Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
N
P

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

O

Texte intégral

ORIOL

1département : Ardèche ; canton : Satillieu ; commune : Ardoix ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 300 m

21082-1088 : Pons de Auriolo est témoin de la cession de l’église de Silhac à l’abbaye de Romans par Guigue de Clérieux (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 190).

31184 : diplôme de l’empereur Frédéric Barberousse confirmant notamment à l’abbaye de Saint-Oyend la possession de la capella d’Oriol (Urkunden Friedrichs I, t. IV, n° 884).

41206/1215-1245 : Pons d’Oriol, chanoine de Saint-Maurice de Vienne (Actes capitulaires de Saint-Maurice de Vienne p. 101-104 et p. 127).

51223 : Amédée d’Oriol est témoin de l’exemption de péage accordée par Guigue de Tournon au prieuré de Saint-Vallier (AN H2960).

61251 : Pons d’Oriol assiste, aux côtés de nombreux autres seigneurs haut-vivarois, à l’établissement des limites respectives des seigneuries d’Aymar d’Annonay et de Guigue Pagan, seigneur d’Argental (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 318).

71259 : Pons d’Oriol est témoin d’une donation portant sur des biens situés à Sarras (Regeste Dauphinois, t. II, n° 9563).

81295 : Hugonet de Lagorce reconnaît que les castra d’Oriol et de Revirand avec tous leurs droits sont tenus en fief lige du dauphin de Viennois, Humbert, comme ils l’étaient déjà de ses prédécesseurs (ADI Inventaire Marcellier, Pays Etrangers, f° 291 v°).

Oriol - Vue aérienne des vestiges du château et du bourg castral ; au centre du cliché, on distingue le donjon.

Oriol - Vue aérienne des vestiges du château et du bourg castral ; au centre du cliché, on distingue le donjon.

91296 : Hugues de Lagorce et sa femme, Alice de Revirand, se constituent cautions parmi d’autres seigneurs vivarois pour le dauphin Humbert lors de la dotation de sa fille Alice, promise à Jean, comte de Forez, et de la remise à celle-ci d’un certain nombre de châteaux du Viennois d’outre-Rhône dont Oriol et Revirand (Chartes du Forez n° 1666).

10Vers 1320 ( ?) : procès opposant, devant la cour royale de Boucieu, Hugues de Lagorce à certains de ses hommes du lieu de Rieus près d’Andance. Hugues de Lagorce est représenté par Albert de Gradu son châtelain dans les castra de Revirand et d’Oriol (ADA 61 J).

111327 (v-s) : Hugues de Lagorce, seigneur d’Oriol et de Revirand (ADI Inventaire Marcellier, Saint-Marcellin, f° 385 r° sq).

12Le castrum d’Oriol occupe l’extrémité d’un éperon rocheux, orienté nord-sud, dominant une boucle de l’Ay à quelques kilomètres en amont du bourg de Sarras et de la vallée du Rhône. Du site castral proprement dit, il ne subsiste désormais qu’un pan de mur d’un haut donjon quadrangulaire construit en petit appareil de granit. Ce donjon possédait au moins trois étages non voûtés, séparés par de simples solivages. Cette tour est vraisemblablement à dater du XIIe siècle ou du tout début du XIIIe siècle. Aucune enceinte, ni aucun corps de logis fonctionnant avec ce donjon n’existent encore en élévation. À la fin du XIXe siècle, Albin Mazon croit reconnaître l’emplacement d’une chapelle ainsi que les vestiges d’une seconde tour carrée au nord du donjon (Mazon 1901b p. 220).

13Un bourg castral, dont les ruines sont encore tout à fait visibles, s’est développé sur les pentes qui descendent vers l’est en direction de l’Ay mais la construction de la D 221 a entraîné la destruction d’une partie de celui-ci. Le castrum d’Oriol possédait une chapelle attestée dès la fin du XIIe siècle. Elle relève alors de l’abbaye jurassienne de Saint-Oyend ; en 1245, une bulle d’Innocent IV confirme, entre autres, cette subordination (Histoire de l’abbaye de Saint-Claude, t. I, appendice p. 646-648). Le capellanus de Auriol (o) figure dans les comptes de décimes de 1275 (Compte de décimes de 1275 p. 275) et du XIVe siècle pour le diocèse de Vienne (Taxe de la décime du XIVe siècle p. 302).

14Bibliographie :
Mazon 1901b.

OURS

15département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Viviers ; toponyme actuel : « Lourse » (« Le Castelas » en 1785) ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 130 m

16Ce château ne figure dans aucun texte antérieur au XIVe siècle. Toutefois, le compte de décimes de 1516 mentionne la cappellania Urci (Compte de décimes de 1516 p. 216). Par ailleurs, le site apparaît au début du XVIIe siècle (vers 1613) sur une des cartes du Dauphiné établies par Jean de Beins (BNF Ge DD 2987, 1362) ainsi que sur une des cartes du Rhône dressées par l’ingénieur royal Grandvoinet en 1785 (ADA C 147 n° 19). Il est alors déjà ruiné.

17La ruine avancée du site ainsi qu’une végétation arbustive très dense rendent hasardeuse une interprétation générale des vestiges. Le site prend l’aspect d’un petit éperon barré, orienté approximativement est-ouest, dominant immédiatement la vallée du Rhône, à quelques kilomètres au sud de Viviers. Au-delà du fossé qui protège le site au sud, se dresse une petite plate-forme rocheuse encombrée d’énormes pans de murs effondrés qui évoquent indéniablement une destruction systématique du site. Cependant, quelques éléments du château sont encore partiellement conservés en élévation. Il s’agit tout d’abord de la base d’un mur d’enceinte qui ceinture totalement la plate-forme. À l’est, cette enceinte est percée par une porte qui ouvre sur ce qui devait être le chemin d’accès originel ; celui-ci est bordé d’un haut mur. Dans l’espace délimité par l’enceinte, outre les blocs de maçonneries épars, on remarque, affleurant à peine sous la végétation, de nombreux murs aux orientations multiples. L’ensemble des constructions visibles sur le site présente le même appareil de moellons de calcaire de taille moyenne mais bien équarris. Enfin, une citerne quadrangulaire, pour partie creusée dans le rocher et pour partie maçonnée, enduite de mortier de tuileau, trône encore au centre de la plateforme. Au regard des faibles informations que nous possédons, le site est difficile à dater. Cependant, la topographie d’ensemble laisse supposer qu’il est fondé au plus tard à la fin du XIIIe siècle.

18Construit sur le domaine de l’Église de Viviers, ce château n’a jamais été chef-lieu de mandement et n’a entraîné la création d’aucun bourg castral. Il appartient, à l’évidence, avec le château de Saint-Martin, implanté plus au nord au débouché de l’Escoutay dans la vallée du Rhône (et peut-être avec le château de Saint-Victor du Détroit), à un système de défense avancée de la cité épiscopale de Viviers, dont ces fortifications protègent l’accès au nord et au sud. Le site conserve un rôle militaire jusqu’à l’extrême fin du XVIe siècle, il est ensuite démantelé.

19Bibliographie :
Chalabi 1989 p. 315.

OZON

20département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Ozon ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 240 m

211094 : Guillaume, seigneur du castellum Elsoni, reconnaît avoir donné autrefois à l’abbaye de Saint-Chaffre les droits qu’il possédait sur l’église Saint-Maurice d’Eclassan et sur la chapelle de son château (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCLII).

221179 : bulle du pape Alexandre III confirmant à l’abbaye de Saint-Chaffre la possession de la capella de Alsone (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLII).

231184 : les seigneuries d’Ozon et Saint-Vallier passent dans le patrimoine des ducs de Bourgogne après le mariage d’Hugues III avec Béatrice, comtesse de Vienne et d’Albon (Cartulaire de Saint-Vallier p. 9).

241270 : le comte palatin de Bourgogne, Othon, donne en dot à sa sœur Hippolyte, femme du comte de Valentinois Aymar IV de Poitiers, Ozon et Saint-Vallier (Cartulaire de Saint-Vallier p. 9).

251281 : le comte Aymar IV, fils d’Aymar III, confie à Pons de Montlaur la garde et la défense de la villa de Saint-Vallier et du castrum d’Ozon (ADI B 3539).

261282 : mention du castrum de Alsone dans le censier du prieuré de l’Ile-sous-Saint-Vallier (Cens et rentes du prieuré de l’Ile-sous-Saint-Vallier p. 30).

271302 (v-s) : testament d’Aymon Pagan, seigneur de Mahun. À sa femme, Alasie de Clermont, il donne notamment la villa de Sarras et le castrum et mandement de Alson (ADA 29 J 3 n° 7).

281327 (v-s) : Guillaume de Poitiers, frère cadet du comte de Valentinois Aymar IV, rend hommage à son frère pour le château d’Ozon et pour les fiefs que tient de lui Hugues de Lagorce, seigneur d’Oriol et de Revirand, dans le mandement d’Ozon (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 50 r°-51 r°).

291457 : mention du vintenum fortalicii d’Ozon (ADA 1 Mi chartrier de Solignac, n° 19, registre du notaire Floreti f° 118 v°).

30Le chef-lieu actuel de la commune d’Ozon, situé sur une étroite avancée du plateau du Haut-Vivarais au-dessus de la vallée du Rhône, est un petit bourg d’origine castrale. Le village s’est développé sur les hauteurs du coteau rhodanien au pied du château et de la chapelle castrale devenue église paroissiale. Au Moyen Âge, le château d’Ozon faisait directement face au port de Saint-Vallier, situé sur la rive gauche du Rhône.

31Du château rien ne subsiste aujourd’hui ; tout au plus peut-on entrevoir sur place une vague plateforme à proximité de l’église actuelle qui par ailleurs ne paraît pas médiévale. Toutefois, le plan cadastral de 1824 montre la présence près de celle-ci d’un grand bâtiment de plan rectangulaire - environ 20 m x 10 m - cantonné à l’angle sud-est par une tour circulaire : il pourrait s’agir de tout ou partie du château médiéval. Le bourg castral, de dimension très réduite, ne présente aujourd’hui aucun vestige caractéristique.

Table des illustrations

Titre Oriol - Vue aérienne des vestiges du château et du bourg castral ; au centre du cliché, on distingue le donjon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2510/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

N
 
P