Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
D
F

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

E

Texte intégral

Les Éperviers - Une des baies de la chapelle romane Saint-Jean du castrum.

Les Éperviers - Une des baies de la chapelle romane Saint-Jean du castrum.

EMPURANY

1département : Ardèche ; canton : Lamastre ; commune : Empurany ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : 490 m

21283 : Sibylle d’Empurany, sœur de feu Guillaume Arnaud, dont elle hérite, donne à Odon, seigneur de Retourtour, tout ce qu’elle possède in castro de Inpuranio, in bonis, juribus, actionibus et requisitionibus pour 50 aurei (AN 513 AP 16).

31306 : Guigue, seigneur de Tournon, rend hommage à Pons de Fay, grand prieur d’Auvergne, pour le château d’Empurany (Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers, t. IV, n° 4714).

41319 : testament d’Odon, seigneur de Retourtour, Désaignes, Dunières, Beauchastel, Empurany et Nozières, en faveur de son fils Jean (ADA 1 E 1583).

51326 : hommage du seigneur de Retourtour au seigneur de Tournon pour les châteaux et mandements de Retourtour et d’Empurany (AN 513 AP 5).

6Le plan cadastral de 1834 met clairement en évidence la présence d’une première enceinte réduite autour de l’église Saint-Michel et d’une seconde enceinte plus large. Mais aucun château n’est visible actuellement.

LES ÉPERVIERS

7département : Ardèche ; canton : Montpezat-sous-Beauzon ; commune : Saint-Cirgues-en-Montagne ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1220 m

8Après 1164 : pancarte des donations faites à l’abbaye de Mazan dans le terroir d’Issanlas. Mention de Jarenton des Éperviers et de Richard des Éperviers (ADA 3 H 10).

91210 (?) : échange entre Richard dels Esparviers et Pierre, abbé de Mazan. Richard des Éperviers donne notamment à l’abbaye de Mazan tous ses pâturages du mandement du castrum des Éperviers (Histoire du Vivarais, t. II, P. -J. n° II).

101219 : Albert de Jaujac, Hugues de Jaujac et son frère Guillaume cèdent à l’abbaye de Mazan tous leurs droits sur les pâturages situés dans le mandement des castra de Géorand, Les Éperviers, Mayres, Meyras, Jaujac (Histoire du Vivarais, P.-J. n° III).

111255 : arbitrage du prévôt de Saint-Paul-Trois-Châteaux entre l’abbé de Mazan et Jarenton, seigneur des Éperviers, touchant les pâturages et le droit de forestage des terroirs des Éperviers et de Montpezat (ADA 3 H 5 n° 1).

121281 : Guillaume des Éperviers, seigneur du castrum de Sparveriis, vend à Pierre Goys et à Guillaume La Claposa, habitants de Thueyts, pour le prix de 120 livres viennoises, tout ce qu’il possède au lieu nommé Lo Pruebi, situé dans la paroisse de Lachapelle-Graillouse, qu’ils devront tenir en fief de lui (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 705).

131298 : sentence arbitrale rendue entre Jarenton, seigneur des Éperviers, et Raymond du Puy, par laquelle le premier est condamné à payer au second, par an, pendant 4 ans, 22 livres tournois et 22 setiers d’avoine (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 998).

141325 : accord entre Hugues, abbé de Mazan, et Guigue de Roche, seigneur du castrum des Éperviers, sur la possession et l’usage de bois et de pâturages situés dans le mandement du château des Éperviers (ADA 3 H 1 f i 43 v°-51 r°).

151382 : testament d’Hélène Itier, domina des châteaux de Géorand et de Chadenac. Elle élit sépulture dans l’abbaye de Mazan où reposent ses prédécesseurs. Mention de la chapelle Saint-Jean des Éperviers (Catalogue des actes de Mazan n° 72).

16La commune de Saint-Cirgues-en-Montagne possède deux sites castraux voisins l’un de l’autre. Le plus proche du bourg actuel de Saint-Cirgues, village qui a pour origine l’église Saint-Cirgues, est le château des Éperviers. Situé à environ 2 km, à vol d’oiseau, au nord du bourg, il regarde vers l’est et domine à plus de 1220 m d’altitude la vallée du Vernason. Le site prend l’aspect d’une motte d’éperon, aménagée pour partie dans le substrat et partiellement entourée d’un fossé. Les rares vestiges d’une enceinte maçonnée chemisent ponctuellement la plate-forme dont le sommet porte encore les traces de quelques bâtiments. Au sud, dans ce qui pourrait s’apparenter à une basse-cour, subsiste le chevet d’une chapelle romane dédiée à Saint-Jean et les ruines de quelques maisons d’un petit bourg castral.

L’ESCRINET

17département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Saint-Priest ; toponyme actuel : « Col de l’Escrinet » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 790 m

181239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, rend hommage à Raymond VII, comte de Toulouse, pour certains de ses castra du Vivarais dont Escrinet (ADI B 3520).

191249 : échange entre Etienne de Mirabel et Marie, sa femme, d’une part, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’autre part. Le comte leur remet tout ce que possédait Armand du Pouzin dans le castrum et mandement de Cheylus et dans la paroisse de Freyssenet : de l’église de Saint-Clair ad turrem de Lescrinet et du serre de Flachères à Pierrecourbe et, plus généralement, tous les biens qu’il détenait de l’Ouvèze au mandement de Mirabel et du ruisseau de Cavenas à la tour de l’Escrinet (ADI B 3522).

201280 : le comte de Valentinois reconnaît être tenu à l’hommage au roi de France pour ses châteaux du Vivarais, dont celui d’Escrinet, à raison du comté de Toulouse (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

211281 : charte de franchises accordée par le comte de Valentinois aux habitants de Privas et de Tournon. Il est précisé que ceux-ci seront exempts de tout péage à Privas, l’Escrinet ou au Malpas (Charte de franchises de Privas p. 536).

22Deux mamelons rocheux constituent un ensellement net, à l’est du passage du col de l’Escrinet. C’est sur ces derniers, hauts de quatre à cinq mètres, que devait se situer le château de l’Escrinet. Présentant un relief assez marqué au nord, ces tertres offrent une pente plus douce en direction du sud et de l’est, directions vers lesquelles ils se prolongent par une petite plate-forme. À l’heure actuelle, la partie nord-ouest des mamelons a été amputée par une carrière de modeste étendue. Aucune structure n’est aujourd’hui visible, mais des anomalies microtopographiques d’origine anthropique indiquent que le substrat a été remanié et, par ailleurs, un carreau d’arbalète médiéval a été récemment découvert sur le site. Dans tous les cas de figure, la surface réduite de ces mamelons et de leurs abords praticables ne permet pas d’envisager la présence d’un édifice de grande taille. La mention d’une turris de l’Escrinet en 1249 montre toutefois que le château possédait au moins un donjon, qui représentait vraisemblablement l’élément central de celui-ci.

23Associé à la perception du péage d’entrée dans le mandement de Privas, ce château est remarquablement bien situé en matière routière. Il est rigoureusement sur la limite de la châtellenie et au carrefour même de trois routes : celle du Rhône au Languedoc méditerranéen par Privas et Aubenas, celle se dirigeant de l’Escrinet à Villeneuve-de-Berg et enfin celle de l’Escrinet au Puy-en-Velay par Mézilhac (Brechon 2000, t. 1/2). L’abandon ancien de l’édifice, associé à la très médiocre conservation des vestiges bâtis, explique probablement qu’il soit à l’heure actuelle totalement sorti des mémoires.

Table des illustrations

Titre Les Éperviers - Une des baies de la chapelle romane Saint-Jean du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 518k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

D
 
F