Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
O
R

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

P

Texte intégral

PARIS

1département : Ardèche ; canton : Valgorge ; commune : Montselgues ; toponyme actuel : « Petit-Paris » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1040 m

21212 : accord entre Garin de Joannas et l’abbaye des Chambons par lequel Garin abandonne notamment toutes ses prétentions sur les dîmes, pâturages et autres biens depuis l’Allier ad fossatum quod est terminis castrorum de Lobaresse et quod Parisius nuncupatur (ADLZ 3 J 6).

31235 : Pierre de Barjac, seigneur du castrum de Cornillon, vend aux Templiers de Jalès la moitié de tous les pâturages de Cornillon. Ces pâturages s’étendent du Chassezac jusqu’au lieu appelé Peira situé citra castrum de Paris, etc. (ADBdR 56 H 5225).

41255 (v-s) : Guigue de Châteauneuf et Guigue de Châteauneuf, son neveu, se partagent tous les droits et biens qu’ils ont dans le castrum de Paris, et dans les mandamentum, tenementum, jurisdictionem seu districtum de celui-ci, etc. Suivent les modalités de ce partage : Guigue de Châteauneuf, oncle du second, aura dans le diocèse de Viviers le castrum de Paris avec toute sa juridiction, exceptée la moitié du péage et du pulvérage qui appartiendront à son neveu. L’acte est passé dans le castrum de Paris in aula domini Guigonis (ADLZ E 248).

51269 : Guigue Meschin, seigneur du Tournel et en partie de Montfort, Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc et en partie de Montfort, et Regordan, coseigneur de Naves et de Malbosc, accordent, pour eux et pour tous les pariers des châteaux et mandements de Naves et de Malbosc, immunité, liberté et franchises à tous les habitants des castra et mandements de Naves et de Malbosc, à tous les habitants de la baronnie de Montfort appartenant à Guigue Meschin, à tous les habitants de la baronnie de Châteauneuf appartenant à Randon de Châteauneuf. Les habitants seront exempts de péages et pulvérages notamment dans les castra de Montfort, de Paris, de Châteauneuf, de Naves et de Malbosc (ADLZ G 120).

61275 : Jean de Chabannes et sa femme vendent à l’abbaye des Chambons divers cens dont 2 cartes de seigle et 3 cartes d’avoine, mesure de Paris, à prendre aux manses de Lespinas et de Valbelle (ADLZ 6 J 1 f° 147 v°).

71277 : hommage rendu par Pierre Itier à Randon de Châteauneuf pour le manse de Laustrares dans la paroisse de Saint-Martin-de-Chaudeyrac. Acte passé à Paris (ADLZ G 395).

81279 : Guillaume de Randon se soumet à la juridiction du grand prieur de Saint-Gilles et lui rend hommage pour divers châteaux dont celui de Paris, au diocèse de Viviers, avec toute sa juridiction (ADBdR 56 H 17 p. 45-46).

  • 65 Cet acte n’est connu que par une analyse du XVIIIe siècle qui lui donne pour date 1209, or Dragonet (...)

91279 ( ?) : Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, rend hommage à l’évêque de Viviers pour la moitié du château de Paris (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93)65.

101311 : Gaucelin de Chaudeyrac est bayle du château de Paris (ADLZ 6 J 1 f° 53 r°).

11Le site de Paris occupe l’extrémité d’une échine rocheuse, peut-être barrée par un fossé, au confluent de deux ruisseaux aux vallées très encaissées, à 2 km au nord-est du village de Montselgues. Immédiatement au-dessus du hameau actuel de Petit-Paris, ultime témoin du bourg castral médiéval mais qui possède encore quelques constructions de la fin du Moyen Âge, s’étend un chaos rocheux auquel se mêlent les ruines de diverses constructions maçonnées, difficilement interprétables en l’état. Aujourd’hui très isolé, le castrum de Paris était situé immédiatement sur le tracé d’un axe médiéval important reliant le Bas-Vivarais et l’Uzège à la route de Régordane ; au milieu du XIIIe siècle, il y était déjà prélevé un péage (Brechon 2000, t. II/2 p. 501 sq).

PEYRAUD

12département : Ardèche ; canton : Serrières ; commune : Peyraud ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 150 m

13Vers 1095 : Sigibodus, miles de Peyrau, donne une mazada de vigne dans la villa Sarzis au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XXIX).

141123 : bulle du pape Calixte II pour l’abbaye de Saint-Ruf par laquelle il lui confirme la possession de diverses églises, dont l’ecclesia Sancti Martini de Perau cum capella sua (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° XV). 1206 : bulle du pape Innocent III confirmant à l’abbaye de Saint-Ruf ses biens et privilèges dont l’ecclesiam Sancti Martini de Peirau cum capellis et appendiciis suis (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° XCIV).

151235 (v-s) : échange entre Artaud de Roussillon, qui cède ses droit sur le château de Roussillon et son mandement, et Girard de Roussillon qui abandonne ses droits sur les châteaux de Montbreton et Peyraud et sur les villages de Champagne et de Saint-Rambert (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 184 p. 38-39).

161253 : Hugues Richard, de Serrières, reconnaît tenir en fief du dauphin Guigue la garde du prieuré Saint-Saturnin de Serrières et tout ce qu’il possède dans le château et le mandement de Peyraud. Il lui prête hommage lige (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 17 r°).

171282 : Jacques Coste vend à Mathieu de Colombier une terre au terroir de Luinal, relevant de la directe d’Hugues Albert, seigneur de Peyraud (ADA 11 H, Inventaire de 1635, f° 37 r°).

181296 : le castrum de Peyraud est excepté de la dot d’Alice, fille du dauphin de Viennois Humbert, future femme du comte de Forez, Jean (Chartes du Forez n° 1667).

191307 : hommage lige prêté au dauphin Jean par Hugues Albert de Peyraud, chanoine de Vienne, pour sa maison forte de Peyraud et pour tous les autres droits qu’il possède sur le castrum et le mandement de Peyraud. Le dauphin lui confirme les droits et biens que son prédécesseur, le dauphin André, avait donné à Guillaume Albert (ADI B 3008).

20Le château de Peyraud, situé au nord-ouest du village actuel sur les premières hauteurs du coteau dominant le Rhône, a connu un destin agité. Il est détruit une première fois en 1350 sur ordre du roi de France, Jean II le Bon, à la suite d’un conflit entre Aymar de Roussillon, seigneur d’Anjou et de Peyraud, et la ville de Lyon. Reconstruit peu de temps après, le château est à nouveau ruiné à la fin du XVIe siècle lors des Guerres de Religion. Dans les premières années du XVIIIe siècle, les seigneurs du marquisat de Peyraud entreprennent la construction d’un autre château à l’emplacement des précédents. Ces nombreux avatars au cours des siècles semblent avoir fait disparaître les vestiges du premier château de Peyraud ; les quelques éléments antérieurs au château du XVIIIe siècle encore visibles à proximité de celui-ci restant indatables.

21Le bourg de Peyraud, à quelques distances du château, s’est développé autour de l’église Saint-Martin, fondée durant le haut Moyen Âge et devenue à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle un prieuré de l’abbaye de Saint-Ruf. Le castrum possédait aussi une chapelle.

22Bibliographie :
Berrier 1969 ; Vachez 1879.

PIERREGOURDE

23département : Ardèche ; canton : La Voulte-sur-Rhône ; commune : Gilhac-et-Bruzac ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 560 m

Pierregourde - Vue de la rocca (au centre) et, en contrebas de celle-ci, des vestiges de la basse-cour du château et du bourg castral.

Pierregourde - Vue de la rocca (au centre) et, en contrebas de celle-ci, des vestiges de la basse-cour du château et du bourg castral.

241190 : Hugues de Pierregourde et son frère Guillaume vendent à Guillaume Antoine ce qu’ils possèdent à La Motte. L’argent est remis à Guillaume de Pierregourde le Jeune alors en partance pour la Terre Sainte (BNF Nouv. Acq. Fr. 9799 f° 168).

25Début du XIIIe siècle : censier du seigneur de Pierregourde mentionnant les mandement et chastel de Pierregourde (ADR EP 122 n° 1).

261237 : Hugues de Pierregourde, seigneur du château de Pierregourde, reconnaît tenir en fief rendable de Philippa, comtesse de Valentinois, la totalité du château de Pierregourde avec toutes ses dépendances. Il est convenu que le château de Pierregourde sera toujours tenu en arrière-fief du château de La Voulte (Laffont 1995 p. 56-58).

271226-1270 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir en fief du roi de France divers châteaux du Vivarais dont celui de Pierregorde (Scripta de feodis ad regem spectantibus p. 676).

281250 : donation par Philippa, comtesse de Valentinois, à Aymar III de Poitiers, son petit-fils, de tous ses biens, exception faite de ce qu’elle a à Pierregourde et à La Voulte qu’elle lègue à Roger d’Anduze et Philippe, fils de Jocerande, sa fille (ADI Inventaire Marcellier, Saint-Marcellin, f i 161 v°-162 r°).

291251 : reconnaissance passée en faveur d’Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, par Hugues de Pierregourde, en exécution des dernières volontés de son père et au nom de ses frères Guigue et Aynard, pour les château et mandement de Pierregourde. Hugues reconnaît tenir en fief du comte de Valentinois - ce qu’avant lui son père faisait déjà - les château et mandement de Pierregourde. Le comte promet de ne jamais aliéner la seigneurie du château de Pierregourde, en récompense d’un don de 500 livres de revenus sur le péage du Rhône à Etoile et sur le péage de Chalencon, consenti en sa faveur par les trois frères (ADI B 3522).

301273 : hommages au roi de France, Philippe III le Hardi, par Roger d’Anduze pour Pierregourde (ADH ancien B 8 f i 157 v°, 160 v°, 161 v°).

311277-1278 : livre des hommages de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire. Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, reconnaît devoir l’hommage au roi pour Pierregourde (ADG A 3 p. 2636 sq).

321294 : reconnaissances au profit d’Hugues, seigneur de Pierregourde, par certains de ses emphytéotes de Pierregourde. Les actes sont passés à Pierregourde in capella dicti loci et extra portale Petregorde (ADR EP 125 n° 3).

331304 : hommage fait par Hugues, seigneur de Pierregourde à Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, pour le castrum et la seigneurie de Pierregourde, relevant en fief du château de La Voulte (ADR EP 119 n° 2).

341309 : hommage fait au roi de France par Bermond d’Anduze pour le château de Pierregourde qu’Hugues de Pierregourde tenait de lui en fief (ADG A 1 p. 1011).

351327 : reconnaissance passée au profit d’Hugues, seigneur de Pierregourde, par Humbert de Châteaubourg. L’acte est passé à Pierregourde in fortalicio dicti castri (ADR EP 121 liasse 5 n° 8).

36Le site de Pierregourde s’est développé sur et autour d’un imposant affleurement rocheux sur un plateau mamelonné dominant au nord le bassin de l’Eyrieux. Ce pointement rocheux, très circonscrit, qui surplombe le reste du site d’une dizaine de mètres de hauteur et paraît avoir été ponctuellement retaillé, a joué le rôle de motte dans la fortification primitive (p. 168). À l’exception de quelques assises de maçonnerie d’un mur chemisant le sommet du tertre, il ne subsiste rien de visible sur la plate-forme sommitale. Immédiatement en contrebas de l’éminence rocheuse se développe une basse-cour, enserrée dans une petite enceinte dont on note quelques rares vestiges, notamment à l’ouest. Les meurtrières percées dans cette enceinte sont extrêmement tardives et appartiennent au XVIe ou au XVIIe siècle. Au moins trois constructions sont identifiables dans cette basse-cour : il s’agit en premier lieu, à l’ouest, d’un grand corps de bâtiment aux maçonneries très hétérogènes et dont le dernier état appartient au XVe ou au XVIe siècle ; un second bâtiment de taille plus modeste s’appuyait contre lui au nord ; à l’est, on distingue les ruines d’un petit bâtiment quadrangulaire voûté. Entre ces deux derniers bâtiments, on constate la présence d’une citerne, comblée mais dont l’ouverture appareillée est intacte. Les éléments datables conservés dans ces constructions - les ouvertures - renvoient à l’extrême fin du Moyen Âge ou au tout début de l’Époque Moderne. Cependant, un certain nombre de murs, sans marqueur chronologique, peuvent tout à fait être beaucoup plus anciens. L’ensemble du château semble donc avoir connu des aménagements considérables au XVe et au XVIe siècles, voire au XVIIe siècle, avec notamment un très net renforcement du potentiel défensif.

  • 66 De nombreux actes du chartrier de Pierregourde attestent de l’existence d’un bourg castral : en 129 (...)

37Un village s’est développé au pied du château ; il forme, avec celui-ci, le castrum de Pierregourde. Quelques maisons du bourg castral sont encore partiellement conservées en élévation et émergent au milieu des ruines et des pierriers66. Le bourg a été enclos d’une enceinte comme en témoigne une tour avec meurtrières, située au-delà de la dernière ligne de maisons, ainsi que quelques pans de murs et deux arrachements de maçonnerie de part et d’autre de cette tour. Le portale Petregorde mentionné en 1294 correspond vraisemblablement à une porte de cette enceinte. Le chemin d’accès au bourg castral et au château a été ménagé dans le rocher : on lit encore tout à fait nettement les traces de taille du rocher et on remarque la présence d’ornières. Le castrum de Pierregourde possédait une chapelle, attestée en 1294, mais sa localisation et son vocable nous sont inconnus.

PLATS

38département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Plats ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 460 m

391281 : sentence arbitrale sur le différend opposant le précepteur de la maison du Temple de Valence à Hugues Bochard à propos de la moitié du manse de Robiolas, situé dans le mandement de Plats, que tenait Hugues Bochard et que le précepteur revendiquait, en raison de la donation faite autrefois de ce demi-manse au Temple de Valence par Odon, seigneur de Tournon (ADBdR 56 H 5322).

401334 (v-s) : procès, devant la cour royale de justice de Boucieu et le sénéchal de Beaucaire et de Nîmes, entre les habitants du castrum et du mandement de Plats et Guillaume, seigneur de Tournon, en raison d’une nouvelle taille que celui-ci voulait leur imposer (AN Q1 32).

  • 67 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 96 (article Plats) :... y aya (...)

41Le parcellaire du début du XIXe siècle montre le bourg de Plats enserré dans une enceinte polygonale irrégulière dont subsistent diverses élévations réemployées dans des maisons du village. Au centre de cette enceinte s’élève l’église. Il semble que le château occupait l’angle sud-ouest du village ; une tour circulaire est encore visible dans ce secteur. Au début du XVIIe siècle, le château de Plats, mentionné depuis la fin du XIIIe siècle, est déjà en ruine67.

Le POUZIN

42département : Ardèche ; canton : Chomérac ; commune : Le Pouzin ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 150 m

431168 (v-s) : Armand del Pouzi est témoin d’une donation faite aux Templiers de Richerenches par Roger de Clérieux (Cartulaire de Richerenches n° 96).

441197 : donation faite par Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, au prieuré de Rompon. Acte passé in castro de Polzi devant l’église Saint-Etienne (ADI B 3518).

451234 (v-s) : Armand du Pouzin reconnaît, pour lui et son fils, tenir en fief, rendable à chaque mutation de seigneur ou de vassal, d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, ce qu’il a dans les castrum, mandamentum, municiones seu fortalicias du Pouzin. Armand du Pouzin se déclare homme lige du comte pour le château ; il reconnaît lui devoir hommage et fidélité. Le castrum du Pouzin est et restera de la seigneurie du seigneur de Baix (ADI B 2632).

461238 (v-s) : échange entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Armand du Pouzin, par lequel Armand remet notamment au comte la moitié du castrum du Pouzin et de son mandement, de part et d’autre du Rhône (ADD E 605 n° 1).

471239 : Aymar de Poitiers reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra vivarois dont celui du Pouzin (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 323).

481240 : Aymar de Poitiers donne à Guillaume Charosin et à ses héritiers la baylie d’une partie du castrum du Pouzin avec droit d’en percevoir les revenus comme Pierre Mercier, bayle de l’autre partie du castrum du Pouzin, le fait dans sa part (Regeste Dauphinois, t. VII, n° 819).

491244 (v-s) : compromis entre Philippe de Savoie, évêque de Valence, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois. Ils confient la solution de leurs différends à Jean, archevêque de Vienne, et à Barral, seigneur des Baux. L’évêque de Valence et le comte fournissent diverses cautions : l’évêque donne en garantie aux arbitres deux châteaux, Aymar de Poitiers ceux du Pouzin et d’Upie (ADI B 3521).

501270 : Alphonse, comte de Poitiers et de Toulouse, autorise ses procurateurs à transiger sur les différends l’opposant à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à propos notamment des castellorum de Baix et du Pouzin (Layettes du Trésor des Chartes, t. IV, n° 5729).

511277 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne notamment à son fils émancipé, Aymar, le castrum du Pouzin (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois p. 12-13).

521280 : Aymar IV de Poitiers rend hommage au roi de France pour certains de ses châteaux vivarois dont celui du Pouzin. Hommage renouvelé en 1326 (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

531285 : transaction entre Aymar de Poitiers et le prieur de Rompon, au sujet notamment de leurs droits sur le bourg supérieur du Pouzin (ADI B 3542).

Le Pouzin - Gravure représentant le château et le bourg castral du Pouzin au début du XVIIe siècle (cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, VX 21). On remarque aussi sur cette vue le pont romain (à gauche) et les ruines du prieuré de Rompon (à droite).

Le Pouzin - Gravure représentant le château et le bourg castral du Pouzin au début du XVIIe siècle (cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, VX 21). On remarque aussi sur cette vue le pont romain (à gauche) et les ruines du prieuré de Rompon (à droite).
  • 68 BNF, Département Estampes et Photographies, VA 7 t. 1 et VX 21 : «  Plan du siège du Pouzin en Viva (...)
  • 69 Ces vues montrent aussi de nombreux aménagements défensifs du XVIe ou du XVIIe siècle sans que l’on (...)

54Le château qui s’élevait au-dessus du bourg actuel, au confluent du Rhône et de l’Ouvèze et légèrement en aval du pont (pour partie antique) permettant de franchir ce dernier cours d’eau, a été totalement détruit par une carrière. Cependant, deux vues du début du XVIIe siècle68 permettent de se faire une idée de l’aspect que prenait alors le castrum du Pouzin. Une haute tour quadrangulaire, sans doute le donjon du château médiéval, établie au sommet d’un étroit pointement rocheux, domine un petit bourg castral69. Celui-ci semble avoir possédé une église bien attestée par les comptes de décimes des XIIIe et XIVe siècles (Compte de décimes de 1275 p. 442 et Taxe de la décime du XIVe siècle p. 448), mais ne paraît pas avoir été protégé par une enceinte. Un faubourg s’est développé au nord le long de l’importante route du Rhône. Sur ces mêmes vues d’Époque Moderne, on distingue, alors déjà ruiné, le prieuré clunisien de Rompon, immédiatement au nord du Pouzin, sur le rebord d’un plateau dominant le Rhône.

PRADELLES

55département : Haute-Loire ; canton : Pradelles ; commune : Pradelles ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1160 m ; protection Monuments Historiques : inscription (éléments de l’enceinte du bourg, maisons du bourg)

561031-1048 : Itier et sa femme Fides donne à l’abbaye de Gellone tous les droits qu’ils possèdent sur l’église Saint-Hilaire, située dans le comté de Viviers, dans la villa Spidonia (Lespéron) et le suburbium du castrum appelé Pratellas (Cartulaire de Gellone nos CVI, CIX, CX).

571152 : acte de fondation de l’abbaye cistercienne des Chambons. Parmi les témoins : Béraud de Pradelles (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuve n° 597).

58Vers 1196 : donation faite aux moines des Chambons par Guillaume Vilate, Bertrand Béraud, Armand Falcon et Pierre, son frère, de leurs droits sur une maison à Pradelles (ADLZ 6 J 1 f° 35 r°).

591204 : Pradelles fait partie des castra engagés par Pierre II, roi d’Aragon, comte de Barcelone et héritier des vicomtes de Gévaudan, à Raymond VI, comte de Toulouse, pour 150 000 sous melgoriens (Recueil des actes d’Alphonse II et Raymond Bérenger V, t. 2, n° 33).

601220 : P. de Solignac reconnaît avoir vendu à la chartreuse de Bonnefoy pour 2000 sous du Puy tous les biens et droits qu’il possédait à l’intérieur des limites de celle-ci. Acte passé dans le castrum de Pradelles dans la maison de P. de Saint-Alban, archiprêtre de Lespéron (Cartulaire de Bonnefoy n° 46).

611222 (v-s) : A., domina de Luc, rend hommage lige à Stéphane de Chalencon, évêque du Puy, pour les châteaux de Luc et de Pradelles (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 252 et Gallia Christiana, t. II, col. 712).

621230 : « noble Bertrand Béraud de Pradelles fait hommage à messire Etienne, évêque du Puy, de la 6ème partie d’un chazal qu’il a acquis au château de Pradelles, de la 6ème partie d’un autre chazal dans le même château, de la 6ème partie del Chassab de Tressac, d’une partie qu’il a dans le marché de Pradelles, de tout ce qu’il a dans le château, bourg et appartenances de Pradelles, de sa part de la seigneurie antique de la tour de Pradelles, commune avec le seigneur Villatte, de sa part de la tour neuve de la maison del Falco et maison Villatte, de la salle qui est près de la tour vieille... » (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 252).

631253 : Pons de Douchanet reconnaît tenir de Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc, la turrem novam du castrum de Pradelles et, plus largement, tout ce qu’il possédait dans le castrum et la villa de Pradelles (AN K 1175 n° 25).

641253 : Armand Falcon reconnaît tenir de Randon de Châteauneuf tous ses droits in castro de Pratellis. Puis il abandonne à celui-ci tous ses droits de seigneurie et de justice dans le castrum de Pradelles, dont ses droits sur le marché, ainsi que des cens sur les maisons et jardins qu’il a dans ce castrum et ce terroir, en échange principalement de la seigneurie du Cheylard-l’Evêque (ADLZ G 397).

651253 : Raymond d’Auteyrac donne à Bertrand de Beaune des maisons dans le château (lire castrum) de Pradelles (BMP Ms 105 p. 399).

661256 : Bertrand Béraud de Pradelles rend hommage à Armand de Polignac, évêque du Puy, pour tout ce qu’il a à Pradelles (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 252).

671263 : Bertrand de Beaune rend hommage à Randon de Châteauneuf et à son fils, Guillaume de Randon, pour les courtils qu’il tient à Pradelles et pour tout ce qui y est tenu de lui ; de plus, il reprend en fief honorable de Randon les droits de justice qui lui appartiennent en alleu (BMP Ms 105 p. 238).

681263 : Bertrand Béraud, Ebrard et Vilate de Pradelles, Armand et Pierre Falcon prêtent hommage à Guillaume de Randon pour la tour vieille de Pradelles qu’ils se partagent. Ils s’engagent, moyennant 500 sous à chaque reddition, à rendre celle-ci à toute réquisition de Guillaume de Randon afin qu’il puisse y arborer son étendard (BMP Ms 105 p. 238).

691264 (v-s) : transaction entre Guillaume, évêque du Puy, le chapitre cathédral du Puy et Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc, à propos du castrum de Pradelles que le chapitre et l’évêque tenaient et que Randon de Châteauneuf revendiquait. L’évêque du Puy rend le castrum à Randon qui le tiendra du chapitre. Acte passé in foro castri Pratellis (AN K 1175 n° 27).

  • 70 Mais le site ne figure pas dans la bulle de 1164 pour l’Église du Puy, ibidem p. 76-78.

701267 : Pradelles figure dans la liste des castra dont la possession est confirmée à l’Église du Puy par le pape Clément IV (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82.)70.

711269 : les représentants des habitants du burgus et du castrum de Pradelles, au nombre d’une quarantaine (en partie nommés), donnent à leurs seigneurs, Villate de Pradelles et Bertrand de Beaune, pour eux et les seigneurs pariers du château de Pradelles - Randon, Bertrand Ebrard et Pierre Falcon - tous leurs droits sur le loyer des mesures du grain de Pradelles (ADHL 2 E 1597).

Pradelles - Plan d’ensemble du castrum à la fin du Moyen Âge, à partir du plan cadastral du début du XIXe siècle.

Pradelles - Plan d’ensemble du castrum à la fin du Moyen Âge, à partir du plan cadastral du début du XIXe siècle.

721269 : traité entre Randon de Châteauneuf, Bertrand Béraud, Vilate de Pradelles et Pierre Falcon, seigneurs pariers castri seu ville de Pradelles, et Bertrand de Beaune sur le cartalage du blé, la leyde du sel, le ban du vin et l’exercice de la justice de Pradelles. À la fin de l’acte sont données les limites du castrum de Pradelles et de son terroir (Preuves de la maison de Polignac, t. I, n° 141).

731271 : Randon de Châteauneuf, Pierre Falcon et Ebrard de Pradelles, seigneurs et pariers de Pradelles, et Bertrand de Beaune interjettent appel à la cour du roi de France d’une décision du bayle et du juge de l’évêque du Puy dans le procès les opposant aux habitants de Pradelles, qui leur reprochent de leur avoir extorqué violemment un nouveau droit de cartalage. Les coseigneurs protestent que ce différend ne relève pas de la cour de justice de l’évêque du Puy mais est du ressort de Guillaume de Randon, comme seigneur majeur. Ils protestent de plus que l’évêque du Puy n’est pas le dominus immediate du castrum de Pradelles après eux et qu’ils ne possèdent rien du dominium de l’évêque du Puy dans le castrum de Pradelles. Ils disent tenir le castrum de Pradelles et ses dépendances en fief de Guillaume de Randon, tout en se déclarant prêts à le justifier par des témoins et des chartes (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. 1, n° 519).

741285 : Vilate de Pradelles et Ebrard de Pradelles rendent hommage à l’évêque du Puy pour leur parerie du castrum de Pradelles (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 221 et 253).

751289 : le comte de Rodez, choisi comme arbitre entre Guillaume de Randon et Vilate de Pradelles, oblige ce dernier à se reconnaître vassal de Guillaume de Randon pour ses fiefs de Pradelles (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 820).

761290 : le comte de Rodez, toujours comme arbitre, exempte Hugues de Beaune de tout hommage à Vilate de Pradelles, coseigneur de Pradelles, pour ses droits à Pradelles. Hugues de Beaune ne devra l’hommage qu’à Guillaume de Randon (BMP Ms 105 p. 240).

771291 (v-s) : Hugues de Beaune prête hommage à Guillaume de Randon, comme seigneur majeur de Pradelles, pour tout ce qu’il avait en fief dans la ville de Pradelles, dont le droit de cartalage et la juridiction de celui-ci qu’il tient des divers seigneurs pariers du castrum (BMP Ms 105 p. 240).

781295 : le juge de Guillaume de Randon relaxe les officiers d’Hugues de Beaune accusés d’avoir commis des excès à Pradelles (BMP Ms 105 p. 194).

791310 : Guillaume de Randon, seigneur du château de Luc et de Pradelles, reconnaît tenir en fief franc de l’Église du Puy les châteaux de Luc et Pradelles (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 255).

  • 71 On notera que l’éminence ayant porté le château a été très bouleversée au XIXe siècle et au début d (...)

80Si la documentation écrite est pléthorique pour Pradelles et nous donne une bonne idée du fonctionnement de la coseigneurie, il n’en va pas de même des vestiges archéologiques, et notamment pour la période qui nous intéresse ici. En effet, si le bourg de Pradelles possède encore de nombreuses et belles constructions de la fin du Moyen Âge et de l’Époque Moderne, qui témoignent de son importance passée, le château a, quant à lui, totalement disparu. Son emplacement, sur la butte qui domine immédiatement le bourg au sud-est, est aisément identifiable. Cependant, rien des deux donjons que comptait apparemment Pradelles à la fin du XIIIe siècle - la « tour vieille » et la « tour neuve » - ne nous est parvenu71. De même, l’enceinte du château a complètement disparu.

81En revanche, le bourg castral, qui s’étend dans une vaste basse-cour au nord-ouest du château, peut-être isolé de celui-ci par un fossé au Moyen Âge, a partiellement conservé son enceinte. Les courtines servent de façade à un certain nombre de maisons, et trois portes sont encore en place. Cette enceinte, qui peut appartenir à la fin du XIVe siècle, a disparu au nord-est du bourg lors de la construction de la Nationale 88. Le parcellaire du début du XIXe siècle laisse supposer la présence d’une basse-cour primitive ne correspondant qu’à la moitié sud-est du bourg de la fin du Moyen Âge. Cependant, aucun élément matériel ne permet actuellement de conforter cette hypothèse. La documentation médiévale nous donne quelques indications sur la topographie du castrum : la porte d’Aureyrac est mentionnée en 1286 (BMP Ms 105 p. 37) ; en 1264 (v-s), un acte est rédigé sur la place du castrum (AN K 1175, n° 27) et en 1465 un acte est passé in portaleto (ADHL 3 E 216 1 f° 43 v°).

82À environ 200 m au nord-ouest du château se dressait, hors du castrum mais à proximité même de celui-ci, l’église de Pradelles dédiée à Saint-Pierre. L’église actuelle a été construite entre 1902 et 1904 à la place d’une église romane et gothique (Féminier 1993 p. 1). La situation de cette église à l’extérieur de l’emprise du castrum paraît assez surprenante ; en effet, on imagine difficilement l’église ou la chapelle d’un castrum construite en dehors de celui-ci. Il semble plus vraisemblable d’admettre que l’église Saint-Pierre de Pradelles a préexisté au castrum. Celui-ci s’est implanté, à une date qui reste à déterminer mais vraisemblablement à la fin du Xe siècle, sur un relief dominant le terroir d’une villa, alors desservi par l’église Saint-Pierre et peut-être par l’église Saint-Clément, paroisse aujourd’hui disparue située à environ 2,5 km à l’ouest de Pradelles au bord de l’Allier. Le nouveau castrum a rassemblé une partie des populations de ce terroir.

  • 72 En 1290, un procès oppose des juifs de Pradelles, Guillaume de Randon et Vilate de Pradelles (AN K (...)

83La création du castrum de Pradelles puis l’important développement que connaît celui-ci durant tout le Moyen Âge sont à lier à la situation de carrefour routier majeur du site. Pradelles, avancée extrême du Vivarais au sud-ouest, est situé à la croisée de plusieurs chemins importants : la voie de Régordane dans le sens nord-sud, les routes vers la vallée du Rhône à l’est, et, en direction du sud-ouest, les routes vers Mende et par-delà vers Toulouse (Brechon 2000, t. II/2, p. 561 sq). Le plus important de ces axes est, sans conteste, le chemin de Régordane reliant Le Puy à Alès, lui-même portion de l’itinéraire de Paris au Languedoc par le Massif Central. Ce chemin a connu un grand développement commercial, à compter du XIIIe siècle et de l’intégration des régions languedociennes au royaume de France. En direction de l’ouest, la route du Puy à Toulouse se sépare du chemin de Régordane au niveau de Pradelles pour se diriger vers Langogne, Châteauneuf-Randon puis Mende et Rodez. Enfin, un autre itinéraire arrive à Pradelles par l’est, montant d’Aubenas et du Bas-Vivarais par la vallée de l’Ardèche. En raison de cette situation géographique privilégiée, au carrefour de plusieurs axes routiers commercialement importants, le château de Pradelles va attirer un habitat important, qui prend rapidement au Moyen Âge l’ampleur d’un bourg puis d’une petite ville. Un marché est ainsi attesté dans la documentation dès 1253 (ADLZ G 397). Par ailleurs, la présence d’une communauté juive à Pradelles au XIIIe siècle72 et la fondation d’un couvent de Dominicains dans la ville au début du XIVe siècle sont aussi significatives du dynamisme économique du bourg dès cette époque et autant de marqueurs du développement urbain.

PRIVAS

84département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Privas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 320 m.

852ème moitié du XIe siècle : Pierre et Humbert, frères, donnent au prieuré de Saint-Julien-d’Orcival un demi-muid de vin à prendre chaque année dans la villa de Privas (Cartulaire de Saint-Julien-d’Orcival n° 11).

861215 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne à la chartreuse de Bonnefoy 40 sous viennois de cens annuel à prendre sur le marché de Privas (Cartulaire de Bonnefoy n° 35).

871239 : Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, une grande partie de ses castra vivarois dont celui de Privas (ADI B 3520).

881249 : échange conclu entre Etienne de Mirabel et Marie, sa femme, d’une part, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’autre part, par lequel ils abandonnent, sans rien s’y réserver, à Aymar de Poitiers tous leurs droits in villa Privatii et in castro de Tornone (ADI B 3522).

891261 : échange conclu entre Pons de Mauves et Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois. Pons de Mauves cède notamment au comte ses biens situés dans la villa de Privas (ADI B 3525).

901262 (v-s) : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et le prieuré de Saint-Michel de Charay sur lequel il avait juridiction. Les hommes du prieuré sont tenus à toutes corvées et clôtures, exceptées celles des châteaux de Tournon et Privas (Regeste Dauphinois, t. II, n° 9819).

911273 : Pierre, seigneur de Bouzols, reconnaît avoir reçu en fief rendable d’Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, une maison située in villa Privacii, inter claustrum et vintenum dicti castri (ADI B 3532).

921277 : Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, donne à son fils émancipé Aymar, les castra de Baix, du Pouzin, de Saint-Alban, de Privas, etc. (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois p. 12-13).

931280 : hommage d’Aymar IV de Poitiers à Philippe III, roi de France, pour le castrum de Privas (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

941281 : Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, accorde une charte de franchises aux habitants de Privas, de Tournon et du Lac. Acte passé à Privas in domo Confrarie (Charte de franchises de Privas p. 527-539).

Privas - Plan du bourg et de ses évolutions successives à partir du plan cadastral de 1811.

Privas - Plan du bourg et de ses évolutions successives à partir du plan cadastral de 1811.

951286 : Dalmas Durand est châtelain de Privas pour le comte de Valentinois (ADI B 3542).

961293 (v-s) : Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, donne procuration à Jean La Roche, jurisconsulte, Dalmas Durand, châtelain de Privas, Pons Lambert d’Etoile et Raymond Bermond, châtelain de Baix, pour le représenter dans le procès que lui intentent Jean et Guillaume Bouvier, de Montmeyran. Acte passé à Privas in camera hospitii dicti domini comitis (ADI B 3549).

971309 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Aymar, son fils, confirment les privilèges donnés en 1281 aux habitants de la villa de Privas, du castrum de Tournon et du village du Lac contre 1200 livres petit tournois. Acte passé à Privas, in curte fortalitii, in platea que est inter turrem et capellam (Charte de franchises de Privas p. 545).

981327 (v-s) : Pons de Malleval rend hommage au comte de Valentinois pour tout ce qu’il possède dans le castrum et le mandement de Saint-Alban. Acte passé apud Privatium, in hospicio fortalicii ipsius domini Aymari (ADI B 2632).

991354 (v-s) : hommage de Marguerite, veuve de Giraud de Chambarlhac, au comte de Valentinois Aymar de Poitiers. Acte passé apud Privacium infra fortalicium prope capellam (ADI B 2633 f° CIIII r°-v°).

100Le bourg primitif de Privas est d’origine ecclésial : il s’est développé autour de l’église Saint-Thomas, appartenant au Moyen Âge à l’abbaye de Cluny par l’intermédiaire du prieuré de Rompon (Albigny 1896). L’église médiévale n’était pas à l’emplacement de l’église actuelle, construite en 1884, ni à l’emplacement de l’église Saint-Thomas, construite en 1686-1687 (actuelle Médiathèque), mais plus au centre du bourg, sur l’actuelle place de la République (ancienne place du Clocher) en bordure de la rue du même nom, dans le quartier de Clastre, dont le toponyme renvoie clairement à la fonction religieuse du lieu. Le plan cadastral de 1811 laisse supposer la présence d’une enceinte (Xe-XIIe siècles ?), grossièrement circulaire, centrée sur la première église paroissiale.

101Comme le montrent les nombreuses mentions de la villa de Privas jusque fort avant dans le XIIIe siècle, Privas ne devient castrum que tardivement dans le courant de ce siècle avec la construction d’un château au contact même du bourg ecclésial préexistant.

102Exception faite de la mention ambiguë de 1239, la première mention assurée du château de Privas date de 1262. On sait, par ailleurs, que le comte Aymar III de Poitiers effectue plusieurs échanges confortant sa position dans le bassin de Privas entre la fin des années 1240 et le début des années 1260. C’est donc vraisemblablement dans les années 1250 qu’Aymar III construit un château immédiatement à l’ouest du bourg ecclésial primitif sur une petite hauteur. L’intérêt des comtes de Valentinois pour Privas est bien évidemment à lier à la position de la ville sur l’importante route reliant la vallée du Rhône au Puy par la Montagne vivaroise. Du château de Privas, il ne reste rien. Mais on sait qu’au début du XIVe siècle, il compte dans son enceinte un donjon, une chapelle et un hospicium (une maison) où doit résider le comte lorsqu’il est à Privas. Les vues de la ville du début du XVIIe siècle montrent encore la présence d’un gros château au caractère résidentiel affirmé, s’articulant avec l’enceinte tardimédiévale de la ville. Cet ensemble possède notamment une grande tour maîtresse qui pourrait avoir appartenu au premier château. Le château de Privas est ensuite pour l’essentiel ruiné lors du siège de la ville par les troupes royales en 1629. À son emplacement, les Jésuites reconstruisent dans la seconde moitié du XVIIe un couvent, leur succèdent ensuite les Récollets. Ce dernier couvent est actuellement occupé par le musée de la Terre Ardéchoise.

  • 73 Les principales représentations de Privas au XVIIe siècle sont : une planche du Cathalogue général (...)

103La fondation du château de Privas au milieu du XIIIe siècle s’est accompagnée, dès avant 1273, de la construction d’un second rempart plus vaste, englobant l’enceinte préexistante ainsi qu’une première extension urbaine. Pour assurer le développement de la ville, le comte accorde en 1281 à ses habitants une charte de franchises. L’essor de la ville puis les troubles de la Guerre de Cent entraînent la construction (sans doute dans le dernier tiers du XIVe siècle) d’une troisième et dernière enceinte, enserrant les deux enceintes précédentes ainsi que le grand faubourg oriental de la fin du Moyen Âge. Cette dernière enceinte apparaît au XVIIe siècle cantonnée d’une dizaine de tours et percée de cinq portes73. Elle est encore bien visible en remploi dans les façades de nombreuses maisons de la ville.

Privas - Gravure représentant le château et le bourg castral de Privas au début du XVIIe siècle (Cliché Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge CC 1361 pl. 30) ; le site est approximativement vu vers le nord-ouest.

Privas - Gravure représentant le château et le bourg castral de Privas au début du XVIIe siècle (Cliché Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge CC 1361 pl. 30) ; le site est approximativement vu vers le nord-ouest.

104Enfin, pour conclure, se pose le problème des constructions anciennes attestées au sommet du Mont Toulon. Celui-ci est un imposant affleurement basaltique dominant au sud-ouest la ville ancienne de Privas. Sur place ne subsiste plus rien de visible aujourd’hui, si ce n’est les vestiges d’une citerne quadrangulaire enduite de mortier de tuileau, la plate-forme sommitale du Mont Toulon ayant été fortement modifiée au début du XXe siècle lors d’importants travaux à caractère religieux. Les vues de la ville de Privas et de ses environs au début du XVIIe siècle montrent toutefois la présence d’une puissante construction sur le point le plus haut de ce relief. La plupart des historiens de Privas n’ont vu dans ces vestiges que des constructions liées aux Guerres de Religion des XVIe et XVIIe siècles. Toutefois, la topographie des lieux ainsi que la morphologie des constructions visibles au XVIIe (haute tour quadrangulaire entourée d’une étroite chemise de maçonnerie englobant au moins un autre bâtiment et complétée d’une seconde enceinte légèrement en contrebas de la première) peuvent poser la question d’une éventuelle origine médiévale de cet ensemble, qui toutefois ne serait pas documenté par les textes et dont on ne sait comment il s’intégrerait au schéma d’évolution de la ville décrit précédemment.

105Bibliographie :
Brechon 2000 ; Dupraz 1986 ; Favre 1961.

Notes

65 Cet acte n’est connu que par une analyse du XVIIIe siècle qui lui donne pour date 1209, or Dragonet de Châteauneuf ne devient seigneur de Joyeuse que dans les années 1270.

66 De nombreux actes du chartrier de Pierregourde attestent de l’existence d’un bourg castral : en 1297 (v-s), un acte est passé à Pierregourde dans la maison de Pons Magistri (ADR EP 121 liasse 5 n° 1) ; en 1300 (v-s), les habitants du lieu et mandement de Pierregourde se reconnaissent, de toute ancienneté, taillables à merci (ADR EP 115 f° 8 r°). Le lieu est encore très habité au XVIIIe siècle, puisqu’en 1719 la communauté de Pierregourde possède des consuls (BML, Fonds général, Ms 2184 n° 5).

67 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 96 (article Plats) :... y ayant un chasteau tout descouvert et sans plancher, naiant que les murailhes fort ruynées...

68 BNF, Département Estampes et Photographies, VA 7 t. 1 et VX 21 : «  Plan du siège du Pouzin en Vivaretz... ». Il s’agit de gravures d’Abraham Bosse représentant le siège du Pouzin en 1628 par les troupes royales. Cf. une édition de ces gravures dans Jean de Beins pl. LXV. Par ailleurs, le fonds Favre (ADA 77 J 8) contient la copie d’une vue anonyme du Pouzin, datée de 1570 et intitulée : «  La rencontre des deux armées françoises faite au passage de la rivière du Rosne en Dauphiné le 28 de mars 1570  ». L’original de cette gravure semble être conservé à la BNF au Département Estampes et Photographies, mais en l’absence de référence plus précise, nous n’avons pas pu retrouver le document.

69 Ces vues montrent aussi de nombreux aménagements défensifs du XVIe ou du XVIIe siècle sans que l’on sache toutefois si ceux-ci ont réellement existé.

70 Mais le site ne figure pas dans la bulle de 1164 pour l’Église du Puy, ibidem p. 76-78.

71 On notera que l’éminence ayant porté le château a été très bouleversée au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Toutefois, quelques grosses maçonneries servant de murs de terrasse ainsi que diverses anomalies topographiques pourraient peut-être évoquer le château médiéval de Pradelles.

72 En 1290, un procès oppose des juifs de Pradelles, Guillaume de Randon et Vilate de Pradelles (AN K 36 n° 20).

73 Les principales représentations de Privas au XVIIe siècle sont : une planche du Cathalogue général des quatre cartes hidrographiques et géographiques des rivières du Rosne, Guarone, l’Oyre et de la Seine... Description de l’antiquité et fondation de la ville de Privas en Languedoc par Pierre Boyer du Parq, au début du XVIIe siècle (BNF, Département des Cartes et Plans, Ge CC1361 pl. 30) ; une gravure d’Abraham Bosse intitulée Plan de la ville de Privas avec les fortification dicelle assiégée par le roy le 14eme de may 1629 et rendue en son obéissance le 26ème (BNF, Département des Cartes et Plans, F Ge DD 558 pl. 18) ; une planche de la Topographia Galliæ sive descriptio de Martin Zeiller éditée à Francfort en 1655 (BNF, Département des Cartes et Plans, Ge FF 748, t. III, pl. 112). Cette dernière vue étant sans doute la plus réaliste.

Table des illustrations

Titre Pierregourde - Vue de la rocca (au centre) et, en contrebas de celle-ci, des vestiges de la basse-cour du château et du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Le Pouzin - Gravure représentant le château et le bourg castral du Pouzin au début du XVIIe siècle (cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, VX 21). On remarque aussi sur cette vue le pont romain (à gauche) et les ruines du prieuré de Rompon (à droite).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Pradelles - Plan d’ensemble du castrum à la fin du Moyen Âge, à partir du plan cadastral du début du XIXe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Privas - Plan du bourg et de ses évolutions successives à partir du plan cadastral de 1811.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Privas - Gravure représentant le château et le bourg castral de Privas au début du XVIIe siècle (Cliché Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge CC 1361 pl. 30) ; le site est approximativement vu vers le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2511/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 937k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

O
 
R