Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Périphérie lyonnaise : vallon de Trion et Gorge de Loup

Lyon, Vaise, Gorge de Loup (zone sud)

Élise Faure-Boucharlat, Jacqueline Chastel et Éric Plassot

Texte intégral

Département :

Rhône

Commune :

Lyon 9e

Lieu-dit :

Vaise, Gorge de Loup

Nom du site :

Quartier Saint-Pierre

Numéro de site :

69 389 072

Coordonnées Lambert :

Xa: 792.060 Yb : 2088.215

Altitude NGF :

Xb : 792.090 Yb : 2088.250 184-185 m

Cadre d’intervention :

construction de la ZAC Michel Berthet

Responsables d’opération :

J. Chastel et E. Plassot

Date d’intervention :

1988

Superficie explorée :

800 m2

Extension probable du site :

1000 m2

1L’opération, dont une partie des résultats est présentée ici, ressort du programme global d’archéologie préventive nécessité par le projet immobilier de la ZAC Michel Berthet, dont les circonstances ont été évoquées dans la notice qui précède. Les vestiges qui nous intéressent se placent à la transition de l’Antiquité et du Moyen Âge : dans un ensemble assez disparate et arasé, superposé aux ruines d’une riche demeure du Ier s. ap. J.-C., on a pu constater la reprise de l’occupation de ce secteur péri-urbain, après plus de trois siècles d’abandon. Des habitations et une voie de desserte en sont les manifestations les plus parlantes.

Le site dans son environnement

2Situé à une centaine de mètres au sud-ouest des vestiges présentés dans la monographie précédente, ce site de la zone sud du nouveau quartier Saint-Pierre, jouit donc du même environnement naturel et humain (cf. fig. 1 de la monographie G. de L., zone nord). On soulignera qu’il est placé à l’exact débouché du vallon de Trion et que l’éperon de Loyasse le domine de près de 90 m. Le terrain superficiel est constitué d’une formation de loess wurmiens ruisselés, reposant soit sur les galets de la moraine glaciaire, soit directement sur le socle cristallin.

3Bien qu’il n’ait pas été matériellement reconnu, on peut restituer ici le passage de la fameuse voie de l’Océan et du Rhin, dont un tronçon a été fouillé plus au nord. Les vestiges voisinent également, à une trentaine de mètres, avec des aménagements complexes à vocation artisanale (structures hydrauliques), une zone de sépultures et un réseau de fossés de drainage, le tout s’étageant sur les Ier et IIe s. (fouilles préalables à la ligne D du métro : Bellon et al. 1995).

4Mais ce sont les restes bien conservés d’une grande maison à péristyle, "la maison aux xenia", qui doit son nom aux décors d’enduit peint retrouvés dans l’une de ses pièces, qui fait la réputation du site (Plassot et al. 1995). Cette domus s’installe durant le règne de Tibère sur un lieu fréquenté dès la période augustéenne. Elle connaît son extension maximum au milieu du Ier s., où elle se voit associer diverses dépendances, dont un secteur artisanal. Son abandon semble intervenir rapidement à la fin de ce siècle. L’occupation reprend après une interruption de plusieurs siècles.

Les vestiges

5L’ensemble des aménagements et constructions réalisés sur les ruines de la maison aux xenia se laisse difficilement interpréter en raison des nombreux remaniements subis par cette zone jusqu’à une époque récente (fig. 1). Les maçonneries, très arasées, subsistent sous la forme de quelques assises de fondation ou de "fantômes" de murs. En outre, le peu de mobilier recueilli ne favorise pas l’analyse de la chronologie des faits. Néanmoins, un ou deux bâtiments ont pu être reconnus, précédés par divers aménagements du terrain environnant.

1. Plan des vestiges de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

1. Plan des vestiges de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge

La fréquentation des lieux à la fin de l’Antiquité

La gestion des eaux de surface

6Dans la partie sud-ouest de la domus ruinée et recouverte de sédiments colluvionnés depuis les pentes du relief voisin, la reprise de la fréquentation se manifeste tout d’abord par un réseau de drainage des eaux de ruissellement. Un fossé et deux drains parallèles, orientés nord-est-sud-ouest, lardent tout le secteur est de la fouille ; deux puisards complètent ce dispositif. Le mieux conservé et le plus grand d’entre eux (fig. 1, n° 2), de forme subrectangulaire, atteint 4 m de longueur. Ses parois sont recouvertes d’un agrégat d’argile, de galets et de blocs de schiste. Ce puisard est surmonté du fossé et de l’un des drains mentionnés ci-dessus.

Une sépulture isolée

7En limite sud de la zone fouillée, une sépulture isolée (n° 1) prend place entre les drains et sur le tracé de la voie d’accès décrits plus haut. La fosse est trapézoïdale ; ses parois sont irrégulièrement doublées par un cordon d’éléments disparates de récupération (blocs de schiste et fragments de tuiles) ; le fond n’est pas aménagé. Un squelette d’adulte ( ?) y reposait allongé sur le dos.

8La datation d’une telle sépulture n’est pas aisée en l’absence de mobilier, du caractère atypique de la tombe et du manque de relation stratigraphique avec les faits archéologiques environnants. Elle peut être contemporaine ou postérieure aux aménagements mentionnés ci-dessus, voire contemporaine des habitats qui vont s’installer tout près.

La voirie

9C’est la voirie qui offre les informations les plus claires quant à la reprise de l’occupation. En effet, sur le court tronçon du chemin d’accès à la domus du Ier s. depuis le sud-est, en pied de colline, ont été repérées les traces nettes de sa remise en service après une phase d’abandon que signale un épais niveau de sédiments colluvionnés (Plassot et al. 1995 : 71). Les dépôts sont aplanis, la chaussée est constituée d’un apport de cailloutis et elle est limitée en bordure orientale par un fossé destiné à recevoir une canalisation de bois (n° 3) dont le tracé a été repéré sur plus de 15 m (fig. 2). C’est dans la partie amont de celle-ci (au sud), la mieux conservée, que des observations précises ont pu être faites : un tuyau de bois, dont subsistaient quelques traces organiques, est installé dans une tranchée de 0,50 m de largeur moyenne pour 0,30 m de profondeur, où il est bloqué par des débris de tuiles, des galets et blocs de schiste. Le négatif du conduit apparaissant nettement dans le remplissage de la tranchée, on peut lui restituer un diamètre d’une quinzaine de centimètres. Cinq frettes métalliques, régulièrement disposées tous les 2 m environ, montrent le mode d’agencement des différents segments. Ce système de canalisations en troncs évidés est souvent attesté dans l’Antiquité, à Lyon ou à Saint-Romain-en-Gal, où il est employé en concurrence avec des tuyaux de plomb (Desbat 1985 : 78). Cet exemple, plus récent, perpétue des techniques classiques de la gestion de l’eau courante.

2. Tracé en négatif d’une canalisation en bois ; on aperçoit une des frettes métalliques conservée

2. Tracé en négatif d’une canalisation en bois ; on aperçoit une des frettes métalliques conservée

10Trois monnaies de la deuxième moitié du IVe s., en rapport avec ces aménagements, fournissent une précieuse information. En revanche, on n’a pu reconnaître, dans cette zone, le lien entre cette voie secondaire et la voie principale évoquée plus haut, qui relie la ville haute de Lyon au réseau de l’Océan et du Rhin. Celle-ci connaît en effet une longue fréquentation qui montre la pérennité des axes de circulation antiques jusqu’au haut Moyen Âge. Quoiqu’il en soit, on retiendra l’hypothèse que l’accès à la résidence du Ier s. est réactivé à la fin du IVe s. au plus tôt, pour desservir de nouvelles installations.

Une première phase de construction

11Près d’une dizaine de fosses de taille variée témoignent de la récupération des matériaux provenant de la domus antique, dont elles perforent sols et murs. On peut légitimement supposer qu’elles marquent les prémices du programme de construction qui affecte la partie nord-est du site. Certaines d’entre elles sont en effet sous-jacentes aux nouvelles maçonneries (fig. 1, n° 4). En revanche, le fossé de drainage évoqué plus haut est nettement recoupé par d’autres. D’après la stratigraphie observée dans la fosse la plus importante (n° 5), leur remplissage confirme leur vocation : dans une matrice limoneuse, riche en débris de mortier et cendres, se répartissent différents éléments de construction (galets, parpaings de granite, de gneiss, blocs de schiste, terres cuites architecturales).

12Des toutes premières constructions établies en partie sur les ruine de la domus, il ne subsiste que quelques lambeaux de fondations ; suffisamment cependant pour reconnaître un angle de pièce (n° 6 à 8) dont l’orientation est très proche de celle des constructions du Ier s. Il s’agit de maçonneries assez puissantes, puisque les murs atteignent 0,90 m de large. Il est impossible de replacer ces constructions en chronologie absolue. On constate toutefois que les maçonneries de l’étape ultérieure reposent directement sur leur arasement.

Les habitats du haut Moyen Âge

13On est mieux renseigné sur cette nouvelle étape de construction. Elle est marquée par un changement net d’orientation. Il subsiste quelques assises de fondation dont la composition, assez irrégulière, fait appel aux matériaux disponibles sur place, en proportion variable, sans apport de mortier : galets de rivière et blocs de schiste ou de granite, mais aussi éléments de calcaire et de terre cuite. Aucune donnée archéologique ne se rapporte aux élévations, que l’on suppose en terre et bois, par analogie avec les observations faites sur les sites voisins de la rue P. Audry et du quartier Saint-Pierre. On n’est pas davantage renseigné sur l’aspect de la toiture.

14Il est possible de restituer partiellement le plan d’un bâtiment constitué de plusieurs pièces, apparemment construites en plusieurs temps. Les pièces A1 et A2 et l’étroit corridor A3 forment une unité cohérente, cernée par les murs les plus larges : 0.60 à 0,70 m (n° 10 à 13). Seule la largeur de cet ensemble, inchangée par la suite est connue (9,50 m hors oeuvre). Les modifications et agrandissements en ont modifié le plan d’origine : trois autres pièces, B, C et D, se développent à l’ouest et au sud, après la création d’une sorte de façade nord-sud (n° 14 et 15). La pièce A1 comporte, adossée à un angle de murs (n° 9 et 10), une zone foyère de grande taille (2x1 m) ; c’est d’ailleurs la seule trace de l’occupation des habitats en question. Il s’agit probablement d’un foyer en fosse, creusé dans le niveau de démolition antique, dont il subsiste le fond et une partie de la paroi d’argile durcie au feu. Ce foyer suggère la vocation résidentielle du bâtiment.

15À une dizaine de mètres en avant de la façade nord de cette maison, un angle de murs (n° 17 et 18), de même facture, suggère l’existence d’un autre bâtiment (E) ; mais la liaison entre les deux n’a pu être observée.

16Les dernières manifestations de l’occupation sont particulièrement ténues. Quelques négatifs de poteaux, concentrés dans les pièces A, évoquent soit des consolidations de fortune de l’habitat, soit un changement d’affectation de cette zone en locaux plus frustes.

Conclusion

17La chronologie des événements survenus après la démolition de la maison aux xenia reste bien vague. Elle repose sur les quelques éléments de datation relative évoqués ci-dessus et sur une poignée de mobilier (Plassot et al. 1995 : 122). La zone des drains et de la voie a livré, outre de nombreuses céramiques antiques provenant des niveaux remaniés, quelques céramiques caractéristiques de l’Antiquité tardive (IVe-Ve s.) : luisante, estampée grise, amphore de Gaza, commune sombre rouge. En outre, trois monnaies de la deuxième moitié du IVe s. permettent de situer la réfection de la chaussée à la fin de l’Antiquité ou au tout début du haut Moyen Âge. Des productions communes en pâte grise (lèvres en bandeau des ollae de la deuxième génération), provenant de la zone des habitats évoquent le début du Moyen Âge (à partir du VIe s.).

18Sans qu’il soit possible de préciser exactement la succession des aménagements et constructions de ce secteur, il s’avère qu’après une longue étape de désertion, la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge se signalent par une reprise de l’occupation. Malgré les difficultés de lecture et d’interprétation, ce site offre un aperçu complémentaire de l’évolution de ce quartier de la périphérie lyonnaise durant cette période et confirme sa vocation résidentielle. La voie qui empreinte le débouché de Gorge de Loup pourrait jouer un rôle attractif dans l’installation de nouveaux habitats. Certes, ceux-ci sont de conception plus modeste que leurs antécédents antiques, mais ils semblent obéir à un mouvement assez général de valorisation de cette région de la périphérie lyonnaise. Les fouilles sont encore trop limitées pour juger de la densité de ces habitats. S’agit-il d’un véritable faubourg en rapport avec le lieu de culte et funéraire voisin de Saint-Pierre, ou, plus probablement, d’une aire encore semi-rurale ?

"L’archéologie médiévale, en outre, n’a pas dit son dernier mot ; il ne se passe guère de temps sans qu’une nouvelle fouille sur un site rural n’apporte de nouveaux exemplaires, bien datés, d’outils médiévaux, ne révèle de nouvelles structures d’exploitation, ne procure ces grains, ces macro-restes de plantes, ces os animaux qui, ont peut le penser, préciseront petit à petit l’histoire des campagnes médiévales."
Jean-Marie Pesez
(Outils et techniques agricoles du monde médiéval, 1991)

Bibliographie

Documentation :

Plassot et al. 1995 : PLASSOT (E.) et al. — Le quartier Saint-Pierre, la maison aux xénia. In : DELAVAL (E.), BELLON (C.), CHASTEL (J.), PLASSOT (E.), TRANOY (L.). - Vaise, un quartier de Lyon antique. Lyon : Service régional de l’archéologie, DARA n° 11, p. 73-129.

Rapport Chastel, Hénon 1987 : CHASTEL (J.), HENON (P.). - Sondages archéologiques dans l’emprise de la ZAC Michel Berthet (quartier Saint-Pierre, Vaise) à Lyon (Rhône). Rapport de sondages. Lyon : Ministère de la culture, DAH. Rhône-Alpes, Rhône-Poulenc, 1987, 40 p., 38 pl.

Table des illustrations

Titre 1. Plan des vestiges de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 2. Tracé en négatif d’une canalisation en bois ; on aperçoit une des frettes métalliques conservée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 482k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access