Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaise, un quartier de Lyon antique

 | 
Éric Delaval
, 
Catherine Bellon
, 
Jacqueline Chastel
, 
et al.

Les fouilles

L’occupation gallo-romaine de Gorge de Loup

Catherine Bellon

Texte intégral

1avec la collaboration de :
G. Ayala, L. Tranoy,
A. Vérot-Bourrély.

  • 1 J. Burnouf : Professeur d’Histoire du Moyen Age. Université F. Rabelais. Tours. Présidente de la so (...)

2Le projet de construction de la nouvelle ligne D du Métro de Lyon, traversant la ville d’est en en 1984 de des ouest, permit pratiquer sondages dans la future station “Gorge de Loup”, à Vaise (fig. 98, 99). Ceux-ci livrèrent, pour la première fois à Lyon, des céramiques du Ve s. av. J.-C., témoignant d’une occupation antérieure à la fondation de Lugdunum (Bellon 1986, p. 247, Burnouf 1989). Outre l’ancienneté de l’occupation, l’intérêt du gisement fut accru par la mise au jour, dans les niveaux supérieurs, de nombreux vestiges gallo-romains qui présentaient un degré de conservation exceptionnel, attestant, après un hiatus de 400 ans, une réoccupation du lieu entre le dernier quart du Ier s. av. J.-C. et le début du IIIe s. ap. J.-C. L’importance de la découverte nécessitait une fouille extensive des lieux ; une convention fut alors signée entre la S.E.M.A.LY., maître d’œuvre et le Ministère de la Culture, prévoyant une durée de trois années de fouilles, dont la direction fut confiée à Mme J. Burnouf1.

99 - Plan du tracé de la ligne D du métro de Lyon et emplacement des fouilles archéologiques

3Cette opération fut l’occasion d’une recherche interdisciplinaire, réunissant archéologues et spécialistes tels que géomorphologue, palynologue, botaniste, carpologue, dendrochronologue, anthropologue. C’est à partir de la synthèse de leurs résultats, dont une partie est présentée en annexe, et des données de terrain strictement archéologiques, qu’une analyse du gisement a pu être tentée.

4Avant de présenter le site et les résultats de cette campagne de fouille, concernant les périodes de l’Antiquité, il convient d’aborder les méthodes de travail adoptées, propres notamment au travail sur le terrain et aux moyens de datation utilisés en fonction des différentes sources.

MÉTHODOLOGIE

LA FOUILLE ARCHEOLOGIQUE

5Cette fouille de sauvetage s’est déroulée sur trois ans, de 1985 à 1987, suivant le calendrier des travaux de génie public, soit en sept zones, le tout sur une surface de plus de 2500 m2. Pour chaque zone, était imparti un délai de fouilles décidé à priori par le maître d’œuvre : le déroulement de la fouille était donc commandé avant tout par les contraintes de génie civil ; la problématique archéologique de terrain ne pouvait donc exister qu’à l’intérieur de ces zones, dont l’occupation était limitée dans l’espace et dans le temps. Toutefois, malgré ces contraintes, aléas des grands travaux urbains, il est important de retenir que ce type de collaboration entre aménageurs et archéologues permet d’étudier de larges secteurs en milieu urbain et de doter une équipe archéologique, composée dans ce cas de cinq archéologues, de collaborateurs tels que des spécialistes des sciences de la terre.

  • 2 Ceci explique la présence de bennes qui ont masqué ça et là des vestiges.
  • 3 Les études palynologiques et malacologiques générales du site ont été respectivement réalisées par (...)

6La stratégie de fouille a été de décaper largement et progressivement les terrains. Cependant, des bermes (banquettes de terre)2 ou, à l’inverse, des coupes stratigraphiques profondes ont été nécessaires pour permettre des prélèvements de sédiments en vue d’analyses géomorphologiques, palynologiques et malacologiques pendant le déroulement de la fouille3 Ces données complémentaires ont permis de reconstituer le paléœnvironnement du site et son évolution diachronique (Vérot-Bourrély à paraître). Les niveaux galloromains se sont révélés pauvres en taxons polliniques : seuls ceux contenus dans deux structures ont permis, associés à des analyses botaniques et carpologiques (cf. annexe), de restituer leur environnement immédiat et ainsi d’apprécier le caractère du site.

7Le site a donc été divisé en 7 zones (cf. fig. 101) à l’intérieur desquelles tout niveau ou couche, d’origine naturelle ou anthropique, a été désigné sous le terme d’Unité Stratigraphique (US). Le diagramme stratigraphique général de la fouille regroupe plus de 800 unités stratigraphiques, qui ont été réunies sous forme de phases de construction, d’abandon, etc., elles-même assemblées en états chronologiques, enfin en périodes (Age du Bronze, Age du Fer, Epoque Gallo-Romaine, Epoque Médiévale).

LA CHRONOLOGIE

La céramique

8La présentation du mobilier céramique procède d’un parti qui vise à faire ressortir les seuls fossiles directeurs de datation dont la date d’apparition à la production peut apporter un terminus postquem. Ainsi, la priorité est donnée aux céramiques fines et, dans une moindre mesure, au matériel amphorique. Les céramiques communes sont volontairement délaissées puisqu’elles offrent une diversité morphologique que seule une étude détaillée pourrait définir. La nature très particulière du site de Gorge de Loup, masses limoneuses et sableuses ayant subi des processus intenses de ruissellement et de colluvionnement, a engendré l’altération d’une grande partie du matériel : les surfaces altérées et les tranches émoussées ont rendu le collage et l’identification des tessons peu aisés. De fait, dans certains cas, il est apparu délicat, voire aléatoire, de proposer une datation précise pour chacune des phases d’occupation. De plus, la rareté du matériel, l’absence de forme identifiable ont limité bien souvent toute proposition chronologique. Dans plusieurs cas, le recours à la chronologie relative a suppléé à un matériel céramique déficient. La succession des faits archéologiques connaissant un rythme relativement soutenu sur le site, le matériel céramique présente souvent d’étroites similitudes d’une phase à l’autre. Il semble possible de déduire de cette constatation que l’enchaînement des aménagements a dû s’échelonner dans un laps de temps réduit. Ceci est révélateur d’une certaine contemporanéité des événements concentrés dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C., voire au début du siècle suivant.

9Enfin le mobilier funéraire a été étudié de façon exhaustive, puisqu’il résulte de dépôts volontaires.

Le bois

10Le bois est un vestige archéologique rarement conservé dans la région Rhône-Alpes pour ce qui concerne l’Antiquité (Bellon, 1995b). Sa découverte a permis diverses analyses : déterminations d’essences, datations absolues de l’abattage des bois de chêne par la dendrochronologie, datations par le Carbone 14. L’exceptionnelle conservation du bois de chêne a permis de multiplier les analyses dendrochronologiques (cf. annexe), et par là même de proposer des datations plus précises et plus fiables. Il s’agit d’un apport essentiel quant à la date de construction des structures, sans négliger de possibles réemplois perceptibles par la confrontation avec les autres données chronologiques. Ces datations absolues de construction ont été associées aux études d’objets, mobilier céramique notamment, mis au jour dans les couches d’occupation et de remblais, afin d’évaluer la durée de fonctionnement et l’abandon des niveaux anthropisés.

11Les propositions chronologiques, résultats de la confrontation de l’étude des céramiques et des datations offertes par le bois, sont associées à la description de chaque structure.

LE SITE

12La topographie du site (cf. cadre géographique) (fig. 100) au débouché du bassin versant du vallon de Trion, ainsi que le matériel sédimentaire disponible, ont été des facteurs déterminants dans l’évolution de la sédimentation. Ce milieu fragile a subi une géodynamique active que l’intervention humaine a maîtrisée ou accentuée comme le traduit le transit de matériaux de plus en plus grossiers durant l’Antiquité (limons, puis sables et cailloutis).

  • 4 D’un point de vue méthodologique, l’étude géomorphologique a tenté d’isoler les différentes phases (...)

13Ainsi, pour chaque phase sédimentaire, l’étude géomorphologique a tenté de préciser le rôle éventuel de l’occupation humaine dans les modifications du milieu et en particulier dans le déclenchement des processus sédimentaires4 4000 ans d’interface homme-nature ont pu être reconstitués depuis l’Atlantique (vers 5000 av. J.-C.) et les différentes phases de sédimentation reconnues (cf. cadre géographique) ont conditionné l’évolution de ce site à l’époque antique.

100 - Plan topographique

101 - Plan des vestiges gallo-romains

Les processus sédimentaires à l’époque gallo-romaine

14Les niveaux gallo-romains les plus anciens (seconde moitié du Ie s. av. J.-C.) ont été mis au jour sur les vestiges du Premier Age du Fer. En effet, le site enregistre un hiatus sédimentaire de près de 400 ans résultant d’un arasement gallo-romain et/ou d’une absence de la sédimentation durant le Second Age du Fer. Ainsi, au moment de l’installation humaine, le site présente une relative stabilité morphodynamique ; il est drainé par un ru à l’écoulement diffus. La première phase sédimentaire enregistrée correspond à une séquence limoneuse issue de processus de colluvionnement diffus qui fossilise des vestiges du Ie s. ap. J.-C.. Sur ce niveau est installée une série d’aménagements en relation avec des ruissellements intenses (au début du IIe s.). Ces derniers sont fossilisés par une phase colluviale. Les descriptions de ces différentes phases seront intégrées à l’étude des structures.

LES VESTIGES GALLOROMAINS DE GORGE DE LOUP

15Le site de Gorge de Loup apparaît, pour la période antique, comme un site rural marqué par la maîtrise de l’eau. Ses constructions se caractérisent principalement par divers ouvrages en bois, qui attestent une volonté de détourner cette eau (réseau de drains, canalisations) et/ou de l’utiliser (caniveaux, tuyaux, bac, bassins).

16Nous présenterons tout d’abord un ensemble de structures stratigraphiées qui ont pu être datées de façon absolue grâce à la présence de bois, d’autre part des vestiges isolés, dont l’évolution diachronique, en l’absence de tout lien stratigraphique, sera appréhendée à l’aide de la datation du mobilier en céramique et/ou à l’aide de celle des constructions en bois.

UN ENSEMBLE STRATIGRAPHIÉ

17La fouille de la zone V (fig. 101), à l’extrême nord du gisement, a permis la mise en évidence de trois installations successives. Cette zone est située sur le flanc de la colline, dominant le reste du site au pied d’une maison d’époque Renaissance dite Maison du Faisan.

ETAT 1 : CANIVEAU, DALLAGE, TUYAU

18Trois aménagements (1 caniveau, 1 dallage et 1 tuyau) (fig. 102) composent le premier état ; deux d’entre eux sont liés en stratigraphie et forment la première installation (fig. 103), le troisième aménagement (le tuyau 5305) a pu être rattaché à cet état par les seuls résultats dendrochronologiques.

19Le premier aménagement (US 5520) est un caniveau en bois, orienté nord-ouest/sud-est, composé de deux éléments : une poutre en sapin (abies) de profil rectangulaire, large de 50 cm environ, évidée en forme de conduit d’une profondeur de 20 cm, et fermée par une couverture composée d’une planche en chêne (quercus) placée horizontalement (183,19 m NGF), d’une épaisseur moyenne de 3 cm. Cette planche a fait l’objet d’une datation dendrochronologique qui situe la date d’abattage de ce bois aux environs de 23 ap. J.-C. (ARC 8/R117D/2) (cf. annexe).

20Cette conduite a été fouillée sur une longueur de près de 3 mètres. Au nord-ouest, elle est engagée sous un mur, bâti postérieurement (US 5501 : état 2) alors qu’au sud-est, ce caniveau est scié afin de s’ajuster au bord d’un dallage.

21Celui-ci (US 5511) est constitué de plaques rectangulaires de terre cuite (L : 45 cm, 1 : 33 cm, ép. : 4 cm). Ce dallage, dégagé sur une surface de plus de 18 m2, est plan (183,00 m NGF) ; sa largeur est de 4 m, alors que sa longueur ne peut être mesurée, la limite sud se trouvant en dehors de l’emprise des fouilles. Il semble cohérent d’envisager une utilisation contemporaine du caniveau et du dallage. En effet, le débouché du conduit permettait une arrivée d’eau directe sur les dalles, ce qui est confirmé par le pendage des dépôts contenus à l’intérieur du caniveau. 11 s’agit donc probablement d’un bassin, creusé directement dans le sol et dont seul le fond aurait été retrouvé. Pour ce qui concerne les parois, il est permis d’envisager divers matériaux, comme des briques plates ou du bois ; l’absence de tranchées de récupération milite en faveur de l’utilisation du bois, matériau par ailleurs très utilisé sur le site, qui a pu être récupéré lors de l’abandon. Notons la découverte d’un squelette de batracien sous une dalle périphérique, témoin d’un milieu humide.

102 – Etat 1 : caniveau, dallage, tuyau des années 25 ao.J.-C.

103 - Caniveau et dallage

22Enfin, des mousses ont été retrouvées au débouché du caniveau et entre les dalles ; si la conservation de ces mousses jusqu’à nos jours trahit bien un milieu humide, en revanche, leur présence en ce lieu n’est pas d’origine naturelle. En effet, des analyses nous dressent la liste des espèces (ARC 8/R 4883) (cf. annexe), qui sont toutes forestières ; aucune espèce aquatique n’a été reconnue, et il faut par conséquent envisager un ramassage de ces mousses sur le sol naturel, sur des blocs, ou à la base des troncs. Comme l’auteur des analyses le suggère, un calfatage apparaît bien être l’explication de la présence de ces mousses ; ce souci d’étanchéité renforce l’hypothèse du bassin.

23Pour compléter la vision que l’on peut se faire de l’environnement de ce bassin, une étude palynologique a été effectuée sur les deux prélèvements de mousses (ARC 8/R 273 P) (cf. annexe). Le premier prélèvement permet de conclure à “un paysage de milieu ouvert, composé d’essences d’arbres divers. Ceux-ci caractérisent une station relativement sèche dominée par le chêne, et une zone favorisant le développement d’essences liées à un milieu humide. Des cultures sont attestées par les céréales et peut-être la vigne. Les prairies sont également représentées, ainsi que les lieux piétinés et les terrains vagues, en faible quantité”. Grâce à ces mêmes analyses, la présence d’étendues d’eau calme aux abords du site a pu également être déterminée. Quant au deuxième échantillon, il est composé des mêmes associations d’arbres. Toutefois le charme est relativement plus abondant et la vigne est absente.

24Le bassin, vraisemblablement abandonné, a été recouvert par une couche d’argile d’origine naturelle (US 5647), d’une quinzaine de centimètres d’épaisseur qui s’est déposée sur le dallage et le caniveau, trahissant une fois encore l’humidité du lieu. Cette couche renferme un matériel céramique peu significatif. Il faut citer cependant un bord d’amphore du type Gauloise 4, une anse du type Haltern 67 et un bord de céramique sigillée de la Gaule du sud, appartenant au type Dragendorff 35/36, produit à partir de 60 ap. J.-C (Vernhet 1976). Si l’on tient compte de ce seul argument, la condamnation de ce bassin est à placer au cours du troisième quart du Ier s. ap. J.-C au plus tôt. De plus, trois échantillons de bois de chêne sont issus de cette couche d’argile : “le dernier cerne mesuré étant en +1 et l’aubier étant absent, la date d’abattage n’est pas antérieure à +21” (ARC 7/R 141 D), sans que l’on puisse préciser plus.

25Entre l’installation de ce bassin que l’on peut dater à partir de 23 ap. J.-C., (si l’on admet la contemporanéité du caniveau et du dallage) et son recouvrement par cette couche d’argile, un minimum de cinquante ans s’est donc écoulé, correspondant à la durée de son utilisation. Il demeure impossible, en l’absence d’éléments significatifs, de préciser la nature de celle-ci.

26Un troisième aménagement contemporain de ce premier état (US 5305) a été mis au jour à environ 10 m au sud ; il s’agit d’un tuyau composé de deux troncs de section octogonale de 25 cm de diamètre. Disposés bout à bout horizontalement, ils sont alignés suivant un axe sud-est/nord-ouest à la cote de 183,63 m NGF. Le premier élément, coupé par une paroi moulée moderne, a été dégagé sur 2,70 m, le second sur 1, 15 m ; seule subsiste à l’ouest la tranchée d’installation, recouverte par un mur postérieur, le tuyau ayant dû être démonté lors de la construction de celui-ci (US 5306 : état 2). Les éléments de troncs, provenant d’un même arbre, sont évidés en leur centre de manière à ménager une canalisation d’environ 10 cm de diamètre. Une rainure creusée sur la circonférence interne des tuyaux permettait la mise en place d’un collier métallique (disparu ici), destiné à relier les deux tuyaux et à assurer une bonne étanchéité. Ces conduites d’adduction d’eau sont bien attestées régionalement à Lyon et à Vienne, quoique bien souvent leur existence ne soit signalée que par la découverte des frettes métalliques (Desbat 1985a, p. 82) notamment sur le site voisin du “Quartier Saint-Pierre” (voir dans ce même volume). Cette canalisation, en chêne, a été datée des environs de 25 ap. J.-C. (ARC 7/R 141 D) (cf. annexe).

Chronologie de l’état 1

27S’il paraît cohérent d’associer les deux premiers éléments, caniveau et dallage, par contre il est impossible, à cause de la paroi moulée qui a rompu tout lien stratigraphique, d’établir une relation directe avec ce dernier tuyau ; seules les datations apportées par les deux éléments en bois attestent la contemporanéité de leur installation à la fin du premier quart du Ier s. ap. J.-C.

ETAT 2 : UN GRAND BÂTIMENT

Phase A

28Ce bâtiment se matérialise tout d’abord par un grand mur en schiste et mortier rose orienté nord-nord-ouest/sud-sud-est (US 5501), dont la fondation n’a pas altéré le dallage de l’état 1 situé à quelques dizaines de centimètres à l’est (fig. 104). On notera d’ailleurs que ce mur respecte l’orientation de l’aménagement de l’état 1, donné par le dallage. D’une largeur de 0, 50 m, et conservé au mieux (au sud) sur 2, 60 m de haut (183, 20/185, 80 m NGF) (fondation : 1, 30 m ; élévation max. : 1,30 m), ce mur a été dégagé sur une quinzaine de mètres, ses limites demeurant inconnues. Au sud s’appuie un mur perpendiculaire (US 5401) conservé sur 7 m de long et 1, 54 m de haut (184, 39/185, 93 NGF), interrompu à l’est par une accumulation de matériaux. Ce mur est-ouest, en schistes, calcaires et gros galets est construit dans sa partie inférieure à l’aide de deux liants : terre dans la partie haute (185, 45 m NGF sup.) et mortier de tuileau dans la partie basse (184, 89 m NGF sup.) ; il est de plus percé par une ouverture (1, 94 m de large) matérialisée par deux piedroits formés d’un chaînage de deux ou trois blocs de calcaire taillés.

104 - Etat 2 : un grand bâtiment

Phase Β

29Dans une seconde phase, l’ouverture du mur est-ouest est rebouchée avec des blocs non taillés liés par du mortier de tuileau et deux assises de tegulae. L’accumulation de matériaux contre le mur, conséquence d’un éboulement, permet de le considérer alors comme un soutènement destiné à bloquer la descente des colluvions de versant. Les deux murs sont arasés et nivelés à l’occasion d’une reconstruction. Cette partie supérieure, en schiste, haute d’environ 50 cm (cote : 185, 45/185, 93 m NGF), est composée d’un mortier jaune très sableux. La différence du choix des matériaux indique peut-être un changement de fonction du “bâtiment”, le mortier de tuileau de la première phase pouvant indiquer une volonté d’isolation.

30Ces deux murs perpendiculaires permettent de restituer une grande surface, certainement une cour, au minimum longue de 16 m et large de 8 m, dont il ne reste que des lambeaux de sol (US 5503) localisés le long du mur 5501 (184, 20 m NGF) à l’est et dans l’angle des deux murs. Très détérioré, ce sol est composé de sables grossiers très tassés, de cailloutis, de concrétions diverses et d’une zone de charbons de bois contenant quelques clous au pied du mur 5401.

31A l’ouest, diverses constructions, plus ou moins bien conservées, peuvent être rattachées à ce bâtiment, tout au moins à une période de son fonctionnement :

32Un troisième mur (US 5306) (niveau supérieur : 184, 90 m NGF), composé de dalles de schiste et de mortier jaune, contemporain de la reprise des précédents murs, a été repéré, appuyé perpendiculairement contre le grand mur nord/sud. Interrompu par une paroi moulée moderne, seule sa fondation qui surmonte la tranchée d’installation du tuyau 5305 de l’état 1, se développe lm en contrebas (183,78 m/183,60 m NGF). Deux autres murs, l’un en schistes, l’autre en galets, conservés en fondation seulement, définissent deux espaces de 6 m et 4 m de large pour des longueurs inconnues, mais d’un minimum de 5 m.

Phase A’

33Une autre construction peut être “intercalée” entre l’installation des deux premiers murs et leur reconstruction et leur extension. En effet, 9 trous de poteaux ont été reconnus à l’ouest du grand mur US 5501, dessinant grossièrement un rectangle (L : 6 m ; 1. : 2,50 m). Creusés à partir du niveau 183,57 m NGF, leur diamètre varie de 30 à 50 cm. De plus, une petite tranchée (L : 5,50 m ; 1 : 0,30 m, prof. 5 cm) recevant trois trous de piquets (dia. : 7 à 10 cm, l’un d’entre eux contenant encore les restes d’un pieu en hêtre (fagus)) borde cette construction sur poteaux sur son côté ouest ; notons également la présence de petits fragments de bois mis au jour dans cet espace : 2 en aulne (alnus) et 1 en sapin (abies).

34Ces structures fossoyées pourraient donc appartenir à une même construction sur poteaux de bois, de 6 m de long et 4 m de large au minimum, qui correspondrait à une phase postérieure à l’installation des premiers murs, et qui par ailleurs suit grossièrement l’axe du grand mur US 5501.

35L’absence de mobilier archéologique dans ces fosses ne permet pas d’apporter plus de précisions sur leur datation. Seul le recreusement d’un trou de poteau par une fosse, d’1m2 environ de côté et d’une profondeur de 0, 90 m (US 5304), remplie de nombreuses plaques de schiste et qui pourrait être contemporaine des murs, trahit une chronologie relative. De même, on notera le recouvrement de la petite tranchée avec pieux par le mur US 5306.

Chronologie de l’état 2

36Pour conclure sur cet état 2, en l’absence de mobilier significatif, seule la chronologie relative permet de situer ce ou ces bâtiments :

  • grand espace clos à l’est, certainement une cour présentant une porte sur le côté sud, est bâtie sur le caniveau de l’état 1 (construit en 23 ap. J.-C.)

  • petite construction de bois à 3 m à l’ouest, peut-être contemporaine (en tout état de cause elle présente la même orientation).

  • reconstruction des deux murs qui composent la cour à l’est, contemporaine d’une extension composée de trois murs à l’ouest. La porte est obstruée et de nouveaux aménagements vont voir le jour dans cette cour ; il s’agit alors de l’état 3.

ETAT 3 : UNE GRANDE STRUCTURE DE BOIS ET DE PIERRES

37Un nouvel ensemble est donc aménagé dans la partie est du bâtiment précédent, entre les murs 5401 et 5501 (fig. 105,106).

38Plusieurs phases se distinguent dans la construction de cet ensemble, dont la caractéristique est d’être excavé et composé de structures en bois et en pierres.

39Le sol (184,20/184,05 m NGF) de la cour précédemment décrite est décaissé sur une hauteur de 1,20 m. A l’intérieur, un coffrage en bois, constitué de planches et de pieux, délimite une structure de plan rectangulaire, perforant le comblement et une partie du dallage de l’état 1 et enserrant deux murs perpendiculaires.

105 – Etat 3 : un ensemble de bois et pierres. Sur la photo vue de l’ouest, les parois sont démontées

106 – Le bassin central (Photo F. Leyge)

107 - Coupe du bassin central

108 - Le coffrage en bois

109 - Détails du coffrage en bois

Le coffrage

40Deux parois (US 5617/18) orientées sud/nord ont été dégagées sur 10 m de long ; un seul angle, au sud-ouest, a pu être mis au jour, délimitant la structure au sud. Par la suite, la surveillance de travaux de voirie permit de repérer la palissade est, qui se poursuit sur 5 m au nord, sans en trouver le terme. Il s’agit donc d’une structure d’au minimum 15 m de long pour une largeur définie de 5 m.

41Ces parois (fig. 107, 108, 109), remarquablement conservées, sont constituées de deux, parfois trois planches de sapin de 4 cm d’épaisseur, superposées et disposées de chant sur une hauteur de 70 cm maximum (184,02 m/183,30 m NGF ; 183,98 m/183,33 m NGF), formant un coffrage dont la partie sommitale correspond au niveau du sol de la cour. Sur la paroi est, deux planchettes verticales (10 x 35 cm) sont clouées, assurant le maintien entre les deux planches de sapin. Ce coffrage est renforcé à l’intérieur, à intervalles réguliers, par 29 pieux (plus 1 négatif) à l’extrémité appointée, conservés sur 1,50 m de hauteur. Cette ossature de bois est construite à coffrage perdu, excepté au nord-ouest, où elle est plaquée contre un mur de galets et schistes liés avec du mortier jaune (US 5649 : L. : 1,50 m, h. : 80 cm) (183,95 m/183, 15 m NGF), édifié au moment de l’installation des planches.

110 – Plan des pieux et détermination des essences

42Les déterminations d’essences de bois effectuées sur tous les pieux (fig. 110) précisent qu’il s’agit en majorité de chêne (quercus), à l’exception de 3 éléments en sapin. Ces derniers ne peuvent être datés, mais il est possible de préciser qu’ils ont été abattus de façon contemporaine en automne/hiver.

43Sur ce total de 26 pieux en chêne, 2 lots se distinguent. Parmi 8 pieux qui présentent une section carrée (poutres réutilisées ?) 6 ont une phase d’abattage qui se situe en automne/hiver 34/35, alors que 18 pourraient correspondre à des morceaux de tuyaux, non utilisés, retaillés, refendus et appointés et sont datés des environs de 86 ap. J.-C. (ARC7/R141D) (cf. annexe). Deux autres pieux (non figurés) ont pu être prélevés lors de travaux de voirie ; appartenant à la paroi est, ils datent, l’un de 34/35, l’autre de 86 ap. J.-C. Quant aux planches de sapin, il est permis, avec toutes les réserves nécessaires, de situer la date d’abattage des bois postérieurement à 54 (ARC94/R141D/2) (cf. annexe). On notera de plus que, à une exception près, les échantillons de planches de sapin analysés, issus des deux grandes parois en bois, proviennent probablement d’un même arbre.

44Au vu de la différence chronologique des deux lots : 34/35 et 86 ap. J.-C., il est permis d’envisager des réutilisations de pieux comme le suggèrent leurs sections différentes ; on notera par ailleurs que les pieux datés des années 34/35 sont concentrés sur la paroi ouest (1 au sud, 1 au centre) (cf. infra), correspondant peut-être, avec toute la prudence requise, à une première construction. En tout état de cause, ceux-ci participent à un aménagement à la fin du 1er s., que l’on peut situer à partir de 86 ap. J.-C. ; les planches, dont la date d’abattage ne peut être assurée, n’ont vraisemblablement pas fait l’objet d’une réutilisation, et appartiennent à cette même phase de construction.

Deux murs transversaux

45A l’intérieur de ce coffrage en bois, deux murs transversaux ont été mis au jour (fig. Ill, 112).

111 – Les murs transversaux, 5615 et 5613

46Le premier mur est-ouest (US 5613) de 5 m de long, 50 cm de large et 1, 20 m de haut (184, 10 m/182, 90 m NGF) présente une fondation qui a perturbé l’angle nord-est du dallage de l’état 1. Il est composé de pierres calcaires non taillées et de gros galets, liés avec un mortier beige/jaune sableux. Divers aménagements sont visibles : une ouverture rectangulaire de 30 cm de large a été pratiquée dans sa partie inférieure, alors que 2 conduits d’imbrices ont été construits dans l’épaisseur du mur, à lm environ des extrémités, vraisemblablement après sa construction. Sur le mur, à la verticale de ces conduits, reposent deux imbrices tandis qu’un aménagement composée d’un fragment de tegula sur chant et d’une planchette en bois est visible au centre. Enfin, une grosse dalle calcaire carrée (30 m χ 30 cm) repose à l’extrémité ouest du mur sur des vestiges de planchette.

112 – Mur transversal du bassin central

47Le second mur (US 5615), à 3,70 m au sud, est quasi parallèle au premier ; d’une largeur égale, il se différencie par sa hauteur (0,90 m) ainsi que par son sommet légèrement plus élevé (184,15 m/183, 25 m NGF) ; quant à sa fondation, elle repose sur un cailloutis installé sur le niveau d’argile qui colmate le dallage de l’état antérieur. Des aménagements en imbrices, identiques à ceux du premier mur, sont disposés dans le même axe.

113 – Détail du mur US 5613

48Ces éléments étaient vraisemblablement destinés à une régulation d’eau dans les différentes parties de cet ensemble, délimité par ces deux murs et le cuvelage en bois. Les aménagements retrouvés sur les murs - si l’on considère qu’il s’agit effectivement du sommet - peuvent être interprétés comme trop-pleins, tandis que ceux pratiqués dans l’épaisseur des murs, permettaient, selon qu’ils étaient obstrués ou non, de réguler le niveau d’eau désiré. De fait, un gros galet a été mis au jour devant le conduit inférieur du mur 5613 (fig. 113). Quant à l’ouverture (chantepleure) qui se trouve sous le niveau de sol (cf. fig. 111, 112), elle peut avoir fait office de drain.

49Ces deux murs permettent, au vu de la limite des fouilles au nord, de définir trois bassins, variant entre 4,20 m et 4,60 m de longueur pour les deux premiers, le troisième étant incomplètement fouillé. Il convient de remarquer que ces deux murs ne trouvent pas appui contre les palissades, mais en sont distants de quelques centimètres, des éléments organiques détériorés ou retirés pouvant avoir obturé ces espaces.

50Pour ce qui concerne la datation de ces murs, la faiblesse de l’échantillonnage du lot céramique rend toute proposition chronologique sujette à caution. Seuls deux fragments de mortier à lèvre pendante et des bords d’amphores hispanique (Dressel 20) et gauloise (G. 4) émergent du lot.

Un sol

51Suite à la construction du coffrage et des murs, un sol (US 5623-5648) est alors aménagé. Il est constitué d’une préparation d’une quarantaine de centimètres de sables grossiers et de galets de gros module, à laquelle se mêlent des fragments de céramique, surmontée d’un “sol” induré, de sable, de galets de plus petit gabarit, de mortier et de tuiles grossièrement concassées, d’une dizaine de centimètres. Des tessons de céramique et des fragments de planchettes en sapin, issus du débitage lors de la mise en place des parois, ont également été retrouvés dans ce sol. Enfin, trois pieux en chêne proviennent du bassin central : l’un (n° 16) est conservé sur une longueur de 1,25 m (sup. : 183,53 m NGF), alors que les deux autres (sup. : 183,10 m NGF) sont très détériorés.

52Ce remblai, quelques centimètres au-dessus de la base des planches de sapin, comblait les fondations des deux murs transversaux, les conduits d’imbrices débouchant sur le sol. Afin de faciliter le passage de l’eau, une légère pente a été aménagée du sud au nord (183, 54/183, 44 m NGF).

  • 5 Notons régionalement la découverte d'un noyau de pèche dans une tombe du site de la rue de La Favor (...)
  • 6 L’étude numismatique a été realisée par A. Audra. (ALPARA.), elle est disponible au S.R.A. Rhône-Al (...)

53Outre la céramique et le bois, le mobilier archéologique, assez rare sur le site, était ici un peu plus diversifié ; il se composait pour le métal d’une petite cuillère en bronze repliée (certainement une cochlearia), et d’un clou en fer. Fe verre est représenté par une perle côtelée de couleur verte pâle et opaque, ainsi que par deux fragments de verre, (l’un informe, bleu translucide et l’autre ; un bord, vert pâle translucide), et enfin par des tessons vitrifiés par l’action du feu. Ajoutons une quinzaine de tesselles de mosaïque vertes et bleues, deux objets en os, un petit anneau et une aiguille à chas. Celle-ci est de section circulaire, avec un chas qui résulte de trois perforations réunies et un trou au-dessus du chas ; la pointe est absente ; il semble s’agir du type 8 défini par J.-C. Béai (Béai 1983, p. 254). Un noyau de petite pêche est particulièrement intéressant ; en effet, si le pêcher est cultivé dès le troisième millénaire en Chine, puis en Asie Mineure au Ile s. av. J.-C., il ne sera introduit en Italie, sous le nom de Persicum, qu’au début du 1er s. ap. J.-C. Assez rare à cette époque, il est fréquent que des confusions soient parfois commises par les auteurs antiques avec l’abricot ou la prune (Pline l’Ancien, XV, 11, 12, § 39, n. 1-5, § 40, n. 1-3, Columelle, X, 410-412). La présence d’une pêche sur ce site, dans un contexte précisément daté du 1er s. demeure donc exceptionnelle, au vu des rares découvertes de ce type de vestiges, car elle atteste l’introduction de ce fruit en Gaule à la fin du 1er s. ap. J.-C.5. Enfin un as de Tibère à l’autel de Lyon, frappé sous Auguste a été mis au jour avec ce matériel6.

54Un objet attire plus particulièrement notre attention (fig. 114) ; il s’agit d’une plaque en plomb très fine de 1 mm d’épaisseur environ, de 8,5 cm de large, pour une longueur d’environ 9 cm, finement gravée. Huit perforations de clous sur le pourtour et deux sur le milieu de la plaque se répartissent de part et d’autre d’un axe transversal, défini par la trace d’un ancien repliement de la plaque. Il s’agit donc de l’emplacement de cinq clous ayant servi à fixer la plaque repliée sur elle- même. L’observation des déformations causées par le passage des clous au travers de la plaque de plomb corrobore cette interprétation. De plus, cette plaque semble avoir reçu de nombreux chocs, et paraît notamment avoir été retravaillée, une fois dépliée, pour l’étirer de façon à l’agrandir et ainsi la réutiliser ; de forme plus ou moins rectangulaire à l’origine, le plomb, sous l’action du remartelage - des traces d’outils sont visibles- a éclaté à deux endroits, conférant à la plaque un aspect déformé et détérioré dans sa partie inférieure.

55Deux écritures se distinguent. La partie supérieure reçoit deux colonnes de mots en capitales, alors que la partie inférieure de la plaque est inscrite en lettres cursives.

56La partie supérieure peut être lue ainsi :

TRR. ILLI

AASICIVS

SOROREM (?)

CASSIVS

MATREM

INGENV(V)S

LlVIANVS

CAD..TVS

AGILIS

…….

57Quelques remarques doivent être faites sur cette liste :

  • 7 Information de F. Bérard, Ecole Normale Supérieure, Paris, que nous remercions ici.

58Concernant le quatrième mot de la deuxième colonne, il pourrait s’agir, soit d’un surnom : CAD..TVS, soit d’un nom : C. (CAIVS) AD..TVS, cette dernière hypothèse demeurant fragile, le cas serait alors unique dans cette liste. Pour ce qui concerne CASSIVS, on notera la présence de ce nom sur une plaquette en bronze découverte à Lyon (Saint-Just)7 (CIL XIII, 1-1, p. 263, n° 1728). De plus, l’accusatif de MATREM, ainsi que celui, plus difficilement lisible de SOROREM, demeure singulier dans un contexte régulier comportant des noms au nominatif. Enfin, le dernier nom en bas à droite demeure illisible, un trou de petit clou perforant la plaque à cet endroit.

59Il apparaît donc qu’il s’agit d’une liste de surnoms (cognomen) (Ingenuus, Livianus, Agilis, Cad..tus) auxquels deux gentilices (Cassius, Asicius) sont associés (peut-être comme surnoms ?).

114 – Plaque en plomb gravée (Photo Ch. Thioc M.C.G.R.)

60Pour ce qui concerne la partie inférieure de cette plaque, on notera la présence de deux petits traits observables sur la partie droite de la plaque, indiquant peut-être des témoins d’emplacement de lignes. A ce jour, la lecture de cette écriture en lettres cursives n’a pu être réalisée.

  • 8 Des photographies de cette plaque ont été montrées à M. Michel Lejeune, Académie des Inscriptions e (...)

61Une interprétation pour cette plaque demeure par conséquent difficile à proposer, en présence d’une seule liste de noms ; l’hypothèse d’une tabella defixionis (tablette d’exécration) est certes plausible, mais demeure fragile8.

62La date de la constitution et de l’utilisation de ce sol peut être estimée grâce aux céramiques et aux fragments de bois.

63Parmi les céramiques fines, quelques bords de sigillées de la Gaule du sud de formes Drag. 29, 27, 33 et Ritterling 12, ainsi qu’un fragment de fond rapproché à l’assiette Drag. 18/31 se distinguent. Deux bords Drag. 35/36 placent la construction des bassins à partir de 60 ap. J.-C. Un fond de sigillée à engobe orangé d’aspect brillant et à pâte jaunâtre a été rattaché aux productions de la Gaule du centre émises à partir de la fin du 1er s. ap. J.-C (Bémont 1986, p. 139). L’aspect sablé d’un bord de parois fines à pâte calcaire l’apparente aux produits issus de la fabrique lyonnaise de La Butte en fonctionnement dans les années 40/90 ap. J.C (Grataloup 1984). Parmi le matériel amphorique, il faut noter les deux bords de G.4, forme majoritaire parmi les amphores gauloises dès l’époque flavien- ne (Laubenheimer 1985, p. 390).

64Parmi les bois en chêne mis au jour dans le sol, un seul pieu (n° 16) a pu être daté ; de section carrée, il est contemporain des pieux des coffrages, c’est à dire de 34/35 ap. J.-C. Pour ce qui concerne des fragments et les deux autres pieux (n° 35/36), il est impossible de se prononcer sur une date d’abattage ; on observera néanmoins qu’ils font partie de la même phase d’abattage, postérieure à 21 ap. J.-C. (cf. fig. 110), alors qu’un dernier fragment est postérieur à 13 ap. J.-C. (ARC 7 / R 141 D).

115 - Les aménagements extérieurs aux bassins

65Enfin, la présence de fragments de bois, issus du débitage des planches en sapin, témoigne de la contemporanéité des palissades et du sol, soit les années 90 ap. J.-C, même si le niveau de celui-ci, légèrement supérieur aux parois du coffrage et enserrant les pieux, atteste la postériorité de sa construction.

66Ainsi, la datation apportée par l’étude céramique montre une adéquation avec les résultats de la dendrochronologie, dans le dernier quart du 1er s. ap. J.-C.

Une toiture ?

67Quelques aménagements ont été mis au jour sur le sol, pouvant appartenir aux soubassements d’une couverture (cf. fig. 105) :

68Ainsi, dans l’angle sud-ouest du coffrage, un fût de colonne de 70 cm de haut et 40 cm de diamètre, repose directement sur deux dalles calcaires (45 cm de côté / 30 cm d’épaisseur pour la première ; 58 / 50 cm pour une épaisseur de 35 cm pour la seconde) servant de base. De plus, deux autres dalles calcaires (65 / 45 cm et 30 cm d’épaisseur ; 50 / 35 cm et 20 cm d’épaisseur) ont été mises au jour dans le bassin central ; adossées aux parois du coffrage, elles se trouvaient à mi- distance des deux murs transversaux. Ces deux dalles pourraient elles aussi être interprétées comme des supports de colonne. L’entraxe entre ces deux dalles est de 4,50 m dans la largeur ; il faudrait alors envisager, dans le cas d’une couverture de ces bassins, une toiture à double pente (charpente sur ferme). L’intervalle entre les supports est difficile à restituer dans la longueur ; 5,50 m séparent la colonne d’angle et la première dalle (il faut cependant noter la présence d’une berme de terre non fouillée à 2/3 m de la colonne).

Des aménagements extérieurs

69Outre ces divers éléments mis au jour à l’intérieur des bassins, d’autres aménagements ont pu être observés à l’extérieur, au niveau du sol de circulation (fig. 115).

70Ainsi, le sommet du coffrage est bordé à l’extérieur par deux caniveaux. Le premier, directement contre le coffrage, est couvert (fig. 116) ; il est constitué d’un cordon de galets et de pierres non taillées (15 cm de large max. : US 5608) (fig. 117) ; ce double alignement est fermé par de gros galets, des pierres à plat et de plus rares fragments de tegulae, formant un muret de 60 cm de large. La construction de ce caniveau diffère légèrement dans la partie sud des bassins ; il est ici construit à partir de pierres calcaires (max : 40/20 cm) disposées sur une grande dalle calcaire (1,50 m / 60 cm) qui forme le fond du caniveau, alors que la couverture est assurée par des blocs calcaires et une dalle de schiste (45/25 cm). On notera enfin la mise au jour d’une planchette au fond du caniveau, au débouché de la grande dalle calcaire sous laquelle un négatif circulaire (dia. : 25 cm prof. : 40 cm), est demeuré non comblé (regard permettant de contrôler le débit, négatif de pieu ?).

116 – Détail des caniveaux qui longent les bassins

117 - Le caniveau qui longe les bassins sans sa couverture

71Ce caniveau, dont le sommet correspond au niveau de sol (184,20 m au sud/184 m NGF au nord), pourrait être interprété comme une rigole de trop-plein, faisant également office de margelle des bassins.

72Enfin, ce conduit-muret est bordé sur son côté ouest par un second caniveau (US 5609) (fig. 116, 117). Les parois de celui-ci, ouvert, d’une quarantaine de centimètres de large, sont composées de fragments de tegulae de chant appuyés contre le premier caniveau à l’est et un amas de fragments de tegulae et de pierres à l’ouest. Des vestiges de planches (US 5412 : 35 cm x 1,40 m ; 20 cm x 1, 20 m ; 30 cm x 1,20 m) ont été mis au jour de façon ponctuelle entre ces parois, composant certainement le fond du caniveau (184,10 m au sud-est/184 m NGF au nord) ; de plus, la présence de sable fin trahit un écoulement d’eau léger.

73Dans l’hypothèse d’une couverture des bassins, il paraît plausible d’associer ce dernier caniveau à un écoulement des eaux pluviales.

74Enfin, plusieurs piquets, très détériorés, ont été mis au jour dans et le long de ce caniveau (dia. : 7 cm, sommet : 184,05 m NGF) (cf. 105). 6 piquets ont pu être prélevés, alors qu’un dernier n’a pu être repéré que par son négatif (n° 20). On notera qu’un de ces piquets en sapin (n° 17) a pu être analysé ; il est contemporain des trois pieux en sapin du coffrage, non datés (abattus en automne/hiver : ARC 7/141 D).

75D’autres vestiges, qu’il faut certainement lier à ce complexe, ont été mis au jour au sud/ouest des bassins. Ainsi, un muret en pierres calcaires et fragments de tuile (30/45 cm) grossièrement ouest/est (US 5414 : 184,33 m NGF) est parallèle au caniveau précité ; une planche axée nord-sud (2,40 m/20 cm) (US 5417 : 184,13 m NGF) a été mise au jour sous ce muret. Enfin, un dernier muret, en schistes (US 5407 : 184,33) est adossé contre le caniveau et le grand mur US 5501 (cf. fig.105).

76Quelques rares céramiques ont été mises au jour dans ces murets : un fond de Drag. 37, un bord de Drag. 27 et un de 15/17 en sigillée de la Gaule du sud, un mortier à lèvre pendante et un bord de G. 4. Aucun élément ne permet de distinguer l’ensemble du lot de celui exposé précédemment. A priori, ces différents éléments semblent donc contemporains des bassins.

Un caniveau en bois

77A la construction de cet ensemble composé des bassins (parois en bois, sol, murs) et des aménagements extérieurs, peut être rattachée celle d’un caniveau en bois. Celui-ci a été découvert en 1985, lors des sondages préliminaires à la fouille extensive (Orcel 1986). Bien que les limites des travaux au sud-est n’aient pas permis de faire le lien entre ces divers aménagements et le caniveau, une datation absolue livrée par la dendrochronologie permet de rattacher la construction de ce caniveau à celle du précédent ensemble (fig. 118,119).

118 - Plan du caniveau et du bac en bois

119 - Vue vers le nord-est du caniveau en bois (Photo F. Leyge)

78Situé à trois mètres au sud des bassins, au pied de la colline de Loyasse, (cf. fig. 105) ce caniveau en chêne (US 57), se présente comme un conduit de section rectangulaire d’1, 07 m de profondeur et de 62 cm de largeur (Bouvier 1988). Conservé sur une longueur de 6, 90 m, il accuse une pente d’environ 6 % (fond : 184,75 m/184,34 m NGF). Orienté nord-est/sud-ouest dans la première partie fouillée, il présente ensuite un coude le dirigeant vers le nord-ouest, en direction des précédents bassins.

79Situé dans une tranchée d’installation, son ossature est constituée comme suit (fig. 120) : au fond, des planches de 60 x 30 cm et de 3, 5 cm d’épaisseur sont placées à intervalle moyen de lm, perpendiculaires à l’axe du caniveau. Aux deux extrémités de ces planches sont disposées, en vis-à-vis, deux planches verticales de même largeur (30 cm) et de 1, 10 m de hauteur. Elles sont assemblées à la planche du fond par un tenon venant se ficher dans une encoche ménagée à l’extrémité de celle-ci. Quant aux parois du caniveau, elles sont constituées de quatre planches superposées de chant à l’extérieur de l’ossature. Mesurant 30 cm de large, il a été impossible de préciser leur épaisseur en raison de leur mauvais état de conservation ; elles n’existaient plus qu’à l’état de trace ligneuse. Les parois étaient conservées parce que certainement durcies au feu.

120 - Coupe du caniveau. 1 - Traverse 2 - Planches verticales 3 - Planches latérales 4 - Couverture, tegula de chant

80Les planches n’étant pas fixées à l’ossature verticale, et par raisonnement stratigraphique, il apparaît que la construction a dû se faire de la manière suivante : l’ossature au fond de la tranchée de fondation disposée, la première planche de paroi a dû être posée au fond le long de l’ossature, et à l’extérieur, puis l’espace libre entre la paroi du caniveau et la limite de la tranchée a été remblayé, et ainsi de suite de chaque côté jusqu’en haut.

81Une suite de cinq modules semblables, mais non identiques, avec deux aménagements particuliers pour la courbe, constituent le caniveau.

82Le mur est/ouest (US 5401) bâti dans l’état 2, a été ouvert dans sa partie inférieure sur une trentaine de centimètres de hauteur pour permettre l’installation du caniveau ; cette ouverture grossière, dont la hauteur correspond au débit du caniveau, a été pratiquée dans le bouchage d’une ancienne ouverture et n’a pas été réaménagée. Au-delà du mur, la présence des parois ne peut être attestée que par une trace de coloration différente de la terre ; en revanche, le fond est matérialisé par une planche horizontale disposée dans l’axe de l’écoulement, interrompue par un bac en bois et se poursuivant vers le nord-ouest au-delà des limites du sondage.

83Ce bac (US 91) est un quadrilatère de 64 cm de côté et 30 cm de profondeur (184,23/183,92 m NGF). Les parois sont constituées de planches de chêne de 7 cm d’épaisseur fixées entre elles avec des clous à caboches (fig. 121). Le fond, lui, est formé de trois planches de chêne de 4 cm d’épaisseur et de 64 cm de long ; deux d’entre elles mesurent 29 cm et la troisième 6 cm de large. Elles portent des traces de travail à la scie perpendiculaires au fil du bois. Le fond est cloué aux parois de l’extérieur, ce qui signifie que le bac a été placé dans le sol une fois construit (fig. 122).

  • 9 Les analyses chimiques ont été effectuées par Madame Formenti, ICPI, Lyon.

84La partie inférieure du bac a été retrouvée comblée par un goudron ; il s’avère que celui-ci ne contient pas de pollen et a subi une pyrogénation. A base d’huile de cades9, il a pu servir à calfater des ouvrages en bois, bien qu’aucune trace de goudron n’ait été repérée tant sur les planches du caniveau que sur les parois des bassins.

85La confrontation des données de fouille, des observations conduites lors des prélèvements et du dessin de restitution permet de poser les hypothèses suivantes : il existait sans doute, en haut du caniveau et au niveau des verticales d’ossature, une planche transversale symétrique de celle du fond, destinée à maintenir les parois écartées, faisant office d’entrait. Le caniveau était de plus certainement couvert par un système d’assemblage de tegulae et dimbrices ; en effet des tegulae ont été retrouvées le long des bords du caniveau, certaines d’entre elles à l’aplomb des planches, les imbrices étant dans le caniveau. Cette découverte renforce encore l’hypothèse de la présence de planches transversales à fonction de raidisseur qui servaient aussi à soutenir la couverture du caniveau (Orcel 1986, p. 182-184).

121 - Système d’assemblage des planches du bac avec clous à caboche. 1, 2, 3 - Planches de fond 4, 5, 6, 7 - Planches verticales des parois

122 - Bac et planche avec les clous à caboches (Photo F. Levge)

123 - Axonométrie du caniveau et des bassins

86Sept planches du caniveau ont pu être datées par analyse dendrochronologique, proposant une date d’abattage qui “n’est pas antérieure à 90 ap. J.-C.” (LRD 5/RI458) (Orcel 1986, p. 180) (cf. annexe).

87Pour conclure à propos de ce nouvel ensemble remarquablement conservé, il convient de remarquer que le matériau utilisé pour ce caniveau, sa datation, son emplacement et son orientation, permettent d’envisager son association avec les précédents bassins en bois, des années 90 ap. J.-C., et ce malgré l’absence de fouille entre celui-ci et les bassins.

88Dans cette hypothèse, ce caniveau confirmerait, s’il est besoin, qu’il s’agit d’un complexe intimement lié à une circulation d’eau, tout comme la première structure de l’état 1, construite quelques 60 ans auparavant. Aménagée selon la même orientation, cette nouvelle structure semble alors pouvoir se définir comme un ensemble de plusieurs bassins (3 au minimum), alimentés en eau, au bas de la colline, par un caniveau en bois avec bassin de chute (fig. 123). Constructions excavées, les bassins occupent un espace important à l’intérieur de la pièce définie par les murs US 5501 et 5401 de l’état 2, alors que le caniveau, dont la construction a endommagé le mur est-ouest, se trouve à l’extérieur de ces murs. Il est fort probable que la construction de cet ensemble ait été définie par rapport à ces derniers.

ABANDON ET COMBLEMENT

89La phase suivante correspond à l’abandon de cet ensemble, caractérisé, tout d’abord, par le remplissage du caniveau, première structure a être comblée en cas d’abandon par/ou pour l’arrêt du fonctionnement ; hétérogène, ce comblement varie selon les niveaux et les différents points de la pente. Une série de couches sablo-limoneuses de ruissellement recouvre une couche de galets avant le coude. Celui-ci a constitué une rupture de pente et un obstacle à la coulée des matériaux. Après le coude, le remplissage est plus homogène. C’est au sud du mur qu’a été mis au jour le plus grand nombre de tegulae et d’imbrices, souvent intactes. Le reste du remplissage est composé d’une argile moins sableuse que celle des couches supérieures. Ces dernières contiennent, outre quelques petits objets de tabletterie (aiguille fragmentée, un demi-anneau, deux éléments de charnières, couvercle...), et une quarantaine de tesselles de mosaïques bleues et parfois vertes, un important lot de céramiques (US 37), bouchant définitivement l’arrivée d’eau.

Chronologie du comblement du caniveau et des bassins

90Près d’une cinquantaine de fragments identifiés contribue à définir le contexte chronologique relatif au remplissage du caniveau. Parmi les bords de sigillées provenant des ateliers arvernes (3 Drag. 18/31, 2 Drag. 24/25, 2 Drag. 29b, 1 Drag. 33, 1 Ritt. 8), il convient de noter la présence de formes rattachées au service flavien (1 Drag. 35/36, 1 Drag. 37 et 1 Drag. 30) auquel il est aussi possible d’adjoindre 1 curie 11 et 1 Drag. 46 (Bémont 1986, p. 99-100). La circulation de ces formes se poursuit durant une bonne partie du IIe s. La pâte de quatre bords de sigillée (Drag. 35/36 et 33) suggère une origine située dans la Gaule du centre. En revanche, quatre autres bords (Drag. 24/25, 35/36, 46 et 33) n’offrent pas de caractéristiques suffisantes pour risquer une attribution à un centre de production précis. Aussi sont-ils inventoriés sous l’appellation de sigillée gauloise non identifiée. Trois fragments de parois fines à pâte calcaire (1 fond sablé, 1 paroi à écaille et 1 à pastille) ainsi qu’un bec de lampe à volutes simples évoquent les produits de l’atelier lyonnais de la Butte qui fonctionne à partir du règne de Claude (Grataloup 1984). Parmi le matériel amphorique, seules les productions hispaniques (Dressel 20, 9 éléments ; Beltran-Lorris IIA, 3 bords ; Dressel 7/11, 1 bord) et gauloises (forme G5, 2 bords ; forme G4, 6 bords) se distinguent.

91Devant l’absence de productions plus récentes, pourtant attestées sur le site (cf. infra), le comblement de ce caniveau est intervenu à la fin du Ier s., voire le début du IIe s., mais peu vraisemblablement au-delà.

92Ce caniveau, dont la fonction s’étend sur un minimum d’une vingtaine d’années, paraît cesser toute activité au même moment que les bassins. En effet, ceux-ci, comblés par une masse importante de colluvions limono-sableuses (US 5619) (184,05/183,55 m NGF) dépôts résultant directement de phases de ruissellement sur le versant situé à l’est des bassins, n’ont livré que quelques rares céramiques qui, bien qu’elles ne permettent de proposer qu’une datation peu argumentée, ont confirmé la date d’abandon du caniveau. Ainsi, parmi ce matériel céramique, non seulement aucun élément plus tardif que ceux repérés dans la phase précédente n’apparaît, mais ceux-ci semblent offrir un caractère résiduel tel un bord de sigillée de forme Haltern 14. De ce fait, nous hésitons à pousser le fonctionnement des bassins en bois dans le courant du IIème s. dans la mesure où aucun type de production tardif (Claire B, métallescente, céramique africaine...), pourtant attestées sur le site (cf. infra), ne figure dans le dernier remplissage des structures artisanales (Desbat 1991).

124 - Coupe du remplissage du bassin central

93En conclusion, si l’on compare le terminus post quem livré par l’étude de la céramique et les dates des analyses dendrochronologiques, il apparaît que cet ensemble, défini par les palissades et le caniveau, a fonctionné une vingtaine d’années minimum, entre les années 90 (86 ?) ap. J.-C. et le début du siècle suivant.

Le milieu sédimentaire du bassin

94Les études stratigraphique et sédimentologique, au pied du versant occidental du plateau, ont permis d’appréhender les séquences sédimentaires dans lesquelles est installé le bassin, ainsi que la nature de son remplissage et l’évolution du secteur à la fin de son utilisation (fig. 124). Ces observations confirment l’activité accrue du ruissellement à la fin du 1er et au cours du IIe s ap. J.-C..

95Les pieux du bassin central traversent trois unités stratigraphiques (US 5654, 5655, 5656) (cf. fig. 107) mises en place par des épisodes de ruissellement comme le montrent les analyses (La texture fine des sédiments a conduit à reclasser les grains en pourcentage sur la fraction limoneuse totale (fin, moyen, grossier), d’où la présentation des analyses granulométriques en deux colonnes : pourcentage total et pourcentage sur les fractions limoneuses (cf. infra : note 4).

US 5654

US 5654

125 - Granulométrie des échantillons

US 5655

US 5655

126- Granulométrie des échantillons

96La granulométrie des échantillons traduit des textures de sables (CT 1) et sables limoneux plus ou moins bien triés (CT 2) selon la puissance du ruissellement entre 182 m et 183,55 m (fig. 125, 126).

97Les sables, fins au nord, sont plus grossiers au sud où on note même la présence de petits cailloutis. La granulométrie montre la progression des sables par rapport au niveau antérieur : seules sont déposées les particules grossières mises en place par un fort ruissellement (fig. 127).

US 5656

US 5656

127 - Idem

98Le tri du matériel sédimentaire est dans l’ensemble moins puissant que dans l’unité précédente et présente un affinement nord-sud.

99Les planches formant la paroi du bassin sont appuyées sur une couche à dominante limoneuse polluée par des cailloutis (US 5657). Le comblement du bassin (cf. fig. 124)(entre 183,55 m et 184,05 m) se compose d’une alternance de niveaux fins limoneux issus de processus de décantation et de niveaux plus grossiers sableux mis en place par un ruissellement concentré (US 5638 à 5646 et 5629). A noter la présence de charbons de bois dans ces niveaux de remplissage. A la suite de cette série de lits limoneux-sableux, la stratigraphie révèle une succession d’unités stratigraphiques anthropisées où persiste une sédimentation naturelle par décantation et ruissellement alterné (US 5632 à 5637).

100Toutes ces couches ont été coupées par une dépression où ont stagné des eaux comme le révèle la dominance des processus de décantation enregistrés par les unités 5624, 5625, 5626 et 5630 qui composent les niveaux de remplissage.

101Localisé au pied du versant, ce secteur est formé d’une accumulation de dépôts sableux bien classés et assez grossiers issus de plusieurs phases d’écoulement concentré sur la pente du versant. Le bassin et son caniveau furent donc installés sur cette topographie favorable à la réception des eaux de ruissellement, lieu privilégié de drainage.

AMÉNAGEMENTS POSTÉRIEURS

102La dernière phase, consécutive au comblement, est matérialisée d’une part par une fosse (US 5611) et deux drains d’origine anthropique (US 5620-21), d’autre part, par une mare d’origine naturelle (US 5605) (fig. 128).

103La fosse, d’une profondeur de 0,80 m (sup. : 184,40 m NGF) est creusée dans le remblai, à l’angle sud-ouest des bassins. Le comblement est composé de sables et de gros galets, auxquels sont mêlés de nombreux fragments de céramiques. L’ensemble du mobilier issu de cette fosse ne présente aucune différence typologique par rapport aux ensembles précédemment décrits (Drag 33, 15/17 en sigillée de la Gaule du sud, un mortier à lèvre pendante, deux bords de gauloise G.4).

104Le premier drain (US 5620) est axé est/ouest alors que le second (US 5621) qui le surmonte est axé sud-est/nord-ouest. Composés de dalles calcanes posées de chant et d’une couverture de fragments de tuiles et de dalles de calcaire et de schiste, le premier drain présente une très faible pente vers l’ouest (US 5620 : sup. : 184,38/184,30 m NGF), alors que le second semble aménagé pour canaliser les eaux dans la mare, vers Test (US 5621 : sup. : 184,44/184,41 m NGF). L’absence de mobilier archéologique ne permet pas de les dater, mais la présence de sable à l’intérieur, leur position et le léger pendage permettent de les interpréter comme des canalisations. Les eaux issues de la colline ont contribué à la formation d’une mare (184,20/183,90 m NGF) où se sont décantées des argiles dans une eau stagnante, retenue par les anciens bassins, et provoquant ainsi leur conservation. De grosses pierres calcaires mêlées à quelques fragments de céramiques constituent un essai de remblaiement de la mare. Deux fragments de paroi d’amphore gauloise interdisent évidemment toute spéculation chronologique sur le remplissage de cette mare. Précisons simplement que le type de production auquel se réfèrent ces fragments se rencontre généralement durant les 1er s. et Ile s ap. J.-C.. Enfin un as (illisible) a été mis au jour dans la couche postérieure à la mare.

105L’abandon et le comblement de ces bassins sont donc à situer dans le début du Ile s. ap. J.-C. Aucune structure ou mobilier plus récent n’ayant été mis au jour dans les niveaux supérieurs, le secteur paraît ensuite avoir été abandonné.

128 - Aménagements postérieurs à l'abandon des bassins

ESSAI D’INTERPRÉTATION

106Pour intéressantes qu’elles soient, eu égard à leur conservation, ces constructions en bois n’en demeurent pas moins rares et par là-même d’une destination difficilement interprétable.

  • 10 Fouille du Docteur Schallmayer, Landesdenkmalamt Baden- Wiirtemberg, AuBenstelle Karlsruhe, Archâol (...)

107La documentation archéologique est riche de bassins, qu’ils soient ornementaux, destinés aux bains, ou liés à des activités diverses, artisanales ou non : réservoirs, viviers, bacs de salaisons, bassins de foulerie, de teinturerie, ou même lavoirs. Les bassins en bois demeurent toutefois assez rares ; plusieurs découvertes sont tout de même à signaler, tels les bassins du Premier Silorit à Deneuvre (Lorraine), bâtis en série et reliés par le fond, lui aussi en bois, grâce à des canalisations (Burnand 1980, p. 423, et 1982, p. 338) ; ces bassins ont été interprétés, en présence d’autels et de stèles, comme appartenant à un sanctuaire d’Hercule guérisseur. Notons également ceux de Rougelot (Nièvre), pour lesquels les systèmes d’arrivée et d’évacuation d’eau ont pu être étudiés (Devauges 1979, p. 448), ou par exemple les structures en bois d’Osterburcken (Baden- Wiirttemberg)10, interprétées comme appartenant à un sanctuaire. Il convient de souligner qu’aucun de ces bassins ne semble présenter les mêmes caractéristiques que ceux de Gorge de Loup, notamment l’absence de sol imperméable, tel un béton de tuileau, aménagement a priori indispensable pour un complexe lié à l’eau.

108L’hypothèse de vides-sanitaires, devant l’absence d’étanchéité complète pourrait être retenue, bien que les imbrices posées sur les murs, interprétées comme déversoirs de trop-plein, rendent douteuse cette explication.

109Il semble qu’il faille s’orienter vers une interprétation de bassins (peut-être couverts), liés à une circulation d’eau assez intense pour ne pas nécessiter une étanchéité parfaite.

110Si l’on se réfère aux textes antiques, les bassins de type rural y sont certes mentionnés, mais leur description est souvent des plus sommaires et ne permet guère de comparaisons. Ainsi Varron, au 1er s. av. J.-C., dans son Economie Rurale (De Re Rustica), décrit rapidement deux bassins (lacus), l’un à l’extérieur des bâtiments, destiné à recevoir les eaux de pluie, abreuver les boeufs et dans lequel se baignent les porcs et animaux de basse- cour, et un à l’intérieur, destiné à faire macérer le lupin et “tout ce qui plongé dans l’eau, devient plus propre à l’usage” (Varron, 1, 13, 3). Palladius, au IVe s., reprendra les mêmes descriptions, en précisant : “deux bassins (piscinae), soit creusés dans la terre, soit taillés dans la pierre”, et ...l’autre servira à faire tremper les baguettes, les cuirs, le lupin” (Palladius, I, XXXI, p. 35). Aucune description détaillée sur le mode de construction de ces bassins ne semble avoir été faite.

111Pour ce qui nous concerne, on peut certes évoquer l’interprétation de bassins de trempage, ou d’arrosage, dans un contexte rural où la mise en culture est attestée pour le milieu du 1er s. (cf. infra).

112Si Palladius, sous le nom de piscinae, ne désignait que de simples réservoirs d’eau, ce terme correspondait pourtant aussi à des viviers, destinés à l’élevage des poissons. En Italie, dès l’époque de Cicéron, les poissons d’eau douce furent dédaignés au profit de ceux de mer, ces premiers étant abandonnés aux gens de petite condition, et ni Varron ni Columelle n’ont traité des viviers d’eau douce, objectant que la haute société aurait encore préféré élever des grenouilles plutôt que des poissons d’eau douce (Daremberg 1969, p. 960) ! Toutefois, une opinion contraire est exprimée par J.-N. Robert, qui estime que les viviers de poissons d’eau douce, dont l’élevage se développe dès la fin de la République, mais surtout sous l’Empire, ne sont pas rares dans les maisons riches, l’élevage de poissons d’eau de mer étant réservé à de riches excentriques (Robert 1985, p. 286). Quant à la littérature archéologique, elle ne mentionne que de rares réservoirs à poissons à l’intérieur des terres ; on notera régionalement celui de Saint-Romain-en- Gal, dans lequel des amphores servaient à la reproduction (Prisset 1990). Par contre, de nombreux viviers ont été découverts le long des côtes, comme par exemple, ceux de Guisseny dans le Finistère ou de la villa de Notre-Dame-d’Amour aux Saintes- Maries-de-la-Mer, accompagnés de bacs de salaison (Ferdière 1988, t. 2, p. 187-188).

113Sur le site de Gorge de Loup, l’absence de restes de faune piscicole ou de tout autre indice, ne nous permet pas d’accréditer la thèse de viviers.

114Quant à des activités artisanales, diverses installations peuvent être suggérées comme la teinturerie (officina infectoria), ou la tannerie (officina coriariorum). La première nécessite toutefois des bacs étanches pour immerger la laine ou l’étoffe à teindre. De plus, malgré des analyses chimiques, aucune trace de dégraissants ou de colorants n’a été repérée dans les planches du coffrage. Par contre, pour ce qui concerne la tannerie, il est intéressant de noter qu’une fois les peaux raclées, outre différents bains chimiques, des rinçages successifs étaient nécessaires pour la préparation au tannage. On remarquera par ailleurs que les tanneries étaient installées, à Rome, dans les faubourgs, pour cause de salubrité publique (Daremberg 1969, p. 1506). Toutefois, l’absence d’outils (racloirs, outils de corroyeur...) ne permet pas de conforter cette hypothèse.

115Enfin, une dernière hypothèse est celle de l’atelier de foulons (fullonica). Outre les cuves destinées au foulage (lacunae), des bassins étaient nécessaires au lavage des draps et vêtements et au dégraissage des laines. De plus, une grande consommation d’eau était indispensable, et de ce fait les fouleries étaient établies auprès de sources d’eau (Daremberg 1969, p. 1351 et fig. 3305), ce que confirmerait l’implantation des structures de Gorge de Loup, installées au pied d’un versant, à la réception des eaux de ruissellement, voire d’un ruisseau. On citera, parmi les quatre installations découvertes à Pompéi, la grande fullonica de Stephanus, très bien conservée, qui possède, outre cinq petits bassins de foulage, trois grands bassins de rinçage. Ceux-ci, en maçonnerie, sont alimentés en eau courante par un tuyau en plomb et reliés les uns aux autres par un système de trop-plein (Adam 1984, p. 350-351). Régionalement, on rapellera que le site de Saint-Romain-en-Gal a livré deux ateliers, l’un avec quatre bassins qui, sur le même système qu’à Pompéi, communiquent entre eux, l’autre, plus petit, comprenant deux bassins. Si ce dernier atelier a été interprété comme celui d’un teinturier, le plus grand pourrait être une foulerie, même si l’interprétation de teinturerie est aussi avancée (Laroche 1984, p. 81-84).

116En guise de synthèse, si la chronologie de cet ensemble parait assurée, démontrant un fonctionnement relativement bref à la charnière des Ier et IIème s. ap. J.-C., sa destination demeure plus hypothétique. Le caractère même du site conduit à rattacher cet ensemble à des activités rurales, domestiques ou artisanales, ces dernières s’apparentant plutôt à des bassins de rinçage. Si les matériaux utilisés sur le site de Gorge de Loup ainsi que leur implantation en zone rurale diffèrent d’installations urbaines comme des fouleries, le fonctionnement, lui, paraît identique et plaide en faveur de lavoirs, sans doute liés à l’activité d’une demeure voisine.

DES STRUCTURES ISOLÉES

117Outre ce vaste ensemble, plusieurs constructions ont été mises au jour en différents points du site, sans aucun lien stratigraphique entre elles ou avec le précédent ensemble. Leur présentation sera faite suivant la chronologie.

UN FOSSÉ

118La structure la plus ancienne est un fossé (US 8229) axé est/ouest creusé dans la couche de colluvions du 1er Age du Fer (séquence sédimentaire K), dans la zone III3 (cf. fig. 101). Ce fossé, que l’on peut estimer à 80 cm de profondeur, a été endommagé par la construction d’un égout moderne (cotes inférieures : 183,70 m à l’ouest/184,10 m NGF à l’est) ; toutefois, un profd en V à fond plat a pu être observé dans sa partie occidentale. Divers comblements ont été différenciés ; deux sont anthropiques, et un, d’origine naturel. Celui du niveau inférieur est composé uniquement de fragments d’amphores de type Dressel 1. Ce type de conteneur à vin est présent à Lyon dans des fossés identiques sur le plateau voisin de La Sarra, sur les sites du Verbe Incamé (Genin 1989, p. 5055 ; Sandoz 1989, p. 39-44), de la rue Henry le Chatelier (Monin 1989, p. 85-90), de l’Hôpital Sainte-Croix (Goudineau 1989, p. 119), ainsi que sur le site du Lycée Saint-Just (Plassot 1990). Le plus ancien des fossés, celui du Verbe Incamé où d’importants lots d’amphores Dressel 1 ont été mis au jour, est daté selon certains des environs de la fondation (43 av. J.-C.), et selon d’autres de 80/60 av. J.-C. (Goudineau 1989, p. 119). Dans les niveaux d’habitat du Verbe Incamé, on retrouve ce type d’amphore dans un contexte daté des années 40/20 av. J.-C. (Desbat 1989, p. 105-107).

119Par la suite, ce remplissage a été recouvert de façon naturelle par des sables de ruissellement (10/15 cm) ; enfin le second comblement anthropique était constitué de tessons de céramique mêlés à du sable. Ce mobilier n’offre malheureusement pas de formes typologiquement identifiables et la fréquence des éléments datants est trop fragile pour aller au delà d’une simple probabilité. Cependant, la présence de céramiques à parois fines produites dans l’atelier de La Butte à partir de 30 ap. J.-C. place la formation de ce remplissage aux alentours du milieu du Ier siècle.

129 - Branchages de genévrier dans le fossé

120Ainsi, il s’agit bien de deux remplissages très distincts, tant dans leur contenu que dans leur chronologie. Il est à noter que des fossés ont également été mis au jour sur le chantier voisin du Quartier Saint-Pierre, dont les comblements ont été datés entre les années 1 et 10 ap. J.-C.

121Au vu des nombreux lits de sables liés à une forte présence d’eau, le drainage des eaux de ruissellement en provenance du versant demeure l’interprétation la plus plausible.

122Un autre tronçon du fossé (US 8221) a été suivi sur 4 m de long à l’est de l’égout moderne ; de 0, 30 m de profondeur (cote inférieure : 184,27 m NGF), avec un profil en cuvette, son remplissage est différent : aucune céramique, mais des branches de genévrier (Juniperus) (ARC7/R127B) tapissent le fond et les parois, recouvertes par du sable fin (fig. 129). Ce remplissage naturel est à rapprocher chronologiquement du premier comblement du précédent fossé ; en effet, une analyse au Carbone 14 propose un âge brut de 2080 +/-50 BP, soit une séquence en données calibrées comprise entre-230 BPC et 50 AD (analyse A. Cura : ARC 198). Notons qu’un demi as de Nîmes (Giard 1971, type III) a été mis au jour dans la couche limoneuse qui a recouvert ce fossé.

UNE NOUVELLE STRUCTURE EN BOIS

  • 11 Les bois de ce bassin ont été traités par Mme M. Giffault, A.R.C. Nucléart, Centre d’Etudes Nucléai (...)

123Une seconde construction en bois11 (US 8228), sans lien stratigraphique possible avec le premier ensemble, a été mise au jour à 2, 20 m au nord du fossé (zone III) (cf. fig. 101 et 130).

124Installée également dans la couche du Ier Age du Fer, cette structure enterrée est de plan rectangulaire, d’une longueur de 6,36 m pour une largeur de 4,10 m (fig. 131).

125Elle se présente sous la forme de quatre sablières basses, en hêtre, disposées horizontalement, directement sur le sol, à la cote moyenne de 183, 55 m NGF ; sans creusement ni soubassement, elles sont assemblées, à deux angles, à mi-bois, avec des mortaises ; les tenons sont inexistants (fig. 132) (les deux autres angles sont trop détériorés par l’installation d’un égout moderne pour qu’on puisse y voir un système d’assemblage). Les poutres des parois nord et est, endommagées, n’existent plus dans toute leur longueur ; peut-être est-ce le fait des travaux d’installation de l’égout, mais on ne peut exclure, pour la paroi côté est, l’hypothèse d’une ouverture.

130 - Plan du bassin en bois des années 50 ap. J.-C.

126Ces troncs sont évidés, sur leur face supérieure, de façon à ménager une feuillure d’environ 4 cm de large et 4 cm de profondeur ; dans cette rainure subsistent, dans l’angle sud-ouest, des planchettes en chêne, disposées verticalement (fig. 133). Ces planchettes refendues, taillées de façon à être fichées dans la feuillure mesurent 10 cm de largeur sur 2 à 5 mm d’épaisseur et sont conservées sur une hauteur maximale de 42 cm ; du sable gris très fin colmate les interstices.

127A l’intérieur de ce cadre en bois, un sol composé de tegulae et dimbrices (US 4328) a été dégagé dans la partie nord sur une surface de 3, 40m2 environ (183, 40 m NGF). Devant son absence dans la majeure partie de cette construction, il est permis d’envisager un démontage pour réemploi. On retrouve une épaisse couche argilo-sableuse bleue sous les tuiles, sédimentation consécutive à un processus de décantation. L’angle sud-ouest est partiellement recouvert par des tegulae brisées et des planchettes (L. : 50 cm 1. : 20 cm).

131 - Bassin en bois des années 50 ap. J.-C. Photo du haut

132 - Détail d’un angle du bassin

133 - Planchettes en chêne dans la feuillure

128De plus, plusieurs pieux ont été mis au jour à l’extérieur : à une quarantaine de centimètres au sud de l’angle précité est fichée une pièce de bois verticale (80 cm : US 8232 : 183,73 m NGF) ; l’extrémité n’est pas équarrie, alors que la partie supérieure est travaillée : il s’agit certainement d’une pièce d’assemblage (tenon ?). Enfin, deux pieux ont été découverts, l’un à 2 m au sud (US 8234 : 184,32 m NGF) et l’autre à 20 cm à l’ouest de ce même angle (US 8233 : 183,64 m NGF). En l’absence d’autres pieux, il demeure difficile d’interpréter ceux-ci comme des renforts de poutres obliques.

129Enfin, un aménagement a été mis au jour, accolé au cadre, au sud. Il est constitué de deux tegulae verticales, placées parallèlement, en vis-à-vis, à 30 cm de distance et d’une troisième, disposée perpendiculairement. Ce petit “coffre” est recouvert par trois planches horizontales, alors qu’un pieu subvertical de 80 cm de long (US 8231) en renforce l’angle sud-ouest (184,16 m NGF). La toiture en planches correspond au sommet des planchettes verticales-plantées dans les sablières (183,98 m NGF).

130A l’époque romaine, cette technique d’architecture de bois semble s’inscrire dans une longue tradition protohistorique : “la seconde technique consiste à monter les parois sur un cadre formé de grosses poutres horizontales, des sablières, assemblées à mi-bois dans les angles. Les parois sont faites d’éléments verticaux et/ou horizontaux rigides, assemblés par des feuillures, des tenons et des mortaises.” (Arcelin 1985, p. 22). Elle semble également bien présente à l’époque galloromaine comme en témoignent par exemple les fouilles du centre du Mans : “poutres rainurées accueillant des planches minces se chevauchant très partiellement..” (Goupil 1985, p. 50). Régionalement, la technique du pan de bois, différente, apparaît dès l’époque augustéenne à Lyon, tout comme à Vienne (Desbat 1985, p.75).

  • 12 Je remercie le Professeur Docteur H. U. Nuber, (AlbertLudwigs-Universität, Freiburg) pour sa docume (...)

131Cette construction paraît avoir subi un-ou des-démontages, comme l’attestent le sol, l’absence de tenons dans les mortaises et la faible quantité de planchettes verticales. Plusieurs hypothèses de reconstitution s’offrent à nous : cadre en bois sur sablières basses avec parois de planches sans couverture, ou présence d’une sablière haute, troncs obliques renforçant les parois, eux-mêmes bloqués par des pieux fichés dans le sol, tels ceux mis au jour près de l’angle sud-ouest, voire poutres transversales entre des sablières hautes12.

132La précarité de la construction, les planchettes ne dépassant pas les 40 cm, associée à divers éléments comme un dépôt vaseux qui tapisse le fond, voire à l’absence d’objet, céramique ou autre, incite, une fois de plus, à l’interpréter comme un bassin.

134 - Coupe sédimentologique du bassin

Le milieu sédimentaire

133En ce qui concerne son milieu sédimentaire, on note que, contemporain du dernier comblement du fossé, ce bassin a également été recouvert par un apport limoneux très fin qui atteste de la faible intensité des processus naturels principalement issus de décantation (fig. 134). Ce remplissage se compose de trois séquences :

134La première séquence (US 4328=8236) de couleur grise, est épaisse de 20-30 cm. Elle “tapisse” le fond du bassin et a une texture de limon léger comme le révèle l’analyse granulométrique (fig. 135). La forte proportion de limons fins laisse envisager un processus de décantation à l’origine du dépôt. A noter la présence d’un fragment de gneiss de 10 cm :

US 4328

US 4328

135- Granulométrie des échantillons

135Le dépôt suivant (US 4355=8253) présente les mêmes caractéristiques.

136La fin du remplissage est assurée par une couche, épaisse de 50 cm, de couleur marron (US 4327=8227). Ce niveau contient des tuiles, des fragments de planches et de galets de 5-10 cm de diamètre. Les échantillons 614’et 618 prélevés successivement au nord du profil (183,80 m) et au sud (184,10 m) révèlent après analyse une granulométrie sensiblement égale à celle du fond du bassin (US 4328) alors que l’échantillon 618 traduit le retour du flux hydrique permettant le tri du matériel : diminution des silts fins et moyens au profit des silts grossiers et des grains sableux (fig. 136). Cette évolution est assurée probablement par des eaux sensiblement plus profondes que dans le fond du bassin, avec un écoulement concentré.

US 4327

US 4327

136 - Idem

137Dans l’ensemble, pour les unités de ce remplissage, la texture du sédiment est très variable selon la localisation du prélèvement : limon légèrement sableux, elle évolue par endroit en un limon moyen, voire léger. La médiane (diamètre de 50 % des grains de l’échantillon) varie de 12,59 à 64,88 micromètres et le percentile (diamètre représentant le 1 % le plus grossier de l’échantillon) de 70 à 160 micromètres. Sur 8 échantillons analysés, la moyenne des médianes est de 32,40 micromètres pour un percentile moyen de 117,75 micromètres. Les grains sableux représentent en moyenne un pourcentage de 19,75 alors que les silts fins atteignent 25,25 %. Cette dernière valeur est la plus forte enregistrée sur le site et traduit un affaiblissement de l’intensité des processus sédimentaires à cette époque. Sur 5 échantillons analysés, la moyenne du taux de carbonates est de 10,4 % et le taux de matières organiques est de 5,94 %. Des variations de couleur permettent de différencier des faciès décarbonatés et des faciès carbonatés, dûs probablement à un niveau de battement de nappe phréatique. Ces faciès doivent en effet résulter de processus d’hydromorphie.

138La nature des sédiments indique des processus sédimentaires de décantation ou de ruissellement très diffus, qui résultent probablement à cette époque davantage de la maîtrise du milieu naturel par l’homme que d’un environnement climatique favorable.

L’environnement écologique

139Des analyses palynologique et carpologique ont été pratiquées à partir de deux échantillons provenant de la couche de dépôt d’argile gris-noir, sur les tuiles du sol ; l’étude carpologique (cf. annexe) note que : “l’ensemble du spectre floristique évoque un paysage ouvert, rudéralisé à caractère humide. Une seule espèce cultivée figure parmi tout ce cortège de plantes : la vigne cultivée. Il est probable que les pentes qui jouxtent le site devaient accueillir un vignoble”. Quant au prélèvement palynologique, étudiés par J Argant (voir note 3), il montre “toujours un milieu peu boisé (P. A/T : 9,5 %). Des lambeaux de la forêt primitive demeurent avec Quercus, Corylus, Tilia, Fagus, Betula, Abies, Pinus, subsistant sans doute sur les pentes du vallon. Alus, Fraxinus, Salix montrent que la ripisylve se maintient. Le caractère “aéré” de la couverture forestière permet au lierre (Hedera) et à la vigne (Vitis) de se développer et de fleurir. Mais ce sont les taxons de plantes herbacées qui apparaissent en plus grand nombre, indiquant à la fois l’existence de cultures (Céréales, Carduus, Caryophyllacées...), de zones piétinées (Plantago major et media), de terrains vagues et de prairies (Poacées, Chértopodiacées, Artemisia, Rumex, Polygonum), ensemble témoignant d’une activité anthropique intense aux abords mêmes de la structure.

140A noter, comme pour la première structure dallée, la présence d’un squelette de batracien (grenouille) dans ce dépôt limoneux.

141Pour ce qui concerne une datation, si l’absence de mobilier céramique ne permet pas de proposer de repères chronologiques, les planchettes en chêne ont pu, par analyse dendrochronologique, être datées des années 50 ap. J.-C.

142Toutes les planchettes “font partie d’un même état d’abattage ; celle-ci, le dernier cerne concerné se situant en +28, et en l’absence d’aubier, n’est pas antérieure à +48” (ARC 8/R126D) ; les planchettes de la petite structure attenante ont une séquence qui “se situe entre les années-46 et + 49 ; en présence de 24 cernes d’aubier, la date d’abattage de ce bois se situe autour de l’année 50” (ARC8/R117D/3) (cf. annexe) ; enfin le pieu US 8233, près de l’angle sud-ouest, n’est pas antérieur à 52 : “le dernier cerne est en +32 et, en l’absence d’aubier, la date d’abattage du bois n’est pas antérieure à +52-avec réserve-” (ARC 7/R125D).

143Au milieu du Ier s., ce bassin en bois installé dans un milieu naturel ouvert où l’activité anthropique est fortement attestée, présente donc un ensemble homogène. Sa destination demeure difficile à appréhender mais reste rattachée à une activité rurale.

UN RÉSEAU DE DRAINS ET DES STRUCTURES FUNÉRAIRES

Les drains

144La partie sud du gisement (zones II, III2, III3) (cf. fig. 101, 137 et 138) est entièrement occupée par un véritable réseau de drains et de rares sépultures, répartis sur environ 800 m2. Ils se présentent sur deux niveaux : au sud, ils entaillent directement la couche protohistorique, tandis qu’au nord, ils sont installés sur un nouveau dépôt sédimentaire limoneux d’origine colluviale (phase L) qui, par endroit, a fait disparaître les colluvions plus anciennes. En provient un potin gaulois (illisible) et un semis de Tibère sous Auguste, à l’autel de Lyon. De plus, la superposition de certains drains indique une continuité de cette occupation du sol, comprise entre les cotes 186,62 m et 185,82 m NGF.

145D’une longueur variant entre 3 et 34 m, pour une largeur moyenne de 40 cm et une hauteur d’élévation conservée ne dépassant pas les 20 cm, leur mode de construction est sommaire ; il s’agit dans la majorité des cas de cordons de galets, recouverts de galets de gros module (9 cas), de plaques de schiste (2), de dalles calcaires (2), voire de matériaux mixtes (galets et dalles) (5). Deux éléments se distinguent : une canalisation d’imbrices (185,82 m NGF) et un double alignement de plaques de schiste posées sur chant fermé par une couverture de dalles de calcaire (186,62 m NGF). L’extrémité est de ce dernier est marquée par un petit coffre (lm2, 60 cm de profondeur ; 186,70 m NGF) (US 9336), constitué de dalles de calcaire et d’une planche en chêne (lm/42 cm/3 cm), posées de chant. La couverture devait être assurée par des dalles de calcaires retrouvées à l’intérieur de ce capteur d’eau. Une analyse dendrochronologique effectuée sur la planche autorise à situer son utilisation à partir du IIe s. ; en effet, si la datation s’est avérée impossible, il est permis d’estimer que : “en tenant compte de l’absence d’aubier, ce bois n’a pas été abattu avant l’an 106” (LRD6/R1789).

146De plus, quatre alignements (186,30 m NGF) composés d’une seule assise de galets de même module (10 cm) très serrés, se trouvent réunis dans un puisard ; il s’agit d’un amas de galets définissant grossièrement un quadrilatère (1,20/70 cm), d’une profondeur de 80 cm (cote supérieure : 185,90 m NGF), dans lequel a été mis au jour un pieu, malheureusement fort abimé (185,46 m NGF).

147Parmi cette vingtaine de drains, trois principaux axes se dessinent : le premier, sud-est/nord-ouest et deux perpendiculaires, grossièrement sud-nord et est-ouest. Les drains orientés sud-est/nord-ouest présentent des pentes plus ou moins accentuées (2 % en moyenne) ; la lecture des coupes stratigraphiques faisait clairement apparaître que ceux-ci se jetaient au nord-ouest dans une grande fosse, talweg sud-nord certainement aménagé à cet effet. Celui-ci n’a pu être fouillé, en raison de son oblitération par un égout moderne. Ce talweg, plus ou moins anthropisé, débouchant du vallon du Trion, assurait l’évacuation des eaux pluviales et de sédiments assez grossiers : galets, cailloutis, graviers, morceaux de gneiss issus probablement du socle morainique en place sur la colline. Le transit de ces matériaux grossiers traduit la forte activité de ruisseau et notamment l’intensité du courant capable de prendre en charge des éléments aussi grossiers roulés sur le fond du lit.

148Ce système de drainage et de stockage de l’eau perdurera, puisqu’une deuxième fosse sera creusée postérieurement, à l’époque médiévale ; celle-ci jouxte la première à l’ouest, et se prolonge vers le nord, avec une pente de 5 %, par un fossé en V bordé de trous de piquets. Elle sera également rapidement comblée.

Mobilier et chronologie des drains

149On notera tout d’abord la présence de la partie supérieure d’un crâne de mulet sur un drain, proche d’une incinération (186,74 m NGF).

137 – Plan général des drains et des structures funéraires

138 - Vue des drains

  • 13 L’étude numismatique de ce potin a été aimablement réalisée par Madame B. Fischer, 1988, CNRS, Cent (...)

150En ce qui concerne la datation, l’installation d’un drain sur une incinération (US 9106) de la fin du Ier s. ap. J.-C. permet une première datation postquem. Quant au matériel issu de la zone de rejet des drains, il totalise 1441 tessons de céramique et une monnaie. Il s’agit d’un potin gaulois résiduel en bronze attribué aux Pictons13 certainement émis dans le courant du Ier s. av. J.-C. (cf. illustration en fin d’article).

Au D/, tête casquée à dr. : le visage est séparé de la chevelure par une grosse ligne perlée. L’arrière de la chevelure est également marquée par une ligne perlée. Au R/, cheval au galop, à d., sa crinière est bouletée. Un motif en forme de V renversé surmonte l’animal. Une rosace, pointée en son centre, est visible en desssous. Ce bronze, qui pèse 3, 50 g., n’est pas inédit, mais la facture du droit est originale ; aucun exemplaire n’existe à la Bibliothèque Nationale. Le grènetis est, en effet, passé à l’arrière de la chevelure, donnant l’impression qu’elle est coiffée d’un casque. Aucun lieu de découverte n’est signalé pour les différentes pièces de ce type (n° 4498-4506) conservées au Cabinet des médailles. Cette série est attribuée aux Pictons (Blanchet 1905, p. 297, fig. 10 : monnaie proche, mais épigraphe)

151Les céramiques présentent bien souvent un aspect très fragmentaire. De par la nature du gisement, il n’est que trop clair que la majorité du lot offre un caractère résiduel. Seuls les éléments les plus récents doivent intervenir pour constituer autant de termini post quem et situer, dans le temps, la fin du fonctionnement de ce collecteur. Parmi la céramique fine, des éléments marquants sont représentés par douze fragments de sigillée Claire Β (dont un bord d’une forme tardive, Desbat 15), (Desbat 1986) et six parois de céramique métallescente. La sigillée gauloise regroupe 88 tessons dont 54 se rattachent aux productions des ateliers du sud (dont un Drag. 45), 18 à celles des fabriques arvernes. Les 15 fragments restants n’offrent pas de caractéristiques notables et sont donc indéterminés. Six fragments de céramique commune africaine (dont 2 restes de vases Hayes 23 et 196) (Hayes 1972, p 201, 208-209), associés à 2 fragments d’amphore de même provenance, s’accordent à situer le dernier remplissage de la fosse à partir de la fin du IIe s. ap. J.-C. Un fragment de sigillée claire C de forme Hayes 50 dont la commercialisation est située aux alentours des années 220/230 (Raynaud 1990, p. 158), apporte un élément chronologique supplémentaire. Si l’on tient compte de cette dernière attestation comme élément le plus récent, le fonctionnement de la zone de rejet a pu se prolonger jusqu’au début du IIIe s. ap. J.-C. Nous proposons, devant la rareté de quelques éléments tardifs repérés dans les niveaux de décapage ou dans la fosse de rejet des drains, de ne considérer ces quelques fragments que comme les empreintes d’une fréquentation plus que comme les marques d’une véritable occupation.

152En conclusion, devant une activité accrue du ruissellement, il semble s’agir d’une volonté de maîtrise du terrain par un système complexe de drains, qui a, au vu de leurs recoupements, subi une évolution diachronique entre la fin du Ier s. et le début du IIe s. Cette volonté d’assainir ces terres est certainement à mettre en rapport avec une mise en culture de ces sols pendant tout le IIe s. et de ce fait, la géométrie de certains drains est sans doute liée à l’existence d’un parcellaire. Cette phase d’aménagements sera ensuite fossilisée par une importante masse limoneuse d’origine colluviale, dans laquelle plusieurs monnaies ont été découvertes : un as illisible, un demi as de Nîmes (Giard 1971, type I) et deux as soudés par l’oxydation dont l’un pourrait appartenir au règne de Tibère. Quant au fossé-talweg, remblayé à la fin du IIe-début du IIe s., il se développera en un petit talweg sableux témoin de la faible intensité du ruissellement. Cette diminution des processus de ruissellement peut s’expliquer en partie par l’abandon du site et donc une moindre dégradation de ce milieu dont l’équilibre était fragile.

Les structures funéraires

  • 14 L’étude du crâne a été éffectuée par J.-L. Gisclon, anthropologue. (AFAN)

153Celles-ci, partiellement évoquées, sont essentiellement des incinérations. Toutefois un aménagement énigmatique (US 9004) peut également être lié à des pratiques funéraires. Composé de galets et de rares fragments de tegulae, il présente un plan trapézoïdal, d’une longueur de 3, 70 m sur 2 m de large (186,73 m NGF) (fig. 139). C’est la présence d’un crâne humain localisé au nord-est de la structure, sur les galets, qui permet de qualifier cette structure de funéraire. “Cette calvaria mésocéphale, d’aspect robuste à forte capacité crânienne, peut appartenir à un homme d’age mûr, dont on a conservé seulement la partie squelettique la plus représentative symboliquement”14.

154Enfin, une stèle funéraire a été retrouvée hors contexte, dans des niveaux médiévaux (Le Glay, 1989. p. 249-251).

155Les tombes sont au nombre de cinq. Deux sont situées dans la zone délimitée par les drains, la troisième, fort abîmée, a été découverte à l’extrême nord de ces derniers. Quant aux deux dernières, elles ont été mises au jour dans la zone IV, tranchée effectuée à plus de 150 mètres au nord du gisement de Gorge de Loup, rue Michel Berthet (fig. 140).

156L’étude de ces sépultures prend en compte, contrairement au reste du gisement, tout le matériel découvert, en raison de la qualité même des dépôts volontaires. Trois d’entre elles sont des incinérations en place ou incinérations primaires (9304, F33, F34). Pour ce type de tombe, le rituel consiste à brûler le corps et les vases d’accompagnements (dépôt primaire) sur un bûcher aménagé dans ou sur une fosse, qui est comblée à la fin de la crémation. Ces tombes, couramment désignées sous le terme de busta sont bien connues à Lyon depuis la fouille de la nécropole de La favorite (Bel 1993), située à l’ouest de la ville antique, non loin du quartier de Trion. L’une des tombes (8211) est un dépôt d’incinération en fosse (incinération secondaire) (Tranoy 1985). Les résidus de la crémation (os brûlés et objets d’accompagnement), sont partiellement prélevés du bûcher, ustrinum, et disposés dans une fosse, accompagnés ou non d’un deuxième dépôt d’objets dit dépôt secondaire. Enfin, le mode de crémation de la dernière tombe (9106) n’a pu être déterminé.

139 - Amas de galets avec crâne humain

140 - Situation de la fouille de GDL et des tombes de la zone IV

157Le mobilier comprend les objets d’accompagnement, incomplets ou entiers, brûlés en dépôt primaire ou placés en dépôt secondaire. La position d’un nombre important de fragments brûlés dans la couche de comblement de F33 a amené à considérer l’existence d’un dépôt tertiaire (offrandes fragmentées, prélevées du bûcher et jetées avec la terre de comblement). En outre, on trouve des fragments résiduels ou isolés (dans les tableaux ci-dessous, ils apparaissent sous la colonne “résiduel”) qui ne sont pas suffisamment représentatifs d’un objet pour être considérés comme des dépôts intentionnels, même s’ils sont contemporains ou sub-contemporains du reste du mobilier.

158L’étude porte d’une part sur les trois tombes du site de Gorge de Loup, d’autre part sur celles de la rue Sergent Michel Berthet.

Les tombes de Gorge de Loup.

La tombe US 9304

159La première tombe (fig. 137 et 141) est une incinération en place (bustum) découverte au milieu des drains. En surface, apparaît une tache marron clair de forme rectangulaire, partiellement entourée de traces rubéfiées et présentant les affleurements d’une couche charbonneuse. La fosse, orientée nord/sud mesure 1, 60 m de long sur 45 à 55 cm de large. Ses parois légèrement inclinées et peu rougies sont hautes d’environ 50 cm. La fosse est remplie d’une couche très charbonneuse, présentant un léger pendage vers le sud, épaisse de 42 à 50 cm et dans laquelle sont conservés de nombreux tronçons de bûches carbonisées reposant sur le fond ou au-dessus, à différentes altitudes.

160Ces cendres charbonneuses renferment des os brûlés, une tegula, quelques tessons épars et un dépôt primaire composé de trois objets : une lampe, brûlée et brisée en trois fragments, est située à l’extrémité nord de la tombe, contre la paroi ouest, une coupe entière et brûlée dite “brûle-parfum” se trouve à proximité un peu plus haut, et un balsamaire au centre de la tombe, à la surface des cendres, a été très déformé et fendillé par la chaleur. Un deuxième balsamaire est situé au même niveau que le précédent ; il est cette fois intact, ce qui pourrait être l’indice d’un dépôt effectué dans un second temps, après la crémation (fig. 141). Dans certains busta du site de La Favorite, il n’est pas rare de trouver des balsamaires intacts, alors que leur position stratigraphique atteste bien qu’ils appartiennent au dépôt primaire, mais ils sont généralement placés plutôt vers le fond de la fosse. Enfin, une mince couche de terre charbonneuse recouvre les cendres sur 10 cm maximum. Quelques tessons composent un lot de matériel résiduel (fig. 142).

141 - Plan et coupe restituée de la tombe 9304, balsamaire de la tombe 9304

142 - Matériel retrouvé dans la tombe 9304

161La coupe en céramique commune sombre rouge, appelée couramment brûle-parfum, comporte un marli horizontal décoré de festons. Elle correspond au type Mérigoux 10 (Mérigoux 1980). Le profil de la panse, peu caréné, est caractéristique de l’époque flavienne. C’est dans ce même contexte qu’apparaissent les balsamaires de la forme Isings 82. Cette incinération peut donc être datée de la fin du Ier s. ap. J.-C.

La tombe US 9106

162Cette incinération, de type indéterminé, située à environ 4, 50 m au sud-ouest de la précédente, est celle dont la fosse a été recoupée par un drain. D’une profondeur de 70 cm, ses parois inclinées ne présentent pas de traces de rubéfaction. Malgré la forme quasi rectangulaire et l’épaisseur de la couche charbonneuse, aucun indice (branches calcinées ou rubéfaction) ne permet d’affirmer que la crémation a eu lieu dans la fosse. Il s’agit donc peut-être d’un dépôt d’incinération (incinération secondaire), les résidus de la crémation ayant été transportés de l’ustrinum à la fosse.

163Le remplissage est constitué d’une épaisse couche charbonneuse creusée au centre par l’aménagement du drain. Elle contient des os brûlés, des tessons de céramique, de verre et des clous.

164Parmi les fragments, trois coupes en sigillée de la Gaule du Sud, forme Dragendorff 36, sont considérées comme des dépôts intentionnels malgré leur caractère très fragmentaire. S’ajoutent à ce dépôt primaire deux cruches en céramique commune claire et les restes de deux objets en verre, un balsamaire de couleur naturelle et un objet trop fondu pour être identifiable. Cette même couche a livré deux tessons isolés de céramique commune sombre, un non tourné, et l’autre correspondant à un pot ovoïde caréné, et enfin cinq fragments de verre de couleur naturelle (fig. 143).

143- Matériel retrouvé dans la tombe 9106

165Un bon repère chronologique est fourni par les coupes de la Gaule du Sud dont la forme Dragendorff 36 n’apparaît pas avant 60 ap. J.-C. Ce terminus post quem permet de situer cette sépulture vers la fin du Ier s., peut-être à l’époque flavienne.

La tombe US 8211

166Enfin, une troisième tombe a été mise au jour au nord de l’ensemble de drains, à une quarantaine de mètres au nord-ouest des deux précédentes. Il s’agit d’une petite fosse aux contours arrondis, d’un diamètre d’environ 90 cm, remplie d’une mince couche charbonneuse sur une dizaine de centimètres ; elle peut être considérée comme le reste d’un dépôt d’incinération très arasé. Dans les cailloutis qui remplissent la rigole qui la traversait, un balsamaire démuni seulement de son bord, de la forme Isings 8/27 (Isings 1957), a été mis au jour. Cette forme est fréquente dans les sépultures de l’époque flavienne.

Les tombes de la rue Sergent Michel Berthet

167Outre la station de Métro de Gorge de Loup, la fouille s’est également étendue au nord rue Sergent Michel Berthet, à l’emplacement de la travée du Métro (cf. fig. 140). Cette tranchée de 300 m de long pour 5 m de large a permis de découvrir deux sépultures quasiment parallèles, distantes d’environ 1,40 m et orientées sud-ouest/nord-est. Ces deux incinérations, pratiquées sur place, (busturn), découvertes dans les derniers jours de la fouille, ont nécessité un dégagement extrêmement rapide des fosses, gênant considérablement l’analyse stratigraphique.

La tombe F33

168Un ruban de terre rubéfiée dessine en surface un rectangle de 2,50 m sur 1,60 m correspondant à la première tombe (fig. 144) (sup. : 178,76 m NGF). Les parois de la fosse, légèrement inclinées et dont la rubéfaction sur 2 à 4 cm d’épaisseur atteste une forte crémation, sont hautes d’environ 60 cm. Le fond est presque plat ; une tegula est posée dans un angle. Des traces ligneuses ont été repérées, dans une partie de la fosse, témoignant de la présence de planches sur le fond.

169La première couche de remplissage, de 5 à 10 cm d’épaisseur, constituée des restes du bûcher, de couleur noire et de consistance assez grasse, contient des fragments de charbons de bois, de céramique et de verre fondu ; d’après la position et l’état des tessons, dont beaucoup présentent des traces d’ustion plus ou moins marquées, les pièces ont été déposées, dans un premier temps, avant la crémation (dépôt primaire). Puis, à la fin de la crémation, les cendres ont été recouvertes par la terre enlevée lors du creusement de la fosse.

144 - L’incinération F33

170Ce comblement, loin d’être homogène comme c’est souvent le cas, renferme de très nombreux fragments de céramiques brûlées et de nodules de terre rubéfiée, ainsi qu’un éclat d’émail de dent de cheval (?). Parmi les fragments de céramiques brûlés, beaucoup appartiennent à des vases du premier dépôt. Un seul vase découvert peut être entièrement reconstitué dans ce comblement, mais un fragment est brûlé indiquant certainement son appartenance initiale au dépôt primaire. Il apparaît donc que ces objets ont été tout d’abord déposés avant la crémation, puis partiellement prélevés et mêlés à la terre de comblement issue du creusement, sur les restes du bûcher (fig. 145).

171Enfin des fragments non brûlés de cinq vases (trois assiettes Dragendorff 15/17 ; deux lampes Lœschcke I) ont été découverts dans le comblement ; il est toutefois peu probable qu’il s’agisse d’un dépôt secondaire. En effet, ces derniers sont toujours retrouvés à la surface des cendres, présentant parfois des tessons brûlés. Ici, les tessons sont dispersés dans tout le comblement et ne sont pas brûlés ; de plus, aucun de ces vases n’est entièrement conservé. Il est possible qu’ils aient été introduits dans le comblement en même temps que ceux du dépôt primaire “remanié”. Pour éviter toute confusion, ces objets seront considérés comme des dépôts tertiaires.

145 - céramiques de la tombe F33

146 - Matériel retrouvé dans la tombe F 33

172Enfin, quelques tessons n’ont pu être enregistrés lors de la fouille et apparaîtront sous la colonne “dépôt” sans plus de précision (fig. 145).

173Ce type de dépôt “tertiaire” n’est pas attesté sur le chantier de La Favorite. Il faut certainement envisager un prélèvement (d’une partie des os et du dépôt primaire ?) après la crémation. Le balayage des cendres d’une partie de la fosse confirme ce remaniement.

Datation :

174La forme d’assiette Dragendorff 15/17 apparaît autour de 30 ap. J.-C. et elle est attestée jusqu’à la fin du 1er s. Les exemplaires de la tombe sont comparables à ceux datés par Oswald de l’époque claudienne (Oswald 1920). Ils sont accompagnés de coupes Dragendorff 27, forme produite longtemps mais dont le profil atteste ici l’ancienneté. Quant aux coupelles Dragendorff 24/25, produites à partir de la fin de l’époque augustéenne, elles disparaissent à la fin de la première moitié du Ier siècle.

175Le faciès chronologique offert par la sigillée est précisé par l’estampille DAMONUS attestée à la Graufesenque, présente sur sept objets ; d’après le répertoire établi par Oswald, ce timbre daterait de l’époque Claude-Néron (Oswald 1931). Cette datation est cohérente avec celle des autres pièces du mobilier. Les ateliers de Saint-Romain-en-Gal ont produit des lagènes engobées pendant toute la première moitié du Ier s. (Desbat 1986). La coupelle sablée en parois fines et pâte calcaire, ainsi que le pot ovoïde, proviennent probablement de l’atelier de La Butte à Lyon. Ces deux formes sont connues sur le site de La Rue des Larges à partir de 20/30 ap. J.-C. (Grataloup 1988).

176D’après son mobilier, cette incinération remonte donc à la période claudienne.

La tombe F34

177La fosse de la seconde incinération, également en place (,bustum), de forme rectangulaire, occupe une surface un peu moins importante que la précédente. Longue de 2 m et large de 1,30 m, sa profondeur n’excède pas 45 cm (sup. : 178,84 m NGF). Ses parois subverticales sont rubéfiées et le fond est plat.

178La couche charbonneuse qui tapisse le fond de la fosse forme une cuvette, son épaisseur variant d’une quinzaine de centimètres contre les parois à six centimètres au centre. Riche en charbons de bois, en os brûlés, elle a livré deux balsamaires en verre de couleur naturelle. L’un, forme Isings 8/28, est représenté par 17 fragments éclatés ou fondus à la chaleur ; le second n’est pas identifiable. En outre, 7 fragments de verre de couleurs différentes, violet, jaune et vert ont été ramassés, mais ils ne sont pas attribuables à un dépôt intentionnel. Cette couche a également livré une quantité importante de clous en bronze ou en fer. Ceux en bronze, au nombre de 28, mesurent 1 cm de long et présentent une tête bombée de 2,5 cm de diamètre, alors que la dimension des clous en fer, au nombre de 75, varie entre 1,5 cm et 9 cm de long. Onze clous plus petits pourraient correspondre à des clous de semelles. Il faut ajouter quelques fragments de bronze, plats ou informes. Le ou les objets dont ils proviennent sont indéterminables ; il s’agit peut-être de coffrets ou de parures. La couche de comblement a livré deux tessons résiduels non brûlés : un fragment de fond de paroi fine granitée et un bord d’un petit ovoïde en commune grise.

179Le seul indicateur chronologique est le balsamaire de la forme Isings 8/28. La datation fournie par le verre est imprécise, néanmoins ce type se rencontre plutôt au Ier s. et n’apparaît pas généralement dans les périodes précédant Claude-Néron. Les fragments de verre isolés, violet ou jaune appartiennent eux, sans doute, d’après leur couleur, à la première moitié du Ier s., comme le tesson de paroi fine granité, typique à Lyon de l’époque augustéenne. D’après le balsamaire, cette sépulture n’est pas antérieure au milieu du Ier s., date à laquelle il est tentant de la situer. Les analogies morphologiques qu’elle présente avec la précédente tombe, leur situation dans l’espace, à la fois proches et parallèles, renforcent cette hypothèse.

180Les données recueillies sur ces deux dernières tombes corroborent les observations faites sur les séries de La Favorite. Les busta de cette nécropole d’une longueur supérieure à 2 m, sont tous datés de la première moitié ou du milieu du Ier s. ap. J.-C. Cette caractéristique tendrait donc à devenir un critère chronologique. Enfin, la manipulation postérieure à la crémation observée sur une de ces tombes permet peut-être de cerner les éléments d’un rituel non reconnu à ce jour parmi ceux adoptés à Lyon, entre le Ier et le IIIes.

181Les cinq tombes s’intègrent soit à l’ensemble funéraire de la rue P. Audry, aménagé le long de la voie qui descendait au carrefour de Trion, soit aux habitats et artisanats proches.

SYNTHÈSE

182Cette étude a tenté de rendre compte de l’occupation d’une zone suburbaine de Lugdunum, de la fin du Ier s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. La première remarque tient à une continuité de cette occupation, de type rural, voire artisanal pendant au moins trois siècles.

183Quelques explications sont indispensables concernant les méthodes de datation employées.

184L’évolution diachronique de l’occupation du site a pu être appréhendée au travers des diverses datations obtenues, tant sur les structures elles-mêmes, que sur le mobilier archéologique, notamment la céramique. Les datations absolues obtenues par dendrochronologie, pour importantes qu’elles soient puisqu’elles fixent dans le temps les constructions, doivent être confrontées aux datations livrées par le mobilier archéologique, afin de déceler d’éventuelles réutilisations et surtout d’apprécier la durée d’une occupation. La découverte de ces nombreux bois a permis d’établir un référentiel précieux pour la région pour le Ier s. ap. J.-C., jusqu’alors pauvre en échantillons. La rareté de telles découvertes ne permet d’ailleurs guère de connaître la fréquence d’utilisation d’un tel matériau, disponible en zone rurale boisée et bien adapté à un milieu humide.

185Pour ce qui concerne la céramique, la succession des faits archéologiques connaissant un rythme relativement soutenu sur le site, le matériel risquait de présenter d’étroites similitudes d’une phase à l’autre. Il semble possible de déduire de cette constatation que l’enchaînement des aménagements opérés dans les bassins a dû s’échelonner dans un laps de temps réduit, ce qui parait révélateur d’une certaine contemporanéité des événements concentrée dans la deuxième partie du Ier ap. J.-C., voire le début du siècle suivant.

186La confrontation de ces diverses données chronologiques entreprise ici permet de disposer, pour la première fois à Lyon, d’une trame chronologique serrée appliquée à un ensemble de vestiges du Haut-Empire situé dans la périphérie immédiate de Lugdunum.

187Enfin, la comparaison des données archéologiques avec les résultats des sciences connexes enrichit grandement la vision et donc la compréhension que l’on peut se faire d’un tel site.

188L’étude géomorphologique a révélé la maîtrise des processus naturels de sédimentation (notamment de ruissellement) au débouché de ce versant drainé par un talweg. Durant les occupations antérieures, l’homme avait subi la dynamique souvent induite par son occupation. A partir de l’époque romaine, il met en œuvre tout un système d’aménagements lui permettant à la fois de contrôler mais aussi d’exploiter les arrivées d’eau et de sédiments. Le fossé de la fin du Ier s. av. J.-C. témoigne de cette volonté de drainage du site ; par la suite, au cours de la première moitié du Ier s., l’occupation se traduit par des ouvrages en bois de type bassin et caniveau qui atteste le contrôle de l’eau et son utilisation directe. La construction de bassins (artisanaux ?) jusqu’à la fin du Ier s. confirme cette volonté de maîtrise de l’eau. Puis, la mise en place d’aménagements toujours liés à l’eau (drains, fossé-talweg) au tout début du IIe s. confirme le contrôle par l’homme des processus naturels de sédimentation qui s’intensifient. Toutefois, ces activités feront place à une mise en culture du site ainsi qu’à l’apparition de tombes isolées, que l’on peut rattacher aux nécropoles du plateau voisin.

189A la fin du IIe s.-début du IIIe s., le site sera abandonné jusqu’à l’époque médiévale, fossilisé par des colluvions limoneuses. Un écoulement transversal limité se fait dans un petit talweg situé à l’ouest du site.

  • 15 Une récente fouille de sauvetage au 9, rue du Docteur Horand à Vaise, à environ 700 m au nord de Go (...)

190Quant aux analyses botaniques, carpologiques et palynologiques, elles ont enrichi grandement la vision et donc l’idée que l’on peut se faire d’un tel site, en permettant de suggérer l’environnement immédiat des structures : il s’agit d’une zone rurale boisée, avec des lieux ouverts parfois marécageux, en friche, mais aussi avec des cultures. L’importance de la présence de l’eau sur le site, favorisée par la topographie est aussi le résultat, comme en témoignent les analyses palynologiques, de défrichements du bassin versant. La découverte de telles structures, notamment celles en bois15, met en lumière un aspect archéologique encore trop peu connu des activités de Lyon antique, et permet d’appréhender son occupation péri-urbaine, compte-tenu des incertitudes qui persistent sur l’existence d’une enceinte pendant le Haut-Empire (Desbat 1987b, p. 71).

Annexes

ENVIRONNEMENT

LA DENDROCHRONOLOGIE

A. et C. Orcel, laboratoire Roman de Dendrochronologie (Suisse) (LRD) et C. Orcel et C. Dormoy, laboratoire Archéolabs, Le Châtelard, Saint-Bonnet-de-Chavagne, 38840 Saint-Hilaire-du-Rosier. (ARC).

Tous les bois sont issus de la fouille de sauvetage occasionnée par les travaux du métro.

ECHANTILLONNAGE

Les prélèvements ont été effectués soit par le spécialiste, soit par l’archéologue. Dans ce dernier cas, pour permettre au dendrochronologue de choisir la localisation la plus favorable à l’analyse, chaque bois a été sauvegardé dans son intégralité. L’échantillonnage a suivi le déroulement de la fouille, qui a mis successivement en évidence plusieurs structures importantes attribuées à différentes périodes : un clayonnage (US 9812), une double palissade (US 9215) et un “grenier” (US 8015), rattachés à l’époque protohistorique ; un caniveau couvert (US 5520), des tuyaux (US 5305), un deuxième caniveau (US 57) et des aménagements appelés bassins (US 8228 et US 5617/18), tous rattachés à la période gallo-romaine.

Les analyses et les datations ont été effectuées dans l’ordre de sortie des échantillons.

A l’exception de quelques bois dont la datation n’a pu être réalisée qu’après la construction de références régionales, la plupart des échantillons ont été rendus avant la fin du chantier.

Le corpus proposé se compose essentiellement d’éléments de chêne. Quelques échantillons de sapins ont été retenus dans les bassins gallo-romains.

REFERENTIELS

Les bois des structures gallo-romaines ont été datés sur une courbe de référence locale, construite d’après l’analyse des pieux extraits du lit du Rhône à Saint-Romain-en-Gal (69) lors des travaux de la C. N. R. et datée de-104 à +204 sur notre référentiel de Suisse romande (canton de Genève et canton de Vaud).

RESULTATS

Les datations obtenues et leur utilisation sont présentées par les archéologues dans leurs études (cf. C. Bellon, J. Burnouf, J.-M. Martin, A. Vérot-Bourrély : Le site de Gorge de Loup aux âges du Bronze et du Fer, en préparation). Nous ne donnerons donc ici que celles concernant les structures importantes de la période gallo-romaine :

Le chêne :
En l’absence de l’écorce et en présence de 8 cernes d’aubier (20 ans en général) dont le dernier est daté en 11, la date d’abattage du bois qui forme le couvercle du caniveau couvert (US 5520) se situe aux environs de l’année 23.
Les tuyaux (US 5305), en présence de l’écorce, ont été datés en 25.
Les bassins (US 5617/18) ont livré deux lots de pieux chronologiquement différents. Le premier, dont l’écorce est présente sur un bois, a été daté en automne/hiver 34/35. Pour l’autre, un bois est sans écorce mais avec 8 cernes d’aubier dont le dernier est daté en 75. Sa date d’abattage se situe donc aux environs de l’année 86.
Le caniveau de chêne (US 57) n’est pas antérieur à Tannée 90, l’aubier n’étant pas présent sur les échantillons et le cerne mesuré le plus tardif étant daté en 70.
Le “bassin” (US 8228) a été daté aux environs de 50 par un bois sans écorce mais possédant 24 cernes d’aubier dont le dernier se situe en 49.

Le sapin :
Pour les bois de sapin, une séquence 9008 GLR a été construite à partir des échantillons 7311, 7312 (US 5618), 7332 (US 5648), 7341,7342, 7343 (US 5617) et 7414 (US 5520 b). On notera que les échantillons 7312, 7332, 7341, 7342 et 7343 proviennent probablement du même arbre. Cette séquence de 200 ans se situe chronologiquement entre les années-146 et 54. En l’absence du dernier cerne de croissance, les bois qui constituent l’échantillon 7414 (caniveau évidé US 5520b) ont un abattage postérieur à - 30. Ceux des échantillons 7311, 7312, 7332, 7341, 7342, 7343 (coffrage 5617 et 5618 des bassins) n’ont pas été abattus avant 54.
La datation de cette séquence de sapin a été obtenue sur notre référentiel pour le sapin blanc, couvrant une période de 432 ans située entre-332 et 100. Toutefois ce référentiel n’étant pas encore raccordé aux référentiels remontant jusqu’aux périodes médiévales (821), il est d’usage de donner les dates obtenues avec réserve.

CONCLUSIONS

Les analyses dendrochronologiques effectuées sur le site de Gorge de Loup ont donné aux archéologues des éléments importants de datation absolue. Ces analyses ont permis, de plus, avec celles d’autres sites, l’établissement pour la région lyonnaise d’un référentiel du chêne de-304 à + 204.

LES DOCUMENTS GRAPHIQUES

L’ensemble des résultats, courbes et commentaires, sous les références de dossier ARC ou LRD citées dans le texte, est déposé au Service Archéologique Municipal de Lyon, où il peut être consulté.

LA BOTANIQUE

G. Bailly. Laboratoire Archéolabs. Le Châtelard, Saint-Bonnet-de-Chavagne, 38840 Saint-Hilaire-du-Rosier. (ARC).

ECHANTILLONNAGE

Deux échantillons de mousse ont été prélevés sur le site de Gorge de Loup :

  • GDL 7380 en fond du “bassin” gallo-romain : U.S. 5511.

  • GDL 7430 en place (?), dans un canal gallo-romain, en bois, U.S. 5520 (cf. Etat 1)

(Les n° d’échantillons correspondent aux n° des fiches de chantier).
Une analyse palynologique sur ces deux échantillons a fait l’objet du rapport ARC8/R273P. (cf. analyse palynologique infra)

RESULTATS

GDL 7380 : US 5511.
Les mousses sont bien conservées.

Rhytidiadelphus triquetrus : espèce dominante. Forestière à écologie très large, forêts un peu ouvertes. Sur le sol ou sur les blocs.
Anomodon viticulosus : assez abondante. Forestière sur sol neutres à carbonatés. Base des troncs et blocs. Pseudoscleropodium purum : traces. Forestière à écologie large (un peu ouvert). Sur le sol.
Hypnum cupressiforme : traces. Forestière à écologie très large. Base des troncs et sol.
Dicranum cf. scoparium : traces. Forestière peu exigeante. Plutôt sur le sol et la base des troncs.
Eurhynchium striatum : traces. Forestière sur sols riches mésotrophes à neutres.
Antitrichia curtipendula : traces. Forestière sur sols calcaires à acides. Base des troncs (manchons autour des troncs). Espèce plutôt submontagnarde assez rare actuellement.

GDL 7430 : US 5520.
Les mousses sont très mal conservées, sous forme de débris. Il y a une seule espèce qui peut être :

Camptothecium lutescens : forestière plutôt sur calcaire, ou Homalothecium sericeum : sur blocs calcaires (pas forcément forestière).
ou Tomenthypnum nitens : sur bas marais ou tourbières.

La dominance des pollens d’arbre dans l’échantillon, permettrait d’exclure la dernière possibilité.

CONCLUSIONS

Les résultats des analyses palynologiques effectuées sur ces deux échantillons indiquent un milieu plutôt forestier avec dominance du chêne, en contradiction avec ceux obtenus sur des colonnes prélevées sur le site.

Les mousses sont toutes des espèces forestières. Il n’y a pas d’espèces aquatiques comme on aurait pu le supposer, vu le lieu de prélèvement et dans une zone à forte humidité qui a perduré jusqu’à nos jours.

Leur écologie en général assez large ne permet pas de déterminer exactement leur provenance (sols neutres à carbonaté).

Il faut envisager un ramassage de ces mousses sur le sol, sur des blocs, ou à la base des troncs en vue d’une utilisation à déterminer par l’archéologue.

LA PALYNOLOGIE

P. Brenac. Laboratoire Archéolabs

Les deux échantillons de mousse ont été traités par la méthode physico-chimique faisant appel à une liqueur lourde, la liqueur de Thoulet. Les échantillons analysés sont très riches en pollens bien conservés.

RESULTATS

Les résultats sont présentés sous la forme d’un tableau de comptage (fig. 147 voir page suivante). Des histogrammes de fréquences exprimés en pourcentage sont disponibles (Archéolabs).

GDL 7380 : US 5511.

Les arbres (60,76 %) sont divisés en deux associations principales :

  • le chêne (Quercus) largement dominant (41, 05 %), le hêtre (Fagus) et le tilleul (Tilia), accompagnés du noisetier (Corylus).

  • le bouleau (Betula), le saule (Salix), l’aulne (Alnus) et le peuplier (Populus).

Quelques pollens de vigne (Vitis) ont été observés. Les Herbacées, moins abondantes que les arborées, sont très diversifiées. Les graminées forment l’essentiel du cortège de plantes prairiales et rudérales. Les céréales et leurs accompagnatrices, comme Plantage lanceolata, sont présentes.
Le paysage se présente comme un milieu assez ouvert, composé d’essences d’arbres variées. Ceux-ci caractérisent une station sèche dominée par le chêne, et une zone favorisant le développement d’essences liées à un milieu humide (aulne, bouleau, saule, peuplier).
Des cultures sont attestées par les céréales et peut-être la vigne.
Des prairies sont représentées par de nombreuses familles d’Herbacées, en particulier des Graminées et des Composées. Les plantes rudérales (Plantago maj./med., Chénopodiacées, Urticacées, etc...) liées à des lieux piétinés, à des terrains vagues, sont en faible fréquence.
Enfin, Typha (la massette) est un témoin d’étendues d’eau calme aux abords du site.

GDL 7430 : US 5520.

Le spectre pollinique de GDL 7430 est composé des mêmes associations d’arbres que dans le spectre précédent. Toutefois, le charme (Carpinus) est relativement plus abondant. Les pollens d’arbres en général (67,76 %), du chêne en particulier (47, 87 %), sont plus fréquents que dans GDL 7380.
La vigne n’a pas été retrouvée.
Les Herbacées, très variées, sont aussi dominées par les Graminées. Les associations d’Herbacées sont semblables à celles mises en évidence dans l’échantillon précédent. L’environnement ne semble pas être fondamentalement différent du précédent. Il serait un peu moins ouvert d’après le pourcentage plus important des pollens d’Arborées par rapport à celui des Graminées (67,76 %/32,24 % contre 60,76 %/39,24 % dans GDL 7380).

CONCLUSION

Les deux mousses se sont avérées de très bons réceptacles polliniques. Les spectres polliniques donnent une représentation de la végétation locale plutôt fidèle compte tenu de la forte diversité des pollens d’arbres et surtout d’Herbacées.

LA CARPOLOGIE

Ph. Marinval. Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur, 31000 Toulouse.

Analyse d’un prélèvement dans le bassin US 8228, secteurs B2/B3.

Plante cultivée :
Vigne cultivée (Vitis vinifera)

Plantes sauvages :
cf. Anethum graveolens (Fenouil bâtard)
Ajuga chamaepitys (Bugle petit-pin)
Atriplex patula/latifolia (Arrache étalée/à larges feuilles)
Chenopodium album (Ansérine)
Chenopodium hybridum (Chénopode hybride)
Chenopodium groupe polyspermum (Chénopode polysperme)
Euphorbiaceae (Famille des Euphorbiacées)
Lapsana communis (Lampsane commune)
Lychnis flos-cuculi (Lychnis fleur-de-coucou)
Lycopus europaeus(Lycope)
Physalis alkekengi (Coqueret)
Polygonum lapathifolium (Renouée à larges feuilles)
Ranunculus bulbosus/repens (Renoncule bulbeuse/rampante)
Rubus fruticosus agg (Ronce)
Sambucus ebulus (Sureau hièble)
Sambucus nigra (Sureau noir)
Solanum migrum (Morelle noire)
Sonchus asper (Laiteron épineux)
Stellaria cf. graminea (Stellaire graminée)
Stellaria media (Stellaire intermédiaire)
Taraxacum officinalis (Pissenlit)
Verbena officinalis (Verveine officinale)

147 - Résultats de l’étude de la palynologie
Seuil de stérilité : 10 pollens
Seuil de représentativité : 100 pollens

Notes

1 J. Burnouf : Professeur d’Histoire du Moyen Age. Université F. Rabelais. Tours. Présidente de la société d’Archéologie Médiévale.

2 Ceci explique la présence de bennes qui ont masqué ça et là des vestiges.

3 Les études palynologiques et malacologiques générales du site ont été respectivement réalisées par Mme J. Argant et M. L. Chaix. A.R.P.A., C.S.T., Université Cl. Bernard, Lyon I. Villeurbanne. Museum d’Histoire Naturelle, département d’Archéozoologie, Genève. Les résultats de ces études ont été intégrés dans le texte.

4 D’un point de vue méthodologique, l’étude géomorphologique a tenté d’isoler les différentes phases sédimentaires présentes sur le site à partir de l’étude stratigraphique : celles-ci ont été désignées par les lettres A à Ν ; les séquences L à M’regroupent les différentes unités stratigraphiques d’époque gallo-romaine, désignées dans le texte par : U. S. Le type de sédiments et le mode de mise en place du dépôt ont été définis par les analyses granulométriques traitées selon une méthode inspirée de E. Paulissen (1981) Cette méthode est basée sur la comparaison des fractions limoneuses d’un sédiment. Les auteurs avaient constaté d’après les observations de terrain, l’évolution parallèle des sables avec les limons grossiers ainsi que celle des argiles avec les limons fins. A partir de ce constat, sont extraits de l’analyse granulométrique du sédiment, les pourcentages, sur la fraction limoneuse totale, des trois paramètres suivants : limons fins (&lt ;16 microns), limons moyens (&lt ;32 microns) et limons grossiers (&lt ;62 microns). Les variations de ces fractions granulométriques permettent ainsi de différencier les limons colluvionnés des limons ruisselés au sein d’un chenal :
-les colluvions se caractérisent par un appauvrissement de 10 % des silts fins qui n’a pas d’influence sur le rapport silt moyen-silt grossier, soit une sédimentation globale du limon
- en revanche, l’appauvrissement de 10 % de matière fine qui se traduit par un enrichissement sensible en silt grossier par rapport au silt moyen, révèle un triage accru qui réussit "à scinder le patrimoine limoneux et à concentrer la fraction grossière”. La sédimentation appartient au domaine alluvial et s’effectue probablement dans des eaux plus profondes, et moins turbulentes, que les nappes de ruissellement
- l’enrichissement en silt fin qui provoque d’abord la diminution du silt grossier, puis ensuite celle du silt moyen, semble traduire une sédimentation par décantation progressive dans des eaux inondantes.
Les auteurs parviennent ainsi à formuler un modèle des sédiments dérivés de l’érosion des sols limoneux lœssiques.
L’environnement écologique de chaque phase a été abordé par les études palynologiques et malacologiques. Pour le détail de l’ensemble des périodes représentées (Néolithique, Age du Bronze, Age du Fer, époque Gallo-Romaine et Médiévale) : cf. A. Vérot-Bourrély, et alii, à paraître.

5 Notons régionalement la découverte d'un noyau de pèche dans une tombe du site de la rue de La Favorite (69) datée du II- Ille s. ap. J.-C. : information L. Tranoy, ainsi qu'à Seyssel (74) dans un puits comblé au cours de la première moitié du Ille s. ap. J.-C. (fouille B. Helly, 1978-79) : information A. Le Bot, S.R.A. Rhône-Alpes.

6 L’étude numismatique a été realisée par A. Audra. (ALPARA.), elle est disponible au S.R.A. Rhône-Alpes.

7 Information de F. Bérard, Ecole Normale Supérieure, Paris, que nous remercions ici.

8 Des photographies de cette plaque ont été montrées à M. Michel Lejeune, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Institut de France. Paris, et M. P.-Y. Lambert, Centre d'Etudes Celtiques, CNRS, Paris qui ont noté l'absence de mots gaulois.

9 Les analyses chimiques ont été effectuées par Madame Formenti, ICPI, Lyon.

10 Fouille du Docteur Schallmayer, Landesdenkmalamt Baden- Wiirtemberg, AuBenstelle Karlsruhe, Archâologische Denkmalpflege, que je remercie vivement pour sa documentation.

11 Les bois de ce bassin ont été traités par Mme M. Giffault, A.R.C. Nucléart, Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble, et sont conservés au Musée de la Civilisation Gallo-Romaine de Lyon.

12 Je remercie le Professeur Docteur H. U. Nuber, (AlbertLudwigs-Universität, Freiburg) pour sa documentation et ses renseignements.

13 L’étude numismatique de ce potin a été aimablement réalisée par Madame B. Fischer, 1988, CNRS, Centre d’Etudes Celtiques, Paris.

14 L’étude du crâne a été éffectuée par J.-L. Gisclon, anthropologue. (AFAN)

15 Une récente fouille de sauvetage au 9, rue du Docteur Horand à Vaise, à environ 700 m au nord de Gorge de Loup a permis de mettre au jour des vestiges en bois de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C., liés à une villa : palissade, platelage, ainsi que trois puits (dont deux tonneaux réutilisés) qui ont été datés des années 70 et 100 ap. J.-C. (Archéolabs). La villa ellemême a été repérée dans des sondages au sud de ces découvertes : on notera la découverte de planches posées de chant contre un mur, soutenues par des pieux. Ces éléments, associés à de la céramique de la fin du Ier s., ne sont pas sans évoquer ceux de Gorge de Loup, contemporains (Bellon 1995b).

Table des illustrations

Légende 99 - Plan du tracé de la ligne D du métro de Lyon et emplacement des fouilles archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 100 - Plan topographique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende 101 - Plan des vestiges gallo-romains
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende 102 – Etat 1 : caniveau, dallage, tuyau des années 25 ao.J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 103 - Caniveau et dallage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende 104 - Etat 2 : un grand bâtiment
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende 105 – Etat 3 : un ensemble de bois et pierres. Sur la photo vue de l’ouest, les parois sont démontées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende 106 – Le bassin central (Photo F. Leyge)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 107 - Coupe du bassin central
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende 108 - Le coffrage en bois
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 109 - Détails du coffrage en bois
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 110 – Plan des pieux et détermination des essences
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 111 – Les murs transversaux, 5615 et 5613
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 112 – Mur transversal du bassin central
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende 113 – Détail du mur US 5613
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 114 – Plaque en plomb gravée (Photo Ch. Thioc M.C.G.R.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende 115 - Les aménagements extérieurs aux bassins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende 116 – Détail des caniveaux qui longent les bassins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 117 - Le caniveau qui longe les bassins sans sa couverture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 118 - Plan du caniveau et du bac en bois
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 119 - Vue vers le nord-est du caniveau en bois (Photo F. Leyge)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 120 - Coupe du caniveau. 1 - Traverse 2 - Planches verticales 3 - Planches latérales 4 - Couverture, tegula de chant
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 121 - Système d’assemblage des planches du bac avec clous à caboche. 1, 2, 3 - Planches de fond 4, 5, 6, 7 - Planches verticales des parois
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 122 - Bac et planche avec les clous à caboches (Photo F. Levge)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 123 - Axonométrie du caniveau et des bassins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 124 - Coupe du remplissage du bassin central
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre US 5654
Légende 125 - Granulométrie des échantillons
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre US 5655
Légende 126- Granulométrie des échantillons
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre US 5656
Légende 127 - Idem
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 128 - Aménagements postérieurs à l'abandon des bassins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende 129 - Branchages de genévrier dans le fossé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende 130 - Plan du bassin en bois des années 50 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 131 - Bassin en bois des années 50 ap. J.-C. Photo du haut
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende 132 - Détail d’un angle du bassin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 133 - Planchettes en chêne dans la feuillure
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 134 - Coupe sédimentologique du bassin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre US 4328
Légende 135- Granulométrie des échantillons
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre US 4327
Légende 136 - Idem
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 137 – Plan général des drains et des structures funéraires
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende 138 - Vue des drains
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 139 - Amas de galets avec crâne humain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende 140 - Situation de la fouille de GDL et des tombes de la zone IV
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 141 - Plan et coupe restituée de la tombe 9304, balsamaire de la tombe 9304
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 142 - Matériel retrouvé dans la tombe 9304
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 143- Matériel retrouvé dans la tombe 9106
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 144 - L’incinération F33
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 145 - céramiques de la tombe F33
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 146 - Matériel retrouvé dans la tombe F 33
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Potin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 147 - Résultats de l’étude de la palynologieSeuil de stérilité : 10 pollensSeuil de représentativité : 100 pollens
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2478/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 961k

© Alpara, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access