Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaise, un quartier de Lyon antique

 | 
Éric Delaval
, 
Catherine Bellon
, 
Jacqueline Chastel
, 
et al.

Les fouilles

Le quai Arloing

Artisanat et nécropole

Laurence Tranoy

Texte intégral

À l’issue de ce travail, nous avons le plaisir de remercier tout particulièrement, Monsieur Jacques Lasfargues qui nous a confié la responsabilité de ce chantier et aussi Frédérique Blaizot, Henri Duday, Anne Le Bot et Hugues SavayGuerraz.

1Avec la collaboration de J.-L. Gisclon et avec les contributions de A. Audra, L. Buchet, A. Cochet, S. Macé, P. Mathey, C. Olive.

2Cette étude consacrée à une fouille réalisée quai Arloing constitue un dossier archéologique articulé autour de deux thèmes. L’intervention a permis de mettre au jour un ensemble de bâtiments, habitat et édifices à vocation commerciale ou artisanale, datés du milieu du Ier s. jusqu’au IIIe s. Cet espace est également dévolu à un usage funéraire contemporain des premiers bâtiments et qui se poursuit après leur ruine. L’exploration archéologique a donc révélé l’existence d’un site qui se développe dès le Ier s en dehors du pomerium et à proximité de sépultures. Pour des raisons méthodologiques, nous avons été amenés à dissocier l’étude des bâtiments de celle des tombes alors que ces deux types d’occupation furent durant un temps contemporain.

L’OPÉRATION ARCHÉOLOGIQUE

3Le tènement correspondant au 29-30 quai Arloing s’étend de la rive droite de la Saône au rebord du plateau de la Sarra (fig. 148). En contrebas d’un flanc abrupt, le terrain d’environ 3000 m2 était occupé par un hangar construit au début du siècle pour l’entretien des véhicules d’une société lyonnaise de transports en commun. En bordure du quai, aménagé dans les années 1850, le hangar était surmonté d’un immeuble de rapport. La société immobilière “Les Nouveaux Constructeurs” fit l’acquisition du terrain afin d’y construire un ensemble résidentiel avec des parkings en sous-sol, baptisé “La Cour Vénitienne”. Des tranchées exécutées par le Service Archéologique Municipal, les 24 et 25 mars 1987, révélèrent la présence de sépultures et de maçonneries antiques qui suscita une convention entre le Ministère de la Culture et de la Communication, la société “les Nouveaux Constructeurs” et l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales afin de procéder à des fouilles préventives. Le coût de ce sauvetage programmé fut pris en charge par “Les Nouveaux Constructeurs”.

148- Le site du 29-30 quai Arloing dans ses limites cadastrales

4Le rocher affleurant sur toute la partie ouest du site sur plus de 1000 m2, le terrain à explorer se limitait à 2000 m2. Les sédiments archéologiques avaient été gravement entaillés par les maçonneries modernes et le plan général des vestiges porte la marque de ces lacunes régulières dues à des piliers, à des murs ou à diverses fosses d’entretien (fig. 149).

5Débuté en mars 1989, le chantier archéologique se déroula durant dix mois, interrompus par trois semaines d’intempéries et selon un calendrier prévoyant un phasage en trois temps. Chacun des trois secteurs définis au préalable devait être rétrocédé à la fin du laps de temps imparti pour la fouille afin que puissent commencer les travaux dictés par le projet immobilier.

6A l’issue des dix mois de fouille, deux mois, accordés à chaque membre de l’équipe, responsable inclus, (quatre personnes), furent employés à l’élaboration du classement et de la mise en forme des données. De tels délais étaient beaucoup trop courts pour achever ce travail préliminaire à l’étude. L’octroi par le Conseil Général du Rhône du financement de six mois supplémentaires a toutefois permis de poursuivre cette tâche.

7L’étude a enfin bénéficié d’une aide à la publication, allouée par la Sous-Direction de l’Archéologie du Ministère de la Culture, sans laquelle elle n’aurait pu être menée à terme.

LE SITE

8Situé sur la plaine alluviale de la Saône dominée par le versant oriental de l’éperon de la Sarra, le gisement s’étend en contrebas d’une falaise abrupte granito-gneissique. Le rocher qui, aux abords de la plaine, plonge sous les colluvionnements affleure à l’extrémité ouest du secteur exploré. L’étude du sous-sol par tarière a révélé l’existence d’un ancien bras de la Saône dont le talweg est situé aux environs de 160 m NGF. Cet ancien chenal, antérieur à l’époque romaine, mais non daté, s’est peu à peu remblayé jusqu’à 165 m NGF. Les alluvions de remplissage sont limitées à l’ouest par le versant de la colline qui fournit quelques colluvions riches en fragments de gneiss. Sur ces niveaux, se développe à l’époque antique une occupation localisée alors dans la plaine d’inondation de la Saône.

149 - Plan général du site avec l’implantation des maçonneries qui ont détruit une partie des vestiges

ÉTAT I

PREMIÈRES OCCUPATIONS

9En divers points du site, la couche supérieure des colluvions, qui chute de 166,20 à 165,00 m NGF vers la Saône, porte les traces d’une fréquentation à partir du Ier s., probablement un peu antérieure ou subcontemporaine des constructions (fig. 150) (US 1178). Les quelques tessons récoltés en surface comprennent des fragments de terra nigra et de céramique à vernis rouge pompéien, productions datées de la première moitié du Ier s., alors qu’un secteur aménagé plus tardivement a livré des formes un peu plus récentes comme l’assiette en sigillée de la Gaule du Sud, Dragendorff 18/31, et le bol à paroi fine calcaire, du type Mayet XXXV, qui apparaissent à la fin de la première moitié du Ier s.

150 - Coupe stratigraphique, à l’est du mur M23, de la fosse F25

  • 1 Dans la partie sud du site, le point le plus haut du rocher, préservé des dynamitages, était à 167, (...)
  • 2 Le gneiss étant une roche exploitée pour la production de moellons et non de pierres de taille, son (...)

10Les seuls témoins d’une occupation précédant peut-être les constructions sont les très nombreux fragments de gneiss, comblant d’importantes fosses ou utilisés comme remblais de nivellement et, plus généralement, inclus dans diverses couches du site. Ces éclats de taille résultent probablement d’une exploitation de la roche affleurant sur place. L’emplacement du site, dans le canyon de la Saône bordé par des falaises de gneiss, est en effet très favorable à l’aménagement d’une carrière. Le rocher ayant été en partie dynamité lors de l’installation du premier entrepôt au début du XXe s.1 puis totalement dégagé au brise-roche peu de temps avant la fouille, aucune trace de carrière n’a pu être observée2 Si, hormis le calcaire, les premières constructions à Lyon furent réalisées en granite, le gneiss fut ensuite largement employé durant toute l’antiquité (Audin 19721976 p. 38). Selon A. Audin, le “haut mur qui fermait extérieurement le promenoir couvert enveloppant la cavea du théâtre augustéen” était constitué d’“un granit à feldspath rose, parfois gneissique” (Mazenot 1941) extrait des falaises du canyon de Pierre-Scize (situé à environ 1 km au sud du gisement et où on observe en effet des fronts de taille non datés). A. Audin reconnaît pour les substructions l’emploi de gneiss gris issu du même lieu. Aucune analyse pétrographique qui confirmerait ces propos n’a été jusqu’alors réalisée, mais l’emploi du gneiss dans les constructions. lyonnaises est parfaitement attesté dès le Ier s. La date la plus haute de son apparition dans les maçonneries est fournie par l’ensemble monumental du clos du Verbe Incamé dont la construction débuterait aux alentours de 10-15 ap. J.-C. (Lasfargues 1980, p. 404). Reste la question de son (ou ses) lieu d’extraction : les bancs, le long de la Saône, avec les problèmes de charroi que cela implique pour monter les blocs jusque sur la colline ou plutôt les gisements localisés sur les pentes orientales des Monts du Lyonnais non loin de l’Yzeron (Audin 1973, p. 167) ? Il est difficile, en l’absence de toute analyse précise, d’y répondre. La stratigraphie du “quai Arloing” offre toutefois quelques indices chronologiques.

11Les éclats de taille, qui devaient joncher le terrain ou former des tas, servirent de comblement à des fosses d’extraction de colluvions, F25 et F74, situées dans la zone sud de la parcelle et F168, au nord (fig. 151, 152). Ils furent également employés comme remblai pour rehausser les sols du bâtiment occupant la partie nord du site. Ce bâtiment est-il contemporain de l’exploitation du rocher ou a-t-il été construit après l’abandon de la carrière pour abriter une autre activité ? Même si cette dernière hypothèse semble la plus probable, rien ne permet de trancher. On constate seulement que les recharges d’éclats de roche scellent des couches d’occupation qui ont conservé à leur surface de nombreux fragments de céramique datés de la première moitié et du milieu du Ier s. après J.-C. (fig. 153,154). Les remblais eux-même ne renfermaient pas de céramique postérieure à la fin du Ier s. (fig. 155). S’il est difficile d’établir que la formation des éclats s’est produite avant l’aménagement des premiers sols, il est en revanche certain que la constitution du remblai est subcontemporaine des dernières fréquentations des sols. Cela conduit donc à penser que la carrière était ouverte à la fin du Ier s., si ce n’est avant. Les fosses d’extraction de colluvions n’apportent pas davantage d’indices chronologiques quant à la période d’exploitation du rocher. La constitution de la fosse F25 n’est pas datable, faute de matériel dans la couche à partir de laquelle elle est creusée (US 1180). Son comblement a livré quelques tessons dont un fragment de sigillée claire Β de la forme Desbat 2, daté de la deuxième moitié du IIe s. jusqu’au début du IIIe s.. Si la fosse F74 est, en revanche, mieux datée puisqu’elle s’installe dans une couche (US 3014) contenant de la sigillée de la fin du IIe s. (forme Dragendorff 45 de la Gaule du Centre) et de la sigillée claire Β (forme Desbat 15) datée de la première moitié du IIIe s., ces faibles données ne fournissent pas les indices nécessaires pour dater la formation des déchets d’extraction.

151 - Emplacement des fosses comblées d’éclats de taille du gneiss et plan de l’état 1

152 – Coupe stratigraphique ouest-est entre les murs M59 et M64, avec la fosse F168

153- Coupe stratigraphique des strates au sud du mur M143 : colluvions, occupation, démolition avec enduits effondrés

154 - Enduits effondrés apparaissant par leur face d’accrochage

12Seule la chronologie relative offerte par les sols en terre du Ier s. constitue un élément supplémentaire au dossier des matériaux de construction à Lyon dans l’antiquité. Elle apporte en effet, un argument, si faible soit-il, en faveur d’un approvisionnement sur place, (en contrebas des éperons de Loyasse et de Fourvière), de la part des constructeurs de la ville haute, au Ier et IIe s. de notre ère.

155 - Céramique de l’état 1

TRACES D’UN HABITAT

13Sur la zone sud-est de la parcelle, secteur particulièrement détérioré par les aménagements modernes, perforé de fosses creusées à l’époque médiévale et dégagé rapidement en fin de campagne, sont apparus des tronçons de cinq murs, (M143, M154, M174, M153, M173), constituant un ensemble très lacunaire et difficile à interpréter.

14Ces murs d’une faible largeur, 30 à 35 cm, sont construits avec des blocs de gneiss liés par un mortier de teinte blanche. Excepté M143 (cf. fig. 153), ils sont généralement peu fondés : le niveau d’enduits effondrés sur place correspond à la base du mur M153.

15Des enduits blancs ou peints, décorés de candélabres ou tachetés, étaient écroulés en place au pied des murs. De tels revêtements, peu fréquents dans les bâtiments de type artisanal, pourraient témoigner d’un habitat, (cf. fig. 154)

16Les couches sous-jacentes aux enduits écroulés n’ont pas pu être fouillées. Le sol en terre, US 3366, situé au sud de M143, est le seul qui ait été partiellement dégagé et observé en coupe. Il est contemporain de ce mur mais n’a livré aucun matériel. Les couches de colluvions environnantes présentent en surface des tessons signalant une fréquentation probablement contemporaine du fonctionnement de ce bâtiment (cf. fig. 155). Le fragment le plus récent, trouvé dans ces strates, une sigillée de la Gaule du Sud, forme Dragendorff 37, indique que cette fréquentation n’est pas antérieure au milieu du Ier s., mais ne suffit pas bien sûr à dater l’occupation même de cet ensemble.

17Les enduits effondrés ont été recouverts sur une épaisseur variant de 10 à 30 cm, par des couches d’inondation dénuées de mobilier.

18Seules les relations stratigraphiques avec le bâtiment C de l’état II révèlent que cet ensemble n’a pas perduré lors des aménagements postérieurs puisque les tranchées d’installation des maçonneries M151, M184, M142 ont coupé les couches d’enduits.

19Ce bâtiment, dont la construction survient au début de l’occupation du site, a pu être contemporain d’un premier entrepôt, situé plus au nord (bâtiment A), au milieu ou au début de la deuxième moitié du Ier s. Aucun lien stratigraphique, et encore moins le mobilier, ne permettent de savoir s’il l’a précédé.

  • 3 Ce type de conduite (l’altitude prise au sommet est de 164,42 m au nord et au sud de 164,41 m), ren (...)

20Sous-jacente aux maçonneries et interrompue à plusieurs reprises par des récupérations, une conduite d’eau en céramique, Tu 183, accusant une légère pente nord-sud de 1,1 %, a pu être repérée en quatre points (cf. fig. 151), permettant ainsi de la restituer sur une longueur minimale de 19 m. Elle est constituée de tronçons longs de 44 cm avec un diamètre extérieur de 26 cm et un diamètre d’ouverture de 14 cm. Une des extrémités de chaque tube comporte un rétrécissement permettant ainsi un emboîtement dont la solidité et l’étanchéité sont assurées par un mortier de chaux homogène et très dur3 (fig. 156, 157). Certaines tombes, creusées au-dessus du drain, ont été réduites (T157) lors de son arrachage qui a sans doute eu lieu aux alentours du IIIe s. puisque l’on retrouve un fragment du tuyau dans le comblement de la tombe T147 datée du IIIe s.

156 - Conduite d’eau en céramique vue en perspective

157 - Conduite d’eau en céramique in situ

  • 4 Ce type d’aménagement hydraulique est assez fréquent au voisinage d’installations thermales. On ne (...)

21Les très nombreux morceaux de béton de tuileau, les fragments de quart-de-rond d’étanchéité trouvés dans des couches de démolition et qui n’ont pu être associés à aucune des structures excavées, constituent peut-être les traces d’un bassin en relation avec un système de captage. En l’absence de données plus précises, il est difficile d’attribuer à ce tronçon de tuyau l’une ou l’autre des fonctions d’adduction ou d’évacuation4. Son orientation divergente par rapport à tous les édifices du site, quelle que soit leur époque de construction, s’explique peut-être par une contrainte d’implantation qui aurait nécessité une bifurcation vers la Saône (au niveau de l’espace B7 de l’état 2 ?).

22Creusée dans les colluvions, la tranchée d’installation était imperceptible et n’a fourni aucun matériel permettant de dater la canalisation. Si son aménagement est antérieur à la construction des murs du supposé habitat, rien ne s’oppose à ce qu’elle ait pu fonctionner avec ce bâtiment et les suivants.

LE BATIMENT A

23Des constructions, implantées à la limite d’affleurement du rocher et orientées en direction de la Saône, occupaient la partie nord du site.

24Les vestiges conservés de la première unité, le bâtiment A, composés de trois murs, d’une série de piliers et de sols en terre, formaient un ensemble assez cohérent qui permet de restituer un bâtiment rythmé par une file de piliers axiaux, (cf. fig. 151).

PLAN DES VESTIGES

25Ce bâtiment A était installé sur un terrain dont la pente vers la Saône ne fut pas totalement compensée par les maçonneries : on note une dénivellation d’une quinzaine de cm entre les piles P197 et P199, fondées respectivement à 165,87 et à 165,72 m NGF. L’existence d’une terrasse limitée par M64 est suggérée par les différentes altitudes des maçonneries : ainsi M48 et M72 sont fondés à 165,80 m NGF, alors que M64 est installé à partir de 165,42 m NGF. En outre le pilier P65 est construit à partir de la cote 164,70 m NGF tandis que Ρ195 et P63 sont fondés 20 cm plus bas à 164,50 m NGF. Enfin une pente du mur M64 vers la rivière est attestée par la surface damée d’une couche de colluvions, le sol 2533, qui perd 40 cm d’altitude entre son apparition à l’est de M64 à 165,70 m NGF et 5 m plus loin vers la rivière où on la suit à 165,30 m NGF.

26Les informations livrées par le terrain étaient insuffisantes pour expliquer les dissemblances observées entre les trois murs, M48, M64, M72 ; il manquait notamment les deux liaisons M48-M64 et M64-M72. Si les constructions ne furent probablement pas contemporaines, ces murs, d’après le plan et la stratigraphie, durent pourtant fonctionner ensemble pour circonscrire l’espace Al. A l’ouest, aucune trace de mur qui ferme le bâtiment n’a été relevée. Sans doute ouvrait-il de ce côté sur le rocher, affleurant jusqu’à cet endroit avant de chuter brusquement sous les colluvions. Limité au sud et au nord par des murs qui n’étaient pas strictement parallèles (0,35 m d’écart entre les extrémités est et ouest), il occupait une surface large en moyenne de 15,30 m et longue de 17 m. Ce vaste espace Al couvrait donc une superficie d’au moins 260 m2, qui nécessita pour la toiture l’aménagement d’une série de piliers porteurs dont il ne subsiste que les fondations maçonnées, P65 et P195. D’après leur position et leur alignement avec P63, (fig. 158, 159) ces piliers qui devaient être séparés d’environ 3,30 m divisaient l’espace en deux travées larges de 7,30 m chacune. La pile Ρ195, accolée dans sa partie supérieure à M64, était en saillie vers l’ouest et débordait légèrement vers l’est. Elle présentait en surface le négatif, de forme carrée, d’un support, dé ou poteau, tandis que la fondation de P63 se resserrait formant ainsi une sorte de dé, lié cette fois à la maçonnerie ; l’assise supérieure de P65, formait en revanche un niveau horizontal, sans trace de négatif. L’élévation de M64 était peut-être en terre, ce qui expliquerait l’insertion d’un pilier porteur au milieu du mur, à moins qu’il ne s’agisse d’un muret bas. La présence de P63 pourrait laisser présumer qu’une salle semblable se développait vers la Saône mais cette hypothèse semble démentie par l’absence de tout autre pilier vers l’est, dans l’espace préservé des destructions modernes. De même plus au sud, aucune maçonnerie qui soit liée à ce système n’a été découverte. A moins que la salle Al n’ait été à l’origine plus longue et ouverte vers l’est avant d’être limitée par le mur M64, l’isolement de P63 incline à interpréter cette pile comme l’un des trois supports d’une galerie de façade qui borderait le bâtiment dans le sens nord-sud (espace A2).

159- Mur M64 et piliers P195 et P63

27Le mur M72 intégrait des piliers semblables, construits comme Ρ195, en saillie vers l’intérieur de l’édifice et à peine plus larges que le mur vers l’extérieur. Ces maçonneries ne comportaient ni négatif de support ni rétrécissement rappelant un dé. Bien que M72, très peu profond et arasé au niveau de la fondation, n’ait livré aucune trace d’élévation en terre ou en pan de bois, la présence des trois piles massives, P201, P202, P203, fondées à partir de 164,80 m NGF environ, engage à envisager l’emploi de l’une de ces techniques ou encore l’hypothèse, comme pour M64, d’un muret bas.

28Trois bases de pilier, P197, P198 et P199, leur faisaient face à l’autre extrémité de la pièce. Adossées au parement sud de la fondation de M48, elles sont toutefois assez différentes. Peu fondées, elles ne comportent que trois assises liées d’abord par un mortier jaune, semblable à celui de M48. Une réfection explique peut-être la présence d’un liant rose pour l’assise supérieure. Les cavités rectangulaires tapissées de mortier blanc, observées sur leurs faces supérieures, correspondent sans doute à des empreintes de calages de poteau dont on explique cependant mal la nécessité contre un mur en gneiss.

29La faible épaisseur des murs de cet ensemble, et la présence de piliers médians profondément fondés permettent de proposer pour l’élévation une charpente à double pente. L’entre-axe de 3,30 m est en effet une mesure classique autorisant à restituer en hauteur un système de deux fermes au contact du pilier central, ménageant ainsi des descentes de charges indépendantes.

30Les sols en terre de l’espace Al, très mal conservés, se distinguaient avec peine. Des traces fugaces, repérables par la disposition du matériel, à plat sur la couche, apparaissaient sur le ressaut de fondation de M48, à 166,20 m NGF. Dans l’espace A2, au-delà d’une terrasse ouest bordée par M64, la surface des colluvions, en pente vers la Saône et révélant des traces de fréquentation (US 2533), s’étendait à une altitude nettement inférieure : 165,70 à 165,30 m NGF (fig. 160).

160 - Coupe stratigraphique ouest-est des piliers P65 à P63, avec les colluvions US 2533 et le remblai d’éclats de gneiss US 2532

31Au nord, M171, parallèle à M48, était lui aussi associé à un système de piliers mais non symétriques à ceux de l’espace Al. Les maçonneries de cette partie étaient toutes liées à l’aide d’un mortier rose. Le mur M171, qui cloisonnait les deux espaces, A3 et A4, était borné du côté du rocher par le pilier P204, partiellement détruit à l’époque moderne, dont le lien avec M171 fut occulté lors de l’installation à la période suivante d’un autre pilier. A cette extrémité ouest, le parement du pilier était régularisé, au moins dans sa partie supérieure, par trois lits de briques. Plus loin, à 5,60 m, le pilier P205 (fig. 161) en partie masqué par les limites de fouille, était accolé à M171 et faisait face à PI 72, situé 2,50 m plus au nord. A 5,40 m vers l’ouest, Ρ 182, n’était pas strictement en face de P204. En dépit de ce léger décalage et de ses dimensions, inférieures à celles des trois autres piles, des similitudes techniques ainsi que sa position spatiale engagent à l’intégrer à titre d’hypothèse à cet ensemble.

32Si l’on considère qu’une portée de 5,40 m entre P182 et P172 est trop importante pour supporter une toiture, on peut restituer entre les deux un poteau porteur, peut-être non maçonné, qui aurait disparu lors des réaménagements ultérieurs.

33Une pile ronde P200, isolée dans l’ensemble du bâtiment, a été trouvée contre le parement nord de M48, 30 cm plus bas que le sommet de la pile Ρ199. Sa position, marginale par rapport au plan du reste des structures conservées, en compromet l’interprétation.

34De part et d’autre de M171, dans les secteurs A3 et A4, des sols en terre et des couches d’occupation étaient aisément identifiables. Ces couches relativement planes, situées selon les secteurs entre 165,80 m NGF et 166,10 m NGF, très compactes, d’aspect damé et grises en surface, comportaient plusieurs zones de rubéfaction et étaient couvertes, selon une densité variable, de petits fragments de charbon de bois. Sur ces sols, reposaient des tessons, des ossements animaux et parfois d’importantes quantités de clous. Quelques objets ont également été recueillis : jeton en os, épingle en bronze, fragments de bronze non identifiés. A cela ajoutons une amphore brisée sur place et deux flans lisses. Une forte concentration de charbon de bois et de cendres mêlés aux colluvions (US 2333) couvrait le sol 2343, au sud de M171. Cette couche compacte et ondulée, d’épaisseur irrégulière (4 à 20 cm), riche en céramique et en faune, contenait des fragments de tuile, brique, enduit mortier et résultait peut-être de l’épandage de déchets d’une activité liée au feu (fig. 162). Ces couches d’occupation ne s’étendaient pas vers l’ouest.

161 - Le pilier 205

35L’apparition du puits, Pu47, est placée à titre d’hypothèse dans la phase suivante, mais des spoliations survenues durant l’antiquité tardive et détériorant les premières assises du puits ont rompu le lien stratigraphique avec les couches environnantes. Les indices paraissent en effet trop faibles pour garantir que le puits n’était pas creusé dès cette première période.

MODES DE CONSTRUCTION

36L’ensemble des murs étaient constitués de moellons bruts ou grossièrement ébauchés de gneiss ; la composition du liant était en revanche variable, notamment pour l’espace A1.

37M72 et M64, construits en tranchée étroite et dont il ne subsistait que la fondation, étaient assez étroits (environ, 0,44 m), comparés à M48 (0,55 m à 0,60 m en élévation). Aucun vestige n’a permis d’identifier le mode de construction adopté pour leur élévation. A la différence de ces deux murs, M48, édifié lui aussi en tranchée étroite, était assis sur une semelle de fondation et conservait un lambeau d’enduit blanc contre les deux assises en élévation du parement sud. L’élargissement à l’extrémité ouest, sur un tronçon aménagé cette fois en tranchée ouverte (M48bis), s’explique par une reprise, contemporaine de l’installation à la phase suivante d’un nouveau bâtiment.

38Parmi les trois piliers centraux, tous profondément fondés, (de 1,10 m à 1,25 m) et larges de 0,90 à 1 m, P63 était maçonné avec du mortier rose alors que pour P65 et P195, un mortier jaune fut employé sur 0,90 m, puis rose sur les 0,25 m supérieurs. Cette circonstance, qui signale une reprise dans les maçonneries, est difficilement interprétable en terme de chronologie ; elle laisse tout au moins, présumer des étapes dans l’aménagement de ce bâtiment qui ne pourront être élucidées, faute d’éléments plus clairs.

39Les piliers associés à M72 étaient de mêmes dimensions que les précédents, mais montés cette fois, de la base au sommet, avec du mortier de tuileau.

162 - Coupe stratigraphique nord-sud avec sols (2365, 2343), couches d’occupation (2333, 2285), inondation (2290) et remblai d’éclats de gneiss (2293)
* : alternance de cendres pulvérulentes ou charbonneuses et d'épandage de chaux ou de mortier.

40Au nord de M48, les maçonneries étaient toutes liées aussi avec du mortier rose. Les parements de M171, construits en tranchée étroite et sans ressaut de fondation, ne conservaient aucune trace de revêtement.

DATATION

41Cet ensemble est daté principalement par le matériel recueilli sur les sols en terre des secteurs A3 et A4 (fig. 163). Parmi la céramique fine, les parois fines sont majoritaires puisqu’elles concernent 44,20 % des vases. Il s’agit le plus souvent d’une production en pâte calcaire issue vraisemblablement de l’atelier de La Butte qui a fonctionné de 20-30 ap. J.-C. jusqu’au début du IIe s. (Lasfargues 1973, p.528). La sigillée gauloise provient pour l’essentiel des ateliers de la Gaule du Sud, 1,66 % seulement des vases étant attribuables aux productions du Ier s. des ateliers du Centre. La terra nigra et la céramique à engobe rouge pompéien, datées de l’époque tibérienne, s’intègrent bien à cet ensemble. L’amphore hispanique Dressel 7-11, en majeure partie écrasée sur place et que l’on date de la première moitié du Ier s. ne dépare pas dans ce lot (fig. 164). Ces sols, occupés semble-t-il aux alentours du milieu du Ier s, furent inondés puis couverts par un remblai lors des restructurations suivantes.

163- Céramique associée au bâtiment A

164- Amphore brisée sur le sol en terre

INTERPRÉTATION

42Les structures rassemblées sous la dénomination “bâtiment A” paraissent constituées de deux parties contemporaines qui ne formaient pas nécessairement un même ensemble. En faveur de cette hypothèse, on note que les plans de ces deux unités ne sont pas symétriques et qu’elles sont nettement séparées par le mur M48, limite forte et la seule qui perdure aux phases ultérieures. Ce plan semble résulter de plusieurs reprises que les données de terrain ne permettaient pas de distinguer.

43Rien ne permet d’associer ce bâtiment à l’exploitation du rocher et en l’absence de découvertes caractéristiques d’une activité précise, l’interprétation repose principalement sur l’ossature architecturale du bâtiment. Si le plan des espaces A3 et A4 est trop incomplet, celui de la pièce Al, structurée en deux nefs par des piliers porteurs et dénuée de murs de refend, évoque une sorte de halle, ouverte peut-être sur un ou trois côtés, offrant un vaste espace de circulation et de stockage. Les bâtiments de ce type sont couramment interprétés comme des entrepôts. C’est le cas sur le site de la Rue des Farges (Desbat 1984, p. 28) qui a livré trois édifices comparables, fermés et deux fois moins larges mais divisés également en deux nefs.

44Si la destination exacte de ces édifices n’est pas fixée, rien n’empêche d’envisager l’établissement d’entrepôts, à l’extérieur de la ville, le long des berges de la Saône.

ÉTAT 2

45A cette époque, l’ensemble A a disparu au profit de deux nouveaux édifices, le bâtiment Β dont les parties s’articulent de part et d’autre du mur M48 et, plus au sud, le bâtiment C construit selon la même orientation.

REHAUSSEMENT DES SOLS

46Le nouvel aménagement survient après que le bâtiment A ait subi une inondation relativement importante révélée par l’accumulation d’alluvions (US 2290) sur les sols en terre, de chaque côté de M171. A la suite de ces dommages, les niveaux furent rehaussés par un remblai d’éclats de gneiss mêlés à un peu de terre (US 2293 et 2532) (fig. 165 et 162). Ce remblai devait avoir également pour fonction de niveler la pente naturelle vers la Saône à environ 166,40 m, pour permettre l’extension du nouveau bâtiment vers le rocher. Son épaisseur s’accentuait en effet vers l’est où elle oscillait, en limite de fouille de 20 à 35 cm, sans qu’elle permît toutefois de réduire le pendage ouest-est à moins de 5 %.

47Ces recharges scellent des couches contenant du mobilier de la première moitié et du milieu du Ier s. et n’ont pas livré de céramique postérieure à la fin de ce même siècle. Elles furent étalées avant que ne se produise l’accumulation de tout autre sédiment, sans doute assez rapidement après l’inondation datable du milieu ou de la seconde moitié du Ier s. (fig. 166, 167).

165 - Coupe stratigraphique nord-sud avec le pilier P195, les colluvions 2533, le remblai d’éclats de gneiss 2532 et le foyer F187

166 - Céramique provenant des couches d’inondation et de démolition du bâtiment A

167 - Céramique issue du remblai d’éclats de gneiss

LE BATIMENT Β

48L’implantation du nouveau bâtiment suivit, comme pour l’état 1, une orientation ouest-est, sans toutefois que les murs se superposent à ceux des structures antérieures. Le mur M48, qui perdure, marquait la limite entre, au nord, trois salles dont une, très vaste, était scandée par des piliers et bordée d’un caniveau et, au sud, deux pièces plus étroites, dénuées de piliers (fig. 168).

PLAN DES VESTIGES

49L’extension du bâti s’accompagne de l’édification en bordure du rocher, de murs - M23, M49, M40 - qui imposent à la parcelle de nouvelles limites, parallèles à celles de l’affleurement du gneiss. La continuité entre M23 et M49 est d’autant moins certifiée qu’il existe une différence d’altitude de 50 cm entre le ressaut de fondation de M23, situé à environ 165,73 m NGF et celui de M49 atteignant 166,25 m NGF, mais leur implantation selon un axe sud-ouest/nord-est suggère une même volonté d’alignement par rapport au rocher.

Le secteur nord du bâtiment Β

50Le secteur nord du bâtiment B, construit dans les colluvions et les remblais d’éclats de gneiss, était compartimenté en trois espaces. Le plus vaste, l’espace Bl, était cerné par le mur M40 prenant appui sur des affleurements du rocher à 166,11 m, lié au nord à M51 et au sud à M48bis correspondant à une reprise du mur M48. Au bord du gisement, au nord, la situation était plus confuse. Rien ne permet d’affirmer que l’aménagement du caniveau K52, se dirigeant vers la rivière avec un pendage de 6 %, fut conçu dès l’origine de la construction ; il est donc placé dans cet état à titre hypothétique. Il serait tentant d’interpréter ce caniveau, comme un ambitus installé entre deux bâtiments. Les réaménagements successifs observés dans ce secteur compromettent cependant la simplicité de cette proposition. S’il est certain que le piédroit sud de K52 prenait appui sur le ressaut de fondation de M51, il n’est en revanche pas attesté que ce mur se prolongeait dès cette époque vers l’est. Plusieurs remarques abondent dans le sens de l’hypothèse d’un caniveau qui, à l’origine, ne serait bordé par aucun mur autre que M51, à commencer par l’absence de toute maçonnerie le long de K52, au nord.

51Des deux caniveaux aménagés par la suite pour se déverser dans K52, K55 dut fonctionner peu de temps, car il fut condamné par la construction de M56. A moins que ce dernier n’ait été construit à l’emplacement d’un mur antérieur, ce fait laisse envisager une première période durant laquelle l’espace Bl se poursuivait au-delà du caniveau, hypothèse renforcée par la présence d’un pilier au nord de K52 (PI88) qui s’apparente à ceux découverts au sud. L’extension de cette pièce vers le nord et le sud reste donc inconnue.

168 - Plan des bâtiments Β et C

52Comme le bâtiment A de l’état 1, cet espace comportait des piliers, implantés à un intervalle de 2,30 m à 3 m, qui divisaient l’espace au moins en trois travées, larges de 5,30 m dans le sens nord-sud. Ces piliers atteignaient tous entre 166,60 m NGF et 166,68 m NGF d’altitude, mais étaient fondés plus ou moins profondément : de 165,75 m NGF pour Ρ188 à 165,30 m NGF pour Ρ180.

53Le mur M171, ayant perdu toute fonction dans ce nouveau bâtiment, fut arraché sur deux segments, afin qu’y soient encastrées P178 et P179. La pile Ρ178, détériorée par le béton, offrait des contours assez irréguliers ; elle était surmontée d’un fragment de bloc calcaire, haut de 0,20 m, correspondant probablement au support d’un poteau. Le pilier P179 supportait un dé en calcaire mieux conservé que le précédent, haut de 0,38 m (fig. 169). Les deux autres piles, P180 (fig. 170) et PI81, furent partiellement noyées dans un mur en béton qui entravait toute observation de PI81 dont on n’a pu relever que le niveau d’apparition. Une pile du même type, PI 88, a pu être relevée dans la coupe de la limite nord du site. Dans cette même coupe, gisait un peu plus loin et dans les niveaux supérieurs, un bloc rectangulaire en granite gris, d’un module semblable au dé trouvé en place sur la pile P179. Peut-être provient-il de P188 ou d’une autre pile voisine ?

169 - Pilier P179

170 - Vue de la face nord du pilier P180 avec le remblai d’éclats de gneiss US 2285

171- Le puits Pu47

172- Seuil entre les espaces B4 et B5

54L’approvisionnement en eau était assuré par le puits, Pu47 (fig. 171), de 0,80 m de diamètre à l’ouverture, parementé de moellons de gneiss aux dimensions variables, grossièrement taillés et montés à sec. Lors de sa découverte, la partie supérieure était remplie de terre humifère et d’éléments de démolition. Sa profondeur reste inconnue, car la présence de la nappe phréatique a interrompu l’évacuation de son comblement au bout de 3 m.

55A l’ouest de M40, deux pièces, B2 et B3, furent aménagées en contre-bas du rocher, sans doute arasé à cet endroit pour former une terrasse relativement horizontale favorisant l’extension occidentale du bâtiment. Les deux pièces étaient cloisonnées par M170, construit en même temps et donc à la même altitude que M40. Son extrémité prenait probablement appui sur le rocher avant d’être arrachée lors de l’installation du mur M176 à la phase suivante. Ces deux espaces étaient ouverts sur le rocher.

Le secteur sud du bâtiment Β

56Au sud de M48, deux nouvelles pièces se substituent au bâtiment A de la période précédente. Le mur M59 - fondé à partir de 165,70 m - et le mur M124 cernaient une vaste salle rectangulaire, B4, large de 9,90 m, limitée au nord par un probable prolongement de M48. On ignore l’ampleur de son extension vers la Saône, mais en considérant la longueur de M124, il est permis d’estimer qu’elle occupait une superficie minimale de 204 m2. Le mur Ml24, puissamment fondé dans les colluvions jusqu’à 164,68 m, constituait sans doute la limite sud du bâtiment.

57Inséré dans la maçonnerie de M59, un bloc calcaire rectangulaire creusé en son centre d’une crapaudine, signale un seuil à 166,30 m, qui permettait de circuler de la pièce B4 à un espace B5 (fig. 172). Celui-ci est limité à l’ouest par M49 installé 10 cm plus haut que M59, à 165,80 m NGF et qui prenait appui sur le parement de M48, formant avec ce dernier un angle ouvert. A moins que M124 se prolonge pour rejoindre M49, ce que la fouille n’a pas pu démontrer et qui semble relativement improbable, cette pièce serait ouverte vers le Sud. Si B5 est bien un espace extérieur, cela expliquerait la difficulté à discerner les niveaux de circulation en terre battue.

58A l’ouest de M49, l’espace B6 n’a pas pu être suffisamment observé. On note seulement que le rocher affleurait plus haut que dans les pièces B2 et B3 situées du même côté, indiquant que si cet espace était occupé, les niveaux devaient y être plus élevés qu’ailleurs. Au nord du site, la stratigraphie autour du mur M23 (fig. 173) est comparable, avec une alternance de couches d’éclats de roche (US 1031 et 1052) et de sols ou d’alluvions apportés par inondation (US 1032, 1066, 1030).

MODES DE CONSTRUCTION

59L’ensemble des maçonneries de cet état furent montées en tranchée étroite avec des moellons de gneiss liés par un mortier jaune

60Les murs M40 et M170 étaient unis par un lit de mortier épandu au sommet de leur fondation. Au-dessus d’un léger ressaut, apparent des deux côtés, l’élévation de M70 était conservée sur une assise seulement, large de 0,65 m.

173 - Coupe stratigraphique ouest-est de part et d’autre du mur M23 avec une succession de remblais d’éclats de gneiss et d’alluvions d’inondation

61Dans le secteur sud, les parements en élévation des trois murs M49, M59 et M124 présentaient des joints beurrés. Les murs M59 et M124, larges de 0,60 m en élévation, reposaient sur des fondations qui débordaient d’une dizaine de cm. Un lit de briques ménageait la transition entre la fondation et l’élévation de M49, large de 0,55 m. Les parements de ce mur étaient probablement revêtus d’un enduit protecteur ou décoratif comme le suggèrent les nombreux fragments trouvés en démolition.

DATATION

62Pour dater ce bâtiment, édifié à la suite d’une opération de nivellement située, au plus tôt, au milieu ou dans la deuxième moitié du Ier s., nous disposons du mobilier recueilli dans des strates liées à sa construction ou à l’abandon de vestiges artisanaux. L’apparition dans cette phase de sigillée claire Β nous situe déjà à partir du deuxième quart du IIe s. L’assiette de la forme Desbat 2 employée à partir de 160 ap. J.-C.environ fournit un repère qui n’est pas démenti par la marmite en céramique commune africaine forme Hayes 197 apparaissant à la même époque. Cette vaisselle, provenant essentiellement du comblement des structures (2004, 2455, 2466) abandonnées, offre un terminus ante quem pour leur période d’activité qui ne se prolonge sans doute pas beaucoup au-delà de la fin du IIe s. (fig. 174).

MODIFICATIONS DU PLAN DU BATIMENT Β

63Les restructurations du bâtiment, inaugurant cette nouvelle phase, affectent principalement la salle B1 qui devient B8 (fig. 175).

PLAN DES VESTIGES

64L’espace B1 fut agrandi vers l’ouest par l’édification du mur M176 qui confère à la pièce un plan plus orthogonal qu’à la période précédente. Si la jonction avec M48 au sud est effacée par les constructions modernes, M176 prenait visiblement appui au nord contre M51. Ce mur, construit après l’arasement de M170 et M40 jusqu’au sommet de leur fondation, constitue désormais la limite ouest du bâtiment.

174 - Céramique et verre associés au bâtiment Β

65Accolée à la fondation du mur M40, la pile P39, fondée à 166,10 m, est située dans l’alignement de P179 et P178 à 3 m de cette dernière. Un bloc de granit rectangulaire chevauche la pile et le mur M40. Certainement déplacé, il devait à l’origine surplomber P39 et servir de support. Ce pilier a vraisemblablement été installé à l’occasion de cette extension afin de prolonger le système de soutènement vers l’ouest. Le massif de maçonnerie dégagé dans le prolongement de M40, au-delà de la partie arrachée, correspond probablement à un tronçon du mur conservé pour servir de pilier et faire ainsi pendant à P39, bien qu’il ne soit pas tout à fait dans l’alignement des piles P180 et Ρ181. Cette maçonnerie, Ρ196, haute de 0,40 m et fondée à 165,80, est en effet située à 2,50 m du pilier PI81.

175 - Plan des modifications opérées sur le bâtiment Β

176 - Pilier P39 avec négatif de poteau

66La seule couche en place dans ce secteur est constituée d’éclats de gneiss et de terre passant sur la surface d’arasement de M40.

67On note la présence de trois négatifs de poteaux, sous forme de cylindres creux, très réguliers, situés aux angles des piliers 39, 178, 179, (fig. 176). Ces empreintes signalent peut-être la présence d’une cloison de construction légère.

68La nouvelle pièce, B8, est fermée au nord par la construction de M56/M68 dont la fondation descend à 165,85 m NGF. Ce mur constitue une forte limite de parcelle. Il prend assise à l’ouest sur la fondation du mur antérieur M51 et se poursuit le long du caniveau dont la construction est remaniée et qui est élargie à l’est. Le fond, constitué dans cette partie de deux rangées de tegulae, occupe une largeur de 0,65 m (fig. 177). Une nouvelle canalisation, K66, aux parois enduites d’un mortier de tuileau, est chaînée à son piédroit nord. Ce nouveau dispositif oblitère le caniveau K55 qui n’est donc plus en fonction. La partie dégagée de l’espace B8 occupe une superficie de 207 m2.

MODES DE CONSTRUCTION

69Le mur M176 est arasé (à 166,50-166,70 m) jusqu’à une fondation très soigneusement appareillée, bâtie en tranchée ouverte du côté est et prenant appui sur le rocher. C’est un mur puissant dont la largeur en fondation atteint 0,90 à 1 m.

70La fondation de M56/68, installée également en tranchée ouverte, est large de 0,70 m. De construction cette fois relativement médiocre, elle comporte des assises de moellons grossièrement taillés alternant avec des assises de blocs plus minces disposés en épi, l’ensemble étant lié par un mortier jaune. A 0,50 m au-dessus de la base, la fondation marque un ressaut à 166,35 m NGF. Elle est surmontée d’une élévation liée avec un mortier jaune-blanchâtre dont il reste deux assises formant un parement assez irrégulier sur 0,40 m de haut. Aucune trace de seuil n’a été observée. La facture hétérogène de cette maçonnerie signale sans doute des reprises, phénomène peu surprenant pour un mur de limite de parcelle.

177 - Caniveaux K41 et KS2

178 - Céramique et verre associés à la réféction du bâtiment Β

DATATION

71Cette nouvelle occupation est marquée par l’apparition de la sigillée claire C qui nous situe d’emblée au plus tôt dans la troisième décennie du IIIe s. On remarque en outre, comparé à la période précédente, l’accroissement, parmi la céramique fine, de la proportion de sigillée claire Β et de céramique métallescente ainsi que l’inversion des proportions, parmi la céramique commune, des productions en pâte claire et sombre, cette dernière devenant prédominante. L’usage de l’assiette en sigillée claire B, Desbat 3, n’est pas attesté avant les dernières décennies du IIe s. et l’assiette en sigillée claire C, Hayes 50, offre un terminus post quem vers 230 (fig. 178).

LE BATIMENT C

PLAN DES VESTIGES

72Ce dernier édifice était représenté par trois murs - M125, M151, M184-délimitant un espace Cl, incomplet à l’est. En restituant à M184 la longueur de M125, on obtient un espace de 100 m2, superficie minimum de Cl. Les maçonneries fondées dans un remblai d’éclats de roche, coupaient des couches d’inondation et d’enduits écroulés sous-jacents. Cet ensemble fut donc édifié après l’effondrement de l’habitat. Aucun niveau d’occupation n’a pu être individualisé.

73Le pilier Ρ141 reste isolé dans cet espace, faute de liens stratigraphiques et de cohérence en plan, mais il est comparable, par son mode de construction, aux maçonneries des bâtiments Β et C.

74Un certain nombre de murs, situés dans le même secteur, n’ont pas pu pour les mêmes raisons être calés précisément dans la chronologie du site : M175, M190, M191, Ml92.

75Deux caniveaux, Kl 12 et Kl 13, ont été suivis au sud du bâtiment C. Le piédroit ouest de Kl 13 s’appuyait sur un mur de l’état précédent (M 154) et les dalles du fond étaient légèrement plus élevées que les enduits écroulés de l’habitat, confirmant ainsi la postériorité du caniveau. Au nord, il marquait une incurvation, mais diverses perturbations empêchaient de repérer son extrémité et de lire les relations stratigraphiques avec le bâtiment. Les dalles du fond étaient plus basses au sud de 6 cm suggérant un pendage dans cette direction, vers un point où il rejoindrait le caniveau Kl 12. Ce dernier, hors emprise, n’a pu être dégagé pour des raisons de sécurité.

76M177, accolé au piédroit est de Kl 13, et M142 ont été aménagés en même temps que le caniveau. Ils étaient constitués d’une ou deux assises de gneiss médiocrement construites, surplombées d’une couche d’une dizaine de centimètres de brique pilée, réduite en tesselles. La fonction de ces installations sommaires était peut-être relative à des problèmes d’étanchéité ou d’assainissement.

DATATION

77Le mode de construction, les altitudes, l’installation dans une couche d’éclats, l’orientation, sont quelques éléments qui suggèrent que cet ensemble pourrait être contemporain du bâtiment Β (fig. 179).

179 - Céramique et verre associés au bâtiment C

INTERPRÉTATION

78A l’intérieur du bâtiment Β étaient conservées des structures ou de simples traces attestant une activité artisanale qui concernait peut-être le travail du métal, notamment le bronze. Ces vestiges seuls ne sauraient cependant suffire pour déterminer la fonction précise de l’atelier.

79L’ensemble est implanté autour d’une cour fermée sur trois côtés : à l’ouest par le rocher, au nord par le bâtiment Β et à l’est par le bâtiment C. Les édifices sont logiquement construits face à la Saône et desservis probablement par un passage ou une voie situés aux abords des berges de la rivière mais dont aucune trace n’a été jusqu’alors découverte. Le couloir B7 situé entre les bâtiments C et B, large de 4 m, pouvait facilement permettre à des charrois d’accéder à un site dévolu entre autres à des activités de type commercial ou artisanal.

VESTIGES D’UN ARTISANAT

80La mise au jour de structures de type foyer, de diverses fosses rubéfiées ou encore d’épandages de cendres charbonneuses ou pulvérulentes témoigne d’une activité artisanale dont la nature précise est difficilement identifiable (fig. 180).

DESCRIPTION DES STRUCTURES

81Trois structures d’aspect semblable, F44, F186, FI87, ont été dégagées dans les pièces B1/B8 et B4. La moins ruinée, F44, était toutefois incomplète (fig. 181). Elle formait un rectangle étroit évoquant une sorte de bassin. Le fond était constitué d’une rangée de cinq tegulae reposant sur une préparation de mortier et entourées, sur trois côtés seulement, de murets de briques associées à quelques petits moellons de gneiss et liées à du mortier. La partie nord était en partie dégradée. Au sud, le muret prenait appui sur un massif de pierres maçonnées, M214, et sa paroi interne était bordée d’une tegula disposée de chant. Cette structure était peut-être initialement d’une longueur légèrement supérieure aux 3,50 m subsistant. L’ensemble occupait 1 m en largeur et 0,40 m pour la partie creuse centrale. L’aspect gris-noir des briques des parois et du dallage atteste une ou des combustions. Le remplissage hétérogène était de même composition que la couche d’abandon présente sur toute la superficie de la pièce. Sept calages de piquets, approximativement alignés, profonds de 15 à 20 cm, bordaient le foyer du côté ouest. En face, mais un peu plus éloignées du muret (de 0,50 à 0,60 m), deux autres empreintes de piquet étaient situées en avant des extrémités du “foyer” qui devait donc être entouré d’une superstructure légère faisant peut-être office d’auvent.

82Deux structures semblables - F186 et F187 - mais davantage détériorées ont été découvertes dans la pièce B4. Elles étaient entourées de quelques lambeaux de sols en mortier de tuileau et portaient également de fortes marques de combustion (cf. fig. 165, 168). Des fragments de brique vitrifiée gisaient dans la couche d’abandon environnante (US 2504).

83On note la présence, au nord-est du foyer F44, d’une fosse (US 2396) creusée dans le remblai d’éclats et d’argile (US 2150) et dont les parois et le fond sont tapissés de bronze pulvérulent. Au centre et au fond une autre cavité renferme des fragments de briques, de tuiles, des nodules d’argile mêlés à un sable cendreux. Les parois de cette petite cuvette sont également couvertes de bronze pulvérulent. Au fond de la première fosse 2396 se distinguait très nettement une lanière circulaire et étroite de teinte bleu-gris, épaisse de 1 cm. A l’intérieur du cercle ainsi délimité, la couche 2150 de teinte ocre, prend une coloration bleu-gris sur 0,30 m d’épaisseur. Un récipient ou une plaque chauffés auraient-ils pu laisser la trace de leur contour et rubéfier le sol sur lequel ils étaient posés ?

180 – plan des vestiges d’une activité artisanale dans les espaces B1, B2, B3

181 - Vue en plan et en coupe du foyer F44

84En bordure du rocher, dans la pièce B3, une poche circulaire, FI89 (fig. 182), de 0,35 m de diamètre et 0,20 m de profondeur, comportait des parois de terre très rubéfiée ; elle était comblée par deux couches de résidus de crémation séparées par du charbon de bois (fig. 183). Cette petite structure, fosse-foyer creusée dans le sol, était entourée d’une sorte de cuvette de déjection remplie sur 10 cm de cendres pulvérulentes et de charbon de bois (FI89). Malgré l’absence de déchet métallique dans son comblement ou à proximité, il est probable que ce type de fosse-foyer a servi à chauffer des petits creusets pour la fusion du métal (Schaub 1984, p. 60 ; Mangin 1981, p. 248). Sa situation au bord du rocher, dans un secteur qui n’a pas été surélevé par le remblai d’éclats, introduit un doute quant à sa position en chronologie relative. Rien ne s’oppose en effet à ce que cette fosse-foyer appartienne à l’état précédent.

85De part et d’autre du foyer ont été mis au jour deux murets qui lui semblent postérieurs : M197 dont il ne reste qu’un fragment et M198 accolé à M176. Ils reposent sur la roche affleurant à cet endroit et étaient probablement à l’origine appuyés contre le rocher.

86Une structure d’un autre type a été découverte dans la pièce voisine B2. Il s’agit d’une fosse (US 2004), sans doute légèrement coupée par la tranchée de récupération du mur M40. Elle est de forme ovalaire, large de 1 m et profonde d’une trentaine de cm. Le fond a conservé des empreintes rectangulaires, de 6 à 8 cm de long, négatifs probables de trous de piquets. Une dalle de gneiss (US 2252), portant des traces d’ustion et couverte à l’un des angles de mortier blanc, est tangente au bord ouest de la fosse. Elle est calée dans une dépression (US 2253) dont le fond comporte aussi trois négatifs de piquets.

87Dans la même pièce, deux petits canaux parallèles et horizontaux, de 0,20 à 0,30 m de large, (US 2189 et US 2192), ont été dégagés sur 3 et 4 m de long. Ils étaient coupés au nord par un mur de béton au delà duquel on retrouve, dans l’espace étroit entre le béton et le mur M51, deux creusements parallèles semblables aux canaux mais légèrement décalés vers l’est. En dépit de cette position, il s’agit certainement de leur prolongation.

183 - Coupe du foyer F189

88Le plus à l’est, US 2192, était rempli de cendres charbonneuses et pulvérulentes mêlées à un peu de terre argileuse sur une épaisseur de 14 cm ; un fragment de bois calciné gisait sur le fond rocheux rubéfié. Le creusement se prolongeait jusqu’à la fosse (US 2253) qui contenait une couche mince de terre charbonneuse couverte par la dalle 2252 précédemment décrite. A l’ouest, LUS 2189 était semblable mais cette fois des fragments de tuiles étaient disposés de chant le long de quelques segments de ses parois internes et comportaient des traces de feu. L’affleurement rocheux du fond était rougi et le comblement identique à celui de 2192. Au sud, la rigole était arasée mais on constate qu’elle aboutissait à une petite fosse en forme de cuvette et aux parois rubéfiées. Cette dernière, US 2358, était comblée de cendres charbonneuses mêlées à de la terre et de la chaux (ou du mortier). Deux canaux perpendiculaires (US 2204 et US 2203), creusés dans le rocher et au remplissage de composition identique, rejoignaient 2189 à l’ouest. Ils furent coupés lors de l’installation du mur M176. L’origine et l’aboutissement de ces structures restent, comme leur fonction, inconnus. On doit se borner à constater la présence de zone de combustion et s’en tenir à la supposition d’un lien entre la rigole 2192 et l’ensemble dalle-fosse.

89Les sols des pièces B2 et B3 étaient couverts d’une couche ondulée d’épaisseur inégale constituée de cendres grises pulvérulentes mêlées à certains endroits à de la terre, du charbon de bois et de l’argile cuite. Ces cendres recouvraient sur 4 à 5 cm les canaux de la pièce B2. Elles contenaient des fragments de tuiles et de briques mais n’ont livré aucun matériel qui permette de les dater. Ces sols, marqués par de larges étendues rubéfiées, semblent comparables aux “aires brûlées" que M. Mangin interprète comme des zones “où se pratique la fusion du bronze dans les creusets" (Mangin 1981, p. 248).

90Une série de fosses creusées dans le remblai d’éclats de gneiss, entre la pile Ρ180 et le caniveau, s’intègrent, en chronologie relative, à la même phase que les structures décrites plus haut et étaient peut-être associées à la chaîne des travaux qu’abritait ce bâtiment. Ces quatre fosses étaient imbriquées les unes dans les autres (US 2462, 2466, 2455, 2420), (cf. fig. 180) et trois d’entre elles comportaient des traces de rubéfaction sur les parois ou sur le fond. Leur ouverture apparaissait entre 166,45 et 166,57 m NGF et leur profondeur ne dépassait pas 40 à 50 cm. Elles étaient toutes les quatre comblées d’une ou plusieurs couches de cendres pulvérulentes ou charbonneuses sur 10 à 15 cm puis bouchées par un remblai de démolition d’un contenu hétérogène, mais dénué de tout élément de datation.

91Si une activité artisanale est attestée dans les pièces Bl, B2, B3, B4 par la présence de foyers, de zones de rubéfaction et d’épandages de cendres, la pièce Β 5 offre en revanche un aspect nettement différent. Les sols y sont très difficilement repérables : il s’agit plutôt de niveaux de circulation dont les traces restent souvent peu tangibles.

92Dans la partie nord-est de cette pièce, on trouve des successions de niveaux de travail très charbonneux qui alternent avec des cendres pulvérulentes ou avec des sols blancs constitués d’épandage de mortier ou de chaux (cf. fig. 162). Ces derniers portent des traces de rubéfaction, notamment de forme circulaire. Il s’agit peut-être là encore de ces “aires brûlées", lieux de fusion du métal.

93Dans la bande de terrain située entre les deux bâtiments, au nord-est de M125, une petite fosse maçonnée, rectangulaire aux parois parementées, a été partiellement dégagée. Large de 60 cm, sa profondeur ne dépassait pas 30 cm. Le fond était tapissé d’une couche très charbonneuse (3246) couverte par de la démolition. Les blocs de gneiss avaient conservé sur leur parement interne des traces de feu. Aucun déchet (type scories ou batitures) n’a été trouvé dans le comblement. Cependant, il s’agit peut-être d’un foyer lié aux activités artisanales environnantes.

DATATION

94Les canaux décrits précédemment (US 2203 et 2204) ont été coupés lors de l’installation de M176. Il est très difficile de distinguer des sols correspondant à cette phase, notamment dans la partie ouest, à l’emplacement des anciennes pièces B2 et B3. Les épandages de cendres couvrant les canaux sont coupés par la tranchée de fondation de M176, 2610, mais sont sous-jacents à une couche dont la formation semble plutôt liée à l’abandon. Ces aménagement, comme la fosse-foyer F189, sont donc antérieurs aux restructurations du bâtiment. La même remarque s’impose pour les fosses au nord-est, 2462 étant coupée par M56/68. Il est en revanche plus délicat de caler les foyers F44, F186 et FI87 dans l’une ou l’autre période du bâtiment B. On peut seulement avancer avec circonspection que l’ensemble des vestiges artisanaux sont peut-être contemporains.

INTERPRÉTATION

95L’absence d’outils et plus généralement la rareté des vestiges mobiliers résultant d’un travail artisanal empêchent de connaître précisément l’activité exercée dans ce bâtiment. Un certain nombre d’indices incitent toutefois à penser à un artisanat lié au travail du bronze. Il s’agit en premier lieu de la présence d’assez nombreux fragments de ce métal et notamment d’un amas de petites pastilles rectangulaires portant la trace d’une découpe. En outre la “poche-foyer”, non loin des aires rubéfiées et cendreuses, ainsi que les épandages de charbons de bois évoquent le type de vestiges rencontrés sur les ateliers où se pratique la fusion du bronze. A cela s’ajoutent les structures construites en tuiles et briques, les divers creusements rubéfiés et en particulier celui dont les parois sont couvertes de poussière de bronze.

96Pour compléter cet inventaire succinct, reste une découverte notoire : dans ces mêmes contextes gisaient en effet une quantité remarquable de flans (voir annexe 2). Ainsi, sur les treize monnaies recueillies, une seule est frappée (un as à l’effigie d’Auguste, frappé sous Tibère et présentant une forte usure). Les 12 autres sont des flans lisses et comportent des modules variables : sept as, trois sesterces, un dupondius et un module irrégulier. Cinq d’entre eux reposaient sur un sol de l’état 2 du bâtiment Β (US 2102-2105), deux ont été trouvés respectivement dans la cuvette de déjection de FI 89 et dans la fosse 2005 bordée par une dalle tandis que deux autres étaient inclus dans ces couches très charbonneuses étalées sur les aires brûlées. Parmi les trois derniers, deux sont issus de strates correspondant en chronologie relative au bâtiment Β et à sa phase de réaménagement, le troisième provenant d’un décapage.

97L’éventualité d’une fabrication sur place de monnaie, suggérée par cette densité tout à fait exceptionnelle de flans lisses concentrés dans un secteur relativement limité, n’est cependant corroborée par aucune trouvaille type lingotière, coin ou autre outil qui attesterait la présence d’un atelier monétaire sur le site. D’après leur module, ces flans ne peuvent être postérieurs au IIe s. Or on note leur présence à la fois sur des sols datés de la deuxième moitié du 1er s. et dans des contextes appartenant aux phases postérieures de réaménagement et de réfection du bâtiment. Dans l’hypothèse d’une fabrication monétaire, il faudrait donc admettre soit qu’elle est contemporaine du bâtiment A et que les flans trouvés dans les couches supérieures sont résiduels, soit que l’activité pratiquée dans le cadre de cet édifice s’est poursuivie par la suite après le rehausssement des sols et le réaménagement des bâtiments, à l’époque où sont installés les foyers F44, FI86 et FI87.

AMÉNAGEMENTS SPORADIQUES ET ABANDON

98Des maçonneries de qualité médiocre et très peu fondées, comme M215, ont été construites à divers endroits, coupant les niveaux de l’état précédant et reprenant parfois des murs déjà existants, tels M64 ou M216. Il s’agit là d’aménagements témoignant d’une prolongation de l’occupation dont il est malaisé de savoir si elle est stable ou si elle relève d’établissements sporadiques dans un lieu déjà abandonné. Aucun sol n’a pu être associé à ces structures.

99Parmi les indices d’une occupation tardive il faut souligner la présence dans les pièces du bâtiment de couches damées, très riches en céramique, résultant d’une accumulation de déchets sur un site encore occupé ou correspondant à des niveaux d’abandon. Ces couches ont livré une proportion importante de sigillée claire Β et quelques fragments de sigillée claire C, de céramique métallescente et de commune africaine les situant au moins dans le IIIe s.

100Quelques couches contenant des éléments de démolition sont situées par de la céramique luisante au IVe s. et une monnaie issue de l’une de ces strates, frappée entre 367 et 383, permet d’en dater la formation, au plus tôt, de la deuxième moitié du IVe s. Elles sont contemporaines de la destruction de la partie supérieure du puits Pu47 et de son comblement qui a livré une quantité importante de céramique commune sombre apparaissant dans des contextes de l’antiquité tardive, ainsi que deux monnaies du IVe s. dont l’une est frappée entre 364 et 367 (fig. 184).

184 - Mise en parallèle de l’évolution de la stratigraphie et du pourcentage des types de production, céramique et verre. Comme pour les tableaux précédents, les pourcentages sont calculés sur le total de vases dans chaque catégorie de production.

185 - Plan de la nécropole avec la numérotation des tombes

ÉTAT 3 : NÉCROPOLE

101Alors que les bâtiments sont encore en activité dans la première moitié du IIIe s., des sépultures sont aménagées dans la partie sud de l’espace central. Si dans un premier temps les ensevelissements sont pratiqués à l’écart des édifices, quelques tombes sont ensuite installées dans les maçonneries arasées, une partie au moins des constructions étant alors ruinées.

102Les tombes sont creusées dans des colluvions couverts, dans la moitié est, de couches d’inondation surmontées par un nivellement constitué, selon les secteurs, d’épandages d’éclats de gneiss ou de mortier mêlé à de la terre et dénués de tout mobilier.

103Les 82 sépultures exhumées sur le site, (14 incinérations et 68 inhumations), constituent seulement un échantillon d’un quartier funéraire qui se déploie le long de la rive droite de la Saône comme l’attestent des découvertes ponctuelles et surtout les fouilles réalisées plus au nord par J.-P. Pelatan et F. Meyronein (Pelatan 1970).

104L’image de la répartition des tombes sur le site que reflète le plan de la nécropole (fig. 185) est faussée par les destructions massives survenues lors des aménagements modernes. En outre, certaines sépultures ont pu disparaître au cours de l’enlèvement de la chape de béton qui recouvrait directement les vestiges les plus hauts. La densité réelle d’occupation de cette fraction d’espace funéraire reste difficile à préciser et ces circonstances compromettent en outre la lecture de l’organisation topographique.

L’ANTHROPOLOGIE DE TERRAIN

105L’anthropologie de terrain, qui enregistre la position des ossements dans la tombe, permet d’apporter des précisions sur le mode initial d’inhumation (Duday 1990). En premier lieu, elle nous informe du milieu de décomposition : inhumation en espace vide (avec un contenant) ou inhumation en espace colmaté (pleine terre).

106Le mode d’inhumation est aisé à déterminer lorsque des clous sont retrouvés autour du squelette, indiquant la présence initiale d’un cercueil. Cependant si la taille du contenant ou même son existence ne sont pas toujours révélées clairement par les vestiges archéologiques, l’observation minutieuse de l’évolution de la position des ossements, conséquente du décharnement à l’intérieur de la tombe, permet de restituer les conditions initiales de dépôt du corps. Les indices majeurs de décomposition en espace vide sont apportés par la situation de certains os trouvés hors du volume initial du cadavre. La permanence de connexions entre certaines articulations destinées à se disloquer peut dévoiler l’étroitesse du contenant qui comprime le défunt jouant le rôle de calage des ossements, autrement dit un « effet de paroi ».

107Elle permet ensuite d’identifier le type d’inhumation (primaire ou secondaire) et de retrouver la position initiale du défunt : allongé, tête sur le côté, en distinguant ce qui est lié à l’évolution de la tombe de ce qui est dû à la main du fossoyeur ou à d’autres intervenants, au moment des funérailles ou plus tard (réduction de corps). Enfin, sur un gisement où les recoupements de sépultures sont assez nombreux, des « anomalies » peuvent contribuer à affiner la chronologie relative et la datation de certaines tombes.

108Quai Arloing, les défunts ont été inhumés en décubitus dorsal, à l’exception peut-être d’un seul, avec comme seule variante la position de la tête, des membres supérieurs surtout, et quelque fois des membres inférieurs. Ce sont donc tous les indices révélateurs de gestes accomplis lors des funérailles ou d’événements succédant à l’enterrement que cette approche vise à retrouver, afin de mieux cerner les pratiques funéraires adoptées sur ce site.

109Les sépultures à inhumation sont présentées sous forme de tableau synthétique en raison de la faible diversité des types (fig. 186). Une description précise de cinq sépultures représentatives (T6, T43) ou originales (T24, T27, T84) de la nécropole apparaît sous forme d’encadrés dans le texte, permettant ainsi de montrer la démarche suivie et l’intérêt de l’analyse paléo-anthropologique (la documentation sur les autres tombes, catalogue et dessin, est disponible au Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes).

LES MÉTHODES DE FOUILLE

110Ce type d’étude nécessite un enregistrement rigoureux des pièces osseuses. En l’absence d’anthropologue sur le terrain, nous avons donc opté pour les méthodes suivantes : lorsque les conditions le permettaient, les squelettes ont été dessinés à l’échelle l/5e pour les adultes et 1/1 pour les enfants en bas âge. Les contraintes liées au déroulement du chantier ont conduit à limiter l’enregistrement de certaines sépultures à une couverture photo suivie pour quelques unes d’une numérotation des os sur cliché polaroid. La face d’apparition des ossements a le plus souvent été indiquée par une marque au stylo-feutre au moment du prélèvement. Les squelettes ont été confiés à L. Buchet (C.N.R.S. /CRA) pour la détermination de l’âge et du sexe.

186 - Tableau synthétique des inhumations

LES SÉPULTURES

111Sur l’ensemble des tombes, qu’il s’agisse d’incinérations ou d’inhumations, nous avons adopté la classification définie par les anthropologues (Thomas 1980, p. 89 et 178-179 ; Duday 1990) en distinguant les sépultures primaires des sépultures secondaires. Dans le premier cas, le cadavre a été placé définitivement dans son lieu sépulcral, une fosse en terre, parfois maçonnée, contenant le plus souvent un cercueil en bois, parfois un sarcophage en plomb, ou bien il a été brûlé sur un bûcher aménagé au-dessus de la fosse ; celle-ci est ensuite comblée et devient le lieu de dépôt définitif du corps brûlé ou non. En revanche les sépultures secondaires impliquent un déplacement des os après la crémation ou le décharnement. Cette opération peut se reconnaître, pour les inhumations, si les contentions articulaires fragiles ont disparu, entraînant, suite à la manipulation, le déplacement ou la perte de certains os. Par extension, cette dénomination peut également s’appliquer aux réductions de corps effectuées sur le lieu du décharnement. C’est seulement ce deuxième cas de figure qui a été rencontré quai Arloing. Quant aux crémations, elles sont suivies d’une translation des ossements, de l’ustrinum jusqu’au lieu définitif de l’ensevelissement ; sur le site du quai Arloing aucun bûcher de ce type n’a été repéré. Ces tombes, nommées dépôts d’incinération, sont constituées d’une petite fosse, aux contours arrondis, dans laquelle les résidus de la crémation sont placés soit directement, soit déposés au préalable dans une urne en céramique.

112Le nombre de sujets inhumés est de 72 pour 68 fosses. Cet ensemble comprend 64 inhumations primaires (94 %) et 4 squelettes en situation secondaire.

113On note une sépulture multiple, Tl, contenant les restes de quatre individus dont un seul est en situation primaire et une sépulture double, T24, contenant un pré-adolescent et un enfant inhumés simultanément dans le même cercueil. Mentionnons également deux inhumations primaires individuelles successives, dans la même fosse, T73 et T73bis ainsi que la tombe Τ157 qui contient un individu adulte partiellement en connexion anatomique et un enfant en position secondaire, suite à une probable réduction. Le caractère individuel de cette sépulture primaire reste hypothétique.

114Les incinérations sont au nombre de quatorze : deux incinérations primaires (désignées aussi sous le terme incinération en place, incinération in situ ou bustum) et douze incinérations secondaires parmi lesquelles on compte neuf dépôts simples en terre et trois dans des urnes en céramique.

LES INCINÉRATIONS

115Les deux incinérations primaires (T33 et T87), de forme subrectangulaire, sont peu allongées : 1,40 et 1,60 m pour 0,60 à 0,70 m de large. La faible longueur des fosses rappelle les mesures notées sur la nécropole de la Favorite pour les tombes datées à partir de la période flavienne et se distinguant en cela des incinérations plus anciennes (Bel 1993, p. 98). Quant aux neuf dépôts secondaires en terre (Tl 1, 76, 79, 102, 103, 106, 117, 120, 159), ce sont de petites fosses ovales sans aménagement particulier. Ajoutons à cela trois urnes en céramiques (T80, 158, 160) dont deux au moins ont été déposées dans une cavité et calées par des pierres (fig. 187).

116Deux inhumations, T23 et T16, voisines de ces incinérations, renfermaient des os brûlés en tas, avec très peu de sédiment intersticiel. Pour T23 au moins, on peut supputer l’existence antérieure d’une urne, brisée lors du creusement de la fosse et dont les os, comme pour une réduction d’inhumation, auraient été rassemblés, peut-être dans un sac, auprès du corps inhumé. Située en limite extrême de la fouille, T16 n’a pas pu donner lieu à plus d’observation.

187 - Urnes T160 à gauche et T80 à droite

TYPOLOGIE DES INHUMATIONS

117On distingue plusieurs types de contenants dans la catégorie des inhumations en espace vide, qu’il est nécessaire en premier lieu de définir. Nous employons ici le terme de cercueil pour désigner un contenant de bois cloué, même si à l’origine, ce terme évoque de manière plus large la notion de transport, qu’il s’agisse d’une caisse ou d’un brancard (Ariès, 1977). Il sera donc différencié du coffre, considéré comme un contenant non cloué, chevillé ou calé in situ. L’expression de « fosses aménagées » est utilisée pour des sépultures qui témoignent d’une préparation de la fosse avant l’inhumation.

Les fosses aménagées

118Sur 68 fosses, 16 sont aménagées. Des pierres entourent 8 d’entre elles, 6 comportent des pierres déposées sur le fond de la fosse au-dessous du contenant (appelées cales inférieures), le fond de Tune d’entre elles est dallé, et une est maçonnée (fig. 188).

119Les moellons alignés entre le cercueil et les parois de la fosse sont le plus souvent de taille très variable, grossièrement équarris, ils ne cernent jamais complètement la fosse. La tombe, Τ144 est la plus régulièrement parementée, toujours avec des blocs de taille inégale mais relativement bien plaqués les uns contre les autres sur tout le pourtour, excepté à l’ouest, secteur perturbé par un massif de béton moderne. La position des os des membres supérieurs, sortant de l’espace délimité par le cercueil, induit la présence d’un vide entre celui-ci et les parois de la fosse qui ne s’explique que par l’existence d’un système de couverture de la fosse.

120L’aménagement des fosses funéraires avec entourage de pierres apparaît assez fréquemment dans les nécropoles antiques sans avoir d’ailleurs été réalisé systématiquement pour toutes les inhumations d’un même ensemble. Cette pratique absente sur la nécropole de la Favorite à Lyon, installée dans du loess (Tranoy 1987), est facilitée ici par la présence de matériau sur place. Aucune corrélation n’a pu être établie entre ce caractère distinctif et d’autres critères tels la chronologie des tombes, trop imprécise, le sexe des individus, l’orientation, le mobilier etc... On peut seulement constater que ces sépultures sont localisées plutôt dans la partie sud-est du site.

121Reste à déterminer le but de cet aménagement. L’absence de régularité dans la disposition des pierres est un peu intriguante si Ton attribue à ce dispositif une fonction de protection comme à Briord (Grange 1963, p. 13). Il peut s’agir plutôt d’un calage latéral installé pour offrir une meilleure stabilité à l’assemblage contenant le corps, observation, qui, à Serris et à Chartres, donne lieu à la même interprétation mais pour ces cas, le contenant n’est jamais cloué (Blaizot 1994 ; Joly 1992). Des murs, entaillés lors du creusement de la fosse ont pu jouer ce rôle de calage, pour deux sépultures (T71 et 82).

122Dans six inhumations en cercueil, des pierres assez plates sont placées au fond de la fosse. Elles sont déposées de manière symétrique ce qui suggère qu’elles servaient de cales pour le maintien horizontal du contenant ; en le surélevant légèrement, elles auraient facilité également la récupération des cordages utilisés lors de la dépose dans la fosse (la même remarque a pu être faite sur la nécropole de La Favorite), (cf. T43).

123Le fond de la fosse de T88 est tapissé d’un lit de dalles de gneiss, de fragments de tegulae et d’un bloc calcaire formant une surface horizontale. L’emprise de ce revêtement correspond à l’espace cerné par les clous, de 1,60 m de long, alors que la fosse elle-même se poursuit sur 0,60 m. Sa surface semble donc avoir été prévue en fonction de la taille du cercueil.

188 - Les fosses aménagées

189 - Fosse maçonnée de Tl

  • 5 Les tombes T448. T449. T450 et T580.

124Le site a livré une seule tombe maçonnée, Tl, contenant un cercueil (fig. 189). Les parois sont constituées de blocs de gneiss et de blocs de calcaire taillés en carré, rectangle ou demi-cercle (remploi de colonnes ?), liés par un mortier de tuileau. Les parois internes et le fond de la cuve sont enduits d’un béton de tuileau. L’emploi de mortier de tuileau est attesté également à Vienne pour des sépultures5 datées de la fin du IVe et du Ve s. (Jannet-Vallat 1987, p. 124). Ce type de construction avec le même mortier se retrouve également sur la nécropole de Saint-Laurent-de-Choulans à Lyon, pour des inhumations plus tardives, situées au VIe-VIIe s. (Reynaud 1988). Dans le même secteur que Tl, un massif de maçonnerie a été dégagé, M201, en partie coupé par une pile de béton moderne. Cette structure maçonnée comporte du mortier de tuileau et pourrait correspondre au vestige d’une sépulture semblable à T1, mais plus petite.

Les inhumations en cercueil

125L’emploi d’un cercueil en bois est confirmé pour 49 ou 50 sépultures. Les deux sarcophages en plomb, déposés dans une caisse clouée ou véhiculés sur un brancard, peuvent compléter la liste qui totaliserait donc 52 cercueils maximum. La situation des os et parfois des traces ligneuses témoignent souvent de l’étroitesse du cercueil, particulièrement pour 9 sépultures. Pour T35 la position des os du bras gauche signale que le sujet était plaqué contre la paroi du cercueil. Les bras du sujet immature de T60 sont maintenus par les montants d’un cercueil d’une largeur restituée d’environ 30 à 35 cm. L’exiguïté du cercueil de Τ104 a eu pour conséquence une compression transversale du squelette qui se manifeste par la verticalisation des clavicules et la rotation médiale des humérus. Dans le cercueil de T140, d’une largeur maximale de 0,40 m, la paroi maintient de chant l’os coxal droit. Pour T155, non seulement le cercueil est étroit, les coudes étant appuyés en surélévation contre les parois, mais la tête légèrement surélevée contre la paroi, le menton sur la poitrine, indique que ce cercueil est également trop court pour l’extension correcte du corps, comme pour T6 (cf. T6 infra). La position des clous et des membres supérieurs de T84 et de Τ101 donne à leurs cercueils une largeur respective d’environ 0,45 m et 0,40 m. (cf T84 infra). Quant au cercueil de Τ122, le bois bien conservé sur les côtés permet de lui restituer 0,35 à 0,38 m de large, ce qui dénote une exiguïté particulière ment remarquable. Et enfin même la tombe double T24 n’excède pas 0,45 m de large alors que le cercueil contient 2 individus. Précisons que les deux sujets de cette tombe sont décalés sur le plan longitudinal, ce qui pourrait indiquer, en dépit de la lacune archéologique au nord, qu’ils ont été déposés dans un cercueil d’une taille adulte (cf. T24 infra).

T43 : inhumation en cercueil avec cales inférieures
Le squelette est celui d’un adulte masculin déposé en décubitus dorsal, la tête au sud. Les avant-bras sont légèrement fléchis en dedans, avec leur extrémité distale reposant sur les liions. L’état de conservation est médiocre, et seuls quelques éléments de la main droite subsistent. Des restes concrétionnés de tissu le long des membres supérieurs évoquent les vestiges d’un linceul ou d’un vêtement. Quatre pierres plates en gneiss sont placées sur le sol d’inhumation, deux par deux, aux extrémités sud et nord de la fosse, et apparaissent sous le squelette. De part et d’autre des pieds on relève le négatif de chaussures (cf. fig. 208).
Analyse
La mise à plat des volumes est très importante, comme le montre l’ouverture du gril costal. La chute de la patella droite est à mettre en relation avec l’effondrement des coxaux, mais la gauche est en revanche restée en place. Le rachis est maintenu en connexion, mais on peut constater une certaine sinuosité générale et la rotation latérale droite de l’étage lombaire, consécutives de la mise à plat. L’humérus gauche a effectué une rotation interne puisqu’il se présente en vue latérale. Les pieds représentent la région anatomique la plus disloquée de ce squelette. Sur le pied droit, les phalanges sont dissociées sur le côté latéral, les métatarsiens ne sont plus en connexion avec le tarse et sont orientés en dedans par leur extrémité distale. A gauche, des phalanges sont situées à distance du reste du pied.
Interprétation
La mise à plat des volumes, la chute de la patella droite, et surtout la situation des phalanges du pied gauche en dehors du volume initial du cadavre rendent compte d’une décomposition en espace vide. La position de l’humérus gauche signale la proximité probable d’une paroi. La présence de clous permet d’identifier le type de contenant : un cercueil. Les cales sous-jacentes, ont pu servir à récupérer le cordage de descente dans la fosse.
T6 : inhumation en cercueil
Cette sépulture (fig. 190) affleurait sous le niveau de décapage et certains os ont été écrasés lors du passage d’un engin mécanique qui a fracturé le fémur à la base du col et au milieu de la diaphyse. La connexion tibio-fémorale n’a cependant pas été perturbée.
Le squelette, en bon état de conservation, à l’exception de la voûte crânienne et de la moitié distale du tibia droit, est celui d’un adolescent décédé autour de 14-15 ans, orienté est-ouest. Il repose en décubitus dorsal la tête à l’est, avec le membre supérieur droit le long du corps la main située sur la face interne de la cuisse, et le membre supérieur gauche fléchi, l’avant-bras sur l’abdomen. Plusieurs clous, à l’est et à l’ouest (à 8 cm du crâne au plus près) témoignent, malgré l’absence de trace ligneuse, d’un cercueil en bois. La présence de trois clous côte à côte, dans l’angle nord-est de la tombe, résulte probablement de l’effondrement du montant du contenant. Des pierres disposées de chant, sont visibles à l’est du crâne et du côté des pieds, à l’ouest. Les bords de la fosse sont ainsi clairement définis.

190 - Inhumation T6

Analyse
Les articulations sont relativement bien maintenues. Le squelette se caractérise par une mise à plat des volumes (bassin et thorax). Du fait de l’immaturité du sujet, l’os coxal est divisé en deux parties indépendantes, l’ilion et l’os ischio-pubien. Les liions se présentent par leur face interne et ils sont dissociés du sacrum. En revanche, le pubis et l’ischion sont en vue antérieure ; la symphyse pubienne gauche passe sur la droite. La mise à plat du thorax s’accompagne d’une dissymétrie. Les côtes gauches sont beaucoup plus verticalisées que les droites, elles se présentent par leur face supérieure, très inclinées en aval et vers l’extérieur, l’extrémité sternale venant au contact de la région du coude. Les quatre premières côtes supérieures gauches sont inversées, l’extrémité postérieure étant dirigée en dehors.
Un certain remaniement affecte la ceinture scapulaire, puisque les deux clavicules sont totalement verticalisées et que l’épaule gauche est décalée en amont par rapport à la droite. On notera que si l’humérus droit apparaît par sa face antérieure, l’avant-bras est resté de chant, en pronation, contre le bord antéro-latéral de l’ilion.
Le rachis est en connexion anatomique, mais présente une sinuosité. A l’étage cervical, on observe une convexité latérale droite accusée, et les lombaires présentent des torsions en vrille (les trois premières sont en vue antéro-latérale gauche) tandis que les trois dernières forment une courbe à convexité latérale droite.
Les patellas ne sont plus en place, et la droite est tombée entre les genoux. Les os des mains sont dissociés mais groupés dans la région de leur emplacement initial.
Sur les pieds, s’est produit un phénomène particulier ; à droite, les métacarpiens sont orientés sur l’axe nord-sud, le deuxième apparaît par sa face plantaire, et les suivants par leur face latérale. Sur le membre inférieur gauche, on remarque que l’épiphyse proximale du tibia est décalée latéralement et en amont de l’épiphyse distale du fémur. A gauche, le tarse dissocié, a basculé vers l’intérieur et les métatarsiens sont également orientés perpendiculairement par rapport à l’axe de la jambe.
L’anomalie de position la plus spectaculaire concerne le crâne. Il se présente par sa face latérale droite. Le maxillaire couvre la moitié externe de la clavicule gauche car la face est tournée vers l’ouest ; de plus le frontal touche la tête humérale et passe par dessus le bord supérieur de la scapula. L’axe sagittal du crâne est sensiblement parallèle à l’axe médian du squelette. La mandibule apparaît en vue latérale droite, en connexion avec le calvarium, sa face inférieure venant au contact des trois dernières vertèbres cervicales et des deux premières thoraciques. Les incisives supérieures passent en avant des incisives inférieures.
Interprétation
Le dépôt du corps dans un contenant, dont la nature est précisée par les clous, est confirmé par les observations anthropologiques. Si la mise à plat des volumes rend compte d’un colmatage différé, le déplacement de la patella et le retournement des côtes gauches nécessite un espace vide dans lequel le cadavre a évolué. La présence d’un contenant est également confirmée par les effets de paroi enregistrés à distance des bords de la fosse, caractérisés notamment par le décalage en amont de l’épaule gauche et par le maintien de l’avant-bras droit, en position instable.
La verticalisation de la clavicule droite indique une compression transversale du cadavre au niveau de l’épaule droite. Au moment de la mise en bière, les premières cervicales étant en connexion, la tête a été ramenée sur l’épaule gauche et contre les vertèbres. Cet effet de contrainte sur le crâne a induit une convexité vertébrale cervico-thoracique qui a rapproché les vertèbres de la scapula droite et les a éloignées de la scapula gauche, provoquant le tassement de l’épaule droite contre la paroi du cercueil. Cela est également responsable de la dissymétrie du gril costal.
L’alignement des clous derrière le crâne, qui indique clairement la position de la paroi du cercueil, est, rappelons-le, au minimum à 8 cm du crâne. En raison des faibles dimensions du cercueil (longueur d’environ 1,45 m), la tête ne pouvait être placée dans l’axe du rachis. Ainsi, si la raison de cette position très particulière de la tête est due à la longueur insuffisante du cercueil, l’hypothèse d’un dépôt périssable à cet endroit ne peut être toutefois exclue. Mais la première proposition est renforcée par la situation des os des pieds en amont de leur situation initiale, donc appuyés contre la paroi du cercueil.
T24 : inhumations simultanées dans le même cercueil
La tombe contient deux squelettes, l’un représente un sujet décédé autour de 12 ans (préadolescente) et un enfant d’environ 7 ans (à 9 mois près)(fig. 191).
Un égout moderne a sectionné l’extrémité nord de la tombe, faisant disparaître les pieds du pré-adolescent et une partie des membres inférieurs de l’enfant. Les squelettes sont orientés la tête au sud.

191 - Inhumations T24

Analyse
Le pré-adolescent
I1 repose en décubitus dorsal, la tête contre le bord sud du contenant comme l’indique la position des clous. Tous les ossements sont en connexion anatomique. Cependant, on constate quelques anomalies.
- T11 est complètement sortie du rachis thoracique. Elle apparaît par sa face inférieure, sur le gril costal gauche, à hauteur de T9-T10. T12 présente une connexion lâche avec L1.
- les os iliaques se sont disjoints du sacrum et présentent leur face médiale.
- les mains sont en connexion partielle, et la gauche est dissociée de l’avant-bras.
- la tête humérale gauche a migré de 5 cm en dehors de la diaphyse humérale.
L’enfant
Il se présente en décubitus dorsal décalé en aval par rapport au pré-adolescent et est situé entre celui-ci et la paroi ouest de la fosse. Ses membres inférieurs, remaniés, étaient à l’origine, fléchis sur le côté droit, les pieds ramenés vers la paroi ouest, comme l’indique la situation résiduelle des fémurs.
Son état de conservation est médiocre, puisque la majorité des os spongieux a disparu. Mais les altérations enregistrées au niveau du crâne sont dues au décapage mécanique.
Quelques os sortent de l’espace initial du corps, comme l’atlas qui a migré à proximité du crâne du préadolescent(e). L’humérus droit est entre les deux fémurs de l’autre sujet, et un métatarsien a roulé entre les extrémités proximales des tibias de l’adolescent(e). Seul l’humérus gauche, oblique en dehors et vers le haut, a pu être déplacé par l’engin au moment du décapage. En revanche, le fémur droit, dont l’extrémité distale repose sur celle du tibia gauche du pré-adolescent(e), n’est pas remanié puisqu’il est en connexion avec le coxal.
Le crâne est calé d’un côté par l’aile iliaque et le fémur gauches de l’adolescent(e) et de l’autre par une pierre engagée dessous. Il reste trois vertèbres thoraciques, face antérieure, en connexion, tandis que la cage thoracique est bouleversée, avec cependant quelques côtes en bon rapport avec les vertèbres. Les droites sont appuyées contre le côté externe du fémur gauche du pré-adolescent(e), et les gauches inclinées vers le bas entre les thoraciques et l’humérus. Les lombaires sont en connexion lâche, en vue antérieure.
Les irions sont à plat, face interne. Les os ischio-pubiens, qui apparaissent par leur face externe, ne sont plus en connexion.
Interprétation
Il s’agit bien d’une sépulture primaire, et l’absence des ossements est imputable à un effet de conservation différentielle.
Un grand nombre d’indices militent en faveur d’un espace vide que la présence de clous autour du squelette semble corroborer. Il s’agit de la mise à plat des volumes (ouverture des ilions, du thorax sur le pré-adolescent), la dissociation des articulations labiles, et surtout le déplacement de certains éléments en dehors du volume des chairs (tête humérale gauche du préadolescent, atlas de l’enfant). La profondeur de toutes ces pièces, semblable pour les deux squelettes, indique que les corps reposaient dans un même plan. En outre, on peut observer un effet de délimitation sur tout le côté ouest, défini par la tête humérale gauche de l’un et l’épaule gauche de l’autre. Ce phénomène et la situation de l’atlas de l’enfant à proximité du crâne du préadolescent, impliquent que les deux sujets ont été déposés dans le même contenant. La simultanéité des dépôts est démontrée par le fait qu’aucun os du pré-adolescent n’a été remanié par l’installation du deuxième sujet, et par le blocage de son ilion gauche par le crâne de l’enfant. Enfin, il apparaît que les fossoyeurs ont prévu un espace libre pour un autre corps, en plaçant le sujet adolescent contre la paroi est du cercueil et de manière oblique par rapport à son axe, ce qui confirme la simultanéité des dépôts.

Les inhumations en coffre de bois non cloué

126Certains squelettes (cinq ou six) offrent les caractéristiques typiques d’une décomposition dans un espace vide sans qu’aucun clou ait été décelé. Quatre inhumations en coffre sont en fosse simple (37, 73,73b, 146,) et deux inhumations sont en fosse aménagée. Rappelons que T71 et T82 sont des sépultures en fosse aménagée en partie dans un mur.

Les inhumations en sarcophage de plomb

127Trois sarcophages en plomb abritent les défunts : un enfant (T2) et deux adultes (T107 et T161) (cf. annexe infra).

128On note que T2 et Τ107 sont situées au sud du gisement et sont accompagnées chacune d’une monnaie peu usée, frappée à la même époque (en 229 et en 231), placée dans les deux cas près de la tête du défunt.

  • 6 Ce cas est déjà mentionné à Lyon, à Trion lors des fouilles anciennes (Allmer et Dissard 1887 ; Coc (...)

129La cuve de T2 est placée sur une structure en bois assemblée par des clous servant de plancher installé au fond de la fosse ou de civière facilitant le transport et la descente du sarcophage (fig. 193). Un dispositif comparable a été observé pour le sarcophage en plomb découvert à Tournai en 1989 : les traces ligneuses ont permis de restituer un plancher constitué « à sa partie supérieure de planches très larges et transversales à la cuve » (Brulet 1990, p.29). Les clous autour du sarcophage de T161 signalent peut-être une situation semblable mais les conditions de prélèvement n’ont pas permis de relever leur disposition. On ne doit donc pas évacuer l’hypothèse d’un cercueil en bois autour de la cuve en plomb6.

193 - Vue en plan et en coupe de la tombe T2 avec le tubulus vers le sommet et les clous autour du sarcophage en plomb

  • 7 L’analyse a été gracieusement réalisée par Le Centre de Datation par le Radiocarbone de l’Universit (...)

130Le corps de T161 a été entièrement couvert d’une poudre blanche en quantité trop importante pour qu’il s’agisse de bruschite et dont l’analyse a révélé qu’il ne s’agissait pas de chaux, comme on le supposait, mais de calcaire pilé7. Le squelette du sarcophage en plomb découvert à Tassin (cf. infra) était également entouré d’une poudre blanche interprétée comme de la chaux mais qui n’a pas été analysée.

T84 : inhumation en cercueil étroit
Il s’agit du squelette d’un jeune adulte masculin, inhumé en décubitus dorsal, la tête au nord (fig. 192). Cette tombe, installée dans un secteur dont l’occupation est déjà dense, entame T85, T87 et T97. Des os et du mobilier de T85 ont d’ailleurs migré dans sa fosse.
Analyse
Les articulations sont exceptionnellement bien préservées. La position initiale est lisible directement ; les bras le long du thorax contre les parois latérales du cercueil, Γ avant-bras droit est ramené en avant sur l’abdomen, la main repose par sa paume sur l’avant-bras gauche, en amont du poignet. L’avant-bras gauche semble en pronation, et repose sur le coxal gauche, la main sur le pubis Les genoux sont serrés Les pieds se présentent en vue dorsale, et sont situés entre deux chaussures. On note un affaissement des volumes (coxaux, thorax) accompagné d’une verticalisation des clavicules.
Interprétation
La mise à plat des coxaux, la rotation latérale du crâne, l’effondrement du pied gauche sont les indices d’un colmatage différé du volume du corps. Aucun os ne sort du volume initial du corps, on constate même que les patellas sont restées en place malgré la mise à plat des coxaux. Il est possible que ce phénomène soit dû à la présence des chaussures qui, plaquées contre les montants du cercueil, ont empêché les membres inférieurs de bouger. D’autre part, les jambes ont pu s’encastrer entre les chaussures lorsque le fond du cercueil, qui pourrit rapidement, a cédé. Seule la présence de clous rend compte de la présence indubitable d’un contenant ; la verticalisation des clavicules et l’alignement du frontal et de l’épaule, signalent une contention latérale excercée par les parois du cercueil. Les dissociations enregistrées sur les pieds pourraient indiquer que le pied était chaussé. La répartition des os disloqués de ce pied dessine un effet de délimitation à distance de la chaussure.
Les remaniements de la partie distale du pied gauche semblent être dûs à la chute de l’amphorisque et l’effet de délimitation observé sur ces os serait expliqué par la présence de la chaussure gauche. Cela prouve donc que ces objets ont été déposés à l’intérieur et non au-dessus du cercueil.

192- Inhumation T84

194 - Inhumations T66

195 - Inhumation T52

Les inhumations en pleine terre

131Deux tombes présentent des indices de décomposition en espace colmaté : T69 (fig. 194) et Τ152. La première, T69, dont il ne reste que les membres inférieurs, offre le seul exemple d’un adulte probablement installé en décubitus latéral, les membres inférieurs fléchis sur le côté. A cette posture particulière s’ajoute la décomposition du corps en pleine terre (maintien de la connexion de la patella droite). La datation du remblai dans lequel est creusée la fosse place cette sépulture dans le même horizon chronologique que les autres tombes.

132L’inhumation 152 (fig. 195) contient le squelette d’une femme qui a été visiblement déposée en pleine terre (maintien en connexion des coxaux). On notera ici la position des épaules complètement remontées avec les bras en abduction et surtout la situation des mains : celles-ci sont sur la droite du ventre, placées dos à dos.

133Nous nous permettons d’évoquer la possibilité que les mains aient été attachées.

134Sur ce site, l’ensemble des inhumations primaires présente donc des variantes dont le tableau suivant propose une image (fig. 196).

Les réductions de corps

135Le site a livré au minimum trois réductions. On note la pratique de réintégrations partielles d’ossements en cas de recoupement (T95 dans T96 : une partie au moins des os longs des membres inférieurs de la première a été déposée dans la fosse de la seconde). Une fosse, également incomplète, T156, a reçu des os d’une provenance cette fois inconnue. T157 contient les ossements de deux individus : il s’agit d’une tombe double ou de deux tombes individuelles bouleversées dont les os ont en partie été rassemblés dans une même fosse. La conservation de la position anatomique des fémurs de l’adulte indique qu’il y avait là, sans doute, à l’origine, une sépulture primaire. Les autres ossements sont en désordre. T1 contient 3 sujets qui ont put être inhumés secondairement dans la fosse maçonnée, suite à une réduction de tombes.

196 - Les types d’inhumations primaires

197 - Inhumation T27

PRÉSENCE DE PIERRES SUR LES OSSEMENTS

136Dans deux tombes féminines, T27 (fig. 197) et T35, des pierres reposent directement sur des ossements intacts. Deux moellons ont été trouvés sur le thorax et le pubis de T27, d’autres plus petits, étaient situés vers la moitié inférieure du sujet. Cette sépulture est creusée dans une couche de colluvion homogène renfermant quelques pierres erratiques qui ne peuvent expliquer ce phénomène. L’absence de sédiment entre les pierres et les os permet de s’interroger sur la position initiale de ces blocs. Il est difficle de savoir si elles ont été placées directement sur le corps ou au-dessus du contenant. Si elles avaient été posées sur le cercueil les os auraient pu être cassés lors de leur chute, mais le mode de fracture du couvercle aurait aussi pu amortir l’impact. Dans T35, creusée dans un mur et entourée de plusieurs moellons, une pierre est située sur le pubis non fracturé.

ÉDICULES MAÇONNÉS ET SIGNALISATION DE SURFACE

137Dans le même secteur que T1, deux massifs de maçonnerie, de forme rectangulaire, ont été dégagés, M203 et M200, construits avec un blocage interne de gneiss lié par du mortier jaune. M203, le mieux conservé, long de 1,20 m, large de 0,60 m et haut de 0,40 m, présente un blocage grossièrement parementé. Il surplombe en partie l’incinération en place T33 et, au-dessus de la tombe, son blocage est effondré sur le niveau de comblement cendreux. S’agit-il de la plateforme d’un édicule en relation avec cette sépulture ? Si son aménagement est postérieur à T33 (l’effondrement serait alors dû au tassement au-dessus des cendres meubles), rien ne permet de savoir s’il est lié à une autre tombe. La perturbation de l’angle nord-est s’explique peut-être par l’aménagement d’une fosse abritant l’hypothétique urne 193. M200, présentant des dimensions similaires (1,10 m sur 0,60 m), est installée légèrement au-dessus de T100 mais aucun indice ne permet de l’associer à l’une ou l’autre des tombes mises au jour dans le secteur. Notons que ces vestiges sont localisés dans le même secteur et que M203 est parallèle à T1.

T27 : inhumation en cercueil
L’extrémité ouest de la sépulture a été coupée par un pilier moderne qui a endommagé une partie du crâne (cf. fig. 197).
Analyse et interprétation
Le squelette est celui d’un adulte féminin déposé en décubitus dorsal, la tête à l’ouest apparaissant par sa face antérieure, le membre supérieur droit légèrement fléchi, l’avant-bras en pronation, la main sur le bas-ventre, le membre supérieur gauche fléchi, le bras en légère abduction, l’avant-bras en pronation, la main sur le ventre. Les membres inférieurs sont en extension.
La rotation latérale de l’humérus gauche, l’ouverture de la cage thoracique et du bassin, la chute de la patella droite, et l’effondrement des os des pieds sont autant d’indices d’une décomposition en espace vide. Des clous autour du squelette en définissent la nature : il s’agit d’un cercueil.
Cette inhumation-type en cercueil nécessite cependant une analyse des os des pieds dont la disposition est particulière.
Le pied droit a entièrement basculé vers l’extérieur alors que les os sont restés en connexion à l’exception du premier rang et des phalanges, effondrés entre les calcaneus ou sous le pied.
Si l’affaissement des os en position instable est habituel dans un espace vide, le maintien de leurs connexions anatomiques, en revanche, ne l’est pas. En effet, la destruction de l’architecture osseuse est progressive ; les phalanges, dont la contention est labile, tombent rapidement, alors que la disjonction entre le tarse et le métatarse est différée. Dans notre exemple, le pied est tombé sur le côté quand l’articulation tibio-tarsienne a lâché. A ce moment là, l’ensemble du pied était donc déjà réduit à l’état squelettique. Ainsi, la préservation quasi parfaite de la connexion anatomique, pourrait montrer que le pied était chaussé. La dislocation du premier métatarsien et des phalanges pourrait indiquer que ces dernières évoluaient à l’air libre, comme avec des sandales.
Le pied gauche cependant ne se présente pas de la même façon. Le calcaneus a basculé vers l’extérieur, suivi du talus en connexion lâche, et les os du tarse distal sont dissociés en amont du tarse proximal. Les métatarsiens se présentent en connexion mais à l’envers, la tête se trouvant orientée en proximal. Ils sont remontés à côté du calcaneus et ont glissé contre la face interne du pied. La situation des os en amont de leur situation initiale révèle un effet de paroi : le pied s’appuyait contre la paroi du cercueil. En position instable, la chaussure et le contenu ont cédé, le second au niveau des cunéiformes qui représente le point de rupture. Les métatarsiens sont restés en connexion dans leur contenant et ont alors glissé verticalement le long de la paroi jusqu’au plancher. Puis l’ensemble a basculé vers l’intérieur.

138Deux tombes ont conservé des vestiges de leur système de signalisation à la surface du sol : T2 (cf. fig. 193), et T81. A 12 cm au dessus du sarcophage en plomb de T2, un tubulus a été retrouvé en position quasi verticale, calé par des blocs et sept clous étaient disposés à proximité. Au sommet de la fosse de T81, des blocs de taille irrégulière et huit clous étaient concentrés sur deux niveaux dans la partie sud. Les clous qui délimitent une surface presque carrée et la position des blocs qui évoque les restes d’un aménagement sont peut-être les restes d’un repère sur la tombe.

APPROCHE PALÉODÉMOGRAPHIQUE

  • 8 Pour l’âge et le sexe, déterminé à partir des bassins, nous disposons des informations qui nous ont (...)

139La nécropole regroupe 72 sujets inhumés, répartis en 42 adultes (17 femmes, 14 hommes, 41 indéterminés dont 11 adultes), 7 adolescent(e)s, et 23 enfants (dont un foetus et un périnatal)8 On constate d’une part, une légère prédominance féminine dans la population adulte, non significative car il faut la pondérer par le nombre d’adultes indéterminés et d’autre part, le déficit d’enfants, en particulier entre 0 et 1 an.

POSITION DES SUJETS

140Deux orientations préférentielles de la tête dans les inhumations apparaissent : en premier le sud (27 cas), et en second l’ouest (19), puis l’est (9) et peu pratiqué le nord (5).

141L’étude montre une prédominance des membres supérieurs semi-fléchis, c’est-à-dire reposant en général sur le corps dans la région du bassin. Aucune corrélation n’existe entre la position des membres supérieurs semi-fléchis et l’âge ou le sexe des individus.

142La répartition par individu de la position des membres inférieurs en extension et parallèles, position la plus fréquente (25 sujets), révèle une légère prédominance de cette position chez les adultes (14 sujets dont 4 hommes, 6 femmes, 4 indéterminés) par rapport aux enfants (11), alors que la position fléchie et semi-fléchie ne concerne que des enfants (6 sujets), à l’exception d’un adulte de sexe indéterminé. Pour un seul individu, un enfant, les membres inférieurs sont écartés.

143Il semble que les fosses aménagées soient plus courantes pour les adultes (15 sujets dont 6 hommes, 7 femmes, 2 indéterminés) que pour les enfants (3 cas seulement : T32, T88, T92).Une relation entre l’âge des inhumés et l’inhumation en fosse aménagée pourrait donc être envisagée.

144L’analyse spatiale de ces différents paramètres n’apporte rien de significatif : la répartition est globalement homogène.

LE MOBILIER

145Sous ce terme nous désignons tous les vestiges, autres que le squelette, trouvés dans la tombe en association avec le défunt. Quarante deux tombes ont livré du mobilier (fig. 198, 199). Dans certaines tombes, on peut s’interroger sur l’existence d’objets disparus, lisibles seulement à partir des os dont la position révèle un obstacle à leur chute.

INH : inhumation ; I.P. : incinération primaire ; I.S.f : incinération secondaire en fosse ; I.S.u : incinération secondaire en urne En italique : le mobilier porté
198 - Le mobilier des tombes

199 – Répartition du mobilier dans les tombes

VAISSELLE

146Parmi les dépôts funéraires c’est le type le mieux représenté après les monnaies. Sur l’ensemble des sépultures, 19 % contiennent de la vaisselle (15 tombes), proportion qui sur les 42 tombes ayant livré du mobilier atteint 36 %. Le nombre d’objets par sépulture varie de un à six (fig. 200). Pour les inhumations, leur quantité et leur type ne dépendent ni de l’âge ni du sexe des individus.

200 - Quantité de vaisselle par tombes, en gras les incinérations

147Il est difficile d’attribuer une fonction précise aux différentes pièces qui composent le dépôt, uniquement à partir de leur forme. S’il est certain que les cruches ou pichets servaient à verser, comme probablement aussi les amphorisques, les gobelets à boire et si les plats (assiettes, écuelles) étaient employés pour les aliments solides, en revanche les pots, jattes ou coupelles pouvaient être utilisés des deux manières ou encore contenir des aliments sous forme semi-liquide. Les petites coupelles sont souvent interprétées comme des contenants pour les sauces. Sur la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux, des escargots étaient placés dans trois de ces vases ainsi que dans une coupe et une assiette (Bel 1992, p. 152). Il est certes délicat d’évaluer la proportion des récipients dévolus à la nourriture (15 ?) ou à la boisson (20 ?) surtout sur une quantité aussi faible de mobilier (fig. 201a). Cependant cela met en lumière le contraste entre la nécropole du quai Arloing et celle de la Favorite où les tombes datées du Haut Empire ont livré environ sept fois plus de formes ouvertes (assiette, coupelle) que fermées (cruche, bouteille, amphore).

  • 9 Un seul exemplaire sur 440 sépultures.

148A noter l’apparition du bouchon d’amphore ou amphorisque (dans six tombes), forme quasiment absente dans le recensement du mobilier de la Favorite9 et qui, sur le quai Arloing, est le seul objet représentant la céramique commune claire. Les proportions entre céramique commune et céramique fine sont à peu près équivalentes (fig. 201b). On remarque l’absence dans ce lot de céramique d’importation africaine pourtant bien attestée par ailleurs dans les occupations du IIIe s.

201 - A - type de vaisselle, Β - catégories de production de la vaisselle

149Les objets sont parfois ébréchés, comme l’amphorisque de la tombe 94 ou le couvercle de l’urne T80, témoignant ainsi de leur usage domestique avant d’être employés dans le rituel funéraire.

  • 10 Je remercie Philippe Marinval à qui est due cette détermination.

150Une incinération seulement a livré la trace d’un dépôt alimentaire : T11 dont les cendres contenaient un noyau de datte10. Ailleurs, la présence initiale de liquide ou d’aliments solides complètement disparus n’est pas exclue.

  • 11 On distingue, pour les incinérations comme pour les inhumations, les dépôts primaires placés avec l (...)

151Ces offrandes de vaisselle ont été disposées dans cinq cas sur neuf aux pieds du défunt (T8, T84, T94, T98, T147), entre les cuisses (T147) ou à ses côtés (T27, T60 ?). Une seule tombe (T89) présente un dépôt secondaire11 installé vers les pieds mais hors du cercueil.

152A cette période tardive le rituel évoquant le repas, sous une forme symbolique ou réel, continue donc à être pratiqué par les inhumants et les incinérants comme dans les nécropoles du Haut Empire, à cette différence près avec la Favorite que les inhumations y sont très rarement dotées de mobilier et presque jamais de vaisselle.

202 - Répartition du type d’objet déposé dans les tombes

MONNAIES

153Comme dans la plupart des nécropoles antiques, le rite de l’obole à Charon n’est pas systématique mais il est observé pour treize inhumations sur 67 (deux tombes sur dix) et pour quatre incinérations sur quatorze (trois tombes sur dix). Notons qu’il s’agit d’une des offrandes les plus fréquentes dans les tombes (fig. 202, 203). Ces proportions sont plus importantes que sur la nécropole de La Favorite où seulement 0,7 inhumations et 1,5 incinérations sur 10 ont reçu une monnaie.

154Dans six tombes, cette offrande est multiple : deux monnaies (T84, T88 et Τ107), trois (T89), quatre (T145) et dix sept (Tl). On note que T89 et T145 recèlent par ailleurs un mobilier abondant. En outre pour les deux pièces percées de Τ145, la fonction d’amulette s’est substituée à celle d’obole.

155Parmi les inhumations, les seules dont l’âge et le sexe soient connus, sept sépultures d’enfant ont reçu cette offrande, contre quatre tombes masculines, une tombe féminine et une indéterminée. Sans vouloir tirer de conclusions à partir d’un gisement incomplet, on remarque néanmoins la relative abondance de tombes d’enfant dotées de l’obole (même de très jeunes sujets : un an (T145), trois ans environ (T23), trois-quatre ans (T92), alors que les femmes, pourtant plus nombreuses sur le site que les hommes, sont représentées par une seule sépulture avec obole. Sur d’autres gisements, comme à Kempten (Mackensen 1978, p. 153), les pièces trouées sont toujours associées à des enfants. On pourrait penser ici que l’obole, garante du bon déroulement du passage dans l’au-delà et investie donc d’une valeur de protection, était attribuée particulièrement aux enfants, plus vulnérables par leur âge. Mais il est extrêmement délicat, avec un lot aussi peu important, de considérer l’âge et le sexe comme des critères significatifs.

156Les monnaies sont le plus souvent placées près de la tête (cinq cas) ; à trois reprises on les trouve aux pieds, une fois sur la poitrine, sur le ventre ou sous la main. Dans les deux incinérations, elles ont été brûlées avec le mort.

157Dans sept cas, c’est la monnaie qui seule permet de dater la tombe en apportant un terminus post quem ; pour quatre tombes ce terminus est en bonne adéquation avec le mobilier. En revanche, dans cinq cas, un décalage chronologique important est dévoilé par les offrandes (Τ 103), par d’autres monnaies associées (T89, Τ145) ou par une relation stratigraphique avec une tombe datée (T88). Enfin, une monnaie, bien antérieure au reste du mobilier, a été déposée dans la sépulture Τ144 (cf. fig. 203). La monnaie trouvée avec T157 (réduction) n’a pas été comptée parmi les offrandes, en raison de sa position incertaine.

LAMPES ET BALSAMAIRES

158Pièces communément associées au culte des morts dans les nécropoles antiques, les lampes et les balsamaires sont peu représentés sur ce gisement (cf. fig. 202).

Lampes

159Seulement deux lampes accompagnent des enfants (T21, six/sept ans ; T32, deux/trois ans) et sont placées à leurs pieds. Une dernière a été brûlée et déposée dans l’incinération secondaire Τ103. Les deux inhumations sont très mal datées alors que l’incinération n’est pas antérieure à la fin du IIe s. et pourrait donc avoir été pratiquée au IIIe s..

160La très faible proportion de lampes par rapport à l’ensemble du mobilier (3,7 %) contraste avec le site de la Favorite où un peu plus de la moitié des incinérations datées pour la plupart des Ier et IIe s. en contenaient au moins une. Cette tendance trouve son parallèle sur d’autres types de sites, à Lyon et dans la région, où la très faible proportion de ce mobilier à partir du IIIe s. signale une chute de l’emploi de la lampe à huile comme mode d’éclairage à cette époque (Ayala 1991, p. 187).

Balsamaires

161Les balsamaires, très fréquents dans les incinérations du Haut Empire de la Favorite et constituant la majeure partie du très rare mobilier des inhumations de ce même site, sont en faible nombre quai Arloing. Les trois exemplaires sont issus du bustum T87 et des inhumations T97 et Τ107. Ces petites fioles au col étroit passent généralement pour avoir renfermé du parfum dont on sait qu’il jouait un rôle très important lors de la cérémonie funèbre.

162Hormis une monnaie dans T107, les balsamaires constituent le seul mobilier des deux inhumations qui sont masculines.

203 - Les monnaies dans les tombes
F : femme
H : homme
* : tombe datée uniquement par le mobilier monétaire.

204 - Mobilier de la tombe T90

163La rareté des balsamaires comparée à la vaisselle ou aux monnaies confirme une tendance déjà amorcée au IIe s. sur les sites de la Favorite, du Valladas (Bel 1992, p. 176) ou encore de Fréjus (Bel et alii 1991, p. 23) et traduit sans doute un abandon de l’emploi du parfum au moment des funérailles ou une manière différente de le répandre.

PETITS OBJETS DIVERS

Statuettes en terre cuite

164Deux statuettes identiques en terre blanche de l’Allier, issues de l’atelier de Pistillus à Autun, figurent une Vénus anadyomène, la main droite sur le sein droit, l’autre tenant un voile, placée dans un édicule au fronton arrondi, orné d’un décor en S et supporté par deux colonnes de style corinthien flanquées de pilastres. Elles ont été déposées dans la tombe d’une femme d’environ 40 ans (T90), l’une sur l’autre, à ses pieds (fig. 204) (cf. aussi dos de couverture).

165Les figurines en terre cuite représentant des animaux ou des divinités populaires, notamment Vénus ou les Maires, sont assez fréquentes dans les sépultures antiques (Lintz 1993, p. 139) ; neuf incinérations de La Favorite en contenaient. Objets d’attachement de la part de la défunte ou de ses proches ou associées de son vivant à un laraire, ces statuettes de divinités étaient peut-être empreintes d’un rôle protecteur qui se prolonge dans la sépulture.

Bijoux

166Trois femmes (T27, T89, T90) et trois enfants (T91, T92, et T155) portaient des bijoux.

167On compte trois bracelets en os lisse déposés à côté du coude gauche de T27 et des perles, situées dans la région du cou, qui appartiennent probablement à un collier. Cette parure comportait une cinquantaine de petites perles rondes en verre - 24 jaunes et 27 vertes - plus deux en or composant un rang assez court de 18,5 cm, complété peut-être par des éléments disparus.

168La défunte T89 portait un anneau en bronze autour de la première phalange du majeur droit.

169La parure de T90 était déposée à ses pieds (cf. fig. 204). Les conditions de découverte de la sépulture n’ont pas permis une restitution du montage de la parure, complètement disloquée et dont les éléments, de très petite taille parfois, étaient dispersés dans le comblement. Le module et la nature des pièces sont très variables. Des perles en jais composent la majeure partie de l’ensemble qui comporte également des éléments en verre et en pâte de verre. Parmi les pièces en jais, neuf sont taillées en forme de demi-rondelle bombée dont la face supérieure est décorée d’un relief en Z, trois autres, en trapèze, sont cannelées sur un côté et portent sur la tranche, entre les deux orifices percés pour le passage des fils, les chiffres : II, VIIII, XI. Ces inscriptions peuvent signifier un ordre de montage mais deux des pièces sont presque jointives et la troisième non située sur plan. Avec ces éléments de grande taille, on trouve 11 rondelles d’environ 1 cm de diamètre ; deux ont 2 sillons, trois n’en portent qu’un et 6 n’en comportent pas. Le reste est constitué de 138 petits cylindres facettés et deux de forme biconique. On compte encore six perles rondes, un ensemble de trois petites sphères solidaires. A cela s’ajoute, toujours dans de petits modules, 19 perles bleues à section carrée, trois vertes, biseautées, 14 en verre bleu, vert ou jaune et cinq en os. Cet ensemble a pu composer un collier mais il n’est pas impossible aussi qu’il y ait eu plusieurs pièces. Reste enfin la présence d’une perle ronde godronnée. On trouve souvent un seul exemplaire de ce type dans les tombes gallo-romaines (Castella 1987 p. 151), circonstance qui inciterait à leur attribuer une fonction apotropaïque. Une tombe de Baralle a livré un collier composite intégrant ce type de perle à godrons (Feugère 1989, p. 188).

170Les deux enfants des tombes 91 et 155 portaient des boucles d’oreille en or à ligatures jointes (Nicolini 1990, pp. 269 à 273) ; une paire pour T91 et une seule à l’oreille gauche pour T155. Les deux avaient un bracelet au poignet droit, constitué uniquement de huit petites perles rondes en jais (T91) ou de cinq petites rondes et dix biconiques, également en jais, complétées par une perle bleue en pâte de verre, onze en verre translucide portant les traces d’une dorure et une perle en os peinte en noir (T155). T92 a livré un anneau en bronze près de l’articulation tibio-fémorale droite.

  • 12 « Enflammée, elle (la pierre) chasse les serpents et dissipe l’hystérie. En fumigation, elle fait r (...)

171Trois tombes comportaient des parures montées avec des pièces en jais. Cette roche assez rare, employée surtout pour les bijoux, est réputée pour ses vertus magiques et prophylactiques (Pline, Histoire Naturelle, XXXVI, 34, 141)12. C’est dans le Yorkshire que les gisements exploités étaient les plus importants. Les ateliers de la province de Bretagne, célèbres au IIIe s., diffusaient largement leur production sur le continent et notamment en Rhénanie (Baratte 1990, p. 84). Il semble d’ailleurs que ce soit surtout aux IIIe et IVe s. que se répande un attrait particulier pour le jais (Schwinden 1984, p. 167).

172On note la parure similaire des deux enfants, les seuls de surcroît à avoir des boucles d’oreille. La nécropole d’Apt a livré un sarcophage en plomb daté par une lampe du IIIe s, dans lequel un enfant de 6-7 ans portait également « deux boucles d’oreille en or formées par un anneau filiforme » (Dumoulin 1958, p. 216). Certains auteurs n’estiment pas improbable que ces bijoux, portés de leur vivant, peut-être depuis leur plus jeune âge, par des enfants, avant de devenir des apparats dans la tombe, soient empreints d’une vertu apotropaïque (Mackensen 1978, p. 156).

173Le remplissage de T1 (tombe maçonnée contenant plusieurs individus bouleversés, dont une femme) a livré deux bracelets (fig. 205) ; l’un en bronze sur lequel se déroule un motif alternant des losanges, des pastilles et une frise de volutes ; l’autre, fragmentaire, est en lignite.

174Enfin, un objet en bronze disparu, situé à proximité du cou de la femme de T93, simplement révélé par la coloration verdâtre de l’axis, est à ajouter à cet inventaire.

Amulettes diverses

175Des amulettes ont été retrouvées dans au moins trois tombes d’enfants.

  • 13 Quelques exemplaires ont été trouvés à Lyon : cinq sont mentionnés par Steyert (Steyert p.418, fig. (...)

176L’un d’eux âgé de 2 à 6 ans (T86), a été enseveli avec trois pendentifs : une amulette phallique en plomb et deux lunules argentées(fig. 206). La forme en demi-lune de ces objets très répandus durant toute l’antiquité13, les associe aux symboles des divinités lunaires. Ils sont généralement désignés par les auteurs anciens comme attributs des femmes et surtout des enfants, les protégeant lors de leur croissance. Or l’étude de ces pendentifs corrobore indéniablement les sources littéraires (Wrede 1975). A l’instar d’autres sites, les lunules à Kempten sont portées essentiellement par des enfants ou des femmes (Mackensen 1978, p. 157). Les lunules possèdent donc peut-être une force prophylactique qui serait confirmée notamment par leur association fréquente avec des amulettes phalliques (Siebourg 1898). Ainsi à Besançon un exemplaire est accompagné de « trois pendants, peut-être en forme de croissants » (Feugère 1981, p. 144) ce qui évoque le même dispositif que pour la tombe T86. On trouve également ailleurs des sépultures de jeunes enfants munies d’une amulette phallique (Dumoulin 1958, p. 219, Gébara 1993, p. 334).

205 - Mobilier de la tombe T1

206 - Mobilier de la tombe T86

177Une clochette en bronze, dépôt courant dans les sépultures enfantines, placée dans la tombe d’un enfant d’environ un an (T145), était jointe à un ensemble d’offrandes comprenant aussi deux monnaies percées (fig. 207). M. Mackensen note qu’à Kempten, ces pièces-amulettes, sont toujours associées à des individus très jeunes (Infans I) (Mackensen 1978, p. 158). Appartenait également à ce lot une perle en verre de taille importante, objet dont la vertu apotropaïque pourrait là encore être évoquée en raison de son isolement dans les tombes ou de son association fréquente à des objets interprétés comme des amulettes.

178Deux petites perles de verre proviennent des tombes T6, un adolescent de 14-15 ans et T22, un adulte peut-être masculin. La première était située non loin de la main gauche et la seconde, près du bras droit. On peut supposer que ces perles isolées, passées peut-être à une courroie disparue, servaient aussi d’amulettes (même remarque à Kempten ou sur la nécropole de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Mackensen 1978, p. 156 ; Bel 1992, p. 189).

179La position des deux anneaux, à droite de la tête de l’enfant de 7 ans, T88, laisse penser qu’ils n’étaient utilisés ni pour un vêtement, ni comme bijoux mais inviterait éventuellement à leur donner valeur de talisman. C’est encore à Kempten que l’on trouve des parallèles à cette pratique (Mackensen 1978, p. 158).

180Une lamelle en plomb trouvée entre le coude gauche et les côtes de T93, légèrement tordue, ainsi qu’un tube en bronze dans Τ101, sont peut-être à placer parmi ces objets insolites à caractère protecteur auxquels on pourrait joindre également l’unique jeton en os de T89, une femme de 40 ans.

207 - Mobilier de la tombe 1145

Aiguilles en os

181Deux sépultures féminines (T89, T90), une probablement féminine (T42) et une tombe d’enfant (T91) ont livré des épingles en os à tête arrondie (employées pour la coiffure ?). Elles étaient groupées en faisceau aux pieds de T90, maintenues peut-être à l’origine par un lien, et appartenaient sans doute au trousseau de toilette personnel de la défunte. En revanche, chez les deux autres adultes, on peut s’interroger sur la signification d’une aiguille isolée (placée entre les chevilles de T89). Douze de ces objets étaient répartis autour du squelette de T91. La moitié était concentrée aux pieds de l’enfant, l’extrémité arrondie indifféremment tournée vers le corps ou vers l’extérieur. Un tel agencement, non fortuit, pose là encore un problème d’interprétation : ces épingles ont-elles servi à agrafer un linge à trame large autour du corps de l’enfant ou ont-elles été disposées ainsi à dessein rituel ?

Objets divers

182Une chaîne en bronze, en colonne à quatre pans, issue des cendres de l’incinération primaire T33, semble avoir été nouée volontairement, peut-être pour signifier le terme de son temps d’usage.

183Le dépôt secondaire, T102, a livré un élément de charnière en bronze appliqué sans doute sur un coffret dont il ne reste aucune autre trace.

184Le petit élément en os trouvé dans les cendres de Τ103 trouve un parallèle dans une tombe d’Apt où plusieurs pièces du même type sont interprétées par Dumoulin comme des jouets (Dumoulin 1964, p.98).

185Parmi les offrandes associées à Τ145, gisaient un couteau dont la lame (cf. fig. 207) (radiographiée par le laboratoire de restauration des métaux de Vienne) s’actionnait autour d’une charnière visible à la base du manche et une sphère en bronze en deux parties dont l’une est très incomplète, qui correspond peut-être à un hochet ou un encensoir.

Les fibules

186Deux fibules seulement ont été découvertes ; l’une dans une incinération primaire (T87) et l’autre dans une inhumation masculine (T116) où elle était située sur le thorax du défunt. Ce sont les seuls vestiges d’une attache d’un éventuel linge ou vêtement autour du corps.

208 - Inhumation T43

209 - Inhumation 189

TRACES DE TISSU

  • 14 Je remercie Madame Odile Valansot (Musée des Tissus à Lyon) qui a bien voulu étudier ces fragments (...)

187Trois inhumations ont livré des vestiges de toile. Il s’agit probablement de lin écru14. Autour du squelette T43, des fragments de trame (fig. 208) fossilisée sur une concrétion blanchâtre, sont particulièrement visibles le long du bras gauche jusqu’au bassin et autour de l’humérus droit. Aucune fibule n’est associée à ce tissu.

188Dans les deux autres tombes, T89 (fig. 209) et T92, le tissu était conservé sur des monnaies en bronze. Il était fixé seulement sur la face (non relevée lors de la fouille) d’une des trois monnaies de T89, déposées sur le thorax. Celle de T92, placée sous la main gauche, était entourée d’une gangue de tissu adhérant au métal sur les deux faces et sur la tranche. Dans les deux cas, on peut invoquer la présence d’un vêtement ou linceul comme celle d’une bourse. Cette dernière hypothèse paraît plus plausible pour T92 à moins d’imaginer que le linge enveloppant l’enfant soit en contact avec toutes les surfaces de la monnaie.

LES CHAUSSURES

189Treize individus ont été inhumés avec une à deux paires de chaussures non portées et posées près des pieds, reconnues grâce aux clous dessinant, plus ou moins nettement selon les cas, l’empreinte d’une semelle. Le même modèle de chaussure à semelle cloutée est adopté indifféremment quels que soient le sexe ou l’âge des sujets, (cf. T43 supra) (fig. 208), et T84 (fig. 192).

  • 15 T8, Τ 27, T34, T71, T81, T84, T93, T97, T144, T147.

190Dans dix cas, après rupture de l’articulation résistante de la cheville, les os des pieds ont conservé leur connexion alors qu’ils sont tenus par des articulations labiles qui cèdent très rapidement, avant celle de la cheville. Cela implique que les pieds étaient maintenus lors de leur chute. Cette contention a pu être exercée par du tissu ou des chaussures légères non cloutées portées cette fois par le défunt15 (cf. T27).

INDICES D’OBJETS EN MATIÈRE PÉRISSABLE

191L’inventaire des offrandes déposées aux côtés du mort souffre bien sûr des limites dues aux problèmes de conservation : tous les objets en bois, osier, tissu, etc., certains aliments ou encore des végétaux (fleurs ?) nous échappent.

192A deux reprises, c’est la taille de la fosse comparée à celle du squelette qui conduit à s’interroger sur la présence éventuelle d’objets disparus, d’autant que le dépôt d’offrandes à l’extérieur du cercueil s’est déjà rencontré dans la tombe T89 (cf. fig. 209). A la tête de T81, au nord de la fosse, deux pierres de chant et d’autres à plat forment un espace aménagé large de 0,25 m. La tombe T88 offre un cas de figure similaire : le cercueil est posé sur un dallage adapté à sa longueur mais la fosse se poursuit encore du côté des pieds sur 60 cm.

DATATION

193Les datations proposées s’appuient, quand il y en a, sur celles des vases d’accompagnement et des monnaies (fig. 205 à 207 et 210 à 213). Les arguments ne sont pas développés ici, mais ils sont disponibles au S.R.A., avec les rédigés et dessins complémentaires. Ces propositions sont émises avec toutes les réserves qui s’imposent en contexte funéraire : le temps écoulé entre la fabrication et le dépôt dans la tombe restant bien-sûr inconnu, de même que le temps de circulation des monnaies dont, pour cette raison, nous signalons approximativement le degré d’usure. En l’absence de ce mobilier funéraire, reste le recours à la céramique résiduelle provenant du comblement de la sépulture. Le terme de « résiduel » sert ici à différencier la céramique déposée intentionnellement de celle dont la présence est fortuite, qu’elle soit antérieure ou subcontemporaine de l’ensevelissement. Elle peut parfois offrir un terminus. La présence de mobilier dans les tombes qui se chevauchent ou se superposent permet enfin d’affiner la chronologie qui résulte de la stratigraphie.

194Ainsi 43 ensembles sur 82 ont pu être placés dans une des sept périodes définies (fig. 214, 215). Cette classification, certes artificielle puisque chaque tombe résulte d’un événement instantané et forme un ensemble clos, est fondée sur les termini post quem offerts par le mobilier (principalement la céramique fine et les monnaies). Précisons d’emblée que chaque période doit être considérée comme un horizon chronologique avant lequel la tombe n’existait pas.

195On note une solution de continuité entre la période P1, fin Ier-début IIe s., et les suivantes. Cette période comprend les deux seules incinérations primaires (busta) du gisement et une inhumation d’enfant de 2 à 3 ans, situées toutes les trois dans un même secteur. Le hiatus chronologique entre ce groupe et le reste des sépultures situées plutôt à partir du IIIe s. pose un problème d’interprétation topo-chronologique. Ces tombes appartiennent-elles à un noyau funéraire plus ancien qui se serait développé au sud de cette parcelle et dont on aurait ici la frange septentrionale ? Ou bien s’agit-il de sépultures liées à un habitat suburbain et, pourquoi pas, aux structures observées plus à l’est ? Les deux propositions ne sont d’ailleurs pas exclusives. La même situation a pu être observée sur le site de Gorge de Loup où trois incinérations semblaient relativement isolées (cf. Tranoy in Gorge de Loup dans ce même volume) ou bien encore sur le gisement du Docteur Horand I (Rapport Bellon 1992, S.R.A. Rhône-Alpes) qui a livré une incinération secondaire et une inhumation d’enfant et sur celui du Docteur Horand II qui a livré lors des sondages deux incinérations secondaires (Rapport Bellon 1992, S.R.A. Rhône-Alpes).

211 - Mobilier, 1 : n° d’inv. 136, 2 : n° d’inv. 139, 3 : n° d’inv. 137, 4 : n° d’inv. 131,5 : n° d’inv. 267, 6 : n° d’inv. 138. (cf. fig. 213)

212 - Mobilier. 1 : n° d’inv. 273, 2 : n° d’inv. 203, 3 : n° d’inv. 271, 4 : n° d’inv. 270

213 - Identification des céramiques
CF : céramique fine
CC : céramique commune
VE : verre
c.r.a. : céramique à revêtement argileux
inv = n° d’inventaire
cat = catégorie de production
% = pourcentage conservé

214 - Périodes d’occupation de la nécropole, en gras les incinérations

196La présence d’une inhumation (T32) pour cette phase précoce n’est pas choquante : le choix de ce rite durant le Haut Empire, côtoyant celui de l’incinération, a déjà été constaté à Lyon sur la nécropole de La Favorite (Bel et alii 1991, p. 13). En outre, l’enfant appartient à cette tranche d’âge pour laquelle on observe souvent l’adoption de l’inhumation dans les groupes incinérants. Il s’agit peut-être d’une extension d’une coutume rappelée par Pline, qui consistait à ne pas livrer aux flammes les jeunes morts-nés ou décédés avant que leurs dents ne soient poussées (Pline, Histoire Naturelle, VII, 15). Il n’est pas exclu que ce rite ait inspiré l’inhumation de l’enfant malgré son âge plus avancé (2/3 ans).

197Les tombes associées à la période 2 sont en fait assez mal datées. Certains indices ont permis de les placer dans cette période mais elles sont peut-être plus récentes.

198Il semble que le développement de la nécropole culmine au IIIe s. avec toujours cette réserve que des tombes placées dans la phase P4-P5 soient plus récentes. Les ensevelissements se poursuivent au moins jusqu’au début du IVe s., phase P6-P7.

  • 16 Cela a déjà été observé rue P. Audry (cf. corpus des découvertes dans ce même volume, J.-L. Gisclon (...)

199On note dans la phase P4-P5 la présence de cinq incinérations secondaires. On peut supposer que le regroupement topographique des incinérations secondaires s’est constitué à la même période ; les incinérations T103, T106 et T117 pourraient alors être jointes à ce groupe chronologique. La crémation des défunts se pratique donc toujours à Lyon à une époque où le rite de l’inhumation a déjà été adopté par une bonne part de la population16.

ORGANISATION TOPOGRAPHIQUE

200Les diverses lacunes que le gisement a subies amputent la fiabilité de l’approche topochronologique et de nombreuses tombes étaient en outre démunies de matériel permettant de les dater. Le plan d’ensemble permet cependant de proposer un certain nombre d’observations

201Les séquences chronologiques illustrées sur le plan (fig. 215) sont trop incomplètes pour pouvoir suivre précisément le développement spatial de la nécropole. On constate tout au plus que, parmi les sépultures datées, les plus récentes s’installent à la fois à l’extrémité sud du gisement et dans les raines des bâtiments. Il semble donc que l’extension de la nécropole, à partir d’un noyau relativement éloigné du bâti, se poursuive vers le sud en même temps qu’elle vient empiéter, au nord, sur le périmètre des entrepôts.

215 - Répartition topo-chronologique des sépultures

202Honnis quatre d’entre elles, T84, Τ104, Τ122 et Τ161, les inhumations suivent globalement deux orientations, est/ouest et nord/sud, dans des proportions plus ou moins équivalentes et sans que cela ne semble dépendre d’un critère chronologique. Il apparaît plutôt que cette disposition résulte d’une organisation nucléaire, assez manifeste pour le groupe T35-T37-T38-T43 ou encore T82-T73-T146-T155 par exemple. Néanmoins il semble que les tombes orientées nord/sud se concentrent autour du mur 202, lui-même d’axe nord/sud, et dans son prolongement.

203La situation des incinérations secondaires révèle qu’un espace était dévolu à un groupe de la population adoptant encore ce rite. Cette concentration est sans doute moins relative au type de rite choisi qu’à l’homogénéité du groupe l’ayant pratiqué, uni à la fois par des liens culturels mais aussi probablement familiaux ou sociaux. On note en outre la proximité spatiale des deux urnes T80 et Τ160.

204Si l’association de deux individus dans un même contenant, comme c’est le cas pour T24, ou dans une même fosse comme pour T83 et T86, témoigne aussi de ces liens, la superposition de certaines sépultures pourrait ne pas être fortuite et relever d’une volonté ou nécessité (acquisition d’une parcelle de terrain) d’être enterrés dans le même espace. Ce cas de figure apparaît trois fois : T8/T29, T98/T100, Τ140/Γ147. Le temps écoulé entre ces deux derniers groupes d’ensevelissement est d’ailleurs relativement faible puisque T147, comme T100 avec T98, n’est pas colmatée lors de l’installation de T140.

205Quelques fragments de murets, M202 et M204, jalonnent le secteur sud du gisement. Etroits (0,40 m), fondés sur deux assises au plus, montés sans mortier avec un blocage de petits fragments de gneiss, ils pourraient s’apparenter à des murets d’enclos funéraire.

206M202 est postérieur à l’incinération en place T87 datée fin Ier-début IIe s. L’urne T80, plus tardive (fin IIe-IIIe s. ?), est installée contre une extrémité d’un tronçon de M204, interrompu à plusieurs reprises. L’aspect lacunaire de ces structures, contemporaines de la nécropole, empêche de connaître précisément leur destination initiale et leur lien avec les tombes aménagées aux alentours.

CONCLUSION

207La fouille du site du 29-30 quai Arloing a permis l’exploration d’un secteur jusqu’alors très mal connu, dont on pensait qu’il avait dû principalement recevoir des tombes tardives vers le nord et un établissement thermal plus au sud.

208Ce gisement recèle les vestiges, datés à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C., d’une occupation qui se prolonge au moins jusqu’à la charnière des IIIe et IVe s. ap. J.-C., caractérisée par l’aménagement simultané d’entrepôts et de sépultures.

209Il semble avoir été dès l’origine propice à l’exploitation de la roche mais aucune trace de carrière n’a pu être relevée, excepté les très nombreux déchets d’extraction comblant des fosses ou utilisés comme remblai de nivellement et d’assainissement.

210D’un éventuel habitat, il ne reste que quelques murs et des fragments d’enduits peints. On ignore son plan et sa position par rapport à la voie hypothétique, supposée passer le long de la Saône. Une telle construction au Ier s. est-elle à mettre en relation avec la proximité d’un bâtiment public thermal (thermes d’Ulattius) ou est-elle plutôt liée au premier entrepôt bâti à quelques mètres ? Les vestiges n’apportent aucune réponse mais témoignent cependant d’une certaine « vitalité » du quartier à cette époque.

211Le plan des entrepôts, qui ont fonctionné semble-t-il durant au moins deux siècles, est en revanche davantage lisible. A un premier bâtiment, occupé à partir du milieu du Ier s. et victime des crues de la rivière, succéda un deuxième édifice aux sols surélevés, en usage durant tout le IIe s. Des modifications affectant le plan d’ensemble y furent apportées au cours du IIIe s. et c’est au cours du siècle suivant qu’on enregistre la ruine et l’abandon de l’ensemble.

212Des vestiges de foyers liés sans doute au travail du bronze attestent une activité artisanale qu’il serait tentant de mettre en relation avec la découverte de plusieurs flans monétaires. Mais, sur ce point, l’absence de relations directes entre les deux types de vestiges engage à une grande prudence.

213Le plan de ces édifices évoque des entrepôts, découverte qui ne serait pas isolée dans ce secteur puisqu’une intervention réalisée un peu plus en aval, quai Pierre-Scize, avait déjà mis au jour « cinq murs romains perpendiculaires à la Saône, reliés par un mur transversal qui délimitaient des espaces de 10 m de large » et interprétés comme d’éventuels entrepôts mais non datés (fouilles J.-R. Le Nezet, Lasfargues 1982, p. 417).

214La vocation artisanale de ce quartier a également pu être présumée lors du dégagement expéditif d’un dépotoir, contenant des rebuts de cuisson de céramique commune claire, dans la fosse de la culée droite du pont du général Koenig (ancien pont de Serin). Là encore l’observation ponctuelle n’a pu donner lieu à aucune datation (Audin, 1976, p. 78).

215Rappelons que ces découvertes sont localisées en face d’un grand centre de production de céramique au Ier s., sur la rive gauche de la Saône (Lasfargues 1973).

216Installés en dehors du périmètre urbain, ces bâtiments sont toutefois situés dans le prolongement de la ville basse dont on enregistre l’essor à partir de la fin du IIe s. (Villedieu 1990 p. 108). Cet urbanisme se développe à proximité des cours d’eau qui constituent un atout fondamental pour une capitale dont l’essor économique est dû avant tout à son rôle de carrefour fluvial (Rougé 1978, p. 49). On peut donc se demander si ces entrepôts n’étaient pas associés, pour une part au moins, aux activités de débarquement, d’embarquement ou de stockage de marchandises qui transitaient ou qui étaient centralisées à Lyon.

217A une époque où l’on enregistre à Lyon des mutations importantes, avec notamment le déclin du commerce à longue distance (Villedieu 1990, p. 109), ces édifices, en dépit du peu d’informations dont nous disposons pour les interpréter, corroborent divers témoignages, épigraphiques ou archéologiques, sur l’activité de la ville aux IIe et IIIe s. Le mobilier issu des fouilles de Saint-Jean permet d’ailleurs à F. Villedieu de présenter une situation qui est loin d’être catastrophique pour le commerce à cette période.

218Les trois premières sépultures, situées à la charnière des le et IIe s., sont aménagées à une quinzaine de mètres des traces d’habitat et à environ douze mètres du premier entrepôt. Le IIe s. est mal représenté mais beaucoup de tombes n’ont pas pu être datées. Entre la fin de ce siècle et le début du suivant, une tombe au moins est aménagée dans les ruines du premier entrepôt, à quelques mètres du deuxième édifice. Au IIIe s. les tombes sont concentrées dans le secteur sud de la parcelle et plus tard, aux IIIe et IV s, certaines d’entre elles bordent le dernier entrepôt mais il est difficile de savoir si à cette époque l’édifice était déjà complètement abandonné.

  • 17 Voir à ce sujet l’étude de F. de Visscher, Le droit des tombeaux romains, Giuffré editore, Milan, 1 (...)

219S’il est probable que les tombes furent installées sur des parcelles comportant le statut de concessions funéraires, aucune trace nette de leurs limites, hormis les murets au sud, n’en a été conservée. On peut pourtant supposer que ce terrain était soumis à une réglementation juridique sur la propriété, attribuant certaines surfaces aux sépultures17 et d’autres aux constructions et évoluant dans le temps parallèlement aux transformations subies par les bâtiments. Il est clair que cette zone suburbaine a connu une occupation de nature variée où se côtoyèrent, au bord d’une hypothétique voie, tombes et installations commerciales ou artisanales.

220Les études récentes sur les nécropoles à Lyon ont porté essentiellement sur les quartiers périphériques situés sur la colline. C’est là qu’ont été découverts les nécropoles du Haut-Empire et les cimetières paléochrétiens groupés autour des premiers édifices de culte, du IVe au VIe s. (Reynaud 1986). La période du IIIe s. est en revanche beaucoup moins bien cernée. Les tombes découvertes quai Arloing, sur une superficie relativement étendue, viennent donc combler une lacune importante de la topographie des nécropoles lyonnaises. Il s’agit d’une nécropole pour une grande part tardive mais qui, tant dans son organisation spatiale que dans les rites adoptés, donne l’image d’un espace funéraire de type païen à une époque où le christianisme est déjà bien attesté à Lyon. A ce propos RA. Février souligne que : « Ce n’est que par un abus de langage que l’on parle parfois de nécropoles chrétiennes ou paléochrétiennes à propos des nécropoles tardives. Il est certes possible que les communautés chrétiennes aient possédé des terrains propres ou que des familles chrétiennes aient eu leurs enclos ; mais l’archéologie ne permet pas de faire le tri entre païens et chrétiens, sinon en quelques cas. » (Février 1986, p. 75).

221Les entrepôts sont désaffectés dans le courant du IVe s. et plus aucune sépulture n’est aménagée à partir de cette époque. L’hypothèse d’un rapport entre la population occupant l’habitat puis les entrepôts et la population de la nécropole peut être envisagée mais restera d’ordre spéculatif. Elle conduit toutefois à s’interroger sur les raisons de cette désertion. Doit-on l’imputer à un contexte d’insécurité qui aurait contraint un groupe à quitter ce quartier, aux marges de la ville ? Si l’on considère seulement la nécropole, la saturation de l’espace dévolu aux défunts a pu contribuer à ce mouvement. De manière plus générale, cet abandon manifeste-t-il une récession ou une mutation économique qui aurait affecté les entreprises installées sur ce site, tandis que de nouvelles pratiques funéraires et religieuses entraînaient un déplacement des sépultures vers d’autres lieux ?

222Le site est déserté jusqu’au Haut Moyen Age, époque où sont creusées des fosses, datées du VIIIe-IX s. et dont la fonction reste difficile à déterminer.

Annexes

LES SARCOPHAGES EN PLOMB

Les découvertes de sarcophages en plomb d’époque romaine sont assez fréquentes dans la région lyonnaise. Vienne a fourni de nombreux objets de ce genre, 8 d’entre eux sont conservés, en tout ou en partie1 Dans le département de l’Ain, à moins de 30km de Lyon on relève les découvertes de La Boisse (2 sarcophages conservés) et de Béligneux (un sarcophage découvert en 1811, qui ne nous est pas parvenu)2. Encore plus près de Lyon, à Tassin (Rhône), à 6 ou 7 km de la nécropole du quai Arloing un sarcophage de plomb a été découvert en mai 1967, et conservé grâce à M. Louis Jean-colas. Particularité assez rare, le corps du défunt avait été déposé sur une couche de plâtre dans laquelle les ossements sont demeurés fixés3.

Les découvertes les plus nombreuses ont été faites sur le territoire même de Lyon. Voici celles dont l’écho nous est parvenu :

  • le 12 août 1870, M. Gillet, teinturier, quai de Serin ns 6, remet au musée tous les débris de deux cercueils de plomb trouvés dans sa propriété4.

  • de 1874 à 1885, les travaux de construction du funiculaire de Saint-Just, puis de la gare de la ligne de tramway de Craponne provoquent la découverte de 5 sarcophages de plomb (Allmer et Dissard 1888)5.

  • en 1896, 2 sarcophages sont découverts au n° 14 du quai de Vaise (actuel quai Arloing) dans le terrain de la brasserie de Vaise, mais ne sont pas conservés6. De toutes ces trouvailles anciennes nous ne possédons aujourd’hui plus rien, sauf peut-être un panneau d’extrémité d’une cuve, orné d’un faisceau de dards à 8 pointes, conservé au Musée des Beaux Arts à Lyon (ns 831 - 67).

  • en 1901, le 17 mai, entre au Musée le sarcophage d’enfant découvert 9 quai de Serin, dans l’enceinte de l’usine de M. Gillet, donc dans le voisinage des découvertes de 18707. Ce sarcophage (numéro d’inventaire 1978-3) est exposé au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine. auprès de la mosaïque des jeux du cirque.

  • vers 1960, à la “charnière” des rues Pierre-Audry et Sergent Michel Berthet découverte d’un sarcophage dont la cuve est conservée au Musée (n° PB 58). Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de couvercle8.

  • 1er avril 1967, on met au jour un (ou plusieurs ?) sarcophage en creusant les fondations de l’église Sainte Anne de Ménival, les fragments demeurent à l’abandon sur les tas de déblais, quelques débris sont recueillis par M. Louis Jeancolas et remis ultérieurement au Musée en même temps que le sarcophage de Tassin déjà mentionné, (numéro d’inventaire 1978-9)9.

  • hiver 1967-68 : la fouille de sauvetage conduite au 21 quai Arloing par MM. Pelatan et Meyronein produit 5 sarcophages dont nous reparlerons, conservés au Musée, n° PB59 à 6310.

  • printemps 1972, les travaux de construction des immeubles avoisinant l’ancienne église Saint-Just provoquent la découverte d’un sarcophage, sauvé par J.F. Reynaud. Ce sarcophage est conservé à l’Institut d’Archéologie médiévale de l’université Lyon II, il est décrit dans la publication de la nécropole de Saint-Just11.

  • 1984 ou 85 ? rue de Trion, à l’occasion de la construction d’un immeuble, vers la gare supérieure du funiculaire de Saint-Just, découverte d’un sarcophage.

  • 1989 les fouilles du 31 quai Arloing, (fouilles L. Tranoy), mettent au jour 3 sarcophages.

Soit au total 22 sépultures en sarcophages de plomb recensées sur le territoire lyonnais, dont 10 pour la seule nécropole du quai Arloing.

DESCRIPTION DES SARCOPHAGES DE LA NÉCROPOLE DU QUAI ARLOING

216 - Dimensions des sarcophages

Mis à part le sarcophage n° PB63 (n° 5 dans la publication de Pelatan-Meyronein 1970) dont il ne subsiste qu’un fragment de couvercle d’interprétation difficile, tous ces sarcophages ont la même forme rectangulaire, tous comportent une cuve, nue ou plus ou moins abondamment décorée, et un couvercle toujours décoré.

Dimensions et structure

Le tableau ci-dessous (fig. 216) donne les dimensions principales, et montre que les proportions sont assez semblables, notamment la profondeur de la cuve est toujours un peu plus faible que sa largeur, ce qui est un élément constant en Gaule (1 exception relevée sur plus de 100 sarcophages étudiés) et s’oppose à la pratique suivie à Tyr, où c’est la hauteur qui est toujours supérieure à la largeur. Les couvercles sont plats, comme tous ceux étudiés en Gaule (à 2 exceptions près, à Strasbourg et Valogne), ils sont simplement posés sur la cuve, leurs bords rabattus emboîtant le haut de la cuve. On n’observe aucune trace de soudure ou d’agrafage pour lier ensemble cuve et couvercle, à la différence de certains sarcophages orientaux.

Remarques :
La cuve de PB62 (PB : numéro d’inventaire pour les collections anciennes du M.C.G.R.) n’est conservée qu’en partie ; de PB63 nous ne possédons qu’un fragment de couvercle.
Le sarcophage de la tombe 161 est brisé en un grand nombre de fragments, les dimensions obtenues par remontage du puzzle sont approximatives.

Cuves ou couvercles sont formés par découpage et pliage d’une seule feuille de plomb. Pour former les angles on s’est contenté, pour les couvercles de faire une encoche à chaque coin et de rabattre les bords, un second rabattement faisant se superposer deux épaisseurs de métal (fig. 217). Pour les cuves on a retiré un carré de métal à chaque angle et relié par une soudure les deux lèvres de métal ainsi rapprochées pour constituer les arêtes verticales de chaque angle. L’extrême minceur des parois du sarcophage de la tombe 161 est remarquable ; elle est peut-être, pour une part, cause du mauvais état de conservation de cet objet. On constate, à ce niveau élémentaire de comparaison des procédés de fabrication, une certaine diversité :

  • la cuve de PB59 a été soudée par un procédé de soudure autogène, sans métal d’apport ; toutes les autres cuves montrent une soudure à l’étain formant un cordon de section triangulaire, à l’intérieur de chaque angle vertical (fig. 218).

  • les couvercles de PB 59 et de la tombe 2 sont du type M

  • les couvercles de PB60. de PB61 et de la tombe 161 sont du type L

  • le couvercle de la tombe 107 est du type N. Il faut aussi remarquer que la structure de la cuve de PB59, avec ses soudures autogènes sans trace de métal d’apport est rarissime (un seul parallèle parmi tous les sarcophages que nous avons pu étudier, dans l’Aube, à Saint-Parres-au-Tertre, près de Troyes). Le couvercle de type Ν du sarcophage de la tombe 107 est lui aussi original, dans le contexte lyonnais du moins, car cette formule est classique à Autun. On note également de grosses différences dans la conservation des soudures à l’étain, certaines sont bien conservées, d’autres sont très corrodées.Sans doute ont-elles été exécutées à l’aide d’alliages de teneurs en étain différentes.

Le décor

Tous les sarcophages conservés de la nécropole du quai Arloing sont plus ou moins abondamment décorés. Ce décor est toujours obtenu par moulage lors de la coulée des feuilles de plomb. Des “modèles” (au sens technique que possède ce mot pour le fondeur) sont imprimés dans le sable sur lequel le métal sera coulé, laissant ainsi des empreintes, en creux, qui donneront de légers reliefs sur la surface de la cuve ou du couvercle. Chacun de ces modèles peut être imprimé un grand nombre de fois dans le même moule, permettant la répétition facile d’un même motif ; il peut aussi servir pour divers objets et nous permettre de reconnaître les objets issus d’un même atelier, comme on peut le faire pour la céramique sigillée, en retrouvant les objets issus d’un même moule, ou de moules décorés à l’aide des mêmes poinçons. Nous rencontrons cependant à côté des motifs en forme de rouelles, des chevrons formant des lignes en zigzag, des baguettes droites formant un filet en relief, ou des alignements de carrés et losanges d’autres motifs pour lesquels l’empreinte dans le sable a été formée à l’aide d’instruments de fortune qu’on hésite à qualifier de modèles, même s’ils en remplissent la fonction. Dans cette seconde catégorie figurent les cornes de plomb qui se dressent sur la surface de certains couvercles ; il a suffi pour les obtenir d’enfoncer dans le sable du moule l’extrémité d’une baguette ou d’un bâton ; et les “faisceaux de dards”, croix ou motif évoquant un épi, pour lesquels on s’est servi du bord et de l’angle d’une planchette.

217 - Diverses manières de découper et replier la feuille de plomb formant les couvercles. Il existe d’autres schémas, seuls sont représentés ceux observés dans la nécropole du quai Arloing

218 - Section d’une arête verticale de cuve de sarcophage. A : sarcophage PB59B : tous les autres sarcophages lyonnais

Voici donc l’inventaire des éléments décoratifs de l’une et l’autre catégorie :

sarcophage PB59
cuve : sur le panneau de tête, un faisceau de dards à 6 pointes.
couvercle : à l’extrémité tête, faisceau de dards à 6 pointes. Comme sur la cuve ce faisceau a été obtenu en utilisant une planchette de 9 à 9,5 cm de large. 4 cornes, disposées de manière à former 2 paires transversales, vers chacune de ses extrémités, de 1,8 cm de diamètre à la base ont été coupées, d’un coup de burin, dès l’antiquité, (fig. 219)

sarcophage PB60
Cuve : 7 faisceaux de dards à 8 pointes, de deux tailles différentes : sur chaque face latérale 2 faisceaux, et sur une des faces d’extrémité 1 faisceau exécutés avec une planchette de 14,5 cm de large ; sur le second panneau d’extrémité, 2 faisceaux, plus petits, exécutés avec une planchette de 9 cm seulement de large.
Couvercle : un filet en relief, de 0,3 cm de large marque l’axe longitudinal. Un alignement de carrés et losanges alternés, formant une bande de 1 cm de largeur, moulée à l’aide d’un modèle de 38,5 cm de long, dessine un V vers chaque extrémité. Un motif circulaire, formé de 3 séries de cercles concentriques, de 5,4 à 5,3 cm de diamètre extérieur (fig. 220) est répété 14 fois. 4 cornes, longues de 12,5 cm, de section carrée (1,1 à 1,2 cm de côté à la basel sont disposées par paires, transversalement, au voisinage de chaque extrémité.

sarcophage PB61
Cuve : un faisceau de dards à 8 pointes, exécuté à l’aide d’une planchette de 11,5 à 11,8 cm de large sur le panneau d’extrémité conservé (nous ignorons s’il s’agit du pied ou de la tête). Couvercle : faisceau de dards à 8 pointes, vers l’extrémité conservée, dans l’axe, exécuté avec une planchette de 8,5 cm de large. Un filet de 0,65 cm de large marque l’axe longitudinal. Un motif de chevrons formé de 47 petits segments droits de 1,7 à 1,8 cm de long, formant une ligne brisée en zig-zag de 40 cm de longueur divise la surface en compartiments triangulaires. 2 cornes, de 9 cm de long, de section circulaire (2 cm de diamètre à la base) forment une paire disposée sur l’axe longitudinal, vers l’extrémité conservée du couvercle. Il est raisonnable de supposer, d’après les autres exemples connus, qu’une paire analogue existait sur la partie de couvercle qui ne nous est pas parvenue.

sarcophage PB62
Cuve : aucun décor sur la partie conservée.
Couvercle : non conservé. Les fragments que nous avons ne représentant qu’une petite partie de ce sarcophage, il est possible qu’il ait porté quelques éléments de décor (comes, faisceaux de dards). On ne peut rien conclure à son sujet.

sarcophage PB63
Cuve : rien n’en a été conservé, ni même observé, d’après l’article de MM. Pelatan et Meronein.
Couvercle : le fragment conservé porte une paire de cornes, longues de 7 cm, espacées de 6 cm, de section carrée (0,8 cm de côté à la base), disposées transversalement.

Les tombes suivantes ont été découvertes durant les fouilles de 1989 (cf. supra ; le quai Arloing).

tombe n° 2
Cuve : sans aucun décor.
Couvercle : des filets en relief, larges de 0,2 cm, marquent les diagonales de la feuille de plomb (avant son pliage) et non de la face supérieure du couvercle. 4 cornes, de 8 à 8,5 cm de long (sauf une de 7 cm seulement), de section circulaire (diamètre à la base de 1,6 cm), sont disposées transversalement, par paires, vers les extrémités. 2 croix, une vers chaque extrémité sont moulées, comme les rais des faisceaux de dards, à l’aide d’une planchette de 12,5 à 12,7 cm de large. A la différence des faisceaux de dards, on n’a pas mis de pointes aux extrémités des branches, (fig. 221).

tombe n° 107
Cuve : sans aucun décor.
Couvercle : vers la tête, 1 faisceau de dards à 8 pointes moulé avec une planchette de 16,5 cm de large. Vers le pied, un motif en forme d’épi (fig. 222) moulé, comme les rais des faisceaux de dards par application de l’arête d’une planchette, formant un léger relief, dissymétrique, avec deux faces perpendiculaires entre elles (fig. 223) ; longueur totale de ce motif : 56 à 58 cm (le métal est assez déformé, d’où l’imprécision des mesures).

tombe n° 161
Cuve : une bande de 1,1 à 1,2 cm de large, en faible relief (environ 0,2 cm de saillie) souligne le bord supérieur des faces latérales. Vu la fragmentation de la cuve et du couvercle il n’a pas été possible de déterminer avec certitude la longueur de l’outil qui a servi à mouler cet ornement).
Couvercle : même bande que sur la cuve, soulignant les bords des grands côtés ; 3 faisceaux de dards, l’un avec 3 rais et 6 pointes, un autre avec 3 rais et 8 pointes (il y a deux pointes qui ne sont pas reliées au reste du motif et ne correspondent à aucune branche) et le troisième enfin avec 4 rais et 8 pointes, tous en très faible relief, exécutés avec une planchette de 15,5 cm de large.

Cet inventaire des éléments de décor et l’étude que nous avons faite des autres sarcophages de plomb lyonnais permettent d’attribuer le n° PB60 au même atelier que le sarcophage découvert en 1973 dans la nécropole de Saint-Just : même structure de cuve et de couvercle, et emploi du même modèle pour les motifs circulaires de 5,4 cm de diamètre (fig. 224). Ce modèle apparaît aussi dans le décor d’un fragment de feuille de plomb marqué du nom de N.MATTI.V.. (n° PB52 au Musée) découvert en 1939 dans les fouilles du théâtre et sur un fragment de cuve (n° PB54 au Musée), découvert dans les fouilles du “Temple de Cybèle”, dans les années 1975-80. Le premier de ces deux fragments ne provient certainement pas d’un sarcophage, peut-être s’agit-il d’un débris de toiture en plomb ; l’angle de cuve, découpé sans doute pour la récupération du métal, présente une épaisseur beaucoup trop grande pour provenir d’un sarcophage ; il pourrait s’agir d’un fragment de chaudière de production d’eau chaude, comme il en subsiste à Vienne et Vaison-la-Romaine.

219- Couvercle du sarcophage PB59 (cliché MCGR)

220- Vue partielle du couvercle du sarcophage PB60 (cliché A. Cochet)

221- Cuve et couvercle du sarcophage de la tombe n°2 (cliché MCGR)

222 - Le faisceau de dards et le motif en épi du couvercle du sarcophage de la tombe 107

223 - Faisceau de dards.
a : dessins schématiques de ce motif, les rais peuvent être de reliefs inégaux, les pointes de formes et hauteurs disparates assez fréquemment il peut manquer une pointe ou un rai.
b : section des rais, la pente des deux faces peut varier, mais l’angle qu’elles forment entre elles est toujours un angle droit
c : pointe, malgré leur diversité les pointes sont toujours des pyramides à base triangulaire dont les 3 faces forment un trièdre trirectangle.
d : hypothèse pour le moulage des rais, on applique dans le sable du moule l’arête d’une planchette.
e : hypothèse pour le moulage des rais, on imprime dans le sable le sommet d’un solide parallélépipèdique (coin d’une planchette) pour obtenir une empreinte pyramidale.

224 - Motif de cercles concentriques figurant sur le couvercle du sarcophage de la nécropole de Saint-Just.

(cliché A. Cochet)

SIGNIFICATION SYMBOLIQUE (RELIGIEUSE ?) DE CERTAINS ÉLÉMENTS DU DECOR

Les cornes et les faisceaux de dards avec les motifs apparentés par leurs procédés d’exécution, méritent une étude particulière, car on peut faire à leur sujet des remarques singulières.

Les cornes

Ces appendices venus de fonderie ont été nommés parfois “poignées” par divers auteurs. Ce terme qui suggère un caractère utilitaire de ces appendices nous paraît inadapté car, dans bien des cas, ils sont très fragiles, du fait du phénomène de “retassure” entraînant la formation d’une cavité en face de leur base, sur la face opposée de la feuille de plomb, réalisant un véritable “pré-découpage”. De ce fait, ces appendices sont incapables de servir à soulever le poids d’un couvercle qu’il est infiniment plus commode de manipuler en glissant les doigts sous les bords qui entourent le sommet de la cuve. De plus ces appendices dont le nombre peut être de 1, 2, 3, 4, 8, sont parfois disposés d’une manière excluant toute fonction de préhension, quand, comme c’est le cas d’un couvercle viennois, il n’y en a qu’un, situé près d’une extrémité du couvercle. Autre constatation curieuse, ces “cornes” ne se rencontrent, pour la zone que nous avons étudiée, c’est à dire une très grande partie du territoire français, que dans une aire limitée par la côte méditerranéenne au sud, Béziers et Narbonne vers l’Ouest, le parallèle Lyon-La Boisse, vers le Nord. Ils sont présents sur tous les couvercles conservés dans cette région, en dépit d’une grande variété dans les techniques de fabrication des cuves et couvercles (découpage, pliage, soudure). Trois exceptions seulement, toutes trois lyonnaises (donc en zone frontière), celles de la tombe 107 du quai Arloing, où elles n’ont pas été moulées, et celles des couvercles de PB59 et du sarcophage trouvé à Saint-Just en 1973, couvercles sur lesquels elles ont été prévues à la fabrication, mais rasées ensuite d’un coup de burin. Il faut aussi remarquer que, dans la même région, on trouve une corne de plomb tout à fait analogue en saillie sur le couvercle de quelques urnes cinéraires. L’hypothèse d’un symbole auquel la population de cette région était attachée, pour la couche socio-religieuse utilisant une enveloppe mortuaire de plomb, pourrait expliquer ces faits. D’autres milieux auraient rejeté ce symbole, d’où les cornes amputées, à la suite d’une erreur de l’ouvrier livrant des sarcophages correspondant à la coutume la plus répandue à des familles qui auraient exigé leur suppression ; un peu comme si aujourd’hui, on livrait pour un défunt musulman un cercueil orné d’un crucifix. Notons aussi que le terme "corne" possède en latin, à la fin du IIe ou au début du IIIe s., un emploi religieux qui perdurera jusqu’à nos jours, dans la traduction du Nouveau Testament. Le psautier liturgique, en usage jusqu’au pontificat de Pie XII, pour lequel furent reprises des traductions latines antérieures à la Vulgate, comportait dans le "Benedictus" (cantique d’action de grâce de Zacharie après la naissance de Jean Baptiste, Luc 1,69) “.. erexit nobis cornu salutis in domo David, servi sui.”. La Vulgate de saint Jérôme donne elle aussi le terme de corne “et erexit cornu salutis nobis : in domo David pueri sui”. Sous Pie XII on remplaça cette “corne” par une “puissance” de salut “potentiam salutis”. Il serait exagéré de tirer de ces rapprochements la moindre conclusion quant au caractère chrétien du symbole ; les symboles sont très souvent d’apparence analogue dans de nombreuses religions, qui peuvent leur prêter des significations différentes. Il faudrait étudier à la fois l’ensemble des textes religieux de l’antiquité tardive et les traces des rites funéraires associés à nos sarcophages pour, peutêtre, éclaircir cette énigme.

Les faisceaux de dards

Nous reprenons ce terme à nos devanciers du siècle dernier, comme paraissant le plus approprié pour décrire ce motif que nous ne connaissons guère que sur les sarcophages de plomb, et, dans un cas, à Vaison-la-Romaine, sur un coffret cinéraire de même matière. Certains auteurs ont employé pour le désigner le mot de "foudre", qui préjuge peut-être trop du sens à lui attribuer.

Ce qui le caractérise, c’est la section transversale des branches formant l’étoile centrale : deux faces planes, l’une presque perpendiculaire à la surface de la feuille de plomb, l’autre au contraire formant avec cette même surface un angle très ouvert, ces deux faces planes étant perpendiculaires entre elles. Cela suggère l’emploi de l’extrémité d’une planchette, tenue à son autre extrémité à une certaine hauteur au-dessus de la surface du moule, par une personne debout à côté de ce moule. De même les pointes forment les trois faces d’un trièdre trirectangle, correspondant à un sommet d’un solide parallélépipèdique, comme le serait un coin d’une planchette. Là encore les faces présentent des inclinaisons inégales par rapport à la surface du métal, suggérant le même outil, maintenu d’assez haut, dans une position voisine de la verticale, dont un angle aurait été imprimé dans le sable. Les pointes sont parfois assez éloignées de l’extrémité des rais (quand elles ne correspondent pas à un rais oublié comme dans un des faisceaux du sarcophage de la tombe 161). Les rais peuvent ne pas se couper en un centre unique, et leurs reliefs peuvent être différents. Ils n’évoquent pas l’habileté d’un travailleur manuel exercé, mais plutôt la maladresse d’un opérateur occasionnel. Ce motif, avec 6 ou 8 pointes, ne se rencontre que dans la région où se trouvent les cornes, mais il est moins répandu que celles-ci, nombre de sarcophages porteurs de cornes ne nous montrant aucun faisceau. Hors de Lyon ce motif existe à Apt, Antibes, La Boisse. Aucun n’a été signalé à Vienne. A Vaison-la-Romaine il figure sur un coffret cinéraire parallélépipédique12. Les croix du couvercle du sarcophage d’enfant de la tombe 2 et le motif en épi du couvercle du sarcophage de la tombe 107 ont été tracés de la même manière que les rais des faisceaux de dards (sur le couvercle 107 l’épi est associé au faisceau, mais il n’y a pas de cornes, seul exemple observé du faisceau de dards en l’absence de cornes sur le couvercle). Faut-il voir dans ces éléments la trace de l’intervention, lors de la fabrication du sarcophage, d’un personnage jouant un rôle rituel ? Ou bien ont-ils été tracés par l’artisan à la demande des proches du défunt ? Nous ne pouvons, là encore que soulever une question, à laquelle, dans l’état actuel de la documentation il paraît impossible de répondre.

CONCLUSIONS

Comme il arrive fréquemment notre étude pose plus de questions qu’elle n’en résout. Elle nous apporte cependant quelques résultats importants soulignant l’intérêt des découvertes du quai Arloing :

  • un même outillage a servi à fabriquer différents objets de plomb, et pas seulement des sarcophages ; mais cet outillage ayant pu être utilisé pendant assez longtemps, on ne peut affirmer que les divers objets ornés du même motif de cercles concentriques soient absolument contemporains. La marque de N. MATTI.V. sur le fragment PB52 pouvant être une marque de propriété aussi bien qu’une marque de fabrique, on ne peut, jusqu’à l’éventuelle découverte d’un document mieux conservé, connaître le nom du fabricant.

  • nous pouvons, à partir d’éléments matériels, poser des questions relatives au rituel funéraire. L’emploi du cercueil de plomb, dont l’idée paraît venir d’Orient, où ce genre de sarcophage est très répandu depuis l’époque du Haut Empire, est sans doute lié à des croyances religieuses autant qu’à des facteurs économiques. Les sarcophages de plomb sont-ils un indice supplémentaire à prendre en compte pour suivre la diffusion des religions orientales au Bas Empire ? Pour préparer les bases matérielles de cette étude il serait utile de rassembler la documentation relative à l’ensemble des sépultures avec sarcophages de plomb, au moins, dans un premier temps, au niveau régional. L’examen des sépultures mises au jour dans la région Rhône-Alpes, voie de passage et carrefour d’influences diverses, paraîtrait, a priori, être une bonne introduction à ce travail.

André Cochet
CNRS E.R.A.3

LES DÉCOUVERTES MONÉTAIRES

La fouille du site du quai Arloing a livré 55 monnaies-dont cinq non identifiables à cause de leur mauvais état de conservation-et 12 flans monétaires. Ce lot permet de compléter l’étude générale menée depuis plusieurs années sur le matériel numismatique antique découvert à Lyon (Audra et Mathey, 1992).

Les monnaies

Les 50 monnaies identifiées se répartissent ainsi :
Ier s. av. J.-C. : 3 ex. soit 5,4 %
Ier s. ap. J.-C. : 4 ex. soit 7,2 %
IIe s. ap. J.-C. : 8 ex. soit 14,5 %
IIIe s. ap. J.-C. : 29 ex. soit 52,7 %
IVe s. ap. J.-C. : 4 ex. soit 7,2 %
XIXe s. : 2 ex.

Le premier siècle av. J.-C. : l’unique denier républicain (n° 1) frappé en 46 av. J.-C. est une monnaie résiduelle trouvée dans un contexte du milieu du 1er s. ap. J.-C. Les deux autres monnaies (n° 2, 3) sont des frappes nîmoises datées d’entre 28 et 3 av. J.-C., mais exhumées l’une dans une tombe du IIIe s., l’autre dans un niveau d’abandon de la même période.

Le premier siècle ap. J.-C. : il s’agit également de monnaies résiduelles continuant à circuler longtemps après leur date d’émission. Ainsi un as posthume d’Auguste frappé sous Tibère (n° 5) a-t-il été découvert dans une couche du IIe s., et un as de Claude (n° 6) dans une tombe à incinération (T 103) de la fin du IIe s. ou du IIIe s.

Le deuxième siècle ap. J.-C. : cette période est un peu mieux représentée, mais une partie de ces monnaies relève en fait de la circulation du IIIe s. ; on sait en effet que la production du deuxième siècle fut largement utilisée lors de la pénurie de numéraire qui affecta la Gaule dans la première moitié du IIIe s. Une monnaie (n° 15) gisait dans des strates datables au plus tôt du milieu du IIIe s. ; un sesterce d’Antonin (n° 12) provient de la tombe 145 et côtoyait d’autres monnaies (n° 21, 23, 25) dont la plus récente est un antoninianus de Claude II frappé après sa mort survenue en 270 ap. J.-C.

Le troisième siècle ap. J.-C. : cette période fournit à elle seule plus de la moitié des monnaies découvertes. On soulignera le nombre inhabituel dans la région, de frappes de la première moitié du siècle (6 ex.), dont un très bel as de Sévère Alexandre (n° 18) émis à Rome en 231 et provenant d’un sarcophage en plomb. Mais ce sont les antoniniani de la deuxième moitié du siècle qui dominent, comme sur la plupart des sites lyonnais. A côté des imitations frappées après 274 et circulant vraisemblablement jusqu’à la Tétrarchie sinon après, on note la présence de quatre monnaies issues de l’atelier de Lyon entre 281 et 292 (n° 37, 38, 39,40).

Le quatrième siècle ap. J.-C. : aucune émission n’est antérieure à 341, et la plus récente (n° 47) est un petit bronze de Gratien (367-383).

Le petit nombre de monnaies découvertes sur ce site n’autorise guère de conclusions sur la circulation monétaire d’autant que beaucoup proviennent de tombes et qu’il est difficile d’estimer le moment où elles ont été retirées du circuit économique pour remplir un usage funéraire. Tout au plus peut-on mettre en parallèle les trouvailles du IIIe s. avec celles des autres sites lyonnais, notamment celui de l’avenue Adolphe Max (Audra 1990).

Les flans monétaires

De la partie nord du site, occupée par un vaste bâtiment à usage artisanal (puits, foyers, etc..,), proviennent douze flans monétaires trouvés dans des couches correspondant à l’état 2 et datées de la deuxième moitié du Ier s.

L’étude métrologique permet de reconnaître des flans propres à la frappe de sesterces (3 ex. de 26.95 à 28,80 g), de dupondius (1 ex. de 12,20 g), et d’as (7 ex. dont 6 allant de 8,87 à 12,04 g) ; s’y ajoute un flan en cuivre d’un poids proche de celui d’un sesterce mais de module irrégulier (25/29 mm). Ces modules et ces poids correspondent parfaitement au monnayage officiel émis entre les années 50 et 100 de notre ère. Seules des analyses métallographiques permettraient de vérifier si leur contenu métallique est identique à celui des produits lyonnais de cette époque.

Une telle concentration sur un espace restreint dont l’archéologie atteste la vocation artisanale invite à s’interroger sur l’éventuelle présence d’un atelier monétaire ou d’une annexe. Toutefois, en dehors de l’abondance de résidus liés à une activité de bronziers, aucun autre indice ne permet d’étayer cette hypothèse. La localisation traditionnelle de l’atelier monétaire de Lyon sur la colline de Fourvière repose sur un dossier tout aussi mince : une plaque d’identification en bronze, découverte en 1898 dans le quartier de Saint-Just (C.I.L., XIII, 11177), et mentionnant un soldat de la XVIIe cohorte dont on sait par une stèle découverte à Vichy (C.I.L., XIII, 1499) qu’elle est qualifiée de Luguduniensis ad monetam ; un coin monétaire de Faustine jeune découvert en 1857 dans les travaux d’établissement du chemin dit du Rosaire, sur le versant oriental de la colline. Mais le qualificatif de la XVIIe cohorte signifie aussi bien "chargée de protéger la monnaie" que “casernée à côté de l’atelier monétaire” (Bérard 1993) ; par ailleurs, le coin correspondrait à une émission de Rome, entre 161 et 176, alors que l’atelier de Lyon est fermé depuis 82 et ne réouvrira qu’en 274, hormis l’épisode de 197.

Bornons nous à enregistrer cette découverte, unique à ce jour, sur le sol de Lyon et à remarquer qu’un atelier monétaire ne nécessite pas un matériel important et peut donc être facilement installé et déplacé dans n’importe quel secteur artisanal équipé. Enfin, rien ne s’oppose à ce que la production des flans soit effectuée ailleurs que sur le lieu de frappe.

A. Audra et P. Mathey

Nous remercions Gérard Aubin pour les conseils qu’il nous a prodigués en vue de la présentation de cette étude numismatique.

RÉCAPITULATIF DES FLANS MONETAIRES

RÉCAPITULATIF DES FLANS MONETAIRES

LES OSSEMENTS ANIMAUX

Des ossements animaux ont été retrouvés dans 50 sépultures - 41 inhumations, 9 incinérations - lors de la fouille de la nécropole du quai Arloing à Lyon, Parmi ces sépultures, 31 dont 8 incinérations ont été chronologiquement repérées :
1er groupe : fin 1er - début IIe s. A.D. (1 inhum. 2 incin.)
2ème groupe : fin IIe - début IIIe s. A.D. (3 inhum., 2 incin.)
3ème groupe : IIIe s. A.D. (11 inhum., 4 incin.)
4ème groupe : IIIe - IVe s. A.D. (8 incin.).

750 vestiges osseux ont été examiné ; par l’absence de caractères spécifiques 650 fragments n’ont pu être déterminés, leur poids se situe entre 0,2 g et 1,5 g. 41 % de ces esquilles proviennent des incinération ; seule parmi les inhumations la T. 23 (sépulture d’enfant, IIIème s.) contenait une quinzaine de fragments brûlés non identifiables.

Plus de 70 % des os déterminés ou non portent des traces de découpe, de prélèvement de la chair et quelques-uns ont été mâchouillés, probablement par des chiens.

24 sépultures (21 inhumations, 3 incinérations), toutes périodes confondues, ont livré des restes spécifiquement déterminés ; globalement la distribution par espèce se fait de la façon suivante :
60 % de suidés dans 18 sépultures (15 inhum., 3 incin.)
25 % de bovinés dans 7 inhumations
4 % de gallinacés dans 2 inhumations
6 % d’escargots dans 3 inhumations
3 % d’équidés dans 2 inhumations
1 % de caprinés dans 1 inhumation
1 % de lièvre dans 1 inhumation.

Quelque soit l’époque, le porc est toujours l’espèce la mieux représentée ; le boeuf vient ensuite. Les âges de ces animaux correspondent aux âges d’abattage pour la boucherie : 12/18 mois pour les premiers, après 24 mois pour les seconds. Trois incinérations ont fourni du matériel identifiable : T. 3 (groupe 1), T. 103 (groupe 2) une molaire de porc chacune ; T. 159 (groupe 3) un fragment de crâne de porc.

Dans les inhumations le nombre d’occurrences par sépulture est variable et ne semble lié ni au sexe ni à l’âge des défunts. Leur distribution par groupe chronologique se présente ainsi :

1 occurrence
Groupe 1 : 1 avec du porc
Groupe 2 : 1 avec du porc, 1 avec du bœuf
Groupe 3 : 5 avec du porc, 1 avec du porc, 1 avec du cheval
Groupe 4 : 1 avec du porc, 1 avec du boeuf

2 occurrences
Groupe 3 : 1 avec du porc et caprinés ; 1 avec porc et gallinacés.
1 avec porc et bœuf
Groupe 4 : 1 avec boeuf et escargots

3 occurrences
Groupe 2 : 1 avec du porc, boeuf et escargots
Groupe 3 : 1 avec porc, boeuf et gallinacés
Groupe 4 : 1 avec porc, boeuf et cheval. 1 avec porc, boeuf et escargots. 1 avec porc, boeuf et lièvre

Deux sépultures dans le groupe 3 (IIIe s. A.D.) contiennent des restes rattachables, en termes de boucherie, pour la première (T. 107) à une palette, une épaule, un jarret avant, un jambon et un jarret arrière le tout appartenant au porc ainsi qu’une cuisse de gallinacé (poule ou coq) ; pour la seconde (T. 147) ce sont les restes d’une tête, d’un jambon ou d’un jarret arrière de porc.

Les autres dépôts se résument à des dents, des fragments de crâne, des os des pattes, quelle que soit l’espèce. Il paraît difficile de rattacher ces vestiges osseux à des offrandes alimentaires. Les offrandes de ce type, dans les sépultures (offrandes incinérées ou non) se déterminent de façon plus nette (OLIVE 1987, 1991, 1995 à paraître).

Pour certaines espèces, il peut s’agir de dépôts symboliques, ainsi cette rotule de cheval dans la sépulture d’enfant (T. 94), ou bien cet os de la patte d’un lièvre dans la tombe d’une femme (T. 89). En dehors de la valeur alimentaire des escargots (Helix pomatia) retrouvés dans les tombes, le dépôt de ces animaux peuvent avoir un sens qui nous échappe. Cependant la présence de ces coquilles dans le remplissage des tombes peut être due à un phénomène naturel : la propension de la plupart des mollusques terrestres à s’enterrer assez profondément pour échapper aux températures extrêmes qui règnent sur le sol à certains moments, en été ou en hiver. La terre meuble qui recouvre les sépultures facilitant cet enfouissement.

Un fait peu également attirer notre attention et dénoncer le caractère intrusif de ces éléments osseux ; à proximité et durant la période d’utilisation de la nécropole se développe une zone d’activité : des entrepôts. Les restes de faune retrouvés dans les structures et sur le sol (environ 1500 ossements) sont intéressants à mettre en parallèle avec ceux retrouvés dans les tombes.

L’état de conservation du matériel est bon, 42 % des os ont été déterminés. Parmi les esquilles indéterminées - résultat de la préparation bouchère et du piétinement - 21 % d’entre elles sont brûlées.

On trouve essentiellement du porc (50 %), du bœuf (49 %), et de façon anecdotique du mouton.

Contrairement aux vestiges extraits des sépultures, la distribution anatomique des restes est le reflet des rejets de consommation classique : toutes les parties sont représentée. On y relève de nombreuses traces de découpe, de prélèvement de la chair ainsi que des morsures. Il faut noter la présence d’un os de la patte postérieure droite (calcanéum) d’un ours brun (Ursus artos), dans une structure du Ier s.

La représentation des espèces est différente entre la nécropole et le lieu d’activité. Dans ce dernier le boeuf est presque au niveau du porc ; les équidés et les gallinacés sont absents.

La forte représentation du boeuf, provient essentiellement, dans le cas présent, du rôle de la découpe : les parties riches en viande ont été fortement découpées donnant des morceaux plus nombreux que les parties équivalentes chez le porc et ont donc produit un nombre de restes osseux plus important.

Pour ces périodes qui nous occupent-fin Ier-IVe s. A.D.-les équidés sont très rarement retrouvés dans les restes de l’alimentation carnée, il n’est donc pas étonnant de la voir absents de ce contexte. Les os des oiseaux et des petits animaux en général sont fragiles et résistent moins facilement au piétinement ; de plus les chiens et autres animaux commensaux de l’homme aident à leur disparition en les absorbant ou bien en les emportant en dehors du lieu de leur rejet.

Pour conclure sur la présence des ossements animaux dans les tombes de la nécropole du quai Arloing et, sans écarter pour certains cas le gestion intentionnel - offrandes alimentaires ou symboliques - on peut évoquer la possibilité qu’une partie de ces vestiges proviennent de la terre de remblayage, lors de la fermeture des sépultures ; d’autant que certaines d’entre elles ont été réouvertes (réemplois) et que d’autres ont été creusées, recoupant des tombes plus anciennes.

Claude Olive
Muséum d’Histoire naturelle - Genève

Cliché: F. Guy (Agence d’Urbanisme de la Communauté Urbaine de Lyon)

Notes

1 Dans la partie sud du site, le point le plus haut du rocher, préservé des dynamitages, était à 167,34m.

2 Le gneiss étant une roche exploitée pour la production de moellons et non de pierres de taille, son extraction, réalisée à partir de fissures naturelles, ne laisse donc pas de traces de creusement de rainures, logements de coins etc...

3 Ce type de conduite (l’altitude prise au sommet est de 164,42 m au nord et au sud de 164,41 m), rencontré assez fréquemment, est bien décrit par Vitruve qui conseille l’emploi d’un mastic de chaux imperméabilisé par son mélange avec de l’huile (Vitruve, VIII, 6). A. Comarmond signale la découverte de plusieurs conduits cylindriques de ce type et aux dimensions très proches de celui du quai Arloing, découverts en 1854, 16 Grande Rue de Vaise. Il les met en relation avec la présence des sources du Greillon qui auraient alimenté les constructions des bords de Saône (Comarmond 1857, n°765 à 767, pp.7-8.). L. Jeancolas mentionne la présence de fragments semblables à une vingtaine de km de Lyon, sur le tracé de l’aqueduc de l’Yzeron. D’autres ont été également trouvés dans le canal de l’aqueduc (Jeancolas 1973, p. 474 ; Jeancolas 1986, p.15 et pp.43-45). De telles canalisations sont connues sur divers sites : sur les villas de Haccourt, Rosmeer et Robelmont en Belgique, à Puiseaux dans le Loiret ou encore à Chamay et Melleray en Saône-et-Loire. (Ferdière 1988, p. 230)

4 Ce type d’aménagement hydraulique est assez fréquent au voisinage d’installations thermales. On ne peut donc pas évacuer l’hypothèse d’un lien avec les thermes dits d’Ulattius dont on présume l’existence au sud du gisement.

5 Les tombes T448. T449. T450 et T580.

6 Ce cas est déjà mentionné à Lyon, à Trion lors des fouilles anciennes (Allmer et Dissard 1887 ; Cochet 1986) ou plus récemment dans le quartier du Point du Jour (Becker 1994).

7 L’analyse a été gracieusement réalisée par Le Centre de Datation par le Radiocarbone de l’Université Claude Bernard Lyon I, sous la responsabilité de M. Claude Evin que je tiens à remercier.

8 Pour l’âge et le sexe, déterminé à partir des bassins, nous disposons des informations qui nous ont été communiquées par L. Buchet.

9 Un seul exemplaire sur 440 sépultures.

10 Je remercie Philippe Marinval à qui est due cette détermination.

11 On distingue, pour les incinérations comme pour les inhumations, les dépôts primaires placés avec le défunt avant la crémation ou dans le cercueil, des dépôts secondaires disposés dans la tombe après la crémation ou en dehors du cercueil.

12 « Enflammée, elle (la pierre) chasse les serpents et dissipe l’hystérie. En fumigation, elle fait reconnaître l’épilepsie et la virginité. En décoction dans du vin, elle guérit les maux de dents ; mêlée à la cire, les écrouelles. Les mages, dans l’opération qu’on apelle axinomanie (divination par la hache), se servent, dit-on, de cette pierre et assurent qu’elle ne se brûle pas si ce qu’on désire doit arriver. » (Pline ΗΝ, XXXVI, 34, 141, traduction E. Littré, TII, p. 522).

13 Quelques exemplaires ont été trouvés à Lyon : cinq sont mentionnés par Steyert (Steyert p.418, fig. 521) et l’un d’entre eux porte une inscription (dont l’absence sur ceux du quai Arloing a été vérifiée par radio) ; un est répertorié par Comarmond, (Comarmond p. 424, objet en fer n° 48).

14 Je remercie Madame Odile Valansot (Musée des Tissus à Lyon) qui a bien voulu étudier ces fragments de tissus.

15 T8, Τ 27, T34, T71, T81, T84, T93, T97, T144, T147.

16 Cela a déjà été observé rue P. Audry (cf. corpus des découvertes dans ce même volume, J.-L. Gisclon, la Contrescarpe, 1991).

17 Voir à ce sujet l’étude de F. de Visscher, Le droit des tombeaux romains, Giuffré editore, Milan, 1963.

Notes de fin

1 Sarcophages publiés par A. Cochet et J. Hansen « Conduites et objets de plomb gallo-romains de Vienne (Isère) ». Paris, CNRS, 1986, Gallia. XLVI supp.

2 Pour ces découvertes de 1811, voir G. Marquié, « Carte Archéologique du département de l’Ain », Mémoire de maîtrise, Université Lyon III, 1958, p. 2. Pour les découvertes de 1961, voir Gallia 1964 (informations) pp. 419-420. Pour les découvertes de 1980. R.A.E. 1982, pp. 123 à 141.

3 Ce sarcophage est décrit dans le Bulletin de liaison de ta Direction des Antiquités historiques Rhône-Alpes, n° 80 1978”Hommage à Louis Jeancolas”, pp. 35 à 39. Il est conservé au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine, inventaire 1978-9.

4 Archives du Musée, registre d'entrée X n° 766.

5 Deux ou trois de ces sarcophages sont entrés au Musée. Il est difficile de faire coïncider les indications du livre d’Allmer et Dissard et celles du registre des entrées du Musée (registre X n° 900 du 1er novembre 1874 et n° 903 du 15 novembre 1874).

6 Nous n'avons pour ces sarcophages que les informations notées sur le registre d'entrée du Musée lors de l'acquisition des monnaies accompagnant les ossements qu'ils renfermaient. Il s'agit de monnaies de Maximin Hercule et Dioclétien (registre E, n° 361 du 23 octobre et 362 du 12 novembre 1896).

7 Archives du Musée, registre Ε 431. L'étude de ce sarcophage a été publiée par A. Cochet. « Un sarcophage lyonnais original », Bulletin des musées et monuments lyonnais 1979, n° 2, pp. 245 à 259.

8 Cette cuve fut amenée au Musée sans qu'aucune étude ait été faite sur les lieux de sa découverte. La localisation de la trouvaille nous a été indiquée par A. Audin, en 1975, lors de la mise en place des collections du Musée.

9 La date exacte de la découverte nous a été indiquée par M. l’Abbé Jean Mollard.

10 Voir Pelatan et Meyronein. « A propos des sarcophages en plomb de la fouille de sauvetage du 21 quai Arloing (1967-68) », Bulletin de la Société Linnéenne de Lyon, n° 7, 1970 pp. 217 à 226.

11 Reynaud Jean François « La nécropole de Saint-Just » R.A.E. 1974, n° 95, pp. 11 à 124.

12 Voir J.-J. July. « Essai de relevé des objets de collection provenant du Sud Est de la France au Musée Britannique », Rhodania 1959 et 1960, en particulier le volume de 1960, p. 115 et 121.

Table des illustrations

Légende 148- Le site du 29-30 quai Arloing dans ses limites cadastrales
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 149 - Plan général du site avec l’implantation des maçonneries qui ont détruit une partie des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende 150 - Coupe stratigraphique, à l’est du mur M23, de la fosse F25
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 151 - Emplacement des fosses comblées d’éclats de taille du gneiss et plan de l’état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 152 – Coupe stratigraphique ouest-est entre les murs M59 et M64, avec la fosse F168
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 153- Coupe stratigraphique des strates au sud du mur M143 : colluvions, occupation, démolition avec enduits effondrés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 154 - Enduits effondrés apparaissant par leur face d’accrochage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 155 - Céramique de l’état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 156 - Conduite d’eau en céramique vue en perspective
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 157 - Conduite d’eau en céramique in situ
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 158- Pilier P63
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende 159- Mur M64 et piliers P195 et P63
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende 160 - Coupe stratigraphique ouest-est des piliers P65 à P63, avec les colluvions US 2533 et le remblai d’éclats de gneiss US 2532
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 161 - Le pilier 205
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 162 - Coupe stratigraphique nord-sud avec sols (2365, 2343), couches d’occupation (2333, 2285), inondation (2290) et remblai d’éclats de gneiss (2293)* : alternance de cendres pulvérulentes ou charbonneuses et d'épandage de chaux ou de mortier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 163- Céramique associée au bâtiment A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 164- Amphore brisée sur le sol en terre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende 165 - Coupe stratigraphique nord-sud avec le pilier P195, les colluvions 2533, le remblai d’éclats de gneiss 2532 et le foyer F187
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 166 - Céramique provenant des couches d’inondation et de démolition du bâtiment A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 167 - Céramique issue du remblai d’éclats de gneiss
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 168 - Plan des bâtiments Β et C
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende 169 - Pilier P179
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende 170 - Vue de la face nord du pilier P180 avec le remblai d’éclats de gneiss US 2285
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 171- Le puits Pu47
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 172- Seuil entre les espaces B4 et B5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 173 - Coupe stratigraphique ouest-est de part et d’autre du mur M23 avec une succession de remblais d’éclats de gneiss et d’alluvions d’inondation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 174 - Céramique et verre associés au bâtiment Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 175 - Plan des modifications opérées sur le bâtiment Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende 176 - Pilier P39 avec négatif de poteau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 177 - Caniveaux K41 et KS2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 178 - Céramique et verre associés à la réféction du bâtiment Β
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 179 - Céramique et verre associés au bâtiment C
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 180 – plan des vestiges d’une activité artisanale dans les espaces B1, B2, B3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 181 - Vue en plan et en coupe du foyer F44
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 182 - Foyer F189
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 183 - Coupe du foyer F189
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 184 - Mise en parallèle de l’évolution de la stratigraphie et du pourcentage des types de production, céramique et verre. Comme pour les tableaux précédents, les pourcentages sont calculés sur le total de vases dans chaque catégorie de production.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 185 - Plan de la nécropole avec la numérotation des tombes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 186 - Tableau synthétique des inhumations
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende 187 - Urnes T160 à gauche et T80 à droite
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 188 - Les fosses aménagées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 189 - Fosse maçonnée de Tl
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 190 - Inhumation T6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 191 - Inhumations T24
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 193 - Vue en plan et en coupe de la tombe T2 avec le tubulus vers le sommet et les clous autour du sarcophage en plomb
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende 192- Inhumation T84
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 194 - Inhumations T66
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende 195 - Inhumation T52
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende 196 - Les types d’inhumations primaires
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 197 - Inhumation T27
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende INH : inhumation ; I.P. : incinération primaire ; I.S.f : incinération secondaire en fosse ; I.S.u : incinération secondaire en urne En italique : le mobilier porté198 - Le mobilier des tombes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 199 – Répartition du mobilier dans les tombes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 200 - Quantité de vaisselle par tombes, en gras les incinérations
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende 201 - A - type de vaisselle, Β - catégories de production de la vaisselle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 202 - Répartition du type d’objet déposé dans les tombes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 203 - Les monnaies dans les tombesF : femmeH : homme* : tombe datée uniquement par le mobilier monétaire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 204 - Mobilier de la tombe T90
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende 205 - Mobilier de la tombe T1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 206 - Mobilier de la tombe T86
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 207 - Mobilier de la tombe 1145
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 208 - Inhumation T43
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 209 - Inhumation 189
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 210 - Mobilier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 211 - Mobilier, 1 : n° d’inv. 136, 2 : n° d’inv. 139, 3 : n° d’inv. 137, 4 : n° d’inv. 131,5 : n° d’inv. 267, 6 : n° d’inv. 138. (cf. fig. 213)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 212 - Mobilier. 1 : n° d’inv. 273, 2 : n° d’inv. 203, 3 : n° d’inv. 271, 4 : n° d’inv. 270
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende 213 - Identification des céramiquesCF : céramique fineCC : céramique communeVE : verrec.r.a. : céramique à revêtement argileuxinv = n° d’inventairecat = catégorie de production% = pourcentage conservé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende 214 - Périodes d’occupation de la nécropole, en gras les incinérations
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 215 - Répartition topo-chronologique des sépultures
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 216 - Dimensions des sarcophages
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 217 - Diverses manières de découper et replier la feuille de plomb formant les couvercles. Il existe d’autres schémas, seuls sont représentés ceux observés dans la nécropole du quai Arloing
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 218 - Section d’une arête verticale de cuve de sarcophage. A : sarcophage PB59B : tous les autres sarcophages lyonnais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 219- Couvercle du sarcophage PB59 (cliché MCGR)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 220- Vue partielle du couvercle du sarcophage PB60 (cliché A. Cochet)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 221- Cuve et couvercle du sarcophage de la tombe n°2 (cliché MCGR)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende 222 - Le faisceau de dards et le motif en épi du couvercle du sarcophage de la tombe 107
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 223 - Faisceau de dards. a : dessins schématiques de ce motif, les rais peuvent être de reliefs inégaux, les pointes de formes et hauteurs disparates assez fréquemment il peut manquer une pointe ou un rai.b : section des rais, la pente des deux faces peut varier, mais l’angle qu’elles forment entre elles est toujours un angle droitc : pointe, malgré leur diversité les pointes sont toujours des pyramides à base triangulaire dont les 3 faces forment un trièdre trirectangle.d : hypothèse pour le moulage des rais, on applique dans le sable du moule l’arête d’une planchette.e : hypothèse pour le moulage des rais, on imprime dans le sable le sommet d’un solide parallélépipèdique (coin d’une planchette) pour obtenir une empreinte pyramidale.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 224 - Motif de cercles concentriques figurant sur le couvercle du sarcophage de la nécropole de Saint-Just.
Crédits (cliché A. Cochet)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre RÉCAPITULATIF DES FLANS MONETAIRES
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Cliché: F. Guy (Agence d’Urbanisme de la Communauté Urbaine de Lyon)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2479/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Alpara, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access