Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Basse vallée de l'Isère

Saint-Marcellin, les Basses Plantées

Isère

Hans De Klijn et Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

Département :

Isère

Commune :

Saint-Marcellin

Lieu-dit :

Les Basses Plantées

Numéro de site :

38 416 010

Coordonnées Lambert :

X : 835.100 Y : 3319.300

Altitude NGF :

255-257 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A 49

Responsables d’opération :

G. Vicherd et H. De Klijn

Date d’intervention :

1989

Surface fouillée :

2 600 m2

Surface totale du site :

inconnue

1Les découvertes faites aux Basses Plantées sont ténues, en raison du mauvais état de conservation des vestiges. Toutefois, un large décapage assure en partie les limites du site (au sud-ouest et au nord-est). Une zone bâtie, une aire d’ensilage et une aire de rejet signalent un petit établissement rural isolé, datable des Xe-XIe s.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Le secteur des Basses Plantées se situe sur le territoire de la commune de Saint-Marcellin, en rive droite de l’Isère, à 1 km environ au sud de l’agglomération actuelle (fig. 1). Le site est localisé sur une petite terrasse plane et étroite (altitude moyenne 255 m) et orientée sensiblement nord-nord-est/sud-sud-ouest. Située en rive droite du ruisseau de la Cumane, affluent de l’Isère, elle est séparée de celui-ci par une terrasse intermédiaire (altitude 245 m). Au sud-ouest, la zone est surplombée par la terrasse de Saint-Marcellin (altitude 275 m) dans laquelle s’est incisée la Cumane.

1. Le site des Basses Plantées à Saint-Marcellin dans son environnement

1. Le site des Basses Plantées à Saint-Marcellin dans son environnement

3La zone a été façonnée lors des glaciations du Würm ancien et récent. Les différentes terrasses mentionnées ci-dessus, qui s’étagent à l’ouest du ruisseau de la Cumane, font partie d’un ensemble plus large, se développant entre Saint-Sauveur et Saint-Hilaire-du-Rosier. Leur surface est marquée de petits escarpements (1 à 1,5 m) qui attestent les différents stades du retrait wurmien, ainsi que de plusieurs thalwegs, le plus souvent peu profonds, à l’instar du thalweg localisé dans l’angle sud-est de la zone de fouille. L’ensemble des terrains se caractérise par la présence d’un mince niveau humifère (épaisseur entre 0,30 et 0,40 m) qui repose directement sur le toit de la terrasse. Sa composition argilo-sableuse, faiblement oxydée, le rend peu fertile et nécessite un arrosage fréquent, en raison de sa faible épaisseur et de la perméabilité du substrat graveleux.

Le contexte archéologique et historique

4Le secteur est encore peu exploité d’un point de vue archéologique ; seule la trouvaille d’une hache à aileron (Bocquet 1969 : 323), ainsi que des découvertes de vestiges antiques isolés, au pied du relief, sont actuellement recensées (Michel 1985 :159). Des tombes gallo-romaines, comportant du mobilier, ont été anciennement découvertes sur la commune (Colardelle 1983 : 208).

5Grâce aux sources écrites, de plus amples informations sont disponibles pour le Moyen Âge. La première mention d’une paroisse date de 1083, lorsqu’une église, sous le vocable de Saint-Marcellin, est cédée par l’évêque de Vienne aux Bénédictins de Montmajour-les-Arles (Pilot de Thorey 1921). Cette église passe en 1297, et ce, jusqu’à la Révolution, sous l’autorité du prieur de l’abbaye de Saint-Antoine en Dauphiné. Par ailleurs, quatre couvents sont recensés à Saint-Marcellin à partir du XIVe s. (Histoire des communes de l’Isère : 100-101).

6À la fin du haut Moyen Âge, l’agglomération de Saint-Marcellin apparaît déjà comme un bourg fortifié de quelque importance. Mais son véritable essor ne commence qu’après 1251, date de l’acquisition du Château de Beauvoir par le Dauphin Guigues VII. Le Conseil de régence s’y installe à partir de 1270. Le château est situé en face de Saint-Marcellin, en rive gauche de l’Isère, d’où il domine une partie de la vallée.

Les vestiges archéologiques

7Trois secteurs ont été distingués : une aire réunissant la plupart des fosses interprétées comme des silos (secteur I), un secteur comprenant les vestiges de constructions en bois (secteur II), et enfin une zone de thalweg utilisée en aire de rejet (secteur III). L’ensemble des structures présente un état de conservation médiocre, voire mauvais (très faible profondeur d’enfouissement, arboriculture intensive) ; aucun niveau d’occupation ou sol correspondant aux vestiges n’a été découvert (fig. 2).

2. Emprise de la fouille et plan des vestiges

2. Emprise de la fouille et plan des vestiges

Le secteur I : les fosses

8De plan et de profil variés, 13 fosses ont été mises en évidence. Elles se répartissent en deux groupes inégaux : le plus fourni (8 fosses) occupe le centre du secteur I ; 3 autres fosses sont décalées au sud-ouest ; les 2 dernières sont isolées. Les mieux conservées (n° 1 à 6) présentent des caractéristiques communes. De plan circulaire (diam. 1 m environ), elles présentent un profil en auge et une profondeur variable (0,60 à 1,10 m). Leur remplissage se compose de couches de limon brun-ocre comportant parfois des galets de taille moyenne (< 100 mm), alternant avec des niveaux, moins développés, de limon jaune, contenant des cailloutis et des gravillons. Le mode de remplissage de ces fosses, leur profil et leur volume, suggèrent que l’on ait affaire à des silos excavés. Le regroupement de ces fosses dans un même secteur, leur organisation en batterie, pour certaines d’entre elles, étayent l’hypothèse d’une aire à vocation spécialisée pour le stockage des récoltes.

9La même zone comporte 2 autres fosses (n° 7 et 8), de plan oblong, à profil en auge et relativement profondes (0,60 m). Elles mesurent respectivement 0,80 x 2 m et 0,60 x 1,12 m. Leur remplissage se caractérise par un limon gris, alternant avec de minces couches de limon jaune ou beige, avec parfois de gros galets, partiellement rubéfiés. Il pourrait également s’agir d’équipements en rapport avec la conservation des récoltes (stockage semi-enterré ?) et complémentaires des silos décrits ci-dessus.

Le secteur II : la zone bâtie

10Les vestiges se situent au centre de la zone de fouille, caractérisée à cet endroit par une poche de limons sableux et fins qui comblent une dépression naturelle. Ils se matérialisent au sol par divers groupes de négatifs de poteau dont certains contiennent des galets destinés à caler les supports. Plusieurs gros blocs et galets, isolés ou regroupés, s’intègrent à certaines des lignes directrices formées par les trous de poteau ; il pourrait s’agir de bases destinées à recevoir des supports verticaux complétant des poteaux ancrés dans le sol. Cette interprétation demeure toutefois extrêmement délicate en raison de la présence, très proche, du toit graveleux de la terrasse.

11La classification des différentes structures en creux, en fonction de leur diamètre, de leur profondeur et des matériaux mis en œuvre, ne permet pas de préciser l’appartenance de telle ou elle structure à un ensemble architectural précis. Tout au plus, peut-on supposer la présence de plusieurs bâtiments de plain-pied, à armature de bois, édifiés en matériaux légers et périssables, et observer un alignement majeur, sur environ 20 m de long, qui semble limiter l’établissement au nord-est ; s’agit-il d’une clôture ?

Le secteur III : la zone de rejet

12Localisé en bordure sud-ouest de la zone de fouille, un léger thalweg a fait l’objet de deux tranchées, d’une longueur respective de 10 et 7 m ; cinq niveaux ont été mis en évidence (fig. 3).

3. Coupes, A-B et C-D du thalweg situé en secteur III

3. Coupes, A-B et C-D du thalweg situé en secteur III

1. Terre arable ; 2. Niveau colluvionné de limon sableux brun, renfermant des graviers, de rares fragments de tuiles et de céramique, des charbons de bois, ainsi que des fragments de tegulae situés à la base ; 3. Limon brun noir et organique, contenant des galets, des charbons de bois, des fragments de céramiques médiévales et des graviers ; 4. Galets et graviers dans une matrice argilo-sableuse ocre ; 5. Galets et gravillons dans une matrice de sable gris (terrasse würmienne)

13La mise en place du niveau 2 est le résultat du colluvionnement. Le mobilier qu’il contient montre que le phénomène s’est déroulé après l’Antiquité. A l’intérieur de cet ensemble, la couche 3 montre une étape de comblement à part : sa composition de limon brun noir et organique et la relative abondance de mobilier céramique, indiquent la proximité immédiate d’une zone habitée. Mais l’absence d’organisation structurée à l’intérieur de cette couche exclut l’hypothèse d’un niveau d’occupation proprement dit. Le thalweg, qui limite le site au sud-est, pourrait donc avoir servi d’aire de rejet aux habitats voisins. Enfin, les niveaux 4 et 5 correspondent respectivement à l’érosion superficielle du fond du thalweg et au toit de la terrasse du Würm récent.

Le mobilier céramique

14La taille relativement modeste du gisement (du moins de sa partie conservée) et la forte érosion des structures expliquent le faible nombre d’objets recueillis, et notamment de céramiques : 199 fragments, dont seulement une trentaine est identifiable. Fort heureusement, ce petit lot comporte suffisamment de formes caractéristiques pour que l’on puisse le dater sans grande difficulté.

15Toutes les céramiques sont cuites en atmosphère réductrice. Cependant on note une variété de teintes, du gris sombre à toutes les tonalités de brun. Les pâtes sont particulièrement sableuses. Les céramiques ont un aspect mat et sont friables et rugueuses. Si l’on compare cet ensemble avec celui provenant du dernier état du site proche de L’Albenc, les différences de nature sont évidentes. L’Albenc ne présente pas de ces pâtes sableuses ; en revanche, les pâtes kaolinitiques, en bonne proportion à l’Albenc, sont totalement absentes à Saint-Marcellin. Il n’est pas possible de trancher entre la manifestation d’un léger décalage chronologique ou celle d’un approvisionnement différent.

16Tous les fragments appartiennent à des récipients globulaires à fond lenticulaire. Les lèvres évasées à gorge interne prédominent. Un exemplaire de cruche à bec pincé est attesté. On note l’absence de tout décor sur panse (alors que les décors à la molette sont largement attestés dans ce secteur du Dauphiné, sur des sites de la même période). Un fragment de fond marqué, très érodé, complète la typologie.

17Cet ensemble rentre sans conteste dans le répertoire régional du plein Moyen Âge. Les lèvres évasées avec gorge interne, bien représentées, les fonds nettement lenticulaires et la marque de fond permettent de placer cet ensemble aux Xe-XIe s.

Conclusion

18Le très mauvais état de conservation des vestiges n’a pas permis une restitution, même partielle, du plan d’ensemble des structures. Néanmoins, plusieurs observations concernant l’organisation spatiale et la nature du site peuvent être formulées. La division bipartite de l’espace apparaît clairement entre la zone des fosses-silos et la zone bâtie. La vocation agricole de ce modeste établissement ressort donc à travers cette aire de stockage des récoltes, probablement réservée aux céréales ; en revanche aucun objet ne se rapporte spécifiquement aux activités agricoles. Le matériel céramique prouve, quant à lui, que l’habitat proprement dit, non reconnu avec certitude, trouvait cependant place dans, ou aux abords de la surface explorée.

19L’attribution chronologique du site se fonde sur le mobilier céramique. Celui-ci montre une grande homogénéité pour l’ensemble des lots issus des diverses structures du site. La contemporanéité des installations est assurée. Le faciès céramique uniforme montre que l’établissement a été occupé et abandonné sur une période relativement brève, prenant place entre la fin du Xe et le courant du XIe s.

Bibliographie

Documentation

De Klijn, Vicherd 1996 : DE KLIJN (H.), VICHERD (G.). - Saint-Marcellin (Isère), Basses Plantées. Gallia Informations : l’archéologie des régions : Rhône-Alpes, 1996, p. 124.

Rapport De Klijn 1991 : DE KLIJN (H.). — L’habitat carolingien des Basses Plantées à Saint-Marcellin (Isère). Rapport de fouille. Lyon : Ministère de la culture, DAH Rhône-Alpes, 1991, 29 p., 11 pl.

Table des illustrations

Titre 1. Le site des Basses Plantées à Saint-Marcellin dans son environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 2. Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 3. Coupes, A-B et C-D du thalweg situé en secteur III
Légende 1. Terre arable ; 2. Niveau colluvionné de limon sableux brun, renfermant des graviers, de rares fragments de tuiles et de céramique, des charbons de bois, ainsi que des fragments de tegulae situés à la base ; 3. Limon brun noir et organique, contenant des galets, des charbons de bois, des fragments de céramiques médiévales et des graviers ; 4. Galets et graviers dans une matrice argilo-sableuse ocre ; 5. Galets et gravillons dans une matrice de sable gris (terrasse würmienne)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access