Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaise, un quartier de Lyon antique

 | 
Éric Delaval
, 
Catherine Bellon
, 
Jacqueline Chastel
, 
et al.

Synthèses

Les découvertes funéraires

Laurence Tranoy

Texte intégral

  • 1 Sur l’hypothèse d’une enceinte et la définition de son tracé voir : A. Desbat, L’enceinte de Lyon a (...)

1L’installation de la colonie sur la colline de Fourvière a entraîné le développement d’un urbanisme sur un offrait au plateau qui premier noyau d’occupation une assiette nettement circonscrite par les pentes de la colline1. A l’ouest et au nord de la colonie, les espaces funéraires étaient articulés sur un réseau de voies dont les tracés restent encore pour une grande part hypothétiques. Des quartiers funéraires se sont également développés à l’est du Rhône à la Guillotière, le long de la rive gauche de la Saône, ainsi que sur la colline de la Croix-Rousse.

2Les observations anciennes comme les découvertes récentes ont révélé que les nécropoles ne formaient pas cette ceinture homogène que l’on a tendance à imaginer à l’entrée des villes antiques. Il apparaît bien au contraire que, hors du périmètre urbain, les tombes avoisinaient des installations artisanales et des habitats.

  • 2 Sidoine Apollinaire, epist. III, 12 et epist. V, 17.
  • 3 A. Allmer et P. Dissard, Trion, Lyon, 1888.
  • 4 L. Tranoy, Nécropole de la Favorite à Lyon, dans Nécropoles à Incinérations du Haut-Empire, Table-r (...)
  • 5 - Selon A. Audin, reprenant en cela des thèses émises par A. Allmer et P. Dissard dans : Trion, 188 (...)

3C’est au sud-ouest de la colonie que l’extension du quartier funéraire de Lugdunum paraît avoir été la plus importante durant toute l’Antiquité. Parmi toutes les épitaphes découvertes à Lyon (plus de 600), celles qui proviennent de ce secteur sont les plus nombreuses (environ 50 %). Sidoine Apollinaire, dans la seconde moitié du Ve s. ap. J.-C., porte témoignage du cimetière occidental,2 mais ce n’est qu’au XIXe s., près de l’actuelle place de Trion, qu’ont été dégagés plus d’une dizaine de mausolées, situés à la sortie de la ville, le long d’une voie et datés de l’époque augustéenne3. L’importance de ce secteur a été confirmée ces dernières années lors de fouilles4, proches du carrefour de Trion et le long de la rue de La Favorite5. Plusieurs centaines de tombes découvertes à l’issue de ces opérations complètent le lot déjà important des sépultures connues uniquement par des épitaphes, trouvées la plupart du temps hors de leur contexte d’origine ou en remploi, mais toujours concentrées du côté occidental et méridional de la ville antique.

  • 6 Ce corpus intègre le secteur de la rue Pierre-Audry, situé au sud de Vaise, qui donnera lieu à une (...)

4Le corpus des découvertes proposé ici (qui rend seulement compte de l’état présent de la documentation6) met également en évidence l’extension des nécropoles le long du flanc nord-ouest du plateau de la Sarra, jusque vers la plaine de Vaise et les berges de la Saône, en raison sans doute du rôle attractif joué par les voies. Il réunit deux types de documents : découvertes in situ et vestiges, le plus souvent épigraphiques, privés de leur lien avec les sépultures et même avec le lieu de l’enterrement.

5Le caractère fortuit de beaucoup de ces découvertes et l’absence de fouilles exhaustives sur une superficie importante, quai Arloing excepté, contrarient quelque peu l’approche topo-chronologique qui permettrait d’apprécier le rythme du déploiement des sépultures dans ce quartier comparé à celui de Trion. La série exhumée permet toutefois d’établir des relations entre les modes d’ensevelissement adoptés ici et ceux connus pour d’autres secteurs. Les documents épigraphiques sont nombreux - 75 épitaphes - et dans certains cas la conservation du lien avec la sépulture présente un intérêt majeur, mais, le plus souvent, la disparition de cette connexion compromet l’analyse des rituels et des composantes sociales de ces divers ensembles funéraires.

6Les données rassemblées dans cette conclusion porteront donc d’une part sur les problèmes chronologiques et d’autre part sur le mode d’ensevelissement et la répartition topographique des sépultures.

7Ces quelques questions sont abordées en respectant en partie la classification par quartier adoptée par les auteurs du corpus.

CHRONOLOGIE

  • 7 Pour l’ensemble des datations, les articles de référence sont : A. Audin, Y. Burnand, La chronologi (...)

8La datation d’un grand nombre de tombes repose uniquement sur les critères épigraphiques proposés par A. Audin et Y. Burnand7. Ce classement chronologique qui ne saurait constituer à lui seul un repère totalement fiable, devrait être soumis à une discussion qui ne sera pas abordée ici. Nous utiliserons donc, mais à titre hypothétique, les datations proposées par ces auteurs en signalant toutefois les cas où les données archéologiques les mettent en doute.

VALLON DE GORGE DE LOUP

  • 8 CIL XIII, 2224 et CIL XIII, 2270

9A l’exception de deux inscriptions dont l’emplacement est incertain8, aucune découverte ancienne ne fait état de tombes entre la place de Trion et la plaine de Vaise. Toutefois des trouvailles fortuites (avenue Barthélémy-Buyer) ou des fouilles récentes (rue Pierre-Audry) dévoilent une occupation funéraire dont les vestiges variés - incinérations et inhumations avec ou sans épitaphes, sarcophages, mausolée, enclos - sont la plupart du temps in situ.

PREMIERE MOITIÉ DU IER SIÈCLE

  • 9 AE, 1973,333.
  • 10 A. Audin, Note d'épigraphie lyonnaise, Latomus, 33, 1974, fasc. 1, p. 99.
  • 11 AE, 1975,615.

10L’épitaphe la plus précoce est celle de l’affranchi C. Iulius Seleucus9, (notice n° 12 du corpus), sans que la liaison avec une tombe précise ait put être établie. L’emploi du nominatif pour le nom du défunt et la formule finale, hic adquiescit, permettent de placer cette inscription dans la première moitié du 1er s., parmi les plus anciennes trouvées à Lyon10. Les incinérations provenant de ce site sont également datées de la première moitié du 1er s., proposition à considérer toutefois avec circonspection11.

11Une incinération primaire du site de “la Contrescarpe” (77, 79 rue Pierre-Audry) pourrait appartenir d’après son mobilier au deuxième quart du 1er s.

FIN DU IER SIÈCLE

  • 12 Vers 70 pour la première, entre 50 et 70 pour la seconde.
  • 13 La présence de tessons de céramique sigillée claire Β dans le remblai d’installation des maçonnerie (...)
  • 14 M. et Y. Burnand, L’autel funéraire d’Aufidia Antiochis à Lyon, Gallia, 34, 1976, p. 300.
  • 15 M. et Y. Burnand, op. cit., p. 310.

12Trouvé en place à environ 60 m de la rue Pierre-Audry, côté ouest12, l’autel d’Aufidia Antiochis13, (notice n° 2) en marbre blanc, traité sur un mode architectonique “imitant les grands tombeaux familiaux”14, est situé dans le dernier quart du Ier s.15

13Les quinze incinérations fouillées plus bas, (notice n° 8), ainsi que la stèle en remploi dans un aqueduc, appartiennent au même contexte chronologique.

  • 16 AE, 1975, 615.
  • 17 Vers 70 pour la première, entre 50 et 70 pour la seconde.

14Sur le gisement, “Les Jardins de la Sarra”, (notice n° 12) l’inscription de Clemens16 est également associée à l’époque flavienne17.

15La situation est plus complexe sur le site de “La Contrescarpe” (notice n° 9) où un niveau de tombes tardives couvrait en partie des sépultures plus anciennes, du 1er s. Deux de ces incinérations sont de la fin de ce même siècle, mais seul un échantillon très réduit de ce niveau inférieur ayant été fouillé, il est impossible de savoir précisément à quelle période les premières sépultures apparaissent à cet endroit.

IIE SIÈCLE

  • 18 La présence de tessons de céramique sigillée claire Β dans le remblai d'installation des maçonnerie (...)

16Cette époque est assez mal représentée. Quelques indices signalent que les deux enclos découverts (notice n° 13) ne sont pas antérieurs au IIe s.18.

  • 19 AE, 1973, 335.
  • 20 A. Audin, Latomus, 33, op. cit., p. 101.
  • 21 Y. Burnand, La datation des épitaphes romaines de Lyon : Remarques Complémentaires, Inscriptions La (...)
  • 22 A. Audin, Latomus, 33, op. cit., p. 101.

17Sur le site “Les Jardins de la Sarra”, (notice n° 12) l’épitaphe de Iul(ius) Maximus19, que A. Audin place autour de 70,20 est estimée plus récente par Y. Burnand qui propose le début du IIe s.21. Un autel anépigraphe, pourvu d’un disque supérieur, relèverait, d’après sa taille et son décor, du début du IIe s.22.

FIN IIE-IIIE SIÈCLE

  • 23 ILTG, 251.
  • 24 Avant l’édit de Caracalla sur la citoyenneté : Y. Burnand, op. cit., Collection du C.E.R.G.R., NS, (...)

18L’autel de Danfeianus23, trouvé en 1958 (notice n° 5), présente des caractéristiques invitant à le dater de la deuxième moitié du IIIe s. ; toutefois l’usage d’un nom unique évoque un statut de pérégrin qui le placerait par là même avant la première décennie du IIIe s.24.

19Le site de “La Contrescarpe” (notice n° 9) a livré trois enclos contenant des incinérations ainsi que douze socles creusés d’un loculus pour l’ume, surmontés à l’origine par des autels dont trois sont conservés sur place. Autour de ces sépultures sont groupées quarante et une incinérations secondaires (en urne ou en terre) et trois inhumations.

  • 25 AE 1973, 336 et 337.
  • 26 A. Desbat, Les céramiques fines rhodaniennes à vernis argileux dites sigillées claire B et luisante (...)

20Des “Jardins de la Sarra” (notice n° 12) proviennent deux inscriptions25 et une urne en sigillée claire B, forme Desbat 73,26 se rapportant à cette époque.

IVE SIÈCLE

21Deux inhumations du gisement de “La Contrescarpe” (notice n° 9) sont placées par l’analyse au Carbone 14, au milieu du IVe s. et une troisième en bâtière pourrait appartenir également au IVe s.

22Ce sont les sites qui occupent la partie est de la rue Pierre-Audry, à environ 220 m d’altitude, qui ont fourni le plus de données. Dans l’état actuel de la documentation, nous devons constater l’absence de tombe précoce (qu’on peut situer autour du changement d’ère) ; une seule inscription, celle de C. Iulius Seleucus, est datée de la première moitié du 1er s. et elle a été trouvée à environ 750 m des mausolées augustéens de Trion. Le développement de la nécropole sur cette partie du versant semble donc s’amorcer surtout à partir de la fin du 1er s. et se poursuivre au moins jusqu’au IIIe s.

PLAINE DE VAISE

23Au débouché du vallon, les tombes sont beaucoup moins nombreuses et leur découverte n’est pas antérieure à 1950.

IER SIÈCLE

  • 27 Cf. contribution de L. Tranoy dans l’article de C. Bellon, infra.

24Les deux incinérations les plus anciennes sont situées sous la rue du Sergent Michel-Berthet (dans le prolongement de la rue Pierre-Audry) ; elles recèlent du mobilier de la période claudienne. Un peu plus au sud trois incinérations sont datées de l’époque flavienne (notice n° 17)27.

  • 28 L’une d’entre elles renfermait une monnaie à l’effigie de Caligula, ce qui pourrait signaler un con (...)

25Dans la partie nord du versant, cinq incinérations du 1er s., sans plus de précision28, sont apparues dans des sondages (notice n° 18).

  • 29 ILTG 248, 249, 260.
  • 30 A. Audin, Y. Burnand, op. cit., 1959, p. 322 et tableau II.

26Sur le même secteur, en 1949, des travaux avaient mis au jour, en retrait de la route vers l’est, une urne en pierre non datée et les trois inscriptions de M. Carpinarius, Veratius et M. Aurelius Anicius29, datées du milieu du Ier s.30, entre 40 et 70, fourchette chronologique qu’il conviendrait sans doute d’élargir (notice n° 19).

27Parmi les six inhumations qui bordaient à l’est le tronçon de voie découvert plus au nord, deux ont put être aménagées entre la fin du 1er s. et le début du IIe s.

FIN DU IIE-IIIE SIÈCLE

28Dans ce secteur, la tombe la plus récente, de la fin du IIe s. ou du début du IIIe s., est celle qui renfermait quatre chevaux et quatre hommes.

29Le hiatus constaté pour le IIe s. doit être relativisé : plusieurs inhumations ne sont pas datées, faute de mobilier et certaines fourchettes chronologiques, établies uniquement à partir de l’examen du mobilier, ne peuvent pas bien entendu tenir compte du laps de temps écoulé entre la fabrication d’un objet et son dépôt dans une tombe.

ÉGLISE SAINT-PIERRE DE VAISE ET ABORDS

  • 31 J.-F. Reynaud, Lyon aux premiers temps chrétiens : basiliques et nécropoles, Guides Archéologiques (...)

30Dès l’époque paléochrétienne sans doute, les constructeurs de la basilique funéraire31 employèrent des matériaux provenant de nécropoles plus anciennes. Parmi les trente quatre blocs découverts, en remploi dans les fondations de l’édifice, vingt huit sont des épitaphes (notice n° 21). A ces vestiges il faut ajouter des fragments d’architecture, un bas-relief et une urne en céramique découverts lors du creusement des tranchées pour la nouvelle église, ainsi que deux inscriptions trouvées non loin, rue Saint-Pierre-de-Vaise.

  • 32 C’est entre 1844 et 1846 que la plus grande partie de ces vestiges a été prélevée.
  • 33 Cf. A. Allmer et P. Dissard, op. cit., 1888, p. cxlv.
  • 34 A. Audin, Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, 1958, p. 143.
  • 35 A. Audin, Lyon miroir de Rome, Paris, 1979, p. 177.
  • 36 CIL, XIII, 1936.
  • 37 “dans le mur du jardin des Génovéfains” : Millin, Voyage, 1, p. 507 et F. Artaud, Notice, 1816, p. (...)

31Tous les auteurs, depuis cette découverte majeure au XIXe s.32, s’accordent pour situer à Vaise33, et plus précisément aux alentours immédiats de l’église34, une importante nécropole à dominante sociale riche : “Riche par le nombre des monuments, autant que par l’importance de certains d’entre eux et par la qualité de ses “habitants”35. Mais la “richesse” d’une nécropole, mesurée uniquement à partir de blocs trouvés en remploi dans un édifice, reste toute relative : les constructeurs n’ont bien évidemment prélevé de la nécropole que les éléments qui leur étaient nécessaires, d’où cette concentration de vestiges, témoins d’une aptitude à l’ostentation propre à une catégorie aisée de la population. Au vu des nombreuses découvertes dans ce secteur, et surtout, d’ailleurs, le long de la berge droite de la Saône, on constate, certes, le développement d’un quartier funéraire en contre-bas de l’éperon de Loyasse. Cependant le caractère hypothétique du rassemblement, sur le site même de l’église, de tombes “riches,” voire monumentales, est renforcé par la découverte de l’inscription de M. Antonius Sacer36 en deux fragments : l’un à Saint-Irénée37, dans un quartier proche de Trion, et l’autre en 1845, dans les fondations de l’église. La dispersion d’une même inscription sur ces deux sites permet en effet de douter du lieu d’origine de l’ensemble des épitaphes. Si une basilique paléochrétienne s’est implantée à Vaise au voisinage de tombes antiques, dont certaines comportaient des inscriptions, les impératifs de la construction ont pu nécessiter une récupération de matériau sur la colline, sur le vallon de Gorge de Loup ou encore ailleurs, les nécropoles ayant servi de carrière au même titre que les monuments. La nature exceptionnelle de ce prétendu site funéraire ne saurait donc être évaluée seulement à partir de blocs trouvés en remploi dans un seul édifice. Rien ne permet finalement de croire à l’existence d’une nécropole à Saint-Pierre de Vaise.

  • 38 Nous suivons en cela le cadre défini par A. Audin et Y. Burnand, dans REA, 1959, op. cit., mais en (...)

32Si l’on considère la chronologie proposée pour ces épitaphes38, aucune n’est antérieure à l’époque flavienne et les datations les plus récentes pourraient descendre jusqu’au milieu du IIIe s. Parmi les vingt trois inscriptions datées, sept relèvent de la fin du 1er s.-première moitié du IIe s, neuf sont situées entre la deuxième moitié du IIe s. et la première moitié du IIIe s. et sept enfin appartiendraient à la deuxième moitié du IIIe s. ou au début du IVe s.

RIVE DROITE DE LA SAÔNE

  • 39 CIL, XIII, 1938.
  • 40 Il s’agit en fait, d’après la description de Spon, d’une urne en verre avec un couvercle, protégée (...)

33Excepté les opérations réalisées le long du Quai Arloing en 1966-69 et en 1989, les découvertes du XIXe s. sont la plupart du temps hors contexte. Seule l’épitaphe de C. Aucius Celer39, trouvée au XVIIe s. “au faubourg de Vaise”, dans le “jardin Combet” (non localisé dans le corpus) et datée fin 1er - début IIe s., paraît être in situ, car elle est associée à une ume en plomb40.

  • 41 CIL, XIII, 1798, 2105, 2250.

34Les épitaphes de C. Aucius Macrinus, de Claudius Urbanus, et de l’épouse de (,..)ius Reginus41, proviennent de la Grande-Rue-deVaise (notice n° 24). Les deux premières sont placées à la fin du 1er s. ou au début du IIe s., alors que la dernière, sur un sarcophage, est plus récente de deux siècles (240-310).

  • 42 Anciennement quai de Vaise.

35C’est le long du quai Arloing42, dans le prolongement de la Grande-Rue-de-Vaise, que les découvertes ont été les plus importantes :

FIN DU IER SIÈCLE

  • 43 AE, 1976, 430, 431, 432. Pour cette dernière A. Audin et M. Le Glay (Notes d’épi graphie et d’arché (...)

36De cette période, sont datées trois épitaphes, (notice n° 25) : Orbius Carpoforus, Feridia Orbiola et Graeciania Severa43, ainsi que trois tombes de “la Cour Vénitienne” (n° 29-30).

  • 44 CIL, XIII, 2137 et 2217.

37Il faut en outre signaler deux inscriptions localisées quai Pierre-Scize, celles de Firmidius Agrestis et de Montania Agrippine44, situées entre 70 et 115.

IIE SIÈCLE

38Moins bien caractérisée, cette période est représentée uniquement par une inscription aux n° 21-22, l’autel de Marcus Victorinus. La brièveté du texte sert d’argument à une datation haute, alors que l’autel est associé à un sarcophage en plomb, type de réceptacle dont l’usage est situé généralement au IIIe s. Cette remarque confirme la nécessité d’une discussion sur les chronologies traditionnellement admises pour les épitaphes lyonnaises. Sur le site du 29-30, peu de tombes relèvent de cette époque, ou alors elles appartiennent plutôt à la fin du siècle. Là encore se pose le problème des tombes non datées faute de mobilier.

  • 45 CIL, XIII, 1881.
  • 46 CIL, XIII, 2248 et 2302.

39En peu en aval, vers la montée du Greillon, l’inscription de (...)ius Quartus45 est située entre 140 et 240 (notice n° 30). Au niveau du quai Pierre-Scize, les deux épitaphes de Quartius et de Venantia Done46, trouvées l’une dans la Saône, l’autre sans plus de précisions, appartiennent au même contexte chronologique.

IIIE-IVE SIÈCLE

40Au début du quai, n°14, au niveau de l’embranchement avec la Grande-Rue-de-Vaise, les deux sarcophages en plomb exhumés contenaient des monnaies offrant un terminus post quern au milieu du IIIe s. pour l’un et à la fin de ce même siècle pour l’autre (notice n° 24).

  • 47 AE, 1976,434.

41En continuant vers le sud, (notice n° 25), on trouve cinq sarcophages en plomb ainsi que l’épitaphe de l’orientale Pametis47, relevant du début du IIIe, associée à une inhumation. Un sarcophage en pierre est daté entre le IIIe et le IVe s. et une inhumation en bâtière est située par l’inventeur au IV-Ve s.

  • 48 Cf. article infra.

42Un peu plus loin sur le site de la “Cour Vénitienne” (notice n° 26), la majorité des sépultures appartient au IIIe s. ; certaines sont même probablement du début du IVe s48.

  • 49 CIL. XIII, 1960.
  • 50 CIL, XIII, 2028.

43Au niveau de la montée du Greillon (notice n° 30), l’épitaphe de C. Marius49 est placée entre 240 et 310, de même que celle de Secundinia Placidia50 découverte dans la Saône.

44Les découvertes in situ sont localisées exclusivement quai Arloing. Les premières sépultures apparaissent dès la fin du 1er s. mais en faible nombre. Le développement de la nécropole dans ce secteur semble donc être limité pour cette époque à quelques noyaux dispersés. Le deuxième siècle est plus difficile à cerner. Le hiatus observé ici, comme sur les sites de la rue Pierre-Audry, est peut-être à mettre sur le compte d’un problème d’appréciation des datations du mobilier en contexte funéraire, ou d’absence d’indices chronologiques pour certaines sépultures. On ne doit cependant pas exclure un ralentissement de la fréquentation de ces quartiers entre le début et la fin du IIe s. C’est au IIIe s que l’occupation funéraire s’intensifie et cela au moins jusqu’au début du IVe s.

MODE D’ENSEVELISSEMENT ET RÉPARTITION TOPOGRAPHIQUE

45Aux abords de la ville sont construits à l’époque augustéenne les grands mausolées. Vers le sud-ouest, le long de la rue de la Favorite, les sépultures des Ier-IIe s, qui souvent se superposent et se recoupent, ne sont dotées d’aucun aménagement durable ; on note seulement la présence d’un enclos connu uniquement sur un tronçon. Cette nécropole se caractérise en outre par un nombre très élevé d’incinérations primaires (incinérations en place ou busta) ; elle comporte également des incinérations secondaires en urne ou en terre et des inhumations. La densité, comme la simplicité des tombes, contrastent avec la situation rencontrée rue Pierre-Audry.

  • 51 L. Tranoy, Carrefour de Trion - Elargissement de l’avenue Barthélémy-Buyer, Rapport de fouille, Ser (...)
  • 52 Ces tombes sont d’ailleurs peut-être liées par des relations familiales ou sociales aux sépultures (...)

46Proche du carrefour de Trion, l’autel en marbre d’Aufidia Antiochis, de la fin du 1er s., est traité à la manière d’un mausolée. Dans la partie inférieure de cette rue, on manque de documents qui auraient permis, pour ces mêmes périodes, une comparaison avec d’autres secteurs comme la rue de La Favorite. Les diverses interventions ont montré une occupation funéraire plus tardive, fin IIe-début IIIe s., où prédominent une organisation en enclos et une forte densité d’autels ou stèles installés sans doute non loin d’une voie se dirigeant vers le nord, uniquement localisée sur le site du “Quartier-Saint-Pierre” ainsi qu’au carrefour de Trion51. Cela n’exclut pas la présence de tombes modestes, dépôts simples, en pleine terre ou en urne, ou encore busta, établies à proximité d’un dispositif plus spectaculaire52.

  • 53 Les inhumations de cette nécropole, la plupart du temps installées sur les incinérations, mais dénu (...)

47Le rituel de l’incinération en urne se poursuit au IIIe s., à une époque où l’incinération devient plus rare sur le site de “la Favorite”53. Il s’agit pour certaines, de tombes monumentalisées par un autel supportant une inscription. Elles sont en outre disposées sur le flanc est du vallon, formant deux alignements parallèles à l’axe de la voie et en surplomb par rapport à celle-ci.

  • 54 Le gisement de “la Contrescarpe” recelait en outre un niveau inférieur de sépultures plus anciennes (...)

48Ce secteur (qui comprend également les fouilles réalisées plus bas, “Jardins de la Sarra” et “Atlantide”) est donc caractérisé par l’importance des édicules maçonnés et des tombes qui attirent le regard depuis la voie54.

  • 55 Cette remarque rejoint l’analyse de I. Baldassare pour la nécropole d’Ostie qui, pour les tombes d’ (...)

49A la différence de “la Favorite”, les sépultures de “la Contrescarpe” sont très pauvres en mobilier, comme si l’aspect ostentatoire prédominait au détriment des dépôts rituels d’offrandes55.

50De l’autre côté de la rue (au 54 bis), les 14 incinérations primaires du 1er s sont contemporaines des quelques tombes fouillées qui appartiennent au niveau inférieur de “la Contrescarpe”. Le faible nombre de sépultures est sans doute imputable ici à la topographie : en fond de vallon, et en contrebas de la voie antique, (si l’hypothèse de son passage à cet endroit s’avère exacte), le site paraît beaucoup moins propice.

  • 56 D’après les documents photographiques, la position du muret, plaqué contre la paroi rubéfiée, indiq (...)

51L’une des fosses découvertes sur “les Jardins de la Sarra”, détruite avant d’avoir pu être correctement relevée, a été interprétée comme un ustrinum. Cette fosse rectangulaire, de taille réduite et maçonnée au moins sur un des petits côtés56, contenait un remplissage épais de cendres charbonneuses incluant de nombreuses pièces de vaisselle en verre brûlé ainsi que des tiges en fer. Une urne a été prélevée à proximité sans qu’un éventuel lien avec la fosse ait pu être établi. La taille de la fosse pourrait évoquer une incinération primaire mais ces données très lacunaires interdisent toute interprétation définitive.

  • 57 H.-H. Wegner et T. Bechert, Die Ausgrabungen im rômischen Gràberfeld von Moers-Schwafheim Kreis Wes (...)

52Au débouché du vallon, on retrouve sur le gisement de Gorge de Loup (rue Sergent Michel-Berthet) deux incinérations primaires, datées de la fin de la première moitié du 1er s, de morphologie semblable aux grandes tombes julio-claudiennes du site de La Favorite. La taille exceptionnelle de ces fosses, de 2 m à 2,50 m de long, confirme l’existence d’un groupe particulier à Lyon, caractéristique de la première moitié ou du milieu du 1er s. et apparenté aux busta de certaines nécropoles rhénanes57.

  • 58 La plus proche est à environ 1,10 m de la voie.

53L’exploration du bas-côté est de la portion de voie dégagée au pied du versant occidental de l’éperon de Loyasse (cf. Chastel infra) a révélé quelques inhumations relativement dispersées. Rien de comparable ici à la situation rencontrée plus haut : les tombes, parallèles à la voie58, sont peu nombreuses et sans aménagement particulier. Le versant abrupt était sans doute défavorable à une occupation importante.

54Les cinq incinérations rencontrées en sondage, un peu plus au nord, peuvent manifester une propension au regroupement en fonction du rite adopté, phénomène constaté déjà sur d’autres sites lyonnais, qui témoigne peut-être d’un rassemblement de type familial.

55Les trois stèles et les deux autels découverts quai Arloing sont les seuls vestiges, sur une centaine de tombes, témoignant d’une certaine richesse des défunts dans ce quartier. A ces épitaphes, il faut ajouter la tombe maçonnée et les bases d’édicules exhumées au “29-30 quai Arloing”. Pour le 1er s., on trouve deux exemples d’incinérations en place. Le rite du dépôt secondaire perdure là encore jusqu’au IIIe s. sous forme de simples fosses sans signalisation durable. On observe, comme à “la Favorite,” mais dans une moindre mesure, des chevauchements et imbrications de sépultures imputables, dans certains cas au moins, à une disparition des marques, mais relevant peut-être parfois d’une volonté de regroupement.

56L’usage d’ensevelir le défunt dans un cercueil en plomb est attesté à dix reprises le long du quai et deux fois rue Pierre-Audry ; les quatre sarcophages datés par des monnaies ne sont pas antérieurs au IIIe s.

57La voie découverte au “Quartier-Saint-Pierre” se dirigeait vers la Saône où elle rejoignait probablement une autre route aménagée entre la rivière et le versant oriental de l’éperon de Loyasse. Aucune trace de cette voie n’a été jusqu’à ce jour découverte, mais la présence de vestiges de nature diverse, tombes, artisanat, thermes, entre la Saône et la falaise, nécessite qu’ils soient desservis par un passage qui longe la rive.

CONCLUSION

58Le dossier rassemblé dans le corpus des découvertes et les trois interventions présentées dans ce volume apportent un éclairage nouveau sur la topographie des nécropoles, mais la discontinuité des vestiges, due aux hasards des découvertes fortuites ou aux impératifs immobiliers, entrave encore l’analyse chronologique. Si l’on ne retient que les tombes in situ, on en dénombre 134 pour le secteur à l’est de l’éperon de Loyasse (101 incinérations et 33 inhumations) et 93 en bordure de la Saône (16 incinérations et 77 inhumations). Sur une aire géographique aussi étendue, cet échantillon paraît faible comparé à l’importance de la ville et aux 440 sépultures du site de La Favorite. Ces chiffres incitent donc à la prudence et limitent la portée d’une synthèse quelque peu prématurée.

59Ces résultats permettent toutefois des remarques d’ordre chronologique ou topographique.

60Avec l’ensemble des sépultures en place dont nous disposons, la première moitié du 1er s. occupe une place assez réduite. Il semble finalement qu’il n’y ait pas eu d’occupation importante du vallon par des tombes avant la fin du 1er s. En revanche les données sont plus abondantes à partir de l’époque sévérienne. On relève la place importante prise par les autels et les enclos dénotant une certaine richesse dont les tombes de la rue de la Favorite, distantes de la voie et un peu plus éloignées de la colonie, sont dépourvues.

61En suivant le cheminement des découvertes, de Trion jusqu’à la Saône, on observe, en premier lieu, que les contraintes topographiques imposées par le vallon n’ont pas constitué un obstacle à l’aménagement des tombes dans un secteur escarpé. Elles sont en effet étagées sur la pente, à l’est de la rue. En revanche, de l’autre côté, en fond de vallon, la situation était moins favorable en raison probablement des incommodités dues à l’écoulement des eaux.

62A la sortie du vallon, la densité des vestiges funéraires devient très faible : d’importantes superficies sont totalement dénuées de tombes. On peut d’ailleurs se demander si les incinérations claudiennes des fouilles de Gorge de Loup, assez isolées, ne sont pas liées à l’habitat ou à l’artisanat situés à proximité.

63La pauvreté des sépultures le long du tronçon de voie dégagé plus bas, sur le site de la ZAC Saint-Pierre, confirme cette observation.

64Cette apparente discontinuité des vestiges funéraires signale une rupture entre un noyau très dense, particulièrement au Haut-Empire, à Trion, qui se poursuivrait vers le nord à partir de la fin du 1er s., en suivant, dans sa partie haute, une voie descendant vers la Saône, et un deuxième noyau plus tardif, qui se développe le long des berges de la rivière. Entre ces deux secteurs, les tombes dispersées sont, peut-être pour certaines, en liaison avec des habitats péri-urbains.

65Le long du quai, la situation contraste en effet avec celle rencontrée à l’ouest de l’éperon. On y relève une nette prédominance du IIIe s., contexte jusqu’alors très mal connu à Lyon pour les nécropoles. Les incinérations tardives, à la différence de celles de la rue Pierre-Audry, sont de simples fosses et les inhumations sont assez modestes, mais elles renferment néanmoins du mobilier. Elles se distinguent en cela de celles de La Favorite, peut-être contemporaines mais dépourvues en général d’offrandes, et témoignent sans doute d’un niveau social un peu plus élevé ou de pratiques funéraires différentes.

66Quant à la “nécropole de Vaise,” imaginée à partir des épitaphes en remploi dans l’église Saint-Pierre et pressentie comme particulièrement riche, elle n’est nullement attestée à ce jour.

67Les découvertes, tant sur le vallon que vers la Saône, démontrent que le rite de la crémation perdure au IIIe s., exclusivement sous forme d’incinérations secondaires, phénomène qui n’était pas encore clairement attesté à Lyon.

68Les ensembles funéraires autour de la colonie, apparus au cours de ces dernières années, sont installés sur des espaces qui ne sont pas enclos par des murs, souvent situés au voisinage d’artisanat ou même d’habitat, la séparation entre le domaine des morts et celui des vivants étant davantage celle de la ville et de ses faubourgs.

69En outre, ces ensembles ne présentent pas d’uniformité mais tendent plutôt à révéler l’existence de quartiers comportant chacun des spécificités et perpétuant la distinction entre différentes communautés occupant la ville ou les secteurs périphériques. Ces contrastes conduisent à s’interroger sur le recrutement des nécropoles : les tombes situées vers la Saône par exemple sont-elles celles des habitants d’un quartier suburbain récemment dévoilé ?

70Depuis les découvertes spectaculaires de la fin du XIXe s. et en dépit des opérations menées dans l’urgence quai Arloing (1967-1968) ou rue Pierre-Audry (1973 à 1980), les nécropoles lyonnaises souffraient d’être connues surtout à travers les épitaphes, collection exceptionnelle mais privée du lien essentiel avec la tombe ou plus généralement avec le site. L’archéologie préventive menée récemment dans le quartier de Vaise, redonne aux espaces funéraires leur place dans les suburbia de la colonie et propose une approche nouvelle de ces quartiers périphériques dont il faudra poursuivre l’exploration.

225 - Vaise dans la topographie de Lyon antique

Notes

1 Sur l’hypothèse d’une enceinte et la définition de son tracé voir : A. Desbat, L’enceinte de Lyon au Haut-Empire, dans, Les enceintes augustéennes dans l’Occident Romain, Actes du colloque international de Nîmes, Ecole Antique de Nîmes, NS, 18, 1987, pp. 63-75.

2 Sidoine Apollinaire, epist. III, 12 et epist. V, 17.

3 A. Allmer et P. Dissard, Trion, Lyon, 1888.

4 L. Tranoy, Nécropole de la Favorite à Lyon, dans Nécropoles à Incinérations du Haut-Empire, Table-ronde de Lyon, 30-31 mai 1986, RAPRRA, n° 4, Lyon, 1987, pp. 109113 et V. Bel et alii, Les nécropoles à incinérations et à inhumations en Gaule Méridionale, in : Incinérations et Inhumations dans l’Occident Romain aux trois premiers siècles de notre ère, Actes du Colloque International de Toulouse-Montréjeau, IVe Congrès Archéologique de Gaule Méridionale 7-10 octobre 1987, pp. 9-40.

5 - Selon A. Audin, reprenant en cela des thèses émises par A. Allmer et P. Dissard dans : Trion, 1888, p.xxiv, la rue de La Favorite aurait emprunté l’axe de la voie dite d’Aquitaine du réseau mis en place par Agrippa.

6 Ce corpus intègre le secteur de la rue Pierre-Audry, situé au sud de Vaise, qui donnera lieu à une publication ultérieure analysant une documentation inédite simplement évoquée ici.

7 Pour l’ensemble des datations, les articles de référence sont : A. Audin, Y. Burnand, La chronologie des épitaphes romaines de Lyon, REA, 61, 1959, pp. 320-335 et Y. Burnand, La datation des épitaphes romaines de Lyon : Remarques Complémentaires, Inscriptions Latines de Gaule Lyonnaise, Lyon, Collection du C.E.R.G.R., NS, n° 10, 1992, p. 21-27.

8 CIL XIII, 2224 et CIL XIII, 2270

9 AE, 1973,333.

10 A. Audin, Note d'épigraphie lyonnaise, Latomus, 33, 1974, fasc. 1, p. 99.

11 AE, 1975,615.

12 Vers 70 pour la première, entre 50 et 70 pour la seconde.

13 La présence de tessons de céramique sigillée claire Β dans le remblai d’installation des maçonneries : J.-F. Reynaud, B. Helly et M. Le Glay, Nouvelles inscriptions de Lyon, Gallia, 40, 1982, p. 144.

14 M. et Y. Burnand, L’autel funéraire d’Aufidia Antiochis à Lyon, Gallia, 34, 1976, p. 300.

15 M. et Y. Burnand, op. cit., p. 310.

16 AE, 1975, 615.

17 Vers 70 pour la première, entre 50 et 70 pour la seconde.

18 La présence de tessons de céramique sigillée claire Β dans le remblai d'installation des maçonneries : J.-F. Reynaud, B. Helly et M. Le Glay, Nouvelles inscriptions de Lyon, Gallia, 40, 1982, p. 144.

19 AE, 1973, 335.

20 A. Audin, Latomus, 33, op. cit., p. 101.

21 Y. Burnand, La datation des épitaphes romaines de Lyon : Remarques Complémentaires, Inscriptions Latines de Gaule Lyonnaise, Lyon, Collection du C.E.R.G.R., NS, n° 10, 1992, p°. 25.

22 A. Audin, Latomus, 33, op. cit., p. 101.

23 ILTG, 251.

24 Avant l’édit de Caracalla sur la citoyenneté : Y. Burnand, op. cit., Collection du C.E.R.G.R., NS, n° 10, p. 26.

25 AE 1973, 336 et 337.

26 A. Desbat, Les céramiques fines rhodaniennes à vernis argileux dites sigillées claire B et luisantes. Thèse de IIIe cycle, dactylographiée, 1980, fig. 420. La forme est connue uniquement par cet exemplaire daté entre la fin du IIe s. et les premières décennies du IIIe s.

27 Cf. contribution de L. Tranoy dans l’article de C. Bellon, infra.

28 L’une d’entre elles renfermait une monnaie à l’effigie de Caligula, ce qui pourrait signaler un contexte relativement précoce, mais une monnaie seule n’est pas suffisamment fiable pour dater une tombe.

29 ILTG 248, 249, 260.

30 A. Audin, Y. Burnand, op. cit., 1959, p. 322 et tableau II.

31 J.-F. Reynaud, Lyon aux premiers temps chrétiens : basiliques et nécropoles, Guides Archéologiques de la France n° 10, Paris, 1986, p. 113.

32 C’est entre 1844 et 1846 que la plus grande partie de ces vestiges a été prélevée.

33 Cf. A. Allmer et P. Dissard, op. cit., 1888, p. cxlv.

34 A. Audin, Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, 1958, p. 143.

35 A. Audin, Lyon miroir de Rome, Paris, 1979, p. 177.

36 CIL, XIII, 1936.

37 “dans le mur du jardin des Génovéfains” : Millin, Voyage, 1, p. 507 et F. Artaud, Notice, 1816, p. 76.

38 Nous suivons en cela le cadre défini par A. Audin et Y. Burnand, dans REA, 1959, op. cit., mais en groupant les phases 70-115 et 115-140.

39 CIL, XIII, 1938.

40 Il s’agit en fait, d’après la description de Spon, d’une urne en verre avec un couvercle, protégée par une urne en plomb et accompagnée d’un balsamaire : Spon, Recherches curieuses de l’antiquité, Lyon, 1683, p. 262.

41 CIL, XIII, 1798, 2105, 2250.

42 Anciennement quai de Vaise.

43 AE, 1976, 430, 431, 432. Pour cette dernière A. Audin et M. Le Glay (Notes d’épi graphie et d’archéologie lyonnaises, 1976, p. 28.) soulignent le caractère exceptionnel à Lyon de la formule D(iis) M(anibus) sacrum suivie de la mention du défunt au génitif, sans dédicant ni ascia, qui correspondrait à une transition précisément calée dans le dernier tiers du 1er s. Mais il pourrait également s’agir d’une formule au datif de la fin du IIe ou du début du IIIe s.

44 CIL, XIII, 2137 et 2217.

45 CIL, XIII, 1881.

46 CIL, XIII, 2248 et 2302.

47 AE, 1976,434.

48 Cf. article infra.

49 CIL. XIII, 1960.

50 CIL, XIII, 2028.

51 L. Tranoy, Carrefour de Trion - Elargissement de l’avenue Barthélémy-Buyer, Rapport de fouille, Service Archéologique Municipal de la ville de Lyon, 1986.

52 Ces tombes sont d’ailleurs peut-être liées par des relations familiales ou sociales aux sépultures plus monumentales.

53 Les inhumations de cette nécropole, la plupart du temps installées sur les incinérations, mais dénuées de mobilier, sont peut-être contemporaines des tombes du niveau supérieur de “la Contrescarpe”.

54 Le gisement de “la Contrescarpe” recelait en outre un niveau inférieur de sépultures plus anciennes qui n’a pas pu être fouillé, ce qui invalide quelque peu les conclusions sur la nature de l’occupation à cet endroit depuis l’époque augustéenne.

55 Cette remarque rejoint l’analyse de I. Baldassare pour la nécropole d’Ostie qui, pour les tombes d’aspect modeste, mais riches en mobilier, évoque une croyance plus importante en une certaine forme de survie, manifeste dans le dépôt de nourriture : Una necropoli impériale nel mondo romano : proposte di lettura, in Aspetti dell’ideologia funerari nel mondo romano, Archeologia e storia antica, Annali dell’lnstituto Universitario Orientale, IV, 1984, p. 141-148.

56 D’après les documents photographiques, la position du muret, plaqué contre la paroi rubéfiée, indique qu’il a été aménagé après la crémation.

57 H.-H. Wegner et T. Bechert, Die Ausgrabungen im rômischen Gràberfeld von Moers-Schwafheim Kreis Wesel, dans, Rheinische Ausgrabungen, 1978, p. 122-125 ou encore G. Mueller, op. cit.. Berlin, 1977.

58 La plus proche est à environ 1,10 m de la voie.

Table des illustrations

Légende 225 - Vaise dans la topographie de Lyon antique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© Alpara, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access