Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Introduction

Texte intégral

LE CADRE DE L’ÉTUDE

LE CADRE HISTORIQUE

  • 1 Celui-ci correspond approximativement au territoire de la cité antique d’Alba Helviorum.

1Globalement, le cadre retenu pour cette étude est celui du bailliage de Vivarais, tel qu’il se présente au début du XIVe siècle. Rattaché à la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire, il englobe alors le diocèse de Viviers qui est, étymologiquement parlant, le Vivarais au sens strict du terme1, ainsi que les extensions au-delà du Rhône des diocèses de Valence (Vivarais valentinois) et de Vienne (Vivarais viennois).

  • 2 Sur les circonscriptions administratives du Vivarais et sur leur évolution de la fin du Moyen Âge a (...)
  • 3 Soit les communes de Fay-sur-Lignon, Chaudeyrolles, Les Vastres, Pradelles (dont l’ancienne paroiss (...)

2À la fin de l’Ancien Régime, le Vivarais constitue toujours, d’un point de vue judiciaire, un bailliage de la sénéchaussée de Nîmes. Il forme par ailleurs, au niveau administratif et fiscal, un des 23 diocèses civils du gouvernement de Languedoc. En 1790, le département de l’Ardèche prend le relais du diocèse civil de Viviers et modifie très légèrement les limites de l’ancienne province de Vivarais2. Le département gagne 13 communes, anciennes paroisses relevant auparavant de l’Uzège, mais il perd, par ailleurs, Courry au profit du nouveau département du Gard et du canton de Saint-Ambroix, ainsi que tout ou partie des communes constitutives des cantons de Fay-sur-Lignon et de Pradelles au profit du département de la Haute-Loire3.

  • 4 Beaulieu (commune du même nom) ; Berrias (commune de Berriaset-Casteljau) ; Casteljau (commune de B (...)
  • 5 Ainsi lors de l’épisode du détachement temporaire du Vivarais viennois de la sénéchaussée de Nîmes (...)
  • 6 Un rattachement de Bourg-Argental au département de l’Ardèche a été envisagé durant la Révolution ( (...)

3Pour cette enquête, nous avons décidé de prendre en compte tout le territoire du Vivarais, tel qu’il se présente avant 1790, que les anciennes paroisses, devenues souvent communes, appartiennent aujourd’hui au département de l’Ardèche ou au département de la Haute-Loire. De plus, dans un souci de cohérence géographique, nous avons aussi intégré à l’aire d’étude les anciennes paroisses de l’Uzège, aujourd’hui dans le département de l’Ardèche4 et, enfin, parce que ces paroisses suivent pleinement le destin du Vivarais viennois avant leur rattachement à l’extrême fin du Moyen Âge au comté de Forez5, nous avons considéré comme faisant partie intégrante du Vivarais médiéval les actuelles communes de Bourg-Argental et de Burdignes, aujourd’hui dans le département de la Loire6.

4Pour traduire tout cela en termes administratifs contemporains, les 175 sites présentés ici se répartissent sur 154 communes appartenant pour l’essentiel au département de l’Ardèche (147 communes) et, dans une moindre mesure, aux départements de la Haute-Loire (5 communes) et de la Loire (2 communes).

UN ESPACE GÉOGRAPHIQUE COMPLEXE ET EXTRÊMEMENT DIVERSIFIÉ

  • 7 Le Vivarais mesure environ 140 km du nord au sud et près de 80 km dans son extension maximale est-o (...)
  • 8 L’ouvrage de base fondamental pour qui veut s’ouvrir à la géographie physique et humaine du départe (...)

5Présentant un aspect triangulaire caractéristique7, le Vivarais forme une immense marche entre les hautes terres du Massif Central, dont il constitue la bordure orientale, et la vallée du Rhône. Cette province, excroissance septentrionale du Languedoc, auquel elle appartient pleinement d’un point de vue linguistique au Moyen Âge, concentre sur un territoire limité une véritable mosaïque de paysages et de climats où se mêlent influences languedociennes et cévenoles, rhodaniennes et auvergnates8.

6À l’est, la limite est matérialisée par la vallée du Rhône qui fut de tout temps, et reste, l’axe de communication et d’échange privilégié. Sur ses autres confins, le Vivarais ne présente pas de limites aussi tranchées. Au nord, il s’étend jusque sur les contreforts méridionaux du Massif du Pilat. À l’ouest, le haut plateau ardéchois s’ouvre, sans rupture, sur les plateaux vellaves et lozériens. Au midi, les Cévennes vivaroises et le Bas-Vivarais prolongent, vers le nord, les Cévennes gardoises et lozériennes et les plaines du Bas-Languedoc.

7À l’intérieur de ces limites s’étend une région aux paysages plus que diversifiés, formant un gigantesque escalier d’est en ouest, conduisant des 100 m d’altitude moyenne de la vallée du Rhône à une moyenne de 1100 m d’altitude pour la Montagne, où se trouve le point culminant du Vivarais, le mont Mézenc qui s’élève à 1754 m d’altitude. Le Vivarais ne possède qu’une étroite bande rhodanienne et, malgré une vaste étendue de hauts plateaux, les trois quarts de son territoire appartiennent au talus et offrent des paysages montueux et chaotiques. Cette diversité des reliefs est liée, d’une part, à la formation, longue et complexe dans le temps, du paysage vivarois et, d’autre part, à la grande variété des matériaux géologiques présents. Globalement, l’opposition majeure s’affiche entre trois ensembles : un Vivarais cristallin, granitique ou métamorphique, qui prédomine sur les deux tiers du territoire (Haut-Vivarais, Boutières, Cévennes) ; un Vivarais sédimentaire (Bas-Vivarais, Vallée du Rhône) occupant le sud-est de la région et, enfin, un Vivarais volcanique formant une large poche à l’ouest (Montagne ou Plateau, Hautes-Boutières, Cévennes septentrionales), où elle recouvre le vieux socle hercynien, et au centre (Coiron) où elle prend l’aspect d’une large coulée basaltique épanchée sur les calcaires du Bas-Vivarais. L’ensemble est entaillé par un très grand nombre de failles et de cassures orientées généralement nord-ouest/sud-est ou nord-est/sud-ouest, qui vont être réutilisées pour certaines par de grands axes de circulation mais qui entraînent aussi un fort cloisonnement du pays en une multitude de petites unités.

  • 9 Du VIe au XIe siècle, le diocèse de Viviers relève de l’archevêché d’Arles, il passe ensuite à celu (...)
  • 10 Sur le réseau routier en Vivarais au Moyen Âge, cf. Brechon 2000.

8La situation et la configuration géographique particulières du Vivarais ont de nombreuses implications. En premier lieu, il importe de constater que le Vivarais occupe une situation de carrefour qui en fait avant tout, durant la période qui nous intéresse ici, un pays de marche. Il est une tête de pont, sur la rive droite du Rhône, du royaume de Bourgogne-Provence puis de l’Empire germanique, sur les marges orientales du royaume de France. Il est aussi une enclave au-delà du Rhône des archevêchés de Vienne et d’Arles9. Le Vivarais se trouve encore aux confins d’une multitude d’entités politiques (comtés de Viennois, de Valentinois, de Velay, de Forez, de Gévaudan, d’Uzès, extension maximale au nord des domaines toulousains) et religieuses (diocèses de Vienne, de Valence, de Lyon, du Puy, de Mende, d’Uzès, de Saint-Paul-Trois-Châteaux) secondaires. Sa géographie remarquable lui donne un rôle de marche d’accès entre la vallée du Rhône et les pays qu’elle dessert (Lyonnais, Dauphiné, Provence, Bas-Languedoc), et les hautes terres du Massif Central. Ces échanges se font par quelques grands axes : la route du Rhône, à l’est, ou la voie Régordane, à l’ouest, ainsi que les itinéraires transversaux reliant ces deux axes majeurs à vocation transprovinciale10.

9Enfin, le caractère particulièrement tourmenté du relief sur tout l’espace vivarois et l’omniprésence du substrat rocheux vont offrir aux promoteurs des châteaux un grand nombre de sites naturellement très protégés, rendant notamment inutile le recours à des tertres artificiels. La nature du relief autorise, en outre, l’emploi systématique de la pierre pour construire ; la grande variété des substrats (sédimentaire, cristallin, volcanique) entraînant une forte diversité des matériaux disponibles.

LA CONSTITUTION DU CORPUS : CHOIX DES SITES ET MÉTHODOLOGIE

LE CHOIX DES SITES

10Cet ouvrage s’efforce de recenser et de présenter tous les châteaux qui occupent l’espace vivarois entre le milieu du Xe siècle et la fin du XIIIe siècle. Il convient en premier lieu de préciser ce que nous entendons ici par le terme « château ». Il s’agit de toutes les fortifications formant le centre d’une seigneurie châtelaine, c’est-à-dire d’un ressort territorial (désigné au Moyen Âge par le terme mandamentum/mandement dans la France du Sud-Est) dans lequel le seigneur châtelain exerce, en raison du ban, les droits de justice et de police et lève une fiscalité spécifique. Le château associe donc à une fonction militaire, des fonctions sociales, économiques, juridiques et symboliques, tout en servant de résidence à un lignage aristocratique.

  • 11 Il faut relever les cas un peu particuliers de Viviers et de Bourg-Saint-Andéol, attestés comme che (...)
  • 12 Bien que désignés uniquement par des toponymes dérivés du latin castellum par l’intermédiaire de l’ (...)

11Outre ces châteaux au sens strict du terme11, qui représentent la majeure partie de notre corpus, nous avons ajouté un certain nombre de sites, non mentionnés comme chefs-lieux de mandements par les textes médiévaux, mais dont des critères morphologiques (topographie, plan, élévations visibles) nous permettent d’établir que leur fondation est contemporaine de la mise en place des premières châtellenies. Il s’agit toujours de sites abandonnés très tôt, dès avant le XIIIe siècle, qui n’ont pas entraîné la création d’habitat subordonné et auquel succède à peu de distance un autre château qui est, lui, attesté comme chef-lieu de mandement et a, en général, développé un bourg castral. Ces sites sont souvent aisément identifiables par un toponyme dérivé des formes latines castrum vetus ou castellum vetus12.

12Enfin, nous avons ajouté à notre corpus quelques sites qui n’ont assurément jamais été chefs-lieux de mandements, qui ne sont pas des maisons fortes non plus, mais qui rentrent dans le cadre chronologique défini et ont été construits pour un usage très précis, souvent exclusif des diverses autres attributions qui font le château comme nous l'avons défini ci-dessus. Il s’agit de sites à fonction uniquement militaire (l’Ourse, Saint-Martin), de châteaux dont la fondation résulte du conflit autour des mines d’argent de la région de Largentière au tournant des XIIe et XIIIe siècles (Fanjau, Sigalière…) ou encore de châteaux qui doivent leur existence au seul contrôle d’un péage (l’Escrinet par exemple). En revanche, nous n’avons pas retenu certains sites au statut, à la chronologie ou à la documentation trop ambigus comme Cruas, Saint-Thomé, La Chèze (Le Cheylard) ou encore Maisonseule (Saint-Basile) par exemple.

  • 13 Cf. infra la synthèse sur le phénomène castral en Vivarais du Xe au XIIIe siècle.

13L'essentiel des 175 sites présentés ici est fondé entre le début du Xe siècle et les dernières années du XIIIe siècle, et plus précisément, pour l’immense majorité d’entre eux, cette fondation se place au XIe ou au XIIe siècle13. Les châteaux de cet atlas s’inscrivent donc dans un contexte bien précis : la grande vague de fondation de châteaux qui affecte tout le Moyen Âge central, dans le contexte d’essor, puis d’apogée, de la société communément qualifiée de féodale.

LA CONTRIBUTION DES SOURCES ÉCRITES ET ICONOGRAPHIQUES À L’ENQUÊTE

  • 14 Pour une description de ceux-ci, cf. Laffont 1998a, t. I, p. 7-25.

14Pour dresser la liste des sites présentés dans cet atlas, et pour donner le plus possible d’informations sur ceux-ci, ont tout d’abord été mises à contribution les sources écrites médiévales antérieures aux années 1300. Elles sont constituées quasi exclusivement d’actes de la pratique, parfois publiés mais le plus souvent inédits14. Un dépouillement serré de ces sources nous a permis de trouver mention avant 1300 - directement ou indirectement - de 165 sites castraux soit près de 95 % de l’effectif total du corpus.

  • 15 Exemple : mention vers 1095 de Sigibodus, miles de Peyrau (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XX (...)
  • 16 Exemple : vers 1100-1110, mention de Pétronille d’Ajoux dans un acte passé au profit du prieuré cas (...)
  • 17 Sur l’évolution de l’anthroponymie aristocratique en Vivarais au XIe siècle, Laffont 1998a, t. I, p (...)

15Il est bien évidemment nécessaire de préciser quelles sont les mentions documentaires que nous avons cru bon de retenir comme indice de l’existence d’un château antérieur au XIVe siècle. En effet, ceci ne va pas de soi. Nous avons tout d’abord recensé toutes les mentions directes de castrum, de castellum ou de mandamentum. Ont ensuite été prises en compte les mentions de personnage portant le titre de miles ou de dominus suivi d’un toponyme, selon la formule X. miles de Y. ou X. dominus de Y15. Enfin, nous inspirant en cela notamment des travaux d'André Debord sur la Charente (Debord 1984) et d’un premier travail collectif mené en 1994 (Bois et alii 1994), nous avons choisi de comptabiliser toute mention d’un individu dont la forme anthroponymique associe un toponyme à un prénom, selon la formule X. de Y.16, dans la mesure toutefois où l’archéologie peut montrer l’existence en ce lieu d’un site castral susceptible d’appartenir à la période des Xe-XIII e siècles. On remarquera que ce dernier type de recension ne concerne que la période postérieure au milieu du XIe siècle lorsqu’une évolution générale de l’anthroponymie amène la disparition du système anthroponymique à un élément au profit de systèmes plus complexes à deux ou trois éléments17.

  • 18 On notera ici que le toponyme «  La Motte  » et ses dérivés ne permettent en aucun cas en Vivarais, (...)

16À la liste établie grâce aux mentions des chartes antérieures au XIVe siècle, ont été ajoutés des sites désignés, dans la documentation postérieure (compoix modernes et cadastres dits « napoléoniens » principalement), par un toponyme potentiellement évocateur d'une fortification : que ce soient des dérivés de castellum (Castelas, Chastelas...) ou des formes plus complexes comme les « Châteaux Vieux » et leurs variantes18. Il faut toutefois noter que notre enquête documentaire, si elle s’est efforcée de tendre à l’exhaustivité pour le dépouillement des sources antérieures aux années 1300, n’a pas été aussi systématique pour l’exploitation des compoix ou des matrices cadastrales du XIXe siècle. En raison du volume considérable que représente cette dernière documentation, nous avons dû procéder par sondages sur l’ensemble du territoire.

17L'exploitation de cette documentation écrite s'est accompagnée d'une étude de l'iconographie ancienne - des vues perspectives des ingénieurs royaux du début du XVIIe siècle aux photographies de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle - permettant ainsi parfois de donner une certaine réalité matérielle à des sites disparus ou très remaniés.

LES TRAVAUX DE TERRAIN ET L’APPORT DE L’ARCHÉOLOGIE

18Le second temps du travail a consisté, bien sûr, en une localisation dans l’espace de tous les sites recensés dans la première phase de l'enquête. Celle-ci s’est faite pour l’essentiel à l’aide des cartes IGN 1/25000e ou des plans cadastraux des XIXe ou XXe siècles. Toutefois, quelques rares châteaux n’ont pu être localisés. Cela tient, en général, à des problèmes de fiabilité des documents les mentionnant et il est fort probable que ces sites soient, par ailleurs, recensés dans cet atlas mais sous une autre dénomination.

19Les 175 sites présentés dans ce corpus ont fait, à quelques très rares exceptions près (sites non localisés, propriétés privées non accessibles), l’objet d’une visite, d’une prospection de surface, d’un relevé photographique et de la rédaction d’un descriptif plus ou moins développé, selon les méthodes désormais classiques de l’archéologie extensive. Par ailleurs, des opérations de terrain plus lourdes ont été menées sur quelques sites. Ainsi, un certain nombre d’entre eux a bénéficié d’un relevé précis des structures et de la topographie générale et/ou d’une étude fine en archéologie des élévations. Il s’agit des châteaux de Boulogne, Brion, Crussol, Lafarre, Mayres, Mézenc, Montbrun, Montchal, Raphaël, Revirand, Rochebloine, Rochecolombe, Rochefort, Saint-Montan. Enfin, entre 1993 et 2002, des fouilles ou des sondages archéologiques ont été effectués sur cinq sites (Boulogne, Mézenc, Revirand, Raphaël, Saint-Montan) et une fouille est en cours sur un sixième (Brion).

20Il faut rappeler ici la singularité de notre démarche et les limites chronologiques que nous nous sommes fixées dès l’origine de ce travail. Il ne s’agit pas en effet, comme nous l’avons souligné précédemment, d’une entreprise de recension de toutes les fortifications médiévales du Vivarais, mais d’un inventaire de châteaux entrant dans un cadre chronologique donné : les Xe-XIIIe siècles. Dans l’optique précise de notre problématique, s'imposait donc de mettre en évidence sur les sites étudiés les éléments appartenant à cette période. Deux obstacles majeurs ont dû, dès lors, être affrontés : d’une part, la ruine souvent extrême de nombre de ces sites, dont l'abandon était fréquemment très ancien, et, d’autre part, pour les sites encore conservés aujourd’hui, l’importance des remaniements architecturaux effectués depuis la fin du Moyen Âge, qui ont souvent très affecté les structures du château primitif.

21Enfin, ce sont bien sûr posés des problèmes de datation des vestiges reconnus et d’adéquation entre mentions documentaires anciennes et architecture aujourd’hui visible. Les éléments de datation fournis ici l’ont été en utilisant - et chaque fois que possible en les croisant - les données textuelles, les critères typochronologiques (notamment pour les donjons) et stylistiques, l’étude du mobilier archéologique et les datations 14 C pour les sites fouillés, à l’exclusion malheureusement de la dendrochronologie que nous n’avons pas eu la possibilité de mettre à contribution dans le cadre de cette enquête. Les datations données ici, tributaires des informations disponibles pour chaque site et des limites des référentiels de datation actuels, restent donc souvent approximatives et peuvent être ponctuellement discutées, l'auteur en est conscient.

ÉLÉMENTS POUR UNE HISTORIOGRAPHIE DE L’ARCHITECTURE CASTRALE EN VIVARAIS

  • 19 Privas 1909 ou Benoît-d’Entrevaux 1914 par exemple. L’ouvrage de Michel Riou (Ardèche, terre de châ (...)
  • 20 On mentionnera ici pour mémoire une tentative de synthèse en 1984 sur les liens existants entre rés (...)

22Seul un nombre infime des 175 sites recensés ici avait, avant que nous n’entreprenions nos propres recherches, fait l’objet de véritables travaux scientifiques. Il convient en premier lieu de noter que, à l’exception de l’inventaire sommaire et lacunaire (mais utile) publié par Ch.-L. Salch (Salch 1979), de l’inventaire des sites castraux du canton de Viviers publiés par le Service régional de l’inventaire Rhône-Alpes (Chalabi 1989), des informations (mauvaises en général) données par le Dictionnaire topographique de l’Ardèche (Charrié 1979), de quelques articles ou ouvrages souvent anciens et partiels dans leur recensement19 et de rares mentions de châteaux dans les bases de données des services régionaux de l’archéologie et des conservations régionales des monuments historiques Rhône-Alpes et Auvergne, il n’existait aucune liste de châteaux médiévaux pour le département de l’Ardèche et l’ancien Vivarais et, a fortiori, de liste des fortifications susceptibles d’être antérieures aux deux derniers siècles du Moyen Âge20.

  • 21 À quelques exceptions près, cf. par exemple Privas 1909 ou Favre 1961.
  • 22 Ces travaux, qui ont duré quelques années, n’ont cependant pas été publiés ; les rapports de fouill (...)

23Du point de vue monographique, la situation n’était guère meilleure. Jusqu’aux années 1960, à quelques rares exceptions près, les études publiées sur divers châteaux, dans le cadre de monographies communales ou d’articles d’histoire locale, concernaient pour l’essentiel - et d’ailleurs assez mal pour la période antérieure à 1300 - les lignages aristocratiques les ayant occupés ou possédés ; l’étude des vestiges étant, quant à elle, peu ou pas abordée21. Toutefois, quelques sites avaient pourtant fait l’objet d’enquêtes plus poussées. Dans le cas du château du Mézenc, l’étude paraissait s’être essentiellement cantonnée à une polémique, souvent spécieuse, autour de l’emplacement du site (Carlat 1997). Cependant, les sondages menés par nos soins de 1995 à 2000 sur le site ont montré aussi l’existence d’un grand nombre de fouilles anciennes, plus ou moins destructrices. De même, le château de Rochefort, dans les années 1930, ou celui de Brion, dans les années 1960, ont fait l’objet de tels travaux. Dans le premier cas, le mobilier archéologique a disparu mais des notes ont été laissées par les fouilleurs, Charles Forot et Albert Boudon-Lashermes (ADA 24 J 99, 24 J 100, 24 J 504). Dans le second cas, nous avons pu retrouver une partie du mobilier découvert alors par des amateurs locaux, mais son étude ne va pas sans difficulté, aucun compte rendu de la fouille ne l'accompagnant. Globalement, la seule véritable fouille archéologique réalisée sur un château en Vivarais jusqu’aux années 1980 reste celle effectuée à la fin des années 1970 sur le château de Seray, en Haut-Vivarais, par un archéologue amateur, Jean-Yves Aulagnier, soutenu par une équipe d’étudiants de l’ancienne URA 26 du CNRS autour de Jean-François Reynaud22.

24Quelques travaux ont ensuite été publiés sur le donjon des Retourtour à Désaignes (Bouvier 1988), sur les maisons fortes du Haut-Vivarais (Faure 1986), sur les châteaux de Saint-Montan (Dupraz, Puig 1990), Rochebonne (Abrigeon 1998) ou Largentière (Exbrayat 1996) ou plus récemment sur le castrum de Saint-Agrève (Hartmann 2000). Des travaux, restés inédits, ont de même été effectués sur Banne (Mauduit 1983) ou Largentière (Lenoir 1992). De plus, l’ensemble castral d’Arlempdes a récemment bénéficié d’opérations de sondages archéologiques (Gaime 1994), dans le cadre du suivi des travaux de la Conservation régionale des monuments historiques et d’une nouvelle étude d’ensemble du site (Corvisier 1996).

25Par ailleurs, du point de vue des travaux universitaires, on mentionnera, outre notre thèse de doctorat soutenue en 1998 (Laffont 1998) : la remarquable thèse de doctorat de Franck Brechon, en 2000, qui aborde notamment le problème des relations routes-châteaux (Brechon 2000) ; un mémoire de maîtrise sur le château de Joannas et un mémoire de DEA sur les châteaux et les maisons fortes des Cévennes ardéchoises soutenus respectivement en 1994 et 1996 par Céline Valette (Valette 1994 et 1996) ; un mémoire de DEA présenté en 2002 par Nicolas Clément qui, au travers des problèmes d’occupation du sol en Bas-Vivarais du Ve au XIIe siècle, s’intéresse aux fortifications du premier Moyen Âge (Clément 2002).

26Pour conclure ce point historiographique, il importe de signaler que certains châteaux présentés ici ont fait, ou font encore, l’objet de restaurations parfois intensives : ainsi, par exemple, le château de Meyras, appelé plus communément château de Ventadour, ou encore les châteaux d’Argental, Arras, Borne, Crussol, Mirabel, Rochemaure, Saint-Montan. Ils n’ont guère bénéficié d’études scientifiques préalables, à l’exception notable de Mirabel, de Saint-Montan et des quelques efforts faits à Meyras.

BRÈVE SYNTHÈSE SUR LE PHÉNOMÈNE CASTRAL EN VIVARAIS DU Xe AU XIIIe SIÈCLE

LA SITUATION DU TRÈS HAUT MOYEN ÂGE

  • 23 Cf. infra la notice consacrée à Viviers.
  • 24 À titre d’exemple, on pourra citer les sites du « Camp de Saint-Maurice » (dit aussi «  Rochers de (...)

27Les forteresses du haut Moyen Âge restent encore largement méconnues en Vivarais. D'éventuelles enceintes monastiques ou urbaines (Viviers), on ne sait rien ou presque23. Mais les premiers résultats obtenus par des recherches lancées récemment (Durand 1994, Saumade 1996, Clément 2002) montrent l'existence probable d'un réseau sans doute assez dense de fortifications de hauteur, notamment dans le midi du Vivarais. Celles-ci présentent toutes les caractéristiques des grandes forteresses de hauteur connues dans des régions voisines comme l'Auvergne (Fournier 1962), le Languedoc (Schneider 2001) ou la Drôme provençale (Ode 1997) par exemple. Ce sont des sites généralement de grande taille (plusieurs hectares parfois), occupant des reliefs marqués (éperon rocheux, bord de falaise…), dont l'aspect défensif est souvent renforcé par un fossé et une enceinte (de pierres sèches fréquemment), occasionnellement cantonnée de tours. Occupés par de nombreuses constructions de pierre, ils paraissent avoir possédé une église, dont le vocable (Maurice, Martin, Etienne…) renvoie indiscutablement aux premiers temps du christianisme. Enfin, point important, tous ces sites semblent perpétuer des oppida occupés aux époques protohistorique et gallo-romaine24.

  • 25 Exception faite sans doute des sites de Tournon, de Sampzon, de Viviers et de Casteljau, vraisembla (...)

28Néanmoins, la chronologie de l'occupation de ces forteresses durant le haut Moyen Âge pose encore problème. En effet, pour l'essentiel, celles-ci ne semblent pas- dans l'état actuel de nos connaissances - survivre à l'époque mérovingienne25. En tout état de cause, il importe surtout de noter qu'il n'y a pas, dans l'immense majorité des cas, de continuité topographique entre ces premières fortifications du haut Moyen Âge et les châteaux qui se multiplient dès la seconde moitié du Xe et jusqu'au XIIe siècle.

LA MULTIPLICATION DES CHÂTEAUX À PARTIR DU Xe SIÈCLE

29Dans le courant du Xe siècle et au XIe siècle, en Vivarais comme ailleurs, le contexte politique, économique et social se transforme : les institutions administratives carolingiennes se désagrègent et les structures familiales se modifient en profondeur, le tout dans un contexte de premier essor démographique et agricole.

  • 26 Nous ne connaissons pas en Vivarais d’exemple de château ayant succédé directement à un site de cur (...)

30Dans ce cadre, les grandes familles de l’aristocratie, qui contrôlent directement ou indirectement les charges comtales ou vicomtales ainsi que les évêchés et les abbayes, adjoignent à leur large seigneurie foncière l’exercice, à leur seul profit, des prérogatives publiques. Cette aristocratie est originaire du Vivarais mais aussi des provinces voisines : Auvergne, Velay, Gévaudan, Lyonnais, Viennois, Valentinois (Laffont 1998a). Des tensions se développent au sein de ces factions aristocratiques, engendrées par la concurrence les opposant pour le contrôle des hommes et de la terre. L’expression matérielle la plus évidente de cette montée de la violence sociale est la multiplication progressive des châteaux, en dehors de tout contrôle de l'autorité royale (ici les rois de Bourgogne, totalement absents), par ces familles de latifundistes, seules à même de dégager les moyens en hommes et en matériel pour bâtir des forteresses. À partir du XIe siècle, ces larges familles se ramifient peu à peu en une multitude de branches collatérales, chacune d'entre elles construisant ses châteaux sur la part du domaine patrimonial lui revenant. Désormais, chaque lignage structure ses domaines et organise son pouvoir autour du château (dont il prend souvent le nom) et du mandement, nouvelle circonscription judiciaire et fiscale succédant à la vieille viguerie carolingienne qui disparaît définitivement au milieu du XIe siècle (Laffont 1998a). Symboles de l’établissement de la seigneurie banale, les châteaux deviennent aussi les lieux de résidence privilégiés de l’aristocratie, désormais châtelaine, qui délaisse ses vieilles curtes pour ces nouveaux lieux fortifiés, mieux adaptés à la situation du moment26.

MORPHOLOGIE ET IMPLANTATION DES CHÂTEAUX DES Xe-XIe SIÈCLES

31La multiplication des châteaux débute dans la seconde moitié du Xe siècle puis prend son plein essor durant le siècle suivant. À la fin du XIe siècle, on en dénombre déjà au moins 80, attestés par les sources écrites ou par l'archéologie.

32La morphologie et l’implantation de ces châteaux sont liées directement à leurs fonctions et aux spécificités du relief. Avant tout, les châteaux ont pour vocation de contrôler les hommes. Ils s’installent donc prioritairement à proximité ou au cœur même des terroirs déjà occupés à l'époque carolingienne. Mais le cloisonnement de la région et la dissémination des hommes dus au relief très accidenté, ainsi que la dispersion de la propriété aristocratique, nécessitent la construction d’un très grand nombre de châteaux pour couvrir efficacement l'espace.

  • 27 Nous emploierons le terme dans un sens légèrement différent de celui utilisé en Italie, où il prend (...)
  • 28 On rencontre aussi parfois des toponymes construits avec petra : Pierregourde, Grospierres.

33Les châteaux sont alors de taille modeste. En effet, ils ne sont aucunement destinés à accueillir une vaste population ou à résister à d’importantes opérations militaires. Leur défense repose pour l’essentiel sur l’usage maximal des potentialités du relief. Le Vivarais et sa topographie tourmentée offrent d’innombrables éperons ou pointements rocheux, plus ou moins aménagés, se prêtant à merveille à l’implantation de forteresses. De fait, ici, point de motte castrale au sens strict du terme, les fortifications constituées de terre rapportée sont rarissimes. Le Vivarais est le royaume de la rocca27. La toponymie castrale évoque clairement la prépondérance du substrat dans ces petites forteresses rurales. Ainsi le mot rocca a participé à la formation d’un grand nombre de toponymes de châteaux : Roche d’Aps, Rochebloine, Rochebonne, Rochecolombe, Rochefort, Rochemaure, Rochemure, Rochessauve28. Toutefois, fondamentalement, le plan d’ensemble de ces fortifications reproduit le schéma classique des châteaux à motte du Xe et du XIe siècles et associe un tertre (ici naturel) à une basse-cour ; fossés secs et remparts complétant la protection naturelle offerte par le relief. De même, il est bien évident que malgré leurs différences morphologiques, motte et rocca sont contemporaines et sont semblables dans leur origine et leur destination.

  • 29 Cf. infra la notice consacrée au château de Seray.
  • 30 Cf. infra la notice consacrée au château du Mézenc.

34Si l’on peut assez aisément mettre en évidence l’existence d’une typologie pour les sites castraux des Xe-XIe siècles, reposant sur des considérations d’ordre topographique, il est, en revanche, considérablement plus difficile de déterminer l’aspect des structures bâties ayant constitué ces premiers châteaux avant le XIIe siècle et la diffusion du donjon quadrangulaire. Celui-ci forme l’élément central, comme nous le verrons ultérieurement, des châteaux vivarois du XIIe et du XIIIe siècles. Toutefois, dès la fin du Xe siècle et le XIe siècle, les pointements rocheux paraissent avoir porté des tours de pierre sommaires ; Seray pourrait en fournir un exemple29. D’ailleurs, la pierre semble d’emblée utilisée dans ces premières constructions castrales. Le château du Mézenc est un exemple particulièrement significatif de ces fortifications de la première génération. Ce château est une énorme rocca bâtie dans les années 950-970 par une très puissante famille d’alleutiers attestée dès le début du Xe siècle. À 1500 m d’altitude, le site s’organise autour d’un haut dyke volcanique jouant le rôle de tertre et dominant une bassecour occupée par au moins sept bâtiments de pierre, dont certains ont pu être datés grâce au radiocarbone des Xe et XIe siècles30.

  • 31 Cela correspond, à peu près, à un site de château pour deux à trois de nos communes actuelles.

35Arrivé à la fin du XIe siècle, le Vivarais s’est donc largement couvert de petites fortifications aux mains d’une aristocratie châtelaine indépendante de toute autorité supérieure. Avec le château, le mandement s’est définitivement imposé au terme d’une évolution de près d’un siècle. Le XIIe siècle et, dans une tout à fait moindre mesure, le XIIIe siècle marquent l’achèvement de la mise en place du réseau castral. On compte alors plus de 170 châteaux en Vivarais, ce qui constitue un maillage très étroit31. L’architecture des châteaux de cette seconde période nous est mieux connue.

LES CHÂTEAUX DES XIIe ET XIIIe SIÈCLES

  • 32 Que les textes médiévaux désignent par le terme fortalicium par opposition au castrum qui, lui, dés (...)

36Le château vivarois du XIIe et du XIIIe siècles apparaît de taille modeste. Seule l’enceinte du bourg castral qui lui est fréquemment associé peut donner une impression d’ampleur. Le château stricto sensu32 présente un aspect massif et ramassé et n’occupe qu’une place modeste dans le castrum. Ces châteaux sont des places fortes de médiocre qualité. Leur potentiel militaire repose encore essentiellement sur la protection qu’offre le relief très escarpé, parfois renforcé par un fossé, et par la masse de maçonnerie, pour l’essentiel aveugle, que peut opposer le château à un éventuel assaillant.

37Le triptyque donjon-chemise-aula définit pour l’essentiel ces châteaux. Les donjons, cœurs du château, sont généralement de hauts bâtiments de plan carré ou presque carré : de 15 à 25 m de hauteur pour des dimensions hors œuvre allant de 5 m de côté pour les plus petits à près de 11 m pour les plus grands (la moyenne se situant autour de 6 à 7 m). Ils évoquent très largement les Bergfriede germaniques et s’inscrivent pleinement dans la série des tours dites languedociennes : le rez-de-chaussée est constitué d’une basse-fosse aveugle ; l’accès se fait au premier ou au second étage ; les ouvertures sont réduites au strict minimum ; les niveaux sont souvent planchéiés ; les circulations intérieures se font, en général, au moyen d’échelles de bois ; les éléments de confort (latrines, lavabo, placard mural, etc.) sont des plus rares, voire inexistants ; la défense est, à l’exclusion des hourds de bois, passive (pas de créneaux dans le premier état, véritables archères rares et tardives).

38Les seigneurs châtelains ne résident pas dans ces donjons. Ils vivent soit dans l’aula qui accompagne celui-ci (Montréal nous en offre encore un bel exemple), soit dans des bâtiments résidentiels situés dans le bourg castral. Le XIIIe siècle voit quelques rares tentatives d’amélioration de ces tours, notamment par le choix de nouveaux plans (donjons circulaires d’Arras ou de Chadenac, donjons rectangulaires d’Ay ou de Saint-Montan) ou par la mise en œuvre de quelques aménagements résidentiels (escaliers en pierre pris dans les maçonneries, latrines, systématisation du voûtement, etc.). Mais l’évolution de l’architecture castrale que l’on constate dans d’autres régions de France, sous l’impulsion des architectes royaux, ne connaît ici qu’un très tardif écho.

39Au XIIe et au XIIIe siècles, la seigneurie utile des châteaux et des châtellenies est pour l’essentiel aux mains des nombreux lignages de l’aristocratie locale, héritiers des lignages qui se sont affirmés au XIe siècle. Plusieurs châteaux sont même encore allodiaux à la fin du XIIIe siècle. Au sein de cette aristocratie s’établit toute une gradation où les lignages de coseigneurs de médiocre envergure (les Banne, les Borne…) côtoient des lignages possédant deux ou trois castra (les Itier, les Châteauneuf-de-Boutières, les Retourtour…) ou encore quelques rares lignages se hissant au niveau des princes, tels que les Montlaur (Laffont 1998a). La seconde moitié du XIIe siècle et surtout le XIIIe siècle marquent le retour politique des comtes (dauphins de Viennois, comtes de Valentinois, comtes de Toulouse), des évêques (Vienne, Valence, Viviers, Le Puy) et des souverains (empereurs germaniques et surtout roi de France, toutefois pas avant la seconde moitié du XIIIe siècle pour ce dernier). Mais ces grands personnages, à l’exception notable des comtes de Valentinois qui mènent une active politique d'achats et d'alliances matrimoniales en Vivarais, n’ont la seigneurie immédiate que d’un petit nombre de châteaux. Leur autorité se lit alors essentiellement au travers des relations féodovassaliques établies avec l’aristocratie locale. Mais s’ils parviennent au XIIIe siècle à obtenir l’hommage (souvent par des reprises en fief monnayées) de bon nombre de lignages pour leurs châteaux et leurs castra, ces hommages ne prêtent, cependant, guère à conséquence quant à l’autonomie des sires et à l’autorité réelle qu’exercent sur eux les princes. Dans les faits, les princes sont reconnus et puissants politiquement là où leurs domaines propres leur donnent les moyens d’agir en seigneur féodal.

40Par ailleurs, il faut noter l’importance de la coseigneurie en Vivarais durant les XIIe et surtout XIIIe siècles : plus de 30 % des châteaux et des castra sont concernés. Celle-ci a un impact direct - sans être systématique - sur l’architecture castrale, puisque le régime de la coseigneurie entraîne dans un certain nombre de cas le fonctionnement simultané sur un même site de plusieurs châteaux mitoyens. On en rencontre ainsi deux à Montréal, à Cornillon, à Montbrison ou à Mirabel ; à Vogüé - cas extrême - on dénombre cinq fortifications contemporaines dans le castrum ou jouxtant immédiatement celui-ci (Laffont 2000a).

41Mais au XIIe et au XIIIe siècles - et même au-delà - la puissance d’un château se mesure surtout à l’importance et à la vigueur de l’habitat dont il a pu susciter le développement.

L’INCASTELLAMENTO EN VIVARAIS

42Le dernier quart du XIe siècle voit l’amorce d’un phénomène d’ampleur dans l’histoire du peuplement et de l’occupation du sol en Vivarais : l’incastellamento ou “enchâtellement”, conséquence directe sur l’habitat paysan de la multiplication des châteaux. L’habitat dispersé hérité de la période carolingienne connaît alors une profonde mutation. Une partie de celui-ci se regroupe désormais au pied des châteaux ; l’association des deux structures, habitat et château, formant ce que les textes médiévaux désignent, à partir des dernières années du XIe siècle, par le terme castrum.

  • 33 Le lien entre route et château est ici fondamental. Que la route ait attiré le château ou, plus rar (...)

43Ce phénomène d’incastellamento, qui s’achève pour l’essentiel au XIIe siècle, se réalise à la faveur de la convergence de plusieurs facteurs. Certes, le besoin de sécurité des populations rurales y participe mais sont déterminants le désir des seigneurs châtelains d’accroître leurs revenus en plaçant les hommes du mandement immédiatement sous leur contrôle et, surtout, la volonté de ceux-ci de créer de nouveaux pôles économiques, susceptibles de les enrichir grâce aux diverses taxes qu’ils pourront y prélever dans le contexte d’une économie en plein essor et d'une démographie soutenue après l’atonie du haut Moyen Âge33. L’immense majorité des châteaux vivarois des Xe-XIIIe siècles (plus de 80 % d’entre eux) ont entraîné la création d’un castrum.

44Mais cette profusion ne modifie pas à grande échelle la carte de répartition des hommes. En effet, si certains castra ont pour origine la volonté de conquête de nouveaux terroirs (Montchal ou Iserand par exemple), la plupart d’entre eux s’établissent immédiatement en surplomb des terroirs déjà peuplés. Les déplacements de population ne se font pas sur de grandes distances mais s’opèrent au sein même de l’ancienne villa carolingienne, où une part notable de la population se concentre désormais en un point précis.

45Ces castra, dont l’apogée se place au XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle, présentent des morphologies variables. Si certains se contentent de regrouper de façon sommaire quelques maisons au pied du château, sans enceinte et sans lieu de culte, un grand nombre d’entre eux présente une taille plus importante et se caractérise surtout par la présence de structures collectives : place, lieu de culte et souvent enceinte. Quelques-uns ont connu une remarquable réussite dans le temps, ainsi la principale ville de l’actuel département de l’Ardèche - Aubenas - est un bourg d’origine castrale et nombre de chefs-lieux de canton sont d’anciens bourgs castraux fondés au XIe ou au XIIe siècle (Antraigues, Joyeuse, Le Cheylard, etc.). L’existence d’enceinte dans ces castra n’est pas systématique ; en revanche, la plupart d’entre eux ont disposé d’un lieu de culte. Cependant, à quelques exceptions près, ces lieux de culte sont restés jusqu’au XVe siècle, et parfois jusqu’au XVIe siècle, de simples chapelles, succursales d’églises paroissiales situées hors des castra à l’emplacement d’églises du haut Moyen Âge (Aps fournit à ce propos un exemple tout à fait remarquable). Si la multiplication des bourgs castraux a entraîné la création de nombreux lieux de culte, elle a toutefois peu modifié la carte du réseau paroissial, au sens strict du terme, jusqu’à la fin du Moyen Âge.

46Enfin, si les castra sont innombrables au XIIIe siècle, ils sont loin de rassembler tous les hommes des châtellenies. En raison du morcellement de la propriété foncière, de l’importance de l’alleu et de la dispersion des hommes, inhérente au cloisonnement géographique des terroirs, l’habitat dispersé reste important au sein de chaque châtellenie. De même, une autre forme d’habitat groupé plus ancienne, le bourg ecclésial, initiative des établissements monastiques ou des seigneuries épiscopales, fait concurrence au castrum au sein de la châtellenie.

ET AU-DELÀ DU XIIIe SIÈCLE ?

  • 34 Sauf rares exceptions, et encore il n’est pas totalement assuré que les châteaux fondés dans le pre (...)
  • 35 ADA 1 J 529 fi 62-63 r°.
  • 36 Cf. infra la notice consacrée au château de Cornillon.

47La carte de répartition des châteaux vivarois ne voit pas de modifications majeures jusqu’au règne de Charles V34. Peu de nouveaux châteaux sont construits, l’heure étant surtout aux maisons fortes ou aux résidences urbaines pour l’aristocratie. De même, l’architecture des châteaux ne connaît pas de bouleversements importants avant les années 1360. Cornillon est un excellent exemple de la situation du réseau castral vivarois au milieu du XIVe siècle, au début de la Guerre de Cent Ans. Le site est visité au mois d’octobre 1367 par le bayle épiscopal de Largentière35. Il est alors en très mauvais état, sans doute plus ou moins à l’abandon, et présente une architecture qui est encore assurément celle des XIIe-XIIIe siècles36.

  • 37 ADA 36 J 12 n° 1 ; ADR EP 120 n° 4 ; Mémoires historiques sur le Vivarais, t. 2, p. 84 ; AN P 1396 (...)

48À l’instar le XIe siècle, les dernières années du XIVe siècle et le XVe siècle apparaissent comme une période charnière pour le réseau castral vivarois. La nouvelle politique de mise en défense du royaume initiée par le roi Charles V, dès son avènement en 1364, et poursuivie sous Charles VI se traduit par la construction de nouvelles fortifications urbaines et villageoises (remparts, fortifications d’église). Elle se caractérise aussi par l’abandon définitif de nombreuses vieilles forteresses (Brion ou Raphaël par exemple) trop difficilement adaptables aux conditions du temps et, de plus, susceptibles de servir de refuges aux bandes qui parcourent les campagnes. Mais, parallèlement, d’importants travaux de réfections sont entrepris sur les châteaux anciens qui sont maintenus en fonction : le château de Thorrenc est refortifié en 1364 ; celui de Pierregourde l’est en 1384 ; celui du Mézenc en 1408 ; celui d’Argental en 1415 ; celui de Géorand en 1418 ou, encore, celui de Labâtie-de-Crussol en 143537. Outre la remise en état de bâtiments ou de courtines souvent proches de la ruine, ces campagnes de travaux se caractérisent notamment par le crénelage systématique des donjons, la mise en place de mâchicoulis ou encore la multiplication d’ouvertures de tir plus spécialisées. Ce renforcement du potentiel défensif s’accompagne aussi de l’adaptation de ces châteaux aux nouvelles exigences de confort (luminosité, chauffage, hygiène et gestion de l’eau, etc.) qui s’imposent alors dans les résidences aristocratiques. Le château n’est pas seul concerné par les évolutions qui marquent les 150 dernières années du Moyen Âge. L’habitat, qui l’accompagne très souvent depuis la fin du XIe siècle, évolue aussi. Cela se traduit principalement par la désertion de nombreux castra. Les habitats situés dans des conditions topographiques difficiles, à distance des meilleurs terroirs agricoles et des axes de circulation majeurs, ne survivent pas aux crises - surtout démographiques et économiques - des années 1350-1450. Le redéploiement de la population au sortir de celles-ci, alors que la paix revient dans le royaume et que les hommes moins nombreux peuvent choisir les terres les plus riches, entraîne dans la ruine et l’oubli de nombreux habitats issus de l’incastellamento des XIe et XIIe siècles (le premier exode rural du XIXe siècle en achèvera d’autres ! Saint-Marcel-de-Crussol ou Grospierres par exemple).

49Un peu plus tard, les Guerres de Religion des XVIe et XVIIe siècles, très virulentes dans la région, et la relative stabilité qui suit la Paix d’Alès en 1629, apparaissent comme une autre période charnière dans le domaine de la construction castrale. Là encore, d’importants travaux sont réalisés dans les forteresses héritées de la période précédente, notamment pour les adapter aux armes à feux ou pour en conforter l’aspect résidentiel (Dieltiens 2003).

50Ces importantes évolutions de la fin du Moyen Âge et de l’Époque Moderne vont considérablement contribuer à occulter les châteaux des Xe-XIIIe siècles : soit ceux-ci ont été abandonnés précocement et ne se présentent plus aujourd’hui que sous forme de ruines très avancées, soit les travaux postérieurs ont fait disparaître les bâtiments plus anciens. Dans certains cas toutefois, plus heureux, ces travaux tardifs ont comme fossilisé les fortifications préexistantes (à Boulogne ou à Largentière par exemple).

Notes

1 Celui-ci correspond approximativement au territoire de la cité antique d’Alba Helviorum.

2 Sur les circonscriptions administratives du Vivarais et sur leur évolution de la fin du Moyen Âge au début du XIXe siècle, cf. Cholvy 1998, p. 93 sq et Molinier 1976, p. 9 sq.

3 Soit les communes de Fay-sur-Lignon, Chaudeyrolles, Les Vastres, Pradelles (dont l’ancienne paroisse de Saint-Clément-sous-Pradelles), Arlempdes, Lafarre, Saint-Arcons-de-Barges, Saint-Etienne-du-Vigan, Saint-Paul-de-Tartas et Vielprat.

4 Beaulieu (commune du même nom) ; Berrias (commune de Berriaset-Casteljau) ; Casteljau (commune de Berrias-et-Casteljau) ; Chambonas (commune du même nom) ; Chassagnes (commune des Vans) ; Gravières (commune du même nom) ; Naves (commune des Vans) ; Orgnac (commune d’Orgnac-l’Aven) ; Saint-André-de-Cruzières (commune du même nom) ; Saint-Sauveur-de-Cruzières (commune du même nom) ; Saint-Martin-d’Ardèche (commune du même nom) ; Les Vans (commune du même nom). Ces communes sont dans le canton des Vans et pour partie dans ceux de Joyeuse et de Bourg-Saint-Andéol.

5 Ainsi lors de l’épisode du détachement temporaire du Vivarais viennois de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire au profit de la sénéchaussée de Lyon entre 1313 et 1320 (Histoire du Vivarais, t. II, p. 146-150), le château d’Argental est expressément mentionné dans un acte de 1313 comme appartenant auparavant à la sénéchaussée de Beaucaire (ADL 1 J 196).

6 Un rattachement de Bourg-Argental au département de l’Ardèche a été envisagé durant la Révolution (Molinier, 1976 p. 20). De même les paroisses de Pailharès, Nozières et Colombier-le-Jeune, qui sont des enclaves foréziennes en Vivarais durant l’Époque Moderne, sont pour la période qui nous intéresse ici tout à fait vivaroises.

7 Le Vivarais mesure environ 140 km du nord au sud et près de 80 km dans son extension maximale est-ouest.

8 L’ouvrage de base fondamental pour qui veut s’ouvrir à la géographie physique et humaine du département de l’Ardèche reste celui de Pierre Bozon (Bozon 1961).

9 Du VIe au XIe siècle, le diocèse de Viviers relève de l’archevêché d’Arles, il passe ensuite à celui de Vienne. Les extensions au-delà du Rhône des diocèses de Valence (Vivarais valentinois) et de Vienne (Vivarais viennois) appartiennent, quant à elles, durant tout le Moyen Âge, à l’archevêché de Vienne.

10 Sur le réseau routier en Vivarais au Moyen Âge, cf. Brechon 2000.

11 Il faut relever les cas un peu particuliers de Viviers et de Bourg-Saint-Andéol, attestés comme chefs-lieux de mandements, mais où il ne semble pas y avoir eu de fortification autre que le palais épiscopal, renforcé par l’enceinte entourant la ville.

12 Bien que désignés uniquement par des toponymes dérivés du latin castellum par l’intermédiaire de l’occitan castelàs, les sites du Chastelas de Chauzon ou du Chastellas de Gras rentrent sans doute dans cette catégorie.

13 Cf. infra la synthèse sur le phénomène castral en Vivarais du Xe au XIIIe siècle.

14 Pour une description de ceux-ci, cf. Laffont 1998a, t. I, p. 7-25.

15 Exemple : mention vers 1095 de Sigibodus, miles de Peyrau (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XXIX).

16 Exemple : vers 1100-1110, mention de Pétronille d’Ajoux dans un acte passé au profit du prieuré casadéen de Saint-Julien-d’Orcival (Cartulaire de Saint-Julien-d’Orcival n° 32).

17 Sur l’évolution de l’anthroponymie aristocratique en Vivarais au XIe siècle, Laffont 1998a, t. I, p. 206-208.

18 On notera ici que le toponyme «  La Motte  » et ses dérivés ne permettent en aucun cas en Vivarais, contrairement à d’autres régions voisines, de mettre en évidence des fortifications de terre anciennes. Ce toponyme est loin d’être inexistant, mais il désigne toujours une maison forte du bas Moyen Âge, sans doute en référence aux aménagements fossoyés qui la protégeaient. Cf. les exemples des maisons fortes de « La Motte » à Accons, « La Motte » à Chassiers, « Les Mottes » à Saint-Lager-Bressac, etc.

19 Privas 1909 ou Benoît-d’Entrevaux 1914 par exemple. L’ouvrage de Michel Riou (Ardèche, terre de châteaux) n’est paru qu’à la fin de l’année 2002 alors que notre travail d’inventaire était déjà clos. Supérieur aux ouvrages précédents, il reste cependant succinct pour la période médiévale, se limitant à la présentation de quelques sites spectaculaires.

20 On mentionnera ici pour mémoire une tentative de synthèse en 1984 sur les liens existants entre réseau paroissial et réseau castral en Vivarais (Salch, Fèvre 1985). Les graves carences du corpus utilisé alors rendent ce travail aujourd’hui tout à fait obsolète.

21 À quelques exceptions près, cf. par exemple Privas 1909 ou Favre 1961.

22 Ces travaux, qui ont duré quelques années, n’ont cependant pas été publiés ; les rapports de fouilles (Aulanier et alii 1976-1979) sont consultables au Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes.

23 Cf. infra la notice consacrée à Viviers.

24 À titre d’exemple, on pourra citer les sites du « Camp de Saint-Maurice » (dit aussi «  Rochers de Carabasse  ») sur la commune de Beaulieu, du «  Castelas de Baravon  » sur la commune de Gras, de «  Bois-Saint-Martin  » à Labeaume ou encore de «  Saint-Etienne-de-Dions  » sur la commune de Saint-Marcel-d’Ardèche.

25 Exception faite sans doute des sites de Tournon, de Sampzon, de Viviers et de Casteljau, vraisemblablement occupés sans discontinuité durant tout le Moyen Âge.

26 Nous ne connaissons pas en Vivarais d’exemple de château ayant succédé directement à un site de curtis sur le modèle célèbre de Doué-la-Fontaine (Boüard 1973-1974) ou, plus proches de nous, de Villard-les-Dombes dans l’Ain (Poisson 1994) ou d’Olby dans le Puy-de-Dôme (Gaime et alii 1999). Il faut remarquer que les mottes castrales classiques (c’est-à-dire constituées d’un tertre de matériau meuble rapporté) n’existant probablement pas dans le secteur étudié, il ne peut y avoir phénomène d’emmottement et, donc, de fossilisation de structures préexistantes.

27 Nous emploierons le terme dans un sens légèrement différent de celui utilisé en Italie, où il prend plus largement le sens de noyau castral du castrum. En revanche la rocca, dans l’acception que nous lui donnons, peut être considérée comme l’équivalent de la motte d’éperon, telle que la définissait le colloque de Caen en 1980 (Les fortifications de terre en Europe occidentale 1981, p. 6).

28 On rencontre aussi parfois des toponymes construits avec petra : Pierregourde, Grospierres.

29 Cf. infra la notice consacrée au château de Seray.

30 Cf. infra la notice consacrée au château du Mézenc.

31 Cela correspond, à peu près, à un site de château pour deux à trois de nos communes actuelles.

32 Que les textes médiévaux désignent par le terme fortalicium par opposition au castrum qui, lui, désigne l’ensemble «  château + habitat subordonné  ».

33 Le lien entre route et château est ici fondamental. Que la route ait attiré le château ou, plus rarement, que le castrum ait détourné la route vers lui. Sur tous ces points, Brechon 2000, t. 2/2, p. 454 sq.

34 Sauf rares exceptions, et encore il n’est pas totalement assuré que les châteaux fondés dans le premier tiers du XIVe siècle (La Chèze, Pampelonne par exemple) ne soient pas des maisons fortes à l’origine.

35 ADA 1 J 529 fi 62-63 r°.

36 Cf. infra la notice consacrée au château de Cornillon.

37 ADA 36 J 12 n° 1 ; ADR EP 120 n° 4 ; Mémoires historiques sur le Vivarais, t. 2, p. 84 ; AN P 1396 1 ; Besson, Michaux 2001 p. 256-257 ; ADD E 2666 f° 229 v°.

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540