Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Côtière de Dombes

Rillieux-la-pape, les Balmes

Rhône

Dominique Marchianti, Élise Faure-Boucharlat et Dominique Lalaï

Texte intégral

Département :

Rhône

Commune :

Rillieux-la-Pape

Lieu-dit :

Les Balmes

Numéro de site :

69 286 005

Coordonnées Lambert :

Xa : 800.200 Ya : 2096.740

Altitude NGF :

Xb : 800.350 Yb : 2096.920 290 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A 46 nord

Responsables d’opération :

G. Vicherd et D. Marchianti

Date d’intervention :

1989-1990

Superficie explorée :

17 200 m2

Extension totale du site :

inconnue

1La grande majorité des vestiges mis au jour sur le site des Balmes à Rillieux-la-Pape est datée des Xe-XIe s. La fréquentation des lieux durant le haut Moyen Âge (VIe-VIIIe s.) se signale par du mobilier, mais aucune structure ne peut lui être rapportée avec certitude. Les quelques sépultures mises au jour sont difficiles à dater ; elles pourraient appartenir à une phase intermédiaire entre les deux occupations. D’abondants rejets domestiques piégés dans les structures en creux indiquent la proximité d’habitations, bien qu’aucune trace de construction n’ait été reconnue dans l’emprise explorée. En fait, ce sont les témoins des travaux des champs qui font l’originalité de ce site. Cette "aire agricole", à usage collectif, placée entre lieu de résidence et zones cultivées, réunit presque exclusivement les équipements et les espaces nécessaires au traitement et au stockage des récoltes.

Le site dans son environnement

2Le site est tout proche de l’habitat des Grandes Croix sur la commune de Beynost, qui fait l’objet de la monographie qui précède. Les deux gisements jouissent donc d’un environnement physique et historique comparable. Renvoyant le lecteur à la notice correspondante, nous nous en tenons ici à l’exposé des caractéristiques propres au site des Balmes.

Le milieu naturel

3Le gisement est situé à proximité du village de Vancia, sur le territoire de la commune de Rillieux-la-Pape (fig. 1, Beynost). En limite sud-ouest de la bordure du plateau des Dombes, il occupe le bas de pente d’un cordon morainique (la colline du Fort de Vancia), à la marge du bassin versant de l’ancien lac glaciaire des Echets ; il domine très légèrement la cuvette de l’actuel marais des Echets. Le secteur présente un revêtement limoneux d’origine loessique (Würm) qui couronne les formations morainiques du plateau de Dombes (Riss ancien). La nature du terrain a favorisé l’aménagement et la conservation des structures en creux et notamment celle d’un exceptionnel échantillon de silos. En outre, le site présente une déclivité très faible, ce qui a probablement limité les phénomènes d’érosion.

Le contexte archéologique

De la Préhistoire à l’Antiquité

4De nombreux indices de surface (silex taillés, céramiques antiques et médiévales) recueillis lors de prospections pédestres sur et aux alentours de la zone concernée, indiquent la proximité de sites d’époques variées. En outre, des éléments résiduels (objets en pierre, en céramique ou en verre), antérieurs au Moyen Âge, ont été recueillis dans les structures fouillées, mais en nombre restreint parmi le mobilier médiéval. Ils signalent plusieurs phases de fréquentation des lieux du Néolithique final à la Protohistoire (2300 - 800 av. J.-C.), puis pendant l’Antiquité et, enfin, durant le haut Moyen Âge.

5La fin du Néolithique est évoquée par de l’outillage laminaire en silex, un grattoir en quartz et une armature perçante losangique en silex, alors que le mobilier poli suggère le Chalcolithique. Le Bronze final est attesté essentiellement par de la céramique non tournée et décorée. Des fragments de tuiles, de vaisselle de verre et de terre attestent d’une fréquentation durant l’Antiquité. Toutefois, le mobilier est trop peu nombreux et mal conservé pour proposer une datation précise ; il pourrait se situer pendant le IIe s. ap. J.-C.

Durant le Moyen Âge

6(d’après l’enquête d’archives réalisée par Laurence Vèze).

7Le village de Vancia est quasi inconnu de l’historiographie, en tout cas pour la période du Moyen Âge central. On sait seulement que l’église Saint-Pierre, qui semble correspondre à la chapelle du même vocable toute proche du site fouillé (fig. 1), n’est qu’une chapelle rurale au XVIIIe s. Cette dernière apparaît tardivement dans les textes, au moins lorsqu’elle est clairement localisée à Vancia : en effet il y avait initialement une église paroissiale Saint-Pierre de Rillieux (Ager Religiacum), dépendant de l’Ile-Barbe, puis du chapitre de Saint-Paul de Lyon, avant de disparaître au profit d’un nouvel édifice et d’un nouveau vocable, celui de Saint-Denis. A la même époque, la paroissiale du village voisin, Neyron, est indifféremment appelée Saint-Didier de Miribel ou Saint-Didier de Rillieux.

1. Localisation des vestiges

1. Localisation des vestiges

8La plupart des localités du secteur, dont Rillieux, Vancia et Neyron, relèvent au Moyen Âge du mandement de Miribel. La tradition locale rapporte que l’église Saint-Pierre de Vancia était l’église-mère de Miribel. Enfin, il serait surprenant, mais bien entendu possible, que la paroissiale de Rillieux abandonne le vocable prestigieux de Saint-Pierre pour Saint-Denis, surtout en l’absence de mention de reliques, et sans en conserver apparemment la trace dans l’une de ses chapelles.

9L’une des hypothèses les plus plausibles, qui reste à documenter par d’autres recherches, serait celle d’un ager de Rillieux ou Miribel (dont Vancia et son église Saint-Pierre serait l’un des points forts au moins au plan religieux) qui donnerait par la suite naissance au mandement de Miribel et dont les subdivisions territoriales se différencieraient et se préciseraient au Moyen Âge. Le rôle hégémonique de l’abbaye de l’Ile-Barbe, puis de l’Eglise de Lyon, y compris dans le domaine temporel, rend vraisemblable une telle hypothèse.

Les vestiges archéologiques

Les traces d’une occupation du haut Moyen Âge

10Huit structures ont livré de la céramique datable de l’époque mérovingienne. Celle-ci réunit des pièces à cuisson oxydante et réductrice. Les formes ouvertes comportent des mortiers, des bols carénés et hémisphériques et des gobelets, tandis que les formes fermées sont dominées par les pots à cuire (absence de fragments de cruches). Il s’agit d’ollae à lèvre à section triangulaire ou rectangulaire (bandeaux de première génération). Les motifs sur panse sont de trois sortes : les rainures ou sillons horizontaux, les décors à la molette et les décors ondés au peigne.

11Cet ensemble, quoique restreint (49 fragments), signale bien une fréquentation du site ou de ses environs immédiats durant le haut Moyen Âge (VIe-VIIIe s.). Un fragment de gobelet en pierre ollaire, provenant du remplissage du puits, est en accord avec cette chronologie. La céramique mise au jour aux Balmes est très proche de celle du site voisin de Beynost, Grandes Croix, dont l’occupation est centrée sur le milieu du VIIe s.

Les sépultures isolées

12Six sépultures (T1 à T6) sont dispersées sur le site, parmi les autres vestiges, sans organisation d’ensemble (fig. 2). Cependant, trois d’entre elles (T3 à T5) se regroupent dans une aire restreinte, où elles voisinent sans se recouper. On dénombre deux adultes de sexe féminin (T1 et T3), un adulte de sexe indéterminé (T6), un adolescent (T2) et deux enfants (T4 et T5). Quatre sépultures sont orientées est-ouest (tête à l’ouest) ; deux sont orientées nord-sud (tête au nord). Les sujets sont allongés sur le dos, les membres supérieurs plus ou moins repliés sur le thorax ou l’abdomen. La nature exacte des tombes (fosses oblongues dépourvues de couvercle) et les modes d’inhumation (pleine terre et/ou coffres en matière périssable) ne peuvent être restitués avec certitude, compte tenu des difficultés de lecture du terrain.

2 Emprise de la fouille et plan des vestiges

2 Emprise de la fouille et plan des vestiges

13La parenté morphologique des tombes suggère qu’elles appartiennent à une même phase chronologique. Cette impression est renforcée par la proximité de trois d’entre elles. Les situer dans le temps est encore plus délicat en l’absence de mobilier significatif et de relation stratigraphique entre les tombes et les autres structures. Les tombes en simples fosses et l’agrafe à double crochet qui accompagne la sépulture T1 ne sont pas des indices faciles à utiliser ; tout au plus indiquent-ils la fin du haut Moyen Âge (Ville - Xe s.) (Colardelle et al. 1996 : 287 et 291).

14Il est à noter que les sépultures sont toutes épargnées par les nombreux aménagements qui affectent le site, en particulier le groupe des trois tombes qui se situe dans une zone de forte densité de fosses en tout genre. Leur emplacement était-il encore connu au moment où celles-ci ont été creusées ? Ceci pourrait constituer un indice pour réduire l’écart chronologique entre la période des inhumations et celle des équipements agricoles décrits ci-dessous.

Les aménagements agricoles du milieu du moyen âge

15Curieusement, malgré la surface explorée, on n’a relevé ni traces de sol ou de niveaux d’occupation, ni témoins apparents de bâtiments si ce n’est moins d’une dizaine de trous de poteau. Les 296 structures découvertes, réparties en plusieurs groupes sur deux zones distinctes, sont des cuvettes (99), des fosses (91) et des silos (57). Les autres vestiges sont des fours (6), de grandes fosses d’extraction de limon (7) et un puits (fig. 2). Le comblement de ces structures, hormis pour les fours, est constitué principalement de limon loessique plus ou moins argileux ou sableux. Ce comblement peut être homogène, hétérogène, quelquefois stratifié.

Les fosses et cuvettes

16Ces deux catégories représentent la majorité des vestiges. Ce sont aussi les moins éloquentes. Les fosses sont beaucoup plus profondes que les cuvettes pour une superficie comparable. Les cuvettes sont profondes de 0,10 à 0,60 m pour 0,60 à 2,50 m de diamètre ; les fosses sont profondes de 0,25 à 1,15 m pour 0,85 à 1,90 m de diamètre.

17L’interprétation de telles structures donne lieu à plusieurs hypothèses : extraction ponctuelle de limon pour la fabrication de torchis, creusement en vue de dépotoirs, à moins qu’il s’agisse seulement des fonds conservés d’autres types de fosses, à l’origine plus importantes, comme des silos arasés.

Les fosses d’extraction

18Ces excavations ont toutes des dimensions importantes : 4 à 7 m de long, 2,50 à 4 m de large. Leur plan varie : plus ou moins circulaire ou ovale, mais aussi rectangulaire. Leur profondeur est comprise entre 0,40 m et un peu plus de 2 m. Leur comblement est naturel (limons) avec quelquefois des alternances détritiques marquées par des limons dénaturés par des vidanges de foyers ou de fours (cendres, charbons de bois, nodules de limon rubéfié) (fig. 2, n° 8 et fig. 3).

3. Plan et coupes d’une fosse d’extraction (n° 8)

3. Plan et coupes d’une fosse d’extraction (n° 8)

19La grande taille de ces excavations suggère des fosses d’extraction de limon en quantité importante pour la construction (superstructures des fours, parois de bâtiments ?). En effet, l’hypothèse de fonds de cabane, même pour les fosses rectangulaires, ne peut être retenue en raison de l’absence de toute trace de trou de poteau à l’intérieur comme en périphérie, de foyers et de niveau ou de sol d’occupation.

Les batteries de silos

20Les silos, pour la plupart regroupés en batterie, offrent trois types de profil : sphérique (18 cas), cylindrique à tronconique (21 cas) et piriforme (12 cas). Quelques-uns ne rentrent pas dans les catégories décrites en raison de leur profil particulier. Les silos piriformes, ou en ampoule, les mieux conservés, sont dotés d’une ouverture en entonnoir (fig. 4, n° 1 et 2 et fig. 5). Les gabarits sont globalement importants (diam. maximum entre 1,20 et 1,90 m ; prof. entre 1,40 et 2,20 m). Les silos sphériques sont les plus volumineux (fig. 4, n° 3). Tous les fonds sont bombés. On ne note pas de regroupement spatial par taille ou par forme.

4. Coupes de fosses silos

4. Coupes de fosses silos

Profil en ampoule (1 et 2), profil sphérique (3 et 4)

21On ne relève pas de traces d’aménagements particuliers, comme des trous de poteau à proximité, vestiges d’une protection aérienne ou d’un système d’accès, pas plus que du mode d’obturation, si l’on excepte un fragment de dalle et quelques pierres dispersées dans les silos. Les indices de traitement des parois (apport d’enduit, traces de raclage) ou d’assainissement par le feu sont absents. Toutefois, un exemplaire isolé montre une surface interne fortement rubéfiée, mais il n’est pas possible de dire si cette pratique concerne son utilisation première ou secondaire.

5. Fosse silo, profil en ampoule

5. Fosse silo, profil en ampoule

22Si ces silos sont, sans conteste, destinés, à l’origine, à la conservation à long ou à moyen terme des produits agricoles, bon nombre d’entre eux sont ultérieurement transformés en dépotoir. Leur comblement montre une alternance de remblais, provenant du ruissellement ou de l’effondrement du terrain encaissant, et de niveaux proprement détritiques parfois riches en charbons ou mobilier.

Les fours

23Regroupées en deux secteurs bien circonscrits au nord et au sud du site, les structures de combustion sont orientées selon un axe est-ouest, la chambre de chauffe étant située à l’est (fig. 2, n° 3 à 7). Elles mesurent 3,30 à 7,80 m de longueur ; 1,70 à 3,60 m de largeur ; 0,30 à 1,20 m de profondeur. Dans la plupart des cas, les fours sont semi-enterrés, la stratigraphie témoignant de phases d’utilisation successives. L’avant-fosse est en général plus profonde que la chambre de chauffe. Cependant, dans un cas, le four (n° 6) est construit sur un plan horizontal avec une sole aménagée en galets (fig. 6). Celui-ci n’est pas sans rappeler la série de cinq fours découverte hors de tout contexte d’habitat sur la commune voisine de Beynost, au Creux-Marceau, et sensiblement contemporaine : les soles de plusieurs d’entre eux sont soigneusement rechargées de galets colmatés à l’argile (Motte 1992).

6. Four n° 6 à structure horizontale et sole de galets

6. Four n° 6 à structure horizontale et sole de galets

24L’installation la plus représentative est le grand four n° 7 (fig. 7). Celui-ci a connu deux grandes étapes d’utilisation séparées par une campagne d’agrandissement. Quelques fragments de torchis rubéfié, de forme incurvée, récupérés sur l’ensemble du site, laissent supposer que ces fours étaient pourvus d’une superstructure en coupole pour canaliser la chaleur et la fumée.

7. Coupe longitudinale du grand four n° 7

7. Coupe longitudinale du grand four n° 7

25L’hypothèse de la fonction domestique de ces fours est préférée à celle d’une destination artisanale. Si quelques scories ferreuses ont été découvertes, leur nombre restreint et le fait qu’elles ne sont pas en relation directe avec ces équipements indiquent que le travail du métal s’est probablement pratiqué sur le site ou à proximité, mais sans rapport avec les grands fours. Fonction domestique, donc, mais peut-être pas exclusivement culinaire : l’organisation générale des structures suggère aussi l’hypothèse d’une utilisation à des fins agricoles (cf. infra). D’ailleurs, la diversité des tailles pourrait indiquer différents emplois.

Le puits

26Les découvertes de points d’eau sont exceptionnelles en milieu rural dans notre région ; le cas de Rillieux-la-Pape doit donc être souligné (fig. 2, n° 1). Une excavation de forme cylindrique, à paroi verticale, d’un diamètre moyen de 1 m, est interprétée comme un puits. Son ouverture est élargie en entonnoir sur une hauteur de 0,70 m et présente un plan ovale (2 m pour le plus grand diamètre). Pour des raisons de sécurité, il n’a pas été possible de l’explorer audelà de 4,50 m de profondeur. On ne dispose donc d’aucune information sur la profondeur exacte et l’agencement de l’unique point d’eau du site. En tout cas la partie supérieure ne présente pas d’aménagement de soutènement des parois (un cuvelage à la base n’est toutefois pas exclu). Des puits rudimentaires, comparables à celui-ci, ont été trouvés sur différents sites français, mais ils sont en rapport avec des habitations. En revanche, ils sont également de petit gabarit et isolés dans les champs à Dassargues (Hérault), ce qui conduit à les interpréter comme des puits d’irrigation (Garnier et al. 7995). Ce pourrait être la destination du puits de Rillieux-la-Pape.

Les activités agricoles

Végétation et cultures

27Les analyses de pollens, effectuées à partir d’échantillons provenant de cinq fosses silos distinctes, confirment bien évidemment la vocation de celles-ci pour la conservation des céréales ; mais elles éclairent aussi l’interprétation du site en suggérant la dévolution de certains espaces. Elles permettent également d’évoquer l’environnement végétal et paysager de la zone fouillée (rapport D. Iskandar, Archéolabs réf. ARC 90/R849P).

28Sur les cinq échantillons, quatre, riches à très riches, ont pu être utilisés. Deux d’entre eux, à contenu pollinique presque identique, pourraient indiquer la contemporanéité des deux dépôts, bien que les fosses d’origine soient fort éloignées l’une de l’autre. Ils se caractérisent par la surabondance de Corylus (noisetier), taxon caractéristique des milieux ouverts et semi-ouverts, et la fréquence relativement élevée de Cypéracées, essences herbacées prairiales. On note aussi la présence d’Humulus/Cannabis (houblon et/ou chanvre) et de céréales.

29Un troisième échantillon se caractérise par un taux infime d’Arborés et par la sur-représentation des céréales et la surabondance de Chénopodiacées. Cette plante messicole et rudérale est à mettre en relation avec les céréales et les espaces de circulation des hommes (piégeage des pollens dans les épis). Cet échantillon confirme donc la fonction de stockage de la structure dont il provient et pourrait aussi indiquer le voisinage d’une aire de battage, de dépiquage ou de vannage.

30Un dernier échantillon, qui se démarque quelque peu des autres, montre aussi une faible quantité d’Arborés, mais surtout une fréquence notable de graminées (Cypéracées et Chénopodiacées). La fosse dont il provient se trouverait à proximité d’une prairie humide, probablement en période de floraison. Il se trouve que le silo d’où provient cet échantillon est précisément situé en bordure d’une vaste zone vierge de vestiges qui coupe le site en deux.

31L’ensemble de ces constatations conduit à restituer un paysage découvert (après déboisement ?), ponctuellement colonisé ou recolonisé par le noisetier, occupé par des espaces cultivés où dominent les céréales (la culture du chanvre ou du houblon est suggérée) et des espaces en prairie où dominent les espèces de milieu humide.

Alimentation carnée et élevage

32Le matériel osseux attribué à l’occupation du Moyen Âge central a été recueilli dans 110 structures en creux à vocations diverses : 46 fosses, 31 silos, 25 cuvettes, 6 structures indéterminées et 2 sépultures. La présence dans ces deux dernières de rares fragments fauniques (4 au total) ne peut être considérée comme significative et il en est de même pour la phalange humaine isolée trouvée dans l’une des fosses.

33Les différentes structures étant reconnues comme contemporaines, et un grand nombre d’entre elles ne renfermant que très peu de restes (fig. 8), il est apparu souhaitable pour l’analyse, de regrouper tous les vestiges osseux qu’elles ont livrés en un ensemble considéré comme homogène. En effet sur un total de 603 restes osseux déterminés, 79,1 % sont issus de 14 structures, dont 5 qui en représentent à elles seules 62,8 %.

8. Distribution des structures suivant les nombres de restes déterminés (NR)

8. Distribution des structures suivant les nombres de restes déterminés (NR)

34Les restes osseux sont caractérisés par une bonne conservation due à un environnement favorable (nature des sédiments de remplissage, humidité des sols, faible corrosion racinaire), mais aussi par une fragmentation relativement élevée comme en témoigne indirectement le pourcentage moyen (58,3 %) de restes déterminés (fig. 9). Le principal facteur de fragmentation est le mode de consommation pratiqué (découpe bouchère et consommation proprement dite), et il est accusé par l’action des animaux. Enfin, bien que les preuves fassent défaut, il n’est pas exclu que quelques esquilles soient des chutes provenant de la récupération de certaines parties osseuses (tabletterie ? outils ?).

9. Nombre de Restes déterminés (NR) par taxon, pour l’ensemble des structures et pour cinq d’entre elles où les vestiges sont plus abondants

9. Nombre de Restes déterminés (NR) par taxon, pour l’ensemble des structures et pour cinq d’entre elles où les vestiges sont plus abondants

Les espèces représentées

35Les mammifères domestiques sont représentés par la triade classique, ovicaprins, porcins, bovins, à laquelle s’ajoutent le chien, attesté par un unique fragment de mandibule, et les équidés (fig. 9). Chez ces derniers, des déterminations très ponctuelles ont permis, dans de rares cas, de mettre en évidence la présence de l’âne. Toutefois, il est très minoritaire et nous avons choisi de conserver, dans le cadre de l’estimation quantitative de la faune, le cheval comme le représentant de cette famille. Enfin, l’avifaune est représentée par la poule et le coq domestiques.

Les ovicaprins

36Toutes les parties du corps sont représentées. La distinction mouton/chèvre a pu être effectuée à deux reprises. Parmi les 13 individus dont l’âge a pu être précisé, 2 sont des agneaux de moins de 1 an et 11 sont des adultes ou jeunes adultes, sans plus de précision. Une chèvre a environ 4 ans. Aucune trace d’écorchement n’est visible. La désarticulation s’observe sur les épiphyses des os longs et sur les coxaux ; la décarnisation s’exprime sur les diaphyses d’os longs, mais aussi sur la mandibule.

Les porcins

37Les fragments ou éléments osseux rencontrés reflètent sensiblement l’ensemble du squelette. Aucune dimension n’évoque le sanglier. Trois truies sont présentes. Sur les 17 animaux pris en compte, 9 ont moins de 1 an, dont 2 porcelets de 2 à 4 semaines provenant de la même fosse. Les 8 autres individus sont des jeunes adultes de moins de 3 ans. Des stigmates de décarnisation sont observables sur les diaphyses d’os longs et sur la scapula.

Les bovins

38La plupart des régions du squelette sont attestées. Toutefois, la grande fragmentation des vestiges n’a pas permis de discerner d’indice sexuel. La taille paraît modeste. Sur les 21 individus reconnus, tous ont plus de 1 an et parmi ceux-ci, 12 au moins sont des jeunes adultes de plus de 2 ans et 1 animal a environ 8 ans. Des marques d’écorchement sont présentes sur les métapodes, les tarses et les premières phalanges. La désarticulation se manifeste sur les épiphyses des os longs et sur les os coxaux. La décarnisation a laissé de fines stries sur les diaphyses des os longs et sur la scapula.

Les équidés

39Les données sont trop restreintes sur l’âne (1 molaire supérieure et 1 fragment de métatarse III) dont on peut simplement signaler la présence. Le cheval est représenté principalement par des éléments dentaires, un crâne très fragmenté et par quelques parties d’os longs. Ces différents restes appartiennent à 3 individus : un jeune adulte de moins de 5 ans et 2 adultes dont un atteint environ 8-9 ans. Le sexe n’a pu être précisé. Des traces de découpe bouchère s’observent sur les métapodes (écorchement), sur des extrémités d’os longs et un condyle occipital (désarticulation) et sur des diaphyses d’os des membres (décarnisation).

Les gallinacés

40Cette espèce de basse-cour est représentée dans plusieurs structures, principalement par des os longs. De morphologie modeste, tous les individus présents sont adultes. Aucune différence sexuelle n’est visible. Quelques traces de découpe attestent l’élimination du bas des pattes.

41Les trois groupes prédominants montrent, pour l’ensemble des structures, des pourcentages de représentation (NMI) très voisins (fig. 10); on peut se demander alors si les légères différences observées sont significatives. En effet, la plupart des lots de vestiges fauniques sont très restreints, voire ne renferment qu’un seul fragment déterminé (fig. 8). Ces données n’en n’ont pas moins été traduites en nombre minimum d’individus ; ainsi, un unique reste peut être comptabilisé comme un individu. Il est toutefois probable que les restes d’un même animal ont été dispersés dans plusieurs "dépotoirs", et qu’ainsi le nombre minimum d’individus par espèce a été surestimé. Pour en mesurer les effets possibles sur la distribution des différents taxons, on a cherché à pondérer l’analyse des NMI en restreignant l’échantillonnage global. De manière arbitraire, on a écarté ainsi dans un premier temps les lots comprenant un unique fragment déterminé puis ceux en renfermant moins de cinq. Les deux images de la faune obtenues sur ces critères (NMI 1 et NMI 2) sont tout à fait comparables (fig. 11) et très proches de celle fournie par l’ensemble des restes, si ce n’est le faible recul des porcins et la légère augmentation des ovicaprins. La représentation de la faune déduite de l’ensemble du matériel osseux, et plus particulièrement celle de la triade domestique, se trouve donc confirmée et ceci semble suggérer alors que les phénomènes de dispersion qui sont intervenus ont affecté de manière similaire les restes des différentes espèces consommées sur le site.

10. Nombre Minimum d’Individus (NMI) par taxon, pour l’ensemble des structures et pour celles où les nombres sont supérieurs à 1 (NMI a) et à 4 (NMI b)

10. Nombre Minimum d’Individus (NMI) par taxon, pour l’ensemble des structures et pour celles où les nombres sont supérieurs à 1 (NMI a) et à 4 (NMI b)

11. Représentation de l’importance relative des espèces selon les trois groupes de la fig. 10

11. Représentation de l’importance relative des espèces selon les trois groupes de la fig. 10

Interprétation

42Toutes les espèces rencontrées à Rillieux-la-Pape sont domestiques. L’apport de la chasse, généralement restreint mais présent à cette époque (Columeau 1991), ne se retrouve pas ici. Le cheptel est dominé par la triade classique (porcs, ovicaprins, bovins) à laquelle s’ajoutent le cheval, l’âne et la volaille. Les équidés sont peu représentés et on peut penser qu’ils n’ont contribué que ponctuellement à l’alimentation carnée (animaux réformés). Une consommation de volailles est attestée, mais il est probable qu’elle n’a joué qu’un rôle complémentaire.

43Bien que relativement limitée, la détermination de l’âge des individus abattus permet de mettre en évidence les grandes tendances de la gestion des cheptels. Nous ne reviendrons pas sur les équidés, car les données sont trop restreintes. Chez les bovins, on remarque l’absence de veaux et l’existence d’un grand nombre de jeunes adultes abattus au-delà de 2 ans. Ces observations traduisent certaines modalités de l’élevage. En effet, l’abattage sélectif d’animaux entre 2 et 4 ans dénote que cette espèce a joué un rôle important dans l’apport en viande de boucherie. L’individu âgé de 8 ans est de toute évidence un animal de réforme. L’absence de consommation de veaux suggère peut-être une certaine "prudence" dans la gestion de cet élevage, avec préservation des formes juvéniles et sélection prioritaire d’animaux adultes, à moins qu’on envisage leur déduction du troupeau pour l’approvisionnement d’un autre lieu.

44Chez les ovicaprins, à l’exception de deux agneaux, tous les individus consommés ont plus de 1 an avec un abattage relativement important après 2 ans. Il apparaît ainsi que les ovicaprins interviennent de manière importante dans le régime alimentaire carné avec un prélèvement s’effectuant aux différents stades de la croissance mais qui semble rester modeste sur les juvéniles. La sélection prend probablement en compte d’autres critères que le seul apport en viande (production de lait, de laine).

45Enfin, les porcins apparaissent comme des pourvoyeurs importants de ressources carnées et la consommation de porcelets ou d’immatures (1 à 2 ans) paraît avoir été particulièrement fréquente. Les données font défaut pour les classes d’âge supérieures. A la lueur de ces informations, on peut penser que l’élevage du porc était soumis à une gestion précise qui pourrait avoir eu pour orientation première la production de viande de juvéniles.

46Le manque de précision des âges d’abattage ne permet pas d’établir les rythmes de consommation des différentes espèces. Toutefois, dans le cas des porcs, en considérant qu’il est habituel de privilégier les naissances au printemps (époque favorable à l’alimentation des femelles allaitantes), on constate qu’un fort prélèvement (individus de moins de 1 an) s’effectuait au début et dans le courant de l’hiver. Ainsi, la période d’abattage d’un bovin âgé de 3 à 3,5 ans a pu être déterminée grâce à l’étude palynologique (cf. supra) réalisée sur les sédiments de remplissage de la fosse dans laquelle ses restes ont été recueillis. L’analyse révèle qu’il existait à proximité de ce dépotoir, lors de son fonctionnement, une prairie humide à Cypéracées, probablement en pleine floraison, à la période printemps-été. Ce résultat, combiné à l’âge de l’individu en question, indiquerait pour ce dernier une possible naissance au printemps.

47Enfin, l’étude des restes fauniques a permis de reconnaître une certaine spécificité à quelques structures dépotoirs. En effet, à côté d’un nombre très important de fosses à déchets culinaires, deux structures se distinguent par la nature et l’état de leur mobilier faunique : une fosse qui renferme des éléments squelettiques de trois bovins et une structure, dans laquelle sont présents exclusivement les restes de deux porcelets âgés de 2 à 4 semaines. Dans le premier cas, en l’absence de traces de consommation (mais pas de découpe bouchère), on peut envisager que l’on a affaire ici à des rejets issus d’une activité de boucherie au cours de laquelle trois individus ont été dépecés et les différents quartiers de viande soigneusement prélevés. Dans le second cas, le grand nombre d’ossements (connexion probable) et l’absence de toute trace sur ceux-ci (découpe ou consommation) suggèrent que les deux porcelets auxquels ils appartiennent ont été enfouis suite à une mortalité naturelle, fréquente chez les très jeunes porcs du fait de leur fragilité. On observe donc probablement ici deux "instantanés" des activités quotidiennes des habitants des Balmes.

Équipements et accessoires domestiques

48Les objets du quotidien, liés aux pratiques domestiques et aux petits artisanats sont peu nombreux sur le site de Rillieux, si l’on excepte, bien évidemment, la vaisselle de terre examinée plus loin. Néanmoins, ils appartiennent à des registres variés.

Outillage

49Les travaux agricoles sont attestés par deux outils :

  • une faucille en fer, peu épaisse, longue d’environ 45 cm et munie d’une soie dans l’axe du corps. La rouille a conservé, près de la soie, les traces ligneuses du manche (fig. 12, n° 2) ;

  • une partie de soc d’araire ( ?) sous la forme d’une épaisse plaque de fer triangulaire, de section légèrement incurvée (fig. 12, n° 3).

50Dans cette rubrique, pourrait être mentionné un fer à cheval (fig. 12, n° 4) à mettre en relation avec les restes fauniques d’équidés (trois individus adultes) présentés ci-dessous. Dans un tel contexte, ces témoins suggèrent l’utilisation du cheval pour les travaux des champs.

12. Objets métalliques : outillage agricole

12. Objets métalliques : outillage agricole

51Quelques pièces se rapportent au travail du textile : deux fusaïoles en terre cuite (fig. 13, n° 6 et 7), une grosse aiguille à chas taillée dans un péroné de porc, pouvant aussi faire office de poinçon ou de broche de tisserand (fig. 13, n° 2) et des fragments de trois lissoirs en verre (fig. 13, n° 5), destinés à "assouplir et lisser les toiles et à polir le linge lavé par une sorte de repassage à froid" (Ferdière 1984 : 227). Ces derniers peuvent être mis en relation avec la culture du chanvre attestée par les analyses polliniques. Ces objets font partie du répertoire habituellement rencontré sur les sites ruraux du milieu du Moyen Âge, où la fabrication ou le traitement des textiles est assez régulièrement attesté.

13. Objets divers (métal, os, terre cuite) : équipement domestique et agricole

13. Objets divers (métal, os, terre cuite) : équipement domestique et agricole

52Mais un autre objet, moins courant, peut rentrer dans cette rubrique (fig. 13, n° 4). Bien qu’assez détérioré, son interprétation a été facilitée par la comparaison avec un autre exemplaire bien conservé provenant du site proche et contemporain de Décines-Charpieu dans le Rhône (Bouvier et at. 1992 : fig. 32). L’outil se présente comme une plaque rectangulaire en fer d’environ 6 x 3 cm, munie de deux ailettes repliées formant une douille. La tranche frontale de l’outil présente deux ergots acérés. Il pourrait s’agir d’une griffe de templet, objet rentrant dans l’équipement d’un métier à tisser. Ces griffes, fichées aux extrémités d’une baguette réglable, servaient à maintenir en tension, dans leur largeur, les pièces de toile en cours de tissage. Dans l’état actuel de la documentation, il faut aller rechercher assez loin des éléments de comparaison (renseignements fournis par Mme D. Caron). Des exemplaires espagnols (Conimbriga), munis de trois dents, sont assez proches de ceux de la région lyonnaise et sont datés de la même période (Velasco 1987 : fig. 3).

53Certains outils, probablement d’usage polyvalent, évoquent le travail des matériaux tendres. C’est le cas d’un petit ciseau à pointe effilée (fig. 13, n° 1). Deux lames de couteau en fer ont pu être utilisées à des fins domestiques ou artisanales. La mieux conservée (L. 16 cm) est asymétrique, à dos droit et à soie légèrement décalée et de section carrée (fig. 13, n° 3).

54Un instrument particulièrement spectaculaire reste inexpliqué (fig. 12, n° 1). Il s’agit d’une sorte de grande lame de largeur constante en forme de demi-cercle. Les deux extrémités épaissies, de section carrée, sont recourbées en forme de crochet et sont perforées (dimension maximum 54 cm ; rayon 25 cm). Cet objet ne comporte pas d’autres perforations ni traces de soudure. Il évoque la forme générale d’une anse de seau ou de chaudron, mais sa section plate va à rencontre de cet usage. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’un objet inachevé, quoique l’abandon au fond d’une fosse d’une telle quantité de fer de bonne qualité soit bien surprenante.

Éclairage

55Les témoignages archéologiques des moyens d’éclairage artificiel sont généralement rares pour le Moyen Âge, notamment en milieu rural. Un fragment de lampe revêt donc un intérêt particulier (fig. 13, n° 8). En terre cuite gris sombre, seul le réservoir peut en être reconstitué. Celui-ci était muni d’un bec pincé ainsi que l’indique l’asymétrie du fragment. Il n’est pas possible de dire si le réservoir surmontait un pied cylindrique ou un simple appendice. Ce genre de lampes, non répertorié jusque-là dans notre région, a été en revanche bien étudié en Ile-de-France où il est également daté des Xe-XIe s {Un village au temps de Charlemagne 1988 : 271-273). La lampe de Rillieux peut se rattacher au type C3 (lampes à pied) ou au type Β (lampes à appendice) de la typologie des lampes de Saint-Denis (Lefèvre, Meyer 1988).

La vaisselle de terre

56Sur les 297 structures en creux mises au jour, 166 ont livré du mobilier céramique attribuable à l’occupation principale. Le lot recueilli est important (5222 fragments) et permet une interprétation fiable des principaux traits typologiques mis en évidence.

57Cette catégorie de céramique est déjà bien connue des médiévistes, puisqu’elle s’intègre parfaitement aux productions régionales des environs de l’an mil. Par sa qualité et sa quantité, le lot de Rillieux offre un bon aperçu de ce qu’il est convenu d’appeler la céramique "à fond marqué". On ne procédera donc pas ici à une description détaillée de l’ensemble, par ailleurs fort homogène, mais on s’efforcera d’en mettre en évidence les traits originaux et d’en faire ressortir les informations chronologiques.

Aspects techniques et morphologiques

58Tous les vases sont tournés et obtenus en cuisson réductrice. Toutefois, la couleur grise n’est pas constante, dénotant des accidents de cuisson et des cas de réoxydation partielle. La qualité des pâtes est loin d’être homogène. Aux pâtes gris sombre, sonores, fines et bien cuites, s’opposent des pâtes sableuses et friables dont la couleur peut varier du noir au rouge brun. Une telle variété technique suggère plusieurs points d’approvisionnement.

59Outre les pots à cuire et les cruches, qui forment évidemment la très grande majorité du vaisselier, on note la présence de plusieurs gourdes (fragments de cols, d’anses horizontales et de goulots). Pour les pots à cuire les lèvres en bandeaux (129 ex.) sont légèrement minoritaires par rapport aux lèvres évasées à gorge interne (149 ex.). Ces dernières peuvent équiper indifféremment pots et cruches. On note que 12,6 % du nombre des rebords appartiennent à des cruches, proportion élevée par rapport aux ensembles régionaux contemporains. Les becs pontés (29 ex.) dominent largement sur les becs pincés (6 ex.).

60Les décors sur pâte fraîche affectent généralement les panses, quelquefois les anses et exceptionnellement les lèvres. L’ornement le plus représenté est le décor côtelé (174 ex.). Les lissages et polissages de surface formant des lignes lisses et brillantes, entrecroisées, parallèles ou désordonnées, sont aussi bien représentés (54 ex.). Les rainures horizontales ou incisions ondées, ainsi que les molettes sont plus rares (16 ex. en tout). Il faut souligner la présence exceptionnelle d’un fragment recouvert à l’extérieur d’une glaçure parsemée de couleur olivâtre.

61Mais l’intérêt principal du lot de Rillieux réside dans l’observation du fond des récipients (fig. 14 à 16). Tout d’abord on remarque que cohabitent quelques fonds plats ou intermédiaires entre plats et lenticulaires (7 ex.) avec une majorité de fonds lenticulaires (527 ex.), dont une forte proportion est marquée (177 fragments de marque). Il est à noter que plusieurs fonds plats sont également marqués (fig. 14, n° 6 à 9 et fig. 15, n° 2). Ces fonds plats marqués présentent toujours des traces de décollement à la ficelle. Ils sont souvent légèrement déformés au moment du marquage. Les motifs en relation avec ce type de fond sont généralement sobres, comme la simple croix. Des observations analogues ont pu être faites sur d’autre sites régionaux comme le quai Arloing à Lyon (Tranoy 1995), Simandres et Communay dans le Rhône.

14. Vases à fond marqué, profils bombés et plats

14. Vases à fond marqué, profils bombés et plats

15. Vases à fond marqué, profils bombés et plats

15. Vases à fond marqué, profils bombés et plats

62Sans renouveler complètement le répertoire des motifs de marques connues dans la région, le site de Rillieux offre quelques originalités qu’il est justifié de présenter ici :

  • l’étoile à branches ramifiées non raccordées au centre (fig. 16, n° 12);

  • le motif en réseau polymorphe (fig 14, n° 2 et fig. 16, n° 8).

63Motifs secondaires :

  • le cercle ou le quadrilatère denté (fig. 16, n° 4) ;

  • le quadrilatère avec croix inscrite (fig. 14, n° 5) ;

  • le quadrilatère avec point inscrit (fig. 14, n° 5) ;

  • motif à la clef avec anneau losangique (fig. 14, n° 2) ;

  • motif que l’on peut décrire comme deux Β accolés (fig. 16, n° 3).

64Quelques motifs semblent provenir du même moule, mais l’usure et la fragmentation des tessons rendent l’observation difficile.

16. Échantillon de marque de fond

16. Échantillon de marque de fond

Données chronologiques

65En première analyse, la vaisselle de terre de Rillieux rentre dans la fourchette Xe-XIe s. Mais, en dépit de l’absence d’autres critères (monnaies, dendrochronologie, ou textes), il est possible de mieux cerner la datation du site à l’intérieur de cette fourchette. L’échantillon est en effet suffisamment important pour être valablement comparé à d’autres ensembles bien datés, comme les sites de Charavines Colletière (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993), de Décines-Charpieu (Bouvier et al. 1992) et de Chirens (Mazard 1993). Charavines appartient au premier tiers du XIe s., Décines à la fin du Xe et au début du XIe s. et Chirens à la fin du XIe s.

66Certains traits typologiques ont pu être mis en évidence comme critères de chronologie relative entre ces divers lots. Ce sont essentiellement la proportion relative entre les différents types de lèvres et le pourcentage des marques de fonds (fig. 25 du chap. 4). Ainsi à Charavines, les lèvres en bandeau (55 %) dominent sur les lèvres évasées (45 %), comme à Décines où l’on dénombre 65,3 % de bandeaux pour 34,7 % de lèvres évasées ; alors qu’à Chirens les lèvres en bandeau (25,6 %) sont nettement supplantées par les évasées (74,4 %). On constate donc que la part des lèvres simples, dites évasées, va croissant au cours du XIe s., au détriment du rebord en bandeau, héritier de formes du haut Moyen Âge. Dans ce schéma, le lot de Rillieux, avec 46,4 % de bandeaux pour 53,6 % d’évasées, peut être considéré comme postérieur à ceux de Décines et de Charavines, mais antérieur à celui de Chirens. Quant à la pratique du marquage des fonds, elle semble connaître son apogée dans la première moitié du XIe s. Avec plus de 33 % de fonds marqués, la céramique de Rillieux montre une proportion forte, en accord avec cette phase d’apogée. Elle est plus forte qu’à Charavines (17,9 %) et qu’à Décines (23 %), et bien sûr qu’à Chirens (moins de 1 %).

67En terme de datation, ces caractéristiques confèrent aux céramiques de Rillieux un âge légèrement plus récent qu’à celles de Décines et de Charavines et conduisent à les situer vers le milieu du XIe s. Mais la présence, quoique marginale, de fonds plats (4 pour 175 fonds lenticulaires) pourrait signaler qu’une partie de la vaisselle pourrait être un peu plus ancienne.

68Compte tenu de la combinaison de ces arguments, on peut estimer que l’occupation du site des Balmes a connu quelque durée, incluant une partie du Xe s. et s’achevant vers le milieu du siècle suivant ; toutefois, quantitativement, le matériel reflète un net renforcement de l’occupation sur la fin de la période.

Organisation spatiale des vestiges et interprétation

69Il faut souligner que la fouille n’a pas livré le moindre témoin de bâtiment (abri ou habitation). Les quelques trous de poteau (8 en tout !), dispersés sur le site ne révèlent aucune organisation compréhensible. Du moins démontrent-t-ils que des constructions sur poteaux plantés auraient dû laisser des traces dans le limon (fig. 17).

17. Schéma interprétatif de la répartition des zones d’activité sur le site

17. Schéma interprétatif de la répartition des zones d’activité sur le site

70Les divers aménagements sont, à quelques exceptions près, disposés en îlots ou groupes plus ou moins denses. Ces îlots sont regroupés en deux grandes zones, de part et d’autre d’un espace vide plus ou moins rectiligne, de 30 m de large environ, orienté approximativement sud-ouest/nord-est. L’analyse de la répartition des structures, qu’elles soient à usage domestique ou agricole, voire les deux à la fois ou successivement, fait ressortir les différentes contraintes d’organisation qui découlent de la vocation du site : des secteurs bien marqués réservés à des activités diversifiées mais complémentaires. Certes, la contemporanéité de tous les vestiges n’est pas démontrée ; il est fort probable que le caractère éphémère de certains équipements, notamment les silos, ait entraîné leur renouvellement régulier. Le foisonnement qui transparaît à la lecture globale du site doit donc être nuancé. Toutefois, les analyses polliniques réalisées sur le comblement de deux silos très éloignés l’un de l’autre plaident pour des dépôts simultanés : bien qu’appartenant à des aires d’ensilage distinctes, situées au nord et au sud du site, ils ont pu fonctionner en même temps ou à la même saison.

  • Les silos, destinés à la conservation des grains ou autres denrées, à moyen ou long terme, sont généralement organisés en batteries. C’est le cas à Rillieux où l’on en dénombre une douzaine, réparties sur la totalité du site. Seuls 9 exemplaires sont isolés. Pour des raisons de commodité lors du stockage puis du prélèvement, les silos combinent, logiquement, la proximité de la (ou des) habitation(s) avec les zones de traitement des céréales. Il s’agit également d’indiquer l’appartenance à un individu ou à un groupe, d’assurer leur protection et leur entretien, tout en limitant le transport des denrées depuis leur point de récolte. Mais cette appréciation doit être nuancée : des petits groupes de silos isolés en plein champ sont attestés par l’archéologie. Le cas a été étudié récemment dans le Midi de la France à Dassargues (Hérault), par exemple, où ils sont interprétés comme réserve pour les semences (Garnier et al. 1995 : 55).

  • Les dépotoirs ou structures dont nous avons la certitude qu’elles ont accueilli des rejets domestiques (éventuellement des silos, des fosses ou des cuvettes remployés comme tels), montrent aussi des regroupements, surtout dans la partie sud du site où deux zones de rejet s’individualisent. Mais 6 dépotoirs restent isolés. Ces points ou zones de rejet supposent, très logiquement, la proximité des habitations.

  • Les six grands fours, par leur dimension et leur disposition, semblent être des équipements à usage collectif. Leur nombre relativement élevé, sur une surface de 1,5 ha, indique qu’une communauté relativement importante gravitait autour d’eux, quoique leur exacte contemporanéité ne soit pas démontrée. En tout état de cause, ils devaient être à peu près équidistants des différents pôles d’activité les concernant. Toutefois, le risque d’incendie qu’ils présentaient a pu influer sur le choix de leur emplacement en marge des zones d’habitat.

71On a suggéré plus haut qu’ils n’étaient pas nécessairement réservés à des fonctions culinaires. En effet, leur distribution au sein des aires d’ensilage ne semble pas le fait du hasard. Elle invite au contraire à les mettre en relation avec le traitement des récoltes, notamment céréales, afin d’en parfaire le séchage avant ensilage ou d’en permettre le grillage pour en favoriser la conservation ou en faciliter le décorticage avant stockage ou mouture. Pourtant, aucun grain, calciné ou non, n’a été découvert pour appuyer cette hypothèse, encore que les conditions de la fouille n’ont pas permis le tamisage des sédiments. Certes, ces fours ne présentent pas les caractéristiques des foyers en fosse, circulaires ou oblongs, associés à des silos et interprétés avec certitude comme des structures de séchage ou de grillage : l’exemple archéologique le plus éloquent et le plus proche de cette pratique est fourni par le site de Bény dans l’Ain (cf. monographie correspondante où d’autres éléments de comparaison sont proposées). Ils appartiennent bien au type des grands fours culinaires construits, abondamment révélés par l’archéologie ces dernières années dans notre région comme ailleurs, avec une concentration d’exemples forts explicites en Ile-de-France (Un village au temps de Charlemagne : 244 et sq.). De fait, leur conception n’interdit pas un usage polyvalent, en particulier pour le four horizontal à sole de galets (fig. 6). C’est l’hypothèse qui a été retenue pour des fours analogues du site des Grands Longerons, à Champlay dans l’Yonne (Perrugot 1984). Peut-être trouve-t-on aussi là l’explication de la série toute proche des cinq fours à double compartiment du Creux-Marceau à Beynost (Motte 1992). Mais dans le domaine des équipements agricoles de plein air, les données archéologiques sont encore lacunaires. Des exemples sont attestés par l’ethnographie pour des périodes plus récentes (Cornet 1992 : 371). D’ailleurs, le séchage des grains dans des fours culinaires passe pour une solution de fortune adoptée en Europe occidentale il y a encore peu (Sigaut 1981 : 162).

  • Les 35 fosses cendriers s’articulent par groupes aux alentours des fours. Quelques-unes, au nord-est et au centre, ne suivent pas cette règle. Ces dernières pourraient être mises en relation avec des foyers plus modestes qui ne nous sont pas parvenus. Certaines de ces structures ont servi à la fois de dépotoir commun et de cendrier. Le principe de facilité d’accès depuis les aires de combustion s’applique évidemment à ces cendriers.

  • Les fosses d’extraction de limon, qui pourraient être liées aux travaux de construction forment deux groupes bien distincts, l’un au sud, l’autre au nord. Il est remarquable que ces fosses voisinent avec des fours. Il est possible qu’elles aient plutôt produit la matière nécessaire à la confection et aux nombreuses réfections des calottes de ces derniers. En tout état de cause, elles ne devaient être que raisonnablement distantes des "chantiers".

  • Le site comporte plusieurs aires vides de tout vestige, propices à accueillir des équipements ou installations complémentaires de ceux qui viennent d’être décrits et qui n’auraient laissé aucun indice archéologique. Ces surfaces présentent une forme et une superficie relativement constantes qui en atténuent le caractère fortuit. Dans la partie nord du site, deux zones au moins peuvent être délimitées. Dans la partie sud, où les structures sont plus denses, quatre zones se dégagent.

72Deux hypothèses peuvent être formulées quant à la dévolution de ces espaces. Ces zones circonscrites auraient supporté des bâtiments, habitations ou annexes agricoles. Ces derniers, évidemment en matériaux périssables (bois et terre crue), auraientils pu ne laisser aucune trace ? Dans la région et pour la période concernées, ce type de constructions rurales, comme le démontre l’archéologie, fait très généralement appel à une ossature verticale en bois, à poteaux ancrés dans le sol. Il faudrait donc admettre qu’aux Balmes on ait eu recours, exceptionnellement, à d’autres procédés archéologiquement plus discrets, comme les fondations sur sablières basses. Il paraît toutefois peu probable que ces pièces, éventuellement en bois, n’aient été accompagnées d’aucun aménagement complémentaire (radiers ou solins).

73Une seconde hypothèse paraît plus probable. A l’évidence, la vocation céréalière de l’établissement est prédominante. Elle ne se limitait sûrement pas au simple ensilage du grain mais englobait aussi la préparation des récoltes après la moisson : les opérations de stockage des gerbes, de séchage à l’air libre, de battage ou dépiquage et de vannage des épis et des grains, nécessitaient également des aires appropriées sur lesquelles l’archéologie reste, la plupart du temps, bredouille, puisque ces espaces ouverts ne recevaient pas nécessairement d’aménagement en dur. La préparation de la surface du sol par simple apport de boue est la pratique la plus courante (Cornet 1992 : 339-340). Dans ce cas, les habitations proprement dites se situeraient en dehors de la surface explorée. Si la limite des vestiges a été reconnue au nord et au sud de la fouille, en revanche, rien ne s’oppose à ce que des constructions se soient étalées à l’est et à l’ouest.

  • Quant à l’espace vide de structures qui cisaille le site (environ 3000 m2), il peut être interprété comme un axe de circulation, une aire de pacage pour les animaux, voire un espace cultivé. Ces diverses formules peuvent fort bien avoir coexisté. Rappelons que les pollens qui proviennent d’une fosse silo située en limite de cet espace indiquent la proximité d’une prairie humide. L’absence de vestiges à cet endroit s’expliquerait donc par le caractère inhospitalier de ce secteur.

Conclusion

74La fouille des Balmes a donc livré bien davantage qu’une collection supplémentaire de trous et fosses en tout genre. Le travail d’interprétation conduit à l’occasion de cette publication amène à regretter que les moyens investis sur le terrain n’aient pas été réellement à la hauteur des enseignements qu’il était possible de tirer de ce site à première vue si ordinaire. Des observations archéologiques plus détaillées, des échantillons plus importants de faune et de flore, comme d’outils ou de mobilier domestique, auraient mieux assis les interprétations avancées ici.

75Par bien des aspects, le site des Balmes se rapproche de ceux de Jons et de Meyzieu (cf. monographies correspondantes) ; ils sont tous trois proches à la fois dans le temps et dans l’espace. Les données archéologiques concourent à restituer des "aires agricoles", vouées au stockage et au traitement des récoltes, à la limite des zones de cultures et non loin d’un habitat que signalent les rejets domestiques, mais dont les traces matérielles restent à découvrir.

76L’organisation des structures plaide pour une gestion collective des fruits de la terre, impliquant une communauté (villageoise ?) cohérente et solidaire. La brièveté de l’occupation, telle qu’elle apparaît à la fouille, tient autant à la nature des installations, précaires et non réutilisables, qu’à la possibilité, voire à la nécessité de déplacer les installations en fonction des contingences de l’agriculture. Ces "aires agricoles", vues comme des installations saisonnières, ne seraient donc pas l’indice d’un habitat instable ou tardivement fixé dans la région : elles ont pu cohabiter avec un habitat groupé.

77Si dans le cas exposé ici, il ne paraît pas justifié d’établir un lien entre la notion de village et l’actuelle chapelle Saint-Pierre, située à quelques dizaines de mètres du site mais réputée d’origine récente, la mention de l’église paroissiale de Rillieux (ager Religiacum), sous le même vocable, indique que l’exploitation du terroir, dont témoigne à l’évidence notre site, se place dans la dynamique d’un réseau d’agglomérations : le bourg actuel de Vancia, à quelques centaines de mètres des Balmes, est peut-être l’héritier d’un habitat permanent qui aurait pu accueillir la communauté paysanne dont on a pu retracer une part des activités.

Bibliographie

Documentation

Rapport Marchianti 1993 : MARCHIANTI (D.) et coll. — Le site des Balmes à Rillieux-la-Pape (Rhône). Rapport provisoire de sauvetage programmé, 1993, 80 p. et annexes.

Vicherd 1996 : VICHERD (G.). - Rillieux-la-Pape (Rhône), Les Balmes. Gallia Informations : l’archéologie des régions : Rhône-Alpes, 1996, p. 200.

Table des illustrations

Titre 1. Localisation des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 2 Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 3. Plan et coupes d’une fosse d’extraction (n° 8)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 4. Coupes de fosses silos
Légende Profil en ampoule (1 et 2), profil sphérique (3 et 4)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 5. Fosse silo, profil en ampoule
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 6. Four n° 6 à structure horizontale et sole de galets
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 7. Coupe longitudinale du grand four n° 7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 8. Distribution des structures suivant les nombres de restes déterminés (NR)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 9. Nombre de Restes déterminés (NR) par taxon, pour l’ensemble des structures et pour cinq d’entre elles où les vestiges sont plus abondants
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 10. Nombre Minimum d’Individus (NMI) par taxon, pour l’ensemble des structures et pour celles où les nombres sont supérieurs à 1 (NMI a) et à 4 (NMI b)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 11. Représentation de l’importance relative des espèces selon les trois groupes de la fig. 10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 12. Objets métalliques : outillage agricole
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 13. Objets divers (métal, os, terre cuite) : équipement domestique et agricole
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 14. Vases à fond marqué, profils bombés et plats
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 15. Vases à fond marqué, profils bombés et plats
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 16. Échantillon de marque de fond
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 17. Schéma interprétatif de la répartition des zones d’activité sur le site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2019/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access