Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Est Lyonnais et nord Viennois

Communay, La Garde

Rhône

Alegria Bouvier et Élise Faure-Boucharlat

Note de l’auteur

Le lecteur se reportera également à la monographie de Communay, Charvas.

Avertissement

Les circonstances de la découverte, fortuite, de ce site lui ont malheureusement valu d’être en partie anéanti par les premiers travaux autoroutiers avant l’intervention archéologique. En outre, la petite surface préservée (700 m2 environ) était déjà largement arasée par les engins de travaux publics. Aussi, l’analyse des "lambeaux" subsistants peut paraître bien partielle et l’interprétation quelque peu risquée. Il a cependant paru intérressant de livrer ces résultats, en raison de l’originalité du site au sein de la série consacrée à l’est Lyonnais.

Texte intégral

Département :

Rhône

Commune :

Communay

Lieu-dit :

Numéro du site :69 272 38

Coordonnées Lambert :

X : 794.577 Y : 2068.646

Altitude NGF :

257-264 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A 46 sud

Responsable d’opération :

A. Bouvier

Date d’intervention :

1991

Superficie explorée :

700 m2

Extension totale du site :

inconnue

1Dans le secteur concerné, étaient conservés un espace bâti (vestiges de trois petits bâtiments distincts sur solins de pierre) de 70 m2 environ, deux sépultures, un foyer, ainsi qu’une vaste fosse située à une trentaine de mètres à l’ouest de l’espace bâti ; à l’écart de cette zone, à 70 m au nord-ouest, subsistait un autre foyer. Toutes ces structures sont attribuables au Moyen Âge. Rappelons que l’espace séparant les sites de La Garde et de Charvas, inscrits dans la même fourchette chronologique et distants de 400 m environ, avait été préalablement décapé, ne nous permettant pas d’assurer leur appartenance à un même ensemble. Les limites du gisement n’ont donc été reconnues qu’au sud, où une tranchée pratiquée perpendiculairement à la pente s’est révélée stérile.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2La Garde s’inscrit donc dans le même contexte géographique et géologique que Charvas, déjà évoqué (fig. 1 Communay, Charvas). Plus précisément, le site jouit d’une position dominante, sur le flanc nord d’une colline isolée, immédiatement en contrebas du point culminant de l’éminence qui surplombe de manière abrupte, à une centaine de mètres à l’est, une combe occupée par un chemin vicinal et un ruisseau. Les vestiges s’étagent sur un terrain qui offre un pendage naturel important (environ 4 %) et occupent une poche de loess comblant une dépression naturelle du socle rocheux (micaschistes) dont un affleurement a été reconnu à l’ouest du gisement.

1. Emprise de la fouille et plan des vestiges

1. Emprise de la fouille et plan des vestiges

Le contexte historique et archéologique

3Le site est localisé à environ 1,3 km au sud du village actuel de Communay. Il se trouve également à 200 m environ de la ferme de La Garde, mentionnée dans un terrier de 1 702 (Fleury-Berger 1925 :20-21), dont le toponyme évoque, pour l’époque médiévale, un lieu fortifié ou à fonction militaire. Toujours aux alentours immédiats, le toponyme de Charvas, à l’ouest, rappelle la villa du même nom, mentionnée au Xe s. Le toponyme de Saint-Lazare, quant à lui, de l’autre côté de la combe, à l’est, témoigne de l’existence d’une église placée sous le même vocable, disparue aujourd’hui, mais également mentionnée au Xe s. En ce qui concerne les sources écrites relatives au secteur, et en particulier à la villa de Charvas, le lecteur se reportera à la monographie précédente. Enfin, le Bois de La Dame devrait son nom à une nécropole "mérovingienne", sans autre précision, signalée par des correspondants locaux du Service régional de l’archéologie.

Les vestiges archéologiques

L’espace bâti

4Quatre solins de pierre, liés à des niveaux stratifiés, appartiennent à différentes phases de construction d’un ou de plusieurs bâtiments, dont il est impossible de restituer les plans complets, en raison de leur destruction partielle avant l’intervention (fig. 1). Les solins sont tous orientés est-ouest, à l’exception de la structure 11, orientée nord-sud, et sont construits perpendiculairement à la pente du terrain. Les vestiges conservés ne comportent pas d’espaces réservés à l’insertion de supports verticaux : les élévations des murs seraient donc constituées de matériaux périssables (pisé, brique crue, torchis...). Dans les lignes qui suivent, les phases de construction sont présentées de la plus ancienne à la plus récente.

Le bâtiment A (murs 11 et 22)

5Une tombe (n° 10) est aménagée dans une vaste fosse (n° 17) d’environ 2,50 m de diamètre, comblée par un sédiment sombre organique et cendreux ; la fosse 17 est elle-même installée dans une excavation pratiquée dans le terrain naturel (US 164). La partie sud de la sépulture est absente, peut-être détruite pour permettre la construction de l’assise de fondation d’un mur orienté nord-sud (n° 11), de 2,50 m de longueur, aménagée partiellement dans le comblement de la fosse 17 et dans une tranchée de fondation. Cette assise est constituée par de larges dalles de schiste (récupérées lors du démontage du coffre funéraire ?), disposées horizontalement et juxtaposées de manière à former en plan une légère courbe. Un solin de galets et de schistes (n° 22), reconnu sur 1,50 m de longueur (I. : 0,60 m ; élévation inconnue), d’orientation est-ouest, s’articule à angle droit avec l’assise de dalles de schiste. Deux murs du bâtiment A sont ainsi définis. Bien qu’il n’ait pu être matériellement reconnu, il est plausible de restituer l’existence d’un troisième mur est-ouest parallèle au solin 22, dont il serait distant d’environ 2 m. Le bâtiment A présente donc vraisemblablement des dimensions très modestes (I. : 2 m ; L. inconnue).

Le bâtiment B (mur 4)

6Les vestiges d’un solin (n° 4), orienté est-ouest, conservé sur 1 m environ (I. : 0,40 m), sont matérialisés par une seule assise de galets d’assez gros calibre (0,10 m x 0,20 m en moyenne) ; cette assise repose directement sur un niveau de cailloutis compacté (n° 8) qui fait place, sur environ 2 m2, à un niveau extrêmement charbonneux résultant de la combustion d’une structure de bois (n° 18). Ces niveaux de cailloutis et de charbon peuvent être interprétés comme les vestiges d’un sol préexistant au mur 4, lui-même surmonté par un niveau de destruction (n° 7), que signalent des galets de moyen et gros calibre, noyés dans une matrice de limon sombre. La fouille partielle de ce niveau a permis de recueillir des éléments de mobilier céramique suffisamment nombreux pour en proposer une datation. Le solin n° 4 serait donc le seul "rescapé" d’un bâtiment (B) dont le plan ne peut être restitué. Il ne présente pas de relation stratigraphique avec les solins du bâtiment A.

Le bâtiment C (mur 9)

7Il s’agit d’un solin orienté est-ouest, constitué de galets de très gros calibre (0,30 x 0,15 m environ), disposés horizontalement, deux par deux. Des blocs de schiste et de molasse, petits et irréguliers, entrent également dans sa composition (fig. 2). La maçonnerie est conservée sur 7 m de long (I. : 0,80 m environ). Dans sa partie ouest, une seule assise subsiste. Dans son prolongement est, au-delà de la sépulture 10, sa partie inférieure, plus étroite, est constituée d’un blocage de galets de plus petit calibre qui comblait également la sépulture. Cette différence de construction est sans doute à mettre en relation avec l’existence du coffre de schistes que les constructeurs ont jugé nécessaire de combler. Le mur 9 est postérieur au niveau de destruction mentionné ci-dessus (n° 7). Par conséquent, il est également postérieur au mur n° 4 du bâtiment B. Comme pour ce dernier, nous ignorons le plan d’ensemble et les dimensions du bâtiment auquel il appartient (C).

2. Coupe A-B montrant la construction du bâtiment C (mur 9) au-dessus des fosses 164 et 17 et de la sépulture 10

2. Coupe A-B montrant la construction du bâtiment C (mur 9) au-dessus des fosses 164 et 17 et de la sépulture 10

Les sépultures

8On a évoqué plus haut la tombe 10, antérieure aux bâtiments. Il n’en subsiste que trois dalles de schiste disposées verticalement, formant l’extrémité d’un coffre sans fond de 0,50 m de large environ, orienté nord-sud. Cette sépulture appartient à une phase antérieure au bâtiment A et est installée dans une fosse qui témoigne peut-être de l’existence d’un bâtiment partiellement enterré. Un cas de sépultures "privilégiées" aménagées dans une structure comparable, attribuée à la période VIIe-IXe s, a été reconnu sur le site de Tournedos à Portejoie, Eure (Carré, Guillon 1995 :153-154). Une telle hypothèse est à mettre en relation, à Communay, avec la découverte des fragments d’un vase presque complet dans le comblement supérieur de la fosse d’installation de la sépulture 10. En effet, par analogie avec une pratique notée pour des sépultures du haut Moyen Âge à Saint-Laurent de Lyon (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986) ou à Seyssel, Haute-Savoie (Bizot, Serralongue 1988 : 40), ce vase pourrait constituer un dépôt funéraire hors tombe, impliquant une matérialisation de la sépulture à la surface du sol.

9Située au sud-ouest de la zone fouillée, la seconde sépulture (n° 3) ne présente aucune relation stratigraphique avec les autres structures. Il s’agit d’un coffre en dalles de schiste, orienté estouest, de plan sub-rectangulaire, renfermant un individu de sexe féminin très mal conservé, tête à l’ouest, placé en decubitus dorsal, bras repliés sur le bassin (fig. 3). Une fusaïole en terre cuite (fig. 4, n° 2), taillée dans un fragment de tuile, reposait à l’extrémité du membre supérieur gauche (diam. : 3,6 cm ; I. : 1,2 cm ; épaisseur : 1,4 cm). Cette découverte peut être comparée à une sépulture de la nécropole mérovingienne de Longueil-Annel dans l’Oise, qui renfermait également une grosse fusaïole en terre cuite située au niveau de la poitrine du défunt, dans un contexte d’inhumations habillées avec dépôts funéraires, et interprétée comme un probable élément de parure (Freville 1994 : 110). Ici, vraisemblablement placée dans la main de la défunte, la fusaïole pourrait valoir signe de reconnaissance sociale de la femme au sein du groupe. Ce type de sépulture, à rapprocher de celles du site voisin de Charvas, peut être chronologiquement placé entre le VIIe et le IXe s. (cf. monographie correspondante).

3. Sépulture 3, en coffre de dalles

3. Sépulture 3, en coffre de dalles

4. Mobilier divers

4. Mobilier divers

Agrafe à double crochet (structure n° 1), fusaïole en terre cuite (sépulture 3)

Les trous de poteau

10Trois structures de ce type ont été reconnues ; seule l’une d’elles (n° 15) présente une relation stratigraphique avec T10 et les murs 11 et 22, puisque, comme eux, elle est creusée dans le comblement de la grande fosse 17. Les deux autres négatifs (n° 13 et 14), ménagés dans le terrain naturel, présentent des caractéristiques similaires : un diamètre relativement important (environ 0,50 m) et une profondeur conservée de 0,40 à 0,60 m. Leur comblement se compose d’un limon plus ou moins organique et charbonneux, comportant, dans le cas de la structure 13, un grand nombre de blocs de schiste, probablement utilisés comme calage. La proximité de ces vestiges de construction légère et de la tombe 10 suggère une relation entre ces deux installations, sans que l’on puisse trancher à partir de données aussi incomplètes.

Les foyers

11Les deux structures de combustion reconnues sur le site sont du même type (n° 5 et 27, hors plan) ; il s’agit dans les deux cas d’une dépression en forme de cuvette circulaire (environ 1,80 m de diamètre pour l’un et 1,20 m pour l’autre), ménagée dans le loess et plus ou moins rubéfiée. Dans le cas de la structure 5, à noter l’aménagement particulier de la sole constituée par des pierres de chant disposées en écailles (fig. 5). La fonction de foyer domestique ne paraît pas douteuse, en l’absence de tout témoin d’une utilisation spécialisée. Il semble également que ces structures, non associées à un niveau d’occupation, constituent les témoins d’aménagements de plein air, probablement à destination culinaire.

5. Foyer 5, à sole empierrée

5. Foyer 5, à sole empierrée

Les fosses

12Une grande fosse (n° 12) (diam. : 3 m ; prof. : 1,20 m environ) est creusée à la limite est de l’espace bâti ; son comblement est composé de galets noyés dans un limon plus ou moins organique et charbonneux.

13Une autre fosse de grandes dimensions (n° 1, hors plan) (diam. sup. à 4 m ; prof. : 1,40 m) est située à l’exacte limite de la poche de loess et de l’affleurement morainique. Les sédiments constituant son comblement, très cendreux, renferment un mobilier relativement abondant. Eu égard à sa localisation topographique, il paraît plausible d’attribuer à cette structure une fonction initiale de fosse d’extraction du loess.

L’évolution du site et sa datation

L’apport de la chronologie relative

14La mise en phases suivante se fonde sur l’observation de la stratigraphie du gisement (fig. 1 et 2).

  • Phase I : cette première période d’occupation voit le creusement d’une vaste dépression dans le terrain naturel (US 164), recoupée par la suite par une fosse (n° 17).

  • Phase II : T10 (coffre de dalles de chant) est installée dans la fosse 17.

  • Phase IIIa : T10 est en partie détruite; un bâtiment (A) est construit, recoupant la même fosse ; ce bâtiment est fondé du côté est sur de larges dalles de schiste (mur 11) et du côté sud, sur un solin de galets et de schistes (mur 22). La largeur de ce bâtiment, orienté est-ouest, peut être évaluée à environ 2 m, tandis que sa longueur est inconnue. Quant à T3, qui, par sa typologie, se rapporte aux phases les plus anciennes de l’occupation, elle peut appartenir indifféremment aux phases I, II et III.

  • Phase IIIb : les structures appartenant à cette phase ne présentent pas de relation stratigraphique connue avec celles de la phase précédente. Le mur 4 est construit par dessus un niveau de sol représenté par un cailloutis compacté (n° 8). Il est couvert par le niveau de destruction (n° 7) du bâtiment Β auquel il appartient, et dont on ignore tout du plan et des dimensions.

  • Phase IV : après la destruction du bâtiment précédent, le mur 9 est construit, témoignant de l’édification d’un troisième bâtiment (C) ; sa fondation est constituée par un blocage remplissant ce qui reste de T10.

15Il est à noter que les foyers, isolés stratigraphiquement, peuvent se rapporter à n’importe laquelle de ces phases, sans que leur appartenance au Moyen Âge puisse être mise en doute.

Les critères de chronologie "absolue"

16Comme sur la plupart des sites ruraux du haut Moyen Âge, les critères de datation "absolue" débouchent sur des attributions chronologiques larges, qu’il s’agisse des informations issues de la typologie des sépultures ou de celles fournies par le mobilier, essentiellement céramique.

17À propos des sépultures, comme celles du site voisin de Charvas, on retiendra qu’elles se rapportent au type des coffres en dalles de chant dépourvus de fond (coffres mixtes ou incomplets), répandu dans le sud-est de la France entre VIIe et le IXe s. (Colardelle et al. 1996 : 287-288).

La céramique

18Le site de La Garde a livré fort peu de matériel : au total 691 fragments, dont seulement 120 sont identifiables. Les datations proposées se fondent donc sur un petit nombre d’éléments caractéristiques, répartis dans une douzaine d’unités stratigraphiques ; elles resteront donc volontairement larges. Globalement, le mobilier fait ressortir deux phases chronologiques : VIe-VIIIe s. et Xe-XIe s. Mais il faut aussi noter que la structure 1 renfermait quelques tessons plus anciens, évoquant la transition Antiquité tardive/haut Moyen Âge.

  • La première phase se caractérise par des fragments d’ollae en pâte beige ou bistre, à fond plat et étroit, panse piriforme, lèvre évasée ou arrondie et surtout à profil anguleux (proto-bandeaux). Ces ollae apparaissent dès le Ve s. dans le sud-est et l’est de la France (Cathma, 1993 :118-122 ; Haldimann 1994). Elles sont supplantées, vers la fin du Vie s„ par les ollae en pâte grise et à lèvre en bandeau classique, caractéristiques de la région (cf. monographies de Beynost et Poncin). A cette première phase peut être attribuée une partie du mobilier recueilli dans le comblement de la fosse 1, ainsi que dans le niveau de démolition associé au solin n° 4. Toutefois, dans le cas de ces deux structures, de la céramique caractéristique d’une phase d’occupation plus récente fournit un terminus ante quem et permet d’interpréter ce mobilier comme résiduel.

19Plus intéressant est le lot de mobilier recueilli lors du sondage mécanique pratiqué transversalement au solin 9, au-dessus de la sépulture 10. En effet, les fragments de céramique appartiennent tous au même vase, une olla à fond plat étroit, à panse piriforme et lèvre en bandeau, qui représente d’ailleurs une des rares formes presque complète du site. Celle-ci est à rapprocher des vases funéraires de Saint-Laurent à Lyon, datés de la fin du VIe au VIIIe s. (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986).

  • La seconde phase se caractérise par un répertoire de formes typiques des Xe-XIe s., bien connu grâce à bon nombre de publications, dont les plus récentes concernent l’habitat de Charavines Colletière, Isère (Colardelle, Verdel 1993 :189-203) ou la motte castrale de Décines, Rhône (Bouvier et al. 1992 : 251257) : pots globulaires cuits en atmosphère réductrice associés avec des lèvres en bandeau ou évasées avec gorge interne, des fonds lenticulaires présentant parfois des marques en relief et, le cas échéant, des décors de panse à la molette ou lissés. Ce type de mobilier, recueilli dans le comblement des structures 1, 4, 6, 9, 12, 13 et 20, permet de placer celles-ci dans une fourchette comprise entre le milieu du Xe et le milieu du XIe s.

Le mobilier métallique

20La grande fosse 1 a livré une agrafe à double crochet en bronze (fig. 4, n° 1) présentant un corps plat décoré de stries profondes avec une perforation centrale (L. : 2,1 cm ; I. : 0,8 cm ; ép. : 0,2 cm). Attribué d’abord au haut Moyen Âge, il est désormais avéré que ce type d’objet couvre une très large période, de la fin du VIe au Xle s. Cependant, l’agrafe de La Garde présente des caractéristiques très proches de celle trouvée à Saint-Georges de Vienne, qui est datée plus précisément des IXe-Xe s. (Vienne, aux premiers temps chrétiens : 59, fig. 46).

Conclusion

21L’espace bâti a révélé l’existence de plusieurs phases d’occupation correspondant a priori à la construction d’au moins trois bâtiments différents, tous sur solins de pierre. La question se pose d’une éventuelle fonction religieuse pour le bâtiment primitif. A l’appui de cette hypothèse interviennent l’orientation du bâtiment, le fait qu’il s’adosse à une tombe dont il recoupe la fosse d’installation (les dalles manquantes du coffre pourraient constituer la fondation peu ordinaire du mur 11), le plan même de cette fondation qui évoque celui d’une abside, et enfin le recours à une architecture au moins partiellement "en dur". En effet, sur nombre de sites du haut Moyen Âge, dans la moitié nord de la France, l’emploi de la pierre, même limité aux solins, paraît réservé aux édifices de culte (L’Ile de France 1991 : 195). Les exemples de bâtiments cultuels réutilisant ou recoupant la tombe d’un personnage vénéré sont d’ailleurs relativement nombreux durant le haut Moyen Âge (Chapelot, Fossier 1980 :122 ; Colardelle 1983). Enfin, si l’hypothèse formulée au sujet d’un dépôt funéraire sur T10 était confirmée, la probablité d’avoir affaire à une sépulture privilégiée, à l’origine d’un bâtiment cultuel, serait encore plus grande. Rappelons la mention d’une église SaintLazare au Xe s., dont la localisation exacte est inconnue, mais dont plusieurs arguments fiables situent l’emplacement non loin de La Garde. Peut-on identifier cette église avec le bâtiment fouillé ?

22Toutefois, même si l’on admet l’hypothèse d’une fonction religieuse pour le bâtiment A, d’autres éléments interviennent en faveur d’un usage profane pour les constructions ultérieures : foyers domestiques, fosses et niveaux d’abandon comportant des rejets domestiques. L’archéologie démontre que cette situation ne serait pas exceptionnelle : certains sites ont été successivement, voire simultanément, lieux de culte et d’habitat (cf. l’exemple de Poigny, Seine-et-Marne, Roiseux 1995). On retiendra donc l’hypothèse que le site de La Garde a pu connaître une occupation de type funéraire et religieuse à laquelle aurait succédé un habitat.

Bibliographie

Documentation

Bouvier 1991 : BOUVIER (Α.). — Communay (Rhône), La Garde. Bilan scientifique 1991. Lyon : Ministère de la culture, DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1992, p. 99.

Rapport Bouvier et al. 1993 : BOUVIER (Α.), FOREST (V.), MOKADDEM (Κ.), THOLLON-POMMEROL (C.), SAVINO (V.), VALOUR (Ν.). — Travaux d’archéologie préventive sur le tracé de l’autoroute A 46 sud. Rapport de fouille 1991 : Communay, La Garde (Rhône). Lyon : DRAC, SRA Rhone-Alpes, AFAN, 1993, 44 p., 44 fig.

Table des illustrations

Titre 1. Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 2. Coupe A-B montrant la construction du bâtiment C (mur 9) au-dessus des fosses 164 et 17 et de la sépulture 10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 3. Sépulture 3, en coffre de dalles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 4. Mobilier divers
Légende Agrafe à double crochet (structure n° 1), fusaïole en terre cuite (sépulture 3)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 5. Foyer 5, à sole empierrée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access