Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
B
D

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

C

Texte intégral

CASTELJAU

1département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Berrias-et-Casteljau ; toponyme actuel : « VVF de Casteljau » ; diocèse médiéval : Uzès ; altitude : env. : 200 m

21147 (v-s) : Pons de Berrias donne à la maison du Temple de Jalès la dîme qu’il percevait sur la domus de Jalès. Parmi les témoins : Arnaud de Castelo Gauges (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° CCCXXV).

31150 (v-s) : Géraud de Castri Gaugii, avec l’assentiment de son fils Guillaume et de sa fille Guillelma, vend à la maison du Temple de Jalès, pour le salut de l’âme de ses parents et de sa femme Suriana, le manse de Plebe. Acte passé in castro Gaucii (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° DLXXVI).

41180 : Arnaud de Banne, B., G. et Austorges, frères, donnent à la maison du Temple de Jalès tous leurs droits sur l’église Saint-Pierre-de-Banne avec ses dépendances et tout ce qu’ils percevaient en ce lieu. Acte passé dans le cimetière de Castrum Gaudio, à côté de l’église (ADBdR 56 H 5228).

51209 : Pierre Ozil, P. Arnaud et Pons de Casteljau, et d’autres, reconnaissent tenir de l’Église d’Uzès tout ce qu’ils ont dans les mandements et paroisses de Casteljau et Labeaume (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 293).

61211 : Philippe Auguste confirme à l’Église d’Uzès la possession de divers castra dont celui de Castelgau (Recueil des actes de Philippe Auguste, t. III, n° 1179). 1212 : Arnaud de Banne reprend en fief de Raymond, évêque d’Uzès, tout ce qu’il a à Casteljau. Arnaud et ses successeurs rendront hommage et jureront fidélité à l’évêque (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 774).

71277 (v-s) : Guillaume Merle, coseigneur de Casteljau, reconnaît tenir de Guillaume, évêque d’Uzès, le château de Casteljau qu’il a eu de ses prédécesseurs avec toute la justice (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 223).

81287 (v-s) : Pierre de Casteljau reconnaît tenir de Guillaume, évêque d’Uzès, le tiers de la juridiction de Casteljau et jure fidélité (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 1201).

91287 : accord entre Guillaume, évêque d’Uzès, et Pierre de Casteljau, coseigneur de Casteljau, pour lui et les autres coseigneurs. L’évêque possèdera en propre un septième de la juridiction haute et basse. Pierre de Casteljau aura six parties du château et mandement. Le juge de l’évêque viendra à Casteljau pour tenir les assises ; tous auront ensemble un bayle commun pour l’exercice de la juridiction du château. Les autres coseigneurs du château tiendront de l’évêque la totale juridiction du château en fief (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 746).

101317 : Raymond de Banne pour un septième, Gaucelin de Casteljau pour deux parts, Raymond du Ranc pour un septième, Pierre de Casteljau pour un autre septième, et d’autres, ont reconnu tenir d’André, évêque d’Uzès, le château (lire castrum) de Casteljau avec toutes ses dépendances et sa justice ; ils promettent fidélité comme vassaux (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 775).

11Le vaste éperon barré de Casteljau domine une boucle du Chassezac. De nombreuses découvertes ont montré une forte occupation du site durant la Protohistoire, l’Antiquité et le haut Moyen Âge (nécropole). Presque au centre de l’éperon se dresse un château qui paraît, en l’absence d’étude plus approfondie, appartenir pour les éléments les plus anciens à l’extrême fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne. Casteljau possédait une église dont l’origine est sans doute antérieure au château ; diverses sépultures datables du VIe au XIIe siècle ont été mises au jour à proximité de celle-ci.

12Bibliographie :
Dupraz, Fraisse, 2001 p. 213-215.

CASTELLUM VETUS (Ozon)

13département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Ozon ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 290 m

141457 (v-s) : André Montillon, d’Ozon, rend hommage au prieur d’Eclassan pour des biens situés à Ozon confrontant au sud les blachias vocatas Castelli Veteris (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. I, p. 134).

151824 : « Châteauvieux » (Cadastre « napoléonien » d’Ozon).

16À environ 2 km en amont du château d’Arras, le site de Châteauvieux occupe un relief particulièrement escarpé à l’extrémité d’un éperon rocheux dominant d’une centaine de mètres les méandres du ruisseau d’Ozon, affluent du Rhône. On aborde le site par un fossé semi-circulaire qui barre au nord l’éperon rocheux et réutilise une dépression naturelle de l’échine rocheuse. Ce fossé, profond d’environ 5 m, présente un profil en V. Large au sommet de plus de 6 m, il se réduit à environ 2,50 m au fond. Immédiatement au sud du fossé, en position de barrage, s’élève une petite butte aux contours mal définis. Ce tertre paraît ménagé sur un affleurement du substrat granitique, avec peut-être des apports complémentaires de matériau meuble. Une légère concavité au centre du tertre ainsi que la présence de quelques blocs épars peuvent laisser supposer l’existence d’une structure de pierre sur la plate-forme sommitale. Le toponyme du site ainsi que la topographie des lieux invitent à voir là un château fondé au Xeou au XIe siècle et abandonné sans doute peu après.

CASTELVIEIL (Chalencon)

17département : Ardèche ; canton : Vernoux-en-Vivarais ; commune : Chalencon ; toponyme actuel : « Châteauvieux » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 720 m

18Vers 1070-1080 : Guigue, sa femme Nestoria et leurs enfants, rendent à Saint-Barnard de Romans l’église de Silhac avec ses dépendances. Parmi les témoins figure Pierre de Castelvieil (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. I/2, n° 222).

  • 23 S’il n’a pas purement et simplement disparu avec l’exploitation de la carrière qui s’ouvre encore à (...)

19Ce site pourrait éventuellement être localisé à environ 600 m à l’ouest du château de Chalencon23. Un fossé semi-circulaire ménagé dans le substrat semble protéger un affleurement rocheux se dressant à mi-pente sur le versant nord de la vallée de l’Eyrieux, dont le dénivelé est particulièrement abrupt dans ce secteur. Absolument aucun vestige maçonné n’est visible sur le site, qui par ailleurs n’a livré aucun mobilier céramique en surface.

20Le « château vieux » de Chalencon est sans doute abandonné dans le courant du XIe siècle, selon un processus fréquent, au profit du château et du castrum voisins de Chalencon, mieux situés à proximité même de l’église Saint-Pierre, fondée durant le haut Moyen Âge, et d’un axe routier important.

CASTRUM VETUS (Borne)

21département : Ardèche ; canton : Saint-Etienne-de-Lugdarès ; commune : Borne ; toponyme actuel : « Bois du Bouquet » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : 1180 m

221152 (v-s) : Guillaume de Borne concède à Amelius, abbé de Loc-Dieu au diocèse de Rodez, le lieu appelé les Chambons afin qu’y soit fondée une abbaye. Les limites du domaine donné par Guillaume de Borne vont du ruisseau d’Embrun à l’alpage appelé Calvria, puis de la Croix de Bauzon à la montagne du Tanargue, du gué du ruisseau de Las Loubeyras au castellum appelé Castrum Vetus. Elles montent de là à Casaledas et Villam Veterem puis redescendent au gué du ruisseau d’Embrun (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuve n° 597).

  • 24 Le castrum de Borne est appelé castrum novum en 1245, ADLZ 3 J 6.

23Comme l’indique Albin Mazon dans son « Voyage autour de Valgorge », reprenant les informations contenues dans une lettre adressée le 20 mai 1863 par le curé de Saint-Laurent-les-Bains, l’abbé Chenivesse, au chanoine Rouchier (Mazon 1878 p. 116 et Archives Privées), le « Châteauvieux » de Borne semble pouvoir être localisé à environ 1,2 km au nord-est du château de Borne. Se dresse là un imposant piton granitique dominant le confluent de la Borne et du ruisseau de la Grand-Fronge. Au XIXesiècle, A. Mazon mentionne sur ce pointement « quelques traces de bâtisse à chaux et à sable » et diverses prospections menées sur ce site depuis les années 1960 ont montré la présence de tessons de poterie et d’indices ténus de constructions (Archives du Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes, Lyon). En raison d’une méconnaissance de ces érudits du XIXesiècle et de l’existence dans la documentation écrite médiévale d’un « Châteauvieux » à Borne, le site était interprété depuis la seconde moitié du XXe siècle comme un oppidum protohistorique (Dupraz, Fraisse, 2001 p. 217). Il s’agit toutefois bel et bien, à notre sens, du château qui a précédé le château actuel de Borne au Xeou au XIe siècle et a ensuite été abandonné, sans doute dans le courant du XIIe siècle, selon le schéma classique de substitution d’un « château vieux » isolé par un « château neuf »24 avec bourg castral.

CASTRUM VETUS (Naves)

24département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Les Vans (anciennement Naves) ; toponyme actuel : « Le Grisel » ? ; diocèse médiéval : Uzès ; altitude : env. 410 m

251229 : Guiramerius (de Cornillon) vend aux Templiers de Jalès tous ses droits sur le manse de Starata. Parmi les témoins figure Gilbert de Castro Veteri (ADBdR 56 H 5219).

261242 : donation par Randon, fils de Guigue Meschin, à l’hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem de Gap-Francès du manse de Silvaplana situé dans la paroisse de Saint-Martin d’Aujac. Parmi les témoins figure Gilbert de Châteauvieux (ADBdR 56 H 4457).

271258 (v-s) : reconnaissance à Bertrand de La Molette, de La Garde, pour des terres et des vignes situées dans la paroisse des Salelles. Acte passé in manso de Bosco in domo Girberti de Castro Veteri, miles. Témoins : Gaucelinus de Castro Veteri, miles, Olivarius de Castro Veteri, etc. (ADLZ 15 J 4).

281264 : hommage rendu par Gaucelin de Châteauvieux à Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, femme de Guigue de Châteauneuf (ADA 21 J 1 p. 109).

291273 (v-s) : acte de pariage passé entre le sénéchal de Beaucaire, représentant le roi de France, d’une part, et Regordan de Naves et Gaucelin de Châteauvieux, représentant les coseigneurs du castrum de Naves, d’autre part (Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, t. I, preuve n° LXXII).

301297 : Hugues La Roche, de Naves, reconnaît tenir d’Agnès de Châteauvieux, tutrice des héritiers de feu Bermond de Naves, une vigne avec ses dépendances situées dans la paroisse de Naves, confrontant notamment la carreria publica et le ranc de Castro Veteris pour un cens annuel d’une livre rase d’avoine (ADA 39 J 42).

311313 : Pierre et Raymond de Châteauvieux, domicelli, sont coseigneurs du castrum et du mandement de Naves (Charte des Vans p. 209).

32Au-dessus du village de Naves, immédiatement à l’ouest, dominant les ruisseaux de Malarce et de Bourdaric, se dresse un éperon barré calcaire de forme triangulaire. Outre un double rempart de pierres sèches, on y rencontre diverses murettes du même matériau ainsi que de nombreux pierriers sans doute récents. La sédimentation apparaît très faible et le rocher affleure largement mais le site a toutefois livré un peu de mobilier protohistorique. Il s’agit peut-être du ranc de Castro Veteris mentionné à la fin des années 1290 et dont paraît originaire un des lignages de pariers du castrum de Naves attesté dès le début du XIIIe siècle. Cependant, on ne voit sur le site aucune trace de construction susceptible d’être médiévale.

33Bibliographie :
Dupraz, Fraisse, 2001 ; Durand 1994.

CHADENAC

34département : Ardèche ; canton : Thueyts ; commune : Barnas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 450 m

351023 : notice rappelant la construction du castrum de Chadenac par Audigier, ancêtre du lignage des Itier, seigneurs de Géorand, sans doute vers 970-980 (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLXXXIV).

361144 : mention de l’ecclesia de Capdenaco (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCV).

371179 : confirmation par le pape Alexandre III des églises dépendant de l’abbaye de Saint-Chaffre dont celle de Chadenac (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLII).

381217 : Lambert et Jocerande, fils et fille de Pierre Itier, seigneur de Géorand, approuvent, à Chadenac, une donation faite par leur père à l’abbaye de Mazan (ADA 3 H 1 f i 92 r°-93 r°).

391246 : Béraud Itier est dit seigneur de Chadenac (ADA 42 J (inventaire du XVIIe siècle n° 389).

401257 : Pierre Itier est dit dominus de Chapdenac (ADA 29 J 4 n° 5).

411278 : Béatrice, femme de Béraud Itier, seigneur de Géorand et de Chadenac, et Lambert, fils mineur de Béraud, ratifient une vente faite par Béraud Itier au profit de l’abbaye de Saint-Chaffre. L’acte est passé infra castrum de Chadenac in aula dicti castri (Charte relative à l’abbaye de Saint-Chaffre p. 43-47).

421285 : accord entre Pierre de Montlaur, prieur de Thueyts, d’une part, et noble Béraud Itier, seigneur de Chadenac, d’autre part, à propos de fiefs, droits de justice, bans, droits de pacage et de pêche revendiqués par chacune des deux parties dans le mandement du castrum de Chadenac (Délimitation du domaine temporel du prieuré de Thueyts p. 495-502).

431291 (v-s) : testament de Pierre, seigneur de Lagorce. Par acte passé à Asperjoc, le 15 des calendes de février, il fait d’Hugonet de Lagorce son héritier universel. Pierre de Lagorce fait aussi des legs à Marie, femme de Pons du Béage et à Hélène, veuve de Pierre Itier. Le lendemain, il se rend au château de Chadenac pour compléter la donation faite à Hélène ; l’acte est passé in domo seu in fortalicio du castrum de Chadenac (ADAv E 498).

44Le château de Chadenac occupe un saillant rocheux dominant la haute vallée de l’Ardèche. Sur la plate-forme sommitale qui couronne cet escarpement, barré au sud par un fossé taillé dans le rocher, s’élève un donjon de plan circulaire haut d’une vingtaine de mètres. Remarquablement bien conservé, il est bâti dans un petit appareil de moellons de granit grossièrement équarris. Le diamètre extérieur est de 6,20 m pour une épaisseur de mur de 1,10 m, soit une surface intérieure d’environ 20,40 m2. Les élévations intérieures montrent deux étages sur plancher et une terrasse sommitale. Le sommet est encore couronné de créneaux et porte les restes de trois bretèches. Toutefois, ces aménagements défensifs n’appartiennent pas à l’état premier du bâtiment. La porte primitive, surmontée d’un arc en plein cintre, se trouvait au premier étage. À l’ouest, une seconde porte a été percée a posteriori au rez-de-chaussée, alors que la première était obstruée. Deux ouvertures quadrangulaires - une grande fenêtre et un petit jour - percées à la fin du Moyen Âge sont encore visibles au premier étage. La tour ne comporte, par ailleurs, aucune autre ouverture. Elle ne possède aucun aménagement résidentiel : ni latrines, ni évier, ni placard, ni cheminée. L’archaïsme général des élévations, tempéré exclusivement par l’utilisation du plan circulaire, nous invite à placer la construction de cette tour dans le premier quart ou le premier tiers du XIIIe siècle. Le donjon est enserré dans une étroite enceinte se développant suivant le contour du rocher.

  • 25 En 1382, dans son testament, Hélène Itier, de Géorand, fonde une chapellenie in capella Beati Petri (...)

45Entre la tour et cette chemise, qui présente par endroits des traces de chemin de ronde et de crénelage, s’élèvent les restes d’un petit bâtiment. Au sud, un grand bâtiment rectangulaire voûté comportant un étage, également voûté, a été construit à l’extrême fin du Moyen Âge immédiatement en contrebas du donjon et de l’enceinte réduite, dans le fossé. Au nord-ouest, de rares vestiges du bourg castral s’étagent sur les pentes que domine le donjon. Le castrum de Chadenac possédait un lieu de culte dédié à Saint-Pierre attesté dès le milieu du XIIe siècle et relevant de l’abbaye vellave de Saint-Chaffre du Monastier25. Il s’agit peut-être du bâtiment de la basse-cour que l’on voit encore muni de sa toiture sur une photographie de la fin du XIXe siècle (ADA 47 Fi 43).

CHALENCON

46département : Ardèche ; canton : Vernoux-en-Vivarais ; commune : Chalencon ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 790 m ; protection Monuments Historiques : inscription (porte de l’enceinte du bourg ecclésial)

471082-1088 : Guigue, fils de Silvion de Calancone castello, et sa femme Nestoria donnent l’église de Silhac aux moines de Saint-Barnard de Romans avec tous les droits et biens qui dépendaient allodialement de cette église dans le mandement de Chalencon ainsi que toutes les mauvaises coutumes que percevait Guigue à Silhac (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 189).

481096-1117 : accord entre l’abbé de Cruas et le prieur de Vernoux, d’une part, et les moines de Romans, de l’autre, à propos des droits des moines de Vernoux sur les habitants de la paroisse de Silhac et du castrum de Chalencon (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. III, n° 157).

491224 : A.[ ?] est bayle de Chalencon pour le comte de Valentinois Aymar de Poitiers (ADI B 3894).

501239 : échange entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Pons de Saint-Priest, chevalier. Aymar de Poitiers, du consentement et conseil de ses chevaliers et des prud’hommes de Chalencon, cède tous ses droits sur Saint-Priest et les Nonières et spécialement sur les foires qui se tiennent chaque année le jour de la Saint-Jacques dans ce bourg. Il reçoit en échange de Pons de Saint-Priest, sa maison de Chalencon, contiguë à celle du comte. Acte passé à Chalencon dans la maison du comte (ADI B 3520).

511251 : Aymar de Poitiers donne en fief à Hugues de Pierregourde un revenu annuel de 100 sous viennois à prendre sur le péage de Chalencon (ADI B 2700).

521262 : enquête effectuée à la demande d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, sur l’administration de la charge de bayle que Pons, bayle de Fay, exerçait depuis longtemps dans le castrum, mandement, territorium et districtus de Chalencon (ADI B 3526).

531264 (v-s) : Albert Rostand, seigneur de Rac, cède à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, tous ses droits dans le castrum et le mandement de Chalencon (ADI B 3527).

541264 : hommage en fief rendable de Guillaume de Solignac, coseigneur du Béage, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, notamment pour tous ses droits et biens dans le castrum et le mandement de Chalencon (ADI B 3894).

551265 : arbitrage entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Pons de Saint-Priest, au sujet notamment du fief de la maison de Pierre de Gossine situé dans le château (lire castrum) de Chalencon et de la maison que le père de Pons de Saint-Priest avait possédé à Chalencon (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 23 r°).

561226-1270 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir en fief du roi de France divers châteaux du Vivarais dont celui de Chalencon (Scripta de feodis ad regem spectantibus p. 676).

571272 : le sénéchal de Beaucaire et de Nîmes adresse au juge royal d’Uzès une lettre par laquelle il lui demande d’examiner les droits du comte de Valentinois dans la vallée de l’Eyrieux sur les castra et mandements de Chalencon, Durfort et Tournon et sur le prieuré de Charay (ADI B 3531).

581272 : André de Veyrassac cède au comte de Valentinois tous ses droits sur le castrum et sur la baylie de Chalencon (ADI B 3894).

591285 : André de Veyrassac est châtelain de Chalencon pour le comte de Valentinois (ADI B 3542).

601291 : Guigue de Veyrassac est bayle de Chalencon pour le comte de Valentinois (ADR EP 132).

611293 : conflit entre le comte de Valentinois et Guigue, seigneur de Roche. Celui-ci reproche au comte de lui causer préjudice pour son péage de Mézilhac en contraignant les marchands à prendre la route de Chalencon où Aymar de Poitiers prélève un péage (ADA 3 J 23 f° 5 v°).

621317 : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois et de Diois, et Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte et de Boffres, à la suite d’un désaccord sur les limites des terroirs et mandements de Boffres et de Chalencon (Document vivarois, a, p. 304-310).

631318 : Hugues d’Antraigues est châtelain de Chalencon pour le comte de Valentinois (DIANA 1 E 9 n° 159).

641324 : le comte Aymar de Poitiers accense les revenus du péage de Chalencon à Arnaud Jepi et Thomas Corbici, agissant au nom de deux marchands florentins, Copo Manelli et Concilio Simonis, pour une période de quatre ans, au prix de 440 livres (ADI B 3897).

651326 : Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir Chalencon en fief du roi de France (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

661342 : transaction passée entre Etienne de Bessas, du castrum de Chalencon, et Peronet de Bessas, du même lieu, au sujet de la possession d’un pré et d’une terre situés dans le manse de Bessas (BML, Fonds Général, Ms 2091 n° 3).

  • 26 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 98 (article Chalencon) :... n (...)

67Le château de Chalencon occupe un sommet secondaire dominant le plateau de Vernoux et la vallée de l’Eyrieux. Mais de celui-ci, il ne subsiste plus que quelques pans de maçonneries informes et de nombreux pierriers. Au tout début du XVIIe siècle, le château de Chalencon est déjà totalement ruiné26.

68Ce château, qui prend sans doute au XIe siècle le relais du « Castelvieil » situé à quelques centaines de mètres à l’ouest, est venu s’implanter en surplomb de l’église Saint-Pierre, à environ 200 m au nord de celle-ci. Cette église, d’origine altimédiévale, formait probablement le centre de la villa et de la viguerie carolingienne de Chalencon attestées à plusieurs reprises entre le milieu du IXe siècle et la seconde moitié du Xe siècle. Un habitat castral s’est développé au pied du château de Chalencon mais celui-ci est toujours resté fort modeste jusqu’à son abandon définitif. En revanche, l’église Saint-Pierre a aggloméré un habitat relativement important, enclos à la fin du Moyen Âge dans une enceinte, et qui est encore aujourd’hui le centre de la commune de Chalencon. Ce bourg est dans les derniers siècles du Moyen Âge un carrefour routier important sur le tracé de la route reliant Valence et la moyenne vallée du Rhône au Puy. Le castrum et le bourg ecclésial de Chalencon comptent, avec Privas et Baix, parmi les lieux de résidence privilégiés des comtes de Valentinois sur la rive droite du Rhône au XIIIe et au XIVe siècles.

69Bibliographie :
Brechon 2000, t. I/1 ; Laffont 1998a, t. I.

CHAMBARLHAC

70département : Ardèche ; canton : Saint-Martin-de-Valamas ; commune : Chanéac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 800 m

71998-1014 : Etienne et sa femme Ingelburge, du castrum de Camberliaco, offrent au prieuré de Chamalières, dépendant de Saint-Chaffre du Monastier, un manse dans la viguerie de Soutron (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CLXXXII).

721097-1124 : Jarenton de Chambarlhac est témoin de la donation de l’église Saint-Apollinaire, près de Chanéac, faite à l’abbaye de Pébrac par Pierre de Fay (Cartulaire de Pébrac n° XV).

731229 : Philippa, comtesse de Valentinois [et héritière de Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc], rend hommage à Etienne, évêque du Puy, pour ses châteaux de la Montagne vivaroise dont deux parts du château et du mandement de Chambarlhac (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

741250 : Philippa donne à son petit-fils Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, les châteaux qu’elle avait hommagés en 1229 dont Chambarlhac (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 15 v°).

751265 : Giraud de Fourchades rend hommage au comte de Valentinois pour tout ce qu’il possède dans le castrum et le mandement de Chambarlhac. Hommage renouvelé en 1291 par Guillaume de Fourchades (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 24 v° sq et 40 r°-v°).

761276 : le comte de Valentinois reconnaît tenir en fief de l’évêque du Puy divers châteaux dont deux tiers de celui de Chambarlhac. Hommage renouvelé en 1311 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180).

771285 : Guillaume de Poitiers reçoit, pour sa part de l’héritage du comte Aymar III de Poitiers son père, la baronnie de Fay et du Mézenc, dont Chambarlhac (Regeste Dauphinois, t. III, n° 12834).

781291 : hommage rendu par Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay, à Guy de Neuville, évêque du Puy, pour deux parts du château de Chambarlhac (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180 et 199).

791308 : Guillaume de Poitiers lègue à Hugues de Pierregourde un tènement situé dans le mandement du Mézenc, confrontant d’une part le mandement de Chambarlhac (ADA 4 H 8).

80Le castrum de Chambarlhac est aujourd’hui complètement oublié. Isolé en pleine forêt et d’accès difficile, le site occupe un saillant rocheux orienté nord-sud, à environ 870 m d’altitude, sur le versant méridional de la vallée de la Saliouse, important affluent de l’Eyrieux entaillant le plateau vivarois sur ses contreforts ouest, au contact des Boutières. La butte portant les vestiges du château est protégée sur les quatre points cardinaux par des pentes au dénivelé abrupt. Une couverture végétale très dense ainsi que d’abondants pierriers rendent très difficiles toute interprétation du site. Sur la plate-forme sommitale du pointement rocheux se dressent encore les ruines d’un grand bâtiment rectangulaire, ainsi que quelques maçonneries de moindre ampleur. En contrebas, on reconnaît les vestiges d’une petite tour rectangulaire. Un linteau en accolade gît au sol et démontre que le site est encore occupé à l’extrême fin du Moyen Âge. Divers murs informes affleurent sous la végétation et au milieu des pierriers. Toutefois, à l’exception du linteau toutes les constructions visibles sont indatables.

81Le site comportait un bourg castral bien attesté par la documentation. En août 1316, Guillaume des Hubacs rend hommage à Luce de Beaudiner, femme de Guillaume de Poitiers, pour un casal et un jardin situés à Chambarlhac (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 6 r°). En 1332, Giraud de Fourchades reconnaît tenir en fief du comte de Valentinois des biens in burgo Chamberlhaco (ADI B 2632). Le castrum possédait une chapelle dédiée à Saint-Pierre ; elle figure dans le compte de décimes de 1516 (Compte de décimes de 1516 p. 133) et existe encore en 1624 (Le Sourd 1910 p. 67).

CHANÉAC

82département : Ardèche ; canton : Saint-Martin-de-Valamas ; commune : Chanéac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 700 m

831229 : Philippa, comtesse de Valentinois, rend hommage en fief rendable à Etienne, évêque du Puy, pour divers châteaux et mandements dont Chanéac (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

841250 : Philippa, comtesse de Valentinois, donne à Aymar III de Poitiers, son petit-fils, ses châteaux de la Montagne vivaroise dont Chanéac. Elle s’en réserve toutefois l’usufruit sa vie durant (ADI Inventaire Marcellier, Saint-Marcellin, f i 161 v°-162 r°).

851251 : hommage de Philippa à son petit-fils, le comte de Valentinois, pour divers châteaux dont celui de Chanéac (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 16 v°).

861251 : Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, rend hommage à Bernard de Ventadour, évêque du Puy, pour le château de Chanéac (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180 et 198).

871268 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, épouse la fille de Béraud de Mercœur ; il remet en douaire à sa femme le château de Chanéac et 200 livres de rente (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, preuves p. 285-288 et 329-332).

881276 : Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, remet à Guillaume de la Roue, évêque du Puy, ses châteaux de la Montagne ardéchoise dont celui de Chanéac (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 180 et 198).

891277 : testament d’Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois. Il remet notamment à son fils cadet, Guillaume, le château de Chanéac et ses revenus, sa vie durant. Celui-ci devra le tenir en fief de son frère Aymar IV, comte de Valentinois (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois p. 11-14).

901278 : transaction à la suite d’un conflit entre Béraud de Mercœur et sa fille Alixent, veuve d’Aymar III de Poitiers, et Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, fils du précédent, à propos de la dot d’Alixent et notamment du château de Chanéac au diocèse de Viviers (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, preuves p. 288-290).

911285 (v-s) : sentence arbitrale rendue par le sénéchal de Beaucaire entre Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, et son frère Guillaume de Poitiers, seigneur de Chanéac, au sujet de la succession de leur père Aymar (Regeste Dauphinois, t. III, n° 12834).

921291 : Guillaume de Poitiers rend hommage à Guy de Neuville, évêque du Puy, pour le château de Chanéac. Cet hommage est renouvelé en 1311 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 199).

93Le village de Chanéac est situé sur le versant nord de la vallée de l’Azette, à quelques kilomètres en amont de son confluent avec la vallée de la Saliouse. Une construction ruinée, en basalte et granit, se dresse sur une terrasse au-dessus du ruisseau un peu en contrebas du bourg actuel. Rien ne permet d’y reconnaître avec certitude le château médiéval, c’est sans doute toutefois ici qu’Albin Mazon y voit à la fin du XIXe siècle « les décombres du vieux château ou Chastelas » (Mazon 1896a p. 36-37). Le village actuel de Chanéac s’est développé autour de l’église, remise à la collégiale auvergnate de Pébrac en 1100 par Pierre de Fay (Cartulaire de Pébrac n° XIV).

CHARMES

94département : Ardèche ; canton : La Voulte-sur-Rhône ; commune : Charmes-sur-Rhône ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 170 m

Charmes - Le château et le bourg castral au début du XXe siècle (ADA 12 Fi 110).

Charmes - Le château et le bourg castral au début du XXe siècle (ADA 12 Fi 110).

951186 : Arbert de Charmes et Guillaume de Crussol sont garants d’une vente faite au profit des Templiers de Valence (ADBdR 56 H 5320).

961220 : Guinisius de Châteauneuf vend à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, le castrum et le mandement de Charmes (AN 265 AP 180 dossier 7 n° 1).

971230 : Guillaume de Beaudiner donne pour la dot de sa fille Béatrice, future femme de Silvion de Clérieux, le dominium du castrum de Charmes (ADI B 3520).

981283 : hommage de Giraud Bastet, seigneur de Crussol, à Jean de Genève, évêque de Valence, pour Charmes (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum, lib. III, p. 140).

991293 : transaction entre l’abbesse de Soyons et Giraud Bastet, seigneur de Crussol, à propos des limites des mandements de Soyons, Crussol, Toulaud et Charmes (AN 265 AP 178 dossier 1 n° 147a).

1001317 : reconnaissance faite à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, par Hugues de Pierregourde pour ce qu’il tient dans les mandements de Crussol, Toulaud, La Bâtie, Charmes et Soyons (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 7 v°).

1011317 (v-s) : acte d’assignation fait par Jean Bastet, seigneur de Crussol, au profit de l’abbaye de Soyons d’une somme de 35 sous à percevoir sur le péage de Charmes et plus particulièrement sur le péage du sel (AN 265 AP 180 dossier 11 n° 36).

102Le château de Charmes appartient à la longue série de sites jalonnant le coteau rhodanien en surplomb du lit majeur du fleuve. Les vestiges du château, établis sur une hauteur dominant le confluent du Rhône et de l’Embroye, paraissent, dans leur état actuel, appartenir pour l’essentiel à l’extrême fin du Moyen Âge et à l’Époque Moderne. On distingue toutefois, sur le point le plus haut du site, la base d’un petit donjon quadrangulaire. Celui-ci évoque indéniablement une construction des XIIe ou XIIIe siècles. En contrebas du château, sur les pentes que domine celui-ci au sud et à l’est, s’est développé un bourg castral enclos, à l’origine du chef-lieu de la commune de Charmes. Le castrum de Charmes possédait une église dédiée à Saint-Pierre.

103Bibliographie :
Bois, Saint-André 1994.

CHASSIERS

104département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Chassiers ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 340 m

1051174-1191, 1198, 1210 : mentions de mines d’argent à Chassiers (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

1061216 : le pape Honorius III donne à l’Église de Viviers l’église Saint-Hilaire de Chassiers (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 121).

1071230 : hommage de Bernard d’Anduze pour Laurac, Chassiers, Largentière tenus en fief du comte de Toulouse (ADG A 2 p. 1253).

1081299 : Aldebert de Peyre, évêque de Viviers, reçoit l’hommage de Raymond de Vogüé, fils de Raymond, pour ses « forteresses » (sic) de Vogüé, Chassiers et La Chapelle (BNF, Collection de Languedoc, Bénédictins, Ms 107 f° 306 r°).

1091320 (v-s) : Raymond de Vogüé, coseigneur du castrum de Vogüé, reconnaît tenir en fief franc et noble de Guillaume, évêque de Viviers, tous ses droits in castriis seu villis de Chassiers et de La Chapelle et dans leur mandamentum, tenementum, territorium et districtus avec les fortalicias existantes ou qui y seront construites (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XXVII bis).

Chassiers - Les vestiges de la tour en pierres à bossage (XIIIe siècle ?).

Chassiers - Les vestiges de la tour en pierres à bossage (XIIIe siècle ?).

110Le village de Chassiers, situé dans la région de collines qui sépare l’intérieur des Cévennes du Bas-Vivarais, se présente comme un site de faible altitude, facile d’accès. Deux maisons fortes sont construites aux extrémités sud-est (La Motte) et nord-ouest (La Vernade) du village. Le site compte également une chapelle romane (Saint-Benoît) et une église gothique fortifiée, l’église paroissiale Saint-Hilaire.

111Au nord, à proximité de la maison forte de La Vernade, une tour semble être le seul vestige du château de Chassiers. Cette tour, de plan quadrangulaire, est conservée sur un étage incomplet et remblayée dans ses parties basses. Les parements des murs - en grès - présentent un appareil à bossage à assises serrées et régulières ; les bossages, chanfreinés ou rustiques, sont de même type que ceux du château voisin de Montréal. Des jours, dont un exemplaire est conservé en façade nord, assuraient un minimum d’éclairage à la pièce. L’originalité de cette tour réside dans les deux étroites portes, couvertes d’un arc plein cintre clavé et à bossage, ouvertes au rez-de-chaussée dans les façades sud et est. L’une des portes présente, doublant les claveaux qui la somment, un décor de besans. L’emplacement de ces ouvertures apparaît tout à fait surprenant pour ce type de tour (peut-être du XIIIe siècle), dont les accès sont systématiquement à l’étage. Ces ouvertures ne semblent pas pour autant correspondre à une reprise dans le bâtiment. Une trace d’arrachement observable sur le parement ouest pourrait peut-être marquer le départ d’une enceinte.

112Des mines de plomb argentifère sont attestées à Chassiers dès la fin du XIIe siècle ; des prospections archéologiques permettent de les localiser notamment au lieu-dit Côte de Chassiers (Girard 1999 p. 58-60 et p. 70-73).

113Bibliographie :
Valette 1996.

CHASTELAS (Chauzon)

114département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Chauzon ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 160 m

115Le site, dont nous ne connaissons aucune mention médiévale, occupe un éperon calcaire dominant une boucle de la Ligne, en amont de son confluent avec l’Ardèche. On remarque la présence de diverses structures maçonnées au sommet du relief et sur les pentes méridionales de celui-ci et notamment un grand bâtiment rectangulaire (environ 8 m x 15 m hors œuvre). Certaines constructions utilisent des blocs à bossage. Le toponyme, la topographie des lieux et la typologie des constructions nous invitent à voir là un site castral ancien dans le Moyen Âge. Fondé sans doute avant le XIIIe siècle, celui-ci doit être abandonné précocement ; le lieu n’est d’ailleurs pas connu des Estimes de la paroisse de Chauzon rédigées en 1464 (ADA C 604).

116Bibliographie :
Clément 2002.

CHASTELLAS (Gras)

117département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Gras ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 520 m

118Le site du Chastellas se dresse à environ 3,4 km à vol d’oiseau au sud-ouest du castrum de Gras et à 1,8 km de l’église médiévale Saint-Vincent. Celui-ci prend l’aspect d’une échine rocheuse calcaire dont les deux extrémités se terminent par un relief abrupt. Au sommet, se distingue une petite surface plane délimitée par deux arêtes rocheuses (retaillées ?). En dessous de cette plateforme et entourant celle-ci, on remarque un important éboulis ainsi que les vestiges d’un mur conservé sur près d’1 m de hauteur. En surface, le site du Chastellas a livré quelques nodules de mortier de chaux et quelques tessons informes. Le toponyme, la topographie ainsi que ces artefacts nous incitent à voir là un site de château médiéval ancien, bien que nous ne connaissions aucune mention textuelle de celui-ci.

CHÂTEAUBOURG

119département : Ardèche ; canton : Saint-Péray ; commune : Châteaubourg ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 120 m

Châteaubourg - De droite à gauche, on reconnaît (très remaniés au XIXe siècle) le donjon, sa chemise et une tour de flanquement postérieure.

Châteaubourg - De droite à gauche, on reconnaît (très remaniés au XIXe siècle) le donjon, sa chemise et une tour de flanquement postérieure.

1201160 : Ar. et Humbert de Châteaubourg figurent comme témoins dans une transaction concernant les seigneurs de Crussol et le prieuré augustinien Saint-Pierre de Bourg-lès-Valence (Cartulaire de Saint-Pierre du Bourg nos III et IV).

1211186 : Guillaume de Châtillon donne à l’abbaye de Bonnevaux tout ce qu’il possède à Commelle. Témoins : le curé de Châteaubourg, non nommé, Jarenton de Castello Boc et son frère Aymar de Castello Boc. Factum est in Castello Boc (Cartulaire de Bonnevaux n° 186).

1221189 : hommage fait à l’évêque de Valence et à son chapitre par Guillaume de Beaudiner pour Châteaubourg (ADD 12 G 3 notice n° 38).

1231192 : bulle du pape Célestin III pour Saint-Pierre-du-Bourg, lui confirmant notamment : l’ecclesiam Sancti Johannis Castribuxi et la capellam Sancti Petri Castribuxi (Cartulaire de Saint-Pierre du Bourg n° XIII).

1241230 : contrat de mariage entre Béatrice, fille de Guillaume de Beaudiner, et Silvion, fils de Roger de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun. Guillaume de Beaudiner donne pour la dot de sa fille : Chastel Boc et son mandement (ADI B 3520).

1251257 : Giraud Bastet, seigneur de Crussol, reconnaît tenir en fief rendable de Silvion, seigneur du castrum de Clérieux, tout ce que feu Guillaume de Beaudiner avait à Cornas, Toulaud et Soyons. Acte passé à Castrum Buccum in furnello (ADI B 3524).

1261280 (v-s) : testament de Silvion de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun. Il choisit pour héritier universel son fils Roger et lui donne notamment son château de Châteaubourg (ADI B 3538).

1271283 : Roger de Clérieux, seigneur de La Roche-de-Glun, rend hommage pour le castrum de Châteaubourg à Jean de Genève, évêque de Valence (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum, lib. III, p. 140).

1281303 : testament de Roger de Clérieux. Il lègue à son second fils Guichard divers châteaux et mandements dont Châteaubourg (Gallier 1866-1868 p. 406-407).

129Le site est établi sur une table rocheuse se dressant dans le lit majeur du Rhône. La topographie des lieux renvoie, bien qu’en plus modeste, au château voisin de Tournon. Le plan général du château évoque indéniablement un site castral ancien (XIIe-XIIIe siècles ?), associant un donjon quadrangulaire à une chemise maçonnée qui enclôt la plate-forme sommitale de l’affleurement rocheux. Des bâtiments sont venus, au XVe et au XVIe siècles (avec de nombreuses réfections au XVIIIe siècle), remplir l’enceinte désormais cantonnée d’une tour circulaire au sud-ouest. Cependant, de très nombreux travaux réalisés au début du XXe siècle ont donné au château une très forte tonalité néogothique qui masque largement les éléments médiévaux les plus anciens. Au pied du rocher supportant le château s’est développé un petit bourg castral qui possédait une chapelle dédiée à Saint-Pierre.

CHÂTEAUNEUF (DE-BOUTIÈRES)

130département : Ardèche ; canton : Saint-Martin-de-Valamas ; commune : Saint-Julien-Boutières ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 700 m

Châteauneuf-de-Boutières - Vue aérienne de l’éperon barré portant le château ; à l’extrémité de celui-ci, on distingue les vestiges du donjon et de sa chemise maçonnée.

Châteauneuf-de-Boutières - Vue aérienne de l’éperon barré portant le château ; à l’extrémité de celui-ci, on distingue les vestiges du donjon et de sa chemise maçonnée.

131Vers 1070-1080 : Guigue et sa femme Nestoria rendent à l’abbaye de Saint-Barnard de Romans l’église de Silhac avec ses dépendances. Willelma et son mari Willelmus de Castro Novo approuvent la donation (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. I/2, n° 222).

1321096-1124 : Bertrand et Girin, seigneur du castrum de Châteauneuf, donnent l’église Saint-Julien, voisine de celui-ci, à l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLIX).

1331164 : bulle d’Alexandre III confirmant les droits et biens de l’Église du Puy dont Châteauneuf-de-Boutières (Chroniques de Estienne Médicis p. 76-78).

1341183-1190 : Guigue de Castro Novo cède à la chartreuse de Bonnefoy tous ses droits sur le terroir de Bonnefoy et reçoit de la chartreuse 40 sous (Cartulaire de Bonnefoy n° 129).

1351229 : hommage rendu par Philippa, comtesse de Valentinois, à Etienne, évêque du Puy, pour trois parts du château de Châteauneuf-de-Boutières (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

1361233 : testament d’Hugues de Châteauneuf qui institue pour héritier son fils Pons (ADR EP 296).

1371251 : hommage par Philippa, comtesse de Valentinois, veuve du comte Aymar II, à Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, son petit-fils, pour trois parts de Châteauneuf-de-Boutières (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 16 v°).

1381251 : hommage d’Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, à l’évêque du Puy, pour trois parts de Châteauneuf-de-Boutières. Hommage renouvelé en 1291 et en 1311 par Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 198-199).

1391255 : Pons de Castronovo de Boteria est garant pour Jarenton de Tournon, coseigneur de Chapteuil (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLIX).

1401264 : hommage en fief rendable au comte de Valentinois par Pons de Châteauneuf-de-Boutières pour tout ce qu’il avait dans les château, terroir et mandement de Châteauneuf-de-Boutières (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 22 r°-v°).

1411267 : le pape Clément IV confirme les biens et privilèges de l’Église du Puy dont Châteauneuf (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1421274 (v-s) : hommage au comte de Valentinois par Pons de Brion pour tout ce qu’il avait à Châteauneuf-de-Boutières et dans son mandement (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 14 r°).

1431277 : le comte de Valentinois, Aymar IV de Poitiers, se constitue fidéjusseur de Guillaume, seigneur de Châteauneuf-de-Boutières, pour une somme de 6000 sous viennois due par celui-ci à Thibaud de Mirmande, pour la dot de sa sœur (ADI B 3535).

1441303 : testament de Guillaume de Châteauneuf. Acte passé in sala domini Castri Novi in Boteria apud Rupem Bonam (ADR EP 296).

1451306 : hommage lige par domina Cécile, veuve de Pierre de Campolasso, pour elle et ses héritiers, à Guillaume de Châteauneuf-de-Boutières, coseigneur de Châteauneuf-de-Boutières, pour divers manses (DIANA 1 E 9 n° 239).

1461318 : hommage rendu par Jean de Châteauneuf-de-Boutières, avec l’accord de Pons de Châteauneuf-de-Boutières, coseigneur de Châteauneuf, et de Jean, fils de Jean de Châteauneuf-de-Boutières, à Guillaume de Châteauneuf-de-Boutières, coseigneur de Châteauneuf, pour tous les cens et toutes les rentes qu’il possède dans le mandement de Châteauneuf-de-Boutières. Acte passé à Châteauneuf-de-Boutières, in fortalicio dicti Guillelmi (DIANA 1E 9 n° 159).

1471328 : hommage au comte de Valentinois par Garin, seigneur de Brion, pour le fief et la seigneurie de ce qu’il avait à Châteauneuf-de-Boutières et dans son mandement (ADA C 196 p. 117).

1481328 : hommage en fief rendable de Guigue de Châteauneuf au comte de Valentinois pour Châteauneuf-de-Boutières et son mandement (ADA C 196 p. 117).

149Les vestiges du château de Châteauneuf-de-Boutières occupent l’extrémité d’un éperon rocheux dominant le confluent de l’Eyrieux et du ruisseau de Rimande. Un et peut-être même deux fossés successifs isolent du relief principal deux mamelons granitique. Le mamelon le plus oriental porte encore sur son sommet les ruines d’un donjon quadrangulaire en granit des XIIe ou XIIIe siècles. Légèrement en contrebas, au sud, on distingue encore les vestiges d’une enceinte ayant pu servir de chemise au donjon.

150Enfin, parmi les éboulis, les murs de terrasse récents et une dense végétation de genêts, diverses maçonneries, ayant pu appartenir aux maisons d’un petit bourg castral, s’étagent sur les pentes dominant l’Eyrieux. À environ 500 m au nord, se dressait l’église Saint-Julien relevant au Moyen Âge de l’abbaye vellave de Saint-Chaffre du Monastier : l’église Saint-Julien est acquise par les moines de Saint-Chaffre entre 1096 et 1124 et figure dans la bulle de 1267 (Laffont 1998c p. 110).

CHÂTEAUNEUF (DE-CRUZIÈRES)

151département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Saint-Sauveur-de-Cruzières ; toponyme actuel : « Serre de la Maline » ; diocèse médiéval : Uzès ; altitude : env. 305 m

Châteauneuf-de-Cruzières - Vue de quelques vestiges de maçonnerie sur le rocher ayant porté le château.

Châteauneuf-de-Cruzières - Vue de quelques vestiges de maçonnerie sur le rocher ayant porté le château.

1521150 (v-s) : Géraud de Casteljau, avec l’assentiment de ses enfants, vend à la maison du Temple de Jalès, pour le salut de l’âme de ses parents et de sa femme, le manse de Plebe qui fut tenu en gage par Raymond Arnaud de Châteauneuf (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° DLXXVI).

1531250 : Etienne Vedel vend pour 45 sous au précepteur de Jalès la moitié du manse de Puech Haut situé près du château de Cruzières, avec maisons, terres cultivées et incultes, pâturages, herbages, bois, eaux, etc. (Petites annales de la commanderie de Jalès n° 26).

1541255 : Guillaume Masseguin vend à Etienne Vedel la douzième partie des terroirs de Peyraube et Champ Espinouse, attenant au bois de Cruzières, entre les castra de Bec-de-Jun et de Châteauneuf (Petites annales de la commanderie de Jalès n° 27).

1551256 (v-s) : Gaucelin de Barjac, fils de Raymond, reconnaît tenir en fief de l’évêque d’Uzès, ce qui fût reconnu par Gaucelin de Barjac, son grand-père, à l’évêque ; il lui donne en échange ce qu’il avait à Châteauneuf-de-Cruzières et au manse de Granière (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 1160).

1561260 : accord sur la haute justice entre l’abbé de Cendras agissant pour le compte de son neveu Gaucelin de Châteauvieux, mineur, et Guillaume de Châteauneuf. Il est notamment décidé qu’en cas de crime sur le territoire de Saint-Geniès entraînant la peine de mort ou la mutilation, l’exécution appartiendra à Guillaume de Châteauneuf en raison de son château de Cruzières. Si la peine est commuée en amende, celle-ci sera partagée en deux (ADA 21 J 1 p. 108).

1571270 : l’évêque d’Uzès somme Randone d’Anduze, dame de Joyeuse, de lui rendre le château de Cruzières et de lui en prêter hommage (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 246).

1581273 : Gaucelin de Châteauvieux, seigneur de Saint-Geniès, ayant fait appel auprès du sénéchal de Beaucaire de l’accord passé en 1260 entre lui et Guillaume de Châteauneuf-de-Cruzières, seigneur de Saint-Sauveur, ceux-ci décident de transiger, par l’intermédiaire d’arbitres, sur les limites de leurs domaines et de leurs juridictions respectifs (ADA 21 J 1 p. 7 et 109).

1591276 : Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, femme de Guigue de Châteauneuf, reconnaît tenir de l’évêque d’Uzès Châteauneuf-de-Cruzières avec tous ses droits et toute sa justice et tout ce qu’elle a dans la paroisse de Saint-André-de-Cruzières (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 744).

1601287 : Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, reconnait tenir en fief de Guillaume, évêque d’Uzès, le château de Châteauneuf-de-Cruzières, au diocèse d’Uzès, avec toutes ses dépendances (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578, n° 362).

1611296 (v-s) : échange entre Gaucelin de la Garde et Guillaume Servier. Ce dernier reçoit notamment 8 sous tournois de cens et une livre de poivre à prendre infra juridictionem et districtum Castri Novi de Crugeria, au diocèse d’Uzès (ADA 39 J 28).

162Les vestiges du château de Châteauneuf-de-Cruzières occupent l’extrémité occidentale d’un éperon rocheux dominant le ruisseau du Grand Valat et l’étroite vallée de la Claysse à environ 500 m au nord-ouest du village de Saint-Sauveur-de-Cruzières. Le relief dégage une longue et étroite plate-forme calcaire vaguement ovoïde protégée sur plusieurs côtés par des falaises. Une enceinte maçonnée ceinture toute la plate-forme, sur celle-ci les ruines de diverses constructions, en petit appareil de calcaire très soigné, sont encore visibles. On remarquera notamment la présence d’une citerne. Les bâtiments du château étaient couverts de tuiles comme le montrent les nombreux éclats de tuiles qui jonchent tout le site. Il est possible qu’un habitat se soit développé au pied du château à l’ouest ainsi que le laissent supposer de nombreux éboulis et des maçonneries, surtout de pierres sèches. Le site a fait l’objet de nombreuses fouilles clandestines ces dernières années qui l’ont considérablement dégradé.

CHÂTEAUNEUF (DE-VERNOUX)

163département : Ardèche ; canton : Vernoux-en-Vivarais ; commune : Châteauneuf-de-Vernoux ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 630 m

1641176 : P. de Châteauneuf « au-delà du Rhône » [par rapport à Valence] est témoin, au côté du curé de Boffres et d’un clerc de Macheville, d’une donation faite par Guielinus de Chabeuil à la maison du Temple de Valence (ADBdR 56 H 5320).

1651224 : le comte de Valentinois, Aymar II de Poitiers, cède en fief rendable à Guillaume de Lamastre et à son gendre, Jarenton de Chapteuil, la moitié du castrum novum de Vernonis avec la moitié de son tenementum (ADI B 3894).

1661226-1270 : le comte de Valentinois Aymar de Poitiers reconnaît tenir en fief du roi de France le castrum de Châteauneuf-de-Vernoux (Scripta de feodis ad regem spectantibus p. 676).

1671255 : Aymar III de Poitiers donne en dot à sa fille Marguerite, femme de Roger de Clérieux, 30 000 sous viennois et ses droits sur la seigneurie de Châteauneuf-de-Vernoux (ADI B 3523).

1681280 : le comte Aymar IV de Poitiers remet à nouveau à Marguerite, sa sœur, femme de Roger de Clérieux, ses droits sur le castrum et le mandement de Châteauneuf-de-Vernoux, qui lui avaient été assignés en dot par leur père. Sont toutefois exceptés de la donation le fief et la seigneurie que possède Guillaume de Tournon dans ce castrum et mandamentum (ADI B 3538).

1691284 : reconnaissance passée en faveur du comte Aymar de Poitiers, par Odon, seigneur de Tournon, fils de feu Guillaume de Tournon, pour tout ce qu’il possédait, et avant lui son père de temps immémorial, dans les castrum, mandamentum seu territorium Castri Novi de Vernones (ADI B 3894).

1701304 : Hugues, seigneur de Pierregourde, et Hugues, seigneur de La Tourette, passent un accord sur les limites des mandements de Pierregourde et de La Tourette. Acte passé à Châteauneuf-de-Vernoux in camera de Castro Novo (ADR EP 121 liasse 4 n° 2).

1711395 : mention d’un péage prélevé dans le mandement de Châteauneuf-de-Vernoux (ADA 2 E 2014 f° 21 v°).

Châteauneuf-de-Vernoux - La seule face encore en élévation du donjon.

Châteauneuf-de-Vernoux - La seule face encore en élévation du donjon.

172Établi au cœur du plateau de Vernoux, le château surplombe au nord le village actuel de Châteauneuf-de-Vernoux, qui s’est développé sur les pentes que domine le site castral, mais à quelques distances de celui-ci. Au Moyen Âge, il était situé vraisemblablement plus près du château. À environ 500 m au nord-ouest se dresse, isolé, le prieuré Saint-Félix qui jouait le rôle d’église paroissiale ; le village même de Châteauneuf n’ayant peut-être jamais possédé de lieu de culte au Moyen Âge.

173Il ne subsiste du château que les vestiges du donjon. Il s’agit d’un bâtiment quadrangulaire de haute taille, qui paraît tout à fait homogène, mais dont seules la face sud et l’amorce des faces est et ouest sont conservées. Possédant au moins trois niveaux sur plancher et sans doute une plate-forme sommitale, il est cantonné d’une large échauguette sur corbeau à chacun des angles conservés. L’ensemble est construit en petit et moyen appareil de granit irrégulier avec de gros blocs bien équarris pour les chaînages d’angle. Plusieurs ouvertures sont encore visibles dont deux petites baies à coussiège. Parmi les aménagements intérieurs, on note la présence d’un placard mural et d’une cheminée dont subsiste un jambage. Les caractéristiques architecturales de ce bâtiment, dans le contexte régional, laissent supposer une construction dans la seconde moitié du XIVe siècle.

CHÂTEAUVIEUX

174(Saint-Cirgues-en-Montagne) département : Ardèche ; canton : Montpezat-sous-Beauzon ; commune : Saint-Cirgues-en-Montagne ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1170 m

175La commune de Saint-Cirgues-en-Montagne possède deux sites castraux voisins l’un de l’autre. Le plus proche du bourg actuel, qui a pour origine l’église Saint-Cirgues, est le château des Éperviers. Le second site, Châteauvieux, est implanté à 2 km au nord-ouest du premier. À une altitude de 1170 m environ, il est établi sur le plateau, légèrement en retrait de la vallée du Vernason. Il se caractérise par une plate-forme grossièrement ovalaire, orientée nord-sud, très détachée du paysage et entourée d’un abondant pierrier. Elle mesure environ 60 m de longueur et 40 m de largeur et présente quelques anomalies microtopographiques. Une chapelle, bâtie en 1920, en occupe l’extrémité nord. Enfin, un certain nombre de tessons de céramique, en pâte grise ou noire, sans forme identifiable mais sans doute médiévaux, ont pu être récoltés sur le tertre. Les ruines d’une construction étaient encore visibles avant la construction de la chapelle, qui les a fait disparaître (Sahuc 1986 p. 102). La documentation médiévale n’a livré aucune mention du site mais le toponyme ainsi que la topographie des lieux invitent à voir là un château fondé au Xeou au XIe siècle et abandonné peu après, sans doute au profit du château des Éperviers.

CHAZEAUX

176département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Chazeaux ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 500 m

Chazeaux - Une des tours de flanquement et, en arrière-plan, une des portes avec son pont.

Chazeaux - Une des tours de flanquement et, en arrière-plan, une des portes avec son pont.

1771173 : Bertrand de Chazeaux vend à l’abbaye des Chambons une faysse de terre confrontant la route neuve qui va à Aubenas (ADLZ 6 J 1 f° 23 r°).

1781214 : Pierre Bermond de Sauve et son frère abandonnent à l’évêque de Viviers 13000 sous qui leur étaient dus pour la bastide de Fanjau. Acte passé à Largentière. Témoin : Guillaume de Chazeaux (Mazon 1904 p. 46-47).

1791267 : bulle du pape Clément IV confirmant les biens de l’Église du Puy, dont Casalis (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1801274 : hommage d’Héracle de Montlaur à l’évêque du Puy, notamment pour le château de Chazeaux (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 335).

1811306 : concession du seigneur de Chazeaux aux habitants du mandement de Jaujac. Mention du castrum et du mandement de Chazeaux (ADA 52 J 56 p 31-34).

1821309 : hommage de Guy de Montlaur à l’évêque du Puy, notamment pour les château et mandement de Chazeaux (BMP Ms 105 p. 232).

1831316 (v-s) : vente faite par Bertrand, seigneur de Chazeaux, au profit de Guigue, seigneur de Roche, et de Bertrand du Béage, chanoine du Puy (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1438).

1841328 : Bertrand de Chazeaux, seigneur de Chazeaux, est bayle de la baronnie de Montlaur (Catalogue des actes de Mazan n° 55).

185Le château actuellement visible - occupé jusqu’au XIXe siècle mais désormais ruiné - a été construit à la fin du XIVe siècle ou au XVe siècle. Il prend la forme d’un vaste quadrilatère d’environ 20 à 25 m de côté, cantonné d’une tour circulaire à chaque angle. L’édifice comptait au moins deux étages. Du château de Chazeaux des XIIe et XIIIe siècles, il ne subsiste apparemment rien si ce n’est la topographie générale des lieux, c’est-à-dire l’extrémité d’une serre dominant les vallées encaissées de deux ruisseaux. À l’évidence, le village de Chazeaux, qui s’est développé en croissant de lune en contrebas du château, a une origine castrale ; mais il ne paraît pas avoir été enclos. La chapelle Sainte-Marie du castrum de Chazeaux, aujourd’hui église paroissiale, est mentionnée dans le compte de décimes de 1516 (Compte de décimes de 1516 p. 221).

LE CHEYLARD

186département : Ardèche ; canton : Le Cheylard ; commune : Le Cheylard ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 450 m

1871224 : Jarenton de Chapteuil reconnaît tenir le castrum du Cheylard et son mandement en fief rendable du comte de Valentinois Aymar II de Poitiers (ADI B 3894).

1881239 : Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, une partie de ses castra vivarois dont celui du Cheylard (ADI B 3520).

1891248 (v-s) : Pons, seigneur de Brion, rend hommage au comte de Valentinois pour le « château » (lire castrum), « fort » (lire fortalicium) et mandement du Cheylard en fief rendable. Hommage renouvelé en 1274 (v-s) par Pons, seigneur de Brion (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 13 v°-14 r°).

1901278 : Pons de Brion accorde aux habitants du Cheylard une charte de franchises. L’acte, passé au Cheylard, est reçu par Pierre Cossany, notaire impérial, à la demande de Pons, seigneur de Brion, des hommes du castrum du Cheylard, du juge et du châtelain du Cheylard (ADD E 4136).

1911280 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, rend hommage au roi de France Philippe III pour une partie de ses castra vivarois dont celui du Cheylard. Hommage renouvelé en 1326 par le comte de Valentinois au profit du roi Charles IV (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

1921322 (v-s) : Pochon Bayle, de Jaunac, reconnaît tenir de Garin, seigneur de Brion, en fief franc, tout ce qu’il a et tout ce que l’on tient de lui à Jaunac et in mandamentis et infra mandamenta castrorum Brionis et Chaslari (ADN 2 F 813 n° 1).

1931327 (v-s) : Garin, seigneur de Brion, donne à Raynaud Mariol, à Jean Bodel pour lui et pour Guillaume de Linhone, et à Guillaume Audeyer, le droit de prendre l’eau de l’écluse du moulin de La Sablière chaque fois qu’elle ne sera pas nécessaire à celui-ci et de la conduire aux chauchières situées derrière ce moulin. Cette concession est faite moyennant 50 sous tournois. Acte passé au Cheylard sur la place devant la maison de Robert de Talaron (ADN 2 F 813 n° 2).

1941328 : Garin, seigneur de Brion, rend hommage au comte de Valentinois pour le château et le mandement du Cheylard (ADA C 196 p. 117).

195Les rares vestiges du château médiéval du Cheylard occupent l’extrémité d’un petit relief dominant une boucle de la Dorne un peu en amont de son confluent avec l’Eyrieux. On remarque notamment la présence de tours circulaires et de grands pans de courtines.

196Sur les pentes que domine le château, au sud, s’est développé au Moyen Âge un habitat. L’emprise de ce bourg castral primitif apparaît relativement nette dans le parcellaire du XIXe siècle et sur place subsiste encore un bâti médiéval et moderne intéressant. Le castrum du Cheylard était protégé par une enceinte (et peut-être même deux enceintes successives), mais le lieu a eu grandement à souffrir des guerres religieuses du XVIIe siècle et en juillet 1621 le château et les remparts du Cheylard sont démantelés (Dusserre 1979 p. 134-138). Toutefois, une des tours de la dernière enceinte, au bord de la Dorne, est encore conservée. Fondé sans doute un peu après le castrum voisin de Brion, mais par la même famille aristocratique, le castrum du Cheylard va bénéficier, en raison d’une situation topographique incomparablement supérieure, d’un réel développement à la fin du Moyen Âge alors que le site de Brion périclite et finit même par disparaître au XVe siècle. Le rôle économique du Cheylard dès le XIIIe siècle transparaît nettement dans le souci qu’ont ses seigneurs d’octroyer une charte de franchises aux habitants du lieu dès 1278. Le castrum du Cheylard ne possédait au Moyen Âge qu’une simple chapelle dédiée à la Vierge ; celle-ci ne sera érigée en église paroissiale qu’au XVe siècle (Compte de décimes de 1483-1484 p. 456). Jusqu’à cette date les habitants du castrum du Cheylard relève de la paroisse de Notre-Dame d’Aric, église appartenant à l’abbaye auvergnate de la Chaise-Dieu (ADA 1 Mi 18) et située à environ 1,5 km au nord-est du bourg dans la vallée de l’Eyrieux.

Le Cheylard - Vue du château, du bourg castral et de son enceinte au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).

Le Cheylard - Vue du château, du bourg castral et de son enceinte au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).

CHEYLUS

197département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Saint-Priest ; toponyme actuel : « Rocher de Chaylus » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 580 m

Cheylus - Vue d’ensemble du rocher ayant porté le château.

Cheylus - Vue d’ensemble du rocher ayant porté le château.

1981175 : Roland de Chailuz est garant, aux côtés d’un grand nombre de nobles du Coiron, de l’engagement pris par Geoffroy de Barrès et ses fils de rendre à Jocerand de Saint-Romain, les castra de Barrès et de Rochessauve. Roland de Cheylus se porte caution avec Pons de Montagnegue pour 500 sous (ADI B 3517).

1991187-1190 : Guillaume de Chaslus figure parmi les chanoines de Charay (Cartulaire de Bonnefoy n° 16).

2001238 (v-s) : échange entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Armand du Pouzin, celui-ci cède notamment tout ce qu’il avait dans le castrum et le mandement de Chasluz (ADDe605 n° 1).

2011239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra du Vivarais dont Cheylus (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

2021249 : échange conclu entre Etienne de Mirabel et Marie, sa femme, d’une part, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’autre part. Etienne de Mirabel et sa femme abandonnent au comte tous leurs droits dans la villa de Privas et dans le castrum de Tournon. Aymar de Poitiers leur remet, en contrepartie, tout ce que possédait feu Armand du Pouzin en hommes (dont est donnée la liste), femmes, terres cultivées et incultes, maisons, cens, etc. dans le castrum et le mandement de Chaslus et dans la paroisse de Freyssenet. Sont mentionnés les vavasseurs du mandement de Cheylus : Pons de Montoargues, Baudoin d’Albignac, Rostaing de Barrès, milites, Poncet de Cheylus, Bertrand de Cheylus, Rostaing Malbecs, Hugues Ribot, Pons d’Albignac, Chaudeyrona, etc. Le comte leur remet en outre 100 livres tournois. Etienne de Mirabel et sa femme rendent hommage au comte du castrum et fortalicium de Cheylus en fief rendable. Parmi les témoins figure Etienne, prieur de Cheylus (ADI B 3522).

2031258 : bulle du pape Alexandre IV pour le prieuré de Charay lui confirmant ses possessions dont l’église de Cheylus (Bulle d’Alexandre IV en faveur de Charay).

2041280 : hommage d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, au roi de France pour le château de Cheylus. Hommage renouvelé en 1326 par le comte de Valentinois (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

2051327 : reconnaissance passée par Pierre de Cheylus à Guillaume Tissier, de Saint-Vincent (-de-Barrès), seigneur de Cheylus, pour la moitié du château de Cheylus (ADI B 3897).

206Le castrum de Cheylus, aujourd’hui pour l’essentiel disparu, exception faite de quelques pierriers et de quelques maçonneries informes, occupait l’extrémité d’un éperon rocheux dominant les gorges encaissées du ruisseau de Bayonne sur les contreforts septentrionaux du Coiron. Une ferme perpétue le souvenir du bourg castral qui accompagnait le château. Le castrum possédait une église relevant de la collégiale de Charay (Bulle d’Alexandre IV en faveur de Charay).

CHOMÉRAC

207département : Ardèche ; canton : Chomérac ; commune : Chomérac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 190 m

2081205 (v-s) : accord passé entre l’abbé de Cruas et Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, à propos de leurs droits respectifs sur les hommes du castrum de Chomérac (AN K 1175 n° 2).

2091206 (v-s) : le comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, et Burnon, évêque de Viviers, étaient en conflit à propos de divers points. L’évêque reprochait notamment au comte d’avoir construit sur un alleu de l’Église de Viviers, et contre l’avis de celle-ci, le castrum de Chomérac (ADS SA 3841).

2101209 : l’abbé et les moines de Cruas promettent à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de conserver toutes les fortifications du lieu de Cruas et de ne donner aucune seigneurie ou juridiction à aucune personne ecclésiastique ou laïque. Il est, de plus, convenu que si quelqu’un attaque Baix ou Chomérac, les habitants de Cruas seront tenus d’intervenir par tous les moyens possibles ; les habitants de Baix et de Chomérac devront faire de même si Cruas est attaqué (ADCO B 11643).

2111295 : lettre de Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, à Pierre du Pin, viguier de Montélimar. Acte passé à Chomérac (AN H2959).

2121303 : Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, fait appel de la saisie faite par les agents du roi de France des castra de Boffres, La Voulte et Chomérac (AN K 1175 n° 16).

Chomérac - Le donjon du XIIIe siècle.

Chomérac - Le donjon du XIIIe siècle.

213Le castrum de Chomérac s’est développé sur un éperon orienté nord-sud dominant un méandre du ruisseau de la Véronne. Du château, qui occupe l’angle sud-est de ce relief, est surtout visible aujourd’hui un donjon quadrangulaire encore très bien conservé. Bâti en moellons de calcaire bien assisés, il présente un accès au premier étage, une basse-fosse aveugle et de très rares ouvertures aux étages. En raison de ses caractéristiques architecturales, ce donjon paraît dater du tournant des XIIe et XIIIe siècles : il est même sans doute antérieur à 1205 comme le laisse supposer la documentation écrite et postérieur à 1187, date à laquelle Aymar II de Poitiers devient comte de Valentinois. Une enceinte réduite (largement réutilisée par des constructions postérieures) semble encore associée au donjon et, à la fin du XIXe siècle, A. Mazon mentionne la présence près du donjon d’une chapelle et d’une citerne (Mazon 1882 p. 68).

214Le castrum, encore partiellement enclos d’un rempart cantonné de tours circulaires dont le plan cadastral du début du XIXe siècle rend bien compte, est traversé par une longue rue rectiligne. On remarque de part et d’autre de celle-ci des maisons de la fin du Moyen Âge ou de l’Époque Moderne. À environ 200 m au sud du castrum et donc hors de celui-ci, se dressaient l’église et le prieuré Saint-Eustache relevant de l’abbaye voisine de Cruas ; les habitants du castrum de Chomérac relevaient de cette paroisse (BNF Nouv. Acq. Fr. 9763 f° 264 et ADI B 3519).

CONTAGNET

215département : Ardèche ; canton : Saint-Martin-de-Valamas ; commune : Borée ; toponyme actuel : « La Petite Roche » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1260 m

2161096-1124 : Pons, seigneur du castellum situé près de l’église Sainte-Marie de Borée, donne celle-ci, en compagnie de Bertrand, Pons et Girin de Châteauneuf-de-Boutières, à l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLX).

217Vers 1176-1179 : mention de Miracle de Contagnet (Cartulaire de Bonnefoy n° 151).

2181199 : Armand de Contagnet s’oppose aux moines de Bonnefoy en leur contestant un certain nombre de terres et de droits de pacage dans les mandements de Contagnet et du Béage (Cartulaire de Bonnefoy n° 143).

2191229 : Philippa, femme du comte de Valentinois, Aymar II de Poitiers, et héritière de son père Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, rend hommage à Etienne, évêque du Puy, pour ses nombreux châteaux de la Montagne vivaroise dont Contagnet (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 198).

2201251 : le comte Aymar III de Poitiers rend hommage à Bernard de Ventadour, évêque du Puy, pour Contagnet. Hommage renouvelé par les comtes de Valentinois en 1276, 1288, 1291, 1311 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 198, 199 et ADI B 3895 f i 7-8).

2211300 : le sergent général de la baronnie de Fay et de Beaudiner, en vertu d’un mandement de Guillaume de Poitiers, somme les seigneurs du Béage, de Géorand, de Contagnet et de Fourchades de se présenter en armes à Cornillon sous huit jours (AN P 13992 cote 828).

2221312 : transaction sur les limites des mandements du Béage et de Contagnet entre Béraud du Béage, chanoine du Puy, et Guillaume de Solignac, coseigneurs du castrum et du mandement du Béage, d’une part, et Guillaume de Tournon, seigneur de Contagnet, d’autre part (ADA 4 H 8).

2231328 : Guillaume de Tournon rend hommage au comte de Valentinois pour les seigneuries de La Chèze et de Contagnet (Lafayolle 1894 p. 376 sq).

Contagnet - Au premier plan, le village de Borée ; au second plan, à gauche, le « Rocher du Château » ; au dernier plan, le mont Mézenc.

Contagnet - Au premier plan, le village de Borée ; au second plan, à gauche, le « Rocher du Château » ; au dernier plan, le mont Mézenc.
  • 27 Relevé sommaire de ces structures aimablement communiqué par M. J. -Cl. Mermet, président de l’Asso (...)

224Le toponyme « Contagnet » a, au moins depuis le XIXe siècle, totalement disparu de la mémoire collective, de même que le souvenir de la présence d’un château à proximité du village actuel de Borée. Le château s’est développé sur et au pied de la plus septentrionale des deux roches dominant le village de Borée, groupé autour de l’église Sainte-Marie qui appartient depuis la fin du XIe siècle à l’abbaye de Saint-Chaffre. Ce suc phonolitique, dit aujourd’hui « La Petite Roche », porte sur le plan cadastral du début du XIXe siècle le toponyme très évocateur de « Rocher du Château ». Du château de Contagnet ne subsistent que des traces extrêmement ténues. Celui-ci s’articule autour d’un pointement volcanique jouant le rôle de tertre et au pied duquel s’étend une basse-cour. Les seuls indices de la présence d’une construction sur le suc, par ailleurs couvert d’un épais tapis de genêts, sont quelques rares tessons et un peu d’arène granitique résultant de la dégradation du mortier des maçonneries. En contrebas du suc, un important couvert forestier rend difficile toute lecture du site ; de plus, un chemin forestier, traversant la basse-cour, a été ouvert, ou pour le moins élargi, il y a quelques années. Toutefois, les ruines de quelques bâtiments quadrangulaires (quatre ?) construits en moellons de phonolite et maçonnés au mortier de chaux, sont encore apparentes. Ces vestiges étaient beaucoup plus visibles au début des années 198027.

225Dans la seconde moitié du XVe siècle, le château de Contagnet paraît encore utilisé. En effet, les Estimes de 1464 pour la paroisse de Sainte-Marie de Borée, sont rédigées en présence d’Etienne du Cheylard, bayle du château de Contagnet, pour le seigneur de La Chèze. Ces même Estimes mentionnent à plusieurs reprises la mesure du château de Contagnet (ADA C 626).

CORBIÈRES

226département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Gourdon ; toponyme actuel : « Rocher de Corbières » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude du site : env. 850 m

2271239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, rend hommage à Raymond VII, comte de Toulouse, pour certains de ses castra du Vivarais dont Corbières (ADI B 3520).

2281280 : le comte de Valentinois reconnaît devoir l’hommage au roi de France pour ses châteaux du Vivarais, dont Corbières (ADI B 3520). Hommage renouvelé en 1326 et en 1376 (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 6 v°-7 r° sq).

2291328 : hommage d’Hugues de Fourchades au comte de Valentinois pour le château et mandement de Corbières (ADA C 196 p. 120-121).

2301330 (v-s) : Hugues de Fourchades vend à Pierre Goys son château et sa seigneurie de Corbières avec toutes les terres et rentes qui en dépendent (Lascombe 1898 p. 321).

2311354 (v-s) : hommage d’Humbert du Cheylard, tuteur de Pierre, fils de feu maître Nicolas de Boulogne, notaire, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, notamment pour deux manses situés dans le mandement du castrum de Corbiera (ADI B 2633 f° CXXVIII r°).

2321376 : dénombrement fourni au roi de France entre les mains du sénéchal de Beaucaire par le procureur de Louis de Poitiers, comte de Valentinois et de Diois, des châteaux, territoires et droits que le comte tenait de la mouvance du roi, dont le castrum de Corbières tenu par Pons Goys, de Thueyts (ADH B 8617).

2331410 : mention de Pons Goys, chevalier, seigneur du château de Corbières et coseigneur d’Antraigues, dans le testament de Gilbert Goys (ADA 3 H 2 p. 1047-1048).

Corbières - La rocca du château ; des aménagements rupestres sont visibles au sommet.

Corbières - La rocca du château ; des aménagements rupestres sont visibles au sommet.

234Le château de Corbières, établi à quelques centaines de mètres à l’ouest du hameau et du col de Sarrasset, occupe un site particulièrement impressionnant. Les rares vestiges du château sont implantés au sommet d’un imposant pointement volcanique se détachant très brutalement au-dessus de la vallée de l’Oize, sur les contreforts sud-ouest du haut plateau vivarois, d’où ils dominent l’importante route reliant au Moyen Âge la vallée du Rhône au Puy par Privas et Mézilhac (Brechon 2000 t. II/1). Par son implantation, le château de Corbières s’apparente tout à fait à d’autres sites castraux de la Montagne vivaroises ou de ses abords (Don, Ajoux, Raphaël, etc.).

235Si la topographie des lieux rend le site de Corbières très spectaculaire, les vestiges du château le sont, eux, beaucoup moins. En effet, ne subsistent plus que des traces d’aménagement du rocher. Au sommet du suc, dont l’accès est aujourd’hui assez difficile, on constate la présence de deux petites plates-formes, peut-être séparées l’une de l’autre par un étroit fossé. La plus réduite en superficie présente une large excavation circulaire, peu profonde mais recouverte manifestement d’une stratigraphie plus épaisse que sur le reste du sommet du suc. Cette première plate-forme pourrait tout à fait avoir reçu une tour de petite taille. La seconde, légèrement plus vaste, porte les traces de ce qui pourrait être interprété comme une case-encoche irrégulière et de très petite taille. Une petite conduite taillée dans le substrat est visible à côté de cette case-encoche. Aucune construction ne peut être mise en évidence au pied du suc, à la différence d’autres sites de même type où des constructions établies au pied du rocher sont encore apparentes (Raphaël, Rochefort, Contagnet, etc.). Toutefois, un chemin et des escaliers, creusés dans le basalte, sont visibles sur le flanc ouest du suc à la base de celui-ci ; ce qui laisse supposer que l’accès ancien au sommet du rocher et au château se faisait par la face occidentale.

236La topographie générale du site et sa ressemblance avec d’autres châteaux voisins mieux datés laissent supposer que Corbières est un château ancien dans le Moyen Âge et vraisemblablement attribuable au XIe ou au XIIe siècle.

CORNILLON

237département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Les Assions ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 240 m

2381150 : mention d’un alleu in Cornello appartenant à Géraud de Casteljau (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° DLXXVI).

239Vers 1190 : Gaucelin de Cornillon et ses frères Armand, Reynaud et Raymond, vendent aux moines des Chambons tout ce qu’ils possèdent à Chabrolières (ADLZ 6 J 1 f° 22 v°).

2401191 (v-s) : par un acte passé apud Cornilionem, Raymond de Barjac et sa femme Douce, agissant en leur nom et au nom de leurs enfants, Guillaume de Barjac, Raymond, Ermessende, Agnès, Adalasie, vendent au Temple de Jalès les droits qu’ils possèdent sur l’église Saint-Pierre de Banne (ADBdR 56 H 5227).

  • 28 Cet acte est connu par deux analyses succinctes, peu explicites et assez peu concordantes entre ell (...)

2411220 : hommage d’Alazais de Cornillon à l’évêque de Viviers pour Cornillon28.

2421235 : Pierre de Barjac, seigneur du castrum de Cornillon, vend au Temple de Jalès la moitié de tous les pâturages de Cornillon pour 60 livres du Puy et donne l’autre moitié. Peu après, l’évêque de Viviers, à la demande de Pierre de Barjac, ratifie la transaction. Acte passé à Cornillon, entre les fortias et la chapelle (ADBdR 56 H 5225).

2431243 : accord entre le précepteur du Temple de Jalès, d’une part, Guigue et Guillaume Chabassut, d’autre part, à propos du manse de Chansonaressas et de ses dépendances. L’accord est passé par l’entremise de Guiramerius, seigneur de Cornillon, et de Raymond Chabassus (ADBdR 56 H 5224).

2441245 (v-s) : Gaucelin et Bertrand de Ferreiroles, frères, sont tuteurs de Vierne et Hélione, filles de feu Pierre de Barjac, seigneur de Cornillon, leur neveu (ADBdR 56 H 5227).

2451252 : pour payer l’achat des castra de Sampzon et de Cornillon, Arnaud, évêque de Viviers, en son nom et au nom de l’Église de Viviers, vend le péage de Bourg-Saint-Andéol pour 10 000 sous viennois (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 247-248).

2461255 : partages entre Guigue de Châteauneuf, l’oncle, et Guigue de Châteauneuf, le neveu. Ils se partagent notamment le manse qu’ils possédaient dans le castrum de Cornillon (ADLZ E 248).

2471257 : Guiramerius de Cornillon assiste, à Largentière, comme témoin, à une concession en emphytéose faite par Pons d’Avenas dans le gradu de Cornillon et dans le terroir de Lairola. Arnaud de Brison est alors bayle du castrum de Cornillon pour l’évêque de Viviers (ADA 39 J 71).

2481270 : accord entre Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, et Gervais de Naves à propos notamment de droits dans le castrum de Cornillon (ADA 1 J 152 p. 74-75).

2491280 : reconnaissances faites par des habitants de la paroisse des Assions à Guiramerius de Cornillon, seigneur parier du château et du mandement de Cornillon, pour des biens et des droits dans la paroisse des Assions et dans le mandement de Cornillon. Acte passé dans le castrum de Cornillon, dans la maison de Guillaume Bresson, et reçu par Guillaume Bertrand, notaire public des seigneurs du castrum de Cornillon (ADA 39 J 66).

2501300 : les coseigneurs de Cornillon, Raymond Guiramerius et l’évêque de Viviers, accensent le devès de Cornillon aux habitants du castrum et du mandement de Cornillon (ADA 39 J 71).

2511308 : Raymond Brunel et Pierre de Ruis sont procurateurs de l’universitas des hommes du castrum de Cornillon (ADA 39 J 71).

2521320 : accord, en présence de Guillaume de Chassagne, châtelain du castrum de Cornillon pour l’évêque de Viviers, entre l’évêque, représenté par Bérenger Arcelen de Villeneuve-de-Berg, docteur en lois, juge du Vivarais et du castrum de Cornillon, et noble Pierre Guiramier, vassal de l’évêque et coseigneur du castrum de Cornillon, d’une part, et, d’autre part, de nombreux hommes du castrum et du terroir de Cornillon (ADA 39 J 71).

  • 29 Selon certains auteurs (cf. notamment en dernier lieu Evesque 2001, p. 180), le site de Cornillon a (...)

253Le site de Cornillon occupe l’extrémité d’un éperon rocheux, orienté est-ouest, dominant un méandre du Chassezac au confluent de celui-ci avec le Salindres29. Ce n’est pas un mais deux châteaux que l’éperon de Cornillon a portés durant le Moyen Âge ainsi que le montrent les vestiges conservés et surtout une visite très détaillée des fortifications de Cornillon effectuée au mois d’octobre 1367 par le bayle épiscopal de Largentière (ADA 1 J 529 f i 62-63 r° et Coulet 2003). Le procès-verbal de celle-ci distingue clairement deux « fortalicium », l’un appartenant à l’évêque de Viviers et l’autre au lignage des Guiramier, représenté alors par Guillaume Guiramier. Ces deux châteaux, immédiatement mitoyens, sont simplement séparés par un mur. Cet état de fait n’est pas exceptionnel, la coseigneurie est très fréquente dans les régions méridionales et se traduit souvent par l’érection de plusieurs châteaux voisins sur un même site (Laffont 2000). Des deux châteaux de Cornillon subsistent principalement les ruines d’un donjon et une enceinte, qui occupent l’extrémité occidentale de l’éperon rocheux, protégé sur trois côtés par un à-pic naturel et peut-être par un fossé à l’est. Il semble au regard du texte de la visite de 1367 que les vestiges aujourd’hui conservés aient appartenu au château des Guiramier. En effet, lors de la visite sont mentionnées dans ce château deux ouvertures - une dans le donjon et l’autre dans un logis - regardant vers les Assions et, plus précisément vers l’église des Assions ; or, en raison de la topographie des lieux, seul le donjon aujourd’hui visible était susceptible de posséder une ouverture orientée vers les Assions.

Cornillon - Vue d’ensemble des vestiges du château et du bourg castral : le donjon à éperon est en haut à gauche ; la chapelle est en contrebas à droite ; des pans de maçonnerie appartenant à des maisons se distinguent sur la pente.

Cornillon - Vue d’ensemble des vestiges du château et du bourg castral : le donjon à éperon est en haut à gauche ; la chapelle est en contrebas à droite ; des pans de maçonnerie appartenant à des maisons se distinguent sur la pente.

254Le château des Guiramier est protégé par une chemise maçonnée qui enserre la plate-forme rocheuse. Bâtie en petits moellons de calcaire liés au mortier de chaux, cette enceinte est conservée principalement au sud et à l’ouest mais sur quelques assises de hauteur seulement. À l’extrémité occidentale de l’enceinte se dressent les ruines d’un donjon : construit dans le même matériau et avec le même appareil que l’enceinte, il affecte un plan exceptionnel pour la région. En effet, cette tour présente un plan subcarré (3,70 m x 4,30 m pour une épaisseur de mur de 1,45 m) renforcé par un éperon triangulaire de maçonnerie à l’est, du côté de l’attaque. Cet éperon, qui donne une forme pentagonale au donjon, appartient bel et bien à la construction d’origine et n’est pas un appendice de maçonnerie ajouté a posteriori comme on peut en voir un exemple à quelques dizaines de kilomètres de là au château de Tauriers, près de Largentière. Il est impossible, en raison du médiocre état de conservation de la tour, de restituer avec précision ses élévations. On sait seulement au travers du texte de la visite de 1367 que la tour possédait au moins deux étages et que l’on avait accès à celle-ci - et donc sans doute au premier étage - par un bâtiment qui lui était accolé. Les caractéristiques de ce bâtiment (situation topographique, dimensions, appareil des maçonneries, présence d’un éperon) laissent supposer une construction à l’extrême fin du XIIe siècle ou, plus sûrement, dans les premières années du XIIIe siècle. Enfin, diverses maçonneries éparses affleurent encore à la surface du sol à l’est du donjon, laissant entrevoir les substructions d’autres bâtiments correspondant peut-être aux constructions évoquées par le procès-verbal de 1367 : le bâtiment par lequel on accédait au donjon avec sa petite camera - chambre - à l’étage ainsi qu’une cuisine.

255Le second château de Cornillon, celui de l’évêque de Viviers, s’étendait à l’ouest du premier dont il était voisin mais séparé par un mur comme le notent les enquêteurs de 1367. Le château épiscopal paraît s’être articulé autour d’une imposante saillie rocheuse de forme subcirculaire, haute d’environ 6 m, établie en position de barrage en deçà du fossé barrant l’éperon de Cornillon. De ce château rien ne subsiste de visible, exception faite de quelques pans de maçonnerie - cependant difficilement interprétables (présence d’une porte, d’une enceinte ?) et datables en l’état actuel des choses - et surtout des vestiges d’une importante citerne maçonnée. De plan rectangulaire, elle est voûtée d’une coupole percée d’un jour. Comme toutes les citernes médiévales de la région, ses parois sont enduites de mortier de tuileau. Il s’agit à ce jour de la seule citerne repérée sur le site qui devait assurément en compter d’autres. Cette citerne figure dans la description donnée à la fin du XIVe siècle de la forteresse épiscopale de Cornillon. À défaut de vestiges, ce dernier document nous permet d’avoir une vision assez précise de la morphologie et de l’organisation de la forteresse à cette date. Comme le château des Guiramier, le château de l’évêque a pour centre un donjon. Celui-ci possédait - avant les travaux que prévoient les enquêteurs de 1367 - quatre niveaux sur plancher avec un accès au second niveau ; le premier niveau étant sans doute, comme il est habituel pour ce type d’édifice, une basse-fosse aveugle. Les étages étaient desservis par des escaliers de bois et l’ensemble était couvert d’une toiture de lauzes. Cette tour paraît datable des XIIe ou XIIIe siècles ; outre de nombreuses réparations à un bâtiment qui paraît alors en assez mauvais état, les travaux décidés en 1367 visent surtout à percer une porte au premier niveau, à créneler la tour ainsi qu’à construire deux échauguettes. Outre le donjon et la citerne, l’enquête mentionne deux petits logis ainsi qu’une cuisine.

256L’enceinte du château - ou plutôt des châteaux - ouvre au sud-est par une porte, assez composite, vers l’habitat villageois qui s’est développé sur les fortes pentes dominant le lit du Chassezac. Notre perception du village castral de Cornillon - désigné par le terme « borgada » ou « burgus » au XVe siècle (ADA 39 J 66 et 39 J 71) - est aujourd’hui fortement altérée par les innombrables terrasses construites après son abandon, aux Époques Moderne et Contemporaine, avec des matériaux prélevés directement sur place. On rencontre ainsi dans les maçonneries en pierres sèches de ces terrasses de nombreux blocs portant des traces de mortier.

257Une grande enceinte ayant enserré l’habitat paysan semble se dessiner, mais il reste très difficile de faire la différence entre rempart villageois médiéval et aménagements postérieurs en terrasse, c’est sans doute à l’est qu’une enceinte pourrait être le plus aisément mise en évidence. À l’intérieur du vaste espace délimité par cet hypothétique rempart, apparaissent, dispersées, les ruines de trois maisons émergeant des terrasses postérieures. Les vestiges de ces maisons présentent une belle architecture de petits moellons de calcaire liés au mortier de chaux.

258Dans la partie haute du castrum, s’élèvent encore les ruines d’une chapelle. Celle-ci, qui montre encore de belles élévations, est établie, comme il est fréquent sur ces sites, au contact de la résidence seigneuriale et de l’habitat villageois. La chapelle du castrum de Cornillon est un édifice de plan rectangulaire à une seule nef, mesurant 15 m x 6 m. Elle s’ouvre à l’occident et se prolonge à l’orient par une abside, semi-circulaire à l’intérieur et à pans coupés à l’extérieur. Des contreforts contrebutent les murs goutterots au niveau de leur liaison avec le chevet. L’ensemble est construit en petits moellons de calcaire bien appareillés, liés au mortier de chaux. Dans son état actuel, et sur des critères purement stylistiques, l’édifice, qui est attesté pour la première fois en 1235 (ADBdR 56 H 5225), paraît datable des XIIe ou XIIIe siècles. À la différence d’autres chapelles de castra devenues de véritables églises paroissiales avec tous les droits afférents, cet édifice semble n’avoir conservé qu’un statut de chapelle, sans doute succursale de l’église paroissiale Saint-Apollinaire des Assions. On ne connaît pas le vocable de cet édifice que la documentation écrite médiévale, et notamment les différents comptes de décimes du diocèse de Viviers du XIIIe au XVIe siècle, ignore.

259On notera enfin que le musée des Vans conserve toute une série d’objets, notamment métalliques (épée, carreaux d’arbalète et pointes de flèche, clés, lames d’outil), semblant provenir de fouilles effectuées sur le site au XIXe siècle. D’autant que l’on puisse en juger ces objets appartiennent à la fin du Moyen Âge.

260Bibliographie :
Coulet 2003 ; Laffont 2003 ; Schnetzler 2003 ; Valladier-Chante 2003.

CRUSSOL

261département : Ardèche ; canton : Saint-Péray ; commune : Saint-Péray ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 300 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

262985-996 : Robert et son épouse Theotburgis donnent à l’abbaye de Saint-Chaffre tout ce qu’ils possèdent dans une villa appelée Artis, quæ est sub castello de Cruciolo (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCXXIX).

2631152 : Matheline, sœur de Bernard Aton V, vicomte de Nîmes, donne à son frère tout ce qu’elle pouvait exiger sur l’héritage de leur père. Parmi les témoins figurent : Aldebert de Crussol, Guillaume de Crussol et Giraud Bastet (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuves nos 590-II, 590-III).

2641162 : Guillaume de Crussol engage pour 600 sous à Falcon, prieur de Bourg-lès-Valence, sa part du port de Bourg. Divers garants s’engagent à se porter otages infra castrum de Cruzol (Cartulaire de Saint-Pierre du Bourg n° III).

2651184 (v-s) : Odon, évêque de Valence, donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu la chapelle Sainte-Marie du château (lire castrum) de Crussol, que son neveu Guillaume, qui la tenait de son prédécesseur en héritage, lui avait cédée pour obtenir l’absolution d’un péché (Regeste Dauphinois, t. I, n° 4886).

Crussol - Plan d’ensemble du site avec le château, le bourg castral et la dernière enceinte de celui-ci.

Crussol - Plan d’ensemble du site avec le château, le bourg castral et la dernière enceinte de celui-ci.

2661216 (v-s) : Humbert, évêque de Valence, et Guillaume de Crussol terminent un différend entre l’abbaye de Saint-Ruf et Raymond de Crussol qui réclamait un cens sur une terre située in plano de Cruçol que les moines de Saint-Ruf disaient leur avoir été donnée par Milon de Grozon (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° CIII).

2671220 : Guinisius de Châteauneuf vend à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, le castrum et le mandement de Charmes (AN 265 AP 180 dossier 7 n° 1).

2681238 : transaction entre l’église de Saint-Pierre-du-Bourg et Giraud Bastet, seigneur de Crussol, au sujet du port du Rhône (Cartulaire de Saint-Pierre du Bourg n° XXXVI).

2691253 : frère Raymond Séguier, précepteur de la maison du Temple de Valence, donne à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, la troisième partie de Boffres (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 22 r°).

2701268 : hommage d’Hugues de La Tourette à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, pour tous les cens qu’il perçoit dans le mandement de Crussol (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 3 v°).

2711283 : hommage rendu à Jean de Genève, évêque de Valence, par Giraud Bastet, seigneur de Crussol, pour Crussol, Charmes et La Bâtie (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum, lib. III, p. 140).

2721284 : transaction passée entre Giraud, seigneur de Crussol, et Hugues, seigneur de Pierre-gourde, à propos des limites des mandements de Pierregourde et de Saint-Marcel-de-Crussol. Acte passé à Crussol, in capella dicti castri (ADR EP 121 liasse 4 n° 6).

2731293 : transaction entre Peyroneta, abbesse de Soyons, au nom de l’abbaye et de tous les hommes du castrum de Soyons, d’une part, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, pour lui et pour ses hommes de Crussol, Toulaud et Charmes à propos des limites de ces mandements ainsi que des droits de vingtain et de pâturage (AN 265 AP dossier 1 n° 147a).

2741297 : accord entre Roger d’Anduze, seigneur des castra de La Voulte et de Boffres, et Giraud Bastet, seigneur des castra de Crussol, La Bâtie et Toulaud au sujet des limites des mandements de Boffres, Crussol, La Bâtie et Toulaud (ADR EP 121 liasse 4 n° 7).

2751355 : hommage lige rendu par le seigneur de Crussol à l’évêque de Valence pour le château et le mandement de Crussol en fief noble et ancien (AN 265 AP 184 dossier 2 n° 6/3).

Crussol - Le château et le bourg castral vers 1927 (Monum’MH 60738).

Crussol - Le château et le bourg castral vers 1927 (Monum’MH 60738).

Arch. Phot. © CMN, Paris.

276Face à la ville de Valence se dressent, sur un puissant promontoire rocheux, les imposantes ruines du château et du bourg castral de Crussol. Le site occupe l’extrémité septentrionale d’une longue échine calcaire dominant la vallée du Rhône, dans des secteurs très densément occupés durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

277Les vestiges du château de Crussol occupent le point le plus haut du site. Sont principalement visibles aujourd’hui les ruines d’un grand logis du XIVe ou XVe siècle, en grande partie détruit au milieu du XIXe, ainsi que, au voisinage même du logis, la base d’un petit donjon carré (environ 6,50 m de côté) des XIIe ou XIIIe siècles.

278Sur les pentes que domine le château s’est développé un vaste ensemble villageois enserré dans une et peut-être même deux enceintes successives. La dernière et la plus vaste de ces enceintes (plus de 330 m de longueur) semble avoir été bâtie à la fin du XIVe siècle dans le contexte de la Guerre de Cent Ans et avoir connu de nombreux remaniements lors des Guerres de Religion des XVIe et XVIIe siècles, notamment, au sud, près du château. De nombreuses ruines de maisons se dressent encore à l’intérieur de l’espace villageois, on y remarque aussi la présence de plusieurs citernes collectives.

279Dans la partie haute du bourg, au contact du château, se devinent encore les restes arasés de l’église du castrum, dédiée à Sainte-Marie. Mentionnée dès 1184 comme chapelle, elle apparaît comme église dans le compte de décimes de 1275 (Compte de décimes de 1275 p. 407). Sur un plan de 1852, cette chapelle apparaît comme un petit édifice orienté à nef unique et chevet plat (BNF VA 7 t. 2).

280Au XVe siècle, le bourg castral de Crussol s’est pour l’essentiel vidé au profit d’habitats établis dans la plaine du Rhône. Depuis plusieurs années, le site fait l’objet d’intenses campagnes de restauration.

281Bibliographie :
Riou 2002 ; Vallentin du Cheylard 1899.

Notes

23 S’il n’a pas purement et simplement disparu avec l’exploitation de la carrière qui s’ouvre encore à quelques distances.

24 Le castrum de Borne est appelé castrum novum en 1245, ADLZ 3 J 6.

25 En 1382, dans son testament, Hélène Itier, de Géorand, fonde une chapellenie in capella Beati Petri castri mei de Chapdenaco, ADA 3 H 1 f° 171v°.

26 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 98 (article Chalencon) :... ni aiant que les vestiges et mazures du chasteau qui y solloit estre...

27 Relevé sommaire de ces structures aimablement communiqué par M. J. -Cl. Mermet, président de l’Association des Amis du Mézenc.

28 Cet acte est connu par deux analyses succinctes, peu explicites et assez peu concordantes entre elles (cf. De rebus gestis episcoporum vivariensium, p. 125 et Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais, p. 94).

29 Selon certains auteurs (cf. notamment en dernier lieu Evesque 2001, p. 180), le site de Cornillon aurait accueilli un oppidum à l’Âge du Fer, mais les preuves archéologiques restent très ténues. Cf. à ce propos les travaux récents d’Eric Durand dans Dupraz, Fraisse 2001, p. 202.

Table des illustrations

Titre Charmes - Le château et le bourg castral au début du XXe siècle (ADA 12 Fi 110).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Chassiers - Les vestiges de la tour en pierres à bossage (XIIIe siècle ?).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Châteaubourg - De droite à gauche, on reconnaît (très remaniés au XIXe siècle) le donjon, sa chemise et une tour de flanquement postérieure.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Châteauneuf-de-Boutières - Vue aérienne de l’éperon barré portant le château ; à l’extrémité de celui-ci, on distingue les vestiges du donjon et de sa chemise maçonnée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Châteauneuf-de-Cruzières - Vue de quelques vestiges de maçonnerie sur le rocher ayant porté le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Châteauneuf-de-Vernoux - La seule face encore en élévation du donjon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Chazeaux - Une des tours de flanquement et, en arrière-plan, une des portes avec son pont.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Le Cheylard - Vue du château, du bourg castral et de son enceinte au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Cheylus - Vue d’ensemble du rocher ayant porté le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Chomérac - Le donjon du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Contagnet - Au premier plan, le village de Borée ; au second plan, à gauche, le « Rocher du Château » ; au dernier plan, le mont Mézenc.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Corbières - La rocca du château ; des aménagements rupestres sont visibles au sommet.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Cornillon - Vue d’ensemble des vestiges du château et du bourg castral : le donjon à éperon est en haut à gauche ; la chapelle est en contrebas à droite ; des pans de maçonnerie appartenant à des maisons se distinguent sur la pente.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Crussol - Plan d’ensemble du site avec le château, le bourg castral et la dernière enceinte de celui-ci.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Crussol - Le château et le bourg castral vers 1927 (Monum’MH 60738).
Légende Arch. Phot. © CMN, Paris.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2500/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

B
 
D