraissant renvoyer à la fin du Moyen Âge au plus tôt. Cependant, une analyse plus fine du bâti encore en place permettrait peut-être d’aller au-delà de cette première impression.

LE ROUX

122département : Ardèche ; canton : Montpezat-sous-Beauzon ; commune : Le Roux ; toponyme actuel : « La Croix du Château » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1010 m

1231267 : le pape Clément IV prend l’abbaye de Saint-Chaffre sous sa protection et lui reconnaît la possession de ses dépendances dont la capella del Roux (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCLII et Olivero 1998 p. 434).

1241288 : Guillaume et Pierre Boschos reconnaissent tenir en emphytéose de Bernard du Serre, pro castro et mandamento castri del Ros, ce qu’ils possèdent dans les castrum et mandement du Roux (ADA 39 J 375).

1251291 et 1301 (v-s) : Bernard du Serre est seigneur du castrum du Roux (Fonds privé et Catalogue des actes de Mazan n° 37).

  • 80 Celle-ci figure avec son cimetière sur un plan-terrier du XVIIe siècle (fonds privé). Saint-Sylvest (...)

126Le site occupe le sommet d’un énorme affleurement rocheux dominant dans une position vertigineuse la vallée de la Fonteaulière, sur le rebord cévenol du plateau vivarois. Un fossé semi-circulaire taillé dans le rocher barre le tertre sur sa face la plus accessible ; le reste est protégé par d’imposants à-pics. Sur la plate-forme sommitale, relativement plane, on distingue, outre d’importants pierriers, un lambeau de mur en gros appareil irrégulier lié au mortier, à peine apparent sous un épais tapis de genêts. Le village actuel du Roux est à plus de 500 m à vol d’oiseau du château ; mais au Moyen Âge, il devait être regroupé au pied du château, au sud, à proximité de la chapelle Saint-Sylvestre, mentionnée dès le milieu du XIIIe siècle et détruite au début du XIXe siècle80. Le terme de capella utilisé dans la bulle de Clément IV pour désigner l’église du Roux évoque très clairement une chapelle de castrum.

Notes

74 Même si l’abondante quantité de tegulæ et les très rares tessons de céramique gallo-romaine retrouvés sur le site, en surface, peuvent laisser supposer l’existence, à proximité, d’un établissement antique. On sait toutefois, par ailleurs, que la tegula et ses dérivées sont encore très largement utilisées au Moyen Âge. P. Charrié dans son Dictionnaire topographique de l’Ardèche (Charrié 1979) se faisant l’écho d’auteurs plus anciens, affirme que le château de Revirand est construit à l’emplacement d’un « fort d’observation antique » ou specula. Absolument aucun élément archéologique ne vient étayer cette affirmation.

75 Pour tous les actes relatifs au château de la Roche d’Aps, cf. ADA 2 E 2195 bis f i 668 v°-672 v°, 695 v°, 700 r°, 712 r°-v° (analyses du XVIIIe siècle).

76 Le dauphin tenait lui-même Rochebloine en fief de l’Église de Vienne à raison du comté de Vienne.

77 Ce mandement formera de 1296 à 1789 une enclave forézienne en Vivarais.

78 Forot 1964 p. 13 ; on trouvera plus de détails sur cette fouille dans ADA 24 J 99, 24 J 100, 24 J 504.

79 Cet acte est sans doute faux ; il est mentionné ici pour mémoire.

80 Celle-ci figure avec son cimetière sur un plan-terrier du XVIIe siècle (fonds privé). Saint-Sylvestre est déjà le vocable de cette chapelle au Moyen Âge, cf. un acte de 1366 mentionnant la chapelle Saint-Sylvestre du Roux (ADA 39 J 526). C’est alors une succursale de l’église de Montpezat.

Table des illustrations

Titre Raphaël - Vue de la rocca. La basse-cour du château est en contrebas, à droite, dans le bois de sapin.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Retourtour - Les vestiges du château ; le hameau, au pied, perpétue le souvenir du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Revirand - Vue aérienne des vestiges du château (l’enceinte, la tour en fer à cheval) dominant le hameau de Revirand.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre La Roche d’Aps - L’étroit dyke volcanique ayant porté le château et, en contrebas, le bourg castral dans son enceinte ; on remarque aussi à l’arrière-plan, à gauche, le château d’Aps (vue des années 1970).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre La Roche d’Aps - Plan d’ensemble du castrum d’après le plan cadastral de 1811.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Rochebloine - Plan d’ensemble et coupes du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Rochebonne - Le donjon du XIIe siècle, isolé sur son pointement rocheux et, en contrebas, à droite, le bâtiment résidentiel du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Rochecolombe - Les vestiges du château et du bourg vers 1935 ; le château occupe le point le plus haut du relief ; la chapelle est en contrebas (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Rochefort - Plan d’ensemble des vestiges actuellement visibles (donjon, chemise, fossé).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Rochemaure - Vue du site vers le nord : à gauche, sur et autour du dyke, le château ; au centre, le rempart du bourg castral ; en bas, la dernière partie encore occupée de celui-ci.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

P
 
S