Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Est Lyonnais et nord Viennois

Communay, Charvas

Rhône

Alegria Bouvier, Élise Faure-Boucharlat et Vianney Forest

Texte intégral

1. Les sites de Communay, Charvas et La Garde, dans leur environnement

1. Les sites de Communay, Charvas et La Garde, dans leur environnement

Département :

Rhône

Commune :

Communay

Lieu-dit :

Charvas

Numéro du site :

69 272 12

Coordonnées Lambert :

X : 794.200 Y : 2068.425

Altitude NGF :

244-248 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A 46 sud

Responsable d’opération :

A. Bouvier

Date d’intervention :

1991

Superficie explorée :

environ 4500 m2

Extension totale du site :

inconnue

1Sur près de 4 500 m2, se répartissent 134 structures en creux dont la grande majorité est datable du haut Moyen Âge, ainsi que trois sépultures, également médiévales. Le site semble circonscrit au sud et au nord, mais non à l’est et à l’ouest, où les fossés s’étendaient au-delà de la surface décapée. D’ailleurs, le site de La Garde, dont les phases d’occupation s’inscrivent dans les mêmes fourchettes de datation, a été découvert fortuitement à 400 m environ au nord-est de Charvas, sur le même tracé autoroutier (cf. monographie correspondante). La continuité topographique entre les deux sites est cependant impossible à assurer étant donné la destruction de tout vestige éventuel entre les deux gisements. Aucun niveau de sol ou d’occupation contemporain des structures mises au jour ne subsiste et les vestiges apparaissent dans un état de conservation médiocre à très médiocre, leur degré d’érosion étant principalement conditionné par leur situation sur la pente. Malgré cette vision tronquée, le site de Charvas offre une rare occasion d’observer des réseaux de fossés délimitant d’étroites parcelles de terrain. Celles-ci, qui semblent avoir accueilli des constructions légères (habitat ?), sont associées à diverses installations agricoles de plein air (petites constructions légères, fosses, palissades...).

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Le site se trouve sur la commune de Communay dans le Rhône, à la limite de Ternay dans l’Isère, dans la moyenne vallée du Rhône, à 18 km au sud de Lyon et à 8 km au nord de Vienne, dans une zone vallonnée matérialisant la "frontière" entre la plaine de l’est Lyonnais ou Velin et le Viennois (fig. 1). Plus précisément, le gisement s’inscrit dans un relief de collines radiales dominant la vallée du Rhône à l’est, formées au Quaternaire par des moraines d’ablation à couverture sédimentaire rissienne récente, et coiffées de dépôts loessiques et lehmiques a priori favorables à l’agriculture. Les vestiges s’étagent sur le versant nord de l’une de ces collines qui présente un pendage de 5 % environ. Ils y occupent une petite dépression naturelle existant dans le socle rocheux (micaschistes), comblée par du loess. Dans la partie basse du site, l’eau apparaît à moins de 0,60 m en dessous du niveau du sol actuel.

Le cadre historique et archéologique

L’occupation du sol avant et après le Moyen Âge

3Le gisement de Charvas est localisé dans une zone presque inhabitée actuellement, à environ 2,5 km du centre "historique" du village de Communay. Cependant, dans ce terroir proche de la vallée du Rhône, axe de pénétration majeur irrigué par des voies anciennes, des découvertes fortuites abondantes et des prospections attestent une fréquentation humaine dès l’époque préhistorique, et ce jusqu’à l’époque romaine. Une occupation datable de la période néolithique se signale par une concentration de mobilier repéré par prospection à 100 m à l’ouest de Charvas, tandis qu’à 160 m, toujours à l’ouest, des fosses gallo-romaines ont été reconnues (rapport Thiériot 1993). D’autre part, le site lui-même a livré de la céramique attribuable à la période néolithique et protohistorique ainsi que deux fonds de foyers, dont l’un a été daté de l’âge du Fer. Enfin, de la céramique du Bas-Empire est sans doute à mettre en relation avec l’utilisation des radiers de galets et de tuiles reconnus lors des sondages, à une trentaine de mètres au sud du gisement médiéval (cf. carte chapitre 3).

4Outre ces structures antérieures à l’occupation du haut Moyen Âge présentée ici, quelques structures modernes, ne figurant cependant pas sur le cadastre napoléonien, ont été mises au jour sur le site : le radier de fondation d’un petit bâtiment léger, des drains, un empierrement, la tranchée de fondation d’un mur, ainsi qu’un petit foyer, le tout attribuable, grâce à la céramique recueillie, aux XVIIe-XVIIIe s.

L’environnement médiéval

5Le site se trouve à 300 m de la ferme de Charvas, seul souvenir par son toponyme, d’une villa de Charvas, appartenant à l’ager de Communay, dans le pagus ou comté de Vienne, villa mentionnée à plusieurs reprises dans les chartes de la fin du IXe ou du Xe s. en tant que siège de biens faisant l’objet de donations à l’abbaye de Cluny. Malheureusement, ces chartes, nombreuses et a priori contemporaines de la dernière phase d’occupation médievale, sont difficilement interprétables quant à la localisation exacte des biens auxquelles elles font référence. Trois textes principaux éclairent toutefois le statut des territoires situés dans le domaine de Charvas au Xe s.

6Le premier, daté de 951, mentionne deux églises à Communay (Bernard, Bruel 1876-1903 : 748-749, n° 797). L’une, dédiée à Saint Pierre est située au cœur du village actuel de Communay. L’autre, Saint-Lazare, a disparu et seul un toponyme, désignant un lieu distant de 500 m à l’est environ de Charvas, rappelle son existence.

  • 1 "... Est autem ipse curtilus in comitatu Vienense, in agro Cominiaco, in villa que dicitur Calvatis (...)

7Une autre charte de 941 fait allusion à un domaine situé à l’intérieur de la villa de Charvas dans lequel un personnage nommé Engelbert manifeste le souhait d’être enterré, alors que ne s’y trouve a priori aucun lieu de culte1 (Bernard, Bruel 1876-1903 : 92, n° 998). Ce témoignage, d’ordre sociologique, apporte un éclairage bienvenu aux sépultures isolées, fouillées sur les sites de Charvas et de La Garde. En outre, une via publica est mentionnée en tant que limite de certains biens situés dans la villa de Charvas. S’il est impossible de localiser précisément le tracé de cette voie, tout au moins peut-on supposer qu’elle présentait une orientation nord-sud, dans la mesure où elle est toujours mentionnée comme limitant les terres à l’ouest. Sur le cadastre napoléonien, le chemin nord-sud qui longe le site à l’est est qualifié de Chemin de Ternay à Vienne.

8Un dernier texte évoque, toujours dans la villa de Charvas, des chaumières (casaricis), et des édifices en bon état (edificiis stantibus) (Bernard, Bruel 1876-1903 : 92, n° 998). De toute évidence, il est impossible d’affirmer que les vestiges étudiés sont identifiables aux bâtiments mentionnés dans ces chartes médiévales. Pour autant, le site de Charvas est le seul gisement du haut Moyen Âge qui sort un peu de l’ombre grâce aux sources écrites.

Les vestiges archéologiques

9Dans la partie haute du site (secteur II, au sud), les vestiges médiévaux apparaissent dans un niveau de loess jaune à rougeâtre, couvert à l’est par un dépôt de colluvions (fig. 2). Ce dépôt, de 0,15 à 0,25 m d’épaisseur, renferme des éléments d’origine anthropique, notamment du mobilier céramique, presque exclusivement médiéval, associé à quelques fragments de céramique pré-ou protohistorique. A l’ouest, le substrat rocheux (micaschistes) affleure le niveau du sol actuel. Dans la partie médiane de la zone décapée (secteur situé dans l’espace structuré par les fossés), les structures, de plus en plus érodées, vont jusqu’à disparaître complètement au nord. Dans la zone la plus basse (secteur I, au nord) le dépôt de colluvions s’épaissit et se superpose à un autre dépôt, beaucoup moins organique, dont la puissance atteint 1 m dans les sondages situés en bas de pente, et qui scelle le niveau où apparaissent les structures protohistoriques et gallo-romaines évoquées ci-dessus.

2. Emprise des fouilles et plan des vestiges

2. Emprise des fouilles et plan des vestiges

Le secteur I

La structuration de l’espace : le système de fossés

10Une partie du gisement s’inscrit dans un espace structuré par des fossés orthogonaux peu profonds (I. : entre 0,30 et 0,80 m, prof. : entre 0,10 et 0,30 m), délimitant des lanières de terrain, orientées nord-sud, larges d’environ 7,50 m et de longueur inconnue (plus grande longueur conservée : 35 m). Ces fossés apparaissent sous la forme de trois ensembles isolés stratigraphiquement, à l’exception des ensembles U1 et U2 qui se recoupent. Chaque ensemble est constitué par un fossé simple ou doublé, d’orientation est-ouest, disposé perpendiculairement à la pente, d’où se détachent, à angle droit, d’autres rigoles nord-sud (au moins trois pour U3), épousant le sens de la pente. L’ensemble U2 présente une orientation légèrement différente et semble antérieur à U1, ainsi qu’à un groupe de sépultures décrites ci-dessous. Une file d’une dizaine de trous de poteau (tracé d’une palissade ?) s’aligne le long du double fossé est-ouest de l’ensemble U3. En outre, dans le comblement du fossé nord-sud de U2, une série de trous de poteau est interprétée comme les vestiges d’une palissade qui aurait succédé au fossé. Le comblement de ces fossés est constitué par du limon renfermant très peu de mobilier, attribuable cependant à la période médiévale.

11La disposition du réseau par rapport à la pente suggère une fonction drainante destinée à protéger du ruissellement les installations qui se développent en aval. Cette fonction est compatible avec un rôle de limite parcellaire ou de clôture entre espace construit et espace agricole, ce que confirmeraient les traces de palissades succédant à l’un des fossés dans un cas, et le doublant dans l’autre cas. Ce type de dispositif est reconnu sur de nombreux sites ruraux du haut Moyen Âge, dans la moitié nord de la France : par exemple, VIIIe-Le-Marclet, Somme (rapport Bouvier 1995), Genlis, Côte-d’Or (Cattedu 1993), Vert-Saint-Denis, Seine-et-Marne (Koehler 1993) ou encore Le Teilleul, Ille-et-Vilaine (Cattedu à paraître). Cependant, l’étroitesse des parcelles de Charvas est peu compatible avec une organisation interne cohérente et autonome de chacune d’entre elles.

12Par ailleurs, on note souvent la réutilisation de divisions parcellaires et/ou d’axes de circulation antiques conjointement avec la mise en place d’un nouveau réseau. C’est le cas dans la région proche, pour le site de Meyzieu, La Chapelle, Rhône (cf. monographie correspondante). Faut-il voir dans l’orientation particulière du réseau de Charvas un souvenir de la centuriation antique du Velin (centuriation dite Velin C de la cité de Vienne ou de Lyon) dont l’une des orientations possibles est similaire ? De nombreuses traces en ont été observées dans la proche région (rapport Chouquer 1995).

Les constructions sur poteaux

13La plupart des trous de poteau sont concentrés dans un secteur relativement limité (environ 300 m2), à mi-pente, et sont inclus dans le réseau de fossés. Le comblement de ces structures de taille modeste (de 0,15 à 0,30 m de diamètre pour 0,10 à 0,30 m de profondeur) est constitué d’un dépôt plus ou moins organique. Seuls deux trous de poteau (recoupant des sépultures) ont livré de la céramique identifiable (cf. infra). Quelques calages, constitués de galets ou de petits blocs de schiste posés de chant, ont été observés. Certains poteaux sont doublés par d’autres de plus faible dimension témoignant sans doute de renforts. Le nuage de trous de poteau traduit de toute évidence plusieurs phases de construction qu’il est impossible de distinguer, les structures étant trop arasées pour autoriser l’établissement d’une typologie significative. Bien que plusieurs alignements, qui ne semblent pas fortuits, délimitent un espace vide, il est impossible de proposer un plan fiable de bâtiment. Par ailleurs, aucune trace de tranchée de fondation, de sablière basse ou de solin de pierre n’évoque d’autre technique architecturale que celle de bâtiments de plain-pied, à armature de poteaux plantés directement dans le sol.

La zone funéraire

14Les trois tombes (deux étant identifiées comme celles d’enfants et une d’adulte) sont regroupées dans la partie ouest du site et organisées selon une amorce de rangée, située dans le prolongement du fossé nord-sud de U2 (fig. 2 et 3). Elles sont donc postérieures à cette partie du réseau fossoyé. Deux d’entre elles sont recoupées par des négatifs de poteau.

3. Plan détaillé de la zone funéraire, montrant le recoupement de fosses par des négatifs de poteaux

3. Plan détaillé de la zone funéraire, montrant le recoupement de fosses par des négatifs de poteaux

La tombe n° 1

15Il s’agit d’une fosse de plan trapézoïdal (L. : 1,10 m ; I. : 0,70 m) dans laquelle est aménagé un coffre partiellement constitué de dalles de schiste verticales, associées à des galets, sans trace de couverture ni de fond. L’une des dalles verticales est brisée à mihauteur (dalle du petit côté est de la tombe). Du côté nord, le négatif d’une autre dalle apparaît. Le démontage partiel du coffre semble volontaire. Toutefois, l’hypothèse d’un viol de sépulture paraît devoir être écartée, dans la mesure où aucun ossement n’a été recueilli dans le comblement qui, par ailleurs, renfermait très peu d’éléments d’origine anthropique, à l’exception de quelques fragments de céramique. Pour les mêmes raisons, l’hypothèse d’une exhumation n’est recevable que si elle est intervenue avant la décomposition des chairs, à moins que le défunt n’ait été enveloppé dans un contenant. On ne peut, non plus, exclure la complète disparition des matériaux osseux par des agents physiques et chimiques propres aux conditions de gisement.

16Si l’on se réfère à la typologie régionale la plus récente des sépultures du haut Moyen Âge (Colardelle et al. 1996), cette tombe semble appartenir à un type de coffre mixte, en dalles et planches, intermédiaire entre le coffre en lauzes de section quadrangulaire, généralement qualifié de "burgonde" dans la région (début Ve à début VIIIe s.), et les coffrages ovales de galets et de moellons (fin IXe à début XIe s.).

La tombe n° 2

17La construction de cette tombe d’adulte est particulièrement soignée : un coffre sans fond, avec couverture partielle sur l’extrémité est, de plan rectangulaire légèrement ovalisé, est aménagé dans une fosse un peu plus large, (L : 2,20 m ; I. max. : 0,95 m ; prof. : 0,50 m) (fig. 4). Les parois sont constituées de dalles de schiste d’épaisseur variable (de 3 à 9 cm), peu ou pas équarries et relativement courtes (de 0,25 à 0,50 m). Le comblement de la sépulture est constitué de loess, de même nature que le terrain naturel avec, toutefois, une composition plus organique et comportant un seul fragment de céramique. Le fond de la tombe présente une concavité marquée dans le sens longitudinal. Comme la tombe 1, cette sépulture peut être rangée dans le groupe des coffrages mixtes ou incomplets. On évoquera également l’hypothèse d’une translation de dépouille avec les mêmes précautions que précédemment.

4. Sépulture 2, en coffre de dalles

4. Sépulture 2, en coffre de dalles

La tombe n° 3

18Il s’agit d’une fosse de forme rectangulaire (L. : 1,20 m ; I. : 0,45 m) dont le creusement n’est visiblement pas achevé, à en croire sa faible profondeur (0,10 m) et son niveau d’apparition sensiblement équivalent à celui des autres sépultures. Son comblement ne renferme aucun mobilier.

19Ces constats — trois tombes vides, traces de réouverture dans un cas et non achèvement dans un autre — suggèrent l’exhumation des corps pour deux d’entre elles et la non utilisation de la troisième, pour une raison inconnue. Ces éléments, joints à l’examen du contexte historique, nous incitent à émettre l’hypothèse du déplacement du petit groupe d’inhumations. De telles observations ne sont pas isolées pour le haut Moyen Âge. Dans la région, entre autres, le même fait est mentionné pour la basilique funéraire de Seyssel (Bizot, Serralongue 1988 : 34) et pour celle de Saint-Julien-en-Genevois (Colardelle 1983 : 72). Un autre exemple est signalé en Languedoc oriental (nécropole des Horts à Lunel-Viel, Hérault) où cinq tombes vidées de leur contenu signaleraient le transfert de dépouilles vers un autre lieu d’inhumation collectif, après l’abandon du cimetière isolé d’origine au cours du VIIe s. (Garnotel, Reynaud 1996 :145).

Le secteur II

20Au sud du réseau de fossés, l’espace est occupé de façon lâche. Six fosses, dont trois peuvent être interprétées comme les vestiges de petits édicules à sol excavé, forment l’essentiel des aménagements, auxquels s’ajoutent des groupes de négatifs de poteaux ou de piquets, difficiles à interpréter.

Les fosses

21Deux d’entre elles, situées à proximité immédiate l’une de l’autre (F3 et F4), de plan à peu près circulaire (diam. : 1 à 1,20 m) n’ont malheureusement pas pu faire l’objet d’une étude complète. Le comblement supérieur comporte du charbon de bois, des blocs de schiste et des galets, dont certains rubéfiés, ainsi qu’un peu de céramique.

22La fosse 1, la plus méridionale, n’a été reconnue que partiellement. Le diamètre initial est estimé à 5 m minimum. La partie supérieure du comblement est constituée d’un dépôt relativement organique, avec une poche plus charbonneuse au centre, comportant un mobilier céramique relativement abondant ; la partie inférieure est composée d’un dépôt de loess qui s’apparente au terrain naturel. L’hypothèse d’une carrière de terre est retenue, d’autant plus que la fosse se trouve exactement sur la limite sud de la poche de loess qu’occupe le gisement.

Les petites constructions excavées

La fosse 6

23De plan sub-rectangulaire (L : 4,50 m ; I. : 2 m ; prof. maximum : 0,45 m), le fond irrégulier aménagé à l’aide de gros blocs de schiste et de galets (sol ?), elle est reliée par une étroite tranchée à une petite fosse annexe (2 x 1 m environ) disposée en équerre. Celle-ci se distingue par son contenu : le membre antérieur droit entier d’un bovidé et une carcasse qui semble appartenir au même animal (fig. 5). La fonction de dépotoir est également attestée par les nombreux restes fauniques recueillis dans le comblement des deux parties de la fosse.

5. Fosse 6, couloir annexe comportant les restes d’un bovidé

5. Fosse 6, couloir annexe comportant les restes d’un bovidé

24Leur analyse permet les observations suivantes. Le très grand nombre de restes indéterminés, 223 sur 318, soit 70 %, résulte de l’émiettement de pièces volumineuses. Il concrétise numériquement la mauvaise conservation de la substance osseuse dans cette structure. Le boeuf fournit la plus grande part des os déterminés (fig. 6), en raison du dépôt d’un membre antérieur droit entier (de la scapula au métacarpe) appartenant à un tout jeune adulte, approchant 2,5 ans, et reposant sur le côté gauche d’une carcasse constituée par des vertèbres cervicales, des vertèbres thoraciques et des côtes. Membre et carcasse peuvent appartenir au même animal. Une articulation proximate épiphysée de tibia, issue d’un second animal de plus de 4 ans, montre une section horizontale de l’éminence intercondylienne, caractéristique de la désarticulation du genou. L’attribution au chien d’une incisive inférieure est hypothétique. Si la partie principale de la fosse 6 recueille des éléments épars, que les traces de découpe rattachent à des rejets alimentaires, les vestiges provenant du creusement annexe (le membre antérieur et le squelette axial d’un bovin) échappent à cette logique. Etant donné que le membre est droit et qu’il repose sur la gauche du thorax, la carcasse a été démantelée, puis certaines pièces ont été abandonnées. L’absence de trace suggère un écharnement grossier ou l’abandon de quartiers impropres à la consommation.

6. Nombres de Restes (NR) de la fosse 6, classés par organe

6. Nombres de Restes (NR) de la fosse 6, classés par organe

25Par son plan et ses dimensions, cette structure se rapproche des petites constructions à sol excavé ou "fonds de cabane" révélés en nombre par l’archéologie qui montre les différentes possibilités d’adaptation d’un procédé architectural extrêmement répandu à l’époque mérovingienne dans les régions d’Europe septentrionale. Les exemplaires munis de petits espaces en appendice ne sont pas rares ; mais ceux-ci abritent en général un foyer, ce qui n’est pas le cas ici (Un Village au temps de Charlemagne 1988 :158, Chapelot 1980, Schweitzer 1984). Plusieurs cabanes de Genlis, Côte-d’Or, présentent des creusements extérieurs de forme irrégulière qui rappellent celui de Charvas ; une autre possède une véritable partie annexe qui offre la particularité de ne contenir, elle aussi, que des restes de faune (Cattedu 1993 : 49-50).

Les fosses 2 et 5

26Bien que de taille plus modeste (environ 2 x 1,20 m), elles évoquent elles aussi, de petites constructions à sol excavé. L’une d’elles (F2) est flanquée de deux petits trous de poteau externes, côté sud. Son comblement, comparable à celui de la fosse 1, n’a livré qu’un fragment de céramique. L’autre fosse (F5), dont le plan évoque l’existence de poteaux internes, côté nord, a livré un petit lot de mobilier. Les négatifs de support peuvent témoigner d’agencements divers : ancrages d’une couverture en appentis ou bien appuis d’une plate-forme sur tout ou partie de la fosse, à la manière d’un plancher surélevé.

27En l’absence d’indices clairs en faveur de la présence d’un habitat dans la partie explorée, les cabanes de Charvas n’apparaissent pas comme de classiques annexes domestiques. Elles font davantage figure d’équipements en rapport avec le stockage et la conservation de denrées ou récoltes. Notamment, F2 et F5 pourraient avoir permis une forme de stockage sur vide sanitaire (grain, fourrage) et pourraient ainsi être interprétées comme des sortes de greniers.

Les trous de poteau

28Dans le secteur II, huit trous de poteau de faible dimension (diam. : entre 0,10 et 0,15 m) forment un alignement interprétable comme le tracé d’une palissade. Dans le secteur sud, entre les fosses 1 et 2, un groupe de trous de poteau, aux proportions plus importantes (diam : entre 0,20 et 0,40 m), signale peut-être un bâtiment dont le plan nous échappe.

La chronologie du site

29Le gisement n’étant pas stratifié, les rares éléments de chronologie relative résultent du recoupement de certaines structures. Rappelons que l’ensemble de fossés U2 est antérieur à l’ensemble U1 ainsi qu’aux sépultures ; une portion d’un fossé appartenant au premier a été remplacée par une palissade. Une autre relation stratigraphique concerne l’espace funéraire, où deux trous de poteau sont partiellement creusés dans les fosses des tombes 1 et 2. La position respective de ces structures n’exclut pas la connaissance de l’emplacement des tombes lors de l’édification d’un bâtiment sur poteaux, lequel pourrait être lié aux sépultures. Par conséquent, les deux faits — mise en place des tombes, puis des supports verticaux — peuvent s’être déroulés dans un délai relativement bref. Rappelons que les sépultures sont attribuées, par leur typologie, à une large période, du VIIe au IXe s.

30Le site de Charvas est particulièrement pauvre en mobilier, lequel se limite à la vaisselle de terre. La céramique médiévale (74,12 %) regroupe 167 fragments (dont 67 seulement sont attribuables à des formes), répartis dans 12 unités stratigraphiques. Il est évident que les datations proposées, fondées sur un aussi faible échantillon, ne peuvent être précises et gardent, en l’état actuel des connaissances, une part d’hypothèse. Néanmoins, la céramique témoigne de deux phases d’occupation.

  • De la première phase témoignent des formes présentant des caractères typologiques hérités de l’Antiquité (bols carénés, associés à des ollae à fond plat en pâte bistre ou grise, avec lèvres à section rectangulaire ou triangulaire (bandeaux de la première génération). Ce type de mobilier date le comblement des tombes 1 et 2, des trous de poteaux associés, 90 et 92 et des fosses 3, 4 et 5. Il s’inscrit dans une fourchette allant du début du Ve au début du VIIIe s. De nombreux parallèles peuvent être faits avec des ensembles régionaux, comme ceux provenant de Saint-Laurent de Lyon (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986) ou encore de Poncin et Beynost (cf. monographies correspondantes). Seule la prédominance de la cuisson oxydante permettrait de limiter la période de datation aux Ve-VIIe s., dans le cas du mobilier provenant du comblement de la fosse 3 et de la tombe 2. Il convient d’ailleurs de signaler la présence de mobilier un peu plus ancien (résiduel ?) dans le comblement de cette dernière.

  • La seconde phase est plus facile à cerner, puisqu’elle se signale par les formes issues du répertoire régional, bien connu pour le milieu du Moyen Âge, dont certains éléments caractéristiques constituent le mobilier recueilli dans le comblement des fosses 1, 6 et 2 : fonds lenticulaires associés à des bords en bandeaux, appartenant à des vases globulaires cuits en atmosphère réductrice avec décors à la molette et décors incisés ondés. En l’absence de marques de fond dans le lot étudié, non significative eu égard à la faiblesse numérique de l’échantillon, la présence de fonds lenticulaires est l’élément déterminant qui permet de proposer une datation centrée autour de l’an mil.

Conclusion

31Le site de Charvas à Communay a donc connu deux périodes principales d’occupation : la première comprise entre le Ve et le VIIIe s., la seconde, après un hiatus difficile à estimer, comprise entre le Xe et le XIe s. Concernant l’organisation de l’espace, quelle que soit la phase à laquelle se rapportent les bâtiments sur poteaux non datés précisément, il est notable que ceux-ci se développent à l’intérieur du réseau de fossés et de palissades, alors que les petits bâtiments ou fosses annexes, dont certains sont en activité lors des deux phases, se dispersent à l’extérieur, dans la partie sud du site. On peut conclure à l’existence d’une limite nette entre deux modes d’occupation : habitat ? et zone d’activités agricoles. Malheureusement, les limites imposées à la fouille laissent la question ouverte. En tout cas, changement d’orientation et recoupement de structures indiquent l’évolution du tracé du réseau de fossés et, partant, l’instabilité relative de l’organisation spatiale du secteur.

32À l’intérieur de la période la plus ancienne, deux ou trois phases d’occupation successives peuvent être reconnues. La première voit le creusement d’un premier ensemble de fossés (U2), associé ou non à des bâtiments sur poteaux. Puis le site connaît une fonction funéraire antérieure ou contemporaine à la construction d’un ou de plusieurs bâtiments de surface. A l’extérieur du réseau de fossés, les fosses 2 et 3 peuvent se rattacher à n’importe laquelle de ces trois phases.

33Les trois sépultures, qui se rapportent à un groupe trié selon des critères qui nous échappent, ne sauraient être mises directement en rapport avec la communauté vivant à Charvas, bien que l’hypothèse d’une translation des dépouilles s’accorderait avec la volonté de pérenniser le regroupement des vivants et des morts, à l’occasion d’un changement de lieu de résidence. L’aménagement de sépultures privées dans un contexte d’habitat et hors de toute nécropole, organisée ou non autour d’un édifice de culte, est désormais reconnu sur nombre de sites du haut Moyen Âge (Treffort 1996 ; Mantel et al. 1994 : 182 ; Garnotel, Reynaud 1996 :147 ; Blaizot et al. à paraître). Cette pratique est également illustrée dans la proche région, à Communay, La Plaine et à Rillieux-la-Pape Les Balmes (cf. monographies correspondantes). Rappelons qu’un texte atteste précisément cette pratique dans la villa de Charvas, au moins jusqu’au milieu du Xe s.

34L’autre grande phase d’occupation (Xe-XIe s.) voit la mise en fonction de la majeure partie des installations de la partie sud du site, peut-être en relation avec des bâtiments de surface construits (ou reconstruits ?) à l’intérieur du réseau de fossés. D’une manière générale, les structures de la partie sud du site évoquent certaines formes d’équipements agricoles qui voisinent habituellement avec les habitats paysans : fosse d’extraction de terre, petites constructions utilitaires, palissades, fosses diverses.

Bibliographie

Documentation

Bouvier 1992 : BOUVIER (Α.). — Communay (Rhône), Charvas. Bilan scientifique 1991. Lyon : Ministère de la culture, DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1992, p. 97.

Bouvier 1994 : BOUVIER (Α.). — Eclairages sur l’habitat rural et l’évolution du peuplement du Vie au XIe s. dans l’est Lyonnais et le nord Viennois d’après les fouilles récentes. Pages d’archéologie médiévale en Rhône-Alpes, 1,1994, p. 21-32.

Bouvier 1996 : BOUVIER (Α.). — Communay (Rhône), Charvas et La Garde. Gallia Informations, l’archéologie des régions : Rhône-Alpes, 1996, p. 161-162.

Collectif 1993 : Autoroute A 46, Ternay-Saint-Priest : Archéologie. Catalogue d’exposition. Paris : ASF-Ministère de la culture, SRA Rhône-Alpes, 1993,45 p.

Rapport Arlaud et al. 1988 : ARLAUD (C.), BOUVIER (Α.), CONVERT (R.), HELLY (B.), VITAL (J.). - Contournement est de Lyon. Rapport de prospection et d’inventaire sur le tracé de l’autoroute A46 sud et de la voie nouvelle A42-A43. Lyon : DRAC, DAH Rhône-Alpes, 1988,154 p.

Rapport Bouvier et al. 1991 : BOUVIER (Α.), HELLY (B.), KOWATLY (I.), THIERIOT (F.). - Communay, Charvas. Rapport de sondages 1991. Lyon : DRAC Rhône-Alpes, SRA, 1991, 5 p., 6 fig.

Rapport Bouvier et al. 1993 : BOUVIER (Α.), FOREST (V.), MOKADDEM (Κ.), THOLLON-POMMEROL (C.), SAVINO (V.), VALOUR (Ν.). — Travaux d’archéologie préventive sur le tracé de l’autoroute A46 sud : Communay, Charvas (Rhône). Lyon : DRAC, SRA Rhône-Alpes, AFAN, 1993, 55 p., 31 fig.

Notes

1 "... Est autem ipse curtilus in comitatu Vienense, in agro Cominiaco, in villa que dicitur Calvatis. Et terminatur ipse curtilus de superlore parte terra Atesifredi, in alia fronte de ipsa hereditate, in alia fronte terra Vualdandi, a circio via publica. Haec donamus eo tenore ut, quamdim ego Engelbertus vixero, usum et fructum habeam inde, et omni anno in vestitura IIII sextaria inter panem et vinum persolvam ; post obitum vero meum predicto loco remaneat propter locum sepulture..."

Table des illustrations

Titre 1. Les sites de Communay, Charvas et La Garde, dans leur environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 3. Plan détaillé de la zone funéraire, montrant le recoupement de fosses par des négatifs de poteaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 4. Sépulture 2, en coffre de dalles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 5. Fosse 6, couloir annexe comportant les restes d’un bovidé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 6. Nombres de Restes (NR) de la fosse 6, classés par organe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access