Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
L
N

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

M

Texte intégral

MAHUN

1département : Ardèche ; canton : Satillieu ; commune : Saint-Symphorien-de-Mahun ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 870 m

21090 : Aymon, fils de Blismodis de Malduno, donne à l’abbaye de Romans l’église Saint-Maurice de Vaudevant (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 200).

3Vers 1090 : Aymon, seigneur du castellum appelé Mauduni, cède l’église de Sainte-Marie de Veyrines à l’abbaye de Saint-Chaffre (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCLI).

41243 : accord de paix entre Philippa, comtesse de Valentinois, et Guigue Pagan, seigneur de Mahun. Ce dernier rend hommage à la comtesse pour le château et la seigneurie de Mahun (ADA 1 E 1439 n° 5).

51264 : transaction entre Aymar, seigneur de Beaudiner, et Guigue Pagan IV, seigneur de Mahun, à propos des droits de péage et de pulvérage de leurs vassaux respectifs dans les mandements de Beaudiner et de Mahun (AN H3082 1).

  • 53 Mémoires historiques sur le Vivarais p. 418-420 (mais à la date erronée de 1200).

61275 : accord entre Raymond Pagan, prieur de Veyrines, et Aymon Pagan, seigneur de Mahun, sur leurs droits respectifs. Le prieur de Veyrines et les hommes et biens du prieuré seront sous la sauvegarde du seigneur de Mahun. Ils sont tenus de faire la garde au château de Mahun, de suivre le seigneur de Mahun dans ses chevauchées, de garder des armes et de les exhiber à réquisition, et plus généralement de faire tout ce que les nobles ou vavasseurs sont tenus de faire. Le seigneur de Mahun aura la haute justice sur les hommes du prieuré sauf sur le prieur, les moines et les domestiques du prieuré, mais la basse justice restera au prieur. Le seigneur de Mahun aura droit de prendre sur les hommes du prieuré demeurant dans sa seigneurie une quarte de seigle chaque année. Le prieur, les moines et les domestiques du prieur auront droit de pêche dans la vallée où est établi le prieuré. Le seigneur de Mahun ne pourra imposer aucun ban sur les propriétés et bois du prieuré sauf accord du prieur. Les rapaces et autres oiseaux trouvés dans les bois du prieuré appartiendront au seigneur de Mahun53.

71290 : à la requête d’Aymon Pagan, les habitants des mandements de Mahun et de Seray reconnaissent être sous la juridiction haute, moyenne et basse d’Aymon Pagan, seigneur de Mahun et de Seray. Les hommes liges et les autres, à la réquisition d’Aymon Pagan, ont reconnu tous les cens dus au seigneur de Mahun et les usages, tailles, corvées, etc., guet et garde des châteaux. Ils reconnaissent être soumis à la demande du seigneur pour tous travaux d’entretien des châteaux et plus généralement à tout service qu’un seigneur peut exiger de ses sujets. Ils jurent de ne jamais aller à l’encontre de cela. Les habitants du mandement de Seray et une partie de celui de Mahun, les uns après les autres, ont acquiescé (AN 513 AP 13 p. 34).

8Les ruines du château de Mahun occupent l’extrémité d’une serre rocheuse à près de 850 m d’altitude, à environ un kilomètre au nord du bourg de Saint-Symphorien qu’il domine. L’examen de la carte IGN au 1/25 000e semble montrer que l’installation du château de Mahun s’est faite dans une zone pionnière sur les franges de l’immense forêt qui bordait et qui borde encore la partie sud-ouest du bassin de la Cance.

9Le château est établi sur une plate-forme irrégulière d’environ 30 mètres par 50 mètres, isolée au nord, à l’est et à l’ouest par des à-pics naturels. Au sud, une pente relativement abrupte supporte le chemin d’accès au site. Le château présente un plan très simple : les ruines d’un petit donjon quadrangulaire occupent l’angle d’une enceinte grossièrement ovale qui suit le pourtour de la plate-forme rocheuse. Le donjon et l’enceinte présentent un appareil tout à fait semblable de petits blocs de granit mal équarris liés au mortier de chaux. L’ensemble paraît renvoyer à la période XIe-XIIIe siècles.

  • 54 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 97 (article Mahun) :... où il (...)

10Un habitat s’est développé sur les pentes méridionales de l’éperon supportant le château ; il en subsiste des pierriers et un hameau en ruine à moins d’une centaine de mètres en contrebas du château. Le castrum possédait une chapelle attestée en 1212 qui figure encore dans le pouillé de l’Église de Vienne de 1523 (Regeste Dauphinois, t. VII, n° 535 et Mazon 1891-1893, t. I, p. 234). Au tout début du XVIIe siècle, le site de Mahun est déjà totalement ruiné54.

MALARCE ou GARCILLO

11département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Malarce-sur-Thines ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ou « Gachaloup » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 230 m

121255 : partage entre Guigue de Châteauneuf et son neveu, autre Guigue de Châteauneuf. Le premier possède le castrum [...] de Tina et le castrum de Garcillo cum omnibus pertinentiis mandamentis, juridictione et districtu eorumdem et tota valle de Tina et valle de Malarcia (ADA 52 J 216).

131459 : mention du mandement de Malarce (Testament de Raymond de Châteauneuf-Saint-Remèze).

14Le site occupe le sommet d’un éperon rocheux s’avançant au-dessus d’un méandre du Chassezac, au confluent de celui-ci avec le ruisseau de Gachaloup. Cet hydronyme renvoie au castrum de Garcillo mentionné au milieu du XIIIe siècle. Sur place, les vestiges arasés de plusieurs constructions quadrangulaires en petit appareil de schiste lié au mortier de chaux sont visibles sous un dense couvert végétal. Un de ces bâtiments pourrait être un petit donjon des XIIe ou XIIIe siècles.

MALBOSC

15département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Malbosc ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 370 m

161197 : Gaucelin de Naves reprend en fief de Falcon, abbé de Saint-Ruf, tous ses droits dans les castra de Naves, Malbosc et Banne. Il devra rendre hommage pour ces fiefs à l’abbé de Saint-Ruf quand celui-ci l’exigera et verser annuellement 3 livres de cire (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° LXXIV).

171208 : bulle du pape Innocent III confirmant à l’abbaye de Saint-Gilles tous ses droits et privilèges et énumérant la liste des églises qui en dépendent, dont ecclesiam de Malbosc cum sua capella (Bullaire de l’abbaye de Saint-Gilles n° LXXX).

181236 : Régordan de Naves, fils de Gaucelin de Naves, reprend en fief de l’abbé de Saint-Ruf tout ce qu’il avait à Malbosc, Naves et Banne (ADG H 922 f° 102 r°).

191243 : Pierre de Cornillon reçoit en fief franc d’Etienne d’Altier, prieur de Bonnevaux, tout ce qu’il a et pourra avoir dans les manses de Castanet et de Lafigère, situés dans la paroisse de Saint-Théodorit et dans le mandement de Malbosc, avec leurs dépendances et leur justice (ADG H 922 f° 227 sq).

201256 : sentence arbitrale entre les pariers de Naves et de Malbosc, Régordan de Naves, Pons de Malbosc, Bernard de Durban, Pierre de Cornillon, Bernard Maynier, Raymond de Maurins, Raymond de Malbosc, pour lui et les siens, d’une part et Hugues de Grâne, prieur de l’église de Saint-Martin d’Aujac, Bernard de Charanavas et Guillaume d’Aujac, d’autre part, par l’arbitrage de Pierre Héracle et Raymond de Banne à propos de la justice et de la seigneurie du manse inférieur d’Aujac (ADG H 922 f° 267 r° sq).

211268 : hommage par Pons de Malbosc, Guillaume de Cornillon et d’autres, au prieur de Bonnevaux pour la 6ème partie du château (lire castrum) de Malbosc, à Régordan de Naves pour une autre 6ème partie, à Etienne de Naves pour la 3ème partie (ADLZ 3 J 646 f i 6 v°-7 r°).

221269 : Guigue Meschin, seigneur du Tournel et coseigneur de Montfort, Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc et coseigneur de Montfort, et Régordan, coseigneur de Naves et de Malbosc, accordent, pour eux et pour tous les pariers des castra et mandements de Naves et de Malbosc, immunité, liberté et franchises à tous les habitants de ces castra et mandements. Les habitants seront exempts de péage et de pulvérage notamment dans les châteaux de Montfort, de Paris, de Châteauneuf, de Naves et de Malbosc (ADLZ G 120).

231273 : reconnaissance par Pons de Malbosc au prieur de Bonnevaux d’une pièce de terre dans le castrum de Malbosc (ADG H 922 f° 117 v°).

241278 : achat par Falcon de Chassagnes à Raymond de Malbosc de la 5ème partie de la 12ème partie du château de Malbosc et de sa justice (ADLZ 3 J 646 f° 24 r°).

251278 : hommage des coseigneurs de Malbosc pour le castrum de Malbosc, son mandement, son districtus, sa justice, ainsi que pour tout l’affar qu’ils ont dans ce castrum. Pons de Malbosc rend hommage pour 1/4 ; Guillaume de Cornillon, Ermessende de Malbosc, fille de feu Bernard de Durban, et Raymond, son mari, pour un autre 1/4 ; Raymond, Bernard et Gaucelin de Malbosc, frères, pour 1/12e, au prieur de Bonnevaux ; pour 1/6e à Etienne de Naves, et pour 1/3 à Raymond de Peyre (ADG H 922 f° 94).

Malbosc - Plan d’ensemble du site avec le château, le bourg castral et la chapelle Saint-Blaise.

Malbosc - Plan d’ensemble du site avec le château, le bourg castral et la chapelle Saint-Blaise.

26Vers 1280-1300 : fragment d’un état (en occitan) des droits des coseigneurs du castrum de Malbosc : Pierre de Naves, seigneur de Mérindol, Raymond del Ranc, Isabelle de Chaudeyrac, Guillaume de Malbosc, Pierre de Malbosc, Gonet de Malbosc (ADG H 922 f° 86 v° sq).

271284 : reconnaissance et hommage en fief franc par Pierre de Malbosc au prieur de Bonnevaux, d’une maison avec ses dépendances dans le castrum de Malbosc, appelée La Barrière, joignant d’une part le portail de La Barrière et d’autre part le bois commun des seigneurs du château de Malbosc (ADG H 922 f° 116 v°).

281319 : hommage par les coseigneurs de Malbosc pour leurs parts de justice de la seigneurie de Malbosc : à Gaucelin de Naves et au prieur de Bonnevaux pour la 3ème partie, à Giraud de Sampzon pour une autre 3ème partie et à Giraud de Peyre pour le tiers restant (ADLZ 3 J 646 f° 7 r°).

29La commune actuelle de Malbosc, enclave vivaroise dans les Cévennes gardoises, compte quatre hameaux principaux : Le Mas, Chabannes, le chef-lieu de la commune avec l’église et la mairie, et enfin Malbosquet. Ce toponyme conserve le souvenir du castrum de Malbosc, dont les ruines s’élèvent à 500 m au sud-est. Celles-ci occupent un imposant affleurement de schiste se dressant au confluent de deux ruisseaux, l’Abeau et la Borie, qui présentent tous deux des vallées étroites et encaissées.

30Le sommet de la croupe rocheuse supportant le château montre de très nombreuses maçonneries de schiste liées au mortier de chaux. On peut distinguer une enceinte ceinturant la plate-forme castral ainsi que, au point le plus haut, la base d’un donjon quadrangulaire. Les vestiges de divers autres bâtiments sont visibles à l’intérieur de la chemise maçonnée. Sur les pentes, au sud, s’étagent les ruines d’un important bourg castral, dont certaines maisons paraissent avoir été abandonnées tardivement, au XIXe ou au début du XXe siècle. Le castrum était protégé par une enceinte dont subsistent encore divers pans de courtines. Une des portes de celle-ci - la porte de La Barrière - est mentionnée en 1284 (ADG H 922 f° 116 v°). Une chapelle se dresse encore parmi les ruines de l’habitat. Dédiée à Saint-Blaise, elle possède une nef unique terminée par une abside semi-circulaire. Il s’agit de la capella mentionnée en 1208 dans la bulle d’Innocent III pour l’abbaye de Saint-Gilles. La chapelle Saint-Blaise apparaît encore dans la visite diocésaine de 1501, mais son autel n’est alors plus consacré (Visite des paroisses du Bas-Vivarais en 1501 p. 24).

  • 55 Sur la chapelle Saint-Blaise et sur l’église Saint-Jean-Baptiste, cf. Schnetzler 1995 p. 11 sq.

31L’église paroissiale de Malbosc, dont la chapelle du castrum était une succursale, figure, elle aussi, dans la bulle de 1208 ; elle est dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Encore très partiellement médiévale dans ses élévations, elle est située à 1 km au sud du Chastelas, au-delà du ruisseau d’Abeau55.

MARZEL

32département : Ardèche ; canton : ? ; commune : ? ; toponyme actuel : ? ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : ?

331207 : Pons de Montlaur reconnaît tenir en fief rendable de l’Église de Viviers et de Burnon, évêque de Viviers, le castrum de Marzel et son mandementum seu tenementum. Il se déclare feudataire de l’Église de Viviers à qui il rendra hommage et à qui il rendra ce castrum avec toutes les fortias qui y sont ou pourront y être construites, chaque fois que celle-ci le souhaitera. L’évêque de Viviers, pour lui et ses successeurs, jure de donner en fief pour toujours à Pons de Montlaur tout ce qu’il a ou pourra acquérir dans ce castrum (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 121-122).

34Le castrum de Marzel, pour lequel Pons de Montlaur rend hommage à l’Église de Viviers au début du XIIIe siècle, n’est pas identifié. La charte mentionnant ce site n’étant connue que par une copie du XVIIe siècle, cette difficulté d’identification est à l’évidence à lier à une erreur de lecture du copiste moderne. Pour Jean Charay (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 121-122), il s’agirait du castrum de Mayres ; cette interprétation nous paraît cependant très incertaine. En effet, les domaines des Montlaur dans la vallée de l’Ardèche au tournant des XIIe-XIIIe siècles restent très mal connus et Mayres ne semble justement pas leur appartenir à ce moment-là ; ce dernier château étant alors aux mains du lignage de Jaujac.

MAYRES

35département : Ardèche ; canton : Thueyts ; commune : Mayres ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 770 m

361219 : Albert, Hugues et Guillaume de Jaujac concèdent à l’abbé de Mazan tous leurs droits sur les pâturages situés dans les mandements des châteaux de Géorand, Les Éperviers, Mayres, Meyras et Jaujac, exception faite des terres qui appartiennent aux frères d’Aiguebelle dans le mandement de Géorand et des possessions des frères des Chambons dans le mandement de Mayres. Acte passé dans le castrum de Mayres infra curiam (Histoire du Vivarais, t. II, P. -J. n° III).

371243 : accord entre Brenda, femme de feu Hugues de Jaujac, et Guigue, seigneur de Roche, pour le mariage de Terrena, fille de Brenda et Hugues de Jaujac, et du fils de Guigue de Roche lorsque ceux-ci seront en âge de le faire. Brenda, son frère Randon, ses parents et amis, donnent en dot à Terrena les castra et mandements de Jaujac et de Mayres avec tous leurs droits et dépendances. Avant le mariage, Brenda tiendra le castrum de Jaujac et Guigue de Roche le castrum de Mayres (AN K 1175 n° 4).

381272 : testament de Pons, seigneur de Montlaur et de Posquières. Il exige que soit restitué à Guigue de Roche, son neveu, à qui appartient le castrum de Meyras depuis l’échange fait par celui-ci avec Guillaume de Jaujac contre le castrum de Mayres, tous les droits que Pons détenait sur ce castrum [de Meyras] (Testament de Pons de Montlaur).

391280 : vente faite par Raymond de Jaujac à Pons, seigneur de Montlaur, de droits sur la terre et seigneurie de Mayres, consistant en divers rentes et droits et particulièrement celui du péage et du pulvérage (AN H3101).

401283 : accord entre l’abbaye de Mazan et Pons, seigneur de Montlaur et du castrum de Mayres (ADA 3 H 1 f i 63 v° - 66).

411285 : transaction entre Pons, seigneur des castra de Montlaur et de Mayres, et son frère Héracle, d’une part, et l’abbé des Chambons, d’autre part, sur divers droits de pâturage, de bûcherage, de justice, etc., dans le mandement de Mayres (ADA 1 H 8).

421309 : hommage de Guy de Montlaur à l’évêque du Puy pour le château et mandement de Mayres (BMP Ms 105 p. 232).

431312 : Pons de Veyrassac est bayle des châteaux d’Arlempdes, Châteauneuf, Mayres, Montpezat et Ucel pour Guy de Montlaur (ADA 3 H 1 f i 16 r°-25 v°).

44Les ruines du château de Mayres occupent un éperon rocheux se dressant au-dessus de la vallée de l’Ardèche, immédiatement sur les contreforts sud du plateau vivarois. Le site, établi à environ 770 m d’altitude, est dominé au sud et au nord par des sommets culminant à 1400 m. En contrebas du château, plus près de l’Ardèche, passait au Moyen Âge une route reliant la vallée du Rhône au Puy-en-Velay par Aubenas et Langogne ; l’actuelle N 102 en reprend approximativement le tracé (Brechon 2000, t. II/1, p. 324 sq). À la fin du XIIIe siècle, un droit de péage et un droit de pulvérage sont prélevés à Mayres.

45Le site est barré au nord-est par un fossé large d’environ 5 m. Ce fossé isole une plate-forme longue d’environ 90 m pour une largeur maximale de 30 m. Au-delà du fossé se dresse un premier bâtiment quadrangulaire dont n’est conservé que l’angle nord-est. À quelques mètres de celui-ci, sur le point le plus haut du site, subsistent les vestiges d’un petit donjon quadrangulaire bâti en petit et moyen appareil irrégulier de granit. Le donjon mesure environ 5,10 m x 5,70 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 1,20 m. Il comportait au moins trois niveaux. Demeurent encore un rez-de-chaussée aveugle et deux étages sur plancher ; seule reste toutefois en élévation l’amorce du dernier niveau. L’accès se fait au premier étage par une porte située au sud. Cette porte, partiellement conservée, est couverte d’un arc en plein cintre. À ce niveau, le donjon est percé de trois étroites ouvertures de facture sommaire. Ce bâtiment peut être daté du XIIe siècle.

Mayres - Plan d’ensemble du château.

Mayres - Plan d’ensemble du château.

Mayres - Le donjon du XIIe siècle.

Mayres - Le donjon du XIIe siècle.
  • 56 Chabannes 1927 p. 144. L’auteur donne par ailleurs (p. 18-19) une description du château de Mayres (...)
  • 57 Compte de décimes de 1516 p. 259 : cappellania (sic) Sancti Petri castri de Matribus.

46À proximité même du donjon se dresse une chapelle sous le vocable de Saint-Médard. Reconstruite en 183856, elle occupe toutefois probablement l’emplacement de la chapelle du castrum de Mayres, dédiée à Saint-Pierre et mentionnée dans le compte de décimes de 151657. La chapelle et le donjon sont isolés, au sud, du reste des bâtiments du castrum par un fossé large d’environ 6 m. Au-delà de ce second fossé, dans la basse-cour du château, on constate la présence jusque sur le rebord de l’éperon rocheux de quelques vestiges épars de maçonneries, dont un grand bâtiment au sud-ouest construit en partie sur la pente, et d’aménagements rupestres, dont une petite case-encoche. Dans la vallée, à environ 1,7 km à vol d’oiseau à l’est du castrum, s’élevait l’église paroissiale de Mayres placée sous le vocable de Saint-Martin ; elle a été reconstruite au même emplacement au XIXe siècle (Chabannes 1927 p. 144). Un hameau dit du Vieux Mayres, à quelques centaines de mètres au nord-ouest des vestiges du château, évoque peut-être le souvenir d’un habitat castral aujourd’hui disparu.

47Bibliographie :
Chabannes 1927.

MEYRAS

48département : Ardèche ; canton : Thueyts ; commune : Meyras ; toponyme actuel : « Château de Ventadour » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 370 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

491164 : bulle du pape Alexandre III confirmant à l’évêque du Puy les droits et biens de son Église, dont Meyras (Chroniques de Estienne Médicis p. 76-78).

501219 : Albert, Hugues et Guillaume de Jaujac concèdent à l’abbaye de Mazan tous leurs droits sur les pâturages situés dans les mandements des castra de Géorand, Les Éperviers, Mayres, Meyras, Jaujac (Histoire du Vivarais, t. II, P.-J. n° III).

511244 : transaction entre Guillaume de Jaujac et Pons de Glavenas, trésorier de l’Église du Puy, au sujet de droit de justice sur les hommes de Veyrières, du Ranc et du Mas, près de Meyras, à la suite de laquelle Guillaume rend hommage au chapitre du Puy pour tous les droits qu’il possède dans le castrum et le mandement de Meyras (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. 1, n° 270).

521267 : Clément IV confirme les biens et privilèges de l’Église du Puy dont Meyras (Chroniques de Estienne Médicis, p. 79-82).

531271 : testament de Jaujaga, fille de feu Hugues de Jaujac, et femme de Guigue de Roche, par lequel elle fait divers legs pieux, notamment à la capella de Meyras (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. 1, n° 528).

541272 : testament de Pons de Montlaur, seigneur d’Aubenas. Il exige notamment que soit restitué à Guigue de Roche, son neveu, à qui appartient le castrum de Meyras, depuis l’échange fait par celui-ci avec Guillaume de Jaujac du castrum de Mayres, tous les droits qu’il (Pons) détenait sur ce castrum (Testament de Pons de Montlaur p. 220).

551275 : Héracle de Montlaur, frère de Pons, rend hommage à l’évêque du Puy pour le château de Meyras (Testament de Pons de Montlaur p. 220).

561281 : Eble de Aulanheto vend à Guigue de Roche, pour le prix de 23 livres viennoises, divers cens en deniers, en grain et en vin. Acte passé dans le castrum de Meyras (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 695).

571281 : Silvion de Juvinas reconnaît tenir en fief de Guigue de Roche, seigneur de Meyras, tout ce qu’il possède dans le mandement du castrum de Meyras (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 701).

581300 : les hommes du castrum et du mandement de Meyras, réunis dans l’église de Meyras, interrogés l’un après l’autre, déclarent qu’ils sont, ont été et veulent rester les hommes taillables, corvéables et exploitables de Guigue de Roche, à l’entière volonté de ce seigneur et de ses successeurs (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1039).

Meyras - Le château au début du XXe siècle avant les travaux de restauration (carte postale, collection privée).

Meyras - Le château au début du XXe siècle avant les travaux de restauration (carte postale, collection privée).

591304 : les officiers de justice du seigneur de Roche pour la châtellenie de Don, siégeant à Meyras, remettent à jour fixe l’arrêt prononcé contre deux bergers du mandement de Brion coupables d’avoir trait les brebis d’autrui à l’insu des propriétaires, mais ils exigent caution que les bergers se représenteront et payeront l’amende. Acte passé in fornello predicti castri de Mayriaco (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1143).

601321 : Alasie Bonaud, de Neyrac, et Mondon, son fils, vendent à Pierre Goy, de Thueyts, une vigne située dans le terroir de Neyrac in mandamento castri de Mayrato, vigne qu’elle tient en fief franc et noble de Guigue de Roche (ADLC F 129).

611325 (v-s) : Raymond et Hélias de Chanaleille reconnaissent tenir en fief franc et noble de Guigue de Roche deux parts indivises du manse de La Valette avec les hommes, droits, juridictions et dépendances situés dans le mandement du castrum de Jaujac et divers autres choses dans les mandements de Meyras et de Jaujac. Acte passé infra fortalicium dicti castri de Meyras in camera dicti domini de Ruppe (AN 513 AP 10).

621329 (v-s) : Guigue de Roche reconnaît tenir de Pons de Montlaur, in feudum francum et honoratum, les castrum, territorium, villam et districtum de Meyras, exception faite de ce qu’il tient de l’évêque et de l’Église du Puy dans le mandement et le castrum de Meyras (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1912).

63Bâti sur un promontoire rocheux, le château de Meyras domine de près de 80 m l’Ardèche au confluent de celle-ci avec la Fonteaulière. À 1,9 km au nord-ouest du château se trouve le village de Meyras qui s’est développé à proximité de l’église Saint-Etienne sans doute fondée durant le haut Moyen Âge ; ce site est le siège d’une viguerie attestée à plusieurs reprises aux IXe et Xe siècles (Laffont 1998a, t. I, p. 107-108).

64L’élément le plus ancien du château de Meyras semble être un donjon carré du XIIe ou du XIIIe siècle situé à l’ouest de l’ensemble castral. Celui-ci est englobé dans un vaste et complexe ensemble dont les chronologies relatives et absolues, de la fin du Moyen Âge à l’Époque Moderne, restent à établir précisément. Déjà très ruiné au début du XIXe siècle, le château est abondamment restauré depuis la fin des années 1960. Un petit habitat castral semble s’être développé au Moyen Âge sur les pentes qui s’étendent au sud du château. Un hospicium y est encore mentionné en 1464 (ADA C 584 f° 46 r°). Le castrum de Meyras possédait une chapelle dédiée à Saint-Martin. Celle-ci est un petit édifice à nef unique et abside semi-circulaire ; elle est encore utilisée au début du XVIIe siècle (Grégoire 1976 p. 25).

65Bibliographie :
Château de Ventadour 1993 ; Grégoire 1976 ; Laffont 1998a, t. I ; Riou 2002.

MÉZENC

66département : Haute-Loire ; canton : Fay-sur-Lignon ; commune : Chaudeyrolles ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : entre env. 1480 m et env. 1510 m

Mézenc - Au dernier plan, le dyke volcanique ayant porté le château et sa chemise ; au premier plan, le fossé ; entre les deux, la basse-cour.

Mézenc - Au dernier plan, le dyke volcanique ayant porté le château et sa chemise ; au premier plan, le fossé ; entre les deux, la basse-cour.

67975-982 : Etienne, qualifié de vir nobilis de castro Mezengo et sa femme, Ermengarde, donnent à l’abbaye de Saint-Chaffre un manse situé dans le diocèse du Puy (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CVI).

681062 : Etienne, Jarenton, Bertrand, Pierre, Hugues, Géraud et Pierre, domini de Mezengo, donnent à l’abbaye de Saint-Chaffre le lieu des Eygaux (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCXXXII).

691079 : Bertrand du Mézenc, sa femme Guilherma et Odilon Bello, rendent aux bénédictins de Saint-Chaffre avec le consentement de Géraud, évêque de Viviers, l’église de Sainte-Eulalie avec toutes ses dépendances (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCLXXXIV).

701096 : les chevaliers du Mézenc (milites ex Misenco castro) admettant qu’ils nuisent gravement et depuis déjà longtemps aux hommes et aux biens de l’abbaye de Saint-Chaffre, reconnaissent leurs fautes. Partant pour Jérusalem, ils sont absous par les évêques du Puy, de Mende et de Viviers. Pierre le Bâtard et ses frères, Pons et son frère Bertrand, Pierre Bertrand, Géraud Pilans, Pierre de Fay jurent de ne plus nuire aux moines et reconnaissent tous les biens que tient l’abbaye dans le mandement du Mézenc. En récompense, l’abbé Guillaume donne à Pierre Bâtard et à ses frères 700 sous, à Pons 100 sous et un cheval, Bertrand reçoit un marc d’argent, Pierre Bertrand un cheval et une somme de 40 sous, et Géraud obtient une mule (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCXCVIII).

711188 : Savine, épouse de Guerrivi, donne à la chartreuse de Bonnefoy le droit de pacage sur ses terres situées dans le mandement du Mézenc (Cartulaire de Bonnefoy n° 167).

721193 : Géraud du Mézenc et son fils Hugues donnent en aumône perpétuelle à la chartreuse de Bonnefoy toutes les terres qu’ils possédaient à Molines. L’acte est passé ante castellum de Mesench (Cartulaire de Bonnefoy n° 140).

731199 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et sa femme Philippa, fille de feu Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, donnent à la chartreuse de Bonnefoy tous leurs pâturages situés à l’intérieur des limites de la chartreuse dans le mandement du Mézenc (Cartulaire de Bonnefoy n° 33).

741205 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et sa femme Philippa concèdent à l’abbaye de Mazan le manse de Charbonouse avec toutes ses dépendances ainsi que les pâturages, eaux et bois du mandement du castrum du Mézenc. Ils promettent de n’accorder à personne d’autre le droit de pâture dans le mandement du Mézenc, exception faite de leurs hommes habitant et exploitant la terre du Mézenc et sous réserve des droits des frères de Bonnefoy (Histoire du Vivarais, t. II P. -J. n° I).

751206 (v-s) : l’évêque de Viviers, Burnon, reproche, entre autres choses, au comte Aymar II de Poitiers de ne pas lui rendre hommage pour le château du Mézenc qu’il tient pourtant de l’Église de Viviers (ADS SA 3841).

761219 : Pierre de Fourchades se rend au Mézenc et, en présence de Philippa, comtesse de Valentinois, il confirme la donation faite par son frère aux chartreux de Bonnefoy. L’acte est passé in camera domine Philippe (Cartulaire de Bonnefoy n° 70).

771250 : Philippa de Fay, comtesse de Valentinois, donne à Aymar de Poitiers, son petit-fils, les châteaux et seigneuries de Fay, Montréal, Queyrières, Mézenc, Chanéac, Chambarlhac. Elle se réserve toutefois, sa vie durant, l’usufruit des biens donnés (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 15 v°).

781262 : enquête effectuée à la demande d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, sur l’administration de la charge de bayle que Pons, bayle de Fay, exerçait depuis longtemps notamment dans les castrum, mandement, territorium et districtus du Mézenc (ADI B 3526).

791284 : différend entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Foulque, abbé de Mazan, au sujet de la haute et basse justice des manses de la grange de Bonnefont situés infra mandamenta castrorum de Fayno et de Mezenco (ADA 3 H 1 f i 25 v°-29 v°).

Mézenc - Plan d’ensemble du site et des sondages archéologiques.

Mézenc - Plan d’ensemble du site et des sondages archéologiques.

801308 : Guillaume de Poitiers, seigneur des baronnies de Fay et de Beaudiner, cède à Hugues de Pierregourde une terre située dans le mandement du Mézenc (ADA 4 H 8).

811327 (v-s) : hommage à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Guillaume de Poitiers, seigneur de Saint-Vallier et de Fay, notamment pour le château du Mézenc (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 50 r°-51 r°).

821399 : Louis de Poitiers, comte de Valentinois et de Diois, vend à Guillaume de Montravel, dit l’Ermite, seigneur de La Faye en Auvergne, le château et la seigneurie du Mézenc sous réserve de l’hommage (ADI B 3904).

831408 : les hommes de la chartreuse de Bonnefoy font appel d’une ordonnance rendue par le châtelain du Mézenc, les obligeant à contribuer à une somme de 400 livres imposée sur tout le mandement du Mézenc pour la réparation du château. Les hommes de la chartreuse arguent du fait que ce château leur est inutile, étant situé sur une montagne inaccessible et extrêmement froide, et qu’en outre ils sont les hommes liges de la chartreuse de Bonnefoy. L’année suivante, les hommes des Estables paient à Jean de Montravel, seigneur du Mézenc, une somme de 120 livres pour l’aider à rebâtir le château du Mézenc (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. III, p. 84).

84Le site du château du Mézenc s’est organisé autour d’un dyke de rhyolite, le « Chastelas », dont le sommet culmine à 1506 m d’altitude. Le Chastelas est le plus occidental des trois dykes, approximativement orientés est-ouest, formant les « Dents du Mézenc ». À 3 km au nord du site se dresse le bourg de Chaudeyrolles bâti autour de l’église paroissiale Saint-Baudile, dernière paroisse du diocèse de Viviers avant le Velay. Au sud-ouest du château, à environ 3,5 km à vol d’oiseau, est établi le village des Estables, appartenant au diocèse du Puy. De 1995 à 2000 le château du Mézenc a fait l’objet de quatre campagnes de fouilles archéologiques qui ont permis de préciser le plan et la chronologie du château et de montrer, notamment grâce à plusieurs datations au 14 C, que le site a été principalement occupé de la fin du Xe siècle à la fin du XIIe siècle avec un abandon quasi complet après 1200.

85L’élément central du château du Mézenc est un imposant pointement volcanique, sur la plate-forme sommitale duquel s’élevait une tour de pierre protégée par un mur d’enceinte dont le tracé suivait le relief. En contrebas du dyke s’étend une vaste basse-cour en terrasse dont l’altitude moyenne oscille entre 1470 et 1490 m. Celle-ci est barrée au nord par une arête rocheuse et protégée à l’est et au sud par un large fossé que doublait vers l’intérieur du château un mur d’enceinte. Les sondages archéologiques ont montré la présence d’au moins sept bâtiments dans la basse-cour. Seul l’un d’entre eux (l’aula) était visible lorsque les travaux ont commencé en 1995. Tous ces bâtiments sont construits en blocs de rhyolite liés au mortier de chaux ou au mortier de terre et étaient pour la plupart couverts de lauzes de phonolite. À l’exception de trois d’entre eux, tous ces bâtiments ont été construits, utilisés puis abandonnés entre la seconde moitié du Xe siècle et la fin du XIIe siècle. Seul le donjon ainsi que deux bâtiments résidentiels - dont l’aula - resteront ponctuellement utilisés jusqu’au XVe siècle.

86Bibliographie :
Carlat 1997, Laffont 1997a, Laffont 1997b, Laffont 1999.

MÉZILHAC

87département : Ardèche ; canton : Antraigues ; commune : Mézilhac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : 1170 m

881197 : Guigue de Roche reconnaît tenir d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, Don et Mézilhac qu’il devra rendre à toute réquisition (Les plus anciennes chartes en langue provençale n° 313).

891234 : Guigue, seigneur de Roche, reconnaît tenir d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, les castra de Don, Mézilhac et Montagut. Ces deux derniers sont rendables de jour comme de nuit, en temps de paix ou de guerre (ADI B 2632).

Mézilhac - Un des deux tertres du château avec son fossé.

Mézilhac - Un des deux tertres du château avec son fossé.

901239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra du Vivarais dont celui de Mézilhac (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

911259 : inféodation faite par Guigue, seigneur de Roche, Don et Mézilhac, à Silvion de Tournon des terres qu’il avait à Dornas, Talaron, Saint-Genès, Leyral et Malassas dans les mandements de Don et de Mézilhac (ADA 3 J 23 f° 13 v°).

921267 : Guigue, seigneur de Roche, fils de feu Guigue de Roche, reconnaît tenir en fief franc d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, les castra de Roche, Don, Mézilhac et Montagut, ces deux derniers rendables de jour comme de nuit. Guigue rend hommage lige au comte pour ces châteaux (ADI B 2632).

931280 : hommage d’Aymar de Poitiers au roi de France pour certains de ses châteaux vivarois dont celui de Mézilhac (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

941284 : hommage de Raymond de Valle à Guigue, seigneur de Roche, pour tout ce qu’il tenait en fief dans les lieux et mandements de Don, Mézilhac et Montagut (ADA 3 J 23 f° 13 v°).

951293 : lettres patentes du roi Philippe IV au sénéchal de Beaucaire pour rendre justice à Guigue, seigneur de Roche, contre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, qui lui causait préjudice pour son péage de Mézilhac en détournant les marchandises et en contraignant les muletiers à prendre la route de Chalencon où Aymar de Poitiers avait un péage (ADA 3 J 23 f° 5 v°).

961304 : Guigue de Roche est seigneur de Don, Mézilhac et Montagut (ADA 19 J 3).

971326 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir en fief du roi de France divers châteaux dont celui de Mézilhac (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

98Le site de Mézilhac est établi au contact du plateau ardéchois et des Hautes-Boutières. Le château occupe l’extrémité nord d’un relief orienté nord-sud, dominant le village actuel de Mézilhac. Il prend l’aspect d’un tertre de taille modeste, haut de quelques mètres, dont la base est approximativement quadrangulaire. Le fossé qui l’entoure se lit encore nettement dans le paysage. Un second tertre plus allongé, mais moins haut, est contigu au premier. Il s’agit, selon toute vraisemblance, d’une basse-cour. Aucune maçonnerie n’est visible sur le site.

99Ce château doit assurément sa création à la présence de l’importante route reliant la vallée du Rhône, via la vallée de l’Ouvèze, au Puy. Il s’agit d’un des axes de circulation est-ouest fondamentaux en Vivarais, au moins dès le XIIe siècle. Son itinéraire passe immédiatement au pied du château, précédé sur cette route par le château de Corbières (Brechon 2000, t. II/1, p. 221 sq). L’ancienne église Saint-Bénigne, aujourd’hui détruite mais encore bien visible sur le plan cadastral de 1843, était située en contrebas du château, à environ 150 m au nord de celui-ci. Cette église, dont le saint patron est un évêque du Puy de la fin du VIe ou du début du VIIe siècle (Gallia christiana, t. I, col. 691), appartenait à l’abbaye vellave de Saint-Chaffre. Dans un acte des années 980, l’église Saint-Bénigne de Mézilhac donne son nom à une viguerie (Laffont 1998a, t. I, p. 108 ; Laffont 1998c p. 107). Il semble que le château se soit établi a posteriori près de l’église (et près aussi sans doute d’un noyau d’habitat), en bordure de la route.

100Il faut, enfin, soulever le problème de l’existence d’un lieu-dit « Le Chastelas » situé à l’est du village entre celui-ci et le col. Ce toponyme désigne un important affleurement d’orgues basaltiques ayant subi d’importants remaniements récents, sans doute pour y prélever des matériaux. Aucun vestige n’est visible sur place si ce n’est des traces d’arène granitique (qui, sur certains sites, sont les ultimes témoins des mortiers de chaux décomposés). Néanmoins, la topographie des lieux et le toponyme, très évocateur, laissent envisager la possibilité d’une seconde fortification médiévale à Mézilhac, peut-être selon le schéma, classique en Vivarais, d’un « château vieux » et d’un « château neuf ».

MIRABEL

101département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Mirabel ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 540 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

102Fin du XIIe siècle (après 1164) : pancarte des donations faites à l’abbaye de Mazan au lieu d’Issanlas. Témoin : Raymond de Mirabel (ADA 3 H 10).

103Vers 1170-1174 : Raymond de Mirabel est chanoine de l’Église de Viviers (Regeste Dauphinois, t. I, n° 4351).

1041175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès de rendre à Jocerand de Baix les castra de Barrès et de Rochessauve. Ils s’engagent sous peine de 10 000 sous à respecter cet accord. Sont donnés entre autres pour garants : Pierre Audigier, Raymond et Etienne de Mirabel pour 500 sous (ADI B 3517).

105Après 1208 : récit d’un miracle dont bénéficie un habitant de oppido quod dicitur Mirabellum, Vivariensis diocesis, sur la tombe d’Etienne, évêque de Die (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 202-212).

1061215 (v-s) : Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice, fille de Guillaume du Béage, vendent à Pierre de Mirabel divers droits et notamment tout ce qu’il possédait dans le castrum et mandement de Mirabel (ADA 13 J 21 n° 80).

1071226 : Bertrandus de Feltro (Sceautres ?) confirme à l’abbé de Mazan une donation de pâturages faite autrefois aux moines de Mazan dans le mandement de Mirabel (Opuscula varia p. 560).

1081249 : échange conclu entre Etienne de Mirabel et Marie, sa femme, d’une part, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’autre part. Le comte cède notamment tout son avoir dans le mandement de Mirabel (ADI B 3522).

1091258 : Aymon de Genève, évêque de Viviers, acquiert le fief du castrum de Mirabel (Gallia christiana, t. XVI, col. 566).

1101286 : vente de 10 quartes de froment de rente à prendre in tenemento dicti castri de Mirabelo par Augier Ribot et ses frères, moines de Saint-Chaffre, à Pierre Bernard. Sont présents : Hugues de Mirabel et Pons de Mirabel, seigneurs de Mirabel (ADAv E 530).

1111298 : hommage de Guillaume de Mirabel à Aldebert de Peyre, évêque de Viviers, pour le château de Mirabel (Gallia christiana, t. XVI, col. 569 et Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 95.).

1121301 : le chapitre de Viviers donne procuration au chanoine Hugues d’Arlempdes pour faire hommage à l’évêque à raison de la part qui appartient au chapitre dans la villa de Bourg-Saint-Andéol et dans les castra et mandements de Mirabel et de Rochessauve (ADI B 4222).

Mirabel - Représentation du château et du bourg castral au XVIIe ou au XVIIIe siècle (ADA 1 J 198).

Mirabel - Représentation du château et du bourg castral au XVIIe ou au XVIIIe siècle (ADA 1 J 198).

1131319 : Pons de Mirabel, coseigneur de Mirabel, et Pierre, son fils, rendent hommage à Giraud Adhémar, seigneur d’Aps, pour la seigneurie et la juridiction du tènement de Saint-Nazaire-sous-Coiron (ADA 2 E 2195 bis f° 685 r°).

1141334 : Pierre de Mirabel, en présence de son fils et héritier universel Pierre, seigneur de Mirabel, de Pons, seigneur de Mirabel, et d’Aymar, évêque de Viviers, reconnaît tenir en fief franc et noble, ab antiquo, de l’évêque et du chapitre de Viviers le fortalicium du castrum de Mirabel et plus largement tout ce qu’il a dans le castrum et le mandement de Mirabel (ADAv E 508).

115Le plateau basaltique du Coiron présente sur son rebord méridional plusieurs digitations limitées par des falaises presque verticales. Les vestiges des châteaux de Mirabel occupent l’extrémité d’une de ces langues de basalte. Le plateau de Mirabel comptait au Moyen Âge deux châteaux, l’un à l’est et l’autre à l’ouest, tous deux ayant pour centre un haut donjon quadrangulaire. Ces deux châteaux ont vraisemblablement pour origine le partage en coseigneuries du castrum de Mirabel, au moins dès le XIIIe siècle.

  • 58 BNF, Département des Cartes et Plans, Ge D 10165 : Griffonement du plan du siège de Mirabel en Viva (...)

116Le château oriental a disparu, il ne subsiste de celui-ci que quelques rares vestiges de maçonnerie très arasées, dont les bases d’un donjon. Cependant, une vue perspective réalisée en 1628 par Jean de Beins, lors du siège de Mirabel par le duc de Montmorency, montre très nettement les deux châteaux et le bourg castral dans son enceinte58. Le château est, comme le château ouest, est dominé par un donjon carré. Il compte de plus un ensemble massif de constructions, difficilement identifiables, adossées au sud et à l’ouest contre la tour ; celles-ci sont sans doute postérieures au donjon. Le château oriental est démantelé au XVIIe siècle sur ordre de Richelieu et se ruine peu à peu au fil des siècles.

117Le château occidental a connu un sort voisin, mais, à l’inverse du château oriental, le hasard a permis la conservation du donjon. Ce dernier ainsi que les bâtiments qui le jouxtent ont été l’objet de relevés, de travaux de fouilles et de restaurations de 1972 à 1995 par leur propriétaire, Pierre Margot-Belrichard. Du château occidental subsistent, outre le donjon, les ruines d’une enceinte très arasée et divers bâtiments (dont peut-être une autre tour) groupés au pied du château ; la datation de l’ensemble s’échelonnant, selon P. Margot-Belrichard, entre le XIIIe et le XVIIIe siècle. Le donjon est de plan presque carré ; il mesure hors œuvre 6,85 m x 7,40 m avec toutefois un saillant de 0,68 m x 1,58 m, abritant des latrines, à son angle nord-est. Les murs ont une épaisseur constante, du haut en bas de la tour, de 1,45 m à 1,58 m. Celle-ci est bâtie en moellons de basalte, avec chaînage d’angle en grand appareil de calcaire gris clair. Dans son premier état, la tour présentait quatre niveaux (les deux étages supérieurs étant totalement isolés des deux étages inférieurs) :

  • le rez-de-chaussée était charpenté et possédait une porte couverte d’un arc en plein cintre au sud (l’appartenance de celle-ci au premier état du bâtiment reste toutefois sujette à caution) ainsi qu’au moins une ouverture étroite ;

  • le 1er étage, voûté d’ogives, était accessible par une porte située à 2,50 m de hauteur sur la façade sud au-dessus de la porte du rez-de-chaussée ; les ouvertures qui devaient percer ce niveau ont toutes disparu lors de remaniements ultérieurs. La présence d’une haute voûte (elle culmine à 5,50 m) ainsi que de latrines font sans doute de cette pièce une salle à vocation résidentielle ;

  • le 2ème étage n’était pas accessible directement de l’intérieur depuis le 1er étage. Un système d’escalier extérieur reliait la porte du 1er étage à une porte située à 6,40 m du sol à l’ouest qui ouvrait elle-même sur un escalier droit, pris dans l’épaisseur du mur nord, qui débouchait dans la salle du 2ème étage. Ce troisième niveau, charpenté, était apparemment aveugle dans son état d’origine, mais disposait toutefois dans son angle nord-est de latrines ;

  • le passage du 2ème au 3ème étage s’effectuait sans doute par une trappe ménagée dans le plancher. Ce quatrième niveau, couvert d’une voûte en plein cintre, était percé à l’ouest d’une étroite porte donnant accès à une bretèche de bois surplombant le départ de l’escalier extérieur desservant le 2ème étage ;

  • enfin, une terrasse, accessible par un escalier pris dans l’épaisseur du mur, surmontait l’ensemble.

118Sur la vue de Jean de Beins, le donjon est couronné de créneaux et montre une guette dans l’angle sud-ouest (celle-ci était en réalité à l’angle sud-est), mais il est difficile d’établir si ces aménagements défensifs appartiennent au premier état du bâtiment. En raison de très nombreux remaniements et d’une ruine fort avancée lorsque les travaux ont commencé dans les années 1970, cette tour présente diverses difficultés d’interprétation et, partant, de datation. Néanmoins, il est possible de dater sa construction du XIIIe siècle. La morphologie d’ensemble du bâtiment, plutôt archaïque (plan quadrangulaire et volumes, importance des planchers, rareté des ouvertures, etc.), est comparable à celle de divers autres donjons vivarois du XIIIe siècle. Toutefois, certains partis architecturaux et certains aménagements (présence d’une voûte d’ogives, latrines prises dans le gros œuvre, large usage des escaliers pris dans les maçonneries, etc.) renvoient plutôt à une date avancée dans ce siècle.

119Un petit bourg, chef-lieu de l’actuelle commune de Mirabel, s’est développé immédiatement au pied du plateau portant l’ensemble castral. Ce bourg castral a été enclos dans deux enceintes successives venant se refermer sur les falaises de la table basaltique. La dernière enceinte, sans doute de la fin du XIVe siècle et encore relativement bien conservée : elle était cantonnée de plusieurs tours circulaires, munie d’une tour-porte au sud-est et percée d’une autre porte au sud-ouest. C’est cette dernière enceinte que représentent les deux vues anciennes de Mirabel ; l’enceinte primitive n’apparaissant que sur le cadastre napoléonien. Le castrum de Mirabel a pu posséder une chapelle au Moyen Âge mais l’église paroissiale Saint-Etienne, qui relevait de l’Église de Viviers, se dressait hors de celui-ci à environ 300 m au sud.

120Bibliographie :
Margot-Belrichard 1990.

MONTAGUT

121département : Ardèche ; canton : Saint-Pierreville ; commune : Saint-Sauveur-de-Montagut ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 470 m

122Vers 1070-1080 : Guigue et sa femme Nestoria rendent à Saint-Barnard de Romans l’église de Silhac avec ses dépendances. Témoin : Gaucerand de Monte Acuto (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. I/2, n° 222).

1232ème moitié du XIe siècle : Silvion de Gluiras donne au prieuré Saint-Julien-d’Orcival, pour le salut de son âme, un manse à Plas. Témoin : Pons de Montagut (Cartulaire de Saint-Julien-d’Orcival n° 28).

1241128-1145 : Hugues Rigaud et Guillaume Salomon, frères du Temple, achètent à Etienne Pezugie et Guillaume Multe les « grottes » d’Aiguilhe au Puy. Témoin : Jarenton de Monte Agut (Cartulaire de Douzens, cart. C, n° 9).

1251197 : Guigue de Roche se déclare l’homme d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour la seigneurie de Baix et las forssaz de Montagu. Il lui en fait hommage et fidélité et devra les rendre à toute réquisition (Les plus anciennes chartes en langue provençale n° 313).

1261234 : Guigue de Roche reconnaît tenir d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, les castra de Don, Mézilhac et Montagut. Ces deux derniers sont rendables de jour comme de nuit, en temps de paix ou de guerre (ADI B 2632).

1271238 : Guigue de Roche achète la troisième partie de la seigneurie de Montagut avec toutes ses dépendances à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, ainsi que de tout ce que celui-ci avait depuis la route qui va des Nonières au pont des Ollières du côté de Montagut pour 4040 livres viennoises (ADA 3 J 23 f° 22 r°).

1281239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra du Vivarais dont Montagut (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

1291255 : inventaire de la succession de Béraud du Béage. Il laisse notamment sa domum du castrum de Montagut avec le tiers du dominium de ce castrum et de son mandement (Layettes du Trésor des Chartes, t. III, n° 4185).

1301262 : achat par Guigue de Roche à Gérin Malet, pour 20 livres viennoises, de tout ce qu’il avait dans les mandements de Don et Montagut (ADA 3 J 23 f° 5 r°).

1311264 : hommage et reconnaissance en fief rendable de Guillaume de Solignac, coseigneur du Béage, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour tous ses droits et biens dans les castra et mandements du Béage, de Montagut, etc., (ADI B 3894).

1321267 : Guigue de Roche reconnaît tenir en fief franc d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, les castra de Roche, Don, Mézilhac et Montagut, ces deux derniers rendables de jour comme de nuit (ADI B 2632).

1331280 : hommage d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, au roi de France pour le château de Montagut (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

1341283 : transaction entre Guigue de Roche et Jean Cardinal, chanoine et fordoyen de l’Église du Puy, représentant de celle-ci. Guigue de Roche affirmait que lui appartenait l’entière seigneurie de la villa de Lanayas, située près du castrum de Montagut, et que les hommes de cette villa relevaient du château et mandement de Montagut. Le fordoyen du Puy affirmait au contraire que la villa et les hommes de Layanas relevaient de la seigneurie de l’Église du Puy. Il est, entre autres, arrêté que cette villa sera dans le mandement et sous la juridiction du château de Montagut, mais les hommes de l’Église du Puy ne seront toutefois pas contraints de participer à l’entretien et au guet au château de Montagut (ADHL 2 E 1310).

1351283 : Guillaume de Forco reconnaît devant Guigue de Roche avoir vendu à Raymond de Montagut tout ce qu’il possédait dans les mandements de Don et de Montagut et qu’il tenait en fief franc du seigneur de Roche. Acte passé dans le castrum de Montagut, in fornello dicti castri (ADA 19 J 1 n° 2).

1361300 : lettres royales pour Guigue de Roche portant mainlevée de la seigneurie de Montagut qui avait été saisie sans raison (ADA 3 J 23 f° 24 r°).

1371305 : acte de la sommation faite par le châtelain de Montagut au curé de Notre-Dame d’Issamoulenc d’apporter les mesures du blé et du vin. Celles-ci sont vérifiées, marquées des armes du seigneur de Roche et rendues au curé d’Issamoulenc (ADA 3 J 23 f° 23 r°).

Montagut - Vue aérienne du château : au centre, le donjon ; en contrebas de celui-ci, une probable aula.

Montagut - Vue aérienne du château : au centre, le donjon ; en contrebas de celui-ci, une probable aula.

138Les vestiges du château de Montagut occupent le sommet d’un étroit pointement granitique dominant de plusieurs centaines de mètres le confluent de l’Eyrieux et du ruisseau d’Auzène. Du château subsistent principalement les ruines d’un modeste donjon de plan carré, bâti en petits moellons de granit. Occupant le point le plus haut du site, il mesure environ 7 m x 7 m hors œuvre avec un espace intérieur très réduit. La basse-fosse de cette tour, très arasée, paraît avoir été voûtée. La morphologie générale du donjon permet, sans doute, de dater celui-ci du XIIe siècle. Au donjon semble avoir été associée une enceinte dont il ne reste quelques traces ténues. Par ailleurs, les ruines d’un gros bâtiment (une aula ?), dont le rez-de-chaussée était voûté, flanquent immédiatement au sud le donjon ; dans son dernier état ce bâtiment évoque plutôt la fin du Moyen Âge.

139Enfin, les traces de diverses constructions sont encore visibles en contrebas du donjon et du bâtiment qui le jouxte : il pourrait s’agir des vestiges d’un petit bourg castral dont les textes médiévaux laissent supposer l’existence.

MONTBRISON

140département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Sanilhac ; toponyme actuel : « Tour de Brison » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 780 m

  • 59 Il existe une église Saint-Pierre de Malet sur la commune de Sanilhac.

1411209 : « hommage par noble Etienne de Tauriers pour ce qu’il a au château de Montbrison et [à] Malet » (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93)59.

1421210 : « hommage à l’évêque de Viviers par les seigneurs de Malet et de Montbrison pour raison de leur château de Mélas (sic ?) et dépendances » (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93).

1431210 : l’évêque de Viviers et les chanoines se plaignent des nombreuses acquisitions faites par le comte de Toulouse dans leurs fiefs, et notamment de la tour de Pierre de Vernon à Montréal, du castrum de Taurias, de Monte Brisonis, etc., (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

1441255 : Guigue de Châteauneuf et son neveu se partagent notamment les castra de Loubaresse, de Laurac, le castrum vetus de Montréal, Montis Brisonis a parte Sanilhaci (ADLZ E 248).

1451280 : partage de la seigneurie de Montbrison. Pierre de Montréal en reçoit 3/6e, Audebert de Montbrison 2/6e et l’évêque de Viviers la 6e et dernière part (Gigord 1891 p. 162-163).

146Le site de Montbrison est implanté, au cœur des Cévennes vivaroises, sur un éperon rocheux offrant, à 780 m d’altitude, une très large vue sur les quatre points cardinaux. L’extrémité occidentale du relief présente une plate-forme relativement plane protégée sur trois côtés par des à-pics brutaux. À l’est, où l’éperon se rattache au relief, cette première plate-forme en domine une seconde qui pourrait avoir joué le rôle de basse-cour. Celle-ci semble avoir été protégée par un rempart dont subsistent quelques vestiges ténus. Par ailleurs, divers aménagements rupestres renvoient à des constructions aujourd’hui disparues.

Montbrison - Vue du donjon du château sud-ouest vers 1915 (carte postale, collection privée).

Montbrison - Vue du donjon du château sud-ouest vers 1915 (carte postale, collection privée).

147Sur la plate-forme sommitale se dressent les ruines de deux donjons, un au nord, l’autre au sud-ouest. Comme dans nombre de coseigneuries vivaroises, deux châteaux mitoyens, développés respectivement autour d’une tour, ont occupé le site castral de Montbrison. Du château nord ne subsistent plus aujourd’hui que les vestiges très arasés, au milieu d’un énorme pierrier, d’une tour. Celle-ci, dont l’existence paraît déjà oubliée au XIXe siècle, présente un plan carré (7,10 m x 7,10 m hors œuvre avec une épaisseur de mur d’1,45 m). La base d’une ouverture a été conservée sur la face est. À proximité même du donjon sont encore bien visibles les aménagements rupestres (dont des escaliers) d’un accès à la plate-forme. Enfin, à l’ouest de celui-ci, on note la présence de nombreuses maçonneries difficilement interprétables.

Montbrison - Plan d’ensemble du site avec les deux châteaux.

Montbrison - Plan d’ensemble du site avec les deux châteaux.
  • 60 A. Mazon donne une description de cette tour dans son Voyage autour de Valgorge (Mazon 1878 p. 303) (...)

148L’élément principal du second château de Montbrison, au sud-ouest, est un donjon quadrangulaire très restauré. Celui-ci était largement ruiné au début du XXe siècle ; il a été en grande partie remonté lors de la construction du relais hertzien qui a réutilisé ses ruines. Les cartes postales anciennes et les descriptions du XIXe siècle60 permettent, toutefois, de se faire une idée du bâtiment d’origine. Ce donjon est de plan rectangulaire ; il mesure environ 5,30 m x 6,95 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 1,45 m. Bâti en bel appareil régulier de petits moellons de grès bien équarris, il présente un nombre important de pierres à bossage dans ses parements extérieurs. Au début du siècle, le donjon conservait deux niveaux et l’amorce d’un troisième : une basse-fosse au rez-de-chaussée, un étage sur plancher et les traces ténues d’un second niveau. L’accès se faisait au premier étage par une porte établie sur la face méridionale de la tour. Les trois autres faces de cet étage étaient percées d’ouvertures présentant chacune une très étroite fente à l’extérieur avec un fort ébrasement intérieur. Un second niveau, sur plancher, déjà écroulé à la fin du XIXe siècle, surmontait l’étage d’accès. Il semble avoir été percé d’étroites ouvertures sans ébrasement intérieur. L’architecture du bâtiment place sa construction sans doute à l’extrême fin du XIIe siècle ou dans les toutes premières décennies du XIIIe siècle. Les vestiges du donjon sont accompagnés de l’amorce d’une chemise maçonnée venant prendre appui contre celui-ci ainsi que, dans l’angle formé par le donjon et l’enceinte, d’une citerne.

MONTCHAL

149département : Loire ; canton : Bourg-Argental ; commune : Burdignes ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 990 m

150Début du XIIe siècle : Guillaume de Montchal offre un alleu ainsi que divers cens au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue pour le salut de son père Hugues (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° LXXV quater).

1511168 : Aymon Pagan, sa femme, domina de Argentau, et leur fils Guigue Pagan, parviennent à un accord de paix avec Hugues et Gaudemar de Montchal, frères, par l’entremise de Raymond, comte de Saint-Gilles, et des milites d’Argental. Hugues et Gaudemar de Montchal s’engagent à rendre à Aymon Pagan le castellum et la turrem de Montchal. Celui-ci tiendra le château de Montchal tant que Guillaume Hugues et son fils, parents d’Hugues et Gaudemar de Montchal, n’auront pas restitué au seigneur d’Argental ce qu’ils doivent lui rendre (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XCVIII).

1521226 : Pierre de Senoil vend à Artaud, prieur de Saint-Sauveur-en-Rue, tous les terres, cens, revenus et droits qu’il possède dans les mandements de Montchal, d’Argental et de Clavas, à l’exception de sa maison de Montchal (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CII).

1531243 : Gaudemar de Montchal reconnaît tenir en fief de l’Église de Vienne la terre que lui a donné son oncle Gaudemar de Montchal, chanoine de cette Église, dans le mandement de Monte Calvo (Actes capitulaires de Saint-Maurice de Vienne p. 84).

1541293 : hommage rendu en 1293 par Hugues et Reynaud de Montchal, coseigneurs de Montchal, fils de Gaudemar de Montchal, à Guigue Pagan, seigneur d’Argental, pour le château de Montchal et ses dépendances (BMAv Ms 3036 f i 26 r°, 40 v°, 189).

1551293 (v-s) : remise par Guigue Pagan, seigneur d’Argental et de La Faye, au dauphin de Viennois Humbert 1er, dont il était le vassal et l’homme lige, des châteaux d’Argental et de La Faye et de leur mandement. Le château de Montchal est un arrière-fief tenu du dauphin à raison de celui d’Argental (ADI B 3896).

1561296 : mariage d’Alice, fille du dauphin de Viennois, Humbert, avec Jean, comte de Forez. Le dauphin donne notamment pour la dot de sa fille : feuda et homagia castrorum infrascriptorum [...] d’Argentao et de La Faya et retrofeudum de Montchalm quod tenent Jacquemetus dominus Jaresii et eius uxor (Chartes du Forez n os 1664, 1665, 1666).

Montchal - La motte et les vestiges du donjon du XIIe siècle.

Montchal - La motte et les vestiges du donjon du XIIe siècle.

157Le château de Montchal est implanté en rebord de plateau à plus de 950 m d’altitude, d’où il domine les bassins de la Cance et de l’Argental. Il se compose d’un vaste tertre, grossièrement tronconique, aux formes un peu molles, mesurant environ 65 m de diamètre à sa base et environ 50 m de diamètre pour la plate-forme sommitale. Ce tertre s’élève d’une dizaine de mètres au-dessus des terres environnantes. Il semble avoir été réalisé à partir d’un important affleurement granitique, encore apparent au centre du tertre, et remodelé par un apport de matériau meuble. À l’ouest, une succession de replats laisse supposer l’existence d’un fossé. Au sud de la motte, le plan cadastral napoléonien montre clairement l’existence d’une basse-cour ovoïde dans laquelle s’étend un important hameau. Aucun élément d’enceinte ou de fossé enserrant la basse-cour n’est actuellement discernable sur le terrain ; seul le parcellaire laisse deviner éventuellement son tracé.

158Le dernier pan d’un petit donjon quadrangulaire sans doute du XIIe siècle couronne encore le tertre. À la fin du XIXe siècle, le donjon de Montchal était conservé dans sa presque totalité. En 1910, les murs de la tour se sont disjoints. Au début des années 1930, elle était encore debout mais ouverte en deux, elle s’est par la suite progressivement effondrée (Nicod 1929). Ce donjon est construit en petit appareil de granit, à l’exception des premières assises constituées de blocs de grosse taille. Le chaînage d’angle conservé ainsi que les piédroits de deux petites ouvertures, encore apparentes à mi-hauteur, sont réalisés à l’aide de blocs de forte taille bien équarris. Au début du XXe siècle, une porte étroite, seul accès au donjon, était encore visible à quelques mètres du sol. Aucune autre construction n’est apparente sur la plate-forme sommitale. Ce donjon correspond vraisemblablement à la turris mentionnée dans la transaction de 1168.

Montchal - Plan d’ensemble de la motte et de sa basse-cour.

Montchal - Plan d’ensemble de la motte et de sa basse-cour.

159L’implantation du site de Montchal sur un étroit plateau, qui apparaît comme une clairière sur les marges de la vaste forêt du Taillard, semble lier la création de cette fortification à une entreprise de défrichement ; ce que confirme l’étymologie du toponyme Montchal : Montecalvo, dérivé du verbe latin calvare signifiant « défricher » (Niermeyer 1976, article calvare). Cette colonisation de nouveaux terroirs, accompagnée de l’édification d’une fortification et de l’établissement d’un habitat dans la basse-cour, a créé un second pôle d’habitat à quelques kilomètres de l’église Saint-Martin de Burdignes, chef-lieu de la paroisse, mentionnée dès 1061 dans les églises données au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue par les seigneurs d’Argental (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° I). Le bourg castral de Montchal ne paraît pas avoir possédé lui-même de lieu de culte. L’évolution ultérieure du peuplement a fait du bourg d’origine ecclésiastique le chef-lieu de la commune alors que le site castral ne subsistait que sous la forme d’un hameau isolé.

160Bibliographie :
Nicod 1929.

MONTLAUR

161département : Ardèche ; canton : Coucouron ; commune : Coucouron ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1270 m

  • 61 Sur les origines du lignage vivarois de Montlaur, cf. Laffont 1998b.

1621183 : donation de Pons de Montlaur au profit de l’abbaye des Chambons (ADLZ 6 J 1 f i 28 v°-29 r°)61.

1631235 : Héracle de Montlaur et son fils Pons donnent en gage, suivant le contrat de mariage passé en juin 1235, le château de Montlaur à Guise (sic), sœur d’Hugues, comte de Rodez, pour le cas où Pons de Montlaur, son mari, viendrait à mourir avant elle (BNF Ms Fr. 33 803 p. 194).

1641237 : Héracle, seigneur de Montlaur, donne en aumône à l’abbaye de Mazan le manse comtal de Vialasecha dans la paroisse de Coucouron et le mandement de Montlaur (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 244-245).

1651243 : accord entre Béraud de Solignac, d’une part, et l’abbaye des Chambons, d’autre part, sur des terres, fiefs et pâturages situés dans le mandement de Luc et dans la paroisse de Saint-Etienne-de-Lugdarès. À la demande de Béraud de Solignac, Pons de Montlaur appose son sceau à l’acte. Acte passé à Montlaur (ADA 1 H 11).

Montlaur - Vue d’ensemble du rocher ayant porté le château.

Montlaur - Vue d’ensemble du rocher ayant porté le château.

1661255 : règlement d’un conflit entre l’abbé de Mazan et le prieur de Notre-Dame de Prévenchères au sujet des terres de Vauclare, Chaumiène et La Grâce, où le prieur réclamait la dîme aux colons et aux fermiers de l’abbaye. Acte passé dans le cimetière de l’église de Coucouron ante castrum Montislauri (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 252-253).

1671256 : Pierre Morre, abbé de Mazan, et Pons, seigneur de Montlaur, pour lui et pour son frère Héracle, acceptent de s’en remettre à l’arbitrage de Bertrand de Clansayes, prévôt de Saint-Paul-Trois-Châteaux, pour régler leurs différends à propos des pâturages de Châteauneuf et de la juridiction des granges de Mézeyrac, Issanlas et Trespis. Acte passé dans l’église Saint-Jean de Montlaur (ADA 3 H 1 f i 21 v°-22 v°).

1681267 : bulle du pape Clément IV confirmant les biens de l’Église du Puy dont le château de Montlaur (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1691274 : hommage d’Héracle de Montlaur, frère de Pons, à Guillaume de La Roue, évêque du Puy, pour le château de Montlaur (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 335).

1701299 (v-s) : Jean Pastre, bayle du castrum de Montlaur, diocèse de Viviers, et de Châteauneuf, diocèse du Puy, agissant pour Guy, seigneur de Montlaur, livre à Guillaume de Saugues, abbé de Mazan, tout le tènement de la chapelle Saint-Philibert entre les castra de Montlaur et de Mayres et la grange de Trespis (ADA 3 H 1 f i 81 v°-85 r°).

1711309 : hommage de Guy, seigneur de Montlaur, à l’évêque du Puy pour le château et le mandement de Montlaur (BMP Ms 105 p. 232).

1721312 : Guillaume de Chassagnes est bayle de Montlaur pour Guy, seigneur de Montlaur (ADA 3 H 1 f i 16 r°-25 v°).

173Le château de Montlaur occupait la table volcanique qui domine le hameau du même nom. De ce château ne subsistent plus aujourd’hui que quelques anomalies microtopographiques sur la plate-forme sommitale du rocher, quelques arases de maçonneries affleurant sur le pourtour du rocher et enfin plusieurs cavités aménagées dans le substrat au pied de la table volcanique. Le hameau de Montlaur doit son existence à la présence du château. Ce modeste bourg castral ne semble pas avoir été enclos par une enceinte, toutefois il possédait une chapelle dédiée à Saint-Jean, aujourd’hui disparue.

MONTPEZAT

174département : Ardèche ; canton : Montpezat-sous-Bauzon ; commune : Montpezat-sous-Bauzon ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 620 m

Montpezat - Les vestiges du château vers 1905 (carte postale, collection privée).

Montpezat - Les vestiges du château vers 1905 (carte postale, collection privée).

1751123 : Pierre Itier donne à l’abbaye de Mazan un jardin à Montpezat (Thermes 1952 p. 13-15).

176Fin du XIIe siècle (après 1164) : les moines de Mazan acquièrent des fils et des neveux d’Odilon de Montpezat la moitié du fief et de la seigneurie d’Issanlas (ADA 3 H 10).

1771210 : échange entre Richard des Éperviers et l’abbé de Mazan par l’intermédiaire de Foulque de Montpezat, Templier et maître du diocèse du Puy (ADA 3 H 10).

1781215 (v-s) : vente par Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme, Béatrice du Béage, à Pierre de Mirabel de tout ce qu’ils avaient dans le castrum de Monte Pensato inferioris (ADA 13 J 21 n° 80).

1791237 : Héracle, seigneur de Montlaur, donne en aumône à l’abbaye de Mazan le manse comtal de Vialasecha dans la paroisse de Coucouron. Pons de Montlaur, fils d’Héracle, confirme ensuite la donation à Montpezat (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 244-245).

1801272 : donation faite par Pons de Montlaur, au profit du couvent des Frères Prêcheurs d’Aubenas. Acte passé à Montpezat (ADA 17 H 1 p. 5-6).

1811278 (v-s) : procuration passée par Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à Hugues de Tournon et Pierre de Chambaud, pour recevoir, en son nom, le château de Montpezat que Pons de Montlaur devait fournir comme garanties (ADI B 3537).

1821290 : Godefroy de Cayres rend hommage à Pons de Montlaur pour tout ce qu’il possède dans le mandement de Montpezat, au diocèse de Viviers (Hillaire 1954 p. 93).

1831291 : Bernard de Serres, seigneur du castrum du Roux, et sa femme Marguerite, donne en emphytéose perpétuelle à Pierre del Cruse, du mandement du castrum de Montpezat, ce qu’il possède dans le tènement de Fonte Aleyras (Fonds privé).

1841299 : Etienne de Rive, de la paroisse de Mayres, vend pour lui et ses successeurs à Pierre Goys, de Thueyts, une vigne située près du Croset infra mandamentum castri de Montepesat (ADLC F 129).

1851312 : Pons de Veyrassac est bayle des châteaux d’Arlempdes, Châteauneuf, Mayres, Montpezat et Ucel pour Guy de Montlaur (ADA 3 H 1 f i 16 r°-25 v°).

186Établi dans les Cévennes vivaroises, au pied même du Plateau, ce qui lui a sans doute donné son nom, le castrum de Montpezat s’est développé sur un affleurement granitique dominant le confluent de la Fonteaulière et de la Pourseille. Le site surplombe une route de grande importance à l’époque médiévale, reliant la vallée du Rhône et Viviers au Puy et à l’intérieur du Massif Central (Brechon 2000, t. II/1, p. 303 sq).

187Du château, auquel on accédait au Moyen Âge par une rampe située à l’est, ne subsistent que peu de choses. On distingue toutefois encore, couronnant le sommet du pointement granitique, les vestiges d’une enceinte polygonale de modestes dimensions présentant au moins deux états successifs. Cette enceinte, encore percée d’une ouverture de tir au nord, pourrait dater des XIIe ou XIIIe siècles. Des fouilles clandestines réalisées ces dernières années sur le site ont exhumé diverses maçonneries, montrant la présence, à l’intérieur de l’enceinte, de bâtiments, dont un portant la trace d’une cheminée. On ne distingue pas de donjon dans l’emprise des courtines, néanmoins il est probable que dans son état primitif le château en ait possédé un comme l’immense majorité des châteaux vivarois du temps. Au tout début du XIVe siècle, une aula est mentionnée à deux reprises (ADG 1 Mi 178 f i 2 r° et 58 r°), sans que l’on puisse toutefois la localiser précisément. En revanche, les vestiges d’une citerne sont encore tout à fait identifiables à l’extrémité méridionale de l’enceinte du château. Enfin, les pentes du relief portant le château ont reçu un talutage maçonné, sans doute à la fin du XIVe siècle.

Montpezat - Les ensembles structurants du terroir de Montpezat à la fin du Moyen Âge : le castrum, les deux extensions urbaines, le prieuré de Prévenchères, la route du Puy à Viviers.

Montpezat - Les ensembles structurants du terroir de Montpezat à la fin du Moyen Âge : le castrum, les deux extensions urbaines, le prieuré de Prévenchères, la route du Puy à Viviers.
  • 62 Mention du portale dicti castri en 1300 v-s, ADG 1 Mi 178 f° 40 r°.
  • 63 Renseignements de Laurent Haond.

188Le château dominait un bourg castral qui s’est développé sur les pentes situées au sud-ouest. Celui-ci était protégé par une enceinte, existant déjà avant 130062 : il en subsiste des pans importants au nord. Dans l’emprise du castrum, toutefois très perturbée par endroits par l’aménagement postérieur de terrasses, on remarque la présence de nombreux bâtiments ruinés. Dans le secteur nord-ouest du bourg castral, trois maisons sont encore occupées aujourd’hui, l’une présente en façade une fenêtre à meneau du XVe ou du XVIe siècle. Un terrier dressé en 1300 pour Pons de Montlaur, seigneur d’Aubenas et alors seigneur dominant de Montpezat (ADG 1 Mi 178), donne des informations précises sur la topographie du bourg castral. On recense alors à l’intérieur de celui-ci : 21 maisons, 5 jardins, 2 vignes, un cellier, un four et enfin une place. Le tout est réparti entre 25 propriétaires dont le seigneur de Montlaur, le seigneur du Roux et, qualifiés de noble, les dénommés Bompar, Guigue Rostaing et Bertrand Amalin. Il faut évidemment ajouter à cette liste tous les immeubles ne relevant pas de la seigneurie du seigneur de Montlaur et ne figurant donc pas dans le terrier, même si ces biens sont sans doute assez peu nombreux. À la fin du XVe siècle, le château fait l’objet, ainsi que l’enceinte villageoise, de travaux de restauration mais les Guerres de Religion du XVIe siècle paraissent marquer la ruine définitive du château. Si le bourg castral se vide peu à peu à la fin du Moyen Âge, au XVIIIe siècle, il reste néanmoins encore une trentaine d’habitants à l’intérieur de celui-ci63.

189Aucune chapelle n’est visible aujourd’hui dans le bourg castral et aucun texte n’en mentionne explicitement la présence. Toutefois une bulle pontificale de 1267 pour l’abbaye de Saint-Chaffre confirme à celle-ci la possession des églises de Bruc (à Thueyts) et de Montpezat (Sainte-Marie de Prévenchères en l’occurrence) et des chapelles en dépendant (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCLII et Olivero 1998 p. 434) ; il est possible que parmi les chapelles mentionnées sans plus de précision dans la bulle figure celle du castrum de Montpezat. Quoi qu’il en soit les habitants du castrum ressortissent alors à la paroisse de Sainte-Marie de Prévenchères. Cette église, au moins d’origine carolingienne, est située à environ 600 m à l’est du castrum de Montpezat au-delà de la Pourseille. Au Moyen Âge, un modeste habitat s’est développé autour de cette église. Mais dès la fin du XIIIe siècle, à Montpezat, l’essentiel de l’habitat groupé ne se concentre pas autour du château ou de l’église mais dans deux extensions urbaines nées le long de la route de Viviers au Puy, Montpezat étant une étape de première importance sur cette route. L’une (la Ville Basse) est située à environ 300 m au sud-est du castrum et la seconde (la Ville Haute), plus récente mais aussi plus importante en taille, est implantée à environ 700 m au nord-ouest du castrum. Cette dernière extension est aujourd’hui le centre de la commune de Montpezat. Tant à la Ville Haute qu’à la Ville Basse, on trouve encore de belles constructions du bas Moyen Âge et de l’Époque Moderne.

190Bibliographie :
Brechon 2000, t. II/1 ; Haond 1998 et 2002.

MONTRÉAL (Mars)

191département : Ardèche ; canton : Saint-Agrève ; commune : Mars ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1100 m

1921229 : hommage en fief rendable de Philippa, comtesse de Valentinois et héritière de Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, à l’évêque du Puy, pour les châteaux et mandements de Fay, Montréal, Queyrières, etc. L’acte est passé à Montréal (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

1931250 : donation par la même, à Aymar de Poitiers, son petit-fils, des châteaux de Fay, Montréal, Queyrières, Mézenc, Chanéac, Chambarlhac avec leurs mandements. Elle s’en réserve toutefois l’usufruit sa vie durant (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 15 v°).

1941251 : hommage d’Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, à l’évêque du Puy, pour les châteaux de Fay, Montréal, Queyrières, etc., avec leur mandement et leurs dépendances. Hommage renouvelé en 1276, 1288, 1291, 1311 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 198-199 ; ADI B 3895 f i 7-8).

1951265 : hommage prêté au comte de Valentinois par Giraud de Fourchades pour tout ce qu’il avait dans le château et le mandement de Montréal (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 24 v° sq).

1961267 : bulle du pape Clément IV confirmant les possessions de l’Église du Puy dont le castrum de Montréal (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1971299 : accord entre l’abbé de Mazan et Guillaume de Poitiers, frère du comte de Valentinois Aymar IV, seigneur de Fay et de Beaudiner, au sujet de la haute et basse justice du terroir de Ligeret. Le 4 des calendes d’octobre, in domo novo castri Montis Regalis, Guillaume de Poitiers ratifie cet accord (ADA 3 H 1 f i 66 r°-68 r°).

1981317 : hommage d’Eustache de Lamastre au comte de Valentinois. Mention des fossés du château de Montréal (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 43 v° sq).

1991320 : accord entre Luce de Beaudiner, tutrice de son fils Guillaume de Poitiers, et l’abbaye de Mazan à propos de terres situées dans les mandements du Mézenc et de Fay. L’acte est passé à Montréal dans le fornellum supérieur du castrum (Coste 1995, P. -J. p. 222-226).

200Le château de Montréal occupait une éminence basaltique à environ 1,5 km à l’est du village de Mars, à plus de 1100 m d’altitude. Cette butte volcanique portait encore une tour au début du XIXe siècle. En 1845, celle-ci est démantelée pour ses matériaux. Toutefois, la carte d’Etat-Major de 1890 mentionne encore la présence des vestiges de la tour de Montréal dont, selon Albin Mazon, il ne subsiste alors plus qu’un pan de mur de 2 m de hauteur. Enfin, une carrière finit par détruire complètement celui-ci, ainsi sans doute que les autres vestiges du château (Mazon 1907 p. 31). Quelques anomalies microtopographiques et des pierriers pourraient cependant évoquer la présence de bâtiments. Un hameau perpétue peut-être le souvenir d’un bourg castral.

201Bibliographie :
Mazon 1907.

MONTRÉAL (près Largentière)

202département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Montréal ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 280 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château et donjon isolé)

2031206 : Burnon, évêque de Viviers, accorde à Guigue de Châteauneuf un délai pour prêter hommage du château de Montréal (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 94).

2041210 : accord entre l’Église de Viviers et le comte de Toulouse Raymond VI. L’évêque de Viviers et les chanoines se plaignaient de ce que le comte de Toulouse avait fait construire sur leur domaine le château de Fanjau et ils prétendaient que comme construit sur leur terrain il leur appartenait. Ils se plaignaient encore que le comte avait fait plusieurs acquisitions dans leurs fiefs et notamment la tour de Pierre de Vernon à Montréal (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

2051213 : hommage rendu à l’évêque de Viviers par [Pierre ?] de Vernon pour sa tour et son château de Montréal (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93).

2061255 : Guigue de Châteauneuf et son neveu, autre Guigue de Châteauneuf, se partagent le castrum vetus de Montréal (ADLZ E 248).

2071299 : permission accordée par les consuls de Largentière à Béraud, seigneur de Montréal, de détourner les eaux de la Ligne pour les amener à son moulin (ADA E dépôt 77, Largentière, DD 7).

2081329 : reconnaissance par Pons d’Antraigues, de Largentière, à l’abbé des Chambons et à noble Guillaume, seigneur de Montréal, pour des vignes dans la paroisse de Largentière (ADLZ 6 J 52).

2091363 : hommage par Louis de Joyeuse au roi de France de la troisième partie du chasteau viel de Montroyal (ADG A 1 p. 1014).

Montréal (près Largentière) - Le donjon du “château vieux” et le donjon du “château neuf”.

Montréal (près Largentière) - Le donjon du “château vieux” et le donjon du “château neuf”.

210Implanté sur une hauteur, le village de Montréal domine la vallée de la Ligne et la route départementale D5, à quelques kilomètres au sud-ouest de Largentière. Montréal est un bourg d’origine castral. Le cœur du village actuel, dont de nombreuses maisons ont conservé des caractères architecturaux médiévaux et modernes, s’est développé autour de deux châteaux immédiatement voisins. Ces deux châteaux ont pour origine, comme il est fréquent dans le Midi, une coseigneurie ; celle-ci est attestée dès la première moitié du XIIIe siècle. L’état de conservation des deux châteaux de Montréal est assez dissemblable : pour l’un, qui correspond peut-être au « château vieux » mentionné en 1255, il ne subsiste pour l’essentiel qu’un donjon ; en revanche, le second est un ensemble complexe dont le noyau originel du XIIIe siècle a été transformé et agrandi jusqu’au XXe siècle.

Montréal (près Largentière) - Essai de restitution axonométrique de l’évolution du « château neuf » du XIIIe au XVIe siècle.

Montréal (près Largentière) - Essai de restitution axonométrique de l’évolution du « château neuf » du XIIIe au XVIe siècle.

211Du « château vieux » de Montréal, depuis longtemps abandonné, subsiste principalement une tour isolée de plan quadrangulaire. Bien qu’arasée, elle est encore conservée sur environ 22 m de hauteur pour 3 niveaux. La maçonnerie est très soignée mais, contrairement à la tour du « château neuf », elle n’est pas homogène sur toute la hauteur. Les deux tiers supérieurs de la tour sont parementés en appareil à bossage alors que le tiers inférieur est un mélange d’appareil lisse et d’appareil à bossage ce qui peut laisser supposer deux états successifs pour le bâtiment. Celui-ci est percé, respectivement au premier et au deuxième étage (à 7 m et à 14 m de hauteur), par deux portes étroites couvertes d’un arc en tiers-point. La tour ainsi que la plate-forme rocheuse qui la supporte présentent de multiples traces d’ancrage de poutres, correspondant sans doute à des systèmes de circulation extérieure en bois ainsi qu’à des bâtiments autrefois accolés contre la tour. Ce donjon peut être daté du XIIIe siècle.

212Le second château de Montréal (le « château neuf »), encore habité aujourd’hui, est un édifice très bien conservé, dont les évolutions successives depuis la fortification d’origine sont nettement perceptibles. Le château est implanté à l’extrémité nord-ouest du village sur un socle rocheux. Il présente actuellement un plan hexagonal à l’intérieur duquel on distingue le donjon et des bâtiments répartis entre quatre ailes entourant une cour centrale. Du XIIIe siècle à nos jours, divers états peuvent être reconnus.

  • 64 Pour une description de ce donjon à la fin du XIXe siècle, cf. Mazon 1878 p. 271-274.

213Appartiennent au premier état du château, un haut donjon quadrangulaire, une étroite chemise maçonnée ainsi qu’un logis que l’on peut aisément interpréter comme une aula. L’ensemble, remarquablement préservé et d’un intérêt exceptionnel, fournit un exemple tout à fait significatif de ce que pouvait être un château au début du XIIIe siècle en Vivarais et plus largement en France méridionale. Ce château primitif est tout à la fois modeste quant à son emprise au sol (environ 240 m 2) et imposant par sa masse et la verticalité de son donjon ainsi que par la qualité de ses maçonneries de grès. Le donjon, qui présente des élévations parfaitement homogènes en appareil à bossage, mesure 10 m de côté pour une hauteur conservée de 23 m ; ses murs possèdent une épaisseur constante de 2 m. Cette tour compte quatre niveaux64 :

  • le rez-de-chaussée est une basse-fosse en partie creusée dans le rocher. Presque aveugle, elle est éclairée par un seul jour. Postérieurement, ce niveau a été utilisé comme citerne ;

  • le premier étage, qui est le plus riche en éléments de confort et d’habitabilité, était séparé de la basse-fosse par un plancher. L’accès au donjon se faisait à ce niveau par une porte surmonté d’un arc très légèrement brisé. La pièce est éclairée par quatre jours, un par côté, très étroits en façade mais très ébrasés à l’intérieur. Dans le mur est, sous le jour, sont aménagées deux niches ; l’une avait fonction d’évier. Dans le mur nord, se trouve l’orifice d’un conduit porte-voix ménagé dans l’épaisseur du mur et correspondant avec l’étage supérieur ;

  • le second étage repose sur une voûte. Le passage du premier au second niveau se fait par un escalier de pierre ménagé dans l’épaisseur du mur ;

  • du dernier et troisième étage, qui reposait sur un plancher, ne sont conservées que l’arrivée de l’escalier de pierre venant du second niveau et quelques assises des murs périmétraux.

Montréal (près Largentière) - Les quatre niveaux du donjon du « château neuf ».

Montréal (près Largentière) - Les quatre niveaux du donjon du « château neuf ».

214La chemise, qui présente (exception faite de quelques reprises postérieures) un appareil identique à celui de la tour, se développe vers l’est et le nord. Quelques meurtrières inégalement réparties percent cette enceinte. On pénétrait dans celle-ci par une porte piétonnière ouverte dans le mur nord. En raison d’un important affleurement du substrat à cet endroit, la porte s’élève à plus d’un mètre au-dessus du niveau du sol actuel. À l’intérieur de la chemise, immédiatement à l’est du donjon, se dresse une aula. Celle-ci possède deux niveaux : au premier niveau, on rencontre une pièce voûtée en berceau, munie seulement de deux fentes de jour ; au deuxième niveau, s’étend une grande salle éclairée par deux larges baies en plein cintre. Entre ces deux ouvertures, se trouvent les remarquables vestiges d’une grande cheminée circulaire à manteau conique. En haut de la pièce, un bandeau convexe marque la séparation avec un niveau supérieur, témoignant d’un bâtiment originellement plus haut. Le premier état du château peut être daté, par ses caractères architecturaux, du début du XIIIe siècle.

215Dans le courant du XIVe siècle, sans doute dans la seconde moitié de ce siècle, le château connaît une phase de travaux importants qui se traduit par la construction d’une seconde enceinte, plus étendue que la première tout en reprenant le plan de celle-ci, et par la construction d’un grand bâtiment en L accolé aux courtines de cette seconde enceinte.

216Au XVe et au XVIe siècles, le château de Montréal connaît d’importantes modifications qui, tout en préservant le noyau originel, vont profondément transformer le plan et les élévations du château (réorganisation du château autour de quatre ailes s’élevant désormais sur trois niveaux, construction d’une tour d’escalier, création de galeries de circulation extérieure, etc.). Il acquiert alors pour l’essentiel l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui : ces modifications en font une demeure d’apparat plus confortable et plus fonctionnelle tout en mettant en œuvre de nouveaux éléments de défense active (mâchicoulis, ouvertures de tir pour armes à feu, échauguettes). Les aménagements des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles se caractérisent essentiellement par le percement de nouvelles ouvertures, par la construction d’annexes (hangars, remises) et d’escaliers.

217Il semble que le castrum de Montréal ait compté une troisième tour quadrangulaire située à l’emplacement de l’ancienne chapelle des Pénitents du côté du chœur. Déjà ruinée au XVIIe siècle, elle aurait été transformée en carrière au siècle suivant et puis finalement détruite au début du XIXe siècle (Mazon 1878 p. 268 ; ADA 21 J 34). Enfin, la documentation ne mentionne aucun lieu de culte à Montréal avant le XVIe siècle.

218Bibliographie :
Mazon, 1878 ; Riou 2002 ; Valette 1996.

Notes

53 Mémoires historiques sur le Vivarais p. 418-420 (mais à la date erronée de 1200).

54 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 97 (article Mahun) :... où il y a encore quelques mazures et vestiges du chasteau que y solloit estre...

55 Sur la chapelle Saint-Blaise et sur l’église Saint-Jean-Baptiste, cf. Schnetzler 1995 p. 11 sq.

56 Chabannes 1927 p. 144. L’auteur donne par ailleurs (p. 18-19) une description du château de Mayres au début du siècle.

57 Compte de décimes de 1516 p. 259 : cappellania (sic) Sancti Petri castri de Matribus.

58 BNF, Département des Cartes et Plans, Ge D 10165 : Griffonement du plan du siège de Mirabel en Vivarest faict par Msgr. le duc de Montmorenci le VIe jour de juing 1628, Beins ingénieur et ayde-camp. Cf. une édition de ce plan du siège de Mirabel dans Jean de Beins pl. LXVI. Les Archives Départementales de l’Ardèche possèdent (sous la cote 1 J 198) une autre vue de Mirabel du XVIIe ou du XVIIIe siècle, mais où seuls figurent les deux châteaux ainsi que l’enceinte villageoise à l’exclusion des maisons du castrum.

59 Il existe une église Saint-Pierre de Malet sur la commune de Sanilhac.

60 A. Mazon donne une description de cette tour dans son Voyage autour de Valgorge (Mazon 1878 p. 303). Mais les datations données sont très fantaisistes. On conserve quelques vues anciennes du donjon de Montbrison, cf. ADA 6 Fi 307/11 et 307/13.

61 Sur les origines du lignage vivarois de Montlaur, cf. Laffont 1998b.

62 Mention du portale dicti castri en 1300 v-s, ADG 1 Mi 178 f° 40 r°.

63 Renseignements de Laurent Haond.

64 Pour une description de ce donjon à la fin du XIXe siècle, cf. Mazon 1878 p. 271-274.

Table des illustrations

Titre Malbosc - Plan d’ensemble du site avec le château, le bourg castral et la chapelle Saint-Blaise.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Mayres - Plan d’ensemble du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Mayres - Le donjon du XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Meyras - Le château au début du XXe siècle avant les travaux de restauration (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Mézenc - Au dernier plan, le dyke volcanique ayant porté le château et sa chemise ; au premier plan, le fossé ; entre les deux, la basse-cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Mézenc - Plan d’ensemble du site et des sondages archéologiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Mézilhac - Un des deux tertres du château avec son fossé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Mirabel - Représentation du château et du bourg castral au XVIIe ou au XVIIIe siècle (ADA 1 J 198).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Montagut - Vue aérienne du château : au centre, le donjon ; en contrebas de celui-ci, une probable aula.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Montbrison - Vue du donjon du château sud-ouest vers 1915 (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Montbrison - Plan d’ensemble du site avec les deux châteaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Montchal - La motte et les vestiges du donjon du XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Montchal - Plan d’ensemble de la motte et de sa basse-cour.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Montlaur - Vue d’ensemble du rocher ayant porté le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Montpezat - Les vestiges du château vers 1905 (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Montpezat - Les ensembles structurants du terroir de Montpezat à la fin du Moyen Âge : le castrum, les deux extensions urbaines, le prieuré de Prévenchères, la route du Puy à Viviers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Montréal (près Largentière) - Le donjon du “château vieux” et le donjon du “château neuf”.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Montréal (près Largentière) - Essai de restitution axonométrique de l’évolution du « château neuf » du XIIIe au XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Montréal (près Largentière) - Les quatre niveaux du donjon du « château neuf ».
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2508/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

L
 
N