Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
A
C

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

B

Texte intégral

Baix - Représentation du château au XVIIe siècle.

Baix - Représentation du château au XVIIe siècle.

Cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, ID 14.

BAIX

1département : Ardèche ; canton : Chomérac ; commune : Baix ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 190 m ?

2970 : Gotolinde donne à l’abbaye de Cruas une cabannaria, située dans le comté de Vivarais et la villa quæ vocatur Baxus (Gallia christiana, t. I, instr. col. 95).

31175 : l’abbé de Cruas donne à Jocerand de Saint-Romain et à ses successeurs les droits que possède l’abbaye dans la terre de Baix (BNF Nouv. Acq. Fr. 9763 f° 264).

41175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès et ses fils de rendre à Jocerand de Baix les castra de Barrès et de Rochessauve, suivant l’accord intervenu entre eux par la médiation de l’archevêque de Vienne et de l’évêque de Viviers (ADI B 3517).

51197 : Guigue de Roche se déclare l’homme d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, per la seinoria de Bais. Il lui en fait hommage et fidélité (Les plus anciennes chartes en langue provençale n° 313).

61201 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne au prieuré de Rompon, pour que Dieu conserve la vie de son fils Guillaume, une terre appelée Campus Rotundi. Aymar de Poitiers confirme ensuite cette donation à Baix (ADI B 3518).

71206 (v-s) : accord entre le comte de Valentinois Aymar II de Poitiers et l’évêque de Viviers à propos de leurs droits respectifs sur divers castra. Il est notamment décidé que les seigneurs de Barrès tiendront les castra de Rochessauve et de Barrès du comte de Valentinois qui les tiendra lui-même de l’Église de Viviers ; ces castra seront rendables par Aymar de Poitiers, ses successeurs ou le bayle de Baix, à toute réquisition, à l’évêque ou au chapitre de Viviers (ADS SA 3841).

81209 : accord conclu entre l’abbé de Cruas et le comte Aymar II de Poitiers. Il est notamment décidé que si quelqu’un attaque Baix ou Chomérac, les habitants de Cruas seront tenus d’intervenir par tous les moyens possibles, même chose pour les habitants de Baix et de Chomérac (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 1).

91219 : Aymar de Poitiers donne à l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem tous ses droits dans la villa de Cliousclat.

10Acte passé à Baix, in platea sub ulmo (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLVI).

111227 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, donne la moitié du castrum de Saint-Gervais au Grand Prieuré de Saint-Gilles. Acte passé in castro de Bays (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLVII).

121232 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, inféode à Giraud Bastet le tiers du castrum de Saint-Marcel. Inféodation passée dans le castrum de Baix, dans la maison de Guillaume Richard (AN 265 AP 181 dossier 7 n° 1).

131234 (v-s) : Armand du Pouzin reconnaît tenir en fief d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, ce qu’il a dans le castrum et le mandement du Pouzin. Il est convenu que le castrum du Pouzin est et restera de dominio seu senoria domini de Bais (ADI B 2632).

141234 : Guigue de Roche rend hommage à Aymar de Poitiers pour les castra de Don, Mézilhac et Montagut. Acte passé dans le castrum de Bais, in domo in qua est fornellus (ADI B 2632).

151239 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse et marquis de Provence, le castrum de Baix, qui est de son alleu, avec son tenementum, son territorium et ses dépendances (ADI B 3520).

161243 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, confirme à Guillaume Richard et Guillaume Blanchard, mandataires de la communauté de Baix, les libertés et franchises accordées précédemment par Aymar II de Poitiers aux habitants du castrum et du mandement de Baix. Acte passé dans le castrum de Baix juxta ecclesiam Sancti Nicholai ejusdem castri a plaga orientali. Parmi les témoins figurent : Pe. bayle, Gilbert curé de Baix (ADA E dépôt 17, Baix, AA 2 n° 1).

171256 : vente par Henri de Barrès à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de tous ses droits sur le castrum de Barrès. Acte passé à Baix, in fornello novo (ADI B 3894).

181256 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, admet devant Guy Foucaud, agissant au nom d’Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse et marquis de Provence, avoir reconnu au feu comte de Toulouse, Raymond, les fiefs qu’il tenait de lui, dont le castrum de Baix (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 461).

191270 : Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse, autorise ses procurateurs à transiger sur les différends l’opposant à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à propos des castellorum de Baix et du Pouzin (Layettes du Trésor des Chartes, t. IV, n° 5729).

201272 : le comte de Valentinois donne à Andrevet de Veyrassac tout ce qui appartenait au père de celui-ci dans le château et la baylie de Chalencon. L’acte est passé in castro Bavii in furnello maiori (ADI B 3894).

211277 : Aymar III de Poitiers donne à son fils émancipé Aymar, le castrum de Baix, avec toutes ses dépendances, son territorium et son districtus, ainsi qu’un grand nombre d’autres castra (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois, preuves, p. 12-13).

221278 : donation par Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, en faveur de Pons Brunel, à charge de foi et d’hommage et moyennant 3000 sous viennois, de biens et de droits qui avaient appartenu à Raymond de Bavas, auquel le comte avait succédé. Il s’agit entre autres de la partie de la baylie de Baix qui avait appartenu à Raymond de Bavas, de celle-ci dépendant la moitié de la 13e partie de tout le péage vieux qui se levait à Baix sur les bateaux montant le Rhône et le quart du treizin sur les bateaux descendant le Rhône. Acte passé au château de Baix (ADA 1 J 499).

231278 (v-s) : les chanoines de Sainte-Croix-de-Quint font reconnaissance au comte de Valentinois pour ce qu’ils tiennent de lui dans divers castra et mandements. Acte passé à Baix, infra fortalicium scilicet in crota (ADI B 3537).

241278 (v-s) : hommage de Pierre de Bouzols au comte de Valentinois pour les castra de Queyrières et de Lardeyrol. Acte passé à Baix, infra castrum in furnello veteri, en présence notamment d’Hugues de Barcelina, châtelain de Baix (ADHL 2 J 102 dossier Bouzols).

251280 : hommage du comte de Valentinois au roi de France pour le château de Baix, à raison du comté de Toulouse. Hommage renouvelé en 1326 (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

261281 (v-s) : le comte de Valentinois restitue au précepteur de l’Hôpital de Saint-Jean de Trièves, représentant du grand prieur de Saint-Gilles dans les diocèses de Valence et de Viviers, tous les biens que feu Jean Cordier, de Baix, avait laissé au comte dans le mandement de Baix. Acte passé à Baix dans la maison de feu Estremundus, bayle de Baix (ADI B 3539).

271283 (v-s) : Armand de Retourtour jure d’indemniser le comte de Valentinois de tout préjudice qu’il pourrait éprouver comme fidéjusseur d’Armand auprès de Jean et Pons Clair, de Privas, auxquels ce dernier avait emprunté 80 livres tournois. Acte passé in fortalicio Bavii (ADI B 3541).

281288 : hommage rendu à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Brusul Cardinal, de Solignac, pour tout ce qu’il avait dans le castrum et le mandement de Boulogne. Acte passé à Baix infra fortalicium prope coquinam (ADI B 2632).

291291 (v-s) : lettre de grâce accordée moyennant 30 livres viennoises par le comte de Valentinois, Aymar IV de Poitiers, à Béraud de Bouzols et à ses complices, condamnés par le juge du comte pour des méfaits commis dans le castrum et le mandement de Saint-Agrève. Acte passé dans la capella du castrum de Baix (ADI B 3548).

301292 (v-s) : Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, donne procuration à Jean La Roche, jurisconsulte, Dalmas Durand, châtelain de Privas, Pons Lambert, d’Etoile, et Raymond Bermond, châtelain de Baix, pour le représenter dans le procès que lui intentent Jean et Guillaume Bouvier, frères, de Montmeyran (ADI B 3549).

311295 (v-s) : reconnaissance passée en faveur d’Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, par Pierre Tillafava, de La Voulte, notamment pour 6 sous annuels de cens qu’il percevait dans le castrum et le mandement de Baix. Acte passé à Baix dans l’aula nouvelle du fortalicium (ADI B 3552).

321310 : les syndics de la communauté des habitants de Baix se laissent imposer à titre de prestation personnelle, une poule de cens par feu. Plusieurs habitants du castrum seront exonérés de cette prestation annuelle. Acte passé à Baix. Témoins : le juge et le châtelain comtal de Baix (ADA E dépôt 17, Baix, CC 1).

331322 (v-s) : hommage rendu au comte de Valentinois par Etienne Vieux notamment pour sa maison au bourg vieux de Baix, sur le chemin dudit bourg vieux au château (Regeste Dauphinois, t. IV, n° 21335).

341332 : Giron de Fourchades reconnaît tenir en fief franc, ancien et noble d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, comme feu Guillaume de Fourchades, son aïeul, avant lui, divers biens dans le mandement du castrum de Chambarlhac, dans le burgus de Chambarlhac, dans le castrum et le mandement de Chalencon. Acte passé à Baix in hospicio fortalicii dicti comitis (ADI B 2632).

35Dès les premières années du XIIIesiècle, Baix et son château, qui bénéficient d’une situation privilégiée dans le couloir rhodanien, au centre des possessions des comtes de Valentinois, apparaissent comme la résidence privilégiée de ceux-ci sur la rive droite du Rhône et ce jusqu’à leur disparition au tout début du XVesiècle. À cette date, les comtes de Valentinois ont même déjà fait construire un second château à Baix. C’est ce que montre une procédure des années 1477-1478 relative à la vérification des travaux à faire au « château vieux » et au « château neuf » de Baix (ADI Inventaire Marcellier, Viennois, f° 127 v°) ainsi que le texte d’un inventaire, dressé au XVesiècle (1442 ?), des châteaux relevant du comte de Valentinois sur la rive droite du Rhône :... Et primo castrum de Banio de super Banium, dyocesis Vivariensis, habet duo castra unum super aliud cum villa de subtus, super Rodano, in quadam magna ruppe ; et sunt fortissima castra et unum prope aliud ad tractum unius archus... (Castra dicti comitatus Valentinensis in Regno p. 279-280).

36De ces deux châteaux voisins, il ne semble pratiquement rien subsister aujourd’hui, exception faite de quelques pans de mur informes dominant, sur une petite avancée du coteau rhodanien, le sud du bourg, au lieu-dit Les Corbières. On conserve de Baix une vue sommaire du XVIIesiècle (BNF, Département Estampes et Photographies, ID 14, P 12590) ; celle-ci montre une grande enceinte polygonale cantonnée de 4 tours et percée d’une tour-porte : il pourrait s’agir là du « château neuf » de Baix. Le (s) château (x) de Baix joue (nt) encore un rôle important durant les Guerres de Religion du XVIIesiècle (Favre 1961 p. 85 sq).

37Le bourg de Baix est d’origine castral. Le noyau initial de celui-ci - dont la forme ovoïde se lit encore nettement sur le plan cadastral de 1810 - correspond à la partie sud du village actuel. Le premier village de Baix, qui devait sans doute remonter beaucoup plus haut sur le coteau, s’est développé en contrebas des reliefs ayant porté les châteaux de Baix. Puis un long faubourg s’est étendu - dès le XIIIesiècle puisqu’un bourg vieux est mentionné à Baix dans les années 1320 - en direction du nord le long de la route du Rhône. Le castrum de Baix possédait une église dédiée à Saint-Nicolas.

BALAZUC

38département : Ardèche ; canton : Vallon-Pont-d’Arc ; commune : Balazuc ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 190 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château, église Sainte-Madeleine)

Balazuc - Le donjon du château supérieur (place du Portalas) et l’enceinte du bourg castral.

Balazuc - Le donjon du château supérieur (place du Portalas) et l’enceinte du bourg castral.

391095-1099 : Pons de Baladuno accompagne le comte de Toulouse, Raymond IV, et l’évêque du Puy, Adhémar de Monteil, à la première Croisade (Liber de Raymond d’Aguilers p. 35, 75, 107).

401151 : Arnaud et Odilon de Grospierres vendent aux Templiers de Jalès le manse de Brugeriis pour 500 sous melgoriens. Témoin : Guillaume de Balazuc (ADBdR 56 H 19 p. 159).

411215 : accord passé entre Vierne, veuve de Guillaume de Balazuc, Vierne, fille de feu Pierre de Balazuc et femme de Dragonet, et le précepteur de l’hôpital de Trignan (ADBdR 56 H 4582).

421263 : Guillaume de Balazuc, seigneur de Balazuc et de Lanas, vend à Bertrand de Chazeaux et à Pons de Vogüé ce qu’il avait acquis de Raymond de Vogüé dans le castrum et le mandement de Lanas (BNF, Collection de Languedoc, Bénédictins, Ms 103 f° 85 r°).

431269 : Guillaume, seigneur de Balazuc, accorde en bail emphytéotique au précepteur de l’hôpital de Trignan tous les droits lui appartenant dans le manse de Trignan (ADBdR 56 H 4564).

441277-1278 : livre des hommages de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire ; hommage [au roi de France] de Guillaume de Balazuc pour Balazuc (ADG A 3 p. 2636 sq).

451281 : Guillaume des Éperviers vend à Pierre Goys et à Guillaume La Claposa, habitants de Thueyts, tout ce qu’il possède au lieu nommé Lo Pruebi, dans la paroisse de Lachapelle-Graillouse. Le jour de la Saint-Nicolas, à Balazuc, in castro dicti Guillelmi de Sparveri, Catherine, femme de Guillaume des Éperviers, Alasie, leur fille, et Philippa, belle-fille de Guillaume, confirment la transaction (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 705).

461286 : lettre de Guillaume, seigneur de Balazuc, au roi Philippe le Bel par laquelle il lui signifie qu’il a donné toutes ses terres à son fils Pierre de Balazuc et le requiert de l’investir de ces terres parce que celui-ci, jeune, le servira mieux (AN J 318 n° 73).

471318 : compromis entre Rambaud d’Ancézune, coseigneur de Caderousse, et Guillaume, seigneur de Baladuno et coseigneur de Caderousse (ADV 2 E Caderousse 9 f° 307 r°).

48Le site - complexe - de Balazuc est établi sur une falaise dominant la rive gauche de l’Ardèche. Au sommet du bourg - place du Portalas - se dresse un donjon quadrangulaire mesurant 7,25 m x 7,90 m hors œuvre, pour une épaisseur de mur de 1,60 m à 1,75 m. Ce donjon conserve encore ses trois niveaux d’origine avec accès au premier étage par une porte couverte d’un arc brisé. Cet étage, qui présente par ailleurs deux étroites ouvertures, est voûté et surmonte une bassefosse aveugle et planchéiée. Cette tour, bâtie dans un bel appareil régulier de calcaire avec quelques blocs à bossage dans les parements, appartient sans doute au XIIIe siècle. À proximité même du donjon s’élève un bâtiment barlong - peut-être une aula - datable au moins du XIVe siècle. Ce château et l’habitat qu’il domine immédiatement sont enserrés dans une enceinte dont certains tronçons sont encore bien conservés.

49En contrebas de ce premier castrum s’élève un second ensemble autour de l’église Sainte-Marie-Madeleine. À proximité de celle-ci, on rencontre, émergeant de constructions postérieures, les vestiges de ce qui pourrait être un second donjon quadrangulaire. Seules la face sud, qui mesure 8,75 m de longueur, et (partiellement) la face ouest de ce bâtiment sont actuellement visibles. On peut remarquer la présence d’une porte en arc brisé au rez-de-chaussée.

50Ces deux ensembles, qui renvoient sans doute à l’existence d’une coseigneurie à la fin du XIIIesiècle, ont été réunis dans une même enceinte à la fin du Moyen Âge, probablement dans le dernier tiers du XIVesiècle.

51On notera, par ailleurs, la présence d’un lieu-dit « Chastel Vieilh » à environ 25 m de l’église Sainte-Madeleine. Une ruine et un chasal notamment sont mentionnés en ce lieu dans les Estimes de 1464 pour la paroisse de Balazuc (ADA C 604 p. 12, 14).

52Enfin, face au village de Balazuc, sur la rive droite de l’Ardèche, au confluent de celle-ci avec le ruisseau de Pierre Froide, se dressent une tour circulaire et les vestiges d’un rempart. Cette construction, de taille modeste, paraît appartenir à une défense avancée du castrum de Balazuc et date vraisemblablement de la fin du XIVesiècle.

53Bibliographie :
Clément 2002.

BANNE

54département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Banne ; diocèse médiéval : Viviers ; toponyme actuel : « Le Fort » ; altitude : env. 300 m

Banne - Vue du site des deux châteaux et, en contrebas, du bourg castral.

Banne - Vue du site des deux châteaux et, en contrebas, du bourg castral.

551147 : Pons de Berrias donne à la maison du Temple de Jalès la dîme qu’il percevait sur la domus de Jalès. Parmi les témoins : Guillaume de Banne et Etienne, son frère (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° CCCXXV).

561180 : Arnaud de Banne, B., G. et Austorges, frères, donnent à la maison du Temple de Jalès tous leurs droits sur l’église Saint-Pierre de Banne avec ses dépendances et tout ce qu’ils percevaient justement et injustement en ce lieu (ADBdR 56 H 5228).

571186 : Raymond de Barjac donne au Temple de Jalès l’alleu de tout ce que les Templiers pourront acquérir de lui, des siens ou de ses vassaux, dans le mandement de Banne (ADBdR 56 H 5227).

581186 (v-s) : Nicolas, évêque de Viviers, donne à la maison du Temple de Jalès l’église de Saint-Pierre de Banne avec tous ses revenus et tous les droits de l’évêque (ADBdR 56 H 5228).

591191 (v-s) : Raymond de Barjac et sa femme Douce vendent aux Templiers de Jalès les droits qu’ils possèdent sur l’église de Banne (ADBdR 56 H 5227).

601197 : Gaucelin de Naves reprend en fief de l’abbaye de Saint-Ruf tous ses droits dans les castra de Naves, Malbosc et Banne (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° LXXIV).

611203 : Hugues de Banne donne au précepteur de Jalès toutes les dîmes de la paroisse de l’église de Banne. Guigue de Banne et Arnaud de Grospierres sont fidéjusseurs pour Hugues (ADBdR 56 H 5228).

621213 (v-s) : Bernard de Ferreirolles, fils de Gervais de Rochegude, reprend en fief de Raymond, évêque d’Uzès, ce qu’il possède dans les châteaux (lire castra) de Ferreirolles, de Barjac, de Becmil, de Banne, de Salavas et dans leurs dépendances (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 759).

631240 : Guillaume de Naves rend hommage au roi Louis IX pour les seigneuries de Naves, Banne, Saint-Paulet et Saint-Christol (ADG A 3 f° 2705 sq).

641240 : Poncia, veuve de Pierre Chalvet, et ses enfants vendent au précepteur de Jalès la moitié d’un manse dans la paroisse de Berrias plus toutes les terres qu’ils tenaient de la directe des Templiers de Jalès depuis le castrum de Banne jusqu’au Chassezac, du castrum de Bec-de-Jun jusqu’au Chassezac et du castrum de Grospierres jusqu’au Chassezac (ADBdR 56 H 19 p. 32).

651245 (v-s) : Gaucelin et Bertrand de Ferreiroles, tuteurs des filles de feu Pierre de Barjac, seigneur de Cornillon, leur neveu, reconnaissent que les Templiers de Jalès pourront jouir allodialement de tous leurs augments de fiefs dans les fiefs de Pierre de Barjac dans le castrum et le mandement de Banne (ADBdR 56 H 5227).

661252 : Pons de Barjac rend hommage à l’évêque d’Uzès pour la douzième partie des châteaux (lire castra) de Banne et de Bec-de-Jun avec tout ce qu’il possède dans ces châteaux et hors de ces châteaux (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 180).

671260 : Regordan de Naves, G. de Brésis, Gaucelin del Pradal, Bertrand de Banne, Pierre d’Auriol, sont coseigneurs du castrum de Banne et syndics des coseigneurs et habitants de Banne dans un conflit les opposant aux Templiers de Jalès (ADBdR 56 H 5227).

681264 : Giraud de Lagorce vend des droits de dépaissance, des droits forestiers, etc ., aux habitants du castrum de Banne (ADAv E 530).

691271 (v-s) : contrat de pariage entre le roi de France, représenté par le viguier de l’Uzège, et les pariers du castrum de Banne, c’est-à-dire : Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, au nom de son fils Dragonet de Châteauneuf, Regordan de Naves, Gaucelin del Pradal, Arnaud del Jalasie, Pierre de Banne, Guillaume de Brésis, pour lui et pour Pierre de Belvezet, mari de sa fille Guigonne, Pierre d’Auriol, pour Austorge son frère, Guigone et Bernard de Banne, pour eux et pour Guillaume de Banne, leur frère, Arnaud de Banne, leur cousin. Il est convenu que la juridiction du castrum et du mandement de Banne sera divisée en huit parts qui appartiendront : la première au roi ; la deuxième à Dragonet de Châteauneuf et à Arnaud del Jalasie ; la troisième à Regordan de Naves ; la quatrième à Gaucelin del Pradal ; la cinquième à Pierre de Banne ; la sixième à Austorge d’Auriol ; la septième à Guillaume de Brésis et à Pierre de Belvezet, son gendre ; la huitième à Guigue, Bernard et Guillaume de Banne, frères, pour une moitié et à Arnaud de Banne, leur cousin, pour l’autre. Il est encore convenu que le juge royal et le notaire du bailliage royal d’Uzès seront aussi ceux de la cour commune de Banne ; leurs appointements seront payés en commun par les coseigneurs (Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, t. I, preuve n° LXIX).

701302 : Arnaud de Banne, coseigneur du castrum de Banne, vend au précepteur de Jalès, une terre tenue en fief franc et honorable appelée Uschalops seu de Chalssayrono située in dictrictu et jurisdictione castri de Bana (ADBdR 56 H 5229).

711317 : hommage par Guillaume de Belvezet, coseigneur de Banne, à Gaucelin, seigneur de Naves et coseigneur de Banne, de divers biens qu’il tient de lui en fief franc dans la paroisse de Saint-Pierre de Banne (ADLZ E 586).

721322 : Aymeric de Naves, coseigneur de Naves et de Banne, échange avec l’abbé de Saint-Ruf et le prieur de Bonnevaux sa part de toute la justice haute, moyenne et basse du mandement de Banne (ADLZ 3 J 646).

73Le hameau actuel du Fort correspond à l’ancien bourg castral de Banne. Au sommet de celui-ci, on peut distinguer deux mamelons rocheux. Celui de l’est porte les vestiges imposants d’un vaste château de la fin du Moyen Âge et de l’Époque Moderne détruit à la fin du XVIIIesiècle ; celui de l’ouest montre quelques rares maçonneries informes. Il semble que le premier château de Banne ait occupé ce dernier site. Néanmoins, il n’est pas impossible que Banne, comme beaucoup de coseigneuries, ait compté au XIIIesiècle un second château, qui aurait, dans ce cas, pu occuper le mamelon oriental. À environ 450 m au sud du castrum de Banne se dressait l’église paroissiale Saint-Pierre.

74Bibliographie :
Mauduit 1983 ; Tardieu 1998.

LA BALME (Montbrun)

75département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Saint-Gineis-en-Coiron ; toponyme actuel : « Les Balmes de Montbrun » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 500 m

La Balme (Montbrun) - Gravure du XVIIIesiècle représentant les habitats troglodytiques (Faujas de Saint-Fond 1778).

La Balme (Montbrun) - Gravure du XVIIIe siècle représentant les habitats troglodytiques (Faujas de Saint-Fond 1778).

761159 (v-s) : concession faite aux habitants de Viviers par l’évêque Raymond de pouvoir vendre et acheter du sel sans payer aucune taxe. Parmi les témoins : Pons de La Balma, miles (ADA 29 J 5).

771170 : Géraud d’Ucel remet à Jocerand de Saint-Romain à titre provisoire, en raison d’une dette de 152 marcs d’argent, tout ce qu’il a dans le castrum d’Allier et dans les paroisses de Berzème et de Saint-Martin. Parmi les témoins : W. de Balmas (ADI B 3517).

781206 (v-s) : conflit entre le comte de Valentinois, Aymar II de Poitiers, et Burnon, évêque de Viviers, à propos de divers points. L’évêque reprochait notamment au comte de Valentinois de se faire reconnaître la Balma que tenait Hugues de La Tour, alors qu’il s’agissait d’un alleu de l’Église de Viviers, ce que le comte rejetait. Il est finalement décidé que la Balma d’Hugues de La Tour devra être rendue, à toute réquisition, à l’évêque ou au chapitre de Viviers (ADS SA 3841).

791210 : G. de Balma reprend en fief de Burnon, évêque de Viviers, le castrum et mandement de Balma (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 112).

801291 : Mabille, fille de feu Bertrand de Balma, coseigneur du castrum de Balma subtus Coyreto, donne à Guillaume de Balma, domicellus, et à Henri de Balma, chanoine de l’Église de Viviers, tout ce qu’elle pouvait avoir de l’héritage de son père à l’exception de sa dot. Parmi les témoins figurent Jean de Boscho, [...] Pierre del Solhier, habitants du castrum de Balma (ADA 52 J 3).

811318 : Jean Clanchin, d’Aubenas, reconnaît tenir en fief franc de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, tout ce qui a été acquis par son père de Pierre de La Tour, seigneur de Montbrun, et de Pons, son fils (ADA 2 E 2195 bis f° 682 r°).

821326 : Marguerite de Montbrun rend hommage au comte de Valentinois pour ses biens de Saint-Gineis-en-Coiron, acquis de Pierre de La Tour, et, au nom de ses enfants, pour le château, terroir et mandement de Montbrun (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 49 v°).

831344 : hommage au comte de Valentinois Aymar de Poitiers par Pierre de La Tour, seigneur de Montbrun, en fief franc, ancien et noble pour le castrum de Montis Bruni avec tout son mandement, son territorium et son districtus (ADI B 2633 f° XXVIII r°-v°).

84Le château de La Balme, dit de Montbrun actuellement, est situé sur le rebord sud-ouest du plateau du Coiron. Il est implanté au sommet d’une paroi de tuf volcanique surplombant immédiatement un cirque naturel dans lequel s’est établi un bourg castral en grande partie troglodytique.

  • 9 Teyssier 1997 p. 63. Le castrum de La Balme semble avoir relevé au Moyen Âge de la paroisse de Sain (...)

85Un fossé large d’environ 10 m isole la plateforme supportant les vestiges du château. Le creusement du fossé a laissé en place une étroite barre rocheuse (environ 1,30 m de large), ayant très vraisemblablement servi de pile pour un pont. Du château, il ne subsiste que peu de vestiges. Il s’agit principalement de deux cases-encoches voisines situées au centre du site et représentant le négatif de deux bâtiments en partie encastrés dans le rocher mais aujourd’hui disparus. La plus remarquable de ces cases-encoches est de forme trapézoïdale. La paroi du fond mesure environ 4 m ; la paroi nord : environ 3 m ; la paroi sud : environ 1,50 m. Cette structure montre d’importants aménagements rupestres dont une grande niche quadrangulaire sur la paroi du fond et des encoches de poutraison sur une des parois latérales. La seconde case-encoche, de même forme mais de taille plus importante, présente un contour beaucoup moins net que la précédente et aucune trace d’aménagement du rocher. Divers murs à peine visibles sous la végétation ainsi que d’abondants pierriers laissent supposer la présence d’autres constructions sur le tertre, qui est encore partiellement entouré d’une enceinte en moellons de basalte maçonnés au mortier de chaux. À environ 50 m au nord du château, dans la direction opposée au bourg castral, se dresse une chapelle troglodytique sous le vocable de Sainte-Catherine. Cet édifice, qui présente plusieurs états, semble avoir été construit en 15369.

La Balme (Montbrun) - Plan d’ensemble du site avec le château et l’habitat castral.

La Balme (Montbrun) - Plan d’ensemble du site avec le château et l’habitat castral.
  • 10 Faujas de Saint-Fond, qui consacre quelques pages à ce qu’il appelle le « volcan de Montbrul » déno (...)
  • 11 Teyssier 1997 p. 67-68 et Faujas de Saint-Fond 1778 (p. 285) qui mentionne deux familles.

86Mais l’intérêt du site de Montbrun réside principalement dans l’immense habitat castral troglodytique qui s’est développé dans les falaises de tuf volcanique situées sous le château et aussi face à lui. On dénombre ainsi plus d’une trentaine de cavités (dont certaines à deux étages) creusées à différents niveaux de ces falaises ; un certain nombre d’entre elles ont disparu, emportées par l’effondrement de pans entiers de rocher10. Ces cavités montrent de remarquables aménagements intérieurs : ancrages de poutre, escaliers intérieurs creusés dans le rocher, niches murales, lucarnes, caniveaux, rainures pour des sablières horizontales, banquettes, etc. En outre, plusieurs cases-encoches sont aussi à dénombrer dans l’emprise du bourg. Un chemin possédant encore ponctuellement un pavage desservait ce bourg qui, dans son ensemble, présente assurément des phases d’aménagements successives. Quelques-uns des habitats troglodytiques de Montbrun sont encore occupés à la fin du XVIIIesiècle11.

87Bibliographie :
Faujas de Saint-Fond 1778 ; Teyssier 1997.

BARRÈS

88département : Ardèche ; cantons : à la limite des deux cantons de Rochemaure et Chomérac ; communes : à la limite des trois communes de Saint-Martin-sur-Lavezon, Saint-Bauzile, Saint-Vincent-de-Barrès ; toponyme actuel : « Rocher de Barris » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 580 m

891175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès, Pons, Gontard et Henri, ses fils, de rendre à Jocerand de Saint-Romain, les castra de Barrès et de Rochessauve, suivant les conventions intervenues précédemment entre eux (ADI B 3517).

901206 (v-s) : règlement d’un conflit entre le comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, et Burnon, évêque de Viviers. L’évêque réclamait les castra de Barrès et de Rochessauve et leur mandement, affirmant que les seigneurs de Barrès les tenaient de l’évêque et de l’Église de Viviers. Le comte se défendait de tenir injustement ces castra prétendant que l’évêque de Viviers Nicolas, prédécesseur de Burnon, les lui avait donnés. Les parties s’en remettent à l’arbitrage de Pierre, roi d’Aragon, et d’Hugues des Baux. Il est décidé que les seigneurs de Barrès tiendront les castra de Rochessauve et de Barrès du comte de Valentinois qui les tiendra lui-même de l’Église de Viviers ; ces castra et toutes leurs munitiones seront rendables par Aymar de Poitiers, ses successeurs ou le bayle de Baix, à toute réquisition de l’évêque de Viviers ou du chapitre s’il n’y a pas d’évêque (ADS SA 3841).

911238 (v-s) : échange entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Armand du Pouzin. Armand donne notamment au comte la moitié du castrum et du mandement de Barrès (ADD E 605 n° 1).

921247 : Henri, Armand et Guigue, frères, seigneurs de Barrès, donnent à l’abbaye de Saint-Chaffre les pâturages, bois, eaux, etc., qu’ils possèdent dans le mandement de Barrès (Cartulaire de Saint-Chaffre p. XXV note n° 1).

931249 : vente à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Pons et Guigue Gontard, frères, fils de feu Armand de Barrès, chevalier, de tout ce qu’ils possèdent en biens et droits dans le castrum et le mandement de Barrès moyennant 180 livres viennoises (ADI B 3522).

941256 : vente par Henri de Barrès, moyennant une somme de 50 livres viennoises, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de tous ses droits (dominia, usagia, proprietates, servicia, clamores, justicie, pascua, nemora, aquas, banna, census, etc .) sur le castrum de Barrès et ses dépendances : quicquid habeo [...] in castro de Barre, in ruppe et in fortalicia et turri et in aliis edificiis in dicta rupe sitis et quicquid habeo in dicto castro inferiori et in tenemento ejusdem castri infra fines inferiori nominatos [...] (ADI B 3894).

951261 : échange entre Pons de Mauves et Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois. Pons de Mauves cède notamment au comte ses biens situés dans le castrum et le mandement de Barrès (ADI B 3525).

961278 : reconnaissance passée par le prieur et les chanoines de Sainte-Croix-de-Quint, au diocèse de Die, au profit d’Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, pour les biens que le prieuré possède dans divers castra et mandements dont celui de Barrès (ADI B 3536).

971301 : donation par Bernard Gensionis, damoiseau du diocèse de Viviers, en faveur d’Amphélise, sa cousine germaine, femme d’Astorge de Geis, de tout ce qu’il avait dans le castrum et mandement de Barrès (hommes, femmes, droits, juridictions, bans, cens en argent et en nature) avec le consentement du comte de Valentinois (ADA 1 Mi 293 R 11 n° 1).

981324 : Aymar de Poitiers donne à son fils Guichard, en raison de services rendus, les châteaux et castra de Privas, Boulogne, Barrès et Saint-Vincent-de-Barrès, au diocèse de Viviers (ADI B 3897).

991327 : Pierre Léger, du lieu de Barrès, vend à Pons Guion, de Barrès ou de Rambaud, damoiseau, plusieurs biens et rentes qu’il possédait dans le mandement de Barrès (ADA 1 Mi 293 R 26 pièce 5).

1001423 : ordonnance du duc de Valentinois pour que les hommes du mandement de Barrès fassent guet et garde aux châteaux de Barrès et de Pampelonne (ADA 1 Mi 293 R 1 liasse 2 n° 3).

  • 12 L’état des Castra dicti comitatus Valentinensis in Regno (p. 280), rédigé vers 1442, indique :... C (...)
  • 13 Cf. un plan sommaire des vestiges du château de Barrès dressé en 1945 dans ADA 8 J 30 et divers aut (...)

101Établi sur les contreforts orientaux du Coiron, le château de Barrès occupe le sommet d’une énorme table basaltique - le « Rocher de Barris » - longue d’environ 100 m pour une largeur de 18 à 25 m12. De ce château ne subsistent que quelques rares vestiges informes. Au nord-ouest, un long pan de courtine se développe sur le rebord de la plate-forme sommitale. Il est percé d’une porte surmontée d’un arc brisé et intègre un imposant bâtiment quadrangulaire (tour en saillie ?), dont le premier niveau paraît avoir été voûté. Au sud, on remarque encore la base d’une tour circulaire, les ruines d’un probable bâtiment rectangulaire et l’emplacement d’une citerne13. L’ensemble des constructions du château est bâti en moellons de basalte liés au mortier de chaux. Au sud-est, sur les pentes que dominait le château, semblent se situer les vestiges informes d’un petit bourg castral : on y remarque les ruines d’un bâtiment quadrangulaire maçonné au mortier de chaux ainsi que quelques constructions de pierres sèches. Le castrum de Barrès possédait une chapelle dédiée à Saint-Pierre qui relevait de l’abbaye vivaroise de Cruas (BMAv Ms 3339 f i 176-179). Au tout début du XVIesiècle, cette chapelle est encore utilisée ponctuellement alors que le château paraît en très mauvais état, la tour circulaire étant même déjà ruinée (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 1762 v° - 1765).

LA BASTIDE (de-Virac)

102département : Ardèche ; canton : Vallon-Pont-d’Arc ; commune : La Bastide-de-Virac ; toponyme actuel : « Château des Roure » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 240 m ; protection Monuments Historiques : classement partiel (château)

1031296 : Bertrand Chassautz, de Bastida de Viraco, vend à noble Aldebert, seigneur de Lagorce, des cens situés dans le mandement de Vallon (ADAv E 530).

104Le village actuel de La Bastide-de-Virac a pour origine un bourg castral médiéval, sans doute tardif, né au pied de l’imposant château dit « des Roure ». Dans son état actuel ce château semble dater, pour le gros œuvre, du XVesiècle. Toutefois une étude plus approfondie des bâtiments autoriserait peut-être la mise en évidence d’éléments un peu plus anciens, le site étant mentionné dès la fin du XIIIesiècle. Cette mention sous la forme bastida est peu commune, mais dans le contexte local et pour la période concernée le terme désigne assurément un château.

  • 14 Compte de décimes de 1275 p. 440 : ecclesia de Viraco ; Taxe de la décime du XIVesiècle p. 446 : id (...)

105Les habitants du bourg castral de La Bastide relevaient jusqu’à la fin du XVesiècle de la paroisse de Virac14, dont l’église, sans doute d’origine altimédiévale et peut-être dédiée à Saint-Etienne (Visite des églises du Bas-Vivarais en 1675-1676 p. 275), était située à environ 1,5 km au nord du village de La Bastide. Dès avant les années 1480, existe dans celui-ci une église dédiée à Sainte-Catherine, vocable caractéristique des deux derniers siècles du Moyen Âge. C’est cette église - Beate Catherine Bastide Viraci - qui est décrite dans la visite pastorale de 1501 (Visite des paroisses du Bas-Vivarais en 1501 p. 20), l’ancienne église paroissiale de Virac étant sans doute déjà ruinée à cette date.

106Bibliographie :
Riou 2002.

LA BÂTIE (d’Andaure)

107département : Ardèche ; canton : Saint-Agrève ; commune : Labâtie-d’Andaure ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 530 m

1081289 (v-s) : reconnaissance passée en faveur d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Pierre de Lamastre, seigneur de La Bâtie et en partie de Saint-Agrève, pour le manse de Chabannas (ADI B 3896).

1091309 : Pierre de Lamastre reconnaît tenir en fief de l’évêque du Puy le « château et la forteresse » de La Bâtie (-d’Andaure) avec son mandement et sa justice (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 40).

1101312 : Pierre de Lamastre est seigneur de La Bâtie et coseigneur du château de Saint-Agrève (ADA 52 J 113 f° 7).

1111329 : vente par Eustache de Lamastre, seigneur de La Bâtie, à Pierre de Chomélix, bourgeois drapier du Puy, de rentes diverses à prendre dans le mandement du château de La Bâtie pour 700 livres tournois (ADHL G 8 f° LXXXII).

1121494 : vente d’une prise d’eau sur le Doux à Labatie (- d’Andaure). Acte passé in Bastide in aula bassa castri dicti loci (ADA 1 J 270).

113Le bourg actuel de Labatie-d’Andaure est établi sur un éperon rocheux orienté sud-ouest/nord-est dominant un méandre du Doux. La topographie générale du site évoque indéniablement une origine castrale. Un ensemble de parcelles sur le cadastre napoléonien correspondant au point le plus haute du site et formant un espace subcirculaire isolé pourrait correspondre à l’emplacement du château primitif, un petit bourg castral avec son église s’étant développé sur les pentes situées en dessous. Toutefois, du premier château de La Bâtie et d’une éventuelle enceinte villageoise ne subsistent rien en élévation. Une maison forte de la fin du Moyen Âge visible à l’extrémité nord du village a, sans doute, pris le relais du château mentionné au XIIIesiècle. Il est peut-être possible d’y localiser l’aula bassa mentionnée à la fin du XVesiècle.

LA BÂTIE (de-Crussol)

114département : Ardèche ; canton : Saint-Péray ; commune : Champis ; toponyme actuel : « La Bâtie-de-Crussol » ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 510 m

1151230 (v-s) : Pierre de Crussol cède à Giraud Bastet tous ses droits, quels qu’ils soient, dans le castrum de Bastiis et dans son mandement. Guillaume, évêque de Valence, de la seigneurie de qui Pierre tenait le castrum et mandement de La Bâtie, confirme et approuve la donation faite à Giraud Bastet. Mais il réserve les droits de son église sur ce castrum que Giraud Bastet devra tenir de l’évêque de Valence et pour lequel il devra jurer fidélité (AN 265 AP 183 dossier n° 1 pièce n° 1).

1161270 : transaction entre Pons Bastet, seigneur de Crussol et de La Bâtie-de-Crussol, et ses vassaux de La Bâtie en raison du droit de mutation de seigneur et de vassal et de la taille (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 22 r°).

1171283 : Giraud Bastet, seigneur de Crussol, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour La Bâtie (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum, lib. III, p. 140).

1181284 : accord entre Giraud Bastet, seigneur de Crussol, et Amphélise, veuve de Pierre de Geys, à propos de droits situés dans la villa de Saint-Didier, entre Boffres et le castrum de Bastidis. Acte passé au castrum de Bastidis (AN 265 AP 183 dossier 1 n° 3).

1191288 : Falcon d’Etoile, chanoine de Saint-Ruf, agissant pour Hugues de Crussol, vend à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, tous les biens et droits que possédait Hugues de Crussol dans les castrum, mandamentum et territorium de Bastidis au prix de 10 livres viennoises (AN 265 AP 183 dossier 1 n° 4).

1201297 : accord entre Roger d’Anduze, seigneur des castra de La Voulte et de Boffres, et Giraud Bastet, seigneur des castra de Crussol, La Bâtie et Toulaud, au sujet des limites des mandements de Boffres, Crussol, La Bâtie et Toulaud (ADR EP 121 liasse 4 n° 7).

1211317 : reconnaissance faite à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, par Hugues de Pierregourde pour ce qu’il tient de lui dans les mandements de Crussol, Toulaud, La Bâtie, Charmes et Soyons (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 7 v°).

1221330 : les habitants du mandement de La Bâtie reconnaissent être les hommes liges du seigneur de Crussol et devoir lui payer le vingtain des blés et du vin (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 15 v°).

1231429 : mention d’une maison sise à La Bâtie subtus portale, confrontant cum fossato antiquo dicti loci (ADD E 2666 f° 46 r°).

124La Bâtie-de-Crussol occupe une petite éminence sur le plateau de Vernoux. Le site prend l’aspect d’une enceinte grossièrement circulaire, d’un diamètre maximal de 80 m. Le mur d’enceinte, dont le tracé est extrêmement net sur le cadastre napoléonien, apparaît largement réemployé dans les façades d’un certain nombre de maisons du bourg. Les vestiges de deux tours circulaires cantonnent encore l’enceinte, qui était renforcée par un fossé aujourd’hui comblé. Le parcellaire du XIXesiècle suggère la présence d’une basse-cour ovalaire au sud. Si celle-ci a bien existé, l’enceinte circulaire évoquée ci-dessus pourrait correspondre au château stricto sensu du castrum de La Bâtie. Castrum qui, par ailleurs, ne possédait aucun lieu de culte.

LE BÉAGE

125département : Ardèche ; canton : Montpezat-sous-Beauzon ; commune : Le Béage ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1110 m

Le Béage - Vue de l’éperon barré portant les vestiges du château au-dessus de la Veyradeyre.

Le Béage - Vue de l’éperon barré portant les vestiges du château au-dessus de la Veyradeyre.

126998-1014 : Etienne, miles de castro Bisatico, donne à l’abbaye de Saint-Chaffre un manse dans la villa de Fugères en Velay (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCV).

1271190 : Pons de Solignac et Raymond, son frère, approuvent la vente faite par Hugues de Contagnet au profit de la chartreuse de Bonnefoy et se déclarent fidéjusseurs. Acte passé au Béage (Cartulaire de Bonnefoy n° 142).

128Circa 1198-1215 : mention du mandement du Béage (Cartulaire de Bonnefoy n° 164).

1291222 : Guillaume de Solignac, seigneur del Bizatges, confirme la donation faite à la chartreuse de Bonnefoy par Pierre de Solignac et reconnaît avoir reçu pour prix de cette confirmation 10 livres du Puy (Cartulaire de Bonnefoy n° 47).

1301227 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, promet à Louis IX, roi de France, de lui rendre le château du Béage toutes les fois qu’il en sera requis et tant qu’il le tiendra (Table chronologique p. 298).

1311249 : Pierre Itier, seigneur de Géorand, vend à l’abbaye de Mazan des droits et biens contenus dans les limites suivantes : a ruppe que est ad sumos inferiores de Campis Bonis de Leger et Campi Boni de Leger debent intrare per unam combam et ascendere retro cazale d’Uscladas et venire ad pretorium d’Uscladas et a pretorio dicto d’Uscladas adcendunt rectam stratam versus castrum de Bidatgio usque ad locum ubi est vadum aque que nominatur Tauro (ADA 3 H 1 f° 208 r°-v°).

1321251 : hommage par Philippa, comtesse de Valentinois, à Aymar III de Poitiers, comte de Valentinois, son petit-fils, pour divers châteaux vivarois dont celui du Béage (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 16 v°).

1331251 : hommage d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à l’évêque du Puy, pour divers châteaux dont celui du Béage. Hommage renouvelé en 1276, 1291, 1311 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 198, 199).

1341255 : inventaire de la succession de Béraud du Béage en présence de divers témoins. Béraud laisse notamment la moitié du castrum et du mandement du Béage, tenus du roi de France (Layettes du Trésor des Chartes, t. III, n° 4185).

1351256 (v-s) : l’évêque du Puy promet au sénéchal de Beaucaire et de Nîmes de rendre au roi de France le castrum du Béage quand il en sera requis. Le chapitre de l’Église cathédrale du Puy promet de même de rendre au roi de France le castrum du Béage quand il en sera requis (Preuves de la maison de Polignac, t. I, n° 139).

1361257 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, promet au roi de France de lui rendre le castrum du Béage toutes les fois qu’il en sera requis, tant que lui, les enfants de Béraud du Béage ou ceux de Guillaume de Solignac, ou d’autres en son nom, tiendront ce castrum (Histoire généalogique des comtes de Valentinois et de Diois, preuves, p. 9).

1371264 : hommage et reconnaissance en fief rendable passés par Guillaume de Solignac, dominus in parte du Béage, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour tous ses droits et biens in castro, burgo, mandamento seu tenemento du Béage (ADI B 3894).

1381279 : accord entre Guillaume de Solignac et Pons du Béage, seigneurs du castrum du Béage, d’une part, le prieur et les moines de Bonnefoy, d’autre part, à propos de leurs droits respectifs de justice et de ban sur divers terroirs du mandement du Béage (ADA 4 H 9).

1391283 : différend entre l’abbé de Mazan, d’une part, Guillaume de Solignac et Béraud du Béage, seigneurs du castrum du Béage, d’autre part, au sujet notamment des pâturages du terroir de Tauron et des Vigarias, situés dans le mandement du château du Béage (ADA 3 H 1 f i 61 v°-63 v°).

1401312 : transaction sur les limites des mandements du Béage et de Contagnet entre Béraud du Béage et Guillaume de Solignac, coseigneurs du castrum et du mandement du Béage, d’une part, et Guillaume de Tournon, seigneur de Contagnet (ADA 4 H 8).

1411321 (v-s) : Pons de Asticiis, procureur de Guillaume de Solignac, seigneur du castrum de Bidagiis, dit ne rien tenir du roi (BMN Ms 455 f° 20 r° n° 115).

1421442 : « Hélix de Vandac, dame du Béage, confirme le don fait par ses prédécesseurs aux chartreux de Bonnefoy, d’une tour au château du Béage appelée « Le grenier de Bonnefoy » pour s’y réfugier en temps de guerre et y transporter leurs meubles et autres effets, avec licence d’y faire des portes, fenêtres, cheminée et autres choses nécessaires » (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. III, p. 87).

143De part et d’autre des gorges encaissées de la Veyradeyre se font face le village du Béage, groupé autour de l’église paroissiale dédiée à la Vierge (Registres de Nicolas IV n° 4984), et le site du Chastelas.

  • 15 Le père Teyssier, de Sainte-Eulalie, possédait dans ses collections de nombreux tessons de céramiqu (...)

144Celui-ci occupe l’extrémité orientale d’un étroit éperon rocheux se détachant des falaises qui dominent de près de 50 m le ruisseau de la Veyradeyre. L’éperon rocheux est barré à l’ouest par un fossé creusé dans le substrat. Un mur d’enceinte, encore partiellement conservé à l’ouest, paraît avoir enserré la plate-forme sommitale de l’éperon. Sur celle-ci sont encore visibles les ruines très dégradées de plusieurs bâtiments bâtis en moellons de granit liés au mortier de chaux ainsi que de nombreux blocs épars bien équarris dont des blocs de tuf volcanique, généralement utilisés sur les sites de ce secteur pour les encadrements d’ouverture15. Parmi ces bâtiments, sur le point le plus haut du site, on peut identifier les vestiges d’un petit donjon quadrangulaire. Sur les pentes méridionales et orientales de l’éperon portant le château, on remarque la présence de divers aménagements d’origine anthropique dont de petites terrasses ayant pu porter des constructions ainsi que, surtout, d’imposants aménagements rupestres. Une vaste case-encoche, vestige d’un bâtiment en partie encastré dans le rocher, se distingue très nettement. Les maçonneries du bâtiment ont disparu mais ils subsistent encore une large paroi rocheuse plane, présentant en son centre ce qui pourrait être le négatif d’une cheminée, et l’amorce de deux parois perpendiculaires ayant formé les murs latéraux de la construction. Il pourrait s’agir de l’aula du castrum mentionnée au XVesiècle (ADA 2 E 5287 f° 42 v°).

145Enfin, un petit bourg castral semble s’être développé sous le château comme l’indique la mention du burgus du Béage en 1264. Par ailleurs, une domus est mentionnée dans le castrum du Béage en 1459 (ADA 2 E 5287 f° 40 v°) et, lors de l’estimation de 1464, un certain Johannes del Ichalier reconnaît tenir quadam alia domo scituata in castro de Bidatgio coperta de lauza... (ADA C 616 f° 11 v°).

BEAUCHASTEL

146département : Ardèche ; canton : La Voulte-sur-Rhône ; commune : Beauchastel ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 110 m

Beauchastel - Les vestiges du donjon du XIIesiècle au sommet du village.

Beauchastel - Les vestiges du donjon du XIIe siècle au sommet du village.

1471158 : Raymond de Beauchastel figure parmi les chanoines du chapitre cathédral de Valence (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° XXXII).

1481179 (v-s) : Odon, évêque de Valence, donne à l’Église de Valence le dominium du castrum et du mandement de Bellum Castellum. L’évêque réserve toutefois l’usufruit de ce castrum à son neveu Odon de Retourtour et à ses héritiers, à charge pour eux de tenir Beauchastel en fief rendable de l’Église de Valence (Histoire généalogique de la maison de Beaumont en Dauphiné, t. II, p. 8).

1491224 : Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, et son fils Guillaume reconnaissent tenir Beauchastel en fief rendable de l’Église de Valence (Regeste Dauphinois, t. II, n° 6746).

1501235 (v-s) : Armand de Retourtour et ses fils, Maurice et Briand, échangent avec Giraud Bastet, seigneur de Crussol, tout ce qu’ils possèdent, notamment à Cornas et à Soyons, contre trois parts du castrum et du mandement de Beauchastel achetées par Giraud Bastet à Jocerand Pilosi et sa femme pour 4000 sous (AN 265 AP 184 dossier 1 n° 2).

1511244 (v-s) : compromis entre Philippe de Savoie, évêque de Valence, et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois. L’évêque de Valence réclame notamment la restitution de divers castra dont Gluiras, Beauchastel et Saint-Marcel que le comte avait saisi au détriment de l’Église de Valence et pour lesquels il ne rendait pas hommage. Les arbitres décident que le comte de Valentinois devra tenir Gluiras, Saint-Marcel et Beauchastel en fief de l’évêque de Valence (ADI B 3521).

1521247 : testament d’Armand de Retourtour. Son fils Maurice reçoit notamment Bellum Castrum et tout ce que possède Armand dans le castrum de Retourtour (ADA 1 E 1583).

1531289 (v-s) : Odon et Armand de Retourtour, seigneurs de Beauchastel, frères, donnent à Aymar de Poitiers tout ce qu’ils avaient acquis de Béraud de Bouzols au lieu appelé del Bozat situé sur le chemin public entre les Nonières et Saint-Agrève (ADI B 3546).

1541299 : Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir de Guillaume de Roussillon, évêque de Valence, le château de Beauchastel (ADI B 3556).

1551302 : procuration passée par Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, à Guillaume Crespin, châtelain de Sauzet, pour aller réclamer à Armand de Retourtour, seigneur de Beauchastel, trois bourgeois de Valence, arrêtés par son fils Briand et enfermés dans le château de Beauchastel (ADI B 3559).

1561310 : testament d’Armand, seigneur de Retourtour et de Beauchastel. Il émancipe son fils aîné Odon et lui donne notamment son château de Beauchastel (ADA 1 E 1583).

  • 16 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIesiècle p. 96 (article Beauchastel) :... (...)

157Le donjon et le bourg castral de Beauchastel sont établis sur une étroite avancée dominant le lit majeur de l’Eyrieux, à environ 2 km en amont de son confluent avec le Rhône. Les ruines, aujourd’hui isolées, d’un donjon de plan carré dominent le vieux village de Beauchastel. Le bâtiment ne présente pas d’ouverture visible et les étages paraissent avoir été uniquement planchéiés : il peut être daté du XIIesiècle. Rien n’est visible de l’enceinte ou des bâtiments qui devaient accompagner la tour. Au tout début du XVIIesiècle, le château de Beauchastel est déjà décrit comme ruiné16. La partie haute du bourg actuel de Beauchastel, qui compte encore de nombreux éléments de la fin du Moyen Âge ou de l’Époque Moderne, en place ou en réemploi, correspond au bourg castral médiéval ; celui-ci était protégé par une enceinte. Le castrum de Beauchastel possédait un lieu de culte ; il est attesté dans le compte de décimes de 1275 (Compte de décimes de 1275 p. 402) et dans la taxe de la décime du XIVesiècle (Taxe de la décime du XIVesiècle p. 414).

BEAUDINER

158département : Ardèche ; canton : Saint-Agrève ; commune : Saint-André-en-Vivarais ; toponyme actuel : « Beaudinet » ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 1050 m

1591030 : Guido donne à l’abbaye de Saint-Chaffre un manse situé in arce de Beldinar, dans la villa appelée Mercorio (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLIV).

1601128-1144 : Hugues Rigaud et Guilhem Salomon, frères du Temple, achètent à Etienne Pezugie et Guilhem Multe les grottes d’Aiguilhe au Puy. Parmi les témoins : Artaud de Beaudiner (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° LI).

1611187 : Guillaume de Beaudiner passe un accord avec le prieur de la chartreuse de Bonnefoy à propos des terres qu’il possède dans le mandement de Fourchades et dans les limites de la chartreuse. Guillaume renonce à ses droits moyennant 300 sous qui lui sont payés in castello de Beldisnar (Cartulaire de Bonnefoy n° 54).

1621238 : Guillaume, seigneur de Beaudiner, rend hommage, avec Philippa, comtesse de Valentinois, à l’évêque du Puy pour le château de Beaudiner (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46).

1631267 : Beaudiner figure dans la bulle de Clément IV confirmant les possessions de l’Église du Puy (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1641268 : Aymar de Beaudiner rend hommage à l’évêque du Puy pour le château et le mandement de Beaudiner (Gallia christiana, t. II, instr. col. 236).

1651293 : contrat de mariage entre Guillaume de Poitiers, seigneur de Fay, et Luce de Beaudiner, fille de feu Guillaume, seigneur de Beaudiner. Elle reçoit en dot toute la succession de Guillaume de Beaudiner (ADL, Fonds Chaleyer, Ms 1555 n° CXXII).

1661311 : Guillaume de Poitiers rend hommage, au nom de sa femme Luce de Beaudiner, à l’évêque du Puy pour le château de Beaudiner et son mandement. Hommage renouvelé en 1315, 1319 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 46, 180, 181, 199).

  • 17 Beaudiner prend en général dans les textes médiévaux les formes suivantes : Beldinar, Beaudinar, Be (...)

167Les vestiges du château de Beaudiner se dressent à environ 1,8 km au sud-ouest du village de Saint-André-en-Vivarais, aux confins du Vivarais et du Velay17. Ils occupent au-dessus de la ferme de Beaudiner l’extrémité d’un éperon rocheux dominant au sud le ruisseau des Effangeas, au nord le ruisseau de Gambonnet et à l’est la vallée du Doux. Malgré l’importance du lieu à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne - le château de Beaudiner joue encore un rôle de premier plan lors des Guerres de Religion du XVIesiècle (Mazon 1901-1904, t. 2, p. 204-205) - il ne subsiste plus de celui-ci que quelques vagues pierriers.

168En 1275, l’église Sanctus Andree (sic) de Beldisnar doit 15 sous au titre de la décime (Compte de décimes de 1275 p. 403) et, au XIVesiècle, le capellanus de Bello Prandio doit, au même titre, 7 livres (Taxe de la décime du XIVesiècle p. 414). Mais on ne sait s’il est fait référence là à une église associée au château de Beaudiner ou, plus sûrement, à l’église voisine de Saint-André-des-Effangeas.

BEAUMONT

169département : Ardèche ; canton : Valgorge ; commune : Beaumont ; toponyme actuel : « La Croix de la Tourasse » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 670 m

1701214 : Pierre Bermond de Sauve et son frère Bermond abandonnent à Burnon, évêque de Viviers, 13000 sous qui leur étaient dus pour la bastide de Fanjau. L’acte est passé à Largentière ; parmi les témoins figure Pons de Beaumont (Mazon 1904 p. 46-47).

1711250 : Guigue de Châteauneuf confirme les privilèges accordés par ses prédécesseurs à la communauté des habitants du castrum et du mandement de Joyeuse. L’acte est passé à Joyeuse ; parmi les témoins figure Guillaume de Beaumont (ADA 1 J 152 p. 70-72).

1721258 : accord entre le précepteur de Saint-Jean-de-Trignan et Pons de Beaumont, seigneur de Beaumont, à propos du vingtain, du charniagio et de la justice du manse de Cuseto situé dans le tènement du castrum de Beaumont (ADBdR 56 H 4608).

1731289 : accord entre Pons de Beaumont, seigneur du castrum de Beaumont, et Pons de Joannas, seigneur pour partie du château de Joannas, à propos des biens que tenait Etienne de Engeria dans les paroisses de Joannas, Rocles et Saint-Martin de Valgorge (ADA 1 E 151).

174Les vestiges du château de Beaumont occupent un pointement rocheux à 500 m au sud-ouest du bourg actuel de Beaumont, à l’extrémité sud d’une étroite serre rocheuse dominant le village. Le site prend l’aspect d’une motte d’éperon totalement aménagée dans un affleurement du substrat. Un fossé très net fait encore le tour du tertre, sauf au nord-est où il est protégé par un à-pic. Un bloc de maçonnerie liée au mortier de chaux est visible sur les pentes. À la fin du XVIIIesiècle, il y avait encore une tour en ruine sur le tertre (Mazon 1878 p. 331). Aucun bourg castral n’est visible. Le castrum de Beaumont et son terroir relevaient pour l’essentiel de la paroisse de Sainte-Marie de Chabreilles (Visite des paroisses du Bas-Vivarais en 1501).

BEC-DE-JUN

175département : Ardèche ; canton : Joyeuse ; commune : Beaulieu ; diocèse médiéval : Uzès ; altitude : env. 250 m

Bec-de-Jun - Vue du rocher ayant porté le château et, en contrebas, des vestiges du bourg castral.

Bec-de-Jun - Vue du rocher ayant porté le château et, en contrebas, des vestiges du bourg castral.

1761147 (v-s) : Pons de Berrias donne à la maison du Temple de Jalès la dîme qu’il percevait sur la domus de Jalès. Parmi les témoins : Pierre de Bec-de-Jun (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° CCCXXV).

1771211 : Philippe Auguste confirme à l’Église d’Uzès la possession de divers castra dont celui de Bedejuno (Recueil des actes de Philippe Auguste, t. III, n° 1179).

1781211 (v-s) : Arnaude et Barjie (sic), filles d’Arnaud de Rochegude, reprennent en fief de l’évêque d’Uzès tout ce qu’elles possèdent dans les châteaux (lire castra) de Barjac, Bec-de-Jun et Ferreirolles (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 613).

1791217 (v-s) : Guillaume de Cornillon concède à la maison du Temple de Jalès tout le dominium et tous les droits attachés à la domus de Bec-de-Jun, que Pierre de Monastier et sa femme ont donné aux Templiers. Il reçoit 30 sous raymondins (ADBdR 56 H 5231).

1801237 (v-s) : Pons de Cornillon vend à la maison du Temple de Jalès tous les pâturages qu’il possédait dans le mandement de Bec-de-Jun pour 300 sous (ADBdR 56 H 5231).

1811240 : Poncia, veuve de Pierre Chalvet, et ses enfants vendent au précepteur de Jalès la moitié d’un manse dans la paroisse de Berrias ainsi que toutes les terres qu’ils tenaient de la directe des Templiers de Jalès depuis le castrum de Banne jusqu’au Chassezac, du castrum de Bec-de-Jun jusqu’au Chassezac et du castrum de Grospierres jusqu’au Chassezac, pour la somme de 66 sous (ADBdR 56 H 19 p. 32).

1821248 : Guillaume de Cornillon vend à la maison du Temple de Jalès ces droits sur divers manses dans les paroisses de Beaulieu et de Vagnas. Acte passé dans le castrum de Bec-de-Jun devant la porte de l’église Saint-Jacques (ADBdR 56 H 5231).

1831252 : Pons de Barjac rend hommage à l’évêque d’Uzès pour la 12ème part des châteaux (lire castra) de Banne et de Bec-de-Jun avec tout ce qu’il possède dans ces châteaux et hors de ces châteaux (Inventaire des archives de l’évêché d’Uzès en 1578 n° 180).

1841270 : accord entre le précepteur de la commanderie de Jalès, d’une part, le seigneur et la communauté des habitants de Bec-de-Jun, d’autre part, au sujet des limites de leurs terroirs et du droit de dépaissance (Petites annales de la commanderie de Jalès n° 33).

1851273 : hommage au roi de France, Philippe III, pour Banne, Naves et Bec-de-Jun par Olivier d’Aigaliers, Raymond de Laurac, Bernard d’Aigremont, Foulque de Chassagnes, Pierre de Cornillon (ADH ancien B 8 f i 157 v°, 160 v°, 161 v°).

186Les rares vestiges du château de Bec-de-Jun occupent un pointement rocheux sur les contreforts occidentaux de la montagne de la Serre à 2,5 km à l’est du village de Beaulieu. On remarque au sommet de ce relief escarpé la présence de quelques affleurements de maçonneries ; ceux-ci sont difficilement identifiables en l’état, même si le tracé d’une enceinte paraît pouvoir se dégager. Immédiatement en contrebas du rocher ayant porté le château, sur les pentes que dominait celui-ci, quelques maisons en ruine du castrum sont encore visibles. Comme souvent l’habitat est peu à peu descendu sur la pente : le hameau actuel de Bec-de-Jun représentant l’ultime avatar du bourg castral. Ce dernier possédait une église dédiée à Saint-Jacques, attestée dès avant le milieu du XIIIesiècle ; son emplacement précis reste à déterminer.

BIDON

187département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Bidon ; toponyme actuel : « Rocher de Dona Vierna » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 120 m

1881250 : mention de la turrim villæ de Bidon dans une transaction entre Guillaume de Naves, sa femme Vierne de Balazuc et Guillaume de Balazuc, son fils, d’une part, et les coseigneurs de Saint-Marcel-d’Ardèche, d’autre part (ADA E dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, AA 4).

1891261 : transaction entre Vierne de Balazuc, Guillaume de Balazuc, son fils, et le précepteur de l’Hôpital de Saint-Jean-de-Trignan, à propos de leurs droits respectifs de justice dans le castrum de Bidon (ADBdR 56 H 4574).

1901266 : sentence arbitrale entre le précepteur de l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan et Aldebert de Gras à propos du terroir de Laoul. Acte passé in mandamento Bidonis dans le jardin de Guillaume Vasienis (ADBdR 56 H 4570).

1911277-1278 : « Livre des hommages de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire ». Guillaume de Balazuc doit l’hommage au roi de France pour Balazuc, Bidon et Gras (ADG A 3 p. 2636 sq).

1921284 (v-s) : transaction entre le précepteur de l’Hôpital Saint-Jean de Trignan et Pictavine de Châteauneuf, domina des castra de Saint-Remèze et de Bidon, à propos des droits de justice que le précepteur de Trignan prétendait avoir dans le castrum et le mandement de Bidon. Il est convenu que celui-ci aura le droit de ban ainsi que la haute et basse justice dans les terres appartenant aux Hospitaliers. En conséquence de quoi le précepteur de Trignan prête hommage à Pictavine de Châteauneuf pour la haute et basse justice du terroir de Bidon (ADBdR 56 H 4574).

1931287 (v-s) : Martin de Olleta vend à l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan tout ce qu’il possédait dans le tènement et le mandement de Bidon (ADBdR 56 H 4575).

1941300 (v-s) : Philippe de Costa Plana, habitant du castrum de Bidon, rend hommage lige au précepteur de l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan (ADBdR 56 H 4574).

195Le site du castrum de Bidon occupe une étroite échine rocheuse surplombant les gorges de l’Ardèche, quelques kilomètres en amont du débouché de celle-ci dans la vallée du Rhône. Le village actuel de Bidon est établi, lui, à environ 4,5 km au nord-ouest de ces ruines sur le plateau des Gras. Le castrum est constitué d’une succession de bâtiments ruinés construits en enfilade dans l’axe de l’éperon et qui se répartissent de part et d’autre d’un petit fossé réutilisant un ensellement naturel. Une courtine, encore très partiellement conservée, ceinturait l’ensemble. À l’extrémité orientale de l’éperon, on peut reconnaître les vestiges très arasés d’un petit donjon quadrangulaire. Tous les bâtiments sont construits en petit appareil de moellons de calcaire liés au mortier de chaux. Le site évoque, par sa topographie et son architecture, les XIe-XIIIesiècles.

BOFFRES

196département : Ardèche ; canton : Vernoux-en-Vivarais ; commune : Boffres ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 680 m

1971160 : Galbert de Balfres est garant d’une transaction passée entre Giraud Bastet, seigneur de Crussol, et les chanoines de Saint-Pierre du Bourg-lès-Valence (Cartulaire de Saint-Pierre du Bourg n° III).

1981176 : P[ ?]. de Boffres assiste à la donation faite par Guielinus de Chabeuil à la maison du Temple de Valence (ADBdR 56 H 5320).

1991188 (v-s) : Guillaume de Beaudiner, avec le consentement de sa femme Reynaude, donne à la maison du Temple de Valence la cabannaria de las Privas et la cabannaria de las Calonias, situées dans le mandement du castrum de Balfre, plus le droit de pâturage dans toutes ses terres. Il reçoit pour cela des Templiers 8 livres valentinoises (ADBdR 56 H 5320).

2001230 : contrat de mariage entre Béatrice, fille aînée de Guillaume de Beaudiner, et Silvion, fils aîné de Roger de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun. L’acte détail la dot mais en excepte le castrum de Boffres et son mandement (ADI B 3520).

Boffres - L’église Sainte-Croix et la tour en fer à cheval de l’enceinte du château.

Boffres - L’église Sainte-Croix et la tour en fer à cheval de l’enceinte du château.

2011238 : Pons de Chapteuil vend à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, 1/6e du château et du mandement de Boffres (AN 265 AP 183 dossier 1 n° 2).

2021253 : Giraud Bastet, seigneur de Crussol, rachète à frère Raymond Séguier, précepteur du Temple de Valence, la troisième partie de Boffres (AN 265 AP 179 dossier 3 f° 22 r°).

2031264 : Drodon de Saint-Romain, chanoine de Valence, et Jarenton de Saint-Romain, son frère, vendent à Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, le castrum de Boffres cum fortalicio et turri, à l’exception du tiers de cette tour et des melioramentum qu’eux ou leurs prédécesseurs avaient apporté à cette tour. Ils vendent également le mandement et tout ce qu’ils avaient dans le mandamentum seu territorium ejusdem castri en terres incultes ou cultivées, avec les hommes et les hommages, les eaux stagnantes et courantes, et tous les droits et usages divers dont le vingtain (Document vivarois, b, p. 169-170).

2041283 : Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour le castrum Balfredi (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum, lib. III, p. 140).

2051286 (v-s) : Poncet de Saint-Martin, de Toulaud, reconnaît tenir de Giraud Bastet, seigneur de Crussol, ce qu’il a dans le castrum et le mandement de Balfredo (AN 265 AP 177 dossier 10 n° 128).

2061293 (v-s) : lettre de Philippe IV, roi de France, au sénéchal de Beaucaire, lui confiant l’examen de la cause pendante entre l’évêque de Valence, Roger d’Anduze et le procureur du roi au sujet des castra de Boffres et La Voulte (Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, t. I, preuve n° XC).

2071295 : requête de Roger d’Anduze, seigneur de La Voulte, auprès du sénéchal de Beaucaire et de Nîmes pour être réintégré dans son château de Boffres mis entre les mains de l’évêque de Valence par une lettre du roi (AN K 1175 n° 14).

2081297 : accord entre Roger d’Anduze, seigneur des castra de La Voulte et de Boffres, et Giraud Bastet, seigneur des castra de Crussol, La Bâtie et Toulaud au sujet des limites des mandements de Boffres, Crussol, La Bâtie et Toulaud (AN 265 AP 178 dossier 1 n° 148).

2091303 : appel par le procureur de Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, de la saisie faite par les officiers du roi des châteaux de Boffres, La Voulte et Chomérac (AN K 1175 n° 16).

2101311 (v-s) : hommage rendu à Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte, par Hugonet de Pierregourde pour le castrum de Pierregourde et ses dépendances. Acte passé à Boffres in domo nova fortalicii dicti castri (ADR EP 119 n° 3).

2111317 : à la suite d’un désaccord sur les limites des terroirs et mandements de Boffres et de Chalencon, Aymar de Poitiers, comte de Valentinois et de Diois, et Bermond d’Anduze, seigneur de La Voulte et de Boffres, décident de passer un accord par l’intermédiaire d’arbitres qui, ayant examiné l’affaire, donnent les limites des mandements de Boffres et de Chalencon, ensuite édictées dans l’acte (Document vivarois, a).

  • 18 Le château de Boffres est déjà complètement ruiné au XVIIIesiècle :... A la masure ou ancien châtea (...)

212Le château et le bourg castral de Boffres sont établis sur le rebord d’un plateau dominant la vallée du Duzon. Le sommet du relief est occupé par le château. Celui-ci comprend une vaste enceinte polygonale, relativement bien conservée et percée de nombreuses ouvertures de tir. À l’est, une massive tour en fer à cheval flanque la courtine. Dans l’angle nord-ouest de l’enceinte, on remarque un petit donjon quadrangulaire du XIIe ou du XIIIesiècle, dont seule subsiste la bassefosse encore partiellement voûtée en berceau. Par ailleurs, à l’intérieur de l’espace ménagé par l’enceinte, on note la présence d’une citerne et d’arases de maçonnerie appartenant à des bâtiments du château aujourd’hui détruits18.

213Sur les pentes que domine le château s’est développé, à l’est et en étages, un bourg castral peut-être enclos dans une enceinte. Une église, dédiée à la Sainte-Croix, en partie romane (chevet), est établie dans l’angle nord-est du castrum, mais en dehors de l’enceinte du château. Cette chapelle est devenue église paroissiale au XVIIIesiècle ; les églises paroissiales étaient auparavant Saint-Sixte et Saint-Michel-des-Vernes, situées à quelques kilomètres du bourg castral.

BONNEGARDE

214département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Largentière ; diocèse médiéval : Viviers ; toponyme actuel : non identifié

2151214 : Pierre Bermond de Sauve et son frère Bermond abandonnent à Burnon, évêque de Viviers, 13000 sous qui leur étaient dus pour la bastide de Fanjau, construite du temps de l’évêque Nicolas, ainsi que tous leurs droits et toutes leurs prétentions sur la bastide appelée Bonnegarde que l’évêque a construit à Largentière. Ils jurent de ne jamais inquiéter l’évêque de Viviers et ses successeurs à propos de ces bastides (Mazon 1904 p. 46-47).

2161229 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, abandonne à Bermond, évêque de Viviers, tous ses droits et actiones sur la bastide ou château de Bonnegarde à Largentière, château qu’il reconnaît appartenir de droit à l’Église de Viviers. Il fait cette reconnaissance pour toute bastide ou château quelconque, bâti ou à bâtir par l’Église de Viviers dans tout le tènement de Largentière (Mazon 1904 p. 57-59).

  • 19 Cf. notamment la mention du château de Largentière en 1198, Roche 1894 P.-J. n° XVI.

217Le château de Bonnegarde, situé dans le bassin de Largentière, n’est pas localisé avec certitude. Il s’agit peut-être du château que construit l’évêque de Viviers après l’accord passé en 1210 à Pont-Saint-Esprit avec le comte de Toulouse Raymond VI dans le contexte du conflit opposant le comte, l’évêque et les autres ayants droit (dont les seigneurs d’Anduze et les comtes de Valentinois) des mines de plomb argentifère de Largentière depuis le dernier quart du XIIesiècle (Laffont 1998a, t. I, p. 262-266). La bastide de Bonnegarde répondait ainsi au château de Fanjau construit peu avant par le comte de Toulouse sur une des collines dominant le district minier de Largentière. Une identification de Bonnegarde avec le château de Largentière a pu être envisagée par certains auteurs, mais dans ce cas il n’y aurait pas concordance entre les documents disponibles pour Largentière et Bonnegarde19.

BORNE

218département : Ardèche ; canton : Saint-Etienne-de-Lugdarès ; commune : Borne ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 920 m

2191153 : Guillaume de Borne concède le lieu des Chambons afin qu’il y soit fondé une abbaye. Acte passé à Borne, in nostro castello (Histoire générale de Languedoc, t. V, preuve n° 597).

2201242 : hommage par Gaucelin de Borne au sénéchal de Beaucaire, au nom du roi de France, pour la moitié du château et du terroir de Borne (ADG A 1 p. 1026).

2211244 : Guillaume de Borne reconnaît tenir en fief de Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc, la moitié du castrum et du mandement de Borne ainsi que la moitié de la turris edificate (ADLZ 3 J 6).

2221245 : Gaucelin et Garin, seigneurs de Borne, frères, reconnaissent devant Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc, que leur père et ses prédécesseurs tenaient en fief de Bernard d’Anduze et de ses prédécesseurs et qu’eux tiennent de Randon de Châteauneuf et de ses successeurs le castrum novum de Borne cum omnibus fortiis avec tous ses droits et dépendances ainsi que le mandement de Borne avec toute la justice et le dominium. Ils reconnaissent aussi tenir de Randon de Châteauneuf les péages et stratas du castrum et mandement de Borne (ADLZ 3 J 6).

2231247 : hommage rendu par Guillaume de Borne, fils de Guigue, à Randon de Châteauneuf, seigneur de Luc, pour tout ce qu’il avait à raison du château et du mandement de Borne (ADLZ 6 J 1 f° 89 v°).

2241253-1254 : à la requête de Randon de Châteauneuf, prétendant avoir été spolié du castrum de Borne par Gaucelin et Guigue de Borne, le sénéchal de Beaucaire convoque les parties aux Vans le 6 des nones de mars 1253. Devant le juge et lieutenant du sénéchal comparaît un messager pour informer le sénéchal que Gaucelin et Guigue de Borne ne pourront comparaître à ce jour. Le même jour comparaît Randon de Châteauneuf : celui-ci déclare qu’il tenait le castrum de Borne en fief du roi et que Gaucelin et Guigue de Borne ont envahi en armes ce castrum et l’on soustrait à Randon. Randon de Châteauneuf demande au sénéchal de Beaucaire et à ses lieutenants de lui faire restituer le castrum de Borne. La sentence est rendue sur la place du castrum de Barjac le mardi avant la Pentecôte 1254. Randon de Châteauneuf devra être remis en possession du castrum de Borne ; Gaucelin et Guigue de Borne qui ne se sont pas présentés et n’ont pas envoyé de procureur seront jugés par contumace. Gaucelin et Guigue de Borne n’ayant pas cédé, les troupes de Randon de Châteauneuf et les troupes royales reprennent de force le castrum de Borne (ADLZ 3 J 6 et BMAv Ms 1382 f° 233 v°).

2251277 : Pierre de Borne, fils de Gaucelin de Borne, reconnaît, comme ses prédécesseurs avant lui, tenir de Guillaume de Randon, seigneur de Luc, tout ce qu’il possédait dans le mandement du castrum de Borne (ADLZ 3 J 1).

2261301 : Pierre de Borne reconnaît tenir en fief du roi, représenté par le bailli du Vivarais et du Valentinois, et de l’abbaye des Chambons tout ce qu’il possède dans le castrum de Borne (ADLZ 3 J 6).

2271320 : vente par Guillaume de Randon, seigneur de Luc, à l’abbaye des Chambons du château et du mandement de Borne avec tous ses droits au prix de 2100 livres tournois. Le mandement confronte d’une part le terroir de Saint-Laurent-les-Bains, le mandement du château de Paris et le terroir de Saint-Martin de Valgorge (Documents sur les Chambons p. 216-217).

2281321 : information faite par le bailli royal du Vivarais et de Valentinois à propos du château de Borne, appartenant au roi et vendu au monastère des Chambons par Guillaume de Randon (ADA 29 J 9).

2291322 : lettres de Charles IV, roi de France, au sénéchal de Beaucaire, pour s’enquérir de l’usurpation des droits du roi commise lors de la vente du château de Borne (ADG A 1 p. 951).

2301323 : transaction entre l’abbé des Chambons et le roi de France à la suite de la saisie du château de Borne par les officiers du roi. L’abbé considérait la saisie de la seigneurie de Borne comme injuste, disant avoir acheté de Guillaume de Randon le château de Borne et en avoir payé les lods au trésorier du Domaine. Les officiers du roi affirmaient, quant à eux, que Guillaume de Randon n’avait pas le droit de vendre cette seigneurie ; le roi Louis IX lui en ayant seulement donné la garde. La vente est donc considérée comme nulle. Il est convenu toutefois que tous les droits que l’abbé avait achetés de Guillaume de Randon seront communs entre le roi et l’abbé, chacun pour moitié, excepté ce qui était possédé avant cette acquisition par l’abbaye (ADG A 1 p. 1019).

2311328 : achat par l’abbaye des Chambons et le roi de France à Guigue et Pierre de Borne du droit de péage et de pulvérage qu’ils avaient au château de Borne (ADG A 1 p. 1023).

Borne - Vue du donjon et de l’aula du château avant restauration.

Borne - Vue du donjon et de l’aula du château avant restauration.

232Les vestiges du château de Borne occupent, dans un site remarquable, le flanc d’un pointement rocheux dominant une boucle du ruisseau de même nom.

233Le château semble se composer d’un haut donjon quadrangulaire remarquablement conservé, datable vraisemblablement du XIIesiècle, et d’un logis - sans doute l’aula - qui lui est immédiatement accolé. Le château a fait l’objet d’une importante campagne de restauration en 2002. Les ruines d’un petit bourg castral sont encore visibles au pied du donjon. À 500 m à l’est, se dresse le village de Borne, groupé autour de l’église Saint-Sauveur, sans doute d’origine altimédiévale. En 1212, Garin de Borne, Vierne, veuve de Guillaume de Borne, et les moines des Chambons passent un accord devant la porte de l’église de Borne (ADLZ 3 J 6).

BOULOGNE

234département : Ardèche ; canton : Vals-les-Bains ; commune : Saint-Michel-de-Boulogne ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 430 m ; protection Monuments Historiques : classement (château)

Boulogne - Le château au début du XXesiècle (carte postale, collection privée).

Boulogne - Le château au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).

2351070-1086 : Etienne Calcati, de Bolonia, donne le manse de Cabanis à l’abbaye de Saint-Chaffre (Cartulaire de Saint-Chaffre n° XLIX).

2361199 : Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, donne à l’abbaye des Chambons l’alleu et tous les droits qu’il possédait dans le terroir de Chancelanas ainsi que tous ses pâturages du Coiron. Acte passé à Boulogne (ADA 1 H 11).

2371239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra du Vivarais dont Boulogne (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

2381276 : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, d’une part, et Raymondet d’Ucel au sujet de l’héritage de Gilbert d’Ucel et spécialement de la villa de Saint-Andéol située dans le mandement du castrum de Boulogne (ADI B 3534).

2391280 : hommage d’Aymar de Poitiers au roi de France pour le château de Boulogne (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

2401288 : hommage prêté à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Brusul Cardinal, de Solignac, pour tout ce qu’il avait dans le castrum et le mandement de Boulogne (ADI 2632).

2411291 : transaction entre le prieur de Vesseaux et le comte de Valentinois au sujet de la juridiction de la villa et de la vallée de Vesseaux et des dépendances du prieuré dans le mandement de Boulogne. La justice de Vesseaux appartiendra au comte, comme celle des habitants du castrum de Boulogne. Le comte pourra y lever le ban même sur les vassaux du prieur et aura le droit de vingtain. Mais les confiscations seront partagées entre eux (ADI B 3896).

2421324 : Aymar de Poitiers donne à son fils Guichard le castrum de Boulogne (ADI B 3897).

2431384 : Raoul de Lestrange achète le château de Boulogne au comte de Valentinois (Lestrange 1912 p. 225-226).

244Au premier regard, les imposants vestiges du château de Boulogne paraissent appartenir pour l’essentiel à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne. Mais, sous ses dehors tardifs, Boulogne conserve encore un très bel ensemble des XIIe-XIIIesiècles, fossilisé par les importants réaménagements que connaît le site à partir des dernières années du XIVesiècle. Il faut en premier lieu noter que la topographie des lieux a été considérablement modifiée par les travaux de la fin du Moyen Âge et du XVIesiècle. À l’origine, le château de Boulogne se dressait, au confluent des ruisseaux de Fougerolles, de Rantiol et de la Boulogne, sur un pointement rocheux abrupt séparé du versant montagneux par un étroit fossé. La vaste plate-forme qui le porte aujourd’hui est largement artificielle et appartient aux derniers temps du site. Le premier château de Boulogne s’articule autour de cinq éléments : un donjon, une enceinte, un bâtiment résidentiel ou aula, une chapelle et un habitat villageois avec lequel il formait castrum.

  • 20 Il existe de nombreuses photographies du château de Boulogne à la fin du XIXesiècle ou au début du (...)

245Le donjon, qui présente trois états successifs, occupe le point culminant de la plate-forme castrale. À la fin du XIXesiècle, il en subsistait deux hauts pans de maçonnerie20. Aujourd’hui seule la base du donjon et sa face orientale sont encore intactes. Le plus ancien donjon de Boulogne n’est conservé que sur une hauteur limitée, puisqu’il a été arasé à 4,5 m de hauteur pour servir de base à un édifice postérieur. Néanmoins, les éléments subsistants permettent d’en cerner les caractéristiques principales. Cette tour présente un plan presque carré de 8 m x 9 m, pour une épaisseur de mur de 1,60 m. Sa maçonnerie est soignée : elle met en œuvre des moellons de grès bien équarris et bien assisés, les chaînages d’angle étant taillés en bossage. Seul le niveau inférieur de la tour est préservé : il est constitué d’une basse-fosse totalement aveugle, l’accès au bâtiment se faisant à un niveau supérieur. Au XIIIesiècle, le donjon primitif fait l’objet d’une réfection presque totale. Seule la base du vieux donjon est conservée, alors que les niveaux supérieurs sont intégralement rebâtis. Ce second donjon conserve donc un plan et des dimensions identiques à ceux du bâtiment qui l’a précédé. Les maçonneries mettent encore en œuvre des moellons de grès, mais l’appareil, plus petit, est de moins bonne qualité : les blocs sont moins bien équarris, sans bossage - même si par ailleurs quelques pierres à bossage du premier donjon sont remployées de manière éparse - et assisés plus sommairement. Cette nouvelle tour maîtresse, haute de près de 14 m, possède trois niveaux : une basse-fosse aveugle héritée de la première tour ; un étage voûté par lequel se fait l’accès au bâtiment ; une terrasse sommitale. Aucune disposition de défense active n’est visible et, à l’intérieur, l’édifice ne présente aucun aménagement de confort.

Boulogne - Essai de restitution du premier château de Boulogne, XIIe-XIIIesiècles.

Boulogne - Essai de restitution du premier château de Boulogne, XIIe-XIIIe siècles.

246C’est certainement l’enceinte et son état de conservation remarquable qui font tout l’intérêt du château de Boulogne pour l’étude des petites fortifications rurales des XIIe-XIIIesiècles. En effet, non seulement cette enceinte n’a pas été détruite lors des travaux de réfection postérieurs, mais elle a même été protégée par ces derniers qui l’ont fossilisée sur au moins trois côtés. Cette enceinte est constituée d’un simple quadrilatère de 27 m x 9,50 m, enserrant la plateforme rocheuse sur laquelle est établi le donjon. Elle se referme sur celui-ci qui en occupe l’angle nord-est, naturellement moins bien défendu en l’absence de relief marqué. Cette enceinte est, comme le premier donjon, édifiée en moellons de grès bien assisés. Encore conservée sur presque toute sa hauteur à l’est, et probablement au nord, soit environ 6 m, elle présente des aménagements défensifs limités. Aucune tour ne conforte les angles et aucun système de crénelage, de même qu’aucune trace d’ancrage de hourds, ne sont visibles. Seules cinq ouvertures de tir, de dimensions modestes, percent les courtines. La façade orientale est munie d’une porte, large d’environ 2 m et surmontée d’un arc en plein cintre. Aujourd’hui bouchée, cette porte représente l’accès principal au château jusqu’aux travaux de la fin du XIVesiècle.

Boulogne - Les quatre états successifs du château, XIIe-XVIIesiècles.

Boulogne - Les quatre états successifs du château, XIIe-XVIIe siècles.

247Le donjon et l’enceinte des XIIe-XIIIesiècles sont accompagnés d’une aula. Toutefois, l’analyse de celle-ci reste difficile en raison de la ruine du bâtiment et surtout des nombreux réaménagements qu’il a connu à la fin du Moyen Âge. Ce bâtiment, mesurant 4,50 m x 9,50 m, occupe la partie méridionale de l’enceinte initiale qu’il englobe à son extrémité. Tout comme l’enceinte, il est construit en petit appareil de grès. Aucune rupture ou reprise de maçonnerie ne le sépare de cette dernière, ce qui permet de penser que tous les deux appartiennent au même programme de construction. La situation de ce bâtiment, sur une rupture de pente, a imposé un aménagement important du substrat rocheux : celui-ci a été profondément retaillé afin de former un niveau de sol globalement plan, ainsi que l’a montré un sondage archéologique réalisé en 2000. Au regard des vestiges de la façade est de cette construction, on peut affirmer que celle-ci possédait un étage et qu’elle était surmontée d’une toiture à une seule pente, orientée vers le nord et l’intérieur de l’enceinte. Une baie géminée de style roman perce encore la façade orientale au premier étage et un déversoir d’évier apparaît dans le mur sud du bâtiment.

248Le castrum de Boulogne possédait un lieu de culte mais on ne connaît pas le vocable de cette chapelle, tout à fait ignorée par la documentation médiévale. Située à l’extérieur de l’enceinte, au sud-est, elle occupe une position intermédiaire entre le château et le village. L’appréhension du plan initial et des élévations primitives de cet édifice demeure difficile en raison de nombreuses reprises de différentes époques. Il semble, néanmoins, que dans son premier état, la chapelle ait présenté un plan très simple : une nef rectangulaire de 6 m x 8 m avec, vraisemblablement, un chevet plat à l’orient. La porte d’entrée d’origine, remaniée tardivement, est encore en place dans le mur goutterot nord. Le bâtiment ouvrait de ce fait en direction de la porte du château.

249Enfin, à Boulogne, un habitat villageois s’est établi sur les pentes méridionales de l’éperon portant le château. Il s’étendait beaucoup plus loin au nord-est que le hameau actuel et montait à l’origine sans doute plus haut sur la pente au contact de la chapelle. Un escalier taillé dans le rocher, encore visible aujourd’hui, permettait peut-être aux villageois d’accéder à une basse-cour s’étendant au sud du château. Il faut souligner le lien topographique étroit unissant le château primitif de Boulogne au village qui lui était associé. En effet, si actuellement, le château est nettement tourné vers le nord, le premier édifice médiéval était orienté vers le sud et donc vers le village, ainsi que le montre la position du donjon et de l’aula, et surtout, l’emplacement de la porte du château et de la chapelle. Dans le dernier quart du XIVesiècle et au XVesiècle, dans le contexte de la Guerre de Cent Ans et d’un changement de propriétaire avec le passage du château aux mains de la famille de Lestrange, le château de Boulogne connaît des transformations majeures qui vont bouleverser totalement l’édifice préexistant et engager son évolution vers le château résidentiel moderne. Ces modifications se traduisent, d’une part, par une volonté d’améliorer les capacités militaires du château, et, d’autre part, par l’adaptation de celui-ci aux nouvelles exigences de confort qui s’imposent alors dans les résidences aristocratiques. Ces campagnes de travaux de la fin du Moyen Âge sont caractérisées principalement par : la restructuration du donjon (ajout d’un niveau supplémentaire et d’une couronne de mâchicoulis sur console, percement d’une porte au rez-de-chaussée, construction d’un escalier à vis desservant tous les étages) ; le renforcement et le développement de l’enceinte primitive du château (construction de deux imposantes tours en fer à cheval au sud-ouest et au nord-est, construction d’une braie à l’est et au sud, crénelage et talutage des courtines existantes) ; la construction d’un nouveau rempart longeant le fossé et barrant le site au nord ; la modification de l’accès originel au château (condamnation de la porte est et remplacement de celle-ci par une porte sise au nord) ; l’agrandissement, le rehaussement et la modification du plan de l’aula primitive (celle-ci se présente à la fin du Moyen Âge comme un vaste bâtiment en « L ». S’élevant sur quatre niveaux, percé de multiples fenêtres à meneaux dotées de coussièges, il possède des cheminées monumentales et un escalier à vis dessert les différents étages) ; et, enfin, le remaniement de la chapelle (surélévation de celle-ci, aménagement d’un passage direct vers le quatrième niveau du logis et création de deux chapelles latérales).

250Ces transformations affectent aussi l’habitat villageois puisque celui-ci est alors enclos dans un rempart dont subsistent des vestiges (pans de courtine arasée, base d’une tour polygonale) à l’est et à l’ouest du hameau actuel de Boulogne, qui possède par ailleurs encore quelques maisons évoquant la fin du Moyen Âge ou le début de l’Époque Moderne.

251Mais, l’histoire architecturale du château de Boulogne ne s’arrête pas là. Le château fait encore l’objet de nombreux travaux au XVIe et au XVIIesiècles, tant pour renforcer son potentiel militaire (construction d’une tour circulaire au nord-ouest ; reprise et renforcement du rempart nord, etc.) que pour améliorer ses qualités résidentielles (construction en deux phases successives d’un portail monumental, etc.). Les XVIIIe et XIXesiècles marquent la ruine progressive du château. Toutefois, celui-ci a été partiellement restauré depuis les années 1960.

252Bibliographie :
Benoît-d’Entrevaux 1914 ; Lascombe 1898 ; Lestrange 1912 ; Riou 2002.

BOURG-SAINT-ANDÉOL

253département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Bourg-Saint-Andéol ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 60 m ; protection Monuments Historiques : classement (palais épiscopal)

2541281 : sentence arbitrale entre le précepteur de l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan et les consuls de Saint-Marcel-d’Ardèche au sujet de la justice du lieu et des droits de ban qu’ils avaient voulu exiger sur certains justiciables de l’hôpital. Acte passé apud bastidam ville Burgi Sancti Andeoli infra fortalicium (ADBdR 56 H 4578).

2551301 : procuration passée par le chapitre de Viviers au chanoine Hugues d’Arlempdes pour faire hommage à l’évêque à raison de la part qui appartient au chapitre dans la villa de Bourg-Saint-Andéol, dans tout son territorium et son districtus (ADI B 4222).

2561307 (v-s) : Béraud de Saint-Montan, coseigneur du castrum de Saint-Montan, donne à Giraud Audigier, habitant du castrum de Bourg-Saint-Andéol, pour la dot de sa fille Agnès, la quatrième part du 16edes droits de justice de Saint-Montan ainsi que tout ce qu’il possède dans l’île de Frémigières (ADA B 70 f i 152v°-154 v°).

2571331 : acte passé à Bourg-Saint-Andéol prope barrium dicti loci coram domuscula fortalicii domini episcopi (ADA 51 J 62 n° 19).

258Bourg-Saint-Andéol, situé dans la vallée du Rhône, à 12 km au sud de Viviers, s’est développé, dans un contexte de forte occupation antique et du haut Moyen Âge, autour de l’église Saint-Andéol. Celle-ci, qui abrite les reliques du martyr Andéol, est confiée en 1110 par l’évêque de Viviers Léger aux chanoines de Saint-Ruf qui en font un important prieuré.

259Bourg-Saint-Andéol est depuis le haut Moyen Âge un élément majeur du temporel de l’Église de Viviers (Laffont 1998a, t. I, p. 271-275). L’évêque de Viviers est seigneur majeur du Bourg, mais on compte par ailleurs aux XIIIe et XIVesiècles (et sans doute déjà au XIIesiècle) de très nombreux coseigneurs dont, principalement, le chapitre cathédral (Courteault 1909 p. 89 sq). Dès avant la fin du XIIIesiècle, Bourg-Saint-Andéol est enserré dans des remparts : en 1270 est mentionné le fossé de la ville (Chronique et cartulaire de l’Œuvre du Saint-Esprit n° IV) ; en 1282, la maison de Raymond Garibert est dite construite juxta barrium (Courteault 1909 note 4 p. 16) et, en 1301, l’évêque Aldebert confirme aux habitants de Bourg-Saint-Andéol le droit qui leur a été concédé par ses prédécesseurs de mener abreuver leurs bêtes au ruisseau de Rieumourenc, en compensation de la faculté pour l’évêque de faire ouvrir des portes dans le barris de la ville (ADA 52 J 56 f° 1). L’enceinte du Bourg est ensuite mentionnée régulièrement tout au long du XIVesiècle (Courteault 1909 p. 17 sq).

260Les évêques de Viviers possédaient une résidence au Bourg : au XIVe et au XVesiècles, ils passent souvent des actes dans le stare ou hospicium episcopi (Courteault 1909 p. 102-103). Toutefois, plusieurs mentions de fortalicium à Bourg-Saint-Andéol au XIIIe et au XIVesiècles laissent supposer que cette résidence présentait un caractère plus ou moins fortifié et pouvait s’apparenter au palais contemporain des évêques à Viviers qui s’articulait autour d’une aula et d’un donjon. Le palais des évêques de Viviers au Bourg paraît avoir occupé le même emplacement que le palais actuellement visible des XVe-XVIIIesiècles qui possède manifestement des éléments médiévaux antérieurs. Mais seule une étude fine en archéologie des élévations permettrait la mise en évidence des états les plus anciens du palais épiscopal de Bourg-Saint-Andéol.

261Bibliographie :
Courteault 1909 ; Riou 2002.

BRION

262département : Ardèche ; canton : Le Cheylard ; communes : Jaunac et Accons ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 920 m

2631086-1136 : mention parmi les dépendances de l’abbaye de Saint-Chaffre de l’église de Saint-Pierre d’Accons cum capella castelli que dicitur Brionis (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLXII).

2641224 : Jarenton de Chapteuil émancipe son fils Pons et lui remet le castrum de Brion. Avec le consentement de Guillaume de Lamastre, son grand-père maternel et tuteur, et de son père Jarenton, Pons de Chapteuil reprend en fief rendable du comte de Valentinois, Aymar II de Poitiers, le château de Brion et le burgus du castrum (ADI B 3894).

2651239 : Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra vivarois dont Brion (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

2661246 : Jarenton et Pons, son fils, seigneurs de Brion, reconnaissent tenir en fief libre d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, le château et mandement de Lamastre avec ses dépendances (ADI B 3894).

2671248 (v-s) : hommage prêté à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Pons, seigneur de Brion, pour les châteaux, forts et mandement du Cheylard et de Brion en fief rendable. Hommage renouvelé en 1274 (v-s) (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f i 13 v°-14 r°).

2681278 : charte de franchises et libertés octroyée par Pons, seigneur de Brion, pour lui et ses successeurs, aux habitants du Cheylard (ADD E 4136).

2691280 : Aymar IV de Poitiers rend hommage au roi de France Philippe III, comme héritier des comtes de Toulouse, pour Brion. Cet hommage est renouvelé en 1326 (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415 ; ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

2701322 (v-s) : Pochon Bayle, de Jaunac, reconnaît tenir de Garin, seigneur de Brion, en fief franc tout ce qu’il a et tout ce que l’on tient de lui apud Jaunacum et in mandamentis castrorum Brionis et Chaslaris. Il en rend hommage. Est toutefois excepté de cet hommage son hospicium de Brion (ADN 2 F 813 n° 1).

271Le castrum de Brion s’est développé sur une énorme arête basaltique, approximativement orientée nord-ouest/sud-est, dominant à plus de 900 m d’altitude les Hautes-Boutières et les vallées de l’Eyrieux et de la Dorne, à quelques kilomètres à l’ouest du Cheylard.

272Les rares vestiges du château, partiellement fouillé dans les années 1960, occupent le point le plus haut du site. Malgré l’extrême ruine du château, on remarque encore la présence de la base d’un petit donjon de pierre de plan quadrangulaire (env. 6 m x 6 m), d’un rempart qui enserrait ponctuellement les parties les plus hautes du rocher et, à l’intérieur de l’espace délimité par ce rempart, de divers bâtiments à vocation militaire ou résidentielle dont ils subsistent encore quelques maçonneries éparses. L’ensemble est bâti en tronçons d’orgue basaltique maçonnés au mortier de chaux.

Brion - Plan d’ensemble du site avec le château et l’habitat castral.

Brion - Plan d’ensemble du site avec le château et l’habitat castral.

273Si les vestiges du château restent peu spectaculaires, en revanche sont plus notables les vestiges du bourg castral de Brion. Celui-ci est établi immédiatement sous le château, sur la plate-forme qui prolonge l’éperon rocheux vers le sud. Du bourg, seules sont encore visibles aujourd’hui les ruines d’une demi-douzaine de constructions encore cadastrées en 1840, mais trois campagnes de fouilles archéologiques menées par nos soins, en collaboration avec Franck Brechon, en 1999, 2001 et 2002 ont permis d’exhumer par ailleurs les fondations d’au moins six bâtiments médiévaux (XIe/XIIe-XVesiècles), construits en tronçons d’orgue basaltique liés à la terre. Etant donné l’aspect extrêmement restreint de la surface explorée durant ces campagnes de fouille et le nombre de bâtiments découverts à ce jour, on peut supposer une occupation villageoise dense dans le castrum. Cependant, l’essentiel du bourg castral de Brion semble ne pas avoir survécu, comme le château d’ailleurs, au XVesiècle. Seule une occupation ponctuelle le long du chemin actuel de desserte du site s’est maintenue tout au long de l’Époque Moderne jusqu’au début du XIXesiècle.

Brion - Vue du site vers l’est : à gauche le pointement rocheux portant le château, à droite la plateforme du bourg castral.

Brion - Vue du site vers l’est : à gauche le pointement rocheux portant le château, à droite la plateforme du bourg castral.

274Pour protéger le village situé en contrebas de leur château, les seigneurs de Brion ont fait construire (au XIe ou au XIIesiècle) un puissant mur d’enceinte en pierre. Celui-ci, encore bien conservé, présente une largeur de 1,30 à 1,70 m et est bâti en tronçons d’orgue basaltique. Prélevé sur place ce matériau est mis en œuvre sans aucun liant, terre ou mortier, ce qui constitue un exemple rare dans le domaine des enceintes médiévales. Après l’abandon du château et de l’essentiel du village au XVesiècle, ce rempart a joué le rôle d’enclos à bestiaux et a vu les blocs qui le composaient largement récupérés.

275Le castrum de Brion possédait un lieu de culte, chapelle puis église, relevant de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier par l’intermédiaire de son prieuré de Mariac. L’église de Brion (dont on ignore à ce jour le vocable), mentionnée régulièrement à partir de la fin du XIesiècle, cesse d’être desservie à la fin du XVIesiècle et sombre peu à peu dans l’oubli, le territoire de la vieille paroisse de Brion étant transféré pour l’essentiel à la nouvelle paroisse de Jaunac. La paroisse d’Accons a intégré sans doute elle aussi une part de l’ancienne paroisse.

276Bibliographie :
Brechon, Laffont 1999 ; Brechon, Laffont 2001 ; Laffont, Brechon 2000.

BURIANNE

277département : Ardèche ; canton : Le Cheylard ; commune : Saint-Barthélemy-le-Meil ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 740 m

2781086-1136 : mention de l’acquisition par le prieuré chaffrien de Mariac de l’église de Saint-Genest-Lachamp et de la chapelle du castellum voisin de Burianne (Borrianum vocati) (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCLXIII).

279Vers 1172 : un dénommé Burianne est témoin de la donation faite aux Hospitaliers du Puy par Guillaume de Baffie de divers droits (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 25).

2801222 : G.[ ?] de Burianne, fils de G.[ ?] de Burianne, confirme la donation faite à la chartreuse de Bonnefoy par son oncle Hugues du Mézenc de terres et de droits situés dans le mandement du Mézenc, à l’intérieur des limites de la chartreuse (Cartulaire de Bonnefoy n° 43).

2811248 : promesse de Pons, seigneur de Brion, à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de lui donner la préférence s’il vend un jour ses châteaux, mandements, seigneuries, juridictions et hommes de Rochebonne et de Burianne et en tout cas de ne jamais les vendre sans son assentiment (ADI B 3522).

2821314 : par un acte passé à Burianne, Guillaume de Burianne et Guigue de Veyrassac, dominos castri de Burianna, s’accordent sur diverses questions (ADHL 2 E 339).

283Les ruines du château de Burianne, constituées principalement des vestiges d’un petit donjon, occupent le sommet d’une croupe rocheuse dominant la vallée du ruisseau de Talaron. Le donjon, de plan carré, mesure environ 8 m de côté hors œuvre. Il est bâti en petits moellons irréguliers de granit mais l’essentiel du parement extérieur a disparu. Le donjon n’a conservé qu’un étage ; celui-ci était planchéié. Quelques pans de murs, maçonnés ou en pierres sèches, accompagnent les ruines du donjon. L’ensemble était peut-être protégé par un petit fossé, au sud.

284Aucun bourg castral n’est visible. Cependant, le hameau de Burianne, à 500 m au nord-est du château, pourrait rappeler le souvenir d’un bourg castral qui se serait déplacé du château vers le site actuel d’habitat. La chapelle de Burianne mentionnée à la fin du XIesiècle n’est plus visible aujourd’hui.

BURZET

285département : Ardèche ; canton : Burzet ; commune : Burzet ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 570 m

2861163 : vente faite à Etienne Isnel, maître de l’hôpital de Saint-Jean du Puy, par Pons Chamard et sa femme, du quart d’une vigne sise à Doue. Guillaume de Beorzet et son bayle approuvent la vente (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 14).

2871166 : Pierre, abbé de Saint-Chaffre et prieur de Chamalières, achète à Guillaume de Bedorzet un setier de miel à prendre dans le manse de Vaissenac et tout ce qu’il avait dans ce manse pour 270 sous. Pierre Humbert, fils de Guillaume, confirme la transaction. Le jour des nones de décembre, au Puy, Humbert et Raymond, fils de Guillaume, confirment à nouveau la transaction et reçoivent les 270 sous (Cartulaire de Chamalières-sur-Loire n° 84).

2881179 : Albéric, abbé d’Aiguebelle, et Robert, prieur de Bonnefoy, passent un accord interdisant aux frères d’Aiguebelle de pénétrer à l’intérieur des limites de Bonnefoy pour faire paître leurs troupeaux, d’y acquérir des biens ou d’y édifier des constructions sans l’accord du prieur et des frères de Bonnefoy. Les limites sont définies en annexe. En contrepartie, les frères de Bonnefoy ne feront pas paître leurs troupeaux dans les possessions d’Aiguebelle in mandamentis castrorum de Guirant (Géorand), de Beorzet (Burzet), de Raphael (Raphaël) (Cartulaire de Bonnefoy n° 18).

2891219 : règlement d’un conflit entre l’abbaye d’Aiguebelle, d’une part, Humbert, seigneur de Burzet, et son fils Raymond, d’autre part, à propos des lieux de Belregard et des pâturages de La Brosse et du mandement de Burzet. Par cet accord, les seigneurs de Burzet s’engagent notamment à donner pour toujours à l’abbaye d’Aiguebelle les pâturages des Côtes situés vers le castrum de Burzet. Acte passé dans la maison de l’église Saint-André de Burzet (Chartes de l’abbaye d’Aiguebelle, t. I, n° 48).

2901222 : Humbert de Burzet donne à la chartreuse de Bonnefoy, pour un repas servi annuellement aux frères, une rente annuelle d’un demi muid de vin, à la mesure de Burzet, à prendre dans le clos qui est juste à côté de l’église de Burzet (Cartulaire de Bonnefoy n° 52).

2911248 : Héracle de Montlaur envoie ses fils auprès du roi Louis IX pour qu’ils reprennent en fief de celui-ci les castra de Burzet et Aizac (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, preuves p. 87).

2921277 : Pons de Montlaur rend hommage au roi Philippe III pour les castra d’Aizac et de Burzet (Scripta de feodis ad regem spectantibus p. 681).

2931281 : mention de Pierre, bayle de Burzet (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 705).

2941294 (v-s) : transaction entre Humbert, seigneur de Burzet, et Jarenton des Éperviers réglementant les droits de justice qui demeurent réservés à Jarenton dans les fiefs ou emphytéoses que possèdent lui et ses hommes in mandemento castri de Beorzeto et in parrochia ecclesiæ Beorzeto (ADLC F 117).

2951295 (v-s) : Guillaume de Vogüé, convers de Mazan, et Pierre de Pralong, domicellus, arbitres, assignent Guillaume de Saugues, abbé de Mazan, Guillaume du Puy, cellérier et procureur syndic de l’abbaye, Béraud Itier, seigneur de Géorand, d’une part, et Humbert, seigneur de Burzet, d’autre part, afin de procéder au partage de la forêt de Bauzon et d’établir les limites des castra de Géorand et de Burzet (ADLC F 128).

2961298 (v-s) : promesse de payer 9 livres 8 sous à Pierre Rochier, drapier du Puy, par Pierre Bayle, de Chanéac, bayle du seigneur de Burzet (ADA 19 J 2 n° 5).

2971300 : Pierre de Fourchades et Elisabeth, sa femme, habitants du mandement de Burzet, vendent divers biens à Humbert, seigneur de Burzet (ADLC F 127).

2981381 : Humbert, seigneur de Burzet, est accusé d’avoir accueilli les Tuchins dans son fortalicium [de Burzet] (Charay 1950, t. II, p. 256).

2991403 : transaction passée entre Héracle de Rochebaron et Alazie de Burzet, fille d’Humbert, seigneur de Burzet, mentionnant parmi les confronts la bassam curtem castri predicti de Beorzeti (ADA 39 J 400).

Burzet - Vue d’ensemble du relief ayant porté le château. Les vestiges du donjon sont au pied de la statue de la Vierge, en haut à gauche.

Burzet - Vue d’ensemble du relief ayant porté le château. Les vestiges du donjon sont au pied de la statue de la Vierge, en haut à gauche.

300Le castrum de Burzet s’est établi à l’extrémité d’un puissant affleurement rocheux, orienté est-ouest, dominant un méandre de la vallée de la Bourges à son confluent avec la Ribeyre. Le château occupe le point le plus haut de l’éperon, séparé du reste de l’échine rocheuse par un fossé taillé dans le substrat. Au-delà de ce fossé vers l’ouest, le relief dégage une petite butte au sommet de laquelle une statue de la Vierge voisine avec les vestiges, très arasés, d’un donjon carré des XIIe ou XIIIesiècles (environ 6 m de côté pour une épaisseur de mur d’environ 1,20 m). Le socle de la statue repose lui-même sur les fondations d’un bâtiment antérieur, sans doute médiéval.

301En contrebas de la butte rocheuse, à l’ouest se développe, sur une vaste terrasse, une basse-cour ; celle-ci accueille aujourd’hui une modeste tour d’horloge mais on y remarque surtout la présence d’aménagements rupestres correspondant à au moins deux bâtiments qui étaient partiellement excavés dans le rocher. L’ensemble de la plate-forme sommitale (tertre rocheux et bassecour) était ceint par un rempart ; un pont, sans doute assez tardif, permettait, de franchir le fossé qui barrait l’éperon.

  • 21 ADA 2 E 5279 f° 48 r° : acte passé en 1467 in camera cappelle (sic) castri Beorzeti.
  • 22 Cf. les bulles d’Alexandre III (1164) et de Clément IV (1267) confirmant les biens et privilèges de (...)

302Le bourg de Burzet a pour origine l’habitat qui s’est développé au pied du château, sur les pentes occidentales de l’éperon rocheux. Les vestiges du bourg castral sont encore importants mais l’essentiel de l’habitat a, avec le temps, glissé vers le bas de la pente en direction de la rivière. Le castrum possédait une chapelle, attestée au milieu du XVesiècle21. Mais les hommes du castrum de Burzet dépendaient de l’église paroissiale Saint-André, sans doute fondée durant le haut Moyen Âge et située au-delà de la Bourge, à environ 200 m à l’ouest du castrum. Cette église, dont le gros œuvre pourrait être du XVesiècle, relevait de la collégiale de Charay, elle-même sous l’autorité de l’Église cathédrale du Puy22.

Notes

9 Teyssier 1997 p. 63. Le castrum de La Balme semble avoir relevé au Moyen Âge de la paroisse de Saint-Jean-le-Centenier comme le laisse supposer l’Abrégé des Estimes de 1464 (paroisse de Saint Jehan de Centenier et de La Balme), Valladier-Chante 1998 p. 132.

10 Faujas de Saint-Fond, qui consacre quelques pages à ce qu’il appelle le « volcan de Montbrul » dénombre « plus de cinquante de ces maisons souterreines » dans les années 1770, Faujas de Saint-Fond 1778 p. 285.

11 Teyssier 1997 p. 67-68 et Faujas de Saint-Fond 1778 (p. 285) qui mentionne deux familles.

12 L’état des Castra dicti comitatus Valentinensis in Regno (p. 280), rédigé vers 1442, indique :... Castrum Sancti Petri de Barres fortissimum in alta ruppi et impugnabili et in bono territorio...

13 Cf. un plan sommaire des vestiges du château de Barrès dressé en 1945 dans ADA 8 J 30 et divers autres plans dans ADA 77 J 8.

14 Compte de décimes de 1275 p. 440 : ecclesia de Viraco ; Taxe de la décime du XIVe siècle p. 446 : idem. En revanche, dans le Compte de 1483-1484 (p. 453), on trouve la mention [ ecclesia ] de Bastida.

15 Le père Teyssier, de Sainte-Eulalie, possédait dans ses collections de nombreux tessons de céramique médiévale provenant du Chastelas du Béage.

16 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 96 (article Beauchastel) :... ni ayant que quelques masures et vestiges du chasteau que y solloit estre au plus hault dudit lieu...

17 Beaudiner prend en général dans les textes médiévaux les formes suivantes : Beldinar, Beaudinar, Bello Dinario. On peut trouver exceptionnellement : Bello Prandio (Cartulaire de l’Ile-Barbe n° XXIX) ou Pulchro Prandio (Chartes du Forez n° 880).

18 Le château de Boffres est déjà complètement ruiné au XVIIIe siècle :... A la masure ou ancien château n’y a que les seuls murs, la plus grande partie étant écroulée sans toit ni poutres, y ayant une petite citerne à laquelle il manque le dessus. Hors l’enceinte du château, il y a un chazal ..., AN Q1 31.

19 Cf. notamment la mention du château de Largentière en 1198, Roche 1894 P.-J. n° XVI.

20 Il existe de nombreuses photographies du château de Boulogne à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle. Cf. notamment les sous-séries 19 Fi et 47 Fi des ADA.

21 ADA 2 E 5279 f° 48 r° : acte passé en 1467 in camera cappelle (sic) castri Beorzeti.

22 Cf. les bulles d’Alexandre III (1164) et de Clément IV (1267) confirmant les biens et privilèges de l’Église du Puy, dont l’église de Burzet, et la bulle du pape Alexandre IV (1258) pour la collégiale de Charay lui confirmant la possession de diverses églises dont Burzet (Chroniques de Estienne Médicis p. 76-82 et Bulle d’Alexandre IV en faveur de Charay).

Table des illustrations

Titre Baix - Représentation du château au XVIIe siècle.
Légende Cliché Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et Photographies, ID 14.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-1.jpg
Fichier image/, 316k
Titre Balazuc - Le donjon du château supérieur (place du Portalas) et l’enceinte du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-2.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Banne - Vue du site des deux châteaux et, en contrebas, du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-3.jpg
Fichier image/, 132k
Titre La Balme (Montbrun) - Gravure du XVIIIe siècle représentant les habitats troglodytiques (Faujas de Saint-Fond 1778).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-4.jpg
Fichier image/, 184k
Titre La Balme (Montbrun) - Plan d’ensemble du site avec le château et l’habitat castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-5.jpg
Fichier image/, 572k
Titre Le Béage - Vue de l’éperon barré portant les vestiges du château au-dessus de la Veyradeyre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-6.jpg
Fichier image/, 172k
Titre Beauchastel - Les vestiges du donjon du XIIe siècle au sommet du village.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-7.jpg
Fichier image/, 188k
Titre Bec-de-Jun - Vue du rocher ayant porté le château et, en contrebas, des vestiges du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-8.jpg
Fichier image/, 88k
Titre Boffres - L’église Sainte-Croix et la tour en fer à cheval de l’enceinte du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-9.jpg
Fichier image/, 176k
Titre Borne - Vue du donjon et de l’aula du château avant restauration.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-10.jpg
Fichier image/, 228k
Titre Boulogne - Le château au début du XXe siècle (carte postale, collection privée).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-11.jpg
Fichier image/, 160k
Titre Boulogne - Essai de restitution du premier château de Boulogne, XIIe-XIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-12.jpg
Fichier image/, 132k
Titre Boulogne - Les quatre états successifs du château, XIIe-XVIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-13.jpg
Fichier image/, 472k
Titre Brion - Plan d’ensemble du site avec le château et l’habitat castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-14.jpg
Fichier image/, 200k
Titre Brion - Vue du site vers l’est : à gauche le pointement rocheux portant le château, à droite la plateforme du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-15.jpg
Fichier image/, 88k
Titre Burzet - Vue d’ensemble du relief ayant porté le château. Les vestiges du donjon sont au pied de la statue de la Vierge, en haut à gauche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2499/img-16.jpg
Fichier image/, 181k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

A
 
C