Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
E
G

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

F

Texte intégral

FABRIAS

1département : Ardèche ; canton : Aubenas ; commune : Lentillères ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 470 m

21215 (v-s) : vente par Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice, fille de Guillaume du Béage, à Pierre de Mirabel au prix de 4000 sous viennois de tout ce qu’ils possédaient dans les castra et mandements de Mirabel, Vals, Aubenas, Fabrias (ADA 13 J 21 n° 80).

31292 (v-s) : Pierre, seigneur de Lagorce, fait d’Hugonet de Lagorce son héritier universel et lui cède notamment le castrum de Fabracio (ADAv E 498).

4Au hameau de Fabrias, à l’extrémité de l’éperon dominant les confluents de l’Elgières et de la Lande, subsistent les vestiges d’un château de l’extrême fin du Moyen Âge et du début de l’Époque Moderne. À l’exception de la topographie, rien ne paraît évoquer une fortification des XIIe-XIIIe siècles, cependant les élévations conservées mériteraient une étude plus approfondie.

FANJAU

5département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Largentière ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 290 m

61209 : Raymond VI, comte de Toulouse, s’engage à réparer tous les dommages qu’il a causé, notamment à l’Église, et pour lesquels il a été excommunié. Il livre, en garantie de sa soumission, sept castra, dont Fanjau in Argentaria, qui reviendront à l’Église s’il se montre parjure (Cartulaire du prieuré de Saint-Gilles n° 354).

71209 : les divers prélats auxquels Milon, légat pontifical, avait confié les châteaux remis en gage par le comte de Toulouse à l’Église de Rome, font serment de les faire garder fidèlement et de ne les rendre à ce prince que par un ordre exprès ou par une bulle du pape ou de ses légats, d’employer leurs revenus pour les frais de guerre, etc. Jure notamment l’évêque de Viviers pour le château de Fanjau (Histoire générale de Languedoc, t. VI, p. 281).

81210 : transaction entre Burnon, évêque de Viviers, et les chanoines de Viviers, d’une part, et Raymond VI, comte de Toulouse, d’autre part. L’évêque et les chanoines se plaignaient notamment de ce que le comte de Toulouse avait fait construire sur leur domaine le château de Fanjau ; ils prétendaient que comme construit sur leur terrain celui-ci leur appartenait. Il est convenu entre eux que l’évêque de Viviers se désistera pour toujours à l’égard du comte et de ses successeurs de ses prétentions sur le château de Fanjau ; il donne ce château en fief au comte. Il lui donne de plus en fief sa part de la maison qui était près de ce château. Il lui concède aussi en fief les autres parts de cette maison ayant appartenu à Bermond d’Anduze ou à Pierre, fils de Bermond, ou à Aymar de Poitiers si le comte en fait l’acquisition. Il lui accorde, en outre, le pouvoir de renforcer le château de Fanjau selon son bon plaisir mais seulement dans l’enceinte des fossés qui environnent le château et de faire en dehors des fossés des murs de défense (antemuralium) ou des fortifications (munitiones), à la condition toutefois qu’il ne permette la construction d’aucune maison autour du château. En contrepartie de cette concession, le comte doit prêter serment de fidélité à l’évêque, jurer de défendre l’Église de Viviers et ses biens, promettre de ne pas acquérir d’autres châteaux ou partie de château et aucun fief ou partie de fief se trouvant dans la mouvance de l’Église de Viviers sans accord de celle-ci, et rendre hommage à l’évêque pour le château de Fanjau, à chaque changement d’évêque ou de comte. Le comte accorde de plus à l’évêque de Viviers le droit de bâtir un château à Largentière, excepté sur la montagne où le comte a fait construire le château de Fanjau. Pendant tout le temps de la construction de ce château, le comte devra remettre, si d’ici là l’évêque lui a restitué, le château de Fanjau à Giraud Adhémar afin que celui-ci l’occupe aux frais du comte depuis le Carême jusqu’à la Saint-Michel suivante. Après la Saint-Michel le comte rentrera en possession du château de Fanjau. Si Giraud Adhémar ne peut ou ne veut occuper le château de Fanjau, le comte doit le livrer aux mêmes conditions à Pierre Macellario et à Mascaldo qui jureront fidélité à l’évêque (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

Fanjau - Les rares vestiges du donjon au début du XXe siècle (ADA 6 Fi 132/18).

Fanjau - Les rares vestiges du donjon au début du XXe siècle (ADA 6 Fi 132/18).

91214 : Pierre Bermond de Sauve et son frère Bermond abandonnent à Burnon, évêque de Viviers, 13000 sous qui leur étaient dus pour la bastide de Fanjau, construite du temps de l’évêque Nicolas, ainsi que tous leurs droits et toutes leurs prétentions sur la bastide appelée Bonnegarde que l’évêque a construit à Largentière (Mazon 1904 p. 46-47).

101215 : Burnon, évêque de Viviers, inféode à Simon de Montfort, vicomte de Béziers et de Carcassonne, le château de Fanjau à Largentière confisqué sur le comte de Toulouse et la moitié des revenus de Largentière, pareillement tombés en commise. Simon de Montfort sera tenu de rendre le château de Fanjau à toute réquisition. Toutefois si le roi de France fait la guerre à l’évêque, le comte ne sera pas tenu de venir en personne au secours de ce dernier mais il devra envoyer ses soldats et ses vassaux à la défense du château de Fanjau et de la ville de Largentière (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 183).

111218 : lettre du pape Honorius III à Guillaume, évêque de Viviers, par laquelle il restitue à l’Église de Viviers tous les droits que celle-ci possédait dans le castrum de Fanjau, à Largentière et dans toutes ses dépendances, droits que l’évêque Nicolas avait concédés en fief à Raymond, comte de Toulouse, en lésant l’Église de Viviers (Regesta Honorii papæ III, t. I, n° 957).

121218 : le pape Honorius III enjoint à Simon de Montfort de restituer à l’évêque de Viviers le castrum de Fanjau situm in Argentaria, appartenant à son église comme le montrent un acte présenté au pape et divers témoignages (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 243).

131218 : le pape Honorius III enjoint à Bertrand, cardinal au titre de Saint-Jean et Saint-Paul, légat apostolique, de faire restituer à l’évêque de Viviers le château de Fanjau (Regesta Honorii papæ III, t. I, n° 962).

141218 : le pape Honorius III enjoint à l’archevêque de Vienne de faire restituer à l’évêque de Viviers le castrum de Fanjau situm in Argentaria (Regesta Honorii papæ III, t. I, n° 964).

151223 : lettre du pape Honorius III à Conrad, évêque de Porto, légat apostolique, demandant à celui-ci de veiller à faire respecter les droits de l’évêque de Viviers notamment dans le castrum de Fanjau à Largentière si un accord s’établit entre Amaury de Montfort et Raymond, fils du feu comte de Toulouse Raymond (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 228, § I).

  • 37 Cette fourchette chronologique n’est guère difficile à établir. On sait (cf. supra) que le château (...)
  • 38 Le choix du toponyme «  Fanjau  » n’est sans doute pas innocent et renvoie peut-être au château du (...)

16Le château de Fanjau, établi sur une hauteur dominant immédiatement à l’est le bassin de Largentière, a presque totalement disparu. Au tout début du XXe siècle se voyaient encore les ruines d’un bâtiment quadrangulaire, bien appareillé, sans doute un donjon (ADA 6 Fi 132/18). À la même époque, vers 1900, Albin Mazon constate la présence d’un mur d’enceinte, d’une voûte et d’un piédroit de porte (Mazon 1904 p. 59-60). Dans les années 1970, des chicots de maçonnerie étaient encore très visibles. Actuellement, il ne semble subsister du château de Fanjau que quelques vestiges, très dégradés, du rempart ainsi que des blocs épars, dont certains à bossage, réemployés dans des murets de pierres sèches. Fanjau a été construit par le comte de Toulouse Raymond VI, entre 1194 et 120637, dans le contexte du conflit opposant la maison de Toulouse à l’Église cathédrale de Viviers pour le contrôle des mines d’argent du bassin de Largentière38.

17Le château de Fanjau n’a jamais été chef-lieu de mandement et n’a jamais entraîné la création d’un bourg castral. Globalement, le site est sans doute occupé peu de temps puisque après les années 1220 et l’éviction des comtes de Toulouse du Vivarais méridional, il disparaît totalement de la documentation.

FAY

18département : Haute-Loire ; canton : Fay-sur-Lignon ; commune : Fay-sur-Lignon ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1180 m

191086-1136 : mention de l’acquisition de deux manses in mandamento de Fayno par l’abbaye de Saint-Chaffre (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCLX).

20Avant 1097 : le vicomte de Velay, Armand de Polignac, donne à Pons, consulari de Faino, des vignes dans la paroisse de Coubon (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCXLIII).

211179 : mention de Pierre, curé de Faino (Cartulaire de Bonnefoy n° 30).

221183-1190 : mention de Guillaume, bayle de Fay (Cartulaire de Bonnefoy n° 87).

231229 : Philippa, héritière de Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, et femme du comte de Valentinois, Aymar II de Poitiers, rend hommage à l’évêque du Puy pour le château de Fay (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

241250 : Philippa remet à Aymar III de Poitiers, son petit-fils, divers castra dont celui de Fay (Inventaire Marcellier, Saint-Marcellin, f i 161 v°-162 r°).

251251 : Aymar III de Poitiers rend hommage à l’évêque du Puy pour Fay (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180 et 198).

261267 : bulle du pape Clément IV pour l’Église du Puy, lui confirmant notamment la possession du castrum de Fay (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

271276 : reddition faite par Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à Guillaume de la Roue, évêque du Puy, de tout ce qu’il tient en fief de l’Église du Puy dans les diocèses de Viviers et du Puy dont le château de Fay (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180 et 198).

281284 : accord entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Foulque, abbé de Mazan, au sujet de la haute et de la basse justice des manses de la grange de Bonnefont situés infra mandementa castrorum de Fayno et de Mezenco (ADA 3 H 1 f i 25 v°-29 v°).

291285 : Guillaume de Poitiers, fils du comte Aymar III, reçoit notamment pour sa part d’héritage la baronnie de Fay. Frédole, évêque du Puy, approuve en son nom et au nom du chapitre cathédral cette inféodation (Regeste Dauphinois, t. III, n° 12834 et ADI B 3542).

301286 (v-s) : Guillaume de Poitiers reconnaît la suzeraineté d’Aymar IV, comte de Valentinois, son frère, sur la terra de Fayno cum pertinentiis suis, tenue en fief de l’évêque du Puy (ADI B 3542).

311288 (v-s) : Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay, reconnaît tenir de l’évêque du Puy les châteaux de Fay, Montréal, Queyrières, Contagnet, Fourchades. Ces hommages sont renouvelés en 1291 et en 1310 (ADI B 3895 f i 7-8 et Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 199).

321289 : Guillaume de Poitiers ratifie l’accord passé en 1284 entre Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, et l’abbaye de Mazan. L’acte est passé apud Fayno in aula castri dicti loci (ADA 3 H 1 f° 29 r°-v°).

331300 : le sergent général de la cour et de la baronnie de Fay, en vertu d’un mandement de Guillaume de Poitiers, seigneur des baronnies de Fay et de Beaudiner, somme les seigneurs de Géorand, du Béage et de Fourchades de se trouver en arme sous huitaine à Cornillon pour faire service à Guillaume de Poitiers (ADA 3 H 1 f° 29 r°-v°).

34Le château de Fay a totalement disparu. Seules la toponymie, la lecture du parcellaire et la topographie générale du site nous permettent de situer son emplacement à proximité même de l’église et du cimetière. Ce secteur du bourg s’appelait, au XIXe siècle, « Le château » (Royet 1988 p. 11). Il s’agit là du point le plus élevé du site de Fay, lui-même implanté sur une croupe rocheuse dominant la haute vallée du Lignon. L’église de Fay, dédiée au Moyen Âge à Saint-Nicolas (ADI B 3894), occupe encore son emplacement médiéval, même si dans ses élévations rien ne semble antérieur à l’Époque Moderne.

35Au sud de l’ensemble que formaient le château et l’église s’étendait une vaste basse-cour ovoïde, très nette sur le plan cadastral du XIXe siècle. Elle est encore occupée aujourd’hui par le bourg de Fay qui est donc un habitat d’origine castral. Dans l’emprise du bourg castral subsistent les vestiges d’une maison noble de la fin du Moyen Âge avec une échauguette.

FOURCHADES

36département : Ardèche ; canton : Le Cheylard ; commune : Saint-Andéol-de-Fourchades ; toponyme actuel : « Trafourchas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1040 m

371088 : Odon de Forcada est témoin (en tant, probablement, que clerc ou chanoine de l’Église du Puy) des privilèges accordés par Guillaume, doyen de l’Église du Puy, à Bernard, gardien de l’église Saint-Michel et fondateur d’un hôpital à Aiguilhe (Preuves de la maison de Polignac, t. 1, n° 35).

381097-1124 : G.[iraud ?] de Forcadas et ses fils sont témoins de la donation faite à l’abbaye de Pébrac par Pierre, Hautbert et Guy de Borée de l’église Saint-Apollinaire près de Chanéac (Cartulaire de Pèbrac n° XV). 1183-1190 : Etiennette, épouse de Jarenton de Besses, reçoit des chartreux de Bonnefoy, pour diverses donations, 15 sous qui lui sont versés in castello de Forchada (Cartulaire de Bonnefoy n° 91).

391187 : Guillaume de Beaudiner donne pour le salut de son âme et celles de ses parents tous les droits qu’il possédait à l’intérieur des limites de la chartreuse de Bonnefoy dans le mandement de Fourchades (Cartulaire de Bonnefoy n° 54).

401229 : Philippa, comtesse de Valentinois et héritière de Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, rend hommage à l’évêque du Puy pour ses châteaux de la Montagne ardéchoise dont Fourchades (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

411250 : Philippa, comtesse de Valentinois, donne à son petit-fils Aymar III de Poitiers ses châteaux dont Fourchades et, l’année suivante, elle lui rend hommage pour ceux-ci (ADI B 3522).

421251 : Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir de Bernard de Ventadour, évêque du Puy, divers châteaux dont Fourchades (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180 et 198).

431286 : Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay, reconnaît tenir de l’évêque du Puy divers châteaux dont Fourchades. Hommage renouvelé en 1291 et en 1310 (ADI B 3895 f i 7-8 et Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 199).

441299 : l’abbé de Mazan et Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay et de Beaudiner, passent un accord au sujet de la haute et basse justice du terroir de Ligeret ; Guillaume de Poitiers affirmant que ces terres étaient in mandamento castri sui de Forcata et que donc toute la justice lui appartenait en raison de son château, ce que l’abbé niait. Finalement, Raymond de Fourchades, dominus pro parte de Fourchades et procureur de Guillaume de Poitiers, transige avec l’abbé (ADA 3 H 1 f i 66 r°-68 r°).

451300 : conflit opposant Guigue, seigneur de Roche, d’une part, et Raymond de Fourchades, seigneur de Fourchades et de Raphaël, d’autre part, à propos du manse de Sahuc situé entre Mézilhac et le château de Raphaël (ADA 3 J 23 f° 12 r°-v°).

461305 : Hugues de Talaron est châtelain de Fourchades pour Guillaume de Poitiers. En 1308, il est mentionné comme bayle du castrum de Fourchades (Catalogue des actes de Mazan nos 34 et 40).

Fourchades - Vue d’ensemble du relief ayant porté le château.

Fourchades - Vue d’ensemble du relief ayant porté le château.
  • 39 Mention en 1348 d’un chasal dans le bourg de Fourchades (Camus 1927-1935, t. II, p. 234-236) et men (...)

47Le site du château de Fourchades occupe une étroite échine basaltique, orientée nord-est/sud-ouest, à plus de 1000 m d’altitude. Vue de profil, cette barre rocheuse présente trois buttes successives ; la plus importante et la plus élevée d’entre elles, au centre, pourrait avoir joué le rôle de tertre principal du château. Elle est protégée, à l’ouest, par un fossé ménagé dans le substrat. Quelques rares lambeaux de maçonnerie informes, en moellons de granit et de basalte liés au mortier de chaux, sont encore présents sur ce tertre. Divers aménagements du rocher, dont une petite case-encoche, sont perceptibles sur l’arête rocheuse. Les ruines d’un bâtiment, probablement tardimédiéval, ainsi qu’un hameau au pied du rocher, au sud-ouest, sont les derniers vestiges d’un petit bourg castral mentionné à plusieurs reprises dans la seconde moitié du XIVe siècle. Le castrum possédait apparemment une chapelle, attestée par la documentation dans le dernier tiers du XIVe siècle39.

Notes

37 Cette fourchette chronologique n’est guère difficile à établir. On sait (cf. supra) que le château de Fanjau a été construit durant l’épiscopat de Nicolas à Viviers (1174-1206) par le comte de Toulouse Raymond VI (1194-1222) : Fanjau a donc été bâti entre 1194 et 1206.

38 Le choix du toponyme «  Fanjau  » n’est sans doute pas innocent et renvoie peut-être au château du même nom (aujourd’hui Fanjeaux) construit en Carcassès. On rencontre, en effet, curieusement, à proximité du Fanjau vivarois un château dénommé Laurac et un château dénommé Montréal, tout comme dans l’Aude près de Fanjeaux. L’existence de ces toponymes en Vivarais est assurément à lier à la présence toulousaine.

39 Mention en 1348 d’un chasal dans le bourg de Fourchades (Camus 1927-1935, t. II, p. 234-236) et mention dans le terrier de Pierre de Fourchades (1364-1386) de deux maisons possédées par Pierre et André Ville au hameau de Fourchades et d’un chasal situé sous la chapelle de Fourchades (Camus 1927-1935, t. II, p. 236-243).

Table des illustrations

Titre Fanjau - Les rares vestiges du donjon au début du XXe siècle (ADA 6 Fi 132/18).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fourchades - Vue d’ensemble du relief ayant porté le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

E
 
G