Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Périphérie lyonnaise : vallon de Trion et Gorge de Loup

Lyon, 54 Rue Pierre Audry

Rhône

Jean-Luc Gisclon, Élise Faure-Boucharlat, Michel Lenoble et Claude Olive

Texte intégral

1. Lyon, le vallon de Trion et la plaine de Vaise : localisation des occupations du haut Moyen Âge

1. Lyon, le vallon de Trion et la plaine de Vaise : localisation des occupations du haut Moyen Âge

A. 54, 54bis rue Pierre Audry ; B. Vaise, gorge de Loup, zone sud ; C. Vaise, gorge de Loup, zone nord 1. 77, 79 rue Pierre Audry : constructions ; 2. Rue du Chapeau Rouge : constructions ; 3. Église et cimetière Saint-Pierre ; 4. 29 quai Arloing : fosses dépotoirs

Département :

Rhône

Commune :

Lyon 9e

Adresse :

54. 54 bis rue Pierre Audry

Numéro de site :

69.123.116 AH

Coordonnées Lambert :

X : 792.115 Y : 87.780

Altitude NGF :

215 m

Cadre d’intervention :

programme immobilier

Responsables d’opération :

J.-L. Gisclon et V. Bel

Dates d’intervention :

1992-1993

Surface fouillée :

850 m2

Extension totale du site :

inconnue

1Les habitats médiévaux de la rue Pierre Audry se signalent par une forte densité de vestiges où voisinent structures en creux et soubassements maçonnés. Quatre phases chronologiques principales ont été reconnues. Les premières installations sont des constructions légères à ossature de bois, auxquelles s’adjoignent, par la suite, des murs de soutènement et de clôture. Ces constructions pourraient être les dépendances d’un habitat situé hors de l’emprise fouillée. Puis s’élève une solide bâtisse à soubassements de pierre et élévations de terre, dont les sols sont en grande partie dallés et équipée de foyers. Par la suite, celle-ci s’agrandit et se transforme pour devenir une grande demeure à plan complexe adaptée à la topographie particulière du lieu. L’apport conjoint de la stratigraphie, d’un abondant mobilier domestique et des datations par le radiocarbone permet de proposer une chronologie relativement fiable. L’occupation s’étend sans interruption du VIIe s. à la fin du IXe s. au moins. Dans sa plus grande extension, cette résidence pourrait constituer le premier exemple archéologique d’une "villa carolingienne" de la périphérie lyonnaise.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Les vestiges prennent place sur le versant occidental du vallon qui constitue la bordure du plateau de Loyasse dominant la Saône (fig. 1 et 2). Ce vallon, long de 1 650 m, relie le plateau de Saint-Just (Trion), au sud-est, à la plaine de Vaise (Gorge de Loup), au nord-ouest. La localisation du site en bas de pente (entre les courbes de niveau 210 et 220 m), au niveau de raccordement du versant avec le fond du vallon de Gorge de Loup, impose une topographie particulière, caractérisée par un adoucissement et un changement de direction de la pente ; on passe ainsi progressivement d’une pente d’environ 25 %, orientée est-ouest sur le versant, à une pente de 13 %, orientée sud-est-nord-ouest dans le vallon.

2. Localisation des sites du haut Moyen Âge dans le vallon de Trion

2. Localisation des sites du haut Moyen Âge dans le vallon de Trion

3Le secteur appartient à l’ensemble géologique du plateau lyonnais qui constitue le rebord oriental du Massif Central, formé d’un socle primaire (micaschistes affleurant par endroits) sur lequel repose la mollasse miocène, puis les alluvions rhodaniennes du pliocène supérieur. Ces alluvions fluviatiles villafranchiennes à gros galets de quartzites, sont emballées dans une matrice argileuse. Ces cailloutis sont recouverts par un ensemble de formations anté-würmien, probablement du Riss ancien (Mandier 1988). Ce plateau se caractérise aussi par des placages de loess calcaires würmiens dus à des dépôts éoliens. Les fonds de talwegs qui entaillent ces différentes formations sont tapissés d’alluvions issues du remaniement fluviatile holocène de ces dépôts anciens. Les versants sont également recouverts d’un manteau de colluvions plus ou moins épais en fonction de la topographie.

4Aujourd’hui à sec, le vallon de Gorge de Loup a connu des écoulements plus ou moins forts au cours des périodes préhistoriques et historiques. Au début de notre ère, le ruisseau de Trion se limite à un petit ru à l’écoulement diffus (Vérot-Bourrély 1995). Un important réseau de sources alimentées par des nappes phréatiques irrigue tout le vallon. Ainsi, la parcelle qui surplombe le site, dénommée Les Sources, évoque ce paysage.

Contexte archéologique

5Les habitats présentés ici sont les seuls vestiges archéologiquement connus actuellement sur ce flanc du vallon de Trion. L’occupation antique est marquée, à cet endroit, par la création d’un aqueduc semi-enterré (2e moitié du Ier s. ap. J.-C.), alimenté par au moins un captage de source construit à la même époque. Le même dispositif hydraulique a été découvert sur le versant opposé, lors des fouilles des Jardins de la Sarra en 1973. Cette installation est précédée par une petite occupation funéraire datée du milieu du Ier s. ap. J.-C., caractérisée par deux incinérations secondaires. Une seconde installation funéraire, peut-être contemporaine de l’aqueduc, prend place au cours de la 2e moitié du Ier et jusqu’au début du IIe s. Cette petite nécropole (13 tombes) se développe dans la partie basse du terrain, alors que l’aqueduc se situe dans la partie haute. Toutes les tombes sont des incinérations primaires, contemporaines de certaines incinérations primaires de la nécropole dite de la Contrescarpe (77-79 rue P. Audry), avec lesquelles elles ont de nombreux points communs. Les deux sites sont vraisemblablement séparés par la voie antique dite de l’Océan, dont on a découvert des tronçons aux deux extrémités du vallon, à Trion, (fouille L. Tranoy, 1986) et à Gorge de Loup, au pied de l’éperon de Loyasse (Chastel et al. 1995). La nécropole romaine des Jardins de la Sarra, située juste en face du 54 rue P. Audry, s’étend sur environ 100 m de long et 20 m de large. Elle comporte des enclos funéraires maçonnés, des incinérations, un ustrinum maçonné, des inscriptions, deux sarcophages en pierre d’époque paléochrétienne (Ve-VIe s.), une vingtaine d’inhumations non datées (Lasfargues, Desbat, Jeancolas 1973).

6À la sortie du vallon, à Gorge de Loup, à l’entrée de la plaine de Vaise, s’étend le site protohistorique et historique du même nom : établissements artisanaux gallo-romains de la première moitié du Ier s. (bassins), sépultures à incinération du Ier s. (Bellon et al. 1995) Ce site a également livré, en remblais, du mobilier de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge et des installations artisanales de la fin du Moyen Âge. Au pied des pentes de l’éperon de Loyasse, des sépultures dispersées, antiques et médiévales et des habitats du haut Moyen Âge semblent s’organiser auprès de la voirie, héritière du tracé antique (cf. infra monographies correspondantes).

Les constructions et leur évolution

7Les nombreuses couches et structures mises au jour (fig. 4) ont fait l’objet d’une description détaillée dans le document final de synthèse (rapport Bel et al. 1995). Ne sont reprises ici que les plus importantes. Un plan-masse (fig. 3) porte l’indication des différents espaces ou pièces du site, tels qu’ils sont appelés dans le texte (de A à S). Pour chaque état, un plan des structures indique le numéro (chiffres arabes) de celles qui sont mentionnées dans les lignes qui suivent.

3. Emprise de la fouille : dénomination des secteurs de la fouille et des pièces des bâtiments

3. Emprise de la fouille : dénomination des secteurs de la fouille et des pièces des bâtiments

4. Vue d’ensemble des vestiges depuis le nord

4. Vue d’ensemble des vestiges depuis le nord

8Les différentes occupations médiévales ont été regroupées en 6 états :

  • état 1 : phase initiale de l’occupation, uniquement représentée par des structures en creux ;

  • état 2 : apparition des premiers murs de terrasses ;

  • état 3 : apparition de véritables pièces aménagées ;

  • état 4 : développement de l’habitat vers le sud en trois phases ;

  • état 5 : abandon de l’habitat ;

  • état 6 : réoccupation sous forme de structures drainantes.

L’état 1

Les vestiges

5. Les vestiges des états 1 et 2

5. Les vestiges des états 1 et 2

9L’état 1 regroupe les structures suivantes (fig. 5) :

  • une dizaine de fosses de rejet, charbonneuses, de 30 à 110 cm de profondeur, contenant l’essentiel du mobilier et des ossements d’animaux ;

  • une quinzaine de trous de poteau, avec ou sans calage, profonds de 10 à 30 cm ;

  • un foyer construit sur le sol (n° 1) en briques à plat et schistes verticaux rubéfiés ;

  • trois lambeaux de sols aménagés en graviers et galets, de 4 à 35 cm (radier) d’épaisseur (n° 2, 3, 4) ;

  • une tombe maçonnée (n° 5), à parois en schiste, calcaire, granite, galets, marbre, tuiles en fond, le tout lié au mortier, de 2,20 sur 1,50 m et 0,60 m de profondeur, à double compartiment, dont l’un contient un squelette d’homme, tête à l’ouest, mains sur le bassin (fig. 6).

6. La tombe 5, coffre maçonné à double compartiment

6. La tombe 5, coffre maçonné à double compartiment

Organisation de l’état 1

10L’essentiel se rapporte donc à des structures d’habitat, au sens large du terme, auxquelles vient se rattacher une structure funéraire, au nord, dont l’aspect isolé est peut-être dû à la faible surface fouillée à cet endroit. En tout cas, elle indique les limites de l’habitat dans cette direction. Les vestiges sont inégalement répartis sur le site et sont principalement concentrés dans trois ou quatre secteurs. Si ces ensembles paraissent aujourd’hui isolés les uns des autres, il n’en était peut-être pas de même à l’origine et il ne faut pas négliger l’impact de l’érosion. En tout état de cause, l’organisation des différentes structures fait apparaître une certaine spécialisation des espaces : au centre, une construction légère sur poteaux de bois (5 ou 6 négatifs) et parois probablement en torchis, forme un petit bâtiment carré, ouvert au nord sur un foyer extérieur (n° 1), comme l’indique l’analyse micromorphologique de l’aire de rejet du foyer, probablement à usage domestique ; et, en contrebas, de part et d’autre, au nord et à l’est, des zones de rejet sous forme de fosses dépotoirs.

11L’installation se fait directement sur le terrain naturel, comme le révèle l’aspect piétiné du sol, compacté sur un centimètre environ. Les grandes fosses en contrebas de l’aire domestique ont pu être creusées pour extraire la terre servant à l’édification des parois en torchis. L’analyse du terrain révèle un milieu argileux, mal drainé, qui convient parfaitement pour la fabrication de murs en terre. L’état lacunaire des sols d’occupation semble dû, pour une grande part, aux aménagements postérieurs, notamment, aux opérations de terrassement préalables à l’installation de murs. Toutefois, il est probable que le centre de l’habitat se situe plus en amont, à l’ouest, hors de l’emprise des travaux.

12L’analyse anthracologique des charbons de bois a révélé l’utilisation d’une grande variété d’essences qui traduit plus un approvisionnement domestique qu’artisanal. Un fragment de meule rotative suggère la mouture des céréales. Un pilon de marbre, en forme de doigt, est à rapprocher d’un mortier, également représenté parmi le mobilier. Une fusaïole en os indique une activité de filage et éventuellement de tissage. Divers clous de petites dimensions et des fragments de lames de couteau en fer, des tiges ou des fragments de plaque indéterminés, témoignent d’activités quotidiennes, non spécialisées. Un élément de tabletterie en os, à décor d’ocelles et de traits, évoque un décor de meuble. Un racloir en silex et un éclat brut (s’il ne s’agit pas de reliques ?) ont pu être utilisés pour la découpe ou le façonnage d’objets. Un tronçon de diaphyse, coupée à chaque extrémité, témoigne de ce genre d’activités. Des chevilles osseuses, portant des traces de découpe à la base, indiquent une récupération de la corne (objets manufacturés ?).

L’état 2

Les vestiges

13L’état 2 regroupe les structures suivantes (fig. 5) :

  • le foyer de l’état 1 et un nouveau foyer (n° 11) construit avec des fragments de briques, de tuiles, de schiste ou de calcaire, disposés à plat et de chant sur un côté, en relation avec un sol très charbonneux (n° 12) ;

  • 8 murs de terrasses et de clôture, larges de 40 à 75 cm, conservés sur 20 à 70 cm de haut, formés d’une assise en fondation de galets, quelques calcaires, schistes et granites, et une à quatre assises en élévation de schistes, granites, calcaires, galets, blocs de mortier de tuileau, fragments de tuiles, le tout lié à la terre argileuse ;

  • 4 sols de graviers, de 3 à 10 cm d’épaisseur, correspondant à une cour, un chemin ou un radier de fondation de sol ;

  • 9 sols de terre de 2 à 7 cm d’épaisseur sauf au nord (partie basse) où ils atteignent 20 cm, essentiellement en zone extérieure, non couverte, et contenant du mobilier céramique et osseux ;

  • 16 fosses dépotoirs, de 20 à 60 cm de profondeur, dont une avec probablement des restes de pisé ;

  • 3 fosses puisards remplies de galets, de 30 à 110 cm de profondeur ;

  • 19 trous de poteau, de 5 à 35 cm de profondeur, avec ou sans calage. Certains permettent d’agrandir vers le nord le petit bâtiment de l’état 1. D’autres, regroupés autour ou dans certaines fosses, traduisent des aménagements de type indéterminé.

Organisation de l’état 2

14L’état 2 est caractérisé par l’apparition des premiers murs en pierre et l’aménagement de terrasses. Ces murs de soutènement et de clôture (n° 8, 9,10) mettent en place l’organisation parcellaire de l’habitat. L’espace bâti, signalé par les sols et les trous de poteau autour des foyers, et l’aire de rejet en contrebas, matérialisée par les fosses dépotoirs, sont désormais séparés par un mur (n° 9). La partie nord du site, la plus basse, apparaît vide de structures, comme une zone de passage dans un milieu humide. Il en est de même pour la partie est, si ce n’est le long du mur de terrasse n° 8, bordé par une cour ou un chemin (secteur A).

L’état 3

Les vestiges

7. Les vestiges de l’état 3

7. Les vestiges de l’état 3

15L’état 3 regroupe les structures suivantes (fig. 7) :

  • 10 murs inégalement conservés sur 10 à 65 cm de haut, larges de 30 à 70 cm, conservant au mieux deux assises en fondation et cinq en élévation. Les matériaux sont les mêmes que ceux utilisés dans les murs de terrasse des périodes précédentes. Cependant, la mise en oeuvre est plus variée (petit appareil en arête de poisson, grandes dalles de schiste en épis). Le mortier est toujours absent. Ces murs définissent des espaces fermés (C, D et K). Deux d’entre eux (n° 15) sont liés par leur maçonnerie ;

  • 2 dallages d’aspect bien différent : un empierrement grossier en calcaire, granite, schiste, galets, tuiles ou briques, disposé autour d’un foyer d’angle (n° 16) dans la pièce Κ ; un véritable pavement fait de dalles de schiste et de granite, relativement jointives dans l’espace C-D ;

  • 2 foyers : l’un (n° 17) sous la forme d’une fosse rectangulaire peu profonde (80 x 45 cm), avec sole de dalles rubéfiées, est en contact avec une fosse cendrier également rectangulaire, de 90 sur 80 cm ; l’ensemble est aménagé dans le dallage de la pièce principale du bâtiment. L’autre (n° 16), mentionné ci-dessus, est composé de briques et de blocs de schiste horizontaux et verticaux en appui contre les murs chaînés de la pièce Κ ; il est entouré d’un empierrement grossier de 3 m2 ;

  • 6 sols en terre de 2 à 15 cm d’épaisseur, généralement charbonneux avec du mobilier (en particulier quelques scories), parfois bien damés (au sud) ;

  • 3 trous de poteau, profonds de 10 à 45 cm, en relation avec un sol (n° 19).

Organisation de l’état 3

16Cet état correspond à la création d’un espace ceinturé de murs, divisé en deux parties, est et ouest, où se concentre l’occupation. A l’est, une grande pièce de 7 x 2,80 m, au sol dallé, peut-être divisée par un mur en deux petites pièces (C et D), possède un foyer (n° 17) dans la partie sud. Le caractère soigné des aménagements (sols, chauffage) révèle une recherche de confort qui donne à cet espace un aspect résidentiel et privatif. Cette pièce est bordée à l’est (secteur A) par une cour ou un chemin de galets. A l’ouest, une autre grande pièce (K) de 7 x 4,50 m, au sol en terre battue, possède un foyer (n° 16) dans l’angle méridional et entouré d’un sol empierré. Cet espace, sans doute en partie couvert et subdivisé par des cloisons légères (pans de bois, torchis ?), comme le suggèrent quelques trous de poteaux, a pu être le lieu d’activités domestiques autour du foyer.

17Au nord, au sud et à l’ouest de ces deux pièces s’étendent des sols en terre où il y a peu de traces de construction et d’activités. Le sud se présente comme un espace encore ouvert, au sol en terre bien damée, avec quelques traces de constructions légères. Au nord, les fosses dépotoirs sont remplacées par des aires de rejet desquelles proviennent quelques scories métalliques. Ces différents secteurs d’activité (zones de passage ou de rejet, espaces résidentiels ou domestiques) se distribuent en paliers selon la pente du terrain (fig. 8).

8. Étagement des constructions de l’état 3 sur la pente (coupe A-B simplifiée)

8. Étagement des constructions de l’état 3 sur la pente (coupe A-B simplifiée)

L’état 4

Les vestiges

9. Les vestiges de l’état 4, phase 1 et 2

9. Les vestiges de l’état 4, phase 1 et 2

18Cet état, qui correspond à plusieurs phases de modification et d’extension de l’habitat, regroupe de nombreux vestiges (fig. 9 et 10) :

  • 22 murs dont 8 chaînés entre eux, toujours du même type, plus ou moins bien conservés sur 10 à 70 cm de haut, d’une largeur de 30 à 80 cm. Un seul mur est lié avec du mortier (n° 20). Parfois la similitude entre les matériaux et l’absence de ressaut ne permettent pas de distinguer la fondation de l’élévation ;

  • 3 ou 4 nouveaux foyers : un foyer non construit (n° 21), dans l’angle de la pièce G; une structure très élaborée (n° 31) composée de deux radiers (galets, calcaire, schiste) superposés, sur lesquels sont installées à plat des tuiles entourées d’un sédiment cendreux, le tout étant ceinturé de murs délimitant un espace de 2,50 x 2 m (M) ; un petit foyer non construit (n° 28) installé à l’intérieur d’une pièce au pied d’un mur aux pierres rubéfiées, à même le sol de terre ; un foyer hypothétique (n° 22) dans un angle de murs (pièce F) ;

  • 17 sols de 2 à 30 cm d’épaisseur, parfois superposés au cours des réaménagements successifs (recharges), situés en majorité à l’intérieur des pièces, en terre argilo-sableuse avec parfois des graviers ou galets, quelques fragments de tuiles et de schistes, parfois compactés, de couleur variant du gris brun au rouge, généralement charbonneux, parfois cendreux, rubéfiés (indice de foyer à proximité), comportant du mobilier (en particulier le sol 23) et des fragments antiques de calcaire inscrits ou polis ;

  • 11 trous de poteau, imposants pour certains, de 20 à 65 cm de profondeur, avec ou sans calage. Ils appartiennent à une superstructure indéterminée qui occupe, avec la fosse décrite ci-dessous, la moitié de la pièce ;

  • une grande fosse (n° 29) de forme quadrangulaire de 4 x 2 m et 30 à 40 cm de profondeur, en relation avec au moins 5 trous de poteau internes ; il pourrait s’agir du sol ou du sous-sol excavé d’une petite construction légère ;

  • 2 aménagements de sol en pierres à l’intérieur de deux pièces (D-E et F) : un dallage de matériaux variés, y compris fragments de tuiles en remploi, d’une épaisseur de 7 cm ; un radier de galets et de blocs de calcaire et de granite posés de chant et quelques dalles de schiste horizontales, liés à la terre, épais de 15 cm (fig. 10). Dans la partie amont du site, un petit empierrement de galets (n° 24) sous une portion de mur (sol, radier de fondation, seuil, chemin ?) offre la particularité d’avoir livré un os de camélidé (cf. infra) ;

  • 4 drains, dont une grande fosse d’assainissement (n° 25) de presque 10 m de long sur 4 m de large, profonde de 20 cm, remplie de schistes et galets dans une matrice limoneuse ;

  • 4 fosses dépotoirs, de 10 à 45 cm de profondeur, contenant des lambeaux d’argile rubéfiée, des charbons, cendres, fragments de brique, mobilier, faune et scories ;

  • une grande tranchée de récupération (n° 34) de 12 m de long sur 1,40 m de largeur maximum, profonde de 15 cm environ.

10. Partie résidentielle de l’habitat : sols aménagés des pièces C, D E, F et foyer 17 (états 3 et 4, phase 1)

10. Partie résidentielle de l’habitat : sols aménagés des pièces C, D E, F et foyer 17 (états 3 et 4, phase 1)

Organisation de l’état 4

19L’analyse détaillée de la position des vestiges révèle trois phases successives de développement de l’habitat au cours de l’état 4.

Phase 1

20Cette première phase (fig. 9) voit l’agrandissement vers le sud de la surface construite qui est alors presque doublée, et en particulier de la surface dallée qui passe à 35 m2 (fig. 10). Le long de la façade orientale, une grande pièce (D-E) dallée (6,40 x 2,50 m) conserve le foyer de l’état précédent (n° 17). Elle est flanquée, au nord et au sud, de deux pièces dallées plus petites (C et F). La pièce nord (2,80 x 2,80 m), moins bien exposée, pourrait avoir eu une fonction différente des autres, car elle ne comporte pas de foyer et nous verrons qu’elle sera rapidement abandonnée. La pièce sud (3 x 2,80 m) pourrait être équipée d’un petit foyer d’angle (n° 22). La pièce centrale apparaît comme le lieu de séjour le plus confortable, encadré de pièces secondaires (chambres ?). Ces pièces, au caractère résidentiel affirmé, sont bordées à l’ouest par deux autres pièces de dimensions inégales, au sol en terre battue, destinées probablement à d’autres fonctions (activités domestiques) : au nord la pièce de la phase précédente (K), avec son foyer d’angle (n° 16), caractérisée par une épaisse couche d’occupation, indice d’une longue utilisation ; au sud, une pièce plus réduite (6 x 3,30 m), probablement couverte (I) et donnant à l’ouest sur un espace peut-être partiellement couvert par un auvent (J).

21Au nord, au sud et à l’ouest de la zone construite, il n’apparaît pas de vestiges : ces secteurs semblent délaissés ou du moins peu occupés. A l’est (secteur A), le bâtiment est toujours bordé par un sol de galets évoquant un espace ouvert, type cour. Topographiquement, la construction s’oriente selon les courbes de niveau du terrain.

Phase 2

22Une deuxième phase (fig. 9) voit la création, sur une terrasse supérieure, au sud, d’une nouvelle aile de bâtiment, perpendiculaire à la pente, dont il ne reste qu’une pièce (R) aux murs chaînés et sol en terre, partiellement détruits par l’érosion. Une fosse charbonneuse et cendreuse (n° 26) contenant des fragments d’argile cuite, comme ceux retrouvés sur le sol de la pièce, signale un foyer à proximité. Une activité de métallurgie peut être indirectement évoquée par la présence d’une grosse scorie métallique dans la fosse. A cette étape pourraient appartenir les vestiges de ce qui ressemble à un aménagement de pente en gradins (S), entre la terrasse supérieure et le bâtiment inférieur.

23Dans le vaste bâtiment central, en aval, les pièces dallées sont recouvertes d’un sol en terre (n° 23) ; la pièce nord (C) semble délaissée alors qu’une pièce supplémentaire (G) est construite au sud, avec foyer d’angle (n° 21) et sol en terre battue. La fonction de cette partie orientale du bâtiment semble se modifier, comme le suggère la disparition du grand foyer central (n° 17). L’installation d’un foyer dans la pièce sud-est (G) pourrait indiquer un déplacement de la zone résidentielle vers le sud. Côté ouest, la grande pièce Κ ne subit aucune modification et son foyer d’angle est toujours en usage, ce qui n’est pas le cas de la pièce voisine (I-J), qui s’ouvre maintenant sur l’ouest et semble abandonnée ou transformée en cour. Un vaste radier d’assainissement (n° 25) barre alors la pente et protège la maison des infiltrations d’eau venant du versant ouest. La partie nord de la zone construite (B) se présente sous la forme d’un grand espace de 7,50 m de large, ouvert sur l’est, sans trace d’activité déterminable, ce qui laisse supposer une faible fréquentation de ce secteur. Cependant, le rôle de l’érosion dans cette zone basse ne doit pas être négligé.

Phase 3

24Enfin, dans un troisième temps (fig. 11), le noyau méridional de l’habitat s agrandit vers l’ouest avec la création d’une nouvelle pièce (Q) de 2,20 m de large au sol en terre, détruite vers le nord. Un nouveau sol en terre battue (n° 27) est installé dans la pièce voisine (R) qui se voit équiper d’un petit foyer contre le mur sud (n° 28). Un sol en terre se développe, hors emprise, à l’extérieur de ces pièces, vers le sud. Cette partie méridionale peut être dévolue à une activité domestique ou réservée au repos, l’état incomplet du bâtiment interdisant toute certitude. Cependant, un résidu carbonisé au fond d’une poterie provenant du sol n° 27, contenant des fragments de verre et des charbons de bois, évoque le travail du verre (Argant in : rapport Bel, Gisclon 1995).

11. Les vestiges de l’état 4, phase 3

11. Les vestiges de l’état 4, phase 3

25Le bâtiment aval est agrandi d’une nouvelle pièce au sud (H), étroite (3,50 x 2 m), avec sol en terre, dont la fonction reste indéterminée. Entre cette nouvelle pièce méridionale et la pièce K, toujours inchangée, l’espace I-J forme alors une grande pièce carrée (6 x 5,40 m), au moins partiellement couverte et occupée dans sa partie ouest par une construction légère, évoquant une cabane à sol excavé (n° 29), sans doute réservée à une activité particulière (stockage, artisanat ?). Un lambeau de sol rubéfié pourrait être l’indice d’un foyer à proximité (n° 30). A l’ouest de K, une structure de cuisson sur radier de galets (n° 31), cernée de murs (M), est construite en symétrie du foyer d’angle (n° 16) par rapport au mur n° 15. Son étendue évoque, sous toutes réserves, un four alimentaire, dont la couverture en terre aurait disparu. Il est entouré d’un sol épais, constitué de plusieurs recharges, dans lequel est creusée une fosse de rejet (n° 32) en relation avec le four. L’ensemble pourrait constituer un petit édifice sur une cour intérieure par exemple (N, L). Dans la partie est du bâtiment central (C à F), les pièces sont modifiées : la pièce nord disparaît définitivement, un nouveau sol en terre (n° 33) couvre la grande pièce centrale D-E, et la pièce sud semble servir de zone de rejet. Le secteur nord de l’habitat est peu fréquenté : l’analyse d’un lambeau de sol en terre révèle une occupation intermittente.

L’état 5

26Cet état correspond à l’abandon de l’habitat. Il est représenté par différentes couches de démolition des murs en terre et en pierre, d’une épaisseur variant de 15 à 50 cm : couche argileuse jaune avec graviers et galets (pisé ?) ou couche charbonneuse avec fragments de briques, de schiste, de calcaire, dont des éléments antiques en remploi (calcaire tendre avec inscription et moulure (autel funéraire ?) et une plaque de marbre avec inscription). Aucune trace d’incendie n’est visible. L’absence de tuiles laisse supposer que les constructions étaient couvertes en matériaux périssables. Un calage de poteau aménagé dans une couche de démolition est un indice isolé de réoccupation ponctuelle.

L’état 6

27L’état 6 correspond à une réoccupation du site, de nature différente.

28Cet état est composé de :

  • 4 fosses puisards comblées de divers matériaux de construction et de rejets domestiques, profondes de 35 à 100 cm. Deux autres fosses, mal situées stratigraphiquement, peuvent appartenir à cet état ;

  • 2 drains remplis de galets, profonds d’environ 65 cm, orientés dans le sens de la pente.

29Les puisards se situent principalement en amont, alors qu’un drain suit la pente en direction de l’aval. Cette série de structures d’assainissement pourrait correspondre à une mise en culture du site.

Les procédés architecturaux

30Les vestiges de la rue P. Audry offrent une relative variété architecturale. On ne reviendra pas sur les petits bâtiments en matériaux légers sur poteaux plantés qui présentent les caractères habituels des constructions rurales. Il pourrait s’agir des locaux annexes d’un habitat proprement dit, alors situé hors emprise. Quant aux constructions de pierre, si elles varient dans le détail (largeur des murs, composition des maçonneries), globalement, elles font appel aux matériaux assez divers qu’offre l’environnement immédiat (galets en fondation, parements de moellons irréguliers de gneiss, de calcaire, dalles de schiste, et débris de tuiles et tuileau en bourrage). L’absence quasi systématique de mortier est à souligner (fig. 12). Il convient de noter que ces maçonneries sont plus que de simples murs solins ; elles constituent de puissants soubassements (minimum 1 m de haut), dont la base de quelques assises est elle-même fondée en tranchée.

12. Angle de murs de la pièce R (état 4) : détail des maçonneries

12. Angle de murs de la pièce R (état 4) : détail des maçonneries

31De tels soubassements supposent, au moins à partir de l’état 3 et jusqu’à la dernière phase de l’état 4, des élévations en grande partie en terre. Mais peu d’arguments archéologiques permettent d’en restituer le mode de construction. Aucun témoin de briques crues n’a été relevé, pas plus que de négatifs de supports verticaux ou de sablières basses pour signaler la technique du pan de bois ; mais ceci ne suffit pas à l’exclure. Certes, les niveaux de démolition comportent des couches d’argile provenant des élévations des murs, mais il est difficile de définir leur origine (pisé ? adobe ?). Cependant, une fosse de l’état 2 a livré des échantillons, dont la structure a pu être rapprochée de celle d’un élément de pisé moderne (Cammas in : rapport Bel, Gisclon 1995 : 88-210).

32On peut tenter de formuler quelques hypothèses à partir de la documentation lyonnaise. Le rapprochement le plus direct est à faire avec les autres établissements du secteur voisin de Gorge de Loup, à peu près contemporains (cf. infra monographies correspondantes), mais aussi avec des habitations plus anciennes (Haut-Empire) des quartiers de Fourvière et de Saint-Just à Lyon. Les propositions de restitutions architecturales faites alors (Desbat 1985) éclairent le cas de la rue P. Audry II apparaît que les constructions en adobe (brique crue) sur des soubassements maçonnés relativement larges (60 cm en moyenne), souvent en galets liés à la terre ou au mortier, cèdent la place, au début du Ier s., à la technique du pan de bois ou colombage, hourdé de briques crues. Les soubassements sont alors moins larges (40 cm en moyenne).

33Compte tenu de la diversité des gabarits des maçonneries conservées rue P. Audry (I. entre 30 et 80 cm), on conviendra que plusieurs procédés ont pu être employés de façon complémentaire. Des élévations en pleine terre (pisé) ou en briques crues pour les murs les plus puissants (façades des bâtiments), et en colombage ou pans de bois pour les murs secondaires (parois intérieures), ont probablement cohabité. Si les constructions en murs de pleine terre ne sont pas attestées dans le secteur durant l’Antiquité, l’hypothèse de l’émergence de cette technique au haut Moyen Âge peut être avancée.

34L’absence totale de vestiges de seuil surprend quelque peu, étant donné la conservation des niveaux de sol et de circulation ; ce constat suggère-t-il, par la négative, l’emploi du bois pour ce type d’équipement, à l’instar des exemples connus à Lyon pour l’Antiquité ? La même remarque vaut pour les canalisations d’eau dont aucun témoin n’apparaît. Signalons néanmoins la présence d’un fragment de clef en bronze et de deux fragments de tuyaux en plomb.

35L’aspect peu anthropisé des sols, tel qu’il apparaît à l’analyse micromorphologique (Cammas in : rapport Bel, Gisclon 1995), laisse supposer un entretien régulier des espaces habités, même s’il est difficile de mesurer l’effet de l’érosion. L’absence de plancher au rez-de-chaussée est attestée par les nombreux foyers, installés directement sur les sols. Néanmoins, la majorité des murs, épais de plus de 50 cm, pouvait éventuellement supporter des planchers en étage, en particulier dans les pièces étroites de l’aile orientale de la maison. Le mode de couverture n’a laissé aucune trace ; l’hypothèse d’une couverture en matière végétale (chaume ?) se déduit de l’absence de fragments de tuiles ou d’autres matériaux durs (lauzes ?) des niveaux de démolition.

La chronologie du site

36Contrairement à la plupart des sites évoqués dans ce volume, les vestiges de la grande maison de la rue P. Audry se prêtent à l’analyse stratigraphique et offrent de précieux repères de chronologie relative. Parallèlement, le mobilier céramique permet de suivre l’évolution du vaisselier de façon satisfaisante (cf. infra). Enfin, l’absence de monnaies est en partie compensée ici par des analyses au radiocarbone. La combinaison de ces différents arguments, relatifs et absolus, permet d’asseoir, avec quelque assurance, la chronologie qui suit.

État 1

37Les structures sont creusées dans des couches de colluvions recouvrant les vestiges antiques et contenant de la céramique gallo-romaine. Les fosses sont scellées par les couches d’occupation ou recoupées par les premiers murs (n° 8 et 10) de l’état 2. Mais l’ensemble formé par les trous de poteau et le foyer (zone bâtie) échappe à ces superpositions. Ces structures peuvent donc être encore utilisées durant l’état 2.

38La datation du matériel céramique provenant de l’état 1 pose peu de problèmes. L’absence de céramique caractéristique de l’Antiquité tardive (estampée grise, luisante, amphore africaine ou orientale...), observée sur les sites de Lyon Célestins (horizon I) ou de Lyon Clément V (période VII) (rapport Ayala et al. 1996 et 1997), place la première phase d’occupation postérieurement au Ve, voire au début du VIe s. La présence de formes ouvertes (mortiers, bols carénés et surtout gobelets) en quantité importante (40 %), tout comme celle encore abondante de céramique cuite en mode oxydant (de l’ordre du 1/3 de l’ensemble) et enfin, la prédominance des lèvres à section triangulaire ou rectangulaire (bandeaux de première génération), correspondent bien au répertoire rencontré sur des sites régionaux du VIIe s.

39L’exacte contemporanéité de la sépulture (n° 5) avec les installations de l’état 1 n’est pas démontrée. Cependant, ce type de double coffre rectangulaire maçonné à fond en tuiles est très proche d’une série de tombes de la basilique de Saint-Laurent de Choulans à Lyon, attribuée aux VIe-VIIe s.

40Enfin, un comptage radiocarbone, réalisé sur des os provenant de la fosse dépotoir n° 6, permet de dater le remplissage de cette structure : âge 14C : 1435 +/-45 BP ; intervalle années réelles : 549-669 ap. J.-C. ; pic de probabilité : 637 (Centre de datation par le radiocarbone de Lyon, réf. LY 7242). Le début de l’occupation semble donc intervenir dans la première moitié du VIIe s.

État 2

41Couches et structures de l’état 2 recouvrent les fosses de l’état 1, sauf dans la zone de constructions légères mentionnée cidessus. Au cours de l’état 2, le foyer n° 11 est recouvert par un nouveau sol (n° 13) et seul le foyer de l’état 1 fonctionne en association avec une autre fosse cendrier (n° 14).

42On ne dispose pas de critère de datation absolue ; la chronologie proposée repose donc sur le mobilier, notamment céramique. Force est de constater que celui-ci ne présente pas de rupture typologique ou technologique par rapport à celui de l’état précédent. Néanmoins, l’évolution des indices de fréquence des rebords d’ollae de seconde génération (bords en bandeau verticaux), qui deviennent désormais majoritaires, tout comme la nette diminution du nombre de céramiques cuites en mode oxydant et des formes ouvertes, confirment un certain écart chronologique. C’est avec le mobilier du site rural de Beynost Les Grandes Croix, Ain, que la comparaison des proportions relatives des modes de cuisson et des types de formes est la plus proche ; deux datations radiocarbone en situent l’occupation au milieu du VIIe s.

43La continuité de l’occupation entre les états 1 et 2 ne fait guère de doute. L’état 2 pourrait donc prendre place dans le courant du VIIe s.

État 3

44Les sols en terre ou aménagés (dallages) recouvrent directement les vestiges de l’état précédent, à l’exception du radier de galets interprété comme une cour ou un chemin, à l’est (secteur A). Certains murs (n° 8,18) se superposent, côté est. L’état 3 doit donc succéder assez rapidement à l’état 2 si l’on se fie à l’absence de colluvions et autres dépôts entre les deux. Dans ce cas, il y aurait continuité d’occupation.

45On ne dispose pas de critères de datation absolue. La céramique offre, pour cette séquence, des informations mitigées, car le lot est relativement modeste. Les phénomènes observés dans l’état 2 sont encore accentués. Par ailleurs, l’apparition de cruches à verseur tubulaire évoque le VIIIe s. Ce type de récipient se rencontre à Lyon Célestins, horizon II (VIIe - VIIIe s.) et surtout horizon III (IXe-Xe s.) où il est associé, pour cette dernière période, à des fonds lenticulaires, absents, en revanche, de l’ensemble analysé ici.

46Une fois encore l’occupation ne semble pas connaître d’interruption. L’état 3 pourrait se situer vers la fin du VIIe s. ou au début du VIIIe s.

État 4

47La première phase de l’état 4 est marquée par l’agrandissement vers le sud de l’espace construit, alors que les phases suivantes se caractérisent par une série de recharges successives des sols en terre dans les différentes pièces de l’habitat, signe d’une utilisation continue. L’aménagement de la terrasse supérieure (Q, R) pourrait se situer au début de l’état 4 (mais cela reste une hypothèse, en raison d’un hiatus stratigraphique, lié à l’érosion, entre cette zone et les vestiges situés en aval).

48Deux datations par le radiocarbone offrent une fourchette relativement large pour cet état. La première date le premier sol en terre n° 23 (phase 2) qui recouvre le dallage de la partie orientale du bâtiment principal : âge 14C : 1234 +/-45 BP ; intervalle années réelles : 683-884 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 730, 779, 850, 940 (Centre de datation par le radiocarbone de Lyon, réf. LY 6103).

49La seconde date le deuxième sol en terre n° 27 (phase 3) d’une des pièces de l’aile supérieure méridionale : âge 14C : 1270 +/-75 BP ; intervalle années réelles : 645-935 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 718, 742, 759, 850 (Centre de datation par le radiocarbone de Lyon, réf. LY 6105).

50Ces deux résultats montrent la contemporanéité relative des deux ensembles de constructions (recouvrement des deux fourchettes proposées et coïncidence de l’un des pics). Les nombreuses transformations apportées aux constructions laissent supposer une occupation dans la durée ; l’absence de recouvrement des vestiges par des colluvions, entre chaque phase de modification, témoigne de sa continuité.

51La céramique de l’état 4 présente des signes sensibles d’évolution vers une simplification morphologique et technique du vaisselier : forte majorité de pièces en pâte grise et suprématie des simples vases à cuire. Cependant, la présence récurrente de formes de table issues du répertoire haut médiéval, la persistance des lèvres en bandeau de la première génération, et, surtout, l’absence de fonds lenticulaires, invitent à ne pas dépasser la fin du VIIIe ou le début du IXe s.

52Les arguments céramologiques seuls conduiraient à centrer l’occupation de l’état 4 sur le VIIIe s. ; mais le mobilier du IXe s. est encore fort mal connu dans la région et la prudence s’impose. Les datations par le radiocarbone, quant à elles, suggèrent en effet d’englober le IXe s.

État 5

53On a attribué au même état les différentes couches d’abandon qui scellent chacune des pièces de l’habitat, couches elles-mêmes recouvertes, ainsi que les murs, par des colluvions. Stratigraphiquement, cet état se situe donc bien après la phase 3 de l’état 4. On ne dispose pas de critère de datation absolue.

54L’état 5 a livré relativement peu de mobilier et celui-ci peut être en position secondaire. Mais l’absence persistante de fond lenticulaire fait pencher pour une datation antérieure au milieu du Xe s. L’abandon des habitats de la rue P. Audry pourrait donc intervenir dans le courant du IXe s. ou au début du siècle suivant.

État 6

55Les structures de l’état 6 recoupent les couches de démolition de l’état 5 et sont recouvertes par les mêmes colluvions. La pauvreté du mobilier ne permet pas de donner d’indice chronologique et il n’y a pas de datation absolue. Il s’agit néanmoins du dernier état attribuable au haut Moyen Âge.

Équipement et vie domestique

56La puissance stratigraphique conservée et la présence, dans l’emprise de la fouille, dune importante zone de rejets sont à l’origine de l’abondance du mobilier. Mais, en définitive, ce mobilier ne reflète pas la qualité des habitats : les objets métalliques sont quasiment absents, qu’il s’agisse d’outillage ou d’équipement personnel, et la vaisselle de verre est insignifiante. Les données recueillies concernent donc essentiellement les pratiques culinaires à travers les poteries et les reliefs de la consommation de viande. Il n’empêche qu’elles sont de grand intérêt, car pour la première fois dans la région, il est possible d’observer l’évolution de la situation pendant une longue durée, englobant notamment les périodes mérovingienne et carolingienne.

La vaisselle de terre

57Le matériel a été analysé dans le cadre du Projet collectif de recherche Céramiques de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge à Lyon et dans le Rhône (coordonné par M. Lenoble). Les données qui suivent sont extraites de ce travail (rapport Ayala et al. 1996 et 1997). Un premier inventaire, réalisé à l’issue de la fouille, est dû à L. Broll-Brangier (in : rapport Bel, Gisclon 1995).

58Les 4593 fragments recueillis, correspondant à 3614 équivalents vases, proviennent de 160 unités stratigraphiques. Dans cette étude, limitée ici aux aspects typo-chronologiques majeurs, on s’attache essentiellement à observer l’évolution du vaisselier à l’intérieur des étapes successives de l’occupation du site. Il convient, toutefois, de noter l’homogénéité typologique générale. Sauf exception, toutes les formes répertoriées sont représentées dans les différents états d’occupation du site. Il est donc indispensable de considérer en priorité l’indice de fréquence de chacune d’entre elles pour en dégager des arguments chronologiques. Les tableaux (fig. 13 à 16) étayent la démonstration. Le mobilier des niveaux d’abandon (état 5) n’est pas pris en compte ici en raison des risques de désorganisation des lots.

13. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 1

13. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 1

14. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 2

14. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 2

15. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 3

15. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 3

16. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 4

16. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 4

59Pour chaque mode de cuisson ou de post-cuisson (réductrice et oxydante) un double dénombrement a été réalisé : comptage global de chacun des fragments par unité stratigraphique ; comptage du nombre de bords par unité stratigraphique et par type, en référence à une typologie établie dans le cadre du groupe de recherche cité plus haut. L’observation, dans les différents états, des proportions relatives des céramiques cuites en atmosphère oxydante et en atmosphère réductrice, permet de noter la chute très nette et progressive de la première catégorie de cuisson depuis l’état 1 jusqu’à l’état 5. Dans l’état 4, les céramiques oxydantes ne représentent plus que 14 % de l’ensemble alors qu’elles figuraient à hauteur de près de 38 % dans l’état 1.

60La comparaison du pourcentage de formes fermées et de formes ouvertes dans chacun des états est assez éloquente : les formes ouvertes, présentes à 40 % dans l’état 1, ne le sont plus qu’à hauteur de 16 % dans l’état 4. Parmi les formes fermées on note, pour chacun des états, que les ollae (fig. 17, 18 et 20 à 22) constituent de loin l’ustensile le plus utilisé sur le site : il compose 50 % du matériel céramique de l’état 1 et 70 % de celui de l’état 4. Les cruches sont en nombre nettement plus limité mais sensiblement constant : de 10 % dans l’état 1 à 12 % dans l’état 3. On note également la présence de couvercles à raison de quelques unités.

17. Vase (olla) retourné sur le sol empierré encadrant le foyer 16

17. Vase (olla) retourné sur le sol empierré encadrant le foyer 16

18. Vases culinaires (ollae) de l’état 1

18. Vases culinaires (ollae) de l’état 1

61Les formes ouvertes sont constituées de bols carénés, de gobelets cylindriques ou tronconiques, de mortiers, de jattes et d’assiettes. Ces deux dernières catégories de formes basses pour la table, assez bien représentées rue P. Audry (fig. 19, n° 10 à 12 ; 20, n° 13), sont quasi inconnues sur les autres sites du haut Moyen Âge dans la région. Les gobelets, attestés dès le premier état, perdurent jusqu’à la fin de l’occupation (fig. 19, n° 13 à 19). Pour les 3 états les plus récents du site, ces récipients de table sont exclusivement en céramique grise. Les bols carénés en pâte oxydée, présents dans le premier état, disparaissent dans les états suivants au profit d’exemplaires en pâte grise.

19. Vaisselle de table (mortiers, bols, carènès, jettes, écuelles, gobelets) de l’état 1

19. Vaisselle de table (mortiers, bols, carènès, jettes, écuelles, gobelets) de l’état 1

62Les fonds des céramiques sont en général plats ou légèrement concaves ; ils peuvent être, dans le cas des ollae, assez épais (fig. 18, n° 11). On note l’absence de tout fond lenticulaire, dans tous les états et notamment dans le plus récent. Les cruches à becs pincés sont munies d’anses courtes attachées sur la lèvre. Dans l’état 3 apparaissent des cruches équipées de goulots tubulaires rapportés, associés à des lèvres évasées ou infléchies. Ces récipients sont rares (fig. 21, n° 8).

63Les décors sont peu variés et, du fait de leur constance dans les différents états, ne semblent pas constituer un critère de datation. Les ollae, généralement destinées à la cuisson des aliments, sont peu décorées : une ou plusieurs rainures horizontales parcourent le haut de la panse (fig. 18, n° 1,2, 4, 6, 7). On remarque toutefois quelques exemplaires ornés d’un ou plusieurs registres de décors à la molette appliqués sur le haut de la panse (fig. 18, n° 3). Les gobelets cylindriques peuvent comporter des cordons horizontaux sur le haut de la panse (fig. 19, n° 14 et 18), ou un ou plusieurs registres de stries horizontales (fig. 19, n° 13,16,17). Les bols carénés portent souvent des décors à la molette appliqués en plusieurs registres : des motifs géométriques simples, carrés ou triangles (fig. 19, n° 7 et 9); quelques décors sont exécutés au poinçon. Les cruches à goulot cylindrique peuvent comporter un décor à la molette appliqué sur la face supérieure de la lèvre (fig. 21, n° 8). La panse de ces récipients est parfois ornée d’incisions au peigne.

20. Échantillon de récipients de l’état 2

20. Échantillon de récipients de l’état 2

21. Échantillon de récipients de l’état 3

21. Échantillon de récipients de l’état 3

64La lèvre à section triangulaire ou rectangulaire, première génération du bandeau (proto-bandeau) est bien représentée dans le premier état (26 %), mais reste en usage jusqu’à la fin de l’occupation du site. Le bandeau classique dit de deuxième génération, dénombré en faible quantité dans le premier état, devient le type majoritaire dès l’état 3, avec 32 %. Ces rebords appartiennent tous à des ollae. Les rebords à extrémité verticale ou ourlée des bols carénés sont présents dans l’état 1 et plus particulièrement sur des céramiques cuites en atmosphère oxydante ; ils se raréfient par la suite. Les rebords à collerette de préhension appartiennent à des mortiers ou à des jattes et sont observés dans chacun des états et ce, dans les deux modes de cuisson. Ils sont toutefois plus nombreux dans l’état le plus ancien. Les rebords verticaux, correspondant à des gobelets cylindriques ou tronconiques, sont présents dans tous les états d’occupation du site ; la majorité est en pâte grise. Les lèvres rentrantes (infléchies) sont peu nombreuses ; elles équipent des cruches ou des pots à anse verticale. Enfin, les lèvres en bourrelet, plutôt associées à des formes issues de l’Antiquité, sont surtout en pâte grise ; peu nombreuses, elles décroissent en allant vers l’abandon du site.

65Il n’est pas exagéré de dire que la vaisselle de terre des habitats de la rue P. Audry fait figure de référence pour Lyon et sa région, pour lesquelles ont ignorait tout du faciès carolingien. La surprise vient du maintien de la diversité du répertoire et de la cuisson oxydante tout au long de l’occupation. Ce constat pourrait indiquer que la ligne de démarcation entre le vaisselier haut médiéval, relativement diversifié morphologiquement et techniquement, et celui du Moyen Âge central, uniformément gris et dépourvu de récipients de table, ne se place pas avant le Xe s. Toutefois, une interrogation demeure : les consommateurs de ce secteur ne jouissaient-ils pas de conditions d’approvisionnement privilégiées en raison de la proximité de marchés urbains, auquel cas les données recueillies ici ne sauraient être extrapolées sans risques à des sites placés dans un contexte moins favorable.

22. Échantillon de récipients de l’état 4

22. Échantillon de récipients de l’état 4

La faune : alimentation carnée

66L’abondant matériel osseux (9706 fragments) provient de 159 unités stratigraphiques (US), rattachées aux cinq états chronologiques du site (quatre étapes principales d’occupation successives et une période d’abandon), compris entre le VIIe et la fin du IXe s. Cependant, tous les états n’ont pas fourni une quantité équivalente de restes. Au sein des ensembles issus de chaque état, l’importance de chaque US est très variable, mais les compositions en espèces et organes n’ont pas justifié une présentation distincte de chacune. Chaque ensemble par état est donc la somme des observations faites dans l’ensemble des US qui s’y rattachent, notamment l’état 4 qui regroupe trois phases de même datation globale (fig. 23). Enfin, les US pouvant appartenir à plusieurs états ont été écartées. Après la sélection des lots, ce sont donc 8848 restes qui sont étudiés ici. L’état 1 en fournit à lui seul presque la moitié (4220), l’état 3 étant le plus pauvre avec 406 restes.

23. Description simplifiée des lots de faune

23. Description simplifiée des lots de faune

67Les nombreuses traces de découpe relevées sur l’ensemble des ossements indiquent clairement leur provenance domestique. On peut observer qu’une forte proportion de restes n’a pu être spécifiquement déterminée, environ 69 % des fragments. Ces éléments ont été répartis en trois groupes. Les fragments indéterminés sont des esquilles que l’on ne peut attribuer à un élément anatomique. D’autres éléments reconnus anatomiquement (fragments d’os des membres, fragments de côtes et de vertèbres), mais ne portant pas de caractère spécifique permettant de les attribuer à telle ou telle espèce de façon précise, ont été classés en deux grands groupes : d’une part, les restes de mammifères de taille moyenne, concernant le petit bétail (ovicaprins et porcs) et des espèces sauvages (sanglier, chevreuil, chamois...), et, d’autre part, les restes de grands mammifères pouvant appartenir au boeuf, aux équidés ou au cerf élaphe. Cette fragmentation est le résultat de deux facteurs conjugués : préparation culinaire et consommation des rejets par les carnivores.

Les différentes phases d’occupation

État 1

68L’identification des restes a permis de mettre en évidence une nette prépondérance des ovicaprins (moutons/chèvres), bien que la part des porcins soit importante (fig. 24 et 27). La représentation des bovins et de la volaille (poule et oie) est voisine du quart de celle des ovicaprins. La distribution anatomique des restes montre que, pour le petit bétail, ce sont les élément crâniens qui fournissent le nombre le plus élevé d’individus, tandis que pour le bœuf, ce sont les parties post-crâniennes qui remplissent ce rôle. L’importance des fragments d’os post-crâniens retrouvés dans la classe des mammifères de taille moyenne peut expliquer cette différence. La distribution des restes de volaille (pas de restes crâniens et peu de restes des extrémités des pattes) correspond au mode de préparation culinaire. Le nombre minimum d’individus comptabilisés indique un abattage presque aussi fréquent entre les ovicaprins et les porcins (fig. 25). Cependant le poids des restes laisse la prépondérance aux premiers. La part du boeuf, en poids de restes, est d’une certaine importance, puisqu’elle représente le tiers du total (fig. 26).

24. Nombres de Restes (NR) par taxon et par état

24. Nombres de Restes (NR) par taxon et par état

25. Mortalité par état pour les principaux taxons (fem = femelle)

25. Mortalité par état pour les principaux taxons (fem = femelle)

69Les ovicaprins sont représentés par les chèvres et les moutons (fig. 24 et 27). Parmi ces restes, on n’observe pas de choix particulier sur les quartiers consommés pour les deux espèces en présence. Le partage des corps est difficile à suivre, car la fragmentation est importante. Cependant, quelques traces fines sur les zones articulaires indiquent un partage assez soigné des quartiers. La majorité des moutons et des chèvres est abattue après la deuxième année (79 %), le pic se situant autour ou après 3 ans (fig. 25). Cet abattage un peu tardif peut s’expliquer par une utilisation des animaux autre que la boucherie : peau, laine, lait. Quelques données métriques, à partir des métacarpes et métatarses, ont permis de restituer la hauteur au garrot de plusieurs chèvres : un mâle se situe autour de 62 cm et, parmi les 6 femelles, une avoisine 62 cm, deux autres 63 et 66 cm et les trois dernières atteignent des hauteurs de 67 et 68 cm.

70Les ossements de bovins montrent que les quartiers ont été fortement découpés et les restes se limitent le plus souvent à des fragments d’importance inégale. Le partage s’est fait avec un instrument lourd et tranchant : on observe de fortes entailles près de l’impact du coup (ratées de découpe probablement) ; de plus, la diaphyse des os longs porte des traces "d’épannelage" indiquant l’enlèvement de la viande avant la cuisson. Parmi les traces, les stries laissées par un instrument fin et coupant sur des os hyoïdes, os qui soutiennent en partie la langue, témoignent de la consommation de cet abat. Dans l’ensemble, les bovins sont abattus après 4 ans (fig. 25) : leur destination première n’étant apparemment pas la boucherie, ils sont mis à mort après la réforme. L’analyse métrique est très réduite. Une seule hauteur au garrot a été reconstituée à partir d’un métacarpe appartenant probablement à une femelle : 1,22 m.

71Sur la plupart des os longs de porc, on remarque des stries indiquant le prélèvement de la viande au moment de la consommation. La distribution des âges des porcs indique un abattage régulier d’animaux dont le rendement en viande est bon. L’engraissement est efficace puisque environ 83 % des sujets sont mis à mort avant 2 ans, soit 80 % de mâles et 70 % de femelles (fig. 25). Les sujets qui ont largement dépassé cet âge sont probablement des reproducteurs.

72La volaille est certainement sous-représentée, une grande partie des restes ayant pu être absorbée par les chiens. La poule adulte est l’élément principal de la basse-cour. Cependant, quelques restes (une aile) appartiennent à une oie adulte ; c’est la seule mention de cette espèce sur le site durant toute son occupation.

73Parmi les espèces domestiques, la présence des équidés (cheval, âne, mulet) est attestée par un fragment de dent inférieure droite et par un fragment de mandibule gauche. Ces éléments appartiennent à un ou deux individus de plus de 12 mois. La seconde espèce, le chien, est représentée par un fragment de molaire inférieure assez usée. Bien que ces vestiges d’équidés et de chien se trouvent mélangés aux rejets alimentaires, il est difficile, sur ces seuls restes dentaires, de préciser si ces animaux ont été consommés.

74On note la présence du crapaud commun (Bufo bufo) ainsi que celle d’un rat taupier. Ces deux espèces peuvent ne pas être directement liées aux restes : toutes deux font des galeries plus ou moins profondes dans les jardins et les prairies ; il est donc possible qu’elles soient intrusives. L’escargot des vignes (Helix pomatia) a pu faire partie de la consommation. Une deuxième espèce, le cyclostome élégant (Pomatias elegans) qui affectionne les sols calcaires, les secteurs plutôt chauds, les bois ouverts et les haies, a pu être ramenée avec des branchages, mais ne participe probablement pas à l’alimentation.

État 2

75Comme durant l’état précédent, les ovicaprins sont prépondérants, le porc prend la seconde place, viennent ensuite le boeuf et la volaille (fig. 24) ; cette dernière n’est représentée que par la poule. Seule une partie des carcasses de chaque groupe a été préparée sur les lieux.

76Bien que le nombre et le poids des restes de porcs soient inférieurs à ceux des ovicaprins, leur abattage est sensiblement plus important : 13 porcs pour 8 ovicaprins, Les restes postcrâniens de ces derniers sont plus fragmentés que ceux des porcins. Compte tenu du nombre d’individus comptabilisés par quartier, il semble que cette fragmentation ne soit pas liée au partage, mais davantage à la consommation humaine et animale ; les gigots ont été préférés aux épaules. Des traces de découpe observées à la base des chevilles osseuses des chèvres indiquent le prélèvement probable de la peau et, peut-être, l’utilisation de la matière cornée. On compte 1 chèvre pour 5 moutons. L’abattage des moutons se fait majoritairement entre 12 et 15 mois et après 2 ans. La chèvre est abattue plus tardivement, après 36 mois. Des métapodes complets permettent de restituer le format de deux brebis, soit 63 cm au garrot. L’abattage des porcs suit un processus assez classique, environ 92 % des sujets étant abattus avant la deuxième année, dont la moitié avant 12 mois (fig. 25).

26. Poids d’os (en grammes) par taxon et par état

26. Poids d’os (en grammes) par taxon et par état

77Le poids des os met presque à égalité le boeuf avec les ovicaprins (fig. 26). Les ossements des quartiers arrière des bovins sont fortement morcelés, mais les traces observées sur ces restes relèvent de la préparation de boucherie plus que de la consommation. Les bovins sont essentiellement abattus après 3 ans (fig. 25).

78Les ossements de poule sont essentiellement des éléments d’ailes et de cuisses, ce qui pourrait indiquer une acquisition hors du secteur étudié. On retrouve les équidés avec deux fragments de dents jugales supérieures droites et le chien est identifié par un fragment de maxillaire droit. Le seul élément de faune sauvage chassée est un fragment de radius de perdrix grise adulte. Les deux espèces d’escargots retrouvées, l’escargot des vignes et l’escargot des bois (Cepea nemoralis), fréquentent les buissons et les haies, le premier ayant pu être consommé. La microfaune est représentée par quelques fragments d’os longs, non identifiables.

État 3

79Les restes de grands mammifères sont surtout représentés par des fragments de côtes et, en quantité moindre, par des fragments de vertèbres. Comme dans les séquences précédentes, la quantité de viande évaluée à partir des restes osseux retrouvés ne correspond pas à la totalité des carcasses. La répartition des restes indique des proportions identiques pour les ovicaprins et les porcs (fig. 24). La distribution montre une bonne représentation des régions costales chez les ovicaprins et les bovins. De nombreuses traces de découpe et de prélèvement de la chair ont été relevées sur ces éléments. Les côtes des ovicaprins ont vraisemblablement été préparées entières, tandis que celles des bovins ont subi des découpes en trois ou quatre morceaux. Les vertèbres de bovins sont parfois partagées sagittalement.

80Deux premières vertèbres cervicales de mouton (atlas et axis) ont été retrouvées, la seconde portant des stries sur la face inférieure ce sont des traces laissées lors de la mise à mort par égorgement. On dénombre 4 moutons, tandis qu’aucun élément n’a pu être attribué aux caprins. L’abattage des ovicaprins est tardif (fig. 25) et incite à penser que le mouton était d’abord utilisé pour la laine et le lait.

81À partir des canines de porc, la sex-ratio est de 4 mâles pour 1 femelle. Près de 86 % des porcs sont amenés à la boucherie avant leur deuxième année, proportion classique pour cette espèce. Pour les bovins, ce sont des animaux jeunes qui ont été abattus.

82Un fragment de bassin de chat n’a pu être précisément attribué à un chat domestique ou sauvage. Un fragment de mollusque marin, une porcelaine panthère (Cyprea pantherina, Lightfood in : Solander, 1786) ont été retrouvés (détermination Y. Finet, Musée d’histoire naturelle de Genève). Seule la partie inférieure est présente, des traces de découpe tout autour de l’ouverture montrant qu’elle a été détachée du dos du coquillage. Les porcelaines ont des coquilles très dures et brillantes, diversement colorées et décorées. On les trouve dans les mers tropicales. L’espèce citée provient de la Mer Rouge ou du Golfe d’Aden. Pour exotique qu’elle soit, cette découverte n’est pas isolée. A Lyon même, dans le secteur des nécropoles de Trion, une porcelaine (de l’espèce tigris) est signalée à la fin du XIXe s. Un exemplaire du même type que celui de la rue P. Audry a été retrouvé dans une sépulture de la nécropole antique du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme (Olive à paraître). D’autres nécropoles du sud de la France ont livré de tels coquillages exotiques (Manniez 1999). A ce propos, il faut rappeler que les constructions médiévales de la rue P. Audry s’installent sur une zone funéraire antique. Il est probable que l’objet en question en provienne et ait été précieusement conservé par son inventeur.

État 4

83On observe toujours un fort pourcentage de fragments osseux provenant des mammifères de taille moyenne et quelques éléments appartenant au thorax. Seule une partie des animaux a été utilisée. Les ovicaprins sont majoritaires, viennent ensuite en nombre très proche les porcs, puis les bovins et la volaille (fig. 24).

84Les restes d’ovicaprins ont permis de déterminer la présence d’au moins 8 moutons et 2 chèvres. La fragmentation des restes de ce groupe est liée, d’une part, au partage des carcasses (de nombreux ossements ont été sectionnés au niveau des articulations) et, d’autre part, à la consommation animale, en particulier les os des pattes qui portent de multiples traces de morsures. L’abattage des moutons se fait en deux temps, les animaux élevés pour la boucherie, sacrifiés entre 6 et 12 mois (environ 58 %) et ceux gardés pour la reproduction, la laine, etc., mis à mort après 3 ans (fig. 25).

85La distribution anatomique des restes de bovins indique une plus forte consommation des parties provenant des membres antérieurs. Les os sont toujours fortement débités : tranchés, fendus. Le poids des vestiges met en valeur l’apport carné de ce groupe (fig. 26). Les âges des bovins indiquent également qu’une partie des individus est destinée à la boucherie puisque 2 individus sur 5 sont abattus avant 2 ans.

86Les restes de porcs sont également fortement fragmentés. Les ceintures scapulaire et pelvienne sont absentes ; seuls les os longs des membres sont représentés, associés aux pièces de viande telles que les épaules, jambons et jarrets. Les diaphyses ont été fortement rongées aux deux extrémités, action des carnivores après le rejet. Le poids des restes par rapport au nombre montre combien les éléments anatomiques sont réduits à des fragments de petite taille. De nombreuses stries observées sur ces vestiges indiquent le prélèvement systématique de la viande. La détermination des âges des porcs montre toujours un abattage important avant la deuxième année (fig. 25).

87La poule est surtout représentée par des parties postérieures : fémurs et tibio-tarses (cuisses et pilons). La tête est totalement absente et les extrémités des pattes sont médiocrement signalées. Tous les gallinacés sont adultes.

88Les équidés sont présents. Ils se manifestent avec plus d’éléments que dans les autres états : 27 éléments crâniens, 1 élément du membre antérieur et 2 vertèbres. Deux sujets ont été individualisés à partir des restes crâniens, un mâle âgé d’environ 5 ans, et un animal plus âgé, d’à peu près 8 ans. Les restes post-crâniens ne comportent aucune trace de découpe ou de prélèvement de la viande.

27. Pourcentages de Nombres de Restes (NR) par taxon et par état

27. Pourcentages de Nombres de Restes (NR) par taxon et par état

89Une autre espèce domestique est plus exotique : en effet, la présence d’un fragment de maxillaire gauche (avec une troisième molaire en place) attribué à un camélidé est assez inattendue dans ce contexte d’habitat du haut Moyen Âge (fig. 28). Cette espèce est néanmoins signalée au Ve s., à Marseille, par une vertèbre cervicale portant des traces de boucherie (Jourdan 1976), ou à Autun, au IVe s., par une première phalange (Beck 1991). J.-L. Cardoso (1992) a étudié un fragment de métacarpien qu’il attribue à un dromadaire, provenant d’un site romain au Portugal ; en Espagne, A. Moralez Muniz (1995) constate également la présence, sur des sites d’époque romaine, de vestiges de dromadaires.

28. Fragment de maxillaire avec M3 de camélidé

28. Fragment de maxillaire avec M3 de camélidé

90Les espèces chassées sont représentées par un fragment d’humérus de lièvre commun adulte et par un fragment de jarret antérieur (ulna) de sanglier. On retrouve les mêmes gastéropodes terrestres que précédemment : l’escargot des vignes, le cyclostome élégant et l’escargot des bois.

État 5

91Près de 60 % des restes de cet état n’ont pas été attribués : la majorité a été classée dans le groupe des mammifères de taille moyenne. Les nombres de restes fournis par les ovicaprins et les bovins sont pratiquement identiques (fig. 24). Les porcs sont nettement moins bien représentés que dans les séquences précédentes. La volaille garde la dernière place. Quant aux équidés, leur présence est attestée par un fragment de dent supérieure. Le poids de viande fourni par les bovins paraît les situer nettement en première place (fig. 26) ; cependant, si l’on tient compte des ossements non spécifiquement attribués (en partant du postulat que la majorité provient d’espèces domestiques), on note une bonne participation des mammifères de taille moyenne.

92Les restes d’ovicaprins ont permis d’identifier au moins 1 chèvre pour 5 moutons. Les membres antérieurs de moutons ont été davantage consommés. Les traces de boucherie semblent indiquer une préparation des membres entiers : scapula (humérus), moitié proximale du radio-ulnaire formant l’épaule. Les moutons sont abattus avant la troisième année (fig. 25).

93Parmi les os des membres de bovins, ce sont les éléments postérieurs qui fournissent le plus de fragments osseux, en particulier le tibia (qui correspond au jarret), puisque 11 fragments ont permis d’individualiser 5 sujets. Chez le porc, en revanche, on ne trouve pas de préférence pour un quartier en particulier. La courbe des âges d’abattage de cette espèce reste classique (fig. 25).

94Les ossements de poules représentent toujours ailes et membres postérieurs. Il semble que les poules, comme dans les états précédents, soient utilisées en premier lieu pour la ponte. Les espèces sauvages sont toujours très médiocrement représentées. Des fragments de bois et une phalange attestent la présence d’un cerf adulte. Un fragment de fémur épiphysé a été attribué à un lièvre commun, adulte également.

Interprétation

95L’essentiel des restes osseux prélevés sur le site de la rue P. Audry représente une partie des rejets de l’alimentation carnée entre le VIIe et IXe s. Parmi les espèces domestiques (98 % du spectre faunique) qui ont été identifiées, certaines ne paraissent pas participer à cette consommation : les nombres de restes qui leur sont attribués ne militent pas dans ce sens ; le chien (3 restes) et le chat (1 reste) seront donc considérés comme intrusifs dans ce contexte. La question reste en suspens pour les équidés : sur 35 éléments attribués à ce groupe, 32 sont des restes dentaires ; les 3 fragments d’os post-crâniens (vertèbres et humérus) ne portent aucune trace de découpe ou de prélèvement de la viande. Ils ont pu, cependant, être consommés occasionnellement.

Approche globale

96L’étude globale du site indique que, sur toute la durée de l’occupation des lieux (VIIe au IXe s.), les ovicaprins (moutons et chèvres) sont, en nombre de restes, les mieux représentés parmi les espèces du cheptel (46 %). Les porcs occupent la seconde place (33 %) devant les bovins (15 %) et la volaille (6 %) (fig. 27).

97À partir du nombre de restes, on tente d’établir un nombre minimal d’individus pour chacune des espèces ayant fourni ce matériel osseux (fig. 25). Si l’on considère donc le nombre d’animaux abattus, ce sont sans conteste les porcs qui dominent avec 37 % de l’ensemble des individus. Les ovicaprins forment le second groupe avec près de 32 %. La volaille, la poule surtout (la présence de l’oie n’est attestée que durant l’état 1), signalée pendant toute l’occupation, est cependant faiblement représentée par le nombre de vestiges. Ceci n’est peut-être pas le reflet de la réalité, puisque la consommation des restes de l’alimentation par les espèces commensales, comme le chien et le porc, peut avoir joué un rôle particulièrement destructeur pour des os aussi faciles à ingérer que les ossements d’oiseaux (d’ailleurs la plus grande fragmentation des os des mammifères de taille moyenne par rapport à celle des ossements de grands mammifères en est un exemple). Près de 83 % des individus sont des poules adultes ; il est donc probable que l’utilisation de cette espèce passait tout d’abord par la production d’œufs.

98Sur l’ensemble des ovicaprins, les moutons sont majoritaires avec 72 % d’individus sur les 50 sujets spécifiquement identifiés. Plus de 80 % d’entre eux sont sacrifiés avant 2 ans, dont près de 42 % entre 6 et 24 mois ; près de 39 % entre 24 et 36 mois ; les chèvres sont abattues plus tardivement : 36 % entre 24 et 36 mois, et 57% après 3 ans. Parmi les porcins, sur 42 sujets sexuellement différenciés à partir des canines, 64 % sont des mâles. 96 % d’entre eux sont abattus avant leur deuxième année, dont 41 % entre 6 et 12 mois. Parmi les femelles, environ 27 % ont dépassé 2 ans. 24 % des bovins sont abattus entre 12 et 30 mois (fig. 25).

99Le poids des restes est un apport supplémentaire à la représentation des espèces, il permet de concrétiser, dans une certaine mesure, le poids de viande consommée sur le site. En partant du fait que le poids du squelette représente environ 7 % du poids de l’animal et que le rendement en viande se situe entre 60 et 80 % à partir du poids vif, on utilise simultanément le poids des restes retrouvés sur le site et le nombre d’individus, ainsi que l’âge auquel ils ont été abattus. Bien sûr, il ne s’agit que d’une évaluation. En continuant ainsi la comparaison des diverses données, on constate que, pour le poids des restes, comme pour la masse de viande estimée à partir de ces restes, ce sont encore les bovins qui prennent la première place, devançant légèrement les ovicaprins (fig. 29).

29. Poids de viande estimé (PVE) à partir des restes osseux des mammifères domestiques

29. Poids de viande estimé (PVE) à partir des restes osseux des mammifères domestiques

100Cependant, si on établit un rapport entre la masse de viande produite par chacune des espèces (PVE) et celle estimée à partir des vestiges fauniques retrouvés (PVC), on voit que les ovicaprins jouent un rôle important dans l’alimentation carnée (fig. 30). Sur la durée de l’occupation ce sont donc les ovicaprins qui ont été le plus souvent sollicités. Si, pour obtenir la part entre le petit et le gros bétail, on fait jouer le poids de viande obtenu à partir des fragments classés dans les groupes des grands mammifères et des mammifères de taille moyenne, on s’aperçoit que ces derniers sont effectivement les plus souvent consommés.

30. Résumé des diverses données sur les espèces domestiques consommées entre les VIIe et IXe siècles

30. Résumé des diverses données sur les espèces domestiques consommées entre les VIIe et IXe siècles

PVE : poids de viande estimé = poids de viande fourni par l’ensemble des individus lors de l’abattage ; PVC : poids de viande calculé à partir du poids des restes osseux en kg

Approche chronologique

101L’analyse en fonction des différentes étapes d’occupation suggère quelques réflexions. Si l’on examine le nombre de restes, se fait jour une certaine évolution entre les états 1 et 4. L’état 5, dont les niveaux d’abandon ont probablement livré du mobilier remanié, n’est pas pris en compte dans cette interprétation. Les ovicaprins dominent nettement durant les états 1 et 2. On remarque une progression des porcs, dès l’état 3, et une légère augmentation des bovins durant l’état 4 (fig. 31).

31. Proportion, par état, des restes osseux de chaque espèce domestique

31. Proportion, par état, des restes osseux de chaque espèce domestique

102Mais si l’on examine le poids de viande calculé à partir des restes, on obtient une approche différente des mammifères régulièrement consommés sur le site, et peut-être plus concrète pour l’historien (fig. 30). Les ovicaprins dominent toujours pendant l’état 1, tandis que le boeuf et le porc fournissent une quantité équivalente de viande. Le boeuf prend la première place durant l’état 2, ovicaprins et porcins font alors part égale. Au cours de l’état 3, porcs et ovicaprins dominent nettement par le nombre de restes, comme par le poids de viande. Durant l’état 4, on voit que boeufs et porcs ont fourni la même quantité de viande, tandis que les ovicaprins sont légèrement en retrait. Si l’on considère le poids de viande fourni à l’abattage par le nombre d’individus de chacune des espèces, de toute évidence les animaux n’ont pas été consommés entièrement sur place et la viande a pu être importée sur le site.

103Le tableau (fig. 25) permet d’apprécier certains choix de gestion du cheptel à partir des âges d’abattage. Ceux-ci indiquent un abattage des ovicaprins plus important après 24 mois, durant les états 1 et 3. La courbe d’abattage des porcs marque certaines fluctuations, surtout à partir de l’état 3. C’est à partir de l’état 2 que la consommation de jeunes bovins (moins de 30 mois) est attestée. Il semble que ce soit durant la dernière occupation, où le boeuf prend le pas sur les espèces du cheptel, que l’on entrevoit un changement dans l’alimentation carnée. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que ces résultats représentent une tendance, et ne sont que le reflet d’un choix fait par les habitants des lieux. Ceci ne reflète donc qu’en partie les caractéristiques de l’élevage dans les campagnes alentour.

104Les espèces chassées sont très marginales, puisque sur l’ensemble des restes on ne compte que 9 fragments. Une seule espèce aviaire (la perdrix grise) a été repérée à l’état 2. Le lièvre commun est présent dans les états 4 et 5. On note également la présence du sanglier dans l’état 4 et du cerf élaphe dans l’état 5. Le gibier n’apportait probablement pas un complément important dans la nourriture ; il est possible que son acquisition se soit faite auprès des marchés avoisinants.

105Parmi les mollusques retrouvés sur l’ensemble du site, l’escargot des vignes peut seul avoir fait l’objet d’un ramassage à fin de consommation.

106Parmi les éléments non pris en compte pour l’analyse détaillée, parce que provenant des US dont la stratigraphie couvre plusieurs états, on retrouve des fragments de valves d’huîtres. D’origine plus éloignée, rappelons la présence d’une porcelaine panthère de la Mer Rouge et le fragment crânien de camélidé. Ce dernier vestige ne nous apprend rien sur les raisons de la présence de cet animal dans ce quartier de Lyon : animal de foire, de zoo, ou propriété d’un riche marchand qui l’aurait ramené lors d’un voyage... En tout état de cause, ces quelques vestiges semblent indiquer certains échanges avec les pays méditerranéens.

Conclusion

107Occupés sans interruption durant près de trois siècles, les habitats de la rue P. Audry livrent une précieuse, car trop rare, chrono-stratigraphie. L’occupation se manifeste d’abord par des constructions de bois et terre, installées dans la première moitié du VIIe s. (état 1). Par la suite, toujours dans le courant du VIIe s, (état 2), l’aménagement du site se renforce avec la création de terrasses et l’édification de murs de soutènement et de clôture en pierre, qui enserrent des bâtiments en matériaux légers. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse de simples dépendances d’un habitat situé hors de l’emprise de la fouille. Puis c’est une véritable demeure, en matériaux pérennes, qui apparaît à la fin du VIIe ou au début du VIIIe s. (état 3). Ensuite, durant tout le VIIIe et une partie du IXe s., l’occupation continue du site (état 4) entraîne les multiples transformations de cette bâtisse, qui s’agrandit vers le sud, notamment avec la création d’une aile supérieure. Dans sa plus grande extension, le plan du bâtiment principal forme un U autour d’une cour. Si l’on complète, à titre d’hypothèse, le plan de cette grande maison, en la dotant d’ailes latérales symétriques, d’une largeur voisine de celle de l’aile principale, entre 8,50 m et 9,50 m, on obtient un bâtiment d’environ 29 m en façade orientale et 19 m pour les ailes latérales, couvrant une superficie d’environ 500 m2 ; ouvert sur l’amont, il offre une forme d’adaptation originale d’un modèle de villa antique à la topographie des lieux, en l’occurrence le versant d’un vallon. L’abandon du site intervient probablement dans le courant du IXe s. Le site semble alors mis en culture après l’installation de structures de drainage qui marquent la fin de l’occupation du haut Moyen Âge.

108L’environnement végétal contemporain de l’habitat ne peut être que très partiellement reconstitué en raison de la mauvaise conservation des pollens. Le rôle de l’homme est décelable à travers la culture de la vigne et la présence de certains taxons d’herbacées qui témoignent d’un milieu découvert. La présence de conifères permet de penser qu’ils sont l’écho d’une végétation locale, du moins Abies (sapin), attesté à Vaise depuis l’Âge du Bronze. Quant à Cedrus (cèdres), il est probable qu’il s’agit d’arbres plantés (Argant in : rapport Bel, Gisclon 1995 : 218-219). La détermination d’essences d’un important lot de charbons de bois (67 échantillons fournissant 1192 fragments) montre une utilisation préférentielle du chêne, suivi du hêtre, comme bois de chauffage, combustibles appréciés en général. Le fusain, le saule, la vigne, les Pomideae (pommier, poirier, cognassier, sorbier...), et les Prunus (cerisier, prunellier...) sont également bien représentés. Le châtaignier, le noisetier et l’orme sont aussi employés. Une telle variété d’essences carbonisées caractérise mieux un contexte domestique qu’une activité artisanale (Dormoy in : rapport Bel, Gisclon 1995 : 226-236, réf. ARC 93/R1501B). L’ensemble de ces données renvoie à une image champêtre, du moins fort différente de celle de l’actuel vallon de Gorge de Loup.

109Le statut et le mode de vie des habitants ne transparaît pas de façon tranchée. Les aménagements intérieurs (dallages, foyers) dénotent cependant un certain niveau de confort. Le caractère domestique des activités pratiquées autour des pièces habitées montre qu’il s’agit d’aires de travail non spécialisé, malgré la présence de quelques scories métalliques ou de cornes travaillées. Cependant, l’érosion de certaines zones périphériques ne permet pas de cerner la dévolution de tous ces espaces. En tout état de cause, rien ne s’oppose formellement à y voir le siège d’activités agricoles lors des deux premiers états. L’absence de structures de stockage des denrées comestibles (fosses silos) peut être liée au caractère essentiellement résidentiel de la partie connue des constructions, la zone de stockage pouvant être hors des limites de la fouille. Mais il est également possible qu’un stockage limité ait trouvé place dans les étages de la maison à l’abri de l’humidité du sol, ou que le "fond de cabane" ait servi de vide sanitaire à une remise, grange ou grenier sur plancher. L’analyse des vestiges d’animaux suggère quelques pistes, sans répondre formellement à la question de l’origine de la viande consommée (produit d’un élevage "sur place" ou acquisition à l’extérieur). Durant la première partie de l’occupation (états 1 et 2), la proportion de chèvres et moutons (où les jeunes sont majoritaires) est élevée par rapport aux données recueillies dans la région, ce qui pourrait s’expliquer davantage par des choix de consommation que des pratiques d’élevage. Par ailleurs, la progression du porc, à partir de l’état 3, avec une préférence pour les animaux jeunes, rapproche les pratiques alimentaires de la communauté vivant ici de celles de sites socialement favorisés, a priori sites de consommation plutôt que sites d’élevage. Enfin, quelle signification accorder à l’élément "exotique" qu’est la présence d’un chameau ? Est-ce l’indice du rang social élevé d’une population en contact avec les acteurs d’échanges à longue distance ?

110De fait, la nature du site apparaît plus clairement à partir du VIIIe s. : il s’agit d’un établissement résidentiel de qualité établi en zone périurbaine, où semblent alterner espaces lotis et espaces cultivés. Par l’importance des surface bâties, par l’extension, sans contraintes apparentes, des espaces ouverts (cours et espaces périphériques), l’habitat de la rue P. Audry semble s’épanouir dans un secteur dégagé, plus proche de conditions rurales qu’urbaines. Le choix de l’implantation a sans doute été guidé par la présence de nombreuses sources et le passage d’une voie importante de circulation entre le plateau de Saint-Just et la plaine de Vaise. Il illustre le changement du mode d’occupation du vallon. Comme le souligne Éric Delaval : "la rocade romaine à l’ouest de la ville haute, entre Choulans et le vicus de Vaise, demeure un axe fort dans la topographie médiévale, avec Saint-Laurent de Choulans au sud et le vicus de Vaise au nord, un vicus devenu bourg au moins jusqu’aux Ve-VIe s. ap. J.-C." (Delaval et al. 1995 : 280). En effet, la disparition progressive de la vocation funéraire du vallon, consécutive à l’apparition, dès le IVe s., de nouveaux centres funéraires sur le plateau, en particulier autour des basiliques paléochrétiennes de Saint-Just et de Saint-Irénée, permet le développement de l’habitat dans le vallon de Trion. Le site de la rue P. Audry donne un aperçu de ces mutations en livrant, pour partie, les vestiges d’un habitat dont la qualité résidentielle ne cesse de s’affirmer entre le VIIe et le IXe s. Dans son plus ample développement, cet habitat pourrait constituer le premier exemple archéologique lyonnais d’une villa carolingienne.

Bibliographie

Documentation

Gisclon 1997 : GISCLON (J.-L.). — Lyon, 54 bis rue P. Audry. In : Bilan scientifique de la région Rhône-Alpes, 1997. Lyon : Ministère de la culture, SRA Rhône-Alpes, p. 112.

Rapport Bel et al. 1995 : BEL (V.), GISCLON (J.-L.) et coll. — Nécropole romaine et habitat médiéval, Lyon, 54 bis rue P. Audry. Document final de synthèse de sauvetage programmé, 1992-1993. Lyon : DRAC, SRA Rhône-Alpes, SAM, 1995, 2 vol.

Rapport Ayala et al. 1997 : AYALA (G.), HORRY (Α.), BATIGNE (C.), LENOBLE (M.). — Les céramiques de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge à Lyon et dans le Rhône. Programme collectif de recherche. Lyon : Ministère de la culture, DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1997.

Table des illustrations

Titre 1. Lyon, le vallon de Trion et la plaine de Vaise : localisation des occupations du haut Moyen Âge
Légende A. 54, 54bis rue Pierre Audry ; B. Vaise, gorge de Loup, zone sud ; C. Vaise, gorge de Loup, zone nord 1. 77, 79 rue Pierre Audry : constructions ; 2. Rue du Chapeau Rouge : constructions ; 3. Église et cimetière Saint-Pierre ; 4. 29 quai Arloing : fosses dépotoirs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 2. Localisation des sites du haut Moyen Âge dans le vallon de Trion
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 3. Emprise de la fouille : dénomination des secteurs de la fouille et des pièces des bâtiments
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 4. Vue d’ensemble des vestiges depuis le nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre 5. Les vestiges des états 1 et 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 6. La tombe 5, coffre maçonné à double compartiment
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 7. Les vestiges de l’état 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 8. Étagement des constructions de l’état 3 sur la pente (coupe A-B simplifiée)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 9. Les vestiges de l’état 4, phase 1 et 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 10. Partie résidentielle de l’habitat : sols aménagés des pièces C, D E, F et foyer 17 (états 3 et 4, phase 1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 11. Les vestiges de l’état 4, phase 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 12. Angle de murs de la pièce R (état 4) : détail des maçonneries
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 13. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 14. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 15. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 16. Caractères techniques et morphologiques de la vaisselle de l’état 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 17. Vase (olla) retourné sur le sol empierré encadrant le foyer 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 18. Vases culinaires (ollae) de l’état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 19. Vaisselle de table (mortiers, bols, carènès, jettes, écuelles, gobelets) de l’état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 20. Échantillon de récipients de l’état 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 21. Échantillon de récipients de l’état 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 22. Échantillon de récipients de l’état 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 23. Description simplifiée des lots de faune
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 24. Nombres de Restes (NR) par taxon et par état
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 25. Mortalité par état pour les principaux taxons (fem = femelle)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 26. Poids d’os (en grammes) par taxon et par état
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 27. Pourcentages de Nombres de Restes (NR) par taxon et par état
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 28. Fragment de maxillaire avec M3 de camélidé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 29. Poids de viande estimé (PVE) à partir des restes osseux des mammifères domestiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 30. Résumé des diverses données sur les espèces domestiques consommées entre les VIIe et IXe siècles
Légende PVE : poids de viande estimé = poids de viande fourni par l’ensemble des individus lors de l’abattage ; PVC : poids de viande calculé à partir du poids des restes osseux en kg
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 31. Proportion, par état, des restes osseux de chaque espèce domestique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2036/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access