Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaise, un quartier de Lyon antique

 | 
Éric Delaval
, 
Catherine Bellon
, 
Jacqueline Chastel
, 
et al.

Les fouilles

Le Quartier Saint-Pierre

La maison aux Xenia

Éric Plassot, Anne Le Bot-Helly, Marie-Jeanne Bodolec, Grégoire Ayala, Alain Audra, Patrice Mathey et Alain-Gilles Magdinier

Texte intégral

1Avec la collaboration de :
J. CHASTEL, G. AYALA, M.-J. BODOLEC
A. LE BOT-HELLY, P. BRENAC, A. AUDRA,
et P. MATHEY

  • 1 Pour les conditions de la fouille, voir J. Chastel : Le Quartier Saint-Pierre (cf. supra)

2Les sondages, puis la fouille sur 800 m2 du secteur sud de la ΖAC Saint-Pierre1 ont été riches en découvertes d’époques diverses, essentiellement gallo-romaine et du Haut Moyen-Age.

  • 2 Je remercie Monsieur J. Lasfargues et Madame E. Boucharlat, ainsi que J. Chastel, pour la confiance (...)

3C’est une villa gallo-romaine, dite la maison aux Xenia, que nous allons présenter (fig. 34). Elle doit son nom au tableau peint découvert dans l’une de ses pièces. Outre son plan quasi complet, le bon état de conservation de ses murs, de ses sols et la présence de nombreux enduits peints écroulés dans la couche de démolition, nous ont permis de réaliser une étude riche d’enseignements2.

LA TOPOGRAPHIE

4La maison aux Xenia est implantée sur un site au relief assez tourmenté, dont l’examen est déterminant pour comprendre les modalités de son installation : au sud, elle est dominée par l’éperon de Loyasse, qui culmine à 90 m au-dessus du site. Le vallon de Trion, prolongé par le vallon de Gorge- de-Loup et son talweg, débouche au sud-ouest, tandis qu’au nord se développe la plaine de Vaise.

5En surface, le terrain est constitué d’une formation de lœss wiirmiens mis en place par ruissellement. Ils reposent soit sur les galets de la moraine glaciaire, soit directement sur le socle cristallin formé de micaschistes, de gneiss et de granites.

34 - Vue générale de la maison aux Xenia

6Dans l’Antiquité, ce site se trouvait dans un secteur suburbain, en périphérie de la ville de Lugdunum, localisée sur la colline de Fourvière. Néanmoins, très tôt, il aurait été desservi par une voie du réseau d’Agrippa joignant le sud-ouest de la ville antique à la voie de l’Océan et du Rhin, implantée plus au nord (Audin 1956, p. 68).

LA CHRONOLOGIE

7Trois périodes d’occupation ont été mises en évidence sur l’ensemble du site :

Période I (Auguste)

8Notre connaissance de la première période est très lacunaire. En effet, l’impact des constructions postérieures a été tel que seuls quelques fosses, fossés ou lambeaux de sols ont subsisté sur des surfaces relativement restreintes. Aussi, la nature précise de cette première fréquentation du site nous échappe-t-elle totalement.

35 – Plan général des vestiges (période II, phase 1)

36 - Plan général des vestiges avec l’implantation des coupes (période II)

Période II (Tibère-Néron-Vespasien)

9Tels qu’ils ont été figés à leur abandon, les vestiges de la deuxième période appartiennent à trois ensembles distincts :

  • au centre, une entité bien définie et complète ; il s’agit d’une maison à péristyle, qui s’inscrit dans un rectangle de 29 m est-ouest par 24 m nord-sud ;

  • à l’ouest, une zone artisanale, dans le prolongement de l’aile sud de la maison ;

  • au sud, un chemin d’accès et une construction de nature indéfinie qui s’appuie sur la façade de la maison.

10Il ne semble pas que les espaces situés directement au nord et à l’est de la cour aient été bâtis.

Période III (Antiquité tardive-Haut Moyen Age)

11Après destruction et abandon des lieux, la présence d’un fossé de drainage, d’une tombe, d’une canalisation en bois et de restes d’habitat, montre que le secteur est à nouveau fréquenté durant cette troisième période. C’est la dernière occupation observée sur ce site.

12Pour des raisons de conservation évidentes, nous avons choisi de développer particulièrement la deuxième de ces périodes.

LE PLAN

13Le plan de la maison est simple : autour d’un péristyle, s’articulent neuf pièces rassemblées en deux corps de bâtiments, l’un au sud et l’autre à l’est ; une dixième pièce s’intègre dans l’extrémité ouest du portique sud (fig. 35).

14Les résultats de l’étude stratigraphique et de l’analyse des mortiers nous montrent qu’il existait à l’origine un premier plan qui fut ultérieurement modifié (fig. 36).

15Nous détaillerons plus loin ces deux états, dont voici, pour faciliter la lecture, les grandes lignes.

Période II, phase 1 (Tibère-Claude)

16Un empierrement et un mur de bordure sommairement aménagés constituent le chemin d’accès au sud de la maison. L’aile sud est bien définie avec quatre pièces, respectivement d’ouest en est 2, 1, 4 et 6. A l’angle sud-est, la pièce 5 s’ouvre sur cette dernière et marque le contact avec le corps principal, composé des pièces 7, 8 et 9, qui se développent à l’équerre sur la façade orientale. La présence de la pièce 10, qui ferme cette aile au nord, n’est pas établie avec certitude pour ce premier état.

17Une part d’incertitude demeure quant à l’extension du péristyle vers l’ouest durant cette première phase. Ce plan, qui est intimement lié à la topographie du site, constitue le fond sur lequel vont se greffer les différentes réfections, transformations et créations du deuxième état.

Période II, phase 2 (Claude-Vespasien)

18Cette deuxième étape se lit au travers de multiples remaniements ayant affecté, à des degrés divers, l’ensemble de la maison. Nous retiendrons ici les faits les plus marquants :

  • sud voit la création d’une nouvelle pièce aux dépens du vestibule (1B) ;

  • la pièce 10 agrandit le corps de bâtiment oriental, dont le schéma de circulation est modifié ;

  • la cour à péristyle, dont l’extension est maintenant connue avec certitude, est complétée au sud-ouest par la création d’une nouvelle pièce (pièce n° 3) dans l’un de ses portiques. Dans le même temps, ses entrecolonnements sont en partie obstrués et la cour est raccordée à un réseau d’adduction d’eau.

19Plusieurs aménagements ou réaménagements correspondent aussi à cette phase :

  • la création d’un artisanat à l’ouest ;

  • de la rue au sud ;

  • La construction d’un mur contre la façade sud de la maison.

Période II, phase 3

20Elle correspond à la démolition de ces ensembles au début du règne de Vespasien.

LES VESTIGES

L’IMPLANTATION DE LA MAISON

21Le relevé systématique des altitudes du substrat lœssique a permis de restituer, en partie tout au moins, la configuration de ce terrain dans l’Antiquité. Ainsi, l’on constate que le pied de l’éperon de Loyasse se situait alors à plus de 20 mètres en aval de sa position actuelle. Cela signifie que la maison n’a pas été implantée dans la plaine, mais à cheval entre celle-ci et le pied de versant, dont la pente va de 7 à 20 % à cet endroit jusqu’à 50 % en amont. A l’échelle de l’habitat, cela représente un dénivelé de 3 mètres.

22Si l’on compare la restitution du substrat avec les altitudes de base des fondations de la maison, on peut en déduire que l’implantation de certaines pièces a dû modifier notablement le terrain. Cela suppose obligatoirement un tracé préparatoire, suivi de décaissements, dont le volume minimum peut être estimé à 280 m3. Enfin, la répartition en plan de ces altitudes montre que les terrassements ont été opérés en deux paliers : le premier pour une partie de l’aile sud et le second pour l’aile orientale, entre 0,50 m et 0,60 m en contrebas. La pièce 2 s’asseoit sur un substrat non modifié, tandis que les pièces 4 et 6 à 10 prennent place sur les deux paliers créés artificiellement. La cour et le péristyle prennent place à la fois sur le palier inférieur et sur le substrat non décaissé, mais qui, à cet endroit, a pu être remblayé.

23L’observation des chaînages invite à séparer nettement la construction de la pièce 2 de celle des pièces 4 à 9, qui sont toutes chaînées entre elles. Une autre distinction est lisible au travers des nettes divergences d’orientation qui affectent les murs structurant ces espaces, et conduit à dissocier les pièces 4 et 6 du corps oriental. Cependant, il ne faut pas voir là une juxtaposition sans ordre de ces différentes unités car, de fait, le système de fondation établi avec ces paliers assure une certaine cohésion à l’ensemble, tout en maintenant une dépendance permettant de contenir les poussées du terrain.

24Curieusement, l’orientation des murs de la maison ne correspond ni aux lignes naturelles de l’éperon de Loyasse, ni à celle des vestiges repérés à proximité immédiate sur le site de Gorge de Loup (cf. fig. 9). Cela signifie-t-il que ce quartier suburbain n’a connu qu’une juxtaposition d’ensembles ayant des directions propres ? Pas nécessairement, si l’on tient compte à la fois de la ligne topographique plus générale et des vestiges archéologiques mis au jour dans ce secteur.

25En fait, cette orientation correspond à l’axe du vallon qui relie Trion à la plaine de Vaise, que l’on retrouve sur les vestiges découverts il y a un peu plus d’une décennie rue Pierre Audry (Lasfargues 1973, pp.72-73). Elle pourrait correspondre à celle de la voie descendant par ce vallon et rejoignant la portion repérée entre 10 et 25 m au sud de la maison (cf. infra).

26En conséquence, il est possible que cet axe antérieur ait influencé le choix de l’implantation et de l’orientation de la maison et, sans doute aussi, la position de son accès principal au sud.

27On retiendra enfin que les modifications nécessaires du substrat n’ont pas constitué un obstacle au choix du lieu d’implantation de cette maison et que les contraintes topographiques ont été à peu près maîtrisées, au prix cependant de quelques divergences dans les orientations des murs.

28La maison aux Xenia fut construite en deux temps, la première phase sous le règne de Tibère, puis le début du règne de Claude, la seconde sous la fin du règne de Claude et celui de Vespasien.

PHASE 1

L’aile sud

29Les quatre pièces (1, 2, 4, 6) de cette aile, adossée à la colline, sont de largeur variable (2,76 m à 4,60 m), mais de profondeur constante (4,76 m à 4,88 m). La pièce 5, attenante dans l’angle au contact des deux corps de bâtiment, peut lui être rattachée. Seules les pièces 1, 4 et 5, développées dans le sens de la longueur de la cour, présentent une ouverture directe sur le péristyle (flg.35, 36, 37).

37 - Vue générale de l’aile sud

38 - Plans des seuils de la pièce 1 (a - phase 1 et b - phase 2), avec restitution des parties boisées

La pièce 1

30Cet espace de 22 m2 à peu près carré (4,60 m χ 4,88 m), est doté de trois larges accès, l’un au sud et deux au nord, séparés par un bloc de calcaire, et d’un sol de terre en pente vers le portique.

Porte sud (3,33 m χ 0,38 m χ 0,11 m)

31Un seuil en bois de grandes dimensions assurait la liaison avec l’extérieur de la maison par le biais d’une marche de 0,21 m et reposait sur un soubassement de maçonnerie peu fondé (0,17 m à 0,20 m). Il ne présente pas une rectitude parfaite, puisqu’ il est marqué par une cassure vers le centre et, de plus, accuse un dénivelé de 15 cm entre ses deux extrémités (fig. 38A).

Porte nord (accès au portique) (3,10 m)

32Aucune trace de seuil ne subsiste du côté nord. Le sol de la pièce étant en continuité avec celui du portique, sans aucun dénivelé, l’aménagement d’une poutre de seuil n’était pas nécessaire. L’ouverture était limitée à l’est par une base en calcaire, marquant certainement l’un de ses montants. Mais en l’absence de témoins plus précis, la question de l’existence de cette fermeture reste posée (fig. 39).

Porte nord-est (1,03 m x 0,25 m)

33Elle comportait un seuil en bois avec latéralement une base en calcaire. Cette dernière recevait sans doute un montant supportant les linteaux de cette ouverture, ainsi que celui du seuil nord qui lui est contigu.

34Outre son rôle de distribution évident (présence de trois ouvertures), conforté par la proximité d’une portion de voirie joignant la voie de l’Océan, cette pièce apparaît toute désignée comme le vestibule de la maison. Sa position à peu près axiale par rapport à la cour accentue encore ce rôle d’entrée principale.

35Néanmoins certaines questions restent en suspens. Cette fonction distributive et l’importance de sa superficie sont-elles compatibles avec un simple sol en terre qui, de plus, est en pente ?

  • 3 Dans la majorité des cas, l’escalier est le prolongement d’une aire de distribution, cour ou portiq (...)

36Ensuite, on peut s’interroger sur l’utilité de la porte nord-est. S’agit-il d’un autre passage vers le péristyle ? C’est en effet l’une des possibilités, car il est fréquent de voir le vestibule bénéficier, à l’instar des pièces d’apparat, de larges seuils divisés en plusieurs ouvertures donnant sur le péristyle (Etienne 1960 ; voir parmi d’autres les vestibules des maisons à la monnaie d’or p. 51, aux deux pressoirs p. 60, au bassin tréflé p. 73, à Volubilis). Une autre solution peut être envisagée, celle d’un départ d’escalier, hypothèse qui a l’avantage de s’accorder avec l’existence probable d’un étage (cf. infra) tout en s’inscrivant bien, d’un point de vue structural et distributif, dans le bâti3.

  • 4 Son emplacement correspondrait bien à celui d’un escalier, comme l’exemple des échelles de meunier (...)

37On constate en général que les escaliers sont souvent implantés dans un angle de la pièce4. De plus, la position bien précise du support semble déterminante, car elle coïncide exactement avec le pied-droit maçonné de l’entrée principale, côté sud. Autrement dit, ces deux points auraient pu supporter une poutre transversale plus importante. Cet élément structurant a pu recevoir d’un côté les solives de plancher tout en réservant, dans l’angle nord-est, l’emplacement d’un escalier et de son palier supérieur.

39 – Pièce 1, vue du sud

38En définitive, même si cette pièce a pu être richement décorée de peintures, ce que nous ignorons, elle nous donne l’image d’un vestibule réduit à son expression utilitaire, relier l’extérieur à l’intérieur, plutôt que celle d’un espace somp­tueux, dans lequel on séjourne avant d’entrer au cœur de la demeure, tel que le voyait Vitruve.

La pièce 2

39Cette pièce occupe l’extrémité occidentale de l’aile et communique avec la pièce 1 (vestibule) par un seuil trapézoïdal s’inscrivant dans un ébrasement extérieur, disposition unique dans la maison. Elle mesure 4,88 m dans le sens nord-sud et 4,04 m dans le sens est-ouest.

Entrée de la pièce 2

40Cette ouverture possède une particularité qui la différencie de toutes les autres. En effet, ses pieddroits convergent vers l’intérieur (1 m - 1,13 m) contrairement aux autres qui sont tout simplement droits ; ainsi sa planche de seuil était trapézoïdale (fig. 40). Elle ne possède pas de montants latéraux, d’ailleurs difficilement envisageables dans pareil cas. Aucune trace de porte n’est visible. Par contre son couvrement est suggéré par la partie supérieure, trois rangs de briques liées à la terre, sur lesquels devait sans doute reposer un linteau en bois.

40 - Seuil de la pièce 2

41A l’intérieur, sur une bande de 1,20 m le long du mur ouest, le sol en terre a été renforcé, de façon inégale, par des tuiles plates, entières ou fragmentées (fig. 41), et par des tessons d’amphores.

42Fait notoire, tout au long de son existence, cette pièce présente des traces de foyers dont les premiers indices dans le temps sont des aménagements simples : à l’origine, la combustion avait lieu soit à même le sol, ce dernier est alors rubéfié sur une zone subcirculaire de 50 à 60 cm, soit dans une fosse oblongue d’une dizaine de centimètres d’épaisseur (1,18 m x 0,60 m) dont les parois ont été rougies par le feu (fig. 42).

43Du deuxième aménagement, qui supplante les précédents, ne subsistent que les fondations, constituées de tuiles entières ou brisées et disposées parallèlement ou perpendiculairement aux murs. Cette structure se compose de deux parties :

  • l’une occupe, en partie, une bande de 1,20 m de long située au fond de la pièce, à la fois contre la paroi nord et contre la paroi ouest opposée à son entrée ;

  • la seconde (1,06 m x 0,76 m), elle aussi incomplète, est adossée à l’extrémité sud de la première, c’est à dire dans la partie centrale de la pièce.

44Ce caractère lacunaire rend difficile une interprétation précise. Toutefois, les tuiles noircies, les nodules de terre cuite, les traces de rubéfaction et la nature des matériaux utilisés pour sa confection, qui rappellent ceux utilisés dans la partie artisanale pour les fours, attestent une activitée lié au feu.

41- Pièce 2, vue du nord-ouest

42 - Coupe est-ouest de la pièce 2

45Outre les nombreux tessons d’amphores, cette pièce a livré, avec la pièce 4, 60 % des éléments métalliques de la maison, chiffre difficilement interprétable puisque la majorité de ceux-ci ne sont pas identifiables. Néanmoins, on compte parmi eux six monnaies, sur un total de dix pour la maison, et également les deux seules fibules. Enfin, les déchets osseux trouvés dans cette pièce occupent le troisième rang en quantité pour l’ensemble des pièces de la maison.

46L’élément déterminant pour comprendre le rôle de cette pièce réside dans son articulation avec le vestibule et son absence d’ouverture directe sur l’arrière de la maison. Elle relèverait donc plus d’une fonction tournée vers l’extérieur, du type magasin. En faveur de cette interprétation, on pourrait évoquer le pourcentage élevé d’amphores et les recharges successives du sol, ce qui s’accorde bien avec une pièce de stockage (Fiches 1986, p. 64, pièce 7). Mais dans le cas présent, nombre de ces tessons d’amphores portent des stigmates de feu, et semblent plutôt se rapporter à la structure localisée contre le mur ouest, qui pourrait être un four ou un foyer. Cette pièce a peut-être cumulé plusieurs fonctions, dont celle d’atelier.

47D’autre part, que déduire des témoignages matériels ? C’est une question toujours délicate ; mais replacés dans une réflexion d’ensemble, ces indices ne sont pas à négliger et peuvent donner à ce local un caractère de lieu d’échanges (monnaies) et de vie quotidienne (foyer, fibules, déchets osseux) à un degré de certitude moindre.

48En conclusion, retenons que cette pièce, dont l’ambiance est manifestement utilitaire, a pu regrouper plusieurs activités, et assumer une fonction de maintenance et/ou d’intendance.

La pièce 4 (4,80 m x 2,76 m)

49On pénètre dans cet espace étroit depuis le péristyle, par une porte articulée à droite sur une crapaudine métallique. Il est pourvu d’un sol en terre et ses murs sont recouverts d’un enduit peint de couleur noire.

Entrée de la pièce 4 (0,13/0,15 m x 0,99 m x 0,36 m)

50Ce seuil est constitué par une poutre faisant office d’enmarchement ; les éléments verticaux de l’huisserie sont attestés par la présence d’une crapaudine métallique, insérée dans son angle nord-ouest à 0,10 m du pied-droit (fig. 43). Ce témoin autorise la restitution d’un montant de même dimension de ce côté, et par symétrie sur le côté opposé. La largeur totale prévue peut ainsi être estimée à 1,19 m, montants inclus, largeur qui permet de conclure à l’existence, côté extérieur de l’embrasure, d’une porte à battant unique.

51L’empreinte d’un petit meuble en bois (0,56 m x 0,50 m) (fig. 44) subsiste près de l’angle sud-ouest (un négatif du même genre a été retrouvé dans la cuisine de la maison à l’Emblema Mosaïqué). En arrière de celui-ci, occupant tout le fond de la pièce, est aménagé un réduit d’une profondeur totale de 1,28 m pour 0,80 m utile, limité par un mur en terre enduit seulement du côté de la pièce.

43 - Seuil de la pièce 4

44 - Empreinte d’un petit mobilier en bois (pièce 4)

52La pièce 4 est au nombre de celles qui sont munies d’éléments chauffants et comme pour la pièce 2 de manière permanente, du début à la fin de son occupation. Effectivement, à chaque réfection de sol correspond une structure de combustion, il est vrai à des emplacements différents (fig. 45).

53Durant la phase 1, c’est l’angle nord-ouest qui est équipé d’un four, composé d’un alandier (0,54 m x 0,48 m) prolongeant un laboratoire rectangulaire (1,12 m x 0,56 m) au fond duquel, à 0,20 m en contrebas du sol, trois mœllons alignés devaient supporter la sole, dont il ne subsiste rien. Les parois sont montées en petits mœllons de granite et de micaschiste associés à des débris de tuiles, liés avec de la terre. Seule une faible partie de l’élévation (5 à 10 cm) est conservée le long du mur contre lequel elle s’adosse.

45 – Coupe nord-sud de la pièce 4

54Sur le plan fonctionnel, et comparativement à la pièce 2, son mobilier se démarque sur trois points : une proportion moindre d’amphores, mais une quantité plus élevée de céramique fine et de déchets osseux. A proximité immédiate de cette pièce a été trouvé le seul fragment de meule de la maison. Quant au réduit, il pouvait s’agir d’un espace de rangement ou encore d’un foyer surélevé. Cette hypothèse, mise en rapport avec le contexte et le devenir de ce local à l’état 2, reste la plus plausible.

  • 5 Même si ce point n’a pas été abordé, l’eau a pu être présente dans la pièce, car il est possible qu (...)

55Le mobilier archéologique permet d’orienter cette pièce davantage vers la “table” plutôt que le stockage. Interprétation que semble bien corroborer le cadre : la présence d’un four, et peut-être d’une surface de travail et de cuisson au fond de la pièce, la sobriété du décor (enduit noir) et du sol en terre5, toutes conditions qui sont réunies pour voir dans cette pièce une cuisine (fig. 46).

Les pièces 5 et 6

56Passage obligé pour accéder à la dernière pièce de cette aile (pièce 6), la pièce 5 s’ouvre dans l’angle sud-est du péristyle. Ses dimensions (3,72 m x 3,28 m ; 12 m2) sont inférieures à celles de la pièce 6 (4,76 m x 3,06 m ; 14 m2).

46- Pièce 4 vue de l’ouest

47 - Pièce 5 vue du sud

57Toutes deux présentent un sol de dallettes de terre cuite (fig. 47). Il est aménagé horizontalement dans la pièce 6 tandis que, dans la pièce 5, il est en pente vers le seuil. Ce dernier est doté d’une évacuation. Sur le sol de la pièce 5 subsistait par endroit une fine pellicule de cendres et de charbons de bois.

58La pièce 5 offre les traces d’un seuil de bois bien calé à l’aide de mortier (larg. 0,81 m ; prof. 0,21 m), qui faisait office de marche pour un dénivelé de 0,23 m entre le sol du portique et celui de la pièce (fig. 48). L’existence de montants verticaux n’a pas été reconnue, mais étant donné la position de la porte par rapport au mur pignon de l’aile est (cf. supra), dont l’élévation maçonnée a pu être plus importante, leur présence n’était pas utile. Rien ne subsiste non plus de la fermeture, pourtant probable si l’on s’en réfère au caractère privé indéniable de ces pièces. Dans cette éventualité, le système d’articulation a pu être identique à celui de l’entrée de la pièce 6.

59Sous le seuil, l’orifice d’une canalisation en tuiles placée juste au contact de la poutre évacuait les eaux du sol de la pièce.

60La porte placée entre les pièces 5 et 6 est la plus petite des ouvertures de la maison avec 0,795 m prévu dans le gros œuvre (0,70 m en décomptant les enduits peints). Le seuil n’est pas matérialisé au sol, les pavements des pièces 5 et 6 étant jointifs. A titre comparatif, soulignons l’absence de montants en bois.

48 - Seuil de la pièce 5

  • 6 Une si petite dimension n’exclut pas la possibilité d’une porte à deux ventaux (cf. : Carandini 198 (...)

61La présence, à droite, d’un gond encore fiché dans le mur à 0,27 m du sol indique que cette embrasure était vraisemblablement fermée côté extérieur. Dans le pied-droit opposé, subsiste l’empreinte d’une pièce de bois, disposée horizontalement à 0,25 m - 0,34 m du sol, et affleurant aussi bien le nu intérieur qu’extérieur du mur et du tableau de l’embrasure. Il faut peut-être voir là un dispositif visant à insérer un gond symétrique au précédent, puisque les hauteurs par rapport au sol correspondent et qu’il aurait été délicat de l’insérer directement dans la maçonnerie étant donné la proximité de l’angle. Dans cette hypothèse, il s’agirait d’une porte à deux vantaux, dont la dimension totale 0,80 m, est donnée par la feuillure (retrait d’épaisseur dans l’enduit dont l’arète est chanfreinée)6. Exceptionnellement, sa hauteur de 1,96 m est connue grâce à la restauration des enduits peints (cf. pièces 5 et 6 phase 2).

Décor des pièces 5 et 6
  • 7 L’étude des peintures réalisée par M.-J. Bodolec et A. Le Bot-Helly a mis en évidence deux groupes (...)

62Leurs peintures murales, les mieux préservées de la maison (en place ou écroulées), nous permettent de nous faire une idée précise du style de la décoration de ces pièces7 (cf. infra).

63Pour la première phase, seul le décor de la pièce 5 est connu. Schématiquement, il est constitué d’une sous-plinthe noire mouchetée de blanc, jaune et vert et d’une plinthe noire mouchetée de jaune, découpée en grands et petits panneaux. Cette dernière est surmontée par une grande zone rouge scandée par de fines colonnettes blanches. La hauteur totale est comprise entre 2,40 m et 2,85 m.

64Pour déterminer la fonction de ces deux pièces, la nature de leur sol, unique dans la maison, permet déjà qualitativement de les détacher nettement du groupe précédent. Les dallages de terre cuite, sous cette forme ou disposés en opus spicatum, renvoient à des pièces ou des aires liées directement ou indirectement à la présence de l’eau : bassins, salles thermales, cours, palestres, cuisines, latrines, etc. Ces deux pièces ont-elles un rapport, de près ou de loin, avec un usage hydraulique qui permettrait de préciser leur fonction ?

65Ce rapport existe pour la pièce 5, puisqu’elle a été dotée, en son point le plus bas sous le seuil, d’une canalisation dont le seul usage était de drainer des eaux provenant de la surface du sol. Mais si la présence de l’eau est certifiée au moins pour cette pièce, reste à déterminer à quelle fin elle a été utilisée.

66Par ailleurs, ce sol fournit indirectement d’autres indications précieuses susceptibles de renseigner sur son encombrement et, par voie de conséquence, sur les activités qui s’y déroulaient. Ces informations sont données par des altérations qui traduisent deux phénomènes :

  • des zones d’usure, conséquences de la fréquentation ;

    • 8 L’argument est plus difficile à manier pour l’autre pièce, puisque la zone altérée correspond à l’e (...)

    des traces de rubéfaction, résultat d’une combustion liée vraisemblablement à un moyen de chauffage ou d’éclairage, puisqu’aucune trace d’incendie n’a été reconnue par ailleurs. Ainsi, les deux tiers nord de la pièce 6, se distinguent de la partie arrière, car les deux types d’altération s’y trouvent concentrés. De même, ces traces sont plus fortement marquées dans la moitié ouest de la pièce 5. On peut donc admettre, au moins pour la pièce 68, que les aires peu fréquentées ont pu être encombrées de mobilier lourd (lit, armoire ou autre), tandis que les autres, tout en étant réservées à la circulation, ont pu être occupées par des éléments mobiles (tables, braseros). Pour la pièce 5, il faut retenir la présence quasi certaine, contre la paroi ouest, d’un grand foyer mobile (lm x lm) probablement un brasero.

67Un autre élément d’appréciation est la manière dont ces deux pièces s’articulent et s’intègrent dans le plan de la maison. D’une part, elles sont très liées et présentent une similitude de sol : elles ont donc très certainement fonctionné ensemble, la pièce 5 constituant alors l’antichambre de la pièce 6, plus confinée. D’autre part, l’exiguïté semble de rigueur, en dimensions comme en volume, et même pour les ouvertures, qui sont étonnamment réduites, tant en largeur qu’en hauteur.

68Ainsi nous disposons de nombreux indices sans qu’aucun d’eux ne soit caractéristique d’une fonction précise.

69Prenons le foyer de la pièce 5 par exemple. Au regard du contexte, on peut exclure une utilisation artisanale, mais il a pu aussi bien servir à faire cuire ou réchauffer des aliments qu’à chauffer la pièce.

  • 9 Comme la cuisine de la villa de Settefinestre (Carandini 1985, p. 53, pièce 72), le triclinium de l (...)
  • 10 Cf. : Casa dei Ceii avec peinture dans une cour à Pompéi, (De Vos 1976, pp. 189-191).
  • 11 Voir Vitruve, livre. 6 6. : balnearia...conuincta sint culinae. Cela se vérifie souvent à Pompéi. ( (...)

70De même, l’eau pouvait être utilisée aussi bien pour nettoyer le sol dans une cuisine ou une salle à manger, que pour des ablutions dans une salle de bains9, ou tout simplement provenir des eaux pluviales d’une cour10. Même incertitude pour la pièce 6. En effet la présence possible d’un lit ou d’une banquette au fond, nous renvoie soit à une chambre, soit à une petite salle à manger. Mais ce mobilier peut être tout autre, et pourquoi pas une baignoire dont l’eau aurait été chauffée via la pièce 411. Dans cette optique, il s’agirait d’une salle de bain chauffée.

71En résumé, ces deux pièces ont donc pu avoir plusieurs destinations possibles. Plutôt que trancher en faveur d’une hypothèse ou d’une autre, retenons le caractère peut-être plus utilitaire de la pièce 5 et, au contraire, le caractère retiré de la pièce 6, nettement mise à l’écart du péristyle.

L’aile orientale

72Ce corps de bâtiment, se compose des quatre pièces 7, 8, 9 et 10 ; toutes pourvues de sols de béton. Les deux plus grandes, respectivement au nord (pièce 10) et au centre (pièce 9), occupent toute la profondeur de l’aile, dont la largeur varie du nord au sud de 8,97 m à 9,26 m. Les deux autres sont en enfilade, la pièce 7 étant en avant de la 8, seule pièce à ne pas avoir une ouverture sur le péristyle (fig. 49).

73Les deux grandes pièces sont de largeur sensiblement identique : 5,76 m (pièce 10) et 5,78 m (pièce 9) ; il en va de même pour les deux plus petites : 4,04 m (pièce 7) et 4,08 m (pièce 8).

La pièce 7

74L’accès principal de cette petite pièce de 12 m2 (Larg. 4,04 m ; long. 3,28 m), est assez large (1,50 m). Il se trouve dans l’axe de la branche sud du portique. Elle possède, en outre, une ouverture vers la pièce 8 et une autre vers la pièce 9.

49 - Vue générale de l’aile orientale

75Les dimensions des montants et du seuil de l’entrée principale sont connues avec précision : 0,35 m x 0,20 m pour le montant nord ; 1,12 m x 0,35 m x 0,17 m pour le seuil et 0,35 m x 0,18 m pour le montant sud. Ils reposent sur un lit de morceaux de tuiles égalisé en surface avec de la terre. La marche est de 0,12 m au départ (fig. 50).

50 - Seuil de la pièce 7, b : seuil entre les pièces 7 et 9

76Les deux autres ouvertures sont :

  • l’une, à l’est, vers la pièce 8 (1,14 m à 1,17 m) ;

  • l’autre au nord (1,40 m) vers la pièce 9, (cf. fig. 50) avec sans doute un seuil en bois surélevé par rapport au sol, si l’on retient la présence des enduits à son contact.

77Son sol est entièrement couvert d’un béton qui présente un aspect grisâtre avec de nombreuses inclusions d’éclats de calcaires blanc, gris et noir.

78Du décor peint, nous ne connaissons que la plinthe qui présente un fond gris moucheté. On note l’absence de sous-plinthe présente ailleurs (pièce 5).

79L’existence d’un sol de béton démontre qu’avec cette pièce, nous abordons la partie résidentielle de la maison. En outre, l’usure bien homogène de ce sol signifie que la pièce n’était sans doute pas encombrée de mobilier, si ce n’est contre le mur face à l’entrée (où quelques traces noircies suggèrent un éclairage ou un petit chauffage) et traduit plutôt de fréquents passages. La principale fonction de cette pièce aurait donc été d’assurer une transition, après le passage du vestibule et du péristyle, avant de pénétrer dans l’intimité de la maison.

La pièce 8

80A l’identique de la précédente, un sol de béton couvre toute sa surface (22 m2) (Larg. 4,08 m ; long. 5,49 m). Le passage depuis la pièce 7 devait se faire par une porte à double battant dont il subsiste les crapaudines métalliques. Cette porte est remarquablement conservée. En effet, le seuil a été moulé dans le mortier des sols des pièces 7 et 8 qu’il sépare. A cette empreinte, s’ajoutent deux crapaudines métalliques de part et d’autre sur ce négatif (fig. 51, 52). Ainsi, exceptionnellement, nous pouvons restituer précisément toutes les parties boisées de cette ouverture.

51 - Seuil de la pièce 8

52 - Enfilade des pièces 7 et 8

81A l’intérieur d’un espace réservé dans la maçonnerie (1,14 m - 1,17 m) se trouvent une poutre de seuil (1,00 x 0,38 x 0,16 m) et deux montants latéraux (nord : 0,38 x 0,06 m ; sud : 0,38 x 0,08 m). Une porte à deux vantaux, dont seules subsistent les crapaudines, venait s’insérer du côté de la pièce 7. Enfin, un encadrement (peut-être également en bois) fut appliqué, masquant du côté de la pièce 7, les deux montants et les axes de rotation des vantaux (nord : 0,15 x 0,03 m et sud : 0,22 x 0,03 m) qui, dès lors, ne pouvaient s’ouvrir que vers l’intérieur.

82D’un point de vue technique, l’usage de la crapaudine constitue le deuxième type d’articulation de porte employé dans la maison : un système de rotation sur pivot (5 à 6 cm de diamètre) reposant, non pas directement sur le seuil en bois, mais sur une plaque de métal quadrangulaire (8 à 9 cm de côté) qui sert à la fois de guide pour le mouvement et de butée pour les efforts verticaux.

83C’est le seul espace qui, dans cette aile, soit doté de façon permanente d’un foyer (ou d’une cheminée ?) de briques et de tuiles. Cette souche est adossée, en son centre, à la paroi ouest, ce qui indique une certaine recherche dans son emplacement (fig. 53).

84Quant à la décoration murale, nous pouvons cette fois en restituer le schéma : la plinthe grise mouchetée de vert, rouge et noir, assez semblable à celle de la pièce précédente, est surmontée d’une zone noire découpée en petits et grands panneaux par des filets violets.

53 - Détail de la souche de foyer ou cheminée de la pièce 8 et sa démolition

  • 12 Cette différence d’aspect du sol aurait pu être attribuée à un soin inégal apporté au lissage du so (...)

85Pour déterminer la destination de la pièce, l’usure différentielle12 du béton apporte à nouveau une précieuse indication : le fond de la pièce laisse voir une bande de 1,50 m non fréquentée, dans laquelle il faut peut-être reconnaître l’emplacement d’une banquette ou d’un lit.

86Compte tenu de ces différents éléments, cette pièce peut correspondre aussi bien à une chambre qu’à un salon ou encore à une sorte de salle de séjour, qui selon l’acceptation moderne du terme, sert à la fois de salle à manger commune (cf. infra) et de pièce de réception.

La pièce 9

87Avec une superficie d’un peu plus de 50 m2, (9,16 m x 5,78 m) c’est la pièce la plus vaste de la maison (fig. 54). Son emplacement central lui donne en exclusivité la perspective sur cour par une grande baie de 3,48 m, peut-être redivisée en plusieurs passages. A l’intérieur, elle est également pourvue d’un sol de béton analogue aux précédents (pièces 7 et 8).

88Malgré la présence d’un enduit, l’existence d’un éventuel passage vers la pièce 7, abordé précédemment, est conforté par la présence de tuiles marquant une césure nette sur le mur mitoyen, à 1,40 m de l’angle sud-ouest de cette pièce. Ce procédé est habituellement utilisé dans la maison pour la finition des angles et des pied-droits de portes.

89Il apparaît donc qu’elle était l’unique grande pièce de la maison, tout au moins dans sa phase initiale (pièce 10), prééminence peut-être accentuée par la mise en place d’une fontaine dans la cour. A l’évidence, il s’agissait de la pièce maîtresse, peut-être une grande salle de réception.

La pièce 10

90Il est difficile de rendre compte de son apparence première, car seul le mur ouest et une petite portion du mur nord appartiennent à la première phase. Il est bien sûr possible que le sol et les parois nord et est d’origine aient disparu à la faveur des réaménagements de la seconde phase. Mais certaines anomalies méritent d’être soulignées, entraînant du même coup une incertitude quant à l’existence de cette pièce durant cette première phase.

91Premièrement, les angles nord-ouest et nord-est de la pièce 9, donc au contact de celle-ci, sont chaînés et finis extérieurement, comme s’il n’était pas prévu de poursuivre le bâtiment de ce côté.

92Ensuite, dans le même ordre d’idée, la construction postérieure des parois nord et est n’a que très peu entamé le substrat, le laissant à un niveau incompatible avec les premiers systèmes de fondations en gradins, puisque se trouvant bien au-dessus de ceux de la pièce 9.

93Enfin, il semble étrange que la réfection de son mur de façade intervienne en même temps que celle du mur périmétral du péristyle et non pas avec les murs nord et est qui lui sont propres. D’autant que les autres pièces, 7 et 9, en contact avec le péristyle, sont restées telles quelles. Cela sous-entend peut-être qu’au moment de l’agrandissement du péristyle, cette pièce n’était pas encore construite.

54 - Seuil de la pièce 9

94Dès lors, bien que cela paraisse curieux, il faudrait admettre que ce corps oriental était resté inachevé.

Le péristyle

95L’espace central de la maison est occupé par une cour entourée au nord, à l’est et au sud par trois portiques de largeur égale (3,50 m).

96Plusieurs indices démontrent que ce péristyle, tel qu’il apparaît dans sa phase finale, a subi plusieurs remaniements : la pièce 3 et les murets obstruant les entrecolonnements sont visiblement postérieurs aux colonnes et à leurs supports, puisque ces derniers sont englobés à l’intérieur et qu’ils condamnent l’utilisation du premier réseau d’évacuation qui traversait la cour. Le mur périmétral, qui se superpose à un mur antérieur en façade de la pièce 10, semble également le fruit d’un remaniement.

97L’absence d’un premier mur de clôture, sous-jacent à l’ouest, pose le problème de l’extension du péristyle primitif. S’étendait-il au-delà de ce mur ? En fait, la stratigraphie montre qu’il était, à l’origine, en retrait et que sa limite, représentée en négatif par une tranchée, ne dépassait que légèrement l’aile sud. Cette correspondance se retrouve également d’un point de vue métrique, puisque si l’on met en relation la colonnade et cette aile, et que l’on projette une cinquième et une sixième colonne, cette dernière coïncide exactement avec l’extrémité de l’aile sud sur laquelle la charpente a dû prendre appui. Ces éléments laissent donc supposer un premier péristyle proche du carré (17,74 m nord-sud x 16,40 m est-ouest), comprenant quatre travées dans le sens nord-sud et cinq travées dans le sens est-ouest, auxquelles une sixième travée a été rajoutée plus tard.

55 - Détail d’une colonne en brique englobée par le mur postérieur

56 - Empreinte d’une colonne en brique sur un soubassement en calcaire

98L’orientation du péristyle ne résulte sans doute pas du hasard. En effet, sachant que la colline qui le surplombe au sud-est faisait ombrage durant la plus grande partie de la matinée, la cour orientée vers l’ouest captait donc au maximum la lumière et la chaleur pour le restant de la journée. Cela permet de comprendre que le corps principal de la maison, le plus profond, avec en particulier la pièce 9, se situe dans cet axe.

99Le cadre étant restitué, il nous reste à en observer quelques détails.

100La colonnade comporte des fûts maçonnés à l’aide de briques demi-circulaires (diamètre : 0,30 m), puis enduits et lissés de mortier blanc (diamètre maximal : 0,37 m). Les colonnes reposent sur des bases de calcaire grossièrement taillées et de dimensions variables, qui sont disposées à peu près à l’horizontale (au moins pour la file sud), soit directement sur le substrat, soit sur une fondation maçonnée (fig. 55, 56).

  • 13 L’étude palynologique a été éffectuée par Patrice Brenac.

101Les sols sont constitués de terre végétale pour la partie centrale, sans doute aménagée en jardin (altitude 184, 60 m), et de terre prélevée dans le substrat pour les portiques. Les deux parties, tout en étant de plain-pied, sont aménagées avec de faibles pentes, probablement pour faciliter le drainage de la cour. Une analyse palynologique a été entreprise sur trois échantillons prélevés sur la coupe stratigraphique dans la partie sud du jardin13. Le contenu pollinique est relativement peu riche et le comptage a été effectué sur plusieurs lames pour chaque échantillon. Le spectre pollinique comprend une assez grande diversité d’herbacées dont certaines familles peuvent inclure des plantes ornementales (Composées tubuliflores, Caryophylacées). Les plantes rudérales (c’est à dire celles qui croissent dans les sites fortement transformés par l’homme, comme les décombres ou les lieux incultes à proximité des habitations) dominent : famille des Chénopodiacées, des Graminées, et les genres suivants : ortie, armoise, plantain (Plantago lanceolata), cette dernière pouvant être associée aux plantes messicoles (liées aux cultures de céréales). On note également deux espèces de fougères. Le noyer (Juglans) et la vigne (Vitis) pouvaient être cultivés aux abords du site. Enfin, le pin (Pinus) est relativement bien représenté, mais on sait que le très fort taux de pollinisation du pin et les facultés de dispersion de ses pollens induisent souvent une surreprésentation de cette essence. Cette cour a donc pu être aménagée en jardin d’agrément.

57 - Evacuations successives dans le péristyle provenant de la pièce 5

102Le tracé du réseau hydraulique suscite également quelques remarques. Une canalisation en bois, dont seul subsiste le négatif, traverse en oblique cour et portiques. L’évacuation de la pièce 5 s’y raccorde. Sur cette branche principale du réseau vient se greffer dans la cour, le long de la colonnade orientale, une seconde canalisation qui se poursuit jusqu’à l’angle sud-est (fig. 57, 58).

103La branche principale passe exactement à l’aplomb de l’emplacement futur d’un bassin ou d’une fontaine, dont l’existence n’est certifiée qu’à la deuxième phase. Envisager l’existence d’un premier bassin à cet endroit, dans l’axe de la pièce 9, nous semble donc tout à fait plausible sans que nous puissions la démontrer. Cette hypothèse implique évidemment la question de son éventuelle alimentation en eau. Là encore, l’adduction n’est formellement attestée que pour la deuxième phase. Mais dans son parcours extérieur, elle se superpose à une tranchée antérieure destinée peut-être à amener l’eau dans la maison, même si elle n’en a jamais franchi le seuil.

58 - Coupe est-ouest dans l’angle sud-est de la cour

  • 14 Son aboutissement dans la pièce 4 à pu passer inaperçu étant donné sa profondeur, ou bien elle a pu (...)

104On peut également s’interroger sur l’origine des eaux évacuées par la branche secondaire. En rapport avec sa position, deux possibilités s’offrent à nous : soit elle évacuait une partie des eaux pluviales puisqu’elle venait de l’angle sud-est du péristyle, soit elle est à mettre en relation avec la pièce 414.

105A la dimension utilitaire de ce lieu (circulation, air, lumière, drainage), peut être ajoutée, sans risques, une dimension ornementale nettement accentuée par la disposition axiale de la pièce 9, salle de réception par excellence.

59 - Plan général des vestiges (pér. II, phase 2)

PHASE 2

L’aile sud

106Cette aile n’a que très peu évolué au cours du temps (fig. 59).

La pièce 1B

107Le vestibule a été divisé en deux parties par une cloison : à l’est, la pièce 1B (4,84 m x 2,62 m, alt. 185,28 m), à l’ouest, un couloir qui devait desservir la nouvelle pièce par son angle nord-ouest, comme le laisse supposer une interruption de 1,08 m du muret. A ce corridor correspond le passage en sous-sol d’une conduite d’eau venant de l’extérieur vers le portique et la cour (fig. 60).

60 - Coupe est-ouest de la pièce 1

108Cette partition a eu pour effet de réduire de moitié l’entrée principale de la maison. Excepté sa nouvelle dimension (1,64 m), le seuil a conservé son aspect initial (fig. 38 Β). Du côté ouest, le passage d’une adduction a cassé son soubassement.

109Le côté utilitaire du vestibule relevé dans le premier état s’affirme davantage, puisqu’il est désormais réduit à sa plus simple expression, c’est à dire un étroit couloir. La pièce 1B, quant à elle, vient certainement combler un besoin, qui ne peut être que domestique car elle est placée sous l’escalier : il s’agit probablement d’une loge ou d’un débarras.

110La pièce 2, hormis les recharges de sol consécutives à son utilisation, n’a pas subi de modifications.

La pièce 4

111Dans l’angle nord-ouest, une autre structure supplante le premier four et a probablement joué le même rôle.

112Le mur délimitant le réduit au fond de la pièce a été arasé, mais cet emplacement semble avoir conservé sa fonction primitive, puisque que le sol de la pièce, qui est alors ragréé, marque encore une interruption à 0,70 m du mur du fond, laissant une bande dépourvue de trace d’occupation (cf. fig. 45). Cet espace est donc visiblement accessible depuis la partie nord de la pièce, confirmant l’hypothèse émise pour l’état d’une utilisation en rapport avec la cuisine. La suppression du mur vise peut-être à rendre sa partie inférieure utilisable, pour le stockage par exemple.

61 - Négatif d’une canalisation en bois de la pièce 4

113Les enduits de la pièce et ceux de l’espace du fond sont refaits, mais dans ce dernier uniquement avec de la chaux pure.

114Le long de sa paroi orientale, la pièce est désormais dotée d’une canalisation qui se rattache au réseau d’évacuation. Deux potelets, placés à son extrémité, peuvent marquer l’emplacement d’un réceptacle (environ 0,50 m x 1 m) (fig. 6l).

115Dans une phase ultime, le sol a été à nouveau ragréé et un foyer, constitué de deux tuiles plates posées à l’envers, est installé contre le “réceptacle” (fig. 62). Tous ces éléments confortent l’hypothèse d’une cuisine, la présence de l’eau, maintenant certifiée, étant un bon complément des usages culinaires.

62 - Base de foyer (pér.II, phase 2)

Pièces 5 et 6

116Si l’intérieur de la pièce 5 reste inchangé, son accès ne se fait plus désormais par le portique, mais uniquement par la pièce 7 (fig. 63).

117L’entrée précédente est condamnée au profit d’une autre, percée juste à proximité dans le mur donnant sur la pièce 7. Ce dernier seuil, également en bois (0,35 x 0,81 m), était surélevé au minimum de 14 cm par rapport au sol le plus haut et protégé par un enduit, du côté de la pièce 5, vraisemblablement pour éviter le contact de l’eau (cf. infra). Cette ouverture, d’une largeur identique à la précédente, a pu recevoir la même porte.

  • 15 Un arrachement des dallettes de sol. nettement visible sur 44 cm au-devant de ce seuil bouché, pour (...)

118A l’emplacement de l’ouverture initiale prend place un réceptacle15 directement branché sur l’évacuation qui est alors refaite. Ce dernier aménagement correspondrait bien à l’hypothèse déjà envisagée d’une salle d’ablutions.

119Il semble que le décor de la pièce 6 ait été refait à cette époque selon le schéma suivant : au-dessus d’une sous-plinthe violacée, une plinthe noire mouchetée de jaune et blanc est découpée en petits et grands panneaux. La zone supérieure est divisée en grands panneaux rouges et petits panneaux noirs correspondant à ceux de la plinthe. L’intérieur de ces inter-panneaux est décoré de candélabres végétalisants, tandis que les grands sont ornés de tableaux, de couronnes ou de guirlandes. En outre, cette peinture nous permet de situer la hauteur de la porte (à encorbellement cintré) à 1,96 m, et celle du plafond à 2,40 m.

120Le thème particulier de ce tableau (xenia) évoque le décor d’une petite salle à manger. Notons également la liaison, directe cette fois, avec la partie résidentielle, ce qui confirme, si besoin est, l’appartenance de ces pièces à la sphère privée de la maison (fig. 64).

63 - Seuil de la pièce 5

64 - Seuil de la pièce 6

L’aile orientale

Pièce 7

121Les seules transformations perceptibles concernent uniquement les ouvertures. Ainsi l’accès à la pièce 9 est obstrué, tandis qu’une nouvelle ouverture est pratiquée dans la paroi opposée (sud). Elle permet de pénétrer dans les pièces 5 et 6 par l’intermédiaire d’une marche. La vocation de cette pièce ne change donc pas.

Pièce 8

122En apparence rien ne la différencie de son aspect primitif. La majorité des éléments retrouvés dans cette pièce (céramique, demi-fûts de colonne en brique, fragments de tuiles et une tête sculptée en calcaire) portent des traces de chauffe évidentes, dues à la proximité directe du foyer ou de la cheminée de la pièce. De plus, ils proviennent d’un ensemble de couches cendreuses piétinées, toutes liées au fonctionnement de ce foyer.

123Le lot de céramiques, si l’on excepte celui de la cour, est le troisième en importance parmi ceux retrouvés dans les dix pièces de la maison. Si l’on considère la céramique comme un témoin significatif de la vie quotidienne, on constate que cette pièce, avec les pièces 2 et 4, se détache nettement des autres en abritant des activités bien spécifiques. Reste à identifier celle de la pièce 8. L’examen comparatif des proportions relatives des grandes catégories de céramique pièce par pièce, rapproche ce lot de celui de la pièce 4, plutôt que de celui de la pièce 2, avec un faible pourcentage d’amphores et un important lot de céramique commune. Cette impression se confirme avec le décompte des déchets osseux, car ces deux pièces (8 et 4) ont livré près des 3/4 du total de la maison.

124Ces deux pièces auraient donc des fonctions liées à la cuisine ou à la table. La pièce 8, plus grande, se prêterait mieux aux repas que la précédente. Elle a donc pu faire office de salle à manger (d’hiver ?) comme cela avait été envisagé pour la phase précédente.

Pièce 9

125Les remaniements de cette pièce intéressent une fois encore uniquement les accès. Celui vers la pièce 7 est muré. Cette modification, somme toute mineure, ne remet nullement en cause le statut de la pièce, qui reste la pièce maîtresse de la maison.

Pièce 10

126De même superficie que la pièce 9 (50 m2, 9,02 m x 5,76 m), elle présente un sol de béton d’aspect sensiblement similaire aux autres (alt. 184,76 m). Elle est accessible par un seuil latéral (1,50 m) axé sur la branche nord du péristyle, donc légèrement en retrait par rapport à la cour.

127Peu de choses subsistent de son intérieur : l’isolation du mur septentrional a été particulièrement soignée avec un plaquage de fragments de tuiles. Cette même paroi a conservé, sur une largeur d’environ 1,60 m depuis l’angle nord-est, la base d’un décor pictural sous forme d’une plinthe grise mouchetée de rouge et de vert (hauteur : 0,40 m). Cette plinthe se trouve en retrait de 3 à 4 cm par rapport au placage de tuiles. Ce curieux renfoncement peut correspondre soit à un décalage chronologique (le placage serait alors postérieur à la peinture, mais on comprend mal alors pourquoi il n’a pas été poursuivi jusqu’au bout), soit à l’intégration d’un quelconque élément mobilier.

128Notre connaissance de l’entrée reste incomplète. Sa dimension totale (1,50 m x 0,28/0,30 m x 0,22 m) est restituée indirectement grâce au sol de béton débordant sur la façade. Bien que le sol du portique n’existât plus à cet emplacement, on peut, en le projetant (cette portion étant horizontale) envisager un passage de plain-pied pour ce seuil.

  • 16 Pour ne citer que quelques exemples régionaux : la “maison aux Masques”, rue des Farges à Lyon, pos (...)

129Aucun élément caractéristique ne permet de définir la destination exacte de cette pièce. Si l’on retient le critère de superficie, le vocable “deuxième salon” peut lui être rattaché. La coexistence de plusieurs salons de grandes dimensions dans une même demeure, est attestée dans d’autres maisons contemporaines16.

Le vide sanitaire

130A la même époque et pour des raisons de salubrité, ce corps de bâtiment a été ceint, à l’est et en partie au sud, par un mur de 0,60 m de large. Ce dispositif, en constituant un vide-sanitaire de 0,80 m à 1 m de large, visait à l’isoler de la colline. A l’intérieur, le fond devait être constitué d’une couche d’éclats de calcaire à matrice argileuse (0,14 m d’épaisseur), repérée uniquement à son extrémité sud où elle dépasse de 0,70 m le niveau du sol de la pièce 5.

Le péristyle

131Comme nous l’avons suggéré précédemment, le péristyle est augmenté vers l’ouest d’une sixième travée, ce qui porte sa dimension à 18,18 m dans ce sens par 17,74 m dans l’autre.

132Il est intéressant de noter que la base des colonnes ainsi que leurs supports sont désormais noyés dans un muret qui ferme les entrecolonnements, tout en ménageant sans doute certains passages sur la cour. Le lissage du muret au même niveau que les sols entre les deux premières colonnes de la file orientale, serait peut-être la trace d’un de ces passages.

133Il semble bien que, dans un dernier temps, la colonne centrale faisant face à la pièce 9 ait été supprimée ou bien reportée plus haut, peut-être dans le cadre d’une réfection de la fontaine que nous aborderons maintenant.

134Le réseau hydraulique est effectivement entièrement refait durant cette seconde phase (cf. fig. 58). Il comporte toujours deux branches d’évacuation, l’une venant de la pièce 5, l’autre de la pièce 4. Au passage de la deuxième branche de ce réseau, le long de la colonnade dans la cour, correspond en face de la pièce 9 une sorte de couronne métallique, qui marque sans doute le raccordement d’une fontaine disparue (fig. 65). Progrès notable, cette fontaine est alimentée par une adduction venant de l’extérieur par l’intermédiaire du couloir d’entrée au sud (fig. 66).

135A la faveur de ces travaux, les sols et les enduits du péristyle (dont il subsiste une partie de la plinthe grise moucheté), sont entièrement remis à neuf, tandis qu’une nouvelle pièce (pièce 3) est créée au détriment de l’extrémité de sa branche sud.

65 - Evacuation en plomb d’un bassin de fontaine (?)

66 - Coupe est-ouest dans la branche est du portique

La pièce 3

136De petites dimensions (4,56 m x 3,52 m), cette pièce possède un large seuil centré (1,48 x 0,32 m) qui fait également office d’emmarchement, puisque le sol se trouve 10 cm plus haut que celui du portique. Sa profondeur (0,32 cm) ne coïncidant pas avec celle du mur, une épaisseur de 22 cm à 23 cm de mortier graveleux a été ajoutée à la poutre sur le côté intérieur pour retomber à l’aplomb du sol ; ce dernier conservait l’empreinte d’un coffrage ou d’un doublage décoratif (cf. seuil pièce 8).

137Le sol de béton est incrusté de marbre rouge, tonalité que prolongent ses peintures murales. Au fond, un élément mobilier devait masquer l’absence de ces incrustations sur une profondeur de 1,40 m, dimension assez confortable pour installer une literie. Ce type de découpage, prévoyant au sol l’emplacement d’un meuble, correspond habituellement à une chambre (fig. 67). Cette proposition peut être retenue, en notant toutefois qu’elle résulte éventuellement du transfert de fonction de la pièce 8 (Thébert 1985 : p. 345).

LE SECTEUR ARTISANAL

INSTALLATION

138Plusieurs indices nous invitent à repousser l’aménagement de ce secteur après la construction de la phase initiale de la maison (fig. 68).

67 - Pièce 3 vue de l’ouest

68 - Vue générale du secteur artisanal et du chemin d’accès depuis le nord-ouest

139Tout d’abord, le sol de cet espace se trouve à 0,50 m en contrebas de celui de la pièce 2 adjacente. Cela implique, par conséquent, un terrassement préalable, par ailleurs confirmé par l’absence des colluvions supérieures au substrat que l’on retrouve dans la pièce 2. Or, une telle modification de terrain ne semble pas avoir été prévue dans le système de fondation de la maison de ce côté-ci. En effet, le niveau inférieur coïncide avec le bas des murs, ce qui est inhabituel dans le cas d’une terrasse. Par contre, le mur qui date de l’agrandissement du péristyle est, quant a lui, profondément ancré dans le sol, ce qui est alors tout à fait compatible avec une telle dénivellation. La stratigraphie appuie cette idée, puisque la contemporanéité de cette phase du péristyle et des sols de ce secteur est assurée.

DESCRIPTION

140La zone située devant la cour n’a pu être sondée que sur une petite superficie (10 m2), aussi il ne nous est pas possible de savoir si elle était ou non bâtie. En revanche, le secteur directement dans le prolongement de l’aile sud a été suffisamment reconnu (30 m2) pour identifier une portion d’un bâtiment à caractère artisanal. L’extension précise de cette partie (avec un minimum de 5,70 m) comprise entre deux murs, orientés est-ouest, de facture médiocre et distants de 4,80 m, demeure inconnue vers l’ouest.

141Néanmoins, ce que l’on en connaît peut s’organiser ainsi : il existe deux accès, l’un au sud et l’autre au nord (largeur 0,92 m) ; à l’intérieur, le sol est en terre battue. Sur la gauche du second seuil, on note la présence de deux fours (fig. 69).

69 - Détail de deux fours au batterie

142Ces derniers, établis parallèlement et séparés seulement par une dizaine de centimètres, présentaient tous deux les mêmes caractéristiques : un alandier en fosse (0,25 m à 0,30 m sous le sol) légèrement oblong (0,69 x 0,64 m pour le four oriental et 0,62 m x 0,60 m pour l’autre), prolongé par un conduit plus étroit (largeur 0,26 m à 0,28 m ; longueur 0,40 m à 0,50 m), dont l’extrémité est encadrée de deux fragments de tuiles. Rien ne subsistait du foyer ni de l’élévation.

143Lors d’un réaménagement, la répartition de ces activités ne semble pas remise en cause : en effet les deux fours ainsi que tout le fond de l’atelier, sur une profondeur de 2,10 m, ont été confinés à l’intérieur d’un nouveau découpage. Ce dernier est matérialisé par des sablières basses insérées dans le sol. C’est à ce moment-là aussi que la partie correspondant aux conduits est reconstruite en dur (briques, calcaire) avec à l’avant un foyer commun alors nettement délimité.

144Ultime réfection enfin, après une recharge du sol, on note que la cloison est en partie supprimée au profit d’un mur en baïonnette construit légèrement en arrière.

145Après sa désaffection, cet atelier a servi de dépotoir, comme en témoignent les nombreux fragments de céramique recueillis en cet endroit.

INTERPRÉTATION

146On peut, sans trop de difficulté, apparenter ces structures de combustion à des foyers ou des fours, selon qu’ils aient été ou non clos en partie supérieure. Il est moins aisé, par contre, de déterminer leur usage au seul vu de leur plan. Heureusement, quelques éléments annexes nous renseignent sur la nature de cette activité. Ce sont notamment des coulures de métal, des résidus ainsi que des fragments de grands creusets trouvés sur place ou directement à proximité, qui indiquent qu’il s’agit d’un atelier de métallurgie du bronze et ou du cuivre (plusieurs creusets comparables ont été trouvés lors des fouilles de la place Valmy à Lyon, chantier dirigé par M. Le Nezet).

LA VOIRIE D’ACCES

147Elle est connue sur une surface de 54m2 (fig. 70, 71). Primitivement, elle était réduite à un simple chemin, grossièrement empierré (largeur 3 m), bordé à l’est par un mur de pierres sèches. Son tracé, suivi sur près de six mètres, s’éloignait de l’entrée principale de la maison, à laquelle elle correspondait, en direction du sud selon les courbes naturelles, c’est-à-dire en oblique par rapport à l’axe du vestibule. L’interruption de cette chaussée, à 1,56 m du seuil, marque, avec une poutre sablière, un traitement particulier de cet accès. Il pourrait s’agir, en l’occurrence d’un porche d’entrée sous appentis (prothyrion).

148Sur sa gauche, ce chemin était bordé d’un fossé, large d’un mètre pour 0,65 m de profondeur, interrompu à 0,60 m de la façade.

149Dans un deuxième temps, sa bordure orientale a été décalée d’environ 2,50 m vers l’ouest, tandis que l’autre rive est élargie. Simultanément, la chaussée est ragréée et surélevée d’une trentaine de centimètres avec, à 0,10 m au-dessus, un trottoir de galets large de 2,20 m, aménagé contre le mur de lisière. A nouveau, le devant de porte se distingue du reste, avec de grandes dalles de micaschistes, qui induisent peut-être la présence d’un porche.

150Qu’est-il advenu du fossé de bordure précédent ? Avant son comblement total, une conduite d’eau en bois y fut installée qui, en obliquant légèrement, alimentait la maison à travers le seuil et le vestibule.

70 - Chemin d’accès avec trottoir (?)

71 - Coupe est-ouest du chemin d’accès

LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION

151Quatre domaines, touchant uniquement au gros-œuvre, seront abordés ici. Ce sont respectivement les murs, les colonnes et leurs supports, les ouvertures, et enfin les sols.

LES MURS

152Les murs sont considérés ici en tant qu’éléments structurants, et sont donc dissociés de leurs revêtements qui participent d’une autre fonction (isolation, décor).

LES MATÉRIAUX

153Conservés sur une hauteur de 0,70 m maximum au-dessus des sols, les murs présentent une certaine diversité de matériaux lithiques. Deux faciès ont été mis en évidence en rapport avec leur emplacement, soit dans l’habitat (faciès 1), soit en dehors (faciès 2) :

154L’analyse de ces proportions fait ressortir une certaine homogénéité, avec l’emploi à l’intérieur de l’habitat de 90 % de roches cristallines - en majorité des granites - et à l’inverse, une majorité de galets et de remplois à l’extérieur. Il y aurait donc deux circuits d’approvisionnement avec, d’une part l’emploi de mœllons de carrière (faciès 1) et d’autre part un ramassage de matériaux hétéroclites (faciès 2).

155Cette différence, habitat/hors-habitat, reste valable pour la deuxième phase, mais les faciès respectifs sont nettement différents :

156Le faciès habitat, tout en restant dans la famille des roches cristallines, comporte cette fois une majorité de micaschistes. Cette tendance, même si elle n’est pas aussi marquée, est confirmée pour le faciès extérieur, où les roches cristallines - avec le micaschiste également majoritaire et associé au granite-, rivalisent à hauteur égale cette fois avec les autres types de matériaux.

  • 17 Les débris de micaschiste observés en bordure de la voie du secteur 2A sont peut être à mettre en r (...)

157Ainsi, même avec d’autres matériaux, les différences relevées à la phase précédente subsistent encore. Même si le faciès de la première phase est particulier, la présence de micaschiste dès cette époque s’accorde avec notre connaissance du marché de la pierre à Lugdunum17 (Desbat 1984, p. 27 ; Délavai, à paraître).

72 - Semelle de fondation du mur périmétral est de la phase 1

LES TECHNIQUES

La maison dans son état initial

158Les fondations, dont la profondeur par rapport aux sols varie entre 0,10 m et 0,75 m, ont été construites soit dans des tranchées de 0,60 m à 1 m de large, soit directement contre des terrasses.

159Deux types de fondations ont été identifiés : dans le premier, la largeur coïncide avec celle de l’élévation, soit 0,48 m ; dans le second, que l’on peut qualifier de semelle large, elle déborde de 0,15 m à 0,30 m du nu extérieur de certains murs périmétraux (fig. 72).

160Hormis cette distinction, leurs matériaux sont disposés et liés de la même manière : au-dessus de blocs de granite, généralement de grande taille (0,30 m à 0,40 m) et parfois de galets, des blocs plus petits (0,15 m à 0,20 m), bruts d’extraction, sont plus ou moins bien assemblés en quinconce et liés entre eux avec du mortier jusqu’à hauteur de 0,40 m - 0,50 m. La surface est régularisée par des éléments plats, micaschistes et/ou tuiles, pour recevoir l’élévation.

161Une contrainte directement liée à la configuration du terrain devait être résolue. En effet, la pente de 7 à 20 %, même préalablement aménagée en deux terrasses, imposait de contenir les poussées latérales dues à ces différences de niveaux. Elle a été résolue par un jeu de gradins, le mur le plus bas étant ancré plus profondément dans le sol, évitant ainsi tout glissement. Pour parfaire ce système, certains murs clés ont été dotés de semelles de fondation plus puissantes, de 0,60 m à 0,80 m de largeur. C’est le cas notamment du côté oriental fondé contre la colline, et de l’aboutissement de cette chaîne, à savoir les murs qui clôturent la cour au nord et à l’ouest.

162On pourrait qualifier la méthode utilisée pour asseoir ce bâtiment, de “système massif à gradins”.

163Dans les parties aériennes, la mise en œuvre des mêmes matériaux n’est pas fondamentalement différente ; on observe seulement un soin particulier dans le parement par une sélection plus rigoureuse des mœllons (fig. 73, 74). Le plus souvent, c’est le clivage naturel de la roche qui a été utilisé, tandis que les blocs de chaînage ou de jambages de porte ont subi des retouches pour en dresser les faces visibles ; dans la plupart des cas cependant, ces têtes de murs ont été confectionnées avec des tuiles de remploi.

  • 18 Nous n’avons pas voulu utiliser le terme “banchée” mentionné par A. Audin (Audin 1972, p. 38), car (...)
  • 19 L’observation attentive de ces murs, pour peu que leur état d’arasement nous l’ait permise, a révél (...)

164Le principe du montage reste le même : au-dessus d’éléments d’assez grande taille, des mœllons plus petits sont montés irrégulièrement (pas d’assise visible) avec un mortier identique, mais sur une hauteur plus réduite (environ 0,30 m), puis la surface est régularisée avec des éléments plats et du mortier. Ce procédé est ensuite répété autant de fois que nécessaire sur une hauteur semblable, faisant de celui-ci une sorte “d’assise module”18. Cette technique a ainsi l’avantage de régulariser la mise en œuvre d’un matériau irrégulier19

73 - Le parement d’une élévation de la phase 1

74 - Détail de l’élévation des murs encadrant le seuil de la pièce 6

Elévation en terre

165En l’absence d’indices d’une élévation en pisé (terre caillouteuse), nous avons écarté ce mode de construction, d’autant qu’il est inconnu à Lyon à cette époque (Desbat 1985). De même, l’absence d’éléments caractéristiques telles que sablière basse ou traces de poteaux verticaux permet d’écarter la technique du pan de bois.

166Les seuls témoins de l’élévation sont d’une part une cloison faite de briques crues, mais dépourvue de solin (pièce 4) et, d’autre part, des traces de briques de terre crues dans les couches de démolition. De fait, la largeur des murs (0,48 m) correspond bien au format de ce type de briques (0,44 m x 0,30 m soit 1,5 pied x 1 pied) habituellement employées dans l’adobe (Desbat 1985) (fig. 75).

167Un autre indice appuie l’hypothèse d’un mur d’adobe assumant le rôle porteur : le type de fondation décrit précédemment (système massif), par une meilleure répartition des charges, s’accorde parfaitement avec cette technique, contrairement à la technique du colombage, qui concentre en un nombre de points réduits la charge transmise par des éléments verticaux.

75- Mur d’adobe de la pièce 4

168C’est le substrat lœssique qui a fourni le matériau pour la fabrication de ces briques et un calcul rapide, sur la base d’environ 5 m d’élévation, permet d’évaluer à environ 230 m3 le volume de terre nécessaire, largement couvert par le volume décaissé pour l’implantation (280 m3) (cf. supra).

169Précisons que les seuls solins repérés de manière certaine ne concernent que des murs de refend aussi bien dans l’aile sud que dans l’aile est.

170Les murs périmétraux s’élèvent en moyenne entre 0,70 m et 0,75 m au-dessus des sols, montrant une élévation maçonnée plus importante que les solins décrits précédemment (0,44 m). Cette différence dans l’élévation s’ajoute à celle déjà remarquée pour les fondations ; elle semble bien indiquer un statut différent en rapport avec la topographie. En effet, au sud, le substrat est à plus de 2 m au dessus des sols, et ces murs, qui devaient assumer un rôle de soutènement, ont été dotés d’une élévation maçonnée plus importante. Mais il ne faut pas, toutefois, exclure la possibilité d’une superstructure de terre à un niveau supérieur, qui n’est pas incompatible avec une hauteur de 0,70 m-0,75 m, puisqu’il existe des cas de solins de 0,90 m de hauteur (Colardelle 1977, p. 75 ; Desbat 1985, p. 59 et p. 61, rue des Larges à Lyon où se trouvent un soubassement de 0,90 m de haut et même un muret en petit appareil de 1 m de haut).

171Dans cette maison construite au début du 1er s. (sous Tibère), les techniques mises en œuvre aussi bien pour les solins que pour l’adobe qui les surmonte (Desbat 1985, p.75) sont semblables à celles utilisées pendant la période augustéenne.

Les réfections

172Hormis la différence des matériaux, les techniques de fondation ne diffèrent pas de celles de la période précédente. Les mœllons sont disposés, sans ordre particulier, à l’intérieur d’une tranchée ou contre une paroi avec une grande quantité de mortier, jusqu’à constituer le même type d’assise ou de rang que précédemment. La surface est ici régularisée uniquement avec de petits mœllons de micaschiste (environ 5 cm d’épaisseur) et du mortier. Le schéma précédent, en terrasses et en gradins, n’est pas remis en cause : au contraire, il semble être complété et renforcé par deux dispositifs nouveaux observés aux extrémités est et ouest.

173Le premier dispositif concerne la construction d’un mur épais (0,60 m, soit 2 pieds) à une distance de 0,88 m (3 pieds) du mur qui clôture le corps oriental du côté de la colline. Il désolidarise donc ce dernier d’une grande partie de la paroi naturelle, lui faisant perdre son rôle de soutènement, mais contribue certainement à la salubrité des pièces de cette aile, en créant un vide, même partiellement comblé.

174Si ce dispositif est fermé au nord, dans le prolongement du mur septentrional de cette même aile, en revanche, l’extension de la fouille n’a pas permis de localiser une éventuelle fermeture au sud. Peut-être se poursuivait-il en partie devant la façade de l’aile sud, mais pas au-delà de la pièce 6, puisqu’il n’existe plus après le mur s’appuyant sur cette façade en amont de la pièce 4. Dans sa limite ouest, vers la partie basse de la cour, il n’a pu être observé sur toute sa longueur. Néanmoins, sa fonction peut être cernée grâce à quelques observations topographiques. Ce mur est fondé à environ 1,50 m en-dessous du niveau de sol de la cour. Cette profondeur ne peut s’expliquer que par un rôle de soutènement, rôle confirmé par les niveaux contemporains à l’extérieur de la cour, qui se situent entre 0,60 m et 0,90 m en contrebas. Cette différence devait certainement s’accentuer vers le nord pour approcher à cet endroit 1,90 m environ.

Les élévations

175La même technique de montage qu’à l’état antérieur a été employée : par assises de 25 cm à

17630 cm, avec des mœllons plus gros à la base et un plus grand soin au niveau du parement. L’un de ces murs (pièce 10, à l’est) conservé à 0,78 m au dessus du sol, était marqué par un retrait d’épaisseur de 4 cm tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, ce qui porte sa largeur entre 44 cm et 48 cm. Cette largeur, avec celle des autres murs contemporains, correspond au module utilisé à l’état 1. C’est le seul indice, avec la présence d’un enduit de terre dans la pièce 3, qui permette d’avancer l’hypothèse d’une élévation en terre.

LES SEUILS

177Le bon état de conservation des ouvertures permet de connaître les circulations intérieures et a autorisé une étude détaillée des seuils (cf. supra).

178Tous les seuils de la maison, hormis deux cas, étaient en bois. Sauf condition exceptionnelle (milieu humide), c’est un matériau périssable et il est difficile à partir de leur seule empreinte d’établir une typologie précise de ces seuils et de déceler d’éventuelles traces d’huisseries. Malgré cette incertitude, à laquelle s’ajoutent d’éventuelles récupérations, certaines ouvertures sont suffisamment bien préservées pour donner une idée convenable de leur état initial. Les ouvertures ont été décrites lors de la présentation par pièce. Nous en avons ici établi un code descriptif qui permet de reconnaître quatre groupes, en fonction de la seule dimension attestée avec certitude, celle prévue dans le gros œuvre (mur ou sol) (fig. 76).

76 - Les seuils de la maison aux Xenia

77- Seuil de la pièce 4

78 - Seuil de la pièce 8

79 - Seuil de la pièce 9

179Les ouvertures de cette maison présentent une grande variété de dimensions, positions ou de systèmes d’articulation (fig. 77, 78, 79). Cet éventail de solutions techniques montre une certaine aptitude à moduler les ouvertures en fonction de la nature des espaces, de leurs positions ou selon d’autres critères encore. Par exemple, la petitesse des ouvertures des pièces 5 et 6, s’explique probablement par la volonté de limiter les déperditions de chaleur, ou, à l’opposé, la grande baie axiale de la pièce 9 favorise cette fois-ci les échanges.

180Le bois était omniprésent dans le traitement des ouvertures, sans que le recours à la maçonnerie soit exclu, le couvrement cintré de l’entrée de la pièce 6 est là pour l’illustrer.

LES SOLS

181L’aménagement des sols intervient après le revêtement des murs. Dans cette maison, on en distingue deux catégories : les sols en terre et les sols “en dur”, eux-mêmes divisés en deux types de traitement de surface, soit trois types de sols.

182Les sols de la première catégorie, la mieux représentée en superficie (74 %), sont constitués de lœss ou de lehm prélevé du substrat, utilisé pur ou avec des inclusions diverses (résidus de mortier, cailloutis, débris de tuiles ou briques, etc.). Leur épaisseur varie de 2 à 10 cm. Ils régularisent une surface inégale à la suite de la construction des murs, ou d’un remblaiement de matériaux hétérogènes destinés à porter le sol à la hauteur voulue.

183Les deux types de la deuxième catégorie sont des sols de béton pour les pièces 7 à 10 et des sols en dallettes de terre cuite pour les pièces 5 et 6. Les chapes de bétons ont été constmites en trois temps :

    • 20 Adam note que les étapes de travail préconisées par Vitruve (livre VII, 14-19) sont généralement re (...)

    mise en place, sur une épaisseur de 6 cm à 10 cm, d’un radier de gros galets ou statumen, (fig. 80) (diamètre 6-8 cm à 10-12 cm)20

  • couverture par une chape de 4 cm a 5 cm d’épaisseur, de mortier ou rudus, contenant des graviers ;

  • pose d’une couche de 5 cm d’épaisseur, composée d’éclats de calcaire de trois couleurs (blanc, gris et noir, les blancs étant en surnombre) et de mortier dont la surface est soigneusement lissée (fig. 81) (nucleus)

184Si les deux premières étapes, pose d’un radier puis d’une chape se sont vraisemblablement succédé rapidement, celle du revêtement final a été précédée par la pose d’un enduit de tuileau sur une hauteur de 10 cm à la base des murs, avant qu’ils ne soient recouverts par des enduits de terre et de mortiers.

185Notons que ces sols de béton ont moulé les huisseries des portes, prouvant l’antériorité de celles-ci dans le processus de construction.

186Le sol en dallettes de terre cuite, des pièces 5 et 6, repose sur une préparation identique à celle des précédents-radier de galets et chape d’égalisation caillouteuse-mais ici, elle est recouverte par une couche de mortier plus fin, destinée à recevoir alors qu’il est encore frais, les dallettes de terre cuite posées à plat (fig. 82). Ces dallettes rectangulaires (6,1 x 4,9 x 1,3 cm en moyenne) d’un ton orangé, variant de l’une à l’autre (jaune-brun-rouge), sont disposées régulièrement à plat, une rangée dans un sens (longueur) alternant avec une autre dans le sens opposé (largeur) (fig. 83). Les interstices de 1 mm à 2 mm ont été comblés par un mortier de tuileau, utilisé aussi pour la base des murs (cf. supra).

80 - Vue en coupe d’un sol de béton (per. II, phase 1)

81 - Vue de dessus d’un sol de béton

82 - Vue en coupe du sol de briquettes de la pièce 6

83 - Vue de dessus du sol de briquettes

187Quantitativement, cela représente une moyenne de 317 dallettes au mètre carré, soit un total d’environ 8 400 pour le sol des deux pièces. Une telle disposition n’est pas courante, mais elle peut refléter une volonté d’économiser la quantité de dallettes employées. Ainsi l’opus spicatum, disposition plus fréquente pour ce type de matériau, requiert environ 1200 pièces au mètre carré, soit près de 4 fois plus.

188La deuxième phase voit, à côté d’une réfection de tous les sols en terre, la construction de deux nouveaux sols de béton dans les pièces 10 et 3. Celui de la pièce 3 apporte une nouveauté avec un décor d’incrustations de marbres, répartis de manière aléatoire tous les 10 cm, sur un fond de petits éclats blancs, noirs et rouges. Les fragments de marbre présentent des formes variées (triangles, carrés, rectangles, polygones) et des couleurs différentes (blanc, blanc veiné de gris ou de rouge, rouge).

189Ce sol laisse apparaître une partition dans la longueur de la pièce, isolant deux bandes de 50 cm à 60 cm de large, à fond noir et blanc sans incrustation, l’une devant le seuil, l’autre à 1,44 m à l’arrière de la pièce (soit environ 1/3 de la longueur).

LES DÉCORS PICTURAUX

190L’ensemble des enduits retrouvés sur l’emprise de la villa de Vaise ont été systématiquement recueillis avec l’aide de l’Atelier interdépartemental (Rhône-Isère) de Restauration des Mosaïques. Ces enduits formaient pour l’essentiel une couche de démolition directement posée sur les sols du dernier état de la villa (cf. fig. 59). Sur les sept décors qui ont pu être identifiés, six ont été retrouvés très partiellement conservés sur la base des murs (pièces 5 à 8, 10 et péristyle) ; seulement trois d’entre eux, moins fragmentaires, ont pu donner lieu à une restitution (pièces 6, 5 et 8) ; l’un d’eux, complet du sol au plafond, a permis à une restauration. Une nature morte (xenia) représentée sur ce décor a donné son nom à la maison.

191Les décors peints de l’époque romaine sont le plus souvent retrouvés sous forme de fragments dans des niveaux de démolition. Pour isoler chaque décor et les recomposer partiellement, il est indispensable de réaliser des inventaires descriptifs très précis qui prennent en compte tous les éléments qui composent le support et tous les détails du décor (fig. 84). Seule cette méthode autorise des rapprochements entre fragments ou ensembles de fragments, qui permettent d’aller au-delà des simples évidences archéologiques que constituent les collages entre fragments. Bien que la lecture de ces détails (dimensions, n° d’inventaire, etc) soit fastidieuse, nous sommes obligés d’en faire état car ces éléments constituent les preuves sur lesquelles reposent nos hypothèses de reconstitution. Les fragments et leurs inventaires seront déposés au Musée de la civilisation galloromaine de Lyon. Un double de la documentation sera déposé au service régional de l’archéologie.

84 - Pièce n° 5 paroi ouest restitution

DESCRIPTION DES DÉCORS

PIECE 8

192La moitié du sol de terrazzo de la pièce 8 (5,49 m x 4,08 m) était recouverte, du côté sud, par des enduits peints provenant des élévations situées à proximité immédiate. Sur les murs sud et ouest la base du décor était conservée en place, sur une hauteur maximum de 0,45 m dans l’angle sud-ouest. La surface picturale des plinthes conservées in situ, comme celle des peintures effondrées, était en très mauvais état, ce qui interdit toute restauration.

Le support

193Le mortier a été étalé en trois couches ; la couche superficielle de couleur beige est épaisse de 0,5 à 1 cm. Elle est composée de sable brillant et anguleux, de chaux et de cristaux de gypse ou de quartz. Ces cristaux allongés de 3 mm en moyenne mesurent jusqu’à 4 mm au maximum. La couche n° 2 dont l’épaisseur varie de 0,5 à 1,5 cm est légèrement rosée (fragments de tuileau) : la chaux, mal mélangée, forme des nodules de 0,1 à 0,3 mm. La troisième couche est épaisse de 1 à 3 cm ; elle est grise ; la chaux, mal mélangée, forme, là aussi, de nombreux nodules. Le revers de cette couche porte des empreintes en arêtes de poisson qui permettaient un meilleur accrochage entre cette couche et un enduit de terre assez sableux qui recouvrait directement le mur. Il est évident, malgré quelques petites nuances telles que la granulométrie de la couche superficielle, que ce support est similaire à celui de la pièce 5 (voir infra). Cet indice suffit à prouver que les peintures des deux pièces ont été réalisées par le même atelier.

Le décor

  • 21 Les numéros d’inventaires cités dans ce chapitre correspondent à un inventaire individualisé des en (...)

194La zone 1, ou partie basse, à la différence de la pièce 5, ne comporte pas de sous-plinthe. Nous ne connaissons pas la hauteur de la plinthe ; elle est conservée sur 0,45 m au maximum sans que soit visible le raccord au bandeau. Cette plinthe grise, mouchetée de tâches assez grossières (0,5 à 0,7 cm) (Inv. 3/1)21 vertes, rouges et noires imite le marbre. Aucune partition verticale n’a été retrouvée. Cette zone était limitée au sommet par un bandeau large 11 à 11,5 cm (Inv. n° 3/1). Il s’agit, comme dans les pièces 5 et 6, d’une succession de filets et de bandes qui imitent une corniche en marbre ou en stuc. De bas en haut, on reconnaît un filet noir de 0,8 cm, un filet blanc de 0,8 cm, un filet beige de 0,4 cm, un filet blanc de 0,4 cm, un filet violet de 0,7 cm, un filet blanc de 0,5 cm, une bande verte de 2,3 cm, un filet blanc de 0,4 cm et une bande verte de 2,3 cm. On observe que cette moulure, quoique légèrement différente dans ses effets de relief, est proche par les couleurs utilisées (violet, rose) du bandeau de la pièce 5 (voir infra). Le violet et le rose se retrouvent dans la zone 2, uniquement dans les pièces 8 et 5.

195La très mauvaise conservation des pigments ne nous donne qu’une vue très partielle de la composition de la zone 2. Cette zone est monochrome noire. Elle est découpée en grands et petits panneaux par des filets verticaux larges de 1 cm et constitués de trois traits accolés (rose, violet, rose) (Inv. n° 3/5). Ces filets s’arrêtent, en bas, à la hauteur du bandeau (Inv. n° 3/2). Nous n’avons pas leurs limites au sommet de la paroi. Les petits panneaux verticaux ainsi créés sont larges de 29,5 cm à l’intérieur. Nous ne connaissons pas la largeur des grands panneaux.

196En bas de la zone 2, ou partie médiane, un filet identique court sur toute la longueur de chaque paroi, à 12 cm au-dessus du bandeau, créant ainsi une sorte de prédelle. De la même façon, la zone 2 est limitée au sommet par un filet identique qui court horizontalement, lui aussi, sur toute la longueur de chaque paroi. Ce filet supérieur croise les filets verticaux qui se développent au-delà et qui rythment ainsi une éventuelle troisième zone dont nous ne connaissons pas la hauteur. Les petits panneaux de la zone 2 sont occupés par un candélabre (Inv. n° 3/5). Ces candélabres reposent sur le sommet du bandeau par un petit pied évasé large de 4 cm. La tige qui passe du vert au vert clair est épaisse de 1,5 à 2 cm. Deux ombelles au moins (en forme de coupelles renversées) décorent cette tige (Inv. n° 3/6). Situées au sommet de la zone 2, ces ombelles sont distantes de 2 cm : l’ombelle supérieure est à 1 cm du filet qui limite la zone 2. Le candélabre se développe au-dessus de ce filet sur une hauteur inconnue. En bas comme en haut, il passe donc devant les filets horizontaux et crée ainsi un effet de profondeur. Les ombelles larges de 4,5 cm sont vertes ; le dessous de l’ombelle supérieure est traité en blanc. L’ombelle inférieure est décorée d’une petite boule verte posée à son extrémité (fig. 85).

85- Décor de la pièce 8, paroi est

197Dans chaque angle, les parois sont soulignées par une bande verte verticale large de 5 cm, bordée par un filet blanc de 0,6 cm (Inv. n° 3/3). Un petit champ noir qui varie de 11 à 13 cm de large est limité par un filet rose, violet, rose de 1 cm. Au-delà se développe un grand panneau noir.

Propositions de restitutions des parois de la pièce 8

198Dans la mesure où seuls des éléments de plinthe étaient conservés sur les murs et en l’absence de partitions verticales dans cette zone, nos restitutions sont hypothétiques.

199La fouille a montré, grâce à l’usure du sol de terrazzo, que c’est au pied de la paroi est, en face de l’entrée et d’un foyer, que le mobilier principal était disposé. Cette paroi qui constitue le petit côté de la pièce mesure 4,08 m de long. En plaçant au centre un grand panneau, et sachant qu’en général ces panneaux varient entre 1,20 m et 1,40 m de large, trois grands panneaux de 1,33 m environ (entre-axe des candélabres) devaient rythmer la paroi est. Cette restitution nous paraît confortée, dans la mesure où ce module nous permet d’inscrire précisément quatre panneaux sur les grands côtés de la pièce qui mesurent 5,49 m. En ce qui concerne le petit côté ouest, on note que la porte à double battant large de 1,17 m trouve sans difficulté sa place dans le décor ainsi restitué, puisque son piédroit se trouve à 6 cm du petit panneau. De la même façon, le foyer large de 0,90 m, s’inscrit parfaitement au-dessous du grand champ noir large de 1,10 m, situé au centre de la paroi.

200Le décor est trop mal conservé pour que nous puissions en fixer la hauteur. Seule une hauteur minimale peut être donnée au regard des dimensions assez importantes de la pièce 8, qui ne devrait pas être inférieure à 2,80 m. En effet les décors que nous avons pu restituer jusqu’à présent dans la région, hormis les décors de péristyle, varient le plus souvent entre 2,80 et 3,10 m de hauteur.

PIECE 5

  • 22 Malgré son mauvais état de conservation, ce fragment (Inv. n° 2/1) a été déposé par l’Atelier à tit (...)
  • 23 Ce fragment relevé sur le mur au l/10ème n’a pas été déposé.
  • 24 Un chanfrein observé dans le mortier a conduit à retenir l’hypothèse d’un encadrement en bois pour (...)

201Le décor pariétal de la pièce 5 (3,64 m x 2,24 m) était conservé très partiellement à la base du mur est, plus précisément dans l’angle sud-est, sur une longueur de 1,33 m et sur une hauteur de 0,69 m22. Un autre fragment d’une vingtaine de cm de hauteur et de 0,90 m de long était encore en place à la base du mur sud, à l’extrémité ouest, à proximité immédiate de la porte qui menait à la pièce 623. Un troisième fragment était également en place sur le mur ouest près du piédroit de la porte sud-ouest24. Le reste du décor était effondré sur le dallage en terre cuite de la pièce, au pied du mur sud. A peine l/10ème du décor était donc conservé. Les peintures restées en place, malgré leur mauvais état de conservation, présentent l’avantage de situer l’emplacement de deux découpages verticaux du décor (Inv. n° 2/1 et 2/11). Le fragment conservé sur le mur est donne aussi la hauteur de la “zone 1” (c’est à dire sous-plinthe, plinthe et bandeau) (Inv. n° 2/1). Enfin, les enduits effondrés qui ont pu être recollés montrent des fragments des angles verticaux des parois (Inv. n° 2/6, 2/9 et 2/14), des fragments de la partie sommitale du décor, au contact du plafond (Inv. n° 2/8, 2/13, 2/15 et 2/16), ainsi que des fragments assez importants des colonnettes qui séparaient verticalement la “zone 2” (Inv. n° 2/7, 2/18 et 2/19) ; l’existence d’un angle qui ne peut appartenir qu’au montant droit d’une porte permet de situer précisément dans l’espace un troisième découpage vertical (colonnettes). Un fragment d’angle convexe suivant une ligne courbe et se développant à droite d’un angle de pièce ne peut trouver sa place qu’en haut et à gauche de la porte qui ouvrait sur la pièce 6 : ce fragment prouve que le sommet de cette porte était cintré. D’après son profil aminci l’enduit qui passait sous le cintre de la porte ne se développait pas au delà de 5 à 6 cm : il butait probablement sur un coffrage ou un cadre dormant. Le cintre de la porte était peut-être omé d’une imposte en bois.

202Le décor de la pièce 5 peut être considéré comme un décor de bonne qualité.

Le support

  • 25 L’identification de ces cristaux devra faire l’objet d’une analyse.

203Le mortier a été étalé en trois couches. Nous décrivons les couches dans le sens inverse de leur pose. La couche superficielle de couleur beige (couche 1) est épaisse de 1 cm en moyenne ; elle est composée de sable, de chaux et de cristaux translucides qui semblent avoir été rajoutés au sable originel : il pourrait s’agir de calcite, de gypse ou de quartz25 ; ces cristaux allongés de 2 mm en moyenne mesurent 3 mm au maximum. Ce type de matériaux est en général rajouté à la couche superficielle, d’abord pour la durcir, mais aussi pour la rendre plus fraîche : “et c’est pourquoi, ils y enduisent les voûtes, les murs et le pavement de poussière de marbre pour avoir plus de fraîcheur” (Varron, I, 59, 2).

204La couche 2 dont l’épaisseur varie de 0,9 cm à 1,5 cm est légèrement rosée ; elle est composée d’un mélange de sable et de chaux qui forme de nombreux nodules (de 1 mm à 4 mm de diamètre). La couleur rosée semble due à un ajout de poussière de tuileau dont on observe de rares fragments de 2 mm au maximum. La couche 3 qui est épaisse de 1 à 3 cm est de couleur grise, elle est composée de chaux et de sable grossier ; les nodules formés par la chaux sont moins nombreux que dans la couche précédente. Ces trois couches constituent le support du décor. D’après les traces en arêtes de poissons visibles au revers de la couche 3, il semble que ce support en mortier de chaux ait été installé, sur la totalité des parois, sur un enduit de terre comme cela est très fréquent à Lyon ou à Vienne. Cet enduit de terre visible derrière les deux fragments conservés in situ s’arrêtait à 0,10 m du sol, où il était remplacé par une mince couche de mortier de tuileau (Inv. n°2/l).

Le décor

205La zone 1 : elle est constituée d’une sous-plinthe haute de 10 à 15 cm. Cette sous-plinthe noire est mouchetée de grosses projections circulaires de pigments jaunes, verts et blancs. Elle est séparée de la plinthe par un filet blanc large de 0,8 à 1 cm. La plinthe haute de 34 cm est noire. Elle est mouchetée de fines projections de pigments jaunes. Ce fond moucheté qui imite le marbre est découpé en petits et grands panneaux par des filets verticaux blanc de 0,8 à 1 cm. La largeur interne des petits panneaux varie de 12 cm à 14 cm. Le seul grand panneau dont nous ayons la longueur sur le mur est mesurait 88 cm (Inv. n° 2/1). La plinthe est limitée au sommet par un bandeau continu, large de 11 cm. Il est composé de bandes et de filets polychromes. De bas en haut, on reconnaît un filet jaune de 0,6 cm, une bande blanche de 3,6 cm, un filet jaune de 0,2 cm, un filet blanc de 0,2 cm, un filet jaune de 0,3 cm, un filet noir de 0,4 cm, un filet violet clair de 0,4 cm, un filet violet foncé de 0,4 cm, un filet blanc de 0,3 cm, un filet noir de 0,6 cm, une bande verte de 1 cm, un filet blanc de 0,2 cm, une bande verte de 2 cm et un filet noir de 0,6 cm. Ce bandeau imite de manière assez naturaliste la corniche en pierre ou en stuc d’un podium.

206La zone 2 monochrome rouge : elle est découpée verticalement par de fines colonnettes. Ces colonnes larges à la base de 4,5 cm au maximum ne mesurent plus que 2,6 cm au sommet. Malgré leurs mauvais état de conservation, il semble qu’elles n’aient jamais eu de bases ; le sommet est couronné par un petit chapiteau stylisé large de 7,4 cm et haut de 1,6 cm. A 0,8 cm au dessous du chapiteau figure un petit bourrelet de 5 mm d’épaisseur. Un effet de relief est donné aux fûts des colonnettes, alternativement à dominante verte ou violette, par une succession de filets : un filet blanc de 0,6 cm, un filet beige de 0,6 cm, un filet blanc de 0,6 cm, un filet violet ou un filet vert de 0,9 cm, un filet blanc de 0,6 cm, un filet beige de 0,6 cm et un filet blanc de 0,6 cm (fig. 86).

86 - Décor de la pièce 5, paroi sud

207Les angles des parois sont soulignés par un bandeau vert de 4 cm limité par un filet blanc de 1 cm qui, en fait, est le retour de la bande supérieure du bandeau qui sépare les zones 1 et 2.

208Les colonnettes supportent un bandeau vert large de 4 cm dont la base est bordée par un filet blanc. Les traces d’un filet blanc large de 0,5 cm, ont été observées au milieu de cette bande. Ce bandeau constitue le retour des bandeaux verticaux qui soulignent les angles des parois. Au dessus de cette bande verte se développe un champ de 7,2 cm qui se caractérise par une surface irrégulière dont la partie basse est rosée. Ce champ correspond certainement à la zone d’accrochage d’une corniche en stuc. Quelques fragments de stuc qui n’ont pas pu être prélevés ont été repérés dans cette pièce, au moment de la fouille. Cette corniche limitait la paroi au ras du plafond.

Propositions de restitutions des parois de la pièce 5

209D’après les rares éléments conservés en place (mur est), nous connaissons la distance entre l’angle d’une paroi et l’axe d’une colonnette : 0,95 m (Inv. n° 2/1). D’autre part, nous connaissons l’emplacement d’une colonnette par rapport au montant droit d’une porte (Inv. n° 2/5). D’après le point de découverte de ces fragments, nous pensons que ce morceau de décor doit être associé à la porte qui dans le mur ouest permet de communiquer entre les pièces 5 et 6. Enfin, grâce aux fragments conservés sur le mur sud (Inv. n° 2/11), nous pouvons restituer l’axe d’une colonnette à 0,66 m de l’angle ouest de la paroi sud. En nous fondant sur ces quelques indices et sur les règles de symétrie et d’axialité généralement mises en œuvre dans les décors pariétaux, il nous semble plausible de restituer une séquence de 0,82 m à 1,10 m environ, selon les parois, pour la partition verticale de la zone 2 du décor de la pièce 5.

210En ce qui concerne la hauteur de la zone 2 et donc la hauteur totale des murs de la pièce 5, puisque nous connaissons la hauteur de la zone 1, deux méthodes de raisonnement nous permettent de proposer deux hypothèses, l’une minimale, l’autre maximale.

211La première méthode consiste à se fonder sur la hauteur de la pièce 6 voisine qui est connue. La hauteur de la plinthe est exactement semblable dans les deux pièces. On est donc tenté de proposer un module identique pour les zones 2. La pièce 5 mesurerait donc 2,40 m de hauteur comme la pièce 6.

212La seconde méthode consiste, en tenant compte de la largeur des colonnettes à la base et au sommet, à évaluer la hauteur maximale des fûts. Cette méthode nous permet de proposer une hauteur maximale de 2,85 m pour les parois de la pièce 5. En dessous de 2,60 m, les colonnettes paraissent difformes. Nous pensons donc que la pièce 5 pouvait être un peu plus haute que la pièce 6.

PIECE 7

213Un fragment de décor adhérait encore à la base de l’angle sud-est de la pièce. Sans sous-plinthe, la plinthe est grise mouchetée. Conservée sur une vingtaine de centimètres, sa hauteur n’a pu être reconstituée ; aucune partition verticale n’a été repérée. Aucun des fragments retrouvés dans la pièce ne semble pouvoir se rapporter au décor de la pièce 7, mais plutôt à celui de la pièce voisine, 8.

214Le support du décor de la pièce 7 est constitué de trois couches. La couche superficielle épaisse de 0,5 cm est blanche, composée de sable fin et de chaux ; la deuxième couche épaisse d’I cm, est rose. Le sable est fin ; on remarque beaucoup de nodules de chaux et de la poussière de tuileau de 2 mm de diamètre au maximum. La troisième couche a 1 cm ; de couleur grise, elle est composée de sable fin et de chaux dont les nodules sont moins denses que dans la couche précédente. Le revers de cette couche porte des empreintes en arête de poisson.

PIECE 6

215La pièce 6 (4,76 m x 3,06 m) était, elle aussi, décorée d’un enduit peint de bonne qualité, mais assez différent par sa facture de celui qui ornait la pièce 5.

  • 26 Ce fragment a été déposé par l’Atelier ; il est conservé provisoirement à Saint-Romain-en-Gal. Des (...)
  • 27 La sous-plinthe n’était plus conservée ; le fragment déposé ne mesure que 0,52 m de hauteur sur 0,5 (...)

216L’enduit était conservé sur la base du mur sud, sur 0,70 m de hauteur environ par rapport au sol (Inv. n° 1/1)26. Il était préservé sur une hauteur de 0,65 cm par rapport au sol sur le mur est, plus précisément dans l’angle sud-est (Inv. n° 1/2)27. Quelques fragments très effacés tenaient encore à la base de la paroi ouest sur une longueur de 1,50 m environ et sur une vingtaine de centimètres de hauteur, au maximum (ces fragments n’ont pas été déposés).

217Le reste du décor a été recueilli en fragments sur le dallage en terre cuite. La majorité des fragments a été retrouvée du coté sud de la pièce 6 : ils étaient presque tous face contre terre. Le remontage a montré que les 9/10ème de ces fragments appartenaient au mur situé entre la porte et l’angle sud-est (Inv. n° 1/3).

  • 28 Le remontage de cette paroi a été réalisé à l’Atelier interdépartemental (Rhône-Isère) de restaurat (...)
  • 29 La restauration ne mesure que 2,35 m de hauteur : la totalité de la sous-plinthe n’est pas conservé (...)

218Malgré la bonne conservation d’une partie d’une paroi, moins de 20 % du décor de la pièce 6 est parvenu jusqu’à nous. Les peintures conservées in situ nous donnent la hauteur de la zone 1 (sous-plinthe, plinthe et bandeau) et le découpage vertical de la paroi sud (zones 1 et 2). Malheureusement en ce qui concerne la zone 2, seul le champ noir d’interpanneau était encore visible (Inv. n° 1/1). Les fragments conservés sur la partie ouest étaient en trop mauvais état pour nous apporter une quelconque information sur la composition du décor. L’essentiel des données a été apporté par la restauration du mur est (entre la porte et l’angle sud-est de la pièce) (Inv. n° 1/1 et 1/3)28. En effet, à quelques centimètres près, le décor a pu être remonté du sol au plafond (un peu plus de 2,40 m) et de l’angle de la pièce au montant de la porte (2,28 m)29.

219La reconstitution générale du décor est cependant compliquée par la découverte dans la pièce 6 de plusieurs fragments dont les motifs sont différents de ceux trouvés en place. En l’absence de raccords indiscutables entre ces motifs et le reste du décor, la facture (supports et pigments) et les modules identiques, nous paraissent suffisants pour les attribuer au même ensemble (Inv. n° 1/4 à 1/7).

220Certaines caractéristiques techniques de l’enduit retrouvé dans la pièce 6, telles que le mortier ou la composition générale, présentent des différences notables avec celles reconnues dans celui de la pièce 5. Cette observation peut témoigner en faveur d’une chronologie relative.

Le support

221Le mortier ne comporte que deux couches. La couche qui porte les pigments ne dépasse pas 4 mm ; elle est composé de chaux et de sable fin (2 mm). La deuxième couche est épaisse de 2 à 4 cm. De couleur beige, elle est composée de chaux et d’un sable assez grossier dont les éléments mesurent 2 mm en moyenne et 5 mm au maximum. Comme dans la pièce 5, cet enduit était isolé du mur par un enduit de terre de 1 à 2 cm d’épaisseur.

Le décor

222La zone 1 : elle est composée d’une sous-plinthe de 14 cm de hauteur en moyenne, d’une couleur violacée indéfinissable. La sous-plinthe est séparée de la plinthe par un filet blanc large de 0,7 cm. La plinthe haute de 35 cm est découpée alternativement de grands et petits panneaux. La largeur des panneaux varie de quelques centimètres selon les parois afin d’adapter au mieux le décor à chacun des pans de murs. Pour les murs les plus longs, les petits panneaux de la zone 1 mesurent 30 cm de large contre 22 cm pour les murs les plus courts (fig. 87).

223La zone 1 de la paroi sud est découpée au centre par un petit panneau large de 22 cm et limité de chaque côté par un filet blanc large de 0,7 cm. De chaque côté, se développent de grands panneaux longs de 1,20 m, limités dans chaque angle par un petit panneau large de 19 à 20 cm.

87 - Proposition de restitution du décor de la pièce 6, paroi est

224Ces petits panneaux d’angle sont séparés de chaque grand panneau par un filet blanc large de 0,7 cm. Le petit panneau central est orné d’une touffe de feuillages allongés de couleur vert foncé. Ce feuillage se détache sur un fond noir uni. Le reste de la plinthe (grands et petits panneaux d’angle) est noir moucheté de petites taches jaunes et blanches.

225La zone 1 de la paroi est, dans sa partie restaurée (Inv. n° 1/2 et 1/3), décorée d’un petit panneau large de 30 cm, bordé de chaque côté par un filet blanc large de 0,7 cm. A droite de ce petit panneau se développe un grand panneau large de 1,23 m ; à gauche le grand panneau ne mesure que 52 cm de large, à cause de l’interruption due à la porte qui conduit à la pièce 5. Dans l’angle sud-est, un deuxième petit panneau large de 19 cm limite le grand panneau de droite. Une touffe de feuillages effilés orne le petit panneau de 30 cm de large : le fond de ce panneau est noir uni. Le reste de la plinthe (grands et petit panneaux) est noir moucheté de petites taches jaunes et blanches.

226En observant la paroi sud et une partie de la paroi est, on note que les petits panneaux de la zone 1 sont de deux sortes : dans les angles des parois, les petits panneaux ne dépassent pas 20 cm de large ; ils sont traités comme les grands panneaux, en noir moucheté. Les petits panneaux qui ne sont pas dans les angles sont un peu plus larges (22 cm à 30 cm) ; ils sont tous ornés de feuillages et leur fond est noir uni.

227Le bandeau qui limite la partie supérieure de la zone 1 peut être qualifié de réaliste : il imite d’assez près une moulure en stuc ou en marbre : le relief est rendu par des effets d’ombres et de lumières. Cette moulure constitue en quelque sorte le sommet d’un podium.

228Ce bandeau large de 10 cm est composé du bas vers le haut d’une bande blanche large de 3,5 cm, d’un filet marron de 0,3 cm de large, d’un filet blanc large de 0,7 cm, d’un filet marron de 0,6 cm, d’une bande verte de 2,5 cm, d’un filet blanc large de 0,5 cm et d’une bande verte de 2 cm. Les filets verticaux qui découpent la plinthe se raccordent à la bande blanche qui limite la base du bandeau. Une ombre portée constituée d’un filet ocre jaune de 0,6 cm de large souligne la base du bandeau entre les filets verticaux de la plinthe, sur toute la longueur de la paroi.

229Ce bandeau a la même dimension générale que celui de la pièce 5 ; cependant les effets de reliefs sont moins soulignés, et surtout les couleurs violet et rose n’apparaissent pas dans la pièce 6, comme c’est le cas dans les pièces 5 et 8.

230La zone 2 : sa composition générale est bien connue grâce à la restauration d’une partie de la paroi est (Inv. n° 1/2 et 1/3). Au-dessus du bandeau elle se développe sur une hauteur de 1,82 m (d’après la restauration). La zone 2 proprement dite mesure 1,69 m de hauteur. Elle est surmontée d’une corniche haute de 13 cm qui court tout autour de la pièce et sert de raccord avec le plafond (Inv. n° 1/3). La zone 2 est divisée verticalement en grands panneaux rouges et petits panneaux (ou interpanneaux) noirs alternés. Les petits panneaux se développent au-dessus des petits panneaux de la zone 1.

231La restauration de la paroi montre deux grands champs rouges séparés par un petit champ noir. Ce champ noir large de 20 cm est limité par deux bandes vertes larges de 1 cm bordées de chaque côté par un filet blanc de 0,4 cm. Ces bandes vertes s’appuient sur la bande supérieure du bandeau qui sépare les zones 1 et 2. Le raccord de cette bande avec la corniche n’est pas conservé. Les deux grands panneaux rouges sont soulignés verticalement, à 1 cm de chaque bande verte bordée de blanc, par un filet blanc de 0,4 cm de large. Ces filets blancs peuvent être lus autant comme les bordures internes des grands panneaux rouges que comme appartenant, à part entière, aux bandes de séparations verticales entre les grands et les petits panneaux. Dans cette seconde hypothèse, la bande de séparation verticale devrait être décrite comme suit : autour d’une bande verte large de 1 cm bordée de chaque côté par un filet blanc large de 0,4 cm se développe, d’un côté, une bande noire large de 0,9 cm suivie d’un filet large de 0,4 cm, de l’autre côté, une bande rouge large de 1 cm suivie d’un filet blanc de 0,4 cm. Toujours dans cette seconde hypothèse, le grand panneau rouge qui se développe à droite de l’interpanneau mesure un peu moins d’1,31 m de large, à l’intérieur du filet blanc. Dans l’angle de la paroi, l’interpanneau est remplacé par un champ noir large de 11,2 cm bordé du côté du grand panneau par un filet blanc de 0,7 cm ; ce champ est lui-même limité dans l’angle de la paroi par une bande verte large de 4 à 5 cm séparée du champ noir par un filet blanc de 0,7 cm. Le grand panneau rouge de gauche n’est conservé que jusqu’au piédroit de la porte sur lequel l’enduit fait retour. Ce retour est attesté au sommet de la porte ; il ne contredit pas l’existence d’un cintre, repéré à partir des fragments d’enduits recueillis dans la pièce 5 (Inv. n° 2/10). Ce panneau rouge mesure 55 cm de large à partir du filet blanc.

232L’interpanneau panneau noir est souligné à 0,9 cm de la bande de séparation verticale verte par un filet blanc de 0,4 cm. Ces filets peuvent être lus, eux aussi, comme les bordures internes de l’interpanneau ou comme appartenant à la bande de séparation verticale entre grands et petits panneaux.

233Dans cette partie de la pièce, chaque panneau petit ou grand porte un décor figuré, sauf le panneau d’angle.

234L’interpanneau est occupé par un candélabre végétalisant qui se développe dans l’axe médian du champ noir sur toute la hauteur de la zone 2. La tige ou hampe est large de 2 cm sur toute la hauteur conservée. Son relief est donné par une suite de couleurs dégradées, blanc, rose et rose foncé. Un ombelle à festons est accrochée sur cette tige à 95 cm de hauteur à partir de la base du candélabre. Deux petits anneaux rouges placés immédiatement au dessous semblent la retenir. Large de 12,5 cm, l’ombelle est blanche ; les parties ombrées sont marron ; aux deux extrémités de l’ombelle un nœud est matérialisé par une coque et un pan de lacet blanc, long de 10 cm au minimum. A l’arrière plan, de chaque côté de la tige, pendent deux autres lacets de 12 cm de long avec perles et pendeloques. Au dessus, aux deux extrémités de l’ombelle se développe une fine volute double, blanche qui évoque un acrotère. Au dessous de cette ombelle s’inscrivait, à l’emplacement d’une lacune, un autre motif attesté par la présence, de chaque côté de la tige et à proximité immédiate, d’un lacet blanc de 15 cm de long, décoré de perles et d’une pendeloque. Ce motif, peut-être une ombelle, se situait à 65 cm au moins à partir de la base du candélabre. Au-dessus de la seule ombelle conservée, à 17 cm environ, deux tiges fines se développent de chaque côté de la hampe du candélabre ; elles se rejoignent sur la hampe, 18 cm plus haut, et forment ainsi un ovale coloré en vert, large de 9 cm. Deux petites feuilles vertes se détachent de chacune des tiges. Il semble que ces deux tiges se croisent vers le haut, derrière la hampe, et retombent de chaque côté de l’ovale. A 30 cm environ au-dessus de l’ovale et au sommet de l’interpanneau quelques traces de pigments blancs prouvent l’existence d’un motif sommital. On notera que l’ombelle ornée de volutes se trouve à 1,55 m du sol, c’est à dire à hauteur d’œil. Il est probable qu’elle constitue le motif privilégié du candélabre.

235Le grand panneau de droite est occupé par un décor original dans les peintures des provinces occidentales, mais courant en Italie : un pinax peint en trompe l’œil ; il s’agit d’un tableau sur bois, protégé par des petits volets pliants (fig. 88).

88 - Pinax dans la pièce 6

  • 30 La base du pinax se trouve à 1,35 m au-dessus du sol.

236Ce tableau large de 43 cm (sans les volets) et haut de 31 cm est suspendu dans l’axe médian du grand panneau. Il est retenu par un large ruban réaliste, gris, brodé et noué sur un filet noir (une tringle ?) qui court horizontalement à un demi centimètre sous la corniche. La broderie est constituée d’une ligne brisée marron. Le système d’attache est assez sophistiqué. Le tableau est attaché dans ses angles supérieurs par deux rubans indépendants. Aux deux points d’attache, chaque ruban forme au-dessus du nœud une large boucle ; une extrémité de chaque ruban retombe derrière le tableau et pend sur une hauteur de 17 cm audessous du tableau. L’extrémité de chacun des rubans est ornée d’un lacet de 4 cm et d’une pendeloque de 2 cm. Les deux autres extrémités servent à suspendre le tableau : elles sont nouées autour de la “tringle” située à 57 cm au-dessus du tableau. Du nœud s’échappent deux boucles et deux pans ondoyants qui redescendent jusqu’à la hauteur des volets. Chaque ruban est prolongé à cette extrémité par deux lacets ornés de deux perles. Le tableau se touve ainsi, comme l’ombelle du candélabre, à peu près à hauteur d’œil pour une personne de taille moyenne30. Le cadre est constitué de quatre baguettes jaunes, larges de 1 cm ; elles forment un croisillon aux deux angles supérieurs. Les volets, jaunes eux aussi, sont constitués chacun de deux battants repliés l’un sur l’autre : chaque battant, de deux panneaux dessinés par des filets larges de 0,4 cm ; c’est par ces filets qui changent de couleur (marron ou jaune clair) selon les côtés que le jeu de l’ombre et de la lumière est rendu. Le tableau lui-même qui mesure 40 cm sur 29 cm est bordé sur ses quatre côtés d’un filet noir large de 0,6 cm à 1,2 cm qui tient lieu d’ombre portée pour le cadre.

237Le sujet est assez courant dans la peinture romaine : il s’agit de xenia, c’est à dire de présents que les hôtes avaient l’habitude de donner ou d’envoyer à ceux qu’ils recevaient, comme marque d’hospitalité et d’amitié. C’était presque toujours des mets délicats et des friandises. Bien que la surface picturale ne soit pas très bien conservée, on reconnaît au premier plan sur un fond rouge foncé et à l’arrière-plan sur un fond bleu (de gauche à droite) :

  • une cruche de couleur marron, probablement en céramique. Son goulot est effilé ; l’anse, fine et très dégagée du col, est décorée d’un ruban blanc. Elle contenait peut-être un vin de qualité.

  • une serviette blanche nouée (ou mappa)

  • un grand couteau avec un manche en os ; la lame très effacée se lit grâce à un tracé préparatoire incisé.

  • un lièvre couché sur le flanc dont les oreilles sont très effacées.

238Au second plan, un coq paré est disposé sur un tissu blanc quadrangulaire décoré de rubans noués de couleur blanche (voir photo de couverture). Ce tissu repose sans doute sur un socle ou une table que l’on ne distingue plus. Deux pommes ou pêches (?) attachées à une tige feuillue sont posées à droite du coq.

239Un oiseau blanc qui peut être un cygne est couché sur le cadre du tableau et lui donne, s’il en était besoin, plus de relief encore. Cet oiseau réaliste contraste curieusement avec la nature morte représentée sur le tableau.

240Le grand panneau de gauche, bien que diminué par la présence de la porte, est décoré d’une couronne de feuillage vert foncé qui pourrait être du laurier. Les feuilles très effacées permettent d’observer le tracé préparatoire incisé.

241Cette grande couronne de 34 cm de diamètre environ était suspendue par un clou peint en trompe-l’œil. Des lemnisques ondoyants dont un seul est conservé pendent de la couronne. Ces rubans, quoiqu’un peu moins larges, sont identiques à ceux qui retiennent le pinax.

242La zone 2 est surmontée d’une corniche en trompe-l’œil censée représenter une suite de moulures en stucs ou en marbre. Elle est composée, du bas vers le haut, d’une succession de lignes colorées : un filet large de 0,7 cm, une bande verte de 3 cm, un filet noir large de 0,7 cm, un filet vert de 0,7 cm, un filet marron de 0,5 cm, une bande blanche de 3,2 cm, un filet rouge de 0,5 cm, une bande blanche de 1 cm, enfin une bande noire de 3 à 4 cm.

243La courbure des fragments de la corniche, à hauteur de la bande noire, montre que la paroi ne peut avoir dépassé 2,50 m de hauteur au grand maximum.

244La zone 2 est conservée sur à peine 5 cm de hauteur sur le mur sud, suffisamment en tous cas pour nous donner la composition générale de la paroi qui est structurée par un interpanneau situé exactement au centre. De cet interpanneau, on ne voit plus que le champ noir large de 19 à 20 cm : c’est exactement la largeur du petit panneau à candélabre de la paroi est. Les grands panneaux rouges sont un peu plus étroits puisqu’ils ne mesurent que 1,21 m à 1,23 m, contre 1,31 m sur la paroi est, à condition naturellement de restituer par symétrie des panneaux d’angle identiques à ceux qui se trouvent sur la paroi est (une bande verte d’angle large de 4 à 5 cm, un filet blanc de 0,7 cm, un champ noir large de 11 cm bordé d’un filet blanc de 0,7 cm). Nous n’avons aucune idée du décor qui pouvait occuper le petit panneau noir et éventuellement les deux grands panneaux rouges.

245Les seuls indices que nous ayons pour la paroi ouest sont quatre groupes de fragments trouvés au pied du mur, en face de la porte (Inv. n° 1/4, 1/7). Dans tous les cas, il s’agit de fragments appartenant au décor d’un petit panneau noir. Au moment de la fouille, ce petit panneau paraissait si différent par son décor de celui du petit panneau à candélabre que l’on a longtemps hésité à l’associer au décor de la pièce 6. Après une étude plus fine, il s’est avéré que la nature du support, comme les modules utilisés, étaient strictement identiques. Nous considérons que ce deuxième type de petit panneau ne constitue qu’une variante d’un même décor.

  • 31 Barbet Α., 1981 p. 967, fig. 17. Cette série est complétée par la liste des bordures ajourées trouv (...)

246Le champ noir est large de 20 cm comme pour les petits panneaux reconnus sur les murs est et sud. Il est limité verticalement de chaque côté par une bordure ajourée qui s’apparente au type 70 f du groupe IX défini par A. Barbet à Pompei31. Il s’agit de “demi-cercles sans alternances de forme, à motifs intercalaires”. Les demi-cercles basés sur un diamètre de 3,5 cm ont été dessinés en jaune clair (filet large de 0,4 cm) à partir d’un tracé préparatoire incisé, réalisé avec un compas. Ces demi-cercles s’accrochent sur un filet vertical blanc, large de 0,5 cm. Le point d’intersection des cercles est souligné par une petite tache verte. De chaque point d’intersection s’échappent deux motifs de double pétale superposés, prolongés par un trait blanc et une petite boule. Le sommet de chaque arc de cercle est décoré de deux petites boules vertes superposées. Le centre des cercles est occupé par une fleurette composée de trois pétales blancs et d’un cœur vert.

247D’après les morceaux recueillis, le petit panneau est décoré, probablement sur toute sa hauteur, par des entrelacs composés d’une succession de deux cornes d’abondances hautes de 14 à 15 cm (Inv. n° 1/4) qui portent des dauphins posés sur le nez et réunis par la queue (fig. 89). Les dauphins ont à peu près la même taille que les cornes d’abondance (Inv. n° 1/5). Chaque ovale ainsi créé est occupé par un objet suspendu à un double lacet blanc : un tympanum ou un carquois, sans doute régulièrement alternés. Chaque objet se trouve à peu près au centre de l’ovale. Un des carquois conservé, qui est comme “tassé” à la base d’un ovale, laisse supposer que nous sommes en présence du sommet de la paroi (Inv. n° 1/7). Les cornes d’abondance qui varient du jaune clair au jaune foncé sont décorées de petits anneaux rouges ; le sommet est festonné de blanc ; chacune porte du côté extérieur un lacet blanc noué qui forme une boucle : l’extrémité du lacet est décorée de deux perles. Au-dessus de chaque nœud se développe une volute blanche. Les dauphins très effilés sont verts : les nageoires et le nez sont rouges. Le traitement des tambourins est classique : beige rosé et verts, ils sont entourés de lacets terminés par des perles. Les carquois jaunes sont bordés de vert. Les entrelacs sont montés à partir d’une ligne verticale incisée tracée dans l’axe médian du champ noir.

Propositions de restitution

248Le décor très différent des deux petits panneaux conservés appartenant à la zone 2 nous conduit à retenir deux hypothèses de restitution pour la composition générale ; soit une distribution bipartite de ces deux types de décors, soit une alternance de ces panneaux tout autour de la pièce.

  • 32 La partition se fait en général sur la base de un tiers-deux-tiers.

249D’un côté, s’il y a eu une distribution bipartite du décor des interpanneaux et donc de la pièce32, différenciant ainsi une aire de circulation d’une aire d’occupation, il est probable que cette bipartition se lisait aussi dans la composition générale des grands panneaux de la zone 2, pour laquelle nous connaissons deux types de décors : le pinax et la couronne. Cependant, aucune restitution de ce type ne nous a paru satisfaisante : les pinakes d’un côté et les couronnes de l’autre ? ou encore les pinakes d’un côté, des grands panneaux vides de l’autre et les couronnes servant de motifs de transition ? Nous noterons, quoi qu’il en soit, que trois éléments extérieurs au décor plaideraient pour une bipartition de la pièce : d’une part, la porte qui est décalée vers le côté nord, d’autre part, la très faible hauteur du décor du côté sud de la pièce (2,40 m à 2,50 m) qui pourrait militer en faveur de l’existence d’une alcôve signifiée par un faux plafond, enfin, une observation faite sur le sol constitué de petits carreaux de briques : les deux tiers nord se distingueraient de la partie arrière de la pièce par leur usure et leur rubéfaction. Pour notre part, il nous semble que cette zone d’usure pourrait être le résultat d’une conservation différenciée due à l’absence de la couche de démolition des enduits, qui au contraire était présente sur le tiers bien conservé.

250D’un autre côté, si nous retenons une alternance des décors des grands et des petits panneaux, tout autour de la pièce, il faut reconnaître que l’application stricte de cette solution n’est pas totalement satisfaisante pour la zone 2 ; en effet, sur les murs les plus courts qui ne comportent que deux grands panneaux, on imagine plutôt deux motifs identiques dans chacun de ces panneaux, sur la base reconnue d’un goût pour “la symétrie régulière axiale”.

89 - Dessin du décor de la pièce 6

PÉRISTYLE

251Peu de chose reste du décor du péristyle. Hormis la base des colonnes revêtues d’un enduit blanc, seul était préservé un fragment de plinthe sur le mur sud, dans l’angle est : sa hauteur ne dépassait pas 25 cm. Aucun fragment supplémentaire n’a été recueilli.

252Le support, composé de deux couches de mortier, sans être parfaitement identique, se rapproche plus de celui utilisé pour le décor de la pièce 6 que de celui de la pièce 5 (nombre de couches, granulométrie et couleur). La couche qui porte les pigments mesure 2 cm d’épaisseur. Grisâtre, elle est composée de chaux et de sable de 2 mm en moyenne (certains éléments mesurent jusqu’à 4 mm). La deuxième couche est épaisse de 2 cm. De couleur grise, elle est composée de chaux et de sable de 2 à 3 mm en moyenne.

253Cette plinthe sans sous-plinthe est grise, mouchetée de grosses taches noires, vertes et rouges (de 1 à 2 cm). Parmi tous les faux-marbres observés dans cette maison, c’est le plus grossier. Aucune partition verticale n’a été repérée.

PIECE 10

254Du décor de la pièce 10 n’était conservé, sur le mur nord et du côté est, qu’un fragment de plinthe sans sous-plinthe, grise mouchetée de taches rouges et vertes. Ce fragment long au maximum de 1,60 m et haut de 0,40 m ne nous permet pas de connaître la hauteur de cette zone 1 et ses partitions verticales, s’il y en a eu. Le seul fragment d’enduit recueilli montre deux couches de mortier gris de 2,5 cm d’épaisseur sur un enduit de terre. Ce mortier est assez voisin de celui du péristyle.

PIECE 3

255Les vestiges du décor de la pièce 3 sont infimes. Seuls quelques fragments de sous-plinthe rouge foncé étaient conservés in situ (mur 2004) : ils ne dépassaient pas 5 cm de haut. Une dizaine de fragments rouge uni retrouvés dans la couche de démolition de la pièce témoignent du même décor.

256Le support est composé de 2 couches de mortier de chaux. La couche superficielle varie entre 0,7 et 1 cm : elle est beige ; sa granulométrie varie de 1 à 3 mm. La deuxième couche est grise ; sa granulométrie est proche de celle de la première couche. Au revers de cette deuxième couche on remarque des traces d’ancrage en arêtes de poisson : ce mortier s’étalait certainement sur un premier enduit de terre. Ce support est plus proche de celui de la pièce 6 que de celui de la pièce 5.

LA CHRONOLOGIE

257Tous les enduits peints découverts sur l’emprise de la villa de Vaise appartiennent, sans doute possible, à la décoration de cette maison au moment de son abandon, mais un indice technique, le support, montre que ces décors n’ont pas été réalisés par les mêmes mains ; deux groupes se distinguent nettement et pourraient constituer l’expression d’une chronologie relative. Dans les pièces 5, 7 et 8, les enduits présentent tous une deuxième couche rosée qu’on ne retrouve pas dans les enduits des pièces 6, 3 et 10 et dans ceux du portique. Sur ces 7 décors seuls 3 d’entre eux, pièce 5, 8 et 6 peuvent faire l’objet d’une étude stylistique plus ou moins complète. Cette étude limitée suggère, elleaussi, l’existence d’une chronologie relative : le décor des pièces 8 et 5 présente des caractéristiques du 3ème style pompéien, alors que le décor de la pièce 6 s’apparente nettement au 4ème style. Ces différences stylistiques correspondent aux différences techniques citées plus haut.

LE PREMIER GROUPE

La pièce 8

258Malgré son mauvais état de conservation, nous pouvons affirmer qu’il s’agissait d’un décor de qualité. Plusieurs caractéristiques de ce décor s’apparentent au IIIème style qui s’étend en Italie de - 10 à 45 ap. J.-C.

La monochromie noire de la zone 2.

259Les exemples de monochromie se développent considérablement au IIIème style. Le noir est une des couleurs les plus répandues (Barbet 1985, pp. 123-126).

260En Campanie, les exemples les plus nombreux appartiennent aux phases II a et II b du IIIème style pompéien datées entre le règne de Tibère et le début du règne de Claude, au plus tard. Cependant, il existe des exemples plus anciens. En Italie, la maison du centenaire à Pompeï, phase I, b du IIIème style, (-10/+1 ap. J.-C.) et la maison d’Agrippa Posthume, à Boscotrecase, phase I, c du IIIème style, (1-25 ap. J.-C.) (Bastet et De Vos 1979). En Gaule, quatre exemples monochromes noirs sont connus (Barbet 1983, pp. 162-163) auquel il faut rajouter trois peintures viennoises qui appartiennent aux phases anciennes du IIIème style : Saint-Romain, zone I sondages 8, 9 16, état I B, 10 av.J.-C. et 20 ap.J.-C. et Saint-Romain, zone I, sondage 32, état I, B, ainsi que Sainte Colombe, 3 rue Garon, mur 149, état I, 5 av. 20/25 ap. J.-C. (Le Bot-Helly et Bodolec 1984) et une peinture lyonnaise, le péristyle de la maison aux Masques, datée vers 40 ap. J.-C. (Desbat et alii 1986). Il faut noter qu’en Gaule la monochromie ne concerne souvent que la zone 2 seule ; ainsi, un exemple lyonnais et trois exemples viennois ont une plinthe qui imite le marbre, comme c’est le cas dans la pièce 8 de la villa de Vaise.

Les filets d’encadrement triples.

  • 33 Voir note 31

261A. Barbet a montré sur la base de huit exemples gallo-romains (Roquelaure, Lyon, Glanum, Bordeaux, Le Vert (Chizé), Champlieu et Vaison-la-Romaine) qu’il s’agissait d’une constante du IIIème style33.

262L’exemple lyonnais de la rue des Farges fait partie des plus anciens connus, daté entre - 10 et 20 ap. J.-C. (Helly 1979, p. 5-27).

Le passage du candélabre de la zone 2 à une pseudo zone 3.

263Dans son étude sur la diffusion du IIIème style pompéien (deuxième partie), A. Barbet note que “c’est là un détail de l’ornementation du IIIème style... qui s’inspire directement du style à candélabre... . Plus tard, le candélabre reste dans les limites de la zone moyenne (zone 2) qu’il encadre” (Barbet, 1983, p. 138).

264Nous ajouterons à ces traits caractéristiques, le traitement du bandeau qui évoque encore de façon assez réaliste un podium. D’après nos observations, cette caractéristique héritée du IIème style est constante à Vienne au cours du premier tiers du Ier s. (Desbat 1994).

La pièce 5

265Le décor de la pièce 5 se rattache au IIIème style par sa monochromie rouge de la zone 2 et le caractère réaliste du bandeau situé entre les zones 1 et 2.

266Le découpage vertical de la zone 2 par des colonnettes grêles s’apparente lui-aussi au IIIème style où “les formes architectoniques se réduisent à des éléments linéaires qui subdivisent la paroi” (Barbet 1985, p. 104). Les colonnettes de Vaise, quoique très effilées présentent, cependant encore, un certain caractère architectural (restes de bases et de chapiteaux, effets de cannelures) qui garde le souvenir du IIème style. Cet élément ténu pourrait être l’indice que ce décor appartient plutôt au premier quart du Ier s., correspondant aux phases I b et I c du IIIème style pompéien.

LE DEUXIEME GROUPE

pièce 6

  • 34 Barbet A. 1953. La diffusion du IIIème style pompéien en Gaule (deuxième partie).

267La pièce 6 présente les caractères d’une mode picturale plus récente que celle des pièces 5 et 8. Les petits panneaux de la zone 1 sont occupés par des feuillages. Cette forme décorative n’apparaît pas avant 20-25 ap. J.-C. dans les peintures de la région lyonnaise (A. Barbet 1983, pp. 162-163)34. Il en est de même pour le découpage vertical de la zone 2 en grands et petits panneaux que l’on voit se développer véritablement sous le règne de Tibère.

268Le candélabre végétalisant décore les petits panneaux vers 10-20 ap. J.-C., mais ce n’est qu’à partir de 20-25 ap. J.-C. que les ombelles se multiplient sur la tige. La tendance à l’exubérance des éléments décoratifs dans les petits panneaux ira en s’accentuant au cours du Ier s. : le décor d’entrelacs formés par des dauphins et des cornes d’abondance superposées en donne un bon exemple.

269Un motif très proche a été reconnu sur une peinture découverte à Paris, au Jardin du Luxembourg (Eristov et De Vaugiraud 1989, pp. 326). Cette peinture est datée sur la base de comparaisons stylistiques (Pompéi, Temple d’Isis, pilastre stuqué du purgatorium) des années 60-70 au plus tôt. L’exemple le plus proche, outre celui de Paris, se trouve à Herculanum sur une mosaïque de Nymphée de la Maison de Neptune et Amphitrite : il est considéré comme un prototype.

  • 35 Les exemples sont très nombreux : La villa de Boscoreale, ceux de la maison de Livie et de la Farné (...)

270La représentation de pinakes en trompe-l’œil est fréquente dès le milieu du Ier s. av. J.-C. (Borda 1958). Le deuxième style montre ces tableaux posés sur des corniches assez hautes35. Les exemples sont aussi nombreux sur les peintures du IIIème style ; ils se trouvent toujours au sommet de la zone 2 ou dans la zone 3 (Bastet et De Vos 1979). Au IVème style, c’est à dire à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C. environ, cette mode perdure (Borda, 1958, p. 257) : citons à Pompéi, la Maison des Vestales VI, I, 6 (Croisille 1965), la Maison des Vetii. C’est durant cette période que pour la première fois on trouve un pinax au milieu de la zone médiane (zone 2) : il s’agit du décor de l’atrium de la Maison de l’Ara Massima, à Pompéi, (Barbet, 1985, fig. 129). Ce décor du IVème style est antérieur au tremblement de terre de 62. La situation du pinax de Vaise, au milieu de la zone 2, pourrait par conséquent constituer un critère de datation, par comparaison avec le décor de la maison de l’Ara Massima qui ne peut être antérieur aux années 40-45 au plus tôt.

271La nature morte représentée sur le tableau de Vaise confirme une datation au milieu du Ier siècle. En effet, d’après M. Borda (Borda 1958, p. 257). “A la fin du premier siècle de notre ère, les compositions de natures mortes, jusque là confinées dans les parties secondaires de la décoration pariétale, conquièrent le centre de la paroi prenant la place des tableaux figurés”.

272Dans le décor de la pièce 6, le motif de bordure ajourée est le “fossile directeur” le plus significatif. L’étude des peintures pompéiennes montre que les bordures ajourées apparaissent à la fin du IIIème style (Barbet 1985, p. 185), mais c’est véritablement à partir des années 50 que ce motif se développe. La forme la plus ancienne de ce motif “est libre d’un côté et accuse un effet de frange qui disparaîtra par la suite”, d’après A. Barbet vers l’époque de Vespasien. C’est à ce modèle (type 70 f du groupe IX) qu’il faut rapporter la bordure broderie de Vaise. La présence de ce motif suffit à prouver que le décor de la pièce 6 est postérieur, au plus tôt aux années 40-45 ap. J.-C. et plus sûrement aux années 50.

273L’étude de ces deux groupes de décor semble confirmer l’existence de deux périodes d’embellissement qui correspondent sans doute aux deux phases de construction reconnues par les fouilleurs. L’analyse stylistique montre que l’on peut placer la première phase de décor entre 10-20 ap. et 40-45 ap. J.-C.. De nombreux indices nous invitent à proposer pour le décor de la pièce 6 une datation entre 50 et 70 ap. J.-C., au plus tard.

LA FONCTION DES PIECES

274Le décor peut apporter quelques informations sur la fonction des pièces.

  • 36 Voir note 30

275En ce qui concerne la pièce 8, on note que la couleur monochrome noire semble très utilisée dans les pièces de réception36 ou dans les péristyles (péristyle de la maison aux Masques, rue des Farges à Lyon (40 ap.), péristyle des Nymphéas, à Vienne (35-40 ap.) (Pelletier et alii 1981). Vitruve (Vitruve VII, 4, 4) invite à choisir des panneaux noirs dans les salles à manger d’hiver afin de remédier à l’encrassement dû au feu. Il faut peut-être interpréter la pièce 8 comme un salon d’hiver : le foyer reconnu dans cette pièce va dans ce sens.

  • 37 Citons à Pompéi, par exemple, la maison du poète tragique (triclinium), la maison du Centenaire (IX (...)

276Le décor de la pièce 5 est trop atypique pour informer sur la fonction de la pièce. Il n’en est pas de même pour la pièce 6 qui lui est étroitement associée, et dont le décor nous semble s’apparenter à celui d’une salle à manger. La nature morte retrouvée dans cette pièce représente ce que dans l’antiquité on appelait des xenia, c’est-à-dire au sens propre des cadeaux d’hospitalité (Pline Ep. VI, 31, 14 et Martial XII). Ces xenia très couramment représentés tant en peintures (Rouveret 1987, p. 11-25) qu’en mosaïques (Darmon 1990, pp. 107-112), ont été retrouvés en majorité dans des pièces de réception. Ainsi, tous les pavements africains décorent des pièces de type œcus-triclinium (Ben Abed 1990, p. 79-84) sauf deux exemples : un caldarium à Sousse et une salle chauffée dans des thermes de quartier à Carthage. En ce qui concerne les nombreux exemples de décors pariétaux de Pompéi, la quasi-totalité des exemples ornent des salles de réception (triclinia, tablina, aula, exedra, œcus), des espaces de distribution tels que portiques ou cryptoportiques où passaient obligatoirement les invités de la maison37. La petite dimension de la pièce témoigne peut-être qu’il s’agit d’une salle à manger d’hiver : les traces d’un brasero ont été notées dans la pièce 5. Le caractère lavable des sols et les évacuations interprétées comme permettant le lavage à grande eau ne contredisent pas le fait qu’il puisse s’agir d’une salle à manger.

A. Le Bot-Helly et M.-J. Bodolec

LA DATATION

LA CERAMIQUE

  • 38 Les principes de comptage adoptés ici restent les mêmes que ceux utilisés lors du traitement du mat (...)
  • 39 Dans sa phase initiale, l’une des préoccupations de ce travail s’est appliquée à répartir les céram (...)

277L’inventaire du matériel céramique a totalisé 12 092 tessons qu’une opération de collage a réduit à 8113 vases38. Pour parvenir à une étude exhaustive du matériel, il est évident que le traitement d’une telle masse de documents aurait nécessité un temps d’analyse beaucoup plus long que celui dont nous avons disposé. Aussi le parti de présentation des résultats adopté ici vise à proposer l’essentiel des arguments céramiques sur lesquels reposent les propositions chronologiques complétant l’analyse des structures : des éléments choisis parmi les plus caractéristiques et apportant des datations assez sûres (telles les formes, l’apparition et l’évolution des types de production), sont régulièrement intervenus pour appuyer les successions de l’occupation dans la domus39.

278Le déroulement de l’occupation humaine sur le secteur fouillé s’est articulé en différents épisodes, (3 périodes) de courte durée, mais espacés dans le temps. On peut dès à présent souligner l’intermittence de cette occupation marquée soit par des vestiges importants (c’est le cas de la domus), soit par des traces plus ténues (quelques tessons tardifs, drains et puisards...).

279Les différents aménagements sont essentiellement concentrés dans le Ier s. ap. J.-C. L’analyse céramique s’est appliquée à argumenter les différentes phases de l’occupation qui se succèdent de l’époque tibériennne au début de l’époque flavienne. Cependant, la composition de plusieurs lots céramiques se réfère à une période plus précoce qu’aucun vestige sur le terrain n’a pu matérialiser.

280Aussi ce matériel (près de 700 tessons) ne fait-il pas l’objet d’une présentation au sein d’un tableau récapitulatif, comme ce sera le cas pour le matériel des Périodes II phases 1 et 2. Seuls seront mentionnés les types de production les plus évocateurs.

PÉRIODE I

281Parmi les céramiques fines, cependant peu représentées, aucun fragment de sigillée issu des ateliers arvernes ou rutènes n’est attesté. Seuls émergent quelques fragments d’imitation de sigillée et de vraies sigillées non identifiées que nous n’avons pas pu raccorder à des produits italiques ou lyonnais.

282Durant la période de la fin du Ier s. av. J.-C., le caractère majoritaire de la céramique commune sombre à pâte non calcaire cuite en mode Β a déjà été observé dans des niveaux chronologiquement équivalents issus du chantier de la rue des Farges à Lyon (Desbat 1979, p. 3) : il s’agit de pots ovoïdes à col côtelé ou à épaule carénée. A noter une écuelle à bord rentrant dont la facture et la forme sont à rapprocher des productions indigènes de La Tène Finale (communication F. Perrin).

283Parmi le groupe des céramiques communes claires, des cruches mono-ansées à col haut et lèvres striées sont fréquemment attestées durant les deux dernières décennies du Ier s. av. J.-C. (Desbat 1979). Quant aux mortiers à rebords en bandeau, de type Haltem 59, ils s’échelonnent des années 30/20 av. J.-C. jusqu’au milieu du siècle suivant (Genin 1986, p. 62).

284L’examen du matériel amphorique a permis d’apporter quelques renseignements supplémentaires sur l’époque de la constitution de ces lots. Plusieurs fragments, présentant l’aspect très caractéristique d’une pâte beige ou rose avec un dégraissant très abondant constitué de gros fragments de mica, sont attribués aux amphores marseillaises issues de l’atelier de la Butte des Carmes qui fonctionna au Ier s. av. J.-C. (Bertucchi 1983, p. 89). Cependant, l’indice de fréquence relativement élevé de l’ensemble de ces produits gaulois toutefois minoritaires par rapport aux productions hispaniques, tendrait à nous situer dans une période déjà avancée du règne d’Auguste.

285L’ensemble de ces lots renvoie à une période que l’on peut situer dans la deuxième moitié du règne d’Auguste, donc immédiatement antérieure à la première occupation de la maison.

PÉRIODE II

Phase 1 : première occupation

286L’apparition des productions de sigillée gauloise sud constitue l’élément qui détermine la chronologie de la première occupation de la domus (fig. 90). L’indice de fréquence relativement élevé de ce type de production tendrait à placer la première époque de construction un peu plus tard que la fin du règle d’Auguste, période considérée comme le début de la diffusion des vraies sigillées de Gaule du sud (Bémont 1986, p. 96). Les formes Drag. 24/25 (2 exemplaires), 27 (2 ex.), 29 (1 ex.) et 15/17 (1 ex.) sont attestées dès les années 20 ap. J.-C. ?.(Fiches 1986, p. 65). L’absence de forme Drag. 18 et, dans une moindre mesure, celle de production sigillée marbrée attestée dans la période suivante, produites à partir des années 40 ap. J.-C., opèrent comme un ante quem. Un reste de paroi bilobée, apparentée à la forme Drag. 27, offre une pâte jaune-orangé, couvert d’un vernis orangé et comportant de nombreuses particules de mica. Ce produit a été rattaché aux productions précoces des ateliers du centre de la Gaule.

90 - Epoque tibérienne

287Plusieurs fragments de vases gris ou noirs, présentant une bonne qualité d’exécution et de finition, font référence aux produits regroupés sous l’appellation de “terra nigra”. Le faible indice opterait pour le moment initial de la production de ce type de céramique, moment communément situé durant le règne de Tibère (Laroche 1988).

288Les vases à parois fines occupent une place de choix aux côtés des céramiques sigillées. Certains sont composés d’une pâte calcaire cuite en mode A, souvent engobée et décorée. A noter la présence de bols à bords droits offrant un décor sablé, production qui, bien qu’ayant connu une chronologie plus large, est déjà attestée à l’époque tibérienne (Fiches 1986, p. 65).

289Les quelques becs de lampes à huile répertoriés appartiennent au type IV de Deneauve, type très fréquent dès la période du règne d’Auguste. Un seul bec présentant l’extrémité arrondie encadrée de volutes doubles (Deneauve 1969) a été recensé.

290L’examen de l’ensemble des céramiques communes permet d’observer le caractère majoritaire de la sombre noire (parmi laquelle 7 pots ovoïdes à col côtelé, 3 pots à épaule carénée et 2 écuelles à bords rentrants). La commune claire est, pour le moment, peu représentée (2 cruches à lèvre anguleuse, 2 à lèvres striées et 3 à lèvres moulurées). La céramique grise est attestée avec 3 pots ovoïdes à col côtelé et 2 à épaule carénée. Les plats en céramique à vernis rouge pompéien, vaisselle culinaire par excellence, dont la diffusion se situe dès la période augustéenne, se trouvent en parfaite situation dans ce contexte d’habitat.

291L’aspect le plus original de l’ensemble des céramiques communes sombres rouges est l’apparition de vases tronconiques dont les parois et le fond sont perforés de façon plus ou moins régulière, aspect faisant immanquablement penser à des pots de fleurs. Huit exemplaires ont été recensés.

292Sur les 35 restes d’amphores gauloises, seulement 7 présentent un aspect micacé qui se rapportent aux productions augustéennes de l’atelier marseillais de La Butte des Carmes (Bertucchi 1982).

293Quatre fragments à pâte verdâtre comportant de grosses inclusions noirâtres et offrant parfois une surface à petits cratères sont regroupés parmi les amphores non identifiées. Ces caractéristiques évoquent l’amphore Richborourg 527 dont l’époque de circulation s’étend du Ier av. J.-C. au IIème ap. J.-C. et peut-être même au-delà. L’origine de ces produits n’est pour le moment pas assurée (Bogard et alii 1991).

294La connexion de ces informations permet de situer les premiers niveaux d’installation de la domus durant le règne de Tibère.

295Cependant, il faut noter qu’une partie du matériel appartient à une période précoce (imitations de sigillées, sigillées N.I. (non identifiées), un bord d’amphore italique Dressel 1 portant une estampille malheureusement illisible...). Le caractère résiduel apparaît ici évident. L’installation de la domus a dû, en certains endroits, brasser des niveaux relatifs à une fréquentation antérieure à l’établissement du bâti.

Phase 2 : seconde occupation

296Les productions de sigillées issues des ateliers rutènes conservent la majorité sur l’ensemble des céramiques fines appartenant à cette période de restructuration de la domus (fig. 91). Les 44 % reflètent une large diffusion de ces produits, large diffusion que l’on s’accorde à situer à partir du règne de Claude. L’apparition de la forme Drag. 18 (11 ex.) produite à partir des années 40 (Fiches 1986, p. 65) confirme ce que l’indice de fréquence de ces produits de la Gaule du Sud laissait supposer. Les coupes guillochés Drag. 24/25 (3 ex.) et les assiettes Drag. 15/17 (7 ex.) dont la production cesse vers 60, sont encore bien attestées. Les formes Drag. 4/22 et Ritt. 12, représentées chacune d’elles par un seul exemplaire, ont été repérées. La coupe bilobée Drag. 27 (6 ex.) présente une évolution de la lèvre que le simple inventaire n’a pu permettre de percevoir. La sigillée décorée au moule est inexistante. Aucune forme Drag. 37 ou 30 produite à partir des années 60, voire même au début de l’époque vespasienne, n’est attestée.

297Seul un exemplaire de Drag. 36, appartenant au service créé à la Graufesenque vers 60 (Vernhet 1976) nous rapprocherait du début de la deuxième moitié du Ier siècle.

298Les productions des ateliers du Centre sont présents par un fragment d’assiette Drag. 15/17 et une coupe bilobée Drag. 24/25. Ces objets présentent les même caractéristiques d’aspect que le fragment appartenant à la période précédente.

299Hormis 3 fragments à pâte siliceuse, les vases à boire en parois fines sont majoritairement représentés par une pâte calcaire allant du beige-rosé au vert tendre portant, pour la plupart, un décor sablé (Grataloup 1984, Forme 1, 1/3, 6, 7, 11, 14). On peut apporter une explication vraisemblable à cet indice élevé dans la création, à partir des années 40, de l’atelier de La Butte à Lyon. Les lampes à volutes se répartissent, plus également cette fois, entre formes à bec triangulaire et à bec rond. Le matériel se référant à l’époque augustéenne (imitations de sigillée, sigillées N.I...) est à présent très rare, dénotant l’éloignement de ces périodes précoces.

300Parmi les céramiques culinaires, la commune claire est à présent majoritaire, d’où émergent 11 cruches à lèvre moulurée. Le fait mérite d’être souligné, puisque légèrement plus précoce que ne le proposaient les contextes archéologiques de la rue des Farges (Desbat 1979). Au regard des données strictement issues du chantier du quartier Saint-Pierre, on peut donc avancer que le rapport entre la céramique commune sombre noire de tradition indigène et la céramique commune claire de tradition méditerranéenne tend à s’inverser durant le milieu du Ier s. ap. J.-C.

91- Epoque claudio-néronienne

301Les restes de 36 pots de fleurs ont été comptabilisés. Certains bords présentent quelques traces d’un engobe blanchâtre. L’appartenance au type de production en commune sombre rouge n’est pas exclusive : on note un bord et une paroi percée en commune grise, un bord en commune claire et un fond en sombre noire.

302Les productions d’amphores hispaniques (principalement des éléments rattachés à la forme 20) présentent toujours une forte densité, devançant encore largement les produits gaulois, dont un bord d’amphore G.3. Cette densité est cependant liée à l’utilisation exclusive des amphores hispaniques dans l’atelier. De cette observation découle un indice chronologique de la formation de l’ensemble des lots céramiques de cette période II phase 2. En effet, “il semble clair que la production d’amphores vinaires s’est très fortement développée en Gaule méridionale après le milieu du Ier s. de notre ère et plus précisément à l’époque flavienne”. Auparavant, jamais les amphores gauloises n’arriveront à “se tailler la part du lion” (Tchernia 1986, p. 247).

303Sept fragments de parois apparentés à la forme Richborough 527 se détachent du lot des amphores non identifiées.

  • 40 Le rapport de fouille de cette opération se trouve au S.A.M. et au S.R.A. de Lyon. L’opération a en (...)

304La catégorie “divers” renferme de nombreux fragments de céramique grossière, épaisse présentant une surface aux tonalités gris-bleuâtres, comparables aux produits issus de l’atelier très voisin fouillé rue Cardinal Gerlier, dont la période de fonctionnement remonte au milieu du Ier s. ap. J.-C.40.

305Le pourcentage des amphores N.I. atteint à présent un chiffre peu élevé, signifiant certainement un approvisionnement limité aux marchés sud gaulois et ibérique.

306Les aménagements de l’ensemble du bâti ont dû intervenir durant la période claudio-néronienne, aux alentours du milieu du Ier siècle.

Phase 3 : abandon de la maison

307Ces couches relatives à la démolition de la domus sont les plus riches en matériel (fig. 92). L’ensemble du matériel reste sensiblement identique à celui de la période précédente. Cependant certains éléments typologiques nous portent à opter pour une période légèrement postérieure. La présence de Drag. 35/36 (3 ex.), d’un vase à paroi fine à dépression attesté à partir des années 70 (Fiches 1986, p. 65), et la fréquence plus importante des mortiers à lèvres pendantes (8 ex.), de cruches à lèvres moulurées (10 ex.), formes plus fréquentes dès les années 60/70, autorisent, pour dater la démolition de l’habitat, à proposer prudemment les premières années du règne de Vespasien. L’absence totale de céramique décorée au moule (type Drag. 37 ou 30) et de lampes de type firmalampen, productions qui s’inscrivent pleinement dans la période flavienne, la présence encore discrète des amphores gauloises conjuguées à l’absence de toute monnaie postérieure à la deuxième moitié du siècle concourent à confirmer cette chronologie. On peut déduire de l’examen de l’ensemble du matériel que cette démolition s’est non seulement effectuée sans brassage, puisque la remontée de matériel plus ancien n’est pas perceptible, mais encore qu’elle s’est effectuée assez rapidement.

92 - Fin de l’époque néronienne, début de l’époque flavienne

308A l’appui de ces quelques données brièvement exposées, il semble que la domus mise au jour au quartier Saint-Pierre ait connu une existence d’un demi siècle (deux générations), articulée sur deux phases consécutives d’aménagement s’étendant du règne de Tibère à ceux des Flaviens.

PÉRIODE III

  • 41 La connexion de la céramique estampée grise et de lèvres à bandeau en commune sombre rouge, prototy (...)

309A l’occupation du Ier s. succède une période de totale désertion du site qui va se prolonger au moins jusqu’au milieu du IVème s., plus vraisemblablement jusqu’au siècle suivant. En effet, la fouille d’une zone de drains et de puisards conduite dans le secteur I, a fourni, parmi une abondance de matériel résiduel, 3 fragments de céramique luisante et 1 fragment d’estampée grise, 3 lèvres à bandeau en céramique commune sombre rouge41, une paroi décorée à la molette et 1 bord de mortier dans le même type de production, une anse d’amphore orientale Late Roman Amphorae. 4, originaire de Gaza. Le ramassage a en outre fourni 3 monnaies dont l’émission remonte à la deuxième moitié du IVème s.

310Mises au jour dans le secteur III, 3 lèvres en bandeau en céramique sombre noire attestent une reprise de la fréquentation durant le Haut Moyen Age. Cependant, aucune continuité de l’occupation entre ces deux secteurs n’est pour le moment assurée.

LES MONNAIES

311La fouille de la zone I Β a permis la mise au jour de 18 monnaies antiques. Le faible nombre de trouvailles ne permet pas une étude de la circulation monétaire. Cependant trois constatations s’imposent.

312Tout d’abord, nous rencontrons peu de monnaies antérieures à l’époque augustéenne (1 monnaie gauloise et 1 monnaie républicaine). L’essentiel du monnayage couvre la période augustéenne et tibérienne (fig. 93, 94). Enfin, nous sommes confrontés à une absence totale de trouvailles pour le reste du Ier s. Les trois pièces les plus récentes appartiennent à la deuxième moitié du IVe s. ap. J.-C. Le mauvais état de conservation et l’usure prononcée de certaines monnaies nous permettent de penser qu’elles ont pu circuler assez longtemps après leur période de frappe.

93 - Répartition du monnayage par époque

94 - Répartition du monnayage par période

CATALOGUE DES MONNAIES

3131. n° inv. : 10
zone/secteur : 1B/SI
carré : Β 276, pièce 2
U.S./DEC. : 1080
Nature : Petit bronze gaulois (Arvernes)
Dimensions : 16/17 mm-Axe : 12
Poids : 2,42 g
Conservation : médiocre
Droit : Buste casqué à droite
Revers : Guerrier debout de face (à peine visible)
Date : frappée après la guerre des Gaules
Biblio. : Cat. BN : 3907-3920 ; Blanchet 1905, 420 n° 458 ;
La Tour Pl. XII ; C.A.L. 4-5, 1984-85, p. 18-19, n° 29-30-31.

3142. n° inv. : 7
zone/secteur : 1 B/SI
carré : pièce 2
U.S./DEC. : 1070
Nature : DEMI AS (République romaine)
Dimensions : 30 mm
Poids : 8,62 g
Conservation : forte usure
Droit : Tête Janiforme
Revers : illisible
Date : IIème s.av. J.-C.

3153. n° inv. : 11
zone/secteur : 1 B/SI
carré : C278, pièce 2
U.S./DEC. :1080
Nature : DEMI AS (Colonie de Nîmes)
Dimensions : 25mm-Axe : 12
Poids : 4,94g
Droit : IM...Tête d’Agrippa à gauche
Revers :...NEM Crocodile à droite
Date : 28 av. J.-C-3 ( ?) av. J.-C..
Biblio. : GIARD Type I ou II

3164. n° inv. :5
zone/secteur : 1B/SI
carré : L 276, voirie
U.S./DEC. : 1015
Nature : DEMI AS (Colonie de Nîmes)
Dimensions : 24 mm-Axe : 12
Poids : 3,12g
Conservation : moyenne
Droit : IM.DI... Tête d’Agrippa à gauche
Revers :...NEM Crocodile à droite
Date : Frappée à Nîmes 28 av. J.-C. -3 ( ?) av. J.-C.
Biblio. : GIARD Type I ou II

3175. n° inv. : 17
zone/secteur : 1 B/SII
carré : Ft. 14, cour
U.S./DEC. : 2085
Nature : DEMI AS (Colonie de Nîmes)
Dimensions : 24 mm-Axe : 12
Poids : 5,10g
Conservation : médiocre
Droit : IM... Tête d’Agrippa à gauche
Revers :... NEM Crocodile à droite
Date : Frappée à Nîmes 28-3 ( ?) av. J.-C.
Biblio. : GIARD Type I ou II

3186. n° inv. : 6
zone/secteur : 1 B/SI
carré : pièce 1
U.S./DEC. : 1064 (canalisation)
Nature : DEMI AS (Colonie de Nîmes)
Dimensions : 25 mm-Axe : 12
Poids : 5,13g
Conservation : médiocre
Droit :...DI...Tête d’Agrippa à gauche
Revers : Crocodile à droite
Date : Frappée à Nîmes 28-3 ( ?) av. J.-C.
Biblio. : GIARD Type I ou II

3197. n° inv. : 13(7)
zone/secteur : 1 B/SI
carré : atelier
U.S./DEC. : 1090
Nature : DEMI AS (Colonie de Nîmes)
Dimensions : 25 mm
Poids : 5,62g
Conservation : médiocre
Droit :...P Tête à droite
Revers : illisible
Date : Frappée à Nîmes 28-14 ap. J.-C.
Biblio. : GIARD Type I, II, III

3208. n° inv. : 14
zone/secteur : 1 B/SI
carré : atelier
U.S./DEC. : 1090
Nature : DEMI AS (Colonie de Nîmes)
Dimensions : 24mm-Axel2
Poids : 4,24g
Conservation : médiocre
Droit : Tête d’Agrippa à gauche
Revers :...NE...Crocodile à droite
Date : Frappée à Nîmes 28-14 ap. J.-C.
Biblio. : GIARD Typel, II, III

3219. n° inv. : 8
zone/secteur : 1 B/SI
carré : F277, pièce 2
U.S./DEC. : 1074
Nature : SEMIS de TIBERE
Dimensions : 20 mm-Axe : 12
Poids : 3,25g
Conservation : médiocre
Droit : Tête nue à gauche
Revers : L’autel de Lyon ROMET (AVG)
Date : Frappée à Lyon 10-14 ap. J.-C.
Biblio. : RIC éd. 1984 n° 239, 243, 246

32210. n° inv. : 15
zone/secteur : 1 B/SII
carré : Ftl, pièce 1
U.S./DEC. : 2010
Nature : SEMIS (AUGUSTE ou TIBERE)
Dimensions : 17 mm-Axe : 12
Poids : 1,60g
Conservation : médiocre
Droit : Tête laurée à droite
Revers : L’autel de Lyon (RO)METAV(G)
Date : Frappée à Lyon 10-14 ap. J.-C.

32311. n° inv. : 9
zone/secteur : 1 B/SI
carré : pièce 2
U.S./DEC. : 1074
Nature : AS AUGUSTE (posthume)
Dimensions : 25/27 mm-Axe : 11
Poids : 6,36g
Conservation : médiocre
Droit : (DIVVS)AUGVST(VSPATER)Tête radiée à gauche
Revers : (PRO)VIDEN(T) Enclos d’autel SC
Date : Frappée à Rome 22-23-( ?) 30 ap. J.-C. (sous TIBERE)
Biblio. : RIC éd.1984 n°81

32412. n° inv. : 16
zone/secteur : 1 B/SII
carré : cour
U.S./DEC. : 2020
Nature : AS AUGUSTE (posthume)
Dimensions : 28 mm-Axe : 3
Poids : 10,91g
Conservation : médiocre
Droit : (DIVVSAVG)USTVSPA(TER) Tête radiée à gauche
Revers : Enclos d’autel (SC) (P) ROVIDENT
Date : Frappée à Rome 22-23-( ?) 30 ap. J.-C.
Biblio. : RIC éd.1984 n°81

32513. n° inv. : 18
zone/secteur : 1 B/SII
carré : Β 251, pièce 9
U.S./DEC. : Démolition
Nature : DENIER (FOURRE) TIBERE
Dimensions : 19/20 mm-Axe : 6
Poids : 2.44g
Conservation : médiocre, argenture pratiquement totalement disparue
Droit :...DIVI...Tête laurée à droite
Revers : PONT(IF)MAXIM Femme assise à droite tenant
sceptre & branche
Date : Lyon 14-37 ap. J.-C.
Biblio. : RIC éd.1984 : 26, 28, 29

32614. n° inv. : 12
zone/secteur : 1 B/SI
carré : pièce 2
U.S./DEC. : 1083
Nature : Petit bronze
Dimensions : 18mm
Poids : 2,32g
Conservation : illisible

32715. n° inv. : 2
zone/secteur : 1 B/SI
carré : Κ 277, chemin
U.S./DEC. :1 006
Nature : AS
Dimensions : 28mm
Poids : 6,07g
Conservation : illisible

32816. n° inv. :4
zone/secteur : 1 B/SI
carré : Κ 277, chemin
U.S./DEC. : 1007
Nature : Petit bronze
Dimensions : 16/18mm
Poids : 1,30g
Conservation : très médiocre
Droit : buste drapé et diadémé à droite
Revers : illisible
Date : 2ème moitié IVe s. ap.J.-C.

32917. n° inv. : 3
zone/secteur : 1 B/SI
carré : G 280, chemin
U.S./DEC. : 1006
Nature : Petit bronze
Poids : 1,45g
Conservation : très médiocre
Droit : illisible
Revers : llisible
Date : 2ème moitié IVe s. ap. J.-C.

33018. n° inv. : 1
zone/secteur : 1 B/SI
carré : H 278, chemin
U.S./DEC. : 1002
Nature :Petit bronze
Dimensions : 13/14mm-Axe : 6
Poids : 0,71g
Conservation : médiocre
Droit : Tête à droite
Revers :Victoires face à face tenant un bouclier avec une inscription
Date : 2ème moitié IVè s. ap.J.-C.

A. Audra et P. Mathey

PROPOSITIONS DE RESTITUTIONS DE LA MAISON AUX XENIA

331Les propositions de restitution portent sur le deuxième état de la maison. Le plan relevé ne pose pas de gros problèmes d’interprétation quant à la destination des pièces et leur organisation. Par contre les volumes sous-tendus par les vestiges dégagés en fouille peuvent faire l’objet de restitutions différentes sur trois points essentiels de la maison :

  • présumé et la forme de la toiture de l’aile sud ;

  • la hauteur des pièces de l’aile est et la relation de sa toiture avec le péristyle ;

  • et l’utilité des murets rajoutés dans les entrecolonnements du portique à l’état 2.

332En ce qui concerne l’étage, l’existence du seuil nord-est dans la pièce 1, est un argument pour supposer l’existence d’une volée d’escalier desservant quatre pièces superposées aux n° 2, 1,4 et 6 de l’aide sud. Les enduits peints retrouvés dans la pièce 6 permettent de restituer la hauteur du premier niveau, environ

3332,50 m, ce qui nous donne un plancher d’étage estimé à 3,10 m. En l’absence de toute autre indication sur l’organisation de cet étage, on peut supposer qu’existait un prolongement des murs de refend séparant les pièces du rez-de-chaussée jusqu’en sous face de toiture, où ils devaient recevoir les pannes de charpente supportant les chevrons et, pour finir, la couverture.

334Deux possibilités sont envisageables pour la toiture. Soit un seul versant orienté vers l’extérieur de la domus (fig. 95), soit un toit en bâtière (fig. 96). Cette solution nous semble préférable puisqu’elle permet une économie substantielle de matériau de construction en façade et en murs de refend, mais aussi une meilleure protection du mur goutterrau située au-dessus de la toiture du péristyle grâce au débord de l’égout.

335Pour l’aile est du bâtiment, que l’on pourrait pompeusement qualifier de noble, aucune indication archéologique ne permet de restituer la hauteur sous plafond et donc la position de la toiture. Toutefois, des propositions sont possibles à partir des colonnes du portique que l’on peut supposer de style “toscan provincial”, comme c’est le cas pour de nombreuses domus urbaines ou périurbaines de taille et de qualité similaires. Avec l’architrave, on obtient une hauteur de portique égale à sa largeur. Le haut de la toiture du portique nous donne ainsi le niveau minimum pour l’égout de toiture de cette aile est.

336Plusieurs possibilités sont envisageables pour la toiture du portique, selon que l’on restitue une charpente avec demiferme (cf. fig. 96), ou plus simplement une poutre rampante (cf. fig. 95). cas dont plusieurs exemples sont attestés, mais qui soulève quelques questions quant à la stabilité des ouvrages.

337L’existence ou non d’une demi-ferme, en appui au-dessus de l’architrave ou directement sur la colonne, tout comme la superposition éventuelle ou l’encastrement des pannes et chevrons, sont donc des éléments influant sur la hauteur des toitures du portique et par voie de conséquence sur celle de l’aile est. Mais, un autre élément est déterminant pour la toiture de cette dernière, il s’agit de sa liaison avec le portique. En effet, il est fréquent de voir, sur les restitutions architecturales de ce type d’édifice, un décrochement entre les toitures des bâtiments et celles des portiques, même en l’absence de toute contrainte volumétrique ou structurelle pouvant lui donner une fonction (cf. fïg. 95). A l’inverse, cette configuration entraîne des contraintes de mise en œuvre, mais aussi d’étancheité et usage des ouvrages. Un argument pouvant justifier ce décrochement réside dans l’aspect inesthétique, relatif à notre vision des choses, que l’on peut trouver dans ce long pan de toiture quelque peu disproportionné par rapport aux autres versants mais, qui nous semble d’une plus grande facilité de mise en œuvre (cf. fïg. 96).

338Les murets rajoutés dans les entrecolonnements du portique, peuvent correspondre à deux scénarios :

  • mise en place de murs bahuts, délimitant l’espace galerie, sensiblement au même niveau que la cour, pour éviter les saletés, éclaboussures, ect. (cf. fig. 96).

  • évolution « climatique » du péristyle largement ouvert sur la cour dont le modèle est importé de régions plus chaudes, vers une galerie fermée, dotée de baies d’éclairage et pouvant assurer son rôle de distribution des pièces de la maison dans un climat plus rigoureux (cf. fig. 95).

CONCLUSION

339De cette maison, on retiendra le plan quasiment complet et une période d’occupation brève : construite au début du Ier s. ap. J.-C., elle est abandonnée à la fin du siècle, après avoir subi un réaménagement partiel.

TECHNIQUES DE CONSTRUCTION

340On peut noter la présence de murs dont les élévations sont en adobe (briques de terre crue constituant la structure porteuse du mur), technique qui jusqu’ici n’était connue que pour la période augustéenne. De même, les sols de briquettes des pièces 5 et 6 présentent une disposition peu fréquente, à plat, inconnue jusqu’ici dans la région. Enfin, l’emploi systématique du bois a été relevé entre autre pour les seuils et aussi pour le réseau hydraulique, et prouve, s’il en était besoin, la place prépondérante de ce matériau dans les constructions régionales.

LE PLAN

341Dès l’état 1, au début du Ier s. ap. J.-C., la maison aux Xenia, caractérisée par son péristyle, est munie d’au moins une grande salle de réception à l’ouest. L’aile sud associe deux pièces appartenant à la sphère privée de la demeure (5 et 6), tandis que le vestibule (1) est encadré d’espaces à vocation utilitaire, magasin ou atelier (2) et cuisine (4).

342La reconstruction, dans le courant du Ier s., n’a eu que peu d’incidence sur le bâti existant comme l’illustre le plan (cf. fig. 59). Il s’agit davantage d’adjonctions que de réfections importantes. Les seuls éléments qui ont pu être démontés sont la dernière travée de la branche sud du portique et le réseau d’évacuation. Ces travaux ont donc pu être menés alors que la maison restait habitée. En revanche l’accroissement de sa surface (env. 100 m2), le raccordement à un réseau d’adduction d’eau, la mise en place d’un vide sanitaire, constituent autant de progrès dans le confort et l’équipement de la maison. La création de nouvelles pièces (1 B, 3, 10 ( ?)) ainsi que le rajeunissement de la décoration dans d’autres pièces (4, 6, péristyle) contribuent également à l’embellissement de la demeure.

343Cette deuxième période bénéficie donc d’améliorations ponctuelles et d’une optimisation de l’espace, sans modifications structurelles importantes. La maison aux Xenia couvre alors une superficie de 630 m2 au sol. L’aile sud, qui comprend les parties communes (vestibule, cuisine) en occupe l/6e. L’aile ouest, où sont regroupées les pièces de réception (9 et 10) et les pièces d’habitat (6, 5, 7 et 8), représente le tiers de cette surface.

344La surface utile, obtenue en totalisant les surfaces intérieures de tous les espaces, est de 537 m2. Le péristyle en occupe plus de la moitié (57 %) et les pièces de réception environ l/5e (19 %). Ces dernières représentent près de la moitié (43 %) de la surface habitable (surface utile moins le péristyle), les pièces d’habitat et les communs sont sensiblement équivalents, et représentent respectivement 28 % et 29 % de la surface habitable (fig. 97).

  • 42 L’analyse de la pièce 2, si elle s’avère juste, a montré au contraire une certaine concentration d’ (...)

345L’impression générale qui se dégage de son organisation est celle d’un espace morcelé en différentes unités spécialisées42. Nous avons dix pièces, sans compter l’étage. La cuisine (pièce 4), encombrée d’un mobilier divers, mérite une attention particulière, puisque ce genre de pièce, avec son équipement bien attesté (four, évier, meuble) n’est que rarement connu de façon aussi précise dans la région

346Dans la partie privée, la pièce 6, avec la peinture aux Xenia, est assimilée à une petite salle à manger. Les pièces 5 et 6, associées aux pièces 7 et 8, forment un ensemble isolé au sein de la maison, et en constituent la partie la plus intime. Une telle cellule de base s’apparente assez bien aux trois pièces des ailes occidentales de la maison au Laraire et de la maison à la Banquette du clos du Verbe Incarné, quartier occupant le sommet de la colline de Lourvière à Lyon (Délavai 1994). Elles sont également munies de foyers ou de cheminées, ce qui en fait peut-être une particularité régionale. Dans l’aile orientale, les pièces 9 et 10 revêtent un caractère d’apparat qui contraste avec l’intimité de la pièce 8. Bien qu’éloignées de l’entrée, il s’agit à l’évidence de pièces de réception.

347Quant à la pièce 3 (chambre) issue d’une restructuration du péristyle, elle échappe à la logique précédente. La création de cette pièce ne s’est pas faite au détriment des ailes d’habitat antérieures, preuve que ces dernières restaient alors tout à fait fonctionnelles. On peut penser que l’apparition de cette nouvelle pièce répondait à un besoin d’espace impérieux, puisque le propriétaire n’a pas hésité à lui sacrifier une partie du portique ouest et donc toute la symétrie et l’ordonnance de son péristyle.

348A l’étage, les pièces qui surmontaient les pièces 4 et 6, et qui bénéficiaient de leur chaleur, pourraient convenir à des chambres.

LA MAISON AUX XENIA DANS L’HABITAT LYONNAIS

349La maison aux Xenia avec ses 630 m2 de superficie au sol se distingue des maisons urbaines connues à Lyon, comme les petites unités indépendantes de 110 à 120 m2 qui composent la maison au Char (rue des Farges), (Desbat 1984, p. 52). Elle se distingue aussi des habitations du clos du Verbe Incarné, telle la maison à la Banquette (310m2), la maison à l’Emblema Mosaïqué (315 m2) ou encore la maison au Laraire (310 m2). Ces différences s’accentuent encore si l’on considère que, dans les maisons du clos du Verbe Incarné, les boutiques de façade occupent près d’un tiers de la superficie et réduisent d’autant la partie habitable de la maison (Délaval 1994).

350La comparaison la plus significative s’établit avec la maison aux Masques qui occupait la terrasse supérieure du site de la rue des Farges, sur les pentes orientales de la colline de Fourvière, un peu au sud des théâtres. Cette maison à péristyle, construite vers 20 ap. J.-C., donc contemporaine de la maison aux Xenia, se développait sur une superficie comprise entre 700 et 1000m2 (Desbat 1984, p. 52). La partie habitable comportait trois ailes autour d’un péristyle à trois portiques (seules les ailes sud et est ont été dégagées). La présence virtuelle d’un bassin dans la cour de la maison aux Xenia est également un point de ressemblance.

351Les types de sols présents dans la maison aux Xenia (des bétons avec ou sans incrustations) et les peintures se rencontrent dans des habitations plus modestes telles que la maison au Char ou les maisons du clos du Verbe Incamé. Ils ne constituent donc pas, même à cette période, des critères de richesse.

352En revanche l’eau courante, attestée dans la maison aux Xenia, est un luxe indéniable. En effet, on n’a pas la preuve, par exemple, que les maisons contemporaines du Verbe Incarné en aient été dotées (Délavai 1994).

353Ainsi, bien que située dans un quartier périphérique, la maison aux Xenia, par son plan et les éléments de confort dont elle était munie, offrait à son propriétaire un cadre de vie incontestablement urbain.

E. Plasso

97 - Les superficies dans la maison aux Xenia

98 – Vue aérienne de site (Cliché Rutter, SEMALY)

Notes

1 Pour les conditions de la fouille, voir J. Chastel : Le Quartier Saint-Pierre (cf. supra)

2 Je remercie Monsieur J. Lasfargues et Madame E. Boucharlat, ainsi que J. Chastel, pour la confiance et le soutien qu’ils m’ont accordés. Ma reconnaissance va également à E. Délavai et H. Savay-Guerraz pour leurs observations constructives tout au long de cette étude. Enfin, je tiens à témoigner une profonde gratitude à mon épouse pour sa patience et sa contribution non négligeable à ce travail.

3 Dans la majorité des cas, l’escalier est le prolongement d’une aire de distribution, cour ou portique, tout en étant fréquemment proche d’une entrée (Délavai 1994, la maison au Laraire ; Goudineau 1979, p. 96, couloir J). Cette position transversale a également l’avantage de permettre l’accès indépendant à chacune des pièces de l’étage, si elle est prolongée par un couloir de circulation longitudinal.

4 Son emplacement correspondrait bien à celui d’un escalier, comme l’exemple des échelles de meunier cité par Adam : “dans la grande majorité des cas, leur implantation se fait dans un angle de pièce” (Adam 1984, p. 220)

5 Même si ce point n’a pas été abordé, l’eau a pu être présente dans la pièce, car il est possible qu’une évacuation soit passée inaperçue, (cf. : interprétation de la 2eme branche du réseau d’évacuation dans la cour du péristyle).

6 Une si petite dimension n’exclut pas la possibilité d’une porte à deux ventaux (cf. : Carandini 1985, la villa de Settefinestre pp. 69-70, fig. 72 ou la largeur totale des deux battants est de 0,76 m).

7 L’étude des peintures réalisée par M.-J. Bodolec et A. Le Bot-Helly a mis en évidence deux groupes stylistiques ayant un rapport avec les deux phases de la maison. Aussi, quand il y avait absence de preuve stratigraphique, nous avons replacé en conséquence ces décors dans notre périodisation.

8 L’argument est plus difficile à manier pour l’autre pièce, puisque la zone altérée correspond à l’endroit par définition le plus fréquenté : l’entre-deux portes. Il semblerait donc hasardeux dans ce cas d’en déduire quoi que ce soit.

9 Comme la cuisine de la villa de Settefinestre (Carandini 1985, p. 53, pièce 72), le triclinium de la maison des Dioscures à Volubilis (Etienne 1960, pp. 40-41, pièce 7) ou encore les bains de la villa de Settefinestre (Carandini 1985, p. 72, pièces 57 et 49,). L’absence d’hypocauste ne doit pas faire exclure une fonction balnéaire, comme le montre ce dernier exemple. Voir également les thermes du Forum à Pompéi chauffés encore au Ier s. ap. J.-C. par brasero, (Adam 1984, pp. 287-288).

10 Cf. : Casa dei Ceii avec peinture dans une cour à Pompéi, (De Vos 1976, pp. 189-191).

11 Voir Vitruve, livre. 6 6. : balnearia...conuincta sint culinae. Cela se vérifie souvent à Pompéi. (De Vos 1976, p. 265, casa del Fauno ; p. 322, casa di M. Obellius Firmus.... Voir aussi Carandini 1985, pp. 26-29 et 53-54, pièces 57 et 49 chauffées par la cuisine (pièce 73).

12 Cette différence d’aspect du sol aurait pu être attribuée à un soin inégal apporté au lissage du sol au moment de sa confection, mais comme elle ne se retrouve pas sous le foyer, elle lui est forcément postérieure, d’autant que la zone la plus fortement marquée joint le devant de la porte au centre de la pièce, c’est à dire le passage le plus fréquenté.

13 L’étude palynologique a été éffectuée par Patrice Brenac.

14 Son aboutissement dans la pièce 4 à pu passer inaperçu étant donné sa profondeur, ou bien elle a pu totalement disparaître du fait de l’installation de la tuyautrie de la deuxième phase.

15 Un arrachement des dallettes de sol. nettement visible sur 44 cm au-devant de ce seuil bouché, pourrait en être le négatif.

16 Pour ne citer que quelques exemples régionaux : la “maison aux Masques”, rue des Farges à Lyon, possède également deux salons (B20 et Β12), (Desbat 1984, pp. 45-49) ; la “maison aux cinq mosaïques”, à Saint-Romain-en-Gal, où il y a deux triclinia et une salle de réception, (Prisset 1987, pp.7-10) ; la “ maison des Dieux Océans” à Saint-Romain-en-Gal, pièces R et T, oecus et/ou triclinium, (Savay-Guerraz 1983, ρ p. 19-23) ; la “maison du Dauphin”, à Vaison-la-Romaine, état I, pièce 0 (salle à manger ou oecus) et pièce R (qualifiée de salle à manger, de salle de réunion et d’agrément et de centre de vie commune), (Goudineau 1979, pp. 96, 97).

17 Les débris de micaschiste observés en bordure de la voie du secteur 2A sont peut être à mettre en rapport avec la présence d’une carrière, (Audin 1965, p. 17)

18 Nous n’avons pas voulu utiliser le terme “banchée” mentionné par A. Audin (Audin 1972, p. 38), car ce terme implique un coffrage de banches utilisé pour la technique du pisé. Le seul parallèle que l’on puisse faire avec les banchées réside dans leur aspect successif visible au niveau du parement.

19 L’observation attentive de ces murs, pour peu que leur état d’arasement nous l’ait permise, a révélé seulement deux “assises modules” sur quatre d’entre eux. Le traitement de surface de ces derniers, à 0,44 m au-dessus des sols, a fait l’objet d’un soin plus poussé, puisqu’ils ont été lissés à l’horizontale avec du mortier, à la différence des assises sous-jacentes. Il pourrait s’agir dans ce cas de solins maçonnés ayant supporté des superstructures de terre : “la dernière assise de pierre est conservée sur toute son horizontalité et recouverte d’une couche de mortier de chaux et de sable bien lissée. C’est à partir de ce niveau que s’élevait le mur de terre”. (Colardelle 1977, p. 69). A ce premier argument l’on peut en rajouter deux autres :
- la présence, sur les faces latérales de ces solins, d’enduits de terre et de rainures d’accrochage aux dos des enduits de mortier, va souvent de pair avec une élévation en terre : “les murs d’adobe comme les murs de colombages reçoivent un enduit de terre, égalisant la surface et recouvrant le solin maçonné” (Desbat 1985, p. 78 ; Colardelle 1977, p. 64) ou “la présence d’enduit de terre sur un mur tout maçonné, tout en n’étant pas une preuve absolue, donne malgré tout une présomption de l’existence d’une telle élévation en terre.” (Desbat 1985, p. 68) ;
- une quantité importante de terre mêlée à l’écroulement des enduits peints.

20 Adam note que les étapes de travail préconisées par Vitruve (livre VII, 14-19) sont généralement respectées (Adam 1984, p. 253) et c’est le cas ici.

21 Les numéros d’inventaires cités dans ce chapitre correspondent à un inventaire individualisé des enduits peints recueillis sur la villa. Le premier chiffre renvoie au numéro de décor ; le second renvoie au numéro donné à chaque fragment ou ensemble de fragments (collages) susceptibles d’apporter des informations pour la restitution du décor.

22 Malgré son mauvais état de conservation, ce fragment (Inv. n° 2/1) a été déposé par l’Atelier à titre documentaire ; sa restauration n’est pas programmée. Il en existe trois diapositives.

23 Ce fragment relevé sur le mur au l/10ème n’a pas été déposé.

24 Un chanfrein observé dans le mortier a conduit à retenir l’hypothèse d’un encadrement en bois pour cette porte.

25 L’identification de ces cristaux devra faire l’objet d’une analyse.

26 Ce fragment a été déposé par l’Atelier ; il est conservé provisoirement à Saint-Romain-en-Gal. Des mesures ont été prises directement sur la peinture dont il n’existe aucun relevé à l’échelle 1/1.

27 La sous-plinthe n’était plus conservée ; le fragment déposé ne mesure que 0,52 m de hauteur sur 0,53 m de large ; après dépose, ce panneau a pu être intégré dans le remontage de la paroi est.

28 Le remontage de cette paroi a été réalisé à l’Atelier interdépartemental (Rhône-Isère) de restauration des mosaïques et des peintures, avec la collaboration de Madame M.-J. Bodolec (A.L.P.A.R.A.)

29 La restauration ne mesure que 2,35 m de hauteur : la totalité de la sous-plinthe n’est pas conservée et il manque quelques centimètres à la hauteur du raccord avec le plafond. En largeur, la restauration mesure 2,32 m à cause de la dilatation provoquée par de nombreux collages.

30 La base du pinax se trouve à 1,35 m au-dessus du sol.

31 Barbet Α., 1981 p. 967, fig. 17. Cette série est complétée par la liste des bordures ajourées trouvées en Gaule : Barbet A. et alii 1990, p. 53, fig. 14

32 La partition se fait en général sur la base de un tiers-deux-tiers.

33 Voir note 31

34 Barbet A. 1953. La diffusion du IIIème style pompéien en Gaule (deuxième partie).

35 Les exemples sont très nombreux : La villa de Boscoreale, ceux de la maison de Livie et de la Farnésine à Rome, ceux de la maison du Labyrinthe, de la maison du Cryptoportique, de la villa des Mystères, à Pompéi.

36 Voir note 30

37 Citons à Pompéi, par exemple, la maison du poète tragique (triclinium), la maison du Centenaire (IX, 8, 3 et 6) (triclinium 41), la maison du cryptoportique (triclinium I), la maison de Lucretius Fronto, (V, 4, 11) (tablinum h), la maison du cythariste (XIV, 5, 25) (triclinium), la maison du coq (VIII, 5, 2) (exèdre q), la maison du Labyrinthe (salon) ; on peut ajouter la maison de Diomède, la maison des Epigrammes, la maison des Vestales, le Macellum, la villa di Giula Felice, la Maison de l’Ara Massima (VI, 16, 15), la villa de Boscoreale et à Rome, la maison de Livie.

38 Les principes de comptage adoptés ici restent les mêmes que ceux utilisés lors du traitement du matériel céramique issu des niveaux de l’antiquité tardive mis au jour sur les chantiers de Tramassac-Carriès à Lyon (Arlaud et alii 1994, pp. 79-80), principe qui a été reconduit sur la matériel céramique gallo-romain des chantiers de la rue Palais Grillet : une intervention archéologique au cœur de la presqu’île lyonnaise, (Ayala 1992). Malgré l’approximation inévitable de ce procédé dépendant bien évidemment de la nature même des types de production (difficultés supplémentaires pour les communes claires et parois d’amphores gauloises), cette méthode tend à établir une base quantitative relative qui ne prétend pas correspondre à un nombre absolu d’individus.

39 Dans sa phase initiale, l’une des préoccupations de ce travail s’est appliquée à répartir les céramiques selon leur pièce d’origine dans le but de restituer la fonction de certaines d’entre elles. Afin de ne pas alourdir cette présentation, il n’a pas semblé nécessaire de faire figurer tous les tableaux, dessins et histogrammes qui ont permis de parvenir à ces déductions qui sont contenues dans la description archéologique des vestiges.

40 Le rapport de fouille de cette opération se trouve au S.A.M. et au S.R.A. de Lyon. L’opération a en outre fait l’objet d’une maîtrise soutenue par C. Thollon-Pommerol, “Un ensemble artisanal au Ier s. ap. J.-C. à Lyon”, 1987, Université Lyon II.

41 La connexion de la céramique estampée grise et de lèvres à bandeau en commune sombre rouge, prototype de la forme courante du Haut Moyen Age, semble intervenir au milieu du Ve s. ap. J.-C. (Arlaud et alii 1994, p. 88).

42 L’analyse de la pièce 2, si elle s’avère juste, a montré au contraire une certaine concentration d’activités différentes, comme si, tout en assumant un rôle précis dans la maison, elle jouissait d’une certaine autonomie ; peut-être faut-il voir en elle un centre de vie secondaire (des esclaves ?) (Fiches 1986).

Table des illustrations

Légende 34 - Vue générale de la maison aux Xenia
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 35 – Plan général des vestiges (période II, phase 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 36 - Plan général des vestiges avec l’implantation des coupes (période II)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 37 - Vue générale de l’aile sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 38 - Plans des seuils de la pièce 1 (a - phase 1 et b - phase 2), avec restitution des parties boisées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 39 – Pièce 1, vue du sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 40 - Seuil de la pièce 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 41- Pièce 2, vue du nord-ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 42 - Coupe est-ouest de la pièce 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 43 - Seuil de la pièce 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 44 - Empreinte d’un petit mobilier en bois (pièce 4)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 45 – Coupe nord-sud de la pièce 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 46- Pièce 4 vue de l’ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende 47 - Pièce 5 vue du sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende 48 - Seuil de la pièce 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 49 - Vue générale de l’aile orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 50 - Seuil de la pièce 7, b : seuil entre les pièces 7 et 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 51 - Seuil de la pièce 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 52 - Enfilade des pièces 7 et 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 53 - Détail de la souche de foyer ou cheminée de la pièce 8 et sa démolition
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 54 - Seuil de la pièce 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 55 - Détail d’une colonne en brique englobée par le mur postérieur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 56 - Empreinte d’une colonne en brique sur un soubassement en calcaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 57 - Evacuations successives dans le péristyle provenant de la pièce 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende 58 - Coupe est-ouest dans l’angle sud-est de la cour
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 59 - Plan général des vestiges (pér. II, phase 2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 60 - Coupe est-ouest de la pièce 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 61 - Négatif d’une canalisation en bois de la pièce 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 62 - Base de foyer (pér.II, phase 2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 63 - Seuil de la pièce 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 64 - Seuil de la pièce 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende 65 - Evacuation en plomb d’un bassin de fontaine (?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende 66 - Coupe est-ouest dans la branche est du portique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 67 - Pièce 3 vue de l’ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 68 - Vue générale du secteur artisanal et du chemin d’accès depuis le nord-ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende 69 - Détail de deux fours au batterie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 70 - Chemin d’accès avec trottoir (?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 71 - Coupe est-ouest du chemin d’accès
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 72 - Semelle de fondation du mur périmétral est de la phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 73 - Le parement d’une élévation de la phase 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende 74 - Détail de l’élévation des murs encadrant le seuil de la pièce 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 75- Mur d’adobe de la pièce 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 76 - Les seuils de la maison aux Xenia
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 77- Seuil de la pièce 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 78 - Seuil de la pièce 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende 79 - Seuil de la pièce 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende 80 - Vue en coupe d’un sol de béton (per. II, phase 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 81 - Vue de dessus d’un sol de béton
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 82 - Vue en coupe du sol de briquettes de la pièce 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 83 - Vue de dessus du sol de briquettes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 84 - Pièce n° 5 paroi ouest restitution
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 85- Décor de la pièce 8, paroi est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 86 - Décor de la pièce 5, paroi sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 87 - Proposition de restitution du décor de la pièce 6, paroi est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 88 - Pinax dans la pièce 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 89 - Dessin du décor de la pièce 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 90 - Epoque tibérienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 91- Epoque claudio-néronienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 92 - Fin de l’époque néronienne, début de l’époque flavienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 93 - Répartition du monnayage par époque
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 94 - Répartition du monnayage par période
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 95- Restitution
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 96 - Restitution
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 97 - Les superficies dans la maison aux Xenia
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 98 – Vue aérienne de site (Cliché Rutter, SEMALY)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2471/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Alpara, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access